Vous êtes sur la page 1sur 1

8

 –  ETHIQUE  MEDICALE  
 
COMITES  D’ETHIQUE  
 

Comité  Consultatif  national  d’Ethique  (CCNE)  


Crée  en  1983,  inscrit  dans  la  loi  du  6  août  2004  
«    Donner  des  avis  sur  les  problèmes  éthiques  et  les  questions  de  société  soulevés  par  les  
progrès  de  la  connaissance  dans    les  domaines  de  la  biologie,  médecine  et  santé  »  

ETHIQUE  
 

! Ensemble  de  principes  définissant  les  comportements  et  attitudes  du  médecin  que  le  médecin  doit  avoir  dans  sa  pratique  
professionnelle,  vis-­‐à-­‐vis  des  patients  et  autres  professionnels  de  santé  
! Ensemble  de  règles  dictant  la  responsabilité,  morale  du  médecin,  concernant  le  respect,  dignité  et  qualité  de  vie  des  patients  
 

Textes  de  référence  


! Serment  d  »Hippocrate  
! Code  de  Déontologie  (1947)  
! Déclaration  d’Helsinki  (1964)  
! Loi  Huriet-­‐Sérusclat  (1988)  
! Lois  de  bioéthique  (1994)  
! Loi  sur  les  soins  palliatifs  (2001)  
! Loi  du  4  mars  2002  (droits  du  malade)  
 
4  principes  
! PRIMUM  NON  NOCERE  :  Ne  pas  nuire  
! BIENFAISANCE  :  Soulager  le  patient  et  assurer  son  bien  être  
! AUTONOMIE  DU  PATIENT  :  le  médecin  doit  informer  et  conseiller  le  patient,  c’est  au  patient  qu’il  revient  la  prendre  les  
décisions  (mais  sont-­‐ils  aptes  ?  le  veulent-­‐ils  ?)  
! JUSTICE  :  primauté  de  la  personne,  soins  sans  aucune  distinction  indépendamment  du  sexe,  âge,  religion,  ethnie,  contexte…  
 
Qui  décide  ?    2  modèles  de  décisions  
 

  Paternalisme  médical   Autonomisme  


Inspiration   ! Européenne   ! Américaine  
Décision   ! Par  le  médecin   ! Par  le  malade  
! Médecin  est  dépositaire  du  savoir   ! Patient  est  seul  juge  
Principes  
! Médecin  est  seul  apte  à  décider   ! Médecin  :  rôle  consultatif  
! Relation  déséquilibrée  
! Patient  est-­‐il  apte  ?  
Limites   ! Patient  traité  comme  un  enfant  
! Le  désire-­‐t-­‐il  ?  
! Favorise  un  transfert  
! Le  médecin  décide  
Patient   ! Le  représentant  décide  
! Après  information  de  la  famille  (sf  
incapable   ! Conseillé  par  le  médecin  
urgence  vitale)  
 
En  France  :  convergence  des  2  principes  
! Information  claire,  loyale,  appropriée  
! Obtenir  le  consentement  du  patient  
! Respecter  le  refus  du  patient  
! Intervenir  en  cas  d’urgence  (risque  de  non-­‐assistance  à  personne  en  danger)  

ETHIQUE  dans  les  SITUATIONS  DIFFICILES  


 

! En  toute  circonstances,  le  médecin  doit  s’efforcer  de    


o Soulager  les  souffrances  du  malade  par  des  moyens  appropriés  à  son  état  
o L’assister  moralement  
! Il  doit  s’abstenir  de  toute  obstination  déraisonnable  dans  les  investigations  ou  la  thérapeutique.  
! Il  peut  renoncer  à  entreprendre  ou  poursuivre  des  traitements  qui  apparaissent  inutiles,  disproportionnés,  qui  n’ont  
d’autre  objet  ou  effet  que  le  maintien  artificiel  de  la  vie  
 
Patient  hors  d’état  d’exprimer  sa  volonté  :  
! Décision  limiter/arrêt  traitement  prise  par  le  médecin  en  charge  après  concertation  avec  l’équipe  de  soins  
! Décision  qui  prend  en  compte  les  souhaits  que  le  patient  aurait  antérieurement  exprimés,  l’avis  de  la  personne  de  
confiance  et  de  la  famille  
! Inscription    dans  le  dossier  médical  des  avis  recueillis,  nature  et  sens  des  concertations,  motifs  de  la  décision  

EXEMPLES  
! IVG  :  avis  d’un  médecin  spécialisé,  entretien  psychologique  
! Don  d’organe  :  consentement,  anonymat,  gratuité,  sécurité  sanitaire  
! Recherche  biomédicale  :  obtention  d’un  consentement,  comité  de  protection  des  personnes  
! Phases  palliatives  ou  terminales  :  respect  de  la  volonté  du  malade,  soulager  les  souffrance,  pas  d’obstination  
! Malades  vulnérables  :  sauvegarde  de  justice,  tutelle,  curatelle