Vous êtes sur la page 1sur 4

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique


Université Abdelhamid Ibn Badis
MOSTAGANEM

COPMTE RENDU TP
(TP n°1 Théorèmes fondamentaux{Thévenin, Norton, Millman et
Superposition})

2ème année Electromécanique Licence Professionnel

Réaliser par : CHERGUI Mohamed Amine


BENHAMOUDA Abdelghani
KOUDJIL Abdessalam

Année Universitaire : 2019/2020


Introduction :
L’usage des lois de Kirchhoff permet de toujours trouver les tensions et courants
dans un réseau électrique linéaire en régime quelconque. Mais la résolution passe par
un système d’équations dont la taille augmente avec celle du circuit et par
conséquent des inconnues à déterminer.
Dans le cas de circuits fonctionnant en régime établi, c’est à dire lorsque le régime
transitoire est terminé, il est possible d’optimiser la recherche des grandeurs
inconnues. Celle-ci fait appel aux théorèmes généraux de l’électrocinétique.
Le premier, le théorème de superposition, exploite les propriétés des circuits
linéaires : la réponse complète d’un circuit à la superposition de plusieurs grandeurs
est la somme des réponses obtenues pour chacune d’elle appliquée seule.
Mais un réseau électrique peut être assimilé à une source de tension réelle dont on
définit la résistance interne et la force électromotrice dans le cas du théorème de
Thévenin ou la conductance interne et le courant électromoteur dans le cas du
théorème de Norton. Il est possible de passer de l’une à l’autre de ces sources qui
sont équivalentes.
Enfin, lorsque le réseau est composé de nombreuses branches aboutissant à un
noeud central, la tension entre ce dernier et le noeud de référence (souvent O V)
s’exprime très rapidement à l’aide du théorème de Millman.

Buts du tp
L’utilisation de quelques théorèmes généraux de l’électricité (thévenin, norton,
superposition, millmann) pour mesurer et calculer les courants ou les tensins sur un
circuit.

Manipulation
I. Materiel :
 (1) plaque à essai
 (1) Alimentation stabilisée double
 (1) ampèremètre
 (1) voltmètre
 (1) multimètre
 (2) Resistances de 100Ω
 (2) Resistances de 470Ω
II. Shéma du montage :

-Théorèmes fondamentaux (Thévenin, Norton, Superposition et Millmann).


Théorème de Thévenin :
On peut remplacer tout circuit linéaire, qui alimente par les bornes A et B un
dipôle D, par un générateur de tension idéal en série avec une résistance Rt.
La fem Et du générateur est égale à la ddp mesurée entre A et B quand le
dipôle D est débranché. La résistance Rt est égale à la résistance mesurée entre
A et B quand le dipôle D est débranché et que les générateurs sont remplacés
par leurs résistances internes.
Théorème de Norton :
On peut remplacer tout circuit linéaire, qui alimente par les bornes A et B un
dipôle D, par un générateur de courant idéal en parallèle avec une résistance
Rn. L'intensité In du générateur est égale à au courant de court-circuit entre A
et B quand le dipôle D est débranché. La résistance Rn est égale à la résistance
mesurée entre A et B quand le dipôle D est débranché et que les générateurs
sont remplacés par leurs résistances internes.
On démontre ces deux théorèmes en utilisant le Principe de superposition.
On montre que Rt = Rn et que In = Et / Rt.
Théorème de Millman :
Le théorème de Millman tire son nom de l'électronicien Jacob Millman qui
en est à l'origine.
C'est souvent utile pour résoudre des problèmes sur les structures à AOP.
Application du théorème de Millman
Le théorème de Millman s'applique à un circuit électrique constitué de n
branches en parallèle. Chacune de ces branches comprenant un générateur
de tension parfait en série avec un élément linéaire (comme une résistance
par exemple).
Ca s'applique aussi bien en continu comme en alternatif sinusoïdal.

Théorème de superposition
Ce théorème découle directement de la linéarité des équations de
Kirchhoff : un dipôle constitué de dipôles linéaires est un dipôle linéaire.
Dans un réseau linéaire, il est possible de remplacer un ensemble de
dipôles par un dipôle équivalent. La relation (1) montre que le
courant dans une branche est la somme de termes de la
forme , les ayant la dimension d'une conductance.