Vous êtes sur la page 1sur 50

VoIP/ToIP

QoS « Carrier Class »

1. Définitions VoIP,ToIP
2. Motivations/challenges pour la ToIP
3. ToIP : les contraintes de QoS
3.1. Q'est ce que la QoS?
3.2. QoS téléphonique et "Carrier Grade/Class"
3.3. QoS : aspects réseau multiservices
3.4. QoS "end-to-end": aspects opérateurs et technologies
4. ToIP : faisabilité pour la QoS
4.1. La chaîne de transfert "end-to-end"
4.2. Exemples
4.3. Les CODECS voix
4.4. Aspects protocolaires

Annexe

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 1/50


1. VoIP, ToIP : définitions

VoIP : terme générique utilisé dans des contextes différents.


Stricto sensu , cela concerne la technologie permettant le
transport de la voix sur le protocole IP, et pas nécessairement
sur le «réseau » Internet public.

Avec VoIP, distinguer 2 types de services:

-la téléphonie : un usage interactif avec fortes contraintes


temporelles (latence, gigue) = ToIP (Telephony on IP)

-le transport de la voix sous forme de streams (e.g. msg


vocaux) : un usage avec contraintes temporelles + faibles

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 2/50


ToIP : variantes d’offres et d’utilisation

variante traitée
1. ToIP offerte par des opérateurs publics (aujourd’hui dans le cours
essentiellement fixes : Câblo et PSTN) qui délivre un service avec
QoS « comparable » à celle du PSTN , pratiquement via des accès
large bande [1] [2].
2. ToIP offerte par des opérateurs publics qui délivre un service
téléphonique via l’Internet public et sans garantie de QoS [2].
3. ToIP via des applications informatiques et transport via Internet
public : Skype, MSN,... (pas des opérateurs télécoms ) ; font appel à
des opérateurs pour trafic IN/OUT vers réseaux publics (e.g. Skype
avec Téléglobe, MSN avec Vérizon,..). De PC à PC. OTT[3].

(1) appelé aussi VoB : “ Voice over Broadband” (VLB : » Voix sur Large Bande »)

(2) Extrait de la statistique trimestrielle de l’ARCEP : « Le marché des Services de


Communications Electroniques en France » ( http://www.arcep.fr ) : « L’ARCEP a désigné par "voix sur
large bande" les services de téléphonie fixe utilisant la technologie de la voix sur IP sur un réseau d’accès à
Internet dont le débit dépasse 128 kbit/s et dont la qualité est maîtrisée par l’opérateur qui les fournit ; et par
"voix sur Internet" les services de communications vocales utilisant le réseau public Internet et dont la qualité
de service n’est pas maîtrisée par l’opérateur qui les fournit....Les communications au départ des services de
voix sur IP comptabilisées dans l’Observatoire correspondent à des services offerts au niveau de l’accès. Ces
indicateurs ne correspondent pas à du trafic qui utiliserait le protocole IP uniquement sur le cœur de réseau. »
(3) Souvent appelé :« Téléphonie sur Internet » ou VoIP OTT( « Over The Top »)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 3/50


variante traitée
4. ToIP pour l’interconnexion entre opérateurs (réseaux internes : ne dans le cours
concernent pas l’accès ; +- transparent pour l’usager) dans le cas de
5. ToIP pour entreprises avec 2 approches : l’interconnexion
• sur réseaux privés (e.g. IP-PBX), sécurisée par isolation (réseau (voir module
ToIP network)
« fermé » : Intranet, VPN téléphonique) avec interconnexion au
PSTN :
 sous forme « classique « (mode circuits /TDM, e.g. ISDN
PRA)
 sous forme d’accès direct au réseau IP de l’opérateur (:
« SIP trunking » , « SIP-connect ») [4]
• sur réseau IP avec QoS managé par l’opérateur public (VPN, IP-
PBX => IP-Centrex).

(4) développement récent destiné à réduire le nombre de ISDN PRA

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 4/50


Exemple en France pour
le fixe : source ARCEP Pénétration actuelle (1T 2011) de la ToIP réseau fixe

VLB : « Voix sur Large Bande ») =VoB

Etat actuel ToIP/VoIP:


- fixe (accès xDSL, câblo) :variable suivant le pays (en France, proche des 50% )
- mobile : négligeable
- réseaux privés : élevé
- interconnexion entre opérateurs :élevé.

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 5/50


2. Motivations/ challenges pour ToIP (1)

Motivations pour ToIP (1)

1. Economie en Bande Passante / Débits


1 er argument
-en mode circuit : 2 ressources (les canaux A+R = circuits ) réservés pendant toute le durée de la
communication y compris pendant les périodes de silence
- en mode paquet , exploitation possible des « périodes de silence » .

2ième argument
codage : nombreux codages voix bas débits(e.g. 6 kbit/s, 12 kbit/s,..) plus performants que G.711 (64
kbit/s) du PSTN
Remarques qui atténuent la portée de ces arguments :

(1) bruit de « confort »


(rem : Skype n’exploite « apparement » pas les périodes de silence : bruit de confort et maintien en activité des ports
ouverts
(2)le mode paquet demande l’ajout des headers des divers protocoles => débit d’overhead (voir ci-après)
(3) un codage à débit faible augmente les délais(voir ci-après). En mobile , le codec bas-débit voix est le même en mode
circuit qu’en mode paquet (voir plus loin)
(4) + général : avec la montée en débits des données, la voix devient un consommateur en débit marginal. Le trafic data
>> que le trafic voix et croît +vite (voir figure suivante). C’est le cas pour le backbone et les accès « hauts » et « très haut
« débits » du fixe. C’est la tendance actuelle pour le mobile.

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 6/50


Trafics à transporter dans le réseau fixe

Trafic
(Tbit/s)
Difficile de chiffrer .
Pour projections à +
long terme , voir e.g.
CISCO : VNI « (module
« Broadband Acces »)
Internet

Voice

2000 2010 temps

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 7/50


Motivations ToIP (2)

2. Intégration voix/données et convergence fixe/mobile.

- services multimedia, multicast, broadcast : nécessite paquets et


presque tous les services données sont sur IP
- ToIP implémentée sur une architecture ouverte horizontale plutôt que
sur architecture fermée verticale. Plus favorable pour FMC et
dévéloppement des services.

3. nouvelles fonctionnalités
-nomadisme, présence, multicast,...

4. omni présence de IP
- en particulier chez les usagers : résidentiels( PC’s, home-network),
entreprises (LAN’s), terminaux mobiles (smartphone,..)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 8/50


Motivations pour ToIP (3)

5. Avantages des technologies IP sur TDM au plan des coûts .

1. Investissements (CAPEX)
• gain en Capex : coûts (IP+transport Ethernet ) <<< (TDM + transport SDH)
• « scalability » :
• beaucoup de fournisseurs matériels et software IP (i.e. en PSTN/ISDN/GSM : quelques grands
constructeurs ; en IP grands nombres de fournisseurs de diverses tailles)

2. Exploitation (OPEX)
Comme trafic données >> trafic voix et croît + vite : => prédominance du paquet..
Si voix passe sur IP, possibilité d’une seule technologie paquets (IP) au lieu de 2 actuellement (TDM +IP)

3. Conséquences pour opérateurs (indépendamment des arguments précédents (1à 4)) :

 pour opérateurs en place ("incumbents")qui ont déjà une infrastructure TDM/circuit:: OPEX incite à
migrer progressivement vers un réseau unique sur IP et à mettre PSTN/ISDN progressivement hors-
service (« phase-out »).
 pour opérateurs nouveaux concurrents, investir dans une technologie d’avenir ; approche stimulée par
l’ouverture de l’accès large-bande et le couplage à des offres 3- et 4-Play (e.g. voir stat. France ).

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 9/50


Challenges ToIP

- Le principal challenge est la QoS ( voir ci–dessous)

- Autre difficulté : manque de consensus et de stabilité sur des solutions techniques


(différents stacks de protocoles :e .g. H.323 <=> SIP )(voir + loin )

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 10/50


3. ToIP : contraintes de QoS

3. ToIP : les contraintes de QoS


3.1 Q'est ce que la QoS?
3.2 QoS téléphonique et "Carrier Grade"
3.3.QoS : aspects réseau multiservices
3.4 QoS "end-to-end": aspects opérateurs et
technologies
3.5. CoS

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 11/50


3.1.Qu’est ce que la QoS (« Quality of Service ») ?

• La QoS permet d’évaluer le niveau de service offert par le fournisseur de service


(« service provider ») aux usagers (« clients ») (notion générale !…).

• Le réseau est un contributeur essentiel à la QoS telle que perçue par l’ usager (mais il
n’est pas pas le seul !):

QoS = QoS réseau + QoS externe au réseau (e.g. le prix...)

• QoS : perception de l ‘usager.


Un service peut être supporté par différentes technologies mises en œuvre dans les couches
de réseaux sous-jacentes (e.g. câble ou radio, systèmes de transmission de types x ou y ,
commutation de circuits ou paquets , mode connexion ou sans connexion,…) mais les
contraintes du service en termes de QoS perçue par l’usager doivent toujours être satisfaites :

l’usager est indifférent à la technologie utilisée…

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 12/50


A. QoS réseau : perception technique

QoS réseau = +/- "network performance"

- série d’ attributs (caractéristiques) qui collectivement permettent d’évaluer la


QoS.
- paramètres techniques mesurables (*) pour estimer ces caractéristiques
- critères de niveaux de performance à atteindre pour ces paramètres =>niveaux
de QoS

(*) parfois mesures subjectives :e.g. évaluation de la qualité de la voix ou de l'image


issues d'un CODEC (voir plus loin dans les CODECs)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 13/50


Les principales caractéristiques à prendre en compte pour la QoS sont les
suivantes :

1. caractéristiques temporelles dans le User plane (i.e. relatives au trafic des usagers)

paramètres :
-A. le délai de transfert (latence , « User plane latency » ) du signal par le réseau,
de la source à la destination

comporte : temps de traitements + temps de transmission + temps de propagation.

L.g. Codec, transfert lilié au débit de la pphysique ; lié au


ddans les nœuds,… liaison dsupport

plus exigeant pour les services en temps réel, interactifs, voix/données (e.g. la
téléphonie, la visiophonie, commandes vidéo,…) :

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 14/50


B. la variation dans le délai de transfert (« delay variation »), appelée aussi (« gigue : jitter »).

critique pour les services en temps réel, interactifs( « conversationnels »)(e.g. la téléphonie, la
visiophonie) : le signal transmis est par nature isochrone ( i.e. les éléments significatifs du
signal sont produits à intervalles réguliers par la source et doivent être transmis à la destination
avec la même périodicité).

moins critique pour les services en temps réel, non-interactifs (e.g. diffusion d’un programme
vidéo, streaming) : comme ces services sont nettement moins exigeants en termes de délai de
transfert (e.g. on peut diffuser les images d’un événement avec quelques secondes de retard), en
cas de gigue du réseau , à la réception on peut restituer l’isochronisme moyennant une pénalité
en délai non critique.

C. le délai de synchronisation des médias (« skew ») (pour les services de type


multimedia

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 15/50


2. caractéristiques temporelles dans le Control plane

concerne surtout des délais : « Control plane latency »

paramètres :
e.g. téléphonie : temps d’établissement et de relâchement d’une connexion
temps pour avoir le « dial-tone » ou « ring-back tone »…
e.g. mobile : temps pour faire passer un mobile d’un état à un autre (Idle => Active)

3. caractéristiques relatives aux erreurs (contraintes « sémantiques »):

paramètres : BER(« Bit Error Rate »), perte de paquets ou de trames(FER), duplication
ou insertion de paquets, ordre des paquets,…

4. les débits à supporter :


paramètres : le débit minimal à garantir, débit de crête, débit moyen,débit constant,…

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 16/50


Autres paramètres QoS réseau:

-les paramètres de disponibilité et fiabilité du réseau : par exemple , dans le cas du réseau
téléphonique , l’exigence est connue globalement comme le critère des « cinq-neufs » : « five-
nines availability » i.e. une disponibilité de 99,999 % (voir module PSTN)

=> implication sur la « résilience « des diverses technologies mises en place :


e.g. pour la transmission, en SDH , en cas de protection : rétablissement < 50ms
e.g. pour les commutateurs, résistance de la capacité de traitement nominale aux surcharges
=> implication sur la maintenance

-les paramètres liés à la configuration (modification,extension,..) => « scalability » (mise à


l’échelle) du HW ou SW (et donc capacité à réagir à la demande)
- la sécurité
- la « taxation » (« charging » (e.g. CDR’s : Call Detail Record) (note : charging  billing)
- le dimensionnement (si réseau sous-dimensionné => blocage, congestion,..)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 17/50


B. Facteurs de QoS iexternes au réseau

pas liés directement au réseau mais influencent aussi la perception globale de la


qualité de service par l’usager :

- le prix (l’usager peut accepter un service de téléphonie de faible qualité mais


très bon marché)
-la qualité de la facturation( !),…
-les help-desk’s (accueil, efficacité, temps de réponse, pertinence,..)
-la qualité des terminaux
-…

QoE (« Quality of Experience »).


Ce concept récent concerne la qualité « subjective » (audio, vidéo)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 18/50


3.2. QoS téléphonique et Carrier Grade /Class

QoS : application à la téléphonie ToIP

1. délai de transfert
ce temps est limité ( Rec ITU G.114):
• <= 150 ms « one-way » : conversation interactive
• 150 à 400 ms « one- way »: conversation faiblement interactive
• au-delà : inacceptable (T-W)

contrainte supplémentaire si écho :


• 50-60 ms max A-R (round-trip delay) lorsqu’il y a de l’écho dans la connexion ; ceci se
produit lors d’ un passage entre transmission numérique et analogique (2 fils)dans le PSTN
• pour éviter cette contrainte temporelle sévère, on place des équipements de correction :
(voir Bases de Transmission)

2. gigue (end-to-end)
« idéalement »[1] : gigue entre paquets < 1-5 ms (pour une période de temps
« significative »)

3. “packet-loss”: (end-to-end)
“idéalement”[1] : <= 0,1% (monthly)
dépend du CODEC voix ;

[1] objectifs pas encore stabilisés actuellement ; varient selon la nature des liaisons (e.g. national ,intercontinental)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 19/50


NETWORK 1 : NETWORK 2 : NETWORK 3
MS GSM ou VoIP TRANSIT

T max : 150 ms - 400 ms

Local Loop

MS NETWORK 1 : NETWORK 2 : NETWORK 3 : PSTN


GSM ou VoIP TRANSIT

T max : 25 ms - 30 ms
ECHO

Local Loop
NETWORK 1 : NETWORK 2 : NETWORK 3 : PSTN
MS GSM ou VoIP TRANSIT

T max : 150 ms - 400 ms


ECHO ECHO
Echo
canceller

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 20/50


3.2. QoS réseau : “Carrier Grade” (ou “Carrier Class “)

Le PSTN offre un niveau élevé et stable de QoS qui constitue une référence pour les autres réseaux
et technologies : le « Carrier Grade » (ou « Carrier Class » )

Le "Carrier Grade"concerne tous les aspects de la QoS :


 temps de transfert, gigue, taux d'erreur,... impactant directement la qualité de la conversation

perçue pas l'usager


 disponibilité (99,999% « five-nines ») ; un tel niveau implique évidemment que la fiabilité est

élévée dans toutes les couches du réseau :transmission (e.g. SDH ,WDM), signalisation (e.g.
SS7), processeurs de traitement d'appels,DB's, équipements d'abonnés, ... tant dans le HW que
le SW
 contrôle du service : temps pour avoir le "dial -tone" , temps de "set-up",...

 disponibilité

 contraintes réglementaires (e.g. accès au 112 avec identification et localisation de l'appelant,..)

Niveau atteint par PSTN : voir argumentation dans le module PSTN (point 7. QOS )

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 21/50


3.3. QoS : aspects réseau multiservices

Contexte multiservices différent du PSTN :


PSTN ( téléphonie : réseau dédié monoservice voix <=> ToIP
(téléphonie supportée par un réseau multiservices multimedia : voix +data)

Pour pouvoir supporter la QoS et si le réseau ambitionne d’être multi-services, des


mécanismes spécifiques doivent être disponibles :
• mécanismes de prioritisation des ressources du réseau ( et donc d’allocation de
coûts aux utilisateurs…)
• contrôles de flux et de congestion
• contrôle d’accès,
• ...

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 22/50


problèmes liés au transport en commun de flux avec des contraintes de
QoS différentes

Voice Data

• sensible au délai(écho, latency) • Sensible à la perte de paquets


• sensitive gique (jitter) •mais mécanisme de protection
contre la perte de paquets
• une gigue excessive cause la perte (e.g.TCP)
de paquets pour VOIP

Prioritiser les paquets voix dans le routage ?

• petits paquets (<100 Bytes) • grands paquets (1500 Bytes)


Fragmenter les paquets data pour éviter les délais dans
les paquets voix ?
Bandes passantes dédiées ?

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 23/50


Différents mécanismes techniques :

- surcapacité (arme lourde) : suffisamment de bande passante pour tous les services… ( ! coûts)
- réservation de bande passante pour l’appel VoIP(+- équivalent au circuit du PSTN)
- prioritisation du trafic temps-réel (=> différents flux/classes de trafic)
(e.g. approches Diffserv, Intserv, ….)
- MPLS : nouveau mode de commutation (retour à l’idée de VC => commutation rapide et chemin avec
QoS garanti pour des flux de même classe)
- QoS Policy (e.g. COPS : Common Open Policy Service)

Cours Réseaux

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 24/50


3.4 .QoS "end-to-end": aspects opérateurs et technologies

Tous les paramètres de QoS ci-dessus doivent en principe pouvoir être supportés
« end-to-end » ; on entrevoit dès lors 2 types de problèmes liés aux réseaux actuels :

- l’aspect multi-opérateurs (gestion, responsabilité,…)

- l’aspect multi-technologies (différentes technologies ou couches de réseau


interviennent pour contrôler la QoS).

=> SLA (“Service Level Agreement”) entre opérateurs


(basés sur des paramètres de QoS (KPI « Key Performance Indicator »)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 25/50


Country 1 SLA SLA SLA
Country 2
Operator 1

NETWORK 1 NETWORK 2 NETWORK 3 NETWORK 4


PSTN /ISDN VoIP
PSTN /ISDN VoIP PSTN /ISDN
SLA
Operator 3
CARRIER A CARRIER B
NETWORK 5

Mob GSM

Operator 2

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 26/50


3.5. CoS (« Class of Services « )

• spécification et négociation de tous les paramètres par service : impossible à


gérer
• les réseaux (ou couches de réseau) proposent quelques « CoS » types (e.g. :
CoS pour ATM, Ethernet ,UMTS ,… ).

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 27/50


Exemple : CoS 3G mobile

CoS Exemples Paramètres à considérer


d’applications Délai Gigue Erreurs(« Data
Integrity »)
Conversationnel • Voix (divers Exigeant : Exigeant : Importance variable
modes de délai de gigue très selon le type de
compression) transfert faible compression (e.g. +
• Téléphonie,VoIP très faible exigeant pour
• Visiophonie visiophonie que pour
• Jeux vidéo(1) voix à 12,2 kbit/s)
“Stream” • Web broadcast Délai de Moins idem
• Video streaming transfert exigeant
on-demand moins (peut être
exigeant corrigée
par
« buffering
»)
Données • Consultation DB Moins Peu Important
interactives • Services de exigeant exigeant
localisation (basé sur
• Jeux vidéo (2) « round-trip
delay »)
Background • e-mail Peu Peu Important
• SMS exigeant exigeant
• Télémesures

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 28/50


4. ToIP : faisabilité pour la QoS

4.1 La chaîne de transfert "end-to-end"


4.2 CODECS voix
4.3 Aspects protocolaires
4.4 Exempless

Dans ce chapitre, on va d’abord examiner tous les éléments qui interviennent dans le transfert de
VoIP entre 2 usagers.
Ensuite , on examinera plus en détails le rôle des contributeurs spécifiques au transfert en ToIP
(Codecs,réseau, protocoles, récupération de gigue,..)
Un ou 2 exemples numériques simples permettront d’ illustrer la chaîe de transferte concrétiser le
transfert.

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 29/50


4.1. ToIP :chaîne de transfert (1)

A. Référence PSTN

voix 64 kbit/s Temps de traitement Temps de transfert dans un


du codec G.711 commutateur de circuits < 450 us (ITU)
CODEC négligeable
G.711

LEX TR TR LEX

Temps de transmission négligeable


Temps de propagation négligeable (e.g.. 200 000
km/s sur supports terrestres) sauf via satellite
Gigue très faible (circuit)

Satellite
Satellite géo-stationnaire : orbite 36 000 km ;
vitesse signal : 300 00 km/s ; temps de
propagation du « hop » : 240 ms
Station Station
terrienne terrienne

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 30/50


Voix
Voix

Temps de Temps de
traitement du traitement du
CODEC CODEC
G.xxx codec B. Cas de ToIP codec G.xxx

Temps de
Temps de « dépaquétisation »
remplissage : + récupération de 001011…
001011… gigue)
» paquétisation »
»
paquet IP
H 001011…
H 001011…

UNI UNI
Header(s) • trame Ethernet
• cellule ATM Emetteur Récepteur
• trame FR
• …
Temps de transfert dans le réseau ( accès 1 +backbone) =
temps de transmission (selon débit des liaisons)
+ temps de propagation (selon le milieu physique)
+ temps de traitement dans chaque nœud (émetteur, récepteur, nœud intermédiaire)selon
la capacité du noeud, la charge en trafic du réseau, les files d’attente, le « scheduling »,…)
(1 temps sur accès + grand en mobile car accès aérien + « hostile » et débits + faibles et partagés)

Temps de transfert total entre les 2 usagers


H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 31/50
4.2. CODECS voix

La numérisation de la voix.

- 2 catégories de technique sont utilisées pour représenter numériquement la voix:


(1) le codage de la forme d’onde
(2) le “vocasting”
(Il y a aussi des « hybrides » qui combinent (1) et (2))

- le codage de la forme d’onde consiste à reproduire le signal vocal par une modélisation
numérique de la forme d’onde. (exemple typique : le G.711 du PSTN/ISDN). Cela se fait typiquement en 2
étapes : :échantillonnage :impulsions représentatives du signal
quantification et codage : approximation des échantillons (ou des différences entre échantillons) par
une valeur discrète binaire

- le “vocasting” consiste à décrire et reproduire le signal vocal à partir d’une analyse mathématique (e.g.
FFT) faite sur une série plus ou moins importante d’échantillons. Le signal vocal est décrit par une série de
paramètres qui permettent de le reconstituer à la réception.

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 32/50


- à la catégorie (1), appartiennent les techniques suivantes avec des débits de 64 kbit/s, 32, 16 voire 8
kbit/s :

- MIC (PCM) : Modulation Impulsion Codée (Pulse Code Modulation) , en particulier le G.711:
- Modulation différentielle : DELTA (Differential PCM)
- ADPCM (Adaptative Differential PCM)

- à la catégorie (2) appartiennent les techniques mises en œuvre :

- pour le GSM : voix FR « Full-Rate » avec un débit de 13 kbit/s, HR « Half-Rate » avec un débit de 6,5
kbit/s, AMR, …(voir module GSM)

ou pour des réseaux VoIP (N.B. le VoIP supporte aussi la catégorie 1 )

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 33/50


Dans les 2 cas, on cherche à réduire le débit nécessaire. Dans la catégorie (2), on
peut descendre à des débits très bas (e.g. 1,2 kbit/s) (cela reste intelligible mais on
n’identifie pas nécessairement le locuteur).

2 paramètres importants pour le temps de transfert :

- le débit => impact sur le temps de remplissage du paquet, de la trame ,..


- le délai de production du codec
(voir exemple ci-dessous)

!!! Attention aussi à :


• codecs en cascade (cas de multi-opérateurs) => dégradation de la QoS +
impact sur le délai
• passage de fax , modems, DTMF pas toujours accepté

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 34/50


Fonctions particulières :

VAD (« Voice Activity Detection »)

Cette fonction permet de détecter l’absence de voix ( en principe +- 50 % du temps dans une
communication). On peut alors réduire le débit nécessaire en transmettant des trames dites
SID (« Silence Insertion Descriptor ») et de mettre en œuvre une transmission discontinue :
DTX (Discontinous Transmission) (très utile en mobile pour les interférences et la
consommation des batteries du MS : voir le module GSM). En cas de trame SID à l’arrivée ,
le CODEC génère un bruit de confort (« comfort noise »

PLC (« Packet Loss Concealment »)

Comportement vis-à-vis de FER : certains codecs en cas de perte de paquet essaient de


reconstruire un échantillon vocal acceptable pour l’auditeur.

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 35/50


MOS : Mean Opinion Score

CODEC Type Rate (kbit/s) Delay Quality (MOS) Complexity

G.711 PCM 64 négligible 4,1 low


G.726 ADPCM 40/32/24/16 négligible 4/3/3/2 low/medium détails en
G.729 CS-ACELP 8 15 ms 3-4 high annexe

G.729A CA-ACELP 8 15 ms 3 medium/high


G.723.1 MP-MLQ 6.3/5.3 37,5 ms 3-4 moderate
G.728 LD-CELP 16 Very low 4 very high

GSM-Full Rate RPE-LTP/LPC 13 20 ms 3-4 high


AMR MR-ACELP 8 débits entre 25 ms 3-4 High
4,5 et 12,2
Voir module
mobile
AMR (« Adaptive Multi Rate ») CODEC (GSM phase 2+ et UMTS)
Il ne s’agit pas d’ un codeur unique mais bien, pendant la conversation, d’une sélection dynamique, en fonction
de la qualité du canal radio, de codeurs avec différents débits. Les débits peuvent varier de 12.2 kbit/s à 4,75
kbit/s . On peut ainsi ajuster le taux de répartition des bits entre le codage de la source et le codage de canal et
faire donc un arbitrage entre la capacité de la cellule et la qualité du signal .
Le codage 12,2 kbit/s est compatible avec le GSM EFR. De plus , l’AMR dispose du VAD et supporte donc le
DTX et le bruit de confort. (voir module GSM ). Le débit pour les trames indicatrices de silence est réduit à 1,8
kbit/s.

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 36/50


4.3 VoIP : aspects protocolaires

Support du trafic voix dans le stack IP ("User


plane") : TCP ou UDP ?

Fiable , avec TCP UDP Meilleur que TCP


connexion (comme pour le délai mais
le CS) mais pas fiable (sans
incompatible avec IP connexion) et gigue
les contraintes
temporelles

Pourquoi
?

SOLUTION : Utiliser UDP


- retransmission en cas d’erreur, ,éliminer la gigue à la réception
contrôle de flux, slow start,...: grâce à des « time-stamps »
dans les paquets (protocole
 délai RTP) et ajouter les protocoles
 gigue nécessaires pour satisfaire les
contraintes de QoS

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 37/50


=> sets de protocoles pour supporter VoIP (et plus généralement des
services multimedia à contraintes temporelles fortes) :

–pour le trafic (« user plane ») : UDP et RTP /RTCP (Real Time


Protocol/RTP Control Protocol

–pour la signalisation (« control plane ») :

2 alternatives :

– stack SIP (« Session Initiation Protocol »)/SDP(« Session


Description Protocol » ): issu du monde Internet
– stack H.323 » : issu du monde Telecom (antérieur à SIP)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 38/50


Control plane User plane

VOIX/VIDEO/IMAGES…
signalisation (MM)

CODECS

SIP /SDP H323 (*) RTP/RTCP

TCP/UDP/SCTP(**) TCP UDP

IP

L2 (ATM, Ethernet ,FR, ,GPRS,3G,…)

L1 (PHYS)

(*) RAS (Registration and Admission) sur UDP

(**)SCTP (« Stream Control Transport Protocol »)


protocole développé par le groupe SIGTRAN de l’IETF pour transporter les messages N°7-L4, en particulier ISUP sur
IP . (TCP/IP pas assez performant pour SS7 à cause des problèmes de retransmission ). (voir module réseau ToIP)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 39/50


RTP / RTCP (RFCs 1889/1890 )

• Real-time protocol (RTP)


• Ajoute un n° de séquence et des informations de timing pour
permettre au récepteur de reconstituer l’ordre et le timing
(isochronisme) des paquets produits par la source.
• + infos sur la nature du contenu transporté (voix,vidéo,..) et les codecs
utilisés.

Payload Type Sequence Number


RTP Timestamp
Synchronization Source (SSRC) Identity

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 40/50


Récupération du synchronisme

réception
A B C
source Réseau IP buffer réarrangement
(UDP + RTP)

isochrone

Paq 1 Paq 2 Paq 3


A 0 20 40

0 ms 20 ms 40 ms
20 Time Stamp

Paq 1 Paq 3 Paq 2


0 40 20
B
15 ms 50 ms 60 ms
Impact
sur le
isochrone
délai Impact
sur le
Paq 1 Paq 2 Paq 3
FER
C
Délai de réarrangement 80 ms 100 ms 120 ms

Notes : -en cas de gigue excessive, délai trop long et certains paquets seront perdus (compromis délai <=> FER)
-certains codeurs ont un mécanisme de protection d’erreurs (voir exemple GSM)
H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 41/50
• RTP Control Protocol (RTCP)
• chaque participant délivre un feedback périodique(une
sorte de rapport de qualité) sur la session en cours :
• contenu : pour chaque source :
• total et proportion de paquets perdus
• distribution des délais et de la gigue (moyenne,
variance
• information délivrée à tous les participants de la session
(mais aussi éventuellement à d’autres participants : e.g.
superviseur de réseau d’opérateur)
• chaque participant peut utiliser cette information pour
améliorer la qualité et adapter le timing .
• périodicité ajustée pour limiter l’overhead (l’info RTCP
contribue elle-même à un trafic supplémentaire et donc à
une dégradation).

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 42/50


H.323

• H.323 définit une architecture réseau


• chaque équipement a un rôle spécifique
• protocoles du RNIS adaptés pour procédures d’appels multimédia,
conférences, services supplémentaires
• protocoles supplémentaires définis pour les procédures d’authentification,
d’enregistrement et de localisation.
• codage binaire ASN.1

SIP

- retenu pour mobile 3G/4G-IMS et pour NGN


- voir module SIP

Réf comparaison http://www.packetizer.com/ipmc/h323_vs_sip/

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 43/50


Overhead « headers « sur la bande passante.
Compression de headers

Exemple :
Codecs voix à 12 kbit/s ; paquet toutes les 20 ms = > 30 bytes /paquet
Certains codecs détectent l’activité voix (VAD) et codent le « silence » avec des débits très faibles (
e.g. 3G-AMR : 1,8 kbit/s pour les temps de silence)e donc encore moins de bytes par paquet.

Headers : RTP/UDP/IP (V4) : (12/8/20 bytes) :40 bytes ( !) ( Overhead excessif


RTP/UDP/IP (V6) : 60 bytes ( ! !)

 compression de headers (le header est comprimé jusqu’à quelques bytes)


exemple 3G : ROHC (« RObust Headers Compression ») (résultat :3-4 bytes)
exemple fixe : RFC 2508 (résultat 2 bytes)

De temps en temps, resynchronisation et en moyenne +- 10 % d’overhead

=> impact négatif sur le délai : temps de compression + temps de décompression + temps de
resync.

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 44/50


4.4. Exemples

Exemple 1 – Réseau fixe Ethernet commuté


Hypothèses
• Codec : débit : 8 kbit/s ; délai production : 15 ms
• Ethernet commuté 10 Mbit/s
• Payload utile pour la voix : 50 octets = 400 bits.
• vitesse de propagation du signal : 200 000 km/s
• temps de passage/traitement moyen dans chaque nœud : 1ms
• 7 noeuds dans le réseau
• on néglige le temps de récupération de gigue

Question
Quelle distance maximum Lmax entre 2 utilisateurs si la contrainte de QoS est temps de
transfert total < 150 ms /400 ms ?

Calculs
-temps de traitement codec : 15 ms
-temps de remplissage trame : 400 bits / 8kbit/s = 50 ms
(note : dépasse déjà le budget temps pour une liaison avec PSTN sans annuleur d’ écho)
-temps de transmission : 400 bits / 10 Mbit/s = 40 us
(note : on n’ a pas tenu compte des headers IP/UDP/RTP et de la trame Ethernet mais ce
temps est quasi négligeable)
-temps de traitement dans les nœuds : 7 x 1 ms= 7 ms
-temps de propagation : Lmax(km) / 200 000 km/s = Lmax(km)/200 km/ms

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 45/50


Exemple 1 (suite)

Temps de transfert total =


15 ms + 50 ms + 40 us + 7 ms + Lmax(km)/200 km/ms = 72 ms + Lmax(km)/200 km/ms

si temps de transfert total < 150 ms : Lmax = 15 000 km


si temps de transfert total < 400 ms : Lmax = 65 000 km
Conclusions :
-Il n’y a pas de problème à priori pour satisfaire la contrainte temporelle de temps de transfert pour voix sur
paquet . Cependant la contrainte sur le temps d ‘écho est pratiquement impossible à satisfaire et il faudra
placer des dispositifs contrôleurs d’écho entre le réseau Voix sur « paquet » et le réseau classique fixe
commuté (PSTN). Compte-tenu du faible coût de ces équipements ( réduit car présents en abondance sur
l’ interface GSM/PSTN) ceci n’est pas une trop forte pénalité).
- le principal contributeur au délai reste le temps de remplissage de la trame ; on constate aisément que le
délai s’accroît si :
• le débit de codage est performant (donc faible)
• la longueur de la trame / du paquet augmente (voir exemple 2).
(donc plus on veut être efficace en « throughput »…)
-l’ hypothèse sur les temps de transfert dans les nœuds du réseau est théorique ; il faut que des
dispositions ad-hoc soient prises pour assurer le débit et les temps de passage dans les nœuds :
prioritisation, réservation,…
-pour un réseau mobile, budget temps particulier sur l ‘accès (« air interface » )(e.g. entrelacement en
GSM)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 46/50


Exemple 2 : Réseau fixe Ethernet commuté
Hypothèses
• Idem exemple 1
• Ethernet commuté 1Gbit/s
• taille minimum de la trame : 512 octets = 4096 bits
Calcul
-temps de remplissage trame (en négligeant l’overhead) est de l’ordre de : 4096 bits / 8kbit/s
= 512 ms !!!
Conclusions :
-si on veut un délai acceptable, il faudrait remplir (très) partiellement la trame ; par exemple 50
octets pour retrouver le délai de l’exemple 1 , ce qui évidemment rend le réseau inefficace :
une trame a une occupation de l’ordre de 50 / 512 = +- 10%.

Solutions :

Multiplexer plusieurs utilisateurs dans la trame :

H User 1 User 2 User 3 User N

Multiplexer plusieurs applications d’un utilisateur dans la trame :

H User 1 User 1
Voix Vidéo (e.g. MPEG x)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 47/50


A NNEXE

Codecs voix

Exemple G.728

- collecte 5 échantillons => 5 x 125 us = 625 us ( donc <1 ms : très bon sur le délai)
- 10 bits produits par le processeur => 10 bits/ 625 us = 16 kbit/s
- MOS entre 3 et 4

Exemple G.723.1

- collecte 240 échantillons => 240 x 125 us = 30 ms.


- + temps d ‘anticipation (« look-ahead »): =7,5 ms
 délai de production est de l’ordre de 37,5 ms
- 2 variantes pour le processus algorithmique : 20 octets- 24 octets et donc des débits de 5,3 kbit/s - 6,3 kbit/s
- MOS entre 3 et 4.

Exemple G.729

- collecte 80 échantillons => 80 x 125 us = 10 ms.


- + temps d ‘anticipation (« look-ahead »): = 5 ms
- délai de production est de l’ordre de 15 ms
- 80 bits produits par le processeur => 80 bits/10 ms = 8 kbit/s
- MOS de l’ordre de 4.

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 48/50


Exemple temps de transfert
10-15 ms
dans l’accès Mobile

Iu Gi
UE BS RNC SGSN GGSN IP,
(node B) Internet,…
PS
UTRAN Packet switch.
networks

Uplink

downlink détails dans le


module Mobile
Temps de transfert (« latency ») dans l’accès radio: important pour VoIP
( ! beaucoup de définitions et d’interprétations dans la littérature ; dépend de l’application : transfert de
fichier, VoIP,..)
(en principe le temps de transfert inclut : air-interface + RAN jusqu’à l’ interface Iu )(il s’agit d’ordres de
grandeur )

GPRS (2G)(best effort) 700 ms NOK


EDGE (2G) 300 ms
WCDMA(3G-R99) 200 ms/100 ms Limite OK
HSDPA (3.5 G) 120 /70 ms
HSUPA(3.5 G) 70 / 50 ms OK
EDGE +(3.5 G) 70 ms (objectif)
LTE(4G) 10/ 5 ms (objectif)

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 49/50


Exercice

T
GMSC MSC R
VoIP MGW A RAN
U

B
A

Soit une communication vocale de A (usager VoIP) vers B (GSM). A utilise un Codec voix G.729 (voir
cours). Le débit du Codec est paquétisé dans des trames de 104 octets dont 46 octets sont dévolus au
débit utile voix du codec (le reste est réservé à d’autres informations : trame Ethernet ,
RTP/UDP/IP,…). La communication passe à travers un réseau Ethernet commuté 10 Mbit/s . On
considère qu’il y a passage dans 3 noeuds avec un temps traitement maximum de 5 ms dans chaque
nœud. Un MGW convertit la voix(G.729) en G.711 ; le temps de récupération de gigue est estimé à 10
ms maximum ;le temps de conversion en G.711 est négligeable. Dans le réseau GSM, la
communication traverse 2 commutateurs GSM dont les temps de transfert sont conformes aux normes
ITU. Un TRAU convertit la voix en débit GSM FR. Le temps de traversée du RAN est négligeable. Sur
l’interface radio, le codage de canal est conforme à la norme GSM.
La vitesse de propagation du signal en réseau terrestre est estimée à 200 000 km/s
Quelle distance maximum Lmax entre les 2 utilisateurs si la contrainte de QoS est que le temps de
transfert total soit:
1.< 150 ms ?
2. < 300 ms ?

H-504 VoIPCours Ed. 1.15 10/1O 50/50