Vous êtes sur la page 1sur 7

Méthode de dimensionnement d’un voile en béton armé :

Un voile en béton armé doit faire l’objet des vérifications suivantes :

 Justification de la stabilité de forme (résistance au flambement) ;


 Justification vis-à-vis de l’effort normal et du moment de flexion ;
 Justification vis-à-vis de l’effort tranchant.

D’une manière plus détaillée, le ferraillage classique du voile est composé de:

 Armatures concentrées dans les deux extrémités ou dans les ailes pour équilibrer le
couple due au moment d’encastrement (armatures de flexion Af )
 Armatures verticales uniformément reparties (armature de compression A)
 Armatures horizontales, elles aussi uniformément reparties (Armature de l’effort
tranchant At )
La vérification se fera selon le DTU 23.1 relatif aux murs et parois en béton banché tout en
satisfaisant aux règles parasismiques RPS 2011 et PS 92.

1) Hypothèses :

a  0.2m
b  3.7m
l  3.1  0.25  2.85m
La charge est appliquée à plus de 90 jours.

Béton fc 28  25MPa

Acier fe  500MPa
Coefficient de comportement : q  1.4

Le voile est soumis aux efforts suivants :

N (MN) M(MN.m) T(MN)


6.2 2.43 0.5
Détermination de la longueur du flambement :
Lorsqu’un voile n’est pas raidi latéralement par des murs en retour, la longueur libre de
flambement lf ’ se déduit de la hauteur libre du mur l, en fonction de ses liaisons avec le
l 'f
plancher. La méthode simpliste donne pour le rapport   les résultats suivants :
l

Mur armé Mur non armé


Mur encastré en Il existe un plancher de part et d’autre 0.8 0.85
tête et en pied il existe un plancher d’un seul côté 0.85 0.9
Mur articulé en tête et en pied 1 1
Tableau Valeurs du rapport lf /h dans le cas d’un mur non raidi

Dans notre cas le mur est non raidi à ces deux extrémités, donc l f  l f   .l  2.28m
'

Effort normal limite ultime :

Au niveau de cette étape nous allons nous assurer que l’effort normal extérieur pondéré Nu
sollicitant le mur à l’ELU est inférieur ou égal à l’effort N u ,lim résistant équilibré par la section
de béton et éventuellement la section des armatures :

L’effort normal limite ultime est donnée par:

Br . f c 28 A. f e
N u ,lim   .(  )
0,9. b s
Avec :

 A  Amin  0, 002.a.b  0.002 x0, 25 x3.7  18.5cm 2


lf
  . 12  34.34 L’élancement mécanique.
a2
50 2
pour   50 ;   0,6.( ) pour  50
 0.85

1, 02.(

)2

35
On a donc   0.85
 0.866
34.34 2
1, 02.( )
35

 Br  6.23.(0.25  0.02)  1.432m 2


1.432 x 25 18.5 x104 x500
Donc l’effort normal ultime : Nu ,lim  0.866 x(  )  23.66MN
0.9 x1.5 1.15
Nu ,lim 23.66
Alors  u ,lim    25.58MPa
a.b 0.25x3.7
Deux vérifications doivent être faites aux niveaux I et II du mur :

 u ,lim
Section II-II sous le plancher haut

Section I-I à mi-hauteur d’étage  u ,lim

Figure 1Niveau de vérification des contraintes du voile

On constate que :
N M .V 6.2 2.43x1.425
      9.98MPa   u ,lim  25.58MPa à mi-
a.b I 0.25 x3.7 3.73 x0.25
12
hauteur de l’étage.

N M .V 6.2 2.43x1.425 
      9.98MPa  u ,lim  29.54MPa au
a.b I 3
0.25 x3.7 3.7 x0.25 
12
plancher haut.

Dimensions des potelets de rive :


 Armatures longitudinales :


  l   b
max a; a.q. u ; f .q. u   d ' 

  bc 15  bc  8

On prend d’=50cm

Les voiles sont calculés en flexion composée sous un effort normal de compression N et un
moment de flexion M. On assimile le voile en question à un poteau de section a=0.25m x
h=3.7m ; d=h-d’/2=3.45m.

Pour trouver le moment de calcul il faudra déterminer l’excentricité. Selon les règles de
BAEL91 [1] ;
L’excentricité due au moment sismique est corrigée par une excentricité additionnelle tenant
compte des effets de second ordre, telle que :
M  l  2.43
e1  e0  ea   max 0.02; 0    max 0.02;0.0114  0.412m
N  250  6.2

Avec e0 : Excentricité du moment calculé par la méthode statique équivalente


ea : Excentricité additionnelle

lf  e
Puisque  0.62  max 15;15. 1   15 Le flambement est pris en compte en ajoutant
h  h
une excentricité additionnelle qui vaut :

3.l 2f
e2  .(2   . )  0.0017 m 1
10000.h

(Selon le PS92 on prend   2 et   1 )

Cette excentricité reste négligeable par rapport à e1 , donc Le moment de calcul en flexion
h
composée est: M c  N .(e1  (d  ))  12.5MN .m
2
12.5
  0.29  0.37 Donc   1.25x(1  1  2 )  0.44
0.25 x3.452 x14.17

z  dx(1  0.4 )  3.45 x(1  0.4 x0.44)  2.84m

 Ma  
Donc la section convenable pour cette flexion composée est : Af   Nx s 0
 z  fe
La section est négative, on se contentera donc des dispositions minimales de ferraillage dans
les extrémités du voile imposé par le RPS2011.
Alors : Amin  9.25cm² soit 6HA16 / e  10 cm sur les deux extrémités d’une seule face.
 Armatures transversales :
Chaque armature longitudinale résultant du calcul en flexion composée est ligaturée
transversalement par des épingles de diamètre  t et d'espacement st vérifiant les conditions
suivantes :

 St  min (10L ; 20cm)  min 16; 20 / e  20 cm.


 T  max   L / 3; 6mm / T  8 mm.
Ferraillage vertical de compression:
Le pourcentage minimal précisé par le DTU.23.1 est :


 400. 3 u 

v  max 0.001; 0.0015. (  1)   1,87.103  2.103 (RPS).

 f e  u ,lim 

On prend alors  v  2.10


3
donc la section d’acier :

Av  v . Ac  0, 002 x0, 25 x3, 7  18, 5cm 2


Conditions de non fragilités :

ft 28
ACNF  0, 23.a.d .  8.94cm 2  18.5cm 2 On prend donc : Av  18.5cm 2 Soit une
fe
section de 9.25cm 2 sur chaque face du voile, donc 2.5cm 2 / mL qui donne
4 H 10 / e  25cm2

Ferraillage horizontal de l’effort tranchant

Le pourcentage minimal précisé par le DTU.23.1 est :

 2 v   2 3 
 h  max 0.001;   max 0.001; .2.10   0.0013  2.10
3

 3   3 

On prend donc Ah   h .a.h  2.10 x0.25 x 2.85  14.25cm


3 2
Soit une section de
7.125 cm 2 sur chaque face du voile, donc 2,6 cm / mL qui donne 4H10 / e  25cm2 .
2

Dispositions constructives :
L’espacement des barres horizontales et verticales doit respecter :

 S ≤ min (1,5 a ; 20 cm)= 20 cm en zone critique.


 S ≤ min (1,5 a ; 30 cm)= 30 cm en zone courante.

Où la zone critique est définie selon le règlement : les régions s’étendant de la base du mur
sur une longueur lc définie comme suit :
H 
Lc  max  ; d 
6 

Avec H et d sont respectivement la hauteur et la largeur du voile. Donc Lc  8, 67m.


Le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles utilisé ne doit pas dépasser le
1/10 de l’épaisseur du voile.
On prendra pour :

 Armatures de flexion : des 2  3HA16 / e  10 cm dans chaque raidisseur.


 Armatures verticales : des HA10/e=25 cm disposées sur la longueur du voile sauf pour
les extrémités ou on a les armatures sismiques (calculées en flexion composée).
 Armatures horizontales : des HA12 / e  20cm en zone critique et e=30cm en zone
courante.

Vérification de cisaillement :
On définit le pourcentage des armatures de flexion :
Af 18,5x104
 f  100.  100 x  0, 2%
a.d 0, 25x3,7
On a :

N M .V
   9.98MPa
La contrainte normale de compression a.b I

M 2.43
N    0.11
Le paramètre d’excentricité L.N u 6.2 x3.7

1 q 1  1.4
V *  Vx  0.5 x  0.6MN
L’effort tranchant de calcul 2 2

V* 0.6
Le cisaillement conventionnel de calcul associé *    0.67 MPa
axd 0.25 x3.7

M 2.43
v    1.09
Le paramètre d’élancement de calcul bxV *
3.7 x0.6
Figure 2 Paramètres de calcul du cisaillement

 Le moment limite M lim de fissuration systématique en flexion composée qui est


déterminé à partir de la condition de non fissuration systématique :

a.d ² f 0.25 x3.7² 2.1


M lim  .(  t 28 )  x(9.98  )  6.5MN .m
6 1.5 6 1.5

 Le cisaillement conventionnel associé :


M
 1   * . lim  1.79MPa
M

 La contrainte limite de résistance à l’effort tranchant :


2 2
 2  0.45x ft 28 .( ft 28   )  0.45x 2.1(2.1  .9.98  1.93MPa
3 3

La contrainte limite de résistance à l’effort tranchant τ lim après fissuration, compte tenu des
armatures longitudinales, est :
 lim  max ( 3 ; 0,5. ft 28 )  1.79 MPa

Où  3  min ( 1 ,  2 ) * (1  3 f )  0,15  1.79 MPa

Comme  *   lim les armatures de l’effort tranchant ne sont pas nécessaires.

Vérification de non-glissement
Si l’on désigne par x la largeur comprimée du mur, d'épaisseur a, sous sollicitation de flexion
composée, nous devons vérifier la condition suivante :

V *  0,35. ftj .a.x  (Fb  A ' fe).tg

Avec :
 tg  0, 7
 fe  500MPa la limite élastique des aciers A’
 A '  37cm : Les armatures verticales réparties hors-membrures d'extrémité existant
2

dans la section a.d, à laquelle est associée une quantité d'armatures horizontales
respectant le même pourcentage.
 Fb  7.44MN La résultante des contraintes de compression
IxN
 X   2.91m
SxM

1 q 1  1.4
 V *  Vx  0.5 x  0.6MN
2 2

On a alors 0,35. ftj .a.x  (Fb  A ' fe).tg  7.04MN V*

Donc il n’y a pas de risque de glissement.

Détermination de la zone comprimée du


voile