Vous êtes sur la page 1sur 62

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique

RÉPUBLIQUE D’ H A Ï T I
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

. .
Institut National Formation Professionnelle - FONDS D’ASSISTANCE ECONOMIQUE ET SOCIALE – Université d’Etat d’Haïti

Programme de Formation Professionnelle 1627/SF-HA


1627/SF

Formation à la

CONCEPTION PARASISMIQUE ET PARACYCLONIQUE


DES BATIMENTS COURANTS
Document pédagogique n° 4

Construction des bâtiments


en béton armé
Rédaction initiale (parasismique seul)
s : Patricia BALANDIER pour la REGION MARTINIQUE
Révision et compléments Haïti 2010 : Patricia Balandier pour Caraïbe Risques Mitigation – INFP-FAES-UEH

Séance n°4 Page 1


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Le programme pédagogique de la formation à la conception parasismique et paracyclonique des bâtiments a


été préparé par Caraïbe Risques Mitigation pour le compte du groupement INFP – FAES – UEH

Figure 1 -. Ossature de béton armé non ductile (Document Yoshimine). La rupture fragile du béton à proximité des
nœuds d’ossature est le mode de ruine caractéristique des ossatures « poteaux-poutres » dont la « zone critique » n’est
pas réalisée de façon correcte. (Séisme d’Erzincan, Turquie, 1992)

Séance n°4 Page 2


PREAMBULE

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

RAPPEL DES OBJECTIFS DE LA MISE EN ŒUVRE DUCTILE DES BATIMENTS

Attention : La compréhension du contenu de ce volume du cours de construction parasismique


suppose la maîtrise des concepts exposés dans les volumes 1 (Sismologie appliquée), 2 (Nature
des actions sismiques et cycloniques sur les bâtiments) et 3 (Approche architecturale et
structurelle du projet).

Ce 4° volume du cours de construction parasismique porte sur les principes de mise en œuvre des
structures en béton armé pour les ouvrages à risque normal (ORN). Le comportement ductile
recherché y est commenté et illustré, et les dispositions constructives de l’Eurocode n°8 y sont
exposées.
Le contenu de ce volume porte seulement sur les spécificités des règles de mise en œuvre
propres aux zones sismiques exposées à un aléa élevé. Ces règles se substituent ou complètent
les règles générales de construction qui ne seront pas rappelées. Ce document traite des
bâtiments courants. Pour les autres structures et mises en œuvre, il faut garantir leur
comportement sous séisme au cas par cas par des études spécifiques justifiées par
l’expérimentation.
N-B : Les bâtiments courants en béton armé dimensionnés aux séismes le sont également aux
cyclones, et les spécificités de cet aléa ne sont pas traitées dans ce volume.

Objectif technique : Maîtrise de l’endommagement


L’objectif de comportement minimum de la construction parasismique est d’éviter l’effondrement
des constructions exposées au « séisme de calcul ».
Si les conditions de sol et de fondation sont assurées (voir volume 8), ce qui est supposé acquis
dans ce volume, l’enjeu est de garantir que le contreventement est bien conçu en termes de
localisation, de dimensionnement et de mise en œuvre, de manière à ce que
l’endommagement ne puisse se traduire par une rupture fragile des éléments constructifs pouvant
entraîner une perte de stabilité de l’ouvrage.
Une des stratégies de la construction parasismique est, en outre, d’utiliser l’endommagement
maîtrisé pour réduire la réponse de l’ouvrage aux sollicitations du sol,
- d’une part en modifiant la réponse spectrale : la perte de raideur due à
l’endommagement allonge les périodes propres d’oscillations, ce qui favorise la sortie de la
résonance pour le mode d’oscillations qui avait provoqué l’endommagement ;
- d’autre part en amortissant l’énergie sismique : les frottements sur fissures et la
plastification des éléments métalliques transforment l’énergie cinétique en chaleur.
Ainsi une bonne maîtrise de la ductilité d’ensemble des structures et de la ductilité locale des
parties d’ouvrages subissant les contraintes ou les déformations les plus importantes permet de
réduire l’action du séisme et d’éviter la perte de stabilité.

Objectif juridique : Outils réglementaires et garanties légales


L’enjeu est donc de concevoir des structures qui tolèrent des déformations significatives et
maîtrisées dans le domaine post-élastique sans perte de stabilité, c’est-à-dire qui ont un rapport
élevé entre la limite de déformation ultime et la limite de déformation élastique.
Ceci peut se démontrer par l’expérimentation et le calcul. Mais afin de faciliter le travail des
concepteurs et de minimiser le risque d’erreur d’appréciation, les règles de construction
parasismique proposent une approche des bonnes pratiques de conception et d’exécution pour les
constructions courantes garantissant un niveau de ductilité connu.

Séance n°4 Page 3


Ainsi, le concepteur qui respecte l’ensemble des conditions définies par les chapitres consacrés

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


aux différents matériaux des règles de construction parasismique en vigueur pour un type de
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

structure donné est autorisé à considérer que l’action sismique de calcul peut être minorée par un
coefficient de comportement q qui lui est proposé de façon forfaitaire.
La structure d’un bâtiment comprend des éléments « primaires » qui assurent la stabilité sous
séisme, ce sont ces éléments qui doivent respecter les dispositions de conception ductile des
règles parasismiques en aggravation des règles générales. Les éléments dont on attend
seulement qu’ils restent en place pour les charges gravitaires sont dits « secondaires ». Très peu
sollicités par l’action sismique, ils doivent être conformes aux règles générales de mise en œuvre
et dimensionnés pour l’action de calcul pour garantir leur stabilité. Ils peuvent faire l’objet de
spécifications complémentaires. En ce qui concerne les éléments non structuraux, on attend qu’ils
ne présentent pas de danger pour la structure pendant les déformations, en raison de contraintes
exercées sur celle-ci, ou pour les personnes par perte de stabilité et chute.
Tout en respectant les règles de ductilité, le maître d’ouvrage, en concertation avec ses
concepteurs peut choisir de retenir un coefficient q inférieur à celui qui est proposé afin de
« retarder » l’endommagement pour le séisme de calcul, ceci d’autant plus que le coefficient
retenu sera proche de 1. Le coût du chantier sera plus élevé.
Dans le cas où le concepteur ne respecte pas les règles de conception et de mise en œuvre des
structures telles que définies par les chapitres « construction » des règles il doit :
- dimensionner la structure sans minorer l’action du séisme de calcul (q max = 1,5 pour
l’EC8)
- ou, par l’expérimentation et le calcul, justifier le coefficient q de la construction projetée.
Dans le premier cas, le coût de la construction est beaucoup plus cher, et en cas de sous-
estimation de la réalité par les hypothèses réglementaires de calcul, dangereux.
Dans le deuxième cas, le coût de l’ingénierie est plus élevé et le résultat dépendant de la fiabilité
de l’analyse réalisée.
Aucune autre alternative n’est légale en zone sismique.
Dans tous les cas, les concepteurs doivent avoir, en amont des prescriptions techniques, une
bonne analyse du comportement global de la structure afin d’éviter les concentrations de
contraintes localisées et les déformations excessives sur la structure primaire. Ceci s’obtient par
une répartition régulière des masses, raideurs et résistances (voir volumes 1 et 2 du cours).
Quels matériaux de construction utiliser de préférence en zone sismique ?
Tous les matériaux peuvent être utilisés en respectant les règles qui leur sont propres et qui
tiennent compte de ses caractéristiques physiques.
On observe surtout que chaque type de structure a des domaines d’application préférentiels et des
limites qui peuvent être techniques ou économiques.
Pour le béton armé, dont les domaines d’application sont variés, on recherchera la maîtrise du
comportement des éléments constituant la structure en pré-identifiant les types et niveaux de
sollicitations et de déformations et celle de la ductilité des zones critiques par la conception du
frettage et la disposition des barres longitudinales permettant la formation de rotules plastiques.
Attention : Le présent volume expose le comportement des structures en béton armé et les
principes de leur conception ductile. Il ne traite pas du dimensionnement des structures
pour l’action sismique de calcul qui est déterminé par l’ingénieur par application des règles
en vigueur.
Remerciements
L’auteur adresse ses remerciements, pour leur contribution active à divers titres, à :
- Milan Zacek (ENSA de Marseille)
- Gérald Hivin (Université Joseph Fourier, Grenoble)

Séance n°4 Page 4


Sommaire

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

1. Informations générales sur le béton armé utilisé pour le bâtiment ............................................ 7


1.1. Généralités ....................................................................................................................... 7
1.2. Comportement sous charges dynamiques ...................................................................... 10
1.3. Objectifs d’utilisation du béton armé en zone sismique ................................................... 11
2. Quelques observations post-sismiques .................................................................................. 12
3. 0bjectifs généraux communs aux structures en béton armé courantes .................................. 14
3.1. Rappel des objectifs de comportement ductile ................................................................ 14
3.2. Définitions réglementaires des éléments structuraux ...................................................... 14
3.3. Spécifications réglementaires relatives au béton et aux armatures ................................. 17
3.4. Principes et aspects réglementaires de la conception ductile.......................................... 19
3.5. Mur ou poteau ?.............................................................................................................. 20
3.6. Notion de pièce pouvant fléchir ....................................................................................... 20
3.7. Prévention de la torsion .................................................................................................. 21
3.8. Classement des types de contreventement selon l’EC8 ................................................. 21
4. Règles de ductilité pour les ossatures en béton armé coulées en place................................. 23
4.1. Définition......................................................................................................................... 23
4.2. Comportement global...................................................................................................... 23
4.3. Principes de conception ductile ....................................................................................... 23
4.4. Exigences réglementaires de l’EC8 pour l’utilisation d’un coefficient q forfaitaire ............ 24
4.5. Question des parois de remplissage en maçonnerie des ossatures en béton armé ........ 34
5. Règles de ductilité pour les voiles coulés en place................................................................. 36
5.1. Comportement des bâtiments contreventés par des voiles en BA................................... 36
5.2. Définition des systèmes de murs selon l’EC8 ................................................................. 37
5.3. Principes de conception ductile ....................................................................................... 37
5.4. Exigences réglementaires pour l’utilisation d’un coefficient q forfaitaire .......................... 38
6. Considérations sur d’autres types de structures en béton armé ............................................. 45
6.1. Introduction ..................................................................................................................... 45
6.2. Les structures mixtes ...................................................................................................... 45
6.3. Structures poteaux – dalles (poutres noyées) ................................................................. 46
6.4. Structures ayant un comportement de pendule inversé .................................................. 47
6.5. Structures préfabriquées................................................................................................. 47
6.6. Ossatures précontraintes ................................................................................................ 52
7. Diaphragmes en béton armé couramment utilisés ................................................................. 53
7.1. Considérations générales ............................................................................................... 53
7.2. Conditions de rigidité des planchers ............................................................................... 53
7.3. Exigences propres à l’EC8 .............................................................................................. 53
7.4. Cas des planchers à poutrelles et entrevous .................................................................. 55

Séance n°4 Page 5


7.5. Cas des planchers sur pré-dalles .................................................................................... 56

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


8. Coefficients de comportement forfaitaires pour les constructions en béton armé ................... 57
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

9. Eléments structuraux secondaires ......................................................................................... 59

Séance n°4 Page 6


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
1. Informations générales sur le béton armé utilisé pour le bâtiment
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

1.1. Généralités
La « roche artificielle » qu’est le béton voit sa résistance augmenter dans les semaines qui suivent
sa mise en œuvre. Réglementairement on se réfère à une résistance en compression à 28 jours.
Cette résistance est déterminée par les composants, les dosages et une mise en œuvre
appropriés aux objectifs.
Les armatures apportent au béton la résistance en traction et aux efforts composés (flexion,
cisaillement). Outre la résistance intrinsèque des barres d’acier et leur capacité à l’allongement
élastique et plastique, les choix opérés pour leur mise en place vont conditionner la ductilité du
béton armé sous les différents types d’efforts, et par conséquence celle de la structure.
Les armatures longitudinales contribuent à la résistance aux efforts normaux ou de flexion.
Armatures transversales contribuent au confinement du béton et des armatures longitudinales
subissant un effort en compression ou/et un effort tranchant.

Défauts
Les défauts, d’un point de vue mécanique, viennent essentiellement du béton :
- Résistance en traction négligeable.
- Comportement fragile.
- Rapport résistance / masse volumique faible.

Qualités
En ce qui concerne le béton, les qualités du matériau sont essentiellement :
- Une bonne résistance en compression.
- Un grand éventail de qualités obtenues en jouant sur les composants et adjuvants.
- Une facilité de mise en œuvre pour des géométries variées.
Les armatures appropriées apportent au béton :
- La résistance en traction et aux efforts composés.
- La ductilité par l’emploi de nuances dont la limite d’élasticité est contrôlée.
- La ductilité par le choix de sections limitées et leur mise en œuvre.
Ainsi l’ensemble béton et armatures peut apporter des réponses satisfaisantes à un grand nombre
d’actions si leur analyse est correctement réalisée et si la mise en œuvre est satisfaisante.
Ces qualités doivent être préservées dans le temps par les enduits et la peinture et leur entretien.

Problème des malfaçons


Les facilités apparentes de la mise en œuvre des ouvrages en béton armé et leur bonne
résistance aux charges gravitaires entraînent des malfaçons volontaires ou non. Les effets n’en
sont pas forcément immédiats. On observe trop souvent un vieillissement accéléré du matériau
entraînant une résistance moindre aux actions accidentelles comme le séisme.
Les principales malfaçons sont la mauvaise qualité du béton (dosages inappropriés et rajout d’eau
pendant la prise), le mauvais positionnement des armatures dans le coffrage (défaut d’enrobage)
et le manque d’adhérence du béton sur les armatures (défaut de vibration, présence de fourreaux
et objets divers dans le coffrage, etc.).

Séance n°4 Page 7


Voici, pour mémoire, quelques illustrations d’un matériau qui n’est pas ou plus du « béton armé »

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


en raison de malfaçons qui malheureusement ne sont pas si rares.
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 2– Corrosion d’aciers dont l’enrobage ne respecte pas les dispositions légales en zone côtière exposée aux
embruns marins. (Document P. Balandier). Le béton a éclaté sous l’effet du foisonnement des armatures corrodées par
l’atmosphère saline. Le colmatage des éclats ne rend pas leur résistance aux aciers corrodés.

Figure 3 – Béton non vibré : manque de matière et enrobage des aciers non réalisé. (Document P. Balandier). Le
colmatage au mortier a posteriori, s’il est bien réalisé, protègera les armatures de la corrosion, mais il n’assurera pas la
continuité mécanique avec le béton qui a tiré sur les armatures.

Figure 4- Bétonnage en plusieurs phases d’un élément. (Document P. Balandier). Une reprise de bétonnage constitue
une zone de faiblesse en raison de la non continuité physique des bétons.. Même bien localisée, ce qui n’est pas le cas
ici, la jonction du béton coulé après coup sur le béton déjà « tiré » est un point faible, malgré la continuité des aciers. Il
convient d’éviter les reprises de bétonnage injustifiées, en particulier sur les zones critiques.

Séance n°4 Page 8


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 5- Défaut d’horizontalité des armatures (Document P. Balandier). Les armatures longitudinales doivent être en
mesure de travailler correctement en traction dès les premières déformations pour limiter la fissuration du béton, ce qui
n’est pas le cas des armatures cintrées.

Figure 6- Défaut de verticalité des armatures (Document X). Le mauvais positionnement des armatures du chaînage du
niveau inférieur dans le coffrage a impliqué leur cintrage (effet « baïonnette ») pour réalisation du recouvrement au
niveau supérieur. Ces armatures ne seront pas en mesure de travailler correctement en traction lors d’une déformation
de la structure.

Figure 7- Présence de corps étrangers dans le coffrage (Document P. Balandier). Ici un morceau de bois… Mais trop
tr
fréquemment de fourreaux électriques ! L’adhérence du béton sur les armatures ne peut être obtenue et ces matériaux
de faible résistance constituent une zone de faiblesse par manque de matière.

Séance n°4 Page 9


1.2. Comportement sous charges dynamiques

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

1.2.1. Défauts
Les cycles de déformations, anélastiques puis post-élastiques, entraînent une réduction de la
rigidité et de la résistance des éléments en béton armé, notamment du fait de la dégradation
irréversible de l’adhérence acier – béton. Cet affaiblissement est particulièrement sensible en ce
qui concerne la résistance aux efforts tranchants, les ruptures correspondantes pouvant être de
type fragile.
La mise en œuvre « traditionnelle » des armatures, qui privilégie les barres longitudinales de forte
section, confère au béton armé une courbe contrainte / déformation très défavorable à quantité
d’acier égale. La rupture fragile survient brutalement après le dépassement du seuil de contrainte
admissible. Ce qui est inacceptable en zone sismique.

Figure 8 – Rupture fragile d’un pied de poteau (document x). (Séisme de Loma Prieta, Californie, 1989)

1.2.2. Qualités
Les qualités respectives du béton et des armatures étant leur résistance à la compression et à la
traction, les structures en béton armé doivent être conçues pour que ce type d’efforts, ainsi que
leur composée, la flexion, soient dominants.
Néanmoins, un comportement acceptable à l’effort tranchant ou à un excès d’effort en
compression peut être obtenu par la mise en place d’armatures longitudinales plus rapprochées et
de moindre section, confinées par des armatures transversales plus nombreuses (plus
rapprochées) qui ont pour but de confiner le béton et les barres longitudinales. Le comportement
est alors beaucoup plus ductile.

Figure 9– Rotule plastique en pied de poteau. (Document X)

Séance n°4 Page 10


1.3. Objectifs d’utilisation du béton armé en zone sismique

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Le comportement ductile des éléments en béton armé de la structure principale doit être recherché
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

pour les raisons exposées dans les volumes 2 et 3 du cours.


a) Il s’agit d’abord, afin de retarder la perte de résistance du béton armé lors de l’endommagement
et d’augmenter l’amortissement. Elle implique le respect des principes suivants:
- Le béton, dont la résistance doit être contrôlée, doit être visqueux au moment de sa mise
en œuvre, et non liquide… et encore moins « rallongé » d’eau.
- Le béton doit impérativement être vibré afin qu’il se mette en place correctement dans le
coffrage et autour des armatures.
- Il faut utiliser des barres longitudinales à haute adhérence (HA).
- Il faut respecter les règles d’enrobage de l’EC2 en utilisant des écarteurs normalisés dans
les coffrages.
- Du béton, des armatures… et rien d’autre dans le coffrage (ni fourreaux, ni déchets divers!)
b) En complément, le réseau des armatures longitudinales et transversales doit permettre le
confinement du béton, en particulier sur les zones les plus sollicitées au cisaillement ou à une
compression excessive.
- Pour une section totale équivalente, il est souhaitable de mettre plus de barres
longitudinales de moindre diamètre.
- Il faut rapprocher les armatures transversales en général et en particulier sur les zones
dites « critiques ».
c) Et enfin il est nécessaire que les éléments constructifs susceptibles de s’endommager sous
l’effet de l’action sismique aient un volume de béton minimum afin qu’après la destruction des
enrobages il reste suffisamment de matière à l’intérieur du réseau d’armatures pour assurer la
résistance requise pour la stabilité de l’ouvrage.
Ces stratégies visant une ductilité d’ensemble satisfaisante de l’ouvrage sont réglementées et la
satisfaction de leurs objectifs permet de minorer l’action sismique de calcul par q (coefficient de
comportement).

Séance n°4 Page 11


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
2. Quelques observations post-sismiques
post
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Les constructions enn béton armé, et plus particulièrement les ossatures, ont payé un lourd tribu
lors des destructions dues aux séismes majeurs du XXème
XX siècle. Les audaces de géométrie (et
de descentes de charges) permises par les qualités du matériau sous charges statiques et le
manque de recul sur le comportement et la dégradation de ce matériau exposé aux charges
horizontales cycliques des séismes ont été les facteurs cumulés d’un véritable drame humain et
économique.
La problématique a été aggravée par le non-respect
non des règles élémentaires d’exécution et les
tricheries sur le matériau, dont les effets visibles sont généralement différés. Ainsi le manque de
résistance mécanique est venu en aggravation du manque de ductilité originel de ces structures
lourdes ayant un mode de ruine menant très souvent à l’effondrement total.
Les quelques exemples présentés ici à titre d’introduction seront complétés dans les chapitres
traitant des différents problèmes à considérer.

Figure 10 - Effondrement total d’une structure à ossature de béton armé manquant de ductilité. (Document X). Au delà
des déformations admissibles, vraisemblablement faibles, le mode de ruine a été « fragile » (Séisme de Kalamata).

Figure 11 - Désagrégation complète


plète de bétons de mauvaise qualité (Document X). La tricherie sur les matériaux en
région sismique peut être assimilée à un crime… (Séisme de Bhuj, Inde, 2001)

Séance n°4 Page 12


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 12 - Rupture fragile des éléments d’une ossature en béton armé.


armé. (Document X). Dans ce cas le béton était
résistant. Ses armatures n’étaient pas appropriées aux sollicitations sismiques. En outre les poutres étaient trop
largement dimensionnées par rapport aux poteaux. (Séisme de Spitak, Arménie, 1988)

Figure 13 - Cisaillement de la base d’un voile d’une construction élancée (Document X). Un moment de renversement
élevé sur ce voile travaillant en console verticale l’a exposé à des contraintes trop élevées à sa base. Ce bâtiment était
une structure mixte acier – béton. On peut également observer le flambement du poteau à l’arrière du voile. (séisme
d’Anchorage, Alaska, 1964)

Figure 14- Fissuration en biais sur un petit voile de cage d’escalier (Document V. Davidovici).
Davidovici). (Séisme de Boumerdès,
Algérie, 2003)

Séance n°4 Page 13


3. 0bjectifs généraux communs aux structures en béton armé courantes

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

3.1. Rappel des objectifs de comportement ductile


La structure doit, au delà de sa résistance élastique, accepter des déformations post-élastiques
maîtrisées pour assurer la sécurité d’ensemble.
La bonne conception et la bonne mise en œuvre visent à prévoir et optimiser la localisation des
fissures et rotules plastiques pouvant se former sous l’action d’un séisme majeur. En ce qui
concerne le béton armé, la démarche passe par les étapes suivantes :
- Identification des éléments structuraux principaux et secondaires sous l’action sismique
- Identification des pièces cisaillées ou fléchies, vérification du travail dynamique global de la
structure
- Localisation des zones critiques, potentiellement dissipatives
- Confinement de ces zones par des armatures appropriées
- Spécifications pour les matériaux béton et acier (résistances minimum et maximum)
- Spécifications de forme des éléments de la structure (dimensionnement en capacité).

3.2. Définitions réglementaires des éléments structuraux

3.2.1. Rappel du cadre et des objectifs


Les règles de conception ductile des bâtiments définies par les réglementations parasismiques
sont complémentaires des règles générales s’appliquant aux ouvrages en béton armé, soit par
exemple EC2 + EC8 (§ 5) + normes matériaux
Lors de la conception d’une structure en béton armé il faut distinguer les éléments structuraux
participant au contreventement, qui vont s’opposer aux déformations du bâtiment sous l’effet des
charges sismiques, de ceux qui n’interviennent (quasiment) pas. L’éventuel endommagement doit
permettre une dissipation d’énergie satisfaisante sans perte de stabilité, ce qui passe par une
bonne conception des éléments, de leurs assemblages et de la construction dans son ensemble.

Figure 15- Eléments constructifs ductiles, mais conception d’ensemble défectueuse (Document X). La présence de
poteaux bridés par la rampe d’accès aux étages de ce parking a généré leur rupture fragile et l’effondrement. Pourtant,
on peut observer que la mise en œuvre du béton armé était correcte : formation de rotules plastiques sur les poutres et
plasticité (spectaculaire) du béton armé des poteaux (Séisme de Northridge, Californie, 1994).

Séance n°4 Page 14


3.2.2. Les éléments sismiques primaires

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Ce sont les éléments de la structure qui assurent sa résistance à l’action des séismes. Définitions :
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

EC8 : Définition des éléments sismiques primaires (§1.5.2 )


Eléments considérés comme faisant partie du système structural résistant aux actions sismiques,
modélisés dans l’analyse pour la situation sismique de calcul et entièrement conçus et étudiés en
détail pour assurer la résistance aux séismes conformément aux règles de l’EN 1998.
Ce sont grosso-modo :
- les éléments franchisseurs qui contribuent dans le plan horizontal à la répartition des
charges dynamiques sur les palées de stabilité.
- les éléments porteurs de contreventement dont les caractéristiques géométriques et
mécaniques font qu’ils constituent effectivement des palées de stabilité. Mais attention aux
raideurs ponctuelles ou mal réparties lors de la conception du bâtiment qui ne contribuent
pas à la résistance.

3.2.3. Les éléments sismiques secondaires


Les éléments secondaires sont les éléments de la structure porteuse qui n’apportent pas de
contribution significative à la résistance aux actions sismiques. On attend néanmoins qu’ils
assurent la transmission des charges gravitaires pendant et après le séisme. Leurs liaisons
mécaniques aux éléments principaux de la structure doivent être efficaces.
EC8 : Définition des éléments sismiques secondaires (§ 1.5.2)
Eléments qui ne sont pas considérés comme faisant partie du système résistant aux actions sismiques
et dont la résistance et la rigidité vis-à-vis des actions sismiques sont négligées ; leur conformité à
toutes les règles de l’EN 1998 n’est pas exigée, mais ils sont conçus et étudiés en détail pour leur
permettre de porter les charges gravitaires lorsqu’ils sont soumis aux déplacements causés par la
situation sismique de calcul.
NOTE 2 Il n’est pas nécessaire qu’ils respectent toutes les dispositions de l’EN 1998, mais ils sont
dimensionnés et munis de dispositions constructives pour permettre le maintien de leur fonction de
supportage lorsqu’ils sont soumis aux déplacements imposés lors de la situation sismique de calcul.
Exemple : Un bâtiment en béton armé comprend des voiles et des poteaux porteurs. Si le
dimensionnement et la distribution des voiles assurent le contreventement sous l’action sismique
réglementaire, les poteaux sont des éléments secondaires au regard de cette action. La présence
de poteaux courts dans ce cas là ne pose pas de problème, puisqu’ils ne reprennent pas a priori
les charges sismiques horizontales. Les poteaux ne sont pas assujettis aux règles de ductilité.

Figure 16- Séisme du Nord-Martinique. Collège du Marin. Le poteau endommagé fait partie de la structure primaire. Sur
cette façade en coursive, tous les poteaux sont bridés par les maçonneries ou les linteaux. Certains, qui soutiennent des
poutres en consoles sont plus largement dimensionnés, donc plus raides. Ces derniers ont tous été endommagés, d’une
part dans leur plan longitudinal (fissures en croix) et d’autre part par la rotation dans le plan vertical de la console. (Photo
P. Balandier)

Séance n°4 Page 15


3.2.4. Les zones critiques

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Il s’agit des zones de la structure où les efforts sont les plus élevés et dont on attend qu’elles
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

puissent s’endommager sans perte significative de résistance.


Les zones critiques sont définies et localisées
localisées par les règles pour chaque type de structure. On les
trouve principalement à la base des murs (niveaux inférieurs) et près des nœuds des ossatures.
Définition EC8 (§ 5.1.2. résumé)
Région d’un élément sismique primaire où apparaissent les combinaisons
combinaisons les plus défavorables des
effets des actions et où des rotules plastiques peuvent se produire. Dans les bâtiments en béton, les
zones critiques sont les zones dissipatives.
En raison du comportement potentiellement fragile du béton armé, il est essentiel
essen de reconnaître
les « zones critiques », dont le système d’armatures doit être conçu pour assurer le confinement
du béton. Les réglementations nous proposent des critères qui sont efficaces pour les bâtiments
réguliers.

Figure 17 - Zones critiques en pied de poteaux (Document EERI – USA). Les concentrations de contraintes
extrêmement élevées en pied de poteau et l’absence de dispositions constructives appropriées ont provoqué leur rupture
fragile. (Séisme d’Imperial Valley, Californie,
C 1979)

Figure 18 - Les nœuds d’ossature sont des zones critiques. (Document X) Eclatement d’une zone critique non confinée
par des armatures transversales.

Pour les ossatures, outre la conception des armatures, le dimensionnement


dimensionnement en capacité
(conception et géométrie appropriée de la structure) doit provoquer la formation des éventuelles
rotules plastiques hors des têtes de poteaux et des nœuds d’ossature pour éviter les pertes de
stabilité. La
a conception ductile d’une structure
st en béton armé doit éviter:
- La création de pièces principales courtes sollicitées principalement au cisaillement;
- Les charges axiales élevées sur les pièces principales fléchies (augmenter les sections)
- Les concentrations de contraintes irrégulières
irrégulières (changements brutaux de sections,
mauvaise répartition des raideurs…).

Séance n°4 Page 16


3.2.5. Les classes de ductilité de l’EC8 (§ 5.2.1)

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


L’EC8 propose de choisir entre une classe de ductilité limitée/faible (DCL), moyenne (DCM) ou
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

élevée (DCH) dont les coefficients de comportement varient entre 1,5 et une valeur en DCM,
majorée en DCL, pour chaque type de structure répondant aux exigences spécifiées.
Ductilité limitée (Classe de ductilité L)
L’EC8 admet une capacité de dissipation limitée et une ductilité limitée en appliquant uniquement
les règles de l’EN 1992 (EC2 : Structures en béton) pour la situation sismique de calcul et sans
tenir compte de dispositions particulières données. Dans ce cas q < 1,5.
N-B : Sauf implantation sur appuis parasismiques, une classe de ductilité L (limitée), ne doit être
utilisée que dans les régions à faible sismicité.
Concept de ductilité globale
Pour justifier d’une ductilité non « limitée », et ainsi d’un coefficent q > 1,5, un comportement
ductile global est requis. Son obtention peut être garantie par l’application de détails d’exécution
précisés au chapitre 5 (structures en béton) de l’EC8-1. La demande en ductilité doit impliquer
globalement un grand volume de la structure et se répartir sur un grand nombre d’éléments et à
différents endroits à tous ses étages. Ceci implique, pour le béton armé, que les modes de rupture
ductile (par exemple, en flexion) précèdent les modes de rupture fragile (par exemple, rupture
d’effort tranchant) avec une fiabilité suffisante.
Classes de Ductilité Moyenne (DCM) et Haute (DCH)
Les bâtiments globalement ductiles sont classés en deux classes de ductilité, à savoir DCM
(ductilité moyenne) et DCH (haute ductilité), en fonction de leur capacité de dissipation
hystérétique. Les deux classes impliquent une conception, un dimensionnement et des détails
d’exécution réglementaires qui permettent à la structure de développer des mécanismes
d’endommagement stables associés à une importante dissipation d’énergie hystérétique.
Des valeurs différentes du coefficient de comportement q sont autorisées pour chaque classe (plus
élevées pour la DCH).
On ne peut pas compter dans les systèmes de murs de grandes dimensions en béton peu armé
sur la dissipation d’énergie dans les rotules plastiques, ils appartiennent aux structures DCM.
Les objectifs de ductilité de chacune de ces classes conditionnent les exigences de conception
des structures.
Attention : Dans le présent document, les dispositions constructives de l’EC8 pour les
structures de béton armé, lorsqu’il n’y a pas de précision contraire, sont celles de la classe
de ductilité moyenne (DCM). Cette simplification a été adoptée en raison de la difficulté de se
procurer dans des conditions économiquement raisonnables, les armatures nécessaires à la haute
ductilité (DCH) (armatures HA classe C).

3.3. Spécifications réglementaires relatives au béton et aux armatures

3.3.1. Rappel des objectifs de comportement


Pour utiliser un coefficient de comportement supérieur à 1,5 (EC8) sans avoir à le justifier par le
calcul et l’expérimentation, les matériaux eux-mêmes doivent répondre à certaines exigences :
- Le béton doit avoir une résistance minimum.
- Les armatures doivent également pouvoir plastifier assez rapidement sans rompre, on leur
demande donc une résistance élastique limitée et une capacité d’allongement plastique
importante. En outre, le choix d’aciers HA permet d’améliorer l’adhérence initiale du béton
sur les armatures, ce qui favorise l’amortissement lorsque sa dégradation commence.

Séance n°4 Page 17


3.3.2. Spécifications de l’EC8 (et de l’EC2)

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Pour le béton (§ 5.4.1.1 EC8 et AN) : Le béton d’une classe inférieure à C 20/25 ne doit pas être
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

utilisé dans les éléments sismiques primaires.


Mais les normes préconisent également le respect d’exigences minimales compte tenu des
conditions environnementales (exposition aux embruns marin) et de la résistance visée pour la
résistance aux séismes. Il en découle pour l’application dans les régions exposées aux séismes de
la Caraïbe deux cas de figure plus exigeants que cette valeur minimum.
- Pour les ouvrages non exposés aux embruns marins (distants du bord de mer de plus de
1 km), un béton de résistance en compression C25/30
Le béton C25/30 est dosé à 350 Kg de ciment par mètre cube de béton. Ce dosage
s'obtient par la règle « des 1-2-3 » : c’est-à-dire 1 seau de ciment pour 2 seaux de sable, 3
de graviers et ½ seau d’eau.
- Pour les ouvrages exposés aux embruns marins (structures situées à moins de 1 km de la
côte), un béton de résistance en compression C30/37
Attention : L’addition d’eau, l’utilisation d’eau de mer ou d’eau boueuse, de granulats mal rincés
rend le béton non conforme.
Pour les armatures (§ 5.3.2 et 5.4.1.1) : A l’exception des cadres, des étriers et des épingles,
seules des barres nervurées doivent être utilisées comme armatures de béton armé dans les
zones critiques des éléments sismiques primaires. Dans les zones critiques des éléments
sismiques primaires, l’acier de béton armé de classe B ou C dans l’EN 1992-1-1:2004 (voir
Tableau suivant), doit être utilisé.
On retiendra donc une limite caractéristique d’élasticité comprise entre 400 et 600 MPa et une
valeur de déformation relative sous charge maximale supérieure ou égale à 5% (classe B) ou 7,5%
(classe C).
Concrètement, pour les bâtiments courants en classe de ductilité moyenne, les armatures doivent
être de classe B

Figure 19- Classification des aciers d’armatures selon l’EC2 (Partie 1.1, annexe C)

Séance n°4 Page 18


3.4. Principes et aspects réglementaires de la conception ductile

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Les zones critiques des ossatures en béton armé doivent être « confinées », c’est-à-dire
c’est que leurs
armatures transversales doivent s’opposer à la dislocation du béton armé par flambement des
barres longitudinales, à défaut de pouvoir s’opposer à sa perte d’adhérence et sa cohésion passé
un certain niveau de déformations. Des « rotules plastiques » doivent pouvoir se former et leur
localisation doit être maîtrisée.
Un béton confiné est un volume de béton pourvu d’armatures transversales disposées de façon à
s’opposer au gonflement du matériau sous l’effet des contraintes de compression ainsi qu’au
flambement des armatures (longitudinales).
Les murs en béton armé sont confinés dans leurs plans par le réseau des chaînages horizontaux
et verticaux.
Le confinement a une incidence positive sur la courbe contrainte – déformation du béton armé.

Figure 20- Rupture fragile d’un poteau par insuffisance de confinement (Document NISEE – USA). (Séisme d’Impérial
Valley, Californie,1979)

Figure 21- A gauche : Exemple de confinement d’uned pile de viaduc. (Document EQIIS – USA). La présence d’ aciers
longitudinaux et transversaux très rapprochés et de section modérée confine le béton endommagé ce qui confère une
bonne plasticité au béton armé. La pile reste porteuse. (Séisme de Kobé, Japon,
Japon, 1995)
Figure 22- A droite : Limites du confinement d’un élément constructif (Document EERI). Cette autre pile du même viaduc
n’a pas résisté. Le confinement retarde la rupture fragile, mais ne l’évite pas si les hypothèses de
d calcul sont erronées et
si la conception de l’ouvrage est inappropriée comme ici. (Séisme de Kobé, Japon, 1995)

Séance n°4 Page 19


3.5. Mur ou poteau ?

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


L’EC8 (§ 5.1.2) définit le mur comme étant un élément de structure supportant d’autres éléments
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

et ayant une section transversale


sale allongée, avec un rapport longueur / épaisseur (EC8 : lw / bw )
supérieur à 4.
lw lw
bw Section bw Section
Exemple de section de mur Exemple de section de poteau

Si lw > 4 bw, l’élément est un mur (effort tranchant dans son plan dominant) et doit être armé
comme tel
Si lw < 4 bw, l’élément doit être considéré comme un poteau (flexion dominante) et armé comme tel.

3.6. Notion de pièce pouvant fléchir


Pour définir le type d’armatures efficace et réglementaire d’un poteau (ou d’une une poutre), il faut
déterminer s’il pourra fléchir sous la combinaison d’actions
d’actions pendant le séisme de calcul :
- le niveau de compression dans les poteaux (effort normal réduit) doit rester modéré.
- la géométrie ne doit pas en faire un élément trop raide ou une pièce courte. A cet égard il
est retenu que la longueur des poteaux en structure principale doit être supérieure à 3 fois
leur grand côté pour l’EC8 (§
( 5.4.3.2.2 ).

Figure 23- A gauche : Poteau inapte à fléchir.


fléchir. (Document P. Balandier) Déformation globale en losange (rupture en
diagonale). Cet élément a une section à la limite du voile, en outre son faible élancement en fait une pièce courte.
(Séisme de Ceyhan – Misis, Turquie, 1998)
Figure 24- Au centre : Poteaux aptes à fléchir. (document X pour EERI). Cette photo et la suivante illustrent la
déformation « en S » caractéristique des poteaux pouvant fléchir. Bien que leur mise en œuvre soit inappropriée, le fait
que la déformation sans effondrement du bâtiment permet de la visualiser. Les niveaux de contraintes maximum se
situent dans les zones critiques dont les enrobages ont sauté. (Séisme de Loma Prieta, Californie, 1989)
Figure 25- A droite Poteau apte à fléchir (Document AFPS) Comme dans l’exemple précédent on observe la
déformation caractéristique
ristique des poteaux flexibles encastrés aux extrémités. Dans les deux cas, d’autres éléments
résistants ont prévenu l’effondrement de la construction et permis la photo. (Séisme de Boumerdès, Algérie, 2003)

En résumé, pour l’EC8 un poteau de structure principale


pr peut fléchir si :
- La valeur de l’effort normal réduit νd ne dépasse pas 0,65.
- lc / hc > 3

Séance n°4 Page 20


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 26- Poteaux bridés ne pouvant fléchir. Séisme du Nord-Martinique. AFPA de Trinité. Les dommages sur les
poteaux sont dus à des contraintes opposées de poutre et de cloison (à gauche) ou à celle d’un palier d’escalier
empêchant le poteau de fléchir (à droite). (Photos P. Balandier)

3.7. Prévention de la torsion


L’EC8 précise explicitement que les systèmes à ossature, à contreventement mixte et systèmes de
murs doivent présenter une rigidité à la torsion minimale définie par l’expression rx > ls dans les
deux directions.
où :
rx est la racine carrée du rapport de la rigidité de torsion à la rigidité latérale dans la direction y ("rayon
de torsion")
ls est le rayon de giration massique du plancher en plan (racine carrée du rapport entre le moment
d’inertie polaire du plancher en plan par rapport au centre de gravité du plancher et la masse du
plancher).
Pour les systèmes à ossature ou de murs dont les éléments verticaux sont bien distribués en plan
(symétrie), l’exigence spécifiée ci-dessus peut être considérée comme satisfaite sans vérification
analytique.

3.8. Classement des types de contreventement selon l’EC8


(1) Les bâtiments en béton doivent être classés dans un des types de structure suivants selon leur
comportement sous l'effet des actions sismiques horizontales :
a) système à ossature ;
b) système à contreventement mixte (équivalent à un système à ossature ou à un système de murs) ;
c) système de murs (couplés ou non) ;
d) système de murs de grandes dimensions en béton peu armé ;
e) système en pendule inversé ;
f) système à noyau.
(2) A l'exception des systèmes à noyau, les bâtiments en béton peuvent être classés selon un type de
système structural dans une direction horizontale et selon un autre dans l'autre direction horizontale.

Séance n°4 Page 21


(3)P Un système de murs doit être classé comme système de murs de grandes dimensions en béton

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


peu armé si, dans la direction horizontale considérée, il comprend au moins deux murs dont la
dimension horizontale n'est pas inférieure à 4,0 m ou 2h w/3, en prenant la valeur inférieure, qui
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

portent collectivement au moins 20 % de la charge gravitaire totale dans la situation sismique de


calcul, et s'il a une période fondamentale T 1 (la base étant supposée fixe vis-à-vis de la rotation)
inférieure ou égale à 0,5 s. Il est suffisant qu'il n'y ait qu'un seul mur respectant les conditions ci-
dessus dans une des deux directions, sous réserve que (a) la valeur de base du coefficient de
comportement q o dans cette direction soit minoré d'un facteur de 1,5 sur la valeur donnée dans le
Tableau 5.1 et (b) que deux murs au moins respectent les conditions ci-dessus dans la direction
orthogonale.
(4)P Les quatre premiers types de système (c'est-à-dire système à ossature, à contreventement mixte
et systèmes de murs des deux types) doivent présenter une rigidité à la torsion minimale définie par
l'expression (4.1b) dans les deux directions.
(5) Pour les systèmes à ossature ou de murs dont les éléments verticaux sont bien distribués en plan,
l'exigence spécifiée dans l'alinéa (4)P du présent paragraphe peut être considérée comme satisfaite
sans vérification analytique.
(6) Il convient de classer comme systèmes à noyau les systèmes à ossature, à contreventement mixte
ou les systèmes de murs qui ne présentent pas une rigidité à la torsion minimale selon (4)P du
présent paragraphe.
(7) Si un système structural ne peut pas être considéré comme un système de murs de grandes
dimensions en béton peu armé selon l'alinéa (3)P ci-dessus, il convient alors de dimensionner et de
concevoir en détail tous ses murs comme des murs ductiles.

Séance n°4 Page 22


4. Règles de ductilité pour les ossatures en béton armé coulées en place

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

4.1. Définition
Est considérée comme un « système à ossature » une structure dont la résistance aux séismes
est principalement assurée par des poteaux et des poutres.
Il est décrit par l’EC8 (§ 5.1.2) comme un système de structure dans lequel la résistance aux
charges verticales ainsi qu’aux charges latérales est assurée principalement par des ossatures
spatiales et dont la résistance à l’effort tranchant à la base du bâtiment dépasse 65 % de la
résistance à l’effort tranchant du système structural dans son ensemble.

4.2. Comportement global


Les déplacements relatifs des différents planchers génèrent une déformation caractéristique des
poteaux et poutres de chaque étage : flexion globale avec effort tranchant potentiellement élevé à
proximité des encastrements.

Figure 27- Déformée caractéristique des ossatures. Illustration extraite de « Construire parasismique, Ed. Parenthèses,
Milan Zacek

La flexibilité latérale des poteaux en béton armé peut amener des déformations importantes des
ossatures élancées sous séisme. Dans ce cas, on sera amené à les raidir, en général par une
conception en systèmes mixtes portiques et voiles.
On recherchera pour les ossatures un degré d’hyperstaticité élevé et un dimensionnement en
capacité favorisant de préférence la formation des rotules plastiques par flexion dans les poutres
(pas de portées trop courtes). Principe de « Poteaux forts / Poutres faibles »

4.3. Principes de conception ductile


Comme précisé plus haut, il convient de respecter des dimensions minimales de coffrage et
d’identifier la dimension des zones critiques selon les règles afin d’y appliquer les exigences de
confinement du béton pour prévenir leur rupture fragile.

Figure 28- A gauche : Rupture fragile d’un pied de poteau (Document X). (Séisme d’Izmit, Turquie, 1999)
Figure 29- Adroite : Rupture fragile d’une tête de poteau (Document Steinbrugger). (Séisme Anchorage, Alaska, 1964)

Séance n°4 Page 23


La photo suivante illustre les objectifs de confinement d’une zone critique d’ossature : les cadres

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


sont rapprochés dans la poutre et dans le poteau qui est « privilégié » : les armatures
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

transversales sont continues dans le poteau et interrompues dans la poutre et non l’inverse !.

Figure 30- Zone critique d’un assemblage poteau – poutre en béton armé (Document P. Balandier). Chantier au Lorrain
(Martinique)

4.4. Exigences réglementaires de l’EC8 pour l’utilisation d’un coefficient q forfaitaire

4.4.1. Dimensions minimales des sections de coffrage


La résistance mécanique, tant dans le domaine élastique que dans le domaine post-élastique
dépend de la quantité de matière. Il est important qu’il reste assez de matière à l’intérieur des
armatures si les enrobages sautent, d’où l’obligation de sections minimales pour les petites
structures pour lesquelles le calcul pourrait être moins exigeant. La section conditionne également
la valeur de l’effort normal réduit sur les poteaux, et ainsi leur aptitude à fléchir.
Exigences de l’EC8 pour les poutres et poteaux
L’EC8 autorise une largeur de poutre inférieure à celle des poteaux : 20 cm minimum au lieu de 25
cm minimum et limite cette largeur à un maximum de 2 fois le côté d’assemblage du poteau, pour
le dimensionnement en capacité.
Poutres
Largeur minimum : 20 cm, retombée conforme à l’EC2.
Pour tirer avantage de l’effet favorable de la compression du poteau sur l’adhérence des
barres horizontales passant à travers le nœud, la largeur bw d’une poutre sismique primaire
doit respecter la condition donnée par l’expression suivante :

expression dans laquelle hw est la hauteur de la poutre et bc étant la plus grande dimension
de section transversale du poteau perpendiculaire à l’axe longitudinal de la poutre.
Poteaux
Côtés : 25 cm minimum et condition supplémentaire si la structure est trop déformable.
A moins que θ ne soit inférieur ou égal à 0,1, il convient que les dimensions de section
transversale des poteaux sismiques primaires ne soient pas inférieures à un dixième de la
plus grande distance entre le point d’inflexion et les extrémités du poteau, pour la flexion
dans un plan parallèle à la dimension de poteau considérée.

Séance n°4 Page 24


4.4.2. Positions relatives des poteaux et poutres

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Les nœuds d’ossature désaxés génèrent des moments dans les éléments qui nuisent à leur travail
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

en flexion sous l’action des charges sismiques. Les règles limitent l’excentricité des éléments
principaux de la structure à 1/4 de la section du poteau (EC8). En outre, l’EC8 conditionne les
descentes de charges indirectes à l’interdiction d’excentrement.

Figure 31- Illustration de l’excentrement poutre – poteau (Ilustration PS-92)

EC8
L’excentricité de l’axe de la poutre par rapport à l’axe du poteau auquel elle est connectée doit être
limitée pour permettre une transmission efficace des moments cycliques depuis une poutre sismique
primaire vers le poteau. Pour permettre de respecter cette prescription de l’alinéa, il convient de limiter
la distance entre les axes des centres de gravité des deux éléments à moins de bc/4, bc étant la plus
grande dimension de section transversale du poteau perpendiculaire à l’axe longitudinal de la poutre.
Pour une poutre sismique primaire supportant des poteaux interrompus sous la poutre, les règles
suivantes s’appliquent :
a) il ne doit pas y avoir d’excentricité de l’axe du poteau par rapport à l’axe de la poutre ;
b) la poutre doit être supportée par au moins deux appuis directs, tels que des murs ou des poteaux.

4.4.3. Spécifications générales pour les armatures longitudinales


Le réseau qu’elles constituent dans les poutres et les poteaux doit pouvoir résister sans rompre
aux sollicitations en traction qui peuvent survenir lors des différentes déformations possibles de la
structure et ne pas altérer la résistance du béton lors des sollicitations en compression (pas de
crochets).
Les règles parasismiques majorent de 50% le recouvrement des barres préconisé par les règles
de béton armé. Le recours aux soudures (à éviter) est conditionné.
Exigences de l’EC8
Si, dans la situation sismique de calcul, l’effort normal dans un poteau est une traction, les longueurs
d’ancrage doivent être augmentées de 50 % par rapport aux longueurs spécifiées dans l’EN 1992-1-
1:2004.
Il ne doit pas y avoir de jonction par recouvrement par soudure à l’intérieur des zones critiques des
éléments de structure.

Séance n°4 Page 25


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figures 32 et 33- Manque de résistance en traction de l’assemblage entre un poteau et l’infrastructure (Documents X).
Le moment de renversement très élevé de cet immeuble de 15 étages et d’autres erreurs de conception sont à l’origine
de l’arrachement. Les dommages illustrent le fait que l’insuffisance de recouvrement entre les armatures longitudinales
et le manque d’armatures transversales pour confiner le béton et assurer la préservation d’un minimum d’enrobage
assurant la continuité, n’ont
ont pas permis le travail correct des armatures (Séisme de Chi-chi,
Chi Taiwan, 2001)

4.4.4. Spécifications générales pour les armatures transversales


Les dispositions retenues pour les armatures transversales déterminent de niveau de ductilité plus
ou moins élevé de l’ossature.
- Chaque cadre et chaque épingle doivent doi t pouvoir résister à l’ouverture lors des
déformations du béton en compression et au cisaillement par des retours constituant des
ancrages appropriés à l’intérieur de la zone confinée. L’angle
L’ vers le centre de cet ancrage
est au moins égal à 135° (180° pour les épingles et comportant un retour rectiligne du
cadre vers le centre d’au moins 10 diamètres.
- Le rapprochement des cadres permet de contenir les barres longitudinales et éviter leur
flambement.
- Chaque
que barre longitudinale comprimée doit être individuellement maintenue par une
armature transversale s’opposant à son flambement de façon à s’opposer au gonflement
du béton.
- Les premières armatures transversales doivent être disposées à 5 cm au plus du nu de
l’appui ou de l’encastrement.
Ainsi l’ensemble des armatures longitudinales et transversales constitue un « maillage » qui
contient le béton lors de sa fissuration,
fissura afin de conserver une transmission des efforts qui prévient
l’effondrement.

Figure 34- Les cadres doivent être ancrées dans le volume de béton de manière à ne pas être libérées lorsque le béton
d’enrobage est détruit. (Figures extraites de « Construire parasismique, Ed. Parenthèses, Milan Zacek)

Séance n°4 Page 26


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 35- Ouverture des frettes d’un poteau court (Document X pour ITZAK). Les cadres étaient rapprochés, mais
l’absence d’épingles ou de cadres de contention des armatures intermédiaires et d’ancrage des retours sur 10 diamètres
dans le béton a permis leur ouverture et le flambement des barres longitudinales et l’éclatement du béton. (Séisme
d’Athènes, Grèce, 1999)

Figure 36- Problème du frettage par spire. (Document X). Bien qu’autorisé par les règles, le frettage par une spire des
poteaux principaux cylindriques doit être évité en cas de sismicité élevée. Il faut leur préférer les cerces. En effet, si un
point faible existe sur une cerce, la perte de confinement par rupture est minime. Si un point faible existe sur une spire,
comme ici, le confinement n’est pas assuré. (Séisme de San Fernando, Californie, 1979,

4.4.5. Prescriptions relatives aux armatures des poteaux


Les exigences de l’EC8 pour la ductilité des poteaux sont les suivantes en ce qui concerne les
armatures longitudinales.
- un % d’armatures minimum de 1% et limité à 4% (ce qui peut impliquer un volume de béton
plus important pour allier résistance requise et limitation des armatures).
- 8 armatures minimum, espacées de 20 cm maximum et symétriques.
EC8
Le pourcentage total des armatures longitudinales ρl ne doit pas être inférieur à 0,01 et ne doit pas
être supérieur à 0,04. Dans les sections transversales symétriques, il convient de prévoir des
armatures symétriques (ρ = ρ’).
Au moins une armature intermédiaire doit être prévue entre les armatures d’angle le long de chaque
face du poteau, pour assurer l’intégrité des nœuds poteau-poutre.
La forme des armatures de confinement doit être choisie de telle sorte qu’elles produisent dans la
section du poteau un état de contraintes tri-axiales.
La distance entre des barres longitudinales consécutives maintenues par des armatures de
confinement ou des épingles ne dépasse pas 200 mm, en tenant également compte de l’EN 1992-1-
1:2004,
Chaque barre longitudinale des poteaux rectangulaires doit être maintenue par une armature
transversale : des épingles peuvent être utilisées en position traversante en complément des
cadres. Les barres des poteaux circulaires doivent être contenue dans des cerces.

Séance n°4 Page 27


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

ou

Figure 37 – Exemples de confinement des barres des poteaux par les cadres et les épingles. Figures extraite de
« Construire parasismique, Ed. Parenthèses, Milan Zacek

4.4.6. Prescriptions relatives aux armatures des poutres


L’EC8 précise les d’exigences pour la ductilité des poutres et propose des solutions pour les
assemblages en rive. Le rapport d’armatures entre la zone tendue et la zone comprimée de la
poutre doit être contrôlé.
EC8
La partie de l’armature longitudinale des poutres, ancrée par crosse dans les nœuds doit toujours être
placée à l’intérieur des armatures de confinement correspondantes du poteau.

Figure 38- Assemblages courants selon l’EC8. A droite, ancrage par crosse dans un poteau d’extrémité.
Si cette prescription ne peut pas être satisfaite dans des nœuds poteau-poutre de rive parce que la
longueur hc du poteau parallèlement aux armatures est trop faible, les dispositions supplémentaires
suivantes peuvent être prises afin d’assurer l’ancrage des armatures longitudinales des poutres :
a) La poutre ou la dalle peut être prolongée sous forme d’ergots extérieurs (voir Figure 5.13a).
b) Des armatures aboutées ou des plaques d’ancrage soudées aux extrémités des armatures peuvent
être utilisées (voir Figure 5.13b).
c) Des coudes d’une longueur minimale de 10dbL et des armatures transversales regroupées à
l’intérieur du coude au contact des armatures peuvent être mis en place (voir Figure 5.13c).

Séance n°4 Page 28


Les armatures supérieures ou inférieures traversant les nœuds intermédiaires doivent être arrêtées

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


dans les éléments connectés aux nœuds à une distance non inférieure à lcr (longueur de la zone
critique de l’élément) à l’extérieur du nœud.
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

L’exigence de ductilité locale est considérée comme satisfaite si les conditions suivantes sont remplies
pour les deux semelles de la poutre :
a) dans la zone comprimée, des armatures de section au moins égale à la moitié de la section des
armatures présentes dans la zone tendue sont placées en complément des armatures comprimées
nécessaires à la vérification de la poutre à l’état limite ultime dans la situation sismique de calcul.
b) Le pourcentage d’armatures dans la zone tendue ρ ne dépasse pas la valeur ρmax égale à :

avec ρ pourcentage d’armatures de la zone tendue et ρ’ pourcentage d’armatures de la zone


comprimée, tous deux normalisés par bd, où b est la largeur de la membrure comprimée de la poutre.
Si la zone tendue comprend une dalle, la quantité d’armatures de dalle parallèles à la poutre dans la
largeur effective de membrure définie en 5.4.3.1.1(3) est incluse dans ρ.
Tout le long d’une poutre sismique primaire, le pourcentage ρ d’armatures de la zone tendue ne doit
être nulle part inférieur à la valeur minimale suivante ρmin :

Figure 39 - Confinement des barres par les frettes. (Figure extraite de « Construire parasismique, Ed. Parenthèses,
Milan Zacek)

4.4.7. Prescriptions relatives aux dimensions et armatures des zones critiques


Rappel : Les zones d’encastrement des portiques subissent des efforts alternés importants qui
peuvent détruire rapidement l’adhérence du béton sur l’acier. Leur volume doit être fretté pour leur
donner une bonne ductilité en donnant la « priorité » au poteau (Dimensionnement en capacité).
Leur résistance doit être supérieure à celle des éléments qu’ils relient.
Les règles parasismiques définissent précisément les dimensions de la zone considérée comme
critique et l’espacement des armatures transversales sur les poteaux et les poutres. L’EC8 définit
en outre un coefficient d’efficacité de confinement.
On retiendra les exigences minimum suivantes :

Séance n°4 Page 29


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 40- Ce schéma résume ce qui suit. (D’après « Construire parasismique, Ed. Parenthèses, Milan Zacek)

- La longueur de la zone critique des poteaux est la valeur la plus élevée entre 45 cm, la
dimension de leur plus grand côté et 1/6 de leur longueur.
- Pour l’EC8 la longueur de la zone critique des poutres est la dimension de la retombée de
la poutre. N-B : si un poteau interrompu repose sur une poutre cette valeur est portée à 2
fois la retombée.
- Si le poteau ou la poutre sont trop raides ou bridés par des éléments constructifs adjacents,
leur longueur totale doit être traitée comme une zone critique.
o Le critère de raideur (rapport entre la longueur du poteau et son plus grand côté) est de 3/1
pour l’EC8. La longueur considérée est la longueur libre (tenir compte des allèges et autres
maçonneries bridant les déplacements).
- Le diamètre des armatures transversales est de 6 mm minimum.
- L’espacement maximum des armatures transversales dans les zones critiques des poteaux
est la plus petite valeur entre :
o 175 mm,
o la moitié du petit côté (ex : 12,5 cm pour un poteau 25 x 25)
o 8 diamètres des armatures longitudinales (ex : 8 cm pour des barres de 10 mm)
- L’espacement maximum des armatures transversales dans les zones critiques des poutres
est la plus petite valeur entre :
o le quart de la retombée (ex : 10 cm pour une poutre 20 x 40)
o 8 diamètres des armatures longitudinales les plus petites (ex : 9,6 cm pour des barres de 12
mm)
o 24 diamètres des armatures de confinement (ex: 14,4 cm pour des frettes de 6 mm)
- Dans le nœud, les armatures transversales du poteau sont celles de la zone critique
- La première frette des poutres au delà du nœud doit être située au maximum à 5 cm du nu
du coffrage du poteau.

Séance n°4 Page 30


Exigences de l’EC8

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Zone critique du poteau
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Les zones s’étendant sur une distance lcr à partir des deux sections d’extrémité d’un poteau sismique
primaire doivent être considérées comme des zones critiques.
En l’absence d’informations plus précises, la longueur de la zone critique lcr (en mètres) peut être
calculée à partir de l’expression suivante :
lcr = max {hc ; lcl /6 ; 0,45}, où :
- hc est la plus grande dimension de la section transversale du poteau (en mètres) ;
- lcl est la longueur libre du poteau (en mètres).
Si lc/ hc <3, la hauteur totale du poteau sismique primaire doit être considérée comme zone critique et
doit être munie d’armatures en conséquence.
Il convient de mettre en place une valeur minimale de ωwd égale à 0,08 dans la zone critique à la base
des poteaux sismiques primaires.
Dans les zones critiques des poteaux sismiques primaires, des armatures de confinement et des
épingles d’au moins 6 mm de diamètre doivent être prévues avec un espacement suffisant pour
assurer un minimum de ductilité et empêcher le flambement local des barres longitudinales. La forme
des armatures de confinement doit être choisie de telle sorte qu’elles produisent dans la section du
poteau un état de contraintes tri-axiales.
L’espacement des armatures de confinement (en millimètres) ne dépasse pas :
s = min {bo/2; 175; 8dbL}
expression dans laquelle bo est la dimension minimale (en millimètres) du noyau de béton (par rapport
à l’axe des armatures de confinement) et dbL le diamètre minimal des barres longitudinales (en
millimètres).
Nœuds poteau-poutre
Il convient que les armatures de confinement horizontales dans les nœuds des poutres sismiques
primaires avec les poteaux ne soient pas inférieures à celles spécifiées pour les zones critiques des
poteaux, à l’exception du cas de l’alinéa suivant.
Si les poutres sont connectées aux quatre côtés du nœud et que leur largeur correspond à au moins
les trois quarts de la dimension parallèle de la section transversale du poteau, l’espacement des
armatures de confinement horizontales dans le nœud peut être doublé par rapport à la valeur spécifiée
ci-dessus, sans toutefois dépasser 150 mm.
Au moins une barre verticale intermédiaire (entre les armatures d’angle du poteau) doit être prévue de
chaque côté des nœuds connectant poteaux et poutres sismiques primaires.
Zone critique des poutres
Les zones d’une poutre sismique primaire s’étendant sur une distance lcr = hw (hw étant la hauteur de
la poutre) à partir d’une section d’extrémité où la poutre est connectée à un nœud poteau-poutre, ou
de part et d’autre de toute autre section susceptible de se plastifier dans la situation sismique de
calcul, doivent être considérées comme des zones critiques.
Dans les poutres sismiques primaires supportant des éléments verticaux discontinus (interrompus), il
convient de considérer les zones s’étendant sur une distance de 2 hw de chaque côté de l’élément
vertical supporté comme des zones critiques.
Dans les zones critiques des poutres sismiques primaires, des armatures de confinement remplissant
les conditions suivantes doivent être prévues :
a) Le diamètre dbw (en mm) des armatures de confinement ne doit pas être inférieur à 6.
b) L’espacement (en mm) des armatures de confinement ne doit pas dépasser :
s = min{hw/4; 24dbw; 225; 8dbL}
expression dans laquelle dbL est le diamètre minimal (en mm) des barres longitudinales et hw la
hauteur de la poutre (en mm).
c) La première armature de confinement ne doit pas être placée à plus de 50 mm de la section
d’extrémité de la poutre (voir Figure 5.6).

Séance n°4 Page 31


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 41- Rappel du mode de ruine des zones critiques non confinées (Document X pour EERI) (Séisme de
Séisme de Tehuacan, Mexique, 1999)

Figure 42- Rupture fragile de la zone critique d’une poutre (Document Mahin) (Séisme de Chi-Chi, Taiwan, 2001)

Figure 43- Séisme d’Erzincan (Turquie 1992). Le mode de ruine de ce bâtiment montre une mise en œuvre inappropriée
des zones critiques ayant entraîné leur rupture fragile. (Photo X)

Séance n°4 Page 32


4.4.8. Les pièces dites « courtes » (ou rigides)

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Les pièces dites courtes en structure principale ont un manque d’élancement qui les empêche de
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

fléchir, elles subissent donc un cisaillement global si ce sont des éléments principaux de la
structure. Les règles ne les interdisent pas, bien qu’une bonne conception architecturale et
structurelle devrait les bannir en éléments principaux.
Sii ce n’est le cas, les règles exigent leur confinement en zone critique sur toute leur hauteur. Les
critères l / h limités à 3 (EC8) ont été exposés plus haut.
Les exigences de confinement concernent également les poutres courtes.
Le manque d’élancement peut eut être dû aux contraintes exercées par un élément secondaire
(remplissage partiel, allège…)

Figure 44 – A gauche : rupture fragile d’un poteau court (bridé par une allège. (Document EERI)
Figure 45 – A droite essai de confinement d’un poteau court en laboratoire.
laboratoire. (Document EERI)

Figure 46- Séisme des Saintes du 21 novembre 2004. Rupture de poteaux courts à la Mairie de Terre-de-Bas.
Terre Au Rez-
de-Chaussée, les poteaux les plus courts ont « explosé » (dans les cercles). Le poteau le plus long (bridé plus bas) n’a
pas eu de dommages (sous la flèche). (Photo P. Balandier)

Séance n°4 Page 33


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 47 – Dispositions constructives ductiles à Emeryville, USA. (Document NISEE – USA). Les armatures des
poteaux sont fabriquées en usine pour une hauteur de trois niveaux, avec réservations pour les poutres. Le
recouvrement des barres verticales sur chantier se fait entre deux étages hors des zones critiques conformément aux
recommandations de l’UBC. Toute la hauteur des poteaux rigides est traitée en zone critique.

4.5. Question des parois de remplissage en maçonnerie des ossatures en béton armé
Le remplissage a posteriori des ossatures par des murs de maçonnerie est potentiellement
dangereux. Le comportement rigide des blocs maçonnés et flexible des ossatures est difficilement
conciliable sans dommage s’il existe le moindre jeu permettant les déformations de l’ossature. Or
la cohésion entre le béton et les blocs est difficile à obtenir par « colmatage » au mortier des joints
latéraux et supérieurs.

Traction dans
la poutre

Figure 48- Schéma du mécanisme de ruine des têtes de poteau en cas de remplissage de maçonnerie et d’armatures
« non ductiles ». (Document RGCU).

Les règles de construction parasismique qui n’excluent pas ces remplissages expriment
néanmoins des « réserves ». On retiendra qu’il faut éviter ce mode de construction en zone
de sismicité élevée. Les règles à appliquer pour ces panneaux sont celles de la maçonnerie
chaînée (voir volume 5 du cours).

Séance n°4 Page 34


A toutes fins utiles, il est faut prendre connaissance des réserves du texte suivant :

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Selon l’EC8 : § 5.9 Effets locaux dus aux remplissages en maçonnerie ou en béton
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

(1) A cause de la vulnérabilité particulière des murs de remplissage des rez-de-chaussée, une
irrégularité induite par le séisme doit être envisagée à ces niveaux, et il convient de prendre des
dispositions particulières. En l’absence de méthode plus précise, il y a lieu de considérer la hauteur
totale des poteaux du rez-de-chaussée comme la longueur critique et de la confiner en conséquence.
Lorsque la hauteur des remplissages est inférieure à la hauteur libre des poteaux adjacents, il convient
de prendre les dispositions suivantes :
a) la hauteur totale du poteau est considérée comme une zone critique et il y a lieu de l’armer avec la
quantité et le type de cadres requis pour les zones critiques ;
b) il convient de tenir compte des conséquences d’une diminution du rapport de portée d’effort
tranchant de ces poteaux de manière appropriée. Dans le calcul de l’effort tranchant sollicitant, il
convient que la longueur libre lcl du poteau soit prise égale à la longueur de la partie du poteau qui
n’est pas en contact avec le remplissage et que le moment Mi,d à la section du poteau au sommet du
mur de remplissage soit pris égal à γRd.MRc,i, avec γRd = 1,1 pour DCM et 1,3 pour DCH et MRc,i étant la
valeur de calcul de la résistance à la flexion du poteau ;
c) il convient de placer les armatures transversales qui reprennent cet effort tranchant sur la longueur
du poteau qui n’est pas en contact avec les remplissages, et de les prolonger dans la partie du poteau
en contact avec ces remplissages sur une longueur hc (dimension de la section du poteau dans le plan
de remplissage) ;
d) si la longueur du poteau qui n’est pas en contact avec le remplissage est inférieure à 1,5hc, il
convient alors que l’effort tranchant soit repris par des armatures diagonales.
(3) Lorsque les remplissages s’étendent sur toute la longueur libre des poteaux adjacents, et s’il n’y a
de mur en maçonnerie que d’un côté du poteau (ceci est par exemple le cas pour tous les poteaux
d’angle), il convient alors de considérer la hauteur totale du poteau comme une zone critique et de
l’armer avec le nombre et le type de cadres requis pour les zones critiques.
(4) Il convient de vérifier la longueur lc des poteaux sur lesquels l’effort dû à la bielle diagonale du
remplissage s’applique vis-à-vis de la plus petite des deux valeurs d’effort tranchant suivantes :
(a) la composante horizontale de l’effort de bielle dans le remplissage, supposée égale à la résistance
à l’effort tranchant horizontal du panneau, estimée sur la base de la résistance à l’effort tranchant des
joints horizontaux ; ou (b) l’effort tranchant calculé suivant la classe de ductilité, en supposant que la
sur-résistance en flexion du poteau, γ Rd.MRc,i, se développe aux deux extrémités de la longueur de
contact lc. Il convient de supposer que la longueur de contact est égale à la largeur verticale totale de
la bielle diagonale du remplissage. A moins d’effectuer une estimation plus précise de cette largeur, en
tenant compte des propriétés élastiques et de la géométrie du remplissage et du poteau, la largeur de
bielle peut être supposée être une fraction fixe de la longueur de la diagonale du panneau.

PEER
Figure 49 - Dislocation des remplissages des étages bas (contraintes plus élevées) et début de rupture par
cisaillement d’un poteau. (Document NISEE – USA). (Séisme de Caracas, Venezuela, 1967).
Figure 50- En Turquie les files de poteaux extérieurs sont en retrait des façades (Document PEER). Cette
disposition constructive préserve l’ossature… mais pas la maçonnerie (Séisme d’Izmit, Turquie, 1999)

Séance n°4 Page 35


5. Règles de ductilité pour les voiles coulés en place

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

5.1. Comportement des bâtiments contreventés par des voiles en BA


Pour les bâtiments de faible élancement on peut considérer que les voiles subissent un
cisaillement global et une déformation en losange. Pour les bâtiments élancés ont peut considérer
qu’ils subissent une flexion d’ensemble et une déformation de type console verticale.
Les structures contreventées par des voiles sont hyperstatiques et, même très endommagés, les
voiles armés restent en place et assurent les descentes de charges. Les zones critiques sont
situées au niveau bas de la superstructure (+1 pour les immeubles élancés) et aux changements
significatifs de dimensions des coffrages)

Figure 51- Cisaillement en diagonale d’un petit voile (Document X). (Séisme d’Athènes, Grèce, 1999)

Figure 52- Déformée d’un voile de structure élancée (Figure extraite de « Construire parasismique, Ed. Parenthèses,
Milan Zacek)

Figure 53- Rupture dans la zone critique d’un voile de structure élancée (Document X). Séisme de San Fernando,
Californie 1971

Séance n°4 Page 36


5.2. Définition des systèmes de murs selon l’EC8

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Types de murs
L’EC8 (§ 5.1.2) considère trois types de contreventement ductile par des murs, chaque type ayant
un comportement dynamique spécifique et faisant l’objet à ce titre de dispositions constructives
appropriées et d’un coefficient q spécifique.
Mur ductile
Le mur « ductile » est un mur fixé à la base de sorte que la rotation relative de la base par rapport au
reste du système structural est empêchée, il doit être dimensionné et conçu dans le détail pour
dissiper l’énergie dans une zone de rotule plastique de flexion ne présentant pas d’ouverture ou de
perforation large juste au-dessus de sa base.
Mur de grandes dimensions en béton peu armé
Il est défini comme étant un mur de grandes dimensions transversales (dimension horizontale lw au
moins égale à 4,0 m ou aux deux tiers de la hauteur hw du mur, en prenant la valeur inférieure) grâce
auxquelles il est supposé développer une fissuration limitée et un comportement non élastique dans la
situation sismique de calcul.
Un système de murs doit être classé comme système de murs de grandes dimensions en béton peu
armé si, dans la direction horizontale considérée, il comprend au moins deux murs dont la dimension
horizontale n’est pas inférieure à 4,0 m ou 2hw/3, en prenant la valeur inférieure, qui portent
collectivement au moins 20 % de la charge gravitaire totale dans la situation sismique de calcul, et s’il
a une période fondamentale T1 (la base étant supposée fixe vis-à-vis de la rotation) inférieure ou
égale à 0,5 s.
Murs couplés
Le couplage des murs par des éléments horizontaux ductiles permet de réduire les contraintes dans
les murs. Les murs couplés sont définis par l’EC8 comme des élément de structure composé de deux
murs isolés ou plus, liaisonnés de façon régulière par des poutres de ductilité adéquate (linteaux),
capable de réduire d’au moins 25 % la somme des moments fléchissants à la base des murs, obtenus
s’ils travaillent séparément.
Système de murs
L’EC8 définit un système de murs comme un système de structure dans lequel la résistance aux
charges verticales ainsi qu’aux charges latérales est assurée principalement par des murs
structuraux verticaux, couplés ou non, et dont la résistance à l’effort tranchant à la base du
bâtiment dépasse 65 % de la résistance à l’effort tranchant du système structural dans son
ensemble.
Exemple : Si la plus grande part de la résistance des murs vis-à-vis de l’effort tranchant total est
procurée par des murs couplés, le système peut être considéré comme un système de murs
couplés.

5.3. Principes de conception ductile


En général, pour les structures considérées comme des systèmes de murs on retiendra les
objectifs suivants, également favorables dans le domaine élastique :
- Minimiser la contrainte axiale sur les murs
o Dimensionner les voiles généreusement
o Réduire la portée des planchers pour raidir les diaphragmes
- Renforcer les extrémités des voiles (au minimum par des chaînages, mais également de
façon géométrique par des poteaux et retours d’angles),.
- Ne pas faire porter les voiles par des poutres ou des dalles (interdit par l’EC8)
- Couler voiles et planchers en même temps (coffrage tunnel) pour éviter les reprises de
bétonnage en haut des voiles.
- Superposer les ouvertures pour créer des trumeaux de pleine hauteur.
- Utiliser un système de voiles croisés dont l’hyperstaticité est élevée.

Séance n°4 Page 37


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
5.4. Exigences réglementaires pour l’utilisation d’un coefficient q forfaitaire
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

5.4.1. Dimensions minimales des sections de coffrage des voiles


Un voile a des caractéristiques géométriques définies par les règles, qui le distinguent du poteau
au regard du type d’armatures appropriées : il doit présenter une longueur au moins égale à 4 fois
son épaisseur.
Pour l’EC8, son épaisseur bwo (en mètres) doit respecter la condition suivante :

expression dans laquelle hs est la hauteur libre d’étage.


Soit une épaisseur minimum de 15 cm jusqu’à une hauteur d’étage de 3 m.

5.4.2. Géométrie de la structure


L’EC8 précise que les murs structuraux ne doivent pas être supportés (en totalité ou en partie) par
des poutres ou dalles (descentes de charges directes et continues).

Figure 54- Exemples de dispositions non acceptables en zone sismique pour bénéficier d’un coefficient q> 1,5.

5.4.3. Exigences relatives aux armatures

5.4.3.1. Murs ductiles


L’EC8 définit ses propres exigences pour ce type de murs. La zone critique au dessus de
l’infrastructure est égale à la valeur supérieure entre la longueur du mur ou 1/6 de sa hauteur
totale(tous niveaux), cette mesure étant plafonnée à 2 longueurs ou un étage pour les immeubles
de moins de 7 niveaux ou 2 étages pour les autres.
La zone confinée à chaque extrémité du mur, dans la zone critique, est au moins de 15% de sa
longueur et 1,5 fois son épaisseur. La présence d’un voile perpendiculaire de dimensions
suffisantes ou d’un poteau (voir pages suivantes, figures 5.9 et 5.10 de l’EC8) dispense de ce
confinement.

Figure 55- Coupe horizontale d’un mur ductile Les armatures longitudinales des deux rives sont confinées par des
cadres sur la hauteur de la zone critique (Figure extraite du Guide des dispositions constructives parasismiques, Presse
des Ponts et Chaussées, AFPS)

Séance n°4 Page 38


L’espacement des armatures de confinement doit respecter certaines règles, notamment en DCM,

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


selon le schéma suivant :
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

- s = min {b0 / 2,175 mm, 8dbl,min}


- sL = 200 mm

b0 est l’épaisseur minimum de la rive
dbL est le diamètre minimum des barres longitudinales

Figure 56- Elévation d’un mur ductile (Figure extraite du Guide des dispositions constructives parasismiques, Presse
des Ponts et Chaussées, AFPS)
EC8 Résistance à la flexion et à l’effort tranchant
Les résistances à la flexion et à l’effort tranchant doivent être calculées conformément à l’EN 1992-1-
1:2004, sauf spécification contraire dans les alinéas suivants, en utilisant la valeur de l’effort normal
résultant de l’analyse dans la situation sismique de calcul. Dans les murs sismiques primaires, il
convient que la valeur de l’effort normal réduit νd ne dépasse pas 0,4.
Les armatures verticales d’âme doivent être prises en compte dans le calcul de la résistance à la
flexion des sections de mur.
Il convient de considérer des sections de mur composées de parties rectangulaires liées entre elles ou
s’intersectant (sections en L, T, U, I ou similaires) comme des sections uniques composées d’une ou
de plusieurs âmes parallèles ou approximativement parallèles à la direction de l’effort tranchant
sismique agissant et d’un ou de plusieurs raidisseurs (approximativement) perpendiculaires. Pour le
calcul de la résistance à la flexion, il convient de prendre en compte la largeur participante de
membrure raidisseuse de part et d’autre de chaque âme, s’étendant à partir de la face de l’âme de la
valeur minimale de :
a) la longueur réelle de la membrure ;
b) la moitié de la distance à une âme adjacente du mur ;
c) 25 % de la hauteur totale du mur au-dessus du niveau considéré.
EC8- Dispositions constructives pour la ductilité locale
La hauteur de la zone critique hcr au-dessus de la base du mur peut être estimée comme suit :

, mais

expression dans laquelle hs est la hauteur libre de chaque niveau et la base est définie comme le
niveau des fondations ou de l’encastrement dans un soubassement avec des diaphragmes rigides et
des murs périphériques.

Séance n°4 Page 39


Il convient que les armatures de confinement s’étendent verticalement sur la hauteur hcr de la zone

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


critique, horizontalement la distance confinée est calculée, et comme condition minimale, il convient
que la longueur lc de l’élément de rive confiné ne soit pas prise inférieure à 0,15 lw ou 1,50 bw.
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Il n’est pas nécessaire de prévoir d’élément de rive confiné dans les membrures de mur ayant une
épaisseur bf > hs/15 et une largeur lf > hs/5, hs étant la hauteur libre d’étage (Figure 5.9).
Néanmoins, des éléments de rive confinés peuvent être nécessaires aux extrémités de ces
membrures en raison de la flexion hors plan du mur.

Figure 57- Schéma de principe d’un mur à membrure transversale importante (Figure extraite du Guide des
dispositions constructives parasismiques, Presse des Ponts et Chaussées, AFPS)
Il convient que le pourcentage des armatures longitudinales dans les éléments de rive ne soit pas
inférieur à 0,005.
Il convient de prolonger les armatures de confinement et de les recouvrir, de sorte que toutes les
autres barres longitudinales soient maintenues par une armature de confinement ou une épingle.

Séance n°4 Page 40


Il convient que l’épaisseur bw des parties confinées de la section de mur (éléments de rive) ne soit pas

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


inférieure à 200 mm. De plus, si la longueur de la partie confinée ne dépasse pas la valeur maximale
de 2bw et 0,2lw, il convient que bw ne soit pas inférieure à hs/15, hs étant la hauteur d’étage. Si la
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

longueur de la partie confinée excède la valeur maximale de 2bw et 0,2lw, il convient que bw ne soit pas
inférieure à hs/10 (voir Figure 5.10).

Figure 58- Schéma de principe d’un mur avec âme épaissie en rive (Figure extraite du Guide des dispositions
constructives parasismiques, Presse des Ponts et Chaussées, AFPS)

Sur la hauteur du mur au-dessus de la zone critique, seules les règles concernées de l’EN 1992-1-
1:2004 relatives aux armatures verticales, horizontales et transversales s’appliquent. Toutefois,
dans les parties de la section où, dans la situation sismique de calcul, la déformation de
compression εc est supérieure à 0,002, il convient de prévoir un pourcentage minimal d‘armatures
verticales égal à 0,005.

5.4.3.2. Grands murs faiblement armés


Ce type de murs correspond aux murs décrits par les règles de construction parasismique
françaises antérieures à l’EC8 : PS-92. Les quelques différences entre les PS-92 et l’EC8 sont
levées par l’Annexe Nationale française applicable en Guadeloupe notamment.
Pour les bâtiments courants ce type de murs, utilisés dans les deux directions de contreventement,
est économique et ne requiert pas une main d’œuvre hautement qualifiée.
EC8, AN française
Zones critiques
Sont considérées comme critiques les régions situées à la base des voiles habituellement
sur une hauteur d’étage et dont la hauteur n’excède pas la largeur lw des trumeaux, ainsi que
celles situées à chaque niveau de changement notable de la section de coffrage.
Le chaînage minimum des « grands murs faiblement armés » en zone sismique est défini ci-après.
En ce qui concerne les autres armatures, l’Eurocode EC2 s’applique.

Séance n°4 Page 41


Chaînage des voiles

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


• Armatures longitudinales en Fe E 500• Vertical: à chaque extrémité du mur, chaque ouverture, et
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

chaque intersection de plancher à plancher avec recouvrements d’étage à étage.


• Horizontal: continus à la périphérie de tous les planchers.
• Linteaux: ancrés de 50 diamètres.
• Zone courante: 4 HA 10, cadres de 6 espacés de 10 cm maximum.
• Zone critique: 4 HA 12, cadres de 6 espacés de 10 cm maximum.

4HA10+
cadres HA6
esp. 10cm

4HA12
+ cadres HA6 2HA10
esp. 10cm 4HA12

4HA12
+ cadres HA6
esp. 10cm

Figure 59 - (Figures extraites de « Construire parasismique, Ed. Parenthèses, Milan Zacek). Représentation
schématique de l’implantation des chaînages réglementaires

EC8
5.4.3.5.3 Dispositions constructives pour la ductilité locale
Il convient que les barres verticales nécessaires pour la vérification à l’état limite ultime en flexion
composée, ou pour le respect de toute disposition concernant les armatures minimales, soient
maintenues par une armature de confinement ou une épingle d’un diamètre supérieur ou égal à 6 mm
ou correspondant à un tiers du diamètre de la barre verticale, dbL. Il convient que les armatures de
confinement et les épingles présentent un espacement vertical inférieur ou égal à 100 mm ou 8dbL, en
prenant la plus petite valeur.
Il convient que les armatures verticales nécessaires pour la vérification à l’état limite ultime en flexion
composée, latéralement maintenues par des armatures de confinement et des épingles selon l’alinéa
(1) du présent paragraphe, soient concentrées dans les éléments de rive aux extrémités de la section
transversale. Il y a lieu que ces éléments se prolongent dans la longueur lw du mur sur une longueur
non inférieure à bw ou 3 bw σcm/fcd, en prenant la plus petite valeur, σ cm étant la valeur moyenne de la
contrainte du béton dans la zone comprimée à l’état limite ultime en flexion composée.
Il convient que le diamètre des barres verticales ne soit pas inférieur à 12 mm sur le premier niveau du
bâtiment, ou dans tout étage où la longueur lw du mur est réduite par rapport à celle de l’étage inférieur
de plus d’un tiers de la hauteur d’étage hs. Dans tous les autres étages, il convient que le diamètre
minimal des barres verticales ne soit pas inférieur à 10 mm.

Pour éviter un changement d’un mode de comportement contrôlé par la flexion à un autre contrôlé par
l’effort tranchant, il convient que la quantité d’armatures verticales placées dans la section de mur ne

Séance n°4 Page 42


dépasse pas inutilement la quantité requise pour la vérification à l’état limite ultime en flexion

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


composée et pour l’intégrité du béton.
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Il convient de prévoir des chaînages en acier continus, horizontaux ou verticaux,


a) le long de toutes les intersections de murs ou liaisons avec les raidisseurs,
b) à tous les niveaux de plancher, et
c) autour des ouvertures dans le mur.
Comme condition minimale, il convient que ces tirants soient conformes à l’EN 1992
ANNEXE NATIONALE française :
Pour l’application en France de la norme européenne EN 1998-1-1, il convient de satisfaire les
exigences a), b) et c) et de respecter les conditions suivantes
En zone courante:
- les chaînages verticaux , y compris ceux bordant les ouvertures, sont de 4 HA 10 avec des cadres en
diamètre 6 espacés d’au plus 10 cm
- les aciers horizontaux bordant les ouvertures sont de 2 HA 10
- le chaînage horizontal périphérique de chaque plancher est d’au moins 3 cm²
- les chaînages horizontaux au croisement de chaque mur et de chaque plancher sont de au moins 1,5
cm2 et 0,28 L, avec L distance entre deux murs adjacents en m.
En zone critique, c'est-à-dire au niveau le plus bas de chaque mur et sur une hauteur d’étage ainsi
que pour le niveau situé au dessus d un retrait, de l’extrémité d’un mur par rapport à celle du mur sous
jacent, de plus de 1 m,
- les chaînages verticaux d’extrémité du mur sont portés à 4 HA 12 avec des cadres en diamètre 6
espacés de au plus 10 cm
5.4.3.5.1 Résistance à la flexion
L’état limite ultime en flexion composée doit être vérifié en supposant une fissuration horizontale,
conformément aux dispositions pertinentes de l’EN 1992-1- 1:2004, y compris l’hypothèse des
sections planes.
Les contraintes normales dans le béton doivent être limitées afin d’empêcher l’instabilité hors plan du
mur.
5.4.3.5.2 Résistance à l’effort tranchant
En raison de la marge de sécurité fournie par la majoration du cisaillement de calcul et du fait que la
réponse (y compris des fissurations obliques éventuelles) est contrôlée en termes de déformation,
lorsque la valeur de VEd est inférieure à la valeur de calcul de la résistance à l’effort tranchant VRd,c, le
pourcentage minimal des armatures d’effort tranchant ρw,min dans l’âme n’est pas requis.
NOTE La valeur attribuée à ρw,min à utiliser en France est la valeur minimale pour les murs indiquée
dans l’EN 1992-1-1:2004 et dans son annexe nationale.
Lorsque la condition VEd < VRd,c n’est pas remplie, il convient de calculer l’armature d’effort tranchant
de l’âme conformément à l’EN 1992-1-1:2004, sur la base d’un modèle d’inclinaison variable du treillis,
ou d’un modèle bielle/tirant, en choisissant le plus approprié pour la géométrique particulière du mur.
Si un modèle bielle/tirant est utilisé, il convient que la largeur de la bielle tienne compte de la présence
d’ouvertures et qu’elle ne dépasse pas 0,25lw ou 4bwo, en prenant la plus petite valeur.
Il convient de vérifier l’état limite ultime par rapport à l’effort tranchant vis-à-vis du glissement au
niveau des reprises de bétonnage horizontales conformément à l’EN 1992-1-1:2004, la longueur
d’ancrage des armatures traversant l’interface jouant le rôle de goujon étant augmentée de 50 % par
rapport à la longueur requise dans l’EN 1992-1-1:2004.

5.4.3.3. Voiles élancés couplés par les linteaux ductiles


Pour mémoire et en résumé (ce système de murs est classé en DCH) :

Séance n°4 Page 43


EC8 Eléments de liaison des murs couplés

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


N-B : Le couplage des murs par des dalles ne doit pas être pris en compte dans la mesure où il n’est
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

pas efficace.
Pourr mémoire disposition de résistance aux actions sismiques par des armatures disposées selon les
deux diagonales du linteau :

il convient que les armatures diagonales soient disposées comme dans des éléments de type poteau,
de côté au moins égal à 0,5 bw ; il convient que leur longueur d’ancrage dépasse de 50 % celle
requise dans l’EN 1992-1-1:2004.
1:2004.
il convient que des armatures longitudinales et transversales soient prévues sur les deux faces
latérales de la poutre et sont conformes aux exigences minimales
minimales de l’EN 1992-1-1:2004
1992 pour les
poutres hautes. Il convient de ne pas ancrer les armatures longitudinales dans les murs couplés, mais
il convient uniquement de les prolonger de 150 mm dans ces murs.

Figure 60 – Exemple de comportement


rtement des voiles couplés (Document Karl V. Steinbrugge). Les dommages observés
sur cette façade sont représentatifs du comportement de la structure contreventée par des voiles couplés bien que n’en
présentant pas les détails d’exécution (non dissipatif). Les allèges rigides n’ont pas supporté les déformations qui leur
étaient imposées lors de la flexion des voiles élancés et ont rompu comme autant de fusibles. N-B : la rupture à la base
de l’un des voiles s’est bien produit dans la zone critique. (Séisme d’Anchorage, Alaska, 1964

Séance n°4 Page 44


6. Considérations sur d’autres types de structures en béton armé

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

6.1. Introduction
Les autres systèmes en béton armé ne sont pas décrits dans ce fascicule. Soit qu’ils sont la
composante des deux précédents (systèmes mixtes), soit qu’ils soient moins courants ou encore
ne puissent justifier d’une bonne ductilité.

6.2. Les structures mixtes

6.2.1. Définition EC8


Est considéré comme un « système à contreventement mixte » un système de structure dans
lequel le transfert des charges verticales est assuré principalement par une ossature spatiale et le
contreventement est assuré en partie par l’ossature et en partie par des murs couplés ou non.
L’EC8 distingue 2 possibilités :
système à contreventement mixte, équivalent à une ossature
système à contreventement mixte dans lequel la résistance à l’effort tranchant de l’ossature, à la base
du bâtiment, est supérieure à 50 % de la résistance à l’effort tranchant du système structural dans son
ensemble.
système à contreventement mixte, équivalent à des murs
système à contreventement mixte dans lequel la résistance à l’effort tranchant des murs, à la base du
bâtiment, est supérieure à 50 % de la résistance à l’effort tranchant du système structural dans son
ensemble.
Cas du système à noyau
Il s’agit principalement de structures composées d’ossatures flexibles combinées avec des murs
concentrés en plan à proximité du centre du bâtiment. Plus précisément, les critères retenus par
l’EC8 sont les suivants : système à contreventement mixte ou système de murs dont la rigidité à la
torsion n’atteint pas une valeur minimale définie comme suit :
rx > ls où :
rx est la racine carrée du rapport de la rigidité de torsion à la rigidité latérale dans la direction y ("rayon
de torsion")
ls est le rayon de giration massique du plancher en plan (racine carrée du rapport entre le moment
d’inertie polaire du plancher en plan par rapport au centre de gravité du plancher et la masse du
plancher).
N-B : Cette définition ne couvre pas les systèmes comportant plusieurs murs très perforés constituant
des gaines verticales contenant diverses distributions. Pour de tels systèmes, il convient de choisir au
cas par cas la définition de configuration la plus appropriée.

6.2.2. Comportement global d’une structure mixte


L’association dans le plan de voiles et portiques permet d’optimiser les qualités des deux systèmes
et de créer des espaces architecturaux intérieurs plus importants que par l’usage de voiles
seulement.
Les portiques ont une déformation d’ensemble d’éléments cisaillés: plus faible aux étages
supérieurs. Les voiles une déformation de console verticale: plus faible aux étages inférieurs.
L’association des deux équilibre les déformations et limite les déplacements relatifs entre les
planchers.
Les voiles et les portiques respectent les prescriptions relatives à la mise en œuvre des zones
critiques.

Séance n°4 Page 45


Bilan de l’interaction voiles – portiques en cas de séisme violent et long

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Dans un premier temps, les voiles, plus rigides, reprennent la presque totalité des charges
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

sismiques et les déformationss restent faibles.


Avec l’apparition de zones plastifiées sur les voiles, un report de charges se fait sur les portiques
dont la ductilité, si elle est appelée, permet une dissipation d’énergie importante.
La période propre du système s’allonge permettant la sortie du système d’un éventuelle résonance
avec le sol.

Figure 61 - (Figures extraites de « Construire parasismique, Ed. Parenthèses, Milan Zacek)

6.3. Structures poteaux – dalles (poutres noyées)


L’absence de poutre rend plus délicate
délicate la liaison ductile effective entre le poteau et la dalle. Pas
d’effet de portique, pas de dimensionnement en capacité possible : ruptures fragiles assez
systématiques en tête de poteau. Le coefficient q de base ne peut être majoré.
Il est donc souhaitable
aitable d’améliorer la ductilité d’ensemble en ajoutant des voiles de
contreventement, des poutres de rive et en tout état de cause il faut fretter de façon dense la
poutre noyée dans la dalle au voisinage de la tête de poteau et la zone critique du poteau.
poteau
Il est préférable d’éviter ce système constructif en zone de sismicité élevée.
Les images suivantes illustrent la problématique.

Figure 62 - Rupture caractéristique d’une structure poteau-dalle.


poteau (Document X – EERI – USA). La rupture n’a pu se faire
que dans le poteau. (Séisme d’Adaba – Ceyhan, Turquie, 1998)
Figure 63- Rupture caractéristique d’une structure poteau-dalle.
poteau (Document X) (Séisme d’Adana, Turquie, 1999)

Figure 64- Rupture caractéristique d’une structure poteau-dalle.


poteau (Document X) (Séisme de Loma Prieta, Californie, 1989)

Séance n°4 Page 46


6.4. Structures ayant un comportement de pendule inversé

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

6.4.1. Définition EC8


Le système en pendule inversé est défini par l’EC8 comme étant un système dans lequel 50 % ou
plus de sa masse est située dans le tiers supérieur de la hauteur de la structure ou dans lequel
l’essentiel de la dissipation de l’énergie a lieu à la base d’un élément unique du bâtiment.
N-B : On exclut les bâtiments de plain pied ayant une faible masse : Les ossatures ayant un seul niveau,
avec les têtes de poteaux liées dans les deux directions principales du bâtiment et dont la valeur de l’effort
normal réduit des poteaux νd ne dépasse en aucun point 0,3, n’appartiennent pas à cette catégorie.
Ce type de construction concerne plutôt des ouvrages de génie civil sur les bâtiments.
Les photos suivantes d’un château d’eau illustrent un exemple d’endommagement d’une structure
qui s’est révélée dissipative par sa conception plus que par ses détails d’exécution.

Figure 65 – Endommagement de l’ossature porteuse d’un château d’eau. (Documents Karl – V. Steinbrugge). Vue
d’ensemble de la structure et vue de détail du frettage. Le cylindre constitué d’un treillis de béton armé de ce château
d’eau, peut être considéré comme une structure tubulaire travaillant en pendule inversé. Le dimensionnement en
capacité de la structure en treillis privilégiait les éléments porteurs. Ce sont les zones affaiblies des éléments de liaison
horizontale qui ont joué un rôle de fusible laissant les porteurs fléchir librement avec une période plus longue, en
préservant la résistance d’ensemble. (Séisme du Chili 1960)

6.5. Structures préfabriquées

6.5.1. Principes
L’EC8 recommande l’approche suivante du fonctionnement de la structure projetée
a) Identification du rôle des différents éléments de la structure parmi les suivants :
- les éléments résistant seulement aux charges gravitaires, par exemple poteaux articulés disposés
autour d’un noyau de béton armé ;
- les éléments résistant simultanément aux charges gravitaires et aux actions sismiques, par
exemple portiques ou murs ;
- les éléments permettant de relier les éléments de la structure, par exemple planchers ou toitures
jouant un rôle de diaphragme.
b) Capacité à satisfaire aux dispositions parasismiques :
- systèmes préfabriqués capables de satisfaire à toutes ces dispositions ;
- systèmes préfabriqués combinés avec des poteaux ou des murs coulés en place afin de satisfaire
à toutes ces dispositions ;

Séance n°4 Page 47


- systèmes préfabriqués qui s’écartent de ces dispositions ; ils nécessitent alors des critères de

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


dimensionnement complémentaires et il convient de leur affecter des coefficients de comportement
plus faibles.
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

c) Identification des éléments non structuraux qui peuvent :


- être complètement découplés de la structure ;
- s’opposer en partie à la déformation des éléments de la structure.
d) Identification de la participation des assemblages à la capacité de dissipation d’énergie de la
structure :
- assemblages situés nettement en dehors des zones critiques n’ayant pas d’effet sur la capacité
de dissipation d’énergie de la structure (par exemple, Figure 5.14a) ;
- assemblages situés dans les zones critiques mais surdimensionnés par rapport au reste de la
structure de telle sorte qu’ils restent élastiques en situation sismique de calcul alors que des
réponses inélastiques se produisent dans d’autres zones critiques (par exemple Figure 5.14b) ;
- assemblages situés à l’intérieur des zones critiques et devant présenter une ductilité importante
(par exemple Figure 5.14c).

6.5.2. Comportement dissipatif


La ductilité des systèmes préfabriqués (ossatures ou murs) peut avoir 2 approches selon L’EC8.
Il convient que, dans les structures préfabriquées en béton, le mécanisme principal de dissipation de
l’énergie provienne des rotations plastiques dans les zones critiques.
Outre la dissipation de l’énergie par les rotations plastiques dans les zones critiques, les structures
préfabriquées peuvent également dissiper l’énergie par des mécanismes de cisaillement plastique le
long des joints, si les deux conditions suivantes soient satisfaites :
a) il y a lieu que leur rigidité ne se détériore pas sensiblement pendant la durée considérée de l’action
sismique ; et
b) il y a lieu que des dispositions appropriées soient prises pour prévenir les instabilités potentielles.
Les trois classes de ductilité indiquées dans l’Article 5 pour les structures coulées en place
s’appliquent également aux systèmes préfabriqués.
La capacité de dissipation de l’énergie par cisaillement peut être plus particulièrement prise en
considération dans le cas des systèmes de murs préfabriqués, en tenant compte, lors du choix du
coefficient de comportement q, des valeurs des coefficients locaux µs de ductilité vis-à-vis du
glissement.
Seules les structures préfabriquées régulières sont prises en considération. Néanmoins, la vérification
des éléments préfabriqués de structures irrégulières peut être fondée sur les dispositions de cette
section.
Il convient que tous les éléments verticaux se prolongent jusqu’au niveau des fondations sans
interruption.
Les assemblages sont les points vulnérables des structures préfabriquées et doivent être justifiés
pat l’ingénierie et éventuellement par l’expérimentation.

Séance n°4 Page 48


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Assemblages situés hors des zones critiques


Il convient qu’un assemblage d’éléments préfabriqués soit situé à une distance de la limite de la zone
critique la plus proche au moins égale à la plus grande dimension de la section de l’élément dans
lequel se situe la zone critique.
Il convient de dimensionner les assemblages de ce type pour :
(a) un effort tranchant déterminé à partir de la règle de dimensionnement en capacité afin de
tenir compte de la sur-résistance due à l’écrouissage de l’acier, avec un coefficient γRd égal à 1,1 pour
la classe DCM et 1,2 pour la classe DCH ; et
(b) un moment fléchissant au moins égal au moment sollicitant résultant de l’analyse et à 50 %
de la résistance à la flexion MRd de la section d’extrémité de la zone critique la plus proche, multiplié
par le coefficient γRd.
Assemblages dissipatifs
Il convient que ce type d’assemblage respecte les critères généraux de ductilité locale. En variante,
démontrer par des essais.
Evaluation de la résistance des assemblages
Lors de l’évaluation de la résistance d’un assemblage vis-à-vis du glissement par cisaillement, il
convient de négliger la résistance au frottement sous des contraintes de compression extérieures (par
opposition aux contraintes internes dues à l’effet de couture des armatures traversant l’assemblage).
La soudure des armatures dans les assemblages dissipatifs peut être prise en compte dans l’analyse
structurale lorsque toutes les conditions suivantes sont respectées :
a) seuls des aciers soudables sont utilisés ;
b) les matériaux, les techniques et la main d’œuvre employés pour le soudage permettent d’assurer
qu’il n’y aura pas de perte de ductilité locale supérieure à 10 % de la ductilité qui serait obtenue si les
assemblages étaient réalisés par d’autres moyens que la soudure.
Il convient de faire la preuve analytique et expérimentale que les éléments en acier (profilés ou
armatures) utilisés pour assembler les éléments en béton et contribuant à la résistance aux séismes,
peuvent résister à des chargements cycliques dus à des déformations imposées, pour le niveau de
ductilité souhaité.
Les poutres et poteaux doivent satisfaire les exigences générales pour ces parties d’ouvrage
(zones critiques). Leur mise en place devra en tenir compte.

Figure 66 - (Figure extraite de « Construire parasismique, Ed. Parenthèses, Milan Zacek)

Figure 67 – Sur ce chantier, les conditions réglementaires d’appui des poutres préfabriquées ne sont pas remplies.
(Cliché P. Balandier)

Séance n°4 Page 49


5.11.3.4 Murs en panneaux préfabriqués de grandes dimensions

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


L’EN 1992-1-1:2004, Article 10 s’applique, avec les modifications suivantes :
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

a) Le pourcentage minimal total d’armatures verticales se rapporte à l’aire réelle de la section de béton
et il y a lieu de tenir compte des barres verticales de l’âme et des éléments de rive.
b) Une armature en treillis dans un lit unique n’est pas autorisée.
c) Il convient de prévoir un confinement minimal du béton à proximité des bords de chaque panneau
préfabriqué, comme indiqué en 5.4.3.4.2 ou 5.5.3.4.5 pour les poteaux, avec une section carrée de
côté bw, où bw est l’épaisseur du panneau.
(2) Il convient de dimensionner et de munir de dispositions constructives conformément à 5.4.3.4.2 ou
5.5.3.4.5 selon la classe de ductilité, la partie du panneau située entre un joint vertical et une ouverture
placée à moins de 2,5 bw du joint.
(3) Il convient d’éviter la dégradation de la résistance des assemblages.
(4) Dans ce but, il convient que tous les joints verticaux soient rugueux ou crantés et vérifiés en ce qui
concerne le cisaillement.
(5) Les joints horizontaux comprimés sur toute leur longueur peuvent être réalisés sans crantage.
Toutefois, s’ils sont partiellement comprimés et partiellement tendus, il y a lieu de disposer des
crantages sur toute leur longueur.
(6) Les règles complémentaires suivantes s’appliquent à la vérification des assemblages horizontaux
des murs constitués de panneaux préfabriqués de grandes dimensions :
a) il convient que la force de traction totale produite par les effets de l’effort normal (relativement au
mur) soit reprise par des armatures verticales disposées le long de la partie tendue du panneau et
bien ancrées dans le béton des panneaux inférieur et supérieur. Il convient d’assurer leur continuité
par soudure ductile pratiquée dans le joint horizontal ou, de préférence, dans des empochements
prévus à cet effet (Figure 5.15).
b) dans les assemblages horizontaux partiellement comprimés et partiellement tendus (dans la
situation sismique de calcul), il convient d’effectuer la vérification de la résistance à l’effort tranchant
(voir 5.11.2.2) le long de la seule partie comprimée. Dans ce cas, il convient de remplacer la valeur de
l’effort normal NEd par la valeur de la force de compression totale Fc sollicitant la surface comprimée.

(7) Il convient de respecter les règles complémentaires de dimensionnement suivantes afin


d’augmenter la ductilité locale le long des assemblages verticaux entre les panneaux de grandes
dimensions :
a) il y a lieu de prévoir un minimum d’armatures à travers les assemblages, égal à 0,10 % dans le cas
des assemblages totalement comprimés et égal à 0,25 % dans le cas des assemblages partiellement
comprimés et partiellement tendus.
b) il est souhaitable de limiter la quantité d’armatures traversant les assemblages afin d’éviter une
brusque perte de rigidité au delà du sommet du diagramme de la loi de comportement. Sauf
justification particulière, il ne convient pas que le pourcentage d’armatures dépasse 2 %.
c) il y a lieu que ce type d’armatures soit réparti tout le long de l’assemblage. Dans la classe DCM, ces
armatures peuvent être concentrées dans trois bandes (au sommet, au milieu et à la base).
d) il convient de prendre des dispositions pour assurer la continuité des armatures traversant les
assemblages entre panneaux. Dans ce but, des armatures sont généralement prévues dans les
assemblages verticaux, soit en leur donnant une forme de boucle, soit (dans le cas des joints ayant au
moins une face libre) en les soudant dans le joint (Figure 5.16).

Séance n°4 Page 50


e) afin d’assurer la continuité du joint après fissuration, il convient de prévoir un pourcentage minimal

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


ρc,min d’armatures longitudinales dans le mortier de remplissage du joint (voir Figure 5.16).
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

NOTE La valeur devant être attribuée à ρ c,min à utiliser dans un pays peut être trouvée dans l’annexe
nationale au présent document. La valeur recommandée est ρc,min = 1 %.

(8) En raison de la capacité de dissipation d’énergie le long des assemblages verticaux (et
partiellement le long des assemblages horizontaux) entre panneaux de grandes dimensions, les murs
réalisés avec ce type de panneaux préfabriqués ne sont pas soumis aux dispositions de 5.4.3.4.2 et
5.5.3.4.5 relatives au confinement des éléments de rive.

Dissipation d’énergie par plastification du mortier des joints : dissipation « destructive »

Figure 68 - (Figure extraite de « Construire parasismique, Ed. Parenthèses, Milan Zacek)

Figure 69- Panneaux de façades porteuses préfabriqués. (Document X) On y voit des indentations latérales qui
permettront la mise en place de joints de mortier dissipatifs.

Séance n°4 Page 51


6.6. Ossatures
satures précontraintes

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


La précontrainte est en général utilisée pour les grands franchissements.
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Les ruptures éventuelles concernent les supports ou les liaisons entre éléments et pas les pièces
précontraintes qui sont bien réalisées : résistance élevée et contention des fissures éventuelles
par la précontrainte.
La très faible ductilité implique de bien estimer les charges sismiques réelles possibles sur le site :
la courbe contrainte/déformation, présente un comportement élastique long suivi d’une rupture
fragile rapide.

Figure 70 – A gauche et à droite, Ruine fragile par rupture des assemblages effondrement d’une structure
préfabriquée précontrainte (Documents Karl – V. Steinbrugge). (Séisme d’Anchorage, Alaska, 1964)

Figure 71 – A gauche et à droite, détails : Rupture de câbles de précontrainte et d’une platine d’ancrage sur la
structure précédente (Document Karl – V. Steinbrugge). (Séisme d’Anchorage, Alaska, 1964)

Pour améliorer la ductilité du béton précontraint, on peut ajouter des armatures passives (non
précontraintes). Elles réduisent également la dégradation du béton sous charges cycliques.
Même après plastification, on observe une récupération élastique due à la précontrainte.
Les réparations
ions sont néanmoins délicates, et la remise en tension en général impossible.
Il faut préférer la précontrainte axiale, si possible avec plusieurs câbles.
Dans les rotules plastiques, la chute de précontrainte peut atteindre 70%
Les gaines des aciers de précontrainte
écontrainte doivent être injectées: l’adhérence améliore la ductilité et
réduit les variations de précontrainte pendant les secousses (vulnérabilité accrue des ancrages).

Séance n°4 Page 52


7. Diaphragmes en béton armé couramment utilisés

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

7.1. Considérations générales


En règle générale, les planchers de béton armé qui constituent des diaphragmes (dalles ou dalles
sur poutrelles et entrevous) doivent répondre aux règles des ouvrages en béton armé et être
correctement ancrés dans les chaînages horizontaux périphériques pour assurer
assure effectivement le
contreventement dans les trois plans de la construction.
Sauf en cas de trémie importante ou de géométrie défavorable, les planchers traditionnels bien
liaisonnés aux chaînages satisfont les exigences des diaphragmes rigides.

7.2. Conditions de rigidité des planchers


Les différents types de planchers et toitures « plaques » ne constituent un « diaphragme rigide »
que dans le respect de certaines dispositions constructives qui assurent un comportement
dynamique satisfaisant :
- Solidarisation impérative
mpérative avec les chaînages périphériques et poutres qui assurent la
liaison avec les palées de stabilité.
- Renforcement des bords des trémies dont les dimensions doivent être limitées (sinon,
dispositions compensatrices).
- Si la « plaque » est constituée dede plusieurs couches, liaisons entre les couches par des
coutures assurant un comportement dynamique homogène sans dislocation.
- Continuité du bétonnage entre la dalle et les chaînages, poutres, chapiteaux…

Figure 72- Séisme des Saintes,


aintes, décollement de la sous-face
sous face d’un plancher dalle pleine en béton armé dont les
armatures corrodées ont foisonné. Les planchers en béton armé coulé sur pré-dalles
pré dalles et sur poutrelles préfabriquées et
entrevous garantissent une meilleure réalisation de la couche inférieure (Cliché P. Balandier).

7.3. Exigences propres à l’EC8


L’EC8 précise les dispositions suivantes :
5.10 Dispositions pour les diaphragmes en béton
Une dalle de béton armé rigide peut servir de diaphragme si elle présente une épaisseur non
inférieure
férieure à 70 mm et est armée dans les deux directions horizontales avec les armatures minimales
spécifiées dans l’EN 1992-1-1:2004.
1:2004.
Une chape coulée en place sur un système de plancher ou de terrasse préfabriqué peut être
considérée comme un diaphragme si : (a) elle satisfait aux exigences de l’alinéa ci-dessus
ci ; (b) elle est
conçue pour fournir seule la rigidité et la résistance requises pour le diaphragme ; et (c) elle est coulée
sur un substrat propre et rugueux ou reliée à ce dernier par des connecteurs.
connecteur
Le calcul sismique doit comprendre la vérification des diaphragmes en béton armé à l’état limite ultime
dans les structures de la classe DCH possédant les caractéristiques suivantes :
- formes irrégulières ou complexes en plan avec entailles ou excroissances
excroissan ;
- ouvertures grandes ou irrégulières dans le diaphragme ;

Séance n°4 Page 53


- distribution irrégulière des masses et/ou des rigidités (comme par exemple dans le cas

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


d’excroissances ou de retraits) ;
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

- sous-sol avec murs périphériques partiels ou murs dans un partie seulement du rez-de-chaussée.
Les effets des actions dans les diaphragmes en béton armé peuvent être estimés en modélisant ces
derniers par des poutres de grande hauteur, des treillis plans ou dans un modèle bielles/tirants, sur
appuis élastiques.
Dans le cas de systèmes à noyaux ou à murs de la classe DCH, il y a lieu de vérifier la transmission
des forces horizontales des diaphragmes aux noyaux ou aux murs. Pour cela, les dispositions
suivantes s’appliquent :
a) pour limiter la fissuration, il convient de limiter la valeur de calcul de la contrainte de cisaillement à
1,5 fctd aux interfaces entre les diaphragmes et les noyaux ou les murs ;
b) il convient d’assurer la résistance vis-à-vis de la rupture par glissement dû au cisaillement en
supposant l’inclinaison des bielles égale à 45°. Il y a lieu de prévoir des armatures complémentaires
pour assurer la résistance au cisaillement des interfaces entre les diaphragmes et les noyaux ou les
murs et que l’ancrage de ces barres respecte les dispositions de 5.6.
5.11.3.5 Diaphragmes préfabriqués
En complément des dispositions des dispositions générales, les règles de dimensionnement suivantes
s’appliquent également aux planchers devant jouer un rôle de diaphragme et réalisés avec des
éléments préfabriqués.
Lorsque la condition de diaphragme rigide du 4.3.1(4) n’est pas respectée, il convient de prendre en
compte dans le modèle la flexibilité en plan du plancher ainsi que des assemblages avec les éléments
verticaux.
Le comportement rigide du diaphragme est amélioré si les assemblages dans le diaphragme sont
situés uniquement au-dessus de ses appuis. Une chape de béton armé appropriée coulée en place
peut largement améliorer la rigidité du diaphragme. Il convient que l’épaisseur de cette chape ne soit
pas inférieure à 40 mm si la portée entre les appuis est inférieure à 8 m, ni inférieure à 50 mm pour
des portées plus importantes ; il y a lieu que ses armatures en treillis soient reliées aux éléments
résistants verticaux situés en dessous et au-dessus.
Il convient que la résistance aux forces de traction soit assurée par des chaînages en acier disposées
au moins sur le périmètre du diaphragme, ainsi que le long de quelques joints des éléments de dalle
préfabriqués. Lorsqu’une chape coulée en place est utilisée, l’armature complémentaire doit être
située dans cette chape.
Dans tous les cas, il y a lieu que ces chaînages forment un système continu d’armatures dans tout le
diaphragme et soient reliées à tous les éléments de contreventement.
Il convient de calculer les efforts tranchants agissant en plan le long des joints dalle-dalle ou dalle-
poutre, avec un coefficient de surdimensionnement égal à 1,30 et de calculer la résistance de calcul
comme indiqué en 5.11.2.2.
Il convient que les éléments sismiques primaires, situés au-dessus et en dessous du diaphragme,
soient reliés de manière adéquate à ce dernier. Dans ce but, il y a lieu que les joints horizontaux
éventuels soient toujours correctement armés. On ne peut pas à cet égard compter sur les forces de
frottement dues aux forces de compression extérieure.

Qualité des liaisons des planchers composites


Si le plancher est constitué de dalles sur prédalles ou de dalles sur poutrelles et entrevous, les
coutures doivent permettre la continuité mécanique entre les deux éléments, même en cas de
fortes secousses.

Séance n°4 Page 54


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 73 - Les prédalles dont les coutures sont dégradées doivent être refusées (Document P. Quistin).
Quistin) Une surface de
reprise rugueuse doit compléter et permettre une meilleure adhérence du béton coulé en place sur celui qui a tiré en
usine ; les « grecques » de coutures couchées, si elles ne sont pas cassées (dans ce cas là, les refuser), elles doivent
être redressées pour assurer leur fonction de liaison entre les deux couches.
couches

7.4. Cas des planchers à poutrelles et entrevous


Les entrevous ne participent « pas » à la résistance dynamique du plancher, et les poutrelles ont
un rôle de « nervures » pour la dalle de compression. Il est capital que les liaisons entre les
nervures et la dalle soient effectives pour un comportement dynamique cohérent. C’est l’épaisseur
de la
a dalle de compression elle même doit être calculée avec un minimum de 4 cm (5 cm pour les
entrevous de polystyrène, néanmoins préférables aux réhausses isolantes sur entrevous).
Ces « planchers nervurés » ont l’avantage d’avoir une masse réduite (Réduction Fi),
Fi) une bonne
raideur et une bonne résistance
e mécanique.
mécanique
Les liaisons entre les poutrelles et la dalle de compression et celle du plancher avec les chaînages
horizontaux doivent être soignées es.. De plus en plus de fabricants proposent des produits adaptés
aux zones sismiques (poutrelles, aciers de recouvrement).

Figure 74- Principes de mise en œuvre des planchers sur poutrelles et entrevous.
entrevous. Les sections de barres et treillis sont
déterminées en fonction de l’action sismique. Eventuellement de façon forfaitaire en fonction de l’aléa régional.
(Document X).

Séance n°4 Page 55


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 75- Principes de mise en œuvre des planchers sur poutrelles et entrevous (Document X).

7.5. Cas des planchers sur pré-dalles


Si le plancher est constitué de dalles sur pré-dalles, les coutures doivent permettre la continuité
mécanique entre les deux éléments, même en cas de fortes secousses.

Liaisons sur chaînages

Continuité sur appuis intermédiaires Continuité entre pré-dalles


Figure 76- Détails de mise en œuvre.

Séance n°4 Page 56


8. Coefficients de comportement forfaitaires pour les constructions en béton armé

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Coefficients q de l’EC8
A l’exception des systèmes à noyau, les bâtiments en béton peuvent être classés selon un type de
système structural dans une direction horizontale et selon un autre dans l’autre direction
horizontale.
Coefficients de comportement pour les actions sismiques horizontales
La valeur supérieure du coefficient de comportement q pour tenir compte de la capacité de
dissipation d’énergie doit être calculée comme suit pour chaque direction de calcul :
q = q0kw > 1,5
avec :
q0 : valeur de base du coefficient de comportement, dépendant du type de système structural et de
la régularité en élévation;
kw : coefficient reflétant le mode de rupture prédominant dans les systèmes structuraux de murs.

a) Valeur de qo

Pour les bâtiments qui ne sont pas réguliers en élévation, il convient de réduire la valeur de q0 de
20%.
Le coefficient multiplicateur αu/α1 défini de façon précise par l’EC8 indique le rapport entre la
résistance élastique à la flexion et la limite ultime. Il doit être évalué par le calcul, mais pour les
bâtiments réguliers en plan, les valeurs approximatives de αu/α1 ci-après peuvent utilisées :
Système à ossature ou système à contreventement mixte équivalent à une ossature :
- bâtiments d’un étage : αu/α1 = 1,1
- systèmes à ossatures à une travée de plusieurs étages : αu/α1 = 1,2
- systèmes à ossatures ou systèmes à contreventement mixte équivalents à des ossatures à
plusieurs travées de plusieurs étages : αu/α1 = 1,3
Systèmes à contreventement mixte de murs ou équivalents à des murs :
- systèmes de murs avec uniquement deux murs non couplés par direction horizontale : α
αu/α1 = 1,0
- autres systèmes de murs non couplés : αu/α1 = 1,1
- systèmes à contreventement mixte équivalents à des murs ou systèmes de murs couplés :
αu/α1 = 1,2
Pour les bâtiments irréguliers en plan, les valeurs approximatives de αu/α1 qui peuvent être
utilisées, lorsque son évaluation n’est pas effectuée par des calculs, sont égales à la moyenne de
1,0 et des valeurs données ci-dessus.

Séance n°4 Page 57


Des valeurs de αu/α1 supérieures à celles données ci-dessus peuvent être utilisées, sous réserve

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


de les confirmer par une analyse statique globale non linéaire (en poussée progressive).
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

La valeur maximale de αu/α1 qui peut être utilisée dans les calculs est égale à 1,5, même lorsque
l’analyse donne des valeurs supérieures.
La valeur de qo donnée pour les systèmes en pendule inversé peut être augmentée s’il peut être
démontré qu’une dissipation d’énergie plus élevée, lui correspondant, est assurée dans la zone
critique de la structure.

b) Valeur du coefficient kw
Le coefficient kw reflétant le mode de rupture prédominant dans les systèmes structuraux de murs
doit être pris comme suit :

où αo est le rapport de forme prédominant des murs du système structural.

Coefficients de comportement des structures préfabriquées


Pour les structures préfabriquées les valeurs du coefficient de comportement qp peuvent être
déterminées par l’expression suivante, sauf lorsque des études particulières autorisent d’autres
valeurs : qp = kp .q
q coefficient de comportement déterminé conformément à l’expression (5.1) ;
kp coefficient de réduction dépendant de la capacité de dissipation d’énergie des structures
préfabriquées.
Dans le cas de structures préfabriquées qui ne respectent pas les dispositions de
dimensionnement de 5.11, il convient de supposer le coefficient de comportement qp au plus égal
à 1,5.

Plan de Système Qualité


Si un Plan de Système Qualité particulier et formel est appliqué à la conception, au
dimensionnement, aux achats et à la construction, en complément aux procédures normales de
maîtrise de la qualité, des valeurs plus élevées de qo peuvent être admises. Ces valeurs
augmentées ne peuvent toutefois pas dépasser de plus de 20 % les valeurs indiquées dans le
Tableau 5.1.

Séance n°4 Page 58


9. Eléments structuraux secondaires

Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Les éléments secondaires sont les éléments de la structure porteuse qui n’apportent pas de
contribution significative à la résistance aux actions sismiques. On attend néanmoins qu’ils
assurent la transmission des charges gravitaires pendant et après le séisme. Leurs liaisons
mécaniques aux éléments principaux de la structure doivent être efficaces.
L’EC8 demande que l’ingénierie les conçoive et les étudie en détail pour leur permettre de porter
les charges gravitaires lorsqu’ils sont soumis aux déplacements causés par la situation sismique
de calcul.
Les éléments sismiques secondaires soumis à des déformations importantes dans la situation
sismique de calcul doivent être dimensionnés et conçus en détail de manière à conserver leur
capacité à supporter les charges gravitaires présentes dans la situation sismique de calcul
lorsqu’ils sont soumis aux déformations maximales imposées.
Ces déformations doivent être calculées et doivent tenir compte des effets P-∆ .
EC8 : Définition des éléments sismiques secondaires (§ 1.5.2)
Eléments qui ne sont pas considérés comme faisant partie du système résistant aux actions sismiques
et dont la résistance et la rigidité vis-à-vis des actions sismiques sont négligées ; leur conformité à
toutes les règles de l’EN 1998 n’est pas exigée, mais ils sont conçus et étudiés en détail pour leur
permettre de porter les charges gravitaires lorsqu’ils sont soumis aux déplacements causés par la
situation sismique de calcul.
NOTE 2 Il n’est pas nécessaire qu’ils respectent toutes les dispositions de l’EN 1998, mais ils sont
dimensionnés et munis de dispositions constructives pour permettre le maintien de leur fonction de
supportage lorsqu’ils sont soumis aux déplacements imposés lors de la situation sismique de calcul.
Exemple : Un bâtiment en béton armé comprend des voiles et des poteaux porteurs. Si le
dimensionnement et l’implantation des voiles assurent le contreventement sous l’action sismique
réglementaire, les poteaux sont des éléments secondaires au regard de cette action. La présence
de poteaux courts ne pose dans ce cas là pas de problème, puisqu’ils ne reprennent pas a priori
les charges sismiques horizontales. Ces poteaux « secondaires » ne sont pas assujettis aux règles
de ductilité.
Extraits EC8 :
« (1)P Plusieurs éléments structuraux (par exemple, poutres et/ou poteaux) peuvent être choisis
comme éléments sismiques " secondaires ", c'est-à-dire qu'ils ne font pas partie du système résistant
aux actions sismiques du bâtiment. La résistance et la rigidité de ces éléments vis-à-vis des actions
sismiques doivent être négligées. Il n'est pas nécessaire qu'ils satisfassent aux exigences des Articles
5 à 9 de l’EC8.
Ces éléments et leurs liaisons doivent toutefois être conçus et étudiés dans le détail de manière à
maintenir l'appui des charges gravitaires lorsqu'ils sont soumis aux déplacements causés par la
condition sismique de calcul la plus défavorable. Il convient de tenir compte des effets du second
ordre (effets P-∆) lors du dimensionnement de ces éléments.
(2) Les Articles 5 à 9 présentent des règles complémentaires par rapport à celles des EN 1992, EN
1993, EN 1994, EN 1995 et EN 1996, pour le dimensionnement et les dispositions constructives des
éléments sismiques secondaires.
(3) Tous les éléments non choisis comme éléments sismiques secondaires sont considérés comme
des éléments sismiques primaires. Ils sont considérés comme faisant partie du système de
contreventement. Il convient de les modéliser dans l'analyse conformément à 4.3.1, ainsi que de les
concevoir et de les étudier en détail pour la résistance aux séismes conformément aux règles des
Articles 5 à 9.
(4) Il convient que la contribution de tous les éléments sismiques secondaires à la raideur latérale ne
dépasse pas de plus de 15 % celle de tous les éléments sismiques primaires.
(5) Il n'est pas permis de choisir certains éléments structuraux en tant qu'éléments sismiques
secondaires en vue de modifier la classification de la structure de structure irrégulière à structure
régulière, comme décrit en 4.2.3. »

Séance n°4 Page 59


Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Figure 77- Exemple de détermination des murs sismiques primaires (plus raides) et des éléments secondaires (murs et
poteaux moins raides). La détermination se fait dans chacune des directions de contreventement.

Il faut s’assurer d’une bonne liaison de l’élément porté sur l’élément porteur par l’intermédiaire
d’armatures réalisant la continuité mécanique du ferraillage.
Pour les poteaux la continuité mécanique des armatures doit être assurée aux extrémités ;des
poteaux ; de plus les armatures transversales aux extrémités du poteau sur la hauteur b (largeur a)
doivent avoir un espacement maximal à savoir le minimum de {12φL ;0,5*a;30cm}
Un mur secondaire comporte au minimum les chainages verticaux CV , les chainages de linteaux
CL et les chainages horizontaux CH suivants.

Chainages Armature longitudinale Armature transversale


CV 3 HA10 ou 4 HA8 Cadres HA6esp. 10cm
CL 2 HA8
CH 1,50 cm² (2HA10) au croisement
du mur avec le plancher
Pas d’obligation de prévoir des CV à l’intersection des murs.

Séance n°4 Page 60


Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Séance n°4
Page 61
Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique
Caraïbe Risques Mitigation – Martinique – Programme pédagogique 2010-2011 Haïti

Séance n°4
d’Haïti

Page 62
Programme de Formation Professionnelle 1627/SF-HA
Institut National Formation Professionnelle - FONDS D’ASSISTANCE ECONOMIQUE ET SOCIALE – Université d’Etat
Programme INFP-FAES-UEH 1627/SF-HA– Formation des concepteurs à la conception parasismique et paracyclonique