Vous êtes sur la page 1sur 112

Ouvrage réalisé sous la direction de Béatrice Beltrando

L’atelier du langage 5 e

Livre du professeur

Grammaire
Conjugaison
Orthographe
Vocabulaire

Fabienne Avoledo Anne Gérard


certifiée de Lettres modernes certifiée de Lettres modernes
collège Jean Macé, Sainte-Geneviève-des-Bois collège La Fontaine aux Bergers, Ollainville

Béatrice Beltrando Maria Lourenço


agrégée de Lettres modernes certifiée de Lettres classiques
lycée René Cassin, Arpajon collège Albert Camus, La Ferté-Alais

Jeanne Beltrando Hélène Safarin


certifiée de Lettres modernes certifiée de Lettres modernes
lycée René Cassin, Arpajon collège Jean Moulin, Saint-Michel-sur-Orge
Avant-propos
L’étude de la langue, indispensable en elle-même, se met au service de la pratique constante de
la lecture et de l’expression écrite et orale.
Programme de français pour le collège, BO n° 6 du 28 août 2008.

L’atelier du langage est conçu comme un outil permettant de construire les notions grammati-
cales, lexicales et orthographiques du programme de 5e pour les mettre en jeu dans des activités
de lecture et d’écriture. Le livre du professeur propose des pistes pour intégrer ces notions dans
les séquences et dans une progression annuelle.

X Démarche pédagogique
Les chapitres proposent quatre temps pour l’étude d’une notion :
– le temps de l’observation, dans l’activité préparatoire, où l’élève est amené à repérer l’enjeu
du chapitre ;
– le temps de construction des savoirs, dans la leçon ;
– le temps de la mise en application, dans les exercices ;
– et le temps du réinvestissement, dans l’atelier de lecture-écriture.

X Le travail en séquences
Le travail en séquences est suggéré par les instructions officielles, mais dans un cadre plus souple.
Les séances consacrées à l’étude de la langue sont conduites selon une progression méthodique
et peuvent n’être pas étroitement articulées avec les autres composantes de l’enseignement du
français. L’attention portée aux faits de langue a également sa place et son utilité dans le cadre
des travaux de lecture et d’écriture, qui fournissent l’occasion, selon leurs perspectives propres,
de renforcer la compréhension et la mise en pratique des connaissances acquises.
Programme de français pour le collège, BO n° 6 du 28 août 2008.

L’atelier du langage propose à l’enseignant de construire librement ses séquences : les activités
préparatoires ou les ateliers de lecture-écriture permettent de faire le lien, en amont ou en aval
de l’étude d’un chapitre, avec le programme de lecture et d’écriture.
De même, les textes supports d’exercices ont été choisis en fonction de ce programme. La va-
riété de ces textes permet à chaque enseignant de proposer aux élèves un temps fort de dé-
cloisonnement : une activité choisie mettant l’étude de la langue au service de la lecture et de
l’écriture.

X Progression annuelle
L’atelier du langage propose trente-sept chapitres simples organisés autour d’une notion gram-
maticale, lexicale ou orthographique. Des exercices créent des ponts entre ces activités, et le
livre du professeur ébauche d’autres liens entre les chapitres pour faciliter la construction d’une
progression annuelle. Enfin, le livre du professeur signale les prérequis et les prolongements
possibles de chaque chapitre.

© Hatier, Paris, 2010 ISBN : 978-2-218-93810-8


Toute représentation, traduction ou reproduction, même partielle, par tous procédés, en tous pays, faite sans autorisation préalable est illicite et exposerait
le contrevenant à des poursuites judiciaires. Réf. : loi du 11 mars 1957, alinéas 2 et 3 de l’article 41. Une représentation ou reproduction sans autorisation
de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie (20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris) constituerait une contrefaçon sanctionnée
par les articles 425 et suivants du Code pénal.
Sommaire
Instructions officielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

Grammaire
1 FICHE MÉTHODE Comprendre le vocabulaire des consignes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
De la phrase au texte
2 MISE AU POINT La phrase. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3 La phrase complexe : la juxtaposition et la coordination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
4 La phrase complexe : la subordination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
5 Les paroles rapportées directement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
6 MISE AU POINT Analyser un verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
7 Les valeurs des modes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
8 MISE AU POINT Raconter au présent ou au passé. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
9 Les valeurs des temps simples de l’indicatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
10 Les valeurs des temps composés de l’indicatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Classes et fonctions grammaticales
11 MISE AU POINT Les constructions verbales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
12 La voix passive et le complément d’agent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
13 Les compléments circonstanciels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
14 MISE AU POINT Le groupe nominal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
15 Les expansions du nom : le complément du nom . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
16 Les expansions du nom : la proposition subordonnée relative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
17 L’adjectif et ses degrés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

Conjugaison
18 FICHE MÉTHODE Se servir des tableaux de conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
19 Le présent de l’indicatif (difficultés) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
20 Le présent du subjonctif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65
21 Le passé simple (difficultés) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
22 Le futur simple de l’indicatif et le présent du conditionnel (difficultés) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
23 La formation des temps composés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72

Orthographe
24 FICHE MÉTHODE Réussir la dictée et l’exercice de réécriture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
25 MISE AU POINT Les accords dans le groupe nominal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
26 Les formes en -ant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
27 Les adjectifs de couleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82
28 MISE AU POINT Les homophones des verbes avoir et être . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
29 Les homophones différenciés par l’accent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
30 Les homophones de en et y . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
31 MISE AU POINT L’accord sujet-verbe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
32 L’accord du participe passé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92

Vocabulaire
33 FICHE MÉTHODE Utiliser un dictionnaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
34 L’histoire des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
35 La formation des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
36 Le sens des mots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
37 Les figures de style . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 109
Instructions officielles
Programme de français du Cycle central – les modes non personnels du verbe (infinitif, par-
(Classe de Cinquième) ticipe, gérondif) ; la distinction des formes en -ant
Les objectifs et les principes de mise en œuvre des (gérondif, participe présent, adjectif verbal).
programmes sont développés dans le préambule 2. Orthographe
auquel les professeurs sont invités à se reporter
Orthographe grammaticale
pour organiser l’enseignement dans le cadre des
– l’accord du participe passé des verbes avec les
domaines suivants.
auxiliaires être et avoir (cas complexes, à l’exclusion
L’étude de la langue, indispensable en elle-même,
des verbes pronominaux) ;
se met au service de la pratique constante de la lec-
– les verbes du premier groupe présentant des par-
ture et de l’expression écrite et orale.
ticularités orthographiques (verbes en -cer / -ger /
1. L’étude de la langue -eler / -eter / -yer…) ;
L’analyse de la phrase – la morphologie de certains verbes irréguliers :
– la phrase complexe : la coordination et la juxta- aller, asseoir, dire, faire, savoir, vouloir…
position ; – les adjectifs qualificatifs de couleur.
– la phrase complexe (suite) : la subordination (re- Orthographe lexicale
pérer la principale et les subordonnées) ; – les principales prépositions ;
– les propositions subordonnées relatives et les pro- – les préfixes et suffixes usuels d’origine latine ;
positions subordonnées conjonctives (première ap- – les préfixes usuels d’origine grecque.
proche : les distinguer selon que le subordonnant Quelques homonymes ou homophones
a ou n’a pas de fonction dans la subordonnée qu’il – distingués par l’accent : ou / où ; ça / çà ;
introduit) ; – autres : sans / s’en ; dans / d’en ; peu / peut ;
– la subordonnée interrogative indirecte (totale ou ni / n’y ; si / s’y / ci…
partielle) ; 3. Lexique
– le discours rapporté : le discours direct.
L’étude du lexique vise à enrichir le vocabulaire des
Les classes de mots
élèves de façon structurée à partir de réseaux de
– les mots exprimant les degrés de l’adjectif (degrés
mots. Ces réseaux se rapportent à des domaines
d’intensité, comparatif et superlatif) ;
lexicaux définis pour chaque niveau. Ils se construi-
– les mots exprimant la négation (y compris la né-
sent à l’aide de notions lexicales dont la progression
gation exceptive ne… que) ;
se poursuit au cours des quatre années de collège.
– les mots exprimant l’interrogation ;
Domaines lexicaux
– les conjonctions de coordination ;
– vocabulaire des sensations ;
– les prépositions (introduisant un complément de
– vocabulaire des valeurs (références à une société
verbe, de nom, d’adjectif, ou un complément cir-
ou à une période découverte à travers les œuvres
constanciel ; les multiples emplois de de et à) ;
étudiées en classe) ;
– les pronoms relatifs.
– vocabulaire des genres littéraires (roman, comé-
Les fonctions grammaticales
die).
– le groupe nominal et ses expansions (complé-
Notions lexicales
ment du nom, relative) ;
– polysémie ;
– les groupes nominaux compléments circonstan-
– sens propre et sens figuré ;
ciels de cause, de but, de conséquence, de compa-
– figures de style (comparaison et métaphore : ini-
raison ;
tiation) ;
– le complément d’agent.
– histoire des mots ;
La conjugaison
– mots génériques / mots spécifiques.
– le subjonctif présent ;
– la voix active et la voix passive. Ces notions sont utilisées en complément de celles
Les valeurs des temps verbaux étudiées les années précédentes.
– les valeurs des temps composés (l’accompli et Pour mettre ce travail en cohérence avec les activi-
l’antériorité). tés de lecture et d’écriture, le professeur construit
Les valeurs et emplois des modes verbaux des réseaux de mots à partir d’entrées lexicales
– l’indicatif (inscription dans le réel) et le subjonctif choisies en relation avec les œuvres étudiées. Il
(imagination en pensée) ; peut, par exemple, privilégier les pistes suivantes :
– le conditionnel en emploi modal (conditionnel – le portrait physique et moral ;
de l’information incertaine, conditionnel d’atté- – l’univers médiéval ;
nuation ou de politesse, conditionnel du jeu ou de – paysages et décors ;
l’imaginaire) ; – le rire.

4
FICHE MÉTHODE

1 Comprendre le vocabulaire
des consignes LIVRELIVRE
DE L’ÉLÈVE
DE L’ÉLÈVE p. 8-9
p. 8-9

GRAMMAIRE
INSTRUCTIONS OFFICIELLES
L’étude de la langue, indispensable en elle-même, se met au • L’objectif de la fiche est de revoir les
service de la pratique constante de la lecture et de l’expres- principes qui organisent une consigne :
sion écrite et orale. une action à réaliser et une partie des
Afin d’approfondir les compétences d’écriture de l’élève, le connaissances à mobiliser.
professeur insiste sur la nécessité de se faire comprendre,
de prendre en compte son destinataire et de s’adapter à la
situation de communication définie par les consignes.

➜ Corrigé des exercices LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 8-9

1 Verbes de consigne 6 Texte complété


1. Récrivez le texte au présent de l’indicatif. Ce jeune garçon se prénomme Gaétan. C’est le
2. Cherchez les verbes conjugués et remplissez le frère cadet de Cécile, la surveillante. Il est âgé de
tableau. douze ans et est en classe de 5e. Il aime beaucoup
3. Remplacez les noms suivants par un antonyme. les sciences et rêve d’être chercheur.

2 Questions correspondant aux réponses 7 Fonctions grammaticales


1. Quels rôles Scapin joue-t-il dans cet extrait ? sujet – COD – COI – attribut – épithète – complé-
(Attention au pluriel, très signifiant ici.) ment circonstanciel.
2. Quelle est la classe grammaticale de ce mot ?
3. Quel est le sujet du verbe dire ?
8 Vrai ou faux
4. Où et quand ce message a-t-il été écrit ?
1. Le verbe être peut être suivi d’un COD. → Faux :
il gouverne un attribut du sujet (➜ CHAPITRE 17).
3 Plusieurs éléments dans une réponse 2. Le COI est un complément essentiel du verbe.
1. Deux éléments de réponse : la date et l’ordre → Vrai (➜ CHAPITRE 11).
chronologique des documents. 3. L’attribut du sujet exprime les circonstances
2. Deux éléments de réponse : la réponse à la ques- d’une action. → Faux : il donne une précision sur le
tion et deux citations du texte précisant la réponse. sujet (➜ CHAPITRE 17).
4. L’épithète est une fonction par rapport au
verbe. → Faux : il apporte une précision sur le nom
4 Notions grammaticales dans les consignes
(➜ CHAPITRE 17).
1. Conjugaison du passé simple et de l’imparfait 5. Le sujet commande toujours l’accord du verbe.
dans les passages narratifs ou descriptifs. → Vrai (➜ CHAPITRE 31).
2. Sujets des verbes et classes grammaticales.
3. Types de phrases.

5 Classes grammaticales
nom – pronom – adverbe – adjectif – conjonction.
REMARQUE : ce sera l’occasion de faire découvrir et ma-
nipuler par l’élève les pages de garde.

1. Comprendre le vocabulaire des consignes 5


MISE AU POINT

2 La phrase
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 10-13

INSTRUCTIONS OFFICIELLES

– La phrase complexe. • L’objectif de la mise au point est d’évaluer et de réinvestir les acquis
de 6e avant de démarrer l’étude de la phrase complexe.

EX E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 12-13

Repérer les phrases verbales Tâcheront-ils de me nier la chose ?


→ type interrogatif (point d’interrogation).
et non verbales, les phrases simples Non, nous n’y pensons pas.
et complexes → type déclaratif (point final).
Ou s’ils entreprendront de l’excuser ?
1 Analyse des phrases → type interrogatif (point d’interrogation).
1. Phrase verbale simple + phrase non verbale. Celui-là se pourra faire.
2. Phrase verbale complexe. → type déclaratif (point final).
3. Phrase verbale simple + phrase verbale simple. Prétendront-ils m’amuser par des contes en l’air ?
4. Phrase non verbale + phrase verbale simple. → type interrogatif (point d’interrogation).
5. Phrase verbale simple. Peut-être.
→ type déclaratif (point final).
Tous leurs discours seront inutiles.
2 Analyse des phrases → type déclaratif (point final).
1. Phrase simple (verbe : est). Nous allons voir.
2. Phrase complexe (verbes : agissent et représen- → type déclaratif (point final).
tent). Ils ne m’en donneront point à garder.
3. Phrase simple (verbe : est). → type déclaratif (point final).
4. Phrase complexe (verbes : signifie et est). Ne jurons de rien.
5. Phrase complexe (verbes : vit, use et joue). → type injonctif (verbe à l’impératif).
D'après Molière, Les Fourberies de Scapin (1671),
acte I, scène 4.

Identifier le type de phrase


3 Analyse des phrases Connaître les caractéristiques
1. Phrase interrogative + phrase exclamative.
de la phrase interrogative
2. Phrase déclarative.
3. Phrase exclamative + phrase interrogative.
5 Analyse de l’interrogation dans les phrases
4. Phrase exclamative + phrase exclamative. 1. Interrogation totale.
5. Phrase injonctive. 2. Interrogation partielle.
3. Interrogation partielle.
4. Interrogation partielle.
4 Analyse du type des phrases du texte
5. Interrogation totale.
Écoutons-le un peu. 6. Interrogation partielle.
→ type injonctif (verbe à l’impératif). 7. Interrogation totale.
Je voudrais bien savoir ce qu’ils me pourront dire
sur ce beau mariage.
→ type déclaratif (point final).
6 Accord du mot interrogatif quel
Nous y avons songé. 1. Quels sont vos nom et prénom ?
→ type déclaratif (point final). 2. Quel est votre âge ?

6 GRAMMAIRE
3. Quelle est votre adresse ? 11 Réécriture des phrases déclaratives en
4. Quel est votre numéro de téléphone ?
phrases exclamatives
5. Quelle profession souhaitez-vous exercer ?
6. Quelles études vous faudra-t-il faire ? X Proposition de correction

GRAMMAIRE
1. Quelles belles vacances j’ai passées !
2. Comme j’en garderai un souvenir inoubliable !
7 Analyse du niveau de langue 3. Combien la plage était belle !
1. Familier (pas d’inversion du sujet). 4. Comme il était agréable de se baigner dans cette
2. Courant (usage de la locution est-ce que). eau limpide !
3. Soutenu (inversion du sujet). 5. Que c’est triste de quitter un lieu aussi paradi-
4. Courant (usage de la locution est-ce que). siaque !
5. Soutenu (inversion du sujet). 6. Comme j’ai hâte d’être à l’été prochain !
6. Familier (pas d’inversion du sujet).

Écrire en employant des phrases


Transformer le type ou la forme de type différent
de la phrase
12 Écriture de phrases interrogatives
8 Réécriture à la forme négative X Proposition de correction
1. Les loups-garous n’existent pas ! Je n’en ai jamais 1. Où se déroule la pièce ?
vu ! 2. Octave et Léandre sont-ils frères ?
2. Personne ne sort ! 3. Qui a épousé Hyacinte contre la volonté de son
3. Dans ce collège, aucune classe n’a cours le sa- père ?
medi. 4. Que veut faire Argante ?
4. N’enlevez pas vos blousons. 5. Qu’a reçu Géronte ?
6. Que raconte Zerbinette à Géronte ?
9 Réécriture des phrases verbales en 7. Que fait Scapin pour éviter d’être pendu ?
phrases non verbales
1. Division de la société féodale en trois ordres. 13 Invention de phrases
2. Adoubement du chevalier par le seigneur. X Pistes pour la correction
3. Les nombreux travaux du paysan au cours de On s’assurera de la bonne compréhension des
l’année. termes par les élèves et de la correction des phrases.
4. Développement du commerce au XIIe siècle. On pourra faire chercher des équivalents courants
ou soutenus à des phrases familières.
10 Réécriture des phrases non verbales en
phrases verbales
X Proposition de correction
1. Levez-vous !
2. Taisez-vous !
3. Asseyez-vous !
4. Parlez plus fort !
5. Arrêtez-vous !
6. Dépêchez-vous !
7. Avancez !
8. Aidez-moi !

2. La phrase 7
3 La phrase complexe : la juxtaposition
et la coordination LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 14-19

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
L’analyse de la phrase : • Les relations dans la phrase complexe (juxtaposition et
– la phrase complexe : la coordination coordination) sont travaillées du point de vue syntaxique :
et la juxtaposition. construction des propositions à l’aide de mots de liaison ou
Les classes de mots : de signes de ponctuation. Ce chapitre n’aborde pas la valeur
– les conjonctions de coordination. des mots de liaison.
• Cette leçon est l’occasion de réviser la ponctuation à travers la
juxtaposition et la coordination et d’approfondir les notions
de phrase complexe et de proposition évoquées dans la mise
au point précédente (➜ CHAPITRE 2). Elle trouvera sa place au
sein d’une séquence sur le récit.

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 14

Image : Publicité pour la fondation Nicolas Hulot


X Après avoir rappelé la notion de proposition et de 2 a. Sans nature, il n’y a pas de futur.
phrase complexe, les questions de l’activité permet- b. Nos destins sont liés : sans nature, il n’y a pas de
tent de travailler sur la liaison entre les propositions futur.
(ponctuation ou mot de liaison), la suppression ou
la substitution possible de ces outils de liaison. 3 a. On pourrait remplacer le signe : par car.
b. On peut inverser l’ordre des propositions seule-
1 a. Le slogan comporte deux phrases. ment si on modifie le mot de liaison. Il faut rempla-
b. La première phrase est verbale (sont). La seconde cer car par donc.
phrase est non verbale.

8 GRAMMAIRE
EXE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 16-18

Repérer les phrases simples à travers les obstacles], [ frôla les échafaudages],

GRAMMAIRE
et complexes [ vira au dernier moment pour éviter un lourd
madrier] puis [ ressortit , telle une flèche, pour re-
prendre de la hauteur].
1 Les phrases complexes
Alain Grousset, La Citadelle du vertige (1991),
1. Inès aperçut la grille du château, puis frissonna. © Hachette Livre, 2007.
3. La jeune fille franchit le seuil du portail, pleine
d’appréhension, car elle était destinée à travailler 6 Analyse du poème
dans cette demeure pendant plusieurs années.
Fêtes de village en plein air
5. La nouvelle venue décida d’affronter la situation
fièrement, elle lui montra son plus beau sourire. [Le bal champêtre est sous la tente].
[On prend en vain des airs moqueurs] ;
2 Phrases simples et complexes [Toute une musique flottante
Passe des oreilles aux cœurs].
Il conduisit… où il devait être hébergé…→ phrase
complexe. [On entre ], [on fait cette débauche
Gauvain les suivait…→ phrase simple. De voir danser en plein midi
En contrebas s’étendait une prairie… elle était ap- Près d’une Madelon point gauche,
puyée… une roche grise qui tombait…→ phrase Un Gros-Pierre point engourdi].
complexe.
[On regarde les marrons frire] ;
… Gauvain pénétra…→ phrase simple.
[La bière mousse ], et [les plateaux
… ils rencontrèrent…→ phrase simple.
Offrent aux dents pleines de rire
Des mosaïques de gâteaux].
3 a. et b. Phrases simples et complexes [...]
… ils paraissaient…→ phrase simple. Victor Hugo, Chansons des rues et des bois (1865).

… ce devait être…→ phrase simple.


Une montre de cuivre… marquait… on enten- REMARQUE  : deux propositions peuvent être reliées par
dait…→ phrase complexe. un signe de ponctuation associé à un mot de liaison. Dans
ce cas, on analyse seulement le mot de liaison.
Ils traitaient… qui fût déshonnête.→ phrase com-
plexe.
Identifier les propositions
Délimiter les propositions coordonnées et juxtaposées
4 Repérage des propositions 7 Propositions indépendantes, juxtapo-
1. [José Mauro de Vasconcelos est né au Brésil en
sées et coordonnées
1920] : [il est d’origine indienne et portugaise]. 1. Thibaut découvrit le lieu du tournoi au petit
2. [Il est célèbre pour son roman Mon bel oranger] ; matin. → prop. ind.
[cette œuvre a connu un succès mondial]. 2. Les chevaliers n’étaient pas encore présents car il
3. [Ses romans se révèlent souvent autobiogra- était très tôt. → prop. ind. coord.
phiques] car [il s’inspire de son enfance difficile 3. Le jeune écuyer se plaça près de la lice ; il voyait
pour les écrire]. là son avenir. → prop. ind. juxt.
4. [Ses héros sont parfois malheureux], donc [ils se 4. Tous les jours, il s’entraînait durement pour être
réfugient dans un monde poétique et imaginaire]. digne de devenir chevalier. → prop. ind.
5. Il faisait de son mieux, mais cela ne suffisait pas
toujours. → prop. ind. coord.
5 Analyse du texte 6. Son maître était très exigeant avec lui. → prop.
[L’un des oiseaux, au plumage gris parsemé de ind.
taches blanches, se détacha brusquement pour 7. Il en était certain : un jour, il serait là, prêt pour
plonger au cœur de la construction], [ louvoya le combat. → prop. ind. juxt.

3. La phrase complexe : la juxtaposition et la coordination 9


8 Proposition coordonnée à la première La plaisanterie leur paraît bonne, mais Renart ne
s’en soucie guère car il y a loin entre dire et faire.
1. … et ils attendirent la nuit. Couché à plat ventre sur les paniers, il en ouvre
2. … puis ils s’installèrent pour dormir. un avec les dents et en retire, croyez-moi si vous
3. … car il n’était pas habitué à ces conditions ex- voulez, plus de trente harengs. Après cela, le panier
trêmes. était quasiment vide, et Renart s’était joyeusement
4. … mais les dangers étaient trop nombreux. rempli l’estomac sans réclamer sel ni sauge.
5. … or son compagnon avait déjà sombré dans un Le Roman de Renart (fin XIIe siècle - fin XIIIe siècle),
profond sommeil. trad. M. Combarieu de Grès et J. Subrenat.
6. … et devrait s’en contenter.
7. … car les loups s’étaient approchés très près du 12 Conjonctions de coordination
campement.
1. J’aime passionnément les animaux et je n’ai
jamais cessé de les protéger.
9 Propositions coordonnées 2. Toute petite, je ramenais les animaux perdus à la
… mais je vous dis qu’ils savent aussi le préparer… maison ou je les donnais autour de moi.
… et est très bon à boire, 3. Les gens en général aiment les animaux mais
… et ils l’appellent en leur langue chemis. certains les maltraitent.
… et toutes leurs parures et robes bordées de four- 4. Les animaux sont sans défense, donc les gens en
rure sont très belles et de grosse valeur. profitent.
… mais ils se servent de l’arc plus que de tout autre 5. Les gens se débarrassent souvent de leurs ani-
chose, maux car ils partent en vacances.
… car ils sont extrêmement bons archers, les 6. Les refuges sont remplis d’animaux or encore
meilleurs du monde, trop peu de personnes en adoptent.
… et dépendent fort de leurs flèches depuis tout
enfants. 13 Adverbes de liaison
1. Les enfants gravirent la colline puis la forêt
Employer des mots de liaison s’offrit à eux.
2. Elle apparaissait comme un ensemble uni, pour-
10 Mots de liaison bien orthographiés tant chaque arbre semblait particulier.
3. Le groupe s’engagea sur le sentier principal, en
1. Dès que nos bateaux furent chargés, nous par- effet les sous-bois semblaient impénétrables.
tîmes et nous mîmes cap au sud. 4. Sur la droite, les fougères formaient une barrière
2. Nous connaissions les risques de la navigation ; or végétale, néanmoins quelques trouées étaient
nous n’hésitâmes pas à partir. visibles çà et là.
3. Le temps était clément mais la mer réserve
toujours des surprises.
4. Le voyage devait être long donc les cales avaient Écrire des phrases complexes
été chargées de nourriture.
5. Nos hommes d’équipage ne savaient ni où nous 14 Propositions coordonnées
les conduisions ni s’ils en reviendraient vivants.
6. Une fois ces nouvelles terres découvertes, les 1. L’histoire de Tristan et Iseut a dû être reconsti-
marins hésitèrent : resteraient-ils ou retourne- tuée car aucune version complète n’est parvenue
raient-ils chez eux ? jusqu’à nous.
2. Tristan tombe amoureux d’Iseut car il a bu le
philtre d’amour.
11 Texte complété 3. Les deux amants ne peuvent rester à la cour de
À ces mots, ils se décident et le jettent sur leur Bretagne donc ils fuient dans la forêt.
chargement, puis ils reprennent leur chemin sans 4. Le roi retrouve les amoureux or il ne les
cacher leur commune satisfaction. « Tenons-nous- condamne pas.
en là maintenant, disent-ils, mais ce soir, chez nous, 5. Les deux amants sont séparés mais ils se retrou-
nous lui retournerons sa veste. » vent après leur mort.

10 GRAMMAIRE
AT ELI ER D E LECTU R E- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 19

Écrire une page de journal intime

GRAMMAIRE
Ma Yan et Pierre Haski, Le Journal de Ma Yan (2002)

LECTURE ÉCRITURE
1 a. Ce texte appartient au genre littéraire du 4 XPistes pour la correction
journal intime. Cet exercice d’écriture permet aux élèves de tra-
b. Le narrateur est Ma Yan. vailler les descriptions (au programme de 5e), qui
c. Le narrateur, Ma Yan, consacre cet extrait au récit portent sur les lieux, les objets, les personnages.
d’une de ses journées d’école. Aujourd’hui nous sommes partis en excursion, en
effet nous avons visité le Futuroscope. C’est un parc
2 a. Le texte comporte en tout neuf phrases immense dans lequel se trouvent des attractions
complexes. prodigieuses.
b. Propositions juxtaposées : Bai Xiaohua arrose le Cette écriture d’une page de journal intime per-
sol, Yang Haiyan dépoussière les lits (l. 13). mettra aussi d’évoquer des sentiments que l’élève
Propositions coordonnées : Comme chaque matin, a éprouvés lors de la journée et qu’il livre à son
je me lave d’abord le visage, puis je me brosse les journal. Quelle journée inoubliable ! Elle a été pour
dents (l. 3-4). moi la meilleure journée que j’aie jamais passée !
On peut relever aussi : Il est habillé d’une veste
L’élève pourra intégrer des dialogues dans son récit
bleue avec un pantalon noir, et il porte des chaus-
pour enrichir son texte et le rendre plus vivant. Tout
sures de cuir noir (l. 6-7).
à coup, le technicien m’a dit : « Toi, tu ferais un
Nous nous lavons le visage et la tête, puis nous net-
excellent cameraman ! »
toyons le dortoir (l. 11-12).
Noter que ces propositions coordonnées sont aussi XCritères d’évaluation
juxtaposées. – Présentation du journal.
– Utilisation d’un système de temps cohérent.
3 Réécriture – Présence de phrases complexes.
Bai Xiaohua arrose le sol et Yang Haiyan dépous- – Présence des différentes formes de discours : nar-
sière les lits. ratif et descriptif notamment.

3. La phrase complexe : la juxtaposition et la coordination 11


4 La phrase complexe : la subordination
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 20-25

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
− La phrase complexe (suite) : la subordination • L’objectif du chapitre est de découvrir la proposition
(repérer la principale et les subordonnées). subordonnée et d’initier les élèves à reconnaître les dif-
− Les propositions subordonnées relatives et férents types de subordonnées. Dans la mesure où les
les propositions subordonnées conjonctives instructions officielles ne préconisent pas l’étude des
(première approche : les distinguer selon que paroles rapportées indirectement, on pourra passer ra-
le subordonnant a ou n’a pas de fonction pidement sur la subordonnée interrogative indirecte et
dans la subordonnée qu’il introduit). insister sur l’opposition «  subordonnée qui complète
− La subordonnée interrogative indirecte un verbe / subordonnée qui complète un nom ou un
(totale ou partielle). pronom ».

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 20

Texte : Michel Tournier, Vendredi ou la Vie sauvage (1971)


X L’activité propose d’abord, par des manipulations 3 X Proposition de correction
simples, de faire découvrir les différentes subor- « C’est comme cela en Europe dans les pays civili-
données. Ensuite l’élève est amené à repérer le lien sés ! lui expliquait Robinson.
particulier qui lie principale et subordonnée et qui – Pourquoi faut-il faire la même chose sur l’île dé-
différencie la subordination de la coordination. serte du Pacifique ? » demandait Vendredi.
1 La phrase Vendredi travaillait dur, et Robinson 4 Cette proposition ne peut être supprimée :
régnait en maître peut être réécrite ainsi : Vendredi c’est la proposition principale.
travaillait dur alors que Robinson régnait en maître
(proposition conjonctive). 5 La proposition conjonctive temporelle dès
qu’il avait un moment de liberté indique les cir-
2 C’est l’âge de Tenn qui explique ses longues constances des bêtises de Vendredi. Elle pourrait
siestes : qui vieillissait (proposition subordonnée re- être introduite par quand, lorsque…
lative). On peut remplacer la subordonnée relative
par l'adjectif vieillissant.

12 GRAMMAIRE
E XE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 22-24

Repérer la proposition principale 6. Ils se sont aperçus que la canopée capte 95 % de

GRAMMAIRE
l’énergie solaire.
et la proposition subordonnée 7. C’est un milieu extraordinaire dont la flore et la
faune sont encore mal connues.
1 Analyse des phrases complexes
1. Quand la neige tombe, le paysage devient fan- 4 Repérage des propositions subordon-
tomatique. nées du texte
2. Les flocons, qui sont légers comme des plumes,
L’homme qui parlait ainsi, d’un ton bourru, était
paraissent voler sous le ciel gris.
un robuste gaillard de trente-cinq ans environ. Il
3. Les enfants espèrent que la neige tombera en
portait une redingote noire, de velours grossier,
abondance.
une vieille culotte grise, des demi-bottes lacées et
4. Ils se demandent si la neige tiendra sur la route
des bas de coton bleu. Ses jambes massives étaient
et dans les champs.
de celles auxquelles il semble toujours manquer
5. L’épais manteau blanc transforme les paysages
quelque chose… quand elles ne traînent pas une
qui nous sont familiers.
lourde chaîne de forçat. Il était coiffé d’un chapeau
brun et cachait son cou sous un foulard dont il était
2 Reconstitution des phrases de la recette en train d’utiliser les bouts éraillés pour s’essuyer le
Cookies aux pépites de chocolat visage. Quand il eut fini de s’essuyer, il montra une
et aux noix de pécan figure épaisse et vulgaire, noircie par une barbe de
Vous devez demander à un adulte qu’il allume le plusieurs jours, et des yeux inquiétants dont l’un ex-
four à 180°C. hibait les traces d’un coup récent.
Il faut que vous commenciez par mélanger 150 g de Charles Dickens, Oliver Twist (1838), trad. J. Muray,
© Le Livre de Poche Jeunesse.
farine, 75 g de sucre roux, 1 œuf et 50 g de beurre
salé fondu.
Quand la pâte forme une boule bien lisse, ajoutez
50 g de pépites de chocolat et 50 g de noix de pé- Identifier les différents types
can. de subordonnées
Vous devez ensuite former de petits tas sur une
plaque de four qui aura été beurrée et farinée. 5 Repérage des subordonnées conjonc-
Huit minutes suffisent pour que les gâteaux soient tives
cuits. 1. Quand tu te laves les dents, ferme le robinet.
Attendez qu’ils refroidissent avant de les 2. Pense à éteindre la lumière, lorsque tu sors de
manger ! ta chambre.
3. Tu peux prendre des douches parce qu’elles
3 Repérage de la principale et de la su- consomment moins d’eau qu’un bain.
bordonnée dans des phrases complexes 4. Trier les déchets permet qu’ils soient recyclés.
Nous mettons la principale en gras et nous souli- 5. Le pétrole et le gaz sont chers alors que l’énergie
gnons la subordonnée. solaire ne coûte rien.
1. On appelle « canopée » la partie de la forêt équa- 6. Si tout le monde fait un effort, la planète se por-
toriale qui est composée par la cime des arbres. tera mieux.
2. Les scientifiques ont remarqué que les cou-
ronnes des arbres, le sommet de leur feuillage, ne 6 Repérage des subordonnées interroga-
s’y touchent jamais. tives indirectes
3. C’est un phénomène singulier qu’ils nomment la 1. Thomas ne voit pas comment il va résoudre ce
« timidité des cimes ». problème.
4. On a construit des radeaux afin que les scienti- 2. Nahima se demande combien d’angles possède
fiques puissent accéder à la canopée. un heptagone.
5. Quand ils ont pu l’observer, ils ont découvert un 3. Élodie ne sait pas si les carrés sont des polygones.
milieu riche, passionnant et inconnu.

4. La phrase complexe : la subordination 13


4. Baptiste voudrait comprendre pourquoi les Construire des propositions
plantes sont vertes.
5. Claire et Titouan demandent à quelle vitesse va subordonnées
la lumière.
10 Phrases complétées
7 Repérage des subordonnées relatives 1. Les photographies en noir et blanc me touchent
parce qu’elles dégagent beaucoup d’émotion.
1. Le Livre des merveilles, de Marco Polo, est un
2. Je pense qu’une bonne photographie est une
ouvrage qui a fasciné d’emblée ses contemporains.
photographie prise sur le vif.
2. Marco Polo ne l’a pas écrit lui-même : il l’a dicté
3. Je me suis présenté au club du journal du collège
à un compagnon, Rusticello de Pise, avec qui il fut
lorsque j’ai su qu’il cherchait un photographe.
emprisonné à Gênes.
4. Pour le journal, mes camarades écrivent des ar-
3. Son récit est un document qui est riche en rensei-
ticles tandis que moi, je prends des photographies.
gnements sur la géographie physique et humaine
de l’Asie.
4. Il se présente comme une sorte d’encyclopédie 11 Réécriture des phrases
dans laquelle il raconte son voyage et décrit les 1. Le Tour du monde en quatre-vingts jours est un
pays qu’il a parcourus de 1271 à 1295. roman qui parut d’abord en feuilleton dans un
5. C’est un ouvrage dont se sont servis les grands quotidien.
navigateurs du XVe siècle. 2. Le personnage principal est un Londonien dont
le nom est Phileas Fogg.
8 Identification des subordonnées du 3. Un jour, il lance un pari, lequel est qu’il fera le
texte tour du monde en quatre-vingts jours.
4. Après avoir connu bien des aventures, il rega-
lorsqu’il entendit un cri de douleur perçant : subor-
gnera Londres où ses amis l’attendent.
donnée conjonctive.
5. Il y arrivera même avec une journée d’avance
d’où provenait cette clameur : subordonnée rela-
et pourra faire constater sa victoire à laquelle per-
tive.
sonne ne s’attendait.
quand il y parvint : subordonnée conjonctive.
qui lui brûlaient les flancs : subordonnée relative.
lequel des deux combattants il aiderait : subordon- 12 Transformation du dialogue
née interrogative indirecte. 1. Jihan demande pourquoi l’eau de la mer est
salée.
9 Repérage des subordonnées conjonc- 2. Pierre voudrait savoir quand on a marché sur la
tives du texte Lune pour la première fois.
3. Sarah aimerait savoir qui a bien pu inventer la
Je lui répondis que je n’aimais pas dormir à deux
poudre.
dans un lit, mais enfin que si j’y étais obligé,
4. Sélim se demande si les araignées sont des in-
puisqu’il n’y avait vraiment pas d’autre lit, il
sectes.
faudrait que je connaisse ce harponneur. Si ce har-
ponneur était un type normal, alors, plutôt que de
REMARQUE : on fera remarquer la disparition du point
vagabonder encore dans cette ville étrange, par
d’interrogation et de l’inversion du sujet dans la phrase
une si mauvaise nuit, je m’accommoderais de la contenant une subordonnée interrogative indirecte.
moitié de sa couverture comme de celle de n’im-
porte quel honnête homme.
Herman Melville, Moby Dick (1851),
adapt. D. Riguelle, © Hemma.
Écrire des phrases avec
des propositions subordonnées
REMARQUE : on fera remarquer l’emboîtement des su-
bordonnées dans la première phrase. 13 Invention de phrases
X Piste pour la correction
On s’assurera de la concordance des temps.

14 GRAMMAIRE
14 a. Correction du texte 15 X Pistes pour la correction
Dans un petit village, alors que les moissons com- On attend des phrases du type :
mençaient à peine, une femme mit au monde un Ce portrait, qui repose sur l’illusion d’optique, pré-
enfant bossu. Les parents désespérés pensaient sente un personnage de profil.

GRAMMAIRE
abandonner l’enfant parce qu’ils pensaient que Ce sont des fleurs de différents tons qui figurent le
cette bosse leur porterait malheur. Un de leurs visage et la coiffure.
voisins leur conseilla d’aller chercher le sorcier L’habit, qui est vert, est composé de feuilles
qui saurait peut-être guérir l’enfant. Quand ils variées…
arrivèrent à la chaumière qui ne leur semblait pas
accueillante, ils prirent peur et manquèrent de
rebrousser chemin. Mais…
b. X Pistes pour la correction
Outre la correction des phrases et la présence des
subordonnées, on s’assurera de la concordance des
temps et du respect du schéma narratif.

AT ELI ER D E LECTU R E- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 25

Écrire un poème « à la manière de… »


Paul Verlaine, « Marine », Poèmes saturniens (1866)

LECTURE Et [ qu’au firmament,


[ Où l’ouragan erre],
1 Le poème est composé d’une seule et longue Rugit le tonnerre
phrase. Formidablement].
Paul Verlaine, Poèmes saturniens (1866).
2 C’est un paysage marin : Marine (titre) – océan
(v. 1) – lame (v. 9) – récifs (v. 11). 5 La phrase mime le mouvement de l’océan :
tantôt les propositions sont longues et tantôt elles
3 Verbes conjugués exprimant le mouvement : s’enchaînent rapidement. L’absence de rupture
palpite (v. 2 et 4) – fend (v. 7) – va (v. 12) – vient forte donne l’illusion d’un mouvement continu,
(v. 12) – erre (v. 14). Verbes conjugués exprimant le mais il est chaotique comme la tempête décrite.
bruit : palpite (v. 2 et 4) – clame (v. 12) – rugit (v. 15).
Le verbe luit (v. 12) n’appartient à aucune de ces 6 On retrouve dans le tableau l’idée du mouve-
catégories et évoque la lumière. ment à la fois continu (les lignes semblent s’enrou-
ler en spirale) et chaotique (l’abondance de lignes
4 Texte analysé obliques) ; on retrouve aussi les teintes et la lumière
Marine du poème. On pourra noter que le titre du poème
[L’océan sonore est un terme emprunté à la peinture et qui désigne
Palpite sous l’œil les tableaux figurant la mer.
De la lune en deuil]
Et [palpite encore], ÉCRITURE
[ Tandis qu’un éclair 7 X Critères d’évaluation
Brutal et sinistre – Respect de la consigne : 4 strophes ne constituant
Fend le ciel de bistre qu’une seule phrase.
D’un long zigzag clair], – Respect des règles syntaxiques.
Et [ que chaque lame – Phénomène bien indentifiable grâce à un lexique
En bonds convulsifs précis et adapté.
Le long des récifs – Prédominance des verbes évoquant le mouve-
Va], [vient], [luit] et [clame], ment, le bruit, la lumière.

4. La phrase complexe : la subordination 15


5 Les paroles rapportées directement
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 26-31

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
− Le discours rapporté : • L’objectif du chapitre est de repérer les paroles rapportées directement
le discours direct. dans un texte et de remarquer leurs caractéristiques : ponctuation, mise
en page, emploi des temps. Nous choisissons d’excéder le cadre stricte-
ment grammatical et de traiter aussi du dialogue.

AC T I V I T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 26

Texte : Jack London, Belliou la Fumée (1912)


X L’activité propose d’abord le repérage des paroles c. La réplique est prononcée par le second person-
et du locuteur puis des contraintes grammaticales nage, Kit Belliou. En effet, le retour à la ligne et le
(ponctuation et temps des verbes) et enfin de l’ap- tiret indiquent un changement de locuteur.
port stylistique des paroles rapportées directement.
3 a. et b. Les personnages évoquent le voyage
1 a. et b. Les personnages sont John et Kit Bel- à venir en employant le futur (l. 7, 8, 9, 11, 12, 14,
liou. Ils sont en pleine discussion. La mise en forme 15) ou le présent exprimant le futur proche (l. 6,
du dialogue (retours, guillemets et tirets) l’indique 13, 17) ; les faits passés (l. 9) sont évoqués au passé
au premier coup d’œil sur la page. composé. Le présent est exprimé par le présent
d’actualité (l. 5, 10, 14).
2 a. et b. La première réplique est prononcée
par John Belliou. Il est désigné dans la proposition 4 a. et b. Trimbaler est un terme familier. Son
incise par le pronom il. Le verbe dire est au temps emploi montre que le narrateur n’a pas transformé
principal du récit : le passé simple. les paroles du personnage.

EX E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 28-30

Repérer les paroles rapportées 2 Repérage des paroles et de leur locu-


directement teur
« Regardez bien, ma sœur,
1 a. et b. Repérage des paroles rappor- Est-ce assez ? dites-moi : n’y suis-je point encore ?
tées directement et des verbes de parole – Nenni. – M’y voici donc ? – Point du tout. – M’y
du texte voilà ?
– Vous n’en approchez point. »
Le Vieux s’avança lentement au centre du village
et parla :
REMARQUE : les guillemets indiquent le début et la fin du
– Demain, j’irai chez les dieux, dit-il.
dialogue. Les changements de locuteur sont indiqués par
Un murmure courut dans la tribu. Puis Thôz ap- des tirets. Cependant, les contraintes de la versification
procha du Vieux un siège, simple bille de bois qu’il interdisent le retour à la ligne, ce qui rend le dialogue plus
posa d’une main sur son épaule avant de la laisser difficile à comprendre.
tomber derrière Celui-qui-sait-tout. Le Vieux s’assit.
– Demain, dit-il, je monterai dans les montagnes de
Cuba jusqu’à Santiag, la ville des dieux.
– Rah ! firent les voix profondes des chasseurs.
Stefan Wul, Niourk (1970), © Denoël, 1999.

16 GRAMMAIRE
Mettre en page et ponctuer b. La version contenant un dialogue rapporté di-
rectement est plus vivante. Le style indirect devient
un dialogue lourd par l’accumulation des subordonnées.

GRAMMAIRE
3 Dialogue ponctué
Deux chevaliers en mission commandée par le roi se Varier et conjuguer les verbes
présentent chez une pauvre femme. de parole
« Le roi nous envoie chercher un médecin, nous
devons passer en Angleterre. 7 Phrases complétées
– Pourquoi en Angleterre ? dit la dame. 1. « Hourra ! Nous avons gagné ! » s’écrient les
– Il faut un très grand médecin. La fille du roi joueurs de hand-ball.
est malade. Depuis huit jours elle ne peut plus ni 2. « Versez peu à peu la farine dans le mélange
manger ni boire, une arête de poisson lui barre et œuf-sucre pour éviter les grumeaux », explique le
lui bouche le gosier. Le roi nous a comm… grand chef cuisinier.
– Les bons médecins ne sont pas tous au loin, 3. « Je te répète que ton train part dans une heure.
répète la dame. Mon mari s’y connaît pour les hu- Dépêche-toi ! » insiste-t-elle.
meurs ; je crois qu’il est aussi savant qu’Hippocrate. 4. « Chut, ne nous faisons pas repérer », chuchote
– Vous voulez rire ! l’enquêteur à son équipier.
– Oh ! non, fait-elle, je n’ai guère le cœur à 5. « Qui va là ? » demande le policier.
rire… Mais c’est vrai qu’il est drôle, je vous préviens.
« Le vilain mire » (XIIIe siècle), Les Fabliaux
du Moyen Âge, adapt. P. Gaillard et F. Rachmühl, © Hatier.
Écrire un dialogue
4 Dialogue mis en page
8 Texte d’origine
« Voilà qui ne nous apprend pas grand-chose !
– Nous avons un bon besant d’or, patron. Pouvez-
dit-il en me la restituant.
vous nous le peser exactement et nous rendre la
– Elle ne nous dit même rien du tout.
monnaie ?
– L’écriture, pourtant, est intéressante.
– Volontiers, mes amis.
– Mais ce n’est pas la sienne !
– Qui est-ce qui l’a ? C’est toi, Robert ?
– C’est justement pour ça ! C’est une écriture de
– Non.
femme. »
– C’est donc Barbe-fleurie ?
Je protestai.
– Eh non, ça doit être toi.
« Sûrement pas ! C’est une écriture d’homme !
– Pas du tout.
– Non, Watson, de femme. J’ajouterai qu’il s’agit
– C’est toi, alors ?
d’une femme qui a du caractère. »
– Mais non, je te dis.
Arthur Conan Doyle, Le Traité naval (1893),
trad. H. Évie, L. Maricourt, M. Le Houbie, © EJL. – Alors, qui c’est ? »
Le patron commence à s’impatienter et à s’inquiéter :
– Ah ! dépêchez, s’il vous plaît. Si vous ne payez pas,
Transformer un texte en dialogue je vous fais enfermer. Les sergents seront vite ici.
Courtebarbe, « Les trois aveugles de Compiègne »
(XIIIe siècle), Les Fabliaux du Moyen Âge,
5 X Pistes pour la correction adapt. P. Gaillard et F. Rachmühl, © Hatier.

On veillera à la présence de verbes de parole variés,


sous forme de propositions incises et conjugués au 9 a. Texte remis en ordre
passé simple. Ces verbes pourront être complétés
3. « Nous tombons !
par les indications scéniques du texte initial.
8. − Jetez du lest !
5. − Voilà le dernier sac vidé !
6 X
Pistes pour la correction 1. − La mer est sous la nacelle !
a. On acceptera des tournures familières dans les 2. − Le ballon se relève-t-il ?
paroles rapportées, du moment qu’elles ne conta- 7. − Non !
minent pas le récit. On veillera à la mise en page 4. − J’entends comme un clapotement de vagues !
du dialogue. 6. − Elle ne doit pas être à cinq cents pieds de
nous ! »

5. Les paroles rapportées directement 17


b. X Pistes pour la correction 11 X Pistes pour la correction
Le texte et le dialogue attendus doivent prendre
en compte la situation de crise. On veillera en Le dialogue doit s’appuyer sur les indices donnés
outre à la présence de verbes de parole variés, sous par le récit : colère et mépris de certains, allégeance
forme de propositions incises et conjugués au passé pour d’autres, pardon final. On veillera à la cohé-
simple. rence des systèmes de temps utilisés et à la variété
des verbes de parole.

10 a. et b. Analyse du niveau de langue /


transposition de l’intrus
12 X Pistes pour la correction

1. Soutenu / bagnole → automobile. Ce dialogue doit voir s’affronter deux positions. Cet
2. Courant / un’ p’tite → une petite. affrontement sera notamment perceptible dans le
3. Familier / t’obtempères → t’obéis ou tu fais c’ que choix des verbes de parole.
j’dis.
4. Courant / flotter → pleuvoir.
5. Soutenu / gosses → enfants.
6. Courant / toubib → médecin.

ATE LI E R DE LECTU RE- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 31

Insérer un dialogue dans un récit


« Estula » (XIIIe siècle), Les Fabliaux du Moyen Âge

LECTURE b. Le nom du chien Estula a la même prononciation


que la question Es-tu là ?. Il y a donc bien un qui-
1 a. Eux sont pauvres, le riche est sot (l. 1-2). proquo puisque le fils pense appeler son chien alors
Cette phrase met en évidence deux oppositions que le voleur imagine que son comparse l’appelle.
entre les personnages du fabliau : pauvre/riche et,
de manière implicite, malin/sot. 5 a. La nuit est noire comme la suie (l. 15-16).
b. Le proverbe Pauvreté fait perdre la tête à plus Cette obscurité permet le quiproquo puisque seules
d’un (l. 3-4) justifie en quelque sorte l’action à venir. les voix sont perceptibles.
b. Le fils a peur (l. 16) et rentre bouleversé (l. 19).
2 Ces paroles sont prononcées par le narrateur
et annoncent le début des péripéties. Le narrateur
des fabliaux intervient très souvent dans son récit. ÉCRITURE
3 L’ordre donné par le père (l. 9-10) est au dis- 6 X Critères d’évaluation
cours direct : celui-ci est signalé par des guillemets, – Respect de la consigne : prise en compte des
une interpellation, fils et l’emploi du présent de schémas narratifs et actanciels du fabliau.
l’impératif, dis, va, appelle. – Respect des règles de mise en page et d’écriture
du dialogue.
4 a. Dans le premier passage, les paroles sont – Registre comique.
rapportées par le fils (il crie) ; la réponse est donnée
par une voix, du côté des moutons. Le lecteur com-
prend qu’il s’agit d’un des deux voleurs.

18 GRAMMAIRE
MISE AU POINT

6 Analyser un verbe
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 32-35

GRAMMAIRE
INSTRUCTIONS OFFICIELLES
Les modes verbaux : • L’objectif de ce chapitre est de consolider l’identification des groupes,
– l’indicatif et le subjonctif ; modes et temps verbaux. Les élèves peuvent ainsi s’appuyer sur cette re-
– le conditionnel ; connaissance afin d’analyser les valeurs des temps et les modes verbaux
– les modes non personnels sans erreur.
du verbe (infinitif, parti- • Cette leçon s’appuie sur la compréhension des textes pour la lier à l’utilisa-
cipe, gérondif). tion pertinente d’un temps ou d’un mode verbal. Ce chapitre pourra être
abordé tôt dans l’année, en lien avec le texte narratif et descriptif.

E XE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 34-35

Identifier un verbe, son mode, qu’il ait haï : subjonctif, passé, 3e pers. du sg.
son groupe, son temps, sa personne nous mettrions : conditionnel, présent, 1re pers. du
plur.
ils battraient : conditionnel, présent, 3e pers. du
1 Groupes verbaux et infinitifs plur.
1. on découvrit : découvrir, 3e groupe. j’avais écrit : indicatif, plus-que-parfait, 1re pers. du
2. de nombreux Américains partirent : partir, sg.
3e groupe. vous rîtes : indicatif, passé simple, 2e pers. du plur.
3. des villages existaient : exister, 1er groupe – ils
étaient : être, auxiliaire.
4 a. et b. Temps simples et composés
4. ces villages se transformèrent : se transformer,
1er groupe. nous créerons : indicatif, futur simple → nous au-
5. la région se dépeupla : se dépeupler, 1er groupe. rons créé.
6. cet épisode a inspiré : inspirer, 1er groupe – qui il naquit : indicatif, passé simple → il fut né.
participa : participer, 1er groupe. j’investissais : indicatif, imparfait → j’avais investi.
7. il écrivit : écrire, 3e groupe – qu’il rencontra : ren- tu conclus : indicatif, présent → tu as conclu.
contrer, 1er groupe. passé simple → tu eus conclu.
vous apprécieriez : conditionnel, présent → vous
auriez apprécié.
2 Modes et temps verbaux ils peuvent : indicatif, présent → ils ont pu.
Modes verbaux : infinitif, participe, conditionnel, tu jettes : indicatif, présent → tu as jeté.
impératif, subjonctif. subjonctif, présent → tu aies jeté.
Temps verbaux : passé, conditionnel, futur anté- vous dûtes : indicatif, passé simple → vous eûtes dû.
rieur, présent, imparfait.
REMARQUE : le conditionnel peut être considéré comme
5 Verbes conjugués
un temps ou un mode verbal selon sa valeur.
1. nous envoyions.
2. vous rougîtes.
3 Mode, temps et personne des verbes
3. il/elle recevrait.
conjugués 4. ils/elles cèdent.
tu eus fui : indicatif, passé antérieur, 2e pers. du sg. 5. tu auras grandi.
je cède : indicatif ou subjonctif, présent, 1re pers. 6. j’ai été.
du sg. 7. nous jouerons.
vous acquériez : indicatif, imparfait ou subjonctif,
présent, 2e pers. du plur.

6. Analyser un verbe 19
6 Mode, temps, infinitif et personne des 10 Verbes conjugués au subjonctif
verbes conjugués sachions – allassiez – aille – viennes.
1. dorent : indicatif, présent, dorer, 3e pers. du plur.
dort : indicatif, présent, dormir, 3e pers. du sg. 11 Mode et temps des verbes soulignés
2. peignent : indicatif, présent, peindre, 3e pers. du
plur. 1. je rencontrais : indicatif, imparfait.
peignent : indicatif, présent, peigner, 3e pers. du je ne la reconnaîtrais pas : conditionnel, présent.
plur. 2. je l’inviterais : conditionnel, présent.
3. se confient : indicatif, présent, se confier, 3e pers. nous soyons : subjonctif, présent.
du plur. 3. elle me demande : indicatif, présent.
confit : indicatif, présent, confire, 3e pers. du sg. je ne refuserai pas : indicatif, futur simple.
4. s’écrient : indicatif, présent, s’écrier, 3e pers. du 4. je ne pense pas : indicatif, présent.
plur. qu’elle aime : subjonctif, présent.
s’écrit : indicatif, présent, s’écrire, 3e pers. du sg.

Récrire un texte en modifiant


Reconnaître les différents la personne
modes personnels
12 Texte récrit à la 3e personne du singulier
7 a. Verbes conjugués à l’indicatif Il tourna... son regard, car il n’ignorait pas... il
a-t-il rendu (passé composé, l. 3) – j’ai servi (passé n’aperçut... l’avaient amené là où il était... peu de
composé, l. 3-4) – a prêté (passé composé, l. 5) – distance d’eux... il distinguait...
a renvoyé (passé composé, l. 6-7) – est (présent,
l. 8 et 10) – se dérobe (présent, l. 9) – désirais 13 Texte récrit à la 1re personne du singulier
(imparfait, l. 11). Je lui coupai la langue et la mis dans ma chausse...
b. Verbes conjugués à l’impératif je marchai... que je voyais... contre mon corps... je
oubliez (l. 1) – parlez (l. 10). tombai...

8 Verbes conjugués au conditionnel


j’aimerais (l. 2) – je donnerais (l. 6) – je ne laisserais
pas (l. 8) – je voudrais (l. 14).

9 Verbes conjugués à l’indicatif, au sub-


jonctif ou au conditionnel
verbes conjugués à l’indicatif : courions – mourrai –
finissent – aimeront – faisons.
verbes conjugués au subjonctif : courions – finisse –
finissent.
verbes conjugués au conditionnel : mourrais –
voudrait.
Attention aux formes homophones !

20 GRAMMAIRE
7 Les valeurs des modes
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 36-41

GRAMMAIRE
INSTRUCTIONS OFFICIELLES
Les valeurs et emplois des modes verbaux : • L’objectif du chapitre est d’initier les élèves à
– l’indicatif (inscription dans le réel) et le subjonctif l’analyse du mode verbal. On mettra l’accent
(imagination en pensée) ; sur l’identification des quatre modes person-
– le conditionnel en emploi modal (conditionnel de nels et l’analyse de leurs principales valeurs.
l’information incertaine, conditionnel d’atténuation
ou de politesse, conditionnel du jeu ou de l’imaginaire).

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 36

Texte : Herman Melville, Moby Dick (1851)

X
L’activité propose un extrait de roman mêlant
3 et 4
récit, paroles rapportées et passage explicatif. Le
repérage des modes constitue la première étape. Indicatif Impératif Conditionnel Subjonctif
D’un point de vue méthodologique, il sera inté- portent Jetez pourrait soit
ressant de se servir des tableaux de conjugaison Le mode Le mode Le mode Le mode
de la fin de l’ouvrage pour aider à l’identification du verbe du verbe du verbe du verbe
des modes verbaux. Ensuite l’élève sera sensibilisé à évoque un permet montre exprime un
l’étude des valeurs modales. fait réalisé. d’exprimer que le fait fait virtuel,
un ordre. est soumis dont la réa-
1 L’équipage de la baleinière est confronté à un à une lisation est
violent orage (éclairs, salve de tonnerre). condition. simplement
envisagée.
2 De la ligne 8 à la ligne 17, le récit est inter-
rompu par un passage explicatif sur l’usage du pa-
ratonnerre.

E XE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 38-40

Reconnaître les quatre modes 2 Verbes conjugués


personnels nous disons – disons – nous dirions – que nous
disions.
1 Repérage des modes verbaux dans les tu vois – vois – tu verrais – que tu voies.
phrases vous savez – sachez – vous sauriez – que vous
sachiez.
1. Demain soir, nous irons (indicatif) au théâtre.
tu pars – pars – tu partirais – que tu partes.
2. J’aimerais (conditionnel) que la pièce que l’on
verra (indicatif) soit (subjonctif) drôle.
3. N’oubliez (impératif) pas vos billets !
4. Je ne crains (indicatif) pas que vous vous en-
nuyiez (subjonctif).

7. Les valeurs des modes 21


3 Formes verbales analysées 9 Identification du temps et du mode et
valeur des verbes du texte
indicatif impératif conditionnel subjonctif
savez (présent de l’indicatif, action réalisée).
permettions veuille voudrait permettions
partez partez aimerions veuille chantez (présent de l’impératif, ordre ou prière).
partiez aie partiez pourriez (présent du conditionnel, fait soumis à
allât une condition).
aie auriez (présent du conditionnel, fait soumis à une
REMARQUE : cet exercice permet de mettre en évidence condition).
les homographies possibles. s’évertue (présent de l’indicatif, action réalisée).
voudrait (présent du conditionnel, fait soumis à
une condition).
4 Analyse du temps et du mode des
verbes du texte
sors (présent de l’impératif). Choisir la bonne forme verbale
sors (présent de l’indicatif).
attends (présent de l’impératif). 10 Phrases complétées
emportes (présent de l’indicatif).
emporterais (présent du conditionnel). 1. Tu écoutes la leçon.
viens (présent de l’impératif). 2. Écoute la leçon !
montre (présent de l’impératif). 3. Va travailler en permanence !
as mis (passé composé de l’indicatif). 4. Quand tu as fini de déjeuner, tu vas travailler en
voyez (présent de l’impératif). permanence.

11 Phrases complétées
Analyser la valeur des modes 1. Si j’ai de l’inspiration, j’écrirai un poème.
personnels 2. Si j’avais de l’inspiration, j’écrirais un poème.
3. Pour améliorer le dernier vers, j’aimerais trouver
5 Valeur des verbes au conditionnel une rime riche.
4. Je devrai/devrais aussi inventer des images ori-
1. politesse.
ginales.
2. action soumise à une condition.
3. action soumise à une condition. REMARQUE : pour la phrase 4, où les deux modes sont
possibles, on fera remarquer aux élèves la nuance de sens.
4. information incertaine.

6 Identification et valeur des verbes au 12 Phrases complétées


conditionnel du texte 1. Je ne pense pas que l’on voie mieux que les ra-
paces.
On trouve dans cette devinette cinq occurrences du
2. Je doute que l’on coure plus vite que les félins.
verbe être au conditionnel présent. Dans tous les
3. Il est certain que le chien a plus de flair que nous.
cas il exprime un fait soumis à une condition, celle-
4. Et pourtant l’homme affirme qu’il est supérieur
ci étant exprimée par une proposition conjonctive
aux animaux !
introduite par si.

7 Valeur des verbes à l’impératif 13 Verbes conjugués dans les phrases


1. Respecte ton environnement.
1. ordre. 3. défense.
2. Il est utile que nous triions nos déchets.
2. prière. 4. conseil.
3. Si nous faisions plus attention, nous consomme-
rions moins d’eau.
8 Valeur des verbes au subjonctif 4. Prenons conscience de la nécessité de préserver
1. action envisagée selon un sentiment (peur). notre planète.
2. volonté. 5. Éteins/éteignez la lumière en quittant une pièce.
3. volonté. 6. C’est dommage que tu n’aies pas un nichoir à
4. volonté. chauve-souris.
5. souhait.

22 GRAMMAIRE
14 Texte complété 16 X Pistes pour la correction
Lors le maître des chevaliers le voit et dit à ses Outre la correction des phrases, on pourra discuter
compagnons : de la pertinence des conseils proposés !
− Arrêtez ! Restez en arrière ! Ce garçon est chu

GRAMMAIRE
de peur que nous lui avons faite. Si nous allions vers 17 X Pistes pour la correction
lui ensemble, il serait si épouvanté qu’il en mourrait
peut-être, et il ne pourrait plus répondre à ce que Outre les verbes conjugués, on veillera à la préci-
je veux demander. sion des indicateurs spatiaux.
Les compagnons s’arrêtent et le maître va vers
le garçon à grande allure. Il le salue. Il le rassure : 18 X Pistes pour la correction
− Garçon, n’aie donc pas peur ! L’exercice ne présente aucune difficulté, mais il est
− Je n’ai pas peur, dit le garçon, par le Sauveur l’occasion de rappeler la structure : si + imparfait de
en qui je crois ! Êtes-vous Dieu ? l’indicatif, conditionnel.
− Non, certes !
− Alors, qui êtes-vous donc ?
− Un chevalier. 19 Suite du texte original
− Chevalier ? Je ne connais personne ainsi « … que la nature t’a fait produire les fruits
nommé ! Jamais je n’en ai vu. Mais vous êtes plus que voici pour que je m’en nourrisse ? Tu ne vois
beau que Dieu. Vous ressembler je le voudrais, tout pas que tu n’existes que pour me procurer cette
brillant et fait comme vous ! nourriture  ? Gueux que tu es, ne sais-tu pas que,
Chrétien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal (XIIe siècle), dès l’hiver prochain, tu serviras à alimenter et à
trad. J.-P. Foucher et A. Ortais, © Gallimard.
entretenir le feu ? » Et l’arbuste écouta tout cela
en pleurant. Quelques jours plus tard, le merle se
trouva pris dans un filet. Pour fabriquer la cage
Écrire en employant les modes d’osier où on allait l’enfermer, on se servit, entre
verbaux autres, des fines branches du troène. Et le troène,
tout réjoui que ses branches devinssent cause de la
15 X Pistes pour la correction captivité du merle, parla, et voici ce qu’il dit : « Ô
merle, c’est moi ! Contrairement à ce que tu disais,
On veillera à la variété des verbes utilisés. On pour-
le feu ne m’a pas encore brûlé ! Et je te vois réduit
ra commenter le ne explétif dans la phrase 4.
en esclavage, avant que toi tu ne m’aies vu réduit
en cendres. »
Léonard de Vinci, Maximes, fables et devinettes,
trad. par C. Mileschi, © Arléa.

7. Les valeurs des modes 23


ATE LI ER D E LECTU R E- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 41

Écrire un dialogue
Jack London, Croc-Blanc (1906)

LECTURE b. Le mode employé est le subjonctif qui marque


que l’action est soumise au jugement du locuteur.
1 Le diagnostic du médecin occupe les lignes 4 à c. Dans la comparaison utilisée par le chirurgien,
9. Les verbes y sont conjugués à l’indicatif puisque comme on le ferait pour un être humain (l. 19), le
l’on y constate des faits. verbe est au conditionnel. Il exprime un fait soumis
à condition (= comme on le ferait s’il était un être
2 a. Croc-Blanc a peu de chances de survivre : Il humain).
n’a pas une chance sur dix mille ! (l. 8-9).
b. La détermination du juge Scott à sauver Croc- ÉCRITURE
Blanc se traduit par de nombreux ordres lancés à
l’impératif : regardez (l. 11) – passez (l. 12) – faites 5 X Critères d’évaluation
(l. 12) – envoie (l. 13).
– Respect de la consigne : discours descriptif puis
3 Le juge a confiance en son chirurgien, mais il dialogue.
– Respect des règles de mise en page et d’écriture
préfère avoir d’autres avis : Ce n’est pas que nous
du dialogue.
n’ayons pas confiance en vous, docteur (l. 14-15).
– Emploi des quatre modes verbaux.
4 a. Le chirurgien accepte ses précautions. À la
prière du juge Scott, comprenez-le (impératif pré-
sent, l. 15), il répond par l’affirmative : bien sûr
(l. 17).

24 GRAMMAIRE
MISE AU POINT

8 Raconter au présent ou au passé


LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 42-45

GRAMMAIRE
INSTRUCTIONS OFFICIELLES
DE 5e ET 6e • L’objectif du chapitre est de distinguer système du présent et système du passé
– Les valeurs des et de reconnaître les temps verbaux qui leur sont propres, pour que les élèves ne
temps composés les mêlent pas dans une production écrite. Il s’agit de vérifier si les élèves savent
(l’accompli et repérer la chronologie d’un récit, distinguer les actions antérieures et les ac-
l’antériorité). tions postérieures et s’ils savent transposer un texte d’un système à un autre.
– Se situer dans Le chapitre débouche sur la production d’un texte narratif au passé.
le temps : passé / • Les valeurs des temps simples sont traitées dans le chapitre 9, les valeurs des
présent / futur. temps composés dans le chapitre10.
• Ce chapitre peut être étudié tôt dans l’année. Il prendra facilement place dans une
séquence de révisions sur le récit à partir d’un texte du Moyen Âge (roman de
chevalerie ou chanson de geste, par exemple La Chanson de Roland) ou d’un récit
d’aventures (par exemple Vendredi ou la Vie sauvage de Michel Tournier, Robinson
Crusoé de Daniel Defoe ou L’Île au trésor de Stevenson, etc.).
• Les chapitres de conjugaison sont des prérequis. On n’hésitera pas à diriger les
élèves vers les tableaux ou les chapitres de conjugaison (présent de l’indicatif
➜ CHAPITRE 19, passé simple ➜ CHAPITRE 21, le futur simple et le présent du condition-
nel ➜ CHAPITRE 22, la formation des temps composés ➜ CHAPITRE 23).

E XE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 44-45

Reconnaître le système temporel Repérer les actions antérieures


et les temps employés et postérieures
1 Repérage du système temporel et des 2 Repérage des actions postérieures et
temps employés du temps employé
a. et b. Texte 1 : système du présent. actions postérieures à commençai : pourrais (l. 1) –
présent : est (l. 3) – est (l. 4) – rejoint (l. 5) – com- seraient (l. 3) – pourraient (l. 4).
mence (l. 6). actions postérieures à résolus : soufflerait (l. 8) –
passé composé : s’est levé (l. 1) – a entendu (l. 1-2) briserait (l. 8).
– est venu (l. 2). Le temps employé pour exprimer la postériorité
dans ce récit au passé est le conditionnel présent
Texte 2 : système du passé. ou futur dans le passé.
passé simple : se leva (l. 1) – fut convenu (l. 4).
plus-que-parfait : avaient mis (l. 3). 3 Repérage des actions antérieures et des
conditionnel présent (futur dans le passé) : assem- indications temporelles
blerait (l. 4) – prendrait (l. 6).
a. avaient-ils fait (l. 5) – avaient été (l. 6) – avaient
REMARQUE : le verbe fut convenu est conjugué au passé
simple de la voix passive, on veillera à ce que les élèves ne survécu (l. 8) – ne s’y était ajoutée (l. 9).
le confondent pas avec un temps composé, notamment le Les verbes qui expriment l’antériorité dans ce récit
passé antérieur. au passé sont conjugués au plus-que-parfait.
b. Indications temporelles qui soulignent l’antério-
rité : autrefois (l. 5) – très, très longtemps (l. 7).

8. Raconter au présent ou au passé 25


4 Actions situées sur un axe du temps pour y apprendre l’art de lire dans les étoiles ; des
pirates ont assailli la nef : blessé, il s’est enfui sur
passé présent futur cette barque. On le croit : nul des compagnons
I I I du Morholt ne reconnaît le beau chevalier de l’île
a poursuivi dit regrettera Saint-Samson, si laidement le venin a déformé ses
a eu traits. Mais quand, après quarante jours, Iseut aux
cheveux d’or l’a presque guéri, comme déjà, en
ses membres assouplis, commence à renaître la
Employer les temps grâce de la jeunesse, il comprend qu’il faut fuir ; il
qui conviennent s’échappe, et, après maints dangers courus, un jour
il reparaît devant le roi Marc.
5 Verbes conjugués au système du D’après Le Roman de Tristan et Iseut (XIIe siècle),
adapt. J. Bédier.
présent
REMARQUE : on pourra demander aux élèves quelle ver-
Roland constate qu’il a perdu… Il se relève et sion ils préfèrent. Le système du présent rend le récit plus
fait tous les efforts qu’il peut mais toute couleur vivant tandis que le système du passé participe au carac-
a disparu… Devant lui se trouve une grosse roche tère littéraire et soutenu du texte.
noire… il la frappe… L’acier crisse mais ne se rompt
pas ; il ne s’ébrèche même pas. […] 8 Texte récrit entièrement au système
Quand le comte s’aperçoit qu’il ne peut pas… il la
du passé
plaint en lui-même.
[…]
Mais il tardait à revenir et les perdrix se trou-
6 a. Verbes conjugués aux temps du vaient prêtes. La dame les tira de la broche, pinça
système du passé un peu de peau cuite qui restait à ses doigts et,
Juana cessa… Le petit trou semblait… ses bords gourmande comme elle était, elle s’en régala. Puis-
avaient pâli… l’enflure rouge s’était étendue… Et qu’ elle en avait l’occasion, elle céda à la satisfac-
tous ces gens connaissaient… ils le savaient, vien- tion de ses désirs. Elle attaqua alors une des perdrix
draient l’enflure et la fièvre, puis les contractions et en mangea les deux ailes : si on lui demandait
de la gorge, les crampes d’estomac… si la dose de (ou si on venait à lui demander) plus tard ce que les
poison était suffisante, Coyotito mourrait. Mais la perdrix étaient devenues, elle saurait très bien se
douleur de la piqûre se dissipait. Les cris de Coyo- tirer d’affaire.
tito se transformèrent… D’après « Les perdrix » (XIIIe siècle), Fabliaux du Moyen Âge,
trad. A. Micha, © Flammarion.
REMARQUE : on veillera à ce que les élèves repèrent bien
le sujet inversé de venir (l. 8) et accordent le verbe en
conséquence.
b. Verbes conjugués aux temps du système
Écrire un récit au passé
du présent
9 X Pistes pour la correction
Juana cesse… Le petit trou semble… ses bords ont
pâli… l’enflure rouge s’est étendue… Et tous ces Le récit des élèves doit prendre en compte l’arri-
gens connaissent… ils le savent, viendront l’en- vée du personnage du clerc qui avait plus d’un tour
flure et la fièvre, puis les contractions de la gorge, dans son sac : il va vraisemblablement profiter du
les crampes d’estomac… si la dose de poison est handicap des trois aveugles pour s’enrichir.
suffisante, Coyotito mourra. Mais la douleur de la Les élèves doivent employer le système du passé ;
piqûre se dissipe. Les cris de Coyotito se transfor- on veillera à la cohérence de l’emploi des temps et
ment… à ce qu’ils ne mêlent pas les deux systèmes tempo-
rels. On attend aussi que le récit soit mené par un
narrateur à la troisième personne et qu’il soit com-
Changer le système temporel posé en paragraphes qui marquent les différentes
étapes du récit.
d’un texte
7 Texte récrit au système du présent
Il conte qu’il est un jongleur qui a pris passage
sur une nef marchande ; il navigue vers l’Espagne

26 GRAMMAIRE
9 Les valeurs des temps simples
de l’indicatif LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 46-51

GRAMMAIRE
INSTRUCTIONS OFFICIELLES DE 6e
– Se situer dans le temps : passé / présent • Les objectifs du chapitre sont :
/ futur. – repérer l’alternance passé simple / imparfait dans un récit
– Le présent (présent de vérité générale, mené au système du passé ;
présent d’actualité, présent de narra- – connaître les principales valeurs de ces deux temps ;
tion). – repérer les valeurs du présent et du futur de l’indicatif.
– Le passé simple et l’imparfait (premier Le chapitre peut déboucher sur la production d’un récit
plan et arrière-plan dans un récit ; dans lequel les temps seront correctement employés.
l’imparfait dans la description ; le passé • Ce chapitre pourra être étudié tôt dans l’année et intégré
simple dans la narration ; action ou état à une séquence sur le récit (tiré de la littérature du Moyen
borné / non borné). Âge ou d’un récit d’aventures). Il pourra compléter le cha-
– Le futur (valeur temporelle de projection pitre 8 de mise au point sur le récit au présent et au passé.
dans l’avenir ; valeurs modales de futur • Le chapitre peut être associé à des chapitres de conjugai-
catégorique ou de futur de supposition). son du présent de l’indicatif (➜ CHAPITRE 19), du passé simple
(➜ CHAPITRE 21), du futur simple de l’indicatif (➜ CHAPITRE 22)
et des temps composés (➜ CHAPITRE 23).

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 46

Texte : «  Un jongleur en enfer », Les Défauts dans les fabliaux (2006)


X Le texte de l’activité est le début d’un fabliau ; 3 a. et d. actions principales qui n’ont lieu
il en rapporte la situation initiale, l’élément per- qu’une fois : mourut (l. 10) – vit (l. 13) – vint (l. 14)
turbateur et le début des péripéties. Il mêle donc J passé simple.
description et narration, arrière-plan présenté dans
la situation initiale qui permet de planter le décor, actions qui durent : était (l. 1) – se faisait (l. 2) –
et premier plan rapporté ensuite. Ce texte permet allait (l. 3) – allait (l. 5) – avait (l. 6) – étaient (l. 7) –
ainsi d’observer l’alternance des temps dans un aimait (l. 8) – menait (l. 9) J imparfait de l’indicatif.
récit au passé (passé simple / imparfait). actions qui se répètent ou ont lieu habituellement :
Le texte montre également que l’on peut rencon- se faisait (l. 2) – allait (l. 3) – allait (l. 5) – avait (l. 6)
trer des occurrences du présent dans un récit au J imparfait de l’indicatif.
passé, qu’il renvoie au moment de l’écriture ou description (décor / personnages / objets) : était
qu’il exprime une vérité générale. (l. 1) – étaient (l. 7) J imparfait de l’indicatif.
REMARQUE : tous les verbes conjugués à l’imparfait de
1 a. L’indication temporelle employée au début l’indicatif peuvent être placés dans la colonne « actions
du récit est jadis (l. 1). qui durent » ; en effet, il s’agit de la valeur aspectuelle
b. Le système du passé est employé dans ce récit. de l’imparfait qui exprime une action non délimitée dans
le temps (action non bornée) et qui s’oppose en cela au
2 Dans le premier paragraphe, le verbe qui ren- passé simple (action bornée). Cette valeur aspectuelle de
l’imparfait s’accompagne d’une valeur stylistique, à savoir
voie au moment de l’écriture est je ne sais plus l’arrière-plan, la description ou la répétition. Mener de
(l. 1-2) ; il est conjugué au présent de l’indicatif. On front les deux systèmes d’analyse peut se révéler com-
pourra préciser qu’il s’agit du présent d’actualité. plexe pour certains élèves.
REMARQUE : les élèves peuvent être amenés à relever ne
croyez pas que je vous mente (l. 5) qui renvoie également 3. b. Dans le premier paragraphe, les indica-
au moment de l’écriture car le narrateur s’adresse au
lecteur (avec le présent de l’impératif).

9. Les valeurs des temps simples de l’indicatif 27


tions temporelles qui soulignent l’habitude sont : l’histoire du jongleur car elle a une valeur générale,
souvent (l. 2) – souvent (l. 3) – bien souvent (l. 5-6) qui dépasse le cadre du récit. Le verbe cherchent
– parfois (l. 6). est conjugué au présent de l’indicatif ; il s’agit d’un
3. c. L’indication temporelle qui souligne le déclen- présent de vérité générale.
chement de l’action est un jour (l. 10).

4 a. et b. Cette phrase ne s’applique pas qu’à

E X E RC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 48-50

Identifier les valeurs du présent 5 Verbes conjugués à l’imparfait


et du futur ARLEQUIN, seul. – Je m’appelais Arlequin. J’étais
qu’un pauvre bougre, sans sou et sans travail. Mais
1 Verbes conjugués et repérage des valeurs je connaissais bien les secrets du monde car j’avais
beaucoup voyagé !
1. … Robinson devient… : présent de narration.
Je savais rire (il rit), chanter (il chante), j’étais
2. Robinson Crusoé célèbre… : présent d’habitude.
vaillant et costaud (il montre ses muscles et fait
3. Vendredi incarne… : présent de vérité générale.
semblant de porter une charge très lourde).
4. En 1971, Michel Tournier adapte… il publie… :
D’après Carlo Goldoni, Les Trente-deux Infortunes
présent de narration. d’Arlequin (1751).
5. Jeudi prochain, nous commençons… : futur
Les verbes entre parenthèses n’ont pas été modi-
proche.
fiés : le présent de l’indicatif a été conservé car il
s’agit de didascalies, c’est-à-dire d’indications scé-
2 Repérage des verbes au futur et de leur niques qui renvoient au moment où le personnage
valeur parle sur scène ; ce sont des présents d’actualité.
1. partira : futur catégorique. REMARQUE : j’ai beaucoup voyagé (l. 3-4), qui est conju-
2. participeront : futur catégorique. gué au passé composé, doit être transposé au plus-que-
parfait afin d’exprimer l’antériorité par rapport aux
3. débutera : futur catégorique.
verbes à l’imparfait de l’indicatif.
4. fera : futur de supposition.
5. fabriqueront : futur catégorique.
6 Verbes conjugués au présent ou au futur
3 Repérage des verbes au présent et de Quand naîtra l’enfant que tu portes… je verrai…
leur valeur J’ai… tu n’auras pas… ce que tu peux… c’est…
quand les juges l’apprendront… on t’arrêtera…
se divise (l. 1) – s’enchaînent (l. 2) – s’intéresse
j’irai… si je peux / puis…
(l. 2-3) – étudie (l. 4-5) – réglemente (l. 6) – permet
(l. 6) – ressens (l. 8) J présent de vérité générale.
Il s’agit d’un texte explicatif sur les différentes com-
posantes de la grammaire.
Justifier l’emploi de l’imparfait
et du passé simple
4 Repérage de la valeur du présent dans
7 Repérage des actions principales et de
le texte
l’arrière-plan du récit
Le texte est écrit au présent de narration ; il rap-
actions principales du récit conjuguées au passé
porte des faits passés en les rendant plus actuels
simple : négligea (l. 3) – convoqua (l. 4) – se dirigea
pour le lecteur. Le récit est ainsi plus vivant que s’il
(l. 4-5) – s’éleva (l. 6) – s’équipèrent (l. 7) – coururent
était écrit au passé simple et à l’imparfait.
(l. 7) – vint (l. 10).
Prolongement verbes à l’imparfait de l’indicatif qui expriment
l’arrière-plan du récit : était (l. 1) – battait (l. 9) – se
On peut demander aux élèves de transposer le récit désolait (l. 11) – regrettait (l. 11) – aimait (l. 12).
aux temps du passé (passé simple et imparfait), à REMARQUE : cet exercice pourra être l’occasion de sou-
l’écrit ou à l’oral, afin de voir s’ils en distinguent ligner l’aspect duratif des imparfaits du deuxième para-
les valeurs. graphe (battait, se désolait…), contrairement aux passés

28 GRAMMAIRE
simples du premier paragraphe (convoqua, se dirigea, longs, et ses pieds se posaient (imparfait)… La
s’éleva…) qui marquent une succession d’actions rapides. gravité calme respirait (imparfait)… l’idée ne ve-
nait (imparfait) pas à l’esprit… Aussi, les hourras et
8 Verbes conjugués à l’imparfait et les applaudissements ne cessèrent (passé simple)

GRAMMAIRE
repérage des valeurs qu’au moment où le docteur Fergusson réclama
(passé simple) le silence…
1. … Noémie se rendait… : action habituelle (qui
se répète).
2. Nous roulions… : action secondaire.
3. Tout était… : description.
Analyser la valeur des temps
4. Lorsque nous frappions…, elle se tenait…  : de l’indicatif dans un texte
actions habituelles (qui se répètent).
5. Les enfants attendaient… et songeaient… : 12 a. Repérage de la valeur des temps des
actions inscrites dans la durée et non délimitées verbes soulignés
dans le temps. tombe : présent de vérité générale.
6. Les arbres se teintaient… : description. accompagnait : action inscrite dans la durée et non
délimitée dans le temps.
9 Repérage des temps et de leurs valeurs sera : futur catégorique.
était : imparfait de description. refusa : passé simple de premier plan.
suffisait : imparfait qui exprime une action habi- b. Repérage des verbes conjugués au
tuelle ou répétée. présent de l’indicatif et de leurs valeurs
s’efforçait : imparfait qui exprime une action habi- il se faut (v. 1) : présent de vérité générale.
tuelle et répétée. vient (v. 2) : il peut être considéré comme un
vivait : action inscrite dans la durée et non délimi- présent de vérité générale car il est employé dans
tée dans le temps. les vers qui expriment la morale de la fable, mais
empoigna, se hissa, gravit : passé simple, actions de on précisera aux élèves que le présent exprime plus
premier plan. spécifiquement ici l’hypothèse.
succombe (v. 6) : présent de narration.
est (v. 9) : présent d’actualité.
Choisir entre l’imparfait c. Vers réécrit : Et le pauvre baudet si chargé qu’il
et le passé simple succomba.

10 Verbes conjugués au passé simple ou à


l’imparfait Écrire en employant les temps
Il advint (passé simple)… j’allais (imparfait)… je de l’indicatif
fus (passé simple)… Je m’arrêtai (passé simple)…
J’écoutai (passé simple), je regardai (passé simple)… 13 X Proposition de correction
je n’entendis rien (passé simple) ni ne vis rien (passé
simple). Je montai (passé simple)… je revins (passé 1. Pauline était tranquillement installée (imparfait)
simple)… et descendis (passé simple)… Elle était à son bureau quand, soudain, un bruit mystérieux
(imparfait)… je ne pus (passé simple)… la fit (passé simple) sursauter.
REMARQUE : pour éviter la confusion entre l’imparfait et
2. Généralement, Anatole se montrait (imparfait)
le passé simple, notamment à la première personne des particulièrement loquace. Or, ce jour-là, on ne l’en-
verbes du premier groupe, on recommandera aux élèves tendit pas (passé simple).
de changer de personne et de passer à la troisième per- 3. Depuis cinq jours, les pêcheurs rentraient bre-
sonne. douilles (imparfait qui exprime une action inscrite
dans la durée et non délimitée dans le temps).
11 Texte complété avec les verbes conju- 4. Lorsque je rentrais (imparfait) du conservatoire,
gués au passé simple ou à l’imparfait il se mit à pleuvoir.
5. Pendant cinq jours, les pêcheurs rentrèrent bre-
Et le docteur entra (passé simple)… C’était (im-
douilles (passé simple qui exprime une action déli-
parfait)… son tempérament sanguin se trahissait
mitée dans le temps, à opposer à la phrase 3).
(imparfait)… il avait (imparfait)… ses yeux… don-
6. Lorsque j’étais (imparfait) enfant, je passais mes
naient (imparfait)… ses bras étaient (imparfait)
vacances en Normandie.

9. Les valeurs des temps simples de l’indicatif 29


REMARQUE : cet exercice doit permettre de montrer aux 1. Le paragraphe doit être à l’imparfait pour mar-
élèves qu’ils doivent s’appuyer sur les indications tempo- quer l’aspect itératif du récit.
relles, lorsqu’il y en a, pour faire la distinction entre passé
2. Le paragraphe doit être au passé simple pour
simple et imparfait. On pourra leur demander de préciser
oralement la valeur de chacun des verbes conjugués. marquer l’aspect singulatif et ponctuel du récit.

14 Critères de correction
Ces deux exercices d’écriture, très simples, per-
mettent aux élèves de bien percevoir la différence
entre l’imparfait, qui souligne le caractère habituel
et répétitif d’une action, et le passé simple, qui
marque son aspect ponctuel et soudain.

ATE LI ER D E LECTU R E- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 51

Écrire un récit de chevalerie


Texte : Le Roman de Tristan et Iseut (XIIe siècle)

LECTURE Prolongement
1 a. L’histoire se situe en Irlande, près d’un port On pourrait, comme exercice de réécriture, de-
désert, à l’aube (l. 1). mander aux élèves de transposer au système du
b. était et venait (l. 1) sont les deux verbes à l’im- passé, en prenant pour temps de référence le passé
parfait de l’indicatif qui caractérisent ce cadre spa- simple, le passage du combat qui va de la ligne 10 à
tio-temporel. la fin. En voici la transposition :
Aussitôt le preux tira son épée, la leva et l’asséna
2 a. Les expressions sont nombreuses et situées sur la tête du dragon, mais sans même entamer le
essentiellement dans le deuxième paragraphe  : cuir. Le monstre avait senti l’atteinte, pourtant ; il
la tête d’une guivre, les yeux rouges et tels que lança ses griffes contre l’écu, les y enfonça, et en
des charbons embrasés, deux cornes au front, les fit voler les attaches. La poitrine découverte, Tris-
oreilles longues et velues, des griffes de lion, une tan le requit encore de l’épée, et le frappa sur les
queue de serpent, le corps écailleux d’un griffon flancs d’un coup si violent que l’air en retentit. Vai-
(l. 3-6), mais aussi le monstre (l. 3 et l. 12), les écailles nement : il ne put le blesser.
(l. 9), dragon (l. 11). Ce « dragon » est un monstre D’après Le Roman de Tristan et Iseut (XIIe siècle), trad. J. Bédier.

mal déterminé, chimérique, hybride : il a l’aspect


d’une guivre (du latin vipera : vipère, vouivre), mi- ÉCRITURE
serpent et mi-chauve-souris (voire pourceau) ; celui
d’un griffon (mi-lion et mi-aigle). 4 X Critères d’évaluation
b. Le temps principalement utilisé est l’imparfait de On reprendra les consignes d’écriture :
description. – présence de paragraphes pour marquer les étapes
du récit ;
3 a. Les expressions marquant l’intensité du
– récit mené par un narrateur à la troisième per-
combat sont surtout des comparaisons : d’une telle sonne (respect de la situation d’énonciation) ;
force que... (l. 7-8), si violent que... (l. 15) et l’ex- – récit respectant les personnages en présence (Tris-
pression vola en éclats (l. 9-10). L’utilisation ensuite tan et le dragon) ;
du présent de narration pour toutes les formes ver- – un récit de combat mené essentiellement au
bales souligne cette intensité. passé simple avec un passage au présent de narration ;
b. Le temps employé est le passé simple. – une situation finale donnant une issue au combat ;
c. Il s’agit du présent de narration, qui permet de – respect des règles du code de chevalerie avec le
rendre le récit plus vivant. lexique adéquat ;
– utilisation du vocabulaire propre au Moyen Âge.

30 GRAMMAIRE
10 Les valeurs des temps composés
de l’indicatif LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 52-57

GRAMMAIRE
INSTRUCTIONS OFFICIELLES
Les valeurs des temps • Les valeurs des temps composés sont abordées en lien avec le sens du texte
verbaux : ou de la phrase. Les élèves identifient ainsi l’aspect accompli, de même que
– les valeurs des temps la valeur d’antériorité. Les temps sont présentés selon qu’ils appartiennent
composés (l’accompli et au système verbal présent ou passé, renforçant la nécessité d’une cohé-
l’antériorité). rence des temps verbaux.
• Cette leçon est l’occasion de réviser la conjugaison des temps composés
(➜ CHAPITRE 23) ainsi que l’accord du participe passé (➜ CHAPITRE 32). Elle pourra

facilement s’associer à l’étude du récit, permettant de mieux comprendre la


chronologie des actions.

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 52

Texte : Jack London, L’Aventureuse (1911)

X L’activité consiste d’abord à repérer une action 2 a. Quand la baleinière eut abordé, il comprit.
antérieure, avant d’identifier le temps composé qui b. et c.
l’exprime. Ce repérage est ensuite confirmé par la
construction d’un axe chronologique, associant des I I
eut abordé comprit
verbes conjugués à des temps simples et composés.
(passé antérieur : (passé simple)
temps composé)
1 a. Hughie Drummond a quitté la plantation
voilà six semaines (l. 3).
b et c. Le verbe conjugué est : était parti (l. 3), verbe
partir.

EXE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 54-56

Identifier les temps composés 3 Sept verbes conjugués à un temps com-


posé
1 Verbes conjugués à un temps composé Passé composé :
2. est parti : passé composé. j’ai voulu (v. 1) ;
3. eut conquis : passé antérieur. n’ont pu (v. 3) ;
4. avait accumulé : plus-que-parfait. ont éclaté (v. 4) ;
5. avaient enfermé : plus-que-parfait. s’en sont toutes allées (v. 5) ;
ont suivi (v. 6) ;
a paru (v. 7).
2 Verbes conjugués à un temps composé
Plus-que-parfait :
était arrivé (l. 2) ; s’était installée (l. 5) ; avait re- j’en avais tant pris (v. 2).
jointe (l. 6) : plus-que-parfait.

10. Les valeurs des temps composés de l’indicatif 31


Identifier la valeur des temps vous entendrez... vous entendrez... : futur simple,
catégorique.
composés jamais je n’ai entendu : passé composé, antériorité.
le curé répond : présent, actualité.
4 Valeur des temps composés je n’irai pas : futur simple, catégorique.
1. a peut-être composé : passé composé. le curé a pris : passé composé, antériorité.
2. a utilisé : passé composé. il monte, ils coupent : présent, actualité.
3. ont écrit : passé composé. qu’ont pris les deux affamés : passé composé, an-
5. eut constitué : passé antérieur. tériorité.
6. a reçu : passé composé.
Tous les verbes conjugués à un temps composé ex- 8 Verbes conjugués aux temps appropriés
priment l’antériorité.
1. Chaque soir, dès qu’il avait fini ses devoirs, il
REMARQUE : sera associé (phrase 7) est composé d’un
pouvait rejoindre ses camarades.
auxiliaire et d’un participe passé, mais c’est un verbe à la
voix passive. 2. À peine avions-nous rangé nos affaires dans
notre sac que la sonnerie de la récréation retentit.
3. Lorsque nous avions mangé sa fameuse tarte,
5 Valeur des verbes conjugués à un temps elle nous proposait toujours un petit café.
composé 4. Comme il avait plu toute la nuit et qu’une tuile
avions accrochés (l. 3), avais dit (l. 5) : plus-que-par- du toit était tombée, nous passâmes une partie de
fait, action antérieure au temps de base du récit. la matinée à éponger le sol de la maison.
ai donné (l. 7), ai dit (l. 15) : passé composé, action 5. J’étais arrivé en haut de la rue ; alors, je pris la
antérieure au temps de base du discours. première à droite en direction du parc.
6. Dès demain, quand je serai arrivé sur place, je
vous contacterai.
Conjuguer et analyser les temps
composés Écrire en employant les temps
6 a. et b. Verbes exprimant une action an- composés
térieure
9 a. Récit au système du présent
1. Georges Feydeau a écrit de nombreuses pièces
(action antérieure) I I I I I I
l’année il y a ce matin aujourd’hui tout à après-demain
de théâtre qui se jouent aujourd’hui. dernière deux mois l’heure soir

2. Après qu’on eut représenté sa première pièce b. Préparation


(action antérieure) – Organiser la suite d’actions du récit au brouillon.
en 1882, il rencontra le succès en 1886. – Associer chaque indication temporelle à un ou
3. Des écrivains français avaient déjà composé des plusieurs temps verbaux :
(action antérieure) l’année dernière et il y a deux mois → imparfait ou
vaudevilles, mais il en renouvela le genre. passé composé
ce matin → passé composé
4. Le vaudeville a évolué au fil des siècles ; aujourd’hui, aujourd’hui → présent
(action antérieure) tout à l’heure et après-demain soir → futur
ce terme désigne une pièce de théâtre amusante,
fondée sur les quiproquos.
10 a. Récit au système du passé
5. Toute sa vie, il aura observé la société bourgeoise I I I I I
(action antérieure) deux ans la veille ce jour-là une heure l’année
auparavant plus tard suivante
que le public retrouvera dans ses comédies.
b. Préparation
7 a. et b. Verbes du texte conjugués et – Organiser la suite d’actions du récit au brouillon.
leur valeur – Associer chaque indication temporelle à un ou
on a besoin de vous : présent, actualité. plusieurs temps verbaux :

32 GRAMMAIRE
deux ans auparavant et la veille → plus-que-parfait 13 Texte récrit au système du passé
ou passé antérieur
L’envoyé de Morholt se tut…
ce jour-là → imparfait ou passé simple
il était allé chercher… et l’avait rapportée…
une heure plus tard et l’année suivante → condi-
Il rapporta aussi ce qu’il avait vu…

GRAMMAIRE
tionnel présent
la foule qui grondait…
Morholt écouta son message…
11 Récit au passé il fut contrarié…
Comme le récit doit être rédigé au passé, les élèves Il répandit…
ne peuvent pas utiliser tous les temps composés. Au la Cornouailles s’organisa…
brouillon, ils peuvent lister les temps qui sont à leur elle cédait et de l’autre elle résistait…
disposition : plus-que-parfait et passé antérieur. Elle avait trouvé…

12 Texte récrit au système du présent 14 Éléments de correction


Qu’a été monsieur Vauquer ? Elle ne s’explique Les élèves doivent s’inspirer de l’image. Les deux
jamais sur le défunt. Comment a-t-il perdu sa for- personnages principaux sont des femmes, qui se
tune ? Dans les malheurs, répond-elle. Il s’est mal trouvent dans un café. Un couple est attablé à l’ar-
conduit envers elle, ne lui a laissé que les yeux pour rière-plan. Les élèves doivent décrire la situation
pleurer, cette maison pour vivre, et le droit de ne présente mais surtout imaginer des causes logiques
compatir à aucune infortune, parce que, dit-elle, à cette situation. C’est un travail à rebours.
elle a souffert tout ce qu’il est possible de souffrir. Les temps composés dépendent du système verbal
D’après Honoré de Balzac, Le Père Goriot (1835). choisi par les élèves. Il leur faudra être très vigilants
à la cohérence des temps verbaux tout au long de
leur texte.

AT E LI E R DE LECTU RE- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 57

Écrire un récit d’aventures


J. M. G. Le Clézio, Pawana (1992)

LECTURE se réunissaient pour mettre au monde leurs petits


(l. 21 à 24).
1 Les personnages se trouvent sur un bateau.
On le voit grâce aux termes : ce navire (l. 6-7) – la 4 Le narrateur conseille à l’enfant de surveiller
dunette (l. 16) – le pont (l. 18). l’entrée du chenal pour obtenir une récompense
(l. 12 à 15).
2 a. Dans le dialogue, le système utilisé est celui ÉCRITURE
du présent (je suis venu – sais-tu – nous deviendrons).
b. Le narrateur voulait faire fortune en trouvant de 5 X Pistes pour la correction
l’or (l. 5-6). L’utilisation du passé composé (je n’en La préparation doit se faire en plusieurs temps :
ai pas trouvé) indique qu’il s’agit d’un projet aban- – les élèves imaginent la découverte du lieu secret.
donné. Ils créent un cadre spatio-temporel mettant en
c. Désormais, il pense faire fortune en trouvant le scène les personnages du texte ;
refuge des baleines grises (l. 7-8). – les élèves changent le point de vue du texte. Le
narrateur est maintenant l’enfant, devenu adulte ;
3 a. Le système de temps employé dans le récit – les élèves recensent les temps verbaux qu’ils peu-
est celui du passé (je retournai, tous savaient). vent utiliser dans un récit rétrospectif au passé.
b. L’expédition est partie de Punta Bunda (l. 18-19) :
Tous savaient pourquoi nous avions quitté Punta X Critères d’évaluation
Bunda... Le verbe est conjugué au plus-que-parfait. – Utilisation du système des temps verbaux.
c. Le but de l’expédition est de découvrir l’ancien – Respect des éléments donnés par le texte.
secret des poissons-diables, l’endroit où les femelles – Alternance des discours narratif et descriptif.

10. Les valeurs des temps composés de l’indicatif 33


MISE AU POINT

11 Les constructions verbales


LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 58-61

• L’objectif de la mise au point est d’évaluer et de réinvestir les acquis concernant les fonctions essentielles
par rapport au verbe. Ces notions son des pré-requis pour l’étude du passif, et pour le travail en orthographe
sur les accords. On pourra proposer ce chapitre comme un travail préparatoire, ou comme une remédiation.

E X E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 60-61

Repérer le sujet du verbe 3. Il convainc le sultan des Indes de développer le


commerce avec l’Europe.
1 Repérage des sujets dans les phrases 4. Après une période sans voyage, Vasco de Gama
reprend ses voyages au service du roi.
1. le vent d’automne : sujet du verbe arrache – qui,
5. Il réussit cette fois à soumettre les royaumes de
mis pour les feuilles : sujet du verbe craquent.
l’Inde par la force.
2. de nombreux promeneurs : sujet du verbe fré-
quentent.
3. certains : sujet du verbe cherchent. 4 X Proposition de correction
4. d’autres : sujet du verbe ramassent. Chère Clémentine,
5. la nuit : sujet du verbe viendra – la forêt : sujet du Je suis bien rentrée ! Je me souviendrai toujours
verbe sera peuplée. de mon séjour chez toi et de nos fous rires. J’espère
que tes parents ne sont pas fâchés que je n’aie pas
2 Repérage des sujets dans le texte aimé manger des grenouilles !
Remercie tes parents de leur accueil.
celui qui lèvera seul cette pierre : sujet de délivrera.
Je vous embrasse tous,
qui : sujet de lèvera.
Stella.
qui : sujet de sont.
P.S. : Je pardonne à ton petit frère de s’être moqué
ni serf ni gentilhomme né alentour : sujet de peu-
de mon accent.
vent.
on : sujet de retient.
les gens du pays : sujet des verbes vont et viennent. 5 Repérage des sujets, des [verbes conju-
gués] et des compléments essentiels dans
les phrases.
Reconnaître les COD et COI 1. Au Moyen Âge, les clercs [copient] des manus-
des verbes crits sur des parchemins.
2. On [fabrique] le parchemin avec des peaux d’ani-
3 Phrases complétées maux.
3. Pour réécrire un parchemin, on [gratte] une fine
1. Comme beaucoup de Portugais du XVIe siècle, pellicule de peau.
Vasco de Gama a étudié la navigation et la géo- 4. On [parle] alors de palimpseste.
graphie.
2. Le roi lui confie plus tard la charge de trouver la
route des Indes en contournant l’Afrique.

34 GRAMMAIRE
REMARQUES : on pourra montrer aux élèves qu’il est
6 Distinction des COD et des attributs du
toujours utile de s’interroger sur la valence du verbe.
sujet Cela permet en effet d’anticiper la présence d’un complé-
1. la forêt : COD du verbe recouvrait. ment essentiel. On notera aussi que les verbes modifient
2. le souffle du vent : COD du verbe entendait. parfois leur valence lorsqu’ils changent de sens. Enfin, on

GRAMMAIRE
leur fera remarquer que la mention de la construction du
3. plein de terreur : attribut du sujet Jeannot.
verbe est faite sous la forme d’une abréviation dans les
4. le sol : COD du verbe scrutait. articles de dictionnaire.
5. l’épaisseur des feuillages : COD du verbe traver-
saient.
un labyrinthe obscur : attribut du sujet la forêt. 10 Liste des verbes à double construction
6. le pas : COD du verbe pressa. proposer (quelque chose à quelqu’un) – accepter
(quelque chose de quelqu’un) – vendre (quelque
chose à quelqu’un) – permettre (quelque chose à
Repérer l’attribut du sujet quelqu’un).

7 Repérage des attributs du sujet 11 Liste des verbes attributifs


1. J.R.R. Tolkien : attribut du sujet l’auteur du ro- paraître – demeurer – avoir l’air – sembler.
man Le Seigneur des anneaux.
2. une de ses inventions : attribut du sujet les X Pistes pour la correction
« Hobbits ». On montrera aux élèves, dans les phrases qu’ils pro-
3. de petits hommes : attribut du sujet ils. posent, que le verbe attributif est remplaçable par
4. doux et joyeux : attributs du sujet ces êtres. être. Cette astuce permettra aussi de vérifier que
5. Frodon : attribut du sujet le plus connu d’entre le verbe demeurer est bien utilisé comme un verbe
eux. attributif, avec le sens de rester et non comme un
verbe intransitif, avec le sens d’habiter.
8 a. et b. Réécriture des phrases
1. L’araignée est insectivore. 12 Analyse des verbes du texte
2. Les poissons, les batraciens, les reptiles, les oi- cherchait : transitif direct.
seaux, les mammifères sont vertébrés. survint : intransitif.
3. La chauve-souris est nocturne. lutta : intransitif.
4. L’orang-outang est arboricole. gagner : transitif direct.
5. Le triton est aquatique.

Écrire en variant les constructions


Analyser la construction du verbe verbales
9 Verbes analysés 13 X Pistes pour la correction
partir : intransitif. On fera remarquer aux élèves que les verbes propo-
mentir (à quelqu’un) : transitif indirect. sés sont transitifs directs (utiliser, traiter, organiser,
rassurer (quelqu’un) : transitif direct. sélectionner, imaginer, prévoir) et indirects (réflé-
rougir : intransitif ou rougir (de quelque chose) : chir à, penser à…) ; les éléments à évoquer four-
transitif indirect. nissent une liste de compléments d’objet possibles.
apercevoir (quelqu’un ou quelque chose) : transitif
direct.
sembler : attributif. 14 X Proposition de correction
creuser (quelque chose) : transitif direct. L’homme se tenait (restait, demeurait) debout dans
perdre (quelque chose ou quelqu’un) : transitif di- la lumière. Son visage paraissait maigre et sec. Son
rect. profil ressemblait à (paraissait être) celui d’un aigle.
paraître : attributif. Son regard demeurait clair sous ses sourcils brous-
jouer (à quelque chose/de quelque chose) : transitif sailleux. Il avait l’air (paraissait) anxieux. Il restait
indirect ou jouer (quelque chose, par exemple un (demeurait) immobile face à la mer…
rôle) : transitif direct.

11. Les constructions verbales 35


12 La voix passive et le complément
d’agent LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 62-67

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
– Le complément d’agent. • L’objectif du chapitre est d’étudier la voix passive en lien étroit avec la voix
– La voix active et la voix active, afin d’associer les principales fonctions mises en jeu : sujet, com-
passive. plément d’objet direct et complément d’agent. Le problème soulevé par
l’utilisation du pronom sujet on dans la phrase active est abordé dans les
exercices.
• Nous abordons également la conjugaison passive, qui impose l’identification
des temps simples et composés de l’indicatif (➜ CHAPITRES 19, 21, 22 ET 23).
• Ce chapitre pourra être intégré à une séquence sur le récit (d’aventures ou
médiéval) ou la presse dans laquelle cette tournure est très fréquente.

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 62

Texte : Camille Sander, Perceval ou le Conte du Graal (2000)

X L’activité permet aux élèves de repérer comment c. Dans ces phrases, le sujet n’agit pas, il subit
est formé un verbe à la voix passive et de consta- l’action exprimée par le verbe.
ter que le sujet subit l’action exprimée par le verbe
tandis que le complément d’agent exprime qui fait 3 a. Le sujet du verbe fut accueilli est le jeune
l’action. Ce dernier n’est pas systématiquement ex- homme.
primé. Les élèves sont amenés à manipuler phrases b. Le groupe de mots indiquant qui fait l’action
passives et phrases actives afin d’en comprendre la d’accueillir est par quatre serviteurs qui l’amenè-
construction. rent vers un palais couvert d’ardoises. Il s’agit du
complément d’agent.
1 Lorsque Perceval arrive, le château de Beaure- c. Quatre serviteurs (qui l’amenèrent vers un palais
paire est en ruine. Les habitants ont déserté la ville couvert d’ardoises) accueillirent le jeune homme.
forte et seules restent des religieuses désemparées
(l. 6) et des moines pleins d’effroi (l. 7). Le jeune 4 a. Un mantel lui fut apporté.
homme est néanmoins accueilli par des serviteurs Il fut guidé jusqu’à une belle salle.
qui le conduisent à quatre chevaliers qui semblaient b. Dans les phrases obtenues, on n’a pas précisé,
accablés de soucis (l. 18-19). à l’aide d’un complément d’agent, qui fait l’ac-
tion exprimée par le verbe car le sujet de la phrase
2 a. Les verbes en gras sont composés de l’auxi- active est le pronom indéfini on.
liaire être (était, fut) et du participe passé du verbe
(déserté, mené).
b. était déserté est conjugué à l’imparfait ; fut
mené au passé simple.
REMARQUE : pour identifier le temps d’un verbe conju-
gué à la voix passive, on regarde à quel temps l’auxiliaire
être est conjugué.

36 GRAMMAIRE
E XE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 64-66

GRAMMAIRE
Repérer les verbes à la voix passive 5 Repérage de quatre formes verbales à
et identifier leur temps la voix passive
furent surpris (l. 2) – et [furent] souvent déçus (l. 2)
1 Repérage des phrases à la voix active et – fussent entassés (l. 7) – être envoyés (l. 8).
des phrases à la voix passive REMARQUE : les deux premiers verbes passifs se suivant
de près et ayant le même sujet, le second auxiliaire n’est
Phrases à la voix active : 1 – 4 – 7 – 8. pas répété.
Phrases à la voix passive : 2 – 3 – 5 – 6.

2 Repérage des verbes à la voix passive Repérer le complément d’agent


1. il était écrit – il aura été écrit.
2. je suis captivé – il eut été captivé. 6 Repérage des sujets et des complé-
3. j’avais été accueilli – vous serez accueillis. ments d’agent
4. ils ont été préparés. 1. Dans sa jeunesse, Rabelais (sujet) est initié à la
5. il était fourni – vous aviez été fournis – que je pensée humaniste par Guillaume Budé (C. d’agent).
sois fourni. 2. L’Europe (sujet) est animée par le mouvement de
6. vous serez parodiés – ils eurent été parodiés – ils la Renaissance (C. d’agent)…
auront été parodiés. 3. D’abord médecin, il (sujet) est ensuite attiré par
REMARQUE : on pourra demander aux élèves de préci- l’écriture (C. d’agent).
ser à l’oral le temps de chaque forme verbale, qu’elle soit 4. Son premier ouvrage (sujet) est consacré au
conjuguée à la voix active ou passive. géant Pantagruel.
5. Le public (sujet) est séduit par ce personnage
3 a. et b. Repérage des verbes à la voix (C. d’agent).
passive et de leur temps
1. ils furent surpris : passé simple passif – il a été 7 Repérage des compléments d’agent
coupé : passé composé passif – il sera interrompu : parmi les groupes de mots soulignés
futur passif. 1. par les amours légendaires de Tristan et Iseult :
2. je fus dérangé / il fut destitué : passé simple C. d’agent.
passif – il a été travaillé : passé composé passif – ils 2. par erreur : CC de manière – par les deux jeunes
étaient exaucés : imparfait passif. gens : C. d’agent – de s’aimer à jamais : complé-
3. il avait été éteint : plus-que-parfait passif – ils ment du participe passé employé comme adjectif
auront été broyés / nous aurons été satisfaits : futur obligés.
antérieur passif – il eut été saccagé : passé antérieur 3. par son oncle : C. d’agent.
passif. 4. par sa vaillance : CC de manière – par le roi
d’Irlande : C. d’agent.
4 Repérage du temps des verbes à la voix 5. par le géant : C. d’agent – par la reine d’Irlande
passive et Iseult : C. d’agent – pour sa grande beauté :
1. Pauline a été contactée… : passé composé passif. CC de cause.
2. son adresse leur avait été donnée… : plus-que- 6. d’un grave danger : COI.
parfait passif. REMARQUE : nous avons indiqué la fonction grammati-
cale des groupes de mots qui ne sont pas compléments
3. elle est invitée… : présent passif.
d’agent. Elle pourra être précisée par les élèves orale-
4. elle est accueillie… : présent passif. ment.
5. de nombreuses spécialités lui sont offertes : pré-
sent passif.
6. elle aura été gâtée : futur antérieur passif.

12. La voix passive et le complément d’agent 37


Conjuguer les verbes à la voix Manipuler des phrases actives
passive et passives
8 Verbes conjugués au temps du passif 11 Transformation en phrases actives
demandé 1. Zerbinette, une jeune bohémienne, aime
1. Le mois qui précède Noël, les rues ont été déco- Léandre.
rées de guirlandes électriques. 2. Argante n’a pas approuvé le mariage d’Octave
2. Des sapins chargés de décorations sont disposés avec Hyacinte.
aux quatre coins du centre-ville. 3. Scapin et ses fourberies défendront les deux
3. Cette année encore, la galerie marchande sera jeunes gens.
animée par un Père Noël en chair et en os ! 4. On a trompé Argante et Géronte, leurs pères,
4. Les enfants seront juchés sur son traîneau et se- pendant leur absence.
ront photographiés : les plus petits parfois sont ef- 5. Mais on rétablira vite l’ordre.
frayés et pleurent plus qu’ils ne sourient ! REMARQUE : les élèves doivent être attentifs au temps
5. Les enfants sont attirés par les vitrines féeriques des verbes conjugués, ainsi qu’à la modification d’accord
et rêvent déjà aux cadeaux qui leur seront offerts. du participe passé.

9 Texte complété 12 Texte récrit


Votre père fut blessé aux jambes et resta infirme. Le soir même, au cours du banquet, Tristan conta
Ses biens, ses terres, son trésor, tout fut perdu, et il ses aventures : comment, en inventant de belles
vécut dans la pauvreté. Après la mort du père du ruses, sa vie avait été sauvée et comment il avait
roi Arthur, le roi Uterpandragon, les terres furent été guéri par la reine et sa fille. Leurs mérites fu-
dévastées. Votre père possédait ce manoir dans la rent longuement vantés, surtout ceux d’Yseut aux
Forêt Déserte, il s’y fit porter, et vous étiez encore Blonds Cheveux, la Bonne, la Belle, la Courtoise. Il
tout enfant. Vos deux frères, qui étaient de beaux était écouté de tous, charmés.
jeunes gens, se rendirent à des cours de roi pour y Tous ? Non pas. Il était jalousé par certains en-
recevoir armes et chevaux. L’aîné alla trouver le roi vieux parce qu’il était beau, généreux et vaillant et
d’Escavalon qui l’adouba, et le cadet alla chez le roi parce qu’il était aimé du roi.
Ban. Ils furent adoubés et voulurent revenir auprès D’après Françoise Rachmühl, La Légende de Tristan et Yseut
(2007), © Flammarion.
de leur mère et de leur père. Sur leur chemin, ils
furent défaits et tombèrent dans le combat.
Camille Sander, Perceval ou le Conte du Graal (2000), REMARQUE : nous avons mis en gras le verbe à la voix
© Flammarion. passive, son sujet ainsi que le complément d’agent
lorsqu’il est exprimé. On pourra demander aux élèves de
les repérer.
10 Accord des participes passés
1. Renart est considéré par tous comme le prince
de la ruse. Écrire des phrases passives
2. Tibert le chat, Isengrin le loup, Couard le lièvre et
même Noble le roi ont été trompés par lui. 13 Propositions de phrases passives
3. De nombreuses plaintes ont été prononcées Ces sites Internet sont fréquentés par de nombreux
contre lui. internautes.
4. Il est pourchassé quand il commet des méfaits. Ces parutions sont lues par les collégiens.
5. S’il est blessé, ses plaies sont pansées par sa Cette rubrique est rédigée par un spécialiste.
dame qui lui est toute dévouée. Ces articles sont écrits par les journalistes de la ré-
6. Le jour où il est tenu pour mort, il est enterré en daction.
grande pompe. Cet écrivain est récompensé par le prix Goncourt.
REMARQUE : les élèves doivent être particulièrement at-
REMARQUE : certains compléments d’agent peuvent
tentifs à l’accord du participe passé quand ils conjuguent
convenir pour plusieurs phrases.
un verbe à la voix passive puisque c’est l’auxiliaire être qui
est employé.

38 GRAMMAIRE
14 Phrases à la voix passive construites à 15 Phrases nominales transformées en
partir des éléments proposés phrases verbales passives
1. De nombreux livres ont été lus par les élèves lors 1. Un navire des gardes-côtes a été attaqué par des
du défi lecture.

GRAMMAIRE
pirates.
2. Des activités ludiques sont imaginées par le pro- 2. Des soldats sont déployés par l’US Navy pour
fesseur pour susciter le goût de la lecture. aider le navire et son équipage.
3. Un défi lecture est organisé par les professeurs 3. Les otages ont été sauvés par les soldats.
de français pour les classes de 6e. 4. Les mesures de protection en haute mer seront
4. Des récompenses seront attribuées aux meilleurs renforcées par les autorités.
lecteurs. 5. Le voilier fut libéré par les forces spéciales fran-
5. Le livre préféré sera élu par les participants. çaises.
REMARQUE : on pourra demander aux élèves de varier le REMARQUE : comme pour l’exercice précédent, on
temps des verbes conjugués à la voix passive. pourra demander aux élèves de varier les temps.

AT E LI E R DE LECTU RE- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 67

Écrire une description


Michael Morpurgo, Le Roi Arthur (1994)

LECTURE 4 a. L’autorité d’Arthur n’est pas suffisante ac-


tuellement pour arranger la situation : Actuelle-
1 Partout, les paysans sont brutalisés, terrorisés, ment, vous ne régnez pratiquement nulle part
et ceux qui résistent sont massacrés (l. 6-7). (l. 10).
b. Vous êtes cerné de tout côté par vos ennemis,
2 Le champ lexical de l’insécurité ou de la vio- ici des Saxons, là d’autres Saxons, ici des Pictes et là
lence qui témoigne du climat de peur qui règne sur des Irlandais (l. 10-12).
le royaume est : la cruauté et la cupidité (l. 1) – au-
cun homme, aucune femme n’est assuré de vivre
heureux et paisible (l. 2) – sévit la peur (l. 4) – des ÉCRITURE
chefs de bande et des brigands rôdent dans les
campagnes (l. 4-5) – en brûlant et en pillant tout 5 X Pistes pour la correction
leur soûl (l. 5) – ils font ce qu’ils veulent (l. 6) – bru- Le sujet impose un cadre historique médiéval pour
talisés, terrorisés (l. 6-7) – massacrés (l. 7) – cerné de lequel les élèves devront effectuer quelques re-
tout côté (l. 11). cherches préalables afin d’éviter les anachronismes
(notamment sur les avantages que les paysans
3 a. Des chefs de bande et des brigands (l. 4) sont pourraient trouver dans le royaume idéal décrit
à l’origine de ce climat de terreur. par Merlin). Les phrases passives seront facilement
b. Les paysans ne luttent pas contre ces attaques ; utilisées pour exprimer ce qui est offert par le roi à
ils les subissent, comme en témoigne l’utilisation ses sujets (protection, justice...).
du passif dans le texte. Ils s’en remettent donc à
Arthur, comme le prouve le passage suivant à la
voix active : […] ils vous attendent avec impatience.
Dans leurs églises, ils prient pour vous (l. 9-10).

12. La voix passive et le complément d’agent 39


13 Les compléments circonstanciels
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 68-73

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
− Les prépositions (introduisant un • L’objectif du chapitre est de revoir la notion de complément
complément circonstanciel). circonstanciel qui a déjà été abordée en 6e : le moyen, la ma-
− Les groupes nominaux compléments nière, le temps et le lieu. Les élèves identifient les différentes
circonstanciels de cause, de but, de classes grammaticales qui sont utilisées pour exprimer des cir-
conséquence, de comparaison. constances variées, en lien avec l’étude de la phrase complexe
− La phrase complexe (suite) : la (➜ CHAPITRES 3 ET 4) et du groupe nominal (➜ CHAPITRE 14). Des va-

subordination (repérer la principale leurs nouvelles sont étudiées : la cause, le but, la conséquence
et les subordonnées). et la comparaison.
• Ce chapitre prendra aisément sa place dans l’étude du texte
narratif car il permet aux élèves de préciser les circonstances
de l’action et donc d’enrichir notablement leur production. Il
pourra également être exploité en lien avec le texte descriptif
grâce à l’étude de la comparaison.

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 68

Texte : Michael Morpurgo, Le Roi Arthur (1994)

X Cet extrait permet de revoir les notions de temps 2 a. Le bateau ne semble pas dangereux à Uriens
et de lieu qui ont déjà été étudiées en 6e, ainsi que car il est vide : comme il est vide, il ne peut pas y
les caractéristiques du complément circonstan- avoir de danger (l. 18-19).
ciel  : mobile et supprimable. Il aborde également b. Le complément circonstanciel de cause est in-
la cause et la comparaison, en lien avec le sens du troduit par comme. On pourrait le remplacer par
texte. puisque, étant donné que, vu que...
1 a. Le bateau ne semble pas là par hasard : il a 3 Sur le lac, dans notre direction et ici indiquent
l’air de venir chercher les chevaliers. le lieu.
Il accosta à quelques pas de nous comme s’il venait Avant la nuit indique le temps.
nous chercher (l. 3-4).
b. Le complément peut être supprimé et
déplacé : Comme s’il venait nous chercher, il accosta
à quelques pas de nous.

40 GRAMMAIRE
E XE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 70-72

GRAMMAIRE
Repérer les compléments Identifier la classe grammaticale
circonstanciels des compléments circonstanciels
1 Les compléments circonstanciels 4 Compléments circonstanciels de temps
1. dans certains hôpitaux (CC de lieu, GN) – parfois la veille (GN) – aussitôt (adverbe) – lorsqu’il des-
(CC de temps, adverbe). cendit du train (proposition subordonnée) – après
2. avec leur nez rouge et leur chapeau bariolé (CC avoir rapidement traversé le village encore endor-
de moyen, GN) – pour les faire rire (CC de but, mi (groupe infinitif) – encore (adverbe) – bientôt
groupe infinitif). (adverbe) – déjà (adverbe).
3. grâce à leur action (CC de cause, GN) – quelques REMARQUE : l’adverbe rapidement est un complément
minutes (CC de temps, GN). circonstanciel de manière. Les adverbes encore et déjà
4. bénévolement (CC de manière, adverbe) – dans (CC de temps) précisent les participes passés endormi et
des associations (CC de lieu, GN). ouverte ; toujours (complément de l’adjectif) précise l’ad-
jectif géniales.
REMARQUE : ce premier exercice pourra être l’occasion
de travailler le critère de discrimination de la mobilité du
CC. 5 Compléments circonstanciels de manière
en s’appuyant sur un pupitre (gérondif) – soigneu-
2 Analyse des compléments sement (adverbe) – avec art (GN) – avec des pleins
1. du village : C. du nom curé. et des déliés (GN) – vite (adverbe).
2. de bon cœur : CC de manière du verbe donner. Compléments circonstanciels de moyen
3. de récompense : COD du verbe donner. à l’aide d’un roseau taillé (GN) – avec une plume
4. de bonne grâce : CC de manière du verbe (GN) – grâce à leur porte-plume (GN) – au moyen
prendre. d’un stylo (GN).
5. du paysan : C. du nom pré. REMARQUE : la périphrase permet souvent d’éviter les
6. de bon matin : CC de temps du verbe trouver. confusions.
7. de sa bonne action : C. du nom récompense. avec art ➜ au moyen d’art artistiquement.
8. de la vache du paysan : COI du verbe s’emparer.
6 a. et b. Compléments circonstanciels de
3 Analyse des compléments but
Chat mouillé (épithète de chat) 1. afin de sensibiliser [...] à la conduite (groupe in-
Une piscine de forme carrée (C. du nom piscine) a finitif).
un périmètre de 100 m (COD d’avoir). Félix, le chat, 2. pour l’inscription à la formation pratique du
fait un tour complet du bassin. B.S.R. (GN).
Comme il a horreur des éclaboussures (CC de pour la conduite d’un cyclomoteur à partir de
cause), il reste constamment (CC de manière) à 14 ans (GN).
deux mètres du bord (CC de lieu). 3. pour réussir l’examen (groupe infinitif).
Quelle est la longueur du parcours de Félix (C. du 4. pour cela (pronom).
nom longueur) ?
Rallye mathématique de Champagne-Ardenne (1993),
dans Pythagore 5e, © Hatier.
Analyser la valeur des compléments
REMARQUE : cet exercice est une occasion d’opposer les
compléments circonstanciels, portant sur la phrase ou la circonstanciels
proposition, aux compléments du nom, dépendant d’un
nom. 7 Valeur des compléments circonstanciels
CC de but : pour réaliser cette recette.
CC de lieu : dans l’hypocras – sur l’un des cercles –
dans une poêle – au four – sur une tôle beurrée.

13. Les compléments circonstanciels 41


CC de temps : pendant 2 ou 3 heures.
CC de manière : bien.
CC de moyen : avec un verre – d’amandes – avec un Changer la classe grammaticale des
autre cercle de pâte – avec du beurre. compléments circonstanciels
REMARQUE : le verbe saupoudrer peut aussi être consi-
déré comme un verbe transitif à double construction (sau-
poudrer qqch de qqch). On acceptera donc aussi l’analyse
11 Adverbes de manière
d’amandes comme un COI. 1. Le jeune homme embarqua joyeusement sur le
pont du navire.
8 Les différents compléments circonstan- 2. Il salua chaleureusement les autres marins.
ciels 3. Le capitaine les accueillit solennellement sur le
pont.
CC de temps : quand il entendit un cri aigu et me- 4. Le voyage s’annonçait difficile, mais les hommes
naçant – aussitôt – au même instant – de nouveau. l’envisageaient sereinement.
CC de lieu : au milieu des fourrés – hors de sa 5. Ils travailleraient courageusement, comme
portée – devant lui – juste à ses pieds – au cou – promis.
dans sa chair.
CC de manière : prestement.
CC de comparaison : comme lui. 12 Propositions subordonnées complé-
CC de but : pour partir à l’aventure. ments circonstanciels
CC de moyen : d’un coup de patte. 1. Kahina se retourna lorsqu’elle entendit des pas
derrière elle.
9 Valeur de la subordonnée introduite 2. Dès qu’elle leva les yeux, elle découvrit le nouvel
par comme arrivant.
3. Il détourna le regard parce qu’il était timide.
1. Temps. 4. Temps. 4. La jeune fille lui demanda son nom pour qu’ils
2. Cause. 5. Cause. engagent la conversation.
3. Comparaison. 6. Comparaison. 5. Comme cela arrivait à tous les nouveaux, il ne
trouvait pas son chemin dans le collège.
10 a. et b. Texte complété
Le vent soufflait presque toujours en tempête et
faisait chanceler sur la grève Belliou la Fumée. Dans Écrire en employant les
l’aube grise, une douzaine de bateaux recevaient compléments circonstanciels
les précieux équipements transportés à travers le
Chilkoot. C’étaient des barques grossièrement 13 Phrases complétées
construites sur place, par des hommes qui n’étaient
1. Christophe Colomb est connu pour avoir décou-
pas du métier, avec des planches sciées à la main
vert l’Amérique.
dans du sapin vert. Une d’elles, déjà chargée, allait
2. La Fontaine est devenu célèbre en écrivant des
partir ; Kit s’arrêta pour observer la manœuvre.
fables.
Le vent, orienté vers le débouché du lac, souf-
3. Renart parvient à ses fins à force de ruses.
flait ici en plein contre terre et provoquait de mau-
4. Perceval est appelé le Gallois parce qu’il vient du
vais remous sur les hauts-fonds. Les hommes du
pays de Galles.
canot en partance entrèrent dans l’eau avec leurs
longues bottes de caoutchouc pour le pousser en
eau profonde, puis grimpèrent par-dessus bord. 14 Réponses aux questions
Mais ils ne réussirent pas à ramer assez vite pour 1. Le roi Arthur vécut au début du VIe siècle.
dégager l’embarcation qui, drossée par le vent, re- 2. Son royaume était situé en Bretagne (actuelle
vint s’échouer sur la plage. Angleterre).
Jack London, Belliou la Fumée (1912),trad. L. Postif, 3. Il gouverne son royaume avec sagesse.
© Phébus, 2006.
4. Il fonda la Table ronde pour regrouper les
Valeur des compléments proposés
meilleurs chevaliers afin de chercher le Graal.
Liste 1 : CC de manière.
5. Arthur connut la gloire grâce à son épée Exca-
Liste 2 : CC de lieu.
libur.
Liste 3 : CC de but.

42 GRAMMAIRE
AT E LI E R DE LECTU RE- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 73

Écrire un récit de dérision critique

GRAMMAIRE
Texte : Le Roman de Renart (fin XIIe siècle – fin XIIIe siècle)

LECTURE b. Renart est célèbre pour sa ruse (le rusé Renart


fonctionne comme une épithète homérique) : la
1 a. Renart meurt de faim : il avait épuisé ses tromperie et la dissimulation sont ses spécialités !
réserves : il y va de sa vie (l. 1-2).
5 Le CC de lieu à une portée d’arc au moins (l. 18)
b. Il n’a plus rien à se mettre sous la dent (l. 2).
situe le texte dans un contexte historique ancien :
La faim lui mène une guerre sans merci (l. 8).
c’est une expression lexicalisée.
La première expression est une périphrase qui
évoque l’action de manger à l’aide d’un CC de lieu
(sous la dent).
ÉCRITURE
La seconde est une personnification ; le complé-
ment circonstanciel sans merci insiste sur l’intensité 6 Le sujet ne comporte pas de difficultés parti-
de sa faim.
culières. Il faudra néanmoins que les élèves respec-
2 a. Les compléments circonstanciels qui évo- tent les caractéristiques du personnage (Renart ne
« peut » pas acheter le poisson ou s’en saisir par
quent la progression de Renart sont : avec précau-
la force au terme d’un combat épique !) et évitent
tion (manière) – pour ne pas être repéré (but) – à
les anachronismes (les marchands qui appellent la
la lisière du bois (lieu) – à travers les joncs du bord
police…).
de l’eau (lieu) – sans savoir dans quelle direction se
REMARQUE : on signalera que le dessin du célèbre illus-
mettre en quête de nourriture (manière).
trateur Benjamin Rabier respecte bien les caractéristiques
b. Renart est aux abois : il se cache, choisit des lieux du personnage. Portant les anguilles qu’il vient de sous-
couverts, mais ne sait où chercher. traire aux marchands, Renart arbore un air matois et satis-
fait, comme en témoignent ses yeux mi-clos et son sourire.
3 L’arrivée de la charrette est la péripétie mar-
quée par la conjonction de coordination or (l. 11). X Critères d’évaluation
– Utilisation de la troisième personne.
4 a. CC de manière : avec précaution (l. 4) – tour- – Récit au présent de narration.
nant la tête en tous sens sans savoir dans quelle – Emploi de compléments circonstanciels de valeurs
direction se mettre en quête de nourriture (l. 6-8) variées.
– avec inquiétude (l. 9) – attendant les événements – Respect du cadre spatio-temporel.
(l. 10-11) – se cachant pour ne pas être vu (l. 20). – Respect des caractéristiques de Renart.
CC de but : pour ne pas être repéré (l. 4) – pour
tromper les gens (l. 17-18) – pour ne pas être vu
(l. 20) – afin d’être mieux en mesure de tromper les
marchands (l. 20-21).

13. Les compléments circonstanciels 43


MISE AU POINT

14 Le groupe nominal
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 74-77

INSTRUCTIONS OFFICIELLES

Les fonctions grammaticales : • L’objectif de ce chapitre est de consolider la connaissance de base du


– le groupe nominal et ses groupe nominal. Les élèves revoient l’identification du déterminant, du
expansions (complément du nom et de ses expansions.
nom, relative). • Cette leçon s’appuie sur la reconnaissance du nom noyau afin de dé-
terminer tous les éléments qui peuvent l’enrichir afin de constituer
un groupe nominal. Ce chapitre débouche sur l’étude approfondie du
groupe nominal complément du nom (➜ CHAPITRE 15), de la proposition
subordonnée relative (➜ CHAPITRE 16) et de l’adjectif (➜ CHAPITRE 17).

E X E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 76-77

Repérer un groupe nominal 3 Composition des groupes nominaux


et ses composants Déterminant Nom noyau Expansion (s)
ta coupe encor pleine
1 Groupes nominaux
mon front pâli
du café pour matelots – une mixture nauséabonde
– entre deux gorgées – vers ma poitrine tout écor- douce – de ton
la haleine
chée, qui continuait à saigner – de vos bons soins âme
– des remèdes plutôt héroïques. dans l’ombre
parfum
enseveli
2 Expansions du groupe nominal les mots
où se répand le
cœur mystérieux
1. la grande (adj. qual., épithète) ville (nom noyau)
du commerce et des voyages (GN, C. du nom ville). aux années rapides
2. le point (nom noyau) de départ de conquêtes REMARQUE : on fera noter aux élèves que le détermi-
(GN, C. du nom point) – de conquêtes (GN, C. du nant n’est pas essentiel.
nom départ).
3. sa situation (nom noyau) géographique (adj.
qual., épithète), Reconnaître les différentes
sa considérable (adj. qual., épithète) richesse (nom
noyau).
expansions du nom
4. les innombrables (adj. qual., épithète) canaux
(nom noyau) qui la parcourent (prop. sub. rel., 4 Adjectifs épithètes
C. du nom canaux). 1. nombreuses – maritimes (adj. épithètes du nom
expéditions).
2. effroyables (adj. épithète du nom tempêtes),
contagieuses (adj. épithète du nom maladies).
3. intrépides (adj. épithète du nom navigateurs),
nouvelles (adj. épithète du nom terres).
4. inconnues (adj. épithète des noms plantes et
épices).
5. immense (adj. épithète du nom désir),
Vieux (adj. épithète du nom Continent).

44 GRAMMAIRE
5 Compléments du nom Écrire avec des expansions du nom
1. un navigateur du XV e siècle – ses voyages qui per-
mirent la découverte de l’Amérique – la découverte 9 Phrases complétées
de l’Amérique.

GRAMMAIRE
1. La lune blafarde se levait.
2. fils d’un artisan génois – les cartes de géogra- 2. La fille du dernier roi la regarda avec mélancolie.
phie – la science de la navigation. 3. Elle aimait s’abandonner à cette longue et douce
3. la lecture... des témoignages de Marco Polo – rêverie.
des témoignages de Marco Polo – l’origine de son 4. Son imagination l’emportait dans un monde
projet de découvrir la route des Indes – son projet sans soucis.
de découvrir la route des Indes – la route des Indes.
4. la terre des Indiens.
10 Accord des épithètes
6 Classe grammaticale des compléments de fines baguettes tressées – des caisses quadran-
gulaires – un grand coffre – un couvercle bombé
du nom
– une petite ouverture – l’extrémité antérieure – de
1. d’hiver : GN, C. du nom vacances ; feutre noir – de broderies multicolores.
des Alpes : GN, C. du nom sommets.
2. de skier avec ses amis : groupe infinitif, C. du
nom rêve.
11 X Proposition de correction
3. de celui-ci : pronom démonstratif, C. du nom Ce tableau qui date du XVIIIe siècle représente la ville
passion. aux mille canaux. Au premier plan, on reconnaît le
célèbre Grand Canal, sillonné par des bateaux à
7 Épithètes : invisibles – doux – confuse – loin- rames. Sur les berges des canaux s’alignent d’im-
posants bâtiments ocre. Certains sont des palais
taine.
ducaux ou princiers. Au centre de la cité, on aper-
Compléments du nom : d’eau – d’or – des fleurs çoit une grande place qui, comme la basilique, se
– de l’ombre – des fontaines – des oiseaux. nomme Saint-Marc. Une tour haute et élancée s’y
dresse : c’est le Campanile.
8 Classe grammaticale et fonction des
expansions
de la cérémonie qui se déroulait actuellement sur le
rivage (GN, C. du nom sens).
qui se déroulait actuellement sur le rivage (prop.
sub. rel., C. du nom cérémonie).
vieille (adj. qual., épithète du nom femme).
de poudre (GN, C. du nom poignée).
lourde (adj. qual., épithète du nom fumée).
blanche (adj. qual., épithète du nom fumée).
qui s’élevait aussitôt (prop. sub. rel., C. du nom
fumée).
immobiles (adj. qual., épithète du nom Indiens).

14. Le groupe nominal 45


15 Les expansions du nom :
le complément du nom LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 78-83

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
− Les prépositions (introdui- • L’objectif du chapitre est d’aborder le cas du groupe prépositionnel com-
sant un complément de nom). plément de nom. Les élèves revoient ainsi différentes classes gramma-
− Le groupe nominal et ses ticales : groupe nominal, pronom, infinitif et adverbe. La leçon introduit
expansions (complément du également les nuances de sens du complément de nom.
nom, relative). • Ce chapitre prendra aisément sa place dans l’étude du texte descriptif
car il permet aux élèves d’enrichir leurs écrits. Les groupes nominaux
utilisés, souvent minimaux, sont ainsi complétés lors de productions
courtes et variées.

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 78

Texte : Joseph Kessel, Le Lion (1958)

X Cet extrait permet de revoir les éléments de base 3 a. une noix de coco – au sommet du crâne – la
composant un groupe nominal. On observe en- tête en peluche – un poing d’enfant – une expres-
suite des groupes nominaux prépositionnels com- sion de tristesse, de pitié.
pléments de nom, introduits par des prépositions
variées. L’utilité de ces compléments est également b. Ces expansions sont construites à l’aide d’une
mise en évidence. préposition : de/du ou en, suivie d’un nom.
c. Ces expansions peuvent être supprimées, mais
1 Ce texte décrit un petit singe. elles apportent des précisions utiles à la compré-
hension du texte.
2 a. et b.
Le museau était couvert par un loup en satin noir
déterminant nom expansions
à travers lequel brillaient deux gouttes : les yeux.

EX E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 80-82

Repérer le complément du nom 5. l’affaire (nom noyau) contre Maître Guillaume


(C. du nom).
6. l’avocat (nom noyau) aux manières douteuses
1 Nom noyau et complément du nom
(C. du nom).
1. La Farce (nom noyau) de maître Pathelin (C. du
nom),
2 Compléments du nom
un texte (nom noyau) du Moyen Âge (C. du nom).
2. une pièce (nom noyau) de théâtre (C. du nom). l’été de France – la fin de chaque hiver – la béné-
3. le personnage (nom noyau) principal de l’intri- diction des départs – ce jour de fête – une grotte
gue (C. du nom). en rochers – les trophées d’ancres, d’avirons et de
4. un avocat (nom noyau) sans scrupules (C. du filets – patronne des marins – ses mêmes yeux sans
nom). vie.

46 GRAMMAIRE
3 Compléments du nom homme 3. son propre tempérament : COD du verbe avoir.
4. à avouer une aventure honteuse : COI du verbe
a. sans cravate – sans chaussures – sans varices –
hésiter.
sans polices – sans malice – à quatre pattes – qui n’a
5. pour une femme : C. du nom amour.
pas mangé la pomme.

GRAMMAIRE
b. Les prépositions sans, à et le pronom relatif qui
introduisent ces compléments du nom.
Construire des compléments
4 Compléments du nom
du nom
cet air des vieilles gens – un flot de vin vieux – un
fouillis de vieilles vieilleries / de linges odorants et 9 Titres construits avec des compléments
jaunes, de chiffons de femmes ou d’enfants / de du nom
dentelles flétries / de fichus de grand’mère où sont
Yvain, le Chevalier au lion – Perceval ou le Roman
peints des griffons – de fichus de grand’mère où
du Graal – Lancelot, le Chevalier à la charrette – Le
sont peints des griffons – les mèches de cheveux
Tour du monde en quatre-vingts jours – Le Roman
blancs ou blonds – des parfums de fruits – buffet
de Renart – Le Devisement du monde – L’Île au
du vieux temps.
trésor – Les Fourberies de Scapin – Vingt mille
lieues sous les mers.
5 Tableau complété REMARQUE : tous ces titres font partie du programme
de 5e. On peut poursuivre l’exercice avec d’autres titres
Nom noyau Complément(s) du nom connus : Le Seigneur des anneaux, La Gloire de mon père,
gémissements de détresse et de désespoir La Mare au diable… La forme du complément du nom est
facile à apprendre à partir de ce genre d’exemples.
chemin de traverse
champ d’avoine 10 Phrases récrites
de moines blancs – avec 1. À la sortie du chemin, Léo découvrit un château
abbaye
une grange attenante du Moyen Âge.
murs en pierre grise fort dure 2. Il s’approcha de la porte d’entrée.
fossé aux bords escarpés 3. Le panneau en chêne épais devait être efficace
contre les assaillants.
4. Le pont-levis franchi, Léo pénétra dans une cour
6 Compléments du nom du texte aux dimensions impressionnantes.
des babouches en cuir jaunâtre / qui décollaient 5. Ici se réunissait toute la maisonnée du seigneur.
sans cesse de ses talons – la chemise en grosse toile
/ à manches longues / sous un gilet de drap noir 11 Compléments du nom introduits par à
– un gilet de drap noir – ses cheveux qui s’éclair-
ou de
cissaient – les souks du vieux Caire – ses bouchons
de liège. le préau de l’école – le sac de ma mère – la pelle à
tarte – l’aiguille à tricoter – la trousse de Tiffany – le
chat de la voisine – le chat à l’oreille coupée – les
7 a. et b. Compléments du nom, COD et COI tables de la cantine – du poil à gratter.
1. de la Table ronde : C. du nom chevaliers.
2. à la légende arthurienne : COI du verbe appar- 12 Compléments du nom à la place d’un
tenir.
adjectif qualificatif
3. du roi Arthur : C. du nom service.
4. de hautes valeurs morales : COD du verbe incar- 1. une éclipse de soleil.
ner. 2. une enquête de police.
5. de fidélité et de soumission : C. du nom serment. 3. les marchés de l’Europe.
4. un roman du Moyen Âge.
5. un jeu d’enfant.
8 Compléments du nom, COD et COI REMARQUE : contrairement au complément du nom qui
1. de nombreux combats très dangereux : COD du peut rester au singulier, l’adjectif qualificatif doit obliga-
verbe mener. toirement s’accorder avec le nom qu’il accompagne.
2. à suivre : C. du nom exemple. les bulletins du trimestre ➜ les bulletins trimestriels.

15. Les expansions du nom : le complément du nom 47


13 Phrases complétées 15 Texte complété
e
1. Ce portrait du XVI siècle représente le fils de Chanson d’autrefois
Henri II. Quelqu’un connaît-il ma cachette ?
2. Le personnage porte un chapeau à plumes et un C’est un lieu calme, où le ciel clair
pourpoint aux manches en velours. En un jour de printemps rachète
3. Le roi est fier de son fils. Le destin de celui-ci est Le mal qu’ont fait six mois d’hiver.
tracé : il sera le successeur de son père.
4. Le peintre a eu l’honneur de représenter un Il y coule des eaux charmantes ;
membre de la famille royale. L’iris y naît dans les roseaux ;
Et le murmure des amantes
S’y mêle au babil des oiseaux.
Écrire en enrichissant le nom […]
d’un complément du nom Victor Hugo, Les Quatre Vents de l’esprit (1881).

14 Texte complété 16 X Pistes pour la correction


Le château est le lieu de résidence du seigneur ; Les élèves doivent d’abord rechercher les caracté-
plus il est imposant et doté de moyens pour se dé- ristiques physiques du chat (pelage doux, griffes
fendre, plus le seigneur affirme sa volonté de pou- rétractiles, yeux oblongs et brillants, crocs acérés...),
voir. Mais ce fief est aussi un lieu de protection, ses réactions (rapide, silencieux...), son caractère
sûr et solide, protégeant les habitants lors des at- (indépendant, arrogant, impérieux...) et les com-
taques. parer avec ceux du tigre pour trouver des ressem-
Les premiers châteaux sont des tours en bois blances et des différences.
établies sur des collines. Les premiers donjons en Le chat est un cousin du tigre
pierre sont carrés. Puis, les châteaux deviennent C’est un tigre au pelage doux et soyeux
de véritables forteresses. Il devient alors difficile de C’est un tigre en miniature
s’en emparer. C’est un tigre sans sa savane…
La méthode du siège consiste à encercler le châ-
teau pour le couper des ressources extérieures. Le
manque de vivres oblige les assiégés à se rendre.
Cependant le château peut contenir de grandes
quantités de nourriture et le siège peut durer des
années.

48 GRAMMAIRE
AT E LI E R DE LECTU RE- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 83

Écrire un portrait à la manière d'un texte médiéval

GRAMMAIRE
Texte : Chrétien de Troyes, Yvain ou le Chevalier au lion (XIIe siècle)

LECTURE ÉCRITURE

1 Le portrait du vilain est dévalorisant. Les adjec- 5 Le sujet porte sur un portrait. Les élèves pour-
tifs qui le montrent sont : laid, hideux (l. 1-2). ront s’appuyer sur le texte support pour ordonner
la présentation de la dame. La rédaction nécessite
2 a. Le vilain a des cheveux en broussaille (l. 6), une recherche documentaire précise sur les ma-
des yeux de chouette (l. 9), un nez de chat (l. 10) et tières précieuses qui sont utilisées au Moyen Âge
des dents de sanglier (l. 11). et sur leur couleur.
b. Avec ces comparants, on peut former le champ
lexical de la nature et des animaux sauvages. X Critères d’évaluation
c. On peut également relever : roncin (l. 5) – bête – Utilisation de la troisième personne.
(l. 6) – éléphant (l. 8) – loup (l. 10). – Portrait à l’imparfait.
– Respect de la structure du portrait (aspect exté-
3 Le nom noyau est peaux, complété par de rieur et attitude).
deux bœufs et de deux taureaux. – Utilisation du champ lexical des pierres et des ma-
tières précieuses.
4 L’immobilité et le mutisme du vilain sont in- – Respect du texte descriptif (et non narratif).
quiétants : il me fixa sans dire un mot, non plus que
n’eût fait une bête (l. 22).

15. Les expansions du nom : le complément du nom 49


16 Les expansions du nom :
la proposition subordonnée relative
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 84-89
INSTRUCTIONS OFFICIELLES
– La phrase complexe (suite) : la subordination • L’objectif du chapitre est d’étudier dans le détail une
(repérer la principale et les subordonnées). dernière expansion du nom (après l’étude de l’ad-
– Les propositions subordonnées relatives et jectif épithète et du complément du nom), de com-
les propositions subordonnées conjonctives prendre son rôle, identique à celui des expansions
(première approche : les distinguer selon que le précédemment étudiées, sa construction (pronom
subordonnant a ou n’a pas de fonction dans la relatif, présence d’un verbe conjugué) et son rôle
subordonnée qu’il introduit). (elle complète l’antécédent).
– Les pronoms relatifs. • Ce chapitre pourra être intégré à une séquence abor-
dant la description dans le récit ou plus spécifique-
ment dans les récits de voyage.

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 84

Texte : René Barjavel, L’Enchanteur (1984)

X L’activité propose de repérer les propositions 2 Couples de phrases reliés à l’aide d’un pronom
subordonnées relatives et de comprendre qu’elles relatif
enrichissent le nom noyau du groupe nominal. Les La jeune femme donne naissance à Merlin [qui est
élèves sont ensuite amenés à construire correcte- le fils du Diable] dans une tour.
ment des phrases comportant des relatives intro- La jeune femme donne naissance à Merlin [dont le
duites par des pronoms relatifs variés dont ils doi- père est le Diable.]
vent bien identifier l’antécédent. La mère de Merlin [qu’on accuse d’avoir eu un en-
fant hors mariage] est condamnée à être brûlée sur
1 a. tour (l. 1) est complété par dans laquelle sa un bûcher.
mère avait été enfermée (l. 1-2) – tour (l. 11) est La jeune femme est enfermée dans une tour [où on
complété par dont la porte fut murée (l. 11-12) a placé deux femmes avec elle].
– panier (l. 13) est complété par qu’elles descen-
REMARQUE : on pourra demander aux élèves de placer
daient au bout d’une corde (l. 13) et puits (l. 14) est entre crochets les propositions subordonnées relatives, de
complété par dont elles utilisaient l’eau pour boire repérer le pronom relatif, ainsi que son antécédent et de
et se baigner (l. 14-15). souligner le verbe conjugué pour s’assurer qu’ils repèrent
b. Ces groupes de mots peuvent être supprimés : les correctement la relative. On veillera aussi à ce qu’ils re-
phrases privées de ces précisions restent gramma- pèrent bien l’antécédent de qu’, mère, qui est séparé de
ticalement correctes, mais affaiblies quant au sens la proposition subordonnée relative par une autre expan-
sion du nom, le complément du nom de Merlin.
initial.
c. La première proposition subordonnée relative
3 a. Il se trouva au sommet d’un donjon dans
est introduite par dans laquelle, la deuxième par
lequel sa mère avait été enfermée.
dont, la troisième par qu’ et la dernière par dont.
b. On constate que la forme du pronom relatif a
Ces mots appartiennent à la classe grammaticale
changé : laquelle / lequel est un pronom relatif
des pronoms relatifs.
composé qui varie selon le genre et le nombre de
REMARQUE : le pronom relatif peut lui-même être intro-
l’antécédent.
duit par une préposition, c’est le cas pour dans laquelle.

50 GRAMMAIRE
E X ERC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 86-88

Repérer une proposition subordonnée qu’on ne saurait l’imaginer ! Or Dieu – c’est ce que

GRAMMAIRE
ma mère m’a dit – doit être vénéré et adoré !
relative et son antécédent Et le voilà genoux en terre, prononçant toutes
les prières que sa mère lui a apprises.
1 Repérage des groupes nominaux Camille Sander, Perceval ou le Conte du Graal (2000),
complets © Flammarion.

ce dragon qui s’étend sur huit vallées et huit col-


lines – le long de la palissade qui entoure votre 4 Phrases récrites avec une proposition
maison – du côté par où le dragon viendra – cet subordonnée relative
alcool de riz qu’au Japon nous apprécions tant. 1. Pour assurer sa défense, le château est entouré
REMARQUE : on pourra demander aux élèves de décom- de douves dont l’eau provient d’une rivière.
poser les groupes nominaux et de repérer le nom noyau, 2. Le pont-levis est un pont mobile qu’on remonte
le déterminant et les expansions du nom, en l’occurrence
pour protéger le château.
les propositions subordonnées relatives (qui sont souli-
gnées). Seul le dernier groupe nominal comporte une 3. Les mâchicoulis comportent des ouvertures par
autre expansion, le complément du nom de riz. lesquelles on peut jeter des projectiles sur les as-
saillants.
4. Le château fort comporte un cachot dans lequel
2 Repérage des propositions subordon-
on enferme les prisonniers dans l’attente de leur
nées relatives et de leur antécédent rançon.
Dans les groupes nominaux suivants, les propo- 5. Le donjon qui est le bâtiment le plus imposant
sitions subordonnées relatives sont placées entre est situé au cœur du château fort.
crochets et les antécédents sont en gras. 6. La plupart des châteaux disposent d’une chapelle
les pèlerins [qui le regardaient] – vers le lieu [où dont les fenêtres sont ornées de vitraux.
vivait dans l’abstinence le pieux ermite] [dont
les pèlerins lui avaient indiqué la direction] – les
5 Texte complété avec les propositions
nœuds de branchages [qu’ils avaient eux-mêmes
suspendus pour retrouver leur chemin].
subordonnées relatives
REMARQUE : l’antécédent de la proposition relative Extrait 1
dont les pèlerins lui avaient indiqué la direction est lui- Le soleil encore doux prenait en écharpe les champs
même à l’intérieur d’une autre proposition relative. On de neige qui s’étageaient au sommet du Kilimand-
peut du reste hésiter quant à l’antécédent de la relative jaro. La brise du matin jouait avec les dernières
qu’ils avaient eux-mêmes suspendus pour retrouver leur nuées. Tamisés par ce qui restait de brume, les
chemin : s’agit-il de nœuds ou de branchages ? On optera
abreuvoirs et les pâturages qui foisonnaient de
plutôt pour le nom noyau du groupe nominal, nœuds.
mufles et de naseaux, de flancs sombres, dorés,
rayés, de cornes droites, aiguës, arquées ou mas-
sives, et de trompes et de défenses, composaient
Manipuler des propositions une tapisserie fabuleuse suspendue à la grande
subordonnées relatives montagne d’Afrique.
Extrait 2
3 Texte complété Glissant et trébuchant, je gravis la pente, me raccro-
Quand il vit à découvert les heaumes tout chai aux arbustes, écartai la haie d’épineux avec des
brillants, les hauberts étincelants, ainsi que les mains lardées de ronces et sur lesquelles le sang
lances et les boucliers qu’il n’avait jamais vus de sa perlait.
vie, quand il vit les belles couleurs qui reluisaient Au-delà du mur végétal, il y avait un ample espace
au soleil, l’or, l’azur et l’argent, il s’écria stupéfié : d’herbes rases. Sur le seuil de cette savane, un seul
– Seigneur Dieu, pardonnez-moi ! Ce sont des arbre s’élevait. Il n’était pas très haut. Mais de son
anges que j’aperçois. Ma mère me disait bien que tronc noueux et trapu partaient, comme les rayons
les anges étaient les plus beaux êtres que l’on puisse d’une roue, de longues, fortes et denses branches
imaginer, mais parmi eux, c’est Dieu lui-même que qui formaient un parasol géant. Dans son ombre,
j’aperçois car l’une de ces créatures est plus belle la tête tournée de mon côté, un lion était couché
sur le flanc. [...]

16. Les expansions du nom : la proposition subordonnée relative 51


Et entre les pattes de devant, énormes, qui jouaient tellement et introduit une proposition subordon-
à sortir et à rentrer leurs griffes, je vis Patricia. née de conséquence.
Joseph Kessel, Le Lion (1958), © Gallimard. Et voici qu’elle était devant moi… : que n’a pas
d’antécédent, voici… que est un présentatif per-
mettant de construire une phrase de forme empha-
Identifier et employer tique.
les pronoms relatifs … aucun des sentiments qu’elle m’avait inspirés  :
qu’ est un pronom relatif dont l’antécédent est
sentiments.
6 a. et b. Phrases complétées avec un pro-
… qu’y avait-il de commun… : qu’ est un pronom
nom relatif et repérage des propositions
interrogatif.
relatives
… l’enfant modèle que Bullit tenait par la main :
1. Les églises sont les principaux lieux [où se déve- que est un pronom relatif dont l’antécédent est
loppent les deux grands arts médiévaux : la sculp- enfant.
ture et la musique]. … un peu plus bas que les genoux… : plus… que
2. La musique médiévale [que l’on a conservée] est permet de construire le comparatif de supériorité
principalement liturgique. de l’adjectif bas. Que est invariable et introduit le
3. Les églises résonnaient des chants grégoriens complément du comparatif, que les genoux.
[auxquels on initiait les moines].
4. La musique profane, [dont on ne sait presque
rien], s’adressait aussi bien à la cour qu’au peuple. Réaliser les accords dans la relative
5. Le Moyen Âge est une époque [où / à laquelle
sont créés des instruments de musique comme le 9 Participes passés accordés
luth et l’orgue].
6. La musique profane est pratiquée par les trou- 1. Les vêtements que Ninon a achetés durant les
badours et les jongleurs [qui étaient parfois itiné- soldes lui ont permis de refaire sa garde-robe.
rants]. 2. Elle a pu profiter des économies qu’elle a réali-
sées pour se faire plaisir.
3. Les enfants qu’elle a gardés ont été parfois fati-
7 Phrases complétées avec un pronom gants, mais elle ne regrette pas ces moments.
relatif composé 4. L’argent de poche que lui ont donné ses parents
1. Le séjour organisé auquel j’ai participé l’été der- jusqu’à présent ne lui suffit plus maintenant qu’elle
nier m’a fait découvrir les merveilles de Cuba. va à l’université.
2. La randonnée par laquelle le séjour a débuté 5. Elle estime qu’il est normal de financer une part
avait pour cadre le relief calcaire des mogotes, situé des études qu’elle a entamées.
dans la partie occidentale de l’île. REMARQUE : le pronom relatif COD que avec lequel se
3. La randonnée suivante m’a fait découvrir les fait l’accord du participe passé est souligné ainsi que son
plantations de tabac dans lesquelles j’ai croisé antécédent que l’on demandera aux élèves de repérer.
quelques paysans cubains en plein labeur.
4. J’ai particulièrement apprécié le charme de La 10 X Proposition de correction
Havane, ville dans laquelle s’élèvent des immeubles
des années 1930 et circulent de vieilles voitures 1. Les voyages que mes parents ont faits depuis
américaines. qu’ils sont à la retraite les ont tous autant passion-
nés les uns que les autres.
5. Le séjour s’est achevé par une halte sur un îlot
paradisiaque duquel j’ai pris des photographies 2. Les photographies sur lesquelles on les voit à dos
grandioses. de chameau ont été prises lors d’un trek au Maroc.
3. Les bibelots qu’ils ont rapportés de chacun de
6. J’ai rencontré des Cubains avec lesquels j’ai pu
leurs périples deviennent vite des nids à poussière.
échanger quelques mots en espagnol.
4. Les souvenirs auxquels ma mère tient le plus trô-
nent dans le salon.
8 Repérage des pronoms relatifs 5. En revanche, les babouches qu’elle a achetées
… une émotion tellement démesurée que plus au souk de Marrakech ne sont toujours pas sorties
d’une fois je m’étais senti ridicule : que n’a pas de leur boîte.
d’antécédent, il est employé avec le corrélatif 6. Les vases qu’ils ont offerts à la famille à leur re-
tour de Grèce n’ont pas rencontré plus de succès.

52 GRAMMAIRE
Écrire des phrases comportant 12 Définitions complétées à l’aide d’une
une subordonnée relative proposition relative
1. parchemin : peaux d’animaux sur lesquelles on

GRAMMAIRE
11 X Proposition de correction écrit à la main.
1. J’ai assisté au lever du soleil sur la montagne 2. incunable : nom que l’on donne au livre imprimé
dont j’avais débuté l’ascension deux heures aupa- avant 1500.
ravant. 3. papier : matière faite à partir de la pâte de végé-
2. Le soleil illuminait le ciel qui était totalement taux et qui sert de support à l’écriture.
dépourvu de nuages comme jamais en plein jour. 4. caractère typographique : bloc de métal portant
3. La montagne se teintait de multiples couleurs une lettre que l’on utilise pour imprimer une lettre.
qui m’émerveillaient toutes les unes plus que les 5. Gutenberg : graveur sur bois auquel on doit l’in-
autres. vention de l’imprimerie.
4. Le village où j’avais passé la nuit paraissait petit 6. enluminures : ornements en couleurs qui déco-
depuis le sommet qui le surplombait. rent les manuscrits médiévaux.
5. Ce panorama que j’ai immortalisé grâce à mon
appareil photo est le plus beau qu’il m’a été donné
de voir jusqu’à ce jour.

AT E LI E R DE LECTU RE- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 89

Rédiger un portrait d’après un récit


William Golding, Sa Majesté des Mouches (1954)

LECTURE 4 X Proposition de correction


Il y avait aussi Bill qui passait pour l’élève le plus
1 Les jeunes garçons rient car ils se moquent du doué de la maîtrise, Robert qui paraissait plus
personnage de Porcinet, en raison sûrement de sa jeune que ses camarades, Harold qu’on reconnais-
corpulence et de son surnom que Ralph apprend à sait à ses taches de rousseur, Henry dont les vête-
tous : Il ne s’appelle pas le Gros, cria Ralph. Son vrai ments avaient été endommagés dans l’accident…
nom, c’est Porcinet (l. 2-3).
ÉCRITURE
2 proposition subordonnée relative : dont Porci-
net était exclu. 5 X Pistes pour la correction
pronom relatif : dont. La composition de cet exercice implique :
antécédent : circuit. – l’emploi de l’imparfait de l’indicatif ;
– l’emploi d’expansions du nom, en particulier de
3 a. Les propositions subordonnées relatives ap- propositions subordonnées relatives qui devront
portant des précisions sur le garçon nommé Roger concourir à mettre en évidence les particularités
sont : que personne ne connaissait (l. 14) – qui res- physiques du personnage de Porcinet à l’origine de
tait dans son coin avec l’air de tenir passionnément son rejet par les autres garçons ;
à ses secrets (l. 14-15). – l’emploi éventuellement d’un lexique péjoratif
REMARQUE : on précisera aux élèves que la proposition traduisant le jugement des personnages sur Porci-
subordonnée qu’il s’appelait Roger (l. 15) n’est pas une net ;
relative car qu’ n’a pas d’antécédent. – l’emploi de pronoms relatifs variés.
b. L’antécédent de ces relatives est le nom garçon On veillera aussi à ce que les élèves accordent cor-
(l. 13). rectement le verbe ou le participe passé de la re-
REMARQUE : le groupe nominal dont garçon est le noyau lative.
comporte d’autres expansions que l’on demandera aux
élèves de nommer (mince : adjectif épithète ; à l’air furtif :
complément du nom).

16. Les expansions du nom : la proposition subordonnée relative 53


17 L’adjectif et ses degrés
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 90-95

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
DE 6e ET 5e • L’objectif du chapitre est d’identifier la classe grammaticale des ad-
– L’adjectif qualificatif (il jectifs qualificatifs et des participes passés employés comme adjectifs
s’ajoute au nom pour le ainsi que de rappeler leurs différentes fonctions par rapport au nom
qualifier, s’accorde en genre (épithète et attribut). Ces deux fonctions sont plus spécifiquement étu-
et en nombre avec le nom diées dans le chapitre 14 sur le groupe nominal pour l’épithète et le
qu’il qualifie). chapitre 11 sur les constructions verbales pour l’attribut. Nous ne trai-
– L’épithète. tons pas ici l’apposition ou l’épithète détachée.
– L’attribut du sujet. • Nous passons rapidement dans ce chapitre sur l’accord de l’adjectif
– Les mots exprimant le qualificatif qui est abordé dans le chapitre 25 sur les accords dans le
degré de l’adjectif (degrés groupe nominal (dans le cas de l’adjectif épithète) et le chapitre 27,
d’intensité, comparatif et concernant le cas particulier des adjectifs de couleur et le cas des parti-
superlatif). cipes passés employés comme adjectifs.
• Le chapitre se termine par des exercices d’écriture et de lexique pour
lesquels les élèves sont amenés à réfléchir au sens de l’adjectif qui peut
varier selon sa place (dans le cas de l’adjectif épithète). Plusieurs de
ces exercices mettent du reste en avant l’emploi des adjectifs dans les
portraits et descriptions.
• Ce chapitre pourra être intégré à une séquence sur la description, dans
les récits de voyages (Le Livre des Merveilles de Marco Polo) ou d’aven-
tures, ou sur un roman de chevalerie, avec la rédaction du portrait d’un
personnage ou de l’épisode d’un récit de chevalerie.

AC T I VI T É LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 90

Texte : Robert Louis Stevenson, L’Île au trésor (1883)

X L’activité propose de repérer l’accord, le rôle, la 2 a. Dans le passage surligné en bleu, les adjec-
place et les fonctions de l’adjectif avant d’en dé- tifs sont terne et triste.
couvrir un exemple de degré, le superlatif relatif b. Ces adjectifs s’accordent avec le nom ensemble.
de supériorité. c. Le verbe qui permet d’introduire les adjectifs est
le verbe attributif était.
d. Les adjectifs ne peuvent pas être supprimés, si-
1 a. grisâtre s’accorde avec couleur (l. 10), jaune
non la phrase est grammaticalement incorrecte.
s’accorde avec sable (l. 11), géants s’accorde avec
arbres (l. 12), dénudé s’accorde avec roc (l. 15). 3 a. L’adjectif surligné en vert qualifie le nom
b. dénudé est formé à partir du participe passé
distance (l. 5).
d’un verbe.
b. Cet adjectif est placé avant le nom qu’il qualifie.
c. Ces adjectifs peuvent être supprimés : les phrases
restent grammaticalement correctes, mais privées 4 a. La colline de la Longue-Vue n’est pas sim-
des précisions qu’ils apportent.
plement haute et bizarre. Ces deux adjectifs sont
complétés par les termes la plus qui permettent de
former le superlatif de supériorité.

54 GRAMMAIRE
REMARQUE : on précisera aux élèves que le complément b. La Longue-Vue était très haute par trois ou
du superlatif est sous-entendu et on leur demandera de quatre cents pieds et aussi très bizarre par sa forme.
le préciser : La colline de la Longue-Vue était la plus haute L’effet est différent de la phrase initiale. Ici, le su-
et la plus bizarre de toutes les collines de l’île. Les com-
pléments par trois ou quatre cents pieds et par sa forme
perlatif absolu des adjectifs formé à l’aide de l’ad-

GRAMMAIRE
précisent les raisons pour lesquelles cette colline se distin- verbe d’intensité très exprime simplement un degré
gue des autres. élevé de l’adjectif, sans le comparer à un ensemble
(les autres collines).

E XE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 92-94

Repérer un adjectif et le nom 2. attribut du sujet : attentifs (au moindre mouve-


ment de leurs ennemis : complément de l’adjectif
qu’il qualifie attentifs) – verbe attributif : restaient.
3. attribut du sujet : fidèles (à leur suzerain : com-
1 Repérage des adjectifs complétant les plément de l’adjectif fidèles) – verbe attributif : de-
noms soulignés meureraient.
exotique, singulier (aspect) – sablonneuses (ondu- 4. attributs du sujet : anxieuse, silencieuse – verbe
lations) – rares (pins) – nombreux, rabougris (ar- attributif : était.
bustes) – argenté (feuillage) – découvert (espace). 5. attribut du sujet : rares – verbe attributif : étaient.
REMARQUE : on veillera à ce que les élèves ne confon-
dent pas le sujet inversé les attaques de la nuit et l’adjectif
2 Repérage des adjectifs et des noms attribut du sujet rares, placé devant le verbe.
qu’ils complètent
6. attribut du sujet : résignés (à se battre jusqu’à la
entourées complète îles. mort : complément de l’adjectif résignés) – verbe
doré complète îlot. attributif : étaient.
matinal complète soleil. 7. attribut du sujet : terrifiantes (même remarque
seule complète voie. que pour la phrase 5) – verbe attributif : deve-
courte complète digue. naient.
petits complète pains. REMARQUE : on précisera aux élèves que dans les phrases
première complète pomme. 1, 2, 3 et 6 l’adjectif attribut du sujet est complété par un
complément de l’adjectif remplissant lui aussi la fonction
attribut.
Identifier la fonction de l’adjectif
5 Repérage des adjectifs épithètes et
3 Repérage des adjectifs épithètes com- du nom qu’ils complètent
plétant les noms soulignés longue : épithète du nom robe.
silencieux complète vol. parsemée : épithète du nom robe.
grand, ailé complètent Cheval. brodées : épithète du nom feuilles.
élargis complète naseaux. vert : épithète du nom or.
bleue complète nuit. serrée : épithète du nom robe.
étoilé complète éther. large, nonchalante : épithètes du nom ceinture.
verte : épithète du nom soie.
4 a. et b. Repérage des adjectifs attributs lourds : épithète du nom plis.
du sujet et des verbes attributifs nu : épithète du nom pied.
REMARQUE : les adjectifs parsemée et serrée sont bien
1. attribut du sujet : inquiets (des mouvements
des épithètes du nom robe bien qu’ils soient éloignés du
des guerriers : complément de l’adjectif inquiets) – nom complété. Un nom peut être complété par plusieurs
verbe attributif : semblaient. épithètes, dans ce cas séparées par une virgule. On pourra
aussi préciser que vêtu n’est pas un adjectif épithète, mais
le participe passé du verbe vêtir conjugué à l’imparfait de
la voix passive.

17. L’adjectif et ses degrés 55


6 Fonction des adjectifs soulignés et re- 5. Son visage était encadré d’une chevelure plus
pérage du nom / pronom complété brillante que l’or fin (comparatif de supériorité).
6. La chaumière était encore moins confortable
poussées : épithète des noms peur et joie. que l’étable (comparatif d’infériorité).
naturel : attribut du sujet, complète le nom miracle.
appropriées : épithète des noms lumière et pers-
pective. 9 Tableau complété avec les adjectifs au
ordinaire : épithète du nom condition. comparatif
fabuleux : épithète du nom caractère. Phrase 2 3 4 5
ingrates : épithète du nom terres. Noms apparte- salle à cuisine balcon
longues : épithète du nom branches. qualifiés ments manger
royal : épithète du nom fauve. Adjectifs spacieux petite aménagée agréable
redoutable : épithète du nom bête. au comparatif
pleine : épithète du nom liberté. Degrés infériorité supériorité égalité infériorité
réel, véritable, contrôlé : attributs du sujet, complè- du comparatif
tent le pronom cela. Compléments que les que la que chez que mon
du comparatif maisons mienne moi jardin

Accorder l’adjectif 10 Repérage des adjectifs au superlatif


relatif ou absolu
7 Texte complété (accord nom-adjectif) les plus nobles (l. 6) : adjectif au superlatif relatif
C’était en effet la plus belle femme qui fût au (de son royaume : complément du superlatif).
monde : elle avait le visage entièrement découvert, les plus célèbres (l. 8) : adjectif au superlatif rela-
avec un chapelet d’or sur la tête, les cheveux tom- tif (complément du superlatif sous-entendu : de
bant en longues tresses sur ses épaules et le long de toutes les fêtes du temps jadis).
ses reins, plus blonds et plus luisants que l’or le plus le plus illustre du monde (l. 11) : adjectif au superla-
fin ; le visage fraîchement coloré, heureusement tif relatif (complément du superlatif sous-entendu :
mélangé de blanc et de vermeil : les épaules droites de tous les souverains).
et flexibles comme un jonc, le corps gracieusement une très belle histoire (l. 12) : adjectif au superlatif
cambré, les bras grands et longs, les jambes droites absolu (aucun point de comparaison n’est exprimé).
et polies, les flancs grêles, les hanches basses,
les pieds blancs et arrondis, les mains longues, 11 Phrases complétées
blanches et mollettes.
1. Charlie Chaplin est l’acteur comique le plus cé-
Héloïse de Mont-Rachais, Récits et légendes de la Table ronde
(2004), © Succès du Livre. lèbre du XXe siècle.
REMARQUE : cet exercice place les élèves dans une situa-
2. Le personnage de Charlot est à la fois très drôle
tion courante en dictée non préparée ; ils ignorent préci- et très touchant.
sément le sens d’un adjectif qu’ils doivent accorder (grêle, 3. La Ruée vers l’or est, à mon avis, le plus réussi de
mollet…). Cependant, ils constatent que la rareté (rela- tous ses films.
tive) d’un adjectif ne modifie pas son fonctionnement. 4. Les Lumières de la ville, son premier film parlant,
est extrêmement émouvant.
5. Le Dictateur est aussi connu que Les Temps mo-
Identifier et employer les degrés dernes.
de l’adjectif
8 X Proposition de correction Écrire en employant des adjectifs
1. Il avait le nez aussi courbé qu’un bec d’aigle
(comparatif d’égalité).
12 Sens et étymologie des adjectifs em-
2. Le donjon était plus massif qu’un roc (compara- ployés dans des phrases
tif de supériorité). – félon : signifie d’abord «  méchant  », puis dé-
3. Son regard paraissait parfois plus perçant que signe celui qui agit contre la foi due à son seigneur,
celui de l’épervier (comparatif de supériorité). « traître », « déloyal » (du bas latin fello, fellonis,
4. La forêt s’étendait à perte de vue, plus sombre dont l’origine pourrait être le francisque fillo, qui
que l’enfer (comparatif de supériorité). maltraite les esclaves, d’où «  méchant  ». Ce mot

56 GRAMMAIRE
correspond au verbe francique filljan, «  maltrai- professeur bon (= un professeur qui fait preuve de
ter », « flageller ».) J Ganelon, chevalier félon de bonté).
La Chanson de Roland, est condamné à être écar- 4. un sale quart d’heure (= un moment pénible, dé-
telé par quatre chevaux. sagréable) – un pantalon sale (= un pantalon mal-

GRAMMAIRE
– vilain : « méprisable », « déshonorant » ou « désa- propre, souillé).
gréable à voir », « laid » (du bas latin villanus, « ha- 5. un pur délice (= un délice absolu, parfait) – une
bitant de la campagne », dérivé du latin classique eau pure (= une eau nette, qui n’est pas mêlée avec
villa, « ferme ». Le nom vilain désigne un paysan, autre chose).
un homme de basse condition, et notamment le REMARQUE : l’épithète antéposée a souvent une signifi-
paysan libre par opposition au serf. L’idée de mé- cation plutôt abstraite, affective ou subjective, alors que
l’épithète postposée est plutôt concrète, physique ou ob-
pris, liée à la condition sociale du paysan, explique
jective…
l’évolution sémantique du mot et notamment de
l’adjectif, que l’on peut rapprocher de l’adjectif
« vil ».) J Le chevalier a joué un vilain tour à son 14 a. Sens des adjectifs associés aux
adversaire. éléments de portrait
– courtois : le Moyen Âge entend l’adjectif dans svelte : fin, léger – la svelte silhouette.
deux acceptions : l’une sociale, renvoyant à ce qui diaphane : transparent, translucide – le teint
concerne la cour et ses usages, l’autre morale, dési- diaphane.
gnant la qualité propre d’un individu digne du raf- vairon : dont l’iris est cerclé d’un anneau blanchâtre
finement de la cour. L’adjectif peut aussi désigner la ou qui sont de couleurs différentes – le regard
littérature ou la poésie pratiquée dans les cours sei- vairon.
gneuriales et qui exaltait l’amour. L’amour courtois aquilin : fin et recourbé en bec d’aigle – le nez aquilin.
est défini et codifié par l’esprit de la chevalerie au rubicond : très rouge de peau – le teint rubicond.
Moyen Âge. Sens moderne : « aimable », « civil », béat : exagérément satisfait et tranquille, niais – le
« affable » (de court J cour, de curteis puis corteis) sourire béat.
J Le chevalier s’est montré le plus courtois possible dégingandé : qui est disproportionné en raison de
à l’égard de sa dame. sa haute taille et a une démarche déséquilibrée – la
– preux : « brave », vaillant » (du bas latin prode, silhouette dégingandée.
« utile ») J Roland est un preux chevalier. narquois : moqueur et malicieux – le sourire nar-
quois.
– adamantin : qui a la dureté, l’éclat du diamant vermillon : rouge vif (adjectif invariable car tiré du
(du latin adamantinus, « dur comme l’acier », « le nom vermillon, poudre fine colorante d’un rouge
diamant »). Il peut aussi qualifier l’émail des dents. vif) – le teint vermillon.
J Le chevalier ignorait ce qui l’éblouissait le plus : hirsute : ébouriffé, échevelé – les cheveux hirsutes.
les dents adamantines de la jeune fille ou ses lèvres
purpurines. b. Rédaction d’un portrait
– espiègle : « vif » et « malicieux », sans méchanceté, X Proposition de correction
parlant d’un enfant (de Ulespiegle, du néerlandais Notre guide était un petit être chétif et repous-
Uilenspiegel adaptation du nom d’un personnage sant. Son corps efflanqué, soutenu par deux jambes
célèbre pour ses petites tromperies ingénieuses, torves, était à l’origine de sa silhouette dégingan-
héros d’un roman allemand du XVIe siècle. La forme dée. Nous suivions la touffe grisâtre et hirsute de
francisée espiègle s’expliquerait par le fait que le l ses cheveux. De temps à autre, il se retournait et
de Ulenspiegel fut pris pour l’article). J Le maître fixait sur nous ses yeux vairons, singularité qui nous
ne sut que répondre à l’enfant espiègle qui lui fai- inspirait quelque crainte. Au milieu de sa face au
sait face. teint rubicond se détachait son nez aquilin et ses
lèvres violacées ébauchaient alors un sourire nar-
13 Éléments de correction quois auquel nous feignions de ne pas attacher
d’importance.
1. une petite fille (= une jeune enfant) – une fille
REMARQUE : les adjectifs employés dans ce portrait ont
petite (= une enfant de taille modeste). tous une connotation péjorative, à l’exception de vairon.
2. un pauvre paysan (= un paysan malheureux) – un On peut envisager de demander aux élèves de classer
paysan pauvre (= un paysan peu fortuné). dans un premier temps les adjectifs selon qu’ils ont une
3. un bon professeur (= un professeur efficace) – un connotation méliorative ou péjorative avant de rédiger
le portrait.

17. L’adjectif et ses degrés 57


15 X Proposition de correction 16 X Pistes pour la correction
épithètes : Paul a commis une action honteuse Les noms se prêtent à l’apport d’épithètes. On
dont il se repent. veillera à ce que les élèves ne confondent pas
Ce roman raconte l’histoire d’un enfant abandonné épithète et expansion du nom (des troupeaux de
par ses parents. moutons). On peut suggérer l’utilisation d’un dic-
Le vaillant chevalier s’est distingué par son courage tionnaire des synonymes ou d’un dictionnaire ana-
à toute épreuve. logique afin d’enrichir la réserve d’adjectifs.
attributs : Paul s’est senti honteux d’avoir désobéi.
Cet chat semble abandonné.
Le chevalier s’est montré vaillant dans l’épreuve.

ATE LI ER D E LECTU R E- É CRITURE LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 95

Lire et décrire une image


Image : Vincent Van Gogh, Nuit étoilée (1889)

X Le ciel nocturne fascine depuis longtemps Van LECTURE


Gogh, peintre post-impressionniste hollandais, pas-
sionné d’astrologie qui se demande : « Mais quand 1 Ce tableau de Van Gogh représente un pay-
donc ferai-je le ciel étoilé, ce tableau qui, toujours, sage nocturne, un village plus précisément.
me préoccupe ? » Ce tableau, peint à l’huile, a été
réalisé quand Van Gogh se trouvait à Saint-Rémy- 2 a. On distingue trois plans dans ce tableau : le
de-Provence, dans un asile où il était soigné pour premier représente un cyprès, le deuxième un petit
son état dépressif. Les touches de peinture quelque village et le troisième un beau ciel étoilé.
peu chaotiques traduisent sans doute la tourmente b. Le troisième plan est plus imposant que les
qui habite le peintre. La nuit et ses effets de lu- autres et domine le paysage.
mière ont fourni au peintre le sujet de plusieurs de L’auréole de la lune est plus grosse que celle des
ses peintures, dont Terrasse du café le soir. Il écrit étoiles.
dans une lettre adressée à sa sœur en septembre Le jaune or de l’astre lunaire est moins pâle que le
1888 : « Je veux maintenant absolument peindre jaune des étoiles.
un ciel étoilé. Souvent il me semble que la nuit est Le cyprès, placé au premier plan, est plus élevé que
encore plus richement colorée que le jour, colorée le clocher du village et sa cime est plus filiforme
des violets, des bleus et des verts les plus intenses. que sa base. C’est l’élément le moins lumineux du
Lorsque tu y feras attention tu verras que de cer- tableau.
taines étoiles sont citronnées, d’autres ont des feux Le cyprès est aussi droit que le clocher de l’église.
roses, verts, bleus, myosotis. Et sans insister davan- Le village, au deuxième plan, semble très calme en
tage il est évident que pour peindre un ciel étoilé il raison de l’heure tardive.
ne suffise point du tout de mettre des points blancs
sur du noir bleu. » 3 Le décor est composé des éléments suivants : un
ciel bleu étoilé, une lune or décroissante, étoiles et
lune dégageant un halo lumineux, des volutes aux
lignes courbes qui envahissent le centre du tableau,
des collines imposantes, un village qui semble silen-
cieux et un cyprès aux teintes plutôt sombres. Ce
tableau est remarquable par ses couleurs contras-
tées et l’atmosphère posée qu’il dégage.

58 GRAMMAIRE
4 L’impression d’ensemble qui se dégage de ce Concernant les couleurs, le tableau est dominé par
tableau est ambivalente. En effet, la beauté des des nuances de bleu qui représentent la nuit. Le vert
couleurs, celles notamment du ciel bleu profond, foncé est exploité pour les arbres et les maisons. Les
l’ambiance paisible qui émane de ce hameau pas couleurs chaudes, diverses teintes de jaune, ressor-

GRAMMAIRE
tout à fait endormi, la présence de la nuit inspirent tent d’autant plus et mettent en avant la lumière
un sentiment de sérénité au spectateur. Toutefois, des fenêtres, la lune jaune or et un réseau très gra-
le ciel semble tourmenté par des volutes de lu- phique d’étoiles, plus pâles, qui semble faire jaillir
mière, à moins qu’il ne s’agisse du vent qui entraîne une étrange spirale.
les éléments dans sa course, à l’image du cyprès qui,
au premier plan, paraît torturé, convulsionné mal- ÉCRITURE
gré sa verticalité. Le tourbillon de lumière n’est pas
sans rappeler les vagues de l’océan. Le mouvement 5 Les élèves reprendront les réflexions faites pré-
impulsif du pinceau traduit peut-être le chaos qui cédemment pour proposer une description com-
habite alors le peintre. Enfin, les halos de lumière plète et organisée du tableau. On veillera à ce que
que dégagent la lune et les onze étoiles confèrent les adjectifs, dont ils exploiteront les degrés, soient
une atmosphère mystique à ce tableau qui est à mi- nombreux et bien accordés, qu’il s’agisse d’épi-
chemin entre réalisme et fiction. thètes ou d’attributs.

17. L’adjectif et ses degrés 59


FICHE MÉTHODE

18 Se servir des tableaux de conjugaison


LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 98-99

INSTRUCTIONS OFFICIELLES DE 6e ET 5e

– Le verbe (savoir l’analyser en donnant son infinitif, son groupe, son • L’objectif de la fiche méthode
temps, son mode, sa personne ; cette analyse se complexifiera au est de repérer les différentes
fur et à mesure que la connaissance du verbe sera approfondie). notions auxquelles font appel
– L’infinitif et les trois groupes verbaux. la maîtrise de la morphologie
– L’indicatif (temps simples et temps composés ; y compris le condi- verbale et l’analyse de l’em-
tionnel) : étude systématique, avec décomposition des formes en ploi d’un temps verbal.
éléments. • Cette fiche sera le préambule
– Les verbes du premier groupe présentant des particularités ortho- à toutes les activités de conju-
graphiques (verbes en -cer / -ger / -eler / -eter / -yer). gaison.
– La morphologie de certains verbes irréguliers : aller, asseoir, dire,
faire, savoir, vouloir…

➜ Corrigé des exercices LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 98-99

1 a. Les terminaisons sont mises en valeur en ils auront été : être, futur antérieur, indicatif,
rouge. 3e pers. plur.
qu’il ait dit : dire, passé, subjonctif, 3e pers. sg.
b. Les difficultés de conjugaison liées à certains j’allai : aller, passé simple, indicatif, 1re pers. sg.
verbes sont surlignées en jaune. il voyait : voir, imparfait, indicatif, 3e pers. sg.
avoir fini : finir, passé, infinitif, mode impersonnel.
2 Formes verbales classées par mode aperçu : apercevoir, passé, participe, mode imper-
sonnel.
participe : voulant. je peignis : peindre, passé simple, indicatif, 1re pers.
subjonctif : que je veuille – que j’aie voulu. sg.
impératif : veuillons. couds : coudre, présent, impératif, 2e pers. sg.
indicatif : je veux – j’ai voulu – nous voulûmes. vous aviez dit : dire, plus-que-parfait, indicatif,
conditionnel : je voudrais – il aurait voulu. 2e pers. plur.
infinitif : avoir voulu – vouloir. va : aller, présent, impératif, 2e pers. sg.
REMARQUE : on pourra demander aux élèves d’analyser vous eûtes été : être, passé antérieur, indicatif,
chaque forme verbale en en donnant le temps et la per- 2e pers. plur.
sonne. ils doivent : devoir, présent, indicatif, 3e pers. plur.
qu’ils doivent : devoir, présent, subjonctif, 3e pers.
3 Analyse des formes verbales plur.
prenant : prendre, présent, participe, mode imper-
nous achèterions : acheter, présent, conditionnel, sonnel.
1re pers. plur. je ferais : faire, présent, conditionnel, 1re pers. sg.
nous achèterons : acheter, futur, indicatif, 1re pers.
plur.
vous envoyiez : envoyer, imparfait, indicatif, 4 Analyse des formes verbales
2e pers. plur. voie : présent, subjonctif.
appelons : appeler, présent, impératif, 1re pers. plur. vis : présent, indicatif (vivre) – passé simple, indica-
ils auraient été : être, passé, conditionnel, 3e pers. tif (voir).
plur. aie : présent, subjonctif – présent, impératif.

60 CONJUGAISON
veuille : présent, subjonctif – présent, impératif. nous vivions : vivre, imparfait, indicatif, verbe
vois : présent, indicatif – présent, impératif. modèle : prendre.
met : présent, indicatif. 3. ils teintent : teinter, présent, indicatif, verbe
dis : présent, indicatif – présent, impératif. modèle : chanter.
règle : présent, indicatif – présent, impératif – pré- vous tîntes : tenir, passé simple, indicatif, verbe
sent, subjonctif. modèle : venir.
REMARQUE : pour les formes verbales aie, veuille et vois, ils tintent : tinter, présent, indicatif, verbe modèle :
ce sont le sens de la phrase et la présence ou non d’un chanter.
pronom personnel sujet qui permettront d’identifier il tient : tenir, présent, indicatif, verbe modèle :
le mode. On pourra demander aux élèves d’employer venir.
chaque forme verbale dans une phrase de leur compo-
sition.
8 Analyse des formes verbales
conclus : présent, indicatif, 1re ou 2e pers. sg. – passé
5 Difficultés liées aux formes verbales simple, indicatif, 1re ou 2e pers. sg.
conjuguées conclut : présent, indicatif, 3e pers. sg. – passé
Les difficultés sont indiquées en gras. simple, indicatif, 3e pers. sg.
1. je vins. conclue : présent, subjonctif, 1re ou 3e pers. sg.

CONJUGAISON
2. que tu aperçoives. concluent : présent, indicatif, 3e pers. plur. –
3. ayez. présent, subjonctif, 3e pers. plur.
4. ils prennent. conclurent : passé simple, indicatif, 3e pers. plur.
5. que nous voyons.
6. il étudiera.
9 Verbes qui se conjuguent sur le même
principe que les verbes modèles
6 Repérage des verbes modèles prendre : attendre, comprendre, descendre…
mentir : partir. appeler : chanceler, amonceler, atteler, ensorceler,
semer : lever. épeler, étinceler, niveler, renouveler, ficeler, ruisse-
projeter : jeter. ler…
apparaître : connaître. étudier : crier, jouer, plier…
rougir : finir. conduire : construire, instruire, luire, nuire…
promettre : mettre. partir : mentir, sentir, sortir, se repentir…

7 Analyse des formes verbales et 10 a. et b. Formes verbales conjuguées et


repérage du verbe modèle repérage du verbe modèle
1. je sers : servir, présent, indicatif, verbe modèle : 1. je bats, verbe modèle : mettre.
dormir ou partir. 2. vous nettoyiez, verbe modèle : envoyer.
je sertis : sertir, présent ou passé simple, indicatif, 3. tu épelleras, verbe modèle : appeler.
verbe modèle : finir. 4. il exclut, verbe modèle : conclure.
je série : sérier, présent, indicatif, verbe modèle : 5. que nous craignions, verbe modèle : peindre.
étudier.
je serre : serrer, présent, indicatif, verbe modèle :
chanter. 11 Formes verbales conjuguées et repé-
2. nous visons : viser, présent, indicatif, verbe rage du verbe modèle
modèle : chanter. 1. disparaissez, verbe modèle : connaître.
nous vîmes : voir, passé simple, indicatif, verbe 2. il manierait, verbe modèle : étudier.
modèle : voir. 3. vous eûtes appartenu, verbe modèle : partir.
nous vissons : visser, présent, indicatif, verbe 4. j’aurai pâli, verbe modèle : finir.
modèle : chanter. 5. nous feignîmes, verbe modèle : peindre.

18. Se servir des tableaux de conjugaison 61


19 Le présent de l’indicatif (difficultés)
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 100-103

INSTRUCTIONS OFFICIELLES

– Les verbes du premier groupe présentant des • Le chapitre s’intéresse particulièrement aux dif-
particularités orthographiques (verbes en ficultés de la conjugaison des verbes du premier
-cer / -ger /-eler / -eter / -yer…). groupe. Une fois que l’alternance des deux bases
– La morphologie de certains verbes irréguliers : verbales est repérée dans la conjugaison du pré-
aller, asseoir, dire, faire, savoir, vouloir… sent, la conjugaison des autres temps ne pose plus
de problème.

E X E RC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 101-103

Reconnaître le verbe modèle 4 Verbes conjugués


Tu agaces / vous agacez tes / vos camarades.
1 Identification du verbe modèle Tu effraies / tu effrayes / vous effrayez les oiseaux.
verbes à conjuguer sur le modèle de partir : Tu distrais / vous distrayez les élèves.
mentir – sentir – dormir – servir. Tu conjugues / vous conjuguez au présent.
verbes à conjuguer sur le modèle de prendre : Tu sèmes / vous semez de la coriandre.
vendre – perdre – répondre – fendre. Tu pèles / vous pelez des pommes de terre.
verbes à conjuguer sur le modèle de peindre : Tu jettes / vous jetez des confettis.
rejoindre – atteindre – teindre. Tu conclus / vous concluez un pacte.
Tu bats / vous battez la mesure.
Tu rejoins / vous rejoignez tes / vos amis.
2 Identification du verbe modèle
verbes à conjuguer sur le modèle d'appeler / jeter :
5 Verbes conjugués dans les phrases
se rappeler, ficeler, projeter, renouveler, ruisseler,
chanceler. 1. J’écris à ma correspondante en Angleterre de-
verbes à conjuguer sur le modèle d’acheter / geler : puis que je suis en CM2.
haleter, racheter, congeler. 2. J’essaie / j’essaye de lui écrire le plus souvent
possible.
3. Elle et moi commençons à bien nous connaître.
Conjuguer les verbes au présent de 4. Nous nous apprécions beaucoup. Elle me com-
prend.
l’indicatif 5. Je lui fais part de tout ce que je ressens.
6. Rien ne peut m’empêcher d’écrire, même quand
3 Verbes conjugués je subis des moqueries de gens qui ne croient pas
J’épelle / nous épelons un verbe irrégulier. à l’amitié.
J’achète / nous achetons des bonbons. REMARQUE : on veillera à ce que les élèves accordent cor-
Je lance / nous lançons un ballon. rectement le sujet et le verbe, et n’oublient pas le pronom
Je divulgue / nous divulguons des informations. réfléchi dans les verbes pronominaux (nous nous appré-
Je nettoie / nous nettoyons la classe. cions).
Je crée / nous créons des affiches.
Je résous / nous résolvons des problèmes.
Je teins / nous teignons des étoffes.
Je veux / nous voulons tout.

62 CONJUGAISON
6 Verbes conjugués dans le poème – absoudre : pardonner (j’absous, tu absous, il ab-
sout, nous absolvons, vous absolvez, ils absolvent).
L’heure du berger – acquiescer : dire « oui » (j’acquiesce, tu acquiesces,
La lune est rouge au brumeux horizon ; il acquiesce, nous acquiesçons, vous acquiescez, ils
Dans un brouillard qui danse la prairie acquiescent).
S’endort fumeuse, et la grenouille crie – clore : fermer, terminer (je clos, tu clos, il clôt, ils
Par les joncs verts où circule un frisson ; closent).
Les fleurs des eaux referment leurs corolles ; – asservir : soumettre (j’asservis, tu asservis, il asser-
Des peupliers profilent aux lointains, vit, nous asservissons, vous asservissez, ils asservis-
Droits et serrés, leurs spectres incertains ; sent).
Vers les buissons errent les lucioles ;
Les chats-huants s’éveillent, et sans bruit 10 Remarques sur quelques verbes rares
Rament l’air noir avec leurs ailes lourdes, 1. Ces verbes sont anciens et ne se conjuguent plus
Et le zénith s’emplit de lueurs sourdes. ou seulement à quelques formes pour le verbe
Blanche, Vénus émerge, et c’est la Nuit. choir. Difficiles à conjuguer, ils ont été remplacés
Paul Verlaine, Poèmes saturniens (1866). dans l’usage par des verbes plus simples puisque

CONJUGAISON
appartenant au premier groupe : tomber et cher-
7 Verbes conjugués dans les phrases cher.
2. Ces verbes ne se conjuguent qu’à la troisième
1. Aujourd’hui, ma famille et moi assistons à un personne du singulier : il sied, il faut, il pleut. Ce
tournoi de chevalerie. Nous nous asseyons / nous sont des verbes impersonnels.
nous assoyons dans les gradins qui bordent la lice.
2. Les deux cavaliers s’élancent au galop l’un vers
l’autre. Leurs lances se fendent contre les boucliers Repérer des verbes au présent de
et quelquefois volent en éclats.
3. S’ils descendent du cheval, ils se battent à l’épée l’indicatif
comme de vrais chevaliers.
4. Ils essaient / essayent d’esquiver les coups, mais 11 Verbes au présent de l’indicatif
n’y parviennent pas car leur armure pèse trop 1. je vois (voir) – je vis (vivre) – nous voyons (voir) –
lourd. ils voient (voir).
5. Leur heaume et leur écu les préservent des mau- 2. je crois (croire) – il croît (croître) – nous croissons
vais coups. Le combat paraît violent, mais les ac- (croître).
teurs font attention.
REMARQUE : le sujet peut être un pronom relatif (1.), il
12 Repérage de l’intrus
peut ne pas être répété (2. et 4.), il peut être séparé du
verbe par un pronom (5.). 1. peut – puis – peuvent – puisse – peux.
2. balaie – balaye – balayons – balayiez.
8 Texte complété 3. peins – peignons – peignis – peignent – peignes.
4. parez – parait – paraît – parais.
Un jour, il croise dans la rue trois infirmiers qui
mènent à l’asile un être immonde, sale, dégue-
nillé. C’est un grand vieillard qui se démène fu- 13 Repérage des verbes au présent de l’in-
rieusement, gesticule et crie fort. Comme il arrive dicatif du poème
à échapper à ses gardiens, il se précipite par terre, brûle (v. 2) – ont (v. 4) – hisse (v. 5) – se débat
se rue dans la boue, s’en emplit la bouche, les yeux, (v. 6) – plonge (v. 7) – voit (v. 8) – grandit (v. 9) – rend
les oreilles et fouille avidement avec ses mains les (v. 10) – font (v. 11) – monte (v. 13) – s’élève (v. 15).
tas de crottin et d’ordures. REMARQUE : on fera remarquer les deux formes au sub-
Blaise Cendrars, L’Or (1925), © Grasset & Fasquelle. jonctif (avance, avance, v. 12).

9 Définition et conjugaison des verbes 14 Repérage des verbes au présent de l’in-


– oindre : enduire de graisse (j’oins, tu oins, il oint, dicatif du texte
nous oignons, vous oignez, ils oignent). sais (l. 1) – vient (l. 1) – soucie (l. 4) – vient (l. 6) –
– parfaire : peaufiner, rendre parfait (s’emploie sur- prends (l. 7) – prends (l. 8) – veux (l. 9) – faut (l. 10).
tout à l’infinitif, composé de faire).

19. Le présent de l'indicatif (difficultés) 63


Réécriture Dictée préparée

15 Texte réécrit 18 Préparation de la dictée


Un caillou, en effet, siffle en l’air au-dessus des 1. Verbes au présent et leur sujet
têtes, auquel des ricanements répondent, et des campent (l. 1, sujet : ils) – bourdonnent (l. 3, sujet :
grêles de projectiles raient / rayent bientôt le ciel des myriade d’insectes) – saluent (l. 5, sujet : des
de part et d’autre, cependant que le flot écumeux milliers de crapauds et de grenouilles) – jappent
et sans cesse grossissant d’injures salaces continue (l. 6, sujet : les coyotes) – est (l. 6, sujet : c’) – repart
de fluctuer du Gros Buisson à la lisière, le répertoire (l. 8, sujet : on) – fuit (l. 8, sujet : la piste) – quête
des uns comme des autres étant aussi abondant (l. 9, sujet : on) – bondissent (l. 10, sujet : des cerfs) –
que richement choisi. monte (l. 12, sujet : le soleil).
D’après Louis Pergaud, La Guerre des boutons (1912), 2. Analyse des accords
© Mercure de France.
L’adjectif moucheté est accordé avec le nom crois-
sant, l’adjectif invariables est accordé avec le nom
16 Texte réécrit notes, l’adjectif rapides est accordé avec le nom
Tu remets en lice ton cheval et fonces sur un che- sabots.
valier des plus renommés. Avec tant de force tu le 4. Familles de mots
frappes que tu l’envoies à plus de cent pas de son inutile : utile, utiliser, inutilisable…
destrier. Tu joues si bien de la lance et de l’épée sabot : sabotier, saboter, sabotage…
que tous te regardent en s’émerveillant. Ils se réga- fusil : fusiller…
lent de voir comment tu renverses tout ensemble poing : poignée, poignard…
hommes et chevaux. Bien peu de ceux que tu
attaques réussissent à demeurer en selle.
D’après Chrétien de Troyes, Lancelot le chevalier à la charrette
(XIIe siècle), trad. J.-P. Foucher, © Gallimard.

17 Texte réécrit
Pour fabriquer le parchemin, les tanneurs trem-
pent les dépouilles dans un bain de chaux, puis ils
les décapent et les nettoient de toute trace de poil
et de chair. Avant de les mettre à sécher sur des
claies, ils les saupoudrent de plâtre qui absorbe les
traces de graisse.
D’après Georges Jean, L’Écriture, mémoire des hommes
(1987), © Gallimard.

64 CONJUGAISON
20 Le présent du subjonctif
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 104-107

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
La conjugaison : • L’objectif du chapitre est de maîtriser la conjugaison du présent du subjonctif,
– le subjonctif présent. qui présente des formes homophones avec le présent de l’indicatif. Le chapitre
est axé sur la conjugaison et non sur les valeurs du subjonctif (➜ CHAPITRE 7).
• Ce chapitre prendra sa place en particulier dans l’étude du texte de théâtre,
mais aussi dans celle du texte narratif ou du texte descriptif.

E XE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 105-107

CONJUGAISON
Conjuguer les verbes au présent 5. Les amis restés à Londres doutent que ce périple
ait une fin heureuse.
du subjonctif 6. Pour que le projet aboutisse à un succès, Fogg
doit rentrer à Londres avant le 21 décembre 1872,
1 Verbes du 1er groupe conjugués au à 20 heures 45.
présent du subjonctif 7. Phileas aimerait que Mrs Aouda, qu’il a sauvée
qu’il regarde que tu rappelles en Inde, partage ses sentiments.
que vous placiez que je jette
qu’il regrette que vous ennuyiez 5 Texte transformé au subjonctif
que nous nous mariions que je menace
LA MÈRE. – Ensuite, Jacquinot, il faut que vous pétris-
siez, cuisiez le pain, lessiviez…
2 Verbes du 2e groupe conjugués au LA FEMME. – Il faut que vous tamisiez, laviez, décras-
présent du subjonctif siez...
qu’il éblouisse que tu engloutisses LA MÈRE – Il faut que vous alliez, veniez, trottiez, cou-
que vous vous évanouissiez que je ternisse riez, et que vous vous démeniez comme un diable.
qu’il se réjouisse que vous ramollissiez LA FEMME. – Il faut que vous fassiez le pain, chauffiez
que nous grandissions que je bâtisse le four...
LA MÈRE. – Il faut que vous meniez la mouture au
moulin...
3 Verbes du 3e groupe conjugués au
LA FEMME. – Il faut que vous fassiez le lit de bon ma-
présent du subjonctif
tin, sous peine d’être bien battu.
que je sache qu’ils aillent LA MÈRE. – Et puis il faut que vous mettiez le pot au
que tu dises que nous fassions feu et que vous teniez la cuisine nette.
qu’il veuille que je vienne D’après La Farce du cuvier (1450), trad. A. Tissier,
que tu prennes que tu boives © Flammarion.
que vous puissiez qu’il couse

4 Phrases complétées Repérer les verbes au présent


1. Les amis de Phileas Fogg veulent qu’il honore son
du subjonctif
engagement de faire le tour du monde en quatre-
vingts jours. 6 a. et b. Formes au présent du subjonctif
2. Phileas souhaite que Passepartout, son valet, soit ils cueillent (également présent de l’indicatif) – tu
aussi du voyage. suives – nous craignions (également imparfait de
3. Pour gagner leur pari, il ne faut pas qu’ils per- l’indicatif) – vous viviez (également imparfait de
dent une seconde. l’indicatif) – il peigne (également verbe peigner au
4. Bien qu’ils subissent de nombreuses épreuves, ils présent de l’indicatif) – je haïsse – vous cédiez (éga-
n’abandonnent pas leur projet. lement imparfait de l’indicatif).

20. Le présent du subjonctif 65


7 Verbes du texte au subjonctif 13 X Proposition de correction
que vous viviez (l. 1) – que cette main… défasse… Il se peut que les convives se retrouvent après une
et vous rende (l. 10-11). longue séparation.
Il est probable qu’ils apprécient ce repas convivial.
8 Six verbes conjugués au présent du Les convives veulent peut-être que la fête se pro-
longe.
subjonctif
L’homme en costume aimerait sûrement que la
que les chevaliers du cachot ramènent (l. 1) – qu’ils dinde soit parfaitement cuite.
montrent (l. 2) – qu’elle sache (l. 3) – qu’ils lui disent
(l. 5) – qu’elle périsse (l. 7) – qu’elle soit (l. 8). Réécriture

Distinguer les présents 14 Texte réécrit


de l’indicatif et du subjonctif Il s’agissait en effet qu’ils ouvrent la porte, qu’ils
s’emparent du pion, qu’ils aillent prendre des cha-
9 Verbes du texte au présent de l’indicatif peaux au dortoir, afin de pouvoir sortir dans la rue,
qu’ils descendent sept étages sans rencontrer per-
et du subjonctif
sonne, qu’ils trompent la surveillance du concierge
chante : présent de l’indicatif. principal, ou s’en rendent maître ; enfin qu’ils
dore : présent de l’indicatif. s’échappent du collège.
revienne : présent du subjonctif. D’après Maxime Du Camp, « Une révolte » (1853).
parfume : présent du subjonctif.
15 Texte réécrit
10 Verbes conjugués au présent de l’indi-
Qu’il entre dans le château par la petite porte
catif et du subjonctif
de l’aile ouest. Qu’il prenne la clé du grenier qui se
1. s’étale : présent de l’indicatif. trouve dans le recoin sur la droite. Puis qu’il monte
2. dépassent : présent du subjonctif. discrètement l’escalier. Qu’il ouvre la porte de la
3. s’amusent : présent de l’indicatif. chambre du nord. Qu’il défasse le bagage posé sur
4. désirent : présent de l’indicatif. le lit. Qu’il laisse les vêtements, qu’il saisisse seule-
5. arrive : présent du subjonctif. ment les documents. Qu’il ressorte rapidement. Si
6. accompagne : présent du subjonctif. on lui demande quelque chose, qu’il dise qu’il s’est
7. apprécie : présent de l’indicatif. trompé de chambre. Qu’il regagne ensuite le salon
et qu’il me fasse signe.
11 Texte complété
Dictée préparée
… il faut qu’il coure à toutes jambes. Il aimerait
qu’un matin soit différent,… sans qu’il les voie … 16 Préparation de la dictée
Il faut qu’il se mette en route… bien qu’il ne croie
pas à ce genre de choses. 1. exigez : exiger, 2e pers. plur., présent de l’indi-
catif.
dites : dire, 2e pers. plur., présent de l’impératif.
Écrire en employant le subjonctif donniez : donner, 2e pers. plur., présent du subjonctif.
présent ait : avoir, 3e pers. sg., présent du subjonctif.
vienne : venir, 3e pers. sg., présent du subjonctif.
12 X Proposition de correction soit : être, 3e pers. sg., présent du subjonctif.
2. biens (l. 3) : nom commun au pluriel (vos).
Il faut que ses valeurs morales soient très nobles.
pleine et entière (l. 4) : adjectifs épithètes qui s’ac-
Le roi ne doit jamais douter qu’il le trahisse.
cordent au féminin singulier avec le nom propriété.
Les dames qu’il défend apprécient qu’il se tienne à
employé (l. 9) : participe passé utilisé comme adjec-
leur disposition.
tif épithète, s’accorde au masculin singulier avec le
Tous les pages veulent qu’il les prenne à son service.
nom instant.
Sa fidélité ne faiblit jamais bien que les tentations
chevaliers (l. 10) : nom commun au pluriel (aux).
se multiplient.
3. prud’homme est formé de l’adjectif preux,
« sage », qui prend aussi la forme prud, et du nom
commun homme. Il désigne un homme sage.

66 CONJUGAISON
21 Le passé simple (difficultés)
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 108-111

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
– L’indicatif (temps simples et temps • L’objectif du chapitre est de revoir la conjugaison du passé
composés). simple en mettant l’accent sur les difficultés qui lui sont liées,
– La morphologie du verbe à l’indica- plutôt que sur la simple identification du temps. En effet, ce
tif : 1er, 2e et 3e groupes, en lien avec temps a fait l’objet d’un apprentissage depuis l’école primaire,
les conjugaisons du programme mais sa morphologie demeure en 5e un problème pour de
(les verbes morphologiquement nombreux élèves. L’unique prérequis est la capacité à classer
réguliers). les verbes selon leur groupe pour choisir la voyelle support du
– Les verbes du premier groupe pré- passé simple.
sentant des particularités orthogra- • Les valeurs du passé simple sont étudiées dans le chapitre 9.

CONJUGAISON
phiques (verbes en -cer / -ger / -eler • Ce chapitre pourra être étudié en début d’année, intégré à une
/ -eter / -yer). séquence sur le récit (récit d’aventures ou médiéval) et en pa-
– La morphologie de certains verbes rallèle avec le récit au passé. Il est essentiel que les élèves
irréguliers : aller, asseoir, dire, faire, maîtrisent la conjugaison des temps du récit pour pouvoir pro-
savoir, vouloir… . duire eux-mêmes un récit cohérent.

E XE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 109-111

Repérer les verbes au passé simple 6. il lie (verbe lier au présent de l’indicatif) – il lit
(verbe lire au présent de l’indicatif) – il lia (passé
simple).
1 Repérage des verbes au passé simple et
7. je chanterais (présent du conditionnel) – je chan-
de leur groupe terai (futur simple de l’indicatif) – je chantai (passé
elle approcha (approcher, 1er groupe). simple).
une autre la suivit (suivre, 3e groupe).
une autre en fit (faire, 3e groupe).
3 Texte complété
il en vint (venir, 3e groupe).
leur troupe se rendit (se rendre, 3e groupe). Jeudi 11 octobre
Il navigua ouest-sud-ouest. Ils eurent grosse mer,
plus que jusque-là au long du voyage.
2 Repérage des formes verbales au passé
Ils virent des pétrels et un jonc vert tout près de
simple la nef amirale. Ceux de la caravelle Pinta virent un
1. mangé (participé passé) – je mangeais (imparfait roseau et un bâton et ils saisirent un autre bâton-
de l’indicatif) – je mangeai (passé simple). net travaillé, à ce qu’il leur parut, avec le fer ; puis
2. vous dîtes (passé simple) – vous dites (présent de encore un morceau de roseau et une autre herbe
l’indicatif) – vous disiez (imparfait de l’indicatif). qui pousse en terre, enfin une planchette. […] À
3. il voit (présent de l’indicatif) – il vit (passé simple) cette vue, ils respirèrent tous et se réjouirent.
– (qu’) il vît (imparfait du subjonctif). Ils firent en ce jour, jusqu’au coucher du soleil,
4. tu tus (verbe taire au passé simple) – tu tues vingt-sept lieues. Après le coucher du soleil, l’Ami-
(verbe tuer au présent de l’indicatif). ral reprit son premier chemin vers l’Ouest.
5. je fais (présent de l’indicatif) – je fis (passé simple) Christophe Colomb, extrait du journal de bord, La Découverte
– (que) je fisse (imparfait du subjonctif). de l’Amérique, trad. S. Estorach et M. Lequenne,
© La Découverte.

21. Le passé simple (difficultés) 67


Conjuguer les verbes au passé 17. tu rejoignis le groupe – vous rejoignîtes le
groupe.
simple 18. tu écrivis une page – vous écrivîtes une page.

4 a. et b. Formes verbales conjuguées au


6 Texte complété
passé simple
Alors Merlin se mit un peu à l’écart, fit un cercle,
1. je rugis de colère (2e groupe).
revint à Viviane et se rassit sur le bord de la fon-
2. je courus vite (3e groupe).
taine. L’instant d’après, la demoiselle regarda et vit
3. je mourus de rire (3e groupe).
sortir de la forêt [...]. Puis jongleurs et jongleuses se
4. j’encourageai un joueur (1er groupe).
rangèrent [...] et commencèrent de jouer du tam-
5. je connus la gloire (3e groupe).
bour [...].
6. je parlai russe (1er groupe).
Héloïse de Mont-Rachais, Récits et légendes de la Table ronde
7. je répondis juste (3e groupe). (2004), ©Succès du livre.
8. j’hésitai longtemps (1er groupe).
9. je rougis de honte (2e groupe).
10. je suivis la mode (3e groupe).
7 Texte complété
11. je découvris le monde (3e groupe). Le temps arrêté reprit son cours, et le sang re-
12. je sortis ce soir-là (3e groupe). commença à couler de la tête fendue du roi Arthur
13. je mangeai du pain (1er groupe). et de son flanc déchiré. Viviane s’agenouilla près de
14. je finis un livre (2e groupe). lui et promena ses mains au-dessus de ses blessures,
REMARQUE : courir ou mourir ne prennent qu’un seul en murmurant un nom ancien.
« r » au passé simple. Les formes en « rr » sont réservées Le sang cessa de couler, les blessures se fermè-
au radical du futur simple et du conditionnel. rent, les os fendus se ressoudèrent et les cheveux
repoussèrent. Le sang répandu sur l’herbe dispa-
5 Formes verbales conjuguées au passé rut, la source redevint bleue. Arthur, sans rouvrir
simple les yeux, s’allongea sur le dos, soupira d’aise et
s’endormit.
1. tu vécus comme Robinson – vous vécûtes comme
René Barjavel, L’Enchanteur (1984), © Denoël.
Robinson.
2. tu te souvins de ton enfance – vous vous sou-
vîntes de votre enfance. 8 Texte corrigé
3. tu te tus dès le retentissement de la sonnerie – Lancelot arriva au château et demanda à voir le
vous vous tûtes dès le retentissement de la sonnerie. roi Arthur. Dès qu’il vit arriver le roi, Lancelot fut
4. tu disparus comme par enchantement – vous dis- saisi par la présence du souverain. Il se promit de
parûtes comme par enchantement. rester à son service jusqu’à la fin de ses jours. Mais il
5. tu lus dans ton lit – vous lûtes dans votre lit. devait tout d’abord se présenter à lui. Il dit :
6. tu obtins ton diplôme – vous obtîntes votre di- « Je vous salue, Sire.
plôme. – Soyez le bienvenu», répondit Arthur.
7. tu conçus un plan – vous conçûtes un plan. Les deux hommes se regardèrent franchement
8. tu résolus une équation – vous résolûtes une avant de se diriger vers le donjon.
équation.
9. tu naquis en été – vous naquîtes en été. 9 Texte complété
10. tu dus une somme – vous dûtes une somme.
11. tu aperçus l’horizon – vous aperçûtes l’horizon. Le 25. – Tout le jour et toute la nuit il tomba une
12. tu battis la campagne – vous battîtes la cam- pluie accompagnée de rafales ; durant ce temps le
pagne. navire se brisa, et le vent ayant soufflé plus violem-
13. tu vainquis l’ennemi – vous vainquîtes l’en- ment encore, il disparut, et je ne pus apercevoir ses
nemi. débris qu’à marée basse seulement. Je passai ce
14. tu peignis une aquarelle – vous peignîtes une jour-là à mettre à l’abri les effets que j’avais sauvés,
aquarelle. de crainte qu’ils ne s’endommageassent à la pluie.
15. tu revêtis ton armure – vous revêtîtes votre ar- Le 26. – Je parcourus le rivage presque tout le
mure. jour, pour trouver une place où je pusse fixer mon
16. tu t’assis sur l’herbe – vous vous assîtes sur habitation ; j’étais fort inquiet de me mettre à cou-
l’herbe. vert, pendant la nuit, des attaques des hommes et

68 CONJUGAISON
des bêtes sauvages. Vers le soir je m’établis en un Réécriture
lieu convenable, au pied d’un rocher, et je traçai un
demi-cercle pour mon campement, que je résolus 12 Texte réécrit
d’entourer de fortifications […].
Daniel Defoe, Robinson Crusoé (1719),
Juba ramassa sur le sol quelques fleurs d’acacia
trad. P. Borel, © Flammarion. qu’il mâchonna en escaladant le monticule. Le suc
se répandit dans sa bouche [...]. Sur l’autre versant
de la colline de pierres, les bœufs attendaient.
Éviter les confusions entre Quand Juba arriva près d’eux, les grands animaux
piétinèrent en boitant, et l’un d’eux renversa la
l’imparfait et le passé simple tête en arrière pour meugler.
D’après J.M.G Le Clézio, « La roue d’eau »,
10 Texte complété Mondo et autres histoires (1978), © Gallimard.
[...] Pendant que je les sellais, ils n’arrêtaient
pas de bouger, de m’écraser les pieds, de se gon- 13 Texte transformé
fler pour m’empêcher de serrer leur sous-ventrière.
La cloche me répondit une fois de plus, et je re-
J’attachai l’armure de Kay sur son cheval, enfour-

CONJUGAISON
partis vers elle en chancelant. Puis je recommençai
chai le mien et partis. Plus d’une fois, le cheval de
à barboter, et ne m’arrêtai pas. Je n’avais pas le
Kay se libéra de la longe avec laquelle je le condui-
choix, je devais suivre la cloche. Lorsque l’eau at-
sais [...]. J’entendais, devant moi, les clameurs de la
teignit mon menton et qu’il me fut impossible de
foule. Le tournoi était commencé.
marcher, je me mis à nager. Je m’arrêtais toutes
Michael Morpurgo, Le Roi Arthur, trad. N. Chassériau,
© Gallimard Jeunesse, © Michael Morpurgo, 1994. les quatre ou cinq brasses pour écouter la cloche
mais, à chaque halte, elle semblait plus éloignée.
La mer me refoulait. Je luttai contre le courant à
11 Phrases complétées grands coups de pied, mais compris que c’était une
1. Chaque fois que je m’approchais de lui, il s’éloi- bataille perdue. J’appelai au secours, et l’eau salée
gnait de moi en grimaçant. m’emplit la bouche et me suffoqua. Mes forces dé-
2. Je ne comprenais pas son attitude. clinaient rapidement.
3. Un jour, je décidai de prendre les devants. D’après Michael Morpurgo, Le Roi Arthur, trad. N. Chassériau,
4. En un éclair, je me retrouvai à ses côtés, prête à © Gallimard Jeunesse, © Michael Morpurgo, 1994.
lui demander des explications.
5. Mes amies affirmaient que je ne lui étais pas in- Dictée préparée
différente.
6. Ce jour-là, Noémie se tenait à mes côtés pour me 14 Préparation de la dictée
soutenir. 1. Verbes au passé simple
7. L’instant fatidique arrivait : j’allais lui parler ! 1er groupe : il chercha – il se demanda – il cria
8. Je m’apprêtais à ouvrir la bouche, quand la son- (2 fois) – il ne s’arrêta plus – il hurla.
nerie retentit. 2e groupe : un calme étrange l’envahit.
9. Il s’éclipsa et moi je restai là, bouche bée : l’oi- 3e groupe : il put.
seau s’était envolé. Les verbes du 1er groupe sont les seuls qui ne finis-
sent pas en -t à la 3e personne du singulier.

21. Le passé simple (difficultés) 69


22 Le futur simple de l’indicatif et le
présent du conditionnel (difficultés)
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 112-115
INSTRUCTIONS OFFICIELLES
– Les verbes du premier groupe présentant des • Le chapitre s’intéresse particulièrement aux difficul-
particularités orthographiques (verbes en -cer / tés de la conjugaison des verbes du premier groupe
-ger /- eler / -eter / -yer…). et de certains verbes du 3e groupe. La confusion ver-
– La morphologie de certains verbes irréguliers : bale futur simple / conditionnel présent est abordée.
aller, asseoir, dire, faire, savoir, vouloir…

E X E RC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 113-115

Conjuguer les verbes au futur Conjuguer les verbes au présent


simple de l’indicatif du conditionnel
1 Verbes conjugués 4 Verbes conjugués
1. Je paierai / payerai – nous paierons / payerons 1. Je tuerais – nous tuerions le temps.
l’addition. 2. Je connaîtrais – nous connaîtrions la vérité.
2. Je pourrai – nous pourrons voler. 3. J’obéirais – nous obéirions aux ordres.
3. Je viendrai – nous viendrons de loin. 4. Je verrais – nous verrions le jour.
4. Je pèlerai – nous pèlerons les poires. 5. J’appellerais – nous appellerions les secours.
5. Je jouerai – nous jouerons du violoncelle. 6. J’irais – nous irions à la piscine.
6. Je saurai – nous saurons conjuguer. 7. Je pourrais – nous pourrions voler.
7. Je courrai – nous courrons à perdre haleine. 8. Je créerais – nous créerions un groupe de rock.
8. J’écrirai – nous écrirons sans fautes.
5 Verbes conjugués
2 Verbes conjugués 1. Tu rirais – vous ririez aux larmes.
1. Tu reverras – vous reverrez la mer. 2. Tu bondirais – vous bondiriez de joie.
2. Tu auras – vous aurez de la chance. 3. Tu ferais – vous feriez fortune.
3. Tu seras – vous serez heureux. 4. Tu écrirais – vous écririez un roman.
4. Tu retiendras – vous retiendrez tes / vos larmes. 5. Tu trierais – vous trieriez des photos.
5. Tu étudieras – vous étudierez à l’université. 6. Tu courrais – vous courriez le marathon.
6. Tu enverras – vous enverrez un colis. 7. Tu essuierais – vous essuieriez la table.
7. Tu nettoieras – vous nettoierez l’argenterie. 8. Tu sourirais – vous souririez à belles dents.
8. Tu mourras – vous mourrez de rire.
6 Copie corrigée
3 Verbes du texte conjugués 1. je cueillerais. 7. je peignerais.
croiront – verront – entendront – transporteront 2. nous battrions. 8. vous écririez.
– contempleront – s’emparera – parleras – répon- 3. forme correcte. 9. elle saurait.
dront – verras – accompagneront. 4. ils tiendraient. 10. forme correcte.
5. ils peindraient. 11. elles courraient.
6. tu mourrais.

70 CONJUGAISON
7 Verbes conjugués dans le texte 13 Verbes conjugués dans les phrases
je voudrais – saurais-tu – je courrais – qui ne saurait. 1. ferais – laverais – rangerais – passerais.
2. aimerais.
3. prendrai – plierai – nettoierai.
Repérer des verbes au futur 4. ferai – époussetterai – oublierai.
et au présent du conditionnel Réécriture
8 a. Repérage des verbes 14 Texte réécrit
1. futur : regarderai / conditionnel présent : regar-
Les bœufs iront et viendront. Les mulets seront
derais.
à la charrue. Les semences voleront. On n’aura
2. futur : trouverai / conditionnel présent : trouverait.
même pas le temps d’arracher les souches noircies
3. futur : changerai / conditionnel présent : chan-
et les sillons les contourneront. Les bêtes à cornes
gerais.
pataugeront déjà dans les prairies marécageuses,
4. futur : prendrai – prendrez / conditionnel pré-
les moutons seront sur les collines, les chevaux paî-
sent : prendraient – prendrais.
tront dans un enclos entouré d’épines. Au confluent

CONJUGAISON
b. On veillera à l’emploi correct du mode dans les des deux rivières on élèvera des terrassements et le
phrases inventées. ranch s’édifiera.
D’après Blaise Cendras, L’Or (1925), Grasset & Fasquelle.
9 Repérage des verbes du texte
verbes au futur simple : soufflerai (l. 7) – présen- 15 Texte réécrit
teras (l. 11) – annonceras (l. 12) – remettras (l. 13) On ferait flamber le feu et ils n’attendraient pas
– pourra (l. 15). trop longtemps. Repas à cinq services ! Le patron
verbe au conditionnel présent : voudrais (l. 10). leur ferait donner de toutes les viandes, de tous les
poissons, de tous les pâtés, de tous les fruits qu’il
aurait, et autant de vin qu’ils en voudraient. Ah ! ils
Éviter la confusion entre futur ne s’ennuieraient pas, nos trois gaillards ! Ils chan-
et conditionnel teraient, longtemps…et puis ils iraient se coucher
dans une grande chambre ; les lits seraient doux et
10 Réécriture et analyse des temps et des très bien faits.
D’après Courtebarbe, « Les trois aveugles de Compiègne »
modes (XIIIe siècle), Les Fabliaux du Moyen Âge,
1. Il voudrait tellement venir avec toi (conditionnel adapt. P. Gaillard et F. Rachmühl, © Hatier.
présent) !
2. Il portera ta sacoche et t’accompagnera dans tes Dictée préparée
visites (futur simple de l’indicatif).
3. Il aimerait vraiment devenir médecin comme toi 16 Préparation de la dictée
(conditionnel présent) ! 1. Verbes au futur et leur sujet
4. Plus tard, il entreprendra des études de méde- copierez (v. 1, sujet : vous) – écouterai (v. 13, sujet :
cine, c’est sûr (futur simple de l’indicatif). je) – battrai (v. 14, sujet : je).
2. Verbes au présent du conditionnel et leur sujet
11 X Pistes pour la correction
pourrait (v. 10, 11, 12, sujet : on).
3. Analyse des accords
1. La phrase exige un verbe au conditionnel. – Le déterminant numéral cents s’accorde au plu-
2. La phrase exige un verbe au futur. riel car il est précédé de deux et n’est pas suivi d’un
3. La phrase exige un verbe au conditionnel. autre numéral.
4. La phrase exige un verbe au futur. – Le verbe battre est au présent de l’indicatif, à la
5. La phrase exige un verbe au futur. première personne du singulier.
– Le nom coups est au pluriel car quand l’on bat, on
12 Verbes conjugués dans les phrases donne plusieurs coups.
1. regarderais. 3. prendrai. 5. ferai. – L’adjectif seule s’accorde avec le nom féminin
2. donnerai. 4. partagerai. amie.

22. Le futur simple de l’indicatif et le présent du conditionnel (difficultés) 71


23 La formation des temps composés
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 116-119

INSTRUCTIONS OFFICIELLES DE 6e
– L’indicatif (temps simples et temps • L’objectif de ce chapitre est de connaître les cinq temps com-
composés ; y compris le conditionnel) : posés des verbes (indicatif et conditionnel), de les conjuguer
étude systématique, avec décomposi- avec l’auxiliaire qui convient et d’effectuer les accords du
tion des formes en éléments. participe passé.
– La morphologie du verbe à l’indica- • Ce chapitre pourra être intégré à une séquence sur le récit et
tif : 1er, 2e et 3e groupes, en lien avec étudié en parallèle avec le récit au passé (➜ CHAPITRE 8) et les
les conjugaisons du programme (les valeurs des temps composés de l’indicatif (➜ CHAPITRE 10). Il
verbes morphologiquement réguliers). pourra être complété ou précédé par le chapitre traitant de
l’accord du participe passé (➜ CHAPITRE 32).

E X E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 117-119

Identifier les temps composés


1 Repérage des temps composés 3 Actif ou passif
1. Mon ami et moi sommes allés au cinéma et 1. Victor Hugo a écrit Notre-Dame de Paris (passé
avons vu un film superbe (passé composé). composé actif). / Ce roman est écrit par Victor Hugo
2. Jusqu’à présent, jamais nous n’avions ressenti (présent passif).
une telle émotion devant le grand écran (plus-que- 2. Quasimodo a sauvé Esméralda (passé composé
parfait). actif). / Esméralda fut sauvée par Quasimodo (passé
3. Quand le générique eut fini de défiler, les mots simple passif).
nous manquèrent pour échanger nos impressions 3. Les lecteurs étaient fascinés par cette histoire
(passé antérieur). (imparfait passif). / Cette histoire avait fasciné les
4. C’est pourquoi nous n’en avons parlé qu’une fois lecteurs (plus-que-parfait actif).
de retour à la maison (passé composé). 4. Le roman fut adapté par Jean Delannoy (passé
5. Dès que ce film sera sorti en DVD, nous l’achète- simple passif). / Jean Delannoy a adapté le roman
rons (futur antérieur). (passé composé actif).
REMARQUE : cet exercice peut être l’occasion de réviser la
2 Identification des temps composés voix passive (➜ CHAPITRE 12).

je suis venu (passé composé) – j’ai vu (passé com-


posé) – j’ai vaincu (passé composé) – elle avait ins- Conjuguer les verbes aux temps
truit (plus-que-parfait) – ils eurent reconnu (passé
antérieur) – nous avions résolu (plus-que-parfait) composés
– ils auront décidé (futur antérieur) – nous fûmes
rentrés (passé antérieur) – vous avez omis (passé 4 a. Classement des verbes selon l’auxi-
composé) – elle était née (plus-que-parfait) – j’aurai liaire employé
préféré (futur antérieur) – nous eûmes atteint (pas- verbes conjugués avec l’auxiliaire avoir : prévoir –
sé antérieur) – tu auras dessiné (futur antérieur) regarder – remettre – vivre – craindre.
– ils avaient revêtu (plus-que-parfait) – il fut resté verbes conjugués avec l’auxiliaire être : partir –
(passé antérieur) – vous aviez permis (plus-que-par- naître – se regarder – revenir.
fait) – elle eut couvert (passé antérieur).

72 CONJUGAISON
b. Formes verbales conjuguées aux quatre devenu(e) – il eut failli – tu eus préféré – il eut valu –
temps composés de l’indicatif elles se furent inscrites – elle se fut évanouie – ils
passé composé / plus-que-parfait / passé antérieur eurent appelé – nous eûmes contraint.
/ futur antérieur
– il est parti / il était parti / il fut parti / il sera parti ; 8 Formes verbales conjuguées au futur
ils sont partis / ils étaient partis / ils furent partis / ils antérieur
seront partis. je serai allé(e) – tu auras été – il aura eu – elle se
– il a prévu / il avait prévu / il eut prévu / il aura sera assise – il aura fallu – vous aurez consenti –
prévu ; ils ont prévu / ils avaient prévu / ils eurent elle aura indiqué – elles auront prévenu – tu auras
prévu / ils auront prévu. levé – ils auront déjeuné – vous vous serez enfui(e)(s)
– il est né / il était né / il fut né / il sera né ; ils sont – tu auras perçu.
nés / ils étaient nés / ils furent nés / ils seront nés.
– il a regardé / il avait regardé / il eut regardé / il
aura regardé ; ils ont regardé / ils avaient regardé / 9 Formes verbales conjuguées au passé
ils eurent regardé / ils auront regardé. du conditionnel
– il s’est regardé / il s’était regardé / il se fut re- nous aurions rêvé – ils se seraient rappelés (= ils se

CONJUGAISON
gardé / il se sera regardé ; ils se sont regardés / ils seraient téléphoné) – j’aurais secouru – vous auriez
s’étaient regardés / ils se furent regardés / ils se se- cherché – elle aurait connu – j’aurais permis – tu
ront regardés. aurais obtenu – elles seraient mortes – nous serions
– il a remis / il avait remis / il eut remis / il aura re- descendu(e)s / aurions descendu – vous auriez saisi –
mis ; ils ont remis / ils avaient remis / ils eurent re- il aurait ému – tu aurais proposé.
mis / ils auront remis.
– il a vécu / il avait vécu / il eut vécu / il aura vécu ; 10 a. et b. Repérage des temps simples
ils ont vécu / ils avaient vécu / ils eurent vécu / ils
et formes verbales conjuguées aux temps
auront vécu.
composés correspondants
– il a craint / il avait craint / il eut craint / il aura
craint ; ils ont craint / ils avaient craint / ils eurent 1. je crie (présent) / j’ai crié (passé composé).
craint / ils auront craint. 2. tu pleurais (imparfait) / tu avais pleuré (plus-que-
– il est revenu / il était revenu / il fut revenu / il sera parfait).
revenu ; ils sont revenus / ils étaient revenus / ils 3. il connut (passé simple) / il eut connu (passé an-
furent revenus / ils seront revenus. térieur).
4. nous manquerons (futur simple) / nous aurons
manqué (futur antérieur).
5 Formes verbales conjuguées au passé 5. vous attendriez (présent du conditionnel) / vous
composé auriez attendu (passé du conditionnel).
j’ai jonglé – elle a habillé – ils sont partis – elles 6. elles se fâchaient (imparfait) / elles s’étaient fâ-
sont revenues – tu as laissé – ils ont craint – vous chées (plus-que-parfait).
avez travaillé – elle a mis – ils ont trompé – elle s’est 7. tu conclus (présent ou passé simple) / tu as conclu
assise – nous avons résolu – tu as atteint – il a (passé composé) – tu eus conclu (passé antérieur).
acquis. 8. vous éteignez (présent) / vous avez éteint (passé
composé).
6 Formes verbales conjuguées au plus- 9. nous peignions (imparfait) / nous avions peint
que-parfait (verbe peindre au plus-que-parfait) – nous avions
peigné (verbe peigner au plus-que-parfait).
il avait prévu – elle était née – nous avions aperçu 10. je balbutierai (futur simple) / j’aurai balbutié
– ils avaient couru – tu avais souri – nous avions (futur antérieur).
conquis – elles avaient inscrit – j’avais pâli – vous 11. elle méditerait (présent du conditionnel) / elle
aviez admis – ils avaient bâti – ils avaient battu – aurait médité (passé du conditionnel).
elle s’était retrouvée – j’avais aperçu. 12. il se plaindra (futur simple) / il se sera plaint
(futur antérieur).
7 Formes verbales conjuguées au passé 13. vous riiez (imparfait) / vous aviez ri (plus-que-
antérieur parfait).
il eut averti – nous eûmes écrit – elle eut dansé – tu 14. il vit (verbe vivre au présent ou verbe voir au
eus cru – elle eut moulu – elles eurent cousu – je fus passé simple) / il a vécu (verbe vivre au passé com-
posé) – il eut vu (verbe voir au passé antérieur).

23. La formation des temps composés 73


11 Texte complété 3. À l’âge de dix-sept ans, son père et son oncle
l’ont emmené avec eux pour un long périple en
… Il y avait déjà eu des cas… Mrs Rhodes… avait Asie.
écrasé sa fillette, ce qui avait achevé de faire 4. En 1274, Marco Polo a découvert la Chine, où il
perdre la tête à la pauvre femme. Elle avait fort séjournera plusieurs années au service de l’empe-
soigneusement dissimulé sa folie… Elle… avait très reur mongol Koubilaï Khan.
astucieusement établi ses plans… elle s’en était dé- 5. Là-bas, il a appris le mongol et a été envoyé en
barrassée… elle s’est effondrée et a tout avoué. mission dans diverses contrées.

Orthographier correctement 14 Phrases complétées


le participe passé 1. Marco Polo a séduit l’empereur par ses récits sur
les différentes provinces traversées.
2. C’est en 1295, presque vingt-cinq ans après leur
départ, que les Polo sont revenus à Venise.
12 a. Classement des participes passés
3. En 1298, il sera fait prisonnier à Gênes où un
-é -i -is -it -t -u autre détenu l’aidera à rédiger ses Mémoires à par-
redouté ri promis décrit atteint aperçu tir des récits oraux que lui aura faits le navigateur.
évanoui entrepris maudit découvert reconnu 4. Le Livre des Merveilles a été traduit en plusieurs
bondi défendu langues et, si le manuscrit original a aujourd’hui
devenu
disparu, il en reste de nombreuses copies.

b. Formes verbales conjuguées au passé Réécriture
composé et au plus-que-parfait
j’ai aperçu ; nous avons aperçu / j’avais aperçu ; 15 Texte réécrit
nous avions aperçu – j’ai atteint ; nous avons at- Était venu le jour du banquet. […]. Le dragon
teint / j’avais atteint ; nous avions atteint – j’ai dé- avait été comblé ; chacun s’était ingénié à lui pro-
couvert ; nous avons découvert / j’avais découvert ; poser les meilleurs morceaux et à lui remplir son
nous avions découvert – j’ai ri ; nous avons ri / verre. Il s’était empiffré comme un glouton et le
j’avais ri ; nous avions ri – j’ai décrit ; nous avons vin lui avait coulé de la gueule et avait poissé ses
décrit / j’avais décrit ; nous avions décrit – j’ai re- belles écailles bleues, tant et si bien que, n’en pou-
douté ; nous avons redouté / j’avais redouté ; nous vant plus de manger et de boire, il avait voulu ren-
avions redouté – je me suis évanoui(e) ; nous nous trer chez lui.
sommes évanoui(e)s / je m’étais évanoui(e) ; nous Il s’était levé en titubant ; tous s’étaient levés en
nous étions évanoui(e)s – j’ai reconnu ; nous avons même temps. Dodelinant de la tête et traînant son
reconnu / j’avais reconnu ; nous avions reconnu gros ventre sur le sol, il avait avancé lentement […].
– j’ai promis ; nous avons promis / j’avais promis ; D’après Françoise Rachmühl, « Le dragon gourmand »,
nous avions promis – j’ai défendu ; nous avons 15 légendes extraordinaires de dragons (2007),
© Flammarion.
défendu / j’avais défendu ; nous avions défendu
– j’ai entrepris ; nous avons entrepris / j’avais en-
trepris ; nous avions entrepris – je suis devenu(e) ; 16 Texte réécrit
nous sommes devenu(e)s / j’étais devenu(e) ; nous Au matin, Gorvenal a dérobé à un forestier son
étions devenu(e)s – j’ai dû ; nous avons dû / j’avais arc et deux flèches bien empennées et barbelées et
dû ; nous avions dû – j’ai bondi ; nous avons bondi / les a donnés à Tristan, le bon archer, qui a surpris
j’avais bondi ; nous avions bondi – j’ai maudit ; nous un chevreuil et l’a tué. Gorvenal a fait un amas de
avons maudit / j’avais maudit ; nous avions maudit. branches sèches, a battu le fusil, a fait jaillir l’étin-
celle et a allumé un grand feu pour cuire la venai-
13 Phrases complétées son ; Tristan a coupé des branchages, a construit
une hutte et l’a recouverte de feuillée ; Iseut l’a
1. Marco Polo est né à Venise en 1254 où il a vécu
jonchée d’herbes épaisses.
toute son enfance.
Alors, au fond de la forêt sauvage, a commencé
2. À cette époque, Venise a conquis un vaste em-
pour les fugitifs l’âpre vie, aimée pourtant.
pire commercial et possède plusieurs comptoirs sur
D’après Le Roman de Tristan et Iseut (XIIe siècle),
les routes de l’Asie. adapt. J. Bédier.

74 CONJUGAISON
Dictée préparée – traités s’accorde avec le sujet ils en raison de la
présence de l’auxiliaire être (furent).
17 Préparation de la dictée – mangé ne s’accorde pas avec le sujet ils en raison
de la présence de l’auxiliaire avoir.
1. Repérage du temps, de la personne et de l’infini- – arrivée s’accorde avec le sujet inversé l’heure du
tif des verbes soulignés coucher ; l’auxiliaire être (fut) est sous-entendu.
– fut arrivée : passé antérieur, 3e pers. sg., arriver. – occupée s’accorde avec le sujet elle en raison de la
– auraient gagné : passé du conditionnel, 3e pers. présence de l’auxiliaire être (était).
plur., gagner.
– eurent mangé : passé antérieur, 3e pers. plur., 3. Verbes conjugués à un temps simple
manger. imparfait de l’indicatif : attendait (l. 2) – avait
– avait pourvu : plus-que-parfait, 3e pers. sg., pour- (l. 10).
voir. passé simple : se mit (l. 2) – prépara (l. 8) – conduisit
– s’était occupée : plus-que-parfait, 3e pers. sg., (l. 14) – dit (l. 16).
s’occuper. présent de l’indicatif : dit (l. 11) – est (l. 18) – est
– ont été mis : passé composé de la voix passive, réservé (l. 18-19, voix passive).
3e pers. plur., être mis.

CONJUGAISON
REMARQUE : on pourra demander aux élèves de préci-
– a mérité : passé composé, 3e pers. sg., mériter. ser la valeur des verbes au présent : dit est un présent de
– a été fait : passé composé de la voix passive, vérité générale (à ne pas confondre avec le passé simple)
3e pers. sg., être fait. tandis que est et est réservé sont des présents d’actualité,
employés dans le style direct.
2. Justification de la terminaison des participes
passés surlignés
– arrivée s’accorde avec le sujet l’heure du souper
en raison de la présence de l’auxiliaire être (fut).

23. La formation des temps composés 75


FICHE MÉTHODE

24 Réussir la dictée
et l’exercice de réécriture LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 122-123

INSTRUCTIONS OFFICIELLES

Pour parvenir à ces objectifs (la rédaction d’un texte correct • L’objectif de la fiche est de mettre en place
et cohérent d’une page et demi [30 lignes environ], dans le des méthodes de correction simples et
respect des consignes données), le professeur propose des efficaces, applicables ensuite à toutes les
exercices d’écriture diversifiés, réguliers et fréquents. matières. Cette fiche pourra être proposée
Il entraîne l’élève à enrichir et moduler son expression. en début d’année ou servir de support
La maîtrise de l’écrit passe nécessairement par la maîtrise pour des exercices de remédiation en
de la syntaxe et de l’orthographe : l’articulation entre le petits groupes.
programme de grammaire et les activités d’écriture trouve
sa pleine justification.

➜ Corrigé des exercices LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 122-123

1 Mots variables 3 Recherche des mots simples


pouvez – chat – est – quel – parlé – entendu. 1. suralimentation J aliment.
Mots invariables 2. déballage J balle.
3. carrelage J carré.
comme – à – distinctement – si – et.
4. cohabiter J habiter.

2 Questions permettant de trouver les 4 Recherche de mots de la même famille


accords
bond J bondir.
ans : combien a-t-il fallu d’ans pour que le pays res-
poing J poignée.
plendisse ? huit, dét. pluriel.
complet J compléter, complète.
séparent : qu’est-ce qui nous sépare de cette
paysan J paysannerie, paysanne.
époque ? qui, mis pour huit ans, GN pluriel.
coup J couper.
tout : à quoi s’applique le déterminant indéfini
tout ? au pays, GN singulier.
ruines : quel est le déterminant placé devant 5 Contrôle corrigé (homophones)
ruines ? des, article indéfini pluriel. 1. Ce devait être un garage ou un entrepôt.
avais : qui avait vu les ruines ? j’, 1re personne du 2. J’avais peur et froid. Or la peur est mauvaise
singulier. conseillère !
s’élèvent : qu’est-ce qui s’élève sur l’emplacement 3. J’ai crié. Fabien m’a mis la main sur la bouche.
des ruines ? des fermes propres, GN pluriel. 4. « C’est malin, dit-il, grâce à tes hurlements, on
propres : qu'est-ce qui est propres ? les fermes, nom nous a sûrement repérés ! »
féminin pluriel.
crépies : qu'est-ce qui est crépies ? les fermes, nom
féminin pluriel.
6 Consignes de réécriture
1. La consigne porte sur le genre d’un mot (mascu-
lin J féminin).

76 ORTHOGRAPHE
2. La consigne porte sur le temps verbal (passé 8 Consignes de réécriture
simple J présent).
3. La consigne porte sur la personne du verbe Le texte 1 est la réponse à la consigne : récrivez le
(il J je). texte au système du présent.
4. La consigne porte sur le nombre d’un mot (sin- Le texte 2 est la réponse à la consigne : récrivez le
gulier J pluriel). texte en remplaçant une jeune femme par deux
5. La consigne porte sur la personne du verbe et sur jeunes femmes.
le nombre (jeJ nous).
9 Texte récrit
7 Texte transformé Tu peux t’y prendre comme tu veux, jamais tu
a. Le grillon, ayant chanté tout l’été, se trouva fort n’arriveras à faire croire à des adultes qu’un chat
dépourvu quand le blizzard fut venu. Il alla crier vient de te parler distinctement. Même si ce n’est
famine chez la fourmi, sa voisine, la priant de lui pas n’importe quel chat. Même si c’est ton chat à
prêter quelques grains pour subsister jusqu’à la sai- toi, et même s’il a parlé si doucement que tu as tout
son nouvelle. juste entendu ce qu’il t’a dit.
D’après Jean-Noël Blanc, Langue de chat (1995),
b. La cigale, ayant chanté (ou chantant) tout l’été, © Pocket Jeunesse, département Univers poche, 1999.
se trouve fort dépourvue quand la bise vient. Elle
va crier famine chez la fourmi, sa voisine, la priant Il a fallu modifier les pronoms personnels de la
de lui prêter quelques grains pour subsister jusqu’à 2e personne du pluriel, les verbes qui avaient vous
la saison nouvelle. pour sujet et le déterminant possessif votre.
c. Ayant chanté tout l’été, je me trouvai fort dé-
pourvu quand la bise fut venue. J’allai crier famine
chez la fourmi, ma voisine, la priant de me prêter
quelques grains pour subsister jusqu’à la saison
nouvelle.
d. Les criquets ayant chanté tout l'été, se trouvè-
rent fort dépourvus quand la bise fut venue. Ils al-

ORTHOGRAPHE
lèrent crier famine chez les termites, leurs voisins,
les priant de leur prêter quelques grains pour sub-
sister jusqu’à la saison nouvelle.

24. Réussir la dictée et l'exercice de réécriture 77


MISE AU POINT

25 Les accords dans le groupe nominal


LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 124-127

INSTRUCTIONS OFFICIELLES DE 6e
– Les accords dans le • L’objectif de ce chapitre est de revoir le rôle orthographique du déterminant,
groupe nominal (l’ad- notamment le cas des déterminants indéfinis dont les élèves ignorent sou-
jectif, le déterminant, vent s’ils entraînent le singulier ou le pluriel, l’accord de l’adjectif épithète et
le nom). l’accord du verbe dans la proposition subordonnée relative.
• Ce chapitre pourra être intégré à une séquence sur le texte descriptif et com-
pléter la mise au point sur le groupe nominal (➜ CHAPITRE 14), le chapitre consa-
cré à la proposition subordonnée relative (➜ CHAPITRE 16) ou encore celui sur
l’adjectif et ses degrés (➜ CHAPITRE 17).

E X E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 126-127

Accorder le nom avec Accorder l’adjectif avec le nom


son déterminant
3 Adjectifs accordés dans les groupes
1 Texte corrigé (accord nom-déterminant) nominaux
Le bateau, déchargé de la plus grande partie de 1. des chevaliers équipés d’armures rutilantes.
son poids, fut amarré sur une ligne pour descendre 2. des étendards criards sur des tentes bariolées.
le chenal court mais dangereux à cause de la vio- 3. la lice apprêtée pour le tournoi tant attendu.
lence du courant. Kit fit là son apprentissage de 4. la lance pointée sur l’adversaire vaincu.
certaines difficultés de batellerie. Mais quand il fal- 5. les montures fatiguées après les affrontements
lut transborder le bagage, Stine et Sprague avaient brutaux.
disparu ; leurs hommes y passèrent deux jours d’un 6. d’excellents archers brandissant des arcs tendus.
travail exténuant. 7. de vives clameurs saluant les combattants victo-
Jack London, Belliou la Fumée (1912), trad. L. Postif, rieux.
© Phébus, 2006. 8. une couronne de laurier doré / une couronne de lau-
REMARQUE : attention aux noms comme poids, dont la rier dorée récompensant le héros.
lettre finale est étymologique, et non une marque d’ac-
cord (➜ CHAPITRE 34).
4 Texte complété
Achab, maintenant, essayait de percer le se-
2 Phrases complétées cret des flots. Il discerna d’abord une légère tache
(accord nom-déterminant) blanche qui grandissait, grandissait à une vitesse
1. Une carte du CDI a été donnée à chaque élève. folle… Puis, il aperçut, juste sous le canot, une im-
2. Mis à part les BD, on peut emprunter la plupart mense gueule ouverte comme un tombeau et gar-
des livres du CDI. nie de dents redoutables… Moby Dick !
3. Mais l’élève qui ne présente pas sa carte ne peut Herman Melville, Moby Dick (1851),
y emprunter aucun document. adapt. D. Riguelle, © Hemma.
4. La documentaliste ne tolère nulle exception.
5. Bientôt, chaque ordinateur disposera d’une
connexion Internet. Accorder le verbe dans la relative
5 Phrases complétées (accord du verbe de
la relative)
1. C’est Léonard de Vinci qui peignit La Dame à
l’hermine.

78 ORTHOGRAPHE
2. Cette œuvre fait partie des toiles qui font la fier- qui ne m’avait que fort peu impressionné dans le
té du musée de Cracovie. jour, me frappait alors étrangement, et mon esprit
3. Nous remarquons ses bijoux et ses vêtements qui était tout prêt à me représenter ce décor lugubre
paraissent luxueux. du passé comme un lieu propice à l’apparition de
4. Le petit animal qui l’accompagne est adorable. quelque fantôme…
Gaston Leroux, Le Parfum de la dame en noir (1909).

Effectuer les accords dans Réécriture


le groupe nominal
9 Texte récrit
6 Phrases complétées Achab, maintenant, essayait de percer les se-
(accord nom-déterminant) crets des flots. Il discerna d’abord de légères taches
1. Quand le commissaire arrive sur les lieux du blanches qui grandissaient, grandissaient à des vi-
crime, plusieurs voitures de police sont déjà là. tesses folles… Puis, il aperçut, juste sous les canots,
2. Quelques minutes plus tard, une foule de ba- d’immenses gueules ouvertes comme des tombeaux
dauds curieux entoure le périmètre de sécurité. et garnies de dents redoutables…
3. Le commissaire s’assure que nul policier ne D’après Herman Melville, Moby Dick (1851),
adapt. D. Riguelle, © Hemma.
brouille les empreintes laissées sur les lieux.
4. Il examine soigneusement chaque parcelle du
terrain dans l’espoir de trouver quelque indice. 10 Texte récrit
5. La plupart des témoins disent avoir entendu une La vieille citadelle médiévale dominait la plaine.
détonation. Menaçant de s’écrouler, elle avait dû être partielle-
6. Plusieurs promeneurs affirment qu’un homme ment détruite. Mais la tour haute et grise, que le
s’est enfui dans le parc. temps avait épargnée, dressait encore sa fière sil-
7. Le commissaire ne recueille aucun détail sur le houette. Tout à la fois majestueuse et effrayante,
suspect. elle semblait surveiller le village et ses habitants.
8. L’affaire commence mal : il a peu de pistes à ex-
ploiter.
Dictée préparée

ORTHOGRAPHE
7 Texte corrigé 11 Questions de préparation
Un mystère planait sur cette pièce : les hauts 1. Analyse des accords
murs étaient tendus de tentures usées dans des – belles et jeunes s’accordent avec le nom filles.
tons bruns. De lourds fauteuils anciens qui étaient – compliquées s’accorde avec le nom figures.
recouverts de velours râpé faisaient face à une – aigrelette s’accorde avec le nom flûte.
cheminée monumentale. Un lustre de cristal que – rayés s’accorde avec le nom costumes.
la poussière avait rendu mat éclairait les lieux d’un – multicolores s’accorde avec le nom boules.
jaune sale. Des animaux empaillés semblaient sur- – semblaient s’accorde avec le sujet qui, reprenant
gir des tapisseries et vous fixaient de leurs yeux le nom boules.
menaçants. Dans chaque recoin on découvrait de – propre s’accorde avec le nom vie.
nouveaux museaux grimaçants. – folles s’accorde avec le nom cabrioles.
– sourds s’accorde avec le nom coups.
8 Texte complété
Les rayons funèbres de la lune arrivaient obli- 2. Relevé des verbes et de leurs sujets et repérage
quement par les hautes fenêtres qui s’ouvraient sur du temps employé
chaque palier et découpaient avec précision des car- – les belles jeunes filles exécutaient : imparfait de
rés de lumière blême dans la nuit opaque de cette l’indicatif.
cage de l’escalier qui était très vaste. La misère du – des jongleurs… s’entouraient : imparfait de l’in-
château ainsi éclairée [on acceptera aussi : éclairé] dicatif.
par endroits n’en paraissait que plus définitive. La – qui semblaient (antécédent de qui : boules) : im-
ruine de la rampe d’escalier, les barreaux brisés, les parfait de l’indicatif.
murs lézardés contre lesquels, çà et là, de vastes – d’autres… partaient : imparfait de l’indicatif.
lambeaux de tapisserie pendaient encore, tout cela – un tambour rythmait : imparfait de l’indicatif.

25. Les accords dans le groupe nominal 79


26 Les formes en -ant
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 128-129

INSTRUCTIONS OFFICIELLES

– La distinction des formes en -ant (gérondif, participe • Le chapitre propose de distinguer sur le plan
présent, adjectif verbal). orthographique le participe présent et l’adjec-
tif verbal.

E X E RC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 128-129

Identifier et construire des formes en -ant


1 Analyse des formes en -ant dans les 2 Formes en -ant
phrases
Infinitif Adjectif verbal Participe présent
1. retentissant : adjectif verbal.
2. en jouant : participe présent (gérondif). intéresser intéressant intéressant
REMARQUE : durant n'est pas une forme en -ant, il s'agit suffoquer suffocant suffoquant
d'une préposition. naviguer navigant naviguant
3. revenant : participe présent,
foudroyant : adjectif verbal. zigzaguer zigzagant zigzaguant
équivaloir équivalent équivalant
exceller excellent excellant
précéder précédent précédant
somnoler somnolent somnolant

3 a. et b. Formes classées
Participe présent ou
Participe présent Adjectif verbal Verbe d’origine
adjectif verbal
tentant tenter
percutant percuter
alléchant allécher
étincelant étinceler
terrifiant terrifier
polluant polluer
ratant rater
(différant) différent différer
convainquant convaincant convaincre
échappant échapper
(équivalant) équivalent équivaloir

80 ORTHOGRAPHE
Accorder des adjectifs verbaux Dictée préparée
7 Questions de préparation
4 Adjectifs verbaux accordés
1. Analyse des formes en -ant
1. Une brume légère couvrait la plaine, flottant au
– brillants (l. 4), brûlants (l. 4) sont des adjectifs ver-
ras du sol.
baux s’accordant avec le nom yeux.
2. De grands arbres, comme des vieillards grison-
– vivant (l. 5) est un adjectif verbal s’accordant
nants, bordaient les champs.
avec le nom métal.
3. Leur cime sombre se dressait, émergeant de la
– reposant (l. 6) est un participe présent.
nappe cotonneuse du brouillard.
4. Des corbeaux croassant apportaient une note lu- 2. Analyse des accords
gubre au paysage désolé. – visage : accord du verbe de la relative et de son
attribut (semblait illuminé).
– bouche : accord des adjectifs épithètes forte et
5 Texte complété vermeille.
Si la conduite des hommes avait été menaçante – nez : accord des adjectifs épithètes droit et dur.
dans le canot, elle devint véritablement alarmante – yeux : accord des adjectifs épithètes vastes,
une fois remontés à bord. Ils restaient sur le pont, brillants et brûlants.
à grommeler entre eux. L’ordre le plus insignifiant – métal : accord des adjectifs épithètes vivant et
était reçu avec un œil noir, exécuté de mauvaise rouge et du verbe de la relative (coiffait).
grâce. […] Nous n’étions pas les seuls à pressentir le – bras : accord des adjectifs épithètes nu, noir et
danger. Long John s’évertuait, allant d’un groupe à ployé.
l’autre, se répandant en bons conseils, montrant le
meilleur exemple à chacun.
Robert Louis Stevenson, L’Île au trésor (1883),
trad. A. Bay, © Librairie Générale française.

Réécriture
6 Texte récrit

ORTHOGRAPHE
Ses frères et sœurs étaient des bambins amu-
sants, toujours riant(s) mais parfois fatigants. Ils
jouaient bruyamment, criant et courant dans le
jardin, sautillant dans le salon. Ils prenaient par-
fois l’aspect d’un ouragan, semant une terrible pa-
gaille, dérangeant tout sur son (leur) passage.
REMARQUE : la forme riant peut s’analyser soit comme un
participe présent, soit comme un adjectif verbal (vieilli).
Le dernier déterminant possessif peut renvoyer soit à ils,
soit à ouragan.

26. Les formes en -an t 81


27 Les adjectifs de couleur
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 130-131

INSTRUCTIONS OFFICIELLES

– Les adjectifs qualificatifs de couleur. • Le chapitre s’attache aux difficultés particulières


liées à l’accord des adjectifs de couleur.

E X E RC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 130-131

Observer les différents adjectifs Employer et accorder les adjectifs


de couleur de couleur
1 Adjectifs de couleur classés 3 Adjectifs accordés
Adjectifs 1. les cheveux blond clair – les yeux verts.
Adjectifs ne s’accordant pas 2. ses joues roses – une carnation blanc bleuté.
s’accordant
3. une tunique brune – de rubans cerise – de pom-
aubergine gris souris beige pons bleu foncé.
coquille d’œuf pourpre 4. une cape / de lainage noisette – aux reflets
vermillon roux fauves.
5. de pantoufles écarlates – de fourrure crème.
turquoise mauve
cœur de pigeon jaunâtre 4 X Piste pour la correction
taupe On valorisera la variété et la précision des adjectifs.
J ces adjectifs J cet adjectif
de couleur sont est composé. 5 Description du tableau
issus d’un nom.
X Proposition de correction
Au premier plan, des branches brun gris tracent
2 a. Repérage des adjectifs de couleur
des lignes horizontales sur la terre rougeâtre. Au
couleur cannelle – pelage gris – nuances roussâtres second plan, une prairie vert vif est animée sur
– poils gris – tonalité rouge. la gauche par un rocher ocre et deux arbres aux
b. Réécriture du texte troncs bruns. Sur la droite, on distingue des per-
sonnages féminins, l’un portant une robe saumon,
En fait, l’animal n’avait pas du tout le pelage
les deux autres une coiffe blanc éclatant. L’arrière-
cannelle. Sa couleur était semblable à celle des
plan est constitué de lignes sinueuses que dessinent
autres loups, c’est-à-dire plus ou moins grise. Mais
des collines orange. Le ciel, au-delà, s’étire dans des
il est vrai qu’elle se teintait ici et là de fugitifs éclats
tons bleutés éclairés de nuages jaune pâle.
roussâtres. C’était un peu comme un tissu moiré
qui donnait l’illusion de changer d’aspect selon l’in- Réécriture
cidence des regards et des mouvements, la toison
grise prenant alors une tonalité vaguement rouge. 6 Texte récrit
D’après Jack London, Croc-Blanc (1906), Les bouquets offraient de délicates harmonies
trad. D. Alibert-Kouraguine, © Hachette Livre, 2008.
de couleurs. Des roses jaune pâle s’y épanouis-
saient. Des marguerites blanches se détachaient
dans les masses vert sombre des feuillages. Les clo-
chettes violettes des campanules ponctuaient les
compositions.

82 ORTHOGRAPHE
7 Réécriture Dictée préparée
On vérifiera que les adjectifs employés sont variés 8 Questions de préparation
dans leur forme et leur accord.
1. Analyse des adjectifs de couleur
X Proposition de correction
bleu (l. 5), s’accorde avec le nom ciel – bleu sombre
Sur une nappe rose pâle, des assiettes blanc (l. 8), adjectif composé qui ne s’accorde pas – blanc
bleuté avaient été disposées. Elles s’harmonisaient (l. 9), s’accorde avec le nom voilier.
avec les verres de cristal bleu azur. Au centre de la
table, des candélabres vert-de-gris portaient des 2. Repérage des temps verbaux
bougies violet profond. Deux bouquets de fleurs Les verbes du texte sont conjugués au passé simple
rose thé égayaient cette table de fête. (quitta, traversa, écarta, put) et à l’imparfait de l’in-
dicatif (avait, sautillaient, était, avait, avançait).
3. Analyse des accords
– pieds nus : dans cette expression, le nom pieds est
au pluriel et gouverne l’accord de l’adjectif nus. On
pourra noter que dans l’expression nu-pieds, l’ac-
cord est différent (cf. cas de demi et nu).
– leurs plumes ébouriffées : tout le groupe nominal
est au féminin pluriel puisque les pigeons ont cha-
cun de nombreuses plumes.
– arrêtées : ce participe passé employé comme ad-
jectif s’accorde avec le nom voitures.

ORTHOGRAPHE

27. Les adjectifs de couleur 83


MISE AU POINT

28 Les homophones des verbes


avoir et être LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 132-135

INSTRUCTIONS OFFICIELLES

– La morphologie du verbe à l’indicatif : 1er, 2e et 3e • L’objectif de ce chapitre est de revoir les ho-
groupes, en lien avec les conjugaisons du programme mophones des verbes avoir et être à partir
(les verbes morphologiquement réguliers). de l’identification de la classe grammaticale :
– Quelques homonymes ou homophones distingués c’est l’identification de ces deux verbes qui
par l’accent : à / a ; la / l’a / l’as / là… ; permettra la discrimination des homophones.
autres : et / est ; mais / mes ; on / ont ; ce / se ; ces / • Une démarche de substitution est proposée
ses ; son / sont… aux élèves pour certains homophones.

EX E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 134-135

Repérer les homophones et indiquer 3. la (article défini) – l’a (pronom personnel + auxi-
liaire avoir) / son (dét. possessif) – sont (verbe être).
leur classe grammaticale 4. m’as (pronom personnel + auxiliaire avoir) – ma
(dét. possessif).
1 Devinettes 5. sont (verbe être) – son (dét. possessif).
1. C’est la lettre a.
2. C’est l’article défini la. 4 Classe grammaticale des éléments
3. La conjonction de coordination synonyme de or soulignés
est mais.
– a : auxiliaire avoir.
4. On peut remplacer ta par la tienne.
– est : auxiliaire être.
5. L’adverbe de lieu là a la même prononciation que
– ses : déterminant possessif.
l’article ou le pronom personnel la.
– son : déterminant possessif.
– mon : déterminant possessif.
2 Repérage des homophones et de leur – et : conjonction de coordination.
classe grammaticale – ma : déterminant possessif.
1. a (auxiliaire avoir) – à (préposition). – m’est : pronom personnel + verbe être.
2. m’as (pronom personnel + auxiliaire avoir) – ma
(dét. possessif).
3. t’est (pronom personnel + verbe être) – tes (dét. Écrire correctement
possessif). les homophones
4. c’est (pronom démonstratif + verbe être) – s’est
(pronom personnel + auxiliaire être) – ses (dét. pos- 5 a. et b. a / à
sessif).
1. À (préposition) trois ans déjà, Robin aimait pré-
parer à (préposition) manger.
3 a. et b. Repérage des homophones et de 2. Il a (= avait : auxiliaire) appris à (préposition)
leur classe grammaticale cuisiner avec son père. Il ne suit pas toujours les
1. ton (dét. possessif) – t’ont (pronom personnel consignes à (préposition) la lettre.
+ auxiliaire avoir) / à (préposition) – a (auxiliaire 3. Il a (= avait : auxiliaire) même inventé de nou-
avoir). velles associations pour faire plaisir à (préposition)
2. mais (conj. de coordination) – mes (dét. posses- ses invités.
sif). 4. Mais le résultat n’a (= avait : auxiliaire) pas tou-
jours été à (préposition) la hauteur de ses attentes.

84 ORTHOGRAPHE
5. Son pâté de sardines à (préposition) la banane, Concernant la phrase 6, on peut accorder le participe
par exemple, n’a (= avait : auxiliaire) pas conquis passé avec le pronom indéfini sujet on, qui, comme je, tu,
les gourmets ! nous et vous se montre perméable au genre et au nombre
du référent.

6 Phrases transformées
9 Texte corrigé
1. Les grands explorateurs m’ont toujours passion-
Au Moyen Âge, ce sont les moines qui copient
née.
les textes à la main : c’est pourquoi ces réalisations
2. « Ton professeur t’a-t-il expliqué qu’ils voya-
sont appelées des « manuscrits ». Un manuscrit
geaient dans des conditions très difficiles ? » me
est un document très précieux et très rare. On les
demanda ma sœur Pauline.
conserve donc avec soin.
3. « T’es-tu rendu compte des dangers qu’ils
Dans ces ouvrages, les moines illustrent aussi
affrontaient lors de ces traversées ? » demanda-t-
les textes. Mais parfois les textes contiennent des
elle encore.
fautes. C’est là un problème, car elles sont reco-
4. « Oui, c’est d’ailleurs ce qui m’a captivée », ré-
piées tant que personne ne les a signalées.
pondis-je.
5. « Mon exposé l’a bien démontré au reste de la
classe », continuai-je. Réécriture
6. Les élèves ont écouté avec attention.
10 Texte récrit
7 Texte complété En stage dans la rédaction d’un grand journal, je
me suis entraîné à écrire des articles. Une relecture
SYLVESTRE. – Où est-ce donc que vous vous échap-
approfondie m’a été demandée. Le rédacteur en
pez ? Savez-vous bien que vous venez de parler là
chef m’a félicité pour mon sérieux. Les journalistes
au père de votre amant ?
m’ont averti que c’était un métier exigeant, mais
ZERBINETTE. – Je viens de m’en douter et je me suis
cela n’a pas entamé ma motivation. Je le sais : mon
adressée à lui-même sans y penser, pour lui conter
avenir est là.
son histoire.
SYLVESTRE. – Comment, son histoire ?
ZERBINETTE. – Oui, j’étais toute remplie du conte, et Dictée préparée

ORTHOGRAPHE
je brûlais de le redire. Mais qu’importe ? Tant pis
pour lui. Je ne vois pas que les choses pour nous en 11 Questions de préparation
puissent être ni pis ni mieux. 1. Formes du verbe être : suis (l. 1) – être (l. 8).
Molière, Les Fourberies de Scapin (1671), acte III, scène 4. Formes du verbe avoir : ai (l. 4) – ai (l. 5) – m’a
(l. 6) – n’a (l. 8) – ai (l. 8).
8 Propositions de phrases 2. Homophones de a : jusqu’à présent (l. 1) – à mon
1. Tu sais tes leçons. aise (l. 2) – à la pensée de l’approcher (l. 8-9) – sem-
2. Je t’ai appelé hier / rendu visite / rapporté tes BD. blable à une île vivante (l. 10).
3. Léa m’est sympathique / sait ses leçons. + Attention à mon (l. 2) – sais (l. 3) – mais (l. 5) – et
4. Alexia et Léa t’ont appelé hier / rapporté tes BD / (l. 6).
rendu visite / sont sorties en avance. 3. Le verbe souligné je ne voyagerai plus est conju-
5. Léo et Alexia t’ont appelé hier / rapporté tes BD gué au futur simple de l’indicatif.
/ rendu visite.
6. On s’est appelé hier / trompés de chemin / rendu
visite.
7. Alexia m’est sympathique / sait ses leçons.
8. Alexia et Sonia t’ont appelé hier / rapporté tes
BD / rendu visite / sont sorties en avance.
REMARQUE : plusieurs combinaisons sont possibles en
faisant attention à l’accord du participe passé avec le COD
placé avant l’auxiliaire avoir ou avec le sujet du verbe
conjugué avec l’auxiliaire être.

28. Les homophones des verbes avoir et être 85


29 Les homophones différenciés
par l’accent LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 136-137

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
– Quelques homonymes ou homo- • Nous nous sommes efforcées de classer les homophones gram-
phones distingués par l’accent : maticaux selon le type de difficultés et, par conséquent, le type de
ou / où ; ça / çà. procédures qu’implique leur différenciation. Ici, c’est la différen-
ciation par l’accentuation qui nous intéresse.

E X E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 137

Différencier les homophones 5 Texte complété


Noémie n’est pas très sûre d’elle. Demain, elle
1 Phrases complétées a un contrôle de mathématiques sur les fractions.
1. Là, près de l’embouchure de la rivière et au flanc Depuis une heure, elle est penchée sur son cahier.
de la falaise, se dresse un imposant château fort. Refaire les exercices et apprendre son cours sont les
2. C’est là qu’une demoiselle offre l’hospitalité aux plus sûrs moyens de s’assurer une bonne note. Bien
chevaliers qui la lui demandent. sûr, son travail sera récompensé.
3. Cette nuit-là, Bertrand, après avoir longtemps
erré, s’est arrêté devant la forteresse. 6 Texte complété
4. La demoiselle l’a accueilli avec amabilité, l’a re-
J’ai un souvenir… Il faut que je vous le raconte…
vêtu d’un fin manteau et l’a prié à sa table.
Un souvenir du temps où je ne connaissais pas en-
core les terreurs contre quoi je ne puis rien. […] Un
2 Texte complété jour, nous étions de ce côté (Sybil pointait un doigt
Je me souviens d’un village où aucune route vers l’horizon à l’est de la grande montagne), sur
n’arrivait. C’était en Ardèche ou dans les Cévennes. une piste qui traversait une savane […]. C’est là,
On y accédait à pied par les collines ou en longeant juste à la limite de la brousse et de la forêt, que
le lit de la rivière. Le village était installé sur une nous les avons aperçus : l’éléphant et le rhinocéros.
pente douce d’où l’on apercevait le cours d’eau. […] Ils se sont battus à mort sous nos yeux. Le fond
du combat était ce mur de verdure sombre et, plus
loin, la montagne.
3 Phrases complétées Joseph Kessel, Le Lion (1958), © Gallimard.
1. Ça ressemblait à un serpent aux pattes griffues.
2. Il était terrifiant : sa gueule crachait du feu. REMARQUE : nous nous sommes limitées aux confusions
3. Des ossements gisaient çà et là dans la caverne. les plus courantes. Voici un jeu de devinette pour décou-
4. « Ah, ça, c’est un beau spécimen », s’exclama le vrir d’autres homophones :
chasseur de dragon. a. Je suis un adjectif qui caractérise un fruit prêt à être
5. « Vous avez vu ses œufs ? Où çà ? » dégusté. / Je suis un nom désignant une construction ma-
çonnée. (mûr / mur)
b. Je suis un adjectif et je ne suis pas vieux. / Je suis un
4 Phrases complétées nom désignant une période de diète ou de régime.
(jeune / jeûne)
1. La vieille vint du village réclamer son dû. c. Je suis un verbe conjugué qu’on emploie pour parler de
2. Elle graissa la patte du chevalier avec du lard. coups ou de victoire. / Je suis un nom désignant la charge
3. Que celui-ci dut être surpris ! de l’âne. (bat / bât)
4. Elle aurait dû comprendre que graisser la patte d. Je suis un verbe ou un nom exprimant le travail ou
était une expression qui signifiait « corrompre ». l’effort. / Je suis aussi un verbe ou un nom, mais j’évoque
une salissure. (tâche / tache)

86 ORTHOGRAPHE
e. Je suis un nom qui indique une mesure, sur un schéma, – commençaient (l. 5) : verbe à l’imparfait de l’in-
par exemple. / Je suis un nom qui a de nombreux sens : dicatif ayant pour sujet le pronom relatif qui mis
bord de mer, pièce de viande à griller… / Je suis un nom pour les minces couches de glace.
qui désigne la pièce d’armure qui protège le corps du che-
valier. (cote /côte / cotte)
– auraient quitté (l. 10) : verbe au passé du condi-
tionnel ayant pour sujet le pronom démonstratif
ceux-ci.
Dictée préparée
3. Analyse des formes en -é(e)(s) et en -er
7 Questions de préparation – escarpées (l. 1-2) : participe passé employé comme
1. Repérage des homophones adjectif et qualifiant le nom gorges.
– là (l. 1) : indique le lieu. – s’engager (l. 4) : infinitif suivant un autre verbe
– où (l. 1) : indique le lieu. conjugué (dut).
– ou (l. 3) : exprime le choix. – se former (l. 5) : infinitif suivant un autre verbe
– dut (l. 4) : passé simple du verbe devoir. conjugué (commençaient) et précédé de la prépo-
– la (l. 4) : détermine le nom nage. sition à.
– la (l. 8) : détermine le nom violence. – passer (l. 6) : infinitif suivant un autre verbe conju-
– du (l. 8) : article défini contracté (de+le) devant gué (arriva) et précédé de la préposition de.
courant. – lutter (l. 7) : infinitif suivant un autre verbe à l’in-
– du (l. 9) : article défini contracté (de+le) devant finitif (devoir).
passage. – échapper (l. 7) : infinitif précédé de la préposition
– où (l. 10) : indique le lieu. pour.
– guetter (l. 9) : infinitif suivant un autre verbe
2. Repérage du temps et des sujets des verbes conjugué (cessait) et précédé de la préposition de.
soulignés – quitté (l. 10) : participe passé employé avec
– surplombaient (l. 2-3) : verbe à l’imparfait de l’in- l’auxiliaire avoir.
dicatif ayant pour sujet le pronom relatif qui mis – gagner (l. 10) : infinitif précédé de la préposition
pour les hauteurs. pour.
– franchissait (l. 3) : verbe à l’imparfait de l’indicatif
ayant pour sujet le pronom personnel il.

ORTHOGRAPHE

29. Les homophones différenciés par l’accent 87


30 Les homophones de en et y
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 138-139

INSTRUCTIONS OFFICIELLES

– Quelques homonymes ou homo- • Nous nous sommes efforcées de classer les homophones gram-
phones autres : maticaux selon le type de difficultés et, par conséquent, le type
sans / s’en ; dans / d’en ; de procédures qu’implique leur différenciation. Ici, nous mettons
peu / peut ; ni / n’y ; si / s’y / ci… l’accent sur les confusions liées à la contraction des pronoms
adverbiaux en et y avec d’autres éléments.

E X E RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 139

Manipuler les homophones 5 Phrases complétées


1. Il est grand temps de partir !
1 Groupes verbaux conjugués 2. Tu as tant de choses à préparer !
1. Tu t'en allais sans regarder derrière toi – Il s’en va 3. Tu ne dois pas oublier ton appareil photo. Heu-
sans regarder derrière lui. reusement tu t’en souviens à temps.
2. Tu n’y vois rien ni de près ni de loin – Il n’y voyait 4. Tant que tu ne seras pas dans le train, je ne serai
rien ni de près ni de loin. pas rassuré.

6 Phrases complétées
Différencier les homophones 1. Dans quel cas le triangle sera-t-il rectangle ?
2. On demande d’en tracer la médiatrice.
2 Phrases complétées 3. Les exercices permettent de progresser : il est
1. N’y allons pas ! utile d’en faire plusieurs.
2. Calme-toi, il n’y a ni monstre, ni fantôme !
3. Je n’aime ni les vieilles chapelles, ni les châteaux 7 Phrases complétées
hantés.
4. Aucun fantôme n’y est jamais apparu ! 1. Quand Renart flaire un chapelet de saucisses,
il ne peut résister. Il sait bien qu’en usant de ruse,
il l’obtiendra. Quant à Ysengrin, il fera tout pour
3 Phrases complétées avoir sa part de butin.
1. Pablo Picasso est un peintre si précoce qu’enfant 2. Quand les trompes sonneront le début du tour-
il peignait déjà des tableaux. noi, Jehan sera fin prêt, quoi qu’en disent les mau-
2. Il aime la France et s’y installe en 1905. vaises langues. Quant au chevalier noir, il s’affaire
3. Si ses tableaux cubistes paraissent étranges, c’est dans sa tente.
qu’il s’y attache à rendre le volume de l’objet.
REMARQUE : nous nous sommes limitées aux confu-
sions les plus courantes. Voici un exercice pour découvrir
4 Phrases complétées d’autres homophones :
1. Sans bonnes chaussures de marche, la randon- Recherchez :
née est périlleuse. a. un nom commun et un verbe conjugué homophones de
2. En cent mètres, je suis tombée trois fois. ni et n’y. (nid-nie)
3. Il s’en est fallu de peu que je me blesse. b. un nom propre homophone de quand, quant et qu’en.
4. Il est imprudent de faire de la montagne sans un (Caen)
c. un nom commun homophone de tant, temps et t’en.
bon équipement.
(taon)
d. un nom commun homophone de si et s’y. (scie)
e. un nom commun homophone de d’en et dans. (dent)

88 ORTHOGRAPHE
Réécriture Dictée préparée
8 Réécriture 9 Questions de préparation
1. Jonathan s’en sépare. 1. Repérage des homophones
2. Quentin s’y rend. – tant (l. 1) : signifie tellement.
3. Je rêve d’en avoir. – quand (l. 3) : exprime le temps.
4. Léa n’y arrive pas. – n’y (l. 8) : négation + pronom y.

2. Accord du participe passé


Le participe passé vus est employé avec l’auxiliaire
avoir à l’infinitif. Le COD du verbe est le pronom
relatif que élidé et mis pour deux lions. Il est placé
avant l’auxiliaire, donc le participe passé s’accorde
avec ce COD au masculin pluriel.

ORTHOGRAPHE

30. Les homophones de en et y 89


MISE AU POINT

31 L’accord sujet-verbe
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 140-143

• L’objectif de la mise au point est d’évaluer et de réinvestir les acquis des années précédentes. Le repérage et
l’accord du sujet sont un pré-requis essentiel.

E X E RC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 142-143

Repérer le verbe et son sujet 4 Verbes conjugués et accordés


1. Ce sont les destinations lointaines qui attirent les
1 Reconnaissance des sujets et des verbes aventuriers.
1. Les passants, dans l’atmosphère froide et plu- 2. J’aime les livres qui racontent des périples extra-
vieuse de la rue, fermaient leur pardessus et ordinaires.
nouaient leur écharpe. 3. Nous qui voyageons souvent, connaissons ces
2. Dans le ciel bleu et pur s’amoncelaient des destinations exotiques qui sentent l’aventure.
nuages. 4. Je ne connais personne qui cherche l’aventure au
3. C’ était le mois d’octobre qui arrivait . bout de son jardin !
4. Un vol d’oiseaux migrateurs tournoyait dans les
bourrasques. 5 Verbes conjugués et accordés dans le
texte
2 Repérage des sujets Renart allait… / cela n’avait… / on voit… / C’était…
1. Chacun de ceux qui l’ont vu s’accorde à dire que / qui arrivait… / Elle se précipitait… / qui l’acca-
le spectacle est formidable. blait… / Ses trois fils étaient… / Ils tirent et s’ar-
Chacun de ceux qui l’ont vu s’accorde à dire que le rachent… / déchirent… / les cris qu'ils poussent
spectacle est formidable. portent… / La dame… devance… / Je vous donne-
2. Les acteurs que dirige de main de maître le met- rai… / vous voulez…
teur en scène se révèlent excellents.
Les acteurs que dirige de main de maître le metteur 6 Formes correctes
en scène se révèlent excellents.
naviguâmes – mangions – était – étions obligés –
3. La pièce, depuis le mois de janvier dernier, se
était – fûmes – contraints – étaient – fallait.
joue à guichet fermé.
4. Une foule de spectateurs se massent tous les
soirs aux portes du théâtre. 7 Phrases complétées
5. Quel divertissement époustouflant nous offre 1. Lors du festin offert par le seigneur, chaque
cette comédie ! convive s’assoit / s’assied d’un seul côté de la table ;
les autres côtés restent accessibles aux serviteurs
qui apportent les plats.
Accorder le verbe et son sujet 2. La plupart des mets sont fins et raffinés, comme
les huîtres chaudes et les cygnes rôtis.
3 Verbes accordés 3. Pendant que tout le monde festoie, des jon-
1. Une troupe de chevaliers se présente au château. gleurs entonnent des airs, accompagnés de leur
2. Tous demandent l’hospitalité au seigneur. vielle, ou exécutent des cabrioles.
3. Chacun respecte les lois de la courtoisie. 4. Le repas fini, un valet monte des lits de sangles
4. Nul ne songerait à désobéir au seigneur. pour les chevaliers et dépose des couvertures.
5. La plupart le remercient chaleureusement. 5. Bientôt tous dorment. Seul un jeune chevalier de
seize ans veille et revoit en pensée le tournoi qu’il
vient de gagner.

90 ORTHOGRAPHE
6. Il songe aussi à la jolie demoiselle qui n’a cessé 10 Réécriture
de le regarder pendant sa lutte et que ni ses frères
ni ses cousins ne connaissent. L’eau glacée leur avait fait du bien. Elle avait
7. « Son visage et ses yeux sont plus lumineux que lavé les idées dans leur tête, et les jeunes filles
l’astre qui naît », pense-t-il. ne pensaient plus aux problèmes de tangentes ni
aux indices absolus des corps. Elles avaient envie
d’écrire encore une lettre à leur père. Elles cherchè-
Réécriture rent le bloc de papier par avion dans leur sac, et
elles commencèrent à écrire avec le crayon à bille,
8 Textes récrits tout à fait au bas de la page d’abord. Leurs mains
Je naviguai pendant trois mois et vingt jours mouillées laissaient des traces sur la feuille.
sans goûter d’aucune nourriture fraîche. Le bis- D’après J.M.G. Le Clézio, « Lullaby »,
Mondo et autres histoires (1978), © Gallimard.
cuit que je mangeais n’était plus du pain mais une
poussière mêlée de vers et imprégnée d’urine de
souris. L’eau que j’étais obligé de boire était pu- Dictée préparée
tride. Je fus même contraint, pour ne pas mourir de
faim, de manger des morceaux de cuir qui étaient 11 Questions de préparation
si durs qu’il fallait les faire tremper quatre à cinq 1. Repérage des verbes conjugués
jours dans la mer pour les rendre un peu tendres. – essayais (l. 1) : sujet j’.
e
D’après Antonio Pigafetta, Journal (XVI siècle),
dans Histoire-Géographie 5e, © Hatier.
– entendais (l. 1) : sujet, j’.
– se parlaient (l. 2) : sujet ils.
Ils naviguèrent pendant trois mois et vingt jours – éclairait (l. 3-4) : sujet qui mis pour la lueur des
sans goûter d’aucune nourriture fraîche. Le biscuit étoiles.
qu’ils mangeaient n’était plus du pain mais une – venaient (l. 5) : sujet qui mis pour les vagues.
poussière mêlée de vers et imprégnée d’urine de – entendions (l. 6) : sujet nous.
souris. L’eau qu’ils étaient obligés de boire était – sentais (l. 8) : sujet je.
putride. Ils furent même contraints, pour ne pas – se redressaient (l. 9) : sujet les harponneurs.
mourir de faim, de manger des morceaux de cuir – cherchaient (l. 10) : sujet les harponneurs.
qui étaient si durs qu’il fallait les faire tremper – suivaient (l. 10) : sujet les harponneurs.

ORTHOGRAPHE
quatre à cinq jours dans la mer pour les rendre un
peu tendres. 2. Analyse des accords
e
D’après Antonio Pigafetta, Journal (XVI siècle),
– étranges : adjectif accordé avec le nom bruits.
dans Histoire-Géographie 5e, © Hatier. – géants : adjectif accordé avec le nom poissons.

9 Texte récrit
Les chevaliers sont tellement plongés dans leurs
pensées qu’ils s’en oublient eux-mêmes. Ils ne sa-
vent s’ils existent ou s’ils n’existent pas ; ils ont ou-
blié jusqu’à leur nom ; ils ne savent s’ils sont armés
ou non ; ils ne savent d’où ils viennent ni où ils
vont. Ils ne se souviennent d’aucun visage, excepté
d’un seul qui leur a fait reléguer tous les autres
dans l’oubli. Ils y pensent si fort qu’ils n’entendent
plus rien, ne voient plus rien et ne réfléchissent
plus à rien.
D’après Chrétien de Troyes, Lancelot ou le Chevalier de la
charrette (XIIe siècle), trad. J.-Cl. Aubailly, © Flammarion.

31. L’accord sujet-verbe 91


32 L’accord du participe passé
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 144-147

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
– L’accord du participe passé des • L’objectif du chapitre est d’identifier les participes passés, de
verbes avec les auxiliaires être et connaître leurs formes et de revoir leurs règles d’accord. Trois cas
avoir (cas complexes, à l’exclusion sont abordés : l’emploi du participe sans auxiliaire, avec l’auxi-
des verbes pronominaux). liaire avoir et avec l’auxiliaire être. Le participe passé entre dans la
conjugaison des temps composés (➜ CHAPITRE 23), dont les valeurs
ne seront pas évoquées dans ce chapitre (➜ CHAPITRE 10).
• Ce chapitre prendra sa place en particulier dans l’étude du texte
de théâtre, mais aussi dans celle du texte narratif.

E X E RC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 145-147

Identifier le participe passé 4 Classement des participes passés


Participe passé (son menton) rasé (l. 2) –
1 Repérages employé sans (ce visage) épanoui (l. 10) –
– participe passé sans auxiliaire : déchaînée (l. 2-3). auxiliaire (ces lignes) arrêtées (l. 15)
– participes passés avec l’auxiliaire être : blessé (l. 1), Participe passé (fut) terminée (l. 1) – (furent)
accourue (l. 2), arrivée (l. 3). employé avec réduits (l. 3) – (était) entré (l. 9)
– participes passés avec l’auxiliaire avoir : appris l’auxiliaire être – (était) changé (l. 14) –
(l.1), retardé (l. 3), emporté (l. 4), bouleversée (s’était) allongée (l. 14) –
(l. 5), failli (l. 5). (s’étaient) arqués (l. 17) –
(s’étaient) empreints (l. 18)
2 Formes des participes passés Participe passé (avons) dit (l. 6) – (avaient)
aimé / aimée – embelli / embellie – resté / restée – employé avec apporté (l. 7) – (ont) été (l. 11) –
parti / partie – mis / mise – offert / offerte – l’auxiliaire (avait) pris (l. 15)
couvert / couverte – conduit / conduite – permis / avoir
permise – tombé / tombée – paru / parue –
cousu / cousue – résolu / résolue – vaincu / vaincue
– né / née – mort / morte – vu / vue – cru / crue – Accorder correctement
accru / accrue – accueilli / accueillie – revêtu / revêtue. le participe passé
3 Phrases complétées 5 Accord des participes passés
1. Dimanche, Léa est allée faire les courses au 1. Les chevaliers sont partis sereins au tournoi.
centre commercial. 2. Leurs boucliers et leurs lances étaient portés par
2. Élisabeth a voulu l’accompagner. les écuyers.
3. Elle comptait acheter de nouvelles chaussures. 3. Les combattants sont arrivés dans la lice.
4. Elles ont trouvé une bonne partie des magasins 4. Quand les vainqueurs ont été proclamés, l’allé-
fermés. gresse générale s’est emparée de la foule.
5. Le lendemain, ils se sont rendus à l’église. Sur
le parvis, s’étaient massés paysans, artisans, bour-
geois et nobles pour les acclamer.

92 ORTHOGRAPHE
6 Accord du participe passé avec un Justifier l’accord du participe passé
groupe nominal COD
1. Quelles fourberies Scapin a-t-il commises ? 9 Analyse des participes passés
2. Quels jeunes hommes a-t-il aidés et quels pères 1. des amis, Rutebeuf en a eu beaucoup : pas d’ac-
a-t-il dupés ? cord avec le pronom personnel adverbial en.
3. Quelle aimable et douce jeune fille Octave a ils l’ont quitté : accord avec le COD masculin singu-
épousée ! lier (l’ remplace Rutebeuf).
4. Mais que de soucis il a eus ! 2. ils ne l’ont pas secouru : accord avec le COD mas-
5. Quelles ruses Scapin a-t-il forgées pour aider les culin singulier (l’ remplace Rutebeuf).
deux amoureux ? quand les tourments l’ont malmené : accord avec le
6. Quelles trahisons a-t-il avouées ? COD masculin singulier (l’ remplace Rutebeuf).
7. Quelle ingéniosité il a montrée tout au long de 3. il n’en a pas eu : pas d’accord avec le pronom
cette comédie ! personnel adverbial en.
4. qu’il a composés : accord avec le COD masculin
7 X Proposition de correction pluriel (qu’ remplace poèmes).
certains des poèmes qu’il a composés sont devenus
1. La comédie que nous avons vue au théâtre nous
célèbres : accord avec le sujet masculin pluriel cer-
a fait beaucoup rire.
tains des poèmes.
2. Les enfants ont été amusés par de nombreuses
5. Léo Ferré en a fait une chanson que j’ai écoutée :
scènes.
accord avec le COD féminin singulier (que remplace
3. Certaines répliques nous sont restées en mé-
chanson).
moire, nous les citons encore aujourd’hui.
4. Les acteurs ont été très appréciés car ils étaient
drôles sans se ridiculiser. 10 Texte corrigé
5. Même les costumes ont été conçus pour faire Je m’appelle Camille et je suis en 5e. Je suis nou-
rire le spectateur, notamment ces chapeaux multi- velle au collège. J’ai déménagé pendant l’été. J’ai
colores. redouté cette rentrée dans un établissement nou-
6. En ce qui concerne les décors, nous les avons veau, mais dès le premier jour j’ai été rassurée. Les
adorés, surtout la cour du château, qui était très élèves et les professeurs m’ont bien accueillie et

ORTHOGRAPHE
réaliste. cette école inconnue m’est devenue familière : je
7. Tous les spectateurs ont été enthousiasmés par m’y suis vite sentie comme un poisson dans l’eau !
ce spectacle.

Réécriture
8 Participes passés accordés avec les
pronoms COD 11 Phrases récrites au pluriel
1. Robinson est le seul survivant d’une expédition 1. Harpagon est un avare protégeant jalousement
qu’il a menée vers l’Amérique du Sud. les biens qu’il a accumulés.
2. Des objets restaient sur le navire. Il les a récupé- 2. Des proches sont même soupçonnés d’en vouloir
rés pour s’installer sur une île. à son argent !
3. Ses compagnons disparus, Robinson les a beau- 3. Les mariages qu’il a projetés ne prennent en
coup regrettés. compte que l’argent.
4. Libéré d’un groupe de prisonniers que des can- 4. Les domestiques sont accablés par cet éternel
nibales avaient capturés, Vendredi devint l’ami de désir d’économie.
Robinson.
5. Vingt-huit ans plus tard, un navire anglais les a
ramenés en Grande-Bretagne.
12 Phrases récrites au pluriel
6. Robinson Crusoé fait partie des romans que nous 1. Le professeur Lidenbrock et son neveu ont dé-
avons lus avec plaisir. couvert de mystérieux manuscrits islandais qu’ils
ont déchiffrés.
2. Des passages vers le centre de la Terre y sont
mentionnés.

32. L’accord du participe passé 93


3. Partis pour l’Islande, les chercheurs continuent Dictée préparée
leur aventure avec un guide.
4. Ils s’enfoncent dans la terre, dans des lieux qui 14 Questions de préparation
n’ont pas évolué depuis la préhistoire. 1. Le pronom je désigne Yseut (féminin singulier).
5. Pour écrire son roman, Jules Verne s’est appuyé
2. Classement :
sur des connaissances géologiques qu’il a acquises.
Participe passé Participe passé
employé avec être employé avec avoir
13 a. Analyse des participes passés
maudit (soit) (aurais) rendu
– abandonné (l. 1) : participe passé employé sans
(soit) permis (aurais) parlé
auxiliaire et formant une phrase à lui seul, il s’ac-
(suis) arrivée (a) unis
corde avec le nom auquel il se rapporte implici-
(aurais) gémi
tement dans le texte, le personnage de Grillot,
(avons) vécues
désigné dans la phrase suivante par le pronom il
(aurais) rappelé
(masculin singulier).
(ai) pu
– les bras croisés (l. 1-2) : participe passé employé
(avez) bue
sans auxiliaire, il s’accorde avec le nom auquel il se
rapporte, les bras (masculin pluriel).
3. Participes passés employés avec être
– qui donc l’avait abandonné (l. 4) : participe passé
– maudit (l. 1) : s’accorde avec le sujet cet orage
employé avec l’auxiliaire avoir, il s’accorde avec le
(masculin singulier).
COD placé avant le verbe, l’, qui remplace Grillot
– permis (l. 9) : s’accorde avec le sujet impersonnel
(masculin singulier).
il (masculin singulier).
– mais il avait eu un père (l. 7) : participe passé em-
– arrivée (l. 11) : s’accorde avec je (= Yseut, féminin
ployé avec l’auxiliaire avoir, sans COD placé avant,
singulier).
il n’y a pas d’accord.
– l’homme lui-même l’avait déposé (l. 9) : participe Participes passés employés avec avoir
passé employé avec l’auxiliaire avoir, il s’accorde – rendu (l. 3), parlé (l. 4), gémi (l. 5), rappelé (l. 7),
avec le COD placé avant le verbe, l’, qui remplace pu (l. 10) : il n’y a pas de COD placé avant le verbe,
Grillot (masculin singulier). le participe passé ne s’accorde donc pas.
– il l’avait questionnée (l. 12) : participe passé em- – unis (l. 4) : le participe passé s’accorde avec le COD
ployé avec l’auxiliaire avoir, il s’accorde avec le COD nous (= Tristan et Yseut, masculin pluriel), placé
placé avant le verbe, l’, qui remplace la fontaine avant le verbe.
(féminin singulier). – vécues (l. 7) : le participe passé s’accorde avec le
COD que (= les souffrances et les peines, féminin
b. Texte transformé pluriel), placé avant le verbe.
Abandonnée… elle se fit boule… Qui donc l’avait – bue (l. 13) : le participe passé s’accorde avec le
abandonnée ? Elle ne se demandait pas pour- COD que (= la coupe, féminin singulier), placé
quoi… Mais elle avait eu un père. Elle en cherchait avant le verbe.
la trace… l’homme lui-même l’avait déposée… 4. cet orage : le nom orage est masculin. Il faut
Grillotte savait que la fontaine ne livrerait pas son donc écrire le déterminant démonstratif au mascu-
secret. Tant de fois, déjà, elle l’avait questionnée ! lin en dépit de la prononciation due à la liaison.
5. Bien-aimé est formé de l’adverbe bien et du
participe passé aimé. C’est un nom composé qui
désigne Tristan, il s’accorde donc au masculin sin-
gulier.

94 ORTHOGRAPHE
FICHE MÉTHODE

33 Utiliser un dictionnaire
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 150-151

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
L’usage des dictionnaires, sous quelque forme que ce soit, • L’objectif du chapitre est de consolider la
en version imprimée ou numérique, est encouragé par une pratique du dictionnaire : maîtriser l’ordre
pratique constante, tant pour aider à la réalisation des alphabétique et l’organisation du diction-
activités menées en classe que pour éveiller la curiosité naire, savoir vérifier l’orthographe d’un
des élèves et susciter leur goût de l’expression juste. Le mot, reconnaître les éléments d’un article
dictionnaire constitue un outil de travail : il assure la de dictionnaire et lire l’alphabet phoné-
correction orthographique et il permet d’explorer l’univers tique international.
des mots afin de les utiliser à bon escient.

➜ Corrigé des exercices LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 150-151

1 Repérage des mots dans un dictionnaire conj. : conjonction.


péj. : péjoratif.
avant : incomplet – incompétence. pron. : pronom / pronominal.
dans : inconsistance – inconscient – inconsidéré –
inconcevable.
après : incontesté – incontournable – inconvenance 4 Abréviations
– inconstitutionnel – incrédule. adverbe : adv.
nom masculin : n.m.
2 Proposition de mots situés dans une figuré : fig.
double-page intransitif : intr.
latin : lat.
1. postal – poste – poster – postériorité – posthume subjonctif : subj.
– postiche – postnatal – post-scriptum… verbe : v.
2. causerie – caustique – caution – cautionner – ca- singulier : sing.
valcade – cavale – cavalerie – cave – caverne – caviar vocabulaire : voc.
– caviarder…
3. alphabet – alphabétisation – alpin – alpinisme –
alsacien – altération – altercation – alter ego – alté- 5 Phrase corrigée
ration – altérité – alternance – alternative – altesse Le développement durable cherche à concilier le
– altier – altitude… progrès économique et social et la préservation de
4. sud-africain – suédois – suer – sueur – suffire – l’environnement.
suffisamment – suffisant – suffixe – suffocant – suf-
VOCABULAIRE

frage – suffragette… 6 Article remis dans l’ordre


4. entrée (orthographe).
3 Correspondance des abréviations 2. prononciation.
arg. : argot / argotique. 1. classe grammaticale du mot.
cour. : courant. 6. définition.
abrév. : abréviation. 8. deuxième sens du mot, vieilli (mot encore com-
étym. : étymologie. préhensible de nos jours, mais qui ne s’emploie plus
tr. : transitif. naturellement dans le langage courant).
inf. : infinitif. 3. synonymes du mot.
inv. : invariable. 7. exemple.
néol. : néologisme. 5. étymologie.

33. Utiliser un dictionnaire 95


7 a. Définition des mots 9 a. Mots transcrits
dysacousie : trouble de l’audition. 1. rancune
ergastule : prison souterraine, cachot dans l’Anti- 2. effroi
quité romaine. 3. crainte
fouailler : frapper de coups de fouet répétés. 4. honte
zinzolin : couleur d’un violet rougeâtre que l’on ob- 5. orgueil
tient du sésame (adjectif invariable). 6. aigreur
b. REMARQUE : on attend des élèves qu’ils rédigent un b. X Propositions de correction
article fantaisiste mais on veillera à ce qu’ils respectent stupeur, vanité, allégresse, compassion, angoisse,
tous les codes d’un article de dictionnaire.
mélancolie, courroux, jalousie, sérénité…

8 Aide pour la correction


Les élèves s’appuieront sur la transcription phoné-
tique des mots donnés et sur l’A.P.I., mais, avant
qu’ils utilisent le dictionnaire, on leur demandera
de prononcer les mots comme ils pensent a priori
qu’ils se prononcent.

96 VOCABULAIRE
34 L’histoire des mots
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 152-155

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
– Histoire des mots. • Ce chapitre propose de faire découvrir l’histoire de la langue en étudiant
les notions d’étymologie, de doublet, d’emprunt et de néologisme. Dans un
second temps, l’accent est mis sur les rapports qu’entretiennent certaines
particularités orthographiques avec l’histoire des mots.

E X ERC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 153-155

Étudier l’étymologie pour mieux – noct- (nox, noctis : « nuit ») + -ambule (ambu-
comprendre le sens des mots lare : « se promener »). Le noctambule est celui qui
se promène la nuit.
1 a. et b. Mots classés selon leur origine – belli- (bellum : « guerre ») + -gérant (gerere :
« faire »). Le belligérant est celui qui prend part à
• Mots d’origine grecque : une guerre.
– télé- (télé : « loin ») + -scope (skopein : « exami-
ner »). Un télescope est un instrument qui permet
d’observer les objets éloignés. 2 Sens des mots
– ortho- (orthos : « debout, dressé, droit ») • SVT :
+ -graphe (graphia : « écriture »). L’orthographe est – carnivore : qui mange (latin vorare : « dévorer »)
la manière d’écrire correctement un mot. de la viande (latin carnis).
– mis- (misein : « haïr ») + -anthrope (anthropos : – épiderme : qui est à la surface, au-dessus (grec
« homme »). Le misanthrope est une personne qui epi) de la peau (grec derma).
manifeste de la haine pour ses semblables. – gastéropode : animal qui a les pieds (grec podos)
– agora- (agora : « place publique ») + -phobie sur le ventre (grec gastêr), comme l’escargot.
(phobia : « peur »). L’agoraphobie est la peur des – bipède : qui a deux (latin bis) pieds (latin pes,
espaces libres et des lieux publics, et par consé- pedis).
quent de la foule. – quadrupède : qui a quatre (latin quadru-) pieds
– dys- (dus : « mal, manquement, mauvais ») + (latin pes, pedis).
-lexie (lexis : « parole, mot »). La dyslexie est un • Histoire :
trouble de la capacité de lire, une difficulté éprou- – paléontologie : science (grec logos) des êtres
vée à reconnaître et à reproduire les mots. (grec onta) anciens (grec palaid). Il s’agit donc de la
– nyctal- (nux, nuktos : « nuit ») + -ope (ops : science des fossiles.
« vue »). Le nyctalope est un être capable de voir – archéologie : science (grec logos) des choses an-
sous une faible lumière, ou même la nuit. ciennes (grec arkhaios).
– antho- (anthos : « fleur ») + -logie (logos : « pa- – mythologie : science (grec logos) des légendes
VOCABULAIRE

role, récit »). Une anthologie est au sens propre une (grec muthos).
« collection de fleurs » et au figuré « un recueil de – démocratie : doctrine politique ou gouvernement
textes choisis ». La même métaphore a produit le qui donne le pouvoir (grec kratein) au peuple (grec
latinisme florilège. demos).
• Mots d’origine latine : – polythéisme : croyance en plusieurs (grec polus)
– morti- (mors, mortis : « mort ») + -fère (fero : « ap- dieux (grec theos).
porter »). L’adjectif mortifère signifie « qui cause, – nécropole : ville (grec polis) des morts (grec
provoque la mort ». nekros). Il s’agit en général d’un vaste cimetière
– igni- (ignis : « feu ») + -fuge (fugere : « fuir »). antique.
L’adjectif ignifuge signifie « qui éloigne du feu, qui • Maths :
rend donc ininflammables des matières combus- – triangle : figure géométrique qui a trois (latin
tibles ». tria) angles (latin angulum).
34. L'histoire des mots 97
– isocèle : figure géométrique dont les « jambes » – aquarium (« réservoir ») : réservoir à parois de
(grec skelos), les côtés, sont égaux (grec isos). Un verre destiné à accueillir des plantes et des animaux
triangle isocèle a deux côtés égaux. aquatiques.
– équidistant : qui est à distance (latin distare) égale – alinéa (a linea : « en s’écartant (loin de) de la
(latin aequus) ou constante de points déterminés. ligne ») : ligne d’un texte écrite en retrait par rap-
– orthogonal : qui forme un angle (grec gônia) port aux autres lignes et annonçant le début d’un
droit (grec orthos). paragraphe.
– quadrilatère : polygone (grec polus + gônia : – et caetera (« et toutes les autres choses ») : et tout
« plusieurs angles ») qui a quatre (latin quadri-) cô- le reste, et ainsi de suite (etc. en est l’abréviation).
tés (latin latus, eris). – incognito (emprunt à l’italien incognito, lui-
– polyèdre : figure géométrique qui a plusieurs même emprunté au latin incognitus : « non exa-
(grec polus) bases, sièges ou faces (grec hedra). miné, inconnu ») : en faisant en sorte qu’on ne soit
C’est le cas des cubes, des parallélépipèdes, des py- pas reconnu.
ramides, etc. – post-scriptum (« ce qui est écrit après ») : note
que l’on ajoute à une lettre après la signature
3 Mots classés selon leur origine (abrégé en P.S.).
– visa (« choses vues ») : formule ou sceau, accom-
Amérindien hamac, chocolat, topinambour, pagné d’une signature, qu’on appose sur un acte
tomate, cacahuète pour montrer qu’il a été vu et donc le valider.
Arabe azur, épinards, sucre, mesquin, – maximum (« le plus grand ») : valeur la plus
sirop, satin, zénith, nénuphar, grande.
talc, sultan – agenda (« choses à faire ») : carnet sur lequel on
note jour par jour ce que l’on doit faire.
Hébreu chérubin
Indonésien pyjama, nabab
Turc caviar, turquoise Recourir à l’étymologie d’un mot
Persan bazar
pour savoir l’orthographier
5 Étymologie des prénoms
4 Sens des mots latins
Sylvain : du latin silva (« la forêt »).
– duplicata (duplicata littera : « lettre redoublée ») : Léonard : du latin leo (« lion ») et du germanique
double, copie de l’original d’un document. hard (« fort, dur, courageux »).
– alibi (« ailleurs ») : moyen de défense consistant, Agnès : du latin agnus (« agneau »).
pour une personne, à déclarer qu’elle se trouvait Eugène : du grec eu + genês (« bien né »).
dans un autre lieu (ailleurs) au moment du délit. Octave : du latin octavus (« le huitième »).
– spécimen (« preuve, indice, exemple, modèle ») : Hippolyte : du grec hippos (« cheval ») et luein
individu qui donne une idée de l’espèce à laquelle (« délier »).
il appartient, mais aussi exemplaire d’un livre, d’un Théophile : du grec philein (« aimer ») et de theos
objet offert gratuitement, un échantillon. (« dieu »).
– ex aequo (« à égalité ») : se dit de deux concur- Lucien : du latin lux, lucis (« lumière »).
rents qui se retrouvent à égalité dans une compéti- Laetitia : du latin laetitia (« joie, allégresse »).
tion, un examen… Bernard : du germanique bern (« ours ») et hard
– consensus (« accord ») : accord entre personnes. (« fort, dur, courageux »).
– curriculum vitae (« course de la vie ») : ensemble Vincent : du latin vincere (« vaincre »).
des indications fournies par une personne sur son Fabrice : du latin faber (« ouvrier »).
état civil, ses études, ses activités passées, sa car- Philippe : du grec philein (« aimer ») et hippos
rière. (« cheval »).
– a priori (« d’après ce qui est avant ») : qui ne se Georges : du grec gè (« terre ») et ergazomai (« tra-
fonde pas sur l’expérience, au premier abord. vailler ») de ergon (« travail »).
– nota bene (« note bien ») : formule destinée à Benoît : du latin benedictus (« qui est béni »).
retenir l’attention du lecteur, remarque à retenir
(abrégé en N.B.).
– lavabo (« je laverai ») : appareil sanitaire destiné
à se laver les mains.

98 VOCABULAIRE
6 a. et b. Repérage des racines latines – blanc : blancheur, blanchir…
d’un mot – pouls : pulsation, impulser, impulsif…
– temps : temporel, atemporel, temporaire, tempo-
long / longus – serpent / serpentem – vingt / viginti riser…
– pied / pedis – sirop / sirupus – camp /campum –
sang  / sanguinem – corps / corpus– sept / septem
– loup / lupus – doigt / digitum – poids / pondus – 12 Repérage de l’intrus
gentil / gentilis – nid / nidus. 1. police (qui ne contient pas le préfixe grec poly-).
2. chlorophylle (qui ne contient pas le suffixe grec
-phile).
Recourir à la famille d’un mot pour 3. horrible (qui n’est par formé sur le préfixe latin
savoir l’orthographier hor-, horo-).
4. efféminé (on ne reconnaît pas le radical des deux
7 a. et b. Mots de la même famille autres mots).
5. théâtre (n’a pas pour origine le mot grec theos
bain J balnéaire. rein J rénal. signifiant dieu).
haine J haïssable. vain J vanité.
peine J pénible. humain J humanité.
aimer J amical. serein J sérénité. 13 Mots contenant un p muet.
scolaire J scolarité. domaine J domanial. sept – dompteur – baptême – sculpture – prompt.
chair J charnel. sain J sanitaire.
maisonJ masure. vulgaire J vulgarité.
trait J tracer. Repérer les mots d’origine grecque
pour savoir les orthographier
8 Adjectifs au masculin
gentil – court – blond – piquant - dernier – adroit
– second – étroit – haut – gratuit – gros – ouvert – 14 Mots complétés par i ou y
long - incomplet – froid - franc – lointain. bicyclette pharynx symétrie
chronique synonyme chirurgie
9 Noms simples symphonie pylône asphyxie
physique attitude homonyme
galop – matelas – bord – transport – fusil – rang
– camp – parfum – regret – bond – suspect – jonc
– fruit. 15 Mots complétés par rh / r ou th /t
asthme théâtre rhétorique
10 a. et b. Mots simples terrible anthropophage urne
décathlon ronfler antonyme
croc – puits – tabac – faux – teint – caoutchouc – gothique épithète pochothèque
croix.
REMARQUE : on fera remarquer que la règle a ses ex-
ceptions. Certaines consonnes finales se modifient ( s ➜ x, 16 Mots complétés par f, ff ou ph
c ➜ g, etc.). D’autres mots enfin proposent des dérivés qui un dauphin une difficulté africain
n’indiquent absolument pas la consonne finale (caout- un siphon un affront les confins
VOCABULAIRE

chouc, ou le fameux cauchemar).


un phénomène triompher une girafe
du raphia un chiffon un doryphore
11 Mots de la même famille un trophée une phrase un saphir
– accroc : accrochage, accrocher… un téléphone un aphte l’atmosphère
– bavard : bavardage, bavarder…
– brigand : brigandage… 17 Phrases complétées
– plomb : plombier, plombage…
1. Après son triomphe au théâtre, il a téléphoné à
– mort : mortel, mortalité…
tous ses amis.
– lent : lenteur, lentement, ralentir…
2. De nombreux spectateurs lui avaient demandé
– univers : universel, université…
un autographe.
3. Il a parlé avec frénésie de son succès.

34. L'histoire des mots 99


4. Quel affront que tous n’aient pas vu sa presta- – fraîcheur : frais.
tion ! Quel blasphème ! – croûte : croustillant.
5. Ses parents, eux, l’ont difficilement cru. – goût : déguster, gustatif.
6. C’était un véritable phénomène. – âpre : aspérité.
– maître : magistral, magister.
18 Mots complétés
adhérent ortie coexister Comprendre l’évolution du français
terrorisme chaos catéchisme
exhiber rythme catastrophe
21 Mot associé à son doublet
entourage thème anse
ulcère adjoint horticulture Formation Formation
termite thermomètre cahot Mots latins
savante populaire
cohérent exiger rite
auscultare ausculter écouter
chronologie enthousiasme système
hospitalem hôpital hôtel
cathédrale hublot ermite
rigidus rigide raide
fragilem fragile frêle
digitum digital doigt
Recourir à l’étymologie pour placer cantatum cantique chant
l’accent circonflexe cumulare cumuler combler
gemere gémir geindre
19 a. et b. Repérage de l’intrus oculum oculiste œil
1. L’intrus est apprécier. Les trois autres mots, tous captivum captif chétif
de la même famille, sont issus du mot latin praes- navigare naviguer nager
tum (« présent, disponible »). separare séparer sevrer
2. L’intrus est tâche (« travail »), francisation (1180, acris âcre aigre
tasché) du latin médiéval taxa (« prestation ru- integrum intègre entier
rale »). Les autres mots appartiennent à la famille
du mot tache (« salissure »). 22 Mots en ancien français
3. L’intrus est pécheur, issu du latin peccatorem, dé-
a. Liste 1 J Liste 2
rivé de peccare « pécher, commettre une faute ».
choir J tomber ire J colère
Les autres mots sont issus du latin populaire pér-
occire J tuer damoiseau J jeune homme
sica pour la pêche ou du latin classique piscare pour
ouïr J entendre pesant J poids
pêcher.
or J maintenant huis J porte
4. L’intrus est patte. Tous les autres mots sont déri-
céans J ici félonie J traîtrise
vés du mot pâte, issu du latin pasta.
férir J frapper moult J beaucoup
5. L’intrus est cotisation. Tous les autres mots sont
noise J querelle fol J fou
dérivés du mot côte, issu du latin costa.
6. L’intrus est hotte. Tous les autres mots sont dé- b. X Pistes pour la correction
rivés du mot hôte, issu le l’ancien français oste, Cet exercice très facile est l’occasion rapide de
lui-même issu du latin hospes, -itis « celui qui offre mettre en pratique et en situation le lexique mé-
l’hospitalité ; celui qui la reçoit ». diéval rencontré précédemment. On veillera essen-
tiellement à ce que les élèves utilisent bien les mots
figurant dans la liste 1 et ce, à bon escient.
20 Repérage du s étymologique
– fête : festivité, festival. 23 Texte adapté
– hôpital : hospitalier, hospitalière, hospitaliser.
– arrêt : arrestation. Une autre aventure nous advint en mer ; car
– bête : bestial, bestiaire. monseigneur Dragones, un riche homme de Pro-
– mâle : masculin. vence, dormait un matin dans sa nef (son navire),
– côte : costal, accoster. qui était bien à une lieue devant la nôtre, lorsqu’il
– vêtement : vestiaire, veste. appela l’un de ses écuyers et lui dit : « Va boucher
– ancêtre : ancestral. cette ouverture ; car le soleil me frappe au visage. »
– maraîcher : marais. D’après Jean de Joinville, Histoire de Saint Louis (1309).

100 VOCABULAIRE
35 La formation des mots
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 156-159

INSTRUCTIONS OFFICIELLES DE 6e ET 5e
– Formation des mots : radical, pré- • Les objectifs du chapitre sont de comprendre la formation des
fixation, suffixation, composition, mots en abordant les notions de dérivation (à l’aide d’un préfixe,
dérivation, familles de mots. d’un radical et d’un suffixe) et de composition d’un mot (savante
– Les préfixes et suffixes usuels et courante) ; de connaître les principaux éléments latins et grecs
d’origine latine. qui permettent la formation d’un mot et de découvrir certaines
– Les préfixes usuels d’origine familles de mots.
grecque. • L’étude de la formation des mots peut s’inscrire dans une sé-
quence sur la littérature médiévale (Le Roman de Renart ou un
récit de chevalerie) et peut être complétée par le chapitre 34 axé
sur l’histoire des mots.

E X ERC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 157-159

REMARQUE : cet exercice permet de travailler les pro-


Distinguer les éléments blèmes orthographiques liés au préfixe in- ; les anto-
de dérivation nymes des mots commençant par r, l ou m doublent leur
consonne.
1 Décomposition des mots
dé / double / ment – super / pos / ition – 4 Antonymes
ir / résist / ible – in / utilis / able – dys / graph / ique – maladroit – désavouer – illégal – irrésolu – délier
ac / compagn / er – im / merg / er – – malchance – immortel – irrésistible – impitoyable
trans / form / er – para / dox / ale / ment – – malheureux – impartial – inexcusable – mépriser
pré / class / ique – re / naiss / ance – com / poser. – désorganiser – disproportionné – mésentente –
méconnaître – anormal.

Reconnaître et manipuler 5 Adjectifs à préfixe négatif


les préfixes 1. … Cette maladie est incurable.
2. … Ces contrées sont indescriptibles.
2 Adjectifs commençant par un préfixe 3. … Il doit être incorruptible.
négatif 4. … Elle est indélébile.
discourtois – immaculé – incommode – incompa- 5. … Je suis incrédule.
VOCABULAIRE

rable – inaudible. 6. … Cette réforme est impopulaire.


REMARQUE : l’adjectif peccable existe mais est rare et a 7. … Il est désorienté.
une connotation religieuse.

3 Antonymes formés à partir du préfixe Manipuler les suffixes


in-
6 Mots dérivés
illicite – inadéquat – immortel – impensable
– immodéré – inouï – inopportun – indistinct – original, originel – fêtard, festif – intensif, intensi-
inapte – immangeable – imprévu – immodéré fier, intensément, intensité – moralement, moralité
– invraisemblable – impérissable – irremplaçable – – lampion – individuel, individuellement, individua-
illettré – inestimable – illisible. lité – chanceux – faillite – ornement – bellâtre.

35. La formation des mots 101


7 Noms dérivés melette – îlot – lapereau – côtelette – jardinet –
fendiller – veston – ruelle – tambourin – échelon
brûlure – fermeture – filature – flétrissure – – osselet.
fourniture – garniture – gravure – meurtrissure –
moisissure – rayure – gelure (ou engelure) – dorure
– piqûre – couverture – cassure – courbature, 12 a. et b. Suffixes péjoratifs
courbure – sciure – armure, armature – salissure – ferraille – pleurnicher – blondasse – paperasse /
capture. papelard – marâtre – chauffard – rougeaud / rou-
geâtre – vinasse – écrabouiller – valetaille – mollas-
8 a. et b. Suffixes et classe grammaticale son – fadasse – verdâtre – rêvasser – vieillot – grat-
touiller – noirâtre – traînasser – bellâtre – jaunâtre.
-ible : adjectif J impossible – insubmersible.
-isme : nom commun J tourisme – paludisme.
-issime : adjectif au superlatif absolu J richissime
– grandissime.
Identifier et former une famille
-eler : verbe J appeler – morceler. de mots
-ée : nom commun J poupée – trophée.
-if : adjectif J pensif – relatif. 13 Familles de mots
-ir : verbe J rougir – grandir. – logeur, logis, déloger, logement.
-ment : adverbe J vraiment – légalement / nom – chevalière, cheval, chevaleresque, chevalet,
commun J acharnement – égarement. chevalier, chevaucher, chevauchement, chevalerie.
-ie : nom commun J toupie – avarie. – bois, reboisement, reboiser.
-tion : nom commun J prévention – construction. – froideur, froid, refroidissement.
-eux : adjectif J chanceux – nuageux. – affichage, ficher, affiche.
-té : nom commun J beauté – générosité.
-ifier : verbe J intensifier – falsifier.
14 Familles de mots
1. – main- : maintenir, mainmise, maintenance,
9 a. et b. Suffixes et classe grammaticale
maintien, main-d’œuvre...
Pour former des adjectifs : – manu- : manuel, manuellement, manuscrit, ma-
– suffixe -al : phénoménal, vital. nucure...
– suffixe -ien : alsacien. – mani- : manipuler, maniable, maniement, ma-
Pour former des noms : nier...
– suffixe -ade : promenade, roulade. – men- : menotte, menotter...
– suffixe -ette : fléchette, chevrette, raclette. 2. – pied- : pied-à-terre, pied-de-biche, contre-pied,
– suffixe -ien : alsacien, mécanicien, pharmacien. piédestal...
– suffixe -isme : exorcisme, journalisme, fatalisme. – péd- : pédestre, pédiluve, pédicure, pédicule, pé-
Pour former des verbes : doncule, pédale...
– suffixe -iser : fertiliser, utiliser. – piét- : empiéter, empiétement...
3. – grain- : graine, grainetier...
10 Adverbes – gran- : granule, granuleux, grange, granit...
– gren- : grenu, grenier, grenade, grenaille, égre-
clairement – poliment – intelligemment – sotte-
ner, égrènement, engrenage...
ment – différemment – respectueusement – éper-
4. – mar- : marin, marinier, marinade, marée, ma-
dument – gentiment – aisément – anciennement
reyeur, maritime, sous-marin, (se) marrer (« avoir le
– patiemment – méchamment – absolument – évi-
mal de mer » J « s’ennuyer (sens ancien), s’amu-
demment – fièrement – abondamment – récem-
ser »), d’où marrant...
ment – brillamment – actuellement – sèchement
– mer- : amerrir, amerrissage...
– abusivement.

15 Verbes
11 Suffixes diminutifs
1. solidifier. 5. morceler.
brindille – louveteau – livret – tartelette – faucille
2. personnaliser. 6. consolider.
– aileron – oisillon – peton – propret – pâlichon –
3. décrédibiliser. 7. commémorer.
balconnet – diablotin – jeunot – amourette – fem-
4. mythifier.

102 VOCABULAIRE
16 Tableau complété avec les familles de antonyme – syn- : « avec, ensemble » – anto- :
mots « contre ».
– patience – patient – patienter – patiemment. polygamie – mono- : « seul, unique » – poly- : « plu-
– douceur – doux, douce – (s’)adoucir – doucement. sieurs ».
– richesse – riche – (s’)enrichir – richement. misanthropie – phil- : « ami, aimer » – mis- : « haïr ».
– utilisation, utilité – utile – utiliser – utilement. homogène – hétéro- : « autre » – homo- : « sem-
– beauté – beau – embellir – bellement. blable, le même ».

22 a. et b. Mots formés à partir de -scope


Former des mots composés et sens des éléments
-scope J élément du grec -skopos de skopein « exa-
17 Mots composés miner, observer ».
savoir-vivre – arrière-pensée – crève-cœur – lance- 1. microscope – micro- : « petit ».
flamme – pense-bête – pause-café – trouble-fête – 2. télescope – télé- : « au loin ».
sous-verre. 3. stéthoscope – stêthos- : « poitrine ».

18 Mots composés 23 Mots hybrides


porte-bagages – porte-savon – porte-bonheur – – auto- (grec autos : « soi-même ») + -mobile (latin
porte-clés – portemanteau – portefeuille… mobilis : « qui peut être mu, déplacé »).
garde-à-vous – garde champêtre – garde-chasse – L’adjectif ou le nom automobile signifie « qui se
garde-chiourme – garde-côte – garde-fou – garde- meut lui-même ».
malade – garde-manger – garde-meuble… – bi- (latin bis : « deux fois ») + -céphale (grec
casse-cou – casse-croûte – casse-gueule – casse-noi- kephalê : « tête »). L’adjectif bicéphale signifie « qui
settes – casse-pieds – casse-pipe… a deux têtes ».
sans-abri – sans-cœur – sans-culotte – sans-emploi – – tri- (latin tria : « trois ») + -cycle (grec kuklos :
sans-fil – sans-gêne… «  cercle, roue »). Un tricycle est un cycle à trois
roues.
– média- (latin medium : « milieu, intermédiaire
19 Mots composés reconstitués
») + -thèque (grec thêkê : « boîte, lieu de dépôt
1. un passe-droit. 5. un abat-jour. »). Une médiathèque est un lieu où se trouve une
2. une reine-claude. 6. un nouveau-né. collection de documents correspondant aux diffé-
3. un tête-à-tête. 7. un brise-glace. rents supports d’information utilisés par les médias
4. un pot-au-feu. 8. un cache-pot. (livres, magazines, CD, disques, films vidéo...).
– plani- (latin planus : « plan, plat ») + -sphère (grec
20 Pluriel des mots composés sphaira : « corps rond, sphère »). Un planisphère
est une carte où l’ensemble du globe terrestre est
1. des oiseaux-mouches.
représenté en projection plane.
2. des chefs-d’œuvre.
– mon- (grec monos : « seul, unique ») + -ocle (latin
3. des après-midi.
oculum : « œil »). Le monocle est un unique verre
4. des arcs-en-ciel.
optique que l’on fait tenir dans une des arcades
5. des tire-bouchons.
sourcilières.
6. des bains-marie.
VOCABULAIRE

– poly- (grec polus : « nombreux ») + -copie (latin


7. des serre-tête ou des serre-têtes.
copia : « abondance », latin médiéval copiare : « re-
8. des arrière-grand-mères.
produire un écrit »). La polycopie est un procédé de
reproduction graphique en plusieurs exemplaires.
– astro- (grec aster ou latin aster : « étoile ») +
Expliquer les mots formés -naute (latin nauta : « marin »). Un astronaute est
par composition une personne qui se déplace dans un véhicule spa-
tial, hors de l’atmosphère terrestre.
21 a. et b. Antonymes et sens des éléments – télé- (grec télé : « loin ») + -vision (latin videre :
grecs et latins « voir »). La télévision est, au premier sens du terme,
antipathie – sym- : « avec, ensemble » – anti- : le moyen de transmettre des images à distance ; ce
« contre ».

35. La formation des mots 103


mot a fini par désigner le poste qui permet de rece- – cybercafé : café dans lequel on a accès aux ré-
voir des images éloignées. seaux informatiques de communication numérique
– hydr- (grec hudôr : « eau ») + -avion (latin avis : (jeux, Internet…).
«  oiseau »). Un hydravion est un avion spéciale- – logiciel : formé (v. 1970) sur le radical latin de lo-
ment conçu pour décoller et se poser à la surface gique (logica) avec la finale de matériel pour rem-
de l’eau. placer l’anglicisme software ; il désigne l’ensemble
– vidéo- (latin video : « je vois ») + -thèque (grec des programmes, procédés et règles utilisés sur un
thêkê : « boîte, lieu de dépôt »). Une vidéothèque matériel informatique (un logiciel de traitement de
est une collection de documents vidéo ou le lieu où texte, de mise en page…).
cette collection est entreposée. – cliquer : ancien verbe (v. 1306), formé sur le radi-
– audio- (latin audio : « j’entends ») + -mètre (du cal expressif klikk- évoquant un bruit sec, il a été
grec metron : « mesure, instrument de mesure »). repris par anglicisme (de to click, du même radical)
Un audiomètre est un instrument qui mesure la ca- en informatique pour représenter le bruit émis par
pacité d’audition. l’interrupteur de la souris, lorsqu’elle sélectionne
une option ou un élément sur l’écran de l’ordina-
teur.
Expliquer et créer un mot nouveau
25 a. et b.
24 Néologismes
X Pistes pour la correction
– énarque : ancien élève de l’ENA (École nationale Cet exercice d’écriture, assez simple, peut donner
d’administration). lieu à des textes très hétéroclites et humoristiques.
– téléachat : présentation à la télévision de pro- Étant donné la forme et le contenu particuliers des
duits que le téléspectateur peut commander et mots que les élèves ont à imaginer, l’histoire et la
acheter à distance. description de l’objet ne pourront qu’être fantai-
– cinémathèque : organisme ou lieu chargé de sistes ou poétiques. On valorisera donc l’originalité
conserver les œuvres cinématographiques. de la trouvaille.
– kitchenette : petite cuisine (issu de l’anglais kit-
chen : « cuisine », auquel on a ajouté le suffixe di-
minutif français -ette).

104 VOCABULAIRE
36 Le sens des mots
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 160-163

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
– Polysémie. • Les relations entre les mots sont étudiées ici en fonction de critères séman-
– Sens propre et sens tiques, orthographiques et phonétiques. La notion de champ sémantique est
figuré. également abordée, en lien avec les sens propre et figuré d’un mot.
– Mots génériques / • Ce chapitre prendra sa place en particulier dans l’étude du texte poétique
mots spécifiques. mais aussi dans celle du texte narratif.

E X ERC I C ES LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 161-163

Identifier et manipuler les relations entre les mots


1 Repérages
deux synonymes : brave / courageux. deux homonymes : prêt / près.
deux antonymes : injustice / justice. deux paronymes : sociable / sociale.

2 Tableau complété
Mots Synonymes Antonymes Homonymes
laid affreux, hideux, horrible beau, joli du lait, un lai, la laie, un lais, lès (dans
les noms de localités : « près de »)
sain salubre, indemne malsain un saint, un sein, un seing, ceint
gai joyeux, enjoué, réjoui, amusant triste, ennuyeux, sombre guet
mûr mature, adulte, raisonnable vert, immature, puéril un mur, une mûre
vague imprécis précis, défini une vague
cher onéreux économique, avantageux la chair, la chaire, (faire bonne) chère,
Le Cher
clair lumineux, limpide obscur, sombre, foncé clerc, Claire
plein rempli, complet, bondé vide, libre, inoccupé plain, plaint

Manipuler des synonymes


VOCABULAIRE

3 Synonymes 4 Intrus parmi les synonymes


– logis = demeure, habitat, maison… 1. malheureux : cet adjectif n’indique pas que
– bataille = bagarre, combat, rixe… quelqu’un a peur.
– cime = sommet, faîte… 2. habiter : c’est un verbe alors que les autres mots
– motif = raison, cause, explication (mais aussi orne- sont des noms.
ment, dessin, etc.)… 3. loque : c’est un vêtement usé et déchiré, ou une
– courage = témérité, hardiesse, bravoure… personne sans énergie, alors que les autres noms
– dispute = querelle, altercation… expriment l’idée de misère.
– terreur = frayeur, épouvante… 4. s’assagir : c’est un verbe alors que les autres mots
– drapeau = étendard, pavillon… sont des noms.
– joie = gaieté, allégresse, bonheur… 5. donner : c’est un verbe antonyme des autres.
– esclave = serf, captif, prisonnier…
36. Le sens des mots 105
5 Mots spécifiques et génériques 9 Antonymes formés avec un préfixe
1. habitation – maison – demeure – prieuré. 1. amoral – apolitique – asocial.
2. véhicule – automobile – voiture – cabriolet. 2. dérégler – déplier – déclasser – déstabiliser.
3. vêtement – manteau – redingote. 3. impossible – irréaliste – illisible – immature.
4. animal – mammifère – félin – chat – siamois. 4. antimonarchiste – antimissile – anticoagulant.
5. végétal – fruit – pomme – reinette. 5. malheureux – malchance – malhonnêteté.

6 Différences de sens entre synonymes 10 Antonymes


1. Un château est moins somptueux qu’un palais. 1. une note juste.
2. Le dégoût est moins intense que la répulsion. 2. un homme franc.
3. L’adjectif charmant signifie « qui plaît beaucoup, 3. une femme heureuse.
agréable » ; joli exprime seulement une idée de 4. une femme riche.
beauté. 5. un temps chaud.
4. Un cadeau et une offrande sont tous deux des 6. un accueil chaleureux.
dons, mais une offrande est offerte à une divinité. 7. un homme captif, prisonnier.
5. Bon appartient à la langue courante ; exquis 8. une place occupée.
appartient au langage soutenu, s’applique à la po- 9. un accès interdit, défendu, réglementé.
litesse, aux personnes, aux mets et équivaut à dé- 10. un sommeil léger.
licieux. 11. un esprit superficiel.
6. Déclamer signifie « réciter à haute voix ou avec 12. un léger silence.
emphase ».
REMARQUE : on constate que château, palais, dégoût, 11 Antonymes formés avec un préfixe
répulsion, bon, exquis, déclamer et réciter marquent une
intensité différente. 1. irrespect.
2. désobéir.
3. dissemblable.
7 X Propositions de synonymes
4. illettré.
1. Florine n’avait pas peur que le sorcier lui jetât un 5. inégal.
sort car elle avait passé / conclu un accord avec lui. 6. maladroit.
2. Ce page, qui a du courage, a toutes les qualités 7. mésentente.
du chevalier idéal. 8. anormal.
3. Son seigneur pourra lui donner des missions sans 9. anticonstitutionnel.
aucune inquiétude. 10. dysharmonie.
4. Laure a un charmant manteau gris perle. 11. délester.
5. Gautier avait de la gratitude envers le jeune pay- 12. asymétrique, dissymétrique.
san qui lui avait sauvé la vie.
6. Quelle peur il eut ce jour-là !
12 Antonymes formés en changeant de
7. Il se fit le serment de faire quelque chose pour
lui quand il le lui demanderait car il avait une dette
préfixe
envers lui. 1. sous-estimer. 6. extraverti.
2. postdater. 7. microcosme.
3. monothéiste. 8. hypercalorique.
Manipuler des antonymes 4. bilatéral. 9. prénatal.
5. pluricellulaire. 10. décélérer.
8 Antonymes
gaieté / tristesse – défiance / confiance – victoire 13 a. Intrus b. Antonymes
/ défaite, échec – disette / abondance – noblesse 1. débuter. 1. finir – terminer – achever.
/ bassesse, roture – loyauté / déloyauté, traîtrise, 2. interrompu. 2. continu.
félonie – antipathie / sympathie – profit / perte – 3. dissipé. 3. sage – calme – posé.
prestement / lentement – rire / pleurer. 4. malade. 4. sain.

106 VOCABULAIRE
Manipuler des homonymes vénéneux. / Les couleuvres ne sont pas des serpents
venimeux.
et des paronymes 2. Lors de son allocution, le ministre du Budget a
déclaré que les allocations familiales seraient aug-
14 Homonymes mentées de cinq pour cent.
– un air : une aire (surface), une ère (époque), une 3. Cet homme politique a beaucoup d’influence ;
erre (vitesse, élan d’un navire), une haire (chemise c’est pourquoi il y a affluence lorsqu’il prononce un
rugueuse), un hère (pauvre homme), j’erre, tu discours.
erres, il erre, ils errent (du verbe errer : « aller au 4. Ce visage ne m’évoque rien : il m’est totalement
hasard »). inconnu. / N’invoque pas de faux prétextes pour ne
– un conte : un compte (calcul), un comte (titre de pas venir à ma fête !
noblesse). 5. Autrefois, l’évasion d’un forçat était annoncée
– un port : un porc (cochon), un pore (orifice). à coups de canon. / L’invasion des Huns eut lieu au
– un vers : un ver (animal), le verre (matière et ré- Ve siècle.
cipient), le vair (fourrure), vert (couleur), vers (pré- 6. Le film auquel tu viens de faire allusion a pour
position). titre Joyeux Noël. / On dit que les mirages résultent
– une serre : un cerf (animal), un serf (sujet féodal), d’une illusion d’optique.
je sers, tu sers, il sert (du verbe servir), je serre, tu 7. Les élèves ont été répartis en deux groupes et ils
serres, il serre, ils serrent (verbe serrer). sont repartis satisfaits de leur après-midi.
– un mur : mûr (en pleine maturité), une mûre
(fruit). 18 Phrases corrigées
– le sol : une sole (poisson), (la clé de) sol (5e note
1. Il m’a induit en erreur, alors je l’ai agoni d’in-
de la gamme).
jures. J’ai quelques lacunes mais il ne faut pas me
– un sot : un saut (bond), un sceau (empreinte), un
prendre pour un ignare !
seau (récipient), Sceaux (ville dans les Hauts-de-
2. Attention au vase : ne l’effleure pas !
Seine).
3. Quand a eu lieu l’éclipse totale du soleil ?
– le maire : la mer (océan), la mère (maman).
4. Cet automobiliste imprudent a commis une in-
– un maître : un mètre (mesure), mettre (placer).
fraction au code de la route. Heureusement, il n’y a
pas eu de collision.
15 Homonymes des phrases 5. Je n’ai pas appris ma leçon sur les expansions du
1. cours / cour. nom ; je vous adjure d’être compréhensif / compré-
2. aire / air. hensive et de ne pas m’infliger de punition.
3. coups / cou. 6. La librairie sera fermée en raison d’un inventaire.
4. voix / voie. Dès la réouverture, de jeunes écrivains viendront
5. sceau / sot. vous dédicacer leur roman.
7. Zoé n’aime pas les effusions de tendresse bien
qu’elle ait de l’affection pour ses proches.
16 Homonymes
8. Les enfants regardent les bûches se consumer
1. Le jeune page a été séduit par la jeune fille au dans la cheminée. Si une étincelle jaillit, ils l’esqui-
clair visage et aux yeux verts. vent.
2. Le comte interdit de braconner sur ses terres.
/ Dans un conte de fées, il est facile de distinguer
19 Texte complété
VOCABULAIRE

les bons et les méchants. / Les bons comptes font


les bons amis. Solange
3. Le dessein du fourbe était d’enlever la reine et Tu voulais qu’un ange vînt,
de l’enfermer dans son antre. Ô Solange : un Angevin
4. Au chant du coq, les chevaliers prirent d’assaut Pendant les vendanges vint
le château fort. Sentant la fange et le vin.
Ce fut étrange et divin.
Plût au ciel qu’il en vînt vingt !
17 Paronymes
Jean-Luc Moreau, La Bride sur le cœur (1990),
1. Si vous cueillez des champignons en forêt, il faut © Maison de Poésie et J.-L. Moreau.
que vous sachiez reconnaître les comestibles et les

36. Le sens des mots 107


Composer et identifier un champ 21 Sens propre et figuré
sémantique Loup : masque noir couvrant les yeux (sens figuré) /
animal carnivore (sens propre).
Cerveau : savant (sens figuré) / organe (sens propre).
20 Champs sémantiques Puce : insecte parasite (sens propre) / signe typogra-
phique (sens figuré).
1. bassin : cuvette / construction remplie d’eau / os
Verre : récipient servant à boire (sens figuré) / ma-
auxquels se rattachent les jambes / région géogra-
tière transparente (sens propre).
phique (Bassin parisien, bassin d’emploi, etc.)…
Canard : journal (familier) (sens figuré) / oiseau
2. garçon : enfant / jeune homme non marié / ser-
(sens propre).
veur...
Cuivre : métal (sens propre) / instrument de mu-
3. jardinière : femme qui cultive des plantes / caisse
sique (sens figuré).
dans laquelle on plante des fleurs / mélange de lé-
gumes...
4. mouche : insecte / faux grain de beauté / appât
pour la pêche...
5. puce : insecte / personne de petite taille / d’une
couleur brun rouge / composant électronique...
6. raquette : instrument permettant de lancer une
balle (tennis, etc.) / sorte de semelle pour marcher
dans la neige / partie du terrain de basket-ball,
située sous le panier...
REMARQUE : on se limite ici à des significations simples
qui peuvent facilement faire partie de la culture des
élèves.

108 VOCABULAIRE
37 Les figures de style
LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 164-167

INSTRUCTIONS OFFICIELLES
– Figures de style (comparaison • Il s’agit dans ce chapitre de comprendre les caractéristiques des
et métaphore : initiation). figures de style de base, d’identifier les analogies implicites ou expli-
cites dont elles résultent et de les utiliser pour rendre les messages
oraux et écrits plus expressifs.
• Ce chapitre pourra être intégré à l’étude du texte poétique.

EXE RC I C E S LIVRE DE L’ÉLÈVE p. 165-167

Repérer les différentes figures Manipuler des comparaisons


de style
3 Comparaisons
1 Identification des images Liste 1 Liste 2
1. Le vieux chêne tendait ses bras noueux. (person-
blanc comme neige
nification)
2. Tel le roi de la forêt, il dominait les autres arbres. blond comme les blés
(comparaison) têtu comme une mule
3. La jeunesse est comme le printemps de la vie.
malin comme un singe
(comparaison)
4. Les nuages s’accumulaient, légères balles de co- noir comme l’ébène
ton, dans le ciel bleu. (métaphore) heureux comme un poisson dans l’eau
5. Le soleil jetait un regard indiscret sur les activités
fier comme un paon
des hommes. (personnification)
6. La chaleur, manteau invisible, oppressait les plus
durs à la tâche. (métaphore) 4 a. et b. Comparaisons
Le train file / sur des rails fins / comme un fil de lin
2 Comparaisons, métaphores et person- (vitesse, finesse et continuité du fil)
nification Le train siffle / dans le vent blanc / comme un péli-
can (bruit, blancheur)
Comparaisons
Le train rêve / sous le ciel vert / comme une île en
– comme un panache vert (v. 2).
mer. (rêve, isolement)
– comme un collier qui s’égrène (v. 6).
REMARQUE : les rimes aident ici à compléter les com-
– comme elles (v. 9).
paraisons. La recherche des points communs, plus libre,
VOCABULAIRE

Métaphores révèle le jeu sur les comparés qui, selon l’interprétation,


– Mon âme est l’arbre où tous les soirs (v. 9). peuvent être tantôt le train, tantôt les rails, le vent ou
– De blancs essaims de folles visions / Tombent des le ciel.
cieux en palpitant des ailes, / Pour s’envoler dès les
premiers rayons (v. 10-12). 5 X Proposition de correction
Personnification
– un beau palmier / dresse sa tête (v. 2-3). 1. Une pièce de théâtre se construit comme une
sorte de puzzle.
2. Chaque élément semble une pièce essentielle du
puzzle.
3. L’exposition ressemble à la situation initiale des
contes.

37. Les figures de style 109


4. Le nœud de l’intrigue est aussi compliqué que Manipuler des métaphores
celui d’un roman policier.
5. Le dénouement est plus simple à comprendre
9 Métaphores
que le nœud de l’intrigue.
6. Les comédies sont amusantes comme de bonnes 1. une taille de guêpe = une taille très fine.
farces. 2. un appétit de moineau = un tout petit appétit.
7. L’acteur qui joue ce personnage comique est 3. une faim de loup = une très grande faim, une
aussi drôle que le clown qu’il interprète. faim vorace.
8. Son costume ressemble à une tenue totalement 4. des doigts de fée = des doigts d’une adresse qui
excentrique. semble surnaturelle.
5. des yeux de braise = des yeux ardents.
6. une volonté de fer = une volonté inflexible.
6 Comparaisons
7. un teint de pêche = un teint rose et velouté.
Outil de Point(s) 8. un puits de science = une personne qui a de
Comparé Comparant
comparaison commun(s) vastes connaissances.
9. un moral d’acier = un moral à toute épreuve.
1. cœur comme un oiseau légèreté et
10. une tête de linotte = une personne étourdie,
joie
distraite.
2. Ophélia comme la neige blancheur
belle et beauté
10 Métaphores
3. je (le plus… que un bouchon légèreté
1. Le poète plonge son regard dans l’encre bleue
poète)
des yeux d’Elsa.
4. les lèvres plus… que la cerise en couleur 2. Une voile à l’horizon, c’est pour moi l’appel de
vermeilles été vermeille l’inconnu !
3. La mer, déesse en colère, se déchaînait.
7 X Pistes pour la correction 4. Puis elle gémissait doucement, avec la souffrance
d’un petit enfant / avec des cris de petit enfant qui
Après avoir observé avec les élèves que chaque vers
souffre.
de l’acrostiche se compose d’un adjectif suivi d’une
5. Enfin, se repentant de son courroux, elle embras-
comparaison introduite par comme, on pourra dé-
sait le sable avec sa blanche écume.
marrer le travail de préparation :
REMARQUE : les phrases 3, 4 et 5 proposent des méta-
– recherche de qualificatifs commençant par les
phores qui peuvent être analysées comme des person-
lettres du prénom et évoquant des caractéristiques nifications. On pourra alors signaler aux élèves que la
physiques, morales... personnification constitue finalement une métaphore
– construction de comparaisons à partir des adjec- particulière.
tifs trouvés.
11 Métaphores
8 Description d’un personnage 1. Votre âme (comparé) est un paysage choisi (com-
X Pistes pour la correction parant).
Ce tableau personnifie un paysage. Un mont prend Point commun : la beauté.
le visage d’un homme à la mine peu avenante. 2. Ma jeunesse (comparé) ne fut qu’un ténébreux
Dans un premier temps, les élèves interprètent ce orage (comparant).
« portrait » (émotions, pensées...). Puis ils établis- Points communs : la perturbation et la tristesse.
sent un tableau associant les comparés et les com- 3. À l’heure où toute forme (comparé) est un
parants (cheveux / arbres). Ils composent une liste spectre confus (comparant).
de structures comparatives variées (tel, comme, Point commun : l’imprécision, la confusion.
pareil à...). Enfin ils peuvent rédiger une ébauche 4. Mouette à l’essor mélancolique (comparant)  /
au brouillon. Elle suit la vague, ma pensée (comparé).
Points communs : la tristesse et l’instabilité.

110 VOCABULAIRE
12 X Proposition de correction Analyser des images
1. La forêt, chevelure végétale, s’étendait au loin.
2. Ses cheveux hirsutes, antennes orientées de 15 a. et b. Comparaisons et métaphores
toutes parts, lui donnaient un air sauvage. – la mer brille comme une coquille (v. 1-2) : com-
3. Une étoile, compagne des voyageurs, brillait au paraison.
nord. Points communs : l’éclat nacré et la douceur des
courbes.
– c’est doux comme une main d’enfant (v. 4-5) :
Identifier des personnifications comparaison.
Point commun : la douceur.
13 Personnifications – Et c’est aux mains vives de la brise que vivent et
Premier sourire du printemps brillent des aiguilles qui cousent la mer avec la haie
(v. 7-9) : métaphore (avec personnification).
Tandis qu’à leurs œuvres perverses Points communs : la vivacité, la brillance.
Les hommes courent haletants, – La mer présente sur la haie ses frivoles papillon-
Mars qui rit, malgré les averses, nées (v. 10-11) : métaphore.
Prépare en secret le printemps. Points communs : la forme et la légèreté (des voiles
Pour les petites pâquerettes, et des papillons).
Sournoisement lorsque tout dort,
Il repasse des collerettes 16 Images du texte
Et cisèle des boutons d’or. – fleur sans tige (v. 1) : métaphore ; le papillon,
Dans le verger et dans la vigne, grâce à sa forme et ses couleurs, ressemble à une
Il s’en va, furtif perruquier, fleur dépourvue de tige.
Avec une houppe de cygne, – un réseau (v. 3) : métaphore ; les mailles du filet à
Poudrer à frimas l’amandier. papillons sont toutes liées, comme un réseau.
– ce vert linceul (v. 10) : métaphore ; l’herbe en rai-
La nature au lit se repose ; son de son étendue plane ressemble à un drap fu-
Lui, descend au jardin désert, nèbre dans lequel repose le poète.
Et lace les boutons de rose – comme une pensée / De poésie ou d’amour !
Dans leur corset de velours vert. [...] (v. 13-14) : comparaison ; les papillons ont la fuga-
Théophile Gautier, Émaux et Camées (1852).
cité des pensées mais sont source de bonheur pour
le poète.
14 a. et b. Personnification du pin
sa plaie au flanc (v. 4) : métaphore.
ses larmes de résine (v. 5) : métaphore.
son tronc douloureux (v. 8) : métaphore.
son sang qui coule goutte à goutte (v. 9) : méta-
phore.
le pin verse son baume (v. 10) : métaphore.
se tient toujours droit…/ Comme un soldat blessé
qui veut mourir debout (v. 11-12) : comparaison.
VOCABULAIRE

37. Les figures de style 111