Vous êtes sur la page 1sur 5

Chapitre I 

: Techniques du dessin en électronique


1- Introduction

Un composant électronique est un élément destiné à être assemblé avec d’autre afin de
réaliser une ou plusieurs fonctions électroniques. Les composants forment de très nombreux
types et catégories, ils répondent à divers standards de l’industrie aussi bien pour leurs
caractéristiques électriques que pour leurs caractéristiques géométriques. Leur assemblage est
préalablement défini par un schéma d’implantation.

1-1 Les composants électroniques passifs

On les appelle passif parce qu'ils n'amplifient ou ne réduisent pas les tensions et
puissances, juste modifie la forme dans certains cas.

1-1-1 Résistance.

Ce composant est utilisé pour réduire le courant dans un montage. Il est


souvent assimilé à une charge.

1-1-2 Condensateur

Un condensateur peut être vu comme une sorte de réservoir d'énergie. Au démarrage, il


va se charger jusqu'à l’atteindre entre ses bornes la tension d'alimentation. En cas de baisse, il
va renvoyer une partie de l'énergie accumulée entre ses bornes pour lisser la tension en
atténuant la diminution. Deux types sont utilisés: les électrolytiques polarisés (bornes + et -)
et standards (avec des capacités plus petites). Ils se branchent entre les deux bornes de
l’alimentation.

1-1-3 Self

Ce composant permet lui aussi de lisser la forme du signal en tension


mais se met en série sur le montage. Par rapport aux condensateurs, elle
ne n'emmagasine et ne restitue pas d'énergie mais est plus rapide,
supprimant également une partie des signaux parasites. Le passage d'un
courant continu à travers une self ne modifie pas le signal, elle est
complètement transparente.

Ces trois composants sont couramment utilisés dans les montages analogiques, mais
pratiquement que dans les alimentations pour l'informatique.

1-1-4 Transformateur

C'est un diviseur (ou


un multiplicateur) de
tension alternative. Il est
couramment utilisé en
début de montage
d'alimentation (sauf à
découpage). Pour réduire la tension (par exemple de 230 volts à 18 volts), différentes sorties
pour des tensions différentes peuvent être utilisée suivant la construction. Il permet également
de séparer deux parties de montages en séparant galvaniquement (le noyau est en ferrite) la
partie entrée de la partie sortie (utilisé en médecine).

Un transformateur ne gère que des tensions alternatives. Le passage d'un courant continu
dans le primaire n'induit pas de courant dans le secondaire.

1-1-5 Diodes et Led

La diode est un
composant électronique
avec deux broches,
Dans un sens (dit)
passant (tension à
l'anode supérieure à
celle de la cathode, elle
laisse passer la tension
(et le courant).
Connectée dans l'autre
sens (dite inverse), elle va bloquer la tension. Ce composant est utilisé couramment dans un
montage redresseur appelé pont de Graetz (représenté ci-contre). A la sortie, la tension
électrique est simplement redressée, on ajoute au moins un condensateur entre le plus et le
moins pour stabiliser la tension.

La LED est une diode qui émet de la lumière lorsqu'elle est parcourue par un courant
électrique dans le sens passant (anode-cathode) et, comme une diode standard, bloque dans le
sens inverse.

1-2 Composants actifs.

On parle d'actif lorsqu’un composant va utiliser l'alimentation pour augmenter le signal.


On retrouve les transistors et circuits intégrés.

1-2-1 Transistors

Plusieurs technologies sont utilisées. La


première et la plus ancienne est le bipolaire: c'est le
plus rapide mais aussi le plus consommateur (d'où
des échauffements importants). Elle n'est plus
utilisée qu'en analogique. Deux types sont utilisés,
les PNP et NPN suivant la méthode de gestion de la
base (l'injection d'une tension dans la base fait
passer le courant du collecteur (relié à
l'alimentation) en PNP tandis que c'est la mise à la masse qui fait passer le courant en NPN.

 La technologie CMOS, moins rapide que la première, consomme nettement moins mais
en plus permet d'intégrer plus de transistors dans le même chipset (boîtier): c'est la
technologie utilisée par la majorité des composants électroniques de l'informatique. La
dernière principale est le BICMOS, plus rapide que la précédente mais moins intégrable en
grand nombre dans le même boîtier, cette technologie est utilisée par exemple pour les
composants réseaux sans fils.

Les transistors sont utilisés comme amplificateurs dans les montages analogiques et
uniquement comme interrupteur (tout ou rien) en numérique. Mais le but de cette formation
n'étant pas de faire des électroniciens, ....

1-2-2 Triac, Diac, ..

Ces circuits sont similaires aux transistors mais travaillent sur des tensions alternatives en
découpant des parties du signal. Ils sont par exemple utilisés dans les variateurs d'éclairage
mais aussi dans les trams et trains électriques. 

1-2-3 Circuits logiques.

Si vous avez déjà programmé, vous connaissez les fonctions logiques (ET, NON, OU,
NON-OU, ....). Différentes circuits électroniques basés sur les transistors permettent de
recréer les fonctions de ces portes comme les séries 74 (en utilisant différentes technologies
de transistors).

1-2-4 Circuits redresseurs et régulateurs.

Différents circuits sont utilisés à la sortie des ponts de Graetz comme régulateurs de
tension fixes ou ajustables.

1-2-5 Circuits informatiques.

C'est bien là l'utilisation que nous allons faire des composants électroniques. Ils sont tous
composés de transistors, résistances, .... Ces composants sont distribués en format standard où
les pattes des composants s'enfichent dans un connecteur (le processeur est le plus courant) ou
en SMD (Surface monting device) utilisée sur la carte mère sur laquelle ils sont collés par un
bain d'étaing.

2- Définition de schéma électrique :


Le schéma électrique est une représentation graphique de circuits électroniques montrant
comment les différents éléments de circuit sont connectés les uns aux autres. Les éléments de
circuits sont représentés dans un schéma électrique par des symboles de circuits
conventionnels, tandis que tous les symboles sont reliés par des lignes droites qui représentent
des fils électriques.
2-1 Dessin schématique :
Le dessin schématique est un langage codé et relativement universel. Les symbolismes
pratiqués de pays à pays sont très proches parents et on s’accoutume très vite à lire aussi
bien les schémas allemands, les anglo-saxons, que les français. Nous avons plusieurs types
de dessin schématique :
 Les tracés très conventionnels (ceux des bureaux d’études des fabricants)
 Les tracés techniques précis, plus élaborés que les précédents, destinés aux
techniciens de conception et de réalisation, au service après-vente, à l’atelier de
dépannage, etc. ….
 Enfin les tracés graphiques minutieux, les plus détaillés ; les moins
conventionnels, car les plus imagés, ceux des revues techniques qui cherchent à
initier complétement leurs lecteurs.
2-2 Rôle des schémas d’électronique :
Il y’a trois rôles :
a- Permettre de suivre les circuits de l’appareil plus facilement que sur l’appareil lui-
même.
b- Permettre l’appréciation immédiate des fonctions assumées, de leurs niveaux de
travail, de l’adaptation réalisée entre étages successifs d’un ensemble ou d’un sous-
ensemble.
c- Permettre la localisation rapide d’un élément, puis son identification dans l’appareil
lui-même.
3- Rappels de grands principes :
3-1 par convention on distingue les techniques à courant fort et à courant faible.
a- Un circuit électronique est dit : « pour courants faibles » (du µA à l’Ampère pour
fixer un ordre de grandeur).
b- On appelle plutôt circuit électrique celui qui véhicule des « courants forts »
(plusieurs dizaines d’Ampère).
3-2 l’électronique de puissance, qui assure, par l’intermédiaire de thyristors ou de triacs, la
commande de courants forts des circuits électriques (commande des moteurs, dispositifs
de régulation ou d’asservissement,…).
3-3 deux cheminements à considérer dans les circuits d’un schéma.
a- Celui des courants, alimentant au repos, les éléments actifs ou passifs. Une tension
continue positive ou négative (par rapport à la masse) est toujours à l’origine des
courants de repos qui s’établissent dans les différentes mailles des circuits considérés.
b- Celui des signaux de modulations, qui ne sont que des variations des courants
d’alimentation. Ces signaux sont véhiculés dans le circuit, mais aussi d’un circuit à un
autre, sans suivre le parcours exact des courants d’alimentation. Ils sont susceptibles
de subir différents traitements : modification d’amplitude (amplification ou
atténuation), modification de forme (intégration, différenciation,…) avec possibilités
de mélange à d’autres signaux.
3-4 Entrée(s) et sortie(s) :
a- L’entrée ou les entrées d’un circuit électronique qualifient les points d’attaque par une
source fournissant le signal à traiter par l’appareil ou le sous-ensemble.
b- La sortie ou les sorties d’un circuit électronique qualifient les points de branchement
des appareils utilisateurs, qui restituent le signal d’origine sous sa forme utilitaire :
 Son (Haut-parleur ou casques à écouteurs) ;
 Image TV (Tube à rayon cathodique) ;
 Signaux de commande ou de télécommande d’appareils électromécaniques ;
etc…