Vous êtes sur la page 1sur 9

ETUDE ET DIMENSIONNEMENT DES JEUX DE BARRES

VI. VALEURS DE BASE DE L’INTENSITE ADMISSIBLE DANS LES BARRES


L’équation utilisée est (1)
(𝜃) .
. .
1 1
𝐼 = 24.9 𝑥 𝑆 𝑥𝑃 . .
𝜌[1 + 𝛼(𝜃 + 25)] 𝑅𝑎 0.015(𝜃 + 25)
𝑅𝑐 1− 10
θ : échauffement du conducteur au-dessus de l’ambiance de 45°C (température du métal
75°C),
La valeur de base ainsi calculée est valable dans les conditions suivantes :

*atmosphère très calme, sans mouvement de l’air autre que celui dû à la convection ;
*altitude inférieure ou égale à 1 000 m ;
*barre nue, ni peinte ni oxydée ;
*rapport hauteur/épaisseur de l’ordre de 10;
*Barre disposée sur chant ;
*Densité de courant constante en tout point de la section ;
*Fréquence 50 ou 60Hz ou courant continu.

Si ces conditions ne sont pas réalisées, il faut appliquer les facteurs d’influence qui
interviennent par l’intermédiaire de leurs coefficients de k1 à k12 pour modifier les valeurs
des courants admissibles.
Tableau 1 – Valeurs de base des intensités admissibles I (en ampères) dans les barres de cuivre

Nature Hauteur
Épaisseur du (mm)
(mm) courant
(1) 10 12,5 16 20 25 31,5 40 50 63 80 100 125 160 200
CC 109 132 162 196 237 290 357 433
2
CA 109 132 162 196 237 290 357 433
CC 251 303 368 452 548 670
3,15
CA 251 303 368 452 548 670
CC 287 345 419 514 622 760 935
4
CA 287 345 419 514 622 760 935
CC 326 391 473 580 700 855 1 051 1 275 1 550
5
CA 326 391 473 580 700 855 1 051 1 275 1 531
CC 658 794 966 1 186 1 439
6,3
CA 658 794 966 1 186 1 422
CC 513 618 752 905 1 099 1 347 1 631 1 978 2 452
8
CA 513 618 752 905 1 099 1 331 1 577 1 893 2 295
CC 588 705 854 1 025 1 243 1 519 1 837 2 224 2 754 3 755
10
CA 588 705 854 1 025 1 228 1 469 1 738 2 082 2 520 3 357
CC 807 973 1 165 1 405 1 717 2 072 2 505 3 096
12,5
CA 807 973 1 151 1 358 1 624 1 917 2 267 2 768
(1) CC : courant continu ; CA : courant alternatif.

1
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT DES JEUX DE BARRES

Tableau 2 – Valeurs de base des intensités admissibles I (en ampères) dans les barres en aluminium

Nature Hauteur
Épaisseur du (mm)
(mm) courant
(1) 8 10 12,5 16 20 25 31,5 40 50 63 80 100 125 160 200
3,15 CC 130 160 193 233 271
CA 130 160 193 233 271
4 CC 126 151 184 220 266 323 395 479
CA 126 151 184 220 266 323 395 479
5 CC 123 145 172 209 251 301 364 446 539 658 808 981
CA 123 145 172 209 251 301 364 446 539 658 808 969
6,3 CC 143 168 199 240 287 343 415 506 611 744 913 1 107
CA 143 168 199 240 287 343 415 506 611 744 913 1 094
8 CC 232 279 332 395 476 579 696 846 1 037 1 255 1 522 1 887
CA 232 279 332 395 476 579 696 846 1 024 1 214 1 456 1 766
10 CC 269 322 381 452 542 657 789 956 1 169 1 413 1 712 2 119
CA 269 322 381 452 542 657 789 944 1 130 1 337 1 602 1 939
12,5 CC 439 519 621 749 896 1 081 1 321 1 594 1 927 2 382 2 890
CA 439 519 621 749 885 1 045 1 250 1 474 1 744 2 129 2 523
16 CC 723 869 1 036 1 249 1 517 1 825 2 202 2 717 3 290
CA 723 858 1 002 1 181 1 403 1 652 1 946 2 345 2 786
20 CC 998 1 185 1 422 1 722 2 068 2 489 3 064 3 704
CA 965 1 121 1 315 1 558 1 828 2 148 2 549 2 404
(1) CC : courant continu ; CA : courant alternatif.

VII. FACTEURS INFLUANTS SUR L’INTENSITE ADMISSIBLE


Les facteurs d’influence peuvent être répartis en quatre grandes catégories
 environnement du jeu de barres ;
 nature et état des barres ;
 disposition des barres ;
 nature du courant.

1. Facteurs dépendant de l’environnement des barres


a. Influence de l’emplacement : Coefficient K1

Suivant que les barres sont en atmosphère calme, à l’intérieur ou à l’extérieur, les
conditions de ventilation peuvent être modifiées. On utilisera :
k1 = 1 pour une atmosphère très calme ;
k1 = 1,1 pour une atmosphère calme, mais non confinée;
k1 = 1,2 à l’extérieur, en général, la vitesse de l’air n’étant ni connue, ni fixe.

En pratique, dans un tableau fermé ou dans un tableau ouvert placé dans un local de
dimensions moyennes, le coefficient k1 est égal à l’unité.
Une valeur de 1,1 peut être utilisée dans un local de grandes dimensions (par rapport
à un tableau) où une ventilation efficace existe.

2
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT DES JEUX DE BARRES

b. Influence de la température ambiante : Coefficient K2

La température ambiante de base est prise égale à 45°C, valeur normalement


retenue, en général, comme étant celle de l’air au voisinage des barres en service
normal (cela correspond à un échauffement de 15°C à l’intérieur d’un tableau, pour
une température ambiante, à l’extérieur, de 30°C).
Pour des températures ambiantes différentes, on appliquera les valeurs du tableau
3.
Pour des températures ambiantes ta différentes, k2 est égal à la racine carrée du
rapport des résistivités, application faite du coefficient de variation de résistivité
(coefficient de température).
On remarquera que ce facteur est d’influence limitée. La température ambiante joue
plutôt sur l’échauffement admis pour les barres, et le facteur k4 en tient plus
largement compte.

Tableau 3 – Coefficient de correction k2 en fonction


de la température ambiante ta au voisinage des barres [3]

ta ta
k2 k2
(°C) (°C)

20 1,05 65 0,965
25 1,04 70 0,96
30 1,03 75 0,95
35 1,02 80 0,94
40 1,01 85 0,93
45 1 90 0,925
50 0,99 95 0,92
55 0,98 100 0,91
60 0,97

c. Influence de l’altitude : Coefficient K3


Pour tenir compte de la pression atmosphérique décroissant avec l’altitude (densité
de l’air en diminution) et de son influence sur la convection, on applique, dès lors que
l’altitude est supérieure à 1 000 m, les coefficients de correction donnés dans le
tableau 4.

Tableau 4 – Coefficient de correction k3 en fonction de l’altitude (1)

Altitude
(m) À l’intérieur À l’extérieur
1 000 1 0,98
2 000 0,99 0,94
3 000 0,96 0,89
4 000 0,9 0,83
(1) D’après les normes DIN 43.670 et DIN 43.671 (cf. Doc. D 5 165).

3
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT DES JEUX DE BARRES

d. Influence de la température des barres : Coefficient K4


Pour une température ambiante, au voisinage des barres, de 45°C, et pour une
température du cuivre de 75°C, le coefficient k4 est égal à l’unité (échauffement de
30°C).
Si l’on admet des températures différentes, la valeur de k4 à retenir est donnée dans le
tableau 5.

Tableau 5 – Coefficient de correction k4 en fonction de l’échauffement admis [3]

Échauffement
(°C) k4

30 1
35 1,08
40 1,16
45 1,24
50 1,32

e. Combinaison des facteurs liés à la température : Coefficient K5


On utilise également, pour une combinaison k5 des facteurs k2 et k4, le graphique
de la figure 2 qui donne directement la combinaison de ces facteurs, en liant la
température des barres et celle de l’air ambiant.

4
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT DES JEUX DE BARRES

Figure : 6 Influence des température de l’air et des barres K5

2. Facteurs dépendant du métal :


De la même façon que pour l’environnement, divers facteurs dépendant de la
nature des métaux et de leur présentation sont à considérer.

a. Influence de la résistivité : Coefficient K6


Les écarts de résistivité par rapport aux valeurs de référence (retenues pour les
calculs) se traduisent par l’application de coefficients k6

𝜌2
𝑘6 =
𝜌1

Avec 𝜌1: résistivité du métal utilisé


𝜌2: résistivité du métal de référence. Avec :
𝜌2=1.75 𝜇Ω. 𝑐𝑚²/𝑐𝑚 pour le cuivre
𝜌2=3 𝜇Ω. 𝑐𝑚²/𝑐𝑚 pour l’aluminium.

5
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT DES JEUX DE BARRES

b. Influence de l’état de surface : Coefficient K7


L’équilibre thermique des barres dépend directement du coefficient d’émissivité
du métal, donc de l’état de surface.

Tout traitement (naturel ou artificiel) ayant pour effet d’augmenter le coefficient de


rayonnement diminue l’échauffement de la barre et, pour une valeur donnée de celui-
ci, permet d’augmenter corrélative- ment l’intensité admissible.

Un métal poli a moins de pouvoir émissif qu’un métal mat (état de surface plus
rugueux) ; une peinture (quelle que soit sa couleur, à l’exception du noir mat) a le
même effet.

Lorsqu’il y a plusieurs barres en parallèle, l’effet d’écran diminue l’efficacité du


rayonnement ; il en est de même lorsque la hauteur de la barre augmente par rapport à
son épaisseur (rayonnement pré- pondérant).

Le tableau 6 donne le coefficient à appliquer aux barres peintes en noir mat, pour
une gamme de hauteurs données, par rapport à des barres brutes filées ou laminées (k7
=1). Dans le cas d’autres peintures, ou d’oxydation prononcée (cuivre), il est prudent
de réduire de 1/3 la partie décimale de ce coefficient.

Exemple : 1,08 au lieu de 1,12.

Tableau 6 – Coefficient de correction k7 suivant l’état de surface [2]

Valeur de k7 (peinture noir mat) : Valeur de k7 (peinture noir mat) :


Nombre n de barres en parallèle
par phase barres barres
de 15 à 50 mm de 50 à 200 mm

1 1,25 1,32
2 1,18 1,22
3 1,14 1,13
4 1,12 1,08
5 1,10 1,06
6 1,10 1,05

3. Disposition des barres :


Une barre n’est jamais seule ; l’influence réciproque des barres, leur disposition, leur
forme, sont autant de facteurs ayant des effets importants sur le courant admissible.

a. Influence de la forme: Coefficient K8


La forme de la barre intervient par sa surface d’échange avec l’extérieur, donc par
le périmètre p de sa section.

Dans la formule (1), il en est tenu compte par la valeur de l’exposant affecté au
périmètre de la barre, et qui dépend de sa forme :

p0,39 pour les barres rectangulaires sur chant ;


6
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT DES JEUX DE BARRES

p0,36 pour les barres rondes, pleines ou tubulaires.

La figure 7 donne le coefficient k8 en fonction du rapport m = l/e où l est la hauteur


de la barre et e son épaisseur.

Figure : 7 Influence de la forme de la barre : Coefficient K8

b. Influence de nombre n de barres en parallèle par phase (ou polarité):


Coefficient K9
Le groupement de barres d’une même phase (ou polarité) cheminant parallèlement
entraîne un certain nombre d’effets se traduisant par des échauffements
supplémentaires.

Ceux-ci sont causés par :


 La réduction des conditions de ventilation naturelle ;
 L’absorption du rayonnement thermique émis par les barres voisines.

Les coefficients du tableau 7, à appliquer, qui tiennent compte de la configuration


donnée au paquet de barres, en fonction du rapport d/l, où d est l’écartement des

7
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT DES JEUX DE BARRES

barres et l leur hauteur, sont à appliquer à l’intensité admissible dans une barre
unique.

Tableau 7 – Coefficient de correction k9 en fonction du nombre de barres en parallèle par


phase [2]

Nombre de Rapport d/ l
barres n
0,05 0,06 0,08 0,10 0,12 0,14 0,16 0,18 0,20

2 1,69 1,73 1,76 1,80 1,83 1,85 1,87 1,89 1,91

3 2,40 2,45 2,50 2,55 2,60 2,63 2,65 2,68 2,70

4 3,05 3,12 3,18 3,25 3,31 3,35 3,38 3,41 3,44

5 3,67 3,74 3,82 3,90 3,98 4,02 4,06 4,09 4,13

6 4,23 4,32 4,41 4,50 4,59 4,63 4,68 4,72 4,77

7 4,75 4,85 4,95 5,05 5,15 5,20 5,25 5,30 5,35

d : écartement des barres


l : hauteur des barres.

c. Influence de la disposition des barres à plat : coefficient K10


Il a été supposé, dans ce qui précède, que les barres sont disposées verticalement,
sur chant.

Dans le cas d’une disposition à plat (celle-ci peut être choisie pour des raisons de
tenue mécanique aux effets électrodynamiques en cas de court-circuit), le
refroidissement par convection naturelle est gêné et l’intensité admissible doit être
réduite.

Le tableau 8 donne quelques valeurs indicatives à cet effet.

Tableau 8 – Coefficient de correction k10, les barres étant disposées à plat (1)

Nombre de barres Coefficient k10


1 0,85
2 0,80
3 0,75
4 0,65
(1) D’après les normes DIN 43.670 et DIN 43.671 (cf. Doc. D 5 165).

4. Nature du courant :
a. Influence de l’effet de peau : coefficient K11

On utilise le coefficient k11, donné dans le tableau 12.


On prendra k11 = 1 en courant continu

8
ETUDE ET DIMENSIONNEMENT DES JEUX DE BARRES

Tableau 12 – Coefficient de correction k11 en fonction de la nature du courant (1)


Courant alternatif : nombre de barres
1 2 3 4 5 6
Coefficient k11 1 1 0,98 0,95 0,94 0,93
(1) Le coefficient k11 est pris égal à 1 en courant continu.

b. Influence de la fréquence : coefficient K12


Pour le courant à 16. 2/3 Hz, on utilise les valeurs de courant continu.

Pour un courant à 50 et 60 Hz, les valeurs du tableau 12 s’appliquent.

La figure 8 illustre ce fait en donnant quelques indications sur le coefficient


réducteur k12 à appliquer.