Vous êtes sur la page 1sur 134

Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Projet de fin d’études. 1


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Dédicaces
Ce travail est dédié :

A mon cher père, Monsieur, qui a toujours cru en moi et a mis à

ma disposition tous les moyens nécessaires pour que je réussisse

dans mes études.

A ma chère mère, que je ne cesse de remercier pour tout ce qu’elle

m’a donné. Elle m’a supporté 9 mois dans son ventre et a fait de

moi l’homme que je suis aujourd’hui. Que Dieu la récompense pour

tous ces bienfaits.

A ceux que j’aime beaucoup et qui m’ont soutenue tout au long de

ce projet : mes frères et mes sœurs, sans oublier ma grand-mère que

j’aime.

A toute ma famille.

A DADI Mohammed Amine, Mhammed RIDA, Kuis Omar, Jyad

Abdelkhalek et tous les amis.

Et à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin pour que ce

projet soit possible, je vous dis merci.

MAMOUNI Abdessamad.

Projet de fin d’études. 2


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Dédicaces
A la mémoire de mes grands-parents que Dieu les préserve et les

protège.

A mes très chers parents qui ont toujours été là pour moi, et

qui m'ont donné un magnifique modèle de labeur et de

persévérance.

A mes chères sœurs Soukaina et Salma.

A toute ma famille.

A mes amis Mohammed Amines DADI, Abdssamad MAMOUNI,

Sakhra, Aznag, Ait Laarif, Brahim ELKHAOULI, Si Charaf,

Zeuhri, Si Rachid SADKI, Si Abdlaaziz, Si Rachid KORRAI et

Rida BEDAALOUS.

A tous mes anciens professeurs.

Je leur dédie ce travail et qu’ils acceptent d’agréer l’expression de

mon respect le plus distingué.

RIDA Mohammed

Projet de fin d’études. 3


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Remerciements
Nous tenons à présenter notre reconnaissance et nos

remerciements à nos encadrants Mr. Abdelhadi ELMOUDDEN

(Professeur à l’ENSEM), Mr. Dieter UH (Directeur de la GIZ) et

Mr. Sébastien COLLINEAU (Directeur général d’ENR Conseil),

pour le temps consacré à la lecture et aux réunions qui ont

rythmées les différentes étapes de notre stage. Les discussions que

nous avons partagées ont permis d’orienter notre travail d’une

manière pertinente. Nous les remercions aussi pour leur

disponibilité à encadrer ce travail à travers leurs critiques et leurs

propositions d’amélioration.

Nous exprimons toute notre gratitude au personnel de la GIZ et

d’AGRUMAR SOUSS pour leur soutien amical et leur

collaboration.

Nous adressons aussi notre reconnaissance à tous nos enseignants

de l’ENSEM pour la formation qu’ils nous ont donnée, ainsi aux

membres de jury qui ont accepté de juger notre travail.

Merci enfin à toutes les personnes qui n’ont pas été citées et qui ont

pourtant posé une pierre à l’édifice en nous accordant quelques

minutes de leur temps, une information, un conseil ou tout

simplement un soutien. Merci pour leur aimable collaboration.

Mohammed RIDA

Abdessamad MAMOUNI

Projet de fin d’études. 4


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Résumé
Dans le cadre de développement durable, la Coopération Allemande au
développement s’est engagée à contrôler et à réduire la consommation énergétique dans
des exploitations agricoles et des stations de conditionnement dans la région de SOUSS-
MASSA-DARAA en collaboration avec ADEERE et AGROTECH. C’est dans ce sens
que s’inscrit notre projet de fin d’études intitulé « audit énergétique et options
d’optimisation sous-utilisation des énergies renouvelables dans le secteur agrumicole de
la région de SOUSS-MASSA-DARAA ».
Durant notre stage nous avons adopté une démarche bien structurée, qui a pour but
en premier lieu l’analyse détaillée de la consommation énergétique de la station
AGRUMAR. En deuxième lieu la réalisation d’un audit approfondi sur tous les secteurs
énergivores (l’éclairage, l’air comprimé, les séchoirs et les chambres froides), dans le but
de réaliser les travaux d’optimisation qui s’imposent. Nous avons fait encore une étude
technico-économique qui montre la faisabilité des solutions d’amélioration proposées.
Enfin, nous avons étudié et dimensionné une installation solaire photovoltaïque raccordée
au réseau qui va produire 28,29% de la consommation annuelle de la station, afin de
réduire davantage la facture énergétique.
Enfin, dans le cadre de l’étude technico-économique, nous avons proposé des
plans d’action et des recommandations qui permettront à l’avenir de réaliser un gain
annuel de 213856,33 Dhs avec une réduction de 135 tonnes de CO2 chaque année.

Projet de fin d’études. 5


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Abstract
In the context of sustainable development, the German Development Cooperation
is committed to control and reduce energy consumption on farms and packing stations in
the region of Souss-Massa-Daraa in collaboration with ADEERE and AGROTECH. It is
in this sense that fits our graduation project entitled "energy audit and optimization
options under-utilization of renewable energy in the citrus industry in the region of
Souss-Massa-Daraa."
During our training we have adopted a structured approach, which aims to first
detailed analysis of the energy consumption of the AGRUMAR station. Second
conducting a thorough audit of all energy sectors (lighting, compressed air dryers and
coolers), in order to achieve the optimization work that is needed. We have still a techno-
economic study that shows the feasibility of the proposed improvement solutions.
Finally, we designed and sized a solar photovoltaic installation connected to the network
will produce 28.29% of the annual consumption of the station, to further reduce energy
costs.
Finally, as part of the techno-economic study, we proposed action plans and
recommendations that will allow the future to realize an annual gain of 213856,33 Dhs
with a reduction of 135 tonnes of CO2 each year.

Projet de fin d’études. 6


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Table des matières


Dédicace
Remerciements
Résumé
Abstract
Liste des figures
Liste des tableaux
Liste des abréviations
Introduction générale
Liste des tableaux................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Chapitre1 : Présentation générale ............................................................................... 17
I. Introduction ............................................................................................................. 18
II. Présentation de la GIZ [1] [2] [3] ......................................................................... 18
1. Historique ............................................................................................................ 18
2. Fiche technique .................................................................................................... 18
3. Pourquoi le Maroc ? ............................................................................................. 18
4. Projets GIZ au Maroc ........................................................................................... 19
5. GIZ PEREN-Axes prioritaires/partenaires principaux .......................................... 21
III. Présentation d’AGRUMARE ............................................................................... 21
1. Historique ............................................................................................................ 21
2. Fiche technique .................................................................................................... 22
3. Répartition des locaux de l’usine d’AGRUMAR .................................................. 22
4. Produits d’AGRUMAR ........................................................................................ 24
5. Description du processus de production ............................................................... 25
IV. Présentation du projet pilote d’audit énergétique .................................................. 26
1. Description de la méthodologie de l’audit énergétique ......................................... 26
2. Méthodologie de l’audit énergétique .................................................................... 27
V. Aperçu sur les différentes filières d’énergie renouvelable.................................... 30
1. Energie solaire photovoltaïque ............................................................................. 30
2. Energie solaire thermique ..................................................................................... 31
3. L’Eolien ............................................................................................................... 31
4. L’hydroélectricité ................................................................................................. 31
5. La biomasse ......................................................................................................... 31
6. La géothermie ...................................................................................................... 31
VI. Utilisation de l’énergie solaire PV à AGRUMAR ................................................ 31

Projet de fin d’études. 7


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

1. Energie solaire photovoltaïque ............................................................................. 32


2. Systèmes de pompage solaire photovoltaïque ....................................................... 32
VII. Conclusion ........................................................................................................... 33
Chapitre 2 : Evaluation et analyse de la consommation énergétique ........................ 34
I. Introduction : ........................................................................................................... 35
II. Production, consommation et consommation spécifique ....................................... 35
1. Production au sein AGRUMAR ........................................................................... 36
2. Consommation énergétique au sein d’AGRUMAR .............................................. 37
III. Système électrique ............................................................................................... 52
1. Réseau électrique ................................................................................................. 52
2. Qualité de l’énergie électrique .............................................................................. 53
3. Analyse des factures électriques ........................................................................... 54
4. Résultats d’analyse des factures électriques.......................................................... 59
IV. Conclusion ........................................................................................................... 61
Chapitre 3 : Diagnostic des différents systèmes énergétiques .................................... 62
I. Introduction ............................................................................................................. 63
II. Système d’éclairage ............................................................................................. 63
III. Système d’air comprimé ....................................................................................... 67
1. Généralités sur les systèmes d’air comprimé ........................................................ 67
2. Description du système d’air comprimé d’AGRUMAR ....................................... 69
IV. Système thermique ............................................................................................... 75
1. Introduction ......................................................................................................... 75
2. Description du système thermique AGRUMAR ................................................... 76
3. Evaluation de pertes dans les séchoirs ................................................................. 77
V. Système de froid .................................................................................................. 80
VI. Conclusion ........................................................................................................... 82
Chapitre 4 : Optimisation des différents systèmes énergétiques ............................... 83
I. Introduction ............................................................................................................. 84
Projet 1 : Optimisation de la puissance souscrite sans amélioration du facteur de
puissance ....................................................................................................................... 85
Projet 2 : Optimisation de la puissance souscrite après amélioration du facteur de
puissance ....................................................................................................................... 89
Projet 3 : Gestion de l’éclairage ..................................................................................... 95
Projet 4: Gestion d’air comprimé ................................................................................. 102
Projet 5: Amélioration de l'isolation des parois ............................................................ 104

Projet de fin d’études. 8


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Projet 6: Réglage périodique du séchoir ....................................................................... 106


Projet 7 : Chambres froides .......................................................................................... 108
II. Conclusion ......................................................................................................... 110
I. Introduction .............................................................................................................. 111
Chapitre 5 : Etudes et dimensionnement d’une installation solaire PV .................. 111
II. Généralités sur le système photovoltaïque .......................................................... 112
1. L’effet photovoltaïque ........................................................................................ 112
2. La photopile ....................................................................................................... 113
3. Caractéristique de la cellule photovoltaïque ....................................................... 114
4. Influence de l’ensoleillement et de la température .............................................. 115
5. Les composants d’un système photovoltaïque .................................................... 117
6. Les systèmes photovoltaïques ............................................................................ 118
7. Principe de fonctionnement d’un système photovoltaïque .................................. 121
III. Dimensionnement d’une installation solaire photovoltaïque raccordé au réseau à
AGRUMAR: ................................................................................................................ 122
1. Paramètres géographiques et météorologiques ................................................... 122
2. Composition de l'installation .............................................................................. 123
3. Production de l’installation photovoltaïque ........................................................ 125
IV. Projet : Installation des systèmes solaires photovoltaïques ................................ 129
V. Conclusion ......................................................................................................... 130

Projet de fin d’études. 9


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Liste des figures


Figure 1: Sites prévus des centrales solaires au Maroc ................................................... 19
Figure 2: GIZ PEREN-Axes prioritaires/partenaires principaux ..................................... 21
Figure 3 : Plan d'ensembles d'AGRUMAR..................................................................... 23
Figure 4: Les produits d'AGRUMAR. ............................................................................ 24
Figure 5: processus de production à AGRUMAR ........................................................... 25
Figure 6 : Production des agrumes pour les trois dernières compagnes AGRUMAR
SOUSS .......................................................................................................................... 36
Figure 7 : Production par variété d'agrume pour la compagne 2011/2012 ...................... 37
Figure 8 : Répartition de la consommation énergétique d’électricité, propane et gasoil en
kWh ............................................................................................................................... 38
Figure 9 : Tranches horaires ONEE................................................................................ 38
Figure 10 : Prix du kWh selon les tranches horaires ....................................................... 39
Figure 11 : Options tarifaires du tarif optionnel MT ....................................................... 39
Figure 12 : Les prix en Dh d’un kWh selon le type de tarif ............................................ 39
Figure 13 : Consommation électrique des chambres froides. .......................................... 40
Figure 14 : Répartition de la consommation électrique selon les unités pour la compagne
de référence ................................................................................................................... 41
Figure 15 : consommation électrique totale selon les tranches horaires à AGRUMAR ... 42
Figure 16 : La consommation d’électricité selon le type d’agrume pour la compagne de
référence ........................................................................................................................ 44
Figure 17 : La consommation du propane durant la compagne de référence ................... 45
Figure 18 : La consommation du propane selon le type d’agrume pour la compagne de
référence ........................................................................................................................ 46
Figure 19 : La consommation en L du gasoil pour la compagne de référence ................. 47
Figure 20 : La consommation du gasoil selon les variétés d’agrume pour la compagne de
référence ........................................................................................................................ 47
Figure 21 : La consommation du gasoil selon les variétés d’agrume pour la compagne de
référence. ....................................................................................................................... 48
Figure 22 : Evolution de la consommation spécifique électrique pour les trois dernières
compagnes ..................................................................................................................... 49
Figure 23 : Evolution de la consommation spécifique du propane pour les trois dernières
compagnes ..................................................................................................................... 49
Figure 24 : Evolution de la consommation spécifique en gasoil ..................................... 50
Figure 25 : Consommation en Dh pour produire un Kg d'agrume ................................... 51
Figure 26 : Diagramme de Dispersion Energie électrique/Production - compagne
2010/2011 ...................................................................................................................... 51
Figure 27 : Diagramme de Dispersion Energie électrique/Production - compagne
2011/2012 ...................................................................................................................... 52
Figure 28 : Caractéristiques du transformateur MT/BT. ................................................. 53
Figure 29 : Evolution de la puissance appelée Oct-2011/Sept-2012................................ 56
Figure 30 : Evolution du facteur de puissance 2011/2012. .............................................. 57
Figure 31: Tranches horaires ONEE. .............................................................................. 58
Figure 32 : Répartition en nombre et en type de lampes de la station AGRUMAR ......... 63

Projet de fin d’études. 10


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Figure 33 : Répartition de la puissance installée par type d'éclairage. ............................. 64


Figure 34 : Répartition de la puissance par zone par rapport à l'énergie totale consommée
par l'éclairage. ................................................................................................................ 64
Figure 35 : Cycle de production de l'air comprimé ......................................................... 67
Figure 36 : Les types des compresseurs .......................................................................... 68
Figure 37 : Principe de fonctionnement d'un compresseur à vis ...................................... 69
Figure 38 : Schéma synoptique d’installation des compresseurs à AGRUMAR ............. 70
Figure 39: Compresseur de la station de conditionnement AGRUMAR ......................... 71
Figure 40: Caractéristiques compresseur Ingersoll Rand série ML11 ............................. 72
Figure 41: Enregistrement pour le compresseur du groupe froid..................................... 73
Figure 42: Enregistrement pour le compresseur de la station en fonctionnement normal 73
Figure 43: Enregistrement pour le compresseur de la station pendant la nuit .................. 74
Figure 44: Enregistrement pour le compresseur de la station pendant la pause déjeuner . 74
Figure 45: Brûleur au propane. ....................................................................................... 75
Figure 46: Schéma illustratif d'un sécheur. ..................................................................... 76
Figure 47: Photos des séchoirs AGRUMAR. ................................................................. 76
Figure 48: Photos thermiques des séchoirs à AGRUMAR. ............................................. 77
Figure 49: Chambres froides à AGRUMAR. .................................................................. 81
Figure 50: Evolution des redevances en fonction de la puissance souscrite d’Oct-2011 au
Sept 2012. ...................................................................................................................... 87
Figure 51 : Ancienne disposition des tubes dans l’atelier de conditionnement. ............... 96
Figure 52 : Projecteur à led GL30W. ............................................................................ 100
Figure 53:Couverture isolante pour les parois des séchoirs........................................... 104
Figure 54: Position du thermostat dans les chambres froides. ....................................... 109
Figure 55 :Description d’une photopile ou cellule photovoltaïque ................................ 113
Figure 56 :Schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque ......................................... 114
Figure 57 :Influence des résistances shunt et série sur la caractéristique courant-tension
d’une cellule photovoltaïque. ....................................................................................... 115
Figure 58 :Influence de l’ensoleillement sur la courbe I-V ........................................... 116
Figure 59 :Influence de la température sur la courbe I-V .............................................. 116
Figure 60 : Composantes d’un champ de modules photovoltaïques .............................. 118
Figure 61 : Système autonome avec batterie (avec ou sans conversion d’énergie) ........ 119
Figure 62 : Système hybride PV/génératrice. ............................................................... 120
Figure 63 : Système PV raccordé au réseau. ................................................................. 120
Figure 64:chambres froides avant installation des panneaux solaires photovoltaïque.... 123
Figure 65: Modules PV de l'installation........................................................................ 124
Figure 66: Caractéristiques des onduleurs de l'installation. ........................................... 124
Figure 67: chambres froides après installation des panneaux solaires photovoltaïque. .. 125
Figure 68:Caractéristiques de l’installation photovoltaïque. ......................................... 125
Figure 69: La production normalisée de l'installation. .................................................. 126
Figure 70: L'indice de performance de l'installation photovoltaïque. ............................ 127
Figure 71:Production attendue et éléments apportant des pertes. .................................. 128

Projet de fin d’études. 11


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Tableau de matières
Tableau 1: Informations supplémentaires sur AGRUMAR............................................. 20
Tableau 2: Informations supplémentaires sur AGRUMAR............................................. 22
Tableau 3: Options tarifaires pour le tarif vert ................................................................ 30
Tableau 4: Coût du kWh en fonction du tarif choisi et des saisons ................................ 30
Tableau 5: Pompage solaire ........................................................................................... 32
Tableau 6 : Production AGRUMAR pour les trois dernières compagnes ........................ 35
Tableau 7 : La moyenne de production en tonne pour les quatre dernières compagnes ... 36
Tableau 8 : La répartition de la facture énergétique (électricité, propane et gasoil) de la
station AGRUMAR durant la compagne 2011/2012 ...................................................... 37
Tableau 9 : Répartition de la consommation électrique selon les unités pour la compagne
de référence ................................................................................................................... 40
Tableau 10 : La consommation électrique totale selon les tranches horaires à AGRUMAR
...................................................................................................................................... 42
Tableau 11 : La consommation électrique entre les différentes tranches horaires. .......... 42
Tableau 12 : La consommation électrique d’AGRUMAR durant la compagne 2011/2012
...................................................................................................................................... 43
Tableau 13 : La consommation d’électricité selon le type d’agrume pour la compagne de
référence ........................................................................................................................ 43
Tableau 14 : La consommation du propane durant la compagne de référence ................. 44
Tableau 15 : La consommation du propane selon le type d’agrume pour lacompagne de
référence ........................................................................................................................ 45
Tableau 16 : La consommation en litre du gasoil pour lacompagne de référence ............ 46
Tableau 17 : La production en fonction de la consommation pour les trois dernières
compagnes. .................................................................................................................... 48
Tableau 18 : La puissance souscrite actuellement de l’ONEE. ....................................... 55
Tableau 19 : Puissances maximales appelées en Oct2011/Sep2012 à AGRUMAR. ....... 56
Tableau 20 : Cos PHI d’Oct 2011 au Sept 2012 à AGRUMAR. ..................................... 57
Tableau 21: Prix du kWh selon les tranches horaires. ..................................................... 58
Tableau 22: La consommation électrique d’Oct 2011 au Sept 2012 à AGRUMAR. ....... 59
Tableau 23 : Détail des factures électrique AGRUMAR. ............................................... 60
Tableau 24: Répartition annuelle des redevances électriques du poste de transformation.
...................................................................................................................................... 61
Tableau 25: Bilan de l'éclairage au sein d'AGRUM........................................................ 65
Tableau 26 : Bilan énergétique du matériel bureautique AGRUMAR ............................ 66
Tableau 27 : Consommation électrique de la climatisation AGRUMAR ........................ 67
Tableau 28 : Caractéristiques des compresseurs d’air comprimé installés à AGRUMAR.
...................................................................................................................................... 69
Tableau 29 : Mesure sur le compresseur du groupe froid................................................ 71
Tableau 30: Tableau 23: Mesure sur le compresseur de la station................................... 71
Tableau 31: Caractéristique du propane. ........................................................................ 78
Tableau 32: Les pertes énergétiques au niveau des séchoirs. .......................................... 79
Tableau 33: Résultats de mesures données par l’appareil. .............................................. 80
Tableau 34 : Dimensions des chambres froides à AGRUMAR. ...................................... 81

Projet de fin d’études. 12


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Tableau 35 : Les isolants pour les chambres froides à AGRUMAR................................ 81


Tableau 36:Les puissances optimales recommandées à souscrire. .................................. 85
Tableau 37: les puissances optimales à souscrire ........................................................... 86
Tableau 38: Calcul des redevances de la puissance souscrite optimale. .......................... 87
Tableau 39: Gains générés par le redimensionnement de la puissance souscrite. ............ 88
Tableau 40: les puissances optimales à souscrire après amélioration du cos PHI .......... 89
Tableau 41: Calcul de la puissance appelée après renforcement des batteries de
compensation d’énergie ................................................................................................. 91
Tableau 42 : Puissances souscrites optimales avec cos PHI amélioré ............................. 92
Tableau 43 : Calcul de coût de mise en œuvre des batteries de compensation ................ 93
Tableau 44 : Calcul des redevances avec cos Phi amélioré. ............................................ 93
Tableau 45 : Gains générés par le redimensionnement de la puissance souscrite avec cos
Phi amélioré. .................................................................................................................. 94
Tableau 46 : Différents types des lampes à AGRUMAR ................................................ 95
Tableau 47: Les lampes de remplacement dans l’administration et les ateliers. .............. 96
Tableau 48:Les lampes de remplacement dans les chambres froides. ............................. 97
Tableau 49: Les lampes de remplacement dans les couloirs des chambres froides. ......... 98
Tableau 50: Coût de mise en œuvre de la nouvelle l'installation d'éclairage. .................. 98
Tableau 51: Gains générés par la nouvelle installation d'éclairage. ................................. 99
Tableau 52 : Caractéristiques de l'éclairage extérieur. .................................................. 100
Tableau 53: Gains générés par les nouveaux projecteurs. ............................................. 100
Tableau 54: Gains générés par installation des détecteurs de luminosité. ...................... 101
Tableau 55: Calcul des pertes d'air comprimé. ............................................................. 102
Tableau 56: Gains générés par le contrôle des vannes. ................................................. 103
Tableau 57: Gains générés par l'isolation des séchoirs. ................................................. 105
Tableau 58: Gain en rendement après réglage d’excès d’air. ........................................ 107
Tableau 59: Gains générés par le réglage des paramètres des séchoirs. ........................ 108
Tableau 60: Tableau récapitulatif des différents projets d'amélioration. ....................... 110
Tableau 61:Irradiation solaire sur Ait melloul .............................................................. 122

Projet de fin d’études. 13


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Liste des abréviations


GIZ Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit
ADEERE L’Agence Nationale pour la Développement des Energies
Renouvelables et de l’Efficacité Energétique
AGROTECH L’Association technologique et agricole de SOUSS-MASSA-DARAA
BMZ Ministre fédéral allemand
APSM Accompagnement du plan solaire marocain
MEMEE Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement
MASEN Moroccan Agency for Solar Energy
MCINT Ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies
IRESEN Institut de Recherche en Énergie Solaire et en Énergies Nouvelles
PEREN Promotion des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique
Pf Prime fixe annuelle.
PS Puissance souscrite
RDPS Redevance de dépassement de puissance souscrite
Dal Débit en air libre
Tal Température en air libre
Df Débit de fuites
σ Constante de Stefan
Ɛ L’émissivité de la surface (sans unité)
Ps Puissance souscrite
Pa Puissance maximale enregistrée
R² Coefficient de détermination
PCI Pouvoir calorifique inférieur

Projet de fin d’études. 14


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Introduction générale
Le secteur des fruits et légumes occupe 16 % de la surface agricole utile (SAU)
nationale avec une superficie de près de 1 300 000 ha dont 1 060 000 ha de plantations
fruitières (avec 92 000 ha d’agrumes) et 260 000 ha de cultures maraîchères. La
production globale moyenne est de l'ordre de 9 millions de tonnes, dont près de 3
millions de tonnes de fruits et plus de 6 millions de tonnes de légumes.

En moyenne 1,3 millions de tonnes d’agrumes sont produits chaque année et le


chiffre est en augmentation substantielle depuis 2010, en accord avec le plan MarocVert.

La compagne de productuin 2012/2013 à AGRUMAR est estimée à près de 1,5


millions de tonnes pour les agrumes, soit 24,6 % de mois que la campagne précédente en
raison de conditions climatiques défavorables. Cette baisse est observée pour l’ensemble
de l’agrumicole.

La production nationale représente environ 2% de la production mondiale établie à


100 millions de tonnes. La filière agrumicole occupe une place très importante dans
l’économie nationale, en plus du chiffre d’affaire généré par les exportations et qui
avoisine les 3 milliards de dirhams par an, le secteur contribue à la création de 21
millions jours de travail chaque année. Au total, on compte 13.000 producteurs
d’agrumes qui exploitent une superficie globale de 92.000 hectares et une soixantaine de
stations de conditionnement. La production est très morcelée : 80% des exploitations sont
inférieures à 5 ha, excepté pour une dizaine de grands groupes structurés pour intégrer
l’ensemble de la chaîne de valeur, représentant, environ 30 à 40% de la production totale,
et qui est, principalement, destinée à l’export.

Plus de 60% des agrumes sont produits par les régions du Souss Massa Drâa
(41%) et 19% pour la région de Gharb. En deuxième position, on trouve ex aequo, les
deux régions, Tadla et l’Oriental avec une production de 15% chacune. Enfin, les régions,
l’Haouz et Loukkos, qui totalisent à eux deux, le score relativement faible, 10% de la
production totale.

Dans cette optique la GIZ a lancé le projet PEREN (Promotion des Energies
Renouvelables et de l’Efficacité Energétique) en colaboration avec l’ADEERE et
l’AGROTECH qui vise la réalisation d’un audit énergétique sur les exploitations
agricoles et les stations de conditionnement afin d’optimiser leurs consommations
énergétiques dans la région de SOUSS-MASSA-DARAA. Dans ce rapport, nous avons
commencé par une description des organismes d’acueil, puis l’évaluation de la
production et de la consommation de la station AGRUMAR-SOUSS, ensuite, nous avons
réalisé une étude détaillée des différents processus énergétiques de la station, et enfin,
nous avons proposés des plans d’action pour optimiser la consommation énergétique à
AGRUMAR.
Au terme de notre projet, nous avons étudié et dimensionné une instalation solaire
photovoltaïque qui va assurer 28,29 % de la consommation électrique annuelle de la

Projet de fin d’études. 15


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

station de conditionnement. Cette action vise à renforcer l’action de l’efficacité


énergétique par le biais d’une filière d’énergies renouvelables, et de favoriser, le concept
de développement durable dans la région.

Projet de fin d’études. 16


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Chapitre1

Présentation Générale

Projet de fin d’études. 17


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

I. Introduction
Dans ce chapitre nous allons voir une description des organismes d’accueil, la
Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ : Coopération Allemande au
développement) et AGRUMAR-SOUSS, le site sur lequel nous allons travailler, ainsi une
description du processus de production au sein d’AGRUMAR pour les différents produits.
Ce chapitre contient encore la méthodologie détaillée pour l’audit énergétique et un aperçu
général sur quelques filières d’énergies renouvelables.

II. Présentation de la GIZ [1] [2] [3]


1. Historique
La Coopération Allemande au développement (GIZ) est active au Maroc depuis
1975. Actuellement, les secteurs prioritaires sont le développement économique durable,
la gestion intégrée des ressources en eau, ainsi que le changement climatique et la
promotion des énergies renouvelables.

Les services rendus par la GIZ se basent sur une expertise régionale et technique
avérée, un vaste savoir de spécialistes et des compétences managériales éprouvées. En sa
qualité d’entreprise fédérale, elle aide le Gouvernement fédéral allemand à concrétiser ses
objectifs de coopération internationale pour le développement durable.

Le principal commettant de la GIZ est le Ministère fédéral allemand de la


Coopération économique et du Développement (BMZ). La GIZ œuvre en outre pour le
compte d’autres ministères fédéraux, dont par exemple le Ministère de l’Environnement,
de la Protection de la Nature et de la Sûreté nucléaire – ainsi que pour des organisations
internationales et des clients publics et privés d’Allemagne et d’ailleurs.
2. Fiche technique
 Agence allemande de coopération (GIZ)
 2, bd de la Tour Hassan - 10000 Rabat
 Tél: 0537- 72 79 12 / Fax: 0537-204519
 e-mail: giz-marokko@giz.de
 Site web: www.giz.de/marokko
3. Pourquoi le Maroc ?
 De grandes entreprises allemandes opèrent depuis longtemps au Maroc et
rencontrent un franc succès.
 Le gouvernement marocain encourage activement le développement économique
du Royaume.
 Le Maroc est un marché d’avenir, doté d’un fort potentiel et proche de l’espace
économique européen.
 Les investissements au Maroc peuvent servir de tremplin vers le monde arabe.

Projet de fin d’études. 18


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

4. Projets GIZ au Maroc


Projet : Accompagnement du Plan Solaire Marocain

Vu le fort potentiel en énergie solaire au Maroc, le Plan Solaire Marocain (PSM)


représente la première étape d’un projet stratégique pour valoriser cette ressource
durable, inépuisable et à libre disposition sur tout le territoire marocain. Dans ce sens, le
PSM constitue un projet important vers la réduction de la dépendance énergétique du
Maroc, et en outre vers le développement économique et la création d’emplois.

La mise en œuvre du PSM a été confiée à la ‘Moroccan Agency for Solar Energy’
(Masen), une société anonyme à capitaux publics créée en mars 2010. Dans une logique
de développement durable, la mission de Masen comporte, selon un processus intégré :
1. La réalisation d’un parc de cinq centrales basées sur les technologies solaires à
concentration (CSP) et photovoltaïques (PV) d’une capacité globale de 2.000 MW à
l’horizon 2020 ;
2. La création d’un tissu industriel pour les technologies solaires ;
3. Le renforcement de la formation et de la recherche appliquée.
En 2020, le PSM vise à atteindre 14% de la capacité installée totale, avec environ
7,5% de la production d’électricité via l’énergie solaire. Avec le projet «
Accompagnement du Plan Solaire Marocain(APSM) », la GIZ soutient MASEN dans sa
mission d’implantation de l’énergie solaire au Maroc.

Figure 1: Sites prévus des centrales solaires au Maroc

Projet de fin d’études. 19


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

 Informations supplémentaires :

Organisme de tutelle Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de


l’Environnement (MEMEE)
Commettant Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et
du Développement (BMZ)
Réalisation Coopération Allemande au Développement(GIZ)

Financement BMZ
Partenaires Moroccan Agency for Solar Energy (MASEN) – Ministère de
marocains l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement
(MEMEE) - Ministère de l’Industrie, du Commerce et des
Nouvelles Technologies (MCINT) - Ministère de
l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de
la Formation des Cadres (MESRSFC) - Institut de Recherche
en Énergie Solaire et en Énergies Nouvelles (IRESEN) -
Fédérations et Associations professionnelles
Zones d’intervention Basé à Rabat, opérant sur tout le territoire
du projet
Durée globale du 02/2012 - 06/2014
projet

Tableau 1: Informations supplémentaires sur AGRUMAR


Projet : Promotion des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique

Le projet «Promotion des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique »


(PEREN) s’inscrit dans le cadre de la coopération au développement entre le Maroc et
l’Allemagne, réalisé en partenariat entre l’ADEREE (l’Agence Nationale pour la
Développement des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique) et la GIZ.
Portant sur un accompagnement étalé sur sept ans en deux phases qui a démarré en
janvier 2008, ce programme vise à l’appui au renforcement du cadre réglementaire,
juridique, technique et organisationnel pour la promotion des Energies Renouvelables et
de l’Efficacité Energétique.
 L‘appui au MEMEE dans la législation ER/EE et le renforcement du management
 L‘appui au CDER dans sa transformation vers l‘Agence des ER et EE (ADEREE)
 Réalisation d'études de potentiels dans les filières ER dans les régions
 Constitution d’un réseau d’universités Maroc-Europe pour la promotion de la
R&D et de la formation dans le domaine des ER/EE.
 Appui au développement des programmes d’incitation pour les ER et EE
 Appui à la réalisation de quelques projets de démonstration

Projet de fin d’études. 20


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

5. GIZ PEREN-Axes prioritaires/partenaires principaux

« Promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité


énergétique pour un développement durable au Maroc »

Réseau de
Appui du Elaboration de formation et
Appui et de
Ministère de concepts
accompagne recherche
l’Energie énergétiques
ment du appliquée pour Renforcement
dans délocalisés en
CDER dans les ER et l’EE de la
l’élaboration ER et EE dans
la entre le Maroc «Culture
du cadre légal 3 régions
transformation et l’Europe managériale»
(loi ER, EE, sélectionnées
vers (en
décrets (SMD, O, M-
l’ADEREE coopération
d’application) T) avec le secteur
privé)
Figure 2: GIZ PEREN-Axes prioritaires/partenaires principaux

III. Présentation d’AGRUMARE


1. Historique

AGRUMAR SOUSS est une station de conditionnement et d’exportation des


agrumes Coopérative, conditionnement et exportation des agrumes Fruits et légumes
(grossistes et intermédiaires), cette station a été construite en 1982.
La station de conditionnement comporte les locaux suivant :
 Aire de réception et de stockage
 Aire de versement
 Aire de conditionnement
 Aire d’exportations

Projet de fin d’études. 21


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS


2. Fiche technique

Raison sociale Agrumar Souss


Forme juridique Coopérative
Capital social 9 000 000 Dh
Date de création 1982
Objet - Activité Conditionnement d’Agrumes
Av. Brahim Erroudani, ZI, BP 1745,
Adresse
86152 Aït Melloul
Téléphone 05 28 24 01 80 – 05 28 24 09 24
Fax 05 28 24 07 59
Effectifs Jusqu’à 300 pers. (16 cadres)
Chiffre d’affaire 105 MDh (2010/2011)
Surface Totale 40 000 m²
Effectif 35 employés permanents, 400
intérimaires
M. CHIKHI EL HASSANE
Contact Ing. Agronome
06 61 77 76 67

Tableau 2: Informations supplémentaires sur AGRUMAR


3. Répartition des locaux de l’usine d’AGRUMAR

La station AGRUMAR a une surface totale de 40000 m², cette superficie se


répartie entre administration, chambres froides pour la conservation des agrumes destinés
vers l'exportation, des ateliers pour la réception, le versement, le conditionnement des
agrumes et un atelier pour le stockage des produits finis.

Projet de fin d’études. 22


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Figure 3 : Plan d'ensembles d'AGRUMAR.

Projet de fin d’études. 23


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

4. Produits d’AGRUMAR

Parmi les produits d’AGRUMAR on trouve les clementines, clementines nour,


navels, citron, salustiana et la maroc late, on trouve encore autre variétés commes les
mandarines mais avec une production assez faible.
La figure ci-après montre quelques variétés produites par AGRUMAR.

Figure 4: Les produits d'AGRUMAR.

Projet de fin d’études. 24


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

5. Description du processus de production


La figure suivante montre le processus de production au sein d’AGRUMAR dès la
récolte des agrumes des fermes jusqu’à avoir des produits finis à vendre sur le marché
local ou à exporter.

Figure 5: processus de production à AGRUMAR

Nous pouvons résumer les différentes étapes de production au sein d’AGRUMAR


comme suivant :
Réception, Rinçage et Traitement
Pesée des camions sur la balance
Entreposage dans l’aire de réception

Projet de fin d’études. 25


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Rinçage et traitement à l’extérieur dans le drencher


Déverdissage, Stockage et Ressuyage
Traitement à l’éthylène en Chambre froides
Stockage à basse température en chambre froide
Séchage et aération sous atmosphère ambiante
Versement, Pré-calibrage et Lavage
Lignes de versement automatique des caisses
Elimination des écarts par une roue calibrée
Lavage par pulvérisation d’eau
Séchage, Cirage et Traitement
Passage dans un premier séchoir
Application de la cire
Passage dans le second séchoir
Triage, Calibrage, Palettisation
Triage et calibrage automatique
Triage et calibrage manuel
Emballage des produits (selon la commande)
Stockage et Expédition
Stockage en chambre froide positive
Chargement des containers et expédition

IV. Présentation du projet pilote d’audit énergétique


Au Maroc, l’agriculture représente 6% de la consommation nationale d’énergie, un
chiffre amené à augmenter avec les projets entrepris dans le cadre du Plan Maroc Vert
(intensification de la mécanisation, de l’irrigation, etc.). Cette consommation se subdivise
en énergie directe (fioul, propane, électricité) et indirecte (utilisation d’intrants et
incidence énergétique des investissements en bâtiments et matériels). Outre un impact
néfaste sur la qualité environnementale du territoire rural, la consommation énergétique a
un impact sur la compétitivité économique du secteur agricole marocain en grevant les
charges d’exploitation des producteurs agricoles.

Le projet «Promotion des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique »


(PEREN) s’inscrit dans le cadre de la coopération au développement entre le Maroc et
l’Allemagne, réalisé en partenariat entre l’ADEREE et la GIZ. Portant sur un
accompagnement étalé sur sept ans en deux phases qui a démarré en janvier 2008, ce
programme vise à l’appui au renforcement du cadre réglementaire, juridique, technique et
organisationnel pour la promotion des Energies Renouvelables et de l’Efficacité
Energétique.
1. Description de la méthodologie de l’audit énergétique
L’audit énergétique est une démarche qui permet de quantifier la consommation
d’énergie et d’estimer le potentiel d’économie qui résulterait de l’utilisation
d’équipements plus performants ou de l’adoption de bonnes pratiques énergétiques.
Ainsi, la conduite d’un audit énergétique à la ferme permet de :
 Décrire l’utilisation qui est faite de l’énergie,

Projet de fin d’études. 26


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

 Déterminer les principaux postes de consommation d’énergie,


 Déterminer des pistes d’amélioration et quantifier les économies réalisables,
 Etudier la possibilité de substituer des énergies fossiles par une énergie
renouvelable.

Cette démarche permet ensuite à l’exploitant de prendre des décisions éclairées et


de prioriser les mesures d’efficacité énergétiques ou de production d’énergie
renouvelable permettant d’optimiser la consommation et faire ainsi des économies
2. Méthodologie de l’audit énergétique
L’audit énergétique se décompose en trois étapes :
 Collecte des données
 Campagne de mesure
 Traitement des données - Bilans d’énergie – Rendements
 Identification des actions d’amélioration de la consommation de l’énergie
Collecte de données
En complément des informations récoltées dans le cadre de l’analyse préliminaire,
les informations manquantes sont récoltées si possible pendant la phase de terrain de
l’audit énergétique. Ci-dessous la liste des éléments obtenus :
Données d’ordre général
Factures d’électricité des 3 dernières années
 Horaires de fonctionnement moyens
 Liste des équipements de production avec les puissances, horaires de
fonctionnement moyens
 Personnes chargées du suivi de la consommation d’énergie
Données sur la consommation d’énergie thermique :
 Factures des produits énergétiques (gasoil) des 3 dernières années
 Liste des équipements consommateur d'énergie dans l'établissement
 Consommations du moteur de relevage gasoil
Données sur la consommation d’énergie électrique
 Puissance souscrite à travers les factures de l’ONEE
 Facteurs de puissance et de charge à travers les factures de l’ONEE
 Coût moyen du KWH à travers les factures de l’ONEE
 Liste des équipements
Compagne de mesure
La campagne de mesure porte :
 Les mesures ponctuelles du courant avec la pince ampérométrique au niveau de
chaque pompe.
 La mesure des grandeurs électriques par l’utilisation de l’analyseur de réseau.
 Le relevé des paramètres des variateurs de vitesse en fonction des secteurs.
 Le relevé des compteurs du matériel roulant.
Traitement de données – Bilans d’énergie - Rendements

Projet de fin d’études. 27


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Cette étape nous permet de caractériser précisément la performance de l’exploitation


agricole à travers :
 L’analyse et le traitement de la campagne de mesure ;
 L’élaboration des bilans énergétiques (à l’échelle de l’exploitation, par poste de
consommation et par énergie, et établissement des bilans thermiques et
rendements des ateliers et des équipements énergivores) ;
 La simulation des factures électriques avec les tarifs disponibles pour les
exploitations agricoles ;
 La comparaison des résultats de la campagne de mesure avec les données récoltées
auprès de la ferme.
Identification des actions d’amélioration de la consommation d’énergie
Les actions d’amélioration porteront sur :
 L’efficacité énergétique :
Evaluation du potentiel d’économie d’énergie par remplacement d’équipements :
Le remplacement de certains équipements peut s’avérer nécessaire lorsque leur
rendement est trop faible par rapport au rendement nominal initial (par usure), ou par
rapport au rendement d’un équipement neuf plus efficace, ou encore mieux adapté aux
conditions de fonctionnement (débit-pression, vitesse-couple…).

Dans le cadre des pompes, le rendement peut être optimisé en choisissant moteur
et pompe pour qu’ils soient à leur plage de rendement maximum. Ceci suppose de bien
connaître leurs courbes caractéristiques. Un indicateur simple de comparaison entre
divers systèmes est le coût de revient par m3 d’eau pompé. L’économie qui découle du
remplacement par une pompe plus performante ou de son adaptation optimale, dépend de
la différence entre la valeur nominale (souvent la valeur à l’optimum) et la valeur en
fonctionnement réel de la pompe réformée. Par conséquent, le temps de retour sur
investissement devra être calculé en fonction de cette différence et du coût du
remplacement.

Les faibles rendements des pompes engendrent généralement des surcoûts en matière de
consommation d’énergie et en matière de maintenance.

Evaluation du potentiel d’économie d’énergie par ajout d’équipements


(automatismes / contrôle commande capteurs, variateurs, batteries de condensateurs pour
l’amélioration du facteur de puissance,…).
 Démarreurs progressifs
Le démarreur progressif assure la protection des moteurs électriques. Sa fonction
première est limitée les phénomènes électriques transitoires au démarrage en réduisant les
appels de courant et donc l’échauffement des moteurs. Des fonctions supplémentaires
peuvent être assurées par les démarreurs, en particulier le suivi de la tension
d’alimentation.
 Variateur de vitesse
Les variateurs de vitesse sont des démarreurs progressifs qui permettent égalent
d’adapter la puissance du moteur en relation avec sa charge de fonctionnement, par une

Projet de fin d’études. 28


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

régulation commandée au niveau de la pression dans les conduites. Ainsi, ils permettent
d’engendrer des économies d’énergie et de supprimer les surintensités lors du démarrage.
Le gain dû à l’utilisation d’un tel équipement se situe entre 10 et 15% de
consommation d’électricité, avec une valeur moyenne estimée à 25%. Le délai
d’amortissement est souvent inférieur à 2ans.
 Batteries de condensateurs
Elles optimisent le facteur de puissance et permettent ainsi de réduire la facture
énergétique. Leur installation est primordiale quand le facteur de puissance est inférieur à
0,8.
L’installation d’une batterie de condensateurs est un investissement amorti en moyenne
en 2ans. Le retour sur investissement dépendra néanmoins du type de batteries de
condensateurs, de leur coût, leur puissance, leur niveau de qualité de protection, en
particulier :
 Evaluation du potentiel d’économie d’énergie par suppression d’équipements
inutiles (éclairage surdimensionné par rapport au besoin, …) ;
 Evaluation du potentiel d’économie d’énergie par paramétrage d’équipements
(réglage chaudière, réglage matériel roulant, paramétrage horloges, paramétrage
variateurs,…) ;
 Identification des processus de production pouvant être optimisés par changement
de procédures ou sensibilisation des utilisateurs, par l’amélioration de la
maintenance ;
 Identification du système de management de l’énergie en place, préconisation pour
une meilleure instrumentation permanente et un meilleur suivi des consommations
énergétiques ;
 Identification du meilleur contrat de fourniture en énergie électrique.

L’exploitation agricole connectée au réseau MT de l’ONE a le choix entre plusieurs


tarifs :
 Le tarif moyen tension général (MTG) ;
 Le tarif moyenne tension vert (MTV), avec ses 3 options TLU (Très Longue
Utilisation), MU (Moyenne Utilisation) et CU (Courte Utilisation).
Le choix de tel ou tel tarif va amener, pour une consommation identique ; à une
facture plus ou moins chère. Dans plus de 75% des cas, c’est le tarif vert MU qui va
optimiser le coût de l’énergie électrique achetée à l’ONEE.
Le tarif vert est destiné aux personnes exerçant une activité agricole, dont les
consommations sont très saisonnières, avec des pics en été. Les options tarifaires
dépendent de la durée annuelle d’utilisation (voir tableau ci-dessous), ainsi que double
saisonnalité (prix hiver et prix été). Il ne nécessite pas la souscription de puissance,
puisque seule la puissance appelée est facturée.
L’avantage du tarif vert est que le prix en été en heure normale, lorsque la
demande en eau et donc en électricité est importante, est plus bas que le prix en hiver. En
contrepartie, l’utilisation en heure de pointe est fortement pénalisante, car, le prix est très
élevé.

Projet de fin d’études. 29


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

Options Tarifaires Durée d’utilisation annuelle moyenne


TLU : Très Longue Utilisation Supérieure à 5500 heures,
consommations et puissances appelées
stable toute l’année, en hiver comme en
été
MU : Moyenne Utilisation Comprise entre 2500 et 5500 heures,
consommations et puissances appelées
saisonnières, avec besoins moyens en
hiver
CU : Courte Utilisation Inférieure à 2500 heures, consommations
et puissances appelées saisonnières, avec
besoin presque nul en hiver

Tableau 3: Options tarifaires pour le tarif vert

Général Vert
Tarif Tarif MT Tarif Tarif
MT Vert- MT MT
général TLU Vert-MU Vert-CU
Redevance (kVA) 31,78 176,34 79,36 35,27
Dh.TTC/kWh/mois
Trif hiver HP 1,23 0,6 1,17 1,75
Dh.TTC/kWh HN 0,81 0,5 0,85 1,17
HC 0,52 0,5 0,85 1,17
Trif été HP 1,23 0,56 0,67 0,78
Dh.TTC/kWh HN 0,81 0,48 0,54 0,6
HC 0,52 0,48 0,54 0,6

Tableau 4: Coût du kWh en fonction du tarif choisi et des saisons

V. Aperçu sur les différentes filières d’énergie renouvelable


Les énergies renouvelables, à l’inverse des énergies fossiles, sont connues pour
être plus respectueuses de l’environnement. L’utilisation d’énergies renouvelables, en
remplacement des énergies conventionnelles, réduit le bilan d’émissions des GES de
l’entreprise agricole. Solaire, géothermie et éolien peuvent avoir leur place à la ferme,
afin de réduire les émissions de GES tout en apportant une plus grande autonomie
énergétique.
1. Energie solaire photovoltaïque
Il s’agit de créer de l’électricité à partir de la lumière solaire. Grâce à des capteurs

Projet de fin d’études. 30


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

photovoltaïques, il devient possible d’alimenter des maisons individuelles ou un réseau


de distribution général où vont produire 1,1 kW crête à la tension de 200V continu. Ils
sont reliés à un onduleur qui transforme la tension 220V alternatif compatible avec le
réseau de distribution.
2. Energie solaire thermique
Au lieu de l’électricité, les capteurs solaires produisent de l’eau chaude ou sont
utilisés pour le chauffage par le sol. La technique reste simple mais difficile à installer
dans des bâtiments déjà construits. Les capteurs captent l’énergie solaire et la diffuse
dans un circuit où circule une eau glycolée. Le liquide caloporteur alimente
directement un plancher chauffant qui sert à la fois d’échangeur et de stockage.
3. L’Eolien
Grâce au vent, des éoliennes vont pouvoir fabriquer plusieurs million de
mégawatheures. Les aérogénérateurs sont alimentés par les couches d’air les plus basses,
accélérées par leur friction contre la surface du terrain. Alors qu’une ville ou des
buissons vont freiner le vent, un terrain plat à l’herbe rase n’aura aucun impact sur la
vitesse du vent.
4. L’hydroélectricité
Il s’agit de la seconde source d’énergie renouvelable au monde. Quelles soient
installées au pied de chutes naturelles, dans des barrages où près de la mer, les turbines
utilisent la force de l’eau pour produire de l’électricité. Celle-ci sera injectée dans le
réseau général ou alimentera des sites isolés.
5. La biomasse
Le terme « biomasse » désigne au sens large l’ensemble de la matière vivante. Elle
réunit le bois, la paille, le biogaz et les biocarburants. Le biogaz est issu de fermentation
des déchets organique. Sa combustion produit de la chaleur. En ce qui concerne les
biocarburants, ils proviennent de plantes cultivées. Mélangés à de l’essence, les
biocarburants issus du tournesol, de la betterave ou du colza font rouler déjà plusieurs
milliers de véhicules dans le monde.
6. La géothermie
Selon sa température, faible ou élevé, la chaleur du sous-sol permet de chauffer
une maison ou de produire de l’électricité par vapeur interposée

VI. Utilisation de l’énergie solaire PV à AGRUMAR


Dans le cadre de sa stratégie énergétique, le Maroc a mis en place un nouveau
dispositif réglementaire et organisationnel visant l’accompagnement du secteur des
énergies renouvelables en particulier le secteur solaire PV. La principale mesure concerne
l’adoption de la loi n°13-19, relative aux Energies Renouvelables. Elle autorise la
production d’énergie à partir d’énergies renouvelables et offre l’accès au réseau
électrique national très haute tension (THT), haute tension (HT) et moyenne tension
(MT)

Projet de fin d’études. 31


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

1. Energie solaire photovoltaïque


Les systèmes solaires photovoltaïques permettent la conversion directe de
l’énergie solaire en électricité. Outre les avantages liés à la maintenance assez légère de
ces systèmes, cette énergie répond parfaitement aux besoins des sites isolés et dont le
raccordement au réseau électrique est trop onéreux.
Le rendement des panneaux solaires est fonction de l’ensoleillement et de l’angle
d’exposition d’une part et de la température des cellules d’autre part.
Ces deux paramètres dépendent de la latitude et des caractéristiques climatologiques et
géographiques de la zone d’implantation. Une étude est obligatoire pour chaque cas afin
de connaître la surface de panneaux nécessaire en cas d’utilisation dans le domaine
agricole, tel que le pompage.
Les pompes solaires sont parmi les principales du photovoltaïque.
2. Systèmes de pompage solaire photovoltaïque
Le pompage solaire photovoltaïque est l’une des applications classique de l’énergie
solaire. C’est une option technologique pour l’alimentation en eau potable et l’irrigation
des cultures en sites isolés. Il s’avère être une technologie performante, fiable avec un
bon rapport coût-efficacité, adapté aux besoins limités en eau pour des petits douars, des
petites exploitations ou des points d’eau pour l’élevage situé dans des sites isolés à fort
potentiel solaire

Débit moyen pompé (m3/j) 30 30 30


HMT moyenne (m) (i) 30 50 75
Puissance crête nécessaire (W) (ii) 1000 2500 3500
Coût moyen (Dhs/m3) (iii) 1,22 2,03 2,7
Investissement nécessaire (Dhs) 120000 210000 285000
(iv)

Tableau 5: Pompage solaire

(i): HMT : Hauteur manométrique totale en mètre ;


(ii) : Puissance crête nécessaire ;
(iii): Il s’agit d’une estimation à confirmer par des devis auprès des fournisseurs ;
(iv): Coût calculé à partir de l’investissement initial ramené au coût mensuel en fonction
des durés de vie de chaque composante du système.

Projet de fin d’études. 32


Présentation générale : GIZ & AGRUAMR SOUSS

VII. Conclusion
Dans le premier chapitre nous avons tout ce qui concerne les généralités sur les
deux organismes d’accueil avec une description détaillée du processus de production au
sein d’AGRUMAR en donnant un aperçu général sur le travail qui nous attend. Dans le
deuxième chapitre nous allons traiter tout ce qui concerne la production et consommation
dans la station et vérifier l’existence d’une relation de linéarité entre les deux coefficients
déterminants.

Projet de fin d’études. 33


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Chapitre 2

Evaluation et analyse de la
consommation d’AGRUMAR

Projet de fin d’études. 34


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

I. Introduction :
L’évaluation et l’analyse de la consommation énergétique d’une unité industrielle
constitue le premier pas dans l’économie de l’énergie. L’analyse des différents aspects de
la demande énergétique permet d’aboutir aux premiers gains en économie d’énergie à
zéro ou à faible coût, car les différents enjeux de l’économie sont soit contractuels, ou
liés à la bonne gestion de la consommation. D’après cette analyse, parmi les moyens
importants pour la gestion d’énergie, l’établissement du bilan énergétique ou la matrice
de consommation qui présente une image claire des différentes consommations
énergétiques de toutes les unités de l’usine.
Dans ce paragraphe nous allons traiter les différents volets de la production,
consommation et consommation spécifique selon les différents types de produits et selon
les types de sources énergétiques. Nous allons encore étudier les systèmes électriques au
sein d’AGRUMAR, la qualité d’énergie, sans oublier, l’analyse des factures d’électricité
et la puissance souscrite.

II. Production, consommation et consommation spécifique


La figure ci-dessous montre la production de la station de conditionnement AGRUMAR
durant les trois dernières compagnes :
Campagne de production (tonnes)
2009/2010 2010/2011 2011/2012
octobre 1 785,58 3 443,40 1 747,13
novembre 3 408,32 4 011,73 5 124,88
décembre 2 803,48 3 201,15 3 243,85
janvier 4 527,94 2 996,88 3 176,43
février 1 500,91 1 872,67 1 886,15
mars 2 963,76 2 219,71 2 021,38
avril 3 655,82 2 647,50 659,13
mai 4 928,45 2 676,79 4 324,78
juin 175,93 3 116,47 5 702,09
juillet 0,00 0,00 40,04
août 0,00 0,00 0,00
septembre 0,00 0,00 0,00
TOTAL 25 750 26 186 27 926

Tableau 6 : Production AGRUMAR pour les trois dernières compagnes

On constate que la production au sein d’AGRUMAR a augmenté durant les trois


dernières compagnes.
Une augmentation de 1,7% entre la première et la deuxième compagne.
Une augmentation de 6,64% entre la deuxième et la troisième compagne.
La compagne sur laquelle nous allons travailler est la compagne 2011/2012.
Pendant la compagne 2011/2012 la consommation énergétique était :
 1 300 629 kWh d’électricité, correspondant à une facture de 1 084 038,14 Dhs HT

Projet de fin d’études. 35


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

(Soit un coût moyen H.T. 0,83 Dhs/kWh) ;


 31 985,46 Kg de propane, correspondant à une facture de 445 365,65 Dhs HT
(Soit un coût moyen H.T. de 13,94 Dhs/Kg) ;
 48 000,00 L du gasoil, correspondant à une facture de 311 190,32 Dhs HT (Soit un
coût moyen H.T. de 6,48 Dhs/L).

1. Production au sein AGRUMAR


Le tableau suivant montre la moyenne de la production en tonne pour les quatre dernières
compagnes selon les types des agrumes :

Produit Quantité (Tonne)


CLEMENTINES 9 250
CLEMENTINE NOUR 2 400
SALUSTIANA 2 150
NAVELS 1 270
W.SANGUINE 1 750
MAROC LATE 13 850
DIVERS 430
Total .Production (tonne) 31 100

Tableau 7 : La moyenne de production en tonne pour les quatre dernières


compagnes

On constate que la production se diffère d’un produit à un autre, on trouve en


premier lieu la Maroc Late et les Climentines, la production de la Climentine Nour et du
Navels reste limitée.
La figure ci-après montre l’évolution de la production totale de la station AGRUMAR
durant les trois dernières compagnes.

Production des agrumes pour les trois dernières


compagnes AGRUMAR SOUSS
6,000.00
Production(Tonne)

4,000.00
2,000.00
2009/2010
0.00
2010/2011
2011/2012

Mois

Figure 6 : Production des agrumes pour les trois dernières compagnes AGRUMAR
SOUSS

Projet de fin d’études. 36


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

La production est aléatoire que ce soit pour la même compagne ou pour les trois
compagnes, ceci revient aux conditions climatiques, irrigation, sécheresse….
La figure suivante montre la production d’AGRUMAR durant la compagne de référence
octobre 2011/septembre 2012 selon les types d’agrumes.

Production par variété d'agrume pour la


compagne 2011/2012
DIVERS
1%

CLEMENTINE
S
MAROC LATE 30%
44%

CLEMENTINE
NOUR
8%
W.SANGUINE NAVELS SALUSTIANA
6% 4% 7%

Figure 7 : Production par variété d'agrume pour la compagne 2011/2012


2. Consommation énergétique au sein d’AGRUMAR
Le tableau et la figure ci-après montrent la répartition de la consommation
énergétique (électricité, propane et gasoil) de la station AGRUMAR durant la compagne
de référence 2011/2012.

Energie Consommation Facture (Dhs HT)


Electricité (kWh) 1 300 629 1 084 038,14
Propane (Kg) 31 985,46 445 365,65
Gasoil (L) 48 000 311 190,32
Total 1 840 594,11

Tableau 8 : La répartition de la facture énergétique (électricité, propane et gasoil)


de la station AGRUMAR durant la compagne 2011/2012

Projet de fin d’études. 37


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

La figure ci-dessous montre la répartition de la consommation énergétique d’électricité,


propane et gasoil totale exprimée en kWh durant la compagne de référence octobre
2011/septembre 2012.

Répartition de la consommation
électrique en kWh

Gasoil
17%

Propane Electricité
24% 59%

Figure 8 : Répartition de la consommation énergétique d’électricité, propane et


gasoil en kWh

La consommation d’électricité vient au premier lieu à 59% de la consommation globale,


suivi par le propane de 24% et à la fin on trouve le gasoil de 17%.
Consommation de l’énergie électrique
Généralités
La consommation électrique durant la compagne de mesure (2011/2012) s’élève à
1 300 629 kWh pour un montant global hors taxes de 1 084 038,14 Dhs, soit un coût
moyen de 0,833 Dhs/kWh, cette consommation sera répartie selon les tranches horaires.
Avant d’entamer le travail nous devrons connaitre quelques lois de l’ONEE qui
organisent la distribution d’électricité au Maroc.
Pour les saisons et les tranches horaires on trouve.

Figure 9 : Tranches horaires ONEE

Projet de fin d’études. 38


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Pour le tarif moyen tension générale (MTG), les tarifs sont exprimés en Dh TVA
comprise (TVA est de l’ordre de 14%) comme suivant :

Figure 10 : Prix du kWh selon les tranches horaires

Le tarif optionnel moyenne tension est un tarif qui se constitue de trois options
tarifaires selon la durée annuelle d'utilisation de la puissance. A chaque option tarifaire
correspond une prime fixe pour la facturation de la puissance souscrite par poste horaire,
et une redevance de consommation par poste horaire.
La figure suivante montre la durée d’utilisation annuelle moyenne selon l’option
tarifaire :

Figure 11 : Options tarifaires du tarif optionnel MT

La figure ci-dessous montre les prix en Dh d’un kWh selon le type de tarif :

Figure 12 : Les prix en Dh d’un kWh selon le type de tarif

Projet de fin d’études. 39


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Répartition de la consommation électrique selon les différentes unités d’AGRUMAR

En installant deux analyseurs de réseau au même instant, l’un pour mesurer la


consommation totale de l’installation et l’autre pour mesurer la consommation des
groupes froids.
Nous avons relevé les graphes suivants :

Figure 13 : Consommation électrique des chambres froides.

Nous avons mis les chambres froides en marches et mesuré la comsommation sur une
durée de trois heures, la consommation des groupes froids était 180 ,70 kWh ce qui
représente un pourcentage de 36,78% de la consommation globale de la station qui était
491 284 kWh.
La consommation électrique au sein d’AGRUMAR se répartie selon les différentes unités
de la station comme suivant :

Répartition de la consommation électrique kWh


Total 1 300 629
Eclairage extérieur 17 797,72
Administration+ Espace des employés 23 332,29
Chambres froides 286 138,38
Ateliers 973 360,60

Tableau 9 : Répartition de la consommation électrique selon les unités pour la


compagne de référence

Remarque : la consommation électrique mesurée pour la station de conditionnement est


la somme des consommations des ateliers, l’administration, l’éclairage extérieur, les

Projet de fin d’études. 40


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

chambres froides et l’espace réservé aux employés.


La figure ci-après traduit les valeurs calculées pour la consommation électrique des
différentes unités d’AGRUMAR.

Répartition de la consommation électrique selon


les unités pour la compagne 2011/2012

1% 2%
Eclairage extérieur

37% Administration+ Espace


employé
60%
Groupes froides

Atelier

Figure 14 : Répartition de la consommation électrique selon les unités pour la


compagne de référence

On remarque que les ateliers consomment la plus grande partie d’énergie, puis les
chambres froides, cependant la consommation de l’administration, l’espace réservé aux
employés et l’éclairage extérieur reste faible.
Répartition de la consommation électrique selon les tranches horaires
On trouve ci-après un tableau et une figure qui montrent l’évolution de consommation
totale selon les tranches horaires durant la compagne de référence 2011/2012 au sein
d’AGRUMAR:

Mois Consommations
Heures Pointes Heures Pleines Heures Creuses Total

kWh kWh kWh kWh


oct.-11 31 393 81 991 49 569 162 953
nov.-11 36 281 85 399 53 869 175 549
déc.-11 20 297 84 689 60 791 165 777
janv.-12 10 876 66 650 44 393 121 919
févr.-12 6 572 39 566 24 715 70 853
mars-12 6 918 42 850 27 487 77 255
avr.-12 4 347 33 761 20 914 59 022
mai-12 12 135 65 149 37 302 114 586
juin-12 9 656 69 639 36 794 116 089
juil.-12 6 448 68 228 19 651 94 327

Projet de fin d’études. 41


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

août-12 2 415 60 880 11 625 74 920


sept.-12 11 644 36 686 19 049 67 379
Total 158 982 735 488 406 159 1 300 629

Tableau 10 : La consommation électrique totale selon les tranches horaires à


AGRUMAR

kW consommation électrique totale selon les tranches


h horaires à AGRUMAR
200000
150000
100000
50000
0

Heures Pointes Heures Pleines Heures Creuses Mois

Figure 15 : consommation électrique totale selon les tranches horaires à


AGRUMAR

On constate très bien que la grande partie de la consommation se fait pendant les
heures pleines et les heures creuses, cette consommation reste faible pendant les heures
de pointes. Tout cela est dû au faite que la station fonctionne à peu près de 08 h du matin
jusqu’à 18h soir avec des possibilités de prolongation en cas de surproduction.
La figure suivante donne la répartition de la consommation électrique entre les
différentes tranches horaires.

Répartition de la consommation
électrique suivant les tranches horaires
Heures Pointes Heures Pleines Heures Creuses

12%

31%
57%

Tableau 11 : La consommation électrique entre les différentes tranches horaires.

Consommation électrique selon les variétés d’agrumes

Projet de fin d’études. 42


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Dans le travail suivant nous allons calculer la consommation et consommation


spécifique de différentes variétés des agrumes au sein d’AGRUMAR.
La figure ci-après montre l’évolution de la consommation électrique d’AGRUMAR
durant la compagne 2011/2012 :

Consommation électrique en kWh pour la


compagne 2011/2012

200000
Consommation (kWh)

150000
100000
50000
0

Mois

Tableau 12 : La consommation électrique d’AGRUMAR durant la compagne


2011/2012

La consommation de l’énergie électrique au sein d’AGRUMAR n’est pas


constante, car la station travaille pour une durée très limitée durant l’année, en plus les
machines peuvent fonctionner simultanément ou en alternance.
On considère que pour la production d’un kilogramme d’agrume consomme la
même quantité d’électricité quel que soit le type d’grume, car tous les produits passent
par les mêmes étapes pour être prêt à l’exportation ou à destination du marché local.
Le tableau et le graphe suivants représentent la répartition de la consommation
d’électricité selon le type d’agrume pour la compagne de référence :

Type d'agrume Consommation en kWh


CLEMENTINES 386 843,03
CLEMENTINE NOUR 100 370,08
SALUSTIANA 89 914,87
NAVELS 53 112,50
W.SANGUINE 73 186,52
MAROC LATE 579 219,02
DIVERS 17 982,97
Total 1 300 629

Tableau 13 : La consommation d’électricité selon le type d’agrume pour la


compagne de référence

Projet de fin d’études. 43


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Répartition de la consommation en kWh selon


le type de produit
DIVERS
1%

CLEMENTINE
MAROC LATE S
44% 30% CLEMENTINE
NOUR
8%

SALUSTIANA
W.SANGUINE NAVELS 7%
6% 4%

Figure 16 : La consommation d’électricité selon le type d’agrume pour la compagne


de référence

La différence entre la consommation d’électricité d’un produit à un autre est due au fait
que les quantités produites ne sont pas les même.
Consommation du propane
AGRUMAR a consommé lors de la compagne de référence (Octobre
2011/Septembre 2012) 31985,46 Kg de propane, correspondant à une facture totale de
445 365,65 Dhs H.
Le propane est acheté au prix moyen de 13,94Dhs/Kg.
Le tableau ci-dessous donne la consommation en Kg du propane au sein de la station
AGRUMAR pendant la compagne de référence:

Date Quantité (kg)


10/10/2011 2 911,62
02/11/2011 2 277,34
28/11/2011 5 205,36
09/12/2011 4 332,51
20/12/2011 1 133,65
26/01/2012 3 032,23
14/01/2012 2 464,08
17/02/2012 2 011,79
15/03/2012 2 011,26
03/05/2012 2 679,38
07/06/2012 1 826,11
20/06/2012 2 100,13

Tableau 14 : La consommation du propane durant la compagne de référence

Projet de fin d’études. 44


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

La figure suivante traduit les valeurs enregistrées dans le tableau précédant :

Quantité du propane consommée en kg


6,000.00
Quantité en Kg 5,000.00
4,000.00
3,000.00
2,000.00
1,000.00
0.00

Mois

Figure 17 : La consommation du propane durant la compagne de référence

On voit très bien que la consommation du propane n’est pas constante, car elle est
liée au fonctionnement des séchoirs qui sert à sécher les agrumes.
On considère que pour la production d’un kilogramme d’agrume consomme la même
quantité de propane quel que soit le type d’grume.
Le tableau et le graphe suivant représentent la répartition de la consommation du propane
selon le type d’agrume pour la compagne de référence :

Type d'agrume Consommation en Kg


CLEMENTINES 9 513,36
CLEMENTINE NOUR 2 468,33
SALUSTIANA 2 211,21
NAVELS 1 306,16
W.SANGUINE 1 799,82
MAROC LATE 14 244,33
DIVERS 442,24
Total 31 985,45

Tableau 15 : La consommation du propane selon le type d’agrume pour lacompagne


de référence

Projet de fin d’études. 45


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Répartition de la consommation en Kg du
proprne selon le type de produit
DIVERS
1%

CLEMENTINE
MAROC LATE S
44% 30%

CLEMENTINE
NOUR
SALUSTIANA 8%
W.SANGUINE NAVELS 7%
6% 4%

Figure 18 : La consommation du propane selon le type d’agrume pour la compagne


de référence

La différence entre la consommation du propane d’un produit à un autre est due au fait
que les quantités produites ne sont pas les même.
Consommation du gasoil
AGRUMAR a consommé lors de la compagne de référence (Octobre
2011/Septembre 2012) 48000,00 L du gasoil, correspondant à une facture totale de 311
190,32 Dhs H.
Le gasoil est acheté au prix moyen de 6,48Dhs/L.
Le tableau ci-dessous donne la consommation du gasoil en litre au sein de la station
AGRUMAR pendant la compagne de référence:

Date Quantité (L)


11/11/2011 8 000,00
05/12/2011 8 000,00
09/01/2012 8 000,00
21/02/2012 8 000,00
10/04/2012 8 000,00
02/06/2012 8 000,00

Tableau 16 : La consommation en litre du gasoil pour lacompagne de référence

Projet de fin d’études. 46


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

La figure suivante traduit les valeurs enregistrées dans le tableau précédant :

Quantité du gasoil consommée en L


10,000.00
8,000.00
Quntité en L

6,000.00
4,000.00
2,000.00
0.00

Mois

Figure 19 : La consommation en L du gasoil pour la compagne de référence

La consommation du gasoil reste constante durant toute l’année, car le gasoil au


sein d’AGRUMAR est utilisé pour faire fonctionner les voitures de services, les camions
est les claks….
On considère que pour la production d’un kilogramme d’agrume consomme la
même quantité de gasoil quel que soit le type d’grume.

Le tableau et le graphe suivant représentent la répartition de la consommation du gasoil


selon le type d’agrume pour la compagne de référence :

Type d'agrume Consommation en L


CLEMENTINES 14276,53
CLEMENTINE NOUR 3704,18
SALUSTIANA 3318,33
NAVELS 1960,13
W.SANGUINE 2700,96
MAROC LATE 21376,20
DIVERS 663,66
Total 48000

Figure 20 : La consommation du gasoil selon les variétés d’agrume pour la


compagne de référence

Projet de fin d’études. 47


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Répartition de la consommation en litre du


gasoil selon le type de produit
DIVERS
1%

CLEMENTINE
MAROC LATE S
44% 30%

CLEMENTINE
NOUR
SALUSTIANA 8%
W.SANGUINE NAVELS 7%
6% 4%

Figure 21 : La consommation du gasoil selon les variétés d’agrume pour la


compagne de référence.
Consommations spécifiques
Les ratios de consommation (ou consommations spécifiques) sont des éléments
très utiles de comparaison. Ils permettent la détermination du degré de compatibilité entre
la consommation et la production.
Le tableau suivant montre la production totale des agrumes en fonction de la
consommation des différentes sources d’énergie pour les trois dernières compagnes.

2009/2010 2010/2011 2011/2012


Consommation électrique
1 307 128 1 322 420 1 300 629
(kWh)
Consommation propane (Kg) 19 146,75 23 214,09 31 985,46
Consommation gasoil (L) 48 000 56 000 48 000
Production (Tonne) 25 750,18 26 186,30 27 925,86

Tableau 17 : La production en fonction de la consommation pour les trois dernières


compagnes.

On voit qu’il n’y a pas de proportionnalité entre La consommation énergétique


(électricité, propane et gasoil) est la production des agrumes.

Projet de fin d’études. 48


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

 Consommations spécifiques

Evolution de la consommation spécifique électrique


pour les trois dernières compagnes
52
51
50
49
Wh/Kg

48
47
46
45
44
2009/2010 2010/2011 2011/2012

Figure 22 : Evolution de la consommation spécifique électrique pour les trois


dernières compagnes

On remarque très bien que la consommation spécifique en électricité pour produire


un Kg d’agrume se diffère d’une compagne à une autre.
 Pour la compagne 2009/2010 : 50,67 Wh/Kg, ce qui correspond à un prix HT de
0,042 Dhs/Kg
 Pour la compagne 2011/2012 : 46,57 Wh/Kg, ce qui correspond à un prix HT de
0,039 Dhs/Kg

Evolution de la consommation spécifique du propane


pour les trois dernières compagnes
1.4

1.2

1
mg/Kg

0.8

0.6

0.4

0.2

0
2009/2010 2010/2011 2011/2012

Figure 23 : Evolution de la consommation spécifique du propane pour les trois


dernières compagnes

Projet de fin d’études. 49


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

On constate que la consommation spécifique du propane pour produire un Kg


d’agrume se diffère d’une compagne à une autre.
 Pour la compagne 2009/2010 : 115 mg/Kg, ce qui correspond à un prix HT de
0,013 Dhs/Kg
 Pour la compagne 2011/2012 : 115 mg/Kg, ce qui correspond à un prix HT de
0,015 Dhs/Kg
La différence entre le prix de production d’un Kg est due à l’augmentation du prix du
propane.

Evolution de la consommation spécifique du gasoil


pour les trois dernières compagnes
2.5

1.5
ml/Kg

0.5

0
2009/2010 2010/2011 2011/2012

Figure 24 : Evolution de la consommation spécifique en gasoil

La consommation spécifique du gasoil pour produire un Kg d’agrume se diffère d’une


compagne une autre.
 Pour la compagne 2009/2010 : 1,86 ml/Kg, ce qui correspond à un prix HT de
0,012 Dhs/Kg
 Pour la compagne 2011/2012 : 1,72 ml/Kg, ce qui correspond à un prix HT de
0,011 Dhs/Kg

Projet de fin d’études. 50


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Le graphe suivant donne le prix en Dh pour produire un Kg d’agrume :

Consommation énergétique (électricité-propane-


gazoil) par Kg d'argume
0.069
0.068
0.067
0.066
0.065
Dhs/Kg

0.064
0.063
0.062
0.061
0.06
0.059
2009/2010 2010/2011 2011/2012

Figure 25 : Consommation en Dh pour produire un Kg d'agrume

Le prix de production d’un Kg se diffère d’une année à une autre :


 Pour la compagne 2009/2010, pour produire un Kg d’agrume on consomme 0,067
Dhs d’énergie (électricité, propane et gasoil).
 Pour la compagne 2009/2010, pour produire un Kg d’agrume on consomme 0,065
Dhs d’énergie (électricité, propane et gasoil).
Relations entre la consommation électrique et la production

Diagramme de Dispersion
Energie électrique / Production
Campagne 2010/2011 y = 27.088x + 51091
R² = 0.4762
250000
Consommation kWh

200000

150000

100000

50000

0
0.00 1,000.00 2,000.00 3,000.00 4,000.00 5,000.00
Production Kg

Figure 26 : Diagramme de Dispersion Energie électrique/Production - compagne


2010/2011

Projet de fin d’études. 51


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Diagramme de Dispersion
Energie électrique / Production y = 12.944x + 78263
Campagne 2011/2012 R² = 0.3926
200,000

Consommation kWh
150,000

100,000

50,000

0
0.00 1,000.00 2,000.00 3,000.00 4,000.00 5,000.00 6,000.00
Production Kg

Figure 27 : Diagramme de Dispersion Energie électrique/Production - compagne


2011/2012

 Commentaire

Campagne 2010/2011
 Coefficient de détermination : R² = 0,48
 Coefficient de corrélation : 0.69

Campagne 2011/2012
 Coefficient de détermination : R² = 0,392
 Coefficient de corrélation : 0.63
On constate très bien que le coefficient de corrélation pour les deux compagnes est assez
élevé, ce qui montre qu’il y’a une relation entre la consommation électrique et la
production des agrumes.
Remarque : ces deux coefficients permettent de vérifier l’exsistance d’une relation
linière entre la production et la consommation.

III. Système électrique


1. Réseau électrique

Le site AGRUMAR est alimenté en énergie électrique par un poste de livraison


raccordé au réseau 20 KV de l’ONEE. Ce poste est constitué d’un seul transformateur
MT/BT de puissance 800 KVA. En cas de non disponibilité de l’électricité, la station de
conditionnement est alimentée par un groupe électrogène Diesel d’une puissance 180
KVA.
Pour la compensation de l’énergie réactive, des batteries de condensateurs à
régulation par contacteurs, d’une puissance 300 KVAR, sont installées au niveau du
tableau général basse tension (TGBT). De plus le poste de livraison alimente deux frigos.

Projet de fin d’études. 52


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

La tension électrique AGRUMAR est de 400 V triphasée, et le régime du neutre est le


régime TT.
Caractéristiques du transformateur
Le tableau suivant représente les caractéristiques du transformateur MT/BT
AGRUMAR :

TARNASFORMATEUR MT/BT
Marque SOMATEL
Année de fabrication 1 988
Puissance nominale 800 KVA
Tension court-circuit 5%
Couplage Dyn11
Tension primaire 20 KV
Tension secondaire 400V
Courant nominal 1 155 A
Primaire
Courant nominal 21 A
Secondaire
Fréquence 50 Hz

Figure 28 : Caractéristiques du transformateur MT/BT.


Schéma unifilaire
Le réseau de distribution électrique est présenté dans la figure suivante :

Figure : Schéma unifilaire de la distribution électrique AGRUMAR.


2. Qualité de l’énergie électrique
Pour évaluer la qualité de l’énergie électrique, nous avons procédé à des

Projet de fin d’études. 53


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

enregistrements des grandeurs électriques, côté basse tension des transformateurs


électriques AGRUMAR, à l’aide d’analyseurs de réseau électrique
Les variables captées et enregistrées sont :
 La tension d’alimentation instantanée dans les trois phases ;
 Le courant d’alimentation ;
 Le taux global de distorsion (tension et courant) ;
 Fréquence ;
 Déséquilibre de phase ;
 Energie électrique consommée.
Les détails des enregistrements sont présentés en (annexe 5).On ne donne ici que la
synthèse de la compagne des mesures effectuée
 Synthèse des enregistrements
Sur la période de mesure Nous avons conclu les principaux éléments suivants :

Le réseau n’a pas subi de creux de tension ni de surtensions, en effet la tension


mesurée prends la valeur minimale 367 V (-8,25 %) et la valeur maximale 430,5 v (+7,6
%). Ces variations respectent la norme EN -50160 qui indique qu’en exploitation
normale, pour chaque période d’une semaine, 95 % des valeurs efficaces moyennées sur
10 minutes doivent se situer dans la plage 400 V +/- 10 %.
En ce qui concerne la fréquence, les variations lentes autour de la valeur nominale
50 Hz sont généralement faibles.
Les phases du réseau sont sensiblement équilibrées.

 Le THDu qui caractérise la déformation de l’onde de tension est inférieur à 5 %,


donc sans conséquence sur le fonctionnement des équipements.

 Le THDi qui caractérise la déformation de l’onde du courant ne dépasse pas 10 %.


3. Analyse des factures électriques
La première étape de l’économie d’énergie électrique d’une entreprise, réside dans
d’analyse de sa facture d’électricité. Cette analyse donne un aperçu global sur la demande
électrique et permet d’aboutir à des solutions assez rapides et parfois peu coûteuses,
permettant de générer les premiers gains sur la facture électrique.
Une analyse des factures électriques AGRUMAR a été réalisée pour déterminer
les points d’amélioration possibles que ce soit au niveau de la puissance souscrite, du
facteur de puissance, la puissance maximale appelée et la consommation en énergie
électrique.
La puissance souscrite
C’est une puissance contractuelle auprès de l’ONEE pour laquelle AGRUMAR
s’engage à ne la dépasser sous peine de pénalités, elle constitue donc une redevance fixe
mensuelle.
La redevance de puissance est établie en fonction de la puissance souscrite
annuellement. La redevance de puissance (RP) est calculée pour l’année et est facturée
mensuellement; son montant est déterminé par application de la formule suivante :

Projet de fin d’études. 54


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Pf : prime fixe annuelle.


PS : puissance souscrite.
Remarque : la formule que nous avons utilisé pour le calcul des redevances de
puissance est celle utilisée par l’ONEE.

La puissance souscrite actuellement de l’ONEE est donnée dans le tableau suivant :

Mois Puissances suscrites Redevance Coût unitaire


(KVA) (DHs) (DH/KVA)
Oct-2011 650 18 122,54 334,57
Nov-2011 650 18 122,54 334,57
Déc-2011 650 18 122,54 334,57
Jan -2012 500 13 940,42 334,57
Fév-2012 500 13 940,42 334,57
Mars-2012 500 13 940,42 334,57
Avr-2012 500 13 940,42 334,57
Mai-2012 460 12 825,18 334,57
Juin-2012 460 12 825,18 334,57
Juil-2012 460 12 825,18 334,57
Août-2012 460 12 825,18 334,57
Sep-2012 650 18 122,54 334,57

Tableau 18 : La puissance souscrite actuellement de l’ONEE.


La puissance maximale appelée
La mesure de cette puissance est à la base de calcul de la puissance pénalisée, qui
est définie comme la plus grande valeur entre la puissance souscrite et la puissance
maximale appelée en kVA.
Au cas où au cours d’un mois, il serait constaté que la valeur de la puissance
appelée a dépassé la valeur de la puissance souscrite l’ONEE adopte la formule suivante
pour le calcul des redevances de dépassement de la puissance souscrite :
( )
Pf: prime fixe annuelle.
PS: puissance souscrite.
PA: puissance maximale enregistrée pendant le mois.
Remarque : la formule que nous avons utilisé pour le calcul des redevances de
puissance est celle utilisée par l’ONEE.

Projet de fin d’études. 55


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Le relevé des puissances maximales appelées en Oct2011/Sep2012 à AGRUMAR


est donné dans le tableau suivant :

Mois Puissances suscrites Puissances appelées Redevance (DHs)


(KVA) (KVA)
Oct-2011 650 569,71 0
Nov-2011 650 581,97 0
Déc-2011 650 561,89 0
Jan -2012 500 457,60 0
Fév-2012 500 442,35 0
Mars-2012 500 460,51 0
Avr-2012 500 506,12 250,93
Mai-2012 460 790,36 13801,01
Juin-2012 460 565,83 4433,05
Juil-2012 460 500 1672,85
Août-2012 460 376,53 0
Sep-2012 650 427,13 0

Tableau 19 : Puissances maximales appelées en Oct2011/Sep2012 à AGRUMAR.

Evolution de la puissance appelée


Oct-2011/Sep-2012
700
600
500
kVA

400 Puissance Appelée


300
200
Puissance Appelée
100
Moyenne
0
nov.-11

juin-12
mars-12

juil.-12

sept.-12
janv.-12
oct.-11

déc.-11

févr.-12

mai-12
avr.-12

août-12

Figure 29 : Evolution de la puissance appelée Oct-2011/Sept-2012.

D’après ce graphe, la puissance maximale a enregistré une valeur moyenne de 520,00


KVA
Le Cos PHI:
Si au cours d’un mois donné, la quantité d’énergie réactive consommée donne lieu
à une valeur inférieure à 0,8 du facteur de puissance moyen mensuel, le montant total des
redevances dues par le client au titre de sa consommation mensuelle (redevance de la
puissance souscrite, redevance de dépassement éventuel de la puissance souscrite et
redevance de consommation) sera majoré de 2% pour chaque centième d’insuffisance du
facteur de puissance constatée.
( ( )) ( ( )) ( )

Projet de fin d’études. 56


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Le relevé du Cos PHI d’Oct2011 au Sept2012 à AGRUMAR est donné dans le tableau
suivant :

Mois Facteur de puissance Pénalité cos PHI


facturé
Oct-2011 0,918 0
Nov-2011 0,921 0
Déc-2011 0,929 0
Jan -2012 0,92 0
Fév-2012 0,902 0
Mars-2012 0,899 0
Avr-2012 0,816 0
Mai-2012 0,83 0
Juin-2012 0,919 0
Juil-2012 0,906 0
Août-2012 0,895 0
Sep-2012 0,892 0

Tableau 20 : Cos PHI d’Oct 2011 au Sept 2012 à AGRUMAR.

Evolution de facteur de puissance (Fp) et Fp moyen


0.94
0.92
0.9
0.88
Titre de l'axe

0.86
0.84
0.82 Fp du mois
0.8 Fp moyen
0.78
0.76
0.74
nov.-11

mars-12

juin-12
juil.-12
janv.-12
déc.-11
oct.-11

févr.-12

mai-12

sept.-12
avr.-12

août-12

Figure 30 : Evolution du facteur de puissance 2011/2012.

La figure ci-dessus montre bien que le cos φ reste très suffisant. La valeur moyenne
calculée durant cette compagne est de 0,895.

Projet de fin d’études. 57


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

La consommation électrique
Le prix de l'électricité dépend principalement de la consommation par poste
horaire. Donc Une bonne gestion des horaires de consommation permettra par
conséquent une meilleure maîtrise de la facture d'électricité.

Figure 31: Tranches horaires ONEE.

Redevance de consommation par kWh :


Heures de pointe 1,07588
Heures pleine 0,70623
Heures creuses 0,45957

Tableau 21: Prix du kWh selon les tranches horaires.

La redevance de consommation (RC) est égale à la somme des consommations


dans chaque poste horaire après application du tarif relatif à l’option concernée.

Php : Prix du kWh du poste heures de pointe ;


pHPL : Prix du kWh du poste heures pleines ;
pHC : Prix du kWh du poste heures creuses ;
Cons : Energie active consommée durant une tranche horaire.

Le relevé de la consommation d’Oct 2011 au Sept 2012 à AGRUMAR est donné dans le
tableau suivant:

Mois Consommations Redevances


HP HPL HC Total HP HPL HC Total

kWh kWh kWh kWh Dh Dh Dh Dh


oct.-11 31393 81991 49569 162953 33775,1 57904,5 22780,4 114460,03
nov.-11 36281 85399 53869 175549 39034,0 60311,3 24756,5 124101,91
déc.-11 20297 84689 60791 165777 21837,1 59809,9 27937,7 109584,77
janv.-12 10876 66650 44393 121919 11701,2 47070,2 20401,6 79 173,19
févr.-12 6572 39566 24715 70853 7070,6 27942,7 11358,2 46 371,65

Projet de fin d’études. 58


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

mars-12 6918 42850 27487 77255 7442,9 30261,9 12632,2 50 337,09


avr.-12 4347 33761 20914 59022 4676,8 23843,0 9611,4 38 131,33
mai-12 12135 65149 37302 114586 13055,8 46010,1 17142,8 76 208,86
juin-12 9656 69639 36794 116089 10388,7 49181,1 16909,4 76 479,27
juil.-12 6448 68228 19651 94327 6937,2 48184,6 9031,0 64 152,94
août-12 2415 60880 11625 74920 2598,2 42995,2 5342,5 50 936,03
sept.-12 11644 36686 19049 67379 12527,5 25908,7 8754,3 47 190,65

Tableau 22: La consommation électrique d’Oct 2011 au Sept 2012 à AGRUMAR.


4. Résultats d’analyse des factures électriques
Il ressort de l’analyse des factures électriques de la compagne de référence
(octobre 2011-septembre 2012) que :
 La station de conditionnement AGRUMAR a consommé 1 300 629 kWh
correspondant à une facture hors taxes de 1 084 038,14 Dh, soit en moyenne
0,833Dh/kWh ;
 La consommation se répartit en 158982 kWh (12%) pour les heures pointes,
735488 kWh (57%) pour les heures pleines et 406159 kWh (31%) pour les heures
creuses ;
 Les appels de puissance durant cette compagne ont varié entre 376,53 kVA et
790,36 kVA avec une moyenne de 520 kVA ;
 Le facteur de puissance durant cette période a varié entre à 0,82 et 0,93 ;
 Trois puissances souscrites 460 KVA, 500 KVA et 650 KVA avec un coût unitaire
de 334,57 DH/KVA.
Les données montrent l’existence d’une opportunité de gain tarifaire par optimisation de
la puissance souscrite.
Les deux tableaux suivants donnent le détail des factures et la répartition annuelle des
redevances électrique du poste durant la compagne de référence (octobre 2011-
septembre 2012).

Projet de fin d’études. 59


Evaluation et analyse de la consommation énergétique d’AGRUMAR

Tableau 23 : Détail des factures électrique AGRUMAR.

Projet de fin d’études. 60


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Redevance Montant Dhs HT Répartition (%)


Consommation (kWh) 877127,74 81
Puissance souscrite 179552,57 16
(kVA)
Dépassement de la 20157,84 2
puissance souscrite
(kVA)
Pénalité pour mauvais 0,00 0
facteur de puissance
Entretien & Location 7200,00 1
Total 1084038,14 100

Tableau 24: Répartition annuelle des redevances électriques du poste de


transformation.

IV. Conclusion
Le deuxième chapitre a été consacré aux calculs de la consommation énergétique
(électricité, propane et gasoil) au sein d’AGRUMAR et la production des agrumes, nous
avons calculé encore la consommation spécifique des différents produits et vérifié s’il y’a
une corrélation entre la consommation et la production. La qualité d’énergie
(harmonique, cos phi…) a pris une grande partie dans ce chapitre. La dernière partie du
chapitre était une analyse de la facture d’électricité (la puissance appelée, la puissance
souscrite…) d’AGRUAMR et le calcul des différentes redevances.

Projet de fin d’études. 61


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Chapitre 3
Diagnostic des différents systèmes
énergétiques d’AGRUMAR

Projet de fin d’études. 62


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

I. Introduction
Dans le troisième chapitre nous allons faire un audit détaillé des différents
systèmes énergivores au sein d’AGRUMAR (factures électrique, éclairage, air comprimé,
séchoirs et chambres froides) en essayant de chiffrer la consommation des différents
systèmes. Dans ce chapitre nous allons signaler les pertes au niveau de chaque système
sans proposer des solutions d’amélioration qui sera l’objectif du quatrième chapitre.

II. Système d’éclairage


Un inventaire complet des points lumineux a été réalisé en vue de connaitre les
différentes sources d’éclairage, leurs puissances, la répartition de la puissance entre
l’intérieur, l’extérieur, le site de production et l’administration.

Le tableau ci-dessous donne les résultats de l’inventaire réalisé :

Type de lampe Nombre Puissance en W


Tubes fluorescents 379 27279,25
Lampes à incandescence 21 1635
Projecteur 24 26400
Lampe au sodium HP 13 3575
Projecteur Galux 4 1100
Total sources 441 59989,25

Figure 32 : Répartition en nombre et en type de lampes de la station AGRUMAR

La consommation énergétique de l’éclairage pour la compagne de référence est de


l’ordre de 56991,4 kWh, ce qui représente près de 4,48% de la consommation globale de
toute l’installation.
Répartition de l’éclairage et évaluation de sa consommation
La répartition de cette puissance par zone est donnée comme suit :
 Par rapport à la puissance totale d’éclairage installée :
-L’éclairage type fluorescent représente environ 45,47 % de la puissance installée ;
-L’éclairage énergivore (incandescent + halogène + projecteur) représente 46 ,73 % de la
puissance installée ;
-L’éclairage extérieur représente 7,79 % de la puissance installée.
 Par rapport à l’énergie totale consommée par l’éclairage :
-L’éclairage extérieur représente 34 % de la consommation totale de l’éclairage ;
-les bâtiments administratifs et annexes représentent 2 % de la consommation ;
-Les bâtiments et les locaux techniques représentent environ de 39 % de la consommation
- Les bâtiments et les locaux des ouvriers 1 % de la consommation ;
-Les chambres froides représentent 24 % de la consommation.

Ces pourcentages sont illustrés dans les graphes suivants :

Projet de fin d’études. 63


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Figure 33 : Répartition de la puissance installée par type d'éclairage.

Figure 34 : Répartition de la puissance par zone par rapport à l'énergie totale


consommée par l'éclairage.
Poids de l’éclairage dans la consommation totale de l’énergie électrique
L’éclairage au sein d’AGRUMAR a une contribution importante dans la
consommation de l’énergie électrique, on trouve que l’énergie consommée pour la
compagne de référence est de l’ordre de 58301,8 kWh sachant que la consommation de
toute la station pour la même durée est 1 300 629 kWh. Tout ça vient du fait qu’une
station de conditionnement fonctionne au maximum trois mois par année, mais
l’administration reste fonctionnelle pour onze mois durant l’année. Ce qui offre une
bonne opportunité d’économie.
En plus, les types des lampes utilisées peuvent former une bonne économie d’énergie.
On trouve que à AGRUMAR, ils utilisent des tubes fluorescents à ballast
ferromagnétique, ils utilisent encore des projecteurs et des lampes à incandescence
énergivores….
On trouve ci-dessous un tableau qui récapitule toutes les informations concernant
l’éclairage au sein d’AGRUMAR :

Projet de fin d’études. 64


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Tableau 25: Bilan de l'éclairage au sein d'AGRUM

Projet de fin d’études. 65


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Pour plus de détails, consultez l’annexe 2.


Consommation du matériel bureautique
Il faut prendre en considération la consommation du matériel bureautique, car la
station de conditionnement travaille pendant trois mois par année mais l’administration
travaille onze mois durant l’année. On doit savoir encore que la consommation du
matériel bureautique pour la compagne de référence a été 7038 kWh, ce qui représente un
cout moyen de l’ordre de 5865,977499 Dhs avec un prix moyen unitaire de 0,83347222
Dhs/kWh.
Une étude a été faite sur 120 PC bureau et ses accessoires (imprimante, scanner,
onduleur…) afin de déterminer approximativement la puissance installée pour faire
fonctionner tous ces appareils, ce qui a permet de l’évaluer à0,3 Kw.
On se basant sur ces résultats, nous avons élaboré le tableau suivant qui résume la
consommation du matériel bureautique pour la compagne de référence.

Tableau 26 : Bilan énergétique du matériel bureautique AGRUMAR

On voit très bien que la consommation du matériel bureautique est de l’ordre de


7038 kWh pour la compagne de référence, ce qui représente à peu près de 0,54 % de la
consommation globale de la station.
Consommation de la climatisation
La consommation de la climatisation au sein d’AGRUMAR a été de l’ordre de
14210,6088 kWh pour l’année de référence, ce qui représente un cout moyen HT de
11844,14769 Dhs avec un prix moyen unitaire de 0,83347222 Dhs/kWh.
Le tableau ci-dessous résume la part de la consommation da la climatisation au sein
d’AGRUMAR :

Puissance Consommation Consommation


Type h/an
thermique (BTU) (Wh) (kWh/an)
chigo 9000 2635,2 344 906,5088
york 9000 2635,2 184 484,8768
york 9000 2635,2 104 274,0608
chigo 9000 2635,2 384 1011,9168
chigo 9000 2635,2 69 181,8288
uninair 2x12000 7027,2 258 1813,0176
chigo 12000 3513,6 46 161,6256
york 9000 2635,2 1548 4079,2896
york 9000 2635,2 46 121,2192
york 9000 2635,2 120 316,224

Projet de fin d’études. 66


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

york 9000 2635,2 115 303,048


york 9000 2635,2 344 906,5088
york 9000 2635,2 80 210,816
carrier 32000 9369,6 40 374,784
carrier 32000 9369,6 172 1611,5712
york 9000 2635,2 172 453,2544
york 9000 2635,2 172 453,2544
carrier 9000 2635,2 207,5 546,804
Total 202000 66172,8 4405,5 14210,6088

Tableau 27 : Consommation électrique de la climatisation AGRUMAR

D’après le tableau qui précède on trouve que la consommation de la climatisation


au sein d’AGRUMAR est de l’ordre de 14210,6088 kWh pour l’année de référence, ce
qui représente un pourcentage de 1,1 % de la consommation globale d’AGRUMAR.

III. Système d’air comprimé


1. Généralités sur les systèmes d’air comprimé
 Définition
Un compresseur est une machine qui réduit le volume et accroît ainsi la pression
d’une quantité d’air donnée par des moyens mécaniques. L’air ainsi comprimé possède
une énergie potentielle élevée : lorsqu’on supprime la pression extérieure, l’air se dilate
rapidement. La force d’expansion de l’air comprimé a de nombreuses applications.
 Production de l’air comprimé [1]:
Dans cette partie nous avons présenté les différents équipements et technologies
utilisées dans la production et distribution d’air comprimé.
Une centrale de production standard est illustrée dans la figure suivante :

Figure 35 : Cycle de production de l'air comprimé

Projet de fin d’études. 67


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Les systèmes d’air comprimé participent d’une façon remarquable à la


consommation d’énergie électrique d’AGRUMAR, dans ce paragraphe nous allons faire
une présentation des systèmes d’air comprimé et les méthodes de calcul.

 Compresseur
Le compresseur est une machine utilisée pour transporter ou comprimer des gaz à
une pression quelconque. On trouve deux familles de compresseurs :
Compresseurs dynamiques (turbocompresseurs) : Les compresseurs dynamiques sont
des turbocompresseurs sur lesquels des rotors munis de pales accélèrent le gaz à
comprimer. Des systèmes de guidage fixes sur les pales convertissent l'énergie de vitesse
en énergie de pression. Les compresseurs dynamiques sont conseillés lorsque l'on est en
présence de débits importants et de pressions de refoulement faibles.
Compresseurs volumétriques : Sur les compresseurs volumétriques, la chambre de
compression est fermée lorsque l'air a été entièrement aspiré. Le volume est réduit et l'air
est comprimé en force.

Les compresseurs volumétriques sont conseillés dans le cas de faibles débits et de


pressions de refoulement importantes.
La figure ci-dessous présente un aperçu des différents compresseurs en fonction de
leur principe de fonctionnement. Sur tous les appareils, on différencie les compresseurs
fonctionnant sans huile et ceux lubrifiés par huile.

Figure 36 : Les types des compresseurs

Projet de fin d’études. 68


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Si on prend l’exemple du compresseur à vis, le principe de fonctionnement est le


suivant :

Aspiration (1)
L’air entre par l’orifice d’aspiration dans les
spires des rotors ouvertes du côté aspiration.
Compression (2) + (3)
la rotation progressive des rotors provoque la
fermeture de l’orifice d’admission d’air, le
volume est réduit et la pression monte. L'huile
est injectée lors de ce processus.
Evacuation (4)
la compression est terminée, la pression finale
est atteinte, le refoulement commence.

Figure 37 : Principe de fonctionnement d'un compresseur à vis

2. Description du système d’air comprimé d’AGRUMAR


AGRUMAR possède trois compresseurs, deux à vis qui sont identiques et le
troisième à pistons, tous ces compresseurs sont à vitesse fixe. Les deux premiers
compresseurs sont installés pour faire fonctionner les chambres froides et ils fonctionnent
d’une façon alternative, le troisième compresseur assure l’air comprimé pour tous les
ateliers.

Le tableau suivant représente les caractéristiques des compresseurs d’air comprimé


installés à AGRUMAR.
Numéro de compresseur 1 2 3
Type LE 11 LE 11 ML 11
Marque Atlas Copco Atlas Copco Ingersoll Rand
Technologie A vis lubrifiées A vis lubrifiées A pistons
Pression max 16 16 8
Refroidissement Par air Par air Par huile
Régulation TOR TOR TOR
Lieu d'installation Local compresseur Local compresseur Local compresseur

Tableau 28 : Caractéristiques des compresseurs d’air comprimé installés à


AGRUMAR.

Projet de fin d’études. 69


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

La figure suivante représente le schéma synoptique d’installation des compresseurs :

Figure 38 : Schéma synoptique d’installation des compresseurs à AGRUMAR

Pour le compresseur de la station de conditionnement « Ingersol Rand » démarre à


une pression de 6,8 bars et s’arrête à une pression de 8,7 bars, la pression de
fonctionnement des agrafeurs et des applicateurs de cire est 3 bars et la pression de
fonctionnement des dépalettiseurs est 7 bars. On remarque qu’il y a une possibilité
d’économie au niveau de la station de conditionnement.
Méthode de calcul sur les compresseurs
 Mesure du débit d’un compresseur :
Pour mesurer le débit d’un compresseur, on se réfère aux étapes suivantes :
 Isoler le compresseur du système ;
 Isoler le récepteur pris pour le test, purger et drainer les condensats puis fermer la
sortie ;
 Eteindre le compresseur ;
 Calculer le volume du circuit ;
 Noter la pression atmosphérique et la température ambiante ;
 Noter la pression P1 au récepteur ;
 Démarrer le compresseur et activer le chronomètre ;
 Une fois la pression de service atteinte, stopper le chronomètre ;
 Mesurer la température de l’air comprimé.

( ) ( ) ( )
Remarque : la relation ci-avant est une relation expérimentale qui permet de calculer le
débit d’un compresseur.

Pour les calculs que nous allons faire, nous allons travailler sur le deuxième
compresseur et le troisième compresseur, car les compresseurs 1 et 2 fonctionnent en

Projet de fin d’études. 70


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

alternance et la premier compresseur est en panne car il a des fuites internes, c’est la
raison pour laquelle il travaille maintenant avec le deuxième compresseur.
La figure suivante montre une image du compresseur de la station :

Figure 39: Compresseur de la station de conditionnement AGRUMAR

Les tableaux suivants donnent les mesures effectués sur les deux compresseurs :
Compresseur groupe froid :

Température °C 20
P1 (bar) 0
P2 (bar) 2
Temps (s) 1’ 33’’ 18’’’ (1’ 33’’ 41 ‘’’)
P0 (bar) 1 ,013
Volume (m3) 1,14
Température à l’entrée du compresseur (°C) 20,39 (agrotech)

Tableau 29 : Mesure sur le compresseur du groupe froid

Compresseur de la station de conditionnement :

Température °C 20
P1 (bar) 0
P2 (bar) 8,7
Temps (s) 1,3333333
P0 1 ,01325
Volume (m3) 0,51335257
Température à l’entrée du compresseur 15,2
(°C)

Tableau 30: Tableau 23: Mesure sur le compresseur de la station

En respectant les étapes de calcul on trouve que :


D1= 81,048 m3/h
D2=107,9820 m3/h
Remarque :
-Pour la durée on ne prend pas en considération les cm.

Projet de fin d’études. 71


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

-Pour savoir si le compresseur marche bien nous comparer les débits calculés et les débits
donnés par le constructeur.
-Avons de comparer nous devrons ramener les mesures aux conditions d’air libre avec :
Air libre: 1 bar/20°C
Normal mètre cube: 1bar/0°C
La relation de la conservation de la matière dit que :

( ) ( )
( ) ( )

Donc par la suite on trouve que :

( ) ( ) ( ) ( ) ( ( )
( ))

Tout calcul fait on trouve que :


D1al= 81 m3/h
D2al= 113,724 m3/h
Al : air libre.
Pour le compresseur « Ingersoll Rand » série ML11 les caractéristiques donnés par le
constructeur sont les suivantes :

Figure 40: Caractéristiques compresseur Ingersoll Rand série ML11

Pour le deuxième compresseur on voit très bien l’écart entre les deux débits est
importante :
1,7 – 1,35 = 0,35 m3/min
Donc l’écart par rapport au débit nominal est de l’ordre de : 20,58 %
 Mesure du débit de fuite
Pour mesurer le débit de fuites nous devrons suivre les étapes suivantes :
 Aucune demande en air comprimé requise, compresseurs éteints ;
 Possibilité de faire le test pour chaque section ;
 Fermer les sorties des récepteurs ;
 Noter les heures en charges et les heures en décharge ;
 Mettre en marche les compresseurs ;
 Attendre environ 8 cycles et noter les nouvelles heures, ou chronomètre ;
 Calculer la moyenne sur les cycles.

( ) ( )
Remarque : la relation ci-avant est une relation expérimentale qui permet de calculer le
débit de fuites d’un compresseur.

Projet de fin d’études. 72


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Le calcul du débit de fuites se base sur les enregistrements donnés par l’analyseur de
réseau qui permettent de calculer le pourcentage des fuites.
Le graphe ci-dessous représente un enregistrement pour le compresseur du groupe froid :

Figure 41: Enregistrement pour le compresseur du groupe froid

D’après le graphe on trouve que le pourcentage de fuites est 58% ce qui donne un
débit de fuites de l’ordre de 48 m3/h, ces pertes sont enregistrées pour un mois durant
toute l’année, c’est la phase où il y’a diverdissage.
Le graphe ci-dessous représente un enregistrement pour le compresseur de la station de
conditionnement durant les heures normales de fonctionnement.

Figure 42: Enregistrement pour le compresseur de la station en fonctionnement


normal

Projet de fin d’études. 73


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Le graphe ci-après montre que les employés laissent le compresseur fonctionnel même
pendant la nuit:

Figure 43: Enregistrement pour le compresseur de la station pendant la nuit

On remarque encore que les employés laissent le compresseur fonctionnel pendant la


pause déjeuner, le graphe ci-après montre ceci très bien :

Figure 44: Enregistrement pour le compresseur de la station pendant la pause


déjeuner

D’après le graphe on trouve que le pourcentage de fuites est 24% ce qui donne un
débit de fuites de l’ordre de 25,92 m3/h, ces pertes sont enregistrées durant toute la durée
de fonctionnement de station de conditionnement.
Plus de détail sont enregistrés sue l’annexe 9.

Projet de fin d’études. 74


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

IV. Système thermique


1. Introduction
Une grande partie des aliments que nous consommons ont subi une opération de
séchage. Le séchage est une opération unitaire ayant pour but d’éliminer par évaporation
un liquide imprégnant un solide. Ce procédé s’effectue dans la majorité des cas par voie
thermique.
Eléments de base d’un sécheur
Un sécheur est une unité de chauffage du produit conçue pour faire évaporer l'eau.
Lors du séchage le produit à sécher est mis en contact avec un courant d'air plus ou moins
chaud. L'air chaud transmet une part de sa chaleur au produit qui développe une pression
partielle en eau à sa surface supérieure à la pression partielle de l'eau dans l'air utilisé
pour le séchage.
Un sécheur est constitué des éléments principaux suivants :

 Enceinte fixe : Dans laquelle le produit à traiter se déplace longitudinalement


d’une extrémité à l’autre de l’enceinte ;

 Brûleur : Le brûleur est conçu pour bien mélanger le combustible et l’air de


combustion.

Figure 45: Brûleur au propane.

 Régulateur de brûleur : Il s’agit d’une vanne d’alimentation et d’un registre d’air


de combustion asservis par un régulateur commun. Le régulateur assure une
combustion efficace du combustible en maintenant la quantité minimale d’excès
d’air, une bonne régulation du rapport combustible-air minimise les pertes dans les
gaz de combustion ;
 Tapis : Le produit initial est déposé, à l’entrée du sécheur, au moyen d’un
dispositif adéquat qui est le tapis ;
 Fluide de séchage : L’apport de chaleur au produit se fait généralement par
l’intermédiaire d’un fluide de séchage (circulation d’air chaud).

Projet de fin d’études. 75


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

La figure ci-dessous présente les éléments de base d’un sécheur.

Figure 46: Schéma illustratif d'un sécheur.

1 :Entrée du produit humide ;


2 :Brûleur ;
3 :sortie du produit sec ;
4 :Air himide ;
5 :Air sec.

2. Description du système thermique AGRUMAR

Pour ces besoins en air chaud, AGRUMAR possède quatre séchoirs équipés d’une
chambre de combustion dans laquelle brûle un combustible .Ce dernier, admis au niveau
du brûleur et mélangé avec de l’air puis et allumé. Il s’agit du propane.

Figure 47: Photos des séchoirs AGRUMAR.

Projet de fin d’études. 76


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

3. Evaluation de pertes dans les séchoirs


Pertes due à la mauvaise isolation des parois
D’après notre diagnostic sur les séchoirs, nous avons inspecté le calorifuge de ces
séchoirs pour déterminer s'il est adéquat. En utilisant la caméra thermique nous avons pu
déterminer les pertes à travers les parois en comparant la température de la paroi
extérieure avec la température interne.

La figure ci-dessous contient des photos prises par une caméra thermique et qui montrent
les pertes de chaleur à travers les parois mal calorifugés

Séchoir1, ligne1 Séchoir2, ligne1

Séchoir1, ligne2 Séchoir2, ligne2

Figure 48: Photos thermiques des séchoirs à AGRUMAR.


Estimation des économies
Pour estimer les économies qui résulteront d'une amélioration de l'isolation, Nous
allons utiliser les procédures suivantes :

 Déterminer la température des surfaces extérieures du séchoir ;


 Déterminer la surface dé-calorifugée ou peu calorifugée ;
 Déterminer l'énergie perdue par unité de surface en utilisant la formule suivante :

Pertes : ( ) ( )

Avec :

Projet de fin d’études. 77


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

σ : Constante de Stefan= 5,67.10-8 W/m²K4 ;


ε : Grandeur sans dimension appelée émissivité de la surface = 0,95;
T : température (°K = °C+273).

 Calculer l'énergie perdue par heure comme le produit de l'énergie perdue par
l'unité de surface et de la surface mal calorifugée ;
 Calculer la quantité de chaleur perdue annuellement comme produit de la quantité
de chaleur perdue par heure et par nombre d'heures de fonctionnement ;
 Pourcentage de réduction des pertes de chaleur par le calorifuge en % ;
 Calculer la réduction annuelle de la chaleur perdue ;
 Calculer les économies de combustible ;
 Calculer l'économie de combustible.

Le calcul a été effectué en prenant compte des caractéristiques du propane données dans
le tableau suivant :

Pouvoir Pouvoir Emission de Le coût en


calorifique calorifique de CO2 (DH/kg)
inférieur PCI l’énergie en (g/kWh)
en (MJ/kg)
Propane 50,3 1 kg équivalent 230 13,94
à 13,8 kWh

Tableau 31: Caractéristique du propane.

Projet de fin d’études. 78


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

Les résultats trouvés sont présentés dans le tableau suivant (voir annexe 7) :

ligne1 ligne 2
Séchoir 1 Séchoir 2 Séchoir 1 Séchoir 2
Rendement en % 0,81 0,93 0,79 0,93

Surface mal
48,53 25,18 40,54 25,18
calorifugée

l'énergie perdue par


unité de surface en 40751,88 13800,31 33914,48 13800,31
(KJ/m2/h)

l'énergie perdue par


heure en (KJ/h) 94468,34 43313,74 73181,1 43313,74

La quantité de chaleur
perdue annuellement 87 39,89 67,39 39,89
en (GJ/an)

la réduction annuelle
de la chaleur perdue en 19,21 4,71 10,78 4,71
GJ/an

Tableau 32: Les pertes énergétiques au niveau des séchoirs.


Pertes dues à la combustion en excès d’air
On parlera de « combustion en excès d’air » chaque fois que l’on détectera la
présence d’oxygène dans les produits de combustion. L’excès d’air peut résulter soit d’un
réglage du volet d’air au niveau du brûleur (brûleur à air soufflé), soit d’une impossibilité
à régler l’arrivée d’air (brûleur atmosphérique). Cette quantité supplémentaire, non utilisé
dans la combustion complète de l’unité de combustible, se retrouvera inéluctablement
dans les fumées.

L’air en excès impliquera :


 Une augmentation des pertes par les fumées,
 Une diminution du rendement du sécheur.

Ainsi cette augmentation entraînera un accroissement des dépenses énergétiques


sur une saison de chauffe (consommation de combustible plus importante), qui restent
non négligeables même pour les sécheurs de petites puissances.

Projet de fin d’études. 79


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

L’air en excès et un mauvais réglage du brûleur peuvent entraîner la présence


d’éléments tels que les NOx, SO3 (formation d’acides sulfurique et nitrique provoquant
la corrosion du sécheur et du conduit de fumées) ainsi que du monoxyde de carbone
toxique dans le cas d’une combustion incomplète.
Calcul des rendements des séchoirs
Les mesures des rendements des sécheurs ont été réalisées par un appareil (voir
annexe 10), qui permet à la fois de mesurer la température de fumée, température de l’air,
O2, CO, NO, CO2, l’excès d’air et calculer par la suite les pertes et les rendements.

Ligne 1 Ligne 2
Séchoir 1 Séchoir 2 Séchoir 1 Séchoir 2
T fum 275,75 144,20 128,73 162,16
T air 17,75 17,90 16,67 23,08
O2 11,85 7,05 16,57 3,34
CO 0 0,00 0,00 0
Exc air 2,305 1,51 4,82 1,184
CO2 5,85 9,00 2,80 11,48
Pertes 20,95 7,00 18,17 6,28
Rend Inf 79,05 93,00 81,83 93,72
Rend Sup 79,05 93,00 81,83 93,72
T diff 258 126,30 112,07 139,08
Réf O2 0 0 0 0
CO 0 0 0 0

Tableau 33: Résultats de mesures données par l’appareil.

Commentaires sur les tableaux d’analyse des fumées

 Pour le séchoir 1 de la ligne 1, la température des fumées trop élevée (275,75 °C)
qui conduit à une perte de rendement (79,05 %) ;
 Pour le séchoir 1 de la ligne 2, la température des fumées est trop faible
(128,73°C) à cause de l’excès d’air qui est trop important et qui va conduire à une
perte du rendement (81,83 %) ;
 Pour le séchoir 1 de la ligne 1 et la ligne 2 :
 La quantité d’excès d’air est trop important (supérieure à 50 %) ;
 La quantité de CO2 est trop faible (inférieure à 9 %).

Concernant les autres séchoirs, les valeurs de l’excès d’air, la quantité de O2 et CO2
s’approchent aux normes ce qui explique un bon rendement (93,00% séchoir 2, ligne1 et
93,72 %¨séchoir 2 ligne 2).

V. Système de froid
La consommation des chambres froides au sein d’AGRUMAR est de l’ordre de

Projet de fin d’études. 80


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

22%, elles consomment une énergie de 286138,38 kWh durant l’année (Soit un coût
moyen H.T. de 238353,27 Dhs/Kg).

A AGRUMAR on trouve par endroit : 15 chambres froides, 12 chambres froides et


autres.
On trouve ci-dessous des images pour les chambres froides :

Figure 49: Chambres froides à AGRUMAR.

La compagne actuelle est une compagne exceptionnelle, nous n’avons pas effectué
des mesures sur les chambres froides, car pour cette compagne tous les agrumes produits
étaient à destination vers le marché local et pas pour l’exportation car les prix locaux sont
meilleurs que ceux proposés par les clients étrangères.

Mais malgré tout ça, des solutions vont être proposées pour l’optimisation de la
consommation énergétique.

Les tableaux suivants montrent les caractéristiques des chambres froides :

En m
Longueur 20
Largeur 10
Hauteur 7,8
Hauteur des palettes 5,212
Distance (sol/Thermostat) 7,3
Distance (Thermostat/dernière caisse) 2,088
Volume inutile (m3) 417,6

Tableau 34 : Dimensions des chambres froides à AGRUMAR.

Pour l’isolation des chambres froides on trouve :


Epaisseur (mm)
Polyuréthane 140
Acier 2x2, 3
Tableau 35 : Les isolants pour les chambres froides à AGRUMAR.

Projet de fin d’études. 81


Diagnostic des différents systèmes énergétiques

VI. Conclusion
Le troisième chapitre présente l’étape la plus important dans le travail d’un
auditeur, c’est à ce niveau qu’on détermine la consommation des différents systèmes de
la station de conditionnement, en plus la saisie des pertes au niveau de chaque système.
En se basant sur les calculs de ce chapitre nous allons proposer des solutions dans le
quatrième chapitre pour l’amélioration de l’efficacité énergétique des différents
processus.

Projet de fin d’études. 82


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Chapitre 4
Optimisation des différents systèmes
énergétiques à AGRUMAR

Projet de fin d’études. 83


Optimisation des différents systèmes énergétiques

I. Introduction
Le présent chapitre présente les projets d’économie résultant du diagnostic que
nous avons amenée sur les différents types des systèmes à AGRUMAR.
Globalement, 6 projets sont proposés aux décideurs d’AGRUMAR. Pour chacun
de ces projets nous avons fait :
 Des recommandations : Ensemble d'indications utiles à la bonne réalisation du
projet ;
 Description : Méthodologie à suivre pour la réalisation du projet ;
 Gains escomptés : Bénéfice généré par le projet ;
 Investissements : Les investissements nécessaires à la réalisation du projet ;
 Critères de rentabilité : Le temps de retour sur investissement nécessaire à la
réalisation du projet ;
 Risques techniques et références : Les risques engendrés par le projet ;
 Données et calculs : Détails du calcul du gain généré par le projet.

Projet de fin d’études. 84


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Projet 1 : Optimisation de la puissance souscrite sans amélioration du


facteur de puissance
RESUME

Gains (Dhs/an) 14614,66


Coût de mise en œuvre (Dhs) 0
Temps de retour sur investissement(Mois) Immédiat

1. Recommandations
 Adapter régulièrement la puissance souscrite à la puissance appelée .A cet
effet un suivi régulier des factures de L’ONEE s’impose.
 Les puissances optimales recommandées à souscrire actuellement sont
données par le tableau suivant :

Mois Puissances souscrites Puissances souscrites après


avant optimisation optimisation (deux puissances
souscrites)
Oct-2011 650 460
Nov-2011 650 460
Déc-2011 650 460
Jan -2012 500 460
Fév-2012 500 460
Mars-2012 500 460
Avr-2012 500 460
Mai-2012 460 790
Juin-2012 460 460
Juil-2012 460 460
Août-2012 460 460
Sep-2012 650 460

Tableau 36:Les puissances optimales recommandées à souscrire.

2. Description
Dans ce projet, on recommande uniquement d’augmenter la puissance
souscrite .L’amélioration du facteur de puissance pour se rapprocher de 1
(Valeur moyenne actuelle=0,89) a fait l’objet du projet 2
3. Puissance optimale à souscrire
Le programme d’optimisation de la puissance souscrite mis en œuvre a donné
les résultats des deux pages suivantes.

Projet de fin d’études. 85


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Il en sort que les puissances optimales à souscrire sont :

Mois Puissances suscrites après


optimisation
Oct-2011 460
Nov-2011 460
Déc-2011 460
Jan -2012 460
Fév-2012 460
Mars-2012 460
Avr-2012 460
Mai-2012 790
Juin-2012 460
Juil-2012 460
Août-2012 460
Sep-2012 460

Tableau 37: les puissances optimales à souscrire

4. Gains escomptés
Par rapport à la compagne de référence (Octobre 2011/Septembre 2012).
Le gain du présent projet sera de l’ordre de14 614 ,66 DHs.
5. Investissements
Ce projet ne nécessite aucun investissement.
6. Critères de rentabilité
Le temps de retour Immédiat
7. Risques techniques et références
Ce projet ne présente aucun risque technique.
8. Données et calculs
En se basant sur les données de la consommation de la compagne de référence (d’Oct
2011 au Sept 2012)

Projet de fin d’études. 86


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Les graphes suivants présentent la variation des frais des redevances totales (RPS et
RDPS) en fonction de la puissance souscrite.

Total des Redevance s en DHs

200000
198000
196000
194000
192000
190000
188000
186000
184000
182000
180000
178000
400 410 420 430 440 450 460 460 470 480 490 500 510 520 530 540 550
et
790
Puissance souscrite en KVA

Figure 50: Evolution des redevances en fonction de la puissance souscrite d’Oct-


2011 au Sept 2012.

 Calcul du grain

Redevance mensuelle puissance souscrite par kVA souscrit (DHs) 27,88


Pénalité mensuelle pour dépassement puissance souscrite (par kVA
dépassé) (DHs) 41,61

Puissance Puissances Souscrites


mois Appelée (kVA) Optimales Redevances (DHs)
oct.-11 569,72 460 17 390,38
nov.-11 581,98 460 17 900,48
déc.-11 561,89 460 17 064,91
janv.-12 457,61 460 12 825,18
févr.-12 442,35 460 12 825,18
mars-12 460,51 460 12 846,47
avr.-12 506,13 460 14 744,50
mai-12 790,36 790 22 041,00

juin-12 565,83 460 17 228,76


juil.-12 500,00 460 14 489,54
août-12 376,54 460 12 825,18

sept.-12 427,13 460 12 825,18


Total des Redevances(DHs) 185 006,78
Tableau 38: Calcul des redevances de la puissance souscrite optimale.

Projet de fin d’études. 87


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Puissances Redevances
mois Puissance Appelée (kVA) actuelles (kVA) (DHs)
oct.-11 569,72 650 18 122,53
nov.-11 581,98 650 18 122,53
déc.-11 561,89 650 18 122,53
janv.-12 457,61 500 13 940,40
févr.-12 442,35 500 13 940,41
mars-12 460,51 500 13 940,41
avr.-12 506,13 500 14 195,37
mai-12 790,36 460 26 571,18
juin-12 565,83 460 17 228,76
juil.-12 500,00 460 14 489,54
août-12 376,54 460 12 825,18
sept.-12 427,13 650 18 122,53
Total des Redevances(DHs) 199 621,44

Redevance optimisée (Avec Ps optimales) 185 006,78

Gain Escompté 14 614,66

Tableau 39: Gains générés par le redimensionnement de la puissance souscrite.

Projet de fin d’études. 88


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Projet 2 : Optimisation de la puissance souscrite après amélioration du


facteur de puissance
RESUME
Gains (Dhs/an) 24457,77
Coût de mise en œuvre (Dhs) 59 222
Temps de retour sur investissement 29
(Mois)

1. Recommandations
 Installer des batteries de condensateurs supplémentaires de puissance totale
173kVAR au niveau du réseau électrique AGRUMAR
 Les puissances optimales recommandées à souscrire après amélioration de cos
PHI, sont données par le tableau suivant :

Mois Puissances souscrites


optimales après amélioration
du cos PHI
Oct-2011 520
Nov-2011 520
Déc-2011 520
Jan -2012 410
Fév-2012 410
Mars-2012 410
Avr-2012 410
Mai-2012 410
Juin-2012 410
Juil-2012 410
Août-2012 410
Sep-2012 410

Tableau 40: les puissances optimales à souscrire après amélioration du


cos PHI

2. Description
Il ressort de l’analyse des factures électriques de la compagne de référence (oct-
2011/Sep-2012) que :
 Les appels de puissance durant cette année ont varié entre 376,53 kVA et 790,36
kVA, avec une moyenne de 520 kVA ;
 Le facteur de puissance durant cette période a varié entre à 0,816 et 0,929 ;
 Durant cette période il y a trois puissances souscrites : 460 ,500 et 650.
Ces données montrent l’existence d’une opportunité de gain tarifaire par

Projet de fin d’études. 89


Optimisation des différents systèmes énergétiques

amélioration du facteur de puissance et optimisation de la puissance souscrite. Nous


recommandons d’atteindre un facteur de puissance moyen mensuel de 0,99.

Projet de fin d’études. 90


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Le tableau ci-dessous donne les valeurs des batteries de compensation nécessaires pour ramener les facteurs de puissance enregistrés
mensuellement en Oct-2011/Sep-2012 à 0,99.
Puissance
cos phi
appelée Puissance Facteur de Puissance Capacité des Puissance
Facteur de avec
du mois appelée puissance appelée à condensateurs appelée après
Mois puissance capacité
selon du mois selon cos phi à installer compensation
souhaité de
facteur (kW) facture amélioré (kVAR) (kVA)
173kVAR
(kVA)
oct.-11 569,72 523 0,918 0,99 528,28 151,41 0,994 525,67
nov.-11 581,98 536 0,921 0,99 541,41 150,34 0,995 538,68
déc.-11 561,89 522 0,929 0,99 527,27 133,56 0,997 523,16
janv.-12 457,61 421 0,92 0,99 425,25 119,35 0,99 421,04
févr.-12 442,35 399 0,902 0,99 403,03 134,12 0,998 399,40
mars-12 460,51 414 0,899 0,99 418,18 142,68 0,997 414,99
avr.-12 506,13 413 0,816 0,99 417,17 233,71 0,960 429,95
mai-12 790,36 656 0,83 0,99 662,63 347,35 0,925 708,56
juin-12 565,83 520 0,919 0,99 525,25 148,98 0,995 522,40
juil.-12 500 453 0,906 0,99 457,57 147,08 0,996 454,64
août-12 376,54 337 0,895 0,99 340,40 119,94 0,999 337,03
sept.-12 427,13 381 0,892 0,99 384,85 138,78 0,998 381,52
Tableau 41: Calcul de la puissance appelée après renforcement des batteries de compensation d’énergie

Projet de fin d’études. 91


Optimisation des différents systèmes énergétiques

La puissance de la capacité moyenne obtenue étant de 164 kVAR, nous avons


choisi la valeur proche des catalogues de fabricants qui est 180 kVAR. Avec cette
compensation mise en place, des puissances appelées sont recalculées et ont abouti aux
puissances optimales données par le tableau suivant :

Mois Puissances Puissances souscrites


souscrites avant optimales avec cos PHI
optimisation amélioré
Oct-2011 650 520
Nov-2011 650 520
Déc-2011 650 520
Jan -2012 500 410
Fév-2012 500 410
Mars-2012 500 410
Avr-2012 500 410
Mai-2012 460 410
Juin-2012 460 410
Juil-2012 460 410
Août-2012 460 410
Sep-2012 650 410

Tableau 42 : Puissances souscrites optimales avec cos PHI amélioré

3. Gains escomptés
Le passage à un facteur moyen mensuel de 0,99 et la souscription des
puissances souscrites selon le tableau (Tableau 42), permettent de générer un
gain annuel sur la redevance de puissance de l’ordre de 24 457,77 DH/an.
4. Investissements
Les investissements nécessaires pour la réalisation de ce projet concernent
l’achat et l’installation d’une armoire de compensation automatique de puissance
180 Kvar comme indique le tableau 43.

DESIGNATION PRIX HT
(DHs)
Batterie automatique de condensateurs, pour 173 kVAR de 55 899
puissance réactive, pour alimentation triphasée à 400 V de tension
et 50 Hz de fréquence, constituée d'armoire métallique avec degré
de protection IP 21, de 1180x360x1340 mm; condensateurs;
régulateur d'énergie réactive avec écran à cristaux liquides;
contacteurs avec bloc de pré-insertion et résistance à décharge
rapide; et fusibles à pouvoir de coupure élevé.
Câbles de liaison au JdB du TGBT + Installation 3323,02
Total HT
59 222,02

Projet de fin d’études. 92


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Tableau 43 : Calcul de coût de mise en œuvre des batteries de


compensation

5. Critères de rentabilité
Le temps de retour sur investissement est de l’ordre de 40 mois
6. Risques techniques et références
Ce projet ne présente aucun risque technique.
7.Données et calculs

Redevance mensuelle puissance souscrite par kVA souscrit (DHs) 27,88


Pénalité mensuelle pour dépassement puissance souscrite (par Kvar
dépassé)(DHs) 41,61

Puissances
Puissance Souscrites
mois Appelée (kVA) Optimales Redevances (DHs)
oct.-11 525 ,67 520 14 735,63
nov.-11 538,68 520 15 280,69
déc.-11 523,16 520 14 630,74
janv.-12 421,04 410 11 893,90
févr.-12 399,40 410 11 431,14
mars-12 414,99 410 11 640,25
avr.-12 429,95 410 12 267,20
mai-12 708,56 410 23 937,20
juin-12 522,40 410 16 139,55
juil.-12 454,64 410 13 301,20
août-12 337,03 410 11 431,14
sept.-12 381,52 410 11 431,14
Total des Redevances(DHs) 168 120,09

Tableau 44 : Calcul des redevances avec cos Phi amélioré.

Puissance Appelée Puissances actuelles


mois (kVA) (kVA) Redevances (DHs)
oct.-11 525 ,67 650 18 122,54
nov.-11 538,68 650 18 122,54
déc.-11 523,16 650 18 122,54
janv.-12 421,04 500 13 940,41
févr.-12 399,40 500 13 940,41
mars-12 414,99 500 13 940,41
avr.-12 429,95 500 13 940,41
mai-12 708,56 460 23 236,72
juin-12 522,40 460 15 438,95

Projet de fin d’études. 93


Optimisation des différents systèmes énergétiques

juil.-12 454,64 460 12 825,18


août-12 337,03 460 12 825,18
sept.-12 381,52 650 18 122,54
Total des Redevances(DHs) 192 577,87
Redevance optimisée (Avec Ps optimales) (DHs) 168 120,09
Gain Escompté(DHs) 24 457,77

Tableau 45 : Gains générés par le redimensionnement de la puissance souscrite avec


cos Phi amélioré.

Projet de fin d’études. 94


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Projet 3 : Gestion de l’éclairage


RESUME

Gains (Dhs/an) 25131,32


Coût de mise en œuvre (Dhs) 84234,98
Temps de retour sur 44
investissement(Mois)
 Eclairage intérieur :
Dans cette partie nous allons étudier la possibilité de réaliser des
économies dans les systèmes d’éclairage intérieur. Pour cela nous allons répartir
à nouveau les lampes, ou les remplacer par autres moins énergivores.
1. Recommandations
Le tableau ci-après montre l’ensemble des lampes utilisées pour éclairer les
différentes unités de la station :

T8 36W Lampes à Projecteurs Projecteurs SHP


(BF) incandescence 75- 1kW 250W
80-100W
Administration 26 21
Atelier 36
Atelier triage + 280
conditionnement
Lignes de 110
conditionnement
Chambres 84 24
froides
Espace 69
employés +
magasin
Eclairage 17
extérieur

Tableau 46 : Différents types des lampes à AGRUMAR

Normalement un système d’éclairage doit respecter les règles suivantes :


-Gain financier par la réduction des coûts d’exploitation et de maintenance ;
-Gains de productivité, car bien éclairer, c’est améliorer les conditions de
production et de contrôle de qualité de ses fabrications ;
-Gain social par la réduction des inconforts, la fatigue visuelle et des risques
d’accidents ;
-Enfin, gains environnementaux, car un bon éclairage, c’est moins d’énergie
consommée et aussi, mois de matériel vétuste à jeter, par la suite.

2. Description
Dans ce projet, nous préconisons les actions suivantes :
- Dans l’atelier de conditionnement, sur les lignes de triage, on trouve cinq lignes et sur

Projet de fin d’études. 95


Optimisation des différents systèmes énergétiques

chaque ligne on trouve deux lignes pour éclairer les tables de triage. La solution proposée
est de remplacer les deux lignes de lampes par une seule ligne au milieu de la ligne de
triage. Cette ligne va contenir des tubes fluorescents 21W à ballast électronique (annexe
4) et avec réflecteurs à la place des anciennes tubes de 36W à ballast ferromagnétique.

La figure ci-après montre l’ancienne disposition des tubes fluorescents dans l’atelier de
conditionnement.

Tubes T8

Figure 51 : Ancienne disposition des tubes dans l’atelier de


conditionnement.

-Remplacement des ballasts ferromagnétiques des tubes fluorescents par des ballasts
électroniques ;
-Remplacement des projecteurs des chambres froides par les tubes fluorescents 36W
désinstallées de l’atelier de conditionnement ;
-Remplacement des lampes à incandescence par des lampes fluo compactes.
Les tableaux suivants donnent les quantités des équipements concernés par les
changements selon les différentes unités:

Désignation Type Quantité de Quantité de W


luminaire luminaires lampes
Tubes 2x36 W 184 368 13248
fluorescents 36 W 153 153 5508
incandescentes 75 W 13 13 975
80 W 7 7 560
100 W 1 1 100
Total 358 542 20391

Tableau 47: Les lampes de remplacement dans l’administration et les ateliers.

 Pour les Chambres froides (F1, F2, …, F12) :


Désignation Puissance (kW) Quantité Puissance totale
(kW)
Projecteur 1 24 24

Projet de fin d’études. 96


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Tableau 48:Les lampes de remplacement dans les chambres froides.

Projet de fin d’études. 97


Optimisation des différents systèmes énergétiques

 Pour les Chambres froides (F13, F14, F15) +couloirs du


(F1,…, F12) :
Désignation Emplacement Type Quantité Quantité W
luminaire luminaires lampes
Tubes Couloires 2x36 W 10 20 720
fluorescents C13, C14 et C15 32 64 2304

Tableau 49: Les lampes de remplacement dans les couloirs des chambres froides.

3. Gains escomptés
Le gain généré par ce projet est estimé à 12131,88 DH
Investissement

Opération Prix Prix totale coût


unitaire HT HT (Dhs) d'installation
(Dhs) (Dhs)
Remplacement des tubes fluorescents 36W à 150 19500 2500
ballast ferromagnétique par des tubes
fluorescents 21W à ballast électronique avec
réflecteurs pour les lignes de conditionnement
Remplacement du ballast ferromagnétique par 50 24750 0
ballast électronique pour le reste des tubes
fluorescents T8 (36W)
Remplacement des lampes à incandescence 50 1050 0
par des lampes fluo compactes 10W
Remplacement des projecteurs 1kw par des 50 6500 12000
tubes fluorescents 36W à ballast électronique

Totaux 300 51800 14500


Prix total de l'investissement 66300
Temps de retour de l'investissement (Mois) 65

Tableau 50: Coût de mise en œuvre de la nouvelle l'installation d'éclairage.

4. Critères de rentabilité
Pour l’éclairage intérieur le temps de retour sur l’investissement est de l’ordre de
65 mois, cette valeur est normale car la station de conditionnement fonctionne au
maximum trois mois durant toute l’année.
5. Risques techniques et références
Ce projet ne présente aucun risque technique

Projet de fin d’études. 98


Optimisation des différents systèmes énergétiques

6. Données et calculs

Opération Emplacement h/an Quantité Economie Economie


concernée annuelle annuelle totale
unitaire (kWh) (kWh)
Remplacement des tubes Atelier de 1145 110 26,16 2375,19
fluorescents 36W à ballast conditionnement
ferromagnétique par des
tubes fluorescents 21W à
ballast électronique avec
réflecteurs pour les lignes de
conditionnement
Remplacement du ballast Administration 690 26 3,62 94,18
ferromagnétique par ballast Atelier triage + 1145 280 6,01 1683,15
électronique pour le reste des conditionnement
tubes fluorescents T8 (36W)
Atelier 921 36 6,45 232,09
Magasin 921 69 4,83 333,63
Chambres froides + 455 84 3,18 267,54
couloires
Remplacement des lampes à Administration 690 21 44,57 733,09
incandescence par des
lampes fluo compactes 10W
Remplacement des Chambres froides 455 24 437,71 8845,20
projecteurs 1kw par des tubes
fluorescents 36W à ballast
électronique
Economie annuelle totale en kWh 14564,10
Economie annuelle en Dhs HT (0,833 Dhs/kWh) 12131,88

Tableau 51: Gains générés par la nouvelle installation d'éclairage.

Remarque :
Pour plus de détail sur les tubes fluorescents choisis, voir annexe 2
Pour le dimensionnement des installations d’éclairage pour les chambres froides
et pour les lignes de conditionnement, voir annexe 3
 Eclairage extérieur :
1. Recommandation
 Remplacement des projecteurs actuels par des projecteurs à led.
 Installation d’un détecteur électronique de seuil de luminosité.
2. Description
L’éclairage extérieur au sein d’AGRUMAR se fait avec deux types de projecteurs
qui sont :
-Projecteurs Galux 250 W ;
-Projecteurs SHP 250 W
Pour gérer de façon optimale l’éclairage extérieur, il faut :
- Eviter les allumages inutiles ;
- Réduire la puissance installée pour l’éclairage.
Pour cela nous allons substituer les deux types de projecteurs par le projecteur à

Projet de fin d’études. 99


Optimisation des différents systèmes énergétiques

led GL30W
Une image du projecteur choisis :

Figure 52 : Projecteur à led GL30W.

Pour plus de détail sur ce projecteur, consultez annexe 2


Nous allons encore installer un détecteur électronique de seuil de luminosité
pour réduire la durée de fonctionnement des projecteurs.
Le tableau ci-après représente les caractéristiques de l’éclairage extérieur à
AGRUMAR :

Bâtiment Type Puissance Quantité Puissance


(w) (W)
Eclairage Lampes SHP 250 13 3575
Extérieur Projecteur 250 4 1100
Galux

Tableau 52 : Caractéristiques de l'éclairage extérieur.

3. Gains escomptés
 Changement des projecteurs
Le tableau suivant permet de calculer les gains escomptés en cas de
remplacement des projecteurs :

Opération Quantité Economie annuelle


concernée unitaire (kWh)
Remplacement des projecteurs 17 921,29
classiques SHP 250W
par des projecteurs à led GL30W
Economie annuelle totale (kWh) 15 661,99
Economie annuelle en Dhs HT (0,833 Dhs/kWh) 13 046,44

Tableau 53: Gains générés par les nouveaux projecteurs.

Projet de fin d’études. 100


Optimisation des différents systèmes énergétiques

4. Investissement

Opération Prix unitaire Prix totale HT (Dhs)


HT (Dhs)
Remplacement des projecteurs 1055 17934,98
classiques SHP 250W
par des projecteurs à led GL30W
Prix total de l'investissement (Dhs) 17934,98
Temps de retour de l'investissement 14
(Mois)

 Installation du détecteur de luminosité


A cause de l’irresponsabilité des employés, et suite au changement des
saisons durant l’année, la durée de fonctionnement des projecteurs doit être
variable. Mais la remarque que nous avons relevé est que les projecteurs
fonctionnent pendant la même durée durant toutes les jours de l’année. Avec
une équipe de travail au sein d’AGRUMAR et notre encadrant industriel (Mr.
Sébastien) vous avons estimé une diminution de la durée de fonctionnement des
projecteurs de 120 min pour chaque jour en cas d’installation d’un détecteur de
luminosité.
Donc dans ce cas les gains escomptés seront :

Nombre d'heures kWh annuelles Economie


annuelles économisés annelle en
économisées Dhs

Sans changement 2898,97 2414,84


des projecteurs 689
Avec changement 316,25 263,44
des projecteurs

Tableau 54: Gains générés par installation des détecteurs de luminosité.

5. Critères de rentabilité
Pour l’éclairage extérieur le temps de retour sur investissement est de
l’ordre de 13 mois.
Pour l’installation des détecteurs de degré de luminosité, cela va apporter
beaucoup de choses dans le cas du changement des anciens projecteurs.
6. Risques techniques et références
Ce projet ne présente aucun risque technique

Projet de fin d’études. 101


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Projet 4: Gestion d’air comprimé


RESUME

Gains (Dhs/an) 5584,46


Coût de mise en œuvre (Dhs) 0
Temps de retour sur investissement Immédiat
(Mois)

1. Recommandation
Pour l’air comprimé au sein d’AGRUMAR, il faut vérifier la fermeture des
vannes pendant les pauses déjeuné et à la fin de la journée.
2. Description

 Elimination des pertes d’air comprimé :


Comme nous l’avons mentionné, le système d’air comprimé a une
consommation qui n’est pas négligeable par rapport à la consommation globale
de la station.
Nous devrons prendre en considération les pertes d’air suivantes :
-Les pertes d’air pendant la phase de diverdissage pour le compresseur du
groupe froid, cette phase dure un mois.
-Les pertes d’air pour le compresseur de conditionnement pendant la durée de la
pause qui dure à peu près deux heures chaque jour pendant la durée du
fonctionnement de la station.
-Les pertes d’air pour le compresseur de conditionnement pendant les nuits de
toute la durée de conditionnement.
Le tableau suivant montre les calculs effectués sur les compresseurs :

Débit d'air Débit de fuites Fonctionnement Pause de


comprimé normal midi
Q %fuites Qfuites Volume Electricité Electricité
d'air consommée consommée
produit en en une pendant la
une heure heure pause
Air libre air libre air libre
unités m3al/h % m3al/h m3al kWh/h kWh/h
COMPRESSEUR 81 58% 47,37 51,03 5,51 CF
GF
COMPRESSEUR 113,72 24% 27,29 88,70 6,2 2,39
STA

Tableau 55: Calcul des pertes d'air comprimé.

Pour plus de détails veillez consulter l’annexe 9 sur lequel vous pouvez

Projet de fin d’études. 102


Optimisation des différents systèmes énergétiques

trouver tous les calculs effectués et les graphes utilisés.


En se basant sur les calculs qui précèdent, nous pouvons calculer les gains
escomptés si on respecte les règles suivantes :
-Vérification de la fermeture des vannes hors les heures de fonctionnement.
-Arrêt des compresseurs pendant la pause et pendant les heures de non
fonctionnement.
3. Gains escomptés
Le gain généré par ce projet est estimé à 5584,46 DH.
4. Critère de rentabilité
Le temps de retour sur l’investissement pour l’air comprimé est immédiat.
5. Risques techniques et références
Ce projet ne présente aucun risque technique.
6. Données et calculs
Le tableau ci-après nous donne les gains escomptés suite au respect de ces
règles :

Q fuites Consommation Consommation Gains Gains


(Nm3) spécifique pendant la escomptés escomptés HT
(Wh/Nm3) pause (kWh/h) (kWh) (Dhs)
Compresseur 44,10 116 0 3806,43 3170,75
groupe froide
Compresseur 25,57 74,59 2,394 2897,60 2413,70
station
Total 6704,04 5584,46

Tableau 56: Gains générés par le contrôle des vannes.

Projet de fin d’études. 103


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Projet 5: Amélioration de l'isolation des parois


RESUME

Gains (Dhs/an) 13081,62


Coût de mise en œuvre (Dhs) 1989,60
Temps de retour sur investissement 2
(Mois)

1. Recommandations
On recommande d’isoler les séchoirs pour obtenir une température
maximale moyenne des parois de 25 °C afin de protéger l’opérateur et de faire
des économies de combustible.
2. Description
Lors des opérations de séchage des agrumes, il a été observé qu’il existe
des pertes de chaleur à travers les parois des séchoirs.
Le moyen convenable pour améliorer l’isolation des parois est l’utilisation de
couvertures isolantes dont les Caractéristique :
 Non- combustibles
 Faible densité et à faible conductivité thermique
 Une excellente stabilité chimique
 La résilience et la résistance aux chocs thermiques
 Ne contiennent aucun liant organique
La figure suivante montre le type de la couverture choisie :

Figure 53:Couverture isolante pour les parois des séchoirs

3. Gain escompté
Le gain généré par ce projet est estimé à 13081,62 DH

Projet de fin d’études. 104


Optimisation des différents systèmes énergétiques

4. Investissement
Les investissements nécessaires pour la réalisation de ce projet sont répertoriés
dans le tableau ci-dessous :

Surface totale des parois Prix HT en Prix total HT en


estimée en (m²) (Dh/m²) (Dh)
240 8,29 1989,60

5. Critères de rentabilité

Le temps de retour sur investissement est de 2 mois.

6. Risque technique et références

Ce projet ne présente aucun risque technique

7. Données et calculs

Le tableau suivant présente le calcul des gains de ce projet

Ligne 1 Ligne 2
Séchoir 1 Séchoir 2 Séchoir 1 Séchoir 2
l'économie de
combustible en 13,64 100,12 467,04 100,12
(kg/an)
l'Economie en (DH) 3779,90 1395,60 6537,50 1395,60
Gains en(DH) 13081,62

Tableau 57: Gains générés par l'isolation des séchoirs.

Projet de fin d’études. 105


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Projet 6: Réglage périodique du séchoir


RESUME

Gains (Dhs/an) 23631,50


Coût de mise en œuvre (Dhs) 0
Temps de retour sur Immédiat
investissement(Mois)
Gain GES (gaz à effet de serre)/T 5,38

1. Recommandations

Le changement de différents paramètres de fonctionnement des séchoirs,


exige une adaptation continue des éléments de réglage ; Ainsi un excès d’air
non adapté aux conditions climatiques ou l’allure des séchoirs provoquera une
perte énergétique considérable (consommation de combustible plus importante.

Nous recommandons donc :

 Si la température des fumées est trop élevée, nettoyer les séchoirs.


 Si la température des fumées et la quantité CO2 est trop faible, régler le
registre d’air.

2. Description

Les analyses de combustion réalisées sur les séchoirs, révèlent un gain en


rendement de 9 % pour séchoir 1 ligne 1 et 13 % pour séchoir 1 ligne 2.

La méthodologie à suivre dans cette instruction consiste à procéder à :

 Limiter l’excès d’air à 22,2 %.


 Fixer la quantité d’O2 à 4 %.

3. Gain escompté

Le gain généré par ce projet est estimé à 23631,50DHs

4. Investissement

Ce projet ne nécessite aucun investissement

5. Critères de rentabilité

Le temps de retour sur investissement est immédiat

Projet de fin d’études. 106


Optimisation des différents systèmes énergétiques

6. Risque technique et références

Ce projet ne présente aucun risque technique

7. Données et calculs

Le gain en rendement grâce au réglage effectué au niveau des séchoirs


après constatation de dépassement de la quantité d’excès d’air, est donné sur le
tableau suivant

Avant réglage Après réglage


Séchoir 1, Séchoir 1, ligne Séchoir 1,
Séchoir 1, ligne 2
ligne1 2 ligne1
T fum 275,75 128,73 275,75 128,73
T air 17,75 16,67 17,75 16,67
O2 11,85 16,57 4 4
CO 0 0 0 0
Exc air 2,305 4,82 122,2 122,2
CO2 5,85 2,8 11,1 11,1
Pertes 20,95 18,17 11,53 5,01
Rend Inf 79,05 81,83 88,46 94,98
Rend
79,05 81,83 88,46 94,98
Sup
T diff 258 112,07 258 112,07
Réf O2 0 0 0 0
CO 0 0 0 0

Tableau 58: Gain en rendement après réglage d’excès d’air.

Gain annuel en propane après réglage des séchoirs

Séchoir 1, Ligne1 Séchoir 2, Ligne2


consommation en
9595,63 6397,09
kg/an
Ancien rendement
79,05 81,83
en %
nouveau
rendement en % 88,46 94,98
Gain en
rendement en % 9 13
coût d'un kg de
propane 13,94 13,94
Gain annuel en DH 12038,68 11592,81

Projet de fin d’études. 107


Optimisation des différents systèmes énergétiques

2741,08767 2639,56728
Gain GES en kg
Total en DH 23631,50

Tableau 59: Gains générés par le réglage des paramètres des séchoirs.

Projet 7 : Chambres froides


RESUME
Gains (Dhs/an) 107308
Coût de mise en œuvre (Dhs) 0
Temps de retour sur Immédiat
investissement(Mois)

Malheureusement nous n’avons pas effectué des mesures sur les


chambres froides, car, pour cette année tous les agrumes produits ont été
orienté vers le marché local à cause des bas prix proposés par les clients à
l’étrangers.
1. Recommandations
Nous recommandons de changer la position du thermostat.
2. Description
Les caractéristiques des chambres froides au sein d’AGRUMAR sont :

En m
Longueur 20
Largeur 10
Hauteur 7,80
Hauteur des palettes 5,21
Distance (sol/Thermostat) 7,30
Distance (Thermostat/dernière
caisse) 2,09
Volume inutile (m3) 417,60

Nous avons remarqué qu’un volume assez important est refroidi sans
aucune utilité, car le stockage des caisses ne se fait pas sur toute la hauteur de
la chambre pour ne pas créer un problème pendant le stockage et déstockage,
c’est la raison pour laquelle nous avons pensé à faire descendre le thermostat
pour réduire le volume refroidie.

Projet de fin d’études. 108


Optimisation des différents systèmes énergétiques

Figure 54: Position du thermostat dans les chambres froides.

Le volume total d’une chambre froide est 1560 m3.


L’ancien volume refroidi est le volume total de la chambre (1560 m3)
Le volume utile sur lequel on stocke les caisses est 1142,40 m3
Le volume inutile refroidi est 417,6 m3
Dons nous pouvons faire descendre le thermostat d’une distance de 2,09m
On sait que les chambres froides ont une consommation annuelle de 481232,73 kWh
3. Gains escomptés
Si on fait descendre le thermostat de 2,09 m et par la suite réduire le volume utile à
1142,4m3, nous pouvons réduire la consommation à 352410,43 kWh, donc un gain
annuel de 128822 ,30 kWh, ce qui correspond à un gain annuel HT de 107308 Dhs.
4. Investissement
Ce projet ne nécessite aucun investissement
5. Critères de rentabilité
Le temps de retour sur investissement pour les chambres froides est immédiat.
6. Risques techniques et références
Ce projet ne présente aucun risque technique.

Projet de fin d’études. 109


Optimisation des différents systèmes énergétiques

II. Conclusion
Le tableau suivant récapitule tous les calculs effectués au niveau du quatrième chapitre :

N° Libellé Economies annuelles Gains Répartition Inv TRI


Electricit Propane Tonne (Dhs/an) Sur facture Electri-cité Propane(% (Dhs) (Mois)
é (Kg/an) CO2/an totale (%) (%) )
(kWh/an) évitées
1 Optimisation de la puissance souscrite 14614,66 0,84 1,12 0,00 0,00
sans amélioration du facteur de
puissance
2 Optimisation de la puissance souscrite 24457,77 1,40 1,88 59 222 29
après amélioration du facteur de
puissance
3 Gestion de l'éclairage intérieur 14564,10 11,20 12131,88 0,69 0,93 66300 65
4 Gestion de l'éclairage extérieur 15661,99 12,04 13046,44 0,75 1,00 17934,98 14
5 contrôle de la fermeture des vannes 6704,04 5,16 5584,46 0,32 0,43 0,00 0,00
pendant les pauses et à la fin de la
journée
6 Amélioration de l'isolation des parois 680,92 2,16 13081,62 0,75 2,94 1989,60 2
7 Réglage périodique du séchoir 1695,22 5,38 23631,50 1,35 5,31 0,00 0,00
8 Déplacement des thermostats vers le 128822,3 99,06 107308 6,15 8,25 0,00 0,00
bas dans les chambres froides 0
Total 165752,4 2376,14 135,00 213856,3 12,25 86224,58 5,00
3 3

Tableau 60: Tableau récapitulatif des différents projets d'amélioration.

Projet de fin d’études. 110


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Chapitre 5

Etude et dimensionnement d’une


installation solaire PV

Projet de fin d’études. 111


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

I. Introduction
La protection de notre environnement passe par l'économie d'énergie. Pour ce
faire, il est devenu indispensable de réduire notre consommation énergétique, car c'est
devenu un point déterminant pour préserver notre environnement sachant que les
différentes énergies fossiles s'épuisent et produisent énormément du dioxyde de carbone
(CO2) et d'autres gaz nocifs comme le méthane.
Pour éviter l'accroissement de l'effet de serre et la destruction de la couche d'ozone, il est
possible de changer nos habitudes en faisant appel aux énergies renouvelables qui sont
moins dangereuses pour notre environnement et plus efficaces de faire baisser la
consommation d’énergie, ainsi que la facture.
C’est dans ce sens s’inscrit notre projet de fin d’étude pour étudier la possibilité de
l’installation d’un système photovoltaïque sur la station de conditionnement
AGRUMAR, pour réduire sa consommation en énergie électrique, et pour participer ainsi
concrètement à la protection de l’environnement et à l’avènement du développement
durable.
Ce chapitre décrit la production d’électricité grâce à l’effet photovoltaïque. Les
principaux éléments du système photovoltaïque sont étudiés et un aperçu de chaque type
du système photovoltaïque est effectué. Aussi le chapitre présente l’étude que nous avons
menée pour dimensionner une installation solaire photovoltaïque raccordée au réseau à
AGRUMAR.

II. Généralités sur le système photovoltaïque


1. L’effet photovoltaïque
L’énergie solaire photovoltaïque provient de la conversion de la lumière du soleil
en électricité au sein de matériaux semi-conducteurs comme le silicium. Ces matériaux
photosensibles ont la propriété de libérer leurs électrons sous l’influence d’une énergie
extérieure. C’est l’effet photovoltaïque. L’énergie extérieure est apportée par les photons,
(composants de la lumière) qui heurtent les électrons et les libèrent, induisant un courant
électrique. Ce courant continu de micro puissance calculé en watt crête (Wc) peut être
transformé en courant alternatif grâce à un onduleur.

Projet de fin d’études. 112


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

2. La photopile
Cette photopile, qu’on appelle aussi cellule solaire ou photovoltaïque, est
fabriquée à l’aide de matériaux semi-conducteurs comme les transistors ou les
puces dans un ordinateur. On peut la représenter comme une diode plate qui est
sensible à la lumière.

Figure 55 :Description d’une photopile ou cellule photovoltaïque

Quand un photon de lumière, d’énergie suffisante, heurte un atome sur la


partie négative de cette diode, il excite un électron et l’arrache de sa structure
moléculaire, créant ainsi un électron libre sur cette partie. Une photopile est
fabriquée de manière à ce que cet électron libre ne puisse se recombiner
facilement avec un atome à charge positive, avant qu’il n’ait accompli un travail
utile en passant dans un circuit extérieur. Comme une pile chimique (c’est-à-dire
une batterie), la cellule photovoltaïque produira de l’électricité à courant continu
(cc), mais son énergie produite sera fonction principalement de la lumière reçue
par la photopile.

Les premiers modules PV furent construits avec des cellules de silicium


monocristallin. Le silicium est le matériau le plus courant sur terre, c’est du sable!
Mais un haut degré de pureté est requis pour en faire une pile photovoltaïque et
le procédé est coûteux.

Aujourd’hui encore, les cellules de silicium monocristallin sont toujours les


plus efficaces, de 16 % à 18%, mais elles sont aussi les plus chères. Depuis une
quinzaine d’années, l’arrivée de cellules de silicium poly-cristallin, avec une
efficacité de 13 % à 15%, a grandement contribué à baisser le coût des modules.
Et depuis environ cinq ans, la technologie du silicium amorphe (5 %) et l’emploi
de semi-conducteurs en couches minces autres que le silicium ont littéralement
révolutionné l’industrie photovoltaïque en diminuant les coûts de production et en
permettant son utilisation pour de multiples usages.

La technologie de l’énergie photovoltaïque est en pleine évolution. D’une

Projet de fin d’études. 113


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

efficacité commerciale de 16% à 18% aujourd’hui, la pile photovoltaïque a


démontré, dans les laboratoires, une efficacité de 38 % grâce à la technologie
des nouveaux matériaux. Du silicium à l’arséniure de gallium en passant par la
tellurure de cadmium, plusieurs matériaux sont présentement testés pour obtenir
des modules plus efficaces, à meilleurs coûts.
3. Caractéristique de la cellule photovoltaïque
Les caractéristiques du courant I = f(V) d’une cellule photovoltaïque peuvent être
schématisées comme suit :

Figure 56 :Schéma équivalent d’une cellule photovoltaïque

Pour la cellule idéale,


I (V) = Iph(ø) – Id (V) où
I(V) = courant disponible
V = tension aux bornes de la jonction
Iph (ø) = courant produit par la photopile, ce courant est proportionnel au flux lumineux
(ø)
Cette représentation schématique de la photopile est idéalisée. Une photopile
comporte en réalité une résistance série (Rs) et une résistance en dérivation ou shunt
(Rsh). Ces résistances auront une certaine influence sur la caractéristique I-V de la
photopile :
 La résistance série est la résistance interne de la cellule ; elle dépend
principalement de la résistance du semi-conducteur utilisé, de la résistance de
contact des grilles collectrices et de la résistivité de ces grilles ;
 La résistance shunt est due à un courant de fuite au niveau de la jonction ; elle
dépend de la façon dont celle-ci a été réalisée.

Projet de fin d’études. 114


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Figure 57 :Influence des résistances shunt et série sur la caractéristique


courant-tension d’une cellule photovoltaïque.

On appelle facteur de forme FF (filling factor), le rapport entre la valeur


maximale de la puissance pouvant être extraite (Im x Vm) de la photopile sous
les conditions de mesures standardisées, et le produit Icc x Vco où:
Icc = intensité de court-circuit
Vco = tension de circuit ouvert

Pour une cellule de fabrication industrielle, le facteur de forme est de l’ordre de


70%.
4. Influence de l’ensoleillement et de la température
Nous avons vu que le courant produit par la photopile (Iph) est
pratiquement proportionnel au flux lumineux (ø). Par contre, la tension (V) aux
bornes de la jonction varie peu car elle est fonction de la différence de potentiel à
la jonction N-P du matériau lui-même (pour le silicium monocristallin, elle est de
590 mV pour Tj = 25 °C). La tension de circuit ouvert ne diminuera que
légèrement avec le flux lumineux. Ceci implique donc que :

 la puissance optimale de la cellule (Pm) est pratiquement proportionnelle à


l’éclairement;
 les points de puissance maximale se situent à peu près à la même
tension (voir figure ci-dessous).

Projet de fin d’études. 115


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Figure 58 :Influence de l’ensoleillement sur la courbe I-V

L’influence de la température est non négligeable sur la caractéristique


courant/tension d’un semi-conducteur (voir figure ci-dessous). Pour le silicium,
lorsque la température augmente, le courant augmente d’environ 0,025
mA/cm²/°C alors que la tension décroît de 2,2 mV/°C/cellule. Cela se traduit par
une baisse de puissance d’environ 0,4%/°C. Cette influence devra être prise en
compte lors du dimensionnement du générateur photovoltaïque.

Figure 59 :Influence de la température sur la courbe I-V

Une convention internationale définit la puissance d’une cellule en watt


crête. Le Wc (Wp en anglais) est la puissance optimale fournie par la photopile
sous des conditions de mesures normalisées (cmn), c’est-à-dire pour un
ensoleillement de 1kW/m2 et pour une température de jonction de la cellule de
25 °C. Le rendement de conversion (efficacité) d’une cellule est le rapport entre
la puissance électrique optimale (Pm) et la puissance solaire reçue à la
température de référence. Ainsi, une simple cellule de silicium monocristallin
ayant une surface de 100 mm x 100 mm aura une efficacité d’environ 14% et
produira environ 1,4 Wc à 0,5 volt.

Projet de fin d’études. 116


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

5. Les composants d’un système photovoltaïque


Les modules photovoltaïques
Le module PV est par définition un ensemble de photopiles assemblées
pour générer une puissance électrique exploitable lors de l’exposition à la
lumière. En effet, une photopile élémentaire, ne généré pas suffisamment de
tension : entre 0,5 et 1,5 V selon les technologies. Il faut presque toujours
plusieurs photopiles en série pour générer une tension utilisable.
Les modules peuvent également être connectés en série et en parallèle afin
d’augmenter la tension et l’intensité d’utilisation. Toutefois, il importe de prendre
quelques précautions car l’existence de cellules moins efficaces ou l’occlusion
d’une ou plusieurs cellules (dues à de l’ombrage, de la poussière, etc.) peuvent
endommager les cellules de façon permanente.
Les batteries du stockage d’énergie
La batterie sert à stocker l’énergie produite par le champ de modules PV. Il y a
nécessité de stockage chaque fois que la demande énergétique est décalée
dans le temps vis-à-vis de l’apport énergétique solaire. En effet :

 la demande énergétique est fonction de la charge à alimenter, les


appareils utilisés fonctionnent soit en continu, soit à la demande ;
 l’apport énergétique solaire est périodique (alternance jour/nuit, été/hiver)
et aléatoire (conditions météorologiques). Ce décalage entre la demande
et l’apport énergétique nécessite un stockage d’électricité. Le système
tampon utilisé le plus couramment pour les systèmes photovoltaïques est
la batterie d’accumulateurs électrochimiques
Dans un système photovoltaïque, la batterie remplit trois fonctions importantes :

 Autonomie : Une batterie permet de répondre aux besoins de la charge


en tout temps, même la nuit ou par temps nuageux ;
 Courant de surcharge : Une batterie permet de fournir un courant de
surcharge pendant quelques instants, c’est-à-dire un courant plus élevé
que celui que peut fournir le champ PV. Ceci est nécessaire pour faire
démarrer les moteurs et les autres appareils requérant un courant de
démarrage de 3 à 5 fois supérieur au courant d’utilisation ;
 Stabilisation de la tension : Une batterie permet de fournir une tension
constante, en éliminant les écarts de tension du champ PV et en
permettant aux appareils un fonctionnement à une tension optimisée.
Les régulateurs de charge
Il protège la batterie contre les surcharges. Il assure également la
surveillance et la sécurité de l’installation
Dans un système photovoltaïque autonome, le régulateur représente en
générale moins de 5 % du coût total du système, ce qui tout d’abord laisse à
penser que ce composant n’est pas important. Au contraire sa fonction est
primordiale et ses qualités vont profondément influencer le coût final de l’énergie
produite.
Les régleurs de charge de systèmes PV autonomes peuvent se caractériser en
trois groupes principaux :

Projet de fin d’études. 117


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

 Les régulateurs série, qui incorporent un interrupteur entre le générateur


et l’accumulateur pour arrêter la charge ;
 Les régulateurs shunt, dont l’interrupteur court-circuite le générateur
solaire en fin de charge ;
 Les régulateurs à recherche de point de puissance maximum, qui utilisent
un circuit électrique spécial permettant de soutirer en permanence du
champ de capteurs sa puissance maximale
Les onduleurs
Les onduleurs sont des appareils servant à transformer la tension continue
fournie par les panneaux ou les batteries pour l’adapter à des récepteurs
fonctionnant à une tension alternative (Cas de couplage au réseau).
Les onduleurs couplés au réseau utilisent deux techniques de génération du
signal alternatif : soit la sinusoïde est produite pour se synchroniser, soit le
réseau est utilisé comme source de signal de synchronisation.
La plupart des onduleurs utilisent un transformateur pour assurer une
séparation galvanique avec le réseau, ce qui permet d’isoler les panneaux du
réseau.
Autres composants
Le bon fonctionnement d’un système photovoltaïque est maintenu grâce à
des éléments indispensables tels que les protections contre la foudre, les
disjoncteurs, fusibles et les composants de mesure permettant le suivi de
l’installation.

6. Les systèmes photovoltaïques


Les modules PV sont les éléments de base de tout système
photovoltaïque. Ils peuvent être branchés en série pour augmenter leur tension
d’utilisation et en parallèle pour augmenter leur courant. Cet ensemble est
appelé le champ de modules PV. L’énergie fournie par le champ peut être
utilisée pour charger des batteries qui fourniront l’électricité au moment voulu.
Elle peut aussi être utilisée en reliant directement les modules à la charge
sans les batteries, ou en les branchant sur un réseau électrique. Il est également
possible de combiner la sortie du champ PV avec d’autres sources d’énergie
telles que une génératrice ou une éolienne qui serviront d’appoint, si
l’ensoleillement n’est pas suffisant.

Figure 60 : Composantes d’un champ de modules photovoltaïques

Projet de fin d’études. 118


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Bien qu’il existe une grande variété de systèmes photovoltaïques, on peut


cependant les classer en six groupes distincts. Les trois premiers groupes sont
des systèmes autonomes, non reliés à un réseau électrique. Les trois autres
types sont des systèmes PV reliés différemment au réseau électrique.

o Système autonome sans batterie : Ce type de système ne requiert pas


de stockage d’électricité, soit parce que la production d’énergie des
cellules est suffisante sous un faible éclairage (ex. : calculatrice), soit que
le temps de fonctionnement de la charge n’est pas critique.
o Système autonome avec batterie : C’est le système photovoltaïque le
plus commun. Le champ PV sert de chargeur pour la batterie. L’électricité
peut alors être utilisée en tout temps. Par exemple, ce système est bien
adapté pour l’éclairage d’une maison où il faut de l’électricité lorsqu’il ne
fait plus jour.
o

Figure 61 : Système autonome avec batterie (avec ou sans conversion


d’énergie)

o Système hybride PV/génératrice : Ce système utilise les avantages de


l’énergie photovoltaïque et de la génératrice fonctionnant au diesel, au
propane ou à l’essence. Le système photovoltaïque fournit une énergie
intermittente mais souvent moins coûteuse en régions éloignées.
o

Projet de fin d’études. 119


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Figure 62 : Système hybride PV/génératrice.

o Système PV sur réseau diesel : Ce système est utilisé principalement


dans les communautés ou les villages éloignés. Le générateur PV est
branché en parallèle avec les génératrices au diesel du réseau villageois
et fournit l’électricité sur ce réseau lorsque l’ensoleillement le permet. Il
permet de réduire la consommation d’un carburant diesel très coûteux en
régions éloignées et diminue les temps de fonctionnement des
génératrices.
o Système PV sur réseau décentralisé. Ce système photovoltaïque est
branché directement sur un réseau électrique. Il peut être installé, par
exemple, sur une résidence individuelle ou sur un centre commercial, de
telle sorte qu’il alimente cette charge et fournit l’excédent de sa production
sur le réseau durant le jour. Durant la nuit, la charge puise l’énergie
requise sur le réseau. Ce système permet de diminuer les frais de
transport d’électricité et la surcharge de ligne.

Figure 63 : Système PV raccordé au réseau.

o Système PV centralisé : Ce système fonctionne comme une centrale


électrique normale mais doit tenir compte de la fluctuation de la production
d’énergie qui est liée à l’ensoleillement

Projet de fin d’études. 120


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

7. Principe de fonctionnement d’un système photovoltaïque

Produire

Des modules photovoltaïques transforment


directement l’énergie solaire en courant
électrique continu

Interconnecter

L'interconnexion des chaînes de modules à


l’aide d’une boîte de jonction permet de
regrouper la production électrique du champ
photovoltaïque.

Transformer

Un onduleur convertit le courant continu


fourni par les chaînes de modules en
courant alternatif.

Protéger

La sécurité des personnes et des biens est


assurée par l’appareillage de protection
installé dans les coffrets pré-montés et pré-
câblés.

Consommer

Toute ou partie de l’énergie produite peut

Projet de fin d’études. 121


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

III. Dimensionnement d’une installation solaire photovoltaïque


raccordé au réseau à AGRUMAR:
Nous allons ici étudier la possibilité de l’installation d’un système
photovoltaïque sur la station de conditionnement AGRUMAR, pour fournir une
partie de ses besoins en électricité, et pour participer ainsi concrètement à la
protection de l’environnement et à l’avènement du développement durable.

Pour faire une estimation de la production d’électricité de notre installation


solaire à AGRUMAR, nous allons utiliser le logiciel de dimensionnement du
panneau solaire PVSYST. (Annexe 6) contient des explications pas à pas de
l'utilisation de PV SYST)

1. Paramètres géographiques et météorologiques


Le fonctionnement d'une installation photovoltaïque dépend de sa situation
géographique, de son taux d'ensoleillement et de la géométrie des capteurs. La
ville Ait Melloul où se trouve la station de conditionnement AGRUMAR est assez
bien ensoleillée.

Les données d’irradiation solaire sur Ait Melloul sont les suivantes :

Mois Hh D/G
Jan 3690 0.30
Fev 4510 0.29
Mar 5670 0.28
Avr 6570 0.28
Hh: Irradiation sur un plan horizontal
Mai 7120 0.28
(Wh/m2/jour)
Juin 7070 0.30
Jui 6560 0.33 D/G: Proportion entre l'irradiation diffuse et
Août 6080 0.34 la globale
Sep 5360 0.34
Oct 4570 0.33
Nov 3750 0.32
Dec 3310 0.32
Année 5360 0.31

Tableau 61:Irradiation solaire sur Ait melloul

Projet de fin d’études. 122


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Dans notre cas, Nous avons choisi les toitures des chambres froides Pour
installer les panneaux solaires photovoltaïques. Ces toitures Sont orientées
presque vers Sud-Est, avec une pente de 30°, et une surface totale de l’ordre de
1558 m².

Figure 64:chambres froides avant installation des panneaux solaires


photovoltaïque

2. Composition de l'installation

Il s'agit d'une installation photovoltaïque directement raccordée au réseau,


sans batteries. L'installation est composée de:

 Surface installée : 1558 m²


 Puissance installée : 218 kWc
 Nombre des modules : 948

o Surface d'un panneau : 1,64 m²


o Puissance crête nominale : 230 Wc
o Modèle : Tenesol polysilicuum TE 2200/230

Projet de fin d’études. 123


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

La figure ci-après donne les caractéristiques des modules PV :

Figure 65: Modules PV de l'installation.

 Nombre des onduleurs : 2


o Puissance nominale sortie totale : 200 kWc
o Modèle : Siemens/Siematic
 La figure ci-après donne les caractéristiques des onduleurs choisis :

Figure 66: Caractéristiques des onduleurs de l'installation.

 1 coffret de comptage + 1 boitier de protection AC/DC + 1 protection anti-


foudre.

Remarque :

Les onduleurs transforment l'électricité continue, en provenance des panneaux


photovoltaïques, en courant alternatif 50Hz/400V asservi sur le réseau ONEE.
 Le coffret de comptage permet de connaitre la production totale produite ainsi que
l'intensité et la puissance instantanée en sortie des panneaux.
 Le boitier de protection assure la mise hors circuit de l'installation en cas de
coupure ONEE afin de ne rien injecter sur le réseau si celui-ci est coupé.

Projet de fin d’études. 124


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Figure 67: chambres froides après installation des panneaux solaires


photovoltaïque.

La figure ci-après montre les caractéristiques de l’installation photovoltaïque que


nous avons dimensionnée :

Figure 68:Caractéristiques de l’installation photovoltaïque.


3. Production de l’installation photovoltaïque
L'énergie produite dépend directement de l'ensoleillement qui est
évidemment très variable au long de l'année (ici précisée en W/M2). Elle est
également liée au rendement des capteurs, des onduleurs, de la température
des panneaux, ... .Le logiciel PVSYST permet de prendre en compte ces
éléments pour calculer la production ou les pertes dues aux différents
composants de l'installation (ombre, câble, orientation, ...).

Projet de fin d’études. 125


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Dans notre cas, il est prévu de produire 367 962 kWh/an. La figure ci-
dessous montre la production attendue et les éléments apportant des pertes

Figure 69: La production normalisée de l'installation.

Le graphe ci-dessous montre la production électrique de notre installation en intégrant les


pertes, ces pertes restent acceptables, nous allons prendre le mois d’avril comme
exemple, la figure montre que chaque kWc va produire 6,5 kWh en moyen durant tout le
mois, cette valeur intègre les pertes de collection (modules PV) et les pertes système
(onduleur, câbles…), l’important est que ces pertes ne dépassent pas 20%, ce qui montre
l’efficacité de notre installation.

Projet de fin d’études. 126


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Notre installation dimensionnée a un très bon rendement car on trouve que


l’indice de performance de l’installation dépasse 81% durant toute l’année, la figure ci-
après montre ça d’une façon très claire.

Figure 70: L'indice de performance de l'installation photovoltaïque.

Remarque :
Tous les graphes obtenus dans le chapitre de dimensionnement de l’installation solaire
PV sont le résultat de simulation par le logiciel PVsyst.

Projet de fin d’études. 127


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

La figure ci-dessous donne le bilan de puissance de l’installation photovoltaïque


d’une façon très détaillée :

Figure 71:Production attendue et éléments apportant des pertes.

Malgré toutes les pertes subit par l’installation au niveau d’irradiation, des modules
PV, câbles et au niveau des onduleurs, l’installation a un très bon rendement de l’ordre
de 83% (le rapport entre l’énergie injectée dans le réseau et l’énergie champ nominale).

Projet de fin d’études. 128


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

IV. Projet : Installation des systèmes solaires photovoltaïques


RESUME

Gains (Dhs/an) 306 512.35


Coût de mise en œuvre (Dhs) 3 757 88
Temps de retour sur investissement 12,5
(Année)
GES (Tonne) 282,92

1. Recommandation

Utiliser les toits des chambres froides pour l’installation d’un champ
photovoltaïque d’une surface de 1558 m² afin de produire de l’électricité propre
et renouvelable.

2. Description

Afin de produire de l’électricité propre et renouvelable. Nous proposons


d’installer un champ photovoltaïque d’une surface de 1558 m² sur les toits des
chambres froides. Ce qui permettra d’économiser une partie de la consommation
d’électricité et aussi diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

3. Gains escomptés

Ce projet permet de réaliser une économie annuelle de 306512,35 Dhs et une


réduction de 282,92 tonnes de CO2.

4. Investissement

Ce projet nécessite un investissement de 3 757 884 Dhs Le détail de


l’investissement est comme suivant :

Pour tous les installateurs des champs solaires photovoltaïques, ils parlent
du Wc installé, nous avons demandé les prix aux plusieurs sociétés, nous avons
trouvé comme prix moyen 1,56 € (1€ = 11,12 Dhs) Pour un Wc installé.

Pour nous la puissance installée est 218 kWc, et en adoptant le prix déjà

Projet de fin d’études. 129


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

cité on trouve que le coût d’investissement est 3 757 884 Dhs.

La durée de vie de l’installation est de l’ordre de 30 ans.

Pour le changement des deux onduleurs et la maintenance de l’installation,


nous avons consacré 1% du coût d’investissement pour le faire, c’est donc une
somme annuelle de l’ordre de 37 578,84 Dhs.

5. Critères de rentabilité

Le temps de retour sur investissement est de 12,5 ans.

6. Risques techniques et références

Ce projet ne présente aucun risque technique.

V. Conclusion
Grâce à l’installation solaire photovoltaïque raccordée au réseau à
AGRUMAR, nous envisageons une réduction de la consommation qui peut
atteindre un taux de 28.29% (306512 ,35 DH/an) par rapport à la consommation
totale annuelle en énergie électrique (1 084 038,14 DH en Oct-2011/Sep-
2012).Ainsi, l’installation solaire photovoltaïque à AGRUMAR va contribuer à une
réduction des émissions de CO2 de l’ordre de 282,92 T CO2/an.
Le coût total d’investissement est estimé à 3 757 884 Dhs, ce qui présente un
retour sur investissement de près 12,5 ans.

Projet de fin d’études. 130


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Conclusion générale
L’étude élaborée dans ce rapport s’inscrit dans le cadre d’un audit
énergétique de la station de conditionnement AGRUMAR, pour la première fois
dans le domaine agricole. Notre travail consiste dans un premier lieu à évaluer et
analyser la consommation énergétique de la station pour identifier les secteurs
les plus consommateurs d’énergie, puis diagnostic, en second lieu, de tous les
systèmes énergivores tels que l’éclairage, les séchoirs, les chambres froides et
l’air comprimé en vue de trouver des solutions et recommandations pour la
minimisation de la consommation et l’amélioration de leur efficacité énergétique.
Le premier travail effectué est l’optimisation de la puissance souscrite, une
étude a été faite sur la consommation électrique de la station afin d’élaborer un
bilan énergétique en prenant en considération la demande maximale de la
puissance électrique. Cette analyse permet de réaliser une économie annuelle
de 14 614,66 Dhs, à zéro coût d’investissement et une économie annuelle de 24
457,77 Dhs avec un temps de retour sur investissement de 29 mois grâce à
l’installation des batteries de compensation.
Après avoir étudié le circuit de séchage des agrumes, que ce soit au
niveau de l’isolation ou de la combustion, nous avons proposé de faire une
isolation qui va permette de gagner annuellement 13 081,60 Dhs avec un temps
de retour sur investissement de 3 mois. Nous avons proposé encore de jouer sur
les paramètres des séchoirs pour avoir une combustion complète, cette solution
induit un gain annuel de 23 631,50 Dhs, à zéro coût d’investissement.
Pour le circuit d’air comprimé, la solution proposée est de fermer les
vannes d’air pendant les heures de pause et dès la fin des heures de travail, car
nous constaté que les vannes restent ouvertes, ce qui permettrait de réaliser
avoir un gain annuel de 5 584,46 Dhs, à zéro coût d’investissement.
Le diagnostic des installations de froid a permis de constater des anomalies, des
solutions ont été proposées pour l’amélioration de l’efficacité énergétique des
chambres froides, nous avons abouti à une économie annuelle de 107 308 Dhs,
à zéro coût d’investissement.
Plusieurs solutions ont été proposées pour améliorer l’efficacité de
l’éclairage que ce soit au niveau de l’éclairage intérieur ou extérieur. La prise en
considération de ces solutions assure un gain annuel de 12 131,88 Dhs sur un
temps de retour sur investissement de 65 mois pour l’éclairage intérieur. Pour
l’éclairage extérieur le gain annuel est 13 046,44 Dhs avec un temps de retour
sur investissement de 13 mois.
Pour réduire la facture d’électricité, nous avons proposé la production
d’une partie d’électricité avec des panneaux solaires photovoltaïques, nous
avons donc procédé au dimensionnement d’une installation solaire
photovoltaïque qui assure 28,29% de la consommation annuelle d’électricité de
la station, avec un coût d’investissement de 3 757 884 Dhs et un temps de retour
sur investissement de 12,5 ans.

Projet de fin d’études. 131


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Projet de fin d’études. 132


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Bibliographie
Rapport « Audit énergétique da la société NESTLE » : c’est un projet d’audit
énergétique de la société NESTLE réalisé par la société NORATECH en collaboration
avec le bureau d’étude VERITS et la société NORMANDUS.

Rapport « Audit énergétique dans la région de SOUIHLA » : réalisé par l’ADEREE


en collaboration avec le Crédit agricole.

Rapport de projet de fin d’études « Audit énergétique à SOMAFACO » : réalisé par


Elmeslouhi Sami et Ouhbal Essghir Mohammed.

Cours d’efficacité et audit énergétique de Mr. Berdai et Mr. Elkohen.


Doc. « Fours, sécheurs et fours de cuisson » Gestion de l’énergie.
Doc. « Fours, sécheurs et fours de cuisson » Gestion de l’énergie.

Webographie

[1]http://www.giz.de/en/downloads/GIZ_Organisationsplan_fr_2.pdf
[2]http://www.giz.de/en/downloads/giz2012-fr-profil-giz.pdf
[3]http://www.giz.de/Themen/de/dokumente/giz-strategie-genre-fr-2012.pdf
http://www.pacc-pme-pmf.sn/giz
http://www.agire-maroc.org/index.php?id=66&type=123
https://www.globalbusinessexchange.org/?page_id=37&lang=fr
http://www.tam-gtz.ma/programme/equipe.html
http://www.giz.de/Themen/de/dokumente/giz2012-plan-solaire-marocain-fr.pdf
http://www.rabat.diplo.de/Vertretung/rabat/fr/05/Wirtschaftliche__Zusammenarbeit/Seite
__GiZ__neu__ab_201-1-2011.html
http://www.thermexcel.com/french/ressourc/mot_pump.htmhttp://conseils.xpair.com/con
sulter_savoir_faire/surpression_eau/rappel_technique/1125.htm
http://www.climandsoft.com/fr/calcul-perte-de-charge.php
http://www.mecaflux.com/autorite%20de%20vanne%20kv%20kvs%20cv%20et%20coffi
cient%20de%20perte%20de%20charge.htm
http://french.alibaba.com/product-gs/boiler-insulation-material-armaflex-pipe-insulation-
building-material-pric es-931334844.html

Projet de fin d’études. 133


Etude et dimensionnement d’une installation solaire PV

Doc. « Energie solaire PHOTOVOTAIQUE » Environnement et sécurité

Projet de fin d’études. 134