Vous êtes sur la page 1sur 13

STRATEGIE CONCERTEE DE

MOBILISATION DE RESSOURCES DES


CINQ NOUVELLES COMMUNES
PARTENAIRES DE LA COOPERATION
SUISSE

Réalisé par

Novembre 2019
1. Introduction

Le programme ASGOL qui appuie, depuis 2007, les acteurs locaux et nationaux à
l’amélioration de la qualité de la fourniture du service public aux populations est à sa
troisième phase. Celle-ci est dédiée non seulement à la consolidation des acquis des
précédentes phases dans la zone de concentration des activités de la DDC au Bénin, mais
aussi à la mise à l’échelle de ses outils et instruments clés au-delà de sa zone d’intervention.

Dans ce cadre, les communes de Bonou, d’Akpro-Missérété et de Sèmè-Podji dans les


départements de l’Ouémé ainsi que celles de Tori-Bossito et de Kpomassè dans le
département de l’Atlantique ont été identifiées pour bénéficier d’un accompagnement en vue
de l’élaboration et l’opérationnalisation d’une stratégie de mobilisation ressources propres.

Les plans stratégiques de mobilisation des ressources ont été élaborés dans chacune des
communes. Ils permettent de retracer dans un document unique, la vision des communes en
matière de mobilisation des ressources sur un horizon temporel de trois ans. Elaborés de
manière participative, ils ont vocation à faciliter la maîtrise et la mise en cohérence des
actions de MR, de mesurer les progrès/performances et de faire des ajustements si
nécessaires. D’un point de vue méthodologique, les plans stratégiques de mobilisation des
ressources ont été élaborés suivant une boucle stratégique qui recouvre le diagnostic, la
programmation, le suivi-évaluation et la capitalisation.

En vue d’accroître les chances de leur mise en œuvre, il est prévu d’inscrire la résolution
des défis transversaux et similaires d’une commune à une autre dans une logique
d’implémentation synergique. Cette logique ou approche a pour dessein de mutualiser les
savoirs, expériences et pratiques pour juguler les problèmes qui se présentent à toutes ou
presque toutes les communes au-delà de leurs spécificités.

La présente stratégie concertée répond à ce besoin d’orientation des actions qui concernent
dans l’ensemble toutes les communes bénéficiaires de l’extension géographique des actions
phares du programme ASGOL. Il s’appuie bien évidemment sur les plans stratégiques de
mobilisation des ressources des différentes communes.

2. DIAGNOSTIC

2.1 Analyse de l’évolution des recettes propres dans les différentes


communes

Après compilation des données issues des comptes administratifs des communes
respectives, l’évolution des recettes au niveau de l’ensemble des communes présente une
forte variabilité. En effet la tendance générale renseigne sur une évolution croissante des
ressources locales dans la plupart des communes à l’exception de Sèmè-Podji. Le point par
commune peut être ainsi exposé :
2.1.1 Commune de AKPRO MISSERETE

Au niveau de la commune d’Akpro-Missérété, les recettes propres de la commune ont connu


une évolution croissante portée essentiellement par les recettes non fiscales. Le taux moyen
d’accroissement des recettes est de 5.04%.

Recettes Recettes non Recettes


Années fiscales fiscales propres Recettes propres
2016 24 442 161 80 266 210 104 708 371 150,000,000
2017 28 777 871 81 716 489 110 494 360
100,000,000

2018 33 065 938 82 464 043 115 529 981 50,000,000

2019
-
(juillet) 31 524 759 49 695 345 81 220 104 Commented [u1]: Ici nous allons rechercher les chiffres au
2016 2017 2018 2019 30 novembre 2019
Total 117 810 729 294 142 087 411 952 816 Faire le graphe pour les rf, les rnf et les rp

2.1.2 Commune de BONOU

S’agissant de la Commune de Bonou, les recettes propres ont connu une hausse de 2016 à
2018 et la tendance semble être maintenue pour 2019. Les recettes non fiscales sont les
plus contributives sur la période pour 93%. Globalement, les recettes fiscales affichent une
évolution en dents de scie sur la période d’analyse avec une chute importante observée au
cours de l’année 2017. La TDL (sur les produits oléagineux en l’occurrence) est la ressource
qui, pour chaque année, contribue globalement plus aux recettes fiscales suivie de la TPS.

Recettes Recettes non Recettes


Années
fiscales fiscales propres Recettes propres
2016 7 445 750 76 457 459 83 903 209 120,000,000
2017 3 517 867 82 837 305 86 355 172 100,000,000
80,000,000
2018 6 364 827 93 593 650 99 958 477
60,000,000
2019 4 504 783 55 482 390 59 987 173 Commented [u2]: Les chiffres de 2019 sont de quelle date
40,000,000 précision. Idéal fin novembre 2019
Total 21 833 227 308 370 804 330 204 031 20,000,000
-
2016 2017 2018 2019

2.1.3 Commune de KPOMASSE

Pour ce qui concerne la commune de Kpomassè, les recettes propres sont en progression
depuis 2015 rendant compte des efforts de mobilisation de ressources consentis par les
différentes parties prenantes. L’affirmation des conventions sur les transactions foncières et
les impôts fonciers notamment la contribution foncière des propriétés non bâties sont les
principales recettes propres de la Commune. Les recettes fiscales affichent une évolution
croissante sur la période d’analyse.

Recettes Recettes non Recettes


Années fiscales fiscales propres Recettes propres
2015 12 637 985 81 356 004 93 993 989 150,000,000
2016 7 706 584 104 231 149 111 937 733 100,000,000
2017 26 726 708 88 754 954 115 481 662
50,000,000
2018 29 842 116 92 175 110 122 017 226 Commented [u3]: Intégrer les chiffres de 2019 jusqu’à
novembre
0
2019
2015 2016 2017 2018
Total 76 913 393 366 517 217 443 430 610

2.1.4 Commune de SEME KPODJI

Les recettes propres de la commune ont connu une progression similaire à celle des recettes
non fiscales. Elles ont évolué en dents de scie entre 2015 et 2017 avant de connaitre un
léger accroissement en 2018. Rechercher et étendre la période couverte aux infos de 2019

Recettes Recettes non Recettes


Années
fiscales fiscales propres
2016 406 781 657 442 195 785 848 977 442
2017 343 151 299 541 943 652 885 094 951
2018 367 087 141 569 230 418 936 317 559
2019
Total

2.1.5 Commune de TORI BOSSITO

Les recettes propres sont en progression depuis 2015 rendant compte des efforts de
mobilisation de ressources consentis par les différentes parties prenantes. L’affirmation des
conventions sur les transactions foncières et les impôts fonciers notamment la contributions
foncières des propriétés non bâties sont les principales recettes propres de la Commune.

Années
Recettes
fiscales
Recettes non
fiscales
Recettes
propres
Recettes propres
400,000,000
2015 48 621 186 38 371 941 86 993 127
300,000,000
2016 74 743 418 40 320 216 115 063 634
200,000,000
2017 32 226 733 52 554 083 84 780 816
100,000,000
2018 0
-
2019 2015 2016 2017 2018

Total 155 591 337 131 246 240 286 837 577
2.2 Les potentiels majeurs par commune

Les gisements les plus prépondérants dans les ressources des communes présentent des
spécificités. Néanmoins une analyse des potentiels permet d’identifier quelques points de
convergence stratégique à prendre en compte dans le cadre de la présente stratégie
concertée.

Communes Natures de ressources les plus contributives

 Les recettes des prestations de service constituent la


première source, contribuant à hauteur de 58% des recettes
non fiscales. Elles sont suivies par les produits accessoires
AKPRO MISSERETE
 Les impôts professionnels (Patentes, Licences et TPS)
dominent les recettes fiscales. Ils représentent 78% des
recettes fiscales mobilisées.

 La TDL (sur les produits oléagineux en l’occurrence) est la


ressource qui, pour chaque année, contribue globalement
plus aux recettes fiscales suivie de la TPS
BONOU  Les produits du patrimoine (en l’occurrence les produits sur
exploitation des carrières) constituent le poste qui contribue
essentiellement aux recettes non fiscales (84% des recettes
non fiscales sur la période).

 Les ressources provenant de l’exploitation des carrières de


sable sont dominantes. Elles sont mobilisées sous la forme
de prélèvements de fait concurrents à la TDL qui n’est pas
véritablement opérationnalisée dans la commune.
KPOMASSE
 Les ressources non fiscales sont portées par les prestations
de services (dont les affirmations de conventions) et les
produits du patrimoine et des activités (dont les expéditions
des actes)

 Les principales recettes proviennent des parcs de véhicules


d’occasion qui ont ensuite connu une baisse drastique à
partir de 2016.
 Les prestations de services sont abondées essentiellement
SEME KPODJI
par les frais de bornage et de lotissement, le produit des
expéditions des actes administratifs ainsi que ceux des
ventes des véhicules d’occasions enregistrées en début de
période.

 Les recettes proviennent dans une large proportion de la


TORI BOSSITO
contribution foncière des propriétés bâties et non bâties
issues pour l’essentiel de l’exploitation optimale des
gisements industriels (agro-industries et opérateurs GSM)
 L’affirmation des conventions sur les transactions foncières et
les impôts fonciers notamment la contributions foncières des
propriétés non bâties sont les principes recettes propres de la
Commune.

En somme, le potentiel existe mais reste globalement encore sous exploité dans l’ensemble
des communes en matière fiscale et non fiscale. Les taxes sur activités et les taxes
foncières peuvent connaitre un meilleur niveau de mobilisation ; pareil pour les recettes non
fiscales si de bonnes approches d’optimisation et de sécurisation sont mises en place.

2.3 Potentiels peu mobilisés

Après analyse des potentiels plus ou moins bien exploités, il sied d’évaluer les sources de
recettes actuellement peu explorées au niveau des communes. Cette évaluation permettra
de diagnostiquer les potentiels qu’il convient de rentabiliser à travers des actions concertées.

Nature des ressources Communes ne mobilisant pas les ressources

Impôts directs et taxes assimilées

Taxe sur armes à feu assise sur la détention d’arme à Toutes les communes
feu

Taxe d’enlèvement des ordures (TEO) 1. Kpomassè, Tori, Bonou

Impôts indirects et taxes assimilées

Taxe sur les spectacles, jeux et divertissements Toutes les communes

Taxe sur la vente des boissons fermentées de Toutes les communes


préparation artisanale

Taxe de pacage Toutes les communes

Taxe de Développement Local Toutes les communes sauf Bonou

Recettes non fiscales

Exploitation des carrières de la commune Toutes les communes sauf Bonou et Kpomassè

Redevances versées par les fermiers Toutes les communes

les redevances d'installation d'appâtâmes et hangars Toutes les communes


par la commune

Taxes et redevances relatives aux services d'hygiène et Toutes les communes


de salubrité publique et aux services funéraires assurés
par la commune

Produit des amendes prononcées par les tribunaux Toutes les communes
correctionnels de simple police

Source : Analyse à partir des comptes administratifs


2.4 Etat de l’utilisation de quelques outils de mobilisation des ressources

Les outils clés de la stratégie conjointe concernent la convention de partenariat, le cadre de


concertation, le guichet unique et les Outils de gestion des infrastructures marchandes..

2.4.1 Convention de partenariat entre le CIPE et la Mairie dans les communes

La convention de partenariat est un accord annuel conclu au même moment que


l’élaboration du budget communal entre la mairie et le centre ou service des impôts
territorialement compétents (CIPE ou RAI) sous la supervision des directeurs
départementaux des impôts. Elle fixe les opérations fiscales à réaliser au cours de l’année :
le calendrier, les moyens nécessaires et les objectifs financiers attendus par la mairie. Elle
définit aussi des obligations réciproques entre ces deux parties.

L’état des lieux révèle que les Communes de Bonou, Akpro-Missérété, Sèmè-Podji et TORI
n’avait jamais utilisé cet outil. Quant à la commune de Kpomassè, elle a fait une seule fois
l’exercice de signature de la convention de partenariat mais aussi suivi et évaluation de la
mise en œuvre n’a pu être faite par les acteurs. Cet outil a été retenu par les acteurs
pour être intégrer dans la stratégie concertée.

2.4.2 Cadre de concertation

Le cadre de concertation est un creuset de regroupement des acteurs clés impliqués dans le
processus de mobilisation des ressources propres communales. Il doit être mis en place par
arrêté communal précisant les acteurs et la périodicité de son animation. Cet outil permet le
dialogue et la coopération apaisée entre les acteurs, et concourt si fonctionnel à une
optimisation de la mobilisation des ressources propres communales.

Doivent participer à ce cadre, le Maire, les élus en charge de la mobilisation des ressources,
les représentants des contribuables, les animateurs des CIPE (Inspecteurs et receveurs des
impôts), le receveur percepteur etc.

En dehors de la commune de Sèmè-Podji, le cadre de concertation n’est fonctionnel dans


aucune des autres communes. Il y a bien lieu d’inclure cet outil dans la stratégie
concertée.

2.4.3 Mise en place du guichet unique

Dans aucune des cinq (5) Communes, il n’existe de guichet unique informatisé. Un dispositif
de sécurisation et de centralisation des recettes non fiscales (Guichet manuel) existe aussi
bien à Bonou et Tori Bossito ; mais dans aucune de ces communes les dispositions
administratives préalables n’ont pas été prises, et le fonctionnement de base du guichet
manuel reste perfectible. L’ensemble des cinq (5) communes bénéficient de notre part d’une
assistance technique et de coaching pour la prise des actes administratifs, la formation des
acteurs (utilisateurs directs et responsables des services techniques concernés) en vue un
meilleur fonctionnement du guichet unique manuel.

En ce qui concerne le Guichet informatisé, il n’est encore opérationnalisé dans aucune des 5
communes. Les communes doivent encore rechercher le financement utile pour le
financement de ce dispositif essentiel pour une meilleur centralisation et sécurisation
des recettes non fiscales.

2.4.4 Gestion des infrastructures marchandes

Les acteurs ont apprécié les développements faits par les experts de SAPHIR. Co sur
l’importance de l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de mobilisation des
ressources sur les diverses plateformes et équipements marchands, ainsi que la nécessité
de partage et d’expérimentation de certains outils GIM partagés. Un paquet d’outils GIM a
été retenu pour être finalisé par les Experts de SAPHIR. Co, et partager à tous les Chefs de
Services Affaires Economiques pour utilisation.

Le suivi inter acteurs communaux des cinq (5) communes, de la mise en œuvre de
ces outils, est un élément de la stratégie concertée.

MISE EN ŒUVRE PAR TOUS LES CINQ COMMUNES

Guichet Unique de
Convention de Cadre de
EVALUATION CONCERTEE

centralisation et
partenariat CIPE concertation
sécurisation des
Commune acteurs MdR
RNF

Gestion des
TDL & Gestion des
infrastructures
carrières
marchandes -

3. PROGRAMMATION

3.1 Formulation des principaux défis transversaux

La synthèse du diagnostic, ainsi que les outils et approches retenues pour être implémenter
et suivi par les acteurs communaux dans toutes les communes permet d’identifier les défis
transversaux pouvant meubler la stratégie concertée.
En effet, bien que les défis et problèmes soient inhérents à chaque commune avec plus ou
moins de particularités, acuités ou spécificités, certains aspects apparaissent notoirement
transversaux et pourraient meubler une stratégie concertée touchant toutes les communes.

Défis transversaux A-Missérété Bonou Kpomassè Sèmè-Podji Tori - B

Intégrité et fiabilité de la base de


X X X X X
données des contribuables

Qualité de la gestion des équipements


X X X X X
marchands

Gestion de l’espace publicitaire X X X X X

Opérationnalisation guichet unique X X X X X

Gestion des infrastructures hydrauliques X X X X X

Gestion des sites et carrières de X X


matériaux locaux

Habilitation et gestion des agents X X X X x


collecteurs

Implication des élus dans la mobilisation X X X X X


des ressources

Fonctionnalité de la commission des X X X X X


affaires économiques et financières

Fonctionnalité du cadre de concertation X X X X


ou de l’instance en tenant lieu
Conclusion et mise en œuvre d’une
convention de partenariat avec le service X X X X X
des impôts
Quitus fiscaux et échanges de données X x
(foncier et patente complémentaire

Qualité du civisme fiscal et redevabilité X X X X X

Gestion du potentiel des manifestations X X X X X


et cérémonies

3.2 Regroupement des défis transversaux par axes stratégiques et


formulation des activités

Un atelier de programmation a eu lieu à fin novembre 2019 (Octobre ou novembre ? merci


de m’éclairer). A ces ateliers ont pris part, les acteurs de mobilisation des ressources de
toutes les communes concernées (élus communaux, chefs services marchands, secrétaires
généraux, receveurs et inspecteurs des impôts). La liste de présence figure en annexe.

C’est ainsi qu’à travers des travaux de groupe suivis de restitution, les actions et activités ont
été identifiées pour servir de fil conducteur à la stratégie concertée de mobilisation des
ressources des cinq (5) communes bénéficiaires de l’extension géographique des actions
phares du programme ASGOL.
Matrice stratégie concertée de mobilisation des ressources des cinq (5)
communes bénéficiaires de l’extension géographique des actions phares du
programme ASGOL

Périodes Responsables
Réf. Activités Coûts
Répondant Respo
2019 2020 2021
commune associé

1. Développement des ressources humaines

1.1 Habilitation et gestion des agents collecteurs

Identifier et recruter des agents collecteurs dans les Coût


1.1.1 x SG Maire
communes qui n’en ont pas suffisamment variable

Nommer et doter les agents collecteurs de contrats Coût


1.1.2 x SG Maire
d’objectifs variable

Coût
1.1.3 Faire prêter serment aux agents collecteurs x SG Maire
variable

Assurer le paiement régulier et l’évaluation de la Coût


1.1.4 x x SG Maire
performance des agents collecteurs variable

Renforcer les capacités des agents collecteurs par Coût


1.1.5 x x SG Maire
la formation et le coaching variable

Fournir aux agents collecteurs du matériel et Coût


1.1.5 x x SG Maire
équipement de travail variable

Renforcer capacités des régisseurs de recettes,


1.2
chefs services des affaires marchandises, etc.

Organiser des formations à l’intention des


1.2.1 responsables chargés de la mobilisation des x x SG Maire 3.000.000
ressources

Organiser des visites d’échanges entre les SG Maire


1.2.2 x x 2.000.000
communes sur les bonnes pratiques

Créer et animer une communauté de pratiques entre SG Maire


1.2.3 x x 500.000
les chargés de mobilisation de ressources

1.3 Améliorer les capacités des élus

Former les élus sur leurs rôles et responsabilités SG Maire


1.3.1 x x 3.000.000
dans la mobilisation des ressources

Susciter et accompagner l’animation des


1.3.2 commissions chargées des finances au sein des x x SG Maire 2.000.000
conseils communaux

Accompagner techniquement les comités SG Maire


1.3.3 x x 2.500.000
d’élaboration des budgets

2. Développement organisationnel
Réf. Activités Périodes Responsables Coûts

Améliorer la gestion des infrastructures


2.1
hydrauliques

Faire une analyse sur la conformité de la gestion


2.1.1 des infrastructures hydrauliques aux exigences de la x SG Maire 500.000
loi sur le partenariat public-privé

Accompagner la transition des communes vers le SG Maire


2.1.2 respect des exigences de la loi sur le partenariat x x 2.000.000
public-privé

SG Maire
Accompagner le recouvrement des arriérés de Coût
2.1.3 x
redevances hydrauliques dans toutes les communes variable

Assainir le répertoire des infrastructures SG Maire Coût


2.1.4 x
hydrauliques variable

2.2 Rendre effective le recouvrement de la TDL

Favoriser le transfert de la gestion de la TDL par les Maire - ANCB


2.2.1 x Sans coût
CIPE SG

Mettre en place des stratégies appropriées pour la SG - Maire


Coût
2.2.2 TDL sur les substances de carrières et les produits x x CSAE
variable
vivriers

Accompagner l’équipement et l’animation des SG - Maire Coût


2.2.3 x x
postes de recouvrement situés hors des RNIE CSAE variable

Améliorer la gestion des infrastructures


2.3
marchandes

Réformer dans toutes les communes le système


2.3.1 d’attribution des hangars et logettes dans les x x SG - Maire
marchés CSAE

Faire l’inventaire des grandes infrastructures Coût


2.3.2 x SG - Maire
marchandes par commune variable
CSAE

Accompagner la structuration de la collecte sur les Coût


2.3.3 x x SG - Maire
plateformes marchandes variable
CSAE

Encourager la prévision de la construction de SG - Maire Coût


2.3.4 x x CSAE
nouvelles infrastructures variable

Analyser et identifier les modes de gestion les plus


SG - Maire Coût
2.3.5 pertinents pour les infrastructures marchandes de x
variable
chaque commune CSAE

Améliorer le rendement de la taxe sur les taxis


2.4
villes (Zémidjans)
Réf. Activités Périodes Responsables Coûts

Organiser en liaison avec les syndicats le Coût


2.4.1 x SG - Maire
recensement des taxis motos de chaque commune variable
CSAE

Dynamiser le partenariat avec les syndicats ou Coût


2.4.2 x SG - Maire
représentants formels des zemidjans variable
CSAE

Réorganiser l’autorisation d’exercice de l’activité de


Coût
2.4.3 zemidjans et la soumettre au paiement d’un droit à x x SG - Maire
variable
instituer CSAE

Coût
2.4.4 Faire le suivi du recouvrement x x SG - Maire
variable
CSAE

2.5 Améliorer les ressources issues des carrières

SG - Maire Coût
2.5.1 Faire le recensement des carrières de la commune x
CSAE variable

SG - Maire Coût
2.5.2 Réétudier les tarifs convenus avec les exploitants x x
CSAE variable

Etudier les modalités de recouvrement des taxes sur SG - Maire


2.5.3 x x CSAE 3.000.000
manifestations bruyantes

2.6 Améliorer les quitus fiscaux et échanges de


données (foncier et patente complémentaire)
Coût
Mettre en place une stratégie contraignant le variable
2.6.1 x x SG - Maire,
prestataire à payer sa patente complémentaire par
les clauses du contrat CSAF CIPE

Coût
Faire le point sur trois ans des contrats des SG - Maire variable
2.6.2 x x
prestataires et les transmettre au service d’assiette CSAF
pour l’imposition à la patente complémentaire

Coût
Rendre rigoureuse l’application du quitus fiscal variable
2.6.3 x x SG - Maire
foncier dans toutes les communes
CSAF

2.7 Améliorer la rentabilité de l’espace publicitaire

Faire le recensement exhaustif des panneaux et


Maire Coût
2.7.1 affiches de la commune et réaliser un répertoire des x SG - variable
occupants de l’espace publicitaire CSAE

Evaluer les contrats de collecte des redevances SG - Maire Coût


2.7.2
publicitaires CSAF variable

Sélectionner un mode de collecte adéquat et plus SG Maire


2.7.3 x x
rentable pour chacune des communes

Note: Cout variable par commune – les actions dont les coûts ont été estimés sont celles transversales à l’ensemble des
communes, susceptibles d’être mises en œuvre de façon concertée, et autour desquelles une stratégie de recherche commun de
financement pourrait être adoptée.
Quelques images

Annexes : Note de présentation à titre informative sur l’utilité des 4 stratégies clés. Commented [u4]: Au niveau des annexes , les ajouts
seront effectués par moi-même.
1- Convention de partenariat CIPE Communes
 Objectif et Utilité
 Format
 Matrice d’évaluation et de suivi
2- Cadre de concertation des acteurs en charge de la mobilisation des ressources
 Objectif et utilité
 Format arrêté type instituant le CCMR
3- Guichet Unique
 Objectif et utilité
 Démarches
 Partage des résultats dans une commune qui l’expérimente pleinement
4- Outils GIM clés conçus et partagés avec les CSAE Commented [u5]: Sur les outils GIM , Pareil que u4.
 Format des outils GIM Je serai toutefois intéressé de savoir dans le cadre de vos
séances quels outils spécifique a été le points d’attention.
 X
 Y
 Z