Vous êtes sur la page 1sur 90

REGLES D’INGENIERIE ET RECEPTION DU

DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES DU


GENIE CIVIL

Elaboré Par Mr. Fitouri BEN ABDALLAH

1
Contenu

• Règles d’ingénierie et contraintes d’installation


• Documentation
• Contrôle technique et suivi des projets
• Réception technique

2
REGLES D’INGENIERIE ET
CONTRAINTES D’INSTALLATION
• Canalisations allégées
• Canalisations enrobées
• Les chambres
• Les équipements
• Les trappes
• Dimensionnement

3
INTRODUCTION
L'ingénierie est l'art et la façon d'utiliser des
équipements de manière économique, en
garantissant une qualité de service près
déterminée.
Les règles d'ingénierie servent à construire
ou à étendre les réseaux. ce sont donc les
spécifications à respecter lors de l'étude de
ces réseaux entrant dans le cadre général de
la planification du réseau de
télécommunications.
4
• La pose de câbles FO en souterrain impose
de faire du génie civil.
• Les ouvrages souterrains utilisés pour la
pose et le raccordement des câbles FO
reliant les centraux entre eux sont les
canalisations et les chambres.

5
1) - LES CANALISATIONS
MULTITUBULAIRES
• Elles sont constitués de tubes en
polychlorure de vinyle (PVC) de 6 mètres
de longueur unitaire, emboîtés et collés bout
à bout.
• Les dimensions les plus couramment
utilisés sont en mm : (diamètre inférieur -
diamètre extérieur).
- 42/45 - 56/60 - 75/80 -
6
A) - Les canalisations multitubulaires allégées
Elles sont constituées de tuyaux semi-rigides en PVC,
placés dans une tranchée avec un enrobement de sable. Ces
tuyaux Sont maintenus par des étriers ou des colliers
souples placés tous les 2m environ.
Cette canalisation est stabilisée par des massifs de blocage
0.5x0.5x0.5 placés au minimum tous les 50 m.
B) - Les canalisations multitubulaires enrobées
Elles sont constituées de tuyaux semi-rigides en PVC,
placés dans la tranchée sur radier enrobés de béton.

7
2) - LES GALERIES TELEPHONIQUES
On les trouve dans les centraux où elles font
suite à l'infra-répartiteur. Elles peuvent
recevoir un nombre élevé de câbles.
Les galeries sont équipées de herses sur
lesquelles prennent place les câbles
téléphoniques. Elles se prolongent par des
conduites multitubulaires en général, de
grande capacité.

8
3) - LES CHAMBRES TELEPHONIQUES
Ce sont des ouvrages souterrains construits sur le
parcours de canalisations pour permettre le tirage,
le raccordement et la division des câbles.
Les chambres sont dites :
- de soudure pour le raccordement et la fibre
- de tirage,.
- de double, dans le cas d'un changement
brusque de direction

9
Les Chambres sont en général des 4 types
suivants :
1 - Type B2 : chambre sous trottoir
entièrement découvrable .
2 - Type C2 : sous trottoir à plafond en
béton armé avec accès non déporté ou à ciel
ouvert.
3 - Type D2 : sous chaussé à accès non
déporté.
4 - Type E2 : sous chaussé à accès
déporté sur trottoir.

10
• Leur fermeture est assurée :
- sous trottoir : par des dalles en béton ou en
acier coulé de faible épaisseur.
- sous chaussé : par des dalles en fonte ou
en acier type chaussée. Elles sont
particulièrement résistantes et doivent
supporter toutes les charges de la
circulation.

11
Dispositifs de fermeture pour
chambres
1.Principales normes Européennes
• AFNOR
• BRITCH STANDARD
• DIN
2. Norme CEN

12
• Norme européenne (Norme CEN)

1.Application
- CEE
- Pays associés: Scandinavie- Suisse
2-Objet:
Harmonisation des normes des pays de la
CEE

13
3.Caracteristiques
Classification des zones de trafic
- Classe 15: Piétons-cycles
- Classe 125 trafic lent Vl(PL exclus)
- Classe 250: trafic lent PL
- Classe 400: Chaussées
- Classe 600: zones spéciales
- Classe 900: zones spéciales

14
- CRITERE DE CHOIX DES ITINERAIRES
Le choix des itinéraires est un des éléments
majeurs, très sensible sur le prix de revient
d'une opération.
Deux paramètres essentiels se combinent :
- la longueur de l'itinéraire étudié
- les conditions de construction de
l'infrastructure désirée.
- la nature et l’encombrement du sous-sol.
- la nature des revêtements du sol
- les contraintes de voiries.

15
• La recherche de tous les chemins possibles
et pour chacun d'eux, l'étude complète du
prix de revient global doit être le souci
constant de tout projeteur.
• Le choix de l'itinéraire est fait dans les
règles de l'art et notamment en fonction des
critères suivants:
• Utilisation optimale du génie civil existant
( cela peut conduire à ne pas choisir
l’itinéraire le plus court.)
• Possibilité ou non d'extension de conduites
existantes.
16
DIMENSIONNEMENT DE LA
CANALISATION
Choix du nombre, du diamètre des alvéoles
et le type de chambre à prévoir
• Pour chacun des tronçons, le bloc
multitubulaire retenu est celui des ouvrages
normalisés qui se rapproche le plus de la
contenance théorique ainsi déterminée.
• Le type de chambre est déterminé en
fonction de la capacité de la pièce de
division suivant le tableau ci-dessous :

17
18
REGLES D'IMPLANTATION
DES OUVRAGES

19
• 1 - PIQUETAGE
• L'entrepreneur effectue le piquetage en plan des ouvrages
conformément au projet remis par TUNISIE TELECOM il
détermine un certain nombre de points échelonnés le long
du parcours qui, joints par une ligne, indiquent l'axe de la
canalisation, chaque point est matérialisé au moyen de
jalons en fer ou en bois ou simplement à l'aide de marques
apparentes à la peinture ou à la craie.
• La matérialisation du piquetage doit être suffisamment
précise, visible et utilisable au moment des travaux.
• L'entrepreneur est tenu de veiller à la conservation des
marques et des piquets de les rétablir ou de les remplacer
en cas de besoin, soit à leur remplacement primitif , soit en
un autre point si l'avancement des travaux l'exige.
• Si le piquetage n'est pas effectué en présence de TUNISIE
TELECOM, l'entreprise le fait contrôler par celle-ci avant
l'ouverture des fouilles.

20
• 2 - REGLES D'IMPLANTATION
• L'entrepreneur doit se conformer aux dispositions d'implantation
indiquées au dossier de projet ou à celles qui procèdent des sondages
exécutés au moment de l'implantation ou les découvertes faites au
moment des fouilles.
• En tout état de cause l'entrepreneur doit sauf accord de TUNISIE
TELECOM respecter les normes de voisinage.
• En particulier :
• - La distance entre le bord de la tranchée le plus voisin et l'axe des
plantations d'arbres doit être d'au moins 1,50m
• - L'artère de Télécommunications doit être située à une distance
minimale de 0,20m des canalisations souterraines de gaz, d'eau d'air
comprimé, d'égouts etc...
• - L'artère de Télécommunications est située au minimum, en parcours
parallèle à 0,50m dans le cas d'un câble enterré à 0,20m pour un câble
sous fourreau et à 0,20m aux points de croisement (0,40 pour les
câbles spéciaux : coaxial, etc...) des câbles d'énergie électrique.
• Dans le cas de chambres ou ouvrages similaires les mêmes distances
s'entendent à partir de la face extérieure de l'ouvrage.
• Dans certains cas particuliers des positions différentes peuvent être
acceptées ou demandées par TUNISIE TELECOM.

21
• 3 - SONDAGES
• L'entrepreneur est tenu d'effectuer tous les sondages :
• - Qui sont demandés par TUNISIE TELECOM
• - Qui lui apparaissent nécessaires au moment du piquetage ou en cours
d'exécution des travaux à condition que leur nombre ne dépasse pas en
moyenne un sondage par 50m auquel cas il demande l'autorisation de
TUNISIE TELECOM.
• L'exécution d'un sondage consiste à creuser à la main une tranchée
perpendiculaire à la fouille, d'une longueur égale à la largeur de la
fouille projetée augmentée d'un mètre. La profondeur du sondage est
choisie de telle façon que :
• - Soit atteinte une cote inférieure de 0,40m au fond de fouille projetée
• - Apparaissent clairement les difficultés rencontrées : identification,
dimensions et stabilité des obstacles.
• Si le marché le prévoit chaque sondage fait l'objet d'une feuille de
relevé en deux exemplaires au minimum dont un est remis à TUNISIE
TELECOM indiquant sa position ses dimensions et les caractéristiques
du sol rencontré.

22
• 4 - MANDRINAGE DE VERIFICATION
• L'entrepreneur prévient TUNISIE TELECOM de la date à laquelle
il envisage d'effectuer les contrôles de mandrinage. IL les fait
conformément aux prescriptions ci-dessous à l'aide d'un gabarit
approprié qui doit passer librement dans les tuyaux ; il établit une
fiche de contrôle conforme à celle jointe en annexe au présent
document, en deux exemplaires dont un est remis à TUNISIE
TELECOM.
• Il vérifie que chaque alvéole permet le libre passage d'un calibre
constitué d'une tige de longueur L comportant un disque central
plein qui est le gabarit rigide de diamètre D et aux extrémités deux
disques pleins de diamètre d.
• Le déplacement du calibre est assuré par un des procédés suivants:
• - Il peut être propulsé à l'aide d'air comprimé, la pression maximale
étant de 7 bars et le débit maximal de 3500 litres par minute ; dans
cette hypothèse le mandrin peut être muni de jupes souples afin
d'en assurer l'étanchéité et de faciliter la propulsion ;
• - Il peut être tracté à l'aide d'un filin ou poussé à l'aide d'aiguilles,
l'effort maximal de traction ou de poussée étant de 100 daN.

23
• Si TUNISIE TELECOM en fait la demande,
l'entreprise remplace ou complète le mandrinage
de vérification par un contrôle effectué à l'aide
d'un alvéomètre enregistreur. En cas d'ovalisation
d'un ou plusieurs alvéoles l'entrepreneur est tenu
de réparer la conduite à ses frais.
• L'entrepreneur doit réaliser l'aiguillage des tuyaux.

24
5 CHANGEMENT DE TYPE DE CANALISATION

• Lorsque la canalisation passe du type A ou


B en type C, les tuyaux s'écartent
progressivement les uns des autres sur une
longueur de 3 M avant de rejoindre le
premier peigne. Dans cette partie de
canalisation, l'espace vide entre les tuyaux
doit être rempli de mortier avec beaucoup
de soin, pour éviter l'insertion de gravier ou
de fragments de mortier entre les tuyaux, à
l'endroit où ils se rejoignent.
25
• 6 - CHANGEMENT DE FORME D'EMPILAGE
• Le changement d'empilage est toujours réalisé en type C,
les tuyaux étant gonflés.
• L'entrepreneur construit au préalable le radier sur la
longueur nécessaire au changement d'empilage.
• Dans le cas d'un franchissement d'obstacle par
épanouissement horizontal, les tuyaux sont mis en place
dans les peignes et le coffrage latéral est placé ensuite en
respectant la distance imposée entre la face interne du
coffrage et les tuyaux, soit 7cm.
• Dans le cas de franchissement d'obstacle par
épanouissement vertical, l'entrepreneur met en place le
coffrage latéral en premier lieu et les tuyaux ensuite. Dans
tous les cas l'entrepreneur doit veiller à ce qu'il ne reste en
particulier aucun vide entre les tuyaux. C’est seulement
lorsque tous les vides ont été comblés par le sablon que
l'entrepreneur peut procéder à l'achèvement de la partie
supérieure de l'enrobement.
26
• 7 - CHARGE REDUITE
• Si par nécessité la charge sur l'ouvrage est
réduite, l'entrepreneur est tenu de proposer à
TUNISIE TELECOM les aménagements
appropriés pour assurer la protection de
l'ouvrage.

27
• 8 - CHANGEMENT DE COTE DES
PANNEAUX DE SOUDURE
• Lorsque la canalisation relie deux chambres dont
les panneaux de soudure ne sont pas placés du
même côté de la canalisation, il est éventuellement
nécessaire de croiser les tuyaux en cours de
section conformément aux instructions portés sur
les plans.
• L'opération réalisée en type C s'effectue sur un
parcours rectiligne ; elle nécessite la mise en place
d'un lit supplémentaire de peignes par couche à
inverser ; si nécessaire, l'opération est réalisée en
inversant simultanément deux couches de tuyaux
sur une longueur de 15 m au minimum.
28
• 9 - ARRIVEE AUX CHAMBRES
• De part et d'autre de la chambre, la canalisation est de type C sur 3
mètres le changement éventuel de type A ou B en C et réciproquement
• L'entrepreneur réalise les masques selon l'une des deux techniques
suivantes, indiquée par TUNISIE TELECOM :
• - Les derniers peignes sont placés à 0,10 m au moins avant l'extrémité
théorique des tuyaux et l'enrobement des tuyaux est effectué jusqu'aux
peignes ; l'enrobement de 0,10 m restant est réalisé en même temps
que la construction de la chambre ;
• - les derniers peignes sont placés au niveau de la face intérieure du
piédroit à construire, l'entrepreneur s'assure que l'adhérence du béton
sur la face arrière des peignes est convenable.
• Les tuyaux sont soigneusement obturés à leur arrivée dans les
chambres.
• Lorsque l'entrepreneur est chargé de la construction du masque
d'arrivée à l'infra-répartiteur, il propose à TUNISIE TELECOM les
mesures propres à assurer la liaison du masque avec les murs de
fondation et son étanchéité au gaz et à l'eau.

29
10 - JOINTS DE DILATATION
• Au passage d'un ouvrage d'art, et plus
généralement chaque fois que le projet le
prévoit, l'entrepreneur réalise des joints de
dilatation dont les détails d'exécution sont à
soumettre à l'approbation de TUNISIE
TELECOM

30
• CANALISATIONS MULTITUBULAIRES
ALLEGEES
• 1 - DISPOSITION DES TUYAUX
• Les canalisations allégées sont constituées de tuyaux semi-
rigides en P.C.V. placés dans une tranchée avec un
enrobement en sable.
• Le nombre, le diamètre et la disposition des tuyaux sont
indiqués au dossier de projet.
• 2 - CONSTRUCTION DE LA CANALISATION
• Une fois le fond de fouille purgé et nivelé conformément à
l'article 20-9 l'entrepreneur met en place un lit de sable de
5 cm d'épaisseur constitué de sable de rivière ou de carrière
dont les grains sont de dimensions inférieures à 5 mm ;
l'essai d'équivalent de sable doit donner un résultat
supérieur à 30.

31
• L'emboîtement et le collage sont réalisés conformément
aux prescriptions du CCTP relatives aux canalisations
enrobées.
• Suivant leur nombre, les tuyaux sont maintenus en position
par des étriers ou par des colliers souples, espacés de 2
mètres environ.
• L'entrepreneur réalise des massifs de blocage qui sont
disposés en fonction du tracé de la canalisation et au
minimum tous les 50 m. Ils sont en béton dosé à 350
kG de ciment CPA 325 ou équivalent pour 400 l de sable
et 800 l de gravillons de 0,50 m de longueur et coulés en
pleine fouille.
• L'entrepreneur réalise ensuite un enrobement avec du sable
de la même qualité que celui installé en fond de fouille :
au-dessus des tuyaux cet enrobement est au minimum de
10 cm et sur les côtés de la canalisation, il est de toute la
largeur de la fouille.

32
• 3-PARTICULARITES D'EXECUTION EN
TRANCHEES ETROITES
• Le faisceau de tuyaux est réalisé de telle sorte qu'il
constitue un bloc soigneusement ligaturé et qu'une fois
posé dans la fouille, il puisse être convenablement enrobé
de sable sur tous les côtés ; au cas où un remblai en béton
maigre ou grave ciment est prévu au projet, l'entrepreneur
doit enrober les tuyaux avec le même matériau. fluidifié.
• 4 - MANDRINAGE DE VERIFICATION
• L'entrepreneur informe TUNISIE TELECOM de la date à
laquelle il envisage d'effectuer les contrôles de
mandrinage.
• Ces contrôles sont réalisés conformément aux prescriptions
techniques

33
• CANALISATIONS MULTITUBULAIRES ENROBEES
• Les canalisations multitubulaires enrobées sont constituées
de tuyaux en P.V.C placés dans une tranchée avec un
enrobement en béton.
• 1 - DISPOSITION DES TUYAUX
• Le type de canalisation, le nombre et les diamètres des
tuyaux sont indiqués dans les documents de projet.
Empilage de type A
• Cet empilage est formé par la superposition de nappes
horizontales de tuyaux formant un réseau à mailles carrées
sans interposition de béton entre ces tuyaux le nombre de
nappes est limité à trois. Le nombre d’alvéoles par nappe
est limité au plus à cinq.

34
-Empilage de type B

– Cet empilage est formé par la juxtaposition


de tuyaux disposés de manière que la
section droite de la canalisation forme un
réseau à mailles triangulaires sans béton
entre les tuyaux.

35
• Empilage de type C
• Cet empilage est constitué par la superposition de
nappes horizontales des tuyaux formant un réseau
à mailles carrées ou rectangulaires, chaque tuyau
étant séparé du tuyau voisin dans le sens
horizontal, comme dans le sens vertical par un
espace de 3 cm par l'utilisation de peignes tous le
1,5 m en parcours rectiligne et tous le 1 m en
courbure.
• L'espace entre les tuyaux est rempli de mortier, ce
type d'empilage est utilisé obligatoirement chaque
fois que le rayon de courbure est inférieur à 20
m, aux entrées et sorties des chambres sur une
longueur de trois mètres et si le nombre des
nappes est supérieur à trois.
36
• 2 - EXECUTION DU RADIER
• La construction du radier ne peut être entreprise avant que
le fond de fouille ne soit soigneusement nivelé et purgé de
tout corps saillant conformément à l'article 19-9.
• Le coulage du radier est effectué de façon continue, le
béton est dosé à 700 Kg de ciment CPA 325 pour 800 l de
sable et 1600 l de gravillons, le radier a une épaisseur de
0,10 m et comporte une armature en treillis soudé ou
attaché(avec fil d’attache) disposée au tiers inférieur du
radier, les barres de fer étant de diamètre 6 mm espacés de
0,10 m de chaque sens, le recouvrement est au minimum
de deux mailles.
• Toutefois, si la distance restante est supérieure ou égale à 5
cm, il y a lieu de le considérer comme une maille.
• Le coulage du radier, effectué en deux phases, doit être
successif de façon que la prise ait lieu en une fois, sans
reprise de bétonnage entre les deux couches.
37
• 3 - EMBOITEMENT ET COLLAGE DES TUYAUX
• Les tuyaux sont descendus avec précaution dans la
fouille, avant le collage, l'entrepreneur vérifie
qu'ils ne sont ni fissurés, ni déformés, il examine
l'intérieur des tuyaux et les débarrasse de tous les
corps étrangers qui pourraient y avoir été
introduits , ils sont ensuite soigneusement nettoyés
à chaque extrémité à l'aide d'un chiffon imbibé
d'un liquide décapant fourni par l'entreprise :
l'extrémité femelle est décapée intérieurement et
l'extrémité mâle extérieurement.

38
• Une fois le décapage exécuté, l'extrémité mâle
seule est enduite de colle en couche mince et
continue au moyen d'un pinceau. les tuyaux sont
ensuite emboîtés en poussant longitudinalement
sans mouvement de torsion, les bavures étant
soigneusement éliminées. La colle fournie par
l'entreprise doit être à base de solvants forts de
polychlorure de vinyle.
• Les tuyaux sont orientés de manière que les câbles
soient ultérieurement tirés de l'extrémité femelles
vers l'extrémité mâle d'un même tuyau

39
• 4 - MISE EN PLACE DES TUYAUX
• Les tuyaux sont mis en place dans la fouille par glissement
à partir du guide d’emboîtement de déplacement se faisant
vers le bloc précédant. Leur descente dans la fouille doit
s'effectuer de manière régulière en particulier sans pliure
brutale.
• Les tuyaux sont maintenus en place dans la fouille à l'aide
d'étriers ou de peignes comme indiqué ci-après,
l'entrepreneur est responsable de toute détérioration des
tuyaux : en particulier les ouvriers ne doivent à aucun
moment marcher dessus. Les tuyaux laissés en attente
avant leur enrobement sont obturés avec des bouchons
adaptés qui doivent être conservés et remis en place après
les essais de pression en remplacement des obturateurs à
valves, ainsi les tubes PVC seront protégés. Les inversions
de tuyaux sont prohibées.
40
• - Canalisations de types A et B
• Les tuyaux sont maintenus en place au moyens d'étriers
suffisamment rigides fournis par l'entrepreneur, disposés
tous les 2 m environ, et dont la largeur intérieure doit
correspondre exactement au gabarit du bloc multitubulaire
à construire de telle façon que l'empilage prévu soit
rigoureusement respecté.
• Dans le cas d'empilage de type B, lors de la pose de la
première nappe de tuyaux de 45 mm, des cales adaptées
sont intercalées entre les tuyaux de 80 mm de manière à
obtenir la forme en nid d'abeilles.
• L'écart par rapport à la largeur théorique de l'empilage doit
être inférieur à 5 mm.

41
• - Canalisation de type C
• Pour construire une canalisation de type C, l'entrepreneur
dispose d'abord sur le radier des peignes simples en
plastique, dont l'écartement déterminé en fonction du tracé
de la canalisation ne doit pas être supérieur à 1,50 m, la
première couche de tuyaux est ensuite posée dans les
échancrures des peignes, une nouvelle série de peignes,
doubles cette fois est disposée au droit des précédents et
les couches successives sont posées de la même façon une
série de peignes simples maintenant la couche supérieur.
L'entrepreneur ne met pas en place plus de 7 couches de
tuyaux avant leur enrobement.
• Les peignes doivent être soigneusement emboîtés et
l'ensemble de l'empilage doit avoir une stabilité suffisante.

42
43
44
45
46
47
DOCUMENTATION
• Plans du génie civil
• Plans des ouvrages souterrains
• Fiches d’occupation des chambres
• Attachement journalier
• Attachement figuré

48
• Plans du génie civil
• Les plans de projets de génie civil indiquent :
- le tracé précis, à l’échelle, des canalisations avec les cotes
de position et de charge lorsqu’elle diffère de la charge
théorique de 0,80 m rappelée sur la page de garde,
- la nature du revêtement et éventuellement des terrains,
- les coupes des canalisations,
- les longueurs partielles de type de canalisation et les
longueurs totales des sections cotées entre axes (et, sur
demande, entre les deux faces intérieures des piédroits) de
deux chambres consécutives,
- les particularités de construction à prévoir (renforcement,
enrobement, massifs de blocage pour les canalisations
allégées, sur profondeurs ...),

49
Plans des ouvrages souterrains
- les différents ouvrages à l’échelle : les chambres,, ainsi que
certains points particuliers tels que les passages des ponts
par exp ; Dans le cas d’ouvrages particuliers , il est
nécessaire de joindre aux documents les plans et les coupes
de détail permettant leur construction,
- la position des trappes d’accès et des ventilations avec
l’indication du modèle des trappes,
- la numérotation provisoire des chambres, à partir d’un
numéro fixé par TUNISIE TELECOM.
- Il est nécessaire d’établir un profil en long pour une
canalisation multitubulaire lorsque le sous-sol est
encombré, l’échelle est alors conservée pour les longueurs
en plan mais non en profondeur; il peut être demandé des
cotes altimétriques.
50
• Fiches d’occupation des chambres
Ces fiches doivent indiquer l'occupation des alvéoles à la pénétration
dans les chambres avec l'identification, par masque, de chaque
câble occupant une alvéole.
• Pour les ouvrages importants ces fiches indiquent en outre la
présence des divisions et des joints.
• Quelle qu'en soit la présentation, cette fiche doit préciser:
• - L'identification et le type de la chambre,
• - L'adresse de la chambre,
• - Le nombre, la type et la direction des alvéoles,
• - La nature, la contenance, la calibre et la numérotation des câbles,
• - Éventuellement les divisions des câbles et les joints droits,
• - L'état des alvéole, caractérisé par:
• La disponibilité
• L'occupation
• La réservation.
• Des cases sont prévues pour les observations complémentaires

51
52
53
Attachement journalier

Un attachement journalier doit comporter en premier lieu un


certain nombre de renseignements permettant d’identifier
avec précision les travaux concernés. Ces indications
mentionnent :
- le service responsable des travaux ;
- le nom du surveillant ;
- la désignation du chantier ;
- le nom de l’entreprise ;
- la référence du dossier de projet ;
- la section ou portion d’ouvrage concernée par
l’attachement ;
- le numéro d’ordre et la date d’établissement de
l’attachement.
54
CONTENU DE L’ATTACHEMENT JOURNALIER
• L’attachement journalier comporte deux parties
principales :
* la première relative aux prestations dues à l’entreprise
comprend deux rubriques ou sont notés avec soin :
-Les travaux et prestations réglés au métré selon les
archives Toutefois certaines de ces indications peuvent être
omises si elles figurent par ailleurs sur les attachements
figurés.
- Les fournitures complémentaires effectuées par l’entrepris
dont le règlement n’est pas compris dans les prix de la
série.

55
* la deuxième, qui comporte quatre rubriques, se
rapporte à des renseignements complémentaires.
Ce sont :
1.les moyens dont dispose l’entreprise sur le
chantier.
Ces renseignements permettent de s’assurer que
l’entreprise utilise des moyens adaptés à la nature
et à l’importance des travaux à réaliser.
2. les fournitures assurées par l’administration avec
l’indication des conditions de transport. Ces
fournitures sont prises en charge par
l’entrepreneur au moment de la livraison sur le
chantier..

56
3. l’état d’avancement des travaux qui permet de
renseigner l’échelon supérieur et de recueillir
certaines donnés statistiques.
4.Les observations diverses ; dans cette rubrique le
surveillant doit mentionner les incidents survenus
sur le chantier, les observations intéressant les
travaux qui n’ont pas été portées dans les autres
rubriques.
En cas d’accident ou d’incident grave sur le
chantier le surveillant doit en outre alerter dans les
plus courts délais, par téléphone l’inspecteur des
lignes et établir, indépendamment de
l’attachement, un rapport détaillé sur les citrons
tances de l’accident

57
58
59
• Attachement figuré
• L’attachement figuré complète les attachements
journaliers il est présenté section par section et
comprend le plan en profil avec coupes de
l’ouvrage exécuté avec l’indication précise des
dimensions constatés et des divers éléments qui
sont indispensables pour l’établissement ultérieur
du plan de recollement et de l’attachement de fin
de section correspondant.
• L’attachement figuré doit être établi pour tous
les travaux de génie civil.
• Il est adressé par le surveillant au fur et à mesure
de l’avancement des travaux, sur un plan canevas
annexé au plan de projet.

60
61
CONTROLES TECHNIQUES ET
SUIVI DES PROJETS ET
CONTRAINTES DE
DEPLOIEMENT

•Signalisation du chantier
•Contrôles techniques et suivi
•Contraintes de déploiement
62
La signalisation du chantier
1-INSCRIPTION A APPOSER SUR LES CHANTIERS
2- SIGNALISATION DES CHANTIERS A L'EGARD DE LA
CIRCULATION PUBLIQUE
3- EMPRISE DES CHANTIERS
4- MAINTIEN DE LA CIRCULATION PUBLIQUE
5- ECOULEMENT DES EAUX
6- PROTECTION DES OUVRAGES RENCONTRES DANS
LES FOUILLES
7- SECURITE ET HYGIENE DES CHANTIERS A L'EGARD
DU PERSONNEL
8- BARAQUE DE CHANTIER

63
LES CONTROLES
TECHNIQUES

64
• V /LES CONTROLES TECHNIQUES
• MOYENS MIS EN OEUVRE
• L'entrepreneur doit disposer, sur le chantier des
moyens en personnel et en matériel adaptés à
l'exécution des travaux à réaliser. Il supporte les
conséquences provenant de moyens insuffisants
ou inutilisables ou surabondants.
• Au cours de ses visites, l’agent de constatation
vérifie que les travaux sont conformes au dossier
de projet, et que les règles de l’art règlementant les
travaux exécutés pour le compte de
l’administration sont bien respectées.
65
• Il opère les vérifications qu’il peut effectuer lui-même
conformément aux clauses techniques, et mentionne les
anomalies constatées en cours de chantier sur le compte
rendu de vérification technique. Il procède par examen,
essai ou prélèvement, en vue d’analyse complémentaire, de
matériaux en laboratoire ; les prélèvements sont effectués
en présence d’un représentant de l’entreprise et consignés
sur les attachements.

• CONTROLE DU MATERIEL ET DES MATERIAUX


• L’agent de constatation rédige les bons de livraisons ou de
restitution des matériels administratifs confiés à
l’entreprise pour l’exécution des travaux. Il assiste à la
prise en charge des matériels sur chantier et rédige les
procès verbaux contradictoires de prise en charge par
l’entreprise. Il vérifie les conditions de manutention et de
stockage et la qualité des matériels et matériaux mis en
œuvre.
66
Les contrôles a effectuer au fur et a mesure de
l’avancement des travaux
Ces contrôles sont faits par le surveillant : ils comportent
a) la vérification de la conformité. Au projet de l’ouvrage
réalisé
b) la vérification de la mise en place correcte des
remblaiements.
c) la vérification de la qualité des bitons et la mise en ouvre
correcte de ceux-ci .
la qualité des bétons au point de vu mécanique est donné par
les résultats des essais en laboratoire des échantillons
prélevé lors de l’avancement des travaux.
d) le mandrinage de vérification : ses essais peuvent être
faits : soit au fur et a mesure de l’avancement des travaux,
soit en une seule fois après leur achèvement.

67
e) le contrôle des chambres : le surveillant doit vérifier les
cotes et les dimensions des chambres ainsi que la
réalisation correcte des masques aux de pénétration des
tuyaux. Il s’assure que les scellements des anneaux de
tirage et des supports de câbles sont correctement réalisés
(profondeur de scellement) et que les enduits sont
conformes aux règles de l’art.
f) le contrôle des réfections provisoires :
Les réfections provisoires sont réalisées immédiatement
après le remblaiement de la tranchée.
Ces travaux doivent être exécutés avec le plus grand soin de
façon que la circulation des piétons et des véhicules ne soit
pas gênée jusqu’au moment ou l’on pourra exécuter les
réfections définitives.
Le surveillant doit s’assurer du bon état des surfaces refaites
et signaler à l’entrepreneur tous défauts apparents tels que
les aspérités ou les creux (nid de poule) risquant de
provoquer un accident

68
• LES CONTROLES A EFFECTUER EN VUE DE
L’ETABLISSEMENT DU PROCES-VERBAL DE RECEPTION
• Ces contrôles portent sur les prestations ou sur les ouvrages qui n’ont
pas été vérifiés au fur et à mesure de l’avancement des travaux.
• La visite de réception effectuée sur place par L’agent de constatation
et l’entrepreneur permet de procéder à une vérification d’ensemble des
ouvrages et aux contrôles non exécutés antérieurement.
• Ces derniers doivent porter notamment sur :
• la tenue des enduits des chambres ;
• la mise en place des trappes de fermeture ;
• l’équipement intérieur des chambres( échelle, poulies) ;
• l’état des réfections provisoires si l’entrepreneur n’est pas chargé de
l’exécution des réfections définitives ;
• l’état des réfections définitives si l’entrepreneur en est chargé.
• Si la présence constante du L’agent de constatation n’a pu être assurée,
il est prudent de procéder a quelques sondages de contrôle.

69
70
• LES CONTRAINTES LORS DE L’EXECUTION DU PROJET
• I- Les règles de voisinages : règles d'implantation des artères des Dans le cas
général, les règles à observer sont les suivantes:
- La distance entre le bord de la tranchée le plus voisin et l'axe des plantations doit être
d'au moins 1,50 m

71
-En ce qui concerne le voisinage des canalisations souterraines, telles que
celles de gaz, d'eau, d'air comprimé et des égouts, le tracé des tranchées est
détermine de manière à ce que l'ouvrage PTT soit en projection horizontale
situé à une distance minimale de 40cm de ceux-ci.

72
• - Pour les câbles d'énergie électrique, la distance
minimale entre les ouvrages Telecoms et ces
câbles est de 50 cm en parcours parallèle et de 20
cm au point de croisement.
• - Pour les câbles régionaux ou interurbains, les
distances sont portées à 40 cm au points de
croisement et à 50 cm en projection horizontale,
en parcours parallèle

73
74
RÉCEPTION DU PROJET

• LES ESSAIS ET MESURES POUR LA PRE-


RECEPTION
• Généralités
• A l'issue des travaux de mise en place des ouvrages de
génie civil, l'entrepreneur est tenu de s'assurer par un
contrôle technique approfondi qu'ils ont été réalisés
conformément aux prescriptions du présent Cahier des
clauses techniques.
• L'entrepreneur est tenu de justifier les vérifications
effectuées en fournissant des fiches de contrôles ou de
mesures.

75
• Toutefois, l’Opérateur se réserve le droit d'effectuer par ses
propres services tous les contrôles portant sur les mêmes
points ou des points complémentaires qu‘il juge utile de les
vérifier.
• Si au cours des essais ou des contrôles des défauts,
anomalies ou imperfections sont constatés, l'entrepreneur
est tenu d'y remédier.
• La réception ne peut être prononcée que lorsque
l’organisme chargé de la réception juge que les travaux
sont réalisés conformément aux prescriptions données dans
le cahier des clauses techniques.

76
• Référence(s) :………………………………
• Direction:…………………..
• / Projet:……………………..
• Entreprise :………………
• Contrat A/O N°…………Marché :

77
• RECEPTION DES TRAVAUX DE GENIE
CIVIL
• Réception Provisoire 
• Réception Définitive 
• Autres……………………. .

78
RECEPTION PROVISOIRE

I – VERIFICATION DE LA DOCUMENTATION

79
80
81
82
83
84
85
86
87
DIFFERENTES PHASES DE TIRAGE DE CABLE FO EN GC

88
89
Thank You

90