Vous êtes sur la page 1sur 41

MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE

FRANÇAIS
3e
Livret de cours
Rédaction
Blandine Bihorel
Amandine Lasnon
Frédéric Nottebaert
Fabienne Frérot

Coordination
Élise Bozec-Baret

Expertise pédagogique
François Didier (IA-IPR de lettres)

Enregistrement
Mallorie Villain
Elizabeth Masse
Didier Douet
Marie Lescure
René Defossez

Relecture
Amandine Jacquot

Les cours du CNED sont strictement réservés à l’usage privé de leurs destinataires et ne sont pas destinés à une utilisation collective.
Les personnes qui s’en serviraient pour d’autres usages, qui en feraient une reproduction intégrale ou partielle, une traduction sans
le consentement du CNED, s’exposeraient à des poursuites judiciaires et aux sanctions pénales prévues par le Code de la propriété
intellectuelle. Les reproductions par reprographie de livres et de périodiques protégés contenues dans cet ouvrage sont effectuées
par le CNED avec l’autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie (20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris).
CNED, 2 Boulevard Nicéphore Niépce, 86360 Chasseneuil-du-Poitou
© CNED 2018 4 - F R 3 1 - T E - PA - 0 1 - 1 9
Sommaire
général
Livret 1
Séquence 1
Découvrir des paysages poétiques et picturaux :
du Romantisme à nos jours
Découvrir un paysage lyrique - Distinguer connotation et dénotation
- Lire un paysage romantique - Lire un paysage intérieur - Connaître
l’attribut du C.O.D. - Découvrir des paysages au-delà des apparences
- Réviser les accords du participe passé - Explorer des paysages revisités -
Étudier les reprises anaphoriques

Séquence 2
Lire un récit d’adolescence : L’Ami retrouvé de Fred Uhlman (1)
Lire les premières pages du livre - Lire une scène de rencontre - Exprimer
ses souvenirs d’enfance avec émotion - Épanouissement de l’amitié -
Comparer les premières de couverture

Séquence 3
Lire un récit d’adolescence : L’Ami retrouvé de Fred Uhlman (2)
Désillusion - Un climat tendu - Histoire des Arts : la propagande nazie -
Rencontrer l’auteur - Écrire une lettre - Comprendre le sens du titre L’Ami
retrouvé

Séquence 4
La poésie engagée
S’engager pour résister - S’engager pour le souvenir - Connaître l’épreuve
du D.N.B. - S’engager pour l’environnement - Le participe présent et
l’adjectif verbal - Défendre une idée - S’engager pour un peuple - Les
différentes classes grammaticales du mot que

Séquence 5
Partager des combats d’artistes : du XVIe siècle à aujourd’hui
Lire une satire de l’aristocratie - Lire une critique de la Justice - Découvrir
des images engagées - Lire une dénonciation de l’esclavage - Différencier les
homophones distingués par l’accent - Connaître un écrivain engagé - Réfléchir à
un thème d’actualité

Annexes
Tableaux de conjugaison – Quelques règles d’orthographe –
Glossaire

2 — © Cned, Français 3e
Livret 2
Séquence 6
Lire un apologue : La Ferme des animaux de George Orwell
Lire une péroraison révolutionnaire - Le soulèvement - Le subjonctif : conjugaison
et emploi - Comprendre une dénonciation de la tyrannie - Savoir utiliser les outils
de l’argumentation - Comprendre une satire politique - Lire un récit en boucle -
Une fable aux résonances historiques

Séquence 7
Découvrir comment l’engagement peut se manifester
Montrer son engagement - Chanter pour dénoncer et argumenter
- La lettre ouverte pour dénoncer… - Le participe passé des verbes
pronominaux - Dénoncer le racisme et la discrimination dans les textes
et les images - Le participe passé des verbes impersonnels et le participe
passé suivi d’un infinitif

Séquence 8
Lire Antigone de Jean Anouilh (1)
Étudier le prologue d’Antigone - Analyser l’invention d’un nouveau
personnage : la nourrice - Étudier l’opposition de deux personnages
: Antigone et Ismène - Comprendre l’enjeu d’une scène : les adieux
à Hémon - Étude de l’image : comparaison de différentes mises en
scène

Séquence 9
Lire Antigone de Jean Anouilh (2)
Étudier la justification religieuse d’Antigone : Antigone face à Créon (1) - Identifier
une stratégie argumentative : Antigone face à Créon (2) - Repérer un tournant
dans la pièce : Antigone face à Créon (3) - Analyser la relation Créon / Hémon
- Comprendre l’enjeu d’une scène : Antigone et le garde - Étudier une fin
pathétique - Analyser les caractéristiques de la tragédie selon Jean Anouilh

Séquence 10
Les poètes : voyageurs de la modernité
Découvrir une forme poétique nouvelle : le calligramme - Étudier un poème en
vers libres - Analyser un poème de la modernité - Étudier un poème en prose -
Découvrir le regard du poète sur une ville moderne

Annexes
Tableaux de conjugaison – Quelques règles d’orthographe –
Glossaire

© Cned, Français 3e — 3
CONSEILS
Bonjour et bienvenue en 3e !
Tu es certainement heureux/heureuse d’entrer en 3e, dernière année du collège, mais tu ressens
sûrement aussi une légère appréhension, car tu sais que la classe de 3e est une classe importante,
puisqu’elle a un double objectif :
- te préparer à obtenir le DNB (Diplôme National du Brevet),
- te permettre de poursuivre ta scolarité dans les meilleures conditions possibles, que ce soit en
seconde générale ou professionnelle.

C’est vrai, mais ne t’inquiète pas : les cours du Cned sont conçus pour te mettre en position
de réussite. Ils vont te permettre d’approfondir tes connaissances acquises dans les classes
précédentes, en te proposant des révisions, et d’assimiler des notions nouvelles.

Dans ce cours de français, l’enseignement de l’orthographe a pour référence les rectifications


orthographiques publiées par le Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990.
Cependant, l’ancienne orthographe reste utilisée et admise et ne peut donc être considérée comme
fautive.

Tu dois te procurer au plus vite les trois œuvres intégrales que nous étudierons cette année :
- L’Ami retrouvé, de Fred Uhlman,
- La Ferme des animaux, de George Orwell,
- Antigone, de Jean Anouilh, dans l’édition de la Table Ronde d’avril 2012 (ISBN 978-2-7103-
3040-0) ou ultérieure (ISBN 978-2-7103-8141-9).

Tu n’es pas obligé(e) d’acheter ces œuvres : tu peux les emprunter dans une bibliothèque, mais il
faut que tu les lises et que tu les aies à ta disposition quand tu feras les séquences qui te seront
proposées dans ce cours.

Tu aborderas aussi plusieurs thématiques à travers des groupements de textes : la notion


d’engagement dans la poésie et les images, la modernité, le pouvoir…

L’objectif principal de cette année est que tu élargisses ta culture générale et que tu aies
l’opportunité de réfléchir au regard que la littérature apporte sur le monde dans lequel tu vis.
En améliorant ta compréhension des textes, tu en écriras toi-même de plus riches et apprendras
à mieux assimiler le fonctionnement de ta langue. Ainsi, au fil des séquences, tu t’entraîneras à
l’épreuve de Français du diplôme national du Brevet (DNB) sans toujours t’en rendre compte !

Tu pourras aussi approfondir tes connaissances en Histoire des Arts puisque certaines séances
abordent les relations entre le texte et l’image.

Tu devras lire au moins trois œuvres en lecture cursive (c’est-à-dire tout seul). En début de
séquence, nous te proposons des choix de livres.

4 — © Cned, Français 3e
Voici maintenant quelques conseils pour faciliter l’organisation de ton travail :

Ton matériel

llège, cycle d’orientation Collège, cycle d’orientation


RANÇAIS 3e FRANÇAIS 3e
URS 1 CORRIGÉS 1

Collège, cycle d’orientation

Blandine Bihorel - Amandine Lasnon - Fabienne Frérot - Frédéric Nottebaert Collège, cycle d’orientation

FRANÇAIS 3e
Blandine Bihorel - Amandine Lasnon - Fabienne Frérot - Frédéric Nottebaert

FRANÇAIS 3e

COURS 1 CORRIGÉS 1
trouvez la liste de nos formations sur www.cned.fr Retrouvez la liste de nos formations sur www.cned.fr
ur plus d’informations, appelez le 05 49 49 94 94 Pour plus d’informations, appelez le 05 49 49 94 94
lundi au vendredi, 8h30-18h. Du lundi au vendredi, 8h30-18h.
ût d’une communication ordinaire. Coût d’une communication ordinaire.

* *31884* www.cned.fr
www.cned.fr

4 FR31 TE PA 01 16 4 FR31 TE PA 61 16

Deux livrets de cours Un livret de corrigés un CD

Tu as également reçu un accès à ton espace inscrit sur le site internet du CNED. Tu y
trouveras des séances et exercices numériques interractifs complémentaires.

Tu dois acheter :
- un cahier de leçons, grands ou petits carreaux, format 21 x 29,7 cm, dans lequel tu recopieras
tous les encadrés Je retiens que tu rencontreras dans les séquences.
- un cahier, grands ou petits carreaux, format au choix, dans lequel tu effectueras les exercices.
- Des crayons de couleurs, des stylos (noir, bleu, rouge, vert), un crayon à papier, une gomme,
une règle, des surligneurs (jaune, vert).
Tu dois avoir en permanence un dictionnaire de français à ta disposition.

L’organisation de ton travail


Chacune des 10 séquences comprend des séances (de 1 à 10) d’une durée approximative et
variable, indiquée en début de séance. Cette indication doit te permettre d’organiser ton temps. Tu
dois consacrer au moins 4 heures par semaine au français.
À la fin de chaque séquence, tu vérifieras tes connaissances au cours de la séance « J’évalue mes
connaissances ».
Effectue les activités qui te sont proposées dans l’ordre du cours : c’est très important.
N’hésite pas à relire ce que les cours viennent de te faire découvrir.
Prends enfin le temps de les mémoriser.
Suis les instructions du cours pas à pas, apprends les leçons, fais les exercices, corrige tes erreurs.
N’oublie pas de consulter ton espace inscrit pour effectuer les exercices interractifs liés à chaque
séquence.
En fin de chaque livret de cours, tu trouveras :
- des tableaux de conjugaison,
- des règles d’orthographe,
- un glossaire des principales notions abordées dans le cours.
Lecture personnelle
Des idées lecture te sont données au début de chaque séquence, dans la rubrique : « Je peux lire
aussi… ». Au cours de l’année, lis trois de ces oeuvre au minimum.

© Cned, Français 3e — 5
PRÉFACE
Comme tous les cours du CNED pour le collège, celui-ci a été élaboré par des professeurs en
exercice qui adaptent les séquences qu’ils construisent pour leurs élèves et utilisent dans leurs
classes aux conditions de l’enseignement à distance dans l’esprit des nouveaux programmes de
2016.
Les dix séquences du cours de 3e permettent ainsi d’aborder l’ensemble du programme de
français dans toutes ses dimensions : en proposant des œuvres littéraires poétiques, théâtrales
ou romanesques en lien avec les thématiques du programme ; en articulant étroitement les
activités de lecture et d’écriture ; en faisant découvrir au fil des séquences les notions de langue :
orthographe, grammaire et lexique ; en offrant des ouvertures sur le monde des médias et d’autres
formes d’expression artistique. L’ensemble du travail proposé en français concourt à développer
les compétences du nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture, que
tout élève doit acquérir au cours de sa scolarité au collège. Il ne s’agit pas de contenus spécifiques
ou de travaux différents, mais de l’identification des connaissances, des compétences et des
contenus culturels que l’enseignement du français permet d’acquérir en relation et en cohérence
avec les autres disciplines.
Depuis le début du cycle 4, les apprentissages font l’objet d’une attention particulière, car il ne
suffit pas de lire des textes ou de faire des exercices, il faut aussi « apprendre » en français : des
règles d’orthographe et de grammaire, du vocabulaire et des notions littéraires qui permettent
une approche réfléchie des textes littéraires pour mieux percevoir les effets de sens et leurs enjeux.
Ces connaissances servent aussi à développer la qualité et la richesse de l’expression écrite. Dans
cet esprit, toutes les notions sont précisées à mesure qu’elles sont rencontrées dans les séquences,
elles sont systématiquement réinvesties dans des exercices ou un travail d’écriture, répondant ainsi
aux perspectives du programme d’articuler l’enseignement de la langue et de la grammaire au
développement des compétences de lecture, de la maîtrise de l’orthographe et de la réflexion sur la
langue.
La classe de 3e étant la dernière du cycle 4, l’ensemble des points de langue et des notions du cycle
fait l’objet d’une présentation détaillée, dans un document accessible en ligne (rubrique « Autres
documents » du cours de français) qui récapitule les « essentiels » du cours de français au collège.
Les séquences du cours sont construites à partir des entrées thématiques du nouveau programme
qui « présentent la lecture et la littérature comme des ouvertures sur le monde qui nous entoure, des suggestions
de réponse aux questions que se pose l’être humain » et conduisent l’élève à considérer les textes étudiés
comme « une invitation à la réflexion ». En troisième, ces « entrées » orientent la réflexion vers un
approfondissement du regard sur soi, par l’étude de l’autobiographie, vers une interrogation
critique de la société par la découverte de la littérature engagée, et enfin vers une ouverture sur les
différentes visions poétiques du monde. Le « questionnement complémentaire » choisi complète
la réflexion sur la critique de la société et l’engagement par l’étude d’Antigone de Jean Anouilh. Ces
séquences proposent donc des lectures variées puisées dans toutes les ressources recommandées
par les programmes : littérature patrimoniale française, littérature contemporaine, mais aussi les
littératures antiques ou étrangères, la littérature de jeunesse ainsi que des textes non littéraires
de natures et de fonction variées. Les textes proposés sont parfois volontairement longs afin de
développer les compétences de lecture des élèves et de présenter un sens plus riche. L’étude des
œuvres intégrales favorise la lecture des livres entiers par l’élève, même si le livret de cours se
contente d’en présenter de larges extraits accompagnés de résumés. Les œuvres choisies : L’Ami
retrouvé, de Fred Uhlman ; La Ferme des animaux de George Orwell ; et Antigone de Jean Anouilh, sont
accessibles pour les élèves de 3e et peuvent être trouvées aisément.

6 — © Cned, Français 3e
Enfin, on ne saurait trop conseiller à l’élève de suivre les propositions de lectures complémentaires
d’œuvres de « littérature de jeunesse », qu’il peut emprunter à une bibliothèque ou acheter dans
des collections de poche. Les programmes recommandent en effet de lire au moins trois livres par
an en autonomie, en plus des trois œuvres étudiées dans l’année.
Dans l’esprit des nouveaux programmes qui s’articulent avec le socle commun de connaissances,
de compétences et de culture, le questionnement qui accompagne les lectures s’attache à
concerner ces trois domaines fondamentaux. Tout en favorisant l’acquisition de certaines
connaissances, il vise à préciser les significations des textes afin d’aider l’élève à mieux comprendre
ce qu’il lit et à lui faire percevoir certaines caractéristiques ou particularités qui sont étudiées dans
le cadre de la séquence. Il ne s’agit évidemment pas de prétendre expliquer toutes les richesses des
textes littéraires, mais de permettre à de jeunes élèves de 3e d’en saisir l’essentiel et d’en apprécier
les qualités afin de nourrir leur culture et de développer leur goût et leur intérêt pour la lecture.
L’épreuve du brevet des collèges, qui s’articulera à partir de 2017 à l’épreuve d’histoire géographie,
enseignement moral et civique mais conservera ses exercices propres, est préparée tout au long
de la scolarité au collège par la lecture et l’étude des textes et des œuvres et par les différents
exercices écrits pratiqués : questionnement des textes, dictées, travaux de rédaction sur des sujets
d’invention ou de réflexion en lien avec les lectures effectuées dans la séquence.
Portant sur un texte en lien avec le sujet de l’épreuve d’histoire et géographie, enseignement moral
et civique, la première partie de l’épreuve propose un questionnement limité comprenant des
questions appelant soit des réponses brèves, pouvant prendre la forme de Q.C.M (questionnaire
à choix multiples), soit des réponses plus développées. Ce dernier type de question peut porter
sur la compréhension globale du texte ou l’analyse de certains passages, peut solliciter la réaction
personnelle du candidat qui est invité à proposer un point de vue ou un jugement personnel, et
peut aussi demander de mettre en relation le texte avec ses lectures et sa culture.
La deuxième partie de l’épreuve évalue tout d’abord la maîtrise de la langue par une dictée suivie
de la réécriture d’un court texte qui tient compte de la modification demandée. Ensuite, un
travail d’écriture est proposé à partir de deux sujets au choix : pour le premier type de sujet, le
sujet d’invention, sa formulation et sa mise en relation avec le texte faisant l’objet des questions
devraient permettre à l’élève de suivre les consignes d’écriture pour produire un écrit d’une
soixantaine de lignes s’inscrivant dans un genre littéraire du programme, en s’assurant de sa
cohérence et en respectant les principales normes de la langue écrite. Pour le second type de sujet,
le sujet de réflexion, il s’agit de développer cette réflexion en défendant une opinion dans un texte
correct d’une soixantaine de lignes.

Nous espérons que ce cours aide les élèves qui l’utilisent à faire des progrès en français, par
l’acquisition de connaissances solides et par l’amélioration de leurs compétences de lecture
et d’écriture, afin qu’ils obtiennent de bons résultats aux épreuves de français du brevet et
poursuivent leur scolarité. Tout en nous efforçant d’éveiller leur curiosité pour le monde qui les
entoure et de nourrir leur réflexion, nous serions aussi heureux d’avoir réussi à développer leur goût
pour la lecture, la littérature et les arts, formateurs pour la personnalité et porteurs des grandes
valeurs humanistes.

François Didier, IA IPR de Lettres

© Cned, Français 3e — 7
Compétences travaillées en français au cycle 4
Bulletin officiel n°30 du 26 juillet 2018

Comprendre et s’exprimer à l’oral


• Comprendre et interpréter des messages et des discours oraux complexes.
• S’exprimer de façon maitrisée en s’adressant à un auditoire.
• Participer de façon constructive à des échanges oraux.
• Exploiter les ressources expressives et créatives de la parole.

Domaines du socle : 1, 2, 3

Lire
• Contrôler sa compréhension, devenir un lecteur autonome.
• Lire des textes littéraires, des images, des documents composites (y compris numériques) et des
textes non littéraires.
• Lire des œuvres littéraires, fréquenter des œuvres d’art.
• Élaborer une interprétation de textes littéraires.

Domaines du socle : 1, 5

Écrire
• Exploiter les principales fonctions de l’écrit.
• Adopter des stratégies et des procédures d’écriture efficaces.
• Exploiter des lectures pour enrichir son écrit.
• Passer du recours intuitif à l’argumentation à un usage plus maitrisé.

Domaine du socle : 1

Comprendre le fonctionnement de la langue


• Connaitre les différences entre l’oral et l’écrit.
• Analyser le fonctionnement de la phrase simple et de la phrase complexe.
• Consolider l’orthographe lexicale et grammaticale.
• Enrichir et structurer le lexique.
• Construire les notions permettant l’analyse et l’élaboration des textes et des discours.

Domaines du socle : 1, 2

Acquérir des éléments de culture littéraire et artistique


• Mobiliser des références culturelles pour interpréter les textes et les productions artistiques et
littéraires et pour enrichir son expression personnelle.
• Établir des liens entre des productions littéraires et artistiques issues de cultures et d’époques
diverses.

Domaines du socle : 1, 5

8 — © Cned, Français 3e
REGARDER LE MONDE, INVENTER LE MONDE
Visions poétiques du monde

Séquence 1
Découvrir des paysages poétiques et picturaux :
du Romantisme à nos jours.
Durée approximative : 12 heures
Cette séquence 1 s’inscrit dans une des entrées du cycle 4 : REGARDER LE MONDE, INVENTER
DES MONDES. Cette année, nous allons aborder ce thème en étudiant des visions poétiques du
monde. Il s’agit, à travers des lectures variées, de montrer comment, au fil des siècles, le langage
poétique évolue pour décrire le monde qui nous entoure. Parallèlement, nous verrons que les peintres
eux-aussi renouvellent leur perception du monde.
Au cours de cette séquence, nous aurons l’occasion de découvrir des poètes qui ont su séduire le lecteur à
travers une écriture souvent très personnelle. Alphonse de Lamartine, Victor Hugo, Charles Baudelaire,
Paul Verlaine et Arthur Rimbaud sont des figures essentielles de la poésie du XIXe siècle comme le sont
Max Jacob, Yves Bonnefoy et Henri Michaux, un siècle plus tard. Les paysages évoqués par chacun d’eux
étonnent par leur diversité. On passe d’une Nature refuge à une Nature dominatrice. On vit le paysage
à travers une femme, à travers les sens et enfin à travers les mots si bien choisis.
Par conséquent, ces textes nous permettent de réfléchir au rôle de la poésie qui n’est pas seulement
d’exprimer des sentiments personnels. Elle nous oblige à percevoir autrement le monde qui nous
entoure, à le vivre plus intensément.
Parallèlement, nous découvrirons des peintres qui, eux aussi, ont choisi le paysage comme sujet.
Comme les poètes, leurs tableaux témoignent d’une évolution remarquable : l’artiste s’est éloigné d’une
représentation fidèle de la réalité pour privilégier des paysages plus personnels. Il ne s’agit plus de
peindre le monde tel qu’il est mais tel que le peintre le perçoit.
Nous n’avons plus qu’à te souhaiter un bon voyage à travers la lecture de ces poèmes si riches et de ces
tableaux si évocateurs !
Prends maintenant ton cahier. En haut d’une nouvelle page, recopie en rouge le numéro et le titre de la
séquence. Encadre-les.

© Cned, Français 3e — 9
Sommaire
Séance 1 Découvrir un paysage lyrique

Séance 2 Distinguer connotation et dénotation

Séance 3 Lire un paysage romantique

Séance 4 Lire un paysage intérieur

Séance 5 Connaître l’attribut du C.O.D.

Séance 6 Découvrir des paysages au-delà des apparences

Séance 7 Réviser les accords du participe passé

Séance 8 Explorer des paysages revisités

Séance 9 Étudier les reprises anaphoriques

Séance 10 Je m’évalue

« Je peux lire aussi »

S. Cohen-Scali, Arthur Rimbaud : le voleur de feu, livre de


poche, 2014
C. Janisson, Les p’tites récitations de notre enfance, First
Editions, 2013
G. Pompidou, Anthologie de la poésie française, livre de
poche, 1974
© Cned/ N. Julo

10 — © Cned, Français 3e
séance 1 — Séquence 1

Séance 1
Découvrir un paysage lyrique

Durée : 1 h 30
Dans cette première séance, tu vas lire un poème lyrique. Il te rappellera les textes que tu as pu
découvrir en quatrième sur le thème « dire l’amour ».

Prends ton cahier. Note le numéro et le titre de la séance en rouge. Souligne-les. Fais ensuite le travail
demandé.

Lis attentivement le poème suivant et réponds aux questions. Écoute également la lecture de ce poème à
la piste 1 de ton CD.

Le Vallon

Mon cœur, lassé1 de tout, même de l’espérance,


N’ira plus de ses vœux importuner le sort ;
Prêtez-moi seulement, vallon de mon enfance,
Un asile d’un jour pour attendre la mort.

5 Voici l’étroit sentier de l’obscure vallée :


Du flanc de ces coteaux pendent des bois épais,
Qui, courbant sur mon front leur ombre entremêlée,
Me couvrent tout entier de silence et de paix.

Là, deux ruisseaux cachés sous des ponts de verdure


10 Tracent en serpentant les contours du vallon ;
Ils mêlent un moment leur onde2 et leur murmure,
Et non loin de leur source ils se perdent sans nom.

La source de mes jours comme eux s’est écoulée ;


Elle a passé sans bruit, sans nom et sans retour :
15 Mais leur onde est limpide3, et mon âme troublée
N’aura pas réfléchi4 les clartés d’un beau jour.

La fraîcheur de leurs lits, l’ombre qui les couronne,


M’enchaînent tout le jour sur les bords des ruisseaux,
Comme un enfant bercé par un chant monotone,
20 Mon âme s’assoupit au murmure des eaux.

Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques, 1820.


Notes :
1. « lassé » : fatigué.
2. « onde » : en poésie, l’eau.
3. « limpide » : transparente, pure.
4. « réfléchi » : reflété.

© Cned, Français 3e — 11
Séquence 1 — séance 1

j e sais déjà

A Dire la poésie
1- Pour vérifier que ce poème est écrit de manière conforme aux règles de versification qui te
sont rappelées dans le « Je sais déjà » ci-dessus, complète le texte suivant à l’aide des mots
proposés : douze - quatrains – musicalité - alexandrins – croisées.

Cet extrait de « Le Vallon » est composé de cinq ..................................... . Dans chacun, les
rimes sont ..................................... . Les vers sont des ..................................... puisqu’ils
possèdent chacun ..................................... syllabes. Ils apportent de la
..................................... au texte.

2- a) Complète le schéma ci-dessous :

Voici l’étroit sentier // de l’obscure vallée

1er h _ _ _ _ _ _ _ _ _ 2e h _ _ _ _ _ _ _ _ _

c_____

b) Entraîne-toi à lire les vers suivants en respectant la césure et les coupes indiquées :

Voi/ci/ l’é/troit/ sen/tier// de/ l’ob/scu/re/ val/lée :

Du/ flanc/ de /ces /co/teaux// pen/dent /des/ bois/ é/pais,

Qui,/ cour/bant/ sur/ mon/ front// leur/ ombr(e)/ en/tre/mê/lée,

Me/ cou/vrent/ tout /en/tier// de/ si/len/c(e) et/ de/ paix.

12 — © Cned, Français 3e
séance 1 — Séquence 1

j e retiens
Dire la poésie
•O  n ne prononce pas les syllabes d’un vers comme on prononce les syllabes dans
le langage courant. Il y a donc certaines règles qu’il faut connaître pour prononcer
correctement les vers.
Pour s’aider, à l’écrit, on peut séparer chaque syllabe de l’autre par une barre oblique (/)
appelée la coupe.
• Le « e » à la fin d’un mot, est dit muet dans le langage courant, car il ne se prononce pas
: ce n’est pas toujours le cas en poésie. On a deux possibilités :
a) soit le « e » à la fin d’un mot est suivi d’un mot commençant par une consonne et il se
prononce. On met donc une coupe immédiatement après : Voi/ci/ l’é/troit/sen/tier// de/
l’ob/scu/re/ val/lée.
b) s oit le « e » à la fin d’un mot est suivi d’un mot commençant par une voyelle. Il ne
compte donc pas, et on ne met pas de coupe juste après ce « e », mais après la voyelle
qui suit : Me/ cou/vrent/ tout /en/tier// de/ si/len/c(e) et/ de/ paix.
c) L e « e » à la fin d’un vers ne compte jamais : Mon cœur, lassé de tout, même de l’espéranc(e).

B Comprendre le texte
1- À quelle personne est rédigé ce poème ? De qui s’agit-il ?
2- a) Relie chaque strophe au titre qui lui convient.

1ère strophe • • l’apaisement du poète


2 strophe
e
• • la vivacité des ruisseaux
3e strophe • • la nostalgie du poète
4 strophe
e
• • la prière du poète à la Nature
5e strophe • • un lieu protecteur
b) Que remarques-tu concernant l’effet que la Nature a sur le poète ? Coche la case qui
convient et cite le texte pour justifier ta réponse.
 La Nature inquiète le poète.
 La Nature est indifférente.
 La Nature réconforte le poète.
3- a) Quels sont les mots qui riment deux par deux dans la première strophe ?
b) Explique l’état d’esprit du poète dans cette strophe en t’aidant de l’association des
mots à la rime.
4- « La source de mes jours comme eux s’est écoulée ;
Elle a passé sans bruit, sans nom et sans retour » (v. 13-14)

a) Ces vers signifient que : b) Le poète est donc :


 la vie du poète est répétitive.  envieux.
 la vie du poète arrive à son terme.  irrité.
 La vie du poète est monotone.  nostalgique.

© Cned, Français 3e — 13
Séquence 1 — séance 1

5- Relis attentivement les deux derniers vers de la 5e strophe.

a) Quelle allitération (répétition d’un même son de consonne) trouve-t-on dans ces vers ?

b) Quel sentiment éprouvé par le poète est mis en valeur ?

 la peur  la quiétude  la joie

c) Quelle est l’image employée dans ces deux vers ? Explique-la.

6- a) Relis les vers 9-10. Que remarques-tu au sujet de leur construction ?

b) On appelle cette construction :

 une ellipse  un enjambement  une césure

c) Grâce à cette construction, le poète met en valeur :

 la puissance des ruisseaux  le mouvement, la vivacité des ruisseaux


 la fragilité des ruisseaux

7- Quel est l’élément naturel du vallon le plus présent dans ces vers ? À ton avis pourquoi ?

8- a) Montre, en citant un vers précis, que la Nature est personnifiée.

b) Quel rôle joue alors la Nature auprès du poète ?

Vérifie tes réponses dans le corrigé avant de lire et mémoriser le Je retiens suivant.

j e retiens
La poésie lyrique
Le plus souvent, la poésie lyrique fait entendre la voix du poète avec le pronom je.
Elle accorde une place importante à l’expression des émotions personnelles, des sensations
et des impressions. Les poètes abordent la douleur de l’absence, la mélancolie, la
nostalgie… Quels que soient leurs sentiments, les poètes
communiquent avec force ce qu’ils ressentent. L’expression de l’émotion compte autant que
l’émotion elle-même. Le lyrisme permet alors de célébrer la beauté de la langue.

Pour compléter ta lecture, un tableau t’attend. Découvre-le dans la partie suivante.

14 — © Cned, Français 3e
séance 1 — Séquence 1

C Promenade picturale

1- O
 bserve attentivement le tableau
ci-contre.

2- Quels liens peux-tu établir entre ce


tableau et le poème que tu as étudié ?

3- En t’inspirant de ce tableau d’Alfred


Sisley, imagine un quatrain en
alexandrins avec des rimes croisées.

Alfred Sisley, Le repos au bord ruisseau, 1872


© akg-images / Laurent Lecat

Lis maintenant un exemple de quatrain dans le corrigé. Tu peux ensuite découvrir le mouvement
impressionniste ci-dessous :

le coin des curieux

L’impressionnisme

Influencés par la révolution industrielle dans la deuxième moitié du XIXe siècle et par l’installation
définitive de la République, certains peintres révolutionnent l’art. Abandonnant une peinture
trop classique, ils s’intéressent à leur époque et puisent leurs sujets dans la vie quotidienne. Pour
eux, ce n’est pas le sujet qui compte mais la vision personnelle que l’artiste va en donner, le
climat qui s’en dégage.

© Cned, Français 3e — 15
Séquence 1 — séance 2

Séance 2
Distinguer dénotation et connotation

Durée : 1 heure

Comme tu as pu le remarquer au cours de la lecture du poème d’Alphonse de Lamartine, en poésie, les


mots peuvent prendre un sens particulier. On parle alors de « connotation ». Voici une nouvelle notion
que tu vas découvrir.

Prends ton cahier. Note le numéro et le titre de la séance en rouge. Souligne-les. Fais ensuite le travail
demandé.

A Observer pour comprendre


Lis attentivement ces deux vers et réponds aux questions.

a) « Et non loin de leur source [les ruisseaux] se perdent sans nom. »

b) « La source de mes jours comme eux s’est écoulée. »

1- Dans quel vers parle-t-on de l’endroit où l’eau sort de terre ?

2- Quel emploi du mot « source » pourrait être remplacé par le mot « origine » ?

Vérifie tes réponses dans le corrigé et apprends le « Je retiens » qui suit avant de faire les exercices
d’application.

j e retiens
Connotation et dénotation
• On nomme dénotation le sens premier d’un mot ou d’une expression.
Ex : La Lune est un astre qui brille dans la nuit.
• La (ou les) connotation(s) regroupe(nt) les idées, les jugements, les opinions associés à
un mot.
Ex : Il me promet la lune ! (La lune connote ici l’éloignement, l’inaccessibilité).
• La connotation peut être péjorative ou méliorative.
Ex : Cet enfant est sans cesse dans la lune (la lune est associée à la rêverie et la connotation
est plutôt péjorative).
RAPPEL :
Les termes péjoratif et mélioratif ont été vus en 4e.
Selon le terme employé, une description subjective peut être :
- péjorative (dévalorisante) : Cette croûte est hors de prix.
- méliorative (valorisante) : Cette toile de maître est d’une valeur inestimable.
• Une image peut aussi comporter des éléments dénotés et connotés.
C’est en particulier le cas des images publicitaires : une plage de sable blanc et des palmiers
(dénotation) évoquent tout de suite des vacances paradisiaques (connotation).

16 — © Cned, Français 3e
séance 2 — Séquence 1

B Appliquer
1- Comprendre la connotation d’une publicité :
a) Observe cette publicité créée par une association et remplis les cadres en cherchant ce
que les différents éléments de l’image connotent.

Qu’évoquent ces deux


parties boisées ?
..................................

Que représente cette


partie non boisée ?
..................................

© WWF/TBWA

b) Quel message le créateur de cette image veut-il faire passer ?


2- Après avoir observé l’exemple proposé, complète le tableau en précisant pour chacun des
mots suivants sa dénotation et sa ou ses connotation(s) possible(s).

Mot Dénotation Connotation


mer milieu naturel aquatique immensité / Infini
pluie
blanc
soleil
printemps
lys
rouge
3- Lis attentivement la première strophe de ce poème.
Ô vallons paternels, doux champs, humble chaumière
Au bord penchant des bois, suspendue aux coteaux
Dont l’humble toit, caché sous des touffes de lierre,
Ressemble au nid sous les rameaux ;
Alphonse de Lamartine, « Retour au pays natal », Méditations poétiques, 1820.
a) Quelles sont les connotations des expressions en gras ? Coche deux propositions.
 la vie  l’enfance  des lieux protecteurs  des lieux hostiles
b) Quel sentiment du poète ces connotations mettent-elles en évidence ?
 la nostalgie  la colère  la joie
Vérifie tes réponses dans le corrigé.

© Cned, Français 3e — 17
Séquence 1 — séance 3

Séance 3
Lire un paysage romantique

Durée : 1 heure

Dans la séance 1, tu as compris que la Nature était pour Alphonse de Lamartine un lieu de refuge. En

lisant ce poème de Victor Hugo, tu vas découvrir d’autres aspects de la Nature.

Prends ton cahier. Note le numéro et le titre de la séance en rouge. Souligne-les.

Lis attentivement le poème suivant et écoutes-en la lecture à la piste 2. Réponds ensuite aux questions.

18 — © Cned, Français 3e
séance 3 — Séquence 1

Au bord de la mer

Vois, ce spectacle est beau. - Ce paysage immense


Qui toujours devant nous finit et recommence ;
Ces blés, ces eaux, ces prés, ce bois charmant aux yeux ;
Ce chaume1 où l’on entend rire un groupe joyeux ;
5 L’océan qui s’ajoute à la plaine où nous sommes ;
Ce golfe2, fait par Dieu, puis refait par les hommes,
Montrant la double main empreinte en ses contours,
Et des amas de rocs sous des monceaux de tours ;
Ces landes, ces forêts, ces crêtes déchirées ;
10 Ces antres3 à fleur d’eau qui boivent les marées ;
Cette montagne, au front de nuages couvert,
Qui dans un de ses plis porte un beau vallon vert,
Comme un enfant des fleurs dans un pan de sa robe ;
La ville que la brume à demi nous dérobe,
15 Avec ses mille toits bourdonnants et pressés ;
Ce bruit de pas sans nombre et de rameaux4 froissés,
De voix et de chansons qui par moments s’élève ;
Ces lames5 que la mer amincit sur la grève,
Où les longs cheveux verts des sombres goémons6
20 Tremblent dans l’eau moirée7 avec l’ombre des monts ;
Cet oiseau qui voyage et cet oiseau qui joue ;
Ici cette charrue, et là-bas cette proue8,
Traçant en même temps chacune leur sillon ;
Ces arbres et ces mâts, jouets de l’aquilon9 ;
25 Et là-bas, par-delà les collines lointaines,
Ces horizons remplis de formes incertaines ;
Tout ce que nous voyons, brumeux ou transparent,
Flottant dans les clartés, dans les ombres errant,
Fuyant, debout, penché, fourmillant, solitaire,
30 Vagues, rochers, gazons, - regarde, c’est la terre !

Victor Hugo, Les Chants du Crépuscule, 1836.


Notes :
1. « chaume » : paille qui reste sur pied.
2. « golfe » : vaste baie d’une côte où avance la mer.
3. « antres » : cavernes, grottes.
4. « rameaux » : petites branches d’arbres.
5. « lames » : ondulations de la mer sous l’action du vent.
6. « goémons » : algues marines.
7. « moirée » : qui a des reflets vifs et changeants
8. « proue » : avant d’un bateau
9. « aquilon » : vent du nord froid et violent

© Cned, Français 3e — 19
Séquence 1 — séance 3

A Comprendre le texte
1- Où se trouve précisément l’observateur de ce paysage ? Propose deux citations du texte pour
justifier ta réponse.

2- La description que fait le poète du paysage qui s’offre à lui est-elle organisée ? Justifie ta
réponse.

3- a) Justifie le titre du poème en relevant un champ lexical que tu nommeras.

b) Propose deux autres éléments du paysage évoqués dans ces vers. Cite le texte.

4- « Cet oiseau qui voyage et cet oiseau qui joue ;

Ici cette charrue, et là-bas cette proue. » (v.21-22)


a) Comment sont construits ces deux vers ?

b) Justifie cette construction.

5- a) Quel est le déterminant fréquemment employé dans le poème ? Cite le texte.

b) Quel sentiment du poète est ainsi exprimé ?

 la peur  l’émerveillement  la joie

6- « Ces antres à fleur d’eau qui boivent les marées ;... » (v.10)

« Cette montagne, au front de nuage couvert,... » (v.11)

a) Quelle image est employée dans ces deux vers ?

b) Justifie son emploi.

7- Relis l’ensemble du poème.

L’homme est-il important au sein de ce paysage ? Justifie ta réponse.

Vérifie tes réponses dans le corrigé avant de lire et mémoriser le Je retiens suivant.

j e retiens Le Romantisme
Ce mouvement littéraire et artistique s’est étendu à toute l’Europe à partir de la fin du
XVIIIe siècle. Il a atteint son apogée dans la première moitié du XIXe siècle. Les Romantiques
fuient la modernité et le monde matériel pour s’évader dans la Nature, dans le passé, dans
l’amour. Le poète exprime ses propres sentiments mais il leur donne une portée générale. Il
se sent proche des hommes ; il veut leur faire partager
ce qu’il a ressenti.
Les rapports avec la nature sont modifiés par le Romantisme. Dans les tableaux
romantiques, l’homme est représenté comme contemplatif devant une Nature imposante,
ou démuni, victime, devant une Nature violente et dangereuse. Il est donc dominé et n’a
qu’un rôle secondaire. L’homme est réduit à observer la Nature ou à la subir, mais il ne la
maîtrise plus.

Pour compléter ta lecture, un tableau t’attend. Bonne promenade picturale !


20 — © Cned, Français 3e
séance 3 — Séquence 1

B Promenade picturale

1- O
 bserve attentivement le tableau
ci-contre.

2- Quels liens peux-tu établir entre ce


tableau et le poème que tu as étudié ?

3- En t’inspirant de ce tableau de


C.D. Friedrich et en faisant appel au
vocabulaire de la nature découvert
dans le poème, imagine un quatrain en
alexandrins avec des rimes croisées.

C.D. Friedrich, Le Voyageur contemplant une mer de nuages,


1818 © akg-images

Lis maintenant un exemple de quatrain dans le corrigé.

© Cned, Français 3e — 21
Séquence 1 — séance 4

Séance 4
Lire un paysage intérieur

Durée : 1 heure

À travers cette séance, tu vas découvrir un paysage original. Dans le recueil de Baudelaire, ce poème
ouvre le cycle de l’amour.

Prends ton cahier. Note le numéro et le titre de la séance en rouge. Souligne-les. Fais ensuite le travail
demandé.

Lis attentivement le poème suivant et réponds aux questions.

Parfum exotique

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne,


Je respire l’odeur de ton sein chaleureux,
Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu’éblouissent les feux d’un soleil monotone1 ;

5 Une île paresseuse où la nature donne


Des arbres singuliers2 et des fruits savoureux ;
Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et des femmes dont l’œil par sa franchise étonne.

Guidé par ton odeur vers de charmants climats,


10 Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine,

Pendant que le parfum des verts tamariniers3,


Qui circule dans l’air et m’enfle la narine,
Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, « Spleen et Idéal », 1857.

Notes :
1.« monotone » : sur le même ton, uniforme.
2.« singuliers » : extraordinaires, uniques.
3.« tamariniers » : grands arbres exotiques à fleurs en grappe.

22 — © Cned, Français 3e
séance 4 — Séquence 1

A Comprendre le poème
1- a) À quel sens correspond chacun de ces vers ?

« […] en un soir chaud d’automne, » • • le goût


« Je vois se dérouler des rivages heureux » • • le toucher
« Des arbres et des fruits savoureux ; » • • la vue
« Guidé par ton odeur vers de charmants climats, » • • l’ouïe
« Se mêle dans mon âme au chant des mariniers. » • • l’odorat

b) Dans ce poème, quel est le sens qui domine ? Cite le texte. Pourquoi est-il aussi
présent ?

c) Le paysage décrit par le poète est-il réel ? Justifie ta réponse.

2- Le titre du poème est « Parfum exotique ».

a) Que signifie l’adjectif qualificatif « exotique » ?

b) Pourquoi est-il employé dans ce poème ? Justifie ta réponse à l’aide d’une citation.

3- Complète ces deux phrases en citant le texte.

La découverte de ce paysage rend le poète heureux. Il emploie donc un vocabulaire appréciatif


: « ............................ », « ............................ », « ............................ »,
« ............................ ». De plus, il exprime sa satisfaction par une allitération en /m/ dans la
dernière strophe :

....................................................................................................................................

4- Finalement, quel rôle joue la femme dans ce poème ? Développe ta réponse.

5-

a) Observe attentivement ce tableau


peint par Gauguin.

b) Ce paysage pourrait-il


correspondre à la vision du poète ?
Justifie ta réponse.

Paul Gauguin, Paysage tahitien,


1891 © akg-images

© Cned, Français 3e — 23
Séquence 1 — séance 4

Vérifie tes réponses dans le corrigé avant de lire et mémoriser le Je retiens suivant :

j e retiens La modernité
Baudelaire marque une rupture avec la tradition lyrique. Par rapport à Alphonse de
Lamartine et Victor Hugo, le poète se dégage d’une représentation figurative. Il privilégie un
paysage intérieur, suscité par une sensation. Le lieu est inventé, recomposé par la rêverie
pour dire un désir profond.

B Écriture

Enrichis le poème de Charles Baudelaire en ajoutant une strophe supplémentaire après le vers 8.
Dans cette strophe, imagine un autre paysage que le poète peut découvrir grâce à la voix de la
femme, à ses paroles.

Lis dans le corrigé un exemple de strophe que tu aurais pu écrire.

24 — © Cned, Français 3e
séance 5 — Séquence 1

Séance 5
Connaître l’attribut du C.O.D.

Durée : 1 heure

j e sais déjà

A J’observe

1- Identifie les C.O.D. des deux verbes conjugués «


aime » et « trouve ».
J’aime beaucoup ce poète talentueux. 2- Récris ces deux phrases en remplaçant le C.O.D.
Je trouve ces recueils passionnants. par un pronom.
3- Que remarques-tu concernant les adjectifs
« talentueux » et « passionnant »?

Vérifie tes réponses dans le corrigé avant d’apprendre le Je retiens qui suit.

© Cned, Français 3e — 25
Séquence 1 — séance 5

j e retiens
1) Rappel : l’attribut du sujet
L’attribut du sujet donne une information sur le sujet, en exprimant une qualité, un état,
une manière d’être par l’intermédiaire d’un verbe.
Ex : Ce poème est romantique.
Sujet att. du sujet
2) Qu’est-ce qu’un attribut du C.O.D. ?
a- Définition
L’attribut du C.O.D. donne une information sur le C.O.D., en exprimant une qualité, un
état, une manière d’être, par l’intermédiaire d’un verbe. Il fait partie du groupe verbal et ne
peut pas être supprimé.
Ex : Certains trouvent ce poème romantique. [= Certains le trouvent romantique.]
C.O.D. att. du C.O.D. C.O.D. att. du C.O.D.
b- La nature de l’attribut du C.O.D.
L’attribut du C.O.D. peut être :
- un adjectif qualificatif (ou groupe adjectival) : Ex : Les lecteurs le trouvent talentueux.
C.O.D. att. du C.O.D.
- un nom ou un groupe nominal : Ex : Le poète nomma son recueil « Les Contemplations ».
C.O.D. att. du C.O.D.
c- Les verbes introduisant l’attribut du C.O.D.
• Il s’agit de verbes attributifs :
- marquant l’idée de juger (croire, estimer, trouver, penser, etc.) :
Ex : Le jury estima ce poète digne de leur confiance.
C.O.D. att. du C.O.D.
- marquant l’idée de transformation, ou signifiant nommer ou choisir (rendre, faire, élire,
nommer, appeler, etc.) :
Ex : L’écriture rend ce poète heureux.
C.O.D. att. du C.O.D.
Ils ont élu cet artiste poète de l’année.
C.O.D. att. du C.O.D.
d- La construction de l’attribut du C.O.D.
• L’attribut du C.O.D. est directement relié au C.O.D.
Ex : Je trouve ces vers riches.
C.O.D. att. du C.O.D.
• Il est parfois précédé des prépositions « de », « pour » ou « comme » :
Ex : Il considère Baudelaire comme le plus grand des poètes.
C.O.D. att. du C.O.D.

26 — © Cned, Français 3e
séance 5 — Séquence 1

B J’applique

1- Dans cette biographie incomplète du poète Arthur Rimbaud, surligne les attributs du C.O.D
et encadre le C.O.D. auquel chacun se rapporte.

Arthur Rimbaud est un poète français. Ses trois principaux recueils sont Poésies, Une saison en
enfer et Illuminations. Il est considéré comme un adolescent révolté. Cependant son écriture
passe pour son occupation préférée. Il trouve la poésie trop figée et la renouvelle. On le prend
pour un fou. Ses contemporains jugent ses textes dérangeants.

2- Lis attentivement chaque phrase et souligne les attributs du C.O.D. s’il y en a.

a) Le journaliste donne ce jeune poète gagnant.

b) Il sait le jury exigeant.

c) Je pense qu’il a raison.

d) Le jury nommera le lauréat poète de l’année.

e) Chaque lecteur imagine la joie du futur lauréat.

3- Récris les phrases suivantes pour faire apparaître un attribut du C.O.D. en variant les
constructions. Indique la classe grammaticale de chaque attribut obtenu. Sers-toi des verbes
utilisés dans le « Je retiens » ci-dessus.

a) Ce tableau est vraiment admirable.

b) Les visiteurs deviennent rêveurs.

c) Ce tableau est le plus beau du musée.

d) Ce tableau est le chef-d’œuvre du peintre.

e) Ainsi ce peintre est-il le chef de file du Romantisme.

Vérifie tes réponses dans le corrigé.

© Cned, Français 3e — 27
Séquence 1 — séance 6

Séance 6
Découvrir des paysages au-delà des apparences
Durée : 1 heure
Les deux poèmes que tu vas lire dans cette séance te proposent une vision très originale et très
personnelle de la Nature comme tu vas pouvoir le constater.
Prends ton cahier. Note le numéro et le titre de la séance en rouge. Souligne-les. Fais ensuite le travail
demandé. Lis attentivement les deux poèmes suivants et réponds aux questions.

A
Ariettes1 oubliées I
C’est l’extase langoureuse2,
C’est la fatigue amoureuse,
C’est tous les frissons des bois
Parmi l’étreinte des brises,
5 C’est, vers les ramures3 grises,
Le chœur des petites voix.
Ô le frêle et frais murmure !
Cela gazouille et susurre,
Cela ressemble au cri doux
10 Que l’herbe agitée expire...
Tu dirais, sous l’eau qui vire,
Le roulis sourd des cailloux.
Cette âme qui se lamente
En cette plainte dormante
15 C’est la nôtre, n’est-ce pas ?
La mienne, dis, et la tienne,
Dont s’exhale4 l’humble antienne5
Par ce tiède soir, tout bas ?
Paul Verlaine, Romances sans paroles, 1874.

Notes :
1. « ariette » : air léger, de mélodie gracieuse.
2. « langoureuse » : mélancolique, rêveuse.
3. « ramures » : branches.
4. « s’exhale » : s’exprime, se manifeste.
5. « antienne » : refrain.

1- Coche la bonne réponse pour compléter les affirmations.


a) Dans ce poème, les vers sont :
 des alexandrins  des octosyllabes  des heptasyllabes
b) La répétition de « C’est » rappelle :
 des mots d’enfant  une définition  une démonstration

28 — © Cned, Français 3e
séance 6 — Séquence 1

c) Dans ces vers la Nature est :


 personnifiée  menaçante  secrète

Souligne les mots du poème qui justifient ta réponse.


d) Le sens le plus présent est :
 l’ouïe  l’odorat  le toucher

Surligne les mots du poème qui justifient ta réponse.


2- Quel autre titre pourrait-on proposer pour ce poème ? Justifie ta réponse sur ton cahier.
Marine

Les chars d’argent et de cuivre


Les proues1 d’acier et d’argent
Battent l’écume2,
Soulèvent les souches des ronces.
5 Les courants de la lande,
Et les ornières3 immenses du reflux,
Filent circulairement vers l’est,
Vers les piliers de la forêt,
Vers les fûts4 de la jetée,
10 Dont l’angle est heurté par des tourbillons de
lumière.
Arthur Rimbaud, Illuminations, 1886.

Notes :
1. « proues » : avants d’un navire.
2. « écume » : mousse blanchâtre formée à la
surface de la mer.
3. « ornières » : creux, trous.
4. « fûts » : troncs d’arbres.

3- Coche la bonne réponse pour compléter les affirmations.


a) Le titre du poème rappelle :
 un tableau  un champ  un événement
b) Les mots en gras correspondent au champ lexical :
 du ciel  de la mer  de l’armée
c) Quel autre champ lexical trouve-t-on dans ces vers ?
 le ciel  la forêt  la lumière

Surligne les mots du poème qui justifient ta réponse.


d) Comment s’organisent ces deux champs lexicaux dans le poème ?
 ils se succèdent  ils sont mêlés
4- Que penses-tu de ce paysage ? Exprime tes impressions sur ton cahier en les expliquant.

© Cned, Français 3e — 29
Séquence 1 — séance 6

le coin des curieux

Verlaine, comme Rimbaud et d’autres poètes, s’intéressent à ce qui, dans le monde qui nous
entoure, reste mystérieux, incertain et fascinant.
Au certain, ils préfèrent l’incertain, à la réalité concrète, ils préfèrent le rêve. Ils veulent
voir au-delà des apparences et privilégient le plaisir des sensations rares. Ils annoncent le
Symbolisme, mouvement littéraire apparu à la fin du XIXe siècle.
Vérifie tes réponses dans le corrigé.

B Écriture
Choisis un des deux sujets d’écriture et rédige-le à la manière d’un poète.

1- Récris la deuxième strophe de Verlaine 2- Trouve cinq mots du champ lexical


en conservant la même structure mais du ciel, et cinq du champ lexical de la
en imaginant d’autres bruits. ville et écris un court poème à la
manière de Marine d’Arthur Rimbaud.
Ô le/la ................................................ !
Cela .....................................................,
Cela ......................................................
Que ................................................. ...
Tu dirais, ..............................................,
Le/la/les ............................................... .

Lis des exemples de poèmes dans le corrigé.

30 — © Cned, Français 3e
séance 7 — Séquence 1

Séance 7
Réviser les accords du participe passé
Durée : 1 heure
Dans cette séance, tu vas voir ou revoir les règles d’accord du participe passé, quel que soit son emploi.
Prends ton cahier. Note le numéro et le titre de la séance en rouge. Souligne-les. Fais ensuite le travail
demandé.

A Observer

Lis le poème suivant avant de répondre aux questions.

Les roses de Saâdi

J’ai voulu, ce matin, te rapporter des roses ;


Mais j’en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les nœuds trop serrés n’ont pu les contenir.

Les nœuds ont éclaté. Les roses envolées


Dans le vent, à la mer s’en sont toutes allées.
Elles ont suivi l’eau pour ne plus revenir.

La vague en a paru rouge et comme enflammée.


Ce soir ma robe encore en est toute embaumée…
Respires-en sur moi l’odorant souvenir…

Marceline Desbordes-Valmore, Poésies inédites, 1860.

1- Souligne les différents participes passés employés dans ces vers. Puis place-les dans le tableau
ci-dessous comme dans les exemples donnés.

Participe passé avec avoir Participe passé avec être Participe passé employé comme
adjectif, avec un nom.
- voulu (« ai ») - allées (« s’en vont ») - closes (« ceintures »)
- ............................... - ............................... - ...............................
- ............................... - ............................... - ............................…
- ...............................
- ...............................

Vérifie tes réponses dans le corrigé et apprends le « Je retiens » qui suit avant de faire les exercices
d’application.

© Cned, Français 3e — 31
Séquence 1 — séance 7

j e retiens
Pour accorder correctement le participe passé, il faut d’abord observer s’il est ou non
employé avec un auxiliaire.
• Le participe passé employé sans auxiliaire
Comme l’adjectif, il s’accorde avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte.
Ex : Intéressé par ce poète, Paul a lu sa biographie dans un dictionnaire.
• Le participe passé employé avec un auxiliaire
a. ÊTRE s’accorde avec le sujet du verbe
Ex. : Les peintres sont reçus dans le salon d’honneur.
b. AVOIR - ne s’accorde pas avec le sujet
Ex. : Ils ont écrit de nombreux recueils poétiques.
- Le C.O.D. est après le verbe ; le participe passé reste invariable.
Ex. : Ses poèmes ont enchanté les enfants.
- Le C.O.D. est avant le verbe ; le participe passé s’accorde avec le C.O.D
Ex. : Ses poèmes les ont enchantés.
* Attention ! Quand le C.O.D., placé avant l’auxiliaire avoir, est que, l’ ou les, il faut vérifier
le genre et le nombre de son antécédent (le ou les mots remplacés par ce pronom).

B Appliquer
1- Accorde les participes passés dans les phrases suivantes.

a) Elle aime chaque arbre de son jardin. Elle les a vu (................) grandir.

b) Les poèmes que les élèves ont étudié (................) sont tous romantiques.

c) Le professeur a présenté (................) à ses élèves une biographie de Verlaine.

d) Comme chaque année, le musée a exposé (...............). des toiles de maîtres.

2- Justifie sur ton cahier l’accord des participes passés soulignés.

a) La forêt, les étangs et les plaines fécondes


Ont plus touché mes yeux que les regards humains,[...]
Et j’ai tenu l’odeur des saisons dans mes mains.

Anna de Noailles, « L’Offrande à la nature », Le cœur innombrable, 1946.

Victor Hugo évoque la mort de ses parents et de son premier fils.


b)

Je les ai vus partir comme trois hirondelles


Qui vont chercher bien loin des printemps plus fidèles
Et des étés meilleurs.

Victor Hugo, « À un voyageur », Les Feuilles d’automne, 1831.

32 — © Cned, Français 3e
séance 7 — Séquence 1

Tout est transi, tout tremble et tout a peur ; je crois


c)
Que la bise grelotte et que l’eau même a froid.

Anna de Noailles, « L’Automne », Le cœur innombrable, 1946.

J’ai cueilli cette fleur pour toi, ma bien-aimée.


d)
Elle est pâle et n’a pas de corolle embaumée,

Victor Hugo, « L’Offrande à la nature » Les Contemplations, 1856.

3- Récris les vers suivants au passé composé

Les étoiles aux cieux brillent une à une,


Les feuillages mouvants tremblent doucement
Les vagues de la mer apparaissent sous la lune.
La plainte des oiseaux éclate par moments...

© Cned, Français 3e — 33
Séquence 1 — séance 8

Séance 8
Explorer des paysages revisités
Durée : 1 h 30
Dans cette dernière séance de lecture, tu vas découvrir des paysages poétiques qui étonnent, qui
surprennent.
Prends ton cahier. Note le numéro et le titre de la séance en rouge. Souligne-les.
Lis attentivement les poèmes suivants et écoutes-en la lecture à la piste 3. Complète ensuite le tableau
proposé.

Poème de la lune L’Orée1 du bois


[..]
Il y a sur la nuit trois champignons qui sont la
lune. Aussi brusquement que chante le coucou C’est comme quand il pleut le matin, vois-tu,
d’une horloge, ils se disposent autrement à
minuit chaque mois. Il y a dans le jardin des Et qu’on va soulever l’étoffe de l’eau
fleurs rares qui sont de petits hommes couchés, Pour se risquer plus loin que la couleur
cent, c’est les reflets d’un miroir.
Dans l’inconnu des flaques et des ombres.
Il y a dans ma chambre obscure une navette1 II
lumineuse qui rôde, puis deux... des aérostats2
phosphorescents, c’est les reflets d’un miroir. Et pourtant, c’est bien l’aube, dans ce pays
Il y a dans ma tête une abeille qui parle. Qui m’a bouleversé et que tu aimes.
La maison de ces quelques jours est endormie,
Max Jacob, Le Cornet à dés, 1917.
© Éditions Gallimard Nous nous sommes glissés dans l’éternel.
Notes :
1. « navette » : véhicule qui effectue des liaisons Et l’eau cachée dans l’herbe est encore noire,
courtes et régulières entre deux lieux Mais la rosée recommence le ciel.
2. « aérostats » : dirigeables L’orage de la nuit s’apaise, la nuée
A mis sa main de feu dans la main de cendre.

Yves Bonnefoy, Ce qui fut sans lumière, 1987.


© Éditions Mercure de France
Notes :
1. « Orée » : bordure, lisière du bois

34 — © Cned, Français 3e
séance 8 — Séquence 1

Icebergs

Icebergs, sans garde-fou, sans ceinture, où de vieux cormorans


abattus et les âmes des matelots morts récemment viennent s’accouder
aux nuits enchanteresses de l’hyperboréal1.

Icebergs, Icebergs, cathédrales sans religion de l’hiver éternel,


enrobés dans la calotte glaciaire2 de la planète Terre.
Combien hauts, combien purs sont tes bords enfantés par le froid.

Icebergs, Icebergs, dos du Nord-Atlantique, augustes Bouddhas gelés


sur des mers incontemplées. Phares scintillants de la Mort sans issue, le
cri éperdu du silence dure des siècles.

Icebergs, Icebergs, Solitaires sans besoin, des pays bouchés, distants,


et libres de vermine. Parents des îles, parents des sources, comme je
vous vois, comme vous m’êtes familiers...
Henri Michaux, La Nuit remue, 1935
© Éditions Gallimard
Notes :
1. « hyperboréal » : de l’extrême Nord
2. « calotte glaciaire » : glacier de forme convexe qui recouvre l’ensemble du relief

A Lecture poétique
Pour mettre en valeur l’originalité de ces trois poèmes, résous ces exercices.
1- Que remarques-tu concernant la forme de ces trois poèmes ?
2- Chaque poème est écrit à la première personne. Quel autre titre pourrait-on proposer à
chacun pour mettre en valeur le rôle du poète ?
« Poème de la lune » • • une expérience nocturne et personnelle
« L’Orée du bois » • • un observateur admiratif
« Icebergs » • • une communion à l’aube
3- À quelle figure de style correspondent les passages surlignés dans chaque poème ?
« Poème de la lune » • • une métaphore
« L’Orée du bois » • • une anaphore*
« Icebergs » • • une personnification
4- De ces trois paysages quel est celui qui t’étonne le plus ? Développe ta réponse sur ton cahier
en justifiant ton choix.

Vérifie tes réponses dans le corrigé.

© Cned, Français 3e — 35
Séquence 1 — séance 8

le coin des curieux

La poésie moderne
• La poésie des XXe et XXIe siècles, si elle continue à se livrer au lyrisme, s’intéresse à de
nouveaux sujets (la modernité sous toutes ses formes, la peinture…) Elle porte sur le monde un
regard original, décalé, loin du réalisme. Elle privilégie le rêve, la réflexion intérieure.
• Les poètes nouent des liens étroits avec les peintres. Les mouvements culturels associent les
deux arts. C’est le cas du surréalisme. De nombreux recueils poétiques sont illustrés par des
peintres.
La poésie contemporaine se caractérise par une rupture avec les règles classiques de l’écriture
poétique et de la versification. Elle se caractérise par une grande liberté d’écriture : vers libres
(sans rimes), vers longs et rythmés (versets), absence de vers (poèmes en prose...)

Pour compléter ta lecture, voici une petite promenade picturale.

B Écriture

1- Observe attentivement le tableau


ci-contre.
a) Donne-t-il une image fidèle et précise
de la réalité ? Comment les maisons et
les arbres sont-ils représentés ?
b) Choisis l’affirmation qui convient :
- le peintre représente les maisons
seulement de face.
- le peintre donne l’impression de
tourner tout autour.
c) Qu’est-ce qui te frappe dans la manière
dont l’artiste occupe l’espace du
tableau ?
2- Quels liens peux-tu établir entre ce tableau
et les poèmes que tu as étudiés ?
3- En t’inspirant de ce tableau de Georges
Georges Braque, Maison à l’Estaque, 1908 Braque, imagine une strophe en vers libres.
© Georges Braque / ADAGP / akg-images

36 — © Cned, Français 3e
séance 9 — Séquence 1

Séance 9
Étudier les reprises anaphoriques
Durée : 1 heure
Prends ton cahier. Note le numéro et le titre de la séance en rouge. Souligne-les. Fais ensuite le travail
demandé.

A Observer
Relis attentivement le poème d’Henri Michaux intitulé « Icebergs ».
1- Relève trois groupes nominaux qui servent à désigner les icebergs.
2- Quelle image donnent-ils des icebergs ?

Lis et mémorise le Je retiens suivant et fais ensuite les exercices proposés.

j e retiens
Les reprises anaphoriques
On nomme reprises anaphoriques des noms, groupes nominaux ou pronoms qui désignent
des éléments (personnes ou choses) déjà mentionnés dans le texte.
• Ces reprises permettent :
- d’éviter les répétitions : J’ai vu la Joconde au Louvre. J’adore cette œuvre d’art.
- d’enrichir le sens du texte en ajoutant des informations : Arthur Rimbaud a écrit ses
premiers poèmes dès dix-sept ans. Ce poète est très célèbre.
- de livrer un point de vue sur quelqu’un, un lieu : il observa le paysage. Ce paradis sur terre le
stupéfia.
• Ces reprises peuvent se faire avec :
- le même nom et un déterminant précis : Elle voit un tableau et ce tableau lui plaît.
- un pronom : Elle aimerait acquérir celui-ci.
- un synonyme : Elle décide d’acheter cette peinture.
- un terme générique (qui désigne un grand ensemble d’éléments) reprenant un nom
spécifique : Cette œuvre d’art la bouleverse.
- une périphrase : Elle ne se lasse pas d’admirer la toile aux couleurs éclatantes.

B Appliquer
1- Dans les phrases suivantes, surligne les reprises anaphoriques des mots soulignés.
a) J’ai fini la lecture de Poésies, d’Arthur Rimbaud. Ce recueil m’a beaucoup émue.
b) Demain, Paul récitera le poème qu’il a écrit. Le collégien, très timide, devra être courageux.
c) Le professeur a décidé d’emmener ses élèves au musée afin qu’ils découvrent Le Semeur, un
tableau de Vincent Van Gogh.
d) Clémenceau était l’ami de Claude Monet. La peinture passionnait le Père la Victoire.

© Cned, Français 3e — 37
Séquence 1 — séance 9

2- Recopie les phrases en remplaçant les mots soulignés par des reprises pronominales variées.
a) L es cigognes blanches migrent vers l’Afrique en hiver car les cigognes blanches ne
supportent pas les conditions climatiques difficiles.
b) Mathieu cherche une maison ; cette maison doit être spacieuse et lumineuse.
c) L’été, les touristes se rendent dans les musées parisiens ; les touristes évitent la foule.
d) Mon roman est plus intéressant que ton roman.
3- Complète chaque phrase par la reprise anaphorique indiquée entre parenthèses.
a) Tous ces arbres sont en bonne santé mais ............................ doivent être taillés. (pronom
indéfini)
b) C
 e recueil est le plus célèbre du poète. ............................ a été traduit dans le monde
entier. (GN)
c) Anne et Thomas sont allés à Paris, ............................ . (périphrase)
d) « Le Vallon » a été écrit par Lamartine. Dans ............................, la nature est glorifiée.
(GN)

Vérifie tes réponses dans le corrigé.

38 — © Cned, Français 3e
séance 10 — Séquence 1

Séance 10
Je m’évalue
Durée : 1 heure
Comme à la fin de chaque séquence, tu vas faire un bilan de ce que tu as appris. Cela te permettra de
faire le point sur ce que tu dois savoir et ce que tu dois être capable de faire pour le devoir. Complète
maintenant le tableau suivant. Bien sûr, si tu as oublié quelque chose ou si tu n’es pas sûr(e) de toi,
tu peux utiliser ton cours. Lorsque tu auras fini, prends le corrigé et vérifie tes réponses. Il est très
important que ce tableau de synthèse ne comporte pas d’erreurs.

Je connais Je suis capable de


 La poésie lyrique  Surligner la strophe extraite d’un poème
lyrique de Victor Hugo :
Elle est écrite à la .................... personne.
Dans ses vers, le poète exprime ses • Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne
......................., ses ........................ rit ?
On trouve des thèmes comme la Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
m......................., la n........................ Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer
Le lyrisme célèbre la beauté de la seules ?
.......................... Ils s’en vont travailler quinze heures sous des
meules ;
Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
• Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la
campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

 La versification  Souligner dans chaque vers les e muets


qui se prononcent et de mettre entre
Le e muet se prononce devant une
parenthèses ceux qui ne se prononcent pas.
........................... ; mais il ne se prononce
Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
jamais devant une .......................... ou en
Je me suis promené dans le petit jardin
.......................... de vers.
Qu’éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d’une humide étincelle.

 La connotation et la dénotation  Définir la dénotation et la connotation


du mot colombe en l’employant dans deux
La dénotation est ........................... d’un
phrases différentes.
mot ou d’une expression.
Dénotation : ...............................................
La connotation d’un mot est ....................................................................
........................... qu’on lui connotation : .............................................
........................... . ....................................................................

© Cned, Français 3e — 39
Séquence 1 — séance 10

 Le Romantisme  Résoudre un test sur le Romantisme :


- Parmi ces thèmes, lequel est romantique ?
Mouvement littéraire et artistique du
o le progrès o la nature sauvage o la ville
........................... siècle. Les Romantiques
fuient la s........................... pour
- Quel mot manque à ce vers
s’évader dans la n...........................,
« Vois, ce spectacle est beau. - Ce paysage
dans le p..........................., dans
......... »
l’a............................ Le poète s’exprime au
o étrange o immense o aride
nom de tous les ............................ Dans les
tableaux romantiques, l’homme ne maîtrise
- Parmi ces peintres, lequel est romantique ?
plus la ............................
o Sisley o Van Gogh o Friedrich
 Les paysages intérieurs  Surligner les différents sens sollicités par
Baudelaire dans cet extrait du poème : en
Baudelaire invente un autre paysage, celui
bleu la vue, en vert l’odorat, en jaune l’ouïe.
qu’il découvre grâce à la f......................
Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l’odeur
Pour cela, il fait appel à l’univers
de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme
s........................
un homme altéré dans l’eau d’une source, et les
agiter avec ma main comme un mouchoir odorant,
pour secouer des souvenirs dans l’air.
Si tu pouvais savoir tout ce que je vois ! tout
ce que je sens ! tout ce que j’entends dans tes
cheveux ! Mon âme voyage sur le parfum comme
l’âme des autres hommes sur la musique.
 L’attribut du C.O.D.  Souligner les attributs du C.O.D. dans une
phrase.
L’attribut du C.O.D. donne une
- Le jury pense ce poète capable de remporter
i.............................. sur le COD. Il se
le prix.
construit avec un verbe exprimant un
- L’écriture a rendu ces hommes plus sages.
j.........................., une t..........................,
- On appelle ce poème un sonnet.
un c............................... .
 Le paysage au-delà des apparences   Replacer les mots dans ces vers des deux
poètes :
Certains poètes comme Verlaine et
murmure – écume – gazouille – courants – cri –
Rimbaud ont choisi de recréer les paysages
reflux.
en jouant sur le ..................... et la .............
..................... .
Les proues d’acier et d’argent
Battent l’........................,
Soulèvent les souches des ronces.
Les ........................ de la lande,
Et les ornières immenses du reflux [...]

Ô le frêle et frais ........................ !


Cela ........................ et susurre,
Cela ressemble au ........................ doux
Que l’herbe agitée expire… [...]

40 — © Cned, Français 3e
séance 10 — Séquence 1

 Les accords du participe passé  Choisir les bons accords :


Je sais qu’avec l’auxiliaire avoir, le participe Ces manuscrits sont ..................... intacts ;
passé ....................................... sauf si le leur couverture n’est pas .......................... ; et
C.O.D. est placé ....................... le verbe. les spécialistes les ont facilement .....................
Je sais qu’avec l’auxiliaire être, le participe a) demeurés / abîmée / déchiffrés
passé s’accorde avec ............................. .
b) demeurées / abîmée / déchiffrer
c) demeuré / abîmées / déchiffrée
 Les paysages revisités  Identifier et encadrer le poème du XXe siècle
à partir de quelques vers, sans connaître
Les poèmes du XXe siècle surprennent. Ils
l’auteur et le siècle de création.
se caractérisent par une .......................
a) Icebergs, Icebergs, dos du Nord-Atlantique,
de l’écriture. Ils proposent une vision
augustes Bouddhas gelés sur des mers
....................... de la réalité et privilégient le
incontemplées. Phares scintillants de la
........................ .
Mort sans issue, le cri éperdu du silence
dure des siècles.
b) Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt
obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu’il peut
rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !
 Les reprises anaphoriques   Surligner de deux couleurs différentes les
reprises anaphoriques des mots soulignés.
Ce sont des n................., des g.................
n................. ou des p................. qui La lune est large et pâle et semble se hâter.
désignent des éléments déjà mentionnés On dirait qu’elle a froid dans le grand ciel
dans le texte. Elles permettent notamment austère.
d’éviter les ................. . De son morne regard elle parcourt la terre,
Et, voyant tout désert, s’empresse à nous quitter.
Et froids tombent sur nous les rayons qu’elle
darde,
Fantastiques lueurs qu’elle s’en va semant ;
Et la neige s’éclaire au loin, sinistrement,
Aux étranges reflets de la clarté blafarde.
Guy de Maupassant, Des vers,
extrait de « Nuit de neige », 1880

© Cned, Français 3e — 41