Vous êtes sur la page 1sur 2

En savoir plus…

des risques professionnels; au sein de L’OPPBTP


… grâce au web FICHE PRATIQUE
la branche AT/MP de la sécurité so-
ciale). Ses principaux modes d’actions L’Organisme professionnel de préven-
sont : études et recherche, formation et tion du bâtiment et des travaux publics Information juridique
— DE SÉCURITÉ —
information en direction de tous les ac- est placé sous le contrôle du ministère
teurs de la prévention aussi bien dans chargé du travail, il contribue à la pré-
• www.legifrance.gouv.fr
Portail du droit, on peut y trouver
QUI INTERROGER, QUI AVERTIR
l’entreprise qu’au niveau institution- vention dans toutes les entreprises du
tout le JO depuis 1990, ainsi que des
nel. Les informations qu’il recueille secteur du BTP.
lois, décrets, ordonnances d’avant 90. ED 110 en prévention des risques professionnels
l’aide à organiser une veille sur l’émer-
gence de nouveaux risques. On y trouve également les textes des
OÙ TROUVER DE codes en vigueur de même que des
L’ANACT L’INFORMATION ? textes de lois et de décret dans leur
version mise à jour.
Dépendant du ministère chargé du tra- http://www.inrs.fr
vail, l’Agence nationale pour l’amélio- Le site de l’INRS centralise de nombreux
Médecine du travail
ration des conditions de travail (ANACT documents d’information pour les sala-
• www.meditrav.com
Qui interroger ? Qui informer ? Qui
(située à Lyon) est un interlocuteur de riés et les différents acteurs engagés avertir ?
l’entreprise, à laquelle il peut apporter dans la prévention des risques profes- Site consacré à la médecine du travail,
l’ergonomie, l’hygiène, la sécurité, les
Au sein de l’entreprise, chacun à son
son aide en matière d’évolution des sionnels. De nombreux liens vers
conditions de travail aussi bien du d’autres sites plus spécialisés sont ac- conditions de travail, les maladies pro-
niveau peut contribuer à l’amélioration
point de vue du salarié que de l’organi- cessibles, en particulier les liens vers les fessionnelles et à la prévention des
des conditions de travail. Mais identi-
sation de l’entreprise. Elle rassemble et sites de CRAM et CGSS. risques en milieu de travail.
fier l’interlocuteur qui, dans ou hors de
diffuse l’information (produits d’édi- Une documentation de proximité peut l’entreprise, saura répondre ou relaiera
tion, services d’information et de do- en outre être fournie sur simple de- l’information aux experts compétents,
Toxicologie
cumentation) dans ce domaine et aide mande auprès de la CRAM de votre sec- requiert de bien connaître ces interlo-
les entreprises en matière d’évaluation teur. • www.toxnet.nlm.nih.gov
• www.ncbi.nlm.nih.gov cuteurs potentiels.
et de prévention des risques profes-
sionnels. Sources d’informations assistées Deux bases de données bibliogra- L'illustration des pages centrales ré-
consultables phiques et informatives internatio- sume ces données.
L’InVS

Gaël Kerbaol © INRS


nales : Toxline et medline
Le site du ministère du travail
L’institut de veille sanitaire surveille en http://sante-securite.travail.gouv.fr
Informations techniques Échange en entreprise…
permanence l’état de santé de la popu- Le site de la CNAMTS savoir à qui s’adresser
• www.cstb.fr
lation et son évolution. Il est, en par- http://www.ameli.fr/ pour une meilleure
ticulier, chargé de détecter toute me- Le site de l’ANACT Le Centre technique des sociétés de prévention
nace pour la santé publique et d’en http://www.anact.fr transformation du bois (CSTB) appor-
alerter les pouvoirs publics, de rassem- Le site de l’InVS te son concours aux industriels, en-
QUI INTERROGER…
bler, analyser et valoriser les connais-
sances sur les risques sanitaires, de
participer au recueil et au traitement
http://www.invs.sante.fr
Le site de l’OPPBTP
http://www.oppbtp.fr
trepreneurs, bureaux d’étude, archi-
tectes et maîtres d’ouvrage. Il assiste D A N S L’ E N T R E P R I S E , L E S S A L A R I É S ,
L E U R S R E P R É S E N TA N T S ( C H S C T / D P ),
L E M É D E C I N D U T R AVA I L E T L E D I R I G E A N T
… DANS L’ENTREPRISE ?
imminent, le représentant du personnel
en avise immédiatement l’employeur;
celui-ci doit prendre les dispositions
les pouvoirs publics pour la réglemen-
de données épidémiologiques et de réa- Le site des centres antipoison SONT T OUS A CTEUR S DE LA PRÉVENTI ON DES Le salarié nécessaires pour y remédier. L’avis est
tation technique et la qualité de la
liser ou appuyer toute action suscep- http://www.centres-antipoison.net RI SQUES PR OFESSI ONNELS .
Chacun contri- consigné par écrit dans un registre spé-
tible de contribuer aux missions de ■ construction. Il réunit des experts des bue à la santé et à la sécurité au travail Le salarié doit prendre soin de sa propre cial tenu à cet effet par le CHSCT.
veille sanitaire. Ses missions s’appli- matériaux et techniques de construc- grâce aux informations qu’il peut col- sécurité et de celle des autres. Il élit ses
quent notamment à la santé au travail. tion, des équipements et de la sécuri- lecter, aux moyens d’investigations représentants du personnel, notam- Les représentants
té, de la thermique, de l’acoustique, qu’il maîtrise ou au traitement de l’in- ment les délégués du personnel. A la du personnel
L’IRSN de l’aérodynamique, de l’éclairage, de formation qu’il peut réaliser. survenue d’un événement inquiétant,
l’environnement, de la santé, des d’un risque professionnel ou encore Dans les entreprises de 50 salariés ou
L’Institut de radioprotection et de sû- nouvelles technologies de l’informa- Écouter et analyser, comparer, confir- d’un cas d’atteinte à la santé qui sou- plus, un CHSCT (comité d’hygiène, de
reté nucléaire est un établissement pu- mer sont les étapes essentielles à la ré- lève des interrogations, il peut sollici- sécurité et des conditions de travail) –
PRÉVENTION EN ENTREPRISE. tion et de la communication, de l’éco-
blic, industriel et commercial. Placé QUI INTERROGER ? QUI AVERTIR ? solution d’un problème en entreprise – ter plusieurs interlocuteurs : ses re- composé de représentants du person-
sous la tutelle conjointe des ministres nomie et de la sociologie. notamment un problème de santé présentants (délégués du personnel ou nel, du médecin du travail et présidé
LE GROUPE DE TRAVAIL SE COMPOSE DE :
chargés de la Défense, de l’Environne- GRÉGORY BRASSEUR, MICHEL FALCY, NATHALIE • www.cetim.fr Écouter et analyser L’enquête en cas de membres du CHSCT), le médecin du tra- par le chef d’entreprise ou son repré-
GUILLEMY, LAWRENCE WARNER
ment, de l’Industrie, de la Recherche et Le Centre technique des industries problème accidentel ou aigu, pourra se vail, l’employeur... sentant - est mis en place. Dans les en-
de la Santé. Il exerce une mission d’ex- ONT COLLABORÉ À CETTE FICHE mécaniques a pour but de contribuer révéler délicate lorsque les atteintes à treprises de moins de 50 salariés, les
pertise et de recherche dans le domaine SECRÉTARIAT DE RÉDACTION ET MAQUETTE : C. LARCHER. au développement de la recherche, à la santé surviennent des années ou des En cas de «… danger grave et imminent délégués du personnel s’y substituent.
ILLUSTRATIONS : WAG.
des risques liés aux rayonnements io- l’amélioration de la productivité et à dizaines d’années après exposition. pour sa vie et sa santé», tout salarié
nisants, d’origine naturelle ou utilisés CONTACTS Comparer consistera à rechercher des peut exercer son « droit de retrait ». Il Ces représentants des salariés partici-
la garantie de la qualité dans l’indus-
en milieu industriel ou médical. INRS, tél. : 01 40 44 30 00. exemples de situations similaires et de a le droit de se retirer de son poste de pent à l’analyse des risques et suscitent
trie mécanique et, d’une manière gé- leurs causes. travail et d’informer son employeur du des initiatives et des actions de pré-
SITE WEB DE L’INRS : www.inrs.fr
nérale, au progrès des techniques dans Confirmer la réalité du problème pourra danger. Il doit également lui signaler vention.
paru dans Travail et Sécurité, juin 2003 © INRS
cette industrie. se faire avec l’aide de partenaires iden- «… toute défectuosité qu’il constate
INRS 30, rue Olivier-Noyer - 75680 Paris cedex 14 -
tifiés à l’intérieur comme à l’extérieur dans les systèmes de protection». À l’intérieur de l’entreprise, le médecin
Tél. : 01 40 44 30 00 - Fax : 01 40 44 30 41
de l’entreprise. De son côté,en cas de danger grave et du travail et l’employeur pour-
4 FICHE PRATIQUE DE SÉCURITÉ ED 110
FICHE PRATIQUE DE SÉCURITÉ ED 110 1
Qui interroger… dans l’entreprise ? Ils bénéficient de plu-
ront leur apporter écoute et Qui avertir… sieurs implantations au
réponses. L’infirmier(e) Salariés L’employeur au niveau Qui avertir… niveau régional dans des
À l’extérieur de l’entreprise, du travail régional ? au niveau national ? centres hospitalo-univer-
les représentants du person- sitaires. Ces consultations
nels pourront solliciter la La Caisse disposent d’un plateau
CRAM, l’inspection du travail , Les représentants nationale technique hospitalier et
du personnel de l’assurance
l’OPPBTP, ainsi que les ARACT. maladie des sont assurées par des pra-
(CHSCT Les CRAM
Enfin, Ils peuvent également ou délégués) travailleurs ticiens spécialisés en pa-
obtenir des informations au- et les CGSS salariés thologie professionnelle
près des syndicats de salariés. et recouvrant l’essentiel
L’Institut
national des disciplines médicales
Le médecin de recherche impliquées. Elles sont re-
du travail et de sécurité groupées en réseau au ni-
(INRS) veau national, ce qui leur
Le médecin-
Sa mission consiste à préve- inspecteur L’Agence permet de confronter
nir toute altération de la régional du nationale pour leurs diverses observa-
santé des salariés du fait de travail l’amélioration tions.
leur activité profession- des conditions
de travail
nelle. Il est souvent le seul (ANACT) Les délégations
interlocuteur direct des sa- Les ARACT régionales de l’OPPBTP
lariés et de l’employeur pour Médecin L’institut
du travail de veille
les problèmes de santé et Spécifiquement chargé de
sanitaire
sécurité. Sa présence sur le (InVS) la prévention des risques
terrain le met à même dans le BTP, l’OPPBTP (Or-
d’analyser les conditions de L’Institut de ganisme professionnel de
travail et de conseiller le radioprotection prévention du bâtiment et
chef d'entreprise, les sala- Les centres et de sûreté des travaux publics) dis-
antipoison nucléaire
riés et leurs représentants et centres de (IRSN) pose de délégations régio-
sur les améliorations à leur L’OPPBTP Les centres toxicovigilance nales. Elles proposent des
apporter. Inspection de consultation L’Organisme informations, formations
antennes du travail professionnel
Parmi ses interlocuteurs, il régionales de pathologies et des conseils aux entre-
professionnelles de prévention
trouvera l’inspection médi- du bâtiment prises du BTP qui leur sont
cale du travail, les consulta- et des travaux affiliées.
tions de pathologies profes- publics
sionnelles, les CRAM, l’INRS, (OPPBTP)
les centres antipoison et de QUI AVERTIR…
toxicovigilance, les ARACT… … AU NIVEAU
Web centre de documentation
NATIONAL ?
L’infirmier(e) du
travail tion du travail, les ARACT, l’OPPBTP… professionnels : s’ils l’estiment néces- der à des expertises. Il peut participer curité, santé, organisation du travail, La CNAMTS
Il peut également s’adresser aux orga- saire, ils peuvent faire procéder à des me- aux réunions du CHSCT. maintien et développement des compé-
Il(elle) assiste le médecin du travail au nisations professionnelles patronales. surages, enquêtes et prélèvements aux tences, conception et aménagement des La Caisse nationale de l’assurance mala-
sein du service médical d’entreprise (à postes de travail. Ceux ci seront réalisés Le médecin-inspecteur systèmes de travail… die des travailleurs salariés gère la
partir de 200 salariés). Du fait de sa sans frais par leurs propres laboratoires régional du travail branche «accidents du travail/maladies
présence permanente au sein de l’en- QUI AVERTIR … (LIC pour les analyses chimiques et CIMP Les centres antipoison professionnelles» (AT/MP) de la sécurité
treprise, il(elle) est souvent le premier … AU NIVEAU RÉGIONAL ? pour les mesures physiques). Relais de la veille sanitaire au bénéfice et centres de toxicovigilance sociale. Elle définit les orientations et
recours en cas de problème. CRAM et CGSS diffusent l’ensemble des des travailleurs, il y est aidé par les in- priorités de la politique de prévention
Les CRAM et les CGSS documents produits par l’INRS. formations figurant dans le rapport an- Ce sont des centres d’information sur la de la branche. Elle coordonne les ac-
L’employeur nuel que lui remet le médecin du travail. toxicité de tous les produits existants : tions des services prévention des CRAM
Les ingénieurs conseils et les contrô- L’inspection du travail Coordinateur de l’organisation des ser- médicamenteux, industriels ou natu- et des CGSS, consolide et de diffuse des
Il est responsable de la santé et de la leurs des services prévention des CRAM vices de santé au travail, il veille à leur rels. Ils informent les professionnels de statistiques annuelles AT/MP. Par
sécurité des salariés. Aussi définit-il la (Caisses régionales d’assurance mala- L’inspecteur du travail a pour mission : bon fonctionnement. Il peut prescrire santé comme le public et apportent une ailleurs, 9 comités techniques nationaux
politique de prévention dans son en- die) et des CGSS (Caisses générales de ◗ contrôler l’application de l’ensemble des prélèvements, contrôles et mesures aide par téléphone au diagnostic, à la paritaires assistent son conseil d’admi-
treprise. Il veille à la mise en applica- sécurité sociale) accompagnent les ac- de la réglementation du travail, no- diverses. prise en charge et au traitement des in- nistration sur des sujets de prévention
tion effective des mesures de préven- teurs de l’entreprise. Ils ont un rôle tamment en ce qui concerne la santé et toxications. dans les différentes branches d’activité.
tion adoptées. L’information et la d’appui sur les méthodes à mettre en la sécurité… Les ARACT
formation des salariés lui incombent œuvre pour prévenir les accidents du ◗ conseiller et informer les employeurs, Les centres de consultation de L’INRS
également. travail et les maladies professionnelles. les salariés et les représentants du per- Ces associations régionales de l’ANACT pathologies professionnelles
Il pourra saisir le CHSCT, en sa qualité Ingénieurs et/ou contrôleurs sont invi- sonnel sur leurs droits et obligations… (cf infra) sont gérées par les partenaires L’Institut national de recherche et de
de président, de toute question relative tés aux réunions du CHSCT et bénéficient Pour exercer ses missions, il dispose de sociaux. Elles interviennent sur des Ils ont pour objectif d’aider le médecin sécurité est le centre scientifique et
à l’hygiène et la sécurité. d’un droit d’accès à l’entreprise. Les ser- pouvoirs, comme le droit d'accès aux questions portant sur les conditions de traitant ou le médecin du travail à éta- technique support de la CNAMTS, des
Ses interlocuteurs privilégiés sont la vices prévention ont une démarche lieux de travail et à divers documents travail dans toutes ses dimensions : pré- blir le diagnostic de l’origine profes- CRAM et des CGSS (Ensemble dit « Insti-
CRAM, le médecin du travail, l’inspec- proactive dans l’évaluation des risques de l'entreprise, le droit de faire procé- vention des risques professionnels, sé- sionnelle d’une maladie. tution prévention » pour la prévention

2 FICHE PRATIQUE DE SÉCURITÉ ED 110 FICHE PRATIQUE DE SÉCURITÉ ED 110 3