Vous êtes sur la page 1sur 469

RÉPUBLIQUE D’HAÏTI

MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES

UNITÉ TECHNIQUE D’EXÉCUTION

APPEL D’OFFRES OUVERT INTERNATIONAL

Nº AOI-CT-GDSNH-001

SELECTION D’UN CONSTRUCTEUR-EXPLOITANT POUR LA


CONCEPTION, LA CONSTRUCTION, L’EXPLOITATION ET
L’ENTRETIEN DU CENTRE DE GESTION INTEGREE DES DECHETS
SOLIDES DE MOUCHINETTE ET DE LA STATION DE TRANSFERT
DE PETITE ANSE AU CAP-HAÏTIEN

PROGRAMME « GESTION DES DÉCHETS SOLIDES DANS LE NORD


D’HAÏTI » FINANCEMENT NON REMBOURSABLE 4605/GR-HA

Banque Interaméricaine de Développement

Avril 2021

1
PARTIE I. PROCEDURE D’APPEL D’OFFRES EN UNE ETAPE ............................... 11
Section I. Instructions aux Soumissionnaires « IS » ......................................................................................... 12
A. Généralités .................................................................................................................................................. 14
1. Objet du Marché .................................................................................................................................. 14
2. Origine des fonds ................................................................................................................................. 14
3. Pratiques Interdites .............................................................................................................................. 15
4. Candidats admis à concourir ................................................................................................................ 19
5. Biens et services éligibles .................................................................................................................... 21
B. Contenu du dossier d’ appel d’ offres....................................................................................................... 21
6. Sections du Dossier d’Appel d’Offres ................................................................................................. 21
7. Éclaircissements apportés au Dossier d’Appel d’Offres, visite du site et réunion préparatoire .......... 22
8. Modifications apportées au Dossier d’Appel d’Offres ........................................................................ 23
C. Préparation des Offres .............................................................................................................................. 23
9. Frais de soumission ............................................................................................................................. 23
10. Langue de l’offre ............................................................................................................................. 23
11. Documents constitutifs de l’offre .................................................................................................... 24
12. Formulaires d’offre et annexes ........................................................................................................ 24
13. Variantes ......................................................................................................................................... 25
14. Documents établissant l’éligibilité et la qualification des soumissionnaires ................................... 25
15. Proposition technique ...................................................................................................................... 25
16. Prix de l’offre et rabais .................................................................................................................... 26
17. Monnaies de l’offre et de règlements .............................................................................................. 27
18. Périodes de validité des offres ......................................................................................................... 27
19. Garantie d’Offre .............................................................................................................................. 27
20. Forme et signature de l’offre ........................................................................................................... 29
D. Dépôt et Ouverture des Offres .................................................................................................................. 29
21. Cachetage et marquage des offres ................................................................................................... 29
22. Date et heure limite de dépôt des offres .......................................................................................... 31
23. Offres hors délai .............................................................................................................................. 31
24. Retrait, substitution et modification des offres ................................................................................ 31
25. Ouverture des offres ........................................................................................................................ 32
E. Évaluation et comparaison des offres – dispositions generales .............................................................. 34
26. Confidentialité ................................................................................................................................. 34
27. Éclaircissements concernant les Offres ........................................................................................... 34
28. Divergences, réserves ou omissions ................................................................................................ 34
29. Détermination de la conformité aux offres ...................................................................................... 35
30. Non-conformité, erreurs et omissions ............................................................................................. 35
31. Correction des erreurs arithmétiques ............................................................................................... 36
32. Conversion en une seule monnaie ................................................................................................... 36
33. Marge de préférence ........................................................................................................................ 36
34. Évaluation des Offres ...................................................................................................................... 36
35. Comparaison des Offres .................................................................................................................. 39
36. Éligibilité et Qualification du soumissionnaire ............................................................................... 39
37. Droit de l’Organisme contractant d’accepter l’une quelconque des offres et de rejeter une ou toutes
les offres ....................................................................................................................................................... 39
F. Attribution du Marché............................................................................................................................... 39
38. Critères d’attribution ....................................................................................................................... 39
39. Notification de l’attribution du Marché ........................................................................................... 40
40. Signature du Contrat........................................................................................................................ 40
41. Garantie de bonne exécution ........................................................................................................... 41
G. Data Room.................................................................................................................................................. 41

Section II. Données Particulières de l’Appel d’Offres (« DPAO ») ................................................................ 43


A. Introduction................................................................................................................................................ 44
B. Contenu du Dossier d’Appel d’Offres ...................................................................................................... 44
C. Préparation des offres................................................................................................................................ 45
D. Dépôt et ouverture des offres .................................................................................................................... 47
E. Évaluation et comparaison des offres – Dispositions générales ............................................................. 48

2
Section III. Critères de Qualification et d’Evaluation ..................................................................................... 50
III.1. Qualification .......................................................................................................................................... 51
III.2. Évaluation .............................................................................................................................................. 55
III.2.1. Évaluation Technique ....................................................................................................................... 55
III.2.2. Évaluation Proposition Financière.................................................................................................... 58

Section IV. Formulaires de Soumission ............................................................................................................. 60


IV.1. Modèles de Lettres d’offre .................................................................................................................... 62
IV.1.1. Lettre d’Offre— Genérale ................................................................................................................ 62
IV.1.2. Lettre d’Offre — Proposition Technique ......................................................................................... 65
IV.1.3. Lettre d’Offre — Proposition Financière ......................................................................................... 67
IV.2. Annexe à la soumission : Renseignements destinés à préparer la provision de révision des prix .. 69
IV.2.1. Annexe 1 à la Soumission - Libellé des prix dans la monnaie de l’offre ..................................... 69
IV.2.2. Annexe 2 à la Soumission – Données relatives à la révision des prix ......................................... 70
IV.3. Formulaire de Prix ................................................................................................................................ 71
IV.3.1. Annexes ............................................................................................................................................ 72
IV.3.1.1 Cadre de Decomposition des Couts d’Investissement ............................................................... 72
IV.3.1.2. Cadre de Décomposition du Compte d’Exploitation Prévisionnel (CEP)................................. 84
IV.4. Formulaires de Qualification ............................................................................................................... 88
IV.4.1. Formulaire ELI – 1.1 : Fiche de renseignements du soumissionnaire .............................................. 88
IV.4.2. Formulaire ELI – 1.2 : Fiche de renseignements pour chaque Partie d’un GE ................................ 89
IV.4.3. Formulaire ANT – 2 : Antécédents de non-exécution de marché .................................................... 90
IV.4.4. Formulaire FIN – 1.1 : Situation financière ..................................................................................... 91
IV.4.5. Formulaire FIN – 1.2 : Chiffre d’affaires annuel moyen de travaux ................................................ 92
IV.4.6. Formulaire FIN – 1.3 : Capacité de financement ............................................................................. 93
IV.4.7. Formulaire EXP – 1.1 : Expérience spécifique de conception et construction de Centre d’
Enfouissement Technique (« CET ») ........................................................................................................... 94
IV.4.8. Formulaire EXP – 1.1 : Expérience spécifique de conception et construction de Centre d’
Enfouissement Technique (« CET »). (suite). .............................................................................................. 95
IV.4.9. Formulaire EXP – 1.2 : Expérience spécifique de conception et construction de Station de
Traitement de Lixiviats. ............................................................................................................................... 96
IV.4.10. Formulaire EXP – 1.2 : Expérience spécifique de conception et construction de Station de
Traitement de Lixiviats. (suite). ................................................................................................................... 97
IV.4.11. Formulaire EXP – 1.3 : Expérience spécifique d’ exploitation de Centre d’Enfouissement
Technique (« CET »). ................................................................................................................................... 98
IV.4.12. Formulaire EXP – 1.3 : Expérience spécifique d’ exploitation de Centre d’ Enfouissement
Technique (« CET ») (suite) ......................................................................................................................... 99
IV.4.13. Formulaire EXP – 1.4 : Expérience spécifique d’exploitation de Plateforme de Compostage. ... 100
IV.4.14. Formulaire EXP – 1.4 : Expérience spécifique d’exploitation de Plateforme de Compostage
(suite).......................................................................................................................................................... 101
IV.4.15. Formulaire PER – 1 : Personnel proposé ..................................................................................... 102
IV.4.16. Formulaire PER – 2 : Curriculum vitae du Personnel proposé..................................................... 103
IV.4.17. Formulaire MAT : Matériel proposé ............................................................................................ 104
IV.4.18. Formulaire Sous-traitants : Sous-traitants proposés ..................................................................... 105
IV.5. Cadre d’Offre ...................................................................................................................................... 106
IV.5.1. Résumé général de l’offre ......................................................................................................... 108
IV.5.2. A - Consistance du Dossier de Conception-Construction ......................................................... 109
IV.5.2.1. Chapitre A1 – Descriptif détaillé des Installations .............................................................. 109
IV.5.2.2. Chapitre A2 – Descriptif détaillé des dispositifs globaux ................................................... 110
IV.5.2.2.1. A2-1 Circulation et implantation globale du Site ........................................................ 110
IV.5.2.2.2. A2-2 Bâtiments, génie civil et voiries et réseaux divers (VRD) .................................. 110
IV.5.2.2.3. A2-3 Accès au Site ...................................................................................................... 111
IV.5.2.2.4. A2-4 Prévention et maîtrise des nuisances et risques .................................................. 111
IV.5.2.2.5. A2-5 Robustesse des procédés mis en œuvre .............................................................. 111
IV.5.2.3. Chapitre A3 – Travaux et chantier ...................................................................................... 112
IV.5.2.4. Chapitre A4 – Moyens humains et matériels ...................................................................... 112
IV.5.3. B - Consistance du Dossier exploitation ................................................................................... 113
IV.5.3.1. Chapitre B1 – Description des prestations réalisées............................................................ 113
IV.5.3.2. Chapitre B2 – Moyens techniques ...................................................................................... 115
IV.5.3.3. Chapitre B3 – Organisation et moyens humains ................................................................. 115

3
IV.5.3.4. Chapitre B4 – Modalité de gestion des phases transitoires et mode dégradé ...................... 116
IV.5.3.5. Chapitre B5 – Niveau de garanties opérationnelles souscrites ou indicateurs clés de
performance souscrits ............................................................................................................................ 116
IV.5.3.6. Chapitre B6 – Pertinence des bilans de fonctionnement ..................................................... 117
IV.5.4. C - Calendrier de réalisation de l’opération .............................................................................. 117
IV.5.5. D - Contenu du Plan de Gestion Environnementale et Sociale ................................................. 117
IV.5.6. Annexes au Cadre d’Offre ........................................................................................................ 119
IV.5.6.1. Annexe B6-a : Bilan de fonctionnement Station de traitement des lixiviats ....................... 119
IV.5.6.2. Annexe B6-b : Bilan de fonctionnement Unité de Tri Compostage .................................... 120
IV.5.6.3. Annexe A4-c : Liste des composants importants des travaux et services et des sous-traitants
approuvés 123
IV.5.6.4. Annexe C-d : Engagements en matière de délais d’exécution ............................................ 124
IV.6. Formulaires de la garantie de l’offre ................................................................................................. 126
IV.6.1. Formulaire d’information de la Garantie de l’ Offre. ..................................................................... 126
IV.6.2. Formulaire de garantie d’offre (Cautionnement émis par une société de cautionnement). ............ 128
IV.6.3. Modèle de déclaration de garantie de l’offre. ................................................................................. 129

Section V. Pays Éligibles ................................................................................................................................... 130


V.1. Éligibilité en matière de passation des marchés de fournitures, travaux et services financés par la
Banque Interaméricaine de Développement............................................................................................... 131
V.1.1. Liste des pays membres lorsque le financement provient de la Banque : ........................................ 131
V.1.2. Critères de nationalité et de provenance des biens et services ......................................................... 131
V.1.2.1. Nationalité ................................................................................................................................ 131
V.1.2.2. Provenance des biens ............................................................................................................... 131
V.1.2.3. Provenance des services ........................................................................................................... 132

PARTIE II. SPÉCIFICATIONS DES TRAVAUX ET SERVICES................................ 133

Section VI. Cahier des Charges ....................................................................................................................... 134


Chapitre 1. Contexte, objectifs et description du marché ......................................................................... 136
Titre 1.1 Objet du marché ........................................................................................................................... 136
Titre 1.2 Contexte du projet........................................................................................................................ 136
Article 1.2.1 Origine du projet ............................................................................................................... 136
Article 1.2.2 Contexte général ............................................................................................................... 136
Article 1.2.3 Périmètre du projet ............................................................................................................ 139
Titre 1.3 Contexte institutionnel et financement du projet ......................................................................... 140
Titre 1.4 Principaux acteurs du projet ........................................................................................................ 143
Titre 1.5 Documents et études disponibles ................................................................................................. 145
Titre 1.6 Populations et gisements de déchets pris en compte .................................................................... 146
Article 1.6.1 Populations ........................................................................................................................ 146
Article 1.6.2 Gisements de déchets générés ........................................................................................... 146
Article 1.6.3 Composition des déchets ................................................................................................... 147
Article 1.6.4 Gisements de déchets collectés prévisionnels ................................................................... 148
Article 1.6.5 Définition des déchets à traiter dans le cadre du Contrat .................................................. 149
Titre 1.7 Contexte environnemental du Site ............................................................................................... 150
Article 1.7.1 Le Site de Mouchinette et son environnement immédiat .................................................. 151
Article 1.7.2 Aires protégées .................................................................................................................. 151
Article 1.7.3 Climat................................................................................................................................ 151
Article 1.7.4 Contexte géologique et géotechnique ............................................................................... 154
Article 1.7.5 Contexte hydrogéologique ................................................................................................ 157
Article 1.7.6 Contexte hydrologique ...................................................................................................... 160
Article 1.7.7 Risque sismique ................................................................................................................ 163
Titre 1.8 Présentation de la Station de Transfert des déchets ..................................................................... 164
Article 1.8.1 Localisation de la Station de Transfert .............................................................................. 164
Article 1.8.2 Objectifs de l’activité de transfert des déchets .................................................................. 165
Article 1.8.3 Gisements de déchets pris en charge sur la Station de Transfert....................................... 165
Article 1.8.4 Conception et construction de la Station de Transfert....................................................... 165
Article 1.8.5 Exploitation de la Station de Transfert .............................................................................. 166
Titre 1.9 Présentation générale du CGIDS ................................................................................................. 167
Titre 1.10 Unité de Tri Compostage ........................................................................................................... 169

4
Article 1.10.1 Objectifs de l’Unité de Tri Compostage ......................................................................... 169
Article 1.10.2 Conception et construction de l’Unité de Tri Compostage ............................................. 169
Article 1.10.3 Exploitation de l’Unité de Tri Compostage .................................................................... 170
Titre 1.11 Centre d’enfouissement technique des déchets résiduels........................................................... 170
Article 1.11.1 Objectifs du CET ............................................................................................................ 170
Article 1.11.2 Gisements de déchets traités sur le CET ......................................................................... 171
Article 1.11.3 Conception et construction du CET ................................................................................ 172
Article 1.11.4 Exploitation du CET ....................................................................................................... 172
Titre 1.12 Station de traitement des lixiviats .............................................................................................. 172
Article 1.12.1 Objectifs de l’activité de traitement des lixiviats ............................................................ 172
Article 1.12.2 Process de traitement des lixiviats .................................................................................. 174
Article 1.12.3 Gestion du rejet des effluents traités ............................................................................... 175
Chapitre 2. Dispositions générales............................................................................................................... 176
Titre 2.1 Responsabilité et engagement du Constructeur-Exploitant ......................................................... 176
Article 2.1.1 Visite préalable, connaissance des lieux ........................................................................... 176
Article 2.1.2 Responsabilité – Cohabitation........................................................................................... 177
Article 2.1.3 Engagement sociétal ......................................................................................................... 177
Titre 2.2 Cahier des charges et Prix............................................................................................................ 177
Titre 2.3 Chronogramme prévisionnel du projet ........................................................................................ 178
Titre 2.4 Certificats d’achèvement et de réception ..................................................................................... 178
Article 2.4.1 Certificat d’achèvement des installations .......................................................................... 179
Article 2.4.2 Certificat de réception opérationnelle ............................................................................... 179
Article 2.4.3 Certificat de réception finale ............................................................................................. 179
Article 2.4.4 Certificats partiels et globaux............................................................................................ 180
Titre 2.5 Relevés topographiques, piquetage .............................................................................................. 181
Article 2.5.1 Piquetage général .............................................................................................................. 181
Article 2.5.2 Piquetage des ouvrages enterrés ........................................................................................ 181
Article 2.5.3 Vérification de l’avancement de travaux .......................................................................... 181
Titre 2.6 Gestion de l’eau et intempéries .................................................................................................... 182
Titre 2.7 Documents de référence .............................................................................................................. 182
Titre 2.8 Phases du projet ........................................................................................................................... 183
Chapitre 3. Documents à fournir par le Constructeur-Exploitant et contrôles ...................................... 185
Titre 3.1 Documents à fournir pendant la Période de Conception-Construction ....................................... 185
Titre 3.2 Projet des installations de chantier ............................................................................................... 187
Titre 3.3 Projet des itinéraires de transport, des accès et des signalisations provisoires ............................ 187
Titre 3.4 Conception des installations ........................................................................................................ 188
Titre 3.5 Programme d’exécution des travaux ............................................................................................ 189
Titre 3.6 Plan Assurance Qualité ................................................................................................................ 189
Article 3.6.1 Organisation générale ....................................................................................................... 189
Article 3.6.2 Composition du PAQ ........................................................................................................ 189
Article 3.6.3 Procédures d’exécution ..................................................................................................... 190
Article 3.6.4 Phases d’établissement et d’application du PAQ .............................................................. 191
Article 3.6.5 Remise des documents du PAQ ........................................................................................ 191
Titre 3.7 Journal de Chantier ...................................................................................................................... 191
Titre 3.8 Dossier de récolement des ouvrages exécutés ............................................................................. 192
Titre 3.9 Contrôles internes et externes ...................................................................................................... 193
Titre 3.10 Contrôles extérieurs ................................................................................................................... 193
Chapitre 4. Consistance des travaux d’aménagement de la station de transfert de Petite Anse et du
CGIDS ........................................................................................................................................................... 194
Titre 4.1 Dispositions spécifiques pour les aménagements de la Station de Transfert de Petite Anse ....... 194
Article 4.1.1 Périmètre des travaux ........................................................................................................ 194
Article 4.1.2 Caractéristiques générales ................................................................................................. 194
Article 4.1.3 Travaux préparatoires ....................................................................................................... 195
Article 4.1.4 Nettoyage, défrichage ....................................................................................................... 195
Article 4.1.5 Conception générale de la Station de Transfert................................................................. 196
Article 4.1.6 Equipements divers ........................................................................................................... 199
Titre 4.2 Dispositions spécifiques pour les aménagements globaux du Site du CGIDS de Mouchinette... 202
Article 4.2.1 Acces au Site : Réfaction de la piste d’accès au CGIDS ................................................... 202
Article 4.2.2 Approvisionnement en eau potable ................................................................................... 203
Article 4.2.3 Assainissement .................................................................................................................. 203

5
Article 4.2.4 Raccordement électrique du Site ....................................................................................... 203
Article 4.2.5 Eclairage des voiries et des plateformes ........................................................................... 205
Article 4.2.6 Télécom............................................................................................................................. 205
Article 4.2.7 Groupe air comprimé ........................................................................................................ 205
Article 4.2.8 Captage et traitement des eaux de pluie ............................................................................ 205
Article 4.2.9 Bassin pluvial .................................................................................................................... 206
Article 4.2.10 Installations générales ..................................................................................................... 206
Titre 4.3 Dispositions spécifiques pour les aménagements de l’Unité de Tri Compostage ........................ 215
Article 4.3.1 Périmètre des travaux ........................................................................................................ 215
Article 4.3.2 Caractéristiques générales ................................................................................................. 215
Article 4.3.3 Caractéristiques spécifiques .............................................................................................. 215
Article 4.3.4 Mise en service opérationnelle de l’Unité de Tri Compostage ......................................... 218
Titre 4.4 Dispositions spécifiques pour les aménagements des casiers de stockage du CGIDS................. 219
Article 4.4.1 Travaux de terrassement ................................................................................................... 219
Article 4.4.2 Pose des géosynthétiques .................................................................................................. 223
Article 4.4.3 Mise en œuvre du dispositif de drainage en fond de casier ............................................... 228
Article 4.4.4 Captage du biogaz / Réinjection des lixiviats ................................................................... 230
Titre 4.5 Dispositions spécifiques pour les aménagements de la Station de traitement des lixiviats ......... 231
Article 4.5.1 Estimations indicatives des volumes produits ................................................................... 231
Article 4.5.2 Normes de rejet considérées.............................................................................................. 232
Article 4.5.3 Consistance de l’opération ................................................................................................ 233
Article 4.5.4 Lagunes de traitement ....................................................................................................... 236
Article 4.5.5 Canalisations ..................................................................................................................... 236
Article 4.5.6 Cuves process.................................................................................................................... 237
Article 4.5.7 Aération de lagune ............................................................................................................ 238
Article 4.5.8 Membranes ultrafiltration ................................................................................................. 239
Article 4.5.9 Pompes .............................................................................................................................. 239
Article 4.5.10 Instrumentation ............................................................................................................... 240
Article 4.5.11 Clôture et portail ............................................................................................................. 241
Article 4.5.12 Local de commande général............................................................................................ 241
Article 4.5.13 Electricité et automatisme ............................................................................................... 241
Article 4.5.14 Mise en service opérationnelle de la Station de traitement des lixiviats ......................... 244
Titre 4.6 Prescriptions techniques générales .............................................................................................. 245
Article 4.6.1 Débroussaillage, défrichage et abbatage d’arbres ............................................................. 245
Article 4.6.2 Génie civil ......................................................................................................................... 246
Article 4.6.3 Travaux de terrassement ................................................................................................... 247
Article 4.6.4 Gestion des eaux pluviales ................................................................................................ 253
Article 4.6.5 Clôture et portails .............................................................................................................. 255
Article 4.6.6 Espaces verts ..................................................................................................................... 256
Chapitre 5. Gestion du chantier .................................................................................................................. 257
Titre 5.1 Réunions de chantier.................................................................................................................... 257
Titre 5.2 Gestion des déchets de chantier ................................................................................................... 257
Titre 5.3 Repli du chantier .......................................................................................................................... 257
Titre 5.4 Panneau de chantier ..................................................................................................................... 257
Titre 5.5 Hébergement du Personnel et de la Main d’œuvre ...................................................................... 258
Chapitre 6. Services d’exploitation des installations ................................................................................. 259
Titre 6.1 Gestion générale .......................................................................................................................... 259
Article 6.1.1 Accueil du site, réception des déchets et gardiennage ...................................................... 259
Article 6.1.2 Entretien général des Sites ................................................................................................ 262
Article 6.1.3 Entretien des ouvrages de gestion des eaux pluviales ....................................................... 263
Article 6.1.4 Entretien des pistes et voiries de circulation ..................................................................... 264
Article 6.1.5 Gestion des énergies.......................................................................................................... 265
Article 6.1.6 Surveillance des Installations ......................................................................................... 265
Article 6.1.7 Moyens humains ............................................................................................................... 271
Article 6.1.8 Moyens matériels .............................................................................................................. 273
Article 6.1.9 Manuel d’exploitation ....................................................................................................... 275
Article 6.1.10 Remise des Installations en fin de Contrat ...................................................................... 275
Article 6.1.11 Visites des Sites à but pédagogique ................................................................................ 276
Titre 6.2 Exploitation de la Station de Transfert des déchets ..................................................................... 276
Article 6.2.1 Services d’exploitation ...................................................................................................... 276

6
Article 6.2.2 Gestion des déchets entrants ............................................................................................. 277
Article 6.2.3 Principes de l’exploitation................................................................................................. 277
Titre 6.3 Exploitation de l’Unité de Tri Compostage ................................................................................. 279
Article 6.3.1 Services d’exploitation ...................................................................................................... 279
Article 6.3.2 Gestion des flux entrants ................................................................................................... 280
Article 6.3.3 Gestion des flux sortants et filières de valorisation matière .............................................. 281
Article 6.3.4 Compostage des déchets ................................................................................................... 281
Article 6.3.5 Qualité du compost produit ............................................................................................... 282
Article 6.3.6 Performance à atteindre..................................................................................................... 283
Titre 6.4 Exploitation du Centre d’Enfouissement Technique ................................................................... 283
Article 6.4.1 Services d’exploitation ...................................................................................................... 283
Article 6.4.2 Traçabilité des livraisons .................................................................................................. 284
Titre 6.5 Exploitation de la Station de traitement des lixiviats ................................................................... 285
Article 6.5.1 Entretien général ............................................................................................................... 285
Article 6.5.2 Curage des boues .............................................................................................................. 285
Titre 6.6 Aide à la transition en fin de Contrat ........................................................................................... 286
Chapitre 7. Mesures d’hygiène, sécurité et environnement et de lutte contre les nuisances .................. 287
Titre 7.1 Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) ................................................................ 287
Titre 7.2 Hygiène et sécurité du travail ...................................................................................................... 289
Titre 7.3 Gestion de la sécurité et des incidents ......................................................................................... 290
Titre 7.4 Maintien de la circulation ............................................................................................................ 291
Titre 7.5 Maintien des réseaux et ouvrages existants ................................................................................. 291
Titre 7.6 Pistes de chantier et zones de parcage ......................................................................................... 291
Titre 7.7 Conditions particulières du Site – prise en compte de l’environnement ...................................... 292
Titre 7.8 Défenses et moyens de lutte contre les incendies ........................................................................ 292
Titre 7.9 Gestion des nuisances .................................................................................................................. 292
Article 7.9.1 Pollution accidentelle ........................................................................................................ 292
Article 7.9.2 Propreté et envols .............................................................................................................. 293
Article 7.9.3 Odeurs ............................................................................................................................... 293
Article 7.9.4 Bruit et circulation ............................................................................................................ 294
Chapitre 8. Annexes...................................................................................................................................... 296
Titre 8.1 Annexe 1 : Provenance et qualité des matériaux requis pour l’aménagement du casier .............. 296
Article 8.1.1 Préambule ......................................................................................................................... 296
Article 8.1.2 Dispositions générales....................................................................................................... 296
Article 8.1.3 Matériaux pour aménagement de la couverture semi-perméable ...................................... 297
Article 8.1.4 Géosynthétique Bentonitique ............................................................................................ 297
Article 8.1.5 Géomembrane PEHD 2 mm.............................................................................................. 298
Article 8.1.6 Géotextile anti-contaminant .............................................................................................. 300
Article 8.1.7 Géotextile anti-poinçonnement ......................................................................................... 300
Article 8.1.8 Béton ................................................................................................................................. 300
Article 8.1.9 Matériaux drainants 20/40 mm ......................................................................................... 300
Article 8.1.10 Tubes annelés en PE ....................................................................................................... 301
Article 8.1.11 Tubes en PE .................................................................................................................... 301
Article 8.1.12 Graves 0/80 et 0/40 mm pour couche de forme .............................................................. 301
Article 8.1.13 Matériaux pour lit de pose et enrobage de canalisations et de fourreaux ........................ 301
Article 8.1.14 Matériaux pour remblaiement des tranchées ................................................................... 302
Article 8.1.15 Charpente métallique ...................................................................................................... 302
Article 8.1.16 Couverture métallique ..................................................................................................... 302
Article 8.1.17 Bardage métallique ......................................................................................................... 303
Article 8.1.18 Matériaux divers non dénommés .................................................................................... 303
Titre 8.2 Annexe 2 : Documents et études disponibles............................................................................... 303
Titre 8.3 Annexe 3 : Etat de la piste d’accès au CGIDS ............................................................................. 303
Article 8.3.1 Plan général de la piste d’accès au Site de Mouchinette (CGIDS) ................................... 303
Article 8.3.2. Caractéristiques de la piste d’accès par point singulier et par tronçon ............................. 304
Titre 8.4 Annexe 4 : Cahier des plans ........................................................................................................ 309

PARTIE III. MODELE DU CONTRAT............................................................................ 318

Modèle du contrat ............................................................................................................................................. 319

7
Section VII. Conditions Générales du Contrat ............................................................................................... 321
A. Contrat et interprétation ......................................................................................................................... 324
1. Définitions ......................................................................................................................................... 324
2. Documents contractuels ..................................................................................................................... 329
3. Interprétation ..................................................................................................................................... 329
4. Communications ................................................................................................................................ 331
5. Droit applicable et Langue................................................................................................................. 332
6. Pratiques interdites ............................................................................................................................ 332
B. Objet du contrat ....................................................................................................................................... 337
7. Étendue des prestations ..................................................................................................................... 337
8. Dates de démarrage et d’achèvement ................................................................................................ 338
9. Responsabilités du Constructeur-Exploitant ...................................................................................... 339
10. Responsabilités de l’Organisme contractant.................................................................................. 341
C. Paiement ................................................................................................................................................... 343
11. Montant du Contrat ....................................................................................................................... 343
12. Conditions de paiement ................................................................................................................. 343
13. Garanties ....................................................................................................................................... 343
14. Impôts et taxes............................................................................................................................... 345
D. Propriété intellectuelle ............................................................................................................................. 345
15. Licence et Usage des informations techniques .............................................................................. 345
16. Informations confidentielles .......................................................................................................... 346
E. Montage des installations et exécution des travaux et services ............................................................ 347
17. Représentants ................................................................................................................................ 347
18. Programme des Travaux et Services ............................................................................................. 350
19. Sous-traitance ................................................................................................................................ 351
20. Conception et ingénierie ................................................................................................................ 352
21. Acquisition des Équipements ........................................................................................................ 354
22. Montage, Travaux et Services ....................................................................................................... 356
23. Essais et inspections ...................................................................................................................... 367
24. Achèvement................................................................................................................................... 369
25. Mise en service et réceptions opérationnelle et finale ................................................................... 371
F. Garanties et responsabilités ..................................................................................................................... 375
26. Garantie du Délai d’Achèvement de la Période de Conception-Construction .............................. 375
27. Garantie des Installations .............................................................................................................. 376
28. Garanties opérationnelles .............................................................................................................. 379
29. Obligation d’indemnisation en cas de contrefaçon de brevet ........................................................ 380
30. Limite de responsabilité ................................................................................................................ 381
G. Partage des risques .................................................................................................................................. 382
31. Transfert de propriété .................................................................................................................... 382
32. Entretien et garde des Installations ................................................................................................ 382
33. Pertes ou dommages matériels ; accidents du travail ; indemnisation ........................................... 383
34. Assurances..................................................................................................................................... 385
35. Circonstances imprévisibles .......................................................................................................... 388
36. Modification des législations et réglementations .......................................................................... 389
37. Force majeure ................................................................................................................................ 389
38. Risques de guerre .......................................................................................................................... 391
H. Modification des éléments du contrat .................................................................................................... 393
39. Modification des Installations, des Travaux et des Services ......................................................... 393
40. Prolongation du Délai d’Achèvement de la Période de Conception-Construction ou du Délai
d’Exploitation ............................................................................................................................................. 397
41. Suspension..................................................................................................................................... 398
42. Résiliation ..................................................................................................................................... 400
43. Cession .......................................................................................................................................... 408
44. Restrictions d’exportations ............................................................................................................ 408
I. Réclamations, litiges et arbitraje ............................................................................................................. 408
45. Réclamations du Constructeur-Exploitant ..................................................................................... 408
46. Litiges et Arbitrage........................................................................................................................ 411
Annexe A : Conditions générales applicables à l’Accord Constitutif du Comité de Règlement des
Différends ...................................................................................................................................................... 416
1. Définitions ......................................................................................................................................... 416

8
2. Conditions Générales ......................................................................................................................... 416
3. Garanties ............................................................................................................................................ 417
4. Obligations générales du Membre du Comité ................................................................................... 417
5. Obligations Générales de l’Organisme contractant et du Constructeur-Exploitant ........................... 418
6. Règlement .......................................................................................................................................... 419
7. Résiliation .......................................................................................................................................... 420
8. Manquement du Membre du Comité à ses engagements ................................................................... 420
9. Différends .......................................................................................................................................... 421
Annexe B : Annexe aux Conditions générales de l’Accord constitutif du Comité de Règlement des
Différends (« CRD ») .................................................................................................................................... 422

Section VIII. Conditions Particulières du Contrat ......................................................................................... 424


VIII.1. Conditions Particulières du Contrat............................................................................................... 426
VIII.1.1. Définitions (Clause 1 des CGC) .................................................................................................. 426
VIII.1.2. Droit applicable et Langue (Clause 5 des CGC) .......................................................................... 426
VIII.1.3. Étendue des prestations (pièces de rechange) (Clause 7 des CGC) ............................................. 426
VIII.1.4. Dates de démarrage et d’achèvement (Clause 8 des CGC) ......................................................... 426
VIII.1.5. Responsabilités du Constructeur-Exploitant (Clause 9 des CGC) ............................................... 427
VIII.1.6. Responsabilités de l’Organisme contractant (Clause 10 des CGC) ............................................. 428
VIII.1.7. Montant du Contrat (Clause 11 des CGC) ................................................................................... 428
VIII.1.8. Garanties (Clause 13 des CGC) ................................................................................................... 428
VIII.1.9. Impôts et taxes (Clause 14 des CGC) .......................................................................................... 429
VIII.1.10. Représentants (Clause 17 des CGC) .......................................................................................... 429
VIII.1.11. Montage, Travaux et Services (Clause 22 des CGC)................................................................. 429
VIII.1.12. Achèvement (Clause 24 des CGC) ............................................................................................ 431
VIII.1.13. Mise en service et réception opérationnelle et finale (Clause 25 des CGC) .............................. 431
VIII.1.14. Garantie du Délai d’Achèvement de la Période de Conception-Construction (Clause 26 des
CGC) .......................................................................................................................................................... 431
VIII.1.15. Garantie des Installations (Clause 27 des CGC) ........................................................................ 431
VIII.1.16. Limite de responsabilité (Clause 30 des CGC) .......................................................................... 431
VIII.1.17. Règlement des différends (Clause 46 des CGC)........................................................................ 432

Section IX. Formulaires du Contrat ................................................................................................................ 433


Modèle de Lettre de marché ........................................................................................................................ 435
Modèle d’Acte d’engagement ...................................................................................................................... 436
Annexe 1. Conditions et procédures de paiement ...................................................................................... 440
Paiement pendant la Période de Conception-Construction .................................................................... 440
Rémunération de l’Investissement ..................................................................................................... 440
Avance de démarrage ........................................................................................................................ 440
Demande de Décompte provisoire..................................................................................................... 441
Echéancier des paiements .................................................................................................................. 441
Délivrance des Décomptes provisoires .............................................................................................. 442
Paiement ............................................................................................................................................ 442
Paiement de la retenue de garantie .................................................................................................... 442
Décompte à l’achèvement de la Période de Conception-Construction .............................................. 443
Paiement pendant la Période d’Exploitation .......................................................................................... 444
Rémunération de l’Exploitation ......................................................................................................... 444
Demande de Décompte provisoire..................................................................................................... 447
Délivrance des Décomptes provisoires .............................................................................................. 447
Paiement ............................................................................................................................................ 447
Demande de Décompte final ............................................................................................................. 448
Décharge ............................................................................................................................................ 448
Délivrance du Décompte final ........................................................................................................... 448
Appendice- Exemple de paiement en fonction du degré d’avancement des travaux ............................. 449
Annexe 2. Révision de prix ........................................................................................................................ 450
Formule de révision de prix ................................................................................................................... 450
Conditions applicables aux révisions de prix ......................................................................................... 451
Annexe 3. Assurances obligatoires............................................................................................................. 452
Assurances devant être souscrites par le Constructeur-Exploitant ......................................................... 452
Annexe 4. Calendrier d’exécution .............................................................................................................. 454

9
Chapitre 1. Objet du document .............................................................................................................. 454
Chapitre 2. Chronogramme prévisionnel du Contrat ............................................................................. 454
Chapitre 3. Engagements en matière de délais d’exécution ................................................................... 454
Annexe 5. Liste des composants importants des travaux et services et des sous-traitants ......................... 456
Annexe 6. Étendue des travaux et fournitures de l’Organisme contractant ................................................ 457
Annexe 7. Liste des documents soumis à approbation ou examen ............................................................. 458
Annexe 8. Garanties opérationnelles .......................................................................................................... 459
Chapitre 1. Objet du document .............................................................................................................. 459
Chapitre 2. Consistance des garanties .................................................................................................... 459
Chapitre 3. Garanties de Performances .................................................................................................. 459
Titre 3.1 Garanties sur les délais de conception-construction............................................................ 460
Titre 3.2 Garanties relatives aux dispositifs techniques mis en œuvre .............................................. 460
Titre 3.3 Garanties de capacité technique et de disponibilité des installations .................................. 461
Titre 3.4 Garanties relatives aux démarches qualité, hygiène, sécurité, environnement et impact
sociétal. .............................................................................................................................................. 462
Titre 3.5 Garanties relatives à la communication des documents demandés par l’Organisme
Contractant ........................................................................................................................................ 464
Modèle de garantie de bonne exécution (garantie bancaire) .................................................................... 465
Modèle de garantie de restitution d’avance (garantie bancaire) .............................................................. 466
Modèle de garantie de la retenue de garantie (garantie bancaire) ........................................................... 468

10
PARTIE I. PROCEDURE D’APPEL D’OFFRES EN UNE ETAPE

11
SECTION I. INSTRUCTIONS AUX SOUMISSIONNAIRES « IS »

12
Table des articles

Section I. Instructions aux Soumissionnaires « IS » ......................................................................................... 12


A. Généralités .................................................................................................................................................. 14
1. Objet du Marché .................................................................................................................................. 14
2. Origine des fonds ................................................................................................................................. 14
3. Pratiques Interdites .............................................................................................................................. 15
4. Candidats admis à concourir ................................................................................................................ 19
5. Biens et services éligibles .................................................................................................................... 21
B. Contenu du dossier d’ appel d’ offres....................................................................................................... 21
6. Sections du Dossier d’Appel d’Offres ................................................................................................. 21
7. Éclaircissements apportés au Dossier d’Appel d’Offres, visite du site et réunion préparatoire .......... 22
8. Modifications apportées au Dossier d’Appel d’Offres ........................................................................ 23
C. Préparation des Offres .............................................................................................................................. 23
9. Frais de soumission ............................................................................................................................. 23
10. Langue de l’offre ............................................................................................................................. 23
11. Documents constitutifs de l’offre .................................................................................................... 24
12. Formulaires d’offre et annexes ........................................................................................................ 24
13. Variantes ......................................................................................................................................... 25
14. Documents établissant l’éligibilité et la qualification des soumissionnaires ................................... 25
15. Proposition technique ...................................................................................................................... 25
16. Prix de l’offre et rabais .................................................................................................................... 26
17. Monnaies de l’offre et de règlements .............................................................................................. 27
18. Périodes de validité des offres ......................................................................................................... 27
19. Garantie d’Offre .............................................................................................................................. 27
20. Forme et signature de l’offre ........................................................................................................... 29
D. Dépôt et Ouverture des Offres .................................................................................................................. 29
21. Cachetage et marquage des offres ................................................................................................... 29
22. Date et heure limite de dépôt des offres .......................................................................................... 31
23. Offres hors délai .............................................................................................................................. 31
24. Retrait, substitution et modification des offres ................................................................................ 31
25. Ouverture des offres ........................................................................................................................ 32
E. Évaluation et comparaison des offres – dispositions generales .............................................................. 34
26. Confidentialité ................................................................................................................................. 34
27. Éclaircissements concernant les Offres ........................................................................................... 34
28. Divergences, réserves ou omissions ................................................................................................ 34
29. Détermination de la conformité aux offres ...................................................................................... 35
30. Non-conformité, erreurs et omissions ............................................................................................. 35
31. Correction des erreurs arithmétiques ............................................................................................... 36
32. Conversion en une seule monnaie ................................................................................................... 36
33. Marge de préférence ........................................................................................................................ 36
34. Évaluation des Offres ...................................................................................................................... 36
35. Comparaison des Offres .................................................................................................................. 39
36. Éligibilité et Qualification du soumissionnaire ............................................................................... 39
37. Droit de l’Organisme contractant d’accepter l’une quelconque des offres et de rejeter une ou toutes
les offres ....................................................................................................................................................... 39
F. Attribution du Marché............................................................................................................................... 39
38. Critères d’attribution ....................................................................................................................... 39
39. Notification de l’attribution du Marché ........................................................................................... 40
40. Signature du Contrat........................................................................................................................ 40
41. Garantie de bonne exécution ........................................................................................................... 41
G. Data Room.................................................................................................................................................. 41

13
A. GENERALITES
1. OBJET DU MARCHE 1.1. À l’appui de l’avis d’Appel d’Offres indiqué dans les Données
Particulières de l’Appel d’Offres (ci-après les « DPAO »),
l’Organisme contractant, tel qu’indiqué dans les DPAO, publie le
présent Dossier d’Appel d’Offres en vue de la réalisation des travaux
en mode conception-construction et exploitation spécifiés à la
Section VI, « Cahier des Charges »; le nom et le numéro
d’identification de l’Appel d’Offres International (ci-après l’« AOI »)
figurent dans les DPAO.

1.2. Tout au long du présent Dossier d’Appel d’Offres les définitions et


interprétations sont celles présentées dans le Section VII
« Conditions Générales du Contrat », sauf mention contraire.

2. ORIGINE DES FONDS 2.1. Le Bénéficiaire du mécanisme de dons et décaissements de la Banque


(ci-après le « Bénéficiaire »), dont le nom figure dans les DPAO, a
sollicité ou obtenu un financement d’un montant précisé dans les
DPAO (ci-après les « fonds ») de la Banque Interaméricaine de
Développement (ci-après la « Banque »), en vue de financer le Projet
décrit dans les DPAO et assurer l’exécution du Contrat de
Conception, Construction, Exploitation et Entretien du Centre de
Gestion Intégrée des Déchets Solides de Mouchinette et de la
Station de Transfert de Petite Anse à Cap Haïtien. Le Bénéficiaire
a l’intention d’utiliser une partie des fonds pour effectuer des
paiements autorisés au titre du Marché faisant l’objet du présent
Dossier d’Appel d’Offres.

2.2. La Banque n’effectuera les décaissements qu’à la demande du


Bénéficiaire, après avoir approuvé lesdits paiements, et sujet à la
disponibilité de ressources suffisantes dans le mécanisme de dons de
la Banque, également connu sous le nom de « Facilité non
remboursable de la Banque » conformément à la base des règles
générales et particulières décrites dans l’Accord de Don
No.4605/GR-HA, par Résolution DE-51/18, entre la République
d’Haïti et la Banque, en date du Novembre 13 2018 (ci-après l’ «
Accord de Don »). Ces paiements seront soumis à tous égards aux
clauses et conditions dudit Accord de Don. Aucune partie autre que le
Bénéficiaire ne peut se prévaloir de l’un quelconque des droits
stipulés dans l’ Accord de Don ni prétendre détenir une créance sur
les fonds.

2.3. L’ Accord de Don interdit tout retrait du compte bancaire destiné au


paiement de toute personne physique ou morale, ou de toute
importation de fournitures lorsque, ledit paiement, ou ladite
importation, tombe sous le coup d’une interdiction prononcée par le
Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies, au titre du
Chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

2.4. Au terme de l’Accord de Don, la Banque s’engage à accorder au


Bénéficiaire, et ce dernier accepte, un Don jusqu'à concurrence d’un
montant de trente-trois millions cinq cent trois milles dollars des
États-Unis d’Amérique (33 503 000.- dollars EU), définit comme
étant le « Don » et accepte que les décaissements ne soient jamais

14
inferieurs à la contre-valeur de cent mille dollars des États-Unis
d’Amérique (100 000.- dollars EU) chacun.

3. PRATIQUES 3.1. La Banque exige que tous les Emprunteurs (y compris les
INTERDITES 1 bénéficiaires de dons), les Organismes d’exécution et les Organismes
contractants, ainsi que toutes les entreprises, entités et personnes qui
soumissionnent pour ou participent à une activité financée par la
Banque, y compris, entre autres, les demandeurs, les
soumissionnaires, les fournisseurs, les entrepreneurs, les consultants,
le personnel, les sous-traitants, les sous-consultants, les prestataires
de services et les concessionnaires (y compris leurs dirigeants,
employés et représentants respectifs, qu’ils soient expressément ou
implicitement leurs représentants) respectent les normes d’éthique les
plus élevées, et qu’ils signalent à la Banque tout acte suspect
susceptible de constituer une Pratique Interdite dont ils ont
connaissance ou dont ils se rendent compte durant le processus de
sélection et pendant toute la durée de négociation ou d’exécution
d’un marché. Les Pratiques Interdites comprennent (i) les pratiques
de corruption, (ii) les pratiques frauduleuses, (iii) les pratiques
coercitives, (iv) les pratiques de collusion, (v) les pratiques
d’obstruction, et (vi) les détournements. La Banque a mis en place
des mécanismes de signalement des allégations de Pratiques
interdites. Toute allégation devra être soumise au Bureau d’Intégrité
Institutionnelle (« BII ») de la Banque pour faire l’objet d’une
enquête appropriée. La Banque a également adopté des procédures de
sanctions pour statuer sur de tels cas. La Banque a également passé
des accords avec d’autres Institutions Financières Internationales
(« IFI ») prévoyant la reconnaissance mutuelle des sanctions
imposées par leurs organismes d’application des sanctions respectifs.

a) La Banque définit, aux fins d’application de la présente


disposition, les termes suivants :

i. Une « pratique de corruption » consiste à offrir, donner,


recevoir ou solliciter directement ou indirectement quelque
chose de valeur pour influencer indûment les actions d’une
autre partie

ii. Une « pratique de fraude » désigne tout acte ou omission, y


compris une déclaration inexacte, qui sciemment ou
inconsidérément, induit ou tente d’induire en erreur une
partie afin d’obtenir un avantage financier ou autre ou
d’éviter une obligation ;

iii. Une « pratique de coercition » consiste à porter atteinte ou à


nuire, ou à menacer de porter atteinte ou de nuire directement
ou indirectement à toute partie ou à la propriété d’une partie
afin d’influencer indûment les actions d’une partie ;

iv. Une « pratique de collusion » désigne un arrangement entre

1
Des informations sur la manière de signaler la commission présumée de Pratiques Interdites, les règles applicables au
processus d'enquête et de sanction et l'accord qui régit la reconnaissance réciproque des sanctions entre institutions
financières sont disponibles sur le site internet de la Banque (www.iadb.org/integrity).

15
deux parties ou plus afin de parvenir à une fin illégitime, y
compris en influençant indûment les actions d’une autre
partie ; et

v. Une « pratique d’obstruction » consiste à :

(i) détruire, falsifier, modifier ou dissimuler des éléments de


preuve importants pour une enquête du Groupe de la
Banque ou à faire de fausses déclarations aux
enquêteurs, dans le but de faire obstacle à une enquête du
Groupe de la Banque ;

(ii) menacer, harceler ou intimider toute partie afin de


l’empêcher de révéler sa connaissance de questions se
rapportant à l’enquête du Groupe de la Banque ou de
poursuivre l’enquête ; ou

(iii) agir de façon à entraver l’exercice des droits contractuels


d’audit ou d’inspection du Groupe de la Banque en vertu
du paragraphe (f) de l’article 3.1 ci-dessous ou l’accès à
l’information.

vi. Un « détournement de fonds » désigne l’utilisation du


financement ou des ressources du Groupe de la Banque à des
fins inappropriées ou non autorisées, commise soit
intentionnellement, soit par imprudence.

b) Si la Banque détermine qu’à n’importe quel stade de la passation


de marché ou de l’exécution d’un contrat, une entreprise, entité ou
personne soumissionnant pour ou participant à une activité
financée par la Banque, y compris, entre autres, les candidats, les
fournisseurs/soumissionnaires, les fournisseurs, les entrepreneurs,
les consultants, le personnel, les sous-traitants, les sous-
consultants, les prestataires de service, les concessionnaires, les
Emprunteurs (y compris les Bénéficiaires de dons), les
Organismes d’exécution et les Organismes contractants (y compris
leurs dirigeants, employés et représentants respectifs, qu’ils soient
expressément ou implicitement leurs représentants) se sont livrés à
une Pratique Interdite, la Banque peut :

i. ne pas financer une proposition d’attribution d’un marché


pour des travaux, des biens et des services connexes financés
par la Banque;

ii. suspendre le décaissement de l’opération s’il est établi à un


moment quelconque, qu’un employé, un agent ou un
représentant de l’Emprunteur, d’un Organisme d’exécution
ou d’un Organisme contractant s’est livré à une Pratique
Interdite ;

iii. déclarer la passation de marché non conforme et annuler la


fraction du prêt ou du don alloué à un contrat, et/ou en
accélérer le remboursement, lorsqu’il y a des preuves que le
représentant de l’Emprunteur, ou du Bénéficiaire d’un don,
n’a pas pris les mesures correctives nécessaires (y compris,

16
entre autres, l’envoi d’une notification adéquate à la Banque
dès la prise de connaissance de la Pratique Interdite), dans un
délai jugé raisonnable par la Banque ;

iv. émettre à l’encontre de l’entreprise, l’entité ou la personne,


une réprimande sous la forme d’une lettre officielle
désavouant son comportement ;

v. déclarer qu’une entreprise, entité ou personne est exclue,


définitivement ou pour une période déterminée, (i) de
l’attribution ou de la participation à des activités financées
par la Banque ; et (ii) de la nomination 2 comme sous-
consultant, sous-traitant, fournisseur ou prestataire de service
désigné d’une entreprise par ailleurs admissible et à qui un
contrat financé par la Banque a été accordé ;

vi. déférer l’affaire aux autorités chargées de veiller au respect


de la loi ; et/ou

vii. imposer d’autres sanctions qu’elle juge appropriées dans les


circonstances, y compris des amendes correspondant au
remboursement des frais engagés par la Banque pour les
enquêtes et les procédures. De telles sanctions peuvent être
imposées en sus ou au lieu des sanctions mentionnées ci-
dessus.

c) Les dispositions des sous-articles i) et ii) de l’article 3.1. b) des


Instructions aux Soumissionnaires ( « IS ») sont également
applicables lorsque lesdites parties ont été temporairement exclues
de l’attribution d’autres contrats en attendant le résultat final
d’une procédure de sanctions ou autre.

d) Toute action engagée par la Banque en vertu des dispositions


mentionnées ci-dessus sera rendue publique.

e) De plus, toute entreprise, entité ou personne soumissionnaire ou


participant à une activité financée par la Banque, y compris, entre
autres, les candidats, les soumissionnaires, les fournisseurs, les
entrepreneurs, les consultants, le personnel, les sous-traitants, les
sous-consultants, les prestataires de service, les concessionnaires,
les Emprunteurs (y compris les Bénéficiaires de dons), les
Organismes d’exécution ou les Organismes contractants (y
compris leurs dirigeants, employés et représentants respectifs,
qu’ils soient expressément ou implicitement leurs représentants)
peut faire l’objet de sanctions en vertu des accords qui peuvent
exister entre la Banque et d’autres IFI concernant l’exécution
mutuelle de décisions d’exclusion. Aux fins de cet paragraphe, le
terme « sanction » signifie toute exclusion, toute condition sur la
future passation de marchés ou toute action publique entreprise en
réponse à la violation du cadre applicable d’une IFI pour répondre
2
Un sous-consultant, sous-traitant, fournisseur ou prestataire de services désigné est une entité qui a été soit (i) incluse par le
soumissionnaire dans sa demande de préqualification ou son offre car elle apporte une expérience et un savoir-faire
spécifiques et essentiels permettant au soumissionnaire de répondre aux exigences de qualification pour l’offre en question ;
soit (ii) désignée par l’Emprunteur.

17
aux allégations de Pratiques Interdites.

f) La Banque exige qu’une disposition soit incluse dans le Dossier


d’Appel d’Offre et dans les marchés financés avec un Don de la
Banque, requérant que les candidats, soumissionnaires,
fournisseurs et leurs représentants, entrepreneurs, consultants, le
personnel, les sous-traitants, sous-consultants, prestataires de
services et concessionnaires autorisent la Banque à examiner tout
compte, tout dossier et autres documents liés à la soumission des
offres et à l’exécution du Contrat ainsi qu’à les soumettre pour
vérification à des auditeurs désignés par la Banque. Les candidats,
soumissionnaires, fournisseurs et leurs représentants,
entrepreneurs, consultants, le personnel, les sous-traitants, sous-
consultants, prestataires de services et concessionnaires devront
collaborer pleinement avec la Banque dans son enquête. La
Banque exige également que les contrats financés avec un don de
la Banque contiennent une clause dans laquelle tous les candidats,
soumissionnaires, fournisseurs et leurs représentants,
entrepreneurs, consultants, personnels, sous-traitants, sous-
consultants, prestataires de services et concessionnaires
s’engagent à (i) conserver tous les documents et dossiers liés aux
activités financées par la Banque pendant sept (7) ans après
l’achèvement du travail envisagé dans le contrat en question; (ii)
fournir tout document nécessaire à toute enquête menée portant
sur des allégations de Pratiques Interdites et de mettre à la
disposition de la Banque, les employés ou représentants des
candidats, soumissionnaires, fournisseurs et leurs agents
entrepreneurs, consultants, sous-traitants, sous-consultants,
personnel, prestataires de service ou concessionnaires ayant
connaissance des activités financées par la Banque afin qu’ils
puissent répondre aux questions posées par le personnel de la
Banque ou par tout enquêteur, agent, auditeur ou consultant
dûment désigné aux fins de l’enquête. Si le candidat, le
soumissionnaire, le fournisseur et son représentant, l’entrepreneur,
le consultant, le personnel, le sous-traitant, le sous-consultant, le
prestataire de services ou le concessionnaire ne coopère pas et/ou
ne se conforme pas à la demande de la Banque, ou cause de
quelque manière que ce soit une obstruction à l’enquête, la
Banque peut, à sa seule discrétion, prendre des mesures
appropriées contre le candidat, le soumissionnaire, le fournisseur
et son représentant, l’entrepreneur, le consultant, le personnel, le
sous-traitant, le sous-consultant, le prestataire de services ou le
concessionnaire.

g) La Banque exigera, lorsqu’un Emprunteur acquiert des biens, des


travaux ou des services autres que des services de conseil
directement à partir d’un organisme spécialisé, que toutes les
dispositions de l’article 3.1 des IS concernant les sanctions et les
Pratiques Interdites s’appliquent dans leur intégralité aux
candidats, soumissionnaires, fournisseurs et leurs représentants,
entrepreneurs, consultants, personnel, sous-traitants, sous-
consultants, prestataires de services, et concessionnaires (y
compris leurs dirigeants, employés et représentants respectifs,
qu’ils soient expressément ou implicitement leurs représentants),
ou toute autre entité ayant signé des contrats avec ledit organisme

18
spécialisé pour la fourniture de tels biens, travaux ou services
autres que des services de conseil en lien avec les activités
financées par la Banque. La Banque se réserve le droit d’exiger de
l’Emprunteur qu’il invoque des recours tels que la suspension ou
la résiliation. Les organismes spécialisés devront consulter la liste
des entreprises ou personnes suspendues ou exclues tenue par la
Banque. En cas de signature par un organisme spécialisé d’un
contrat ou d’une commande avec une entreprise ou une personne
suspendue ou exclue par la Banque, la Banque ne financera pas les
dépenses y afférentes et prendre d’autres mesures appropriées, le
cas échéant.

3.2. Les soumissionnaires déclarent et garantissent :

a) qu’ils ont pris connaissance et comprennent la définition de la


Banque du concept de « Pratiques Interdites » et des sanctions
qui découlent de la commission d’une Pratique Interdite, des
interdictions de la Banque concernant la fraude et la corruption, et
qu’ils acceptent de respecter les règles applicables aux Pratiques
Interdites et leurs sanctions ;

b) qu’ils ne se sont pas livrés à des Pratiques Interdites, tels que


décrits aux présentes au cours de la période de sélection, de
négociation, d’adjudication ou de réalisation du marché ;

c) qu’ils ne se sont pas livrés à une distorsion ou dissimulation de


faits importants durant la passation du Marché, ou la négociation
ou la réalisation du Marché ;

d) que ni eux-mêmes, leurs mandataires, sous-traitants, sous-


consultants, dirigeants, cadres ou actionnaires principaux n’ont été
exclus des marchés financés par la Banque ou autre IFI avec
laquelle la Banque a conclu un accord pour l’exécution mutuelle
de sanctions, ou fait l’objet d’une condamnation pour un délit lié à
une Pratique Interdite;

e) qu’aucun de leurs mandataires, sous-traitants, sous-consultants,


dirigeants, cadres ou actionnaires principaux n’ont été dirigeant,
cadre ou actionnaire principal d’une autre firme ou entité exclue
des marchés financés par la Banque, ou fait l’objet d’une
condamnation pour un délit lié à une Pratique Interdite;

f) que toutes les commissions, rétributions d’agents, paiements de


facilitation ou accords de partage des recettes en relation avec le
marché financé par la Banque ont été déclarés;

g) qu’ils reconnaissent que la violation de l’une quelconque de ces


déclarations et garanties constitue un motif d’imposition par la
Banque de l’une ou plusieurs des sanctions décrites à l’article 3.1
b) des IS.

4. CANDIDATS ADMIS A 4.1. Les candidats peuvent être des personnes physiques, des entités
CONCOURIR privées, des entités publiques (sous réserve des dispositions de la
Clause 4.6 des IS) ou toute combinaison entre elles avec une volonté
formelle de conclure un accord ou ayant conclu un accord de

19
groupement. En cas de groupement,

a) sauf spécification contraire dans les DPAO, toutes les parties


membres sont solidairement responsables ; et

b) les associés désigneront un mandataire qui aura l’autorité de


représenter tous les membres du groupement ou du consortium
durant la procédure d’Appel d’Offres et, en cas d’attribution du
Marché au groupement ou consortium, durant l’exécution du
Contrat.

4.2. Un soumissionnaire, et toutes les parties constituant le


soumissionnaire doivent avoir la nationalité d’un pays membre de la
Banque. Les ressortissants ou les firmes d’autres pays ne seront pas
admis à participer à des marchés qui seront financés en tout ou en
partie par des donations ou prêts de la Banque. La Section V, « Pays
Éligibles », du présent Dossier d’Appel d’Offres indique la liste des
pays membres de la Banque, ainsi que les critères servant à
déterminer la nationalité d’un soumissionnaire et le pays d’origine de
biens et services. Un soumissionnaire dont la nationalité est celle
d’un pays membre de la Banque ou des fournitures et services à
fournir dans le cadre du Contrat provenant d’un tel pays peuvent être
exclus :

a) si la loi ou la réglementation du pays du Bénéficiaire interdit les


relations commerciales avec ce pays ; ou

b) si, en application d’une décision prise par le Conseil de Sécurité


des Nations Unies au titre du Chapitre VII de la Charte des
Nations Unies, le pays du Bénéficiaire interdit toute importation
de fournitures ou réalisation de travaux ou prestations de services
en provenance du pays de l’entreprise ou tout paiement aux
personnes ou entités dudit pays.

4.3. Un soumissionnaire ne doit pas avoir un conflit d'intérêts. Tout


soumissionnaire qui serait dans une situation de conflit d’intérêts sera
disqualifié. Un soumissionnaire peut être considéré en situation de
conflit d’intérêts vis-à-vis d’une ou de plusieurs autres parties au
processus d’appel d’offres :

a) s’il est associé, ou a été associé dans le passé, avec une firme ou
une entité qui lui est affiliée, qui auraient été engagées par
l’agence contractante pour réaliser de la conception, des
spécifications et des autres documents devant servir à la passation
du Marché ; ou

b) s’il soumet plus d’une offre dans le cadre de ce processus d’appel


d’offres ; toutefois, cette stipulation ne limite pas la présence d’un
même sous-traitant dans plus d’une offre.

4.4. Un soumissionnaire, société-mère, affilié ou forme d’organisation


antérieure constituée par ou disposant d’un même dirigeant principal,
qui a fait l’objet d’une déclaration d’exclusion de la Banque ou par
une autre IFI avec laquelle la Banque aurait passé un accord
concernant l’exécution mutuelle de décisions d’exclusion et qui est

20
sous le coup d’une déclaration d’exclusion en application de la
Clause 3 à la date de l’attribution du marché sera exclu.

4.5. Le soumissionnaire adjudicataire devrait constituer de préférence à


Haïti ou, si cela n’est pas possible, dans son pays d’origine, une
société d’objet spécial ou special purpose vehicle (ci-après « SPV »)
afin de mener à bien le développement du Projet.

4.6. Les entreprises publiques du pays du Bénéficiaire ne peuvent


participer que si (i) elles sont juridiquement et financièrement
autonomes, (ii) elles fonctionnent selon les règles du droit
commercial et (iii) elles ne sont pas sous la tutelle de l’Organisme
contractant ou du Bénéficiaire.

4.7. Les soumissionnaires doivent fournir toutes pièces que l’Organisme


contractant peut raisonnablement demander établissant à la
satisfaction de l’Organisme contractant qu’ils continuent d’être admis
à concourir.

4.8. Dans le cas où une procédure de pré qualification a été menée


préalablement au présent Appel d’Offres, seules les candidats pré
qualifiés sont admis à soumissionner.

5. BIENS ET SERVICES 5.1. Toutes les fournitures et tous les services faisant l’objet du présent
ELIGIBLES Marché et financés par la Banque doivent avoir pour provenance un
pays membre de la Banque en conformité avec la Section V « Pays
Éligibles », sous réserves des dispositions de la Clause 4.2 (a) et/ou
(b).

5.2. Aux fins de l’article 5.1 ci-dessus, le terme « provenance » désigne


l’endroit où les matériaux, le matériel ou les parties le composant ont
été extraits, cultivés, produits ou fabriqués, et d’où les services sont
fournis. Les biens ou matériaux sont produits lorsque, par un procédé
de fabrication, production ou montage de composants important, un
produit commercialement reconnu en résulte, qui est
substantiellement différent de ses composants dans ses
caractéristiques de base ou son objet ou l’usage qui en est fait.

5.3. Les critères pour déterminer l'origine des matériaux, équipements et


services sont indiqués à la Section V « Pays Éligibles ».

B. CONTENU DU DOSSIER D’ APPEL D’ OFFRES


6. SECTIONS DU DOSSIER 6.1. Le Dossier d’Appel d’Offres comprend les Parties I, II et III, qui
D’APPEL D’OFFRES incluent toutes les Sections dont la liste figure ci-après. Il doit être
interprété à la lumière de tout additif éventuellement émis
conformément à l’article 8 des IS.

a) PARTIE I : Procédure d’Appel d’Offres en une étape


i. Section I : Instructions aux Soumissionnaires (« IS »)
ii. Section II : Données Particulières de l’Appel d’Offres
(« DPAO »)
iii. Section III : Critères de Qualification et d’Évaluation
iv. Section IV : Formulaires de Soumission
v. Section V : Pays Éligibles

21
b) PARTIE II : Spécifications des Travaux et Services
i. Section VI : Cahier des Charges

c) PARTIE III : Modèle du Contrat


i. Section VII: Conditions Générales du Contrat (« CGC »)
ii. Section VIII : Conditions Particulières du Contrat (« CPC »)
iii. Section IX : Formulaires du Contrat

6.2. L’avis d’appel d’offres émis par l’Organisme contractant ne fait pas
partie du Dossier d’Appel d’Offres.

6.3. L’Organisme contractant ne peut être tenu responsable de l’intégrité


du Dossier d’Appel d’Offres et de ses additifs, s’ils n’ont pas été
obtenus directement de la source indiquée par l’Organisme
contractant dans l’avis d’appel d’offres.

6.4. Le soumissionnaire doit examiner l’ensemble des instructions,


formulaires, conditions et spécifications figurant dans le Dossier
d’Appel d’Offres. Il lui appartient de fournir tous les renseignements
et documents demandés dans le Dossier d’Appel d’Offres. Toute
carence à cet égard peut entraîner le rejet de son offre.

7. ÉCLAIRCISSEMENTS 7.1. Tout soumissionnaire potentiel désirant des éclaircissements sur les
APPORTES AU DOSSIER documents doit contacter l’Organisme contractant, par écrit, à
D’APPEL D’OFFRES, l’adresse de l’Organisme contractant indiquée dans les DPAO ou
VISITE DU SITE ET soumettre ses requêtes durant la réunion préparatoire prévue selon les
dispositions de l’article 7.4 des IS. L’Organisme contractant répondra
REUNION
par écrit à toute demande d’éclaircissements reçue dix jours avant la
PREPARATOIRE
date limite de dépôt des offres et l’Organisme contractant devra
répondre a tous les éclaircissements reçus au plus tard cinc jours
avant la date limite de dépôt des offres. Il adressera une copie de sa
réponse (indiquant la question posée, mais sans mention de l’auteur)
à tous les candidats éventuels qui auront obtenu le Dossier d’Appel
d’Offres en conformité avec l’article 6.3 des IS. Si cette procédure est
spécifiée dans les DPAO, l’Organisme contractant publiera aussi sans
délai sa réponse sur le site web identifié dans les DPAO. Au cas où
l’Organisme contractant jugerait nécessaire de modifier le Dossier
d’Appel d’Offres suite aux éclaircissements fournis, il le fera
conformément à la procédure stipulée à l’article 8 et à l’article 22.2
des IS.

7.2. Il est conseillé au soumissionnaire de visiter et d’inspecter le site des


Installations, et ses environs et d’obtenir par lui-même, et sous sa
propre responsabilité, tous les renseignements qui peuvent être
nécessaires pour la préparation de l’offre et la signature d’un Contrat
pour l’exécution des Installations et travaux et fourniture des
services. Les coûts liés à la visite du site sont à la charge du
soumissionnaire.

7.3. L’Organisme contractant autorisera le soumissionnaire et ses


employés ou agents à pénétrer dans ses locaux et sur ses terrains aux
fins de ladite visite, mais seulement à la condition expresse que le
soumissionnaire, ses employés et agents dégagent l’Organisme
contractant, ses employés et agents, de toute responsabilité pouvant

22
en résulter et les indemnisent si nécessaire, et qu’ils demeurent
responsables des accidents mortels ou corporels, des pertes ou
dommages matériaux, coûts et frais encourus du fait de cette visite.

7.4. Le représentant que le soumissionnaire aura désigné est invité à


assister à une réunion préparatoire qui se tiendra aux lieu et date
indiqués aux DPAO. L’objet de la réunion est de clarifier tout point
et répondre aux questions qui pourraient être soulevées à ce stade.

7.5. Il est demandé au soumissionnaire, autant que possible, de soumettre


toute question par écrit, de façon qu’elle parvienne à l’Organisme
contractant au moins dix jours avant la réunion préparatoire.

7.6. Le compte-rendu de la réunion, s’il y a lieu, incluant le texte des


questions posées et des réponses données, y compris les réponses
préparées après la réunion, sera transmis sans délai à tous ceux qui
ont acheté le Dossier d’Appel d’Offres conformément à l’article 6.3
des IS. Toute modification des documents d’appel d’offres qui
pourrait s’avérer nécessaire à l’issue de la réunion préparatoire sera
faite par l’Organisme contractant en publiant un additif
conformément aux dispositions de l’article 8 des IS, et non par le
canal du compte-rendu de la réunion préparatoire.

7.7. Le fait qu’un soumissionnaire n’assiste pas à la réunion préparatoire à


l’établissement des offres, ne sera pas un motif de disqualification.

8. MODIFICATIONS 8.1. L’Organisme contractant peut, à tout moment, avant la date limite de
APPORTEES AU dépôt des offres, modifier le Dossier d’Appel d’Offres en publiant un
DOSSIER D’APPEL additif.
D’OFFRES
8.2. Tout additif publié sera considéré comme faisant partie intégrante du
Dossier d’Appel d’Offres et sera communiqué par écrit à tous ceux
qui ont obtenu le Dossier d’Appel d’Offres directement de
l’Organisme contractant conformément à l’article 6.3 des IS.

8.3. Afin de laisser aux soumissionnaires éventuels un délai raisonnable


pour prendre en compte l’additif dans la préparation de leurs offres,
l’Organisme contractant peut, à sa discrétion, reporter la date limite
de dépôt des offres conformément à l’article 22.2 des IS.

C. PREPARATION DES OFFRES


9. FRAIS DE SOUMISSION 9.1. Le soumissionnaire supportera tous les frais afférents à la
préparation et à la présentation de son offre, et l’Organisme
contractant n’est en aucun cas responsable de ces frais ni tenu de les
régler, quels que soient le déroulement et l’issue de la procédure
d’Appel d’Offres.

10. LANGUE DE L’OFFRE 10.1. L’offre, ainsi que toute la correspondance et tous les documents
concernant la soumission, échangés entre le soumissionnaire et
l’Organisme contractant seront rédigés dans la langue indiquée dans
les DPAO. Les documents complémentaires et les imprimés fournis
par le soumissionnaire dans le cadre de la soumission peuvent être
rédigés dans une autre langue à condition d’être accompagnés d’une

23
traduction dans la langue indiquée dans les DPAO des passages en
rapport avec l’offre, auquel cas, aux fins d’interprétation de l’offre,
la traduction fera foi.

11. DOCUMENTS 11.1. L’offre comprendra les documents suivants :


CONSTITUTIFS DE
L’OFFRE a) les Lettres d’Offres : Lettre d’Offre – Générale, Lettre d’Offre -
Proposition Technique, et Lettre d’Offre – Proposition
Financière ;

b) les annexes, y compris le Formulaire des Prix, remplies


conformément aux dispositions des articles 12 et 16 des IS ;

c) la garantie d’offre établie conformément aux dispositions de


l’article 19 des IS ;

d) des variantes, si leur présentation est autorisée, conformément


aux dispositions de l’article 13 des IS ;

e) la confirmation écrite de l’habilitation du signataire de l’offre à


engager le soumissionnaire, conformément aux dispositions de
l’article 20.2 des IS ;

f) Les documents établis conformément à l’article 13.1 des IS


apportant la preuve que les équipements et services proposés par
le soumissionnaire dans son offre ou dans toute offre variante (si
les variantes sont autorisées) satisfont aux critères de provenance
des matériaux, équipements et services ;

g) des pièces attestant, conformément aux dispositions de l’article


14 des IS que le soumissionnaire possède les qualifications
voulues pour exécuter le Contrat si son offre est retenue ;

h) Dans le cas d’une offre présentée par un groupement, l’accord de


groupement ou une lettre d’intention de constituer un
groupement comprenant en annexe le projet d’accord de
groupement, indiquant au minimum les parties des équipements
à réaliser par les partenaires respectifs ;

i) la Proposition Technique (comprenant la proposition pour la


conception) et ses compléments, conformément à l’article 15 des
IS ;

j) La liste des sous-traitants en conformité avec l’article 15.2 des


IS ; et

k) tout autre document stipulé dans les DPAO.

12. FORMULAIRES 12.1. Le soumissionnaire soumettra son offre, y compris la Lettre d’Offre
D’OFFRE ET ANNEXES – Proposition Technique, la Lettre d’Offre – Proposition Financière
et le Formulaire de Prix respectif, en remplissant les formulaires
fournis à la Section IV « Formulaires de Soumission » sans
modification de texte ; les substitutions de formulaires ne sont pas
permises. Toutes les rubriques doivent être remplies de manière à
fournir les renseignements demandés.

24
13. VARIANTES 13.1. Les DPAO indiquent si des offres variantes seront permises. Si elles
le sont, les DPAO indiquent également si elles sont permises au
titre de l’article 13.3 des IS, ou proposées au titre des articles 13.2
et/ou 13.4 des IS.

13.2. Lorsque les travaux peuvent être exécutés dans des délais
d’exécution variables, les DPAO préciseront ces délais, et
indiqueront la méthode retenue pour l’évaluation du délai
d’achèvement proposé par le soumissionnaire à l’intérieur des
délais spécifiés.

13.3. Excepté dans le cas mentionné à l’article 13.4 ci-dessous, les


soumissionnaires qui souhaitent proposer des variantes techniques
aux spécifications de la conception et des travaux doivent tout
d’abord indiquer un prix pour la conception, la réalisation des
travaux et fourniture des services conformes au Dossier d’Appel
d’Offres, et fourniront ensuite toutes les informations nécessaires
pour une évaluation complète par l’Organisme contractant de la
proposition variante, y compris les plans, les notes de calcul, les
spécifications techniques, la ventilation des prix, les méthodes de
construction envisagées, et autres détails pertinents. Seules les
variantes techniques, le cas échéant, du soumissionnaire évalué le
moins disant conformément aux conditions techniques de base,
seront prises en considération par l’Organisme contractant.

13.4. Quand les DPAO offrent aux soumissionnaires la possibilité de


présenter des solutions techniques variantes pour des parties
définies des travaux, celles-ci seront décrites dans la Section VI «
Cahier des Charges». Les variantes techniques qui satisferont aux
performances et critères techniques précisés pour les travaux seront
prises en considération par l’Organisme contractant en fonction de
leurs qualités intrinsèques, conformément à l’article 34 des IS.

14. DOCUMENTS 14.1. Afin d’établir que les biens et services, les critères d’origine et des
ETABLISSANT équipements possèdent les qualifications requises pour réaliser le
L’ELIGIBILITE ET LA Marché, conformément à la Section III « Critères de Qualification
QUALIFICATION DES et d’Évaluation », le soumissionnaire devra fournir toutes les
informations requises dans les formulaires de la Section IV
SOUMISSIONNAIRES
« Formulaires de Soumission ».

15. PROPOSITION 15.1. Le soumissionnaire fournira une Proposition Technique


TECHNIQUE (comprenant une proposition de conception), la méthode de travail,
la liste du matériel, la liste du personnel et tous autres documents
mentionnés dans les DPAO et la Section IV « Formulaires de
Soumission », avec tous les détails nécessaires afin de montrer
l’adéquation de sa Proposition à satisfaire les spécifications décrites
à la Section VI « Cahier des Charges ».

15.2. Le soumissionnaire inclura dans son offre le détail de toutes les


composantes importantes des Travaux et Services telles que
définies par l’Organisme contractant à la Section III « Critères de
Qualification et d’Évaluation », qu’il se propose de sous-traiter, et
donnera le détail du nom et de la nationalité des sous-traitants
proposés pour chacun de ces articles. En outre, le soumissionnaire

25
fournira dans son offre, les renseignements montrant la conformité
de ces composantes aux exigences correspondantes de l’Organisme
contractant. Les prix indiqués dans l’offre s’appliqueront, quel que
soit le sous-traitant retenu, et aucun ajustement de prix ne sera
permis.

15.3. Le soumissionnaire aura la responsabilité de s’assurer que tout


sous-traitant proposé satisfait aux exigences de l’article 4 des IS, et
que tout bien ou service fourni par le sous-traitant répond aux
exigences de l’article 5 et de l’article 14.1 des IS.

16. PRIX DE L’OFFRE ET 16.1. Les prix indiqués par les soumissionnaires dans la Lettre d’Offre –
RABAIS Proposition Financière et le Formulaire de Prix seront formulés
comme stipulé ci-après.

16.2. Les soumissionnaires, dans le Formulaire des Prix, devront fournir


un prix pour tous les éléments de conception, construction,
exploitation et entretien des Installations, Travaux et Services. Les
postes, pour lesquels aucun prix n’est fourni par le soumissionnaire,
ne seront pas payés par l’Organisme contractant lorsqu’ils seront
exécutés et seront considérés comme inclus dans les prix d’autres
postes. Dans ce but, le soumissionnaire doit indiquer les prix pour
toutes les activités comme indiqué dans la Section IV
« Formulaires de Soumission ».

16.3. Les prix à indiquer dans la Lettre d’Offre – Proposition Financière


conformément à l’article 12.1 des IS, seront le Paiement de
l'investissement total et le Prix variable d’une tonne de Résidus
Solides Urbains (« RSU ») entrante au Centre de Gestion Intégrée
des Déchets Solides (« CGIDS ») comme définis dans la Section III
« Critères de Qualification y d’Évaluation ». Les détails de prix
exigés des soumissionnaires sont indiqués dans les DPAO. Ces prix,
sous réserves des ajustements effectués en conformité au Contrat
permettront de calculer le « Montant du Contrat ». Néanmoins, ce
Montant du Contrat est un montant référentiel et n'est en aucune
circonstance contraignant, attendu que les paiements effectivement
reçus par le Constructeur-Exploitant seront en partie variables, en
Période d’Exploitation, avec les quantités de RSU entrantes au
CGIDS tel que défini dans l’Annexe 1 de l’Acte d’Engagement «
Conditions et Procédures de Paiement ».

16.4. Le soumissionnaire indiquera tout rabais inconditionnel et la


méthodologie d’application dans la Lettre d’Offre – Proposition
Financière conformément aux dispositions de l’article 12.1 des IS.

16.5. A moins qu’il n’en soit stipulé autrement dans les DPAO et le
Conditions Particulières du Contrat « CPC », les prix indiqués par
le soumissionnaire dans son offre seront forfaitaires durant
l’exécution du Contrat, conformément aux dispositions des
Conditions Générales du Contrat « CGC ».

16.6. L’article 1.1 peut prévoir que l’appel d’offres soit lancé pour un
seul marché (lot) ou pour un groupe de marchés (lots). Les
soumissionnaires désirant offrir une réduction de prix (rabais) en
cas d’attribution de plus d’un marché spécifieront les réductions

26
applicables à chaque groupe de lots ou à chaque marché du groupe
de lots, ainsi la manière dont la réduction s’appliquera.

16.7. Tous les droits, impôts et taxes payables par le Constructeur-


Exploitant au titre du Contrat, ou à tout autre titre, vingt-huit (28)
jours avant la date limite de dépôt des offres seront réputés inclus
dans les prix et dans le montant total de l’offre présentée par le
soumissionnaire.

17. MONNAIES DE 17.1. Les monnaies de l’offre devront être comme indiqué aux DPAO.
L’OFFRE ET DE
REGLEMENTS 17.2. L’Organisme contractant peut demander aux soumissionnaires de
justifier leurs besoins en monnaies nationale et étrangères et les
montants inclus dans les prix unitaires et totaux, et indiqués en
annexe à la soumission ; à cette fin, un état détaillé de ses besoins
en monnaies étrangères sera fourni par le soumissionnaire.

18. PERIODES DE 18.1. Les offres demeureront valables pendant la période stipulée dans les
VALIDITE DES OFFRES DPAO après la date limite de réception des offres fixée par
l’Organisme contractant. Une offre valable pour une période plus
courte sera écartée par l’Organisme contractant comme non
conforme aux dispositions du Dossier d’Appel d’Offres.

18.2. Exceptionnellement, avant l’expiration de la période de validité des


offres, l’Organisme contractant peut demander aux
soumissionnaires de proroger la durée de validité de leurs offres. La
demande et les réponses seront formulées par écrit. S’il est demandé
une Garantie d’Offre en application de l’article 19 des IS, sa
validité sera prolongée pour une durée correspondante. Un
soumissionnaire peut refuser de proroger la validité de son offre
sans perdre sa garantie. Un soumissionnaire qui consent à cette
prorogation ne se verra pas demander de modifier son offre, ni ne
sera autorisé à le faire, sous réserve des dispositions de l’article 18.3
des IS.

18.3. Dans le cas de marché à prix ferme, si l’attribution est retardée de


plus de cinquante-six (56) jours au-delà du délai initial d’expiration
de la validité de l’offre, le prix du Contrat sera actualisé par un
facteur spécifié dans la demande de prorogation. L’évaluation des
offres sera basée sur le prix de l’offre sans prise en considération de
l’actualisation susmentionnée.

19. GARANTIE D’OFFRE 19.1. Le soumissionnaire fournira, en conformité avec les DPAO, sous la
forme d’un document original une garantie de soumission d’un
montant indiqué dans les DPAO, qui fera partie intégrante de son
offre.

19.2. Une Déclaration de Garantie de l’Offre sera rédigée selon le modèle


figurant à la Section IV « Formulaires de Soumission ». Non
applicable.

19.3. Si une garantie de soumission est exigée en application de


l’article 19.1 des IS, elle sera une garantie à première demande sous
l’une des formes ci-après, au choix du soumissionnaire :

27
a) une garantie inconditionnelle émise par une banque ou une
institution financière ;

b) une lettre de crédit irrévocable émise par une


banque ou une institution financière ;

c) un chèque de banque ou un chèque certifié ; ou

d) une autre forme de garantie, expressément autorisé par écrit par


la Banque.

le tout émis par une source connue établie dans un pays satisfaisant
aux critères d’origine. Si la garantie inconditionnelle est émise par
une institution financière située en dehors du pays de l’Organisme
contractant, l’organisme d’émission devra avoir une institution
financière correspondante située dans le pays de l’Organisme
contractant permettant d’appeler la garantie. Dans le cas d’une
garantie bancaire, la garantie sera présentée, soit à l’aide du
formulaire de garantie de soumission figurant à la Section IV
« Formulaires de Soumission », soit sous une forme similaire pour
l’essentiel, ayant fait l’objet de l’approbation de l’Organisme
contractant préalablement à la soumission. Dans les deux cas, le
formulaire doit comporter le nom complet du soumissionnaire. La
garantie de soumission demeurera valide pendant vingt-huit jours
(28) après l’expiration de la période de validité de l’offre, y compris
si la période de validité de l’offre est prorogée en application de
l’article 18.2 des IS.

19.4. Toute offre non accompagnée d’une garantie de soumission


substantiellement conforme, selon l’option retenue en application
de l’article 19.1 des IS, sera écartée par l’Organisme contractant
comme étant non conforme.

19.5. Si une garantie de soumission est exigée en application de l’article


19.1 des IS, les garanties de soumission des soumissionnaires non
retenus leur seront restituées le plus rapidement possible après que
le soumissionnaire retenu aura signé le Contrat et fourni la Garantie
de Bonne Exécution prescrite à l’article 41 des IS.

19.6. La garantie d’offre du soumissionnaire retenu lui sera restituée dans


les meilleurs délais après la signature du Contrat, et contre remise
de la Garantie de Bonne Exécution requise.

19.7. La garantie de soumission peut être saisie:

a) si le soumissionnaire retire son offre pendant le délai de validité


qu’il aura spécifié dans la Lettre d’Offre - Générale ; ou

b) s’agissant du soumissionnaire retenu, si ce dernier :

i. manque à son obligation de signer le Contrat en application


de l’article 40 des IS ; ou

ii. manque à son obligation de fournir la Garantie de Bonne


Exécution en application de l’article 41 des IS.

28
19.8. La garantie de soumission d’un groupement d’entreprises doit être
au nom du groupement qui a soumis l’offre. Si un groupement n’a
pas été formellement constitué lors du dépôt de l’Offre, la Garantie
de soumission devra être au nom de tous les futurs partenaires,
conformément au libellé de la Lettre d’intention mentionnée à
l’article 4.1 des IS.

20. FORME ET SIGNATURE 20.1. Le soumissionnaire préparera un original des documents constitutifs
DE L’OFFRE de l’offre tels que décrits à l’article 11 des IS, en indiquant
clairement la mention « ORIGINAL ». Les Offres variantes
autorisées en application de l’article 13 des IS porteront clairement
la mention « VARIANTE ». Par ailleurs, il soumettra le nombre de
copies de l’offre indiqué dans les DPAO, en mentionnant
clairement sur ces exemplaires « COPIE ». En cas de différences
entre les copies et l’original, l’original fera foi.

20.2. L’original et toutes copies de l’offre seront dactylographiés ou


écrits à l’encre indélébile, ou si l’offre est envoyée par voie
électronique, signée digitalement dans un format PDF qui ne permet
pas sa modification ; ils seront signés par une personne dûment
habilitée à signer au nom du soumissionnaire. Cette habilitation
consistera en une confirmation écrite comme spécifiée dans les
DPAO, qui sera jointe à la soumission. Le nom et le titre de chaque
personne signataire de l’habilitation devront être dactylographiés,
imprimés sous la signature ou signée digitalement, selon le cas.
Toutes les pages de l’offre, à l’exception des publications non
modifiées, seront paraphées par la personne signataire de l’offre.

20.3. L’offre d’un groupement d’entreprises doit se conformer aux


exigences ci-après :

a) sauf indication contraire en application de l’article IS 4.1(a), elle


doit être signée de manière à engager légalement tous les
membres du groupement, et

b) elle doit inclure l’autorisation du mandataire mentionnée à


l’article IS 4.1(b) consistant en un pouvoir établi par les
personnes légalement autorisées à signer pour le compte du
groupement.

20.4. Tout ajout entre les lignes, rature ou surcharge, pour être valable,
devra être signé ou paraphé par la personne signataire de l’offre.

D. DEPOT ET OUVERTURE DES OFFRES


21. CACHETAGE ET 21.1. Les offres peuvent être remises par courrier ou déposées en
MARQUAGE DES personne. Le soumissionnaire pourra, à son choix, remettre son
OFFRES offre par voie électronique. La procédure pour la remise, le
cachetage et le marquage des offres est le suivant :

a) Le soumissionnaire qui remet son offre par courrier ou la


déposant en personne, placera l’original de son offre et chacune
de ses copies, parfaitement lisibles, dans des enveloppes

29
séparées et cachetées avec toute la documentation requise en
conformité avec les DPAO. En plus, le soumissionnaire devra
inclure une copie parfaitement lisible dans un support
électronique (CD-ROM, USB, ou un autre moyen alternatif
approuvé par l’Organisme contractant) qui contient la même
documentation décrite ci-dessus au format PDF, qui ne permet
pas sa modification ; elle pourra être en version compressée. Si
des variantes sont autorisées en application de l’article 13 des IS,
les offres variantes et les copies correspondantes seront
également placées dans des enveloppes séparées. Les enveloppes
devront porter la mention « ORIGINAL », « VARIANTE », «
COPIE DE L’OFFRE », ou « COPIE DE L’OFFRE
VARIANTE ». Toutes ces enveloppes seront elles-mêmes
placées dans une même enveloppe extérieure cachetée. La suite
de la procédure sera comme indiquée aux articles 21.2 et 21.3
des IS.

b) Un soumissionnaire qui remet son offre par voie électronique


devra envoyer son offre par courrier électronique, ou par le
moyen électronique indiqué dans les DPAO, dans un fichier au
format PDF parfaitement lisible qui ne permet pas sa
modification, qui inclut toute la documentation requise en
conformité avec les DPAO en version compressée, si nécessaire.
Si des variantes sont autorisées en application de l’article 13 des
IS, les offres variantes seront également envoyées par courrier
électronique, ou par le moyen électronique indiqué dans les
DPAO, dans un fichier séparé au format PDF qui ne permet pas
sa modification. Chaque fichier au format PDF devra porter la
mention « ORIGINAL » et « VARIANTE ».

c) La Proposition Technique doit être préparée en conformité avec


les IS, les DPAO, les Formulaires de soumission, et tout autre
section pertinente du présent Dossier d’Appel d’Offres
« DAO », et inclure tous les documents dont la liste figure dans
les DPAO. La Proposition Technique ne doit comporter aucune
information financière. Si une Proposition Technique comporte
des informations financières de quelque nature que ce soit, elle
sera déclarée « Non conforme ».

d) L’original et les copies de la Proposition Technique doivent être


placées dans une enveloppe cachetée (ou un fichier électronique
protegé par un mot de passe) portant clairement la mention
« PROPOSITION TECHNIQUE ».

e) De même, l’original et les copies de la Proposition Financière


seront placées dans une enveloppe cachetée (ou un fichier
électronique protegé par un mot de passe différent de celui de la
Proposition Technique) portant clairement la mention
« PROPOSITION FINANCIERE ».

f) Ces deux enveloppes cachetées (ou fichiers électroniques

30
protegés par mot de passe) contenant la Proposition Technique
et la Proposition Financière seront elles-mêmes placées dans une
enveloppe extérieure cachetée (ou un fichier électronique
extérieur). Chacune des enveloppes, extérieure et intérieure,
doivent porter les données spécifiées dans l’article 21.2 des IS.
g) L’enveloppe (ou le fichier électronique) extérieure doit inclure la
Lettre d’Offre – Générale, en stricte conformité avec le contenu
décrit dans la section IV « Formulaires de Soumission ».

h) L'offre doit être soumise en stricte conformité avec le contenu


décrit dans les Lettres d’Offre de la section IV « Formulaires de
Soumission ».

21.2. Les enveloppes (ou fichiers électroniques) extérieures et les


intérieures devront :

a) comporter le nom et l’adresse du soumissionnaire ;

b) être adressées à l’Organisme contractant conformément à


l’article 22.1 des IS ;

c) comporter l’identification de l’Appel d’Offres indiqué à


l’article 1.1 des IS ; et

d) comporter la mention de « NE PAS LES OUVRIR AVANT LA


DATE ET L’HEURE FIXEES POUR L’OUVERTURE DES
OFFRES » .

21.3. Si les enveloppes et colis ou remises électroniques ne sont pas


cachetées et marquées comme stipulé, l’Organisme contractant ne
sera nullement responsable si l’offre est égarée ou ouverte
prématurément, et peuvent éventuellement être déclarées comme
« Non conforme »

22. DATE ET HEURE 22.1. Les offres doivent être reçues par l’Organisme contractant à
LIMITE DE DEPOT DES l’adresse ou le moyen électronique indiquée dans les DPAO et au
OFFRES plus tard à la date et à l’heure spécifiées dans lesdites DPAO.

22.2. L’Organisme contractant peut, s’il l’estime nécessaire, reporter la


date limite de dépôt des offres en modifiant le Dossier d’Appel
d’Offres en application de l’article 8 des IS, auquel cas, tous les
droits et obligations de l’Organisme contractant et des
soumissionnaires régis par la date limite antérieure seront régis par
la nouvelle date limite.

23. OFFRES HORS DELAI 23.1. L’Organisme contractant n’examinera aucune offre arrivée après
l’expiration du délai de dépôt des offres, conformément à
l’article 22 des IS. Toute offre reçue par l’Organisme contractant
après la date et l’heure limites de dépôt des offres sera déclarée hors
délai, écartée et renvoyée au soumissionnaire sans avoir été ouverte.

24. RETRAIT, 24.1. Un soumissionnaire peut retirer, remplacer, ou modifier son offre
SUBSTITUTION ET après l’avoir déposée, par voie de notification écrite, dûment signée
MODIFICATION DES par un représentant habilité, assortie d’une copie de l’habilitation en
application de l’article 20.2 des IS (sauf pour ce qui est des

31
OFFRES notifications de retrait). La modification ou l’offre de remplacement
correspondante doit être jointe à la notification écrite. Toutes les
notifications doivent être :

a) préparées et déposées ou envoyées, par courrier ou courrier


électronique, ou par le moyen indiqué par l’Organisme
contractant, en application des articles 20 et 21 des IS (sauf pour
ce qui est des notifications de retrait qui ne nécessitent pas de
copies). Par ailleurs, les enveloppes ou fichiers dans le courrier
électronique, ou par le moyen indiqué par l’Organisme
contractant, doivent indiquer clairement, selon le cas, la mention
« RETRAIT », « OFFRE DE REMPLACEMENT » ou
« MODIFICATION » ; et

b) reçues par l’Organisme contractant avant la date et l’heure limite


de dépôt des offres conformément à l’article 22 des IS.

24.2. Les offres dont les soumissionnaires demandent le retrait en


application de l’article 24.1 des IS leur seront renvoyées sans avoir
être ouvertes.

24.3. Aucune offre ne peut être retirée, remplacée ou modifiée entre la


date et l’heure limites de dépôt des offres et la date d’expiration de
la validité spécifiée par le soumissionnaire sur la Lettre d’Offre -
Générale, ou d’expiration de toute période de prorogation de la
validité.

25. OUVERTURE DES 25.1. L’Organisme contractant procédera à l’ouverture publique des
OFFRES offres, comme indiqué ci-dessous, en présence des représentants
désignés des soumissionnaires qui souhaitent y assister en personne,
ou par voie électronique, à la date, à l’heure et à l’adresse indiquées
dans les DPAO. Les dispositions spécifiques d’ouverture en cas de
remise par moyen électronique selon l’article 21.1 des IS seront
indiquées dans les DPAO.

a) L’Organisme contractant procédera à l’ouverture publique des


offres, en commençant par les enveloppes (ou les fichiers
électroniques) extérieures qui contiennent la Lettre d’Offre –
Générale, et tant la Proposition Technique comme la
Proposition Financière, chacune dans des enveloppes scellées
(ou dans des fichiers électroniques protegés par mot de passe).
Lors de l’ouverture des enveloppes (ou des fichiers
électroniques) extérieures, les informations suivantes seront
lues à haute voix : (i) le nom et le pays du soumissionnaire, ou
en cas de groupement, le nom du groupement, celui du
représentant et les noms et pays de tous les partenaires du
groupement, (ii) l’existence ou non de deux enveloppes
scellées (ou des deux fichiers électroniques protegés par mot
de passe) : avec l’indication claire que l’une est la
« PROPOSITION TECHNIQUE » et l’autre la
« PROPOSITION FINANCIÈRE », conformément aux
dispositions de l’article 21 des IS, (iii) tout modificatif à la
Proposition Technique et/ou Proposition Financière soumis
avant la date et heure limites de remise des propositions,
conformément aux dispositions de l'article 24 des IS, et

32
(iv) tout autre renseignement que l’Organisme contractant peut
juger utile de mentionner ou tel qu’indiqué dans les DPAO.

b) Ensuite, l'enveloppe (ou le fichier électronique) de chaque


soumissionnaire contenant la mention « PROPOSITION
TECHNIQUE » devra être remise à la commission désignée
par l'Organisme contractant qui est responsable de l'évaluation
technique. D'autre part, l'enveloppe (ou le fichier électronique)
portant la mention « PROPOSITION FINANCIÈRE », sera
remise à un Haut-Fonctionnaire de l'Organisme contractant,
qui sera responsable de garder l'enveloppe scellée (ou le
fichier électronique protegé par un mot de passe différent de
celui de la Proposition Technique) contenant la Proposition
Financière, pendant la période d'évaluation de la Proposition
Technique.

25.2. Dans un premier temps, les enveloppes marquées ou fichiers


électroniques indiquant « RETRAIT » seront ouverts et leur
contenu annoncé à haute voix, tandis que l’enveloppe ou fichier(s)
électronique(s) contenant l’offre correspondante sera renvoyé au
soumissionnaire sans avoir été ouvert. Aucun retrait d’offre ne sera
autorisé si la notification correspondante ne contient pas une
habilitation valide du signataire à demander le retrait et n’est pas lue
à haute voix. Ensuite, les enveloppes marquées ou les fichiers
électroniques indiquant « OFFRE DE REMPLACEMENT » seront
ouverts, de conformité avec l’article 25.1. des IS, et annoncés à
haute voix et la nouvelle offre correspondante substituée à la
précédente, qui sera renvoyée sans avoir été ouverte au
soumissionnaire. Aucun remplacement d’offre ne sera autorisé si la
notification correspondante ne contient pas une habilitation valide
du signataire à demander le remplacement et n’est pas lue à haute
voix. Enfin, les enveloppes marquées ou fichiers électroniques
indiquant « MODIFICATION » seront ouverts, de conformité avec
l’article 25.1. des IS, et leur contenu lu à haute voix avec l’offre
correspondante. Aucune modification d’offre ne sera autorisée si la
notification correspondante ne contient pas une habilitation valide
du signataire à demander la modification et n’est pas lue à haute
voix. Seules les offres qui ont été ouvertes et annoncées à haute
voix lors de l’ouverture des offres seront ensuite prises en compte.

25.3. Toutes les autres enveloppes ou fichiers électroniques seront


ouverts l’un après l’autre et le nom du soumissionnaire annoncé à
haute voix, ainsi que la mention éventuelle d’une modification,
l’existence d’une garantie d’offre si elle est exigée, et tout autre
détail que l’Organisme contractant peut juger utile de mentionner,
de conformité avec l’article 25.1. des IS. Aucune offre ne sera
écartée à l’ouverture des offres, exceptées les offres hors délai en
application de l’article 23.1.

25.4. L’Organisme contractant établira un procès-verbal de la séance


d’ouverture des offres, qui comportera au minimum : le nom du
soumissionnaire et s’il y a retrait, remplacement de l’offre ou
modification, et l’existence ou l’absence d’une garantie de
soumission ou d’une Déclaration de garantie.

33
25.5. Il sera demandé aux représentants des soumissionnaires présents de
signer ce procès-verbal. Le fait que la signature d’un
soumissionnaire n’y figure pas n’invalide pas le procès-verbal. Un
exemplaire du procès-verbal sera distribué à tous les
soumissionnaires ayant soumis une offre dans les délais, et ce
procès-verbal sera accessible en ligne quand la remise par voie
électronique est permise.

E. ÉVALUATION ET COMPARAISON DES OFFRES – DISPOSITIONS GENERALES


26. CONFIDENTIALITE 26.1. Aucune information relative à l’examen, à l’évaluation, à la
comparaison des offres, et à la vérification de la qualification des
soumissionnaires, et à la recommandation d’attribution du Marché
ne sera donnée aux soumissionnaires ni à toute autre personne non
concernée par ladite procédure tant que l’attribution du Marché
n’aura pas été notifiée aux soumissionnaires.

26.2. Toute tentative faite par un soumissionnaire pour influencer


l’Organisme contractant lors de l’évaluation des offres ou de la
décision d’attribution du Marché peut entraîner le rejet de son offre.

26.3. Nonobstant les dispositions de l’article 26.2 des IS, entre le moment
où les offres seront ouvertes et celui où le Marché sera attribué, si
un soumissionnaire souhaite entrer en contact avec l’Organisme
contractant pour des motifs ayant trait à son offre, il devra le faire
par écrit.

27. ÉCLAIRCISSEMENTS 27.1. Pour faciliter l’examen, l’évaluation, la comparaison des offres et la
CONCERNANT LES vérification des qualifications des soumissionnaires, l’Organisme
OFFRES contractant pourra demander à un soumissionnaire des
éclaircissements sur son offre. Aucun éclaircissement apporté par
un soumissionnaire autrement qu’en réponse à une demande de
l’Organisme contractant ne sera pris en compte. La demande
d’éclaircissement de l’Organisme contractant, comme la réponse
apportée, seront formulées par écrit. Aucune modification de prix ni
aucun changement substantiel de l’offre ne seront demandés, offerts
ou autorisés, si ce n’est pour confirmer la correction d’erreurs
arithmétiques découvertes par l’Organisme contractant lors de
l’évaluation des offres en application de l’article 31 des IS.

27.2. Si le soumissionnaire ne fournit pas les éclaircissements demandés


avant la date et l’heure limite indiquées dans la demande
d’éclaircissements de l’Organisme contractant, son offre pourra se
voir rejetée.

28. DIVERGENCES, 28.1. Aux fins de l’évaluation des offres, les définitions suivantes seront
RESERVES OU d’usage :
OMISSIONS
a) « divergence » est un écart par rapport aux stipulations du
Dossier d’Appel d’Offres ;

b) « réserve » constitue la formulation d’une conditionnalité


restrictive, ou la non-acceptation de toutes les exigences du

34
Dossier d’Appel d’Offres ; et

c) « omission » constitue un manquement à fournir en tout ou en


partie, les renseignements et documents exigés par le Dossier
d’Appel d’Offres.

29. DETERMINATION DE 29.1. L’Organisme contractant établira la conformité de l’offre sur la base
LA CONFORMITE AUX de sa seule teneur, comme définie à l’article 11 des IS.
OFFRES
29.2. Une offre conforme pour l’essentiel est une offre conforme à toutes
les stipulations, spécifications et conditions du Dossier d’Appel
d’Offres, sans divergence, réserve ou omissions substantielles. Les
divergences ou omission substantielles sont celles qui :

a) si acceptées,
i. limiteraient de manière substantielle la portée, la qualité ou
les performances des travaux spécifiés dans le Contrat ; ou

ii. limiteraient, d’une manière substantielle et non conforme au


Dossier d’Appel d’Offres, les droits de l’Organisme
contractant ou les obligations du soumissionnaire au titre du
Contrat ; ou

b) en cas de rectification, leur acceptation serait préjudiciable aux


autres soumissionnaires ayant présenté des offres conformes
pour l’essentiel.

29.3. L’Organisme contractant examinera notamment les aspects


techniques de l’offre contenus dans la Proposition Technique, pour
s’assurer que toutes les exigences de la Section VI « Cahier des
Charges » ont été satisfaites sans divergence, réserve ou omission
substantielle.

29.4. L’Organisme contractant écartera toute offre qui n’est pas conforme
pour l’essentiel au Dossier d’Appel d’Offres et le soumissionnaire
ne pourra pas par la suite la rendre conforme en apportant des
corrections à la divergence, réserve ou omission substantielle
constatée.

29.5. Conformément à l’article 25.1 des IS, les personnes chargées


d’évaluer les Propositions Techniques n’ont accès aux Propositions
Financières qu’à l’issue de l’évaluation technique.

30. NON-CONFORMITE, 30.1. Si une offre est conforme pour l’essentiel, l’Organisme contractant
ERREURS ET peut tolérer toute non-conformité ou omission qui ne constitue pas
OMISSIONS une divergence, réserve ou omission substantielle par rapport aux
conditions de l’appel d’offres.

30.2. Si une offre est conforme pour l’essentiel, l’Organisme contractant


peut demander au soumissionnaire de présenter, dans un délai
raisonnable, les informations ou la documentation nécessaires pour
remédier à la non-conformité ou aux omissions non essentielles
constatées dans l’offre en rapport avec la documentation demandée.
Pareille omission ne peut, en aucun cas, être liée à un élément
quelconque du prix de l’offre. Le soumissionnaire qui ne ferait pas

35
droit à cette demande peut voir son offre écartée.

30.3. Si une offre est conforme pour l’essentiel, l’Organisme contractant


corrigera les non-conformités ou omissions non essentielles qui
affectent le prix de l’offre, contenu dans la Proposition Financière.
À cet effet, le prix de l’offre sera ajusté, uniquement aux fins de
comparaison, compte tenu de l’élément ou du composant manquant
ou non conforme. L’ajustement sera effectué en utilisant la méthode
indiquée à la Section III « Critères de Qualification et
d’Évaluation ».

31. CORRECTION DES 31.1. Si une offre est conforme pour l’essentiel, l’Organisme contractant
ERREURS rectifiera les erreurs arithmétiques contenus dans les Proposition
ARITHMETIQUES Technique et/ou dans les Propositions Financière, le cas échéant,
sur la base suivante :

a) S’il y a contradiction entre un prix total obtenu en additionnant


les montants figurant dans une colonne de la décomposition d’un
prix et le montant indiqué pour le prix de l’offre, le premier
mentionné fera foi et le prix total sera corrigé ;

b) S’il existe une contradiction entre le prix forfaitaire pour un


élément et le prix forfaitaire total obtenu en ajoutant les prix
forfaitaires partiels, le prix forfaitaire pour l’élément fera foi et
le prix forfaitaire total sera rectifié, à moins que, de l’avis de
l’Organisme contractant, le prix forfaitaire pour l’élément soit
manifestement incorrect, auquel cas le prix forfaitaire total
indiqué prévaudra et le prix forfaitaire pour l’élément sera
rectifié ;

c) Si le total obtenu par addition ou soustraction des sous totaux


n’est pas exact, les sous totaux feront foi et le total sera rectifié ;
et

d) S’il y a contradiction entre le prix indiqué en lettres et en


chiffres, le montant en lettres fera foi, à moins que ce montant
soit lié à une erreur arithmétique, auquel cas le montant en
chiffres prévaudra sous réserve des alinéas (a) et (b) ci-dessus.

31.2. Si le soumissionnaire ayant présenté l’offre combinée évaluée la


mieux-disante, n’accepte pas les corrections apportées, son offre
sera écartée.

32. CONVERSION EN UNE 32.1. Aux fins d’évaluation et de comparaison, l’Organisme contractant
SEULE MONNAIE convertira tous les prix des offres exprimés dans diverses monnaies
en une seule monnaie, en utilisant le cours vendeur fixé par la
source spécifiée dans les DPAO, en vigueur à la date qui y est
également spécifiée.
33. MARGE DE
PREFERENCE 33.1. Aucune marge de préférence ne sera accordée.

34. ÉVALUATION DES 34.1. Pour évaluer une offre, l’Organisme contractant utilisera tous les
OFFRES critères et méthodes définis ci-après. Seules les offres des
soumissionnaires ayant satisfait aux critères d’origine et de
qualification seront évaluées en conformité à l’article 36.1 des IS.

36
L’Organisme contractant évaluera en premier les Propositions
Techniques.

Évaluation Technique :

34.2. Pour évaluer la Proposition Technique de chaque offre, l’Organisme


contractant utilisera les critères et les méthodes énumérés dans le
présent Dossier d’Appel d’Offres et dans la Section III « Critères
de Qualification et d’Évaluation », à l’exclusion de tout autre.

a) Afin de passer de l’évaluation de la Proposition Technique à la


note technique finale, sera considérée la formule suivante :

𝑁𝑁𝑁𝑁𝑗𝑗 = 𝐎𝐎𝐎𝐎𝒋𝒋

i. NTj: Note obtenue par le soumissionnaire j dans l’évaluation


de l’offre Proposition Technique.

ii. OTj: Résultat de l’Evaluation de l’Offre Technique du


soumissionnaire j sur 100 points.

34.3. Les DPAO précisent la manière dans laquelle l’évaluation de la


Proposition Technique doit être effectuée.

34.4. Une fois que l'évaluation de la Proposition Technique est realisée,


l’Organisme contractant communiquera à chaque soumissionnaire
si sa Proposition Technique satisfait ou non aux critères de
qualification et évaluation stipulés dans la Section III « Critères de
Qualification et d’Évaluation » et en fonction de cela, si le
soumissionnaire avance ou non à l´étape suivante du processus
d’évaluation. Si la Proposition Technique ne répond pas à ces
critères, elle sera déclarée « Non conforme » et sera retournée aux
soumissionnaires avec la Proposition Financière fermée.

34.5. Uniquement une fois que la communication décrit dans l’article


34.4 a été effectuée, l’Organisme contractant convoquera aux
soumissionnaires qui ont satisfait aux critères établis pour
l’évaluation de la Proposition Technique, indiquant une date et
heure afin de procéder à l’ouverture publique de la Proposition
Financière.

Ouverture et évaluation de la Proposition Financière :

34.6. Après l’évaluation de la Proposition Technique et de la


détermination des soumissionnaires qui continuent de participer au
processus conformément aux dispositions de l'article 34.4,
l'ouverture publique des Propositions Financières aura lieu en
présence des représentants désignés des soumissionnaires qui
souhaitent y assister en personne, ou par voie électronique, à la
date, à l’heure et à l’adresse indiquées par écrit par l’Organisme
Contractant.

34.7. Pour évaluer la Proposition Financière de chaque offre, émise par le


soumissionaire, l’Organisme contractant utilisera les critères et les
méthodes énumérés dans le présent Dossier d’Appel d’Offres et

37
dans la Section III « Critères de Qualification et d’Évaluation »,
à l’exclusion de tout autre.

34.8. Afin de comparer les valeurs des offres de la Proposition


Financière, les offres des soumissionaires ayant satisfait aux critères
d’origine et de qualification seront classées allant de celle avec la
valeur de l'offre la plus basse à celle avec la valeur de l'offre la plus
élevée, afin de pouvoir attribuer une note d’évaluation de la
Proposition Financière en utilisant la formule suivante:

𝑂𝑂𝑂𝑂𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚
𝑁𝑁𝑁𝑁𝑗𝑗 = × 100
𝑂𝑂𝑂𝑂𝑗𝑗

i. NEj: Note obtenue par le soumissionnaire j dans l’évaluation


de la Proposition Financière.

ii. OEmin: Montant de l’Offre de la Proposition Financière la


plus basse de toutes les offres admises.

iii. OEj: Montant de l’Offre de la Proposition Financière du


soumissionnaire j.

Évaluation technique et financière combinée :

34.9. Une fois que l’Evaluation Technique et Financière sont réalisées et


obtenues les Notes Technique et Financière, celles-ci seront
combinées d’après la méthodologie suivante pour déterminer l’offre
la mieux-disante (ou offre avec la Note Finale la plus élevée).

a) La qualification ou note finale des offres NFj, sera calculée en


vertu du score final de l'offre du soumissionnaire j déterminée
par l'équation suivante :
𝑁𝑁𝑁𝑁𝑗𝑗 = 𝛾𝛾 × 𝑁𝑁𝑁𝑁𝑗𝑗 + (1 − 𝛾𝛾) × 𝑁𝑁𝑁𝑁𝑗𝑗

i. NF j : note /qualification finale obtenue par le soumissionnaire


j.

ii. NE j : note/qualification obtenue par le soumissionnaire j à


partir de son offre Proposition Financière

iii. NTj: note/qualification obtenue par le soumissionnaire j dans


son offre Proposition Technique

iv. γ: pondération de la note de la Proposition Financière dans la


note finale. γ est égal a 20% .

34.10. Si l’offre de la Proposition Financiere de l’offre évaluée la mieux-


disante est fortement déséquilibrée par rapport à l’estimation de
l’Organisme contractant de l’échéancier de paiement des
Installations, Travaux et Services, l’Organisme contractant peut
demander au soumissionnaire de fournir le détail de prix pour tout
élément du Formulaire de Prix, pour prouver que ces prix sont

38
compatibles avec la propositon technique presentée. Après avoir
examiné le détail de prix, l’Organisme contractant peut demander
que le montant de la garantie de bonne exécution soit augmenté,
aux frais de l’attributaire du Contrat, à un niveau suffisant pour
protéger l’Organisme contractant contre toute perte financière au
cas où l’attributaire viendrait à manquer à ses obligations au titre du
Contrat.

35. COMPARAISON DES 35.1. L’Organisme contractant comparera toutes les offres
OFFRES substantiellement conformes pour déterminer l’offre évaluée la
mieux-disante, celle qui a obtenu la meilleure note finale, en
application de l’article 34.9 des IS.

36. ÉLIGIBILITE ET 36.1. L’Organisme contractant s’assurera que le soumissionnaire retenu


QUALIFICATION DU pour avoir soumis l’offre évaluée la mieux-disante et
SOUMISSIONNAIRE substantiellement conforme aux dispositions du Dossier d’Appel
d’Offres, satisfait aux critères d’origine et de qualification stipulés
dans la Section III « Critères de Qualification et d’Évaluation ».

36.2. Cette détermination sera fondée sur l’examen des pièces attestant
les qualifications du soumissionnaire et soumises par lui en
application de l’article 14.1 des IS.

36.3. L’attribution du Marché au soumissionnaire est subordonnée à


l’issue positive de cette détermination. Au cas contraire, l’offre sera
rejetée et l’Organisme contractant procédera à l’examen de la
seconde offre évaluée la mieux-disante afin d’établir de la même
manière si le soumissionnaire est capable d’exécuter le Contrat de
façon satisfaisante.

36.4. Les capacités des sous-traitants proposés dans l’offre, pour être
employés par le soumissionnaire le mieux-disant seront également
évaluées afin de les agréer en conformité avec la Section III
« Critères de Qualification et d’Évaluation ». Leur participation
sera confirmée par une lettre d’intention, si besoin. Si un sous-
traitant n’est pas agréé, l’offre ne sera pas rejetée, mais le
soumissionnaire sera requis de lui substituer un sous-traitant qui
puisse être agréé sans aucun changement du prix de l’offre. Avant
la signature du Contrat, l’annexe correspondante au formulaire de
Contrat sera complétée afin d’y inclure les sous-traitants pour
chaque élément concerné.

37. DROIT DE 37.1. L’Organisme contractant se réserve le droit d’accepter ou d’écarter


L’ORGANISME toute offre, et d’annuler la procédure d’Appel d’Offres et d’écarter
CONTRACTANT toutes les offres à tout moment avant l’attribution du Marché, sans
D’ACCEPTER L’UNE encourir de ce fait une responsabilité quelconque vis-à-vis des
soumissionnaires. En cas d’annulation, les offres soumises et en
QUELCONQUE DES
particulier les garanties de soumission seront renvoyées aux
OFFRES ET DE
soumissionnaires dans les meilleurs délais.
REJETER UNE OU
TOUTES LES OFFRES

F. ATTRIBUTION DU MARCHE
38. CRITERES 38.1. Sous réserve de l’article 37.1, l’Organisme contractant attribuera le

39
D’ATTRIBUTION Marché au soumissionnaire dont l’offre aura été évaluée la mieux-
disante (celle avec la Note finale la plus élevée) et jugée
substantiellement conforme au Dossier d’Appel d’Offres, à
condition que le soumissionnaire soit en outre jugé qualifié pour
exécuter le Contrat de façon satisfaisante.

39. NOTIFICATION DE 39.1. Avant l’expiration du délai de validité des offres, l’Organisme
L’ATTRIBUTION DU contractant notifiera au soumissionnaire adjudicataire, par écrit, que
MARCHE son offre a été retenue. La lettre de notification (ci-après « Lettre
d’Acceptation ») indiquera le Montant de référence du contrat et le
mécanisme de paiement par l’Organisme contractant au
Constructeur-Exploitant en contrepartie de l’exécution et de
l’achèvement des Installations, Travaux et Services comme prescrit
dans le Contrat.

39.2. Dans le même temps l’Organisme contractant notifiera également


les résultats de l’Appel d’Offres aux autres soumissionnaires et
publiera dans United Nations Development Business (« UNDB »)
en ligne et sur le site Internet de la Banque, les résultats, en
identifiant l’Appel d’Offres et le numéro des lots, et en fournissant
les informations suivantes : (i) le nom de chaque soumissionnaire
ayant remis une offre, (ii) les montants des offres tels qu’annoncés
lors de l’ouverture des offres, (iii) les noms des soumissionnaires et
le montant évalué de toutes les offres ayant été évaluées, (iv) le nom
des soumissionnaires dont l’offre a été rejetée, et le motif du rejet,
et (v) le nom du soumissionnaire dont l’offre a été retenue, le
montant de son offre, ainsi que la durée et un résumé de l’objet du
Marché attribué.

39.3. Jusqu’à la finalisation et la signature des documents contractuels du


Marché, la Lettre d’Acceptation aura valeur de contrat exécutoire.

39.4. L’Organisme contractant répondra rapidement par écrit à tout


soumissionnaire ayant présenté une offre infructueuse qui, après la
notification des résultats par l’Organisme contractant selon les
dispositions de l’article 39.2 des IS, aura présenté par écrit à
l’Organisme contractant une requête en vue d’obtenir des
informations sur le (ou les) motif(s) pour le(s)quel(s) son offre n’a
pas été retenue.

40. SIGNATURE DU 40.1. Dans les meilleurs délais après la notification, l’Organisme
CONTRAT contractant enverra au soumissionnaire retenu le Formulaire de
Contrat.

40.2. Dans les vingt-huit (28) jours suivant la réception du Formulaire de


Contrat, le soumissionnaire retenu le signera, le datera et le renverra
à l’Organisme contractant.

40.3. Nonobstant les dispositions de l’article 40.2 des IS, si la signature


de l’Acte d’engagement est empêchée par toute restriction
d’exportation imputable à l’Organisme contractant, au pays de
l’Organisme contractant, ou à l’usage des biens ou produits,
systèmes ou services à fournir, lorsque de telles restrictions
d’exportation résultent de l’application de la réglementation du
commerce d’un pays qui fournit ces biens ou produits, systèmes ou

40
services, le soumissionnaire ne sera pas lié par son offre. Cependant
ceci est à la condition expresse que le soumissionnaire soit en
mesure de démontrer, à la satisfaction de l’Organisme contractant et
de la Banque, que la signature de l’Acte d’engagement n’a pas été
empêchée pour une cause imputable au soumissionnaire, pour cause
de retard dans la mise en œuvre de formalités, y compris l’obtention
de tout permis, autorisation(s) et licence(s) nécessaires à
l’exportation des biens ou produits, systèmes ou services dans le
cadre des dispositions de l’Acte d’engagement.

41. GARANTIE DE BONNE 41.1. Dans les vingt-huit (28) jours suivant la réception de la notification
EXECUTION par l’Organisme contractant de l’attribution du Marché, le
soumissionnaire retenu fournira la garantie de bonne exécution,
conformément aux Conditions Générales du Contrat « CGC » et
sous réserves des dispositions de l’article 34.10 des IS, en utilisant
le Formulaire de garantie de bonne exécution figurant à la Section
IX « Formulaires du Contrat » ou tout autre modèle jugé
acceptable par l’Organisme contractant. Si la garantie de bonne
exécution est une caution émise par une compagnie d’assurance ou
un organisme de cautionnement, l’institution émettrice devra être
acceptable à l’Organisme contractant. Si l’institution émettrice de la
garantie de bonne exécution est établie en dehors du pays de
l’Organisme contractant, elle devra avoir une institution financière
correspondante établie dans le pays de l’Organisme contractant.

41.2. Le défaut de fourniture par le soumissionnaire retenu, de la garantie


de bonne exécution susmentionnée ou le fait qu’il ne signe pas le
Formulaire de Contrat, constituera un motif suffisant d’annulation
de l’attribution du Marché et de saisie de la garantie d’offre, auquel
cas l’Organisme contractant pourra attribuer le Marché au
soumissionnaire dont l’offre est jugée substantiellement conforme
au Dossier d’Appel d’Offres et classée la deuxième mieux-disante,
et qui possède les qualifications exigées pour exécuter le Contrat de
façon satisfaisante.

G. DATA ROOM

42. Data Room 42.1. L’Organisme contractant donnera accès aux soumissionnaires à une
Data Room qui comprendra toute la documentation du processus
d'appel d'offres disponible en format digital. La documentation dans
la Data Room sera seulement informative et référentielle et aura
comme seule objet de donner un appui au soumissionnaire pour le
processus de préparation de son offre. Le soumissionnaire est tenu
de vérifier par ses propres moyens l’exactitude des informations
fournies. L'existence de cette Data Room et son accès seront
dûment informés aux soumissionnaires par l'Organisme contractant,
pendant le processus d’appel d’offres. Le soumissionnaire aura
accès à la Data Room conformément aux dispositions indiquées
dans les DPAO.

42.2. Tout matériel, documentation ou information de quelque nature que


ce soit qui est partagé dans la Data Room doit être traité par le
soumissionaire sous la plus stricte confidentialité et ne devra être
divulgué par aucun moyen ou utilisé à des fins autres que celles

41
décrites ci-dessus. L'Organisme contractant n'est en aucun cas
responsable de l'authenticité et de l'intégrité du contenu de la Data
Room.

42
SECTION II. DONNEES PARTICULIERES DE L’APPEL D’OFFRES (« DPAO »)

43
A. INTRODUCTION

IS 1.1 Numéro de l’avis de l’AOI : AOI-CT-GDSNH-001

IS 1.1 Nom de l’Organisme contractant : Ministère de l’Économie et des Finances


(MEF).
L’Unité Technique d’Exécution (UTE) du Ministère de l’Économie et des
Finances (MEF), assurera la gestion du marché.

IS 1.1 Nom et Numéro d’identification de l’AOI : Sélection d’un Constructeur-


Exploitant pour la conception, la construction, l’exploitation et l’entretien du
Centre de Gestion Intégrée des Déchets Solides de Mouchinette et de la
Station de Transfert de Petite Anse au Cap-Haïtien (AOI-CT-GDSNH-001).

IS 2.1 Nom du Bénéficiaire : Le Bénéficiaire du don est la République d’Haïti.


Nom du programme : Gestion des Déchets Solides dans le Nord d’Haïti
Financement non remboursable 4605/GR-HA

IS 4.1 Les personnes physiques ou les sociétés organisées en groupement sont


solidairement responsables.

B. CONTENU DU DOSSIER D’APPEL D’OFFRES

IS 7.1 Afin d’obtenir des clarifications uniquement, l’adresse de l’Organisme


contractant est la suivante :
Ministère de l’Économie et des Finances
À l’attention du Directeur Exécutif de l’Unité Technique
d’Exécution
26, rue 3 – Pacot
Port-au-Prince HT6113
HAÏTI
Courriel : passation.marches@ute.gouv.ht
Numéros de téléphone : (509) 29 41 02 90 / 28 13 02 90

IS 7.2 Le terme « Site » désigne tant celui de Petite Anse au Cap-Haïtien pour
l’Installation correspondant à la Station de Transfert, comme celui de
Mouchinette pour l’Installation correspondant au CGIDS.
Les Installations comprennent la Station de Transfert de déchets de Petite Anse au
Cap Haïtien (la « ST ») et le Centre de Gestion Intégrée des Déchets Solides ( le
« CGIDS ») situé au site de Mouchinette, composé d’une Unité de Tri
Compostage (l’« UTC »), d’un Centre d’Enfouissement Technique, (le « CET »)
et d’une Station de traitement des lixiviats et de l’ensemble des installations
connexes nécessaires au fonctionnement du CGIDS.
Il est demandé au soumissionnaire de visiter et d’inspecter le site des travaux et
ses environs et d’obtenir par lui-même, et sous sa propre responsabilité́ , tous les
renseignements qui peuvent être nécessaires pour la préparation de l’offre et la
signature d’un Contrat pour la conception, construction, exploitation et entretien

44
du Centre de Gestion Intégrée des Déchets Solides et de la Station de Transfert.
Les coûts liés à la visite du site sont à la charge du soumissionnaire.

IS 7.4 Une réunion préparatoire aura lieu, tant en ligne, comme présentielle, pour les
soumissionnaires désireux d’y participer, qui aura lieu le même jour que la visite
du Site.

Date de la visite : 24 juin 2021


Heure : 10h 00 A.M.
Lieu de rencontre : Mairie de Limonade
Il est conseillé au Soumissionnaire de visiter et d’inspecter le site des
travaux et ses environs et d’obtenir par lui-même, et sous sa propre
responsabilité, tous les renseignements qui peuvent être nécessaires pour la
préparation de l’offre et la signature d’un contrat pour l’exécution des
Travaux. Les coûts liés à la visite du site sont à la charge du
Soumissionnaire.
Le délai de réception des demandes d’éclaircissements, exprimé en nombre
de jours ouvrables avant la date limite de dépôt des offres est de quatorze
(14) jours.

C. PREPARATION DES OFFRES

IS 10.1 La langue de l’offre est : français

IS 11.1 (k) Le soumissionnaire devra joindre à son offre les autres documents suivants :
k.1 Pour les entreprises haïtiennes :
˗ k.1.1 Copie notariée du document de la constitution de l’entreprise et de
ses modifications ;
˗ k.1.2 Copie notariée de la patente ;
˗ k.1.3 Identification fiscale ;
˗ k.1.4 Certificat émis par l’autorité compétente établissant que les
paiements au Fisc haïtien sont à jour (Quitus Fiscal) ;
˗ k.1.5 Pouvoir général notarié du représentant de l’entreprise autorisé pour
la signature de l’Offre, ou certification notariée des pouvoirs de
représentation du signataire ;
˗ k.1.6 Certification de signature notariée du représentant autorisé.
k.2 Pour les entreprises étrangères :
˗ k.2.1 Copie notariée par un notaire du pays d’origine du document de
constitution de l’entreprise et de ses modifications ;
˗ k.2.2 Copie notariée par un notaire du pays d’origine du matricule au
Registre du Commerce dans le pays d’origine du soumissionnaire ;
˗ k.2.3 Pouvoir général notarié par un notaire du pays d’origine du
représentant de l’entreprise autorisé pour la signature de l’Offre, ou
certification notariée des pouvoirs de représentation du signataire ;
˗ k.2.4 Certification notariée de signature du représentant autorisé notariée
par un notaire dans le pays d’origine.

45
Si l'offre d'une entreprise ou d'un groupe d'entreprises étrangères est
acceptée, elles doivent présenter, avant la signature du contrat, tous les
documents indiqués ci-dessus en français ou accompagnés d’une traduction
certifiée en langue française par un traducteur assermenté du pays d’origine.
Il n’est pas exigé des entreprises étrangères, seules ou en association, qu’elles
soumettent, au moment du dépôt des offres, leur identification fiscale en
Haïti. Il n’est pas non plus exigé, au moment du dépôt des offres, que celles
ayant travaillé pour le compte de l’État haïtien présentent un certificat émis
par l’autorité compétente établissant que les paiements au Fisc haïtien sont à
jour (Quitus Fiscal). Cependant, les documents susmentionnés devront être
présentés par le soumissionnaire dont l’offre aura été acceptée, avant la
signature du contrat.

IS 13.1 Les variantes ne seront pas permises mais les propositions qui améliorent le Projet
à la marge sans altérer sa substance dans le sens qu’elles répondent aux exigences
des Spécifications techniques peuvent être autorisées par l’Organisme contractant.

IS 13.2 Aucun avantage ne sera accordé en cas de délai plus court.

IS 15.1 Les autres documents composants la Proposition technique sont détaillés à la


Section IV « Formulaires de Soumission ».

IS 16.3 Le Soumissionnaire fournira les détails de son (ses) prix en remplissant le


Formulaire de Prix et ses annexes à la Section IV « Formulaires de
Soumission ».

IS 16.4 Aucun rabais ne sera appliqué.

IS 16.5 Les prix proposés par le soumissionnaire seront révisables durant l’exécution du
Contrat en accord avec l’Annexe 2 de l’Acte d’Engagement (Révision de prix).

IS 17.1 La monnaie de l’offre et celle de règlement seront le dollar des États-Unis


d’Amérique (« dollars EU »).

IS 18.1 La période de validité de l’offre sera de quatre-vingt-dix (90) jours.

IS 19.1 Le Soumissionnaire doit fournir une Garantie de Soumission de l’Offre


équivalente à 200 000.- dollars EU, conformément aux dispositions des IS.

Autre forme de garantie acceptable : La Banque peut, à la demande écrite du


IS 19.3 d) soumissionnaire, autoriser ou non une autre forme de garantie de soumission, à
condition qu'elle soit similaire à celles que sont stipulées dans les DPAO ;

IS 20.1 Outre l’original de l’offre, le nombre de copies demandé est de : trois (3). Ces
trois copies consisteront en deux (2) copies dures et une (1) copie sur un support
électronique (CD-ROM, USB, ou un autre moyen alternatif approuvé par
l’Organisme contractant).
Pour les offres qui sont remises par voie électronique, justement une copie
électronique sera demandée, en respectant la séparation des fichiers
conformément aux IS.

IS 20.2 La confirmation écrite de l’habilitation du signataire à engager le soumissionnaire


consistera en une attestation de procuration (ou pouvoir) notariée du conseil

46
d’Administration de l’Entreprise.

D. DEPOT ET OUVERTURE DES OFFRES


Le soumissionnaire doit remettre en même temps la Proposition Technique et la
Proposition Financière.

En cas de remise électronique, le soumissionnaire doit remettre en même temps :

a) la Proposition Technique en : un document électronique protégé par


un mot de passe ;

b) la Proposition Financière en : un document électronique protégé par


un mot de passe ;

NB : les deux(2) mots de passe doivent être différents

a) Le mot de passe de la Proposition technique sera communiqué à la


date et à l’heure de dépôt des propositions par le moyen indiqué par
l’Organisme contractant ;
IS 21.1
b) Par contre, le mot de passe de la Proposition Financière sera
communiqué par écrit, par le moyen indiqué par l’Organisme
contractant, à la date d’ouverture publique de la Proposition
Financière, une fois que l'Organisme contractant a notifié aux
soumissionnaire que leur Proposition Technique satisfait aux critères
de qualification et d'évaluation correspondants à la Proposition
Technique.

Il est de la seule responsabilité des soumissionnaires de communiquer les mots de


passe pour les documents eléctroniques qui contiennent la Proposition Technique
et la Proposition Financière en temps et de la manière indiqués ci-dessus.

Si le soumissionnaire ne communique pas les mots de passe en temps opportun,


l’Organisme contractant ne sera pas responsable si son offre est déclarée « Non
conforme ».

Aux fins de dépôt des offres en personne ou par courrier, uniquement,


l’adresse de l’Organisme contractant est la suivante :
Ministère de l’Économie et des Finances
À l’attention du Directeur Exécutif de l’Unité Technique
d’Exécution
26, rue 3 – Pacot
IS 22.1
Port-au-Prince HT6113
HAÏTI

La date et heure limites de dépôt des offres sont les suivantes :


Date : Le jeudi 19 aout 2021
Heure : 11.00 A.M

IS 22.1 En cas d’envoi des offres par voie électronique uniquement, le Soumissionnaire

47
utilisera le lien suivant : ute-gouv-ht.bonfirehub.com
Cet lien donnera accès à la plateforme électronique de l’UTE/MEF pour que le
Soumissionnaire puisse créer son compte fournisseur.
La date et heure limites d’envoi des offres par voie électronique sont les
suivantes :
Date : Le lundi 16 aout 2021
Heure : 11.00 A.M.
NB : Les candidats doivent déposer leurs propositions en utilisant le lien
électronique indiqué ci-dessus
a) Toute proposition envoyée et non protégée par un mot de passe sera
déclaré « Non-conforme » ;

b) Les candidats enverront les mots de passe pour l’ouverture des


Propositions Techniques à l’heure limite de dépô .

c) Les mots de passe pour les Propositions financières seront envoyés à


la date d’ouverture de ces dernières, qui sera communiquée aux
soumissionnaires avec l’anticipation correspondante.

IS 25.1 L’ouverture des offres en ligne est permise. L’Organisme contractant


communiquera aux Soumissionnaires qui le souhaitent, le moyen ou le lien
électronique pour la transmission de l’ouverture des offres en ligne.
L’ouverture des offres aura lieu à l’adresse, à la date et à l’heure suivantes :
Ministère de l’Économie et des Finances
À l’attention du Directeur Exécutif de l’Unité Technique
d’Exécution
26, rue 3 – Pacot
Port-au-Prince HT6113

HAÏTI
Date : Le jeudi 19 aout 2021
Heure : 11.30 A.M.

L’ Organisme contractant sera responsable de réaliser la procédure d'ouverture


des offres reçues par voie électronique, par des moyens technologiques qui, à sa
discrétion, garantissent la probité et la transparence de la procédure.

E. ÉVALUATION ET COMPARAISON DES OFFRES – DISPOSITIONS GENERALES

IS 32.1 Non applicable.


L’évaluation de la Proposition Technique doit être effectuée avec un score et des
IS 34.3 facteurs de pondération, conformément à la méthodologie spécifiée dans la
Section III « Critères de Qualification et d’Évaluation ».

48
G. DATA ROOM
IS. 42.1 Le soumissionnaire devra solliciter accès à la Data Room en utilisant le lien :
https://bonfire.com

Le soumissionnaire, à travers son représentant, devra indiquer dans sa sollicitude


une liste de trois (3) personnes qui auront accès à la documentation de la Data
Room. La liste de ces trois (3) personnes devra comprendre leur nom complet et
leur adresse électronique. Toute modification des personnes ayant accès à la Data
Room, doit être dûment informée auprès de l'Organisme contractant, par le même
moyen ci-dessus.

Pour résoudre tout doute concernant la Data Room, le soumissionnaire doit


contacter l'Organisme Contractant à la même adresse électronique indiquée ci-
dessus, au plus tard 10 (dix) jours avant la date limite de dépôt des offres.

49
SECTION III. CRITERES DE QUALIFICATION ET D’EVALUATION

La présente section contient tous les facteurs, méthodes et critères que l’Organisme contractant
utilisera pour évaluer les offres et s’assurer qu’un soumissionnaire possède les qualifications requises.
Aucun autre facteur, méthode ou critère ne sera utilisé, conformément aux articles 34 et 36 des IS. Le
soumissionnaire fournira tous les renseignements demandés dans les formulaires joints à la Section IV
« Formulaires de Soumission ».

Contenu

1. Qualification

2. Évaluation

50
III.1. QUALIFICATION

Dans le Tableau suivant, sont présentés les critères minimaux de qualification des Offres.

Critères de Qualification Spécifications de conformité Documentation

Groupement d’entreprises (« GE »)
Entité Spécifications de
Nº Objet Spécification
unique Toutes Parties Une Partie au soumission
Chaque Partie
Combinées moins

1.1 Critères de provenance

Doit GE existant ou Formulaires ELI 1.1


Doit satisfaire à
1.1.1 Nationalité Conforme à l’article 4.2 des IS. satisfaire à la prévu doit satisfaire Sans objet et 1.2 avec pièces
la spécification
spécification à spécification jointes

Doit GE existant ou
Conflit Pas de conflit d’intérêts selon l’ Doit satisfaire à Lettre d’Offre -
1.1.2 satisfaire à la prévu doit satisfaire Sans objet
d’intérêts article 4.3 IS. la spécification Générale
spécification à spécification

Ne pas avoir été exclu par la Doit GE existant doit


Exclusion par Doit satisfaire à Lettre d’Offre -
1.1.3 Banque, tel que décrit dans satisfaire à la satisfaire à Sans objet
la Banque la spécification Générale
l’article 4.4 des IS. spécification spécification

Formulaires ELI 1.1


Doit
Entreprise Le candidat doit satisfaire aux Doit satisfaire à la Doit satisfaire à et 1.2, avec pièces
1.1.4 satisfaire à la Sans objet
publique conditions des IS 4.6. spécification la spécification jointes et Lettre
spécification
d’Offre - Générale

Exclusion au Ne pas être exclu en application


titre d’une de loi ou règlement du pays du
résolution Bénéficiaire ou d’une décision
Doit
des Nations de mise en œuvre d’une Doit satisfaire à la Doit satisfaire à Lettre d’Offre -
1.1.5 satisfaire à la Sans objet
Unies ou de résolution du Conseil de spécification la spécification Générale
spécification
la législation Sécurité des Nations Unies en
du pays du conformité avec l’article 4.2
Bénéficiaire des IS

1.2 Antécédents de non-exécution de marché

Pas de non-exécution d’un


marché au cours des quatre (4)
dernières années qui précèdent
la date limite de dépôt de la
candidature, confirmé par tous Doit
les renseignements relatifs aux satisfaire à la Doit satisfaire à
Antécédents litiges ou aux procès spécification la spécification
de non- complètement réglés. Un litige seule ou au seul ou au titre
1.2.1 Sans objet Sans objet Formulaire ANT-2
exécution de ou un procès complètement titre de partie de partie à un
marché réglé est un litige ou un procès à un GE GE passé ou
qui a été résolu conformément passé ou existant
au mécanisme de règlement des existant.
litiges du marché correspondant
et pour lequel tous les recours à
la disposition du candidat ont
été épuisés

Doit
Tous les litiges en instance ne satisfaire à la
spécification Doit satisfaire à
doivent pas représenter un total
seul ou à titre la spécification
de plus de trente pour cent 30%
Litiges en de partie seul ou à titre
1.2.2 de la valeur nette du patrimoine Sans objet Sans objet Formulaire ANT - 2
instance d’un GE de partie d’un
du candidat ; ils seront
passé ou GE passé ou
considérés comme tranchés à
existant existant
l’encontre du candidat.

51
Critères de Qualification Spécifications de conformité Documentation

Groupement d’entreprises (« GE »)
Entité Spécifications de
Nº Objet Spécification
unique Toutes Parties Une Partie au soumission
Chaque Partie
Combinées moins

1.3 Situation financière

Soumission de bilans vérifiés


ou, si cela n’est pas requis par
la réglementation du pays du
candidat, autres états financiers
Doit
Situation acceptables par l’Organisme Doit satisfaire à Formulaire FIN-1.1
1.3.1 satisfaire à la Sans objet Sans objet
financière contractant pour les trois (3) la spécification avec pièces jointes
spécification
dernières années démontrant la
solidité actuelle de la position
financière du candidat et sa
profitabilité à long terme

Avoir un minimum de chiffres


d’affaires annuel moyen de
travaux de 10 (dix) Millions de Doit satisfaire à
Chiffre
dollars des États-Unis Doit satisfaire à cinquante-
d’affaires Doit
d’Amérique qui correspond au Doit satisfaire à la trente-cinq pour Formulaire FIN –
1.3.2 annuel satisfaire à la cinq pour cent
total des paiements spécification cent (35%) de 1.2
moyen de spécification (55%) de la
ordonnancés reçus pour les la spécification
travaux spécification
marchés en cours ou achevés au
cours des cinq (5) dernières
années

Accès à des financements tels


que des avoirs liquides, lignes
de crédit, autres que l’avance
de démarrage éventuelle, à
hauteur de : Doit satisfaire à
Doit satisfaire à
(i) besoins en financement du Doit cinquante- cinq
Capacité de Doit satisfaire à la trente-cinq pour
1.3.3 marché : 5 (cinq) Millions satisfaire à la pour cent Formulaires FIN 1.3
financement spécification cent (35%) de
de dollars des États-Unis spécification (55%) de la
la spécification
d’Amérique, et spécification
(ii) besoins en financement
pour ce marché et les
autres engagements en
cours du soumissionnaire.

1.4 Expérience

Expérience de marchés dans le


rôle de concepteur/réalisateur
pendant les 5 (cinq) dernières
années qui précèdent la date
limite de dépôt des offres. Les
soumissionnaires présenteront
une référence pour la
conception et réalisation,
assortie d'attestations de bonne
Expérience exécution et indiquant le Doit Formulaires :
montant, la date et le lieu Doit satisfaire à
générale de satisfaire à la Doit satisfaire à la
1.4.1
conception d'exécution et précisant s'ils ont spécifica- spécification
Sans objet la spécifica- ˗ EXP1.1
/realisation été effectués selon les règles de tion
tion
˗ EXP1.2
l'art et menés régulièrement à
bonne fin, de chacune des
installations suivantes ;
(i) Centre d’ Enfouissement
Technique.
(ii) Station de traitement des
lixiviats.
Les expériences de conception /
construction présentées peuvent

52
Critères de Qualification Spécifications de conformité Documentation

Groupement d’entreprises (« GE »)
Entité Spécifications de
Nº Objet Spécification
unique Toutes Parties Une Partie au soumission
Chaque Partie
Combinées moins
concerner des installations
réalisées sur 2 projets distincts,
ou sur un projet unique

Expérience de marchés dans le


rôle d’exploitant pendant les
cinq dernières années qui
précèdent la date limite de
dépôt des offres. Les
soumissionnaires présenteront
une référence pour
l’exploitation assortie
d'attestations de bonne
exécution et indiquant le
montant, la date et le lieu Doit satisfaire à
d'exécution et précisant s'ils ont Doit Doit satisfaire à la Formulaires :
Expérience la spécifica-
été effectués selon les règles de satisfaire à la spécification pour
1.4.2 similaire d’ Sans objet tion pour toutes ˗ EXP 1.3
l'art et menés régulièrement à spécifica- toutes les
exploitation les ˗ EXP1.4
bonne fin, de chacune des tion caractéristiques
caractéristiques
installations suivantes;
(i) Centre d’Enfouissement
Technique.
(ii) Plateforme de compostage.
Les expériences d’exploitation
présentées peuvent concerner
des installations réalisées sur
plusieurs projets distincts, ou
sur un projet unique.

1.5 Personnel

Le soumissionaire doit établir qu’il a le personnel pour les positions clés suivantes.

Expérience générale Expérience spécifique minimale


No. Poste
minimale (années) (années)

Conception
1 Ingénieur spécialisé dans la conception d’installation 10 ans 3 conceptions similaires sur les 5
de stockage de déchets (Centre d’Enfouissement dernières années
Technique)

1 Ingénieur spécialisé en conception d’installation de 10 ans 3 conceptions similaires sur les 5


traitement de lixiviats dernières années

1 Ingénieur spécialisé en structures pouvant fournir la 7 ans 3 conceptions similaires sur les 5
preuve d’une expérience dans les calculs ou dernières années
l’utilisation des normes parasismiques (prévention des
désastres)
1 Dessinateur DAO (Dessin Assisté par Ordinateur) 7 ans 3 conceptions similaires sur les 5
spécialisé dans la conception d’installations de dernières années
stockage de déchets

1 Ingénieur spécialisé en conception d’installation de tri 7 ans 2 conceptions similaires sur les 5
des déchets et/ou compostage dernières années

1 Expert en planification et réalisation de plan de 5 ans 2 contrats sur les 5 dernières


gestion environnementale et sociale ; hygiène, sécurité années

53
Exécution de travaux

1 Directeur des travaux et services (pouvant justifier 10 ans 2 contrats d’exécution de travaux
d’au moins 2 expériences de Direction de travaux sur sur les 5 dernières années
des projets > 5 millions dollars EU)
1 Conducteur de travaux en terrassement 7 ans 2 contrats sur les 5 dernières
années

1 Conducteur de travaux en VRD 7 ans 2 contrats sur les 5 dernières


années

1 Conducteur de travaux en étanchéité (pose de 7 ans 2 contrats sur les 5 dernières


géosynthétiques) années

Exploitation
1 Directeur des travaux et services (pouvant justifier 10 ans 1 contrat sur les 5 dernières années
d’au moins 1 conduite d’exploitation de CET pendant
une durée minimale de 3 ans et traitant un volume de
déchets supérieur à 20 000 tonnes annuelles)

1 Responsable d’exploitation de Station de Transfert de 5 ans 1 contrat sur les 5 dernières années
déchets

1 Responsable d’exploitation de Station de traitement 5 ans 1 contrat sur les 5 dernières années
des lixiviats

1 Responsable d’exploitation de l’Unité de Tri 5 ans 1 contrat sur les 5 dernières années
Compostage (pouvant justifier d’une expertise en
exploitation de plateforme de compostage)

Le soumissionnaire doit fournir les détails concernant le personnel proposé et son expérience en
utilisant les Formulaires PER - 1 et PER - 2 de la Section IV « Formulaires de Soumission ».

Le soumissionnaire peut présenter des personnes identiques pour plusieurs profils présentés ci-dessus,
mais doit remplir les Formulaires PER-1 et PER-2 pour chaque profil.

Selon l’organisation proposée par le soumissionnaire, un même Responsable d’exploitation peut


assurer cette responsabilité sur une ou plusieurs Installations (Station de Transfert des déchets, Station
de traitement des lixiviats, Unité de Tri Compostage), mais il devra pouvoir justifier de l’expérience
requise pour chacune des Installations.

En Période d’Exploitation, le personnel clé mobilisé pendant les phases de conception et d’exécution
des travaux doit pouvoir être mobilisable en cas de travaux à effectuer sur l’une des Installations du
Site.

1.6 Matériel

Le soumissionnaire doit fournir les détails concernant le matériel proposé en utilisant le Formulaire
MAT de la Section IV « Formulaires de Soumission ».

NON APPLICABLE

1.7 Sous-traitants

Le soumissionnaire doit fournir les détails concernant les sous-traitants pour les composants
importants des travaux et services en utilisant le Formulaire SOUS-TRAITANTS de la Section IV
« Formulaires de Soumission ».

NON APPLICABLE

54
III.2. ÉVALUATION

L’évaluation d’une offre par l’Organisme contractant se fera comme indiquée ci-après :

III.2.1. ÉVALUATION TECHNIQUE

La Proposition Technique sera composée de la Proposition de conception pour les Installations,


Travaux et Services et autres formulaires comme indiqué dans la Section IV « Formulaires de
Soumission ». L’Organisme contractant examinera et évaluera les propositions techniques des
soumissionnaires. A cet effet, les aspects techniques de chaque proposition tels que figurant dans les
renseignements fournis par les soumissionnaires seront examinés et analysés, prenant en compte
l’exhaustivité, la cohérence et le niveau de détail des informations soumises.

Les aspects suivants seront pris en considération :

1. L’adéquation de la proposition de conception aux spécifications des travaux, selon l’article 14


des IS.

2. L’adéquation de la Proposition Technique à la Section VI. « Cahier des Charges », selon


l’article 15 des IS 3.

3. L’adéquation des documents relatifs aux questions environnementales et à l’impact social,


fournis par le soumissionnaire.

4. L’adéquation des documents relatifs aux questions de santé et de sécurité, fournis par le
soumissionnaire.

5. L’adéquation de la Proposition Technique, à discrétion de l’Organisme contractant, au contexte


politique, social économique, démographique, climatique et géographique ou autre, de Haïti et
en particulier de la zone Nord du pays.

Les détails des critères d’analyse de la valeur technique de l’offre et les pondérations associées à
chaque critère sont les suivants :

Valeur technique de l'offre

A La qualité du projet de conception - construction 51%

A1 Dispositifs, solutions techniques et robustesse des procédés pour le CET 9%

A2 Dispositifs, solutions techniques et robustesse des procédés pour la Station de Transfert 4%

A3 Dispositifs, solutions techniques et robustesse des procédés pour la Station de traitement des lixiviats 8%

A4 Dispositifs, solutions techniques et robustesse des procédés pour l’Unité de Tri Compostage 6%

Accès aux Sites, Circulation et implantation globale des Sites ; Cohérence et qualité des bâtiments, génie civil et Voiries et
A5 5%
Réseaux Divers (« VRD »).

3
Dans le cas où il existe plusieurs lots ou sections de travaux, les dispositions ci-dessus peuvent demander des adaptations,
afin de prendre en compte cette situation

55
A6 Chantier, continuité de service, gestion de la co-activité sur site ; Prévention et maîtrise des nuisances et risques 5%

Etudes réalisées en phase de conception (Etude d'impact du rejet des effluents, Plan de commercialisation des produits
A7 3%
valorisables, etc.)

A8 Organisation et moyens humains engagés pour assurer les prestations de conception-construction 6%

A9 Moyens techniques engagés pour assurer les prestations de conception-construction 5%

B La qualité du projet d'exploitation 33%

Description des prestations réalisées sur chaque Installation, en mode de fonctionnement normal et pendant les phases transitoires
B1 7%
et en mode dégradé

B2 Niveau de garanties opérationnelles souscrites ou indicateurs clés de performance souscrits 10%

B3 Pertinence des bilans de fonctionnement 4%

B4 Organisation et moyens humains engagés pour assurer les prestations d'exploitation 6%

B5 Moyens techniques engagés pour assurer les prestations d'exploitation 6%

C Le calendrier de réalisation de l'opération 10%

C1 Détail et cohérence du planning proposé 5%

C2 Durée totale de réalisation des Installations 5%

D Le Plan de Gestion Environnementale et Sociale 6%

D1 Dispositifs et engagements environnementaux, sociétaux, et de qualité, hygiène, sécurité 6%

A continuation, sont précisés chacun des critères du tableau exposé ci-dessus :

A. Quant à la qualité du projet de conception-construction, celle-ci sera évaluée comme suit :

(A1) Dispositifs, solutions techniques et robustesse des procédés pour le Centre


d’Enfouissement Technique des déchets : Pertinence, justification et qualité du
dimensionnement, des solutions techniques et choix des matériaux adoptés pour la réception
des déchets. Pertinence, justification et qualité des procédés retenus. Leur robustesse sera
démontrée vis-à-vis du contexte local (environnement et typologie des déchets à traiter).

(A2) Dispositifs, solutions techniques et robustesse des procédés pour la Station de


Transfert : Pertinence, justification et qualité du dimensionnement, des solutions techniques
et choix des matériaux adoptés pour la réception des déchets, pesée et/ou traçabilité de
l’ensemble des flux, stockage amont des déchets, zone de gestion et conditionnement des
matériaux valorisables, dispositifs de rechargement des déchets, stockage des matériaux
valorisables triés, dispositifs de rechargement des matériaux valorisables triés. Pertinence,
justification et qualité des procédés retenus. Leur robustesse sera démontrée vis-à-vis du
contexte local (environnement et typologie des déchets à traiter).

(A3) Dispositifs, solutions techniques et robustesse des procédés pour la Station de


traitement des lixiviats : Pertinence, justification et qualité du dimensionnement, des
solutions techniques et choix des matériaux adoptés. Pertinence, justification et qualité des
procédés retenus. Adaptation et justification des solutions techniques de traitement et de
gestion des effluents traités au contexte local, notamment pour limiter leur impact sur
l’environnement.

(A4) Dispositifs, solutions techniques et robustesse des procédés pour l’Unité de Tri
Compostage : Pertinence, justification et qualité du dimensionnement, des solutions

56
techniques et choix des matériaux et/ou du structurant pour la réception des déchets, la pesée
et/ou traçabilité de l’ensemble des flux, le stockage du structurant, le pré-traitement des
déchets et tri des matériaux valorisables, la fermentation, l’affinage et la maturation du
compost, le stockage du compost produit, le stockage des différents matériaux valorisables
triés. Pertinence, justification et qualité des procédés retenus. Leur robustesse sera démontrée
vis-à-vis du contexte local.

(A5) Accès aux Sites, Circulation et implantation globale des Sites ; Cohérence et qualité des
bâtiments, génie civil et Voiries et Réseaux Divers (« VRD ») : Pertinence, justification et
qualité du dimensionnement et de l’implantation globale des Installations, des solutions
techniques, du choix des matériaux pour :

a. La sécurisation et la fluidité de la circulation engendrée par les activités du projet sur


les routes d’accès au Site ;
b. Assurer une exploitation optimale des Installations, la fluidité de circulation, la
sécurité des personnes, la maintenabilité des Installations et équipements sur le Site ;
c. Les différents bâtiments et Installations implantés sur les Sites, ainsi que des ouvrages
de génie civil et de VRD, en cohérence avec la qualité du sol, les ouvrages envisagés,
les capacités du Site, ainsi que les conditions locales et environnement du Site.

(A6) Chantier, continuité de service, gestion de la co-activité sur Site ; Prévention et maîtrise
des nuisances et risques :
a. Pertinence, justification et qualité du dimensionnement, des solutions techniques et
choix des matériaux pour la maîtrise et la prévention des nuisances et risques
engendrées par les différentes activités sur les Installations du Site et vis-à-vis du
fonctionnement du Site dans sa globalité.
b. Pertinence et qualité des modalités prévues pour assurer un chantier dans de parfaites
conditions de sécurité des biens et des personnes, pour assurer l’exploitation des
différentes Installations en cours de chantier, pour gérer au mieux la co-activité sur
Site lors des phases d’exploitation et de travaux parallèles. La fluidité de circulation
devra être assurée à la fois pour les engins et moyens techniques nécessaires aux
travaux, ainsi que pour les prestations d’exploitation dont la continuité de service
devra être assurée. La sécurité des personnes est une priorité.

(A7) Etudes réalisées en phase de conception : Qualité et pertinence de la proposition technique


relative aux études à réaliser en phase de conception, notamment les études d’impact
concernant la gestion des effluents de traitement des lixiviats, le plan de commercialisation
des produits valorisables (recyclables, compost), etc.

(A8) Organisation et moyens humains engagés pour assurer les prestations de conception-
construction : Organisation, moyens et procédures pour le pilotage et suivi des prestations
de Travaux et Services pendant la Période de Conception-Construction ; Pertinence,
justification, organisation et qualité des moyens humains engagés, dont ceux des sous-
traitants.

(A9) Moyens techniques engagés pour assurer les prestations de conception-construction :


Pertinence, justification et qualité des moyens techniques prévus pour la réalisation des
prestations de construction, à la fois au sein de chaque Installation, mais également
cohérence de la mutualisation des engins le cas échéant à l’échelle du Site (Station de
Transfert et CGIDS).

B. Quant à la qualité du projet d’exploitation, elle sera évaluée comme suit :

(B1) Description des prestations réalisées sur chaque Installation, en mode de


fonctionnement normal et pendant les phases transitoires et en mode dégradé :

57
a. Pertinence et qualité des prestations d’exploitation des différentes Installations,
notamment au regard des principes de fonctionnement et organisation retenus pour la
gestion des flux entrants et sortants, l’exploitation des processus des différentes
Installations, la gestion des nuisances et gestion de crise.
b. Justification et détail des modalités d’exploitation en phase de montée en régime des
Installations jusqu’à leur fonctionnement nominal, ainsi qu’en phases de marche
dégradée ou situation de crise.

(B2) Niveau des garanties opérationnelles souscrites ou indicateurs clés de performance


souscrits : Justification, niveau d’engagement et pertinence des garanties souscrites
relativement aux dispositifs et solutions techniques mis en œuvre, ainsi que des moyens
techniques et humains mobilisés pour l’exploitation des Installations.

(B3) Pertinence des bilans de fonctionnement : Justification et pertinence des bilans de


fonctionnement des différentes Installations du Site au regard des dispositifs et solutions
techniques mis en œuvre, ainsi que des moyens techniques et humains mobilisés pour
l’exploitation des Installations.

(B4) Organisation et moyens humains engagés pour assurer les prestations d’exploitation :
Qualité de l’organisation et des moyens humains engagés pour assurer les prestations
d’exploitation, organigramme, gestion et évolution des compétences tout au long du contrat.

(B5) Moyens techniques engagés pour assurer les prestations d’exploitation : Pertinence,
justification et qualité des moyens techniques prévus pour la réalisation des prestations
d’exploitation, à la fois au sein de chaque Installation, mais également cohérence de la
mutualisation des engins le cas échéant à l’échelle du Site.

C. Quant au calendrier de réalisation de la mission, il sera évalué comme suit :

(C1) Détail et cohérence du planning proposé : Degré de détail, justification et cohérence du


planning proposé, au vu des échéances de la mission, ainsi que des prestations de conception
et réalisation des Installations projetées.

(C2) Durée totale de réalisation des Installations : Durée découlant du planning global de
réalisation de la mission entre le démarrage de la mission et la mise en service des
Installations pour exploitation.

D. Quant au Plan de Gestion Environnementale et Sociale, il sera évalué comme suit :

(D1) Dispositifs et engagements environnementaux, sociétaux, et de qualité, hygiène, sécurité :


a. Analyse des impacts environnementaux, sociétaux, et de qualité, hygiène, sécurité des
activités sur les différentes Installations ;
b. Description de l’approche proposée pour gérer les impacts Environnementaux,
Sociaux, et de Qualité, Hygiène et Sécurité durant toutes les phases de ce projet et des
dispositifs et solutions techniques proposées de prévention, contrôle et minimisation
de ces impacts ;
c. Niveau de certification ou démarche engageante et qualité des procédures
d’exploitation relatives aux problématiques de qualité, d’hygiène et sécurité, ainsi que
de préservation de l’environnement.

III.2.2. ÉVALUATION PROPOSITION FINANCIERE

La méthodologie d’évaluation de l’Offre, Proposition Financière est expliquée ci-dessous.

58
Le soumissionnaire déclarera son offre de la Proposition Financière en remplissant, dans la Lettre
d’Offre – Proposition Financière, les valeurs suivantes :

i. PI: Paiement de l'investissement total, qui ne sera pas supérieur à 18 000 000.- dollars EU
(dix-huit millions de dollars des États-Unis d’Amérique). Ce montant forfaitaire couvre
les services de conception, construction, travaux, matériels et équipements, installations
et services connexes (mise en marche, formation du personnel et autres) pendant la
Période de Conception-Construction.

ii. TE: Prix variable d’une tonne de Résidus Solides Urbains (« RSU ») entrante au Centre
de Gestion Intégrée des Déchets Solides (« CGIDS »).

Compte tenu des valeurs offertes par le soumissionnaire, le Montant de son Offre, Proposition
Financière sera évaluée selon la formule suivante :
𝑆𝑆𝑆𝑆 𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈
𝑂𝑂𝑂𝑂𝑗𝑗 = 𝑃𝑃𝑃𝑃𝑗𝑗 + 𝑅𝑅𝑅𝑅 + 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑗𝑗 × 𝑄𝑄𝑄𝑄𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈 + 𝜃𝜃 𝑆𝑆𝑆𝑆 × 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑗𝑗 × 𝑄𝑄𝑄𝑄𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈 + 𝜃𝜃 𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈 × 𝑇𝑇𝑇𝑇𝑗𝑗 × 𝑄𝑄𝑄𝑄𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈𝑈

i. 𝑶𝑶𝑶𝑶𝒋𝒋 : Montant de l’Offre de la Proposition Financière du soumissionnaire j.

ii. 𝑷𝑷𝑷𝑷𝒋𝒋 : PI offert par le soumissionnaire j.

iii. 𝑻𝑻𝑻𝑻𝒋𝒋 : TE offert par le soumissionnaire j.

iv. 𝑹𝑹𝑹𝑹 : montant total des paiements fixes mensuels subventionnés pendant la Période
d’Exploitation, qui équivaut à 1 130 400.- dollars EU (un million cent-trente mille
quatre-cents dollars des États-Unis d’Amérique).

v. 𝑸𝑸𝑸𝑸𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼 : Quantité totale maximale de RSU subventionnée entrante au CGIDS, égale à


60 000 (soixante mille) tonnes.

vi. 𝑸𝑸𝑸𝑸𝑺𝑺𝑻𝑻 𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼 : Quantité totale maximale de RSU subventionnée sortante de la ST et


transportée au CGIDS égale à 50 000 (cinquante mille) tonnes.

vii. 𝜽𝜽𝑺𝑺𝑺𝑺 : Facteur additionnel appliqué au prix TE pour chaque tonne de RSU sortante de la
ST et transportée au CGIDS égal à 0.29 (zéro point vingt-neuf).

viii. 𝑸𝑸𝑸𝑸𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼 𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼: Quantité totale maximale de compost subventionnée commercialisée (le cas
échéant donnée à titre gratuit) égale à 4 000 tonnes (quatre mille tonnes).

ix. 𝜽𝜽𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼𝑼 : Facteur additionnel appliqué au prix TE pour chaque tonne de compost
subventionnée commercialisée (le cas échéant donnée à titre gratuit) égal à 6.41 (six
point quarante-et-un).

x. Pour les fins de l’appel d’offres, sera calculé le Montant de l’Offre de la Proposition
Financière de chaque soumissionaire à partir des quantités référentielles de RSU
fournies ci-dessus (QTUTE , QT ST UTE , QT UTC UTE ). Le Montant de l’Offre de la
Proposition Financière du Soumissionnaire sélectionné sera utilisé comme Montant du
Contrat, néanmoins ce montant est référentiel et ne saurait être exigé par le
soumissionnaire à qui le Marché soit attribué comme rémunération pour ses travaux et
services. Le mécanisme de rémuneration est décrit à l’annexe 1 de l’Acte d’Engagement
(Conditions et procédures de paiement).

59
L’Organisme contractant vérifiera si les informations présentées dans la Proposition Financière sont
conformes aux règles qui figurent dans les DPAO et leur attribuera une note, d’après la procédure
décrite à l’article 34 des IS.
L’effet estimé des dispositions d’ajustement des prix prévues au Contrat, ne sera pas pris en compte
dans l’évaluation des offres.

SECTION IV. FORMULAIRES DE SOUMISSION

60
LISTE DES FORMULAIRES

Section IV. Formulaires de Soumission ............................................................................................................. 60


IV.1. Modèles de Lettres d’offre .................................................................................................................... 62
IV.1.1. Lettre d’Offre— Genérale ................................................................................................................ 62
IV.1.2. Lettre d’Offre — Proposition Technique ......................................................................................... 65
IV.1.3. Lettre d’Offre — Proposition Financière ......................................................................................... 67
IV.2. Annexe à la soumission : Renseignements destinés à préparer la provision de révision des prix .. 69
IV.2.1. Annexe 1 à la Soumission - Libellé des prix dans la monnaie de l’offre ..................................... 69
IV.2.2. Annexe 2 à la Soumission – Données relatives à la révision des prix ......................................... 70
IV.3. Formulaire de Prix ................................................................................................................................ 71
IV.3.1. Annexes ............................................................................................................................................ 72
IV.3.1.1 Cadre de Decomposition des Couts d’Investissement ............................................................... 72
IV.3.1.2. Cadre de Décomposition du Compte d’Exploitation Prévisionnel (CEP)................................. 84
IV.4. Formulaires de Qualification ............................................................................................................... 88
IV.4.1. Formulaire ELI – 1.1 : Fiche de renseignements du soumissionnaire .............................................. 88
IV.4.2. Formulaire ELI – 1.2 : Fiche de renseignements pour chaque Partie d’un GE ................................ 89
IV.4.3. Formulaire ANT – 2 : Antécédents de non-exécution de marché .................................................... 90
IV.4.4. Formulaire FIN – 1.1 : Situation financière ..................................................................................... 91
IV.4.5. Formulaire FIN – 1.2 : Chiffre d’affaires annuel moyen de travaux ................................................ 92
IV.4.6. Formulaire FIN – 1.3 : Capacité de financement ............................................................................. 93
IV.4.7. Formulaire EXP – 1.1 : Expérience spécifique de conception et construction de Centre d’
Enfouissement Technique (« CET ») ........................................................................................................... 94
IV.4.8. Formulaire EXP – 1.1 : Expérience spécifique de conception et construction de Centre d’
Enfouissement Technique (« CET »). (suite). .............................................................................................. 95
IV.4.9. Formulaire EXP – 1.2 : Expérience spécifique de conception et construction de Station de
Traitement de Lixiviats. ............................................................................................................................... 96
IV.4.10. Formulaire EXP – 1.2 : Expérience spécifique de conception et construction de Station de
Traitement de Lixiviats. (suite). ................................................................................................................... 97
IV.4.11. Formulaire EXP – 1.3 : Expérience spécifique d’ exploitation de Centre d’Enfouissement
Technique (« CET »). ................................................................................................................................... 98
IV.4.12. Formulaire EXP – 1.3 : Expérience spécifique d’ exploitation de Centre d’ Enfouissement
Technique (« CET ») (suite) ......................................................................................................................... 99
IV.4.13. Formulaire EXP – 1.4 : Expérience spécifique d’exploitation de Plateforme de Compostage. ... 100
IV.4.14. Formulaire EXP – 1.4 : Expérience spécifique d’exploitation de Plateforme de Compostage
(suite).......................................................................................................................................................... 101
IV.4.15. Formulaire PER – 1 : Personnel proposé ..................................................................................... 102
IV.4.16. Formulaire PER – 2 : Curriculum vitae du Personnel proposé..................................................... 103
IV.4.17. Formulaire MAT : Matériel proposé ............................................................................................ 104
IV.4.18. Formulaire Sous-traitants : Sous-traitants proposés ..................................................................... 105
IV.5. Cadre d’Offre ...................................................................................................................................... 106
IV.5.1. Résumé général de l’offre ......................................................................................................... 108
IV.5.2. A - Consistance du Dossier de Conception-Construction ......................................................... 109
IV.5.3. B - Consistance du Dossier exploitation ................................................................................... 113
IV.5.4. C - Calendrier de réalisation de l’opération .............................................................................. 117
IV.5.5. D - Contenu du Plan de Gestion Environnementale et Sociale ................................................. 117
IV.5.6. Annexes au Cadre d’Offre ........................................................................................................ 119
IV.6. Formulaires de la garantie de l’offre ................................................................................................. 126
IV.6.1. Formulaire d’information de la Garantie de l’ Offre. ..................................................................... 126
IV.6.2. Formulaire de garantie d’offre (Cautionnement émis par une société de cautionnement). ............ 128
IV.6.3. Modèle de déclaration de garantie de l’offre. ................................................................................. 129

61
IV.1. MODELES DE LETTRES D’OFFRE

IV.1.1. LETTRE D’OFFRE— GENERALE

Date : ______________
Avis d’appel d’offres No. : ______________

À : Monsieur [Michel Patrick BOISVERT]


Ministre de l’Économie et des Finances
À l’attention de Monsieur [Pierre-Michel JOASSAINT]
Directeur de l’Unité Technique d’Exécution
26, rue 3 – Pacot.

Nous, en tant que soussignés nous attestons que :

(a) Nous avons examiné le Dossier d’Appel d’Offres, y compris l’additif/ les additifs émis en
application de l’article 8 des Instructions aux soumissionnaires (« IS ») No. : ___________;

(b) Nous nous engageons à concevoir et réaliser conformément au Dossier d’Appel d’Offres et aux
Spécifications, les Installations, Travaux et Services ci-après: Conception, construction,
exploitation et entretien du Centre de Cestion Intégrée des Déchets Solides de Mouchinette et de
la Station de Transfert de Petite Anse à Cap Haïtien ;

(c) Les valeurs de notre offre pour la Proposition Financière sont indiquées dans la « Lettre d’Offre –
Proposition Financière », dans la Section VI. Formulaires de Soumission, IV.1.3. Lettre d’Offre –
Proposition Financière, en accord avec l’article 16.3 des IS.

(d) Notre offre demeurera valide pendant une période de quatre-vingt-dix (90) jours à compter de la
date limite fixée pour le dépôt des offres dans le Dossier d’Appel d’Offres ; cette offre continuera
de nous engager et peut être acceptée à tout moment avant l’expiration de cette période ;

(e) Si notre offre est acceptée, nous nous engageons à obtenir une garantie de bonne exécution
conformément au Dossier d’Appel d’Offres ;

(f) Nous, y compris tous les sous-traitants pour l’une quelconque des parties du marché, remplissons
les conditions d’admissibilité stipulées à l’article 4.2 des IS.

(g) Nous, y compris tous les sous-traitants pour l’une quelconque des parties du marché, ne nous
trouvons pas dans une situation de conflit d’intérêt définie à l’article 4.3 des IS.

(h) Nous ne participons pas, en qualité de soumissionnaires, seul ou en groupement, à plus d’une
offre dans le cadre du présent appel d’offres conformément à l’article 4.3 des Instructions aux
soumissionnaires, autre que des offres « variantes » présentées conformément à l’article 13 des IS
;

(i) Notre société, ses sociétés affiliées ou filiales, y compris tous sous-traitants intervenant en rapport
avec une partie quelconque du Marché, n’avons pas été déclarées disqualifiées par la Banque, ni
ne tombons sous le coup d’une exclusion en application de loi ou règlement du pays de
l’Organisme contractant ou d’une décision de mise en œuvre d’une résolution du Conseil de
Sécurité des Nations-Unies ;

62
(j) Nous ne sommes pas une entreprise publique ou nous satisfaisons aux spécifications de l’article
4.6 des IS 4 ;

(k) Nous certifions que notre offre a été préparée en toute indépendance :

(i) Notre offre a été préparée de manière indépendante, sans consultation, communication ou
entente avec d’autres soumissionnaires ou concurrents concernant (a) les prix, (b)
l’intention de soumissionner, ou (iii) les méthodes ou facteurs utilisés afin de déterminer
les aspects techniques ou financiers de l’offre,
(ii) Les prix de l’offre, inclus dans la Lettre d’Offre – Proposition Financière et le Formulaire
de Prix n’ont pas été et ne seront pas communiqués aux autres soumissionnaires et/ou
concurrents avant l’ouverture des offres, Proposition Financière,
(iii) Nous ne nous sommes pas livrés, ni ne nous livrerons pas à des actes visant à inciter,
contraindre ou nous entendre avec un autre soumissionnaire concernant sa participation ou
sa non-participation dans cet appel d’offres, avec l’intention de limiter la concurrence ;

(l) Nous ne tombons pas sous le coup de sanction en cours par la Banque ou une autre Institution
financière internationale ;

(m) Nous collaborerons de notre mieux à toute enquête menée par la Banque ;

(n) Nous nous engageons à préparer et à présenter notre offre (et, si le marché nous est attribué, à
l’exécuter) dans le respect le plus strict des lois contre la fraude et la corruption, y compris les
paiements illicites, en vigueur dans le pays de l'Organisme contractant ;

(o) Les honoraires ou commissions ou avantage en nature ci-après ont été versés ou accordés ou
doivent être versés ou accordés en rapport avec la procédure d’appel d’offres ou l’exécution/la
signature du Contrat :

Nom du Bénéficiaire Adresse Motif Montant

___________________ ________________ ________________ ________________

___________________ ________________ ________________ ________________

___________________ ________________ ________________ ________________

___________________ ________________ ________________ ________________

(Si aucune somme n’a été versée ou ne doit être versée, porter la mention « néant »)

(p) Il est entendu que la présente offre, et votre acceptation écrite de ladite offre figurant dans la
notification d’attribution du Marché que vous nous adresserez tiendra lieu de contrat entre nous,
jusqu’à ce qu’un contrat officiel soit établi et signé.

(q) Il est entendu par nous que vous n’êtes pas tenus d’accepter l’offre de moindre coût, ni l’une
quelconque des offres que vous pouvez recevoir.

(r) En plus des documents requis pour la Proposition Technique et Proposition Financière, nous
attachons à cette Lettre d’ Offre les documents suivants :
a. Documents de l'Entreprise ou du Groupe d'Entreprises
i. Documents pour les entreprises haïtiennes :
4
Le Soumissionnaire doit en faire l’usage approprié.

63
1. Copie notariée du document de la constitution de l’entreprise et de ses
modifications ;
2. Copie notariée du brevet ;
3. Identification fiscale ;
4. Certificat émis par l’autorité compétente établissant que les paiements au
Fisc haïtien sont à jour (Quitus Fiscal) ;
5. Pouvoir général notarié du représentant de l’entreprise autorisé pour la
signature de l’Offre, ou certification notariée des pouvoirs de représentation
du signataire ;
6. Certification de signature notariée du représentant autorisé.
ii. Pour les entreprises étrangères :
1. Copie notariée par un notaire du pays d’origine du document de constitution
de l’entreprise et de ses modifications ;
2. Copie notariée par un notaire du pays d’origine du matricule au Registre du
Commerce dans le pays d’origine du soumissionnaire ;
3. Pouvoir général notarié par un notaire du pays d’origine du représentant de
l’entreprise autorisé pour la signature de l’Offre, ou certification notariée des
pouvoirs de représentation du signataire ;
4. Certification notariée de signature du représentant autorisé notariée par un
notaire dans le pays d’origine.
b. Formulaire d’Information de la Garanatie de l’Offre.

Cette Lettre d’Offre – Générale et la documentation indiquée ci-dessus, doivent être placées
dans une enveloppe (ou fichier électronique) extérieur qui contient les enveloppes (ou
fichiers électroniques) cachetés (ou protégés par mots de passe, de conformité avec les
DPAO) correspondant à la Proposition Technique et la Proposition Financière
respectivment, comme indiqué dans la Section I « Instructions aux Soumissionaires ».

En cas de soumission électronique, cette Lettre d'Offre-Générale et les documents indiqués


ci-dessus doivent être attachés en même temps que la Proposition Tchnique et la Proposition
Financière. Ces derniers documents, doivent être dûment protégés par un mot de passe,
comme indiqué dans la Section II « Donnees Particulieres de l’Appel d’Offres ».

Nom ______________________________ En tant que ______________________________

Signature __________________________

Dûment habilité à signer l’offre pour et au nom de __________________________________

En date du _________________________ jour de __________________________________

64
IV.1.2. LETTRE D’OFFRE — PROPOSITION TECHNIQUE

Date : ______________
Avis d’appel d’offres No. : ______________

À : Monsieur [Michel Patrick BOISVERT]


Ministre de l’Économie et des Finances
À l’attention de Monsieur [Pierre-Michel JOASSAINT]
Directeur de l’Unité Technique d’Exécution
26, rue 3 – Pacot.

Nous, en tant que soussignés nous attestons que :

(a) La Proposition Technique a été préparée sur la base de toutes les informations requises par
l'Oganisme contractant. En conséquence, nous déclarons avoir rempli avec tous les
documents, formulaires et annexes requis à ces fin, qui sont les suivants :
i. Formulaire ELI – 1.1 : Fiche de renseignements du soumissionnaire.
ii. Formulaire ELI – 1.2 : Fiche de renseignements pour chaque Partie d’un GE.
iii. Formulaire ANT – 2 : Antécédents de non-exécution de marché .
iv. Formulaire FIN – 1.1 : Situation financière.
v. Formulaire FIN – 1.2 : Chiffre d’affaires annuel moyen de travaux.
vi. Formulaire FIN – 1.3 : Capacité de financement.
vii. Formulaire EXP – 1.1 : Expérience spécifique de conception et construction
de Centre d’ Enfouissement Technique (« CET »).
viii. Formulaire EXP – 1.2 : Expérience spécifique de conception et construction
de Station de Traitement de Lixiviats.
ix. Formulaire EXP – 1.3 : Expérience spécifique d’ exploitation de Centre
d’Enfouissement Technique (« CET »).
x. Formulaire EXP – 1.4 : Expérience spécifique d’exploitation de Plateforme de
Compostage.
xi. Formulaire PER – 1 : Personnel proposé.
xii. Formulaire PER – 2 : Curriculum vitae du Personnel proposé.
xiii. Formulaire MAT : Matériel proposé.
xiv. Formulaire Sous-traitants : Sous-traitants proposés.
xv. Annexes au Cadre d’Offre :
1. Annexe B6-a : Bilan de fonctionnement Station de traitement des
lixiviats.
2. Annexe B6-b : Bilan de fonctionnement Unité de Tri Compostage.
3. Annexe A4-c : Liste des composants importants des travaux et
services et des sous-traitants approuvés.
4. Annexe C-d : Engagements en matière de délais d’exécution.

Cette Lettre d’Offre-Proposition Technique doit être placée dans une enveloppe fermée,
conjointement avec les documents, formulaires et annexes décrits ci-dessus, avec une
indication claire qu'il s'agit de la Proposition Technique, conformément aux dispositions de
la Section I « Instructions aux Soumissionaires ».

En cas de soumission électronique, cette Lettre d'Offre-Proposition Technique signée et les


documents indiqués ci-dessus, doivent être attachés en une même document dûment protégé
par un mot de passe, comme indiqué dans la Section I « Instructions aux Soumissionaires »
et la Section II « Donnees Particulieres de l’Appel d’Offres ».

65
Nom ______________________________ En tant que ______________________________

Signature __________________________

Dûment habilité à signer l’offre pour et au nom de __________________________________

En date du _________________________ jour de __________________________________

66
IV.1.3. LETTRE D’OFFRE — PROPOSITION FINANCIERE

Date : ______________
Avis d’appel d’offres No. : ______________

À : Monsieur [Michel Patrick BOISVERT]


Ministre de l’Économie et des Finances
À l’attention de Monsieur [Pierre-Michel JOASSAINT]
Directeur de l’Unité Technique d’Exécution
26, rue 3 – Pacot.

Nous, en tant que soussignés nous attestons que :

(a) Les valeurs de notre offre pour la Proposition Financière sont les suivantes en accord avec
l’article 16.3 des IS :

PI: Paiement de l'investissement total en chiffres et en lettres:


___________ dollars EU
_______________________________________________ dollars des Etats-Unis d’Amérique

TE: Prix variable d’une tonne de Résidus Solides Urbains (« RSU ») entrante au Centre de
Gestion Intégrée des Déchets Solides (« CGIDS ») en chiffres et en lettres:
___________ dollars EU
_______________________________________________ dollars des Etats-Unis d’Amérique.

(b) La Proposition Finanière a été préparée sur la base de toutes les informations requises par
l'Oganisme contractant. En conséquence, nous déclarons avoir rempli avec tous les
documents, formulaires et annexes requis à ces fins, qui sont les suivants :
i. Formulaire de Prix
ii. Anexes du Formulaire de Prix :
1. Cadre de Decomposition des Couts d’Investissement.
a. Cadre de décomposition des coûts d’investissement – Station
de Transfert.
b. Cadre de décomposition des coûts d’investissement –
Aménagement général du CGIDS.
c. Cadre de décomposition des coûts d’investissement – UTC.
d. Cadre de décomposition des coûts d’investissement – CET et
Station de traitement des lixiviats.
e. Cadre de décomposition des coûts d’investissement –
Montant total.
2. Cadre de Decomposition du Compte d’Exploitation Previsionnel
(« CEP »)
a. Compte d’Exploitation Prévisionnel – Charges fixes.
b. Compte d’Exploitation Prévisionnel – Charges
proportionnelles

Cette Lettre d’Offre-Proposition Financière doit être placée dans une enveloppe fermée,
conjointement avec les documents, formulaires et annexes décrits ci-dessus, avec une
indication claire qu'il s'agit de la Proposition Financière, conformément aux dispositions de
la Section I « Instructions aux Soumissionaires ».

67
En cas de soumission électronique, cette Lettre d'Offre-Proposition Financière signée et les
documents indiqués ci-dessus, doivent être attaché en un même document dûment protégé
par un mot de passe, comme indiqué dans la Section I « Instructions aux Soumissionaires »
et la Section II « Donnees Particulieres de l’Appel d’Offres ».

Nom ______________________________ En tant que ______________________________

Signature __________________________

Dûment habilité à signer l’offre pour et au nom de __________________________________

En date du _________________________ jour de __________________________________

68
IV.2. ANNEXE A LA SOUMISSION : RENSEIGNEMENTS DESTINES A PREPARER LA
PROVISION DE REVISION DES PRIX

IV.2.1. ANNEXE 1 A LA SOUMISSION - LIBELLE DES PRIX DANS LA MONNAIE DE L’OFFRE

NON APPLICABLE.

69
IV.2.2. ANNEXE 2 A LA SOUMISSION – DONNEES RELATIVES A LA REVISION DES PRIX

NON APPLICABLE.

70
IV.3. FORMULAIRE DE PRIX

Le formulaire comprend une liste descriptive des éléments de conception et de travaux à réaliser
durant la Période de Conception-Construction et des postes de dépenses durant la Période
d’Exploitation. Si des quantités sont indiquées, ce sera à titre indicatif seulement, sur la base des
spécifications de la conception et des Travaux et Services. Après attribution du marché, le Formulaire
de Prix tel que fourni par le Constructeur-Exploitant dans son offre sera utilisé tel qu’indiqué dans
l’annexe 1 de l’Acte d’Engagement (Conditions et Procédures de Paiement).

71
IV.3.1. ANNEXES

IV.3.1.1 CADRE DE DECOMPOSITION DES COUTS D’INVESTISSEMENT

Notes concernant le remplissage des cadres de décomposition des côuts d’investissement :

Le Candidat trouvera ci-après des Cadres de décomposition des coûts par Installation et un pour le
Montant total, correspondant aux Travaux et Services à effectuer dans le cadre de la Période de
Conception-Construction :
- Station de Transfert
- CGIDS : Aménagement général
- Unité de Tri Compostage
- CET et Station de Traitement des lixiviats
- Montant total

Il doit renseigner chaque Cadre de décomposition des coûts d’investissement en prenant en compte les
consignes suivantes :
- Chaque Cadre de décomposition présente les grandes phases de Travaux et Services et les
prestations à réaliser au sein de chacune de ces phases. Il est demandé au Candidat de rajouter
le nombre de lignes nécessaires afin de compléter et détailler les prestations qui seront réalisées
en fonction des Travaux et Services qu’il propose de réaliser dans le cadre de sa proposition
technique. Il peut également, s’il le juge pertinent, modifier les intitulés de certaines
prestations.
- Le Candidat doit renseigner les cases en grisé, en respectant les indications de formules de
remplissage (Quantités proposées par le Candidat, Prix unitaire de chaque prestation, Prix total
de chaque prestation, Montant total de chaque grande phase de Travaux et Services, Montant
total de chaque Cadre de décomposition des coûts).
- Les prestations à unité Forfaitaire (FT) ont toujours une quantité égale à 1. Pour les autres
unités (ml = mètre linéaire, U = Unité, …), le Candidat devra indiquer les quantités
correspondantes en fonction de sa proposition technique. Les valeurs indicatives renseignées
dans les Cadres de décomposition sont issues des analyses de faisabilité réalisées préalabement
à la rédaction des Annexes techniques du présent DAO et sont à considérer comme des
estimations.
- Dans la colonne « Prix Total Formule de remplissage » :
• Qtité fait référence à la Quantité de la colonne « Offre du Candidat »
• P.U. fait référence au « Prix Unitaire (Dollars EU) » introduit par le Candidat
- Dans le Cadre de décomposition des coûts d’investissement : Montant total, le Candidat doit
reporter les coûts de chaque phase de Travaux ou Services des Cadres de décomposition par
Installation. Par exemple, le montant ST A du Cadre Montant total doit correspondre au
montant total de la phase de conception sur la Station de Tansfert (montant A du Cadre Station
de Transfert). La somme de tous les coûts d’investissement indiqués dans le Cadre Montant
total correspond au montant total contractuel de l’investissement dans le cadre du présent
Contrat.

72
IV.3.1.1.a) Cadre de décomposition des coûts d’investissement – Station de Transfert

Cadre de décomposition des coûts d’investissement – Station de Transfert

Quantité
Prix Total
Prix Unitaire Prix Total
Prestations - Station de Transfert Unité Valeurs Offre du Formule de
(Dollars EU) (Dollars EU)
indicatives Candidat remplissage

A - CONCEPTION (Etudes préliminaires et de conception de la Station de Transfert)


A1.1 à détailler =Qtité * P.U.

A1.2 à détailler =Qtité * P.U.

A1.x à détailler =Qtité * P.U.


Montant A =∑(A1.1:A1.x)
B - AMENAGEMENTS DE LA STATION DE TRANSFERT

B1 - Dispositions générales du chantier


B1.1 - Frais généraux (Installations et repli de
FT 1 1 =Qtité * P.U.
chantier …)
B1.2 - Documents d'exécution FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.3 - Contrôles internes et externes FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.4 - Topographie FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.5 - Dossier de récolement des ouvrages
FT 1 1 =Qtité * P.U.
exécutés
B1.6 - Nettoyage du site et démolition du mur
FT 1 1 =Qtité * P.U.
existant
Montant B1 =∑(B1.1:B1.6)

B2 - Génie civil et équipements

B2.1 - Bâtiments d'exploitation m² 1 750 =Qtité * P.U.


B2.2 - Préparation du terrain et réalisation de
m² 5 700 =Qtité * P.U.
dalle béton
B2.3 - Remise en état de la voirie d'accès m² 880 =Qtité * P.U.

B2.4 - Clôture ml 220 =Qtité * P.U.

B2.5 - Portail U 1 =Qtité * P.U.

B2.6 - Pont bascule (18 m) U 1 =Qtité * P.U.

B2.7 - Station de lavage des camions U 1 =Qtité * P.U.

B2.8 - Cuve de stockage des eaux souillées U 1 =Qtité * P.U.

B2.9 - Bassin de rétention des eaux U 1 =Qtité * P.U.

B2.10 - Débourbeur-déshuileur U 1 =Qtité * P.U.

B2.11 - Local accueil et personnel U 1 =Qtité * P.U.

B2.12 - Cellules de stockage U 2 =Qtité * P.U.

Montant B2 =∑(B2.1:B2.12)

B3 - Réseaux
B3.1 - Réseaux électrique et télécom (pont
bascule)
ml 150 =Qtité * P.U.
Ouverture de tranchée, lit de pose, chambres de
tirage, fourniture et pose
B3.2 - Réseau Eaux souillées de nettoyage des
cellules (vers cuve)
ml 130 =Qtité * P.U.
Ouverture de tranchée, lit de pose, fourniture et
pose
B3.3 - Réseau Eaux pluviales non souillées
Ouverture de tranchée, lit de pose, fourniture et ml 340 =Qtité * P.U.
pose

73
Cadre de décomposition des coûts d’investissement – Station de Transfert

Quantité
Prix Total
Prix Unitaire Prix Total
Prestations - Station de Transfert Unité Valeurs Offre du Formule de
(Dollars EU) (Dollars EU)
indicatives Candidat remplissage

B3.4 - Réseau réutilisation Eaux pluviales non


souillées (pour nettoyage et station de lavage)
ml 50 =Qtité * P.U.
Ouverture de tranchée, lit de pose, fourniture et
pose

B3.5 - Fourniture et pose de regards et avaloirs


U 1 =Qtité * P.U.
des eaux pluviales et souillées
B3.6 - Réseau Eaux AEP (alimentation des
locaux sociaux)
ml 40 =Qtité * P.U.
Ouverture de tranchée, lit de pose, fourniture et
pose
B3.7 - Fosse septique
U 1 =Qtité * P.U.
Fourniture et pose

Montant B3 =∑(B3.1:B3.7)

B4 - Utilités

B4.1 - Eclairage et électricité des bâtiments FT 1 1 =Qtité * P.U.


B4.2 - Signalisation horizontale et verticale
U 1 =Qtité * P.U.
(dont affichage complémentaire sur carrefour)
Montant B4 =∑(B4.1:B4.2)
Montant B =∑(B1:B4)
C - EQUIPEMENTS MOBILES

C1.1 à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.

C1.2 à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.

C1.x à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.

Montant C =∑(C1.1:C1.x)

Montant total ST =∑(A:C)

74
IV.3.1.1.b) Cadre de décomposition des coûts d’investissement – Aménagement général du
CGIDS

Cadre de décomposition des coûts d’investissement – CGIDS


Quantité
Prix Total
Prix Unitaire Prix Total
Prestations - Aménagement général CGIDS Unité Valeurs Offre du Formule de
(Dollars EU) (Dollars EU)
indicatives Candidat remplissage

A - CONCEPTION (Etudes préliminaires et de conception d'aménagement général du CGIDS)


A1.1 à détailler =Qtité * P.U.

A1.2 à détailler =Qtité * P.U.

A1.x à détailler =Qtité * P.U.


Montant A =∑(A1.1:A1.x)
B - DISPOSITIONS GENERALES DE CHANTIER
B1.1 - Frais généraux (Installations et repli de
FT 1 1 =Qtité * P.U.
chantier …)
B1.2 - Documents d'exécution FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.3 - Contrôles internes et externes FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.4 - Topographie FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.6 - Dossier de récolement des ouvrages
FT 1 1 =Qtité * P.U.
exécutés
Montant B =∑(B.1:B1.6)
C - AMENAGEMENT DE LA PLATEFORME D'ENTREE
C1 - Plateforme d'entrée m2 14 000 =Qtité * P.U.
C2 - Création d'un bassin Eaux Pluviales FT 1 1 =Qtité * P.U.
Montant C =∑(C1:C2)
D - AMENAGEMENT DES CHAUSSEES
D1 - Chaussées internes m2 19 000 =Qtité * P.U.
2
D2 - Pistes d'exploitation m 1 900 =Qtité * P.U.
D3 - Plateforme de stockage provisoire des 2
m 600 =Qtité * P.U.
déchets
Montant B =∑(D1:D3)
E - TRAVAUX D'APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE
E1 à détailler =Qtité * P.U.

E2 à détailler =Qtité * P.U.

Ex à détailler =Qtité * P.U.


Montant E =∑(E1:Ex)
F - TRAVAUX D'ASSAINISSEMENT
F1 à détailler =Qtité * P.U.

F2 à détailler =Qtité * P.U.

Fx à détailler =Qtité * P.U.

Montant F =∑(F1:Fx)
G - TRAVAUX D'ELECTRIFICATION
G1 à détailler =Qtité * P.U.

G2 à détailler =Qtité * P.U.

Gx à détailler =Qtité * P.U.


Montant G =∑(G1:Gx)
H - INFRASTRUCTURES GENERALES DU CGIDS

75
Cadre de décomposition des coûts d’investissement – CGIDS
Prestations - Aménagement général CGIDS Unité Quantité Prix Unitaire Prix Total Prix Total
(Dollars EU) (Dollars EU) Formule de
H1 à détailler =Qtité * P.U.

H2 à détailler =Qtité * P.U.

Hx à détailler =Qtité * P.U.


Montant H =∑(H1:Hx)
I - VOIE D'ACCES AU CGIDS
I1 à détailler =Qtité * P.U.

I2 à détailler =Qtité * P.U.

Ix à détailler =Qtité * P.U.


Montant I =∑(I1:Ix)
J - EQUIPEMENTS MOBILES
J1 à détailler =Qtité * P.U.

J2 à détailler =Qtité * P.U.

Jx à détailler =Qtité * P.U.


Montant J =∑(J1:Jx)

Montant total CGIDS =∑(A:J)

76
IV.3.1.1.c) Cadre de décomposition des coûts d’investissement – UTC

Cadre de décomposition des coûts d’investissement – UTC

Quantité
Prix Total
Prix Unitaire Prix Total
Prestations - UTC Unité Valeurs Offre du Formule de
(Dollars EU) (Dollars EU)
indicatives Candidat remplissage

A - CONCEPTION (Etudes préliminaires et de conception de l'UTC)


A1.1 à détailler =Qtité * P.U.

A1.2 à détailler =Qtité * P.U.

A1.x à détailler =Qtité * P.U.


Montant A =∑(A1.1:A1.x)
B - AMENAGEMENTS DE L'UTC

B1 - Dispositions générales du chantier


B1.1 - Frais généraux (Installations et repli de
FT 1 1 =Qtité * P.U.
chantier …)
B1.2 - Documents d'exécution FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.3 - Contrôles internes et externes FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.4 - Topographie FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.5 - Dossier de récolement des ouvrages
FT 1 1 =Qtité * P.U.
exécutés
B1.6 - Mise en service de l'UTC FT 1 1 =Qtité * P.U.
Montant B1 =∑(B1.1:B1.6)
B2 - Aire de pré-traitement / tri

B2.1 - Terrassement, génie civil et VRD m² 3 000 =Qtité * P.U.

B2.2 - Bâtiment couvert m² 2 000 =Qtité * P.U.

B2.3 - Alvéoles de stockage U 5 =Qtité * P.U.


B2.4 - Equipements process de tri / pré-
=∑(B2.4.1:B2.4.x)
traitement (à détailler)
B2.4.1 à détailler en fonction du process
U =Qtité * P.U.
proposé
B2.4.2 à détailler en fonction du process
U =Qtité * P.U.
proposé
B2.4.x à détailler en fonction du process
U =Qtité * P.U.
proposé
B2.5 - Utilités FT 1 1 =Qtité * P.U.

Montant B2 =∑(B2.1:B2.5)

B3 - Aires de compostage

B3.1 - Préparation du terrain et réalisation de


m² 2000 =Qtité * P.U.
dalle béton Aire de Fermentation

B3.2 - Préparation du terrain et réalisation de


m² 2 200 =Qtité * P.U.
dalle béton Aire de Maturation
B3.3 - Génie civil et toiture métallique Aire
m² 2 000 =Qtité * P.U.
de Fermentation
B3.4 - Génie civil et toiture métallique Aire
m² 2 200 =Qtité * P.U.
de Maturation
B3.5 - Equipements process d'affinage FT 1 1 =Qtité * P.U.

B3.6 - Dispositifs de récupération, gestion et


FT 1 1 =Qtité * P.U.
utilisation des eaux

B3.7 - Autres utilités FT 1 1 =Qtité * P.U.

Montant B3 =∑(B3.1:B3.7)
Montant B =∑(B1:B3)

77
Cadre de décomposition des coûts d’investissement – UTC

Prestations - UTC Unité Quantité Prix Unitaire Prix Total Prix Total
(Dollars EU) (Dollars EU) Formule de
C - DISPOSITIFS GENERAUX

C1.1 - Bassin de rétention des eaux U 1 =Qtité * P.U.

C1.2 - Débourbeur-déshuileur U 1 =Qtité * P.U.

C1.3 - Local accueil et personnel U 1 =Qtité * P.U.

Montant C =∑(C1.1:C1.3)

D - EQUIPEMENTS MOBILES
D1.1 à détailler en fonction du process
=Qtité * P.U.
proposé
D1.2 à détailler en fonction du process
=Qtité * P.U.
proposé
D1.x à détailler en fonction du process
=Qtité * P.U.
proposé
Montant D =∑(D1.1:D1.x)

Montant total UTC =∑(A:D)

78
IV.3.1.1.d) Cadre de décomposition des coûts d’investissement – CET et Station de traitement
des lixiviats

Cadre de décomposition des coûts d’investissement – CET et Station de traitement des lixiviats
Quantité
Prix Total
Prestations - CET et Station de traitement des Valeurs Prix Unitaire Prix Total
Unité Offre du Formule de
lixiviats indicative (Dollars EU) (Dollars EU)
Candidat remplissage
s
A - CONCEPTION (Etudes préliminaires et de conception du CET et de la Station de traitement des lixiviats)
A1.1 à détailler =Qtité * P.U.

A1.2 à détailler =Qtité * P.U.

A1.x à détailler =Qtité * P.U.


=∑(A1.1:A1.x
Montant A
)
B - DISPOSITIONS GENERALES DE CHANTIER
B1.1 - Frais généraux (Installations et repli de chantier
FT 1 1 =Qtité * P.U.
…)
B1.2 - Documents d'exécution FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.3 - Contrôles internes et externes FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.4 - Topographie FT 1 1 =Qtité * P.U.
B1.5 - Dossier de récolement des ouvrages exécutés FT 1 1 =Qtité * P.U.
=∑(B1.1:B1.5
Montant B
)
C - AMENAGEMENT DU CASIER
C1 - Terrassements du casier (6 alvéoles)
C1.1 - Terrassement en déblais du casier (alvéoles 1 à
m3 177 400 =Qtité * P.U.
6)
C1.2 - Ciblage des déblais en matériaux 0/20 mm m3 10 486 =Qtité * P.U.
C1.3 - Mise en stock provisoire des déblais
m3 166 914 =Qtité * P.U.
excédentaires (réglage, profilage, compactage)
C1.4 - Mise en œuvre de la digue périphérique m3 55 000 =Qtité * P.U.
C1.5 - Mise en œuvre des digues de séparation inter- 3
m 4 500 =Qtité * P.U.
alvéoles
=∑(C1.1:C1.5
Montant C1
)
C2 - Etanchéité du fond du casier (Alvéoles 1 à 4)
C2.1 - Mise en œuvre d'une couche de matériaux
m3 7 340 =Qtité * P.U.
criblés (e = 0,2 m)
C2.2 - Fourniture et mise en œuvre d'un
m2 36 700 =Qtité * P.U.
Géosynthétique Bentonitique
C2.3 - Fourniture et mise en œuvre de la géomembrane
m2 36 700 =Qtité * P.U.
PEHD 2 mm en fond de casier
C2.4 - Fourniture et mise en œuvre du géotextile de
m2 36 700 =Qtité * P.U.
protection supérieur (800 g/m²)
=∑(C2.1:C2.4
Montant C2
)
C3 - Etanchéité des flancs du casier (Alvéoles 1 à 4)
C3.1 - Fourniture et mise en œuvre d'un
m2 4 660 =Qtité * P.U.
Géosynthétique Bentonitique
C3.2 - Fourniture et mise en œuvre de la géomembrane
m2 4 660 =Qtité * P.U.
PEHD 2 mm sur les flancs de casier (inclus ancrages)
C3.3 - Fourniture et mise en œuvre du géotextile de
protection supérieur (800 g/m²) anti-UV (inclus m2 4 660 =Qtité * P.U.
ancrages)
=∑(C3.1:C3.3
Montant C3
)
C4 - Drainage des lixiviats (Alvéoles 1 à 4)

79
Cadre de décomposition des coûts d’investissement – CET et Station de traitement des lixiviats
Prestations - CET et Station de traitement des Unité Quantité Prix Unitaire Prix Total Prix Total
lixiviats (Dollars EU) (Dollars EU) Formule de
C4.1 - Fourniture et mise en œuvre de drains PEHD
ml 780 =Qtité * P.U.
d200 dans chaque alvéole
C4.2 - Fourniture et mise en œuvre de massifs
drainants (graves roulées non calcaires 20-40 mm) en m3 18 350 =Qtité * P.U.
fond de casier
C4.3 - Fourniture et pose de collecteurs PEHD d200 de
ml 700 =Qtité * P.U.
refoulement des lixiviats vers le regard primaire

C4.4 - Fourniture et mise en œuvre d'un regard


U 4 =Qtité * P.U.
secondaire PEHD dans les alvéoles (d 1000 mm)

C4.5 - Fourniture et mise en œuvre d'un regard


U 1 =Qtité * P.U.
primaire PEHD (2 x 2 m), à l'extérieur du casier
=∑(C4.1:C4.5
Montant C4
)
Montant C =∑(C1:C4)
D - TRAVAUX D'AMENAGEMENT DES COUVERTURES

D1.1 - Remblais des couvertures provisoires (e=0,3 m)


m3 19 230 =Qtité * P.U.
avec matériaux en provenance du stock provisoire

D1.2 - Création de fossés trapézoïdaux périphériques


ml 1 155 =Qtité * P.U.
en pied de la digue périphérique

D1.3 - Création de fossés trapézoïdaux périphériques


ml 1 040 =Qtité * P.U.
en crête de la digue périphérique

D1.4 - Collecteurs PE DN 250 sous risberme (entre


ml 210 =Qtité * P.U.
fossé en pied de talus et descentes d'eau)

D1.5 - Collecteurs PE DN 250 sous digue périphérique


ml 21 =Qtité * P.U.
(entre fossé en crête de talus et pied de talus)

D1.6 - Descentes d'eau (talus-tuile) au niveau de la


ml 42 =Qtité * P.U.
digue périphérique (e = 0,3 m)

D1.7 - Descentes d'eau (talus-tuile) au niveau de la


ml 385 =Qtité * P.U.
couverture finale (e = 0,3 m)
=∑(D1.1:D1.7
Montant D
)
E - TRAVAUX D'AMENAGEMENT DES RESEAUX MIXTES DE CAPTAGE DU BIOGAZ / REINJECTION
E1.1 à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.

E1.2 à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.

E1.x à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.


=∑(E1.1:E1.x
Montant E
)
F - TRAVAUX D'AMENAGEMENT DE LA STATION DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS
F1.1 - Frais généraux FT 1 1 =Qtité * P.U.
F1.2 - Mise en service de la Station de traitement des
FT 1 1 =Qtité * P.U.
lixiviats
F1.3 à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.

F1.4 à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.

F1.x à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.


=∑(F1.1:F1.x
Montant F
)
G - EQUIPEMENTS MOBILES

G1.1 à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.

80
Cadre de décomposition des coûts d’investissement – CET et Station de traitement des lixiviats
Prestations - CET et Station de traitement des Unité Quantité Prix Unitaire Prix Total Prix Total
lixiviats (Dollars EU) (Dollars EU) Formule de
G1.2 à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.

G1.x à détailler en fonction du process proposé =Qtité * P.U.


=∑(G1.1:G1.x
Montant G
)

Montant total CET =∑(A:G)

81
IV.3.1.1.e) Cadre de décomposition des coûts d’investissement – Montant total

Cadre de décomposition des coûts d’investissement –MONTANT TOTAL

Prix Total Prix Total


Prestations – Montant total
(Dollars EU) Formule de remplissage

STATION DE TRANSFERT
A - CONCEPTION (Etudes préliminaires et de conception de la Station de Transfert)
Montant A =ST A
B - AMENAGEMENTS DE LA STATION DE TRANSFERT
Montant B =ST B
C - EQUIPEMENTS MOBILES
Montant C =ST C
STATION DE TRANSFERT Montant total =Total ST

AMENAGEMENT GENERAL CGIDS


A - CONCEPTION (Etudes préliminaires et de conception d'aménagement général du CGIDS)
Montant A =CGIDS A
B - DISPOSITIONS GENERALES DE CHANTIER
Montant B =CGIDS B
C - AMENAGEMENT DE LA PLATEFORME D'ENTREE
Montant C =CGIDS C
D - AMENAGEMENT DES CHAUSSEES
Montant D =CGIDS D
E - TRAVAUX D'APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE
Montant E =CGIDS E
F - TRAVAUX D'ASSAINISSEMENT
Montant F =CGIDS F
G - TRAVAUX D'ELECTRIFICATION
Montant G =CGIDS G
H - INFRASTRUCTURES
Montant H =CGIDS H
I - VOIE D'ACCES AU CGIDS
Montant I =CGIDS I
J - EQUIPEMENTS MOBILES
Montant J =CGIDS J
AMENAGEMENT GENERAL CGIDS Montant total =Total CGIDS

CET et STATION DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS


A - CONCEPTION (Etudes préliminaires et de conception du CET et de la Station de traitement des lixiviats)
Montant A =CET A
B - DISPOSITIONS GENERALES DE CHANTIER
Montant B =CET B
C- AMENAGEMENT DU CASIER
Montant C =CET C
D - TRAVAUX D'AMENAGEMENT DES COUVERTURES
Montant D =CET D
E - TRAVAUX D'AMENAGEMENT DE LA STATION DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS

82
Cadre de décomposition des coûts d’investissement –MONTANT TOTAL

Prix Total Prix Total


Prestations – Montant total
(Dollars EU) Formule de remplissage

Montant E =CET E
F - TRAVAUX D'AMENAGEMENT DES RESEAUX MIXTES DE CAPTAGE DU BIOGAZ / REINJECTION
Montant F =CET F
CET et STATION DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS Montant total =Total CET

UNITE DE TRI COMPOSTAGE


A - CONCEPTION (Etudes préliminaires et de conception de l'UTC)
Montant A =UTC A
B - AMENAGEMENTS DE L'UTC
Montant B =UTC B
C - DISPOSITIFS GENERAUX
Montant C =UTC C
D - EQUIPEMENTS MOBILES
Montant D =UTC D
UNITE DE TRI COMPOSTAGE Montant total =Total UTC

= Total ST + Total CGIDS


COUT INVESTISSEMENT TOTAL
+ Total CET + Total UTC

83
IV.3.1.2. CADRE DE DECOMPOSITION DU COMPTE D’EXPLOITATION PREVISIONNEL (CEP)

Le Candidat doit renseigner les Cadres de décomposition du Compte d’Exploitation Prévisionnel


(CEP) :
- Charges fixes
- Charges proportionnelles

Il peut modifier, compléter et détailler les différents postes en fonction de l’organisation qu’il propose
de mettre en œuvre pour l’exploitation des Installations dans le cadre du Contrat.
Les coûts indiqués dans le CEP sont des coûts annuels.

Note importante : Aucun poste présentant des frais divers ou autres frais ne pourra présenter
un montant supérieur à 200 000 Dollars EU. Ces postes devront obligatoirement être détaillés en
sous-postes.

IV.3.1.2.a) Compte d’Exploitation Prévisionnel – Charges fixes

CEP - Charges fixes


Coût unitaire Prix Total
Prix Total
Poste Quantité annuel Formule de
(Dollars EU)
(Dollars EU) remplissage
A - PERSONNEL

A1 - GENERAL
A1.1 Directeur =Qtité * P.U.
A1.2 Secrétaire =Qtité * P.U.
A1.x ...à compléter =Qtité * P.U.

A2 - SPECIFIQUE - CGIDS

A2.1 Responsable de site =Qtité * P.U.


A2.2 Agent de pesée =Qtité * P.U.
A2.3 Agent de maintenance =Qtité * P.U.
A2.4 Agent d'entretien =Qtité * P.U.
A2.5 Electricien, Automaticien =Qtité * P.U.
A2.6 Mécanicien =Qtité * P.U.
A2.7 Laborantin =Qtité * P.U.
A2.x ...à compléter =Qtité * P.U.

A3 - SPECIFIQUE - CET et STATION DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS

A3.1 Responsable d'installation =Qtité * P.U.


A3.2 Chef d'équipe =Qtité * P.U.
A3.3 Conducteur d'engins =Qtité * P.U.
A3.x ...à compléter =Qtité * P.U.

A4 - SPECIFIQUE - UTC

A4.1 Responsable d'installation =Qtité * P.U.


A4.2 Chef d'équipe =Qtité * P.U.
A4.3 Conducteur d'engins =Qtité * P.U.
A4.4 Conducteur de presse =Qtité * P.U.
A4.5 Agent de tri =Qtité * P.U.
A4.x ...à compléter =Qtité * P.U.

84
CEP - Charges fixes
Coût unitaire Prix Total
Prix Total
Poste Quantité annuel Formule de
(Dollars EU)
(Dollars EU) remplissage
A5 - SPECIFIQUE - STATION DE TRANSFERT

A5.1 Responsable de site =Qtité * P.U.


A5.2 Agent de pesée =Qtité * P.U.
A5.3 Agent de maintenance =Qtité * P.U.
A5.4 Agent d'entretien =Qtité * P.U.
A5.5 Chef d'équipe =Qtité * P.U.
A5.6 Conducteur d'engins =Qtité * P.U.
A5.x ...à compléter =Qtité * P.U.

B - AUTRES FRAIS FIXES


B1 Abonnements
B1.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B1.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B1.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B2 Consommations fixes
B2.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B2.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B2.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B3 Contrôles techniques
B3.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B3.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B3.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B4 Entretien bâtiments et voiries
B4.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B4.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B4.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B5 Analyse règlementaires
B5.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B5.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B5.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B6 Autres sous-traitances
B6.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B6.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B6.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B7 Assurances
B7.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B7.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B7.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B8 Impôts et taxes
B8.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B8.2 ...à compléter =Qtité * P.U.

85
CEP - Charges fixes
Coût unitaire Prix Total
Prix Total
Poste Quantité annuel Formule de
(Dollars EU)
(Dollars EU) remplissage
B8.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B9 Amortissement des biens propres
B9.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B9.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B9.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B10 Autres dépenses fixes
B10.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B10.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B10.x ...à compléter =Qtité * P.U.
B11 Aide à la transition en fin de contrat
B11.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
B11.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
B11.x ...à compléter =Qtité * P.U.

C - FRAIS GENERAUX
C1.1 ...à compléter =Qtité * P.U.
C1.2 ...à compléter =Qtité * P.U.
C1.x ...à compléter =Qtité * P.U.

IV.3.1.2.b) Compte d’Exploitation Prévisionnel – Charges proportionnelles

CEP - Charges proportionnelles


Coût unitaire Prix Total
Prix Total
Poste Quantité annuel Formule de
(Dollars EU)
(Dollars EU) remplissage
A - CONSOMMATIONS
A1 Electricité =Qtité * P.U.
A2 Eau =Qtité * P.U.
A3 Gaz =Qtité * P.U.
A4 Carburant =Qtité * P.U.
A5 Approvisionnement en structurant =Qtité * P.U.
A6 Petit entretien mécanique =Qtité * P.U.
A7 Autres consommables =Qtité * P.U.
Ax … à compléter =Qtité * P.U.
B - GESTION DES FLUX INTERNES ET SOUS-PRODUITS
B1 Transport depuis la Station de Transfert vers le CGIDS =Qtité * P.U.
B2 Transport des refus depuis l'UTC vers le CET =Qtité * P.U.
B3 Evacuation et valorisation des flux valorisables triés sur l'UTC =Qtité * P.U.
B4 Evacuation et valorisation du compost produit sur l'UTC =Qtité * P.U.
Bx … à compléter =Qtité * P.U.
C - FRAIS GENERAUX

86
C1 ...à compléter =Qtité * P.U.
C2 ...à compléter =Qtité * P.U.
Cx ...à compléter =Qtité * P.U.

87
IV.4. FORMULAIRES DE QUALIFICATION

IV.4.1. FORMULAIRE ELI – 1.1 : FICHE DE RENSEIGNEMENTS DU SOUMISSIONNAIRE

Date: ______________________
No. AAO : __________________

Nom légal du soumissionnaire :

Dans le cas d’un groupement d’entreprises (GE), nom légal de chaque partie :

Pays où le soumissionnaire est constitué en société :

Année à laquelle le soumissionnaire a été constitué en société :

Adresse légale du soumissionnaire dans le pays où il est constitué en société :

Renseignements sur le représentant autorisé du soumissionnaire :

Nom :
Adresse :
Numéro de téléphone/de télécopie :
Adresse électronique :

Les copies des documents originaux qui suivent sont jointes :


1. Dans le cas d’une entité unique, Statuts ou Documents constitutifs de l’entité légale
susmentionnée, conformément aux dispositions des Articles 4.1 et 4.2 des IS.
2. Dans le cas d’un GE, lettre d’intention de former un GE ou de signer un accord de GE,
conformément aux dispositions de l’article 4.1 des IS et de l’alinéa 11.1(h) des IS.
3. Dans le cas d’une entreprise publique du pays de l’Organisme contractant, documents
établissant la preuve de l’autonomie juridique et financière et la conformité aux règles du droit
commercial, en conformité avec les dispositions de l’article 4.6 des IS.

88
IV.4.2. FORMULAIRE ELI – 1.2 : FICHE DE RENSEIGNEMENTS POUR CHAQUE PARTIE D’UN
GE

Date: _____________________
No. AAO: _____________________

Nom légal du soumissionnaire :

Nom légal de la partie du GE :

Pays de constitution en société de la partie du GE :

Année de constitution en société de la partie du GE :

Adresse légale de la partie du GE dans le pays de constitution en société :

Renseignements sur le représentant autorisé de la partie au GE :

Nom :
Adresse :
Numéro de téléphone/de télécopie :
Adresse électronique :

Les copies des documents originaux qui suivent sont jointes :

1. Statuts ou Documents constitutifs de l’entité légale susmentionnée, conformément aux


dispositions de l’Articles 4.3 des IS.
2. Dans le cas d’une entreprise publique de l’Organisme contractant, documents établissant la
preuve de l’autonomie juridique et financière et la conformité aux règles du droit commercial,
en conformité avec les dispositions de l’article 4.6 des IS.

89
IV.4.3. FORMULAIRE ANT – 2 : ANTECEDENTS DE NON-EXECUTION DE MARCHE

Nom légal du soumissionnaire : _______________________ Date: _____________________

Nom légal de la Partie du GE : ___________________ No. AAO: _____________________

Marchés non exécutés selon les dispositions de la Section III « Critères de Qualification et d’Évaluation »
 Il n’y a pas eu de non-exécution de marché pendant la période stipulée, conformément au Sous-Critère 1.2.1 de
la Section III « Critères de Qualification et d’Évaluation»
 Non-exécution de marché(s) pendant la période stipulée, conformément au Sous-Critère 1.2.1 de la Section III
« Critères de Qualification et d’Évaluation» .

Montant total du marché


Partie de
(valeur actuelle,
Année Marché non Identification du marché
équivalent en dollars
exécuté
EU)
Identification du marché :
Nom de l’Organisme contractant :
______ ______ ___________
Adresse de l’Organisme contractant :
Motif de la non-exécution :
Identification du marché :
Nom de l’Organisme contractant :
______ ______ ___________
Adresse de l’Organisme contractant :
Motif de la non-exécution :
Litiges en instance, en vertu de la Section III « Critères de Qualification et d’Évaluation »
 Pas de litige en instance en vertu du Sous-Critère 1.2.2 de la Section III « Critères de Qualification et
d’Évaluation ».
 Litige en instance en vertu du Sous-Critère 1.2.2 de la Section III « Critères de Qualification et
d’Évaluation ».
Montant total du marché
Règlement en
(valeur actuelle,
Année pourcentage du Identification du marché
équivalent en dollars
total des actifs
EU)
Identification du marché :
Nom de l’Organisme contractant :
______ ______ ___________
Adresse de l’Organisme contractant :
Objet du litige :
Identification du marché :
Nom de l’Organisme contractant :
______ ______ ___________
Adresse de l’Organisme contractant :
Objet du litige :

90
IV.4.4. FORMULAIRE FIN – 1.1 : SITUATION FINANCIERE

Situation financière

Nom légal du soumissionnaire : _______________________ Date : _________________


Nom légal de la partie au GE : ________________________ No. AAO: _________________
A compléter par le soumissionnaire et, dans le cas d’un GE, par chaque partie.

Données financières en Antécédents pour les ___________ (____) dernières années


équivalent dollars EU (équivalent en milliers de dollars EU)

Année 1 Année 2 Année 3 Année … Année n

Information du bilan

Total actif (TA)

Total passif (TP)

Patrimoine net (PN)

Disponibilités (D)

Engagements (E)

Information des comptes de résultats

Recettes totales (RT)

Bénéfices avant impôts (BAI)

On trouvera ci-après les copies des états financiers (bilans, y compris toutes les notes y afférents, et
comptes de résultats) pour les années spécifiées ci-dessus et qui satisfont aux conditions suivantes :

a) Ils doivent refléter la situation financière du soumissionnaire ou de la Partie au GE, et non pas
celle de la maison-mère ou de filiales
b) Les états financiers passés doivent être vérifiés par un expert-comptable agréé
c) Les états financiers doivent être complets et inclure toutes les notes qui leur ont été ajoutées
d) Les états financiers doivent correspondre aux périodes comptables déjà terminées et vérifiées
(les états financiers de périodes partielles ne seront ni demandés ni acceptés).

91
IV.4.5. FORMULAIRE FIN – 1.2 : CHIFFRE D’AFFAIRES ANNUEL MOYEN DE TRAVAUX

Nom légal du soumissionnaire : _____________________________ Date: _________________


Nom légal de la partie au GE : ______________________________ No. AAO: _________________

Données sur le chiffre d’affaires annuel (travaux exclusivement)

Année Montant et monnaie Équivalent dollars EU

*Chiffre d’affaires
moyen des activités de
construction

*Le chiffre d’affaires annuel moyen est calculé en divisant le total des paiements ordonnancés pour les
travaux en cours ou achevés par le nombre d’années spécifié dans la Section III « Critères de
Qualification et d’Évaluation », Sous-Critère 1.3.2.

92
IV.4.6. FORMULAIRE FIN – 1.3 : CAPACITE DE FINANCEMENT

Indiquer les sources de financement (liquidités, actifs réels non grevés, lignes de crédit et autres
moyens financiers nécessaires pour les besoins de trésorerie liés aux travaux afférents au(x) marché(s)
considéré(s), nets des engagements pris par le Soumissionnaire au titre d’autres marchés comme requis
à la Section III, « Critères de Qualification et d’Évaluation », Sous-Critère 1.3.3.

Source de financement Montant (dollars EU)

1.

2.

3.

4.

93
IV.4.7. FORMULAIRE EXP – 1.1 : EXPERIENCE SPECIFIQUE DE CONCEPTION ET
CONSTRUCTION DE CENTRE D’ ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (« CET »)

Nom légal du soumissionnaire : _____________________________ Date: _________________


Nom légal de la partie au GE : ______________________________ No. AAO: _________________

Numéro de marché similaire : ________ Information

Identification du marché ________________________________________

Date d’attribution ________________________________________

Date d’achèvement ________________________________________

Rôle dans le marché Concepteur Constructeur Ensemblier Sous-traitant

__________
Montant total du marché ______________________________
dollars EU.

Dans le cas d’une partie à un GE ou d’un __________


sous-traitant, préciser la participation au _____________% _____________
montant total du marché dollars EU.

Nom de l’Organisme contractant : ________________________________________

Adresse : ________________________________________

Numéro de téléphone : ________________________________________

Adresse électronique : ________________________________________

94
IV.4.8. FORMULAIRE EXP – 1.1 : EXPERIENCE SPECIFIQUE DE CONCEPTION ET
CONSTRUCTION DE CENTRE D’ ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (« CET »). (SUITE).

Nom légal du soumissionnaire : ___________________________


Nom légal de la partie au GE : _____________________________
Nom légal du sous-traitant : _______________________________

Information

Description des principales activités


conformément au Sous-Critère 1.4.1 de la
Section III « Critères de Qualification et
d’Évaluation » :

Montant

Tonnages projetés annuels

Types d’infrastructures

Process

Cadence journalière projetée

95
IV.4.9. FORMULAIRE EXP – 1.2 : EXPERIENCE SPECIFIQUE DE CONCEPTION ET
CONSTRUCTION DE STATION DE TRAITEMENT DE LIXIVIATS.

Nom légal du soumissionnaire : _____________________________ Date: _________________


Nom légal de la partie au GE : ______________________________ No. AAO: _________________

Numéro de marché similaire : ________ Information

Identification du marché ________________________________________

Date d’attribution ________________________________________

Date d’achèvement ________________________________________

Rôle dans le marché  Concepteur  Constructeur  Ensemblier  Sous-traitant

__________
Montant total du marché _____________________________
dollars EU.

Dans le cas d’une partie à un GE ou d’un __________


sous-traitant, préciser la participation au _____________% _____________
montant total du marché dollars EU.

Nom de l’Organisme contractant : ________________________________________

Adresse : ________________________________________

Numéro de téléphone : ________________________________________

Adresse électronique : ________________________________________

96
IV.4.10. FORMULAIRE EXP – 1.2 : EXPERIENCE SPECIFIQUE DE CONCEPTION ET
CONSTRUCTION DE STATION DE TRAITEMENT DE LIXIVIATS. (SUITE).

Nom légal du soumissionnaire : ___________________________________________


Nom légal de la partie au GE : _____________________________________________
Nom légal du sous-traitant : _______________________________________________

Information

Description des principales activités


conformément au Sous-Critère 1.4.1 de la
Section III « Critères de Qualification et
d’Évaluation » :

Montant

Tonnages projetés annuels

Rendements de production projetés

Types d’infrastructures

Process

Cadence journalière projetée

97
IV.4.11. FORMULAIRE EXP – 1.3 : EXPERIENCE SPECIFIQUE D’ EXPLOITATION DE CENTRE
D’ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (« CET »).

Nom légal du soumissionnaire : _____________________________ Date: _________________


Nom légal de la partie au GE : ______________________________ No. AAO: _________________

Numéro de marché similaire : ________ Information

Identification du marché ________________________________________

Date d’attribution ________________________________________

Date d’achèvement ________________________________________

Rôle dans le marché  Concepteur  Constructeur  Ensemblier  Sous-traitant

__________
Montant total du marché _____________________________
dollars EU.

Dans le cas d’une partie à un GE ou d’un __________


sous-traitant, préciser la participation au _____________% _____________
montant total du marché dollars EU.

Nom de l’Organisme contractant : ________________________________________

Adresse : ________________________________________

Numéro de téléphone : ________________________________________

Adresse électronique : ________________________________________

98
IV.4.12. FORMULAIRE EXP – 1.3 : EXPERIENCE SPECIFIQUE D’ EXPLOITATION DE CENTRE
D’ ENFOUISSEMENT TECHNIQUE (« CET ») (SUITE)

Nom légal du soumissionnaire : ___________________________________________


Nom légal de la partie au GE : _____________________________________________
Nom légal du sous-traitant : _______________________________________________

Information

Description des principales activités


conformément au Sous-Critère 1.4.2 de la
Section III « Critères de Qualification et
d’Évaluation » :

Montant

Dimensionnement de l’installation

Tonnages projetés annuels

Types d’infrastructures

Process

Cadence journalière projetée

99
IV.4.13. FORMULAIRE EXP – 1.4 : EXPERIENCE SPECIFIQUE D’EXPLOITATION DE
PLATEFORME DE COMPOSTAGE.

Nom légal du soumissionnaire : _____________________________ Date: _________________


Nom légal de la partie au GE : ______________________________ No. AAO: _________________

Numéro de marché similaire : ________ Information

Identification du marché ________________________________________

Date d’attribution ________________________________________

Date d’achèvement ________________________________________

Rôle dans le marché Concepteur Constructeur Ensemblier Sous-traitant

__________
Montant total du marché _____________________________
dollars EU.

Dans le cas d’une partie à un GE ou d’un __________


sous-traitant, préciser la participation au _____________% _____________
montant total du marché dollars EU.

Nom de l’Organisme contractant : ________________________________________

Adresse : ________________________________________

Numéro de téléphone : ________________________________________

Adresse électronique : ________________________________________

100
IV.4.14. FORMULAIRE EXP – 1.4 : EXPERIENCE SPECIFIQUE D’EXPLOITATION DE
PLATEFORME DE COMPOSTAGE (SUITE).

Nom légal du soumissionnaire : ___________________________________________


Nom légal de la partie au GE : _____________________________________________
Nom légal du sous-traitant : _______________________________________________

Information

Description des principales activités


conformément au Sous-Critère 1.4.2 de la
Section III « Critères de Qualification et
d’Évaluation » :

Montant

Tonnages traités annuels

Types d’infrastructures

Process

Cadence journalière

101
IV.4.15. FORMULAIRE PER – 1 : PERSONNEL PROPOSE

Le Soumissionnaire doit fournir les noms de personnels ayant les qualifications requises comme
exigées dans la Section III « Critères de Qualification et Evaluation ». Les renseignements
concernant leur expérience devront être indiqués dans le Formulaire ci-dessous à remplir pour chaque
candidat.

Designation du poste* :

1. Nom :

Designation du poste* :

2. Nom :

Designation du poste* :

3. Nom :

Designation du poste* :

4. Nom :

* Selon la liste de la Section III « Critères de Qualification et d’Évaluation »

102
IV.4.16. FORMULAIRE PER – 2 : CURRICULUM VITAE DU PERSONNEL PROPOSE

Nom du soumissonaire :

Poste :

Renseignements Nom : Date de naissance :


personnels

Qualifications professionnelles :

Employer actuel Nom de l’employeur :

Adresse de l’employeur :

Téléphone : Contact (responsable / chargé du


personnel) :

Télécopie : E-mail :

Emploi tenu : Nombre d’années avec le présent


employeur :

Résumer l’expérience professionnelle des 20 dernières années en ordre chronologique inverse.


Indiquer l’expérience technique et de gestionnaire pertinente pour le projet.

De A Société / Projet / Position / expérience technique et de gestionnaire


pertinente

103
IV.4.17. FORMULAIRE MAT : MATERIEL PROPOSE

NON APPLICABLE

104
IV.4.18. FORMULAIRE SOUS-TRAITANTS : SOUS-TRAITANTS PROPOSES

NON APPLICABLE

105
IV.5. CADRE D’OFFRE

Le présent document a pour objet de préciser aux candidats la consistance des documents attendus
dans leur offre.

L’offre remise sera structurée selon le plan suivant :

Structuration de l’offre Cadre à compléter / Document spécifique à fournir

0 – Résumé général de l’offre – 10 pages

A – Dossier Conception-Construction
Descriptif détaillé des
Chapitre A1
Installations
A1-a. Fiches techniques des équipements /
A1-1 Station de Transfert process proposés
A1-b. Fiches techniques des matériaux
A1-2 Unité de Tri Compostage envisagés
A1-c. Schémas de principe des Installations et
Centre d’Enfouissement Technique
A1-3 infrastructures
des déchets

A1-4 Station de traitement des lixiviats

Descriptif détaillé des dispositifs


Chapitre A2
globaux

A2-a. Plan de principe : Implantation des


Circulation et implantation globale Installations et locaux pour chaque Site.
A2-1
du Site A2-b. Plan de principe : Circulation sur les Sites
et les Installations.
A2-c. Plan de principe : Organisation des
Bâtiments, génie civil et voiries et
A2-2 locaux sociaux et techniques.
réseaux divers (VRD)
A2-d. Plan de principe: Gestion des eaux
pluviales et de l’assainissement.
A2-3 Accès au Site A2-e. Plan de principe : Gestion des moyens de
défense incendie
A2-f. Etude de dangers préliminaire
Prévention et maîtrise des nuisances A2-g. Notice de sécurité du Site
A2-4
et risques A2-h. Note sur la sûreté de fonctionnement,
maintenabilité et sécurité des Installations

Robustesse des procédés mis en


A2-5
œuvre

A3-a. Plan d’installation de chantier :


cantonnement et bureaux
Chapitre A3 Travaux et chantier
A3-b. Plan d’installation de chantier : besoins
en utilités

106
A3-c. Plan d’installation de chantier : zones de
stockage, prémontage, montage, position des grues
fixes, mobiles et nacelles, durées d’intervention
Chantier, continuité de service, A3-d. Plan d’installation de chantier :
gestion de la coactivité sur Site circulation
A3-e. Schéma Organisationnel d’un Plan
d’Assurance Qualité (SOPAQ)

A4-a. Organigramme et fiches de poste


Moyens humains et matériels
A4-b CV du personnel encadrant et personnel
clé
A4-c. Liste des fournisseurs et sous-traitants
Organisation et moyens humains
(Annexe A4-c du Cadre d’offre : Liste des
Chapitre A4 composants importants des travaux et services et
des sous-traitants approuvés) (inclure la mention :
CONCEPTION-CONSTRUCTION dans le titre
Moyens techniques de l’annexe)
A4-d. Moyens techniques

B – Dossier Exploitation
B1-a. Programme d’entretien et maintenance
préventive
Description des prestations B1-b. Organigramme des interlocuteurs avec
Chapitre B1
réalisées l’Organisme contractant
B1-c. Trame de compte-rendu d’exploitation
mensuels et annuels

Chapitre B2 Moyens techniques B2-a. Liste du matériel roulant fourni

B3-a. Organigramme et fiches de poste


B3-b CV du personnel encadrant et personnel
clé
B3-c. Plan de formation
B3-d. Procédure pour la continuité de service –
Chapitre B3 Organisation et moyens humains astreintes éventuelles
B3-e. Notice qualité
A4-c. Liste des fournisseurs et sous-traitants
(Annexe A4-c. au Cadre d’Offre : Liste des
composants importants des travaux et services et
des sous-traitants approuvés) (inclure la mention :
EXPLOITATION dans le titre de l’annexe)

Modalité de gestion des phases


Chapitre B4
transitoires et mode dégradé

Niveau de garanties B5-a. Cahier des garanties souscrites (Annexe 8


opérationnelles souscrites ou de l’Acte d’Engagement : Garanties
Chapitre B5
indicateurs clés de performance Opérationnelles)
souscrits
B6-a. Bilan traitement lixiviats (Annexe B6-a
Pertinence des bilans de du Cadre d’offre : Bilan traitement lixiviats)
Chapitre B6
fonctionnement B6-b. Bilan Matière compostage (Annexe B6-b
du Cadre d’offre : Bilan Matière compostage)

107
C – Calendrier de réalisation de l’opération
C-a. Note sur le déroulement des opérations de
construction
Détail et cohérence du planning proposé C-b. Planning détaillé de réalisation du projet
Durée totale de réalisation des Installations C-c. Planning général de l’opération
C-d. Engagements en matière de délais
d’exécution (Annexe C-d. du Cadre d’offre)

D – Plan de Gestion Environnementale et Sociale


D-a. Démarche de gestion Environnementale,
Minimisation des impacts environnementaux Sociale, Hygiène et Sécurité spécifique au projet
Qualité, hygiène, sécurité D-b. Certifications relatives à l’Environnement
Démarche sociétale ; l’Hygiène, Santé et Sécurité au travail ; la
Responsabilité Sociale et Sociétale (si existantes)

Le contenu des différents chapitres est détaillé ci-après :

IV.5.1. RESUME GENERAL DE L’OFFRE

Cette première partie présente brièvement la solution du Candidat, ainsi que la mise en œuvre de cette
solution pour respecter les contraintes et performances minimales exprimées dans le Cahier des
charges, et pour répondre aux obligations et intérêts de l’Organisme contractant.

Sur ces bases, ce résumé général abordera :

1. Une présentation des solutions techniques retenues pour chacune des Installations à la charge du
Constructeur-Exploitant (le Site du Centre de Gestion Intégrée des Déchets Solides (CGIDS) de
Mouchinette, avec le Centre d’Enfouissement Technique (CET), la Station de traitement des
lixiviats, l’Unité de Tri Compostage et le Site de Petite Anse avec la Station de Transfert), ainsi
que de l’organisation générale entre ces Sites et Installations.

2. Une justification de la réponse aux besoins fonctionnels exprimés dans le cahier de charges avec
notamment :
(i) La justification de la capacité d’enfouissement.
(ii) La justification de la capacité de traitement des lixiviats.
(iii) La justification de la capacité de tri des déchets entrants sur l’Unité de Tri Compostage.
(iv) La justification de la capacité de production de compost.
(v) La justification de la capacité de transfert sur la station de Petite Anse.
(vi) La justification de la minimisation de l’impact environnemental (gestion des infiltrations,
contrôle des risques de pollution accidentelle, émissions de CO2, émissions d’autres
polluants, etc.).

3. Les principes de conception, de dimensionnement, d’implantation et d’organisation des


différents équipements et de leurs relations fonctionnelles.

4. Les principes de dimensionnement et d’organisation des différents locaux sociaux et techniques.

5. Les principes de réutilisation des ouvrages de génie civil existants et/ou de certains équipements
existants et leurs éventuelles adaptations, dans le cadre du Site de Petite Anse.

6. Les principes de fonctionnement des équipements et la sûreté de fonctionnement de l’ensemble.

108
7. Les limites de fonctionnement des Installations.

8. Les mesures prises pour assurer la fiabilité des équipements et leur durabilité.

9. Les dispositifs facilitant l’exploitation et la maintenance.

10. Les dispositions prises pour assurer la sécurité des personnels.

11. Les principes de gestion des eaux du Site.

12. Le principe de gestion des sous-produits et résidus du Site et leurs filières de


valorisation/élimination.

13. Les conditions générales de réalisation du chantier : modalités d’exécution des travaux, phasage
des travaux…

14. Une synthèse du planning de réalisation de l’opération.

Nota : L’objet de cette partie n’est pas de présenter de façon détaillée chaque équipement proposé
mais la synergie de l’ensemble des équipements et la logique de réalisation. Cette partie est limitée à
10 pages.

IV.5.2. A - CONSISTANCE DU DOSSIER DE CONCEPTION-CONSTRUCTION

Ce dossier contiendra au minimum les chapitres suivants :

IV.5.2.1. CHAPITRE A1 – DESCRIPTIF DETAILLE DES INSTALLATIONS

Pour chacune des 4 Installations à sa charge (CET, Station de traitement des lixiviats, Unité de Tri
Compostage, Station de Transfert), le Candidat détaillera les principes des process et solutions
techniques retenus.

Pour chaque Installation, le Candidat peut proposer une solution technique différente à celle détaillée
dans le Cahier des charges, dans la mesure où il s’engage à respecter a minima les objectifs fixés par
l’Organisme contractant. Dans ce cas, un tableau présentera de manière détaillée les avantages et
inconvénients de chaque process / technique différent proposé.

Il devra notamment préciser le mode de dimensionnement, les hypothèses de calcul et les notes de
calcul correspondantes.

Pour chaque Installation, ce chapitre présentera un descriptif précis des solutions techniques / procédés
proposés en détaillant pour chaque équipement :

1. les données de dimensionnement (à adapter en fonction de l’équipement concerné), avec


hypothèses et notes de calcul,

2. les caractéristiques fonctionnelles au nominal et pour les fonctionnements mini et maxi


admissibles,

3. les principes généraux de fonctionnement,

4. les caractéristiques techniques des matériaux / équipements envisagés.

109
Il fournira les fiches techniques des équipements de process et matériaux envisagés.

Documents à fournir par le Candidat :


A1-a. Fiches techniques des équipements / process proposées
A1-b. Fiches techniques des matériaux envisagés
A1-c. Schémas de principe des Installations et infrastructures

Il indiquera le ou les fournisseurs de licence et les références équivalentes du process retenu. Au cas
où ce process n’aurait pas de références équivalentes, il indiquera les références de chaque élément du
dit process / technologie.

Il indiquera les entreprises qui assureront la mise en place du process.

IV.5.2.2. CHAPITRE A2 – DESCRIPTIF DETAILLE DES DISPOSITIFS GLOBAUX

IV.5.2.2.1. A2-1 CIRCULATION ET IMPLANTATION GLOBALE DU SITE

Le Candidat justifiera l’implantation des équipements et des process dans la volumétrie des Sites de
Mouchinette et de Petite Anse.

Il décrira zone par zone l’implantation des équipements avec la justification dimensionnelle de cette
faisabilité et précisera notamment les aménagements :

- de génie civil, bâtiments – gros œuvre, voiries, réseaux.

- pour assurer l’accès aux équipements.

- pour permettre la maintenabilité des équipements (moyens de levage,…).

- en matière de revêtements anti-corrosion.

- pour assurer la prévention et protection incendie.

- pour gérer les eaux du Site.

- en matière de rétentions et aménagements complémentaires nécessaires…

Documents à fournir par le Candidat :


A2-a. Plan de principe : Implantation des Installations et locaux pour chaque Site.
A2-b. Plan de principe : Circulation sur les Sites et les Installations.

IV.5.2.2.2. A2-2 BATIMENTS, GENIE CIVIL ET VOIRIES ET RESEAUX DIVERS (VRD)

Le Candidat fournira des plans de façades avec vues en perspectives. Il détaillera les matériaux
choisis.

Le Candidat fournira une note de calcul de structure ainsi qu’une étude sismique justifiant de la
conformité de ses choix.

Le Candidat présentera un descriptif détaillé des installations électriques et de contrôle des


commandes proposées. Ce descriptif sera complété par :

110
1. Liste des équipements.

2. Liste préliminaire des moteurs.

3. Liste préliminaire des instruments.

4. Liste préliminaire des entrées-sorties tout ou rien et analogiques.

5. Liste et caractéristiques des équipements courants faibles.

6. Exemple par analogie de vue d’écran de supervision.

Documents à fournir par le Candidat :


A2-c. Plan de principe : Organisation des locaux sociaux et techniques.

IV.5.2.2.3. A2-3 ACCES AU SITE

Un focus sera présenté par le Candidat sur les accès au Site. Il précisera les dimensionnements,
solutions techniques et choix des matériaux envisagés pour la sécurisation et la fluidité de la
circulation engendrée par l’activité du Site, sur les routes d’accès aux différentes Installations du
projet.

IV.5.2.2.4. A2-4 PREVENTION ET MAITRISE DES NUISANCES ET RISQUES

Le Candidat précisera les dispositifs constructifs et impacts de ses Installations en matière de


prévention et maîtrise des nuisances et des risques. S’entendent les impacts relatifs à l’environnement
(eau, poussière, bruit, pollutions et rejets à l’environnement, etc.), ainsi que les dangers inhérents aux
Installations et exploitations sur Site (incendie notamment).

Documents à fournir par le Candidat :


A2-d. Plan de principe : Gestion des eaux pluviales et de l’assainissement.
A2-e. Plan de principe : Gestion des moyens de défense incendie
A2-f. Etude de dangers préliminaire
A2-g. Notice de sécurité du Site

IV.5.2.2.5. A2-5 ROBUSTESSE DES PROCEDES MIS EN ŒUVRE

Le Candidat précisera si les procédés envisagés ont déjà été mis en œuvre sur d’autres Installations
similaires, en fonctionnement.
Il précisera également leur fiabilité dans le cadre du contexte particulier d’Haïti.

Par ailleurs, il fournira une note sur la sûreté de fonctionnement, la maintenabilité et la sécurité des
Installations. Le candidat :

1. listera par ordre d’importance décroissante tous les dispositifs de manutention spécifique
(poutre roulante, monorail …) mis en place pour faciliter la manipulation des pièces étant
entendu qu’aucun élément de plus de 25 kilos ne doit être manutentionné sans intervention d’un
moyen de levage approprié.

2. précisera zone par zone les mesures prises pour faciliter l’accès pour la maintenance (monte-
charge, passerelles, portes, panneau démontable, …), tant pour les opérations de maintenance

111
(remplacement de pièces défectueuses), que pour les opérations de gros entretien
renouvellement.

3. indiquera les dispositions prises pour assurer la sécurité des biens et des personnes lors de
l’exploitation normale des Installations (détection et protection incendie et d’explosion,
protection mécanique, …).

Documents à fournir par le Candidat :


A2-h. Note sur la sûreté de fonctionnement, maintenabilité et sécurité des Installations

IV.5.2.3. CHAPITRE A3 – TRAVAUX ET CHANTIER

Le Candidat fournira les pièces graphiques nécessaires à l’explication de son organisation en phase de
travaux. Pour cela, il fournira les plans d’installation de chantier, précisant :
1. Les cantonnements et bureaux.
2. les besoins en pointe en fluides (eau, électricité, assainissement).
3. les zones de stockages.
4. la circulation.
5. les zones de prémontage.
6. les zones de montage, position des grues fixes et mobiles et nacelles, durées d’intervention.

Il détaillera dans le cadre d’un SOPAQ (Schéma Organisationnel d’un Plan d’Assurance Qualité) les
dispositions prises pour atteindre la qualité requise par l’Organisme Contractant.

Documents à fournir par le Candidat :


A3-a. Plan d’installation de chantier : cantonnement et bureaux
A3-b. Plan d’installation de chantier : besoins en utilités
A3-c. Plan d’installation de chantier : zones de stockage, prémontage, montage, position des grues
fixes, mobiles et nacelles, durées d’intervention
A3-d. Plan d’installation de chantier : circulation
A3-e. Schéma Organisationnel d’un Plan d’Assurance Qualité (SOPAQ)

IV.5.2.4. CHAPITRE A4 – MOYENS HUMAINS ET MATERIELS

Le Candidat indiquera l’organisation, les catégories de personnels et les effectifs prévus pour chaque
phase de la conception et la construction des Installations. Il indiquera l’organigramme prévu avec les
fiches de poste de chaque catégorie de personnel.
Il détaillera les CV, qualifications et expériences principales en lien avec le présent projet de
l’ensemble du personnel encadrant et personnel clé pour les phases de conception et de construction,
dont tous les personnels présentés dans les Formulaires de Qualification PER-1 et PER-2, dans la
Section IV.4 Formulaires de Qualification.

Il précisera également :
1. Politique Ressources Humaines d’évolution du personnel envisagé. Il sera précisé notamment
les actions prévues en termes de formation du personnel (formation sécurité, habilitations…).
2. Organisation de la permanence et de la continuité du service.
3. Organisation des services externes/supports, et fonctions assurées par ces derniers.
4. Prestations sous-traitées, modalités de contrôle exercée par l’exploitant sur ses sous-traitants et
garanties apportées par les sous-traitants eux-mêmes.

Le Candidat fournira dans son offre la liste des fournisseurs et entreprises potentiels. Il indiquera la
répartition des tâches entre ses différents sous-traitants et lui-même. Il détaillera notamment, pour
chaque prestation :

112
- Le contenu de la prestation de travaux.
- Le nom du constructeur.
- Le nom des sous-traitants.

Il complètera également la liste des sous-traitants de l’Annexe A4-c au Cadre d’offre (Liste des
composants importants des travaux et services et des sous-traitants approuvés).

Il présentera les matériels et équipements engagés pour les travaux mis en œuvre sur les différents
Sites et Installations :

1. Matériel roulant (Chargeurs, camions, véhicules légers, nacelles, autres véhicules roulants).

2. Autres matériels d’intervention d’entretien et de réparation


(i) Matériel de lutte contre l’incendie (systèmes de protection incendie, extincteurs, canons à
eau, rideaux d’eau).
(ii) Matériel nécessaire à l’entretien (moyen de levage notamment).
(iii) Équipement d’entretien et de maintenance des Installations et d’ateliers (soudage,
électricité, électromécanique).

Documents à fournir par le Candidat :


A4-a. Organigramme et fiches de poste
A4-b CV du personnel encadrant et personnel clé
A4-c. Liste des fournisseurs et sous-traitants (Annexe A4-c. au Cadre d’Offre : Liste des composants
importants des travaux et services et des sous-traitants approuvés) (inclure la mention :
CONCEPTION-CONSTRUCTION dans le titre de l’annexe)
A4-d. Moyens techniques

IV.5.3. B - CONSISTANCE DU DOSSIER EXPLOITATION

IV.5.3.1. CHAPITRE B1 – DESCRIPTION DES PRESTATIONS REALISEES

Le dossier de présentation des méthodes retenues pour l’exploitation des Installations sera à organiser
selon trois thèmes :

1. Principes pour l’exploitation courante des ouvrages.

2. Principes pour la maintenance et l’entretien.

3. Principes pour l’information et la communication.

Exploitation courante des ouvrages :


Le Candidat précisera les procédures prévues pour assurer la qualité de ses prestations sur les postes
suivants :

1. Gestion, pesée, traçabilité et contrôle des apports, avec notamment les procédures pour le
contrôle qualité des entrants et la gestion des refus, ainsi que les procédures associées à la
présence de déchets dangereux sur les deux sites de Petite-Anse et de Mouchinette.

2. Suivi et traçabilité des flux réceptionnés sur le site de Petite Anse et transférés vers le site de
Mouchinette.

113
3. Conduite des process pour le stockage des déchets.

4. Conduite des process pour le tri et le compostage des déchets entrants sur l’Unité de Tri
Compostage.

5. Gestion de la filière d’approvisionnement en structurant pour le compostage.

6. Gestion de la commercialisation et valorisation des flux valorisables triés et compost produit sur
l’unité de tri compostage.

7. Conduite des process et suivi de la qualité de traitement des lixiviats.

8. Programme prévisionnel de petit entretien et de maintenance préventive.

9. Gestion des anomalies et des risques – fonctionnement en marche dégradée.

10. Gestion des rebuts, gravats et autres déchets à caractères industriels issus des activités de
l’exploitation et des travaux.

11. Gestion de l’approvisionnement en réactifs et consommables.

12. Gestion de la prévention des nuisances et émissions polluantes, du nettoyage des Installations,
de la propreté des Sites.

13. Gestion des eaux usées, de process, pluviales et réduction des rejets.

14. Gestion des déchets pendant les phases d’arrêts (programmés, inopinés).

15. Les mesures prévues en cas de grève.

Il précisera les conditions d’apport et les tonnages des déchets extérieurs éventuels prévus (dans le
cadre d’un accord pour l’accueil d’un prestataire de gestion des déchets dangereux sur le site de
Mouchinette).

Maintenance et entretien :
Le Candidat établira un programme prévisionnel des opérations d’entretien des équipements de sorte à
permettre un retour des Installations en parfait état de fonctionnement en fin de Contrat.

Ce programme sera décomposé par unité fonctionnelle, elle-même détaillée par équipement et cela
pour toutes les années d’exploitation.

Ce tableau permettra de faire ressortir les opérations de maintenance préventive et celles de


maintenance corrective.

Information et communication :
1. Dans son offre, le Candidat définira les principes qu’il mettra en œuvre pour :
(i) La communication avec l’Organisme contractant et/ou son représentant.
(ii) La communication avec les autorités et organismes de contrôles, les riverains, etc.

2. Le Candidat présentera à minima :


(i) Un organigramme de l’équipe de direction d’exploitation détaillant les rôles de chacun,
ainsi que les interlocuteurs privilégiés pour l’Organisme contractant.
(ii) Une liste des prestations d’analyses et contrôles réglementaires exigés et/ou proposés.
(iii) Une trame de compte-rendu d’exploitation mensuels et annuels, reprenant a minima les
items mentionnés au Cahier des charges.

114
Documents à fournir par le Candidat :
B1-a. Programme d’entretien et maintenance préventive
B1-b. Organigramme des interlocuteurs avec l’Organisme contractant
B1-c. Trame de compte-rendu d’exploitation mensuels et annuels

IV.5.3.2. CHAPITRE B2 – MOYENS TECHNIQUES

Ce chapitre présentera les matériels d’exploitation mis en œuvre sur les différents Sites et Installations
:

1. Matériel roulant (Chargeurs, camions, véhicules légers, nacelles, autres véhicules roulants).

2. Autres matériels d’intervention d’entretien et de réparation


(i) Matériel de lutte contre l’incendie (systèmes de protection incendie, extincteurs, canons à
eau, rideaux d’eau).
(ii) Matériel nécessaire à l’entretien (moyen de lavage notamment).
(iii) Équipement d’entretien et de maintenance des Installations et d’ateliers (soudage,
électricité, électromécanique).

3. Equipements des bureaux, des vestiaires, entrepôts et stockages et des locaux communs
éventuellement prévus en plus des équipements existants :
(i) Dans les bureaux.
(ii) Dans la salle de commande.
(iii) Pour l’aménagement des vestiaires.
(iv) Pour l’aménagement de la salle de réunion.
(v) Pour l’aménagement des locaux administratifs et techniques.

4. Le cas échéant, matériels informatiques et logiciels de conduites des installations et d’aide à


l’exploitation (traçabilité des pesées, suivi des opérations d’entretien-maintenance, etc.)

5. Matériels de contrôle d’accès, de surveillance du Site et de sécurité générale.

Documents à fournir par le Candidat :


B2-a. Liste du matériel roulant fourni

IV.5.3.3. CHAPITRE B3 – ORGANISATION ET MOYENS HUMAINS

Organigramme :
Le Candidat indiquera l’organisation et les effectifs prévus pour l’exploitation des Installations. Il
indiquera l’organigramme prévu avec les fiches de poste de chaque catégorie de personnel en faisant
ressortir le personnel de quart, les équipes de maintenance et l’encadrement.
Il détaillera les CV, qualifications et expériences principales en lien avec le présent projet de
l’ensemble du personnel encadrant et personnel clé pour la phase d’exploitation, dont tous les
personnels présentés dans les Formulaires de Qualification PER-1 et PER-2, dans la Section IV.4
Formulaires de Qualification.

Le Candidat fournira dans son offre la liste des fournisseurs et entreprises potentiels. Il indiquera la
répartition des tâches entre ses différents sous-traitants et lui-même. Il détaillera notamment, pour
chaque prestation :

115
- Le contenu de la prestation de travaux.
- Le nom du constructeur.
- Le nom des sous-traitants.
Il complètera également la liste des sous-traitants de l’Annexe A4-c au Cadre d’offre (Liste des
composants importants des travaux et services et des sous-traitants approuvés).

Il précisera également :
1. Politique RH d’évolution du personnel envisagé. Il sera précisé notamment les actions prévues
en termes de formation du personnel (formation sécurité, habilitations…).
2. Organisation de la permanence et de la continuité du service.
3. Organisation des services externes/supports, et fonctions assurées par ces derniers.
4. Prestations sous-traitées, modalités de contrôle exercée par l’exploitant sur ses sous-traitants et
garanties apportées par les sous-traitants eux-mêmes.

Notice qualité :
Au titre de son organisation, le Candidat remettra une notice qualité, détaillant notamment :
1. Un système qualité permettant le suivi, contrôle qualité, archivage des documents produits.
2. Une procédure qualité détaillant le circuit de validation des choix importants du projet.
3. Une procédure pour l’information préventive des nuisances éventuelles associées aux travaux.
4. Une procédure de collecte des plaintes de tiers et suivi des mesures de correction associées.

Documents à fournir par le Candidat :


B3-a. Organigramme et fiches de poste
B3-b CV du personnel encadrant et personnel clé
B3-c. Plan de formation
B3-d. Procédure pour la continuité de service – astreintes éventuelles
B3-e. Notice qualité
A4-c. Liste des fournisseurs et sous-traitants (Annexe A4-c. au Cadre d’Offre : Liste des composants
importants des travaux et services et des sous-traitants approuvés) (inclure la mention :
EXPLOITATION dans le titre de l’annexe)

IV.5.3.4. CHAPITRE B4 – MODALITE DE GESTION DES PHASES TRANSITOIRES ET MODE


DEGRADE

Le Candidat détaillera les modalités de gestion des phases transitoires et mode dégradé.
Il précisera notamment les modalités permettant d’assurer une continuité dans la réception des déchets
lors de ces phases.
Il détaillera les impacts de ces phases transitoires et/ou mode dégradé sur les performances attendues
en matière d’enfouissement (Centre d’Enfouissement Technique) et de valorisation (Unité de Tri
Compostage).

IV.5.3.5. CHAPITRE B5 – NIVEAU DE GARANTIES OPERATIONNELLES SOUSCRITES OU


INDICATEURS CLES DE PERFORMANCE SOUSCRITS

Le Candidat s’engage sur un niveau de garanties opérationnelles et d’indicateurs clés de performance.


Ces engagements sont contractuels et synthétisés à l’annexe 8 de l’Acte d’Engagement.

Documents à fournir par le Candidat :


B5-a. Cahier des garanties souscrites (Annexe 8 de l’Acte d’Engagement : Garanties
Opérationnelles)

116
IV.5.3.6. CHAPITRE B6 – PERTINENCE DES BILANS DE FONCTIONNEMENT

Le Candidat assurera des services de conception-construction et d’exploitation répondant aux


exigences du présent Cadre d’Offre et de la Section VI. Cahier des Charges, le cas échéant.
Ses engagements en matière de performances seront consistants avec ses propositions techniques et
financières.
Le détail technique justificatif de ses coûts sera complété par le Candidat. Il y détaille la
décomposition de ses coûts d’investissement et de son compte d’exploitation prévisionnel.

Documents à fournir par le Candidat :


B6-a. Bilan traitement lixiviats (Annexe B6-a du Cadre d’offre : Bilan Traitement lixiviats)
B6-b. Bilan matière compostage (Annexe B6-b du Cadre d’offre : Bilan Matière compostage)

IV.5.4. C - CALENDRIER DE REALISATION DE L’OPERATION

Dans son offre, le Candidat établira une note de présentation du déroulement des opérations de
construction et des équipements.

Il fournira à l’appui de cette note un planning détaillé de réalisation du projet faisant ressortir les
délais :

1. Des études préalables.

2. Des études d’exécution.

3. Des principaux postes des travaux (terrassements, géosynthétiques, VRD, …).

Un planning général sera fourni et indiquera de façon claire, les durées de fonctionnement (et la
capacité de traitement associée) et les durées d’arrêt complet des Installations.
Le Candidat renseignera ses engagements en matière de délais d’exécution en Annexe C-d du Cadre
d’offre, Engagements en matière de délais d’exécution.

Documents à fournir par le Candidat :


C-a. Note sur le déroulement des opérations de construction
C-b. Planning détaillé de réalisation du projet
C-c. Planning général de l’opération
C-d. Engagements en matière de délais d’exécution (Annexe C-d. du Cadre d’offre)

IV.5.5. D - CONTENU DU PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE

Le Candidat devra montrer qu’il dispose de méthodes et systèmes de gestion des risques et impacts
environnementaux, sociaux, et relatifs à l’hygiène et la sécurité suffisants, et qu’il a une maîtrise
suffisante de ces questions pour pouvoir faire face à ses responsabilités conformément aux politiques
environnementales et sociales de la Banque et aux dispositions légales du pays de l’Organisme
contractant en matière d’environnement.

Le candidat présentera les démarches qu’il se propose de mettre en œuvre :

1. En matière de qualité, sécurité et environnement. Il pourra s’appuyer sur des démarches de type
ISO 9001, ISO 14001, ou toute autre démarche reconnue.

117
2. En matière de santé et sécurité au travail. Il pourra s’appuyer sur des démarches de type
OHSAS18001, ou toute autre démarche reconnue.

Il présentera également une démarche engageante concernant la responsabilité sociale et sociétale de


l’entreprise. Pour cela, il détaillera les principes qu’il entend mettre en œuvre tout au long du contrat,
en prenant en compte les attentes suivantes :

1. Participation, dans un rôle de conseiller externe, aux réunions organisées par les acteurs locaux,
en particulier la Société Anonyme Mixte « SAM », dénommé Société de Gestion, Propreté et
Services Publics SAM Titre III « PROPUBLIC », à sollicitude de l’Organisme contractant.

2. Formation et transferts de compétences au niveau local en gestion des déchets.

3. Utilisation du Site et des activités dans un but de support pédagogique pour les Universités,
associations et autres institutions locales intéressées.

4. Création et soutien à l’emploi local.

5. Transparence et information de la population quant aux impacts du projet.

De manière générale, le Candidat devra démontrer qu’il a un haut niveau d’expertise en gestion
Environnementale, Sociale, et en matière de Qualité, Hygiène et Sécurité et qu’il peut gérer avec
succès les risques associés à l’exécution des Travaux et Services envisagés, comme suit :

a) Analyser les impacts environnementaux, sociétaux, et de qualité, hygiène, sécurité des


activités sur les différentes Installations ;

b) Décrire l’approche proposée pour gérer les impacts Environnementaux, Sociaux, et de Qualité,
Hygiène et Sécurité durant toutes les phases de ce projet, et notamment décrire les mesures
d’atténuation qui seront prises et les normes et certification internationales qui peuvent
s’appliquer, donner suffisamment de détails pour prouver une bonne appréhension des
questions Environnementales, Sociales, Qualité, Hygiène et Sécurité critiques liées au projet ;

c) Décrire l’approche proposée pour la gestion des risques Environnementaux, Sociaux, et de


Qualité, Hygiène et Sécurité et la mise en œuvre des mesures préventives et d’atténuation sur
Site ;

d) Décrire la dotation proposée en personnel dédié à la gestion des problématiques


Environnementales, Sociales, Qualité, Hygiène et Sécurité, les fonctions, responsabilités et la
structure de direction de cette fonction.

Documents à fournir par le Candidat :


D-a. Démarche de gestion Environnementale, Sociale, Hygiène et Sécurité spécifique au projet
D-b. Certifications relatives à l’Environnement ; l’Hygiène, Santé et Sécurité au travail ; la
Responsabilité Sociale et Sociétale (si existantes)

118
IV.5.6. ANNEXES AU CADRE D’OFFRE

IV.5.6.1. ANNEXE B6-A : BILAN DE FONCTIONNEMENT STATION DE TRAITEMENT DES


LIXIVIATS

Le candidat renseignera le tableau suivant. Il est libre de rajouter autant de lignes que nécessaire pour
les bilans matière et Autres, en fonction du process qu’il propose de mettre en œuvre. Il peut
également, s’il le souhaite, détailler par des lignes supplémentaires la capacité de traitement de la
Station de Traitement proposée.

Tableau. Bilan fonctionnement Station traitement lixiviats


Capacité
Capacité de traitement m3/j
m3/an
Total m3/an
Consommations
Consommation électrique kWh/an
Consommation de réactifs m3/an
Réactif 1 : ___________ m3/an
Réactif 2 : ___________ m3/an
[… à compléter]

Autres
Boues issues du traitement m3/an
[… à compléter] m3/an

119
IV.5.6.2. ANNEXE B6-B : BILAN DE FONCTIONNEMENT UNITE DE TRI COMPOSTAGE

Le synoptique ci-dessous présente les flux de matière théoriques au sein de l’Unité de Tri Compostage.
Le Candidat devra indiquer pour chaque flux les données de tonnage et durée théorique (cases grisées) de l’Installation qu’il propose de mettre en œuvre. Il
utilisera pour cela le tableau Bilan flux présenté plus bas, en vérifiant la cohérence des formules de calcul. Il complètera également le tableau Bilan matière.

Tonnages entrants Process de pré-traitement / tri Process de compostage


Durée fermentation (semaine) d. FERM Durée maturation (semaine) d. MAT

Déchets ménagers D1 Métaux triés valorisables V1


Déchets traités
Flux entrant en
Déchets de marchés D2 Plastiques triés valorisables V2 Flux entrant en fermentation FERM=F+S MAT=AFF-R2-S3
D=D1+D2 maturation

Refus de tri R1
Flux entrant en Compost CPST=MAT-P2
AFF=FERM-P1
Fraction fermentescible F affinage
Structurant "neuf" S1
Structurant
Perte process
Structurant "recirculé" S2 Perte process P2
S=S1+S2 P1 maturation
fermentation

Refus affinage R2

Recirculation
S3
Structurant

120
Tableau. Bilan flux.
Etape du Proposition
Flux Unité Case / Formule
process Candidat

Déchets ménagers D1

Déchets de marchés D2

Déchets traités D
Tonnages
entrants
Structurant "neuf" S1

Structurant "recirculé" S2

Structurant S=S1+S2

Métaux triés valorisables V1


Process de
Plastiques triés valorisables V2
pré-traitement
Refus de tri R1
/ tri
Tonnes/an
Fraction fermentescible F

Flux entrant en fermentation FERM=F+S

Perte process fermentation P1

Flux entrant en affinage AFF=FERM-P1

Refus affinage R2
Process de
compostage
Recirculation Structurant S3=S2

Flux entrant en maturation MAT=AFF-R2-S3

Perte process maturation P2

Compost CPST=MAT-P2

Durée de fermentation d. FERM


Semaines
Durée de maturation d. MAT

Tableau Bilan matière.


Matière Formule
Proposition
Candidat

Déchets traités =D

Apport en structurant =S1

Pertes process =P1+P2

Valorisation organique :
=CPST
production de compost

Valorisation matière =V1+V2

Refus =R1+R2

122
IV.5.6.3. ANNEXE A4-C : LISTE DES COMPOSANTS IMPORTANTS DES TRAVAUX ET
SERVICES ET DES SOUS-TRAITANTS APPROUVES

Sous-traitants proposés pour les composants importants des travaux et services

La liste des composants importants des travaux et services est fournie ci-dessous.

Les sous-traitants suivants sont proposés pour l’exécution de la partie des travaux et services
indiquée. Le Soumissionnaire pourra proposer plus d’un sous-traitant pour chaque élément.

Composants importants des Sous-traitants proposés Nationalité


travaux et services

123
IV.5.6.4. ANNEXE C-D : ENGAGEMENTS EN MATIERE DE DELAIS D’EXECUTION

Le Candidat renseignera les périodes d’achèvement suivantes, qui deviendront des garanties
contractuelles si son offre était retenue, conformément à l’Annexe 4 à l’Acte d’Engagement
(Calendrier d’exécution).

Désignation Délai d’exécution


Phase 1 1. Etudes de conception Semaine ____
Phase 2 2. Etude d’exécution Semaine ____
Phase 3 3. Travaux
3.1 Aménagements du Centre d’Enfouissement Technique sur le CGIDS
3.1.1 Travaux préparatoires Semaine ____
3.1.2 Terrassements Semaine ____
3.1.3 Etanchéité Semaine ____
3.1.4 VRD Semaine ____
3.1.5 Fourniture et installation des équipements Semaine ____
3.1.6 Essais et mise en service Semaine ____
3.2 Aménagements de la Station de Traitement des Lixiviats sur le CGIDS
3.2.1 Travaux préparatoires Semaine ____
3.2.2 Terrassements Semaine ____
3.2.3 VRD Semaine ____
3.2.4 Fourniture et installation des équipements Semaine ____
3.2.5 Essais et mise en service Semaine ____
Aménagements de l’Unité de Tri Compostage sur le CGIDS
3.3.1 Travaux préparatoires Semaine ____
3.3.2 Terrassements Semaine ____
3.3.3 VRD Semaine ____
3.3.4 Fourniture et installation des équipements Semaine ____
3.3.5 Essais et mise en service Semaine ____
3.4 Aménagement de la Station de Transfert de Petit Anse
3.4.1 Travaux préparatoires Semaine ____
3.4.2 Terrassements Semaine ____
3.4.3 VRD Semaine ____
3.4.4 Fourniture et installation des équipements Semaine ____
3.4.5 Essais et mise en service Semaine ____
Phase 4 4. Exploitation
Exploitation du Centre d’Enfouissement Technique
4.1 Semaine ____
du CGIDS
4.2 Exploitation de la Station de traitement des lixiviats Semaine ____

124
du CGIDS
Exploitation de l’Unité de Tri Compostage du Semaine ____
4.3
CGIDS
4.4 Exploitation de la Station de Transfert de Petite-Anse Semaine ____

125
IV.6. FORMULAIRES DE LA GARANTIE DE L’OFFRE

IV.6.1. FORMULAIRE D’INFORMATION DE LA GARANTIE DE L’ OFFRE.

Date : ________________________
Avis d’appel d’offres No. : __________

_____________________________ [nom de la banque et adresse de la banque d’émission]

Bénéficiaire : __________________ [nom et adresse de l’Organisme contractant]

Date : _______________

Garantie d’offre no. : ________________

Nous avons été informés que ____________________ [nom du Soumissionnaire] (ci-après


dénommé « le Soumissionnaire ») a répondu à votre appel d’offres no. ____________pour
l’exécution de __________________ [description des travaux] et vous a soumis son offre en date
du ________________ [date du dépôt de l’offre] (ci-après dénommée « l’Offre »).

En vertu des dispositions du Dossier d’Appel d’Offres, l’Offre doit être accompagnée d’une
garantie d’offre.

A la demande du Soumissionnaire, nous _________________ [nom de la banque] nous engageons


par la présente, sans réserve et irrévocablement, à vous payer à première demande, toutes sommes
d’argent que vous pourriez réclamer dans la limite de _____________ [insérer la somme en
chiffres] _____________ [insérer la somme en lettres].

Votre demande en paiement doit être accompagnée d’une déclaration attestant que le
Soumissionnaire n'a pas exécuté une des obligations auxquelles il est tenu en vertu de l’Offre, à
savoir :

a) s’il retire l’Offre pendant la période de validité qu‘il a spécifiée dans la Lettre d’Offre ; ou

b) s’il, s’étant vu notifier l’acceptation de l’Offre par L’Organisme contractant pendant la


période de validité :
(i) ne signe pas le Contrat, s’il est tenu de le faire ; ou
(ii) ne fournit pas la garantie de bonne exécution, ainsi qu’il est prévu dans les Instructions
aux soumissionnaires.

La présente garantie expire :

a) si le marché est octroyé au Soumissionnaire, lorsque nous recevrons une copie du Contrat et
de la garantie de bonne exécution émise en votre nom, selon les instructions du
Soumissionnaire ;

b) si le marché n’est pas octroyé au Soumissionnaire, à la première des dates suivantes :

126
(i) lorsque nous recevrons copie de votre notification au Soumissionnaire du nom du
soumissionnaire retenu, ou
(ii) vingt-huit (28) jours suivant l’expiration de l’Offre.

Toute demande de paiement au titre de la présente garantie doit être reçue à cette date au plus tard.

La présente garantie est régie par les Règles uniformes de la CCI relatives aux garanties sur
demande, Publication CCI no : 458.

______________________________

Signature(s)

127
IV.6.2. FORMULAIRE DE GARANTIE D’OFFRE (CAUTIONNEMENT EMIS PAR UNE SOCIETE
DE CAUTIONNEMENT).

NON APPLICABLE.

128
IV.6.3. MODELE DE DECLARATION DE GARANTIE DE L’OFFRE.

NON APPLICABLE.

129
SECTION V. PAYS ÉLIGIBLES

Éligibilité en matière de passation des marchés de fournitures, travaux et services financés par la
Banque Interaméricaine de Développement.

130
V.1. ÉLIGIBILITE EN MATIERE DE PASSATION DES MARCHES DE FOURNITURES,
TRAVAUX ET SERVICES FINANCES PAR LA BANQUE INTERAMERICAINE DE
DEVELOPPEMENT.

V.1.1. LISTE DES PAYS MEMBRES LORSQUE LE FINANCEMENT PROVIENT DE LA BANQUE :

Argentine, Autriche, Bahamas, Barbade, Belgique, Belize, Bolivie, Brésil, Canada, Colombie,
Costa Rica, Chili, Croatie, Danemark, République Dominicaine, Équateur, Salvador, Finlande,
France, Allemagne, Guatemala, Guyana, Haïti, Honduras, Israël, Italie, Jamaïque, Japon, Mexico,
Pays-Bas, Nicaragua, Norvège, Panama, Paraguay, République populaire de Chine, Pérou, Portugal,
République de Corée, Slovénie, Espagne, Surinam, Suède, Suisse, Trinidad & Tobago, Royaume-
Uni, États-Unis, Uruguay et Venezuela.

V.1.2. CRITERES DE NATIONALITE ET DE PROVENANCE DES BIENS ET SERVICES

Les politiques de la Banque relatives à la passation des marchés imposent que des critères soient
fixés afin de déterminer :

1. la nationalité des personnes physiques et morales admis à soumissionner ou à participer dans


un marché financé par la Banque et

2. le pays de provenance des biens et services. Les critères suivants sont utilisés à cet effet :

V.1.2.1. NATIONALITE

1. Une personne physique est réputée de la nationalité d’un pays si elle répond à l’une des
conditions suivantes :
(i) Elle est ressortissante d’un pays membre de la Banque ; ou
(ii) Elle est domiciliée dans un pays membre en tant que résidente véritable et elle est
légalement autorisée à travailler dans le pays où elle est ainsi domiciliée.

2. Une personne morale est réputée de la nationalité d’un pays si elle répond aux deux
conditions suivantes :
(i) Elle a été légalement constituée dans un pays membre de la Banque ; et
(ii) Plus de cinquante (50) pour cent du capital est détenu par des personnes physiques ou
morales de pays membres de la Banque.

Tous les membres d’un groupement et tous les sous-traitants doivent remplir les critères ci-avant.

V.1.2.2. PROVENANCE DES BIENS

Les biens proviennent d’un pays membre de la Banque s’ils ont été extraits, cultivés, récoltés ou
produits dans un pays membre de la Banque.

Un bien est produit lorsqu’un processus de fabrication, de transformation ou d’assemblage de


composants aboutit à l’obtention d’un article commercialisable dont les caractéristiques de base, la
fonction ou l’utilité sont substantiellement différentes de celles de ses composants.
Pour un bien consistant en plusieurs composants individuels qu’il faut interconnecter (par le
fournisseur, l’Organisme contractant ou un tiers) afin de rendre ce bien opérationnel, et

131
indépendamment de la complexité des connections, la Banque considère que ce bien est admis au
financement si l’assemblage des composants a lieu dans un pays membre, indépendamment de la
provenance des composants. Lorsque le bien est un ensemble de plusieurs biens individuels qui sont
normalement conditionnés et commercialisés comme un bien unique, le bien est réputé provenir du
pays où il a été conditionné et à partir duquel il a été expédié à l’Organisme contractant.

Pour les besoins de la provenance, les biens portant la mention « fabriqué dans l’Union européenne
» sont admis sans qu’il soit nécessaire le pays de provenance spécifique au sein de l’Union
européenne.

La provenance des matériaux, parties ou composants d’un bien ou la nationalité de l’entreprise qui
produit, assemble, distribue ou vend les biens ne détermine pas la provenance dudit bien.

V.1.2.3. PROVENANCE DES SERVICES

Le pays de provenance de services est celui de la personne physique ou morale fournissant ces
services, comme déterminé par les critères de nationalité définis ci-avant. Ces critères s’appliquent
aux services connexes à la fourniture de biens (tel que le transport, l’assurance, le montage,
l’assemblage, etc…), aux services de construction et aux services de consultants.

132
PARTIE II. SPÉCIFICATIONS DES TRAVAUX ET
SERVICES

133
SECTION VI. CAHIER DES CHARGES

134
Chapitres du Cahier des Charges

Section VI. Cahier des Charges .................................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Chapitre 1. Contexte, objectifs et description du marché ..................................... Erreur ! Signet non défini.
Chapitre 2. Dispositions générales ........................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Chapitre 3. Documents à fournir par le Constructeur-Exploitant et contrôles . Erreur ! Signet non défini.3
Chapitre 4. Consistance des travaux d’aménagement de la station de transfert de Petite Anse et du
CGIDS ........................................................................................................................ Erreur ! Signet non défini.
Chapitre 5. Gestion du chantier ............................................................................... Erreur ! Signet non défini.
Chapitre 6. Services d’exploitation des installations .............................................. Erreur ! Signet non défini.
Chapitre 7. Mesures d’hygiène, sécurité et environnement et de lutte contre les nuisancesErreur ! Signet non défini.
Chapitre 8. Annexes .................................................................................................. Erreur ! Signet non défini.

135
CHAPITRE 1. CONTEXTE, OBJECTIFS ET DESCRIPTION DU MARCHE

TITRE 1.1 OBJET DU MARCHE

Le programme de financement non remboursable de la Banque Interaméricaine de Développement


(la Banque) 4605/GR-HA « Gestion des déchets solides dans le Nord d’Haïti » et l’opération HA-
L1106 du même nom consistent à financer la construction et l’exploitation d’un système de gestion
intégrée des déchets solides pour les municipalités du Département du Nord d’Haïti, en particulier
Cap Haïtien, Limonade et Quartier Morin et à appuyer le renforcement des aspects institutionnels
concernant la gestion des déchets sur ces municipalités.

Il est ainsi prévu la mise en place d’une collecte des déchets ménagers et des marchés sur les
municipalités concernées, et le traitement de ces déchets sur un site approprié, situé au lieu-dit
Mouchinette. Une partie des déchets sera valorisée organiquement (par compostage) et par
recyclage, et les déchets résiduels seront enfouis sur le site de Mouchinette.

L’objet du présent Contrat est de sélectionner une entreprise à travers un Contrat de Conception,
Construction, Exploitation des installations de gestion des déchets suivantes (nommées dans la suite
du Cahier des charges : « les Installations ») :

 Station de Transfert (ST) des déchets à Cap Haïtien

 Centre de Gestion Intégrée des Déchets Solides (CGIDS) sur le site de Mouchinette, composé
de :
o Une Unité de Tri Compostage (UTC)
o Un Centre d’Enfouissement Technique (CET)
o Une Station de traitement des lixiviats
o Les installations connexes nécessaires au fonctionnement du CGIDS.

TITRE 1.2 CONTEXTE DU PROJET

ARTICLE 1.2.1 ORIGINE DU PROJET

La division eau et assainissement de la Banque a autorisé un financement non remboursable


4605/GR-HA « Gestion des déchets solides dans le Nord d’Haïti » au gouvernement de Haïti pour
améliorer la situation environnementale et les conditions de vie des habitants du Nord d’Haïti à
travers l’amélioration des pratiques de gestion des déchets solides et avec un renforcement des
aspects institutionnels et de la capacité des municipalités dans le domaine de la gestion des déchets
et de la collecte de redevances pour ce service.

ARTICLE 1.2.2 CONTEXTE GENERAL

1.2.2.1. PRESENTATION DE HAÏTI ET DE LA ZONE CONCERNEE PAR LE PRESENT PROJET

Haïti compte 11,6 millions d'habitants en 2019, dont 1,1 million vivent dans la zone Nord, l'une des
zones à la croissance et au taux d'urbanisation les plus rapides du pays, où, comme dans d'autres
zones, on observe des taux de chômage, de pauvreté et d’inégalités élevés et un accès aux services
publics de base limité.

136
La région Nord d'Haïti est composée de deux des neuf départements du pays : le Département du
Nord (dont la capitale est Cap Haïtien) et le Nord-Est (avec capitale à Fort-Liberté). Selon les
projections 2015 de l'Institut haïtien de la statistique (IHSI), les départements du Nord et du Nord-
Est comptent respectivement 1 067 177 et 393 967 habitants, ce qui représente 14% de la
population totale du pays. La route nationale 6 (RN6), longue de 70 km, traverse ces deux
départements ; c’est la plus grande voie de communication du Nord, réhabilitée par l'Union
Européenne en 2008. La RN6 relie les plus grandes villes du Nord : Cap Haïtien et Ouanaminthe et
traverse 13 communes (Cap Haïtien, Limonade, Quartier Morin, Capotille, Caracol, Ferrier, Fort
Liberté, Mont-Organisé, Ouanaminthe, Perches, Sainte-Suzanne, Terrier-Rouge et Trou-du-Nord).

L’opération HA-L1106 de la Banque est centrée sur l’aire d’influence de l’Arrondissement de Cap
Haïtien, formée par les municipalités de Cap Haïtien, Limonade et Quartier Morin. La population
totale concernée par le projet était estimée à environ 510 000 habitants en 2017. Potentiellement,
dans un horizon de plus long terme du projet, les municipalités de Caracol, Trou du Nord et Terrier
Rouge pourraient également être prises en compte ce qui porte la population totale de l’aire
d’influence du projet à 600 000 habitants.

Figure 1. Localisation du projet

CAP-HAÏTIEN
(CENTRE ET PÉRIPHÉRIE)

POPULATION: 423 000 HAB.

QUARTIER
MORIN CARACOL

LIMONADE PIC

POPULATION: 510 000 HAB.


TERRIER
ROUGE

TROU DU
NORD
POPULATION: 600 000 HAB.

Le Parc Industriel de Caracol (PIC), dont l’activité principale est la production textile, créé en 2011
grâce à un financement de la Banque, se trouve au centre de la zone concernée par le projet.
Cependant, les déchets du PIC sont gérés en interne, sur la décharge de la Madrasse, et ne devraient
pas être concernés par le projet.

137
1.2.2.2. SITUATION ACTUELLE DE LA GESTION DES DECHETS DANS LA REGION NORD DE HAÏTI

La région du Nord présente d'importants déficits en matière d'infrastructures d'assainissement, de


traitement des eaux usées et de gestion des déchets solides municipaux. Cette situation met en péril
la qualité des sols et des eaux de surface et souterraines et augmente la vulnérabilité de la zone aux
catastrophes naturelles, notamment les inondations, qui sont aggravées par les effets du changement
climatique. De même, il est constaté des impacts sur la santé des populations et le potentiel de
développement des activités économiques, principalement le tourisme, est réduit.

Dans le nord d'Haïti, il n'y a pas de site d'élimination finale contrôlé et les systèmes de collecte des
déchets solides sont insuffisants. En particulier à Cap Haïtien, il existe un système de collecte
municipale dans la zone centrale 5, soutenu par le Service National de Gestion des Résidus Solides
(SNGRS), qui a remplacé en 2018 le Service Métropolitain de Collecte de Résidus Solides
(SMCRS) ; cependant, les itinéraires et la fréquence du service sont irréguliers. Dans le reste de la
ville, le conseil municipal agit par des opérations (sporadiques) en coordination avec les équipes du
Ministère des Travaux Publics, Transport et Communication (MTPTC), en se concentrant sur les
points de plus grosse concentration de déchets solides. En complément, il existe de petites
entreprises de pré-collecte des déchets qui interviennent sur demande des particuliers à travers un
système informel non piloté par les autorités. À Limonade et Quartier Morin, villes voisines de Cap
Haïtien, il y a des systèmes municipaux, mais les infrastructures de collecte sont inadaptées et
obsolètes, n’offrant pas un service de qualité.

Dans toutes les localités, on observe le développement d’une activité naissante de recyclage,
principalement informelle. Quant à la production de compost, elle est quasi inexistante. On peut
cependant recenser une micro-activité de compostage réalisée par l’ONG SOIL sur la commune de
Limonade à partir d’excrétats et de déchets verts et une autre initiative réalisée par la micro-
entreprise Haiti Compost Business (HCB) à partir de biodéchets.

En plus des déchets solides d’origine domestique, il faut également tenir compte des déchets
assimilables à des déchets domestiques provenant notamment des marchés et de divers projets de
développement en cours sur la région. Les déchets du PIC ne sont a priori pas concernés par le
présent projet.

Sur les marchés, la gestion courante consiste en une collecte par des collecteurs organisée par la
commune, qui laissent les déchets à l’arrière des marchés. Les déchets sont soit brulés, soit utilisés
pour l’alimentation animale ou acheminés vers des points de dépôts inappropriés.

Concernant les autres projets de développement, on peut notamment citer un projet de la Banque
Mondiale, approuvé en 2017 : Projet de Développement Municipal et de Résilience Urbaine -
MDUR (P155201). Le projet MDUR prévoit le nettoyage des ravines et de la baie de Cap Haïtien
des déchets qui s’y trouvent, pour le contrôle des inondations. Une partie de ces déchets
assimilables à des déchets ménagers, estimés à 50 000 m3 sur 2 ans (2023 – 2024), pourraient être
acheminés ver le CGIDS et devront être considerés comme des apports aditionnels aux quantités
subventionnées dans le cadre du présent Contrat conformément aux précisions de l’Annexe 1 de
l’Acte d’engagement – Conditions et procédures de paiement.

5
En 2017, la population du centre-ville de Cap-Haitien est estimée à 50,350 habitants pour une population totale de
423,000 habitants.

138
ARTICLE 1.2.3 PERIMETRE DU PROJET

La mission du Constructeur-Exploitant dans le cadre du présent Contrat consiste en la conception,


la construction, l’exploitation et la maintenance des installations de gestion des déchets suivantes :

 Une Station de Transfert (ST) des déchets, située à Cap Haïtien (site de Petite Anse) ;

 Un Centre de Gestion Intégrée des Déchets Solides (CGIDS), situé sur la commune de
Limonade (site de Mouchinette), et lui-même composé des installations suivantes :
o Une Unité de Tri Compostage (UTC),
o Un Centre d’Enfouissement Technique (CET),
o Une Station de Traitement des Lixiviats.

Le Constructeur-Exploitant devra également réaliser l’aménagement et l’entretien des voies d’accès


depuis la route principale (RN6) vers la ST et vers le CGIDS.

La collecte des déchets depuis leur lieu de production jusqu’à la ST ou directement jusqu’au
CGIDS ne fait pas partie de la mission du Constructeur-Exploitant. En effet, cette prestation sera
réalisée par la Société Anonyme Mixte PROPUBLIC, presentée à continuation.

En revanche, l’exploitation de la ST et le transport des déchets de la ST vers le CGIDS fait bien


partie intégrante des missions du Constructeur-Exploitant.

La localisation de la ST et du CGIDS sont présentés sur la vue satellite suivante.

Figure 2. Localisation de la ST et du CGIDS

STATION DE
TRANSFERT

CGIDS

La ville de Cap Haïtien et les communes de Quartier Morin et Limonade sont reliées par la RN6. La
ST à Cap Haïtien et le CGIDS sont distants de 13 kilomètres via cette route nationale.

139
TITRE 1.3 CONTEXTE INSTITUTIONNEL ET FINANCEMENT DU PROJET

Les ressources mises en œuvre dans l’opération HA-L1106 ont fait l’objet de l’accord de don No.
4605/GR-HA, Programme « Gestion des Déchets Solides dans le Nord d’Haïti » Financement non
Remboursable 4605/GR-HA, avec La République d’Haïti pour un montant de 33 503 000.- dollars
EU au projet de Gestion des Déchets Solides dans le Nord d’Haïti, auquel vient s’ajouter une
contrepartie du gouvernement de Haïti de 1 300 000.- dollars EU, pour un total de 34 803 000.-
dollars EU.

La Composante I du programme de financement (28 738 000 dollars EU) est destinée à
l’investissement dans l’infrastructure nécessaire pour la gestion intégrée des déchets ce qui inclut la
construction du CGIDS et de la ST et leur exploitation pendant la durée du Contrat, objets du
présent appel d’offres.

Cependant, le financement permettra également de subventionner l’infrastructure nécessaire pour


les activités de collecte et commercialisation du service de gestion des déchets solides dans les
villes de Cap Haïtien, Limonade et Quartier-Morin.

En outre, un financement sera accordé pour des infrastructures d’assainissement à Limonade, en


particulier la reconfiguration du marché local, et pour la réalisation de petits travaux de génie civil,
y compris les actions ponctuelles de canalisations et de ponts, pour le contrôle des inondations et de
l’assainissement environnemental. Ces infrastructures ont comme objectif d’améliorer la résilience
chez la population face au changement climatique.

Le résultat escompté est l’intégration d’un système formel de gestion et d’élimination finale des
déchets ménagers et assimilables et qui met en place le processus pour l’utilisation et la valorisation
de ce qui permettra d’augmenter la durée de vie de la décharge sanitaire et de garantir la viabilité du
système en améliorant les conditions environnementales (tant par le recyclage de composantes
inorganiques, telles que la production de compost). Les infrastructures de base d’assainissement à
Limonade permettront de réorganiser le système de gestion de déchets solides dans le principal
générateur de déchets (le marché) et de réduire la contamination des nappes d’eau affectées par le
transport de déchets solides en période de pluie avec la dotation en infrastructure de base pour le
contrôle des inondations.

La Composante II est relative au renforcement institutionnel (4 690 000.- dollars EU). Elle
financera la création de capacités nationales et locales centrées sur la gestion des déchets solides
municipaux et la perception de redevances. Elle financera également des activités d’éducation
environnementale et de communication. En particulier, elle appuiera la consolidation de la Société
Anonyme Mixte (SAM) PROPUBLIC par le financement de :

(i) consultations d’appui pour la mise en fonctionnement de la SAM PROPUBLIC et la création


de processus et de procédures d’opération à caractère technique et commercial ;

(ii) formation du personnel de la SAM PROPUBLIC et ses salaires ;

(iii) construction et équipement de bureaux et dotation d’équipement pour la supervision de


travaux;

(iv) activités d’éducation environnementale ; et

140
(v) diagnostic territorial de genre et proposition d’autonomie économique, entre autres.

Le résultat escompté est une entité qui ait la capacité de superviser les actions réalisées par
l’entreprise qui fournit des services d’élimination finale et de transport de déchets solides et la prise
en charge de l’opération après une période de transfert de connaissances et la formation. De même,
il est prévu que la SAM PROPUBLIC puisse définir des tarifs de collecte, encaisser et signer des
contrats de collecte avec d’autres acteurs, développer des activités de communication et d’éducation
environnementale et promouvoir l’expansion du service, entre autres. La SAM PROPUBLIC est la
responsable de la mise en place des activités de collecte et commercialisation des déchets qui sont
complémentaires des services inclus au marché.

Le budget restant est destiné aux activités d’administration, évaluation et audit (1 375 000.- dollars
EU).

Cette composante financera l’appui aux Operateurs d’Exécution (OE) dans les aspects de mise en
œuvre du Projet. Les frais d’administration des OE, la surveillance et le suivi du Projet (personnel
technique et fiduciaire et équipement nécessaire), audit externe et évaluation intermédiaire et finale.
Dans le cadre du programme de financement, il existe deux OE, l’Unité Technique d’Exécution
(UTE), en représentation du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF), qui est responsable de
la Composante I, et l’Unité de Coordination de Projets (UCP), en représentation du Ministère de
l’Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT), qui est responsable de la Composante II.

Dans le cadre de cet appel d’offres, comme décrit dans la figure suivante, le Ministère de
l’Economie et des Finances sera l’Organisme contractant, mais l’UTE est la responsable de la
supervision administrative, technique et financière du Contrat et des activités du Constructeur-
Exploitant jusqu’à échéance du programme de financement de la Banque.

L’UTE devra se coordonner avec la SAM PROPUBLIC (ou le cas échéant, avec un autre prestataire
de services) pour que celle-ci organise la collecte et acheminement des déchets à la ST ou au
CGIDS. Selon le Manuel d’Opération du Projet de Gestion des Déchets Solides dans le Nord
d’Haïti, HA-L1106 la SAM PROPUBLIC jouera le rôle de Maitre d’Ouvrage étant donné qu’elle
est l’entité pour laquelle l’ouvrage principal, le CGIDS, est conçu et construit. Elle participera aux
différents organes de suivi (atelier de lancement, comité de pilotage, comités techniques de suivi du
programme de financement).

La SAM PROPUBLIC devrait en particulier être responsable de mettre en place les activités
suivantes qui viennent compléter le système intégral de gestion des déchets solides, à savoir :

(i) Les activités d’éducation de la population locale et de formation d’acteurs locaux à la gestion
des déchets solides et aux questions environnementales connexes ;

(ii) Les activités d’engagement et de collaboration avec les autres institutions locales impliquées
dans, ou affectées par, le projet ;

(iii) Les activités de communication concernant le projet auprès des parties prenantes au projet
mais également de la population locale ;

(iv) Le développement et l’adoption de règlements concernant la gestion des déchets, ainsi que la
création d’une police verte ;

141
(v) Les activités de collecte des déchets des ménages, commerces et institutions et clients
spéciaux et leur acheminement jusqu’à la ST ou directement au site du CGIDS de
Mouchinette selon le cas ;

(vi) Les activités de nettoyage des espaces publics ;

(vii) La commercialisation du service de déchets (mise en place et gestion d’une base de données
clients, création et administration du système d’information, facturation, recouvrement et
attention aux usagers) ;

(viii) A la fin du présent Contrat, la SAM PROPUBLIC devrait récupérer du Constructeur-


Exploitant la gestion des Installations.

Figure 3. Fonctionnement institutionnel du projet

RÉGULATEURS
(MINISTÈRES & AGENCES
GOUVERNEMENTALES, SNGRS)

SAM SUPERVISION
PROPUBLIC DU CONTRAT

PAIEMENT D’UNE
RÉMUNÉRATION

DBO
MÉNAGES
COMMERCES ET
INSTITUTIONS
CLIENTS COLLECTE
SPÉCIAUX ST TRANSPORT UTC (TRI, COMPOSTAGE, CET
RECYCLAGE)

Pour son activité, le Constructeur-Exploitant recevra les rémunérations suivantes qui sont décrites
avec précision à l’Annexe 1 de l’Acte d’Engagement (Conditions et procédures de paiement). Le
résumé ci-dessous est apporté à des fins informatives, mais en cas de contradictions avec l’Annexe
1, ce dernier primera.

 Un paiement forfaitaire pour l’investissement qui sera payé à partir de la Composante I en


fonction du degré d’avancement des travaux de conception-construction par le Constructeur-
Exploitant ;

 Un paiement mensuel pour l’exploitation, composé d’une rémunération fixe pour couvrir les
coûts fixes de l’exploitation de la ST, de l’UTC et du CET et une partie variable qui comprend
3 paiements en fonction i) des tonnes entrantes au CGIDS, ii) en fonction des tonnes à
acheminer de la ST au CGIDS et iii) des tonnes de compost commercialisées (ou le cas échéant
données à titre gratuit). Ces paiements fixes et variables sont également couverts par la
Composante I du programme de financement mais jusqu’à des tonnages maximums prédéfinis
;

142
 Au-delà de ces tonnages et dans le cadre de la durée du Contrat, le Constructeur-Exploitant a
l’obligation de traiter une quantité additionnelle de tonnes de déchets entrantes au CGIDS au
prix variable déterminé ci-dessus à partir de contrats bilatéraux avec des apportants potentiels,
en particulier la SAM PROPUBLIC. Néanmoins, cette obligation sera suspendue en cas de
manquement au paiement des sommes dues que doit réaliser l’Apportant pendant 3 mois
consécutifs ;

 Finalement, le Constructeur-Exploitant est autorisé à recevoir les revenus de l’activité de tri et


de compostage réalisée sur le site du CGIDS de Mouchinette.

TITRE 1.4 PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET

A continuation sont décrits les différents acteurs, de conformité avec le Manuel d’Opération pour
l’exécution du Projet HA-L1106, intitulé « GESTION DES DECHETS SOLIDES DANS LE
NORD D’HAITI », du décembre 2019.

 Ministère de l’Economie et des Finances - MEF

Créé par le décret du 13 mars 1987, le Ministère de l'Économie et des Finances a pour mission
fondamentale de formuler et de conduire la politique économique, financière et monétaire de
l'État haïtien pour favoriser la croissance ainsi que le développement socio-économique du
pays sur une base durable.

L’une de ses attributions principales est :

o Négocier et signer tout contrat, accord, convention et traité à incidence économique et


entraînant des obligations financières pour l’état.
En conformité avec la structure organisationnelle de la Banque, chaque pays membre
nomme un gouverneur, dont le nombre de voix est proportionnel au capital de la Banque
souscrit par son pays.
Pour la république d’Haïti le gouverneur est le Ministre de l’Economie et des Finances.
Il est donc le représentant habilité pour signer et engager la République d’Haïti dans la
gestion de fonds de l’Accord de Don 4605/GR-HA de l’opération HA-L1106 pour la mise
en œuvre du Projet.

 L’Unité Technique d’Exécution du Ministère de l’Economie et des Finances - UTE

L’Unité Technique d’Exécution (UTE) a été créée le 15 octobre 2004 au sein du Ministère de
l’Économie et des Finances (MEF) comme entité technique responsable de la prise en charge
de l’exécution du Programme de Remise en État de l'Infrastructure Économique de Base
(PREIEB), financé (Prêt 1493/SF-HA) par la Banque Interaméricaine de Développement
(BID) et avec un apport en contrepartie de l’État haïtien. L’UTE a mis en œuvre d’autres
programmes et Projets financés soit par la BID (« Programme d’infrastructures et Programme
d’infrastructure Productive I à V dans le cadre de l’aménagement du parc industriel de
Caracol », le projet « d’Augmentation l’Accès à une Education de Qualité en Haïti », le projet
« d’Appui au Plan et à la Réforme de l´Education en Haïti IV », le Programme « Amélioration
de l’Accès à l’Électricité en Haiti », le Programme de « Tourisme Côtier Durable dans le
sud ») ; soit par la Banque Mondiale ( Projet « Préservation du Patrimoine et d’Appui au
Secteur Touristique dans le nord », le Projet de « Développement Régional de la Boucle Centre
Artibonite », le Projet « d'Accessibilité Rurale et de Résilience-Haïti » ; soit par l’AFD et

143
l’USAID avec un apport de contrepartie de l’État haitien « le projet de reconstruction et
d’équipement de l’Hopital de l’Université d’État d’Haiti ».
L’UTE est responsable de la mise en œuvre de la Composante I du Projet.

 La Société de gestion, propreté et services publics SAM Titre III (PROPUBLIC)

La Société de Gestion, Propreté et Services Publics SAM Titre III (PROPUBLIC) est,
conformément à la loi du 16 septembre 1963, une société anonyme mixte crée au Cap-Haitien
le 17 mai 2018. Elle fonctionne sous le nom commercial « PROPUBLIC ».

La société anonyme mixte a été constituée par décision des municipalités du Cap-Haitien, de
Quartier Morin et de Limonade, avec pour mission d’assurer la maîtrise d’ouvrage de services
communaux de proximité tels : la gestion des déchets, l’eau potable et l’assainissement ainsi
que d’autres services urbains essentiels.

Par cette décision, ces trois municipalités se sont associées à des acteurs privés (la Chambre de
Commerce, d’Industrie et des Professions du Nord (CCIPN) et l’association touristique à but
non lucratif Organisation de Gestion de la destination Nord d’Haïti (OGDNH)) et ont transféré
leur compétence de maître d’ouvrage pour ces services 6, à cette Société Anonyme Mixte
(SAM) PROPUBLIC à vocation multiple.

La SAM PROPUBLIC, par sa structure juridique, est une société de droit privé, régie par le
code du commerce. Son statut, au capital public-privé, lui confère les moyens et l’efficacité
d’une entreprise privée et son capital public majoritaire confirme sa vocation d’être une
entreprise au service de l’intérêt général.

Le capital social de départ de la société est fixé à QUATRE MILLIONS (4 000 000) de
GOURDES et la structure de l’actionnariat est la suivante :
o Mairie du Cap-Haitien : 23%
o Marie de Quartier-Morin : 23%
o Mairie de Limonade : 23%
o CCIPN : 13%
o OGDNH : 8%
o Actions non encore libérées : 10%

 Les Bénéficiaires directs

Les mairies des trois (3) communes concernées par la mise en œuvre du Projet : Cap-Haitien,
Quartier Morin et Limonade.

 Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales – MICT

Le Ministère de l’Intérieur est l’organisme central ayant pour mission de concevoir, de définir
et de concrétiser la politique du pouvoir exécutif en ce qui concerne la tutelle des collectivités
territoriales, l’immigration et l’émigration et la protection civile.
Sa principale mission est d’exercer le contrôle de tutelle sur les collectivités territoriales.

6
Compétence conféré par l’article 12 – paragraphe 2 et article 19 de la loi cadre, du 29 mars 2009, portant organisation
du secteur de l’eau potable et de l’assainissement.

144
Par un accord de rétrocession, les fonds alloués à la composante II du budget du Projet sont
restitués à la responsabilité du MICT.

 Direction des Collectivités Territoriales - DCT

La Direction des Affaires Territoriales constitue le lien administratif et technique privilégié


entre l’État et les Collectivités Territoriales. Elle a pour missions de :
o Piloter la politique de l’Exécutif dans le domaine de la décentralisation, de la
déconcentration des services administratifs de l’État et du développement local ;
o Définir les règles de fonctionnement et l’organisation des Collectivités Territoriales ;
o Veiller à la répartition des compétences entre l’État et les Collectivités Territoriales et celles
transférées à celles-ci.
Attribution majeure :
o Coordonner et contrôler les activités des Collectivités Territoriales et en faire rapport au
Directeur Général.
En ce sens, il a la responsabilité d’organiser et élaborer conjointement avec les autorités
concernées le programme de renforcement technico-administratif des Collectivités Territoriales
et participer à l’exécution dudit programme.
Sa tâche principale dans le cadre de la mise en œuvre du Projet sera de prévoir et organiser des
cycles de formation et de perfectionnement à l’intention des cadres territoriaux des mairies
concernées et de ceux de la SAM PROPUBLIC.
Ces activités seront menées en collaboration avec les organismes compétents particulièrement
du Ministère de l’Environnement (MDE) tel que défini aux mécanismes d’exécution du Projet.

 L’Unité de Coordination de Projets - UCP

L’UCP conduira les activités mentionnées dans la Composante II qui seront entreprises par
l'UCP et les autorités municipales, sous la tutelle du MICT.

TITRE 1.5 DOCUMENTS ET ETUDES DISPONIBLES

De nombreuses études ont été réalisées préalablement au lancement du présent appel d’offre. Des
études et un certain nombre de textes réglementaires seront accessibles à travers d’une Data Room
mise à disposition des soumissionnaires, de conformité avec les IS. Un accès à la Data Room est
disponible auprès des soumissionnaires, sur sollicitation de leur part à l’Organisme contractant, de
conformité avec les IS et les DPAO.

Il est à noter que les documents intégrés à la Data Room sont informatifs. Le candidat est tenu de
vérifier par ses propres moyens l’exactitude des informations fournies.

Les informations présentées dans les différents documents sont donc fournies à titre indicatif. Il en
va de même pour les textes réglementaires proposés, il reviendra aux soumissionnaires de vérifier si
ces textes sont toujours en vigueur ou s’ils ont été actualisés ou remplacés par des textes plus
récents.

Le titulaire du marché devra compléter les études fournies par ses propres études pendant la phase
de conception.

145
TITRE 1.6 POPULATIONS ET GISEMENTS DE DECHETS PRIS EN COMPTE

ARTICLE 1.6.1 POPULATIONS

Comme présenté sur la Figure 1, le présent projet est centré sur l’aire d’influence de
l’Arrondissement de Cap Haïtien, formée par les municipalités de Cap Haïtien, Limonade et
Quartier Morin. Les municipalités de Caracol, Trou du Nord et Terrier Rouge sont également prises
en compte dans le projet mais à plus long terme. La population totale concernée par le projet est
estimée à environ 600 000 habitants en 2017, soit environ 650 000 habitants en 2020.

Compte tenu de la croissance estimée de la population sur les différentes municipalités, celle-ci
devrait atteindre environ 700 000 habitants en 2023, au moment du lancement des opérations de
collecte des déchets et 750 000 habitants en 2025, à la fin du Contrat.

La population est répartie de la manière suivante :

Tableau 1. Population estimée par zone en 2020

Zone Population dont urbaine dont rurale

Cap-Haïtien – Centre 51 865 51 865 -

Cap-Haïtien – Périphérie 411 964 411 964 -

Limonade 60 899 28 216 32 683

Quartier Morin 29 820 6 164 23 655

Caracol – Trou du Nord – Terrier Rouge 95 399 63 931 31 469

TOTAL 649 948 562 141 87 807

Dans un premier temps, seuls les déchets ménagers et assimilés générés sur les zones urbaines
seront pris en charge dans le cadre de ce projet, soit une population estimée à 562 000 habitants en
2020.
De plus, la collecte des déchets sera mise en place de manière graduelle sur les différentes zones et
municipalités.

A plus long terme, l’acceptation de déchets provenant d’autres municipalités ou d’autres clients
pourra également être envisagée sur le CET de Mouchinette.

ARTICLE 1.6.2 GISEMENTS DE DECHETS GENERES

Le tableau suivant présente une estimation des quantités de déchets ménagers et assimilés générés
en 2020, sur les années d’exploitation du Contrat (2023 – 2025) et à horizon 2040 (fin estimée
d’exploitation du CET), par les ménages, les marchés, les commerces et les clients exceptionnels,
sur chaque municipalité.

Tableau 2. Déchets générés sur la zone d'étude (estimation, en tonnes par an)

Déchets générés (estimation - tonnes / an)

146
Producteurs Zone 2020 2023 2024 2025 2040

Cap-Haïtien – Centre 9 040 9 884 10 183 10 490 16 391

Cap-Haïtien – Périphérie 61 969 70 600 73 736 77 011 147 802

Limonade 7 787 8 593 8 894 9 212 17 052


Ménages
Quartier Morin 3 813 4 151 4 273 4 400 7 127

Caracol – Trou du Nord – Terrier


12 198 13 353 13 773 14 211 23 613
Rouge

TOTAL MENAGES 94 807 106 581 110 858 115 324 211 984

Cap-Haïtien 3 776 4 141 4 270 4 403 6 982

Limonade 198 238 254 270 678


Marchés
Trou du Nord – Terrier Rouge 198 225 235 245 465

TOTAL MARCHES 4 172 4 604 4 758 4 918 8 125

Commerces Cap Haïtien 3 761 3 875 3 913 3 952 4 589

Projets de
Projet MDUR - 7 500 7 500 - -
développement

TOTAL DECHETS GENERES 102 739 115 059 119 529 124 194 224 698

ARTICLE 1.6.3 COMPOSITION DES DECHETS

Des études de caractérisation ont été menées en 2016 sur les déchets des ménages de Cap Haïtien,
Limonade et Quartier Morin (Conception et réalisation d’une campagne de quantification et de
caractérisation de déchets ménagers sur le territoire de l’Association Intercommunale de Traitement
des Ordures Ménagères, l’« AITOM le Marien » (Cap Haïtien – Limonade – Quartier Morin), à la
demande de la Banque, Contrat ATN/OC–15 400–HA – Pascale NAQUIN, 2016). D’après ces
études de caractérisation, la composition des déchets ménagers de la zone d’étude est la suivante :

Tableau 3. Composition des déchets ménagers

Catégories % composition

Matière organique 57,40%

Papier 1,30%

Carton 2,80%

Bois 1,00%

Textiles 8,30%

Films plastiques 7,10%

147
Catégories % composition

PE-HD/PET 2,60%

Mix plastiques 3,00%

Verre 1,60%

Métaux ferreux 2,40%

Métaux non-ferreux 0,10%

Autres déchets 12,40%

100 %

D’après d’autres études menées, les déchets des marchés sont composés de 75 % de matière
organique.

Les déchets des commerces et activités économiques assimilables sont supposés présenter la même
composition moyenne que celle des ménages.

ARTICLE 1.6.4 GISEMENTS DE DECHETS COLLECTES PREVISIONNELS

Il est rappelé que la collecte des déchets ne fait pas partie du présent Contrat. En effet, celle-ci sera
assurée, soit directement soit à travers une délégation de service public assurée par une ou plusieurs
entreprises locales, contractées via la SAM PROPUBLIC.

Ainsi, la compétence du Constructeur-Exploitant commence au niveau de la Station de Transfert de


Petite Anse, pour les déchets collectés sur la ville de Cap Haïtien, et à l’entrée du CGIDS pour les
déchets collectés sur les autres municipalités.

Les quantités de déchets qui seront à prendre en charge par le Constructeur-Exploitant sont donc
fortement dépendantes de la capacité de collecte mise en place par la SAM PROPUBLIC. La SAM
PROPUBLIC bénéficiera cependant d’un appui institutionnel, financier et technique de la part de la
Banque, afin d’assurer que le service sera effectivement mis en place dès le début de l’exploitation
du CGIDS, et de manière pérenne.

Le tableau suivant présente les tonnages de déchets prévisionnels qui devraient être collectés sur les
différentes municipalités.

Tableau 4. Projection des déchets collectés sur la zone d'étude (estimation, en tonnes par an)

Déchets collectés (estimation - tonnes / an)

Producteurs Zone 2023 2024 2025 2040

Cap-Haïtien – Centre 6 425 8 146 9 441 14 752

Ménages Cap-Haïtien – Périphérie 5 456 10 827 13 763 109 314

Limonade 2 169 4 153 4 416 11 109

148
Déchets collectés (estimation - tonnes / an)

Producteurs Zone 2023 2024 2025 2040

Quartier Morin 474 907 964 2 422

Caracol – Trou du Nord – Terrier Rouge 0 0 0 17 285

TOTAL MENAGES 14 524 24 033 28 585 154 882

Cap-Haïtien 4 141 4 270 4 403 6 982

Marchés Limonade 238 254 270 678

TOTAL MARCHES 4 379 4 523 4 673 8 125

Commerces Cap Haïtien 2 518 3 131 3 557 4 130

Projets de
Projet MDUR 7 500 7 500 - -
développement

TOTAL DECHETS COLLECTES 28 921 39 187 36 815 167 137

ARTICLE 1.6.5 DEFINITION DES DECHETS A TRAITER DANS LE CADRE DU CONTRAT

Dans le cadre du Contrat, le Constructeur-Exploitant devra assurer la réception et le traitement des


déchets apportés sur ses sites.

Les déchets autorisés sur sites présentent :

 Une qualité comparable aux déchets ménagers et assimilés, ou encore aux déchets de marchés
(cf. Article 1.6.3 du Cahier des Charges) ;

 Une quantité estimée à titre indicatif à l’Article 1.6.4 du Cahier des Charges.

A titre indicatif, il est également prévu que :

 Les déchets collectés sur la ville de Cap-Haïtien soient acheminés par les collecteurs sur le site
de la Station de Transfert de Petite-Anse ;

 Les déchets provenant d’autres collectes soient acheminés sur le site du CGIDS de
Mouchinette.

Nous reproduisons ci-après la liste des déchets admissibles :

 OM : Ordures Ménagères : déchets de nourriture, papiers, cartons, films, emballages et sacs


plastiques, bouteilles, bidons, verre, boites de conserve, canettes, textiles, chiffons ;

 DIB : Déchets Industriels Banals.

 Déchets de marché ;

149
 Boues ménagères : boues provenant uniquement du curage des caniveaux.
Les boues provenant du curage des latrines et des fosses septiques des habitations, des bâtiments
administratifs des écoles et des casernes sont traités par la DINEPA (Direction Nationale de l’Eau
Potable et de l’Assainissement) ;

Les déchets provenant du nettoyage des ravines et baies de Cap Haïtien, (projet MDUR de la
Banque Mondiale), assimilés à des déchets ménagers après extraction des sédiments pollués,
pourront également être pris en charge sur le CET de Mouchinette.

Les caractéristiques de ces déchets sont données à titre informatif. Elles ne sont pas contractuelles et
ne constituent pas un engagement de qualité et de quantité des apports de la part de l’Organisme
contractant. Elles fournissent au Candidat les éléments de contexte nécessaires à l’élaboration de
son offre.

Les déchets non admissibles sont principalement :

 DIS - Déchets Industriels spéciaux : batteries usagées, huiles noires, huiles claires, liquides de
refroidissement, filtres à huiles, fûts usagés, big-bags souillés, DIB souillés, boues biologiques,
cendres et mâchefers d’incinération, catalyseur, résidus et filtration de soufre, résidus
industriels (peintures, vernis, solvants etc.) ;

 DASRI - Déchets d’Activité de Soin à Risques Infectieux : déchets produits par les infirmeries,
les centres de soins et les hôpitaux.

De manière générale, tous les déchets dangereux définis dans la décision européenne du
2014/955/UE7 sont considérés comme non admissibles dans le cadre du présent Contrat.

Ces déchets dangereux ne pourront pas être acceptés.

Le manuel d'exploitation indiquera explicitement les déchets autorisés ; par défaut, tous autres
déchets seront interdits.

TITRE 1.7 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL DU SITE

Les données présentées dans le Titre 1.7 proviennent des rapports suivants :

 Thèse de Gonel Joseph, Etude du potentiel des eaux de surface à Haïti pour répondre aux
problèmes de pénurie d’eau potable, Université du Québec, février 2006

 Etude de conception et d’aménagement du site de stockage de déchets (CET) de Cap-Haïtien à


Limonade ; Lieu-dit Mouchinette, Roucou - Rapport de Phase 2 – Avant-projet sommaire
(APS) - BURGEAP et LGL SA, 21/09/2015 (dénommé dans la suite du Cahier des charges
APS BURGEAP 2015)

7
2014/955/UE: Décision de la Commission du 18 décembre 2014 modifiant la décision 2000/532/CE établissant la liste
des déchets, conformément à la directive 2008/98/CE du Parlement européen et du Conseil Texte présentant de l'intérêt
pour l'EEE

150
 Analyse environnementale et sociale – Propositions d’aménagements urbains et d’atténuation
des inondations pour Limonade, Haïti – TETRA TECH, septembre 2017

Ces rapports seront consultables dans leur intégralité par le soumissionnaire retenu pour
l’attribution du présent marché.

Les résultats de ces études sont repris ci-après.

ARTICLE 1.7.1 LE SITE DE MOUCHINETTE ET SON ENVIRONNEMENT IMMEDIAT

Avec une superficie d’environ 19 ha, le Site de Mouchinette est constitué principalement de terrains
cultivés, dont certains en jachère. Le Site est très peu accidenté. Les quelques habitations les plus
proches du côté ouest et au sud-ouest du Site se trouvent à une distance minimale de 250 m.

ARTICLE 1.7.2 AIRES PROTEGEES

Dans la zone côtière, la baie de Limonade fait actuellement partie du Parc National des 3 Baies
(PN3B), défini comme nouvelle aire protégée de la région, par le Ministère de l’Environnement. Un
arrêté présidentiel publié en mars 2013 a officialisé ce parc marin.

Le PN3B s’étend sur une surface totale de 75 618 ha, de la Grande Rivière du Nord jusqu’à la
République Dominicaine à l’est et va de la limite des eaux territoriales de 12 milles au nord jusqu’à
la courbe de niveau à l’altitude 10 mètres au sud. Il inclut les baies de Limonade, Caracol et Fort-
Liberté, de même que le Lagon-aux-Bœufs, une zone importante pour la conservation des oiseaux.

Le site se trouve en limite des aires protégées, en amont du bassin versant de ce parc.

ARTICLE 1.7.3 CLIMAT

En Haïti, le climat est défini par une alternance de saisons pluvieuses avec deux saisons sèches avec
des températures variant entre 20 °C et 35 °C.

Les précipitations moyennes mensuelles à Cap Haïtien et à Limonade sont présentées dans le
tableau suivant.

Tableau 5. Précipitations mensuelles moyennes (mm) à Cap Haïtien et Limonade

Station J F M A M J J A S O N D TOTAL

Cap Haïtien 191 128 100 125 106 989 34 67 99 140 245 225 1 558

Limonade 80 86 87 103 184 104 74 78 138 125 258 83 1 400

La pluviométrie moyenne annuelle du département du Nord varie de 1 500 à 2 000 mm, avec des
précipitations progressant du Nord au Sud et d'Est en Ouest, la façade Ouest recevant environ 25 %
de précipitations supplémentaires par rapport à la façade Est. En règle générale, il pleut tous les
mois, mais deux saisons des pluies se produisent de septembre à janvier et d'avril à juin, et sont
interrompues par des périodes plus sèches qui s’étendent de décembre à mars et de juillet à août.

151
Pour Limonade précisément, la température moyenne est de 25,3 °C et la pluviométrie moyenne
annuelle est de 1 327 mm. En comparaison, Cap-Haïtien reçoit 1 595 mm de précipitations, Bord de
Mer Limonade 1 246 mm, Trou-du-Nord 1 223 mm, et Port-au-Prince 1 281 mm.

La figure suivante présente le diagramme ombrothermique de Limonade


(https://fr.climate-data.org/amerique-du-nord/haiti/departement-du-nord/limonade-48267/).

Figure 4. Diagramme ombrothermique de Limonade

Représentatifs des Grandes Antilles et des Caraïbes, les vents alizés du Nord-Est prévalent dans la
région. La vitesse moyenne annuelle du vent est de 3,3 m/s et la direction du vent provient presque
toujours du Nord ou du Nord-Est. Les vents se lèvent le matin vers 10h00 et baissent en intensité le
soir après 21h00.

Une étude de recherche de sites éoliens menée par le bureau d’études 3E en avril 2010 fournit une
rose des vents au niveau du Cap Haïtien.

Figure 5. Rose des vents aux environ de Cap-Haïtien. Fréquences en % (à droite) et vitesses moyennes en m/s (à
gauche). (source : APS BURGEAP 2015)

152
La saison des ouragans se produit de juin à novembre. Haïti est alors soumise aux risques
cycloniques; les cyclones se formant dans le golfe du Mexique et dans la mer des Caraïbes. Ces
phénomènes touchent la plupart du temps la péninsule Sud du territoire et épargnent le plus souvent
la région Nord dans laquelle se situe Limonade. Toutefois les conséquences d’un tel évènement
seraient importantes si l’on se réfère à la carte de vulnérabilité du pays face aux risques et aux
désastres. En effet Limonade se situe dans une zone de vulnérabilité moyenne et grave.
Peu de données sont disponibles sur l’évaporation. On sait néanmoins d’expérience que ce régime
météorologique aboutit à un bilan hydrique déficitaire en saison sèche (ensoleillement et vents), et à
un excès en saison des pluies, le bilan annuel étant à peu près à l’équilibre.

L’étude du « potentiel des eaux de surface à Haïti pour répondre aux problèmes de pénurie d'eau
potable » menée par Gonel Joseph en février 2006 indique que l'évapotranspiration moyenne
annuelle (1 391 mm) est très importante par rapport aux précipitations (1 452 mm).
L'évapotranspiration est élevée partout sur le territoire sauf pour certains secteurs montagneux
humides où elle est moins élevée. L'évapotranspiration réelle est toutefois sensiblement plus faible
puisqu'elle représente une fraction de l'évapotranspiration potentielle.

Figure 6. Carte de la lame d'eau nette (déficit ou excédent d'eau) annuelle. (source : Thèse de Gonel Jospeh, 2006)

Les données d’évapotranspiration dans la région de l’étude estimées par la méthode de


Thornthwaite sont présentées dans le tableau suivant (source : Thèse de Gonel Joseph, 2006).

Tableau 6. Données d'évaporanspiration dans la région de l'étude (méthode de Thornthwaite, Thèse de Gonel
Joseph – 2006)

153
Station J F M A M J J A S O N D

Cap Haïtien 81 86 90 103 119 133 138 141 143 128 103 91

Limonade 80 79 86 106 116 128 131 139 138 128 105 84

Trou du Nord 94 99 109 123 135 150 154 156 152 145 123 103

La même thèse de Gonel Joseph présente également des données d’évapotranspiration estimées par
la méthode de Penman-Monteith, selon le FAO (2000).

Tableau 7. Données d'évaporanspiration dans la région de l'étude (méthode de Penman-Monteith, Thèse de Gonel
Joseph – 2006 selon FAO 2000)

Station J F M A M J J A S O N D

Limonade 86 86 121 135 147 149 154 155 140 123 91 75

Trou du Nord 89 99 110 127 137 149 154 155 152 144 123 104

ARTICLE 1.7.4 CONTEXTE GEOLOGIQUE ET GEOTECHNIQUE

1.7.4.1. Contexte géologique général

La région nord de Haïti est caractérisée par un contexte géologique d’alluvions, cônes d'épandages
fluviatiles, éboulis et mangroves quaternaires. Du fait de leur mode de dépôt, ces formations sont
hétérogènes, présentant des variations de faciès, latérales et verticales selon les dynamiques de
dépôts qui se sont succédées. Ainsi les sols sont variablement argileux, limoneux, sableux voire
graveleux.

1.7.4.2. Sondages de reconnaissance

Des fouilles manuelles et des forages à 10 mètres de profondeur sur l’emprise du site ont confirmé
la nature alluviale des dépôts. Il a été observé une succession d’argile limoneuse et de limon
sableux, avec un passage de sables limoneux (APS BURGEAP 2015).

1.7.4.3. Essais de pénétration

Selon les essais de pénétration in-situ réalisés dans le cadre de l’étude BURGEAP, le sous-sol est
relativement homogène selon les plans horizontal et vertical en termes de résistance à la pénétration
et de la nature des couches traversées.

D’après le rapport d’APS de BURGEAP (2015), la valeur de l’indice SPT (indice permettant
l'estimation de la compacité ou de la consistance des sols traversés - norme ASTM-D-1586 -norme
française équivalente NF P 94-116) reste autour de 12 au sein du sondage S2 et varie entre 12 à 26
au sein du sondage S1. Les essais physiques réalisés en laboratoire sur les échantillons prélevés in-
situ confirment la structure du sous-sol observée.

1.7.4.4. Essais de perméabilité

154
Quatre essais d’infiltration à double anneau de type ouvert ont été menés suivant la norme française
NF X 30-418 de juillet 2007, dans les 2 à 3 premiers mètres du sol. Les perméabilités relevées sont
comprises entre 1,9.10-5 et 1,5.10-6 m.s-1, avec localement, lorsqu’un horizon sableux est
rencontré, une perméabilité plus élevée, de l’ordre de 1.10-3 m.s-1 (APS BURGEAP 2015).

Des essais de pompage réalisés dans 2 forages ont permis d’obtenir les résultats suivants :

 En S1, essai pendant 2 h 30 mn sous un débit constant de 3,4 m3/h, générant un rabattement
non complètement stabilisé de 1,40 m. Perméabilité calculée à partir de la courbe de descente
et égale à environ 1 10-5 m.s-1.

 En S2, le pompage a dénoyé le piézomètre sans permettre de mesures et de fait de calculs.


L'information qui en ressort néanmoins est que la productivité de la nappe dans cette zone est
minime.

1.7.4.5. Géomecanique des sols constitutifs du site

Des essais de caractérisation des sols ont été menés sur 2 sondages au droit du site à différentes
profondeurs :

 Teneur en eau naturelle ;

 Limites d’Atterberg et/ou de la Valeur au Bleu ;

 Analyse granulométrique par tamisage ;

 Masse volumique humide apparente et sèche.

Les résultats de ces essais sont présentés dans le tableau suivant.

Tableau 8. Résultats des essais de caractérisation des sols en laboratoire. (source : APS BURGEAP 2015)

Poids Angle de
Teneur Valeur
volumique Passant Classe Valeur frottement Cohésion
Sondage Nature en eau de bleu
humide à 80 μm GTR SPT (N) interne en en kPa
(%) VBS
(kN/m3) degré

Argile limoneuse,
S1 couleur brune et
18.9 18.5 3.51 72 A2 11 à 19 30.8 11.0
(0.0 - 2.5 m) consistance de
moyenne à raide

S1 Limon avec trace


d'argile de couleur 11.4 2.03 57 A1 22
(2.5 - 4.0 m) brune

S1 Argile limoneuse
de compacité 21.7 3 84 A3 19 à 26
(4.0 – 7.0 m) moyenne

S1 Argile limoneuse
de consistance 16.8 21.4 2.33 56 A2 10 à 17 23.0 10.0
(7.0 –10.0 m) moyenne à raide

155
Poids Angle de
Teneur Valeur
volumique Passant Classe Valeur frottement Cohésion
Sondage Nature en eau de bleu
humide à 80 μm GTR SPT (N) interne en en kPa
(%) VBS
(kN/m3) degré

Limon avec trace


S2 d'argile, couleur
19.9 15.6 1.08 36 A1 12
(0.0 – 1.2 m) brune et compacité
moyenne

S2 Argile limoneuse
de consistance 19.2 3.1 69 A2 12 à 20 7.3 8.3
(1.2 – 4.0 m) moyenne à raide

Argile sableuse
limoneuse avec
S2 trace d'argile de
22.6 2.3 65 A2 12
(4.0 – 7.0 m) couleur brune et de
compacité
moyenne

S2 Argile limoneuse
de consistance 18.2 23.9 3.48 91 A3 16 à 23 26.7 14.0
(7.0 –10.0 m) moyenne à raide

On se trouve donc en présence de sols fins (classe A, argiles et limons), de compacité moyenne (N
entre 10 et 30) et de consistance raide à très raide (N entre 8 et 30).

Ces sols sont donc adaptés pour la construction de digues ou pour la couverture finale. En revanche,
ils ne peuvent pas être utilisés pour les pistes et voies de circulation.

La cohésion (C) et l'angle de frottement interne (Phi) sont globalement représentatifs d'un sol
limoneux argileux. Les essais de cisaillement direct et non drainé - CU - sur des échantillons intacts
aboutissent à un angle de frottement interne autour de 30°, pour une cohésion de l'ordre de 10 à 15
kPa.

Les conditions de compacité maximale en regard de la teneur en eau des sols sont traduites par la
masse volumique à l’optimum Proctor qui est voisine de 2 t/m3. L’optimum est obtenu à une teneur
en eau proche de la teneur en eau naturelle. Ainsi, les travaux de remblaiement et construction de
digues devront se faire en veillant à préserver cette teneur en eau naturelle.

Les résultats des essais de caractérisation Proctor sont présentés dans le tableau suivant.

Tableau 9. Résultats des essais de caractérisation Proctor en laboratoire. (source : APS BURGEAP 2015)

Teneur en eau Teneur en eau Passant à 80


Echantillon Nature MVAopn t/m3
naturelle (%) Wopn (%) μm

Sable limoneux peu


P1 7.5 9.9 29 2.02
argileux

P2 Sable limono graveleux 10.1 9.9 34 2.01

P3 Sable limono graveleux 9.8 9.3 34 1.99

156
Des tests de perméabilité à l’œdomètre ont été réalisés sur des échantillons intacts (S1 et S2) et sur
un échantillon remanié et compacté à l’optimum Proctor (P3). Les résultats sont présentés dans le
tableau suivant.

Tableau 10. Résultats des essais de perméabilité à l'œdomètre. (source : APS BURGEAP 2015)

Echantillon K

S1 (2,0 – 2,4 m) 3,45.10-6 m/s

S2 (9,45 – 10,15 m) 3,31.10-6 m/s

P3 (0,5 – 1,0 m) 4,49.10-6 m/s

ARTICLE 1.7.5 CONTEXTE HYDROGEOLOGIQUE

1.7.5.1. Contexte hydrogéologique général

La carte d’évaluation des ressources en eau ainsi que la carte hydrogéologique d’Haïti indiquent que
le site est positionné à la limite des alluvions quaternaires à potentiel d’eau douce élevé (en bleu sur
la carte), et de la zone où l’intrusion saline des eaux de mer rend l’eau impropre à un usage
domestique (hachuré). Les écoulements souterrains généraux sont dirigés vers le nord, en direction
de l’Océan Atlantique.

Figure 7. Ressource en eau douce du nord d’Haïti. (source : APS BURGEAP 2015)

157
1.7.5.2. Hydrogéologie du site

Deux piézomètres ont été implantés par BURGEAP en 2013, en amont et en aval hydraulique
supposé du site.

Les niveaux d’eau relevés dans les piézomètres en fin de forage, avant pompage de nettoyage, sont
de :

 9,30 m NGH (nivellement général haïtien) en amont, à 5,50 m sous le terrain naturel lors des
reconnaissances ;

 7,86 m NGH en aval, à 7,24 m sous le terrain naturel lors des reconnaissances.

Les périodes au cours desquelles l'étude s'est déroulée n'ont pas permis de procéder à des mesures
de niveaux des plus hautes eaux.

De plus, 4 puits à usage agricole sont présents sur le site ou à proximité immédiate.

L’écoulement de la nappe relevé à partir des piézomètres et des puits est dirigé vers le nord-est,
comme présenté sur la figure ci-dessous.

158
Figure 8. Hydrogéologie du site. (source : APS BURGEAP 2015)

1.7.5.3. Utilisation des ressources en eau souterraine

Plusieurs puits sont présents aux abords immédiats du site. Selon différentes observations
effectuées, le niveau d’eau dans les puits présente des variations saisonnières de 2 à 3 mètres, et est
généralement situé entre 4 m. et 6,5 m. par rapport au niveau du sol.

Les puits ne servent pas à l’alimentation en eau potable mais plutôt à l’irrigation ou à abreuver le
bétail.

Cependant, une entreprise produit des sachets d’eau potable à partir de forages situés à proximité du
site. Cette entreprise, installée récemment, se trouve face à l’entrée du site, de l’autre côté de la
route d’accès.

1.7.5.4. Qualité physico-chimique des eaux souterraines

Un échantillon d’eau prélevé dans le forage S1 (aval latéral hydraulique) a été analysé en
laboratoire.
L’eau analysée présente :

 Une salinité et une conductivité (magnésium, chlorures) assez élevées pour une eau
souterraine;

 Des éléments traces métalliques en faibles concentrations ;

159
 Des coliformes.

Les résultats des analyses physico-chimiques et bactériologiques sont présentés dans les tableaux
suivants.

Tableau 11. Caractéristiques physico-chimiques des eaux souterraines. (source : APS BURGEAP 2015)

Tableau 12. Caractéristiques bactériologiques des eaux souteraines. (source : APS BURGEAP 2015)

ARTICLE 1.7.6 CONTEXTE HYDROLOGIQUE

Le bassin versant en amont du site de Mouchinette couvre un total de 9,37 km² avec deux sous-
bassins versants, de 3,8 km² et de 5,57 km². Deux ravines sont alimentées par le bassin versant, avec
un débit de crue d'environ 50 m3/s.

160
Le chevelu hydrographique intermittent contourne naturellement le site projeté du CGIDS, du fait
que l'emprise projetée est en surélévation de quelques mètres.

Figure 9. Hydrographie au voisinage amont du site – Bassins versants hydrographiques. (source : APS BURGEAP
2015)

Le réseau hydrographique observé sur des photographies satellitaires autour du site de Mouchinette
est présenté ci-dessous. Le périmètre exact présenté sur cette figure n’est pas le périmètre du
CGIDS pris en compte dans le présent Contrat, mais la localisation du site et du réseau
hydrographique sont les mêmes.

Figure 10. Hydrographie générale du site et ses environs. (source : APS BURGEAP 2015)

161
Il s’agit de lignes de thalweg qui drainent les eaux lors de la saison des pluies ; en saison sèche, ces
thalwegs sont taris. Les bassins d’alimentation sont limités.

La ville de Limonade est traversée par la ravine Zangui, qui coule du Sud vers le Nord et passe à
environ 500 mètres à l’ouest du site. Cette ravine de faible largeur sert essentiellement au drainage
des secteurs résidentiels et agricoles qu’elle traverse, et sert occasionnellement comme source d’eau
de lessive.

A noter que lors des forts épisodes pluvieux des 9 novembre 2012, 19 novembre 2013 et 6
novembre 2014, le site n'a pas été inondé ; seule la piste d'accès depuis la RN, a, en son point bas,
laissé passer le flot d'eau régulé par les ouvrages hydrauliques de la RN.

Figure 11. Hydrographie au voisinage du site et en aval – Bassins versants. (source : APS BURGEAP 2015)

162
ARTICLE 1.7.7 RISQUE SISMIQUE

Le risque sismique est important à Haïti, comme l’attestent les nombreux tremblements de terre qui
ont eu lieu sur l’île.
La zone Nord est particulièrement concernée par le risque sismique, comme on peut le voir sur la
figure suivante.

163
Figure 12. Carte de l’aléa sismique en termes de PGA pour PR de 475 ans. (source : Rapport évaluation de l’aléa et
du risque sismique en Haïti dirigée vers la conception parasismique )

Le risque sismique est à prendre en compte dans les phases de conception des installations, ainsi
que dans le Plan de Gestion Environnemental et Social.
Les candidats pourront trouver plus d’informations sur le risque sismique dans la bibliographie, et
notamment dans le rapport d’Evaluation de l’aléa et du risque sismique en Haïti dirigée vers la
conception parasismique (Coordination scientifico-technique: UPM et ONEV ; Participation: UCM,
CSIC, UA, UAL, RSPR et ISU) - 23 novembre 2012, téléchargeable librement sur internet.

TITRE 1.8 PRESENTATION DE LA STATION DE TRANSFERT DES DECHETS

ARTICLE 1.8.1 LOCALISATION DE LA STATION DE TRANSFERT

Le site d’implantation de la Station de Transfert correspond actuellement au point de regroupement


de Petite Anse. Ce point de regroupement, représentant une superficie approximative de 1 000 m²
est entouré d’un terrain vague de grande superficie, précédemment utilisé pour le dépôt sauvage de
déchets. En juillet 2019, ce terrain vague a été aplani et les déchets ont été recouverts d’une fine
couche de terre, pour signifier que le dépôt des déchets devait cesser.

La future Station de Transfert représentera une superficie de 6 000 m² environ comprenant


l’emprise de l’actuel point de regroupement. Cette emprise devra être précisée en phase de
conception.

Situé à proximité de l’aéroport et de la RN6 à la sortie de Cap Haïtien en direction à Limonade, ce


point de regroupement est facilement accessible.

164
ARTICLE 1.8.2 OBJECTIFS DE L’ACTIVITE DE TRANSFERT DES DECHETS

Le Constructeur-Exploitant assurera la conception, réalisation, exploitation et maintenance de la


Station de Transfert de déchets de Petite Anse.

Cette Station de Transfert de déchets a pour objectif principal de regrouper les déchets collectés sur
Cap Haïtien afin de les évacuer vers le CGIDS en optimisant le transport par semi-remorque.

Cette installation devra être dimensionnée pour une capacité de transit de 60 000 t/an de déchets.

La Station de Transfert accueillera également une zone destinée à la récupération de déchets


recyclables apportés par des collecteurs indépendants.

ARTICLE 1.8.3 GISEMENTS DE DECHETS PRIS EN CHARGE SUR LA STATION DE TRANSFERT

La Station de Transfert réceptionne tous les déchets collectés sur Cap Haïtien, en provenance du
centre-ville, des zones périphériques et des marchés, dans la limite de 60 000 tonnes annuelles.

Pendant la période d’exploitation, les quantités de déchets collectés sur Cap Haïtien seront
inférieures à ce seuil de 60 000 tonnes annuelles.

Les gisements estimés de déchets transitant par la Station de Transfert sont présentés dans le tableau
suivant.

Tableau 13. Déchets bruts transitant par la Station de Transfert (estimation, tonnes / an)

Tonnages transitant par la ST (estimation, en tonnes / an)

Producteurs Zone 2023 2024 2025 2030

Cap-Haïtien - Centre 6 425 8 146 9 441 10 956

Ménages Cap-Haïtien - Périphérie 5 456 10 827 13 763 36 405

TOTAL MENAGES 11 881 18 973 23 204 47 361

Cap-Haïtien 4 141 4 270 4 403 5 135


Marchés
TOTAL MARCHES 4 141 4 270 4 403 5 135

Commerces Cap Haïtien 2 518 3 131 3 557 3 739

TOTAL DECHET COLLECTES 18 540 26 374 31 165 56 234

Par ailleurs, la zone dédiée aux déchets recyclables devra permettre la réception et la gestion de tous
les déchets recyclables apportés sur le Site.

ARTICLE 1.8.4 CONCEPTION ET CONSTRUCTION DE LA STATION DE TRANSFERT

La Station de Transfert sera composée de 3 zones principales :

165
 Une zone de réception des camions de collecte des déchets ménagers et assimilés et
d’expédition de ces déchets vers le CGIDS ;

 Une zone de réception des déchets des collecteurs indépendants ;

 Une zone dédiée au tri en vue du recyclage de déchets.

Chaque zone d’entreposage des déchets devra être couverte (bâtiments ouverts) afin d’isoler les
déchets des eaux pluviales.

La zone de réception des camions de collecte des déchets ménagers et assimilés et d’expédition de
ces déchets sera composée de 2 (deux) casiers d’entreposage. Chaque casier sera dédié
successivement à la réception et à l’expédition des déchets afin de disposer, en tout temps, d’une
zone de déchargement et d’une zone de chargement distincte limitant ainsi la coactivité.

La zone de réception des déchets des collecteurs indépendants sera aménagée au plus proche de
l’entrée du site afin d’éviter au maximum les interactions entre les collecteurs indépendants et les
engins et camions présents sur le site. Les chargements des déchets (à la pelle ou à la chargeuse)
dans cette zone seront réalisés en dehors des heures de présence des collecteurs indépendants. Les
horaires d’accessibilité à cette zone par le public seront réduits par rapport aux horaires de
fonctionnement du site pour permettre ces manœuvres. Les collecteurs indépendants apporteront
des déchets recyclables mais seront également susceptibles d’apporter des Ordures Ménagères.

La zone dédiée au tri des déchets sera équipée d’une presse à balles.

Le site sera pourvu d’un pont bascule pour les réceptions et évacuations réalisées par camions. La
réception des déchets des petits apporteurs pourra faire l’objet d’une traçabilité par un contrôle
systématique des entrants et une pesée (balance spécifique) ou une estimation visuelle à partir du
volume du chargement. Le tonnage global apporté par les collecteurs indépendants devra a minima
être contrôlé en sortie par la pesée du camion d’expédition.

La Station de Transfert devra disposer d’équipements annexes nécessaires au bon fonctionnement


du site, notamment :

 Un bassin tampon des eaux pluviales exploité pour la défense incendie et la réutilisation d’eau
pluviale ;

 Une station de lavage des camions ;

 Une cuve de distribution de carburant pour l’alimentation des engins du site.

ARTICLE 1.8.5 EXPLOITATION DE LA STATION DE TRANSFERT

Le Constructeur-Exploitant assurera l’exploitation et la maintenance des équipements et ouvrages


constitutifs de la Station de Transfert.

Il aura notamment en charge :

 La conduite des installations ;

 L’entretien courant et le nettoyage du Site ;

166
 La maintenance préventive et curative ;

 La traçabilité des flux entrants et sortants ;

 Le respect de la règlementation en matière de qualité, hygiène, sécurité et environnement ;

 La gestion des moyens humains et matériels participant à l’exploitation du Site ;

 Les contrôles et suivis d’exploitation.

La réception des déchets valorisables triés par des collecteurs indépendants sera assurée par la SAM
PROPUBLIC ou une autre entité désignée par la SAM PROPUBLIC. Le personnel de la SAM
PROPUBLIC ou de cette entité assurera la gestion des déchets valorisables. Le Constructeur-
Exploitant aura pour responsabilité de mettre à disposition les zones de travail et équipements.

TITRE 1.9 PRESENTATION GENERALE DU CGIDS

Le Centre de Gestion Intégée des Déchets Solides (CGIDS) est situé sur la commune de Limonade,
au lieu-dit Mouchinette.

Le Site, d’une superficie d’environ 19 hectares, se trouve à environ 600 mètres de la RN6 qui relie
Cap Haïtien à Limonade.

Le CGIDS accueillera les installations suivantes :

 Une Unité de Tri Compostage (UTC) ;

 Un Centre d’Enfouissement Technique (CET) ;

 Une Station de traitement des lixiviats ;

 Tous les locaux et installations annexes nécessaires au fonctionnement du Site (pont bascule,
locaux techniques, administratifs et sociaux, installations et réseaux électriques, eau potable et
assainissement, etc.).

Celles-ci sont présentées sur le plan prévisionnel du CGIDS, dans la figure suivante.

167
Figure 13. Plan général du CGIDS.

Les locaux et installations annexes nécessaires au fonctionnement du Site sont situées dans le
décrochement sud-ouest du Site.
L’UTC est situé le long de la bordure ouest du site, avec son extension possible (hors du présent
Contrat sur le côté droit).
Le casier de stockage est en jaune sur le plan, avec les 6 alvéoles qui seront excavées dans le cadre
du présent Contrat. 2 alvéoles complémentaires seront excavées dans un deuxième temps (hors
champ du présent Contrat) à l’ouest des premières alvéoles. Enfin, un espace est disponible entre le
CET et l’UTC, qui pourra être utilisé pour une éventuelle extension de l’UTC ou la construction
d’alvéoles supplémentaires.
La Station de traitement des lixiviats est située le long de la bordure est du Site.

Les déchets en provenance de la Station de Transfert de Petite Anse située à Cap Haïtien ou
collectés sur les communes limitrophes seront réceptionnés et traités sur le CGIDS.

Le Constructeur-Exploitant a en charge la conception, la construction et l’exploitation pendant la


durée du Contrat de l’ensemble des Installations, ainsi que leur entretien et maintenance, tels que
décrits dans les paragraphes spécifiques à chaque Installation,.

On peut également noter qu’une extension du CGIDS pourra être envisagée dans une deuxième
phase d’exploitation du Site, sur un terrain limitrophe d’environ 19 hectares également, comme
indiqué sur la figure suivante. Cette extension, si elle a lieu, nécessitera des études complémentaires
et sera réalisée hors cadre du présent marché.

168
Figure 14. Emplacement du CGIDS (en rouge) et extension possible (en jaune).

TITRE 1.10 UNITE DE TRI COMPOSTAGE

ARTICLE 1.10.1 OBJECTIFS DE L’UNITE DE TRI COMPOSTAGE

Le Constructeur-Exploitant, dans le cadre des installations du CGIDS, assurera la conception,


réalisation, exploitation et maintenance d’une Unité de Tri Compostage (UTC).

Cette Unité de Tri Compostage a pour double objectif :

 Le tri des matériaux valorisables contenus dans les ordures ménagères brutes entrantes sur Site
;
 La production d’un compost à partir de la fraction organique contenue dans les ordures
ménagères brutes entrantes sur Site.

Cette unité de tri compostage devra, à terme, produire 3 000 tonnes annuelles de compost, à partir
d’ordures ménagères brutes.

ARTICLE 1.10.2 CONCEPTION ET CONSTRUCTION DE L’UNITE DE TRI COMPOSTAGE

L’Unité de Tri Compostage (UTC) sera implantée sur une superficie maximale de 10 000 m² et
comprendra les équipements, bâtis et génie civil, Voiries et Réseaux Divers (VRD) nécessaires au
bon fonctionnement de l’installation. Elle comprendra notamment les fonctions suivantes :

 Accueil et pesage des flux entrants (OM brutes et structurant) et sortants (matériaux triés
valorisables, refus, compost) ;

 Stockage des flux entrants et sortants ;

169
 Tri des OM brutes : séparation a minima des métaux ferreux et non-ferreux, plastiques, fraction
organique ;

 Gestion des refus de tri ;

 Compostage de la fraction organique : fermentation, affinage, maturation.

Le Constructeur-Exploitant aura en charge :

 Les études de conception et d’exécution ;

 La construction des installations ;

 L’emballage, le transport, le déchargement, la mise à pied d’œuvre et le montage des


équipements ;

 La mise en service des équipements ;

 Les essais requis.

ARTICLE 1.10.3 EXPLOITATION DE L’UNITE DE TRI COMPOSTAGE

Le Constructeur-Exploitant assurera l’exploitation et la maintenance des équipements et ouvrages


constitutifs de l’UTC.

Il aura notamment en charge :

 La conduite des installations ;

 L’entretien courant et le nettoyage ;

 La maintenance préventive et curative ;

 La traçabilité des flux entrants et sortants ;

 La valorisation et commercialisation des flux sortants de matériaux valorisables, ainsi que du


compost ;

 Le respect de la règlementation en matière de qualité, hygiène, sécurité et environnement ;

 La gestion des moyens humains et matériels participant à l’exploitation du site ;

 Les contrôles et suivis d’exploitation.

TITRE 1.11 CENTRE D’ENFOUISSEMENT TECHNIQUE DES DECHETS RESIDUELS

ARTICLE 1.11.1 OBJECTIFS DU CET

Le Constructeur-Exploitant, assurera la conception, réalisation, exploitation et maintenance du


CET.

170
Le CET se trouve sur le CGIDS.

Le CET est destiné à l’enfouissement des déchets ménagers et assimilés tels que définis à l’Article
1.6.5 du Cahier des charges en provenance de la Station de Transfert de Petite Anse ou apportés
directement depuis les communes limitrophes (Limonade, Quartier Morin, et potentiellement à plus
long terme, Caracol, Trou du Nord et Terrier Rouge).

Les refus de tri provenant de l’UTC seront également traités sur le CET.

ARTICLE 1.11.2 GISEMENTS DE DECHETS TRAITES SUR LE CET

Le CET sera comosé d’un unique casier découpé en subdivisions appelées couramment «
alvéoles ».
Dans un premier temps, 6 (six) alvéoles seront excavées par le Constructeur-Exploitant, et les 4
(quatre) premières seront imperméabilisées et exploitées. Dans une deuxième phase de travaux, hors
cadre du présent marché, il est prévu la construction de 2 à 4 alvéoles supplémentaires.

Le CET devrait atteindre une capacité totale de 1 195 000 m3 de vide fouille brut pour 6 alvéoles, 1
571 000 m3 de vide fouille brut pour 8 alvéoles ou 1 911 000 m3 de vide de fouille brut pour 10
alvéoles, en considérant un niveau maximal de 20 mètres de déchets. D’après les prévisions de
tonnages collectés, le CET devrait donc pouvoir être exploité jusqu’en 2039 dans le cas de la
construction de 8 alvéoles et 2042 avec 10 alvéoles.

Dans le cadre du présent Contrat, le Constructeur-Exploitant exploitera les alvéoles 1 à 4 jusqu’à


une hauteur maximale de 10 mètres de déchets. Un autre phasage d’exploitation pourra être
proposée par le Candidat et sera soumis à validation de l’Organisme Contractant.

Les tonnages prévisionnels annuels à traiter sur le CET pendant la période d’exploitation du
Constructeur-Exploitant sont présentés dans le tableau suivant.

Tableau 14. Déchets enfouis sur le CET (estimation, en tonnes par an)

Déchets enfouis sur CET (estimation – tonnes / an)

2023 2024 2025

Station de Transfert 18 540 26 374 31 165

Apports Autres municipalités 2 882 5 313 5 650

Projet MDUR 7 500 7 500 0

Traités sur UTC - 3 509 - 5 263 - 7 018

Déchets recyclables
Valorisation - 1 994 - 2 950 - 3 427
(captés à la source ou triés sur UTC)

Refus UTC 1 509 2 263 3 018

TOTAL DECHET ENFOUIS 24 927 33 237 29 387

171
Les tonnages présentés dans le tableau précédent sont des estimations et ne sont en aucun cas des
tonnages contractuels.

En effet, ces tonnages pourront subir des variations à la hausse ou à la baisse. Le Constructeur-
Exploitant devra être en capacité de traiter l’ensemble des tonnages entrants sur le CET dans une
limite de 96 000 tonnes / an.

Dans tous les cas, le Constructeur-Exploitant sera rémunéré selon une part fixe et une part variable
dépendant du tonnage traité. Les conditions de rémunération sont décrites dans l’Annexe 1 à l’Acte
d’Engagement (Conditions et procédures de paiement).

ARTICLE 1.11.3 CONCEPTION ET CONSTRUCTION DU CET

Le Constructeur-Exploitant assurera la conception et la construction d’un CET composé d’un


unique casier découpé en 6 subdivisions appelées couramment « alvéoles ». L’opération consistera
à la conception et à la réalisation des travaux suivants :

 Terrassements du casier composé de 6 alvéoles ;

 Etanchéification des alvéoles 1 à 4 ;

 Drainage des lixiviats des alvéoles 1 à 4 ;

 Mise en œuvre des couvertures provisoires à l’avancement de l’exploitation.

ARTICLE 1.11.4 EXPLOITATION DU CET

Le Constructeur-Exploitant assurera l’exploitation et la maintenance des équipements et ouvrages


constitutifs du CET.

Il aura notamment en charge :

 La conduite de l’installation ;

 L’entretien courant et nettoyage ;

 La maintenance préventive et curative ;

 La traçabilité des flux entrants ;

 Le respect de la règlementation en matière de qualité, hygiène, sécurité et environnement ;

 La gestion des moyens humains et matériels participant à l’exploitation du site ;

 Les contrôles et suivis d’exploitation.

TITRE 1.12 STATION DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS

ARTICLE 1.12.1 OBJECTIFS DE L’ACTIVITE DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS

172
Le Constructeur-Exploitant doit assurer le traitement des lixiviats produits sur le site du CGIDS, et
notamment ceux provenant du CET.

Il mettra en œuvre une Station de traitement des lixiviats adaptée au contexte local et aux prévisions
de production de lixiviats. Il devra notamment prendre en compte les données environnementales,
géologiques et hydrogéologiques, climatiques, etc. ainsi que l’adaptabilité du process proposé à la
charge polluante des lixiviats et à la sensibilité du milieu récepteur. Les problématiques de capacité
technique, de maintenance, de durée de vie des installations devront également être développées.

Il devra dans tous les cas s’assurer que les effluents rejetés, en quantité et en qualité, aient un impact
le plus faible possible sur le milieu naturel et sur les activités humaines.

1.12.1.1. Diminution des quantités de lixiviats produits et d’effluents rejetées

Afin de limiter leur impact sur le milieu naturel, le Constructeur-Exploitant devra mettre en place
les moyens techniques permettant de diminuer le plus possible la quantité de lixiviats produits et la
quantité d’effluents à rejeter. Il devra proposer dans son offre le ou les process ainsi que les mesures
d’atténuation qu’il propose de mettre en œuvre afin de limiter les quantités d’effluents rejetés, tels
que :

 Surface en exploitation réduite au maximum de manière à limiter les entrées d’eau pluviale au
sein des alvéoles de stockage des déchets ;

 Mise en place de couvertures provisoires sur les alvéoles remplies ;

 Mise en place d’un phasage d’exploitation permettant de réduire au maximum les entrées
d’eaux pluviales ;

 Recirculation des lixiviats au sein des alvéoles de stockage, dans la mesure du possible (dans la
limite de la capacité d’absorption et de transfert des déchets) et avec un contrôle strict pour
éviter tout risque de fuite de lixiviats ou d’humidité trop importante au sein du massif de
déchets.

1.12.1.2. Objectifs qualitatifs de traitement

Le traitement des lixiviats devra permettre de respecter a minima les valeurs de rejet de la norme
US EPA 40 CFR Parts 136 and 445 (Lechate effluent standards - Subpart B Non Hazardous Waste
Landfill – 2000) présentées dans le tableau suivant.

Tableau 15. Standard de la norme US EPA

Paramètre Maximum par jour (mg/l) Moyenne maximale mensuelle (mg/l)

DBO 140 37

MES 88 27

NH 4 -N 10 4,9

α-Terpineol 0,033 0,016

Benzoic acid 0,12 0,071

173
Paramètre Maximum par jour (mg/l) Moyenne maximale mensuelle (mg/l)

p-Cresol 0,025 0,014

Phenol 0,026 0,015

Zinc 0,2 0,11

pH 6-9 6-9

Le Candidat devra proposer une méthodologie de traitement permettant de respecter a minima ces
valeurs.

ARTICLE 1.12.2 PROCESS DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS

Le Candidat est libre de proposer le process de traitement des lixiviats lui semblant le plus adapté
pour respecter les objectifs fixés dans le présent Cahier des charges (respect a minima des standards
de la norme EPA, diminution des quantités d’effluents rejetés et de leur impact sur l’environnement
et les activités humaines, technologie adaptée au contexte local et coûts d’investissement et de
fonctionnement acceptables).

Un process de traitement basé sur une aération, une ultrafiltration et enfin un traitement de finition
au moyen de charbons actifs semble adapté pour répondre à ces objectifs et est présenté dans le
Cahier des charges, comme process de traitement indicatif.

Le Candidat pourra considérer une autre technologie de traitement des lixiviats, à condition que les
raisons, les avantages et inconvénients de sa solution soient clairement expliqués, qu’il démontre
que les objectifs de traitement seront respectés et que les coûts d’investissement et d’exploitation
resteront maîtrisés. Il devra également assurer la disponibilité et l’approvisionnement en intrants

174
(produits, matériels, pièces de rechange, etc.), pour le fonctionnement normal du process proposé,
pour le remplacement des pièces d’usure et pour la maintenance générale du système.

Le Candidat justifiera de références récentes et comparables pour l'ensemble des équipements et


matériels proposés.

ARTICLE 1.12.3 GESTION DU REJET DES EFFLUENTS TRAITES

Aucune étude d’impact sur le milieu naturel du rejet d’effluents traités à proximité du CGIDS n’a
été effectuée.

Le candidat devra proposer dans son offre le mode de gestion des effluents traités qui lui parait le
plus pertinent au vu des informations disponibles dans le présent Cahier des charges ou résultant de
sa connaissance du terrain ou d’investigations complémentaires qu’il aurait réalisées. Le candidat
devra notamment présenter les mesures qui seront mises en place pour limiter au maximum l’impact
des rejets sur les différents milieux et sur les activités humaines pendant la Période d’Exploitation.

En parallèle de la phase de conception, le Constructeur-Exploitant devra réaliser une étude d’impact


sur le rejet des effluents traités et devra effectuer des préconisations quant à la gestion de ces
effluents. Les mesures préconisées résultant de cette étude d’impact seront mises en œuvre dans le
cadre d’une deuxième phase d’exploitation du projet, lors du nouveau marché d’exploitation qui
pourrait être lancé à la fin du Contrat.

175
CHAPITRE 2. DISPOSITIONS GENERALES

TITRE 2.1 RESPONSABILITE ET ENGAGEMENT DU CONSTRUCTEUR-EXPLOITANT

Le Constructeur-Exploitant fournira l’ensemble des équipements et accessoires indispensables au


bon fonctionnement des Installations des 2 Sites à sa charge (Station de Transfert sur le Site de
Petite Anse + CGIDS sur le Site de Mouchinette). Ces deux Sites seront compris par le terme
« Site », de conformité avec les documents contractuels. Le Contrat, avec les documents
contractuels, comprennent tous les travaux et fournitures nécessaires à la réalisation complète et à la
mise en service des Installations, tels qu’ils sont définis par les spécifications techniques, pièces
écrites et documents graphiques du présent Cahier des charges.

Il appartient au Constructeur-Exploitant d’adapter ses procédures et moyens d’exécution aux


conditions locales et spécificités du site d’implantation.

ARTICLE 2.1.1 VISITE PREALABLE, CONNAISSANCE DES LIEUX

Avant la remise de son offre, le Candidat sera réputé avoir effectué toutes les
reconnaissances nécessaires afin de se rendre compte de l’état des lieux, de la qualité des
matériaux à mettre en œuvre et des sujétions qui en découlent, apprécié toutes les
difficultés qu’il pourrait rencontrer notamment du fait de la nature des terrains et de la
configuration du site.

La visite de Site est obligatoire ; elle sera réalisée avec l’Organisme contractant. Les
conditions de cette visite sont régulées dans les DPAO (Section II « Données
Particulières de l’Appel d’Offres »).

Le Constructeur-Exploitant ne pourra arguer de sa méconnaissance du Site lors de


l’exécution des travaux, étant entendu qu’il a pris connaissance du Site pendant la période de
consultation.

Le Constructeur-Exploitant devra avoir pris connaissance également de tous les éléments généraux
et locaux en relation avec l’exécution des travaux, avoir apprécié exactement toutes les conditions
d’exécution des Installations et s’être parfaitement rendu compte de leur nature, de leur importance
et de leurs particularités.

Le Constructeur-Exploitant devra avoir pris connaissance des possibilités d’accès, d’installations de


chantier, de stockage de matériaux, des disponibilités en eau, énergie électrique, etc.

Le Constructeur-Exploitant sera donc censé s'être engagé dans son Contrat en toute connaissance de
cause. Il ne pourra arguer d’erreurs ou d’omissions le dispensant d'exécuter l’ensemble des travaux
de sa profession ou justifiant de supplément sur ses prix.

En particulier, le Constructeur-Exploitant sera réputé avoir apprécié toutes les contraintes et


coûts engendrés pour permettre un accès aux Sites de ses moyens humains et matériels.

En outre avant la remise des offres, le Candidat fera toutes les remarques nécessaires concernant les
exigences des prestations imposées par les réglementations, normes, règles de l'art, dispositions
techniques usuelles, services concessionnaires et administrations et qui ne figureraient pas sur les
documents constituant le présent Cahier des charges.

176
Pendant la Période de Conception-Construction, le Constructeur-Exploitant devra faire, par écrit,
toutes les remarques sur les directives qu'il recevra de l’Organisme contractant, étant entendu qu'il
supportera l'entière responsabilité des travaux exécutés par lui-même à partir des directives qui
n'auront pas fait d'observation de sa part.
Ses observations seront à faire dans un délai maximum de deux semaines, afin de ne pas remettre en
question le contenu des travaux déjà réalisés et le planning général d'exécution des travaux.

ARTICLE 2.1.2 RESPONSABILITE – COHABITATION

Le Constructeur-Exploitant assurera l'entière responsabilité des travaux exécutés sous sa


responsabilité.

Le Constructeur-Exploitant demeurera responsable des dégradations éventuelles causées tant sur le


Site, sur les propriétés voisines, que sur la voie publique.

Un soin particulier sera pris pour ne pas souiller la voie publique et les voies d’exploitation internes
au Site en cas de circulation d'engins ou de camions.

Il reste entendu que le Constructeur-Exploitant sera responsable civilement de tous les accidents
matériels ou corporels qui pourraient résulter de ses travaux, de conformité avec les Conditions
Générales du Contrat (« CGC »).

Le Constructeur-Exploitant sera responsable des ouvrages définitifs pendant et après la Période de


Conception-Construction. Il devra prévoir tous les dispositifs et accessoires et toutes les modalités
d’exécution nécessaires pour limiter les sollicitations afin que la stabilité des Installations ne soit
pas compromise et que les contraintes et déformations restent normales.

ARTICLE 2.1.3 ENGAGEMENT SOCIETAL

Le Constructeur-Exploitant s’engage à mettre en œuvre une politique d’engagement sociétal


significative pour aider à la mise en place d’un système de gestion intégrée des déchets soutenable à
long terme.

Il prévoit au minimum des dispositions concrètes en matière :

 de participation, dans un rôle de conseiller externe, aux réunions organisées par les acteurs
locaux, en particulier la SAM PROPUBLIC, à sollicitude de l’Organisme contractant,

 de formation et transferts de compétences au niveau local en gestion des déchets,

 de création et soutien à l’emploi local, et

 de transparence et information de la population quant aux impacts du projet.

TITRE 2.2 CAHIER DES CHARGES ET PRIX

Toutes les prescriptions présentées dans le Cahier des charges sont réputées incluses dans les prix
des différents postes du marché.

177
Toutes les interrogations relatives au Contrat de travaux et services devront donc être levées avant
la remise de l'offre. Aucune réclamation ultérieure à la remise de l'offre ne pourra être prise en
compte, suite à une éventuelle imprécision, omission ou erreur du présent DAO. Par-là, le
Constructeur-Exploitant s'engage à avoir vérifié toutes les conditions d'exécution et métrés de
quelque nature qu'ils soient avant la remise de l'offre.

Toutes les remarques sur ces éléments formulées postérieurement à la remise de l’offre seront
rejetées. Sous réserve de remarques formulées avant la passation du Marché, le Constructeur-
Exploitant accepte sans modification le présent Cahier des charges.

Ainsi toutes les sujétions telles que : possibilités d'accès, topographie des lieux, nature des travaux à
réaliser, conditions d'organisation et de fonctionnement du chantier, intempéries, période pendant
laquelle ils doivent être exécutés, coactivité, délai d'exécution, etc., seront comprises dans les prix
du Contrat et ne pourront donner lieu à aucune plus-value ou versement d’indemnités.

En cas de divergence entre les différents documents du Contrat, l’ordre de priorité des documents
précisé dans la Clause 2 des CGC et à l’Article 1.2 de l’Acte d’Engagement sera appliqué.

La Période de garantie des Installations est de 12 mois à compter de la date de certificat


d’achèvement des installations ou le cas échéant de réception opérationnelle des installations
(cf. tableau du § 2.4.4).

TITRE 2.3 CHRONOGRAMME PREVISIONNEL DU PROJET

A titre informatif, l’étude de faisabilité fait ressortir le chronogramme suivant pour l’opération du
Constructeur-Exploitant.

Figure 15. Chronogramme prévisionnel du projet.


DÉBUT DU CONTRAT DÉBUT OPÉRATION DBO FIN CONTRAT DBO
1ER SEMESTRE 2022 1ER SEMESTRE 2024 31 DÉC. 2025

Contrat DBO (4 ans)

Semestre 1 Semestre 2 Semestre 1 Semestre 2 Semestre 1 Semestre 2 Semestre 1 Semestre 2


2022 2022 2023 2023 2024 2024 2025 2025

Conception
Construction CET (cellules 1 a 4) Opération CET Financement BID
CET
Mise en
Conception Service
Construction ST Opération ST Financement BID
ST
Conception
Construction UTC Opération UTC Financement BID
UTC
Bilan,
propositions,
option
continuation

Le Candidat détaillera son planning prévisionnel selon le cadre fourni en annexe 4 de l’Acte
d’Engagement (Calendrier d’exécution).

TITRE 2.4 CERTIFICATS D’ACHEVEMENT ET DE RECEPTION

178
L’avancement des différentes phases du projet seront sanctionnées par des certificats d’achèvement
et de réception.

Les dispositions générales relatives aux Certificats sont présentées aux CGC.

ARTICLE 2.4.1 CERTIFICAT D’ACHEVEMENT DES INSTALLATIONS

Le Certificat d’Achèvement des Installations, de conformité avec la Clause 24 des CGC, sanctionne
la fin des travaux et services de conception-construction pendant la Période de Conception-
Construction pour chaque Installation. Il sera délivré à la suite d’un contrôle par l’Organisme
Contractant de la parfaite exécution des travaux, une fois toutes réserves purgées par le
Constructeur-Exploitant.

ARTICLE 2.4.2 CERTIFICAT DE RECEPTION OPERATIONNELLE

Le certificat de réception opérationnelle, de conformité avec les Clauses 8 et 25.3 des CGC,
sanctionnera le passage à la Période d’Exploitation normale de chaque partie des Installations. Il
sera délivré, le cas échéant, à la suite de la mise en service opérationnelle des Installations, par
l’Organisme contractant.

Cette phase de mise en service opérationnelle comprend :

1. les essais pour vérification à vide de l’atteinte des performances des matériels installés,
ainsi que les mises au point et mises en regime des différents postes fonctionnels,

2. une période de mise en service provisoire. Celle-ci consiste en l’exploitation et le


fonctionnement des Installations dans les conditions normales de service et dans le respect
des exigences et des performances garanties.
Le Constructeur-Exploitant assure la fourniture de l’ensemble des personnels, fournitures,
et matériels nécessaires à la mise au point et au réglage des Installations, ainsi que les
utilités et consommables nécessaires au fonctionnement des Installations pendant cette
phase.

Cette phase est sanctionnée par un certificat de réception opérationnelle, si le Constructeur-


Exploitant peut justifier d’une période de mise en service provisoire sans arrêt des Installations
durant cette phase.

ARTICLE 2.4.3 CERTIFICAT DE RECEPTION FINALE

3 mois avant la fin du Contrat, un premier état des lieux contradictoire sera établi par l’Organisme
contractant, avec le Constructeur-Exploitant.

Il mettra notamment en lumière :

 L’état des installations : bâtiments, voiries, etc.

 L’état des équipements fixes : pont-bascule, locaux techniques, etc.

 L’état et dénombrement des équipements mobiles : engins roulants, matériels d’entretien et


maintenance, etc.

179
 L’état et dénombrement des pièces de rechange.

En cas de manquement pour une restitution en bon état de fonctionnement des Installations en fin de
Contrat, le Constructeur-Exploitant aura la charge de mettre à niveau tout manquement signalé par
l’Organisme contractant.

Le certificat de réception finale, de conformité avec la Clause 25.6 des CGC, sanctionnera la fin de
la Période d’Exploitation.

ARTICLE 2.4.4 CERTIFICATS PARTIELS ET GLOBAUX

L’Organisme contractant procèdera à l’établissement de certificats d’achèvement et de réception


partiels ou globaux selon les Installations et Périodes du Contrat :

Tableau 16. Etablissement des certificats d’achèvement et de réception

Installations
générales / Station de
Période du Unité de Tri Station de
Globalité des CET traitement
Contrat Compostage Transfert
sites et des lixiviats
installations

Fin des Fin des Fin des Fin des Fin des
Fin des travaux
travaux travaux travaux travaux travaux

Certificat global
Certificat
après certificats
d’achèvement Certificat Certificat Certificat Certificat
partiels sur
des partiel partiel partiel partiel
l’ensemble des
Installations
installations

Essais et
Période de Essais et
mises au
conception - mises au
point
construction point +
Mise en
+
service Mise en
opérationnelle Mise en service
Non Non
Non Concerné service provisoire
Concerné Concerné
provisoire (3 mois)
(3 mois)

Certificat de
Certificat Certificat
réception
partiel partiel
opérationnelle

Démarrage Démarrage Démarrage Démarrage


Démarrage de Démarrage de
de de de de
l’exploitation l’exploitation
l’exploitation l’exploitation l’exploitation l’exploitation
normale normale
normale normale normale normale
Période
Etat des lieux
d’exploitation 3 mois avant la fin du Contrat
contradictoire

Certificat de
réception Fin du Contrat
finale

180
TITRE 2.5 RELEVES TOPOGRAPHIQUES, PIQUETAGE

ARTICLE 2.5.1 PIQUETAGE GENERAL

Le Constructeur-Exploitant procédera à un levé topographique de la zone concernée par le Contrat


ainsi que des zones de stockage des matériaux. Ce levé sera réalisé pendant la phase de préparation
des travaux, par un géomètre expert à charge du Constructeur-Exploitant et fera l’objet d’un procès-
verbal d’implantation à remettre à l’Organisme contractant avant démarrage des travaux.

Le Constructeur-Exploitant réalisera le piquetage de tous les points nécessaires à la réalisation du


présent Contrat (axes et zones de travail).

Le Constructeur-Exploitant devra procéder au repérage permanent des profils et des points


caractéristiques par la mise en place des dispositifs solidement ancrés.

Le Constructeur-Exploitant sera tenu de veiller à la conservation des piquets, de les rétablir ou de


les remplacer dans des conditions identiques en cas de besoin, soit à leur emplacement primitif, soit
en un autre point si l'avancement des travaux l'exige.

ARTICLE 2.5.2 PIQUETAGE DES OUVRAGES ENTERRES

Le piquetage des ouvrages enterrés existants (câbles, canalisations, conduites, etc.…) incombe au
Constructeur-Exploitant du présent Contrat et devra être exécuté avant le début des travaux et en
présence de l’Organisme contractant et des gestionnaires de réseaux.

Le Constructeur-Exploitant sera tenu d’ouvrir, à ses frais, des fouilles à la main aux abords des
ouvrages enterrés.

Les résultats de ces levés seront reportés sur les plans. Pour chaque ouvrage, le Constructeur-
Exploitant devra établir un plan de piquetage. Ce plan devra être visé par l’Organisme contractant,
le visa étant une condition préalable au démarrage des travaux.

Le Constructeur-Exploitant est responsable de toutes les fausses manœuvres et de toute


augmentation de dépenses qui résulteraient du dérangement et de la destruction de piquets
matérialisant le projet ou des repères fixes. Toutes les opérations topographiques complémentaires
nécessaires à l’implantation des ouvrages et à l’exécution des travaux sont à la charge du
Constructeur-Exploitant.

Avant dévoiement des réseaux encore en service, un relevé contradictoire par écrit devra avoir été
établi en présence de l’Organisme contractant.

ARTICLE 2.5.3 VERIFICATION DE L’AVANCEMENT DE TRAVAUX

Les quantités réalisées sur les différents postes de travaux devront être vérifiées mensuellement par
un relevé topographique et transmises à l’Organisme contractant. Les fichiers sources des plans (au
format dwg) seront également transmis à l’Organisme contractant de manière mensuelle.

181
TITRE 2.6 GESTION DE L’EAU ET INTEMPERIES

Pendant la durée du Contrat, le Constructeur-Exploitant devra assurer la parfaite gestion des eaux
météoriques et de drainage (effluents, résurgences), provenant des zones de chantier, ainsi que les
eaux provenant de la consommation des chantiers, sur les deux Sites.

Le Constructeur-Exploitant devra récupérer les eaux, les canaliser, réaliser les collecteurs
nécessaires pour un rejet en dehors de l'emprise des travaux en un lieu qui aura reçu l'agrément de
l’Organisme contractant.

Au cas où, en cours des travaux, le Constructeur-Exploitant serait conduit à procéder à des
pompages, les frais correspondants resteraient à sa charge.

En cas d'arrêt de chantier de longue durée (pannes, intempéries), le Constructeur-Exploitant


soumettra au visa de l’Organisme contractant les dispositions qu'elle compte prendre pour maintenir
en bon état les ouvrages réalisés.

Le Constructeur-Exploitant acceptera la complète responsabilité, sans paiement d'une compensation


spécifique, pour tout risque provenant d'arrivée ou d'infiltration d'eau de surface.

En protégeant son chantier des eaux superficielles, le Constructeur-Exploitant prendra toutes les
précautions nécessaires pour éviter l'érosion, la pollution des voies d'eau, la percolation et
l'inondation des autres parties du chantier et de l'environnement.

En protégeant les excavations contre les eaux en surface, le Constructeur-Exploitant prendra des
précautions spéciales pour ne pas modifier les conditions existantes en déposant des terres et autres
matériaux dans les voies d'eau existantes, à moins que cela ne soit spécifiquement requis.

TITRE 2.7 DOCUMENTS DE REFERENCE

Les travaux seront exécutés conformément aux normes et à la réglementation en vigueur au moment
de l’établissement des offres.

Dans le cas où le Constructeur-Exploitant souhaiterait mettre en œuvre des matériaux ou des


procédés d’exécution différents de ceux définis dans le présent Cahier des charges, il s’assurera
qu’ils respectent bien les textes en vigueur et devra avoir obtenu l’accord de l’Organisme
contractant, au minimum 15 jours calendaires avant exécution.

Ces dispositions ne pourront pas être contraires aux règles de l’art ni être susceptibles de réduire la
sécurité et la durabilité des équipements pendant la Période de Conception-Construction comme en
Période d’Exploitation. Dans le cas contraire, l’Organisme contractant se réserve le droit de refuser
les travaux et de les faire recommencer aux frais du Constructeur-Exploitant.

Les travaux et services seront notamment conformes aux prescriptions techniques suivantes ou à
des prescriptions équivalentes :

 Textes législatifs et réglementaires applicables en vigueur ;

182
 Cahier des Clauses Techniques Générales (CCTG) (téléchargeable sur le site internet de la
Fédération Nationale des Travaux Publics – www.fntp.fr) et notamment :
o Fascicule 2 : Terrassement généraux ;
o Fascicule 35 : Aménagements paysagers ;
o Fascicule 50 : Travaux topographiques, Plans à grandes échelles ;
o Fascicule 62 : Règles techniques de conception et de calculs ;
o Fascicule 63 : Confection et mise en œuvre des bétons non armés - Confection des
mortiers;
o Fascicule 64 : Travaux de maçonnerie d’ouvrages de génie civil ;
o Fascicule 70 : Ouvrages d’assainissement ;

 D.T.U (téléchargeable sur le site internet de la Fédération Française du Bâtiment -


www.ffbatiment.fr) et notamment :
o DTU 13.11 : fondations superficielles ;
o DTU 13.12 : règles de calcul des fondations superficielles ;
o DTU 21 : exécution des travaux en béton.

 Recommandations du Comité Français des Géosynthétiques (https://www.cfg.asso.fr) :


o Fascicule 10 : Recommandations générales pour la réalisation d'étanchéité par
géomembranes;
o Fascicule 11 : recommandations générales pour l'utilisation des géosynthétiques dans les
centres de stockage de déchets ;
o Fascicule 13 : Recommandations pour l'utilisation des géosynthétiques bentonitiques en
installations de stockage de déchet.

TITRE 2.8 PHASES DU PROJET

Le projet est subdivisée en 4 phases :


- Phase 1 : Etudes de conception
- Phase 2 : Etudes d’exécution
- Phase 3 : Travaux
- Phase 4 : Exploitation

Les Phases 1, 2 et 3 (conception, exécution, travaux) correspondent à la Période de Conception-


Construction.
La Phase 4 (exploitation) correspond à la Période d’Exploitation.

Les Phases peuvent être elles-mêmes sub-divisées en tranches pour chaque Installation, notamment
pour la Phase de travaux. Le terme « Tranche » fait référence dans la suite du document à une sub-
division d’une Phase.
Chaque Phase et Tranche sera notifiée à l’Organisme Contractant par le Constructeur-Exploitant.
Cette notification par écrit fera l’objet d’un accusé de réception de la part de l’Organisme
contractant (au format qui sera proposé par l’Organisme contractant).

Le tableau suivant présente les Phases du projet et Tranches de travaux.

183
Tableau 17. Phases du projet.
Désignation
Phase 1 Etudes de conception
Phase 2 Etude d’exécution
Phase 3 Travaux
3.1 Aménagements du Centre d’Enfouissement Technique sur le CGIDS
3.1.1 Travaux préparatoires
3.1.2 Terrassements
3.1.3 Etanchéité
3.1.4 VRD
3.1.5 Fourniture et installation des équipements
3.1.6 Essais et mise en service
3.2 Aménagements de la Station de Traitement des Lixiviats sur le CGIDS
3.2.1 Travaux préparatoires
3.2.2 Terrassements
3.2.3 VRD
3.2.4 Fourniture et installation des équipements
3.2.5 Essais et mise en service
3.3 Aménagements de l’Unité de Tri Compostage sur le CGIDS
3.3.1 Travaux préparatoires
3.3.2 Terrassements
3.3.3 VRD
3.3.4 Fourniture et installation des équipements
3.3.5 Essais et mise en service
3.4 Aménagement de la Station de Transfert de Petit Anse
3.4.1 Travaux préparatoires
3.4.2 Terrassements
3.4.3 VRD
3.4.4 Fourniture et installation des équipements
3.4.5 Essais et mise en service
Phase 4 Exploitation
4.1 Exploitation du Centre d’Enfouissement Technique du CGIDS
4.2 Exploitation de la Station de traitement des lixiviats du CGIDS
4.3 Exploitation de l’Unité de Tri Compostage du CGIDS
4.4 Exploitation de la Station de Transfert de Petite-Anse

184
CHAPITRE 3. DOCUMENTS A FOURNIR PAR LE CONSTRUCTEUR-EXPLOITANT ET
CONTROLES

Sauf mention contraire, le Chapitre 3 s’applique aux travaux et services à exécuter pendant la
Période de Conception-Construction, sur l’ensemble des Installations.

TITRE 3.1 DOCUMENTS A FOURNIR PENDANT LA PERIODE DE CONCEPTION-


CONSTRUCTION

Le Constructeur-Exploitant remettra à l’Organisme contractant les documents suivants dans les


délais spécifiés.
Tous les échanges, documents, certificats et autres entre le Constructeur-Exploitant et l’Organisme
contractant devront être par écrit, au format stipulé par l’Organisme contractant.
Tous les documents écrits remis par le Constructeur-Exploitant devront faire l’objet d’un accusé de
réception de la part de l’Organisme contractant (au format qui sera proposé par l’Organisme
contractant).
Les Notifications de début mentionnées dans le tableau ci-dessous font référence aux notifications
que le Constructeur-Exploitant devra faire à l’Organisme contractant rélatives au début de la Phase
d’exécution.

Délais
Documents à fournir
(en jours calendaires)

10 jours à compter du début de la


Projet détaillé des période de préparation ordonnée par
 Note descriptive et plans
installations de chantier la Notification de début de la Phase
d’exécution

 Note descriptive et plans 10 jours à compter du début de la


Projet des itinéraires de
période de préparation ordonnée par
transport, des accès et des  Demandes d'agrément de signalisation et la Notification de début de la Phase
signalisations provisoires d'autorisation de voirie d’exécution

Notice sur l'hygiène et la  Notice dont procédure de prévention et lutte


Remise de l'offre
sécurité contre l’incendie

30 jours à compter du début de la


Plan Particulier de Sécurité
période de préparation ordonnée par
et Protection de la Santé  PPSPS
la Notification de début de la Phase
(PPSPS)
d’exécution

Programme d'exécution des Remise de l’offre + mise à jour


 Planning détaillé (type Gantt ou équivalent)
travaux mensuelle

 Schéma Organisationnel d’un Plan


Remise de l'offre
d’Assurance Qualité (SOPAQ)
Plan Assurance de la Qualité
(PAQ) Au minimum 7 jours avant
 Procédures d'exécution engagement des travaux
correspondants

185
Délais
Documents à fournir
(en jours calendaires)

10 jours à compter du début de la


Plan de mouvement des période de préparation ordonnée par
 Plan DAO au format Autocad ou équivalent
terres la Notification de début de la Phase
d’exécution

 Procédures d’exécution

Dossier d’exécution des  Plans détaillés Au minimum 10 jours avant


travaux (DET)  Coupes réalisation des travaux concernés

 Notes de calculs

 Propositions Remise de l'offre


Origine et nature des
matériaux et produits  Demandes d’agrément, résultats d'essais, Au minimum 10 jours avant mise en
documentation… œuvre

Piquetage, implantation et
 Plans 10 jours maximum après réalisation
opérations topographiques

 Dossier de plans de synthèse et d'exécution,


conformes à l'exécution
 Notes diverses
 PAQ complet avec tous les résultats des
Dossier de récolement et contrôles, les fiches, procédures et plans Jour précédant la réception des
conforme à l'exécution d’exécution validés travaux

 Journal de chantier
 Dossier photos
 Dossiers définitifs

 Notice d’exploitation des installations Remise de l’offre

 Compte d’Exploitation Prévisionnel Remise de l’offre

1 mois avant démarrage de


 Dossier d’approvisionnement en structurant l’exploitation de l’Unité de Tri
Compostage
Documents liés à
3 mois avant démarrage de
l’exploitation des  Etude de marché pour la commercialisation
installations l’exploitation de l’Unité de Tri
du compost produit
Compostage

3 mois avant démarrage de


 Plan de Gestion environnemental et social l’exploitation de l’Unité de Tri
Compostage

Au minimum 10 jours avant


 Manuel d’exploitation
démarrage des services d’exploitation

Documents liés à la  Attestation de conformité des installations


(certification CE) Au minimum 10 jours avant
maintenance des
démarrage des services d’exploitation
installations  Notice de maintenance des équipements

186
Délais
Documents à fournir
(en jours calendaires)
 Rapports de vérification de la conformité
des appareils de levage et des équipements
électriques
 Notice de maintenance des éléments de gros
œuvre
 Notice de maintenance des éléments de
second œuvre
 Dossiers fournisseurs

TITRE 3.2 PROJET DES INSTALLATIONS DE CHANTIER

Le Constructeur-Exploitant soumettra au visa de l’Organisme contractant le projet des installations


de chantier. Il indiquera notamment la situation sur plans des locaux pour le personnel et leurs accès
depuis l’entrée du chantier. Les installations devront être adaptées aux effectifs de personnel du
chantier.

Le Constructeur-Exploitant prendra à sa charge les dépenses pour la mise à disposition des biens
suivants :

 La fourniture d’un bungalow dédié à la fois aux réunions de chantier et au bureau du Directeur
des Travaux et Services. Ce bungalow sera équipé de tout le mobilier nécessaire pour la tenue
des réunions et pour le bureau du Maître d’œuvre ;

 Un vestiaire et des sanitaires pour les salariés ;

 L’éclairage du chantier et des installations de chantier ;

 Les branchements d’eau et d’électricité, ainsi que les installations des points de distribution
pour toutes les entreprises.

Le projet des installations de chantier sera soumis à l’agrément de l’Organisme contractant dans un
délai de 10 jours calendaires à compter de la notification par le Constructeur-Exploitant de début de
la Phase de Travaux. Ce projet lui sera retourné assorti du visa de l’Organisme contractant et
accompagné, s'il y a lieu, des observations effectuées.

TITRE 3.3 PROJET DES ITINERAIRES DE TRANSPORT, DES ACCES ET DES SIGNALISATIONS
PROVISOIRES

Le Constructeur-Exploitant soumettra au visa de l’Organisme contractant le projet des itinéraires de


transport, des accès et des signalisations provisoires.

En phase de préparation de chantier, le Constructeur-Exploitant devra solliciter toutes les


autorisations administratives pour la circulation des engins de chantier.

187
Le Constructeur-Exploitant sera responsable de toutes les dégradations causées dans le cadre des
travaux et le cas échéant devra remettre les ouvrages impactés dans leurs états initiaux.

Sur site, le Constructeur-Exploitant prévoira un plan de circulation interne au site (sens de


circulation, priorités, etc.).

TITRE 3.4 CONCEPTION DES INSTALLATIONS

Le Constructeur-Exploitant détaillera la conception de l’ensemble des Installations.

Il réalisera tous les plans / coupes longitudinales et transversales / coupes de détail / schémas de
principe / synoptiques / vues 3D (au format PDF et DWG) nécessaires à la conception des
Installations.

Des solutions techniques alternatives pourront être proposées à l’Organisme contractant. Dans ce
cas, un tableau présentera de manière détaillée les avantages et inconvénients de chaque technique
proposée.

Les installations devront toutes être dimensionnées et notamment :

 La Station de Transfert de Petite Anse ;

 L’ensemble des aménagements généraux du CGIDS ;

 L’Unité de Tri Compostage ;

 Le Centre d’Enfouissement Technique ;

 Les ouvrages de gestion des eaux pluviales ;

 L’ensemble des réseaux biogaz / lixiviats / réinjection des lixiviats ;

 La Station de traitement des lixiviats (une étude d’impact de rejets des effluents traités devra
notamment être réalisée).

Le rapport de conception sera notamment constitué :

 D’un mémoire technique qui détaillera très précisément les propositions techniques du
Constructeur-Exploitant ; les services à fournir et le niveau de performance à atteindre seront
clairement explicités ;

 Des plans / coupes longitudinales et transversales / coupes de détail / schémas de principe /


synoptiques / vues 3D du projet (au format PDF et DWG) ;

 D’un planning prévisionnel de réalisation des travaux ;

 De toutes autres pièces et documents nécessaires à la bonne compréhension du dossier (études


techniques, dossiers de récolement des travaux précédents, …) et permettant à l’Organisme
contractant d’acquérir une bonne compréhension du Projet.

188
TITRE 3.5 PROGRAMME D’EXECUTION DES TRAVAUX

Le programme d’exécution des travaux sera établi par le Constructeur-Exploitant conformément


aux délais attendus.

Il fera apparaître l’ensemble des tâches à accomplir pour exécuter les ouvrages. Le Constructeur-
Exploitant fera parvenir à l’Organisme contractant le programme d’exécution des travaux dans un
délai de 1 semaine à compter de la Notification de début la Phase de Travaux prescrivant le
commencement de la période de préparation des travaux, c’est-à-dire 7 jours calendaires avant le
début des travaux concernés.

L’Organisme contractant retournera ce programme au Constructeur-Exploitant soit revêtu de son


visa, soit – s'il y a lieu – accompagné de ses observations dans un délai maximal de 4 jours
calendaires. Les rectifications qui seront éventuellement demandées au Constructeur-Exploitant
devront être faites dans un délai maximal de 4 jours calendaires.

Il sera procédé toutes les semaines à l'examen et à la mise au point du programme dans les mêmes
conditions que celles qui ont présidées à son élaboration.

Ce programme fera figurer les dates des périodes où l'exécution des travaux fera intervenir plusieurs
entreprises en même temps. Les dispositions retenues et les dates seront soumises à l'agrément de
l’Organisme contractant.

Ce programme sera affiché au bureau de chantier du Constructeur-Exploitant et sera mis à jour


chaque semaine préalablement aux réunions de chantier qui auront lieu à cette fréquence.

TITRE 3.6 PLAN ASSURANCE QUALITE

ARTICLE 3.6.1 ORGANISATION GENERALE

Le document d'organisation générale :

 Traite de l’affectation des tâches ;

 Précise les moyens en personnel ;

 Rappelle les principes et présente les conditions d'organisation et de fonctionnement du


contrôle interne, ces conditions étant en relation avec les indications concernant les personnes
désignées pour exécuter ou coordonner les tâches correspondantes. Il précise les moyens qui y
sont consacrés. Il définit la liste des procédures d'exécution et leur échéancier d'établissement.
Il établit en outre la liste des tâches pour lesquelles il est prévu d'effectuer des contrôles ;

 Indique l’identités des responsables des sous-traitants sur le chantier.

ARTICLE 3.6.2 COMPOSITION DU PAQ

Le Constructeur-Exploitant sera tenu de fournir un Plan d’Assurance Qualité (PAQ) pour tous les
travaux compris dans le présent Contrat.

Le PAQ devra se composer des éléments suivants :

189
 Une note d’organisation générale avec les moyens en personnel et matériel ;

 Une note relative à la mise en place du PAQ ;

 Les procédures d’exécution définissant les moyens et les conditions de réalisation des travaux ;

 Les plans / coupes longitudinales et transversales / coupes de détail / schémas de principe /


synoptiques / vues 3D du projet (au format PDF et DWG) ;

 Les études d’exécution / études de dimensionnement / notes techniques de réalisation des


ouvrages ;

 La description des travaux ;

 Les documents de suivi d’exécution ;

 Les demandes d’agréments ;

 Les fiches techniques de fournitures ;

 Les interfaces avec les co-traitants, sous-traitants et fournisseurs ;

 Le PAQ de chacun des fournisseurs, co-traitants et sous-traitants.

ARTICLE 3.6.3 PROCEDURES D’EXECUTION

Les procédures d'exécution seront établies pendant la période de préparation des travaux et
définiront notamment:

 La partie des travaux faisant l'objet de la procédure considérée ;

 Les moyens matériels spécifiques ;

 Les choix du Constructeur-Exploitant en matière de matériaux, produits et composants


(qualité, certification, origine, marque et modèle exact lorsqu'il y a lieu) ;

 Les points sensibles de l'exécution, points critiques et points d’arrêt, par référence aux phases
d'exécution des travaux, avec s'il y a lieu une description des modes opératoires et des
consignes d'exécution ;

 Le cas échéant, les interactions avec d'autres procédures et les conditions préalables à remplir
pour l'exécution ultérieure de certaines tâches ;

 Les modalités du contrôle interne.

Les documents annexés aux procédures comprennent en particulier et sans caractère limitatif, les
documents suivants :

 Les procès-verbaux des essais concernant les différents matériaux à fournir ;

190
 Les procédures définies dans le PAQ.

Les procédures d’exécution qui seront réalisées par le Constructeur-Exploitant devront être
précisées dans le Mémoire Technique.

ARTICLE 3.6.4 PHASES D’ETABLISSEMENT ET D’APPLICATION DU PAQ

Les documents constituants et appliquant le PAQ seront établis en plusieurs étapes :

 Pendant la période de préparation des travaux : document d’organisation générale,


établissement des procédures d'exécution et des documents de suivi d’exécution, demandes
d’agrément des matériaux mis en œuvre, planning des travaux ;

 Pendant l'exécution des travaux : renseignement et mise à disposition sur le chantier des
documents de suivi ;

 A l'achèvement des travaux : regroupement et remise à l’Organisme contractant de


l'ensemble des documents du PAQ et des documents de suivi d'exécution.

ARTICLE 3.6.5 REMISE DES DOCUMENTS DU PAQ

Au démarrage du chantier, il est attendu du Constructeur–Exploitant :

 Une mise au point de la note d’organisation générale et de la note relative à la mise en place du
PAQ, y compris la liste prévisionnelle des documents de suivi d’exécution ;

 L’établissement des procédures d’exécution et études correspondantes aux premières phases de


travaux.

En cours de travaux, avant toute phase d’exécution, dans un délai d’au minimum 7 jours calendaires
avant le démarrage des travaux de la période correspondante :

 Etablissement des procédures d’exécution ;

 Etablissement des documents de suivi d’exécution.

TITRE 3.7 JOURNAL DE CHANTIER

Un journal de chantier sera tenu sur chaque Site en travaux par le Constructeur-Exploitant. Dans ce
journal, seront consignés chaque jour :

 Les opérations réalisées (nature, volume, localisation, …) ;

 Les moyens matériels et humains mis en œuvre (nombre et type d’engins, nombre et
qualification du personnel, amplitudes horaires, …) ;

 Les opérations administratives relatives à l'exécution et au règlement du Contrat (notification


d'ordres de service, visas et approbations des plans d'exécution…) ;

191
 Les conditions atmosphériques constatées (précipitations, vent, température...) ;

 Les contrôles internes et externes réalisés ;

 Les incidents ou détails représentant quelque intérêt du point de vue de la tenue ultérieure des
ouvrages, du calcul des prix de revient et de la durée réelle des travaux ;

 Les observations réalisées et les prescriptions imposées au Constructeur-Exploitant sur le plan


technique.

A ce journal seront annexés chaque jour les comptes rendus détaillés établis par les représentants du
Constructeur-Exploitant, spécialement désignés, sur lesquels seront indiqués par poste de travail :

 Les horaires de travail, l'effectif, le statut et la qualification du personnel, le matériel présent


sur le chantier et son temps de marche, la durée et la cause des arrêts de chantier, l'évaluation
des quantités de travaux effectuées chaque jour ;

 Tout incident concernant la sécurité ou tout accident matériel ou corporel.

Le journal de chantier sera signé par le Constructeur-Exploitant et sera remis chaque semaine à
l’Organisme contractant.

TITRE 3.8 DOSSIER DE RECOLEMENT DES OUVRAGES EXECUTES

A l’issue des travaux, le Constructeur-Exploitant remettra à l’Organisme contractant le dossier de


récolement des ouvrages exécutés qui comprendra entre autres les documents suivants :

 Un plan topographique d’ensemble de tous les ouvrages exécutés ;

 Le PAQ ;

 L’ensemble des plans de détail, élévations, coupes, profils permettant de définir les travaux
réellement exécutés ;

 L’ensemble des procès-verbaux des mesures et essais de laboratoire et in-situ réalisés au cours
des travaux ;

 Les fiches techniques de l’ensemble des produits utilisés visés par l’Organisme contractant et
leurs certificats de conformité ;

 Les fiches de suivi et/ou bons de livraison constituant les preuves de traçabilité des produits ;

 Les fiches de traitement de non-conformités et les pièces qui s’y rapportent ;

 L’ensemble des rapports d’essais et d’analyses réalisés au cours des travaux.

Le Constructeur-Exploitant constituera son dossier de récolement au fur et à mesure de


l’avancement du chantier.

192
Le délai de remise du dossier de recolement des ouvrages exécutés est 7 jours calendaires précédant
la date d’achèvement des installations. Au cas où le Constructeur-Exploitant ne remettrait pas ces
documents dans les délais indiqués ci-dessus, la réception ne pourra avoir lieu ; les pénalités de
retard prévues dans l’Annexe 8 de l’Acte d’Engagement Garanties Opérationnelles seront
appliquées.

TITRE 3.9 CONTROLES INTERNES ET EXTERNES

Le Constructeur-Exploitant devra apporter la preuve formelle tout au long de l'élaboration du PAQ,


puis de la mise en œuvre des matériaux, produits et composants entrant dans la constitution de
l'ouvrage que la qualité requise est atteinte.

Cette obligation passe notamment par la mise en place d'un contrôle interne et/ou d’un contrôle
externe à l’initiative et à la charge du Constructeur-Exploitant et la diffusion des résultats à
l’Organisme contractant (rapports : 1 version papier + 1 version informatique en cours de chantier,
puis intégration au Dossier de Récolement).

TITRE 3.10 CONTROLES EXTERIEURS

L’Organisme contractant se réserve la possibilité de faire réaliser par des entreprises tierces les
contrôles qu’il estimera nécessaires.

Le Constructeur-Exploitant mettra alors à la disposition de l’entreprise tierce les matériaux et


matériels nécessaires au contrôle extérieur.

L’Organisme contractant diffusera les résultats de ces contrôles au Constructeur-Exploitant qui sera
tenue en cas de non-conformité de procéder aux travaux modificatifs nécessaires à la mise en
conformité. Le Constructeur-Exploitant aura également à sa charge les nouveaux contrôles attestant
de la mise en conformité.

Dans le cadre de l’opération présente, le Constructeur-Exploitant devra missionner des entreprises


tierces pour mener les contrôles suivants :

 VISA de la note de calcul du Constructeur-Exploitant justifiant les dimensions des ancrages


des géosynthétiques (casier et lagunes) ;

 Contrôle visuel de la pose des lés du géosynthetique bentonitique (GSB) (plusieurs visites de
contrôle pendant les opérations de pose). Les éléments contrôlés seront notamment les suivants
: caractéristiques du GSB, conditions de pose, largeur de recouvrement des lés, assemblage des
lés avec apport de bentonite;

 Réalisation de contrôles pendant les opérations de pose des géomembranes (fond et flancs de
casier, bassins) comprenant :
o Le contrôle visuel de la pose des lés de géomembrane (plusieurs visites de contrôles
pendant les opérations de pose). Les éléments contrôlés seront notamment les suivants :
caractéristiques de la géomembrane (GMB), conditions de pose, largeur de recouvrement
des lés ;
o La mise en pression du canal central de l’ensemble des doubles soudures réalisées ;
o Le contrôle à la pointe sèche de l’ensemble des extrusions réalisées.

193
CHAPITRE 4. CONSISTANCE DES TRAVAUX D’AMENAGEMENT DE LA STATION DE
TRANSFERT DE PETITE ANSE ET DU CGIDS

TITRE 4.1 DISPOSITIONS SPECIFIQUES POUR LES AMENAGEMENTS DE LA STATION DE


TRANSFERT DE PETITE ANSE

ARTICLE 4.1.1 PERIMETRE DES TRAVAUX

L’aménagement de la Station de Transfert des déchets comprendra le dégagement d’emprise du site,


la réalisation des travaux relatifs au terrassement, aux réseaux, au génie civil, à la construction des
bâtiments, à l’installation des équipements et leur mise en service.

De plus, la voirie d’accès au site devra être remise en état pour permettre l’usage intensif de cette
voie par les camions jusqu’à la route principale (RN6). En phase de conception, une concertation
devra être entreprise avec les pouvoirs publics pour la prise en considération de l’impact sur le trafic
au niveau du croisement entre la voirie d’accès au site et la route principale (RN6). L’accès aux
autres usages potentiels du Site de Petite Anse (marchés, …) devra être pris en compte lors de cette
concertation. Si nécessaire, la signalisation et les règles de priorités devront être adaptées.

ARTICLE 4.1.2 CARACTERISTIQUES GENERALES

La Station de Transfert de Petite Anse (au Cap Haïtien) devra permettre de recevoir les déchets
issus des collectes des déchets ménagers et des marchés, ainsi que des commerces et autres
institutions (cf. Article 1.8.3 du Titre 1.8 du Cahier des Charges).

Les déchets pourront être apportés par camions (Benne Ordure Ménagère -BOM- ou Ampliroll) ou
par des véhicules de collecte légers (tricycle, charrette, etc.). La réception de ces 2 flux devra être
gérée différemment pour éviter les risques liés à la coactivité et garantir la fluidité de la Station de
Transfert. Pour ce faire, 2 zones de dépôt distinctes seront aménagées. L’aménagement de la
plateforme devra permettre le contrôle de toutes les livraisons.

De plus, une zone sera dédiée au dépôt, au tri et à l’entreposage des déchets valorisables (cartons,
plastiques, métaux…) apportés par les collecteurs indépendants.

Une zone d’accueil sera aménagée. Elle comprendra un local (bureau, locaux sociaux, local
technique), des places de parking, des zones d’attente pour les camions (afin d’éviter
l’encombrement de la Station de Transfert et de la voie publique) et un pont bascule.

Chaque zone pourra être accessible par une voirie adaptée (enrobé ou béton) aux camions et engins
sur le site en veillant à respecter un plan de circulation évitant les croisements et manœuvres ainsi
que la coactivité des poids lourds et engins avec les véhicules légers.

Les zones d’entreposage des déchets devront a minima être couvertes par des bâtiments ouverts afin
de supprimer les risques de contact entre les eaux pluviales et les déchets.

Une aire de lavage de camion devra être aménagée. Elle pourra être alimentée par la récupération
d’eau pluviale.

Les eaux pluviales (toiture et voirie) seront collectées séparément des eaux souillées (nettoyage et
jus) provenant des zones d’entreposage des déchets et de l’aire de lavage des camions. Les eaux

194
pluviales seront orientées vers un bassin tampon (réserve d’extinction incendie + récupération d’eau
pluviale). Avant évacuation hors site, l’excédent d’eau sera prétraité par un débourbeur-déshuileur.
Les eaux de souilles pourront être collectées en cuve pour être traitées dans la Station de traitement
des lixiviats de Mouchinette.

ARTICLE 4.1.3 TRAVAUX PREPARATOIRES

Les travaux préparatoires comprendront le dégagement de l’emprise qui consistera en l’élimination


par tout moyen approprié des éléments gênant la bonne exécution des travaux.

Ils consisteront notamment en un nettoyage et un défrichage ainsi qu’en la dépose si nécessaire


d’une partie du mur d’enceinte du Point de Regroupement (PDR) existant (avec l’évacuation des
déchets de déconstruction).

ARTICLE 4.1.4 NETTOYAGE, DEFRICHAGE

Avant le commencement des travaux, le Constructeur-Exploitant assurera le chargement et


l’évacuation de l’ensemble des déchets déposés sur l’emprise de la zone de travaux, vers une filière
appropriée, qui aura été validée au préalable par l’Organisme contractant.

Figure 16. Vue de l’emprise de la Station de Transfert à libérer en phase de préparation de travaux

Par ailleurs, l’éventuelle végétation présente sur le site présentant une contrainte pour la
construction de la Station de Transfert sera éliminée par le Constructeur-Exploitant vers une filière
appropriée.

4.1.4.1. Déconstruction du mur d’enceinte existant

Pour les besoins de l’agrandissement du site le mur d’enceinte existant (en blocs béton) pourra être
en partie déconstruit. Le Constructeur-Exploitant assurera la dépose du mur et l’évacuation des
déblais en filière appropriée validée par l’Organisme contractant.

195
Les massifs de fondation seront démolis jusqu’à un niveau suffisant pour permettre les travaux de
terrassement du Site.

ARTICLE 4.1.5 CONCEPTION GENERALE DE LA STATION DE TRANSFERT

4.1.5.1. Voie d’accès au Site

La voie d’accès à la Station de Transfert devra être renouvelée. Elle est actuellement d’une longueur
d’environ 110 m pour une largeur d’environ 4 m.

Figure 17. Etat actuel de la piste d’accès au terrain de la Station de Transfert

Dans les zones de raccordement aux nouvelles chaussées, l'ancienne chaussée sera décaissée sur une
hauteur au moins égale à la chaussée nouvelle. Après démolition de l'ancienne chaussée, s’il n’est
pas prévu de terrassement, le fond de forme sera reprofilé et réglé. Les produits de démolition
seront évacués.

Les procédés d'extraction seront laissés à l'initiative du Constructeur-Exploitant qui les adaptera à la
nature des matériaux rencontrés et à leur mode de réutilisation. Les déblais impropres seront
évacués.
La chaussée d’accès à la Station de Transfert sera composée en solution de base :

 D’un géotextile anti-contaminant de 250 gr/m² avec débord de 20 cm de part et d’autre de la


piste ;

 D’une 1ère couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/80 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 30 cm ;

 D’une 2ème couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/40 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 20 cm ;

 D’une couche d’assise en grave non traitée (GNT) ;

 D’une de roulement en béton bitumineux.

196
Un géotextile de séparation sera mis en place entre le fond de forme de la plateforme et la couche
de forme, afin d’éviter la contamination des graves concassées par des fines sous-jacentes, le but
étant de permettre aux matériaux 0/80 et 0/40 mm de conserver leurs propriétés mécaniques.

Le compactage consistera en un nombre de passes de compacteur qui sera déterminé en fonction


des critères et protocoles du guide SETRA-LCPC « Remblayage des tranchées et réfection des
chaussées » de 1994.

Le fond de forme destiné à revoir la chaussée sera parfaitement réglé et compacté.

Le Constructeur-Exploitant devra procéder à l’épandage, au réglage et au compactage des


matériaux de fondation.

4.1.5.2. Spécificités techniques du génie civil au niveau des aires de travail et de circulation

Les aires de travail, de circulation et de manœuvre devront être dimensionnées en tenant compte du
passage intensif des camions de livraison et d’expédition ainsi que des engins mobiles (chargeuse,
pelle à grappin). Les aires de travail couvertes attendues seront a minima les suivantes :

 Deux cellules, l’une dédiée à la réception des déchets et l’autre à leur expédition (1000 m²) ;

 Une zone de réception des déchets des véhicules de collecte légers (150 m²) ;

 Une zone dédiée à la réception, mise en balle, stockage et expédition des déchets recyclable
(600 m²), nommée ci-après Zone recyclage.

Les aires de travail devront être constituées d’un revêtement de type béton lisse ou équivalent de
manière à faciliter son entretien soit par balayage mécanique, soit par lavage à grande eau. Les
pentes des aires de travail permettront de récolter les eaux souillées (jus et eaux de lavage)
distinctement des eaux pluviales de voirie ou de toiture. Les aires de travail seront conçues en
tenant compte du trafic et de la giration des véhicules.

Les aires de réception et d’entreposage des déchets comprendront des murs d’enceinte. Ces murs
auront une triple fonction :

 Assurer une délimitation entre les différentes aires d’entreposage des déchets et former des
casiers visuellement délimités ;

 Permettre un entreposage des déchets sur une hauteur de 3 à 4 m ;

 Assurer la fonction de butée pour le gerbage et la reprise des déchets dans les casiers pour être
chargés. Ces opérations pourront être réalisée à l’aide d’une chargeuse (godet avant).

Le dimensionnement de l’ouvrage par le Constructeur-Exploitant devra permettre de satisfaire ces


trois contraintes d’utilisation. La construction des murs d’enceinte de ces casiers sera réalisée en
béton armé et blocs béton ou éléments préfabriqués adaptés.

La composition des bétons sera définie en vue de satisfaire aux prescriptions concernant les
résistances mécaniques prises en compte dans les calculs, tout en recherchant une bonne compacité
et une faible fissurabilité. Pour les bétons en contact avec le terrain, le ciment à employer devra être
capable de résister aux eaux éventuellement agressives et à la nature chimique des terres.

197
Le Constructeur-Exploitant restera responsable de la composition des bétons à mettre en œuvre. Les
dosages et ferraillages seront exécutés, suivant les nécessités des calculs et les plans de bétons
armés.

Le Constructeur-Exploitant implantera le réseau des câbles et les massifs de fondation des


candélabres, selon le plan d’éclairage qu’il aura déterminé.

Figure 18. Schéma de principe de la Station de Transfert

4.1.5.3. Spécificités techniques du bati

Le projet prévoit la construction de bâtiments ouverts pour l’entreposages des déchets apportés par
les véhicules de collecte légers et les camions de collecte. Les bâtiments présenteront une hauteur
suffisante pour permettre le déchargement de camion benne et le rechargement à la pelle-
mécanique.
Une surface totale couverte de 1 750 m² est envisagée.

4.1.5.4. Clôture

Le Constructeur-Exploitant s’assurera de la clôture du Site de la Station de Transfert de Petite-


Anse. Pour cela, il s’assurera du bon raccordement de la nouvelle clôture au mur d’enceinte en
blocs béton existant.

4.1.5.5. Collecte des eaux pluviales

198
La collecte comprend la collecte des eaux des bâtiments, ainsi que des eaux des voirie pour
évacuation dans un bassin tampon (avant renvoi du trop-plein).

Le bassin tampon sera dimensionné de manière à pouvoir contenir une réserve d’eau pour
l’extinction d’incendie et un volume disponible pour la réutilisation des eaux pluviales.

Avant rejet hors site, les eaux pluviales de ruissellement devront subir un prétraitement par
débourbeur/déshuileur.

Réutilisation

Le recyclage des eaux pluviales sera privilégié dans l’installation afin de réduire les rejets hydriques
et la consommation d’eau.

Les eaux collectées dans le bassin tampon pourront être réutilisées pour l’aire de lavage des
camions et le nettoyage des aires d’entreposage des déchets dans les bâtiments.

L’aire de lavage des camions ne devra pas collecter d’autres eaux pluviales que celles tombant sur
cette surface. L’aire de lavage sera de préférence construite en légère surélévation et en forme de
pointe de diamant.

Gestion des eaux souillées

Les eaux souillées de l’aire de lavage des camions et des aires d’entreposage des déchets pourront
être collectées via un réseau spécifique alimentant une cuve de stockage des eaux souillées.

Les eaux souillées seront collectées par camion hydrocureur pour être traitées sur la Station de
traitement des lixiviats du CGIDS.

Par ailleurs, un système d’assainissement individuel devra être installé à proximité des locaux
sociaux. L’installation devra être conforme aux normes en vigueur.

ARTICLE 4.1.6 EQUIPEMENTS DIVERS

4.1.6.1. Raccordement électrique du Site

L'alimentation électrique normale de l'installation comportera :

 Une source principale (réseau du distributeur d'énergie) ;

 Un groupe électrogène de secours fonctionnant en cas de défaillance de l’alimentation


électrique normale. La capacité de ce groupe électrogène devra être dimensionnée de manière à
assurer un fonctionnement minimal du Site, enregistrement de la pesée notamment.

4.1.6.2. Eclairage

L'éclairage naturel sera privilégié. Il sera complété obligatoirement par un éclairage artificiel.
L’éclairage devra être conçu afin de permettre la circulation et les interventions dans de bonnes
conditions de sécurité.

4.1.6.3. Raccordement télécommunication

199
L'installation sera équipée des systèmes à courants faibles suivants :

 Téléphonie ;

 Réseau informatique, intranet.

Le Constructeur-Exploitant pourra proposer une solution satellitaire équivalente.

4.1.6.4. Local d’accueil et de pesée

En entrée du Site, un local monobloc de type Algeco ou équivalent servira de local d’accueil. Ce
local abritera :

 Une zone d’accueil et un bureau ;

 Des sanitaires ;

 Le système de centralisation et enregistrement des pesées, raccordé au système de pont-


bascule.

4.1.6.5. Pont bascule

Les camions de collecte et transport des déchets et d’évacuation passeront sur les doubles ponts
bascule pour une pesée en entrée et en sortie. La dimension des ponts bascule devra permettre la
pesée de semi-remorques (en général, 18m x 3m, précision 40 kg).

En cas d’implantation du pont bascule dans une fosse, celle-ci sera munie d'un dispositif
d'évacuation des eaux pluviales.

Le fonctionnement du pont bascule sera automatique pour les véhicules répertoriés avec
intervention possible depuis le local d’accueil situé à proximité du pont pour les véhicules non
répertoriés ou en cas de disfonctionnement. La reconnaissance des véhicules répertoriés pourra se
faire par différents moyens (badges, codes-barres, ...).

Des barrières automatiques et/ou des feux seront installés en entrée et sortie du pont bascule. Un
système de guidage sera installé de manière à ce que les roues des camions soient en totalité sur le
tablier du pont bascule.

En amont et en aval du pont bascule, il sera impératif de disposer d’une section de route droite au
moins égale à la longueur du tablier afin de permettre aux camions de se positionner correctement.
Chaque borne de pesée (en entrée/sortie), implantée de manière à être accessible depuis la cabine
des véhicules lourds, comportera un système d’identification de véhicules répertoriés.

Les travaux comprendront :

 L’aménagement de la zone d’accueil du pont bascule (fosse/fondations…) ;

 La fourniture, la mise en place et l'installation dont la mise en marche d'un pont bascule ;

 La fourniture, la mise en place et l'installation dont la mise en marche d'un logiciel de pesée.

200
4.1.6.6. Locaux sociaux

Les locaux sociaux seront composés :

 De sanitaires ;

 De douches ;

 De vestiaires ;

 D’une zone de restauration, dotée de tables, chaises, équipements de conservation et


préparation pour la nourriture.

Les équipements seront fournis en nombre suffisant au vu des effectifs de personnel.

4.1.6.7. Zone de lavage des équipements

Une aire de lavage devra être aménagée. Elle servira au lavage des équipements et véhicules utilisés
par le Constructeur-Exploitant dans le cadre de l’exploitation de la Station de Transfert.
Elle pourra être alimentée par la récupération d’eau pluviale.
Les eaux souillées de l’aire de lavage des camions et des aires d’entreposage des déchets pourront
être collectées via un réseau spécifique alimentant une cuve de stockage des eaux souillées.
Les eaux souillées seront collectées par camion hydrocureur pour être traitées sur la Station de
traitement des lixiviats du CGIDS.

4.1.6.8. Local technique

Ce local sera constitué d’un monobloc de type Algeco ou équivalent.

Les compteurs d’eau et d’électricité seront positionnés dans le local technique. La distribution sur
l’ensemble du site sera à prévoir à partir de ce point.

Le réseau téléphonique sera à prévoir à partir du point de livraison du gestionnaire du réseau


jusqu’au local technique et l’accueil.

4.1.6.9. Equipements divers

Le Site devra être équipé d’un nettoyeur haute pression pour le lavage des aires de travail.

Une cuve de distribution de carburant sera installée pour l’alimentation des engins mobiles (pelle,
chargeuses, chariot élévateur).

La zone de tri-recyclage disposera d’une presse à balles permettant de conditionner les différents
déchets valorisables apportés par les collecteurs indépendants.

4.1.6.10. Sécurité incendie

Les bassins tampon de collecte des eaux pluviales pourront être utilisés pour l’extinction
d’incendies le cas échéant. Une aire suffisante pour les manœuvres et le pompage pour un camion
autopompe sera dimensionnée.

201
Le Constructeur-Exploitant consultera les services incendie en phase de conception pour prendre en
compte leur contraintes et attentes locales.

TITRE 4.2 DISPOSITIONS SPECIFIQUES POUR LES AMENAGEMENTS GLOBAUX DU SITE DU


CGIDS DE MOUCHINETTE

ARTICLE 4.2.1 ACCES AU SITE : REFACTION DE LA PISTE D’ACCES AU CGIDS

4.2.1.1. Etat actuel

La piste d’accès au Site de Mouchinette est raccordée à la RN6 au niveau de la commune de


Limonade. Le tronçon concerné par le passage des camions de déchets représente de la jonction à la
RN6 au portail d’entrée du site une distance de 410 m environ. Dans son état actuel, la piste
présente une largeur comprise entre 2,5 m et un peu plus de 4 m. Elle est constituée de matériaux
naturels non revêtus de type gravelo-sablo-limoneux compacts. A l’exception de quelques petits
nids de poules, la chaussée est en bon état et pourrait en première approche être utilisée quasiment
en l’état.
L’état précis de la piste est détaillé au Titre 8.3 en Annexe 3 : Etat de la piste d’accès au CGIDS, du
présent Cahier des charges.

4.2.1.2. Travaux de réfection à réaliser

Les actions suivantes devront néanmoins être réalisées afin de garantir la pérennité de la piste
d’accès au Site de Mouchinette. L’emplacement des points A à G auquel il est fait référence ci-
dessous est précisé également au Titre 8.3 dans l’Annexe 3 : Etat de la piste d’accès au CGIDS, du
présent Cahier des charges.
 Réfection de chaussée (ponctuelle / globale) :
• Reprise de quelques nids de poule (< 5)
• Mise en place d’une couche de d’assise type grave GNT sur 20 cm
• Mise en place d’une couche de roulement en enrobé sur 6 à 8 cm
 Drainage - collecte des eaux et protection hydraulique :
• Protection de berge à l’Est de la route sur 15 m environ et sur 2 m de hauteur à l’Est
du point A
• Protection anti-érosive au sol sur 15 * 3 m environ en amont du point B
• Mise en place d’un passage busé sous chaussée au point B
• Création de fossés longitudinaux en fonction de la topographie précise de la piste
(levé topographique à prévoir par le Constructeur-Exploitant) et de l’évaluation des
débits de pointe en provenance du dalot sous la RN6 (arrivée d’eau E1 au niveau du
point A : cf. Annexe 3)
• Elaboration d’un dispositif d’évacuation des eaux pluviales à l’ouest de la piste
vraisemblablement au niveau des points bas B et F, à dimensionner là encore sur la
base du levé topographique à prévoir et des débits de ruissellement estimés
 Signalisation et ralentisseur :
• Mise en place de panneaux signalétiques au niveau du carrefour avec la RN6 : 2
panneaux à prévoir en provenance de l’Ouest - l’Est

202
• Mise en place de panneaux signalétiques au niveau de la zone rétrécissement et de
virage de la piste en amont / aval du point E : 2 panneaux à prévoir doublés de 2
légers dos d’âne.

ARTICLE 4.2.2 APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE

Un forage profond sera réalisé pour l’approvisionnement en eau potable. Une cuve de 25 m3 sera
mise en œuvre pour le stockage de l’eau potable. Cette cuve sera équipée d’un dispositif de
désinfection de l’eau par traitement ultra-violet (UV). Une pompe de relevage sera mise en place
afin d’assurer une pression suffisante de l’eau sur l’ensemble du site. Les réseaux pour assurer la
desserte en eau potable de l’ensemble des infrastructures du site devront être mis en œuvre par le
Constructeur-Exploitant.

ARTICLE 4.2.3 ASSAINISSEMENT

Trois fosses septiques seront mises en œuvre pour gérer l’assainissement des sanitaires pour le
personnel de l’espace de restauration. Un champ d’épandage devra être associé à chacune de ces
fosses septiques.

ARTICLE 4.2.4 RACCORDEMENT ELECTRIQUE DU SITE

4.2.4.1. Etude de raccordement électrique du Site

Le Constructeur-Exploitant devra prévoir la réalisation d’une étude de raccordement électrique


auprès de NRECA 8, dans le cadre du projet PPSELD (Pilot Project For Sustainable Distribution).
Les frais d’études, de renforcement de lignes ainsi que de raccordement aux différentes
infrastructures du Site seront à la charge du Constructeur-Exploitant. La puissance raccordée devra
être suffisante afin de permettre le fonctionnement de toutes les infrastructures en pleine puissance,
et de manière simultanée.

4.2.4.2. Les besoins en électricité

Les besoins en électricité du site proviennent principalement des installations suivantes :


 Station de traitement des lixiviats,
 Unité de Tri Compostage,
 Bureaux, vestiaires, atelier de maintenance, éclairage et installations connexes.

Les installations de la Station de traitement des lixiviats seront celles qui auront les besoins
énergétiques les plus importants. Nous avons résumé dans le tableau ci-dessous puissances
électriques nécessaires pour alimenter l’ensemble des installations (hors charbons actifs à ajouter).

Figure 19. Puissances électriques estimées pour le traitement des lixiviats (à affiner selon dispositif proposé).
Puissance Consommation
électrique annuelle

8
Les communes de Caracol, Trou-du-Nord, Terrier-Rouge, Limonade et Sainte-Suzanne sont alimentées en électricité via
une centrale électrique installée sur le Parc Industriel de Caracol (PIC). La compagnie NRECA (National Rural Electricity
Cooperatives Association) en est l’entité gestionnaire. La NRECA est un organisme de service représentant plus de 900
coopératives d'électricité privées, appartenant aux consommateurs et sans but lucratif, qui fournissent un service a 42
millions de personnes dans 47 pays. NRECA International Ltd., est une filiale en propriété exclusive de NRECA, dédiée
au développement économique international grâce à l'électrification.

203
Puissance Consommation
électrique annuelle
Lagune d’homogénéisation 7 30 240
Mesure niveau et câblage 1 6 720
Poste de pompage 10 m3/h 5 16 800
Débit-métrie entrée lagune (type canal ouvert) 0.5 3 360
Débit-métrie sortie lagune (type Débitmètre EM) 0.5 3 360
Lagune aération 1 « matières organiques » 25 168 000
Aération de la lagune 25 168 000
Instrumentation (sonde rédox, pH, …) - -
Lagune aération 2 « matières organiques » 25 168 000
Aération de la lagune 25 168 000
Instrumentation (sonde rédox, pH, …) - -
Lagune aération 3 « azote » 9 60 480
Pompe vers ultrafiltration 6 40 320
Aération de la lagune 3 20 160
Instrumentation (sonde rédox, pH, …) - -
Lagune aération 4 « azote » 9 60 480
Pompe vers ultrafiltration 6 40 320
Aération de la lagune 3 20 160
Instrumentation (sonde rédox, pH, …) - -
Container ultrafiltration 75 441 000
Container équipé pour 4,5 m3/h 75 441 000
Séchage des boues 10 42 000
Reprise des percolats en fond d’ouvrage (pompe + poste) 2*5 2*21 000
Lagune de rejet 5 21 000
Poste de pompage 5 21 000
TOTAL PUISSANCE (kW) 165
TOTAL PUISSANCE (kVA) 206,25
CONSOMMATION ANNUELLE (kWh) 991 200

La puissance électrique nécessaire pour le fonctionnement du système de traitement des lixiviats est
légèrement supérieur à 206 kVA (hors alimentation du traitement par charbons actifs à compléter).

La puissance nécessaire sur l’Unité de Tri Compostage dépend des installations électriques
utilisées. Nous estimons que la puissance nécessaire serait inférieure à 15 kVA (à affiner).

Enfin, nous estimons la puissance nécessaire sur les bureaux, atelier de maintenance, équipements
de pesée (pont bascule), illumination, etc. à quelque 20 kVA (à affiner).

Compte tenu des besoins identifiés, le Constructeur / Exploitant devra prévoir le prolongement
d’une ligne électrique moyenne tension depuis la RN6 sur une distance de 420 m environ. En effet,
le réseau électrique alimentant la société d’ensachage d’eau en face au Site de Mouchinette, étant
alimenté uniquement en courant monophasé et disposant de plus avec une puissance disponible de
25 kVA maximum ne pourra pas être partagé avec le CGIDS.

204
La procédure à suivre dans ce cas consiste en premier lieu à établir un contact auprès du superviseur
du service clients du PPSELD l(bureau du PIC) et de lancer une demande de connexion primaire en
courant triphasé 60 Hz. Il nous a été confirmé que la procédure administrative prend généralement
moins d’un mois.

Les besoins en énergie étant très importants sur la Station de traitement des lixiviats, éloignée de
l’entrée du Site de Mouchinette, par où le site sera raccordé à la ligne moyenne tension, deux
transformateurs devront être installés. Le 1er transformateur sera positionné à proximité de l’entrée
du site et le 2ème à proximité de la Station de traitement des lixiviats, afin de limiter les déperditions
d’énergie entre l’entrée du Site et la Station de traitement des lixiviats (plus de 500 m de distance).
Le 1er transformateur, installé à l’entrée du Site, alimentera en courant monophasé l’ensemble des
équipements situés du côté de l’entrée du Site (bureaux, atelier de maintenance, unité de
compostage et recyclage, etc.) mais pourra au besoin également fournir du courant triphasé (selon
besoins attendus). Le 2ème transformateur alimentera en courant triphasé la Station de traitement des
lixiviats.

ARTICLE 4.2.5 ECLAIRAGE DES VOIRIES ET DES PLATEFORMES

Des candélabres seront positionnés le long des voies de circulation de la Station de Transfert et du
CGIDS. Il est proposé les caractéristiques suivantes : candélabre simple crosse, d’une hauteur de 8
m, pour éclairage de la voirie.

Par ailleurs, des projecteurs seront également positionnés au niveau des plateformes de la Station de
Transfert, de l’Unité de Tri Compostage, du quai de dépotage du Centre d’Enfouissement
Technique et de la Station de traitement des lixiviats. Il est proposé que les caractéristiques de ces
projecteurs soient les suivantes :

 Candélabre simple crosse, d’une hauteur de 8 m, pour éclairage du casier. Il sera composé d’un
mât de section rectangulaire en acier galvanisé thermolaqué simple crosse de hauteur 8m type
et d’un luminaire 500 W.

ARTICLE 4.2.6 TELECOM

Aucun raccordement en télécommunication n’est prévu. Les télécommunications fonctionneront par


les antennes relais déjà installées par les opérateurs locaux.

ARTICLE 4.2.7 GROUPE AIR COMPRIME

Un groupe d’air comprimé devra être prévu pour les besoins du site (nettoyage des engins, …).

ARTICLE 4.2.8 CAPTAGE ET TRAITEMENT DES EAUX DE PLUIE

Un réseau de fossés trapézoidaux bétonnés devra être mis en œuvre sur l’ensemble du Site pour
collecter les eaux pluviales et notamment :

 En périphérie du Site ;

 Le long des chaussées ;

 En périphérie des plateformes techniques.

205
Les caractéristiques des fossés devront être dimensionnées selon une pluie décennale.

ARTICLE 4.2.9 BASSIN PLUVIAL

Un bassin pluvial devra être positionné par le Constructeur-Exploitant (à titre indicatif, ce bassin
pluvial a été positionné au niveau de la plateforme d’entrée). Il sera dimensionné afin de pouvoir
gérer une pluie décennale. Il collectera l’ensemble des eaux pluviales du Site. Ce bassin pluvial
servira également de réserve incendie. Le mode d’évacuation des eaux pluviales sera déterminé en
fonction des résultats des études hydrologiques / hydrogéologiques à la charge du futur constructeur
– exploitant (création d’un exutoire, infiltration des eaux pluviales).

ARTICLE 4.2.10 INSTALLATIONS GENERALES

4.2.10.1. Plateforme d’entrée

Une plateforme d’entrée, d’une surface d’environ 14 000 m2 sera aménagée pour permettre la mise
en place des installations générales.

Une couche de forme sera mise en œuvre au droit de cette plateforme d’entrée :
Elle sera constituée de bas en haut :

 D’un géotextile anti contaminant de 250 gr/m² avec débord de 20 cm de part et d’autre de la
piste;

 D’une 1ère couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/80 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 30 cm ;

 D’une 2ème couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/40 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 20 cm.

Un géotextile de séparation sera mis en place sous la couche de forme, afin d’éviter la
contamination des graves concassées par des fines sous-jacentes ; le but étant de permettre aux
matériaux 0/80 et 0/40 mm de conserver leurs propriétés mécaniques.

Un réseau de fossés trapézoïdaux bétonnés devra être mis en œuvre en périphérie de cette
plateforme. Les caractéristiques des fossés devront être dimensionnées selon une pluie décennale.
Les effluents collectés devront être raccordés au bassin pluvial après passage dans un séparateur
d’hydrocarbures.

4.2.10.2. Accès et local d’entrée du Site

L’accès principal du Site est situé à la pointe sud-ouest de celui-ci et est connecté directement avec
la route d’accès extérieure. L’accès est fermé par deux portails métalliques de 5 mètres de large et 2
mètres de haut, montés sur des rails métalliques.

Entre les 2 portails, se situe un petit local pour le personnel de sécurité. Ce local a une superficie
minimale de 3x2 m et peut être de type préfabriqué.

4.2.10.3. Pont bascule et local d’accueil

206
A environ 40 mètres du portail d’entrée, seront installés 2 ponts bascules de 60 tonnes de capacité et
15 mètres de long. La précision du pont bascule devra être de l’odre de 10 kg. Une demande
d’agrément devra être adressée à l’Organisme Contractant.

Le local d’accueil sera situé entre les 2 ponts bascules, pour le contrôle et enregistrement du poids
des camions transportant les déchets.

Le local d’accueil aura une superficie minimum de 15 m2.

Le bâtiment sera une construction de type traditionnelle, avec des murs en béton, toit en zinc ou
ciment, avec des faux plafonds pour l’installation de l’éclairage. Les sols seront en carrelage ou en
matériau équivalent, permettant un nettoyage et un entretien adéquat.

Le local sera directement positionné sur le sol naturel, à une hauteur permettant à l’opérateur un
contrôle visuel direct sur les camions passant sur le pont bascule.

A l’intérieur du local, on trouvera un bureau et des toilettes avec lavabo.

Le local d’accueil devra être équipé de tout le mobilier et matériel nécessaire.

Figure 20. Plan du local d'accueil et ponts bascule (à titre indicatif)

4.2.10.4. Plateforme de stockage provisoire des déchets (en cas de fortes pluies)

Une plateforme de stockage sera aménagée pour permettre le stockage des déchets entrants lors des
épisodes de fortes de pluies, et en cas d’inaccessibilité au CET.

La plateforme devra respecter une surface minimum de 600 m2.

Une couche de forme sera mise en œuvre au droit de cette plateforme de stockage temporaire.
Elle sera constituée de bas en haut :

207
 D’un géotextile anti contaminant de 250 gr/m² avec débord de 20 cm de part et d’autre de la
piste;

 D’une 1ère couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/80 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 30 cm ;

 D’une 2ème couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/40 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 20 cm.

Un géotextile de séparation sera mis en place sous la couche de forme, afin d’éviter la
contamination des graves concassées par des fines sous-jacentes ; le but étant de permettre aux
matériaux 0/80 et 0/40 mm de conserver leurs propriétés mécaniques.

Un réseau de fossés trapézoïdaux bétonnés devra être mis en œuvre en périphérie de cette
plateforme. Les caractéristiques des fossés devront être dimensionnées selon une pluie décennale.
Les effluents collectés devront être raccordés au bassin pluvial ainsi qu’à la Station de traitement
des lixiviats, via un système de by-pass. Le choix se fera en fonction de la présence ou non de
déchets sur cette plateforme de stockage.

4.2.10.5. Locaux administratifs

Les locaux administratifs seront composés de :

 Une salle d’accueil ;

 De bureaux et mobilier en nombre suffisant ;

 Des toilettes pour femmes et pour hommes ;

 Un espace de cuisine ;

 Une salle de réunion pouvant accueillir au minimum 30 personnes.

Le bâtiment sera une construction traditionnelle, avec des murs en béton, toit en zinc ou ciment,
avec des faux plafonds pour l’installation de l’éclairage. Les sols seront en carrelage ou en matériau
équivalent, permettant un nettoyage et un entretien adéquats.

Figure 21. Plan des locaux administratifs (à titre indicatif)

208
Les locaux administratifs devront être équipés de tout le mobilier et matériel nécessaire.

4.2.10.6. Locaux sanitaires pour le personnel

Les locaux sanitaires pour le personnel seront composés de toilettes, douches et vestiaires, séparés
pour les hommes et pour les femmes, ainsi que des équipements adaptés pour les personnes
handicapées.

La superficie totale des locaux sanitaires sera adaptée aux règles d’hygiène en vigueur en fonction
du nombre de personnes présentes sur Site.

Les vestiaires sont équipés de bancs et de casiers pour le rangement des effets personnels.

Le bâtiment est une construction de type traditionnelle, avec des murs en béton, toit en zinc ou
ciment, avec des faux plafonds pour l’installation de l’éclairage. Les sols sont en carrelage ou en
matériau équivalent, permettant un nettoyage et un entretien adéquats. Dans les parties humides, les
murs sont également revêtus de carrelage jusqu’au faux plafond. Les autres murs sont peints et
carrelés jusqu’à une hauteur de 1,20 mètre.

Figure 22. Plan des locaux sanitaires (à titre indicatif)

209
4.2.10.7. Locaux pour restauration, infirmerie et blanchisserie

Un bâtiment sera prévu pour accueillir une salle de restauration, une infirmerie et une blanchisserie.
La salle de restauration aura une capacité suffisante au regard de l’ensemble du personnel travaillant
sur Site. Elle sera équipée du matériel nécessaire à la préparation, au stockage, à la prise des repas
et au nettoyage des lieux.

La blanchisserie sera équipée de lave-linge et sèche-linge, en nombre suffisant au vu de l’activité du


Site.

L’infirmerie sera équipée d’une salle de consultation et de toilettes ainsi que d’un espace de repos
équipé d’un lit.

Le bâtiment sera une construction de type traditionnelle, avec des murs en béton, toit en zinc ou
ciment, avec des faux plafonds pour l’installation de l’éclairage. Les sols sont en carrelage ou en
matériau équivalent, permettant un nettoyage et un entretien adéquats. Les murs sont peints ou
recouverts de carrelage dans les lieux humides (blanchisserie).

Figure 23. Plans des locaux pour la restauration, l’infirmerie et la blanchisserie (à titre indicatif)

210
Les salles de restauration, infirmerie et blanchisserie devront être équipés de tout le mobilier et
matériel nécessaire.

4.2.10.8. Aire de stationnement des véhicules légers

L’aire de stationnement pour les véhicules légers sera située à proximité des locaux administratifs.
Elle sera composée d’un nombre de places de stationnement cohérent vis-à-vis de l’activité du Site.

4.2.10.9. Aire de stationnement des camions et gros véhicules

Une aire de stationnement sera prévue pour les camions et les gros véhicules (véhicules de transport
de passagers pour le personnel, camionnettes).

L’aire de stationnement sera composée au minimum de 18 places de stationnement de 4,0 x 14,0 m.

4.2.10.10. Atelier mécanique et stationnement des engins

L’atelier mécanique sera constitué d’un hangar d’une surface suffisante pour l’activité du Site.

Le hangar sera construit avec un sol en béton armé, sur lequel sera installée une structure métallique
sur une base de profils en acier, avec un toit métallique et de revêtements latéraux avec profils
trapézoïdaux. Les structures métalliques seront installées sur des socles en béton résistants aux
chocs des véhicules.

A l’intérieur, seront construits un bureau, un local pour les outils, et une zone de stockage de pièces
de rechange et matériels. Ces zones seront fermées par une structure métallique de 2,50 mètres de
hauteur, profils selon les besoins structuraux, revêtue d’une grille soudée et galvanisée. Les portes
seront métalliques et revêtues de la même grille.

Figure 24. Plan de l’atelier mécanique et stationnement des engins (à titre indicatif)

211
4.2.10.11. Zone de lavage des véhicules

Une zone de lavage des véhicules d’une surface suffisante devra être mis en œuvre pour l’activité
du Site. A titre indicatif, l’aire de lavage devra respecter au minimum les dimensions suivantes : 6
m de large et 12 m de longueur.

La zone de lavage sera construite avec un sol en béton armé, sur lequel sera installée une structure
métallique sur une base de profils en acier, avec un toit métallique et des revêtements latéraux avec
profils trapézoïdaux. Les structures métalliques seront installées sur des socles en béton résistants
aux chocs des véhicules.

Les eaux de lavage seront captées par des grilles au sol puis acheminés vers un dessableur –
dégraisseur. Les eaux seront ensuite stockées pour leur réutilisation ou leur évacuation vers le
bassin pluvial. Un nettoyeur haute pression devra être prévu par le Constructeur – Exploitant.

Figure 25. Zone de lavage des véhicules (à titre indicatif)

212
4.2.10.12. Local de stockage temporaire des déchets solides dangereux produits sur le Site

Un local de stockage temporaire des déchets solides dangereux produits sur le Site sera mis en
œuvre. Ce local sera constitué d’un monobloc de type Algeco ou équivalent d’une surface de 10 m2
(dimensions de 2,44 x 4,40 m). Ce local devra être ventilé par un système de ventilation adapté pour
l’évacuation des éventuelles émissions gazeuses.

4.2.10.13. Zone de stockage et de distribution des combustibles

Un réservoir enterré et étanche d’une capacité de 6 000 L devra être mis en œuvre sur le Site. Il
devra être positionné sous une dalle en béton armé. Une pompe sera également mise en œuvre pour
permettre la distribution du diesel.

Figure 26. Zone de stockage et de distribution de combustibles (à titre indicatif)

213
4.2.10.14. Voies de circulation internes

La surface des voies de circulation est estimé à environ 18 300 m2.

Les voies de circulation internes seront composées :

 D’un géotextile anti contaminant de 250 gr/m² avec débord de 20 cm de part et d’autre de la
piste;

 D’une 1ère couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/80 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 30 cm ;

 D’une 2ème couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/40 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 20 cm ;

 D’une couche d’assise en GNT ;

 D’une couche de roulement en béton bitumineux.

Un géotextile de séparation sera mis en place entre le fond de forme de la plateforme et la couche
de forme, afin d’éviter la contamination des graves concassées par des fines sous-jacentes ; le but
étant de permettre aux matériaux 0/80 et 0/40 mm de conserver leurs propriétés mécaniques.

Les matériaux de remblais mis en œuvre seront de qualité suffisante et feront l’objet d’un
compactage.

214
TITRE 4.3 DISPOSITIONS SPECIFIQUES POUR LES AMENAGEMENTS DE L’UNITE DE TRI
COMPOSTAGE

ARTICLE 4.3.1 PERIMETRE DES TRAVAUX

L’aménagement de l’Unité de Tri Compostage comprendra le dégagement d’emprise du Site, la


réalisation des travaux de terrassement, réseaux, génie civil, construction des bâtiments, installation
des équipements et leur mise en service.

ARTICLE 4.3.2 CARACTERISTIQUES GENERALES

L’Unité de Tri Compostage (UTC) devra permettre de trier les déchets issus des collectes des
déchets ménagers et assimilés et des marchés, dans la limite d’un objectif de production de 3 000
tonnes de compost annuelle. Les matériaux recyclables seront triés et feront l’objet d’une
valorisation. La fraction fermentescible sera extraite et servira à la production d’un compost. Le
refus de tri sera redirigé vers le Centre d’Enfouissement Technique du CGIDS.

L’unité de compostage comprendra :

 Une zone de déchargement, dédiée au dépôt, contrôle qualité systèmatique et entreposage des
déchets en attente de traitement ;

 Une zone pour le stockage, de manière séparative, des flux de matériaux valorisables triés, du
compost produit, du structurant, du refus de tri. Les zones d’entreposage des déchets devront a
minima être couvertes par des bâtiments ouverts afin de supprimer les risques de contact entre
les eaux pluviales et les déchets. Ces zones seront aménagées de manière à permettre un
rechargement aisé des camions pour l’évacuation de ces flux ;

 Un bâtiment de pré-traitement, abritant le process de tri des déchets. Ce bâtiment sera aménagé
afin de permettre notamment une maintenance aisée des équipements de process en place, une
ventilation et un éclairage suffisants pour garantir de bonnes conditions de travail pour les
opérateurs de tri ;

 Des zones dédiées pour les étapes de fermentation et de maturation du compostage. Ces étapes
se dérouleront sur dalle, de manière à récupérer et gérer les eaux de ruissellement. Des voiries
seront prévues pour permettre aux engins d’exploitation l’accès aisé aux aires de fermentation
et de maturation, ainsi que la circulation sur et autour de ces aires, pour le retournement des
andains;

 Chaque zone pourra être accessible par une voirie adaptée aux camions et engins d’exploitation
sur le Site en veillant à respecter un plan de circulation évitant les croisements et manœuvres
ainsi que la coactivité.

ARTICLE 4.3.3 CARACTERISTIQUES SPECIFIQUES

4.3.3.1. Specificités techniques du génie civil au niveau des aires de travail et de circulation

Les aires de travail, de circulation et de manœuvre devront être dimensionnées en tenant compte des
apports des camions de livraison ainsi que des engins mobiles (chargeuse). Les aires de travail
attendues seront a minima les suivantes :

215
 Une zone de réception des déchets ;

 Une zone de stockage


• des flux de matériaux triés, ainsi qu’une zone pour la mise en balle de ces flux,
• du compost produit,
• du structurant utilisé dans le process de compostage,
• du refus de tri,

 Une zone pour le rechargement et l’évacuation de ces flux sortants

 Une zone dédiée au process de pré-traitement des déchets

 Une zone dédiée à la plateforme de fermentation des déchets

 Une zone dédiée à la plateforme de maturation des déchets

Les aires de travail devront être constituées d’un revêtement de type béton lisse ou équivalent de
manière à faciliter son entretien soit par balayage mécanique, soit par lavage à grande eau. Les
pentes des aires de travail permettront de récolter les eaux souillées (jus et eaux de lavage)
distinctement des eaux pluviales de voirie ou de toiture. Les aires de travail seront conçues en
tenant compte du trafic et de la giration des véhicules.

Les aires de réception et d’entreposage des déchets entrant, du structurant et du compost produit
comprendront des murs d’enceinte. Ces murs auront une triple fonction :

 Assurer une délimitation entre les différentes aires d’entreposage des déchets et former des
casiers visuellement délimités ;

 Permettre un entreposage des déchets sur une hauteur de 3 m ;

 Assurer la fonction de butée pour le gerbage et la reprise des déchets dans les casiers pour être
chargés. Ces opérations pourront être réalisée à l’aide d’une chargeuse (godet avant).

Le dimensionnement de l’ouvrage par le Constructeur-Exploitant devra permettre de satisfaire ces


trois contraintes d’utilisation. La construction des murs d’enceinte de ces casiers sera réalisée en
béton armé et blocs béton ou éléments préfabriqués adaptés.

La composition des bétons sera définie en vue de satisfaire aux prescriptions concernant les
résistances mécaniques prises en compte dans les calculs, tout en recherchant une bonne compacité
et une faible fissurabilité. Pour les bétons en contact avec le terrain, le ciment à employer devra être
capable de résister aux eaux éventuellement agressives et à la nature chimique des terres.

Le Constructeur-Exploitant restera responsable de la composition des bétons à mettre en œuvre. Les


dosages et ferraillages seront exécutés, suivant les nécessités des calculs et les plans de bétons
armés.

Le Constructeur-Exploitant implantera le réseau des câbles et les massifs de fondation des


candélabres, selon le plan d’éclairage qu’il aura déterminé.
Le plan de masse de l’UTC est présenté dans le Titre 8.4, en Annexe 4 du Cahier des charges,
Cahier des plans.

216
4.3.3.2. Bâtiment process

Un bâtiment abritera le process de pré-traitement des déchets, ainsi que les zones de préparation et
stockage des flux sortants.

Le Constructeur-Exploitant est libre de proposer la solution technique qu’il jugera la plus pertinent
au vu des objectifs énoncés de l’Unité de Tri Compostage.

Pour cela, le process de pré-traitement devra assurer a minima les fonctions suivantes :

1. Tri primaire :
- Elimination des gros éléments, par exemple à l’aide d’un trommel criblant à 80mm
et/ou tri manuel pour élimination des indésirables.

2. Extraction des fractions valorisables :


- Extraction des fractions de métaux ferreux et non-ferreux, par exemple à l’aide d’un
overband et d’un courant de foucault,
- Extraction des plastiques, par exemple par extraction manuelle,
- Extraction de la fraction fermentescible, par exemple par élimination des éléments
indésirables du flux destiné au compostage.

3. Préparation de la fraction fermentescible :


- Mélange de la fraction fermentescible au structurant, dans des proportions à définir par
le Constructeur-Exploitant en fonction de son process et de ses objectifs de
performance,
- Broyage du flux destiné à la fermentation.

4. Préparation et affinage des flux pour la fermentation et la maturation :


- Affinage du flux issu de la fermentation et destiné à la maturation, par exemple par
criblage vibrant à 20mm.

5. Gestion des sous-produits :


- Mise en balle des matériaux triés valorisables
- Stockage en alvéole ou benne des différents flux produits dans les conditions
permettant la préservation de leurs qualités intrinsèques
- Rechargement des refus de tri à destination du Centre d’Enfouissement Technique du
CGIDS.

Outre les prescriptions techniques générales applicables (§4.6 du Cahier des Charges), le bâtiment
de pré-traitement devra permettre le travail des agents dans des conditions acceptables, que ce soit
en termes de sécurité, de bruits, d’odeurs, de poussières et de température.

Les équipements tournants et équipements bruyants seront capotés autant que possible.

La ventilation sera dimensionnée de sorte à permettre de bonnes conditions de travail.


La température sera régulée pour être maintenue entre 15°C et 30°C selon les conditions
météorologiques.

217
4.3.3.3. Process de compostage

Le process de compostage sera à définir par le Constructeur-Exploitant, en fonction des règles de


l’art, de son expérience, des caractéristiques des déchets entrants et du structurant envisagé, ainsi
que des spécificités climatiques locales (température et humidité).

Il définira son process et l’ajustera en fonction des performances et qualités de compost produit.

Il définit notamment :
- La granulométrie optimale pour la fraction fermentescible à composter
- La proportion de mélange déchets / structurant
- La durée de fermentation et nombre de retournements des andains,
- La granulométrie pour l’affinage de la fraction entrant en maturation,
- La durée de la maturation et nombre de retournements des andains.

4.3.3.4. Gestion des eaux pluviales

Les eaux pluviales (toiture et voirie) seront collectées séparément des eaux souillées (nettoyage et
jus) provenant des zones d’entreposage des déchets.
Les eaux pluviales seront orientées vers le bassin tampon du CGIDS (réserve d’extinction incendie
+ récupération d’eau pluviale).
Le Candidat devra présenter la solution de traitement et rejet des eaux pluviales qu’il propose.
Celle-ci pourrait être un pré-traitement des excédents d’eau par un débourbeur-déshuileur avant
évacuation par un bassin d’infiltration.

ARTICLE 4.3.4 MISE EN SERVICE OPERATIONNELLE DE L’UNITE DE TRI COMPOSTAGE

Période de réglages
Après le certificat d'achèvement de l’Installation, le Constructeur-Exploitant commencera les essais
et mise au point de l’Installation.

Pendant cette période, le Constructeur-Exploitant pourra arrêter le matériel ou le mettre en marche à


divers régimes, dans le but d'effectuer les réglages nécessaires et de s'assurer de son bon
fonctionnement. En tout état de cause, cette période ne peut excéder trois mois.

Le Constructeur-Exploitant sera en charge de réaliser des essais de performances, démontrant que


les garanties opérationnelles associées à l’UTC sont atteintes.

Période de mise en service provisoire

La période de mise en service provisoire a pour but de constater que l'Installation fonctionne sans
révéler aucune défectuosité d'ordre hydraulique, mécanique ou électrique, et sans présenter des
difficultés d'exploitation.

Pendant cette période, la conduite de l’Installation sera assurée sous l’autorité et la responsabilité du
Constructeur-Exploitant ; toutes les mises au point, réparations ou modifications nécessaires seront
effectuées par ses soins et à ses frais.

218
Celle-ci prend fin dès qu’un arrêt d’exploitation, du fait du Constructeur-Exploitant, est constaté.

Pour être validée, cette période doit couvrir 3 mois d’exploitation normale et continue.

Programme analytique de validation performance

Des analyses seront réalisées en entrée/sortie et au besoin à chaque étape du pré-traitement et du tri
des déchets entrants. Le programme de validation des performances sera proposé par le
Constructeur-Exploitant et soumis à approbation préalable par l’Organisme contractant. Seront
notamment suivies les performances en matière de :

 Taux de refus ;

 Taux de fraction fermentescible dirigé vers le compostage ;

 Taux de captation : analyse des refus :


o Taux de matériaux recyclables triés sur l’UTC et encore présents dans les refus ;
o Taux de fraction fermentescible encore présente dans les refus ;
o Etc.

TITRE 4.4 DISPOSITIONS SPECIFIQUES POUR LES AMENAGEMENTS DES CASIERS DE


STOCKAGE DU CGIDS

ARTICLE 4.4.1 TRAVAUX DE TERRASSEMENT

Les travaux de terrassement du Contrat prévoient notamment :

 La création du modelé du casier et des alvéoles en déblais / remblais (inclus terrassement de la


digue périphérique) ;

 Le terrassement de la plateforme accueillant la Station de traitement des lixiviats et des bassins


associés ;

 La création des ouvrages de gestion des eaux pluviales ;

 La création de la rampe d’accès au casier et de la plateforme de vidage ;

 La mise en œuvre des couvertures provisoires.

4.4.1.1. Terrassement du casier de stockage et des digues de séparation

Terrassement du fond de casier

Le terrassement du fond du casier devra se faire aux côtes indiquées sur les plans. Les travaux de
terrassement du casier généreront un volume de déblais d’environ 177 000 m3.

219
Afin de permettre une diminution du volume de lixiviats généré, le casier sera découpé en 6
alvéoles. Chaque alvéole sera terrassée avec une double pente d’environ 1 % (pente résultante
d’environ 1,4 %).

Les digues de séparation inter-alvéoles seront terrassées en remblais. Afin de prévenir tout risque de
poinçonnement de la géomembrane en place en fond de casier (par la circulation des engins de
chantier), les digues de séparation seront terrassées en même temps que le fond du casier (avant le
démarrage des travaux d’étanchéité du casier).

Chaque digue de séparation respectera une hauteur de 2 m, de pente 1H/1V, et avec une largeur en
crête de talus de 1 m. Au total, la création des digues de séparation inter-alvéoles nécessitera un
volume de remblais d’environ 4 500 m3.

Figure 27. Coupe de principe de la digue de séparation inter-alvéoles (Diguette de séparation : S=6,00 m2)

Terrassement de la digue périphérique

Une digue périphérique d’une hauteur de 5 m environ, de pente extérieure 2H/1V, de pente
intérieure 1H/1V et avec une largeur en crête de talus de 3 m, ceinturera le casier.

Le volume en remblais sera d’environ 55 000 m3 et sera mise en œuvre avec les déblais
excédentaires en provenance des travaux de terrassement du casier.

4.4.1.2. Terrassement de la plateforme de vidage, de la rampe d’accès et des pistes


d’exploitation

Une plateforme de vidage et sa rampe d’accès ainsi que les pistes d’exploitation seront terrassées au
fur et à mesure de l’avancement de l’exploitation des casiers. La plateforme de vidage sera déplacée
par déblais / remblais lors du changement d’exploitation du casier. De même, la rampe d’accès sera
adaptée par déblais / remblais pour permettre la desserte de la plateforme de vidage.

La plateforme de vidage devra respecter une surface minimum de 800 m2. La rampe d’accès aux
casiers devra respecter une largeur minimum de 7 m (ce qui permettra aux camions et autres
véhicules d'exploitation de se croiser lors des montés / descentes). La pente de la rampe d’accès
jusqu’à la plateforme de vidage devra avoir une pente maximum de 8 %. Une piste d’exploitation
est également prévue entre la zone de stockage des 6 alvéoles (alvéoles 1 à 6) et l’emprise réservée
pour l’extension latérale des alvéoles 7 et 8. Cette piste d’exploitation a une surface d’environ 1 900
m2.

Une couche de forme sera mis en œuvre au droit de la plateforme de vidage, de la rampe d’accès et
des pistes d’exploitation.

220
Elles seront constituées de bas en haut :

 D’un géotextile anti contaminant de 250 gr/m² avec débord de 20 cm de part et d’autre de la
piste;

 D’une 1ère couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/80 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 30 cm ;

 D’une 2ème couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/40 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 20 cm.

Un géotextile de séparation sera mis en place sous la couche de forme, afin d’éviter la
contamination des graves concassées par des fines sous-jacentes ; le but étant de permettre aux
matériaux 0/80 et 0/40 mm de conserver leurs propriétés mécaniques.

4.4.1.3. Criblage de matériaux et remblai de matériaux criblés en fond de forme du casier

Environ 10 500 m3 de matériaux déblayés seront criblés avec comme objectif de produire des
matériaux de granulométrie 0 / 20 mm. A ce stade, nous prévoyons un rendement d’environ 70 %
(30 % de refus de crible). Une analyse granulométrique devra être réalisée en phase de préparation
du chantier afin de préciser la procédure d’exécution de criblage à mettre en place et les rendements
attendus sur ce poste.

Les matériaux criblés seront, ensuite, mis en œuvre en fond de casier sur une épaisseur de 20 cm,
préalablement à la mise en œuvre des géosynthétiques. Cette couche mobilisera un volume
d’environ 7 300 m3.
4.4.1.4. Synthèse des données de terrassement de création du casier

La synthèse des données de terrassement de création du casier est présentée dans le tableau ci-après.

Tableau 18. Synthèse des données de terrassements de création du casier

Données de terrassement

Volume en déblais du casier 177 400 m3

Volume en remblais de la digue périphérique 55 000 m3

Volume en remblais des digues de séparation inter-alvéoles 4 500 m3

Pente moyenne en fond de casier 1,4 %

Cote minimale du fond de casier + 11,00 m NGH

Cote maximale du fond de casier + 14,00 m NGH

Surface 3D du fond de forme du casier 36 700 m2

4.4.1.5. Terrassements de la Station de traitement des lixiviats

221
Une plateforme pour la station de traitement des lixivats sera terrassée sur une surface d’environ
12 000 m2.

Une couche de forme sera mise en œuvre au droit de la Station de traitement des lixiviats.

Elle sera constituée de bas en haut :

 d’un géotextile anti contaminant de 250 gr/m² avec débord de 20 cm de part et d’autre de la
piste ;

 d’une 1ère couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/80 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 30 cm ;

 d’une 2ème couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/40 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 20 cm.

Un géotextile de séparation sera mis en place sous la couche de forme, afin d’éviter la
contamination des graves concassées par des fines sous-jacentes ; le but étant de permettre aux
matériaux 0/80 et 0/40 mm de conserver leurs propriétés mécaniques.

4.4.1.6. Mise en œuvre d’une couverture provisoire

A l’avancement de l’exploitation des alvéoles, une couverture semi-perméable sera mise en œuvre
de sorte à ce que la surface d’exploitation des déchets corresponde au maximum à la surface d’une
seule alvéole. Les autres alvéoles seront donc soient en attente d’exploitation, soient recouvertes
d’une couverture provisoire dans l’attente d’une nouvelle phase d’exploitation en rehausse.

D’une épaisseur de 40 cm, la couverture provisoire sera constituée de matériaux semi-perméables


en provenance des déblais du casier et qui auront été placés, au préalable, en stockage provisoire.

Le volume de la couverture provisoire pour les alvéoles 1 à 4, sera d’environ 12 800 m3, pour une
surface 3D d’environ 32 000 m2. A noter, que le volume de la couverture provisoire pour les
alvéoles 5 à 8 sera d’environ 12 840 m3. Les travaux de couverture provisoire pour les alvéoles 5
à 8 sont exclus du présent Contrat.

4.4.1.7. Mise en œuvre de la couverture définitive (travaux hors du présent Contrat)

Une couverture semi-perméable supplémentaire sera mise en œuvre après une période de
tassements des déchets de 2 à 3 années. D’une épaisseur de 40 cm, elle sera constituée de matériaux
semi-perméables en provenance des déblais du casier et qui auront été placés, au préalable, en
stockage provisoire.

Le volume de la couverture finale sera d’environ 25 640 m3, pour une surface 3D d’environ 64 100
m2. Ces travaux sont mentionnés à titre indicatif ; ils sont hors du présent Contrat.

4.4.1.8. Bilan des déblais-remblais (hors couverture finale)

D’après les calculs effectués au moyen du logiciel Autocad - Covadis, le bilan global des déblais /
remblais des travaux de terrassement est positif. Environ 51 300 m3 de matériaux seront mis en
stockage provisoire pour être utilisés en couverture provisoire et finale. Par ailleurs, environ 56 000
m3 de matériaux devront être mis en stockage définitif.

222
Pour ce faire, un site à proximité du CGIDS devra être prévu pour permettre ces stockages
provisoire et définitif.

Les volumes de déblais et remblais générés dans le cadre des travaux de terrassement et couverture
sont repris dans le tableau suivant.

Tableau 19. Synthèse des volumes de déblais / remblais

Formation APD

Volume en déblais du casier + 177 400 m3

Criblage des matériaux pour BSP - 10 500 m3

Volume en remblais de la digue périphérique - 55 000 m3

Volume en remblais des digues de séparation inter-alvéoles - 4 500 m3

Volume en remblais de la couverture provisoire (alvéoles 1 à 4) - 12 800 m3

Volume en remblais de la couverture provisoire (alvéoles 5 à 8) – hors marché - 12 840 m3

Volume en remblais de la couverture finale – hors marché - 25 640 m3

Volume en déblais de la Station de traitement des lixiviats A déterminer

Volume en remblais de la Station de traitement des lixiviats A déterminer

Bilan + 56 120 m3

ARTICLE 4.4.2 POSE DES GEOSYNTHETIQUES

Afin d’assurer l’étanchéité du fond de casier, une barrière de sécurité active et passive sera
implantée sur la totalité du fond et des flancs du casier. Elle sera constituée de bas en haut des
géosynthétiques suivants :

 Un géosynthétique bentonitique assurant un rôle de barrière d’étanchéité passive ainsi que de


protection de la géomembrane contre le risque de poinçonnement des matériaux du fond de
forme (risque diminué par la mise en œuvre d’une couche de matériaux criblés 0 / 20 mm) ;

 Une géomembrane en Polyéthylène Haute Densité (PEHD) lisse de 2 mm d’épaisseur qui


assurera l’étanchéité du casier ;

 Un géotextile anti-poinçonnant non tissé aiguilleté en polypropylène (800 g/m2) protégeant la


géomembrane du risque de poinçonnement par les déchets par la couche de drainage des
effluents. Sur les flancs de talus, ce géotextile disposera également d’une protection anti-UV.

4.4.2.1. Ancrage des géosynthetiques

L’ancrage du système d’étanchéité par géosynthétiques pourra présenter, à titre indicatif, les
dimensions suivantes.

223
Figure 28. Dimensions de l'ancrage en tranchée (à titre indicatif)

L’ancrage des géosynthétiques devra être dimensionné par le Constructeur-Exploitant. Une note de
calcul justifiant les dimensions de l’ancrage des géosynthétiques devra être soumis au VISA d’un
contrôleur extérieur.

4.4.2.2. Specificités de mise en œuvre du géosynthetique bentonitique (GSB)

Le GSB sera posé conformément aux normes en vigueur, et notamment aux recommandations
établies par le Comité Français du Géosynthétique (CFG) et aux recommandations établies par le
producteur du produit.

Stockage et transport

Toutes les précautions devront être prises pour ne pas endommager le GSB lors du transport, des
opérations de chargement et de déchargement et de stockage provisoire.

Dans le cas d’une dégradation quelconque d’un rouleau, les spires endommagées seront éliminées
avant utilisation.

Contrôles

Le Candidat proposera, dans son offre et dans son Schéma Organisationnel du Plan d’Assurance
Qualité (SOPAQ), le mode de réalisation et de contrôle.

Le Candidat procédera à la vérification des points suivants : largeur du recouvrement à raison d’un
contrôle tous les cinquante mètres dans le sens longitudinal et d’un contrôle par largeur de lés dans
le sens transversal.

Mise en œuvre

La pose de la GSB sera interdite sous la pluie ou sous eau, par vent violent (> 40km/h) ou
température ambiante en dehors des recommandations du fabriquant.

224
Les lés seront déroulés dans le sens de la pente du modelé. Les géosynthétiques seront parfaitement
plaqués contre le sol. Les lés de GSB doivent être recouverts à l'avancement par la géomembrane
lors de la mise en œuvre.

Le recouvrement des lés respectera les spécifications suivantes :

En fond

 Dans le sens de la longueur des lés (en bordure) la valeur minimale de recouvrement sera de
0,3 m sur toute la longueur ;

 Aux extrémités des rouleaux : au moins 0,5 m de recouvrement sera appliqué pour compenser,
en complément de l'adaptation du GSB au support, les éventuels défauts d'extrémité (perte de
bentonite, …) ;

 Dans le cas particulier des recouvrements en pied de talus cette largeur de recouvrement sera
d'au moins 1 m.

Figure 29. Largeurs de recouvrement en fond de casier

En talus

En talus, la largeur de recouvrement est à adapter en fonction de la longueur de rampant :

 ≤ 5 m de rampant : 0,3 m de recouvrement ;

 Entre 5 et 20 m de rampant : 0,4 m de recouvrement ;

 Entre 20 et 40m : 0,6 m de recouvrement.

Il est impératif de veiller à ce que la surface de recouvrement ne présente pas de plis, ni de terre ou
de corps étrangers.

L'étanchéité de la zone de recouvrement propre et plane sera assurée par l'apport de bentonite en
poudre de même nature que la bentonite contenue dans le GSB selon les recommandations du
producteur. Un apport de bentonite continu d'un minimum de 500g/ml sur le lé inférieur, et

225
d'épaisseur homogène doit être réparti sur la largeur du recouvrement. Au moment du recouvrement
par le lé supérieur, la bentonite doit rester en place. La technique retenue pour l’assemblage des lés
sera précisée par l’intermédiaire d’une procédure d’exécution à l’Organisme contractant avant le
démarrage des travaux.

Figure 30. Recouvrement des lés avec apport de bentonite

Les assemblages devront être réalisés conformément au plan de calepinage visé par l’Organisme
contractant.
La circulation d’engins directement sur les géosynthétiques est interdite.

4.4.2.3. Spécifications de mise en œuvre de la géomembrane

La géomembrane sera posée conformément aux normes en vigueur, et notamment aux


recommandations établies par le Comité Français du Géosynthétique (CFG) et aux
recommandations établies par le producteur du produit.

Stockage et transport

Toutes les précautions doivent être prises pour ne pas endommager la géomembrane lors du
transport, des opérations de chargement et de déchargement et de stockage provisoire.

Dans le cas d’une dégradation quelconque d’un rouleau, les spires endommagées seront éliminées
avant utilisation.
Les soudures devront être réalisées par un soudeur ayant une certification ASQUAL ou équivalent,
sous le contrôle d’un chef de chantier certifié ASQUAL ou équivalent.

La pose de la géomembrane sera interdite sous la pluie ou sous eau, par vent violent (> 40km/h) ou
température ambiante en dehors des recommandations du fabriquant.

Contrôles

Le Candidat proposera, dans son offre et dans son Schéma Organisationnel du Plan d’Assurance
Qualité (SOPAQ), le mode de réalisation et de contrôle (notamment le contrôle des soudures).

La détermination des paramètres de soudure sera effectuée au minimum au début de chaque reprise
de travail (ou plus si les variations des conditions atmosphériques sont importantes) et ceci pour
chaque type d’appareil de soudure utilisé.

226
Le réglage sera confirmé par des essais effectués sur des échantillons placés dans les mêmes
conditions que les géomembranes à assembler. La procédure des essais de réglages est la suivante :

 Prélèvement d’un échantillon de la géomembrane à souder,

 Effectuer une soudure (appareil soudeur) dans les conditions de chantier pour un réglage donné
des paramètres de soudure (température, vitesse, pression) d’un linéaire supérieur à 1,00 m,

 Prélever au minimum 4 éprouvettes (2 fois 2) au milieu de la soudure de réglage,

 Réaliser un essai de traction-cisaillement sur 2 éprouvettes et un essai de traction-pelage sur les


2 autres à l’aide d’une presse de traction portative étalonnée,

 Comparer les résultats aux critères d’acceptation des soudures définis dans le PAQ.

Si la soudure est acceptée, le Constructeur-Exploitant remplit la fiche d’essai de réglage et procède


aux soudures sur site, sinon elle recommence un autre essai de réglage jusqu’à validation de la
soudure.

Mise en œuvre

La technique retenue pour l’assemblage des lés sera précisée par l’intermédiaire d’une procédure
d’exécution à l’Organisme contractant avant le démarrage des travaux.

Les assemblages devront être réalisés conformément au plan de calepinage visé par l’Organisme
contractant.

La circulation d’engins directement sur les géosynthétiques est interdite.

Réparations

Les réparations seront effectuées à l’aide de pièce rapportées et soudées au droit des emplacements
endommagés ou défectueux. Les perforations localisées (en fonction de leur taille) peuvent être
réparées par simple extrusion. Les réparations devront être contrôlées de la même façon que les
assemblages de géomembrane et feront l’objet de fiches de réparation.

4.4.2.4. Spécificités de mise en œuvre des géotextiles

Les géotextiles seront posés conformément aux normes applicables en vigueur, et notamment aux
recommandations établies par le Comité Français du Géosynthétique (CFG) et aux
recommandations établies par le producteur du produit.

Stockage et transport

Toutes les précautions doivent être prises pour ne pas endommager les géotextiles lors de leur
transport, des opérations de chargement et de déchargement et de stockage provisoire.

Dans le cas d’une dégradation quelconque d’un rouleau, les spires endommagées seront éliminées
avant utilisation.

227
Les thermosoudures devront être réalisées par un soudeur ayant une certification ASQUAL ou
équivalent, sous le contrôle d’un chef de chantier certifié ASQUAL ou équivalent.

La pose du géotextile sera interdite sous la pluie ou sous eau, par vent violent (> 40km/h) ou
température ambiante en dehors des recommandations du fabriquant.

Contrôles

Le Candidat proposera, dans son offre et dans son Schéma Organisationnel du Plan d’Assurance
Qualité (SOPAQ), le mode de réalisation et de contrôle (notamment le contrôle des
thermosoudures).

La détermination des paramètres de soudure sera effectuée au minimum au début de chaque reprise
de travail (ou plus si les variations des conditions atmosphériques sont importantes) et ceci pour
chaque type d’appareil de soudure utilisé.

Le Constructeur-Exploitant procédera à la vérification des points suivants : largeur du recouvrement


à raison d’un contrôle tous les cinquante mètres dans le sens longitudinal et d’un contrôle par
largeur de lés dans le sens transversal.

Dans le cadre du contrôle externe au Constructeur-Exploitant, la résistance au poinçonnement


statique et à la rupture en traction du géotextile anti-poinçonnant pourra être contrôlée sur
échantillons (1 échantillon pour 5 000 m²) par un laboratoire spécialisé indépendant du
Constructeur-Exploitant et aux frais de celui-ci.

Mise en œuvre

Les lés seront déroulés dans le sens de la pente du modelé. Les géosynthétiques seront parfaitement
plaqué contre le sol.

Le recouvrement transversal entre les lés présentera une largeur minimale de 0,3 m. Les bandes de
recouvrement entre les lés seront décalées par rapport aux doubles thermosoudures de la
géomembrane protégée.

Il est impératif de veiller à ce que la surface de recouvrement ne présente pas de plis, ni de terre ou
de corps étrangers.

La technique retenue pour l’assemblage des lés sera précisée par l’intermédiaire d’une procédure
d’exécution à l’Organisme contractant avant le démarrage des travaux.

Les assemblages devront être réalisés conformément au plan de calepinage visé par l’Organisme
contractant.

La circulation d’engins directement sur les géosynthétiques est interdite.

ARTICLE 4.4.3 MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF DE DRAINAGE EN FOND DE CASIER

228
Le drainage des effluents, de chaque alvéole, sera assuré par la mise en œuvre de deux drains en
équerre le long des pieds de talus, jusqu’au regard secondaire en point bas de chaque alvéole. Les
drains fentés PE 100 SDR 11 respecteront un diamètre de 200 mm.

Le Constructeur-Exploitant pourra proposer un SDR (Standard Dimensional Ratio) plus élevé à


condition d’être en mesure de justifier la résistance mécanique des drains, y compris sur le long
terme avec prise en compte de la fatigue des matériaux. La pente des drains sera au minimum de 1
%.

Un massif drainant constitué de graviers, non calcaires, de granulométrie 20/40 mm sera mis en
œuvre sur une épaisseur de 50 cm sur l’ensemble de la surface du fond de casier. Des surépaisseurs
seront réalisées au niveau des drains mis en place pour atteindre une hauteur de granulats de 50 cm.

Avant mise en œuvre du massif drainant sur le complexe d’étanchéité, il sera procédé à la
réalisation d’une planche d’essais sur une surface d’environ 200 m2. Lors de cette planche d’essais,
il sera défini l’épaisseur minimale du matelas de matériaux à mettre en place afin de garantir le non-
poinçonnement de la géomembrane. Après mise en oeuvre des matériaux drainants, les matériaux
mis en oeuvre seront enlevés, le géotextile sera déposé et il sera établi une constatation de l’état de
la géomembrane.

Tolérance des profils

 Profil au toit du massif drainant : ± 5 centimètres ;

 Un contrôle topographique (comparaison d’un maillage de point 1 / 400 m² entre le fond de


forme et le niveau définitif du massif drainant) devra être réalisé.

La mise en œuvre des matériaux se fera à l’avancement. L’apport des matériaux se fera sur des
pistes d’accès et de distribution spécifiques dont l’épaisseur sera définie en fonction des résultats de
la planche d’essais.

Le sens d’approvisionnement et de mise en œuvre devra prendre en compte l’orientation des


raccordements des différentes lés du géotextile anti-poinçonnant. La mise en œuvre des matériaux
et le réglage devront être réalisés avec un engin à chenille possédant des caractéristiques (poids,
contraintes, etc.) adaptées aux contraintes de mise en œuvre.

Les engins procédant à l’alimentation des matériaux drainants, accéderont en charge à la zone de
dépôt en marche arrière et repartiront en marche avant afin de limiter au maximum les manœuvres
sur le dispositif d’étanchéité et de drainage.

La mise en œuvre sera réalisée en une seule couche, posée avec le godet de la pelle et non poussée.

Les regards secondaires seront en PE et respecteront un diamètre de 1 m. Aucune vanne ne sera


mise en œuvre au sein de ces regards.

Un collecteur Polyéthylène PE100 de diamètre 200 mm permettra ensuite l’acheminement des


effluents de chaque alvéole vers le regard primaire, situé à l’extérieur du casier.

Le regard primaire sera en PE et respectera les dimensions suivantes :

 Longueur et largeur : 2 m ;

229
 Hauteur : 1 m.

Un synoptique devra être proposé par le Constructeur-Exploitant en phase de conception. Celui-ci


devra permettre une évacuation :

 Des eaux pluviales de l’alvéole vers le bassin d’eau pluviale (avant le démarrage de
l’exploitation du casier de déchets) ;

 Des lixiviats du casier vers la Station de traitement des lixiviats (pendant et après l’exploitation
du casier).

ARTICLE 4.4.4 CAPTAGE DU BIOGAZ / REINJECTION DES LIXIVIATS

Le captage du biogaz sera assuré par la mise en œuvre de puits et de tranchées drainantes mixtes
(biogaz / lixiviats) au cours de l’exploitation des différentes alvéoles du casier de déchets.

Chaque alvéole comportera 2 puits montés à l’avancement comprenant un tuyau perforé PEHD de
diamètre 250 mm PN (Pression Nominale) 10. Les puits seront préfèrentiellement de type souple
incluant une cage drainante en treillis soudés de diamètre 1,60 m environ remplies de graves
drainantes (de type 80/250 mm ou équivalent).

Figure 31. Ouvrages de gestion mixte des lixiviats et du biogaz

Puits verticaux Tranchées drainantes horizontales

Quant aux tranchées drainantes, elles seront espacées de 25 m environ en préphérie d’alvéole,
disposées en étoile de manière à se raccorder aux puits verticaux (pour favoriser le rabattement des
nappes perchées le cas échéant) et seront installés tous les 5 m de hauteur de déchets. Ces tranchées
seront également utilisées pour la réinjection des lixiviats (en prévision d’un fonctionnement en
mode bioréacteur).

Les tranchées de dimensions 0,6 x 0,6 m environ seront déblayés dans le massif de déchets. Des
granulats concassés non calcaires, de granulométrie grossière (de type 80/120 ou équivalent) seront
remblayés sur la moitié de la hauteur de la tranchée. Il sera ensuite posé 2 drains perforés PEHD de
diamètre 110 mm PN (Pression Nominale) 10, puis remblayé jusqu’à l’arase de la tranchée du

230
granulat. Enfin, un géotextile anti-contaminant 400 g/m2 sera mis en œuvre sur la partie supérieur
de la tranchée, afin de prévenir d’une contamination par des fines.

Les dimensions des tranchées sont données à titre indicatif. Une étude de dimensionnement devra
être réalisée par le Constructeur – Exploitant. De la même manière, une étude (loi d’orifice) sera
menée pour permettre un débit uniforme tout au long du linéaire du drain de réinjection.

Le captage du biogaz pourra ultérieurement être réalisé au niveau des têtes de puits et/ou des
extrémités des tranchés drainantes. Chaque tranchée drainante devra être raccordée à un collecteur
PEHD diamètre 110 mm, sortant sur les flancs du massif de déchets et en attente de raccordement.

Dans le présent Contrat, il est uniquement prévu la mise en œuvre des puits et tranchées
drainantes et des collecteurs PEHD diamètre 110 mm en attente de raccordement. La mise en
œuvre d’un système de traitement de type brûlage, à l’aide d’une torchère, n’est pas intégrée
dans le présent Contrat, et sera réalisée dans le cadre d’une exploitation ultérieure. Le
système de réinjection (automate, …) n’est pas intégré dans le présent Contrat, et fera
également l’objet d’une exploitation ultérieure.

TITRE 4.5 DISPOSITIONS SPECIFIQUES POUR LES AMENAGEMENTS DE LA STATION DE


TRAITEMENT DES LIXIVIATS

Une estimation des flux et un dimensionnement préliminaire sont présentés ci-après. Cette
estimation comme ce dimensionnement sont fournis à titre indicatif. Le Constructeur-Exploitant
devra réaliser une étude quantitative des flux ainsi qu’un dimensionnement de la Station de
traitement des lixiviats qui corresponde à cette étude de flux.

Le présent Contrat prévoit la construction d’une Station de traitement des lixiviats qui sera
dimensionnée pour permettre la gestion des lixiviats pendant toute la durée d’exploitation du
CGIDS, y compris pendant l’exploitation ultérieure hors du présent Contrat.

Le CET devrait atteindre une capacité totale de 1 195 000 m3 de vide fouille brut pour 6 alvéoles, 1
571 000 m3 de vide fouille brut pour 8 alvéoles ou 1 911 000 m3 de vide de fouille brut pour 10
alvéoles, en considérant un niveau maximal de 20 mètres de déchets. D’après les prévisions de
tonnages collectés, le CET devrait donc pouvoir être exploité jusqu’en 2039 dans le cas de la
construction de 8 alvéoles et 2042 avec 10 alvéoles.

Aucune étude d’impact réelle sur le rejet d’effluents traités dans le milieu naturel à proximité de
Mouchinette n’a pour l’instant pu être réalisée. Le Candidat devra faire une proposition de gestion
des effluents pendant la Période d’Exploitation du présent Contrat qui minime au maximum
l’impact des éventuels rejets d’effluents sur le milieu naturel.

Une étude d’impact de rejet des effluents traités devra être réalisée par le Constructeur-
Exploitant en phase de la conception, pendant la Période de Conception-Construction. En
fonction des résultats de cette étude, le Constructeur-Exploitant devra proposer une solution
de gestion des effluents traités (détermination d’un point de rejet adéquat, infiltration des
effluents à travers une lagune qui devra être dimensionnée en conséquence, recirculation
partielle ou intégrale des lixiviats, ou toute autre solution permettant de limiter au maximum
l’impact d’éventuels rejets).

ARTICLE 4.5.1 ESTIMATIONS INDICATIVES DES VOLUMES PRODUITS

231
A partir des hypothèses de calculs du bilan hydrique, il a été possible d’estimer la production de
lixiviats durant les 16 années d’exploitation du site envisagées et pour les premières années de post
exploitation.

Lors de la première année de réception des déchets dans les casiers, le modèle prévoit un volume de
près de 12 800 m3 de lixiviats.

Enfin, le pic de production de lixiviats attendu lors de la dernière année pleine d’exploitation, est de
40 000 m3 (soit un débit moyen journalier de 110 m3/jour).

Les valeurs clé à retenir à titre indicatif, sur la base de notre méthode de calcul des bilans hydriques,
sont :

 Débit journalier moyen de 35 m3/jour la première année d'exploitation ;

 Débit journalier moyen maximum envisagé de 110 m3/jour lors de l'année 16 d'exploitation ;

 Débit journalier moyen post exploitation autour de 11-13 m3/jour.

Plutôt que de partir sur une hypothétique production maximale de lixiviats, il parait plus judicieux
de lancer une construction évolutive, avec :

 une configuration initiale permettant le traitement de 0 à 55 m3/jour jusqu’à une montée de


charge suffisante ;

 puis, en fonction des retours d’expériences pendant 5 ans (concentrations des lixiviats, débits
générés...), de faire évoluer cette solution pour traiter de 55 à 110 m3/jour (conformément à la
charge maximale estimée en année 16).

Figure 32. Production indicative de lixiviats (fourni à titre indicatif)

ARTICLE 4.5.2 NORMES DE REJET CONSIDEREES

Les normes de rejet sont très importantes dans la définition et le dimensionnement d’une solution de
traitement des lixiviats, car selon les paramètres et les valeurs seuils à respecter, la solution à mettre
en œuvre sera plus ou moins complexe et couteuse.

Les standards US EPA 40 CFR Parts 136 and 445 (Lechate effluent standards - Subpart B Non
Hazardous Waste Landfill – 2000) ont été définis pour le contexte spécifique des Etats Unis

232
d’Amérique. Ils définissent une liste restreinte de paramètres, qui sont d’une part des paramètres
dimensionnant (cas de la DBO 5 , des matières en suspension, de l’azote ammoniacal) et d’autre part
des paramètres de contrôle de la qualité des effluents (α-Terpineol, acide benzoic, p-Cresol). Ces
derniers paramètres ne sont toutefois pas couramment utilisés au niveau international pour le suivi
de la qualité des effluents.

En l’absence de normes spécifiques au territoire et compte tenu de la qualité moyenne des eaux
souterraines, le Constructeur-Exploitant se conformera a minima aux standards US EPA (2000)
pour les paramètres biologiques (DBO 5 , MES, NH 4 -N).

Tableau 20. Standards EPA

US EPA (2000) - 40 CFR Parts 136 and 445


Source
Lechate effluent standards - Subpart B Non Hazardous Waste Landfill

Paramètre Maximum par jour (mg/l) Moyenne maximale mensuelle (mg/l)

DBO 140 37

MES 88 27

NH 4 -N 10 4,9

Les paramètres physico-chimiques tels qu’ils ont été définis en phase projet, répondent aux
spécifications suivantes.

Paramètre Unité Valeur de dimensionnement

DBO5 mg O 2 / l 7 000

MES mg / l 350

NTK mg N / litre 800

pH 7,5 – 9

Le Constructeur-Exploitant s’engage à garantir l’efficacité du traitement avec des valeurs qui ne


dépassent pas au maximum de 25 % les valeurs de dimensionnement fixées.

ARTICLE 4.5.3 CONSISTANCE DE L’OPERATION

Le Constructeur-Exploitant restera responsable tout au long de la mise en service industrielle de


l’Installation, ainsi que pendant la Période d’Exploitation de la Station de traitement des lixiviats
jusqu’à la fin du Contrat.

L’exécution des installations comprendra a minima les services suivants :

233
 Les études de conception et d’exécution,

 Les études de sols éventuellement nécessaires pour confirmer et préciser les modes de
fondation des ouvrages à construire,

 L'établissement du projet des installations répondant aux prescriptions du dossier de


consultation,

 L’installation, la maintenance et l’alimentation en carburant d’un groupe électrogène,

 L’installation de la ligne d’alimentation électrique de la station depuis l’armoire de commande


de la station,

 L'exécution comprenant l'installation du chantier, la fourniture, le transport à pied d’œuvre de


tous matériaux, matériels et équipements nécessaires, ainsi que les travaux de mise en œuvre et
de montage,

 La fourniture et la mise en œuvre des équipements hydrauliques et mécaniques y compris leurs


organes d'entrainement et leur appareillage de commande, de protection, de contrôle et de
mesure,

 La fourniture et la mise en œuvre des équipements divers nécessaires au bon fonctionnement, à


l'entretien et à l'auto-surveillance des installations, y compris ceux nécessaires pour prévenir ou
réduire les nuisances de toute nature,

 Les terrassements généraux, le remblaiement du terrain, les terrassements pour la fondation des
ouvrages, pour la mise en place des réseaux, pour la construction de la voirie, pour
l’aménagement des espaces libres ainsi que l'évacuation des déblais excédentaires et la mise en
digue de matériaux d’apport,

 Le soutènement des fouilles et leur maintien au sec,

 Les autres travaux de génie civil,

 L'exécution de la voirie intérieure, des aires de manœuvre, de stationnement,

 La gestion des sous-produits et résidus de l'épuration des lixiviats,

 La mise en route de l'installation et l'exécution des essais en cours de travaux et des essais de
garantie (contrôle de performances),

 La réalisation du dossier des ouvrages exécutés,

 La bonne gestion des installations de traitement pendant la Période d’Exploitation.

Caractéristiques générales

Le Candidat pourra répondre avec la technologie de traitement des lixiviats lui semblant la plus
adaptée, à condition que les raisons, les avantages et inconvénients de sa solution soient clairement
expliqués, et qu’il démontre que les objectifs de traitement seront respectés et les coûts
d’investissement et d’exploitation resteront acceptables.

234
Le process de traitement proposé, permettant de répondre aux objectifs de traitement fixés, est
décrit ci-après.

La Station de traitement des lixiviats envisagée est composée des ouvrages suivants :

 Une lagune d’homogénéisation, permettant le stockage des lixiviats en entrée de Station de


traitement des lixiviats, un lissage des charges polluantes et une première décantation ;

 Des lagunes d’aération (lagune Matières Organiques et lagune Nitrification) permettant une
mise en suspension des bactéries et une aération pour assurer le traitement. Deux jeux de
lagunes sont prévues afin de pouvoir adapter la Station de traitement aux volumes de lixiviats
produits (jeu 1 jusqu’à un débit de 55 m3/jour, puis jeu 2 au-delà de ce débit journalier) ;

 Une ultrafiltration, barrière physique de séparation de toutes les matières en suspension ;

 Un traitement de finition par charbon actif pour l’adsorption des pollutions résiduelles ;

 2 bassins de séchage des boues ;

 Une lagune de rejet ;

 L’ensemble des conduites hydrauliques permettant les liaisons entre chaque module ;

 Un débitmètre avec totalisateur à lecture déportée en sortie de la Station de traitement des


lixiviats ;

 Une armoire électrique avec un automate de gestion permettant une télégestion.

Le schéma de principe de la station proposée est présenté ci-dessous :

Figure 33. Solution de traitement des lixiviats (fourni à titre indicatif)

235
ARTICLE 4.5.4 LAGUNES DE TRAITEMENT

Afin d’assurer l’étanchéité du fond des lagunes, une barrière de sécurité active sera implantée sur la
totalité du fond et des flancs des lagunes. Elle sera constituée de bas en haut des géosynthétiques
suivants :

 Un géosynthétique bentonitique assurant un rôle d’étanchéité du casier ainsi que de protection


de la géomembrane contre le risque de poinçonnement des matériaux du fond de forme (risque
diminué par la mise en œuvre d’une couche de matériaux criblés 0 / 20 mm) ;

 Une géomembrane en PEHD lisse de 1,5 mm d’épaisseur qui assurera l’étanchéité du casier.

Une note de calcul justifiant les dimensions de l’ancrage des géosynthétiques devra être soumise au
VISA d’un contrôleur extérieur.

Le candidat doit s’assurer que toutes les protections mécaniques adéquates sont mises en place pour
maintenir une étanchéité parfaite des ouvrages et éviter, notamment, tout percement des bâches de
rétention mises en place.

ARTICLE 4.5.5 CANALISATIONS

4.5.5.1. Matériaux

Les canalisations utilisées en écoulement gravitaire et sous pression devront porter la mention NF
ou équivalent.

Les matériaux utilisés seront adaptés à la nature des effluents et aux contraintes diverses (pH,
passage sous voiries, nature du terrain…).
Une attention particulière sera apportée pour ne pas créer de piles entre matériaux ferreux.

236
Dans son offre, le candidat indiquera les matériaux utilisés pour chaque fluide transporté
par le tableau suivant.

Produit transporté Matériaux recommandés

PEHD PN 16
Lixiviats bruts (sortie lagune)
(Inox 316 L)

Inox 316L
Boues biologiques - container
Plastique / PEHD

Plastique
Eau du réseau public
(Inox 316 L)

Douche de sécurité Acier revêtu époxy anti-corrosion

Inox 316L
Perméat d’ultrafiltration
Plastique / PEHD

Inox 316L
Tuyaux de vidange
Plastique / PEHD

Inox 316L
Eau de rejet
Plastique / PEHD

…à compléter

4.5.5.2. Diamètres de tuyauterie

Le dimensionnement hydraulique sera réalisé selon les prescriptions de vitesse (m/s) décrites ci-
dessous dans le but de permettre des écoulements laminaires et le non-bouchage des canalisations.

ARTICLE 4.5.6 CUVES PROCESS

Les cuves de process seront de nature à respecter les conditions de process.

237
Pour chaque cuve mis en oeuvre, le candidat indiquera les données suivantes :

Contenu de la cuve Matériaux recommandés

Charbon actif SVR Résine

NEP ultrafiltration Inox 316L Ou PPH

Sauf cas particulier à argumenter, les cuves seront :

 Etudiées pour éviter les dépôts ;

 Fermées et équipées d’un évent évitant les surpressions ;

 Equipées d’un système de vidange ;

 Equipées d’un trop plein hydraulique canalisé pour éviter les débordements ;

 Equipées de trappes permettant des contrôles visuels et des curages aisées.

Pour les cuves de charbon actif, le candidat expliquera clairement comment le Constructeur-
Exploitant pourra décharger et charger le média adsorbant dans les cuves.

ARTICLE 4.5.7 AERATION DE LAGUNE

Le process devra être équipé d’un système d’aération.

Le candidat fournira une note de calculs présentant les caractéristiques techniques des équipements
prévus :

 Besoin en air pour le traitement ;

 Besoin en puissance d’agitation pour maintenir un milieu homogène ;

 Puissance électrique consommée ;

 Température(s) de dimensionnement ;

 Dispositifs mis en place pour empêcher les zones mortes ;

 Hauteur de bassin d’aération et s’il marnera.

Les équipements seront prévus de façon à être facilement exploitables par le Constructeur-
Exploitant.

238
Les opérations de maintenance devront être prévues dès la conception des ouvrages et les accès
devront être possibles (grutage des équipements si besoin).

Il est rappelé ici la nature corrosive des lixiviats du CET.

Les matériaux devront être adaptés à cette particularité.

Un descriptif sera réalisé sur ceux-ci.

ARTICLE 4.5.8 MEMBRANES ULTRAFILTRATION

Les membranes d’ultrafiltration assurent une séparation entre les boues de traitement et les eaux
traitées.

Etant donné la salinité des lixiviats et les risques d’entartrage, des membranes tubulaires sont
préconisées.

Les membranes « fibres creuses » ou « spiralées » sont exclues.

Les membranes seront le cœur de l’installation. Une grande attention sera apportée sur la qualité de
celles-ci.

Le candidat devra indiquer dans son offre :

 Le type de membrane ;

 Les matériaux de celles-ci ;

 Le fournisseur si possible ;

 La vitesse de circulation dans la membrane (en m/s) ;

 Les pressions de travail (entrée, sortie) (en bar) ;

 La régulation éventuelle de débit de perméat ;

 Le débit de filtration projeté moyen sur une semaine (en lmh) ;

 Le cut-off de filtration (en kDa) ;

 La fréquence de lavage et la nature du lavage (accélération de la vitesse, chimique, pousse à


l’air…).

ARTICLE 4.5.9 POMPES

Les pompes sont de nature à véhiculer correctement les fluides sur l’ensemble du process de la
Station de traitement des lixiviats.

Il est de nouveau rappelé le caractère corrosif des lixiviats.

Ainsi, le candidat devra justifier des matériaux de ses pompes.

239
Les matériaux suivants ne sont, à priori pas autorisés : acier noir, fonte.

Seront précisés dans l’offre du candidat :

 La nature des pompes : pompe centrifuge, pompe à membrane, à vis excentrée… ;

 La pression de refoulement ;

 La puissance moteur ;

 La puissance absorbée au point de fonctionnement.

L'emploi de pompes normalisées est préconisé.

Les brides d'aspiration et de refoulement doivent avoir la même pression nominale que le corps de
pompe.

Les matériaux utilisés doivent garantir une bonne résistance à l’usure compte tenu de la nature des
produits et des conditions de service que le Constructeur-Exploitant est réputé connaître.

Les parties tournantes et glissantes devront être parfaitement équilibrées. Elles ne doivent donner
lieu ni à des vibrations, ni à des bruits excédant les limites autorisées.

Le calcul hydraulique et la conception des tuyauteries permettent de prévenir les risques de


cavitation.

Dans tous les cas, une note de calcul explicitera le calcul des points de fonctionnement du couple
pompe et réseau de refoulement aux différentes conditions de service.

Les pompes pilotées au travers de variateurs de fréquence fournissent leur débit nominal pour une
fréquence de 40 Hz.

Les pompes seront installées en charge sur des massifs en béton armé de 20 cm minimum de
hauteur. La fixation des pompes volumétriques sur parois est proscrite.

Les pompes doivent pouvoir être extraites sans nécessité de vidange de canalisations. (Mise en
œuvre de vannes et clapets en nombres suffisants).

ARTICLE 4.5.10 INSTRUMENTATION

L’instrumentation est de nature à détecter des défauts de la production.

L’installation sera la plus rustique possible.

Les fiches techniques de chaque instrument de mesure seront fournies avec l’offre du prestataire.

En outre, il sera précisé :

 Les limites de fonctionnement des instruments (pH, température, pression au minimum) ;

240
 Les durées de garantie fournisseur ;

 Les filetages pour insertion des sondes ;

 Les précisions de mesure ;

 Le / les matériaux des sondes et principalement des matériaux en contact avec les effluents.

ARTICLE 4.5.11 CLOTURE ET PORTAIL

Afin d'éviter toute intrusion dans la Station de traitement des lixiviats, une clôture d’une hauteur de
2 m sera installée en périphérie de la Station de traitement des lixiviats pour en interdire l’accès au
personnes non autorisées et assurer la sécurité à l’intérieur du Site.

Les travaux consisteront en :

 La fourniture et pose d'une clôture (grillagée simple torsion en acier galvanise) de 2 m de


hauteur y compris poteaux en acier galvanisé espacé de 3 m au maximum et accessoires
(jambages, fils, tendeurs, boulonneries, etc.) ;

 A l’entrée de la Station de traitement des lixiviats, la pose d'un portail pivotant deux vantaux,
d’une hauteur de 2 m pour une largeur 7 m barreau en acier galvanisé, y compris poteaux
supports en acier galvanisé scellés dans du béton, longrine en béton armé, serrure et butée.

ARTICLE 4.5.12 LOCAL DE COMMANDE GENERAL

Ce local sera constitué d’un monobloc de type Algeco ou équivalent d’une surface minimale de 10
m2 (dimensions de 2,44 x 4,40 m).

ARTICLE 4.5.13 ELECTRICITE ET AUTOMATISME

Les règles de l’art du câblage électrique seront respectées en veillant notamment à séparer les câbles
courant fort (puissance) et les câbles courant faible (capteurs, pompes,..). Le degré des protections
des armoires sera adapté.

Tous les équipements seront reliés à la terre.


Le Constructeur-Exploitant précisera dans son offre les besoins en termes de puissance nécessaire à
l’alimentation électrique de la totalité de l’installation.
L’ensemble des circuits seront réalisés en respectant les impératifs de sécurité et conçus de manière
à interdire tout fonctionnement intempestif lors de l’apparition d’un défaut quel qu’il soit.

De plus, le manque de tension sur les équipements tels que contacteurs, relais, électrovannes, …
etc… provoqué par la coupure de l’alimentation ou par arrêt d’urgence, devra mettre tous les
organes en position de sécurité (vannes d’évent ouverte, vidange…).

Chaque installation distante de l’armoire électrique générale, devra être équipée d’un arrêt
d’urgence situé à une distance telle que l’équipement soit facilement accessible en cas d’urgence.

Toutes les masses métalliques non actives de la machine ou du système devront être raccordées
entre elles et connectées à la masse du châssis de l’ensemble sur une borne de terre par le
fournisseur. L’ensemble devra être raccordé sur le châssis ou armoire de l’installation.

241
En fonction de la géographie des lieux, et des études à disposition, l’armoire sera équipée ou pas
d’un parafoudre. Le cas échéant, la non mise en place de ce dispositif devra être justifiée.

Le Contrat intègrera l’ensemble des démarches d’obtention de l’attestation de conformité des


installations. Les travaux comprendront la réalisation de tous les « fourreautages et câblages »
nécessaires.

Armoire générale

L’armoire générale Procédé sera installée dans le local d’exploitation. Elle sera constituée de deux
sous-ensembles : un châssis Basse Tension regroupant les protections et commandes des
équipements et un châssis supportant le(s) automate(s), les relais, les matériels de communication et
matériels associés.

Elle comprendra les équipements suivants :

 Disjoncteur Général,

 Jeux de barres principaux,

 Jeux de barres secondaires,

 Barre collectrice de terre,

 Bornier de raccordement,

 Protection des circuits (Disjoncteur Secondaire),

 Protection et Commande moteurs,

 Disjoncteur protection moteur,

 Transformateurs de séparation,

 Transformateurs de séparation des circuits de commande,

 Transformateurs de séparation des circuits T.B.T,

 Relais de contrôle de phase,

 Automate(s) Programmable(s),

 Relais d'automatisme,

 Mesures des valeurs électriques,

 Protection contre les surtensions d'origine atmosphérique,

 Batterie de condensateurs,

242
 Onduleur.

Arrêt d’urgence

Les coupures d'urgence seront traitées hors automates à l'aide de modules de sécurité. Une
information devra être remontée vers l'automate permettant d'identifier sur le superviseur le boîtier
de coupure d'urgence qui a été actionné. Plusieurs zones seront définies. Après déverrouillage de la
coupure d'urgence, le procédé redémarrera par action volontaire de l'opérateur.

L’arrêt d’urgence s’effectuera au moyen d’une boîte à bouton double isolation socle gris couvercle
jaune, équipée d'un bouton de type coup de poing à accrochage à déverrouillage quart de tour.

Automate de supervision

L’installation sera conçue de manière à limiter les interventions humaines à des tâches d’entretien et
de dépannage. La commande des différents processus de traitement sera entièrement automatisée.
Les dispositifs de régulation, de programmation et d’asservissement seront étudiés en vue d’assurer
la sécurité de l’installation, la qualité du traitement et l’économie d’exploitation. Les automatismes
assureront en priorité la performance et la continuité de la production, la surveillance en continu des
installations, la gestion optimisée du traitement et du pompage.

Ce dispositif sera autonome en cas de courte coupure électrique (secours par onduleurs). Il pourra
être interrogé à distance par l'intermédiaire du réseau téléphonique (GSM).

Il sera prévu la possibilité de reporter les informations sur un ordinateur localisé dans le local
d’exploitation de la Station de traitement des lixiviats ou situé sur la plateforme de vidage.

Il sera prévu un équipement de type automate industriel programmable (API) dimensionné pour
piloter le process d’épuration.

Ce système permettra une exploitation :

 En temps réel :
o Lire les informations délivrées par les capteurs analogiques et digitaux (le rafraîchissement
de ces informations se fera au rythme de scrutation du superviseur, qui balaiera
continuellement les voies qui le relient à l’automate),
o Stocker les informations dans la base de données en leur affectant la date et l’heure de
l’instant d’acquisition (horodatage des informations),
o Visualiser l’ensemble des équipements de la station sur le synoptique permettant, à tout
instant, de déterminer l’état des appareils (Marche, Arrêt ou Défaut) :
o Affichage sur écran synoptique en couleur faisant apparaître les différents paramètres
intéressants chaque ouvrage, équipement ou capteur.

 Et en différé :

243
o Synoptique organisé en sous-systèmes. Il représentera les ouvrages et équipements sous
forme de voyants lumineux « Arrêt », « Marche », « Défaut ». Ces équipements seront
pilotés par l’API, via le superviseur.
o Télésurveillance pour l’information à distance. Le système renverra les défauts sur le
système d’astreinte, téléphone portable, eurosignal ou tout autre de l’exploitant.

Essais ou controles en cours de travaux - epreuve d’etancheite des lagunes etanches par mise en eau

Lorsque les ouvrages seront terminés et avant remblaiement ou talutage autour des ouvrages, le
Constructeur-Exploitant procèdera à la mise en eau progressive jusqu'au niveau maximum.

Cette mise en eau sera assurée de façon lente et régulière, pour ne pas provoquer de désordre au
sein des ouvrages. Il conviendra de respecter un délai minimum de vingt-quatre heures (24 h) pour
que l'eau atteigne son niveau maximum et attendre ensuite au moins huit jours (8 j) pour procéder
aux épreuves contradictoires.

Les frais de mise en eau seront à la charge du Constructeur-Exploitant (vidange, bouchages


provisoires des trous, manchettes scellées, débouchages et remises en état). Le Constructeur-
Exploitant contrôlera que le niveau d'eau s'est bien maintenu au niveau maximum et qu'il n'apparait
aucune tache d'humidité, ni suintements sur les parois extérieures. Des essais contradictoires
pourront par ailleurs être réalisés par l’Organisme contractant.

Les fuites ne devront pas dépasser, compte tenu des variations de température et de
l'évapotranspiration, une moyenne de 500 cm3/j/m2 (bassins sans revêtement d'étanchéité rapporté)
ou 250 cm3/j/m2 (bassin avec revêtement d'étanchéité rapporté).

Les ouvrages de contenance seront déclarés étanches s'il n’est pas observé de pertes supérieures à
celles indiquées ci-dessus. Si besoin, le Constructeur-Exploitant effectuera les réparations
nécessaires et les épreuves seront recommencées jusqu'à satisfaction complète.

La constatation de l'étanchéité, sans déformation, ni tassement des ouvrages, vaudra également


épreuve de résistance des ouvrages sous les charges de service.

Dans tous les cas, les frais d'épreuve, de réparation éventuelle des ouvrages et de répétition des
épreuves après réparation, seront à la charge du Constructeur-Exploitant jusqu'à l'obtention de
l'étanchéité absolue.

ARTICLE 4.5.14 MISE EN SERVICE OPERATIONNELLE DE LA STATION DE TRAITEMENT DES


LIXIVIATS

Période de réglages

Après le certificat d'achèvement de l’Installation, le Constructeur-Exploitant commencera les essais


et mise au point de l’Installation.

Pendant cette période, le Constructeur-Exploitant pourra arrêter le matériel ou le mettre en marche à


divers régimes, dans le but d'effectuer les réglages nécessaires et de s'assurer de son bon
fonctionnement. En tout état de cause, cette période ne peut excéder trois mois.

244
Le Constructeur-Exploitant sera en charge de réaliser des essais de performances, démontrant que
les garanties opérationnelles associées à la Station de traitement des lixiviats sont atteintes.

Période de mise en service provisoire

La période de mise en service provisoire a pour but de constater que l'Installation fonctionne sans
révéler aucune défectuosité d'ordre hydraulique, mécanique ou électrique, et sans présenter des
difficultés d'exploitation.

Pendant cette période, la conduite de l’Installation sera assurée sous l’autorité et la responsabilité du
Constructeur-Exploitant ; toutes les mises au point, réparations ou modifications nécessaires seront
effectuées par ses soins et à ses frais.

Celle-ci prend fin dès qu’un arrêt d’exploitation, du fait du Constructeur-Exploitant, est constaté.

Pour être validée, cette période doit couvrir 3 mois d’exploitation normale et continue.

Programme analytique de validation performance :

Des analyses seront réalisées en entrée/sortie, et au besoin à chaque étage de traitement.

La fréquence des campagnes d’analyses sera bimensuelle et ce, sur une durée de 3 mois.

Des rapports « minute » seront rédigés à chaque fin de mois. Ces derniers comprendront a minima :

 Un tableau de synthèse des résultats des analyses du mois écoulé avec les performances
épuratoires exprimées en pourcentages ;

 Le débit moyen de traitement sur le mois exprimé en m3/j ;

 Le volume de lixiviats prétraité au cours du mois.

TITRE 4.6 PRESCRIPTIONS TECHNIQUES GENERALES

ARTICLE 4.6.1 DEBROUSSAILLAGE, DEFRICHAGE ET ABBATAGE D’ARBRES

Les broussailles présentes dans l’emprise des ouvrages seront coupées ou arrachées et rassemblées.
Les produits seront provisoirement stockés sur le site des travaux selon une procédure à faire
valider par l’Organisme contractant. L’évacuation des déchets verts en centre agréé sera à la charge
du Constructeur-Exploitant.

Les arbres présents dans l’emprise des futurs ouvrages seront abattus et évacués. Le Constructeur-
Exploitant procèdera à un dessouchage. Tous les frais seront à la charge du Constructeur-
Exploitant.

245
ARTICLE 4.6.2 GENIE CIVIL

4.6.2.1. Etude géotechnique de sols

Le Constructeur-Exploitant réalisera toutes les études géotechniques et topographiques qu’il jugera


nécessaire notamment au regard des zones d’implantation prévisionnelles.

Pour tout ce qui concerne la mise en place des équipements projetés, le Constructeur-Exploitant
s’assurera de la résistance suffisante des ouvrages et structures existantes, pour notamment les
fixations, les ancrages, les poses, etc.

4.6.2.2. Nature du sol en profondeur

Il n’y a pas d’informations disponibles spécifiques aux Sites d’étude concernant la nature du sol en
profondeur et les cotes altimétriques du terrain dans son état actuel. Ceci impliquera la réalisation
de toutes les études complémentaires de contraintes (étude géotechnique de sols, tests de
perméabilité, levés topographiques…) qui seront jugées nécessaires pour la mise en place des
équipements prévus dans l’offre.

Le Constructeur-Exploitant s’assurera en particulier de la résistance suffisante des ouvrages et


structures existantes pour notamment les fixations, les ancrages, les poses…

4.6.2.3. Spécificités techniques du bâti

Le Constructeur-Exploitants devra exécuter tous les travaux indispensables au parfait achèvement


des ouvrages :

 Les fondations,

 Les poteaux métalliques,

 Les poutres métalliques,

 Les pannes métalliques support des bacs étanchés,

 L’ensemble des contreventements de la couverture,

 Les bacs secs,

 Les travaux de zinguerie, chêneaux et gouttières,

 Les évacuations et les descentes eau pluviale,

 Les habillages divers en tôle d’acier.

Gros œuvre

Le Constructeur-Exploitant, d’après ses notes de calculs, prévoira un système constructif pour la


fixation au sol des bâtiments en créant des fondations par plots (ouvrages compris dans la
prestation).

246
Bâtiment

La structure des bâtiments sera réalisée en profilés métalliques galvanisés.

Le bardage et la couverture seront en bac acier sec, les doublages et isolations ne seront pas
nécessaires, offrant toutes les garanties de bonne tenue dans le temps, tant à la corrosion qu’aux
UV. Quelques panneaux translucides, judicieusement répartis en toiture, offrant un éclairage naturel
minimum sont attendus. Le Constructeur-Exploitant devra effectuer un contrôle général soigneux de
la couverture.

Les structures métalliques seront dimensionnées à partir des calculs du Constructeur-Exploitant. Les
méthodes de calcul et formules utilisées devront être d'usage courant et acceptées par les
organismes de contrôle.

Les charges permanentes comprennent le poids propre des structures, couvertures et les charges
isolées ou réparties de matériel. Il sera notamment tenu compte des charges d'équipement et de
matériels suivants : systèmes d'éclairage suspendus aux ossatures.

La surcharge climatique et l’intensité maximale des précipitations seront également prises en


compte dans le calcul des chéneaux et descentes d'eaux.

Les bâtiments seront équipés de chéneaux récoltant toutes les eaux de pluie du bâtiment et canalisés
jusqu’au sol par des descentes. Les eaux seront rejetées dans le réseau de collecte des eaux
pluviales.

ARTICLE 4.6.3 TRAVAUX DE TERRASSEMENT

4.6.3.1. Terrassements generaux

Les terrassements seront effectués par des moyens mécaniques, dont le choix est laissé au
Constructeur-Exploitant, sous réserve de ne causer aucun trouble de jouissance au voisinage ou
nuisance dangereuse.

Les matériaux extraits du site seront évacués en filière appropriée, validée par l’Organisme
contractant.

Dans le cas de matériaux à évacuer du Site, les frais liés à la recherche et à l’exploitation d’une zone
de stockage définitive, de transport, de chargement et de déchargement sont réputés être inclus dans
les prix remis par le Candidat dans son offre. L’éventuelle terre végétale issue des déblais sera
stockée sur Site dans l’objectif d’un réemploi ultérieur. Le stock devra impérativement être profilé
de manière à permettre l’écoulement des eaux de ruissellement en surface de ce dernier.

Il ne sera pas accordé de plus-values pour les démolitions d'ouvrages rencontrés dans les fouilles ou
pour le détournement de conduites, gaines, câbles, rencontrés dans les fouilles ; à cet effet le
Constructeur-Exploitant devra se renseigner auprès des différents organismes intéressés afin de
s'informer sur d'éventuel passage de gaines, câbles ou conduites sur l'emprise de la parcelle.

Le Constructeur-Exploitant établira l'implantation suivant les plans de conception. Cette


implantation comprendra le piquetage des constructions, le tracé des canalisations ou caniveaux, de
l'emplacement des regards.

247
4.6.3.2. Terrassement des plateformes

Les terrassements consisteront en la mise à niveau à la cote des fonds de forme des plateformes
(voirie, parkings et aires de travail). Le niveau des terrassements sera amené aux côtes du sol projet,
déduction faite des épaisseurs de la plateforme.

Les travaux de déblais comprendront l’extraction, le chargement et le transport au lieu


d’évacuation. Le Constructeur-Exploitant devra prendre en compte le foisonnement dans son prix.
L’exécution des terrassements devra permettre, en cours de travaux, l’évacuation naturelle des eaux
de ruissellement.

Une chaussée en béton sera mise en œuvre au droit de la plateforme à terrasser.

Elle sera constituée de bas en haut :

 D’un géotextile anti contaminant de 250 gr/m² avec débord de 20 cm de part et d’autre de la
piste;

 D’une 1ère couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/80 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 30 cm ;

 D’une 2ème couche de forme de graves concassées de granulométrie 0/40 mm, insensibles à
l’eau, sur une épaisseur de 20 cm ;

 D’une dalle en béton C25/30 sur une épaisseur de 25 cm.

Un géotextile de séparation sera mis en place entre le fond de forme de la plateforme et la couche
de forme, afin d’éviter la contamination des graves concassées par des fines sous-jacentes, le but
étant de permettre aux matériaux 0/80 et 0/40 mm de conserver leurs propriétés mécaniques.

Les éventuels remblais mis en place feront l’objet d’un réglage par compactage. Les matériaux
seront compactés au moyen de l’engin jugé le plus approprié.

4.6.3.3. Mode d’exécution, de contrôle et de réception des travaux de tranchée de réseaux

Désignation des travaux

Les travaux consistent en la réalisation de l’alimentation électrique, du réseau de


télécommunication et de l’alimentation en eau probable.

Les travaux de tranchées à la charge du Constructeur-Exploitant comprendront :

 Tous les travaux de terrassement pour la pose de réseaux ;

 L'exécution des fouilles en tranchées pour la pose des canalisations, des fourreaux, des regards,
le blindage, la réfection et le remblaiement sera aux normes NFP 98.331 et NFP 98.125 ;

 Le piquetage du tracé des réseaux ;

 Les travaux de démolition en tranchée ;

248
 Les essais de compacité ;

 Le remblaiement des tranchées.

L’exécution des tranchées respectera les prescriptions du Fascicule 70 du CCTG Travaux


(http://dtrf.setra.fr/pdf/pj/Dtrf/0003/Dtrf-0003479/TO3479.pdf?openerPage=resultats&qid=sdx_q0)

Déblai des fouilles et tranchées

Les fouilles et tranchées sont exécutées à l’aide de matériels laissés à l'initiative du Constructeur-
Exploitant et soumis à l'acceptation de l’Organisme contractant.

Dans le cas de l'utilisation de pelles à godet, ce dernier devra avoir des dimensions compatibles
avec la largeur minimale nécessaire à la réalisation des ouvrages.

Dans le cas d'exécution à la trancheuse, la largeur de celle-ci devra être compatible avec le diamètre
de canalisation à poser et devra être dotée d'un système de blindage intégré dans le cas de fouilles
en terrain instable.

Blindages de fouilles

Dans le cas où des blindages seraient préconisés ou proposés par le Constructeur-Exploitant, ils
pourront être constitués :

 Soit au moyen d'éléments de faible largeur, en bois ou en métal, verticaux ou horizontaux,


soutenus par des longrines ou par des montants qui reportent les efforts sur les étrésillons ;

 Soit au moyen de panneaux préfabriqués en bois ou en métal, juxtaposables et superposables,


munis de raidisseurs verticaux sur lesquels les étrésillons prennent appui ;

 Soit par ceinture et palfeuilles ;

 Soit par battage de palplanches.

Remblaiement des tranchées

Le remblai de la tranchée sera effectué en GNT (Graves Non Traitées) 0/31,5 ou en remblai avec les
matériaux extraits de la fouille, après accord de l’Organisme contractant. Ce remblai sera
soigneusement compacté et sa teneur en eau sera éventuellement parfaite par l'arrosage lors de la
mise en œuvre. Lorsque les hauteurs de recouvrement des canalisations seront insuffisantes, le
Constructeur-Exploitant proposera la mise en œuvre de matériaux autocompactants permettant
d’assurer la pérennité de la structure de la canalisation et de son profil en long.

Grillage avertisseur

Au-dessus de l’ensemble des réseaux mis en place, le Constructeur-Exploitant placera un grillage


avertisseur en matériau plastique haute résistance pour la protection des ouvrages enterrés conforme
à la norme NF T 54-080. Le grillage sera déroulé à 0,30 m au-dessus de la génératrice supérieure
des réseaux ou des fourreaux. Les coloris normalisés seront les suivantes :

 Bleu : Réseau d’adduction d’eau potable et DFCI (Défense des Forêts Contre les Incendies),

249
 Marron : Réseaux d’eaux usées,

 Rouge : Réseaux électriques,

 Jaune : Réseaux gaz,

 Vert : Réseaux de télécommunications.

4.6.3.4. Mode d’execution, de controle et de reception des travaux de terrassement

Généralités de réalisation des déblais

Moyens et méthodes d’exécution

Les travaux de terrassement en déblais seront exécutés par des moyens et méthodes laissés à
l’initiative du Constructeur-Exploitant. Le Constructeur-Exploitant devra prendre en considération
les risques d’instabilité des travaux de terrassement. Le Constructeur-Exploitant devra prendre
toutes les précautions nécessaires pour les travaux de terrassement.

Ecoulement des eaux

Préalablement aux travaux de déblais

Préalablement aux travaux de déblais, le Constructeur-Exploitant sera amené à réaliser des fossés
pour dévier les eaux de ruissellement des zones à déblayer. Les dispositions seront proposées par le
Constructeur-Exploitant et acceptées par l’Organisme contractant. Elles seront réputées incluses
dans les prix du Contrat.

Pendant les travaux de déblais

Le Constructeur-Exploitant prendra toutes les dispositions pour assurer le bon écoulement des eaux
afin de garantir des opérations de terrassements dans des conditions optimales.

En période d’arrêt de chantier

En cas d’arrêts de chantier d’une durée supérieure à 24 heures, le Constructeur-Exploitant prendra


ses dispositions pour s’assurer du bon fonctionnement des ouvrages provisoires d’écoulement des
eaux.

Généralités de mise en œuvre des remblais

Généralités

Avec son projet de mouvement de terres, le Constructeur-Exploitant devra remettre un descriptif


prévisionnel de constitution des remblais mentionnant la nature, la localisation, la provenance et les
conditions d’utilisation et de mise en œuvre de chaque type de matériau entrant dans la construction
de chaque ouvrage.

Préalablement aux travaux de remblaiement

250
Préalablement à la mise en œuvre de remblais, le Constructeur-Exploitant sera tenu de réaliser la
préparation initiale des terrains.

Pour la mise en remblais, il sera demandé au Constructeur-Exploitant de réaliser à ses frais une
planche d’essai et son contrôle. La validation de la méthodologie sera effectuée sous réserve de
conformité des essais.

Le Constructeur-Exploitant devra s’assurer que la stabilité des talus des remblais sera assurée au
cours des opérations de remblai.

Pendant les travaux de remblaiement

Le Constructeur-Exploitant devra exécuter les remblais de façon à maintenir en permanence des


pentes transversales de minimum 3 %.

Le Constructeur-Exploitant devra veiller, dès le début des travaux, à maintenir les terrassements
hors d’eaux. Il détournera les écoulements des eaux de pluie par la réalisation de réseaux humides
provisoires ou définitifs. Le Constructeur-Exploitant devra notamment veiller à curer et entretenir
les fossés tout au long du chantier.

Si des venues d’eaux souterraines sont mises à jour lors des travaux de déblais, le Constructeur-
Exploitant sera tenu d’organiser le pompage de ces eaux.

En période d’arrêt de chantier

En cas d’arrêts de chantier d’une durée supérieure à 24 heures, le Constructeur-Exploitant prendra


ses dispositions pour s’assurer du bon fonctionnement des ouvrages provisoires d’écoulement des
eaux.

Spécificités de mise en œuvre des couches de remblais

Agrément du matériel de mise en œuvre

Les remblais seront exécutés par des moyens et méthodes laissés à l’initiative du Constructeur-
Exploitant.

Le choix du matériel de compactage devra être adapté à la nature et à l'état des matériaux mis en
œuvre par référence à la liste des compacteurs figurant en annexe du fascicule 2 du GTR (Guide de
Terrassements Routiers) (téléchargeable sur https://www.fntp.fr/infodoc/innovation-
technique/referentiels-techniques-et-normalisation/fascicules-du-cctg-travaux).

En particulier, le Constructeur-Exploitant devra prévoir des matériels de compactage capables de


fermer la surface des matériaux de remblais en cas de précipitations.

Si des variations de la qualité des sols ou des rendements interviennent par rapport aux prévisions,
le Constructeur-Exploitant devra soumettre le matériel de compactage à l'approbation de
l’Organisme contractant.

Contrôle de la qualité du compactage

251
Le Constructeur-Exploitant devra s’assurer en permanence du bon fonctionnement des engins de
compactage, de la bonne répartition de l’effort de compactage à la surface du modelé et du respect
de l’épaisseur des couches mises en œuvre.

La qualité du compactage sera suivie par l'intermédiaire de la mesure de l'énergie de compactage


dépensée et de l'épaisseur des couches mises en œuvre pour toutes les catégories de sols.

L'énergie de compactage sera exprimée, pour un compacteur donné, au moyen du rapport Q/S, dans
lequel :

 Q est le volume de sol exprimé en mètres-cubes mis en place pendant une journée de travail et
mesuré après compactage ;

 S est la surface brute balayée par le compacteur pendant le même temps. Cette surface sera
évaluée en multipliant la distance parcourue par le compacteur par sa largeur d'appui au sol.

Les valeurs Q/S constatées sur les remblais en place devront respecter les valeurs limites définies à
l'issue des planches d'essais pour les différents sols susceptibles d'être rencontrés lors des travaux et
pour divers types de compacteurs.

Contrôle de la répartition de l’effort de compactage et de l’homogénéité des remblais

Le Constructeur-Exploitant devra s’assurer en permanence de la bonne homogénéité :

 de la granulométrie des matériaux mis en œuvre ;

 de l’effort de compactage à la surface du modelé, en particulier sur les bords des talus.

Insuffisances de compactage et de l’homogénéisation des remblais

L’Organisme contractant demandera au Constructeur-Exploitant, à ses frais, des reprises de


compactage dans les zones insuffisamment compactées, notamment si les résultats obtenus par le
rapport Q/S sont insuffisants ou si la répartition de l'effort de compactage a été mauvaise.

Conditions relatives à l’épaisseur des couches et à l’intensité de compactage

Le Constructeur-Exploitant devra s’assurer du respect de l’épaisseur de couches fixées. En cas de


dépassement d’épaisseur, la couche sera entièrement reprise par le Constructeur-Exploitant à ses
frais.

Tolérance des profils et des talus

Tolérances altimétriques d'exécution des profils

 Fond de casier : ± 5 cm,

 Talus des digues : ± 5 cm,

252
 Pistes : ± 5 cm,

 Fil d’eau : ± 5 cm.

L’Organisme contractant fera reprendre le modelé, sans rémunération complémentaire, si la cote


obtenue est supérieure à la cote théorique augmentée de la tolérance.

En cas de désaccord sur les résultats des levés topographiques et des contrôles réalisés par le
prestataire, l’Organisme contractant pourra faire procéder par un prestataire extérieur :

 à des levés topographiques,

 à des contrôles de portance.

Si les contrôles extérieurs confirment les résultats du Constructeur-Exploitant, l’Organisme


contractant prendra à sa charge ces frais ; si ces contrôles extérieurs mettent en évidence des non-
conformités et impliquent une reprise des travaux par le Constructeur-Exploitant, les frais desdits
contrôles seront imputés au Constructeur-Exploitant.

Réception de conformité

La réception sera effectuée contradictoirement sur la base des profils en travers et des profils en
long de l'étude d'exécution remise par le Constructeur-Exploitant. Les levés topographiques
préalables à la réception seront réalisés par le Constructeur-Exploitant.

ARTICLE 4.6.4 GESTION DES EAUX PLUVIALES

4.6.4.1. Fossés trapézoidaux betonnés

Pour permettre une bonne gestion des eaux de ruissellement, le Constructeur-Exploitant aménagera
un fossé trapézoïdal périphérique bétonné, en pied de la digue périphérique, pour assurer la
récupération des eaux de ruissellement de l’intérieur du site et leur acheminement vers un bassin
d’infiltration des eaux pluviales. Le fossé devra être réalisé en pied de tout le linéaire de la digue
périphérique.

Les caractéristiques du fossé périphérique devront être dimensionnées selon une pluie décennale.

La pente du fossé devra respecter les côtes indiquées dans les plans. Le Constructeur-Exploitant
s’assurera de l’existence d’un seul et unique point haut afin que l’écoulement reste gravitaire vers le
bassin d’infiltration.

Spécifications de mise en œuvre des fossés trapézoïdaux

Un soin particulier devra être apporté au régalage, compactage et contrôle de la conformité du fil
d’eau des fossés. L’ouverture des tranchées des fossés humides devra être réalisée à sec avec un
godet adapté en respectant les profils définis.

Les tolérances d’exécution suivantes devront être respectées :

253
 Implantation en plan : 5 cm

 Altitude du fil d’eau : 1 cm

Un point d’arrêt sera effectif après les travaux de terrassement des fossés et avant le démarrage des
opérations de bétonnage afin de vérifier les profils et les pentes des fossés trapézoïdaux.

Les fossés seront bétonnés par coulage ou par la mise en œuvre d’éléments préfabriqués.

4.6.4.2. Passages busés

Des passages busés devront être mis en œuvre afin d’acheminer les eaux pluviales jusqu’au bassin
d’infiltration (emprise exacte du bassin à définir en phase d’éxécution). Les caractéristiques de ces
passages busés devront être dimensionnés selon une pluie décennale.

Spécifications de mise en œuvre des passages busés

La manutention et la pose des accessoires de raccordement et de branchement devront respecter les


recommandations du fabricant.

Les collecteurs seront descendus soigneusement dans les tranchées et mis en place sur un lit de pose
compacté d’une épaisseur de 10 cm, suivant une pente constante d’aval en amont entre les ouvrages
de gestion des eaux pluviales raccordés.

Le premier tuyau sera mis en place, le collet ou le manchon dirigé vers l’amont, la pente sera
vérifiée, le tuyau calé, l’extrémité du second tuyau sera engagée à fond dans le collet ou manchon
du précédent. La pente sera à nouveau vérifiée, le tuyau calé. Le procédé sera le même pour les
tuyaux suivants. Les joints devront être exécutés avec le plus grand soin, toutes les précautions
devront être prises pour que le tuyau soit bien centré. Le Constructeur-Exploitant assurera le calage
des tuyaux avant le remblaiement.

Les tolérances d’exécution suivantes devront être respectées :

 Implantation en plan : 5 cm

 Altitude du fil d’eau : 1 cm

 Ecart angulaire entre deux éléments successifs : selon normes du fabricant et agrément

Un point d’arrêt sera effectif après les travaux de pose des collecteurs et avant le démarrage des
opérations de remblaiement.

La tranchée sera remblayée avec des matériaux fins, compactés à la plaque vibrante. Un grillage
avertisseur sera mis en œuvre sur tout le linéaire du collecteur. Une surépaisseur d’environ 10 cm
sera mise en œuvre afin de compenser les futurs tassements des remblais.

Des enrochements bétonnés et/ou des têtes bétonnées seront mis en œuvre en entrée (raccordement
aux fossés en pied de talus) et sortie des collecteurs (bassin d’infiltration). Ces aménagements sont
réputés inclus dans les prix de mise en œuvre des passages busés.

254
Dans le cadre du contrôle interne, le Constructeur-Exploitant procédera à la vérification de la
tolérance en nivellement et en plan des fils d’eau des collecteurs.

4.6.4.3. Regards

Des regards devront être mis en œuvre afin d’acheminer les eaux pluviales jusqu’au bassin
d’infiltration (emprise exacte du bassin à définir en phase d’éxécution). Les caractéristiques de ces
regards devront être dimensionnées afin de pouvoir accepter une pluie d’intensité décennale.

Spécifications de mise en œuvre des regards

La manutention et la pose des accessoires de raccordement et de branchement devront respecter les


recommandations du fabricant.

Le regard sera descendu soigneusement dans la tranchée et mise en place sur un lit de pose
compacté d’une épaisseur de 10 cm.

Les tolérances d’exécution suivantes devront être respectées

 Implantation en plan : 5 cm

 Altitude du fil d’eau : 1 cm

Un point d’arrêt sera effectif après les travaux de pose des regards et avant le démarrage des
opérations de remblaiement.

La tranchée sera remblayée avec des matériaux fins, compactés à la plaque vibrante. Un grillage
avertisseur sera mis en œuvre sur tout le linéaire du collecteur. Une surépaisseur d’environ 10 cm
sera mise en œuvre afin de compenser les futurs tassements des remblais.

Dans le cadre du contrôle interne, le Constructeur-Exploitant procédera à la vérification de la


tolérance en nivellement et en plan des fils d’eau des collecteurs.

ARTICLE 4.6.5 CLOTURE ET PORTAILS

Afin d'éviter toute intrusion, une clôture d’une hauteur de 2 m sera installée en périphérie des Sites
pour en interdire l’accès au personnes non autorisées et assurer la sécurité à l’intérieur des Sites.
Pour le CGIDS, cette clôture viendra en complément du mur en agglomérés déjà existant sur une
partie de la pérphérie du Site.

Les travaux consisteront en :

 La fourniture et pose d'une clôture (grillagée simple torsion en acier galvanisé) de 2 m de


hauteur y compris poteaux en acier galvanisé espaces de 3 m au maximum et accessoires
(jambages, fils, tendeurs, boulonneries, etc.),

255
 A l’entrée des Sites, la pose d'un portail pivotant deux vantaux, d’une hauteur de 2 m pour une
largeur 7 m barreau en acier galvanisé, y compris poteaux supports en acier galvanisé scellés
dans du béton, longrine en béton arme serrure et butée.

ARTICLE 4.6.6 ESPACES VERTS

Les espaces périphériques, non utilisés en aire de travail ou de circulation seront végétalisés.

256
CHAPITRE 5. GESTION DU CHANTIER

TITRE 5.1 REUNIONS DE CHANTIER

Des réunions de chantier auront lieu selon une périodicité hebdomadaire, organisées et animées
conjointement par l’Organisme contractant et son Directeur de projet.

Les réunions auront notamment pour objets principaux :

 De vérifier l’état d’avancement des travaux ;

 De contrôler la conformité des travaux avec les documents du Contrat ;

 D’examiner les problèmes / points techniques rencontrés et de les résoudre ;

 De gérer la coordination générale des travaux ;

 De mettre à jour les plannings.

Il est indiqué au Constructeur-Exploitant que l’Organisme contractant (et/ou son Directeur de


projet) sera présent de manière quotidienne sur le chantier. La personne responsable du chantier
devra se tenir à sa disposition pour tout renseignement jugé nécessaire.

Par ailleurs des réunions de travail pourront être fixées par l’Organisme contractant autant que de
besoin.

Le Constructeur-Exploitant aura l’obligation de participer à l’ensemble de ces réunions.

TITRE 5.2 GESTION DES DECHETS DE CHANTIER

L’ensemble des déchets de chantier seront à la charge du Constructeur-Exploitant.

Les déchets de chantier seront évacués. Le Constructeur-Exploitant apportera un soin particulier à la


propreté du Site.

TITRE 5.3 REPLI DU CHANTIER

Toutes les installations et matériels provisoires devront avoir été repliés le jour de la réception des
travaux. Le Site devra être rendu dans un état propre. Aucune réception ne sera possible sans une
remise en état du site au préalable.

TITRE 5.4 PANNEAU DE CHANTIER

Le Constructeur-Exploitant fournira un panneau de chantier aux dimensions de 1 x 2 m à installer


sur chaque site pendant la période de préparation des travaux et à démonter à la fin des travaux.
L’implantation du panneau sera définie pendant la phase de préparation des travaux.

257
La maquette devra être impérativement transmise et validée par l’Organisme contractant et son
Directeur de projet avant sa fabrication, puis implantée par le Constructeur-Exploitant avant le
démarrage des travaux. Afin de permettre sa tenue tout au long du chantier, il devra être scellé dans
des ancrages en béton. Le Constructeur-Exploitant est tenu d’assurer sa bonne tenue et visibilité
pendant toute la période des travaux.

TITRE 5.5 HEBERGEMENT DU PERSONNEL ET DE LA MAIN D’ŒUVRE

Conformément à la clause 22.2 des CGC, le Constructeur-Exploitant doit fournir et entretenir les
logements et les installations nécessaires au bien-être pour l’ensemble de son Personnel. Les
logements et installations mises à disposition devront être adaptées au nombre de personnes
travaillant sur le Site.

Le Constructeur-Exploitant devra également mettre en œuvre un programme spécifique, pendant


toute la durée du Contrat, destiné au personnel, à la main d’œuvre du Site, et à leurs familles en
rapport avec les maladies sexuellement transmissibles (MST) et les infections sexuellement
transmissibles (IST) incluant le VIH/SIDA.
Ce programme de prévention devra être intégré au PGES qui sera établi par le Constructeur-
Exploitant et dont le contenu attendu est détaillé.

Le Constructeur-Exploitant devra inclure dans le programme d’exécution des travaux et services à


fournir dans le cadre de la Clause 18.2, un programme destiné au personnel, à la main d’œuvre du
site, et à leurs familles, en rapport avec les maladies sexuellement transmissibles (MST) et les
infections sexuellement transmissibles (IST) incluant le VIH/SIDA. Le programme d’atténuation
des IST, MST et VIH/SIDA devra indiquer quand, comment et à quel coût le Constructeur-
Exploitant prévoit de satisfaire aux exigences de la présente clause et de la spécification
correspondante. Pour chaque composante, le programme comprendra le détail des ressources à
fournir ou utiliser, et des sous-traitants proposés à cet effet. Le programme devra également fournir
une évaluation de coût détaillée avec toute documentation pertinente à l’appui. Le paiement au
Constructeur-Exploitant pour la préparation et la mise en œuvre de ce programme n’excédera pas le
montant de la somme provisionnelle prévue à cet effet.

258
CHAPITRE 6. SERVICES D’EXPLOITATION DES INSTALLATIONS

TITRE 6.1 GESTION GENERALE

ARTICLE 6.1.1 ACCUEIL DU SITE, RECEPTION DES DECHETS ET GARDIENNAGE

6.1.1.1. Dispositions générales

Le Constructeur-Exploitant assurera l’accueil des opérateurs et apporteurs sur les Sites de la Station
de Transfert de Petite Anse et du CGIDS de Mouchinette.

Le Constructeur-Exploitant aura en charge la réception et le traitement des déchets collectés sur ses
Sites.

Les déchets, pris en charge par le Constructeur-Exploitant, qui auraient dû être traités et qui ne le
seront pas suite à un arrêt partiel ou total des Installations, devront être transportés et évacués par le
Constructeur-Exploitant, à ses frais.

La rémunération du Constructeur-Exploitant continuera d’être effective, dans les conditions définies


au Contrat. Toutefois, le Constructeur-Exploitant sera soumis aux pénalités prévues pour non-
traitement des déchets dans ses installations.

Tout évènement de non-prise en charge des déchets, normalement de responsabilité du


Constructeur-Exploitant, devra faire l’objet d’une information immédiate à l’Organisme
contractant. Le Constructeur-Exploitant fournira la totalité des documents permettant le suivi et
l’organisation de la gestion dégradée de ces déchets.

Les déchets dangereux, tels que définis à l’Article 1.6.5 du Cahier des charges, ne sont pas autorisés
sur les Sites gérés par le Constructeur-Exploitant.

Pour la gestion des cas exceptionnels d’apports de déchets non autorisés sur ses Sites, le
Constructeur-Exploitant prévoira une procédure d’exploitation spécifique pour la gestion séparative
de ces apports non autorisés, qui précisera notamment :

 L’identification et traçabilité de ces déchets non-autorisés : photographie de l’apport,


identification de l’apporteur et type et origine de la collecte, descriptif de l’incident et
justification de la non-conformité de l’apport ;

 L’avertissement immédiat à l’Organisme contractant ;

 Le stockage séparatif et dans les règles de sécurité requises par la nature du déchet écarté ;

 La gestion du traitement dans une filière adaptée, validée au préalable avec l’Organisme
contractant.

La prise en charge financière de cette gestion spécifique est à la charge de l’Organisme contractant
ou de la personne juridique, institution ou tiers désigné par l’Organisme contractant si le
Constructeur-Exploitant a prouvé que ledit déchet était non-conforme aux déchets acceptés.

259
Procédure d’acceptation préalable

Le Constructeur-Exploitant mettra en place une procédure d’acceptation préalable des déchets.

Avant la livraison ou avant la première d’une série de livraisons d’un même déchet, le producteur
(SAM PROPUBLIC, DINEPA…), devra remplir un document préalable, établit par le
Constructeur-Exploitant. Le document consiste à informer des conditions d’acceptation et à
caractériser globalement le déchet afin de vérifier qu'il remplit les critères d'acceptation.
Ce document sera signé par le producteur des déchets et les différents intermédiaires (transporteur
notamment).
Le document préalable, établit par le Constructeur-Exploitant, comprendra a minima les
informations suivantes :
 Définition des déchets acceptés sur la Station de Transfert et le CGIDS ;
 Règles de livraison à respecter (horaires, pesée obligatoire, présentation du document préalable
à l’accueil…) ;
 Producteur et origine géographique du déchet ;
 Quantité prévue ;
 Informations concernant la catégorie / le type de déchets (ordures ménagères, déchets de
curage…) et si besoin le processus de production du déchet ainsi que les données concernant la
composition du déchet (nature physique et chimique) ;
 Apparence du déchet (odeur, couleur, apparence physique) ;
 Au besoin, précautions supplémentaires à prendre au niveau du site de réception.

N.B. les petits apporteurs de déchets recyclables sur la Station de Transfert seront exemptés de cette
procédure d’acceptation préalable.

6.1.1.2. Accueil de déchets tiers sur le CGIDS

Le Site d’implantation du CGIDS dispose d’une réserve foncière libre au vu des estimatifs de
dimensionnement prévus dans le cadre du présent marché. En effet, un autre casier hydrauliquement
indépendant du premier pourrait être construit lors d’une deuxième phase de travaux, hors Contrat
du Constructeur-Exploitant.

Aussi, le Constructeur-Exploitant sera libre de contractualiser avec un potentiel gestionnaire de


déchets dangereux ou autres, pour lui permettre l’implantation de son installation sur le Site du
CGIDS.

Pour cela, il devra présenter le projet et les caractéristiques du Gestionnaire Tiers envisagé à
l’Organisme contractant. La contractualisation entre le Constructeur-Exploitant et le Gestionnaire
Tiers devra être soumise à l’approbation préalable de l’Organisme contractant.

Le Constructeur-Exploitant assumera la responsabilité du parfait respect des règles de qualité,


hygiène, sécurité et environnement par le Gestionnaire Tiers.

Il gèrera directement les aspects contractuels et financiers avec ce Gestionnaire Tiers.

6.1.1.3. Accueil de la Station de Transfert, reception des déchets et gardiennage

Le Constructeur-Exploitant assurera le contrôle d’accès au Site, l’accueil des transporteurs et


opérateurs autorisés aux horaires d’ouverture de la Station de Transfert, ainsi que son gardiennage
en dehors des horaires d’ouverture.

260
Les plages d’ouverture de la Station de Transfert seront mentionnées aux CGC et CPC.

Contrôle d’accès et pesée :

Le Constructeur-Exploitant assurera la traçabilité des déchets entrants et sortants. Il consignera à


chaque apport et chaque expédition :

 Une référence d’identification unique ;

 L’identification du véhicule d’apport ;

 L’identité de l’apporteur (nom, société et/ou raison sociale, …) ;

 Sa provenance ou sa destination ;

 La nature des déchets apportés ;

 La pesée. Le Constructeur-Exploitant assurera une double pesée.

Le personnel d’accueil et de pesée dirigera l’apporteur vers l’aire et la cellule concernée par son
apport ou son expédition.

Contrairement au reste des flux, la réception des déchets valorisables triés des collecteurs
indépendants sera assurée par la SAM PROPUBLIC ou l’entité désignée par la SAM PROPUBLIC.
Le personnel de la SAM PROPUBLIC ou de cette entité assurera le contrôle et la traçabilité de ces
apports. L’aire de réception équipée d’une balance devra être mise à disposition par le
Constructeur-Exploitant.

La SAM PROPUBLIC ou l’entité désignée par la SAM PROPUBLIC assurera l’éventuelle mise en
balles des déchets et le chargement des camions d’expédition.

Les camions d’expédition de déchets valorisables seront tout de même pesés sur le pont bascule de
la Station de Transfert, afin de permettre le suivi des flux de déchets valorisables.

Gardiennage :

En dehors des heures d’ouverture de la Station de Transfert, le Constructeur-Exploitant assurera le


gardiennage du Site et de ses Installations.

Il garantira le non-accès aux personnes non-autorisées et assurera une surveillance globale du Site.

En cas de dysfonctionnement ou incident, il déclenchera les procédures adaptées et contactera le


personnel d’astreinte le cas échéant.

Le candidat devra fournir dans le cadre de son offre les procédures d’astreinte pour la
bonne surveillance du Site et de ses Installations.

261
6.1.1.4. Accueil du CGIDS, réception des déchets et gardiennage

Le Constructeur-Exploitant assurera le contrôle d’accès au Site, l’accueil des transporteurs et


opérateurs autorisés aux horaires d’ouverture du CGIDS, ainsi que son gardiennage en dehors des
horaires d’ouverture.

Les plages d’ouverture du CGIDS seront mentionnées aux CGC et CPC.

Contrôle d’accès et pesée :

Le Constructeur-Exploitant assurera la traçabilité des apporteurs. Il consignera à chaque apport :

 Une référence d’identification unique ;

 L’identification du véhicule d’apport ;

 L’identité de l’apporteur (nom, société et/ou raison sociale, …) ;

 Sa provenance ;

 La nature des déchets apportés ;

 La pesée. Le Constructeur-Exploitant assurera une double pesée : les véhicules entrants seront
pesés pleins en entrée, leur poids plein sera consigné et rattaché à une référence d’identification
unique de l’apport. Après déversement des déchets sur les installations adaptées, les véhicules
seront repesés à vide en sortie, leur poids vide sera consigné et rattaché à la référence
d’identification unique de l’apport. Le poids de l’apport ainsi effectué sera obtenu par
soustraction ;

 L’installation de traitement finale (CET ou UTC).

Le personnel d’accueil et de pesée dirigera l’apporteur vers les sites et installations du CGIDS
correspondant à ses apports.

Gardiennage :

En dehors des heures d’ouverture du CGIDS, le Constructeur-Exploitant assurera le gardiennage du


Site et de ses Installations.

Il garantira le non-accès aux personnes non-autorisées et assurera une surveillance globale du Site.
En cas de dysfonctionnement ou incident, il déclenchera les procédures adaptées et contactera le
personnel d’astreinte le cas échéant.

Le candidat devra fournir dans le cadre de son offre les procédures d’astreinte pour la
bonne surveillance du Site et de ses Installations.

ARTICLE 6.1.2 ENTRETIEN GENERAL DES SITES

Le Constructeur-Exploitant devra tenir en parfait état de fonctionnement l’ensemble des


équipements, Installations et Sites sous sa responsabilité.

262
Le Constructeur-Exploitant planifiera et exécutera ses prestations d'entretien courant de manière à
obtenir pour chaque Installation une durée de vie comparable à celle indiquée par son fournisseur, et
à en conserver les performances initiales.

Les services d'entretien courant à la charge du Constructeur-Exploitant concerneront notamment :

 La fourniture de matières consommables nécessaires à l'entretien ;

 Les travaux d'entretien proprement dits ;

 Les démontages, la fourniture et le montage des pièces d’usure et, d’une façon générale, des
pièces et ensemble de pièces qui, conformément aux spécifications des constructeurs, font
l’objet d’un renouvellement périodique au titre de l’entretien courant d’un équipement ;

 Les travaux d’entretien et de renouvellement des peintures et autres protections contre la


corrosion appliquées sur les parties métalliques, y compris les charpentes, bardages, toitures,
façades, clôtures, etc. ;

 Les campagnes de mesures et d’analyses nécessaires à la maintenance préventive des


équipements ;

 Les contrats de maintenance des équipements (notamment : compresseurs, onduleurs,


analyseurs, contrôle commande, groupe électrogène, climatisation, équipements incendie,
traitement d’eau, dératisation, chargeurs, curage et assainissement) ;

 Le renouvellement de composants ou d’équipements de sorte à maintenir les Installations en


parfait état de fonctionnement en fin de Contrat.

Le Constructeur-Exploitant assurera également à ses frais :

 Tous les travaux de nettoyage sur le Site, à l’intérieur des bâtiments et leurs abords ;

 L'entretien des bâtiments ;

 L’entretien des espaces verts ;

 L'entretien et le renouvellement des peintures sur les ouvrages de génie civil ;

 Les réparations localisées sur les ouvrages de génie civil, les voiries, les équipements et
canalisations enterrées.

ARTICLE 6.1.3 ENTRETIEN DES OUVRAGES DE GESTION DES EAUX PLUVIALES

6.1.3.1. Station de Transfert

Les caniveaux et regards devront faire l’objet d’une attention particulière pour être maintenus en
bon état et assurer leur fonction. Ils devront être nettoyés régulièrement afin d’éviter l’obturation
des collecteurs.

263
Le réseau devra être nettoyé autant que nécessaire pour garantir le bon écoulement des eaux sur la
Station de Transfert en cas de fortes pluies. Aucune zone de stagnation des eaux ne devra être
constatée.

Le bassin tampon devra être maintenu propre afin de permettre la réutilisation des eaux pluviales et
de garantir la disponibilité d’eau en cas d’incendie.

Le débourbeur-déshuileur sera purgé et entretenu une fois par an.

6.1.3.2. CGIDS

Le bassin d’infiltration des eaux pluviales nécessitera la réalisation d’opérations de curage selon
une fréquence annuelle afin de conserver son volume tampon. Ce bassin présentera une surface
d’infiltration en fond de 1 000 m2.

Le fossé trapézoïdal périphérique bétonné, en pied de la digue périphérique, sera curé selon une
fréquence annuelle, et notamment préalablement aux saisons des pluies.

Le Constructeur-Exploitant mettra en œuvre du matériel adapté pour réaliser ces opérations en toute
sécurité. Le curage pourra être réalisé par un tractopelle équipé d’un godet de curage de fossé avec
une lame relativement tranchante (sans dents).

Les matériaux curés seront éliminés dans le casier de stockage.

En cas de défaut sur le réseau de gestion des eaux pluviale, le Constructeur-Exploitant assurera les
réparations nécessaires.

ARTICLE 6.1.4 ENTRETIEN DES PISTES ET VOIRIES DE CIRCULATION

Le Constructeur-Exploitant assurera l’entretien des pistes et voiries de circulation interne à


l’intérieur du périmètre des deux Sites : pistes empierrées en remblais, voirie en enrobé ou béton,
plateforme de vidage, maintien de la butée en béton des quais, arrosage des pistes.

Le Constructeur-Exploitant assurera la circulation et le dépotage des camions de collecte quelles


que soient les conditions météorologiques. Il devra entretenir les pistes de service et les voiries afin
qu’il ne se forme aucune ornière ou trou ralentissant les flux de camions. Pour ce faire, il utilisera
son équipe de maintenance (ouvriers + manœuvres) pour le cas échéant boucher les nids de poule
qui pourraient apparaitre en cas de circulation intense de camions.

Pour l’entretien des pistes, le Constructeur-Exploitant tiendra en stock une réserve de matériaux
sablo-argileux. Si d’importants désordres devaient survenir interrompant la circulation sur les pistes
d’accès à l’alvéole en exploitation, le Constructeur-Exploitant devra intervenir en urgence avec un
bouteur pour restaurer l’accès.

En cas de nuisances liées à l’envol de poussières des pistes en période sèche, les pistes d’accès
seront périodiquement humidifiées à l’aide d’une citerne à eau afin de limiter la génération de
poussières sur le Site.

Pour l'entretien des pistes et de la rampe d’accès, le Constructeur-Exploitant mobilisera du matériel


de terrassement classique. Il s'agit d'un camion benne pour le transport de la terre et d'un chargeur

264
sur pneu, pour le chargement des camions. La terre sera nivelée à l’aide du petit bouteur, utilisé
également pour le régalage des déchets au sein du casier .

ARTICLE 6.1.5 GESTION DES ENERGIES

L’exploitation des Sites nécessitera de l’électricité pour l’éclairage, l’alimentation des locaux et des
process.

Par défaut, il est envisagé l’installation d’un groupe électrogène qui devra être alimenté en gazole
régulièrement afin de fonctionner en continu.

Le Candidat pourra toutefois proposer en substitution l’installation d’un système alternatif (par
exemple, système couplé de type panneaux photovoltaïques + batteries).

Environ 35 panneaux photovoltaïques seraient alors nécessaires pour une puissance nominale
d’environ 11 kWc. Cette centrale devrait être également équipée d’un conteneur muni de batteries
permettant le stockage de l’électricité.

L’installation électrique devra être équipée d’un dispositif d’alerte en cas de coupure d’électricité.
Ce dispositif devra pouvoir alerter l’exploitant à tout moment via une alarme sonore sur le site ou à
distance par SMS ou appel sur le téléphone de la personne responsable désignée par l’exploitant.

Le Constructeur-Exploitant assurera l’alimentation en carburant du site pour les engins et le groupe


électrogène.

ARTICLE 6.1.6 SURVEILLANCE DES INSTALLATIONS

6.1.6.1. Documents relatifs aux contrôles réglementaires

Le Constructeur-Exploitant remettra à l’Organisme contractant un exemplaire des rapports relatifs


aux contrôles périodiques réglementaires selon les périodicités définies dans ce Cahier des charges.

6.1.6.2. Rapport de fin de Contrat

Le Constructeur-Exploitant remettra 2 mois avant la fin du Contrat un rapport destiné à dresser


l’état des lieux de l’exploitation des Installations. Ce rapport sera notamment destiné à affiner les
dispositions et évolutions éventuelles à prévoir dans le cadre de l’exploitation post-Contrat.

Ce rapport mettra notamment en lumière :

 La synthèse du fonctionnement des Sites :


o Tonnages réceptionnés et traités par Installation,
o Personnel affecté par Site et/ou Installation, en nombre et ramené en équivalent temps-
plein,
o Moyens techniques nécessaires à l’exploitation et la maintenance par Site et/ou Installation,
en nombre et en pourcentage d’occupation en cas de mutualisation entre Installations.

 Les performances de traitement :


o Le pourcentage de remplissage du volume des casiers,
o Débit de traitement de la Station de traitement des lixiviats (m3/h),
o Efficience et performance du procédé de compostage :

265
˗ Tonnages de déchet destinés au compostage et de structurant entrant annuellement sur
l’UTC
˗ Production annuelle de compost
˗ Vente annuelle de compost
o Efficience et performance du procédé de tri :
˗ Tonnages de déchet entrant annuellement sur le process de tri de l’UTC
˗ Quantité de matériaux recyclables triés annuellement (tonnage détaillé par flux)
˗ Vente annuelle de matériaux recyclables (tonnage détaillé par flux)

 Les principaux travaux de modification apportées aux Installations au cours du Contrat et leur
justification

 Les principaux travaux d’entretien et maintenances apportées au cours du Contrat

 L’état du stock de pièces de rechange

 Les principales difficultés d’exploitation rencontrées et les propositions pour y répondre

6.1.6.3. Rapports d’activité

Le Constructeur-Exploitant remettra chaque année à l’Organisme contractant ou à son représentant


dans un délai maximum de 45 jours suivant le début de la Période d’Exploitation, un rapport
général concernant la gestion de l’ensemble des Sites et Installations, relativement à la nature et à
l’importance des travaux de réparation et d’investissement et assorti d’un état des charges et
produits d’exploitation à l’issue de l’exercice écoulé.

Ce rapport fera état des suggestions du Constructeur-Exploitant quant à l’amélioration des


Installations.

Ce rapport annuel comprendra un compte-rendu technique et un compte-rendu financier.

Ce rapport comprendra une synthèse reprenant l’ensemble des éléments fournis dans les comptes
rendus mensuels de l’exercice considéré (cf. Article 6.1.6.4 du Titre 6.1 du Cahier des Charges ci-
dessous).

Le rapport sera complété par une analyse de la qualité du service concernant notamment :

 La gestion de l’ensemble des Installations ;

 Les ratios de consommation ramenés à la tonne de déchet traitée ;

 Les insuffisances des Installations identifiées par le Constructeur-Exploitant et les remèdes


qu’il propose pour les corriger ;

 La surveillance environnementale des Sites.

Le compte-rendu financier devra préciser, selon les modalités fixées par l’Organisme contractant et
à l’appui du compte-rendu technique visé ci-dessus, le détail des dépenses et recettes, et leur
évolution par rapport à l’exercice antérieur. Ce compte-rendu financier sera constitué des
documents suivants :

266
 L’état des stocks ;

 Le plan d’entretien et maintenance des ouvrages ;

 Les copies des contrats d’entretien et de maintenance ;

 Un compte de résultat d’exploitation dont la présentation respectera le formalisme des


chapitres de recettes et de dépenses définis dans le compte d’exploitation ;

 Un compte-rendu de l’activité de l’exercice antérieur ;

 Les copies des contrats de sous-traitance éventuels ;

 Les polices d’assurance souscrites conformément au présent Contrat.

Dans le cadre du compte de résultat d’exploitation, le Constructeur-Exploitant fournira un


récapitulatif des rémunérations perçues au titre de l’exercice comprenant :

 La rémunération forfaitaire annuelle perçue au titre de l’exploitation des Installations ;

 La rémunération par tonne perçue au titre du traitement des déchets collectés sur le territoire.

Le Constructeur-Exploitant devra joindre les divers justificatifs de mise à jour de sa situation


administrative, concernant notamment les assurances.

Le Constructeur-Exploitant joindra également les divers documents produits dans le cadre de ses
démarches ou certifications qualité, environnement et sécurité, santé et sécurité au travail, ainsi que
démarche sociétale.

6.1.6.4. Comptes-rendus mensuels d’exploitation

Le Constructeur-Exploitant remettra mensuellement à l’Organisme contractant les documents


suivants :

 Une synthèse des principaux événements consignés dans le journal de marche des Installations
(heures d’arrêts et de mise en service, incidents ou accidents d’exploitation) ainsi que des
principaux travaux consignés dans le carnet d’entretien et de maintenance (travaux d’entretien
effectués, travaux de renouvellement ainsi que les dates et durée d’intervention) ;

 Un état journalier et mensuel des tonnages de déchets admis sur le Site, avec indication de leur
provenance ;

 Un état journalier et mensuel des tonnages de déchets éventuellement évacués ou détournés


vers d’autres sites de traitement ;

 Les heures de fonctionnement des différentes Installations ;

 Un état journalier et mensuel de la production de biogaz ;

 Un état mensuel des quantités de compost produit ;

267
 Un état mensuel des quantités de compost valorisé ;

 Un état mensuel des quantités de matériaux valorisables triés ;

 Un état mensuel des quantités de matériaux valorisables valorisés ;

 Un état mensuel des effluents rejetés en quantité et qualité ;

 Un état mensuel du fonctionnement de la Station de traitement des lixiviats, incluant le détail


des quantités de lixiviats recirculés ;

 Les heures d’arrêt pour maintenance préventive et incidents ;

 La synthèse des consommations d’eau, de carburant, d’électricité, de réactifs ;

 La quantité de refus évacués, leurs destinations et leur mode de valorisation ;

 Le calendrier des contrôles réglementaires et des analyses effectuées et leurs résultats -


planning prévisionnel des contrôles et analyses ;

 Une synthèse sur l’évolution générale des ouvrages et sur l’état des stocks.

L’Organisme contractant se réservera le droit de faire ajouter d’autres indicateurs ou d’en modifier
la forme.

6.1.6.5. Suivi topographique

Le Constructeur-Exploitant organisera le Centre d’Enfouissement Technique en fonction des plans


d'aménagement des alvéoles prédéfinis à l'avance.
Pour ce faire, il aura besoin d'effectuer ou de faire effectuer des travaux topographiques.

Ces travaux consisteront à réaliser :

 Les implantations et nivellements des alvéoles et zones d'enfouissement des déchets ;

 Le nivellement du massif de déchets afin de connaitre le vide de fouille résiduel et la cadence


journalière de remplissage des alvéoles ;

 Le nivellement des travaux de couverture finale afin de respecter les hauteurs maximales du
site et les pentes minimum imposées.

Pour réaliser ces opérations topographiques, le Constructeur-Exploitant missionnera à ses frais, une
équipe spécialisée de topographie équipé d’un matériel professionnel adapté.

Le nivellement du Centre d’Enfouissement Technique sera réalisé par GPS différentiel ou station
totale selon une fréquence trimestrielle durant la période d’exploitation.

Le Constructeur-Exploitant aura en charge de mandater un organisme indépendant, soumis à


approbation préalable de l’Organisme contractant.

268
6.1.6.6. Surveillance environnementale

Suivi du bilan hydrique

L’exploitant tiendra à jour un registre au sein duquel il reportera les éléments nécessaires au calcul
du bilan hydrique du Centre d’Enfouissement Technique (pluviométrie, ensoleillement,
évapotranspiration). Les données météorologiques de base seront collectées auprès de la station
météorologique la plus proche du site de stockage.

Ce bilan hydrique sera calculé annuellement et présenté dans le rapport d’activités annuel.

Afin de surveiller la qualité des eaux de ruissellement, des prélèvements semestriels en période
d’exploitation du Centre d’Enfouissement Technique seront réalisés en entrée du bassin
d’infiltration.

En complément de ce suivi, en phase d’exploitation, le personnel assurera également des mesures


hebdomadaires in-situ grâce à une sonde multi-paramètres à disposition sur le site. Les paramètres
suivis seront les suivants : température, pH, MES, Conductivité.

Afin de surveiller la qualité des eaux de ruissellement de la Station de Transfert, des prélèvements
annuels seront également réalisés avant rejet.

Les paramètres à suivre seront a minima :

 Matières en suspension totales ;

 Demande chimique en oxygène ;

 Eléments traces métalliques ;

 Fluor et composés ;

 Indice phénols ;

 Cyanures libres ;

 Hydrocarbures totaux ;

 Hydrocarbures aromatiques polycycliques ;

 Composés organiques halogénés.

Le Constructeur-Exploitant aura en charge de mandater un organisme indépendant, soumis à


approbation préalable de l’Organisme contractant.

Suivi des effluents après traitement

Les lixiviats produits par le stockage des déchets seront réinfiltrés via le bassin dédié après
traitement. Afin de surveiller la qualité des lixiviats traités, des prélèvements trimestriels en période
d’exploitation sont préconisés a minima en entrée du bassin d’infiltration.

269
Le Constructeur-Exploitant aura en charge de mandater un organisme indépendant, soumis à
approbation préalable de l’Organisme contractant.

Les paramètres à suivre seront a minima :

 Matières en suspension totales ;

 Carbone Organique Total ;

 Demande chimique en oxygène ;

 Demande biochimique en oxygène ;

 Azote global ;

 Phosphore total ;

 Eléments traces métalliques ;

 Fluor et composés ;

 Indice phénols ;

 Cyanures libres ;

 Hydrocarbures totaux ;

 Hydrocarbures aromatiques polycycliques ;

 Composés organiques halogénés.

En complément de ce suivi, en phase d’exploitation, le personnel assurera également des mesures


hebdomadaires in-situ grâce à une sonde multi-paramètres à disposition sur le site. Les paramètres
suivis seront les suivants : température, pH, MES, Conductivité.

6.1.6.7. Contrôles inopinés

Le Constructeur-Exploitant aura en charge de mandater un organisme indépendant, soumis à


approbation préalable de l’Organisme contractant, pour la réalisation de contrôles inopinés destinés
à vérifier la conformité :

 Des déchets acceptés sur les différentes installations des 2 Sites ;

 De la qualité du compost produit ;

 De l’absence de danger imminent de pollution sur l’environnement ;

 Du maintien en bon état de fonctionnement des dispositifs de lutte contre l’incendie et mesures
en cas de pollution accidentelle.

270
Ces contrôles devront être menés selon une fréquence semestrielle sur chacun des Sites.

ARTICLE 6.1.7 MOYENS HUMAINS

6.1.7.1. Généralités

L’exploitation des Installations sera assurée par le personnel du Constructeur-Exploitant, en


effectifs, compétences et qualifications nécessaires pour la réalisation des Services d’exploitation
qui lui seront confiées.

Le Constructeur-Exploitant devra disposer d’un Directeur des Travaux et Services pour l’ensemble
de ses activités, ainsi que d’un responsable par Site (CGIDS, Station de Transfert), pouvant
répondre pour lui et à qui peuvent être notifiées toutes les informations et prescriptions de
l’Organisme contractant.

Le Constructeur-Exploitant devra se conformer au Code du Travail et à la législation en vigueur en


matière d'hygiène et sécurité du personnel ; les frais afférents aux contrôles périodiques des
Installations par des organismes, préalablement approuvés par l’Organisme contractant, seront à la
charge du Constructeur-Exploitant, conformément aux CGC.

La fourniture des équipements individuels, tels que les équipements de sécurité, les vêtements,
l'outillage individuel seront à la charge du Constructeur-Exploitant.

Les agents de sécurité devront être identifiables visuellement grâce à leur tenue vestimentaire.

Le Constructeur-Exploitant devra s'engager à remettre à l’Organisme contractant, chaque année


d'exécution du Contrat, ou à la demande de l’Organisme contractant, toutes les informations
relatives à la masse salariale du personnel affecté à son exécution et potentiellement concerné, en
cas de perte de Contrat, par une obligation de reprise, d'origine conventionnelle ou légale,
incombant à l’Exploitant ultérieur à la fin du Contrat.

Outre sur les conventions collectives ou accords collectifs applicables, ces informations porteront
sur le nombre de salariés en question et le nombre d'équivalents temps plein.
Ces informations devront comprendre, pour chaque membre du personnel concerné et de façon non
nominative :

 la tâche assurée par l'agent,

 son âge,

 le montant total de sa rémunération pour l'année civile précédente (charges comprises),

 les avantages dont il dispose (dont primes et treizième mois, le cas échéant),

 la nature de son contrat de travail,

 son expérience,

 son ancienneté (temps d'affectation sur le service),

 son niveau de qualification professionnelle,

271
 le pourcentage du temps de travail affecté à l’exploitation du Site. Le personnel affecté sur le
Site ne pourra en aucun cas intervenir à l’extérieur sur d’autres Installations ou autres Sites.

Pendant une période d'un an précédant le terme du présent Contrat, ou pendant la durée de la
période de préavis en cas de résiliation du Contrat, le Constructeur-Exploitant devra informer
l’Organisme contractant de toute modification substantielle et durable des conditions d'emploi et de
rémunération du personnel affecté à l'exécution du Contrat.

6.1.7.2. Gestion des compétences et habilitations

Dans le cadre des Services attendus, le Constructeur-Exploitant s'engagera à dispenser au personnel


d’exploitation des formations spécifiques et habilitations aux métiers associés à l’exploitation des
Installations du CGIDS et de la Station de Transfert. Ces dernières devront permettre aux opérateurs
d’acquérir de nouvelles compétences et de mettre à niveau ou valider leurs acquis professionnels en
vue d’une éventuelle évolution ultérieure.

Le Constructeur-Exploitant aura l’obligation d’assurer une formation permanente de ses agents


d’exploitation en matière de dispositions touchant à l’hygiène et à la sécurité du travail et au respect
des dispositions réglementaires relatives à l’exploitation des installations de traitement des déchets.
En outre, le Constructeur-Exploitant veillera à ce que le personnel soit formé en matière de
prévention des risques encourus par l’activité du Site.

6.1.7.3. Responsabilités et astreintes

Le Constructeur-Exploitant devra prévoir une équipe permanente de première intervention en cas


d’incendie ou autre sinistre. L’objet de cette équipe sera :

 De combattre les effets du sinistre

 De donner l’alerte

 D’informer et d’assister les services de secours en cas d’intervention.

Dans le cadre de ses obligations en matière d'hygiène et sécurité du personnel, le Constructeur-


Exploitant établira, avant le démarrage de ses Services d’exploitation : un plan de secours, des
procédures de secours, un plan de circulation en cas d’incident dont il fournira copie à l’Organisme
contractant.

Une astreinte sera mise en place par le Constructeur-Exploitant. Cette astreinte devra permettre à
tout instant une intervention d’un personnel qualifié en cas d’incident (accident, incendie, panne
mettant en péril les Installations et/ou risques pour le personnel, etc.). Les personnels d’astreinte
seront déclarés à l’Organisme contractant et une procédure de gestion de l’astreinte sera établie.

6.1.7.4. Moyens humains spécifiques à la Station de Transfert

Le Constructeur-Exploitant mettra a minima les moyens humains suivants :

 Un responsable d’exploitation assurant l’accueil et la gestion du pont bascule durant les heures
d’ouvertures du Site ;

272
 Les conducteurs d’engins (chargeuse et pelle-mécanique) suffisants pour assurer la
manipulation et le chargement des déchets.

ARTICLE 6.1.8 MOYENS MATERIELS

Pour assurer sa mission d’exploitation, le Constructeur-Exploitant devra utiliser ses matériels,


équipements et outils. Il s’agit au minimum des équipements et moyens techniques suivants :

6.1.8.1. Petit outillage

Le Constructeur-Exploitant fournira le petit outillage courant, nécessaire aux Services


d’exploitation de l’ensemble des Sites et Installations.

Il en assurera le bon état, la fourniture et le renouvellement suffisant pour son personnel.

6.1.8.2. Engins roulants

Le Constructeur-Exploitant sera tenu de disposer de tout le matériel roulant nécessaire à son


exploitation, dont notamment les véhicules légers, chariots à fourches, chargeuses à godet,
nacelle…

6.1.8.3. Equipements divers

Le Constructeur-Exploitant sera tenu de disposer des matériels d’intervention, d’entretien et de


réparation suivants :

 Matériel portatif de lutte contre l’incendie (extincteurs,…),

 Matériel nécessaire à l’entretien (moyen de levage, …),

 Équipement du/des ateliers (chaudronnerie, soudage, électricité, électromécanique, …).

Le Constructeur-Exploitant assurera la fourniture des éléments suivants :

 équipement des bureaux,

 équipement des salles de commande,

 aménagement des vestiaires, réfectoires (y compris équipements électroménagers),

 aménagement des locaux administratifs et techniques : archives, local photocopies (y compris


matériel de reproduction), appareils de mesure.

Le Constructeur-Exploitant fournira l’ensemble des matériels informatiques nécessaires à sa


prestation : matériels (hard), logiciels (soft), prendra en charge les communications et supportera les
frais de fonctionnement afférents.

273
6.1.8.4. Abonnements et consommables

Les dépenses relatives aux abonnements et consommables nécessaires à l'exploitation des


Installations seront à la charge du Constructeur-Exploitant :

 Electricité, eau potable, téléphone (abonnement et consommation),

 Huiles de graissage, huiles hydrauliques, …,

 Carburants,

 Réactifs,

 Consommables et pièces d’usure des équipements et installations,

 Equipements de protection individuelle et de travail nécessaires aux opérateurs,

 Equipements de protection collective,

 Matériel de nettoyage et d’entretien,

 Outillage et matériel adaptés nécessaires à l’entretien et à la maintenance des équipements dans


les conditions fixées par les fournisseurs ou les constructeurs,

 Matériel nécessaire à la protection et défense incendie.

La responsabilité permanente de fourniture des consommables incombera au Constructeur-


Exploitant. Il devra gérer au mieux les stocks de consommables de manière à éviter tout
dysfonctionnement résultant d'un arrêt momentané des approvisionnements.

Notamment il se portera garant des performances environnementales des Installations et sera


responsable de leurs rejets.

Tout incident ou arrêt même partiel d'exploitation, résultant d'une non-fourniture de consommables
sera à la charge financière du Constructeur-Exploitant et passible de l’application des pénalités
prévues.

6.1.8.5. Moyens matériels spécifiques à la Station de Transfert

La zone dédiée au tri et au recyclage des déchets sera équipée d’une presse à balles. Cette presse à
balles d’une force de compression minimale de 10 tonnes permettra de compresser a minima :
plastiques (films et rigides), cartons et emballages en aluminium.

Le Site disposera d’une cuve de distribution de carburant pour les engins utiles à l’exploitation de la
Station de Transfert. Cette cuve aura une capacité suffisante pour pouvoir gérer les
approvisionnements sans mettre en danger la continuité de l’exploitation. Cette cuve sera installée
sur rétention.

274
6.1.8.6. Moyens spécifiques de l’UTC

L’Unité de Tri Compostage devra disposer des engins mobiles propres à son fonctionnement et
notamment d’une chargeuse destinée au retournement des andains.

Elle sera également équipée des moyens techniques nécessaires à la bonne gestion, au stockage et à
l’évacuation des matériaux valorisables (bennes, conteneurs, presse à balle le cas échéant, etc.).

ARTICLE 6.1.9 MANUEL D’EXPLOITATION

Le Constructeur-Exploitant produira un manuel d’exploitation de la Station de Tranfert et du


CGIDS.

Le manuel a pour objectif de définir les modalités d’exploitation des Sites de sa mise en service à la
fin du Contrat du Constructeur-Exploitant.
Ce manuel comprendra à minima :
 Une description générale de l’exploitation des Sites incluant les principales règles
d’exploitation, l’accès et la circulation sur le Site, le personnel, le matériel ;
 Les conditions d’admission des déchets ;
 Le phasage et le principe d’exploitation des différentes alvéoles du casier de stockage ;
 Les contrôles périodiques des Installations ;
 Les consignes d’entretien et de maintenance du Site et du matériel ;
 Les règles en matière de sécurité et d’environnement (en application du PGES notamment).
Un plan d'intervention d'urgence

Le manuel d’exploitation sera soumis à validation de l’Organisme contractant.


ARTICLE 6.1.10 REMISE DES INSTALLATIONS EN FIN DE CONTRAT
6.1.10.1. Etat des stocks et outillages
Le stock de pièces de rechange sera constitué par le Constructeur-Exploitant, à la charge de
l’Organisme contractant. Il devra être réapprovisionné ou complété autant que nécessaire par le
Constructeur-Exploitant afin d’assurer la continuité de services et satisfaire à tous ses engagements
en matière d’exploitation.
Le Constructeur-Exploitant communiquera annuellement à l’Organisme contractant l’état du stock
de pièces détachées qu’il renouvellera chaque année en fonction des consommations effectuées, et
ce jusqu’au terme du Contrat.

6.1.10.2. Etat de bon fonctionnement des engins d’exploitation

Le Constructeur-Exploitant aura en charge le parfait entretien des engins d’exploitation. Il en


assurera la maintenance préventive et curative de manière à remettre en fin de Contrat le parc
d’engins d’exploitation en parfait état de fonctionnement.

En cas de défaillance, le Constructeur-Exploitant aura en charge les frais de maintenance, réparation


et remplacements nécessaires.

275
6.1.10.3. Etat de bon fonctionnement des Installations

Le Constructeur-Exploitant aura en charge le parfait entretien des Installations. Il en assurera la


maintenance préventive et curative de manière à remettre en fin de Contrat les Installations en
parfait état de fonctionnement.

En cas de défaillance, le Constructeur-Exploitant aura en charge les frais de maintenance, réparation


et remplacements nécessaires.

ARTICLE 6.1.11 VISITES DES SITES A BUT PEDAGOGIQUE

Dans le cadre de son programme d’engagement sociétal, le Constructeur-Exploitant devra prévoir la


visite de la Station de Transfert et des Installations du CGIDS pour des universitaires, associations
locales, ou autres institutions, dans un but pédagogique, afin de mettre en avant le projet de gestion
des déchets sur la zone Nord de Haïti réalisée dans le cadre du présent Contrat.

TITRE 6.2 EXPLOITATION DE LA STATION DE TRANSFERT DES DECHETS

ARTICLE 6.2.1 SERVICES D’EXPLOITATION

Les Services d’exploitation de la Station de Transfert intègreront :

 La pesée et la prise en charge des déchets,

 Le contrôle et la surveillance des camions d’apports,

 Le contrôle de la conformité des déchets,

 La conduite, la surveillance et le réglage de l’installation,

 La fourniture de l’ensemble des consommables et utilités nécessaires à la conduite des


installations,

 La reprise, pesée et transport des déchets vers le CGIDS,

 Le petit entretien et entretien courant,

 Le maintien d’un stock adapté aux besoins (pièces de rechange, …)

 La maintenance préventive et curative,

 La gestion des anomalies,

 La réalisation de l’ensemble des contrôles réglementaires exigés,

 Les autocontrôles et contrôles exigés au titre des documents à transmettre à l’Organisme


contractant,

276
 La remise des biens en parfait état de fonctionnement au terme du Contrat.

ARTICLE 6.2.2 GESTION DES DECHETS ENTRANTS

Le Constructeur-Exploitant tiendra en permanence à jour, et à la disposition de l’Organisme


Contractant, un registre des admissions au sein duquel il consignera, pour chaque véhicule
apportant des déchets, le volume et la nature des déchets, le lieu de provenance et l’identité du
producteur, la date et l’heure de réception, l’identité du transporteur, le numéro d’immatriculation et
le résultat des contrôles d’admission (déchet accepté/refusé).

Aucun déchargement ne pourra avoir lieu avant un contrôle documentaire (document d’acceptation
préalable, identité du transporteur…) et un contrôle visuel du chargement (volume et nature des
déchets). Le contrôle visuel réalisé par le Constructeur-Exploitant permettra de vérifier que la
nature des déchets apportés est conforme à la qualité attendue.

Le Constructeur-Exploitant tiendra en permanence à jour et à la disposition de l’organisme chargé


du contrôle, un registre des refus d’admission à l’intérieur duquel il notera toutes les informations
disponibles sur la quantité, la nature et la provenance des déchets qu’il aura le cas échéant refusé, en
précisant les raisons du refus (flux non autorisé, déchets dangereux le cas échéant…).

Le Constructeur-Exploitant supervisera le vidage des apports entrants sur Site. Les déchets seront
vidés sur l’aire de déchargement par les apporteurs.

En cas de refus de déchets par le Constructeur-Exploitant, celui-ci doit en avertir immédiatement


l’Organisme contractant et en justifier la raison.

Le coût de gestion de ces déchets refusés, si ces derniers s’avèrent non-conformes à la nature de
déchets autorisés sur Site, seront à la charge de l’Organisme contractant.

ARTICLE 6.2.3 PRINCIPES DE L’EXPLOITATION

6.2.3.1. Livraison de déchets

Zone collecteurs de produits recyclables

La réception des déchets valorisables triés des collecteurs indépendants sera assurée par la SAM
PROPUBLIC ou entité désignée par la SAM PROPUBLIC. Le personnel de la SAM PROPUBLIC
ou entité désignée par la SAM PROPUBLIC assurera le contrôle et la traçabilité de ces apports.
L’aire de réception équipée d’une balance fonctionnelle devra être mise à disposition par le
Constructeur-Exploitant.

Zone camions de collecte

La zone de réception des camions de collecte des déchets ménagers et assimilés et d’expédition de
ces déchets sera composée de 2 casiers d’entreposage. Chaque casier sera dédié successivement à la
réception et à l’expédition des déchets afin de disposer, à tout instant, d’une zone de déchargement
et d’une zone de chargement distincte limitant ainsi la coactivité.

Les casiers d’entreposage devront pour chacun comprendre une zone dédiée aux déchets les plus
organiques destinés à être valorisés sur l’Unité de Tri Compostage.

277
Les chauffeurs seront informés lors de la pesée « à plein » du casier disponible pour le
déchargement.

6.2.3.2. Gestion des aires de travail

Les déchets recyclables des collecteurs indépendants seront transférés vers la zone de recyclage. La
SAM PROPUBLIC ou entité désignée par la SAM PROPUBLIC assurera l’éventuelle mise en
balles des déchets et le chargement des camions d’expédition. L’aire de recyclage des déchets
équipée d’une la presse à balles fonctionnelle devra être mise à disposition par le Constructeur-
Exploitant.

Le Constructeur-Exploitant maintiendra un espace suffisant pour le déchargement et le chargement


des camions. Les livraisons de déchets feront régulièrement l’objet d’un gerbage du stock pour
limiter son emprise au sol et faciliter les rechargements. En aucun cas des livraisons de déchets
pourront se situer en dehors des zones couvertes par les bâtiments.

6.2.3.3. Chargement et expéditions

Les déchets valorisables seront pesés en sortie sur le pont bascule de la Station de Transfert.

Le Constructeur-Exploitant assurera en continu l’évacuation des déchets vers le CGIDS et devra


éviter que des déchets ne restent entreposés plus de 24 heures au sein de la Station de Transfert. Les
camions semi-remorques destinés aux expéditions seront chargés au niveau du casier d’expédition.

Le Constructeur-Exploitant veillera à respecter la charge maximale des camions. Le transport des


déchets ne devra pas être susceptible de générer des envols de déchets. Si besoin, les chargements
sont recouverts d’un filet.

Les déchets valorisables seront pesés en sortie, lors des expéditions, sur le pont bascule de la Station
de Transfert.

Le Constructeur-Exploitant assurera en continu l’évacuation des déchets vers le CGIDS. Les


camions semi-remorques destinés aux expéditions seront chargés au niveau du casier d’expédition.

Les chauffeurs seront informés lors de la pesée « à vide » du casier disponible pour le chargement.
Le Constructeur-Exploitant sera responsable du chargement des camions semi-remorques au moyen
des engins de manutention du Site.

Les camions d’expédition seront pesés « à plein » avant de quitter la Station de Transfert. Le
Constructeur-Exploitant veillera à respecter la charge maximale autorisée des camions. Le transport
des déchets ne devra pas être susceptible de générer des envols de déchets. Si besoin, les
chargements sont recouverts d’un filet.

Le Constructeur-Exploitant prendra en charge le transport des déchets de la Station de Transfert


jusqu’au CGIDS.

6.2.3.4. Installations annexes

Le Constructeur-Exploitant mettra à disposition et maintiendra en état de fonctionnement l’aire de


lavage. Cette installation pourra être utilisée par les camions de collecte et d’expédition.

278
Les eaux de lavage et les jus (lixiviats) des déchets entreposés seront collectés dans une cuve de
stockage. Le Constructeur-Exploitant fera procéder à la vidange régulière de la cuve pour expédier
cet effluent vers la Station de traitement des lixiviats du CGIDS.

Le Constructeur-Exploitant assurera l’alimentation suffisante et régulière de la cuve de distribution


de carburant permettant d’assurer la continuité de l’exploitation.

TITRE 6.3 EXPLOITATION DE L’UNITE DE TRI COMPOSTAGE

ARTICLE 6.3.1 SERVICES D’EXPLOITATION

Les Services d’exploitation de l’UTC intègreront :

 La prise en charge des déchets après pesée,

 Le contrôle et la surveillance des camions d’apports,

 Le contrôle de la conformité des déchets,

 Le traitement des déchets déversés en zone de déchargement et stockage amont dans les 48
heures,

 La conduite, la surveillance et le réglage de l’Installation,

 La fermentation et maturation de la fraction organique des déchets à traiter,

 L’affinage du compost produit,

 La fourniture de l’ensemble des consommables et utilités nécessaires à la conduite des


Installations,

 La gestion des produits issus du tri : conditionnement, stockage, chargement des véhicules de
reprise,

 L’approvisionnement en structurant pour compostage de la fraction organique des déchets à


traiter,

 La gestion du compost : traçabilité, conditionnement, stockage, commercialisation, évacuation


et transport vers une filière de valorisation,

 La reprise, pesée et acheminement des refus de tri vers le centre de stockage du CGIDS,

 Le petit entretien et l’entretien courant,

 Le maintien d’un stock adapté aux besoins (pièces de rechange, …)

 La maintenance préventive et curative,

 La gestion des déchets pendant les phases d’arrêts (programmés, inopinés),

279
 La gestion des anomalies,

 La réalisation de l’ensemble des contrôles réglementaires exigés,

 Les autocontrôles et contrôles exigés au titre des documents à transmettre à l’Organisme


contractant,

 La remise des biens en parfait état de fonctionnement au terme du Contrat.

ARTICLE 6.3.2 GESTION DES FLUX ENTRANTS

6.3.2.1. Vidage et contrôle qualité

Le Constructeur-Exploitant supervisera le vidage des apports entrants sur Site et en assurera un


contrôle qualité.

Les déchets seront vidés sur l’aire de déchargement par les apporteurs.

Un contrôle visuel sera ensuite réalisé par le Constructeur-Exploitant qui vérifiera que la nature des
déchets apportés est conforme à la qualité requise.

En cas de déchets refusés par le Constructeur-Exploitant, celui-ci devra en avertir immédiatement


l’Organisme contractant et en justifier la raison.

Le coût de gestion de ces déchets refusés, s’ils s’avèrent non-conformes à la nature de déchets
autorisés sur Site, seront à la charge de l’Organisme contractant.

Pendant les périodes d’arrêt des installations de l’UTC, le Constructeur-Exploitant continuera à


réceptionner les déchets, dans les mêmes conditions.

En cas d’impossibilité d’accès aux Installations, pour des raisons ne relevant de la responsabilité du
Constructeur-Exploitant (cas de force majeure, évènement climatique exceptionnel, etc.), le
Constructeur-Exploitant se rapprochera de l’Organisme contractant pour convenir des dispositions à
appliquer pour la réception et le traitement des déchets.

6.3.2.2. Stockage amont

Les déchets entrants pourront être stockés en amont de leur traitement dans une zone de stockage
tampon, dans la limite de la capacité de celle-ci.

6.3.2.3. Gestion du flux de structurant

Pour assurer la production d’un compost de bonne qualité, le Constructeur-Exploitant organisera et


gèrera une filière d’approvisionnement en structurant.

Il en assurera :

 L’approvisionnement et l’achat le cas échéant,

 La réception, pesée et traçabilité,

280
 Le contrôle qualité visuel,

 Le stockage amont avant intégration dans le process de compostage.

ARTICLE 6.3.3 GESTION DES FLUX SORTANTS ET FILIERES DE VALORISATION MATIERE

6.3.3.1. Gestion des matériaux triés

Le Constructeur-Exploitant assurera le tri des matériaux valorisables contenus dans les déchets à
traiter. Il en assurera :

 L’extraction lors des opérations de tri et d’affinage de son process,

 Le conditionnement,

 Le stockage,

 La pesée et la traçabilité,

 L’évacuation et la valorisation des flux de matériaux triés valorisables et en percevra les


recettes éventuelles.

6.3.3.2. Gestion du refus de tri

Lors des opérations de tri et d’affinage de son process, le Constructeur-Exploitant assurera la


récupération du flux de refus de tri.

Le stockage temporaire de ce flux interne ne peut excéder 48 heures.

Le Constructeur-Exploitant aura en charge le transport de ce flux vers le Centre d’Enfouissement


Technique du CGIDS. Il en assurera la pesée et la traçabilité.

ARTICLE 6.3.4 COMPOSTAGE DES DECHETS

Le Constructeur-Exploitant assurera le compostage de la fraction organique contenue dans les


déchets à traiter réceptionnés sur l’UTC.

6.3.4.1. Traçabilité et lots

Le compost sera produit par lots. Le Constructeur-Exploitant assurera une parfaite traçabilité des
lots, tout au long des étapes de compostage et de stockage.

Dans l’hypothèse où, soit pour des raisons de qualité, soit pour des raisons inhérentes à la filière de
commercialisation, des lots de compost ne pourraient être valorisés, le Constructeur-Exploitant fera
son affaire de la valorisation par épandage agricole ou par élimination de ces lots, dans le respect
des dispositions réglementaires en vigueur. Il devra dans ce cas, au même titre que pour le compost
valorisé, en assurer la traçabilité et en rendre compte à l’Organisme contractant.

281
Le Constructeur-Exploitant tiendra à la disposition de l’Organisme contractant un registre
consignant les analyses, la destination de chaque lot de compost produit sur l’UTC, qu’il soit
conforme ou non.

6.3.4.2. Elimination des éléments indésirables

Il sera procédé à l’élimination des éléments indésirables en amont de l’étape de fermentation.


Un affinage du compost produit sera également réalisé en fin de process.

6.3.4.3. Conduite des étapes de fermentation et de maturation

Lors de l’étape de fermentation, le Constructeur-Exploitant s’assurera d’une aération et d’un apport


en structurant suffisants pour éviter toute problématique de nuisance olfactive.

Le Constructeur-Exploitant assurera une fermentation dans les règles de l’art, notamment au regard
:

 Du mélange de matières fermentescibles (rapport C/N, porosité)

 Du contrôle de l’humidité,

 De la durée de la phase de fermentation,

 Du maintien d’une aération suffisante et régulière.

Le candidat détaillera dans son offre le process de son étape de fermentation : temps de
séjour, nombre de retournements, durée entre les retournements, température et durée de
l’étape d’hygiénisation.

6.3.4.4. Stockage du compost produit

Le compost sera stocké de manière à maintenir un bon suivi de la traçabilité des lots produits, ainsi
que la préservation de ses qualités intrinsèques (gestion de l’humidité notamment).

6.3.4.5. Gestion de la filière de valorisation du compost

Le Constructeur-Exploitant procèdera aux contrôles qualité nécessaire à la commercialisation du


compost.

Il assurera le conditionnement, l’évacuation et le transport et la commercialisation (ou le cas


échéant donnée à titre gratuit) du compost produit et en percevra les recettes éventuelles.

ARTICLE 6.3.5 QUALITE DU COMPOST PRODUIT

Le compost produit doit être d’une qualité permettant son utilisation comme amendement en
agriculture et doit pouvoir être commercialisé, ou le cas échéant donnée à titre gratuit.

Ainsi, les objectifs de qualité sont basés sur les valeurs de la norme espagnole sur les produits
fertilisants RD 506/2013 de juin 2013, présentés dans le tableau suivant.

Tableau 21. Valeurs limites du compost (Norme espagnole RD 506/2013)

282
Valeurs limites Normes espagnole 506/2013

Paramètres Valeur

Matière organique totale 35 %

Humidité maximale 40 %

Nutriments Relation C/N < 20

Taux d’inertes (métal, verre, plastiques) > 2 mm < 1,5 %

Taux de fines < 25 mm > 90 %

Limites de concentration en mg/kg de matière sèche Classe A Classe B Classe C

Cadmium 0,7 2 3

Cuivre 70 30 400

Nickel 25 90 100

Plomb 45 150 200


Métaux lourds
Zinc 200 500 1 000

Mercure 0,4 1,5 2,5

Chrome total 70 250 300

Chrome VI Non détectable

ARTICLE 6.3.6 PERFORMANCE A ATTEINDRE

Le Constructeur-Exploitant s’engagera sur des niveaux de performances d’exploitation, qui


conditionneront sa rémunération.

Le candidat complètera ses engagements dans l’Annexe 8 de l’Acte d’Engagement –


Garanties opérationnelles

TITRE 6.4 EXPLOITATION DU CENTRE D’ENFOUISSEMENT TECHNIQUE

ARTICLE 6.4.1 SERVICES D’EXPLOITATION

Les Services d’exploitation de l’activité stockage du Centre d’Enfouissement Technique intègreront


:

 La pesée et la prise en charge des déchets,

 Le contrôle et la surveillance des camions d’apports,

283
 Le contrôle de la conformité des déchets,

 Le vidage, le compactage et le recouvrement des déchets,

 La conduite, la surveillance et le réglage de l’Installation,

 La fourniture de l’ensemble des consommables et utilités nécessaires à la conduite des


Installations,

 Le suivi et l’entretien de la Station de traitement des lixiviats,

 Le petit entretien et l’entretien courant,

 Le maintien d’un stock adapté aux besoins (pièces de rechange, …)

 La maintenance préventive et curative,

 La gestion des anomalies,

 La réalisation de l’ensemble des contrôles réglementaires exigés,

 Les autocontrôles et contrôles exigés au titre des documents à transmettre à l’Organisme


contractant,

 La remise des biens en parfait état de fonctionnement au terme du Contrat.

ARTICLE 6.4.2 TRAÇABILITE DES LIVRAISONS

Le Constructeur-Exploitant tiendra en permanence à jour, à la disposition l’Organisme contractant,


un registre des admissions où il consignera, pour chaque véhicule apportant des déchets, le volume
et la nature des déchets, le lieu de provenance et l’identité du producteur, la date et l’heure de
réception, l’identité du transporteur, le numéro d’immatriculation et le résultat des contrôles
d’admission (déchet accepté/refusé).

Aucun déchargement ne pourra avoir lieu avant un contrôle documentaire (document d’acceptation
préalable, identité du transporteur…) et un contrôle visuel du chargement (volume et nature des
déchets). Une opération de contrôle complète est indispensable afin de maîtriser la nature des
déchets stockés et les risques de pollution.

Le Constructeur-Exploitant tiendra en permanence à jour, et à la disposition de l’organisme chargé


du contrôle, un registre des refus d’admission où il notera toutes les informations disponibles sur la
quantité, la nature et la provenance des déchets qu’il aura le cas échéant refusé, en précisant les
raisons du refus (encombrants, barres métalliques, déchets dangereux le cas échéant…).

En complément du suivi des déchets entrants, un suivi topographique sera mis en œuvre. Un
premier levé, représentatif de l’état initial, sera réalisé avant l’apport des premiers déchets. Durant
la phase d’exploitation, des levés réguliers seront effectués pour suivre l’avancement du
remplissage selon une fréquence trimestrielle.

284
TITRE 6.5 EXPLOITATION DE LA STATION DE TRAITEMENT DES LIXIVIATS

ARTICLE 6.5.1 ENTRETIEN GENERAL

Les Services d’exploitation de la Station de traitement des lixiviats comprendront les actions
suivantes :

 Inspection des ouvrages (dégradation des terrassements, des jointures de bâches, des bétons,
des canalisations de répartition, percement des flexibles des bâchées),

 Inspection du fonctionnement (observation de la végétation, répartition de l'eau, constitution de


la couche de boue, colmatage),

 Désherbage manuel des adventices présents à la surface des filtres en début de vie de la station,

 Nettoyage des organes hydrauliques (bâche de stockage/pompage, siphons, réseaux de


distribution et regards de collecte),

 Entretien des abords.

Le Constructeur-Exploitant inclura le remplacement des matériels et pièces défectueuses ainsi que


le renouvellement des pièces / équipements d’usure, selon une fréquence permettant le maintien en
bon état de fonctionnement des Installations tout au long de la Période d’exploitation.

Un rapport annuel donnant, entre autres les éléments et pièces changés, les pannes survenues, leurs
causes et leurs remèdes sera édité.

En fin d’année, un bilan des pièces changées ainsi que des sommes engagées par le Constructeur-
Exploitant sera effectué comprenant l’ensemble des changements de matériels réalisés.

ARTICLE 6.5.2 CURAGE DES BOUES

Lorsque le dépôt organique atteint 20 cm d’accumulation, la conductivité hydraulique des filtres


diminue, entraînant une diminution des échanges gazeux. Il est nécessaire de procéder au curage de
la couche de dépôt.

Ce curage pourra être réalisé par un tractopelle équipé d’un godet de curage de fossé avec une lame
relativement tranchante (sans dents). Les engins n’auront accès qu’à la périphérie des filtres : en
effet leur entrée sur le filtre lui-même entraînerait un compactage et une détérioration du système,
en particulier du réseau d’aération-drainage.

Les boues curées seront éliminées dans le casier de stockage.

Les plantes doivent être faucardées avant la phase de curage. La repousse des végétaux se fait
directement depuis les rhizomes qui sont contenus dans la couche de boue résiduelle et dans les
premiers centimètres du massif filtrant.

285
TITRE 6.6 AIDE A LA TRANSITION EN FIN DE CONTRAT

De conformité avec la Clause 7.4 des CGC, le Constructeur-Exploitant devra apporter son aide à la
transition (assistance technique) à l’Organisme contractant en fin de Contrat, afin d’assurer un
passage de relais en bonne intelligence en fin de Contrat.

Cette aide à la transition sera décomposée en deux temps :

 Dans les 6 mois avant la fin du Contrat :


o Le Constructeur-Exploitant présentera en détail le rapport de fin de Contrat remis 6 mois
avant la fin du Contrat et se tiendra disponible pour un temps d’échange autour du rapport,
o Il présente à l’Organisme contractant les fonctions de direction et d’encadrement qu’il
assure pour la bonne gestion des Installations.
 Durant les 6 premiers mois suivant la fin du Contrat :
o Il assurera une fonction d’assistant technique auprès de l’Organisme contractant pour le
démarrage de la nouvelle phase d’exploitation avec un exploitant ultérieur, après la fin du
Contrat. Il se rendra disponible aux réunions techniques demandées par l’Organisme
contractant.

286
CHAPITRE 7. MESURES D’HYGIENE, SECURITE ET ENVIRONNEMENT ET DE LUTTE
CONTRE LES NUISANCES

TITRE 7.1 PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE (PGES)


Le Constructeur-Exploitant devra avant le début des travaux concevoir, exécuter et exploiter les Installations
conformément :
(i) aux Directives environnementales de la Banque 9, y compris les recommandations relatives
aux relocalisations et aspects sociaux,
(ii) aux exigences du pays de l’Organisme contractant en matière d’environnement,
(iii) aux normes internationales sur la responsabilité environnementales et sociales,
(iv) au rapport « ENVIRONMENTAL AND SOCIAL MANAGEMENT REPORT » produit en juin
2018 10,
(v) au Plan de Gestion Environnementale et Sociale (« PGES ») spécifique au Site que le
Constructeur-Exploitant devra préparer après l’attribution du Marché, et soumettre à
l’approbation de l’Organisme contractant.

Le Constructeur-Exploitant mettra en œuvre tous les efforts possibles pour éviter, réduire et
compenser les impacts environnementaux et sociaux réels et potentiels du projet. Ces mesures
seront formalisées dans un plan de gestion environnementale et sociale (PGES).

Le PGES est conçu comme un cadre de gestion des activités pour une mise en œuvre efficace et
efficiente des différentes mesures proposées. Il décrit les mesures requises pour prévenir,
minimiser, atténuer ou compenser les impacts environnementaux et sociaux négatifs ou pour
accroître les impacts positifs. Il consiste à faire respecter les engagements environnementaux et
sociaux du projet.

Le PGES définit également les responsabilités et modalités de mise en œuvre incluant la structure
organisationnelle, la formation, la documentation et le contrôle des documents.

Il traitera à minima les thèmes suivants :


 Populations ;
 Bruit ;
 Air, poussière, odeur et climat ;
 Eau ;
 Sécurité et risques industriels.

Il sera mis en œuvre dans le cadre d’une démarche garantissant :


 La santé et la sécurité au travail. Il pourra s’inspirer ou présenter une certification de type
OHSAS18001.
 Le management de la qualité. Il pourra s’inspirer ou présenter une certification de type ISO
9001.
 Le management de l’environnement. Il pourra s’inspirer ou présenter une certification de type
ISO 14001.

9
Cf. “Environmental and Safeguard Compliance Policy and Guidelines” de la Banque
10
Haïti, Solid Waste Management in Northern Haïti – Environmental and Social Management Report – BID, June 2018
(téléchargeable sur le lien suivant : https://idbdocs.iadb.org/wsdocs/getdocument.aspx?docnum=EZSHARE-535831809-
64

287
Le Constructeur-Exploitant élabora un PGES propre au projet proposé et réalisera une analyse
exhaustive des impacts environnementaux et sociaux associés afin de détailler les mesures de
prévention adaptées. A titre d’exemple le tableau suivant présente une liste de mesures attendues en
phase chantier d’un projet de construction.

N° Prescriptions environnementales et sociales


1 Préparation et libération de l’emprise
• Information et sensibilisation des populations riveraines
2 Installations de chantier
• Préparation
• Installations sanitaires et d’eau potable
• Installations de sécurité
3 Équipement de protection individuelle (EPI) du personnel de chantier
• Tenue, bottes, gants, casques, masques, etc.
• Boite à pharmacie de premiers soins
• Suivi médical
4 Signalisation du chantier et des travaux
• Ce poste recouvre les travaux et prestations relatifs à la pose des panneaux
5 Mesures de protection lors du transport d'équipements et de matériaux
• Arrosage des pistes en terre de circulation
• Couverture des camions (bâches, filets, etc.)
6 Mesures de transport et de stockages des produits pétroliers et d'autres produits chimiques
• Citernes de stockage étanches sur des surfaces protégées avec un système de protection et cuvette
de rétention
• Matériel de lutte contre les déversements (absorbants, tourbe, boudins, pelles, pompes,
machinerie, contenants, gants, ...)
• Matériel de sécurité (signalisation, etc..)
7 Ouvrages d’assainissement existants
• Dégager tous les produits végétaux et solides obstruant les ouvrages
• Entretien manuel ou mécanique des fossés
• Stabilisation des fossés et des accotements
8 Entretien des bordures, caniveaux et descentes d’eau
• Exécuter le raccordement entre les bordures et les descentes d’eau
• Réparer les descentes d’eau, caniveaux, réceptacles
• Poser des enrochements ou gabions au pied de talus et raccordement des descentes d’eau
9 Lutte contre l’érosion - Stabilisation des talus
• Pose d’enrochement ou gabions dans les zones à fort courant
• Renforcement des berges et des sols de remblais des rives par enrochements, gabions, perrés
maçonnés ou par des protections végétales
• Renforcement des para fouilles en aval et amont (enrochements ou gabions)
10 Plantation d'arbres et protection des milieux sensibles
Ce poste concerne la fourniture et la plantation d'arbres d'espèces adaptées au milieu naturel
pour constituer des écrans en bordure de la route et dans les zones d’emprunt latéritique. Il
comprend notamment :
• Restauration du couvert forestier sur les terres forestières
• Fourniture des plants, de hauteur minimale un mètre
• Plantation, protection, arrosage et entretien jusqu'à la réception définitive

288
11 Sensibilisation des ouvriers
Ce poste recouvre les travaux et prestations suivants :
• Sensibilisation à l'importance de la protection de l'environnement
• Sensibilisation au respect des us et coutumes des populations de la région où sont effectués les
travaux
• Sensibilisation sur la sécurité et l’hygiène au travail
• Sensibilisation aux risques des IST et du VIH-SIDA et à la pandémie de la COVID-19
• Mise à disposition de préservatifs contre les IST/VIH-SIDA
• Distribution des matériels de protection pour la sécurité (bottes, gants, casques, etc.)

TITRE 7.2 HYGIENE ET SECURITE DU TRAVAIL

Le Constructeur-Exploitant doit prendre toutes dispositions pour assurer la protection des


personnes, et devra respecter la réglementation applicable en vigueur et les bonnes pratiques en
matière d’hygiène et de sécurité des personnes intervenant sur le Site. Il devra ainsi assurer les
moyens de protection individuelle et collective, en privilégiant les mesures de protection collective.

Il veillera au port de tenues de travail adaptées, et si cela s’avère nécessaire, de protections


individuelles particulières adaptées à chaque poste de travail.

Le Constructeur-Exploitant assurera la fourniture et l’entretien de l’équipement complet des agents


intervenant sur le Site, quelle que soit la durée de leur présence sur le Site : bleu de travail,
chaussures de sécurité, casque de sécurité…

Par ailleurs, pour toute intervention spécifique dans les zones où des projections sont possibles les
agents seront dotés de lunettes de sécurité.

De même, pour toute intervention spécifique dans les zones où le niveau de bruit dans les zones où
le niveau de bruit sera élevé, les agents devront être dotés de casques phoniques.

Dans toutes les zones de manutention susceptibles de générer le soulèvement et l’envol de


poussières, les agents seront dotés de masques filtrants.

En complément des mesures imposées par la législation en vigueur et notamment définies par le
coordinateur de sécurité, le Constructeur-Exploitant sera tenu de respecter les mesures d'hygiène et
de sécurité suivantes.

Un Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (PPSPS) analysant les risques


professionnels et les mesures de sécurité compensatoires sera établi par le Constructeur-Exploitant
et par chacun de ses sous-traitants et transmis au coordonnateur en matière de sécurité et de
protection de la santé et à l’Organisme contractant au maximum 30 jours calendaires après le début
de la période de préparation. Ce plan doit inclure aussi les mesures de protection contre le Covid 19.

Les dispositions provisoires et de protection que le Constructeur-Exploitant se propose de prendre


pour assurer la sécurité des tiers, des biens et des voies, pouvant être menacés par l'activité sur le
chantier, devront être explicitement définies dans le programme d'exécution et dans le PPSPS
simplifié.

Le Constructeur-Exploitant sécurisera les voies d’exploitation internes au Site.

289
Le Constructeur-Exploitant prévoira notamment toutes les procédures de travail et de formation
nécessaires.

Le Constructeur-Exploitant portera à la connaissance de son personnel et de ses sous-


traitants l’interdiction totale de fumer et de consommer les boissons alcoolisées dans l’enceinte du
Site.
Le Constructeur-Exploitant devra fournir à son personnel, préalablement au chantier, les moyens
nécessaires à un travail en sécurité. Il sera tenu de respecter les règles de santé et de sécurité sur le
chantier et ses abords.

L’attention du Constructeur-Exploitant est attirée sur la nécessité d’apporter tous les moyens de
protection du personnel et de mettre en place tous les équipements de sécurité nécessaires aux
travaux.

TITRE 7.3 GESTION DE LA SECURITE ET DES INCIDENTS

Le Constructeur-Exploitant sera responsable de la gestion de la sécurité sur le Site et des incidents


qui pourraient y subvenir.

A cet effet, il réalisera un Plan de Prévention qu’il transmettra à l’Organisme contractant lors de son
établissement, puis lors de chaque mise à jour. Ce plan aura pour but d’identifier les risques
d’accidents qui peuvent subvenir au regard de l’activité du site, de définir les règles de sécurité
applicables au regard de ces risques ainsi que la conduite à tenir en cas d’accident.

Ce plan, dont le Constructeur-Exploitant est responsable de l’application, devra être présenté et


signé par toute entreprise extérieure dont une intervention est prévue sur le Site.

Tout incident lié à la sécurité, et notamment tout accident lié à l’activité du Site, devra être consigné
dans un registre ou journal de bord de l’Installation. Les indications portées à cette occasion
mentionneront l’identité de l’accidenté, la date et l’heure de l’accident et sa gravité (nombre de
jours d’arrêt de travail, durée d’hospitalisation, …).

Dans le cas où un accident occasionnerait un arrêt du fonctionnement des Installations, le


Constructeur-Exploitant informera immédiatement l’Organisme contractant et fournira un compte
rendu de l’incident en détaillant les circonstances, identifiant ses causes et proposant les
dispositions correctives destinées à réduire le risque qu’il se reproduise.

Le Constructeur-Exploitant mettra en place un plan opérationnel interne (POI) ; ce plan devra être
établi en collaboration avec les services de secours.

Le Constructeur-Exploitant devra par ailleurs prévoir une équipe permanente de première


intervention en cas d’incendie. La mission de cette équipe sera :

 De combattre les incendies dès leur origine ;

 De donner l’alerte ;

 D’informer et d’assister les services de secours en cas d’intervention.

290
Les effectifs de cette équipe seront fournis à l’Organisme contractant, et tout changement lui sera
signalé.

TITRE 7.4 MAINTIEN DE LA CIRCULATION

Le Constructeur-Exploitant devra maintenir la circulation à l’extérieur du Site pour toutes les voies
de circulation.

Dans tous les cas, le Constructeur-Exploitant sera seul responsable des accidents qui seraient
reconnus provenir de sa négligence ou de celle de son personnel. Il sera également seul
responsable, pour son personnel ou pour lui-même, de l’inobservation des règlements de
police concernant les mesures de précaution à prendre sur les chantiers ou leurs abords.

TITRE 7.5 MAINTIEN DES RESEAUX ET OUVRAGES EXISTANTS

Le Constructeur-Exploitant sera entièrement responsable de la conservation des ouvrages présents


ou rencontrés au cours des travaux. Il devra se rapprocher des concessionnaires des réseaux avant le
début de chantier afin de prendre connaissance des risques liés aux conduites et réseaux enterrés.

Il devra ensuite maintenir en état de fonctionnement l’ensemble des ouvrages pendant toute la durée
des travaux. Il sera tenu de faire réparer à ses frais les ouvrages qui auront subi des dommages, du
fait de son intervention. Il devra payer les indemnités éventuelles qui lui seraient réclamées pour
interruption de service ou accident. D'une manière générale, il fera son affaire de toutes les
réclamations (des services publics ou des particuliers) relatives à ces aspects.

Le Constructeur-Exploitant procédera ou fera procéder au piquetage des ouvrages souterrains ou


enterrés avant le démarrage des travaux.

Le Constructeur-Exploitant devra disposer de tous les moyens de pompage nécessaires en cas de


fuite accidentelle de lixiviats.

TITRE 7.6 PISTES DE CHANTIER ET ZONES DE PARCAGE

La création, la modification et l’entretien des pistes de chantier seront intégralement à la charge du


Constructeur-Exploitant. Ce dernier ne pourra poser aucune réclamation quant aux difficultés ou
impossibilités de circuler sur les pistes. La circulation devra être maintenue pendant toute la durée
des travaux.

Les préconisations suivantes seront respectées :


 La vitesse maximale de circulation sera modulée en fonction de l’état des pistes et de la
visibilité et ne sera en aucun cas supérieure à 30 kilomètres par heure, sur l’ensemble des zones
de circulation du Site ;

 Le Constructeur-Exploitant devra mettre en place et maintenir une signalisation indiquant les


points singuliers, les zones de risque et de ralentissement et les indications particulières de
circulation (présence de fouilles ou d’ouvrages, …) ;

291
 L’entretien et l’arrosage des pistes seront assurés par le Constructeur-Exploitant pendant toute
la durée du chantier dans le double objectif d’assurer la sécurité des circulations et de réduire
les nuisances liées aux poussières.

Le Constructeur-Exploitant ne devra, en aucun cas, laisser circuler les engins utilisés pour les
besoins du chantier en dehors des emprises qui lui auront été fixées au début ou au cours des
travaux.

Des dispositions seront prises pour maintenir la libre circulation en toute sécurité sur les pistes et
voies d'accès existantes. L'entretien de ces voies sera à la charge du Constructeur-Exploitant
pendant toute la durée des travaux.

En présence de matériaux sur les voiries du Site, l’Organisme contractant (et/ou son Directeur de
projet) pourront demander au Constructeur-Exploitant leur nettoyage. Cela devra être réalisé dans
les 24 h, à l’exception des dimanches et jours fériés.

TITRE 7.7 CONDITIONS PARTICULIERES DU SITE – PRISE EN COMPTE DE


L’ENVIRONNEMENT

Toutes les précautions devront être prises pour éviter de déverser des huiles, carburants et autres
produits polluants sur le terrain. En cas d’accident de ce type, une déclaration devra être faite à
l’Organisme contractant et le Constructeur-Exploitant devra évacuer les terres souillées vers les
filières de traitement adaptées, qui auront été validées par l’Organisme contractant. Il devra mettre
en place un suivi d’élimination de ces déchets conformément aux exigences de l’Organisme
contractant.

Toutes précautions devront être prises au cours des mouvements de déchets pour prévenir tout
risque de pollution des eaux superficielles et des terrains avoisinants l’emprise des Sites.

TITRE 7.8 DEFENSES ET MOYENS DE LUTTE CONTRE LES INCENDIES

Le Constructeur-Exploitant aura la responsabilité de l’organisation pour la prévention et la défense


contre les incendies.

Il mettra en place les dispositifs constructifs nécessaires pour la prévention et la limitation de la


propagation des incendies.

Il assurera également la mise à disposition en nombre suffisant et en parfait état de fonctionnement


des dispositifs de défense contre les incendies.

Il prévoira également une procédure en cas d’incendie et en assurera sa parfaite connaissance par
l’ensemble de son personnel d’exploitation.

TITRE 7.9 GESTION DES NUISANCES

ARTICLE 7.9.1 POLLUTION ACCIDENTELLE

Le Constructeur-Exploitant mettra en place les procédures à suivre en cas de pollution accidentelle.

292
Ces procédures sont adaptées à chaque type de pollution susceptible de survenir et à chaque
Installation et Site sous sa responsabilité.

Tout stockage d’un liquide susceptible de créer une pollution des eaux ou des sols sera associé à un
moyen de rétention. En cas de déversement accidentel sur le site, le personnel devra être équipé
pour pouvoir contenir le produit déversé.

En cas de déversement plus conséquent, le réseau de collecte des eaux pluviales devra être isolé
avant rejet.

ARTICLE 7.9.2 PROPRETE ET ENVOLS

Toutes dispositions devront être prises par le Constructeur-Exploitant pour limiter au maximum les
nuisances qui pourraient être générées par les Installations à savoir : les envols, la prolifération des
insectes et des rongeurs, les dégagements de poussières, le bruit et les odeurs.

Le Constructeur-Exploitant prendra toutes dispositions pour maintenir propres en permanence


toutes les voiries et aires de stockage des deux sites du CGIDS et de la Station de Transfert. Il
procèdera de manière régulière à leur nettoyage afin d’éviter toute accumulation de déchets ou de
poussières susceptibles d’être entraînées en dehors du Site.

La fréquence minimale de nettoyage des différentes parties des Sites sera de :

 Deux fois par mois pour toutes les voieries et aires bétonnées extérieures en période normale,
une fois par semaine en l’absence de précipitations,

 Une fois par semaine pour les zones d’exploitation couvertes,

 Les zones de chargement ou dépotage seront maintenues propres en permanence ; à cet effet,
l’exploitant en assura un nettoyage quotidien.

Par ailleurs, l’exploitant s’engagera à effectuer au minimum une fois par an le nettoyage des parties
hautes non accessibles au moyen d’une nacelle élévatrice.

De plus, le Constructeur-Exploitant prendra les dispositions nécessaires pour limiter les envols de
déchets (prise en compte de la force et sens du vent, installation de filets fixes ou mobiles). Si ces
mesures ne sont pas suffisantes, l’exploitant procèdera régulièrement au nettoyage des abords des
Sites.

ARTICLE 7.9.3 ODEURS

L’exploitation sera menée de manière à limiter autant que faire se peut les dégagements d’odeurs.
Sur le CET, les mesures de prévention suivantes devront être mises en œuvre :

 Limitation de la zone de travail à une seule alvéole en même temps,

293
 Recouvrement temporaire de la zone en cours d’exploitation en fonction de l’avancement de
l’exploitation,

 Couverture provisoire mise en place sur l’alvéole remplie.

Sur l’unité de tri compostage et la Station de Transfert des déchets, l’exploitation sera menée de
manière à réduire autant que possible le temps d’entreposage des déchets.

Le temps d’entreposage de déchets ne pourra excéder 24 heures sur la Station de Transfert.

ARTICLE 7.9.4 BRUIT ET CIRCULATION

L’impact du bruit et de la circulation devra être maîtrisé que ce soit durant l’exploitation ou en
phase de travaux. Pour réduire encore la gêne potentiellement occasionnée, les travaux et
l’exploitation seront privilégiés durant les heures de journée pour limiter les bruits la nuit.

A l’intérieur des Sites pour éviter toute situation pouvant créer un risque d’accident, un plan et un
sens de circulation sur les Sites seront mis en place. La vitesse de circulation sera limitée.

Les moteurs des engins et camion devront être coupés lors des temps d’attente, la consigne devra
être transmise et affichée.

Les mesures de prévention suivantes devront être respectées :

 Réalisation des travaux et opérations bruyantes en journée ;

 Limitation de la vitesse sur le Site ;

 Mise en place d’un plan de circulation ;

 Coupure des moteurs des engins et camion en attente.

De plus, pour la Station de Transfert de Petite Anse, le Constructeur-Exploitant veillera à limiter


son impact sur la circulation sur la voie publique et notamment au niveau du croisement avec la
RN6. Si besoin, il adaptera les horaires des expéditions tout en respectant les horaires de journée
pour limiter l’impact sonore.

Afin d’éviter l’envol de poussières dans l’air, une mesure simple comme la limitation de la vitesse
sur les pistes permettra de réduire les émissions quotidiennes.

La maîtrise des feux couvant et la réduction des émissions de fumées toxiques passera par la mise
en place d’une procédure rigoureuse d’extinction rapide des départs de feux et de recouvrement
efficace des feux couvant par de la terre.

Mesures de prévention et protection nécessaires :

 Limitation de la vitesse sur les pistes

294
 Mise en place d’une procédure d’extinction rapide des départs de feux

 Vérification régulière et entretien du dispositif d’extinction des feux

 Procédure de recouvrements réguliers et efficaces des déchets par de la terre

 Equipement d’un engin mobile pour l’extinction des départs de feux

295
CHAPITRE 8. ANNEXES

TITRE 8.1 ANNEXE 1 : PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX REQUIS POUR


L’AMENAGEMENT DU CASIER

ARTICLE 8.1.1 PREAMBULE

Le choix des différents matériels nécessaires à la bonne exécution des travaux et services sera laissé
au choix du Constructeur-Exploitant et sous son entière responsabilité.

Les matériels présents sur le chantier devront toujours être adaptés aux différentes tâches suivant le
programme d’exécution des travaux et services.

D'une façon générale, il est indiqué que tous les matériaux concernés par les présentes prescriptions
devront être présentés par le Constructeur-Exploitant avec tous les échantillons, procès-verbaux,
documentations et justifications nécessaires.

Toutes les fournitures concernées par les présentes prescriptions (hors fournitures déposés du Site)
devront être neuves et de première main.

En cas d'insuffisance de renseignements, l’Organisme contractant pourra demander au


Constructeur-Exploitant et à la charge de celui-ci tous essais ou calculs par un laboratoire ou
spécialiste agréé.

Toutes les réceptions, pour les corps d'état concernés par les présentes prescriptions, comprendront
des essais de contrôle destinés à vérifier la qualité des matériaux et matériels utilisés, et de leur mise
en œuvre.

Toute fourniture installée ou utilisée sans approbation de l’Organisme contractant sera sujette à
rebut avec des motifs justifiable.

Le Constructeur-Exploitant s’informera dans le détail des conditions de chargement, de transport et


de déchargement sous toutes ses formes. En particulier, il se chargera de toutes les opérations de
déchargement, dont celle à pied d’œuvre, y compris l’amenée des fournitures, de leur lieu de
stockage sur le chantier à leur lieu d’installation.

Le Constructeur-Exploitant devra prendre toutes les dispositions nécessaires pour stocker sur les
aires qui lui sont attribuées les fournitures qui ne pourront être installées directement à leur
emplacement définitif ainsi que tous les matériels qui seront déposés du Site (collecteurs biogaz,
…).

ARTICLE 8.1.2 DISPOSITIONS GENERALES

Tous les matériaux, fournitures et équipements dont la mise en œuvre est proposée par le
Constructeur-Exploitant devront avoir fait l’objet d’un avis technique ou d’un procès-verbal de
conformité en cours de validité soumis à l’Organisme contractant pour aval préalable.

Le PAQ définira pour chacun des matériaux présentés :

 Les caractéristiques vis-à-vis des spécifications demandées ;

296
 Leur provenance ;

 leur conditionnement ;

 les dispositions prises pour le transport et la mise en stock ;

 les dispositions prises pour assurer leur contrôle interne et externe.

Les matériaux devront être soumis à acceptation de l’Organisme contractant en temps utile afin de
respecter le délai d’exécution et au maximum dans un délai de 10 jours calendaires à compter de
l’ordre de service de démarrage de la période de préparation. En cours de chantier, le Constructeur-
Exploitant sera tenu de justifier la provenance des matériaux au moyen de toutes pièces
justificatives utiles, fiches techniques des caractéristiques, certificats d’origine…

Le Constructeur-Exploitant devra justifier du choix des matériaux qu’il utilisera. Il fournira toutes
notes de calculs ou tout justificatif explicitant les hypothèses et les méthodes de calcul retenues
pour les différentes configurations rencontrées.

Les matériaux proposés ne devront pas présenter de traces de pollution.

ARTICLE 8.1.3 MATERIAUX POUR AMENAGEMENT DE LA COUVERTURE SEMI-PERMEABLE

Une partie des matériaux limoneux de perméabilité inférieure ou égale à 1.10-6 m/s, nécessaires au
rechargement et au profilage de la couverture seront issus des matériaux en stockage provisoire
(déblais excédentaires du site en stockage provisoire).

La procédure d’exécution de mise en œuvre des matériaux en fonction de leurs caractéristiques


devra faire l’objet d’une demande de VISA avant tout apport sur la zone de stockage provisoire. Les
analyses à réaliser sur ces matériaux, jointes à la procédure d’exécution, seront les suivantes :

 Une caractérisation GTR en laboratoire


o Teneur en eau,
o Analyse granulométrique (NFP 94 -056 ou équivalent),
o Valeur de bleu des matériaux (VBS) (NF P94 – 068 ou équivalent).

 Une définition des conditions de compactage


o Essai Proctor Normal (suivant la norme NF P94-093 ou équivalent) pour la détermination
de la teneur en eau optimale à la mise en œuvre,

 Une vérification de la perméabilité en laboratoire,


o Mesure de perméabilité sur moule Proctor afin de vérifier k<10-6 m/s,

 Un protocole de mise en œuvre pour atteindre l’objectif de perméabilité.

ARTICLE 8.1.4 GEOSYNTHETIQUE BENTONITIQUE

Le GSB sera constitué d’un géotextile support et d’un géotextile de couverture entre lesquels est
contenue une couche de bentonite aiguilletée. Les caractéristiques du GSB seront les suivantes :

 Bentonite sodique naturelle,

297
 Masse de bentonite par unité de surface: supérieure ou égale à 5 kg/m2 avec un teneur en eau
de la bentonite de 0 % selon la norme NF EN 14196 (ou équivalent),

 Perméabilité sous contrainte de confinement : inférieure ou égale à 2*10-11 m/s sous une
contrainte de 10 kPa selon la norme NF P84-705 (ou équivalent),

 Epaisseur du GSB sec : supérieure ou égale à 6 mm,


o Poinçonnement statique : supérieur ou égale à 3000 N selon la norme EN ISO 12236 (ou
équivalent),
o Résistance en traction : supérieure ou égale à 15 kN/m avec un teneur en eau de la bentonite
comprise entre 5 et 25% selon la norme EN ISO 10319 (ou équivalent),
o Pourcentage de carbonate de calcium : inférieure à 5% selon la norme NF ISO 10693 (ou
équivalent),
o Oxydation : Résistance résiduelle à 100%, selon la norme EN ISO 13438 :2004 (ou
équivalent).

Les géotextiles du GSB auront les caractéristiques suivantes :

 Géotextile inférieur :
o Tissé,
o Masse surfacique : supérieure à 100 g/m² selon la norme NF EN 965 (ou équivalent),

 Géotextile supérieur :
o Non-tissé,
o Masse surfacique : supérieure à 200 g/m² selon la norme NF EN 965 (ou équivalent).

Le GSB sera livré en rouleaux munis de sangles de part et d’autre du rouleau de façon à éviter son
endommagement lors de sa manutention, sous gaine les protégeant des intempéries et des
contraintes de transport, manutention et stockage. Chaque rouleau sera identifié par une étiquette.
Les rouleaux seront stockés sur un sol plat, propre et drainé, parallèlement les uns aux autres sur
une hauteur maximale de trois rouleaux. Une bâche les protègera contre l'humidité et les
rayonnements UV.

Les conditions de stockage ne devront pas compromettre les possibilités de mise en oeuvre,
(imbibition, gel, etc) ni leurs caractéristiques d’utilisation (salissures, poussières, lumières, etc).

ARTICLE 8.1.5 GEOMEMBRANE PEHD 2 MM

La géomembrane 1,5 mm devra provenir d’un producteur certifié ISO 9001 ou 9002 (ou
équivalent). Elles seront certifiées par l’ASQUAL ou équivalent et seront de type PEHD lisse. Les
certificats de contrôle qualité et les certificats ASQUAL devront être fournis à la livraison des
produits. Les géomembranes comporteront également un « marquage CE » ou tout autre marquage
de qualité équivalente.

La géomembrane en PEHD devra présenter a minima les caractéristiques reprises dans le tableau
suivant :

298
Tableau 22. Caractéristiques de la géomembrane PEHD

Références
Caractéristiques Valeurs requises GMB 1,5 mm
(ou équivalent)

Epaisseur fonctionnelle EN 1849-2 ≥ 2 mm

Masse volumique EN ISO 1183 ≥ 0,94 g/cm3

Teneur en noir de carbone EN ISO 11358 ≥2%

Résistance à la rupture EN ISO 527 ≥ 35 kN/m

Allongement à la rupture EN ISO 527 ≥ 700 %

Résistance à la traction au seuil d’écoulement EN ISO 527 ≥ 22 kN/m selon SP et ST

Déformation au seuil d’écoulement EN ISO 527 ≥ 10 % selon SP et ST

Poinçonnement statique CBR NF EN 12236 ≥ 3,5 kN

Les caractéristiques de la géomembrane devront être compatibles avec les contraintes suivantes :

 Caractéristiques géotechniques et mécaniques des matériaux environnants rentrant en contact


avec la géomembrane ;

 Charges statiques et dynamiques engendrées par la mise en œuvre des matériaux de tout type ;

 Caractéristiques chimiques des matériaux et effluents divers rentrant en contact avec la


géomembrane.

Les objectifs fixés pour la géomembrane sont les suivants :

 Caractéristiques mécaniques de la géomembrane, évitant dans tous les cas de figure le


poinçonnement ou le déchirement même minime de cette dernière ;

 Résistance à l’agression chimique des matériaux environnant et des effluents divers.

Le PAQ remis par le Constructeur-Exploitant devra préciser :

 L’origine des matériaux ;

 La valeur du coefficient de perméabilité du produit.

Le Constructeur-Exploitant précisera les dispositions prises pour s’assurer de la qualité du système


d’étanchéité et de sa protection éventuelle (contrôle interne) ; le contrôle comprendra au minimum
une identification des produits.

La géomembrane sera livrée en rouleaux, sous gaine les protégeant des intempéries et des
contraintes de transport, manutention et stockage. Chaque rouleau sera identifié par une étiquette.

299
Les rouleaux seront stockés sur un sol plat et propre, parallèlement les uns aux autres sur une
hauteur maximale de trois rouleaux. Une bâche les protègera contre l'humidité et les rayonnements
UV.

Les conditions de stockage ne devront pas compromettre les possibilités de mise en œuvre
(imbibition, etc.), ni leurs caractéristiques d’utilisation (salissures, poussières, lumières, etc.).

ARTICLE 8.1.6 GEOTEXTILE ANTI-CONTAMINANT

Un géotextile de séparation sera mis en place entre le fond de forme et la couche d’assise des pistes
d’exploitation et de la plateforme de traitement, afin d’éviter la contamination des graves
concassées par des fines sous-jacentes, le but étant de permettre aux matériaux 0/80 mm de
conserver leurs propriétés mécaniques.

Un géotextile sera également mis en œuvre autour des drains biogaz.

Il s’agira d’un géotextile d’au moins 2 mm d’épaisseur, 400 g/m2, d’ouverture de filtration compris
entre 80 et 120 μm, certifié ASQUAL. Le géotextile devra comporter le « marquage CE » ou tout
autre marquage de qualité équivalente.

Une fiche d’agrément reprenant l’origine et les caractéristiques du géotextile devra être transmise
pour validation par l’Organisme contractant.

ARTICLE 8.1.7 GEOTEXTILE ANTI-POINÇONNEMENT

Le géotextile aura pour fonction la protection anti-poinçonnement de la géomembrane vis à vis des
aspérités du support ou des matériaux de couverture.

Le géotextile aura les caractéristiques suivantes :

 Non tissé, aiguilleté, constitué de fibres 100% polypropylène, certifié ASQUAL ou équivalent,

 Masse surfacique (NF EN 965 ou équivalent) : ≥ 800 g/m2,

 Résistance à la traction (NF EN ISO 10319 ou équivalent) : ≥ 30 kN/ml selon SP et ST,

 Déformation à l’effort de traction maximale (NF EN ISO 10319 ou équivalent) : ≥ 50% selon
SP et ST,

 Perforation dynamique (NE EN 918 ou équivalent) : ≤ 6,5 mm,

 Résistance au poinçonnement statique (NF EN ISO 12236 ou équivalent) : ≥ 5 kN,

 Épaisseur sous 2 kPa (NF EN 9863-1 ou équivalent) : ≥ 3,5 mm.

ARTICLE 8.1.8 BETON

Le béton utilisé sera un béton à base de ciment. La norme NF EN 206-1 (ou équivalent) devra être
utilisée pour les bétons. Le béton sera dosé en ciment à hauteur de 350 kg/m3 au minimum.

ARTICLE 8.1.9 MATERIAUX DRAINANTS 20/40 MM

300
Des matériaux drainants 20/40 mm seront mis en œuvre sur une épaisseur de 50 cm dans le cadre du
remblai du massif drainant en fond de casier.

Les matériaux utilisés devront présenter les caractéristiques suivantes :

 Nature : gravier, insensible à l’eau, et exempt de matériaux fins, non friable et résistant à
l’attrition,

 Granularité : 20/40 mm,

 Perméabilité : k = 1.10-4 m/s au minimum.

ARTICLE 8.1.10 TUBES ANNELES EN PE

Des réseaux (collecteurs, drains, busages) seront réalisés par la mise en place de tubes annelés en
polyéthylène haute densité. Les caractéristiques de ces collecteurs respecteront la norme EN 13476
(ou équivalent).

ARTICLE 8.1.11 TUBES EN PE

Des réseaux (collecteurs, drains, busages) seront réalisés par la mise en place de tubes PE (certifié
NF) à paroi structuré (CR 8 minimum). Les joints sertis respecteront la norme EN 681-1 (ou
équivalent).

En outre, le Constructeur-Exploitant précisera les dispositions prises pour s’assurer de la qualité des
tuyaux avant mise en œuvre, le contrôle comprend au minimum :

 Une identification du produit (classe du tuyau),

 État des raccords, des joints étanches et des manchons, etc.

 État des fentes de drainage pour les collecteurs drainant (contrôle dimensionnement et contrôle
de propreté).

ARTICLE 8.1.12 GRAVES 0/80 ET 0/40 MM POUR COUCHE DE FORME

Des graves concassées de granulométrie 0/40 et 0/80 mm seront mises en œuvre sur les couches de
forme des chaussées.

Les matériaux utilisés devront présenter les caractéristiques suivantes :

 Nature : gravier concassé, insensible à l’eau, non friable et résistant à l’attrition,

 Granularité : 0/80 et 0/40 mm.

ARTICLE 8.1.13 MATERIAUX POUR LIT DE POSE ET ENROBAGE DE CANALISATIONS ET DE


FOURREAUX

Les matériaux pour le lit de pose et la protection éventuelle des canalisations seront les suivants :

 Pour les réseaux d’eaux pluviales :

301
o De la grave GNT 0/31,5 mm

 Pour les réseaux d’eaux usées et eaux potables :


o Du sable de carrière 0/2 mm,
o Du gravillon 3/6 mm.

 Pour les réseaux secs :


o Du sable de carrière 0/2 mm.

ARTICLE 8.1.14 MATERIAUX POUR REMBLAIEMENT DES TRANCHEES

La Grave Non Traitée 0/31,5 sera une grave de carrière concassée 0/31,5 mm. Cette Grave ne
comportera pas de matériaux argileux et devra rentrer dans le fuseau de "Talbot" (ES < 40 - IP non
mesurable - LA < 30).

ARTICLE 8.1.15 CHARPENTE METALLIQUE

Les charpentes métalliques respecteront les normes suivantes :

 NF DTU 32.1 :
o Partie 1 –Cahier des clauses techniques (octobre 2008),
o Partie 2 –Cahier des clauses administratives spéciales types (octobre 2009)
Ce NF DTU regroupe l'ensemble de la règlementation et des normes professionnelles dans la
construction métallique :
o les systèmes de fabrication et le choix des matériaux,
o les modes de calculs de charges et de résistance,
o les sections et formes à utiliser, les différents assemblages et leurs calculs + Eurocode 3
(parties 1.1 et 1.8),
o la prévention des risques sismiques,
o la résistance au feu.

 Norme NF EN 1090-2 –Partie 2 –Exigences techniques pour les structures en acier +


complément NF P 22.101-2/CN.

 Règles de calculs des constructions en acier :


o Guide Eurocode G 08-07 –Assemblage des poteaux en acier,
o Guide Eurocode G 08-03 –Tableau de résistance des profilés acier,
o Guide Eurocode G 08-04 –Action du feu sur les structures en acier.

 Recommandations professionnelles RAGE "Couverture en panneaux sandwich à deux


parements en acier et à âme pleine",

 Recommandations de la CTICM (Centre technique industriel de la construction métallique)


"Recherche sécurité incendie en construction métallique et mixte".

ARTICLE 8.1.16 COUVERTURE METALLIQUE

Les couvertures métalliques respecteront les normes suivantes :

302
 DTU (Document Techniue Unifié) 40.35 (ou équivalent) –Couverture en plaques nervurées
issues de tôles d'acier revêtues (partie 1 mai 1997 et Amendement A1 juin 2006 + partie 2 mai
1997,

 Norme NF P30.305 (ou équivalent) –Complément d'étanchéité pour couverture métallique,

 Normes X P30.310 / 30.312 / 30.314 (ou équivalent) –Travaux de couverture et de bardage :


éléments de fixation –résistance caractéristique d'assemblage,

 Norme P36.201 (référence DTU 40.5 ou équivalent) –Travaux d'évacuation des eaux pluviales.

ARTICLE 8.1.17 BARDAGE METALLIQUE

Les bardages métalliques respecteront les normes suivantes :

 Recommandations professionnelles sur les bardages en acier protégé et en acier inoxydable,

 Cahiers du CSTB 3251 –V2 décembre 2017 (septembre 2000).

ARTICLE 8.1.18 MATERIAUX DIVERS NON DENOMMES

Tous les matériaux employés par le Constructeur-Exploitant et détaillés au présent Cahier des
charges seront de la meilleure qualité, sans aucun défaut nuisible à la bonne exécution et la bonne
sécurité des ouvrages.

Leur provenance devra toujours être justifiée et ceux qui ne présenteraient pas les garanties jugées
nécessaires par l’Organisme contractant seront rigoureusement refusés.

TITRE 8.2 ANNEXE 2 : DOCUMENTS ET ETUDES DISPONIBLES

Les documents et études disponibles ainsi que d’autres informations concernant le processus
d’Appel d‘Offre et le présent marché seront accessibles à travers d’une Data Room mise à
disposition des soumissionnaires, sur sollicitation de leur part à l’Organisme contractant, de
conformité avec les IS et les DPAO.

TITRE 8.3 ANNEXE 3 : ETAT DE LA PISTE D’ACCES AU CGIDS

ARTICLE 8.3.1 PLAN GENERAL DE LA PISTE D’ACCES AU SITE DE MOUCHINETTE (CGIDS)

La Figure ci-dessous représente la portion de piste d’accès au Site de Mouchinette, depuis


l’intersection avec la RN6 (Point A) jusqu’au portail d’entrée au site (point G). Cette piste présente
une longueur cumulée de 408 m environ.

303
Figure 34. Points caractéristiques de la piste d’accès au Site de Mouchinette.

G : m408

S2
F : m360

E : m302

D : m225

C : m186

S1 B : m52

A : m0

E1

Les points caractéristiques de cette piste sont assortis des symboles suivants :

- Repères A à G : indicateurs de points singuliers tels que point haut / point bas
topographique, virage, …;
Repères E1, S1 et S2 : indicateurs des zones d’Entrée (1) et Sorties d’eau (2)

ARTICLE 8.3.2. CARACTERISTIQUES DE LA PISTE D’ACCES PAR POINT SINGULIER ET PAR


TRONÇON

Le Tableau ci-dessous présente les caractéristiques principales de la piste d’accès au Site de


Mouchinette, au fil des points singuliers.

Tableau 35. Principales caractéristiques de la piste d’accès par point singulier


Localisation
Point (distance depuis Observations Planche photographique
la RN6

304
Localisation
Point (distance depuis Observations Planche photographique
la RN6

Entrée sur la piste


d’accès depuis la
RN6, sur la
droite, dalot sous
A 0
la RN6 servant
pour drainage des
eaux issues du
sud de la RN6

Point bas hydraulique


; zone de traversée des
eaux pluviales en
provenance d’une
zone de stagnation
B 52
d’eau de l’autre côté
de la RN6 : besoin de
mise en place d’un
passage busé sous
chaussée

Point haut (limite


entre 2 bassins
versants Nord et
Sud) ; terrain non bâti
à l’Est de la piste :
C 186 foncier à étudier pour
élargissement
ponctuel de la
chaussée en ce point
(hors champ du projet
initial)

Zone de croisement
D 225
avec piste côté Est

Point d’inflexion :
double virage avec
vue limitée et faible
largeur de chaussée
(2,5 m) : zone
E 302 potentiellement
accidentogène :
installation de
panneaux de
signalisation et de
ralentisseurs à prévoir

305
Localisation
Point (distance depuis Observations Planche photographique
la RN6

Point bas
hydraulique :
évacuation des eaux
F 360
de manière diffuse sur
le flanc Ouest de la
piste

Terminus (portail
d’entrée du site de
Mouchinette,
élargissement facile à
réaliser (6 – 7 m
G 408
disponible) pour
facilitation le
croisement des
camions) (hors champ
du projet initial)

Le Tableau ci-après présente les caractéristiques principales de la piste d’accès au Site de


Mouchinette, par tronçon.

Tableau 36. Principales caractéristiques de la piste d’accès par tronçon.


Longueur du
Tronçon Observations Planche photographique
tronçon

Chaussée largeur 4 m
en bon état
A–B 52 m

Chaussée largeur 4 m
en bon état, 2
petits nids de
B–C 134 m poule toutefois à
reprendre

306
Longueur du
Tronçon Observations Planche photographique
tronçon

Chaussée largeur 4 m
C–D 39 m
en bon état

Chaussée largeur 2,5


D-E 77 m
m en assez bon état

Chaussée largeur 2,5


E–F 58 m
m en assez bon état

Chaussée largeur 3 m
en état perfectible,
F–G 48 m
cependant fondation
saine

Le Tableau ci-après présente les caractéristiques principales des points d’entrées (alimentation) /
sorties (évacuation) des eaux pluviales le long de la piste d’accès au Site de Mouchinette.

Tableau 37. Principales caractéristiques des entrées – sorties d’eau.


Point de jonction
Point / tronçon Observations / préconisations Planche photographique
avec la piste

307
Point de jonction
Point / tronçon Observations / préconisations Planche photographique
avec la piste

Besoin de protection de berge à l’Est


de la route sur 15 m environ et sur
E1 52 m 2 m de hauteur + besoin de -
protection anti-érosive au sol sur
15 * 3 m

Evacuation des eaux pluviales à l’ouest


de la piste, par derrière une haie
S1 52 m
végétale : pas de vision sur le terrain en
contrebas

Evacuation des eaux pluviales à l’ouest


de la piste, en direction d’une propriété
en contrebas de la piste : présence de
S2 360 m
déchets éparpillés, mode d’évacuation
des eaux en période de forte pluie
incertain

308
TITRE 8.4 ANNEXE 4 : CAHIER DES PLANS

Les plans inclus dans le Cahier des plans de cette Annexe 4 sont à titre indicatif. Les mêmes plans, au format PDF, avec meilleure résolution,
seront accessibles à travers la Data Room mise à disposition des soumissionnaires, sous le nom Annexe 4_Cahier des plans.pdf.
310
311
312
313
314
315
316
317
PARTIE III. MODELE DU CONTRAT
MODELE DU CONTRAT

Le présent Contrat est signé à Port-au-Prince, en () exemplaires originaux d’une même


teneur, le (date) entre :

L’État Haïtien représenté par le Ministère de l’Économie et des Finances (MEF), sis au # 5,
rue Charles-SUMNER, à Port-au-Prince, ayant pour Titulaire, Monsieur Michel Patrick
BOISVERT, identifié aux numéros 100-409-0263 (NIN) et 001-255-934-1 (NIF), d’une part ; ci-
après dénommé « l’Organisme contractant », d’une part ;
et

le … , (ci-après dénommé « le Constructeur-Exploitant » et représenté par …, demeurant et


domicilié à …, d’autre part.

Attendu que le présent Contrat répond aux normes publiquement disponibles de la Banque
Interaméricaine de Développement (la « Banque ») ainsi que ses normes internes 11 par rapport au
projet HA-L1106 12 qu’a comme objectif d'améliorer les conditions de vie des habitants de la région
Nord d'Haïti en améliorant les pratiques d'hygiène et de gestion et la mise en place d'infrastructures
de gestion des déchets solides et d'élimination finale, qui s’avèrent clef dans la région (le « Projet
»);

Attendu que le Projet a été approuvé par la Banque en date du 19 septembre 2018 dans le
secteur d’eau, assainissement, déchets solides ayant un impact environnement et social sans
précédent dans la région du Nord d’Haïti, pour un financement non remboursable pour un montant
total du Projet s’élevant à 33 503 000.- dollars des États-Unis d'Amérique (« dollars EU ») dont le
Bénéficiaire est la République d’Haïti (le « Bénéficiaire »).

Attendu que le Bénéficiaire sera représenté par le Ministère de l’Économie et des Finances
(MEF), autorité hiérarchique de l’Unité Technique d’Exécution ci-après dénommée la « UTE »,

Attendu que le Ministère de l’Économie et des Finances, à travers de l’Unité Technique


d’Exécution a publié les documents d’appel d’offres par rapport à la Passation de Marché
relativement à la Sélection d’un Constructeur-Exploitant pour la conception, la construction,
l’exploitation et l’entretien du Centre de Gestion Intégrée des Déchets Solides de Mouchinette et de
la Station de Transfert de Petite Anse au Cap-Haïtien, datés du___, organisés par l’Unité Technique
d’Exécution « UTE » de la République d’Haïti.

Attendu qu’une totalité de ___________ soumissionnaires ont répondus aux dits documents
d’appel d’offres.

Attendu que le Constructeur-Exploitant a répondu aux dits documents d'appel d'offres en


date du [date ] organisé par le gouvernement de la République d’Haïti et a été sélectionné comme
Constructeur-Exploitant recommandé pour remplir les Installations, les Travaux et les Services de
Conception-Construction et les Services d’Exploitation énoncés dans le Cadre d’offre et ses
annexes.

11
Politiques relatives à la passation des marchés de biens et de travaux financés par la Banque Interaméricaine de
Développement, GN-2349-15, Mai 2019 et Dossier d’appel d’offre modèle de Passation des Marchés de Travaux -
Conception-Réalisation, Banque interaméricaine de Développement, Washington, D.C., novembre 2012.
12
https://www.iadb.org/es/project/HA-L1106

319
Attendu que l’Organisme contractant souhaite engager le Constructeur-Exploitant à
concevoir, construire et exploiter la Station de Transfert de déchets de Petite Anse au Cap Haïtien
(la « ST ») et le Centre de Gestion Intégrée des Déchets Solides ( le « CGIDS ») situé au site de
Mouchinette, composée d’une Unité de Tri Compostage (l’« UTC »), d’un Centre d’Enfouissement
Technique, (le « CET ») et d’une Station de traitement des lixiviats, ensemble les « Installations » et
assurer l’efficacité et la viabilité des Installations, ci-après dénommés « le Contrat ») ;

Attendu que l’Organisme contractant a accepté la proposition du Constructeur-Exploitant


sur la base de son coût et des critères de qualification définis ;

MAINTENANT PAR CONSÉQUENT, en tenant compte des engagements et accords


mutuels énoncés ci-après, l’Organisme contractant et le Constructeur-Exploitant conviennent de ce
qui suit dans les Conditions Générales du Contrat et les Conditions Particuliéres du Contrat, dans
les sections suivantes.

320
SECTION VII. CONDITIONS GENERALES DU CONTRAT

321
TABLE DES CLAUSES

Section VII. Conditions Générales du Contrat ............................................................................................... 321


A. Contrat et interprétation ......................................................................................................................... 324
1. Définitions ......................................................................................................................................... 324
2. Documents contractuels ..................................................................................................................... 329
3. Interprétation ...................................................................................................................................... 329
4. Communications ................................................................................................................................ 331
5. Droit applicable et Langue ................................................................................................................. 332
6. Pratiques interdites ............................................................................................................................. 332
B. Objet du contrat ....................................................................................................................................... 337
7. Étendue des prestations ...................................................................................................................... 337
8. Dates de démarrage et d’achèvement ................................................................................................. 338
9. Responsabilités du Constructeur-Exploitant ...................................................................................... 339
10. Responsabilités de l’Organisme contractant .................................................................................. 341
C. Paiement .................................................................................................................................................... 343
11. Montant du Contrat ........................................................................................................................ 343
12. Conditions de paiement ................................................................................................................. 343
13. Garanties ........................................................................................................................................ 343
14. Impôts et taxes ............................................................................................................................... 345
D. Propriété intellectuelle ............................................................................................................................. 345
15. Licence et Usage des informations techniques .............................................................................. 345
16. Informations confidentielles .......................................................................................................... 346
E. Montage des installations et exécution des travaux et services............................................................. 347
17. Représentants ................................................................................................................................. 347
18. Programme des Travaux et Services .............................................................................................. 350
19. Sous-traitance ................................................................................................................................ 351
20. Conception et ingénierie ................................................................................................................ 352
21. Acquisition des Équipements ........................................................................................................ 354
22. Montage, Travaux et Services ....................................................................................................... 356
23. Essais et inspections ...................................................................................................................... 367
24. Achèvement ................................................................................................................................... 369
25. Mise en service et réceptions opérationnelle et finale ................................................................... 371
F. Garanties et responsabilités ..................................................................................................................... 375
26. Garantie du Délai d’Achèvement de la Période de Conception-Construction ............................... 375
27. Garantie des Installations ............................................................................................................... 376
28. Garanties opérationnelles............................................................................................................... 379
29. Obligatio