Vous êtes sur la page 1sur 48

Guide pratique

du médecin
remplaçant
Tout ce qu’il faut savoir
pour remplacer
ou se faire remplacer
Chez le même éditeur

120 QUESTIONS EN RÉSPONSABILITÉ MÉDICALE, par M. Bernard, 2007, 336 pages.


GUIDE PRATIQUE DE LA COMMUNICATION AVEC LE PATIENT, par C. Iandolo, 2007, 224 pages.
L’ART DE FIDÉLISER LA CLIENTÈLE MÉDICALE, par L. Audouin et M. Orlewski, 2006, 208 pages.
80 CERTIFICATS ET FORMULAIRES ADMINISTRATIFS MÉDICAUX, par M.-C. Roure-Mariotti,
V. Federico-Roure, 2007, 400 pages.
Jean-Louis Salmon

Guide pratique
du médecin
remplaçant
Tout ce qu’il faut savoir
pour remplacer
ou se faire remplacer
Ce logo a pour objet d’alerter le lecteur sur la menace que représente
pour l’avenir de l’écrit, tout particulièrement dans le domaine univer-
sitaire, le développement massif du « photocopillage ». Cette pratique
qui s’est généralisée, notamment dans les établissements d’enseigne-
ment, provoque une baisse brutale des achats de livres, au point que la
possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de
les faire éditer correctement est aujourd’hui menacée.
Nous rappelons donc que la reproduction et la vente sans autorisation, ainsi que le recel,
sont passibles de poursuites. Les demandes d’autorisation de photocopier doivent être
adressées à l’éditeur ou au Centre français d’exploitation du droit de copie : 20, rue des
Grands-Augustins, 75006 Paris. Tél. : 01 44 07 47 70.

Tous droit de traduction, d’adaptation et de reproduction par tous procédés réservés


pour tous pays.
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que
ce soit, des pages publiées dans le présent ouvrage, faite sans l’autorisation de l’éditeur
est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproduc-
tions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation
collective, et, d’autre part, les courtes citations justifiée par le caractère scientifique ou
d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées (art. L. 122-4, L. 122-5 et
L. 335-2 du Code de la propriété intellectuelle).

© 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ISBN : 978-2-294-70708-7

Elsevier Masson SAS – 62, rue Camille Desmoulins – 92442 Issy-les-Moulineaux Cedex
Liste des sigles

AGA Association de gestion agréée


BNC Bénéfices non commerciaux
CARMF Caisse autonome de retraite des médecins français
CB Carte bancaire
CFP Contribution à la formation professionnelle
CPAM Caisse primaire d’Assurance maladie
CPF Carte de professionnelle en formation
CPS Carte professionnelle de santé
CRDS Contribution au remboursement de la dette sociale
CSG Contribution sociale généralisée
CUM Cotisation aux unions professionnelles des médecins
DDASS Direction départementale des affaires sanitaires et sociales
EPP Évaluation des pratiques professionnelles
FMC Formation médicale continue
FSE Feuille de soin électronique
HT Hors taxe
MICA Mécanisme d’incitation à la cessation d’activité
PAMC Régime des praticiens et auxiliaires médicaux conventionnés
PSS Plafond annuel de la Sécurité sociale
RCP Responsabilité civile professionnelle
Urssaf Union de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et
allocations familiales

IX
1 Médecins autorisés
à remplacer

DOCTEUR EN MÉDECINE [1]


Pour exercer la médecine sur le territoire français, le médecin remplaçant
thésé doit satisfaire aux conditions de diplôme, de nationalité, et être inscrit
au tableau de l’Ordre.

Condition de diplôme [2-4]


• soit le diplôme français de Docteur en médecine ;
• soit un diplôme, certificat ou autre titre de médecin délivré par un État
membre de l’Union européenne ou partie à l’accord sur l’espace
économique européen ;
• soit un diplôme suisse de médecin (diplôme fédéral de médecin,
eidgenössisch diplomierter Arzt, titolare di diploma federale di medico).

Condition de nationalité [4]


Être de nationalité française, de citoyenneté andorrane ou ressortissant d’un
État membre de la Communauté européenne ou partie à l’accord sur
l’espace économique européen, d’un pays lié par une convention d’établis-
sement avec la France, le Maroc ou la Tunisie.
Liste des 27 États membres de l’Union européenne [4]
Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Danemark, Espagne,
Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie,
Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie,
République tchèque, Royaume-Uni, Suède.
Accord sur l’espace économique européen [4]
Accord entre les Communautés européennes et l’Islande, le Liechtenstein et
la Norvège permettant l’exercice effectif du droit d’établissement et la
reconnaissance des qualifications professionnelles.
Conventions d’établissement [4]
Elles ont été conclues avec les Républiques de Centrafrique, du Congo
(Brazzaville), du Gabon, du Mali, du Sénégal, du Tchad et du Togo.

3
Guide pratique du médecin remplaçant

Inscription au tableau de l’Ordre des médecins [5-8]


L’inscription au tableau de l’Ordre est obligatoire pour tout médecin exerçant
sur le territoire français à l’exception des médecins ressortissants d’un État
membre de la Communauté européenne effectuant une prestation de
service.
Le défaut d’inscription est constitutif du délit d’exercice illégal de la
médecine.
Un médecin ne peut être inscrit dans deux états différents, excepté s’il s’agit
d’États de l’Union européenne ou partie à l’accord sur l’espace économique
européen.
Les médecins remplaçants thésés depuis au moins 3 ans sont éligibles aux
différentes élections de l’Ordre.

Les différents médecins concernés


Un médecin remplaçant ne peut remplacer qu’un confrère de la même
spécialité.
Il doit présenter une attestation d’inscription au tableau lors de chaque
remplacement.
Le médecin remplaçant peut être :
Médecin remplaçant exclusif
C’est un médecin qui ne fait que des remplacements. Il est libre de choisir
le médecin qu’il veut remplacer, la durée et le lieu de son remplacement.
Chef de clinique ou assistant
Ils doivent poser un congé sans rémunération hospitalo-universitaire et avoir
l’accord du chef de service pour assurer un remplacement.
De plus, les remplacements sont limités à 30 jours par an la première année
de fonction et à 45 jours par an les années suivantes.
Ne pas oublier de souscrire une assurance responsabilité civile profession-
nelle.
Médecin salarié
Il peut effectuer des remplacements à condition que son contrat de travail
ne mentionne pas une clause d’exercice exclusif.
Médecin retraité [9-11, 21]
Le médecin retraité doit informer la CARMF et le Conseil départemental de
l’Ordre des médecins de sa reprise d’activité libérale.
Un médecin retraité de plus de 65 ans est autorisé à faire des
remplacements, à condition que ses revenus issus des remplacements ne
dépassent pas 41 839 euros net en 2007 (soit 130 % du PSS). Cet
avantage n’est accordé que pour une période de 10 ans.

4
Médecins autorisés à remplacer

Un médecin retraité de moins de 65 ans est autorisé à faire des


remplacements, à condition que ses revenus issus des remplacements ne
dépassent pas 32 184 euros net en 2007 (soit le PSS).
La limite de revenu ne s’applique pas aux revenus issus de la permanence
des soins.
Le médecin retraité doit souscrire une RCP avant le remplacement.
Ne sont pas autorisés à cumuler une retraite avec une activité libérale :
• les médecins de moins de 65 ans, retraités au titre de l’inaptitude;
• les bénéficiaires du mécanisme d’incitation à la cessation d’activité
(MICA) qui ont l’obligation de cesser définitivement leur activité médicale.
Un médecin prestataire de service [7, 12]
Il peut exécuter temporairement ou occasionnellement des actes de sa
profession sur le territoire français sans être inscrit au tableau de l’Ordre des
médecins. L’exécution de ces actes est subordonnée à une déclaration
préalable.
Il est dispensé du versement d’une cotisation.

Médecins non autorisés à remplacer


• les médecins à diplôme étranger ;
• les médecins fonctionnaires ;
• les médecins militaires ;
• les médecins conseils d’assurance maladie.

MÉDECIN NON THÉSÉ [4, 13]


Pour pouvoir effectuer un remplacement, un médecin non thésé doit
satisfaire aux 3 conditions suivantes :
• Condition de diplôme
Inscription en 3ème cycle de médecine en France.
• Condition de nationalité
Voir paragraphe Condition de nationalité p. 3.
• Condition d’autorisation
Il doit être titulaire d’une licence de remplacement délivrée par le président
du Conseil départemental de l’Ordre et d’une autorisation de remplacement
délivrée par le Préfet.

5
Guide pratique du médecin remplaçant

De plus, il doit avoir validé un certain nombre de semestres en fonction de


la spécialité du médecin remplacé :

Nombre de semestres à valider par l’interne en fonction de l’activité du médecin


remplacé [14]

Anatomie et cytologie pathologiques humaines ou anatomie et cytologie pathologiques


– 4 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 1 libre

Anesthésie-réanimation ou anesthésiologie-réanimation chirurgicale


– 4 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité dont 3 dans des services
d’anesthésie et 1 dans un service de réanimation
– 1 libre

Biologie médicale
– 3 semestres dans des laboratoires
– 1 dans un service clinique agréé
– 1 libre

Cardiologie et médecine des affections vasculaires ou pathologie cardio-vasculaire


– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 dans des services agréés de : chirurgie thoracique et cardio-vasculaire ou endocrinologie-maladies
métaboliques ou néphrologie ou médecine interne ou pédiatrie ou pneumologie ou radiodiagnostic et
imagerie médicale ou neurologie ou réanimation médicale

Dermato-vénéréologie ou dermatologie et vénéréologie


– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 libres.

Endocrinologie et métabolismes ou endocrinologie maladies métaboliques


– 2 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 dans des services agréés de : gynécologie-obstétrique ou gastro-entérologie et hépatologie ou
néphrologie ou pédiatrie ou médecine interne
– 1 libre

Gynécologie médicale
– 3 semestres dans des services agréés de gynécologie-obstétrique
– 1 libre

6
Médecins autorisés à remplacer

Nombre de semestres à valider par l’interne en fonction de l’activité du médecin


remplacé [14] (suite)

Hématologie
– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité dont au moins 1 dans un
service d’hémobiologie clinique et maladies du sang et au moins 1 dans un laboratoire central
d’hémobiologie des hôpitaux
– 1 dans un service agréé de : anatomie et cytologie pathologiques ou immunologie et
immunopathologie ou médecine interne ou oncologie ou pathologie infectieuse et tropicale,
clinique et biologique ou pédiatrie ou pneumologie ou réanimation médicale
– 1 libre

Maladies de l’appareil digestif ou gastro-entérologie et hépatologie


– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 libres

Médecine du travail
– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 libres

Médecine générale
– 2 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 1 chez un praticien généraliste agréé

Médecine interne
– 2 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 1 dans un service agréé de : cancérologie ou immunologie et immunopathologie ou
pathologie infectieuse et tropicale, clinique et biologique ou réanimation médicale ou
nutrition
– 3 libres

Médecine nucléaire
– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 dans des services agréés de : pathologie cardio-vasculaire ou endocrinologie-maladies
métaboliques ou médecine interne ou gastro-entérologie et hépatologie ou pneumologie ou
neurologie ou rhumatologie ou hématologie ou cancérologie ou pédiatrie ou radiodiagnostic
et imagerie médicale ou oncologie (service de radiothérapie)

Néphrologie
– 2 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 1 dans un service agréé de réanimation médicale
– 2 libres

7
Guide pratique du médecin remplaçant

Nombre de semestres à valider par l’interne en fonction de l’activité du médecin


remplacé [14] (suite)

Neurologie
– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 1 dans un service agréé de psychiatrie
– 1 libre

Oncologie (option oncologie médicale).


– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité dont 1 dans un service
agréé pour l’option de radiothérapie
– 2 libres

Oncologie (option radiothérapie) ou radiothérapie


– 4 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité dont 1 dans un service
agréé pour l’option d’oncologie médicale
– 1 libre

Ophtalmologie
– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 libres

Oto-rhino-laryngologie
– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 libres

Pédiatrie
– 4 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 1 libre

Pneumologie
– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 libres

Psychiatrie
– 4 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité dont 1 dans un service
agréé en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent
– 1 libre

Psychiatrie (option Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent)


– 4 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité dont 2 dans un service
agréé en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent
– 1 libre

8
Médecins autorisés à remplacer

Nombre de semestres à valider par l’interne en fonction de l’activité du médecin


remplacé [14] (suite)

Radiologie (option Radiodiagnostic) ou radiodiagnostic et imagerie médicale


– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 libres

Rééducation et réadaptation fonctionnelles


– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 libres

Rhumatologie
– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité
– 2 libres

Santé communautaire et médecine sociale ou santé publique et médecine sociale


– 3 semestres effectués dans des services agréés correspondant à la spécialité dont 1 dans un service
extra-hospitalier agréé.
– 2 libres

9
2 Démarches à effectuer

LICENCE DE REMPLACEMENT
La licence de remplacement atteste seulement que le médecin non thésé
remplit les conditions légales requises pour effectuer un remplacement.
Elle est délivrée par le président du Conseil départemental de l’Ordre des
médecins du département du lieu de la faculté de médecine ou de l’hôpital
où l’interne remplit des fonctions hospitalières.
Cette licence a une durée de validité limité au 15 novembre de chaque
année. Une nouvelle demande de licence doit être faite chaque année.
Attention : la thèse doit être soutenue dans les 3 ans à compter de la
validation du 3e cycle des études médicales. Au-delà de cette période, le
Conseil départemental de l’Ordre des médecins ne délivre plus l’autorisation
de remplacement si le médecin n’est pas thésé.

AUTORISATION DE REMPLACEMENT
Le médecin remplacé adresse au Conseil départemental de l’Ordre des
médecins la demande de remplacement avec, soit la licence de remplace-
ment si le médecin remplaçant est non thésé, soit l’attestation d’inscription
à l’Ordre des médecins si le médecin remplaçant est thésé, sans oublier le
contrat de remplacement signé.
Le président du Conseil départemental de l’Ordre adresse un avis favorable
au Préfet qui délivre l’autorisation de remplacement.
L’autorisation est accordée pour une durée maximale de 3 mois, renouvela-
ble sur demande, dans la même forme, au président du Conseil de l’Ordre
des médecins.
Lorsque le remplacement a lieu en urgence, le remplacement peut se faire
avant la réception de l’autorisation préfectorale, à condition que le Conseil
départemental de l’Ordre des médecins soit averti par téléphone et que la
demande, avec tous les documents, soit faite dans les plus brefs délais.
En absence d’autorisation de remplacement, le médecin remplaçant com-
met le délit d’exercice illégal de la médecine.

11
Guide pratique du médecin remplaçant

CONTRAT DE REMPLACEMENT [15-17]


C’est une obligation déontologique de signer un contrat de remplacement
écrit et signé. Un exemplaire sera communiqué au Conseil départemental
de l’Ordre des médecins avant le début du remplacement (sauf urgence).
L’absence de communication constitue une faute disciplinaire susceptible
d’entraîner une sanction.
En cas de remplacement itératif, le contrat doit avoir une annexe, indiquant
trimestre par trimestre, les dates de remplacement prévues.
• Clause de restriction à l’installation
La clause de restriction à l’installation consiste, pour le médecin rempla-
çant, à ne pas pouvoir s’installer dans un cabinet ou il puisse entrer en
concurrence directe avec le médecin qu’il a remplacé. Cette clause
s’applique uniquement si la durée cumulée du remplacement est supérieure
à 90 jours. Pour une durée inférieure ou égale à 90 jours, aucune
autorisation n’est à demander au Conseil départemental de l’Ordre pour
s’installer.
Le remplaçant retrouve sa liberté d’installation vis à vis du médecin qu’il a
remplacé au bout de 2 ans.
Le médecin remplaçant et le médecin remplacé peuvent décider de ne pas
tenir compte de cette restriction à l’installation en le précisant dans le
contrat.
• Nombre minimum de consultations par jour
Le fait de mentionner un nombre minimum de consultations par jour, peut
faire assimiler le médecin remplaçant à un salarié.
Il est conseillé de ne pas en faire mention sur le contrat de remplacement.
Il est possible quand même si cela le justifie de signer une reconnaissance
d’accord d’un minimum de consultations journalier dans un contrat distinct
gardé par les deux parties et non mentionné dans le contrat de remplace-
ment.

RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE (RCP) [18,19]


Tous les médecins remplaçants thésés ou non, ont une obligation de
souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle.

ENREGISTREMENT DU DIPLÔME [4, 20]


L’enregistrement du diplôme doit avoir lieu au plus tard dans le mois qui
suit l’inscription au tableau de l’Ordre. Il se fait auprès de la Direction

12
Démarches à effectuer

départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS) du lieu d’inscrip-


tion.
Si le médecin n’est pas encore en possession du diplôme, il fait enregistrer
le certificat provisoire délivré par la faculté auprès de laquelle il a obtenu le
diplôme.
En cas de changement de situation professionnelle, le médecin doit en
informer la DDASS.
Le changement de résidence ou l’interruption d’exercice d’au moins deux
ans, oblige à une nouvelle inscription.

CAISSE AUTONOME DE RETRAITE DES MÉDECINS FRANÇAIS


(CARMF) [21]
L’inscription à la CARMF est obligatoire pour les médecins remplaçants :
• titulaire du diplôme de docteur en médecine ;
• inscrit au tableau de l’Ordre ;
• assujetti à la taxe professionnelle.
Dispense d’affiliation pour les médecins :
• non assujetti à la taxe professionnelle ;
• ayant un revenu inférieur à 11000 €.
Les médecins non thésés ne relèvent pas de la CARMF.
L’inscription à la CARMF doit se faire au plus tard dans le mois qui suit le
1er remplacement.

URSSAF [22]
Vous devez signaler, dans les 8 premiers jours du remplacement, votre
activité à l’union de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et
d’allocations familiales de votre domicile fiscal.

CAISSE PRIMAIRE D’ASSURANCE MALADIE (CPAM) [23]


Les médecins remplaçants thésés ou non, doivent s’affilier au régime des
Praticiens et Auxiliaires Médicaux Conventionnés (PAMC), auprès de la
CPAM du lieu de leur résidence personnelle, lorsqu’ils auront effectué
30 jours de remplacement consécutif ou discontinu.

13
Guide pratique du médecin remplaçant

ASSOCIATION DE GESTION AGRÉE (AGA) [24]


Le délai d’adhésion (non obligatoire) à une AGA est depuis le 1 er janvier
2008 de 5 mois à compter du début d’activité.
Une réduction d’impôt dans la limite de 915 €, est accordée aux adhérents
qui ont opté pour le régime de la déclaration contrôlée et ayant des recettes
annuelles inférieures à 27000 € HT.
Pour les médecins non-adhérents à une AGA, une majoration de 25 % est
appliquée sur le bénéfice imposable.

Récapitulatif des inscriptions

– dans les 8 premiers jours de remplacement URSSAF


– dans les 30 premiers jours de remplacement CARMF
– après le 30ème jour de remplacement CPAM
– dans les 5 premiers mois de remplacement AGA (non obligatoire)

14
3 Différents types
de remplacements

CABINET DE GROUPE

Le remplacement dans un cabinet de groupe est autorisé uniquement pour


un seul médecin à la fois. Le remplacement simultané de 2 médecins
exerçant dans le même cabinet de groupe est donc interdit.

REMPLACEMENT RÉGULIER DE COURTE DURÉE

Le remplacement régulier est admis dans la limite d’une journée par


semaine, à condition qu’il soit justifié par :
• un surmenage excessif permanent en rapport avec l’importance de la
patientèle ;
• une incapacité partielle prolongée due à une maladie ;
• un perfectionnement post-universitaire ;
• une absence régulière pour remplir un mandat d’ordre politique, profes-
sionnel, ou administratif.

MÉDECIN DÉCÉDÉ

Un médecin décédé ne peut pas avoir de remplaçant. Il s’agit dans ce cas


d’une succession provisoire.
Le remplaçant doit être docteur en médecine et inscrit au tableau de l’Ordre.
C’est le Conseil départemental de l’Ordre qui nomme un successeur
provisoire et qui demande l’autorisation préfectorale.
Ce médecin remplaçant exerce sous son propre nom pour une durée
maximale de 3 mois renouvelable. L’utilisation des feuilles de soins du
médecin décédé est interdit, par conséquent il devra demander à la Caisse
primaire d’Assurance maladie des feuilles de soins identifiées à son nom.
Il perçoit l’intégralité des honoraires et reverse à la veuve ou au veuf une
indemnité forfaitaire correspondant à la location du cabinet et du matériel.
Un contrat écrit doit préciser le montant de cette indemnité forfaitaire et la
perception des honoraires par le médecin remplaçant.

15
Guide pratique du médecin remplaçant

MÉDECIN SUSPENDU D’EXERCICE PAR LA SÉCURITÉ SOCIALE


Le remplaçant d’un médecin suspendu d’exercice par la Sécurité sociale,
n’est pas autorisé à soigner les assurés sociaux.

MÉDECIN SUSPENDU D’EXERCICE PAR L’ORDRE DES MÉDECINS


Un médecin interdit d’exercice par l’Ordre des médecins ne peut pas se faire
remplacer.

MÉDECIN EN SECTEUR 2
Le médecin remplaçant est autorisé à pratiquer les mêmes honoraires que
le médecin en secteur 2 qu’il remplace.
Les cotisations et prestations sociales concernant le médecin remplaçant
restent celles du secteur 1.

16
4 Formation médicale continue

Tous les médecins remplaçants thésés sont soumis à l’obligation de FMC


[11, 25].
Les médecins remplaçants non thésés ne sont pas concernés par cette
obligation tant qu’ils ne sont pas thésés.
Pour satisfaire à l’obligation de formation médicale continue, chaque
médecin doit cumuler 250 crédits sur une période de cinq ans répartis de
la façon suivante :
• 100 crédits au titre de l’évaluation des pratiques professionnelles ( EPP )
• 150 crédits au titre de la formation médicale continue obtenus dans au
moins 2 des 3 catégories suivantes :
– Catégorie 1 : formation présentielle (max 50 crédits)
- 1 journée = 8 crédits
- 1/2 journée ou 1 soirée = 4 crédits
– Catégorie 2 : formation individuelle ou à distance (max 50 crédits)
- 1 journée = 8 crédits
- 1/2 journée ou 1 soirée = 4 crédits
- abonnement à un périodique médical
- ou acquisition d’un ouvrage médical = 2 crédits/an (max 10 crédits
sur 5 ans)
- abonnement à un périodique médical répondant aux critères de
qualité = 4 crédits/an (max 40 crédits sur 5 ans)
– Catégorie 3 : situation professionnelle formatrice (max 100 crédits)
- groupe 1 (max 50 crédits) : formations professionnelles des salariés
hospitaliers et non hospitaliers
- groupe 2 (max 50 crédits) : missions d’intérêt général au service de
la qualité et de l’organisation des soins et de la prévention, y compris
électives, dans le cadre de structures organisées
- groupe 3 (max 50 crédits) : activités de formateur et participation à
des jurys, dans le champ de la santé
- groupe 4 (max 50 crédits) : travaux de recherche et de publications
personnelles, dans le champ de la santé.
– Au prorata du temps passé
- 1 journée = 8 crédits
- 1/2 journée ou 1 soirée = 4 crédits

17
5 Trouver un remplacement

CONSEIL DÉPARTEMENTAL DE L’ORDRE DES MÉDECINS

Quand vous vous inscrivez au tableau de l’Ordre des médecins ou quand


vous demandez une licence de remplacement, vous remplissez un formu-
laire avec vos coordonnées (adresse, téléphone, courriel, etc). Ces coordon-
nées seront fournies au médecin cherchant un remplaçant.
Ne pas oublier de s’inscrire au niveau des conseils de l’Ordre des différents
départements où vous souhaitez remplacer. Il suffit pour cela de fournir la
photocopie de la licence de remplacement.

CLUB DES REMPLAÇANTS

Les clubs des remplaçants sont présents sur toutes les régions. Ils sont
organisés par les visiteurs médicaux du groupe Sanofi-Aventis.
Les différents remplacements sont collectés auprès des médecins installés
par les visiteurs médicaux, puis ils sont envoyés par mail aux médecins
remplaçants adhérents à ces clubs.

SITES INTERNET

Plusieurs sites médicaux spécialisés ou non dans le remplacement médical,


proposent des annonces de remplacement en médecine.
Au fil du temps, des sites disparaissent, d’autres se créent avec plus ou
moins de sérieux. Parmi les sites qui mettent à jour, au fur et à mesure, les
annonces de remplacement, je peux vous proposer les sites suivants :
• http://www.snjmg.org (médecine générale) : inscription obligatoire gra-
tuite
• http://www.media-sante.com (toutes spécialités) : inscription obligatoire
gratuite
• http://www.univadis.fr (toutes spécialités) : inscription obligatoire gratuite

21
Guide pratique du médecin remplaçant

AUTRES
Un courrier peut être adressé aux médecins en précisant votre statut de
remplaçant et votre disponibilité.
Ne pas oublier de parler de votre disponibilité au cours de vos réunions et
de vos formations médicales.

22
6 Carte professionnelle
de santé

• Pour un médecin remplaçant thésé :


La demande d’une carte professionnelle de santé (CPS) est à faire auprès
du Conseil [26] départemental de l’Ordre des médecins.
• Pour un médecin remplaçant non thésé ou l’interne en médecine :
La demande d’une carte de professionnelle en formation (CPF) est à faire
auprès du conseil départemental de l’ordre des médecins.
Ces cartes sont envoyées à l’adresse du demandeur.
Elles permettent l’envoi des feuilles de soins électroniques (FSE) en lieu et
place du médecin remplacé.
La carte est valable 3 ans et elle est renouvelée par une nouvelle carte
envoyée au domicile quelques jours avant l’échéance. La nouvelle carte peut
être utilisée sans attendre la date d’expiration de l’ancienne.

23
7 Rémunération

HONORAIRES
Le médecin remplaçant perçoit les honoraires au nom du médecin qu’il
remplace. Le remplaçant donnera donc au remplacé la totalité des honoraires
(espèces et chèques libellés au nom du médecin remplacé) perçus pendant le
remplacement.
À la fin du remplacement, le remplaçant remet un double de son journal des
recettes, que le médecin remplacé recopie dans son propre journal des
recettes.
Ensuite, le médecin remplacé rétrocède à son remplaçant le pourcentage
convenu.

RÉQUISITION
Les réquisitions par les autorités sont nominatives. Par conséquent, les
honoraires du médecin remplaçant réquisitionné sera crédité directement
sur son compte par l’autorité pour les actes effectués. Ce montant ne rentre
pas dans la rétrocession.

PERMANENCE DES SOINS [23]


Pour les gardes de nuit et week-end, l’usage est de laisser 100 % des
honoraires au médecin remplaçant ainsi que la rémunération de l’astreinte.
L’astreinte est payée par la CPAM. Pour cela, il faut faire parvenir dans les
5 jours du mois suivant l’astreinte : un document récapitulatif des astreintes
(dates et plages horaires), la demande d’indemnisation, une attestation
signée de participation à la permanence.

VACATIONS
Si le médecin remplacé perçoit un salaire pour des vacations, le remplaçant
doit négocier une indemnité supplémentaire.

25
Guide pratique du médecin remplaçant

DROIT PERMANENT À DÉPASSEMENT


Le droit permanent à dépassement est attribué à titre personnel.
Par conséquent, le médecin remplaçant n’est pas autorisé à le pratiquer.

RÉTROCESSION
La rétrocession est un pourcentage sur les honoraires encaissés et sur les
sommes restant dues (tiers payant), que le médecin remplacé verse au
médecin remplaçant à la fin du remplacement. Actuellement, un pourcen-
tage de rétrocession de 70-75 % est un bon compromis pour la médecine
générale.
Le montant des honoraires rétrocédés est négocié en fonction des avantages
en nature offerts (gîte, couvert, frais de déplacement) et les charges du
cabinet médical.

26
8 Outils

ORDONNANCE, FEUILLE DE SOINS, ETC


Le médecin remplaçant non thésé utilise les documents du médecin
remplacé en rayant le nom du médecin et en indiquant son nom et sa
qualité de remplaçant.
Le médecin thésé doit utiliser ses propres ordonnances plutôt que d’utiliser
les ordonnances du médecin remplacé.

DÉCLARATION DE MÉDECIN TRAITANT


Le médecin qui assure le remplacement du médecin traitant est considéré
comme le médecin traitant de l’assuré.
Attention : le médecin remplaçant ne peut pas remplir le formulaire de
déclaration de médecin traitant au nom du médecin remplacé. Seul le
médecin titulaire du cabinet professionnel peut signer une déclaration de
choix du médecin traitant.

CADUCÉE
Le remplaçant est admis à utiliser le caducée de son confrère pendant la
durée du remplacement.

27
9 Déclaration d’accident

Si la responsabilité du médecin est susceptible d’être engagée au cours d’un


remplacement, il faut faire une déclaration au médecin conseil de son
assurance (même s’il n’y a pas de plainte).
Il vaut mieux transcrire les faits le jour même que plusieurs mois ou années
après. C’est l’assureur qui prend l’initiative des démarches et des négocia-
tions avec la victime. L’assureur s’occupe du procès s’il y a lieu.
Les indemnités à verser à la victime sont prises en charge par l’assurance
responsabilité civile professionnelle.
Il convient aussi de prévenir le Conseil départemental de l’Ordre des
médecins.

29
10 Obligation comptable

Le remplaçant est tenu à des obligations comptables. Il devra tenir une


comptabilité au jour le jour, en précisant le nom et le prénom de chaque
patient, la cotation de l’acte (C - V - K), le montant de l’acte ainsi que le
mode de paiement (espèces, chèque ou CB). En fin de remplacement, il
devra donner un double de cette comptabilité au médecin qu’il remplace.
Pendant son remplacement, le médecin doit tenir un journal des recettes.
À la fin du remplacement, le médecin remplacé recopie les recettes du
remplaçant dans son propre journal.

31
11 Dossier médical

La communication d’un dossier médical doit intervenir au plus tard dans les
huit jours suivant la demande. Ce délai est porté à deux mois lorsque les
informations médicales datent de plus de cinq ans [27, 28].
En pratique, si un remplaçant est confronté à une demande de dossier
médical ou de certaines pièces de ce dossier, plusieurs solutions s’offrent à
lui :
• soit il fait patienter le malade dans l’attente du retour du médecin
remplacé ;
• soit il essaie de contacter son confrère si la demande est urgente ;
• soit il prend la responsabilité de transmettre tout ou partie de ce dossier
si la demande ne peut être différée alors que son confrère n’est pas
joignable.

33
12 Fiscalité

Le médecin remplaçant est considéré fiscalement comme un travailleur


indépendant. Il exerce son activité médicale à titre libéral et perçoit des
honoraires. Il est donc soumis à la fiscalité des professions libérales et doit
déclarer ses revenus, perçus lors des remplacements, dans la catégorie des
bénéfices non commerciaux (BNC).

RÉGIME DÉCLARATIF SPÉCIAL [29]


Vous pouvez opter pour le régime déclaratif spécial si vos revenus ne
dépassent pas 27 000 € HT au prorata du temps d’activité au cours de
l’année civile.
Exemple : pour un remplacement du 1er novembre au 31 décembre (61
jours), les recettes doivent être inférieures à :
27 000 x 61 / 365 = 4512,33 € HT.
Les dépenses déductibles sont évaluées de manière forfaitaire à 34 % des
recettes brutes avec un minimum de 305 € (dans ce cas, il n’y a pas de
déduction possible des frais professionnels, des cotisations sociales obliga-
toires et facultatives).
À compter du 1er janvier 2008, le régime déclaratif spécial reste applicable
pendant les 2 premières années au cours desquelles le seuil des 27000 €
de recettes est franchi. Dans ce cas, aucun abattement ne sera accordé sur
la fraction des recettes excédant les 27 000 € HT.
Vous êtes libre d’opter pour le régime de la déclaration contrôlée même si
la recette annuelle est inférieure ou égale à 27 000 € HT au prorata du
temps d’exercice (ce qui peut être intéressant si vous avez des frais
importants).
La comptabilité se résume à la tenue d’un livre des recettes et d’un registre
des immobilisations et des amortissements.

37
Guide pratique du médecin remplaçant

RÉGIME DE LA DÉCLARATION CONTRÔLÉE [29, 30]


Le médecin remplaçant peut choisir la déclaration contrôlée quel que soit le
montant des ces revenus professionnels. Mais elle est obligatoire lorsque les
recettes annuelles sont supérieures à 27 000 € HT au prorata du temps
d’exercice, sauf pour les deux premières années de dépassement durant
lesquelles le régime déclaratif spécial peut encore s’appliquer.
La déclaration contrôlée permet une déduction des frais professionnels du
bénéfice imposable. Il y a une obligation de justifier de tous les frais réels.
Vous devez obligatoirement tenir un livre-journal, un registre des immobili-
sations et des amortissements et un journal des recettes regroupant les
dépenses et les encaissements sur le compte professionnel.

38
13 Cotisations

Les cotisations recouvrées par l’union de recouvrement des cotisations Sécurité


sociale et allocations familiales sont résumées dans le tableau ci-dessous.
Des exemples concrets de calcul de ces cotisations complètent ce tableau
page suivante.

Calcul sur une base forfaitaire pour les deux premières années d’exercice
[21, 22]

1ère année en 2ème année en 3ème année en


2008 2008 2008

URSSAF

0,11 % 0,11 %
Assurance 0,11 %
de la moitié du PSS des 2/3 du PSS
Maladie du revenu 2006
soit 18 € soit 24 €

0,4 %
0,4 % 0,4 %
Allocations jusqu’à 33276 €
de18 fois la BMAF de 27 fois la BMAF
Familiales (1)
soit 27 € soit 40 €
2,5 % au delà de 33276 €

5,1 % 5,1 %
CSG 5,1 %
de18 fois la BMAF de 27 fois la BMAF
déductible du revenu 2006
soit 343 € soit 507 €

2,4 % 2,4 %
CSG 2,4 %
de18 fois la BMAF de 27 fois la BMAF
non déductible du revenu 2006
soit 162 € soit 238 €

0,5 % 0,5 %
0,5 %
CRDS de18 fois la BMAF de 27 fois la BMAF
du revenu 2006
soit 34 € soit 50 €

0,15 % 0,15 % 0,15 %


CFP (1) du PSS du PSS du PSS
soit 50 € soit 50 € soit 50 €


39
Guide pratique du médecin remplaçant

Calcul sur une base forfaitaire pour les deux premières années d’exercice
[21, 22] (suite)

CUM NON DUE PAR LES MÉDECINS REMPLAÇANTS

CARMF

Tranche 1 : 8,6 %
jusqu’à 28285 € (0,85 x PSS)
Tranche 2 : 1,6 %
8,6 % 8,6 %
de 28285 à 166380 € (0,85 à 5 x
RB de 18 fois la BMAF de 27 fois la BMAF
PSS)
soit 579 € soit 854 €
cotisation minimum : 145 €
cotisation maximum : 4643 €

9,1 %
0€ 0€
RCV dans la limite de 110100 €
sauf si âge > 40 ans sauf si âge > 40 ans
(cotisation maximum : 10019 €)

ASV 1260 € 1260 € 1260 €

ID 652 € 652 € 652 €

0,125 %
0,125 %
de 1/2 du PSS
ADR 0€ de 1/4 du PSS
soit 21 €
soit 10 €
(ensuite 0,125 % du revenu 2006)
(1 ): exonération si le revenu annuel est inférieur à 12 fois la BMAF, soit 4489 €
RB : Régime de Base
RCV : Régime Complémentaire
ASV : Régime des Allocations Supplémentaires de Vieillesse
ID : Régime Invalidité-Décès
ADR : Régime « Allocation de Remplacement de Revenu » (MICA), il est fermé depuis le 1er
octobre 2003, la cotisation est toujours appelée tant qu’il y aura des bénéficiaires.
BMAF : base mensuelle de calcul des allocations familiales
PSS : Plafond annuel de Sécurité Sociale

Exemples
Un médecin remplaçant qui a commencé son activité en 2008 (1re année
d’exercice en 2008) devra payer en 2009 :
à l’URSSAF : 18 + 27 + 343 + 162 + 34 + 50 = 634 €
à la CARMF : 579 + 1260 + 652 = 2491 €

40
Cotisations

Un médecin remplaçant qui a commencé son activité en 2007 (2e année


d’exercice en 2008) devra payer en 2009 :
à l’URSSAF : 24 + 40 + 507 + 238 + 50 + 50 = 909 €
à la CARMF : 854 + 1260 + 652 + 10 = 2776 €

Ce tableau est mis à jour en permanence sur le lien suivant :


http://www.elsevier-masson.fr/470708/

41
14 Dépenses déductibles

Une dépense déductible doit répondre à 3 critères :


• elle doit être directement en rapport avec l’activité professionnelle ;
• elle doit être justifiée par un document officiel (facture, document
administratif) ;
• elle doit avoir été réglée au cours de l’année civile.
Exception :
• les frais de voiture peuvent être déduits forfaitairement en fonction du
barème ;
• les frais de blanchissage effectués au domicile peuvent être déduits pour
un montant correspondant à ce que les blanchisseries locales auraient
facturé.

Exemples de dépenses classées par lignes de la déclaration modèle 2035


(Voir Annexe II)

ligne 12 : Taxe professionnelle


Elle n’est pas due pour la première année fiscale.

ligne 14 : CSG
Il s’agit de la partie déductible (5,10 %).

ligne 19 : Petit outillage


Petit matériel de moins de 500 € hors taxe (amortissement obligatoire au-delà de 500 € hors taxe) :
alcool, coton, compresses, pansements, objets à usage unique, pharmacie.

ligne 21 : Honoraires
Sommes versées à l’expert-comptable, à l’avocat, à l’AGA.

ligne 22 : Primes d’assurances


Assurances RCP, assurance du matériel.

43
Guide pratique du médecin remplaçant

Exemples de dépenses classées par lignes de la déclaration modèle 2035


(Voir Annexe II) (suite)

ligne 23 : Frais de véhicules


Uniquement si vous n’avez pas opté pour le forfait kilométrique :
– frais de carburant (domicile-lieu de travail), de garage, d’entretien courant, de pneumatiques, de petites
réparations (les grosses sont à amortir),
– assurance automobile,
– mensualités versées dans le cadre d’un crédit-bail.

ligne 24 : Frais de déplacements


– Frais de voyage (train, avion, taxi…), d’hébergement et de stationnement,
– Frais de location d’un véhicule au cours de vos remplacements,
– Frais de péage,
– Repas sur le lieu de travail (sous certaines conditions), correspond au tarif compris entre le prix d’un repas
pris au domicile soit 4,20 € et un maximum de 16,10 € (pour les revenus 2007).
Exemple : pour un repas à 12 euros, la partie déductible est de : 12 – 4,20 = 7,80 €
Exemple : pour un repas de 18 euros, la partie déductible est de : 16,10 – 4,20 = 11,90 €

ligne 25 : Charges sociales


– allocations familiales,
– CARMF,
– assurance maladie,
– rachats de cotisations ou de mpoints de retraite,
– cotisation facultatives (loi Madelin).

ligne 26 : Frais de représentation et de congrès


Frais de restaurant correspondant à des repas pris dans le cadre voyages professionnels (congrès,
séminaires…).

ligne 27 : Fournitures de bureau, documentation, téléphone, courrier


Enveloppe, papier, abonnement à des publications, frais postaux, abonnement et communications
téléphoniques.

ligne 29 : Cotisations syndicales et professionnelles


– Cotisations obligatoires : conseil de l’ordre des médecins, contribution aux Unions professionnelles,
contribution pour la formation professionnelle
– Cotisations facultatives : cotisation syndicale, cotisations aux Sociétés savantes professionnelles

44
Dépenses déductibles

Exemples de dépenses classées par lignes de la déclaration modèle 2035


(Voir Annexe II) (suite)

ligne 30 : Frais de gestion divers


Dépenses professionnelles qui n’ont pas été inscrites ailleurs :
– frais de blanchissage du linge professionnel
– l’achat de vêtements de travail (blouses)
– frais de formation post-universitaire
– les pourboires, les étrennes…
– les frais de prothèses dentaires ou auditives à hauteur de la moitié du montant restant à charge.

ligne 31 : Frais financiers


– Montant des intérêts d’emprunts professionnels
– Frais bancaires de tenue de compte professionnel
– Cotisation de la carte bancaire professionnelle.

ligne 32 : Perte
Vol de matériel…

ligne 43 : Divers à déduire [31, 32]


Rémunération forfaitaire perçue au titre de la permanence des soins exercée dans une zone déficitaire en
offre de soins à hauteur de 60 jours de permanence par an.
L’exonération porte sur les rémunérations d’astreintes et les majorations spécifiques à la permanence des
soins.
Compte pour 1 jour
– 1 astreinte de 20h00 à minuit
– 1 astreinte de 20h00 à 8h00
– 1 astreinte le dimanche ou jour férié
Le montant doit être mentionné sur l’imprimé 2035-B à la ligne CI.

RÉFÉRENCES
[1] Article L 4111-1 du Code de la Santé publique.
[2] Article L 4131-1 du Code de la Santé publique.
[3] Annexe de la directive 2005/36/CE du 7 septembre 2005 consolidée au 1er janvier 2007 portant sur les diplômes
admis dans le cadre européen.
[4] CNOM, les conditions d’exercice de la médecine en France, mai 2008.
[5] Article L 4122-2 du Code de la Santé publique.
[6] Article L 4161-1 du Code de la Santé publique.
[7] Article L 4112-7 du Code de la Santé publique.
[8] Article L 4112-1 du Code de la Santé publique.
[9] Article L 643-6 du Code de la Sécurité sociale.
[10] Décret n˚ 2006-1223 du 5 octobre 2006.
[11] Bulletin de l’Ordre des médecins 2, février 2008.

45
Guide pratique du médecin remplaçant

[12] Décret n˚ 2007-1438 du 4 octobre 2007.


[13] Article L 4131-2 du Code de la Santé publique.
[14] Annexe 41-1de l’article R 4131-1 du Code de la Santé publique.
[15] Article R 4127-86 du Code de la Santé publique.
[16] Article 91 du Code de déontologie médicale.
[17] Article L 4124-6 du Code de la Santé publique.
[18] Article L 1142-2 du Code de la Santé publique.
[19] Article L 251-1 du Code des assurances.
[20] Article L 4113-1 du Code de la Santé publique.
[21] http://www.carmf.fr
[22] http://www.urssaf.fr
[23] http://www.ameli.fr
[24] Décret n˚ 2007-1716 du 5 décembre 2007.
[25] http://www.cnfmc.fr/index.php
[26] http://www.gip-cps.fr
[27] Article L 1111-7 du Code de la Santé publique.
[28] Article R 1111-1 du Code de la Santé publique.
[29] Article 102 ter du Code général des impôts.
[30] Article 96 du Code général des impôts.
[31] Bulletin Officiel des Impôts 5 G-2-07 du 25 avril 2007.
[32] Article 151 ter du Code général des impôts.

46
Annexes

ANNEXE I : MODÈLES DE CONTRAT DE REMPLACEMENT EN EXERCICE


LIBÉRAL
Ces contrats types sont fournis par le Conseil de l’Ordre et librement
accessibles à l’adresse internet suivante : www.conseil-national.medecin.fr

annexe I a : Remplacement par un médecin inscrit au Tableau

Modèle de contrat de remplacement


en exercice libéral
(Articles 65 et 91 du Code de déontologie figurant dans le Code de la Santé
publique
sous les numéros R.4127-65 et R.4127-91)
Remplacement par un médecin inscrit au Tableau
adopté le 9 février 1996

Entre
le Docteur X… (indiquer les qualités et numéro d’inscription au Tableau)
exerçant à…
d’une part

Et
le Docteur Y… (indiquer les qualités, adresse et numéro d’inscription au
Tableau de…)
d’autre part

47
Guide pratique du médecin remplaçant

PRÉAMBULE
Face à l’obligation déontologique qui est la sienne d’assurer la permanence
des soins et conformément aux dispositions de l’article R.4127-65 du Code
de la Santé publique (article 65 du Code de déontologie médicale), le Dr
X. a contacté le Dr Y. médecin remplaçant pour prendre en charge, lors de
la cessation temporaire de son activité professionnelle habituelle, les
patients qui feraient appel à lui.
Pour permettre le bon déroulement de ce remplacement, le Dr X… met à la
disposition du Dr Y. son cabinet de consultation, sis… (adresse) et son
secrétariat.
Le Docteur Y. assume de ce fait toutes les obligations inscrites dans le Code
de déontologie. Il ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous
quelque forme que ce soit.
Il a été convenu ce qui suit
Article 1er
Dans le souci de la permanence des soins, le Dr X. charge le Dr Y., qui
accepte, de le remplacer temporairement auprès des patients qui feraient
appel à lui.
Les patients devront être avertis, dès que possible, de la présence d’un
médecin remplaçant et notamment lors de toute demande de visite à
domicile ou de rendez-vous au cabinet médical.
Le Dr Y. devra consacrer à cette activité tout le temps nécessaire selon des
modalités qu’il fixera librement (1). Il pourra, avec l’accord préalable du
Dr X., exercer une autre activité médicale, y compris dans les locaux du Dr
X. (2) (3)
Il s’engage à donner, à tout malade faisant appel à lui, des soins
consciencieux et attentifs dans le respect des dispositions du Code de
déontologie.
Hors le cas d’urgence, le médecin remplaçant pourra, dans les conditions
de l’article R.4127-47 du Code de la Santé publique (article 47 du Code de
déontologie médicale), refuser ses soins pour des raisons professionnelles
ou personnelles.
Article 2
Le présent contrat de remplacement est prévu pour une période de… mois
(ou jours) s’étendant du… au… compris.
Article 3
Pendant la durée du présent contrat de remplacement et pour les besoins
de son exécution, le Dr Y. aura l’usage des locaux professionnels,
installations et appareils que le Dr X. met à sa disposition. Il en fera usage
en bon père de famille.

48
Dépenses déductibles

Compte tenu du caractère par nature provisoire de l’activité du remplaçant,


celui-ci s’interdit toute modification des lieux ou de leur destination.
Article 4
Le Dr Y. exerçant son art en toute indépendance sera seul responsable
vis-à-vis des patients et des tiers des conséquences de son exercice
professionnel et conservera seul la responsabilité de son activité profession-
nelle pour laquelle il s’assurera personnellement à ses frais à une compagnie
notoirement solvable. Il devra apporter la preuve de cette assurance avant
le début de son activité. (4)
Article 5
Le Dr Y. utilisera conformément à la Convention nationale les ordonnances
ainsi que les feuilles de soins et imprimés pré-identifiés au nom du Dr
X. dans son activité relative aux seuls patients du Dr X.
En outre, il devra faire mention de son identification personnelle sur les
ordonnances, feuilles de soins et imprimés réglementaires qu’il sera amené
à remplir.
Article 6
Les deux cocontractants auront des déclarations fiscales et sociales
indépendantes et supporteront personnellement, chacun en ce qui les
concerne, la totalité de leurs charges fiscales et sociales afférentes au dit
remplacement.
Article 7
Le Dr Y. percevra l’ensemble des honoraires correspondant aux actes
effectués sur les patients à qui il aura donné ses soins.
Il devra remplir les obligations comptables normales et habituelles qui lui
sont imposées réglementairement.
En fin de remplacement, le Dr X. reversera au Dr Y… % du total des
honoraires perçus et à percevoir correspondant au remplacement.
Conformément aux dispositions de l’article R.4127-66 du Code de la Santé
publique (article 66 du Code de déontologie médicale), le remplacement
terminé, le remplaçant cessera toute activité s’y rapportant et transmettra
les informations nécessaires à la continuité des soins.
Article 8
Si au terme du remplacement prévu au présent contrat le Dr Y. a remplacé
le Dr X. pendant une période de trois mois, consécutifs ou non, il ne pourra
sauf accord écrit du Dr X. (5) s’installer pendant une durée de deux ans
dans un poste où il puisse entrer en concurrence directe avec le médecin
remplacé ou éventuellement ses associés (préciser ici commune, arrondis-
sement, distance…). (6)

49
Guide pratique du médecin remplaçant

Article 9 : Conciliation
Tous les litiges ou différends relatifs notamment à la validité, l’interpréta-
tion, l’exécution ou la résolution du présent contrat, seront soumis avant
tout recours à une conciliation confiée au Conseil départemental de l’Ordre
des médecins, en application de l’article R.4127-56 du Code de la Santé
publique (article 56 du Code de déontologie médicale).
Article 10 : Arbitrage (7)
En cas d’échec de la conciliation, les litiges ou différends relatifs à la
validité, l’interprétation, l’exécution ou la résolution du présent contrat,
seront soumis à l’arbitrage conformément au règlement d’arbitrage de la
Chambre nationale d’Arbitrage des médecins.
1re option :
Dès à présent, les parties conviennent de soumettre leur litige à un arbitre
unique.
Le tribunal arbitral statuera avec les pouvoirs d’amiable compositeur. (8)
Les parties peuvent faire appel de la sentence arbitrale.
2e option :
Dès à présent, les parties conviennent de soumettre leur litige à trois arbitres
désignés selon les modalités définies à l’article 4 du règlement d’arbitrage
de la Chambre nationale d’Arbitrage des médecins.
Le tribunal arbitral statuera avec les pouvoirs d’amiable compositeur. (8)
Les parties renoncent à la possibilité de faire appel.
Le siège de la Chambre nationale d’Arbitrage des médecins est fixé à PARIS
8e, 180 Boulevard Haussmann.
Article 11
Les parties affirment sur l’honneur n’avoir passé aucune contre-lettre ou
avenant relatif au présent contrat qui ne soit soumis au Conseil départemen-
tal.
Article 12
Conformément aux dispositions des articles R.4127-65 et 91 du Code de
la Santé publique (articles 65 et 91 du Code de déontologie médicale), ce
contrat sera communiqué au Conseil départemental de l’Ordre avant le
début du remplacement.

Son renouvellement sera soumis à ces mêmes dispositions.


Fait en trois exemplaires
(dont un pour le Conseil départemental)
le
Docteur X… Docteur Y…

50
Dépenses déductibles

(1) Il est recommandé que les modalités habituelles de fonctionnement du cabinet soient précisées
au remplaçant, dans le souci de la permanence des soins.
(2) Cette activité personnelle ne devra en aucun cas être préjudiciable à la permanence des soins
au sein du cabinet du médecin remplacé, activité justificative de l’établissement dudit contrat et ne
pourra jamais être une activité de soins donnant lieu à délivrance de feuilles de maladie ; il ne peut
s’agir que de médecine de prévention, d’examens pour des compagnies d’assurances… qui entrent
dans l’activité habituelle du médecin remplaçant.
(3) clause facultative, à débattre entre les signataires ; elle devra faire l’objet d’une annexe au
présent contrat.
(4) il serait souhaitable que la copie de cette assurance soit jointe au présent contrat.
(5) L’accord peut consister en une renonciation totale ou limitée dans le temps à se prévaloir de
l’interdiction d’installation édictée à l’article R.4127-86 du Code de la Santé publique (article 86
du Code de déontologie médicale) et rappelée par cette clause du contrat.
(6) Pour les remplacements inférieurs à trois mois, les parties au contrat gardent la faculté d’intro-
duire une clause de non réinstallation si la durée de remplacement le justifie.
(7) la clause d’arbitrage (clause compromissoire) est facultative et les parties peuvent décider de
ne pas y recourir ou encore y recourir dans des conditions différentes de celles proposées ci-dessus.
(8) les parties peuvent renoncer à cette modalité de l’arbitrage et, dans ce cas, il suffit de
supprimer la mention de l’amiable composition.

ANNEXE I B : Remplacement par un étudiant en médecine titulaire


d’une licence de remplacement

Modèle de contrat de remplacement


en exercice libéral
(Articles 65 et 91 du Code de déontologie figurant dans le Code de la Santé
publique
sous les numéros R.4127-65 et R.4127-91)
Remplacement par un étudiant en médecine titulaire d’une licence
de remplacement
adopté le 9 février 1996

Entre
le Docteur X. (indiquer les qualités et numéro d’inscription au Tableau)
exerçant à
d’une part

Et
Monsieur Z. (indiquer l’adresse et les caractéristiques de la licence de
remplacement)
d’autre part

51
Guide pratique du médecin remplaçant

PRÉAMBULE
Face à l’obligation déontologique qui est la sienne d’assurer la permanence
des soins et conformément aux dispositions de l’article R.4127-65 du Code
de la Santé publique (article 65 du Code de Déontologie), le Dr X. a
contacté Monsieur Z., régulièrement autorisé en vertu de l’article L.4131-2
du Code de la Santé publique, pour prendre en charge, lors de la cessation
temporaire de son activité professionnelle habituelle, les patients qui
feraient appel à lui.
Pour permettre le bon déroulement de ce remplacement, le Docteur X… met
à la disposition de Monsieur Z. son cabinet de consultations sis… (adresse)
et son secrétariat.
Monsieur Z. assume de ce fait toutes les obligations inscrites dans le Code
de Déontologie. Il ne peut aliéner son indépendance professionnelle sous
quelque forme que ce soit.
Il a été convenu ce qui suit
Article 1er
Dans le souci de la permanence des soins, le Dr X. charge Monsieur Z., qui
accepte, de le remplacer temporairement auprès des patients qui feraient
appel à lui.
Les patients devront être avertis, dès que possible, de la présence d’un
remplaçant et notamment lors de toute demande de visite à domicile ou de
rendez-vous au cabinet médical.
Monsieur Z. devra consacrer à cette activité tout le temps nécessaire selon
des modalités qu’il fixera librement (1).
Il s’engage à donner, à tout malade faisant appel à lui, des soins
consciencieux et attentifs dans le respect des dispositions du Code de
déontologie.
Hors le cas d’urgence, il pourra, dans les conditions de l’article R.4127-47
du Code de la Santé publique (article 47 du Code de déontologie), refuser
ses soins pour des raisons professionnelles ou personnelles.
Article 2
Le présent contrat de remplacement est prévu pour une période de… mois
(ou jours) s’étendant du… au… compris.
Son éventuel renouvellement est subordonné au respect des dispositions de
l’article L.4131-2 du Code de la Santé publique.
Article 3
Pendant la durée du présent contrat de remplacement et pour les besoins
de son exécution, Monsieur Z. aura l’usage des locaux professionnels,
installations et appareils que le Dr X. met à sa disposition. Il en fera usage
en bon père de famille.

52
Dépenses déductibles

Compte tenu du caractère par nature provisoire de l’activité du remplaçant,


celui-ci s’interdit toute modification des lieux ou de leur destination.
Article 4
Monsieur Z. exerçant son art en toute indépendance, sera seul responsable
vis-à-vis des patients et des tiers des conséquences de son exercice
professionnel et conservera seul la responsabilité de son activité profession-
nelle pour laquelle il s’assurera personnellement à ses frais à une compagnie
notoirement solvable. Il devra apporter la preuve de cette assurance avant
le début de son activité. (2)
Article 5
Monsieur Z. utilisera conformément à la Convention nationale les ordonnan-
ces ainsi que les feuilles de soins et imprimés pré-identifiés au nom du Dr
X. dans son activité relative aux seuls patients du Dr X.
En outre, il devra faire mention de son identification personnelle sur les
ordonnances, feuilles de soins et imprimés réglementaires qu’il sera amené
à remplir.
Article 6
Les deux cocontractants auront des déclarations fiscales et sociales
indépendantes et supporteront personnellement, chacun en ce qui les
concerne, la totalité de leurs charges fiscales et sociales afférentes au dit
remplacement.
Article 7
Monsieur Z. percevra l’ensemble des honoraires correspondant aux actes
effectués sur les patients à qui il aura donné ses soins.
Il devra remplir les obligations comptables normales et habituelles qui lui
sont imposées réglementairement.
En fin de remplacement, le Dr X. reversera à Monsieur Z… % du total des
honoraires perçus et à percevoir correspondant au remplacement.
Conformément aux dispositions de l’article R.4127-66 du Code de la Santé
publique (article 66 du Code de déontologie), le remplacement terminé,
Monsieur Z. cessera toute activité s’y rapportant et transmettra les informa-
tions nécessaires à la continuité des soins.
Article 8
Si au terme du remplacement prévu au présent contrat M. Z. a remplacé le
Dr X. pendant une période de trois mois, consécutifs ou non, il ne pourra
sauf accord écrit du Dr X. (3) s’installer pendant une durée de deux ans
dans un poste où il puisse entrer en concurrence directe avec le médecin
remplacé ou éventuellement ses associés (préciser ici commune, arrondis-
sement, distance…). (4)

53
Guide pratique du médecin remplaçant

Article 9 : Conciliation
Tous les litiges ou différends relatifs notamment à la validité, l’interpréta-
tion, l’exécution ou la résolution du présent contrat, seront soumis avant
tout recours à une conciliation confiée au Conseil départemental de l’Ordre
des médecins, en application de l’article R.4127-56 du Code de la Santé
publique (article 56 du Code de déontologie médicale).
Article 10 : Arbitrage (5)
En cas d’échec de la conciliation, les litiges ou différends relatifs à la
validité, l’interprétation, l’exécution ou la résolution du présent contrat,
seront soumis à l’arbitrage conformément au règlement d’arbitrage de la
Chambre nationale d’Arbitrage des médecins.
1re option :
Dès à présent, les parties conviennent de soumettre leur litige à un arbitre
unique.
Le tribunal arbitral statuera avec les pouvoirs d’amiable compositeur. (6)
Les parties peuvent faire appel de la sentence arbitrale.
2e option :
Dès à présent, les parties conviennent de soumettre leur litige à trois arbitres
désignés selon les modalités définies à l’article 4 du règlement d’arbitrage
de la Chambre nationale d’Arbitrage des médecins.
Le tribunal arbitral statuera avec les pouvoirs d’amiable compositeur. (6)
Les parties renoncent à la possibilité de faire appel.
Le siège de la Chambre nationale d’Arbitrage des médecins est fixé à PARIS
8e, 180 Boulevard Haussmann.
Article 11
Les parties affirment sur l’honneur n’avoir passé aucune contre-lettre ou
avenant relatif au présent contrat qui ne soit soumis au Conseil départemen-
tal.
Article 12
Conformément aux dispositions des articles R.4127-65 et 91 du Code de
la Santé publique (articles 65 et 91 du Code de Déontologie), ce contrat
sera communiqué au Conseil départemental de l’Ordre avant le début du
remplacement.
Son renouvellement sera soumis à ces mêmes dispositions.
Fait en trois exemplaires
(dont un pour le Conseil départemental)
le
Docteur X… Docteur Y…

54
Dépenses déductibles

(1) Il est recommandé que les modalités habituelles de fonctionnement du cabinet soient précisées
au remplaçant, dans le souci de la permanence des soins.
(2) il serait souhaitable que la copie de cette assurance soit jointe au présent contrat.
(3) L’accord peut consister en une renonciation totale ou limitée dans le temps à se prévaloir de
l’interdiction d’installation édictée à l’article R.4127-86 du Code de la Santé publique (article 86
du Code de déontologie médicale) et rappelée par cette clause du contrat.
(4) Pour les remplacements inférieurs à trois mois, les parties au contrat gardent la faculté d’intro-
duire une clause de non-réinstallation si la durée de remplacement le justifie.
(5) la clause d’arbitrage (clause compromissoire) est facultative et les parties peuvent décider de
ne pas y recourir ou encore y recourir dans des conditions différentes de celles proposées ci-dessus.
(6) les parties peuvent renoncer à cette modalité de l’arbitrage et, dans ce cas, il suffit de
supprimer la mention de l’amiable composition.

55
Guide pratique du médecin remplaçant

ANNEXE II : FORMULAIRE DE LA DÉCLARATION SPÉCIALE


MODÈLE 2035

56
Dépenses déductibles

57