Vous êtes sur la page 1sur 26

CHAP 3: système triphasé

1. Introduction

a- Définition

On appelle tensions (courants) triphasées, trois tensions (courants)


sinusoïdales alternatives, de même fréquence, de même valeur
efficace et régulièrement déphasées de 120°.

b- Pourquoi

• Le transport d’énergie électrique s’effectue en triphasé car une ligne


triphasée dissipe moins d’énergie électrique qu’une ligne monophasée.

• La production d’énergie s’effectue en triphasé car à puissances égales, une


machine triphasée sera moins couteuse qu’une machine monophasée (le prix
des machines est directement lié à leur masse et à puissance égale, une
machine monophasé est une fois et demie plus lourde qu’une machine
triphasée).
CHAP 3: système triphasé
c- le réseau de distribution
• la source : alternateur triphasé.
• la charge : récepteur triphasé formé, s’il est équilibré, de 3 impédances
identiques
• la ligne : 3 fils identiques appelés phases et 1 fil appelé neutre

On appelle tensions simples les tensions v entre un fil de phase et le


neutre.

On appelle tensions composées les tensions u entre deux fils de phase.


CHAP 3: système triphasé
2. Etude des tensions simples

a-Définition
• notée v, une tension simple, est la tension entre phase et neutre.

v1, v2 et v3 sont des tensions de même valeur efficace


V = vmax / √2
et sont déphasées de 2π/3 (=120°)
Pour le réseau :

Caractéristiques du réseau le plus fréquent :


f = 50 Hz
V = 230 V
φ = 120 °
CHAP 3: système triphasé
b- Equations
On choisit v1 comme tension de référence :

c-Vecteurs de Fresnel

• pour un système triphasé équilibré, on a :


CHAP 3: système triphasé
3- Tensions composées
a-Définition
• notée u, une tension composée, est la tension entre 2 fils de phases : u12 ;
u23 ; u31 :

• les tensions composées ont même fréquence que les tensions simples.
• u12 + u23 + u31 = 0 car (v1 – v2) + (v2 – v3) + (v3 – v1) = 0

Caractéristiques du réseau :
f = 50 Hz
U = 400 V
φ = 120 °
CHAP 3: système triphasé
b- Vecteurs de Fresnel

On a :
• Vecteurs composés de même norme donc les tensions composées ont
même valeur efficace
• Les tensions composées sont déphasées de 2π/3 l’une par rapport à l’autre.
• u23 est en quadrature retard sur v1.
• u31 est en quadrature retard sur v2.
• u12 est en quadrature retard sur v3.
CHAP 3: système triphasé
c- Relation entre U et V
Loi des branches :
u12= v1 - v2
u23= v2 - v3
u31= v3 - v1
On a U = V √3
CHAP 3: système triphasé
4.Récepteurs triphasés équilibrés
Récepteurs constitués de 3 impédances Z = [Z ; φ]
Le courant qui traverse les dipôles est j : courant par phase.
Le courant qui circule dans les fils des lignes est i : courant de ligne.

a-Couplage étoile (Y )

Chaque phase du récepteur est soumise à une tension simple et est parcouru
par un courant de ligne i = j.

On a donc: I1 = I2 = I3 = I et I = J = V / Z

Le récepteur est triphasé équilibré et le système de tensions simples aussi


donc :
CHAP 3: système triphasé
Conclusion : lorsque l’installation est équilibrée, l’intensité dans le fil de
neutre est nulle.

Fresnel :
CHAP 3: système triphasé
b- Couplage triangle (∆)

Les courants j1, j2et j3 sont appelés courants de phase


Chaque phase du récepteur est soumise à une tension composée et i ≠j
On a donc :

Donc en valeur efficace : J12 = J23 = J31 = U / Z = J


On a:
i1 = j12 – j31
i2 = j23 – j12
i3 = j31 – j23

Donc I = J.√3
CHAP 3: système triphasé
Fresnel:
CHAP 3: système triphasé
Plaque signalétique

→ réseau de tension : les valeurs efficaces des tensions d ’ un réseau


triphasé sont souvent indiquées sous la forme V / U. S’il y a qu’une tension,
c’est U.

→ récepteur de tension : il faut veiller à ce que les tensions acceptées par


le récepteur soient compatibles à celles du réseau.

La plaque du récepteur, indique la tension acceptable aux bornes de


chaque phase de récepteur.
CHAP 3: système triphasé
b- Puissances en triphasé

Rappel en monophasé
Puissance active : P = UI.cosφ U en V ; I en A ; P en W
Puissance réactive : Q = UI.sinφ U en V ; I en A ; Q en Voltampères
réactifs (VAR)
Puissance apparente : S = UI U en V ; I en A ; S en Voltampères
(VA)

Relation entre les puissances : S² = P² + Q²

c-Théorème de Boucherot

La puissance active (respectivement réactive) absorbée par un groupement


de récepteurs est égale à la somme des puissances actives (respectivement
réactives) absorbées par chaque récepteur du groupement.
Ptot = P1 + P2 + P3 + ...
Qtot = Q1 + Q2 + Q3 + ...

Attention!! il n’en est pas de même pour les la puissance apparente. On la


calcule ensuite :
S = √ (P² + Q²)
CHAP 3: système triphasé
c- Puissance pour un récepteur en étoile

Chaque phase du récepteur est traversée par i et a v à ses bornes.

• Donc P1 = P2 = P3 = VI.cosφ (pour une phase)


Pour tout le récepteur : P = 3VIcosφ or V = U/√3
Donc P = √3.U.I.cosφ

• De même Q1 = Q2 = Q3 = VI.sinφ
Donc Q = 3VIsinφ = √3.U.I.sinφ

• Et on a S = √(P² + Q²) =√3 UI


CHAP 3: système triphasé
Puissance pour un récepteur en triangle
Chaque phase du récepteur est traversée par j et a u à ses bornes.

• Donc P1 = P2 = P3 = UJcosφ (pour une phase)


Pour tout le récepteur : P = 3UJcosφ or J=I/√3
Donc P = √3.U.I.cosφ

• De même Q1 = Q2 = Q3 = UJ.sinφ
Donc Q = 3UJsinφ = √3.U.I.sinφ

• Et on a S = √(P² + Q²) =√3 UI


CHAP 3: système triphasé
Conclusion

Quelque soit le couplage (étoile ou triangle) les puissances s’expriment de


la même façon.

P = √3.U.I.cosφ
Q = √3.U.I.sinφ
S = √3 UI
CHAP 3: système triphasé
6. Mesure de puissances

a- Mesure d’une puissance triphasée avec un wattmètre

On branche le circuit courant en série sur la ligne 1 et le circuit tension


entre 1 et n ; on mesure W1n = V1.I1.cosφ

Donc la puissance active consommée par le récepteur vaut :


P = 3.W1n = 3.V1.I1.cosφ
CHAP 3: système triphasé
b- Méthode des deux wattmètres

Le wattmètre 1 indique W13 = I1.U13.cosφU13/I1


Le wattmètre 2 indique W23 = I2.U23.cosφU23/I2

Alors :
P = W13 + W23
Q = √3 (W13- W23)
CHAP 3: système triphasé
c- Méthode du wattmètre triphasé

Le wattmètre indique alors directement la puissance consommée par le


récepteur triphasé.
CHAP 3: système triphasé
7. Facteur de puissance

a- Définition
• fp = P / S
• en sinusoïdal triphasé : P = √3.U.I.cosφ ⇒ fp = cosφ
S =√3.U.I

b- Relèvement du facteur de puissance

Une installation alimentée par (220/380V) constitue une charge triphasée


de facteur de puissance fp.
Cette installation appelle une puissance active P.

Or: P = √3.U.I.cosφ ⇔ I = P / √3.U.cosφ ⇔ I = P / √3.U.fp


Donc, I sera d’autant plus faible que fp sera grand.

Or ONEE, pour minimiser ses pertes (effet Joule lors du transport), veut avoir
I le plus faible possible. Il faut donc avoir un fort facteur de puissance.

Pour relever le fp, on ajoute trois condensateurs identiques.


CHAP 3: système triphasé
COMPENSATION DE L’ÉNERGIE RÉACTIVE
1. Inconvénients de présence de la puissance réactive

L’accroissement de l’intensité consécutive à la présence de puissance


réactive a pour conséquences :

• Accroissement de la chute de tension dans les câbles


• Augmentation des pertes Joule dans les câbles
• Facture ONEE supérieure
• Surdimensionnement des installations
• Usure prématurée de l’appareillage

2- Quantifier la puissance réactive

Le facteur de puissance permet d’évaluer indirectement le niveau de


puissance réactive présent dans une installation.

Par définition, le facteur de puissance est donné par :


fp = P / S
CHAP 3: système triphasé
3- Principaux consommateurs de puissance réactive

4. Techniques de compensation

La compensation de l’énergie réactive concerne presque exclusivement les


installations triphasées.
Actuellement, la production d’énergie réactive est confiée à des batteries de
condensateurs.
CHAP 3: système triphasé
5- Puissance réactive produite par un condensateur

Un condensateur de capacité C, présentant à ses bornes une tension U de


pulsation ω fournit une puissance réactive de :

Techniques de détermination de la puissance réactive nécessaire à la


compensation.

On connaît :
- la puissance active de l’installation
- son facteur de puissance actuel cos (φi)
- le facteur de puissance souhaité cos (φf)
CHAP 3: système triphasé
a- Méthode graphique

On trace le triangle des puissances à l’échelle. On détermine ainsi la


puissance réactive actuelle.
On trace le nouvel angle φ ce qui permet de connaître la nouvelle puissance
réactive de l’installation.
La puissance réactive de compensation est obtenue par différence. (Voir en
annexe la technique de tracé d’un angle dont on connaît le cosinus).
La méthode se poursuit par le calcul de la capacité de chacun des trois
condensateurs.

b- Par calculs

La puissance réactive actuelle est donnée par Qi = P × tan (φ i)


La puissance réactive souhaitée est donnée par Qf = P × tan(φ n)
La puissance réactive de compensation est donnée par la différence

Qc = Qi −Qf
CHAP 3: système triphasé
Couplage étoile
Lorsque le facteur de puissance augmente de cos  initial à cos  final le
déphasage diminue et la puissance réactive diminue de Qi = P tan i à Qf =
P tan f.
Cette différence Qc = Qi - Qf est fournie par trois condensateurs de
capacités unitaires C, alimentés sous la tension V, donc de puissance réactive
totale :
Qc = 3 V² C 

On en déduit :

C = P ( tan i - tan f ) C = P ( tan i - tan f )


3 V²  U² 
CHAP 3: système triphasé
Couplage triangle
Lorsque le facteur de puissance augmente de cos  initial à cos  final le
déphasage diminue et la puissance réactive diminue de Qi = P tan i à Qf =
P tan f.

Cette différence Qc = Qi - Qf est fournie par trois condensateurs de


capacités unitaires C, alimentés sous la tension U, donc de puissance
réactive totale :

Qc = 3 U² C 

On en déduit :

C = P (tan i - tan f)


3 U² 

Remarque :
Le couplage triangle des condensateurs est plus avantageux car leur
capacité est trois fois plus petite qu’en couplage étoile.