Vous êtes sur la page 1sur 3

Etude  de  la  langue  :  l’apposition.

 
 
Aujourd’hui  je  vous  propose  de  découvrir  une  nouvelle  notion  :  l’apposition.  
 
1.  Révisions  :  les  expansions  du  nom  
 
L’apposition  fait  partie  des  expansions  du  nom,  c’est-­‐à-­‐dire  de  ces  mots  ou  groupes  de  mots  qu’on  
peut  ajouter  un  nom  pour  l’enrichir,  lui  apporter  des  informations  supplémentaires.    
 
1/  Vous  connaissez  déjà  l’épithète,  qui  se  place  directement  à  côté  du  nom,  sans  virgule.  
 
Exemple  :  le  petit  garçon.  
 
2/  Vous  connaissez  également  le  complément  du  nom,  qui  se  présente  souvent  sous  la  forme  d’un  
groupe  nominal  prépositionnel,  c’est-­‐à-­‐dire  un  groupe  nominal  introduit  par  une  préposition.  
 
Exemple  :  le  chien  de  Marie.    
Dans  cet  exemple  de  Marie  et  le  complément  du  nom  chien.  
 
3/   Vous   avez   aussi,   cette   année,   découvert   la   proposition   subordonnée   relative,   qui   complète   le  
nom  à  côté  duquel  elle  est  placée.  
 
Exemple   :   le   chien   qui   m’a   mordu.   Dans   cet   exemple,   la   proposition   «   qui   m’a   mordu   »   est   une  
expansion  du  nom  chien.  C’est-­‐à-­‐dire  qu’elle  apporte  une  information  supplémentaire  au  nom  chien.  
 
2.  L’apposition  
 
Observez  maintenant  ces  deux  énoncés  :  
1.  Étienne,  inquiet,  regarde  sa  montre.    
2.  L’écrivain  Boris  Vian  est  mon  auteur  préféré.  
 
Dans  cette  phrase,  les  mots  ou  groupes  de  mots  soulignés  entretiennent  un  rapport  d’identité  avec  
le  nom  à  côté  duquel  ils  sont  placés.  Je  peux  dire  :    
Étienne  =  inquiet  ;       Écrivain  =  Boris  Vian.  
 
Le   cas   le   plus   courant   d’apposition,   que   vous   utilisez   très   souvent   à   l’écrit,   c’est   celui   de   l’exemple  
numéro   un.   Dans   cet   exemple,   l’adjectif   «   inquiet   »   est  détaché   du   nom   auquel   il   se   rapporte   par  
une  virgule.  
 
Dans  le  deuxième  exemple,  le  nom  propre  Boris  Vian  est  placé  à  côté  du  nom  «  écrivain  ».  Ce  cas  est  
plus  rare,  mais  il  s’emploie  dans  des  expressions  extrêmement  courantes.  
 
L’apposition  peut-­‐être  un  groupe  de  mots  plus  ou  moins  importants,  appartenant  à  diverses  classes  
grammaticales.  Dans  les  exemples  qui  suivent,  j’ai  mis  en  gras  le  noyau  de  l’apposition  soulignée.  
Exemples  :  
 
 Groupe   adjectival   :   Cette   maison,   construite   au   dix-­‐neuvième   siècle,   est   conçue   pour  
accueillir  une  famille  nombreuse.  
 
 Groupe   nominal   :   Léo,   élève   qui   a   toujours   été   très   curieux,   ne   pose   plus   de   questions   en  
cours  depuis  quelques  temps.  
 
 Participe  présent  :  Riant  aux  éclats,  Pierre  s’amusait.  
 
 Infinitif  ou  groupe  infinitif  :  Jean  a  une  passion,  jouer  aux  jeux  vidéo.  
 
 Pronom  :  Martin,  lui,  n’aime  pas  du  tout  les  écrans.  
 

ATTENTION  !  
L’apposition   accolée   au   nom   peut   parfois   être   introduite   par   une   préposition.   On   évitera   alors   de  
confondre  l’apposition  avec  le  complément  du  nom  (voir  encadré  de  révision  ci-­‐dessus).    
 
Apposition  :   Complément  du  nom  :  
Exemple  :  la  ville  de  Lyon.               Exemple  :  Le  chien  de  Marie.    
→  ville  =  Lyon   →  Marie  ≠  chien  

3.  Exercices  d’application  
À  faire  dans  en  recopiant  les  phrases  dans  vos  cahiers.  
 
1.  Créez  des  appositions  qui  pourraient  convenir  aux  mots  soulignés.  Placez  vos  appositions  avant  
ou  après  le  GN.  
a.  Joséphine  a  trois  ans.    
b.  La  voiture  de  Jérôme  est  écologique.  
c.  Les  marcheurs  décidèrent  de  s’arrêter  quelques  minutes  pour  reprendre  leur  souffle.  
d.  Joan  est  absente  aujourd’hui.    
e.  Mon  cousin  est  entré  au  lycée.  
 
2.  Soulignez  les  appositions  et  faites  une  flèche  vers  le  nom  qu’elles  complètent.  
a.  L’artiste,  à  la  fois  anxieux  et  impatient,  allez  monter  sur  scène.  
b.  Le  public,  lui,  avait  atteint  d’assister  à  son  spectacle.  
c.Ému,  les  parents  de  l’artiste  étaient  parmi  le  public,  ce  soir-­‐là.  
d.L’artiste  ça  trop  allait  jouer  une  pièce  de  Molière,  le  malade  imaginaire.  
e.  Le  public,  riant  aux  répliques  les  plus  comiques,  appréciait  le  spectacle.  
 
3.  Soulignez  les  appositions  et  donnez  leurs  classes  grammaticales.  
a.  Au  début  du  vingtième  siècle,  le  cubisme,  mouvement  d’avant-­‐garde,  apparaît.  
b.  Le  cinéma,  lui,  commence  à  devenir  populaire.  
c.  Heureuses  et  insouciantes,  ces  années  d’entre-­‐deux-­‐guerres  sont  nommées  «  les  années  folles  ».  
d.  Les  femmes,  portant  les  cheveux  courts,  adopte  des  tenues  qui  libèrent  leur  corps.  
e.  La  Ville  de  Paris  rassemble  des  artistes  du  monde  entier.  
 
4.  Dites  si  les  groupes  soulignés  sont  des  appositions.  
a.  Sous  la  voûte  étoilée,  le  renard,  animal  nocturne  et  solitaire,  avance  à  pas  de  velours.  
b.  Dans  la  nuit  sans  lune,  perché  sur  une  branche,  la  chouette  hulule.  
c.  Une  douce  brise,  fraîche  et  parfumée,  rafraîchi  l’atmosphère  de  cette  nuit  de  printemps.  
d.   Galopant   dans   les   hautes   herbes,   les   chevaux   sauvages   se   souciaient   ni   les   hommes   ni   des  
troupeaux  broutant  dans  la  plaine.  
 
5.  Classez  les  adjectifs  en  bleu  en  trois  colonnes  :  épithète,  apposition  et  attribut.  
A.  Les  lettres  de  Poilus,  longues  ou  parfois  courtes,  racontent  la  vie  quotidienne  des  soldats.  
B.  Affamés  et  transis  de  froid,  ils  étaient  heureux  de  trouver  des  lettres  de  leurs  proches  après  les  
durs  combats.  
C.  Avec  les  précieuses  lettres,  arrivaient  parfois  des  colis,  garnis  de  leurs  friandises  favorites.  
D.  Les  lettres  étaient  pour  eux  un  moyen  essentiel  de  s’évader  de  leur  misérable  vie  de  soldat.