Vous êtes sur la page 1sur 1

Texte n°=01 :

Les Algériens connaîtront pendant une dizaine de jours de sanglantes répressions dont les villes de
Sétif, Kherrata, Guelma et beaucoup d'autres régions payeront fortement le prix, avec l'extermination de 45
000 civils. En prélude à cette répression et lors de la célébration du 1er mai, fête du travail, d'habitude
orchestrée par les syndicats, une manifestation à Alger rassemble environ 200 000 personnes. Bilan : 11
morts, arrestations, tortures et différents supplices qui n'ont pour autant pas découragé les nationalistes
dans la préparation des manifestations du 8 mai 1945.
Ainsi, dans la matinée du 8 mai 1945, pour célébrer la chute de l'Allemagne nazie, les nationalistes
algériens des Amis du Manifeste de la Liberté de Ferhat Abbas et du PPA de Messali Hadj (en résidence
surveillée) organisent un défilé à Sétif avec les drapeaux des Alliés en tête. [...] Bouzid Saal qui refuse de
baisser le drapeau algérien, qu'il porte, a été abattu par un policier ... Cet acte déclenche une émeute. A
Sétif, Guelma, Kherrata, de terribles massacres sont enregistrés parmi la population civile.
A Guelma, les B23 ont mitraillé, des journées entières, tout ce qui bougeait. La répression judiciaire
allait déboucher sur 7 400 arrestations et 151 condamnations à mort. Un massacre qui, ni plus ni moins,
allait jouer un grand rôle dans le déclenchement de la guerre de libération nationale.

Cherif. Abdedaïm, «  La Nouvelle République », du 8 / 5 / 2006.

Texte n°=01 :

Les Algériens connaîtront pendant une dizaine de jours de sanglantes répressions dont les villes de
Sétif, Kherrata, Guelma et beaucoup d'autres régions payeront fortement le prix, avec l'extermination de 45
000 civils. En prélude à cette répression et lors de la célébration du 1er mai, fête du travail, d'habitude
orchestrée par les syndicats, une manifestation à Alger rassemble environ 200 000 personnes. Bilan : 11
morts, arrestations, tortures et différents supplices qui n'ont pour autant pas découragé les nationalistes
dans la préparation des manifestations du 8 mai 1945.
Ainsi, dans la matinée du 8 mai 1945, pour célébrer la chute de l'Allemagne nazie, les nationalistes
algériens des Amis du Manifeste de la Liberté de Ferhat Abbas et du PPA de Messali Hadj (en résidence
surveillée) organisent un défilé à Sétif avec les drapeaux des Alliés en tête. [...] Bouzid Saal qui refuse de
baisser le drapeau algérien, qu'il porte, a été abattu par un policier ... Cet acte déclenche une émeute. A
Sétif, Guelma, Kherrata, de terribles massacres sont enregistrés parmi la population civile.
A Guelma, les B23 ont mitraillé, des journées entières, tout ce qui bougeait. La répression judiciaire allait
déboucher sur 7 400 arrestations et 151 condamnations à mort. Un massacre qui, ni plus ni moins, allait
jouer un grand rôle dans le déclenchement de la guerre de libération nationale.

Cherif. Abdedaïm, «  La Nouvelle République », du 8 / 5 / 2006.