Vous êtes sur la page 1sur 12

Directeur de la publication

Hervé Delabie

Rédacteur
Bertrand Lauzanne

Prestigium, France Angels


et Les Chevaliers
d’Entreprise : vers

numéro 1 un partenariat
renforcé ?
L’association pour la

du luxe sur promotion de l’investissement


par les Business Angels
regarde avec intérêt le

Internet
modèle original développé
par les Chevaliers d’Entreprise
(page 9) (suite page 4)

S O M M A I R E
LA LETTRE DU PRÉSIDENT _______________________ p. 2 L’ACTUALITÉ DU CAPITAL-INVESTISSEMENT
Le capital-investissement en forte progression _____ p. 9
L’INVITÉ
Frédéric Bugla, conseiller en gestion de patrimoine __ p. 3 L’ACTUALITÉ DES ENTREPRISES
Le groupe Cinésnap / DvdPost __________________ p. 10-11
Faire Faire_______________________________________ p. 12-13
PERSPECTIVES
Négofi entre dans la cour des grands ___________ p. 14-15
Un programme de développement
pour Les Chevaliers d’Entreprise __________________ p. 4-5
France Angels et les Chevaliers d’Entreprise : FOCUS
vers un partenariat renforcé ? ____________________ p. 6-7 Prestigium, numéro 1 du luxe sur Internet ____ p. 16 à 23
Une stratégie de sortie inédite _____________________ p. 8

Business Angels News n°1 Business Angels News n°1


Juin/Juillet/Août 2007 Juin/Juillet/Août 2007
L
L’INVITÉ

Frédéric Bugla, conseiller aujourd’hui, grâce à l’obstination de


CFI, le numéro 4 européen du secteur.
A LETTRE DU PRÉSIDENT en gestion de patrimoine Investir dans des sociétés non cotées,
c’est aussi la garantie d’être décon-
necté de l’irrationalité des marchés
Frédéric Bugla est gérant
financiers ; irrationalité qui conduit
de la société niçoise
Chers Chevaliers, parfois des sociétés dont les fonda-
Audit Conseil Gestion,
mentaux économiques sont bons, à
spécialisée dans le conseil
“Il y a bien des manières de ne pas réussir, mais la plus sûre est de ne jamais prendre de subir une dévalorisation injustifiée.
et la gestion privée de
risque”. Combien de fois ai-je dû méditer l’à-propos du grand Benjamin Franklin pour Les entreprises labellisés Chevaliers
patrimoine et membre agréé
susciter l’intérêt de tous, relever le défi collectif des Chevaliers d’entreprise et devenir ainsi, d’Entreprise obéissent à un schéma
de la Chambre des
en quelques années, la référence sur le marché du capital-amorçage ! plus classique : un chiffre d’affaires en
Indépendants du Patrimoine.
Faut-il rappeler que nous avons créé un véritable marché, une valeur en passe de s’échanger ? Nous avons su bous- progression, l’ouverture de nouveaux
culer les idées reçues. Notamment la croyance, trop communément partagée, qu’une réussite sur dix, dans le débouchés commerciaux ou encore la

C
domaine du capital-amorçage dédié aux entreprises innovantes, est un résultat honorable. Un dogme que nous avons onseiller en patrimoine depuis client ; règle d’autant plus importante mise au point d’innovations, condui-
fait voler en éclat. Ce ne sont pas 10 %, ni même la moitié, mais les trois-quarts de nos actifs que nous avons his- plus de trente ans, je recherche que les capitaux investis, immobilisés sent très logiquement à une valorisa-
sés au stade du développement ! toujours de nouvelles oppor- pendant 7 à 10 ans, sont peu liquides. tion des sociétés et, au final, à de for-


Faut-il évoquer les inquiétudes, tunités d’investissement pour ma Pour mes clients, la meilleure garantie tes plus-values pour les investisseurs.
Notre engagement est collectif, les doutes, mais aussi les intui- clientèle. En 2001, quand Hervé et tient au modèle d’investissement La haute rentabilité financière n’est
tions que nous avons eus dans la Isabelle Delabie m’ont proposé de conçu par Les Chevaliers pas la première motivation de mes
notre responsabilité commune

sélection des projets ? L’audace, participer à la création d’un réseau de d’Entreprise : un réseau actif de clients. Chefs d’entreprises ou de pro-
l’énergie et le jugement qu’il Business Angels, dont la vocation serait Business Angels permet de mutualiser fession libérale, ils sont à la recherche
nous a fallu pour accompagner nos entreprises vers le stade du développement, là même où aujourd’hui l’intérêt l’investissement dans les sociétés en suffisamment de moyens pour d’un investissement vivant. Ils pour-
des fonds d’investissement s’éveille ? La persévérance, l’obstination même, pour contrer les coups du sort, et création, j’y ai vu une façon de diver- accompagner le développement de raient investir dans des sociétés non
conduire une entreprise telle Cinésnap d’une situation de crise majeure à celle du n°4 européen du secteur ? sifier le patrimoine de mes clients l’entreprise tout en diluant le risque cotés à travers des Fonds Communs
Notre histoire est à rebondissements. Rien jamais ne semble vraiment acquis mais nous avons cette constante qui, mais surtout la possibilité pour eux de par des prises de participations de Placement dans l’Innovation
au final, fait notre différence et notre richesse : une communauté de valeurs, fondée sur le goût du risque et le désir participer à une aventure qui allait aujourd’hui réparties dans sept PME. (FCPI) ou dans des Fonds d’Inves-tis-
d’innover, qui unit les Chevaliers d’Entreprise aux entrepreneurs dans une même appétence pour l’aventure et la bien au-delà de la seule préoccupa- Enfin, l’équipe de Cap Finance sement de Proximité (FIP), qui ont
création de richesses. tion financière. Investir dans les PME International (CFI) a démontré sa d’ailleurs des avantages fiscaux que les
Cette communauté d’intérêts, nous n’avons pas le droit de la trahir. Notre engagement est collectif, notre respon- innovantes n’est pas sans risque mais capacité, au fil des ans et des difficul- sociétés de capital-risque Cap Innova
sabilité commune. C’est l’originalité et l’intérêt de notre réseau. C’est la pertinence de la mutualisation de nos dans un contexte hexagonal de frilo- tés, à retourner des situations que France et Cap Innova.Net n’ont pas.
moyens. Plus que jamais l’Association a besoin de votre implication, à la hauteur de celle des entreprises. Une sité des investisseurs institutionnels et d’aucun aurait jugé désespérées. Le La motivation est ailleurs : aider les
implication financière bien sûr, mais votre rôle aujourd’hui doit aller bien au-delà : apporter, comme certains d’en- de sous-financement des PME, alors meilleur exemple est celui de jeunes créateurs, suivre l’évolution
tre vous l’ont proposé, vos compé- même qu’elles sont de grandes pour- Cinésnap, cette société de location de des entreprises dans lesquelles ils ont
tences, votre expérience et votre
enthousiasme au grand dessein qui
est le nôtre. C’est la condition sine
“ Ensemble, nous allons conforter
notre place de leader
voyeuses d’emplois, il devenait urgent
de créer les outils qui permettent un
investissement utile, socialement res-
DVD par Internet, qui, il y a un an et
demi, faisait l’objet d’un redresse-
ment judiciaire et qui constitue
investi, investir de manière efficace et
participer, à leur niveau, à la création
d’emplois et de richesses en France ■


qua non de la réussite de notre ponsable et créateur de richesses.


programme de développement. L’investissement dans les SCR Cap
Aujourd’hui en cours d’élaboration, nous souhaitons vous le présenter lors de l’Assemblée générale qui se tiendra
le 26 octobre 2007 à Paris et nous voulons espérer que chacun retienne cette date comme un impératif.
Innova France et Cap Innova.Net Il devenait urgent de
n’apporte pas la sécurité d’une assu-
Ensemble, nous allons conforter notre place de leader. Cet engagement passe inévitablement par un plan de déve- rance-vie ou de l’immobilier. Pour créer les outils qui permettent
loppement ambitieux qui devra permettre à l’Association des Chevaliers d’Entreprise de constituer une véritable autant, le risque inhérent au finance-
force de frappe, de création et de solidarité de milliers de Business Angels pour se lancer à l’assaut de nouveaux ment de PME, qui plus est innovan- un investissement utile,
tours de table ! tes, peut être contrôlé. Cette maîtrise
passe avant tout par le montant socialement responsable et
investi, qui ne doit jamais représenter
créateur de richesses

Hervé Delabie plus de 10% des liquidités d’un

2 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 3
PERSPECTIVES PERSPECTIVES

Programme de
développement des Chevaliers La réponse est OUI, si nous compa-
rons notre capitalisation aux capta-
capital-investissement. Ce qui expli-
que, en partie, leur incapacité à déve-
équipe d’une dizaine de personnes
qui travaille ardemment à l’édifica-
d’Entreprise tions des autres réseaux de Business
Angels.
lopper leurs entreprises. tion de ce programme. Equipe qui
tendra à se renforcer pour toucher
Mais, au regard des besoins et de la Pour que cet objectif puisse se réaliser, tous les départements de notre orga-
force de frappe dont nous avons il faut disposer d’une véritable organi- nisation.
Jean-Patrick Demange,
Responsable Développement besoin pour conserver notre rang de sation nationale pour susciter l’intérêt
leader, et pour développer plus forte- d’un large public d’investisseurs afin Etant tous concernés, il est important
• De développer une communica- d’Entreprise ne pourrait s’effectuer
ment ce grand secteur qu’est le capi- qu’ils deviennent Business Angels et que vous, Chevaliers d’Entreprise, et

C
ompte tenu de la période tion d’envergure auprès des médias qu’à condition d’avoir l’assurance
tal-amorçage, la réponse est assuré- en comprennent les modalités. Ainsi, donc Business Angels, soyez présents
électorale et de l’élaboration à l’occasion de nos premières ces- que notre allocation d’actifs apporte
ment NON ! en mobilisant des acteurs opération- à notre assemblée générale du 26
actuelle du programme de sions d’actifs, des perspectives tangibles de sorties,
nels au cœur de chacune de nos octobre. Vous pourrez ainsi contri-
développement des Chevaliers • De développer notre communi- accomplissement de notre processus
En comparaison des capitaux que régions, nous pourrons plus facile- buer à l’élaboration de ce programme
d’Entreprise, notre assemblée géné- cation interne pour la rendre d’investissement. Notre implication
détiennent les sociétés de gestion clas- ment promouvoir, communiquer et et valider ce qui constitue un tour-
rale se tiendra à Paris, le 26 octobre encore plus réactive, humaine et professionnelle au quo-
siques, les réseaux de Business Angels développer notre modèle. nant décisif dans l’histoire de notre
prochain, à La Maison Des Arts & • De conduire Cap Innova.Net tidien a été totale pour obtenir ces
sont de loin les parents pauvres du Depuis quelques mois, c’est une organisation. ■
Métiers. vers de nouveaux investissements résultats et satisfaire ainsi les
en entreprise et d’adopter rapide- Chevaliers. Depuis quelques mois,
Le programme de développement ment une nouvelle fiscalité pour les cette condition se concrétisant, les
des Chevaliers d’Entreprise est à la souscripteurs, premières réflexions sur un élargis-
fois vaste et ambitieux. Il prévoit • De préparer l’ouverture d’un sement significatif de notre organisa-
notamment : nouveau véhicule d’investissement tion ont donc pu voir le jour. CAP INNOVA France,
pour 2008.
• De régionaliser notre réseau en Partant du constat que depuis la créa- vers la sortie…
suscitant l’intérêt du plus grand Hervé Delabie affirmait à tous ceux tion de nos fonds d’investissement,
nombre d’entre vous à participer à qui voulaient bien l’entendre que 10 millions d’euros ont été capitali-
cette action, le développement des Chevaliers sés, devons-nous nous en satisfaire ?
notre potentiel de valorisation au gré
de leur croissance. Ces opérations,

C
omme les rives d’une terre de renforcer notre position dans cer- aujourd’hui initiées, permettront
La Maison des Arts et Métiers nouvelle, si souvent promises,
apparaissent enfin aux naviga-
taines de nos entreprises à des condi-
tions très favorables, eu égard aux
donc la liquidation de nos participa-
tions sur plusieurs années et ainsi, la
teurs, les actionnaires historiques de propositions faites par des fonds de sortie des investisseurs en fonction de
Cap Innova France ne sont plus développement ! leur entrée dans ce fonds.
L’assemblée générale de l’association des Chevaliers d’Entreprise, aujourd’hui dans des perspectives
aura lieu vendredi 26 octobre 2007 à La Maison des Arts et Métiers latentes mais réelles et tangibles, Ainsi, il n’est donc plus nécessaire Par conséquent, de nouveaux
9 bis, Avenue d’Iéna - 75116 PARIS. notamment en termes de plus-values. d’intégrer de nouvelles entreprises. Chevaliers peuvent profiter de cette
En raison des élections législatives, nous sommes dans l’attente Nous sommes parvenus à faire de Une intégration, d’ailleurs, qui ferait opportunité jusqu’au 31 juillet en
Cap Innova France un placement peser sur nos actifs le risque d’entraî- souscrivant aux valeurs actuelles.
de la nomination d’un représentant du ministère des PME libéré de ses périls initiaux, avec une ner de nouveaux besoins financiers. Seuls les investisseurs devenus
dont la présence est essentielle pour éclairer les aspects économiques et fiscaux réelle lisibilité. Chevaliers avant cette date pourront
de la politique gouvernementale concernant le capital-amorçage. Plus rien ne peut donc justifier une Une fois ces renforcements effectués, à nouveau souscrire jusqu’à la fin
quelconque frilosité. Plus rien ne les cessions d’actifs seront enclen- octobre. Passée l’assemblée générale
s’oppose au renforcement de nos par- chées selon une méthode et en vue des Chevaliers d’Entreprise, le 26
L’assemblée générale constitue un moment important de notre association. ticipations. Leur valeur actuelle, grâce d’un objectif connus : procéder dans octobre, le fonds sera définitivement
C’est pourquoi votre présence à ce rendez-vous annuel est essentielle. aux différents protocoles précédem- le temps à plusieurs cessions partielles fermé à toute souscription et à toute
ment signés, nous donne la possibilité par entreprise tout en développant nouvelle entreprise. ■

4 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 5
PERSPECTIVES PERSPECTIVES

France Angels et tence dans l’exercice d’une fonction


importante, secteur d’activité peu ou
treprise est alors remise en cause.
Enfin, le seuil de rentabilité de l’entre-
font défaut. Ainsi, à la faiblesse
numérique et financière de quelques
Les Chevaliers d’Entreprise : vers un mal connu, etc. D’autre part, les
investisseurs étant peu nombreux au
prise est atteint au mieux après quatre
ou cinq ans, ce qui peut décourager et
Business Angels réunis autour d’un
projet, les Chevaliers substituent la
partenariat renforcé ? moment de la création, ils sont sou- conduire les investisseurs à se désen- puissance d’un réseau d’investisseurs
gager, accélérant ainsi la mutualisant leurs moyens sur le long
L’association pour la ments à risque. Enfin, mort de l’entreprise. Un terme dans le cadre de deux véhicules
promotion de l’investissement l’association a un rôle de cas courant quand les d’investissement (Cap Innova France
par les Business Angels représentant des réseaux investissements représen- et Cap Innova.Net). Au risque déme-
regarde avec intérêt le modèle auprès des institutions tent une part importante suré d’un investissement dans une
original développé par les françaises et européennes de leurs liquidités. seule entreprise, les Chevaliers substi-
Chevaliers d’Entreprise. et milite pour la recon- Le modèle traditionnel tuent l’investissement dans un porte-
naissance de leur rôle et est pertinent tant qu’il feuille d’entreprises, chacune à un
la mise en place d’une s’adresse à des Business stade de développement différent.

A
l’initiative de Jacques Collin,
co-président de France législation fiscale qui vien- Angels expérimentés, dotés Enfin, l’implication directe des inves-
Angels et d’Hervé Delabie, drait doper la création de de liquidités très impor- tisseurs dans le développement de
président des Chevaliers d’Entreprise, réseaux de Business Angels. tantes et ayant déjà large- l’entreprise est remplacée par la délé-
les deux associations souhaitent se ment réussi dans une ou gation de la gestion à une équipe spé-
rapprocher afin d’échanger sur les Un modèle traditionnel plusieurs de leurs entre- cialisée dans l’accompagnement stra-
perspectives et les modalités du déve- critiqué prises. Dans ce cas précis, tégique. S’il faut reconnaître que cette
loppement des Business Angels en L’Association des les compétences comme voie éloigne l’investisseur du quoti-
France. Chevaliers d’Entreprise a les capacités d’investisse- dien de l’entreprise, la qualité et la
toujours soutenu France ment sont réunies pour fréquence de l’information que nous
France Angels : représenter, Angels car elle est un outil amener l’entreprise au lui délivrons, comme les rencontres
développer, informer d’information, de forma- stade du développement. régulières avec les équipes des sociétés
Créée en 2001, l’association France tion et de lobbying très Toutefois, si l’objectif est soutenues, lui apporte une satisfac-
Angels a pour ambition de multiplier précieux pour la recon- de multiplier très forte- tion proche.
le nombre de Business Angels actifs naissance du rôle des ment le nombre de
afin de renforcer le financement des Business Angels et leur Business Angels en France, Au final, la mutualisation des moyens
créations d’entreprises à potentiel par développement en France. ces investisseurs compé- par des investisseurs en réseau, la dilu-
des investisseurs individuels. Cependant, le modèle tents et financièrement tion du risque grâce au nombre d’en-
Sous l’impulsion de son président- d’investissement prôné par solides ne représentent pas treprises financées et la délégation de
fondateur Claude Rameau, l’associa- Les Chevaliers d’Entre- un potentiel suffisant. la gestion et du développement à des
tion mène son activité sur trois fronts. prise diffère largement du Pour atteindre cet objec- professionnels, sont les principes d’un
L’information sur le rôle et l’impor- modèle traditionnel des tif, il faut en appeler à un modèle qui est, selon nous, le plus
tance des Business Angels doit susciter Business Angels tel qu’il est plus large public qui ne apte à transformer des épargnants
de nouvelles vocations, dans un défendu par France correspond pas à la défi- soucieux d’investissements responsa-
contexte où les investisseurs provi- Angels. Ce dernier repose nition quelque peu “idéo- bles en agents d’un capital-amorçage
dentiels français, estimés à 4 000, sur deux principes : la réu- logique” que donne l’as- dynamique et puissant.
sont loin de jouer un rôle aussi crucial nion ponctuelle de quel- sociation France Angels
que leurs homologues britanniques ques investisseurs volon- du Business Angels.
(50 000) dans le financement des taires autour d’un projet et L’Association des Chevaliers
créations d’entreprises. La formation de son porteur ; une mise Le modèle des d’Entreprise espère ainsi contribuer
des nouveaux investisseurs, grâce à à la disposition de l’entre- Chevaliers d’Entreprise au débat et partager son expérience
l’organisation d’écoles de Business prise du temps et des compétences de effet, les investisseurs ne sont pas for- vent dans l’incapacité de satisfaire les L’Association des Chevaliers dans la création et l’animation de
Angels et de cycles de formation, doit ces investisseurs. Ce modèle recèle cément les plus compétents pour assu- nouveaux besoins financiers de l’en- d’Entreprise travaille dans ce sens et réseaux d’investisseurs ■
leur apporter un minimum de une fragilité qui conduit malheureuse- rer le développement de l’entreprise : treprise, au moment où son dévelop- apporte au modèle traditionnel du
méthode pour réaliser des investisse- ment à un taux d’échec important. En manque d’expérience ou de compé- pement l’exige. La pérennité de l’en- Business Angel les éléments qui lui

6 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 7
PERSPECTIVES L’ACTUALITÉ DU CAPITAL INVESTISSEMENT

Une stratégie Le capital investissement


de sortie inédite en forte progression
A l’heure où se manifeste l’intérêt des investisseurs pour les Les acteurs français du capital investissement ont soutenu 1376 entreprises en création,
entreprises du groupe, les Chevaliers d’Entreprise conduisent développement, transmission ou retournement au cours de l’année 2006 et leur ont apporté
une stratégie de cession d’actifs sans précédent. 10,2 milliards d’euros.

L
e groupe Cinésnap/DVD Post, preneur et des actionnaires, dans les et d’un accompagnement efficace. Le capital-développement est le tenus à un niveau élevé en nombre
Négofi ou encore Prestigium, choix stratégiques de l’entreprise. Elle est aussi l’indice que la stratégie métier qui connaît la plus forte d’entreprises, soit 971 en 2006
autant d’entreprises aujourd’hui A la différence d’une cession unique, qui vise à limiter le portefeuille d’en- hausse. Il représente 35 % du nom- contre 960 l’année passée.
parvenues au stade du développe- cette stratégie permet de majorer nos treprises pour intensifier la prise de bre total d’entreprises soutenues par Les cessions industrielles deviennent,
ment dont les potentialités suscitent plus-values à l’issue de toutes les ces- participations au fil du temps et per- le capital-investissement (481 entre- avec 196 entreprises cédées, la pre-
l’intérêt des fonds de développement. sions. mettre un accompagnement au plus prises accompagnées), soit une valeur mière source de sortie, contre 171
Les négociations sont désormais enta- près des besoins de l’entreprise, est, de 1,1 milliard d’euros, en progres- entreprises cédées à des entrepreneurs
mées et poursuivent un triple objec- Les Chevaliers d’Entreprise : au final, la plus payante. sion de 18 % par rapport à 2005. et 130 cédées à un autre fonds d’in-
tif : définir la valeur de chaque entre- créateurs de richesses vestissement. Les introductions en
prise avant injection de capital, Cette réussite tient au fait exception- La validation de notre modèle écono- Il est à noter que les opérations de Bourse et les cessions de titres cotés
évaluer leurs besoins financiers réels nel que le réseau des Chevaliers mique, qui se profile à l’horizon transmission (LBO), avec 8,1 mil- ont concerné 129 entreprises.
et établir la prise de participation des d’Entreprise soit parvenu à conserver 2008, est en définitive la résultante liards d’euros investis, représentent
fonds de développement dans leur ses fortes participations et son rôle du lien étroit que nous avons su éta- 80 % des investissements réalisés en Les levées de fonds se
capital. décisionnaire dans des sociétés qui blir, puis pérenniser, entre Les 2006, en progression de 8 %. Un maintiennent à un niveau élevé
entament leur phase de développe- Chevaliers d’Entreprise, l’équipe de nombre très réduit d’entreprises (12) 10,3 milliards d’euros ont été levés
La cession partielle d’actifs : ment. Nous sommes ainsi en situa- gestion de Cap Finance International a concentré 40 % des investissements en 2006, dont 59 % sont de sources

L’
une stratégie de sortie tion de consentir une dilution très et les entrepreneurs du groupe. activité des acteurs français du de l’année, soit 4 milliards d’euros. françaises contre 50 % en 2005. Les
Les cessions d’actifs dans les entrepri- modérée de nos participations avec Votre fidélité et votre confiance nous capital-investissement établit compagnies d’assurance et les ban-
un nouveau record avec plus Une progression continue ques restent les principaux investis-
ses du groupe seront réalisées en plu- l’entrée de fonds de développement. ont permis de constituer, au fil du
de 10,2 milliards d’euros investis au des désinvestissements seurs avec 37 % des capitaux levés ■
sieurs temps et corrélées aux nou- Le fort effet de levier dont nous béné- temps, une solide allocation d’actifs
cours de l’année 2006, soit une pro- Les désinvestissements se sont main-
veaux besoins de financement des ficierons est la juste rétribution du dont la performance financière devrait
sociétés. Chaque stade du développe- risque que nous avons pris dès le se concrétiser dès cette année. gression de 26 % par rapport à 2005
ment de l’entreprise appelant de nou- début. Cependant, les prochaines cessions (96 % depuis 2004). Au total, ce LE CAPITAL INVESTISSEMENT, UN CONCEPT MULTIFACETTE
veaux besoins de financement, l’en- d’actifs ne sont pas un terme mais bien sont 1376 entreprises qui ont été
financées, dont 80 % sont des Le capital investissement se décline sous plusieurs formes, chacune corres-
trée de nouveaux investisseurs se plutôt un moment dans un cycle éco-

“ PME/PMI de moins de 250 salariés pondant à une étape de la vie de l’entreprise. On distingue :
réalisera au gré de nos cessions d’ac-
tifs. D’une cession partielle à l’autre,
La validation nomique perpétuel : financement
d’entreprises innovantes - accompa- réalisant moins de 50 millions de - Le capital-amorçage, qui finance les projets à leur commencement, avant
chiffre d’affaires. Plus de 40 % des
notre part dans le capital diminuera
mais la valorisation de l’entreprise
de notre modèle gnement stratégique - cessions d’actifs.
Cycle répétitif d’entrées et de sorties sociétés soutenues développent une
même le début de la production.
- Le capital-risque, qui s’adresse à de très jeunes entreprises, dans les pre-
activité innovante ou technologique
augmentant au gré des nouveaux
investissements et de son développe-
économique que doit accompagner un flux perma-
nent d’investissements vers nos véhi- (informatique, télécoms et commu-
mières phases de leur activité
- Le capital-développement, qui permet aux entreprises de financer de
ment, la valeur de nos participations
suivra une courbe de croissance expo-
se profile cules d’investissement. C’est non seu-
lement notre vocation de créateur de
nication, médical, biotechnologie).
Avec 536 millions d’euros, les inves-
nouveaux relais de croissance (internationalisation, conquête de nouveaux
marchés)
nentielle au fil des cessions. à l’horizon richesses, notre responsabilité de


tissements dans les sociétés au stade
Ne pas subir d’emblée une forte dilu- tuteur d’entreprises, mais aussi l’affir- - Le capital-transmission, qui permet la reprise d’une entreprise mature
de l’amorçage et de la création (cf.
tion de nos participations nous per- mation de notre goût pour le risque et, par un ou plusieurs fonds, avec l’appui d’un montage financier dit de
encadré) ne représentent que 5 % de
met de demeurer l’interlocuteur pri- au final, le pari de nouvelles cessions LBO (Leverage Buy Out)
Cette situation privilégiée pour envi- l’ensemble et concernent 335 entre-
vilégié des investisseurs lors de la sager sereinement nos cessions n’est d’actifs fortement rémunératrices ■ prises, soit 24% des entreprises - Le capital-retournement, plus rare, se focalise sur le redressement d’en-
cession d’actifs suivante et de conser- pas seulement la marque d’une sélec- financées, en baisse par rapport à treprises en difficulté.
ver un rôle notable auprès de l’entre- tion pertinente des porteurs de projet 2005 (28 %).

8 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 9
L’ACTUALITÉ DES ENTREPRISES L’ACTUALITÉ DES ENTREPRISES
Le groupe Cinésnap / DvdPost
Cinésnap et DVD Post, deux acteurs clés de la location de films en ligne,
donnent naissance au groupe Loo Film, n°4 européen du secteur.

A
vec la meilleure progression d’ici à la fin 2008. Le groupe, acteur
du nombre d’abonnés - supé- majeur du marché européen, après
rieure à Glowria, son concur- Lovefilm (Royaume-Uni et en Scan-
rent le plus médiatisé - le loueur de dinavie), Blockbuster (Royaume-Uni)
DVD par Internet Cinésnap repart à et Amango (Allemagne), se positionne
l’offensive. Avec plus de 10.000 titres sur un marché qui représente un
disponibles, un parti pris éditorial potentiel d’un million et demi de
fort, des formules d’abonnement très clients (France, Belgique, Luxem-
concurrentielles, des outils Internet bourg, Pays-Bas). internautes cinéphiles.
performants (liste de préférences, logi- Le nouveau groupe emploie aujour- En permettant à Cinésnap
ciel prescripteur) ou encore un service d’hui une trentaine de collaborateurs. de redémarrer, l’équipe d’ac-
clientèle exigeant, Cinésnap a réussi Certaines synergies opérationnelles compagnement de Cap Finance
son pari, grâce à l’arrivée d’un nou- sont envisagées dans des domaines où International a non seulement pré-
veau gérant, Xavier Lesca et au sou- la mise en commun des compétences servé les intérêts financiers des
tien permanent de Cap Finance présente un réel avantage (logistique, Chevaliers d’Entreprise mais égale-
International. achats de films, marketing). Les deux ment fortement contribué à leur valo-
sites continueront cependant à opérer risation grâce à la création de ce groupe. Avec
sous leur nom actuel, avant d’envisa- la majorité des participations, Les Chevaliers
ger un regroupement sous une mar- d’Entreprise sont les seuls acteurs à détenir une
que commune. part aussi importante du capital du groupe.
Ce n’est pas le moindre des mérites de Être parvenu à conduire une entreprise aussi
Cinésnap d’être parvenu en quelques Dans cette stratégie de conquête, les loin sur la voie du développement et avoir sus-
mois à inverser une situation critique nouvelles technologies de diffusion cité l’intérêt de fonds d’investissement, n’est
et de s’être allié à DVD Post pour for- sur Internet sont déterminantes et pas le moindre des mérites de l’équipe d’ac-
mer le n°4 européen du secteur. représentent à long terme un puissant compagnement de Cap Finance International.
Créée en Belgique fin 2002 par Pierre vecteur de croissance. Le groupe a Le groupe est aujourd’hui un véritable leader et
Demolin et Bernard Wilmet, DVD aujourd’hui la maîtrise technologique joue un rôle de moteur au sein des entreprises
Post vient de fêter son deux millio- de la Video On Demand et peut ainsi financées par Les Chevaliers d’Entreprise.
nième envois de DVD et entame une proposer une offre complète aux
nouvelle étape de son développement C’est ce fort potentiel que les fonds d’investis-
grâce au rapprochement stratégique sement reconnaissent aujourd’hui en souhai-
avec Cinésnap. tant accompagner le développement commer-
La volonté du britannique Love Film, cial et la croissance de Cinésnap/DVDPost.
leader européen du marché de la loca- En conséquence, les deux années à venir
tion de DVD sur Internet, de prendre devraient être marquées par une forte valori-
une participation dans ce nouveau sation du groupe. La stratégie de cessions par-
groupe est le meilleur indice de la tielles d’actifs que vont conduire Les Chevaliers
confiance dans le potentiel du groupe. Sur Cinésnap.com artistes et personnalités font leur cinéma. d’Entreprise devrait ainsi favoriser un fort effet
Politiques, réalisateurs, écrivains, chanteurs ou comédiens, retrouvez sur de levier ■
Cinésnap/DVDPost affiche Cinésnap la liste des films préférés de passionnés de cinéma mais aussi
aujourd’hui 22 000 abonnés et se leur actualité et une interview exclusive. Premier à ouvrir le bal, un
place dans une perspective de 40 000 véritable mordu du 7ème Art : Gilbert Montagné !

10 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 11
L’ACTUALITÉ DES ENTREPRISES L’ACTUALITÉ DES ENTREPRISES

Faire Faire
Avec le lancement d’une offre globale unique, d’accéder en un clic à tous les conte-
le spécialiste de la communication pour les entreprises nus indispensables : les dernières
à réseaux de vente accélère son développement. informations du réseau en temps réel,
les outils quotidiens, les applications

C
ommuniquer vers son réseau, dédiées au métier, les liens vers les
le développer et motiver ses sites importants. Un outil efficace
membres : autant de besoins pour garder un lien direct et perma-
spécifiques aux entreprises qui, à nent entre la maison mère et ses agen-
l’instar du Club Med ou de Kia ces ou distributeurs. Autre innova-
Motors, commercialisent leurs pro- tion, Stimuland est un nouveau
duits et services dans le monde entier portail Internet permettant aux com-
par l’intermédiaire d’un réseau merciaux d’un réseau de vente de
d’agences, de distributeurs, de reven- commander des cadeaux en fonction
deurs ou encore de franchisés. de leurs résultats. Une façon élégante,
pour les maisons mères, de motiver
les agents de leurs réseaux.
Trois outils web performants :
Persoland, Toolbar, Stimuland Des services à valeur ajoutée
L’offre de Faire Faire était centrée sur Cette solution globale ne se limite pas
l’outil Web Persoland, plate-forme de à trois outils Web. Elle est complétée ginalité, Faire Faire est en position de de luxe en petite série, Faire Faire d’euros de chiffre d’affaires et 7 000
services de communication permet- par l’expertise et la force de frappe des force pour amener ses grands clients à relève le défi d’une communication salariés répartis dans 180 villes de
tant aux réseaux de vente, via un por- équipes Faire Faire. Véritables relais adopter sa solution globale. Le réseau dans le secteur du luxe. Entreprise France, KPMG est le destinataire
tail Internet dédié, de commander et de leur client auprès du réseau, elles français des agences Jet Tours, filiale française rachetée par un Koweiti, son idéal de la solution globale conçue
de personnaliser les supports de com- conçoivent et réalisent les opérations du Club Med, déjà doté du portail réseau de distribution, d’envergure par Faire Faire. La société a dores et
marketing, animent le réseau (accom- Web Persoland, étudie sérieusement mondiale, est particulièrement déve- déjà réalisé une large campagne de
pagnement des agences dans leurs l’adoption de la solution complète. loppé au Koweit et aux Emirats mailing d’invitations (routage) et
opérations marketing locales) et Dans la logique de création d’outils Arabes Unis. Après la présence de entend bien poursuivre sa collabora-
contrôlent toute la chaîne de produc- de communication pour les réseaux, tion avec KPMG.
tion (fabrication et diffusion des sup-
ports, relation avec les fournisseurs, Et maintenant,
etc.). le développement…
veaux outils Web qui embrassent dé-
munication et de lancer des campa- sormais tous les aspects et besoins de De nouveaux clients A l’image des autres entreprises soute-
gnes marketing au niveau local res- la communication vers les réseaux. La Cette offre globale, cohérente et cré- nues par Les Chevaliers d’Entreprise,
pectueuses de l’identité visuelle de la Toolbar (barre d’outils) Faire Faire, dible auprès des entreprises à réseau, Faire Faire a réalisé pour Club Med Faire Faire aux côtés de PGO au salon Faire Faire entame sa phase de déve-
maison mère. Faire Faire complète spécifique aux besoins de chaque apporte une vraie valeur à Faire Faire. loppement. Dotée d’une offre perti-
l’ensemble des nouvelles enseignes du cabriolet à Paris, la marque auto-
aujourd’hui cette offre par deux nou- client, permet aux membres du réseau Assurée de sa pertinence et de son ori- nente validée par des clients impor-
intérieures des agences et en a assuré mobile a confié au groupe l’ensemble
tants, Faire Faire doit en assurer le
la distribution au niveau mondial de sa communication et étudie
Toolbar déploiement auprès des entreprises à
(Royaume-Uni, France, Belgique, l’adoption de sa solution globale pour
Allemagne, Suisse, Portugal, Espagne, son réseau de distribution. réseau. La communication et le déve-
Grèce et Israël). loppement commercial sont donc les
deux objectifs qu’une prochaine levée
KPMG France, premier cabinet fran- de fonds doit permettre d’atteindre
çais d’audit et d’expertise comptable, au cours de l’année 2008 ■
Avec PGO Automobiles, dernier compte parmi les nouveaux clients de
constructeur français d’automobiles Faire Faire. Avec près de 700 millions

12 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 13
L’ACTUALITÉ DES ENTREPRISES L’ACTUALITÉ DES ENTREPRISES
de la flexibilité et de l’ouverture de sa essentiellement de recruter des tech-
solution. GL Trade, le n°1 mondial, niciens et une équipe commerciale.
impose au client l’ensemble de sa L’intérêt des fonds d’investissement
solution (visualisations, analyses, pas- pour Négofi, alors même que le dé-
sage d’ordre, back office, etc.), tandis veloppement commercial est à ses
que Négofi est la seule à proposer une débuts, démontre la confiance des
solution à la carte sans toucher à l’ar- professionnels du secteur dans la fia-
chitecture générale. Ainsi, un client bilité et la pertinence de ses produits.
équipé de l’ensemble des services GL Cet intérêt se concrétise par l’engage-
Trade peut-il s’abonner au service ment de l’un des premiers investis-
ouverture du marché aux sociétés de “passage d’ordres” de Négofi tout seurs en capital-développement fran-
gestion, l’intérêt des courtiers est de en conservant les autres services. çais. D’un montant conséquent, cet
continuer à capter leurs passages d’or- Qu’une société de gestion ait besoin investissement porterait la valeur de
dre. Sous l’impulsion de son prési- des seuls marchés russes et allemands, l’entreprise à 5 millions d’euros.
dent, Frédéric Le Lay, Négofi propose Négofi lui ouvre ces services en quel- L’intérêt de cet acteur majeur du ca-
d’équiper les sociétés pital-développement apporte une
de gestion de ses ser- grande crédibilité à la stratégie
vices de visualisation, conduite par la société de gestion des
d’information et de Chevaliers d’Entreprise (CFI) depuis
back office, dont trois ans. Il valide des choix d’inves-
l’abonnement est pris tissement et un accompagnement
en charge par leurs stratégique qui sont parvenus à placer
courtiers, contre le Négofi en rival du leader mondial. Il
maintien des opéra- indique également que Négofi joue
tions de passage d’or- désormais dans la cour des grands ■
dre chez eux. La nou-
Négofi entre velle réglementation

dans la cour des grands vient ainsi soutenir le


business model de
Négofi d’une autre source de revenus ques minutes. Certifiés ’broker” et
Dotée de services fiables et performants, au potentiel considérable. Euronext, la solution proposée par
capable de rivaliser avec les leaders du marché, Négofi est éprouvée, d’une grande
Négofi poursuit sa croissance avec l’arrivée de l’un des principaux Un concurrent crédible
fiabilité et intègre en permanence les
acteurs français du capital développement. Trois ans de recherche et de dévelop-
nouvelles réglementations comme
pement, deux brevets et trois labels
les nouvelles fonctionnalités dont les
Oseo Anvar plus loin, Négofi est par-
traders ont besoin.

C
réée en 2003, la société Négofi De nouveaux horizons ges horizons commerciaux : les socié- venue à hisser la qualité de ses services
propose une solution globale commerciaux tés de gestion de portefeuille (on en à la hauteur des leaders mondiaux,
de négociation électronique Il y a encore peu de temps, ces outils compte 505 agrées en France), qui Reuter Bloomberg pour les visualisa- Négofi à la croisée des chemins
pour les professionnels des marchés étaient réservés aux courtiers (bro- jusqu’à maintenant devaient passer tions et les news, GL Trade pour les
financiers. Ses services permettent de kers) et aux salles de marché, les seuls par des prestataires de services d’in- passages d’ordres. Elle doit cette per- La poursuite du développement de
visualiser les cours en temps réel, de habilités à intervenir sur les marchés vestissement (courtiers des sociétés de formance à l’ergonomie de sa solu- Négofi exige aujourd’hui des besoins
recevoir des news, d’accéder à des gra- boursiers pour assurer les transac- bourse ou institutions bancaires), tion, conçue par des praticiens (les financiers auxquels seul un fonds
phiques et des analyses, de passer des tions. La vente directe de ses services peuvent désormais directement passer traders) et non par des informati- d’investissement peut répondre. La
ordres d’achat ou de vente de titres, et à des réseaux de brokers, ou à des sal- leurs ordres d’achat ou de vente sur ciens : que les clients soient habitués levée de fonds à venir doit permettre,
de traiter l’ensemble de la chaîne les de marché, constituait jusqu’alors les marchés boursiers. Ainsi, les socié- à travailler en GL Trade ou en selon Frédéric Le Lay, d’une part d’as-
métier, du “front au back office” le premier modèle de revenus de tés de gestion vont-elles devoir rapi- Bloomberg, rien ne vient perturber surer l’amélioration continue du pro-
(l’ensemble des tâches administratives Négofi. Cependant, la réglementa- dement s’équiper en solutions élec- leurs habitudes. Mais son avantage duit et, d’autre part, le développe-
qui touche à l’ordre passé). tion a évolué et lui ouvre de très lar- troniques de négociation. Face à cette concurrentiel, Négofi le tient surtout ment commercial. Il s’agit donc

14 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 15
FOCUS OUVERTURE REPORTAGE FOCUS

Prestigium,
numéro 1 du luxe
N
euilly-sur-Seine. Rue Louis- spécial consacré au voyage : des desti-
Philippe. Du roi des Français nations de prestige, des interviews,
sur Internet de 1830 à 1848, on connaît un peu d’histoire, etc. A un moment
surtout les représentations fastueuses où Prestigium souhaite accélérer sa

M
ai 2003. Deux hommes, une du peintre anglais Winterhalter : reconnaissance par un large public,
femme, et un rêve un peu fou : portrait en pied, bicorne sur le bras le jeu-concours crée un véritable
créer, au confluent des mondes gauche, gants blancs à la main, veste engouement auprès des internautes.
du luxe, de la publicité et des nouvelles d’uniforme à épaulettes, pantalon Après plusieurs années passées dans Il fallait à Prestigium une plume pour
technologiques, le premier site Internet rouge garance et sabre d’apparat. Le la communication culturelle, les re- mettre en mots les choix éditoriaux
entièrement dédié à ce que le luxe offre luxe version 1840. Pour une vision lations publiques et le mécénat pour d’Anne-Sophie Berbille, rédactrice en
de mieux. actualisée et moderne, l’adresse est l’Opéra de Paris, Vérane Bonal chef. L’ouverture d’une boutique, le
“Le rêve, c’est le luxe de la pensée”, au numéro 8, les locaux du premier rejoint l’équipe de Prestigium en lancement d’un produit, des reporta-
affirme Jules Renard. Qu’à cela ne guide du luxe sur Internet : février 2007 : “Je connaissais ges sur les plus beaux salons de mas-
tienne ! Anne-Sophie Berbille, Emmanuel Prestigium. Ici, Emmanuel [de Boisset] et Guillaume sage, le dernier restaurant hype de
nous sommes [de Piédoüe d’Héritôt] depuis quatre Paris ou la dernière exposition à ne
de Boisset et Guillaume Piédoue d’Héritôt
loin de la pompe ans. Nous avons sympathisé et nous pas manquer, Elise Hameau ballade
préfèrent le panache des trois
des starts-up du partageons la même vision du luxe et de son stylo sur tous les fronts. Il faut
mousquetaires à la ruse de Poil de
début des années la communication”. Au sein de dire que cette jeune
carotte… Quatre ans plus tard, avec le journaliste, depuis
2000. L’ostentation est inutile quand Prestigium, elle est en charge des
soutien des Chevaliers d’Entreprise et on compte Chanel, Dior, Hermès ou partenariats avec les marques. Des quatre mois chez
d’autres investisseurs providentiels, encore Vuitton parmi ses clients. Au jeux-concours pour Chanel ou le Prestigium, n’est pas
Prestigium est le n°1 du luxe sur Internet. centre, Anne-Sophie Berbille et Salon Automobile de Genève mais arrivée là par hasard :
Un guide unique, décliné en quatre Guillaume de Piédoüe d’Héritôt, aussi des partenariats à l’occasion “J’ai fait une école de
portails, et reconnu par les plus grands : deux des associés fondateurs. De ce stylisme mais je me
Dior, Hermès, Vuitton, Chanel, Boucheron, point central, ils animent l’équipe : suis rendu compte que
etc. Des centaines de marques, des webmestre, journaliste, chargées des je préférais parler de la mode plutôt que
milliers de produits, une mine relations et des partenariats avec les de la faire”. Qu’à cela ne tienne, une
d’information sur les tendances, et marques. école de journalisme plus tard, la
surtout, une vision éditoriale qui place Au programme du jour, la mise en découverte d’un vrai plaisir à écrire,
Prestigium au niveau des meilleurs ligne, sur la page d’accueil de presti- voilà ses deux passions réunies. Sans
magazines de mode. Car il ne suffit pas gium-fashion.com, d’un jeu-concours oublier les cruelles obligations du
de suivre la mode, Prestigium veut être à exclusif avec la marque Vuitton. À métier : tester les restaurants, essayer
l’avant-garde et créer la tendance. Les gagner, une quinzaine d’exemplaires les salons de massage… Une siné-
marques de luxe ne s’y sont pas trompé : du City Guide (9 livrets imprimés sur cure ? La difficulté est ailleurs : trou-
papier bible, 30 villes d’Europe) édité ver le juste ton, sortir du langage
le site est devenu un de leurs médias
par la marque au monogramme fami- passe-partout des dossiers de presse,
favoris pour leurs campagnes
lial. Avoir convaincu une marque lire et lire encore, être à l’affût, la
publicitaires.
aussi prestigieuse d’associer son nom à curiosité toujours en bandoulière.
Les investisseurs qui se présentent non
la gratuité n’est pas la moindre des
plus : ils s’engagent aujourd’hui pour une réussites de Vérane Bonal : “On ne d’événementiels liés à l’univers du Une curiosité qu’Elena Guerrero a dû
levée de fonds d’un million d’euros afin propose pas un jeu-concours sans l’inté- luxe. En mai et juin, le Rallye des doubler de patience
d’étoffer l’offre du groupe et de lancer grer dans une présentation qui valorise Princesses, le festival de Cannes et le et de flair. Il lui en
une offensive internationale sur les la marque”. C’est l’un des savoir-faire Grand Prix de Monaco, trois événe- faut pour s’immer-
marchés émergents. de Prestigium : proposer un écrin à la ments haut de gamme que Prestigium ger dans la culture et
Reportage, portrait, interview et hauteur du produit et cohérent avec accompagne avec un numéro spécial l’histoire de dizaines
témoignage... Bienvenue chez Prestigium. l’univers de la marque. Ici, un numéro consacré à la Riviera. de marques et sélec-

16 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 17
FOCUS REPORTAGE PORTRAIT FOCUS

Anne-Sophie Berbille,
tionner parmi des milliers de produits Duchesse de Vacheron Constantin ques de luxe, le design compte un rédactrice en chef
ceux qui correspondent le mieux à la (799 900 €), le luxe n’a plus de secret nombre déconcertant de créateurs
tendance made in Prestigium. C’est le pour elle. Et comme les quatre sites dans le monde entier. Il faut encore et associée fondatrice
cœur du métier de Prestigium : à par- Prestigium (femme, homme, joaille- séduire ces marques pour lesquelles
tir des look book des marques (catalo- rie, horlogerie) ne suffisaient pas à Prestigium est assez méconnu. Mais
gues présentant les dernières collec- calmer son appétence, les trois asso- l’équipe de Prestigium peut compter
tions et les nouveautés), il faut isoler ciés de Prestigium lui ont confié la sur un atout de taille : “il est plus facile
de convaincre les marques de design


avec le travail qui a été fait depuis qua- l’idée qu’elle veut promou-
tre ans auprès des plus grands noms du voir de la femme, elle l’a
tient surtout d’un œil édu-
entre les marques
luxe. Quand elles voient la qualité de
notre travail pour Boucheron ou Dior, qué à l’image : “Une image,
c’est une explication de texte ;
et les médias,
elles n’hésitent plus à nous confier leurs
il y a un rapport
“J
produits”, souligne Eléna Guerrero. e sais l’image que je veux quand on a les clés d’inter-
Quand elle rejoint Prestigium en proposer de la femme d’au- prétation, on peut se lancer
décembre 2005, c’est avec l’excitation jourd’hui : élégante, gla-
mour, sans clinquant, une femme auto-
dans l’éditorial sans crainte”.
Ses études littéraires lui ont
de séduction
de participer à une aventure hors
norme, un pari osé pour tout dire... nome, qui avance (…)”. Une femme à
son image ? La silhouette est élancée,
fourni les outils d’analyse,
son goût immodéré pour la
et de pouvoir.
En plus d’Anne-Sophie Berbille,
Guillaume de Piédoüe d’Héritôt et l’élégance discrète, le regard persuasif
et l’allure décidée. Tout porte à croire
publicité a parfait son
talent.
La considération,
Emmanuel de Boisset, nos trois asso-
les pépites qui se retrouveront en réalisation d’un nouveau site, entière- ciés, l’équipe ne compte alors qu’un qu’Anne-Sophie Berbille, la très jeune
rédactrice en chef de Prestigium, a
A 22 ans, elle décide de tro-
quer les délices d’un
on l’obtient à force
bonne place sur les sites Prestigium. ment consacré à l’univers du design. webmestre, Daniel Boyer.
de dire non

Accessoires homme ou femme, Le principe demeure le même : un C’est toute la force de Prestigium : fait sien ce portrait de la femme Flaubert contre l’aridité de
chaussures, ceintures, lunettes de vue guide produit qui permet, à partir de avoir su créer une équipe de profes- moderne. l’analyse financière : direc-
ou de soleil, de la bague en or jaune et critères (marque, prix, catégorie, sionnels et de passionnés pour mettre La veille encore, à la grand-messe de tion l’Ecole Supérieur de
rubis de Boucheron (7 500 €) au col- genre) de trouver la table de ses rêves l’univers du luxe à portée de clic du l’horlogerie mondiale de Genève, elle Commerce de Rouen où elle rencon- l’objet d’aucun phantasme, Anne-
lier Ultra de Chanel (90 000 €), de et un magazine avec reportages, inter- plus grand nombre. Le Jacobin que scrutait les nouvelles collections, tre Emmanuel de Boisset. Il lui pro- Sophie Berbille n’en défend pas
la montre Grand Neuf de Mellerio views et dossiers. La tâche est fut un temps Louis Philippe n’aurait s’émerveillait de la montre “Ballon pose un projet dans le luxe. La voilà moins l’idée d’une femme belle au
dits Meller (15 000 €) à la Kalla immense car à la différence des mar- pas mieux dit : Révolutionnaire ! ■ bleu” de Cartier à son poignet, et associée fondatrice : “On a commencé quotidien : “Habillez-vous bien, met-
s’adonnait, entre les conférences de à travailler comme des fous, tout un été, tez vos charmes en avant, assumez votre
presse des grandes marques, à l’exer- pour créer le site. C’était peut-être liberté, aimez-vous tout simplement !”
LES ACTIONNAIRES DE PRESTIGIUM cice de cet art si subtile et essentiel inconscient mais quatre ans plus tard, Propager ce message, c’est aussi la
Les Chevaliers d’Entreprise Cap Innova France et Cap Innova.Net pour Prestigium : nouer une relation nous avons gagné notre pari : convain- vocation de Prestigium ■
Vincent Bastien Ancien directeur général de Vuitton, PDG de Partenaires-Livres de confiance avec les grandes mar- cre Chanel, Dior ou Vuitton que
Arnauld de la Boulaye PDG de A2B Conseil ques. Anne-Sophie Berbille le sait Prestigium est le média qui leur man-
bien : “Entre les marques et les médias, quait”. Anne-Sophie Berbille en est
Philippe Clermont Membre du Ministère de la Défense
il y a un rapport de séduction et de pou- convaincu : Prestigium, c’est aussi un
Jean Colette Vice-président de Publicis Etoile
voir. La considération, on l’obtient à miroir tendu à des marques qui ont
Bernard Delvallée Directeur Général de Darty France force de dire non”. Les produits mis en besoin de se renouveler, de se remet-
Xavier Gignoux Directeur de Mc Cann Interactive et PDG de MDO avant sur les sites de Prestigium ? Un tre en cause. Qu’un sac Vuitton ne
Olivier Guillaumin PDG de Netgem choix éditorial sans pression, en toute soit pas mis en avant sur le site, c’est
Jean-Claude Vanier Conseiller du président du groupe Crédit Mutuel et Caisse d’Epargne liberté. Avec un outil de sélection que pour la marque un indice précieux : il
les années ont rendu redoutable : l’in- ne correspond pas à la tendance façon
Marc Simoncini, PDG et fondateur de Meetic, leader des sites Internet de rencontre,
tuition. Cette capacité à sélectionner Prestigium !
a annoncé jeudi 7 juin son intention d’entrer au capital de Prestigium
les produits les plus en phase avec Si l’univers du luxe n’est pour elle

18 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 19
FOCUS L’INTERVIEW L’INTERVIEW FOCUS

Emmanuel de Boisset Emmanuel de Boisset


Prestigium est un média prescripteur
pour Prestigium une deuxième
source de revenus qui vient conforter
et Guillaume de qui, par sa vision éditoriale et son
contenu (actualités, reportages, inter-
les recettes publicitaires : chaque
internaute que nous conduisons vers
Piédoüe d’Héritôt, views), se pose comme créateur de
tendance. C’est pour les grandes mar-
le site de vente de la marque déclen-
che une commission pour nous.
associés fondateurs ques un regard pertinent sur leurs
produits. L’avantage pour elles c’est
Cependant, le e-commerce sera un
revenu additionnel tandis que les
aussi de pouvoir toucher un public recettes publicitaires représenteront
qualifié d’internautes qui viennent toujours 80 % de nos revenus. C’est
BAN - Les marques de luxe n’avaient pant le concept de corner. Le corner, régulièrement sur nos sites pour un un système que nous mettrons en
pas perçu l’importance du média c’est l’intégration systématique du aperçu des tendances, des collections, place à la fin de l’année 2007.
Internet, par manque de visibilité. produit dans l’univers de la marque, des nouveaux produits de l’ensemble
Comment êtes-vous parvenus à les qui permet de conserver la part de des marques. Les sites Prestigium
Emmanuel de Boisset, convaincre ? rêve associée à celui-ci. Par exemple, offrent le même intérêt qu’un maga- Guillaume de Piédoüe d’Héritôt, BAN - Recettes publicitaires ou com-
Président sur la fiche produit d’un sac Hermès, sin comme Le Printemps : réunir en Directeur Général missions, tout repose sur le trafic sur
Business Angels News G. P. d’H. - Le luxe est effectivement apparaissent le logo de la marque et la un même lieu l’ensemble de ce qui se porte d’une boutique de luxe ou les sites Prestigium. Quels types d’in-
Quelle est l’offre de Prestigium aux un secteur où les barrières à l’entrée photo d’un modèle du défilé de la der- fait de mieux dans la mode, la joaille- bien des clients habitués des bouti- ternautes recherchez-vous ?
marques de luxe ? sont très difficiles à franchir. Les mar- nière collection. rie ou l’horlogerie. On pousse aussi ques mais qui réalisent un achat sur
ques de luxe pratiquent la communi- Il nous a fallu près de quatre ans pour plus facilement la porte d’un grand une impulsion. Nous sommes donc G. P. d’H. - C’est vrai, le premier
Guillaume de cation sélective, c’est-à-dire qu’elles travailler avec Dior, Chanel et magasin que d’une boutique de luxe. convaincus qu’il n’y a pas de concur- objectif d’un site comme le notre,
Piédoüe d’Héritôt sélectionnent les supports sur lesquels Vuitton, les trois plus grandes mar- Surtout, la qualité et la diversité de rence avec le réseau physique. C’est c’est d’avoir du trafic et ensuite, que
Notre offre est essentiellement publi- elles communiquent en considérant ques de luxe. La concurrence est très l’offre Prestigium autorisent la flâne- un service complémentaire. Mais la celui-ci soit qualifié, c’est-à-dire
citaire, bien que le modèle soit amené qu’elles y associent leur image tentante mais les obstacles pour être rie de l’internaute dans les différentes vocation de Prestigium n’est pas le constitué d’internautes avec un cer-
à évoluer. Le site prestigium.com se rubriques, ce qui permet des coups de commerce en ligne. Notre rôle est tain pouvoir d’achat.


décline en quatre sites thématiques. cœur et des envies d’achat que les d’aider le lecteur à qualifier son Nous avons identifié trois profils
Chacun d’eux est dédié à un univers Aujourd’hui, les marques seuls critères utilitaires ne peuvent
expliquer.
achat de produit de luxe. Une fois d’internautes sur nos sites. Le pre-
(mode femme, mode homme, joaille- sur la fiche d’un produit, l’inter- mier est dit "no limit", il concerne
rie, horlogerie) et propose une partie ont compris la nécessité de leur naute aura deux solutions : soit il des consommateurs très initiés qui
éditoriale et un guide shopping. Les consulte les adresses des boutiques achètent Place Vendôme ou Avenue
présence sur Internet

marques peuvent ainsi réaliser leur BAN - Pourra-t-on acheter en ligne pour réaliser son achat, soit nous le Montaigne, deux à trois fois par
campagne publicitaire sur le site sur les sites Prestigium ? conduisons, par un lien, vers le site mois. Quant aux consommateurs
adapté à leur cœur de cible. Par exem- (contrairement à la démarche de la acceptés et reconnus par les marques de vente en ligne de la marque. dits "réguliers", ils connaissent les
ple, si elles souhaitent s’adresser aux grande consommation pour qui toute sont si difficiles à passer que peu sont E. de B. - Le e-commerce est possible Passer par Prestigium lui permet de codes et l’identité de la marque mais
passionnés de montres, leur publicité cible est bonne à prendre). prêts à en assumer les coûts ! dans le domaine du luxe. Vuitton a choisir son produit et d’identifier les ne font qu’un achat par mois. Enfin,
sera uniquement présente sur le site Communiquer sur un support, c’est le L’autre frein au développement du commencé à le développer les "excursionnistes", une caté-


prestigium-jewelry.com, tandis cautionner, et elles ne cautionnent luxe sur Internet, c’était la maturité sur son site et d’autres gran- gorie large qui rassemble des
qu’une campagne sur l’ensemble des que des supports qui véhiculent leurs du marché. Aujourd’hui, les marques des marques vont suivre. Le Notre rôle est consommateurs qui s’offrent
sites conviendra à une cible plus large, valeurs, qui appartiennent au même se sont réveillées car elles ont compris commerce en ligne a sa place au moins tous les deux ans un
moins qualifiée. monde. L’enjeu était donc de créer un la nécessité de leur présence sur s’il ne vient pas déstabiliser d’aider le lecteur accessoire jusqu’à 500 euros.
Concrètement, il s’agit d’encarts climat de confiance avec les marques Internet. Nous sommes actuellement les réseaux officiels de distri- Augmenter le trafic des "no
publicitaires, le plus souvent de et de leur démontrer notre savoir- en plein rattrapage par rapport au bution, les boutiques. à qualifier son achat limit" est important en terme
grands formats verticaux, les plus faire. C’était le sésame pour obtenir marché américain qui, comme d’habi- L’expérience prouve que la d’image mais ce n’est pas la
de produit de luxe

typiques du luxe, avec un graphisme des budgets publicitaires. Nous y tude, a quatre ans d’avance sur nous. vente sur Internet est pure- seule cible. Effectivement,
et une patte éditoriale que les magazi- sommes parvenus grâce à la qualité de ment additionnelle. Elle dans les années 1980, avant
nes de mode les plus réputés nous ont notre travail éditorial et au respect de concerne des achats qui n’au- l’industrialisation du secteur
inspiré. Il nous revenait de réussir la leur code génétique, que nous avons BAN - Quel intérêt représente raient pas eu lieu autrement : des sites des marques qui proposent la du luxe, les consommateurs initiés
transposition sur Internet. transposé sur Internet en y dévelop- Prestigium pour les marques de luxe ? clients qui n’osent pas pousser la vente en ligne. Bien entendu, c’est faisaient 80 % du chiffre d’affaires

20 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 21
FOCUS L’INTERVIEW REGARD FOCUS

“ Prestigium, le média
des grandes marques. Mais
aujourd’hui, les marques font 80 % La levée de fonds
de leur chiffre d’affaires avec la cible
des excursionnistes grâce aux par- doit financer notre émergence des grandes marques de luxe
fums et aux produits d’entrée de
à l’international

gamme. Notre ambition dépasse
donc largement la stratégie de niche.
Sur prestigium-fashion.com, dédié à
la mode femme, on compte seule- comme le magazine Vogue, ne sont importante : inutile de les convaincre duits, la force du gra- pagne, cette fois pour un parfum, dès
ment 8 % d’initiés, 23 % de réguliers pas encore positionnés sur ces mar- qu’il s’agit d’un secteur économique phisme, la beauté des le mois de septembre.
et 69 % de consommateurs grand chés. Prestigium doit donc y prendre en plein développement et qu’il y a visuels et surtout la per- Pour l’instant, les produits de beauté
public ! toute sa place. une place fondamentale à prendre sur tinence de la ligne édito- et les parfums réalisent l’essentiel des
Internet. Ils en sont pleinement per- riale. Prestigium répond campagnes publicitaires mais l’horlo-
suadés. Les investisseurs qui ne à toutes nos attentes. Il gerie et la joaillerie comme le prêt-à-
BAN - Quelle communication de est le seul site à proposer porter ont commencé à exploiter le
BAN - Pour assurer votre développe- connaissent pas le marché ont du mal
notoriété avez-vous mis en place ? une vraie vision édito- média Internet. Le potentiel de déve-
ment, vous envisagez une levée de à percevoir l’ampleur du travail que
nous avons réalisé, en particulier le riale de l’univers du loppement de Prestigium est donc
G.P. d’H. - Nous sommes partenaires fonds auprès d’investisseurs. Quels en
franchissement des barrières à l’entrée luxe. Son équipe fait un très fort. Prestigium peut devenir
exclusifs des sites Internet du sont les objectifs ?
de ce secteur pour être reconnu véritable travail de jour- rapidement un média aussi perfor-
Financial Times et des Echos, ce qui nalisme sur le Web. C’est mant et puissant que le magazine
E. de B. - La levée de fonds doit comme un partenaire de confiance
nous permet de toucher une clientèle pourquoi Prestigium ne Elle. Beaucoup de jeunes femmes ne
financer notre émergence à l’interna- par les marques.
masculine intéressante. Il s’agit le plus doit pas craindre l’arri- lisent pas de magazines féminins et
tional mais ce n’est pas le seul objec- En plus des fonds, ces investisseurs
souvent d’un espace co-brandé sur vée de Firstluxe, un s’informent sur Internet. Prestigium
tif. Nous devons améliorer les fonc- devraient nous apporter leur exper-
lequel sont présents des annonceurs, concurrent dont l’offre est là pour les informer, les éduquer
tionnalités actuelles du site, tise. Nous attendons d’eux une
les recettes étant partagées entre le n’est qu’un simple cata- et leur donner envie. Prestigium doit
développer un nouveau logiciel de grande confiance dans notre manage-
partenaire et Prestigium. Sur le site

L
ment. Anne-Sophie, Guillaume et orsque j’étudie l’opportunité logue de produits, alimenté par les absolument accélérer sa reconnais-
des échos par exemple (www.lese- référencement, créer des espaces par-
moi-même sommes aujourd’hui les d’une campagne publicitaire marques elles-mêmes. C’est sans sance médiatique, au-delà des profes-
chos.fr/luxe), nous présentons un tenaires, et surtout mettre en place
associés majoritaires du groupe. dans un média, je prends en intérêt pour des marques comme sionnels du secteur. Il ne faut pas
catalogue de luxe. Nous avons voca- une équipe éditoriale plus étoffée. Le
compte non seulement sa puissance LVMH ou la notre. hésiter à faire des relations publiques
tion à développer ce type de partena- contenu éditorial et la qualité du réfé-
mais surtout sa qualité et
riat car il nous permet de capter une rencement du site sont les deux clés
son adéquation à l’univers
de notre développement. Maintenant


clientèle qualifiée et déjà segmentée BAN - Quelles sont vos perspectives et à la culture de notre
par la qualité des supports partenaires. que nous avons su gagner la confiance
des marques les plus prestigieuses,
en termes de chiffre d’affaires ? marque. J’ai longtemps
hésité devant Internet car
Prestigium peut rapidement devenir
nous devons générer un trafic suffi- G. P. d’H. - Aujourd’hui, nous som- aussi puissant que le magazine Elle

les sites que l’on me propo-
BAN - Votre activité ne se limite pas samment fort pour que les annon- mes à l’équilibre sur la trésorerie. sait n’étaient absolument
à la France. Quel est votre développe- ceurs réalisent de plus en plus de Nous avons réalisé une première levée pas à la hauteur. Ils étaient
ment à l’international ? campagnes publicitaires sur les sites de fonds pour financer nos premiers commercialisés comme de la presse Nous avons réalisé une première et une campagne média télévision
Prestigium. investissements. Nous souhaitons magazine, c’est-à-dire qu’ils nous campagne sur Prestigium pour des doperait rapidement sa puissance ■
E. de B. - Nous travaillons en prio- maintenant accélérer le rythme car il offraient une page ou une double produits de l’horlogerie. Notre direc-
rité les marchés émergents, en parti- y a un marché à saisir et une place de page de publicité, des bannières ou tion artistique a travaillé main dans Directrice des achats média
culier Dubaï (Emirats Arabes Unis), BAN - Quel type d’investisseurs leader à conserver. Notre objectif des pop up. Si nous décidions d’aller la main avec eux. Les résultats ont été d’une grande marque de luxe française
l’Inde et la Chine, avec un site dédié recherchez-vous ? cette année est de doubler le chiffre vers Internet, ce n’était pas pour excellents : cette campagne a généré
pour chacun de ces pays et une ges- d’affaires de 2006. Maintenant que communiquer d’une façon identi- une forte augmentation de l’audience
tion locale de la tendance grâce à des E. de B. - Nous négocions actuelle- nous avons fait le plus dur - la que. Notre objectif est simple : sur le site de notre marque. Outre la
correspondants. Dubaï est la plaque ment avec plusieurs fonds d’investis- confiance des marques, un contenu conduire l’internaute, par un système qualité de la présentation sur le site,
tournante du shopping en Asie tandis sement. Tous ont une parfaite éditorial de qualité et un référence- de liens, vers le site de notre marque. c’est le principal critère d’évaluation
que la Chine et l’Inde sont en plein connaissance du marché du luxe. ment efficace - nous tablons sur une Nous avons donc privilégié la qualité d’une campagne Internet. Nous
éveil. De grands acteurs du secteur, C’est pour nous une condition croissance exponentielle ■ du support, la présentation des pro- avons donc prévu une nouvelle cam-

22 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 Business Angels News n°1 - Juin/Juillet/Août 2007 23