Vous êtes sur la page 1sur 30

1

LE CHEMIN DE LA PROSPÉRITÉ
de James Allen
par France Tanguay

© Copyright 2010. Le chemin de la prospérité.


France Tanguay, www.massosantebeauport.com
Tous droits réservés. Toute vente ou copie d’une partie ou de l’ensemble de cet ouvrage est interdite.

www.masssosantebeauport.com
2

TABLE DES MATIERES

CHAPITRE I ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 5
LA LEÇON DU MALHEUR -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 5

CHAPITRE II --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 8
LE MONDE, REFLET DE L’ÉTAT MENTAL------------------------------------------------------------------------------------------------ 8

CHAPITRE III -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------11


COMMENT SE SORTIR DES SITUATIONS INDÉSIRABLES----------------------------------------------------------------------------11

CHAPITRE IV -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------17
LE POUVOIR SILENCIEUX DU CONTRÔLE DE LA PENSÉE-------------------------------------------------------------------------17
ET LA FAÇON DE DIRIGER SA FORCE ---------------------------------------------------------------------------------------------------17

CHAPITRE V---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------21
LE SECRET DE LA SANTÉ, DU SUCCES ET DU POUVOIR ---------------------------------------------------------------------------21

CHAPITRE VI -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------27
LE SECRET DU BONHEUR ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------27

CHAPITRE VII ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------30


LA DECOUVERTE DE LA PROSPÉRITÉ---------------------------------------------------------------------------------------------------30

www.masssosantebeauport.com
3

AVANT-PROPOS

Le titre original de ce petit ouvrage est : »The Path to Prosperity par James Allen. Ce livre a été
écrit en anglais à la fin du XIXe siècle et traite de sujets qui resteront toujours d’actualité. Ce qui
m’a étonné le plus, c’est que les moyens de parvenir à la prospérité présentés comme nouveaux
dans de nombreux ouvrages de ces dernières années ne sont, en réalité, pas si nouveaux que cela.
Plusieurs personnes dans d’autres siècles avant nous avaient déjà abondamment réfléchi et écrit
sur le sujet. A la lecture de cet ouvrage de James Allen, vous trouverez des explications aux
problèmes des êtres humains et les moyens de les régler; vous trouverez bien sûr, de nombreux
conseils pour parvenir à la prospérité.

J’ai fait une traduction de ce livre puisqu’il a été publié en anglais car j’ai eu envie de le partager
avec les gens qui ne sont pas familiers avec la langue de Shakespeare. J’ai tenté de rajeunir et
d’alléger un peu le texte. Ne craignez rien je me suis efforcée de bien rendre le sens des propos de
l’auteur.

Le livre original est émaillé de poèmes destinés à illustrer le texte. Je n’ai pas cru bon de les
traduire, d’une part parce que je ne suis pas personnellement portée sur la poésie et d’autre part
parce que je considérais que le texte était assez clair sans y ajouter quoique ce soit. Je souhaite au
lecteur de tirer autant de plaisir que moi de la lecture de cet ouvrage.

France Tanguay

www.masssosantebeauport.com
4

PREFACE

J’ai regardé le monde autour de moi et j’y ai vu beaucoup de peine et de souffrance. Je me suis mis
à en chercher la cause. J’ai regardé partout mais je ne pouvais pas la trouver. J’ai regardé dans les
livres et je ne l’ai pas trouvée non plus. J’ai regardé à l’intérieur des êtres humains et j’ai trouvé
non seulement la cause mais aussi la nature de cette cause. J’ai regardé encore plus profondément
et j’ai trouvé le remède.

J’ai trouvé une Loi, la Loi de l’amour; j’ai trouvé une vie, la Vie de l’obéissance à cette Loi; j’ai
trouvé une Vérité, la vérité d’un esprit mature et d’un cœur tranquille et obéissant. Et j’ai rêvé
d’écrire un livre qui aiderait les hommes et les femmes, riches ou pauvres, instruits ou non à
trouver à l’intérieur d’eux la source du succès, du bonheur, de la réussite et de la vérité. J’ai chéri
ce rêve et il s’est concrétisé; je l’envoie maintenant dans le monde avec une mission de guérison et
de bénédiction, certain qu’il va atteindre le foyer et le cœur de ceux qui l’attendent et sont prêts à
le recevoir.

www.masssosantebeauport.com
5

CHAPITRE I
LA LEÇON DU MALHEUR

La peine, le deuil, la tristesse sont les côtés sombres de la vie. Personne ne peut se vanter de
n’avoir jamais éprouvé de chagrin, de ne jamais avoir eu de problèmes, ou de n’avoir jamais vécu
d’angoisse. Aucune maison n’a été épargnée par la mort ou la maladie. Tout le monde finit par
être pris dans l’indestructible filet du malheur et de la malchance.

Les hommes et les femmes se jettent aveuglément dans de nombreux exutoires espérant échapper
au malheur et trouver un bonheur durable. Certains se jettent dans l’alcool ou dans le sexe,
d’autres s’entourent de luxe et s’y enferment afin d’échapper à la misère du monde. Il en est ainsi
pour celui ou celle pour qui la richesse devient l’objectif premier et dont la vie est subordonnée à
cette recherche. Il y a aussi ceux qui cherchent une consolation dans les pratiques religieuses. Le
bonheur semble être au rendez-vous pour tous ces gens; pour un temps, l’âme se sent en sécurité
et oublie l’existence du malheur, mais un jour la maladie arrive, ou un grand chagrin ou bien un
grand malheur s’abat sur ces âmes faibles et leur bonheur éclate en morceaux.

L’épée de Damoclès de la souffrance pend au-dessus de la tête de chacun, prête à tomber


et à briser celui qui n’a pas été préparé par la connaissance. L’enfant pleure parce qu’il
veut être un homme ou une femme mature; les hommes et les femmes matures soupirent
après le paradis perdu de l’enfance. L’homme pauvre veut sortir de sa pauvreté et
l’homme riche vit très souvent dans la crainte de la pauvreté. Souvent, il parcourt le
monde à la recherche de l’illusion qu’il appelle le bonheur. Parfois, l’âme trouve un
certain bonheur et une certaine paix en adoptant une certaine religion, en embrassant une
certaine philosophie ou en construisant un chef-d’œuvre artistique, mais à la longue la
religion s’avère insuffisante, la philosophie inutile et la statue à laquelle l’artiste a
longtemps travaillé, éclate en morceaux à ses pieds.

Y a-t-il donc un moyen d’échapper au malheur et à la peine? Est-ce que le bonheur permanent, la
prospérité et la paix sont un rêve fou? Non, heureusement il existe un moyen de se débarrasser du
malheur une fois pour toute. Il y a un processus par lequel la maladie, la pauvreté, ou n’importe
quel malheur peuvent être écartés pour ne jamais revenir. Il y a une méthode pour atteindre une
prospérité permanente et être libéré de la crainte que le malheur revienne, et grâce à laquelle on
peut atteindre une paix et une joie sans fin. Cette voie qui mène à cette glorieuse réalisation est
celle de la connaissance de la nature du malheur.

Il ne suffit pas de nier ou d’ignorer le malheur. Nous devons le comprendre. Il ne suffit pas de
prier Dieu de faire disparaître le malheur, il est important de découvrir pourquoi il est là et quelle
leçon il a à nous apprendre. Il ne sert à rien de fulminer contre les chaînes qui nous attachent.
Nous devons découvrir pourquoi et comment nous en sommes venus à être attachés. C’est
pourquoi le lecteur doit commencer par prendre de la distance afin de s’examiner et de se
comprendre lui-même. Nous devons cesser d’être des élèves désobéissants à l’école de

www.masssosantebeauport.com
6

l’expérience, et commencer à apprendre, avec humilité et patience, les leçons qui sont là pour
nous construire et nous amener vers la perfection. Le malheur, quand il est bien compris,
correspond à une phase temporaire de l’expérience humaine et devient un maître pour celui qui
veut apprendre. Le malheur n’est pas quelque chose d’abstrait à l’extérieur de nous, c’est une
expérience du cœur et en examinant et en modifiant notre cœur, nous découvrirons peu à peu
l’origine et la nature du malheur, ce qui conduira à sa disparition complète.

Tout malheur est un correctif et un remède et n’est, par conséquent, pas un état permanent. Il
trouve sa racine dans l’ignorance de la vraie nature des choses, et aussi longtemps que nous
demeurerons dans cet état d’ignorance, nous resterons sujets au malheur. Le malheur est toujours
le fruit de l’ignorance, mais si nous sommes prêts et désireux d’apprendre les leçons qu’il veut
nous enseigner, il va nous amener à une plus grande sagesse et disparaîtra aussitôt.
Malheureusement, les gens demeurent dans le malheur et celui-ci ne disparaît pas parce que les
gens ne sont pas disposés à apprendre les leçons que les difficultés sont venues leur enseigner. J’ai
connu un enfant qui, tous les soirs, demandait à sa mère de le laisser jouer avec une chandelle, ce
qu’elle refusait. Un jour il a réussi à déjouer l’attention de sa mère et à prendre une chandelle
allumée. Il s’est bien sûr brûlé et n’a plus jamais demandé à jouer avec des chandelles. Il a ainsi
appris une leçon d’obéissance et compris aussi que le feu brûlait.

Ceci illustre la nature, la signification et le résultat de tout malheur. Comme l’enfant qui a souffert
à cause de son ignorance de la vraie nature du feu, les enfants plus grands souffrent à cause de
leur ignorance de la vraie nature des choses qu’ils recherchent et qui leur font du mal bien plus
qu’autre chose. La différence réside dans le fait que, dans le cas des adultes, l’ignorance est plus
profondément enracinée.

Le mal a toujours été symbolisé par la noirceur et le bien par la lumière et derrière le symbole, se
trouve une parfaite interprétation de la réalité, car la lumière emplit l’univers et la noirceur est une
ombre qui intercepte seulement quelques rayons de cette lumière. La Lumière du Bien suprême
est le pouvoir de vie positif et générateur de vie qui remplit l’univers et le mal consiste en l’ombre
insignifiante qui bloque les rayons de la lumière. Quand la nuit enveloppe le monde de son
impénétrable manteau noir qui couvre à peu près la moitié de la planète, tandis que l’autre moitié
est remplie de lumière, chaque personne sait qu’elle va s’éveiller dans la lumière dès le matin.
Sachez alors que si la sombre nuit des peines, des deuils, du chagrin, de la douleur, de la
malchance descend sur vous, c’est que vous interceptez l’ombre de vos désirs personnels, car la
cause de vos malheurs est en vous-même et que cette noirceur n’est qu’une ombre passagère sur
votre âme de lumière.

J’entends certains d’entre vous s’exclamer : « Pourquoi devons-nous traverser les ténèbres du
malheur? Parce que, par ignorance, vous avez choisi de le faire et qu’en faisant cela, il vous est
possible de comprendre le bien et le mal et que vous appréciez davantage la lumière après être
passés par les ténèbres. Le malheur étant le résultat direct de l’ignorance, quand les leçons du
malheur sont bien apprises, l’ignorance disparaît et la sagesse prend sa place. Il arrive qu’un
enfant désobéissant refuse d’apprendre ses leçons à l’école, et qu’un adulte refuse d’apprendre les
leçons de l’expérience et demeure dans une continuelle noirceur à s’infliger de nombreuses
punitions comme la maladie, la déception et la peine. Celui qui veut se libérer du malheur se doit

www.masssosantebeauport.com
7
d’être disposé à apprendre et doit se préparer à subir le processus disciplinaire nécessaire à
l’acquisition d’un bonheur et d’une paix durables.

Une personne peut s’enfermer dans une pièce sombre et nier l’existence de la lumière même si
celle-ci est partout et que la noirceur n’existe que dans sa petite chambre. Vous pouvez soit tenter
d’éteindre la lumière de la Vérité ou bien commencer à abattre les murs de préjugés et d’égoïsme
que vous avez bâtis autour de vous, et laisser entrer la Lumière.

Il est nécessaire pour chacun et chacune d’arriver à comprendre que le malheur est une phase
temporaire, une ombre que l’on crée soi-même; que toutes nos souffrances, nos chagrins, nos
difficultés nous sont venus d’une loi de la vie, qu’ils nous sont venus parce que nous les méritons
et que c’est en les comprenant que nous devenons plus forts, plus sages et plus nobles. Une fois
atteint ce degré de compréhension, nous posséderons une meilleure maîtrise de notre vie et nous
deviendrons capables de transformer le malheur en bonheur.

www.masssosantebeauport.com
8

CHAPITRE II
LE MONDE, REFLET DE L’ÉTAT MENTAL

Votre monde est le reflet de ce que vous êtes. Tout dans l’univers se réduit à votre expérience
intérieure. Votre existence est le reflet de votre propre état de conscience. Ce que vous êtes à
l’intérieur est extrêmement important, car votre vie extérieure en est le miroir et en porte les
couleurs.

Tout ce que vous savez est contenu dans votre propre expérience et tout ce que vous saurez devra
passer par la porte de l’expérience afin de devenir une partie de vous-même. Vos pensées, vos
désirs et vos aspirations font partie de votre monde et tout ce que vous voyez dans l’univers de
beauté, de joie, de douleurs, de peines, existe à l’intérieur de vous. Vous construisez ou détruisez
votre vie, votre monde, votre univers par vos pensées. Ce que vous bâtissez à l’intérieur de vous
par le pouvoir de vos pensées, votre vie extérieure en prendra la forme. Ce que vous gardez en
votre cœur, va tôt ou tard se refléter dans votre vie extérieure grâce à la loi de la réaction.

L’âme impure, égoïste est toujours entourée de malchance et de catastrophes, tandis que l’âme
pure et noble est entourée de bonheur et de prospérité. Chaque âme attire son semblable et elle
n’attire rien qui ne lui appartienne déjà. Comprendre cela consiste à comprendre l’universalité de
la Loi divine. Les incidents qui jalonnent la vie d’une personne sont attirés à elle par la qualité et le
pouvoir de sa pensée intérieure. Chaque âme est une combinaison complexe d’expériences et de
pensées et le corps est le véhicule de leur manifestation, alors telles sont vos pensées, tels vous
êtes. Et le monde autour de vous, animé et inanimé, présente l’aspect que lui ont donné vos
pensées. Donc si une personne est heureuse, c’est qu’elle entretient des pensées heureuses, si elle
est malheureuse, c’est qu’elle se complait dans des pensées malheureuses. De même, si elle est
craintive ou courageuse, folle ou sage, troublée ou sereine, la cause se trouve en son âme.

J’entends des voix s’exclamer : « Voulez-vous vraiment dire que les circonstances extérieures
n’affectent pas notre esprit? » Je ne dis pas ça, mais je vous dirai une vérité infaillible : les
circonstances extérieures nous affectent dans la mesure ou nous leur permettons de nous affecter.

Vous êtes troublés par certains événements parce que vous ne comprenez pas bien la nature et le
pouvoir de la pensée. Vous croyez que les choses extérieures à vous ont le pouvoir de construire
ou de détruire votre vie. En faisant cela, vous vous soumettez à ces choses extérieures et en
devenez esclaves. En faisant cela, vous donnez à ces choses un pouvoir qu’elles ne possèdent pas
et vous succombez à l’aura que vos pensées ont placée autour d’elles.

J’ai connu deux hommes qui au début de leur carrière, ont perdu les épargnes de toute leur vie.
L’un d’eux en a été extrêmement affecté et s’est laissé aller au chagrin, à l’inquiétude et au
découragement. L’autre, par contre, quand il a appris que sa banque avait fait faillite s’est dit :
«Bon, l’argent est parti, mais le chagrin et l’inquiétude ne le ramèneront pas, seul le travail le fera.»
Il retourna au travail avec une ardeur décuplée et redevint rapidement prospère, tandis que l’autre

www.masssosantebeauport.com
9
qui a continué à se lamenter pendant des années et à ruminer sa malchance, demeura le jouet des
circonstances malheureuses et, en réalité, de ses propres pensées négatives.

La perte d’argent a été un drame pour celui qui en a fait un par ses pensées et a été une
bénédiction pour celui chez qui elle a stimulé des pensées de force, d’espoir et donné l’idée d’une
nouvelle entreprise.

Si les circonstances de la vie détenaient le pouvoir de blesser ou de rendre heureux, tout le monde
y réagirait de la même façon, mais le fait que le même événement ne suscite pas la même réaction
d’une personne à l’autre, prouve que le bon et le mauvais ne se trouvent pas dans l’événement
mais dans l’esprit de celui qui le vit. Quand vous commencerez à comprendre cela, vous
commencerez aussi à contrôler vos pensées, à discipliner votre esprit, et à reconstruire votre âme
en éliminant tout superflu et en incorporant dans votre esprit, seulement des pensées de joie, de
sérénité, de force, de compassion, d’amour, de beauté et d’immortalité. En faisant cela, vous
deviendrez plus joyeux et sereins, forts et en santé et pleins d’amour et de compassion.

Nous habillons les événements de la draperie de nos propres pensées de la même façon que nous
habillons les objets du monde visible autour de nous; où quelqu’un voit beauté et harmonie, un
autre verra de la laideur. Un jour, un naturaliste parcourant le pays afin de pratiquer son hobby,
arriva face à une piscine d’eau saumâtre. Il décida d’emplir une bouteille avec cette eau afin de
l’analyser au microscope et tout en ce faisant il expliquait à un fermier qui se trouvait tout près,
qu’il y avait de merveilleux êtres vivants dans cette piscine. Il lui dit : « Mon ami cette piscine
contient au bas mot un million d’univers différents et il est dommage que nous n’ayons pas tous
les instruments nécessaires pour les étudier. ». Le fermier lui fit la remarque suivante : «Cette eau
est sale et pleine de têtards. »

Où le naturaliste féru de la connaissance des faits naturels a vu de la beauté et de l’harmonie, le


fermier ignorant de ces choses n’a vu qu’un trou de vase. La fleur sauvage que le marcheur
ordinaire écrase sans même y penser, représente aux yeux du poète, un message angélique de
l’invisible. Pour beaucoup de gens, l’océan n’est qu’une masse d’eau inutile sur laquelle circulent
les bateaux qui y font parfois naufrage; pour l’âme du musicien, c’est une chose vivante et il
entend ses humeurs changeantes et ses harmonies divines. Où l’esprit ordinaire voit désastre et
confusion, l’esprit du philosophe voit la séquence la plus parfaite de la cause à l’effet et où le
matérialiste voit la mort infinie, le mystique voit la pulsation de la vie éternelle.

Nous habillons les événements et les objets de nos propres pensées et de la même façon, nous
habillons les âmes des autres du vêtement de nos pensées. Celui qui est suspicieux croit que tout le
monde est suspicieux; le menteur se sécurise dans le fait qu’il n’est pas assez fou pour croire qu’il
existe des personnes franches et honnêtes; l’envieux voit l’envie dans chacun; le grippe-sous croit
que tout le monde en veut à son argent; celui qui a fait fortune de façon malhonnête dort avec un
revolver sous son oreiller, convaincu que le monde est plein d’êtres malhonnêtes qui en veulent à
sa fortune et le débauché considère le saint comme un hypocrite. D’un autre côté, ceux qui
entretiennent des pensées d’amour voient l’amour partout; les êtres confiants et honnêtes ne sont
pas troublés par la suspicion; les êtres charitables qui se réjouissent de la bonne fortune des autres
connaissent à peine le sens du mot envie; et celui qui a reconnu le Divin en lui-même le reconnaît
dans tous les êtres et même dans les bêtes.

www.masssosantebeauport.com
10

Les gens se voient confirmés dans leurs croyances parce que, par la loi de cause à effet, ils attirent
à eux ce qui est conforme à leurs croyances et sont mis en contact avec des gens semblables à eux.

Le vieil adage : « Dis-moi qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es » a une signification très
profonde car, dans le monde de la pensée, comme dans le monde de la matière, chacun s’attache à
son semblable.

Si vous êtes de ceux qui prient pour avoir un monde plus heureux après la mort, voici un message
encourageant pour vous. Vous pouvez avoir ce monde heureux maintenant; il remplit tout
l’univers et il vous habite, attendant que vous le trouviez, le reconnaissiez et le possédiez. Celui
qui connaissait les lois intérieures de l’Être a dit : « Le royaume de Dieu est en vous. » Tout ce que
vous avez à faire est d’y croire et d’y croire avec un esprit qui n’est pas assombri par le doute. Il est
important de méditer là-dessus jusqu’à ce que vous le compreniez. Vous commencerez alors à
purifier et à construire votre monde intérieur et ce faisant, vous passerez de révélation en
révélation, de compréhension en compréhension et vous découvrirez que les choses extérieures
sont sans pouvoir sur la puissance d’une âme autonome et indépendante.

www.masssosantebeauport.com
11

CHAPITRE III
COMMENT SE SORTIR DES SITUATIONS INDÉSIRABLES

Nous avons vu que le malheur est une ombre passagère jetée sur le Bien éternel et que le monde
est un miroir dans lequel chacun voit son reflet. Nous arrivons pas à pas vers un plan de
perception plus élevé où on peut constater la Vision de la Loi de cause à effet. C’est ainsi qu’on
réalise que tout est inclus dans une constante interaction de la cause et de l’effet et que rien ne
peut empêcher cette loi de s’appliquer. De la pensée, des paroles, des actes les plus bas, jusqu’aux
corps célestes, la loi règne en maître. Il n’existe aucune condition arbitraire, car cela irait à
l’encontre de la loi.

Chaque condition de vie est impliquée dans une séquence harmonieuse et le secret et la cause de
cette condition sont contenus en elle-même. La loi : « Ce qu’un homme sème il le récolte » est
inscrit en lettres de feu sur le portail de l’Éternité, et personne ne peut contredire cela, personne ne
peut tricher et personne ne peut y échapper. Celui qui met sa main dans le feu va souffrir de la
brûlure tant qu’elle ne sera pas guérie, et il n’y a pas de magie ou de prières qui puissent changer
cela.

La même loi gouverne le royaume de l’esprit. Haine, colère, jalousie, envie, convoitise sont tous
des feux qui brûlent et tous ceux qui s’adonnent à ces défauts endurent les tourments du feu. Ces
états d’esprit sont ce qu’on appelle le mal, car ils sont des efforts de l’âme pour tromper la loi et
par conséquent conduisent au chaos et à la confusion. Tôt ou tard, ils se matérialiseront dans notre
vie extérieure sous forme de maladie, d’échec, de malchance, de peine et de désespoir. La même
chose pour l’amour, la gentillesse, la pureté qui sont rafraîchissants et amènent la paix ; ces
qualités étant en harmonie avec la Loi éternelle, se matérialiseront sous forme de santé, d’un
environnement paisible, de succès et de prospérité.

La compréhension de cette grande Loi nous amène un état d’esprit connu sous le nom
d’obéissance. Nous devons savoir que la justice, l’harmonie et l’amour dépendent de notre
obéissance à cette Loi comme l’adversité dépend de notre désobéissance à cette même Loi. Cette
connaissance nous amène force et pouvoir et c’est sur cette connaissance que se construit une vie
de succès et de bonheur. Être patient en toutes circonstances et accepter les difficultés comme des
facteurs nécessaires à notre évolution, c’est s’élever au-dessus de tous les problèmes et les
surmonter sans craindre de les voir revenir à cause du pouvoir de l’obéissance à la loi. Celui qui
vit en harmonie avec la Loi s’identifie à elle et tout ce qu’il a conquis l’est pour toujours comme
ce qu’il a construit ne pourra jamais être détruit.

La cause de tout pouvoir comme de toute faiblesse réside à l’intérieur de l’être humain; le secret de
tout bonheur comme de toute misère se situe aussi à l’intérieur. Il n’y a pas de progrès sans
épanouissement personnel et aucune chance de prospérité sans un cheminement dans la
connaissance.

www.masssosantebeauport.com
12
Vous dites que vous êtes enchaînés par les circonstances, vous souhaitez avoir de
meilleures occasions, une meilleure condition physique et peut-être vous sentez-vous coincés.
C’est pour vous que j’écris. Il vous sera possible d’améliorer les conditions de votre vie extérieure
une fois que vous aurez résolu de vous améliorer intérieurement. C’est un chemin aride au début,
mais si vous commencez à y marcher, si vous persévérez à discipliner votre esprit, si vous tentez
de vous débarrasser de vos faiblesses et si vous permettez à vos pouvoirs spirituels de se
développer, vous serez étonnés des changements magiques qui surviendront dans votre vie
extérieure. A mesure que vous progresserez, des occasions en or vous seront offertes et vous
saurez instinctivement comment bien les utiliser. Vous rencontrerez des amis géniaux et vous
attirerez les bonnes personnes comme un aimant; les livres dont vous avez besoin vous seront
présentés.

Vous vous sentez peut-être enchaînés à la pauvreté, vous vous sentez peut-être seuls, sans amis et
vous mourez d’envie que votre fardeau soit allégé, mais au lieu ce cela, vous vous sentez vous
enfoncer de plus en plus dans la noirceur. Peut-être vous lamentez-vous; vous blâmez votre
naissance, vos parents, vos employeurs, Dieu qui vous a condamné à une vie de pauvreté pendant
que d’autres vivent dans l’aisance. Cessez de vous plaindre; aucune de ces choses que vous
blâmez ne sont la cause de votre pauvreté. La cause se situe à l’intérieur de vous et où il y a la
cause, il y a le remède. Le seul fait que vous soyez un plaignard montre que vous méritez ce que
vous avez et cela montre aussi que vous manquez de foi, laquelle est à la base de tout effort et de
tout progrès. Il n’y a pas de place pour ceux qui se plaignent dans l’univers et l’inquiétude est un
suicide de l’âme. Votre attitude renforce les chaînes qui vous attachent à votre noirceur. Changez
votre façon de voir la vie et votre vie extérieure changera. Construisez-vous dans la foi et la
connaissance et sentez que vous méritez un meilleur environnement et de meilleures occasions de
changement.

En premier lieu, assurez-vous de tirer le meilleur de ce que vous avez déjà. N’entretenez pas
l’illusion que vous pouvez faire un bond vers de plus grands avantages si vous avez méprisé les
plus petits, parce que même si c’était possible, ces plus grands avantages ne seraient pas
permanents. Vous retourneriez rapidement en arrière pour apprendre ce que vous avez négligé
d’apprendre. Ainsi l’élève en classe se doit de maîtriser ce qu’il a à apprendre dans une classe
avant de passer à la suivante. Avant d’avoir les plus grands biens que vous désirez, vous devez
d’abord apprécier ce que vous possédez déjà. La parabole des talents est une merveilleuse histoire
qui illustre bien ces propos, car elle démontre que si nous utilisons mal, négligeons ou dégradons
ce que nous possédons, même si ce n’est pas grand chose, tout nous sera enlevé car, par notre
conduite, nous démontrons que nous n’en sommes pas dignes.

Peut-être vivez-vous dans un minuscule appartement entourés de mauvaises personnes. Vous


désirez une demeure plus grande et plus propre. Vous devez vous préparer mentalement pour ce
que vous voulez en faisant de votre petit appartement un petit paradis. Gardez-le excessivement
propre. Voyez à ce qu’il paraisse aussi joli et douillet que vos moyens limités le permettent.
Cuisinez vos menus ordinaires avec le plus grand soin et mettez votre table le plus joliment
possible. Si vous n’avez pas les moyens de vous acheter un tapis, que vos sourires et vos mots de
bienvenue en tiennent lieu ainsi que vos mots gentils et votre patience. Ce type de tapis ne
changera jamais au soleil et ne s’usera jamais.

www.masssosantebeauport.com
13

En anoblissant votre environnement actuel, vous vous élèverez au-dessus de lui et du besoin que
vous en avez et, au moment propice, vous passerez au meilleur environnement et à la meilleure
maison dont vous vous êtes vous-mêmes rendus dignes et qui vous attendaient.

Peut-être aimeriez-vous bénéficier de temps pour penser et vous reposer et croyez-vous que vos
heures de travail sont trop longues et trop difficiles, alors voyez à utiliser votre peu de temps libre
de la meilleure façon possible. Il est inutile de vouloir plus de temps si déjà vous perdez le peu
que vous avez car si vous en aviez plus, vous deviendriez indolent et indifférent.

La pauvreté et le manque de temps et de loisirs ne sont pas si mauvais que vous l’imaginez et s’ils
retardent votre progrès, c’est que vous les avez habillés de vos propres faiblesses, et que le
mauvais que vous voyez en eux est en réalité en vous. Vous devez comprendre et accepter que
vous construisez votre vie conformément à vos pensées et, grâce à l’auto discipline, vous serez de
plus en plus conscients de cela et vous réaliserez que ce que vous appelez les malheurs peuvent
être transformés en bénédictions. Vous utiliserez alors votre pauvreté pour cultiver la patience,
l’espoir et le courage et votre manque de temps pour pratiquer votre pouvoir d’action et de
décision en saisissant les moments précieux quand ils se présentent. De la même façon que dans
un sol aride, on réussit à faire pousser les plus jolies fleurs, les plus belles fleurs de l’humanité ont
grandi et se sont développées dans le sol noir de la pauvreté. La vertu s’exprime mieux quand il y
a des difficultés à traverser et de mauvaises conditions à dépasser.

Il peut arriver que vous soyez l’employé d’un ou d’une patronne tyrannique et que vous vous
sentiez traités sévèrement. Voyez cela comme nécessaire à votre entraînement. Répondez à la
mesquinerie de votre employeur par la gentillesse et le pardon. Pratiquez sans cesse la patience et
le contrôle de vous-mêmes. Tournez ce désavantage en avantage en l’utilisant pour gagner en
forces mentales et spirituelles; par votre exemple et votre influence silencieuse, vous serez un
enseignant pour votre employeur qui ne pourra faire autrement que de se sentir honteux de sa
conduite. En même temps, vous vous élèverez spirituellement et vous rendrez dignes d’un emploi
plus intéressant quand il se présentera. Ne vous plaignez pas que vous êtes un esclave, mais
élevez-vous au-dessus de l’état d’esclave par votre conduite noble. Avant de vous plaindre d’être
un esclave, assurez-vous de ne pas être un esclave à vendre. Regardez-vous bien à l’intérieur sans
aucune pitié pour vous-mêmes, vous allez peut-être trouver là des pensées et des désirs serviles et
dans votre vie de tous les jours, des habitudes serviles.

Vous devez les conquérir. Cessez d’être un esclave pour vous-mêmes et personne n’aura le
pouvoir de faire de vous un esclave. A mesure que vous ferez la conquête de vous-mêmes, vous
surmonterez tous les obstacles et les difficultés s’aplaniront devant vous.

Ne vous plaignez pas que vous êtes oppressés par les riches. Peut-être que si vous gagniez
beaucoup de richesses deviendriez-vous vous-même un oppresseur. Rappelez-vous qu’il existe
une Loi éternelle absolument juste à l’effet que celui qui est un oppresseur aujourd’hui deviendra
un opprimé demain; il n’y a aucun moyen d’échapper à cela. Peut-être hier étiez-vous un riche
oppresseur et qu’aujourd’hui vous payez simplement votre dette à la grande Loi. Pratiquez la
fortitude et la foi. Gardez toujours à l’esprit le Bien éternel.

www.masssosantebeauport.com
14
Efforcez-vous de vous élever au-dessus du personnel et du transitoire. Débarrassez-vous de
l’illusion que vous êtes blessés et opprimés par les autres et essayez de réaliser, par une
compréhension plus profonde de votre vie et des lois qui la régissent, que vous êtes blessés par ce
qui est en vous. Il n’est rien de plus dégradant et destructeur que l’apitoiement sur soi-même.
Débarrassez-vous-en car aussi longtemps que ce cancre se nourrira de votre cœur, vous ne
pourrez espérer avoir une vie meilleure. Cessez de condamner les autres et remettez-vous en
question. Évitez les actions, les désirs et les pensées qui ne tendent pas vers le bien. En agissant
ainsi, vous construirez votre maison intérieure sur le roc et tout ce qui est nécessaire à votre
bonheur et votre bien-être vous arrivera en temps et lieu.

Il n’existe aucune façon de sortir de la pauvreté ou de n’importe quelle condition indésirable si on


ne se départit pas des actions et des pensées égoïstes qui en sont la cause. Le vrai chemin vers la
richesse commence par l’enrichissement de l’âme. En dehors de cela, tout n’est qu’apparence. Je
sais bien que beaucoup de gens ont gagné de l’argent de façon égoïste et n’ont aucune intention de
changer, mais cet argent ne constitue pas la vraie richesse et sa possession est transitoire et
malsaine.

La prospérité des gens mauvais intriguait énormément le roi David jusqu’à ce qu’il aille dans le
sanctuaire de Dieu où il a compris beaucoup de choses. Vous aussi pouvez aller dans ce
sanctuaire, il se trouve en vous. Il s’agit de l’état de conscience où on se retrouve quand on s’élève
au-dessus de tout ce qui est sordide, personnel et impermanent et où les principes universels sont
réalisés. C’est l’état de conscience du divin. Quand, après une longue pratique de l’auto discipline,
vous aurez réussi à entrer dans ce Temple, vous percevrez clairement le but et le fruit de toute
pensée et entreprise humaine bonne ou mauvaise.

Vous ne serez plus portés à perdre la foi quand vous verrez des gens immoraux accumuler des
richesses car vous saurez qu’ils retourneront éventuellement à la pauvreté et à la dégradation.
Celui qui s’éloigne de la moralité est pauvre en réalité, et aussi sûrement que les eaux du fleuve
vont vers l’océan, il se dirige vers la pauvreté et le malheur. Même s’il meurt riche, il devra revenir
afin de cueillir les fruits de son immoralité jusqu’à ce qu’il conquière sa pauvreté intérieure. La
personne qui est pauvre extérieurement, mais riche en valeurs, est vraiment riche, et se dirige
inexorablement vers la richesse, la joie et le bonheur.

Si vous voulez devenir vraiment prospères et de façon permanente, commencez par devenir
vertueux. Il n’est pas sage de viser directement la prospérité et d’en faire le but ultime de sa vie.
Cela conduit à la défaite. Il faut tendre à se perfectionner soi-même, faire du service désintéressé le
but de sa vie et développer sa foi en Dieu.

Vous devez désirer la richesse dans le but de faire du bien autour de vous. Si votre motivation est
réelle, si vous êtes désireux malgré votre richesse d’être un serviteur plutôt qu’un maître, la
richesse viendra à vous. Examinez bien votre motivation car, dans la majorité des cas, quand les
gens désirent de l’argent pour faire du bien aux autres, leur vrai désir est d’être populaire et de se
poser en réformateur philanthrope. Si vous ne faites pas de bien avec le peu que vous possédez,
vous pouvez être surs que plus vous aurez d’argent plus vous deviendrez égoïstes et le bien que
vous ferez en apparence avec votre argent sera destiné à vous amener des éloges.

www.masssosantebeauport.com
15
Si votre vrai désir est de faire du bien, vous n’avez pas besoin d’attendre d’avoir de l’argent
pour le faire. Vous pouvez le faire maintenant, à ce moment précis et où vous êtes présentement.
Si vous êtes si peu égoïstes que vous semblez le croire, vous pouvez le démontrer en vous
sacrifiant pour les autres maintenant. Peu importe que vous soyez pauvres, il y a toujours de la
place pour se dévouer aux autres.

L’effet est toujours relié à la cause, c’est pourquoi la prospérité et le pouvoir sont reliés au bien
intérieur comme la pauvreté et la faiblesse sont liées au mal intérieur. L’argent ne constitue pas la
vraie richesse et se fier à lui seulement c’est s’aventurer sur un terrain glissant. Votre vraie richesse
se situe dans vos valeurs et votre vrai pouvoir dans la façon dont vous en faites usage. Rectifiez
votre cœur et vous rectifierez votre vie. Haine, colère, vanité, orgueil, convoitise sont pauvreté et
faiblesse, tandis que l’amour, la gentillesse, la patience, la compassion, la générosité constituent la
richesse et le pouvoir.

Une fois dépassés les éléments de pauvreté que sont les défauts de caractère, il émane de nous un
grand pouvoir et celui qui s’applique à devenir meilleur amène le monde à ses pieds. Les riches
sont plus souvent aptes à perdre leur bonheur que les pauvres et nous donnent la preuve que le
bonheur dépend de notre vie intérieure et non de nos possessions. Vous êtes peut être un
employeur qui a sans cesse des problèmes avec ses employés et quand vous en trouvez qui sont
compétents, ils vous quittent. En conséquence, vous commencez à perdre confiance en la nature
humaine. Vous essayez de remédier à la situation en donnant de meilleurs salaires ou en
accordant certaines libertés, mais rien ne change.

Laissez-moi vous donner un conseil. Le secret de vos problèmes n’est pas dans vos employés, il est
en vous et si vous vous examinez bien avec le désir sincère de découvrir et de corriger votre
erreur, vous trouverez sûrement ce qui est à l’origine de votre problème. Cela peut être un désir
égoïste, ou une mauvaise attitude d’esprit qui envoie son poison sur votre entourage et qui réagit
sur vous, même si cela ne transparaît pas dans votre façon de vous exprimer. Ayez des pensées de
bonté pour vos employés, prenez soin de leur bien-être et de leur bonheur et ne leur demandez
pas ce que vous-mêmes seriez incapables de donner. Il est beau et rare de voir un employé
s’oublier pour se dévouer à son patron mais il est encore plus rare de voir un patron oublier son
propre bien-être pour se dévouer au bien-être de ceux qui œuvrent sous son autorité et qui
dépendent de lui pour leur subsistance. Un tel homme n’a pas à se plaindre de ses employés et est
dix fois plus heureux.

Un patron qui n’a jamais eu à renvoyer un employé disait ceci : « J’ai la meilleure relation possible
avec mes employés et si vous me demandez comment cela est possible, je vous répondrai que j’ai
toujours eu comme but d’agir envers eux comme je voudrais qu’on agisse envers moi ». Voici le
secret pour la meilleure ambiance de travail possible. Vous plaignez-vous que personne ne vous
aime et que vous n’avez aucun ami dans le monde ? Ne blâmez personne d’autre que vous-même.
Soyez gentil avec les autres et les amis se bousculeront autour de vous. Soyez aimable et on vous
aimera.

Peu importe ce qui rend votre vie difficile, vous pouvez transformer toute situation grâce au
contrôle de vous-même. Que ce soit la pauvreté, la misère, les deuils ou d’autres problèmes qui
obscurcissent votre vie, vous pouvez les dépasser en dépassant l’égoïsme à l’intérieur de vous qui

www.masssosantebeauport.com
16
en est la cause. Il importe peu que ce soit des pensées ou des agissements passés dont, par la
grande Loi du retour, nous devons subir les conséquences car par la même Loi, nous avons le
pouvoir d’instaurer à l’intérieur de nous de nouvelles façons de penser et d’agir bonnes ou
mauvaises. Une personne qui récolte ce qu’elle a semé et qui devrait perdre sa fortune ne doit pas
nécessairement perdre sa force et son honnêteté, car c’est là que réside son bonheur.

La personne qui s’accroche à son ego est son propre ennemi et est entourée d’ennemis. Celui ou
celle qui s’oublie pour les autres est son propre sauveur et se retrouve entouré d’amis qui forment
une ceinture protectrice autour de lui. Toute noirceur disparaît et tout nuage se dissout devant
l’aura d’un cœur pur et la personne qui s’est conquise elle-même a conquis l’univers. Alors sortez
de la pauvreté, sortez de la douleur, sortez de vos ennuis, de vos peines et de votre solitude en
sortant de vous-mêmes. Laissez tomber le vieux vêtement de l’égoïsme et endossez celui de
l’amour universel. Vous vivrez alors un bonheur intérieur qui se reflètera dans votre vie
extérieure.

Celui ou celle qui s’engage sur le chemin de sa propre conquête et qui marche, soutenu par le
bâton de la foi, obtiendra sûrement la plus grande prospérité et récoltera une joie abondante et
durable.

www.masssosantebeauport.com
17

CHAPITRE IV
LE POUVOIR SILENCIEUX DU CONTRÔLE DE LA PENSÉE

ET LA FAÇON DE DIRIGER SA FORCE

Les forces les plus puissantes de l’univers sont les forces silencieuses; selon l’intensité de son
pouvoir, une force bien dirigée devient bénéfique et mal employée, elle devient maléfique. Cela est
bien connu en ce qui regarde les forces mécaniques comme la vapeur ou l’électricité mais peu de
gens ont appris à appliquer ces connaissances au royaume de l’esprit où les forces de la pensée (les
plus puissantes de toutes) sont générées continuellement et envoyées en courants salvateurs ou
destructeurs.

A ce stade de son évolution, l’être humain est entré en possession de ces forces et se doit de les
soumettre complètement s’il veut continuer de progresser. Toute la sagesse que l’être humain est
en mesure d’acquérir sur cette terre se trouve dans la maîtrise de lui-même. Le
commandement : « Aimez vos ennemis » est une exhortation à entrer ici et maintenant en
possession de cette sagesse sublime en maîtrisant et transmutant les forces de l’esprit dont
l’humain est encore esclave et qui l’entraînent sur les courants de l’égoïsme.

Les prophètes hébreux, qui connaissaient parfaitement la Loi suprême, reliaient toujours les
événements extérieurs à la pensée intérieure, et associaient les succès ou les désastres nationaux
aux pensées et aux désirs qui dominaient la nation à ce moment-là. La connaissance du pouvoir de
la pensée est à la base de toutes leurs prophéties comme elle est à la base de toute réelle sagesse et
de tout pouvoir. Les événements nationaux sont l’effet des forces psychiques de la nation. Les
guerres, les épidémies et les famines sont la rencontre de forces de l’esprit mal dirigées. Il serait
insensé d’imputer la guerre à un seul homme ou à un petit groupe d’hommes. Elle est le fruit d’un
égoïsme national.

Ce sont les forces silencieuses de la pensée qui amènent toute chose à sa manifestation. L’univers a
grandi par la pensée. La matière n’est que la pensée matérialisée. Toutes les réalisations de
l’homme ont vécu d’abord dans la pensée avant de devenir des réalités objectives. L’auteur,
l’inventeur, l’architecte construisent d’abord leur travail dans leur pensée et une fois celui-ci
perfectionné sur le plan de la pensée, ils commencent à le matérialiser pour l’amener à sa
réalisation.

Quand les forces de la pensée sont en harmonie avec la Loi universelle, elles sont constructives
sinon elles sont destructrices.

Ajuster ses pensées selon la foi en un Dieu omnipotent et suprême consiste à coopérer avec Lui et
à détruire le mal à l’intérieur de nous-mêmes. Cela est la vraie définition du salut. Se sauver de la
noirceur et du mal pour entrer dans la lumière du Dieu éternel.

www.masssosantebeauport.com
18
Où il y a la crainte, l’inquiétude, l’anxiété, le doute, les ennuis, le chagrin, il y a ignorance et
manque de foi. Toutes ces conditions de l’esprit sont le résultat direct de l’égoïsme.
La race a besoin d’être sauvée de cela et l’être humain ne peut le faire s’il est esclave de ces états
négatifs. Craindre et s’inquiéter est aussi mal que maudire quelqu’un, car comment peut-on être
inquiet si on croit en l’Amour infini et en sa justice. C’est de ces états d’esprit mauvais que
viennent l’échec et la faiblesse, car ils annulent la force des pensées positives susceptibles de nous
apporter des résultats bénéfiques.

Dépasser les états d’esprit négatifs nous fait entrer dans une vie de pouvoir où l’on cesse d’être un
esclave pour devenir un maître et la seule façon de dépasser ces états d’esprit, c’est d’acquérir une
connaissance intérieure de plus en plus profonde. Nier le mal mentalement n’est pas suffisant; il
doit être compris et dépassé. Affirmer mentalement le bien ne sert à rien, nous devons y pénétrer
et le comprendre.

La pratique intelligente de la maîtrise de soi amène une connaissance de la force de nos pensées et
par la suite, la possibilité de les diriger et de les employer de la bonne façon. Dans la mesure où
vous posséderez la maîtrise de vous-mêmes, où vous contrôlerez vos forces mentales au lieu d’être
contrôlés par elles, vous pourrez maîtriser vos affaires et les circonstances extérieures de votre vie.

Montrez-moi une personne qui brise tout ce qu’elle touche, qui ne peut retenir le succès même si
on lui met entre les mains et je vous montrerai une personne qui se complait dans un état d’esprit
négatif. Celui ou celle qui nage toujours dans le doute, la peur et l’anxiété est un esclave et il vit la
vie d’un esclave même si le succès tente de frapper à sa porte. Une telle personne, sans foi et sans
autonomie est incapable de bien mener ses affaires; elle est toujours esclave des circonstances et en
réalité, esclave d’elle-même. Ces gens apprennent par la souffrance et acquièrent de la force à
travers des expériences difficiles.

La foi et la détermination sont les moteurs de la vie. Il n’est rien qu’une foi forte et une
détermination sans faille ne puissent accomplir. Par l’exercice quotidien d’une foi silencieuse et le
renforcement quotidien d’une forte détermination, les forces de la personne sont dirigées vers
l’accomplissement de son objectif.

Quelque soit votre position dans la vie, avant de pouvoir espérer obtenir même une petite part de
succès, d’utilité et de pouvoir, vous devez apprendre à diriger la force de vos pensées en cultivant
le calme et le repos. Vous pouvez être un homme d’affaires soudainement confronté à de graves
difficultés ou à un désastre probable. Vous devenez anxieux et craintif. Persister dans un tel état
d’esprit va vous être fatal, car quand on se laisse envahir par l’anxiété, il n’est plus possible d’avoir
un jugement sensé. Profitez d’une heure de tranquillité le matin et le soir pour vous isoler. Après
vous être installés confortablement, dirigez votre esprit vers quelque chose que vous aimez et qui
vous apporte de la joie, une force reposante s’insinuera dans votre esprit et l’anxiété va disparaître.
Aussitôt que l’anxiété veut revenir, refaites le même processus. Cela vous permettra de vous
concentrer sur la solution de vos difficultés et ce qui semblait insurmontable quand vous étiez
rempli d’anxiété, vous semblera plus facile, et ainsi vous pourrez concevoir un plan d’action clair
et efficace. Vous aurez peut-être à essayer jour après jour avant d’être parfaitement capable de
calmer votre esprit mais si vous persévérez, vous réussirez certainement et le plan que vous aurez
conçu au cours de cette heure de calme devra être suivi à la lettre.

www.masssosantebeauport.com
19

Il n’y a aucun doute qu’une fois engagé dans les affaires de la journée et que les ennuis tenteront
encore de vous dominer, votre plan vous semblera peut-être fou mais ne vous laissez pas aller.
Soyez toujours guidé par une vision de calme et non par l’ombre de l’anxiété. Les heures de calme
sont des heures d’illumination et de jugement juste. Cette discipline mentale permet de rediriger
ses forces mentales comme les rayons d’une torche sur le problème, avec le résultat que le
problème disparaîtra.

Aucune difficulté ne peut résister à la concentration de pensée et tout objet peut être actualisé par
l’utilisation intelligente de ses forces intérieures. Vous pourrez avoir une connaissance du pouvoir
de la pensée et de sa relation avec les choses extérieures ainsi que de son pouvoir magique à
transformer vos conditions de vie, seulement quand vous aurez pénétré votre nature intérieure et
conquis les ennemis qui se terrent à l’intérieur de vous.

Chaque fois que vous pensez, c’est une force que vous envoyez et selon sa nature et son intensité
elle va trouver un esprit réceptif et finira par réagir sur vous pour le bien ou pour le mal. Il y a
sans cesse une réciprocité d’esprit à esprit et un échange continuel des forces de pensée. Les
pensées égoïstes ou méchantes sont des forces destructrices et mauvaises, des messages du mal
envoyés pour augmenter le mal dans d’autres esprits et qui, en retour, vous reviennent avec plus
de force. Les pensées calmes, pures et non égoïstes sont des messages angéliques envoyés au
monde qui portent la santé, la guérison et le bonheur sur leurs ailes, contrecarrent les forces
mauvaises, déversent des torrents de joie sur les eaux troubles de l’anxiété, de la peine et
redonnent aux cœurs brisés leur héritage d’immortalité.

Ayez des pensées positives et elles seront rapidement actualisées dans votre vie extérieure sous la
forme de conditions de vie agréables. Contrôlez vos forces intérieures et vous serez capables
d’avoir la vie que vous voulez. La différence entre un sauveur et un pécheur est la suivante : le
premier possède un parfait contrôle de ses forces intérieures tandis que le second est dominé et
contrôlé par elles.

Il n’existe aucun autre chemin vers le pouvoir et la paix que la maîtrise de soi, l’autonomie et
l’auto purification. Les gens qui sont à la merci de leur caractère sont impuissants, malheureux et
de peu d’utilité dans le monde. La conquête des petites choses que vous aimez ou n’aimez pas, de
vos amours ou de vos haines capricieuses, de vos crises de colère, de votre méfiance ou de votre
jalousie et de tous les changements d’humeur auxquels vous êtes sujets, voici la tâche que vous
avez à accomplir si vous voulez tisser dans la toile de la vie les fils d’or du bonheur et de la
prospérité. Tant que vous serez l’esclave de vos changements d’humeur, vous dépendrez des
autres et d’une aide extérieure pour marcher dans la vie. Si vous voulez avancer fermement et
sûrement et accomplir quelque chose de valable, vous devez vous élever au-dessus de ces
mauvaises vibrations et apprendre à les contrôler.

Vous devez, à chaque jour, prendre l’habitude de mettre votre esprit au repos et aller dans le
silence de manière à remplacer les pensées troubles par des pensées de paix, les pensées de
faiblesse par des pensées de force. Seulement quand vous aurez réussi cela, vous pourrez diriger
vos forces mentales vers vos problèmes et vos buts dans la vie, avec un certain succès. C’est une
façon de canaliser ses forces éparpillées vers un puissant canal. De la même façon qu’on peut

www.masssosantebeauport.com
20
transformer un marais inutile en un champ de mais doré ou en un jardin de fruits en
redirigeant les mauvais courants vers un canal bien aménagé, celui ou celle qui acquiert le calme et
la capacité de rediriger ses courants de pensée, sauve son âme et fait fructifier son cœur et sa vie.

A mesure que vous arriverez à la maîtrise de vos impulsions et de vos pensées, vous commencerez
à ressentir qu’un pouvoir nouveau et silencieux grandit en vous, ainsi qu’un sentiment de force et
de sang-froid permanent. Vos pouvoirs latents vont commencer à se développer, et dans les tâches
où auparavant vos efforts étaient faibles et inefficaces, vous serez capables de travailler dans la
confiance tranquille propre au succès. En même temps que ce pouvoir nouveau et que cette force
nouvelle, vous éveillerez en vous cette illumination intérieure appelée intuition et vous ne
marcherez plus dans la noirceur et la spéculation, mais dans la lumière et la certitude.

En développant cette vision de l’âme, votre jugement et votre perspicacité augmenteront


considérablement et vous développerez une vision prophétique qui vous permettra de sentir les
événements à venir et de prévoir les résultats de vos efforts. L’attitude des autres envers vous
changera dans la même mesure que la vôtre changera envers eux. A mesure que vous vous
élèverez au-dessus des pensées basses, débilitantes et destructrices, vous prendrez contact avec les
courants positifs, générés par les esprits forts, purs et nobles; votre bonheur sera plus grand et
vous commencerez à ressentir la joie, la force et le pouvoir qui proviennent de la maîtrise de soi.
Vous irradierez cette joie, cette force et ce pouvoir sans aucun effort, des gens forts seront attirés et
influencés par vous, et votre vie extérieure s’accordera à votre façon de penser.

Les ennemis d’une personne sont dans sa maison et si vous voulez être utile, fort et heureux, vous
devez cesser d’être un réceptacle pour les pensées négatives; et comme un hôte qui commande
ses serviteurs et invite ses amis, chacun doit apprendre à commander ses désirs et à décider avec
autorité quelles pensées il va accepter dans la maison de son âme. Même un petit succès dans l’art
de se maîtriser soi-même ajoute déjà beaucoup au pouvoir de quelqu’un et celui qui réussit à
perfectionner cet art, entre en possession d’une grande paix, d’une grande sagesse et d’une grande
force intérieure. Il comprend que les forces de l’univers aident et protègent celui qui est maître de
son âme.

www.masssosantebeauport.com
21

CHAPITRE V
LE SECRET DE LA SANTÉ, DU SUCCES ET DU POUVOIR

Nous nous rappelons sûrement tous, avec plaisir, les contes de fées de notre enfance. Nous
suivions avec attention les aventures de la bonne petite fille ou du bon petit garçon qui étaient
toujours protégés des machinations de la méchante sorcière, du géant cruel ou du mauvais roi.
Nos petits cœurs suivaient avec attention le héro et l’héroïne, certains qu’il ou elle triompherait de
ses ennemis, car nous savions que les fées étaient infaillibles et qu’elles ne laissaient jamais tomber
ceux qui s’étaient consacrés au bien et à la vérité.

Quelle joie quand la Reine des fées arrivait au moment critique avec sa magie pour balayer tous
les problèmes et toute la noirceur, afin que les héros puissent vivre heureux jusqu’à la fin de leurs
jours. D’année en année et à mesure que nous vivions dans la réalité de la vie, notre monde de
contes de fées a disparu et ses habitants ont été relégués dans les archives de notre mémoire, dans
un monde d’ombre et de rêve. Nous avons pensé que nous étions forts et sages et prêts à quitter le
monde de nos rêves d’enfants, mais à mesure que nous redevenons des enfants dans le
merveilleux monde de la sagesse, nous retournons aux rêves inspirants de notre jeunesse et
réalisons qu’ils correspondent, en fait, à la réalité.

Les fées, petites et souvent invisibles possédant un pouvoir magique et répandant sur l’être bon, la
santé, la richesse, le bonheur et tous les cadeaux de la nature, redeviennent réalité et
s’immortalisent dans le royaume de l’âme de celui qui, grandissant en sagesse, a compris le
pouvoir de la pensée et les lois qui gouvernent l’être intérieur. Pour lui, les fées vivent encore
dans la pensée de celui qui travaille en harmonie avec la Volonté divine. Celui ou celle qui, jour
après jour, tente d’harmoniser son cœur avec celui du Dieu suprême acquiert, en réalité, la vraie
santé, la vraie richesse et le vrai bonheur. Il n’existe pas de protection plus efficace que la bonté et
par bonté je n’entends pas se conformer aux règles de la moralité; je parle de pensée pure, de
nobles buts, d’amour inconditionnel et de liberté face à la soi-disant gloire, car elle laisse une
marque sur tous ceux qui entrent en contact avec elle.

Ainsi que le soleil levant éloigne les ombres de la nuit, de la même façon, les forces du mal sont
chassées par les rayons de la pensée positive qui sortent d’un cœur rendu fort par la pureté et la
foi.

Où il y a une foi infaillible et une grande pureté, il y a la santé, le succès et le pouvoir. Il n’y a pas
de place pour la maladie, l’échec ou le désastre, car il n’y a rien pour les nourrir.

La condition physique est également déterminée par l’état mental et les scientifiques portent de
plus en plus d’attention à cela. Le vieux concept matérialiste qu’une personne est ce que son corps
en fait, est remplacé par la croyance que la personne est supérieure à son corps et que son corps
est ce qu’elle en fait par le pouvoir de sa pensée. On cesse de croire qu’un homme est au désespoir

www.masssosantebeauport.com
22

parce qu’il est malade et on commence à comprendre qu’il est malade parce qu’il est
désespéré et bientôt tout le monde comprendra que toute maladie a son origine dans l’esprit.

Tout le mal de l’univers tire son origine dans l’esprit; maladie, tristesse et peines n’appartiennent
pas à l’ordre de l’univers et ne sont pas inhérents à la nature des choses, ils découlent de
l’ignorance de la vraie relation entre les choses.

Selon la tradition, il y eut en Inde une école de philosophes qui menaient une vie d’une telle
pureté et d’une telle simplicité que la plupart d’entre eux vivaient jusqu’à l’âge de cent cinquante
ans et que de tomber malade était pour eux la pire des disgrâces car cela indiquait une violation de
la loi de la vie.

Il est temps de réaliser que la maladie n’est pas envoyée par un dieu offensé ou par la Providence
pour nous tester, mais consiste en le résultat de nos propres erreurs et ainsi nous nous redirigerons
vers la santé. La maladie vient à ceux qui l’attirent, à ceux dont l’esprit et le corps sont réceptifs à
elle et fuit ceux dont l’état de pensée pur, fort et positif génère la guérison et la santé.

Si vous avez tendance à la colère, à l’inquiétude, à la jalousie, à la cupidité et à autres états d’esprit
non harmonieux et que vous vous attendez à avoir une santé parfaite, vous attendez l’impossible,
car vous semez sans cesse les graines de la maladie dans votre esprit. L’homme sage doit éliminer
ces défauts, car il sait qu’ils sont plus dangereux qu’une maison infectée.

Si vous voulez être libre de tous maux physiques et douleurs et si vous voulez jouir d’une santé
parfaite, mettez votre esprit en ordre et harmonisez vos pensées. Ayez des pensées joyeuses, des
pensées d’amour; faites preuve de bonne volonté et vous n’aurez besoin d’aucun autre
médicament. Mettez de côté votre jalousie, votre méfiance, vos inquiétudes, vos haines, votre
égoïsme et vous mettrez de côté vos dyspepsies, vos troubles de foie, votre nervosité et vos
articulations douloureuses. Si vous persistez à vous accrocher à ces habitudes d’esprit débilitantes,
ne vous plaignez pas si votre corps est malade.

L’histoire suivante illustre bien la corrélation entre les habitudes de pensées et les conditions du
corps. Un homme était affecté d’une maladie très souffrante, il passait d’un médecin à un autre
sans aucun résultat. Il visita alors des villes célèbres pour leurs eaux curatives et après s’être
baigné dans ces eaux, sa maladie le faisait souffrir plus que jamais.

Une nuit, il rêva d’une Présence qui lui dit : « Frère, as-tu tout essayé pour guérir? » et il répondit :
« Oui, j’ai tout essayé. » « Non, dit la Présence, viens avec moi et je vais te montrer un bain curatif
que tu n’as pas essayé. » L’homme suivit la Présence qui le conduisit vers une piscine d’eau claire
et lui dit : « Plonge-toi dans cette eau et tu vas sûrement guérir » et là elle disparut. L’homme se
plongea dans l’eau en question et quand il ressortit, sa maladie était partie et au même moment, il
vit au-dessus de la piscine le mot : « Renonce. » Quand il s’éveilla, il comprit la signification de son
rêve et en faisant un examen de conscience, il réalisa qu’il avait toujours été trop complaisant
envers lui-même, et fit le vœu de renoncer à cela. Peu à peu, il commença à prendre du mieux et sa
maladie finit par le quitter complètement.

www.masssosantebeauport.com
23
Beaucoup de personnes se plaignent de faire des dépressions à force de trop travailler. Dans la
majorité des cas, la dépression est due à une perte d’énergie. Si vous voulez être en santé, vous
devez apprendre à travailler sans friction. Vous invitez la dépression si vous devenez anxieux ou
excités ou si vous vous inquiétez pour des détails sans importance. Le travail physique ou mental
est bénéfique pour la santé et ceux qui peuvent travailler dans le calme, sans anxiété ou inquiétude
et avec concentration, non seulement accompliront davantage que ceux qui sont toujours pressés
et anxieux, mais ils vont garder leur santé, tandis que les autres vont la perdre rapidement.

Santé et succès vont de pair car ils sont inter reliés sur le plan de la pensée. L’harmonie mentale
produit un corps en santé et amène une séquence harmonieuse dans l’élaboration du plan de vie.
Ordonnez vos pensées et vous ordonnerez votre vie. Versez l’huile de la tranquillité sur les eaux
turbulentes des passions et des préjudices et les tempêtes de la malchance seront impuissantes à
faire échouer la barque de votre âme dans son voyage sur l’océan de la vie. Si cette barque est
pilotée par une foi joyeuse et sans faille, son voyage sera doublement sûr et beaucoup de périls
seront évités.

N’importe quel travail peut être accompli par la foi; la Foi en l’Être suprême, la Foi en la Loi
universelle, la foi en votre travail et en votre capacité de l’accomplir. La foi est le roc sur lequel
vous devez construire si vous voulez réussir et éviter de tomber. Vous devez suivre en toutes
circonstances les plus grandes incitations à l’intérieur de vous; être toujours fidèle à votre Soi
divin; vous fier à la Lumière intérieure, à la Voix intérieure, et poursuivre votre but d’un cœur
sans peur et paisible, en croyant que l’avenir va vous donner le fruit de vos efforts et de vos
pensées. Vous devez savoir que les lois de l’univers ne faillissent jamais et que votre volonté
s’accomplit avec une exactitude mathématique, c’est cela la foi et la vie par la foi. Grâce à cette foi,
les eaux troubles de l’indécision sont divisées, toutes les montagnes de difficultés s’effritent, et
l’âme qui croit traverse la vie sans heurt.

De grâce, cherchez par-dessus tout à acquérir cette foi, car elle est le talisman du bonheur, du
succès, de la paix, du pouvoir et de tout ce qui est au-dessus de la souffrance. Bâtissez sur cette foi
et vous bâtirez sur le Roc de l’Éternel. Avec Ses matériaux, la structure que vous érigerez ne
pourra jamais être détruite, car elle transcendera toutes les accumulations de biens matériels et de
richesses destinés à finir en cendres. Que vous soyez dans les abîmes du désespoir ou dans la joie,
restez attachés à cette foi, retournez à elle comme à un refuge, et gardez vos pieds ancrés dans sa
base immortelle et immuable. Centrés dans une telle foi, vous posséderez une force spirituelle
tellement grande qu’elle fracassera les forces mauvaises acharnées contre vous comme des jouets
de verre, et vous obtiendrez un succès dont vous n’auriez jamais rêvé.

Il y a des gens aujourd’hui qui ont compris cette foi, qui vivent par elle jour après jour et qui sont
en possession de sa gloire et de sa paix et qui se sont départis de montagnes de peines et de
déceptions, de maux physiques et de fatigue mentale.

Si vous possédez cette foi, vous ne vous inquiéterez plus de savoir si vous aurez du succès ou des
échecs et le succès va venir. Vous n’aurez plus besoin d’être anxieux au sujet des résultats mais
vous travaillerez dans la joie et la paix, tout en sachant que les bonnes pensées et les bons efforts
produisent les bons résultats.

www.masssosantebeauport.com
24
Je connais une dame qui a reçu beaucoup de beaux cadeaux de la vie et récemment un ami lui
fit la remarque suivante : « Que vous êtes chanceuse, vous n’avez qu’à désirer une chose pour
qu’elle vienne à vous. » Et en effet, cela paraissait ainsi en surface; mais en réalité, toutes les
bénédictions qui entraient dans la vie de cette femme étaient le résultat direct de l’état de
bénédiction qu’elle avait cultivé. Seulement émettre des désirs n’apporte que désappointement;
c’est le genre de vie qui compte. Le fou désire et gronde, le sage travaille et attend. Cette femme
avait travaillé à l’intérieur et à l’extérieur, mais plus spécialement à l’intérieur d’elle, sur son cœur
et sur son âme. Grâce aux mains invisibles de l’Esprit, elle avait construit, avec les pierres
précieuses de la foi, de l’espérance, de la joie, du dévouement, de l’amour, un temple de lumière
qui irradiait autour d’elle. Cela transparaissait dans ses yeux et dans sa façon de se mouvoir; cela
vibrait dans sa voix et tous ceux qui étaient mis en sa présence, étaient captivés.

Cela peut aussi vous arriver. Vous traînez toute votre vie avec vous, car vos courants de pensée
dominants sont les facteurs déterminants de votre avenir. Envoyez dans l’univers des pensées
d’amour et des pensées heureuses et les bénédictions tomberont sur vous et vous connaîtrez la
paix. Envoyez des pensées de haine et malheureuses et la malchance va s’attaquer à vous et vous
vivrez dans la crainte. Vous êtes le créateur inconditionnel de votre vie. A chaque moment, vous
envoyez, par vos pensées, les influences qui construiront ou détruiront votre vie. Laissez votre
cœur grandir en amour et en dévouement et votre succès et votre influence seront durables même
si vous ne faites pas beaucoup d’argent. Si vous confinez votre coeur dans les limites de votre
intérêt personnel, même si vous devenez millionnaire, votre influence et votre succès seront
insignifiants.

Cultivez alors un esprit désintéressé et pur, combinez-le avec la pureté, la foi et l’unité de but et
vous évoluerez, non seulement vers l’abondance et le succès, mais encore vers la grandeur et le
pouvoir.

Si vous n’appréciez pas votre présent travail et que vous n’avez pas le cœur à l’ouvrage, essayez
quand même de faire votre devoir avec la plus grande diligence tout en entretenant l’idée qu’un
meilleur travail et de bonnes occasions vous attendent; gardez l’esprit ouvert pour de naissantes
possibilités de sorte que, quand cela arrivera et qu’un nouveau canal se présentera, vous serez
préparés à y plonger avec l’intelligence et la prévoyance nées de la discipline mentale.

Peu importe la tâche que vous avez à accomplir, concentrez-y votre esprit et mettez-y toute
l’énergie dont vous êtes capables. Les petites tâches bien accomplies mènent à de plus grandes
tâches. Assurez-vous d’avancer sûrement et vous ne tomberez jamais. Là réside le secret du vrai
pouvoir. Apprenez, par une pratique constante, comment marier vos ressources et comment les
concentrer à tout moment sur un point précis. L’idiot perd son énergie mentale et spirituelle dans
la frivolité, dans les conversations stupides ou les obstinations égoïstes ainsi que dans les excès
physiques.

Si vous voulez acquérir un certain pouvoir, vous devez cultiver l’assurance et la passivité. Vous
devez être en mesure de vous tenir debout tout seul. Le pouvoir est associé à l’immuabilité. La
montagne, le roc, le chêne, tous nous parlent de pouvoir à cause de leur grandeur solitaire et de
leur fixité; tandis que le sable, la brindille et le roseau nous parlent de faiblesse, car ils sont
muables, manquent de résistance et sont complètement inutiles quand ils sont détachés de leurs

www.masssosantebeauport.com
25

semblables. L’homme de pouvoir demeure calme et stable quand ses acolytes sont terrassés
par l’émotion ou la passion.

Celui ou celle qui est apte à commander et à contrôler est celui ou celle qui a réussi à se
commander et à se contrôler lui-même. L’hystérique, le craintif, le frivole recherchent toujours de
la compagnie, car ils ont l’impression qu’ils vont tomber s’ils ne sont pas supportés; mais le calme,
le courageux, le réfléchi recherche la solitude de la forêt, le désert et le sommet d’une montagne, ce
qui ajoute du pouvoir à son pouvoir, et il résistera ainsi aux courants psychiques et aux tourbillons
qui secouent l’humanité.

La passion n’est pas le pouvoir, c’est un abus de pouvoir, la dispersion du pouvoir. La passion est
comme une tempête qui secoue sauvagement le roc, tandis que le pouvoir est comme le roc lui-
même qui demeure silencieux et immuable. Quand Benjamin Disraeli s’est effondré lors de son
premier discours au Parlement et qu’on s’est moqué de lui, il s’est exclamé : » Un jour viendra où
vous considérerez comme un honneur de m’écouter. »

J’ai connu un jeune homme qui subissait un revers après l’autre et faisait rire de lui par ses amis
qui lui enjoignaient de laisser tomber ce qu’il avait entrepris et il répondait : « Un jour viendra très
bientôt où vous serez émerveillés de mon succès, » il démontrait ainsi qu’il était possédé par ce
pouvoir tranquille et irrésistible qui l’a aidé à venir à bout de toutes ses difficultés et à atteindre le
succès.

Si vous n’avez pas ce pouvoir, vous pouvez l’acquérir par la pratique et le début du pouvoir
correspond au début de la sagesse. Vous devez vous débarrasser des trivialités auxquelles vous
avez pris l’habitude de vous adonner. Rires bruyants et incontrôlés, paroles inutiles, blagues juste
pour faire rire, tout cela doit être mis de côté car cela vous fait perdre une énergie considérable. A
mesure que vous vous débarrasserez de tout cela,vous commencerez à comprendre ce qu’est le
vrai pouvoir, et vous commencerez à confronter les désirs et les appétits qui vous retiennent et
vous bloquent le chemin du pouvoir, et vous dégagerez le chemin de votre progrès.

En premier lieu, ayez un but unique et précis, un but utile et légitime et dévouez-vous entièrement
à ce but. Ne laissez rien vous en détourner. N’oubliez pas : « La personne qui poursuit deux buts
à la fois est instable dans tout ce qu’elle entreprend. » Ayez soif d’apprendre mais ne quémandez
pas. Ayez une connaissance profonde de votre travail et prenez-en possession; à mesure que vous
avancerez, toujours en suivant votre Guide intérieur, la petite Voix infaillible, vous irez de victoire
en victoire et vous vous élèverez pas à pas vers des sommets; votre ouverture d’esprit vous
révèlera la beauté essentielle et le but de la vie. Vous aurez la santé, le succès sera à vous,
l’autonomie sera à vous, le pouvoir sera à vous et tout ce que vous ferez sera de prospérer car en
cessant d’être une cheville carrée dans un trou rond, vous serez en harmonie avec la Grande Loi,
ne travaillant plus contre mais avec la Vie universelle, le Dieu éternel.

La santé que vous allez regagner sera permanente, le succès que vous atteindrez sera
incommensurable et ne vous quittera jamais et votre pouvoir et votre influence vont continuer
d’augmenter à travers les âges, car ils feront partie du Principe immuable qui gouverne l’univers.

www.masssosantebeauport.com
26

Voilà le secret de la santé, un cœur pur et un esprit en ordre; voilà le secret du succès, une foi
sans faille et un but sagement dirigé; régner avec une grande volonté sur ses désirs, voilà le secret
du pouvoir.

www.masssosantebeauport.com
27

CHAPITRE VI
LE SECRET DU BONHEUR

La soif de bonheur est grande et l’absence de bonheur est aussi grande. La majorité des pauvres
rêvent de richesses, croyant que les possessions matérielles vont leur apporter un bonheur
durable. Beaucoup de riches qui se sont offert tout ce qu’ils voulaient, souffrent d’ennui et de
satiété et sont encore plus loin de posséder le bonheur que les pauvres. Si on y réfléchit bien, nous
réalisons que le bonheur ne vient pas de ce que nous possédons ou de ce que nous ne possédons
pas. Car, si c’était le cas, nous verrions les pauvres toujours malheureux et les riches toujours
heureux ce qui n’est pas vrai, c’est même souvent le contraire. Les gens les plus aigris que j’aie
connus étaient entourés de toutes les richesses possibles tandis que les gens les plus heureux que
j’aie connus avaient à peine de quoi subvenir à leurs besoins. Beaucoup de personnes qui avaient
accumulé beaucoup de richesses ont avoué que les gratifications égoïstes successives à
l’accumulation de ces richesses ont enlevé du piment à leur vie et par conséquent, qu’ils étaient
plus heureux quand ils étaient pauvres.

Qu’est donc le bonheur et comment l’obtenir? Est-ce une invention, une illusion et la souffrance
est-elle éternelle?

Nous découvrons après réflexion et observation, que tous, excepté ceux qui sont entrés dans la
voie de la sagesse, croient que le bonheur s’obtient par la gratification des désirs. Cette croyance,
enracinée dans le sol de l’ignorance, et arrosée par les désirs égoïstes, est la cause de toute la
misère dans le monde. Je ne limite pas le désir seulement à l’appétit animal mais aussi au royaume
psychique, où des appétits beaucoup plus puissants, subtils et insidieux tiennent en otage des gens
intellectuels et raffinés, les privant de toute la beauté, de l’harmonie et de la pureté d’âme dont
l’expression est le bonheur.

Beaucoup de gens vont admettre que l’égoïsme est la cause du malheur dans le monde, mais ils
tombent dans l’illusion qu’il s’agit de l’égoïsme des autres et non du leur. Quand vous serez prêts
à admettre que tous vos malheurs sont causés par votre propre égoïsme, vous ne serez pas loin
des portes du paradis; mais aussi longtemps que vous serez convaincus que c’est l’égoïsme des
autres qui vous vole votre joie, vous resterez prisonniers de votre propre purgatoire.

Le bonheur est cet état intérieur de satisfaction parfaite qu’est la joie et la paix, et duquel tout désir
est éliminé; le contentement résultant de la satisfaction d’un désir est bref et illusoire, et toujours
suivi d’une demande accrue de gratification. Le désir est aussi insatiable que l’océan, et crie de
plus en plus fort lorsque ses demandes sont satisfaites. Il demande de ses dévots des services de
plus en plus grands jusqu’à ce que ceux-ci se retrouvent angoissés et souffrants. Le désir est la
région de l’enfer et de ses tourments. L’abandon des désirs c’est l’arrivée au ciel où tous les délices
possibles attendent le pèlerin.

www.masssosantebeauport.com
28
Le ciel et l’enfer sont des états intérieurs. Coulez dans votre ego et ses gratifications et vous
coulerez en enfer; élevez-vous au-dessus de l’ego jusqu’à l’état de conscience qui consiste à l’oubli
de celui-ci et vous entrerez au paradis. L’ego est aveugle, sans jugement, sans vraie connaissance
et mène toujours à la souffrance. Une perception correcte, un jugement non biaisé, et une vraie
connaissance appartiennent seulement à l’état divin et, à moins que vous réalisiez cette conscience
divine, vous ne saurez pas ce qu’est le bonheur. Aussi longtemps que vous persisterez à chercher
un bonheur égoïste, le bonheur vous fuira, et vous sèmerez des graines de misère. Le bonheur
viendra à vous dans la mesure où vous serez capables de vous oublier dans le service des autres,
et ainsi vous récolterez une moisson heureuse.

Accrochez-vous à votre ego et vous vous accrocherez à la peine. Laissez tomber votre ego et vous
entrerez dans la paix. Le chercher égoïstement n’est pas seulement perdre le bonheur mais aussi ce
que nous croyons en être la source. Voyez comment le glouton est toujours à la recherche d’une
nouvelle nourriture pour satisfaire son insatiable appétit et comment il gobe tout avec plaisir. Par
contre, celui ou celle qui a maîtrisé son appétit et qui non seulement ne recherche pas mais ne
pense même pas au plaisir de manger, trouve délicieuse la nourriture la plus frugale. La forme de
bonheur que les gens recherchent à travers les yeux de l’ego et croient trouver dans la satisfaction
de leurs désirs, se révèle toujours être le squelette de la misère. En vérité « Celui qui cherche sa vie
la perdra et celui qui perd sa vie la trouvera. »

Le bonheur viendra à vous quand vous cesserez de vous accrocher et que vous abandonnerez.
Quand vous serez prêts à perdre, sans réserves, les choses impermanentes qui vous sont chères et
qui de toutes façons vous seront enlevées un jour, vous verrez que ce qui vous semblait une
terrible perte s’avère un gain suprême. Abandonner dans le but de gagner est source d’illusion et
de misère; mais avoir la volonté de céder et souffrir de cette perte c’est la Voie de la Vie.

Comment est-il possible de trouver le vrai bonheur en se centrant sur des choses qui de par leur
nature sont temporaires? Le bonheur permanent ne peut être trouvé qu’en se centrant sur ce qui
est permanent. Élevez-vous au-dessus de la recherche des choses temporaires et vous entrerez
dans la conscience de l’Éternel. En vous élevant et en cheminant de plus en plus dans un esprit de
pureté, d’oubli de soi et d’amour universel, vous deviendrez centrés dans cette conscience et vous
réaliserez un bonheur qui ne pourra jamais vous être enlevé.

Le cœur qui a appris à s’oublier par amour pour les autres non seulement trouve le bonheur mais
accède aussi à l’immortalité car il a réalisé l’unité avec le Divin. Analysez votre vie et vous
trouverez que les moments de pur bonheur que vous avez vécus sont ceux où vous avez fait
preuve de compassion et d’amour inconditionnel.

Spiritualité, bonheur et harmonie sont synonymes. L’harmonie est un aspect de la Grande Loi
dont l’expression est l’amour. Égoïsme égale discorde et être égoïste c’est ne pas être en harmonie
avec l’Ordre divin. Quand nous réalisons l’amour universel en niant notre ego, nous nous mettons
en harmonie avec la musique divine et nous connaissons le bonheur.

Les hommes et les femmes se ruent partout afin de trouver le bonheur et ne le trouvent pas; ils ne
se rendent pas compte que le bonheur est à l’intérieur d’eux et autour d’eux, remplissant l’univers,
et que par leur recherche égoïste ils se ferment à lui.

www.masssosantebeauport.com
29

Sacrifiez ce qui est personnel et temporaire et vous vous élèverez immédiatement vers ce qui est
impersonnel et permanent. Renoncez à cet ego qui tente de soumettre toute chose à son propre
intérêt et vous entrerez dans la compagnie des anges et au coeur même de l’amour universel.
Tentez de vous oublier pour soulager la peine des autres et le bonheur divin vous émancipera de
toute souffrance. « En faisant le premier pas avec la bonne pensée, le second avec le bon mot et le
troisième avec la bonne action, je suis entré au Paradis. » Vous pouvez aussi entrer au Paradis en
suivant le même chemin. Ne cherchez pas plus loin, Il est ici. Il se réalise simplement en cessant
d’être égoïste. Seuls les cœurs purs le connaissent complètement.

Si vous n’avez pas atteint ce bonheur, vous pouvez commencer par viser l’idéal de l’amour
inconditionnel et aspirer à l’atteindre. L’aspiration et la prière c’est le désir tourné vers le haut.
C’est l’âme qui se tourne vers sa Source divine, le seul endroit où il est possible de trouver une
satisfaction permanente. En aspirant au mieux, les forces destructrices du désir sont transmutées
en énergie divine.

A mesure que vous vous libérerez de votre ego, que vous briserez une à une les chaînes qui vous
retiennent, vous réaliserez la joie de donner, au lieu de la misère de vouloir toujours vous emparer
de tout; de donner votre substance, votre intelligence, votre amour et la lumière qui grandissent à
l’intérieur de vous. Vous réaliserez alors à quel point il est meilleur de donner que de recevoir. Le
don doit venir entièrement du cœur sans attente de retour. Le cadeau d’un amour pur est toujours
reçu avec joie. Si, après avoir donné, vous êtes blessés parce qu’on ne vous remercie pas ou qu’on
ne vous flatte pas et qu’on ne met pas votre nom dans les journaux, vous saurez que votre don
était motivé par la vanité et non par l’amour. Vous avez donné dans le but de recevoir; alors vous
n’avez pas réellement donné, vous vouliez plutôt prendre.

Oubliez-vous pour le bien-être des autres; oubliez-vous dans tout ce que vous faites, c’est le secret
d’un bonheur sans limites. Surveillez-vous pour ne pas tomber dans l’égoïsme et vous atteindrez
le plus grand bonheur qui soit et vous connaîtrez la joie et l’immortalité.

www.masssosantebeauport.com
30

CHAPITRE VII
LA DECOUVERTE DE LA PROSPÉRITÉ

Il est donné seulement au cœur intègre, confiant, généreux et aimant de connaître la vraie
prospérité. Le cœur qui ne possède pas ces qualités ne peut connaître la prospérité car la
prospérité, comme le bonheur, n’est pas une possession extérieure, mais une réalisation intérieure.
L’homme cupide peut devenir millionnaire, mais il sera toujours méchant, grippe-sous et pauvre
et se verra toujours comme pauvre aussi longtemps qu’il existera dans le monde quelqu’un de
plus riche que lui. Celui qui est aimant, généreux et honnête sera pleinement prospère même s’il
n’a pas de grandes possessions. Le pauvre est insatisfait, celui qui se contente de ce qu’il a est riche
et, celui qui est généreux avec ce qu’il a, est encore plus riche.

Quand on regarde le fait que l’univers déborde de bonnes chose, matérielles autant que
spirituelles, et que nous comparons cela avec l’envie d’une personne de ramasser quelques pièces
ou quelques acres de terre, c’est là qu’on réalise combien l’égoïsme est sombre et ignorant; c’est là
qu’on se rend compte à quel point l’égoïsme est auto destructeur. La nature donne tout, sans
réserve, et ne perd rien; celui ou celle qui cherche à tout s’accaparer perd tout. Si vous voulez
réaliser la vraie prospérité, ne vous laissez pas avoir par la croyance que si vous faites le bien tout
va aller mal. Ne laissez pas le mot compétition ébranler votre foi en la suprématie de l’honnêteté.
Connaissant la Loi de la vie, j’éprouve un grand malaise face à la malhonnêteté car je sais qu’une
destruction certaine attend ceux qui s’y adonnent.

En toutes circonstances, faites ce que vous croyez être juste et faites confiance à la Loi. Faites
confiance au Pouvoir divin qui est immanent à tout l’univers et il ne vous fera jamais défaut; vous
vous sentirez toujours protégés. Par cette confiance, toutes vos pertes seront transformées en gain
et tout ce qui vous menace sera transformé en bénédiction. Ne vous départissez jamais de votre
intégrité, de votre générosité et de votre amour, car ces qualités couplées avec l’énergie vous
amèneront à la vraie prospérité. Ne pensez pas seulement à votre propre confort car un jour tout le
monde vous désertera et quand vous serez dans le besoin il n’y aura personne pour vous aider.
Ouvrez votre cœur aux autres et une joie et une prospérité durables viendront à vous. Il y a des
gens qui défient toute compétition par le seul pouvoir de leur intégrité et de leur foi et ceux qui
veulent les abattre connaissent la défaite.

Les qualités intérieures qui font de quelqu’un une bonne personne sont pour elle une armure et
acquérir ces qualités c’est construire un succès immuable et entrer dans une prospérité qui durera
toujours.

France Tanguay
25 août 2010

www.masssosantebeauport.com