Vous êtes sur la page 1sur 5

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Positive Attitude, qui tient la page @ely_killeuse : «


Presque toutes mes photos les plus likées sont soit
Sur Instagram, la prime secrète à la
moi en sous-vêtement, soit moi en maillot de bain. »«
nudité: se déshabiller pour gagner de Le taux de couverture explose dès qu’on se dénude
l’audience un peu », confirme Juliette A., professeure de yoga,
PAR JUDITH DUPORTAIL
ARTICLE PUBLIÉ LE LUNDI 15 JUIN 2020 micro-influenceuse (sont dites micro-influençeuses les
personnes suivies par 10 000 abonnés ou moins) qui
tient la page @ju_de_peche.
Même retour d’expérience du côté des hommes. Ainsi
de Basile*, professeur de sport suivi par 120 000
personnes : « Mes photos les plus likées sont celles
où je suis presque nu. » « C’est très difficile d’obtenir
beaucoup de likes sur Instagram. Alors, je fais comme
Un homme tient son smartphone devant le logo Instagram. © AFP tout le monde ! Mes photos les plus populaires sont
Notre enquête révèle que le réseau social montre les plus provocantes », ajoute Francisco*, suivi par le
davantage aux abonnés les photos de personnes même nombre d’abonnés.
dénudées, poussant les utilisateurs à poster de telles
Pourquoi ? Parce que l’être humain aime voir des corps
images afin d’atteindre le maximum d’audience. Une
nus ? « Je constate que certaines images fonctionnent
prime à la nudité qui questionne jusqu’au droit du
mieux que d’autres. Une photo un peu déshabillée
travail.
mais classe, par exemple. Mais ce n’est pas que ça,
À en croire son compte Instagram, Sarah* habite au explique @ju_de_pêche. Je sens qu’il y a certains
bord de la mer – et vit dans un monde où c’est codes, une certaine esthétique. »
presque toujours l’été. Sur son fil en effet, des photos
d’elle à la plage, en maillot, brassière de sport, le
long des dunes. Pourtant, la jeune femme réside au
cœur d’une grande ville. Son compte Instagram sert à
faire connaître son entreprise de food-tech, proposant
un service d’accompagnement alimentaire. Le réseau
social est un outil « crucial » pour développer son
activité. 15 mars 2019, Schleswig-Holstein, Aukrug-Homfeld. ©
CARSTEN REHDER / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP
Si elle pose souvent à la plage, ce n’est pas que Sarah
95 millions de photos sont postées chaque jour
cherche à vendre des maillots de bain à ses dizaines
sur le réseau social. Toutes ne bénéficient pas de
de milliers de followers. « C’est que, pour avoir de
la même exposition et certaines images postées par
l’audience, il faut poster des photos de soi, et encore
les personnes que vous suivez n’arriveront jamais
plus en maillot », résume l’entrepreneure.
dans votre newsfeed. Avant 2016, les images étaient
Il n’est pas facile d’avoir accès à la parole de présentées dans un ordre chronologique : dernière
ceux qu’on appelle les influenceurs, ces nouvelles photo postée, dernière photo affichée. Ce n’est plus le
formes de travailleurs indépendants, à 75 % des cas aujourd’hui.
travailleuses. Toutes et tous craignent de faire un faux
Quand Sarah poste une photo d’elle, un algorithme
pas et d’être radiés de la plateforme.
de vision par ordinateur détermine en quelques
Mais l’ensemble de celles et ceux que nous avons microsecondes le destin de cette image. Quelques
rencontré·e·s sont unanimes : sur Instagram, être microsecondes durant lesquelles opère une machinerie
déshabillé·e paie. Yasmine K., autrice de Body

1/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

complexe, sophistiquée et extrêmement opaque, un Le réseau social a refusé de répondre à ces questions.
concentré de toutes les logiques de pouvoir à l’œuvre Un porte-parole de l’entreprise a toutefois indiqué que
dans la société. l’application « organise les posts dans les newsfeeds
Le fonctionnement de l’algorithme d’Instagram en fonction des comptes suivis et appréciés, pas en
est maintenu secret par l’entreprise. À moins fonction de critères arbitraires comme la présence
d’avoir accès à des documents internes, ce secret d’un maillot de bain », rebondissant sur le critère
restera bien gardé. Il est toutefois possible de « maillot de bain », mais ne répondant sur celui de la
s’en approcher. La consultation du brevet intitulé nudité ou de l’ethnicité.
« Feature extraction based image scoring »(que La hiérarchie mise en œuvre par l’algorithme
l’on peut traduire par « Notation d’image basée sur de vision par ordinateur d’Instagram n’a rien
l’extraction de caractéristiques »), déposé en 2015 d’anodin : elle construit une ligne éditoriale implicite,
par deux ingénieurs de Facebook, l’entreprise détenant permettant à certains comptes d’être dans la lumière,
Instagram, permet de se représenter à quoi ressemble poussant d’autres dans l’ombre, influençant les modes
le voyage d’une image une fois qu’elle est envoyée d’expression et la vision du monde de chacun des
dans les serveurs d’Instagram. utilisateurs.
Selon ce document, quand Sarah poste une photo ou « Les utilisateurs des réseaux perçoivent et anticipent
une vidéo, celle-ci se voit automatiquement analysée le mode de fonctionnement de l’algorithme, parfois
et notée : il lui est délivré un « score d’engagement » même de façon inconsciente, explique Ala Krinickyté,
qui correspond à la « probabilité que tous les avocate à la fondation Not Your Business chargée de
utilisateurs ont d’interagir avec un objet multimédia la défense du droit des données personnelles. Il s’agit
donné ». pour moi d’une forme de manipulation implicite. »
« Niveau de nudité » Avec ce taux de nudité, Instagram aurait-il instauré un
coût social secret au vêtement, amoindrissant la portée
Ce score d’engagement varie en fonction de plusieurs
de la parole de ceux qui les portent ?
facteurs et selon les utilisateurs. Si Sarah pose
sur une moto, sa photo aura une meilleure note, Une autre façon de comprendre comment est construit
donc davantage de chance d’apparaître dans le un algorithme est de pratiquer la rétro-ingénierie :
newsfeed d’amateurs de motos. Mais certains critères étudier le fonctionnement extérieur d’un objet pour en
transcendent les goûts personnels, comme « le genre », déterminer le fonctionnement. Nous avons donc, avec
« l’ethnicité » et enfin, selon l’expression choisie par le soutien financier de l’European Data Journalism
les ingénieurs de la firme, le « state of undress », ou Network et Algorithm Watch, la statisticienne Kira
« niveau de nudité », selon notre traduction. Schacht et le développeur Édouard Richard, analysé
1 737 publications contenant 2 400 images postées sur
« L’interface de programmation peut évaluer le niveau
Instagram entre février et mai 2020, et calculé leur taux
de nudité des personnes sur une image, en détectant
d’exposition.
des bandes de couleurs spécifiques, identifiées comme
des nuances couleurs de peau », indique le document. Nous avons demandé à 26 volontaires d’installer une
extension sur leur navigateur et de suivre une sélection
Instagram utilise-t-il aujourd’hui cette technologie
de 37 personnes (dont 14 hommes), issues de 12
qu’il a inventée pour calculer le « niveau de nudité »
pays différents. Sur les 2 400 photos analysées entre
de chaque photo postée ? Ce « niveau de nudité » sert-
février et mai, 362, soit 21 %, représentaient des corps
il à mettre en avant les images montrant le plus de
dénudés. Pourtant, ces photos représentaient 30 % de
peau ? Comment fonctionne ce « nuancier de couleurs
la masse totale des photos montrées.
de peau » ? Quel rôle joue l’ethnicité dans le calcul du
score d’engagement ?

2/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

Instagram a refusé de commenter les résultats de notre étudié la presse féminine, empreinte, selon elle, du
étude, la jugeant « imparfaite » (« flawed »). Un «male gaze », expliquant aux femmes comment
constat que nous partageons : à moins de réaliser satisfaire ce regard.
un audit à grande échelle, toute recherche demeurera Le réseau social tend aussi à étendre le «male gaze »
« imparfaite ». Nos résultats permettent toutefois aux hommes, en les poussant à se comparer à la
d’affirmer qu’une photo de femme en sous-vêtement figure de l’homme hétérosexuel idéal. Adolescents et
ou maillot de bain est montrée 1,6 fois plus qu’une jeunes hommes découvrent sur les réseaux sociaux
photo d’elle habillée. Pour un homme, ce taux est de une expérience traditionnellement « réservée » aux
1,3. Le détail de nos calculs, qui passent le test de femmes : l’objectification (ou réification) de soi.
signifiance statistique, est consultable sur une page
Une étude menée par l’Association américaine de
dédiée (en anglais).
psychologie expliquait déjà en 2016 que les hommes
Le « male gaze » et le droit du travail utilisant des applications de rencontre souffraient
L’intuition de Sarah était bien juste. Et elle pose de problèmes d’image d’eux-mêmes autant que les
de nombreuses questions. Les habits se paient en femmes utilisatrices. « En termes d’estime de soi, les
visibilité, et ce encore plus pour les femmes. Pourquoi hommes sont autant atteints que les femmes par les
est-ce que cela est important ? réseaux sociaux », expliquent les chercheurs.
Les effets délétères des réseaux sociaux sur notre santé La terreur d’une « radiation de l’ombre »
mentale et notre estime personnelle sont régulièrement Cette prime à la nudité vient aussi questionner
documentés par les spécialistes. Quiconque a déjà l’organisation du travail dans notre société. Les
ouvert Instagram a déjà ressenti ce vague à l’âme influenceurs avec qui nous avons échangé ont
face à ces kilomètres d’images de vies idéalisées, de souhaité pour leur grande majorité témoigner de façon
poses sur tapis de yoga et de corps jeunes et beaux. anonyme. Yasmine de @Ely_killeuse a accepté de
« Facebook prouve que tout le monde est ennuyeux, parler en son nom car elle exerce un autre métier à
Twitter que tout le monde est horrible, mais Instagram côté : « C’est pour moi la condition numéro un. Pour
vous fait croire que tout le monde est parfait, sauf conserver ma liberté – et ma santé mentale ! » Pour
vous », écrit Alex Hern, journaliste réseaux sociaux, les autres, une menace rôde s’ils s’expriment dans la
dans The Guardian. presse et osent questionner la plateforme : celle du
Une étude anglaise menée en 2017 par la RSPH « shadow ban ».
(Royal Society for Public Health, association pour Le « shadow ban », ou « radiation de l’ombre » selon
la défense de la santé publique) établit qu’Instagram notre traduction, est une pratique mise en place par
est le réseau social poussant le plus au suicide les Instagram où les posts et stories d’un utilisateur ne
jeunes adolescentes, en leur renvoyant une image de sont plus montrés, sans que ce dernier soit mis au
perfection inatteignable et insoutenable. courant et puisse donc le contester. Soit une mise à
Par ailleurs, Instagram, en instituant dans son mort économique pour qui compte sur Instagram pour
algorithme une prime à la nudité féminine, automatise que son activité existe.
le «male gaze », un concept développé dans les Si Instagram encourage implicitement une certaine
années 1970 par la critique féministe de cinéma forme de nudité « douce », les images jugées
Laura Mulvey. Selon elle, toute la culture occidentale « obscènes » ou la nudité totale sont, elles, proscrites.
nous impose d’adopter le regard d’un homme cis La différence entre les deux est parfois ténue et les faux
hétérosexuel et de considérer les femmes et leur valeur positifs de l’algorithme fréquents. Ces faux positifs
à travers ce prisme. La théoricienne avait notamment semblent frapper les corps hors des canons de beauté

3/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

avant les autres, à en croire les résultats d’une étude des photos de lui semi-nu pour exister pourrait-il
menée en 2019 par l’association de défense des déposer un recours auprès de la Cnil, au motif qu’un
droits des personnes transgenres Salty. tel acte a un impact « significatif » sur sa vie ?
Les personnes handicapées, obèses, racisées ou LGBT « En théorie oui, c’est plaidable, répond l’avocate
+ sont vastement représentées parmi les « victimes » Ala Krinickyté. Mais je n’ai pas connaissance
du « shadow ban » ou se voient régulièrement refuser d’influenceurs ou entrepreneurs utilisant Instagram
de réaliser des campagnes de publicité. Ainsi, en en ayant fait la demande. »
décembre, une artiste brésilienne s’est vu refuser la Selon nos échanges, la majorité des influenceurs
possibilité de promouvoir un de ses posts, au motif n’a pas connaissance de la RGPD et craint
qu’il contenait des images violentes. Il représentait encore davantage les conséquences de toute action
un jeune garçon sur un skate et un pilote de course, ouvertement contestataire. Ces métiers s’apprennent
David Hamilton. Les deux étaient noirs. En avril, une souvent sur le terrain, et personne n’a (encore) suivi de
professeure de yoga racisée s’est aussi vu refuser cours théorique sur le droit des créateurs de contenu
une publicité jugée obscène : elle faisait pourtant avant de poster sur Instagram. « Si j’entreprends quoi
seulement la position du corbeau. que ce soit auprès d’Instagram, ils vont supprimer
Le « shadow ban » peut représenter pour ces comptes mon compte, non ?, s’interroge Laura*, influenceuse
une forme de mise à mort économique. Est-ce une body-positive. C’est clair que c’est hyper injuste
nouvelle forme de discrimination professionnelle ? comment tout cela fonctionne. Mais, en même temps,
« Les professionnels des réseaux sociaux ne sont sur les réseaux sociaux, c’est comme si on avait
pas protégés, déplore Miriam Kullmann, professeur abandonné l’idée de justice, non ?» Peut-être. Mais
à l’université de Vienne. Les lois européennes anti- toujours en été.
discrimination sont pensées pour les travailleurs Boite noire
salariés ou employés. »
*Les prénoms ont été modifiés à la demande des
En Allemagne, le syndicat ouvrier IG Metall a personnes interrogées.
soutenu l’action « Fair Tube » pour demander à
Google de rendre transparent l’algorithme de la Si vous utilisez Instagram à des fins professionnelles,
plateforme vidéo. Le youtubeur Hank Green avait que votre compte ou une de vos photos ont déjà été
également lancé un syndicat de youtubeurs pour suspendus sans raison, une campagne de publicité
demander une meilleure répartition des recettes non autorisée, ou si vous pensez avoir été victime
publicitaires, avant de le fermer au bout de de shadow-ban, vous pouvez prendre contact avec
trois ans. En France, nous n’avons connaissance Nicolas Kayser-Bril : kayserbril@protonmail.com.
d’aucun syndicat d’instagrammeurs ou de créateurs de Vous pouvez aussi contribuer en installant l’extension
contenus numériques. construite pour augmenter le pool de volontaires et
continuer à affiner les résultats de l’enquête.
Reste que le Règlement général sur la protection des
données (RGDP) prévoit qu’aucune décision ayant des Cette enquête a été financée par l’European Data
effets « significatifs » sur la vie d’un individu ne peut Journalism Network, un réseau subventionné par la
être faite de façon automatisée. Un influenceur victime Commission européenne, et l’organisation Algorithm
d’un « shadow ban » ou s’estimant contraint de poster Watch.

4/5
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
5

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

5/5