Vous êtes sur la page 1sur 1

Les limites du SCM :

1- SCM coûte cher en termes de temps et de ressources :

La gestion de la chaîne logistique est une fonction critique de l’entreprise .Elle représente une
part très importante des coûts ; à peu près 60% à 90% des coûts d’une entreprise industrielle,
on peut dire donc que c’est la principale responsable de l’impact de l’entreprise sur son
environnement ; de ce fait la mise en œuvre d’un système de gestion de la chaîne logistique
nécessite un investissement financier important , du temps et des ressources humaines . Et si
la mise en œuvre n’est pas effectuée correctement, cela entraînera un gaspillage de main-
d’œuvre, une redondance des services et des délais non respectés entraînant des coûts
importants.

2- La difficulté de comprendre le SCM pour les dirigeants et les responsables :

Le supply chain management reste souvent difficile à comprendre pour les dirigeants et les
responsable opérationnels à cause de :

- la multiplicité des fonctions qu'il couvre : achat, approvisionnement, production, maintenance,


vente, pilotage des stocks et des flux de produits, gestion des entrepôts, transport.
- le recours à de nombreux outils : système de modélisation et d’optimisation des réseaux
logistiques, gestion de maintenance assisté par ordinateur, système d’optimisation de stocks
multi échelons , warehouse management system , transportation management system .
- la nécessite de connaitre plusieurs méthodes : gestion partagée des approvisionnements,
méthode Kanban, Analyse ABC, théorie des contraintes …

3- L’obligation de formation avec le nouveau système :

Il existe plusieurs obstacles à la mise en œuvre d’un nouveau système de gestion de la chaine
logistique qui sont liées à une question des ressources humaines. Par exemple, dans les PME
et en raison de leurs tailles, elles ne peuvent pas toujours investir dans des personnes dédiées,
la difficulté se situe essentiellement dans le temps d’adaptation nécessaire aux équipes peu
nombreuses pour intégrer l’utilisation d’un nouveau dispositif.

C’est pour cela l’intégration du nouveau système nécessite une restructuration et une
formation des membres de l’équipe.

Ce processus doit inclure une communication claire et significative, sinon il pourrait en


résulter des erreurs coûteuses et un turnover excessif.