Vous êtes sur la page 1sur 67

SOLIDIFICATION DES MÉTAUX ET ALLIAGES

GERMINATION ‹ Condition de stabilité des germes - Rôle de la surfusion


‹ Germination homogène - Germination hétérogène - inoculation

CROISSANCE DU SOLIDE ‹ Croissance à l’échelle atomique : rôle de l ’interface solide-liquide


‹ Croissance à l ’échelle de la microstructure
‰ Effets thermiques : interface plan et dendrite
‰ Effets diffusionnels
‹ Structures de solidification des alliages

SOLIDIFICATION DIRIGÉE ‹ Diffusion sans convection dans le liquide


‹ Diffusion et brassage dans le liquide
‹ solidification monocristalline
‹ Purification par fusion de zone

SOLIDIFICATION EUTECTIQUE ‹ Mécanisme de formation et morphologies des eutectiques

DÉFAUTS DE SOLIDIFICATION ‹ Retassure et porosité


‹ Hétérogénéités chimiques : ségrégations mineure et majeure
‹ Les gaz dans les métaux
‹ Inclusions

Solidification - procédés et simulation du moulage 1 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

QUALITÉ DES PRODUITS DE MOULAGE

CHOIX DE L’ ALLIAGE
- Propriétés de fonderie

- Propriétés d’utilisation
CHOIX DU PROCÉDÉ
DE MOULAGE - Possibilités techniques
LES
- Prix de revient
PARAMÈTRES
DE LA QUALITÉ STRUCTURE DE
SOLIDIFICATION

DÉFAUTS DE
FONDERIE

Solidification - procédés et simulation du moulage 2 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

LES PROCESSUS À MAÎTRISER

LOIS DE LA SOLIDIFICATION
- ÉCOULEMENT DU MÉTAL LIQUIDE

À l ’échelle microscopique et - ÉCHANGES THERMIQUES MÉTAL - MOULE


à l’échelle macroscopique
- GERMINATION

- CROISSANCE ET PHÉNOMÈNES THERMIQUES

- CROISSANCE ET DIFFUSION ATOMIQUE

OPÉRATIONS DE FONDERIE

TRACÉ DES PIÈCES

CONCEPTION DU MOULE – NOYAUX

REMPLISSAGE DU MOULE

SYSTÈME D ’ALIMENTATION

Solidification - procédés et simulation du moulage 3 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
ANALYSE THERMIQUE ET SOLIDIFICATION

CAS D ’UN MÉTAL PUR

SOLIDIFICATION
Refroidissement Croissance
À TEMPÉRATURE
du liquide du solide
CONSTANTE
Température

TE = Ts =Tf
Surfusion ∆T
Solide
Échauffement du
Germination liquide résiduel

dégagement de
chaleur latente

Début de la fin de la
solidification
solidification
temps

Chaleur spécifique Chaleur latente de Chaleur spécifique


Q L = CL . ∆T solidification L (J/m3) Q S = CS . ∆T

Solidification - procédés et simulation du moulage 4 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
ANALYSE THERMIQUE ET SOLIDIFICATION

CAS D’UN ALLIAGE

Début de la fin de la
solidification solidification
Température

dégagement de T1 : Début de la solidification


chaleur latente T1 P1
T M P N
T1 à T2 : Intervalle de
solidification
T2 P2
T : Équilibre liquide - solide

T2 : fin de solidification
temps
CS C0 CL
Chaleur spécifique

Chaleur spécifique

SOLIDE GÉNÉRALEMENT HÉTÉROGÈNE


Q L = CL . ∆T

Q S = CS . ∆T

Chaleur latente
de solidification (Rem : le solide est homogène si
L (J/m3) la vitesse de refroidissement est très faible)

Solidification - procédés et simulation du moulage 5 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
LA GERMINATION

‡ Condition de stabilité des germes

‡ Rôle de la surfusion

‡ Germination homogène – germination hétérogène - inoculation

‡ Diagramme de transformation

Solidification - procédés et simulation du moulage 6 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
LA GERMINATION

SOLIDIFICATION AVEC SURFUSION CINÉTIQUE


Température de début de
solidification à l’équilibre

Liquide
TE

∆T

Surfusion
cinétique

Liquide + Fin de
Liquide en Solide
solide solidification
surfusion

Début de
solidification

Temps

OÙ APPARAISSENT LES GERMES ?

Solidification - procédés et simulation du moulage 7 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
LA GERMINATION

OÙ APPARAISSENT LES GERMES ?

TE

∆T

Temps

Germes
« hétérogènes »

Germe
Liquide
« homogène »

Creuset

Solidification - procédés et simulation du moulage 8 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

LA GERMINATION HOMOGENE

Solidification - procédés et simulation du moulage 9 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
ÉNERGIE DE FORMATION D’UN GERME HOMOGÈNE

Formation d ’un germe « homogène » Énergie

1
Création d ’une
interface Liquide Interface
E interface = Aire germe γ sl
liquide/solide d’aire A
γ = Énergie superficielle en J/m2

Transformation Germe solide L ΔT


liquide - solide : de volume VS E volumique = −Volume (germe )
2 T LS
Chaleur et ordre de surface A
(Enthalpie et entropie)
L : Chaleur latente de solidification en J/m3

ÉNERGIE DE FORMATION DU GERME

L . ΔT
E gf = − Volume germe + Aire germe . γ sl
TE
Dégagement de la chaleur Consommation d’énergie
(chaleur latente de solidification) (énergie de surface)

Solidification - procédés et simulation du moulage 10 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
VARIATION DE L’ÉNERGIE DE FORMATION DU GERME

Cas d’un germe sphérique de rayon r 4 π r3 2r


V= A = 4 π r2
3

L . ΔT
E gf = − Volume germe + Aire germe . γ sl
TE
ENERGIE EN FONCTION DU RAYON
4π r 3 L . Δ T
À UNE TEMPÉ
TEMPÉRATURE DONNÉ
DONNÉE E gf =− + 4π r 2 . γ
3 TE

Barrière énergétique
E*
16 π γ 3 T 2
E* =
3 L2 (ΔT )
2
Énergie

2 γ TE
r* =
L (ΔT )
rayon

Rayon critique r*

Solidification - procédés et simulation du moulage 11 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
STABILITÉ DES GERMES GERMINATION HOMOGÈNE

Cas d’un germe sphérique de rayon r

Un germe est stable si sa croissance conduit à une diminution de l’énergie


Donc si la taille du germe r > taille critique r*
2 γ TE
r* =
L (ΔT )
Parmi tous les germes préprésents seuls ceux dont la taille est
supé
supérieure à la taille critique seront stables

E*
E3

E4

E2

E1 rayon

r1 r2 r* r3 r4

E2 > E1 Germes instables E 4 < E3


Germes stables

Solidification - procédés et simulation du moulage 12 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
COMMENT AUGMENTER LE NOMBRE GERMINATION HOMOGÈNE
DE GERMES STABLES ?

Diminuer la taille critique et l’énergie critique

2 γ TE 16 π γ 3 T 2
r* = TE, L et γ
E* =
L (ΔT ) caractéristiques du matériau 3 L2 (ΔT )
2

Action sur la surfusion

La quantité de germes stables augmente avec la surfusion ΔT

Valeurs de la surfusion calculées en germination homogène : ∆T # 0,2 Tf (en K)

∆T (Pb) # 120 °C
Exemples :
∆T (Al) # 186 °C

Valeurs expérimentales : ∆T # 2 à 10 °C

LA GERMINATION EST RAREMENT DE NATURE HOMOGÈNE

Solidification - procédés et simulation du moulage 13 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
COMMENT AUGMENTER LE NOMBRE GERMINATION HOMOGÈNE
DE GERMES STABLES ?

Diminuer l’énergie critique par germination hétérogène E * < E *( homo)

Action sur le support : inoculation

= Ehom ogène . f (θ )
* *
SOLIDE (S)
Ehétérogène
θ 0 8 25 45 90
θ
f (θ ) = (2 + cos θ ) (1 − cos θ )2
1 f(θ) 0 7 10-5 7 10-3 0,06 0,5
SUPPORT (P) 4
LIQUIDE (L)

θ est l angle de contact métal / support

Pour des angles < 45° l’énergie de germination est négligeable:


Valeurs de la surfusion utile très faibles : ∆T # 2 à 10 °C

LA GERMINATION EST LE PLUS SOUVENT DE NATURE HÉTÉROGÈNE


ELLE EST FORTEMENT FAVORISEE PAR L’INOCULATION

Solidification - procédés et simulation du moulage 14 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
GERMINATION
SURFUSION - INOCULATION

Il existe une taille critique des germes


ΔT
>0
2 γ TE 1 ΔX
- la surfusion r * = Réduction de la
L ΔT
16 π γ 3TE2 f ( θ ) taille critique des germes
- la présence d’un support (inoculant) E* =
3 L2 (ΔT )2

Dans la pratique

RÔLE DE LA VITESSE DE REFROIDISSEMENT POUR


- diminuer la taille critique
- affiner la taille du grain du solide

RÔLE DE L INOCULATION POUR


- minimiser la barrière énergétique Al Si7 Mg non inoculé
- augmenter le nombre de germes stables

TiB2

Al Si7 Mg inoculé

Solidification - procédés et simulation du moulage 15 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
VITESSE DE GERMINATION

nombre de germes formés par unité de temps dn/dt


GERME
atomes
UN GERME DEVIENT STABLE s’il RÔLE DE LA
reçoit de nouveaux atomes lui DIFFUSION
permettant d’atteindre la taille critique

∆G* = Énergie de formation ∆GA = Énergie d’activation


⎛ C .TE ⎞
d ’un germe de rayon r* de la diffusion V g = V0 exp ⎜⎜ − ⎟
2⎟
⎝ T.( ΔT) ⎠
avec V0 = 1039 m-3 s-1

Vitesse de germination
⎛ − ΔG ⎞ ⎛ ⎞
⎟ exp ⎜ − ΔG A ⎟
*

V germination = A exp ⎜
⎜ kT ⎟ ⎜ kT ⎟
⎝ ⎠ ⎝ ⎠

probabilité d’existence probabilité de gagner


Vg = X surfusion
de germes critique un atome supplémentaire
critique

Température TE

Solidification - procédés et simulation du moulage 16 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
DIAGRAMME DE TRANSFORMATIONS

TE
Surfusion critique TE
Température

Surfusion critique

Température
Courbes en C

Vitesse de germination Temps

TE

Peu de germes mais


Température

gros grain
croissance très rapide

Germes en nombre important


grain fin
Croissance rapide

Nombreux germes Grain très fin


Croissance très lente

Temps

Solidification - procédés et simulation du moulage 17 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

LA CROISSANCE DU SOLIDE

 Croissance à l’échelle atomique : Rôle de l ’interface solide-liquide

 Croissance à l ’échelle Effets thermiques


de la microstructure Rôle de la surfusion
Croissance plane
Croissance dendritique

Zone de peau
 Structure de solidification des alliages : Zone colonnaire
Zone équiaxe

Solidification - procédés et simulation du moulage 18 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

CINÉTIQUE DE LA SOLIDIFICATION

1) LA TRANSFORMATION LIQUIDE-SOLIDE MET EN JEU

-LA GERMINATION ET

-LA CROISSANCE DU SOLIDE Vitesse de


à l échelle de la microstructure solidification

Vitesse de
Vitesse de croissance
germination

2) LA CINÉTIQUE DE LA SOLIDIFICATION DÉPEND DE

Vitesse de germination :
- Surfusion
- Inoculation Température

Vitesse de croissance : Surfusion Surfusion


- Fixation des atomes sur l interface critique
- Surfusion
- Transport de matière et de chaleur

Solidification - procédés et simulation du moulage 19 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE À L’ÉCHELLE ATOMIQUE

Apport et fixation
d ’atomes
sur l’interface
solide liquide Pas ou peu de sites :
Nombreux sites de Nécessité de formation de
fixation : germes secondaires à
marches, lacunes, .. Interface rugueux Interface l’interface
(métalliques - lisse
céramiques) (céramiques
polymères)

À L’ÉCHELLE ATOMIQUE, LA CROISSANCE DES GERMES

EST CONTRÔLÉE PAR LA NATURE DE L’INTERFACE

Solidification - procédés et simulation du moulage 20 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE À L’ECHELLE MICROSCOPIQUE
Liquide

Suivant la nature de l’alliage


L+S
et sa composition
on doit distinguer deux
β
types de microstructures Solide
Solide
α
α+β

a) b)
ALLIAGE DE COMPOSITION TYPE (a) ALLIAGE DE COMPOSITION TYPE (b)

La solidification conduit à un solide


constitué par une seule phase La solidification conduit à un
La microstructure est le plus solide constitué par deux phases
souvent DENDRITIQUE La microstructure est dite
EUTECTIQUE

Solidification - procédés et simulation du moulage 21 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE À L’ECHELLE MICROSCOPIQUE

Suivant la nature de l’alliage et sa composition Liquide


on doit distinguer deux types de microstructures
L+S

β
Solide
ALLIAGE DE COMPOSITION TYPE (c) α
Solide
α+β

La solidification conduit d’abord à un


solide monophasé puis le reste du a) c) b)
liquide conduit à un solide constitué
par deux phases

La microstructure est un mélange de

dendrites pro eutectiques

et d’eutectique

Solidification - procédés et simulation du moulage 22 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

LA MICROSTRUCTURE DENDRITIQUE
Les dendrites se présentent sous deux formes :
ÉQUIAXE OU COLONNAIRE

La microstructure dendritique
équiaxe

La microstructure dendritique
colonnaire
(solidification dirigée)

Formation des dendrites : le front de solidification

Solidification - procédés et simulation du moulage 23 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

LES EFFETS THERMIQUES : DÉFINITIONS ⎛ dT dT dT ⎞


Gradient de température grad T = ⎜⎜ ; ; ⎟⎟
⎝ dx dy dz ⎠
Problème à une dimension dT
G=
dx

SOLIDE LIQUIDE
dx
Vitesse de solidification R=
dt
Température

Tliquide L ou ΔH
Chaleur latente de solidification (J/m3)
Tinterface GL

Tsolide
GS Conductivité thermique (W/m K) K
Flux de chaleur
caractérise la puissance thermique transmise
Flux de chaleur dans le liquide
par le matériau
dans le solide
Distance x

Densité de flux thermique J (J/m2 s) J=


dQ
Quantité de chaleur traversant une dAdt
unité de surface de matériau en une unité de temps

Solidification - procédés et simulation du moulage 24 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

LE FRONT DE SOLIDIFICATION

Température
ÉCHELLE MACROSCOPIQUE TL
Le front de solidification = TLiquidus
limite solide/liquide
QL
Surface +/- plane se trouvant
Ts
à la température du liquidus
SOLIDE LIQUIDE

Distance
Front de
solidification

ÉCHELLE MICROSCOPIQUE
Front de solidification à
morphologie perturbée
(fluctuations de T TLiquidus
température, TSolidus
Atténuation
composition, chocs
du plissage
mécaniques, etc.)

?
Plissage de
l’interface
Amplification
Détails du front de solidification du plissage

Solidification - procédés et simulation du moulage 25 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

LE FRONT DE SOLIDIFICATION Phénomènes thermiques et diffusionnels


T TE L
Creuset Solide Liquide

S TS
Solidification %B

T TE
Diffusion atomique
TS
Température

Écoulement de la chaleur

Exemple de front de solidification


Radiation + Conduction
Convection Conduction + Convection

CONDUCTION : Chocs sans déplacement de matière


RADIATION : Transmission par un milieu transparent DIFFUSION : déplacement des atomes
CONVECTION : déplacement d ’un fluide

Solidification - procédés et simulation du moulage 26 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DES CRISTAUX

Dans le cas général A L’ÉCHELLE DE LA MICROSTRUCTURE


(métaux purs ou alliages)
LA CROISSANCE DES GERMES EST CONTRÔLÉE PAR

Interface liquide -solide


- LA REDISTRIBUTION DES ÉLÉMENTS D’ALLIAGE

Diffusion : Lois de Fick

Écoulement de la chaleur
- L’ÉVACUATION DE LA CHALEUR SPÉCIFIQUE

- L’ÉVACUATION DE LA CHALEUR LATENTE DE SOLIDIFICATION

Les effets thermiques : Loi de Fourier

Dégagement de la chaleur
latente de solidification

Diffusion atomique

Solidification - procédés et simulation du moulage 27 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE
LES EFFETS THERMIQUES : Loi de Fourier

SOLIDE LIQUIDE ⎛ dT dT dT ⎞
grad T = ⎜⎜ ; ; ⎟⎟ Gradient de température
⎝ dx dy dz ⎠
dx
R=
Température

Vitesse de solidification
Tliquide dt
Tinterface GL L = ΔH Chaleur latente de solidification L (J/m3)

Tsolide K (W/m K) Conductivité thermique


GS Flux de chaleur
dQ
Flux de chaleur dans le liquide J= Densité de flux thermique J (J/m2 s)
dans le solide dAdt
Distance x

LOI DE FOURIER

Application au solide
La densité de flux thermique (J) J = − K gradT J s = − K s Gs
est proportionnelle
dT
au gradient de température. J x = −K Application au liquide
dx
J l = − K l Gl

Solidification - procédés et simulation du moulage 28 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

CROISSANCE DU SOLIDE / Cas d’un métal pur

Î Quantité de chaleur évacuée par le solide à


SOLIDE LIQUIDE travers la surface A pendant dt :

δ Qs = J s A dt = - K s Gs A dt

Î Quantité de chaleur provenant du liquide


Température

Tliquide
Tinterface GL δ QL = J l A dt - L A dx =
Tsolide δ QL = -K l Gl A dt - L A dx
GS Flux de chaleur Î À l ’interface :
dans le liquide
Flux de chaleur
dans le solide QL δ QS = δ QL
QS
Distance x K S GS = K L GL + L R

K S GS - K L GL LA VITESSE DE SOLIDIFICATION EST CONTRÔLÉE


V solidifica tion = R = PAR LES PROCESSUS D’ÉVACUATION DE LA CHALEUR
L

La solidification
ΔT K G K ⎛ ΔT ⎞
GL = Vs = s s − L ⎜ ⎟ est contrôlée par le signe de ΔT
Δx L L ⎝ ΔX ⎠ Donc par LA SURFUSION

Solidification - procédés et simulation du moulage 29 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE-MÉTAL PUR

GRADIENT POSITIF DANS LE LIQUIDE


SOLIDE SOLIDE LIQUIDE
LIQUIDE

Température
TL : Température
du liquide
TL
TE : Température TE GL
de solidification

Température
Solide
TL > TE GL > 0 TA
Gs QL
Distance x
Pas de surfusion

Les protubérances de
TLiquide > TLiquidus l’interface se trouvent
Distance

dans un liquide surchauffé


ΔT > 0

K s G s K L ⎛ ΔT ⎞ Les protubérances ne peuvent


Vs = − ⎜ ⎟ plus croître
L L ⎝ ΔX ⎠

Vs Il y a atténuation du plissage
lorsque ΔT et l’interface reste plan

LA CROISSANCE EST DITE PLANE

Solidification - procédés et simulation du moulage 30 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE et SURFUSION

SURFUSION CINETIQUE GRADIENT NÉGATIF DANS LE LIQUIDE

SOLIDE LIQUIDE T
Tl < TLS
QL
Température

Température
t TE
TLS
Gs
GL
Solide Germes stables dans le
TL GL < 0
liquide en surfusion
Distance x Distance

La protubérance se trouve
ΔT < 0 dans un liquide en surfusion
TL < TLS
ΔT ΔT
< 0 et plus élevé
ΔX ΔX

SURFUSION EN AVANT K s G s K L ⎛ ΔT ⎞
DE L’INTERFACE Vs = − ⎜ ⎟
L L ⎝ ΔX ⎠

Il y a amplification du plissage de l’interface LA CROISSANCE EST


Et croissance exagérée de la protubérance DITE DENDRITIQUE

Solidification - procédés et simulation du moulage 31 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU MÉTAL PUR

LE FRONT DE SOLIDIFICATION

Gradient positif Gradient négatif

SOLIDE LIQUIDE SOLIDE LIQUIDE


Température

Température
TL
TE TE
Solide Solide TL
GL > 0 GL < 0

Distance x Distance x

Croissance plane Croissance dendritique


Solidification - procédés et simulation du moulage 32 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

LA CROISSANCE DENDRITIQUE
LA DENDRITE

Cristal initial qui se développe


sous la forme d un tronc primaire
puis de branches secondaires

Germe

Dendrites dans un alliage FeNi40

Axe
primaire

Grain
Axe
secondaire
Axe Joint de grain
tertiaire

Solidification - procédés et simulation du moulage 33 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

CROISSANCE DENDRITIQUE
LA DENDRITE

TAILLE DE LA DENDRITE d SDAS = k t ns

Mesurée par la distance entre branches secondaires


Dépend de la durée de la solidification ts SDAS

DIRECTION DE CROISSANCE DE LA DENDRITE


métal cubique :
axe primaire // direction<100>
Liée à la croissance sur les sites de l ’interface
Elle suit certaines directions cristallographiques
Elle dépend
1. Du support (germination hétérogène sur paroi, inoculation)
2. De la direction d’écoulement de la chaleur (compétition)
CROISSANCE DU SOLIDE
ORIENTATION DES DENDRITES

Croissance Croissance
équiaxe colonnaire

Solidification - procédés et simulation du moulage 34 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

CROISSANCE DU SOLIDE

CAS DES ALLIAGES

Etude des effets de la redistribution des éléments d’alliage

Solidification - procédés et simulation du moulage 35 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE LES EFFETS DIFFUSIONNELS

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS D ’ÉQUILIBRE T’


CONDITION D’ÉQUILIBRE : liquide
T0

Température
Température
Refroidissement très lent permettant une T
diffusion complète dans le solide et le liquide Tf
A
solide +
B
liquide
Exemple : Alliage AB monophasé de teneur nominale en B : C0
mB m B = M C0
C0 =
M solide
T0 : Germination Germes de teneur CS0
De T0 à TF : Intervalle de solidification CS0 CS C0 CL %B
T : Équilibre liquide/solide

Cs
‰ Coefficient de partage k=
CL
‰ Bilan de matière :

Solide de masse Ms m B = M C0
et de teneur CS Liquide de masse ML C L M L + C S M S = M C0
et de teneur CL mB = mBL + mBS = C L M L + C S M S
M s C L − C0
Partage et redistribution ‰ fraction solidifiée : fs = =
du soluté M C0 − C s

Solidification - procédés et simulation du moulage 36 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
ALLIAGES : CROISSANCE DU SOLIDE
LES EFFETS DIFFUSIONNELS

Diffusion complète
SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS D ’ÉQUILIBRE
dans le solide et le liquide

T0

C0

Température
CS 0
T’
Solide homogène Liquide homogène
liquide
Moins riche en B Légèrement enrichi T0
T T
Tf
CL
solide +
C0 liquide
CS
INTERFACE S-L
CS 0

solide
Tf
Solide homogène
de teneur C0 CS0 CS C0 CL %B
CS = C0

LA COMPOSITION DU SOLIDE FORMÉ


EST HOMOGÈNE À TOUT INSTANT

Solidification - procédés et simulation du moulage 37 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
ALLIAGES : CROISSANCE DU SOLIDE
LES EFFETS DIFFUSIONNELS

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE


Cas de la solidification équiaxe d’un alliage
AB monophasé de teneur nominale en B : C0
T0
L
Lorsque le refroidissement est
rapide la diffusion des éléments T
d’alliage dans le solide en
formation est limitée L+S

S
1 T0 : Début de la cristallisation :
Germes de teneur CS0
Cso Cs C0 Cl CE

liquide

2 T : Croissance du solide :
L’équilibre liquide/solide n’est réalisé qu’à
C
l’interface avec un coefficient de partage k = s
CL
LE SOLIDE A UNE
COMPOSITION
Cs
HÉTÉROGÈNE À
L’ÉCHELLE DU GRAIN
Cso

Solidification - procédés et simulation du moulage 38 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
ALLIAGES : CROISSANCE DU SOLIDE
LES EFFETS DIFFUSIONNELS

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE


Cas de la solidification DIRIGÉE d’un alliage AB monophasé de teneur nominale en B : C0

La composition du liquide résiduel dépend des effets de convection : convection naturelle, brassage ?

AVEC BRASSAGE SANS BRASSAGE


1) L’homogénéisation complète
L’homogénéisation du liquide est possible du liquide n’est pas possible
2) La diffusion des éléments est possible à
courte distance (zone de diffusion)
Solide formé hétérogène
Solide formé hétérogène
Variation de la concentration

Liquide enrichi à l’interface

Variation de la concentration
C*L CL
CL

C0 C0

Liquide enrichi Liquide initial


CS 0 homogène
loin de l’interface
CS 0
Position Position

Solidification - procédés et simulation du moulage 39 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE LIQUIDE BRASSÉ

L
T0
L+S
T
Solidus
d’équilibre T’ Eutectique
Variation de la concentration

Tf
Solide formé hétérogène Solidus S
fictif
Cso Cs C0 Cl CE

CL

C0
La composition moyenne du solide est
Liquide enrichi représentée par un solidus fictif

CS 0
L’intervalle de solidification est modifié
Position

Solidification - procédés et simulation du moulage 40 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE LIQUIDE BRASSÉ

t = 0 : liquide t > 0 : liquide + solide


Masse M MS ML

Fraction solide Fraction liquide


Teneur en B du liquide
Ms ML
mB fs = fL =
C0 = M M
M
Teneur en B du solide Teneur en B du liquide
mBS mBL
CB( S ) ( ou CS ) = CB( L ) ( ou CL ) =
Ms ML
Coefficient de partage à l interface
C
k= s
CL

BILAN DE MATIÈRE (cas d un alliage AB de teneur c0)

CONSERVATION DE B mB = mBL + mBS


Solidification - procédés et simulation du moulage 41 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE LIQUIDE BRASSÉ

t = 0 : liquide t > 0 : liquide + solide mBS


CS = dmBs = Cs dM s
Ms
Masse M MS ML
mBL
m CL = mBL = CL M L
C0 = B mB = C0 M
CL
ML
M
C0
Cs Cs = kCL
k=
CL
Ms
fs =
CLM L M
dmBs = Cs dM s
Ms
mBs = ∫0
Cs dM s

CE

Ms
CONSERVATION DE B mB = mBL + mBS = CL M L + ∫
0
CS dMS
C0 CS

C S = k C0 (1 − f s )
k −1
Équation de Scheil-Gulliver
Solide hétérogène
Solidification - procédés et simulation du moulage 42 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE LIQUIDE NON BRASSÉ

T0 L
T

La diffusion des éléments est possible à courte distance L+S


dans la couche voisine de l’interface : couche de diffusion
S

Cso Cs C0 Cl CE

Le soluté est rejeté en avant de l’interface


Variation de la concentration

Solide formé hétérogène Sa répartition est gérée par les lois de la diffusion
Liquide enrichi à l’interface dans le solvant

CL
C*L
CL
C0
Comment varie CL?
C*S
CS 0

Position
Liquide loin de
l’interface de
concentration C0
x

Solidification - procédés et simulation du moulage 43 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE LIQUIDE NON BRASSÉ

ÉTUDE QUANTITATIVE EN RÉGIME STATIONNAIRE

1° La vitesse de solidification R = dx/dt dC L (x , t ) dC L dx dC


est constante et représente la vitesse = =R L
dt dx dt dx dC (x , t ) d 2C ( x , t )
de rejet de l’élément d ’alliage R +D =0
dx dx 2
dC L (x , t ) d 2C L ( x , t )
2° C(x,t) solution de la 2ème loi de Fick = − DB / L
dt dx 2

CL

⎛ 1−k ⎛ R ⎞⎞
C L = C0 ⎜⎜ 1 + exp⎜ − x ⎟ ⎟⎟ couche de diffusion
⎝ k ⎝ D ⎠⎠

Teneur en élément d’alliage dans la


couche de diffusion
D x
Xd =
R

Solidification - procédés et simulation du moulage 44 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE LIQUIDE NON BRASSÉ

Hétérogénéité à l échelle de la pièce en solidification orientée

C0

CS 0
T0 L
T
L+S

Variation de la concentration
S C*L
CL
Cso Cs C0 Cl CE C0
C*S
CS 0
LIQUIDE

REDISTRIBUTION DU SOLUTÉ :
DIFFUSION et BRASSAGE (convection)

C0
SOLIDE

SOLIDE HÉTÉROGÈNE
SÉGRÉGATION

Solidification - procédés et simulation du moulage 45 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE

LES PERTURBATIONS AU
NIVEAU DE L INTERFACE
C1 CL
liquide de plus en plus riche

COMPOSITION
C0
x
Température de liquidus
de plus en plus basse
CS 0 CS INTERFACE S-L

T LIQUIDUS
L
T0 T0

TEMPÉRATURE
T
TLIQUIDE
T1
L+S
T1
TSOLIDE

S Eutectique x

Cs CL CE La température du liquide devient inférieure à celle du liquidus


C0 C1
Il y a donc apparition d’une surfusion structurale
Solidification - procédés et simulation du moulage 46 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE

LA SURFUSION SRUCTURALE

♫ Les conditions de refroidissement imposent le gradient de température dans le liquide


♪ La variation de la composition du liquide modifie la température du liquidus

LA TEMPÉRATURE DE DÉBUT DE SOLIDIFICATION


Dans la zone perturbée, comparer
ET LA TEMPÉRATURE DU LIQUIDE

APPARITION D’UNE ZONE T LIQUIDUS TLIQUIDE


LIQUIDE EN SURFUSION

Surfusion = TLiquidus - TLiquide T0

TEMPÉRATURE
C’EST LA SURFUSION CHIMIQUE
Ou SURFUSION SRUCTURALE
∆T x
TSOLIDE

IL Y A LA POSSIBILITÉ D’UNE CROISSANCE DENDRITIQUE MÊME EN PRÉSENCE


D’UN GRADIENT DE TEMPÉRATURE POSITIF DANS LE LIQUIDE

Solidification - procédés et simulation du moulage 47 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION DANS LES CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE

Hétérogénéités à l échelle du cristal

T0 L
T
Cœur du cristal pauvre en élément d’alliage
L+S Périphérie du cristal riche en élément d’alliage

S
CsoCs C0 Cl CE

Solidification - procédés et simulation du moulage 48 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

CROISSANCE DU SOLIDE

GRADIENT POSITIF DANS LE LIQUIDE /


SOLIDIFICATION et SURFUSION STRUCTURALE
CAS DES ALLIAGES
Hétérogénéités à l échelle du cristal

SOLIDE LIQUIDE
LA CROISSANCE
TL < TLS EST
Température

TLS DENDRITIQUE

TL
Solide
GL > 0

Distance x

Liquide
enrichi en
surfusion

Solidification - procédés et simulation du moulage 49 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
ALLIAGES : CROISSANCE DU SOLIDE
LES EFFETS DIFFUSIONNELS

LA SURFUSION STRUCTURALE Influence du gradient thermique


GL : Gradient de température dans le liquide (K/m)
TA T1 TE V : Vitesse de solidification (m/s)
T1-T2 : Intervalle de solidification de l’alliage
LIQUIDUS D : Coefficient de diffusion du soluté dans le métal de base
T2

SOLIIDUS Il y a surfusion en avant de l’interface (GL1) si

C0 G L T1 − T2
<
SOLIDE LIQUIDE VS D B/A
GL2
TEMPÉRATURE

G*L
GL1 Cette condition est réalisée dans la
plupart des alliages métalliques
TE =TLiquidus

TLiquide

Solidification - procédés et simulation du moulage 50 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

CROISSANCE DENDRITIQUE

TAILLE DE LA DENDRITE d SDAS = k t ns

Mesurée par la distance entre branches secondaires


Dépend de la durée de la solidification ts SDAS

DIRECTION DE CROISSANCE DE LA DENDRITE


métal cubique :
axe primaire // direction<100>
Liée à la croissance sur les sites de l ’interface
Elle suit certaines directions cristallographiques
Elle dépend
1. Du support (germination hétérogène sur paroi, inoculation)
2. De la direction d’écoulement de la chaleur (compétition)
CROISSANCE DU SOLIDE
ORIENTATION DES DENDRITES

Croissance Croissance
équiaxe colonnaire

Solidification - procédés et simulation du moulage 51 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE / EN RÉSUMÉ

Pas de Dans ce cas, la croissance est contrôlée par


surfusion les seuls effets thermiques (voir cas métal pur) Croissance plane

Surfusion La surfusion concerne une très faible épaisseur


en avant du front de solidification
faible
Croissance cellulaire

Surfusion Avec un coefficient de diffusion D de l ordre de


10-9 m2/s, dans les conditions ordinaires d élaboration,
les alliages courants présentent un rapport

T1 − T2 GL ΔT
≈ 10 11 ≈ 1000 <
D V D

La condition de surfusion est souvent réalisée

Croissance dendritique
Exemples

Solidification - procédés et simulation du moulage 52 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
FRONT DE SOLIDIFICATION ET
SURFUSION STRUCTURALE

liquide

Évolution du front de solidification


avec la vitesse de solidification en
présence d’un gradient thermique
de 110 °C/cm

Solidification - procédés et simulation du moulage 53 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CROISSANCE DU SOLIDE

SOLIDIFICATION PROGRESSIVE DANS LES


CONDITIONS HORS D ’ÉQUILIBRE

APPLICATION : CI
PURIFICATION DES MÉTAUX
C*
Solide homogène
contenant une impureté I 0

Zone fondue
C*

C*

0
SOLIDE HÉTÉROGÈNE 1 passe
CI

C*

n passes
0

Solidification - procédés et simulation du moulage 54 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

LES STRUCTURES DE SOLIDIFICATION

ZONE DE PEAU

ZONE COLONNAIRE OU BASALTIQUE

ZONE ÉQUIAXE

Solidification - procédés et simulation du moulage 55 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

LES STRUCTURES DE SOLIDIFICATION

TL TLS

Température

Température
TL TLS
Température

TL
TLS

- Inoculation
- Surfusion
COULÉE :
SURFUSION - Brassage
CINÉTIQE Dégagement de la
chaleur latente
Germination
intense NOUVELLE
Diminution de GERMINATION
la surfusion

FORMATION DE LA ZONE CROISSANCE FORMATION


DE PEAU COLONNAIRE D ’UNE ZONE ÉQUIAXE

Solidification - procédés et simulation du moulage 56 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
STRUCTURES DE SOLIDIFICATION

FACTEURS FAVORABLES
À LA FORMATION
D ’UNE ZONE ÉQUIAXE
- Surchauffe faible
- Inoculation
- Brassage
- Surfusion structurale

Solidification - procédés et simulation du moulage 57 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

LA SOLIDIFICATION EUTECTIQUE

MÉCANISME DE FORMATION DE L’EUTECTIQUE

DIFFÉRENTES MORPHOLOGIES D’EUTECTIQUE

Solidification - procédés et simulation du moulage 58 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
SOLIDIFICATION EUTECTIQUE

MÉCANISME

DISTANCE INTER LAMELLAIRE

distance inter lamellaire


λ
Cte
λ2 =
Vsol

Vitesse de solidification

Solidification - procédés et simulation du moulage 59 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

MORPHOLOGIES DE L’EUTECTIQUE

INTÉRÊT DES ALLIAGES


EUTECTIQUES

Température de fusion
la plus basse

Intervalle de solidification
Faible, voire nul

Interface plan
Défauts de solidification
limités

Solidification - procédés et simulation du moulage 60 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

LA SOLIDIFICATION DIRIGÉE

PRINCIPE DU PROCÉDÉ

SELECTION DES DENDRITES

SOLIDIFICATION COLONNAIRE

SOLIDIFICATION MONO CRISTALLINE

Solidification - procédés et simulation du moulage 61 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
LA SOLIDIFICATION DIRIGÉE

BUT : ORIENTATION DES DENDRITES

1. Choisir le support (germination hétérogène)

2. Orienter l’écoulement de la chaleur pour orienter la


croissance des dendrites

3. Éviter la formation de nouveaux germes (Pas de


surfusion structurale)

Chaleur
Solidification
Il faut réaliser les conditions de
la solidification colonnaire

Refroidisseur

Solidification - procédés et simulation du moulage 62 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
CONDITIONS DE LA
SOLIDIFICATION COLONNAIRE

CONDITION DE FAIBLE SURFUSION

TA T1 TE

LIQUIDUS Cette condition peut être exprimée en


fonction de l’intervalle de solidification
T2

SOLIIDUS G L T1 − T2

C0 V D
SOLIDE LIQUIDE

GL2
Condition réalisée si :
TEMPÉRATURE

G*L
TE =TLiquidus Le gradient de température dans le liquide est élevé
et si la vitesse de solidification est faible

TLiquide

GL : Gradient de température dans le liquide (K/m)


V : Vitesse de solidification (m/s)
T1-T2 : Intervalle de solidification de l’alliage
D : Coefficient de diffusion du soluté dans le métal de base

Solidification - procédés et simulation du moulage 63 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
SOLIDIFICATION DIRIGÉE

DISPOSITIF

STRUCTURE
COLONNAIRE

Solidification - procédés et simulation du moulage 64 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux

SOLIDIFICATION DIRIGÉE

SÉLECTION DES DENDRITES

Solidification - procédés et simulation du moulage 65 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
SOLIDIFICATION DIRIGÉE

STRUCTURE MONOCRISTALLINE

Solidification - procédés et simulation du moulage 66 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef
Lois de la solidification des métaux
SOLIDIFICATION DIRIGÉE

Solidification - procédés et simulation du moulage 67 Mise en forme des métaux - Master MAM - A. Ikhlef