Vous êtes sur la page 1sur 119

(DéDat6

VIOLENCE DE LA
RENTE PÉTROLIÈRE
Algérie - Irak - Libye

Lui6 Martinez

(DéJjaJ~
VIOLENCE DE LA
RENTE PÉTROLIÈRE
~ SciencesPo.
~ Les Presses

Catalogage Électre-Bibliographie (avec le concours de la Bibliothèque


de Sciences Po)
Violence de la rente pétrolière : Algérie - Irak - Libye 1 Luis Martinez -
Paris: Presses de Sciences Po, 2010 (Collection Nouveaux Débats; 21)
À mon père
ISBN 978-2-7246-1162-5
RAMEAU:
- Rente pétrolière: Algérie
- Rente pétrolière: Libye
- Rente pétrolière: Irak
- Industrie pétrolière: Aspect politique: Algérie
- Industrie pétrolière: Aspect politique: Libye
- Industrie pétrolière: Aspect politique: Irak
DEWEY:
- 320.7-610 : Conjoncture et conditions politiques- Afrique du Nord
- 333.4 : Economie des ressources souterraines
Public concerné: Public intéressé

La loi de 1957 sur la propriété intellectuelle interdit expressément la pho-


tocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit (seule la photocopie
il usage privé du copiste est autorisée). Nous rappelons donc que toute repro-
duction, partielle ou totale, du présent ouvrage est interdite sans autorisation
de l'éditeur ou du Centre français d'exploitation du droit de copie (CFC, 3, rue
Hautefeuille, 75006 Paris).

" 20lD, PRESSES DE LA FONDATION NATIONALE DES SCIENCES POLITIQUES


·
ornmrure
Remerciement6 9

Introduction
LE BONHEUR N'EST PAS DANS LES CHAMPS PÉTROLIFÈRES 11

Chapitre 1 27
LA CAPTURE DE LA RENTE 27

Révolution, nationalisation et socialisme 27

Contrôle de la rente 31
Irak: rente pétrolière et parti Baath (1968-1980) 36

Libye: coup d'État et révolution (1969) 40


Algérie: socialisme et industrialisation 43
Abondance financière et • potentiel despotique» 49
Qui contrôle la rente? 54
Conclusion 61

Chapitre 2
LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLIÈRE 63

La recherche des attributs de la puissance 64


L'envolée des dépenses militaires 67
La Libye: une caserne à ciel ouvert 68
L'Irak: «Ie défenseur des Arabes» 73
Algérie: le développement d'abord, le Maroc après 76
Le contrechoc pétrolier: la fm des illusions 80
Une libéralisation économique improvisée 81
La rente pétrolière favorise-t-elle
l'écrasement des révoltes? 85
Conclusion 99
8 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE

Chapitre 3
RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 101

Un contexte favorable à la transformation


des régimes 101
Remerclement6
Irak: embargo total et fin de 1'«État solide» 106
Libye: embargo partiel
et déraillement de la révolution 110
Je remercie le Centre.d'études et de recherches internationales
Algérie: condamnation morale III' la Fondation nationale des sciences politiques pour son soutien
du régime des généraux 114 rnnstant dans mes recherches. Je remercie Jean-François Lisée,
Des économies en faillite 118 directeur du Cerium et Philippe Faucher, directeur du département
Bienfaisance et allégeance 121 dl' sciences politiques de l'Université de Montréal, pour leur cha-
La reconsolidation mafieuse des régimes 124 h-ureux accueil au cours de mon séjour à Montréal (2007-2008)
Conclusion 133 qui m'a permis d'approfondir et de discuter mes recherches.
Cc livre est issu de mon mémoire d'habilitation à diriger des
Chapitre 4
1'(' herches. J'exprime ma gratitude à Michel Camau, directeur de
LE RETOUR INESPÉRÉ DE l'ABONDANCE FINANCIÈRE 137
Illon HDR (habilitation à diriger des recherches), pour ses critiques
Un troisième choc pétrolier salvateur:
et remarques. Je remercie également pour leurs suggestions et
reconstruction étatique et nationale 140
commentaires Jean-Noël Ferrié, Eberhard Kienle, Amélie Blom,
Algérie: réconciliation nationale et retour de l'État 143
llaudouin Dupret et Jérôme Sgard. Un grand merci à François
Libye: que faire de la révolution? 153
Hafoil pour son soutien et ses encouragements. Mes remerciements
Irak: violence de la reconstruction
1\ Sylvie Haas pour sa lecture attentive, à Dorian Ryser pour son
étatique et nationale 162
ulde à la documentation et à Miriam Perier pour ses traductions.
Un renouveau fragile 170

Conclusion 173

Chapitre 5
ALGÉRIE ET LI8YE À L'ÉPREUVE
DE LA POLIT lOUE EUROPÉENNE DE VOISINAGE 175

La construction d'un marché de l'énergie 181

La construction d'une stratégie de sécurité 187


Marché de l'énergie et stratégie de sécurité:
que devient l'intégration régionale? 192

Les limites de la politique européenne 198


Conclusion 207

Conclu6ion 211

Bibliographie 217
Introduction
Le bonheur n'est pas
daru. let> champt> pétroliûèret>

Dotés de ressources en hydrocarbures considérables', l'Algérie, la


Libye et l'lrak ont dilapidé, entre 1970 et 2000, - avec les meilleures
intentions - l'essentiel de leurs revenus dans des projets écono-
miques et militaires aux conséquences désastreuses. Exténués et
ruinés après trente années d'expérimentations hasardeuses, ces trois
pays redécouvrent avec le troisième choc pétrolier (2003-2008)2
les avantages de la richesse passée. Curieusement, ce dernier n'a
pourtant pas suscité l'enthousiasme attendu, à la différence des
deux chocs précédents (1973, 1979). Si, il Y a quelques décennies,
l'or noir s'apparentait à l'arme de destruction massive qui devait
permettre la victoire sur le sous-développement, l'impérialisme
et le sionisme, force est de constater qu'en 2008 les propos sont
bien tièdes, alors même que le prix du baril frôle les 150 dollars.
Que s'est-il passé? La magie du pétrole s'est-elle dissipée?
L'Algérie, la Libye et l'Irak font alors preuve d'une prudence
inaccoutumée face à ce bénéfique tsunami financier qui a permis
en cinq ans d'accumuler de considérables réserves en dollars (en

1. L'Irak détient la 3' réserve mondiale prouvée de pétrole (J 15 mil-


liards de barils en stock, 1,5 million de barils par jour); la Libye,
8' réserve mondiale prouvée de pétrole (41 milliards de barils en
stock, 1,6 million de barils par jour) ; l'Algérie, 17' réserve prouvée
de pétrole (12 milliards de barils en stock, 1,9 millioll de barils par
jour), 6' producteur mondial de gaz et 4' exportateur mondial de gaz.
Énergie information administration, 2007-2008; P. Zetenko, C-A.
Paillard et C. de Lestanqe, Géopolitique du pétrole, Paris, Technip,
2005.
2. J.-M. Chevalier, The New Energy Crisis: Climate, Economies and
Geopolitics. Londres, New York, Palgrave Macmillall, 2009.
12 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE INTRODUCTION 13

2008, 140 miJliards de dollars pour l'Algérie, 100 pour la Libye up rieurs à ceux de l'Algérie (0,1 Ofo), de l'irak et de la Libye".
et 40 pour l'Irak'}, En fait, et ce dès le début de la décennie, les Ainsi, en 2004, le pm de la Libye (29,1 milliards de dollars) est
populations pensent que le pétrole est une malédiction. De 1970 peine supérieur à celui de la Tunisie (28,2 milliards de dollars),
à 2000, la rente pétrolière a produit un effet de richesse plus relui de la Syrie (24 milliards de dollars) supérieur à celui de l'Irak
qu'un développement économique. Aussi, face à une surprenante (21,1 milliards de dollars)? Seul le pm de l'Algérie (80 milliards
opulence financière retrouvée, nombre de gens évaluent son 1'11 2004) est supérieur à celui du Maroc (50 milliards dollars).
retour avec circonspection. Certes, la montée du prix du baril de C 'pendant, en 2000, un rapport du Conseil national économique
pétrole depuis 2003 a sorti les régimes algérien, irakien et libyen l'l social" souligne que 19 % de la population, soit près de 6 mil-
de l'opprobre dont ils sont l'objet depuis la décennie 1990 et lions de personnes, vivent dans la pauvreté. De même, il pointe la
les a propulsés au rang de marchés attractifs. Pour autant, cette v ritable menace que représente un taux de chômage variant entre
nouvelle manne financière ne réveille pas parmi les populations .l2 0/0 et 28 DIo. En Irak, les dernières années du règne de Saddam
la croyance dans l'illusion pétrolière. Pour le «peuple », le bonheur Hussein se caractérisent par un véritable drame humanitaire, une
ne réside plus dans les champs pétrolifères. Si, depuis le début de ci 'composition de la société, tandis que la dureté de l'embargo
la décennie 1970, ces pays ont bénéficié d'une rente pétrolière, mettait l'<<État en danger?». En Libye, la situation sociale n'a
cela n'a pas amélioré de façon particulière le bien-être de leurs cessé de se dégrader tout au long de la décennie 1990. Le taux
habitants, du moins pas plus que dans les régimes autoritaires non de chômage est estimé à II Ofo en 2000 par le gouvernement, mais
pétroliers. Les indicateurs de développement humain de l'Algérie, nombre d'observateurs l'évaluent en réalité à près de 30 Ofo.Dans
de l'Irak et de la Libye ne se distinguent pas particulièrement de 1I n tel contexte, marqué par une absence totale de perspective,
ceux de la Tunisie, du Maroc ou de la Syrie. En 1992, la Syrie la majorité des jeunes gens ne pense qu'à émigrer. À la veille du
était classée 79" tandis que l'Irak était 100', la Libye 26' quand troisième choc pétrolier, les marges de manœuvres financières des
la Tunisie était 27', l'Algérie 109' juste devant le Maroc III'. En gouvernements sont limitées en raison de la dette. En Algérie, le
2000, le Maroc consacrait 4,8 DIo de son produit intérieur brut service de la dette absorbe, en 2000, l'équivalent de 47,5 % des
(pm) aux dépenses de santé là où l'Algérie en dépensait 3,5 Ofo, ressources extérieures! En Irak, la dette avoisine les 100 milliards
et la Tunisie 5,6 Ofocontre 3,5 Ofoen Libye'. Comme le souligne de dollars. En Libye, ce n'est pas l'endettement qui inquiète, mais
A. Mebtoul, ce classement ferait reculer de 20 points un pays le niveau de l'inflation qui, au cours de la décennie 1990, avoi-
comme l'Algérie (mais également l'Irak et la Libye) si le PIE était sine avec les 200 OfoiO!Face à un tel bilan, Mouammar Kadhafi
calculé hors hydrocarbures'. L'Algérie, classée à la 102' position se demande si cela valait «la peine dans ces conditions de faire
(sur 177) en 2005-2006, serait ramenée à la 153' place! des sacrifices pendant quarante ans ... Malheureusement, ceux qui
De plus, entre 1974 et 2004, les taux de croissance annuelle du
Maroc (1,4 Ofo),de la Tunisie (2,3 Ofo)et de la Syrie (1,1 DIo) étaient
6, Rapport mondial sur le développement humain 2006, p. 332; le
PIB de [a Libye, entre 1982 et 1992, a été de
- 6,7. Note 2002, The Wor[d Bank Group, http://wlVlV,wor[dbank.org
7.IMF, 23 décembre, 2005, http://www,imforg
3. Business Monitor International, 1" septembre 2008. 8. Conseil natio/lal économique et social, http://www.u.niceforg
4. Rapport mondial sur le développement humain, chapitre Il, IDH, 9. Titre du rapport du groupe d'amitié franco-irakien du Sénat, mis-
2005, p. 33. sion du 18 au 23 juin 2001.
5.A. Mebtoul: «Pour l'amélioration du rapport de 2008 du Conseil éco- 10, «Les effets de l'embargo sur les finances extérieures de la Libye.,
nomique et social algérien sur l'WH., El Khabar, 14 septembre 2009. Marchés tropicaux, 11 septembre 1998.
14 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLItRE INTRODUCTION 15

ont mené la révolution ne sont ni des savants ni des experts. Ce de démocratie", Un schéma plus sophistiqué montre comment
ne sont que des simples révolutionnaires. Certains parmi nous ne l'exploitation de ressources abondantes dans un État doté de
savaient même pas lire et écrire! D'autres n'avaient même pas de faibles institutions démocratiques est à même de produire des
diplôme secondaire. Nous n'étions que de simples sous officiers effets pervers irréversibles". Enfin, le pétrole et plus généralement
analphabètes! Il '. les ressources naturelles et les matières premières s'imposent aussi
Grâce au prix du baril de pétrole, ces pays ont pu afficher, comme la cause première de la violence et des guerres civiles".
entre 1973 et 1985, des taux de croissance élevés permettant par- En réaction à ces travaux perçus comme réducteurs du point de
fois de doubler leur PIE. Mais sur la durée, cette richesse ne s'est vue analytique, une littérature critique a souligné l'impossibilité
pas matérialisée en un surcroît de bien-être pour les populations. de ramener à une seule variable causale des phénomènes aussi
Quels sont donc les facteurs explicatifs de ce paradoxe? La thèse complexes que la violence, les guerres civiles et l'absence de
de la malédiction des ressources permet-elle de comprendre la démocratie!".
trajectoire de ces trois pays? Comment expliquer alors que la vente À l'instar des autres membres de l'Organisation des pays
des hydrocarbures ne nuise pas à la Norvège par exemple!"? De exportateurs de pétrole (OPEP), l'Algérie, la Libye et l'Irak ont
même, pourquoi l'Indonésie est-elle parvenue à échapper à cette connu, entje 1970 et 2000, une croissance économique infé-
malédiction" et à rejoindre le club des «démocraties pètrolières'!», rieure à la croissance mondiale, confirmant ainsi la faiblesse des
tandis que l'Algérie, l'Irak et la Libye y ont échoué? performances d'une économie rentière. Quasi dépendants des
exportations d'hydrocarbures, ces pays vont non seulement pâtir
- À la recherche de la malédiction des ressources des fluctuations du marché mondial de l'énergie mais aussi voir
leur marché national se réduire à un entrepôt constitué de biens
L'abondante littérature sur la malédiction du pétrole cherche à
et de produits importés. Sur le plan politique, ces trois pays (pour
répondre au paradoxe entre l'abondance de ressources naturelles
l'Irak jusqu'en 2003) sont confrontés au «syndrome autoritaire»
et la faiblesse des performances économiques. Cette thèse est
née dans les années 1970 à partir du cas hollandais, caractérisé
par un effondrement de l'industrie manufacturière à la suite des 15. Pour une synthèse critique des travaux sur ce thème, voir
exportations de gaz renchérissant le coût de la main-d'œuvre L. Wantcllekon, «Why do Resource Abundant Countries Have
et surévaluant le florin. Elle a alimenté une riche réflexion sur Authoritarian Governments ?. New Haven (COIIII.), Yale CIAS,
l'. État rentiers, l'un des facteurs explicatifs majeurs de l'absence novembre 1999; Y. Matsunaga, .L'État relltier est-il réfractaire à la
démocratie ?', Critique internationale, 8,juillet 2000; M. L. Ross, .Does
Oil Hillder Demoeracy? World Polities, 53 (3), 2001, p. 325-361.
16. T. Karl. The Paradox of Plenty: Oil Booms and Petre-States,
II. Discours de M. Kadhafi devant le Congres Général du Peuple, Berkeley (Calif.), University of Califomia Press, 1997.
en janvier 2000. 17. P. Collier.• Doing weil out of War: an Economie Perspective»,
12. L. Wantcllekon, • Why do Resource Abundant Counmes Have dans M. Berdal et D. Malone [eds}, Greed and Grievance: Economie
Authoritariaa Govenlmen ts ?', Yale University, 15 octobre 2002; Agendas in Civil Wars, Boulder (Colo.), Lynne Rienner, 2000;
O. Listhauq, «Gi! Weath Dissatisfaction and Political Trust in Norway: P. Collier et A. Hoeffler, .On tlze Incidence of Civil War ill Africa»,
A Resource Curse r», West European Politics, 28 (4), 2005, p. 835. Journal Of Confliet Resolution, 46 (I), 2002.
13. A. Rosser, •Escaping the Resource Curse: The Case of Indonesia >, 18.J. Di John, .Dil Abundance and Violent Politieal Conj1ict: A criti-
Journal of Contemporary Asia, 37 (1) février 2007, p. 38-58. cal Assessment s, Journal Of Development Studies, 43 (6), août 2007,
14. P. Collier and A. Hoeffier, «Démocraties pétrolières», Afrique p. 961 -986; M. L. Ross, • Wllat do we knolV about Natural Resources
contemporaine, 216, 2005. and Civil War?, Journal of Peace Researeh, 41 (3) 2004.
18 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLlËRE INTRODUCTION 19

Production et réserves et de pétrole et de gaz (2008) un effondrement des régimes autoritaires: • Une des conclusions
des recherches sur la transition démocratique est que les régimes
en % du total
autoritaires ont de plus fortes probabilités de s'effondrer au cours
de crises économiques ... Cependant, l'analyse plus approfondie des
Production effondrements de ces régimes [...] révèle l'absence douteuse d'un
Pétrole

~~~~F~~ 1~~~§~~1
Gaz type d'États pourtant en crise économique: les États pètroliers".»
A. Saoudite
Russie
Ëtats-Unls
Iran
Chine
Mexique
t Russie
Ëtats-Unis
Canada
Iran
Norvège
rrr:
Algérie IIII!I
:
.
:
B. Smith observe que plus un régime contrôle les ressources pétro-
lières, plus il est assuré de garder le pouvoir indépendamment de
la situation économique et sociale qui prévaut, observation ample-
ment confirmée par les exemples libyen, irakien et algérien. Cette
Canada A. Saoudite ~
ËAu Qatar capacité à survivre aux crises économiques et politiques permet
Kowe~ Chine
Venezuela Indonésie
aux organisations et institutions, édifiées durant le boom pétrolier,
Irak
Norvège
Royaume-Uni de surmonter «les temps difficiles». En fait, les revenus pétroliers
Pays-Bas
Nigeria Turkménistan procurent aux régimes plus de moyens financiers nécessaires à
Brésil Malaisie
Angola leurs stratégies de maintien au pouvoir". Cela dit, les modalités
Ouzbékistan
Libye Ëgypte de survie des régimes sont nombreuses, de la Corée du Nord au
Algérie
Mexique
Royaume-Uni ËAu Zimbabwe, elles infirment l'hypothèse d'une longévité inhérente
Kazakhstan
Argentine à la seule rente pétrolière" !
Qatar
Trinldad
10 15 etTobago
10 15 20
- Révolution nationale et richesse pétrolière
Réserves
Pétrole Gaz
En fait, la capacité de survie des régimes autoritaires n'est pas la

A. Saoudite
Iran
Irak
~~~f'=~
E Russie
Iran
caractéristique des seuls régimes autoritaires pétroliers". L'Algérie,
l'Irak et la Libye se distinguent des autres régimes autoritaires,
Qatar~~~:i
Koweit Turkménistan pétroliers comme non pétroliers, par les conditions historiques qui
Venezuela A. Saoudite
ËAu Ëtats-Unis
ont permis, dans les années 1970, la capture de la rente par des
Russie ËAu organisations politiques révolutionnaires. D'autres pays autoritaires
Libye Nigeria
Kazakhslan Venezuela
Nigeria Algérie
Ëtats-Unis Indonésie 27. B. Smith, «The Wrong Kind of Crisis : Wl1y Oil Booms and Busts
canada Irak
Qatar Rareiy Lead to Authoritarian Breakdoum», Studies in Comparative
NOIvège
Chine Australie International Development, 40 (4), hiver 2006, p. 55.
Angola Chine 28. K. Morrison, «Oi), NOIl Tax Revenue and the Redistributiollal
Brésil Malaisie
Algérie Ëgypte Foulldations of Regime Stubility». International Organization, 63,
Mexique Kazakhstan 2009, p. 108.
Norvège Koweit
Azerbaïdjan 29. M-A. Legrange et T. Vircoulon, «Zimbabwe: réflexions sur la dicta-
canada
tO 15 20 25 10 15 20 25
ture durable», Politique étrangère, 3, 2008, p. 653-666.
30. E. Bellin, .The Robustness of Authoritarianism in The Middle
East: Exceptionalism ill Comparative Perspective», Comparative
Source: BP Statistical Review of Wo~d Energy, juin 2009
Politics, 36 (2), 2004.
16 VIOLENCE DE LA RENTE P~TROLlÈRE INTRODUCTION 17

observable dans l'ensemble des pays arabes, producteurs de pétrole comme par exemple l'absence d'État de droit".», L'absence de
ou non 19. Ils ne se distinguent donc pas des autres pays de la mécanisme démocratique de redistribution de la rente pétrolière
région. En revanche, ils s'en différencient par I~ur rapport à la devient déterminant. Néanmoins, en étudiant vingt-deux États
violence, en particulier par le développement de conflits, voire de producteurs de pétrole entre 1960 et 1999, M. Ross observe que
guerres civiles. Les travaux de Collier et de Hoeffler soulignent, 1reize ont fait face à des mouvements séparatistes, précisément
par exemple, qu'entre 1960 et 1999, soixante-dix-neuf guerres dans des régions où existent des réserves pétrolières". À cette
civiles ont eu lieu dans des pays dotés de ressources naturelles corrélation, une sociologie historique des conflits souligne que
abondantes: • L'impact des exportations de matières premières • l'avidité des rebelles» n'est pas alimentée seulement par le
sur le développement d'un conflit est hautement significatif. Le profit. La violence des mouvements séparatistes serait plutôt un
danger culmine lorsque les exportations de matières premières Instrument de régulation, voire de négociation, avec les autorités.
représentent 33 % du pm, le risque de guerre civile est de 22 %, Le Nigeria conforte cette hypothèse: au cours des trente-cinq
alors que pour un pays qui n'exporte pas de matières premières, dernières années, les revenus cumulés ont atteint la somme de
il est de 1 %'0.» L'hypothèse d'une corrélation entre ressources 50 milliards de dollars, et pourtant 70 % de la population vit
naturelles et guerre civile est étayée par d'autres travaux. Cette avec moins de un dollar par jour tandis que 80 % des revenus
approche économiste est celle qui retiendra l'attention des insti- du pétrole ne bénéficient qu'à 1 % de la population. Aussi, les
tutions internationales à la recherche de solutions. Elle propose populations vivant dans les régions pétrolières du Delta soutien-
une explication simple des causes des conflits et de leur durée, nent le mouvement séparatiste Mouvement d'émancipation du
mais les arguments sont en réalité peu convaincants". La thèse de delta du Niger (MEND)".
la malédiction des ressources a soulevé de nombreuses critiques. À J'opposé des partisans de la thèse de la malédiction des res-
Non seulement elle simplifie à outrance des phénomènes aussi sources, les travaux de Benjamin Smith soulignent que la rente
complexes que les conflits et les guerres civiles, mais surtout elle pétrolière contribue à la longévité de ces régimes". Il introduit
réduit les facteurs historiques et politiques à un rôle explicatif un rapport statistique entre richesse pétrolière et instabilité poli-
marginal au regard des déterminants économiques", aussi centraux tique, celle-ci étant le résultat de la fluctuation des prix du baril
soient-ils. Comme le souligne M. Ross: «La corrélation ressources de pétrole. Mais cette instabilité politique, dans un contexte de
naturelles-guerre civile peut être fausse: la guerre civile comme la crise financière et économique, ne débouche pas forcément sur
dépendance énergétique peuvent résulter, de manière indépendante,
d'un troisième facteur qui n'aurait pas été pris en considération, 23. M. L. Ross, • What do we Knoui abou.t Natural Resources and
Civil War?, Journal of Peace Research, 41 (3),2004, p. 342.
24. M. L. Ross, .A Closer Look ut Oil, Diamonâs, and Civil Wa,.,
19. M. Camau et V. Geisser, Le Syndrome autoritaire, Paris, Presses Annual Review of Political Science, 9, 2006, p. 288.
de Sciences po, 2003; P. Droz- Vincent, ,Quel avenir pour l'autori- 25. A. Oyefusi, .Oil and Probability of Rebel Participinq amonq
tarisme dans le monde arabe», RFSP, 54 (6), décembre 2004. Youths in the Niger Delta of Niqeria», Journal of Peace Research 45
20. P. Collier et A. Hoe.ffler, «Gried and Grieuance in Civil War.,
(4), 2008; D. C. Bach, «Niqeria : paradoxes de l'abondance et démo-
Oxford Economie Papers, 56 (4), 2004, p. 588.
cratisation en trompe-t'ait», Afrique contemporaine, 219, 2006,
21. Di John, «Dil Abundance and Violent Political Conflict», art. p. 121; P. Sébille-Lopez, <Les hydrocarbures au Nigeria et la redis-
cité, p. 80.
tribution de la rente pétrolière», Afrique contemporaine, 216, 2005.
22. R. Marchal et C. Messiant, «De l'avidité des rebelles. L'analyse 26. B. Smith, «Gi! Wealth and Regime Suruiual ÙI the Developing
économique des conflits par Paul Collier», Critique internationale, World, 1960- 1999., Arnerican Journal of Political Science, 48 (2),
16, juin 2002.
avril 2004, p. 232.
20 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE INTRODUCTION 21

sont dirigés par des organisations ou partis révolutionnaires, mais ce travail vise donc également à enrichir le débat actuel sur le
ils ne disposent pas de la manne pétrolière. La Syrie de «Assad syndrome autoritaire dans le monde arabe. La littérature poli-
à Assad» est dirigée par le Baath, à l'instar de l'Irak de Saddam tique sur la démocratie et l'autoritarisme, fort heureusement,
Hussein, mais n'a jamais eu les moyens - si ce n'est au Liban - ne néglige plus le monde arabe: • Le monde arabe est plus que
de ses ambitions militaires. Aussi peut-on considérer que son jamais présent dans les comparaisons sur les transformations
«potentiel destructeur. est demeuré limité en comparaison avec des régimes".» Mieux, elle pose à présent un questionnement
son voisin irakien". En Algérie, en Irak et en Libye, au contraire, novateur sur le «dérapage démocratique. des régimes autoritaires
la rente pétrolière va permettre à des régimes révolutionnaires qui permet d'appréhender la vulnérabilité des régimes face aux
de réaliser leurs projets et de nourrir leurs ambitions de moyens pressions politiques". Il s'agit d'analyser désormais le rôle de la
conséquents. Ce travail fait donc l'hypothèse que la trajectoire rente pétrolière dans «la question des conditions par lesquelles
politique violente ainsi que l'échec économique de ces régimes sont l'autoritarisme, et plus précisément l'autocratie se maintient à
le résultat d'une combinaison entre la dynamique révolutionnaire travers les changements même qu'elle met en œuvre" •.
originelle et la richesse pétrolière inattendue. Le moment déclencheur de la dynamique de destruction a
Les hydrocarbures sont-ils alors un cadeau empoisonné? réellement commencé avec le premier choc pétrolier de 1973
L'exemple des pays analysés dans ce texte semble valider cette qui a multiplié de façon exponentielle les revenus des gouver-
hypothèse: l'Algérie, l'Irak et la Libye sont des victimes de la nants. Ces derniers disposent alors des moyens financiers qui
malédiction du pétrole! Après tout, nombre des symptômes recen- leur avaient fait défaut jusque-là et qui les avaient contraints à
sés par les partisans de cette théorie se retrouvent dans ces pays: réviser à la baisse leurs ambitions régionales et à accorder plus
violence, guerre, autoritarisme, pauvreté, échec économique". d'attention au niveau national. Ce n'est qu'après 1973 que s'ob-
Pourtant, cette corrélation mécanique ne résiste pas toujours à serve une dynamique où priment la domination intérieure par
l'analyse historique et politique: la rente pétrolière est-elle le les organisations révolutionnaires et surtout une personnalisation
facteur explicatif de la trajectoire dramatique de ces pays ou exacerbée du pouvoir. Ainsi, la trajectoire de ces pays ne résulte
n'a-t-elle qu'amplifié le potentiel destructeur de ces régimes? pas de l'économie rentière ou des ressources naturelles, mais bien
En d'autres termes, l'État-FLN (Front de libération nationale), de la rencontre historique entre la montée du prix du baril de
le Baath irakien et la Jamahiriya libyenne auraient-ils été plus pétrole après 1973 et le contrôle de l'État par des organisations
démocratiques sans la rente pétrolière? Rien dans les structures politiques caractérisées par une idéologie révolutionnaire et des
politiques de ces organisations ni dans le choix de ses dirigeants pratiques violentes de domination politique. L'abondance financière
ne permet de répondre par l'affirmative. inhérente au premier choc pétrolier a donc donné à ces régimes
En faisant l'hypothèse que la capture de la rente pétrolière par
ces autocraties a facilité l'application de leur potentiel destructeur,
33. M. Camau, • Globalisation démocratique et exception autori.taire
arabe., Critique internationale, 30, 2006, p. 59-82.
31. S. Heydemann, «D'Assad Ii Assad: la politique syrienne n'est 34. Jean-Noël Ferrié, «Enterinq the "Virtuous Circle" : The Strenqth.
pas un théâtre d'ombre., Critique internationale, 9, octobre 2000; of Democratie Designs in Egypt and Morocco», dans E. Kienle (eâ.),
E. Kienle, Ba'th YS Ba'th, Londres, Taurus, 1990. Economie Reform and the Reconstruction of Poli tics : The Arab
32. J. D. Sach, J. E. Stiglitz et M. Humphreys (eds), .What is World in a Period of Global Transformations, Londres, Saoi, 2003.
the Problem with Na tu ra1 Resource Wealth», dans J. D. Sach, 35. J-N Ferrié et J-C Santucci (âir.), Dispositifs de démocratisation
J. E. Stiglitz et M. Humphreys (eds), Escaping The Resource Curse, et dispositifs autoritaires en Afrique du Nord. Paris, CNRS, 2005,
New York (N. Y}, Columbia University Press, 2007. p. Il.
22 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE INTRODUCTION 1 23

les moyens qu'ils espéraient pour imposer leur hégémonie sur cadre juridique définissant les droits de propriété spécifiques", Ce
la scène politique, transformer leur société et élargir l'influence point est central: ce qui distingue les monarchies pétrolières du
de leur pays au niveau régional. Le premier choc pétrolier a Golfe (détentrices des principales réserves mondiales de pétrole)
donc eu pour conséquence la concentration du pouvoir dans des des républiques arabes socialistes pétrolières, c'est le mode de
cercles restreints, de plus en plus coupés de leurs bases sociales capture de la rente. La Libye d'avant le coup d'État de 1969
car aveuglés par une richesse aussi soudaine qu'imposante. Les semblait prendre le chemin paisible d'un émirat", l'Irak d'avant
révolutions socialistes et baathistes, loin de mener à «la libéra- le coup d'État de 1958 partageait des caractéristiques semblables
tion les individus des chaînes du passé», les ont conduits à des à celles des monarchies du Golfe", En Algérie, l'instauration du
régimes autoritaires faisant un usage particulièrement fréquent parti unique en 1963, suivi du coup d'État de 1965, a favorisé
de la violence. La rente pétrolière a exacerbé le nationalisme l'édification d'un régime autoritaire populiste". Mais la capture
algérien, décuplé les ambitions de la Jamahiriya libyenne et sonné de la rente par des mouvements révolutionnaires a provoqué une
le glas du Baath irakien en survalorisant sa puissance. Sans la alchimie politique particulièrement toxique entre des régimes
rente pétrolière, ces trois pays se seraient sans doute comportés autoritaires au potentiel destructeur et une abondance financière
comme le Maroc, la Tunisie, l'Égypte, voire la Syrie, à savoir un inhérente à la nationalisation du secteur des hydrocarbures: pro-
autoritarisme mesuré en raison ... de ressources limitées! Ainsi, jets démesurés, achats d'armement, ambition régionale, contrôle
ce n'est pas la rente pétrolière qui est une malédiction, mais exclusif de la rente, transformation des sociétés ... Le contrechoc
son usage. Il n'y a pas de sort jeté contre les États rentiers. En pétrolier (1986-2000), dans un contexte de réformes (modification
revanche, il y a péril en la nation si le régime autoritaire qui en des droits de propriété), a favorisé la naissance de régimes mafieux
fait usage est le produit d'un mélange d'une histoire coloniale caractérisés par une économie de pillage. Pour les populations,
non surmontée, d'une idéologie nationaliste exacerbée et d'une le coût du maintien des coalitions révolutionnaires et populistes
organisation politique d'encadrement de la société aux méthodes est difficilement supportable en comparaison avec les régimes
brutales. La rente pétrolière peut le conduire à un usage banal de autoritaires non pétroliers voisins comme le Maroc, la Tunisie
la violence et à un refus « maladif» de toute forme d'autocritique. et la Syrie. Car la rente pétrolière a permis la mise en œuvre de
En identifiant la construction de l'État à la révolution (et
non à la démocratie), ces régimes autoritaires ont associé leur 37. M. L. Ross, «The Political Economy of The Resource Curse s,
richesse pétrolière à une revanche contre l'histoire coloniale et World Politics 51 {2}, 1999, p. 12.
ses séquelles. Dotés de revenus considérables, ils ont pu à la fois 38. D. Vandewalle souligne que l'échec de la monarchie libyetme
mettre en œuvre une politique de développement, s'assurant a été, à la différence du Koweït et de l'Arabie Saoudite, de créer
ainsi une base sociale, et octroyer des privilèges aux «coalitions des alliances nécessaires à sa consolidation. De plus, l'exploitation
commerciale du pétrole, utile pour construire un système clientéliste,
autoritalres>» qui gouvernent et financent leur ambitieuse et coû-
a commencé seulement après 1961, dix ans après l'indépendance.
teuse politique régionale. Dans cette perspective, ce n'est pas tant
D. Vandewalle, Libya sirice Independence, Oil and State Building,
l'abondance des ressources pétrolières qui est le facteur explicatif lthaca (N. y'), Comell University Press, 1998, p. 59.
de leur trajectoire violente que l'usage qui en a été fait dans un 39.H. Bozarslan écrit: «Cette monarchie {J930-J958} tenta de mettre
en place une "démocratie bourgeoise", laquelle se révéla, même modes-
tement, intéqratiue des groupes dominés», dans - États, communau-
tés et marges dissidentes en lrak», Critique internationale, 34, 2007,
36. E. Picard, «Syrie: la coalition autoritaire fait de la résista1lce., p.20.
Politique étrangère, 4, 2005. 40.L. Addi. L'Impasse du populisme. Alger, Enat, 1990.
26 1 VIOLENCE DE LA RENTE PËTROLlÈRE

par des régimes révolutionnaires qui, en réalité, se sont tous


tra~sformés
dation.
de l'absence
dans
au gré du temps
Ce travail montre
de démocratie,
la violence:
en de véritables
que la rente pétrolière
ni le facteur explicatif
elle n'a été que la ressource
entreprises
n'est
de pré-
ni la
du basculement
nécessaire
cause

à la
Chapitre 1
réalisation du potentiel destructeur inhérent aux organisations
politiques révolutionnaires. Par contre, les usages de la rente
La capture de la rente
pétrolière dans des régimes révolutionnaires non démocratiques,
de la nationalisation au troisième choc pétrolier (1971-2008),
- RéVOlution, nationalisation et socialisme
ont fait toute la différence. Les revenus du pétrole ont favorisé Au début de la décennie 1970, la nationalisation du secteur des
l'édification de complexes échafaudages politiques et sécuritaires hydrocarbures apporte au régime socialiste algérien, au baathiste
assurant la consolidation de larges coalitions. Ils ont conforté les irakien et au révolutionnaire libyen, la manne financière nécessaire
~~atiques traditionnelles de prédation qui représentaient pour les à la réalisation de leurs ambitions politiques. Le pétrole est alors
el;tes progressistes une menace à éradiquer: «Ruser pour voler perçu comme une bénédiction: le « sang du peuple» pour le pré-
l'Etat, dénonçait le président Boumediene, semble être devenu la sident Houari Boumediene', le «carburant de la révolution'. pour
règle, comme si l'État était un État étranger. Nous devons faire Kadhafi et l'énergie nécessaire à la construction d'une puissance
disparaître des mentalités l'idée archaïque du beylik",» L'arrivée régionale pour Sadd am Hussein'. Une partie des revenus issus de
massive de revenus dans les caisses de l'État a profondément nui à la vente des hydrocarbures est investie dans les infrastructures
son fonctionnement, d'autant plus que la fusion entre l'économie civiles, améliorant ainsi de façon très nette les conditions de vie
rentière et les appareils de sécurité a fait émerger des régimes de la population. L'abondance des recettes est telle que beaucoup
mafieux aussi solides que flexibles. On peut ainsi conjecturer que, croient que le pétrole va permettre de rattraper économiquement
sans l'invasion des troupes américaines en Irak, le Baath aurait l'Occident. Ces régimes se lancent dans une industrialisation iné-
fêté, en 2008, ses quarante années au pouvoir. galée: le secteur industriel est associé à la modernité et le pétrole
est justement ce qui est censé «acheter la modernité •. La prise
de contrôle du secteur pétrolier est vécue comme une revanche
historique, d'autant que l'accès à l'indépendance apparaît ina-
chevé, tant la présence des compagnies pétrolières internationales
reste hégémonique. Leur contrôle sur les ressources énergétiques

1. .S'il nous était donné d'analyser le pétrole algérien, nous décou-


vririons que le sang de nos martyrs constitue l'une de ses campo-
santes car la possession de cette richesse a été payée du prix de notre
sang », discours de Skikda, J 6 juillet 1970.
2. John Davis, «La société hydrocarbure., dans John Davis, Le Système
libyen, Paris, PUF, J987, p. 273.
3. M. Farouk-Sluqlett et P. Sluqiett, Iraq since 1958. From Revolution
47. Révolution africaine, 28 septembre-e octobre, 1977 p. 13.
to Dictatorship, Londres, Taurus, 200J, p. 171.
24 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE INTRODUCTION 1 25

multiples expérimentations que de «simples» régimes autoritaires, et la population confrontée à l'incompréhensible, une richesse
aux ressources limitées et à l'absence d'expérience révolutionnaire pétrolière qui l'appauvrit et aveugle ses dirigeants, sans compter les
trop approfondie, ne peuvent pas, eux, se permettre. dégâts écologiques dont l'analyse reste à faire. Pourtant, dans les
Pour résumer, la rente pétrolière n'est pas l'unique facteur années 1970, l'Algérie, la Libye et l'lrak étaient considérés comme
explicatif de la consolidation de ces régimes. Elle n'a pas non plus des pays à fort potentiel économique. L'Algérie était présentée
renforcé leur pratique autoritaire, ni détruit les espaces politiques comme un «dragon en Méditerranée », la Libye comme un émirat,
de négociation avec la société. Par contre, la concentration des et l'lrak comme la puissance militaire montante du monde arabe.
richesses au profit d'une minorité a provoqué au sein des sociétés Sur le plan politique, le socialisme progressiste laissait penser que
une fragmentation des espaces de dissidence géographique, eth- des transformations profondes s'opéraient: émancipation de la
nique, politique et religieux. Le binôme régime révolutionnaire femme, urbanisation, scolarisation, augmentation de l'espérance
- rente pétrolière a sapé les projets originels des mouvements de vie. À la faveur de la rente pétrolière, ces pays apparaissaient
nationalistes, littéralement noyés sous l'abondance financière. comme engagés dans un processus de modernisation accélérée.
Dépourvues d'institutions politiques suffisamment consolidées, Le pétrole était bien perçu comme une bénédiction. Grâce à lui,
c'est-à-dire susceptibles de gérer cet afflux de revenus, les révolu- ces États seraient aptes à rattraper leur «retard» économique.
tions nationales socialistes ont été mises sous la tutelle d'officines Quelques décennies plus tard, la désillusion est cruelle: la rente
de sécurité, situation qui rend la question de la redistribution de pétrolière a développé un sentiment de richesse auprès des diri-
la rente fondamentale pour la légitimité des régimes. La question geants, sentiment qui les a entraînés dans des expérimentations
qui doit être posée n'est donc plus «pourquoi la rente pétrolière politiques et militaires aux conséquences désastreuses et dont ils
a engendré la violence politique?» mais «par quels mécanismes peinent encore aujourd'hui à sortir.
politiques les revenus de la rente pétrolière sont-ils devenus la Comment expliquer l'étonnante proximité entre ces trois
propriété exclusive des régimes révolutionnaires? ». trajectoires, mais aussi entre les choix des régimes et le déroule-
Le mirage de la richesse pétrolière aura duré pour les populations ment des événements? Trois pays, colonisés par des puissances
une décennie seulement, celle des années 1970, car, au début des européennes -l'Algérie par la France (1830-1962)44, l'Irak par le
années 1980, commence une douloureuse période. L'Irak de Sadd am Royaume-Uni (I 914-1932)45 et la Libye par l'Italie (1911-1942)46 -,
Hussein se lance dans une guerre contre l'Iran (1980-1988)", la ont capturé la rente pétrolière à la faveur des révolutions nationales
Libye de Kadhafi se transforme en État terroriste" et l'État-FLN en pour mettre en œuvre des politiques fondées sur la recherche
Algérie commence à se fissurer face aux premières contestations de la puissance économique ou militaire. Dans les trois cas, ces
sociales et politiques". Les espoirs d'un développement fondé sur politiques déboucheront sur des guerres (régionales et civiles) et
la rente pétrolière disparaissent, les dérives de ces régimes sautent des embargos, détruisant les espoirs d'une vie meilleure promis
aux yeux. Les victimes de la rente sont multiples: les institutions
politiques embryonnaires érodées par la corruption et le népotisme,
44. O. Le Cour Grandmaison, Coloniser - Exterminer. Sur la guerre
les opposants politiques meurtris par la répression etles violences et l'État colonial, Paris, Fayard, 2005.
45. P. Sluqlett, Britain in Iraq. Contriving King and Country, Londres,
Taurus, 2007.
41. K. Mofid, The Economie Consequence of the Gulf war, Londres, 46. A. A. Ahmida. The Making of Modem Libya: State Formation,
Routledqe, J 990. Colonization and Resistance, 1830-1932, Albany (N.Y.), SONY, 1994;
42. L. Martinrz, The Libyan Paradox, Londres, Hurst, 2007. D. vanâeumlle, A History of Modern Libya, Cambridge, Cambridge
43. A. El Kenz, L'Algérie et la modernité, Dakar, Codesria, J 989. University Press, 2006.
28 1 VIOLENCE DE LA RENTE PËTROllÈRE 1A CAPTURE DE LA RENTE 1 29

empêche ces régimes, au nationalisme farouche et à l'idéologie Indépendances, ils ont manqué de moyens. La prise du contrôle
socialiste panarabe, de tourner la page du passé colonial. dl'S ressources énergétiques, pétrolières et gazières, répond à un
Imprégnés d'idéologie nationaliste arabe, ces régimes sont égale- double objectif: mettre un terme à la souverainet; limitée ~es
ment convaincus que la voie socialiste est la seule alternative à «l'état nouveaux États, du fait du contrôle exercé par les compagnies
d'arriération. des sociétés et au sous-développement économique. (Itrangères sur l'exploitation pétrolière, et doter les dirigeants de
Le «socialisme arabe» apparaît comme un instrument susceptible 1 essources financières considérables. Suivant le modèle du natio-

d'accélérer le développement. La révolution agraire et l'industriali- nalisme pétrolier mexicain (le gouvernement mexicain avait, dès
sation s'imposent comme des réponses à la misère des paysans et au h's années 1930, nationalisé le secteur des hydrocarbures)5, ces
chômage massif. Le caractère progressif des régimes en matière de trois pays s'engagent donc, au début de la décennie 1970, dans
politique de santé, d'éducation et de genre illustre leur volonté de un processus de nationalisation du secteur des hydrocarbures.
«faire sortir» la population de sa condition précaire. La révolution a Saddam Hussein le justifie ainsi: «La nationalisation est pour
pour objectif de détruire le cadre socio-économique passé, considéré nous un moyen de réaliser une indépendance économique totale,
comme un obstacle à la modernité. Or, l'application de cette voie !lOUS permettant d'être maîtres absolus de notre richesse et de
socialiste de développement fait rapidement de la nationalisation traiter avec les pays du monde en toute liberté et sur la base de la
du secteur pétrolier un impératif. La prise de contrôle des richesses r ciprocité et des intérêts mutuels. Enfin, la nationalisation nous
nationales témoigne à la fois d'une volonté de combattre ce qui était p rmet d'assurer la prospérité à notre peuple et à tous les peuples
perçu comme un héritage colonial honni et du désir de doter les du monde .• La Charte de l'action nationale irakienne reprend
appareils d'État des ressources nécessaires à leur domination. Cela d'ailleurs cette pétition de principes mot pour mot". En 196B,
dit, les révolutionnaires libyens, «ne voulaient pas perfectionner lrois ans avant la nationalisation du secteur des hydrocarbures,
la machine d'État mais la détruire'»: vœu pieux car en réalité la 1 président algérien, Houari Boumediene déclare déjà: «Notre
machine d'État s'est développée, quand bien même le souhait de la politique, basée sur l'industrialisation du pays et sur l'édification
détruire sera réitéré à chaque anniversaire de la révolution. d'une économie nationale, signifie avant tout la récupération et
Dans les années 1970, l'Algérie, l'Irak et la Libye font donc figure l'exploitation des richesses au profit exclusif du peuple".»
de régimes progressistes, portés par la ferme conviction que le
développement passe par l'industrialisation et la révolution agraire. 5. Alain Rouquié souligne qu'entre 1962 et 1968, neuf coups d'État
Marquées par leur passé colonial, les élites nationalistes de ces pays militaires sont réussis, ouvrant la voie à des «révolutions natio-
veulent empêcher que les conditions historiques qui ont permis nales. qui installellt des nouveaux régimes (Pérou, Bolivie) qui
la colonisation puissent se reproduire. Les États postcoloniaux soit s'efforcellt de «contrôler la pénétration économique étrangère,
de récupérer leurs richesses naturelles et entreprennent certaines
doivent donc se fortifier pour pouvoir mieux se protéger, voire
réformes de structures de nature à accélérer l'évolution sociale», soit,
combattre si nécessaire, les nouvelles formes d'impérialisme et de
comme au Brésil et en Argentine, installent des régimes autoritaires,
colonialisme. Mais où trouver les ressources à même de satisfaire anticommunistes, libéraux en matière économique et donc ouverts
une telle politique? Sans le contrôle de la rente pétrolière, l'Algérie aux intérêts étrangers, .Révolutions militaires et indépendance natio-
ressemblerait aujourd'hui au Maroc, l'lrak à la Syrie et la Libye à la nale etl Amérique latine (1968-1971)., RfSP, 21,1971, p. 1047.
Mauritanie; c'est-à-dire à trois pays aux ressources économiques 6. A.G. Samarbakhsh, Socialisme en Irak et en Syrie, Paris, Anthropos,

et financières précaires, précisément parce qu'au lendemain des 1978, p. 257 et p. 275.
7. Discours Batna, 24 février 1968, cité par M. Elhocine Benissad.
Économie du développement de l'Algérie (J 962-1978), Paris,
4.John Davis, Le Système libyen, op. cit., p. 273. Ecollomica, 1979, p. 23.
30 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE 1A CAPTURE DE LA RENTE 31

Une fois «récupéré », le pétrole est censé devenir l'arme du urrache l'Irak à l'Empire ottoman, en 1917, le place ensuite sous
développement mais aussi de la confrontation avec • l'Occident ln tutelle britannique jusqu'au coup d'État de 1958'2.
impérialiste. au sein de l'OPEP. Après la guerre de 1973, l'Algérie, Avant la nationalisation du secteur des hydrocarbures, le
l'Irak et la Libye sont considérés comme de clan des durs. de contrôle du secteur par des compagnies étrangères réduites
l'OPEP, toujours opposés à la politique de l'Arabie Saoudite". Ce clairement l'Algérie, la Libye et l'Irak au rang d'États pétroliers
clan des durs forme également le noyau dur du «front du refus. pauvres. Les régimes bénéficient certes des royalties versées sur
après les accords de Camp David (septembre 1978) et se présente, l' bénéfices, mais celles-ci demeurent relatives en raison du bas
auprès des opinions publiques arabes, comme les bérauts de la prix du baril de pétrole!'. La nationalisation de ce secteur, suivie
cause palestinienne, «abandonnée. par l'Égypte de Sadate. Le du premier choc pétrolier (1973), provoque une augmentation
pétrole sera cette arme puissante capable de faire plier les soutiens substantielle des revenus. Une rente pétrolière se développe, pour
à • l'ennemi sioniste? », Plus que le boycottage ou l'augmentation finalement représenter très rapidement l'essentiel des revenus
des prix, Saddam Hussein préconise que la «seule voie efficace pour Issus des exportations, et ce jusqu'à aujourd'hui": c'est dire son
l'utilisation du pétrole comme arme contre l'Amérique et l'ennemi 1 rnportance stratégique dans les équilibres politiques internes.
sioniste, c'est de nationaliser les intérêts pétroliers américains, Dans un premier temps, les régimes édifient une industrie pétro-
ainsi que ceux de tout pays favorable à l'ennemi. Voilà l'arme himique nécessaire à une meilleure exploitation des ressources et
qui pourra contraindre effectivement les États-Unis à renoncer à développent un .État redistributeur » de biens et de services, gage
aider l'ennemi '0 », Ce radicalisme politique est-il le produit de la de paix sociale et de stabilité. La décennie 1970 est généralement
colonisation? La perception d'une histoire coloniale violente a présentée comme un âge d'or perdu, celui de la croyance utopique
certainement marqué les mémoires collectives: une terrible guerre dans le pouvoir illimité de J'or noir.
de conquête en Algérie s'est terminée par une dramatique guerre
de libération; le projet mussolinien de colonisation du « quatrième Contrôle de la rente
rivage», en Libye, s'est réalisé grâce à des bombardements aériens
Pour ces pays, l'existence de réserve pétrolière prouvée permet
de civils et par l'enfermement des populations dans des «camps
d'esquisser un avenir radieux à la condition d'un contrôle absolu
de concentrationv s ; le corps expéditionnaire britannique qui
sur le secteur des hydrocarbures. La capture de la rente pétrolière
est indispensable à la consolidation des régimes, issus de coup
d'État et portés par une idéologie révolutionnaire égalitariste. En
effet, la politique de redistribution socialiste exige des moyens
8. Michel Chatelus, «Iraq and its Oil: Sixty-five Years of Ambition que seule la rente pétrolière peut fournir, et cela d'autant plus que
and Frustration >, dans D. Hopwood, H. Ishow, T.Koszinowski (eds}, ces trois pays disposent alors d'un revenu par tête extrêmement
Iraq: Power and Society, Oxford, St Anthony's Col/ege, 1993 p. 153. faible. Dans les années 1960, la situation en Libye est si désespérée
9. R. Mabro, «The Oil Weapon. Can it Be Used Today ?» Harvard
International Review, 2007 12. L'Irak est placé sous mandat britannique en 1920 par la Société
JO.AI Thawra, Bagdad, 2 décembre 1973, cité par A.G. Samarbakhsn, des Nations et devient indépendant en 1930, mais un Traité le lie
Socialisme en Irak et en Syrie, Paris, Anthropos, 1978, p. 255. dans le cadre d'une alliance avec les Britanniques pour vingt-cinq
11. J. C. Hureuntz, Middle East Politics: The MiJitary Dimension, ans. P-J.Luizard, La Question irakienne, Fayard, Paris, 2004.
New York, Octaqon Books, J 974, p. 233; E. Santarelü, G. Rachat, J 3. Le prix du baril de pétrole en 1965 était de 2,35 dollars.
R. Raillera, L. Gaglia, Omar al-Mukhtar. The Italian Reconquest of 14. En 2008, les recettes d'exportation provenant des hydrocarbures
Libya, Londres, Darf Pubtishers, 1986. étaient de 99 Dib en Libye, 98 % en Algérie et 99 % en Irak.
36 1 1 A CAPTURE DE LA RENTE 1 37

- Irak: rente pétrolière et parti Baath (1968-1980) ln nationalisation du secteur pétrolier a aidé le régime irakien à
Mvelopper un vaste secteur industriel pétrochimique : la construc-
La ~évolution de juillet 1968 consacre la prise du pouvoir par tion de deux nouveaux pipelines, le port de Mina al-Bakr, le
le parti Baath. Un Conseil du commandement de la révolution développement d'une flotte de dix-huit tankers, de nouvelles
(CCR)~e forme et celui-ci devient, le 9 novembre 1969, «Ia plus
rufllneries, etc.".
haute Instance politique du pays. Saddam Hussein, secrétaire De 1972, date à laquelle l'Irak prend le contrôle de Ses ressources
géné~al adjoint du Baath, est élu vice-président du CCR, ce qui pétrolières, à 1980, les revenus passent de 575 millions de dollars
en fait le second du nouveau régime» après le président Ahmed 1'1 ••• 26 milliards de dollars. À la veille de la guerre contre l'Iran,
Hassan Bakr". Alors que, sur le plan politique s'ouvre un violent l ' régime irakien dispose de 30 milliards de doUars de réserves et
conflit avec le Parti démocratique du Kurdistan de Barzani, sur le d'une capacité de production de 3,4 millions de barils par jour".
pl.an économique, le parti Baath met en place un programme de nccouvert très tôt, le pétrole irakien a longtemps été un enjeu de
developpement qui va profondément transformer les structures la rivalité entre les grandes puissances suite au démantèlement
sociales et économiques de l'Irak. De 1968 à la guerre contre de l'Empire ottoman": Certes, la loi n" 80 du 11 oc:tobre 1961 et
l'Ir~n en 1980, l'action du parti Baath se fait en trois étapes: de ln création de l'INOC en 1964 illustrent déjà la volonté de l'Irak
«juillet 1968 jusqu'au début de 1970, les efforts visèrent surtout
cie prendre possession de ses ressources. Mais ce n'est qu'après
à constituer un parti nombreux, solide et discipliné, à installer t 972 que le régime irakien commence à véritablement tirer profit
ses membres dans tous les postes importants de l'appareil d'État du pétrole. Le parti Baath a fait un élément central de sa stratégie
[...] Dans un second temps, du début de 1970 à la fin de 1973, le omme le démontre son slogan: • Le pétrole arabe aux Arabes ».
Baath s'appliqua simultanément à résoudre la question du pétrole Le parti déclare: Ci C'est le parti Baath qui a inventé le slogan: "le
par la nationalisation et à mener à bien une réforme agraire [...] pétrole arabe aux Arabes", et la nationalisation du 1 juin 1972 a
C<

Dans une troisième phase, de 1974 à 1977, on assista à la fois été la première victoire contre l'impérialisme depuis la défaite de
~ la.liquidation de l'aspect militaire du problème kurde, grâce à juin 1967)1.• En janvier 1974, le président Bakr déc:lare, lors de la
1 alliance avec l'Iran, et à un démarrage économique" •.
huitième conférence régionale du parti Baath: «La libération totale
La nationalisation du secteur pétrolier apporte au régime de l'emprise étrangère sur l'économie et les resSOUrces de l'Irak
les moyens financiers de ces politiques. Ainsi, les conditions a été et restera la base de notre stratégie de développementJ2 .•
de vie se sont à ce point améliorées que: • À la fin de la décen-
nie 1970, l'Irak est devenu le plus important marché de l'immo- 28.Aziz Alkazaz, H The Disl.ributi.O/1 of National Incorne in Iraq, urith
bilier au Moyen-Orlent.i.-Les perspectives pour l'avenir semblent Particular Reference to the Development of poNcies Anplied by the
radieuses. Dans l'ensemble, la population irakienne est optimiste", Il State» art. cité, p. 2 }2.
29. Georges Mutin, «Les hydrocarbures dans le monde arabe», dans
J.-F. Troin [dir.], Maghreb Moyen-Orient. Mutations, Paris, Sedes,
25. Philippe Rondot, L'Irak, Paris, PUF, Coll.• Que sais-je?», 1979, 1995.
p.45. JO. Benjamin Shwadmn. The Middle East, Oil and the Great Power,
26. Alain Guerreau et Anita Guerreau-Jalobert, L'Irak: développe- Jérusalem, Israel University Press, } 973.
ment et contradictions, Paris, Le Sycomore, 1978, p. 50. JI. Michel Chatelus, «Irae and its Oil: sixty-fiu: yea-rs of Ambition
27. Aziz Alkazaz, • The Distribution of National Income in Iraq witl! and Frustration., dans D. Hopwood, H. tsuow et T. Koszinowski
Particular Reference to the Deuelopment of Policies Applied ~y tire (eds), Iraq: Power and Society, op. cit., p. 151
State», dans D. Hopwood, H. Ishow et T. Koszintnuski [eâs}, Iraq: 32. Paut Stevens, «Iraqi Oil Policy } 961 -1 976', dans Tim Niblock
Power and Society, Oxford, St'Anthony's Colleqe, /993, p. 221. (ed.}, Iraq: The Contemporary State, Londres, New York, Pa/grave
32 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE 1fi CAPTURE DE LA RENTE 1 33

qu'une mission des Nations unies classe ce pays comme sous- l'nccord franco-algérien de juillet 1965 promet une coopération
développé. Dans son étude antérieure à 1958, Benjamin Higgins duns ce secteur. Son application est cependant difficile en raison
décrit la Libye «comme un pays pauvre en matières premières, d'irréconciliables «divergences d'intérêt" •. Pour l'État-FLN, dirigé
en main-d'œuvre qualifiée, sans entrepreneurs autochtones, à pur H. Boumediene depuis le coup d'État de 1965, le contrôle des
l'accumulation de capital quasi nulle ... En 1958 en effet, donc rompagnies étrangères sur les hydrocarbures ne peut perdurer. Le
juste avant la découverte du pétrole, la Libye recevait 214 0/0 11\:ime ne dispose d'aucune autre ressource. Les revendications
de la valeur de toutes ses marchandises exportées sous forme du Baath irakien et de la Libye révolutionnaire étant similaires,
de donations officielles [...] Le revenu par tête était en Libye de Il'S ministres de l'Énergie des trois pays se rencontrent à Alger en
100 dollars par anis ••. En Irak, la situation n'était pas meilleure: mai 1970 et déclarent que" l'exploitation directe et le contrôle total
en 1969, malgré sa richesse pétrolière, le revenu par habitant des richesses nationales [constituent] leur objectif essentiel 18 '. Le
et par an était de 225 dollars américains, revenu bien faible en 1.4 février 1971, l'Algérie nationalise le secteur des hydrocarbures.
comparaison des pays pauvres en développement". En Libye, les premières découvertes de pétrole ont eu lieu en
En Algérie, la découverte du pétrole en 1948 a eu pour effet 1959, sous la règne du roi Idris. Depuis la loi pétrolière de 1955
de renforcer les prétentions coloniales de la France inquiétant les Il' compagnies étrangères sont autorisées à explorer et exploiter
nationalistes indépendantistes. Aussi, durant la guerre d'Algérie, les ressources d'un sous-sol considéré comme riche en réserves.
les autorités françaises qui commencent à envisager l'indépen- Entre 1955 et 1965, la monarchie met en place un cadre légal
dance ne la conçoivent qu'à condition d'amputer les territoires d'exploitation attractif en raison de la faiblesse des taxes: 137
du Sud. La promulgation, en 1958, du code pétrolier saharien concessions sont attribuées à 39 compagnies pétrolières", Les
définit de façon éminemment favorable pour les compagnies r venus du gouvernement passent de 40 millions de dollars en
françaises les conditions d'exploitation du pétrole. Face au refus 1961 à 625 millions en 1965. La Libye devient un acteur irnpor-
inconditionnel d'une indépendance amputée des territoires du tant de l'OPEP - organisation à laquelle elle adhère en 1962 - et
Sud, le sort du pétrole a été, dans le cadre des accords d'Évian occupe, cinq ans plus tard, le rang de quatrième exportateur
de 1962, remis à un organisme paritaire franco-algérien. Une fois mondial de pétrole. La création, en 1968, de la Libyan General
souveraine, l'Algérie du Front de libération nationale (FLN) prend Pctroleum Company (Lipetcol démontre la volonté du royaume
pleinement la mesure de la limite de sa maîtrise de l'exploitation de prendre davantage en considération l'exploitation du pétrole.
des ressources énergétiques. La création de la Sonatrach, en 1963, Pour autant, cette «richesse pétrolière» ne fait pas de la Libye
a pour objectif de doter l'Algérie de la technologie pétrolière qui un pays prospère. Aussi, lorsqu'un coup d'État met fin à la
lui fait défaut et qui reste concentrée entre les mains des compa- monarchie en 1969, le colonel Kadhafi le justifie, entre autres,
gnies pétrolières françaises. À la suite de la demande du régime par la nécessité de mettre «l'économie au service des besoins
algérien de modifier les accords d'Évian sur les hydrocarbures, ci chacun ». La révolution socialiste est en marche, mais pour
la faire fructifier, encore faut-il capturer la rente pétrolière. Au
15. Cité dans A. Sid-Ahmed, L'Économie arabe à l'heure des surplus
pétroliers, Paris, ISMEA p. 288. 17. Nicole Grimaud, «Le confîit pétrolier francç-oiqérien», RFSP,
16.Aziz Alkazag, «The Distribution of National Income in Iraq, with 22 (6), 1972, p. 1284.
Particular Reference to the Development of Policies Applied by the 1 8. Jean-Marie Chevalier, Le Nouvel Enjeu pétrolier, Paris, Calmann
States da liS Derek Hopwood, Habib Ishoiu et Thomas Koszinowski Levy, 1973,!? 166.
(eds}, Iraq: Power and Society, Oxford, St Alltlzony's College, 1993, 19. R.B. St Jailli, «Libya's Oil and Gas lndustry: Blendinq Old and
p.202. Neui», The Journal Of North African Studies, 12 (2), juin 2007.
34 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LA CAPTURE DE LA RENTE 1 35

lendemain du renversement du régime, la Libye se dote donc Iran". Le renversement de la monarchie ne se traduit donc pas
d'une nouvelle compagnie pétrolière, la National Oil Company par la fin du règne de l'IPC en Irak. La république dépend trop des
(NOC) et négocie (avec le soutien de l'OPEP) une augmentation dividendes de la compagnie pour se maintenir en place, c'est-à-
de 0,30 cents par baril de pétrole. En 1971, la Libye nationalise dire pour payer l'armée qui la soutient". La création de l'Iraqi
BP, puis, en 1973, toutes les compagnies étrangères, complétant National Oil Company (INOC), en 1964, va cependant donner au
ainsi son programme de nationalisation". La révolution dispose parti Baath, nouveau détenteur du pouvoir en Irak, l'instrument
désormais des moyens de sa politique, le régime peut financer nécessaire à la capture de la rente pétrolière. Le gouvernement
les instruments de sa consolidation. irakien dispose à présent des moyens de se faire entendre dans ses
En Irak, la découverte du pétrole en 1927, dans la région négociations et, comme la Libye, il exige une augmentation du
de Kirkuk, a favorisé la mainmise sur l'or noir, à travers l'lraki prix du baril de pétrole (de 2,24 dollars à 3,21) en juin 1971. Un
Petroleum Company (IPC), des intérêts britanniques, américains, an plus tard, le 1« juin 1972, il nationalise l'IPC. Le contrôle du
français et allemands. Les concessions (1925, 1932, 1938) attri- parti Baath sur les ressources naturelles est dorénavant exclusif.
buées à l'IPC rendent le gouvernement irakien, alors dirigé par la Au cours de la décennie 1970, ces régimes mettent en œuvre
monarchie hachémite, fortement dépendant des dividendes versés un autoritarisme performant sur le plan politique. Les structures
par l'Il'C. Avant même son indépendance, en 1930, l'Irak est lié à de coercition assurent une relative stabilité aux coalitions auto-
un Traité (1925) qui permet la présence de troupes britanniques ritaires, sans pour autant les immuniser complètement contre
pendant vingt-cinq ans" et qui offre des concessions extraterri- des tentatives de coup d'État. Des leaders charismatiques déve-
toriales à des compagnies pétrolières qui finiront par représenter loppent alors un nationalisme pétrolier porteur de croyance en
un véritable État dans l'État. La population active irakienne est un futur meilleur. La nationalisation des hydrocarbures a sécurisé
employée dans l'agriculture, seule source de revenu extérieur et conforté les dirigeants quant à leurs capacités à satisfaire les
provenant alors de l'exportation de dattes. Or les importations de besoins du peuple. Un «développement sans croissance -, selon la
produits alimentaires ne peuvent être financées que par les divi- formule de A. Sid Ahmed", prend son essor à la faveur des surplus
dendes versés par l'IPC au gouvernement. Pour les nationalistes, la accumulés grâce au premier choc pétrolier. Les investissements
monarchie brade les intérêts de l'Irak au profit de J'impérialisme. publics assurent un taux de croissance flatteur qui laisse penser
Le renversement de la monarchie en 1958 et l'instauration d'une que ces pays deviendront de véritables puissances économiques
république nationaliste ouvrent une période de tension entre l'IPC régionales. De plus, les investissements dans les infrastructures
et le nouveau pouvoir en Irak. La loi n° 80 de 1961 appelle à civiles ont amélioré de façon drastique les conditions de vie,
un contrôle par expropriation de l'IPC. Mais le nouveau pouvoir au point de transformer la Libye et l'Irak, par exemple, en pays
irakien n'a pas les moyens techniques et humains de nationaliser d'immigration.
cette compagnie; il craint en effet un boycott du pétrole irakien
à l'instar de ce qui est arrivé au gouvernement de Mossadegh en 22. Le 19 août 1953, le Premier ministre Mossadegh était renversé,
par la CIA et les services britanniques, a la suite de la nationalisa-
tion du secteur des hydrocarbures.
20. Stephen J. Kobrin, «Diffusion of 011 Explanation ofOii Nationali- 23. Michael E. Brown, «The Nationatization of The lruqi Petroleum
zation: Or the Domino Effect Rides Aqain», The Journal of Conlliet Compally" International Journal of Middle East Studies, JO (J),
Resolution, 29 (1), J 985. 1979, p. 109.
21. C. Tripp, A History of Iraq, Cambridge, Cambridge University 24. A. Sid-Ahmed, Développement sans croissance, Paris, Publisuâ,
Press, 2007, p. 57. 1983.
38 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE 1 A CAPTURE DE LA RENTE 1 39

ctte richesse financière va dorénavant servir au parti Baath


Il"IIT financer son programme «socialiste », Animé par une idéologie
"'Ë 11111 ionaliste et un sentiment anti-impérialiste, il utilise la manne
.El ~ 0
c: IIrlrolière pour soutenir sa politique de redistribution sociale .
~ Q)


'8. ~
Q)
-o
Ol
Q)
'"c:
21
:; .,
"'
c:
Q)

ï=
so
UJ
8
EN
~:ô
1'.1,de fait, au cours de la décennie
pvrmet une réelle amélioration
1970, le socialisme
des conditions
du Baath
de vie. Le nombre
ë
Q)
"
ë
Q)
C)
s
0
a.
roc:
.El
'"
a.
0"
!o<
Ii ' médecins passe de 1 pour 3 320 habitants au début des années
]"
Q)>-
E E -e a.!è'
5l .~
0
i;I ·ê IÇ
"'
.~
··V

a (9 Ô (9 (!! "'c
Q)W 1<)70 à 1 pour 1837 habitants au début de la décennie 1980. De
~}g~
,,~
•• 1 <l - ~
mOI-
.
"''''"
e:::!2
00
CIl!:
m me, le nombre d'hôpitaux double au cours de cette même
p Iriode33• Du coup, l'espérance de vie croît de 49 à 67 ans. Dans
Il' domaine de l'éducation, la politique du Baath connaît un succès
llquivalent à celui de la santé: le nombre d'écoles élémentaires
double en dix ans, passant de 5617 à 11280, tandis qu'au niveau
secondaire, le nombre des collèges et lycées passe de 921 à 1891.
1. taux de scolarisation des filles passe de 34 Ofo en 1970 à 95 Ofo
en 1980". La prise du pouvoir par le Baath en 1968 permet de
sortir l'Irak de la pauvreté: c'est l'âge d'or du parti Baath. À son
apogée, il semble être un parti intègre et performant; en réalité,
1\ est parvenu à rendre efficace son autoritarisme par la seule
W amélioration des conditions de vie de la population. Son contrôle
l-
D exclusif de l'État lui permet de limiter le • gaspillage » de la rente
::J pétrolière, mais celle-ci devient de facto « la province exclusive
o
« des membres du parti Baath" »,
Cf)

W
CD
-c
cr:
• ~
w
-
....... ...~
Macmillan, 1982, p. 170.
-1 ~: .
33. Aziz Alkazaz, «Tlu: Distribution of National Incarne in Iraq, tuith.
Particular Reference to the Deuelopment of Poiicies Applied by tire
State», art. cité, p. 219.
34.Aziz Alkazaz, <The Distribution of National Incame in Iraq, iuith.
Particuiar Reference ta tire Deuelopment of Policies Applieil by are
State», art.cité, p. 220.
35. Joe Stark, •State Power and Economie Structure _, dans D. Hopioooâ,
H. lshoui et T. Koszinoioski (eâs}, Iraq: Power and Society, op. cit.,
p.181.
41
40 1 VIOLENCE DE LA RENTE PËTROLItR

1 volution de 1969, la Libye n'a pas d'industries, elle ne possède


- Libye: coup d'État et révolution (1969) 11\I'lIlleseule raffinerie, et son secteur agroalirnentaire est très
Le coup d'État de 1969 se traduit par des changements importants Il,,dlé. Le plan de 1973-1975 est le premier plan triennal qui sou-
dans le secteur des hydrocarbures. À la veille de la prise du pouvoir 1If{1I1'
l'importance à accorder à l'industrie. Les autorités libyennes
par le colonel Kadhafi, la Libye est le quatrième exportateur mon- l'IIvlsagent le développement d'une industrie lourde, autour des
dial de pétrole et sa production avoisine celle de l'Arabie Saoudite d,llIvés du pétrole. Deux réalisations majeures le démontrent: le
avec 3,5 millions de barils par jour. Avec un coût d'extraction 1IIIIIplexepétrochimique de Ras Lanuf (qui raffine II des 18 mil-
faible (0,30 cents par baril), la Libye est un pays extrêmement IIIIIISde tonnes de pétrole brut traités par la Libye) et l'aciérie de
attractif. La loi n° 24 du 5 mars J970 remplace la Lipetco par la M Isourata. Le secteur industriel ne représente cependant toujours
NOe, un «organe indépendant opérant sous la surveillance et le que 10 0J0 de la richesse du PIB.
contrôle du ministre du Pétrole afin d'atteindre les objectifs du La légitimité du nouveau régime va reposer, fondamentale-
plan de développement dans le secteur du pétrole" •. La loi n° 69 ruent, sur la redistribution des richesses et donc l'amélioration
du 4 juillet 1970 octroie à la NOe le monopole des importations et Iks conditions de vie. L'égalitarisme n'est compréhensible que si
des exportations. Durant les années 1972-1973, le gouvernement l'on rappelle la situation de la Libye sous la monarchie d'Idris
libyen nationalise le secteur des hydrocarbures et met un terme (1951-1969). Durant cette période, le pays était parmi les plus
à l'hégémonie de plus de quarante-deux compagnies étrangères défavorisés: 94 0J0 de sa population était analphabète, il ne comptait
dans l'exploitation du pétrole depuis sa découverte en 195937• nucun docteur en médecine et la mortalité infantile y atteignait
Les revenus passent de 663 millions de dinars libyens en J973 à les 40 0J0. Avec 35 dollars par an et par habitant entre 1951-1959,
3,8 milliards en 1979, soit six fois plus en à peine six ans. Mais, 1;1Libye était considérée comme l'un des pays les plus ~auvres40.
si au milieu des années 1970 la Libye était 'sur le point d'occuper En mettant un terme à la monarchie par un coup d'Etat et en
la quatrième place dans la production pétrolière mondiale », elle Instaurant un État dlstrlbuteur", Kadhafi s'érige en bienfaiteur
était «dépourvue de toute base industrielle; telle est la situation du peuple. La nationalisation des hydrocarbures va permettre une
contradictoire dans laquelle se débat aujourd'hui la Libye" ». C'est augmentation croissante des revenus et assurer à l.a population
entre 1957 et 1967, sous la monarchie d'Idris (1951-1969), que libyenne une amélioration des conditions de vie. Le plan de déve-
l'essentiel des réserves connues en Libye a été découvert (79 mil- loppement de 1973-1975, par exemple, entraîne la construction de
liards de barils sur 113 milliards de réserves connues). Cinq secteurs 115552 unités de logement, 21 hôpitaux, 39 cliniques dentaires,
furent considérés comme stratégiques: l'industrie du pétrole et la 61 maternités, 102 centres de santé". En 1973 la population de
pétrochimie, l'agriculture et l'eau, l'industrie du fer et de l'acier, la Libye est estimée à 2052372 habitants, elle atteint en 1995,
les infrastructures, l'éducation et la santé". Au lendemain de la 5,6 millions, dont presque un tiers (1719692) âgés de moins de

since Independenee: Economie and Pol itical Development, Londres,


36. La NOC, http://wlVlV.nodibya.com
Croom Helm, 1982.
37. S. Ghanem, The Pricing of Libyan Crude Oil, La Vallette, Adams
40. Fra.nçois Burqat et A /ldré Larollde, La Libye, Paris, PUF, Coll.
Puolishinq, 1975.
«Que sais-je? M, 1996.
38. Jean-Jacques Regnier et Larbi Talha, «Les problèmes de déve- 41. Dirk Valldewalle, Libya Since Independence. Oil and State-
loppement écollom.ique », dans ouvrage collectif, La Libye nouvelle,
Building, LO/ldres, Comeli U/liversi.ty Press, 1998.
Paris CNRS, p. 225.
42. Omar 1. El FatiiGly et Monte Palmer, Political Deve10pment and
39.Judith Gumey, Libya: The Political Economy of Energy, Oxford,
Social Change in Libya, Toron.to, Lexingto/l Books, 1980, p. 129.
Oxford University Press, 1996; John AnthollY Allan, (ed.), Libya
42 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROUËRE
1A CAPTURE DE LA RENTE 1 43

15 ans. le rajeunissement de la population est inhérent à un taux


d'accroisseme~t annuel de 4,21 Ofo, J'un des plus élevés dans le
Algérie: socialisme et industrialisation
monde arabe. A cette augmentation démographique s'ajoute une En juin 1965, le coup d'État met un terme à la présidence de
urbanisation accélérée" : la population urbaine représentait 20 % Hcn Bella et place au pouvoir le colonel Houari Boumediene,
de la population totale en 1950, 26 Ofo en 1960, 45 Ofo en 1970, véritable chef de l'armée. À l'exemple de la Libye et de l'Irak,
62 Ofo en 19800/0, 79 % en 1990 et 80 % en 199544 L . 1 l'Algérie met tout de suite en place une politique de développe-
. . a revo u-
tion a sédentarisé les Bédouins et le socialisme révolutionnaire III 'nt ambitieuse qui aspire à améliorer les conditions de vie des

leur a offert des emplois dans les services publics: 75 Ofo de la 11820125 habitants recensés en 1966. Pour le nouveau régime,
population active est en effet employée par J'État. Celui-ci est l'héritage colonial pèse encore trop lourdement sur la société
devenu J'unique débouché pour des milliers d'étudiant(e)s: en nlgèrienne. Aussi la politique de développement apparaît comme
1951, la Libye ne possédait qu'une seule université (dans la ville une réaction salutaire dont l'objectif est de favoriser «le passage
de Benghazi), elle en compte treize en 1995. les effectifs n'ont d'un type de société d'exploitation capitaliste fondée sur le profit
cessé de croître pour atteindre 269302 étudiants en 1999, contre égoïste, la domination des possédants et la lutte des classes, à un
s~ulement 13418 en 197545• la rente pétrolière a aussi favorisé le Iype de société socialiste fondée sur la justice sociale, l'égalité
d:veloppeme~t du clientélisme en contraignant la population à des chances et le respect de l'intérêt général [...] et exige que la
n~goCier aupres des organisations révolutionnaires son accès à des 1 ransforrnation des structures s'accompagne nécessairement de
biens et des services, sans pour autant rassurer le régime sur son la transformation des comportements' et des mentalités. Cette
a~légea~ce. Dès 1975, des membres du CCR dénoncent J'illusion révolution culturelle est une bataille de longue haleine" », le
révolutionnaire du régime. Hervé Bleuchot rappelle qu'un membre socialisme algérien prend soin de se distinguer de celui de l'Union
du CCR, Omar El Mehichi, considère déjà que la «contestation soviétique et surtout de rappeler qu'il partage avec l'islam des
est devenue générale. et, de fait, le «chef de J'État ne peut plus valeurs communes. Pour Houari Boumediene: «Le socialisme ne
p.lacer sa confiance qu'en des personnes de sa tribu et les offi- procède d'aucune métaphysique matérialiste et ne se rattache à
cI~rs.de,l'armée.aur~ient été remplacés par les gens de Syrte46». aucune conception dogmatique étrangère à notre génie national.
Ainsi .1 anomalIe. libyenne qu'avait observée John Davis _ «Le Son identification s'identifie avec l'épanouissement des valeurs
Co~seil du commandement de la révolution n'est pas une famille islamiques'".» Ce rappel n'empêche pas les fondamentalistes d'alors
et II ne revendique pas la propriété de l'État'7>>- a disparu avec de stigmatiser la tournure athée du régime et de dénoncer son
le contrôle exclusif du clan Kadhafi sur les propriétés de l'État'B. éloignement par rapport aux authentiques valeurs islamiques".
Mais pour-le régime, le socialisme est <l'unique moyen de liqui-
der le chômage, l'ignorance et les tares sociales. TI est synonyme
43 . Omar 1. El Fathaly et Monte Palmer, Political Developmenr and
de justice, d'équité et c'est ce message que nous a apporté le
SOCialChangein Libya, op. cit., p. 28
Prophète; de surcroît, notre lutte de libération, qui est une
44 .• L'urbanisation en Méditerranée de J 950 à 1995., Les Cahiers
du plan bleu, i, 2001, p. 3.
45. Libya. Hiqher Education Profile, http://wlIJlIJ.bc.edu
49. Houari Boumediene, discours APN, 23 avril 1978, cité pœr
46. Hervé Bleuchot, Chroniques et documents libyens, 1969-1980
Pans, CNRS, 1983, p. 90. ' M. El. Benissaâ, Économie du développement de l'Algérie, Paris,
Economica, 1979, p. 23.
47.Johll Davis, Le Système libyen, op. cit., p. 275.
50. Le Soir (Bruxelles), 27 février 1973.
48. M. O. el-Kikhia, Libya'5 Qadhafi.The politics of Contradiction
51. lean-Luc Deheuuets, Islam et pensée contemporaine en Algérie,
Gainsuille (Fia.), University Press of Florida , 1997 ,p.. 91 '
Paris, CNRS, 1991, p. 228.
1A (APTURE DE LA RENTE
1 47
46 1 VIOLENCE DE LA RENTE PtTROLlÈRE

la perception d'un État autoritaire mais intègre. La rente pétrolière


31d,,8~
est présentée comme unejuste récompense au regard des sacrifices !!!
CI>

que le peuple a fournis pour la naissance de la nation algérienne.


Dès lors, son usage ne peut se faire que dans l'intérêt général,
et Boumediene de mettre en garde ceux qui ne l'entendent de
l8
~
CI>
"0
'"ll!c:
5
0
c.
1: <.) Qi E

i• [
o :J <il
.ç;
"8 '2
:J
cette façon: «Quant à ceux dont le seul souci est de gagner de ~ "0
c. '"
CI>
.!il ~ [;j c E
CI> \ '" ~
c
:;:
0
g
l'argent, il faudrait qu'ils sachent une fois pour toutes qu'ils n'ont (!) 0 o w t-

pas de place dans J'État, au parti et dans l'armée".» Il réitérera 1 1 i <l


ce message à plusieurs reprises, comme en 1976: «Que ceux
qui ont opté pour la richesse s'éloignent et se tiennent à l'écart
de la révolution». Mais est-ce politiquement habile de mettre à w
l'écart ceux qui s'intéressent à la richesse? N'est-ce pas là, au >-
contraire, la meilleure façon de favoriser le vol? ID
La mort de Boumediene annonce « la fin d'un rêve». Derrière
l'État fort et les résultats économiques prometteurs de la décennie
,tg
exceptionnelle, se cachent en réalité les failles d'une jeune nation
-8
emportée par son élan. Boumediene a réussi à insuffler une vision
de l'avenir, à imposer une obligation de réussite afin d'éloigner
'Iii s
l'Algérie de son passé colonial. Le discours anticolonial du FLN est :~~i
demeuré crédible tant qu'il pouvait mettre en pratique sa légitimité ~~_.-.
•...
révolutionnaire: la saisie des «biens vacants », la nationalisation
~
du secteur pétrolier, la révolution agraire, la transition vers le
socialisme constituaient autant d'événements qui nourrissaient
le rêve révolutionnaire. Mais, à la fin décennie 1970, la vacuité
,i
al} .--'-'-.
0~ I·~.-
.
du discours du FLN s'impose bien au-delà des cercles critiques de 'Iii
l'expérience révolutionnaire. La disparition de Boumediene laisse
apparaître les échecs, les manques et les faillites d'une politique
t
'1},

C>t~
.·-·-'
.'0;
::;;.
w
,.
•. _L •• __•

-. ...
• •••

ir. • • •
••

je développement dont le financement était bien au-dessus des


Doyens de l'Algérie' •. L'illusion d'une Algérie laborieuse prend
, ~~ • ô;:
.~
'"
J: cr::
....
."'. ~
In. Le chômage massif se maintient en raison de l'arrivée sur le
narché du travail d'une population chaque année plus nombreuse.
~ ·w •• • i

i
~ ....;0'\
. f
K.!
.échec de la révolution agraire trouve une échappatoire dans l'émi- .J .!!l8 j
:ration massive de paysans vers l'ancienne puissance coloniale. o c( §~ eX
o 8~ ~
a: w~ '&.
« ..EQ; l!
::i! U'l::J C
Q) Q)UJ
g
t:
57. H. Boumediene, discours de Constantine, 1974. ~o"O ~
58. Tahar Benhouria, L'Économie de l'Algérie, Paris, Maspero, 1980,
••
.D
~~g !
r1. \\ 0-:> =
p.300.
.... !i
44 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE 1 A CAPTURE DE LA RENTE 1 45

révolution populaire, exige l'application du socialisme comme IIllncipalement sur l'exportation, mais doit contribuer à intravertir
élimination de la misère et des disparités sociales" ». En fait, les I'économie algérienne ». L'ambition algérienne est de parvenir
critiques des fondamentalistes avaient peu de poids au regard des '1 la construction d'un secteur industriel afin de produire des
succès remportés par le régime de H. Boumediene. La réussite liée blens de production plus que des biens de consommation". La
à la nationalisation du secteur des hydrocarbures en 1970-1971 réussite de ce modèle dépend de la capacité d'entraînement de
octroie au régime les moyens financiers d'asseoir sa politique de l'Industrie sur l'agriculture, d'une coordination durable entre les
développement. Tout au long de la décennie qui suit, le taux de ulministrations engagées dans sa mise en œuvre et surtout d'un
croissance avoisine 7 0/0 et le taux d'investissement brut dépasse Investissement financier soutenu. La construction de complexes
35 Oio, Le PIE (en millions de dinars courants) atteint 80573 dinars d~' liquéfaction du gaz naturel (Arzew, Skikda], de raffineries
algériens en 1977 alors qu'il n'était que de 13130 dinars algé- de pétrole (Alger, Arzew, Hassi Messaoudl, d'une usine de mer-
riens en 196353, Cette croissance exceptionnelle fait apparaître cure (Bou Ismail], d'un laminoir à chaux (Annaba) et d'unités
l'Algérie comme un dragon en Méditerranée, L'industrialisation de fabrication d'engrais et de plastiques répondait à l'objectif
el' la révolution agraire constituent alors les deux piliers de la de doter l'industrie pétrochimique des moyens de production
stratégie de développement algérien, les plus modernes, En somme, il fallait effectivement" brûler
Dans la mémoire collective, cette décennie fait figure d'âge tes étapes •. Plus que la Libye de Kadhafi ou l'Irak de Saddam
d'or, d'une période où l'Algérie promet de devenir une puis- llussein, l'Algérie de Boumediene est une parfaite illustration du
sance régionale, guidée par un État fort et respecté, et soutenue nationalisme pétrolier et de sa croyance en un développement
par une économie prospère, elle-même tirée par le succès des Industriel. Dans les années 1960, la Corée du Sud a privilégié
«industries industrialisantes ». Sous l'influence de G, Destanne dans sa stratégie d'industrialisation les industries de substitution
de Bernis, l'Algérie fait sienne ces propos: «Les pays en voie de ~ l'importation et a compté sur les exportations, les industries
développement ne peuvent envisager de rattraper les pays qui ont lourdes ont été développées par la suite": L'Algérie a choisi à
commencé leur industrialisation depuis plus d'un siècle que s'ils l'inverse les industries lourdes sans avoir le temps, en raison de
décident de brûler un certain nombre d'étapes et de se porter dès l'arrêt des investissements après 1986, à la suite de l'effondrement
maintenant sur les processus de production les plus modernes".» du prix du baril, de développer des industries de substitution.
La stratégie complexe et sophistiquée des industries industriali- Mais avant de prendre la mesure de la vulnérabilité de son projet
santes a pour objectif de créer une dynamique d'intégration de Industriel, le régime de Boumediene inspire déjà des sentiments
J'ensemble de J'économie (industries métalliques, mécaniques et ambivalents, mélange de crainte et d'espoir, L'autoritarisme du
électriques) afin d'établir des échanges interindustriels. Il s'agit régime est légitime pour le plus grand nombre car performant.
de parvenir à faire produire par • l'économie algérienne, la plus Son usage de la rente pétrolière semble juste puisqu'il sert à une
grande partie possible des équipements •. Cette stratégie repose redistribution sociale et économique conséquente. De plus, à
~galement sur le principe que: « L'industrie ne doit pas compter l'aura du chef charismatique, Boumediene ajoute une éthique de
la justice et une condamnation de la corruption qui entretiennent
52. M. Bcnissad, Économie du développement de l'Algérie, op. cit.,
p.22.
53. M. Benissad, Économie du développement de l'Algérie, op. cit., 55. G. Destanne de Bernis, «Les industries itldustrialisalltes et les
p.49. options algériennes., Tiers-Monde, 12 (47), 1971, p. 550
54. G. Destanne de Bernis «Industries inâustrialisantes», Économie 56.1ck-JiII Seo, La Corée du Sud. Une analyse historique du proces-
appliquée, 3-4, 1966, p. 415-473. sus de développement, Paris, L'Harmattan, 2000, p. 165.
1A CAPTURE DE LA RENTE 1 49
48 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE

La société algérienne s'enfonce, non pas dans la quiétude d'une Abondance financière et «potentiel despotique»
société juste, mais dans les affres de la rancœur et du sentiment La capture de la rente par les organisations révolutionnaires
de jalousie. Cet État, qui a vu le jour, selon la rhétorique officielle unüonalistes met un terme à la course entre les grandes puissances
grâ:e au million et demi de martyrs de la révolution, est deven~ pour accéder aux réserves pétrolières. Jusque-là, deux modèles se
un l~strument de richesse pour une minorité qui s'est approprié le sont superposés: le «modèle impérial» qui a entraîné les grandes
patrimoine de la guerre d'indépendance et l'a placé dans les mains puissances dans une rivalité sans fin pour le contrôle des territoires
de «~a famiye révolutionnaire" ». La barrière factice érigée pour où les réserves sont abondantes et le • modèle semt-cotonial» au
proteger l'Etat de ceux qui étaient préoccupés par le «souci de lcndematn de la seconde guerre mondiale, dans lequel les com-
l'a:gent> va se rompre face au développement d'une bureaucratie pagnies pétrolières exploitent les réserves d'États indépendants
d'Etat qui met en place un système où la corruption se diffuse à mais à la souveraineté limitée". Ainsi, les monarchies irakiennes
tous les échelons administratifs. Le rêve de Boumediene tourne (1930-1958) et libyennes (1951-1969) bénéficiaient de royalties
donc au cauchemar au cours de la • décennie noire >, celle de en contrepartie d'un contrôle par les compagnies sur l'exploi-
Chadli Bendjedid pour ses opposants, puis en décennie sanglante tatien des réserves. Dans ce contexte, les États consommateurs,
durant la guerre civile (1991-1998). La rente pétrolière a créé une le grandes puissances, ne prenaient plus directement le contrôle
dynamique de développement qui s'arrête brutalement. Ne restent des réserves, mais agissaient par le biais de leurs compagnies
~lus que biens vacants usurpés, terres agricoles détournées (à la pétrolières qui avaient la mainmise sur des zones géographiques
faveur de la révolution agrairel et investissements publics pillés 11 l'intérieur des pays, comme l'Anglo-Tranian Oil Company au
(dans le cadre de l'industrialisation). Même la rente pétrolière, Moyen-Orien!", Ce régime semi-colonial limitait considérablement
seule source de revenus disponible, va rapidement devenir l'objet l' développement d'une rente susceptible de rendre autonome
~'un pi~l.age organisé et structuré, dans le cadre d'un «capita- le pouvoir des gouvernants des États indépendants. Durant les
lisme d Etat. et au profit d'une «bourgeoisie qui a investi tout années 1950 et1960, leur dépendance à l'égard des compagnies
l'appareil d'État'?». pétrolières étrangères les obligeait à d'incessantes négociations
pour l'obtention d'une meilleure redistribution des gains. Mais
une fois nationalisé, le secteur des hydrocarbures commence à
procurer des ressources financières abondantes. La guerre pour
l'accès aux réserves entre grandes puissances se transforme alors
59. ~.t'Pressioll utilisée par le Parti révolutionllaire institutionnel a.u. en lutte entre acteurs nationaux pour la capture de la rente, son
Mexiqu« e~ qui, en Algérie, qualifie les représentants du pouvoir:
usage et sa redistribution, et son contrôle exclusif devient la
«Cette famille n'est pas que métaphorique, elle est bel et bien fondée
garantie de la pérennité des coalitions qui dirigent ces régimes.
sur la parenté. Constituée par les anciens moudjahidin ou préten-
dus tels, elle comprend éqalement "les enfants de shuhadâ" et 1 À partir de 1970, la rente pétrolière sert à satisfaire les utopies
" ,r. ' es des régimes socialiste en Algérie, baathiste en Irak et révolu-
enfants des moudjahidin", appelés "ayants droit': La progéniture
de ~e: derniers ~ommellce déjà Ii s'organiser ell "enfants des ayants lionnaire en Libye. Mais les coalitions d'alliances (. cadres de la
droit": Les representants du pouvoir pensent que ces descendants
s~nt le pro!ollgeme/lt de leurs parents et doiuent être appréciés et
61. P. Ze/el/ko, C-A.Pailliml et C. de Les/range, Géopolitique du
re~o,,~pellses sur cette base», dans A. Moussaoui, .Algérie, la guerre
rejouee», La Pensée de midi, 3,2000. pétrole, Paris, Teclmip, 2005.
62.B. Shwadran, The Middle East, Oil and The Great Powers, Jérusalem,
60. Marc Raffinot et Pierre Jacquemot, Le Capitalisme d'État algé-
nen, Pans, Maspéro, 1977, p. 1977. Israel Ulliversity Press, 1973.
50 1 VIOLENCE DE LA RENTE P~TROLlÈRE 1A CAPTURE DE LA RENTE
r 51

fonction publique, dirigeants de l'armée, des services de sécurité 1I11\'larente pétrolière ajoué un rôle décisif dans l'ac,croissement
et leurs partenaires du secteur privé63.) qui les dirigent vont .lu pouvoir à la fois économique et répressif de l'Etat irakien,
progressivement entraîner ces régimes à la faillite et à la ruine 1'1plus particulièrement du pouvoir de ceux qui contrôlent cet
économique. Pour les populations, confrontées à la • dévastation", 1111166.»L'essentiel des ressources étant entre ses mains, le parti
la rente pétrolière est devenue synonyme de malédiction, tant ]lI'ut détruire ceux qui le menacent ou le contestent et justifier
elle déshumanise ceux qui y ont un accès privilégié. En Algérie, l'('lle violence comme résultant d'une purification idéologique.
il existe un terme, hogra pour qualifier ce sentiment de mépris t.nbondance financière, née du premier choc pétrolier, réduit à
Il ant les possibilités de voir la République irakienne évoluer
que les élites portent au peuple. En Irak, les Kurdes du Nord et
les Chiites du Sud expérimentent dans la violence les limites de vers un régime pluraliste; le parti dispose de tous les moyens et
la redistribution du régime baathiste, qui fait de la • déportation (\ , toutes les ressources nécessaires à l'éradication de ces rivaux,
son arme suprême= •. Dans la Libye d'après le coup d'État, la ennemis ou concurrents". En somme, la rente pétrolière serait la
région de la Cyrénaïque, berceau de la monarchie, se retrouve cause directe du basculement dans la violence de l'État irakien:
privée de tout investissement public et sa population, de toute «Dans les années 1940 et 1950, les ressources pétrolières de
chance d'améliorer ses conditions de vie. En fait, la prospérité l'Irak étaient suffisantes pour permettre l'expansion des rouages
financière permet surtout à ces régimes de développer le «potentiel cie l'État, la modernisation de l'éducation et des autres services,
despotique» déjà en germe dans leurs organisations politiques ,t le développement progressif de l'infrastructure du pays'".»
révolutionnaires. Comme le souligne E. Kienle: •L'accroissement Après 1973, le Baath dispose de revenus 20 fois plus importants
des ressources extérieures, et donc de la dépendance de ces États, (passant de 500 millions de dollars en 1972 à 10 milliards de
les a autonomisés vis-à-vis de leur propre société, favorisant dollars 1977): cet énorme accroissement du pouvoir des hommes
ainsi le développement d'une forme de despotisme'" .» Doit-on aux commandes de l'État réduit à néant la menace posée par les
dès lors en conclure que l'abondance de revenus à la suite de mouvements et organisations contestataires,
la nationalisation du secteur des hydrocarbures a favorisé la En Libye, la violence du pouvoir révolutionnaire se mani-
radicalisation de ces régimes? feste très clairement après 1973. De façon schématique, on peut
La réponse est oui. Considérons le potentiel despotique du distinguer trois périodes dans la construction des instruments
parti Baath: il ne s'épanouit pleinement qu'après 1973, et ce sont du pouvoir. La première va de la prise du pouvoir par un coup
les revenus issus de la vente des hydrocarbures qui ont doté le d'État en 1969 au discours de Zouara en 1973. Durant ces quatre
parti d'une domination sans partage des ressources. «Tant que années, les instruments du pouvoir reposent sur quatre structures
les revenus pétroliers restaient relativement modestes, souligne politiques principales: le Conseil du commandement de la révo-
Marion-Farouk Sluglett, le potentiel de despotisme inhérent à un lution, le gouvernement, l'armée et l'Union socialiste arabe. Les
État de ce type n'était pas encore très marqué; mais il est devenu décisions sont prises de façon collégiale par le CCR que préside
tout à fait évident, notamment après l'explosion des prix en 1973, Kadhafi. La proclamation constitutionnelle de la République

63. B. Dillman, «Illicit Economies and Reconstruction», dans L. 66. MariOl! Fa.rouk-Sluglett, .Rente pétrolière et concentration du
Binder (eâ.), Rebuilding Devastated Economies in the Middle East, pOU/lOir»,Maghreb-Machrek, 13/, janvier-mars 199/, p. 5. ,
New York (N. Y.J, Pa/grave Macmillan, 2007, p. 60. 67. P-J. Luizarâ, .L'impossible démocratie en Irak: le piège de l'Etat
64. F. Brié, <Irak: au pays des déportés», Outre Terre, /4, 2006, nation», Égypte-Monde arabe, Le Ca.ire, Cedej, 4, /990, p. 87.
p. /93. 68. Marion-Farouk Sluglett, • Rente pétro/i.ère et concentration du
65. E. Kienle, Ba'th vs Ba'th, Londres, Taurus, 1990, p. 22. pouvoiTf, art. cité, p. 5.
54 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROUËRE LA CAPTURE DE LA RENTE 1 55

des organisations de masse" », L'abondance financière permet en et économistes pointent les" révolutions sociales. qui se sont
fait de maintenir un équilibre entre «deux bureaucraties (civile dessinées: urbanisation, migration interne accrue, éducation en
et militaire) dont les intérêts étaient comp lémentaires'" », Ce hausse, émergence d'une classe moyenne. La rente pétrolière a
fonctionnement politique aide l'Algérie à faire l'économie d'un réussi à faire vivre ces révolutions en finançant les multiples
basculement de la révolution vers une dictature sur le modèle projets qui doivent détruire les" résidus des sociétés archaïques ».
irakien. L'équilibre précaire entre bureaucratie civile et militaire La redéfinition du paysage géographique et économique doit être
donne en vérité naissance à un "phénomène d'enkystement de complétée par la reconfiguration des comportements, des mœurs
type mafia" », c'est-à-dire à une organisation susceptible de et des mentalités. Il ne s'agit ni de créer un "homme nouveau»,
sécuriser les transactions dans un contexte marqué par l'absence ni de faire un « grand bon an avant», mais de moderniser la tra-
de protection juridique et par l'arbitraire d'un pouvoir étatique": dition, de rendre compatible islam et socialisme, nationalisme et
développement. Mais quels cadres politiques utiliser pour mettre
- Qui contrôle la rente?
en œuvre ce programme? La « démocratie à l'Occidentale» est,
Comment gérer tout ensemble la révolution, la redistribution pour les trois pays, inacceptable. Les arguments utilisés pour
des richesses, la stabilité politique, le désir d'enrichissement, les son rejet varient, mais reposent tous sur J'idée qu'elle n'est pas
conflits et rivalités, les luttes de clan? Les révolutions socialiste compatible avec la révolution. En Libye, les partis sont interdits
et baathiste ont été rapidement confrontées à la régulation au nom de la souveraineté individuelle: "La représentation est
des conflits alimentés par les retombées de la rente pétrolière. une fraude», stipule le Livre vert. En Algérie, Houari Boumediene
Dépourvues d'institutions politiques susceptibles de sécuriser les compare le pluralisme des partis à des" sectes" et préfère s'en
négociations au sein des différents groupes, elles ont été très vite remettre aux militants et cadres du FLN. En Irak, l'idéologie du
encadrées par des organisations paramilitaires qui font office de Baath fait du parti un « guide du peuple. pendant la période de
régulateur. À l'intérieur des Républiques, des organes établissent transition socialiste. Entre le peuple et le parti, il doit y avoir
les règles dujeu par la violence, définissent les acteurs légitimes «un engagement mutuel, volontaire et complet" », Le parti s'est
et œuvrent à la stabilité politique par l'intimidation et l'élimi- approprié le monopole de la représentation du peuple ainsi que
nation des insoumis. En somme, ces organes mettent de l'ordre le contrôle exclusif de J'État. Immature, le peuple doit d'abord
dans la révolution, afin de pouvoir redistribuer les revenus issus apprendre les règles de base de la démocratie; il faut l'éduquer
de la rente pétrolière. avant de penser son émancipation. En Algérie, c'est dans les
L'abondance financière inhérente à la capture de la rente a «villages socialistes» que la révolution en marche doit s'incarner
transformé le paysage de ces pays. Géographes et' urbanistes pour permettre l'apprentissage de la "démocratie à la base ». En
soulignent les profondes mutations à J'œuvre: villes nouvelles Libye, c'est dans la Jamahiriya (l'État des masses), représentée à
infrastructures modernes, complexes pétrochimiques. Démographe~ travers des comités de base locaux, qu'elle doit s'exprimer. Des
«comités partout» lance Kadhafi pour expliquer la « troisième voie
75. B. Etienne, L'Algérie cultures et révolution, op. cit., p. 304. universelle»! Dans les années 1970, la démocratie participative
76. Aodelkader Yefsah, «L'armée et le pouvoir en Algérie de 1962 à s'impose, en théorie, comme la méthode de gouvernance la plus
1992 >, dans ~ierre-Robert Baduel [dir.], L'Algérie incertaine, Aix- appropriée pour exprimer pleinement les idéaux des révolutions
en-Provence, Edisud, J994, p. 84.
77. M. Bennoune A. el-Kenz, Le Hasard et l'histoire, op. cit., J 990,
p.200. .
79. John Galvani, «The Baathi Revolution in Iraq », Merip Reports,
78. Voir le chapitre Ill: rente pétrolière et régimes mafieux. 12, septembre-octobre 1972, p. J 7.
LA CAPTURE DE LA RENTE 1 53
52 1 VIOLENCE DE LA RENTE PËTROLlÈRE

collégiales ne sont donc plus nécessaires. Le régime a les moyens


arabe libyenne (11 décembre 1969) affirme que celui-là est la
de tuer les «chiens errants», c'est-à-dire, les opposants politiques
plus haute autorité. Au cours de cette période, la Libye entreprend
une série de réformes administratives, politiques, économiques et exilés qui dénoncent l'accaparement de la richesse nationale par
les révolutionnaires.
bouleverse ses relations diplomatiques. Le discours de Zouara'",
le 16 avril 1973, ouvre la deuxième phase. Kadhafi y annonce En Algérie, le coup d'État de juin 1965 clôt l'expérience
«tiers-mondiste » de Ben Bella (1962-1965)'1 et, à la différence de
la naissance des comités populaires et affirme: "La révolution
l'Irak où les civils du Baath contrôlaient les militaires, il replace
populaire commence aujourd'hui». Ce commencement produit des
les militaires au cœur du pouvoir: « Le pouvoir politique est
résistances qui n'ont cessé de croître: aux critiques émises par des
maintenant concentré au niveau de cercles restreints. La sécurité
membres de la révolution, concernant la mainmise de Kadhafi,
militaire sous l'autorité directe de Boumediene constitue l'élément
s'ajoutent celles portant sur les déboires de la politique régionale
décisif et déterminant du nouveau pouvoir".» Sans véritablement
et les risques de guerre avec l'Égypte. En 1977, s'ouvre la troi-
atteindre l'efficacité du Baath en Irak, la sécurité militaire est
sième étape: le régime se dote alors de comités révolutionnaires
perçue comme «un véritable système politique parallèle [...] qui
chargés d'orienter et d'impulser les objectifs de la révolution: ils
fonctionne pratiquement comme une organisation d'encadrement
sont comparables, selon Hervé Bleuchot, aux" gardes rouges» de
de tous les secteurs d'activités du pays" ». Le nouveau régime
la révolution chinoise. Le régime dispose ainsi d'un nouvel ins-
trument de pouvoir arbitraire et est prêt à recourir à la violence, bénéficie de l'accroissement des recettes fiscales pétrolières qui
« doublent après 1965 et triplent jusqu'en 1971. Après, elles
qui accentue son emprise". À la fin de la décennie, il ne fait
plus aucun doute que la révolution populaire est sous la coupe bénéficient du saut de 1972-1973, et seront donc multipliées par
sept environ" ». Cela dit, la profusion des revenus après 1973 n'a
d'un régime autoritaire où les décisions politiques, économiques,
pas, contrairement à l'Irak et à la Libye, accéléré la concentra-
militaires et diplomatiques échappent totalement aux institutions
tion du pouvoir. Les revenus pétroliers permettent au régime de
politiques représentatives du peuple; le gouvernement et le congrès
consolider la coalition qui dirige l'Algérie (commis de J'État et de
général du peuple ont de toute façon été transformés en organes
l'armée, président-directeur général des sociétés nationales, les
de représentation, d'abord du CCR, puis des «directives» du qa 'id
(guide), Mouammar Kadhafi. Or, tout comme le Baath en Irak, la walis): « Sa problématique est d'empêcher toute autre couche de
s'ériger en nouvelle classe dominante.» Fort de ces revenus et de
révolution libyenne dispose à cette époque de revenus vingt fois
plus importants que lors du coup d'État de 1969; les décisions la légitimité révolutionnaire, le régime peut se passer d'institutions
démocratiques et cela « explique l'absence de participation, de
démocratie, d'Assemblée nationale, ainsi que la quasi-inefficacité
69. «Le discours de Zouara prépare la charte de la révolution populaire;
suppression, des lois en uiqueur ; élimination de tous les "malades"
qui s'opposent il la marche de la révolution; liberté totale dOn1léeaux
71. Henry F. Jackson, The Fl.N in Algeria, Party Development in a
masses et au peuple qui sera armé; 'révolution administrative. Tous les
Revolutionary Society, Londres, Greemuood Press, 1977, p. 203.
fonctionnaires passifs seront destitués; révolution culturelle. Toutes les
théories importées et contraires il l'islam et aux objectifs du 1" sep- 72.A. Dahmani, L'Algérie à l'épreuve. Économie politique des réformes
(1980-]997), Paris, L'Harmattan, /999, p. 26.
tembre seront éliminées », voir Hervé Bleucnot, Chroniques et docu-
73. M. Bennoune et A. ei-Kenz, Le Hasard et l'histoire. Entretien
ments libyens,1969-1980, Paris, CNRS, 1983, p. 56.
avec B. Abdesselam, Alger, ENAG, ]990, p. 273.
70. Hanspetter Mottes, «The Rise and FaU of the RevolutiOltaty
74. Bruno Etienne, L'Algérie cultures et révolution, Paris, Seuil, 1977,
Committees », dans Dirk vandeioalle (eâ.}, Qadahfi's Libya, 1969-
p 262.
1994, New York (N. Y.), St Martin Press, /995.
56 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LA CAPTURE DE LA RENTE
1 57

socialistes. En Irak, c'est le parti, composé de vingt-cinq mille La rente pétrolière doit donc servir à la fourniture des besoins
membres à temps plein et de un million et demi de militants" fondamentaux. La réforme agraire, en fait la confiscation des
qui, en théorie encore, doit permettre l'édification d'un «État terres, s'inscrit également dans cette recherche d'une meilleure
moderne», en détruisant les appartenances tribales et en réduisant redistribution sous le contrôle exclusif du parti".
les frontières religieuses et ethniques. L'impression que donnent ces régimes est donc d'être parvenus
L'incompatibilité de ces révolutions socialistes avec les valeurs à faire sortir leur population de la misère, à moderniser l'islam,
de l'islam est soulignée par les théologiens pour lesquels le à rendre compatible la révolution socialiste et le développement.
progressisme des dirigeants est en réalité très éloigné de l'islam Ils semblent être au monde arabe ce que le Japon est pour l'Asie,
traditionnel. Mouammar Kadhafi, en invoquant son droit à une avant-garde permettant la renaissance d'une région - ,le
l'ijtihad pOUT interdire la polygamie en juillet 1978, s'est attiré monde arabe - qui avait basculé dans le déclin après son apogee.
les foudres des ulémas libyens: «Retourner au Coran, dit-il, car Ces pays suscitent une certaine fascination, leur • réussite., ~st
nous y trouvons les textes et les principes pour une meilleure vantée par ceux qui croient en leur succès. L'image de l'Algérie,
organisation de la société et surtout pour des relations équilibrées de l'Irak et de la Libye est alors celle de pays émergents, sûrs de
entre l'homme et la femme .• En accordant à la femme le droit de l'avenir et confiants dans les hommes qui les dirigent. Les cartes
divorcer si elle ne s'estimait pas sexuellement satisfaite, la Libye de géographes, les plans d'urbanistes, les résultats éc~no~iques
révolutionnaire fait la une des magazines féministes occidentaux, et les données statistiques sont les • preuves» de la réussite des
qui voient en M. Kadhafi le libérateur dela femme en terre d'islam. révolutions arabes socialistes. Pourtant, une grande partie de ce
La tentative de dissocier l'islam (institution) du Coran (parole succès ne doit rien à la révolution ou au socialisme: il repose
révélée) est alors une approche révolutionnaire qui se justifie par principalement sur la rente pétrolière, moteur de ce dynamisme,
la dimension «authentique et fondamentale» de la révolution. mais aussi sa plus grande menace. Durant toute cette période, la
Mais, en Algérie, la préoccupation de la révolution socialiste est quasi-dépendance envers cette unique source de reven~s .ex~é:
de remplir les • ventres creux» et non de confronter la révolution rieure n'est pas encore à l'ordre dujour. Seul son usage discipliné
à une lecture révolutionnaire de l'islam. Pour Houari Boumediene: et efficace soulève J'admiration. Bien qu'il eût été légitime de se
«Les hommes ne veulent pas aller au paradis le ventre creux, un demander sur quels critères ceux qui en définissent l'usage o~t
peuple qui a faim n'a pas besoin d'écouter des versets. Je le dis été choisis, ce débat n'est pas considéré comme opportun. PIS,
avec toute la considération pour le Coran que j'ai appris à l'âge il rejette d'emblée ceux qui le soulèvent et le souhaitent dans la
de 10 ans. Les peuples qui ont faim ont besoin de pain, les peuples catégorie des contre-révolutionnaires. En fait, et en coulisses, ce
ignorants de savoir, les peuples malades d'hôpitaux'".» La rente succès repose sur un encadrement de la société par des forces
pétrolière doit donc servir avant tout à cela; en d'autres termes, paramilitaires acceptables de par leur seule e:~cac.ité. ~i, en
elle est au service d'un accès au paradis en meilleure forme. En Irak, le parti Baath rassure ses partisans, il inquiete bien sur .ses
Irak, la Constitution de 1970, stipule: «Les richesses naturelles et adversaires et opposants par sa capacité à contrôler la scene
les moyens de production essentiels sont la propriété du peuple .• politique. Le temps des coups d'État est révolu": • La force du

BO.Jolrn F. Deolin, • The Baatlr party. Rise and Metamorphosis», The 82. R. Springborg, .Baathism ill Practice: Agriculture, Politics and
American Historical Review, 96 {5}, 1991, p. 1406. political Culture in Syria ami Irak», Middle Eastern Studies, /7 (2),
B/.Discours au sommet islamique de Lahore, enfévrier 1974. Voir avril 1981 , p. 201. . .
H. SaI/SOli, «L'Islam de Houari Boumediene», AAN, tome )(VI!, 83. Benjamin Sluvadran écrit: «The most olltst(lIIding chaTOctenstlc
/978, p. 267-277. of Iraq evell by comparison /Vith other major oil-prodllcmg MIddle
58 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROUÈ:RE LA CAPTURE DE LA RENTE 1 59

Baath tient non seulement dans la capacité affirmée depuis dix au niveau municipal et régional. Le rôle de la sécurité militaire
ans de ses dirigeants, mais aussi dans la parfaite organisation de est prépondérant dans la cooptation des élites, l'organisation des
l'encadrement de ses forces. Une partie de celles-ci est d'ailleurs congrès, les débats publics ... La peur est désormais un facteur de
maintenue au sein d'une armée populaire, véritable milice, qui a vu l'exercice du pouvoir".» Elle remplit une fonction de régulateur
le jour le 8 février 1970'4.' Un tel dispositif démontrera quelques des conflits et des rivalités, elle distribue richesses et privilèges aux
décennies plus tard son potentiel destructeur et la difficulté de le alliés, recycle dans les affaires ses anciens partenaires et élimine les
déraciner. La complémentarité entre les tribus, le parti et l'armée insoumis. À l'exemple du Baath, et des comités révolutionnaires,
assurait de surcroît au régime une ossature robuste, nécessaire la sécurité militaire fait office d'organisation clandestine violente
à sa survie". En Libye, la Jamahiriya a favorisé l'éclosion de dont la finalité est d'établir la stabilité politique et de sécuriser
«comités partout», mais elle s'est également dotée de Comités les transactions. L'abondance financière a provoqué des stratégies
révolutionnaires chargés de mettre de l'ordre dans les débats. collectives d'enrichissement dans des États dépourvus d'institu-
Créés en 1977 par le commandant Abdel Salam Jalloud, alors tions démocratiques et donc incapables d'établir des règles du
numéro deux du régime, ces derniers, dirigés par des responsables jeu formelles. La concentration du pouvoir politique et militaire
directement nommés par le Guide, forment une véritable police au sein de groupes restreints a permis une redistribution sélective
politique chargée de dédoubler les comités populaires de base. mais contrôlée de la richesse. En somme, le Baath, les comités
Ils ont pour mission d'éliminer les opposants, de faire taire les révolutionnaires et la sécurité militaire remplissent les fonctions
contestataires et d'imposer aux comités populaires de base les direc- classiques attribuées aux mafias: sécuriser les transactions dans
tives politiques à suivre": Dans un rare moment de compassion, un marché dépourvu d'instrument de protection.
Kadhafi dénoncera leurs exactions: « Ils ont dévié, endommagé, Cet encadrement de la société témoigne-t-il de l'inquiétude
torturé. Le révolutionnaire ne doit pas user de la répression. Au des dirigeants face aux transformations rapides des sociétés? Le
contraire, je veux montrer que les comités aiment la masse".» taux de croissance • asiatique. (en moyenne 7 0/0 de 1973-1985)
En Algérie, un instrument redoutable s'est mis en place avec la fait-il craindre l'émergence d'une. contre-révolution bourgeoise.
sécurité militaire: • Ses réseaux, écrit M. Harbi, pénètrent les portée par la classe moyenne? Cet encadrement n'est-il pas, plutôt,
administrations, le FLN, la police, choisissent les représentants une démonstration pour intimider tous ceux qui peuvent avoir
l'intention, voire la prétention, de remettre en question le contrôle
Eastern countries and uihich is a key ta its entite history and deuelop- exclusif de la rente par ces cercles restreints qui sont parvenus à
ment is its political and general instability», The Middle East, Oil and en prendre possession? Comme le rappelle Marion Farouk Sluglett
the Great Powers, Jérusalem, Israel University Press, 1973, p. 267. pour l'Irak, le taux d'urbanisation a beau être passé de 35 0/0 en
84. Philippe Rondot, L'Irak, op. cit., p. 60.
1947 à 65 0/0 à 1977: «Au-delà de cette façade, la reproduction
85. A. Baram, «Neo- Tribaiism in Iraq: Saddam Hussein 's Tribal
des valeurs patriarcales, des liens familiaux, claniques et tribaux
Policies 1991-96", International Journal of Middle East Studies
29 {J}, 1997. ' se poursuit depuis la mise en place du régime dictatorial'" .•
86. David Blundy et Andrew Lycett, Qaddafi and the Libyan Revolution,
Boston [Mass.], Brown, 1987; Hanspetter Mottes, «The Rise and 88. Monomed Harbi, «Processus de relégitimatian du pau'vair en
Fall of the Reuolutionnary Cammittees", dans Dirk vandeioaite (ed.), Algérie., dans Michel Camau, Changements politiques au Maghreb,
Qadhafi's Libya, op. cit. Paris, CNRS, 1991, p. 134.
87. Discours à la télévision, en mai 1988, cité par D. vandeiuaile, 89. Marion Farouk Sluglett et Peter Sluglett, .The Historioqraphy of
Libya SUIce Independence. Ithaca {N.Y.J, Cornell University Press, Modem Iraq', The American Historiai Review, 96 {5J, décembre 1991,
J 998, p. 147.
p. 1412.
62 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE

l'unique source de revenus extérieurs qui, à leur tour, irriguent


les méandres
organes
nettoyant
de réseaux
centraux
régulièrement
bon fonctionnement
composés
de régulation
de tous
de cette mécanique.
de clients et protégés
s'efforcent
ceux
d'entretenir
qui peuvent
que les
en les
affaiblir
En dix ans, de 1970 à
le
Chapitre 2
1980, ces régimes sont parvenus à faire oublier la pauvreté et
Les illusions de la puiMance pétrolière
le désarroi dans lequel leurs populations baignaient. La montée
exponentielle du prix du baril de pétrole laisse penser que la
Promis à un bel avenir au début de la décennie 1970, vingt ans
richesse pétrolière est infinie. L'efficacité des organes centraux
après l'Irak, est ruiné et détruit, l'Algérie est en faillite financière
de régulation a permis une redistribution sélective des richesses
et en guerre civile et la Libye, sous embargo. Le nationalisme
instaurant une période de stabilité politique enviable. Ces succès
pétrolier, sous lequel a grandi toute une génération convaincue
ne vont pas manquer d'aveugler les thuriféraires de ces nou-
qu'elle détient, grâce à ce cadeau de la nature, la richesse et la
velles puissances (économiques, pétrolières et militaires) qui les
puissance, a conduit ces pays dans une impasse. Investi de toutes
imagineront capables de redéfinir un nouvel ordre économique
les vertus, le pétrole doit à la fois être l'arme contre le sous-
mondial et de recomposer au niveau régional un paysage plus
développement, la clé qui va ouvrir la porte de la modernité, le
conforme à leurs ambitions.
nerf de la guerre contre l'impérialisme et le sionisme. En somme,
il est, pour ces pays, la juste récompense octroyée à tous ceux
qui ont été maltraités et humiliés par l'histoire contemporaine.
Mais en réalité, la capture de la rente dans les années 1970 va
les aveugler. L'arrivée subite de l'abondance financière, dans
des États aux institutions politiques vulnérables, a pour effet de
réduire à néant la réceptivité des dirigeants aux demandes de leur
société. La grandeur des projets à réaliser repose sur la croyance
que la richesse pétrolière est illimitée, que la montée du prix du
pétrole est exponentielle. Cette conviction nourrit la démesure
des projets économiques et alimente des ambitions de suprématie
économique et militaire régionale. Elle conduit également à un
usage immodéré de la dépense. De plus, l'enrichissement soudain
inhérent à la nationalisation du secteur des hydrocarbures rend la
politique étrangère de ces pays plus agressive et la relation entre
les coalitions autoritaires gouvernantes et la société encore plus
violente. En d'autres termes, la richesse pétrolière crée un« univers
irrationnel et symbolique. favorisant un «autisme sociétaire» '.

1. Sol Pérez Scheel iPetr61ea, cultura y poder en Venezuela, Caracas,


Monte Avila, 1993, cité par F. Langue, <Machiavel et la démocratie
au Yénézuéla», Nuevo Munda, 2005, http://nuevomundo.revues.org
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLlËRE LA CAPTURE DE LA RENTE 61
60 1

Ces révolutions ne sont-elles que des captures politiques, des le plus violent: «Les dirigeants transformaient le parti lui-même
«indépendances confisquées», comme l'écrivait Ferhat Abbas en véritable instrument de l'État quadrillant l'armée et créaient
concernant l'Algérie de Boumediene"? Cette période historique, plusieurs services de sécurité concurrents équipés des moyens
extrêmement importante dans la formation des systèmes politiques, de surveillance et de coercition les plus modernes. Quiconque,
est caractérisée par la rencontre inattendue entre les révolutions à l'intérieur ou à l'extérieur du parti, était en désaccord avec le
socialistes, espérées et portées par des élites nationalistes révolu- groupe dirigeant autour de Bakr et de Saddam Hussein, était soit
tionnaires, et l'abondance financière inhérente à la nationalisation limogé, soit éliminé'".»
des hydrocarbures puis au premier choc pétrolier. Rappelons que
le prix du baril passe de 2 dollars au début des années 1960 à _ Conclusion
40 dollars à la fin des années 1970. C'est dire combien la mise La capture de la rente par des organisations révolutionnaires et
en œuvre des révolutions ne peut qu'être soumise à de très fortes la gestion des révolutions par des organes de sécurité expliquent-
rivalités pour sa gestion. L'accès aux organes régulateurs (sécurité ils l'aveuglement politique des régimes à la fin des années 1970?
militaire, comités révolutionnaires, parti Baath) s'apparente à un La certitude que le prix du baril de pétrole ne peut que croître
gage, non seulement de protection, mais surtout d'enrichissement renforce la mainmise des appareils de sécurité sur l'État, le privant
rapide. Les multiples projets économiques, plus ou moins réalistes, par là même de tous les outils nécessaires à sa conduite. Si cette
sont en fait des opérations indirectes de recyclage des revenus période historique fait figure d'âge d'or dans l'imaginaire collectif,
issus de la rente. Si, dans les années 1970, les investissements elle apparaît rétrospectivement comme une période charnière dans
publics étaient colossaux, il n'existe aucune institution politique la trajectoire politique de ces pays. Elle a permis la fusion entre
légitime à même d'exercer un contrôle sur ces dépenses, pas plus les organes centraux de régulation (milices du Baath, comités
qu'une presse libre capable de rendre compte des arbitrages sous- révolutionnaires, sécurité militaire) et l'économie rentière. À la
jacents aux projets retenus. La révolution n'est-elle qu'un alibi, fin des années 1970, l'État est le seul propriétaire et dépositaire
une fiction, un régime arbitraire nécessaire à l'accaparement des d'une grande partie des biens et services. La révolution agraire a
biens et des revenus de la rente? S'il est difficile de répondre, exproprié les propriétaires, l'urbanisation a transformé les terres
force est de constater qu'à la fin des années 1970, aucune de ces agricoles en biens immobiliers, la survalorisation de la monnaie
révolutions ne fait plus illusion. Certes, les régimes ont réussi nationale et le contrôle des changes ont favorisé la spéculation
à mettre en place des mécanismes assurant la stabilité poli- sur les devises, la réglementation des échanges a donné nais-
tique et des organes centraux de régulation. Mais ils orientent sance à la corporation des importateurs de biens et de produits.
également ces révolutions vers un autoritarisme sans frein, la L'abondance financière a réduit à néant les valeurs originelles des
dictature, voire la tyrannie. L'emprise des organes centraux est révolutions socialistes. Le secteur des hydrocarbures est devenu
d'autant plus puissante que les revenus du pétrole ne cessent
d'augmenter, permettant ainsi le financement d'un appareil de 91. Marion Fa.rouk-Sluglett, <Irak: rente pétroNère et concentration
répression sophistiqué et efficace, c'est-à-dire apte à prévenir les du pOUlloi,., Maghreb-Machrek. J 31, janvier-mars J 99.1, p. 6;

coups d'État éventuels et à annihiler les adversaires potentiels. H. Bozarsla /1 souligne que: «Tout indique que, progressivement, le
nouveau prince issu du Baath en vint à considérer l'État comme UII
Des trois régimes, l'Irak devient à la fois le plus sophistiqué et
mulk, comtituant sa propre ji.na./ité personnal:isée et ne pouvant, ell
dernière itlSta.llCC en assurer sa durabilité que par sa. tnlllsmissioli
aux héritiers mâles., «L'Irak en perspecti.ve », Revue des mondes
90. Ferhat Abbas, L'Indépendance confisquée, Paris, Flammarion,
musulmans et de la Méditerranée, J 17- J 18, juillet 2007, p. 8.
1984.
64 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLIÈRE 1 65

Nous faisons l'hypothèse que la rente pétrolière a permis de dirigeants. L'Algérie, l'Irak et la Libye se transforment à grande
satisfaire un besoin de domination dont la formation remonte à vitesse: urbanisation, alphabétisation, industrialisation. Le passé
l'occupation coloniale. La rancœur accumulée durant cette période colonial semble loin pour ces jeunes États qui ont décidé de
a produit un profond sentiment de revanche contre les anciennes bouleverser les structures sociales et économiques héritées de
puissances coloniales. Mais les nouveaux régimes, incapables de cette période. L'échec des réformes agraires n'apparaît pas encore
rivaliser sur le plan militaire et économique avec ces dernières, ont comme une préoccupation majeure. La population a doublé dans
déversé leur amertume sur leurs voisins: marocain pour l'Algérie, ces trois pays, néanmoins la rente pétrolière permet le paiement des
tunisien et tchadien pour la Libye, iranien et koweitien pour l'lrak. importations massives de produits alimentaires. Les contradictions
De façon symptomatique, ces trois pays ont pour même ambition économiques commencent à poindre, mais les résultats obtenus au
d'atteindre une suprématie militaire et une domination économique cours de la décennie 1970 ne peuvent que renforcer les factions des
sur leur région. Celle-ci est pourtant vouée, elle aussi, à l'échec. instances dirigeantes qui considèrent que le volontarisme politique
Défaits face à l'Arabie Saoudite lors de leur tentative de contrôle a fait sortir les pays du <sous-développement •. À ceux qui souli-
de l'OPEP' (ce qui les conduira, associé à leurs choix économiques gnent que ces succès sont tout relatifs, tant la dépendance envers
et leurs dépenses inconsidérées, à une crise financière majeure les hydrocarbures est totale, les thuriféraires du socialisme arabe
à la fin des années 1980) et impuissants à venir à bout de leurs opposent un farouche déni de réalité. Ils arguent, par exemple, que
voisins, ces trois régimes retournent alors toute leur intelligence le système de santé irakien est l'un des meilleurs du Moyen-Orient
et leur puissance contre des opposants de l'intérieur. Loin de et que certains patients viennent de l'étranger pour se faire soigner
s'effondrer ou d'accepter de remettre le pouvoir aux coalitions dans ce pays, que les Tunisiens migrent en Libye pour travailler,
de partis politiques qui le réclament, ils ont recours à la brutalité que les Marocains envient leurs voisins algériens, etc.
pour se maintenir en place et reconstruire dans la violence les Ces résultats économiques ont favorisé un compromis social qui
ressorts de leur consolidation. a grandement participé à la stabilité des régimes. <Le compromis
social algérien peut être résumé ainsi: les revenus pétroliers et
- La recherche des attributs de la puissance l'accès aux prêts internationaux ont favorisé la généralisation
Les choix politiques des années 1970 ont orienté la trajectoire d'un système salarial et la création d'emplois improductifs".» C'est
de ces pays vers une illusion de puissance. La rente pétrolière et au cours de cette période le cadre théorique et politique expli-
l'abondance financière subséquente ont conforté les décisions quant et justifiant l'action et la vision des coalitions dirigeantes
précédemment prises par ces régimes non démocratiques; elles est formulé: lors du huitième congrès du Baath en 1974, dans
ont empêché toute remise en question, en dépit du constat d'échec la charte d'Alger de 1976,' ou bien encore dans le Livre vert de
flagrant à la fin des années 1980. La coercition et la redistribution
ont rendu la scène politique silencieuse, obéissante aux partis 3. J. Leca, «Social Structure and Political Stability: Comparative
révolutionnaires guidés par des chefs «charismatiques », Alors que Evidence from the Alqerian, Syrian and lraqi Cases», dans A. Datuish
la communauté nationale se fissure, laissant entrevoir son potentiel et L. W. Zartman, Beyond Coercion: Tbe durability of the Arab State,
Londres, Craon! He/m, 1988, p. 173.
de violence, ces régimes rayonnent sur la scène régionale, voire
4.J. Leca et J.c. Vatin. écrivent: «Les chartes remplissent deux fonc-
internationale. Les succès de la décennie 1970 ont enflammé les
tions. Elles décrivent la vision que le pouvoir a de la société concrète,
empiriquement obseruabte, [elles] ont pour seconde fonction de consti-
tuer une doxa et par conséquent d'indiquer les comportements ortho-
2. J. Skeet, Opee: Twenty Five Years of Priees and Poli tics, Cambridge, dores», dans J. Leca et J.c. VaNn, «Le système politique alqérien»,
Ca'mbridge University Press, 1991, p. 236. AAN, Paris, CNRS, 1977, p. 16.
66 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROUtRE 1 67

19775. Pour beaucoup d'observateurs, ces textes constituent la de connaître la contestation intérieure, ces régimes ont mis en
matrice explicative de l'action des régimes, et une lecture fine œuvre une ambitieuse et coûteuse politique régionale qui va
peut permettre de déceler les différents courants. Toutefois, force susciter l'inquiétude de leurs voisins.
est de reconnaître que, face à l'impression d'unanimisme de ces
régimes et au regard de la mainmise du parti Baath, du FLN et - L'envolée des dépenses militaires
des comités révolutionnaires sur les instruments d'expression
Emportés par la dynamique du succès diplomatique que
des sociétés, il était difficile d'apercevoir, au-delà des opposants
constitue la nationalisation du secteur des hydrocarbures et par les
notoires en exil ou emprisonnés, les signes avant-coureurs de leur
bénéfices du premier choc pétrolier, les régimes algériens, irakien
fragilité. L'impression qu'ils dégagent est celle de puissances en
et libyen se lancent dans une ambitieuse politique étrangère. La
devenir. En réalité, le contrôle des instruments d'expression des
rente pétrolière permet de grosses dépenses militaires et une plus
sociétés est partiel, en raison de l'incapacité des régimes à satis-
grande implication dans les conflits. Les régimes justifient ces
faire leurs ambitions hégémoniques et de l'intelligence des acteurs
dépenses par l'état de guerre contre «l'ennemi sioniste ", quand
sociaux à contourner et à transformer les appareils de contrôle.
bien même les arsenaux accumulés sont très peu utilisés contre
Cela dit, la rente pétrolière a bel et bien permis le financement
Israël. Les dépenses militaires ne cessent d'enfler: en Libye, elles
d'un système de redistribution qui, sans être imperméable à la
représentaient 12 0/0 des dépenses publiques totales en 1970, 23 0/0
conjoncture, est tout de même parvenu à assurer la légitimité de
en 1975 et 34 0/0 en 1980; en Irak, elles étaient de 41 0/0 en 1970,
ces régimes, validant par-là et jusqu'à la fin des années 1980, la
descendaient à 32 010 en 1975 et doublaient en 1985 (66010), en
corrélation entre État rentier et stabilité politique". En assurant
pleine guerre contre l'Iran; en Algérie, elles étaient de 14 010 en
le bien-être matériel de ses citoyens sans leur prélever d'impôts,
1970, puis 18 Ofo en 1975, avant de chuter à 6010 en 1981 pour
I"État rentier semble immunisé contre toutes formes de reven-
rebondir et atteindre 37 010 en 1992', au début de la guerre civile.
dications. En théorie, la redistribution de la rente dépolitise les
Avec le contrechoc pétrolier et l'effondrement du prix du baril à
transactions entre l'État et ses citoyens et donc offre la paix sociale
partir de 1985, ces dépenses deviennent rapidement insoutenables
en contrepartie de l'absence d'ingérence dans les décisions poli-
pour les gouvernements et incompréhensibles pour des populations
tiques. En suivant cette ligne de raisonnement, les changements
aux demandes sociales en expansion. Cet investissement massif
politiques deviennent difficilement pensables. Or, à la fin des
dans le secteur de la défense a des objectifs différents selon les
années 1980, des mouvements insurrectionnels déstabiliseront
pays. La Libye aspire à devenir la plaque tournante des révolution-
ces régimes et provoqueront une relecture des effets politiques
naires du monde entier, d'où la disproportion entre ses dépenses
de la rente pétrolière. Il importe néanmoins de rappeler qu'avant
militaires et les moyens susceptibles de les utiliser, disproportion
qui s'explique par la redistribution des armes à des groupes de
5.• Political, Economie and Sociai Bases of the Third Universai Theory. guérilla internationaux engagés dans une lutte anti-impérialiste,
Muammar Kadhafi's Thouqht», Belgrade Colloquium, April 1982, anticolonialiste ou • antisioniste" », La Libye révolutionnaire se
World Center For researches and Studies of «The Greell Book" Tripoli.
6. H. Beblawi, «Yet the fact remains that evell limited revenue from
abroad dramatically improues the state's ability to buy legitimacy 7. 0ystein Noreng, «Oil and Islam: Misuse of Money Causinq Social
throuqh. allocation and increases regime stability. Iraq since the early and Politieal Tensions>, dans 0ystein Noreng, Oil and Islam. Social
seventies and Aigeria almost since independence have had remark- and Economies Issues, Chichester, Wiley, 1997, p. 6.
ably stable power structure», dans G. Lueiani [ed.}, The Arab State, 8. W. Zartman et A. Buelldia, «La politique étranqère libyenne»,
Londres, Routledge, 1990, p. 79. daus ouvrage collectif, La Libye nouvelle, Paris, CNRS, p. 129.
70 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLIÈRE 71

Rome et de Vienne, constitue, pour l'administration américaine, l'ambitieuse politique terroriste se fonde sur un soutien tous
le véritable argument à la politique de sanctions économiques azimuts aux organisations politiques et militaires en lutte contre
et militaires contre la Libye. Le bilan terroriste de la Libye est l'impérialisme, le sionisme et le néocolonialisme. Concrètement,
difficile à évaluer, mais on estime que plus de trente pays on t cette politique expose la Libye à devenir l'ennemi des États-Unis,
été affectés par les. attentats parrainés par la Libye 14 '. La notion d'Israël, du Royaume-Uni et de la France. Entre 1978 et 1986,
d'État terroriste" s'est construite dans ce contexte, qui englobe le régime libyen dispose de moyens financiers considérables en
toute une série de menaces définies par la politique de sécurité raison de la montée du prix du baril de pétrole. Le coût de cette
nationale des États-Unis. ambitieuse politique terroriste est difficilement évaluable, mais
Cette politique libyenne est née au début des années 1980'6, le montant des achats d'armes durant cette période est estimé à
avec la création, en 1982, du Centre libyen anti-impérialiste, 12 milliards de dollars environ!". Elle n'est qu'une des facettes,
connu sous le nom de Mathaba International, véritable think tank la plus destructrice certes, d'une ambition plus vaste: la Libye
ou colonne vertébrale de la politique terroriste. TI prospecte dans cherche à se doter de tous les attributs possibles de la puissance
les zones de tensions afin de déceler les marchés émergents du militaire. Rappelons en effet que le régime ne se limite pas à
terrorisme international. Comme le Moyen-Orient est un enjeu édifier une infrastructure terroriste, il s'est aussi lancé dans un
pour d'autres puissances régionales, la Syrie et l'Iran par exemple, programme d'armes de destruction massive et importe aussi
il laisse peu d'espace à la Libye. Aussi le régime révolutionnaire beaucoup d'armes conventionnelles. Au début des années 1970,
décide-t-il d'investir des marchés porteurs comme l'Asie du Sud-Est le régime libyen cherche à se doter de l'arme atomique auprès
(les Philippines), l'Amérique latine et l'Afrique. Des agents libyens de la Chine. Face à son refus, il se tourne vers le « marché noir'?»
offrent des stages de formation à la guérilla et aux techniques pour mettre en place des « structures élémentaires de recherche et
terroristesà de nombreux mouvements nouveaux, ils fournis- de développement» pour son réacteur nucléaire à Tajura. À partir
sent aussi un soutien à des organisations bien consolidées, telle des années 1980, le développement des armes chimiques prend
l'IRA. La Mathaba International était dirigée par Moussa Kussa, son essor. La construction du complexe de Rabta (Pharma 150),
dont les vastes réseaux personnels lui permettaient de nouer des
relations avec des personnalités diverses". Pour le régime libyen,

14. Sandrine Santo, .L'ONU face au terrorisme >, Groupe de recherche 18.• Between. 1979 and 1983, Libyan imports of military hardware
et d'information sur la paix et la sécurité. www.grip.org amollllted to $12,095 millions [...] bettveen 1970 to 1985 total e.xpen-
/5. Voir Philippe Moreau-Defarqes, • "L'État voyou", un concept ins- diturcs to overseas purchases of military goods and services at some
trument», Défense nationale, 2, février 1998. $29 billions». William J. Foltz, «Libya's Mi/itary Pouier», dans René
16. Helmy Ibrahim, «La Libye ou l'institution politique du terrorisme >, Lemarchand ied.), The Green and the Black, op. cit., p. 62; voir aussi
Esprit, 94-95, mai-juin 1983; Allan Doives, «Qu'est-ce qu'un État Anthony H Cordesma'l, A Tragedy of Arms: Military and Security
terroriste?», Les Cahiers de l'Orient, 36, 1986; Ronald Bruce St John, Developrnents in the Maghreb, Santa Barbara [Calif.}, Gree1lwood
• Terrorism and Libyall Foreign Policy, 198/ -/986., World Today, 42, Publishing Group, 2002, p. 60.
1986. 19.Au cours d'aveux publics télévisés le 4 février 2003, Abdul Qadeer
17. En août 2000, la Mathaba organise un congrès où sont pré- Khan, le «père de la bombe atomique. pakistanaise, révèle qu'il a
sents: Sam Nujoma (Namibie), Robert Mugabe (Zimbabwe), Museueni fourni des plans de construction de centrifugeuses à la Libye. Le New
(Uganda), Idris Deby (Tchad), Shaffik Handal (FMIN, San Salvador), York Times du 18février 2003 retrace les réseaux privés qui ont per-
Daniel Ortega (FSLN, Nicaragua), Raul Reyes (FARC, Colombie), etc. mis à la Libye de se fournir, non seulement au Pakistan, mais aussi
http:// 'qïobalsecurity.org en Malaisie.
68 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTRoutRE 1 69

transforme ainsi en une caserne à ciel ouvert. L'Irak de Saddam (la France et le Royaume-Uni) et «la puissance sioniste» (Israël).
Hussein ambitionne de devenir une puissance regionale reconnue: Pour nombre d'observateurs, seul le comportement irrationnel
• En bref, nous voulons que l'Irak joue un rôle de premier plan dans de Kadhafi peut expliquer cette attitude belliqueuse. Cependant,
la region du monde arabe. Nous voulons que l'Irak joue un rôle si la Libye de Kadhafi n'est pas l'Union sovietique, elle est, dans
de premier plan dans la lutte contre l'impérialisrne".» La recherche les années 1970, la quatrième puissance exportatrice mondiale
de l'autonomie constitue une constante du regime. L'Irak veut de pétrole: le régime dispose donc des moyens de ses ambitions
sortir du rôle de simple client de l'industrie militaire pour entrer et de sa crédibilité, Alors que la plupart des Libyens se seraient
dans celui des pays producteurs d'armement, à l'instar de pays contentes d'un régime économiquement performant et socialement
émergents latino-américains des années 1970 comme le Brésil agréable à supporter, Kadhafi décide de placer la population de
et l'Argentine. Quant aux depenses militaires de l'Algérie, bien la Jamahi.riya au cœur des preoccupations de la communaute
qu'inférieures, elles demeurent conséquentes. lei, la préoccupation internationale. Sous son egide, la Libye se transforme en un .État
régionale prend le dessus sur les problèmes moyen-orientaux: terroriste 1> accueillant chaleureusement tous les révolutionnaires du
l'impératif est de maintenir une suprématie militaire sur un Maroc monde dans le cadre de sa politique de soutien aux organisations
qui absorbe progressivement le Sahara occidental '0. révolutionnaires. La construction d'une infrastructure terroriste
Au cours de la décennie 1980, ces dépenses n'ont pas pour vise dans un premier temps à éliminer les ennemis intérieurs et
autant transformé ces pays en puissances militaires, pas plus extérieurs de la révolution libyenne. La politique de la Libye en
que les investissements dans l'industrialisation n'ont permis le Afrique est clairement marquée par la volonté de combattre les
décollage d'un secteur industriel compétitif. En fait, l'armée en régimes africains qui accueillent les opposants libyens et ceux
Algérie et en Libye a davantage rempli une fonction de police qui établissent des relations diplomatiques avec l'État d'Israël".
intérieure qu'elle n'a agi comme force d'expansion exterieure. Seule Dans une deuxième étape, le régime revolutionnaire, dope par
l'armee irakienne, alors dirigée par les civils du parti Baath, a ete la montée du prix du baril de pétrole, se lance dans un soutien
entraînée dans des guerres d'invasion, en Iran puis au Koweït". à des mouvements revolutionnaires communistes, séparatistes,
fondamentalistes, en Amérique latine (Guatemala, Salvador,
- La Libye: une caserne à ciel ouvert Équateur, Colombie) et en Asie (Bangladesh, Philippines). Le
régime révolutionnaire édifie des camps d'entraînement et de
La Libye du colonel Kadhafi illustre l'aveuglement que peut
formation aux techniques de la subversion du terrorisme (camps
engendrer la rente pétrolière. Considéré comme l'un des pays les
du 7 avril, de Sidi Bilal, de Bin Gashir, de Ras al Hilal). Plus
plus pauvres au monde dans les années 1950, le régime - porté
de trente mouvements terroristes et révolutionnaires auraient
par son idéologie revolutionnaire - a entraîné une population
transité par ces camps entre 1970 et 1993". Enfin, le soutien
de cinq millions d'habitants, de surcroît contrainte de vivre
dans 3 010 du territoire seulement, à affronter à elle seule «Ia du régime révolutionnaire à l'Organisation d'Abou Nidal, res-
ponsable des attentats du 27 décembre 1985 aux aeroports de
puissance imperiale 1> (les États-Unis), «les puissances coloniales»

12. Voir René Lcmarchand pour l'analyse détaillée de la politique


9. Cité par E. Kienle, Ba'th vs Ba'th, Londres, Taurus, 1990, p. 94. de déstabilisation des régimes en Afrique entre 1976 et 1986 par
10. R. Leueau, Le Sabre et le Turban, Paris, Bourin, 1993, p. 225. la Libye. René Lemarchantl, .Beyong the Mad Dog Syndrome., dans
/J. M. A. Helier, «lraq's Army: Military Weakness, Political Utility», The Green and The Black. Qadhafi's Policies in Africa, Bloominqton
dans A. Baram and B. Rubin (eds), lraq's Raad to War, New York (lnâ.), Indiana University Press, 1988, p. 9.
(N.Y.J, St Martin Press, 1993. 13. http://www.global security.orq
72 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLlËRE
LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLlËRE 1 73

grâce à des compagnies étrangères privées", puis de Pharma L'Irak: « le défenseur des Arabes»
200, proche de la ville de Sebha, permet au régime de se doter Les revenus pétroliers vont permettre au régime baathiste de
d'une production d'agents chimiques. Sous l'embargo, le pro- financer la mise en œuvre d'une politique expansionniste fondée
gramme de développement d'armes chimiques se poursuit avec sur la remise en cause de la configuration de l'État irakien ava-
la construction du complexe de Tarhunah à la faveur, là encore, lisé par la Société des Nations en 1920. En somme, si les germes
d'investissements privés étrangers. De nombreux rapports éma- de l'expansionnisme irakien sont inscrits dans la construction
nant d'agences américaines pointaient, dès les années 1990, les britannique de l'État irakien, la capture de la rente, dans les
diverses stratégies utilisées par le régime pour mettre en place années 1970, a favorisé leur développement au sein du parti
les infrastructures industrielles de production d'armes chimiques Baath. Après avoir œuvré à la récupération du pétrole par les
et biologiques". Dans le domaine des armes conventionnelles, Arabes - le slogan du Baath est «le pétrole arabe aux Arabes» -,
le régime a importé du matériel militaire en quantité massive et le Baath se proclame « le défenseur des Arabes du Golfe» face
de façon disproportionnée au regard de ses forces de sécurité. à l'Iran du Shah, puis à la République islamique. En parallèle,
L'Union soviétique et la France sont, au début de la décennie 1980, Bagdad ambitionne de devenir la « capitale du front de la fermeté»
les principaux fournisseurs de chars et d'avions de combat. En face à Israël, dont l'accord du 4 septembre 1974 avec l'Égypte
1986, la Libye dispose de plus de trois mille chars et cinq cents est dénoncé « comme une grave défaite pour la cause arabe ».
chasseurs ou chasseurs bombardiers. Sur le plan quantitatif, le pays Entre 1968 et 1989, l'Irak a dépensé, en achat d'armes, la somme
émerge comme une puissance militaire de premier plan au niveau de 90 milliards de dollars. Comme pour la Libye, l'Union soviétique
régional, mais sur le plan qualitatif, cet arsenal militaire est dans est le principal fournisseur". À la différence de l'Arabie Saoudite
l'ensemble inutilisable de façon efficace. La Libye ne dispose pas qui, sur la même période, avait dépensé 62 milliards de dollars, le
des ressources humaines pour l'exploiter et doit faire venir des Baath irakien a mis en place une industrie militaire susceptible de
techniciens étrangers afin de l'entretenir, voire de l'utiliser. Les promouvoir une autonomie dans certains secteurs de la défense.
limites militaires du régime libyen se révèlent lors de la guerre Comme le souligne Abdelkader Sid-Ahmed dans les années 1980:
contre l'Égypte en 1977, du bombardement américain de 1986 «Le contraste est grand entre les achats massifs d'armements et
et du conflit au Tchad en 1987. Suréquipée, l'armée libyenne l'absence de toute industrie arabe en la matière".» L'objectif du
est, paradoxalement, l'objet d'une méfiance extrême de la part régime est d'appliquer à l'industrie militaire les méthodes qui ont
de Kadhafi: «Le régime craint et se méfie des militaires, il lui réussi dans l'industrie pétrolière. Entre 1972-1987, une «équipe
impose donc des conditions qui limitent son efflcacité".» Les d'armuriers» va, sous la houlette de Kamal Hussein, tenter de
sanctions internationales (1992-2003) acbèveront de dégrader doter l'Irak des bases d'une industrie militaire. Cette politique
l'arsenal militaire acheté à prix d'or une décennie auparavant. permet de distinguer ce régime autoritaire des autres en termes

20. La société allemande Imhausen-Chcmic AG Hajoué un rôle cen-


trai dans la construction du complexe chimique de Rabta », Josua
Sinaï, .Ubya's Pursuit of WMD». The Non Proliferation Review,
printemps-été 1997, p. 94. 23. Oies et Bettie Smolansky, The USSR and Iraq. The Soviet Ouest
21. «Libya. Has trouble Building the Most Deadly Weapons", The for Influence, Durham. (N.e), Duke University Press, ]991.
Risk Report, l, décembre 1995. 24. Abdelkader Siâ-Ahmed, «L'économie arabe à l 'heure des surplus
22. WiUiam J. Foltz, «Libya's Military Power», art. cité, p. 53. pétroliers», Cahiers de l'ISMEA, série P, 26, 1975.
74 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLIÈRE 1 75

de performance: • L'industrialisation militaire donne ainsi l'image ruiné à la fin du conflit", Bien que meurtri par les pertes humaines
d'un secteur valorisant la compétence et la productivité".» et ruiné sur le plan financier, J'Irak est devenu, à la fin du conflit
Entre 1973 et 1983, les rentrées de devises cumulées sont contre l'Iran, en 1988, une puissance militaire crainte au niveau
estimées à 47,5 milliards de dollars. À la veille de l'invasion régional. Son potentiel militaire repose sur une économie en
de l'Iran, en 1979, le gouvernement irakien dispose d'environ crise, incapable d'absorber des dizaines de milliers de soldats
30 milliards de dollars de réserve. La nationalisation du secteur démobilisés. Cependant, la vulnérabilité intérieure du régime
des hydrocarbures et le premier choc pétrolier ont permis à l'Irak est protégée par l'inquiétude régionale que soulève cette armée,
de voir ses revenus pétroliers annuels passer de 487 millions de expérimentée par sept années de guerre et dotée par l'Occident
dollars en 1968 à 13 milliards de dollars pour l'année 1979. Le d'un armement sophistiqué. En effet, J'Irak a pu bénéficier d'un
Baath dispose des moyens financiers de sa puissance: «Bagdad approvisionnement continu en armements. À la différence du
n'aurait pu, écrit l.F. Luizard, déclencher la guerre contre l'Iran conflit entre l'Éthiopie et l'Érythrée, la guerre Irak-Iran a démontré
si les ressources de son pétrole ne lui avaient fourni les bases les avantages de la rente pétrolière dans l'octroi de prêts bancaires
de sa capacité d'arrnement>». La rente pétrolière a joué un rôle nécessaires à l'achat d'armes. En 1990, la vulnérabilité interne du
fondamental dans la projection de puissance du régime irakien. De régime est telle qu'elle provoque l'invasion du Koweït, au motif
façon imprudente, le pouvoir considère que la montée constante que l'émirat œuvre à la perte pétrolière et donc financière de l'Irak.
du prix du baril - qui a permis la réalisation des performances Cette annexion est présentée comme salutaire pour l'économie de
économiques au cours de la décennie 1970 - ne peut que se l'Irak: « Sa'dun Hammadi, ministre de l'Économie, est apparu à
poursuivre la décennie suivante. La guerre contre l'Iran est sou- la télévision suite à l'invasion du Koweït pour dire aux Irakiens
tenue par la croyance en une victoire rapide, éclair, qui aurait affamés que l'occupation du Koweït allait leur permettre de rem-
dû provoquer l'effondrement de la République islamique. Mais la bourser leur dette extérieure colossale dans un délai d'à peine deux
survie de celle-ci a déjoué les prévisions du Baath et a entraîné à quatre ans29.» Endossant la parure du dernier vrai nationaliste
le régime dans une économie de guerre d'autant plus ruineuse" arabe, Saddam Hussein cherche en vain à mobiliser les. masses
que le contrechoc pétrolier sonnera le glas de la prospérité finan- arabes. en présentant l'absorption du Koweït comme le projet
cière irakienne et plongera le pays dans l'endettement. À la fin avant-coureur de la fusion nécessaire d'un monde arabe en péril
du conflit, l'Irak se retrouve avec une dette de 100 milliards de face à Israël et ses alliés. Aveuglé par la puissance du pétrole, il
dollars: stable et prospère avant son entrée en guerre, J'Irak est affirme également que les sanctions internationales ne dureraient
pas car: «Nous détenons 20 % des réserves mondiales. Les sanc-
tions seront levées non pas pour nos beaux yeux mais par intérêt
pour notre pétrole"». Pourtant, la menace que représente l'union
25. David Baran, «Les armuriers de Saddam Hussein», http://wwlV.
possible des deuxième et troisième réserves pétrolières mondiales
eurozine.eom
prouvées de cette période incite la communauté internationale
26. J.F. Luizard, La Question irak.ienne, op. cit., p. 139
27 .• We estimateâ tiiat the total economic cast of the war ta Iran à libérer le Koweït en 1991, plongeant l'Irak dans les affres d'un
from 1980 la August 1988 (in current priees) was $644.3 billions
and to Iraq $452.6 billions. These were the pureiy monetary costs 28. F.W. Axeiqarâ, Iraq in Transition, Boulder iCoïo.), Westview
of the war to both countries and did not include losses throuqh Press, 1986, p. 83.
infïation, the deaths of hundreds of thousands of the working popu- 29. Faleh Abdel al Jabbar, «Why the Uprisinq Failed •. Middle East
latioll ...• , dans K. Mofid, The Economie Consequences of the Gulf Report, 176, mai-juill 1992, p. 4.
War, Londres, Routledqe, 1990, p. 146. 30. Cité par Faleh Abdel al Jabbar, The Guardian, JO juin 1991.
76 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PËTROLlÈRE 1 77

embargo total. Le parti Baath a réussi, grâce à la rente pétrolière, d'un projet révolutionnaire. La révolution algérienne" n'a pas
à améliorer les conditions de vie de la population pour finalement vocation à s'exporter et le modèle socialiste est disposé à cohabiter
les ramener, après l'annexion du Koweït, au Moyen Âge". Après dans la région avec des régimes bien différents, telle la monarchie
la manne financière, l'expérience militaire acquise contre l'Iran marocaine. Les préoccupations des dix premières années ont porté
se trouve dilapidée dans l'aventure koweïtienne. À la différence davantage sur la récupération des richesses du sous-sol et donc ...
des modèles militaires argentins et brésiliens des années 1970, sur une confrontation diplomatique avec la France.
l'Irak du parti Baath a donc échoué à limiter ses ambitions, ce La cession du Sahara occidental au Maroc par l'Espagne, en
qui provoquera la destruction de sa puissance. 1976, modifie toutefois l'ordre des préoccupations dans l'agenda du
régime. Entre 1962 et 19n, l'Algérie ne disposait pas des moyens
- Algérie: le développement d'abord, financiers pour bâtir une réponse aux revendications territoriales
le Maroc après marocaines sur le Sud-Ouest algérien. En 1963, «la guerre des
À la différence de la Libye et de l'Irak, l'Algérie de Boumediene sables. avait démontré que l'héritage territorial de l'Algérie, dessiné
considère que sa puissance ne peut être que l'expression de son par la France, était contesté par le Maroc", d'abord par le parti
développement intérieur. Les préoccupations domestiques priment de l'Istiqlal qui appelait à la restauration du Grand Maroc, puis
sur les projets externes. Certes, durant les années 1970, l'Algérie par la monarchie de Hassan n. Le contentieux territorial entre
a su exploiter les opportunités qu'offre, entre les deux blocs, le l'Algérie et le Maroc avait trouvé une issue dans le traité d'Ifrane
mouvement des non-alignés. Elle propose, par exemple, à l'As- de 1969, par lequel les deux pays s'étaient engagés à respecter les
semblée des Nations unies un nouveau modèle économique entre frontières héritées de la colonisation. Dans les faits, cet affronte-
le Nord et le Sud, projet bien peu révolutionnaire en comparaison ment entre deux États à peine indépendants nourrira méfiance et
avec la Libye voisine. Comme le précise Haouri Boumediene: rancœur. Aussi, lorsque le Maroc récupère habilement le Sahara
• Nous aurions pu faire de la subversion ou même seulement de Occidental à la suite du départ des troupes espagnoles, l'Algérie
la propagande. Nous nous sommes interdit tout celan.' L'Algérie se retrouve confrontée à un dilemme: la reconnaissance du fait
a foi dans le progrès et le développement. Sa définition de la accompli ou la guerre. Mais, à la différence de 1963, l'Algérie de
puissance est économique, mais sa domination s'exprime parfois 1976 dispose d'une rente pétrolière qui, depuis le premier choc
avec arrogance, tant au niveau régional que continental. La rente pétrolier, octroie au régime des revenus abondants. La stratégie
pétrolière doit permettre de rattraper son retard économique et en de l'Algérie face au Maroc est celle du Pakistan face à l'Inde au
faire une locomotive pour le monde arabe et l'Afrique. Les élites Cachemire, «une guerre par sous-traitancev», où le Front Polisario,
algériennes sont convaincues de l'excellence de leur modèle de d'abord soutenu par la Libye, devient très vite un outil au ser-
développement et ne manquent jamais de souligner sa supériorité. vice de l'Algérie. Les dépenses consacrées à l'achat d'armements
La politique étrangère de l'Algérie ne vise pas la mise en œuvre
33. Bruno Étienne. L'Algérie. Cultures et révolutions, Paris, Seuil,
1977; J.P. En/dis, Algeria. The Revolution Institutionalized, Boulder
(Coio.), Westview Press, 1986.
34. Y. Zoubir, «ln Search of Heqemony : The Western Sahara ill
J/. En 1991, J. Baker avait menacé les dirigeants irakiens de « rame- Alçerian-Mcroccan Retations», Journal of Algerian Studies, 2, 1997.
ner l'lrak au Moyen Âge, s'ils ne coopéraient pas. 35. A. Blom, «The 'Multi-Vocal' State: The Policy of Pakistan 011
J2. A. Francos et J-P. Séréni, Un Algérien nommé Boumediene, Kashmin, dans Christophe Jaffrelot (ed.), Pakistan. Nationalism
Paris, Stock, /976, p. J36. witbout a Nation?, Londres, Zed Books, 2002, p. 284.
78 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLlËRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLItRE 1 79

suivront le cours du prix du baril de pétrole: entre 1973 et 1977, traduit par une impasse diplomatique et donc par une tension
elles s'élèvent à 710 millions de dollars, somme dérisoire au regard militaire. Dans sa rivalité économique avec le Maroc, l'Algérie,
de la Libye et de l'Irak à la même période; elles augmentent très aveuglée par les illusions de la rente pétrolière, considère que
sensiblement entre 1978 et 1982, pour atteindre 3,2 milliards; elles le temps joue en sa faveur. L'abondance des revenus issus des
se stabilisent entre 1983 et 1987 à 2,5 milliards de dollars puis, hydrocarbures lui permet de mener une • guerre privatisée» sans
de 1987 à 1991, à 2 milliards. L'Union soviétique fut le principal fin qui ne manquera pas de ruiner le Royaume chérifien, de pro-
fournisseur de l'Algérie avec la vente de près des trois quarts du voquer des révoltes intérieures, en somme de remettre en question
matériel militaire algérien". Nombre d'observateurs s'inquiètent le choix de l'annexion. Mais le contrechoc pétrolier de 1986, qui
de cette course à l'armement dans la région. Toutefois, à la se traduit par un effondrement du prix du baril, va faire voler en
différence du conflit entre le Pakistan et l'Inde, ou entre l'Irak éclat cette stratégie, révéler le spectre de la faillite financière et
et l'Iran, la confrontation algéro-marocaine, par Front Polisario provoquer l'explosion d'émeutes en Algérie. Entre 1991 et 1993,
interposé, demeure circonscrite à une guérilla dans le désert et l'Algérie ne consacre plus que 145 millions de dollars à l'achat
est au final peu coûteuse pour les finances publiques. L'annexion d'armements et le soutien aux Sahraouis passe aux oubliettes
du Sahara par le Maroc contraint l'Algérie à simplement rendre au regard de la menace que représentent les islamistes du Front
cette absorption. indigeste. ou douloureuse, et sans doute est-ce islamiste du salut (FIS) pour le régime. La rente pétrolière n'a pas
là l'une des principales raisons de la longévité de ce conflit. Riche été pour l'Algérie une ressource suffisante pour vaincre le projet
de sa rente pétrolière, l'Algérie peut se permettre le luxe d'entre- d'annexion du Sahara par le Maroc. De façon symbolique, à la
tenir les populations sahraouies dans des camps de fortune et de fin des années 1980, les deux pays sont endettés et offrent à leurs
dénoncer l'indifférence du Maroc face aux droits des peuples à populations un faible niveau de vie.
l'autodétermination. De 1975 à 1991, de l'annexion au cessez- La décennie 1980 a démontré les limites de la richesse pétrolière
le-feu, l'Algérie contraint tout de même le Maroc à effectuer de à engendrer de la puissance militaire. La rente pétrolière n'a pas
lourdes dépenses militaires au regard de son pm. Cette guerre été la ressource suffisante pour asseoir leurs ambitions régionales.
d'usure a coûté une dizaine de milliards de dollars à la monarchie, En dépit de ses gigantesques arsenaux, la Libye a été déboutée de
forcée d'entretenir son armée (cent trente mille à cent soixante la bande d'Aouzou au Tchad, l'Algérie a été incapable de stopper la
mille hommes) en grande partie déployée dans le Sahara. Selon lente digestion du Sahara occidental par le Maroc et la puissance
les mots de Fouad Abdelmoumni: • Le coût de ce dossier, c'est militaire de l'Irak a été balayée durant la campagne de libération
tout simplement le non-développement du Maroc".» du Koweït. En revanche, la rente pétrolière a aidé ces régimes à
La dispute du Sahara occidental a donc bloqué le dévelop- se maintenir en place en dépit de leurs défaites militaires, comme
pement économique de la région du Maghreb. Mais cette perte le démontre le cas de la Libye en 1987 et de l'Irak en 1991. Alors
pénalise plus le Maroc que l'Algérie, qui peut compter SUT sa rente que le régime militaire argentin s'est effondré après sa défaite
pétrolière. La position de principe de l'Algérie sur le Sahara - droit aux îles Malouines face au Royaume-Uni", les régimes libyens et
du peuple sahraoui à un référendum sur l'autodétermination - se irakiens surmontent leurs déroutes et démontrent une forte aptitude
à survivre. La rente pétrolière a offert l'opportunité d'acheter les
36. K. Kadri et J, Fontanel, <Les conséquences stratéqico-économiques attributs de la puissance, de provoquer des conflits régionaux, de
pour l'Algérie de ses relations politiques privilégiées avec l'URSS et la
Russie (J962-1993)., Les Cahiers de l'espace, 11, 1997, p. 11.
37. F. Abdelmounmi, «Western Sahara: The Cost of the Conflict», 38. G. Ducatenteiier, «Ouverture politique, transition démocratique
lCG, 65, 2007. et classe ouvrière en Arqentine», Politique, 12, 1987.
80 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLlË:RE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLlËRE 81

les perdre, mais de parvenir, infine, à se maintenir. Au cours de Au final, ils utilisent les deux leviers. S'il est une chose que le
la décennie 1980, les républiques pétrolières arabes et socialistes contrechoc pétrolier de 1986 confirme, c'est bien l'hypothèse
découvrent que le pétrole n'est pas l'arme de destruction massive que le boom pétrolier des années 1970 a réduit les capacités de
qui bouleversera les rapports de force dans la région. Bien au prévisions des gouvernants. L'abondance des revenus a détruit
contraire, la richesse pétrolière est apparue comme éphémère, tout outil d'analyse des risques au sein des administrations et
lorsqu'après 1986, le contrechoc pétrolier plonge ces pays dans des organismes chargés d'évaluer les politiques économiques. La
une crise économique inattendue. croyance en une hausse permanente et quasiment irréversible du
prix du pétrole a fait perdre de vue la précarité et la fragilité de
- Le contrechoc pétroller : la fin des illusions ces économies rentières". Avec la même conviction et le même

Jusqu'en 1986, l'Algérie, la Libye et l'Irak ont pu surmonter empressement qui ont nourri la croyance en un nationalisme

les problèmes domestiques et régionaux auxquels ils ont été pétrolier au service du développement, les gouvernants cherchent

confrontés: émeutes, mouvements sécessionnistes et conflits à présent à imposer des réformes économiques parfois radicales,
sans en mesurer les conséquences sociales. Ainsi, la libéralisa-
régionaux ont été endigués. Avec un taux de croissance de 6 0/0

par an entre 1970 et 1985, la Libye peut oublier sa guerre contre tion économique va produire du chômage et de l'inflation sans

l'Égypte en 1977 et les déboires de sa politique africaine; l'Al- améliorer pour autant les performances économiques. Au final,

gérie a vite tourné la page des émeutes du printemps berbère de ces réformes accoucheront d'une économie informelle prospère.

1980 et l'Irak parvient à reconstruire, de façon spectaculaire, les


infrastructures détruites durant la guerre contre l'Iran. Jusqu'au
- Une libéralisation économique improvisée
contrechoc pétrolier, ces régimes offrent une impression de stabilité «Avec le déclin des revenus pétroliers dans les années 1980,
et de maîtrise de leur avenir. Mais la chute, en quelques mois, du tous les pays exportateurs de pétrole ont tenté de libéraliser
prix du baril, de JO dollars à moins de 10 dollars, provoque, et leurs économies en stoppant les subventions, en réduisant les
pour la première fois depuis 1973, un sentiment de vulnérabilité dépenses publiques, en encourageant le secteur privé à jouer un
au sein de ces régimes. Ceux-ci découvrent brutalement que leur rôle plus important dans les secteurs industriel, commercial et
stabilité repose ... principalement sur le prix du baril de pétrole. agricole ... dans les soi-disant pays "socialistes", comme la Libye
L'Irak, qui a commencé sa guerre contre l'Iran avec 30 milliards et l'Algérie, ces réformes ont été bloquées par les cadres du parti,
de dollars de réserve, est contraint de s'endetter massivement pour l'administration et les syndicats. L'Irak, en revanche, au sortir de
faire tenir son économie de guerre. L'Algérie refuse d'admettre sa guerre de huit ans avec l'Iran, a mis en place le programme de
l'échec de son modèle économique et peine à se reconnaître en privatisation le plus vaste des pays en voie de développement".»
crise. La chute spectaculaire du prix du baril met un terme à la L'ampleur des réformes lancées par le régime irakien provoque
croyance dans d'or noir. comme moteur du développement. un chaos économique particulièrement inquiétant pour le parti
La stabilité de l'Algérie, de l'Irak et de la Libye repose sur des Baath, étant donné qu'en 1987, 96 0/0 de la population active est
économies rentières, et la remise en cause de leurs modalités de
fonctionnement ne peut manquer de provoquer des résistances
39. Ahmed Dahm(mi, L'Algérie à l'épreuve. Économie politique des
au sein des coalitions autoritaires qui ont su en tirer profit. Face
réformes (I980-1997), Paris, l'Harmattan, 1999.
à la réduction drastique des revenus, les gouvernants se trouvent
40. Kiren Aziz Chaudhry, «On the Way to Market. EcollOmic libera-
contraints soit à des réformes économiques profondes, soit au lisation and lraq's Invasioll of Kl/wait», Middle East Report, m.ai-
maintien du système, mais au prix d'un endettement massif. juin 1991, p. ]4.
82 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROUËRE 1 83

employée par des entreprises publiques. La population trouve À partir de 1988, Kadhafi annonce un certain nombre de réformes
que chômage plus inflation après huit ans de guerre contre l'Iran qui s'apparentent à des recommandations du FMI: libéralisation
sont particulièrement difficiles à accepter: .À mesure que la crise du commerce, suppression des subventions sur certains produits
s'accentuait, le désastre économique s'est transformé en crise (blé, thé, etc.), autorisation aux agriculteurs de vendre leurs
politique" .• Dans l'agriculture, le gouvernement a mis en œuvre produits sur des marchés privés. En 1990, une deuxième vague
une réforme sur les droits de propriété: 53 0/0 des terres agricoles de mesures est annoncée: fermeture des entreprises publiques en
contrôlées par l'État sont privatisées, 46 Ofo sont louées par l'État faillite, réduction des effectifs de fonctionnaires, adoption d'une
et seulement 1 0/0 reste sous son contrôle". La privatisation des législation sur les investissements étrangers et sur l'accès aux
entreprises publiques et des terres agricoles a permis au régime crédits publics pour les entreprises privées. En 1993, des projets
de recomposer une base clientéliste dans les nouvelles élites: .À visant à la promotion du tourisme sont lancés et la convertibilité
l'inverse de l'ancienne élite commerciale, le nouveau secteur privé du dinar autorisée. Cette libéralisation économique est stoppée
qui est apparu a de forts liens politiques, financiers et familiaux par la mise sous embargo de la Libye par le Conseil de sécurité de
avec le régime'".» L'État rentier bienfaiteur des années 1970 a l'Organisation des Nations unies (ONU). Les priorités du régime
cessé de fonctionner, comme l'illustre l'abolition des impôts sur changent et les problèmes économiques sont marginalisés au
le profit des entreprises privées, alors que celui-ci alimente le profit des questions politiques et sécuritaires".
fond de la sécurité sociale des travailleurs. En 1989, toutes les Quant à l'Algérie, elle voit ses revenus issus de la vente des
entreprises sont exonérées d'impôts pour dix ans. hydrocarbures se réduire de 50 % en 1986: de 10 milliards de dollars
En Libye, la chute du prix du baril de pétrole à partir de 1985 en 1985, ils passent à un peu plus de 5 milliards. Comme l'Irak
provoque un effondrement des revenus: de 20 milliards de dollars et la Libye, le gouvernement cherche donc à réduire les dépenses
en 1981 à 5 milliards en 1986. Alors que le pays est engagé dans une de l'État. Refusant le recours public au FMI, il met en œuvre
coûteuse politique d'armement, ce retournement financier réduit une politique de libéralisation qui vise à rendre plus autonome
considérablement les finances de la Iamahiriya. Mais le régime les entreprises publiques, à favoriser des investissements directs
est parvenu à surmonter cette baisse des revenus, notamment étrangers (IDE), à refonder la gestion et les droits de propriété des
grâce aux placements de ses pétrodollars dans des organismes entreprises agricoles, à modifier la loi sur la monnaie et le crédit".
financiers internationaux (en 1992, la Lafico gérait, par exemple, Deux écoles se disputent la réforme: pour certains, la crise étant
un portefeuille estimé à 8 milliards de dollars). Si la Jamahiriya conjoncturelle, il faut s'adapter en attendant la remontée du prix
parvient donc tant bien que mal à maintenir son effort de guerre du pétrole; pour d'autres, la crise est structurelle, elle révèle l'échec
au Tchad, le niveau de vie des Libyens, en revanche, n'a cessé de
se détériorer, et la restriction des importations a provoqué des
44. D. Vandewalle, .Qadhafi's Perestroika: Economie and politieal
pénuries, sources de spéculation sur les produits alimentaires. En
Liberalizatiol! in Libya », The Middle East Journal, 45 (2), 1991;
1988, afin de compenser les défaillances du système de distribu- F. Burqat, .1989: ['ouverture entravée., Annuaire de l'Afrique du
tion, le régime lève l'interdiction qui pèse sur le commerce privé. Nord, tome XXVII, J 989, Paris, CNRS, 1991; M. 8. Altun.isik, .A
Renier State's Response to Oil Crisis: Economic Reform Policies Ùl
Libva», Arab Studies Quartely, septembre 2002.
41. Kiren Aziz Chaudhry, .011 the Way ta Market>, art. cité, p. 20. 45. Y. 8enabdallah. «La réforme économique el! Algérie: entre rente
42. R. Springborg, «lraqi infitah» Middle East Journal, 40 (1), 1988, et production., Maghreb-Machrek, 166, septembre-octobre 1999,
p.35-56. p. 17; G. Coml, • La réforme économique algérienne: une réforme
43.K. Aziz Chaudh'ry, «Dn the Way to Mamet», art. cité, p. 18. mal aimée., Maghreb-Machrek, 139,janvier-mars 1993.
84 1 VIOLENCE DE LA RENTE PtTROLlÈRE LES ILLUSIONS OE LA PUISSANCE PÉTROLIÈRE 1 85

économique et le remède passe par la transformation en profon- ont contraint les gouvernants à redéfinir leurs politiques écono-
deur de l'économie rentière. Mais il semble difficile de toucher au miques. Si la crise économique n'a pas provoqué l'effondrement
secteur des hydrocarbures tant celui-ci continue à fasciner: il a des régimes autoritaires, elle a en revanche ouvert une période
permis, durant la décennie 1970 de faire passer les revenus exté- d'instabilité" qui débouchera sur des conflits internes. En effet,
rieurs de 0,2 milliard à 12,5 milliards. Pourtant, avec le maintien pauvres mais surannés, les régimes parviennent à mettre en
des recettes annuelles autour de 5 milliards de dollars entre 1986 œuvre, à la faveur du recours à la violence et dans le cadre parfois
et 1990, l'État ne peut plus assumer les dépenses courantes sans de guerre civile, une reconsolidation de leur pouvoir. Pour les
avoir recours à un endettement massif. Ainsi, entre 1985 et 1988, populations, J'État bienfaiteur s'est mué, selon les cas, en État
la dette totale double en volume pour atteindre 26 milliards de «barbare» ou «tyrannique» ou «dictatorial ». Les régimes ont ainsi
dollars. Son remboursement conduira l'Algérie à une menace de démontré que, s'ils sont incompétents sur les plans économique
faillite financière au début des années 1990, le service de la dette et militaire, ils sont bien plus robustes et imaginatifs que ce que
absorbant l'essentiel des revenus issus des hydrocarbures. L'âge leurs opposants pensent sur le plan de la répression. Pour ces
d'or est terminé pour le plus grand nombre, et l'échec du modèle régimes confrontés à la survie, la sortie de l'autoritarisme n'est
algérien de développement devient une illustration de la malédic- certainement pas une priorité dans leur agenda politique.
tion des ressources. En 1989, un gouvernement de réformateurs
se donne enfin pour objectif de «réaliser des changements insti- - La rente pétrolière favorise-t-elle
tutionnels et économiques irréverstbles'?» avec le soutien discret l'écrasement des révoltes?
du FMI. Les résistances à un tel projet sont nombreuses, tant de Au début de la décennie 1990, rendus vulnérables par les effets
la part de ceux qui bénéficient de la bienfaisance de l'État que de pervers de la mise en œuvre des politiques de libéralisation éco-
ceux qui en profitent et qui se voient, dans un contexte de crise, nomique, Fragilisés par leurs défaites militaires, contestés par des
accusés de corruption et de détournement". Soucieux de mener mouvements islamistes et sécessionnistes, 'les régimes militaires
à la fois des réformes économiques et politiques, les réformateurs pétroliers ont fini par se retourner contre «leur société », Pris dans
vont perdre le contrôle de la transition avec la victoire massive, les filets des sanctions et condamnations internationales, l'Irak, la
et inattendue, du FIS aux élections municipales et législatives Libye et l'Algérie sont soumis à un embargo, total pour le régime
de 1990 et 1991. La menace que les islamistes font peser sur le de Saddam Hussein, partiel pour le Guide de la Jamahiriya et
régime relègue la réforme aux oubliettes. moral pour les généraux algériens. Ces pays, considérés comme des
Le contrechoc pétrolier a donc déstabilisé les mécanismes de modèles de développement dans les années 1970, sont devenus des
redistribution de ces États. Confrontés à des revendications et à « États parias=» infréquentables, en public, pour la communauté
des contestations sociales, les régimes algérien, libyen et irakien internationale. Une brutale répression va s'abattre, à huis clos,
sont soumis à une profonde remise en question de leur légitimité. sur les opposants et contestataires de ces régimes humiliés sur
La chute des revenus et J'augmentation des demandes sociales,
inhérentes au triplement de la population et à sa transformation, 48. Dillman, Bradford, «The Political Economy of Structural Adjustment
in Tunisia and Algeria. >, The Journal of North African Studies, 3,
1998, p. 1-24; M. Louii and G. okruhlik, «Rentier Wealt'!l, Unruly
46. Gllazi. Hidouci, «L'Algérie peut-elle sortir de la crise? », Maghreb- Law, and the Rise of Opposition: The Political Economy ofOiI States»,
Machrek, 149,juil/et-septembre 1995, p. 27. Comparative Polities, 31 (3), 1999, p. 295-315.
47. Ahmed Dahmani, L'Algérie à l'épreuve. Économie politique des 49. Tim Niblock, Pariah States and Economie Sanctions in the 'Middle
réformes (1980-1997 ï. Paris, l'Harmattan, 1999, p. 148. East: Iraq, Libya, Sudan, Boulder iColo.), Lynne Rie/mer, 2001.
86 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLIÈRE 1 87

le plan régional et fortement contestés sur le plan national. Par de survivre. Les islamistes libyens, pour la première fois depuis
un terrible retournement de l'histoire, ces régimes, nés de coups le coup d'État de 1969, portent la violence contre le régime à
d'État, portés par une idéologie égalitariste, se sont transformés l'intérieur du pays. Jusqu'alors, les mouvements d'opposition au
en machine infernale inspirant la peur ou la révolte au plus régime étaient rejetés à l'extérieur du territoire (Égypte et Tchad)
grand nombre. Républiques arabes socialistes, les régimes sont et résultaient d'une complexe politique d'alliances régionales. Les
contestés par des opposants porteurs d'un projet d'État islamique. islamistes libyens considèrent qu'ils doivent nettoyer la Libye de
Si la richesse pétrolière a aveuglé les régimes et les a conduits la Jamahiriya. Pour eux, « la société justes imaginée par Kadhafi a
à la faillite financière, elle a également détruit ses aptitudes à sombré dans la corruption et la débauche. il est temps de purifier
percevoir et prévoir les transformations de leur société. le territoire libyen de la «maladie. que représente M. Kadhafi".
La brutalité des régimes face à leurs opposants illustre l'idéologie La brutalité de la répression va être efficace grâce aux béné-
de combat qui anime les élites dirigeantes. Convaincu d'être le fices apportés par la rente pétrolière. Celle-ci a favorisé une
seul dépositaire légitime de l'État, le parti Baath en Irak exige la urbanisation rapide et l'édification d'infrastructures modernes
solidarité arabe sunnite dans l'écrasement du soulèvement chiite (autoroutes, aéroports, etc.) qui facilitent grandement la tâche
de mars 1991. La violence de la répression est à la hauteur des des appareils répressifs. La densité urbaine permet par exemple
inquiétudes du régime qui, sorti défait de sa confrontation avec aux hélicoptères de la garde républicaine en Irak de provoquer
les alliés, perçoit dans l'insurrection une remise en question de la un carnage dans la population et d'instaurer la terreur très rapi-
légitimité de j'État fondé en 1920 sur une base arabe sunnite 50. En dement. De même, les maquis algériens et libyens offrent des
Algérie, la défaite du parti FLN aux élections législatives de 1991 garanties de survie limitées face au pilonnage de l'aviation. Par
et la probable instauration d'un État islamique effraie l'armée qui, contraste, le régime soudanais a éprouvé depuis des décennies
non seulement voit le processus électoral lui échapper, mais, de d'énormes difficultés à réduire ses opposants. Avec la mise en
plus, entrevoit dans le discours des islamistes la perspective de marche, à partir de 1998, de l'exploitation de l'oléoduc jusqu'à
faire des généraux les victimes expiatoires du nouvel État isla- la mer Rouge, le régime soudanais voit ses revenus extérieurs
mique". Pour l'armée, autoproclamée dernier rempart de l'État, augmenter, permettant le financement de milices, améliorant
les islamistes sont porteurs d'une révolution qui va balayer la ainsi ses capacités de représailles contre les «rebelles» et donc de
République arabe socialiste postcoloniale. La destruction systé- négociation". Les améliorations réalisées dans les infrastructures
matique des islamistes algériens rappelle celle des communistes durant la décennie 1970 se sont transformées en un outil efficace
en Indonésie en 1965": elle vise à • purifier» un corps social et dans la répression au début des années 1980: le territoire est
politique perçu comme entaché des tares de l'histoire et de la devenu utile, les villes accessibles et aisément contrôlables par
culture". En Libye, l'écrasement de la guérilla islamiste s'inscrit des régimes qui se sont dotés d'un appareil répressif efficace. En
dans un registre identique: pour Kadhafi, les islamistes sont «le revanche, il leur faut s'assurer que les guérillas seront incapables
sida » politique de la société qu'il faut impérativement détruire afin de saboter l'industrie des hydrocarbures, en particulier les réseaux
de pipelines et gazoducs reliant les champs pétrolifères aux sites
50. Pierre-Jean LI/izard, La Question irakienne, Paris, Fayard, 2002, d'exportations. En somme, éviter le spectre des actes de sabotage
p.35.
51.LI/is Martines, La Guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1997.
52. J-L. Marqotin, -Indonésie 1965: un massacre oublié», Revue 54. Luis Martinet, The Libyan Paradox, Londres, Hurst, 2007, p. 70.
internationale de politique comparée, 8 ii), 2001. 55.1. Shankleman. ail, Profits and Peace, Washington (D.Cl, United
53. J. Semelin, Purifier et détruire, Paris, Seuil, 2005. States Institute of Peace, 2006, p. 121.
88 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS OE LA PUISSANCE PÉTROLIÈRE 1 89

et kidnapping si présents au Nigeria" ou les attaques des instal- d'oppositions kurdes comme islamistes, devient réalité, même si
lations des compagnies pétrolières comme Chevron au Soudan". sa spontanéité échappe complètement au contrôle de ces mou-
Peut-on dire alors que la rente pétrolière facilite l'écrasement des vements. En raison de sa «totale impréparation », ce soulèvement
guérillas? En fait, la décennie 1990 a validé l'hypothèse selon est voué à l'échec et à une destruction programmée. En effet, le
laquelle les régimes autoritaires pétroliers ont un avantage décisif régime de Saddam Hussein, à la différence de ses opposants, est
dans leur confrontation avec des guérillas. Les hydrocarbures, bien préparé: « En 1991, Sadd am Hussein avait organisé ses forces
à la différence des diamants ou de l'or, offrent au régime qui armées dans la perspective de faire face à trois fronts: au nord,
exploite ce secteur des garanties de monopole sur l'exploitation au sud et dans la capitale, en présumant qu'au moins un de ces
et la commercialisation. Certes, des organisations de guérilla fronts serait le 'théâtre d'une msurrection".» À la fin du mois de
peuvent toujours, comme au Nigeria et en Irak, détourner par-ci mars, la garde républicaine a écrasé l'insurrection et massacré les
par-là des barils de pétrole, mais elles ne peuvent pas, dans la révoltés, ne laissant au soulèvement ni le temps de s'organiser,
durée, bénéficier des revenus de ce secteur, car il nécessite une ni celui de souder tous ceux qui, au sein de l'armée ou dans les
industrie pour l'exploiter". De plus, le soutien populaire dont rangs de l'opposition, partagent la conviction que le régime ne
les guérillas islamistes peuvent disposer ne peut se traduire en doit pas survivre au nouveau drame qu'il vient d'imposer aux
reconnaissance par la communauté internationale, en raison des Irakiens. Le moment fondateur de la révolte est «l'abandon» de
craintes que fait naître sur le marché énergétique mondial le l'armée à la suite de la campagne militaire
par le régime pour
spectre de leur prise de contrôle des ressources pétrolières. Pour libérer le Koweït. Le massacre de celle-ci sur «l'autoroute de la
ces deux raisons, technique et politique, les régimes disposent mort» (AI Mutla) par l'aviation alliée fait souffler le vent de la
des conditions nécessaires à une victoire plus ou moins longue révolte, y compris dans ses rangs. Cette armée, composée à plus de
en fonction du niveau de brutalité qu'ils sont prêts à mettre en 80 0/0 de Chiites - mais à 20 Dio seulement chez les officiers - est
œuvre. L'écrasement des guérillas en Irak, en Algérie et en Libye à l'origine d'un soulèvement porteur d'un changement de régime.
valide cette hypothèse. Mais la peur de voir l'insurrection déboucher sur l'instauration
d'un État islamique soude autour du régime ceux qui considè-
Des insurrections vouées à l'échec rent le maintien de Saddam Hussein comme une option moins

En mars 1991, une violente insurrection éclate en Irak qui, pire qu'une république islamique. Ils sont peu nombreux, mais

pendant deux semaines, menace le régime. Du sud au nord, les suffisamment inquiets, pour rester unis dans la destruction de

populations, portées par un sentiment de colère et d'injustice leurs ennemis. Ainsi, la faiblesse du régime face à ses ennemis

face au drame de la débâcle de l'armée irakienne, prennent pour extérieurs, qui vient de le chasser du Koweït, est compensée par

cible les symboles du parti Baath et de son régime. Le rêve d'une une férocité et une brutalité inouïe contre les siens.

insurrection générale, si longtemps nourrie par les mouvements Avec un degré de violence moindre, le régime algérien fait
preuve d'une attitude comparable. Incapable de stopper l'annexion
du Sahara occidental par le Maroc, frappé par l'échec de son
56. J. Ejobourah. Baye, .Oil Dependency and Civil Conftict i.n modèle économique et conspué par des émeutiers qui ne manquent
Niqeria», Center for the study of African Economies, 268 12}, 2007. jamais de dénoncer l'accaparement de la rente pétrolière par une
57. J. Rone, «Sudan: Oil and Wan, Review of African Political
Economy, 30 197}, 2003.
58. M. Humphreys, «Naturai Resources Conflic/' and Confïict 59. Falen Abdeta! Jabbar. «Why the Uprisinq Failed », Middle East
Resotution», The journal of Confliet Resolution, 49 149}, août 2005. Report, 176, mai 1992, p. 13.
90 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLlËRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PËTROLItRE 91

minorité, le président Chadli Bendjedid offre comme réponse à les sceptiques qu'un État islamiste serait plus dangereux que le
toutes ces rancœurs la fin de l'État-FLN. À la différence de l'Irak, maintien de l'ancien régime. Victorieuse, l'armée ne manque
l'Algérie ne part pas en guerre contre le Maroc, elle fait le choix pas de rappeler que l'une de ses missions est de sauver l'Algérie
d'une transition démocratique qui, cependant, débouche sur une des multiples complots qui la menacent: «Il est indéniable que
guerre civile. La révolution algérienne a accouché d'un État- l'armée algérienne, dans son unité et sa cohésion, jouissant de la
FLN dont les fils pourfendent le socialisme islamique et rêvent confiance des forces nationales, cette armée était réellement un
d'instaurer un authentique État islamique'", Victorieux à deux rempart qui a empêché le succès du FIS ainsi que de l'opposition
reprises d'élections qu'il n'a pas exigées, le Front islamique du qui lui était liée. Je ne sais pas quels sont les partis et les parties
salut (FIS) découvre la puissance de son parti et par là même la liés au FIS. Mais on peut les imaginer. Ils ne sont pas uniquement
vulnérabilité du régime. Sa défaite électorale doit s'accompagner Algériens. Je ne verse pas dans la langue de bois en disant que
d'une reddition sans condition. La crainte de devenir les victimes ces partis et parties sont aussi étrangers" .• Le Maroc, sans être
expiatoires d'un État islamique fondé sur la vertu pousse les nommément cité, est considéré comme l'allié objectif des islamistes.
dirigeants de l'armée à affronter « ce peuple ingrat» à la mémoire Défait sur le plan électoral, en 1990 et 1991, le régime a pris sa
sélective. À la différence de la garde républicaine en Irak, l'armée revanche militaire entre 1993 et 1998: il a vaincu une guérilla
algérienne, composée de cent soixante mille hommes, n'est pas forte d'un soutien populaire. Comme l'Irak, le régime algérien a
préparée à une insurrection armée. Un corps d'armée de lutte démontré dans l'adversité des aptitudes inouïes au combat, en
antiterroriste, de quatre-vingt mille hommes, est créé en un temps particulier, contre ses « enfants égarés» que sont, dans la vision
record afin de mener le combat, auquel s'ajoutent des volontaires du régime, les islamistes.
prêts à créer des milices. Mais une fois le parti islamiste dissous, En Libye, la rébellion armée contre le régime n'a pu bénéficier
ses militants arrêtés, l'armée doit affronter une guérilla forte d'un contexte aussi favorable que celui de l'Irak après sa défaite
d'environ trente mille combattants. En 1994, après une meilleure militaire au Koweït ou que celui de l'Algérie après l'interruption
réorganisation, l'armée lance sa « guerre totale» contre les groupes du processus électoral en janvier 1992. Les conditions politiques
armés et parvient à les éradiquer. Divisée en plusieurs tendances, pour une insurrection réussie n'existent pas, seules les sanc-
la guérilla islamiste bénéficie dès le début d'un très fort soutien tions internationales peuvent laisser penser que la Jamahiriya
populaire qui laisse penser qu'elle peut renverser le régime. En est affaiblie par son isolement international. Lorsqu'en 1995,
1994, l'hypothèse d'un effondrement du régime algérien inquiète les insurgés islamistes se lancent dans une guérilla contre le
les chancelleries des pays voisins. Les «émirs» de la guérilla sont régime, ils croient que les sanctions internationales l'affaibliront
convaincus que le temps joue en leur faveur et que le régime va durablement et en profondeur. De même que l'Irak baathiste et
tôt ou tard s'effondrer sous les coups de boutoir dujihad. Après la de l'Algérie socialiste, la Libye révolutionnaire apparaît pour les
lutte des nationalistes contre l'occupation coloniale, les islamistes opposants islamistes comme impie. En 1995, émerge le Groupe
prétendent lutter pour l'instauration d'un État islamique. Mais, Islamiste Combattant Libyen (GICL).Il appelle au jihad contre le
en 1998, la guérilla est vaincue; la guerre a provoqué la mort de régime de Kadhafi pour mettre fin à la situation dans laquelle
cent cinquante mille civils et le déplacement de plus d'un million il maintient les musulmans libyens: dl n'y a pas de doute que
et demi de personnes. Comme en Irak, les dirigeants militaires la situation tragique de la société libyenne est perceptible par
sont restés unis dans l'adversité et sont parvenus à convaincre tous, même ceux qui s'intéressent le moins à la situation des

60. F. Burgat, L'Islamisme au Maghreb, Paris, Payot, 2008. 61. Général Touati, El Watan, 27 septembre 2001.
92 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLIÈRE 1 93

musulmans. L'absence d'un régime islamique - qui aurait garanti issues de l'ex-Yougoslavie'".» Entre 1995 et 1998, la région du
le salut et la paix dans ce monde et au-delà - est la cause de cette Djebel el Akhdar est J'objet d'un quadrillage sécuritaire impor-
situation'" .• Entre 1995 et 1998, le GICL mène des opérations de tant. Des barrages routiers sont postés tous les dix kilomètres et
guérilla contre les forces de sécurité dans la région de Benghazi les forces de sécurité vérifient l'identité de tous les passagers. La
et provoque une vive réaction de la part du régime, à savoir le brutalité de la répression signifie clairement l'ambition de détruire
bombardement des massifs montagneux du Djebel el Akhdar où par tous les moyens la dynamique de contestation. L'utilisation
se cachent les militants islamistes. Ces derniers sont associés par d'armes lourdes pour venir à bout de la mutinerie de la prison de
le régime à la menace impérialiste: «Notre révolution, proclame Bou Salem à Tripoli" marque durablement les esprits.
Kadhafi en 1993, est une révolution fondamentale, une révolution Entre 1995 et 1998, le GICL échoue à transformer sa violence
de J'authenticité. Nous sommes les leaders d'une authentique et en situation insurrectionnelle. Il ne parvient pas à créer une
fondamentale révolution; seuls la révolution et le panarabisme dynamique de contestation légitime transcendant les apparte-
sont en mesure de combattre J'impérialisme et ses alliés locaux nances tribales et régionales. Bien que sa violence soit demeurée
que sont les islamistes .• Bien que surpris, le régime réagit avec cantonnée principalement en Cyrénaïque, il ne parvient pas à créer
rapidité. La difficulté géographique à laquelle est confrontée la cet amalgame nécessaire à la disqualification du régime: faire
guérilla (une seule zone de refuge, la montagne verte), associée croire que la répression s'inscrit dans la continuité de la violence
à un espace habitable restreint (3 Ofo du territoire), a permis aux de la colonisation italienne. De plus, il a sous-estimé la capacité
forces de sécurité libyennes de mener à bien la contre-insurrec- de réaction et de défense du régime. Comme les mouvements
tion. De plus, J'édification d'infrastructures modernes facilite islamistes armés algériens, le GICL a confondu vulnérabilité et
ici aussi le transport des troupes et l'usage alterné des moyens faiblesse. La vulnérabilité du régime de Kadhafi sous l'embargo
aériens et terrestres pour réprimer. Pour combattre les islamistes, ne signifie pas qu'il est dans l'incapacité de réagir pour autant. Le
comme en Irak, le régime mobilise, non pas l'armée, mais la garde GICL n'a pas eu l'opportunité de cristalliser la rancœur contre le
révolutionnaire à laquelle se joignent des mercenaires étrangers. régime par l'exploitation politique d'une injustice (l'interruption du
À leur grande stupeur, les insurgés découvrent les capacités de processus électoral en Algérie), voire d'un sentiment humiliation
réaction d'un régime qu'ils croient à bout de souffle: «Le régime (la défaite de l'armée irakienne). Le déclenchement du jihad en
vit une situation d'hystérie dont je doute qu'il en ait déjà connu 1995 n'a pas provoqué de dynamique de contestation générale.
une de cette ampleur auparavant; il regroupe toute sa puissance Aussi, la réaction du régime peut-elle être fatale à la dissidence
militaire pour essayer d'éradiquer le Groupe islamique combattant. armée des islamistes qui découvrent les logiques de survie d'un
Les Libyens n'ont pas bombardé leur propre pays depuis l'occupa- régime vulnérable.
tion italienne. Et pourtant, nous assistons au bombardement, par
l'aviation libyenne, des positions des Moujahidin dans le Djebel
el Akhdar, haut lieu de la résistance contre l'occupation italienne.
Aujourd'hui, cette région est un des nombreux lieux de résistance
du Groupe islamique combattant. À ce jour, il a regroupé environ 63. Nida'ul Islarn, octobre-novembre J 996, http://www.islam.org.
10000 soldats dans la région qui comprennent des troupes serbes 64. Un communiqué du Mouvement libyen pour le changement et
la réforme, du 22 juillet J 996, dénonce la répression par le régime
de la mutinerie à la prison de Bou Salem à Tripoli, qui aurait
62. Nida'ullslam, octobre-novembre J 996, p. 25, http://1Iiww.islam. fait des centaines de victimes au mois de juillet J 996. El Hayat,
org. 28 juillet J 996.
94 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PËTROUËRE 1 95

Le recours aux organisations paramilitaires régional, la sécurité des régimes paraît beaucoup plus sûre sous
Choyées sur le plan du matériel militaire durant la période la houlette des organisations paramilitaires.
d'abondance financière, les armées ont été, après le contrechoc L'invasion du Koweït par l'Irak a provoqué la destruction de
pétrol~er, ~élaissées par les coalitions qui gouvernent au profit des l'armée irakienne par les troupes alliées et réduit à néant ses projets
org~rusatl.o~s ,paramilitaires, plus adaptées à la contre-guérilla. stratégiques: • Les choix du régime ont été strictement circonscrits
Apres aVOIr ete encensées pour leur fonction de « rempart. (contre par l'objectif de parvenir à la parité militaire avec Israël et à la
l'avancée du désert en Algérie, contre la révolution iranienne upériorité stratégique sur l'Iran. Ce n'est pas en soi la preuve
en ~rak, contre l'impérialisme et le colonialisme en Libye), elles d'une ambition expansionniste. L'Irak a cherché à devenir une
deVlen~ent le symbole de l'échec des régimes. Pourtant, elles ont puissance militaire pour se prémunir contre une agression par une
absorbe une grande partie des revenus durant le boom pétrolier puissance régionale".» La quatrième armée du monde disparaît
(l97~-.1985): 102 milliards en Irak, 35 milliards en Libye et pour ne laisser au régime que la garde républicaine qui devient le
20 mIlh~rds en Algérie. Inspiré du modèle soviétique, le format de véritable pilier du régime sous l'embargo. Composée de membres
ces arme:s est cal.qué sur un système de défense assez statique. La élection nés dans les clans les plus fidèles à Saddam Hussein,
conscnption represente l'essentiel des troupes et l'armée nationale Ile a assuré la défense du régime en détruisant les • ennemis de
se présente comme un des symboles de la nation". Les censé- l'intérieur» et en dissuadant les nostalgiques de l'armée de tenter
q~ence.s de ces décisions politiques se feront sentir au cours de la un renversement du régime. L'objectif de supplanter l'Égypte en
décennie 1990. Les s~nctions internationales imposées aux régimes tant que puissance régionale arabe s'effondre après l'erreur straté-
ont en fait provoque la détérioration de leurs matériels militaires gique d'envahir le Koweït". L'armée irakienne, que le parti Baath
en raison de rinterdiction d'achats d'armes. Sur le plan politique, a dans la guerre contre l'Iran édifiée au rang de symbole de la
des orgamsationg paramilitaires ont émergé, qui menacent leur nation arabe, en sort profondément affaiblie. Cette armée compte
place dans le dispositif de sécurité des régimes et qui, en Irak principalement des Sunnites dans les rangs de ses officiers, sa
et en Libye, risquent de les marginaliser. Face à la nécessité de violence contre les tribus arabes chiites, les Assyriens, les Kurdes
combattre les ennemis de l'intérieur,la puissance accumulée pour puis les communistes, s'inscrit dans le cadre du développement
des conflits exté?eurs perd toute sa valeur. De façon symbolique, d'un sentiment national arabe. La base ethnique (arabe sunnite)
au cours de la decennie 1990, les forces paramilitaires semblent de cet État devient alors évidente, bien qu'aucune constitution
plus puissantes et plus fiables pour les coalitions gouvernantes. ne légalise ce principe". L'État-nation se fonde sur l'arabisme au
Tout comme l'économie, les appareils sécuritaires se transforment détriment des élites persanes dominantes de l'Empire ottoman au
en profondeur, au profit de structures plus souples, car fondées sur mandat britannique, et la prise du pouvoir en 1968 par le parti
des.liens d'allégeances claniques, tribales ou régionales. L'armée
nationale semble avoir disparu ... à l'instar de l'État soumis à
66. Kiren Aziz Chaudhry, «On the Way to Market>, art. cité, p. 8.
l'embargo. Si la défense nationale reste préoccupante au niveau
67. J. F. Devlin, «The Baath Party: Rise and Metamorphosis », The
American HistoricaJ Review, 96 (5), décembre 7991, p. 1406.
68.P-J. Luizard, écrit: «Lesforces années comptent 382000 hommes
d'active et 500000 hommes de réserve, dont 100000 de la garde
65. E. Picard, .• Arab Mi/itary in Politics : from Revolutionnary Plot
républicainE, auxquels il faut ajouter 45000 hommes des forces
ta Authontanan States, dans A. Dawish et L. W. Zartman (eds),
de sécurité, 100000 autres des forces spéciales et les fedayin de
Beyond Coercion : the durability of the Arab State, Londres, Croom
Saddam ... Ces effectifs masquent le fait que l'année est en ruine"
He/m, 1988, p. 730.
dans P.J. Luizarâ, La Question irakienne, op. cit., p. 727- }29.
96 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROLIÈRE 1 97

baathiste accélère considérablement ce processus. À la différence et collectivement responsables du maintien du régime".» Cette
des précédentes répressions, celle de mars J 991 démontre la tribalisation du pouvoir a favorisé la consolidation du régime
formidable brutalité du régime, née de la puissance octroyée par dans un contexte de grande vulnérabilité.
la rente pétrolière. En Algérie, un nouveau corps d'armée de quinze mille hommes
En Libye, les sanctions internationales ont provoqué l'effondre- est créé en 1993, composé d'unités issues de l'armée, de la gendar-
ment de l'armée qui s'est retrouvée privée des moyens d'entretenir merie et de la police. Très vite, ses effectifs atteignent quatre-vingt
ses équipements militaires'", Sous l'embargo, ses quarante-cinq mille hommes. Mais, en dépit de son efficacité, ce corps d'armée
mille hommes ont perdu progressivement l'importance qu'ils est incapable de parvenir à vaincre la guérilla. Aussi l'armée
avaient eue durant les années 1970 et au début des années 1980. prend-elle le risque de faire appel à des milices pour la soutenir
Dès 1991, le ministère de la Défense est supprimé. L'armée n'a pas dans son effort de guerre. L'inquiétude de l'institution militaire
été mobilisée pour combattre la dissidence armée islamiste. Les est que ces dernières ne se transforment en forces autonomes,
tentatives de coup d'État militaire, entre 1993 et 1995, l'ont placé refusant d'obéir à la stratégie de l'armée. En 1994, des milices
en disgrâce au profit de la Garde révolutionnaire et des structures intégrées à la lutte contre la guérilla sont ainsi mises sur pieds.
paramilitaires de défense du régime. La garde révolutionnaire est Elles sont de trois types: groupes d'autodéfense, véritables bras
en charge de la défense du régime, la garde républicaine a pour armés de partis politiques et d'associations régionales; résistants
mission la défense de Kadhafi et de sa famille, et les bataillons de ou patriotes intégrés aux unités de la gendarmerie, équipés par
sécurité du contrôle des principales villes. La fonction répressive le gouvernement et auxiliaires du ministère de l'Intérieur; enfin
de ce dispositif sécuritaire est manifeste. Le développement, sous milices privées au service de notables locaux. En réalité, la
l'embargo, d'un sentiment de vulnérabilité a provoqué le repli guerre civile s'accompagne d'une militarisation de la société qui
de la Iamahiriya sur ses instruments de répression. Les menaces ne manque pas d'inquiéter. Pour l'armée algérienne, le choix de
qui pèsent sur le régime ont provoqué sa contraction au profit la démocratisation a été aussi négatif que celui de l'invasion du
de personnalités considérées comme sûres par Kadhafi. Plus que Koweït par le régime de Saddam Hussein, qui a plongé l'armée
la compétence, c'est l'allégeance absolue qui est recherchée, bien
meilleure garante de la sécurité du régime". Comme l'écrit Mansour
71.« Most prominent among them are Ahmad Qathaf al Damm, Masoud
O. el-Kikhia: «De nombreux jeunes officiers de la Qadhafa sont Abdul-Fatih, Misbah Abdul Hafitn, Khalifa Ihneish, Omar Ishkal, Al
dirigés par un noyau dur de colonels qui sont individuellement Barani Ishkal, Omran Atiatallah al Qadhafi, Imhamad Mahmoud Al
Qadhafi, Khamis Masoud Al Qadhafi, Saad Masoud Al Qathaf, Hassan
69. Anthony H. Cordesman, «Mucn of this Force is in. Storaqe or al Kabir Qadhafi. Until April 1995 the central sector (Sirte) was under
Non-operanonot, Combat Readiness is Exceptional/y Law, and the command of Khalifa Ihneish, the southem. sector (Sebha) under
Modernization Rates are Very Poor», Military Balance in North Africa, Colonel Masoud Abdul Hafith, the Benghazi sector under Misbah Abdul
18février 2004. Hafith ans Tobrouk sector under Ahmad Qadhafi al Damm. A [ailed
70. Hanspetter Maltes souligne que: «Up until thr present, the caup attempt in February 1995 pompted General Qaddafi to make
Reuolutionary Leadership's deployment of the security organisations changes that gives his cousins even more encompassinq poioers. Ahmad
to protect l'IzeRevolution has been so efficient that any attempts Qathaf al Damm 's territory uias expandeâ to include ail of the cyrean-
to depose the regime or to change the politicat system by opposi- ka. Khalifa Ihneish was appainted the commander of armaments and
tional militmy or political groups hau« been doomeâ to fuilure», cf munitions, Masaud Abdoul Hafith. was promoteâ to cammanding officer
«Challenges to security sec/or qouernance il! the Middle East: the ofmilitary security in Libya, and Al Barani lshkal tuas assiqneâ ta C01n-
Libyan case" article présenté au Workshop Challenges of Security mand domestic military security., dans Mansaur O. el-Kikhia, Libya's
sector governance in the Middle East, Geneve, 12-/3 juillet 2004. Oaddafi, Gainsville (Fia.), University Press af Florida, 1997, p. 90.
98 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LES ILLUSIONS DE LA PUISSANCE PÉTROliÈRE 1 99

irakienne dans le désarroi. Les généraux algériens craignent que les siennes. Le pétrole est son sang, sa récompense également.
le processus électoral provoque le chaos: «La société algérienne À partir de 1998, une fois assurée quant à la défaite de la guérilla
est sérieusement interpellée sur l'option à prendre quant à son islamiste, l'armée s'est attelée à démobiliser les milices.
avenir [...] le pays vit des échéances qui constituent une étape Les régimes algérien, irakien et libyen ont démontré que, dans
fondamentale dans la consolidation de la destinée de l'Algérie une situation de vulnérabilité, le recours à la répression massive est
comme nation moderne" .» La guérilla islamiste, elle, prend soin de un instrument politique de survie. Dégagés de toutes contraintes
distinguer l'armée du régime. Elle lui offre même une voie de sortie morales ou diplomatiques, le recours à la brutalité a été d'autant
en pactisant avec elle: «L'armée doit comprendre que son avenir, plus aisé que le contrôle de la rente pétrolière leur a permis de
c'est-à-dire son statut d'armée moderne, puissante, respectueuse de financer son coût. Ces exemples confirment les recherches qui
la Constitution et respectée par le peuple [...] plus que jamais elle soulignent l'extrême difficulté à renverser des régimes disposant
doit se ressaisir et arrêter ce faux processus électoral qui est en train d'un monopole sur le contrôle de la rente. Dans un tel contexte,
de plonger le pays dans le chaos"». Pour l'armée, la guerre civile les mouvements insurrectionnels paraissent voués à l'échec, car
est la pire des épreuves: non seulement elle menace l'institution, l'abondance des revenus permet, y compris en temps de crise
en raison du nombre de conscrits dans ses rangs (quatre-vingt financière et économique, de mettre en place une coûteuse mais
mille sur cent soixante mille étaient des appelés), mais elle risque efficace politique de contre-insurrection. La seule façon d'établir une
aussi de retourner ou d'éloigner le peuple, une composante de relative parité aurait été pour les insurgés de détruire les installations
sa légitimité. Enfin, dans la lutte contre les islamistes, le succès pétrolières afin de réduire les recettes des régimes. Mais la mise en
des milices est à double tranchant, car s'il permet de sécuriser œuvre d'une telle stratégie nécessite des moyens techniques qu'ils
des territoires, il renforce leur emprise sur le terrain. Aussi est-il n'ont pas. De plus, les investissements sécuritaires réalisés par les
impératif d'empêcher la guerre civile de s'enraciner. L'armée est régimes sur les sites pétroliers rendent vaines toutes tentatives de
consciente que plus le conflit dure, plus il risque d'affaiblir sa destruction ou de sabotage. Ainsi, après avoir été le symbole du
capacité à contraindre les milices à lui obéir. À la différence de développement et la fierté des nationalistes, la richesse pétrolière
l'Irak et de la Libye, l'armée ne peut être marginalisée (elle est se transforme en combustible pour coalitions autoritaires en sursis.
une composante fondamentale du régime) et elle ne peut pas
mobiliser des organisations tribales pour fonctionner et survivre. - Conclusion
Pour le régime algérien, la solution passe par la restauration des
La rente pétrolière n'a pas provoqué la métamorphose souhaitée.
milices et la recomposition de «la famille révolutionnaire •. Cette
Les nationalistes du Baath, du FLNet de la Jamahiriya pensaient que
famille fait office de «tribu» et ses membres partagent l'immense
la capture de la rente leur donnerait la puissance, imposerait leur
privilège d'avoir payé le prix du sang pour rendre l'Algérie libre
suprématie économique et affirmerait leur hégémonie militaire. En
et indépendante. La famille révolutionnaire est une organisation
fait, elle les a aveuglés, rendus imprudents et arrogants. Cherchant
sociale aux ramifications complexes et profondes, dispersée sur
à se doter des signes extérieurs de richesse, ils ont éliminé tous ceux
le territoire. Cette organisation sociale, qui fait corps avec l'État
qui dénonçaient cette usurpation. En dépit des défaites militaires
et qui se considère comme partie intégrante du régime, demeure
et des crises politiques, la génération du nationalisme pétrolier
convaincue que «l'Algérie, c'est elle» ... et que ses richesses sont
des années 1970 ne veut pas s'avouer vaincue. Alors que l'Union
soviétique et le bloc des pays de l'Est s'effondrent, que l'Amérique
72. El Djeich, mars 1993. latine se déleste progressivement de ses régimes militaires, cette
73. El Mounqidh, septembre 1995, p. 46. génération continue à penser qu'elle incarne le peuple. Pourtant,
1001 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE

que de changements depuis les années 1960! Les investissements


opérés dans les années
d'alphabétisation
de 46 %
1970 commencent
record, de 34
à 79 IVo en Algérie;
%

espérance
à porter leurs fruits: taux
en 1960 à 60 % en 1990 en Irak,
de vie à la naissance
passe en Libye de 46 ans en 1960 à 61 ans en 1990, de 48 ans à
qui
Chapitre 3
65 ans en Irak, de 47 ans à 65 ans en Algérie; taux de r'nortalité
Rente pétrolière et régimeo mabieux
des moins de 5 ans pour mille naissances en recul partout, pas-
sant de 269 à 112 en Libye, de 222 à 86 en Irak et de 270 à 98 en
Algérie. Tous les indicateurs de développement humain démon-
- Un contexte favorable
trent l'amélioration constante du niveau de vie de la population.
à la transformation des régimes
Certes, la croissance économique a été inférieure à la croissance
La période révolutionnaire a permis aux services de sécurité
démographique durant cette période, aussi le chômage demeure-
t-il massif, en particulier pour les jeunes de moins de 30 ans qui de jouer un rôle stratégique dans la régulation du «marché. du
pétrole et dans la protection des transactions durant la période
représentent la majorité de la population. La chute des revenus
liée au contrechoc pétrolier a obligé les gouvernants à mettre en d'abondance financière (1971-1985). L'effondrement brutal du prix

place des politiques de libéralisation visant à réduire les dépenses du baril, en 1986, provoque le déraillement des politiques écono-

de l'État et réformer un secteur agricole improductif et coûteux, miques et étrangères engagées auparavant par les gouvernements

alors même que les besoins alimentaires ne cessaient de croître. Sur algériens, irakien et libyen. Il entraîne ces régimes dans une crise

le plan sociologique, la génération née après la nationalisation des politique profonde. Déstabilisés par l'ampleur de la contestation

hydrocarbures fête ses vingt ans dans les années 1990 et aspire à sociale et politique, les organes centraux de sécurité ne parviennent
plus à irriguer les coalitions hétéroclites qui gouvernent alors ces
d~s changements. L'islamisme est l'offre idéologique dominante;
régimes autoritaires. En somme, les mécanismes édifiés, qui ont
l'Etat islamique, la nouvelle utopie politique mobilisatrice. Dans
ce contexte, la République irakienne, l'État-FLN et la Jamahariya permis jusqu'alors un contrôle exclusif sur la rente pétrolière,
s'enrayent, ébranlant par là même les complexes échafaudages
représentent des obstacles. Incapables de négocier un dénouement
heureux et pacifique, ces régimes vont détruire ceux qui les menacent politiques qui avaient assuré une certaine stabilité. Après 1986,

et faire plonger ceux qui les contestent dans l'enfer des sanctions commence une période d'instabilité inhérente à la reconstruction
internationales pour l'Irak, dans le purgatoire des sanctions par- dans la violence de nouveaux mécanismes de régulation et de

tielles pour la Libye et dans le vain espoir de la fin de l'État-FLN consolidation. Confrontées à la rareté soudaine des ressources

en Algérie. La décennie 1990 commence donc avec la conviction et à la menace de la perte du pouvoir, les coalitions autoritaires

que le pétrole est une malédiction, il est «cet excrément du diable» éclatent au profit de groupes dont la loyauté repose non plus
dénoncé par le père fondateur de l'OPEP, Juan Pablo Perez Alfonzo", sur la croyance en la révolution, mais sur des liens d'allégeance

Si le pétrole est un bienfait, c'est pour une autre raison: il a permis clanique et tribale. Les ressorts fondamentaux de ces régimes

la fusion entre l'économie rentière et les coalitions autoritaires et sont mis à nu et révèlent la vacuité des organisations politiques
révolutionnaires, y compris pour les organes centraux de sécurité.
donné ainsi naissance à de robustes régimes mafieux.
Les révolutions nationales et socialistes ont vécu et n'offrent plus
le cadre politique adéquat.
74. M. Sol Pérez Sc/wei, El Excremento del diablo. La dernocracia
venezolana y sus protagonistas, Caracas, Alfadil, 1997.
1021 VIOLENCE DE LA RENTE PËTROLlÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1103

À partir de la fin des années 1980, et dans un contexte dans le développement de la pauvreté: la rareté des ressources
international et national inquiétant pour les régimes, commence favorise le développement de comportements «sultaniens »! au
un processus de reconstruction de nouvelles coalitions, fondées sein des élites dirigeantes, alors que ces dernières ont construit
non plus sur la gestion et la redistribution de la rente, mais sur leur légitimité, en partie, sur la récupération des ressources de la
le transfert des droits de propriété des biens et des services de nation injustement exploitées par les ex-puissances coloniales ou
l'État vers le marché. La mise aux enchères du patrimoine fon- par le biais de leurs compagnies pétrolières. Le nouveau contexte,
cier, immobilier et industriel de l'État provoque l'émergence de caractérisé par des sanctions internationales et par une crise
nouveaux protagonistes et de facto, dans ce nouveau contexte majeure des économies rentières, provoque une transformation en
concurrentiel, une flambée de violence. La nécessité de sécuri- profondeur des régimes autoritaires des trois pays: sous embargos,
ser les transactions sur les droits de propriété réalisées dans le dépouillés de leur idéologie, ils se muent en régimes mafieux
cadre des politiques de libéralisation et de privatisation entraîne adaptés à leur nouvel environnement. Ils fonctionnent désormais
l'apparition de véritables. mafias .J. Celles-ci remplissent une comme des entreprises criminelles. capables de s'enraciner dans
fonction de régulation, supplantant en quelque sorte le rôle un territoire, de disposer d'énormes ressources économiques,
des organes centraux de sécurité dans les années 1970. Elles de contrôler des segments importants de la société locale et de
favorisent la recornposition de nouvelles coalitions en vue de s'imposer en utilisant un appareil militaire' •.
capturer, non plus la rente pétrolière, mais les richesses foncières, L'analyse des périodes d'embargo est riche d'enseignements
immobilières, industrielles et commerciales que la nouvelle donne pour comprendre le type de transformation subie par ces régimes.
économique et politique offre désormais. Simultanément, les Les sanctions internationales les amènent en effet à utiliser la
populations plongent dans une précarité et une pauvreté accrues. ruse et la cruauté pour survivre. Dans un contexte de raréfaction
Le patrimoine de l'État, valorisé par l'économie rentière, devient des ressources, ils finissent par s'approprier celles qui restent et
un enjeu de lutte fondamental. Une économie de pillage prend par détruire encore plus brutalement tous ceux qui les contestent.
son envol, dans un contexte marqué par la violence politique, Rendus vulnérables par le régime des sanctions, mais menacés par
mais aussi par des sanctions internationales. Face à cette épreuve, les mêmes défis, ils parviennent à rester solidai.res. Contre toute
les coalitions hétéroclites de la période d'abondance financière attente, les régimes algérien, libyen et irakien ont par conséquent
se rétractent au profit des groupes sociaux les plus loyaux dans réussi à ne pas s'effondrer après le contrechoc pétrolier, ils ont
un premier temps. Autonomes sur le plan financier, immunisés maintenu une certaine cohésion des appareils répressifs et sont
contre les représailles diplomatiques et solidaires sur le plan poli- finalement sortis vainqueurs de la confrontation avec leurs oppo-
tique et ethnique, les régimes pétroliers édifient, dans la violence sants islamistes. Ces régimes ont ainsi démontré leur formidable
désormais, de nouvelles coalitions autoritaires dont on ne peut aptitude à s'adapter à un environnement toujours aussi incertain
manquer de souligner la proximité avec des organisations crimi- et dangereux. Au terme de cette période, seul le régime irakien
nelles ou mafieuses. La rhétorique nationaliste et progressiste perd disparaît, mais ce n'est pas son inaptitude à détruire tous ceux
encore plus de sa crédibilité face aux pratiques délictueuses des
dirigeants issues tant des appareils sécuritaires qu'administratifs.
2. Plus que l'Algérie et l'Irak, le régime libyen dispose des caracté-
À l'exemple des organisations criminelles, ces régimes prospèrent
ristiques du régime suitanien. Juan Linz and Houchang Chehabi,
Sultanistic Regimes, Baltimore (Md.), Johns Hopkins University
1. G. Fauatel-Garriques «Violence mafieuse et pouvoir politique en Press, 1998.
Russie», dans J-L. Briquet et G. Fauarei-Garriques [dir.], Milieux 3. Paolo Pezzino, «La mafia, État et société dans la Sicile contempo-
criminels et pouvoir politique, Paris, Karthala, 2008, p. 189. raille., Politix, 49, 2000, p. 17.
1041 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX
1105

qui le menaçaient en interne qui a entraîné sa chute, c'est un au terrorisme. Quant au régime des généraux algériens, il est isolé
événement imprévisible, le 11 septembre 2001, qui va provoquer sur le plan diplomatique, compte tenu des violations massives des
une politique étrangère américaine mêlée de fureur, de vengeance, droits humains perpétrés lors de la guerre contre les islamistes,
d'utopie et d'une grand strateqy'. sans pour autant être sanctionné. Cette décennie sonne le glas
Les réformes économiques adoptées au milieu des années 1980 de toutes les illusions engendrées par le nationalisme pétrolier.
modifient les droits de propriété sur les terres agricoles, les entre- Au cours de cette période, des modes de domination traditionnels
prises publiques, les licences d'importations, l'accès aux devises. resurgissent, • khaldounien et mamelouk' », précisément ceux que
Jusqu'au contrechoc pétrolier, l'État détenait le monopole de l'accès le volontarisme politique des élites progressistes dénonçait au
à ses ressources. Des «coalitions dédiées à l'exploitation de sources lendemain des révolutions socialistes. La fiction des «États forts »,
de revenus'» assuraient aux régimes une stabilité qui reposait modernisateurs et transformateurs des sociétés « archaïques» des
donc principalement sur leur capacité à ventiler la redistribution années 1970, est remplacée, au début de la décennie 1990, par
des revenus. Mais après 1985-1986, la modification des droits de la perception d'. États fragiles» ou «en faillite». Après avoir été
propriété engendre l'apparition de nouveaux acteurs qui visent craints pour leur politique de puissance, l'Irak, la Libye et, dans
l'accès aux ressources ainsi • libérées », tandis que l'embargo fait une moindre mesure, l'Algérie effrayent leur voisinage et leurs
perdre à l'État une partie de son monopole". La mise sur le marché populations par leur potentiel d'effondrement En effet, sous la
des biens publics n'est autre que le recyclage des investissements menace d'une double contrainte - extérieure dans le cadre des
de la rente pétrolière effectués pendant deux décennies. Tls'agit sanctions et intérieure avec l'émergence de mouvements violents
de vendre ou de distribuer les biens et les services financés durant portés par les contestataires islamistes -, les populations craignent
la période d'abondance. Cette transaction, sécurisée par des avant tout une « dérive afghane'» de leurs pays. Si la décennie 1980
groupes criminalisés, va s'opérer de façon totalement opaque. Ce avait souligné les limites et aberrations d'une politique de puissance
phénomène est facilité par le fait que la population est tellement fondée sur la rente pétrolière, la décennie 1990 commence avec
terrorisée par la violence des insurgés islamistes (dont l'ambition un profond sentiment de désenchantement et d'impuissance. Les
est de renverser les coalitions autoritaires) que la captation des progrès réalisés au cours des vingt dernières années disparaissent
biens publics est loin d'être sa préoccupation première, mals sous les coups de boutoir de la violence et du régime des sanctions
aussi par l'absence d'une justice indépendante. Dans ce contexte internationales. Le mirage de l'État fort, né du mariage entre une
inédit sont nés les nouveaux régimes mafieux des années 1990. économie rentière et un régime autoritaire, sombre en dévoilant
Au début de la décennie 1990, l'Irak, la Libye et l'Algérie sont
sanctionnés par la communauté internationale: un embargo total
pour le régime de Saddam Hussein qui a envahi le Koweït et un 7. Sur les modes de domillGtion. traditionnels, voir J. Leca et Yves
Schemeil, «Cïientétisme et patrimonialisme dans le monde arabe»,
embargo partiel pour celui de Mouammar Kadhafi accusé de soutien
International Political Science Review, 4 (4), 1983; G. Salamé écrit:
«Perceptions of the state's strength and iueakness are sustantially
4. G. Salomé, Quand l'Amérique refait le monde, Paris, Fayard, 2005. marked, in the Arab World, bya tradition of authoritarian rule, where
5. G. Fauarei-Garriques, «Violence mafieuse et pouvoir politique en the military ghalab (domination) lias preceâed and practically made
Russie», art. cité, p. 188. possible a qeneraily unrestrained plunder of the society's avaitabie
6. Eric Brousseau souliglle que: «L'efficacité d'une coalition est liée resources», dans G. Luciani (ed.), The Arab State, op cit., 1990, p. 31
à la répartition des droits de propriété entre ses membres., dans 8. En 2002, le général Belkheir affirmait: <le ne regrette rien. J'ai
«L'approche néo-institutionnelle de l'économie des coûts de transac- fait le choix d'épargner à l'Algérie le sort de l'Afghanistan., Jeune
tion., Revue française d'économie, 4, 1989, p. 147. Indépendant, 4 mai 2002.
1061 VIOLENCE DE LA RENTE PlTROLlÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1 107

son extrême vulnérabilité. Sur le plan politique, l'idéologie qui s'apparente davantage à une punition collective qu'à des sanctions
le légitimait perd de sa ferveur face au coût dramatique que son économiques proprement dites. L'Irak est soumis à l'embargo le
hégémonie fait supporter à la société. Sur le plan économique, plus sévère du siècle. Même le traité de Versailles n'était pas allé
J'État, qui a prétendu au droit exclusif de la propriété sur les aussi loin. Certes, les vainqueurs avaient amputé le territoire
ressources, s'avère incapable de les faire fructifier et de les redis- allemand, obligé le vaincu à payer des réparations, entravé sa
tribuer équitablement. En faillite, il abandonne les programmes puissance militaire, mais rien ne l'empêchait de renouer des rela-
sociaux et laisse le plus grand nombre basculer dans la précarité tions commerciales normales et de reconstruire son infrastructure.
et la pauvreté. Enfin, sur le plan international, il est rangé dans En Irak, le Conseil de sécurité interdit, sous prétexte qu'il pourrait
la catégorie des" États voyous et terroristes» à contenir. Mis avoir un "double usage», civil et militaire, le matériel nécessaire
sous embargo, J'État fort rétrécit comme peau de chagrin pour à la remise en marche des usines d'épuration ou des centrales
laisser place à des régimes dont la capacité de survie va toutefois électriques. L'Irak est autorisé à exporter une petite quantité de
surprendre. En effet, ils vont démontrer, dans des conditions pétrole, au prix fixé par l'ONU, mais l'attitude américaine rend
extrêmes, des capacités d'adaptation inattendues, validant ainsi l'approvisionnement du pays quasi impossible. Des médicaments
les travaux sur-la robustesse des régimes autoritaires pétroliers. de base et des produits alimentaires sont bloqués sous prétexte
Si le régime des sanctions internationales réduit l'accès de ces qu'ils peuvent servir à la fabrication d'armes chimiques. Faute
régimes aux ressources, et affaiblit par là même leurs capacités d'aérosols, l'asthme devint une maladie mortelle. On estime à
de nuisance sur la scène internationale, il renforce en réalité leur cinq cent mille le nombre d'enfants de moins de 5 ans qui ont
emprise au niveau interne. payé de leur vie la rigueur de cet embargo. En 1996, interrogée
devant les caméras sur le coût humain des sanctions, Madeleine
-Irak: embargo total et fin de 1'«État solide» Albright, prise au dépourvu, déclare: «Nous pensons que ça
en vaut la peine.» En 1995, J'Organisation pour l'agriculture et
L'Irak, au potentiel si fréquemment loué dans les années 1970,
l'alimentation (FAO)et le fonds des Nations unies pour l'enfance
symbole du renouveau de la puissance arabe', illustre de façon
(Unicef) annoncent que quatre millions d'Irakiens vivent dans
dramatique les illusions de l'État fort. Jusqu'en 1990, «J'économie,
un état de «préfarnine» et que la vie d'un million d'entre eux,
l'éducation, la santé affichaient des résultats enviés par les pays
notamment des enfants, est menacée".
voisins. L'armée, qui absorbait une part considérable du budget de
l'État, constituait l'armature institutionnelle principale du pays ...
Tout en n'étant pas démocratique, l'Irak de Saddam Hussein était
un État solide'?». Or, la solidité de l'État irakien va disparaître.
11 .« Entre 1991 et 1996, le pourcentage d'enfants de moins de 5 ans
Entre 1991 et 1996,l'Irak subit un embargo quasi total au terme souffrant de malnutrition chronique (le rachitisme) est passé de 18 0/0
de la résolution 687 des Nations unies (3 avril 1991). La décision il 3/ %; la perte de poids due à la malnutrition de 9 % à 26 0/0; la

malnutrition oigüe (la cachexie) de 30/0 il 11 % ... L'augmentation du


9. «Why Japan», demande Charles Issawi en 1983, K Why not, for taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans signalée dans les
instance, Iraq, whose potential 1IIas, and still is, sa great ?», dans hôpitaux publics est de 40000 décès supérieure il 1989 et de 50 000
G. Luciani, dans The Arab State, op. cit., p. 62. décès chez ceux de plus de 5 », Situation Analysis of Children and
la. Thieny A. Brun, • Comment fabriquer un Étatfraqilc : réflexions Women in Iraq, Unicef, 30 avril 1998. Sur la réalité des chiffres
sur l'exemple irakien», dans J.M. Châtaigner et H. Magro [dir.}, produits par le régime, voir A. Baram, «The effect of Iraqi Sanctions:
États et sociétés fragiles: entre conflits, reconstruction et dévelop- Statistical Pitfalls and Responsability», Middle East Journal, 54 {2},
pement, Paris, Karthala, 2007, p. 107. 2000.
1081 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1109

Le régime parvient toutefois à contourner ces sanctions, infir- d'améliorer la gouvemance, ce système donne lieu à une immense
mant ainsi l'hypothèse selon laquelle celles-ci l'affaiblissent". escroquerie ;« Sous la résolution "nourriture contre pétrole", l'Irak
F. Rigaud décrit les trois phases de cette amélioration économique a vendu pour 64,2 milliards de dollars de pétrole. Ce marché a
dont bénéficie le régime". En 1995-1996, c'est la période de également entraîné 1,5 milliard de dollars de dessous-de-table
l'inflation: le gouvernement utilise la planche à billet comme dans le cadre de contrats humanitaires et 229 millions de dollars
mode de redistribution, mais provoque l'effondrement du dinar de transferts de fonds illégaux dans le cadre de contrats pétroliers,
irakien (1 dollar pour 1500 dinars). Il emploie d'autre part les ceci par le biais de la manipulation de la résolution. Tout un
stocks stratégiques accumulés durant la guerre contre l'Iran et réseau international a également été entretenu, permettant des
les biens prélevés au Koweït lors de son invasion; en somme, répartitions pétrolières à des individus et des groupes touchant en
le régime vit sur ses réserves. Au cours de cette même période, retour la somme de 130 millions de dollars" .» Quant au régime,
le gouvernement encourage la contrebande et déréglemente le il parvient à prélever la somme de 2,5 milliards de dollars par
commerce extérieur. La deuxième phase, 1997-1998, se caractérise an de revenus hors contrôle de l'ONU, essentiellement grâce au
par une explosion du commerce extérieur qui se traduit par des développement de la contrebande avec les pays voisins. On estime
importations massives de produits et de biens de consommation. ainsi que: ua 000 barils par jour sont exportés vers la Jordanie,
Le marché s'améliore et la pénurie des années 1993-1995 s'éloigne mobilisant plus de 2000 camions, 80000 barils par jour vers la
progressivement. La troisième étape commence en 1998 et se Turquie et 40 000 barils par jour vers la péninsule, principalement
manifeste par un désengagement de l'État: privatisation du sec- Dubaï. C'est la Syrie qui bénéficie le plus de cette contrebande,
teur socialiste, autofinancement des entreprises, autosuffisances en recevant environ 250 000 barils par jour de pétrole. Cela per-
financières, rémunération des fonctionnaires au rendement,. etc. met à ce pays, voisin ennemi, producteur de pétrole, d'exporter
Le régime parvient une fois de plus à satisfaire une partie des sa production et de répondre à sa consommation interne par
besoins de la population. l'arrivée du pétrole irakien. Dans un contexte de raréfaction
Les sanctions sont ultérieurement amoindries: en 1996, les extrême des ressources, le régime se montre capable d'extraire
autorités irakiennes sont autorisées à vendre 2 milliards de dol- les revenus annuels nécessaires à sa survie alors que l'embargo,
lars de pétrole tous les six mois et, en 1998, le montant autorisé loin de l'affaiblir, lui permet de renforcer son emprise sur une
passe à 5 milliards; en 1999, plus aucun plafond n'est instauré, société d'autant plus affaiblie qu'elle est meurtrie, sans espoir et
le mal étant fait. Afin de superviser la résolution. nourriture «livrée à elle-rnême't».
contre pétrole _, une pléthore d'inspecteurs est mobilisée, tandis
que 25 Ofo des revenus vont au Koweït pour dédommagement de
guerre. La vente du pétrole irakien se fait par des compagnies
de négoce (83 Ofo) et a pour principal client le marché américain
(soit 60 Ofo des exportations sous contrôle de l'ONU). Mais, loin
14. N. Alahmad, «The Politics of Oil and State Survival in Iraq
(I 991 -2003) : Beyond the Rentier Thesis», Constellations, 14 (4),
2007, p. 590.
12. Hosham Dawod, «Le pouvoir irakien, dix ans après la querre», 15. David Baran. Vivre la tyrannie et lui survivre. L'Irak en tran-
Esprit, 2, 2001. sition, Paris, Mille et Une Nuits, 2004, p. 91; S. Graham-Brown,
13. Françoise Rigaud, <Irak: le temps suspendu de l'embargo», Sanctionning Saddam : The Poli tics of Intervention in Iraq, Londres,
Critique internationale, 1 t, 1998. TaI/TUS, 1999.
110 1 VIOLENCE DE LA RENTE PËTROLlÈRE RENTE PËTROLlÈRE ET RËGIMES MAFIEUX 1111

- Libye: embargo partiel et déraillement habitant chute de 7500 dollars en 1991 à 4000 dollars en 1999.
de la révolution Entre 1992 et 1999, la population libyenne est confrontée à de
nombreux nouveaux problèmes: l'interdiction des vols aériens
Soumis à un embargo partiel en raison de sa politique de sou-
provoque un sentiment d'isolement et de marginalisation, la
tien au terrorisme, le régime libyen, à l'instar de l'Irak, clame par
détérioration des conditions de vie se traduit par des revendica-
affiches dans toutes les grandes villes du pays le slogan: «Nous
tions contestataires à l'encontre du régime, l'effondrement de la
vaincrons I'embargo.» De fait, tout comme en Irak, il y arrivera.
monnaie libyenne et la montée d'un marché informel de devises
L'embargo est, dans les années 1990, la cause de multiples diffi-
font apparaître des inégalités difficilement acceptables dans une
cultés et surtout de la détérioration du niveau de vie des Libyens
société nourrie par l'égalitarisme.
qui, avec un salaire minimum de 250 dinars", ne peuvent plus
Mais parallèlement, l'effondrement du dinar permet de dégager
subvenir à leurs besoins. L'État distributeur libyen, dont le leitmotiv
des plus-values considérables. La revente des produits subvention-
reposait sur le principe «partenaires et non salariés» et promettait
nés par l'État libyen sur le marché privé à des prix libres permet
un égalitarisme social et économique garant de l'équilibre politique,
d'importants bénéfices, au grand dam des Libyens qui ne trouvent
se trouve amputé de l'un de ses piliers. En septembre 1996, les auto-
plus rien sur les étals des marchés publics". Les commerçants
rités libyennes remettent au secrétaire général des Nations unies,
cherchent en priorité à vendre les produits subventionnés à des
Boutros Boutros-Ghali, un rapport détaillant les conséquences
commerçants étrangers qui les achètent en devises ou en dinars
économiques, sociales et sanitaires des sanctions sur la Libye:
obtenus sur le marché informel. En réalité, la réexportation frau-
«Tous les programmes de développement des infrastructures ont
duleuse des produits libyens s'apparente à une véritable économie
été affectés, anéantissant les espoirs et les aspirations du peuple
de pillage dont profitent certains dirigeants: «La Libye, écrit
arabe libyen 17. » Elles précisent que, sur le plan médical, plus de
Emmanuel Grégoire, écoule en Afrique de l'Ouest des denrées
15750 personnes nécessitent des soins médicaux particuliers et
alimentaires peu coûteuses car subventionnées (riz asiatique, pâtes,
que les sanctions privent la Libye de la venue de plus huit mille
farine de blé, semoule, huile de soja, lait en poudre, concentré de
cinq cents médecins étrangers. Le cas d'enfants contaminés par
tomates, biscuits, etc.) et des biens manufacturés (tissus, pièces
le virus du sida va servir d'illustration des méfaits de l'embargo
sur la population. Sur le plan économique, le rapport souligne
19. En 1996, la Jamahiriya entreprend des mesures de rétorsion
les dégâts provoqués dans les transports et les communications.
contre le développement du commerce informel. Des comités d'épu-
Le gouvernement estime globalement à «24 milliards de dollars
ration, composés d'officiers subalternes sont chargés de lutter contre
le coût des sanctions» en 1998'8. L'appauvrissement de la Libye
la corruption. EII juillet 1996 une loi sur l'épumtion punit de la
sous l'embargo est indéniable: en 1991, le PIE est de 32 milliards peine de mort. toutes les personnes effectuant des opérations de
de dollars, il chute à 21 milliards en 1999. Cela se traduit par un change en violation des règlements de la Banque centrale et expor-
effondrement du pouvoir d'achat des Libyens, puisque le PIE par tant la devise nationale. et celles qui pratiquent «la spéculation sur
les produits alimentaires, les vêtements, les habitations et les trans-
ports >. Au cours de cette année, les comités d'épuration obligent la
16. Officiellement, 1 dinar s'échanqe contre 3 dollars; au marché noir, fermeture de 1500 commerces, principalement en Cyrénaïque. Pou.·r
1 dol/ar s'échange contre 3 dinars libyens. Les prix des produits de le colonel Kadhafi, le commerce privé constitue un véritable «pillage
consommation correspondaient à la valeur du dinar au marché noir. de l'État.: «Il n'est pas normal, dénonce-t-il en 1996, qu'un kilo
17 .« The Impact of the UN Sanctions aqainst Libya», septembre 1996. de fromage importé qui coûte 1 dinar au prix officiel soit vendu
18. S. Naaoush, Effets de l'embargo sur les finances extérieures de la dix-huit fois plus cher dans les magasins priués.» Voir Eric Gobe,
Libye >, Marchés tropicaux, 11 septembre 1998, p. 1907. «Chronique Libye », Annuaire de l'Afrique du Nord, 1998.
112 1
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1 113

détachées d'automobiles, électroménager, matériaux de construc- chefs de tribus, de notables et de militaires haut gradés, s'inscrit
tion légers, matelas, tapis, couvertures en laine, etc.). Quelques dans cette perspective. Ces nouvelles structures politiques visent
véhicules tous terrains et des camions sont aussi revendus en à réduire le pouvoir des comités révolutionnaires, considérés
Afrique noire: un négoce de véhicules administratifs volés s'est par la population comme des prédateurs. Par la même occasion,
en effet développé, des filières arabes et toubous les écoulant au le régime se dote de nouveaux intermédiaires susceptibles de
Niger, au Mali, au Tchad et en Mauritanie ... Enfin un gros négoce consolider son autorité sur des tribus qui critiquaient l'évolu-
de cigarettes d'origine américaine s'opère depuis le Bénin et le tion de la Jamahiriya. À Misourata, à Derna et à Benghazi par
Niger à destination de la Libye".» Sous l'embargo, se développe exemple, des" clubs tribaux. sont créés en vue de regrouper et
donc un juteux trafic transfrontalier qui transforme la Libye en d'institutionnaliser les appartenances tribales. Ces commandements
"État entrepôt» et la Tunisie en point de passage stratégique. populaires et sociaux sont chargés de redorer le blason de la vie
Entre 1988 et 1997, "le poste frontalier de Ras Jdir, à la frontière politique locale, jusque-là sous le contrôle exclusif des comités
tuniso-Iibyenne, a totalisé 18,8 millions de passants" ». Les Libyens révolutionnaires, au détriment des congrès populaires de base qui
utilisent en effet désormais l'aéroport de Djerba pour voyager. La étaient supposés représenter le peuple. Cette volonté de contrôler
frontière tuniso-libyenne devient une véritable zone de trafic sous le local constitue une réaction à la lente érosion des appareils
l'influence de groupes tribaux (Touazine en Tunisie et Nouayel de contrôle du peuple de la Jamahiriya. Cette remise officielle
en Libye), comme le montrent les travaux de Hassen Boubakri", du pouvoir local aux tribus démontre sans doute l'échec de la
La prospérité de cette économie fait des envieux et provoque la Iamahiriya telle qu'elle avait été pensée par le colonel Kadhafi.
colère de la population libyenne qui voit les produits importés Alors qu'il ambitionnait de créer un pouvoir politique dont les
subventionnés par le régime se vendre plus chers en Tunisie. En fondements auraient reposé sur le peuple, ce sont au final des
fait, ce trafic s'effectue sur une aire encore plus large que celle notables locaux et des chefs de tribus qui sont autorisés à gou-
de la Tunisie et de l'Égypte, car la Libye (comme l'Algérie du verner les villes. Certes, ce procédé n'est pas dénué d'efficacité
reste) est intégrée aux trafics transfrontaliers avec des régions sur le plan du contrôle politique et s'inscrit, comme l'a montré
d'Afrique subsaharienne. Lisa Anderson, dans la continuité de la tradition ottomane, réac-
La dégradation des conditions de vie sous l'embargo de même tualisée pendant la période coloniale italienne" : l'invention de
que l'ampleur de la contestation islamiste contraignent le régime chefs de tribus au cours de ces périodes avait permis de doter les
à élaborer une politique de contrôle social plus efficace. La structures politiques en vigueur d'intermédiaires du pouvoir aux
création des commandements populaires et sociaux (al-Qiyadat compétences très élargies. De plus, à partir de 1998 une véritable
al-Sha'biyya wa al-ljtima'iyya) en 199823, formés pour partie de "révolution culturelle» s'opère sur le plan des mœurs. Des débits de
boissons alcoolisées fleurissent dans les villes et un flux incessant
de prostituées vient s'échouer dans les bars et hôtels des grandes
20. Emmanuel Grégoire, K Réseaux et espaces économiques trans-
villes. Le rigorisme qui caractérisait les relations sociales depuis
étatiques », Groupe d'orientation des politiques, juillet 2003, p. Il.
21. Hassen Boubakri, «Échanqes transfrontaliers et commerce la proclamation de la Jamahiriya semble voler en éclat. Alors que,
parallèle aux frontières tuniso-libyennes s, Maghreb-Machrek, 170, dans l'Irak sous embargo, les prostituées étaient décapitées, elles
octobre 2000, p. 39.
22. H. Boubakri, «Échanqcs transfrontaliers et commerce parallèle
aux frontières tuniso-libyennes », art. cité. 24. L. Anderson, The State and Social Transformation in Tunisia
23. Moncef Ouannes, «Chronique politique Libye», Annuaire de and Libya (1830-1980), Princeton (N.J.), Pri11ceton University Press,
l'Afrique du Nord, tome XXXVII, 1998. 1986.
114 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1 115

parviennent en Libye à se frayer un chemin, preuve des mutations clos. Trois défis menacent le régime. Tout d'abord, l'émergence
sociales en cours. L'interdiction de la consommation d'alcool et de d'une guérilla islamiste forte, en 1994, de trente mille membres.
la prostitution avait été, initialement, une réaction à la débauche Divisée en plusieurs tendances, celle-ci bénéfice à ses débuts d'un
des mœurs supposée régner sous la monarchie d'Idris. La prise du très fort soutien populaire et est considérée comme susceptible
pouvoir par le Colonel avait également été présentée comme un de renverser le régime. Les émirs de la guérilla sont convaincus
progrès face à ce qui était perçu par les Frères musulmans comme que le temps joue en leur faveur et que le régime va tôt ou tard
une dérive sociale contraire à l'islam et à la dignité des Libyens. s'effondrer sous les coups de boutoir du jihad. Ensuite, le régime
Le rigorisme social encouragé par le colonel Kadhafi répondait est menacé en 1994 par la mise en place d'une opposition poli-
à une volonté d'épurer le corps social des «tares accumulées tique regroupée sous J'égide de la communauté catholique de
sous la monarchie •. Les effets de cette politique se sont très vite Sant'Egidio à Rome. Le Front des forces socialistes, le Front de
fait sentir dans une société libyenne qui, embrigadée dans une libération national, le Front islamique du salut et le Parti des
politique révolutionnaire, s'ennuie fermement. Ces frustrations travailleurs ont alors constitué une plate-forme politique «pour
diverses s'accompagnent d'un profond sentiment de xénophobie à une sortie pacifique à la ~rise politique ». Ces partis représentent
l'encontre des immigrés africains, de jalousie face à la <réussite. 80 0/0 de l'électorat des élections de décembre 1991; leurs voix
tunisienne et d'amertume face au constat d'échec relatif de la comptent. Ils opposent surtout un démenti à l'argument de l'armée
Jamahiriya. Sous embargo, la révolution libyenne a perdu de sa qui invoquait le «soutien de la société civile» à l'arrêt du pro-
superbe. Pour la population libyenne, la crainte est que le régime cessus électoral. En effet, les responsables militaires ne cessaient
ne s'accommode de ces sanctions qui, au final, le pénalisent peu. de se référer aux «pressions» de la société civile - représentée
par les responsables de syndicats, de partis politiques comme le
- Algérie: condamnation morale Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) ou le Parti
du régime des généraux communiste (Ittihad) -, pour empêcher l'instauration d'un «État
Au cours de la décennie 1990, le régime des généraux a mau- théocratique », Leur contre argument à la sortie de crise prônée par
vaise presse. À la différence de l'Irak et de la Libye, le régime la coalition pacifiste sera la politique d'éradication des islamistes.
n'est pas sanctionné par le Conseil de sécurité. L'Algérie reste un La troisième menace est le risque de faillite financière à la suite de
pays ouvert aux échanges commerciaux. En fait, le régime est l'effondrement du prix du baril de pétrole. «L'économie de guerre»
victime, non pas d'une résolution des Nations unies, mais d'une prônée par Belaid Abdessalem n'a pas permis au gouvernement
condamnation morale inhérente à sa stratégie d'éradication de de faire face aux remboursements de la dette. À la crainte d'une
la guérilla islamiste. En à peine dix ans, tout le capital de sym- cessation de paiement, s'ajoute le risque d'une démobilisation des
pathie accumulée durant la guerre d'indépendance (1954-1962) fonctionnaires de l'État craignant l'impayé de leurs salaires. Enfin,
se voit dilapidé. La répression contre les islamistes et les mas- la mise en place d'une contre-guérilla a un coût financier auquel
sacres de civils provoquent un malaise chez tous ceux qui, par le gouvernement ne semblait pas en mesure de pouvoir faire face.
affinité, s'interdisent de critiquer trop bruyamment l'État-FLN. Pour vaincre la guérilla islamiste, le régime met en œuvre une
Mais, entre 1993 et 1998, les autorités algériennes deviennent guerre totale, immédiatement dénoncée par des organisations de
infréquentables et peu de responsables politiques osent s'afficher défense des droits humains. En 1997-1998, la violence atteint son
avec les responsables de l'interruption du processus électoral de paroxysme avec les massacres de villageois de Beni Messous et
janvier 1992. Cette mise à l'écart arrange le régime algérien car il Bentalha: revendiqués par les groupes islamistes, ces massacres
lui est plus facile de mettre en œuvre sa stratégie de survie à huis sont pourtant attribués à l'armée qui se retrouve une fois de plus
116 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1 117

sur le banc des accusés". Le président de la Ligue algérienne algériens par jour. Avec l'effondrement du pouvoir d'achat,
des droits de l'homme l'accuse «d'abandon de populations en provoqué par les dévaluations du dinar, 70 % des dépenses des
danger>. Pour la première fois, le drame algérien sort de son huis ménages sont désormais consacrées à l'alimentation. Le taux de
clos et commence à préoccuper l'Union européenne, qui dépêche chômage dépasse les 30 % et l'analphabétisme touche 32 Ofo de
une commission d'information sur la situation algérienne. Quant la population totale (dont 40 Ofo de femmes). Les effets sur le plan
à la Commission des droits de l'homme des Nations unies, elle sanitaire sont immédiats, avec le retour de maladies comme la
demande que le conflit algérien fasse l'objet d'un débat et n'hé- typhoïde, la tuberculose et la gale.
site pas à accuser le régime de pratiquer «un terrorisme d'État». Les drames occasionnés par la guerre civile (cent cinquante
La crainte d'une internationalisation du drame algérien devient mille victimes) traumatisent bien évidemment la génération
la hantise de l'armée, qui y voit un complot des «ennemis de postindépendance. La fin du monopole par l'État-FLN sur la
l'Algérie" ». Mais, tout comme en Irak et en Libye, le régime définition de la communauté nationale algérienne a tout d'abord
résiste. Ses administrations civiles continuent tant bien que mal ouvert la voie à un questionnement sur l'histoire et sur l'identité
à fonctionner et ses appareils sécuritaires gardent la cohésion algérienne. Dans la violence, la société algérienne redécouvre sa
indispensable à la contre-guérilla. pluralité politique, mais également sa fragilité. Le psychanalyste
Par contre, la population algérienne, à l'instar des situations Nourredine Toualbi souligne en 2000 qu'en Algérie: «Les jeunes
irakiennes et libyenne, est durement frappée par la mise en générations sont en rupture des sens où leur trajectoire vitale est
quarantaine politique et morale que subit le pays. Dans l'indif- contrariée par le poids de misères existentielles innombrables
férence générale, environ 1,5 million d'Algériens fuient leurs (misère sociale, affective, sexuelle), il est à craindre des effets de
villages entre 1993 et 199727• Plus de cent mille personnes vont retour d'angoisses destructeurs. Ces jeunes sont parfois porteurs
se loger à la périphérie de villes comme Djelfa, Médéa ou Chief. de danger pour les autres aussi - et peut-être surtout sont-ils
Cet exode, lié à la situation sécuritaire, s'inscrit de surcroît dans dangereux pour eux-mêmes qui vivent les affres d'un grave
un contexte général de paupérisation. Dans son rapport intitulé désenchantement dans une société prétendument égalitaire, mais
«Les effets du programme d'ajustement structurel sur les popu- qui n'a jamais tenu ses promesses" •. »
lations vulnérables" », le Centre national d'études et d'analyses La décennie 1990 bouleverse en profondeur l'équilibre que
pour la population et le développement (Ceneap) montre que la l'État entretenait jusqu'alors avec la société. En Irak, en Libye et
paupérisation concerne alors 35 % de la population algérienne. en Algérie, cette décennie a déconstruit l'image d'un État bien-
Sur 31 millions d'Algériens, 12 millions vivent avec moins de faiteur. Les profondes mutations observables ne manquent pas
18000 dinars algériens par an (2800 euros), soit 50 dinars d'inquiéter et la détérioration dramatique des conditions de vie
soulève des questions quant à la capacité des régimes à recons-
truire des projets de société mobilisateurs. L'impression qui domine
25. Nesroulah Yous, Qui a tué à Bentalha 7, Paris, La Découverte,
durant cette période est celle d'une césure entre les coalitions au
2000; Habib Souadia, La Sale Guerre, Paris, La Découverte, 2001.
26. L'année nationale populaire {AN?} perçoit cette évolution comme pouvoir et la société. Ces États apparaissent en perdition et leurs
une véritable stratégie de guerre menée à son encontre par des «forces trajectoires offrent des comparaisons impensables vingt ans plus
occultes»: «la troisii>mephase de l'attaque des ennemis irréductibles tôt: l'Algérie n'est plus comparée au Mexique, mais au Nigeria;
de notre patrie a visé notre institution militaire, l'ANP., El Djeich, la Libye au Soudan, et non plus à un émirat en Méditerranée;
janvier 1998.
27. L'Expression, 19 août 2002.
28. Rapport du Ceneap, 2000. 29. Liberté, 7 décembre 2000.
118 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1 119

quant à l'lrak, sa trajectoire est plus proche de l'Azerbaïdjan que contrechoc pétrolier, les champs pétrolifères finissent par servir
du Japon ... Pour beaucoup d'observateurs, ces pays ont dilapidé de gages pour obtenir des prêts bancaires. En effet, bien qu'en
vingt années d'efforts, au point que leurs populations en sont faillite, ces pays aux réserves pétrolières et gazières importantes
venues à croire que les conditions de vie étaient moins dures sous demeurent crédibles. En Algérie, entre 1985 et 1988, la dette
le régime colonial. La richesse pétrolière ne fait plus illusion et totale double de volume pour atteindre 26 milliards de dollars. Au
le pétrole apparaît comme une malédiction. En effet, du point bord de la banqueroute, les autorités négocient des prêts à court
de vue de la population, ce sont les plus démunis qui supportent terme contraignant les gouvernements à consacrer l'essentiel des
essentiellement le coût des sanctions et retrouvent littéralement revenus au remboursement du service de la dette .• Le service de
jetés dans la pauvreté et la précarité en raison d'une crise éco- la dette aux recettes d'exportations passe de 66,4 0/0 en 1990 à
nomique et financière inhérente au contrechoc pétrolier de 1986. 82,2 % en 1993. Les prévisions pour 1994 font état d'un taux de
93,5 0J0, rendant la cessation de paiement inévitable".» En 1994,
- Des économies en faillite l'Algérie est contrainte de rééchelonner, devant le Club de Paris
Ttrente ans après la nationalisation du secteur des hydro- et le Club de Londres, 15 milliards de dollars échéant entre 1994
carbures, la richesse pétrolière semble partie en fumée pour ne et 199732, et, comble de l'humiliation, elle doit accepter un plan
laisser que les cendres d'économies en ruines. Le facteur qui d'ajustement structurel (PAS), rejoignant ainsi la Tunisie et le
déclenche cet effondrement financier est la chute brutale du prix Maroc ... Tout au long de la décennie 1990, l'Algérie vit avec un
du baril après 1986 (passant de 30 à 10 dollars). Si le recours à taux de croissance de 1,3 0/0, inférieur à la croissance démogra-
l'endettement entretient momentanément l'illusion de la richesse, phique (2,2 %), ce qui rend impossible l'intégration sur le marché
le service de la dette conduit rapidement l'Algérie et l'Irak sur le du travail de millions de jeunes.
chemin de la banqueroute. Alors même que la population a triplé Dans une situation plus critique que l'Algérie, l'Irak en guerre
en vingt ans, les régimes ne disposent ni des moyens financiers, contre l'Iran, connaît, avec l'effondrement du prix du pétrole en
ni d'une économie diversifiée pour satisfaire les besoins de base 1985, une situation financière désastreuse. Alors même que le coût
que revendique la génération née à l'époque de l'abondance de la guerre ne cesse de croître, les revenus issus des exportations
financière. La part des revenus pétroliers et gaziers dans les de pétrole passent de 26 milliards en 1980, à 12,5 en 1985, puis à
recettes d'exportations passe de 93 0/0 en 1975 à 95 % en 1999 8 milliards en 1986. Les seules dépenses d'armement atteignent la
en Algérie. La fiscalité pétrolière dans les recettes budgétaires somme astronomique de 90 milliards de dollars. L'augmentation
augmente de 58 à 60 % pour la même période". En Libye, 98 0/0 de la production pétrolière durant cette période ne permet plus
des revenus issus des exportations proviennent des hydrocarbures de financer cette économie de guerre. L'Irak va bénéficier de prêts
et ceux -ci produisent 80 0/0 des recettes budgétaires. Le secteur bancaires qui vont engendrer (1 une dette odieuse>» contractée
pétrolier représente 74 0/0 du pm. L'incapacité de réformer ces
économies rentières mène les gouvernants à dépendre exclusive-
ment des revenus de ce secteur. Lorsque celui-ci se portait bien,
comme entre 1971 et 1985, les revenus issus des exportations 31. Omar Benderra, -Economie algérienne 1986-1988 H, dans J. Cesari
[dir.), La Méditerranée des réseaux, Paris, Maisonneuve et Larose,
des hydrocarbures permettaient de financer les dépenses. Avec le
2002, p. 231-267.
32. O.Benderra, .Economie algérienne 1986-1988 H, art. cité, p. 241.
30. A. Rebah, Sonatrach. Une entreprise pas comme les autres, 33. P. Adams, «Iraq 's Odious Debts H, Policy Analysis, 526, 28 sep-
Alger, Casbah, 2006, p. 223. tembre 2004.
RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1 121
1201 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE

par un régime dictatorial", Surendetté, l'Irak envahit le Koweït banques du Moyen-Orient et diffusion d'une partie de ses avoirs
et provoque la deuxième guerre du Golfe. Alors que le régime bancaires dans une centaine de comptes off shore).
avait réussi la prouesse de reconstruire 88 0/0 des infrastructures L'embargo partiel (la vente de pétrole était autorisée) ne pro-
détruites pendant la guerre contre l'Iran, la campagne militaire de voque pas une crise humanitaire, mais réduit seulement le pouvoir
libération du Koweït (cent dix mille attaques aériennes et quatre- d'achat des Libyens: les hausses cumulées des prix à la consom-
vingt-dix mille tonnes de bombes) plonge les Irakiens dans la mation sont de 200 010 entre 1992 et 199736• Avec une inflation de
pauvreté, avec une inflation de 1500010 en 1991. 30010 par an entre 1995 et 1998, la perte du pouvoir d'achat des
En comparaison, la situation libyenne peut paraître enviable. sept cent mille fonctionnaires (la population active est de neuf cent
La chute des revenus pétroliers annuels (22,5 en 1985 mais mille personnes), dont le revenu est bloqué depuis 1979 autour
9 milliards de dollars à partir de 1991) provoque une crise de 250 dinars par mois, se fait lourdement sentir. L'émergence
financière et économique, mais non une faillite. Ce sont moins d'un marché noir, qui représente jusqu'à 20 010 des transactions
les fluctuations du prix du pétrole qui inquiètent le régime que en devises, à un taux dix fois supérieur au taux officiel, nourrit
le Conseil de sécurité. En 1992, le régime libyen s'attend à des une économie informelle prospère. Le gouvernement estime le
sanctions internationales aussi sévères que celles infligées à l'Irak, taux de chômeurs à 11 010 de la population active, il est en réalité
un embargo pétrolier total qui vraisemblablement ramènerait ce de 30 0/0. En raison de la menace des sanctions internationales,
pays à une économie de famine, comparable à celle qui prévalait le régime libyen, à la différence de l'Algérie, ne parvient pas à
dans les années 1940-1950, avant l'exploitation du pétrole. En obtenir des prêts à court terme pour financer cet ajustement. Non
effet, les revenus pétroliers représentent l'essentiel des recettes crédible, la dette extérieure de la Libye (4,5 milliards de dollars
courantes et permettent de financer les besoins alimentaires entre 1991 et 1992) ne conduit pas le régime aux portes du FMI,
(à 80 0/0 importés). À la différence de l'Irak, la Libye, sous un épargnant ainsi le régime du surendettement. Le service de son
blocus total, ne peut recourir à l'agriculture pour satisfaire ses remboursement ne représente que 3 010 des revenus du pétrole en
besoins: seulement 2 0/0 des terres sont cultivables. La Libye va 1994 ... contre 90 % pour l'Algérie la même année! En 1996, le
être sauvée, non par les inquiétudes humanitaires du Conseil de régime peut donc laisser les dépenses militaires continuer d'ab-
sécurité, mais par le soutien actif de l'Allemagne et de l'Italie, ses sorber 33 010 des revenus pétroliers ...
deux principaux importateurs de pétrole: pour ces deux pays,
un arrêt brutal des livraisons libyennes provoquerait une crise _ Bienfaisance et allégeance
énergétique majeure". La Libye s'est pourtant préparée à cette De la Syrie au Maroc, en passant par la Tunisie, nombreux
éventualité (transfert de quelques milliards de dollars vers des sont ceux qui se demandent comment des voisins aussi riches
que l'Irak, l'Algérie et la Libye ont pu sombrer dans un tel état de
violence et de pauvreté? À la différence des régimes autoritaires
34 .• The country's hard cu.rrency reserves, which had oeen sorne non pétroliers (révolutionnaires ou non), les régimes autoritaires
$37 billions before the outbreak of the warwere $2 billions in 1987. pétroliers (et révolutionnaires) sont contraints de pratiquer la
After J 983 the qouemment was forced to undertake âebt conversion bienfaisance pour justifier leur légitimité. Parvenus au pouvoir
negotiations and to ask suppliers for credit. At the end of 1986 dans le cadre de révolution soutenue par un nationalisme pétro-
the Iraqi foreign debt was estimateâ to be about $50 billion. By the
lier, ces régimes ont redistribué au peuple les biens et les services
middle of J 989 it !Vas $65 billion., dans P. Adams, •Iraq's Odious
Debts >, art. cité, p. 225.
35. G. Joffe, «La Libye et l'Europe», Maghreb-Machrek, J 70,2000. 36. Marchés tropicaux, 1J septembre 1998.
1221 VIOLENCE DE LA RENTE PËTROLlËRE RENTE PËTROLlËRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1123

auxquels il a droit et ont cherché à restaurer la dignité de la Pourtant les dispositifs juridiques ne manquent pas, comme l'illustre
nation, bafouée par l'histoire coloniale)'. En contrepartie, ils ont l'exemple libyen. Abdurrahman Mousa AI Abbar, secrétaire général
exigé un devoir d'obéissance et d'allégeance absolu, définissant du comité populaire au Conseil du contrôle populaire, souligne en
par-là le cadre de la légitimité révolutionnaire. Sans institutions 1999 les efforts de la Libye pour combattre la corruption". Mais
susceptibles d'exercer un contrôle sur cette transaction entre le dans les années 1990, ces dispositifs ne pouvaient avoir aucun
peuple et les gouvernants (justice indépendante, partis politique, impact sur des pratiques profondément ancrées, fonctionnelles et
presse libre, etc.), les échanges et les négociations se réalisent efficaces dans le système c1ientéliste de la période d'abondance,
dans l'arbitraire et l'opacité. Dans le cadre de régimes politiques puis nécessaires et même vitales dans la période des embargos".
dépourvus d'institutions aptes à gérer la bienfaisance de l'État, L'arrivée massive des revenus pétroliers dans des États aux
les attentes générées par la richesse pétrolière ne peuvent qu'oc- institutions non démocratiques a détruit ou annihilé toute possi-
casionner une économie du gaspillage. D'où le paradoxe de ces bilité de réformes économiques, quand bien même celles-ci sont
régimes à la réussite politique indéniable - si on la mesure à nécessaires à un développement durable. Ainsi, la différence
l'aune de leur longévité -, mais à l'échec économique tout aussi de trajectoire entre la Norvège, autre État pétrolier, et la Libye
flagrant au regard de l'état dans lequel vivent leurs populations. s'explique par le contrôle démocratique qui est exercé sur les
La concentration des pouvoirs, et donc l'absence de contrôle exer- usages de la rente à Oslo, là où, à Tripoli, l'arbitraire et l'opacité
cée sur la rente, explique le développement de la corruption qui conduisent à l'affaiblissement des performances économiques. Force
remplit une fonction de soupape de sécurité. Présentes à tous les est de constater que, du point de vue politique, la performance
échelons de la société et dans toutes les activités professionnelles, économique n'a jamais été la préoccupation majeure du régime
ses pratiques permettent de satisfaire des besoins variables en libyen: comme pour l'État-FLN et le parti Baath, les revenus
fonction des protagonistes. L'organisation non gouvernementale pétroliers servent d'abord à consolider les régimes. Dans cette
(ONG) Transparency International classent l'Algérie, l'Irak et la perspective, le gaspillage et la corruption, loin d'être probléma-
Libye comme fortement corrompus: sur 145 États, l'Algérie est 97<, tiques, permettent d'alimenter un système clientéliste qui, durant
l'Irak 129< et la Libye lOS<. L'ONG n'hésite pas à souligner que la la période d'abondance, assurait le fonctionnement pacifique de
Libye et l'Irak ont «atteint un niveau alarmant. de corruption". la scène politique. Mais, sous les embargos et avec l'émergence
de la violence politique, ce système perd de son importance. Les
37. Andrew Rosser explique comment, a contrario, l'Indonésie a • entreprises criminelles» le remplacent et favorisent une meilleure
échappé à la malédiction du pétrole: «the political victory of coun-
ter-revolutionnary social forces ouer communist and radical popuiist 39. International Anti-corruption Conference, JOoctobre 1999: «Law
social forces in the mid-1960; the economic opportunities openeâ up N" 2 for the year 1979 concerning ecollomic crimes and il' is relateâ to
by the country's qeopoliticai siqnificanœ durinq the Cold War and its figlzting of ail aspects of ecollomic corruption in the state; Law N" 3
geograplzieal proximity to Japan and the «tiqer» eeonomies of East for the year 1985 regarding the prohibition andfavoritism; Law N" 3
Asia. The first of these factors, 1 argue, laid the political founda- for the year 1986 on "from where have you got this"; Which is related
tions for the Indonesian qouemment to reorient its economic poli- to prohibition of gaining utility or materialistic or mora.I aduantaqe ;
cies away from the radical economic nationalism of the 1950s and Law N" JOfor the yea.r 1994, regarding purqitu;»
early 1960s and towards an economic policy agenda more fauourable 40. D. Baron souligne qu'en Irak, les fedayin de Saddam Hussein
to capitalist eeonomic deuelopment in the 1970s and 19805>, dans percevaient un salaire de 25 dollars par mois, que celui des officiers
A. Rosser. Escaping The Resource Curse: the Case of Indonesia., de .Ia prestigieuse sécurité spéciale. était de 500 dollars et celui des
Journal ofContemporary Asia, 37 (I), 2007, p. 43. gardes rapprochés de JOOO à 1500 dollars, dans D. Baron, Vivre la
38. Rapport 2004, Transparency International. tyrannie, op. cit., p. 271.
1241 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1125

adaptation à un environnement caractérisé par la violence, la la drogue et le pétrole ont permis la naissance de narco-États
pauvreté et surtout le transfert de droits de propriété. La flexibilité dans un cas, et de oil mafias dans l'autre". Les revenus de la
des régimes mafieux va permettre également de reconstruire des drogue comme ceux du pétrole ont irrigué un enchevêtrement de
bases sociales sur des fondements bien différents de ceux des liaisons et de relations qui confonde le régime avec l'État, celui-ci
années 1970. Pour des dirigeants désormais dépourvus d'idéologie, devenant non pas un acteur autonome capable d'influencer les
le peuple et ses représentants officiels ne sont plus des figures autres acteurs sociaux, mais un outil, puissant et moderne, au
incantatoires nécessaires. En revanche, le recours aux apparte- service de groupes minoritaires organisés et armés. De plus, dans
nances familiales, tribales et régionales s'avère déterminant pour le cas du pétrole, l'émergence de ces mafias bénéficie d'un cadre
la survie de ces régimes qui y trouvent la cohésion et la confiance politique où la distinction entre espace public et privé est faible.
nécessaire au bon fonctionnement de leurs entreprises criminelles. Le contraste est saisissant entre l'image d'intégrité et d'efficacité
La décennie 1990 est une illustration de la mutation des pratiques des régimes durant la décennie 1970 et les pratiques de corruption
au sein des coalitions: on passe de la corruption à la prédation. et les comportements de prédation au cours de la décennie 1990.
Comment expliquer ce décalage entre la perception et les pra-
- La reconsolidation mafieuse des régimes tiques? La construction politique du récit" développementaliste »,
soutenu par le nationalisme pétrolier, était trompeuse: les régimes
Entre 1986 et 2003 (début du troisième choc pétrolier), les
des années 1970 pratiquaient déjà la prédation, mais celle-ci
coalitions autoritaires édifient des économies de pillage. La
était masquée par, ou noyée dans, l'abondance des ressources
faiblesse des institutions politique, l'absence de contrôle sur
que la nationalisation des hydrocarbures avait fait naître et par
la rente et la destruction des sociétés civiles par les embargos
la sympathie des observateurs pour ces jeunes États. Les régimes
favorisent l'émergence de ces régimes mafieux. Aux yeux des
n'ont pas changé, les embargos dévoilent simplement des pra-
militants de la cause révolutionnaire, les révolutions nationales
tiques devenues entre-temps, dans un contexte de raréfaction
et socialistes ont été victimes de la richesse pétrolière; celle-ci
des ressources et de désenchantement national, inacceptables et
a créé un parasite qui a contaminé le corps social et politique, à
l'instar des narco-États, Mais, à la différence de l'économie de la intolérables. En Irak, Saddam Hussein a mis en place des méca-
nismes d'appropriation des revenus de la rente qui échappent à
drogue, l'exploitation des hydrocarbures ne permet pas le dévelop-
tout contrôle: .À la fin des années 1980, il détenait le contrôle
pement d'une économie mafieuse rapidement lucrative. Elle exige
absolu sur l'État, l'appareil du parti, et les services de sécurité
des investissements colossaux et les exportations nécessitent la
étaient confiés à certains de ses propres parents. Les lois ont pris
création d'un marché où les acteurs sont contraints à un certain
la forme de décrets revêtus de sa signature. De plus, désormais,
degré de transparence. En revanche, l'usage des revenus issus
il a entièrement sous sa coupe le ministère du Pétrole et celui de
des exportations est comparable aux pratiques de redistribution
l'Industrie et de l'industrialisation militaire, qui jouissent tous
mises en œuvre par certaines organisations criminelles telles que
deux d'un statut "autonome": leurs recettes et leurs dépenses
les cartels colombiens des années 1980. Les chefs de ces cartels
redistribuaient une partie des gains de l'économie de la drogue sont couvertes par le secret et n'ont à rendre de comptes qu'au
afin de consolider leurs entreprises criminelles". Dans un contexte
économique et social caractérisé par la pauvreté et la précarité,

41. G. Duncan, «Les seigneurs de la guerre à la conquête des villes de 42. T. Shelley, Oil. Politics, Poverty and the Planet, Londres, Zed
Colombie., Les Cahiers de la sécurité, 2005, p. 63-85 Books, 2005.
1261 VIOLENCE DE LA RENTE P~TROLlÈRE RENTE P~TROLlÈRE ET R~GIMES MAFIEUX 1 127

président".» En Algérie, les mécanismes d'appropriation ont Après le boom pétrolier et la destruction de l'économie hors
été plus diffus: ni le président Boumediene (1965-1979) ni son hydrocarbures, l'essentiel dujeu se résume désormais à gérer les
«clan» n'étaient parvenus à un contrôle absolu. Comme le sou- importations, dont le volume peut varier en fonction des pays: de
ligne A. Dahmani, après le coup d'État de 1965, «le système de 10 milliards annuels à plus de JO milliards de dollars entre 1970
corruption se fait plus discret [00'] l'activité commerciale interne et 2000. Des opérateurs spécialisés dans l'import redistribuent les
et externe est organisée autour de centres de décisions politiques biens et les marchandises, ils irriguent toute une économie de
concentrées qui obéissent à des règles non écrites et selon des «bazars» et d'. entrepôts ». Les entreprises nationales pétrolières
critères sociopolitiques: poids dans l'appareil politico-militaire, (Sonatrach, NOC, INDC) sont généralement protégées de toute
népotisme, clientélisme régional». Dans ce système, un acteur se forme d'ingérence politique. L'industrie pétrolière, unique source
détache, « la fraction militaire»: s les officiers de l'armée et des de revenus extérieurs, est mise à l'abri et son personnel choyé.
services de sécurité sont ceux qui détiennent, généralement par La production de pétrole est vitale à la stabilité, voire à la survie,
l'intermédiaire d'un prête-nom, les affaires les plus juteuses .44. des régimes. La simple hypothèse d'une ouverture de ce secteur
Ce système va faire de l'Algérie un cas d'école • pour L'analyse aux investissements étrangers provoque un vent de panique et
de la malédiction de la richesse, et des syndromes de l'économie d'inquiétude. En effet, l'absence totale de transparence sur les
de rente: accaparement de la rente par une classe d'affairistes transactions alimente les spéculations les plus extravagantes. La
d'État qui font du contrôle du pouvoir un moyen d'enrichissement fin du monopole peut faire craindre que les règles du jeu, qui
personnel et de corruption systématique" ». En Libye, un système avaient jusque-là permis une ventilation équitable des revenus
opaque incarne aux yeux des Libyens le «véritable» pouvoir: la entre partenaires au sein des régimes, favorisent à présent certains
famille de Kadhafi et ses clans". acteurs au détriment d'autres. Dans une période de très grande
La modification des droits de propriété, dans le cadre de la instabilité et de vulnérabilité - embargos et violence islamiste -,
privatisation des biens publics, s'inscrit officiellement dans le la maîtrise de ces transactions est susceptible de porter au pouvoir
cadre d'une politique de libéralisation qui a pour ambition de de nouvelles coalitions. Le risque de voir Lescoalitions se fissurer
réduire' les dépenses de l'État et d'être plus efficace dans la ges- au sommet sur la question de la privatisation du secteur pétrolier
tion de ses ressources. Dans les faits, cette politique a mis à rude fait craindre la fin de la cohésion interne des régimes. Pourtant,
épreuve les. coalitions» qui se partagent les sources de revenus. l'ouverture du secteur est inévitable en raison des investissements
Tant que l'État détenait le monopole de ces revenus à travers le à réaliser afin d'augmenter la production, et ils ne peuvent être
contrôle de la rente, l'enjeu consistait à obtenir les ressources réalisés que par des compagnies étrangères en raison des difficultés
nécessaires pour intégrer les réseaux qui géraient cette manne". financières des gouvernements.
En Libye, le secrétaire général à l'Énergie, Abdullah Al Badri,
annonce en 1996 la nécessité de modifier la loi n' 25 sur le pétrole
43. Marion Farouk-Sluglett, «Rente pétrolière et concentration du
pouvoir», art. cité, p. 7.
(datant de 1955), afin d'adapter le marché libyen à l'industrie
44. Ahmed Dahmani, l'Algérie à l'épreuve, op. cit., p. 24. internationale du pétrole. En 1998, un comité préparatoire, dirigé
45. Michel Chatelus .• Nouvelles orientatiolls de la politique pétro- par Muhammad al Kaylani, conseiller au secrétariat à l'Énergie,
lière algérienne •. Maghreb-Machrek, octobre-décembre, 1999, p. 5 rédige un projet de loi sur le pétrole". À peine, deux semaines
46. M.O. el-Kikhia. Libya's Qadhafi. The Politics of Contradiction, après la suspension de l'embargo (en avril 1999), Abdullah Al Badri
Gainsuille (Fia.), University of Florida, 1997, p. 90.
47.Smail Goumeziane, Le Mal algérien, économie politique d'une
transition inachevée, Paris, Fayard, 1994. 48. Arab Oil and Gas Directory, 2000, p. 260.
1281 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLItRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1129

confirme que la Libye est décidée à ouvrir son secteur énergétique, La modification des droits de propriété va en fait favoriser le
et ce dans la transparence et au plus grand nombre de sociétés transfert des biens publics vers tous ceux qui sont bien intégrés
internationales, précisant même que le potentiel d'ouverture du dans les réseaux publics de l'économie rentière. Le parti Baath, la
marché libyen comprenait 96 blocs" (les blocs représentent des famille révolutionnaire, les comités révolutionnaires utilisent leurs
concessions territoriales, qui sont mis aux enchères et que les accès aux ressources à des fins personnelles .• Dès lors que l'élite
compagnies pétrolières qui ont été retenues explorent dans l'espoir baathiste a commencé à répandre l'idéologie, les officiels irakiens
de découvrir des gisements). En Algérie, la loi Ghozali est votée se sont mis à se servir du pouvoir étatique à des fins personnelles
en 1991. Elle confirme la nécessité d'ouverture du secteur des par le biais d'activités criminelles variées. Les institutions publiques
hydrocarbures, selon ses propres termes: .À partir du moment où ont peu à peu été gangrenées par la corruption=.» Les plus hautes
nous sommes obligés d'aller emprunter de l'argent pour faire face à instances du parti, c'est-à-dire le Conseil de la révolution, prélève
nos dépenses, il vaut mieux céder une partie de notre patrimoine; 5 Ofo sur les revenus du pétrole et, «selon Muhammad Zini, ancien
c'est notre argent et au moins on ne paie pas d'intérêts dessus=.» consultant du ministère du Pétrole, ce fond atteignait la somme de
À partir de 1995, l'Algérie devient un marché attractif. Début 2000, 17,4 milliards de dollars en 1990" •. La mise sur le marché de ces
la Sonatrach compte plus de cinquante accords de • partenariat biens publics provoque, ce qui était prévisible, l'instauration d'un
dans l'amont> avec des compagnies étrangères. L'élection d'Ab- système de prédation: «Bénéficiaires privilégiés des privatisations
delaziz Bouteflika à la présidence va accentuer cette ouverture, et des nouveaux circuits d'approvisionnement de l'import-export,
avec l'élaboration d'un avant-projet de loi sur les hydrocarbures, les cadres du parti Baath mettent progressivement en place un
préfigurant pour ses détracteurs la privatisation du secteur", En système de prédation des ressources du pays" .• Ce système n'hésite
Irak, le régime demeure contraint, par les sanctions internatio- pas à exploiter également le programme des Nations unies «pétrole
nales, de n'agir que dans le cadre de la résolution dite «pétrole contre nourriture», censé alléger les souffrances de la population.
contre nourriture •. Ainsi huit contrats de partage de production Entre 1997 et 2003, ce sont 8 milliards de dollars qui auraient
(Production Sharing Agreement) sont signés avec des compagnies été détournés par le régime". Comme en Irak, une économie de
étrangères en «prévision de la fin des sanctions onusiennes _, mais prédation se consolide en Libye. Afin de la rendre plus douce, et
l'autorité provisoire de coalition (CPA)qui supplantera le régime comme il en a les moyens, le régime n'hésite pas à distribuer des
de S. Hussein en 2003 finira par «annuler tous les contrats éner- dons à des familles en détresse. En 1996, Mouammar Kadhafi
gétiques négociés à l'époque de S. Hussein" •. offre personnellement à trois cent mille familles la somme de
5000 dollars pour faire face aux difficultés posées par J'embargo.
Il puise cette manne dans J'Oil Fund Reserve (8,8 milliards de
49. MiddleEast EconomieDigest, 18 août 2000.
50. Cité dans A. Rebah, Sonatrach, une entreprise pas comme les
autres, Alger, Casbah, 2006, p. 225.
5]. Selon ses promoteurs, l'avant-projet procède «du souci de la 53. Kanan Makiya, _Ail Levels oj the lraqi Govemment Were
cohérence avec la nouvelle orientation du pays, qui est une orienta- Complicit»,MiddleEast Quartely, printemps 2005, p. 81-87.
tion vers l'économie du marché, c'est-a-dire vers la concurrence, la 54. Al-Hayat, 2 juin 2005.
libéralisation, la transparence et l'ouverture>, cité dans A. Rebah, 55. Thierry A. Brun, «Comment fabriquer un État fraqile», art. cité,
Sonatrach, op. cit., p. 227. p. 115.
52. Barah Mikaï/, Irak: état des lieux, évolutions et perspectives 56. Report on the Management of the Oil-for-Food Programme,
en matière énergétique, Paris, secrétariat général pour l'Adminis- Indepenâent lnouiry Committee into the United Nations Oit-for Food
tration, p. 70. Programme, 7 septembre 2005, p. 4 et 185-259.
1301 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE RENTE PÉTROLIÈRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1 131

dollars en 2002)57, structure financière qui échappe à tout contrôle. congrès général du peuple applique les directives du Guide, tandis
La prédation du régime libyen est dénoncée par l'ensemble des que les comités révolutionnaires, transformés en entreprises cri-
partis de l'opposition. Pour le plus important d'entre eux, The minelles, pillent les ressources de l'État. Avant, les signes d'une
National Front for the Salvation of Libya, il est devenu urgent telle dérive étaient évidents; après, ils deviennent flagrants. De la
d'avoir un contrôle sur les revenus de l'État 58. La dilapidation spéculation financière aux importations de voitures de luxe et à la
des ressources pétrolières est une critique souvent formulée. La création de sociétés hors de la Libye, les comités révolutionnaires
s générosité » de Mouammar Kadhafi envers certains chefs d'État font figure de • gangs. ; même le mimétisme du style - veste en
africains est légendaire (Mercedes S 500 à 100000 dollars pièce cuir coupée, pistolet-mitrailleur, BMW - frappe. Le régime donne
offerte aux dirigeants d'Afrique du Sud et du Ghana, cadeaux le sentiment d'être à bout de souffle, dépouillé de sa rhétorique
payés cash à Kumba Yala, président de la Guinée-Bissau, soit révolutionnaire, privé du soutien des masses, gouverné par des
une valise contenant 1,35 million de dollars en espèces). En effet, ministres sans compétences ni prérogatives, humilié par un embargo
la Libyan. Arab African Investment Co a investi 4 mllliards de qui l'isole, accusé de terrorisme international. Si le régime révolu-
dollars en Afrique (plus de cent trente projets réalisés) et possède tionnaire a tenu sous l'embargo, c'est grâce à la solidarité clanique
plusieurs entreprises industrielles au Ghana, au Gabon, au Liberia, qui caractérise le pouvoir. Entre 1970 et 2000, le régime a perçu
en Zambie, au Congo-Brazzaville". Le président du conseil des 350 milliards de dollars de la seule vente des hydrocarbures, mais
investissements à l'étranger n'est autre que Mohamed Elhuweij, aucune structure administrative ou politique n'a pu exercer un
banquier de M. Kadhafi et ancien ministre des Finances. Dans quelconque contrôle sur l'usage de cette manne financière, celle-ci
un contexte de crise économique, ces investissements en Afrique étant sous la supervision exclusive de Mouammar Kadhafi et de
surprennent la population libyenne tant ses besoins restent brimés. ses proches. La rente pétrolière en Libye demeure une propriété
Pour beaucoup, du fait du régime des sanctions, ils représentent familiale et clanique. Des réseaux informels complexes gravitent
une économie de recyclage des pétrodollars vers des destinations autour de la redistribution, de l'investissement et des dépenses
plus sûres que les destinations classiques. de ce pactole. La stabilité du pouvoir de la famille et des clans
Sous l'embargo, les instruments du pouvoir du régime révo- de Kadhafi repose sur leur capacité à restreindre l'accès direct à
lutionnaire se sont affaiblis. La plus haute autorité politique, le cette ressource stratégique. La nationalisation des hydrocarbures
dans les années 1970 et l'ouverture contrôlée par la suite ont
57. Maghreb confidentiel, 622, 30 octobre 2003. Sur les fonds dans permis une mainmise totale sur les ressources énergétiques et un
les États pétroliers, Thierry Coville souligne que: « On a cru, il y a accroissement considérable des revenus. Le contrôle unilatéral de
quelques années, que la création de fonds de stabilisation pétroliers la rente pétrolière est un impératif politique vital pour le maintien
étaient une solution. L'idée était de verser les excédents en matière de du régime. L'ouverture en faveur des investisseurs étrangers s'est
recettes pétrolières, c'est-a-dire le surplus de recettes pétrolières par
accompagnée d'un discours sur les privatisations des entreprises
rapport il ce qui était prévu, dans des fonds qui seront utilisés pour
nationales et d'un encouragement aux créations d'entreprises
soutenir l'économie quand le prix du pétrole baissera. Or, l'expérience
montre que ces fonds ne sont pas UJlesolution tant que les principes privées". Après la levée de l'embargo, elle n'entraîne aucune
de transparence et de rigueur ne sont pas appliqués el! matière de perestroïka - sur le modèle de la libéralisation algérienne de
politique budgétaire. Au contraire, l'existence de ces fonds, compte
tenu du niveau actuel de développement des institutions dans le
Moyen-Orient, ne peut que faciliter le clientélisme et la corruption.» 60.Ainsi, entre 2003 et 2008, le gouvernement envisage le transfert
58. http://www.nfsl-Iibya.com de propriété de 360 unités de production du secteur public vers le
59. Arables, février 2003, p. 21. privé, El Fajr al Jadid, 18 décembre 2003.
RENTE PÉTROLlËRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1133
132 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLlËRE

de la dette extérieure (30 milliards de dollars en 1990)65. À la fin


la fin de la décennie 1980 ayant provoqué la déstabilisation de
de la guerre civile, en 1999, les avoirs des milliardaires algériens
l'État-FLN·' - qui aurait remis en cause de façon inéluctable les
modes de domination des coalitions tribales au pouvoir. à l'étranger sont estimés à 40 milliards de dollars".
En Algérie, le président Boudiaf, qui a dénoncé ce système de
prédation sous le nom de « mafia politico-financière », est assassiné - Conclusion
le 29 juin 1992. Que dénonce-t-il? Des pratiques anciennes de Les mécanismes de redistribution clientéliste qui ont assuré
captation de la rente dans le cadre de la politique d'importation la stabilité des régimes autoritaires se transforment sous les
de produits pharmaceutiques, d'armes, des prélèvements sur les embargos. Les coalitions autoritaires, qui bénéficient jusque-là
contrats pétroliers et des transferts d'argent vers des comptes à des revenus de l'État pour asseoir leur légitimité, ne disposent
l'étranger. Or, la libéralisation économique et les programmes plus des moyens permettant de «paralyser durablement l'exercice
de privatisation amplifient ce mouvement". Les transactions de la souveraineté du peuple"». Confrontées à des insurrections
opérées sur les droits de propriété sont effectuées dans une et à des sanctions internationales, celles-ci, à défaut de négocier
opacité totale. Les journalistes évitent de «parler de tout ce qui une «sortie de l'autoritarisme» ou d'imploser, vont rompre les
s'apparente à un détournement de deniers publics ou à la pré- liens idéologiques et politiques qui les rattachent au peuple en
varicationv» ; de fait, ils ont déjà payé un lourd tribut (plus de laissant les populations livrées à elle-même. Pour ces coalitions,
soixantejournalistes assassinés entre 1993 et 1997). L'opacité est l'enjeu n'est plus d'entretenir les illusions du socialisme arabe,
d'autant plus grande que la confusion peut régner entre groupes mais de survivre dans un environnement qui les rend vulnérables.
islamistes et pouvoir politique. Comme le souligne un avocat La faillite des économies rentières, dans un contexte de guerre et
algérien, Me Boutamine, dans «une situation assez particulière, de violence, les contraint à des réformes qui, dans la précipita-
certains milieux de la corruption et leurs pratiques mafieuses tion et l'opacité, modifient les droits de propriété de la rente, en
ont fait, depuis quelques années, jonction avec les agissements mettant sur le marché une partie du patrimoine national. Sans
des organisations intégristes légalisées, même celles qui étaient institutions politiques légitimes pour garantir ces transactions,
clandestines au départ. Aujourd'hui, le terrorisme et même la des mafias voient le jour et sécurisent les nouvelles règles du
subversion islamiste couvrent et protègent le développement de la jeu. Elles prennent la place et remplissent la fonction qui avait
corruption et de la contrebande= •. La chercheuse Fatiha Talahite été celles des organes de sécurité durant la période d'abondance.
souligne qu'entre 1986 et 1988, plus de 9,7 milliards de dollars La modification des droits de propriété se traduit sur le plan
«auraient été transférés illégalement hors d'Algérie ». Ce montant politique par une transformation des pratiques des coalitions, qui
aurait atteint 16,3 milliards de dollars fin 1990, soit près de 55 0/0 passent de la corruption à la prédation. Dans les années 1970
et 1980, les pratiques de corruption étaient régulièrement dénon-
cées et le secteur pétrolier offrait des opportunités de corruption

61. Henry Clément Moore, «Alqeria's Agonies: Oil Rent Effects in a


Bunker State», The Journal Of North African Studies, 9 {2}, 2004.
65. Fatiha Talahite, ' Économie administrée, corruption et engrenage
62. En 1991, suppression du monopole de l'État sur le commerce
de la violence en Algérie., Revue Tiers-Monde, 161 (J), 2000, p. 9.
extérieur et en 1993 nouveau code des investissements qui, lève les
66. Challenges, 135, avril 1999, cité par Fatiha Taiahite, «Économie
contraintes il l'illvestissement privé, domestique ou étranger».
administrée., art. cité, p. 21.
63. Djilali Hadjadj, , Violence et corruption : cas de l'Algérie., Le
67. G. Hermei, Les Populismes dans le monde, Paris, Fayard, 2001,
Bulletin de l'APAD, 25, juin 2003.
p.331.
64. Témoignage de Me Boutamine dans Le matin, 15 octobre 1998.
1341 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLlËRE RENTE PÉTROLlËRE ET RÉGIMES MAFIEUX 1 135

extrêmement vaste=. Le passage de la corruption à la prédation n'a de fatalité et de renoncement domine. La décennie 1990 a détruit
été possible qu'en raison du contexte de très grande vulnérabilité toutes les issues possibles: les régimes, autoritaires ou mafieux,
des acteurs dans lequel la transaction sur les droits de propriété s'est paraissent inamovibles. À la fin des années 1990, les généraux
effectuée. Les contraintes externes imposées par les sanctions (gel algériens cherchent à sortir de l'impasse dans laquelle la victoire
des avoirs, des déplacements, des investissements) et les menaces entachée de violation contre les droits humains les a placés; le
internes représentées par les guérillas islamistes rendent la survie régime de M. Kadhafi négocie les conditions d'une suspension
des régimes très aléatoire. Ces derniers ont réagi avec prompti- de l'embargo afin de ne pas devenir le Cuba de la Méditerranée;
tude et imagination: de républiques socialistes populaires, ils se quant à l'Irak de Saddam Hussein, il est sous oxygène avec la
sont mués en régimes mafieux, démontrant une flexibilité et une résolution «pétrole contre nourriture. qui ne laisse entrevoir, sur le
habilité hors pair. Alors que leurs États sont en faillite financière, plan politique et diplomatique, aucune autre alternative que celle
ils parviennent à faire sortir des capitaux par milliards de dollars. de l'approche humanitaire. Le dénouement pour l'Algérie survient
Cette prouesse repose sur l'assurance qu'en ces temps incertains, les avec l'avènement à la présidence d'Abdelaziz Bouteflika, ancien
appareils sécuritaires demeurent fidèles. Or le passage d'un régime ministre des Affaires étrangères de Houari Boumediene. Sa politique
autoritaire à un régime mafieux assumé nécessite la destruction de réconciliation trouve un écho favorable tant en Algérie que
de l'armée conventionnelle, héritage des années 1970, lorsque les dans la communauté internationale. En Libye, Kadhafi se résigne
régimes avaient des ambitions régionales. Pour l'institution militaire, à livrer les deux accusés de l'attentat de Lockerbie, ce qui entraîne
l'effondrement de l'État durant la décennie 1990 est synonyme la suspension de l'embargo, dans l'attente de sa levée définitive. En
d'affaiblissement stratégique. Comment peut-on maintenir une Irak, le fils aîné de Saddam Hussein, Oudaï, se prépare à succéder
politique de puissance régionale dans un environnement politique, à son père ... Mais les attentats du 11 septembre 2001 vont boule-
social et économique aussi ravagé? Les investissements colossaux . verser la trajectoire de ces régimes. L'Algérie saisit l'opportunité
dans l'achat d'armements n'ont plus d'efficacité si les armées doi- pour présenter sa guerre contre les islamistes, non plus comme une
vent évoluer dans un environnement économique anéanti et une violation sans fin des droits de l'homme, mais davantage comme
population remontée et aigrie. Le retour de l'homme providentiel un acte de résistance «d'avant-garde> contre al-Qaida, Le régime de
susceptible de restaurer « l'ordre et la grandeur passée >,sur le modèle Mouammar Kadhafi démontre toute sa flexibilité en basculant dans
de Vladimir Poutine en Russie ou, plus modestement, d'Abdelaziz «le bon camp >, celui des États-Unis en guerre contre al-Qaida. Le
Bouteflika en Algérie, apparaît comme l'une des issues possibles. régime de Saddam Hussein, incapable d'échapper à la propagande
La consolidation des régimes mafieux a favorisé le développement l'associant à al-Qaida, sera renversé au nom de la démocratie". Le
d'une économie de pillage, fondée sur l'exploitation de la rareté des troisième choc pétrolier, en 2003, sonnera comme un rajeunissement
ressources. Sous les embargos, les conflits politiques ont provoqué pour ces trois régimes, rappelant les potentiels et atouts tant vantés
un profond désenchantement auprès de populations qui voient durant la décennie 1970. Dans un contexte international marqué
fuir vers d'autres horizons tous ceux qui disposent de ressources par la peur du terrorisme international et l'inquiétude énergétique,
susceptibles de survivre ailleurs. Pour ceux qui restent, un sentiment ces régimes vont offrir, de façon paradoxale, des assurances quant
à leur capacité à participer à la lutte antiterroriste et des garanties
concernant la satisfaction des besoins énergétiques.
68. C McPherson et Stephen Mac Searraiqh, «Corruption in the
Petroleum Sector », dans Edgardo Campos et Sanjay Pradham (eds),
The Many Faces of Corruption, Washington {D.Cl, World Bank, 69. O. Roy, The Politics of Chaos in the Middle East, Londres, Hurst,
2007. 2007.
Chapitre -4
le retour inespéré
de L'abondance tinanctère
Trente ans après la nationalisation des hydrocarbures, la richesse
pétrolière accumulée semble disparue tant elle est absente des
Indicateurs d'évaluation du bien être. En Irak, c'est dans la folie
~uerrière qu'elle a été dilapidée; en Algérie, elle a fait le bonheur
d'une minorité et la tristesse de la majorité; en Libye, elle s'est
Il .rdue dans les projets pharaoniques du régime et les comptes off
shore des coalitions qui gouvernent. L'absence de contrôle exercée
sur la rente pétrolière a conduit à sa dilapidation. "TI Y a trente
tins, lance M. Kadhafi dans un moment de colère feinte, nous
avons décidé de consacrer 30 0/0 du revenu pétrolier au budget
de fonctionnement, en espérant que chaque année, ce pourcen-
tage diminuerait jusqu'à atteindre 10 0/0 ou 150/0, pour arriver à
o 0/0... Que s'est-il passé? Nous sommes en fait arrivés au point
où 100 0/0 des revenus pétroliers ont été entièrement consacrés
au budget. Je dois intervenir aujourd'hui pour arrêter cette roue
qui tourne dans le vide et qui brûle le pétrole' .• À la veille du
1 roisième choc pétrolier, le constat d'échec est patent. Dans une
.nquête, le journal Jeune Afrique a calculé que le régime libyen
a géré, entre 1973 et 2002, la somme de 350 milliards de dollars',
Le journaliste formule la question suivante: à quoi ont-ils servi
et qu'en reste-t-il? À la différence du Qatar' et de la Malaisie"
le régime a dilapidé ses revenus dans des projets incohérents qui
1381 VIOLENCE DE LA RENTE ptTROLlÈRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1 139

ont plus nui au bien-être de sa population que contribué à son r gime, le PIB par habitant et par an était de 449 dollars 10, J'un
amélioration. En 2002, le PIB de la Libye est estimé à 19,1 mil- des plus bas au monde.
liards de dollars américains, alors que celui de la Tunisie est de Ainsi, l'héritage de la période d'abondance financière (1973-
21 milliards de dollars américains", Ce n'est qu'à partir de 2004 que 1985) paraît bien mince. Pour se consoler, les dirigeants peuvent
le PIB de la Libye (29,1 milliards de dollars américains) a dépassé rappeler que d'autres États rentiers sont aux prises avec les mêmes
celui de la Tunisie (28,2 milliards de dollars américains)". Quant maux, telle la République islamique iranienne" et le Venezuela 1'.
à l'Algérie, si son PIB en 2002 est supérieur à celui du Maroc, ela dit, l'Iran a maintenu, grâce à son système politique, une
elle est classée à la 100' place sur 162 et le Maroc à la 112' dans cohésion sociale et nationale qui lui a permis l'économie d'une
le Rapport mondial sur le développement humain de la même violence interne, du moins jusqu'à la réélection contestée du
année. La richesse pétrolière de l'Algérie ne se ressent pas. Si président Ahmadinejad en juin 2009. De même, si la prospérité
l'on compare l'Algérie à l'Indonésie, autre grand pays producteur financière a affaibli les institutions démocratiques du Venezuela
de pétrole, l'échec de l'Algérie est incontestable. L'Indonésie est et a peu fait reculer la pauvreté, la politique de Hugo Chavez n'a
non seulement parvenue à diversifier son économie, mais elle a pas entraîné son pays dans une guerre régionale", malgré les
également. commencé à sortir» de son autoritarisme' : son PIB nombreuses divergences avec la Colombie. En somme, si la rente
en 2002 (172,9milliards de dollars américains) est trois fois plus pétrolière n'a pas enrichi l'Iran ni le Venezuela, elle n'a pas tota-
élevé que celui de l'Algérie", De plus, alors que la croissance lement aveuglé ces régimes, en raison de l'existence d'institutions
annuelle du PIB par habitant est négative en Algérie entre 1975 politiques, plus ou moins démocratiques, qui les ont contraints à
et 2000 (-0,3 %), elle est positive en Indonésie (4,4 %). Enfin, un minimum de clairvoyance politique.
l'Irak illustre la dramatique régression d'un pays riche: à la fin Dès lors, quels sont les effets des transformations politiques à
de la décennie 1990, il faisait partie des pays les plus pauvres du l'œuvre (installation d'un nouveau régime en Irak, restauration
monde avec un PIB par habitant de 705 dollars par an, niveau d'un régime présidentiel fort en Algérie, remise en question du
comparable à celui du Rwanda, alors qu'il était en 1989 de régime révolutionnaire en Libye) sur l'usage des revenus issus du
3 500 dollars. Plus de 81 010 de la population vit avec moins de troisième choc pétrolier? Depuis 2002, J'Algérie, la Libye et l'Irak
15 dollars par mois", De tous les pays autoritaires pétroliers, l'Irak ont renoué avec la richesse pétrolière. L'envolée du prix du baril,
est celui qui a expérimenté l'épreuve de la dévastation la plus bondissant de 30 à 147 dollars entre 2002 et 2008, a procuré à ces
profonde et la plus dramatique: le potentiel destructeur du régime trois pays des revenus extérieurs inespérés qui leur ont permis de
s'est exprimé à merveille. En 2003, à la veille du changement de se doter de fonds de réserves estimés en 2008 à 140 milliards de
dollars pour J'Algérie, 100 milliards pour la Libye et 50 milliards

5. Rapport mondial sur le développement humain, 2004, IDH, p. 185.


6. Rapport mondial sur le développement humain, 2006, /DH, p. 332. 10. World Bank, 2003b, p. 257; FMI, 2003a, p. 22.
7.R. Bertrand, «La démocratie Ii l'indonésienne. Bilan critique d'une JI. D. Brumberg et A. Ahram, • The National Iranian Oil Company
transition qui II. 'en finit pas de commencer., Revue internationale de il! lranian Politics >, Houston [Tex.}, The James E. Baker lfI Institute
politique comparée, 8 {3J, janvier 2001 p. 435-460. Jar Public Policy, Rire University, 2007.
8. Rapport mondial sur le développement humain, 2004, p. 186. 12. D. Reconâo, «Pétrodollars et politiques sociales», dans O. Com-
9.K. A. ChaudlllY, «The "Uncanny" Writ Regional. New and Recurring pagnon, J. Rebotier et S. Revet (dir.}, Le Venezuela au-delà du
Forms oJ Poverty and lnequality in the Arab World., dans L. Binder mythe, Paris, Éditions ouvrières, 2009, p. 52.
(eâ.), Rebuilding Devastated Economies in the Middle East, New York 13. Frédérique Langue, «Pétrole et révolution dans les Amériques >,

{N. Y.J, Palgrave Macmillan, 2007, p. 48. Hérodote, 123, 2006.


LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1 141
1401 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE

de rejoindre, avec retard, la catégorie des pays émergents que


pour l'Irak. Alors que les drames de la décennie 1990 ne sont pas
sont devenus le Maroc, la Tunisie, l'Égypte et surtout les riches
encore pansés et que les illusions de la richesse pétrolière se sont
monarchies du Golfe".
évaporées dans les méandres de la pauvreté, ce retour inattendu
La nationalisation du secteur des hydrocarbures, qui faisait
de l'abondance financière n'a toutefois pas manqué d'inquiéter.
la fierté des nationalistes dans les années 1970, ne semble plus
À quoi la manne va-t-elle servir? Qui va la contrôler? Va-t-elle
être la réponse au développement. Ainsi le président Bouteflika
provoquer ou entretenir à nouveau violence et conflits?
déclare-t-il à la Fondation James Baker: « Nous avons opté réso-
lument pour la levée des monopoles et l'instauration de règles
- Un troisième choc pétrolier salvateur:
de marché qui garantissent J'équité et la transparence pour tous
reconstruction étatique et nationale
les opérateurs nationaux et étrangers".» Mais, lorsque le projet
Au début de la décennie 2000, les nouvelles coalitions auto- de loi Khélil sur la «privatisation» de la Sonatrach est débattu, il
ritaires qui se sont formées durant les embargos ont cherché à soulève les protestations des anciens sur un registre émotionnel:
mettre en place une économie de marché, en dépit des tentatives l' La privatisation du secteur des hydrocarbures équivaudrait à
infructueuses des années 1990. Compte tenu de la dévastation remettre en d'autres mains la circulation de son propre sang dans
des économies au cours de cette période, la relance d'une libéra- son cœur" ». Symboles du nationalisme pétrolier et au centre de
lisation économique s'apparente à une tentative de réintégration conflits d'intérêts majeurs, les compagnies pétrolières nationales
des entreprises criminelles qui ont prospéré sous les embargos. (Sonatrach, NOC et INOC) ont échappé à la logique de la priva-
D'autre part, avec la renaissance du secteur des hydrocarbures, les tisation. Si les compagnies nationales se sont fermées à l'entrée
coalitions au pouvoir sont sous l'influence des «énergéticiens », de capitaux étrangers, en revanche, le secteur énergétique s'est
des élites pro-occidentales qui ont pour modèle les économies ouvert aux investissements directs étrangers. Cette ouverture
rentières du Golfe. À la faveur du troisième choc pétrolier, elles a accru l'importance géopolitique de pays comme l'Algérie et
sont arrivées à marginaliser les socialistes arabes, représentants la Libye dans le dispositif d'approvisionnement énergétique de
du complexe militaro-industriel, influencés par le modèle de l'Europe, soucieuse de diversifier ses sources face à la stratégie
J'Union soviétique et bénéficiant du soutien de l'institution monopolistique de Gazprom". De même, leur nouveau pouvoir
militaire. Pour les énergéticiens, le nationalisme pétrolier a vécu d'achat crédibilise leurs projets de modernisation des infras-
et plus personne n'ose penser que le pétrole est l'arme qui peut tructures civiles en piètre état après une décennie de violence
vaincre «l'impérialisme, le néocolonialisme, voire le sionisme »,
comme l'affirme le Baath irakien. Pour ces nouvelles élites", la
convergence des intérêts (le marché énergétique) et des inquié- 15. Jean-Jacques Gabas et Bruno Losch, «Fabrications and iUusions
tudes (la guerre contre le terrorisme) entre les anciens durs de of Emergence», dans C. Jaffrelot [ed.}, The Emerging States, Londres,
l'OPEP et les États-Unis, après le 11 septembre 2001, est une Hurst, 2008.
16. Cité par A. Rebah, Sonatrach, op. cit., p. 227.
opportunité historique à saisir. Libérées du discours antioccidental
17. M. Benachenhou, «Dix arguments contre la privatisation de
- récupéré par al-Qaida -, les coalitions libérales se sentent aptes
Sonatrach., Le Jeune Indépendant, 3 novembre 2001 ; A. Beïaid, Le
à faire basculer leur pays dans des économies de marché afin Jeune Indépendant, 24 février 2000, cité par A. Rebah, Sonatrach,
op. cit., p. 227.
18. Le chapitre suivant traite du thème de l'approvisionnement éner-
14. Sur les élites en Algérie, voir l'ouvrage de 1. Werenfels, Managing
gétique de l'UE et de la place de l'Algérie et de la. Libye dans le
Instability in Algeria, Elites and Political Change since 1995, Londres,
dispositif de l'UE.
Routledqe, 2007.
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1143
1421

et d'embargos. Ainsi, ces pays sont-ils redevenus prisés sur


g le marché des investissements, rappelant l'effervescence qui
'"cS
W
~ régnait autour d'eux, dans les années 1970, lorsqu'ils étaient
Il.
o
u>
.,
E '2
:;>
~ ., perçus comme des dragons en Méditerranée (Algérie, Libye) ou
~
.,N,
'"o.'" ~ "? fl.,. e des puissances émergentes au Moyen-Orient (Irak). Pourtant, la
::1
o
Cf)
o~
i~ Q.~
~~~ @'"
ù:~
1;
w~ démocratie est toujours absente en Algérie et en Libye; en Irak,
son installation est fragile, et la question du contrôle et de la
redistribution de la rente pétrolière est explosive, comme celle
des champs pétrolifères de Kirkuk". Cela dit, si le troisième
choc pétrolier n'a pas permis la restauration de • l'ordre et de la
grandeur passée », il a remis en marche un État disparu dans les
filets des coalitions mafieuses.

- Algérie: réconciliation nationale


et retour de l'État
En Algérie, le troisième choc pétrolier a permis de restaurer un
État qui a disparu entre 1994 et 1998, selon A. Bouteflika. Lors de
son avènement à la présidence en 1999, les caisses de l'État sont
vides et le pouvoir est dispersé entre des généraux vainqueurs de
la guerre civile et des entreprises criminelles, comme nous J'avons
souligné dans le chapitre précédent. Rapatrié pour restaurer la
paix civile dans une Algérie dévastée", Abdelaziz Bouteflika a
bénéficié de la montée inattendue et inespérée du prix du baril
de pétrole. Il a pu offrir à J'Algérie, au-delà de la réconciliation
nationale, un nouvel envol économique.

"2
.Q ~
z ~ ~ .,
:§"
QI
"C
1/)
f E
'"
'":!!oN "'" ~
"2
:;>

~
., s
c '"~--: ~cq, "
'"
~"i
o eoi :~<:O
"'"
~M 19.H. Bozarslan écrit: «Sourd à l'opposition de Bagdad, le gou-
; "N
W«l ~~'
"''''
Q.N 0'"
0::...-
u>N
WI'- u, r-,

vernement d'Erbil a promulgué sa propre loi sur l'exploitation du


t:
o
el. pétrole (6 août) et négocié d'importants contrats avec des compa-
~ gnies aussi diverses que coréennes, françaises, américaines 011 du
gj Golfe », dans H. Bazarslan, Le Conflit kurde: le brasier oublié, Paris,
"C Autrement, 2009, p. 91.
c::
o
:;:;
20. M. R. Lowi, «War- Torn or Systemical1y Distorted ? Rebuilding
:::1 the Algerian Economy>, dans Leonard Binder ieâ.), Rebuilding
(5
> Devastated Economies in tbe Middle East, op. rit.
'W
1441 VIOLENCE DE LA RENTE P~TROLlÈRE LE RETOUR INESP~R~ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1145

ALGÉRIE: UNE CROISSANCE SPECTACULAIRE Grâce à la hausse vertigineuse du prix du pétrole entre 2002
(sources: FMI, Banque mondiale, UN Comtrade Data Base) et 2008, le gouvernement dispose, en 2008, d'un fonds de 140 mil-
liards de dollars en réserves. En 2007, les recettes des exportations
pm (en milliards de US $) pm/habitant/an (en US $)
ont atteint le montant de 57 milliards de dollars et, en 2008, le
2002: 55,9 1785
record de 81 milliards de dollars. Jamais, depuis le début de sa
2010: 162,7 4593
jeune histoire, l'État n'a eu autant de ressources financières. Le
Moyenne du taux de croissance du pm troisième choc pétrolier a permis de rembourser rapidement la
1975-2005: 0,1 % dette", de relancer les grands chantiers dans les infrastructures
2005-2010: 50/0 civiles et surtout de refonder un semblant de cohésion nationale
Population totale Population urbaine mise à mal par les années de guerre civile. Dans un contexte de
(en millions) (en 0/0 du total) croissance économique et d'abondance financière retrouvée (le
1960: 11 30 pm par habitant est passé de 1600 dollars par an et par habitant
1988: 24 44 en 1999 à 4593 dollars en 2010, sans compter une réduction
2005: 32,9 63,3 massive du chômage, qui est passé de 30 % à 13 0/022),la prési-
2015: 38,1 69,3 dence d'Abdelaziz Bouteflika est devenue synonyme de prospérité
et de confiance retrouvée du fait du retour de la bienfaisance de
Espérance de vie :
l'État. Alors que les Algériens se sont violemment opposés sur
1960: 47 ans
l'identité de l'État et son devenir, ils sont aujourd'hui conviés à
1990: 65,1 ans
retrouver le chemin de la paix civile afin de mettre un terme à la
2005: 71,1 ans
«tragédie» : «Vous savez, je ne pense pas être félicité pour faire
Taux de fécondité (nombre de naissances par femme) un miracle. J'essaye d'intervenir avec un minimum de bon sens
1975: 7,4 pour examiner une tragédie qui va bientôt avoir huit ans. Mon
2005: 2,5 sentiment personnel est qu'il faut bien que les choses cessent. Ce
n'est pas parce que nous aurons deux cent mille morts ou trois
Taux de mortalité infantile (pour 1000)
cent mille morts et trois millions de victimes du terrorisme que
1970: 143
la vie sera meilleure. il faut donc, à un moment ou à un autre,
2005:34
arrêter les frais. J'essaye de trouver une petite voie difficile à
Total des dépenses militaire en Ofo du pm travers beaucoup d'écueils".» Avec «bon sens>, la présidence a
1962: 2 Ofo organisé la mise en œuvre d'une réconciliation nationale fondée,
1986: 1,91\'0
2000: 3,5 1\'0
21. La dette extérieure s'élevait en 1998 il 30,47 milliards de dollars,
2008: 3 0/0
elle représentait 63,2 % du PIB. En 2008, après remboursement
Taux d'électrification en 2009: 98 1\'0 anticipée, elle s'élevait il 4 milliards de dollars et ne représentait
plus que 2,39 Ofo du PIB. «Algeria Country Forecast», Economist
Classement IDH en 2009: 104 Intelligence Unit, 1"juillet 2008.
22. «Political Risk Services», Algeria Databank, 1" décembre 2008,
p.6.
23. Entretien accordé il la chaîne de radio RFI, 17 juillet 1999.
1461 VIOLENCE DE LA RENTE PtTROLlÈRE LE RETOUR INESPtRt DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1147

non pas sur le souci de rendre justice aux victimes ou sur celui au régime à indemniser les familles de victimes et de disparus.
de dire la vérité, mais sur la préoccupation de tourner la page, La question des disparus" illustre les difficultés à appliquer la
d'oublier la tragédie. politique de réconciliation nationale, car celle-ci s'adresse tout
La politique de réconciliation nationale a été articulée autour d'abord aux vivants (combattants islamistes, défenseurs de l'État
de la réintégration des milliers de combattants issus des maquis accusés de violation des droits humains): les disparus n'ont pas
islamistes, de la démilitarisation des milices, de l'indemnisation de place dans cette politique; de plus, ils rappellent des méthodes
des familles de victimes et de l'amnistie pour les défenseurs de expéditives et peu respectueuses des droits humains utilisées par
l'État". Les lois sur la concorde civile ont pavé le chemin du le régime. Bien que ce dernier ait tenté de démontrer que l'armée
retour vers la vie civile des six mille maquisards islamistes qui et ses services avaient mené" une guerre propre », la question des
ont accepté de déposer les armes en contrepartie d'une amnistie. disparus a soulevé le débat sur la méthode et le coût politique et
Cette politique, fondée sur l'amnésie, permet au régime de faire humain de la victoire contre le FIS et les groupes armés. Aussi,
l'économie d'une commission vérité et justice trop longue au profit pour mettre un terme à ce problème, Farouk Ksentini, président
d'une approche à court terme visant à réduire l'intensité de la de la Commission consultative de promotion et de protection
violence. Parallèlement, le grand défi du régime est l'intégration des droits de l'Homme (CNCPPDHl, précise dans une interview
des cinq cent .mille personnes qui ont été armées et qui forment qu'il préconise d'indemniser les familles de disparus à hauteur
les groupes de légitime défense (GLD)et les gardes communaux". de « 100 millions de centimes, plus un acte de décès, pour clore
L'augmentation des revenus pétroliers est une véritable aubaine le dossier des disparus+» !
pour le régime car, dans un contexte de chômage massif, leur Le succès de cette politique de réconciliation nationale a
difficile intégration économique et sociale aurait pu provoquer reposé sur le lancement d'un ambitieux programme qui a fait
de sérieux problèmes d'instabilité. Le retour de la croissance sortir l'Algérie de son marasme économique. Aux défis de la
économique a favorisé la création d'emplois, en particulier dans réintégration des combattants islamistes et anti-islamistes, s'est
le secteur de la sécurité, avec la floraison d'entreprises privées de ajoutée l'intégration économique et sociale d'une partie de
gardiennage et de protection, facilitant le recyclage de ces mili- la population active, car, sur les 8,7 millions de personnes la
ciens. Une partie de ces milices, disposant de puissants réseaux, composant, 2,5 millions étaient au chômage en 2000 (27 010).
a cherché à maximiser ses gains dans l'après guerre civile. Ainsi, Alarmistes, les prévisions du FMI à l'horizon 2010 n'hésitent pas
les patriotes de l'Est (environ dix-sept mille miliciens) ont lancé à annoncer un taux de chômage de 37 Ofo si le taux de croissance
l'initiative de constitution des. assises nationales des patriotes» hors hydrocarbure demeure inférieur à 7 Ofo. Les revenus du
afin de discuter du «constat d'échec de la concorde civile .26. Après troisième choc pétrolier ont servi à la fois à financer le retour à
dix années de militarisation de la société, la question posée a la paix civile et à l'achat de la paix sociale. Le plan triennal de
été celle de la capacité du gouvernement à contrôler et à réguler soutien à la relance de l'économie (2001-2004) a eu pour ambition
l'influence de ces milices; les revenus pétroliers ont permis de de relancer les investissements, 7 milliards de dollars, après une
satisfaire une partie de leurs revendications. Enfin, il restait décennie de fuite des capitaux: «Nous n'avons jamais dit, souligne

27. La Commission nationale consultative de promotion et de protec-


24. L. Martinez, • Guerre et paix: les étapes de la réconciliation tion des droits de {'homme (CNCPPDH) affirme avoir reçu 4 753 dos-
nationale" AAN, tome XXXVII, 1998, p. 105-123. siers de familles de disparus. La Ligue des droits de l'homme estime
25. Le Journal indépendant, 1J octobre 2001. à dix mille le Ilombre réel des disparus.
26.Le Matin, 18 juillet 2002. 28. Echourouk El Yaoumi, 3 novembre 2001.
1481 VIOLENCE DE LA RENTE ptTROLlÈRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1149

le Premier ministre Ali Benflis, que ce programme allait rendre sera pas descendu à un niveau acceptable" .• Alors qu'en 2008,
l'Algérie prospère du jour au lendemain. Ce sont les entreprises la Sonatrach est devenue la plus grande et lucrative compagnie
qui créent la richesse. Il ne faut pas oublier que ce plan intervient pétrolière du continent africain (elle a engrangé 81 milliards de
après dix années de terrorisme, de destructions. Quoi que vous dollars, après les 57 milliards de 2007)32, l'économie rentière
fassiez, il paraîtra toujours insuffisant au regard de l'océan de n'a profité qu'à «six cent mille à huit cent mille. personnes".
demandes auxquelles il faut répondre" .» Face aux besoins, une En mai 2008, le ministre de l'Énergie, Chakib Khalil, a annoncé
économie informelle florissante a pris la relève du retrait de l'État. que la Sonatrach investirait dans les années à venir 45 milliards
Cette économie non observée représente, en 2005, 16 à 17 Ofo de dollars, pour atteindre les 2 millions de barils par jour et les
du pm et emploie 50 Ofo de la population active. Présente dès la 85 millions de mètres cubes de gaz. Cette entreprise est à nouveau
période coloniale, elle s'est amplifiée à partir des années 1970 la locomotive d'une économie qui peine à se diversifier: 98 Ofo
en raison de la rigidité de l'économie, de l'offre en particulier. des revenus extérieurs proviennent du secteur des hydrocarbures;
Les produits à prix administrés sont revendus par exemple sur le jamais l'Algérie n'a été aussi dépendante. La crise du logement
marché parallèle. De même, le monopole du commerce extérieur n'est plus aussi aiguë et l'amélioration des infrastructures routières
augmente les opportunités de le contourner. Pour les autorités est patente. la société des Émirats arabes unis Emaar Properties
algériennes, la priorité est le secteur industriel qui représente investira 30 milliards de dollars sur douze ans dans des health
le secteur public: le secteur privé est abandonné au commerce care city et dans des projets touristiques: le gouvernement prévoit
informel. Or, 70 Ofo de la valeur ajoutée hors hydrocarbures est d'atteindre 1,2 million de visiteurs étrangers à partir de 2010, le
produite par le secteur privé. le marché informel s'est développé Maroc ambitionne les 10 millions ... Comme dans les années 1970,
dans la distribution principalement: les produits importés par les l'Algérie est un grand chantier. Mais, à la différence du passé, ce
quarante-cinq mille sociétés d'import-export sont redistribués à sont des entreprises chinoises et des salariés chinois qui assurent
des commerçants privés locaux grâce aux réseaux de l'économie dans des délais records la livraison des produits commandés. Car,
informelle. D'autres secteurs sont profondément touchés: l'agri- entre-temps, l'Algérie s'est désindustrialisée et ne dispose plus
culture, le BTP, le foncier et l'immobilier". L'emploi informel est de diplômés qualifiés en nombre suffisant: la rente pétrolière
estimé, en 1985, à 25 Ofo de l'emploi total hors agriculture, il est passée a détruit le capital humain en faisant fuir. les cerveaux •.
passé à 29 Ofo en 1982, puis à 33 Ofo en 1997 et à plus de 40 Ofo La richesse pétrolière retrouvée permet à l'Algérie de redonner
en 2001 ! • Les activités informelles qui ont investi en particulier de la voix sur la scène régionale et internationale et de réappa-
l'artisanat de service et la distribution sont appelées à se maintenir raître comme un marché émergent attractif pour les investisseurs.
dans l'avenir tant que les réformes de libéralisation ne seront pas Pour les Algériens, la présidence d'Abdelaziz Bouteflika signifie
totalement achevées, que le secteur privé déclaré n'a pas atteint d'abord un semblant de retour de l'État après le règne des mafias.
le niveau d'investissement lui permettant d'impulser fortement L'affaire Khalifa a illustré l'audace de ceux qui, à découvert, se sont
et durablement l'offre d'emplois et que le taux de chômage ne permis de blanchir leurs capitaux accumulés durant la décennie

31 .• Alger, Marché du travail et emploi en Algérie», Rapport de J'Or-


29 .• L'intelligent », Jeune Afrique, 2186, décembre 2002. ganisation internationale du travail, octobre 2003, p. 43.
30. N. E. Hammouda, • Secteur et emploi informel en Alqérie», dans 32 .• Politicai Risk Services», Algeria Country Forecast, 1" juil-
MS. Musette et J. Charmes [âir.}, Informalisation des économies let 2008, p. 13.
maghrébines, Alger, Cread, 2006. 33. ICG, 2001, Algeria's Economy, http://wlVlV.crisisweb.org.
1501 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE 1E RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1 151

de violence". Les campagnes contre la corruption lancées dans n'a pas su sortir de la dépendance énergétique. Préoccupé, à
la foulée de cette affaire s'inscrivent dans une mise en scène du Juste titre, par la réconciliation nationale après la guerre civile
retour de l'État. Entre 1999 et 2009, Abdelaziz Bouteflika, aidé par (1991-1999), le président a mis en œuvre une politique d'amnésie
le prix du pétrole, est parvenu à restaurer, si ce n'est la légitimité qui a fonctionné: le drame de la guerre civile est enfoui dans la
des institutions, un retour à l'ordre dans les affaires. Cependant, mémoire collective et il se dégage un accord tacite pour ne pas le
sa volonté de poursuivre en 2009 «l'œuvre» entamée en 1999 raire resurgir. La peur des responsabilités mutuelles a paralysé les
soulève des doutes et des inquiétudes. Son écrasante victoire à protagonistes d'hier. C'est une plaie qui s'est refermée sans avoir
l'élection présidentielle de mai 2009 était prévisible (90 DIo de votes été désinfectée ... Le souci du président d'entrer dans l'histoire
en sa faveur), les rivaux du président candidat ne disposant ni comme le «sauveur» de l'Algérie cache l'incapacité de bâtir des
de l'appareil d'État ni de la logistique d'un grand parti politique institutions politiques légitimes. Le renouveau du clientélisme peut
populaire. L'élection ne pouvait que se traduire par un plébiscite. Le fonctionner momentanément grâce aux revenus du pétrole. Mais
président souhaite faire revivre la fiction d'un président populaire les problèmes demeurent toujours: dépendance pétrolière, faiblesse
sur le modèle de Houari Boumediene (1965-1979). Aussi, l'enjeu de des institutions, chômage, corruption, etc. Autant d'ingrédients
l'élection a porté davantage sur le taux de participation. Le taux qui sapent les bases de stabilité future. L'Algérie n'est pas la
officiel de participation, 74, II 0/0, a soulevé des interrogations sur Tunisie et l'État n'a ni les moyens de contraindre la population
sa fiabilité. En 1999, le •vote Bouteflika » s'expliquait par la volonté ni les compétences pour lui offrir de meilleures conditions de vie.
de tourner la page des années de violence, d'oublier le drame de Sans institution démocratique, ni opposition légitime, la fiction
la guerre civile. En 2009, le plébiscite présidentiel a consisté à du plébiscite présidentiel ne fera que retarder la confrontation
faire croire qu'il n'y a pas de vide politique, que la nation dispose de l'Algérie à ses défis. La restauration de «la grandeur passée»
d'un chef d'État fortement soutenu par sa population: avec le sous la présidence d'A. Bouteflika ne répond que partiellement
retour de l'abondance financière, Abdelaziz Bouteflika fait resur- aux problèmes de l'Algérie. Si cette politique s'est traduite par une
gir le • boumediénisme •. Pourtant comme le soulignent certains amélioration de la sécurité, elle n'a pas convaincu les citoyens
observateurs, avec un cours inférieur à 70 dollars au-delà de 2011, lors des rencontres entre le peuple et ses représentants que sont
• l'économie algérienne serait confrontée à un véritable séisme, les élections. La très forte abstention lors des scrutins montre
pouvant entraîner des licenciements massifs" s. Depuis 1999, à que, pour les électeurs algériens, les partis politiques sont dans
l'exception du remboursement de la dette, l'Algérie de Bouteflika l'incapacité de représenter la société; ils apparaissent comme
des instruments au service d'un système qui leur accorde une
marge de manœuvre bien réduite. Ainsi, plus que le troisième
34. L'affaire Khaiifa concerne l'ascension fu 19uraIlte du groupe Rajik choc pétrolier, c'est l'absence d'institutions démocratiques qui
Khalifa (banque et transports} dans les années J 990. Le groupe sera
alimente les inquiétudes car, comme le souligne le sociologue
accusé du blanchimellt de l'argent des gélléraux. Réfutant cette thèse,
Zoubir Arous, le risque est grand: «Il n'y a plus de forces orga-
A. Belkaid écrit: «avec des moyens financiers considérables, un sou-
tien politique sans Jaille jusqu'au moins 2002, la sympathie des nisées capables de mener des changements pacifiques. C'est donc
milieux d'affaires occidentaux, Khalifa avait la possibilité de bâtir la voie ouverte au changement par le chaos" .• Lors des élections
Ull groupe puissant et crédible, comparable il ceux des oligarques législatives de mai 2007, les éditorialistes ont souligné l'urgence
russes », dans A. Belkaid, Un regard calme sur l'Algérie, Paris, Seuil, de restaurer le lien entre électeurs et dirigeants politiques. Or, le
2005.
35. Chems Eddine Chitour, • Troisième contrechoc pétrolier. Que doit
faire l'Algérie?» L'Expression, 24 'IOvembre 2008. 36. El Watan, 20 mai 2007.
1L RETOUR INESPËRË DE L:ABONDANCE FINANCIÈRE 1153
152 1 VIOLENCE DE LA RENTE PËTROLlÈRE

taux national de participation a été de 35,51 DIo, soit l'un des plus Libye: que faire de la révolution?
faibles enregistrés officiellement depuis l'indépendance en 1962. Surmontant les trois défis qui le menacent (dissidence islamiste
Pis encore, le taux «réel. de participation aurait été inférieur à armée, sanctions internationales et tentatives de coups d'État), le
20 Ofo, selon le premier secrétaire du Front des forces socialistes l' gime libyen est parvenu à survivre et à exploiter les deux opportu-

(FFS), Karim Tabou, qui avait appelé au boycott. En fait, dans nités qui se sont offertes à lui: les attentats du Il septembre 2001 et
une chronique pertinente «Voter pour qui, pourquoi?J7., un l'invasion de l'Irak en mars 2003. En fin tacticien, Mouammar Kadhafi
éditorialiste algérien souligne que les électeurs • sanctionnent a intégré la Libye dans «la guerre contre le terrorisme mondial. et a
l'absence de politique et la transformation des partis en simples construit de son pays l'image d'un eldorado en Méditerranée. Cette
appareils et courroies du système ... Cela suppose que l'on sorte conversion s'est accompagnée d'un nouveau langage, adapté au
des logiques de façade pour aller vers une démocratisation réelle standard de la communauté internationale, où fleurissent les termes
et effective •. La très forte abstention a montré l'incapacité des de transparence, de lutte contre la corruption et de démocratie. Ce
partis politiques à mobiliser des électeurs, les partis politiques changement est le produit de la nouvelle «stratégie économique
apparaissant comme un instrument au service d'un système nationale •. Michael Porter, Professeur à Harvard, en est le designer.
clientéliste qui ne répond plus aux attentes. Ce désintérêt a été Dans la préface d'un rapport de deux cents pages réalisé en coo-
d'autant plus surprenant pour le gouvernement que ses résultats pération avec le Conseil général du plan libyen, il dessine la Libye
économiques dépassent les prévisions les plus optimistes. Avec du futur: elle sera rayonnante tant son potentiel est énorme ... Pour
un plan de relance économique de 140 milliards de dollars en Seif el Islam, « la Libye sera un pays moderne, avec des infrastruc-
cinq ans (2004-2009), un taux de croissance moyen de 4,9 Ofo, un tures modernes, un PNB [produit national brut] élevé. Ses citoyens
accroissement de 92 DIo du PŒ et de 29 Ofo du revenu par habitant, auront le meilleur niveau de vie de la région. La Libye aura des
une baisse du chômage de Il Ofo, les partis gouvernementaux relations plus proches avec le reste du monde, avec l'Afrique, un
auraient dû soulever un vent d'enthousiasme ... Or, l'inverse s'est partenariat avec l'Union européenne (UE). Elle adhérera à l'OMC
produit, le FLN, par exemple, ayant perdu des sièges. C'est dire [Organisation mondiale du commerce]. La Libye sera le pont entre
que, pour les électeurs, les performances récentes de l'économie l'Europe et l'Afrique" », Mais la Libye sera-t-elle démocratique?
algérienne ne semblent pas un gage de développement durable, À aucun moment dans l'interview, il n'en a été question.
mais un effet de la montée du prix du baril. L'Algérie s'est enrichie,
néanmoins ses dirigeants ne sont pas parvenus à convaincre les LmYE: UN NOUVEL ÉMIRAT
citoyens qu'ils en sont les premiers bénéficiaires. La redistribution (sources: FMI, Banque mondiale, UN Comtrade Data Base)
paternaliste de la rente pétrolière ne fait plus recette, elle peut pm (en milliards de US $) pm/habitant/an (en US $)
néanmoins continuer à alimenter un cercle restreint d'électeurs
dans le cadre d'un système clientéliste". 2002: 19,1 3512
2010: 50,0 8300

Moyenne du taux de croissance du pm

1975-2005: 1 Ofo
2005-2010: 5 Ofo
37.Le Quotidien d'Oran, 19 mai 2007.
38. M. Hachemaoui, «Permanences du jeu politique en Algérie.,
39. Interview, LeFigaro, 8 décembre 2007.
Politique étrangère, 2, 2009.
1541 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1155

Population totale Population urbaine internationale. Une coalition libérale, représentée par Seif el
(en millions) (en % du total)
Islam, a pris l'initiative de faire basculer le régime dans le bon
1960: 1,3 23 0/0
camp, celui des États-Unis et de ses alliés. Pour les réformateurs
1988: 4,2 68 0/0
qui composent cette coalition, la Libye ne doit plus reproduire les
2005: 5,9 87,9 0/0
erreurs du passé, mais bien au contraire exploiter, dans le monde
2015: 6,9 90,3 0/0
de l'après-Il Septembre, ses avantages comparatifs et offrir à ses
Espérance de vie : nouveaux alliés l'approvisionnement énergétique nécessaire et
1960: 47 ans une coopération dans les domaines de la sécurité. La Libye se
1990: 61 ans convertit à vive allure et dans tous les domaines. Elle met en
2005: 72,7 ans avant la convergence de ses intérêts avec ceux des États-Unis
et de l'Europe. Elle met un terme à son programme d'armes de
Taux de fécondité (nombre de naissances par femme)
destruction massive et encourage les autres régimes à en faire
1975: 7,6
autant. Elle libéralise son secteur pétrolier et offre à l'Europe des
2005:3
garanties sur son approvisionnement en énergie. Les nouvelles
Taux de mortalité infantile (pour 1000) élites des domaines pétrolier et sécuritaire, formées aux États-
1970: 105 Unis, marginalisent progressivement les révolutionnaires formés
2005: 18 en Europe de l'Est. Pour celles-ci, la Libye doit impérativement
Total des dépenses militaire en Ofo du PIB s'ancrer dans le monde occidental. Mais comment défaire sans
1962: 1,20/0 remous le régime révolutionnaire? Celui-ci dispose encore de
1986: 12,0 Ofo <chiens de garde» qui n'apprécient pas les changements du régime.
2000: 3 0/0 Comment rendre la JamahiTiya efficace? Pour les réformateurs,
2008: 1 Ofo le modèle est la Chine communiste : faire cohabiter le patrimoine
révolutionnaire (la révolution, le Livre vert) dans une économie
Taux d'électrification en 2009: 97 0/0
de marché. Seif el Islam, le 21 août 2007, a appelé à la fin de
Classement IDH en 2009 : 55 l'ère révolutionnaire et à la transformation de la révolution vers
un État constitutionnel. En 2008, il a fait appel à des professeurs
Pour réaliser son devenir, le régime se doit d'abord de réinté- de renom afin de participer à l'élaboration d'une Constitution en
grer la communauté internationale, en d'autres termes, de faire Libye, préparant la voie à la succession du Guide sans pour autant
lever l'embargo. La préoccupation du régime a donc été de mettre modifier la nature non démocratique du régime".
fin à ce régime des sanctions. Pour cela, il a accepté le principe Dès la levée de l'embargo, le régime a commencé à se délester
d'indemnisation des familles de victimes, alors même qu'il n'a de son héritage révolutionnaire. En janvier 2005, une directive
jamais reconnu sa responsabilité. Une Fondation est chargée du colonel Kadhafi au congrès général du peuple, demande
de verser des indemnités: 2,7 milliards de dollars aux familles l'abolition de la Cour du peuple (procès politiques secrets). Pour
de victimes de l'attentat de Lockerbie et 270 millions de dollars
à celles de l'attentat du vol d'UTA. Elle a également pour but
40. En 2008, B.R. Barber, Hemando de Soto, R. Putn.am, A. Giddells,
d'. humaniser. le régime en modifiant son image dans la presse
F. Fukuyama et J. Nye 'ont rendu visite au Guide», Maghreb confi-
dentiel, 23 décembre 2008.
1561 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE
LE RETOUR INESPËRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1 157

la Ligue libyenne des droits de l'homme: «L'abolition du "tribunal


une Sha 'abiyates ont été créées et ont pu disposer, en théorie,
populaire" et les lois d'exception sont sans doute un pas louable de la gestion des ressources locales (budget, etc.l, Les congrès
dans la bonne direction, mais devraient être suivies par d'autres populaires de base ont été répartis dans chacune d'elles afin de
mesures si le but de leur suppression est de remédier à la situation garantir, en théorie là encore, l'expression du peuple. Chaque
déplorable des droits humains en Libye, En fait, le respect des droits
Sha'abiyate dispose de son comité populaire, qui est le pouvoir
de l'homme a été entravé non seulement par le tribunal populaire, xécutif, et de ses secrétariats (départements de l'éducation, de
mais, plus particulièrement, par l'absence totale d'un système la santé, etc.)", Or, pour les Libyens, la décentralisation soulève
judiciaire équitable et indépendanr".» L'abolition des tribunaux le problème du transfert des allocations: les municipalités ne
révolutionnaires a constitué une réponse aux campagnes menées prélevant pas d'impôt, elles demeurent dépendantes des revenus
par les défenseurs des droits humains. Mais, pour la population, le en provenance de la capitale. Par ce biais, le régime n'a fait
problème majeur provient de l'organisation politique du régime. qu'exposer les responsables locaux au mécontentement populaire.
Bien qu'en 2000, Kadhafi ait décidé, dans un instant de colère, La période des sanctions a laissé des traces que chacun peut se
de. tout abolir>, les problèmes n'en sont pas moins restés: •Vous
remémorer comme des scènes de bagarre autour de kiosques à pain
tenez [les membres du congrès général du peuple] à préserver subventionné. Pour rendre efficace la Jarnahiriya, les réformateurs
des méthodes désuètes pour justifier le gaspillage du pétrole ... Ce considèrent que son basculement dans une économie de marché
système est aboli. Dès la tenue des congrès populaires de base et est subordonné à l'institutionnalisation de la révolution: il faut
après la réunion du congrès général du peuple, ce qu'on appelle
d'abord rassurer les révolutionnaires avec des garanties inscrites
le comité populaire général n'existera plus. Dorénavant, il n'y a dans la future Constitution, afin de pouvoir édifier un cadre
plus de "gouvernement" ... Tout ce système est aboli! Maintenant,
économique plus ouvert. En cela, l'ouverture libyenne semble
nous travaillerons avec des communes et des Sha'abiyates.
s'apparenter davantage au «capitalisme communiste chinois»
Tous les projets, le budget et l'argent, tout ce que vous faites qu'à la perestroïka soviétique. Malgré tout, ces transformations
à l'intérieur des Sha'abiyates ne dépendra plus "d'en haut", de
suscitent des inquiétudes auprès des révolutionnaires qui craignent
Tripoli, de Kufra ou de Syrte ...Ce sera le pouvoir du peuple, de
l'ouverture de la boîte de Pandore". En effet, la Jamahariya est
la commune et de la SlIa'abiyate42 •• Déçu, Kadhafi a décrété pour ses serviteurs un instrument d'enrichissement formidable
la décentralisation obligatoire: «au niveau de la Sha 'abiyate,
qui fonctionne dans la plus grande opacité. La remise en question
vous avez tout ce qu'il vous faut et des secrétaires pour tous les de ce système économique provoque des remous que le Guide se
secteurs: la santé, l'éducation, l'agriculture, l'industrie. Il n'est
doit d'apaiser. À l'occasion du trente-septième anniversaire de
donc pas nécessaire de se référer à quelqu'un d'en haut. C'est à
la révolution, Kadhafi a livré un discours qui s'est inscrit dans
vous seuls maintenant d'assumer vos responsabilités. Ce système
la peur de l'incertitude, l'objectif étant de rassurer les piliers du
va continuer pendant cinquante ou cent ans, jusqu'à ce que
régime, les comités révolutionnaires: «Soyez prêts à n'importe
vous ayez compris. Seulement alors, nous pourrons revenir au
quel moment à écraser les ennemis de l'intérieur qui tenteraient
système du comité populaire général [gouvernement] •. Trente et
de s'opposer à la marche du peuple ... Lorsque nous avons mené

41. Ligue libyenne des droits de l'homme, .A Judiciary Without


Justice», 15janvier 2005.
43. Wellfare in the Mediterraneen Countries. Great Arab Popular
42. Discours devant le congres général du peuple, janvier 2000. En
Socialist Libyan Iamahiriya. Irttp://www.unpan.org/
1998, la plupart des mÏlristeres ont été transférés de Tripoli vers les
44. Zidan Mohamed, 'Libye, la Jill des illusions., La lettre du
villes de Benghazi, Kufra et Syrte.
Cermam, 9, décembre 2005.
1581 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE 1~ RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE /159

la révolution, nous ne voulions pas du pouvoir pour nous-mêmes, des compensations financières pour les séquelles occasionnées
mais nous l'avons assumé pour le peuple, nous ne permettrons durant cette période. Force est de constater qu'il a été entendu,
à personne de le voler au peuple" .• La peur de voir le projet des car, le 30 août 2008, le gouvernement de Berlusconi a exprimé
réformateurs - une Libye révolutionnaire capitaliste - dérailler, ses excuses et a offert une compensation de 5 milliards de dollars,
ouvrant une fenêtre de tir aux opposants au régime, est manifeste. répartie en investissements sur vingt-cinq ans.
Les comités révolutionnaires gardent en mémoire la pétition signée Cette tension autour des transformations politiques est de
par cent huit membres peu avant la visite, en mars 2004, à Tripoli, peu d'effets sur l'ouverture économique du marché libyen. Les
de William Burns, qui appelait à des changements radicaux", Les anctions levées, la Libye est l'objet de l'attention des compa-
événements de Benghazi constituent une bonne illustration de gnies pétrolières internationales qui perçoivent dans ce pays un
leur inquiétude. Le 17 février 2006, devant le consulat d'Italie, des derniers eldorados en Méditerranée". Dès septembre 1999,
des manifestants encadrés par les comités révolutionnaires ont le ministre du Plan et de l'économie, Abdel Hafiz Al Zalaytani
commencé à scander des slogans anti-italiens, en réaction à la souligne qu'entre 2001 et 2005, le gouvernement va investir
provocation d'un ministre italien portant un sous-vêtement où 21 milliards de dollars sur un montant de 35 milliards de dollars
était reproduite l'une des caricatures danoises. Mais très vite, des (60010 par l'État et 40010 par des investissements directs étrangers
slogans anti-Kadhafi ont fusé et la police, débordée, a tiré sur dans l'industrie du pétrole et celle de l'électricité. Pour les vingt
la foule, faisant onze morts et plus de soixante blessés. Après prochaines années, le pays aura besoin d'environ 150 milliards de
cet événement, tous les dignitaires du régime se sont rendus à dollars d'investissements. Les projets de la Libye sont colossaux,
Benghazi afin de calmer les esprits. Le ministre de l'Intérieur a mais à la hauteur de ses capacités financières. Pour les autorités,
été limogé pour « usage disproportionné de la force» et des Frères ce sont des atouts indéniables qu'il devient nécessaire d'exploiter
musulmans, originaires de cette région et emprisonnés depuis 1998, dans le cadre du basculement de la Libye dans le bon camp. Comme
ont été libérés. En mars 2007, afin de rassurer, Kadhafi a tenu en Algérie, c'est le secteur des hydrocarbures qui attire l'essentiel
un discours révolutionnaire où il réconforte les révolutionnaires des investissements. En septembre 2006, le gouvernement a lancé
en précisant qu'aucune réforme politique n'est à l'ordre du jour son troisième appel d'offres international: douze permis offshore
et que la démocratie et les partis politiques sont des leurres poli- et vingt-neuf permis on shore ont été mis en vente aux enchères
tiques qu'il faut condamner, Enfin, en guise d'exutoire, il se lance dans les bassins prolifiques de Syrte, de Ghadames, et dans les
dans une diatribe contre l'Italie coloniale (19]]-1942) et exige bassins d'exploration de Murzuk, de Kufra et de Cyrénaïque. Ce
dernier s'est inscrit dans la politique d'ouverture du secteur des
hydrocarbures lancée par Ghanem Shoukri. En septembre 2004,
45. Discours de M. Kadhafi, 2 septembre 2006, Agence de presse
fait exceptionnel, son gouvernement a mis aux enchères quinze
libyenne, JANA.
zones off shore et on shore pour l'exploration. Cette procédure est
46. Cali For Reform in Libya, .A vision Of Libya's Future»: «The
creation of constitutional rule chosen by the people their oum free censée être des plus transparentes pour choisir ses collaborateurs
will, and the dissolution of ail legislation, structures and orqaniza- étrangers, elle constitue une rupture avec l'opacité et l'arbitraire
tions that deuiate from or contradict this constitutiOlzal legal frame- qui a caractérisé les décisions en Libye et démontre l'autorité
work; the establishment of democratie princip/es, the rule of law
and the inâepenâence of the judiciary; the quaranteeinq of political
participation in the decision-ma king process, the democratie selec- 47. Seulement 25 % des réserves de gaz et de pétrole sont exploitées.
tion of leaders, and the implementation and respect of the principle Interview de Tarek Hassan, directeur de la planification a la NOC,
that qovernments change, etc.» New YorkTimes, 23 juillet 2004.
1601 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROUtRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCltRE 1 161

nouvelle acquise par le gouvernement de Ghanem Shoukri dans le zone commerciale de Zuwarah à Bukamash. Soutenu par Saadi
processus complexe de décision. Le Premier ministre est parvenu al Kadhafi, ce projet (The Raad ta the Future) a été présenté en
à convaincre les cercles informels proches du Guide que la Libye septembre 2007 : il ferait de la côte libyenne une zone compa-
doit changer ses méthodes si elle veut convaincre les investis- rable à • New York, Monte-Carlo et Hongkong », soulignait-il
seurs étrangers de revenir. La modernisation de l'économie et des lors d'une conférence de presse, The Socialist Port Authority, en
infrastructures libyennes doit impérativement s'accompagner de charge de la gestion des 7 ports commerciaux, prévoit d'agrandir
transformations dans les pratiques commerciales. Mais les conces- le port de Misourata pour atteindre une capacité de 6 millions de
sions accordées avec EPSA IV (le renouvellement des contrats tonnes de marchandises par an. Le Railway Executive Board a
d'exploration et de partage de production) ont montré comment un programme de réseaux ferroviaires: Syrte-Benghazi (600 km),
le secteur pétrolier constitue toujours une arme diplomatique pour Benghazi-Tobruk (470 km) et un métro à Tripoli.
la Libye. Les compagnies américaines ont obtenu neuf blocs sur Le troisième choc pétrolier a restauré les atouts de la Libye.
quinze mis aux enchères. L'objectif politique et diplomatique a Le régime, qui a fêté en septembre 2009 ses 40 ans, a retrouvé
été atteint. En mai 2006, les États-Unis et la Libye ont rétabli grâce à ses réserves en dollars (100 milliards de dollars en 2008)
leurs relations diplomatiques. La US-Libya Business Association une aura qu'il croyait à jamais perdue, Après les excuses de
animée par David Goldwyn a atteint son objectif: la Libye est l'Italie de Berlusconi, c'est le président du Conseil fédéral de la
à nouveau accessible à Arnerada Hess, Chevron, ConocoPhilips, Suisse qui s'est excusé pour le traitement infligé par la police
Occidental et Marathon. à Hannibal, le plus jeune fils de Kadhafi, dans un palace de
Si le secteur pétrolier est la priorité du gouvernement, les Genève". En septembre 2009, la justice écossaise a libéré, pour
infrastructures civiles malmenées durant l'embargo, ne sont pas oraisons humanitaires », Ali Basset Meghari, pourtant jugé cou-
pour autant délaissées. Fin septembre 2007, s'est tenue à Genève pable de l'attentat de Lockerbie. Enfin, la Libye a pris pour un an
une réunion supervisée par Phoenicia Group Libya LLc, regrou- la présidence du Conseil de sécurité aux Nations unies. En 2009,
pant des responsables du gouvernement et des investisseurs. le régime libyen a redécouvert tous les charmes et les avantages
Les enjeux ont porté sur la réalisation d'un plan ambitieux de de la richesse pétrolière,
développement en termes d'infrastructures: construction d'aéro-
ports, d'autoroutes, de logements, d'écoles, d'hôpitaux et un train
régional (trans-Africa] de 4800 km reliant la Tunisie à l'Égypte
et les villes de Sebha et Syrtre au Tchad et au Mali. Les revenus
issus de la rente pétrolière permettent une politique d'investis-
sements soutenue. Le secteur du transport aérien en profite pour
48. Le 15 juillet 2008, Hannibal Kadhafi, le quatrième fils de Kadhafi,
rajeunir sa flotte: achat de douze Airbus (huit en option) pour la
et sa femme avaient été arrêtés à Genève, suite à une plainte de deux
compagnie Afriqiyah Airways; deux jets d'affaires vendus par
employés de maison qui les accusaient de les avoir frappés. Après le
Bombardier Inc. Plus importants sont les accords signés entre dépôt d'une caution, le couple était libéré. En représailles, la Libye
EADS et la Libya Africa Portfolio For Investment, dirigée par cessait d'approvisionller la Suisse en pétrole, réduisait ses échanges
Beshir Saleh, pour la réalisation d'un centre d'entraînement et commerciaux et prenait en otages deux ressortissants suisses. Afin de
de maintenance, une Air Academy et un centre météorologique. sortir de la logique d'une crise diplomatique, le président du Conseil
L'idée est de faire de la Libye un hub régional pour l'Afrique et fédéral Ks'excusa' et déclencha une crise politique en Suisse car la
Libye ne pardonna pas pour autant et garde toujours un des deux
le Moyen-Orient. L'ambition du gouvernement est de créer une
ressortissants suisses!
1621 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1163

--Irak: violence de la reconstruction étatique partis kurdes, 25 Ofo, soit soixante-quinze sièges; la liste du Pre~ier
ministre Yyad Allaoui, 13,80/0, soit quarante sièges; enfin la liste
et nationale
du président, Ghazi el Yaour, n'a obtenu que 1,7 Ofo et cinq sièges.
En mai 2003, le président G. Bush annonce que la guerre en
Le 15 octobre 2005, un référendum sur la Constitution a établi les
Irak est terminée et qu'une nouvelle ère s'ouvre pour les Irakiens,
bases du nouvel Irak". Cette «transition» s'est conclue par de nou-
la liberté, la démocratie et le développement étant les fruits
velles élections législatives le 15 décembre 2005, qui ont confirmé le
attendus de la libération. Dans un contexte posttraumatique, le
statut de première et deuxième forces politiques à l'Alliance unifiée
régime de Saddam Hussein a été accusé par l'administration Bush
irakienne et à l'Alliance démocratique et patriotique du Kurdistan.
de connivence avec le réseau al-Qaida"? et de produire des armes
Les Arabes sunnites, après avoir boycotté les premières élections
de destruction massive susceptibles de servir à des terroristes".
législatives du 30 janvier qui avaient pour but d'élire les membres de
Puis, l'expérience irakienne est devenue le symbole de l'imposition
l'Assemblée nationale afin qu'ils rédigent la Constitution définitive
de la démocratie par la force dans la perspective de «libérer» des
de l'Irak et qui la soumettent à référendum, ont participé à celles du
sociétés arabo-musulmanes soumises à des régimes dictatoriaux". 15 décembre 2005, sous la bannière du Front irakien de la concorde".
Dans les faits, le plan d'après guerre de l'administration Bush a
Après avoir tout contrôlé sous Saddam Hussein, les sunnites sont
été confronté à de très sérieux obstacles (manque de soldats pour
devenus minoritaires à l'Assemblée et marginaux dans les régions
sécuriser l'Irak, rejet progressif par la population des forces d'occu-
pétrolières où dominent les Kurdes dans le Nord et les chiites dans
pation, développement de la torture, etc.)". De façon symbolique,
le Sud. lis ont perdu le pouvoir et le pétrole. De façon symbolique,
le 30 juin 2004, l'Irak retrouve sa souveraineté et l'administrateur
Saddam Hussein a été exécuté en décembre 2006. L'Irak a basculé
Paul Bremer quitte Bagdad. Dans la perspective de reconstruire
dans une période de violence qui a fait, entre 2004 et 2008, plus
un système politique légitime, des élections législatives ont été
de quatre-vingt mille victimes, aggravant un peu plus le drame
organisées en janvier 2005. Environ 14 millions d'électeurs ont été
d'une société qui est déjà profondément meurtrie par une décennie
appelés à voter pour élire les 275 députés de l'Assemblée nationale
d'embargo (1991-2003) et une guerre de libération. Dans la violence,
provisoire, les membres du conseil de Bagdad, des dix-sept conseils
la coalition au pouvoir a bâti un nouveau système politique afin de
régionaux et les cent onze membres du Parlement autonome du
remplacer le bricolage politique post-Saddam Hussein qui souffrait
Kurdistan. Plus de cent vingt partis politiques se sont inscrits pour
d'un déficit de légitimité. Ainsi, le 30 janvier 2005, ont été posées
y participer, sept mille candidats sont enregistrés sur cent neuf
les bases d'une autorité démocratique car, pour la première fois
listes pour participer à une élection à la proportionnelle intégrale.
depuis la fin de l'ancien régime, les Irakiens ont été appelés à voter
La liste parrainée par Ali Sistani, l'Alliance unifiée irakienne, a
pour choisir leur gouvernement. Le refus des responsables sunnites
obtenu 48,1 % des voix, soit cent quarante sièges; l'Alliance des
d'y participer souligne la longue marche restant à accomplir pour
parvenir à une représentation de la société irakienne conforme
49.Ibll Cheikh alLibi (Ali MohamedAl Fakheri], arrêté en 2001 à la
frontière pakistano-afqhane, avait [ait, sous la torture en Eqypte, de
Ja.usses révélations sur les liens entre le régime de Saddam Hussein 53. «L'Irak est un État multinational, muitilingue et multiconfes-
et al-Qaida. n est décédé le 10 mai 2009 à Tripoli, dans les locaux siollnel., écrit H. Hakim dans «L'Irak: de la Constitution intérimaire
de la sécurité illtérieure. à la Constitution permanente», Cahiers d'études sur la Méditerranée
50. Hans Blix, Irak, les armes introuvables, Paris, Fayard, 2004. orientale et le monde turco-iranien, 38, 2004.
51. B. Rouqier, • Le grand Moyen-Orient : un moment d'utopie inter- 54. M. Benraad, «Irak, avancées et écueils d 'une tra/lsition (2005-
nationale ?', Critique internationale, 26, janvier 2005. 2006)., dans Frédéric Charillon et Bernard Rougier [dir.}, Le Moyen-
52. T. Dodge, .The Cause of' a USJai/ure., Survival, 49 (I), 2007. Orient en crise, Paris, La Documentatio/l française, 2006-2007.
164/ VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE /165

à toutes ses composantes. Les appels au boycott de partis et de addam, etc.) et des groupes islamistes proches d'al-Qaida (Ansar
personnalités, en raison des conditions d'insécurité, ont été rejetés el Islam). Au cours de l'année 2003, se développe une résistance
par le gouvernement en raison de la vacance du pouvoir qu'un tel armée locale, qui a pris pour bastion des villes arabes sunnites
report n'aurait pas manqué de créer. La période transitoire a été proches de Bagdad (Ramadi, Falloujah, etc.l". À cela s'ajoute la
assortie d'une cristallisation des identités ethniques et religieuses. «résistance chiite >, dès le début de l'insurrection, en mars 2004,
Progressivement, trois constructions politiques ont émergé et se des partisans de l'Imam Moktada Sadr" •.
sont approprié des caractéristiques identitaires menaçant l'Irak La fin officielle de la guerre s'est traduite par l'émergence et le
d'implosion. Derrière les dix-huit provinces, trois grandes régions développement d'une guérilla que les troupes américaines ne sont
se dessinent en fait: le Kurdistan au Nord, l'espace chiite au Sud et, pas parvenues à détruire et qui a miné le projet de reconstruction de
dans un ventre mou, les provinces sunnites du centre. Très clairement, l'Irak"': sur les 18 milliards de dollars d'aides à la reconstruction de
les Kurdes, qui gèrent depuis des années leur autonomie au sein de l'Irak, seulement 2 DIo ont été utilisés en 2004. En fait, les conditions
l'Irak", font des envieux auprès des chiites qui montrent dans leur politiques et sécuritaires n'ont pas permis de remettre en marche
résistance passive à l'occupation américaine, une stratégie proche l'économie irakienne. L'insécurité et le chômage ont augmenté et
de celle des Kurdes. Le projet de créer une région qui regrouperait sont devenus les symboles de l'après-Saddam Hussein. Le chan-
les provinces du Moyen-Euphrate a été explicitement formulé gement de régime s'est accompagné de réformes économiques et
lors du congrès de solidarité des provinces du Moyen-Euphrate à d'une modification radicale des droits de propriété'" favorisant le
Najaf. La perspective d'un Irak fédéral provoquerait dans l'espace • pillage des ressources nationales au bénéfice d'une nouvelle élite
politique chiite un processus de regroupement des provinces sur le dirigeante" ». L'assassinat systématique desjuges chargés d'enquêter
modèle Kurde. Seules les provinces sunnites restent à la marge d'une sur la corruption et la criminalité - plus de quinze ont été tués en
telle évolution. Engagés dans une stratégie de résistance armée, 2006 - par des organisations criminelles soucieuses de sécuriser
les sunnites rejettent une évolution politique qui les marginalise. les nouveaux propriétaires est apparu, comme dans l'Algérie des
Minoritaires dans un espace fédéral, ils auraient de plus été privés années 1990.• Le vide sécuritaire qui a accompagné la libération
des ressources pétrolières, situées dans la région de Kirkuk et de de l'Irak a non seulement renforcé les mafias existantes, mais a
Bassora". De plus, la reconstruction d'un appareil sécuritaire irakien offert des opportunités pour les nouvelles organisations crimi-
par les forces de la coalition est perçue par les sunnites comme nelles" .• Entre 2003-2006, 40 à 50 DIo des revenus de la guérilla
discriminatoire. La reconversion d'une partie des peshmergas kurdes irakienne proviennent de la contrebande du pétrole. La fin du
dans les forces de sécurité irakiennes ou de certaines milices chiites
fait craindre que, souscouvert de forces nationales, opèrent en fait 57. M. Benraaâ, «Du phénomène arabe sunnite irakien», Hérodote,
130, 2008, p. 65.
des groupes ethniques et religieux spécifiques. Cette peur sunnite de
58. «lraq's Civil War, the Sadrists and the Surqe», rCG, 72, 7 février
voir l'appareil d'État en reconstruction au service des exclus d'hier
2008.
va nourrir une violence préventive. Initialement, la violence a été le 59. B. Hoffinan, «Insurqency and counterinsurqency in Iraq», Studies
fait des produits dérivés du régime de Saddam Hussein (fedayin de in Conflict and Terrorism, 29 (2), 2006.
60. Bassam Youssif, «Coalition Economie Policies 111 Iraq >, dans
55 .• Iraq alld the Kurds: The Brewing Battle over Kirkuk •. rCG, 56, Leonard Binder (eâ.}, Rebuilding Devastated Economies in the Middle
18 juillet 2006; M. Van Bruinessen, «Kurdisn Chaltenqes», Chaillot East, op. cit., p. 229.
Paper, 79, juillet 2005. 61. David Baran, Vivre la tyrannie, op. cit., p. 21.

56 .• Where is Iraq Headinq ? Lessons from Basra >, ICG, 67, 25 juin 62. Bilai A. Wahab, «Hoto Iraqi Oil Smuggling Greases Violence.,
2007. Middle East Quartely, Fall, 2006, p. 2
1661 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROUtRE LE RETOUR INESPÉRË DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1 167

régime de Saddam Hussein et l'incapacité des autorités américaines inquiétante, et la situation sociale désespérante, avec un taux
à instaurer un ordre politique se sont traduites par la volonté des de chômage qui varie entre 25 et 50 010 de la population active".
acteurs politiques irakiens de contrôler la principale ressource, le Entre 2005 et 2009, le régime a bénéficié du succès de la
pétrole. Du Kurdistan à Bassora, de la guérilla au gouvernement, stratégie de contre-guérilla menée par les troupes américaines. En
le contrôle du trafic pétrolier est devenu un enjeu vital. Lejournal novembre 2008, la ratification par le Parlement de l'accord sur le
The Pen.in.sula rapporte que: «Le parti Fadhila contrôle aussi bien maintien des troupes américaines jusqu'en 2010-201167 permet de
J'autorité de la province que l'industrie pétrolière à Bassora. Quand renforcer la coopération sécuritaire entre les États-Unis et les forces
le nouveau Premier ministre Nuri al Maliki, en mai 2006, a choisi irakiennes, dont les effectifs avoisinent les six cent mille hommes".
de ne pas donner le ministère du Pétrole au parti Fadhila, ce dernier Ainsi, le régime irakien serait apte à déployer ses forces armées
a annoncé de mettre un terme aux exportations pétrolières'? .• La dans la perspective du départ des troupes américaines. Le risque
fin de la mainmise du Baath sur les champs pétrolifères a induit de son effondrement écarté, il doit affronter la violence terroriste,
une compétition féroce et violente entre les nouveaux acteurs comme dans l'Algérie des années 199069• Le retournement des
politiques. Une source politique chiite a déclaré à unjoumaliste: tribus arabes sunnites contre al-Qaida, excédées par les ambitions
• Celui qui contrôle Bassora contrôle les ressources pétrolières ... • hégémoniques» de cette organisation", a affaibli sa capacité de
Sa position est stratégique, c'est pourquoi personne ne souhaite y nuisance et a obligé le régime à intégrer une partie des tribus
renoncer=.» Le contrôle du pétrole est donc devenu une des priorités arabes alliées dans le dispositif sécuritaire. Comme le souligne le
du nouveau gouvernement, dont les revenus, entre 2003 et 2005, Premier ministre Nouri Al-Maliki, 20010 des cinquante-trois mille
ont atteint plus de 33 milliards de dollars grâce à la montée du Fils d'Irak, organisation tribale arabe sunnite qui a combattu al-
prix du baril. Le troisième choc pétrolier a permis de bénéficier Qaida, seront intégrés dans les forces de l'ordre, les autres seront
de revenus inespérés, fort utiles dans sa quête de consolidation payés «jusqu'à ce qu'on leur trouve un emploi" •. Doté de six
du pouvoir. Le format initial projeté des troupes irakiennes devait cent mille hommes et de 80 milliards de dollars de revenus issus
regrouper des effectifs estimés à 226700 hommes répartis de la des exportations de pétrole en 2008, le régime peut commencer
façon suivante: 7l 000 police; 40000 lraqi Civil Defense Corps; à satisfaire une partie de «J'océan des besoins> de la population.
40000 army personnel; 25700 border patrol personnel; 50000
facilities protection. En janvier 2004, les effectifs globaux ont
atteint le chiffre de 20660065; mais, en janvier 2009, ce chiffre est
passé à six cent mille hommes. Cela ne fut pas sans soulever de 66 .• Reconstructing Iraq _, rCG, septembre 2004.
nombreux problèmes. La priorité accordée à la sécurité s'est faite 67.54 % des parlementaires ont voté pour le maintien. Le US Status
au détriment de la reconstruction. À l'exception des secteurs de of Forces Agreement (SOFA; a été soutenu par le bloc Kurde, le parti
Daawa, les autres partis shiites membres de l'alliance gouverne-
la sécurité ou de J'énergie, les autres activités économiques sont
mentale et le Conseil suprême islamique d'Irak. 14 députés se S071t
restés en berne. Pour la majorité, la situation sanitaire demeure
abstenus et 77 étaient absents lors du vote.
68. The Econornist Intelligence Unit, décembre 2008, p. JO.
63. The Peninsula, Dalla, 27 mai 2006. 69. H.M. Mohammed, Suicide Bombers in Iraq. The Strategy and
64. The Peninsula, Dalla, 27 mai 2006. IdeoIogy of Martyrdom, Washington (û.C], US lnstitute of Peace
65 .• Iraq : Building a Ilew Security Structure _, International Crisis Press, 2007.
Group, 20, 2003; Donna Miles, «Iraqi Cicil Defense Corps Grows 70.M. Benraad, «De la tentative hégémonique au déclin de l'organi-
in Number and Role» American Forces Press Service, http Junuu: sation d'al-Qaida en Irak>, Maghreb-Machrek, }97, 2008.
defensetink.mî! 71. Entretien accordé au journal Le Monde, mercredi 17 juin 2009.
1681 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1169

IRAK: DES BESOINS ÉLÉMENTAIRES À SATISFAIRE En retrouvant son aisance financière des années 1970 (la dette
(sources: FMI, Banque mondiale, UN Comtrade Data Base) extérieure, qui représentait presque 500 Ofo du pœ en 2004, a été
pœ (en milliards de US $) pœ/habitant/an (en US $) ramenée après négociation avec le Club de Paris et de Londres, à
60 Ofo du pœ en 2008, et son remboursement ne représente plus
2002: 20,3 449 que 8 Ofo des revenus extérieurs), le gouvernement est à même de
2010; 83,8 4005 répondre aux besoins les plus pressants, Les importations sont
Moyenne du taux de croissance du pœ passées de 20 milliards de dollars américains en 2004 à 37 milliards
1975-2005: - de dollars américains en 2008. L'arrivée sur le marché irakien de
2005-2010: 5 Ofo produits alimentaires et autres - en provenance de Syrie et de
Turquie - a réduit considérablement «l'Insécurité alimentaire •. En
Population totale Population urbaine
(en millions) 2005, selon le UN World Food Programme, 47 % de la population
(en % du total)
1960: 6,8
était dans une situation d'insécurité alimentaire; en 2008, ils
43 Ofo
1988: 18,8 n'étaient plus que 3,1 %12• Les bienfaits de l'abondance se font
73 Ofo
2005: 28,0
ressentir dans les besoins de base des Irakiens. Mais il faudrait
66,6 Ofo
2015: 35,9
des «centaines de milliards de dollars"» avant de retrouver des
infrastructures civiles dignes des années 1980. Or, si le maintien
Espérance de vie: de la violence constitue un handicap à J'investissement, la corrup-
J960: 48 ans tion représente un sérieux obstacle à la reconstruction. De plus,
1990: 59 ans la manne pétrolière attise des appétits à l'intérieur du pouvoir
2005: 57,7 ans irakien, ce qui soumet la coalition au pouvoir à rude épreuve, tant
Taux de fécondité (nombre de naissances par femme) elle paraît dépourvue de moyens pour réguler la principale source
1975: 7 de revenus extérieurs. On peut considérer que le principal défi du
2005: 4,9 nouveau pouvoir irakien sera de parvenir à se doter d'institutions
politiques assez légitimes pour pouvoir imposer par la force de
Taux de mortalité infantile (pour 1000)
la loi une répartition équitable des revenus pétroliers entre les
1970: 88
régions pétrolifères et les partis politiques".
2005: J25

Total des dépenses militaire en % du pœ


1962: 8,7 Ofo
1986: 32 Ofo
2000:
2007: 2,5 Ofo 72. <Iraq », The Economist Intelligence Unit, décembre 2008, p. 14.
73.• lraq's reconstruction and economic development will require
Taux d'électrification en 2009: -
hU/zdreds of billions of dollars of infrastructures investment and
Classement IDH en 2009 ; - Baghdad Izopes that foreign partners will play a sizeable raie », WWlV.
emergùzgmarketsmonitor.com
74. P. Le Billon, «Corruption, Reconstruction and Oil Governance in
Iraq », Third Wor1d Quater1y, 26 (4-5), 2005.
1701 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1 171

- Un renouveau fragile enchères des blocs afin de convaincre les compagnies pétrolières
internationales d'investir dans la prospection et l'exploitation".
La richesse retrouvée, ces trois pays sont redevenus des grands
À bout de souffle à la veille du troisième choc pétrolier, les
chantiers. Comme dans les années 1970, des routes, autoroutes,
régimes ont finalement traversé la décennie avec brio. En 2009, le
ports, aéroports, métros, hôpitaux, universités, usines, logements
colonel Kadhafi a fêté les 40 ans de la révolution et savouré avec
et autres sont en construction, offrant un paysage à l'opposé de
satisfaction ses succès diplomatiques. Furieux après l'arrestation
celui des années 1990. Pour le plus grand bonheur des popula-
de son fils Hannibal à Genève, il a qualifié la Suisse, lors du
tions, le troisième choc pétrolier s'est réalisé dans un contexte
sommet du G8, à Aquila, en juillet 2009, de «mafia mondiale»! Le
idéologique vide. À la différence des années 1970, les régimes ne
troisième choc pétrolier a redonné au régime libyen la puissance
disposent plus de cet élan guerrier qui les a amenés à dilapider
du verbe après les années de silence sous l'embargo. En Algérie,
dans des aventures militaires l'essentiel de la manne pétrolière.
aux élections présidentielles d'avril 2009, Abdelaziz Bouteflika
De plus, instruits par l'amère expérience de la fluctuation des prix
a été plébiscité pour son troisième mandat. La paix civile res-
du pétrole, ils ont renoncé à la réalisation de projets pharaoniques
taurée, le pays a retrouvé une croissance économique digne des
pour se contenter de satisfaire les besoins les plus pressants des
années 1970 et une confiance qui semblait disparue. À l'instar
populations (logement, eau, électricité, transports). Enfin, un
des exigences libyennes vis-à-vis de l'histoire coloniale italienne,
espace critique se développe sur les usages de la rente pétrolière,
l'Algérie de Bouteflika attend de la France des excuses officielles
tant dans les médias ou dans l'opinion que chez les élites. Mais
avant de concevoir un Traité d'amitié entre les deux États". En
ce renouveau est fragile. Redevenu stratégique, le secteur des
Irak, en février 2009, la liste patronnée par le Premier ministre
hydrocarbures est au cœur des politiques de développement. Le
Nour Al Maliki, «Coalition pour l'État de droit>, est arrivée en
dynamisme du secteur pétrolier a relancé la croissance économique:
tête du scrutin aux élections provinciales. Après avoir boycotté
entre 2003 et 2008, le taux moyen était de 8 % en Libye, de 7 %
les élections législatives du 30 janvier 2005, les organisations
en Algérie et de 5 % en Irak. Mais, comme dans les années 1970,
politiques représentant les Arabes sunnites ont décidé de participer
cette croissance économique est entièrement dépendante du secteur
aux scrutins, reconnaissant par là, l'autorité du gouvernement".
des hydrocarbures: plus de 98 % des revenus de ces trois pays
Dopé par les revenus pétroliers, le nouveau régime est parvenu
proviennent des exportations de gaz et de pétrole. Aussi, lorsque
à réduire la pauvreté, sans pour autant réussir à instaurer la paix
le prix du pétrole s'est effondré en 2009, la peur des effets d'un
civile. Vulnérable et fragile, son sort repose sans doute sur sa
nouveau contrechoc a resurgi.
capacité à exploiter et à redistribuer les immenses réserves pétro-
À la dépendance des hydrocarbures, s'ajoute la violence poli-
lières afin d'être en mesure d'offrir à une population meurtrie une
tique. Des émeutes en Kabylie, en 2001, à la révolte des Mozabites,
amélioration des conditions de vie. Pour cela, le gouvernement
en 2009, la société algérienne est régulièrement secouée par des
doit trouver une issue à la question de la répartition des droits
violences sociales et ethniques qui lui rappellent la vulnérabilité de
de propriété sur les champs pétrolifères entre les différentes
sa cohésion. De plus, si la guerre civile s'est éloignée, ses produits
régions et rendre suffisamment attractive son offre de mise aux
dérivés continuent à prospérer. Ainsi, l'installation du conseil

75.L. Bucaille, «Exiqer des excuses de la France», Raison publique, 77. En septembre 2009, le gouvernement a mis aux enchères des
JO,2009. blocs afin d'accroître la production dans l'espoir de retrouver les 4
76. Le taux de participation a atteint 51 0(0. millions de barils par jour des années 1970.
172 1 VIOLENCE DE LA RENTE ptTROLlÈRE LE RETOUR INESPÉRÉ DE L'ABONDANCE FINANCIÈRE 1 173

consultatif d'al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) dans le sud et transforme la Libye en une nouvelle base pour les croisés .»
algérien a des conséquences meurtrières. Pour la première fois Toutefois, à la différence de l'Irak et de l'Algérie, la rhétorique
en Algérie, la technique de l'attentat suicide est intégrée dans le d'al-Qaida ne parvient pas à se traduire dans les faits. La Libye n'a
dispositif de guerre contre le régimes. Lejeudi 6 septembre 2007, connu aucun attentat suicide sur son territoire. Il est fort probable
un attentat suicide a visé le cortège du président dans la ville de que le retour des combattants libyens d'Irak aura des effets sur la
Batna (vingt-deux morts et plus de cent blessés). Le samedi 8, un sécurité. Mais pour l'heure, le régime est confronté à des formes
autre a eu lieu contre la caserne des gardes-côtes à Dellys : il a été de contestation qui paraissent bénignes au regard de l'Algérie et
perpétré par un adolescent de 15 ans, le bilan est de vingt-huit de l'Irak. En septembre 2009, sous la houlette de Seif Al Islam, il
morts. Le 11 avril, une triple attaque a provoqué à Alger trente a libéré cinquante-six prisonniers du Groupe islamique des com-
morts et deux cent vingt blessés. Un communiqué d'al-Qaida au battants libyens (GICL), dans la perspective d'une réconciliation
Maghreb islamique explique: «Nous disons aux renégats et à nationale. Pour illustrer sa volonté de réconciliation, il a fait
leurs maîtres croisés: recevez la nouvelle de la venue des jeunes détruire la prison d'Abou Salem, symbole, dans les années 1990,
combattants de l'islam qui aiment la mort et le martyr comme de la répression contre les islamistes.
vous aimez la vie de débauche et de délinquant; par Allah, nous
ne déposerons pas nos épées ni ne savourerons la vie, jusqu'à ce - Conclusion
que nous libérions chaque pouce de la terre d'islam de tout croisé
Le retour de l'abondance financière a permis de reconsolider
et de tout renégat et collaborateur (avec l'ennemi) et jusqu'à ce
les régimes non démocratiques algérien et libyen. En Irak, cette
que nos pieds foulent notre Andalousie perdue et notre Jérusalem
manne financière inattendue a permis de renforcer l'installa-
bafouée.» Al-Qaida au Maghreb islamique ambitionne donc de
tion coûteuse du nouveau régime par les États-Unis": Dans le
servir de plate-forme aux organisations terroristes régionales et
chapitre suivant, nous analyserons et questionnerons les effets
surtout de devenir l'intermédiaire incontournable pour l'envoi
de la politique européenne sur la gouvernance en Algérie et en
de combattants en Irak, en contrepartie d'une aide logistique
Libye. Comme le souligne El Houssain Abouchi: «Presque plus
d'al-Qaida dans la région",
de quarante ans après les indépendances des États maghrébins,
La Libye de Kadhafi a fait l'économie d'une guerre civile et a
le problème de la démocratie, au-delà de celui de la recherche et,
échappé au destin de l'Irak de Saddam Hussein. En revanche, elle
de l'instauration d'un État stable et d'un système politique ayant
demeure un ennemi pour les islamistes d'al-Qaida. Pour Cheikh
l'accord de toutes les composantes politiques et sociologiques, est
al Libi, un commandant d'al-Qaida en Afghanistan, décédé en
à l'ordre du jour".» Les espoirs placés dans la décennie 1990 se
2009: ((Kadhafi est la tyrannie de la Libye, après de longues
sont dissipés pour laisser la place à une décennie perdue: celle de
années, il a soudain découvert que l'Amérique n'est pas un ennemi,

80. L'étude de Bilmes et Stiglitz, estime que le coût de la guerre


78. Dans une interview Ii Echourouk El Youmi du 5 juillet 2009, (200J-20JO) pourrait atteindre 2000 milliards de dollars et pose la
Hassan Hattab, l'ancien chef du Groupe salafiste pour la prédication question: «Would they have thouçht (the American people) that there
et le combat (GSPC) affirme que SOli groupe, affilié formellement Ii miqnt be better ways of aduancinq the cause of democracy or even
cette orqanisation, a toujours ~efusé les attaques suicides, pourtant protecting themselves against an attack, that wou/el cost best a frac-
revendiquées par al-Qaida! Affirmation qui relance la thèse de la tion of these amont», dans L. Bi/mes et J. Stiglitz, The Economie Cost
manipulation de l'AQMI par les services de sécurité algériens. of the Iraq War, Cambridge (Mass.), Mi/ken Institue, 2006, p. 34.
79. Richard A. Oppel Jr, «Foreiqn Fiqhters in Iraq Are Tied To Allied 81.« Démocratie et gouvemance de la politique électorale en Afrique
of US,, The New York Times, 22 novembre 2007. du Nord». http://www.francophonie-durable.org
174 1
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROUtRE

la guerre civile en Algérie, celle des sanctions internationales en


Libye. Les élections organisées au cours de cette période n'ont pas
donné naissance à un moment fondateur porteur d'un processus
de démocratisation. Les «designs institutionnels» échafaudés
par les régimes n'ont pas provoqué un • déraillement démocra-
c apitre 5
tique ,,82 inattendu et imprévisible, mais salutaire. De même, la Algérie et Libye à l'épreuve de la
libéralisation économique n'a pas permis l'émergence de pouvoirs politique européenne de voiôinage
concurrentiels; elle a davantage favorisé une consolidation des
régimes autoritaires", régimes qui ont démontré leur robustesse Alors que l'Irak est l'objet d'une expérimentation politique
et provoqué un sentiment d'impuissance quant à leur évolution inédite mais ambitieuse - faire fonctionner, sous le contrôle des
vers la démocratie. Les raisons historiques de l'impossible démo- États-Unis, une économie rentière dans une démocratie imposée' -,
cratie sont connues, les facteurs explicatifs du syndrome autori- l'Algérie et la Libye sont aux prises avec la politique européenne
taire dans la région sont rigoureusement démontrés". L'agenda de voisinage. En mai 2004, Chris Patten souligne que: «Au
international est-il plus favorable aujourd'hui à la promotion cours des dix dernières années, l'instrument le plus efficace de la
et à l'installation de la démocratie ? Peut-on concevoir que le politique étrangère de l'Union a été la promesse de l'adhésion à
partenariat euro-méditerranéen et la PEY accorderont une place l'UE. Ce n'est pas durable. Pour la décennie à venir, nous devons
plus importante à l'installation de la démocratie dans la région? trouver de nouveaux moyens d'exporter la stabilité, la sécurité et
L'UE parviendrait-elle à exporter à moindre coût ses normes et ses la prospérité que nous avons créées au sein de l'UE élargie. Nous
valeurs et à faire le bonheur des déçus de la richesse pétrolière? devrions commencer par nous entendre sur une vision plus claire
pour les relations avec nos voisins.' La Commission présente sa
politique de voisinage et définit un nouveau cadre de relations
avec des pays non concernés par l'intégration à l'UE. Pour les pays
du sud de la Méditerranée (Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban,
Libye, Maroc, Palestine, Syrie et Tunisie) les échanges s'effectuent
dorénavant dans un cadre produit et défini par l'UE'. Pour les pays
du Maghreb qui le souhaitent: • L'UE propose à nos voisins une
relation privilégiée, basée sur un engagement mutuel en faveur
de valeurs communes (la démocratie et les droits de l'homme, la
règle de droit, la bonne gouvernance, les principes d'économie de

82. Jean-Noël Ferrié. «Les limites d'ulle démocratisation par la


1. R. Sprillgborg (ed.), Oil and Democracy in Iraq, Londres, SOAS-
société civile en Afrique du Nord», Maghreb-Machrek, 175, 2003.
83. E. Kienle, «Libéralisation économique et délibératioll politique: Middle East Issues, 2007.
2.M.-F. Labouz, CPhilip et P. Soldatos iâir.), L'UEélargie aux nouvelles
le nouveau visage de l'autoritarisme >, dans O. Dabène, V Geisser et
frontières et à la recherche d'une politique de voisinage, Bruxelïes,
G. Massarâier [dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties
Bruylant, 2006; Bemâ Weber, Europe's Neighbourhood between
autoritaires au XXI' siècle, Paris, La Découverte, 2008.
ConditionaHty, Network Governance and Bargaining,
84. M. Camau et V Geisser. Le Syndrome autoritaire, Paris, Presses
Ilttp://www.ceri-sciellces-po.org
de Sciences Po. 2003.
176 1 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLItRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIQUE EUROPÉENNE 1177

marché et le développement durable). La PEY [politique européenne r 'fus d'adhérer à la PEY, en septembre 2007, puis elle a manifesté
de voisinage] va au-delà des relations existantes pour offrir une de l'intérêt, en 2008, pour l'élaboration d'un plan. Cependant,
relation politique et une intégration économique plus poussées. -n 2009, la Libye et l'Algérie sont les deux pays d'Afrique du
Le niveau d'ambition des relations dépendra de la manière dont Nord à ne pas être engagés dans un plan d'action. En prenant le
ces valeurs sont efficacement partagées. La PEY reste distincte relais d'un PEM moribond (le cercle vertueux attendu ne s'était
du processus d'élargissement même si elle ne préjuge pas, pour pas enclenché et le bilan du processus de Barcelone est plus que
les voisins européens, de l'évolution future de leurs relations mltigé"), la PEY, de par son ambition politique et économique,
avec l'Union, conformément aux dispositions du Traité".» La oulève des inquiétudes à Alger et à Tripoli. Pour ces pays, elle
PEY rompt avec la décennie passée, qui œuvrait à la construction institutionnalise «une logique d'hégémonie'» dans le cadre d'une
d'une intégration régionale au Maghreb, en encourageant une relation bilatérale qui ne peut être que défavorable tant elle est
relation bilatérale: «L'élément clé de la politique européenne de susceptible de les déposséder du contrôle de l'agenda des réformes
voisinage repose sur les «plans d'action PEY bilatéraux» approuvés économiques et politiques à mettre en œuvre. En 2002, l'Algérie
mutuellement par l'UE et chaque partenaire. Ceux-ci définissent avait signé à contrecœur l'accord d'association avec l'UE; en
un programme de réformes économiques et politiques avec des 2009, elle dénonce le manque de soutien de l'UE à l'intégration
priorités à court et moyen terme. La mise en application des sept de l'Algérie dans l'OMC et l'absence d'investissement hors hydro-
premiers plans d'action PEY (approuvés début 2005 avec Israël, carbures". Par ces critiques, elle exprime sa déception vis-à-vis
la Jordanie, la Moldavie, le Maroc, l'Autorité palestinienne, la de l'UE et donc son refus de se précipiter dans un plan d'action.
Tunisie et l'Ukraine) est en route et celle des derniers à être adoptés En fait, la • résistance» à la politique européenne de voisinage
(avec l'Arménie, J'Azerbaïdjan et la Géorgie) va débuter. Le Liban est le produit de la richesse pétrolière'. L'Algérie et la Libye sont
suivra sous peu et le plan d'action UE-Égypte est presque agréé. intéressées par le marché énergétique et la coopération sécuritaire,
La mise en œuvre est conjointement encouragée et surveillée par mais non par la dimension politique de la PEY, et encore moins
les sous-comités'.» par son intrusion dans l'agenda des réformes économiques. Pour
Au Maghreb, la Libye et l'Algérie n'ont pas encore adopté les quelles raisons accepteraient-ils de s'imposer des contraintes?
plans d'action. La première ne remplit pas les conditions: elle n'est Que le Maroc, la Tunisie, J'Égypte jouent le jeu de l'Europe
pas signataire du partenariat euro-méditerranéen (PEM) et donc peut aisément se comprendre. Ces pays attendent un retour sur
d'un accord d'association avec l'UE. Quant à l'Algérie, après la investissement de leur participation à la politique de voisinage,
signature de son accord d'association avec l'UE en avril 2002, pour lequel peut prendre la forme d'aides financières diverses. De plus,
une mise en œuvre en septembre 20055, elle a d'abord exprimé son en fonction du devenir de la Turquie, ils pourront accélérer les

3. Voir le document de stratégie de la PEV; Bruxelles, 2004. http:// 6. Jean- Yves Moisseron, • Bilan mitigé des accords de Barcelone»,
ec, europe. eu
dans Le Partenariat euro-méditerranéen dix ans après Barcelone,
4. http://ec.europa.eu
Géoéconornie, 35, 2005.
5. Le 22·avril 2002, l'Algérie a signé l'accord d'association à l'UE 7. E. Barbé, •L'UE et son voisinage en Méditerranée», dans J. Rupnik.
avec une mise en œuvre le 1" septembre 2005. Cet accord prévoyait {dir}, Les Banlieues de l'Europe, Paris, Presses de Sciences po, 2007,
de réduire les droits de douane, de favoriser la libre circulation des p.162
capitaux COllcemant les IDE directs en Algérie, de favoriser le dia- 8.• Le torchon brûle entre Alger et Bruxelles», El Watan, 23 mai 2009.
logue politique, le respect des principes démocratiques et des droits 9. H. Darbouche, «Decodinq Algeria's ENP Policy», Mediterranean
de l'hom.me et d'œuvrer à l'intégration régionale. Politics, 13 {3}, 2008, p. Il.
1781 VIOLENCE DE LA RENTE PtTROLlÈRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIOUE EUROPÉENNE 1 179

réformes politiques ou les stopper et se contenter des réformes en fonction de sa volonté d'intensifier ses réformes économiques
économiques en cas de refus de son adhésion. À défaut de «valeurs et politiques. La marche à suivre d'une telle politique n'est plus
cornmunes'?», des intérêts et des attentes expliquent l'acceptation une conditionnalité politique, mais bien plus du benchmarking:
de l'hégémonie. Mais, pour l'Algérie et la Libye, avec un fonds, en une définition claire et publique des actions que l'UE attend de
2009, doté respectivement d'environ 140 milliards de dollars et ses partenaires" .• Il s'agit, à l'inverse des États-Unis en Irak, de
100 milliards de dollars, les aides financières de l'UE semblent une prendre le temps nécessaire à l'élaboration d'une politique capable
carotte bien fade au regard du chemin à parcourir, d'autant que d'assainir les outils et instruments de l'État, afin de parvenir à
cette hégémonie européenne pourrait, non pas faire chuter, mais établir une relation minimale de confiance entre les pouvoirs publics
au moins bien secouer «les coalitions dédiées à l'exploitation de la et les usagers". La Libye, bien qu'invitée à rejoindre le PEM et à
rente"» qui, contre vents et marées, ont réussi à survivre comme bénéficier de la PEVis, ne se précipite pas non plus; elle prend la
l'ont démontré les chapitres précédents. Aussi, la relation idéale mesure de son importance", Pour l'instant, elle préfère bâtir des
serait de se limiter à une participation active dans l'architecture relations commerciales et militaires avec des partenaires moins
énergétique de l'UE et dans l'intégration de la stratégie de sécurité encombrants comme l'Italie et la Russie. En principe, la PEY est
régionale. Face à l'insistance de l'UE pour parvenir à arrimer ces soucieuse d'œuvrer à la mise en œuvre d'une bonne gouvernance,
deux pays à la politique de voisinage, l'Algérie et la Libye prennent ambition qui, au regard de la trajectoire postcoloniale de l'Algérie
plaisir à préciser qu'à la différence des autres pays de la région, et de la Libye, apparaît comme fondamentale. En effet, ces pays ont
si elles acceptent de discuter de la PEY, elles n'éprouvent pas le démontré les limites de la richesse pétrolière lorsqu'aucun contrôle
besoin de s'y associer. Cette indifférence calculée est un formidable démocratique n'y est exercé; son usage ne peut être que toxique
atout dans les négociations avec l'UE, car elle contraint celle-ci pour les États et les sociétés, comme le montre les pratiques de
à réduire très sensiblement ses prétentions et attentes politiques, corruption, véritables obstacles au développement". L'approche
voire à éviter d'aborder les problèmes fondamentaux de l'absence progressive de l'UE en Algérie et en Libye s'articule autour de
de démocratie et de mauvaise gouvernance. deux niveaux: un premier, stratégique, consistant à construire
Afin de ne pas accroître l'hostilité de l'Algérie à la PEY, un une politique commune afin de répondre aux préoccupations
document de stratégie (2007-2013) pointe trois axes susceptibles de sécuritaires (terrorisme, migrations, frontières) et énergétiques
favoriser des changements: une réforme de la justice, la croissance (sécurité des approvisionnements) ; un second, politique, soucieux
économique et l'emploi, le renforcement des services publics de
base". La démarche est progressive: _Une approche progressive 13.Rosa Rossi, .The European Neighbourhood Policy in Perspective»,
à l'encontre des pays voisins de l'UE est également nécessaire en dans Jean Monnet Centre {erl.}«Euro-Med s, Italie, Catane, 2004, p. 11.
14.En 2008, le classement de Transparency International place l'Al-
vue de l'introduction d'un engagement graduel pour chaque État,
gérie à la 92' place et la Libye à 134'.
15. «The long tenn objective of the EU policy relations with Libya
JO. F. Bafoi], • Variété des processus d'européanisation en Europe cen- is and remains Lioya's full accession to the Barcelona Process and
trale et orientale», dans F. Bafoil et T. Beichelt (dir.}, L'européanisation participation in the European Neiqhboumoo« Policy. This would
d'Ouest en Est, Paris, L'Harmattan, 2008, p. 59. enhance the promising potential for joint co-operation Îll important
11. G. Fauarel-Garriques, «Violence mafieuse et pouvoir politique en international issues su ch as migrations and development Ùl Africa .•
Russie », dans Jean-Louis Briquet et Gilles Favarel-Garriques, Milieux 16. En 2009, un accord-cadre, Libye-UE, était toujours en négocia-
criminels et pouvoir politique, Paris, Karthaia, 2008, p. 188. tion à Bru.xelles.
J 2. Instrument européen de uoisinaç« et de partenariat. Algérie. J 7. Pranab Bardhan, .Corruption and Development: A Reuietu of
Document de stratégie {2007-2013}, http://ec.europa.eu Issues», Journal of Economie Literature, 35 {3}, 3 septembre 1997.
1801 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIOUE EUROPÉENNE 1 181

non de changer les régimes, mais de favoriser l'exportation des


La construction d'un marché de l'énergie
normes et des valeurs de l'UE!s. L'articulation des deux soulève
des problèmes d'éthique: peut-on faire de la Libye un partenaire Le 27 avril 2004, le colonel Kadhafi est invité par la Commission

stratégique en matière de politique migratoire par exemple? Le il se rendre à Bruxelles pour une visite historique. En effet, depuis

non-décollage économique de la région participe des inquiétudes 1992, le Guide ne peut se rendre dans un pays occidental en rai-

migratoires et sécuritaires qui alimentent la PEV. De plus, si la son des poursuites judiciaires à son encontre. Pourtant, comme

dimension bilatérale favorise la construction d'un marché de le précise Romano Pro di, l'ancien président de la Commission

l'énergie et d'une politique sécuritaire commune, elle éloigne la européenne: « L'Union européenne n'a pas de relations formelles

région d'une construction horizontale maghrébine qui offre, en avec la Libye, et la Commission n'a pas de délégation à Tripoli.
termes d'emplois et de croissance, des avantages durables et des Mais la Libye est un pays clé de la rive sud de la Méditerranée, en

garanties de stabilité plus forte que la dépendance à une économie même temps qu'elle joue un rôle très important sur le continent

rentière. Ainsi, un des effets pervers de la PEY serait de renforcer, africain. La Libye est un observateur du processus de Barcelone

face à l'absence de perspective d'e intégration renforcée'?», les depuis avril 1999, après avoir été invitée pour la première fois

secteurs énergétiques en Algérie et en Libye, bien qu'ils soient à la conférence Euro-Med de Stuttgart. Depuis, elle est invitée à
incapables de satisfaire l'océan des besoins, et cela au détriment devenir membre à part entière du processus. [Cela] requiert une

d'une diversification des économies. Intégrés dans les réseaux demande formelle dans laquelle la Libye s'engage à accepter tout

d'approvisionnement de l'UE, l'Algérie et la Libye ne pourraient son acquis, et qui devra être examinée par le Conseil".»

que se désintéresser d'une intégration au Maghreb, en dépit de La volonté européenne d'intégrer la Libye dans le partena-

la source de création d'emplois et de richesses qu'elle pourrait riat est ancienne. À peine les sanctions de l'ONU suspendues

générer. L'intégration régionale apparaît dès lors comme une en avril 1999, Romani Prodi a invité Mouammar Kadhafi, à

demande de pays moins dotés de ressources naturelles, comme Bruxelles. L'objectif était de l'amener à discuter de son adhésion

le Maroc et la Tunisie". Dans cette perspective, aux contentieux au partenariat euro-méditerranéen. Cette invitation fut l'objet

historiques entre le Maroc et l'Algérie, il faudrait ajouter l'éco- d'une intense discussion entre Chris Patten, responsable des

nomie rentière comme pourfendeuse des «pères du nationalisme relations avec les pays méditerranéens, et Javier Sola na, res-

et du mouvement maghrébin de libération'! », ponsable de la politique extérieure et de sécurité commune, ces


derniers rappelant que la Libye n'était pas encore absoute des

18. Z. laidi (eâ.), EU Foreign Policy in a Globalized World, Londres,


accusations portées contre elle. Ce couac européen accentuera le
Routledqe, 2008. discours critique du colonel Kadhafi sur l'accord d'association avec
19. Christian Nakhlé, «Frontières de l'Europe», Les Carnets du CAP, l'Europe: «L'expérience européenne ne nous est d'aucune utilité ...
printemps 2006, p. 83. J'ai toujours rejeté le traité de Barcelone. C'est une conspiration
20.1. Martinet, K L'intégration régionale au Maroc et en Tunisie », contre l'intégrité territoriale africaine. Vouloir nous attirer, nous
Euromesco, janvier 2009. http//www.euromesco.net
assister au travers du processus de Barcelone en démembrant le
21. A. Abdou, «Le Maghreb en jachère», Le Quotidien d'Oran, 24 août
2006. Rappelons que la conférence de Tanger du 27 au 30 avril 1958
- qui réunissait le Née-Destour, l'Istiqlal et le FLN - stipulait: «La communes, afin de leur permettre d'assurer le rôle qui lui incombe
conférence de Tanger [...] consciente d'exprimer la volonté unanime dans le concert des nations, décide d'œuvrer à la réalisation de cette
des peuples du Maghreb arabe il 'unir leur destin dans la solida- union, considère que la forme fédérale répond le miellX aux réalités
rité étroite de leurs intérêts, convaincue que le moment est venu des pays participants. »
de concrétiser cette volonté d'union dans le cadre d'institutions 22. La Revue parlementaire, juin 2005, p. 11
1821 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLltRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIOUE EUROPÉENNE 1183

Origine des importations de pétrole continent, en volant l'Afrique du Nord pour l'annexer à l'Union
et de gaz de l'Union européenne (2008) européenne, cela est inacceptable".» Ce rejet politique du par-
tenariat avec l'Europe se traduit, quelques années plus tard, par
en milliards de dollars
des retrouvailles énergétiques, L'inauguration, le 7 octobre 2004,

Russie
Norvège
Libye
Arabie Saoudite
~::::~~~T,;:II
Pétrole

••• 23,2
41,7
61,3
115,8
du West Jamahiriya Gas Project, scelle l'arrimage de la Libye à
l'Europe: «Nous annonçons au monde que l'Italie et la Libye sont
décidées à faire de la Méditerranée une mer de paix, une mer de
commerce et de tourisme, une mer sous laquelle les pipelines de
Kazakhstan 20,6 pétrole et de gaz joignent, à travers la Libye et l'Italie, l'Afrique
Iran 18,2
et l'Europe" .• Cette convergence énergétique s'inscrit dans la
Nigeria 16,5
Algérie 15,7 déclaration ministérielle du forum Euro-Med de l'énergie, en
Azerbaidjan 14,9 mai 2003, qui souligne la nécessité, entre 2003-2006, de para-
Irak 13,3
Angola 10,9
chever «l'anneau gazier Euro-Méditerranée méditerranéen» en
Guinée équatoriale 5,6 renforçant son soutien aux projets suivants" :
Venezuela 4,7
- gazoduc approvisionnant l'Espagne et la France à partir de
Mexique 4,5
Syrie 4,3 l'Algérie;
Koweit 4,0 - gazoduc approvisionnant J'Italie et la France à partir de l'Algérie;
Brésil 2,6
- gazoduc partant de la Libye pour desservir l'Italie (passant
Égypte 2,2
par Malte);
- l'interconnexion gazière entre l'Égypte, la Libye et la Tunisie.

~:=::::=:~~~i:
Gaz L'Algérie représente 10 0/0 et la Libye 2 0/0 des importations
de gaz de l'UE, dont le principal fournisseur est la Russie. La
Russie
Norvège 16,3
16,7
Algérie 11,4 dépendance de l'UE vis-à-vis des importations de gaz ne cesse
Nigeria i""-' •••.••• -.... 5 ,0 de croître: 62 0/0 de sa consommation de gaz était importée en
Oatar 3,3
2006. L'Algérie détient les sixièmes réserves mondiales prouvées,
Égypte 2,5
Trinidad et Tobago 1,8 elle est le quatrième exportateur mondial de gaz. Bénéficiant
Turkménistan 0,8 de la construction d'un marché du gaz en Europe, l'Algérie est
Ubye 0,5
Kazakhstan 0,5
devenue le troisième fournisseur de l'UE qu'elle approvisionne
Arabie Saoudite 0,3 par gaz liquéfié (LNG)et pipelines (Transmed ; Gazoduc Maghreb
Biélorussie 0,2 Europe). Deux projets en cours, « Galsi» et «Medgaz », doivent
Guinée équatoriale 0,09
Ukraine 0.09 relier l'Algérie et l'Italie par la Sicile pour le premier, l'Algérie et
Ouzbékistan 0,08
États-Unis 0,08
Angola 0,08 Donnéesnon disponibles
pour l'Irak
Suisse 0,07
23. Intervention de M. Kadhafi en juillet 2001 à Lusaka lors de la créa-
tion de l'Union africaine, Géopolitique africaine, 4, novembre 200J.
24. Jamahiriya News Agency, 7 octobre 2004
Sources: UN Gamtrade, 2009. 25. Euromed Report, 23 mai 2003, http://europa.eu.int
184/ VIOLENCE DE LA RENTE PtTROLlÈRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIQUE EUROPÉENNE /185

l'Espagne pour le second". La Libye a un très net retard en matière et la Libye faisaient cause commune dans l'industrie pétrolière.
d'exploitation de son gaz. L'Algérie a commencé l'exploitation, la Si le nationalisme arabe de Kadhafi s'expliquait par l'influence
production et la commercialisation du sien dès les années 1970, du président Nasser", le modèle d'industrie pétrolière à bâtir était
alors que la Libye n'a véritablement commencé qu'en 1990. Son algérien .• La Libye n'a eu au départ ni expérience, ni background
déficit en matière d'infrastructures gazières est considérable au industriel. Elle aurait à forger de toutes pièces une population
regard des infrastructures algériennes. Cela dit, la compagnie au plus haut niveau technique et scientifique" .» Dès l'arrivée de
italienne Agip œuvre à un rapprochement du secteur gazier en Kadhafi au pouvoir, une coopération dans le secteur des hydrocar-
Afrique du Nord. Son objectif, à travers la Agip North Africa and bures a été lancée entre les deux pays. Dans les années 1970, face
Middle East Ltd, est de parvenir à faire converger les politiques aux compagnies étrangères, ils envisagent de constituer un front
énergétiques algériennes et libyennes. Prenant exemple sur la unique pour défendre leurs positions et intérêts et de coordonner
politique française en Algérie, l'Italie ambitionne de devenir le leurs efforts pour développer davantage leurs économies nationales.
«parrains de la Libye nouvelle. Elle dispose pour cela d'atouts Une coopération s'est instaurée entre la Sonatrach et la Lipteco
considéra bles. À travers sa société pétrolière Agip, elle mène (Llpetco qui deviendra, en 1970,la Linoco et finalement, en 1972,
depuis des décennies un partenariat privilégié avec la Libye. la NOC) en matière d'échanges d'informations, de techniciens,
Face aux besoins énergétiques de l'Europe, elle œuvre en Afrique d'experts, et la création de sociétés mixtes pour la recherche, la
du Nord à la convergence des fournisseurs de gaz algériens et production et le transport de pétrole. Les dirigeants de la NOC
libyens. La Libye a un intérêt évident à rallier une partie de ses s'inspirent de la Sonatrach et cherchent à en faire un instrument
champs gaziers aux réseaux de transport algériens. L'Algérie de l'État dans sa politique de captation des ressources naturelles.
a-t-elle intérêt à voir se développer une telle synergie? Si, sur Ils imitent les trois étapes de la Sonatrach pour s'affranchir des
le court terme, l'Algérie peut être inquiète de voir émerger un compagnies étrangères: augmenter les investissements, développer
autre fournisseur de gaz en Afrique du Nord, elle peut sur le long l'engineering afin de réduire la dépendance et exiger l'utilisation
terme exploiter sa position dominante en devenant un véritable maximale de produits susceptibles d'être fabriqués sur place,
poumon d'exportation de gaz vers l'Europe à travers le gazoduc développer les services. En 1971,la nationalisation des gisements
Euro-Méditerranée. La construction de 1385 km de gasline de de gaz et des canalisations de transport et l'augmentation de ses
Hassi R'Mel jusqu'à Cordoue en Espagne, via le Maroc, démontre parts à la hauteur de 51 010 font que la Sonatrach disposait des
qu'en dépit des relations conflictuelles entre le Maroc et l'Algérie, trois quarts de la production de pétrole et de la totalité de la
la convergence des intérêts a primé. Ainsi, la Libye et l'Algérie production de gaz. Dans les années 1980, la Sonatrach et la NOC
ont un avantage évident à faire converger leurs intérêts dans le ont signé des accords de coopération qui, le 11 novembre 1988,
marché international du gaz. permettent la création de deux joint-ventures :The Arab Libyan-
Les expériences passées dans le domaine du pétrole le prou- Algerian Exploration and Production Company (Alepco), chargé
vent: la Sonatrach et la NOC ont agi de concert pour asseoir et de l'exploration du pétrole (ail exploration) et la Libyan-Algerian
conforter leurs positions. En effet, dans les années 1970,l'Algérie Geophysics Company (LAGC).Cette coopération a eu pour résultat

26.J. Percebois, • The Supply of Naturai Gas in the European Union. 27. Paul Balta, Le Grand Maghreb: des indépendances à l'an 2000,
Strategie Issues», OPECEnergy Review, mars 2008, Vol. 32, p. 50; Paris, La Découverte, /990.
S. Boussena et J. -P. Pauwels, LeDéfipétrolier, Paris, Vuibert, 2006, 28. G. Destane de Bernis, «La Libye et l'Algérie: stratégies de déve-
p. /06.
loppement comparées" Annuaire de l'Afriquedu Nord, 197/.
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIQUE EUROPÉENNE 1 187
1861

la découverte d'un gisement de pétrole à Oued Merabia, en 1994, en Méditerranée. Les réserves de gaz de la Libye sont estimées
au nord-ouest de l'Algérie, dans le champ de Hassi Messaoud. En à 1500 milliards de m3, soit 1 0/0 des réserves mondiales, et sa
novembre 1999, la Sonatrach et la NOC envisagent l'exploration production, en 1999, était de 12200 millions de mJ par an". Afin
commune de blocs en bordure de la frontière des deux pays, dans de coordonner ce renouveau, la Libye s'est dotée d'un Cound/for
le cadre d'un joint-venture29• La Libye, soucieuse de développer Oil and Gas Affairs dont l'objectif est de construire une stratégie
son réseau de transport signe des accords de coopération avec aussi efficace que celle de l'Algérie.
l'Algérie, la Tunisie et l'Égypte. Des sociétés communes sont
créées (Arab Maghreb Company for Gas and Transportation, _ La construction d'une stratégie de sécurité
Libyan Arab Algerian Company for Exploration and Production, La mise en réseau de l'Algérie et de la Libye dans le dispositif
Algerian Libyan Company for Geophysics Inc, Arab Company d'approvisionnement de l'UE suppose la stabilité des régimes
For Engineering Consult). Paradoxalement, le constat d'échec et la sécurité des territoires, conditions qui, tout au long de la
de leurs modèles économiques à la fin des années 1980 les a décennie 1980, faisaient défaut, comme le souligne J. Percebois :
amenées en entrer en concurrence pour approvisionner les États «La sécurité de l'approvisionnement énergétique est une des pré-
consommateurs d'Europe. La mise en réseaux de l'Algérie et de J4
occupations les plus importantes de la Commission européenne .»
la Libye s'inscrit dans un souci européen de diversification de Si, sur le plan commercial, les contrats à long terme assurent une
ses sources d'approvisionnement. La crainte d'une trop grande sécurité dans l'approvisionnement, encore faut-il que les pipelines
dépendance à l'égard de Gazprom a augmenté l'intérêt pour ne soient pas l'objet de sabotage. La reconsolidation des régimes
les réserves libyennes et algériennes. Dès la levée définitive de à la faveur du troisième choc pétrolier a permis un retour à la
l'embargo en 2003, la Libye est apparue extrêmement attractive. stabilité. L'intégration dans le dialogue OTAN-Méditerranée a
Ahmed Abdulkarim, ancien président de la NOCet actuel directeur offert des ressources supplémentaires, susceptibles de sécuriser des
de Oilinvest, (the state-oumeâ oil holding company), précise que espaces traversés par des organisations terroristes, telle l'AQMlJ5.
le gouvernement cherche à faire venir 10 milliards de dollars Conscients des avantages de leur position géographique, les
d'investissement étrangers dans le secteur des hydrocarbures régimes algériens et libyens doivent, afin d'exploiter pleinement
avant 201OJo. En effet, seulement 25 Ofo des réserves de gaz et de cette proximité entre les États consommateurs et les producteurs,
pétrole, estimées à 40 milliards de barils, sont exploitées". De démontrer que les inquiétudes européennes sur les menaces de
plus la production libyenne est d'environ 1,5 million de barils stabilité et de sécurité de la région relèvent du passé. L'anneau
par jour, le gouvernement envisage d'augmenter sa capacité de gazier euro-méditerranéen a démontré que les pays de la région
production à 1,8 million de barils par jour en 2006 et à 3 mil- sont capables d'un minimum d'entente pour favoriser le transit
lions en 2020, niveau de production d'avant la nationalisation, des hydrocarbures vers l'Europe dans les meilleures conditions.
en 197132• Dans le domaine du gaz, la Libye espère commencer
rapidement à l'exporter vers l'Italie à travers un pipeline souterrain 33. Energy Information Administration, juillet 1999. umnu.eia.do«.
gov
29. Voir «AIgeria », dans Arab Oil and Gas Directory, 2000. 34. J. Pereebois, • The Supply of Naturai Gas in the European Union.
30. Houston Business Journal, 5 janvier 2004. Strategie Issues», art. cité, p. 35
31. Interview de Tarek Hassan, directeur de la planification à la 35. J.F. Coustillère, «Les rapports Europe-Maghreb en matière de
NOC, New YorkTimes, 23 juillet 2004. sécurité et de défense >, Année du Maghreb, 2008; sur l'AQMI, lioir
32. Yves Gazzo, Pétrole et développement: le cas libyen, Paris, J-P Filiu, «Tiu: Local and Global Jihad of al-Qaida in the Islmnic
Economica, 1980. Maghreb », Middle East Journal, 63 (2), printemps 2009.
1881 VIOLENCE DE LA RENTE PtTROLlÈRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIQUE EUROPÉENNE 1189

L'intégration progressive des forces armées des pays de la région un début d'organisation au sein de l'UE dans la lutte contre le
du Maghreb dans une architecture régionale de défense (dialogue terrorisme. Les groupes armés islamistes originaires du Maghreb
.OTAN-Méditerranée) offre des garanties de sécurité plus fortes apparaissent comme l'une des principales menaces pour les
en éloignant le spectre d'un conflit direct. L'implication gran- États du sud de l'Europe. La politique d'éradication de la menace
dissante des États-Unis dans la région", à la suite des attentats terroriste en Algérie et en Libye trouve un écho favorable aux
du 11 septembre 2001, favorise également la construction d'une États-UnisJ8. Pour l'administration Bush, la principale menace
coalition régionale antiterroriste. Partie prenante de l'initiative en Afrique du Nord est localisée dans le Sahel. «Les activités
de partenariat avec le Moyen-Orient(MEPI} lancée par le prési- des réseaux terroristes qui opèrent dans des régions abandon-
dent Bush, le Maghreb est l'objet d'une attention particulière nées de l'Afrique du Nord et du Sahel représentent la principale
dans trois secteurs: sécuritaires, économiques et énergétiques. menace au Maghreb. Les extrémistes locaux et les combattants
En février 2006, Donald Rumsfeld effectuait une «tournée au jihadistes qui fuient l'Afghanistan ont trouvé un refuge salutaire
Maghreb» qui s'inscrivait à la fois dans le cadre de la lutte contre près du Sahara où ils peuvent se permettre d'opérer sans gêne
le terrorisme et du rapprochement des États du Maghreb de des gouvernements19.» Dans cette perspective, la mise en œuvre
l'OTANJ1.Depuis le lancement du dialogue OTAN-Méditerranée d'une coalition régionale constitue le meilleur instrument de lutte
en mars 2000, les manœuvres communes n'ont cessé de se déve- contre le terrorisme. Ces initiatives de sécurité participent de la
lopper entre l'OTAN, l'Algérie et le Maroc par exemple. Sur le plan volonté d'instaurer un climat de confiance dans une région où la
économique, l'accord de libre-échange établi entre le Maroc et méfiance règne, tant entre les pays qui la composent que vis-à-vis
les États-Unis ouvre de nouvelles perspectives d'échanges écono- des initiatives européennes en matière de sécurité. Le temps est
miques. De plus, les investissements des compagnies américaines loin où l'on considérait qu'au Maghreb Eurofor et Euromarfor
en Algérie et en Libye ne cessent de croître. Le rétablissement étaient «UDe ingérence flagrante et une menace directe contre
des liens diplomatiques avec la Libye et les projets d'installation la souveraineté du sud de la Méditerranée et même un danger
d'une base militaire dans Je Sahel, en Mauritanie, dans le cadre pour la paix et la sécurité" •. L'édification d'un «anneau gazier
de la lutte contre Je terrorisme, manifestent le nouvel engagement Euro-Méditerranée méditerranéen» contraint les pays produc-
des États-Unis dans la région. Le déficit d'implication de l'Union teurs, de transit et consommateurs à converger vers un minimum
européenne dans le conflit du Sahara occidental, justifié par le d'entente sur une stratégie de sécurité en Méditerranée. Cette
souci de ne heurter ni le Maroc ni l'Algérie, laisse aux États-Unis entente stratégique (anneau gazier, lutte contre le terrorisme) se
la possibilité d'œuvrer au Maghreb. retrouve également dans la «lutte contre les migrants ». Il s'agit
Les attentats du 11 septembre 2001 ont un double impact de freiner l'arrivée des migrants clandestins grâce à un dispo-
en Afrique du Nord: ils légitiment la lutte contre l'islamisme, sitif militaire. Face aux migrants en provenance du Maghreb et
y compris par la violation des droits de l'homme, et permettent
l'intégration du Maghreb dans le dispositif mondial de la guerre
3 8. L. Martil/ez, «La sécurité en Algérie et en Libye après le
contre le terrorisme mis en place par l'administration Bush. Les Il-Septembre., Euromesco Papers, 22, mai 2003.
attentats de Madrid (11 mars 2003) provoqueront quant à eux 39. Maghreb Roundtable, CSl, février 2006. .
40. Eurofor (force opérationnelle rapide) et Euromarfor (force man-
time européenne) sont des forces composées par la France, l'Espagne,
36. A. Benantar, [dir.}, Les États-Unis et le Maghreb. Regain d'inté- l'Italie et le Portugal, qui, au cours de la décennie 1990, aspiraient
rêt?, Alger, Cread, 2007. à répondre à des impératifs sécuritaires. Le Dossier d'Athéna de
37. «Le Maghreb stratéqique», http://www./ldc.nato.int l'THEON,Paris, La Documentationfrançaise, 2' trimestre 1997.
1901 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIQUE EUROPÉENNE 1 191

d'Afrique subsaharienne, les dispositifs en place sont le SNE", The , destination de l'Europe fait du Maghreb une région de transit.
European Naval Forces et Frontex. Ce dispositif est complété par D'autant plus que deux pays, l'Algérie et la Libye, contournés par
des opérations maritimes comme le projet «Neptune», Operation les migrants dans les années 1990 en raison de la guerre civile
Active Endeavour menée par l'OTAN, le projet «Atlantis» et plus t des sanctions internationales, ont retrouvé leur attractivité
récemment le projet «cheval de mec>. U s'agit, dorénavant, de au cours de la décennie 2000. Les populations des pays les plus
contrôler non seulement les eaux internationales, mais aussi les pauvres migrent chez les voisins les plus riches (Mali, Niger et
eaux territoriales. Les effets de cette militarisation sont doubles: Tchad en Libye, par exemple). Le premier facteur explicatif du
ils permettent de fermer certaines voies de passage sans pour départ des migrants d'Afrique vers le Maghreb est la pauvreté, alors
autant tarir le flux de migrantsw ; sur le plan administratif, ils que le chômage est le premier facteur explicatif des Maghrébins
permettent la réadmission des migrants clandestins (10 Ofo des vers J'Europe. Les conflits en Afrique subsaharienne et les écarts
entrées des migrants dans l'UE sont irréguliers) qui seraient de richesse qui ne cessent de s'accroître entre le Nord et le Sud
passés au travers du dispositif dans le dernier pays de transit. expliquent le phénomène migratoire. Après avoir militarisé la
Face aux inquiétudes européennes sur la question migratoire, frontière en Méditerranée, la Libye réclame, avec le soutien de
la Libye a accepté l'installation sur son sol de _centres fermés •. Malte, des moyens militaires pour sécuriser ses frontières mari-
En février 2003, Tony Blair lance l'idée de créer des «zones de times et terrestres. En septembre 2007, Kadhafi réclame même
protection. hors de l'Europe, son projet est repris, en août 2004, une aide financière de l'UE de l'ordre de JOmilliards d'euros afin
par Otto Schily, ministre de l'Intérieur allemand, et Giuseppe de combattre ces flux. À défaut d'argent, la Libye espère se doter
Pisanu, son homologue italien, qui proposent l'idée de créer des d'une marine adaptée que l'Italie est prête à lui vendre. Principal
centres fermés, c'est-à-dire des camps où seraient instruites les État de l'Union concerné par la question des flux migratoires
demandes d'asile de migrants". Depuis ces initiatives, le Maghreb clandestins, l'île de Malte a réclamé une aide concrète de l'UE
s'est peuplé de quelques camps et a signé des accords bilatéraux pour aider la Libye: «Si la Libye avait des meilleures patrouilles
de coopération et de réadmission avec l'UP'. à sa frontière sud, elle pourrait réduire le flux des migrants qui
Le Maghreb est-il devenu "le gendarme de l'Europe»? Le arrivent à Malte et en Italie», souligne Tonio Borg, ministre des
flux de clandestins en provenance de l'Afrique subsaharienne et Affaires intérieures maltaises.
L'échec économique et la pression démographique placent sur les
41. Le SIVE (Système intégré de surveillance extérieure) est un dis- routes migratoires des jeunes à la recherche d'un avenir meilleur.
positif opérationnel qui permet la surveillance de la frontière sud Le différentiel économique entre les États du Maghreb et l'UE
de l'Espagne. Il a quatre fonctions: détecter, identifier, suivre et rend le projet migratoire attractif, en dépit de la fermeture de
intercepter toute embarcation qui. essaie d'entrer illégalement sur le
l'accès légal au marché du travail. La généralisation du système
territoire de /'UE. Revue maritime, 465, juin 2003.
42. D. Lutterbek, «Policinq Migrations in The Meditcrranmn»,
des visas, mise en place dans l'espace Schengen par les pays de
Mediterranean Politics, 11 (J), 2006. l'UE, conduit les migrants à chercher de nouvelles voies d'accès
43. Isabelle Saint-Saëns, «Des camps en Europe aux camps de l'Eu- à l'Europe, en particulier pour migrer en Espagne et en Italie.
rope», Multitudes, 19, hiver 2004. Au cours de ces dix dernières années, le Maghreb est devenu
44. }-P Cassarino, «Informalisinq Readmission Agreements in the EU un véritable «lieu de transit. pour les populations du sud du
Neiqhbourhood J, The International Spectator, 42 (2), 2007. Ell 2004
Sahara. Pour l'instant, «les migrations de citoyens des pays du
est adopté le programme Aeneas : doté de 250 millions d'euros pou.r
sud du Sahara ne concernent que dans une faible mesure l'Europe,
la période 2004-2008, il apporte une assistance technique et finan-
cière «dans le cadre d'un véritable partenariat. {http://europa.eu}. puisque la plupart des migrants subsahariens s'installent pour
ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIQUE EUROPÉENNE 1 193
1921 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE

l'espérance de vie ne dépasse pas les 50 ans. Cette révolution


des périodes plus ou moins longues au Maghreb, en Libye, en
démographique a pour conséquence une augmentation de la
Algérie dans une moindre mesure, et de plus en plus au Maroc.
population des 20-40 ans, passée de 23 millions à 28 millions
On estime ainsi à plus de 2 millions le nombre de personnes du
entre 2000 et 2010. Selon les projections pour 2010, les 20-40 ans
sud du Sahara vivant actuellement en Libye... Les chiffres tirés
représenteront 36 0/0 de la population totale. Comme beaucoup
de différentes sources indiquent que le nombre de migrants
d'observateurs le soulignent, cette tranche d'âge correspond à des
subsahariens accédant au Maghreb se situe entre soixante-cinq
candidats potentiels à la migration. Très clairement, 9 millions de
mille et quatre-vingt mille annuellement" », Seulement 15 0/0
«jeunes. seront menacés d'exclusion dans un avenir immédiat.
d'entre eux cherchent à se rendre directement en Europe". C'est
Il faudra attendre 2030 pour voir cette tranche d'âge diminuer et
dire que le Maghreb est devenu une région d'immigration, alors
ne plus représenter que 33 Ofo de la population totale. Les revenus
que son économie est incapable de créer les emplois nécessaires
du pétrole hier, ceux du gaz demain, seront insuffisants pour
à sa population active.
répondre à ces demandes. Enjuin 2005, Rodrigo de Rato, directeur
général du Fonds monétaire international (FMI),établit un constat
- Marché de l'énergie et stratégie de sécurité:
critique sur la région: «Une intégration économique régionale
que devient "intégration régionale?
plus poussée présenterait des avantages importants. Elle créerait
L'intégration réussie de l'Algérie et de la Libye dans le dispo- un marché régional de plus de 7 5 millions de consommateurs [...]
sitif d'approvisionnement de l'DE et dans la stratégie de sécurité elle entraînerait des gains d'efficience et rendrait la région plus
régionale ne répond pas pour autant aux préoccupations et aux attrayante pour les investisseurs étrangers. Et, surtout, les structures
besoins de la région. Pis, elle éloigne la région d'une intégration économiques complémentaires des pays du Maghreb créeraient
économique qui apparaît comme J'une des réponses les plus des possibilités d'échanges qui bénéficieraient à tous les pays de
effectives en matière de création d'emplois et de richesses. La la région" .••En 2003 le commerce formel intrarégional des pays
croissance de la population active au Maghreb suppose qu'il faudra du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye) ne dépasse pas les
«créer près de 16 millions d'emplois entre 2000 et 2020 pour les 3 Ofo. En comparaison, «le commerce intrazone représentait 60,2 Ofo
nouveaux arrivants sur le marché. Compte tenu du niveau de de J'DE, 22,3 Ofo de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est
chômage estimé à 20,4 Ofo au Maghreb, les pays de cette région (Asean), 10,6 Ofo des pays d'Europe centrale et orientale (PECO)et
devront créer quelque 22 millions d'emplois au cours des deux 19,9 Ofo des pays du Marché commun du Sud (Mercosur)" », Une
prochaines décennies pour occuper à la fois les chômeurs et les explication structurelle est donnée à cette faiblesse des échanges:
nouveaux venus sur le marché" », En un demi-siècle, la population elle tient à la faible complémentarité économique". En fait, pour
du Maghreb a été multipliée par 3,03, de 25,7 millions d'habitants Moharned Boussetta, l'une des solutions pour dynamiser le com-
en 1950 à 77,8 millions d'habitants en 2001. L'espérance de vie merce intrarégional se trouve dans le démantèlement tarifaire. Pour
est passée de 42 ans à 67 ans, à l'exception de la Mauritanie où l'Algérie: « la suppression de 50 Dio ou de 100 Ofo des droits de taxes
applicables aux importations agricoles en provenance du Maroc
45. Mehdi Lahlou, «Le Maghreb: lieux de transit», La Pensée du
Midi, 10, 2003
48. Rodrigo de Rato, «Intégration économique au Maghreb: sur le
46. Mehdi Lahlou, «Plan d'action pour gérer les migrations irrégu-
chemin de la prospérité», L'Économiste (Maroc), 15 juin 2005.
Hères â partir de l'Afrique., BIT, Genève, avril 2003.
49. M. Boussetta, Femise, 1]-2/ août 2004, p. 59.
47. Banque Mondiale. Rapport dir. P. Dyer, «Disponibilité de main-
50. J. Bensidoun et A. Chevalier, Europe-Méditerranée: le pari de
d'œuvre, chômage et création d'emplois dans le Maqhreo», p. 2.
l'ouverture, Pa.ris, Economica, 1996.
http://doc.abliatoo. net. ma
1941 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE AI GÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIOUE EUROPÉENNE 1195

et de la Tunisie entraînerait une progression des échanges avec Iii réouverture de la frontière entre l'Algérie et le Maroc, premier
ces deux pays de respectivement 20,9 Ofo et 47,9 Ofo; en matière I(C te symbolique des retrouvailles. Dans la foulée, la Libye, qui
d'échanges industriels, il se traduirait par une expansion de ces préside l'Union du Maghreb arabe (UMA), annonçe la date d'un
échanges de 34,4 Ofo et 84,9 % respectivement" •. Le coût de cette sommet des chefs d'État les 25 et 26 mai à Tripoli. Enthousiasme
faible intégration est évalué à «la privation de 2 à 3 Ofo du pm de courte durée. Mohamed VI déclare qu'il ne participera pas au
annuel des pays maghrébins •. Un tel constat soulève des questions sommet, provoquant de fait son annulation. Les propos tenus
sur les raisons de ce manque". En effet, la situation économique par A. Bouteflika, quelque temps auparavant, sur le droit des
des pays d'Afrique du Nord n'est pas en mesure de se payer le ahraouis à l'autodétermination, servent de prétexte pour remettre
1uxe d'un tel gâchis économique. Ce «bénéficie pour tous _ a été n question les tentatives de réconciliation algéro-marocaine, Le
jusqu'à présent refusé. Lors du forum pour le développement en discours officiel de l'Algérie sur le Sahara n'a pas changé. Comme
Afrique du Nord.Ies 19-20 février 2007,Ie texte introductif, s'in- le rappelle M. Messahel en mars 2006: «La résolution de conflit
titulait: «le commerce: pour une croissance créatrice d'emploi». réside dans l'exercice par le peuple sahraoui de son droit sacré à
Il y était précisé que: • L'augmentation et la stabilisation des taux l'autodétermination [...] c'est la position définitive de l'Algérie [...]
de croissance n'ont pas eu d'impact significatif sur la réduction la situation de blocage revient, en premier lieu, à l'ONU qui doit
du chômage et de la pauvreté [...] alors que des études montrent bouger et prendre ses responsabilités" .» Position que souligne
qu'avec des mesures simples mais soigneusement conçues, le Mohamed Bedjaoui, ministre des Affaires étrangères, en juin 2006
commerce intrarégional peut être multiplié par un facteur de au journal Liberté (5 juin 2006), en insistant sur le plan Baker
5 à 10-. Le forum ambitionne, entre autres, de «rechercher des et le soutien à la résolution 1675 (2006) qui rappelle le droit à
solutions aux problèmes qui empêchent le développement du l'autodétermination du peuple sahraoui. Pour le Maroc, le retour
commerce dans la régionv». Les économies rentières de l'Algérie de l'abondance financière en Algérie expliquait son désintérêt
et de la Libye constitueraient-elles un obstacle à l'intégration économique pour la région. En fait, la fermeture de la frontière
régionale? En somme, est-ce l'assurance de bénéficier du marché coûte plus cher au Maroc qu'à l'Algérie. Le risque d'un conflit direct
européen qui les libère de la contrainte politique d'œuvrer à une est inenvisageable, « L'Algérie et le Maroc collaborent étroitement
intégration régionale? avec les États-Unis dans sa guerre contre le terrorisme. U est donc
En mars 2005, la rencontre entre le président Abdelaziz particulièrement difficile pour Washington de favoriser l'un ou
Bouteflika et le roi du Maroc, Mohamed VI, apparaît comme les pré- l'autre parce qu'elle veut rester proche des deux [...] L'Algérie est
misses du «dégel». La presse se fait l'écho de la rumeur annonçant très forte, le Maroc a remporté la guerre, le Polisario, sous occu-
pation, est faible. Le conflit armé n'est pas à l'ordre dujour. Tant
que l'Algérie dit au Polisario de ne pas combattre, il ne va pas le
51. M. Boussetta, Femise, 13-21 août 2004, p. 95
faire=.» Cela dit, l'Algérie s'efforce, avec le projet « Medgaz», de
52. La stratégie maghrébine de déueloppement'esr fondée sur le "pro-
gramme de Ras Lanouf", adopté en Libye en 1991. Elle articule contourner le Maroc et d'atteindre directement l'Espagne! Cette
les trois étapes définissant les modalités de l'intégration régionale: tension régionale exaspère les entreprises de la région. Les acteurs
l'instauration d'une zone de libre échange, U1leunion. douanière et économiques ont d'autant plus intérêt à porter le projet d'une
un marché commun •. P. Botha and F. Aggad .• The Arab Maghreb
Union as a Regional Economie and Political Grouping: a Case
Study», Politics, 42, 2004, p. 33-47. 54. M. Messahe], ministre des Affaires étranqères, Algérie. Algérie-
53. Forum pour le développement en Afrique du Nord, http:// UMA, 26 mars 2006.
northafricaforum.orq 55. Déclaration de James Baker, TelQel Magazine, Maroc, août 2004.
1961 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE ALGÉRIE ET LIBYE À I:ÉPREUVE DE LA POLITIQUE EUROPÉENNE 1 197

intégration régionale que les dirigeants politiques de la région Mais deux années seulement après sa création, il soulève déjà
semblent à nouveau entrer dans une «guerre froide ». L'Algérie, des doutes quant à la possibilité de voir se réaliser l'intégration
le Maroc et la Libye se sont engagés dans une «petite course. régionale: «Les incertitudes politiques et pratiques demeurent
régionale à l'armement". évidentes. Quand et comment le fonctionnement institutionnel
Le conflit du Sahara occidental apparaît comme le principal sera-t-il stabilisé? Quel est le fil conducteur de la construction?
facteur de blocage dans la construction de l'UMA. Il illustre Quel est son moteur, dans la première étape au moins? Les propos
l'incapacité de l'Algérie et du Maroc à sortir d'une relation de officiels sont flous ou contradictoires. Pour un observateur exté-
méfiance, d'hostilité parfois, depuis la guerre des sables de 1963. rieur, le processus d'intégration n'est pas réellement enclenché.
Le conflit du Sahara occidental a été surtout une formidable Le thème maghrébin apparaît utilisé dans les discours politiques
opportunité politique d'asseoir leur autorité. Pour la monarchie internes à des fins étrangères".» Dès le début, le projet politique
marocaine, il lui a permis de s'approprier le sentiment nationaliste de l'UMA apparaît comme instrumental, il vise à répondre aux
alors porté par le mouvement de l'Istiqlal qui faisait de la cause attentes de l'Europe. Jacques Delors précise: «qu'en construisant
du Grand Maroc l'un de ses combats politiques. Pour le régime l'UMA, les pays du Maghreb élargissent considérablement les pers-
algérien, il a représenté un moyen de justifier le pouvoir d'une pectives de partenariat de part et d'autre de la Méditerranée" ». La
armée et d'entretenir le sentiment nationaliste. L'avantage du construction de ce nouvel espace a pour but de se rapprocher de
conflit saharien était évident: l'instauration, sous couvert d'un la Communauté européenne. Cet objectif sera pleinement atteint
sentiment nationaliste, de régimes politiques autoritaires. Au cours avec les accords signés avec l'UE dans le cadre du PEM. Dans
des années 1970-1980, ce conflit était un prétexte à l'établissement cette perspective, le développement d'une intégration régionale
de relations hostiles. Confrontés à des critiques internes sur la n'est pas l'objectif principal. Aujourd'hui avec la PEY, l'Algérie et
violation des droits de l'homme, la corruption, la concentration des la Libye sont débarrassées du fardeau de l'intégration régionale,
richesses et l'absence de liberté, l'Algérie et le Maroc ont trouvé le Maroc et la Tunisie, bien qu'intéressés par celle-ci, car elle leur
dans le conflit du Sahara occidental l'occasion de déverser, grâce permettrait d'accroître leurs exportations, nouent des liens tous
à une presse complaisante, des préjugés et des clichés sur l'autre, azimuts afin de compenser l'absence d'un marché régional (zones
dans l'espoir de rallier à leur cause une population frustrée par la de libre-échange Maroc - États-Unis en 2006, Maroc-Turquie en
dégradation des conditions économiques et sociales. À la fin des 2006, traité d'Agadir en 2004). Le coût du. non-Maghreb. exaspère
années 1980, les pays du Maghreb se rallient au projet de l'UMA, les entreprises de la région pour qui la stratégie des États est en
qui est perçu comme un facteur de rapprochement avec l'Europe. contradiction avec les besoins des sociétés. Le 17 février 2007, des
patrons des patrons» du Maghreb se sont réunis à Marrakech et
ont annoncé la naissance de l'Union maghrébine des employeurs.
56. En Algérie, un contrat d'armement de 3,5 milliards de dollars La date retenue n'était pas fortuite: le 17 février 1989 était créée
(40 chasseurs Mig 29 SMT, 28 chasseurs Su-30Mk, 16 yak-130, 8
l'UMA. Projet politique alors, l'UMA est devenu un enjeu vital pour
groupes de missiles antiaériens 5-300 PMU et de 40 chars T-90),
«Achat d'armes au Maqhreb», El Watan, 11 mars 2006. En 2007,
les entreprises. Comme le déclare Hammad Kassal, vice-président
le Maroc achetait 24 appareils F16 (2,4 milliards de dollars), et
Dassault et la Libye négociaient la vente de l'avion Rajale. Dans
un article intitulé .Alger prépare la guerre» (Maroc hebdo inter- 57. Rober Bistolji, «La politique maghrébine de la communauté.,
national, 6-12 septembre 2002), l'auteur estime que le suranne- AAN, tome XXVIiI, 1990, p. 23.
ment algérien constitue une sérieuse menace pour la stabiliu: de 58. Cité par Robert Bistolfi, «La poli.tique maghrébine de la commu.-
ses voisins. nauté», art. cité, p. 25.
1981 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLlËRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ËPREUVE DE LA POLITIQUE EUROPÉENNE 1199

de la Confédération générale des entrepreneurs marocains et l'un neutraliser les ambitions russes en Algérie et en Libye, l'UE doit,
des fondateurs de l'Union maghrébine des employeurs: «C'est dans ces deux pays, ignorer les problèmes politiques (démocratie
l'économie qui va briser le mur politique qui existe aujourd'hui. et gouvernance) afin de maximiser sa présence dans les domaines
Nous voulons faire pression sur nos gouvernements pour qu'ils de l'énergie et de la sécurité. Pour les populations de la région, ce
puissent eux-mêmes améliorer leurs relations".» choix stratégique explique l'indifférence, voire la complaisance,
En augmentant sa demande énergétique, l'UE accentue en avec laquelle les États de l'Union européenne traitent la corruption
Algérie et en Libye l'emprise du secteur des hydrocarbures dans la région. L'accaparement des ressources publiques à des fins
dans l'économie. Or celui-ci est quasiment hégémonique; les privées par les coalitions autoritaires était déjà ignoré au sein du
exportations d'hydrocarbures assurent déjà 98 % des revenus partenariat euro-méditerranéen, ce qui, au regard des opinions,
extérieurs. De plus, en garantissant le marché énergétique et en le décrédibilisait grandement. Qu'adviendra-t-il de la nouvelle
projetant d'institutionnaliser les relations bilatérales, elle libère politique européenne si ce problème n'est pas à nouveau abordé?
ces deux pays du projet d'une intégration régionale au Maghreb, Comment augmenter la confiance des investisseurs étrangers
dont l'absence pénalise davantage le Maroc et la Tunisie. Sur le (et donc augmenter les IDE hors hydrocarbures) si les capitaux
plan stratégique, l'UE est parvenue à intégrer ces deux pays à la nationaux sont investis ailleurs"? La PEY ne semble pas être le
fois dans son dispositif d'approvisionnement en gaz et dans sa cadre le plus adéquat pour aborder le problème de la corruption
politique de lutte contre les migrants. Mais sur le plan politique, et donc de la gouvernance. Pourtant, ces problèmes nourrissent
est-elle capable d'exporter ses normes et ses valeurs? En somme dans les sociétés du Sud une partie du discours des mouvements
peut-elle aller au-delà de l'énergie et de la sécurité? Ille faudrait, islamistes, qui opposent à la corruption des régimes la «vertu»
car la Russie de Vladimir Poutine offre également un "partenariat d'un régime islamique.
stratégique" à l'Algérie et à la Libye... Dans un passé récent, l'un des avantages de la rente pétrolière
était de pouvoir immuniser ses détenteurs contre toute forme de
- Les limites de la politique européenne pression ou de menace issue de la communauté internationale.
Face à la résistance algéro-Iibyenne, la dimension économique La richesse pétrolière a produit des amitiés intéressées au sein des
et sécuritaire de la politique de l'UE a très largement pris le dessus pays démocratiques, ce qui a libéré les régimes de toute inquiétude
sur les réformes politiques. La démocratie apparaît comme le quant à des représailles économiques ou diplomatiques en cas
parent pauvre de cette politique, et pourtant, comment concevoir de violation des droits de l'homme. Le pétrole a été une arme
des changements économiques si la satisfaction des citoyens n'est diplomatique durant la période de l'embargo en Libye (1992-1999,
pas au cœur des préoccupations des dirigeants politiques"? Les la levée définitive au sens juridique intervenant en 2003) et de la
succès rencontrés dans la construction du marché du gaz, la lutte guerre civile en Algérie (1991-1999). L'implantation de sociétés
contre le terrorisme et les migrants clandestins, permettent-ils à pétrolières européennes en Libye a constitué, sous l'embargo, un
l'UE de disposer d'un capital de confiance suffisant pour aborder atout considérable pour neutraliser la relation conflictuelle avec
les problèmes politiques? L'approche réaliste avance que pour les États-Unis. En effet, l'administration Clinton avait évoqué la
possibilité de • durcir» l'embargo contre la Libye, en l'élargissant
au pétrole. Mais l'Italie et l'Allemagne ont clairement fait savoir à
59. LeFigaro, 16février 2007.
60. Richard Gillepsie, «A Political Agenda for Region-Building? The
EMP and Democracy Promotion in North Africa», Paper University 61. Richard Youngs, «The EU and Democracy Promotion in the
of California, 2004. Mediterronean : A new or Disingelluous Strategy?» unuuiliv.ac.uk.
2001 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE ALGÉRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIOUE EUROPÉENNE 1201

l'administration Clinton leur refus d'un embargo pétrolier sur la manne financière est l'objet de nombreuses marques d'attention
Libye, car la part des exportations libyennes vers ces deux pays d'investisseurs étrangers: UE, Russie, États-Unis, Chine, etc.
était trop importante. Pour le régime libyen l'objectif diplomatique La levée des sanctions, par l'UE, sur la vente d'armes à la
était atteint: la Libye disposait de relais européens importants Libye a soulevé quelques réticences. Lors d'un débat à l'Union
susceptibles de freiner la diplomatie des sanctions lancées par les de l'Europe occidentale (UEO),le 22 octobre 2004, le Britannique
États-Unis6'. De plus, les régimes autoritaires pétroliers peuvent Lord Russel Johnston précise: «La Libye commence à mieux se
sans crainte réprimer leurs populations ou leurs opposants car comporter et la première réaction de l'UE est de lui vendre des
le secteur touristique est embryonnaire et les investisseurs dans armes ... Ce n'est pas la bonne solution.» La justification de la
le secteur énergétique sont peu sensibles au sort des populations levée des sanctions de L'UEsur la vente d'armes à la Libye repose
locales. Là où un régime autoritaire, comme la Tunisie s'évertue sur la nécessité de lui fournir les moyens de lutter contre l'im-
à trouver des formules sophistiquées afin de réprimer ses oppo- migration clandestine", En septembre 2004, un mois avant la
sants sans trop le laisser apparaître, l'Algérie lance en 1995 sa décision de l'UE, l'Italie exprime clairement sa volonté d'aider le
«guerre totale» contre les islamistes sans que cela ne freine les régime libyen à disposer de la panoplie des instruments militaires
investissements dans le secteur des hydrocarbures-'. Hier, l'Europe nécessaires aux contrôles des flux migratoires: nouveaux radars,
protégeait la Libye de la politique des sanctions des États-Unis. hélicoptères, viseurs optiques, navires, etc. Prenant prétexte de
Aujourd'hui, la Russie protégerait-elle la Libye et l'Algérie d'une d'invasion» d'immigrants africains en provenance de la Libye
politique européenne ambitieuse en matière d'exportation de (le vivier de sans-papiers est estimé à environ 2 millions d'Afri-
normes et de valeurs démocratiques? Jusqu'à présent, l'Algérie cains), l'Italie réussit à convaincre ses partenaires européens
et la Libye affrontent davantage les délégations de représentants de mettre définitivement un terme aux sanctions sur la vente
de grands groupes industriels de l'armement que celles composées d'armes. En contrepartie, la Libye offre la possibilité de mettre
de techniciens de l'ingénierie démocratique. en place sur le sol libyen des centres d'accueil pour clandes-
tins'". L'instrumentalisation de la question migratoire à des fins
Principe de réalité militaires et commerciales a été efficace: l'argument est retenu,
Au bord de l'implosion dix ans plus tôt, l'Algérie et la Libye l'UE lève son embargo sur la vente d'armes à la Libye! Après
se sont dotées de fonds de réserves afin de réguler les sommes avoir renoncé aux armes de destruction massive, la Libye veut
colossales que le troisième choc pétrolier leur a permis d'engranger reconstruire sa puissance militaire conventionnelle. Les industries
et que l'économie ne peut absorber. Mis au ban de la communauté russes, britanniques, françaises, allemandes, italiennes et améri-
internationale dans les années 1990, ces pays sont devenus, en caines sont en compétition. La levée des sanctions, par l'UE, en
raison de leur richesse retrouvée, très courtisés, Outre les infras- octobre 2004, est suivie par celle des États-Unis, en mai 2006. Le
tructures civiles à restaurer, après une décennie d'embargo et de
violence, c'est le retour des grands contrats d'armements, de projets 64. La déclaration de Luxembourg (General Affoirs and External
industriels, de villes nouvelles, etc. La dépense de cette nouvelle Relations Council} stipule: «lt is well-known [act that one oj the EU
member states - and therefore ail member states because ojthe open
borders - is having considerabte problems with iIlegal immigrants
coming from Libya. The Millisters agreed today that cooperation
62. D. Cortriqht et G.A Lapez, The Sanctions Decade: Assessing UN with Libya on the topie ojmigration has beeome a pressing matter».
in the 1990, Boulder (Coto.}, 2000. 65. N. Ferré, «La Libye pour "externaliser" le droit d'asile de l'UE.,
63. L. Martines, La Guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1997. Le Monde, 20 juillet 2005.
2021 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE ALGËRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIQUE EUROPËENNE 1203

marché libyen concerne la modernisation des neuf frégates de la pays'". Ainsi, lorsque la Russie accepte la reconversion de la
marine libyenne, de la surveillance des frontières et de la remise dette militaire algérienne contractée dans les années 1960-1970
en état des Mirages. En France, depuis juillet 2006, la Commission (4,7 milliards de dollars) en achat d'armements pour un mon-
interministérielle d'étude des exportations de matériels de guerre tant de 3,5 milliards de dollars, Vladimir Poutine pose comme
(ClEEMG) étudie un dossier de vente d'hélicoptères de combat condition l'entrée de Gazprom dans la Sonatrach à hauteur de
Tigre. La Libye ambitionne toujours d'être un pays moteur dans 15 0/0, condition refusée par Abdelaziz Bouteflika, pour le plus
la région et sur le continent; elle recherche un statut de • puis- grand soulagement des partenaires européens qui craignent
sance responsable», de pays médiateur entre l'UE et l'Afrique. La que Gazprom ne parvienne à satelliser la Sonatrach" •. L'armée
convergence des intérêts entre la France et la Libye, sur l'Afrique algérienne, considérée comme prorusse (80 % de son matériel est
en particulier, explique ce rapprochement entre les deux pays". russe) est vaincue par les énergéticiens de la Sonatrach, consi-
Le ministère de la Défense confirme, le 21 octobre 2007, une offre dérés comme pro-UE. L'Algérie est prête à se réarmer en Russie,
d'achat libyenne qui était à l'étude devant la CIEEMG. Le marché mais non à y livrer son gaz, car, entre les demandes de l'UE et
libyen est l'objet de convoitise: la concurrence est rude entre les celles de la Russie, l'Algérie peut dorénavant choisir son menu
firmes européennes, d'autant plus que la Russie a pour objectif de à la carte. En l'occurrence, elle continue à faire de la Russie son
redevenir le principal fournisseur de l'Algérie et de la Libye. Si, principal fournisseur d'armement - puisqu'elle est devenue, en
pour les pays d'Europe centrale, l'intégration dans l'UE est une 2008, le deuxième importateur d'armement russe" - et de l'UE
garantie de protection face à la Russie, pour l'Algérie et la Libye, son principal débouché pour le gaz. Débouté des champs gaziers
la Russie est un garde-fou utile face à une politique européenne de l'Algérie, Gazprom se tourne vers la Libye. Comme en Algérie,
qui déciderait de revoir à la hausse ses attentes sur la démocratie la Russie a pour ambition de récupérer le rôle de premier fournis-
et la bonne gouvernance. seur d'armes qu'elle détenait dans les années 1970-1980. De plus,
Dans le cadre de partenariats stratégiques avec l'Algérie (2001)
et la Libye (1998), la Russie offre à ces deux pays une coopération
67. H. Darbouche, • Russiall-Algerian Cooperation and the "gas
stratégique libérée de toute entrave politique. À la différence OPEC": What's ill the Pipeline>, CEPS, Policy brief, 123, mars 2007.
de l'UE, qui articule stratégie (énergie et sécurité) et politique 68. Une dépêche de l'agence russe d'inJonnations internationales, «La
(démocratie et gouvemance), la Russie se focalise uniquement sur Russie perd pied en Algérie. (13 décembre 2007), résumait bien l'en-
l'énergie et la sécurité, offrant ainsi à ces pays un cadre souple. jeu de la présence de Gazprom. en Algérie: «En raison de leurs atouts
En visite à Alger, V. Poutine déclare: • L'Algérie est un partenaire en matiere de ressources naturelles, les deux pays auraient pu contrô-
ler environ 40 % de la livraison de gaz à l'UE. Mais, en essayant de
clé de la Russie en Méditerranée •. Pour la Russie, compte tenu
neutraliser la pression croissante de Gazprom, les consommateurs
de son importance dans le dispositif d'approvisionnement en
européens de gaz ont décidé de miser sur l'Algérie et la Libye. La lutte
gaz de l'UE, l'Algérie devient un pays à faire basculer dans la opiniâtre engagée par l'UE pour la diversification des livraisons éner-
stratégie de Gazprom afin d'augmenter la dépendance de l'UE gétiques rend la présence de Gazprom dans ces pays inadmissibles
et accroître en même temps les bénéfices mutuels pour les deux pour les acheteurs de qaz,» http://fr.rian.nI
69. L'AIgéri.e a .la principale marine de guerre de la région. Même
l'Egypte ne peut rivaliser. Dans le domaine aérien, L'accumulation
de Su-27, de Su-30 et de Mig-29SMT permettra à Alger de disposer
d'une supériorité aérienne nette dans toute la région>, dans .L'Algérie
66. L. Martinez, «La Libye et la guerre au Darfour», Revue outre- puissance régionale méditerranéenne incontoumable?, Défense et
mer, 20, 2007. sécurité internationale, 25, avril 2007, p. 62
2041 VIOLENCE DE LA RENTE PËTROLlÈRE ALGËRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIOUE EUROPÉENNE 1205

elle propose l'achat de la production du gaz libyen, qu'elle se autres Coréens pour qui l'Algérie est un bazar où on peut refiler
chargerait d'intégrer dans ses circuits d'approvisionnement vers n'importe quoi pour l'équivalent de 30 milliards de dollars de
l'Europe. Début juillet 2007, la direction de Gazprom, emmenée gadgets sans lendemain ... Il faut un nouveau programme pour
par son vice-président, Alexander Medvedev, se rend à Tripoli pour gérer J'Algérie, un programme fondé sur la formation des hommes.
négocier un memorendum ofunderstanding avec la NOe. Il s'agit Cela commence à l'école" .» La rente pétrolière a détruit le savoir-
d'obtenir de la Libye le même accord qu'avec la Sonatrach sur la faire local, engendré des attentes de consommation, entretenu
liquéfaction de gaz et l'offre commune de projet. Ce qui ne manque J'illusion de la richesse et marginalisé les investissements dans le
pas d'inquiéter les Européens! La rencontre, à Tripoli, entre Yuri capital humain. La rente pétrolière a provoqué les mêmes effets
Safranik, chairman du Russian Oil and Gas Union, et Muhammad que la production de drogue. Dans le Rif, au Maroc, elle a amené
Saleh Mansouri, président du Libyan Business Council, s'est faite les paysans à favoriser la culture du haschich, plus lucrative bien
en présence de représentants des grands groupes russes: Lukoil, que destructrice pour leur environnement, et a engendr~ un com-
Tafnet, SoyuzNefteGaz, Gazpromenet, Makhachkala Seaport, etc. portement de nouveaux riches chez les trafiquants". Economie
La Libye se réarme en Russie, mais elle n'est pas prête à intégrer pétrolière ou économie de la drogue, les illusions nées de l'effet
« le cartel du gaz. sous la houlette de Gazprom. Cependant, à la richesse disparaissent très vite avec l'émergence de la violence et
différence de l'Algérie, la Libye n'a pas résilié son memorendum le développement de la pauvreté. En somme, la rente pétrolière
of understandinq avec Gazprom. Le régime de Kadhafi exploite n'a pas plus développé l'Algérie, la Libye ou L'Irak que l'écono-
remarquablement la peur de Gazprom en Europe pour négocier mie de la drogue n'a favorisé le développement du Maroc, de la
son accord-cadre avec J'UE. Birmanie ou de l'Afghanistan". La demande mondiale de pétrole
Ainsi, le principal obstacle à la politique européenne en Algérie et de gaz étant plus forte que la demande de cocaïne, d'opium et
et en Libye tient à la présence de la Russie qui offre, sur le plan de haschich, les hydrocarbures génèrent des revenus beaucoup
stratégique, des perspectives dans les domaines énergétiques plus importants que les nereo-États".
et militaires aussi intéressantes que celles de l'UE et sans les
contraintes de la PEV.Dans cette trilogie, où les enjeux stratégiques « Les émeutes du gaz Il
sont dominants, les sociétés sont les grandes oubliées. Or J'analyse
Le retour de la richesse pétrolière s'est inscrit dans un contexte
des usages de la rente pétrolière de 1970 à 2000 montre, comme
de profond désenchantement et pessimisme. À la différence du
nous l'avons souligné dans les chapitres précédents, que la rente
premier choc pétrolier - qui nourrissait un nationalisme pétro-
pétrolière a été incapable de générer des créations d'emplois et
lier symbolisé par le slogan: <le pétrole arabe aux Arabes" » -,
d'améliorer de façon durable le bien-être des populations à cause
de l'absence de démocratie. La rente gazière qui se dessine (2005-
2030) risque d'être tout aussi inefficace si le cadre politique ne 70. L'Expression, 24 novembre 2008.
7J.Kellza Afsald, Maroc: enquêtes sur le cannabis, décembre 2003,
change pas. Dans un article paru dans L'Expression, le professeur
Ilttp://www.unodc.org
Chems Eddine Chitour exprimait le sentiment de chacun vis-à- 72. P.A. Chouvy, Les Territoires de l'opium. Conflits et trafics du
vis de ce troisième choc: «II faut plus que jamais revoir tout ce triangle d'or et du croissant d'or, Genève, Olizane, 2002.
que nous faisons. Pour commencer, l'État doit arrêter de vivre 73. La population consommatrice de coca"Ïne est estimée à six mil-
sur un train de richesses qui ne correspond pas à une création de lions aux États-Unis, principal État consommareur, ce qui nécessite
richesses. Il nous faut réhabiliter notre savoir-faire en comptant une production de 450 kg par an et représente un marché de 30 à
50 milliards de dollars.
sur nous-mêmes et non sur les Chinois, les Français, Turcs et
74. Voi·rle premier chapitre.
2061 VIOLENCE DE LA RENTE P~TROLlÈRE ALG~RIE ET LIBYE À L'~PREUVE DE LA POLITIOUE EUROP~ENNE 1207

le troisième choc n'a suscité aucun enthousiasme, tant chez les (Kurdes et arabes chiites en Irak, Mozabites en Algérie) dujuste
élites que dans la population. Car, entre les deux, on avait pu retour de la richesse des régions pétrolifères aux populations qui
constater que la richesse pétrolière était vaine si aucune autorité les habitent. Ces revendications, anciennes pour l'Irak, nouvelles
démocratique ne pouvait exercer un contrôle sur son usage. Or, pour l'Algérie et encore refoulées en Libye, posent la question du
rien n'a fondamentalement changé dans l'exercice du pouvoir contrôle démocratique sur la rente pétrolière. En 2004, le prix
dans ces deux pays. À la faveur de l'initiative française du projet administré de gaz butane augmentait en Algérie, passant de
de l'Union pour la Méditerranée, une opportunité se présente de 170 dinars algériens à 300. En janvier 2005, en plein hiver, des
rediscuter de la place des réformes politiques dans le cadre des émeutes, que la presse a qualifiés d'. émeutes du gaz», éclatent
relations euro-méditerranéennes. L'équilibre même de la politique dans la wilaya de Djelfa et se répandent dans le centre et l'Ouest
européenne repose sur le principe de la non-ingérence et du de l'Algérie. Depuis cette date, le Sud de l'Algérie est l'objet de
respect de la souveraineté. D'un commun accord, afin de ne pas soulèvements réguliers portés par un sentiment d'injustice: au nom
heurter les régimes autoritaires signataires, les problèmes liés au de quoi la principale source de revenus extérieurs, en l'occurrence
non-respect des droits humains et des libertés sont exclus des les hydrocarbures, serait-elle contrôlée, gérée et distribuée par
échanges publics et relégués à un niveau privé où des critiques des élites. étrangères» (d'Alger) aux régions pétrolifères? Pour
• fermes mais amicales» sont émises. À cette autocensure, s'est la première fois, la population exprime son droit au contrôle de
ajoutée une méthode fondée sur une approche graduelle. Plutôt la principale ressource de l'Algérie et réclame des comptes aux
que d'aborder frontalement la question du déficit démocratique, gouvernements sur les choix de ses dépenses. Pourquoi la région
du trucage des élections, de la violation des droits humains et de la plus riche en ressource énergétique de l'Algérie n'est-elle pas
la corruption, la PEY a" investi» sur des secteurs porteurs, comme mieux dotée en infrastructure civile? De façon inquiétante, la
la liberté et la justice. L'idée de base consiste à rejeter toutes les réponse est, pour les émeutiers. leur identité berbérophone. En
formes de conditionnalité en raison de leurs effets improductifs mai 2008, dans la vallée du Mzab, la ville de Berriane est deve-
sur les régimes. Le problème est que, depuis le Il septembre 2001, nue le symbole de l'affrontement entre Arabes et Berbères. Dans
l'ambition politique de l'UE est limitée par les craintes liées à la les rues de la ville, s'opposent des individus convaincus que le
sécurité de l'approvisionnement énergétique et par l'obsession montant de la redistribution de la richesse pétrolière dépend de
du terrorisme Islamiste". l'appartenance ethnique ou raciale. Après la contestation et la
Les changements qui se sont opérés au cours de la décen- violence des islamistes, viendrait le temps de la revanche des
nie 2000 ont ouvert un questionnement sur les usages de la terroirs, de la Kabylie au Mzab.
rente pétrolière. Alors qu'en Irak, le changement de régime a
mis la question du contrôle de la rente et de sa redistribution au - Conclusion
cœur des transactions entre les nouveaux acteurs politiques, en La peur d'une crise dans son approvisionnement énergétique
Algérie et en Libye, la rente pétrolière reste encore sous le contrôle explique sans doute la faiblesse de l'Europe lorsqu'il s'agit d'aborder
exclusif des coalitions autoritaires. Ainsi, quarante ans après le les problèmes politiques chez ses fournisseurs au Maghreb. La très
slogan des mouvements nationalistes arabes: « le pétrole arabe forte dépendance à l'égard de la Russie l'oblige à ménager l'Algérie
aux Arabes », émerge la revendication par les populations locales et la Libye. Le choix du gaz contraint les États consommateurs
et producteurs à un minimum de règles communes nécessaires
75.R. Gillepsie, «The EMP and Democracy Promotion in North Ajrica», à l'édification d'un réseau sécurisé de pipelines. Les questions
30 mai 2004, http://escholarship.org diplomatiques (le conflit du Sahara occidental) et politiques
VIOLENCE DE LA RENTE PËTROLlÈRE ALGËRIE ET LIBYE À L'ÉPREUVE DE LA POLITIOUE EUROPËENNE 1209
2081

(démocratie et gouvernance) apparaissent comme porteuses de Mais en attendant la révolution énergétique, le troisième choc
conflits et dissensions à déconnecter de l'architecture énergétique pétrolier a été salutaire pour l'Algérie d'Abdelaziz Bouteflika et
qui se dessine. Ces problèmes s'ajoutent aux inquiétudes nées de la Libye de Kadhafi. il a permis le passage d'une rente pétrolière
la peur de «la fin du pétrole> rendant l'approvisionnement en gaz vers une rente gazière générée par leur arrimage à la politique
d'autant plus nécessaire. Entre les attentats du 11 septembre et la énergétique européenne. Reste que, si l'UE ne souhaite pas revoir
crise financière mondiale, la montée du prix du baril de pétrole, en Algérie et en Libye les déboires liés aux usages passés de la
qui a atteint les 147 dollars en 2008, est devenue une source rente pétrolière, elle se doit de mettre en œuvre une réelle politique
de panique pour les États consommateurs, comme l'illustre la d'exportation des normes et des valeurs démocratiques, sans quoi
publication d'ouvrages pessimistes annonçant la fin d'un monde, elle s'exposerait, non seulement à gérer l'instabilité au Maghreb,
celui fondé au début du xx' siècle sur une énergie peu chère et mais également à faire face à des problèmes d'approvisionnement,
abondante". si les populations locales décidaient de saboter une architecture
Le troisième choc pétrolier (2003-2008) fait resurgir la peur du énergétique qui ne leur offre ni emplois ni infrastructures civiles
pétrole, une peur fondée sur les prévisions d'un baril à 200 dollars. à la hauteur de leurs attentes. Les émeutes du gaz en 2004 en
À son sommet, le prix du baril était expliqué par la thèse sur la Algérie rappellent que la sécurité de l'approvisionnement éner-
fin du pétrole bon marché en raison du déclin de la production gétique de l'Europe passe par le bien-être des populations des
et de l'augmentation de la demande née des besoins énergétiques pays producteurs.
des pays émergents. Pourtant, après son effondrement à 40 dollars
en 2009, parmi les facteurs explicatifs de son envolée, celui de
la spéculation sur les matières premières apparaît comme le plus
convaincant. Mais pour les pays producteurs, cette inquiétude
fondée sur la fin du pétrole apparaît irrationnelle tant elle fait
l'économie d'une réflexion sur la société de gaspillage dans les
grands pays industrialisés, dont la surconsommation d'énergie
s'explique par la volonté de satisfaire des besoins illimités. Comme
le souligne avec humour Cheikh Yamani, l'ancien ministre de
l'Énergie d'Arabie Saoudite: • La fin de l'âge de pierre n'a pas eu
lieu par manque de pierres. > En revanche, la fin du pétrole est
davantage à mettre en perspective avec les transformations des
mentalités concernant l'usage des hydrocarbures. Comme le char-
bon hier, la menace pour les pays producteurs de pétrole provient
davantage des représentations négatives associées à cette énergie,
en particulier sur l'environnement écologique, qui pourraient
amener à un développement de nouvelles formes d'énergie".

76. Y. Cochet, Pétrole Apocalypse, Paris, Fayard, 2005.


77. J.-L. Winger, La Vie après le pétrole: de la pénurie aux énergie
nouvelles, Paris, Autrement, 2005.
Concluoion

Ce travail conforte l'hypothèse émise par Benjamin Smith' : les


régimes autoritaires rentiers disposent des ressources suffisantes
pour surmonter les crises politiques inhérentes aux contrechocs
pétroliers. L'analyse des usages de la rente entre 1970 et 2003
confirme que les régimes algérien, irakien et libyen sont parvenus
à survivre tant à l'effondrement du prix du baril de pétrole, en
1986, qu'aux conflits et insurrections qui ont suivi. Le prix de cette
adaptation à ce nouvel environnement a été la transformation de
l'économie rentière en économie de pillage. Peu étudiée dans la
trajectoire des régimes autoritaires rentiers, celle-ci est pourtant
une composante fondamentale de la survie des coalitions auto-
ritaires en période de rareté des ressources. Ce travail confirme
également le constat de Kiren Aziz Chaudhry/, pour qui la richesse
pétrolière a détruit les outils de pilotage des gouvernants. Face à
une arrivée aussi soudaine qu'abondante de revenus, ces derniers
ont perdu la maîtrise des dépenses. Cette incapacité à gérer une
richesse inattendue a résulté du contexte révolutionnaire dans
lequel elle a surgi. La légitimité des révolutionnaires reposait
sur leurs capacités à redistribuer à la population, sous forme de
biens et de services, une partie de la richesse pétrolière. L'absence
d'institutions démocratiques susceptibles d'exercer un contrôle
sur les dépenses a provoqué la faillite de ces économies.
Mais loin d'être une malédiction, comme le croient les partisans
de cette théorie, qui projettent sur la rente pétrolière une vision

1. Benjamin Smith, «The Wrong Kinâ of Crisis: Why ail Booms


and Busts Rarely Leaâ to Authoritarian Breakdown" Studies in
Comparative International Development, 40 (4), hiver 2006.
2. Kiren Aziz Chaudhry, .On The Way to Market. Economie
Liberalisation and Iraq's Invasion of Kuwait», Middle East Report,
mai-juill 1991.
2121 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE CONCLUSION 1213

rationnelle quant à son usage sur le plan économique, elle a été, Le Baath aurait pu fêter en 2008 ses quarante années au pouvoir,
en fait, pour ces régimes, le moteur d'une économie de (gas)pillage mais dans un Irak dévasté et meurtri.
qui a assuré leur longévité. Pour certains, il suffirait d'une bonne Isabelle Beaulieu souligne avec raison que; «La rente en soi
gouvernance pour que la rente accroisse la richesse nationale et le n'est ni une malédiction ni une bénédiction pour l'économie
bien-être de chacun. Mais ce raisonnement, valable pour un pays d'un pays. Son impact varie selon les formes institutionnelles
démocratique comme la Norvège, n'est pas applicable à des régimes régulatrices dudit pays, qui peut l'utiliser pour investir dans
autoritaires rentiers, dans la mesure où la manne pétrolière est la formation de capital et adopter des comportements autres
investie, non pas dans la réalisation de performances économiques, que prédateurs'.» Son analyse de la Malaisie, pays musulman,
mais dans les mécanismes et les rouages de la consolidation d'un démontre la cohabitation réussie entre une économie rentière
système clientéliste. En somme, si les économies de l'Algérie, de et un système politique autoritaire. Le déploiement de la rente
la Libye et de l'Irak ont. échoué », les régimes ont. réussi» à se a permis un investissement massif dans le capital humain et
maintenir et à se consolider, en dépit des piètres résultats éco- la naissance d'un. État industrialisé et rentier>. En somme, la
nomiques, des révoltes et des guerres. En 2007, la Libye dispose Malaisie est devenue le pays qu'auraient souhaité réaliser les élites
d'environ 100 milliards de dollars de réserves, mais son économie nationalistes des années 1970 en Algérie, en Libye et en Irak; un
dépend presque uniquement du pétrole; 98 Ofo des revenus issus des État fort et industrialisé. À la différence de la Malaisie, nos trois
exportations proviennent des hydrocarbures, ceux-ci produisent pays ont fait des mauvais choix, qui les ont conduits à un usage
80 % des recettes budgétaires, le secteur pétrolier représente 74 0/0 inefficace de la rente pétrolière. Le cadre révolutionnaire dans
du PIB et 70 % de la population active est employée par l'État! lequel s'est déployée la rente a contraint les dirigeants à instaurer
Le taux de chômage est de 30 0/0, et 14 % de la population vit en une économie fondée sur le gaspillage qui les a entraînés au bord
dessous du seuil de pauvreté (150 dollars américains par mois). de la faillite financière. En érigeant le pétrole au rang de symbole
Du point de vue économique, c'est un échec. Cependant, du point de la nation, en le comparant au sang du peuple et en l'utilisant
de vue politique, le régime de Kadhafi, né d'un coup d'État en comme carburant de la révolution, ces régimes ont été aveuglés
1969, a fêté ses quarante années de pouvoir en septembre 2009 ! par les pouvoirs magiques qu'ils projetaient sur cette ressource
La même année, le président Abdelaziz Bouteflika est plébiscité naturelle. Cette cécité volontaire n'a pu se maintenir qu'en raison
par une élection présidentielle fort peu démocratique et s'offre le de l'absence d'institutions de régulation; le flot de la richesse
luxe de faire revivre la fiction du régime de Houari Boumediene pétrolière a irrigué des réseaux cJientélistes sans que soit exercé
(1965-1979). Là encore, les revenus extérieurs proviennent à 98 0/0 aucun contrôle démocratique. Des organes de régulation, les
de la vente des hydrocarbures, qui assurent 60 % des recettes services de sécurité durant la période d'abondance (1973-1986) et
budgétaires. Depuis 1962, les élites dirigeantes sont toutes issues des mafias lors de la pénurie (1986-2000) ont assumé par défaut
du parti FLN et assurent au régime sa consolidation, en dépit de le rôle d'institutions modératrices. Sous leur influence, les régimes
choix économiques et politiques fortement critiqués, sans pro- ont survécu aux multiples épreuves qui ont jalonné leur trajectoire,
voquer pour autant un changement de régime. Les allocations mais ces organes de régulation par défaut ont été incapables
de ressources ont favorisé l'installation de ce régime et l'ont d'ériger dans la durée une stratégie efficace de développement.
consolidé; le prix de cette réussite a certainement été la faillite À la faveur du troisième choc pétrolier (2003-2008), ces pays
économique de l'Algérie. Enfin, le régime de Saddam Hussein
serait sans doute toujours présent si l'administration Bush, à la
3. 1. Beaulieu, L'État rentier. Le cas de la Malaysia, Ottawa; Pllt),
suite du Il septembre 2001, n'avait pas décidé de le déraciner.
2008, p. 47.
2141 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLItRE CONCLUSION 1215

ont retrouvé une abondance financière inespérée leur permettant fonctionnement des régimes et entretien l'illusion de la menace
de se doter de fonds de réserves précieux dans une période de islamiste. Les radicaux islamistes au Maghreb ont trouvé dans
crise financière. Ce nouveau tsunami financier inquiète. Si, en al-Qaida l'organisation armée qui manquait dans la région, et
Irak, il apparaît comme une aubaine pour le nouveau régime, en les régimes entretiennent la peur que véhicule cette organisation
Algérie et en Libye, il suscite des attentes contradictoires. Pour les en Europe et ailleurs. Cette rente diplomatique permet ainsi de
dirigeants, cette nouvelle manne arrive dans un contexte idéo- maintenir à distance un regard critique sur les usages passés et
logique vide. Il n'y a plus de révolution à financer, de socialisme présents de la rente pétrolière.
arabe à entretenir, d'ambition régionale à réaliser. La richesse L'Algérie et la Libye seront-elles capables de sortir du cycle
est là, et avec elle la peur de la dilapider. L'absence d'institutions infernal dans lequel la rente pétrolière les a conduites? Faisons
régulatrices fait craindre à nouveau un immense gâchis. Lors J'hypothèse que l'expérience irakienne - faire cohabiter une
du forum économique mondial sur la compétitivité globale en économie rentière et une démocratie - ne manquera pas d'in-
2009, un « constat impitoyable» a été brossé sur la compétitivité fluencer ses deux anciens compères du clan des durs de J'OPEP,
en Algérie et en Libye. Sur une liste de 133 pays, l'Algérie se si cette dernière s'avérait concluante. Dans le cas inverse, si
classe à la 83' place, avant la Libye (88'), mais loin de la Tunisie l'installation d'une {(démocratie pétrolière» en Irak faisait «fausse
(40'). Avec un marché du travail des plus rigides au monde, un route .5, il ne resterait plus qu'à espérer pour les populations de
système éducatif déplorable et une absence de transparence dans ces pays une diffusion plus ample du modèle malaisien. Dans
les dépenses de l'État, la Libye et l'Algérie constatent que le chemin cette perspective, J'absence de destinée démocratique serait au
à parcourir p~ur rejoindre la Malaisie, classée à la 24' place, sera moins compensée par la quiétude d'un environnement sécurisé
long. À défaut de disposer des outils adéquats pour exploiter les et relativement confortable.
surplus financiers, ceux-ci sont placés dans des fonds de réserves,
en prévision d'un éventuel effondrement du prix du baril, alors que
les besoins sont immenses. Les économies algériennes et libyennes
sont incapables d'absorber ces milliards de dollars qu'a générés
le troisième choc pétrolier. Sous-industrialisées et dépourvues du
capital humain nécessaire, l'Algérie et la Libye confient la mise
en oeuvre et la réalisation des grands chantiers à des entreprises
étrangères. Dans un contexte de violence sociale et politique,
Abdelaziz Bouteflika et Mouammar Kadhafi présentent le paradoxe
d'être des chefs d'État riches, mais incapables de répondre à la
demande sociale. Des émeutes secouent régulièrement l'Algérie et
occasionnellement la Libye. Elles rappellent la vulnérabilité de leur
cohésion sociale. De plus et comme en Irak, la violence terroriste afin de susciter la peur auprès des pays européens et l'inquiétude
continue à prospérer, avec la complicité ou non des services de des États-Unis quant à leurs intérêts dans la région, les obligeant
sécurité'. Cette violence est utile: elle voile les mécanismes de à une coopération sécuritaire. F.Gèze et S. Mellah. «"Al-Qaida au
Maghreb ". ou la très étrange histoire du GSPC algérien », Algeria-
Watch, 22 septembre 2007.
4. Pour certains obser/lateurs, l'implantation d'al-Qaida au Maghreb 5. P. Collier and A. Hoeffler, «Démocraties pétrolières H, Afrique
est une manipulation des services de sécurité du régime algérien contemporaine, 216, 2005.
Bibliographie

ADAMS(patricia), «Iraq's Odious Debts», Policy Analysis, 526,


28 septembre 2004.

ADD! (Lahouari), L'Impasse du populisme, Alger, Enal, 1990.


AHMIDA(Ali Abdullatifl, The Making of Modern Libya: State
Formatipn, Colonization and Resistance, 1830-1932, Albany
(N.Y.), State University of New York Press, 1994.

AÏT-AOUDlA (Myriam), «La naissance du FIS: une politisation


conflictuelle, 1988-1989 », Critiqueinternationale. 30, jan-
vier-mars 2006.

AI.AHMAo[Nida], «The Politics of Oil and State Survival in Iraq


(1991-2003): Beyond the Rentier Thesis », Constellations,
14 (4), 2007.

AlKAZAZ(Aziz), «The Distribution of National Income in Iraq, with


Particular Reference to the Development ofPolicies Applied by
the States, dans D. Hopwood, H. Ishow et T, Koszinowsk [eds],
Iraq: Power and Society, Oxford, St Anthony's Collège, 1993.

AlLAN (John Anthony), Libya: The Experience of Oil, Londres,


Croom Helm, 1981.

ALLAN(John Anthony) (ed.), Libya since Indepenâence : Economie


and Political Deoelopment, Londres, Croom Helm, 1982.
AlTUNISIK(Meliha Benli], «A Renier State's Response to Oil Crisis :
Economie Reform Policies in Libya», Arab Studies Quartely,
septembre 2002.

ANDERSON(Lisa), The State and The Social Transformation. in


Tunisia and Libya (J 830-1980), Princeton (N.J.), Princeton
University Press, 1986.
AxELGARD(Frédérick W.), Iraq in Transition, Boulder (Colo.),
Westview Press, 1986.
2181 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE BIBLIOGRAPHIE 1219

BACH(Daniel C.), «Nigeria: paradoxes de J'abondance et démocra- (dir.), Le Moyen-Orient en crise, Paris, La Documentation
tisation en trompe-l'œil», Afrique contemporaine, 219, 2006. française, 2006-2007.
BAFOIL(François), «Variété des processus d'européanisation en BENRAAD(Miriam), «De la tentative hégémonique au déclin de J'or-
Europe centrale et orientale», dans F. Bafoil et T. Beichelt (dir.), ganisation d'al-Qaida en Irak>, Maghreb-Machrek, 197,2008.
L'Européanisation d'Ouest en Est, Paris, L'Harmattan, 2008.
BENRAAD (Miriam), «Du phénomène arabe sunnite irakiens, Hérodote,
BARAM(Amatzia), «Neo-Tribalism in Iraq: Saddam Hussein's 130,2008.
Tribal Policies 1991-1996», International Journal of Middle
BERTRAND(Romain), «La démocratie à l'indonésienne. Bilan critique
East Studies, 29 (I), 1997.
d'une transition qui n'en finit pas de commencer», Revue
BARAM(Amatzia), «The Effect of Iraqi Sanctions: Statistical Pitfalls internationale de politique comparée, 8 (3), janvier 2001.
and Responsabi!ity»? Middle East Journal, 54 (2), 2000.
BLEUCHOT (HERVÉ),Chroniques et documents libyens, 1969-1980,
BARAN(David), Vivre la tyrannie et lui survivre. L'Irak en transition, Paris, CNRS, 1983.
Paris, Mille et Une Nuits, 2004.
BLOM(Amélie), «The "Multi-Vocal" State: The Policy of Pakistan on
BARBÉ(Esther), • L'UE et son voisinage en Méditerranée», dans Kashmir», dans Christophe Jaffrelot (ed.), Pakistan. Nationalism
J. Rupnik (dir), Les Banlieues de l'Europe, Paris, Presses de without a Nation?, Londres, Zed Books, 2002.
Sciences po, 2007.
BOZARSLAN(Hamit), • États, communautés et marges dissidentes en
BAYART(Jean-François), ELLIS(Stephen) et HIBOU(Béatrice), La Irak», Critique internationale, 34, 2007.
Criminalisation de l'État en Afrique, Bruxelles, Complexe, 1997.
BOZARSLAN (Hamit), Le Conflit kurde: le brasier oublié, Paris,
BEAULIEU
(Isabelle), L'État rentier. Le cas de la Malaysia, Ottawa, Autrement, 2009.
PUO, 2008.
BROWN(Michael E.), «The Nationalization of The Iraqi Petroleum
BEBLAWI(Hazem) et LUCIANI(Giacomo) [eds), The R~ntier State,
Company», International Journal of Middle East Studies, 10
Londres, Croom Helm, 1987.
(1), 1979.
BELLIN(Eva), • The Robustness of Authoritarianism in The Middle BRUN(Thierry A.), «Comment fabriquer un État fragile: réflexions
East: Exceptionalism in Comparative Perspective s, Comparative sur J'exemple irakien», dans Jean-Marc Châtaigner et Hervé
Politics, 36, 2, 2004.
Magro (dir.), États et sociétés fragiles: entre conflits, recons-
BENANTAR (Abdennour) (dir.), Les États-Unis et le Maghreb: regain truction et développement, Paris, Karthala, 2007.
d'intérêt?, Alger, Cread, 2007.
BUCAILLE(Laetitia), «Exiger des excuses de la France». Raison
BENDERRA(Omar), «Les réseaux au pouvoir. Effondrement de l'État publique, 10, 2009.
de prédation », Confluences Méditerranée, 45, 2003. BUROAT(François), «1989: l'ouverture entravée», Annuaire de
BENHOURJA
(Tahar], L'Économie de l'Algérie, Paris, Maspero, 1980. l'Afrique du Nord, tome XXVII, 1989.
BENISSAO(Mohamed Elhocine), Économie du développement de CAMAU(Michel), «Globalisation démocratique et exception auto-
l'Algérie (1962-78), Paris, Economica, 1979. ritaire arabe», Critique internationale, 30,janvier-mars 2006.
BENRAAO(Miriam), «Irak, avancées et écueils d'une transition CAMAU(Michel) et GEISSER(Vincent), Le Syndrome autoritaire.
(2005-2006) », dans Frédéric ChariJlon et Bernard Rougier Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de
Sciences po, 2003.
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE BIBLIOGRAPHIE 1221
2201

CHATELUS (Michel), • Iraq and its Oil : Sixty-five Years of Ambition DAHMANI(Ahmed), L'Algérie à l'épreuve. Économie politique des
and Frustration», dans D. Hopwood, H. Ishow et T. Koszinowski réformes (1980-1997), Paris, L'Harmattan, 1999.
(eds.l, Iraq: Power and Society, Oxford, St Anthony's Collège, DARBOUCHE(Hakim), • Russian-Algerian Cooperation and the "Gas
1993. OPEC": What's in the Pipeline », CEPS, Policy brief, 123,
CHATELUS (Michel), «Nouvelles orientations de la politique pétro- mars 2007.
lière algérienne», Maghreb-Machrek, octobre-décembre 1999. DAVIS(John), Le Système libyen, Paris, PUF, 1987.
CHAUDHRY[Kiren Aziz], « On The Way to Market. Economie DAWOD(Hosham), «Le pouvoir irakien, dix ans après la guerre»,
Liberalisation and Iraq's Invasion of Kuwait», Middle East Esprit, 2, 2001.
Report, mai-juin 1991. DESTANNE
DEBERNIS(Gérard), • Industries industriaLisantes », Économie
CHAUDHRY [Kiren Aziz], «The "Uncanny" Writ Regional. New and appliquée, 3-4, 1966.
Recurring Forms ofPoverty and Inequality in the Arab World », DESTANNE DEBERNIS(Gérard), «Les industries industrialisantes et les
dans L. Binder (ed.), Rebuildinq Devastated Economies in the options algériennes», Tiers-Monde, 12 (47), 1971.
Middle East, New York (N.Y.), Palgrave Macmillan, 2007.
DEVLIN(John F.), «The Baath Party. Rise and Metamorphosis », The
CHEVALIER
(Jean-Marie), Le Nouvel Enjeu pétrolier, Paris, Calmann American Historical Review, 96 (5), 1991.
Lévy, 1973.
DI JOHN(Jonathan), «Oil Abundance and Violent Political Conflict:
CHEVALIER
(Jean-Marie), The New Energy Crisis: Climate, Economies A Critical Assessment», Journal Of Development Studies,
and Geopolitics, Londres, New York, Pal grave Macmillan, 2009. 43 (6), août 2007.
COLLIER
(Paul), «Doing weil out ofWar: an Economie Perspective ». DILLMAN (Bradford), «The Political Economy of Structural Adjustment
dans M. Berdal et D. Malone (eds), Greed and Grievance: in Tunisia and Algeria », The Journal of North African Studies,
Economie Agendas in Civil Wars, Boulder (Colo.), Lynne 3, 1998.
Rienner, 2000.
DILLMAN(Bradford), State and Priva te Sector in Alqeria. The
COLLIER(Paul) et HOEFFLER(Anke), « On the Incidence of Civil War Politics of Rent-Seckinq and Failed Development, Boulder
in Africa », Journal Of Conflict Resolution, 46 (1), 2002. (Colo.l, Westview Press, 2000.
COLLIER(Paul) et HOEFFLER(Anke), « Gried and Grievance in Civil DILLMAN(Bradford), «Illicit Economies and Reconstruction », dans
Wan, Oxford Economie Papers, 56 (4) 2004. L. Binder [ed.), Rebuilding Deuastateâ Economies in the Middle
COLLIER
(Paul) et HOEFFLER
(Anke), «Démocraties pétrolières »,Afrique East, New York (N.Y.), Palgrave Macmillan, 2007.
contemporaine, 216,2005. DODGE(Toby), Inventing Iraq. The Failure of Nation Building and
COLONOMOS (Ariel), La Morale dans les relations inteTllationales, a History Denied, Londres, Hurst, 2003.
Paris, Odile Jacob, 2005. DODGE(Toby), «The Cause of a US Pailure», Survival, 49 (1), 2007.
CORM(Georges), «La réforme économique algérienne: une réforme DROZ-VINCENT(Philippe), «Quel avenir pour l'autoritarisme dans
mal aimée», Maghreb-Machrek, 139,janvier-mars 1993. le monde arabe», RFSP, 54 (6), décembre 2004.
DABÈNE(Olivier), GEISSER(Vincent) et MASSARDIER(Gilles) (dir.), ENTELIS(John), Algeria. The Revolution Institutionalized, Boulder
Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au (Colo), Westview Press, 1986.
xxr siècle, Paris, La Découverte, 2008.
2221 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE BIBLIOGRAPHIE 1223

ÉTIENNE
(Bruno), L'Algérie, cultures et révolution, Paris, Seuil, 1977. HADJADJ(DjiIali), «Violence et corruption: cas de l'Algérie», Le
FAROUK-SWGLETT (Marion), «Irak: rente pétrolière et concentration Bulletin de l'APAD, 25, juin 2003.
du pouvoir», Maghreb-Machrek, 131, janvier-mars 1991. BARB!(Mohamed), «Processus de relégitimation du pouvoir en
FAROUK-SWGLETT
(Marion) et SWGLETT(Peter), «The Historiography Algérie», dans Michel Camau (dir.), Changements politiques
of Modem Iraq », The American Historiai Review, 96 (5), au Maghreb, Paris, CNRS, 1991.
décembre 1991. HELLER(Mark. A], «Iraq's Army: Military Weakness, Political
FAROUK-SWGLETT(Marion) et SWGLETT (Peter), Iraq since 1958. From Utility», dans A. Baram et B. Rubin (eds), lraq's Road to War,
Revolution to Dictatorship, Londres, Taurus, 200l. New York (N.Y.), St Martin Press, 1993.

FAvAREL-GARRIGUEs (Gilles), «Violence mafieuse et pouvoir poli- HERMET(Guy), Les Populismes dans le monde, Paris, Fayard, 200l.
tique en Russie », dans Jean-Louis Briquet et Gilles Favarel- HEYDEMlANN (Steven), «D'Assad à Assad: la politique syrienne
Garrigues (dir.), Milieux criminels et pouvoir politique, Paris, n'est pas un théâtre d'ombre», Critique internationale, 9,
Karthala, 2008. octobre 2000.
FERRIÉ(Jean-Noël), «Entering the "Virtuous Circle": The Strength HIBOU(Béatrice), La Force de l'obéissance: économie politique de
of Democratie Designs in Egypt and Morocco », dans E. Kienle la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, 2006.
Ied.), Economic Reform and the Reconstruction of Politics : The Hrooucr (Ghazi), Algérie, La Libération inachevée, Paris, La
Arab World in a Perioâ of Global Transformations, Londres, Découverte, 1995.
Saqi,2003.
HOFFMAN(Bruce), «Insurgency and Counterinsurgency in Iraq »,
FERRIÉ(Jean-Noël), "Les limites d'une démocratisation par la société Studies in Conflict and Terrorism, 29 (2), 2006.
civile en Afrique du Nord s, Maghreb-Machrek, 175, 2003.
HUMPHREYS (Macartan), «Natural Resources Conflict and Conflict
FERRIÉ(Jean-Noël) et SANTUeel(Jean-Claude) [dir.), Dispositifs de Resolution », The Journal of Conflict Resolution, 49 (4),
démocratisation et dispositifs autoritaires en Afrique du Nord, août 2005.
Paris, CNRS, 2005.
ALJABBAR(Paleh Abdel], «Why the Uprising Failed », Middle East
GALVANI(John), «The Baathi Revolution in Iraq », Merip Reports, Report, 176, mai-juin 1992.
12, septembre-octobre 1972.
JACKSON(Henry F.), The FLN in Algeria. Party Deuelopment in a
GOUMEZLANE (Smail], Le Mal algérien, économie politique d'une Revolutionary Society. Londres, Greenwood Press, 1977.
transition inachevée, Paris, Fayard, 1994.
JOFFE(George), «La Libye et l'Europe », Maghreb-Machrek, 170, 2000.
GRfMAUO(Nicole), "Le conflit pétrolier franco-algérien», RFSP,
22 (6), 1972. JOFFE(George). «The Role of Violence within the Algerian Bconomy»,
Journal of North African Stuâies, 7 (1), 2002.
GUERREAU(Alain) et GUERREAU-JALABERT(Anita), L'Irak,' développement
JOFFE (George) et MeLACHLAN(S.) (eds), Social and Economie
et contradictions, Paris, Le Sycomore, 1978.
Development of Libya, Wisbech, Menas Press, 1982.
GURNEY(Judith), Libya: The Political Economy of Enerqy, Oxford,
KARL(Terry L.), The Paradox of Plrnty : Oil Booms and Petto-States,
Oxford University Press, 1996.
Berkeley (Calif.), University of California Press, 1997.
HACHEMAOU! (Moharned], "Permanences dujeu politique en Algérie »,
EL-KENZ(Ali), L'Algérie et la modernité, Dakar, Codesria, 1989.
Politique étrangère, 2, 2009.
2241 VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE BIBLIOGRAPHIE 1225

KIENlE(Eberhard), Ba'th vs Ba'th, Londres, Taurus, 1990. LECA(Jean) et VATIN(Jean-Claude), "Le système politique algérien
KIENLE(Eberhard), (dir), Economie Reform and the Reconstruction of (1967 -1978). Idéologie, institutions et changement social. »,
Politics: The Arab World in a Period of Global Transformations, Annuaire de l'Afrique du Nord, vol. XVI, 1977.
Londres, Saqi, 2003. LECOURGRANDMAISON (Olivier), Coloniser - Exterminer. Sur la guerre
KIENLE(Eberhard), • Libéralisation économique et délibération poli- et l'État colonial. Paris, Fayard, 2005,
tique: le nouveau visage de l'autoritansme», dans O. Dabène, LEGRANGE(Marc-André) et VIRCOULON(Thierry), "Zimbabwe:
V. Geisser et G. Massardier [dir.], Autoritarismes démocratiques réflexions sur la dictature durable », Politique étrangère, 3, 2008,
et démocraties autoritaires au xxf siècle, Paris, La Découverte, LEMARCHAND (René) [ed], The Green and The Black: Qadhafi's Poiicies
2008. in Africa, Bloornington (Ind.], Indiana University Press, 1988,
EL-KIKHIA
(Mansour O.), Libya 's Qadhafi. The Politics of Contradiction, LEVEAU(Rémy), Le Sabre et le Turban, Paris, Bourin, 1993.
Gainsville (FIa.), University of Florida, 1997.
LINZ (Juan), Totalitarian and Authoritarian Regimes, Boulder
KOBRIN (Stephen J.), « Diffusion of an Explanation of ail (Colo.), Lynne Rienner, 2000.
Nationalization: Or the Domino Effect Rides Again », The
LISTHAUG(OIa), « ail Weath Dissatisfaction and Political Trust in
Journal of Conflict Resolution, 29 (1), mars 1985.
N orway : A Resource Curse ? », West European Poiitu:s, 28 (4).
LAID!(Zaki) [ed.], EU Foreign Policiy in a Globalized World, Londres, 2005.
Routledge, 2008.
LOWl(Miriam), "ail Rents and Political Breakdown in Patrimonial
LEBILLON (Philippe), • Corruption, Reconstruction and ail Governance States: Algeria in Comparative Perspective », Journal of North
in Iraq », Third World Quaterly, 26 (4-5), 2005. African Studies, 9 (3), 2004.
LECA(Jean), • Social Structure and Political Stability: Comparative LOWl(Miriam) et OKRUHLIK(Gwenn), "Rentier Wealth, Unruly Law,
Evidence from the Algerian, Syrian and Iraqi Cases», dans A. and the Rise of Opposition: The politicaJ Economy of Oil
Dawish et L.W. Zartman, Beyonâ Coercion: The Durability of States », Comparative Politics, 31 (3), 1999,
the Arab State, Londres, Croom Helm, 1988.
LUIZARD(pierre-Jean), «L'impossible démocratie en Irak: le piège
LECA(Jean), "État et société en Algérie», dans Basma Kodmani- de l'État nation», Égypte-Monde arabe, Le Caire, Cede j, 4,1990,
Darwish, Les Années de transition, Paris, Masson, 1990.
LUIZARD(Pierre-Jean), La Question irakienne, Paris, Fayard, 2002.
LECA(Jean), "Paradoxes de la démocratisation. L'Algérie au chevet
MABRO(Robert), Oil in the Twentieth Century, Oxford, Oxford
de la science politique », Pouvoirs, 86, 1998.
University Press, 2006.
LECA(Jean) et SCHEMEIL(Yves), « Clientélisme et patrimonialisme
MABRO(Robert), «The Oil Weapon. Can it Be Used Today? ", Harvard
dans le monde arabe », International Political Science Reuieio,
International Reuieio, 2007,
4 (4), 1983. 1

MAHDAVY(Hossein), "The Patterns and Problems of Economie


LECA(Jean) et VATIN(Jean-Claude), L'Algérie politique. Institutions
Development in Rentier States: The Case of Iran », dans M.A.
et régime, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences
Cook (ed.) .Studies in Economie History of The Middle East,
politiques, 1975.
Oxford, Oxford University Press, 1970.
AL-MARASHI(Ibrahim), «Iraq's Security and Intelligence Network:
a Guide and Analysis», Meria, 6 (3), septembre 2002.
2261 • VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE BIBLIOGRAPHIE 1227

MARCHAL (Roland) et MESSIANI(Christine), «De l'avidité des rebelles. QUANDT[William B.), Revolution and Political Leadership. Algeria,
L'analyse économique des conflits par Paul Collier», Critique 1954-1968, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1969.
internationale, J 6, juin 2002. QUANDT[William B.), Betu/een Ballots and Bullets. Aigeria's
MARnNEz(Luis), La Guerre civile en Algérie, Paris, Karthala, 1997. Transition from Authoritarianism, Washington (D.C.), The
MARTiNEZ
(Luis), The Libyan Paradox, Londres, Hurst, 2007. Brookings Institution Press, 1998.

MATSUNAGA [Yasuyukil, • L'État rentier est-il réfractaire à la démo- REBAH[Abdelatif), Sonatrach, Une entreprise pas comme les autres,
cratie? », Critique internationale, 8, juillet 2000. Alger, Casbah, 2006.

MArrES (Hanspetter), «The Rise and FaU of the Revolutionary REeoNDo(David), «Pétrodollars et politiques sociales ». dans O.
Cornmittees», dans Dirk Vandewalle [ed.], Oadahfi's Libya, Compagnon, J. Rebotier et S. Revet (dir.), Le Venezuela au-delà
1969-1994, New York (N.Y.), St Martin Press, 1995. du mythe, Paris, Éditions ouvrières, 2009.

MOFID(Kamran), The Economie Consequence of the Gulf War, RIGAUD(Françoise), « Irak: le temps suspendu de l'embargo »,

Londres, Routledge, 1990. Critique internationale, Il, 1998.

MOORE(Henry Clement), «Algeria's Agonies: Oil Rent Effects in a RONDOT


(Philippe), L'Irak, PUF , Coll .• Que sais-je? », 1979.

Bunker State», The Journal Of North Afriean Studies, 9 (2), 2004. RONE(Jemera), «Sudan : Oil and War », Reuieio of Afriean Politieal
MORRJSON
(Kevin M.), « Oil, Non Tax Revenue and the Redistributional Eeonomy, 30 (97), 2003.
Foundations of Regime Stability», International Organization, Ross (Michael 1.), « Does Oil Hinder Democracy? », World Polities,
63,2009. 53 (3), 2001.

M!JTIN(Georges), «Les hydrocarbures dans le monde arabe», dans Ross (Michael 1.), «What do we know about Natural Resources
J.-F. Troin (dir.), Maghreb - Moyent-Orient : Mutations, Paris, and Civil War? », Journal of Peace Research, 41 (3), 2004.
Sedes 1995. Ross (Michael 1.), «A Closer Look at Oil, Diamonds, and Civil
NrnLOcK(Tim], Pariah States and Economie Sanctions in the Middle Warn, Annual Review of Politieal Science, 9, 2006.
East: Iraq, Libya, Sudan, Boulder (Colo), Lynne Rienner, 2001. ROSSER(Andrew), «Escaping the Resource Curse: The Case of
OYEFUSI(Aderoju), «Oil and Probability of Rebel Participing lndonesia », Journal of Contemporary Asia, 37 (1), février 2007.
among Youths in the Niger Delta of Nigeria », Journal of Peaee RouGIER(Bernard), «Le grand Moyen-Orient: un moment d'utopie
Researeh, 45 (4), 2008. internationale? n, Critique internationale, 26, janvier 2005.
PERCEBOIS(Jacques), «The Supply of Natural Gas in the European Roy (Olivier), The Politics of Chaos in The Middle East, Londres,
Union. Strategie Issues », OPECEnergy Reuieiu, 32, mars 2008. Hurst, 2007.
PETERSON[J.E.), « Qatar and the World: Branding for a Micro-State », SACH(Jeffrey D.), Sncirrz (Joseph E.) et HUMPHREYS (Macartan) (eds),
Middle East Journal, 60, automne 2006. «What is the Problem with Natural Resource Wealth», dans
PEZZINO(Paolo), «La mafia, État et société dans la Sicile contem- J. Sach, J. Stiglitz et M. Humphreys (eds), Escaping The Resource
poraine », Politix, 49, 2000. Curse, New York (N.Y.), Columbia University Press, 2007.
PICARD[Élisabeth), «Syrie: la coalition autoritaire fait de la résis- SALAMÉ(Ghassan), Democracy Without Democrats ? The Renewal
tance», Politique étrangère, 4, 2005. of Politics in The Muslim World, Londres, Taurus, 1994.
2281 VIOLENCE DE LA RENTE ptTROLiÈRE BIBliOGRAPHIE 1229

SALAMÉ(Ghassan), Quand l'Amérique refait le monde, Paris, Sr JOim (Ronald Bruce), «Libya's Oil and Gas lndustry: Blending
Fayard, 2005. Old and New», The Journal Of North African Studies, 12 (2),
SAMARBAKHSH
(A.G.), Socialisme en Irak et en Syrie. Paris, Anthropos, juin 2007.
1978. TALAHITE (Fatiha), «Économie administrée, corruption et engrenage
SÉBIUE-LoPEZ (Philippe), «Les hydrocarbures au Nigeria et la de la violence en Algérie», Revue Tiers-Monde, 161 (1),2000.
redistribution de la rente pétrolière ». Afrique contemporaine, TLEMCANI
(Rachid), État, bazar et qlobalisation, Alger, El-Hikma,
216,2005. 1999.
SEMELIN(Jacques), Purifier et détruire, Paris, Seuil, 2005. TRlPP(Charles), A History of Iraq, Cambridge, Cambridge University
SHELLEY(Toby), Oil. Poli tics, Poverty and the Planet, Londres, Zed Press, 2007.
Books, 2005. VANDEWALLE (Dirk), • Qadhafi's Perestroïka : Economie and Political
SHWADRAN (Benjamin), The Middle East, Oil and the Great Power, Liberalization in Libya », The Middle East Journal, 45 (2), 1991.

Jérusalem, Israel University Press, 1973. V ANDEWALLE (Dirk), A History of Modern Libya, Cambridge,
SID-AHMED[Abdelkader], Développement sans croissance. Paris, Cambridge University Press, 2006.
Publisud, 1983. WADDAMS(Frank C}, The Libyan Oil Industry, Baltimore (Md.], The
SKEET(Ian), Opec : Twenty Fiue Yeats of Priees and Po 1itics, Johns Hopkins University Press, 1980.
Cambridge, Cambridge University Press, 1991. WAHAB(Bilai A.), «How Traqi Oil Smuggling Greases Violence»,
SLUGLE1T(Peter), Britain in Iraq. Contriuinq King and Country, Middle East Quartely, Fall, 2006.
Londres, Taurus, 2007. WANTCHEKON (Leonard), «Why do Resource Abundant Countries Have
SMTTH(Benjamin), «Oil Wealth and Regime Survival in the Authoritarian Governments? », Yale University, 15 octobre 2002.
Developing World, 1960- J 999 », American Journal of Political WERENFELS (Isabelle), Managing Instability in Algeria. Elites and
Science, 48 (2), avril 2004. Political Change Since 1995, Londres, Routledge, 2007.
SMITH(Benjamin), «The Wrong Kind of Crisis: Why Oil Booms YERGIN(Daniel), Les Hommes du pétrole. Les Fondateurs. 1859-
and Busts Rarely Lead to Authoritarian Breakdown », Studies 1945, Paris, Stock, 1991.
in Comparative International Deuelopment, 40 (4), hiver 2006. ZELENKO(Pierre), PAILLARD(Christophe-Alexandre) et DELESTRANGE
SMOLANSKY (OIes et Bertie], The USSR and Iraq. The Soviet Ouest (Cédric), Géopolitique du pétrole, Paris, Technip, 2005.
for Influence, Durham (N.C.), Duke University Press, 1991. ZOUBIR(Yahyia), «ln Search of Hegemony: The Western Sahara in
SPRTNGBORG (Robert), • Baathism in Practice: Agriculture, Politics Algerian-Moroccan Relations», Journal of Aigerian Studies,
and Political Culture in Syria and Irak», Middle Eastern Studies, 2, 1997.
17 (2), avril 1981.

SPRINGDORG
(Robert), «Iraqi infitah», Middle East Journal, 40 (1),
1988.

SPRINGBORG(Robert) Ied.), ail and Democracy in Iraq, Londres,


SOAS - Middle East Issues, 2007.
Collection Nouveaux Débats
La collection Poche des Presses de Sciences Po

Demière6 parution6

20. Les Habits neufs de David Cameron


Les conservateurs britanniques (J 990-2010)
Agnès Alexandre-Collier
2010 / ISBN 978-2-7246-1150-2

19. Les Gouvernements New Labour


Le bilan de Tony Blair et de Gordon Brown
Florence Faucher-King et Patrick Le Galès
2010 / ISBN 978-2-7246-1149-6

18. Chine ou Japon, quel leader pour l'Asie?


Claude Meyer
2010 / ISBN 978-2-7246-1154-0

1 7. Le Mérite contre la justice


Marie Duru-Bellat
2009 / ISBN 978-2-7246-1130-4

16. Paris, métropole hors les murs


Aménager et gouverner un Grand Paris
Frédéric Gilli et Jean-Marc Offner
2009/ ISBN 978-2-7246-1092-5

15. La France dans la nouvelle Europe


. Assumer le changement d'échelle
Christian Lequesne
2008/ ISBN 978-2-7246-1085-7
14. Chine brune ou Chine verte ?
Les dilemmes de l'État-parti
Benoît Verrnander
2007./ ISBN 978-2-7246-1047-5

]3. Les Banlieues de l'Europe


Les politiques de voisinage de l'Union européenne
Jacques Rupnik (dir.)
2007/ ISBN 978-2-7246-1044-4

12. Tony Blair, 1997-2007


Le bilan des réformes
Florence Faucher-King et Patrick Le Gales
2007/ ISBN 978-2-7246-1032- J

11. Qui sont les députés français ?


Enquête sur des élites inconnues
Olivier Costa et Eric Kerrouche
2007 / ISBN 978-2-7246-1030-7

JO. Faut-il sauver les grandes écoles?


De la culture de la sélection il la culture de l'innovation
Pierre Vel tz
2007/ ISBN 978-2-7246-1024-6

R.C.L.
DEC, 24fD
G
Achevé d'imprimer par Cori et, Imprimeur, S.A. - 14110 Condé-sur-Noireau
N° d'Imprimeur: 129290 - Dépôt légal: juin 2010 - Imprimé en France
475, boulevard De Maisonneuve Est

Montréal (Québec)H2L 5(4

(Déoat6
Luis Martinez
VIOLENCE DE LA RENTE PÉTROLIÈRE
Algérie - Irak - Libye
Dans les années 1970, grâce à la rente pétrolière,
l'Algérie, la Libye et l'Irak paraissaient engagés dans un
processus de modernisation accélérée. Le pétrole était
la bénédiction qui permettrait à ces États de rattraper
leur « retard» économique.
~Algérie était un « dragon en Méditerranée ». la Libye un
« émirat» et l'Irak « la puissance militaire montante» du
monde arabe. Sur le plan politique, le socialisme progres-
siste laissait penser que des transformations profondes
s'opéraient: émancipation de la femme, urbanisation,
scolarisation, augmentation de l'espérance de vie ...
Quelques décennies plus tard, la désillusion est cruelle.
Le sentiment de richesse a enlralné ces pays dans des
expérimentations voire des impasses politiques, éco-
nomiques et militaires aux conséquences désastreuses
dont ils peinent encore à sortir.
Comment cela a-t-il été possible? Cespays peuvent-ils faire
l'économie de réformes profondes? L'UEpeut-elle exporter
ses normes et ses valeurs et protéger ses approvi-
sionnements gaziers? La première synthèse sur le sujet.
Luis Martinez est directeur de rechercheau CERI-SciencesPo.
Il est l'auteur de La Guerre civile en Algérie (Karthala, 1998)
et de The Libyan Paradox (Hurst, 2007).

Centres d'intérêt liés