Vous êtes sur la page 1sur 5

BTS CPI 1 Chapitre 5 : Cristaux métalliques

http://uel.unisciel.fr/chimie/strucmic/strucmic_ch11/co/apprendre_01.html
http://ressources.unisciel.fr/cristallo/

I. Solides amorphe et cristaux

• Dans un solide amorphe, les atomes, les ions ou les molécules sont liés de manière
désordonnée.
Exemple : Les verres sont des solides amorphes → .
Le verre pur a pour formule SiO2
Remarque : Les liquides sont amorphes.

• Dans un solide cristallin (cristal), les atomes, les ions ou les molécules sont
liés de manière ordonnée.
Exemple : Le quartz est un solide cristallin.
Sa formule est SiO2 →

État amorphe et état cristallin de SiO2 (représentation 2D)

BTS CPI1 – Physique-Chimie : Chapitre 5 : Cristaux métalliques 1/5


II. Modèle du cristal parfait
Le cristal parfait est un modèle idéal utilisé pour décrire les cristaux réels.
Une structure cristalline est constituée d’un réseau périodique dont les nœuds sont occupés par un
motif élémentaire
Exemple de structure cristalline à 2 dimensions

Réseau périodique : Structure géométrique qui se répète périodiquement dans trois directions différentes
de l’espace.

Nœud et base : Un nœud est un point du réseau dont la coordonnée est donnée par trois vecteurs
a⃗1 , a⃗2 et a⃗3 . Ces vecteurs permettent de passer d’un nœud à un autre : ils forment une base du réseau.

Motif élémentaire : Entité chimique située sur un nœud du réseau. C’est un ion, un atome ou une molécule.

Maille élémentaire : Plus petit volume du cristal qui permet de décrire la structure cristalline, par répétition
périodique dans les trois directions des vecteurs a⃗1 , a⃗2 et a⃗3 .

Maille conventionnelle : Maille choisie pour son aspect pratique. Ce n’est pas nécessairement une maille
élémentaire.
Différentes représentations d’une maille

Exercice : Ci-dessous, légender : motif, maille élémentaire du réseau, maille élémentaire du cristal,
nœud du réseau. Représenter trois vecteurs a⃗1 , a⃗2 et a⃗3 formant une base, sur la structure cristalline et
sur le réseau.

BTS CPI1 – Physique-Chimie : Chapitre 5 : Cristaux métalliques 2/5


III. Cristaux métalliques
1. Structures cristallines des métaux
Les métaux cristallisent généralement selon les 4 structures suivantes :
Type réseau Exemple Modèle compact Modèle éclaté

cubique
Polonium
simple (cs)

Métaux
cubique alcalins,
centré (cc) V, Cr,
Fe α (ferrite)

cubique faces Cu, Ag, Au,


centrées (cfc) Fe β

hexagonal
Mg, Sc, Ti, Zn
compact (hc)

Selon la température, les métaux possèdent des structures cristallines différentes : on parle de variétés
allotropiques.
Exemple : A température ambiante, à la pression atmosphérique, le fer a une structure cc (fer α).
Au delà de 770°C , sa structure devient cfc (fer β).

Remarque : L’étain (famille du carbone) cristallise selon la structure du diamant. Cependant, cela équivaut à
un réseau cs dont le motif élémentaire est constitué de deux atomes d’étains.

BTS CPI1 – Physique-Chimie : Chapitre 5 : Cristaux métalliques 3/5


2. Paramètres de mailles
Formulaire
MZ
Masse volumique ρ (en kg.m-3) en fonction des caractéristiques de la maille : ρ=
N AVm
• M : Masse molaire atomique, en kg.mol-1
• Z : nombre d’atomes dans la maille
• NA= 6,02×10 23 mol −1 : nombre d’Avogadro
• Vm : Volume de la maille, en m³
4 3
Volume occupée par les atomes dans la maille, en m3 : V at =Z × π R avec R : rayon de l’atome, en m.
3
V at
Compacité d’une maille : C= avec Vm : volume d’une maille
Vm

Structure cs cc cfc hc

Maille
conventionnelle

Nombre Z d’atomes
par maille
1 2 4 2
Tangence des atomes La diagonale du La diagonale d’une L’arête d’un
L’arête du cube
selon ... cube face hexagone
Lien entre rayon R de
l’atome et paramètre a = 2R a √ 3=4 R a √ 2=4 R a = 2R
de maille a

Volume Vm d’une
maille a
3
√2

4 3 4 3 4 3
1× π R = 1× π R = 1× π R =
Volume Vat occupé par 3 3 3
les atomes dans la
π a3
maille 3

Formule de la π
compacité C 3 √2

Valeur de C 0,74

Formule de la masse
volumique ρ

BTS CPI1 – Physique-Chimie : Chapitre 5 : Cristaux métalliques 4/5


3. Conséquences à l’échelle macroscopique

Propriétés physiques des métaux


Elles sont dues à la nature de l’interaction métallique (électrons libres circulant au milieu du réseau cristallin
formé par les cations). Il s’agit de :
• la cohésion des métaux
• leur malléabilité
• leur ductilité
• leur conductivité électrique et leur conductivité thermique

Propriété chimiques
Rappel : Une oxydation correspond à une perte d’électrons au profit de l’espèce oxydante.
De nombreux métaux sont oxydables. Certains métaux (or, platine) sont très peu oxydables.

1. Oxydation lente par le dioxygène contenu dans l’air ou dissous dans l’eau
Exemple : Formation de la rouille par oxydation lente du fer.
La rouille est un mélange qui sera finalement constitué d’oxyde de fer III (Fe 2O3).
Le bilan de cette réaction en plusieurs étapes s’écrit :

La rouille est un matériau poreux : l’eau et le dioxygène peuvent poursuive l’oxydation du fer jusqu’à sa
transformation totale en Fe2O3.
Exemple :Oxydation lente du cuivre (formation d’une couche d’oxyde de cuivre, le « vert-de-gris »).

Le vert-de-gris (CuO) est imperméable. La couche qu’il forme sur le cuivre ou l’alliage cuivreux protège le
métal contre la poursuite de l’oxydation.
2. Oxydation par les acides
• Exemple : Oxydation du fer par l’acide chlorhydrique.
Les ions H+ apportés par l’acide chlorhydrique oxydent le fer. Les ions H + sont réduits et deviennent du H2.

Exemple : Oxydation du cuivre par l’acide nitrique.


Le cuivre n’est pas attaqué par l’acide chlorhydrique. Mais il peut être oxydé par l’acide nitrique.

3. Combustion des métaux


Il s’agit d’une oxydation par le dioxygène. Elle est rapide et très exothermique.
Exemple : Combustion du fer

BTS CPI1 – Physique-Chimie : Chapitre 5 : Cristaux métalliques 5/5