Vous êtes sur la page 1sur 92

i

EPIGRAPHE

“Nul ne tiendra devant toi, tant que tu vivras. Je serai avec toi, comme
j’ai été avec Moise, je ne te délaisserai point, je ne t’abandonnerai
point.”

(josué 1:5)
ii

DEDICACE

Ce présent travail est le fruit d’une longue lutte que nous avons menée
pour triompher ce travail de cycle selon laquelle “ tout est possible à
celui qui croit.”

Nombreuses personnes ont apporté leur soutien d’une façon ou d’une


autre dont le travail leur est dédié:

A mes parents: LESA NZINGA WILLY et MPEMBA KINSANSA Hortense ;

LESSA BUENSE Japhet


iii

REMERCIEMETS

Nous remercions dans un premier temps, notre Dieu le tout puissant,


créateur des cieux et de la terre; qui nous a accordé le soufflé de vie
afin d’arriver au terme de notre cycle de formation, que l’honneur et
la gloire lui soit rendus.

Nous tenons à remercier les autorités académiques de l’Institut


Supérieur de Techniques Appliquées (ISTA/KIN) pour avoir assure notre
formation et pour tous les services qu’ils nous ont rendus.

Nous remercions également le professeur et le


CT. MANGUMBE ZANDI Chico, qui malgré leurs nombreuses occupations
ont bien voulu diriger et codiriger ce travail.

Nous remercions également l’Ir. MANTENDI BAVINGA Herman pour sa


bonne volonté d’avoir accepté d’encadrer ce travail de fin de cycle.

Nous remercions nos parents, particulièrement à notre soeur Merveille


LESA MBILA et Ornelle LESA MANZANZA, qui n’ont pas laché de nous
soutenir durant toute la période de notre formation.

Nos remerciements:

- A nos soeurs et frères: Merveille LESA, Ornela LESA, Princille LESA


et mon défunt frère Exaucé LESA

- A nos neveux, nièces, cousin et cousines : Elsa MUNTU, Liam


MUNTU, Christian BOSOMBO, Hans MANIA, Abigael SIDIBE, Kevine
BOSOMBO, Vanick BOSOMBO.

- A mes amis : Ir. Herman MANTENDI, Ir. NKENENE LUZOYADIO, Ir.


Gedeon MWENDA, Ir. Gloire KHUNGOLU, Christian NSAMBU et
Lionel MAVUNGU.

Nous exprimons notre reconnaissance aux messieurs Fiston MUNTU et


Hugues SUNGO pour le soutien moral que matériel.

LESSA BUENSE Japhet


iv

LISTE DES ABREVIATIONS

BIS : Bande intermédiaire satellite


HD: Haute définition
BP : Bande passante

HF : Haute Fréquence
VHF :Verry Haute Fréquence
UHF :Ultra Haute Fréquence
FM : Fréquence modulée
TV : Télévision
LNB : Low noise block
SAT : Satellite
IP : Internet Protocol
IPTV : Internet Protocol télévision
UTP : Unshielded Twisted Pair
STP : Shielded Twisted Pair
UIT : Union Internationale des Télécommunications
SFS : service fixe par satellite
SMS : service mobile par satellite
SRS : service de radiodiffusion par satellite
CC TV : Canal Congo Télévision
CKTV : Canal Kin Télévision
CEBS : Congo Education Broadcasting System
RTNC : Radio-Télévision nationale congolaise
FM: Famille Malewo

TNT: Télévision numérique terrestre


DVB/S2: Digital video brodcasting satellite
v

LISTE DES TABLEAUX

Tableau III.1. Les fréquences des services satellites dans la région 1.


1

CHAPITRE l : ETUDE THEORIQUE DE LA TELEDISTRIBUTION

I. 1. INTRODUCTION

La télédistribution ou télévision par câbles coaxiaux est le procédé qui


consiste à transmettre par câbles ou relais hertziens des programmes
télévisés ou des enregistrements vidéo en circuit fermé. La télévision
par câbles, c'est la possibilité de capter non plus deux ou trois
programmes mais plusieurs dizaines, voire des centaines.

I.2. Notions de base sur les antennes

I.2.1. Définition d'une antenne

Une antenne est un dispositif qui permet de transformer l'énergie


électrique en énergie électromagnétique en émission et vis vers sa en
réception afin d'assure la transmission de l'information. On peut les
qualifier comme des adaptateurs d'impédance entre l'espace et
l'émetteur ou le récepteur. La figure I.1. Principe de la transmission
par onde électromagnétique.

Figure I.1. Principe de la transmission par onde électromagnétique.


2

Ainsi on peut définir une antenne en émission ou en réception selon son


mode de fonctionnement. Le rôle de l'antenne d'émission est de
transformer la puissance électromagnétique guidée, issue d'un
générateur en une puissance rayonnée. Dans ce sens, c'est un
transducteur. De façon inverse, la puissance rayonnée peut être captée
par une antenne de réception. Dans ce sens, l'antenne apparaît comme
un capteur et un transformateur de puissance rayonnée en puissance
électromagnétique guidée. Elle joue le même rôle qu'un télescope qui
capte la lumière issue des étoiles et la transforme.
Dans la plupart des cas, une antenne peut être utilisée en réception ou
en émission avec les mêmes propriétés rayonnantes. On dit que son
fonctionnement est réciproque. Ceci est une conséquence du théorème
de réciprocité. Dans quelques cas exceptionnels pour lesquels les
antennes comportent des matériaux non linéaires ou bien anisotropes,
elles ne sont pas réciproques.
Du fait de la réciprocité des antennes, il ne sera pratiquement jamais
fait de différence entre le rayonnement en émission ou en réception.
Les qualités qui seront annoncées pour une antenne le seront dans les
deux modes de fonctionnement, sans que cela soit précisé dans la
plupart des cas.

L'antenne a plusieurs rôles dont les principaux sont les suivants :

 Permettre une adaptation correcte entre l'équipement


radioélectrique et le milieu de propagation
 Assurer la transmission ou la réception de l'énergie dans des
directions privilégiées.
 Transmettre le plus fidèlement possible une information.

I.2.2. Caractéristiques électriques des antennes

Les caractéristiques des antennes sont utiles pour le dimensionnement


des systèmes d'émission réception. Ces derniers sont essentiellement
liés à la forme du rayonnement dans l'espace. Le fonctionnement
normal d'une antenne est d'émettre ou de recevoir le rayonnement à
grande distance.
Un grand nombre de paramètres permettent de classier les antennes
tels que la directivité, le diagramme de rayonnement, la bande
passante, la polarisation, etc. Alors la performance d'une antenne peut
être évaluée à partir de ses paramètres qui sont présentées ci-dessous.
3

a. Diagramme de rayonnement

La représentation graphique de la fonction caractéristique de l'antenne


porte le nom de diagramme de rayonnement. C'est une représentation
du rayonnement en 2-D ou 3-D de la puissance, du gain ou du champ
électrique rayonné à grande distance qui est en fonction de ɵ (angle de
Site : plan vertical) et ϕ (angle d'Azimut : plan horizontal).
Classiquement, on a pris l'habitude de représenter le diagramme de
rayonnement dans deux plans perpendiculaires qui sont : le plan E et le
plan H. Ce sont respectivement les plans pour lesquels les champs
électrique et magnétique atteignent leurs valeurs maximales. En
réalité, l'énergie rayonnée par une antenne est répartie inégalement
dans l'espace, certaines directions sont privilégiées : ce sont les lobes
de rayonnement. Un type plus pratique est l'antenne directionnelle qui
rayonne plus de puissance dans certaines directions et moins de
puissance dans d'autres directions. Un cas particulier de l'antenne
directionnelle est l'antenne omnidirectionnelle, dont le diagramme de
rayonnement peut être constant dans un seul plan (plan E), et varie
dans le plan orthogonal (plan H). Le diagramme de rayonnement de
l'antenne directive est montré dans la figure I.2 :

Figure I.2. Diagramme de rayonnement classique d'une antenne


directive.

 Un lobe principal : est le lobe de rayonnement contenant le


maximum d'énergie et la direction du maximum de rayonnement.
4

 Un angle d'ouverture : l’angle d'ouverture d'une antenne est


l'angle de direction pour lequel la puissance rayonnée est la
moitié de la puissance rayonnée dans la direction la plus
favorable.
 Des lobes secondaires : tous les autres lobes sont appelés lobes
secondaires. Ils représentent le rayonnement de l'antenne dans
les directions indésirables.
 Un lobe arrière (rayonnement arrière) : C'est le lobe secondaire
présent dans la direction opposée à 180 degré du lobe principal.

Dans la plupart des systèmes antennaires, les lobes secondaires sont


indésirables. Une bonne conception d'antenne doit permettre de
minimiser les lobes secondaires.

b. La directivité

La directivité d'une antenne caractérise la manière dont cette antenne


concentre son rayonnement dans certaines directions de l'espace. La
directivité été définie comme : le quotient de l'intensité de
rayonnement dans une direction de l'antenne par la valeur moyenne de
cette intensité de rayonnement pour toutes les directions de l'espace.
Une antenne isotrope rayonne uniformément la même densité de
puissance quel que soit la direction.

(I.1)

Où :

D : la directivité de l'antenne.

U : l'intensité de rayonnement de l'antenne.

Ui : l'intensité de rayonnement d'une source isotrope.


P : la puissance totale rayonnée.

Parfois, la direction de la directivité n'est pas spécifiée. Dans ce cas, la


direction de l'intensité de rayonnement maximale est implicite et la
directivité maximale est donnée par :

(I.2)
5

où :
Dmax : est la directivité maximale.
Umax : est l'intensité de rayonnement maximal.

c. La polarisation

La polarisation est définie comme étant l'orientation du


champ électrique d'une onde électromagnétique. La
polarisation d'une onde est une donnée fondamentale pour
l'étude des antennes. En effet selon la constitution de
l'antenne, elle ne recevra qu'une certaine forme de
polarisation.
La polarisation du champ électromagnétique rayonné par une
antenne est donnée par la direction du champ électrique E. Si
E garde une direction constante dans le temps, on dit que l'on
a une polarisation rectiligne (voir la Figure I.3).
Si la direction varie avec le temps de telle sorte que si, en un point
donné, on schématise les positions successives de E, l'extrémité du
vecteur représentatif décrit un cercle ou une ellipse. On dit alors que
le champ rayonné est à polarisation circulaire ou elliptique.
6

Figure I.3. Polarisation du champ électromagnétique.

d. La bande passante (BP)

La largeur de bande, appelée aussi bande passante, d'une antenne


définit le domaine de fréquences dans lequel le rayonnement de
l'antenne présente les caractéristiques requises. Elle peut être
considérée comme la plage de fréquences qui se situent de part et
d'autres d'une fréquence centrale et ou les caractéristiques de
l'antenne (Impédance d'entrée, diagramme de rayonnement, angle
d'ouverture, polarisation, niveau du lobe mineur, gain, direction du
faisceau) sont acceptables par rapport à celles obtenues avec la
fréquence centrale (fréquence de référence).
La valeur des limites sur les critères de fonctionnement de l'antenne
définit un domaine de fréquences situé entre une valeur minimale fmin
et une valeur maximale fmax. La bande passante est donnée par :

(I.3)

(I.4)

Où :
fmax : la fréquence maximale.
fmin : la fréquence minimale.
fc : la fréquence centrale.
Une antenne est dite à large bande si fmax/fmin = 2.

I.2.3. Rôles des antennes

Le rôle d'une antenne est de convertir l'énergie électrique d'un signal


en énergie électromagnétique transportée par une onde
électromagnétique. Le transport d'énergie par une onde
électromagnétique va donc permettre le transfert d'information sans
support physique à travers un canal ou une liaison radioélectrique, à
condition que l'onde électromagnétique soit modulée par un signal
informatif.
Une liaison radioélectrique est un canal de transmission entre un
émetteur et un récepteur, dont le support de transmission est assuré
par des ondes électromagnétiques. Comme tous les canaux de
communication, il est soumis aux problèmes posés par le bruit et les
7

perturbations, qui vont limiter les performances du système de


transmission. Ils sont aussi dépendants des propriétés de l'antenne qui
va donner naissance à l'onde électromagnétique, et à l'environnement
auteur de l'antenne qui va influer sur la propagation des ondes
électromagnétiques.
La connaissance et la modélisation de la propagation et des antennes
sont complexe mais nécessaires pour dimensionner un système de
transmission sans fils.

I.3. LA TELEVISION NUMERIQUE


I.3.1. PRINCIPE DE LA TELEVISION

Un système de télévision numérique est, schématiquement, constitué


des opérations suivantes :

 génération de signaux audio et vidéo numériques compressés


 génération de données
 constitution d’un multiplex (d’un flux binaire) en combinant
plusieurs signaux audio et vidéo (typiquement 4 à 10 programmes
de télévision) et des données
 l’embrouillage et les messages de contrôle d’accès, pour rendre
les programmes inintelligibles à toute personne n’ayant pas le
droit de les recevoir (par exemple pour restreindre la réception
aux abonnés d’un programme payant)
 diffusion du multiplex par satellite, câble, hertzien terrestre,
MMDS (diffusion micro-ondes)
 côté terminal, les fonctions duales : réception du flux binaire
diffusé, démultiplexage et désembrouillage, décompression de
l’audio et de la vidéo, traitement des données.

Dans certains cas, des services interactifs s’appuient sur une voie de
retour. Le déploiement de services de télévision numérique suppose la
mise en œuvre de technologies complexes, qui pour une part doivent
être normalisées afin que les terminaux soient effectivement en
mesure de traiter convenablement les signaux qui sont diffusés.

La télévision numérique peut être distribuée par câble, satellite, voie


hertzienne terrestre ou ADSL. Les signaux numériques doivent être
décodés à l’aide d’un décodeur spécifique.

Aussi bien la production, que la diffusion, la réception et


l’enregistrement de programmes télévisés se feront à l’avenir en mode
numérique.
8

I.3.2. NUMERISATION DES CANAUX DE DIFFUSION

Que ce soit sur câble, par satellite ou en hertzien, la numérisation des


canaux de diffusion représente une étape importante de l’évolution de
la télévision. En « compressant » les signaux, la technique permet de
transmettre 6 à 8 fois plus de chaînes sur un même canal (un peu moins
sur un canal hertzien) qui n’en contenait qu’une seule
traditionnellement. L’intérêt est de réaliser des économies importantes
sur les coûts de transmissions et surtout d’offrir des capacités
supplémentaires pour la diffusion de chaînes TV et radio numériques.
Aussi, la réception gagne en qualité. Sans compter l’avantage de
l’image 16/9e et du son « numérique » pour les programmes de
télévision qui s’offrent en qualité DVD, la différence sera surtout
significative en hertzien où l’image est facilement dégradée en
analogique. Pour ceux qui ont la nostalgie de Jules Verne, disons que le
numérique apporte aussi de nouveaux services comme le « paiement à
la séance » qui permet un achat impulsif sur des événements sportifs
ou des films récents, le Guide électronique des programmes, ou encore
le choix du film en V.F. ou V.O. Dans un futur proche, il rendra
également possible le téléchargement de films sur les plates-formes
multimédias qui se mettent en place sur satellite, comme si on allait
chercher son film dans un vidéo-club, grâce à la nouvelle génération de
terminaux à « disque dur » pour l’enregistrement. En présentant des
avantages nouveaux par rapport aux magnétoscopes (et une bien
meilleure qualité), leur succès tient également au fait qu’ils
permettent l’enregistrement d’un programme différent de celui qu’on
regarde, ou de celui d’un autre téléviseur de l’appartement.

I.5. La Télédistribution

 Un mât et ses éléments de fixation pour supporter les antennes.


 Une ou plusieurs antennes UHF (Ultra Haute Fréquence) et VHF
(Très Haute Fréquence) pointées en direction, dégagée des
émetteurs diffusant les chaînes recherchées
 Une antenne FM pour la réception des radios FM.
 Une descente coaxiale : câble(s) qui achemine(nt) les signaux
captés vers la distribution de l’immeuble. La couleur noire
indique des câbles traités pour le raccordement extérieur et pour
mieux résister à l’usure du temps (contrairement aux câbles
blancs qui se prêtent seulement aux câblages intérieurs).
9

 Un coupleur qui s’utilise pour coupler sur un seul câble de «


descente »
La réception VHF, UHF et FM, et assurer l’amplification des signaux
pour permettre, dans certaines conditions, d'installer jusqu’à une
dizaine de prises TV.
Les antennes collectives nécessitent des amplificateurs plus puissants
pour compenser les pertes proportionnelles au nombre de prises
installées et d’étages dans l’immeuble. Ces amplificateurs, qui ont
besoin d’une alimentation électrique, se placent en pied de colonne de
distribution TV (à l’arrivée des câbles d’antenne). La question
d’amplification est relativement simple et économique à concevoir
pour des installations allant jusqu’à une dizaine de prises.
Les collectifs plus importants ont des exigences techniques différentes.
Ces installations requièrent non seulement des amplificateurs plus
performants, mais aussi une réception parfaitement filtrée pour se
prémunir des brouillages dus à l’amplification. Cela oblige à amplifier
séparément les bandes UHF, VHF et FM (amplificateurs multibandes)
et, en règle générale, à filtrer les canaux (chaînes) reçu(e)s pour
renforcer leur protection avant amplification.

Figure I.4. La réception télévision locale collective

I.5.4. LA RECEPTION COLLECTIVE PAR SATELLITE

Schématiquement un certain nombre d’éléments constituent le circuit


de réception par satellite :
 La station qui envoie les images vers le satellite
 Le satellite
10

 La ou les parabole (s) munie (s) d’une tête de réception


 Le réseau de l’immeuble
 Un terminal (ou lecteur) de réception numérique dans un
appartement
 Les téléviseurs.

Figure I.5. La liaison satellitaire

I.5.4.1. ANTENNES SATELLITES OU PARABOLES

La fonction d’une parabole est de capter les signaux émis par le


satellite. Désormais des antennes excellentes de 90 cm de diamètre
sont devenues le « standard » en collectif, ce qui permet, de cantonner
les problèmes posés par les paraboles supérieures à un mètre de
diamètre. Précisons que la tête de réception de l’antenne (le capteur
qui se trouve au centre de la parabole) et dont la fonction est de
transformer le signal envoyé par le satellite est appelé, souvent par les
techniciens LNB (Low noise block) ce qui veut dire : « convertisseur à
faible bruit ».

I.5.4.2. Les principes généraux de la distribution interne de


l’immeuble

Schématiquement le réseau interne de l’immeuble se divise en deux


parties principales, la colonne montante et les raccordements aux
logements.
11

1. La colonne montante

Elle est la structure technique desservant un immeuble qui permet


d’acheminer les signaux du point de desserte collectif jusqu’au point
de dérivation. Les matériels constituants cette colonne (installés dans
les parties communes de l’immeuble) sont des câbles coaxiaux, des
équipements d’amplification et ceux de dérivation.

2. Le raccordement

Reliant la colonne montante aux prises des usagers, il est constitué


d’un câble coaxial et d’une ou plusieurs prises FM / T.V. / SAT dans le
logement. Dans le cas où un appartement bénéficierait de plusieurs
prises, l’installation d’un répartiteur, voire d’un amplificateur est
nécessaire.

I.5.4.3.LES COMMUTATEURS B.I.S (BANDE INTERMEDIAIRE SATELLITE)

Le partage d’une parabole entre plusieurs logements nécessite


simplement des boîtiers répartiteurs, appelés plus communément «
commutateurs BIS » pour permettre à plusieurs utilisateurs de se
raccorder à l’installation. Ce moyen de réception dit « en BIS
commutée » ne fait aucune différence avec une parabole individuelle
réglée pour recevoir un ou plusieurs satellite(s). En équipement
standard, ces installations sont définies pour les besoins Astra & Hot-
Bird avec seulement 2 paraboles sur l’immeuble. Mais certains
fabricants proposent des solutions pour des demandes particulières de
réalisation, ajoutant Turksat et Eutelsat W2 à la réception « standard
». Cette conception technique assure une totale « transparence » de
l’installation sur les satellites captés, avec les mêmes terminaux pour
les usagers. Elle procure l’avantage de conditions de réception
améliorées en comparaison de celles généralement obtenues par ses
propres moyens, avec des paraboles trop petites et souvent mal réglées
sur les balcons. Il est clair qu’une installation parfaitement réglée et
équipée de paraboles suffisamment grandes (80 à 95 cm),
conformément aux normes de réception en vigueur, apporte une
qualité de service supérieure. Enfin, ce mode de réception règle
définitivement les problèmes d’intervention qui étaient reprochés
autrefois aux installations chaque fois qu’un changement intervenait
sur un satellite (changement de canal, nouvelle chaîne) pour refaire les
12

réglages ou faire évoluer l’installation. La figure I.6. Représente une


installation collective pour la réception TV par satellite

Figure I.6. Installation collective pour la réception TV par satellite

I.6. LA TELEVISION PAR INTERNET (IPTV)

Ce type de diffusion utilise le protocole IP en utilisant une connexion à


haut débit sur une ligne téléphonique. Comme pour la TV par le câble,
il y a nécessité d’un abonnement auprès d’un fournisseur d’accès (FAI).

Les différents services liés à une ligne ADSL sont schématisés sur la
figure I.7. Organisation électrique d’une connexion ADSL avec
différents services sur IP fournis
13

Figure I.7. Organisation électrique d’une connexion ADSL avec


différents services sur IP fournis

I.7. Conclusion

La télédistribution par câble coaxial, appelée installation collective


consiste à distribuer un signal provenant d’un ou de plusieurs
parabole(s) et d’une antenne locale dans un immeuble, concession,
etc… pour éviter l’encombrement des antennes paraboliques et locales
dans un immeuble.

Au chapitre suivant nous allons décrire les supports de transmissions et


les matériels de télédistribution.
14

CHAPITRE II : DESCRIPTION DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ET DES


MATERIELS DE TELEDISTRIBUTION

II.1. INTRODUCTION

Dans ce chapitre nous allons présenter tous les supports de


transmissions et les matériels nécessaires pour réaliser un système de
télédistribution.

II.2. LES SUPPORTS DE TRANSMISSIONS

Les supports de transmission sont nombreux. Parmi ceux-ci, on


distingue : les supports métalliques, non métalliques et immatériels.
Les supports métalliques, comme les paires torsadées et les câbles
coaxiaux, sont les plus anciens et les plus largement utilisés ; ils
transportent des courants électriques.
Les supports de verre ou de plastique, comme les fibres optiques,
transmettent la lumière, tandis que les supports immatériels des
communications sans fil propagent des ondes électromagnétiques et
sont en plein essor

II.2.1. PAIRES TORSADEES

Une paire torsadée non blindée (UTP, Unshielded Twisted Pair ) se


compose de deux conducteurs en cuivre, isolés l’un de l’autre et
enroulés de façon hélicoïdale autour de l’axe de symétrie longitudinal.
La figure II.1. donne la constitution d’un câble à Paire torsadée.

Figure II.1. Câble à Paire torsadée.

L’enroulement réduit les conséquences des inductions


électromagnétiques parasites dues à l’environnement. L’utilisation
15

courante de la paire torsadée est le raccordement des usagers au


central téléphonique (la boucle locale) ou la desserte des usagers de
réseaux privés. Son principal inconvénient est l’affaiblissement des
courants, d’autant plus important que le diamètre des conducteurs est
faible. Les paires torsadées contiennent, à intervalles réguliers, des
répéteurs qui régénèrent les signaux.
Quand plusieurs paires sont rassemblées dans un même câble, les
courants transportés interfèrent les uns avec les autres. Ce
phénomène est appelé diaphonie. La paire torsadée suffit pour les
réseaux locaux d’entreprise où les distances se limitent à quelques
kilomètres. Ses avantages sont nombreux : technique maîtrisée, facilité
de connexion et d’ajout de nouveaux équipements, faible coût.
Certains constructeurs proposent des paires torsadées blindées (STP,
Shielded Twisted Pair ) . Enrobées d’un conducteur cylindrique, elles
sont mieux protégées des rayonnements électromagnétiques parasites.
Une meilleure protection prévoit un blindage par paire.

II.2.2. CABLES COAXIAUX

Pour éviter les perturbations dues aux bruits externes, on utilise deux
conducteurs métalliques cylindriques de même axe séparés par un
isolant. Le tout forme un câble coaxial. Ce câble présente de
meilleures performances que la paire torsadée : affaiblissement
moindre, transmission de signaux de fréquences plus élevées, etc.
La capacité de transmission d’un câble coaxial dépend de sa longueur
et des caractéristiques physiques des conducteurs et de l’isolant. Sur 1
km, un débit de plusieurs centaines de Mbit/s peut être atteint. Sur
des distances supérieures à 10 km, l’atténuation des signaux réduit
considérablement les débits possibles. C’est la raison pour laquelle on
utilise désormais les fibres optiques sur les liaisons grandes distances.
La figure II.2. Donne la constitution du câble coaxial.

Figure II.2. Constitution du Câble coaxial.


16

II.2.2. FIBRE OPTIQUE

Une fibre optique est constituée d’un fil de verre très fin. Elle
comprend un cœur, dans lequel se propage la lumière émise par une
diode électroluminescente ou une source laser et une gaine optique
dont l’indice de réfraction garantit que le signal lumineux reste dans la
fibre. La figure II.3. Montre un câble à fibre optique.

Figure II.3. Câble à fibre optique.

Les avantages de la fibre optique sont nombreux : diamètre extérieur


de l’ordre de 0,1 mm, poids de quelques grammes au kilomètre. Cette
réduction de taille et de poids la rend facile à utiliser.
En outre, sa très grande capacité permet la transmission simultanée de
nombreux canaux de télévision, de téléphone… Les points de
régénération des signaux sont plus éloignés (jusqu’à 200 km), du fait de
l’atténuation moindre de la lumière.
Enfin, l’insensibilité des fibres aux parasites électromagnétiques est un
avantage très apprécié, puisqu’une fibre supporte sans difficulté la
proximité d’émetteurs radioélectriques. On peut l’utiliser dans des
environnements perturbés (avec de puissants champs
électromagnétiques, par exemple). Par ailleurs, elle résiste bien aux
écarts de température.
La fibre optique constitue la plupart des artères des réseaux de
télécommunications et des réseaux locaux à très haut débit. Les
premières fibres optiques employées dans les télécommunications,
apparues sur le marché à partir des années 1970, étaient multi modes
(à saut d’indice ou à gradient d’indice, selon que l’indice de réfraction
de la lumière varie de manière brutale ou progressive entre le cœur et
17

la gaine de la fibre). Ces fibres étaient réservées (et le sont encore)


aux débits inférieurs au gigabit par seconde, sur des distances de
l’ordre du kilomètre. Plusieurs longueurs d’onde bien choisies se
propagent simultanément en de multiples trajets dans le cœur de la
fibre.
Pour des débits plus élevés et des distances plus longues, la fibre
monomode, de fabrication plus récente, plus fine, assure la
propagation d’une seule longueur d’onde dans son cœur (quelques
micromètres de diamètre) et offre donc de meilleures performances.

II.3. TRANSMISSIONS SANS FIL

Les ondes électromagnétiques se propagent dans l’atmosphère ou dans


le vide (le terme d’éther désigne parfois ce type de support).
L’absence de support matériel apporte une certaine souplesse et
convient aux applications comme la téléphonie ou les
télécommunications mobiles, sans nécessiter la pose coûteuse de
câbles.

II.3.1. FAISCEAUX HERTZIENS

Les faisceaux hertziens reposent sur l’utilisation de fréquences très


élevées (de 2 GHz à 15 GHz et jusqu’à 40 GHz) et de faisceaux directifs
produits par des antennes directionnelles émettant dans une direction
donnée.
La propagation des ondes est limitée à l’horizon optique ; la
transmission se fait entre des stations placées en hauteur, par exemple
au sommet d’une colline, pour éviter les obstacles dus aux
constructions.
Les faisceaux hertziens s’utilisent pour la transmission par satellite,
pour celle des chaînes de télévision ou pour constituer des artères de
transmission longues distances dans les réseaux téléphoniques. La
figure II.4. Présente un Faisceau Hertz.
18

Figure II.4. Le Faisceau Hertz.

II.3.2. ONDES RADIOELECTRIQUES

Les ondes radioélectriques correspondent à des fréquences comprises


entre 10 kHz et 2 GHz. Un émetteur diffuse ces ondes captées par des
récepteurs dispersés géographiquement.
Contrairement aux faisceaux hertziens, il n’est pas nécessaire d’avoir
une visibilité directe entre émetteur et récepteur, car celui-ci utilise
l’ensemble des ondes réfléchies et diffractées. En revanche, la qualité
de la transmission est moindre car les interférences sont nombreuses et
la puissance d’émission est beaucoup plus faible. La figure II.5. montre
le schéma synoptique d’un système de transmission par ondes radio
électriques.

II.4.CARACTERISTIQUES GLOBALES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

Quelle que soit la nature du support, le signal désigne le courant, la


lumière ou l’onde électromagnétique transmis. Certaines
caractéristiques des supports (bande passante, sensibilité aux bruits,
limites des débits possibles) en perturbent la transmission. Leur
connaissance est nécessaire pour fabriquer de « bons » signaux, c’est-
à-dire les mieux adaptés aux supports utilisés. Figure II.5. schéma
synoptique d'un système des ondes radioélectrique.

Figure II.5. Schéma synoptique d'un système des ondes radioélectrique

II.4.1. BANDE PASSANTE

Les supports ont une bande passante limitée. Certains signaux s’y
propagent correctement (ils sont affaiblis mais reconnaissables à
19

l’autre extrémité), alors que d’autres ne les traversent pas (ils sont
tellement affaiblis ou déformés qu’on ne les reconnaît plus à la sortie).
Intuitivement, plus un support a une bande passante large, plus il
transporte d’informations par unité de temps. La figure II.6. montre la
bande passante.

Pmax

Pmax/2

fmin fmax
Figure II.6. Notion de bande passante.

II.4.2. BRUITS ET DISTORSIONS

Les supports de transmission déforment les signaux qu’ils transportent,


même lorsque leurs fréquences sont adaptées, comme l’illustre la
figure II.7. Diverses sources de bruit perturbent les signaux : parasites,
phénomènes de diaphonie… Certaines perturbations de
l’environnement introduisent également des bruits (foudre, orages pour
le milieu aérien, champs électromagnétiques dans des ateliers…).
Par ailleurs, les supports affaiblissent et retardent les signaux. La
distance est un facteur d’affaiblissement, très important pour les
liaisons par satellite.
Ces déformations, appelées distorsions, sont gênantes pour la bonne
reconnaissance des signaux en sortie, d’autant qu’elles varient avec la
fréquence et la phase des signaux émis.
20

Figure II.7 Signal émis et exemple de signal reçu.

Même lorsque les signaux sont adaptés aux supports, on ne peut pas
garantir leur réception correcte à 100 %. Le récepteur d’un signal doit
prendre une décision dans un laps de temps très court. De ce fait,
cette décision peut être mauvaise. Par exemple, un symbole 1 émis
donne une décision « symbole 0 reçu », ce qui constitue une erreur de
transmission.
Les fibres optiques sont les meilleurs supports, car le taux d’erreur y
est très faible : 10–12 (une mauvaise décision pour 1012 bits transmis).
Les câbles et les supports métalliques présentent des taux d’erreur
moyens. Les liaisons sans fil ont un taux d’erreur variable, sensible aux
conditions météorologiques.

II.5. ANTENNE TV

L'antenne Yagi ou antenne Yagi-Uda (du nom de ses inventeurs,


Hidetsugu Yagi et Shintaro Uda) est une antenne à éléments actifs et
passifs utilisable dans les HF aux UHF. Mécaniquement simple à
réaliser, elle est très utilisée en télévision terrestre, en liaisons point à
point et par les radioamateurs.

Une antenne Yagi peut être assimilée à une antenne réseau dont les
éléments seraient alimentés par induction mutuelle. Si les espacements
et longueurs des brins sont optimaux, le diagramme de rayonnement et
le gain est celui d'un réseau.
21

Une autre image simplifiée est celle d'une focalisation : l'ensemble des
éléments parasites se comporte comme une lentille diélectrique.

On peut démontrer que les propriétés (impédance, gain, etc.) d'une


antenne quelconque sont les mêmes en transmission qu'en réception.
Comme il est plus facile de comprendre le fonctionnement d'une
antenne Yagi-Uda en transmission qu'en réception, nous commencerons
par l'antenne en transmission.

Une antenne Yagi-Uda est formée d'un élément alimenté : en général


un simple dipôle ou un "trombone", et d'un ou plusieurs éléments isolés,
non alimentés comme de simples baguettes métalliques les directeurs
et le réflecteur.
Le courant électrique qui circule dans l'élément alimenté produit par
rayonnement un champ électromagnétique, celui-ci induit des courants
dans les autres éléments. Le courant induit dans les éléments parasites
produit à son tour d'autres champs qui induisent du courant dans les
autres éléments y compris sur l'élément alimenté. Finalement le
courant qui circule dans chaque élément est le résultat de l'interaction
entre tous les éléments. Il dépend des positions et dimensions de
chaque élément.
Le champ électromagnétique rayonné par l'antenne dans une direction
donnée est la somme des champs rayonnés par chacun des éléments.
Cette somme n'est pas triviale : chaque élément présente une
amplitude et une phase du courant différentes. De plus, la distance à
chaque élément dépend de la direction du point de mesure du champ,
donc la phase des différents champs vus au point de mesure dépendent
de la direction. La somme des champs sera donc elle aussi
directionnelle. Figure II.8. représente une antenne YAGI

Figure II.8. Antenne YAGI


22

II.6. ANTENNE PARABOLIQUE

Une antenne parabolique ou antenne cassegrain, grégorienne,


communément appelée parabole par le grand public, prend son origine
dans le télescope de type Cassegrain de Laurent Cassegrain1 et le
télescope grégorien de James Gregory2. C'est une antenne disposant
d'un réflecteur paraboloïdal, basé sur les propriétés géométriques de la
courbe nommée parabole et de la surface nommée paraboloïde de
révolution.
Cette antenne qualifiée d'universelle puisqu'elle fonctionne en théorie
sur n'importe quelle fréquence ou longueur d'onde, est cependant
seulement employée à partir de la bande L dès 1,1 GHz et lorsqu'un
gain d'antenne élevé est recherché.
On estime que l'intérêt d'un réflecteur parabolique ne se fait sentir qu'à
partir d'un diamètre supérieur à 4 fois la longueur d'onde du signal à
transmettre. Sauf exception, les radioamateurs utilisent ce type
d'antenne surtout au-dessus de 430 MHz, avec des paraboles qui
dépassent par conséquent les 3 mètres de diamètre.

II.6.1. Le réflecteur

Le réflecteur parabolique est chargé de concentrer les ondes reçues ou


émises (radar, télévision, ISM et Wi-Fi, radio-amateurisme, faisceaux
hertziens, ou ondes émises par les astres en radioastronomie) vers
l'antenne-source, qui se situe au foyer de la parabole. Les antennes
paraboliques de petit diamètre sont fabriquées en tôle emboutie (acier
ou aluminium).

Pour les antennes de grand diamètre, les réflecteurs sont parfois


réalisés en grillage, ce qui a pour effet de diminuer la prise au vent.

Le réflecteur ne doit pas comporter des creux ou des bosses d'une


amplitude supérieure à 5 % de la longueur d'onde qui, pour mémoire,
est de 2,5 cm en TV sat et 12,5 cm en 2,4 GHz.

II.6.2. La source

Le signal à émettre est produit par le transmetteur, un appareil


comportant un oscillateur local dont l'onde sera modulée puis
amplifiée. Ce dernier est relié à l'antenne par un guide d'onde ou un
câble coaxial relié à un cornet d'alimentation, communément appelée
simplement « source », placé au foyer du réflecteur parabolique. Le
23

but de la source est d’« éclairer » entièrement la surface du réflecteur


avec le signal à émettre3.

Dans le cas des antennes réceptrices, le signal fait le trajet inverse de


l'antenne au cornet d'alimentation (appelé également « source ») puis
dans le guide d'onde vers cette fois le récepteur. Ce dernier filtre les
ondes radioélectriques reçues pour en extraire les informations qui y
ont été incorporées lors de leurs émissions : sons ou signaux
numériques.

Il existe quatre types d'antennes paraboliques : les antennes avec


source centrée, les antennes avec source décalée, les antennes
Cassegrain et Grégorienne. Avec les antennes classiques de base le
rendement tourne autour de 60~65 % mais peut atteindre 72 % sur du
foyer décalé. Avec les antennes Cassegrain et grégorienne, il est
possible d’obtenir des rendements de l'ordre d'un peu plus de 80 %.
Exemple : une antenne grand public d'un diamètre standard et habituel
de 60 cm (65 × 60 cm et angle de décalage de 22,7°) pour la réception
de la TV par satellite et possédant un rendement de 69 %, procure un
gain théorique de 36,8 dBi à 12,75 GHz. L'angle d'ouverture,
< 3°(2x1,5°), est compatible avec l'espacement orbital actif au pas de
3° en général.

II.6.2.1. Antenne à source centrée

Dans les antennes foyer primaire (en anglais prime-focus), le réflecteur


est circulaire et la source est placée dans l'axe du lobe de l'antenne.
Cette disposition fait que la source constitue un écran pour les ondes
et le rendement, donc le gain global de l'antenne est diminué. Ce type
de montage est utilisé de préférence pour les réflecteurs de diamètres
supérieurs à deux mètres, l'ombre de la source et des bras supports
étant relativement négligeable. La figure II.9. Montre l’antenne
parabolique à source centrée avant
24

Figure II.9. L’antenne parabolique à source centrée avant

II.6.2.2. Antenne à source décalée ou antenne offset

Pour éviter l'inconvénient du montage foyer-primaire, il est courant de


décentrer la source, le réflecteur est alors une portion de paraboloïde
au contour elliptique : on parle alors de source décalée (en anglais
« parabole offset »).

Cette configuration demande cependant un cornet plus gros, elle est


plus difficile à obtenir et en général plus coûteuse dans le cas des gros
réflecteurs comme ceux pour les radars.

Le rendement est cependant amélioré nettement, surtout pour les


petites antennes comme celles qui sont utilisées par le grand public
pour la réception de la télévision par satellite.

Autre avantage : le réflecteur peut conserver une position quasi


verticale même pour les satellites placés assez haut dans le ciel.
La figure II.10. montre l’antenne parabolique à source décalée appelée
antenne offset

Figure II.10. Source décalée

II.6.2.3. Antenne Cassegrain et antenne grégorienne

Pour rendre plus compacte une antenne de grande focale, on utilise le


montage de type Cassegrain commun dans les télescopes. Le réflecteur
secondaire peut être plan ou hyperbolique convexe dont le point focal
arrière coïncide avec le point focal du réflecteur primaire parabolique.

Dans le montage, le cornet d'alimentation se trouve au centre du


réflecteur principal et envoie les ondes vers le réflecteur secondaire
25

qui les retournent vers le réflecteur principal. Les figures II.10 et 11.
montrent l’antenne Cassegrain et l’antenne grégorienne

Le montage appelé « parabole grégorienne » (dite aussi de Grégory,


nom de l'inventeur) est un montage décalé utilisant un réflecteur
secondaire ellipsoïde comme le montage Cassegrain. Ce sub-réflecteur
présente sa face concave côté réflecteur, alors qu'en Cassegrain nous
avions la face utile en convexe.

En plus des rendements supérieurs de l'ordre d'un peu plus de 80 %, ces


antennes ont surtout une directivité accrue.

Figure II.10. Antenne Cassegrain Figure II.11. Antenne grégorienne

II.6.3.Télévision par satellite

Dans les « paraboles » utilisées pour la réception de la télévision par


satellite, la source est directement reliée à un élément de récepteur,
la tête (LNB), qui est un convertisseur de fréquence à faible bruit.

Le signal reçu, dont la fréquence est de l'ordre de 11 ou 12 GHz, est


transposé sur une gamme de fréquence aux environs de 950 à
2 150 MHz pour aboutir au récepteur de télévision.

Si un seul satellite (ou constellation de satellites) est capté, ou dans le


cas d'une antenne motorisée, une seule tête est utilisée. Si un second
satellite (ou une seconde position orbitale) est désiré, le système
utilise alors le foyer parasite, décalé de 7 cm environ (mais dépend du
diamètre de la longueur de la focale) par rapport à l'axe d'une parabole
de 80 cm. Cet artifice validé permet de capter deux satellites séparés
de 6° (Hot-Bird 13°E et Astra 19°E, par exemple) avec un seul
réflecteur, les deux foyers alimentant deux têtes ou une tête monobloc
bi satellite.
26

Des paraboles à multi-foyer sont disponibles, couvrant un segment


orbital allant de 28°Est (Astra 2) à 5°Ouest (Atlantic Bird 3).

Pour une fréquence donnée, le gain de l'antenne augmente avec


l'accroissement du diamètre de la parabole tandis que l'angle
d'ouverture diminue.

Pour les fréquences inférieures à 1 GHz, les antennes paraboliques,


plus encombrantes, sont généralement remplacées par des antennes
Yagi, antennes quad, etc., mais dans des cas délicats rencontrés en TV-
UHF, la parabole est parfois préférée au « râteau ». La figure II.12.
présente la liaison montante et descendante du satellite

Figure II.12. Liaison montante et descendante du satellite

II.7. LES MATERIELS DE TELEDISTRIBUTION

II.7.1. TÊTE DE RÉCEPTION (LNB)

LNB est l’abréviation de <LOW NOISE BLOCK DOWN CONVERTOR > La


LNB se trouve au foyer devant le réflecteur. Elle ne syntonise à une
fréquence individuelle mais reçoit un groupe de fréquences.
Elle amplifie ce groupe de fréquences à un niveau élevé sans introduire
trop de bruit. Elle convertit ce groupe de fréquence à des fréquences
plus basses dans la bande L.
27

II.7.2. LNB PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT

Le commutateur permet de permuté entre la polarisation verticale


(13V) et horizontale (18V). LNA (amplificateur de faible bruit) amplifie
le signal accès faible de la bande ku. L’abaisseur de fréquence
convertit le signal de la bande ku à la bande L. La figure II.13. donne la
constitution du LNB

Figure II.13. LNB principes de fonctionnement

II.7.3. FONCTIONNEMENT DE L’ABAISSEUR DE FRÉQUENCE

Quand la totalité 22 Khz est choisie, il faut utiliser l’oscillateur


supérieur (10600 Mhz). Quand la totalité 22 Khz n’existe pas, il faut
utiliser l’oscillateur (9750 Mhz).
28

La fréquence de l’oscillateur est soustraite de la fréquence de la bande


ku afin de produire une fréquence de bande L 11130-9750=1380, 12562-
10600=1962.
Le résultat se situe à l’intérieur de la bande L (950-2150 Mhz).

II.7.4. LNB CLASSIQUE

Elle convertie les groupes des fréquences de la bande haute, bande


basse, polarisation horizontale et polarisation verticale au même
moment. La figure II.14. montre le LNB classique.

Figure II.14. LNB classique

II.7.5. LNB twin

La LNB twin contient deux LNB indépendant mais incorporé dans une
même boite. Chacun convertie les groupes des fréquences de la bande
haute, bande basse, polarisation horizontale et polarisation verticale
en même moment. La figure II.15. montre le LNB twin.
29

Figure II.15. LNB twin

II.7.6. La LNB QUATTRO

Tête de réception ayant quatre sorties, en rapport aux quatre bandes


de diffusion d'un satellite, permettant la distribution des signaux
satellites sur une installation collective en "BIS commutée". La figure
II.16. montre LNB quattro

Figure II.16. LNB quattro


30

II.7.7. MULTICOMMUTATEURS

Il existe des multi commutateurs pour 8 ou 16 polarités et TV terrestre


avec 4, 8 ou 16 sorties, pour des installations en étoile. Pour 16
polarités, on installera 2 multi commutateurs de 8 polarités l’un sur
l’autre et un commutateur DiSEqC externe reliant chaque sortie de
l’étage inférieure et supérieure. Les sorties dérivées sont amplifiées
sur la bande BIS satellite. Chaque récepteur individuel fourni
l’alimentation pour la commutation et l’amplification de chaque sortie
dérivée.
Les installations individuelles ou collectives de TV terrestre et satellite
comprennent jusqu'à 16 prises TV. Distribution en étoile à partir du
multi commutateur, avec un seul câble coaxial jusqu'à la prise TV.
Le multi commutateur distribue pour chaque sortie une polarité du
satellite et la bande terrestre, la polarité est sélectionnée par le
récepteur individuel à l’aide des signaux de contrôle du LNB, tone burst
ou DiSEqC versions 1.0. Figure II.17. montre le multi commutateurs
cascade

Figure II.17. Multi commutateurs cascade


31

La figure II.18. montre une installation collective combinant une


réception TV par voie hertzienne (VHF/UHF) et par satellite

Figure II.18. Installation collective avec réception TV par voie


hertzienne (VHF/UHF) et par satellite
II.7.8. BOITE D'ARRIVEE

C’est une prise installée dans les foyers ayant obligatoirement une
sortie TV (5-862 MHz) et FM (88-108 MHz). Les prises complétées d'une
sortie BIS (950-2150 MHz) pour la réception satellite sont dites "ULB"
(Ultra Large Bande), TV SAT ET FM. La figure II.19. montre la prise
32

Figure II.19. Prise

II.7. CONCLUSION

Dans ce chapitre, nous avons présenté sur les supports de transmissions


et des matériels utilisés pour réaliser un système de télédistribution.

Ayant une idée sur les supports de transmissions et les matériels


utilisés pour la télédistribution, nous pouvons passer au troisième
chapitre qui concerne les systèmes de réception des programmes TV
nationaux et internationaux (par voie hertzien et satellite).
33

CHAPITRE III : NOTION SUR LES SYSTEMES DE RECEPTION DES


PROGRAMMES TV NATIONAUX ET INTERNATIONAUX (PAR VOIE
HERTZIEN ET SATELLITE

III.1. INTRODUCTION

Ce chapitre nous permet de présenter les notions sur les systèmes de


réception des programmes tv nationaux et internationaux en spécifiant
leurs caractéristiques. Les programmes TV nationaux sont reçus par
voie hertzienne au moyen des systèmes VHF et UHF. Les programmes
TV internationaux sont reçus par la diffusion par satellite grâce au
système TVRO.

III.2. LES ANTENNES

III.2.1. DEFINITION

Dispositif permettant de rayonner ou de capter à distance les ondes


électromagnétiques dans un appareil ou une station d'émission ou de
réception. Historiquement, l'antenne a été découverte par Alexandre
Popov. L'antenne est un conducteur électrique plus ou moins complexe
généralement placé dans un endroit dégagé.
Elle se définit par les caractéristiques suivantes :

- bande de fréquences d'utilisation ;


- polarisation ;
- directivité, gain avant et diagramme de rayonnement ;
- dimensions et forme ;
- type d'antenne ;
- mode d'alimentation et impédance au point d'alimentation ;
- puissance admissible en émission ;
- résistance mécanique ;

Le principe d’émission et réception radioélectrique est donné par la


figure III.1.
34

Figure III.1. Principe d’émission et réception radioélectrique

L’antenne d’émission convertit le signal électrique en onde


radioélectrique, tandis que l’antenne de réception convertit l’onde
radioélectrique en signal électrique.

III.2.2. CLASSIFICATION DES ANTENNES

On distingue :

- Les antennes directionnelles


- Les antennes omnidirectionnelles

III.2.3. FORME ET DIMENSIONS DES ANTENNES

La forme et les dimensions d'une antenne sont extrêmement variables :


celle d'un téléphone portable se limite à une petite excroissance sur le
boîtier de l'appareil tandis que la parabole du radio-télescope d'Arecibo
dépasse 100 m de diamètre.
Très grossièrement on peut dire que pour la même fréquence
d'utilisation, les dimensions d'une antenne seront d'autant plus grandes
que son gain sera élevé, à cause de l'utilisation d'éléments réflecteurs,
comme pour l'antenne parabolique, par exemple.
35

L'antenne demi-onde, comme son nom l'indique, a une longueur


presque égale à la moitié de la longueur d'onde pour laquelle elle a été
fabriquée.

III.2.4. TYPES D'ANTENNES

Il existe des dizaines de types d'antennes, différents par leur


fonctionnement, leur géométrie, leur technologie...
Quelques exemples d’antennes sont :
- antenne en parapluie ou en nappe pour ondes kilométriques ;
- antenne boucle (loop) de différentes formes (carré, triangle ;
losange...), verticale ou horizontale ;
- antenne doublet filaire pour ondes décamétriques ;
- antenne yagi-uda à éléments parasites, très directive et à gain
important ;
- antenne quart d'onde verticale omnidirectionnelle pour très hautes ;
fréquences (THF ou VHF) ;
- antenne rideau ou colinéaire à la directivité très marquée ;
- antenne cadre magnétique, de dimensions réduites ;
- antenne diélectrique ou à ondes de surface ;
- antenne hélice pour ondes décimétriques, à polarisation circulaire ;
- antenne parabolique pour ondes centimétriques (hyperfréquences) ;
- antenne à fente sur ondes millimétriques.

III.2.5. ANTENNES POUR LA RECEPTION TV

Pour la réception des signaux de télévision, on utilise généralement :

- L’antenne YAGI pour la réception par voie hertzienne VHF/UHF


(programmes TV nationaux) ;
- L’antenne à réflecteur parabolique pour la réception par satellite
(programmes TV internationaux).

III.2.5.1. ANTENNE YAGI

Une antenne YAGI est constituée d’une partie active appelée radiateur
et d’une partie passive comprenant les directeurs et le réflecteur. La
figure III.2. Donne la structure simplifiée d’une antenne YAGI.
36

Figure III.2. Structure simplifiée d’une antenne YAGI

Pour la réception TV par voie hertzienne, on distingue les antennes


Yagi pour la bande VHF et les antennes Yagi pour la bande UHF les
montrent les figures III.3 et III.4.

Figure III.3. Antenne UHF (type yagi)

Figure III.4. Antenne VHF (type yagi)


37

III.2.5.2. ANTENNE A REFLECTEUR PARABOLIQUE

Une antenne à réflecteur parabolique est constituée d’une antenne


cornet et d’un réflecteur en forme de parabole. La figure III.5.
Présente une antenne parabolique à foyer décalé, appelée antenne
offset.

Figure III.2. Antenne parabolique offset.

Les propriétés géométriques de la parabole permettent de concentrer


tous les rayons reçus en un point unique appelé foyer. C’est en ce point
que l’on placera une petite antenne (la source) qui est alimentée en
émission, et qui capte le signal en réception.

Figure III.6. Présente une antenne parabolique à foyer centré.


38

Figure III.6. Antenne parabolique à foyer centé

Souvent, sur les antennes paraboliques, en particuliers sur celles


destinées à la réception satellite, la source est décentrée, le réflecteur
est alors une portion de parabole : on parle de « parabole offset ». La
source ne masque pas les ondes reçues, contrairement à la « vraie
parabole », ce qui permet d’obtenir un meilleur gain.
Autre avantage, les paraboles offsets sont installées quasi
verticalement alors qu’elles pointent un satellite placé très haut dans
le ciel, elles permettent donc un gain de place.
La figure III.7. Présente l’antenne parabolique à offset pour la
réception TV par satellite.

Figure III.7. Parabole offset pour la réception TV par satellite.


39

III.3. LA RECPTION TV PAR LA VOIE HERTZIENNE

La réception TV par voie hertzienne nécessite les matériels suivants :

- Antenne Yagi (VHF/UHF), câble coaxial de descente d’antenne,


booster (amplificateur de ligne) et le récepteur TV.

La figure III.8. Donne le schéma d’un système de réception TV par voie


hertzienne.

Figure III.8. Schéma de réception TV en VHF/UHF.

III.4. LA RECEPTION TV PAR SATELLITE


III.4.1. SCHEMA DE L’INSTALLATION

La réception TV par satellite nécessite de disposer d’une antenne


parabolique munie d’une tête LNB, d’un câble coaxial de descente
d’antenne, d’un récepteur satellitaire avec décodeur incorporé et d’un
téléviseur. La figure III.9. Donne le schéma d’installation d’un système
de réception TV par satellite.
40

Figure III.9. Schéma du système de réception TV par satellite.

III.4.2. LES BANDES DE FREQUENCES

Pour éviter un chaos total dans le ciel, une réglementation


internationale spécifique et stricte a été mise en place par l’Union
Internationale des Télécommunications (UIT-T) concernant la
répartition des fréquences; elle fait partie intégrante du règlement
international des radiocommunications.
Cette réglementation définit notamment la position orbitale des
satellites et les bandes de fréquences qu’ils doivent utiliser et
respecter. Plusieurs types de services de communications par satellites
sont définis dans la réglementation : le service fixe par satellite (SFS),
le service mobile par satellite (SMS), qui comporte un service mobile
terrestre et un service mobile maritime, le service de radiodiffusion
par satellite (SRS).

Il existe également une répartition géographique en 3 régions :

• la région 1 (Europe, Afrique, Moyen-Orient et l’Union Soviétique).


• la région 2 (Asie, Océanie)
• la région 3 (Amérique)
 La bande C
La première bande qui a été utilisé par les satellites commerciaux
pour les services SFS, fut la bande C. Elle est aujourd’hui fortement
encombrée. Cette bande est divisée en deux sous bandes ; la plus
basse, pour les flux descendants (satellite/terre) et la plus haute, pour
les flux montants (terre/satellite).
41

Dans le cas d’une communication full duplex, il est nécessaire de


disposer de deux canaux par connexion dans chaque plage de
fréquences. Cette bande est surtout utilisée par les opérateurs pour
leurs liaisons intercontinentales.

 La bande Ku, plus récemment utilisée, donc pas encore


encombrée, est surtout utilisée pour les SFS et exclusivement
pour les SRS dans les bandes 12/11 GHz. Le désavantage de cette
bande est qu’elle est très sensible aux orages ; l’eau de pluie
absorbe les signaux. Par contre cette bande, est peu sensible aux
parasites urbains et est donc préconisée pour l’utilisation des
VSAT.

 La bande Ka permet l’utilisation d’antennes encore plus petites,


les USAT. Cette bande est surtout utilisée par les terminaux
mobiles de type GSM.

 La bande L est principalement destinée aux satellites en orbite


basse. Les bandes de fréquences de la bande L ont été définies
par la conférence mondiale (CAMR) de 1992 pour le service
mobile par satellite.

 La bande X est réservée aux applications militaires.


Le tableau III donne les fréquences des services satellites dans la
région 1

(Europe, Afrique et Asie du Nord)

Tableau III.1. Les fréquences des services satellites dans la région 1.


42

III.5. COUPLAGE DES SYSTEMES DE RECEPTION PAR VOIE HERTZIENNE


ET PAR SATELLITE

III.5.1. Le coupleur

Un coupleur d'antennes permet de connecter plusieurs antennes sur la


même ligne de transmission. Les antennes ainsi couplées concernent en
général des bandes de fréquences différentes.
Mais il arrive aussi que l'on couple plusieurs antennes identiques afin
d'augmenter le gain d'antenne. En télévision, un coupleur d'antennes
est un boîtier comportant de deux à sept entrées et une sortie
permettant de rassembler plusieurs antennes VHF - UHF sur une même
descente d'antenne ou câble.
Les coupleurs basiques permettent le couplage d'une antenne VHF-III
avec une antenne UHF permettant de recevoir les 6 chaînes
analogiques nationales. Si la bande FM est captée et doit être
acheminée, une entrée VHF bande II est nécessaire. Dans les zones
frontalières les coupleurs peuvent comporter jusqu'à 4 entrées
monocanal en VHF (L5, E7, E9, E11) et 3 entrées à découpe en UHF (21
à 27 ; 33 à 58 et 31 à 69).
L'arrivée de la TNT va, dans certains cas, entraîner la modification de
l'antenne individuelle ou de l'antenne collective, notamment si la
polarisation employée est différente. Pour transporter les signaux d'une
antenne SAT + TAT ou TNT, via un seul câble, utiliser un coupleur (et
découpleur) spécifique à 2 entrées, 40 à 860 MHz( soit VHF+UHF) et 950
à 2150 MHz, (soit la BIS).

La figure III.10. Présente un coupleur TV - sat

Figure III.10. Coupleur TV- sat


43

III.5.2. SCHEMA D’INSTALLATION DE RECEPTION TV-SAT

Figure III.11. Installation collective de la télévision locale et satellite

III.6. PROGRAMME TELEVISION


III.6.1. PROGRAMME TELEVISION LOCAL

Le Programme de la télévision nous permet de personnaliser la liste des


chaînes de télévisions locales que nous allons utiliser pour construire
notre bouquet d’hôtel. Nous utiliserons les chaînes de télévision
nationale congolaise comme chaîne d’information locale et quelques
privées généraliste pour construire un bon programme d’hôtel.

 Africa TV
 Antenne A, à Kinshasa
 Canal Congo Télévision (CC TV)
 Canal Kin Télévision (CKTV)
 Congo Education Broadcasting System (CEBS)
 Couleurs Télévision
 Congo Web TV
 CMB TV
 Digital Congo TV
 Radio-Télévision nationale congolaise (RTNC) : RTNC1, RTNC2,
RTNC3.
 Télé50
44

 Molières Tv

III.6.2. PROGRAMME TELEVISION ETRANGER

Pour le programme de la télévision étrangère nous allons utiliser les


chaînes de télévision Canal plus Evasion+ pour construire un très bon
Bouquet d’hôtel. Comme le montre la figure III.12.

Canal + Sport 2 Afrique

A+ Centre

Canal + Séries Centre

Canal + Ouest

Canal + Centre

Canal + Cinéma Centre

Canal + Family Centre

Canal + Sport 1

Nollywood TV

EuroNews Français

France 2

InfoSport +

Voir +

A+ Ouest
45

RTL 9

TF 1

Trace Urban

TV 5 Monde Afrique

CanalSat Afrique Guide

Figure III.12. Programme TV étrangère évasion + du Canala plus

III.10. CONCLUSION

Après cette brève analyse sur la notion sur les systèmes de réception
des programmes tv nationaux et internationaux, nous avons parlé sur
les réceptions de la télévision locale et satellite.
Au dernier chapitre qui fait l’objet du présent mémoire, nous étudions
l’implantation et déploiement du réseau de télédistribution par câble
coaxial au sein du plat Hôtel FM.
46

CHAPITRE IV. IMPLANTATION ET DÉPLOIEMENT DU RÉSEAU DE


TÉLÉDISTRIBUTION PAR CÂBLE COAXIAL AU SEIN DU FLAT HOTEL FM.

IV.1. Introduction

Dans notre travail de mémoire, nous proposons d’implanté et de


déployer un réseau de télédistribution qui permettra au Plat Hôtel FM,
de distribué la télévision à l’ensemble du bâtiment. Pour cela, le
système nécessite l’installation et la configuration des matériels de
télédistribution qui permettant de recevoir les programmes TV des
chaines locales et étrangères ainsi que la descente du bouquet
constitué vers les différents locaux du flat Hôtel FM pour la satisfaction
des clients.

IV.2. Présentation du Plat Hôtel FM

IV.2.1. Historique

Depuis plusieurs années écoulées, notre pays la République


Démocratique du Congo a connue beaucoup des activités dues aux
conflits qui ont entrainés notre pays à une crise.

Mais connaissant alors nos valeurs naturelles, nous nous sommes


déterminé à créer une Entreprise qui permettra d’embaucher quelques
personnes pour accompagner l’Etat Congolaise dans sa lutte contre le
chômage et en vue de bien vouloir développer notre secteur.

C’était en 2015 période dans laquelle nous avons vus l’initiative de


créer l’Entreprise « Espace Famille Malewo », FM en sigle.

Cette Entreprise fut créée par Monsieur Maurice MALEWO SISA de


nationalité congolaise. Elle est créée de prestation de service et de
commerce selon la perspective.

L’Entreprise porte dans ses installations :

 La Flat Hôtel
 La Salle des Fêtes
 Une alimentation en annexe
47

En 2018, des nouvelles activités seront relancées cette fois dans le


domaine de transport et d’une salle polyvalente, il s’agit chez PRISCA
MALEWO, PM en sigle qui évoluent au même endroit.

IV.2.2. Situation géographique et Orgqnigramme

L’Espace F.M. Malewo se situe au n°64B, 65 et 67B de l’avenue Kingusi,


au Quartier Nkombe dans la Commune de SELEMBAÔ, non-loin de
l’Hopital générale de Makala (ex Sanatoruim). L’ L’Espace F.M. Malewo
est à 40 m de l’avenue Pierre MULELE (ex 24 Novembre).

La figure IV.1 représente l’organigramme du flat hôtel FM.

Président Directeur
Général

Administration
Finance Secrétariat

Logistique Technique Accueil Ventes

Charroi Magazine

Depot

Terrasse
48

Figure IV.1. Organigramme du FM

IV.2.3. Difficulté

 L’Espace Famille Malewo n’a pas du système de télédistribution


pour hôtel,
 L’utilisation des postes Téléviseurs individuels nécessite le
déploiement de plusieurs câbles de descente d’antenne vers les
différents postes téléviseurs.

IV.2.4. Solution Proposée

 L’installation du système de télédistribution pour hôtel,


 L’installation du groupe électrogène autonome pour une
alimentation permanente des équipements (Télédistribution,
éclairage,..).

La figure IV.2. Représente le plan architectural interne en 3D du flat


hôtel FM.

Figure IV.2. Plan architectural interne en 3D flat hôtel FM.


49

La figure IV.3 représente la externe en 3D flat hôtel FM.

Figure IV.3 plan architectural externe en 3D du flat hôtel FM.


50

La figure IV.4 représente le plan architecture du flat Hôtel FM

La figure IV.4 le plan architecture du flat Hôtel FM


51

IV.2.5. ANALYSE DES BESOINS

La problématique de notre installation consiste à proposer un schéma


d’implantation du système de télédistribution pour l’hôtel qui permet
de créer un bouquet de la télévision contenant les programmes TV des
chaînes locales et étrangères.

IV.3. MISE EN PLACE DU SYSTEME DE TELEDISTRIBUTION

IV.3.1. MATERIELS A UTILISER

Les équipements de notre système de télédistribution sont les suivants:

 antenne parabolique pour la réception TV par satellite ;


 antenne Yagi-Uda pour la réception TV par voie hertzienne
terrestre (VHF/UHF) ;
 ampli de ligne ;
 Commutateur cascade (Multi Switch) ;
 décodeur DVB/S2 ;
 coupleur large bande ;
 splitteur large bande ;
 Tuner VHF/UHF
 Modulateurs.

IV.3.2. SCHEMA DETAILLE DU SYSTEME DE TELEDISTRIBUTION A


METTRE EN PLACE.

Sur la figure IV.5 nous présentons le schéma détaillé du système de


télédistribution à implanter au flat hôtel FM pour la déserte des
programmes TV des chaînes locales et étrangères.
50

Figure IV. Schéma détaillé du système de télédistribution


51

 Les signaux VHF et UHF de chaînes locales captées par les antennes
Yagi sont introduits dans le coupleur VHF/UHF qui fournit un signal
unique qui va être introduit dans l’une des cinq entrées (entré1) du
commutateur (Multi Switch).
 De même, le signal Ku band capté par l’antenne parabolique est
recueilli par un LNB Quatro qui possède quatre sorties qui seront
reliées aux entrées 2,3,4 et 5 du commutateur.
 Le commutateur fournit huit sorties reliées aux prises TV/SAT sur
lesquelles sont branchés les Tumers VHF et UHF que les différent
décodeurs Sat.
 Les sorties des huit décodeurs avec tumers (VHF et UHF) incorporés
sont introduites chacune dans un coupleur de signal (splitter). Ce
dernier transmet simultanément ces signaux décodés de format AV
vers les moteurs de contrôle et le mélange-modulateur.
 Les modulateur fourni à sa sortie un signal multiplex modulé en
UHF qui sera transmis par câble coaxial vers les différentes prises
TV ou serait branchés les postes téléviseurs disposés dans les divers
locaux du flat hôtel FM/
 Plusieurs coupleurs à 3 et 4 voies seront utilisés pour répartir les
signaux à travers le bâtiment.
 Les Amplificateurs lignes sont utilisés pour régénérés les signaux
afin de compenser les pertes occasionnées par la transmission à
travers des supports à câble coaxial.
 Un câble coaxial muni de fiches TV est utilisé pour relier l’entrée
HF de chaque poste téléviseur à la prise TV disposée dans les
différents locaux d’implantation.
51

TRAITEMENT
RESAEU

SALLE DE MACHINE

AMPLI DE LIGNE
DISTRIBUTION

Figure VI. Schéma d’implantation du réseau de télédistribution au sein du flat hôtel FM


51

IV.2.8. INSTALLATION DU RECEPTEUR

IV.2.8.1. CONNEXION A L’ANTENNE SATELLITE ET AU TELEVISEUR

La figure IV.6. Connexion à l’antenne

IV.2.8.2. CONNEXIONS AU TELEVISEUR ET AU MAGNETOSCOPE EN


UTILISANT LE CABLE PERITEL
52

La figure IV.7. Connexions au téléviseur et au magnétoscope

IV.2.8.3. CONNEXION AU TELEVISEUR AU MOYEN DES PRISES RCA

La figure IV.8. Connexion à la prise RCA

IV.2.8.4. CONNEXION VERS UN AUTRE RECEPTEUR.

La figure IV.9. Connexion vers un autre récepteur


53

IV.2.8.5. CONNEXION PAR UHF (OPTION)

La figure IV.10. Connexion par UHF pour modulateur incorporé

IV.3. DESCRIPTIF DES MENUS

Une fois le récepteur mis sous tension et correctement connecté au


téléviseur, le menu apparaît.
Ce dernier est composé de cinq catégories :
 Gestionnaire des chaînes,
 Guide des programmes,
 Timer,
 Installation,
54

 Information récepteur.
Les touches de navigation dans le menu, sont les suivantes :
OK : pour valider un choix
: pour se déplacer vers la gauche ou vers la droite
: pour se déplacer vers le haut ou vers le bas

ESC : pour quitter le menu

La figure IV.11. Description Menu

IV.3.1. INSTALLATION

Ce menu est décomposé de cinq sous menus :


 Installation de l’antenne
 Recherche des chaînes
 Réglage du système
 Contrôle parental
 Retour au réglage usine.
55

La figure IV.12. Installation du recepteur

IV.3.1.1. INSTALLATION DE L’ANTENNE

IV.3.1.1.1. PARABOLE MOTORISEE (DISECQ 1.2)

1) Numéro du Sat :Vous pouvez sélectionner jusqu'à 63 satellites


différents.
2) Type : sélection Disecq 1.2.
3) Satellite : Affecte un satellite au numéro d’antenne
sélectionnée.(il est conseillé de laisser ce choix par défaut)
4) LNB Type : sélectionner LNB universel ou autre (selon votre
équipement).
5) Fréquence LNB/ Sélectionner les informations concernant le type
de LNB à utiliser. Sélectionner la valeur d’oscillateur adéquate si
le LNB n’est pas universel.
6) Switchs 0/12 V , 22 KHz Tone, Disecq : Sélectionner le type dont
vous avez besoin dans le cadre d’installations à plusieurs LNB.
7) Contrôle de bande C/KU : dans le cas d’un LNB double bande
C/Ku, choisir le mode de commutation
56

La figure IV.13. Installation parabole motorisé

IV.3.1.1.1.1. LIMITE EST-OUEST.

Une pression sur la touche jaune de la télécommande appelle l’écran


«réglage des limites ».
Afin de régler la limite EST, utilisez les touches ,ou pour effectuer
un déplacement du moteur. Lorsque celui à atteint la limite désirée,
validez par la touche OK pour mémoriser la limite EST. Un écran de
confirmation apparaît alors, vous demandant de confirmer votre choix.
Procédez de même pour le réglage de la limite OUEST. Pressez la
touche EXIT pour quitter l’écran réglages des limites.
57

La figure IV.14. Limite de la réception

IV.3.1.1.1.2. EFFACER LES LIMITES DU MOTEUR

Dans le cas où les limites EST et OUEST sont programmées, il est


possible de les supprimer de la manière suivante :
Une pression sur la touche jaune de la télécommande appelle l’écran
«réglage des limites ». Pour refaire les limites, sélectionnez sur
EFFACER puis validez par OK. Un nouvel écran vous demande de
confirmer votre choix, validez ce dernier en sélectionnant OK.
Recommencez, ensuite la procédure du 4.1.1. Si vous désirez à
nouveau paramétrer des limites.

La figure IV.15. Limite du moteur

IV.3.1.1.1.3. REGLAGES DU MOTEUR

Cet écran vous permettra d’effectuer toutes les opérations nécessaires


au réglage de votre antenne motorisée. Dans le menu «Installation
antenne », assurez-vous que le type d’antenne soit bien sur «DiSeqC1.2
». Le bouton vert de la télécommande vous donne accès au menu
«Réglage de l’antenne motorisée » dans lequel les paramètres suivants
sont accessibles :
58

 Satellite : Choix du satellite sur lequel s’effectue le réglage de


l’antenne
 Transpondeur : En changeant le numéro de transpondeur, on peut
vérifier la qualité de signal, sur chacun d’eux.
 Déplacement : A l’aide des touches de votre télécommande,
vous pouvez déplacer le moteur vers l’EST ou vers l’OUEST
 GOTO X : Commande permettant le pointage de l’antenne sur la
position idéale à partir de vos coordonnées géographiques. Cette
commande appelle un nouvel écran dans lequel la latitude, la
longitude de votre domicile et les coordonnées du satellite
doivent être saisies. Le bouton «Valider » enverra le moteur sur
la position idéale.
 MEMO : cette commande affecte la position actuelle du moteur
au satellite choisi.
 RECALCUL : A partir du moment où un satellite est correctement
positionné (à l’aide de la commande GOTO X), l’appel de cette
fonction positionnera correctement tous les satellites restants. Il
n’est donc pas nécessaire de régler tous les satellites un à un.
 POSITION 0°: Permet de positionner le moteur sur la position
0°.Cette action ne dérègle pas le moteur
 RESET : Fonction permettant de réinitialiser le moteur .Toutes les
positions précédemment réglées seront perdues.

La figure IV.16. Reglage du moteur


59

IV.4. INSTALLATION DE L’ANTENNE

IV.4.1. PARABOLE FIXE

1) Numéro du Sat : Vous pouvez sélectionner 4 satellites parmi les


63 différents.
2) Type : Fixe
3) Satellite : Affecte un satellite au numéro d’antenne sélectionnée.
4) LNB Type : sélectionner LNB universel ou autre.
5) Fréquence LNB/ Sélectionner les informations concernant le type
de LNB à utiliser. Sélectionner une valeur d’oscillateur adéquate
si le LNB n’est pas universel.
6) Switchs 0/12 V, 22 KHz, Disecq : Sélectionner le type dont vous
avez besoin dans le cadre d’installations à plusieurs LNB. Dans le
cas d’une réception multiple au moyen d’un commutateur
DiSeqC1.0 ou Tone-Burst, veuillez attribuer à chaque entrée
DiSeqC (PORT A,B,C,D) le satellite choisi.
7) Contrôle de bande C/KU : dans le cas d’une LNB double bande
C/Ku, choisir le mode de commutation

La figure IV.17. Installation de la parabole fixe


60

 EDITER LE NOM DU SATELLITE

Si vous voulez changer le nom du satellite Sélectionnez le satellite et


appuyez sur la touche jaune .Une boîte de dialogue apparaît. Utilisez
les flèches pour vous déplacer et éditer le nom. La touche MENU
appelle les sous rubriques suivantes :

La figure IV.18. Editer le nom du satellite

 EFFACER TP
Si vous voulez enlever le transpondeur précédemment sélectionné,
appuyez sur «Supprimer tp.
RESYNC Quand vous avez fini d’enregistrer les satellites vous pouvez les
mettre en ordre. GO TO 0 pour Disecq 1.2 Avec le moteur disecq 1.2
vous pouvez mettre la parabole au point 0.
61

La figure IV.19. Effacement des fréquences

IV.4.2. RECHERCHE DE CHAINE FIXE

1) Antenne : Sélectionne le numéro d’antenne.


2) Satellite : Affiche le satellite sélectionné.

MODE EDITION

Si vous voulez modifier, ou ajouter un transpondeur,( fréquence


symbole Rate polarisation) avant de lancer une recherche de chaînes,
appuyez sur Mode Edition (bouton rouge) sur la télécommande.

La figure IV.20. Recherche de la chaîne fixe


62

IV.4.3. REGLAGE DU SYSTEME

Réglage personnalisé:
1) Couleur des Menus : Choix parmi plusieurs couleurs de menu
différentes.
2) Langue des Menu : Choix de la langue des menus.
3) Langue Audio : Choix de la langue par défaut des chaînes en
mémoire dans le terminal à condition que celle-ci soit disponible.
4) Alimentation. LNB Si vous êtes connecté à une parabole,
choisissez ON, si vous passez par un autre récepteur, choisissez
OFF.
5) Format de l’écran Vous pouvez sélectionner le format 4/3 ou
16/9
6) Sortie vidéo. Si vous avez une entrée RGB (RVB) sélectionnez
RGB, sinon CVBS.
7) Type TV : Choisissez en fonction de votre TV.
8) Démarrer sur la chaîne : Choix de la chaîne sur laquelle le
récepteur doit démarrer. Par défaut le récepteur démarre sur la
dernière chaîne visionnée
9) Standard UHF: choix de sortie du canal UHF(option).
10) CANAL UHF : Choix du canal UHF de sortie (option)

La figure IV.21. Règlage du systeme


63

IV.4.4. CONTROLE PARENTAL

Vous pouvez bloquer une chaîne pour éviter que les enfants ne la
regardent. Vous pouvez aussi empêcher l’accès au menu pour protéger
vos réglages.

La figure IV.22. Contrôle parentale

IV.4.5. COMMENT CHANGER LE MOT DE PASSE

 Entrer le mot de passe.


 Sélectionner ON de Contrôle Parental.
 Entrer le nouveau mot de passe.
 Confirmer le mot de passe.

N.B : Par défaut, le mot de passe est 0000. Pensez à retenir votre
nouveau mot de passe. En cas d’oubli de votre mot de passe, le mot de
passe usine est : 1250
64

La figure IV.23. Changement du mot de passé

IV.4.6. COMMENT UTILISER LE CONTROLE PARENTAL

1) Pour activer le contrôle parental, allez dans l’écran gestionnaire


des chaînes.
2) Appuyez sur la touche bleue verrouillage.
3) Sélectionnez le canal à verrouiller, puis appuyez sur OK, le
symbole apparaîtra.
65

La figure IV.24. Utilisation du controle parental

COMMENT UTILISER LE VERROUILLAGE DES MENUS

1) Entrer le mot de passe.


2) Sélectionner ON de Verrouillage des Installation.
3) Entrer le nouveau mot de passe.
4) Confirmer le nouveau mot de passe.
5) Sortir de ce menu.
6) Sélectionner un autre menu et appuyer sur OK.
7) Le message «Entrer mot de passe » apparaîtra.
8) Taper le mot de passe pour accéder au menu.
N.B: Le mot de passe par défaut est 0000

La figure IV.25. Verrouillage des menus

RETOUR AUX REGLAGES D’USINE

Pour sélectionner le retour au réglage usine, appuyez sur OK. Après le


message, sélectionnez OK à nouveau.
Toutes les informations précédemment mémorisées seront perdus.
66

La figure IV.26. Règlage usine

IV.5. FONCTIONS GENERALES D’UTILISATION

Pour avoir des informations sur une chaîne visionnée, appuyez sur
INFO.

IV.5.1. CHOISIR UNE CHAINE

Pour sélectionner une chaîne, utilisez les touches CH+ ou CH- de votre
télécommande ou de la face avant de votre terminal. Pendant que vous
regardez une chaîne, si vous appuyez sur OK, vous verrez apparaître
une liste de chaînes à droite, appuyez sur EXIT pour la faire
disparaître. Pour sélectionner une chaîne de la liste, appuyez sur
ou et appuyez sur OK quand votre choix est fait. Si vous appuyez sur
t ou lorsque la liste est affichée, les chaînes défilent page par page
67

La figure IV.27. Choix d’une chaîne

IV.5.2. RAPPEL DE LA CHAINE PRECEDENTE

La touche RECALL de la télécommande permet de rappeler la dernière


chaîne visionnée

IV.5.2.3. T.V et Radio

Pendant que vous regardez une chaîne, appuyez sur la touche pour
passer de la télé à la radio.
68

La figure IV.28. Paramètre TV et Radio

IV.5.2.4. T.V. ET MAGNETOSCOPE

La touche AUX IN vous permet de passer de l’image du récepteur


numérique au TV puis à celle du magnétoscope. Une pression sur la
touche sélectionne le mode TV. Une deuxième pression sélectionne le
mode Magnétoscope (VCR). Une troisième pression repositionne le
récepteur dans le mode initial.

IV.5.2.5. INFORMATION CHAINE

Chaque fois que vous changez de chaîne, un bandeau d’information


apparaît. Pour rappeler ce bandeau, pressez la touche INFO.

La figure IV.29. Information sur la chaîne

IV.5.2.5. VOLUME ET CONTROLE AUDIO

1) Pour augmenter ou diminuer le volume sonore, utilisez VOL+/-.


2) Mute : pour couper le son, appuyez sur .Pour revenir à une écoute
normale appuyez de nouveau sur cette touche
3) Contrôle Audio : Appuyez successivement sur la touche Audio R/L
pour sélectionner le type de son que vous voulez : gauche, droite ou
stéréo.
69

4) Sélection Langue. : Appuyez sur successivement sur la touche Audio


pour choisir une langue parmi les langues disponibles sur la chaîne en
cours.

La figure IV.30. Contrôle audio

IV.5.2.6. POSITION

Vous pouvez à n’importe quel moment vérifier le bon positionnement


de votre antenne motorisée en appuyant sur la touche POSITION. Les
éventuels réglages effectués par cette fonction, ne seront pas
mémorisés. Au besoin reportez-vous à la section IV.3.1.1.1.2. pour
régler correctement votre antenne motorisée.
70

La figure IV.30. Positionnement de l’antenne motorisé

IV.5.2.7. SATELLITE

Si vous recevez plus d’un satellite et désirez avoir une liste séparée des
chaînes par satellite, appuyez sur la touche SAT, sélectionnez le
satellite désiré puis appuyez sur OK.

La figure IV.31. Liste de chaîne TV

IV.5.2.8. Liste des chaînes favorite

Le récepteur dispose de trois listes favorites que vous pouvez


personnaliser. Pour accéder à vos programmes préférés, pressez la
touche FAV. Pour changer de liste favorite pressez à nouveau la touche
FAV.
71

La figure IV.32. Favorite des chaînes

IV.5.3. GESTIONNAIRE DES CHAINES

Un nombre important de fonctions vous permettront de personnaliser,


d’organiser et de rendre plus conviviale l’utilisation de votre
récepteur.

IV.5.3.1. GESTIONNAIRE DES CHAINES

Dans cette rubrique, vous avez accès au contrôle des chaînes TV ainsi
que des chaînes radio. La procédure étant la même pour les TV et les
radios, seule la procédure de la gestion des chaînes de TV sera
expliqué. La liste des chaînes est visible sur la partie droite de l’écran
du téléviseur. Sur la partie gauche est visible en incrustation (PIG),
l’image du programme sélectionné. Les informations sont visibles sous
l’image. Les touches de couleur de la télécommande donnent accès aux
fonctions décrites ci-après.
72

La figure IV.33. Gestionnaire des chaînes

IV.5.3.2. CHAINES FAVORITES

Quand vous sélectionnez le Gestionnaire des Chaînes, une liste des


chaînes est visible. Pour ajouter une chaîne à la liste Favorite1,
appuyez sur OK après vous être positionné sur cette dernière. Le
symbole J indiquera que ce programme a été ajouté à la liste favorite.
Pour enlever une chaîne favorite de la liste faire OK sur celle-ci, le
symbole disparaît alors. Une fois la liste favorite constituée, appuyez
sur EXIT deux fois pour quitter et mémoriser les réglages
73

La figure IV.34. Liste des chaînes

IV.5.3.3. CONTROLE PARENTAL

Dans la page Gestionnaire des Chaînes TV, appuyez sur la touche bleue
(Lock). Ceci vous permet de bloquer l’accès aux chaînes que vous
choisirez. Sélectionnez la chaîne à verrouiller, puis appuyez sur OK,
( ) apparaîtra.

La figure IV.35. Contrôle parental

IV.5.3.4. RENOMMER UNE CHAINE

Dans la page Gestionnaire des Chaînes TV, appuyez sur Menu et


sélectionnez «Renommer » dans la nouvelle fenêtre. Il suffit à présent
de sélectionner la chaîne à renommer dans la liste en appuyant sur OK.
Une boite de dialogue apparaît vous invitant à saisir le nouveau nom de
la chaîne.
74

La figure IV.36. Renommer une chaîne

IV.5.3.5. SUPPRIMER UNE CHAINE

Dans la page Gestionnaire des Chaînes TV, sélectionnez le mode


«Supprimer » avec la touche rouge. Suivant le nombre de fois que vous
appuyez successivement sur la touche rouge, plusieurs modes de
suppression sont alors disponibles. Les modes de suppression sont :
Supprimer une chaîne -> Supprimer un transpondeur - >Supprimer un
satellite -> supprimer tout Sélectionnez avec la touche OK les chaînes à
éliminer (mode Supprimer CH) qui seront marquées par un X. La
suppression définitive de la chaîne interviendra lorsque vous quitterez
le menu (Touche EXIT) et que vous validerez votre choix par le bouton
OK. Si vous choisissez «Annuler » la chaîne ne sera pas effacée.
75

La figure IV.37. Suprimer une chaîne

IV.5.3.6. Ranger les chaînes en ordre

Dans la page Gestionnaire des Chaînes TV appuyez sur Menu et


sélectionnez «trier » Vous pouvez trier les chaînes par Favori,
Verrouiller, Cryptage, par satellite ou bien par Ordre alphabétique.
Placez le curseur sur votre choix et appuyez sur OK.
NOTE : Les chaînes TV et Radio se rangent séparément mais de la
même façon.

La figure IV.38. Rangement de la chaîne en ordre


76

IV.6. INSTALLATION DU GROUPE ELECTROGENE

 DETERMINER LA PUISSANCE

En fonction des appareils que nous souhaitons alimenter, la puissance


du groupe électrogène diffère. En effet, à chaque besoin correspond un
groupe électrogène adapté.

Voici quelques conseils simples pour vous aider à faire votre choix :

La puissance nominale des appareils que nous souhaitons alimenter est


stipulée sur la plaque signalétique de celui-ci. Nous avez besoin de ces
informations pour calculer la puissance nécessaire. Le résultat doit
s’exprimer en puissance, mais la plupart du temps le besoin en courant
est exprimé en ampères. Il faut donc le multiplier par la tension pour
obtenir la puissance.

Soit la formule suivante : Intensité (Amp) x Tension (V) = Puissance


(W)

Exemple : 14 A x 230 V = 3220 Watts

Enfin, pour calculer la puissance nécessaire du groupe électrogène,


nous devons multiplier le résultat obtenu, c’est-à-dire la puissance, par
le coefficient de démarrage.

Soit la formule suivante : Puissance (W) x coefficient de démarrage =


Puissance en W nécessaire au démarrage du groupe électrogène.

 Relais panique (commutation du courant de la Snel et groupe

Les contacteurs normal-secours sont conçus pour un grand nombre


d'applications d'alimentation de secours. Ils associent souplesse,
fiabilité et valeur dans un format compact. Un contacteur normal-
secours automatique (ATS) d'isolation de dérivation assure un transfert
complet dans les applications où une alimentation d'urgence des
charges critiques doit être maintenue en permanence sans
interruption. Ce type de modèle permet le contrôle, l'entretien ou le
remplacement des mécanismes de commutation de puissance sans
interruption de l'alimentation électrique. Les ATS d'isolation de
dérivation sont disponibles de 100 A à 1 200 A.
77

IV.8. ESTIMATION DU COUT DU PROJET

INSTALLATION DE LA TELEDISTRIBUTION
DESIGNATION LONGUEUR (m) QUANTITE P.U P.T
1 Antenne PARABOLIQUE 90° 1 $ 40 $ 30
2 LNB QUATRO 1 $ 30 $ 30
3 DECODEURS HD 8 $ 50 $ 400
5 FICHE F 50 $ 0,5 $ 25
6 CABLE COAXIAL 300 4 $ 100 $ 400
7 CABLE RCA 100 2 $ 30 $ 60
8 CONNECTEUR RF 20 $ 0,5 $ 10
9 RACCORDEUR 20 $ 1 $ 20
10 MODULATEUR UHF 06 $ 100 $ 600
SOUS TOTAL $ 1575

IV.9. CONCLUSION

Nous tirons globalement de ce Mémoire un bilan très positif, bien que


nous ayons eu à faire face à des difficultés. Notre capacité à les
résoudre et les méthodologies que nous avons employées pour les
résoudre sont finalement des motifs de satisfaction.

Nous avons pu implanter et déployé un réseau de télédistribution QPSK-


OFDM. Ensuite nous avons acquis des connaissances sur le
fonctionnement des systèmes des télédistributions.
78

CONCLUSION GENERALE

Dans ce Mémoire nous avons parlé de la réception individuelle par


satellite à l’installation collective, ses principales caractéristiques, les
avantages de la réception terrestre DVBt et la réception par satellite
DVBs2. Ce Mémoire nous a permis de connaître tous les systèmes des
télédistributions, les paramètres qui interviennent dans la conception
du système complet.
79

BIBLIOGRAPHIE

1. OUVRAGES
 Cours d’installation des antenne parabolique TVRO, KU Bande et
C Bande . Société Congo télécom engineering SARLU. Ir. Herman
MANTENDI BAVINGA, 2018.
 Cours les Concepts du Vsat. Société Congo télécom engineering,
2017.
 Cours la télévision numérique au service de la ville. Société Congo
Télécom Engineering Sarlu. Ir. Herman MANTENDI BAVINGA, 2019.

 Manuel TVS4500 et 4600

2. Sites web
 http : // fr.wikipedia.org/wiki/vidéosurveillance
 http : // fr.wikipedia.org/télésurveillance
 http : // w w w . t o n n a . c o m/guide de la réception TV
 http : //www.memoire online 2000-2015.com
80

Table des matières

EPIGRAPHE ........................................................................ i
DEDICACE ......................................................................... ii
REMERCIEMETS ................................................................... iii
LISTE DES ABREVIATIONS ....................................................... iv
LISTE DES TABLEAUX ............................................................. v
CHAPITRE l : ETUDE THEORIQUE DE LA TELEDISTRIBUTION ................ 1
I. 1. INTRODUCTION ........................................................... 1
I.2. Notions de base sur les antennes ....................................... 1
I.2.1. Définition d'une antenne ............................................ 1
I.2.2. Caractéristiques électriques des antennes ....................... 2
I.2.3. Rôles des antennes ................................................... 6
I.4. LA TELEVISION NUMERIQUE .............................................. 7
I.5. La Télédistribution ........................................................ 8
I.5.4. LA RECEPTION COLLECTIVE PAR SATELLITE....................... 9
Figure I.5. La liaison satellitaire ............................................. 10
I.6. LA TELEVISION PAR INTERNET (IPTV) ................................. 12
I.7. Conclusion ................................................................ 13
CHAPITRE II : DESCRIPTION DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ET DES
MATERIELS DE TELEDISTRIBUTION ........................................... 14
II.1. INTRODUCTION ......................................................... 14
II.2. LES SUPPORTS DE TRANSMISSIONS ................................... 14
II.2.1. PAIRES TORSADEES................................................. 14
II.2.2. CABLES COAXIAUX ................................................. 15
II.2.2. FIBRE OPTIQUE ..................................................... 16
II.3. TRANSMISSIONS SANS FIL .............................................. 17
II.3.1. FAISCEAUX HERTZIENS ............................................ 17
II.3.2. ONDES RADIOELECTRIQUES ....................................... 18
II.4.CARACTERISTIQUES GLOBALES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION 18
81

II.4.1. BANDE PASSANTE .................................................. 18


II.4.2. BRUITS ET DISTORSIONS........................................... 19
II.5. ANTENNE TV ............................................................. 20
II.6. ANTENNE PARABOLIQUE ............................................... 22
II.6.1. Le réflecteur ....................................................... 22
II.6.2. La source .............................................................. 22
II.6.2.1. Antenne à source centrée ...................................... 23
II.6.2.2. Antenne à source décalée ou antenne offset ............... 24
Figure II.10. Source décalée ................................................ 24
II.6.2.3. Antenne Cassegrain et antenne grégorienne ................ 24
II.6.3.Télévision par satellite ............................................ 25
II.7. LES MATERIELS DE TELEDISTRIBUTION .............................. 26
II.7.1. TÊTE DE RÉCEPTION (LNB)........................................ 26
II.7.2. LNB PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT........................... 27
II.7.3. FONCTIONNEMENT DE L’ABAISSEUR DE FRÉQUENCE .......... 27
II.7.4. LNB CLASSIQUE ..................................................... 28
II.7.5. LNB twin............................................................. 28
II.7.6. La LNB QUATTRO................................................... 29
II.7.7. MULTICOMMUTATEURS ............................................ 30
II.7.8. BOITE D'ARRIVEE ................................................... 31
II.7. CONCLUSION ............................................................ 32
CHAPITRE III : NOTION SUR LES SYSTEMES DE RECEPTION DES
PROGRAMMES TV NATIONAUX ET INTERNATIONAUX (PAR VOIE
HERTZIEN ET SATELLITE ..................................................... 33
III.1. INTRODUCTION ......................................................... 33
III.2. LES ANTENNES .......................................................... 33
III.2.1. DEFINITION ......................................................... 33
III.2.2. CLASSIFICATION DES ANTENNES ................................. 34
III.2.3. FORME ET DIMENSIONS DES ANTENNES ......................... 34
III.2.4. TYPES D'ANTENNES ................................................ 35
82

III.2.5. ANTENNES POUR LA RECEPTION TV ............................ 35


III.3. LA RECPTION TV PAR LA VOIE HERTZIENNE ........................ 39
III.4. LA RECEPTION TV PAR SATELLITE ................................... 39
III.4.1. SCHEMA DE L’INSTALLATION..................................... 39
III.4.2. LES BANDES DE FREQUENCES .................................... 40
III.5. COUPLAGE DES SYSTEMES DE RECEPTION PAR VOIE HERTZIENNE
ET PAR SATELLITE ............................................................ 42
III.5.1. Le coupleur ........................................................ 42
III.5.2. SCHEMA D’INSTALLATION DE RECEPTION TV-SAT ............ 43
III.6. PROGRAMME TELEVISION ............................................. 43
III.6.1. PROGRAMME TELEVISION LOCAL ................................ 43
III.6.2. PROGRAMME TELEVISION ETRANGER ........................... 44
III.10. CONCLUSION .......................................................... 45
CHAPITRE IV. IMPLANTATION ET DÉPLOIEMENT DU RÉSEAU DE
TÉLÉDISTRIBUTION PAR CÂBLE COAXIAL AU SEIN DU FLAT HOTEL FM. . 46
IV.1. Introduction ............................................................ 46
IV.2. Présentation du Plat Hôtel FM ....................................... 46
IV.2.1. Historique .......................................................... 46
IV.2.3. Difficulté ........................................................... 48
IV.2.4. Solution Proposée ................................................. 48
La figure IV.4 représente le plan architecture du flat Hôtel FM ...... 50
La figure IV.4 le plan architecture du flat Hôtel FM .................... 50
IV.2.5. ANALYSE DES BESOINS ............................................ 51
CALCUL DU BILAN DE LIAISON ................ Erreur ! Signet non défini.
PREMIER CAS : BILAN DU 2è ETAGE (3è niveau). . Erreur ! Signet non
défini.
DEUXIEME CAS : BILAN DU 1è ETAGE (2è niveau) Erreur ! Signet non
défini.
TROISIEME CAS : BILAN DU REZ-DE-CHAUSSEE (1è niveau). .. Erreur !
Signet non défini.
83

IV.2.7. INSTALLATION DE LA TELEDISTRIBUTION QPSK-OFDM POUR


HÔTEL.......................................... Erreur ! Signet non défini.
IV.3. DESCRIPTIF DES MENUS ............................................... 53
IV.3.1. INSTALLATION .................................................... 54
IV.4. INSTALLATION DE L’ANTENNE ....................................... 59
IV.4.1. PARABOLE FIXE .................................................... 59
IV.4.2. RECHERCHE DE CHAINE FIXE .................................... 61
IV.4.3. REGLAGE DU SYSTEME ............................................ 62
IV.4.4. CONTROLE PARENTAL ............................................ 63
IV.4.5. COMMENT CHANGER LE MOT DE PASSE ........................ 63
IV.4.6. COMMENT UTILISER LE CONTROLE PARENTAL ................ 64
IV.5. FONCTIONS GENERALES D’UTILISATION ............................ 66
IV.5.1. CHOISIR UNE CHAINE ............................................. 66
IV.5.2. RAPPEL DE LA CHAINE PRECEDENTE ............................ 67
IV.5.3. GESTIONNAIRE DES CHAINES ..................................... 71
IV.6. CONCLUSION ........................................................... 77
CONCLUSION GENERALE ....................................................... 78
BIBLIOGRAPHIE ................................................................. 79
1. OUVRAGES ................................................................ 79
2. Sites web .................................................................. 79