Vous êtes sur la page 1sur 14

CFTE - Le béton

- 1 -

LE BETON

I-GENERALITES

-Matériau

artificiel

obtenu

en

agglomérant

des

granulats

+sable) au moyen d’une pâte de ciment.

(c’est-à-dire

gravettes

-Matériau ancien retrouvé dans l’architecture Romaine

-C’est un mélange de : -granulats (gravettes +sable) -ciment -eau

Les granulats constituent le squelette,

Le ciment et l’eau constituent la pâte.

-Deux paramètres :

Donc dépend

II-GRANULATS

II-1/ Classification

- résistance

- ouvrabilité (maniabilité)

(à la compression)

du choix des constituants de leur proportion dans le mélange

Matériaux naturels prélevés dans la nature (dunes, oueds, mer,

oueds), sables

)

: -gravier roulé (ex

Matériaux naturels obtenus par concassage : graviers et sables concassés

II-2/ Analyse granulométrique

Les granulats sont caractérisés essentiellement par leur courbe granulométrique. Celle-ci s’obtient en faisant passer l’échantillon à analyser à travers une série de tamis normalisés ayant les mailles suivantes :

0.080, 0.100, 0.125, 0.160, 0.200, 0.250, 0.315, 0.400, 0.500,

0.630, 0.800, 1.0,

6.30, 8.00, 10.0, 12.5, 16.0, 20.0, 25.0, 31.5, 40.0, 50.0, 63.0, 80.0

1.25,

1.60,

2.00,

2.50,

3.15,

4.00, 5.00,

*Manière de procéder :

-Superposer les tamis, les trous les plus grands sont au dessus,

-Déposer sur le tamis supérieur un poids P de l’échantillon,

CFTE - Le béton

- 2 -

-Soit P k le poids des éléments recueillis sur le tamis n° K. Pour l’ensemble des

tamis on a donc :

P k =P

-On en déduit le pourcentage d’éléments P k x100

P

retenus (ou refus) sur le tamis n° K :

-Le pourcentage d’éléments non retenus (ou passant) sur le tamis n° K :

100-(P k / P) x100

-On peut alors tracer la courbe granulométrique de l’échantillon :

Passant

100

%

Refus Passant
Refus
Passant

en ordonnées : passant

en abscisse

: diamètre tamis

Diamètre tamis

CFTE - Le béton

- 3 -

CFTE - Le béton - 3 -

CFTE - Le béton

- 4 -

II-3/ Caractéristiques des granulats :

de

granulats présentent différentes caractéristiques :

En

plus

leur

courbe

caractéristique

dite

courbe

* Masse volumique absolue ou spécifique : ms

granulométrique,

les

C’est la masse par unité de volume de matière pleine (volume absolu) sans aucun vide entre les grains. Elle est nécessaire pour pouvoir déterminer le poids du granulat à utiliser.

Méthode du flacon :

- Un échantillon sec de poids P, remis dans un flacon d’eau, on a le poids P’.

- Poids du flacon +eau =Q

- On a Q+P= poids flacon rempli d’eau + poids d’eau qui représente le volume d’agrégat d’où le volume d’agrégat,

V= (Q+P)-P'

d’où

m s = P/V

(Avec densité eau = 1)

Ordres de grandeurs :

-calcaires : 2,65 à ,70 t/m3

-siliceux

: 2,6 t/m3

*Masse volumique apparente : ma

C’est la masse d’un granulat par unité de volume total y compris les vides entre les grains (volume apparent). Une jauge de volume V et de poids Q. Remplie par le granulat sans vibrer, on

a le poids de l’ensemble P’.

Poids d’agrégat : P=P’- Q

donc

m a = P/V

Ordre de grandeur : en moyenne 1,6 t/m3

* Teneur en eau :

Elle peut varier dans de grandes proportions pour les granulats qui sont stockés à l’extérieur et exposés à la pluie. Elle a une influence très sensible sur la composition granulométrique du béton.

*

Indice de forme :

Il

est défini par la valeur moyenne du rapport e/l :

e= épaisseur minimale d’un granulat l= longueur maximale de ce granulat

CFTE - Le béton

Il varie de 0,3 à 0,5

- 5 -

* module de finesse Mf d’un sable :

Mf est égale à la somme des refus, exprimés en % sur les 10 tamis, il est de l’ordre de 2,6.

*

Equivalent de sable :

Il

permet de rendre compte de la quantité et de la qualité des éléments qu’il

contient. Il est défini par le rapport en % de la hauteur de la partie sédimentée

à la hauteur totale (partie sédimentée +floculat) qui se dépose dans une

éprouvette graduée dans laquelle l’échantillon a été mis en suspension.

HT =Hauteur totale HS= Hauteur sable HF=HT-HS =floculat

HF HS
HF
HS

HT

Règle graduée

Éprouvette

Floculat

ES=HS/HT (%), en général ES 70à80%

III-CIMENTS

Ce sont des poudres fines (<80µ) obtenues dans les cimenteries. C’est le liant hydraulique pour le béton.

III-1/ Prise et hydratation

Eau + ciment = pâte En présence d’eau, le ciment réagit en s’hydratant. Les réactions chimiques donnent lieu à ces 2 phénomènes :

-Prise : début de la solidification de la pâte. Cette prise conditionne l’intervalle de temps disponible entre l’addition d’eau au ciment et la mise en place du béton. -Durcissement : augmentation de la résistance dans le temps

III-2/ Contrôle du ciment

2-1/Analyse chimique :

A pour but la détermination de la teneur du ciment en silice, chaux,

aluminium, oxyde de fer, magnésie, anhydride sulfurique….

2-2/granulométrie : < 80 µm ou < 45 µm

2-3/Prise :

A pour but de déterminer le début de prise (DP) et la fin de prise (FP)

CFTE - Le béton

Mortier utilisé :

1

partie de ciment 450g)

3

parties de sable (1350g)

- 6 -

½ parties eau (225 g) L’essai est effectué au moyen de l’appareil VICAT (aiguille métallique)

Exemple de tracé

Trait>2,5mm

Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm
Trait>2,5mm

DP

FP
FP

Pour une température de 20°, le DP se situe entre 2h et 5h

2-4/ Compression

Prisme de dimensions 4x4x16cm

16cm

4cm 4cm
4cm
4cm

On détermine les résistances à la compression à 2, 7 et 28 jours.

IV- EAU DE GACHAGE

L’eau a deux fonctions.

1/ Permettre la prise et le durcissement du ciment (réactions d’hydratation),

2/ Assurer la maniabilité du béton en le rendant suffisamment fluide pour qu’il puisse s’étendre dans le coffrage.

Elle doit être propre et ne doit pas contenir des matières en suspension ou des sels dissous dépassant les tolérances. Un excès d’eau de gâchage entraîne une perte de résistance et une augmentation du retrait hydraulique et donnera un béton peu durable (facilement détériorable).

V-LES ADJUVANTS

Produits rajoutés au béton au moment du malaxage dans le but de modifier certaines caractéristiques du béton frais ou durci. (Voir Matériaux de construction).

CFTE - Le béton

- 7 -

VI-/FACTURS DE CONTROLE ET D’ETUDE DE LA COMPOSITION DU BETON

CFTE - Le béton - 7 - VI-/FACTURS DE CONTROLE ET D’ETUDE DE LA COMPOSITION DU

CFTE - Le béton

- 8 -

Il s’agit de rechercher la composition optimale du béton c’est à dire préparer un béton

de compacité maximale et de la résistance imposée.

Compacité = rapport entre la somme des volumes des matériaux et le volume total. masse volumique du béton (Kg/m³), en général elle est de 2,4t/m³

VI-1/Résistance moyenne - résistance nominale

On considère n éprouvettes soumises à l’essai d’écrasement. Soit m 1 , m2, m3,….m n les résistances obtenues résistance moyenne : m a =m i /n

écart type en général :

σ n = σ 28 - 0,8s d’où σ 28 >σn

et si s 20% σ 28 σ n +15%

s=√∑(m i -m a )²/n-1

VI-2/Ouvrabilité

C’est la facilité offerte à la mise en œuvre du béton pour le remplissage parfait du coffrage et du ferraillage. Elle est mesurée en général par l’affaissement au cône d’Abrams.

VI-3/Influence du rapport C/E

La résistance augmente si le dosage en ciment C augmente, diminue si le dosage en eau E est élevé. D’où il faut étudier ce rapport C/E. Bolomey a établi en effet la formule suivante :

σ 28 = G. σ c (C/E-0,5) avec σ 28 = résistance à la compression à 28 jours σ c = classe vraie du ciment à 28 jours G = coefficient granulaire (valeur moyenne G 0,5) (voir courbe)

C est donné également en fonction de C/E et de l’affaissement A (voir courbe)

VI-4/Influence de la granularité

On utilise dans cette étude le rapport G/S (c’est à dire gravette sur sable). En pratique, une valeur moyenne de ce rapport est : G/S 1,5 à1,6 -Module de finesse d’un sable M f

Il est égal à 1/100è de la somme des refus exprimés en% sur les différents tamis de la

série :0,16; 0,315; 0,63; 1,25; 2,5; 5; 10; 20; 40 et 80 mm

En général Mf (sable) 2,8 (entre 2,2 et 2,8)

VII- METHODES DE COMPOSITION

Rechercher pourcentage optimal des matériaux utilisés : gravette, sable, ciment, eau.

CFTE - Le béton

VII-1/dosage en ciment :

On utilise la formule de Bolomey:

- 9 -

σ 28 =G.σ c .(C/E-0,5)

Connaissant σ 28 , G ,σ c , on en déduit C/E, puis C est déterminé en fonction de C/E et de l’affaissement (voir abaque).

VII-2/dosage en eau

Le dosage en eau E est déterminé en connaissant C/E et C. Cependant, il y a lieu d’apporter des corrections fonction du diamètre D des granulats.

D en mm

5

10

16

25

40

63

100

Correction

15

9

4

0

-4

-8

-12

en %

VII-3/Dosage des granulats –Règle Dreux -Gorisse

La méthode de Dreux est utilisée pour déterminer les dosages des granulats (gravette et sable) de granulométrie D31,5. Elle consiste à tracer une courbe de référence ainsi que la courbe réelle du mélange et d’en déduire le pourcentage de chaque granulat.

Courbe de référence

Elle est formée par 2 segments de droite OA et OB

100%

B Courbe de référence Courbe réelle A Avec : D
B
Courbe de référence
Courbe réelle
A
Avec :
D

Coordonnées du point A -en abscisse : X=D/2 (D 25 mm) -en ordonnée : Y=50-D+K+ (K S +K P )

K : terme correcteur

K S , K P : termes correcteurs sur K

-Pour K (d’après expériences) : Voir tableau ci-après

Vibration

Faible

Normale

Puissante

Forme granulats

Roulé

concassé

Roulé

concassé

Roulé

concassé

Dosage en ciment

400+fluidifiant

-2

0

-4

-2

-6

-4

400

0

+2

-2

0

-4

-2

350

+2

+4

0

+2

-2

0

300

+4

+6

+2

+4

0

+2

250

+6

+8

+4

+6

+2

+4

200

+8

+10

+6

+8

+4

+6

CFTE - Le béton

- 10 -

K est donné en fonction du dosage en ciment, de la puissance de la vibration et du

type de granulat.

-K

S : correction supplémentaire

K S = 6M f - 15

M f : module de finesse du sable

M f moyen= 2,5 d’où K s =0

-K

P (plasticité) K P = +5 à+10 environ

Coefficient de compacité σ

Soient V g , V s , Vc les volumes absolus en litres des granulats (gravette et sable) et de ciment contenus dans 1m³ de béton frais mis en œuvre. L’ensemble des grains de matières solides ne remplissent pas intégralement les 1000 l car il y a en plus de l’eau interstitielle et des bulles d’air. Le coefficient de compacité σ est le rapport des volumes absolus des matières solides V m =V g + V s +V c au volume total du béton frais mis en œuvre

σ = V g +V s +V c (en l)

1000

(voir tableau, de l’ordre de 0,80)

Détermination des pourcentages des granulats

-On trace la courbe de référence OAB et la courbe réelle du mélange sur le graphique contenant les courbes granulométriques des granulats.

-On trace alors les lignes de partage entre chacun des granulats en joignant le point à 95% de la courbe granulaire du premier, au point 5% de la courbe granulaire du granulat suivant et ainsi de suite (en commençant par la courbe de gauche)

-On lira alors sur la courbe de référence au point de croisement avec la ou les droites de partage, le pourcentage en volume absolu de chacun des granulats g 1 etg 2 (Voir courbe)

-Si C est le dosage en ciment, le volume absolu des grains de ciment est c: c = C/3,1. 3,1 étant la masse spécifique du ciment

-Volume des granulats par m³ est donc égal à :

V=1000 σ-c

σ=coefficient de compacité

-Volume absolu de chaque agrégat sera :

V 1 g 1 V, V 2 g 2 V, V 3 g 3 V

g 1 , g2, g3 = pourcentages

-Les masses seront donc (connaissant les masses spécifique w1, w2, w3) :

P 1 =w 1 V 1

P 2 =w 2 V 2

P 3 =w 3 V 3

La masse totale des granulats est G

CFTE - Le béton

- 11 -

VIII-Exemple d’étude de la composition d’un béton.

(Voir courbe)

VIII-1/ Résistance souhaitée :

σ n =300bars d’où

σ 28 =300+15%=345 bars

VIII-2/ Consistance désirée :

Affaissement au cône d’Abrams

A=5cm

VIII-3/ Dosage en ciment

Formule de Bolomey :

σ 28 =G.σ c .(C/E-0,5)

A 28j

345 = 0,5*480(C/E-0,5)

C/E = 1,94 et A = 5

σ 28 = 480 bars,

G0,5 d’où

soit C =375 Kg/m³

VIII-4/ Dosage en eau

C/E =1,94

et

C = 375 on a E=375/1,94 195L

VIII-5/ Courbe de référence : OAB

O et B sont définis, il faut déterminer A 100% A?
O et B sont définis, il faut déterminer A
100%
A?

D

A=(x,y)

X=D/2=10mm

Y=50-D +K + (Ks + Kp)

=50-20-2

(K=-2 pour C=375, gravette roulée, vibration normale)

Mf=2,71Ks= 6Mf-15=+1 Soit Y=50-5-2+1=44%

*ligne de partage 95% du sable et 5% de gravette, le point de rencontre avec la courbe de référence

donne: sable = 36%,

gravette = 64%

VIII-6/ Coefficient de compacité.

Abaque D=20mm, béton plastique, vibration normale, d’où :

δ = 0,825

CFTE - Le béton

VIII-7/ Dosage granulats

- 12 -

-Soit Vm le volume absolu total des agrégats et du ciment

Vm=1000x0,825=825L

-Volume absolu du ciment : 375/3,1=121L -Volume absolu des granulats : 1000 δ-c=825-121=704L

volume absolu sable :

volume absolu gravette :704x64%= 451L

704x36%= 253L

-Soit les densités absolues des granulats suivants :

sable=2,54 gravette=2,62 le dosage en matériaux secs sera donc en Kg

253x2,54= 643

sable

gravette 451x2,62=1182

ciment

375

eau

195

-Densité théorique du béton frais mis en œuvre

D=G+C+E/1000 = 2,395(2,4)

NB : l’étude de la composition d’un béton étant effectuée, il convient de faire les essais d’études nécessaires en vue d’apporter les corrections éventuelles

IX- FABRICATION ET CONTROLE DU BETON

IX-1/ Fabrication du béton

-Approvisionnement des matériaux vérifier le stockage des granulats, du ciment vérifier approvisionnement à la bétonnière

-Malaxage vérifier matériel (manuel, mélangeur) vérifier volume bétonnière et malaxeur vérifier vitesse et durée de malaxage

-Transport éviter ségrégation vérifier conditions atmosphériques

IX-2/ Mise en œuvre du béton

-Précautions :

vérifier coffrage, aciers, béton -Bétonnage :

contrôle vibration, bétonnage par temps chaud, bétonnage sous l’eau, éviter ségrégation. -Faire attention aux joints de reprise, à la qualité des parements

CFTE - Le béton

IX-3/ Contrôle et essais

-essais sur matériaux -plasticité (affaissement) - résistance (éprouvette)

- 13 -

Pour le contrôle de résistance du béton, on distingue :

-essai destructif : écrasement d’éprouvettes de dimensions Ø = 16 cm et H = 32 cm -essai non destructif : auscultation dynamique

X- EFFETS DIVERS

X-1/ Retrait

Le retrait est une diminution de volume du béton après sa prise, du à deux causes :

-cause thermique

Les réactions chimiques qui accompagnent la prise et le durcissement du béton dégagent de la chaleur (exothermiques). Lorsque l’activité chimique diminue, le refroidissement affecte le béton durci qui subit donc une contraction dans tous les sens et peut causer de la fissuration.

-cause hygrométrique Si la pâte de ciment est exposée à l’air en cours du durcissement, elle est soumise aux conditions hygrométriques de l’atmosphère et subit les lois de l’évaporation de l’eau avec pour conséquence le retrait.

*Inconvénients du retrait et remèdes :

Le raccourcissement provoqué par le retrait fait apparaître des contraintes de traction, qui peuvent provoquer des fissures qui ne sont pas, en général, dangereuses pour la stabilité des constructions mais nuisibles pour d’autres raisons :

esthétique

risque corrosion armatures manque d’étanchéité des réservoirs ou de tuyaux dégradation des aires de circulation

Pour atténuer le risque de fissuration par retrait, on peut :

refroidir le béton durant la prise et les premiers jours Maintenir l’humidité pendant les premiers jours (en arrosant fréquemment par ex) réaliser des joints de retrait

IX-2/ Fluage

Le fluage est la déformation différée du béton sous l’effet de charges de longue durée. Il peut causer des déformations de planchers en béton qui peuvent provoquer des fissures dans les cloisons qui reposent sur ces planchers.

CFTE - Le béton

- 14 -

Pour réduire ce risque de fissuration, il est nécessaire de donner aux dalles et poutres des planchers qui portent des cloisons rigides, une raideur suffisante et un étaiement suffisamment long avant décoffrage.

∆L L ε fluage ≈ 2 εinstantané B Fluage ε fluage A Déformation totale Déformation
∆L
L
ε fluage ≈ 2 εinstantané
B
Fluage
ε fluage
A
Déformation totale
Déformation instantanée
ε instantané
O
temps