Vous êtes sur la page 1sur 23

Université -Abbès Laghrour – khenchela

Faculté des sciences et de la technologie 2017/2018


Département : SM +ST Matière : TP Chimie1
Niveau : 1ère année SM +ST

TP 01 : Sécurité et initiation à la manipulation en chimie


I-Introduction
La réalisation des travaux pratiques de chimie dans un laboratoire entraine la manipulation de produits
toxiques, inflammables, corrosifs et explosifs. Tout étudiant au laboratoire de chimie doit être au courant des
implications et des risques associés à la manipulation en cours. Par conséquent, il est impératif de connaitre et
d’appliquer rigoureusement les règles de sécurité.
II-Règles de sécurité au laboratoire
Les accidents sont souvent dû au comportement personnel de l’étudiant.
Pendant le TP il faut respecter les règles suivantes :
*Ne jamais entrer dans un laboratoire sans autorisation.
*Le port d'une blouse fermée est obligatoire. Cette dernière doit être en coton et à manches longues. Elle protège
évidemment les vêtements (colorants, perforations par les acides, etc.).
*Les cheveux longs doivent être attachés derrière la tête ; les gilets et les écharpes et autres vêtements ne doivent
jamais pendre librement.
*Ne pas toucher sans raison le matériel dans un laboratoire.
*Ne pas goûter ou respirer les produits chimiques.
*Ne pas jouer avec le matériel.
*Il est interdit de boire, manger, mâcher de chewing-gum, fumer, ou téléphoner dans le laboratoire. Le risque
d'ingestion de produits chimiques est la raison principale.
*Respecter l’organisation du laboratoire. N’encombrer ni les paillasses (avec classeurs, trousses, cahiers, …), ni
les zones de circulations (avec divers sacs, cartables, …).
*Manipuler debout, les chaises et les cartables correctement rangés.
*Ne jamais diriger un tube à essais vers vous ou vers quelqu’un d’autre. Ne jamais regarder dans l’axe d’un tube à
essais.
*I1 faudra aussi prendre l'habitude de se laver les mains en sortant.
*Tout accident et toute casse ou détérioration de matériel doivent être signalés immédiatement à votre enseignant.
Si un produit est projeté sur votre peau, lavez immédiatement la partie atteinte avec beaucoup d’eau.
III-Verrerie et matériel de laboratoire
Il existe de nombreuses pièces de verrerie utilisées en chimie. Chacune d’entre elles porte un nom et chaque
forme de pièce de verrerie est destinée à une application bien précise.
III-1- Verrerie de stockage

Tube à essais Bécher Erlenmeyer Cristallisoir Verre à pied


Le bécher : est utilisé pour entreposer des produits chimiques (avant un prélèvement), faire quelques réactions.
Bien que gradué, le bécher ne peut pas servir pour mesurer un volume de liquide. En effet les graduations ne sont
qu'indicatives.
L'erlenmeyer : est souvent utilisé avec un bouchon. Il permet :
- de conserver provisoirement des produits chimiques volatils,
- de réaliser des réactions chimiques avec des composées volatiles. Bien que gradué, l'erlenmeyer ne peut pas
servir pour mesurer un volume de liquide. En effet les graduations sont seulement indicatives.
Le tube à essais est utilisé pour les réactions faisant intervenir de petites quantités de réactifs
Un tube à essais peu recevoir un bouchon. De plus il peut être chauffé. Lorsqu'il est très sale, le tube à essais se
nettoie à l'aide d'un écouvillon.
Le cristallisoir : il peut contenir une grande quantité de liquide comme un mélange réfrigérant, un bain d’eau
pour un chauffage...
Le verre à pied : il peut servir de récipient « poubelle ». Il est aussi utilisé pour entreposer momentanément les
ustensiles qui peuvent rouler sur la paillasse : les pipettes, les électrodes...
III-2- Verrerie de prélèvement et de mesure
Elle est utilisée pour mesurer un volume de liquide grossièrement ou précisément en fonction de l’usage que l’on
souhaite faire de ce liquide.

Eprouvette graduée Pipette graduée Burette Pipette jaugée Fiole jaugée


a-Mesure grossière :
Parfois, il n’est pas nécessaire d’avoir une grande précision sur un volume de liquide comme dans le cas d’eau à
ajouter lors d’un titrage. La mesure grossière d’un volume est réalisée grâce à une éprouvette graduée.
L’incertitude sur le volume est de l’ordre d’une demi-graduation, c’est-à-dire entre 0,1 et 1 mL (selon le volume
total de l’éprouvette). Cependant, il ne faut pas utiliser les graduations extrêmement peu précises d’un bécher ou
d’un erlenmeyer pour mesurer un volume, même grossièrement .
b-Mesure précise :
Un volume de liquide doit être mesuré avec précision dans les cas suivants : – volume d’une solution à titrer ou
d’un réactif titrant ; – préparation d’une solution de concentration précise.
Deux types de verrerie de précision sont à distinguer :
• La verrerie qui contient un volume précis : elle porte la mention In pour « Intérieur ». Seule la fiole jaugée
appartient à cette catégorie. Il n’est pas correct d’utiliser une fiole jaugée pour délivrer précisément un volume. En
effet, si on transvase son contenu dans un bécher : tout le liquide ne tombe pas dedans.
elle est utilisée pour : - la préparation de solution de concentration donnée ; -la dilution d'une solution.
-La lecture se fait au niveau du trait de jauge .
• La verrerie qui délivre un volume précis : elle porte la mention Ex pour « Expurger ». La verrerie
appartiennent à cette catégorie :
*les pipettes jaugées (avec un trait ou deux traits de jauge) : ce sont les instruments les plus précis.
Elles sont utilisées pour prélever et délivrer un volume donné. Le prélèvement de la solution s'effectue à partir
d'un bécher (jamais directement dans la bouteille) après avoir préalablement rincé la verrerie utilisée avec la
solution à prélever. Les pipettes doivent être maintenues verticales durant le prélèvement et l'écoulement de la
solution. La pointe effilée doit toucher le récipient receveur avec un angle de 45°. On ne doit pas souffler dans la
pipette pour faire couler la goutte restant dans la pointe.
* les pipettes graduées : elles sont moins précises que les pipettes jaugées. Elles peuvent être utilisées lorsque la
précision du volume prélevé est moins critique, mais également si aucune pipette jaugée n’est adaptée pour
prélever le volume requis (par exemple, il n’existe pas de pipette jaugée permettant de prélever 2,3 mL).
*La burette Utilisée pour effectuer des dosages volumétriques ou éventuellement pour la distribution d’un grand
volume de réactif
Procédure d’utilisation d’une burette
-Fixer la burette sur un support adapté pour la maintenir parfaitement verticale.
-Vérifier le robinet de la burette : vérifier qu'il tourne correctement et qu'il ne fuit pas, sinon le graisser avec de la
vaseline (ou prévenir le laborantin).
-Rincer plusieurs fois à l’eau distillée en utilisant une pissette et une fois avec un peu de solution de remplissage
-Sécher l'extérieur de la burette avec du papier joseph.
-Remplir la burette avec le liquide de remplissage utilisant l’entonnoir au-delà du "zéro"(environ 2 cm au-dessus).
- Laisser s'écouler le liquide afin de remplir la voie du robinet et vérifier qu'il n'y a pas de bulle.
-Essuyer la pointe de la burette avec du papier joseph et si nécessaire toute la hauteur du tube
-Ajuster au "zéro" : pour cela, placer l'œil au niveau du trait "zéro". Le bas du ménisque doit coïncider avec le
trait de "zéro" (voir Lecture et ajustement d’un volume)
III. 3 Incertitude sur le volume :
Généralement, l’ustensile de verrerie indique le volume qu’il contient ou délivre, ainsi que l’incertitude sur cette
valeur. Ces indications sont valides à condition que l’instrument soit utilisé correctement . De plus, une indication
de classe de verrerie est inscrite. La classe A correspond à une incertitude relative inférieure à 0,2 % sur le
volume total indiqué,
alors que la classe B correspond à une incertitude relative inférieure à 0,5 %.
Si rien n’est indiqué sur l’instrument de verrerie, il convient de se reporter à la notice d’utilisation ou à
l’emballage.

• L’indication de gauche ci-dessus lue sur une pipette jaugée précise que : la pipette jaugée (de classe A et de
marque TEC) remplie d’eau à 20◦C délivre 10 mL à plus ou moins 0,015 mL.
• L’indication de droite lue sur une fiole jaugée signifie que : la fiole jaugée (de classe B et de marque TEC)
remplie d’eau et ajustée au trait de jauge à 20 ◦C contient 25 mL à plus ou moins 0,060 mL.
III. 4- Lecture et ajustement d’un volume
Le bas du ménisque (dû au mouillage du liquide sur le verre) sert de référence visuelle.
Cette référence doit être utilisée pour ajuster le volume d’une fiole jaugée ou
d’une pipette jaugée et pour lire le volume d’une pipette graduée ou d’une
burette. Les consignes suivantes doivent être suivies précisément :
– l’élément de verrerie doit être rigoureusement vertical ;
– l’observation du ménisque doit se faire dans un plan horizontal afin d’éviter les erreurs de parallaxe.

Ajustement d’un ménisque sur une burette ou une pipette


graduée. Dans cette illustration, l’expérimentateur relève un
volume de 7,9 mL en utilisant le bas du ménisque comme référence
visuelle

III-5- Accessoires divers

Pissette Agitateur Agitateur Pinces en Spatules Coupelle Propipette Balance


en verre magnétique bois
La spatule : permet de prélever des échantillons de solides en poudre ou en petits morceaux.
Les coupelles (verre de montre) permettent d'entreposer de petites quantités de solides. Elles sont entre autres
utilisées lors de la pesée d'un composé chimique solide.
Les pinces en bois permettent de manipuler la verrerie chaude. Elles sont donc tout indiquées pour chauffer le
contenu d'un tube à essai ou d'un erlenmeyer
L'agitateur magnétique permet d'homogénéiser un mélange de façon automatique. Ainsi, il est très utile pour les
agitations qui durent longtemps (Préparation d'une solution à partir d'un composé solide qui se dissout
difficilement)
Le barreau aimanté se met dans le récipient qui contient le mélange à homogénéiser. Le récipient se met sur
l'agitateur.
IV-Risques chimiques
Il est nécessaire de connaître les produits chimiques utilisés et les dangers associés. Il existe trois grandes
catégories de dangers intrinsèques aux substances chimiques :
– les dangers physiques (risque d’explosion, d’inflammation, etc.) ;
– les dangers pour la santé (toxicité aiguë, lésion oculaire, toxicité pour la reproduction, etc.) ;
– les dangers pour l’environnement (danger pour les milieux aquatiques).
La première information sur les dangers d’une substance chimique est fournie par l’étiquette sur laquelle doit
apparaître au moins :
– le nom du produit ;
– des pictogrammes de danger ;
– des mentions de dangers (phrases H) ;
– des conseils de prudence (phrases P) ;
– une mention d’avertissement.
Rq : Sur l’étiquette, peuvent aussi figurer des grandeurs physiques (densité, masse molaire, composition, etc.).
L’image suivante donne l’exemple d’une étiquette de toluène.

Pictogrammes de danger
Ces schémas représentent des types de dangers particuliers. Ils sont notés SGHXX (SGH signifie Système
Général Harmonisé) et sont présentés dans le tableau ci-dessous
Mentions de danger (phrases H)
Les mentions de danger complètent les pictogrammes. Elles commencent toujours par la lettre H (pour Hazard =
danger) qui est suivie d’un nombre à 3 chiffres. Le 1er chiffre correspond à la catégorie de danger.
H2XX :mentions de dangers relatives aux dangers physiques ;
H3XX : mentions de dangers relatives aux dangers pour la santé ;
H4XX : mentions de dangers relatives aux dangers pour l’environnement.
Conseils de prudence (phrases P)
Les conseils de prudence complètent également les pictogrammes. Ils commencent toujours par la lettre P (pour
Prudence) qui est suivie d’un nombre à 3 chiffres. Le 1er chiffre correspond à la catégorie de conseil de prudence.
P1XX : conseils de prudence généraux ;
P2XX : conseils de prudence - Prévention ;
P3XX : conseils de prudence - Intervention ;
P4XX : conseils de prudence - Stockage ;
P5XX : conseils de prudence - Élimination.
Mention d’avertissement
Sur l’étiquette figure une mention d’avertissement « Attention » ou « Danger » qui indique le degré relatif de
dangerosité. « Danger » est utilisé pour les dangers les plus graves.
signification symboles Description des risques exemples
explosif Produits pouvant exploser au contact d’une Nitrate d’ammonium, gaz
flamme, d’une étincelle, d’un choc, sous l’effet (hydrogène, propane, butane)
de la chaleur,… Acide picrique

SGH01
Inflammable Produits pouvant s’enflammer selon le cas au L’essence, méthanol,
contact d’une flamme, sous l’effet de la L’éther, méthane
chaleur, au contact de l’air, au contact de
l’eau…
SGH02
Comburant Produits pouvant provoquer ou aggraver un O2, H2O2, acide nitrique
incendie, ou même provoquer une explosion
s’ils sont en présence de produits inflammables.
SGH03
Gaz sous pression Gaz sous pression contenus dans un récipient. Gaz en bouteille (hydrogène,
Certains peuvent exploser sous l’effet de la propane, butane)
chaleur.

SGH04
Corrosif Produits corrosifs pouvant, selon le cas, acides forts acide sulfurique
attaquer ou détruire les métaux, ronger la peau (batteries)
et/ou les yeux par contact. Base forte (soude)

SGH05
Toxique Produits empoisonnant rapidement, même à Méthanol,
faible dose. Ils peuvent CCl4 (tétrachlorure de
provoquer divers effets : nausées, maux de carbone)
têtes, perte de connaissance ou autres troubles
SGH06 plus importants entraînant la mort.
Nocif/irritant Produits pouvant, selon le cas, entraîner les eau de javel, acide acétique,
effets suivants : carbonate de sodium.
empoisonnement, irritation, allergies cutanées,
somnolence, vertige.
SGH07
Danger pour la Produits pouvant, selon le cas, provoquer des Le dibrome (Br2) arsenic (As)
santé cancers, des mutations génétiques, être toxiques Chloroforme (CHCl3)
pour la reproduction, modifier le
fonctionnement de certains organes, provoquer
des allergies respiratoires.
SGH08
Dangereux pour Produits provoquant des effets néfastes sur les Certaines matières actives de
l’environnement organismes du milieu pesticides,
aquatique. CFC (chlorofluorocarbone)

SGH09
Université -Abbès Laghrour – khenchela
Faculté des sciences et de la technologie 2017/2018
Département SM+ST Niveau : 1ère année SM+SM
TP N°2 : Préparation d’une solution

I-Objectifs
-Savoir préparer une solution par dissolution d'un composé solide.
- Savoir préparer une solution par dilution d'une solution mère.
- Savoir utiliser le matériel du laboratoire (balance et la verrerie).
II-Définitions
1-Solution : une solution est un mélange homogène constitué d'une seule phase. Elle résulte de la dissolution d'un
ou plusieurs soluté(s) (espèce chimique dissoute) dans un solvant. Une solution aqueuse est celle où le solvant est
l’eau.
2-Concentrations : On peut caractériser la quantité de soluté dissout par différentes expressions de la
concentration. On distingue : Concentration massique ou Pondérale, concentration molaire (molarité), La molalité,
La normalité, Le pourcentage en masse ou en volume, La fraction molaire x .
concentration symbole formule
La concentration massique C C = m (soluté)/V (solution) [g/L]
La molarité M M = n (soluté)/V (solution) [mol/L]
La molalité M M = n (soluté)/m (solvant) [mol/kg]
La normalité N N = neq (soluté)/V (solutin) [eq.g/L]
Le pourcentage en masse ℅ en masse ℅ (en masse) = m (soluté)/m (solution)*100
Le pourcentage en volume ℅ en volume ℅ (en volume) = V (soluté)/V (solution)*100
La fraction molaire x x= n (soluté)/n (soluté) +n (solvant)

3-Préparation d’une solution : Pour préparer une solution aqueuse de concentration donnée, On distingue trois
cas : - Dissolution d’un composé solide (soluté) dans l’eau.
- Dilution d’une solution mère de concentration connue (liquide).
- Dilution d’une solution commerciale
Lors d’une dilution, la concentration molaire du soluté diminue, mais sa quantité de matière ne change pas (la
quantité de matière de soluté se conserve).
La solution de départ est appelée la solution mère et la solution diluée est appelée la solution fille.
C0 = Cd =
S0 V0 = ? Dilution Sd Vd =
n0 = C0 . V0 n d = Cd. Vd
Solution mère Solution fille
Il y a conservation de la quantité de matière de soluté : n0 = nd
C0 .V0 = Cd . Vd avec V0 < Vd Formule de dilution
III-Matériel :
balance électronique, béchers, fiole jaugée de 100 mL , pipette jaugée de 20 mL, Entonnoir, pipette
pasteur, spatule, pissette d’eau distillée, NaOH

IV- Préparation d’une solution par dissolution d’une espèce chimique


On désire préparer un volume V= 100 ml d’une solution aqueuse de NaOH de concentration molaire
C = 0.3 mol.L-1
-Calculer la la masse m de NaOH nécessaire pour préparer cette solution par dissolution.
Mode opératoire
1-Mettre sous tension la balance et placer le bécher dessus.
2- Appuer sur le bouton tare de la balance.
3-Avec la spatule, prélever quelques cristaux de NaOH et déposer les dans le bécher (sur la balance) jusqu’à
obtenir la masse calculé m à l’affichage (retire les cristaux si vous dépasser la masse m)
4-A l’aide une pissette d’eau distillée, verser environ 50 ml d’eau dans le bécher .
5-Agiter la solution pour dissoudre le NaOH.
6- A l’aide d’un entonnoir verser la solution dans une fiole jaugée de 100 ml
7-Rincer le bécher et l’entonnoir avec une pissette d’eau distillée. L’eau de rinçage doit couler dans la fiole
jaugée.
8- Compléter à l’eau distillée à l’aide d’une pissette et ajuster le niveau au trait de jauge avec précision à l’aide
d’une pipette pasteur.
9-Boucher et homogénéiser à nouveau. La solution est prête.
10-Schématiser les opérations nécessaires à la préparation de la solution en indiquant toute la verrerie utilisée.
V- Dilution d’une solution de concentration connue.
À partir d’une solution mère S0 de NaOH de concentration C0 = 0.3 mol /L, on veut préparer un volume
Vd = 100 mL d’une solution fille de concentration Cd = 0,024 mol / L.
-Calculer le volume V0 de solution mère à prélever
-Préparer des solutions S1 (C1 = 0.06 mol /l) , S2 (C2 = 0.03 mol /l) de volume 50 ml
Mode opératoire
1-Verser suffisamment de solution mère dans un bécher
2- Prélève le volume V0 à l’aide d’une pipette graduée muni de sa propipette.
3- Verser le volume V0 dans une fiole jaugée de 100 mL.
4- Remplir la fiole jaugée environ aux trois quarts avec de l’eau.
5- On complète avec de l’eau distillée jusqu’au trait de jauge.
6-On ajuste le niveau avec une pipette pasteur. On bouche et on agite pour homogénéiser.
7-Schématiser les opérations nécessaires à la préparation de la solution fille en indiquant toute la verrerie utilisée.
Université -Abbès Laghrour – khenchela
Faculté des sciences et technologies 2017/2018
ère
Département SM+ST Niveau : 1 année SM+ST
TP N°3 Titrage colorimétrique d'un acide fort par une base forte

I-Objectifs :
-Identification des couleurs des indicateurs colorés
-Comprendre le principe d’un titrage acido-basique suivi par colorimétrie
-Comprendre la notion d’équivalence.
-Choix du meilleur indicateur coloré pour un titrage colorimétrique
-Déterminer la concentration d’un acide.

II-Partie théorique
1-Principe d’un titrage acido-basique
Un dosage est une technique qui permet de déterminer la concentration d’une espèce chimique dans une
solution. Dans un titrage on fait réagir un réactif de concentration connue que l’on appelle réactif titrant avec le
réactif de concentration inconnue à doser que l’on appelle réactif titré.
Le réactif titrant et le réactif titré ont des propriétés antagonistes et sont détruits tous les deux.
Lorsqu’on dose un acide, on utilise une solution de base forte, en règle générale, une solution d’hydroxyde
de sodium (ou soude). Lorsqu’on dose une base, on utilise une solution d’acide fort (une solution d’acide
chlorhydrique). La réaction de titrage doit être rapide et totale.

Lors d’un titrage acido-basique, l’une des solutions, souvent celle dont la concentration est inconnue est
placée dans un bécher ou un erlen à col large. On ajoute alors, à l’aide d’une burette, une solution de
concentration connue. On peut suivre l’évolution soit du pH (titrage pH-métrique) ou bien utiliser un indicateur
coloré afin de déterminer la fin de réaction (titrage colorimétrique)

2-Définition de l'équivalence : d’un point de vue pratique, elle correspond au changement brutal d’une propriété
physique mesurable de la solution, par exemple un changement de teinte d’un indicateur coloré, un saut de pH.
Lors d’un dosage, l’équivalence est atteinte lorsque les réactifs sont ajoutés dans les proportions stœchiométriques
de l’équation bilan.
Exemple : NH3 + H3O+ → NH4+ +H2O à l’équivalence n(H3O+) ajoutée = n(NH3) initiale

3-Indicateur coloré acido-basique : Il s’agit d’une molécule organique ayant des propriétés acides (HIn). Sa
couleur dépend du pH. Il peut être utilisé pour repérer la fin d’un dosage si l’équivalence est atteinte dans sa zone
de virage.
Exemples d’indicateurs colorés :

Indicateur Couleur de la forme acide Zone de virage Couleur de la forme basique


Hélianthine Rouge 3,1 - 4,4 Jaune
Bleu de bromothymol (BBT) Jaune 6,2 - 7,6 Bleu
Phénol-phtaléine Incolore 8,0 - 10,0 Rose

I1I-Matériels et produits : tubes à essai, burettes, béchers, éprouvettes graduées de 10 et 20 ml, agitateur
magnétique, barreau aimanté, solution de NaOH (2.10-2 mol.L-1), solution d’HCl, solution de CH3COOH,
indicateurs colorés (Bleu de bromothymol, bleu du méthylorange et de phénolphtaléine), eau distillé.
IV-Couleur des indicateurs colorés :
-Dans 4 tubes à essai, verser environ 3ml d’eau distillée, d’acide acétique, d’acide Chlorhydrique et d’hydroxyde
de sodium, respectivement.
-Ensuite, ajouter quelques gouttes de phénolphtaléine dans chaque tube.
-Répéter l’expérience avec le bleu de bromothymol, et le bleu du méthylorange.
-Définir les couleurs des formes HIn et In- de phénolphtaléine, du bleu de bromothymol et du bleu du
méthylorange.
V-Titrage colorimétrique d'un acide fort par une base forte
1-Mode opératoire :
Préparation de la burette :
-Rincer la burette avec de l’eau distillée, puis deux fois avec quelques millilitres de la solution titrante NaOH
.Éviter de faire « ruisseler l’eau ou la solution titrante le long des parois.
-Fixer la burette sur son support et s’assurer des sa stabilité. -Placer un bécher sous la burette.
-Commencer à remplir la burette et vérifier qu’il ne reste aucune bulle d’air dans la pointe de la burette, sous le
robinet. Si tel le cas, faire écouler rapidement un peu de solution pour chasser l’air.
-Terminer le remplissage en dépassant la graduation « zéro », puis ajuster le ménisque sur cette graduation.
-Prélever, à l’aide d’une éprouvette graduée de 10 ml, un volume VA = 10 mL de la solution chlorhydrique, -
Verser le volume VA = 10 mL dans un bécher et ajouter 4 à 5 gouttes de BBT afin que la solution soit colorée en
jaune clair.
-Placer le bécher sur l’agitateur magnétique en glissant une feuille de papier blanc entre le bécher et l’agitateur,
plonger le barreau magnétique dans la solution, faire fonctionner l’agitateur (mouvement lent et sans bruit du
barreau aimanté) et placer l’ensemble sous la burette.
-Ouvrir le robinet et laisser écouler la solution de soude goutte à goutte jusqu'à l’obtention du changement de
couleur et noter le volume approximatif de soude Véq correspondant à l’équivalence.
2-Questions :
1-Schématiser et légender le montage de dosage.
1-Ecrire l’équation bilan de la réaction du titrage.
2-Calculer la concentration molaire CA de l’acide chlorhydrique.
3-A l’équivalence le milieu réactionnel est il acide, basique ou neutre. (Justifier).
4-Déduire la concentration en ions OH - dans le milieu réactionnel.
5-pour quoi on a choisi le BBT pour le repérage de l’équivalence ? (Expliquer)
6-Existe-t-il d’autres indicateurs pour ce dosage ? Si oui, citer-les et donner la couleur de la forme acide ainsi que
celle de la forme basique.
Université -Abbès Laghrour – khenchela
Faculté des sciences et de la technologie 2017/2018
ère
Département SM+ST Niveau : 1 année SM+SM

TP N°4 : Titrage d’oxydoréduction

I-Objectifs :
La détermination de la normalité et de la molarité d’une solution de sulfate ferreux FeSO4 par dosage avec une
solution de permanganate de potassium KMnO4
II-Définitions :
*La réaction d’oxydo-réduction est un processus chimique où il y a un transfert d‘électron de certain atomes ou
ions à d’autres.
*L’oxydation est une perte d’électrons
*La réduction est un gain d’électrons
*l’espèce chimique qui capte les électrons est l’oxydant, celle qui les libère est le réducteur.
* toute réaction d’oxydo-réduction peut être considérée comme une réaction entre deux couples Ox /Red notés 1
et 2 :
Ox1 + n1 é Red1 ( x n2) * L’oxydant se réduit (réaction de réduction)
Red2 Ox2 + n2 é ( x n1) *Le réducteur s’oxyde (réaction d’oxydation

n2Ox1 + n1Red2 n2Red1 + n1Ox2


La réaction générale s’appelle une réaction d’oxydoréduction
III-Principe
Le dosage consiste à déterminer la normalité de solution FeSO4 connaissant celle de la solution oxydante. On se
propose d'étudier l'oxydation de l'ion Fe2+ par l'ion permanganate MnO4 - en milieu acide. La forme oxydante
MnO4- est violette, la forme réductrice Mn2+ est incolore, ce qui permet de déterminer le point équivalent sans
utiliser d’indicateurs colorés.
Les ions H+ sont mis en excès. On utilise de l’acide sulfurique H2SO4.
IV-Matériels et produits : burettes, béchers, erlenmeyers, éprouvettes graduées de 10 ml, agitateur magnétique,
barreau aimanté, KMnO4 , sulfate ferreux , H2SO4 (2N).
V- Mode opératoire
1-Prélever à l’aide d’un pipette graduée V=10 ml de FeSO4 de normalité inconnue N, puis mettre ce volume dans un erlenmeyer,
ajouter environ 5ml de H2SO4 à 2N.
2- Remplir la burette de la solution oxydante de KMnO4 de normalité 0,1N.
3-Laisser couler goutte à goutte la solution oxydante de KMnO4 avec agitation, jusqu’à l’apparition de la couleur rose persistant.
4-Effectuer un nouveau dosage plus précis
2-Questions :
1-Schématiser et légender le dispositif expérimental.
2-Donner la valeur du volume à l'équivalence Ve
3-Préciser les couples redox présents. Ecrire les demi-équations
4- Ecrire la réaction globale d’oxydo-réduction ayant lieu lors du dosage. Préciser l’oxydant et le réducteur.
5- Quel est le rôle de H2SO4 ? expliquer
5-Calculer la normalité et de la molarité de FeSO4.
6-Calculer les masses de KMnO4 et de FeSO4 nécessaire pour prépare 1 litre de chaque solution.
Université -Abbès Laghrour – khenchela 2017/2018
Faculté des sciences et de la technologie
Département SM+ST Nom et Prénom : …………………………………
Nom et Prénom :……………………………………
Groupe : ……………

Compte-rendu du TP N °2 de chimie1

Titre : ………………………………………………………………………………………………………

Objectifs de TP
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………

Liste de matériels
Schématiser le matériel utilisé dans cette manipulation.

Lecture d’une étiquette


Lire les données figurant sur l’étiquette du NaOH et indiquer :
Les risques que présente le NaOH
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………

Les équipements de protection obligatoire à sa manipulation


………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………….
Les premiers soins à prodiguer en cas d’accident
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………

Calcul de la masse de NaOH à dissoudre


Masse Molaire
M(NaOH) = ………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………….
Masse à prélever
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………

Manipulation
Préparation d’une solution par dissolution d’une espèce chimique
-Schématiser les opérations nécessaires à la préparation de la solution en indiquant toute la verrerie utilisée.

Calcul de volume V0 de solution mère à prélever pour les trois (03) solutions diluées
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………

Choisir la bonne réponse


Lors d’une dilution la concentration molaire : *reste constante *diminue * augmente
Et le nombre de moles * se conserve *diminue * augmente
Manipulation
Dilution d’une solution de concentration connue.
Schématiser les opérations nécessaires à la préparation de la solution en indiquant toute la verrerie utilisée.

Conclusion
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
Université -Abbès Laghrour – khenchela 2017/2018
Faculté des sciences et de la technologie
Département SM+ST Nom et Prénom : …………………………………
Nom et Prénom :……………………………………
Groupe : ……………

Compte-rendu du TP N °3 de chimie1

I-Titre : ………………………………………………………………………………………………………

II-Objectifs de TP
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………..

III-Liste de matériels
Schématiser le matériel utilisé dans cette manipulation.

IV-Manipulation
I-Couleurs des indicateurs colorés :
Définir les couleurs des formes HIn et In- de phénolphtaléine, du bleu de bromothymol et du bleu du
méthylorange, à partir les résultats de la manipulation (les trois séries de tubes à essai)
II-Titrage colorimétrique d'un acide fort par une base forte
1-Schématiser et légender le montage de dosage.

2-l’équation bilan de la réaction du titrage.


………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………….
3-Calcul de la concentration molaire CA de l’acide chlorhydrique.
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
4-A l’équivalence le milieu réactionnel est-il acide, basique ou neutre. (Justifier)

………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
5-Déduire la concentration en ions OH- dans le milieu réactionnel.
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
6-pour quoi on a choisi le BBT pour le repérage de l’équivalence ? (Expliquer)
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………
7-Existe-t-il d’autres indicateurs pour ce dosage ? Si oui, citer-les et donner la couleur de la forme acide
ainsi que celle de la forme basique

………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………….
V-Conclusion
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
Université -Abbès Laghrour – khenchela 2017/2018
Faculté des sciences et de la technologie
Département SM+ST Nom et Prénom : …………………………………
Nom et Prénom :……………………………………
Groupe : ……………

Compte-rendu du TP N °4 de chimie1

I-Titre : ………………………………………………………………………………………………………

II-Objectifs de TP
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………

III-Liste de matériels
Schématiser le matériel utilisé dans cette manipulation.

IV-manipulation
1-Schématiser et légender le montage de dosage.
2-la valeur du volume à l'équivalence Ve
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………….
3- les couples redox du dosage
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………….
4-Ecrire les demi-équations
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
5-Ecrire la réaction globale d’oxydo-réduction ayant lieu lors du dosage. Préciser l’oxydant et le réducteur.
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………
6-Citer les espèces chimiques avant pendant et après l’équivalence
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
7- Quel est le rôle de H2SO4 ? expliquer
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
8-Calcul de la normalité et de la molarité de FeSO4.
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
9-Calculer les masses de KMnO4 et de FeSO4 nécessaire pour prépare 1 litre de chaque solution.
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
V-Conclusion