Vous êtes sur la page 1sur 196

Sommaire

CHAPITRE 1: CADRE ET CONTEXTE DU PROJET ................................................................. 18


I. PRESENTATION DU GROUPE TPF : ......................................................................................... 19
1. Historique : ............................................................................................................... 19
2. Profil du groupe : ...................................................................................................... 19
3. Les chiffres clés : ....................................................................................................... 20
4. TPF dans le monde :.................................................................................................. 20
II. PYRAMIDE INGENIERIE DANS LE GROUPE TPF : ..................................................................... 21
III. PRESENTATION DU PROJET : ................................................................................................. 21
1. Les intervenants : ..................................................................................................... 21
2. Cadre de l’opération : ............................................................................................... 21
3. Description du projet : .............................................................................................. 22
CHAPITRE 2 : CONCEPTION STRUCTURALE ....................................................................... 23
I. LA STRUCTURE .................................................................................................................. 23
1. Ossature de l'ouvrage............................................................................................... 23
2. Plancher .................................................................................................................... 23
A. Planchers corps creux........................................................................................... 24
B. Planchers dalle pleine .......................................................................................... 24
3. Escalier...................................................................................................................... 24
4. Maçonnerie .............................................................................................................. 24
A. Murs extérieurs .................................................................................................... 25
B. Murs intérieurs ..................................................................................................... 25
5. Revêtement .............................................................................................................. 25
6. Garde-corps .............................................................................................................. 25
7. Fondation ................................................................................................................. 25
II. CARACTERISTIQUES MECANIQUES DES MATERIAUX.................................................................... 25
1. Le Béton .................................................................................................................... 26
A. Les matériaux composant le béton ...................................................................... 26
a. Ciment .............................................................................................................. 26
b. Granulats .......................................................................................................... 26
B. Résistances mécaniques du béton ....................................................................... 26
c. Résistance à la compression ............................................................................ 26
d. Résistance a la Traction .................................................................................... 27
C. Contrainte limite : ................................................................................................ 27
a. État limite ultime (ELU) : .................................................................................. 27
b. Etat limite de service (ELS): .............................................................................. 28
2. Acier .......................................................................................................................... 29
D. Contrainte limite .................................................................................................. 29
c. Etat limite ultime .............................................................................................. 29

1
d. Etat limite de service : ...................................................................................... 29
III. LES HYPOTHESES DE CALCUL: ................................................................................................ 30
IV. PREDIMENSIONNEMENT : .................................................................................................... 31
1. Conception de la structure : ..................................................................................... 31
Introduction.................................................................................................................. 31
2. Le pré-dimensionnement des éléments structuraux : .............................................. 32
A. Le pré-dimensionnement des planchers :............................................................ 33
a. Dalles corps creux :........................................................................................... 33
i. Pré-dimensionnement suivant l’Eurocode :................................................. 34
ii. Pré-dimensionnement suivant le BAEL : ...................................................... 36
B. Le pré-dimensionnement des poutres : ............................................................... 37
b. Pré-dimensionnement suivant le l’Eurocode ................................................... 37
c. Pré-dimensionnement suivant le BAEL ............................................................ 38
i. Les poutres principales : ............................................................................... 38
ii. Les poutres secondaires (chaînage) : ........................................................... 38
iii. Les poutres de rive : ..................................................................................... 39
C. Le pré-dimensionnement des voiles : .................................................................. 39
D. Le pré-dimensionnement des longrines : ............................................................ 39
V. DESCENTE DES CHARGES ..................................................................................................... 40
A. Les charges réglementaires : ................................................................................ 40
B. Calcul .................................................................................................................... 40
a. Plancher terrasse inaccessible : ....................................................................... 40
b. Plancher des étages de la faculté : (amphithéâtre) ......................................... 41
c. Plancher des étages de la clinique : ................................................................. 42
d. Acrotère : .......................................................................................................... 43
e. Charges et surcharges des escaliers ................................................................. 43
iv. Paliers : ......................................................................................................... 43
f. Volée (paillasse) ............................................................................................... 44
CHAPITRE 3 : CALCUL STATIQUE ...................................................................................... 45
INTRODUCTION PARTIELLE : ......................................................................................................... 45
I. REGLEMENTS UTILISES : ...................................................................................................... 46
1. BAEL 91 modifiée 99 : ............................................................................................... 46
A. Objectifs du BAEL : ............................................................................................... 46
B. Utilisation : ........................................................................................................... 46
2. Béton précontraint aux états limites : ...................................................................... 47
3. Les Eurocodes : ......................................................................................................... 47
A. Liste des Eurocodes : ............................................................................................ 48
B. Objectifs des Eurocodes : ..................................................................................... 48
C. Définitions et conventions : ................................................................................. 49
a. Classes d’exposition : ....................................................................................... 49
b. Enrobage : ........................................................................................................ 49
D. L’Eurocode 2 : ....................................................................................................... 50

2
E. L'Eurocode 3 ......................................................................................................... 50
II. CALCUL DES ELEMENTS DE LA STRUCTURE : ............................................................................. 51
1. Béton armé ............................................................................................................... 51
A. Poteau .................................................................................................................. 51
B. Poutre ................................................................................................................... 55
a. Calcul des Moments : ....................................................................................... 57
b. Calcul du ferraillage longitudinal et transversal : ............................................ 60
C. volée d’escalier ..................................................................................................... 78
a. terminologie : ................................................................................................... 78
b. Hypothèses : ..................................................................................................... 79
c. Dimension :....................................................................................................... 80
d. Dimensionnement des marches, contre marches, palier et paillasse : ........... 80
e. Evaluation des charges : ................................................................................... 81
f. Calcul des réactions : ........................................................................................ 81
g. Ferraillage des escaliers : ................................................................................. 82
h. Armature chapeau :.......................................................................................... 82
D. Dalle pleine ........................................................................................................... 83
E. Semelle ................................................................................................................. 90
F. Dimensionnement du radier ................................................................................ 95
a. Epaisseur du radier : ......................................................................................... 96
b. Calcul de la surface du radier ........................................................................... 97
c. Calcul du débordement .................................................................................... 97
d. Vérification de la contrainte de cisaillement ................................................... 97
e. Vérification de l’effet de sous pression ........................................................... 98
f. Vérification de Poinçonnement ....................................................................... 99
g. Les différentes sollicitations ............................................................................. 99
h. Ferraillage de la dalle ..................................................................................... 101
i. En travée .................................................................................................... 101
ii. En Appuis : .................................................................................................. 101
i. Vérification de la contrainte de cisaillement ................................................. 102
G. Calcul du voile de sous-sol : ............................................................................... 103
2. Béton précontraint ................................................................................................. 109
A. Poutre précontrainte.......................................................................................... 109
3. Acier ........................................................................................................................ 118
A. Passerelle a poutres métalliques : ..................................................................... 119
a. Calcule des poutres secondaires : .................................................................. 119
iii. Condition de flèche : .................................................................................. 119
Calcul de fz , fadm: ................................................................................................ 119
Procédons à présent à la vérification : fz ≤ fadm ............................................... 120
iv. Vérification de la résistance : ..................................................................... 120
Calcul du moment maximal My : ....................................................................... 121
Calcul du moment résistant Mply : .................................................................... 121
v. Vérification au cisaillement : ...................................................................... 121

3
vi. Vérification au déversement : .................................................................... 123
vii. Vérification au voilement : ......................................................................... 124
 Soit augmenter l'épaisseur de l'âme. ......................................................... 124
 Soit disposer des raidisseurs d'âme, judicieusement positionnés............. 124
b. Calcule des poutres principales :.................................................................... 125
i. Condition de flèche : .................................................................................. 125
Calcul de fz , fadm: ................................................................................................ 125
Procédons à présent à la vérification : fz ≤ fadm ............................................... 126
ii. Vérification de la résistance : ..................................................................... 126
Calcul du moment maximal My : ....................................................................... 126
Calcul du moment résistant Mply : .................................................................... 127
iii. Vérification au cisaillement : ...................................................................... 127
iv. Vérification au déversement : .................................................................... 129
B. Calcul du treillis .................................................................................................. 130
a. Rôle du treillis : ............................................................................................... 130
b. Evaluations des charges sur le treillis:............................................................ 131
a. Dimensionnement du treillis : ........................................................................ 131
i. VERIFICATION : ........................................................................................... 131
b. Choix des profilés ........................................................................................... 132
c. Étude Analytique du Treillis de Warren ......................................................... 132
i. Méthode des nœuds. ................................................................................. 133
ii. Méthodes des Coupes (Méthode de Ritter) .............................................. 136
iii. Calcul avec logiciel robot : .......................................................................... 138
CHAPITRE 4 : MODELISATION, CALCUL DYNAMIQUE ET SISMIQUE ..................................145
1. Calcul dynamique et sismique ................................................................................ 146
A. Conception sismique .......................................................................................... 146
B. Contreventement ............................................................................................... 146
a. Contreventement assuré par portiques ......................................................... 147
b. Contreventement par des voiles .................................................................... 147
c. Contreventement mixte ................................................................................. 147
d. Synthèse du choix de contreventement ........................................................ 147
C. Hypothèse : ........................................................................................................ 148
a. Classification de la structure .......................................................................... 148
b. Coefficient d’importance ............................................................................... 148
c. REGULARITE STRUCTURALE ........................................................................... 148
i. Régularité en plan : .................................................................................... 148
ii. Régularité en élévation : ............................................................................ 149
d. DISSIPATION D’ENERGIE ET DUCTILITE .......................................................... 149
i. Classe de ductilité....................................................................................... 149
ii. Facteur de réduction .................................................................................. 150
e. PROPRIETES DES MATERIAUX STRUCTURAUX ............................................... 150
i. BÉTON......................................................................................................... 150

4
ii.
ACIER .......................................................................................................... 150
f. Modélisation du mouvement du sol .............................................................. 151
g. Zonage sismique et vitesse ............................................................................ 151
h. Coefficient de site........................................................................................... 153
D. Modélisation : .................................................................................................... 153
a. Logiciels : ........................................................................................................ 153
b. Méthodologie de travail : ............................................................................... 154
i. Etude dynamique ....................................................................................... 157
E. Analyse modale .................................................................................................. 157
a. Nombres des modes propres ......................................................................... 158
b. Calcul modale ................................................................................................. 158
F. Vérification des déformations............................................................................ 159
a. Déplacement latéraux inter-étages : ............................................................. 159
b. Déplacements latéraux globaux du bâtiment : .............................................. 160
c. Vérification de la stabilité au renversement : ................................................ 161
Séisme sens X ..................................................................................................... 161
Séisme sens Y ..................................................................................................... 162
G. Calcul de ferraillage ............................................................................................ 162
a. Combinaison d’action : ................................................................................... 162
b. Choisir le cas de charge et entrer les coefficients correspondants ............... 163
c. Calcul de la structure...................................................................................... 163
d. Calcul de ferraillage des éléments en BA ...................................................... 163
e. Résultats de calculs ........................................................................................ 164
CHAPITRE 5 : ORDONNANCEMENT ET PILOTAGE DE CHANTIER .......................................165
INTRODUCTION ....................................................................................................................... 166
I. METRES ET DETAILS ESTIMATIF DU PROJET ............................................................................ 166
............................................................................................................................................ 166
1. Estimation quantitative : ........................................................................................ 166
2. Estimation financière.............................................................................................. 168
II. PLAN D’INSTALLATION DE CHANTIER .................................................................................... 168
1. Organiser le déroulement du chantier ................................................................... 168
2. Ordonner le chantier .............................................................................................. 169
3. Positionner les éléments......................................................................................... 169
III. ESTIMATION MAIN D’ŒUVRE ET NOMBRE DE GRUE SUR CHANTIER ............................................. 169
1. Estimation de budget main d’œuvre ...................................................................... 170
A. Estimation du ratio HEURES/m3 de béton ......................................................... 170
B. Estimation du ratio HEURES/m2 de dallage ....................................................... 170
2. Estimation du nombre de grue ............................................................................... 170
IV. CALCUL DE PRIX DU BETON ................................................................................................ 171
V. TERRASSEMENT ............................................................................................................... 174
1. Définition : .............................................................................................................. 174
A. Terrassement manuel ........................................................................................ 174

5
B.
Terrassement mécanique................................................................................... 174
2. Evaluation de la production des engins.................................................................. 175
A. Définition ............................................................................................................ 175
B. La masse déplacée.............................................................................................. 175
C. Volume déplacé .................................................................................................. 175
D. Cycle de travail d’un engin ................................................................................. 176
E. Coefficient d’efficience....................................................................................... 176
3. Etude de cas du projet : .......................................................................................... 176
4. Calcul des durées des taches: ................................................................................. 178
1. ACIER POUR RADIER ......................................................................................................... 178
2. BETON POUR RADIER ........................................................................................................ 178
ANNEXES .......................................................................................................................182
ANNEXES 1 ....................................................................................................................183
ANNEXES 2 ....................................................................................................................184
ANNEXES 3 ....................................................................................................................185
ANNEXES 4 ....................................................................................................................189
ANNEXES 5 ....................................................................................................................191
ANNEXES 6 ....................................................................................................................192

6
7
Liste des figures

Figure 1: vente et prestation du groupe TPF ............................................................................ 20


Figure 2: localisation de TPF dans le monde ........................................................................... 20
Figure 3 : Vue en coupe du bâtiment d’après plan architecturaux ........................................... 22
Figure 4: Planchers corps creux ............................................................................................... 24
Figure 5 : briques 8 tous et 12 trous ......................................................................................... 25
Figure 6: courbe de ftj = f(fcj) .................................................................................................. 27
Figure 7: Loi de comportement du béton en compression sous chargement statique .............. 28
Figure 8 : contrainte en compression du béton ........................................................................ 28
Figure 9 : digramme contrainte – déformation......................................................................... 29
Figure 10 : Composition d’une dalle corps creux .................................................................... 34
Figure 11: section d'une poutre ................................................................................................ 37
Figure 12:plancher terrasse inaccessible .................................................................................. 41
Figure 13 : plancher étagé clinique .......................................................................................... 43
Figure 14: acrotère (les valeurs sont en cm) ............................................................................ 43
Figure 15: ferraillage du poteau avec Robot ............................ Error! Bookmark not defined.
Figure 16: exemple de calcul manuel de poutre ...................................................................... 55
Figure 17: dimensions de la poutre chargée ............................................................................. 56
Figure 18:modélisation des paramètres de la formule de la méthode de Caquot ..................... 57
Figure 19: modélisation des paramètres de la formule de la méthode de Caquot .................... 57
Figure 20: modélisation des moments maximaux .................................................................... 59
Figure 21: modélisations des efforts tranchants ....................................................................... 59
Figure 22 : organigramme pour le calcul du ferraillage pour les poutre en flexion simple en
B.A.E.L .................................................................................................................................... 60
Figure 23: exemple de calcul de At .......................................................................................... 61
Figure 24: détermination de la valeur de n ............................................................................... 63
Figure 25: détermination de la valeur de n ............................................................................... 64
Figure 26: modélisation du ferraillage de la poutre continue................................................... 65
Figure 27: schéma d'une volée d'escalier ................................................................................. 79
Figure 28: dimension en plan et hauteur des escaliers ............................................................. 80
Figure 29: ferraillage de la volée d'escalier .............................................................................. 82

8
Figure 30: dimensions de la semelle ........................................................................................ 90
Figure 31: surface du radier ..................................................................................................... 96
Figure 32: Radier modélisé sur robot ....................................................................................... 96
Figure 33 : Moment Mxx à l’ELU ........................................................................................ 100
Figure 34: Moment Myy à L'ELU ......................................................................................... 100
Figure 35: Effort tranchant Txx à l'ELU ................................................................................ 102
Figure 36: Effort tranchant Tyy à l'ELU ................................................................................ 103
Figure 37: force appliquée sur le voile ................................................................................... 104
Figure 38: poutre équivalente isostatique............................................................................... 105
Figure 39: théorème de Thales ............................................................................................... 106
Figure 40 : résultat de calcul obtenu avec robot ..................................................................... 108
Figure 41: surface supportée par la poutre précontrainte ....................................................... 110
Figure 42 : schéma de la poutre chargée. ............................................................................... 111
Figure 43: éléments de la poutre métallique .......................................................................... 119
Figure 44: profile du trellis..................................................................................................... 132
Figure 45: poutre en treillis .................................................................................................... 133
Figure 46: sollicitation au niveau de noeud A........................................................................ 134
Figure 47: sollicitation au niveau de nœud B ......................................................................... 134
Figure 48: sollicitation au niveau de nœud C ......................................................................... 135
Figure 49: sollicitation au niveau de nœud D ........................................................................ 135
Figure 50: sollicitation au niveau de nœud E ......................................................................... 136
Figure 51: sollicitation dans les barres 4,5 et 6. ..................................................................... 137
Figure 52: sollicitation dans les barres 6,7 et 8. ..................................................................... 138
Figure 53: Modélisation de treillis ......................................................................................... 139
Figure 54: efforts dans les barres du treillis ........................................................................... 140
Figure 55: paramètre de calcul de Aa....................................... Error! Bookmark not defined.
Figure 56: vérification par logiciel des éléments du treillis ................................................... 144
Figure 57: dimension en plan d'un bâtiment .......................................................................... 148
Figure 58: Zonage sismique en vitesse pour des probabilités de 10% en 50 ans ................... 151
Figure 59: Zonage sismique en accélération pour des probabilités de 10% en 50 ans Maroc
2011 (Accélération % g) ........................................................................................................ 152
Figure 60: plan de coffrage du plancher haut du RDC .......................................................... 154
Figure 61:plan de coffrage du plancher haut du 3eme étage .................................................. 155

9
Figure 62: modélisation de la structure sur CBS.................................................................... 156
Figure 63: structure entière modélisée sur robot .................................................................... 156
Figure 64: bloc à étudier modélisé sur robot .......................................................................... 157
Figure 65: Résultats de l'analyse modale pour 14 modes ...................................................... 158
Figure 66: Paramètre de combinaison .................................................................................... 163
Figure 67: grues ...................................................................................................................... 169
Figure 68: centrale à béton ..................................................................................................... 171
Figure 69 : comparaison entre un BPE et un BFC ................................................................. 173
Figure 70: chargement d'un camion ....................................................................................... 174
Figure 71: TABLEAU DES TACHES DES GROS ŒVRES.. Error! Bookmark not defined.
Figure 72: diagramme de Gantt du projet .............................................................................. 193

10
Liste des tableaux

Tableau 1: isolement acoustique standardisé pondéré en fonction du local ............................ 34


Tableau 2: épaisseur en fonction de la DnTA .......................................................................... 35
Tableau 3 : Résistance au feu en fonction du type d'immeuble ............................................... 35
Tableau 4 : Epaisseur de la dalle en fonction de la résistance au feu ..................................... 35
Tableau 5: predimensionnement des dalles pleines ................................................................. 37
Tableau 6 : tableaux de predimensionnement des poutres ....................................................... 37
Tableau 7 : Classe d'exposition du béton ................................................................................. 49
Tableau 8: ferraillage de toute la file du poteau ....................................................................... 55
Tableau 9: caractéristiques de l'Appui 1 Tableau 10: caractéristiques de l'Appui 2
.................................................................................................................................................. 58
Tableau 11: tableau récapitulatif des moments et des efforts tranchants ................................. 59
Tableau 12: ferraillage des travées et appuis de la poutre continue ......................................... 61
Tableau 13: vérification de la flèche pour les trois travées ...................................................... 65
Tableau 14: Tableau des moments réduits 104.μlu (15) Diagramme σ−ε à palier incline ....... 66
Tableau 15: Caractéristiques de résistance et de déformation du béton .................................. 68
Tableau 16:Tableau des moments réduits 104.μlu (15) Diagramme σ−ε à palier incline ........ 71
Tableau 17: donnant la valeur de µlu(15)*104 ......................................................................... 73
Tableau 18:Tableau donnant la valeur de µls ........................................................................... 74
Tableau 19: Tableau des moments réduits 104.μlu (15) Diagramme σ−ε à palier incline ........ 76
Tableau 20:Tableau des moments réduits 104.μlu (15) Diagramme σ−ε à palier incline ......... 78
Tableau 21: tableaux des charges permanentes et d'exploitations ........................................... 81
Tableau 22: charges applique sur la semelle ............................................................................ 90
Tableau 23: tableau de chargement ........................................................................................ 110
Tableau 24: Ductilité et classe de bâtiment ............................................................................ 149
Tableau 25 : Facteur de comportement K .............................................................................. 150
Tableau 26 : déplacement des étages pour un séisme suivant x ............................................. 160
Tableau 27: déplacement des étages pour un séisme suivant y.............................................. 160
Tableau 28: vérification des déplacements inter-étages ......................................................... 160
Tableau 29: Déplacement latéraux globaux pour le bâtiment ................................................ 161
Tableau 30: indice de renversement de la structure au sens X du séisme .............................. 162

11
Tableau 31: indice de renversement de la structure au sens X du séisme .............................. 162
Tableau 32 : tableau des ratios d'acier des différents éléments de l'ouvrage ......................... 166
Tableau 33: tableau des longueurs développées des armatures ............................................. 167
Tableau 34 : tableau des frais fixes ........................................................................................ 172
Tableau 35: tableau des frais variables .................................................................................. 172
Tableau 36: tableau de métré du bâtiment ............................... Error! Bookmark not defined.

12
Liste des notations

Majuscules latines :

Ac : Aire de la section droite du béton


As : Aire de la section des armatures de béton armé
As,min : Aire de la section minimale d'armatures
Asw : Aire de la section des armatures d'effort tranchant
Ecm : Module d'élasticité sécant du béton
Es : Valeur de calcul du module d'élasticité de l'acier de béton armé
EI : Rigidité en flexion
Fk : Valeur caractéristique d'une action
I : Moment d'inertie de la section de béton
L : Longueur
M : Moment fléchissant
MEd : Valeur de calcul du moment fléchissant agissant
N : Effort normal
NEd : Valeur de calcul de l'effort normal agissant (traction ou compression)
R : Résistance
ELS : État-limite de service
T : Moment de torsion
ELU : État-limite ultime
V : Effort tranchant
VEd : Valeur de calcul de l'effort tranchant agissant
G: : charges permanentes
Q : charges d’exploitations
St : Espacement des armatures transversales
𝐵𝑟1 : Section réduite
𝑆𝑍.𝑐𝑟𝑖𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 : Espacement maximum en zone critique
D : section du poteau circulaire

13
S1 : Aire approchée de la surface portante
𝑷′𝒖 : Charge poinçonnant
XC : nature d’environnement
C : enrobage
Ac : section d’armatures de chapeaux

Minuscules latines :

a : Distance ; Donnée géométrique


b : Largeur totale d'une section droite ou largeur réelle de la table d'une poutre en T
ou en
bw : Largeur de l'âme des poutres en T, en I ou en L
d : Diamètre ; Profondeur ; Hauteur utile d'une section droite
fc : Résistance en compression du béton
fcd : Valeur de calcul de la résistance en compression du béton
fck : Résistance caractéristique en compression du béton, mesurée sur cylindre à 28
jours
fcm : Valeur moyenne de la résistance en compression du béton, mesurée sur cylindre
fctm : Valeur moyenne de la résistance en traction directe du béton
ft : Résistance en traction de l'acier de béton armé
ftk : Résistance caractéristique en traction de l'acier de béton armé
fy : Limite d'élasticité de l'acier de béton armé
fyd : Limite d'élasticité de calcul de l'acier de béton armé
fyk : Limite caractéristique d'élasticité de l'acier de béton armé
fywd : Limite d'élasticité de calcul des armatures d'effort tranchant
h : Hauteur ; Hauteur totale de la section droite
i : Rayon de giration
k : Coefficient ; Facteur
l : (ou L) Longueur ; Portée
m : Masse
r : Rayon
1/r : Courbure en une section donnée

14
t : Epaisseur
u : Périmètre de la section droite de béton dont l'aire est Ac
𝑙𝑓 : Longueur du flambement
l0 : La hauteur de l’étage
fc28 : Résistance caractéristique en compression du béton, mesurée sur cylindre à 28 jours
fe : Nuance d’acier
𝑙𝑠 : Longueur de scellement
f : La flèche
e : épaisseur du paillasse
ev : Epaisseur de palier

Minuscules grecques :

α : Angle ; Rapport
β : Angle ; Rapport ; Coefficient
γ : Coefficient partiel
γC : Coefficient partiel relatif au béton
δ : Coefficient de redistribution
ξ : Coefficient de réduction / coefficient de distribution
εc : Déformation relative en compression du béton
θ : Angle
λ : Coefficient d'élancement
ν : Coefficient de Poisson
ρ : Masse volumique du béton séché en étuve, en kg/m3
ρl : Pourcentage d'armatures longitudinales
σc : Contrainte de compression dans le béton
τ : Contrainte tangente de torsion
⏀𝑡 : Armatures transversales
𝜎𝑠𝑜𝑙 : Contrainte du sol
σ'a : Etat limite d'ouverture des fissures

15
△𝒆𝒍 : Les déplacements latéraux inter-étages
△𝒈 : Les déplacements latéraux globaux

Θ : la stabilité au renversement

16
Introduction générale :

Une faculté et une clinique dentaire va permettre d’accroitre le nombre et la qualité de


formation des futures dentistes du royaume. Le grand avantage qu’apporte ce projet est une
formation qui repend à des normes de niveau international et qu’elle va permettre d’alléger la
charge du grand nombre d’étudiant des autres facultés car le nombre d’établissement formant
dans le domaine est très réduit.
Dans notre projet qui est le dimensionnement d’une faculté et d’une clinique dentaire à rabat
j’ai réalisé l’étude de l’ossature qui comporte des éléments en béton armé, en béton
précontraint et en acier.
La mission qui m’a été confiée chez Pyramide et celle de réaliser l’étude technique de
l’ossature en béton arme des deux blocs celui de la faculté et celui de la clinique.
A travers ce rapport, je décrirai les étapes parcourues pour l’élaboration de ce projet. Le
premier chapitre s’intéresse au cadre et au contexte du projet. Le deuxième chapitre traitera la
conception et le predemensionnement des différents éléments et l’étude dynamique et
sismique. Ensuite, sera vue un troisième chapitre dans laquelle seront présenté les différents
règlements utilisé lors de la réalisation de ce travail et le dimensionnement des diffèrent
éléments de la structure. Par la suite, sera traitée le quatrième chapitre dans lequel seront
traités les aspects ordonnancement et organisation de chantier et l’équipement du bâtiment.

17
Chapitre 1: cadre et contexte
du projet

18
I. Présentation du groupe TPF :
1. Historique :
TPF qui ne comptait que 25 collaborateurs à sa création en 1991 est aujourd’hui une
entreprise plurinationale et pluriculturelle de 4 250 employés.
Grâce à une politique de fusions et d’acquisitions et à la création de sociétés dans des pays où
des contrats significatifs sont remportés, TPF s’est largement développée à l’international :
d’abord en Europe, puis en Asie, en Afrique et en Amérique.
 Développement en Belgique A partir de 1991
 Développement en Europe A partir de 1999
 Développement en Asie A partir de 2006
 Développement en Afrique A partir de 2008 :
 2008 : En Algérie : création de TPF Algérie
 2009 : En Angola : création de TPF Angola
 2009 : Au Maroc : acquisition de Pyramide Ingénierie
 2009 : En Tunisie : acquisition de TPF Tunisie
 2011 : Au Maroc : acquisition de Save Project
 2011 : Au Sénégal: acquisition de Setico Ingénieurs Conseils
 2013 : Au Mozambique : création de TPF Moçambique
 2013 : En Côte d’Ivoire : création de Setico International
 Développement en Amérique A partir de 2009

2. Profil du groupe :
TPF est née en 1991. A l’origine, son activité était principalement axée sur l’énergie et le
principe du tiers investisseur (Third Party Financing). De ce concept, très novateur à l’époque,
fut tirée sa dénomination. TPF s’est rapidement développé sur le marché de l’ingénierie.
Au fil des ans, le groupe s’est déployé successivement en Europe, en Asie, en Afrique et
en Amérique grâce à une série d’acquisitions pour devenir un acteur internationalement
reconnu en la matière.
Il figure aujourd’hui au rang des plus importantes entreprises pluridisciplinaires actives
dans les secteurs : du bâtiment, des infrastructures de transport, de l’eau et de l’énergie.
Complémentairement à cette activité, TPF a développé six métiers connexes :
la réalisation de projets clef en main, l’exploitation et la maintenance d’installations
techniques tant dans le secteur énergétique que dans celui de l’eau, le développement, la
réalisation ainsi que l’investissement dans des projets dans le secteur de l’énergie
renouvelable, le cas échéant associé à la gestion de fonds d’investissements voués à ceux-ci,
une activité de contrôle de la qualité des matériaux et de la construction, la prise de
participation dans des concessions autoroutières, la réalisation de projets immobiliers.
Nous comptons aujourd’hui des filiales et des succursales dans 48 pays et opérons dans un
total de 67 pays.

19
3. Les chiffres clés :

Figure 1: vente et prestation du groupe TPF


4. TPF dans le monde :

Figure 2: localisation de TPF dans le monde

20
II. PYRAMIDE Ingénierie dans le groupe TPF :

TPF Pyramide Ingénierie (anciennement Pyramide Ingénierie) a été créée en l’an 2000. En
quelques années, cette société a réussi à s’imposer comme l’un des plus grands bureaux
d’études pluridisciplinaires du Maroc. Elle fait figure de leader dans l’ingénierie du bâtiment
tant dans les secteurs public, que tertiaire et industriel.
Depuis sa création, ses ingénieurs et techniciens ont assuré un très large éventail
d’activités liées au bâtiment : conception et études des structures, étude économique de la
construction et suivi budgétaire, études thermiques, assistance au maître d’ouvrage, gestion
des projets, ordonnancement, pilotage et coordination, électricité, infrastructure, voirie et
réseaux divers.

III. Présentation du projet :


1. Les intervenants :

 Maitre d’ouvrage : U.I.R FONCIERE

 Architecte : Mr MOLATO Khalid

 OPC & BET : PYRAMIDE INGENIERIE

2. Cadre de l’opération :

Ce projet s’inscrit dans une vision futuriste que La Faculté Internationale de Médecine
Dentaire, FIMD, veut concrétiser, il a pour objectif de former des médecins dentistes aux
compétences théoriques et pratiques indispensables à l’exercice de la médecine dentaire.
Soutenus par une équipe d’enseignants-chercheurs et de praticiens de haut niveau, nos
étudiants de la FIMD disposent d’une formation solide qui leur permettra d’acquérir une
autonomie de travail et d’accès aux connaissances scientifiques et pratiques et de s’adapter à
l’évolution de la profession. C’est pour cela que l’université internationale de rabat a décidé
de construire une faculté dentaire pour la formation de dentiste et une clinique dentaire afin de
permettre à ses étudiants d’être proche du monde professionnel et de pratiquer dans les
meilleures conditions tout le savoir qu’ils pourront apprendre au sein de la faculté .
La Faculté de Médecine Dentaire de l’UIR dispensera ainsi un cursus d’excellence qui obéira
aux standards nationaux et internationaux. Elle est créée dans le cadre du partenariat
opérationnel et actif entre l’UIR et l’Université de Nantes, depuis 2010. La formation sera
assurée par un corps professoral universitaire national, en partenariat avec des équipes
pédagogiques internationales et en particulier celles de l’Université de Nantes.
Les étudiants auront accès aux moyens et techniques les plus innovants, leur permettant

21
d’aborder, avec aisance, leur vie professionnelle et ce, tant sur un plan médical que
managérial.

3. Description du projet :

L’ouvrage étudié dans le cadre de ce projet de fin d’études est un R+4 composé d’une facule
et clinique dentaire dispose en deux blocs relie entre eux par des passerelles métalliques
l’ensemble de la structure fait 20,85 m de hauteur au-dessus du niveau du 0, une largeur de
50,4 m et une longueur de 62,3 m pour une surface de 3139,92 m2. Il comporte des
amphithéâtres de 120 fauteuils, 41 salle de consultations, 3 salles de radio, 6 bureaux
administratifs, des toilettes, deux sous-sols pour la clinique et un pour la faculté et une toiture
en arc.

Figure 3 : Vue en coupe du bâtiment d’après plan architecturaux

22
Chapitre 2 : conception
structurale

I. La structure
1. Ossature de l'ouvrage

Le contreventement de la structure est assuré par des portiques, pour assurer la stabilité de
l'ensemble sous l'effet des actions verticales et des actions horizontales.

2. Plancher
C’est une aire généralement plane destinée à séparer les niveaux, on distingue :
- Plancher à corps creux.
- Plancher à dalle pleine.

23
A. Planchers corps creux

Ce type de plancher est constitué de poutrelles préfabriquées en béton armé ou bétonné sur
place espacées de 60cm de corps creux (hourdis) et d'une table de compression en béton armé
d’une épaisseur de 5 cm.
Ce type de planchers est généralement utilisé pour les raisons suivantes :
Facilité de réalisation ;
Lorsque les portées de l’ouvrage ne sont pas importantes ;
Diminution du poids de la structure et par conséquent la résultante de la force sismique.
Une économie du coût de coffrage (coffrage perdu constitué par le corps creux).

Figure 4: Planchers corps creux

B. Planchers dalle pleine

Pour certaines zones, j’ai opté pour des dalles pleines à cause de leurs formes irrégulières et
ceci dans le but de minimiser le temps et le coût nécessaire pour la réalisation des poutrelles
spéciales à ces zones.

3. Escalier

Sont des éléments non structuraux, permettant le passage d’un niveau à un autre avec deux
volées et paliers inter étage.

4. Maçonnerie
On distingue :
- Mur extérieur (double paroi).
- Mur intérieur (simple paroi).
La maçonnerie la plus utilisée au Maroc est en briques creuses pour cet ouvrage nous avons
deux types de murs :

24
A. Murs extérieurs

Le remplissage des façades est en maçonnerie elles sont composées d’une double cloison en
briques creuses a 8 trous de 10 cm d’épaisseur avec une lame d’air de 5cm d’épaisseur.

B. Murs intérieurs

Cloison de séparation de 10 cm.

Figure 5 : briques 8 tous et 12 trous

5. Revêtement

Le revêtement du bâtiment est constitué par :


 Un carrelage de 2cm pour les chambres, les couloirs et les escaliers.
 De l’enduit de plâtre pour les murs intérieurs et plafonds.
 Du mortier de ciment pour crépissages des façades extérieurs.

6. Garde-corps

La terrasse étant accessible, le dernier niveau est entouré d’un garde-corps en béton
armé d’une hauteur de 80cm et de 10cm d’épaisseur.

7. Fondation

 Le rapport de sol relatif au terrain, indique que les sols en place sont de composition
alluvionnaire, présentés par des marnes sableuse, des sables, des grés et des calcaire
rencontrés dans un contexte très hétérogène.
 Le taux de travail du sol retenu pour le calcul des fondations est de 1.2 bars.
 La profondeur d'ancrage de 1m dans le sol naturelle, en tenant compte en plus du
sous-sol projeté.

II. Caractéristiques mécaniques des matériaux

25
Les caractéristiques des matériaux utilisés dans la construction seront conformes aux
règles techniques du règlement du béton armé aux états limites à savoir le BAEL 91,
ainsi que le règlement parasismique Marocain RPS 2000.

1. Le Béton

Le rôle fondamental du béton dans une structure est de reprendre les efforts de compression.

A. Les matériaux composant le béton

On appelle béton un matériau constitué par un mélange de :

a. Ciment

Le ciment joue le rôle d’un liant. Sa qualité et ses particularités dépendent des proportions de
calcaire et d’argile, ou de bauxite et de la température de cuisson du mélange.

b. Granulats

Les granulats comprennent les sables et les pierrailles:


 Sables
Les sables sont constitués par des grains provenant de la désagrégation des roches. La
grosseur de ses grains est généralement inférieure à 5mm. Un bon sable contient des grains de
tout calibre, mais doit avoir d’avantage de gros grains que de petits.
 Graviers
Elles sont constituées par des grains rocheux dont la grosseur est généralement comprise entre
5 et 25 à30 mm.
Elles doivent être dures, propres et non gélives. Elles peuvent être extraites du lit de rivière
(matériaux roulés) ou obtenues par concassage de roches dures (matériaux concassés).

B. Résistances mécaniques du béton


c. Résistance à la compression

La résistance caractéristique à la compression du béton fcj à j jours d’âge est déterminée à


partir d’essais sur des éprouvettes normalisées de 16 cm de diamètre et de 32cm de hauteur.
Pour un dosage courant de 350 Kg/m 3 de ciment CPA325, la caractéristique en compression
à 28 jours est estimée à 25 MPa (fc28 = 25 MPa).
- Pour des résistances fc28 ≤ 40MPa :

fcj = 2883076.4fcjj+ si j 28 jours

26
j
𝑓𝑐𝑗 = ∗ fc28 si j < 28 jours
{ 4,76 + 0,83 ∗ j
𝑓𝑐𝑗 = 1,1 ∗ fc28 si j > 28 jours

- Pour des résistances fc28 > 40MPa :


j
𝑓𝑐𝑗 = ∗ fc28 si j < 28 jours
{ 1,40 + 0,95 ∗ j
𝑓𝑐𝑗 = fc28 si j > 28 jours

d. Résistance a la Traction

La résistance caractéristique à la traction du béton à j jours, notée ftj, est conventionnellement


définie par les relations :
ftj = 0,6 + 0,06 ∗ fcj si fc28 ≤ 60Mpa
{ 2
ftj = 0,275 ∗ fcj3 si fc28 > 60Mpa

Figure 6: courbe de ftj = f(fcj)

C. Contrainte limite :
a. État limite ultime (ELU) :

 Contrainte ultime du béton :


En compression avec flexion (ou induite par la flexion), le diagramme qui peut être utilisé
dans tous les cas et le diagramme de calcul dit parabole rectangle.
Les déformations du béton sont :

- εbc1 = 2 ‰

3,5 ‰ si fcj ≤ 40Mpa


- εbc2= {
Min(4,5 ; 0,025fcj)‰ si fcj > 40Mpa

27
Figure 7: Loi de comportement du béton en compression sous chargement statique

0,85∗𝑓𝑐𝑗
fbu : Contrainte ultime du béton en compression fbu = 𝜃∗𝛾𝑏
γb : Coefficient de sécurité du béton, il vaut 1.5 pour les combinaisons normales et 1.15 pour
les combinaisons accidentelles.
θ: coefficient qui dépend de la durée d'application du chargement. Il est fixé à :
• 1 lorsque la durée probable d’application de la combinaison d’actions considérée est
supérieure à 24 h.
• 0.9 lorsque cette durée est comprise entre 1 h et 24 h, et à 0.85 lorsqu’elle est inférieure à 1
h.
b. Etat limite de service (ELS):

Figure 8 : contrainte en compression du béton

La contrainte limite de service en compression du béton est limitée par :


σ𝑏𝑐 ≤ σ𝑏𝑐
Avec:
σ𝑏𝑐 = 0.6 ƒ28c.
σ𝑏𝑐 =15 MPa
 Modules de déformation longitudinale:
Le module de Young différé du béton dépend de la résistance caractéristique à la compression
du béton :

28
1
Evj = 3 700 (fc28 3 ) si fc28 ≤ 60Mpa
1
Evj = 4400 (fc28 3 ) si fc28 > 60Mpa, sans fumée de silice
1
{Evj = 6100 (fc28 3 ) si fc28 > 60Mpa, avec fumée de silice
Coefficients de poisson :
Le coefficient de poisson sera pris égal à:
 ۷ = 0 pour un calcul des sollicitations à l’Etat Limite Ultime (ELU).
 ۷ = 0,2 pour un calcul de déformations à l’Etat Limite Service (ELS).

2. Acier

La maîtrise d’œuvre impose le choix du matériau acier, pour des raisons d’esthétique.
L’acier est un alliage du fer et du carbone en faible pourcentage, leur rôle est de résister les
efforts de traction, de cisaillement et de torsion.

D. Contrainte limite
c. Etat limite ultime

Pour le calcul on utilise le digramme contrainte – déformation de la figure (2.2).

Figure 9 : digramme contrainte – déformation

γs : Coefficient de sécurité.
 γs= 1 cas de situations accidentelles.
 γs= 1,15 cas de situations durable ou transitoire.

d. Etat limite de service :

On ne limite pas la contrainte de l’acier sauf en état limite d’ouverture des fissures :
 Fissuration peu préjudiciable : pas de limitation.
2
 Fissuration préjudiciable : σ𝑠𝑡 ≤ σ𝑠𝑡 = min (3 ∗fe, 110*√ηf𝑡𝑗 ).

29
1
 Fissuration très préjudiciable : σ𝑠𝑡 ≤ σ𝑠𝑡 =min (2 ∗fe, 90*√ηf𝑡𝑗 ).

Coefficient de fissuration :
 η = 1 pour les ronds lisses (RL).
 η =1.6 pour les armatures à hautes adhérence (HA).

Avec :
𝑓𝑒
σ𝑠𝑡 = γs

Le choix de l’acier comprend plusieurs variantes à savoir profilé à âme pleine en I, treillis
plan ou treillis spatial, sans oublier les profilés laminés à froids comme Les Z ou C qui
pourraient également satisfaire le niveau de la portée en gagnant sur le poids et la résistance.
Faute de temps on n’a pas opté pour plusieurs variantes cependant nous avons choisis
d’essayer d’optimiser le choix fait par le BET en proposant une autre variante et en effectuant
une comparaison entre ces dernières.
Les avantages de l’acier sont nombreux. Voici une liste non exhaustive de ces derniers :
 Bonne résistance en traction et compression ;
 Qualité de légèreté et d’élancement ;
 Utilisé pour les ouvrages de grande portée et hauteur et permet de couvrir des surfaces
dégagées permettant ainsi une utilisation optimale de l’espace ;
 L’acier est préfabriqué en atelier par un personnel qualifié et cette préfabrication en
usine permet un gain de temps considérable sur chantier et une meilleure qualité des
cordons de soudure ;
 Matériau fiable de caractéristiques connues et garanties avec précision. Il est soumis
lors de la fabrication à une série de contrôles afin de présenter un produit sécuritaire et
ce sans consommation excessive de matériau ;
 L’acier est malléable et peu épouser les formes exigées par l’architecte, également il
est mariable avec d’autres matériaux laissant ainsi une grande liberté de conception et
de choix du reste des matériaux pour la structure ;
 Ne nécessite pas de stockage préalable sur chantier ;
 Facilité d’adaptation aux changements d’affectation grâce à des assemblages
démontables et à l’intégration de nouveaux éléments et installations ;
 Possibilité de recyclage et réutilisation ;
 Chantier sec et propre ne nécessitant qu’un espace réduit ;
 Montage rapide indépendamment des conditions atmosphériques ;
 Comportement élastique avec une résistance et rigidité élevées. L’acier supporte des
contraintes élevées en traction comme en compression jusqu’à sa limite d’élasticité ;
 Son caractère ductile le favorise vis-à-vis des forces sismiques.
 Malgré cette panoplie d’avantages, il faut tout de même faire attention au fait que
l’acier est très sensible à la corrosion et que ses caractéristiques mécaniques chutent
avec la température.

III. Les hypothèses de calcul:

 B.A.E.L :
Les hypothèses de calcul adoptées pour cette étude sont :

30
 La résistance du béton à la compression à 28 jours est : f𝑐28 = 25 Mpa.
 La résistance du béton à la traction est : f𝑡28 = 2.1 Mpa.
 Le module d'élasticité différé de béton est : Evj = 10818.865 Mpa.
 Le module d'élasticité instantané de béton est : Eij = 32456.595 Mpa.
 Pour les armatures de l’acier:
 longitudinales : on a choisi le : « fe 500 » H.A
 transversales : on a choisi le : « fe 400 » R.L
 treillis soudés (de la dalle de compression) : « fe 500 » fe = 500 MPa

Eurocode :
Les hypothèses de calcul adoptées pour cette étude sont :
Béton armé

 Béton fck 28 : 25 MPa a 30 MPa


Classe d’environnement : XF2 et XC2
Classe de résistance : C25/30

 Acier HA B 500B

fyk : 500 MPa


Masse volumique : 7850 kg / m3
Module d'élasticité Es : 200 kN/mm²
γs : 1,15

 Enrobage élévation : 3 cm
Fondations : 3 cm

 Fissuration XF2 : wmax = 0,20 mm


XC2 : wmax = 0,30 mm

Poids du béton armé : 25 kN

IV. prédimensionnement :
1. Conception de la structure :
Introduction

La conception structurale est la phase initiale de l’étude d’une ossature de bâtiment en béton
armé, elle est considérée comme étant la phase la plus importante, puisque le
dimensionnement des éléments porteurs, les fondations, la bonne maîtrise des coûts et des
délais d’exécution, dépendent fortement de ses résultats. Pour choisir un système porteur,
plusieurs facteurs doivent être pris en compte à savoir les charges permanentes, les charges
d’exploitation, l’interaction sol-structure (instabilité, tassement…), et les actions climatiques.
Le choix du système porteur dépend aussi de la vocation du bâtiment : logement, écoles,
bureaux, hôpitaux, halls industriels… La conception structurale doit être conduite en
respectant les règles de l’art et de la construction, et en satisfaisant au mieux les contraintes

31
architecturales et celles du site. Nous vérifions que l’ossature ou le système porteur conçu
satisfait aux exigences suivantes :
 Prendre en compte au mieux les contraintes architecturales :
 Eviter d’implanter des poteaux gênant l’exploitation des locaux.
 Eviter la retombée des poutres au milieu des locaux.
 L’ouvrage, soumis aux actions permanentes et variables, doit être statiquement en
équilibre.
 Les différents éléments structuraux de l’ouvrage doivent permettre son utilisation dans
des conditions normales et en toute sécurité.
 En cas de problème complexe de transfert de charges d’un étage à un autre, des
éléments porteurs verticaux tels que des poteaux naissants doivent être conçus.
La conception de l’ouvrage est la phase la plus importante dans l’étude d’une construction,
elle consiste dans le choix de la structure la plus optimale, c’est-à-dire celle qui respecte le
plus, les exigences du maitre d’ouvrage, de l’architecte et du bureau de contrôle, tout en
gardant une structure bien porteuse, facile à exécuter et moins couteuse sur le plan
économique. Aussi, le respect des normes qui réglemente le type de la structure étudiée est
indispensable.
La conception se base sur les plans d’architecte, ces plans sont donnés ou reproduits sur
AUTOCAD pour faciliter la manipulation.
En général les étapes à suivre dans cette phase sont :
• S’assurer que les plans respecte les fonctions prévus pour la construction ;
• Respecter les normes et les règles qui régissent une telle construction ;
• Vérifier la conformité entre les niveaux de la structure ;
• Chaîner les poteaux ;
• S’assurer que les dalles et les poutres sont bien appuyées ;
• Pré dimensionner les éléments (dalles, poutres, poteaux et voiles) ;
• Renommer les niveaux ainsi que leur éléments ;
• Définir les dalles et indiquer leur sens de portée ;
• Tracer les axes verticaux et horizontaux des poteaux et donner la cotation ;
• Dessiner le plan de coffrage ;

Dans ce projet, cette phase de conception m’a pris un temps important du a la grande portée
des poutres et des plancher chose qui m’a poussée a recherche des variante et a essayer de
trouver les documents nécessaires à la compréhension et au calcul des différents éléments .
2. Le pré-dimensionnement des éléments structuraux :

32
Avant d’entamer tout calcul, il est plus pratique d’estimer l’ordre de grandeur des éléments de
la structure, ce qui permet d’avoir des dimensions économiques du béton et de l’acier. Pour
cela les règlements en vigueur notamment l’Eurocode et BAEL91 modifié 99 donne des
fourchettes pour un pré dimensionnement à la fois sécuritaire et économique.
Le pré-dimensionnement des éléments résistants (Les planchers, Les poutres, Les
poteaux, Les voiles) est une étape régie par des lois empiriques. Cette étape représente le
point de départ et la base de la justification à la résistance, la stabilité et la durabilité de
l’ouvrage aux sollicitations suivantes :
 Sollicitations verticales :
Elles sont dues aux charges permanentes et aux surcharges d’exploitation de plancher,
poutrelle, poutres et poteaux et finalement transmises au sol par les fondations.
 Sollicitations horizontales :
Elles sont généralement d’origine sismique et sont requises par les éléments de
contreventement constitué par les portiques.

A. Le pré-dimensionnement des planchers :

Les planchers sont des plaques minces dont l’épaisseur est faible par rapport à leurs
dimensions en plan, ils séparent deux étages d’un bâtiment et supportent les charges. Les
planchers doivent répondre aux critères suivants :

Résistance et stabilité :
 Supporter les charges
 Limitation des flèches
Durabilité
Etanchéité et protection
 A l’air
 Au feu
Isolation thermique et acoustique :
Fonction architecturale : Aspect décoratif en sous face
Fonction technique :
 Facilité de la mise en œuvre.
 Réservations pour gaines (eau, électricité).
a. Dalles corps creux :

33
Figure 10 : Composition d’une dalle corps creux

Ce type de plancher est constitué de poutrelles préfabriquées en béton armé ou bétonné sur
place espacées de 60cm de corps creux (hourdis) et d'une table de compression en béton armé
d’une épaisseur de 4 ou 5 cm. Il y’a aussi des hourdis négatifs (entrevous bas) de faible
hauteur mis en place lorsque l’on souhaite augmenter localement l’épaisseur de la dalle de
compression.
i. Pré-dimensionnement suivant l’Eurocode :

L’épaisseur du plancher est déterminée à partir de trois paramètres :


1- Acoustique :
 Pour PH Terrasse :
On traite ce type de dalle aux bruits aériens extérieurs (bruit route) :
- Epaisseur minimale d’une façade aux bruits route : 30 dB pour une voie à 200
m de la façade
- Si inférieure à 200 m voir le classement de la voie en 35, 40 ou 45 dB
 Pour les autres Planchers :
On traite ce type de dalle aux bruits aériens intérieurs (bruit rose) :

Tableau 1: isolement acoustique standardisé pondéré en fonction du local

34
Le choix des épaisseurs à partir du tableau suivant :

Tableau 2: épaisseur en fonction de la DnTA

2- Protection incendie :

Tableau 3 : Résistance au feu en fonction du type d'immeuble

Tableau 4 : Epaisseur de la dalle en fonction de la résistance au feu

35
3- Pré-dimensionnement :
 Dalle corps creux :
L
h
22,5
 Dalle pleine :

1- Lx / ly < 0,5  portant dans un seul sens


 Faible continuité : Lx /20 ;
 Forte continuité : Lx /30 ;
2- Lx / ly > 0,5  portant dans deux sens
 Faible continuité : Lx /40 ;
 Forte continuité : Lx /50 ;

4- Épaisseur h minimum

L’Eurocode n’impose rien. Les limites qui prévalaient avant sont donc reconduites. Pour les
éléments de portée ≥ environ 2 m il faut respecter h ≥ 12 cm.
Pour les éléments de portée ≤ environ 0,8 m (c’est le cas notamment des portées entre
poutrelles des planchers nervurés et des couvercles de regards) : h ≥ 5 cm
(exceptionnellement h ≥ 4 cm).
Lorsque l’isolation phonique est assurée par la loi de masse, c’est le cas le plus courant : h ≥
18 cm.
Les conditions d’environnement et de résistance à l’incendie modifient la relation entre d et h.
Indication : finalement on opte pour l’épaisseur maximale

ii. Pré-dimensionnement suivant le BAEL :


 Dalle corps creux :

36
Pour les charges normales l’épaisseur du plancher est déterminée à partir de la condition :
𝐿
Epaisseur = h ≥ 22,5

Où h est l’épaisseur totale du plancher et L est la portée maximale entre nus d’appuis.
 Dalle pleine :

Le pré-dimensionnement de l’épaisseur de la dalle pleine se fait par les conditions suivantes :

Tableau 5: predimensionnement des dalles pleines

Indication : ça donne les mêmes épaisseurs que le pré-dimensionnement en Eurocode.


B. Le pré-dimensionnement des poutres :

D’une manière générale on peut définir les poutres comme étant des éléments porteurs
horizontaux, Les poutres sont rectangulaires de section b x h, avec b la largeur et h la hauteur
de la poutre.

Figure 11: section d'une poutre

b. Pré-dimensionnement suivant le l’Eurocode


Pour un pré-dimensionnement avec Eurocode :
La colonne de gauche présente la charge de la poutre

Tableau 6 : tableaux de predimensionnement des poutres

37
c. Pré-dimensionnement suivant le BAEL

𝐿 𝐿
Selon les règles de pré-dimensionnement des poutres, on doit avoir : 16≤ h ≤10

i. Les poutres principales :

Elles reçoivent les charges transmise par les solives (Poutrelles) et les répartie aux poteaux sur
lesquels ces poutres reposent. * elles relient les poteaux. * elles Supportent la dalle
𝐿
 Pour les poutres principales porteuses des deux côtés : h = 10
𝐿
 Pour les poutres principales porteuses d’un seul côté : h = 12

ii. Les poutres secondaires (chaînage) :

Elles relient les portiques entre eux pour ne pas basculer.


𝐿
Pour les poutres secondaires : h =16.

38
iii. Les poutres de rive :

Pour les poutres de rive on les traite comme une poutre principale chargée d’un seul côté h=
𝐿 𝐿
ou h= 14 si on a la continuité.
12

C. Le pré-dimensionnement des voiles :

Les voiles sont des éléments qui résistent aux charges horizontales, dues au vent et au séisme.
On a deux types des voiles :
Voile de contreventement : Domaine d'utilisation du DTU 23.1 :
 Nombre d’étages ≥ 4
 La hauteur ≥ 12 m
 Les voiles sont appuyés sur une fondation ou une poutre rigide.
 Ils sont contreventés (au moins trois plans de directions différentes)
 Hauteur maximale du bâtiment : 40,00 m (si cloisons rigides ou fragiles)
100,00 m (avec des portées de planchers ≥ 6,00 m)
 Épaisseur : e ≥ 0,10 m
 Longueur (horizontale) : d ≥ 5.e
 Murs enterrés sur un seul niveau (sous-sol ou vide sanitaire)
 fcj ≤ 40 MPa

Voile de soutènement :
 Pour soutenir le sol et avoir une bonne sécurité
Dans notre cas les épaisseurs des voiles sont imposées par le bureau de contrôle dès le départ.
 Epaisseur de voile de soutènement = 20 cm

D. Le pré-dimensionnement des longrines :

Une longrine est un élément de structure ayant la forme d'une poutre et orientée
horizontalement, supportant des forces mécaniques importantes.
Comme pour la poutre, la hauteur de la longrine est déterminée en fonction de sa portée L
:
 La hauteur de longrine : L/15 ≤ h ≤ L/10
 Largeur de longrine : b=0,5xh

39
V. Descente des charges
A. Les charges réglementaires :

Les charges réglementaires sont en général :


- Les charges permanentes qui présentent le poids mort.
- Les charges d’exploitation ou surcharges.
 Les charges permanentes :
Il s'agit de prendre en compte le poids réel des éléments mis en œuvre pour construire le
bâtiment. Là encore, afin d'uniformiser et faciliter les procédures de calcul, le législateur
fourni des listes des poids volumiques en fonction des matériaux utilisés. Ces listes sont
disponibles dans le Document Technique Règlementaire (D.T.R) des charges
permanentes et charges d'exploitations.
 Les charges d’exploitation :
Tout bâtiment entre dans une catégorie réglementaire et doit être capable de supporter
les charges et sollicitations correspondant à une utilisation "normale". On comprend
aisément que le plancher d'un ouvrage à usage d’habitation, est à priori, moins chargé
qu'un plancher d’une bibliothèque.
Pour faciliter la prise en compte de ces chargements, sans avoir à les recalculer
Systématiquement, le législateur a choisi de définir des charges réglementaires. Celles-
ci sont présentées dans le D.T.R des charges permanentes et charges d'exploitations.

B. Calcul

G : Charges permanentes.
Q : Charges d’exploitations.

a. Plancher terrasse inaccessible :

Charges permanentes :

Table 1: charge permanente plancher terrasse

40
Terrasse
forme de la pente 1,32 KN/m2
étanchéité multicouche 0,1 KN/m2

dalle hourdis 25+5 4 KN/m2


faux plafond 0,04 Kn/m2
G 5,46 KN/m2

Charge d’exploitation
Q = 0,8 KN/m2 .

Plancher en corps creux

Enfuit de mortier

Figure 12:plancher terrasse inaccessible

b. Plancher des étages de la faculté : (amphithéâtre)

Tableau 2: charge permanente plancher étage faculté


étage courant

enduit de ciment 0,27 KN/m2

41
chape 1,2 KN/m2

Revêtement 1 KN/m2

dalle hourdis 25+5 4 KN/m2

granite 0,54 KN/m2

faux plafond 0,04 KN/m2

G= 7,05 KN/m2

Charge d’exploitation
Q = 3,5 KN/m2.

c. Plancher des étages de la clinique :

étage courant

enduit de ciment 0,27 KN/m2

chape 1,2 KN/m2

Revêtement 1 KN/m2

dalle hourdis 25+5 4 KN/m2

Revêtement en carrelage 0,44 KN/m2

faux plafond 0,04 KN/m2

G= 6,95 KN/m2

Tableau 3: charge permanente plancher étage clinique

Charge d’exploitation
Q = 3,5 KN/m2.

42
Plancher en corps creux

Figure 13 : plancher étagé clinique

d. Acrotère :
S= (0.020.2)/ (2) + (0.080.2) + (0.10.4) =0.058 m²/l
G=0.058x2500=145 kg/ml.

Figure 14: acrotère (les valeurs sont en cm)

e. Charges et surcharges des escaliers


iv. Paliers :

Tableau 4 : charges permanentes du palier


palier
Revêtement en carrelage 0,44 KN/m2
mortier de pose 0,4 KN/m2
lit de sable 0,36 KN/m2
dalle en béton arme e=16cm 4,5 KN/m2
G= 5,7 KN/m2

43
Charge d’exploitation
Q = 2,5 KN/m2.
f. Volée (paillasse)
Tableau 5: charges permanentes volée

volée (paillasse)

Revêtement en carrelage 0,44 KN/m2

mortier de pose 0,4 KN/m2

lit de sable 0,36 KN/m2


4,5
dalle en béton arme e=16cm KN/m2

G= 5,7 KN/m2

Charge d’exploitation
Q = 2,5 KN/m2.

44
Chapitre 3 : calcul statique

Introduction partielle :

45
Dans ce chapitre consiste à donner un aperçu sur toutes les méthodes à utiliser pour la réalisation du
projet. Il se compose de trois grandes parties, la première consiste à présenter les différents règlements
utilisés, la deuxième explicite les différentes calculs effectue, et la dernière partie sera consacrée à la
modélisation et aux résultats des calculs dynamiques et sismiques.

I. Règlements utilisés :
1. BAEL 91 modifiée 99 :

Pour le calcul de béton armé dans notre projet on adopte le code français BAEL 91 modifiée
99(Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en béton armé
suivant la méthode des états limites).
A. Objectifs du BAEL :

Le BAEL91 vient pour définir les 3 degrés de nocivité des ouvertures de fissures selon les
caractéristiques d'exposition d'une construction par rapport à son environnement ainsi que la
situation d'un élément de construction par rapport à l'enveloppe de celle-ci.
- Cas de fissuration très préjudiciable : La fissuration est considérée comme très
préjudiciable lorsque les éléments en œuvre sont exposés à un milieu agressif (eau de mer,
atmosphère marine telle que embruns et brouillards salins, eau très pure, gaz ou sols
particulièrement corrosifs) ou bien doivent assurer une étanchéité.
- Cas de fissuration préjudiciable : La fissuration est considérée comme préjudiciable
lorsque les éléments en cause sont exposés aux intempéries ou à des condensations ou
peuvent être alternativement noyés et émergés en eau douce.
- Cas de fissuration peu préjudiciable : La fissuration est considérée comme peu
préjudiciable dans les autres cas.
Donc l'enrobage de toute armature est au moins égal à :
- 5 cm pour les ouvrages à la mer ou exposés aux embruns ou aux brouillards salins, ainsi que
pour les ouvrages exposés à des atmosphères très agressives ;
- 3 cm pour les parois coffrées ou non qui sont soumises (ou sont susceptibles de l'être) à des
actions agressives, ou à des intempéries, ou des condensations, ou encore, eu égard à la
destination des ouvrages, au contact d'un liquide ;
- 1 cm pour des parois qui seraient situées dans des locaux couverts et clos et qui ne seraient
pas exposées aux condensations.

B. Utilisation :

46
Je me suis basée sur ce règlement pour le pré-dimensionnement et dimensionnement des
éléments comme poteaux, poutre et dalle en suivant les articles traitant ceci :
 Chapitre B.8 : Les poteaux.
 Chapitre A.8 : les poutres
A.8.3 calcul des armatures des poutres
 Annexe E.4 : Calcul plancher-Dalle.
 Chapitre A.5 : Calcul de non-poinçonnement :
A.5.2,4 forces localisées – poinçonnement.
 Chapitre A.4 : Calcul des déformations et flèche :
A.4.6 Calcul des déformations ; état limite de service vis-à-vis des
déformations.
 Chapitre B.6 : Planchers et poutres :
 B.6.5 Etat limite de déformation ;
B.6.5.2 Evaluation des flèches.
2. Béton précontraint aux états limites :

Règles BPEL 91 - Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions


en béton précontraint suivant la méthode des états limites
Au sommaire :
 Principes et définitions
 Données pour le calcul concernant les matériaux
 Précontrainte
 Actions et sollicitations
 Définition des sections
 Justification des pièces prismatiques linéaires sous sollicitations normales
 Justification des pièces prismatiques linéaires vis-à-vis des sollicitations tangentes
 Règles particulières relatives aux zones d'introduction des forces de précontrainte
 Dalles
 Dispositions constructives

3. Les Eurocodes :

Les Eurocodes sont des normes européennes de conception et de calcul des ouvrages de génie
civil et des bâtiments. Leur rôle est de définir des exigences de performances d’ouvrages, des
niveaux de sécurité et des méthodes de vérification pour satisfaire ces exigences ou atteindre
les niveaux de sécurité requis. Ils admettent que certains paramètres soient déterminés au
niveau national
Les Eurocodes sont utilisés par les maîtres d’œuvre, les bureaux d’études et les entreprises, et
servent de base aux contrôleurs pour juger de la conformité des projets. Cependant, les
autorités nationales (pour ce qui relève de la sécurité publique), les maîtres d’ouvrages (et
éventuellement les compagnies d’assurance pour limiter les risques dans les marchés privés)
sont les prescripteurs des règles à appliquer dans les marchés publics ou privés. Faire
référence à ces règles est pour ces prescripteurs le moyen de satisfaire à leurs obligations
légales et d’atteindre leurs objectifs en termes de qualité.

47
A. Liste des Eurocodes :

EN 1990 Eurocode 0 Bases de calcul des structures


EN 1991 Eurocode 1 Actions sur les structures
EN 1992 Eurocode 2 Calcul des structures en béton
EN 1993 Eurocode 3 Calcul des structures métalliques
EN 1994 Eurocode 4 Calcul des structures mixtes acier- béton
EN 1995 Eurocode 5 Calcul des structures en bois
EN 1996 Eurocode 6 Calcul des structures en maçonnerie
EN 1997 Eurocode 7 Calcul géotechnique
EN 1998 Eurocode 8 Calcul des structures pour leur résistance aux séismes
EN 1999 Eurocode 9 Calcul des structures en aluminium

B. Objectifs des Eurocodes :


Les objectifs fixés étaient (et sont toujours) de donner une base commune pour :
 les vérifications de conformité des projets aux exigences réglementaires sur la solidité
des constructions (ce qu’on appelle, dans la directive sur les produits de construction,
l’exigence essentielle n°1, stabilité et résistance mécanique et, pour la partie résistance
au feu, l’exigence essentielle n° 2, sécurité en cas d’incendie)
 les contrats, et particulièrement les marchés publics, dans le domaine de l’ingénierie et
des travaux
 les spécifications européennes et le marquage CE pour les composants structuraux.

48
C. Définitions et conventions :
a. Classes d’exposition :

Elles définissent le degré d’agression par l’environnement.


Seules sont considérées dans cet ouvrage les classes présentées dans le tableau ci-dessous.
Y est adjointe la qualité de béton requise dans chaque circonstance.

Tableau 7 : Classe d'exposition du béton

b. Enrobage :

L’enrobage c d’une barre (c comme cover) est sa distance libre au parement le plus proche.
Il participe à la durabilité en prévenant la corrosion des aciers c ≥ cmin,dur
Il participe à prévenir le risque d’éclatement accompagnant l’adhérence c ≥ cmin,b

49
Il doit être suffisant pour permettre une bonne mise en place du béton notamment c ≥ 10 mm
Il est enfin un facteur essentiel de la résistance à l’incendie.
Hors conditions liées à l’incendie, il convient déjà de respecter un enrobage c ≥ cmin tel que :
cmin = max [cmin,dur ; cmin,b ; 10 mm].
Compte tenu de l’incertitude d’exécution Δcdev du chantier, pour être sûr de respecter c ≥
cmin la valeur indiquée sur les plans est
cnom = cmin + Δcdev (l’indice « dev » reflète le mot anglais deviation signifiant ici « écart »)

D. L’Eurocode 2 :

La norme de base pour le calcul des structures en béton parmi les Eurocodes est l’Eurocode2
(norme NF EN 1992 – Calcul des structures en béton). L’Eurocode 2 comprend quatre
normes permettant de concevoir et Dimensionner les structures et les éléments structuraux des
constructions en béton (bâtiments, ouvrages d’art, silos et réservoirs…) et ou de vérifier les
propriétés mécaniques des éléments structuraux préfabriqués en béton.
– NF EN 1992-1-1: règles générales et règles pour les bâtiments
– NF EN 1992-1-2: règles générales – calcul du comportement au feu
– NF EN 1992-2: ponts – calcul et dispositions constructives
– NF EN 1992-3: silos et réservoirs
Dans cette étude je vais m’intéresser à : NF EN 1992-1-1 .

E. L'Eurocode 3

L’Eurocode 3 s’applique à la conception et au calcul des bâtiments et des ouvrages de génie


civil en acier. Il définit les exigences de résistance, d’aptitude au service et de durabilité des
structures.
Après un premier chapitre introductif, le chapitre 2 "Bases de calcul" définit les exigences
fondamentales qu'une structure doit vérifier. Le chapitre 3 "Matériaux" donne les propriétés
pour les différentes nuances des aciers laminés et des aciers formés à froid, et les valeurs de
calcul de certaines propriétés (E, G, ρ , α …). Il présente aussi quelques moyens
d'assemblage: boulons, écrous, plusieurs types d'éléments d'attache précontraints, rivets,
soudage, ….
Le chapitre 4 "Etats limites de service" traite des flèches (méthode de calcul, valeurs limites
selon que l'on est dans le cas d'une poutre, d'un poteau, d'un portique, ou d'un bâtiment à
plusieurs niveaux) et des effets dynamiques (oscillations entretenues par le vent, vibrations).
Le chapitre 5 "Etats limites ultimes" traite de la vérification de la résistance d'une section
transversale pour un élément tendu, comprimé, fléchi, ou soumis à une combinaison d'effort
axial et de moment fléchissant. Il donne les méthodes pour calculer les sollicitations. Il traite

50
des systèmes structuraux, de la prise en compte des imperfections, … Il traite aussi de la
vérification de la résistance des éléments (au flambement – voir figure, au déversement, …),
de la résistance des âmes au voilement par cisaillement selon diverses méthodes, de la
résistance des âmes aux charges transversales, …
Le chapitre 6 "Assemblages sous charges statiques" donne les bases du calcul des moyens
d'assemblage (distance entre trous, résistance des boulons, soudures, …). Il traite des points
d'épure, des assemblages sollicités au cisaillement et soumis à des vibrations et/ou à des
charges alternées. Il donne une classification des assemblages (par rigidité ou par résistance).
Le chapitre 7 "Fabrication et montage" donne les spécifications du projet, les restrictions
d'emploi de matériaux durcis, la préparation des pièces, les assemblages boulonnés ou soudés,
et les tolérances. Le chapitre 8 "Conception et dimensionnement assistés par
l'expérimentation" explique le programme d'essai, la réalisation des essais, l'interprétation des
résultats, et le compte-rendu d'essai. Le chapitre 9 traite de tout ce qui concerne la Fatigue:
chargement, coefficients partiels de sécurité, spectre de contrainte, méthodes de vérification.

II. Calcul des éléments de la Structure :


1. Béton armé
A. Poteau

Figure 15: position du poteau.


Données :
- Les charges :
Charges permanente des étages : 7,05 KN/m2
Charge permanente de la terrasse : 5,5 KN/m2
Charges d’exploitation pour les étages : 3,5 KN/m2
Charges d’exploitation pour la terrasse inaccessible : 1 KN/m2
- Surface d’influence :

51
Figure 16: surface d'influence

Verticalement : (6,5+2,7)*0,5 = 4,6 m


Horizontalement : ( 13,22+13,18)*0,5 = 13,20 m
 Surface S= 60,72 m2
Pu = 6362,66 KN
 Suivant le B.A.E.L :

- Calcul du coffrage
Hypothèse : λ1 = 40 <50
d’où : β1 = 1+0,2(𝜆/35) ² = 1,261

(β1∗Nu) (0,85∗fc28)
Br1 ≥ fbc 0,85∗fe , Avec : fbc = = 14,17 MPa
( + ) 1,5
0,9 115

(1,261∗6362,66 ∗10−3 )
A.N: Br1≥ 14,17 2,5∗0,85∗500 *104
( + )
0,9 115

Br1 ≥ 3212,48 cm²


3212,48
(a-2)*(b-2) ≥ 3212,48 cm² => b = ( )+2= 68,93 𝑐𝑚
48

 On fixe : b = 70 cm
k∗l0
λ2= √ ; pour un poteau de bâtiment k=0,7 ; 𝑙0= 4,4 𝑚
Imin∗B

0,7∗3,5
λ2 = 2
= 21,34 => β2 = 1+0,2*(21,34/35)² = 1,074
√50
12

52
3212,48∗1,074
Br2 ≥ => Br2 ≥ 2736,47 cm²
1,261

2736,47
b≥( )+2 = 59,01 cm
48

 On retient b= 60 cm
k∗l0
λ3= ; pour un poteau de bâtiment k=0,7 ; 𝑙0= 4,4 𝑚
√Imin∗B

0,7∗3,5
λ3 = 2
= 21,34 => β2 = 1+0,2*(21,34/35)² = 1,074
√50
12

2736,47∗1,074
Br2 ≥ => Br2 ≥ 2736,47 cm²
1,074

2736,47
b≥( )+2 = 59,01 cm donc On retient b= 60 cm c’est la valeur finale .
48

b final = 60 cm car la valeur a convergée.

- Calcul des armatures longitudinales :

L'effort normal Nu, calculé avec une descente de charges, ne doit pas dépasser Nul l'effort normal
ultime.
Nul = (Al*sc + Br*bc)
0,85
avec :  = λ si   50
1+0,2∗( )2
35
50
 = 0,6∗ ( )2 si 50    70
λ

Al : section d'aciers longitudinaux, de diamètre l , maintenues par des armatures


transversales d’espacement limité à 15l .
Br = section réduite du béton (obtenue en enlevant 1 cm tout autour)
fcj;1 fe;1
bc = 35 sc = 15

N’u= 1752,45+ 0,25*0,5*1,35*3,5*25= 1767,22 KN


fbc
β∗𝑁𝑢′ −Br∗ B
A’u= max( 0,85∗500
0,9
∗ 104 ; max[ 4 ∗ u] ; [ 0,2 ∗ ])
100
1,15
A.N:
14,17
1,074∗6362,66∗10−3 −0,28∗ 0,5∗,0,6
A’u=max( 0,85∗500
0,9
∗ 104 ; max[ 4 ∗ 2 ∗ 0,5 ∗ 0,6]; [0,2 ∗ ])
100
1,15

53
A’u= 67,68 cm²

On choisit : 6 T 40 comme armatures longitudinales avec une section de 75,4 cm²

 Calcul suivant l’Eurocode 2 :


Données :
b = 50 cm
h= 60 cm
Hypothèses :
Ac = 50*60 = 3000 cm² = 0,3 m²
Béton C25/30 ; fck = 25 MPa ; fcd = 25/1,5 = 16,7 MPa
Acier fyk = 500 MPa ; fyd = 500/1,15 = 435 MPa
Vérification de risque de flambement :
L = 4,5 m
 = 0,7 (poteau de bâtiment encastré en pied et articulé en tête)
L0 =  x L = 0,7 x 4,4 = 3,08 m
a= Min (b,h) = 0,5 m
𝑎 0,25
i = = = 0,144
√12 √12
L0 3,08
= = = 21,34 < 60
i 0,072
0.86
=  = 0,769 pour  < 60
1+( )2
62

EC2 : Résistance NRd


NRd = *[Ac*fcd + As*fyd]
0,1∗NEd 0,1∗6362,66
As min  Max ( ; 0,002*Ac) = Max ( ; 0,002 *0,5 *0,6)
fyd 435

= Max (14,633 ; 6) = 4,06 cm² .


As max = 0,04*Ac = 0,04*0,6*0,60 = 120*10-4 m² = 120 cm²
Calcul des aciers du poteau béton rectangulaire 50*60
NRd = *[Ac*fcd + As*fyd]

54
Ned 6362,66

−Ac∗fcd −0,3∗16,7
0,769
As ≥ = = 75,30 cm²
fyd 435

 6 HA 40 = 75,4 cm²
Armature transversale t  Max (6mm, 40/4 = 10) = 10 mm
st,max = min (20*lmin; 40 cm; b) = min( 20*40 ; 40 ; 50 ) = 40 cm

Calcul pour toute la file du poteau :


calcul pour la file du poteau du R.D.C jusqu'au la terrasse
étages Nu ( KN ) a x b (cm2) ferraillage
R.D.C 6362,66 50*60 6t40
1 5045,01 40*60 8t32
2 3700,09 40*45 8t25
3 2327,65 30*40 6t25
4 982,74 25*25 6t14

Tableau 8: ferraillage de toute la file du poteau

B. Poutre

Comme exemple de calcul manuel j’ai choisi la poutre si dessous qui appartient au plancher
haut du troisième étage de la faculté, cette poutre est une poutre continue de trois travées je
vais la calculer suivant les règles du B.A.E.L et l’Eurocode 2 et par logiciel dans la partie
modélisation.

Figure 17: exemple de calcul manuel de poutre

55
Figure 18: dimensions de la poutre chargée

Tableau 6 : caractéristiques des poutres

Travée 1 Travée 2 Travée 3

b(cm) 25 25 25
h(cm) 25 35 35
L(m) 3 4,1 4,1
positon rive intermédiaire rive
L'(m) 3 3,28 4,1

Choix de la méthode :
Vérification des conditions de la Méthode forfaitaire :
Les conditions à vérifier sont :
 Q ≤ max (2*G ; 5 KN/m)
 Même inertie pour toutes les travées
 0,8 ≤ li/li+1 ≤ 1,25
 Fissuration peu préjudiciable
Puisque la deuxième condition n’est pas vérifiée on utilisera la Méthode de Caquot modifiée.
Conclusion : la méthode forfaitaire n’est pas applicable, je vais travailler avec la méthode de
Caquot que j’ai programmée sur Excel.

56
a. Calcul des Moments :

Le calcul se fera par la Méthode de Caquot modifie qui permet d’avoir les moments sur
appuis garce au formules suivantes :
 Moments sur Appuis :
 Dans le cas de charges uniformément reparties :

Figure 19:modélisation des paramètres de la formule de la méthode de Caquot

′2 +𝛽𝑞 ∗𝑙 ′2
𝑞𝑤 ∗𝑙𝑤 𝑒 𝑒
Mi = -
8,5 ( 1+𝛽 )

Mi : le moment sur un appui.


q(w,e) : charge des travées gauche et droite respectivement.
l’(w,e) : longueur de calcul des travées gauche et droite respectivement.
 l’ = l (travée de rive).
 l’ = 0.8* L (travée intermédiaire).

𝑙𝑒′ ∗ 𝐼𝑤
𝛽: ′ ∗𝐼
𝑙𝑤 𝑒

 Pours des charges concentrées

Figure 20: modélisation des paramètres de la formule de la méthode de Caquot

57
′ +𝛽∗k∗𝑞 ∗𝑙 ′
𝑘𝑤 ∗𝑞𝑤 ∗𝑙𝑤 𝑒 𝑒
Mi (Qw,Qe) = -
1+𝛽

K(w,e) = x(w,e)*( x(w,e) -1)*(x(w,e) -2)


𝑎(𝑤,𝑒)
x(w,e) = ′
𝑙(𝑤,𝑒)

Tableau 9: caractéristiques de l'Appui 1 Tableau 10: caractéristiques de l'Appui 2

Appuis 1 Appuis 2
Lw(m) 3 L(m) 4,1
L'w(m) 3 L'w(m) 3,28
Le(m) 4,1 Le(m) 4,1
L'e(m) 3,28 L'e(m) 4,1
qw(KN/m) 22,046 qw(KN/m) 38,321
qe(KN/m) 38,321 qe(KN/m) 22,889
β 1,250 β 1,250

NB : Les moments sont nuls au niveau des appuis de rives (Appuis 1 et 4).
 Moments et efforts tranchants sur les Travées :

Les moments en travées sont calculés par la relation suivante :


𝑥 𝑥
M(x) = 𝑀0 + 𝑀𝑖−1 * (1 - 𝑙 ) + 𝑀𝑖 *
𝑖 𝑙𝑖

𝑀0 : Moment isostatique de la travée


𝑀𝑖−1 : Moment sur l’Appui de gauche
𝑀𝑖−1 : Moment sur l’Appui de droite
Pour les efforts tranchants des travées ils sont calcules avec la formule suivante :
𝑑𝑀𝑥 𝑑𝑀0 𝑀𝑖 − 𝑀𝑖−1
T(x) = = + .
𝑑𝑥 𝑑𝑥 𝑙𝑖

Les calculs se feras pour différents cas de charge pour avoir les sollicitations maximales pour
tous les éléments (poteaux, poutre, appuis) cela se fera en appliquant la charges d’exploitation
Q=3,5 KN/m2 sois sur l’une des travées seule à la fois ensuite deux à la fois et en dernier
toutes les travées à la fois, les résultats sont présentés dans le tableau suivant :

58
Tableau 11: tableau récapitulatif des moments et des efforts tranchants

M T M T M T
travée travée M travée travée M travée travée
cas de charge 1 1 appui 1 2 2 appui 2 3 3
T1 chargée 13,24 41,27 -25,977 24,79 54,43 -32,75 15,8 41,49
T2 chargée 4,15 30,82 -25,14 48,205 82,14 -39,83 17,99 43,22
T3 chargée 6,68 29,31 -20,61 23,99 57,64 -40,54 31,88 57,92
T1 &T2 chargées 9,75 43,24 -30,51 45,42 80,83 -39,83 17,99 43,22
T2 &T3 chargées 4,15 30,82 -25,14 44,54 84,04 -47,61 29,07 59,65
T1 &T3 chargées 13,23 43,73 -25,98 21,09 56,33 -40,54 31,88 57,92
toutes chargées 9,75 43,24 -30,51 43,69 82,73 -47,61 29,07 59,65
Max 13,24 43,73 -30,51 48,205 84,04 -47,61 31,88 59,65

Les figures si dessous représentent une modélisation des Moments maximaux et des efforts
tranchants.

Figure 21: modélisation des moments maximaux

Figure 22: modélisations des efforts tranchants

59
b. Calcul du ferraillage longitudinal et transversal :

 Suivant le B.A.E.L
 Ferraillage longitudinal :

𝑀𝑢
𝜇=
𝑏 ∗ 𝑑 2 ∗ 𝑓𝑏𝑐

α=1,25*(1- √1 − 2 ∗ 𝜇
α ≤ α lim ) α ≥ α lim = 0,617

𝐴′𝑢 = 0 α = 0,69

3,5 𝑑′
α ≤ 0,259 α > 0,259 𝜀𝑎′ = *(1- ) 𝜎𝑎′
1000 α∗d
3,5 1− α
𝜀𝑎⬚ = *( ) 𝜎𝑎⬚
1000 α

𝑓𝑒 3,5∗(1−α )
𝜎𝑎 = 𝜀𝑎 =
1,15 1000∗α

2
𝑀𝑢−0,4∗𝑏∗𝑑 ∗𝑓𝑏𝑐
𝐴′𝑢 *104
൫𝑑−𝑑′൯∗𝜎′𝑎

𝑀𝑢 ′ ′ ⬚
𝐴𝑢 = *104 ⬚ 𝐴𝑢 ∗𝜎𝑎 +0,552∗𝑏∗𝑑 ∗𝑓𝑏𝑐
𝐴𝑢 = *104
𝑑∗(1−0,4∗α)∗𝜎𝑎
𝜎𝑎⬚

Figure 23 : organigramme pour le calcul du ferraillage pour les poutres en flexion simple en
B.A.E.L

Le tableau si dessous montre les résultats de calcul du ferraillage des travées et des appuis de
la poutre continue obtenu avec Excel

60
Tableau 12: ferraillage des travées et appuis de la poutre continue

M travée 1 M appui 1 M travée 2 M appui 2 M travée 3


b (m) 0,25 0,25 0,25 0,25 0,25
h (m) 0,25 0,35 0,35 0,35 0,35
M max (KN,m) 13,24 -30,51 48,2 -47,61 31,88
Au cm2 1,4 3,34 5,52 5,44 3,5
ferraillage 3T10 3T12 5T12 5T12 5T10
Au correspondante 2,36 3,39 5,65 5,65 3,93

 Ferraillage transversales :
- Pour la travée 1 :

̅
 Vérification si 𝜏𝑢 ≤ 𝜏𝑢

𝑇𝑚𝑎𝑥 = 43,73 KN
𝟓
𝑇𝑢 = 𝑻𝒎𝒂𝒙 - *pu*h = 37,92 KN
𝟔
𝑻𝒖
𝜏𝑢 = = 0,689 MPa
𝒃𝟎 ∗𝒅

𝑐28 𝑓
𝜏̅𝑢 = min (0,2* 1,5 ; 5) =3,33 MPa

𝜏𝑢 < 𝜏̅𝑢 La condition est vérifiée.

 Armature de couture
Calcul du diamètre :
ℎ 𝑏0
ϕt ≤ min (ϕl min ; ; ) = 10 mm et 6mm ≤ ϕt ≤ 12 mm
35 10

Je prends ϕt = 6 mm
Puisque ma section se présente comme suit

Figure 24: exemple de calcul de At

61
𝜋∗ϕ2𝑡
At = 4* = 1,13 cm2
4

Calcul de l’espacement :
Espacement initial :
A𝑡 𝑓𝑒𝑡 0,9∗(sin(𝛼)+cos(𝛼))
St0 ≤ * * = 56,55 cm
b0 1.15 𝜏𝑢 −0,3∗𝑘∗𝑓𝑡28

Espacement minimum des armatures :


A𝑡 𝑓𝑒𝑡
Stmin ≤ * = 197,66 cm
b0 0,4

Espacement maximum des armatures :


Stmax ≤ min (15*ϕ’l min ;0,9*d ;40 ) = 19,8 cm

 St0 = min (St0 ; St min ; St max) = 19,8 cm

- Pour la travée 2 :
̅
 Vérification si 𝜏𝑢 ≤ 𝜏𝑢

𝑇𝑚𝑎𝑥 = 80,04 KN
𝟓
𝑇𝑢 = 𝑻𝒎𝒂𝒙 - *pu*h = 69,72 KN
𝟔
𝑻𝒖
𝜏𝑢 = = 1,268 MPa
𝒃𝟎 ∗𝒅

𝑐28 𝑓
𝜏̅𝑢 = min (0,2* 1,5 ; 5) =3,33 MPa

𝜏𝑢 < 𝜏̅𝑢 La condition est vérifiée.

 Armature de couture
Calcul du diamètre :
ℎ 𝑏0
ϕt ≤ min (ϕl min ; ; ) = 15 mm et 6mm ≤ ϕt ≤ 12 mm
35 10

Je prends ϕt = 6 mm
Puisque ma section se présente comme suit

62
Figure 25: détermination de la valeur de n
𝜋∗ϕ2𝑡
At = 4* = 1,13 cm2
4

Calcul de l’espacement :
Escapement initial :
A𝑡 𝑓𝑒𝑡 0,9∗(sin(𝛼)+cos(𝛼))
St0 ≤ * * = 56,55 cm
b0 1.15 𝜏𝑢 −0,3∗𝑘∗𝑓𝑡28

Espacement minimum des armatures :


A𝑡 𝑓𝑒𝑡
Stmin ≤ * = 27,76 cm
b0 0,4

Espacement maximum des armatures :


Stmax ≤ min (15*ϕ’l min ;0,9*d ;40 ) = 19,8 cm

 St0 = min (St0 ; St min ; St max) = 19,8 cm

- Pour la travée 3 :
̅
 Vérification si 𝜏𝑢 ≤ 𝜏𝑢

𝑇𝑚𝑎𝑥 = 59,65 KN
𝟓
𝑇𝑢 = 𝑻𝒎𝒂𝒙 - *pu*h = 53,83 KN
𝟔
𝑻𝒖
𝜏𝑢 = = 0,979 MPa
𝒃𝟎 ∗𝒅

𝑐28 𝑓
𝜏̅𝑢 = min (0,2* 1,5 ; 5 ) =3,33 MPa

𝜏𝑢 < 𝜏̅𝑢 La condition est vérifiée.

 Armature de couture
Calcul du diamètre :
ℎ 𝑏0
ϕt ≤ min (ϕl min ; ; ) = 10 mm et 6mm ≤ ϕt ≤ 12 mm
35 10

Je prends ϕt = 6 mm

63
Puisque ma section se présente comme suit

Figure 26: détermination de la valeur de n


𝜋∗ϕ2𝑡 2
At = 4* = 1,13 cm
4

Calcul de l’espacement :
Espacement initial :
A𝑡 𝑓𝑒𝑡 0,9∗(sin(𝛼)+cos(𝛼))
St0 ≤ * * = 56,55 cm
b0 1.15 𝜏𝑢 −0,3∗𝑘∗𝑓𝑡28

Espacement minimum des armatures :


A𝑡 𝑓𝑒𝑡
Stmin ≤ * = 50,75 cm
b0 0,4

Espacement maximum des armatures :


Stmax ≤ min (15*ϕ’l min ;0,9*d ;40 ) = 19,8 cm

 St0 = min (St0 ; St min ; St max) = 19,8 cm je prends 20 cm

Condition de non fragilité:


Dans toute poutre comportant une section tendue
Travée 1 :
0,0008*0,25*0,25*10000 = 0,5 cm2 < 2,36 cm2
Travée 2 :
0,0008*0,25*0,35*10000 = 0,7 cm2 < 5,65 cm2
Travée 3 :
0,008*0,25*0,35*10000 = 0,7 cm2 < 3,93 cm2

Ferraillage minimal :
𝒇𝒕𝟐𝟖∗𝒃∗𝒅
As =0,23* 𝒇𝒆

Travée 1 :

64
As = 0,54 < 2,36 cm2
Travée 2 :
As = 0,76 cm2 < 5,65 cm2
Travée 3 :
As = 0,76 cm2 < 3,93 cm2

Vérification de la flèche:

Tableau 13: vérification de la flèche pour les trois travées

travée 1 travée 2 travée 3


b 0,25 m b 0,25 m b 0,25 m
h 0,25 m h 0,35 m h 0,35 m
l 3 m l 4,1 m l 4,1 m
Nser 14,25 KN Nser 25,27 KN Nser 14,25 KN
E 32164,195 Mpa E 32164,195 Mpa E 32164,195 Mpa
I 0,0003 m4 I 0,0009 m4 I 0,0009 m4
f cal 0,14 cm f cal 0,35 cm f cal 0,18 cm
f lim 0,6 cm f lim 0,82 cm f lim 0,82 cm
la condition est vérifiée la condition est vérifiée la condition est vérifiée

La figure suivante montre la disposition du ferraillage calculé.

Figure 27: modélisation du ferraillage de la poutre continue

 Suivant l’Eurocode 2 : Méthode de calcul avec un diagramme d’acier a palier


incliné

65
 Travée 1 :
- Ferraillage longitudinal :

Med = 13,24 KN.m


Mser = 9,325 KN.m
𝐌𝐞𝐝 13,24
γ= = = 1,40 ;
𝐌𝐬𝐞𝐫 9,325

αe = 15 (valeur conventionnelle adoptée par le B.A.E.L)


𝑀𝐸𝐷 13,24∗10−3
µbu = = = 0,063
b∗d2 ∗fcd 0,25∗0,2252 ∗16,67

Calculons : µlu = µlu(15)*k

Tableau 14: Tableau des moments réduits 104.μlu (15) Diagramme σ−ε à palier incline

µlu (15) = 0,2252.


K= (A+ B*αe + C*αe2)*104
A = 75,3.fck - 189,8 A = 75,3.25 - 189,8 = 1 692,7
B = −5,6.fck + 874,5 B = −5,6.25 + 874,5 = 734,5
C = 0,04.fck − 13 C = 0,04.25 − 13 = −12
 K = (1 692,7 + 734,5.15 − 12.152).10−4 = 1,001
 μlu = 0,2252

µdu < µlu pas d’armature comprimées


µdu = 0,063 < µab = 0,1019 car il s’agit d’un acier de classe de ductilité A et fck = 25 MPa
Pivot A => εs1 = εud = 0,0225 car classe de ductilité A

66
𝑓𝑦𝑑
εs1 < εyd = = 0,025 condition non vérifiée
𝐸𝑠
 σ𝑠1 = 432,71+952,38*εs1 = 454,14 > 454 on prend 454 c’est la limite
u = 1,25[1 –√(1 – 2µ) ] = 0,081.
𝑀𝑒𝑑
As = = 1,34 cm².
[(1−0.4∗)∗d∗σ𝑠1 ]

As min ≤ As ≤ As max
Avec :
𝑓
 As min = 0,26 * 𝑓𝑡𝑚 *b*d
𝑦𝑘

fctm = résistance moyenne en traction directe

67
Tableau 15: Caractéristiques de résistance et de déformation du béton

 As max =0,04*Ac
 0,73 ≤ 1,34 ≤ 25 cm2 . la condition est vérifiée

 As = 1,34 cm² => 2 HA12 ( 2,26 cm² )

68
- Ferraillage transversal :
Sollicitations
Combinaison fondamentale ELU : V Ed,ELU = 43,73 KN
q Ed = 22,79 KN/m
Calcul de l’effort tranchant réduit
Effort tranchant maxi sur appui : VEd ELU = 43,73 kN
𝑏𝑤∗ z∗ ∗𝑓𝑐𝑑
Vérifier : VEd,non reduit  VRd,max =
(cot  + tan  )

𝑓𝑐𝑘 𝑓𝑐𝑘
Avec : *fcd = 0,6*(1 – )* = 9 MPa
250 1,5

z = 0,9*d
Pour  = 21,8°; cot() = 2,5 ; tan() = 0,4; L = z*cot() = 0,9*0,225*2,5 = 0,51 m
à 0,51 m, V0ED = 43,73 – 0,51 *22,79 = 32,11 KN
0,25 x 0,9 x 0,225 x 9
V’Ed = 32,11 < = 157 KN  ok
( 2,5 + 0,4)

Pour  = 45,0° ; cot() = 1 et tan = 1 ; L = z*cot() = 0,9*0.225*1,0 = 0,2 m


à 0,2 m, V0ED = 43,73 – 0,2*22,79= 39,17 KN
0,25 x 0,9 x 0,225 x 9
V’Ed = 39,17 < = 227,81 KN  ok
( 1+1)

La condition est largement vérifiée dans les deux cas


𝑽
Cisaillement type EC2 :  =
𝐛∗𝒛

Pour  = 21,8°
𝑉0Ed,red 32,11∗10−3
ED = = = 0,63 MPa
𝑏𝑤 ∗𝑧 0,9∗0,225∗0,25

Pour  = 45°
𝑉′Ed,red 39,17∗10−3
Ed = = = 0,77 MPa
𝑏𝑤 ∗𝑧 0,9∗0,225∗0,25

69
Calcul des armatures :
𝐴sw 𝑉0Ed,red
Si u  min = 21,8°  
s 𝑧∗𝑓𝑦𝑑 ∗cot()

Pour  = 21,8° : VED = 32,11*10-3 MN


𝐴sw 𝑉0Ed,red 32,11∗10−3
 = = 1,45*10-4 m² = 1,45 cm² / m
s 𝑧∗𝑓𝑦𝑑 ∗cot() 0,9∗0,225∗435∗2,5

1,45 5,18
Avec 1 brins HA 6 = 1*0,28 = 0,28 cm²  n = = = 20 cm
0,28∗st st

St = 20 cm
Armatures minimales
0,5
𝑏w ∗0,08𝑓𝑐𝑘 0,25∗0,08∗250,5
= = 2*10-4 m²/m = 2 cm²/m
𝑓yk 500

2 3,75
Avec 2 brins HA 6 = 2*0,28 = 0,56 cm²  n = = = 28 cm
0,56∗st st

 Travée 2 :
- Ferraillage longitudinal :
Med = 47,61 KN.m
Mser = 34,83 KN.m
𝐌𝐞𝐝 47,61
γ= = = 1,42 => 1,4 pour faciliter le calcul ;
𝐌𝐬𝐞𝐫 34,83

αe = 15 (valeur conventionnelle adoptée par le B.A.E.L )


𝑀𝐸𝐷 48,205∗10−3
µbu = = = 0,117
b∗d2 ∗fcd 0,25∗0,3252 ∗16,67

Calculons : µlu = µlu(15)*k

70
Tableau 16:Tableau des moments réduits 104.μlu (15) Diagramme σ−ε à palier incline

µlu (15) = 0,2252.


K= (A+ B*αe + C*αe2)*104
A = 75,3.fck - 189,8 A = 75,3.25 - 189,8 = 1 692,7
B = −5,6.fck + 874,5 B = −5,6.25 + 874,5 = 734,5
C = 0,04.fck − 13 C = 0,04.25 − 13 = −12
 K = (1 692,7 + 734,5.15 − 12.152).10−4 = 1,001
 μlu = 0,2252
µdu < µlu pas armature comprimées

u = 1,25[1 –√(1 – 2µ) ] = 0,155


1−𝑐
µdu > µab = 0,1019 => Pivot B , εc = εcu2 ou εcu3 = 0,0035 et εs1 = ε𝑐 ∗ = 0,019
𝑐

εs1 > εyd = 0,0025 => σ𝑠1 = 432,71+952,38* εs1 =454,138 > 454

Je prends: σ𝑠1 = 454


𝑀𝑒𝑑
 As = = 3,59 cm²
[(1−0.4∗)∗d∗σ𝑠1 ]

Avec: As min ≤ As ≤ As max


 1,023 ≤ 3,59 ≤ 35 cm2 . la condition est vérifiée
 As = 3,59 cm2 => 4 HA12 ( 4,52 cm² )

- Ferraillage transversal :
Sollicitations
Combinaison fondamentale ELU : V Ed,ELU = 84,04 KN
q Ed = 38,32 KN/m

71
Calcul de l’effort tranchant réduit
Effort tranchant maxi sur appui : VEd ELU = 84,04 kN
𝑏𝑤∗ z∗ ∗𝑓𝑐𝑑
Vérifier : VEd,non reduit  VRd,max =
(cot  + tan  )

𝑓𝑐𝑘 𝑓𝑐𝑘
Avec : *fcd = 0,6*(1 – )* = 9 MPa
250 1,5

z = 0,9*d
Pour  = 21,8°; cot() = 2,5 ; tan() = 0,4; L = z*cot() = 0,9*0,325*2,5 = 0,73 m
à 0,73 m, V0ED = 84,04 – 0,73 *38,32 = 56,07 KN
0,25 x 0,9 x 0,325 x 9
V’Ed = 56,07 < = 226,94 KN  ok
( 2,5 + 0,4)

Pour  = 45,0° ; cot() = 1 et tan = 1 ; L = z*cot() = 0,9*0.325*1,0 = 0,29 m


à 0,29 m, V0ED = 84,04 – 0,29*38,32 = 72,93 KN
0,25 x 0,9 x 0,325 x 9
V’Ed = 72,93 < = 329,06 KN  ok
( 1+1)

La condition est largement vérifiée dans les deux cas


𝑽
Cisaillement type EC2 :  =
𝐛∗𝒛

Pour  = 21,8°
𝑉0Ed,red 56,07∗10−3
ED = = = 0,63 MPa
𝑏𝑤 ∗𝑧 0,9∗0,225∗0,25

Pour  = 45°
𝑉′Ed,red 72,93∗10−3
Ed = = = 0,77 MPa
𝑏𝑤 ∗𝑧 0,9∗0,225∗0,25

Calcul des armatures


𝐴sw 𝑉0Ed,red
Si u  min = 21,8°  
s 𝑧∗𝑓𝑦𝑑 ∗cot()

Pour  = 21,8° : VED = 32,11*10-3 MN

72
𝐴sw 𝑉0Ed,red 56,07∗10−3
 = = 1,76*10-4 m² = 1,76 cm² / m
s 𝑧∗𝑓𝑦𝑑 ∗cot() 0,9∗0,325∗435∗2,5

1,76 6,28
Avec 1 brins HA 6 = 1*0,28 = 0,28 cm²  n = = = 16 cm
0,28∗st st

St = 20 cm
Armatures minimales
0,5
𝑏w ∗0,08𝑓𝑐𝑘 0,25∗0,08∗250,5
= = 2*10-4 m²/m = 2 cm²/m
𝑓yk 500

2 3,75
Avec 2 brins HA 6 = 2*0,28 = 0,56 cm²  n = = = 28 cm
0,56∗st st
 Travée 3 :
- Ferraillage longitudinal :

Med = 48,205 KN.m


Mser = 33,863 KN.m
𝐌𝐞𝐝 31,88
γ= = = 1,85.
𝐌𝐬𝐞𝐫 17,257

Tableau 17: donnant la valeur de µlu(15)*104

𝑀𝐸𝐷 31,88∗10−3
µbu = = = 0,077
b∗d2 ∗fcd 0,25∗0,2252 ∗16,67

Calculons : µlu = µls

73
Tableau 18:Tableau donnant la valeur de µls

μlu = µls = 0,3717


µdu < µlu pas armature comprimées
u = 1,25[1 –√(1 – 2µ) ] = 0,1

µdu < µab = 0,1019 => pivot A , εs1 = εud = 0,0225 car classe de ductilité A
𝑓𝑦𝑑
εs1 < εyd = = 0,025 condition non vérifiée
𝐸𝑠
σ𝑠1 = 432,71+952,38*εs1 = 454,14 > 454 on prend 454 c’est la limite
𝑀𝑒𝑑
As = = 2,32m cm²
[(1−0.4∗)∗d∗σ𝑠1 ]

Avec: As min ≤ As ≤ As max


 1,023 ≤ 2,32 ≤ 35 cm2 . la condition est vérifiée
 As = 2,32 cm² => 3 HA12 ( 3,39cm² )

- Ferraillage transversal :
Sollicitations
Combinaison fondamentale ELU : V Ed,ELU = 59,65 KN
q Ed = 22,89KN/m
Calcul de l’effort tranchant réduit
Effort tranchant maxi sur appui : VEd ELU = 59,65 kN

74
𝑏𝑤∗ z∗ ∗𝑓𝑐𝑑
Vérifier : VEd,non reduit  VRd,max =
(cot  + tan  )

𝑓𝑐𝑘 𝑓𝑐𝑘
Avec : *fcd = 0,6*(1 – )* = 9 MPa
250 1,5

z = 0,9*d
Pour  = 21,8°; cot() = 2,5 ; tan() = 0,4; L = z*cot() = 0,9*0,325*2,5 = 0,73 m
à 0,73 m, V0ED = 59,65 – 0,73 *22,89 = 42,94 KN
0,25 x 0,9 x 0,325 x 9
V0Ed = 42,94 < = 226,94 KN  ok
( 2,5 + 0,4)

Pour  = 45,0° ; cot() = 1 et tan = 1 ; L = z*cot() = 0,9*0,325*1,0 = 0,29 m


à 0,29 m, V0ED = 59,65 – 0,29*22,89 = 51,01 KN
0,25 x 0,9 x 0,325 x 9
V0Ed = 51,01 < = 329,06 KN  ok
( 1+1)

La condition est largement vérifiée dans les deux cas


𝑽
Cisaillement type EC2 :  =
𝐛∗𝒛

Pour  = 21,8°
𝑉0Ed,red 42,94∗10−3
ED = = = 0,58 MPa
𝑏𝑤 ∗𝑧 0,9∗0,325∗0,25

Pour  = 45°
𝑉0Ed,red 51,01∗10−3
Ed = = = 0,70 MPa
𝑏𝑤 ∗𝑧 0,9∗0,325∗0,25

Calcul des armatures


𝐴sw 𝑉0Ed,red
Si u  min = 21,8°  
s 𝑧∗𝑓𝑦𝑑 ∗cot()

Pour  = 21,8° : VED = 42,94*10-3 MN


𝐴sw 𝑉0Ed,red 42,94∗10−3
 = = 1,35*10-4 m² = 1,35 cm² / m
s 𝑧∗𝑓𝑦𝑑 ∗cot() 0,9∗0,325∗435∗2,5

75
1,35 4,82
Avec 1 brins HA 6 = 1*0,28 = 0,28 cm²  n = = = 20 cm
0,28∗st st

St = 20 cm
Armatures minimales
0,5
𝑏w ∗0,08𝑓𝑐𝑘 0,25∗0,08∗250,5
= = 2*10-4 m²/m = 2 cm²/m
𝑓yk 500

2 3,75
Avec 2 brins HA 6 = 2*0,28 = 0,56 cm²  n = = = 28 cm
0,56∗st st

 Appui 1 :
- Ferraillage longitudinal :
Med = 30,51 KN.m
Mser = 21,87 KN.m
𝐌𝐞𝐝 30,51
γ= = = 1,4.
𝐌𝐬𝐞𝐫 21,87

αe = 15 (valeur conventionnelle adoptée par le B.A.E.L )


𝑀𝐸𝐷 30,51∗10−3
µbu = = = 0,074
b∗d2 ∗fcd 0,25∗0,3252 ∗16,67

Calculons : µlu = µlu(15)*k

Tableau 19: Tableau des moments réduits 104.μlu (15) Diagramme σ−ε à palier incline

µlu (15) = 0,2252.


K= (A+ B*αe + C*αe2)*104
A = 75,3.fck - 189,8 A = 75,3.25 - 189,8 = 1 692,7
B = −5,6.fck + 874,5 B = −5,6.25 + 874,5 = 734,5
C = 0,04.fck − 13 C = 0,04.25 − 13 = −12

76
 K = (1 692,7 + 734,5.15 − 12.152).10−4 = 1,001
 μlu = 0,2252
µdu < µlu pas armature comprimées

u = 1,25[1 –√(1 – 2µ) ] = 0,096

µdu < µab = 0,1019 => pivot A , εs1 = εud = 0,0225 car classe de ductilité A
𝑓𝑦𝑑
εs1 < εyd = = 0,025 condition non vérifiée
𝐸𝑠
σ𝑠1 = 432,71+952,38*εs1 = 454,14 > 454 on prend 454 c’est la limite

Je prends: σ𝑠1 = 454


𝑀𝑒𝑑
 As = = 2,219 cm²
[(1−0.4∗)∗d∗σ𝑠1 ]

Avec: As min ≤ As ≤ As max


 1,023 ≤ 2,22 ≤ 35 cm2 . la condition est vérifiée
 As = 2,22 cm² => 3HA12 (**cm² )

 Appui 2 :
- Ferraillage longitudinal :

Med = 47,205 KN.m


Mser = 33,863 KN.m
𝐌𝐞𝐝 13,24
γ= = = 1,37 => 1,35 pour faciliter le calcul ;
𝐌𝐬𝐞𝐫 9,325

αe = 15 (valeur conventionnelle adoptée par le B.A.E.L )


𝑀𝐸𝐷 48,205∗10−3
µbu = = = 0,115
b∗d2 ∗fcd 0,25∗0,3252 ∗16,67

Calculons : µlu = µlu(15)*k

77
Tableau 20:Tableau des moments réduits 104.μlu (15) Diagramme σ−ε à palier incline

µlu (15) = 0,2125.


K= (A+ B*αe + C*αe2)*104
A = 75,3.fck - 189,8 ; A = 75,3.25 - 189,8 = 1 692,7
B = −5,6.fck + 874,5 ; B = −5,6*25 + 874,5 = 734,5
C = 0,04.fck – 13 ; C = 0,04*25 − 13 = −12
 K = (1 692,7 + 734,5*15 – 12*152)*10−4 = 1,001
 μlu = 0,2125
µdu < µlu pas armature comprimées

u = 1,25[1 –√(1 – 2µ) ] = 0,153


1−𝑐
µdu > µab = 0,1019 => Pivot B , εc = εcu2 ou εcu3 = 0,0035 et εs1 = ε𝑐 ∗ = 0,019
𝑐

εs1 > εyd = 0,0025 => σ𝑠1 = 432,71+952,38* εs1 =454,138 > 454

Je prends: σ𝑠1 = 454


𝑀𝑒𝑑
 As = = 3,55 cm²
[(1−0.4∗)∗d∗σ𝑠1 ]

Avec: As min ≤ As ≤ As max


 1,023 ≤ 3,55 ≤ 35 cm2 . la condition est vérifiée
 As = 3,55 cm² => 4 HA12 ( 4,52cm² )

C. volée d’escalier
a. terminologie :

Un escalier se compose d'un nombre de marches, on appelle emmarchement la longueur de ces


marches, la largeur d'une marche "g" s'appelle le giron, est la hauteur d'une marche "h", le mur qui

78
limite l'escalier s'appelle le mur déchiffre. Le plafond qui monte sous les marches s'appelle
paillasse, la partie verticale d'une marche s'appelle la contre marche, la cage est le volume se situe
l'escalier, les marches peuvent prendre appui sur une poutre droite ou courbe dans lequel qu'on
appelle le limon. La projection horizontale d'un escalier laisse au milieu un espace appelé jour.

Figure 28: schéma d'une volée d'escalier

b. Hypothèses :
 Q = 4KN/m ; 2

 Fc28 = 25 MPa ;
 Fe = 500 MPa ;
 Enrobage = 2 cm ;
 Fissuration : peu préjudiciable ;

79
c. Dimension :

Figure 29: dimension en plan et hauteur des escaliers

d. Dimensionnement des marches, contre marches, palier et


paillasse :

Pour les dimensions des marches "g" et contre marches "h", on utilise généralement la
formule de LOI DE BLONDEL CONFORT D'ESCALIER :
59cm < 2h+g < 66cm
Avec : h : hauteur de la marche (contre marche),
g : largeur de la marche
h le plus courant varie de 14 à 20 (17 en moyenne)
g le plus courant varie de 22 à 33 (26 en moyenne)
je prends : g=0.27 m et h=0.16m
Donc : 59cm ≤ 2h+g=59cm ≤ 66cm. Condition vérifiée
Pour le palier et la paillasse comme ce sont des dalle pleine je vais opter pour l’épaisseur
minimale qui est de : 12 cm.

80
e. Evaluation des charges :

Tableau 21: tableaux des charges permanentes et d'exploitations

couches du épaisseur couche de la épaisseur


palier ρ (KN/m3) (cm) G(Kn/m) palliasse ρ (KN/m3) (cm) G(Kn/m)
carrelage 22 2 0,44 carrelage 22 2 0,44
mortier de carrelage
pose 22 2 0,44 contre marche 22 2 0,260741
mortier
PP palier 25 12 3 horizontal 20 2 0,4
enduit de
plâtre 12 2 0,24 mortier vertical 22 2 0,260741
charge
permanente total 4,12 pp paillasse 25 12 3,46
charge
d'exploitation total 4 pp des marches 25 16 4
charge
permanente G total 8,83
charges
d'exploitation
Q total 4

P palier = 1,35*5,37+1,5*4 = 11,56 KN/m


P paillasse = 1,35*10,27 + 1,5*4 = 17,91 KN/m
1,75
Avec α = Arctan ( ) = 30,25o
3

f. Calcul des réactions :

Les charge sont symétriques par rapport au milieu de la travée, donc les réactions sont égales
et le moment maximal est au milieu.
Longeur de la paillasse = 3,47 m
R = 1,8* P palier +1,5* P paillasse = 47,68 KN.
Mx = R*x - P palier*(x - 0,9) - P paillas *(x - 0,75) .
𝑙 𝑙 𝑙 𝑙
Mmax =M( ) = R*2 - P palier*( - 0,9) - P paillas *( - 0,75) = 87,25 KN*m
2 2 2

Je vais ensuite considérer que tout l’escalier modélisé en poutre de 1 m de largeur est chargé
par la charge maximale sur toute sa longueur.

81
𝑝∗𝑙 2
Mmax = = 97,54 KN*m
8

C’est le moment que je vais utiliser pour le calcul du ferraillage

g. Ferraillage des escaliers :

- Mu = 97,54 KN*m
- b=1m
- Enrobage : d’ = 2,5 cm
- d = Epaisseur palier – enrobage = 0,17 – 0,025 = 0,145 m
- fbc = 14,17 MPa

𝑀
𝜇 = 𝑏∗𝑑2𝑢∗𝑓 = 0,327
𝑏𝑐

α=1,25*(1- √1 − 2 ∗ 𝜇) = 0,516 < 0,617 => pas d’armature de compression


3,5∗(1−α )
α > 0,256 => 𝜀𝑎 = = 0,003 > 𝜀𝑎 = 2,17*10-3
1000∗α
𝑓𝑒
 𝜎𝑎 = = 434,78 MPa
1,15
𝑀𝑢
 𝐴𝑢 = *104 = 19,49 cm2
𝑑∗(1−0,4∗α)∗𝜎𝑎

Pour le ferraillage je choisi 4 HA 20 , de section : 21,99 cm2

h. Armature chapeau :

Ac = 0.15 * Au = 0.15 * 19,49 = 2,92 cm²


Pour le ferraillage je choisi 4 HA 10 de section : 3,14 cm2

Figure 30: ferraillage de la volée d'escalier

82
D. Dalle pleine

 Suivant le B.A.E.L :
Caractéristiques et hypothèses :
Dalle rectangulaire Lx / Ly = 5, 27 / 6,13 = 0,86 > 0,4 => dalle portant dans les deux
directions (suivant Lx et Ly)
Calcul de la hauteur utile :
Enrobage : u = 2,5 cm ; d = 24 – 2,5 = 21,5 cm = 0,215 m
Chargement :
Charges permanentes : G = 7,05 kN/m²
Charges d’exploitation : Q = 3,5 kN/m²
Les matériaux :
Béton de classe B25,fc28 = 25 MPa
Acier à haute adhérence fe500
Combinaison fondamentale à l’ELU :
1,35 G + 1,5 Q
Soit pu = 1,35 (7,05 + 0,24*25) + 1,5*3,5 = 22,87 kN/m
Combinaison fondamentale à l’ELS :
G+Q
Soit pser = (7,05 + 0,24 x 25) + 3,5 = 16,55 kN/m

Calcul en plaque :
Le calcul de μx et μy à partie du tableau ci-dessous :

83
Table 7: tableau de μx et μy en fonction de α
Apres interpolation :
Μx = 0,05 et μy = 0,7
Calcul des moments :
Mu : moment maximal à mi travée, calculé avec la charge appliquée entre nu
Mux = pu*μx*Lx² = 22,87*0,05*5,27² = 31,86 kN.m
Et
Muy = μy*Mux = 0,7 x 31,86 = 22,23 kN.m

Calcul des efforts tranchant :


Vu : effort tranchant, calculé avec la charge appliquée entre nu
𝑝𝑢 ∗𝑙𝑥 ∗𝑙𝑦 22,87∗5,27∗6,13
Vux max = 2∗𝑙 = = 44,32 kN
𝑥 +𝑙𝑦 2∗5,27+6,13
𝑝𝑢 ∗𝑙𝑥 ∗𝑙𝑦 22,87∗5,27∗6,13
Vuy max = = = 40,17 kN
3∗𝑙𝑦 3∗6,13

Coefficients partiels de sécurité :


0,85∗𝑓 0,85∗0,25
Pour le béton : ϒb = 1,5 et fbu = ϒ 𝑐28 = 1,5 = 14,2 MPa
𝑏
Pour l’acier : ϒs = 1,15 et fe = 500 MPa

Calcul des armatures longitudinales :

84
Suivant Lx :
𝑀
𝜇 = 𝑏∗𝑑2𝑢𝑥 = 0,049
∗𝑓 𝑏𝑐

α=1,25*(1- √1 − 2 ∗ 𝜇) = 0,083 < 0,617 => pas d’armature de compression


𝑓
𝑒
α < 0,256 => 𝜎𝑎 = 1,15 = 434,78 MPa

𝑀
𝑢𝑥
 𝐴𝑢 = 𝑑∗(1−0,4∗α)∗𝜎 *104 = 3,49 cm2
𝑎

Pour le ferraillage je choisi 5 HA 10 , de section : 3,93 cm2


Ce qui donne un espacement de 20 cm qui doit être inférieur au min (3*h ;33 cm )
min ( 3*24 ;33) = 33cm > 20 cm . Condition vérifiée

Suivant Ly :
𝑀𝑢𝑦
𝜇 = 𝑏∗𝑑2 ∗𝑓 = 0,034
𝑏𝑐

α=1,25*(1- √1 − 2 ∗ 𝜇) = 0,043 < 0,617 => pas d’armature de compression


𝑓𝑒
α < 0,256 => 𝜎𝑎 = = 434,78 MPa
1,15

𝑀𝑢𝑥
 𝐴𝑢 = *104 = 2,42 cm2
𝑑∗(1−0,4∗α)∗𝜎𝑎

Pour le ferraillage je choisi 4 HA 10 , de section : 3,14 cm2


Ce qui donne un espacement de 25 cm qui doit être inférieur au min (3*h ;33cm)
min ( 3*24 ;33) = 33cm > 25 cm . Condition vérifiée

Calcul des armatures longitudinales minimales :


Pour B25 et fe = 500 MPa
Ft28 = 0.6 + (0.06 x 25) = 2,1 MPa
Pour b = 1 m et h = 0,24 m, d = 0,24 – 0,03 = 0,21 m
0,23∗𝑓𝑡28 ∗𝑏∗𝑑 0,23∗2,1∗1∗0,21
As min= = = 2,03 cm²
𝑓𝑒 𝑓𝑒
 Asx = max {3,93 ; 2,03} = 3,93 cm²
 Asy = max {3,14 ; 2,03} = 3,14 cm²

Vérification à l’effort tranchant :


0,07∗fc28
Il n'y a pas d'armatures d'effort tranchant à prévoir lorsque τ𝑈 ≤
1,5
Et s’il n'y a pas de reprise de bétonnage dans l'épaisseur de la dalle.
Dans le cas contraire : Calculer les At comme pour une poutre.

85
On définit réglementairement la contrainte conventionnelle de cisaillement τELU par la relation
VELU−max
suivante : τ𝐸𝐿𝑈 =
𝑏∗𝑑
Avec :
𝑉𝐸𝐿𝑈−𝑚𝑎𝑥 : La valeur maximale à l’ELU de l’effort tranchant.
𝑏0 : désigne la largeur de l´âme
d : la hauteur utile de la poutre
𝑉𝐸𝐿𝑈−𝑚𝑎𝑥 = 43,32 KN
VELU−max 43,32∗10−3
τ𝐸𝐿𝑈 = = = 0,180 MPa
𝑏∗𝑑 1∗0,21
0,07∗fc28 0,07∗25
τ𝑈 = = = 1.17 MPa
1,5 1,5
 τ𝐸𝐿𝑈 < τ𝑈 Il n'y a pas d'armatures d'effort tranchant à prévoir

 Suivant l’Eurocode 2 :

Données :
Lx = 5,27 m et Ly = 6,13 m (avec toujours Ly ≥ Lx)
Epaisseur de la dalle h = 24 cm
Chargement : G =7,05 kN/m² et Q = 3,5 kN/m²

Caractéristiques et hypothèses :
𝐿𝑥 5,27
Dalle rectangulaire = = 0,86 > 0,5 => dalle portant dans les deux directions (suivant
𝐿𝑦 6,13
Lx et Ly)
Calcul de la hauteur utile :
d= 0,9 x h = 0,9 x 0,24 = 0,216 m

Calcul en plaque :
Le calcul de μx et μy à partie du tableau ci-dessous :

86
Tableau 22 : tableau de μx et μy en fonction de 𝛼

𝐿𝑥 5,27
= = 0,86 => μx = 0,05 et μy = 0,7
𝐿𝑦 6,13

Les matériaux :
Béton de classe C25/30 : fck = 25 MPa
Acier à haute adhérence classe A500A : fyk = 500 MPa

Combinaison fondamentale à l’ELU :


1,35 G + 1,5 Q
Soit pu = 1,35 (7,05 + 0,24*25) + 1,5 x 3,5 = 22,87 kN/m

Calcul des sollicitations :

Calcul des moments :


MEdu : moment maximal à mi travée, calculé avec la charge appliquée entre nu
MEduX = pu*μx*Lx² = 22,87*0,05*5,27² = 31,76 kN.m
Et

87
MEduY = μy*MEduX = 0,7*31,76 = 22,23 kN.m

Calcul des Efforts tranchant :


VEdu : effort tranchant, calculé avec la charge appliquée entre nu
VEdu = pu*Lx*Ly / 2*(Lx +Ly) = 22,87*5,27*6,13 / 2 (5,27 + 6,13) = 32,49 kN

Coefficients partiels de sécurité Pour le béton :

ϒc = 1,5 et fcd = fck / ϒc = 25/1,5 = 16,7 MPa


Pour l’acier A500 A : ϒs = 1,15 et fyk = 500 MPa

Calcul des armatures longitudinales :


Suivant Lx

dx= h – enrobage – (0,01/2) = 0,24 – 0,05 – 0,005 = 0,185


μu = MEdux / (b*d²*fcd) = 31,76 x 10-3 / (1 x 0,185² x 16,7) = 0,072
Formule complète :
α= 1,25*[1 – (1 – 2μu)0,5] = 1,25 [1 – (1 – 2 x 0,056)0,5] = 0,159
α < αlim=0,617 => A’s = 0
As = MEdux / [(1- 0,4*α)*d*fyk / ϒs] = 31,76 x 10-3 / [(1 – 0,4*0,159)*0,185*435] = 4,21
cm²

Suivant Ly

dy = h – enrobage – (0,01/2) = 0,24 – 0,05 – 0,005 = 0,185


μu = MEduy / ( b * d² * fcd) = 22,23*10-3 / (1 x 0,185² x 16,7) = 0,039
Formule complète :
α= 1,25*[1 – (1 – 2μu)0,5] = 1,25 [1 – (1 – 2 x 0,039)0,5] = 0,05
α < αlim=0,617 => A’s = 0
As = MEduy / [(1- 0,4*α)*d*fyk / ϒs] = 22,27*10-3 / [(1 – 0,4*0,05)*0,185*435] = 2,82 cm²

Calcul des armatures longitudinales minimales :

Pour C25/30 et fyk = 500 MPa


fctm = 0,3*25(2/3) = 2,6 MPa
b=1m ; d=0,24 – 0,05 = 0,19 m
As min= 0,26*fctm*b*d / fyk = 0.26 x 2.6 x 1 x 0,19 / 500 = 2,57 cm²
 Asx = max {4,21 ; 2,57} = 4,21 cm²
Soit : 4 HA 12 = 4,52 cm²
Espacement 1/4 = 0,25 m
 Asy = max {2.,82 ; 2,57} = 2,82 cm²
Soit : 4 HA 10 = 3,15 cm²
Espacement 1/4 = 0,25 m

Vérification à l’effort tranchant :

Éléments pour lesquels aucune armature d'effort tranchant n'est requise :


L'effort tranchant résistant de calcul VRd,c est donné par :

88
Avec une valeur minimale de l’effort tranchant résistant de calcul VRdc,min :

fck = 25 MPa  fcd = 25/1,5 = 16,7 MPa

200
k=1+√ ≤ 2,
𝑑
200
k=1+√ = 2,026 ≤ 2,0 = 2
190
Ast = 4,52 cm²

bw = 1,00 m
d = 0,19 m

ρi = 4,52 x 10-4 / (1 x 0,19) = 0,0024 < 0,02


NEd = MEd / d = 31,76 / 0,19 = 167,31 kN
Ac = 1,00*0,24 = 0,24 m²
σcp = NEd/Ac = 167,31*10-3 / 0,24 = 0,7 MPa < 0,2*fcd = 0,2 x 16,7 = 3,33 MPa  OK
vmin = 0,34* √fck / ϒ𝑐 = 0,34*√25/1,5 = 1,13 MPa
CRd,c = 0,19/ ϒ𝑐 = 0,19 / 1,5 = 0,12

VRdc,min = (1,13 + 0,15*0,7) *1,00*0,19 = 0,235 MPa

VRd,c en Méga Newtons si contraintes en MPa et dimensions en m.


VRd,c = [0,12 x 2*(100*0,0024*25)1/3 + 0,15*0,7)]*1,00*0,19 = 0,103 MN = 103 KN
Donc : VEd = 32,49 kN < VRd,c = 103 KN < 235 KN
 pas d’armature d’effort tranchant

89
E. Semelle
 Calcul suivant B.A.E.L :

Nu (KN) Nser ( KN )
semelle 6369,64 4617

Tableau 23: charges applique sur la semelle

Figure 31: dimensions de la semelle

Aire approchée de la surface portante :


Nser 4617
S1 = = = 23 m²
σsol 200
Calcul des dimensions approchées :
a∗S1 0.5∗23
A ≥ √ b = √ 0.6 = 4,37 m
 A = 4,4 m
b∗S1 0.6∗23
B ≥ √ a = √ 0.5 = 5,25 m
 B = 5,25 m
Vérification de la section :
Il faut : S1 < S
Or : S1 = 23 m²
S = 4,4*5,25 = 13,1 m²
Donc la condition est vérifiée
Rapport homothétique :
a A
= = 0,83
b B

90
La hauteur utile :
A−a
< d < 𝐴−𝑎
4
0,97 𝑚 < d < 3,9 m
 d=1m
La hauteur totale :
h = d + 5 = 100 +5
 h = 105 cm
Contrôle de la contrainte sur le sol :
Nser+PP semelle
Il faut : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = < 𝜎′𝑠𝑜𝑙
A∗B
4617+4,4∗5,25∗1,05∗25
Donc : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = = 226,12 KN/m² > 𝜎′𝑠𝑜𝑙 = 200 KN/m²
5,25∗4,4
Alors il faut changer les dimensions de la semelle
On ajoute 0.05m pour A et B, donc les dimensions deviennent :
A = 4,7 m
B = 5,7 m
On vérifie encore une fois toutes les conditions :
Vérification de la section :
Il faut : S1 < S
Or : S1 = 23 m²
S = 5,70 * 4,70 = 26,79 m²
Donc la condition est vérifiée

Rapport homothétique :
a A
= = 0,83
b B
La hauteur utile :
A−a
< d < 𝐴−𝑎
4
1,05 𝑐𝑚 < d < 4,2 m
d = 1,05 m
La hauteur totale :
h = d + 5 = 110 cm
h = 110 cm
Contrôle de la contrainte sur le sol :
Nser+PP semelle
Il faut : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = < 𝜎′𝑠𝑜𝑙
A∗B
4617+4,7∗5,7∗1,1∗25
Donc : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = = 199,84 KN/m2 < 𝜎′𝑠𝑜𝑙 = 200 KN/m²
5,7∗4,7
Donc la condition est vérifiée
Toutes le conditions sont vérifiés donc les dimensions finales de la semelle sont :
A = 4,70 m , B = 5,70 m
h = 1,1 m
Semelle : (4,7 * 5,7 * 91,1)
Calcul de la section des armatures :
Poids propre de la semelle :
PP = 4,7 * 5,70 *1,10*25 = 736,72 KN
Nu = 6369,64 + 1,35*736,72 = 7364,21 KN
Le coefficient γ s = 1.5 si combinaisons fondamentales

91
𝑓𝑒 = 500 MPa
Donc :
fe
𝜎a = γ s = 201,63 MPa
Calcul du ferraillage :
Nappe inférieure //B :
Nu∗( B−b )
𝐴𝑥 = = 142,18 cm² ( 29 T 25 ‘’ 142,35 cm² ‘’ )
8∗da∗σa
Nappe inférieure //A :
Nu∗( A−a )
𝐴y = = 122,66 cm² ( 25 T 25 ‘’ 122,72 cm² ‘’ )
8∗db∗σa
Epaisseur de la semelle :
e = max (12*⏀max + 6 ; 15) = 55 cm
Vérifications complémentaires :
VERIFICATION AU POINCONNEMENT :
Il faut que la condition soit vérifiée :
Charge poinçonnant :

𝑷′𝒖 < 0.045 * Uc * h’ * 𝑓𝑐28γb


Avec :
Uc = 2 ( a + b + 2h ) = 660 cm
0,55∗0,55∗2
h’= = 96 cm (Epaisseur de la semelle dans la section S à h/2 du nu du poteau)
4,7−0,5
fc 28 = 25 MPa
Donc :
( a+2h )∗(b+2h)
𝑷′𝒖 = Pu * ( 1 - = 5286,43 KN < 6198,26 KN
A∗B

La vérification au poinçonnement est vérifiée

Dispositions constructives :
Vérification de l'enrobage des aciers :
e = 5 cm > 3cm ; condition vérifiée
Calcul de la longueur de scellement :
Dans le sens A :

⏀∗fe
𝑙𝑠 = = 120,65 cm
̅̅̅
4∗τs

A
= 117,5 cm < 𝑙𝑠 ;
4
 Barres avec crochet

Dans le sens B :
⏀∗fe
𝑙𝑠 = = 120,65 cm
̅̅̅
4∗τs

B
= 142,5 cm < 𝑙𝑠 ;
4
 Barres sans crochet

92
 Calcul suivant l’Eurocode :

Coffrage de la semelle :

Type : fondation en compression centrée


Section du Poteau à supporter :
a = 50 cm
b = 60 cm
Effort descendu par le poteau :
Nu = 6362,66 KN
Capacité portante du sol support :
σ rd,gd = 0,2 Mpa
Enrobage :
C nom = 50 mm
Aire brute :
Nu
Abr = = 23 m²
σ rd,gd
Aire approchée de la surface portante :
Nser 4617
S1 = = = 23 m²
σsol 200
Calcul des dimensions approchées :
a∗S1 0.5∗23
A≥√ = √ = 4,37 m
b 0.6
 A = 4,4 m
b∗S1 0.6∗23
B ≥ √ a = √ 0.5 = 5,25 m
 B = 5,25 m
Vérification de la section :
Il faut : S1 < S
Or : S1 = 23 m²
S = 4,4*5,25 = 13,1 m²
Donc la condition est vérifiée
Rapport homothétique :
a A
= = 0,83
b B
La hauteur utile :
A−a
< d < 𝐴−𝑎
4
0,97 𝑚 < d < 3,9 m
 d=1m
La hauteur totale :
h = d + 5 = 100 +5
 h = 105 cm
Contrôle de la contrainte sur le sol :
Nser+PP semelle
Il faut : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = < 𝜎′𝑠𝑜𝑙
A∗B

93
4617+4,4∗5,25∗1,05∗25
Donc : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = = 226,12 KN/m² > 𝜎′𝑠𝑜𝑙 = 200 KN/m²
5,25∗4,4
Alors il faut changer les dimensions de la semelle
On ajoute 0.05m pour A et B, donc les dimensions deviennent :
A = 4,7 m
A = 5,7 m
On vérifie encore une fois toutes les conditions :
Vérification de la section :
Il faut : S1 < S
Or : S1 = 23 m²
S = 5,70 * 4,70 = 26,79 m²
Donc la condition est vérifiée
Rapport homothétique :
a A
= = 0,83
b B
La hauteur utile :
A−a
< d < 𝐴−𝑎
4
1,05 𝑐𝑚 < d < 4,2 m
d = 1,05 m
La hauteur totale :
h = d + 5 = 110 cm
h = 110 cm
Contrôle de la contrainte sur le sol :
Nser+PP semelle
Il faut : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = < 𝜎′𝑠𝑜𝑙
A∗B
4617+4,7∗5,7∗1,1∗25
Donc : 𝜎𝑠𝑜𝑙 = = 199,84 KN/m2 < 𝜎′𝑠𝑜𝑙 = 200 KN/m²
5,7∗4,7
Donc la condition est vérifiée

Calcul de la section des armatures :


Poids propre de la semelle :
PP = 4,7 * 5,70 *1,10*25 = 736,72 KN
Nu= 6369,64 + 1,35*736,72 = 7364,21 KN

La section d'acier nécessaire dans les deux directions et ses vérifications


Nappe inférieure //A :
Nu∗( B−b )
As1 = = 108,19 cm²
8∗Z∗fyd
Ordre de grandeur :
As2 = 1.15% de Nu(KN) = 84,69 cm2
Section choisie :
As = max(As1 ;As2) = 108,19 cm²
Ferraillage //A :
23 T 25 ( 112,90 cm²)
Espacement :
570
St = 23 = 25 cm
Nappe inférieure //B :

94
Nu∗( A−a )
As2 = = 89,10 cm²
8∗z∗fyd
Ordre de grandeur :
As2 = 1.15% de Nu(KN) = 89,1 cm²
Section choisie :
As = max(As1 ;As2) = 89,10 cm²
Ferraillage //B :
19 T 25 (93,27 cm²)
Espacement :
470
St = 19 = 25 cm Disposition et arrêt des barres :
Nécessité des crochets //A :

𝑙 𝑏𝑑 = 40*⏀=40*2,5 = 100 cm
0,8∗𝐴
𝑙 𝑏𝑑 > 8 = 47 cm
 Ancrer les barres par des crochets
Nécessité des crochets //B :

𝑙 𝑏𝑑 = 40*⏀= 40*2,5 = 100 cm


0,8∗𝐴
𝑙 𝑏𝑑 > 8 = 57 cm
 Ancrer les barres par des crochets

F. Dimensionnement du radier

95
Figure 32: surface du radier

Figure 33: Radier modélisé sur robot

Dans cette partie nous allons aborder un calcul manuel du radier de notre
structure

a. Epaisseur du radier :

𝐿𝑚𝑎𝑥 660
La dalle du radier doit répondre à la condition suivante : h ≥ = = 33 cm
20 20

Lmax = 6,6 m

Avec : Lmax = entre axes maximaux des poteaux

Condition forfaitaire :
𝐋𝐦𝐚𝐱 𝐋𝐦𝐚𝐱
≤ hr ≤ ; ; 85 ≤ hr ≤ 135
𝟖 𝟓

Donc on retient une épaisseur h = 85 cm pour la dalle du radier.

96
b. Calcul de la surface du radier

1. ELS
On a Nser = 17359,19 KN
σsol = 200 Kpa
Nser 17359,19
Sradier = =
σsol 200

Sradier = 87 m²

2. ELU
On a NELU = 21104,41 KN

NELU 21104,41
Sradier = =
σsol 200

Sradier = 106 m²
Sradier = max (87 ; 106 ; 202,22)
Donc Sradier = 202,22 m²

c. Calcul du débordement

h
D ≥ max (2 ; 30 cm) = 30 cm

On a adopté un débordement de 0,4 m

d. Vérification de la contrainte de cisaillement

On doit vérifier la condition suivante : τu = Vu / (b×d) ≤ 0.05fc28 = 1,25 Mpa

97
NU ∗b Lmax
V : L'effort tranchant ultime Vu = (qu×Lmax) /2 = ∗
Srad 2

b : désigne la largeur.

d : 0,9*h.

b: 1m

Lmax : La longueur maximale d’une bande de 1 m, Lmax = 6,6 m

Nu = 21104,41 KN

21104,41 ∗1∗6,6
Vu = (qu×Lmax)/2 = = 0,344Mpa
202,22∗2

0,344
τu = Vu / (b×d) = = 0,45 Mpa < 1.25 Mpa
1∗(0,9∗0,85)

Donc pas de risque de cisaillement

e. Vérification de l’effet de sous pression

Elle est jugée nécessaire pour justifier le non soulèvement de la Structure sous

l’effet de la pression hydrostatique .On doit vérifier :

W *  * h * Sr

Avec :

W : Poids propre total de la Structure à la base du radier

W= GS + Grad = 21,104 + 4,29 = 25,394 MN

: Coefficient de sécurité vis-à-vis du soulèvement (=1,5).

: Poids volumique de l’eau (= 10 KN/m3).

h : Profondeur de l’infrastructure (h =2.6 m).

98
Sr : Surface du radier (Sr = 202,22 m²)

**h*Sr = 1,5102,60= 7886,58 KN = 7,87 MN < W = 25,394 MN

Donc aucun risque de soulèvement de la structure sous l’effet de la

pression hydrostatique.

f. Vérification de Poinçonnement

0,07∗𝛍𝐜∗ℎ∗𝑓𝑐28
Il s’agit de vérifier que : 𝑁𝑢 ≤
𝛾𝑏

μc: Périmètre du contour projeté sur le plan moyen du radier.

μc = (a + b+ 2*h )*2 = (0,5+0,6+2*0,85)*2 = 5,6 m

Nu : Charge de calcul à l’ELU sous le poteau le plus sollicité : Nu = 4180,16 KN

h : Epaisseur totale du radier (50 cm)

0.07∗5,6∗0,85∗25000
Donc = 5553,33 KN > 4180,16 KN
1.5

Donc pas de risque de poinçonnement.

Les calculs montre que je peux optimiser la hauteur que je prends h= 0.65

g. Les différentes sollicitations

Après une modélisation du radier avec le logiciel « Robot » on a obtenu les


résultats suivants concernant le moment suivant x et y

99
Figure 34 : Moment Mxx à l’ELU

Figure 35: Moment Myy à L'ELU

100
h. Ferraillage de la dalle

Le calcul se fait en flexion simple avec une section de : « 0,85 m * 1,00 m » et


en deux direction, l’une suivant XX et l’autre suivant YY.

Calcul de ferraillage suivant le B.A.E.L :


i. En travée
 Ferraillage suivant Lx :

𝑴𝒙𝒙 𝟒𝟒𝟕,𝟓∗𝟏𝟎−𝟑
𝝁𝒖 = = = 0,046 < 0,186 Pivot A
𝒃∗𝒅𝟐 ∗𝒇𝒃𝒖 𝟏∗(𝟎,𝟕𝟔𝟓)𝟐 ∗𝟏𝟒,𝟏𝟕

𝛼 = 1.25(1 − √(1 − 2 ∗ 𝜇𝑢 ) =1.25 ∗ (1 − √1 − 2 ∗ 0,046) donc 𝜶 =0,059

𝑧𝑢 = 𝑑 ∗ (1 − 0,4 ∗ 𝛼) = 0,765*(1-0.4*0,059) = 0,58

𝑀𝑥𝑥 0,447
Donc As = = = 12,77 cm2 choix : 9 HA 14 = 13,85 cm2/ml.
𝑧𝑢 ∗𝜎𝑠𝑡 0,58∗434,78

 Ferraillage suivant Ly :

𝑴𝒚𝒚 𝟎,𝟒𝟖𝟖
𝝁𝒖 = = = 0,051 < 0,186  Pivot A
𝒃∗𝒅𝟐 ∗𝒇𝒃𝒖 𝟏∗(𝟎.𝟕𝟔𝟓)𝟐 ∗𝟏𝟒,𝟏𝟕
𝛼 = 1.25(1 − √(1 − 2 ∗ 𝜇𝑢 ) =1.25 ∗ (1 − √1 − 2 ∗ 0,051) donc 𝜶 =0,065

𝑧𝑢 = 𝑑 ∗ (1 − 0,4 ∗ 𝛼) = 0,765*(1-0.4*0,065)= 0,57

𝑀𝑦𝑦 0,488
Donc As = = = 13,97 cm2 choix : 7 HA 16 = 14,07 cm2 /ml.
𝑧𝑢 ∗𝜎𝑠𝑡 0,57∗434,78

ii. En Appuis :
 Ferraillage suivant Lx :

𝑴𝒖𝒎𝒂𝒙 𝟎,𝟔𝟏𝟓
𝝁𝒖 = = = 0,064 < 0,186  Pivot A
𝒃∗𝒅𝟐 ∗𝒇𝒃𝒖 𝟏∗(𝟎,𝟕𝟔𝟓)𝟐 ∗𝟏𝟒,𝟏𝟕

101
𝛼 = 1,25 ∗ (1 − √(1 − 2𝜇𝑢 ) =1.25 ∗ (1 − √1 − 2 ∗ 0,064) donc 𝜶 =0,082

𝑧𝑢 = 𝑑 ∗ (1 − 0,4 ∗ 𝛼) = 0.45*(1-0,4*0,082)= 0,74

𝑀𝑢𝑚𝑎𝑥 0,615
Donc As = = = 17,74 cm2 choix : 9 HA 16 = 18,1 cm2 /ml.
𝑧𝑢 ∗𝜎𝑠𝑡 0,74∗434,78

 Ferraillage suivant Ly :

𝑴𝒖𝒎𝒂𝒙 𝟎,𝟔𝟐𝟑
𝝁𝒖 = = = 0,065 < 0,186  Pivot A
𝒃∗𝒅𝟐 ∗𝒇𝒃𝒖 𝟏∗(𝟎,𝟕𝟔𝟓)²∗𝟏𝟒.𝟏𝟕
𝛼 = 1.25(1 − √(1 − 2𝜇𝑢 ) =1.25 ∗ (1 − √1 − 2 ∗ 0,065 ) donc 𝜶 =0,084

𝑧𝑢 = 𝑑 ∗ (1 − 0,4 ∗ 𝛼) = 0.765*(1-0,4*0,084)= 0,74

𝑀𝑢𝑚𝑎𝑥 0,623
Donc As = = = 17,97 cm2 choix : 9 HA 16 = 18,1 cm2 /ml.
𝑧𝑢 ∗𝜎𝑠𝑡 0.74∗434,78

i. Vérification de la contrainte de cisaillement

Après une modélisation du radier avec le logiciel « Robot » on a obtenu les


résultats suivants concernant l’effort tranchant suivant x et y

Figure 36: Effort tranchant Txx à l'ELU

102
Figure 37: Effort tranchant Tyy à l'ELU

On applique la formule ci-dessous pour vérifier la contrainte de cisaillement


T 2,56
τu = = = 3.01 MPa
b∗d 1∗0,85

𝜏𝑢1 = min (0,2*ƒc28/𝛾𝑏 ; 5 MPa) = 3,33 MPa

τu1 = 4 MPa > τu = 3,01 MPa Condition vérifiée

G. Calcul du voile de sous-sol :

Le voile joue un rôle de mur de soutènement car il bloc il supporte le poids des terres qui lui

applique des charges horizontales triangulaires sur sa hauteur. dans cette partie deux

103
méthodes seront utilisées pour calculer le les efforts dans le voile l’une manuelle et l’autre

avec R.S.A .

Les données sont comme suit, il s’agit d’un voile de 2,2 m de hauteur et de 0,25m

d’épaisseur encastre dans sa partie basse et simplement appuyé dans sa partie haute il

supporte un sol de nature : sable argileux de masse volumique γ = 1760 KG/m3 et d’angle de

frottement interne ϕ’=30o.

Les calculs se feront en considérant le voile comme étant une poutre de 1 m de largeur 2,2

m de longueur et 25 cm d’épaisseur.

Calcul de la force appliquée sur le voile :

Figure 38: force appliquée sur le voile

La force applique sur le voile sera triangulaire et sa hauteur max vaut :

σha = γ * zmax * Ka

avec : Ka = 1 – sin ( ϕ‘ ) = 1 – sin ( 30 ) = 0,5

104
donc :

σha = γ * zmax * Ka = 17,6 * 2,2 * 0,5 = 19,36 KN/m

Calcul des réactions et des efforts :

- Calcul par les méthodes énergétiques :

Le choix des méthodes énergétiques est justifié par le fait que la poutre est hyperstatique :

H = n – r = 3-2 = 1

n : inconnus de liaison

r : équation pour trouver les inconnus

La résolution se fera avec le théorème de Ménabréa, on négligera l’effet de l’effort

tranchant.

Figure 39: poutre équivalente isostatique

Considérons la poutre équivalente isostatique au-dessus en choisissant l’action de la liaison R


en B comme inconnue hyperstatique.

105
Les équations de la statique permettent de déterminer facilement les actions de liaison Ya et
Ma (non nulles) au niveau de l’encastrement :

2,2
𝑌𝑎 = 19,36 ∗ −𝑅
2
2,2
𝑀𝑎 = 19,36 ∗ 1 ∗ −𝑅
{ 6

A l’aide de ce résultat, il est aisé d’exprimer le moment de flexion dans la poutre en fonction
de l’inconnue hyperstatique R :
Calculons d’abord l’expression de la hauteur d’un triangle quelconque situe à droite d’une
coupe en x

Figure 40: théorème de Thales

𝑦 19,36
On a : =  y = 19,36 – 8,8* x
2,2−𝑥 2,2

Donc :
1
Mfz (x) = * (2,2 − 𝑥)2 ∗ (19,36 − 8,8 ∗ 𝑥) + 𝑅 ( 2,2 − 𝑥)
6

Qui devient après développement :

106
Mfz (x) = 1,47*x3 - 9,68*x2 + (21,3 - R)*x + 2,2*R – 15,62 pour 0<x<L

L’énergie de déformation de la structure équivalente s’exprime donc par :

𝑳𝟏 𝑴𝟐𝒇𝒛
U’ = ∫
𝟎 𝟐
∗ * dx
𝑬∗𝑰𝒈𝒛

𝑳 𝟏
U’ = ∫ *[ 2,16*x6 - 28,64x5 + 156,32*x4 – 2,94*R*x4 - 458,28*x3 + 25,82*R*x3 +
𝟎 𝟐∗𝑬∗𝑰𝒈𝒛

756,07*x2 - 85,2*R*x2 + R2*x2 – 665,42*x + 124*R*x - 4,4*R2*x – 68,72*R + 4,48*R2

+243,98 ] * dx

Appliquons ensuite le théorème de Ménabréa a la composante R :

ə𝑼′
=0
ə𝑹

Tout calcul fait :

0,588*l5 + 6,455*L4 – 28,4*L3 + 0,667*R*L3 – 4,4*R*L2 + 62*L2 – 68,72*L + 9,68*R*L = 0

R = 4,58 KN

Résultat qui concorde avec le résultat trouve sur logiciel :

107
Figure 41 : résultat de calcul obtenu avec robot

Pour la suite je me base sur les calculs de Robot :

M encastrement = 6,25 KN*m  As = 0,64 cm2

M travée = 2,79 KN*m  As = 0,29 cm2

𝒇𝒕𝟐𝟖∗𝒃∗𝒅
Avec As min = As =0,23* = 2,41 cm2 
𝒇𝒆

 As travée = As encastrement = 2,41 cm2

108
Je prends 5 HA 10 d’une section A = 3,14 cm2 verticalement que je dispose aussi

horizontalement

2. Béton précontraint

Du fait de la grande portée de la poutre qui est de 13,2 m la hauteur d’une poutre béton
armé classique est de 1,3 m hors la hauteur dont on dispose et qui est accordée par l’architecte
est de 0,7 m , malgré le fait d’augmenter la largeur de la section de la poutre pour réduire sa
hauteur on se trouve avec une poutre qui ne répond pas aux règles sismique c’est pour cela
que j’ai eu à trouver une alternative qui est représentée par une poutre en béton précontraint .
A. Poutre précontrainte

On distingue 3 types de poutres précontraintes:


 Les poutres économiques de sections rectangulaires : elles sont spécialement conçues
pour les immeubles collectifs à trame économique régulière ;
 Les poutres rectangulaires de moyennes à grandes portées : adaptées aux constructions
industrielles : parkings, bureaux, usines, bâtiments agricoles, groupes scolaires, centres
hôpitaux…
 Les poutres en I : Conçues spécialement pour les constructions à grandes portées et
fortes charges d’exploitations tels que les ponts et ouvrages d’art, les hangars industriels
et charpentes en béton précontraint.
Avantages
 Les poutres précontraintes permettent d’avoir des surfaces utiles plus importantes vu
leurs portées (élimination de points porteurs : poteaux…).
 Des gains en main d’œuvre et en temps.
 La réduction des retombées par rapport aux solutions en béton armé.
 Indifférence totale à la corrosion et entretien nul.
 Rapidité de la mise en œuvre.
Inconvénients
 Transport et mise en place délicats.
 Nécessité de matériaux spécifiques, et de main d’œuvre qualifiée.
 Nécessité d’équipement particulier.
 Nécessité d’aménagement d’espace proche du chantier pour la préfabrication.
données :

PRENONS UN BETON B30 DONT 𝒇𝒄𝟐𝟖 = 𝟑𝟎 𝑴𝑷𝒂 ET 𝜸𝒃E𝒕𝒐𝒏 = 𝟐𝟓𝟎𝟎 𝒅𝒂𝑵/𝒎𝟑

LES POUTRES PRECONTRAINTES SONT CONÇU EN PRE-TENSION VU LES RAISONS


SUIVANTES :

O POUTRE DE PETITE PORTEE TRANSPORTABLE (15M)

O LA PRESENCE D’UNE USINE A PROXIMITE DU CHANTIER.

109
O LE COUT SERA PLUS BAS.

EN FAISANT LE DIAGNOSTIC DES CHARGES ON TROUVE :

Tableau 24: tableau de chargement

charge
charge permanente
d'exploitation
chargement 7,05 (KN/m2) 4 (KN/m2)

EN MULTIPLIANT PAR LA DEMI-LARGEUR QUI EST DE 4,65 M ET EN FAISANT LA


REPARTITION DES CHARGES POUR UNE DALLE CORPS CREUX, ON TROUVE POUR LA
CHARGE APPLIQUEE SUR LA POUTRE PRECONTRAINTE :

Figure 42: surface supportée par la poutre précontrainte

110
Figure 43 : schéma de la poutre chargée.

DETERMINATION DE LA FORCE DE PRECONTRAINTE EN CLASSE2 :

L’OUVRAGE EST CONSIDERE COMME ORDINAIRE, EN PLUS QUE LA POUTRE A UNE


PORTEE DE 15 M, DONC LA PRECONTRAINTE SERA CALCULEE EN CLASSE 2.

EN CLASSE 2 LA CONTRAINTE DE TRACTION DU BETON N’EST PAS NULLE, MAIS


ELLE EST INFERIEURE A LA CONTRAINTE LIMITE :

𝝈𝒃𝒕 ≠ 𝟎 𝝈𝒃𝒕 < 𝒇𝐭𝟐𝟖

POUR LA POUTRE EN QUESTION :

Q= 23,27 KN/M ; L=13,2 M ; BETON 30 MPA

ON A :

𝑰 𝒃𝒉𝟐 ∆𝑴
= ≥
𝑽 𝟔 ∆𝟔

𝐼 ∆𝑀 𝑏∗ℎ2 𝑞∗𝑙 2
≥  ≥
𝑣 ∆𝜎 6 8∗[0,6∗𝑓𝑐28 −(−𝑓𝑡28 )]

𝒃𝒉𝟐 𝟑,𝟓∗𝟒,𝟔𝟓∗𝟏𝟎−𝟑 ∗𝟏𝟑,𝟐𝟐



𝟔 𝟖∗(𝟏𝟖+𝟐.𝟒)

ON FIXE B=0.4

𝟔∗𝟑,𝟓∗𝟒,𝟔𝟓∗𝟏𝟎−𝟑 ∗𝟏𝟑,𝟐𝟐
𝒉≥√
𝟖∗𝟐𝟎.𝟒∗𝟎.𝟒

𝒉 ≥ 𝟎, 𝟓𝟏 𝒎

ON PREND 𝒉 = 𝟎, 𝟔𝟓 𝒎

 DONC UNE POUTRE DE SECTION 40 CM*65 CM


CALCUL DE 𝑷𝒔𝒐𝒖𝒔 :

111
∆𝑴 𝜷 ̅ 𝟐 + 𝒗′ ∗ 𝝈
𝑷𝒔𝒐𝒖𝒔 = + ൫𝐯 ∗ 𝝈′ ̅𝟏 ൯
𝝆∗𝒉 𝒉

𝒒∗𝒍𝟐 𝜷 𝒉
=𝟏 + ∗ 𝟐 ∗ (−𝒇𝒕𝟐𝟖 )
∗𝟖∗𝒉 𝒉 𝟐
𝟑

𝟑𝒒𝒍𝟐
= − 𝒃 ∗ 𝒉 ∗ (𝒇𝒕𝟐𝟖 )
𝟖𝒉
= 2,67 MN

CALCUL DE 𝑷𝒔𝒖𝒓 :
𝑰
𝑴𝒎𝒂𝒙 + ̅̅̅̅
𝝈′𝟐
𝑽 𝒉
𝑷𝒔𝒖𝒓 = 𝒅′ ≅
𝑽+𝝋𝒗−𝒅′ 𝟏𝟎

𝑴𝒎𝒂𝒙 = 1,21 MN*M


𝑰 𝒃𝒉𝟐
AVEC : =
𝒗 𝟔

𝑷𝒔𝒖𝒓 = 𝟑, 𝟏𝟒 𝐌𝐍

𝑷𝒔𝒖𝒓 > 𝑷𝒔𝒐𝒖𝒔 DONC LA SECTION EST SUR-CRITIQUE


𝒉
𝒆𝟎 = − ( − 𝒅′) = −(𝟎, 𝟑𝟓 − 𝟎, 𝟎𝟖)
𝟐

𝐞𝟎 = − 𝟎, 𝟐𝟏 𝐦
{
𝐏𝐬𝐮𝐫 = 𝟑, 𝟏𝟒 𝐌𝐍

DETERMINATION DU NOMBRE D’ARMATURES

MIN ( 0.8* FPRG ; 0.9* FPEG ) SI FILS OU TORONS


𝑷𝐬𝐮𝐫
ON A 𝝈𝐩𝟎 = 𝑨𝒑 AVEC 𝝈𝐩𝟎
𝒏( ⁄𝑨𝒓𝒎𝒂𝒕𝒖𝒓𝒆)

MIN ( 0.7* FPRG ; 0.9* FPEG ) SI BARRES


𝑷𝐬𝐮𝐫 𝟑,𝟏𝟒
 𝐧= 𝑨𝒑⁄ 𝐧 =
( 𝟕𝟎𝟔∗𝟏𝟎−𝟔 ∗ 𝟏𝟒𝟎𝟎
𝑨𝒓𝒎𝒂𝒕𝒖𝒓𝒆) 𝝈𝐩𝟎
D’OU 𝒏 = 𝟐, 𝟗𝟗 𝒂𝒓𝒎𝒂𝒕𝒖𝒓𝒆𝒔

DONC JE VAIS PRENDRE N = 3 ARMATURES :

CALCUL DES PERTES DE PRECONTRAINTES INSTANTANEES :

LES PERTES DE PRECONTRAINTE SONT DES CHUTES DE TENSION PAR RAPPORT A LA


TENSION INITIALE. ELLES CONSTITUENT UN INCONVENIENT DES OUVRAGES EN BETON
PRECONTRAINT.

ON DISTINGUE LES PERTES DE PRECONTRAINTE INSTANTANEES :

 PAR RECULE D’ANCRAGE (NEGLIGEABLE)

 PAR FROTTEMENT (NEGLIGEABLE)

112
 PAR DEFORMATION ELASTIQUE DU BETON :

LA PERTE PAR DEFORMATION SE CALCULE PAR LA FORMULE :

𝝈𝒄𝒋
∆𝝈𝑷𝒆 = 𝑬𝒑 ( ) (𝟏 + 𝑲𝒊 )
𝑬𝒄𝒋

𝟎 𝒔𝒊 𝝈𝒄𝒋 ≤ 𝟎, 𝟓 𝒇𝒄𝒋
AVEC, 𝑲𝒊 = { 𝟐
𝝈𝒄𝒋
𝟒( − 𝟎, 𝟓) 𝒔𝒊 𝟎, 𝟓 𝒇𝒄𝒋 ≤ 𝝈𝒄𝒋 ≤ 𝟎, 𝟔𝟔 𝒇𝒄𝒋
𝒇𝒄𝒋

𝟏 𝒆𝟎 𝟐
ET 𝝈𝒄𝒋 = (𝑷(𝒋) − ∆𝑷𝒆 ) ∗ ( + )
𝑩 𝑰

ON FIXE 𝑲𝒊 = 𝟎
𝑬𝒑
DONC ∆𝝈𝑷𝒆 = ( ) 𝝈𝒄𝒋
𝑬𝒄𝒋

𝑬𝒑 𝟏 𝒆𝟎 𝟐
∆𝝈𝑷𝒆 = ( ) 𝒏.∗ 𝑨𝒑 ∗ ( + ) ∗ (𝝈𝑷𝟎 − ∆𝝈𝑷𝒆 )
𝑬𝒄𝒋 𝑩 𝑰

𝑬𝒑 𝟏 𝒆 𝟐
( ) 𝒏 ∗ 𝑨𝒑 ∗ ( + 𝟎 )
𝑬𝒄𝒋 𝑩 𝑰
∆𝝈𝑷𝒆 = 𝝈𝑷𝟎
𝑬𝒑 𝟏 𝒆 𝟐
[( ) ∗ 𝒏 ∗ 𝑨𝒑 ∗ ( + 𝟎 )] + 𝟏
𝑬𝒄𝒋 𝑩 𝑰

AVEC : 𝐧 = 𝟒 𝐀𝐫𝐦𝐚𝐭𝐮𝐫𝐞𝐬 ; 𝐀𝐩 = 𝟕𝟓𝟎 ∗ 𝟏𝟎−𝟔 𝐦𝟐 ; 𝒆𝟎 = − 𝟎. 𝟐𝟎 𝐦


𝟏⁄
ET 𝑬𝐜𝐢 (𝟐𝟖) = 𝟏𝟏 𝟎𝟎𝟎 (𝒇𝒄𝟐𝟖 ) 𝟑 = 34 180 MPA ; 𝐄𝐩 = 𝟏𝟗𝟎 𝟎𝟎𝟎 𝐌𝐏𝐚

𝒃∗ 𝒉𝟑
𝐈= = 𝟎, 𝟎𝟎𝟗𝟏 𝒎𝟒 ; 𝐁 = 𝐡 ∗ 𝐛 = 𝟎, 𝟐𝟔 𝒎²
𝟏𝟐

DONC ∆𝝈𝑷𝒆 = 𝟏𝟑𝟔, 𝟖𝟕 𝑴𝑷𝒂

Donc les pertes instantanées représentent = 9,77 % ≈ 10 %


CALCUL DES PERTES DE PRECONTRAINTES DIFFEREES COMME EN POST-TENSION :

ON DISTINGUE LES PERTES DE PRECONTRAINTE DIFFEREES :


𝟓
∆𝝈𝑷𝒅 = ∆𝝈𝒓 + ∆𝝈𝒇𝒍 + 𝟔 ∆𝝈𝑷

 PAR RETRAIT DU BETON :

LA PERTE PAR RETRAIT SE CALCULE PAR : ∆𝝈𝒓𝒆𝒕 = EP* 𝜺𝒓 * [1-R(J)]

AVEC : 𝑬𝐩 = 𝟏𝟗𝟎 𝟎𝟎𝟎 𝑴𝑷𝒂

𝑪𝒍𝒊𝒎𝒂𝒕 𝒕𝒓E𝒔 𝒉𝒖𝒎𝒊𝒅𝒆 , 𝟏, 𝟓 . 𝟏𝟎−𝟒


𝑪𝒍𝒊𝒎𝒂𝒕 𝒉𝒖𝒎𝒊𝒅𝒆 , 𝟐 . 𝟏𝟎−𝟒
𝜺𝒓 = 𝑪𝒍𝒊𝒎𝒂𝒕 𝒕𝒆𝒎𝒑E𝒓E 𝒔𝒆𝒄 , 𝟑 . 𝟏𝟎−𝟒
𝑪𝒍𝒊𝒎𝒂𝒕 𝒄𝒉𝒂𝒖𝒅 𝒆𝒕 𝒔𝒆𝒄 , 𝟒 . 𝟏𝟎−𝟒
{ 𝑪𝒍𝒊𝒎𝒂𝒕 𝒕𝒓E𝒔 𝐬𝐞𝐜 , 𝟓 . 𝟏𝟎−𝟒
𝒋 𝟏𝟐𝟎 𝑩 𝟒𝟎 × 𝟔𝟓
𝐫(𝐣) = = = 𝟎, 𝟓𝟐 , 𝒓𝒎 = = = 𝟏𝟐, 𝟒 𝒄𝒎
𝒋+𝟗𝒓𝒎 𝟏𝟐𝟎+𝟗×𝟏𝟐,𝟒 𝑷 (𝟒𝟎+𝟔𝟓)×𝟐

DONC POUR MON PROJET QUI SE CARACTERISE PAR UN CLIMAT CHAUD ET SEC :

113
∆𝝈𝒓 = 190 000 × 4 × 𝟏𝟎−𝟒 [1-0,52] = 36,48 MPA

∆𝝈𝒓𝒆𝒕 = 36,48 MPA

 PAR RELAXATION :

LA PERTE PAR RELAXATION SE CALCULE PAR :


𝟔 𝝈𝑷𝒊
∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 = ( - 𝜇O ) 𝝈𝑷𝒊 . 𝜌1000
𝟏𝟎𝟎 𝐟𝐩𝐫𝐠

AVEC :

𝝈𝑷𝒊 : TENSION INITIALE APRES PERTES INSTANTANEES 𝝈𝑷𝒊 = 𝝈𝒑𝒐 - ∆𝝈𝑷𝒊

𝜌1000 : RELAXATION DES ACIERS A 1000 HEURES (𝜌1000 = 8% POUR RELAXATION


NORMALE)

𝝁𝟎 = 𝒄𝒐𝒆𝒇𝒇𝒊𝒄𝒊𝒆𝒏𝒕 𝒑𝒓𝒊𝒔 E𝒈𝒂𝒍𝒆 A ∶

𝟎, 𝟒𝟑 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒂𝒄𝒊𝒆𝒓𝒔 𝑻𝑩𝑹

𝟎, 𝟑 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒂𝒄𝒊𝒆𝒓𝒔 𝑹𝑵

𝟎, 𝟑𝟓 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒂𝒖𝒕𝒓𝒆𝒔 𝒂𝒄𝒊𝒆𝒓𝒔

𝒇𝒑𝒓𝒈 = 𝟏𝟕𝟓𝟎 𝑴𝑷𝒂

DONC JE TROUVE :
𝟔 𝟏𝟒𝟎𝟎−𝟏𝟑𝟔,𝟖𝟕
∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 = ( – 0,43)* 1263,13* 0,08
𝟏𝟎𝟎 𝟏𝟕𝟓𝟎

∆𝝈𝒓𝒆𝒍 = 𝟏, 𝟕𝟕 𝐌𝐏𝐚

 PAR FLUAGE

LA PERTE PAR FLUAGE SE CALCULE PAR LA FORMULE :


𝑬𝒑
∆𝝈𝒇𝒍 = 𝑬𝒊 ( 𝝈𝒎𝒂𝒙 + 𝝈𝒄 )
𝟏 𝒆𝟎 𝟐
ON A 𝝈𝒄 = 𝝈𝒎𝒂𝒙 − ൫∆𝝈𝒑𝒅 ൯𝒏 𝑨𝒑 [ + ]
𝑩 𝑰
𝟓
ET ∆𝝈𝒑𝒅 = ∆𝝈𝒓 + ∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 + ∆𝝈𝒇𝒍
𝟔

DONC L’EQUATION A RESOUDRE EST :

𝑬𝒑 𝟏 𝒆 𝟐
∆𝝈𝒇𝒍 = 𝑬𝒊 ( 𝟐𝝈𝒎𝒂𝒙 − 𝒏 𝑨𝒑 (∆𝝈𝒓 + 𝟓𝟔 ∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 + ∆𝝈𝒇𝒍 ) [𝑩 + 𝟎𝑰 ])

𝑶U ∆𝝈𝒇𝒍 𝒆𝒔𝒕 𝒍′𝒊𝒏𝒄𝒐𝒏𝒏𝒖𝒆

DONC :

𝑬𝒑 𝟐
( 𝟐𝝈𝒎𝒂𝒙 − 𝒏 ∗ 𝑨𝒑 ∗ (∆𝝈𝒓𝒆𝒕 + 𝟓𝟔 ∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 ) ∗ [ 𝟏 + 𝒆𝟎 ])
𝑬𝒊 𝑩 𝑰
∆𝝈𝒇𝒍 = 𝟐
𝑬𝒑
𝟏+ ∗ 𝒏 ∗ 𝑨𝒑 ∗ [ 𝟏 + 𝒆𝟎 ]
𝑬𝒊 𝑩 𝑰

114
𝑨𝒗𝒆𝒄 :

𝜎MAX : CONTRAINTE MAXIMALE DANS LE BETON (SOUS POIDS PROPRE ET LA


PRECONTRAINTE)

𝜎C : CONTRAINTE FINALE DANS LE BETON (SOUS PRECONTRAINTE ET


CHARGE PERMANENTE).

𝑬𝐩 = 𝟏𝟗𝟎 𝟎𝟎𝟎 𝑴𝑷𝒂


𝟏⁄
𝑬𝒄𝒊 (𝟐𝟖) = 𝟏𝟏 𝟎𝟎𝟎 (𝒇𝒄𝟐𝟖 ) 𝟑 = 34 180 MPA

𝒏 = 𝟒 𝑨𝒓𝒎𝒂𝒕𝒖𝒓𝒆𝒔 ; 𝑨𝒑 = 𝟕𝟎𝟔 . 𝟏𝟎−𝟔 ; 𝒆𝟎 = − 𝟎, 𝟐𝟒 𝐦


𝒃 𝒉𝟑
𝐈= = 𝟎, 𝟎𝟎𝟗𝟏 𝒎𝟒 ; 𝐁 = 𝟎, 𝟐𝟔 𝒎²
𝟏𝟐

𝟏𝟐𝟔𝟑,𝟏𝟑∗𝟑∗𝟕𝟓𝟎∗𝟏𝟎−𝟔 (𝟏𝟐𝟔𝟑,𝟏𝟑×𝟑×𝟕𝟓𝟎∗𝟏𝟎−𝟔 )×𝟎,𝟐𝟏² 𝟎,𝟏𝟒×𝟎,𝟐𝟏


𝝈𝒎𝒂𝒙 = + − = 𝟏𝟑, 𝟑𝟖 𝑴𝑷𝒂
𝟎,𝟒×𝟎,𝟔𝟓 𝟎,𝟎𝟎𝟗𝟏 𝟎,𝟎𝟎𝟗𝟏

DONC JE TROUVE :

∆𝝈𝒇𝒍 = 𝟏𝟐𝟕, 𝟔𝟒 𝑴𝑷𝒂

JE TROUVE POUR LES PERTES DIFFEREES :


𝟓
ON A : ∆𝝈𝑷𝒅 = ∆𝝈𝒓𝒆𝒕 + ∆𝝈𝒇𝒍 + ∗ ∆𝝈𝒓𝒆𝒍
𝟔

 ∆𝝈𝒑𝒅 = 𝟑𝟔, 𝟒𝟖 + 𝟓⁄𝟔 ∗ 𝟏, 𝟕𝟕 + 𝟏𝟐𝟕, 𝟔𝟒

∆𝝈𝒑𝒅 = 𝟏𝟔𝟓, 𝟔 𝑴𝑷𝒂

DONC LES PERTES DIFFEREES REPRESENTENT 𝟏𝟏, 𝟖𝟓 % ≈ 12 %

L’ensemble des pertes représente 22 % de la précontrainte initiale ce qui est


approximativement égale à 25 % .

CALCUL DES PERTES DE PRECONTRAINTES DIFFEREES PAR INTERVALLES :

ON DISTINGUE LES PERTES DE PRECONTRAINTE DIFFEREES :


𝟓
∆𝝈𝑷𝒅 = ∆𝝈𝒓 + ∆𝝈𝒇𝒍 + 𝟔 ∆𝝈𝑷

- INTERVALLE 1 : APPLICATION DE LA PRECONTRAINTES

 PAR RETRAIT DU BETON :

LA PERTE PAR RETRAIT SE CALCULE PAR : ∆𝝈𝒓𝒆𝒕 = EP* 𝜺𝒓 * [ R(TI+1)-R(TI) ]

AVEC : TI = 0 ; TI+1 = 28

 ∆𝝈𝒓 = 190 000 × 4 × 𝟏𝟎−𝟒 [ 0,96 – 0 ] = 73,09 MPA

∆𝝈𝒓𝒆𝒕 = 73,09 MPA

115
- INTERVALLE 2 : APPLICATION DE G ET Q

 PAR RETRAIT DU BETON :

LA PERTE PAR RETRAIT SE CALCULE PAR : ∆𝝈𝒓𝒆𝒕 = EP* 𝜺𝒓 * [1-R(J)]

AVEC : TI = 28 ; TI+1 = 60

∆𝝈𝒓 = 190 000 × 4 × 𝟏𝟎−𝟒 [0,98-0,96] = 1,52 MPA

∆𝝈𝒓𝒆𝒕 = 1,52 MPA

 PAR RELAXATION :

LA PERTE PAR RELAXATION SE CALCULE PAR :


𝟔 𝝈𝑷𝒊
∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 = *( - 𝜇O ) 𝝈𝑷𝒊 . 𝜌1000
𝟏𝟎𝟎 𝐟𝐩𝐫𝐠

DONC JE TROUVE :
𝟔 𝟏𝟒𝟎𝟎−𝟏𝟑𝟔,𝟖𝟕−𝟕𝟑,𝟎𝟗
∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 = ( – 0,43)* 1190,04 * 0,08
𝟏𝟎𝟎 𝟏𝟕𝟓𝟎

 ∆𝝈𝒓𝒆𝒍 = 𝟏, 𝟒𝟑 𝐌𝐏𝐚

- INTERVALLE 3 : PERTE A L’INFINI

 PAR RETRAIT DU BETON :

LA PERTE PAR RETRAIT SE CALCULE PAR : ∆𝝈𝒓𝒆𝒕 = EP* 𝜺𝒓 * [ 1- R(TI) ]

AVEC : TI = 60 ;

∆𝝈𝒓 = 190 000 × 4 × 𝟏𝟎−𝟒 [ 1 – 0,98] = 1,38 MPA

∆𝝈𝒓𝒆𝒕 = 1,38 MPA

 PAR RELAXATION :

LA PERTE PAR RELAXATION SE CALCULE PAR :


𝟔 𝝈𝑷𝒊
∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 = ( - 𝜇O ) 𝝈𝑷𝒊 . 𝜌1000
𝟏𝟎𝟎 𝐟𝐩𝐫𝐠

AVEC :

𝝈𝑷𝒊 : TENSION INITIALE APRES PERTES INSTANTANEES 𝝈𝑷𝒊 = 𝝈𝒑𝒐 - ∆𝝈𝑷𝒊

𝜌1000 : RELAXATION DES ACIERS A 1000 HEURES (𝜌1000 = 8% POUR RELAXATION


NORMALE)

𝝁𝟎 = 𝒄𝒐𝒆𝒇𝒇𝒊𝒄𝒊𝒆𝒏𝒕 𝒑𝒓𝒊𝒔 E𝒈𝒂𝒍𝒆 A ∶

𝟎, 𝟒𝟑 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒂𝒄𝒊𝒆𝒓𝒔 𝑻𝑩𝑹

116
𝟎, 𝟑 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒂𝒄𝒊𝒆𝒓𝒔 𝑹𝑵

𝟎, 𝟑𝟓 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒂𝒖𝒕𝒓𝒆𝒔 𝒂𝒄𝒊𝒆𝒓𝒔

𝒇𝒑𝒓𝒈 = 𝟏𝟕𝟓𝟎 𝑴𝑷𝒂

DONC JE TROUVE :
𝟔 𝟏𝟏𝟗𝟎,𝟎𝟒−𝟏,𝟓𝟐−𝟏,𝟒𝟑
∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 = ( – 0,43)* 1187,09* 0,08
𝟏𝟎𝟎 𝟏𝟕𝟓𝟎

∆𝝈𝒓𝒆𝒍 = 𝟏, 𝟒𝟏 𝐌𝐏𝐚

 PAR FLUAGE

LA PERTE PAR FLUAGE SE CALCULE PAR LA FORMULE :


𝑬𝒑
∆𝝈𝒇𝒍 = 𝑬𝒊 ( 𝝈𝒎𝒂𝒙 + 𝝈𝒄 )
𝟏 𝒆𝟎 𝟐
ON A 𝝈𝒄 = 𝝈𝒎𝒂𝒙 − ൫∆𝝈𝒑𝒅 ൯𝒏 𝑨𝒑 [ + ]
𝑩 𝑰
𝟓
ET ∆𝝈𝒑𝒅 = ∆𝝈𝒓 + ∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 + ∆𝝈𝒇𝒍
𝟔

DONC L’EQUATION A RESOUDRE EST :


𝟐
∆𝝈𝒇𝒍 =
𝑬𝒑
𝑬𝒊
( 𝟐𝝈𝒎𝒂𝒙 − 𝒏 𝑨𝒑 (∆𝝈𝒓 + 𝟓𝟔 ∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 + ∆𝝈𝒇𝒍 ) [
𝟏
𝑩
+ 𝒆𝟎𝑰 ])

𝑶U ∆𝝈𝒇𝒍 𝒆𝒔𝒕 𝒍′𝒊𝒏𝒄𝒐𝒏𝒏𝒖𝒆

DONC :

𝑬𝒑 𝟐
( 𝟐𝝈𝒎𝒂𝒙 − 𝒏 ∗ 𝑨𝒑 ∗ (∆𝝈𝒓𝒆𝒕 + 𝟓𝟔 ∆𝝈𝑷𝒓𝒆𝒍 ) ∗ [ 𝟏 + 𝒆𝟎 ])
𝑬𝒊 𝑩 𝑰
∆𝝈𝒇𝒍 = 𝟐
𝑬𝒑
𝟏+ ∗ 𝒏 ∗ 𝑨𝒑 ∗ [ 𝟏 + 𝒆𝟎 ]
𝑬𝒊 𝑩 𝑰
𝑨𝒗𝒆𝒄 :

𝜎MAX : CONTRAINTE MAXIMALE DANS LE BETON (SOUS POIDS PROPRE ET LA


PRECONTRAINTE)

𝜎C : CONTRAINTE FINALE DANS LE BETON (SOUS PRECONTRAINTE ET


CHARGE PERMANENTE).

𝑬𝐩 = 𝟏𝟗𝟎 𝟎𝟎𝟎 𝑴𝑷𝒂


𝟏⁄
𝑬𝒄𝒊 (𝟐𝟖) = 𝟏𝟏 𝟎𝟎𝟎 (𝒇𝒄𝟐𝟖 ) 𝟑 = 34 180 MPA

𝒏 = 𝟒 𝑨𝒓𝒎𝒂𝒕𝒖𝒓𝒆𝒔 ; 𝑨𝒑 = 𝟕𝟎𝟔 . 𝟏𝟎−𝟔 ; 𝒆𝟎 = − 𝟎, 𝟐𝟒 𝐦


𝒃 𝒉𝟑
𝐈= = 𝟎, 𝟎𝟎𝟗𝟏 𝒎𝟒 ; 𝐁 = 𝟎, 𝟐𝟔 𝒎²
𝟏𝟐

𝟏𝟏𝟖𝟕.𝟎𝟗∗𝟑∗𝟕𝟓𝟎∗𝟏𝟎−𝟔 (𝟏𝟏𝟖𝟕.𝟎𝟗×𝟑×𝟕𝟓𝟎∗𝟏𝟎−𝟔 )×𝟎,𝟐𝟏² 𝟎,𝟏𝟒×𝟎,𝟐𝟏


𝝈𝒎𝒂𝒙 = + − = 𝟗, 𝟕𝟑 𝑴𝑷𝒂
𝟎,𝟒×𝟎,𝟔𝟓 𝟎,𝟎𝟎𝟗𝟏 𝟎,𝟎𝟎𝟗𝟏

117
DONC JE TROUVE :

∆𝝈𝒇𝒍 = 𝟗𝟕, 𝟑𝟐 𝑴𝑷𝒂

JE TROUVE POUR LES PERTES DIFFEREES :


𝟓
ON A : ∆𝝈𝑷𝒅 = ∆𝝈𝒓𝒆𝒕 + ∆𝝈𝒇𝒍 + ∗ ∆𝝈𝒓𝒆𝒍
𝟔

 ∆𝝈𝒑𝒅 = 𝟕𝟓, 𝟗𝟗 + 𝟓⁄𝟔 ∗ 𝟐, 𝟖𝟒 + 𝟗𝟕, 𝟑𝟐

∆𝝈𝒑𝒅 = 𝟏𝟔𝟓, 𝟔 𝑴𝑷𝒂

DONC LES PERTES DIFFEREES REPRESENTENT 12,5 %

L’ensemble des pertes représente 22,5 % de la précontrainte initiale ce qui est


approximativement égale à 25 % .

LA DEUXIEME METHODE EST PLUS PRECISE CAR ELLE PREND EN COMPTE LES PHASES
D’APPLICATION DES CHARGES DANS LES CALCULS A TRAVERS LES INTERVALLES.

Conclusion partielle :
LE BETON PRECONTRAINT EST UNE SOLUTION TECHNIQUE QUI REPOND
PARFAITEMENT A LA CONTRAINTE DES GRANDES PORTEES ET LA FAIBLE HAUTEUR. POUR
LE PROJET DE LA FACULTE ET DE LA CLINIQUE DENTAIRE, LA SOLUTION BETON QUI
POURRAIT ETRE PRECONISEE EST CELLE SE COMPOSANT D’UNE DALLE HOURDIS, PORTEE
PAR DES POUTRES PRECONTRAINTES D’UNE LONGUEUR DE 13,2 M ENVIRON. CES POUTRES
SERONT A LEUR TOUR, APPUYEES SUR DES POTEAUX DU BATIMENT. CETTE SOLUTION
PRESENTE DE NOMBREUX AVANTAGES, PARMI LESQUELS ON RETIENT LA RAPIDITE
D’EXECUTION, ET ELLE NOUS PERMET DE RESPECTER PLEINEMENT LES CONTRAINTES
ARCHITECTURALES.

3. Acier

Variante 1 : poutre métallique a âme plein :

Dans cette partie acier je vais réaliser l’étude d’une passerelle métallique en faisant la
comparaison entre deux variantes, l’une avec poutre métallique avec âme pleine et la seconde
avec un treillis plan.
La poutre fait 14,7 m de longueur et 2,1 m de largeur.

118
Figure 44: éléments de la poutre métallique

A. Passerelle a poutres métalliques :


a. Calcule des poutres secondaires :

Pour faciliter le calcul des itérations j’ai mis au point un programme Excel qui établit pour
chaque profilé choisit vérifie tous les critères dimensionnant pour chaque itération ; c’est une
façon plus ingénieuse et plus pratique pour obtenir des résultats préalables.
Grâce aux catalogues des profilés laminés à chaud les plus courant, que j’ai intégré, le
programme cherche les caractéristiques du profilé choisi dans chaque itération et suit le
processus de vérifications nécessaires conformément au règlement EUROCODE 3 en suivant
le cheminement du logigramme de calculs Jusqu’ à validation de toutes les vérifications
permettant ainsi de choisir le profilé le mieux adapté à mon cas.
Les Poutres sont dimensionnées par le calcul pour satisfaire simultanément :
 aux conditions de résistance ;
 aux conditions de flèche ;
 aux conditions de déversement ;
 aux conditions de l’effort tranchant.
iii. Condition de flèche :

𝑳
Les pannes doivent présenter une flèche inférieure à fadm = 𝟐𝟎𝟎 de leur portée, sous
l’application des charges maximales non pondérées.

Calcul de fz , fadm:

La panne étant isostatique dans les deux sens, on aura :

119
5∗𝑃∗𝐿2
fz = = 0,295 cm
𝐸∗𝐼

fadm = 𝑙/200 = 1,05 cm


Procédons à présent à la vérification : fz ≤ fadm

Fz = 0,295 cm ≤ 1,05cm
La condition de la flèche 𝒇𝒛 < 𝑳/𝟐𝟎𝟎 est bien vérifiée pour IPE 140 avec un taux de travail
de 28,1%.

iv. Vérification de la résistance :

Figure 45: diagramme de vérification de la résistance

120
Rappel :

La condition à vérifier pour un moment fléchissant seul est :


𝑀𝐸𝑑
≤1
𝑀𝑐,𝑅𝑑

À L’ELU : 1.35*G+1.5*(Q)= 1847,81 daN/m


p= 1847,81 daN/m

Calcul du moment maximal My :

La poutre est isostatique et chargée uniformément. Donc le moment de flexion s’écrit sous la
forme :
𝑀𝐸𝑑 =𝑞*l2/8 = 1018,60 daN*m

Calcul du moment résistant Mply :

𝑀𝑐,𝑅𝑑 = Mpl,Rd = (𝑤𝑝𝑙𝑦∗𝑓𝑦)/𝛾𝑀0 = 34575 daN*m


Notons que wpl est donné par le catalogue des profilés

Procédons à présent à la vérification (𝑴Ed/𝑴𝒑𝒍,Rd) ≤ 1 :

(𝑀Ed/𝑀𝑝𝑙,Rd ) = 0.029 < 1

 La condition de résistance (𝑴Ed/𝑴pl,Rd) ≤ 1 est bien vérifiée pour ipE 140 avec un

taux de travail de 2,9 %

v. Vérification au cisaillement :

121
Figure 46 : diagramme de vérification a l'effort tranchant

Selon l’EUROCODE 3 la vérification au cisaillement se traduit par :

V ≤ Vpl avec Vpl = fy*Av/ (√3* 𝛾𝑀0 ).

Rappel :

Combinaison à L’ELU : 1,35* G +1,5*Q =**** daN/m


D’où : p= 1841,87 daN/m
Calcul de Vy et Vz :
Vy= (p* 𝑙)/2 = 1940,19 daN ;

Calcul de l’effort tranchant résistant :

Av = A-2*b*tf + (tw + 2r) *tf = 761,63 mm2

Vpl = Vpl = fy*Av/ (√3* 𝛾𝑀0 ) = 121479,98 daN

Procédons à présent à la vérification : V≤Vpl

V = 1940,19 daN < 121479,98 daN .

122
 On remarque que V et nettement inférieurs à Vpl pour L’IPE 140, donc la
résistance au cisaillement est bien vérifiée avec un taux de travail de 1,6 % pour

V.
Remarque :
Dans la plus part des cas la vérification au cisaillement est vérifiée pour les profilés laminés
dès que la vérification au moment fléchissant est satisfaite.

vi. Vérification au déversement :

Sous l’effet d’un chargement croissant, la poutre fléchit tout d’abord strictement dans le plan
de chargement. Lorsque ce chargement atteint un certain niveau critique (M = Mcr) appelé
moment critique élastique, la poutre peut subir un phénomène d’instabilité appelé le
déversement, étant donné qu’elle peut fléchir hors plan de chargement (plan de faible inertie)
de façon très significative et soudaine. La poutre subit donc un déplacement latéral dans la
direction y et une rotation de torsion par rapport à son axe longitudinal.

Selon l’EUROCODE 3 la vérification au déversement se traduit par :

Calcul des moments ultimes My :

Les moments ultimes ont été déjà calculés pour vérifier la résistance et nous avons
trouvé :
q∗𝑙 2
My= = 1018,60 daN.m
8

Calcul du moment résistant au déversement :

Mb, Rd = χLT*βw *𝑤𝑝𝑙, *𝑓𝑦*𝛾𝑀1 ;

βw= 1 pour les sections de classes 1 et classes 2.

L’élancement réduit est déterminé par la formule suivante :


βw ∗wpl,y ∗fy 0,5
⅄̅𝐿𝑡 = [ ]
Mcr

𝐼𝑧 ∗𝜋 2 ∗𝐸 𝐼 𝐿2 ∗𝐼𝑡 ∗𝐺
Où : Mcr = 𝐶1 ∗ ∗ √ 𝐼𝑤 + 𝐼 = 2802,63 daN.m
𝐿2 𝑧 𝑧 ∗𝜋
2 ∗𝐸

⅄̅𝐿𝑡 = 0,86

Ensuite on détermine le coefficient de réduction pour le déversement :

123
1
𝜒𝐿𝑡 = mais 𝜒𝐿𝑡 ≤ 1 .
∅𝐿𝑡 +[ ∅𝐿𝑡 2 −⅄̅2𝐿𝑡 ]0,5

∅𝐿𝑡 = 0,5*[ 1+ αLT*(⅄̅𝐿𝑡 – 0,2 ) + ⅄̅2𝐿𝑡 ].

Avec

αLT =0,34, le facteur d’imperfection pour les profilés laminés obtenu à partir des courbes de
déversement.

D’où : ∅𝐿𝑡 = 0,98 et 𝜒𝐿𝑡 = 0,69

Suivant : y-y: Mb, Rd= 1133,69 daN.m

Procédons à présent à la vérification My ≤ Mb.Rd :

My = 1018,60 daN*m < 1133,69 daN*m

On remarque que My est nettement inférieur à Mb.Rd pour l’IPE 140, donc la résistance au

déversement suivant y-y est bien vérifiée avec un taux de travail de 90 %.

vii. Vérification au voilement :

Si l'on soumet une plaque rectangulaire à une compression uniforme sur deux côtés opposés,
parallèlement à son plan moyen, on observe que la plaque, au-delà d'une certaine charge, se
déforme transversalement.
Il s'agit du phénomène de voilement, qui peut également apparaître sous un effort de
cisaillement simple.
Les essais montrent également que les âmes, bien que voilées, résistent encore à des efforts
additionnels. Autrement dit, le voilement ne conduit pas à une ruine rapide et brutale de ces
pièces, ce qui en fait un phénomène finalement peu dangereux.
Pour éviter le voilement des âmes des poutres, deux moyens sont possibles :

 Soit augmenter l'épaisseur de l'âme.


 Soit disposer des raidisseurs d'âme, judicieusement positionnés.

Les profilés laminés normalisés en construction métallique ne sont pas sujets au voilement,
leurs âmes étant dimensionnées largement pour éviter tout risque à ce sujet.

124
b. Calcule des poutres principales :

Pour faciliter le calcul j’ai eu recours à R.S.A 2014 chose qui ne m’a pas empêché de critiquer
les valeurs et à calculer manuellement pour vérifier les valeurs données.

Figure 47: modélisation de la poutre avec les charges

i. Condition de flèche :

𝐿
Les pannes doivent présenter une flèche inférieure à fadm = 200 de leur portée, sous
l’application des charges maximales non pondérées.

Calcul de fz , fadm:

La panne étant isostatique dans les deux sens, on aura :


fz avec logiciel R.S.A 2014 = 7,277 cm

125
Figure 48: flèche de la poutre

fadm = 𝑙/200 = 7,35 cm


Procédons à présent à la vérification : fz ≤ fadm

Fz = 7,277 cm ≤ 7,35 cm

La condition de la flèche fz < l/200 est bien vérifiée pour HEA 320 avec un taux de
travail de 99 %.

ii. Vérification de la résistance :

Rappel :

La condition à vérifier pour un moment fléchissant seul est :


𝑀𝐸𝑑
≤1
𝑀𝑐,𝑅𝑑

Calcul du moment maximal My :

Le moment trouve avec R.S.A 2014 est :


𝑀𝐸𝑑 = 20970 daN*m

Figure 49: calcul du moment My

126
Il est confirmé par le calcul manuel

Calcul du moment résistant Mply :

𝑀𝑐,𝑅𝑑 = Mpl,Rd = (𝑤𝑝𝑙𝑦∗𝑓𝑦)/𝛾𝑀0 = 22995 daN*m


Notons que wpl est donné par le catalogue des profilés

Procédons à présent à la vérification (𝑴Ed/𝑴𝒑𝒍,Rd) ≤ 1 :

(𝑀Ed/𝑀𝑝𝑙,Rd ) = 0,912 < 1

 La condition de résistance (𝑴Ed/𝑴pl,Rd) ≤ 1 est bien vérifiée pour HEA 260 , avec
un taux de travail de 91,2 %
Pour l’HEA 320 (𝑀Ed/𝑀𝑝𝑙,Rd ) = 0,541 < 1

 La condition de résistance (𝑴Ed/𝑴pl,Rd) ≤ 1 est bien vérifiée pour HEA 320 ,


avec un taux de travail de 54,1 %.

iii. Vérification au cisaillement :

Selon l’EUROCODE 3 la vérification au cisaillement se traduit par :

V ≤ Vpl avec Vpl = fy*Av/ (√3* 𝛾𝑀0 ).

127
Figure 50: effort trenchant

V est donné par robot :


V= 57990 N ;

Calcul de l’effort tranchant résistant :

Av = A-2*b*tf + (tw + 2r) *tf = 4116,5 mm2

Vpl = Vpl = fy*Av/ (√3* 𝛾𝑀0 ) = 656581,75 N

Procédons à présent à la vérification : V≤Vpl

V = 57990 daN < 656581,75 daN

 On remarque que V et nettement inférieurs à Vpl pour HEA 320 , donc la


résistance au cisaillement est bien vérifiée avec un taux de travail de 8,83 % pour
V.

Remarque :

128
Dans la plus part des cas la vérification au cisaillement est vérifiée pour les profilés laminés
dès que la vérification au moment fléchissant est satisfaite.

iv. Vérification au déversement :

Calcul des moments ultimes My:

Les moments ultimes ont été calculés avec R.S.A 2014 :

Figure 51: résultat sur R.S.A pour My

My = 22996 daN.m

Calcul du moment résistant au déversement :

Mb, Rd = χLT*βw *𝑤𝑝𝑙, *𝑓𝑦*𝛾𝑀1 ;

βw= 1 pour les sections de classes 1 et classes 2.

L’élancement réduit est déterminé par la formule suivante :


βw ∗wpl,y ∗fy 0,5
⅄̅𝐿𝑡 = [ ]
Mcr

𝐼𝑧 ∗𝜋 2 ∗𝐸 𝐼 𝐿2 ∗𝐼𝑡 ∗𝐺
Où : Mcr = 𝐶1 ∗ ∗ √ 𝐼𝑤 + 𝐼 = 43608,13 daN.m
𝐿2 𝑧 𝑧 ∗𝜋
2 ∗𝐸

⅄̅𝐿𝑡 = 1,18

Ensuite on détermine le coefficient de réduction pour le déversement :

129
1
𝜒𝐿𝑡 = mais 𝜒𝐿𝑡 ≤ 1 .
∅𝐿𝑡 +[ ∅𝐿𝑡 2 −⅄̅2𝐿𝑡 ]0,5

∅𝐿𝑡 = 0,5*[ 1+ αLT*(⅄̅𝐿𝑡 – 0,2 ) + ⅄̅2𝐿𝑡 ].

Avec

αLT =0,34, le facteur d’imperfection pour les profilés laminés obtenu à partir des courbes de
déversement.

D’où : ∅𝐿𝑡 = 1,36 et 𝜒𝐿𝑡 = 0,49

Suivant : y-y: Mb, Rd= 24284,52 daN.m

Procédons à présent à la vérification My ≤ Mb.Rd :

My = 22996 daN.m < 24284,52 daN.m

 On remarque que My est nettement inférieur à Mb.Rd pour HEA 400, donc la
résistance au déversement suivant y-y est bien vérifiée avec un taux de travail de
94,69 %

Variante deux : poutre en treillis :

La poutre à treillis est généralement formée par un agencement triangulaire d'éléments


linéaires. Cet agencement est doté de « membrures » (l'équivalent des semelles) parallèles,
« L’âme » étant composée d'un mélange de « diagonales » et de « montants », ces derniers
étant disposés à angle droit par rapport aux membrures. De nombreux autres agencements de
treillis sont possibles : avec d'autres dispositions des diagonales, parfois avec seulement des
diagonales (pas de montants), parfois avec des membrures non parallèles.

B. Calcul du treillis
a. Rôle du treillis :

Les treillis sont très largement utilisés en construction, qu'il s'agisse de structures faites
d'acier, de bois ou autre, les treillis se retrouvent dans les fermes de toiture, de grues, de ponts

130
roulants, de pylônes, etc. On fait appel à ce mode de réalisation dans le but essentiel d'alléger
l'ensemble d'une construction tout en assurant une plus grande stabilité.

b. Evaluations des charges sur le treillis:

Les calculs de treillis ou structures sont une application de la mécanique statique. Pour mener
les calculs, on considère les hypothèses suivantes :
 le poids des barres est négligé ;
 les liaisons sont toutes des rotules (ou des pivots dans le cas d'un treillis plan), les
barres peuvent librement tourner les unes par rapport aux autres ; en effet, même si les
poutres sont fixes entre elles, si l'on applique un effort transversal à une extrémité
d'une barre, le moment de la force à l'autre extrémité et la concentration de contrainte
à l'angle feront que l'articulation bougera, ce qui mènera à la rupture ;
 les charges extérieures sont appliquées aux nœuds.
Ces hypothèses sont indispensables pour les calculs à la main. L'utilisation de logiciels permet
de s'affranchir de ces hypothèses, notamment en prenant en compte la déformation des barres.
La résistance de chacune des barres relève de la résistance des matériaux. Par contre, ces
hypothèses restent la base des calculs de stabilité.

a. Dimensionnement du treillis :

Avant d'entreprendre le calcul des contraintes dans les barres d'un treillis, il faut d'abord
Vérifier si ce treillis respecte la relation vue précédemment, à savoir: m = 2n – 3
Avec :
 m : Nombre de barres du treillis ;
 n : Nombre de nœuds ;
Car :
Si : m < 2n – 3 => le treillis est mou (système instable). Et si : m > 2n – 3 => le treillis est
hyperstatique, c'est-à-dire qu’il contient plus de barres que nécessaire, et nous n’étudierions
pas ce cas ici.

i. VERIFICATION :

m = 2n – 3
On a selon notre modélisation :
n = 43 nœuds ; et m = 83 barres

131
On vérifie si 2n – 3 sera égale à m :
2 * 18 – 3 = 83 Condition vérifiée.

 Pour un dimensionnement correct et simple de l’ossature, on s’intéressera au calcul


des réactions et efforts aux points indiqués sur les figures en calculant les sollicitations
selon
 Pour chaque cas de charge on en déduit ensuit les sollicitations les plus défavorables
selon les combinaisons d’action déterminantes.
 Le calcul des sollicitations et réactions est réalisés comme suit:

b. Choix des profilés

 Les profilés choisis pour constituer les membrures et les diagonales des treillis
sont conçus de telle façon à résister aux charges transmises, à faciliter
l’assemblage et à dégager des économies en termes de poids.
 Après comparaison entre les différents profilés constituants les éléments du
treillis nous avons choisis les profilés suivants :

Figure 52: profile du trellis

c. Étude Analytique du Treillis de Warren

On étudiera dans ce qui suit analytiquement le treillis de Warren par les deux méthodes :
 Méthode des nœuds.
 Méthode de coupes ou des sections (méthode de Ritter).
Ses deux méthodes ont pour but de résoudre les forces dans chaque barre du treillis.
Chaque méthode possède ses propres lois, mais tous les deux aboutissent au même résultat.
On vérifiera ensuite ses deux méthodes avec le logiciel « Robot » pour être sûr que notre
résultats est correcte d’une part, et d’autre pour comparer tous les trois résultats.
Note : Pour comparer exactement les deux méthodes avec le logiciel, on supposera qu’on a la
même charge P sur tous les nœuds du treillis.

132
i. Méthode des nœuds.

Les barres assemblées aux nœuds par des goussets, boulonnées ou soudées ; donc les nœuds
ne sont pas de simples articulations, ils ont une certaine rigidité. En outre les charges sont
souvent réparties sur le long des membrures supérieures, mais pour faciliter le calcul, on
suppose que les forces extérieures et les réactions sont appliquées aux nœuds qui seront
supposées articulées. Par conséquent, chaque nœud doit être un système en équilibre sous
l’action des forces concourantes (forces extérieures et forces dans les barres qui aboutissent à
ce nœud).
Tout d’abord, isolons un nœud en coupant les barres qui aboutissent, et écrivons les équations
d’équilibre pour ce nœud. Puisque on ne dispose que deux équations d’équilibre (ΣFx et ΣFy)
pour chaque nœud, il faut commencer avec un nœud où on a deux barres seulement ; C’est
généralement le cas d’un nœud à l’extrémité ou d’appuis d’un treillis.
Une fois les efforts sont calculés dans un nœud, on procède le calcul en isolant les autres
nœuds et en écrivant les équations d’équilibre de ses nœuds. Il faut toujours choisir de façon
qu’on n’ait jamais plus de deux efforts inconnus à déterminer, et on avance d’un nœud à un
autre progressivement jusqu'au milieu du treillis. Cependant il faut au préalable calculer les
réactions d’appui.
Le treillis ci-contre est symétriquement chargé sur tous ses nœuds par des charges P.
verticales et égales. Les réactions d’appuis sont aussi verticales. La composante horizontale
HA de la réaction RA est donc égale à 0 et HU n’existe pas.

Figure 53: poutre en treillis

D’après la symétrie, on a : RA = RU.


De l’équation ΣFy = 0 on a :
RA + RU = 90,65 KN
D’où RA = RU = 45,325 KN

Calcul des efforts dans les barres du treillis :

133
Pour écrire les équations d’équilibre ΣFx et ΣFy, on doit chercher tout d’abord l’angle 𝜃 que
les diagonales font avec l’horizontale. Dans notre cas, on a des triangles équilatéraux d’où
tous les angles sont égaux à 60o :
Cos 𝜃 = 0, 5
√3
Sin 𝜃 =
2

Nœud A:

Figure 54: sollicitation au niveau de noeud A

 ΣFy = 0
RA + P1*sin 𝜃 = 0
𝑅𝑎
P1 = - = - 52,34 KN ( C )
sin 𝑜

ΣFx = o
P2 + P1*cos 𝜃 = 0
P2 = - P1*Cos 𝜃 = 26,17 KN ( T )

Nœud B :

Figure 55: sollicitation au niveau de nœud B

134
 ΣFy = 0
P1 sin 𝜃 - P3 sin 𝜃 = 0
𝑃1∗sin( 𝑜 )
P3 = = P1 = - 52,34 KN (C)
sin 𝑜

 ΣFx = 0
P1*cos 𝜃 + P3*cos 𝜃 + P4 = 0
P4 = -P1*0,5 – P3* 0,5
P4 = 52,356 KN ( T )

Noeud C :

Figure 56: sollicitation au niveau de nœud C

 ΣFy = 0
P3*sin 𝜃 + P5*sin 𝜃 = 0
P5 = -P3
P5 = - 52,356 ( C )
 ΣFx = 0
- P2 – P3*cos 𝜃 + P5*cos 𝜃 + P6 = 0
P6 = P2 + P3*cos 𝜃 + P5*cos 𝜃
P6 = 78,53 ( T )

Noeud D :

Figure 57: sollicitation au niveau de nœud D

135
 ΣFy = o
P5*sin 𝜃 – P7*sin 𝜃 = 0
P7 = P5 = 52,356 ( T )

 ΣFx = o
P4 + P5*cos 𝜃 + P7*cos 𝜃 + P8 = 0
P8 = - P4 – P5*cos 𝜃 - P7*cos 𝜃 = 0
P8 = 104,711 KN ( C )

Noeud E :

Figure 58: sollicitation au niveau de nœud E

ΣFy = 0
-P7*sin 𝜃 + P9*sin 𝜃 = 0
P9 = -P7
P9 = -52,356 KN ( C )

ΣFx = o
-P6 - P7*cos 𝜃 + P9*cos 𝜃 + P10 = 0
P10 = P6 + P7*cos 𝜃 - P9*cos 𝜃
P10 = -130,889 KN ( T )

ii. Méthodes des Coupes (Méthode de Ritter)

Cette méthode consiste à couper le treillis en deux parties par une section qui coupe les barres
dont on veut déterminer les efforts.
La partie à gauche de la section sera isolée, les efforts inconnus seront supposés extérieurs. La
figure suivante montre comment les efforts dans les barres seront supposés après la coupe. On

136
calcule ensuite les efforts inconnus par les trois équations de l’équilibre de la statique (ΣFy, Σ
Fx, ΣM).

Pour cela la meilleure coupe est celle qui ne sectionne que 3 barres, puisqu’on n’a que trois
équations. C’est pourquoi que cette méthode est plus avantageuse que celle des nœuds, parce
que nous sommes capables de calculer une barre particulière, directement sans être obligée de
calculer les efforts dans toutes les barres précédentes.
Pour les efforts connus, on utilise leurs sens, tandis que les efforts inconnus seront supposés
en traction. Après que les équations d’équilibre sont écrites et les résultats des efforts est bien
clair, l'effort qui a le signe positif est donc en traction et le négatif en compression.

Reprenons notre treillis, pour recalculer et vérifier les efforts dans les barres.

Vérifions les efforts dans les barres 4, 5 et 6 :

Figure 59: sollicitation dans les barres 4,5 et 6.

 ΣFy = 0
P5*sin 𝜃 + RA = 0
P5*sin 𝜃 = – RA
− 𝑅𝑎
P5 = = 52,336 KN (C)
sin 𝑜

137
 ΣMD = 0
- P6* 0,606 + RA*1,05 = 0
RA∗1,05
P6 = = 78,53 KN
0,606

 ΣFx = 0
P4 + P5*cos 𝜃 + P6 = 0
P4 = - P6 – P5*cos 𝜃
P4 = 52,356 KN
Vérifions les efforts dans les barres 6, 7 et 8 :

Figure 60: sollicitation dans les barres 6,7 et 8.

 ΣFy = 0
RA + P7*sin 𝜃 = 0
− 𝑅𝑎
P7 = = 52,336 KN ( T )
sin 𝑜
 ΣME = 0
RA*1,4 + P8*0,7 = 0
RA∗1,4
P8 = = 104,711 KN (C)
0.7
 ΣFx = 0
P8 + P7*cos 𝜃 + P6 = 0
P6 = -P8 – P7*cos 𝜃
P6 = 78,53 (T)

iii. Calcul avec logiciel robot :

Apres modélisation comme le montre la figure ci-dessous :

138
Figure 61: Modélisation de treillis

Les résultats pour la moitié du treillis sont comme suit :

Résultats pour le treillis


No barre Effort
1 -26,178
2 -78,533
3 -130,889
4 -164,849
5 -198,81
6 -232,77
7 -266,731
8 -278,051
9 -289,371
10 -300,691
11 -312,011
22 52,356
23 104,711
24 147,869
25 181,83
26 215,79
27 249,75
28 272,391
29 283,711
30 295,031
31 306,351
42 52,342
43 52,342
44 52,342
45 33,951
46 33,951
47 33,951
48 33,951

139
49 11,317
50 11,317
51 11,317
52 11,317
74 -11,317
75 -11,317
76 -11,317
77 -11,317
78 -33,951
79 -33,951
80 -33,951
81 -33,951
82 -52,342
83 -52,342

Figure 62: efforts dans les barres du treillis

Ces résultats confirment les calculs manuels.

DIMENSIONNEMENT DE LA MEMBRURE SUPERIEURE :

L’effort de traction maximal dans les membrures supérieures est de :


Ned = 334,521 KN , et d’une longueur de : L = 0,7 m.
On a N ed < N t,Rd = N pl,Rd = A*fy /𝛾M0
A > N ed / fy = 14,23 cm2 donc je prends un MIPE 270 car A = 16,69 cm2

DIMENSIONNEMENT DE LA MEMBRURE INFERIEURE :

L’effort de compression maximal dans la membrure inferieure la plus chargée est de :


Nch,ed = 331,875 KN , et d’une longueur de : L = 0,7 m.
J’ai choisi une section initiale MIPE 270, dont les caractéristiques sont:
A = 16,69 cm2 ; d = 2,26 cm (distance du centre de gravité)
Iy = 165,43 cm4 ; Iz = 102,44 cm4

La barre étant considérée comprimée, on a :

140
Classification de l’âme :
d 110−6
= = 11 < 33 * ε section de classe 1
𝑡𝑤 9

Classification de la semelle :
c 54
= = 6 < 10* ε section de classe 1
𝑡𝑓 9

Vérification de la section au flambement dans le plan de la ferme - axe faible de la membrure


:
Il faut s’assurer que :
Ned < Nb,rd
χ∗A∗fy
Avec Nb,rd = 𝛾𝑀0

1
Avec χ =
𝜙+√𝜙2 −𝜆2

𝜙 = 0,5 ∗ (1 + 𝛼 ∗ (𝜆 − 0,2) + 𝜆2 )
𝐿𝑐𝑟
λ̅ = = 0,9*0,7/(93,9*2,5) = 0,27
𝑖∗𝜆1

Courbe de flambement c car c’est une section en T pleine.


 χ = 0,964
 Nb,rd = 0,964*(16,69*10-4*235) = 378,09 KN > 331,87

Le critère de flambement selon l’axe faible de la membrure est vérifié.


 Vérification de la section au flambement hors plan de la ferme - axe fort de la
membrure :
La longueur de flambement dans ce cas est de 10m où la membrure se découpe pour
s’attacher à la membrure de l’autre versant. En effet la longueur de flambement de la
membrure supérieure sera équivalente la distance entre deux nœuds successives c-à-d que Le
critère de flambement hors plan de la ferme sera vérifié en comparaison avec celui dans le
plan tant qu’on a : Iy > Iz et Lcry > Lcrz.
La section adoptée pour les membrures inferieure est : MIPE220

DIMENSIONNEMENT DES DIAGONALES DE LA FERME :

L’effort de traction maximal dans les membrures supérieures est de :


Ned = 57,384 KN , et d’une longueur de : L = 0,7 m.
On a N ed < N t,Rd = N pl,Rd = A*fy /𝛾M0

141
A > N ed / fy = 2,44 cm2 donc je prends un DCED 30 car A = 3,44 cm2

DIMENSIONNEMENT DE LA DIAGONALE EN COMPRESSION :

L’effort de compression maximal dans la membrure supérieure la plus chargée est de :


Nch,ed = 57,57 KN , et d’une longueur de : L = 0,7 m.
J’ai choisi une section initiale DCEP 35, dont les caractéristiques sont:
A = 4,69 cm2 ;
iy = 1,1 cm

La barre étant considérée comprimée, on a :


Classification de l’âme :
d 35−4
= = 8,5 < 33 * ε  section de classe 1
𝑡𝑤 4

Classification de la semelle :
c 35−4
= = 8,5 < 10* ε  section de classe 1
𝑡𝑓 4

Vérification de la section au flambement hors plan de la ferme - axe faible de la


membrure :
Il faut s’assurer que :
Ned < Nb,rd
χ∗A∗fy
Avec Nb,rd = 𝛾𝑀0

1
Avec χ =
𝜙+√𝜙2 −𝜆2

𝜙 = 0,5 ∗ (1 + 𝛼 ∗ ൫λ̅ − 0,2൯ + λ̅2 )


𝐿𝑐𝑟
λ̅ = = 0,8*0,7/(93,9*1,1) = 0,61
𝑖∗𝜆1

Courbe de flambement c car c’est une section en T pleine.


 χ = 0,737
 Nb,rd = 0,737*(4,69*10-4*235) = 81,23 > 55,57 KN

Le critère de flambement selon l’axe faible de la membrure est vérifié.

142
 Vérification de la section au flambement dans le plan de la ferme - axe fort de la
membrure :
La longueur de flambement dans ce cas est de 10m où la membrure se découpe pour
s’attacher à la membrure de l’autre versant. En effet la longueur de flambement de la
membrure supérieure sera équivalente la distance entre deux nœuds successives c.-à-d. que Le
critère de flambement hors plan de la ferme sera vérifié en comparaison avec celui dans le
plan tant qu’on a : Iz > Iy et Lcrz > Lcry.
La section adoptée pour les membrures inferieure est : DCEP 35.

Vérification de la flèche :

Le calcul de la flèche d’une poutre treillis nécessite de déterminer l’âme équivalente du


treillis, afin de prendre en compte la flèche additionnelle engendrée par l’effort tranchant.
La flèche maximale à mi- portée se décompose :
- En flèche due au moment fléchissant, qui vaut dans notre cas de figure :
1∗𝑝∗𝑙4
fm = 384∗𝐸∗𝐼

- En une flèche due à l’effort tranchant, qui vaut :


1∗( 𝑀𝑎+𝑀𝑏)
Ft = 𝐺∗𝐴𝑎

Mb étant le moment négatif q l’appui et Mc le moment positif en milieu de travée


Calcul :
- Fleche fm :
I est l’inertie des membrures seules et p la charge linéique non pondérée :
P = 7,2 KN
I = 2*165,43+2*16,69*30,3 = 30976,70 cm4
1∗𝑝∗𝑙4 1∗7,2∗14,74
fm = 384∗𝐸∗𝐼 = = 0,6 cm
384∗210∗10−2 ∗30976,70

- Fleche Ft :
1∗( 𝑀𝑎+𝑀𝑏) 194,48
Ft = = 81∗5.54 = 0,44 cm
𝐺∗𝐴𝑎
2,6∗( 𝐴𝑑∗𝑙𝑚)

Avec Aa = ℎ0
𝐴𝑑 𝑙𝑑3
= 5,54 cm2
+
𝐴𝑡 ℎ03

1470
= 7,35 cm > 1,06 cm condition vérifiée.
200

143
Vérification par logiciel :

Figure 63: vérification par logiciel des éléments du treillis

144
Chapitre 4 : modélisation,
calcul dynamique et
sismique

145
1. Calcul dynamique et sismique

 Les logiciels utilisés


RPS 2000 Version révisée 2011
Le Règlement de Construction Parasismique (RPS 2000) a été approuvé par le décret N° 2-
02-177 du 9 hija 1422 (22 février 2002) instituant également le Comité National du Génie
Parasismique (CNGP). Il constitue ainsi le premier règlement parasismique à l’échelle
nationale qui a permis la prise en compte du risque sismique dans la conception et le
dimensionnement des bâtiments.
Avec un retour d’expérience de 7 ans, Le RPS 2000 a nécessité une révision, dans un cadre
partenarial entre le Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement de l’Espace
et l’Université Mohammed V-Agdal de Rabat, pour faciliter son application et son intégration
dans un logiciel d’analyse de conception et de dimensionnement des structures. Cette révision
s’est justifiée par les raison suivantes :
 la difficulté constatée auprès des utilisateurs (bureaux d’études et de contrôle) pour
l’application convenable des différentes prescriptions du règlement.
 l’absence d’un logiciel fiable et validé pour la conception et le dimensionnement des
ouvrages en conformité avec le RPS 2000.
 le fait que depuis l’élaboration du RPS 2000, de nouvelles données multi sources en
relation avec le domaine de génie parasismique méritent d’être considérées.
 A cet effet, un processus de concertation a été engagé avec toutes les parties
directement concernées par l’application du RPS 2000 : les bureaux d’études, les
bureaux de contrôle, les laboratoires de BTP, les architectes, les entreprises, les
promoteurs immobiliers pour revoir et ou rectifier toutes les parties du dit règlement
pour une meilleure compréhension et application.

A. Conception sismique

A défaut de prédire le séisme, la protection des vies et des biens nécessite de concevoir et de
construire parasismique. Les règlements de construction en zone sismique donnent les
paramètres sismiques, les règles de calcul et les dispositions constructives à adopter pour un
comportement sécuritaire à l'agression du tremblement de terre. L’obtention d'une structure
parasismique nécessite un contreventement efficace. Un contreventement efficace est obtenu
par une disposition judicieuse et adéquate des éléments de contreventement devant résister à
la sollicitation sismique. La construction parasismique doit être une volonté de chacun avant
d'être une obligation règlementaire.

B. Contreventement

En génie civil, un contreventement est un système statique destiné à assurer la stabilité


globale d'un ouvrage vis-à-vis des effets horizontaux issus des éventuelles actions sur celui-ci
(par exemple : vent, séisme, choc, freinage, etc.) Il sert également à stabiliser localement

146
certaines parties de l'ouvrage (poutres, poteaux) relativement aux phénomènes d'instabilité
(flambage ou déversement).

a. Contreventement assuré par portiques

Les portiques doivent être conçus pour résister non seulement aux forces de pesanteur, mais
également aux forces horizontales ; celle résistance implique la rigidité des nœuds. Cette
solution conduit en général à des sections de béton et d’armatures plus importantes, et à des
dispositions de ferraillage plus complexes que celles usuellement adoptées dans les structures
les plus courantes de bâtiments.
Le calcul des ossatures en portiques peut être conduit suivant de nombreuses méthodes plus
ou moins élaborées.
b. Contreventement par des voiles

La solution de contreventement avec voiles en béton armé est actuellement très répandue ;
très souvent, les voiles en cause, disposés transversalement aux bâtiments de forme
rectangulaire allongée, constituent également les éléments de transmission des charges
verticales, sans être obligatoirement renforcés par des poteaux. Ils assurent ainsi, dans des
conditions économiques, à la fois la transmission des charges de pesanteur et le
contreventement dans la direction transversale des bâtiments ; cet avantage est évidemment
surtout marqué pour les entreprises équipées d’un matériel de coffrage approprié : banches et
coffrages-tunnels.

c. Contreventement mixte

On peut très bien avoir recours à des solutions mixtes, utilisant simultanément plusieurs
solutions. La difficulté essentielle est alors de définir la réparation des forces horizontales
entre les divers pans de contreventement, dont les déformabilités peuvent être très différentes
en raison de leurs dimensions et de leur constitution.

d. Synthèse du choix de contreventement

Dans ce projet l’architecte a exigé le contreventement par portique pour atteindre un degré
d’esthétique attirent vu la destination finale du projet qui est un espace public (Faculté et
Clinique Dentaire ).

147
C. Hypothèse :
a. Classification de la structure

Le RPS 2011 répartit les bâtiments selon leur usage principal en trois groupes de priorité
sismique, à chaque groupe correspond un facteur d’importance ou de priorité sismique.
Puisqu’il s’agit de constructions présentant un risque en raison du grand public qu’elles abritent. Elle
entre donc dans la classe II : BATIMENTS DU GRAND PUBLIC.

b. Coefficient d’importance

D’après le tableau donné dans le RPS2011 :


Puisqu’on est en CLASSE II, donc le coefficient de priorité est :
𝑰 = 𝟏. 𝟐

c. REGULARITE STRUCTURALE
i. Régularité en plan :

L = 62,3 m
B = 50,4 m
H = 20,85 m

Figure 64: dimension en plan d'un bâtiment

- Forme en plan simple : rectangle. la condition est vérifiée


- a + b ≤ 0,25*B => a = 3,40 + 3,45 = 6,85 m ; b = 1 m ; B = 50,4
 6,85 < 12,6. la condition est vérifiée
𝐿 62,3
- < 3,5 => = 1,24 < 3,5. la condition est vérifiée
𝐵 50,4

148
ii. Régularité en élévation :

- Rétrécissement graduel en élévation


1,8 m de rétrécissement entre le plancher bas du R.D.C et son plancher haut,
 1,8 < 0,15*50,4 < 0,25*50,4 = 12,6 m. la condition est vérifiée
- Le maximum des élargissements est observé au niveau des planchers hauts du 3eme
et 4eme étage 6,85 m < 0,25*50,4 = 12,6 m. la condition est vérifiée
- la hauteur du bâtiment = 20,85 m < 4*50,4 m. la condition est vérifiée
- les éléments verticaux du système structural résistant aux forces latérales n’ont pas
de décalage. la condition est vérifiée
- La résistance au cisaillement du système structural à un niveau n’est pas inférieure
à 80% de la résistance du niveau supérieur car les éléments verticaux ne sont pas
interrompus et les éléments horizontaux varient très peu. La condition est vérifiée

d. DISSIPATION D’ENERGIE ET DUCTILITE

i. Classe de ductilité

Comme il s’agit d’un bâtiment de classe ll et que la vitesse de la zone est v = 0.10 m/s suivant
la carte du zonage sismique en vitesse la classe de ductilité est ND1 .

Tableau 25: Ductilité et classe de bâtiment

149
ii. Facteur de réduction

Puisque mon choix c’est porte sur un système de contreventement par portique en béton arme
et que la classe de ductilité de mon bâtiment est ND1 => K = 2

Tableau 26 : Facteur de comportement K

e. PROPRIETES DES MATERIAUX STRUCTURAUX


i. BÉTON
Il faut que :
- le béton utilisé pour les constructions en zones sismiques ait un comportement
stable sous de grandes déformations réversibles.
- Les caractéristiques mécaniques doivent être conformes au règlement en vigueur
de béton armé, Toutefois la résistance à la compression doit être supérieure à 22
Mpa.
 les conditions sont vérifiées

ii. ACIER
Il est demandé que :
- Les armatures pour le béton armé soient à haute adhérence.
- La valeur supérieure de la limite d’élasticité fy soit égale à 500 MPa.
- Le coefficient de sécurité à adopter ait pour valeur : ŋ = 1.15
- le diagramme déformations- contraintes est celui utilisé par le règlement du béton
armé.
 les conditions sont vérifiées

150
f. Modélisation du mouvement du sol

Pour l’évaluation de l’action du tremblement de terre sur une structure, le mouvement


sismique du Sol est défini par les paramètres suivants:

g. Zonage sismique et vitesse

Figure 65: Zonage sismique en vitesse pour des probabilités de 10% en 50 ans

D’après la carte ci-dessus, Sale est située en zone de vitesse Vmax = 0.10m/s

151
Coefficient de vitesse (Probabilité 10% en 50 ans)

D’après le tableau ci-dessus, je suis en Zone de Vitesse 2.

Figure 66: Zonage sismique en accélération pour des probabilités de 10% en 50 ans Maroc
2011 (Accélération % g)

L’accélération dans la zone de ma construction est d’après la carte ci-dessus : Amax = 10 %

152
h. Coefficient de site

D’après le rapport géotechnique, le site est classé de type S2 et a par conséquent un


coefficient d’influence de 1,2.

D. Modélisation :
a. Logiciels :

 AutoCad 2018 :
AutoCad 2018 Est un logiciel de Dessin Assisté par Ordinateur (DAO) créé en Décembre
1982 par Autodesk. Bien qu'il ait été développé à l'origine pour les ingénieurs en mécanique,
il est aujourd'hui utilisé par de nombreux corps de métiers. Il est actuellement, selon Forbes,
le logiciel de DAO le plus répandu dans le monde.
 C.B.S 2014 : Concrete Building Structures 2014
CBS Pro est un logiciel de pré-dimensionnement de bâtiment Béton Armé.
Il intègre trois méthodes de calcul :

Surface d'influence : l'utilisateur retrouve plus facilement une approche manuelle des calculs;
elle convient bien pour les bâtiments avec des dalles de type rectangulaires.

Éléments finis partiels : cette approche, plus réelle, convient très bien aux dalles quelconques.

Méthode globale : traduit le comportement réel du bâtiment et permet notamment la prise en


compte des remontées de charges, dalles de transfert, voile suspendu. De plus, cette méthode
est indispensable dès qu'un calcul sismique est nécessaire.
Les hypothèses de prédimensionnement vous permettent d'avoir, après analyse, un quantitatif
très précis (volume de béton, poids d'acier, surface de coffrage...).

En plus d'un calcul statique, il est possible d'effectuer des analyses dynamiques suivant les
règlements PS92, RPA99 modifié 2004, RPS2000.
 R.S.A 2014 : Robot Structural Analysis 2014
Créé à l'origine par l'entreprise Robobat sous le nom de Robot Millenium, le logiciel Robot
est devenu avec le rachat de Robobat par la société Autodesk Robot Structural Analysis.
Logiciel de CAO / DAO (mais plutôt CAO que DAO), il permet de modéliser, calculer,
vérifier, dimensionner différentes structures du Génie Civil. Cette dernière étape permet de
définir des notes de calcul ainsi que des plans de ferraillage.
L'intégration de ce logiciel à la société Autodesk lui a permis de devenir une pièce maîtresse
dans le BIM. En effet, des maquettes numériques réalisées sous Revit ou des plans réalisés
sous Autocad peuvent être directement importés sous Robot. Les plans de ferraillages

153
peuvent, eux, être exportés et exploités directement sous Autocad, permettant une meilleure
circulation des documents et une rapidité d'exécution dans les calculs.

b. Méthodologie de travail :
Etapes de la modélisation :

La méthodologie de modélisation adoptée est la suivante :

 Pré-dimensionnement des éléments (dalles, Poutres) ;


 Modélisation de la partie plane de la structure sur CBS, saisie des
données géométriques et des charges ;
 Calcul dynamique effectué sur ROBOT ;
 Calcul sismique Vérification des dimensions obtenues avec la descente de charge
et dimensionnement des éléments effectués sur ROBOT ;

Apres avoir trace les axes sur Autocad comme le montre la capture d’écran en dessous

Figure 67: plan de coffrage du plancher haut du RDC

154
Je les ai exporte vers C.B.S pour commencer la modélisation de ma structure, ensuite j’ai mis
en place les différents éléments de mon ossature en béton arme à savoir les poteaux, poutres,
dalles et les voiles comme le montre la capture en dessous

Figure 68:plan de coffrage du plancher haut du 3eme étage

Une fois la structure terminée sur C.B.S sauf les parties passerelle métallique et la toiture en
arc qui sera réalisé sur R.S.A, j’ai applique les charge calculée lors de la descente des charges
comme le montre la capture si dessous

155
Figure 69: modélisation de la structure sur CBS

Une fois les calculs fait et les éléments vérifiés, j’ai exporte la structure pour poursuivre la
modélisation afin de commencer les calculs. La capture qui suit montre la modélisation finale
sur R.S.A

Figure 70: structure entière modélisée sur robot

On raison de la taille trop importante de la structure mon ordinateur fut incapable de réaliser
les calculs de la structure entière c’est pour cela que je me suis contente de l’étude d’un seul
bloc.

156
Figure 71: bloc à étudier modélisé sur robot

i. Etude dynamique

L’analyse dynamique d’une structure représente une étape primordiale dans


l’étude générale d’un ouvrage en génie civil dans une zone sismique (zone II dans ce
cas). La résolution de l’équation du mouvement d’une structure tridimensionnelle en
vibrations libres ne peut se faire manuellement à cause du volume de calcul.
L’utilisation d’un logiciel préétablie en se basant sur la méthode des éléments finis
avec une modélisation adéquate de la structure, peut aboutir à une meilleure
définition des caractéristiques dynamiques propres d’une structure donnée.

E. Analyse modale

L’analyse modale permet de calculer les valeurs propres et leurs valeurs connexes
(pulsations propres, fréquences propres ou périodes propres), précision, vecteurs
propres, coefficients de participation et masses participantes pour l’étude aux vibrations
propres de la structure. Les masses participantes sont des masses dynamiques participant
dans le mouvement de la structure pour chaque déformée modale et pour chaque degré

157
de liberté. Elles sont exprimées comme masses courantes (pour le mode propre actuel)
et comme masses relatives. Une masse relative est définie comme étant la somme des
masses courantes à partir du premier mode jusqu’au mode courant.

a. Nombres des modes propres

Dans chacune des directions d'excitation étudiées, le calcul des modes de vibration
doit être poursuivi jusqu'à la fréquence de 33 Hz (période de 0,03 s). La suite des modes
peut être interrompue si le cumul des masses modales ΣMi dans la direction de
l'excitation considérée atteint 90 % de la masse vibrante totale M du système ; dans ce
cas, les effets des modes non retenus peuvent être négligés. En aucun cas le nombre
de modes retenus ne doit être inférieur à 3. Si à la fréquence de 33 Hz la ΣMi dans la
direction de l'excitation n'atteint pas 90 % de la masse totale vibrante, il doit être tenu
compte des modes négligés par toute méthode scientifiquement établie et
sanctionnée par l’expérience.

b. Calcul modale

Après avoir effectué le calcul modal sur le logiciel ROBOT le tableau ci-dessous montre
les masses cumulées suivant x et y pour chaque mode propre.

Figure 72: Résultats de l'analyse modale pour 14 modes

158
On constate, d’après le tableau suivant qu’au bout de 14 modes, que 91,85% de la
masse du bâtiment a été mobilisée dans la direction horizontale X, et dans la direction
horizontales Y environ 90,89 % avec une fréquence de 10,29 Hz au 14ème mode.
Finalement, nous avons arrivé à une participation des masses supérieure à 90% avec
un nombre de modes égale à 24 (mode convergeant) sans que la fréquence dépasse
33Hz.

F. Vérification des déformations

Le but est de vérifier que la structure évolue dans le domaine de ses propriétés
qui est pris en compte dans le calcul et contenir les dommages structuraux dans
des limites acceptables.

a. Déplacement latéraux inter-étages :

Selon le RPS 2011 les déplacements latéraux inter-étages évalués à partir des
actions de calcul doivent être limités à :

0,007∗ℎ
 Δel ≤ Pour les bâtiments de classe I
𝑘
0,01∗ℎ
 Δel ≤ Pour les bâtiments de classe II
𝑘

Avec :

h : la hauteur de l’étage ;
K : coefficient du comportement. Ce coefficient étant K = 2 (structure contrevente
par portiques).
Notre structure étant de classe 2, donc les déplacements inter-étages ont été
calculés par le logiciel ROBOT. En ce qui concerne notre cas, nous avons :

159
Tableau 27 : déplacement des étages pour un séisme suivant x

Tableau 28: déplacement des étages pour un séisme suivant y

seisme X seisme Y
∆ Ux ∆ Uy ∆ Ux ∆ Uy déplacements
H(m) vérification
(cm) (cm) (cm) (cm) limites(cm)
RDC 4,4 0 0 0 0,2 2,2 vérifiée
1 ETAGE 3,5 0,58 0,05 0,04 0,42 1,75 vérifiée
2 ETAGE 3,5 0,68 0,07 0,03 0,43 1,75 vérifiée
3 ETAGE 3,5 0,69 0,08 0,03 0,43 1,75 vérifiée
4 ETAGE 3,5 0,61 0,1 0,02 0,33 1,75 vérifiée

Tableau 29: vérification des déplacements inter-étages

b. Déplacements latéraux globaux du bâtiment :

Le déplacement latéral total du bâtiment Δg doit être limité à Δg limite = 0.004*H.


Pour notre structure Δg limite = 0,004*18,4 = 7,36 cm, avec H est la hauteur totale de
la structure inférieurs aux déplacements limites requis par le règlement RPS 2000.

Le tableau ci-dessous présente le déplacement suivant x et y

Direction Hauteur Déplacement réel Δg RPS 2011(cm) vérification


Séisme X UX 18,4 2,96 7,36 vérifiée
UY 18,4 2,35 7,36 vérifiée
Séisme y UX 18,4 0,19 7,36 vérifiée
UY 18,4 1,81 7,36 vérifiée

160
Tableau 30: Déplacement latéraux globaux pour le bâtiment

c. Vérification de la stabilité au renversement :


La structure doit être dimensionnée pour résister aux effets de renversement dû aux
combinaisons des actions de calcul. Un ancrage est exigé si l’effet des charges de calcul
tendant à provoquer ce phénomène est supérieur à l’effet de stabilisation. Pour vérifier
la stabilité au renversement, nous allons calculer l’indice de stabilité θr pour chaque
niveau.

K ∗ W ∗ depmax
θ=
V∗h

- Avec :

W : poids au-dessus de l’étage considéré

V : action sismique au niveau considéré

h : hauteur de l’étage

Dépmax : déplacement relatif du niveau considéré

K : coefficient de comportement

Les résultats du calcul sont présentés comme suit :

Séisme sens X

depmax Hauteur
Niveau K W (KN) Vx (KN) θ vérification
(cm) (cm)

161
RDC 2 30880,476 0 11219,81 440 0,000 vérifiée
1ETAGE 2 22594,087 0,58 10269,52 350 0,007 vérifiée
2 ETAGE 2 22943,915 0,68 8957,42 350 0,010 vérifiée
3 ETAGE 2 22982,071 0,69 6956,56 350 0,013 vérifiée
4 ETAGE 2 22847,992 0,61 4001,12 350 0,020 vérifiée

Tableau 31: indice de renversement de la structure au sens X du séisme

Séisme sens Y

depmax Hauteur
Niveau K W (KN) Vy (KN) θ vérification
(cm) (cm)
RDC 2 30880,476 0,2 11436,59 440 0,002 vérifiée
1ETAGE 2 22594,087 0,42 10762,53 350 0,005 vérifiée
2 ETAGE 2 22943,915 0,43 9437,44 350 0,006 vérifiée
3 ETAGE 2 22982,071 0,43 7233,99 350 0,008 vérifiée
4 ETAGE 2 22847,992 0,33 3973,32 350 0,011 vérifiée

Tableau 32: indice de renversement de la structure au sens X du séisme

Pour que la stabilité au renversement soit satisfaite nous avons les conditions
suivantes :

 La stabilité est considéré satisfaite si r  0.10

 L’effet du second ordre est à prendre en compte si 0.10 < r  0.20

 La stabilité est considérée comme non satisfaite si r > 0.20

On remarque que pour chaque niveau, θr est inférieur à 0,1 et donc il n’y a pas
de risque de renversement. De plus il n’est pas nécessaire de prendre en compte
les effets du second ordre.

G. Calcul de ferraillage
a. Combinaison d’action :

 Cliquer sur chargement / combinaison manuelle


 Choisir type de combinaison ACC

162
 Cliquer sur paramètre et puis sur OK

Figure 73: Paramètre de combinaison

b. Choisir le cas de charge et entrer les coefficients correspondants

c. Calcul de la structure

Cliquer sur Analyse puis calculer

d. Calcul de ferraillage des éléments en BA

 Sélectionner les éléments en BA : poutre, poteau, semelle

 Choisir l’option dimensionnement / ferraillage réel des éléments en BA

 Enter les paramètres de ferraillage

 Lancer le calcul

163
e. Résultats de calculs

Dans cette partie nous avons présenté les résultats de calculs sismiques donnés
par le logiciel ROBOT pour les éléments structuraux : poteau, poutre, semelle en
statique et en dynamique disponible en annexe

164
Chapitre 5 : Ordonnancement
et pilotage de chantier

165
Introduction

L'ordonnancement, le pilotage et la coordination (OPC) ont pour objet, tout au long du


déroulement d'un chantier de bâtiment et travaux publics (BTP), d'organiser et d'harmoniser
dans le temps et dans l'espace les tâches élémentaires d'études et de travaux ainsi que les
actions des différents intervenants.

I. Métrés et détails estimatif du projet

Le métré est le relevé détaillé des quantités de travaux à exécuté. Il sera en question de
déterminer les quantités de chaque article par une étude quantitative et par la suite affecter à
chaque article son prix unitaire par une étude estimative pour ressortir en fin de compte le
cout globale du projet.

1. Estimation quantitative :

J’ai essentiellement effectué une estimation quantitative relative à la construction d’un bloc
de la faculté. J’étais amené à travailler sur le plan béton armé pour calculer ses articles
(poteaux, poutres, dalle pleine, dalle à hourdis, radier général, fouille en plein masse, voiles,
béton armé pour tout ouvrage en élévation et en fondation, acier haut adhérence béton de
propreté).
Ci-dessous nous présentons un aperçu des quantités de chaque article et les ratios adoptés
pour le calcul des quantités d’acier.

Les détails des calculs sont présentés au niveau de l’annexe 4 .

Les ratios d'aciers représentent le rapport du poids des armatures sur le volume du béton pour
chaque élément de la structure. Les valeurs prises sont les suivantes

Tableau 33 : tableau des ratios d'acier des différents éléments de l'ouvrage

Eléments Ratios d’acier (kg/mƷ)

Radier 70

Voile 30

166
Poteau 130

Plancher corps ceux 100

Dalle pleine 70

Poutres 160

Ou pour un calcul plus précis on peut détailler les quantités de ferraillage avec
les formules suivantes :

Tableau 34: tableau des longueurs développées des armatures

Pour ensuite calculer le poids d’acier en Kg avec la formule suivante :

167
Avec : T : le diamètre de la barre en (mm)

2. Estimation financière

Dans ce projet, l’estimation du prix se fera sur la base de métré exactes, en se


basant sur le plan de coffrage et les ratios d’acier des éléments structuraux
(radier, poteaux, poutres, voiles, dalles….) et sur les quantités de terrassement.
On présente ci-dessous les tableaux de bordereaux des quantités établies dans
le calcul, avec les prix de marché.

A retenir :

volume des terrassements ( m3 ) volume du béton ( m3 ) surface des planchers ( m2 )


5827 5228 15481

Le cout total du projet est : 17078467,00 DH le détail des quantités et prix est en annexe 6

II. Plan d’installation de chantier

Un plan d’installation de chantier (communément nommé P.I.C.) est généralement établi à


partir d’un plan de masse et définit les matériels « fixes » nécessaires à la réalisation des
ouvrages et les cantonnements pour accueillir le personnel du chantier.
Rôle d’un P.I.C :

1. Organiser le déroulement du chantier

- il permet de prévoir les différentes phases de réalisation en déplaçant le moins possibles les
hommes, les matériels, les matériaux,
- faciliter la cohabitation et le dialogue entre les différents corps d’états,
- Utiliser au mieux l’espace disponible.

168
2. Ordonner le chantier

- gain de temps : diminuer les temps unitaires (TU),


- éviter les pertes (matériaux) et double emplois (matériels),
- améliorer la sécurité : humaine + matériel (clôture + gardiennage + alarme),
- améliorer la qualité (réussir du premier coup au moindre coût),
- Vitrine.

3. Positionner les éléments

- humains : rendez-vous, accidents,


- matériels : livraison, déplacements,
- réseaux : fuites, pannes, raccordements, utilisations de grillages avertisseurs et tubes de
couleurs normalisées.

III. Estimation main d’œuvre et nombre de grue sur chantier

Figure 74: grues

169
1. Estimation de budget main d’œuvre

Pour ce faire il faut connaitre :


- Le volume de béton y compris gros béton et béton de propreté
- La surface totale de plancher y compris dallages et dalles portées

A. Estimation du ratio HEURES/m3 de béton

La valeur habituelle moyenne : 5,5 H/m3


La première estimation de main d’œuvre vaut donc :
Béton total (m3) * ratio (5,5 ) [h/m 3]
H1= 52258* 5,5 = 28754 h

B. Estimation du ratio HEURES/m2 de dallage

La valeur habituelle moyenne : 2,3 H/m3


La deuxième estimation de main d’œuvre vaut donc :
Surface total (m²) * ratio(2,3) [H/m²]
H2 = 15481*2,3 = 35606 h
La moyenne des deux estimations vaut donc :
H = (28754 + 35606,3) / 2 = 32180,15 h

2. Estimation du nombre de grue

La grue est un matériel de chantier onéreux (location, entretien, amortissement, coût du


grutier…) qui intervient dans le calcul des Frais de Chantier, il est donc primordial de bien
définir les caractéristiques de la grue :
• caractéristiques trop importantes = coût élevé, augmentation des durées de cycles grue,
• caractéristiques trop peu importantes = utilisation fréquente de grue automotrice, prise de
risque des ouvriers, impossibilité de réaliser les ouvrages…
Rappel : le choix de l’engin de levage est souvent dicté par les disponibilités du parc matériel
de l’entreprise ou des sociétés de location.

La saturation d’une grue dépend directement du volume d’heures quotidiennes d’un chantier
(ce sont des hommes qui sollicitent la grue, il existe donc une corrélation directe entre budget
main d’œuvre et le nombre de grues.
Calcul de nombre de Grues :
On cherche le volume horaire journalier en nombre de main d’œuvre/jour :
Main d’œuvre quotidienne = Budget M.O estimé / Nombre de jours ouvrés travaillés

170
= 32180,15/308 = 104,48
Pour calculer la saturation de la grue le formule est la suivante: La Main d'œuvre quotidienne
/ 125 (Théoriquement la grue a une saturation de 125 pour 8 h/j pour 7,8 h/j la
saturation est 121,87)
Nous pouvons estimer la charge de la grue selon un simple calcul:
La charge de la grue = valeur décimale du nombre de grue x 7,8 / Nombre entier de grues
retenues.
On divise cette valeur par 121,78
Nombre de grue=104,48/121,87=0,9
Nombre de grues = 1 Grues => la nouvelle durée du projet est 265 jours.
L’entreprise de travaux a eu recours a trois grues car elle les possède et parce qu’elles
vont lui permettre de couvrir toute la surface du projet qui est importante.

IV. Calcul de prix du béton

Figure 75: centrale à béton

Entre acheter du BPE qui est une tâche facile car on a la garantie de la qualité, et fabriquer
de béton sur chantier (BFC), il faut faire un choix et ce choix est base essentiellement sur le
critère du cout, mais d’autre critères peuvent

171
Pour du B.F.C On a deux types de dépenses à prendre en compte :
 Les dépenses indirectes : indépendantes de la quantité de béton à mettre en
œuvre (location centrale, électricité, installation/repli du matériel…).
 Les dépenses directes : elles sont proportionnellement liées à la quantité de
béton produite (agrégats, ciments…).
Suivant les informations données dans les tableaux ci-dessous, et sachant que le prix du
revient du m3 d’un BPE après négociation auprès des centrales de la région des travaux est de
1020 Dh/m3 Hors Taxe.
- Calculer le cout de 5228 m3 mètre cube fabriqué sur le chantier(HT).
Le prix va être divise en deux parties une fixe « A » l’autre variable « B » pour tracer par la
suite la droite y = A*x + b, « y » étant le coup du béton fabrique sur chantier.

frais fixes :
installation centrale a béton + cout ht en
unité quantité déboursé unitaire
slots dh
transport u 1 forfaitaire 3000
main d'œuvre h 50 64,1025641 3205,128205
socle en béton dose a 300 m3 12 1000 12000
acier t 0,1 10000 1000
démolition m3 12 500 6000
utilisation de la grue du chantier h 4 16,67 66,67
Montage / démontage 28338,46 DH

Tableau 35 : tableau des frais fixes

frais variables
cout ht en
désignation unité quantité déboursé unitaire
dh
ciment cpj 45 en vrac + transport t 0,35 1520 532
sable 0/25 + transport t 0,7 140 56,1
gravillon 5/25 + transport t 1,18 284 335,12
eau m3 0,175 10 1,75
main d'œuvre de fabrication du
h 0,083 230 19,09
béton
Total frais variables pour 1 m3 944,06 DH

Tableau 36: tableau des frais variables

Pour un béton prêt à l’emploi le prix en Dh c’est 5228 x 1020 = 5 332 560 Dh ,et pour un
béton fabriqué sur chantier le prix est de 5228 x 944,06 + 28338,46 = 4 963 884,14 Dh
Le diagramme dons la figure si dessous nous montre la différence entre un BFC et un BPE.

172
comparaison entre BPE et BFC
6000000
5332560
5100000
5000000 4963884.14
4748638.46
4080000
4000000
3804578.46
3060000
3000000
2860518.46
2040000
2000000 1916458.46
1020000
1000000 510000 972398.46

0 500368.46
0 28338.46
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000

f(x)= 1020*x g(x)= 944,06*x +28338,46

Figure 76 : comparaison entre un BPE et un BFC

D’après le diagramme si dessus on remarque que la si on fait un BFC on va


économiser les frais de béton de plus de 368675,86 DH, donc c’est un gain très
important pour l’entreprise.
Donc d’après ce calcul on conclut que la solution optimal pour notre projet vue qu’on a
de l’espace dans le chantier c’est de faire un béton fabriqué sur chantier.
Mais ne sont pas les seuls paramètres à prendre en compte il faut aussi voir si la
Fabrication sur chantier pourra nous délivrer les quantités voulu dans les temps
nécessaire, hors il semble logique qu’on aura de temps à autre recours au BPE.

173
V. Terrassement

Figure 77: chargement d'un camion

1. Définition :

Le terrassement est un nom donné à tout mouvement de terre, extraction ou déblai ; apport
ou remblai sur un chantier important les terres déblai non utilisés sont mises en dépôt.

A. Terrassement manuel

Pour les travaux peu important ou spéciaux, l’enlèvement du déblai se fait à la brouette
(rayon de transport max=30m).

B. Terrassement mécanique

Pour travaux importants et particulier ; on utilise :

174
 Engins de production
Les engins de production sont destiner a extraie et charger des matériaux en site ainsi :
Les pelles hydro, chargeuses pelleuses, mini pelles, mini chargeuses et le boutures.

 Les engins de transport

Sont utilisé pour déplacer les matériaux, sont des camions a gabarits routiers.
 matériaux d’assistance
Compacteur ;
Niveleuse.

 Comme il s’agit de grandes quantités de terre et que le délai a été fixé à 6


jours les terrassements seront de type mécanique

2. Evaluation de la production des engins


A. Définition

La production d’un engin correspond à la quantité de matériaux à déplacer par unité de temps.

B. La masse déplacée

Elle peut évaluer ou mesuré pour éviter la surcharge des engins :


- Par pesage de la production sur une balance publique durant la phase de transport
et d’évacuation des déblais.
- Pour déterminer le volume de terre en place déplacé. Il suffit de diviser les poids
déplacé par le poids volumique du sol en place.

C. Volume déplacé

Généralement les calculs de mouvement de terre se font sur la base des volumes de terre en
place :
1m3 sol en place devient après foisonnement 1,3m3 à poids constant

Volume de déblai > volume d’emprunt (sol en place) avant foisonnement

1,3−1
Ff = = 0,3 = 30%
1

Vf = 1,3*Ve
Vf : Détermine la capacité et le nombre des engins de transport

175
D. Cycle de travail d’un engin

La durée d’un cycle de production est le temps nécessaire pour exécuter un tour complet pour
une opération donné.
- Utilisation de la notion du cycle :
Pour estimer la quantité qu’un atelier d’engins de transport est susceptible de transporter, il
fait évalué successivement le nombre de voyage complet Ne effectué par unité pendant 1h ;
qui dépend de la durée du cycle de chaque unité.
60
Nc =
Tc
Tc : temps de cycle

- Quantité moyenne (PU) transportée :


La production/heures/engins : NC*Pu (m3/h)

E. Coefficient d’efficience

Le coefficient d’efficience k permet de déterminer la production réelle d’un engin en tenant


compte :
Paramètres liés au fonctionnement de l’entreprise.
D’une production théorique PTh dépend de paramètre propres à la machine donné par le
fabriquant.
3. Etude de cas du projet :

 Données :
- Volume d’emprunt Ve = 5827*1,3 = 7575,1 m3 ;
- Terres mises en dépôt dans une carrière à 12 Km ;
- Camions de charge utile 28t avec une benne de volume 14 m3 ;
- Durée de transport A/R y compris le temps de vidage = 30min ;
- Masse volumique terres foisonnées (Argile sèche) 1600kg/m3 ;
- Coefficient de foisonnement 1,3 ;
- Facteur de remplissage de godet R=0,95 ;
- L’atelier sera composé de pelles et de camions dont les coefficients d’efficience
sont :
 Kp = 0,83 pelle
 Kt = 0,9 camion
- Temps de cycle de chargement Tcp =0,5 min
- 7575,1 m3 a excavé en 6 jours

 Calcul :
- Vérification de la capacité de transport du camion :

14 m3*1,6 t/m3 = 22,4 t < 28 t

- Rendement pratique de la pelle :

176
𝒄𝒂𝒑𝒂𝒄𝒊𝒕𝒆 𝒖𝒕𝒊𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒑𝒆𝒍𝒍𝒆 𝟏,𝟗𝟓∗𝟐∗𝟔𝟎
= = 228 m3/h
𝒕𝒆𝒎𝒑𝒔 𝒅𝒆 𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒑𝒆𝒍𝒍𝒆 𝟎,𝟓

- temps de chargement :

𝒄𝒂𝒑𝒂𝒄𝒊𝒕𝒆 𝒅𝒆 𝒕𝒓𝒂𝒏𝒔𝒑𝒐𝒓𝒕 𝒅𝒖 𝒄𝒂𝒎𝒊𝒐𝒏 𝟏𝟒 𝒎𝟑


= = 0,061 h
𝒓𝒆𝒏𝒅𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 𝒑𝒓𝒂𝒕𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒅𝒆 𝒍𝒂 𝒑𝒆𝒍𝒍𝒆 𝟐𝟐𝟖 𝒎𝟑 /𝒉

- Nombre de camion :

𝒕𝒆𝒎𝒑𝒔 𝒅𝒆 𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 𝒅𝒆 𝒕𝒓𝒂𝒏𝒔𝒑𝒐𝒓𝒕 𝟎,𝟓𝟕 𝒉


= = 9, 22.
𝒕𝒆𝒎𝒑𝒔 𝒅𝒆 𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈𝒆𝒎𝒆𝒏𝒕 𝟎,𝟎𝟔𝟏 𝒉

 Je prends 9 camions.

- Le nombre de voyage par jour :

𝒏𝒐𝒎𝒃𝒓𝒆 𝒅′ 𝒉𝒆𝒖𝒓𝒆𝒔 𝒕𝒓𝒂𝒗𝒂𝒊𝒍𝒍𝒆𝒆𝒔 𝒑𝒂𝒓 𝒋𝒐𝒖𝒓 𝟕,𝟖


= = 13,76
𝒕𝒆𝒎𝒑𝒔 𝒅𝒆 𝒄𝒖𝒄𝒍𝒆 𝒅′ 𝒖𝒏 𝒄𝒂𝒎𝒊𝒐𝒏 𝟎,𝟓𝟕

 Je ne considère que 13 voyages car le dernier camion n’aura pas le temps de faire
l’aller-retour.

- Volume évacué par jour :

Nombre de camions * Nombre de voyages par jour * volume de la benne du camion


= 13*9*14 = 1638 m3/jour

- Durée des terrassements :

𝑽𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍 𝒅𝒆 𝒕𝒆𝒓𝒓𝒆𝒔 𝒂 𝒆𝒗𝒂𝒄𝒖𝒆 𝟕𝟓𝟕𝟓,𝟏


= = 4,62 jours
𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆 𝒆𝒗𝒂𝒄𝒖𝒆 𝒑𝒂𝒓 𝒋𝒐𝒖𝒓 𝟏𝟔𝟑𝟖

Hors je dispose de 6 jours pour effectuer les opérations de terrassement donc il faut
diminuer le nombre de camions afin d’optimiser l’opération de terrassement et ne pas
mobiliser trop de ressources.

Calcul avec 8 camions.

- Le nombre de voyage par jour :

𝒏𝒐𝒎𝒃𝒓𝒆 𝒅′ 𝒉𝒆𝒖𝒓𝒆𝒔 𝒕𝒓𝒂𝒗𝒂𝒊𝒍𝒍𝒆𝒆𝒔 𝒑𝒂𝒓 𝒋𝒐𝒖𝒓 𝟕,𝟖


= = 13,76
𝒕𝒆𝒎𝒑𝒔 𝒅𝒆 𝒄𝒖𝒄𝒍𝒆 𝒅′ 𝒖𝒏 𝒄𝒂𝒎𝒊𝒐𝒏 𝟎,𝟓𝟕

 Je ne considère que 13 voyages car le dernier camion n’aura pas le temps de faire
l’aller-retour.

- Volume évacué par jour :

177
Nombre de camions * Nombre de voyages par jour * volume de la benne du camion
= 13*8*14 = 1456 m3/jour

- Durée des terrassements :

𝑽𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆 𝒕𝒐𝒕𝒂𝒍 𝒅𝒆 𝒕𝒆𝒓𝒓𝒆𝒔 𝒂 𝒆𝒗𝒂𝒄𝒖𝒆 𝟕𝟓𝟕𝟓,𝟏


= = 5,21 jours
𝒗𝒐𝒍𝒖𝒎𝒆 𝒆𝒗𝒂𝒄𝒖𝒆 𝒑𝒂𝒓 𝒋𝒐𝒖𝒓 𝟏𝟒𝟓𝟔

C’est les choix optimal car je n’ai pas dépassé le délai et ça ne laisse une marge pour
pallier aux différents problèmes qui peuvent survenir.

4. Calcul des durées des taches:

1. Acier pour radier

Temps unitaire : 0,1 h /kg


Effectif : 23 ouvriers
Le temps de travail : 8 h - 0,2 h = 7,8 h
Quantités : 26166 kg

𝟏𝟓𝟐𝟑𝟑𝟐∗𝟎.𝟏
Donc la durée d’exécution = = 14,58 jours donc 15 jours
𝟕,𝟖∗𝟐𝟑

2. Béton pour radier

Temps unitaire : 0,6 h /m3


Effectif : 15 ouvriers
Le temps de travail : 8h-0.4h = 7.6 h
Quantités : 374 m3

𝟑𝟕𝟒∗𝟎.𝟔
Donc la durée d’exécution = = 1,91 jours donc 2 jours
𝟕,𝟖∗𝟏𝟓

178
En se basant sur ces exemples on peut sois définir les durée en se basant sur les ressources
dont dispose l’entreprise, sois calculer les effectifs nécessaires pour réaliser les travaux dans
les délais.

Dans ce le tableau suivant j’ai présenté les antériorités pour chaque tâche du projet afin de
tracer le diagramme de Gantt et estimer la durée du projet

La durée totale des gros œuvres est de 281 jours alors que la durée du projet en globalité est
384 jours, ainsi on remarque que la durée des gros œuvres représente 73,18 % de la durée
totale d’où son importance et l’importance d’une bonne organisation.
Le diagramme de Gantt est présenté en annexe

179
Conclusion générale :

Le stage ingénieur est une étape importante dans le parcours professionnel de l’ingénieur, en
effet ce stage m’a permis en premier lieu de découvrir le milieu de travail des ingénieurs études,
et de se familiariser avec cet environnement où la communication, la compétence sont requises
pour réussir sa mission.
En outre, à travers ce stage j’ai pu concrétiser les cours des années passées en étudiant une
structure complète et d’enrichir la théorie par la pratique, et l’élaboration d’une étude
comparative entre le BAEL 91 et l’Eurocode 2 c’était aussi une aubaine pour développer son
esprit d’analyse.
Cette étude m’a également permis de connaitre plusieurs logiciels de calcul pour la structure et
également la programmation sur Excel qui facilite la tâche de l’ingénieur pendant le calcul.
Enfin j’aimerai dire que cette expérience au sein de bureau d’étude PYRAMIDE INGENIEURIE
serait pour moi un atout et un plus pour réussir mon projet de fin d’étude et pour mon parcours
d’ingénieurs également.

180
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Règlements :
 Règles Parasismiques RPS/version2011.
 Règles de Calcul de Béton Armé Aux Etats Limites BAEL91.
 Eurocode2 : calcul des structures en béton
 Introduction au béton armé, théorie et application courante selon l’eurocode
2- jean louis Granju
 Maîtrise de l’eurocode 2 - Jean Roux
 BETON ARME Eurocode 2 - S. Multon
Logiciels
 EXCEL 2013
 WORD 2013
 AUTOCAD 2016
 CBS 2014
 ROBOT STRUCTURE ANALYSIS 2014
Cours de béton armé :
 Cours de l’école Marocaine des sciences de l’ingénieur (EMSI)
 Livre Tout en un de BRAHIM YOUNS ingénieur d’état de l’EHTP
 Fichiers Word de Monsieur Yves DE BELLY
Cours tutoriel sur YouTube :
 CBS 2014
 ROBOT STRUCTURE ANALYSIS 2014
Recherches sur sites internet

181
Annexes
Annexe 1 : plans architecturaux

Annexe 2 : plans de coffrages

Annexe 3 : ferraillage avec R.S.A

Annexe 4 : métrée

Annexe 5 : P.I.C

Annexe 6 : diagramme de Gantt

182
Annexes 1

183
Annexes 2

184
Annexes 3

Ferraillage statique :

185
186
187
Ferraillage dynamique :

188
Annexes 4

189
190
Annexes 5

P.I.C

191
Annexes 6

192
Figure 78: diagramme de Gantt du projet

193
194
195
196