Vous êtes sur la page 1sur 9

LA DESINCARNATION

D’après une étude d’Antoine Long du centre d’études spirites André Luiz

Diapo 2
Qu’est-ce qu’un incarné ?
L’être vivant est constitué de plusieurs corps plus ou moins matériels qui s’interpénètrent et
sont liés entre eux.
Il peut être divisé en quatre éléments :
1-    Un principe spirituel ou Esprit dans l’être humain ; c’est lui qui commande et dirige les
autres corps
2-    Un corps spirituel ou périsprit construit par l’Esprit
3-    Le fluide vital qui relie le corps spirituel au corps physique que l’on peut aussi appelé
fluide animal ou fluide magnétique
4-    Le corps physique constitué de la matière de notre plan de vie matériel terrestre

Diapo 3
La mort inquiète et on s’interroge sur l’après, dans le cas où il existe un après. Dans les
différentes religions, nous retrouvons des informations sur la mort et la vie après la mort.
La codification spirite est venue expliquer ce changement d’état. Nous disposons
d’informations grâce aux témoignages d’Esprits désincarnés qui se sont communiqués par
l’intermédiaire de médiums.
Il y a aussi les témoignages de personnes qui ont vécu des expériences de mort imminentes
(NDE) et sont revenues nous raconter une partie de ce voyage incroyable qu’ils ont pu faire et
qui, dans certains cas, les a transformé moralement.

Diapo 4
Messages d’Esprits désincarnés

On en trouve chez Allan Kardec dans le livre des Esprits.


La révélation spirite codifiée par Allan Kardec est notre première base pour connaitre la vie
dans l’au-delà et les conditions de passage dans cet au-delà.
Question 155 - Comment s’opère la séparation de l’âme et du corps ?
Réponse : Pendant la vie, l'Esprit tient au corps par son enveloppe semi-matérielle ou
périsprit ; la mort est la destruction du corps seul et non de cette seconde enveloppe qui se
sépare du corps, quand cesse en celui-ci la vie organique. L'observation prouve qu'à l'instant
de la mort le dégagement du périsprit n'est pas subitement complet ; il ne s'opère que
graduellement et avec une lenteur très variable selon les individus ; chez les uns, il est assez
prompt mais chez d'autres, ceux surtout dont la vie a été toute matérielle et sensuelle, le
dégagement est beaucoup moins rapide et dure quelquefois des jours, des semaines et même
des mois.
Au chapitre III, Retour de la vie corporelle à la vie spirituelle. Trouble spirite, de ce même
livre, il en parle aussi.
Question 163 - L'âme, en quittant le corps, a-t-elle immédiatement conscience d'elle-même ?
Réponse : Au moment de la mort, tout est d'abord confus ; il faut à l'âme quelque temps pour
se reconnaître. La lucidité des idées et la mémoire du passé lui reviennent à mesure que
s'efface l'influence de la matière dont elle vient de se dégager, et que se dissipe l'espèce de

1
brouillard qui obscurcit ses pensées. La durée du trouble qui suit la mort est très variable ; il
peut être de quelques heures, comme de plusieurs mois, et même de plusieurs années.

Dans Le Ciel et l’Enfer, Allan Kardec a regroupé et classé tout un ensemble de messages
médiumniques transmis par les Esprits désincarnés sur leur passage et sur leur vie dans l’au-
delà.
Dans la deuxième partie, nous avons des messages d’Esprits heureux, d’Esprits dans une
condition moyenne, d’Esprits souffrants, de suicidés, de criminels repentants, d’Esprits
endurcis et d’expiations terrestres.

Diapo 5
On trouve des messages d’Esprits désincarnés chez Ernest Bozzano dans son livre la crise de
la mort. Bozzano a noté les circonstances et les détails qui se répètent et paraissant communs
à tous les cas et les classer en une liste de 10 points communs :
1. Les désincarnés affirment s’être retrouvés de nouveau, sous forme humaine, résultant
du pouvoir mental de mouler le périsprit, en conformité aux aspirations mentales et
émotionnelles du moment.
2. Tous ignoraient, pendant un certain temps être désincarnés.
3. Tous passèrent, pendant la pré-agonie, ou peu de temps après, par la réminiscence des
événements principaux de la vie qui s’achevait.
4. Tous furent accueillis dans le plan spirituel par les Esprits de personnes familières et
amies désincarnés.
5. Ils ont traversé presque tous une phase plus ou moins longue de sommeil réparateur.
6. Ils se trouvèrent dans un milieu correspondant à leurs actions lorsqu’ils étaient
incarnés.
7. Ils reconnurent que le monde spirituel était aussi objectif, substantiel et réel que celui
qu’ils avaient quitté. Étant composé cependant d’une matière plus réceptive aux
impressions mentales.
8. Ils reconnaissaient que cela se devait du fait que, dans le plan spirituel, la pensée
constituait la force créatrice, au moyen duquel l’Esprit pouvait reproduire autour de lui
le milieu de ses souvenirs.
9. Tous disaient que la transmission de pensée est la forme de langage spirituel.
10. Ils observaient que, grâce à la vision psychique, ils se trouvèrent dans un état de
percevoir les objets d’un côté et de l’autre, par l’intérieur et au travers d’eux.

Marlene Nobre, dans son livre - Notre vie dans l’au delà a synthétisé et classé des messages
psychographiés par le médium Chico Xavier. Elle présente les diverses conditions des Esprits
pendant le passage dans l’au-delà à partir de leurs témoignages directs :
Chapitre 1 : Dans les limites de la nouvelle vie
Chapitre 2 : Comment est-ce mourir ?
Chapitre 3 : La traversée (I) : Préparation
Chapitre 4 : La traversée (II) : Chemin de lumière
Chapitre 5 : La traversée (III) : Lorsque le chemin ne mène pas à la lumière
Chapitre 6 : Adaptation à la nouvelle vie (I) : Assistance spirituelle
Chapitre 7 : Adaptation à la nouvelle vie (II) : Répercussions de la vie sur terre
Chapitre 8 : Adaptation à la nouvelle vie (III) : Influence réciproque des actes et des pensées
Chapitre 9 : Adaptation à la nouvelle vie (IV) : Cas spéciaux

Diapo 6
2
De nombreuses études de témoignages de personnes ayant vécu des expériences au seuil de la
mort (NDE), suite à un coma prolongé montrent une certaine constance dans le vécu. Ces
témoignages confirment l’existence d’une vie au-delà du corps physique, la rencontre de
proches déjà désincarnés, le retour dans le corps spirituel et souvent une transformation de la
personnalité.
Qu’est-ce qu’une NDE ? Lors d’un accident ou d’une opération chirurgicale, il y a arrêt
cardiaque donc il n’y a plus de pression sanguine, ni de respiration. Le patient est déclaré
cliniquement mort durant quelques secondes, voire quelques minutes. Pourtant, il vit une
expérience hors du corps physique et peut même voir la scène de sa réanimation. A son
retour, il peut raconter ce qu’il a vu, ce qu’il a vécu…

Diapo 7
Expériences au seuil de la mort

Raymond Moody dans son ouvrage La vie après la vie présente les témoignages de personnes
qui ont vécu des expériences au seuil de la mort. Ces personnes, suite à un accident, ont
expérimenté une période de coma suivi d’un retour à la vie. Il a donné ces 10 points communs
:
- incommunicabilité,
- audition du verdict,
- sentiment de calme,
- bruits,
- tunnel obscur,
- décorporation et vision du corps physique,
- rencontres et aides,
- rencontre avec l’être de lumière,
- déroulement du panorama de la vie,
- apparition d’une frontière, d’une limite,
- retour dans le corps physique.

Margot Grey, une des premières chercheuses dans le domaine des NDE à Londres en Grande
Bretagne, étudie 38 cas caractéristiques dans son livre Retour de la mort. Elle cite le
témoignage de l’existence d’un lien élastique qui relie le double au corps physique et
d’expériences difficiles, description de lieux brumeux, désagréables.

Elisabeh Kubler Ross, psychiatre et pionnière des soins palliatifs, note dans son livre La mort,
état final de l’évolution que les malades en phase terminale disent :
- retrouver un corps intact,
- retrouver leurs membres perdus,
- pouvoir se déplacer à nouveau,
- voir à nouveau.

Les docteurs Melvin Morse et Paul Perry identifient dans le livre Transformés par la lumière
les différentes étapes qui définissent les NDE. Elles sont au nombre de 9.
- Sensation d’être mort,
- Paix et l’absence de douleurs,
- Expérience hors du corps,
- Expérience du tunnel (entrée dans l’obscurité),
- Rencontre avec des êtres de lumière (familiers et amis),
3
- Rencontre avec un être de lumière,
- Déroulement du panorama de la vie,
- Aversion pour le retour dans le corps physique,
- Transformation de la personnalité.

Le docteur Sam Parnia est Director of Resuscitation Research à New York. Il place des
images au dessus du bloc opératoire pour que les patients puissent témoigner de leur sortie
hors du corps.

Le docteur Pim Van Lommel est un cardiologue néerlandais. Il Etudie 344 patients sur 4 ans :
18% ont des souvenirs de la NDE, Il est notamment connu pour l'intérêt qu'il porte aux
expériences de mort imminentes (EMI) à travers des conférences et des articles, dont le plus
célèbre a été publié en 2001 dans la revue médicale The Lancet.

Le film documentaire de Sonia Berkallah « Faux départ » en parle.

En conclusion, on peut dire que ces diverses études suivent sur le processus de la
désincarnation :
- Le détachement,
- Divers types de passages,
- Trouble spirituel,
- Etat différent de l’autre côté,
- Individualité après la mort.

Diapo 8
Mécanisme de détachement de l’Esprit du corps physique

A la mort, l’Esprit se sépare du corps physique, il part avec son corps spirituel ou périsprit
avec lequel il reste attaché pendant toute la période de temps qu’il va passer dans le monde
des Esprits.
Le périsprit est lié intimement molécule par molécule au corps physique, ce qui explique que
lors de la mort la séparation du périsprit et du corps physique se fera plus ou moins lentement
et plus ou moins difficilement selon sa liaison et sa force. Les liens sont progressivement
rompus ou détachés, pour finir par la rupture du fil d’argent.
La plus grande partie des détachements obéissent simplement à la loi des cycles comme dans
le monde animal. Avec l’évolution de la conscience, il existe un processus de détachement
avec assistance, réalisé par des Esprits spécialisés.
Pour les Esprits très élevés, la désincarnation est douce et presque automatique, sans
nécessiter l’intervention d’Esprits techniciens.

Diapo 9
Détachement magnétique du périsprit
La personne qui va se désincarner, est aidée par des passes magnétiques. Ce sont des Esprits
supérieurs qui créent des barrières fluidiques destinées à dissoudre les vibrations mentales et
les impacts émotifs des parents et amis.
Ils produisent aussi une véritable protection contre tout Esprit inférieur qui voudrait lui faire
du mal ou s’approprier le fluide vital.
4
Ensuite, ils produisent un endormissement progressif du désincarné ou si la personne est plus
évoluée, ils stimulent sa conscience afin qu’elle participe à ce dégagement dans un état de
prière.
Les techniciens spirituels font converger les énergies vers la zone crânienne, à hauteur du
cerveau, s’arrêtant sur chaque centre vital.
Souvent, dans un but d’économie d’énergie, vis-à-vis du moribond, ils procèdent à un
détachement précoce au niveau du larynx, c’est pour cela que l’on observe un affaiblissement
de la voix à ces occasions. Ils isolent les systèmes nerveux et moteur, ce qui conduit à une
paralysie partielle et à un engourdissement.

Diapo 10
Il y a trois zones où les énergies sont particulièrement concentrées :
- la zone végétative située au ventre ; les Esprits y libèrent une substance laiteuse, que
certains médiums voient sous forme d’ectoplasme diaphane et qui plane au dessus du
nombril. A ce moment, on peut observer le début du refroidissement des membres
inférieurs.

- la zone émotionnelle située dans le thorax ; les Esprits occasionnent l’arrêt de la


fréquence cardiaque et le détachement d’une nouvelle partie de substance laiteuse de
l’épigastrique à la gorge.

- la zone mentale située dans le cerveau, un détachement semblable à une flamme, se


fait qui absorbe la substance laiteuse ectoplasmique.

Selon la conduite de l’Esprit durant sa vie, cette opération de détachement sera plus ou moins
longue. Un individu qui aura abusé de l’alimentation par exemple, sera plus difficile à
dégager au niveau de la zone végétative par rapport à celui qui a vécu avec une alimentation
légère. On retrouve la même chose pour la zone émotionnelle pour celui qui aura mené une
vie morale déséquilibrée.

Diapo 11
A ce moment, avec ce périsprit détaché, l’Esprit peut entrer en relation avec les autres
habitants du plan spirituel, il est un Esprit désincarné.

Diapo 12
Rupture du fil d’argent

Ce cordon fluidique ou fil d’argent est l’ultime lien qui relie le corps spirituel au corps
physique avant la mort et ce n’est que lorsque le cordon se rompt que la décomposition du
cadavre commence.

Le détachement est donc finalisé par la rupture de ce lien fluidique et sa rupture est variable
suivant l’attachement de l’Esprit pour la matière et de son évolution morale.
Voici quelques exemples tirés des ouvriers de la vie éternelle :
- Cas Fabio : la rupture prend 1h (il est spirite)
- Cas Calvacante : la rupture prend 20h. Dans ce cas, la personnalité désincarnée était
prisonnière du corps, dans une totale inconscience et incapable d’une quelconque
réaction, ce qui rendit difficile la rupture du lien.

5
Une fois, cette coupure faite, le corps physique va récupérer les fluides vitaux pour leur retour
à la nature, ceux dont le périsprit n’a plus besoin et qui servent au fonctionnement moteur du
corps.

Diapo 13
Importance du fluide vital après le détachement de l’Esprit

Après la rupture du fil d’argent, un accompagnement du corps physique est réalisé par les
amis spirituels contre les attaques d’Esprits malfaiteurs désincarnés qui risquent de
s’approprier les résidus vitaux.
Voici un exemple, tiré du livre Patricia, psychographié par O Vôo da Gaviota, il n’est pas
actuellement traduit en français : « Le groupe avança sur les restes des morts et comme des
fauves, ils vampirisèrent les fluides vitaux, léchant le sang qui coulait sur le sol. Ces Esprits
errants ont besoin de beaucoup de fluides et comme ils ne peuvent pas les absorber
naturellement, ils les volent, vampirisant aussi bien les morts récents que les incarnés. »

Bien que ces fluides ne sont plus nécessaires à l’Esprit venant de se désincarner, ils sont utiles
pour certains incarnés afin d’allonger leurs temps d’incarnation. Car rien n’est perdu dans la
nature, dans les cas de maladie entre autres, le fluide vital est récupéré et peut aider un autre.

Diapo 14
Divers types de morts

Le cas de la mort naturelle


Il y a extinction de la force vitale par la vieillesse ou la maladie. Le dégagement est graduel, il
commence même avant que la vie soit éteinte et peut être presque complète avant la mort
réelle dans le cas des Esprits très détachés de la vie matérielle.

Emmanuel dans le Consolateur nous énonce : « A l’exception du suicide, tous les cas de
désincarnation sont déterminés par des forces spirituelles qui orientent les hommes sur
terre. On peut considérer que l’homme ne peut pas agir sur les conditions externes de sa vie
sur terre (accident, maladie, vieillesse…) mais par contre il est libre d’agir dans son monde
intérieur et de décider de déserter la vie d’expiation et de rectification qu’il a choisie. Celui
qui vit l’éducation et l’illumination intérieure par le bien peut modifier les conditions
matérielles d’existence. »

Diapo 15
Le cas de la maladie prolongée

Sachant que la maladie organique est souvent le résultat de nos excès, excès de la présente vie
ou d’autres vies, elle facilite le détachement des liens qui retiennent prisonnier l’Esprit au
corps, en permettant une réflexion sur l’existence.
Le phénomène de la douleur nous détache des appétits grossiers, des désirs, il favorise la
concentration des énergies dans l’être, l’aidant à expulser de la chair les plus diverses toxines
spirituelles. L’Esprit souffrant se détache peu à peu du corps physique suivant son degré
d’évolution.

Diapo 16
Le cas de la mort violente

6
Suite à un accident, par exemple la destruction du corps est instantanée, le cordon fluidique se
rompt précocement, entraînant de grandes souffrances pour l’Esprit car certaines énergies
vitales ne sont pas expulsées du corps physique.
Si ces fluides restent, le détachement ne se fait pas et le lien entre le périsprit et le corps
perdurent, le fil d’argent est alors plein de vitalité. Cela constitue une épreuve, car l’être
assiste à la décomposition de son corps, outre les souffrances qu’il endure, il se croit encore
du monde des vivants. Il est particulièrement frustré car personne ne l’écoute, personne ne
l’entend, ni ne lui répond.
En général, l’Esprit n’est pas préparé à cette situation, sa vie organique en pleine force étant
arrêtée, stoppée net, l’Esprit va mettre du temps à réagir, il se croît toujours vivant et cette
illusion peut durer jusqu’à ce qu’il ait compris ce qui lui est arrivé, c'est-à-dire des mois, voir
des années.
Il existe cependant bien des cas où l’Esprit est détaché du corps rapidement, selon la
miséricorde divine, afin d’éviter des souffrances supplémentaires.

Diapo 17
Le cas de la mort par suicide

Le suicidé se trouve comme dans le cas de la mort violente, avec un cordon fluidique ou fil
d’argent plein de vitalité. Les sensations qu’il va vivre sont particulièrement désagréables,
l’Esprit va revivre inlassablement le moment où il a mis fin à ses jours en plus de la
décomposition du corps physique. Tous les suicidés sont déçus après la mort et ils constatent
que les maux qui les ont poussés à l’acte ne disparaissent pas.
Il y a plusieurs formes de suicides, il y a ceux qui sont lents et graduels provoqués par
l’ambition ou par l’inertie, par l’abus et par des actions irréfléchis.
C’est pour cette raison que nos guides insistent toujours sur la nécessité de la prière et de la
vigilance afin de ne pas chuter dans la tentation.

Diapo 18
Au sujet de l’incinération

On recommande d’attendre environ 72 h après la fin du décès pour une inhumation par
incinération. Cette durée minimale est nécessaire afin d’éviter une trop grande perturbation si
l’Esprit est encore auprès de son corps physique.
Toutefois des discussions sont encore d’actualité, en effet certains spirites pensent que
l’incinération peut être très déséquilibrante si l’Esprit est encore attaché à son corps physique.
On ne doit pas oublier la miséricorde divine et que tout ce qui nous arrive peut être une leçon
pour notre avancement.
C’est Chico qui en a parlé, mais nous n’avons pas d’avis en tant que spirites.

Diapo 19
Qu’en est-il du trouble ?

Il existe toujours une période de trouble après la séparation du périsprit et du corps.


Cette période de trouble dépend de l’avancement moral de l’Esprit et de ses actions sur terre.
Ce trouble se passe comme après un réveil le matin, où il nous faut quelques minutes pour
savoir où l’on est et dans ce cas là, cela peut durer plusieurs jours ou plusieurs années.
Le trouble qui suit la mort n’est pas pénible pour l’homme de bien, qui se trouve délivré d’un
fardeau et qui ne ressent plus les douleurs physiques qu’il avait.

7
Pour ceux qui n’ont pas fait que du bien, ce trouble devient une angoisse et elle va augmenter
à mesure qu’il va voir où il se trouve.

Diapo 20
De l’autre côté…

Non, l’âme qui quitte son corps ne voit pas Dieu, elle se retrouve dans le brouillard pour ceux
qui sont peu évolués et dans la lumière pour ceux qui sont plus évolués.
Si sa vie a été bien remplie, des Esprits amis viendront l’aider à se dégager de ce trouble et
pourront le guider dans ses premier pas dans l’au-delà. Il pourra retrouver ses proches partis
avant lui ou des amis qu’il a connus dans d’autres vies antérieures.
Par contre ceux dont la vie n’a pas été bien remplie et qui se trouvent dans une révolte
incessante, ils ne vont pas rencontrer de suite les êtres aimés et partis avant lui. A cause de
leurs pensées négatives, cette douce rencontre sera impossible.
C’est pour cela que dans les réunions spirites, nous rencontrons souvent des Esprits
souffrants, désemparés, donnant l’impression d’être abandonnés.
L’homme désincarné va rechercher dans l’espace des cités en affinité avec sa pensée afin de
poursuivre le même genre de vie qu’il a quittée sur terre. Dans le cas d’Esprits avancés, ils
pourront accéder à des cités de paix et d’étude. Pour d’autres, ils retrouveront des milieux
dans lesquels ils aiment à vivre, des lieux de jeux ou de guerres.

Diapo 21
Individualité après la mort

L’Esprit conserve toute son individualité ainsi que ses souvenirs, ses actions bonnes ou
mauvaises. On le constate dans les messages qu’ils nous donnent dans les réunions où les
Esprits se manifestent avec leur langage et leurs qualités.
Si l’Esprit a des sentiments de haine, il continue dans l’au-delà à cultiver les germes de
l’antipathie et les souvenirs cruels. Sur ce plan qui nous est invisible, ces idées de vengeance
se poursuivent en accord avec les lois de réciprocité.
Cependant ces persécutions d’ennemis invisibles ont toujours des limites et elles ne dépassent
jamais le but qui a été fixé par le plan supérieur car elles ont pour finalité de nous enseigner la
force morale, la tolérance, la patience et la fraternité.

Diapo 22
Emmanuel1 rappelle :
« En désincarnant, l’esprit ne se retrouve pas avec des pouvoirs absolus. La mort signifie à
peine une nouvelle modalité de l’existence, qui continue sans miracle et sans sauts. »

Diapo 23
Bibliographie

Elizabeth Kubler Ross : La mort, état final de l’évolution.


Raymond A. Moody : La vie après la vie.
Ernesto Bozzano : La crise de la mort.
Allan Kardec : Le Livre des Esprits, Livre premier, Les causes premières, Chapitre IV,
Principe vital, La vie et la mort. Livre deuxième, Monde spirite ou des esprits, Chapitre III,
Retour de la vie corporelle à la vie spirituelle.
Allan Kardec Le Ciel et l’Enfer, Deuxième partie, Exemples,
1
Emmanuel était le guide du médium brésilien Francisco Candido Xavier.
8
Marlene Nobre : Notre vie dans l’au-delà.
Francisco Candido Xavier : Les ouvriers de la vie éternelle, cas de Dimas.