Vous êtes sur la page 1sur 36

Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

VENDREDI 14 FÉVRIER 2020


76E ANNÉE– NO 23358
2,80 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

UNE REMUANTE HISTOIRE
SUPPLÉMENT

LA « COLÈRE D’ÉCRITURE » LE MONDE
DES PEUPLES DU PACIFIQUE DE CLAIRE CASTILLON  DES LIVRES

Retraites : les interrogations des députés LRM
▶ Dans une lettre au pre­ ▶ Alors que le texte arrive ▶ La majorité veut être ▶ Une des interrogations ▶ Les syndicats d’avocats
mier ministre, deux dépu­ dans l’Hémicycle le 17 fé­ entendue sur la prise en porte sur la valeur du ont annoncé un durcisse­
tés de la majorité deman­ vrier, ce courrier, prove­ compte de la pénibilité, point et son indexation ment de leur mouvement,
dent des éclaircissements nant d’élus réputés fidèles, sur les droits accordés sur un indicateur – le qui paralyse déjà l’activité
sur les conséquences de relaie des doutes qui s’ex­ aux mères et sur la revenu moyen par tête – de plusieurs tribunaux
la réforme des retraites priment au sein de LRM gouvernance du système qui reste encore à définir PAG E S 8 - 9

Coronavirus Emploi
La Chine revoit SYRIE ERDOGAN DÉPLOIE SES TROUPES  La baisse 
à la hausse ET MENACE LE RÉGIME du chômage
le nombre ▶ Le président turc a
se confirme
de malades affirmé vouloir répondre
aux attaques des forces de Le taux atteint 8,1 %, son
Bachar Al­Assad contre les plus bas niveau depuis
le bureau politique du Parti rebelles d’Idlib, soutenus 2008. L’emploi s’améliore
communiste chinois a limogé, par la Turquie quantitativement et quali­
mercredi 12 février, les responsa­ tativement. La part des
bles du Hubei, dans l’épicentre ▶ Les relations avec titulaires de CDI remonte
de l’épidémie de coronavirus, la Russie se tendent
et les autorités ont annoncé un PAG E 1 0
nombre de cas dix fois supé­ PAGE 2 IDÉES PAGE 24
rieur à celui qui prévalait les
jours précédents dans la région.
Le bilan national provisoire,
CHRONIQUE ET
ÉDITORIA L PAGE 26 Aéronautique
après ce nouveau décompte,
frise les 50 000 personnes
Le ciel se dégage
contaminées et plus de 1 300 dé­
cès – sans que la situation sani­
pour Airbus
taire se soit nécessairement ag­
gravée. Une radio des poumons L’avionneur affiche des
est désormais suffisante pour pertes qui soldent les
diagnostiquer la maladie, alors
que les tests n’étaient jusqu’ici
amendes pour corruption
fiables qu’une fois sur deux, et intègre les surcoûts de
selon un scientifique chinois. son programme militaire.
L’Organisation mondiale de Mais son carnet de
la santé a réuni 400 spécialistes commandes est plein,
à Genève pour faire face à l’épi­ Le président turc devant les
démie ; à Barcelone, le salon du députés de l’AKP, le 12 février.
grâce aux déboires de
mobile a été annulé BURHAN OZBILICI/AP Boeing et de son 737 MAX
PAG E S 5 ET 15 PAG E S 1 2 - 1 3

Amazonie
Le pape renonce
Portrait
« Les Failles »,
Seine­Saint­Denis
La rénovation
Agriculture
à autoriser de Pomme, en lice urbaine difficile Les gendarmes 
l’ordination aux Victoires du quartier à la rescousse 
d’hommes mariés de la musique des Francs­Moisins
PAG E 4 PAG E S 1 8 - 1 9 PAGE 17 de la FNSEA 
Déméter, la « cellule natio­
LE REGARD DE PLANTU nale de suivi des atteintes
au monde agricole », a
pour mission de déjouer
les actes « crapuleux » ou
« de nature idéologique »
PAGES 6-7

Idées
Des historiens 
critiquent la 
restriction d’accès 
aux archives
Le ministère de la défense
a durci les procédures de
déclassification des docu­
ments postérieurs à 1940,
freinant la recherche
PAGE 23
Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,10 €, Cameroun 2 400 F CFA, Canada 5,70 $ Can, Chypre 3,20 €, Côte d'Ivoire 2 400 F CFA, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,20 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 330 HUF, Irlande 3,50 €, Italie 3,50 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 3,20 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,20 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

INTERNATIONAL
0123
2| VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

Erdogan menace de frapper la Syrie
Le président turc a critiqué la Russie et s’est dit prêt à attaquer le régime de Damas « n’importe où »

istanbul ­ correspondante

L
e président turc, Recep
Tayyip Erdogan, s’est dit
prêt, mercredi 12 février,
à frapper les forces du ré­
gime de Damas « n’importe où » si
les positions de la Turquie dans la
région d’Idlib sont à nouveau at­
taquées. Le dirigeant s’exprimait
devant les députés de son Parti
de la justice et du développement
(AKP, islamo­conservateur), réu­
nis à Ankara.
L’offensive des troupes de Ba­
char Al­Assad sur Idlib, la der­
nière poche de la rébellion sy­
rienne soutenue par la Turquie,
met M. Erdogan au pied du mur.
Critiqué par l’opposition kéma­
liste sur l’impéritie de sa politi­
que en Syrie, incité par son allié
ultranationaliste Devlet Bahçeli à
porter le fer « jusqu’à Damas » et à
« renverser le tyran », Recep
Tayyip Erdogan doit montrer
qu’il est prêt à tenir tête au
monde entier. C’est dans ce rôle
que ses partisans le préfèrent.
Pour montrer sa détermina­
tion, le président turc, qui est
aussi le commandant en chef de
l’armée, a dépêché des renforts
ces derniers jours à Idlib. Des
commandos et du matériel mili­
taire, des chars, des véhicules de
transport de troupes, des obu­
siers et des lance­roquettes mul­
tiples ont franchi la frontière.

Moyens limités
M. Erdogan a assuré que les avions
et les hélicoptères qui bombar­
dent les civils « ne pourront plus Une famille syrienne fuit les attaques des forces pro­régime dans la ville d’Abin Semaan, dans le nord du pays, le 12 février. IBRAHIM YASOUF/AFP
mener leurs actions tranquille­
ment comme avant ». Mardi, un
hélicoptère de l’armée syrienne a qui représente des centaines parvenues à s’entendre en Syrie positions du régime d’ici la fin du poursuivre son offensive pour
été abattu par un tir de roquette d’hommes et un important malgré leur soutien à des camps mois de février.
A terme, toute la récupérer toute la province
au sud­est de la ville assiégée. matériel militaire – ont été en­ opposés. En 2018, à Sotchi, la rési­ Moscou fait la sourde oreille. zone d’influence d’Idlib ou faire une pause ? Cette
Ses moyens sont malgré tout li­ cerclés par les forces de Bachar dence estivale du président russe Voici des mois que les Russes re­ dernière option donnerait à la
mités. Prêt à faire « tout ce qui est Al­Assad et sont désormais cou­ sur les bords de la mer Noire, prochent aux Turcs de ne pas
turque dans le Russie le temps nécessaire pour
nécessaire, sur terre et dans les pés de leur état­major. MM. Poutine et Erdogan avaient avoir pu convaincre les factions nord de la Syrie tenter de trouver un arrange­
airs, sans hésiter ni tergiverser » Ces attaques n’auraient pas pu trouvé langue commune sur Idlib. rebelles liées à Al­Qaida, domi­ ment avec Ankara.
pour chasser le régime de Damas, avoir lieu sans l’aval de Moscou, Ils avaient signé en faveur du nantes à Idlib, de se plier aux ac­
est menacée. Une La marge de manœuvre est
il est paralysé par le fait que l’es­ M. Erdogan le sait. De là son res­ retrait des « militants radicaux » cords signés. Estimant que les en­ issue désastreuse étroite entre les deux leaders
pace aérien lui échappe. La Russie sentiment envers son homolo­ de la zone, d’une surveillance gagements n’ont pas été respec­ autoritaires. Le maître du
y règne en maître, entre autres gue russe, Vladimir Poutine, avec conjointe et de la libre circulation tés, Vladimir Poutine se dé­
pour Recep Kremlin a perdu patience. Le
grâce à ses systèmes de défense lequel il pensait avoir une rela­ des personnes sur les grands axes tourne de M. Erdogan et soutient Tayyip Erdogan « reis », le chef turc, s’estime, lui,
antiaérienne S­400, ceux­là mê­ tion privilégiée. Pour la première routiers qui traversent la pro­ son protégé Bachar Al­Assad, trahi. Chacun teste les limites de
mes qui ont tant impressionné fois, mercredi, il a critiqué la vince, telle l’autoroute M5 en acharné à reprendre le contrôle l’autre à Idlib. Mercredi, les
M. Erdogan qu’il en a fait l’acquisi­ Russie, accusée « de commettre direction d’Alep, la grande ville de la province rebelle. Bachar Al­Assad. Ses forces ne ces­ deux hommes se sont entrete­
tion malgré leur incompatibilité des massacres et de verser le sang » commerçante, aujourd’hui dé­ Aidé dans son offensive par les sent de pousser la population nus de la situation par téléphone,
avec le matériel de l’OTAN, dont à Idlib, où vivent 3,5 millions de truite, du nord de la Syrie. Mais milices iraniennes au sol et par civile syrienne vers la frontière sans résultats. Vladimir Poutine
son pays est le pilier oriental. personnes, pour une large part l’accord a volé en éclats. Convain­ l’aviation russe, le régime gagne turque, fermée par un mur. revient aux accords de Sotchi,
A Idlib, l’armée d’Ankara est en des déplacés du conflit. cue que Bachar Al­Assad l’a violé du terrain. La prise, mardi, de Plus d’un million de personnes Recep Tayyip Erdogan veut ren­
mauvaise posture. Quatorze sol­ Jusqu’ici, Ankara, favorable à la en faisant encercler les postes l’autoroute M5, aux mains des re­ sont massées dans la zone verser la table. Peu après leur
dats ont été tués en une semaine rébellion, et Moscou, protectrice turcs, la Turquie menace désor­ belles depuis 2012, est une avan­ frontalière au nord­ouest de la conversation, ce dernier a laissé
et sept avant­postes turcs – ce du régime de Damas, étaient mais d’en sortir et d’attaquer les cée considérable qui a galvanisé province. En une semaine, éclater sa colère, dénonçant les
100 000 déplacés ont pris cette « promesses non respectées ».
direction. C’est comme si Bachar L’exaspération est palpable
Dans la région d’Idlib, « on approche du point de rupture » Al­Assad cherchait à punir
M. Erdogan de son soutien à la ré­
aussi côté russe. Lors d’un point
de presse, Dmitri Peskov, le
bellion en menaçant la Turquie, porte­parole du Kremlin, a accusé
idlib, la plaie béante du Nord­Ouest encore un peu d’argent, dans une habita­ dont trois femmes et quatre enfants, ont qui héberge déjà 3,6 millions de Ankara de ne pas respecter les ac­
syrien, n’en finit pas de saigner. Soumise tion de fortune, louée à prix d’or. été tués lors d’une frappe. D’après les dé­ réfugiés syriens, d’un nouvel af­ cords de Sotchi et de ne rien faire
depuis un an et demi aux coups de « Il n’y a pas de mots pour décrire ce que comptes de l’Organisation mondiale de la flux en provenance d’Idlib. pour « neutraliser les terroristes »
boutoir du régime syrien et de son allié l’on vit, témoigne Souhaïb Assoufi, un santé, 72 hôpitaux, cliniques et dispensai­ qui mènent « des attaques répé­
russe, cette région, dernier fief de l’insur­ jeune père de famille, joint par WhatsApp res ont dû suspendre leurs activités depuis Exaspération palpable tées contre [leurs] infrastructures
rection, est le théâtre d’une crise humani­ dans la ville d’Idlib. J’ai été obligé de fuir la décembre, soit après avoir été pris pour ci­ La Turquie pourrait alors tenter militaires en Syrie » : « C’est inac­
taire aux proportions dantesques. « Il répression du régime à déjà quatre reprises bles, soit de peur de l’être. « Le régime dé­ de diriger ces réfugiés vers Afrin ceptable. »
s’agit du plus grand déplacement de la pire depuis 2011. Je me prépare pour mon cin­ truit tout ce qui peut nous aider à continuer ou au nord d’Alep, dans les encla­ Les délégations font la navette.
guerre de notre génération », s’est ému quième déplacement forcé. Ce sera le plus à vivre, s’insurge Nagib Bakour, un respon­ ves contrôlées par son armée. Des discussions entre militaires,
mercredi 12 février le chef du Norwegian dur. On manque d’argent, de médicaments sable des casques blancs, l’organisation de « Un exode massif de réfugiés membres des services et diplo­
Refugee Council, Jan Egeland. et de nourriture. J’en suis à rêver de trouver secouristes qui opèrent dans les secteurs risquerait de provoquer un vaste mates n’ont rien donné à
Les bombardements auxquels ce terri­ une place dans une tente. » tenus par la rébellion. Nous essayons chaos sur les territoires que les Ankara ; elles vont se poursuivre
toire est soumis, à des degrés divers, depuis autant que nous pouvons de soutenir la po­ Turcs administrent et qu’ils es­ à Moscou où une délégation tur­
l’automne 2018, se sont intensifiés au mois « Le régime détruit tout » pulation, mais nous avons le sentiment que saient de présenter comme des que est attendue.
de décembre 2019. Ce déluge de bombes et L’hiver glacial qui s’est abattu sur la pro­ le monde entier nous a abandonnés. » exemples de réussite politique », Aucune rencontre au sommet
d’obus a jeté 700 000 personnes sur les vince d’Idlib, avec un thermomètre descen­ Un responsable humanitaire occidental écrit l’expert américain Aaron n’est prévue. « Il n’est pas aisé
routes selon l’ONU, soit un peu plus d’un dant jusqu’à – 11 °C, de la neige par endroits ayant requis l’anonymat confirme le dia­ Stein dans une analyse publiée pour Poutine de travailler avec
habitant sur quatre de la poche rebelle, con­ et de violentes bourrasques, ajoute au cal­ gnostic. « Tout ce que la société syrienne mardi sur le site du Club de Erdogan, car ce dernier l’irrite for­
trôlée par le groupe djihadiste Hayat Tahrir vaire des Syriens. Pour se réchauffer, les avait réussi à maintenir, ces dernières an­ Valdaï, un groupe de réflexion tement, mais il n’a pas le choix », a
Al­Cham. La cadence de l’exode s’est accélé­ rescapés de la guerre font flamber tout ce nées, en matière d’éducation ou de santé est proche du Kremlin. expliqué récemment à des jour­
rée ces deux dernières semaines, en raison qui leur tombe sous la main, pneus, habits en train de s’effondrer. C’est le sauve­qui­ A terme, toute la zone d’in­ nalistes russes Gleb Pavlovski,
de l’avancée des troupes loyalistes, qui ont ou sacs plastique. Des gestes désespérés peut général. Il n’est même plus possible de fluence turque dans le nord de la une ancienne éminence grise du
récupéré le contrôle de l’autoroute M5, un qui ont coûté la vie à quatre membres distribuer de l’aide sur le terrain, car nos réfé­ Syrie est menacée. Une issue Kremlin. Il va devoir en passer
axe stratégique, reliant Damas à Alep. d’une même famille, lundi, dans un camp rents locaux ont disparu et ce serait l’émeute. désastreuse pour Recep Tayyip par là, les Etats­Unis l’y invitent.
Les images tournées par les rares ONG des environs de Killi, au nord d’Idlib. Selon On approche du point de rupture des méca­ Erdogan, qui comptait installer En visite à Ankara mercredi,
qui opèrent encore dans la région mon­ une source sur place, le père, son épouse et nismes de résilience de la population. » une bonne partie des réfugiés James Jeffrey, l’envoyé américain
trent des files de véhicules, roulant au pas, leurs deux enfants sont morts par suffoca­ Les factions rebelles ripostent à l’offen­ syriens hébergés dans son pays pour la Syrie, a dit tout le soutien
à perte de vue, le toit couvert de matelas, tion, dans leur sommeil, après avoir brûlé sive des troupes progouvernementales par sur ces territoires, qui vont de des Etats­Unis à la Turquie dans
de couvertures et de tapis. Les camps de des morceaux de charbon sous leur tente. des tirs de roquettes et des mortiers sur l’enclave kurde d’Afrin (conquise son combat contre le régime
tentes aménagés le long de la frontière tur­ Les raids aériens et les tirs d’artillerie sur Alep, que le régime a reconquise fin 2016. en 2018) jusqu’à la ville de Tall syrien. Washington est prêt à
que étant surpeuplés depuis longtemps, la région ont causé la mort d’environ 200 Selon l’ONU, ces actions ont causé la mort Abyad (2019) en passant par Azaz l’aider face à « une menace à Idlib
les nouveaux déplacés n’ont pas d’autre civils depuis le début de l’année, selon de 27 civils depuis le début de l’année.  et Djarabulus (2016). de la part de la Russie et du
choix que de dormir dans leur voiture ou l’ONU. Le 3 février, neuf passagers d’une ca­ benjamin barthe La question est de savoir ce que gouvernement Assad ». 
leur camion, ou bien, pour ceux qui ont mionnette circulant dans l’ouest d’Alep, (beyrouth, correspondant) va faire le régime de Damas : marie jégo

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 international | 3

En Italie, le Sénat renvoie L’ONU liste les sociétés


commerçant avec
Matteo Salvini devant les juges les colonies israéliennes
L’ancien ministre de l’intérieur et chef de la Ligue est poursuivi pour Le rapport, « honteux » selon Israël, épingle
112 entreprises présentes en Cisjordanie
« séquestration » après avoir refusé le débarquement de migrants en 2019
jérusalem ­ correspondant de gauche Meretz. Le président
rome ­ correspondant avait été empêché de débarquer genève ­ correspondance Reuven Rivlin lui­même est allé
Les sénateurs 190 migrants au large de Lampe­ LE PROFIL jusqu’à évoquer « une initiative

L I
e moment aurait pu être M5S qui dusa puis dans le port sicilien de l aura fallu trois ans, de mul­ honteuse qui rappelle des périodes
grave et solennel, à la me­ Catane, en août 2018, ce qui, déjà, tiples reports et une mobili­ noires de notre histoire ».
sure de l’enjeu politique
réclament avait provoqué l’ouverture d’une sation active de la société L’ONU avait pourtant pris soin
et historique du débat. un procès sont enquête pour séquestration – civile et de coalitions d’Etats de déminer autant que possible la
Mercredi 12 février, le Sénat italien avait obtenu un résultat inverse. A membres pour que les Nations sortie de ce rapport explosif en
était appelé à se prononcer sur la
les mêmes qui l’époque, les parlementaires M5S unies (ONU) se résolvent à pu­ soulignant que cette liste « ne
possibilité d’autoriser la tenue ont approuvé son avaient choisi d’éviter un procès à blier, mercredi 12 février, la liste constitue pas, et n’entend pas
d’un procès contre l’ancien minis­ leur allié, affirmant que ce dernier des 112 entreprises qui conti­ constituer un processus judiciaire
tre de l’intérieur Matteo Salvini,
extrême fermeté avait agi dans le cadre de ses fonc­ nuent de commercer illégale­ ou quasi judiciaire » alors que les
chef de file de la Ligue (extrême sur la question tions ministérielles. ment avec les colonies israélien­ Israéliens craignent qu’elle ne
droite), poursuivi pour « séques­
migratoire Comment justifier, dès lors, ce Matteo Salvini nes en Cisjordanie. serve de base à de futurs boycotts.
tration de personnes aggravée » changement de pied ? Toute la Né en 1973, le dirigeant de Cette publication – qui inter­ Mais des risques de retombées
après avoir refusé, durant plus de journée, les parlementaires M5S la Ligue (extrême droite) vient dans un contexte sensible, économiques indirectes existent
trois jours en juillet 2019, le ont tenté d’échafauder une devient ministre de l’intérieur deux semaines après la présenta­ pour ces entreprises, y compris
débarquement de 131 migrants un devoir sacré, je soutiens que j’ai réponse satisfaisante. Le séna­ de Giuseppe Conte en 2018 tion du plan de paix du président pour les sociétés israéliennes,
sauvés dans le canal de Sicile et re­ défendu ma patrie. Je ne demande teur et ancien commandant de à la faveur d’une alliance avec américain, Donald Trump, qui notamment pour leur finance­
cueillis à bord d’un navire mili­ pas un prix pour ça. S’il doit y avoir bord Gregorio de Falco a mis en le Mouvement 5 étoiles (M5S). prône l’annexion de ces territoi­ ment à l’étranger.
taire italien, le Gregoretti. Las, le un procès, qu’il y en ait un », a­t­il avant les différences techniques Il mène une féroce politique res par Israël – a pris de court les « Les entreprises listées sont
spectacle qu’a donné la chambre assuré, crânement, avant de lan­ entre les deux navires, et le fait de lutte contre l’immigration. organisations de défense des maintenant formellement con­
haute italienne aura été tout cer : « Devant ce tribunal je n’irai que confiner les migrants sur le En août 2019, à la suite de droits de l’homme. nectées aux colonies, qui, selon le
autre, et c’est dans une extrême pas me défendre mais revendi­ Gregoretti était une « cruauté désaccords répétés, le M5S s’allie C’est par un simple communi­ droit international, sont illégales.
confusion que les discussions, quer. Non pas ce que j’ai fait per­ inutile ». D’autres avanceront au Parti démocrate, provoquant qué que le bureau de la haut­com­ Certaines compagnies israélien­
puis le vote, ont eu lieu. sonnellement, mais ce que nous qu’entre­temps, les accords de ré­ la fin de la coalition et le retour missaire aux droits de l’homme, nes ont eu des difficultés par le
L’ordre du jour soumis par deux avons fait collectivement. » partition des migrants avec les de Salvini dans l’opposition. Michelle Bachelet, a rendu pu­ passé à obtenir un prêt, après la
formations d’opposition, Forza partenaires de l’Italie avaient été blics les noms des entreprises simple mention par la presse, non
Italia (droite berlusconienne) et « Cruauté inutile » mis sur pied, et que rien ne justi­ épinglées par l’ONU. Parmi elles, confirmée, que leur nom figurait
Fratelli d’Italia (extrême droite Par ces mots, le chef politique de fiait cette sévérité… des sociétés de transports comme dans la liste », notait mercredi
postfasciste) visait à empêcher la la Ligue souligne une étrangeté Subsiste pourtant l’impression poser en victime d’une magistra­ la firme française Alstom – qui Ofer Zalzberg, analyste à l’Inter­
tenue d’un procès. Il a obtenu qui n’aura échappé à personne que la décision d’ouvrir la voie à ture politisée, adoptant une stra­ avait répondu à un appel d’offres national Crisis Group.
76 voix, tandis que les diverses dans l’assemblée : les sénateurs un procès de Matteo Salvini, tout tégie utilisée avec succès, en son pour le tramway de Jérusalem
composantes de l’actuelle majo­ M5S qui réclament sa mise en pro­ comme celle, inverse, prise douze temps, par Silvio Berlusconi ? avant d’y renoncer – ou encore de « Indépendance »
rité – gauche et populiste du Mou­ cès sont les mêmes qui, durant mois plus tôt, a surtout obéi à des Mercredi, le chef de la Ligue a célèbres sites de location ou de La société Airbnb – qui proposait
vement 5 étoiles (M5S), 152 voix quatorze mois et jusqu’à la rup­ considérations tactiques. semblé accepter de passer en ju­ tourisme installés aux Etats­Unis, 200 locations dans les colonies –
au total – ont voté contre, empê­ ture de la coalition, en août 2019, L’autre étrangeté de la situation gement. « Vous voulez un cobaye ? au Royaume­Uni ou aux Pays­Bas avait quant à elle décidé de sus­
chant l’adoption de ce texte. La ont approuvé son extrême fer­ est que les seules formations dé­ Me voilà ! », a­t­il même lancé à tels que Airbnb, Opodo, Expedia pendre son offre avant de faire
Ligue de Matteo Salvini a déserté meté sur la question migratoire. fendant l’action de Matteo Salvini l’hémicycle, provocateur. ou encore Booking.com. marche arrière sous la pression
les tribunes à la fin des débats, Ils veulent aujourd’hui obtenir en juillet 2019, Forza Italia et Il sait, dans tous les cas, que mal­ Mais la majorité de ces entrepri­ d’organisations juives américai­
refusant de participer au vote, que leur ancien allié soit pour­ Fratelli d’Italia, appartenaient gré le feu vert du Sénat, la tenue ses (94) sont israéliennes : ce sont nes qui l’ont accusée de « discrimi­
perdu d’avance. suivi pour des actes que, sur le alors toutes deux à l’opposition. d’un procès n’est pas encore ac­ des cafés, des stations­service, nation religieuse » devant un tri­
Avant cela, Matteo Salvini était moment, l’ensemble du gouver­ Dans ce jeu à fronts renversés, quise. L’affaire Gregoretti devrait des banques… Elles commercent bunal fédéral aux Etats­Unis.
monté à la tribune pour défendre nement avait soutenus. Matteo Salvini a longtemps hé­ être jugée devant le tribunal de sans s’en cacher sur le territoire Pour les organisations de dé­
les choix qu’il avait opérés à l’été Plus embarrassant encore, en fé­ sité sur l’attitude à adopter. Catane. Il reviendra donc aux ma­ de l’Etat hébreu comme dans les fense des droits de l’homme, cette
2019, quelques semaines avant sa vrier 2019, devant le même Sénat, Faut­il tenter d’échapper à un gistrats siciliens de choisir entre colonies. Elles sont surtout dé­ publication, qui a suscité tant
rupture avec le M5S, qui allait le un vote sur la mise en procès de procès dans lequel il serait théori­ le classement sans suites et une ployées dans les colonies les plus d’atermoiements au plus haut ni­
renvoyer sur les bancs de l’oppo­ Matteo Salvini dans le cadre d’une quement passible de quinze an­ audience périlleuse et inédite.  proches du territoire israélien, veau – le secrétaire général des
sition. « La défense de la patrie est procédure similaire – le Diciotti nées de prison ou, au contraire, se jérôme gautheret notamment les banlieues de Nations unies, Antonio Guterres,
Jérusalem, dont certaines ont été, avait été accusé de repousser sa
au fil des décennies, intégrées au sortie alors que Washington met­
tissu urbain de la partie israé­ tait son financement à l’ONU
lienne de la ville. dans la balance – est salutaire.

Lourdes condamnations en Russie contre La crainte de futurs boycotts


Cela explique en partie l’effet de
« Cela montre l’indépendance de
la haut­commissaire et du conseil
des droits de l’homme », salue
choc que ce rappel au droit inter­ John Fisher, de l’organisation

des jeunes antifascistes pour « terrorisme » national a suscité en Israël, et le


réflexe quasi unanime de con­
damnation qui l’a suivi. De la part
Human Rights Watch. La Fédéra­
tion internationale des droits de
l’homme (FIDH) voudrait, pour
Sept hommes âgés de 23 à 31 ans devront purger des peines de six à dix­huit ans de prison du gouvernement d’abord, dont sa part, y lire « un rappel ferme
la majorité parlementaire a mul­ aux Américains que les Nations
tiplié, depuis 2015, les projets de unies accordent la primauté au
loi à la Knesset visant à légiférer droit international pour ne pas
moscou ­ correspondance présidentielle puis lors des matchs Interrogé l’an passé sur cette af­ sur les colonies, brouillant la dis­ créer de précédent ».
de la Coupe du monde de football. Les actes de faire et les accusations de torture à tinction entre le droit israélien et Révisée annuellement, cette

C hoquant ! Mais, hélas, pas


surprenant… » Comme de
nombreux défenseurs des
droits de l’homme à Moscou, la
représentante de Human Rights
Des accusations jamais confir­
mées par des preuves.
Le FSB est en revanche soup­
çonné d’avoir monté l’affaire pour
faire planer devant l’opinion une
torture physique
se sont multipliés
pour obtenir des
l’encontre des enquêteurs, Vladi­
mir Poutine avait demandé à être
tenu informé. « Le président a or­
donné plus d’une fois que tout se
fasse dans le respect de la loi », s’est
le régime d’occupation militaire
qui y demeure en vigueur depuis
1967, notamment dans le do­
maine économique.
Le chef de l’opposition de centre
liste pourra évoluer. « Nous allons
maintenant lancer de nouvelles
campagnes pour que ces entrepri­
ses agissent en conformité avec le
droit international », souligne
Watch, Tanya Lokshina, dénonce menace sur le pouvoir et justifier aveux de certains contenté de réagir son porte­pa­ droit, l’ex­chef d’état­major Benny Nada Awad, de l’Institut du Caire
avec horreur mais impuissance les ainsi la répression sur l’opposi­ role Dmitri Peskov, après le ver­ Gantz, a lui aussi critiqué la publi­ pour l’étude des droits de
lourdes condamnations pronon­ tion. « Un cas d’école », s’est indi­
suspects dict. Quant au chef du conseil cation de l’ONU, dénonçant « une l’homme. 
cées par un tribunal militaire, gnée Svetlana Gannouchkina, fi­ présidentiel sur les droits de journée noire pour les droits de louis imbert
lundi 10 février, contre sept jeunes gure de Mémorial, organisation de l’homme, Valeri Fadeïev, il s’est re­ l’homme », tout comme le parti et marie bourreau
militants antifascistes d’extrême défense des droits humains. Pour tré le groupe et organisé des en­ fusé à tout commentaire sur l’af­
gauche. Ces anarchistes, présentés l’ONG, qui avait inscrit les sept de traînements au tir. Le procès pour faire ou sur le recours régulier aux
comme de dangereux « terroris­ Penza dans la liste des « prison­ « organisation extrémiste » et « ten­ tortures. Les propositions faites
tes », devront purger des peines de niers politiques » durant leur dé­ tative de coup d’Etat » est en cours. par les ONG pour changer la situa­
six à dix­huit ans de prison alors tention préventive, le FSB a fondé Pour quatre des prévenus considé­ tion sont restées lettres mortes. EUROPE UKRAINE
que leurs aveux ont été largement les poursuites sur des confessions rés comme « dangereux », la déten­ « Ce verdict nous rappelle ceux de Les eurodéputés L’ex-ambassadrice
obtenus sous la torture et douteuses obtenues auprès de tion provisoire vient d’être pro­ l’ère stalinienne, a regretté Andreï prônent la fermeté américaine à Kiev
qu’aucun projet d’attentat n’a été militants arrêtés dans une autre longée. Lors d’une audience en Kolesnikov, historien et politolo­ vis-à-vis de Londres juge « amorale » la
mis au jour. « C’est un nouvel affaire de drogue. octobre 2019, deux des suspects gue du centre Carnegie, à Moscou. Le Parlement européen s’est diplomatie de son pays
exemple de l’arbitraire : accusa­ qui avaient demandé leur libéra­ Condamner un jeune homme à dix­ prononcé, mercredi 12 février, L’ex­ambassadrice des Etats­
tions fabriquées, preuves inven­ « Du stalinisme » tion et assignation à résidence, se huit ans de prison alors qu’il n’a ni pour le durcissement Unis en Ukraine, dont le rap­
tées, aveux forcés sous la violence, Ces dernières années, les autorités sont ouvert les veines au tribunal. tué ni battu personne, qu’il n’a pas du mandat de négociation pel a été mentionné lors du
lourdes condamnations pour faire multiplient les poursuites judi­ Si les accusations de terrorisme volé de milliards, c’est du stali­ de la Commission avec le procès en destitution du
peur…, prévient Tanya Lokshina. ciaires contre divers groupes poli­ contre les sept jeunes de « Ré­ nisme. A l’époque de Khrouchtchev Royaume­Uni dans le cadre président Donald Trump, a
Cela peut arriver à n’importe le­ tiques avec des accusations de seau » n’ont pas été prouvées, les et même de Brejnev, les peines du Brexit. Les élus indiquent dénoncé, mercredi 12 février,
quel d’entre nous qui critique le terrorisme ou d’extrémisme. Il prévenus ont, en revanche, large­ d’emprisonnement étaient plus fai­ que « les normes de l’UE – so­ la diplomatie de Washington
système. C’est la Russie dans la­ s’agit non seulement d’organisa­ ment détaillé les falsifications bles pour une affaire similaire. C’est ciales, en matière d’environne­ lors d’un discours à l’univer­
quelle vivent nos jeunes. » tions violentes mais aussi de di­ derrière les poursuites. Des ar­ la démonstration de la volonté de ment, d’emploi et d’aides sité de Georgetown. « Le
Les sept jeunes hommes âgés de vers mouvements politiques ou mes ont été placées chez certains l’Etat de se défendre contre toute d’Etat – doivent être préser­ département d’Etat américain
23 à 31 ans, originaires de Penza, religieux, modérés et critiques des suspects. Les actes de torture se manifestation de mécontente­ vées afin d’éviter tout nivelle­ a un problème », a estimé
dans le centre de la Russie, avaient autorités. Parmi eux : « Nouvelle sont multipliés : violences physi­ ment. » Un message clair adressé à ment par le bas ». Le porte­ Marie Yovanovitch, ajoutant
été arrêtés en 2017 et 2018. Ils sont grandeur », un groupe de jeunes ques, menaces avec pistolet para­ la jeunesse alors que le Kremlin, parole du premier ministre que la « politique étrangère
accusés d’appartenir à « Réseau », qui, sur la messagerie Telegram, lysant, brûlures avec fils électri­ pour répondre à une contestation britannique a réagi en assu­ amorale » des Etats­Unis
une organisation classée comme échangeaient des messages ques pour obtenir des aveux. Le sociale grandissante liée à la baisse rant : « Nous n’accepterons « jouant sur l’absence de clarté,
terroriste par les services de sécu­ contre le Kremlin et s’engageaient juge n’en a pas tenu compte et les du pouvoir d’achat, s’apprête à en aucune façon l’alignement qui remplace la confiance par
rité. Le FSB, héritier du KGB, assure à œuvrer pour « rendre à la Russie plaintes déposées par les accusés modifier au pas de charge la cons­ sur les règles de l’UE. » Les les menaces, la peur et la
qu’ils ont voulu préparer des at­ son ancienne grandeur ». Au auprès du comité d’enquête n’ont titution russe.  pourparlers devraient com­ confusion, ne peut pas mar­
tentats en 2018 lors de l’élection moins un agent du FSB avait infil­ pas abouti. nicolas ruisseau mencer début mars. – (AFP.) cher à long terme ». – (AFP.)

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
4 | international VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

Affaire Roger
Stone: Trump
accusé d’ingérence
judiciaire
Le président s’est indigné
des peines requises contre son ami,
accusé de mensonges au Congrès
washington ­ correspondant cureurs avaient requis entre sept
et neuf ans de prison.

A
la veille de l’acquitte­ La colère présidentielle contre
ment de Donald une « situation très injuste » et une
Trump par la majorité « erreur judiciaire » a rapidement
républicaine du Sénat produit ses effets. Quelques heu­
des accusations d’abus de pouvoir res plus tard, le ministère de la jus­
et d’obstruction du Congrès, le tice a pris la décision, très rare, de
5 février, la sénatrice du Maine Su­ réduire de moitié l’échelle des pei­ Roger Stone, à Washington, le 6 novembre 2019. CLIFF OWEN/AP
san Collins avait justifié son vote nes, assurant avoir tranché avant
en sa faveur en estimant que le la publication du message de Do­
président des Etats­Unis avait nald Trump. Dans la foulée, les sident Trump protégera ceux qui titulaire, William Barr. Ce dernier avait également accepté de répon­
« tiré les leçons » des conséquences quatre procureurs ainsi désa­ mentent au Congrès pour dissimu­ avait présenté en mars 2019 sa
Selon ses dre aux questions des élus.
de son comportement. Il lui était voués se sont spectaculairement ler sa propre inconduite, et que le version des conclusions de cette adversaires, Le départ du lieutenant­colonel
reproché d’avoir conditionné une retirés du dossier. ministre de la justice se joindra à « enquête russe », bien plus favo­ Vindman du Conseil de sécurité
invitation à la Maison Blanche du Après avoir publiquement féli­ lui dans cet effort ». rable au président que le rapport
l’acquittement nationale était attendu, mais il a
président ukrainien ainsi qu’une cité son ministre de la justice, lui­même, publié un mois plus de Trump par le été à la fois précipité et humiliant
aide militaire à Kiev à l’ouverture William Barr, pour ce revirement « Beaucoup de respect » tard. Il a également lancé des en­ puisque ce militaire, blessé lors
d’enquêtes visant ses adversaires inhabituel qui a frappé de stupeur L’enchaînement des événements quêtes visant cette investigation
Sénat le 5 février d’un déploiement en Irak, a été es­
politiques, à commencer par l’an­ Washington, le président des a rappelé quelle conception Do­ elle­même, nourrissant le dis­ a renforcé chez corté par des gardes jusqu’à la sor­
cien vice­président Joe Biden. Etats­Unis a nié toute interférence nald Trump se fait du troisième cours du président, selon lequel le tie du bâtiment qui abrite cette
Ce vœu pieux a été balayé par avec une décision de justice, mer­ pouvoir. « Je peux faire tout ce que travail du procureur spécial Ro­
lui un sentiment institution. Son frère jumeau, qui
Donald Trump une semaine plus credi, et a réitéré ses reproches vi­ je veux avec le ministère de la jus­ bert Mueller, pourtant nommé d’impunité y travaillait également comme ju­
tard, mercredi 12 février. Lorsqu’il sant la sévérité des peines d’abord tice », avait­il déclaré en décem­ par son propre ministère, a été riste, a été écarté de la même ma­
lui a été demandé quels enseigne­ envisagées. Interrogé sur un éven­ bre 2017, lors d’un entretien ac­ motivé uniquement par des con­ nière. Mardi, M. Trump a suggéré
ments il avait tirés de sa mise en tuel pardon de Roger Stone, une cordé au New York Times, ajoutant sidérations politiques. terférences prêtées à la Russie que le Pentagone, le corps d’ori­
accusation, il a répondu que les fois la sentence prononcée, Do­ avoir « beaucoup de respect » pour Donald Trump avait réagi à cha­ lors de la campagne de 2016. gine du lieutenant­colonel Vind­
démocrates étaient « corrompus » nald Trump s’est refusé à répon­ l’ancien attorney général de Ba­ que fois avec humeur lorsque Selon les adversaires du prési­ man, enquête sur son comporte­
et « vicieux », et que ses sondages dre, soulignant la gravité de rack Obama, Eric Holder, qui, se­ deux rapports de l’inspecteur gé­ dent des Etats­Unis, l’acquitte­ ment ; une acrimonie qui tranche
étaient « en hausse de dix points ». l’épreuve traversée par les mem­ lon lui, « a protégé le président, l’a néral du ministère de la justice, ment du 5 février a renforcé chez avec la mansuétude qui a poussé le
La veille, il s’était indigné sur son bres de son équipe de campagne protégé totalement » pendant ses Michael Horowitz, avaient dé­ lui un sentiment d’impunité. président à accorder sa grâce en
compte Twitter, au beau milieu de de 2016 déjà condamnés dans le deux mandats. menti ses affirmations. Le pre­ Usant de ses prérogatives, il a novembre 2019 à des militaires ac­
la nuit, de la lourdeur des peines cadre de l’« enquête russe », et vic­ Le républicain avait limogé, en mier visait le traitement de faveur d’ailleurs limogé, le 7 février, l’un cusés de crimes de guerre.
recommandées par quatre procu­ times, selon lui, de « gens corrom­ novembre 2018, son premier mi­ supposé réservé par la police fé­ de ses conseillers, le lieutenant­co­ Interrogée par la chaîne conser­
reurs concernant l’un de ses amis, pus » au sein de l’Etat fédéral. nistre de la justice, Jeff Sessions, dérale (FBI) à son ancienne adver­ lonel Alexander Vindman, qui vatrice Fox News, le 6 février, la
le consultant politique Roger Si la pression du locataire de la un fidèle de la première heure, saire démocrate, Hillary Clinton, avait témoigné devant la Chambre porte­parole du président, Stepha­
Stone, reconnu coupable, en no­ Maison Blanche était avérée, a es­ parce que ce dernier ne remplis­ dans l’enquête sur l’usage d’un dans l’affaire ukrainienne. Il s’est nie Grisham, a estimé que « la ma­
vembre 2019, de mensonges au timé le représentant démocrate sait pas à ses yeux la fonction prê­ serveur personnel lorsqu’elle aussi séparé de Gordon Sondland, nière horrible » avec laquelle Do­
Congrès et de subornation de té­ Adam Schiff, qui avait été le chef tée à Eric Holder. Il s’était récusé était secrétaire d’Etat (2009­2013). un homme d’affaires nommé am­ nald Trump a été traité pendant sa
moin dans le cadre de l’enquête de file de l’accusation lors du pro­ dans l’« enquête russe ». Dans le second, M. Horowitz avait bassadeur auprès de l’Union euro­ mise en accusation, selon elle, fait
sur l’ingérence russe dans l’élec­ cès en destitution, « elle enverrait Au contraire, Donald Trump ne jugé que cette même police avait péenne, chargé plus spécialement que « certains doivent le payer ». 
tion américaine de 2016. Les pro­ le message indubitable que le pré­ cesse de couvrir d’éloges l’actuel été fondée à enquêter sur les in­ du dossier ukrainien. Ce dernier gilles paris

Le pape refuse les femmes diacres et l’ordination d’hommes mariés


Face à la carence des vocations dans la région, les évêques d’Amazonie avaient demandé à François d’établir une sorte de régime d’exception

rome ­ correspondant portes closes avec des prélats région réunis en synode, a finale­ L’ouverture initiale du pape sur face à la fronde des franges les plus à continuer à accomplir des servi­
américains, qui s’est tenue lundi ment été écartée. « Je n’ai pas senti ce sujet, esquissée au sortir du conservatrices de l’épiscopat, était ces importants au sein de l’Eglise.

L a nouvelle avait transpiré


ces derniers jours dans la
presse italienne, après des
confidences faites par le pape
François lors d’une rencontre à
10 février au Vatican : l’ordination
d’hommes mariés pour remédier
à la carence des vocations de prê­
tres en Amazonie, demandée en
octobre 2019 par les évêques de la
l’Esprit saint à l’œuvre sur ce su­
jet », avait­il assuré à monsei­
gneur John Wester, archevêque
de Santa Fe, lors de cette réunion.
Sans doute les nombreuses
synode, avait provoqué au sein
du Vatican un tollé d’une am­
pleur inédite, dont témoigne la
polémique ayant entouré la sor­
tie en France d’un ouvrage d’une
le point le plus attendu de l’« ex­
hortation apostolique postsyno­
dale » publiée mercredi et intitulée
« Querida Amazonia » (Chère Ama­
zonie). Dans ce texte d’une soixan­
Sans annoncer concrètement la
moindre avancée au sujet des fem­
mes diacres, le pape a aussi rendu
hommage au rôle crucial des fem­
mes laïques pour transmettre la
oppositions soulevées par cette figure de l’épiscopat conserva­ taine de pages (65 dans sa version foi dans les communautés d’Ama­
hypothèse au sein de la Curie teur, le cardinal Robert Sarah (Des française), à tonalité très spiri­ zonie. « Elles devraient pouvoir ac­
auront­elles achevé de le confor­ profondeurs de nos cœurs, Fayard, tuelle et truffé de citations parfois céder à des fonctions, y compris des
ter dans ce choix, alors qu’un 18 euros, 180 p.), contenant une anciennes de ses prédécesseurs, le services ecclésiaux », écrit François,
temps de nombreux observa­ vigoureuse défense de la règle du pape François livre un message sans donner plus de détails.
teurs le disaient tenté d’accéder à célibat, et qui portait initiale­ qui se veut universel sous la forme Dans la foulée de la publication
la requête et de concéder à ment la signature du prédéces­ de « rêves » pour l’Amazonie. Dans de ce texte, le directeur éditorial
CULTURESMONDE. l’Amazonie une sorte de régime seur de François, le pape émérite le même temps, il rend hommage des dicastères pour la communi­
d’exception. Benoît XVI. Même si l’ancien à la culture et aux rites amazo­ cation du Saint­Siège, Andrea
du lundi pontife s’est vite dissocié de cette niens, raillés durant le synode par Tornielli, responsable de l’ensem­
Profond désaccord initiative éditoriale, s’est installée certains traditionalistes de ble des médias liés au Vatican, a
au vendredi En octobre, après trois semaines l’idée d’un désaccord profond en­ l’Eglise. Un groupuscule réputé souligné que la question « est
11H – 11H5 de débats au Vatican, une assem­ tre le pape et son prédécesseur, proche de traditionalistes catholi­ discutée depuis longtemps et
blée d’évêques venus des révélant l’ampleur des opposi­ ques avait volé dans une église des pourra l’être encore à l’avenir ».
Florian neuf pays d’Amazonie avait de­ tions entre réformateurs et con­ statues sacrées amazoniennes Reste que le pape François ne
mandé au pape d’envisager servateurs à l’œuvre au sommet pour les jeter dans le Tibre. cesse de prêcher pour un « chemin
Delorme d’ouvrir la prêtrise aux hommes de la hiérarchie de l’Eglise. En revanche, concernant les pro­ synodal », et d’insister sur la néces­
mariés et de relancer le débat pour Cette décision, qui apparaîtra à positions les plus concrètes, sa ré­ sité d’écouter les messages éma­
des femmes diacres, afin de répon­ beaucoup comme une reculade ponse est tout sauf explicite. Elle nant des églises locales. Or, en oc­
dre aux particularités d’une ré­ apparaît seulement en creux, à tobre, la proposition sur la fin du
gion difficile, où la pénurie de vo­ travers deux notes de bas de page, célibat avait été bel et bien votée
cations place les fidèles dans une les notes 132 et 133, dans lesquelles par les évêques amazoniens… En
franceculture.fr/ situation d’isolement qui les em­ Cette décision le pape exhorte « tous les évêques, l’espèce, François semble avoir été
@Franceculture pêche d’accéder à la communion. en particulier ceux de l’Amérique contraint de tenir compte des dy­
apparaîtra
© Radio France/Ch. Abramowitz

Concrètement, il s’agissait de per­ latine », à convaincre plus de mis­ namiques romaines, renonçant à
En
mettre à des hommes pieux (viri à beaucoup sionnaires à se rendre en Amazo­ un passage en force qui aurait pu
partenariat
avec
L’esprit probati) ayant une vie maritale
stable de devenir prêtres, en dépit
comme une nie. Pour François, il convient
aussi de mieux former les prêtres
mettre en péril ce qui reste la mis­
sion première des papes : éviter les
d’ouver- de la règle du célibat qui s’est pro­ reculade face pour un vrai « dialogue avec les risques de schisme et maintenir,
ture. gressivement imposée comme un
absolu au Moyen Age au sein de
à la fronde des cultures amazoniennes ». Il encou­
rage enfin les laïcs, hommes et
malgré les dynamiques contrai­
res, l’unité de l’Eglise. 
l’Eglise catholique romaine. conservateurs femmes, à travers des formations, jérôme gautheret

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

PLANÈTE
0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 |5

Coronavirus : Pékin revoit sa politique sanitaire
Des dirigeants ont été limogés alors qu’un nouveau mode de détection fait bondir les chiffres de contamination

pékin ­ correspondant directeur de la commission de la cessairement aggravée dans le Hu­ ves à l’issue du test et renvoyées tions des responsables politiques
santé du Hubei et de secrétaire du bei, mais la commission a changé chez elles. Quitte à contaminer
Même là où dans les autres provinces. « Nous

C
onstatant que les auto­ PCC au sein de cette dernière – ils de politique : elle accepte désor­ leur entourage. Qui plus est, seu­ aucun cas de devons corriger les surréactions
rités de la province du ont été eux­mêmes limogés le mais qu’une radio des poumons les les dépenses des personnes re­ ainsi que les mesures extrêmes et
Hubei, épicentre de la 11 février –, Wang Hesheng, jus­ soit considérée comme suffisante connues porteuses du virus sont
virus n’a été éviter une approche simpliste
crise du Covid­19, sont que­là numéro deux de la com­ pour diagnostiquer le virus. prises en charge par l’Etat. Pour décelé, les mises comme la fermeture ou la suspen­
totalement incapables de faire mission nationale de la santé, a Jusqu’à présent, dans le Hubei, les autres, la facture se monte à sion de tous les commerces », a dé­
face à la situation, Pékin fait tom­ pris une mesure spectaculaire : les autorités exigeaient des tests plusieurs milliers voire dizaine de
en quarantaine claré le président chinois.
ber les têtes et change de politi­ annoncer un nombre de nou­ standards d’acide nucléique (re­ milliers d’euros. et les contrôles Désormais, même là où aucun
que sanitaire. A la suite d’une veaux cas environ dix fois plus cherchant le matériel génétique Sur le réseau social Weibo, Xue cas de virus n’a été décelé, à tous
réunion du comité permanent élevé que les jours précédents. du virus). Or, non seulement les Dan, une jeune femme de 23 ans
fleurissent les niveaux – de la ville aux ges­
du bureau politique du Parti kits des tests n’étaient pas dispo­ habitant Wuhan raconte qu’elle a tionnaires de résidence en pas­
communiste chinois (PCC) – sa Hôpitaux débordés nibles en quantité suffisante mais eu de la fièvre le 25 janvier. Le 29, sant par les comités de quartier –
plus haute instance –, mercredi Selon les chiffres publiés jeudi nombre de médecins remettaient une radio confirme la présence et souvent, elles­mêmes contami­ fleurissent les mises en quaran­
12 février, Ying Yong, jusqu’ici 13 février, 14 840 nouveaux cas de leurs résultats en cause. Selon le d’un virus. Les responsables de nées par le virus. taine, les contrôles ou les limita­
maire de Shanghaï et considéré personnes contaminées par le vi­ Financial Times, Tong Chaohui, son quartier ne lui trouvant pas Autre signe de la perte de crédi­ tions de circulation assorties de
comme un proche du président rus dans le Hubei ont été enregis­ un expert qui conseille le gouver­ de place à l’hôpital, elle en bilité des autorités locales : début menaces comme l’interdiction
Xi Jinping, a été nommé secré­ trés la veille. Les jours précédents, nement, aurait révélé aux médias cherche une elle­même, en vain. février, la municipalité de Wu­ de passer des concours adminis­
taire du Parti dans le Hubei. Il y ce chiffre se situait entre 1 500 et locaux que, dans les bons hôpi­ Placée en quarantaine dans une han avait annoncé fièrement tratifs ou d’envoyer son enfant
remplace Jiang Chaoliang. Le 3 000. Le nombre de morts s’est taux du Hubei, les résultats des école réquisitionnée, on lui fait avoir vérifié la température des dans une école publique. Des
secrétaire du PCC à Wuhan, le élevé à 242. Des données qui font tests étaient fiables une fois sur subir un test. Négatif. Le 10 fé­ habitants dans 98,6 % des foyers mesures que ne contrôle plus Pé­
vrai patron de la ville, a égale­ bondir les statistiques nationales, deux. Le chiffre tombe à un sur vrier, elle commence à tousser. Le de la ville. A peine cette annonce kin, qui s’inquiète par ailleurs
ment été limogé. avec plus de 50 000 personnes dix dans les mauvais. lendemain, une deuxième radio faite, des centaines de personnes des conséquences économiques
Surtout, tout juste arrivé de affectées et plus de 1 300 décès. La Neil Ferguson, professeur constate que sa santé se détériore. ont ironisé et expliqué qu’elles de l’épidémie. Jeudi 13 février, le
Pékin pour cumuler les postes de situation sanitaire ne s’est pas né­ d’épidémiologie à l’Imperial Elle repasse un test : à nouveau devaient faire partie des 1,4 % China Daily publie un éditorial
College de Londres, estime lui négatif. Entre­temps, son mari restant car elles n’avaient pas mettant en garde les élus locaux
que seuls 10 % des cas sont détec­ présente quelques symptômes reçu la moindre visite d’un re­ trop zélés. « Les mesures de pro­
Au Vietnam, une commune proche tés. Pour qu’un test de cette na­
ture soit valable, il faut insérer
ainsi que son grand­père qui, lui,
meurt le 11 février.
présentant de la mairie.
L’une des difficultés auxquelles
tection ne doivent pas être débri­
dées », écrit le journal, rappelant
de Hanoï placée en quarantaine un endoscope dans les pou­ est désormais confronté Pékin est que « les mesures de contrôle sont
Une commune de 10 000 habitants située près de Hanoï a été mons. Débordés, les hôpitaux du Médecins venus de toute la Chine de rassurer la population et la un moyen de combattre le virus et
placée en quarantaine pour vingt jours par crainte d’une propa- Hubei se contentent de prélève­ Entre les chiffres à la baisse de ces communauté internationale en ne sont pas une fin en soi ».
gation du coronavirus, une première dans le pays. Cinq cas ments dans les voies respiratoi­ derniers jours et de tels témoi­ démontrant que la situation est L’Organisation mondiale de la
de Covid-19 ont été détectés à Son Loi, petite ville située à une res. Par ailleurs, les résultats ne gnages, l’écart devenait insuppor­ sous contrôle et qu’elle affiche des santé (OMS) fait, elle, preuve
trentaine de kilomètres au nord-ouest de la capitale vietna- sont connus qu’au bout de table. Sans compter que plus de « résultats positifs » selon Xi d’une grande prudence : « Il est
mienne. « Nous restons tous bloqués dans la commune et nous 48 heures alors qu’ils sont immé­ 40 avions se sont posés lundi Jinping, tout en changeant à la fois trop tôt pour essayer de prédire si
travaillons dans nos rizières et jardins », mais cela va certaine- diats dans le cas d’une radio. 10 février sur l’aéroport de Wu­ d’hommes et de stratégie sanitaire nous sommes au début, au milieu
ment affecter un grand nombre d’habitants ayant « un emploi à Malgré la censure sur l’informa­ han, officiellement fermé. A bord, dans la principale province ou à la fin de cette épidémie » a
l’extérieur comme peintre en bâtiment, ouvrier… », a indiqué Tran tion, de nombreux témoignages plusieurs milliers de médecins et concernée. Ainsi, alors que Pékin déclaré mercredi Michael Ryan,
Van Minh, un habitant joint par l’AFP. Selon lui, « une femme a montrent que des personnes qui, d’infirmiers, venus de toute la resserre son emprise sur Wuhan et directeur des urgences sanitaires
infecté sa famille et ses voisins ». Au Vietnam, quinze personnes selon leur médecin, sont porteu­ Chine prêter main­forte aux équi­ sur le Hubei, Xi Jinping semble à l’OMS. 
sont à ce stade touchées par l’épidémie. ses du virus, sont jugées négati­ pes médicales locales débordées… s’inquiéter de l’ampleur des réac­ frédéric lemaître

L’OMS espère encore contenir


l’épidémie sur le territoire chinois
Des scientifiques et des financeurs se sont réunis à Genève sous 0123
l’égide de l’organisation pour harmoniser la riposte face au virus

I l fallait bien rassembler, à


Genève et en ligne, quelque
quatre cents scientifiques,
mardi 11 et mercredi 12 février,
pour tenter de répondre aux prin­
« Il faut financer
la recherche,
qui fait partie
incessamment les résultats »,
précise le professeur Yazdan
Yazdanpanah, coprésident du fo­
rum au titre de la Collaboration de
la recherche mondiale pour la pré­
Jérôme Fenoglio,
Directeur du Monde
Jean-Hervé Lorenzi,
Président du Cercle des économistes

cipales questions en suspens dans de la réponse paration aux maladies infectieu­


l’épidémie de Covid­19, puisque
à l’épidémie » ses (GloPID­R). Un autre médica­ ONT LE PLAISIR DE VOUS CONVIER À LA CONFÉRENCE
c’est ainsi que l’Organisation mon­ ment, l’antiviral Remdesivir, déjà
diale de la santé (OMS) a rebaptisé YAZDAN YAZDANPANAH prescrit à des malades lors de l’épi­
la maladie due à l’infection par le coprésident du forum démie d’Ebola en Afrique de
nouveau coronavirus 2019­nCoV
(nom qui doit également être mo­
organisé par l’OMS l’Ouest, puis lors de celle en RDC,
avant d’être abandonné au profit COMMENT RECONCILIER LA
FRANCE AVEC SES TERRITOIRES ?
difié par l’instance internationale tions cliniques ? Jusqu’à quand un d’autres molécules plus actives.
de classification des virus). malade reste­t­il contaminant ? Comme cela a été fait face à
L’OMS estime en effet qu’il est Les données provenant de Chine Ebola, l’OMS va définir un plan di­
encore temps de contenir l’épidé­ sur les tests de diagnostic qui iden­ recteur pour un essai clinique in­
mie sur le territoire chinois, tifient la présence du 2019­nCoV ternational qui, cette fois, devrait
où sont concentrés 99 % des manquent de fiabilité, ce qui a évaluer de manière comparative LE VENDREDI 6 MARS DE 9 H À 13 H
60 335 cas confirmés et, à une ex­ amené les autorités chinoises à l’association lopinavir­ritonavir,
ception près, de la totalité des 1 369 amender les critères de définition seule ou combinée à d’autres mo­
décès recensés au 13 février. Un ob­ des cas de Covid­19. « Nous avons lécules, et le remdesivir. « Les fi­ Dans un contexte social explosif où les citoyens réclament une consultation
jectif qui ne pourrait être réalisé besoin de tests fiables et validés nanceurs doivent comprendre que plus directe de leurs opinions et alors que c’est au niveau territorial que les
qu’à la condition d’accélérer la pour une utilisation massive au lit dans une épidémie due à un virus Français ont le plus confiance dans leurs élus, quel rôle accorder aux
mise au point de tests, de traite­ du malade, insiste la docteure inconnu, la recherche fait partie de
ments et, à plus long terme, de vac­ Kieny. De même, il nous faut des la réponse à l’épidémie. Il faut donc territoires ?
cins contre le 2019­nCoV. tests sérologiques. » Ces derniers la financer. Elle doit s’orienter vers
« Nous avons beaucoup discuté identifient a posteriori les anti­ des projets ayant un impact dans À une semaine des élections municipales, le Cercle des économistes et Le
secteur par secteur afin de définir corps qu’une personne infectée a les mois qui viennent ou débou­ Monde vous invitent à débattre de cette question avec des intellectuels,
des priorités immédiates pour ce développés contre le 2019­nCoV. chent sur des résultats concrets économistes, entrepreneurs, politiques et représentants de la société civile
qui est réellement urgent, et de ne Cela permet de mieux établir le dans moins de dix­huit mois, plaide
pas disperser nos forces », explique nombre total de cas de l’épidémie. le professeur Yazdanpanah. Elle de premier plan.
la docteure Marie­Paule Kieny, doit commencer par répondre à des
spécialiste des maladies virales à Pas encore de traitement questions simples : les mesures de
l’Inserm, qui coprésidait le forum Autre question majeure, celle de la quarantaine et de distanciation so­
organisé par l’OMS. Durant les meilleure prise en charge théra­ ciale (restriction des voyages, fer­
deux journées de réunion, les peutique des malades. Il n’existe metures d’écoles…) fonctionnent­ ENTRÉE LIBRE ET GRATUITE dans la limite des places disponibles
scientifiques, mais aussi les finan­ pas encore de traitement ayant fait elles ? Quels sont les équipements Programme et inscriptions sur
ceurs, ont passé en revue les diffé­ la preuve de son efficacité. Plu­ de protection individuelle efficaces, www.weezevent.com/la-france-des-territoires
rentes dimensions de l’épidémie sieurs médicaments sont actuelle­ notamment pour les soignants très
et identifié les principales ques­ ment prescrits. Certains ont déjà exposés au virus ? »
tions. Il appartiendra à l’OMS de fait l’objet d’une utilisation expéri­ Quant à la recherche d’un vaccin, OUVERTURE DES PORTES À PARTIR DE 8 H 30
coordonner et d’harmoniser la mentale face aux coronavirus du l’OMS souhaite qu’elle soit con­ ---------
riposte en définissant des référen­ SRAS (SARS­CoV) et du syndrome duite sur plusieurs plates­formes, Auditorium de la Cité de l’Architecture et du patrimoine
tiels et des recommandations. respiratoire du Moyen­Orient de façon à pouvoir ensuite pro­ 7, avenue Albert-de-Mun
De nombreuses interrogations (MERS­CoV). C’est le cas de la com­ duire des lots sur différents sites. 75116 PARIS
n’ont pas encore de réponse : à par­ binaison de deux médicaments, Le tout début des essais cliniques,
tir de quand une personne infec­ Lopinavir et Ritonavir, régulière­ qui commencent par une phase
tée est­elle susceptible de trans­ ment employés contre le VIH. évaluant uniquement le risque de
mettre le virus ? Est­ce possible « Un essai clinique avec l’associa­ toxicité du produit, est prévu dans
avant l’apparition des symptômes tion Lopinavir­Ritonavir a été con­ seize semaines. 
ou s’il y a très peu de manifesta­ duit en Chine. Nous en attendons paul benkimoun

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
6 | planète VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

A G R I C U LT U R E

Déméter : les campagnes sous surveillance


Le dispositif de la gendarmerie, à l’initiative de la FNSEA, vise à prévenir les « atteintes au monde agricole »

ENQUÊTE Le 15 janvier, dans une tribune publiée sur le


sité du média Reporterre, une trentaine de
cles concernent les vols et les « groupes crimi­
nels organisés », les autres détaillent plutôt
tions, des dégradations, des insultes », assurait
Christophe Castaner le 13 décembre 2019.
« défenseurs de l’agriculture paysanne et bio­ comment « optimiser le partage de l’informa­ « Ces phénomènes, nous devons les prendre

L’
adjudant­chef s’est présenté logique » – incluant associations environne­ tion ». La gendarmerie, la FNSEA et JA « com­ très au sérieux : ils gâchent la vie des agricul­
cinq minutes pile avant mentales, la Confédération paysanne, le ré­ muniquent, de façon réciproque, régulière et teurs, inquiets chaque jour de savoir ce qui
l’heure convenue, le 26 jan­ seau de magasins Biocoop, Daniel Cueff, le simplifiée, des informations opérationnelles peut leur arriver. Ils nourrissent l’agribashing,
vier à 14 h 55. « On vient pour maire de Langouët (Ille­et­Vilaine), auteur du visant à anticiper la commission de faits dé­ la défiance et l’hostilité. » Aucun indicateur ne
Déméter, mais nous ne som­ premier arrêté antipesticides, ou encore Sylvie linquants ou de menaces pesant sur le secteur permet cependant de mesurer cet « agri­
mes pas là pour vous sur­ Nony – dénoncent la création d’une « cellule agricole », énonce l’article 3. bashing », dont les contours sont très vagues.
veiller », a assuré le gendarme. Tandis qu’il militaire pour surveiller les opposants à l’agro­ L’article 5, lui, spécifie comment « consa­ De toutes les « atteintes au monde agricole »,
prépare le café dans sa cuisine à Samonac industrie ». Associer le traitement des délits et crer des efforts significatifs à la détection et à les intrusions sont mises en avant comme, si­
(Gironde), Henri Plandé sait très bien qu’il ne les actions de militants, « c’est mettre sur le la neutralisation des menaces émanant de non les plus graves, du moins les plus inac­
s’agit pas d’une référence à Déméter, la même plan criminel le vol, le droit des popula­ groupuscules hostiles à certains secteurs d’ac­ ceptables. « L’agribashing et les intrusions, c’est
déesse grecque des moissons, et encore tions nomades, celui de la critique sociale et po­ tivité agricole ». La gendarmerie « mobilise le même sujet », soutient Etienne Gangneron.
moins à la marque de certification de pro­ litique », reprochent­ils au gouvernement. ses unités de recherches, d’anticipation opéra­ Le 5 février, des journalistes de France 3 Pays
duits issus de l’« agriculture biodynamique ». L’organisation du travail de renseignement tionnelle et de renseignement criminel sur la de la Loire et des militants de l’association
Non, la Déméter qui rend cette visite domi­ de Déméter repose sur une « convention de problématique des actions violentes ou toutes animaliste Red Pill se sont rendus dans l’éle­
nicale au président de la petite association partenariat » « renforçant la sécurisation par autres atteintes à l’encontre des exploitations vage de la présidente de la FNSEA, Christiane
Alerte pesticides Haute Gironde, est en fait la la gendarmerie des exploitations agricoles », « ON ASSISTE TOUT  agricoles, y compris dans le cyberespace ». Les Lambert, dans le Maine­et­Loire. Celle­ci était
« cellule nationale de suivi des atteintes au signée le 13 décembre par le ministère de l’in­ SIMPLEMENT À UNE  syndicats, pour leur part, doivent faire absente, et son époux n’a fait entrer que les
monde agricole ». Créée le 3 octobre 2019 et térieur et la gendarmerie nationale avec deux « remonter » toute « menace locale envers une journalistes. « Ma famille et mes salariés (…)
pilotée par la gendarmerie nationale, elle a syndicats agricoles : la Fédération nationale CRIMINALISATION  exploitation ou plus généralement envers les ont fait face à cette irruption brutale et cho­
pour objectif de « prévenir la commission des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), professions en lien avec l’agriculture ». quante avec sang­froid, professionnalisme et
d’actes délictueux », précise le dossier de majoritaire, et Jeunes agriculteurs (JA), à l’ex­ DES ACTIONS ET DES  Saisie d’une « vive inquiétude » dès l’an­ dignité », a­t­elle écrit sur Facebook.
presse du ministère de l’intérieur. Sa mis­ clusion des autres. Ni la Confédération pay­ nonce de la création de la cellule Déméter, la « Ça peut devenir le sport du vendredi soir,
sion : déjouer les « actes crapuleux » perpé­ sanne, qui s’oppose au modèle agricole inten­
DISCOURS DE LA  Ligue des droits de l’homme n’avait pas eu ac­ s’inquiète Etienne Gangneron. C’est pour cela
trés en campagne, mais aussi les « actions de sif qu’elle juge représenté par la FNSEA, ni la SOCIÉTÉ CIVILE  cès au texte de la convention et en ignorait les qu’on a mis cette pression forte sur les pouvoirs
nature idéologique, qu’il s’agisse de simples Coordination rurale (classée à droite), n’ont « détails liberticides ». « Ce dispositif de sur­ publics pour avoir un dispositif qui donne un
actions symboliques de dénigrement du mi­ été associées aux discussions. QUI CRITIQUENT LES  veillance de copinage, fruit d’un délire sécuri­ coup d’arrêt. Déméter est calibrée pour arrêter
lieu agricole ou d’actions dures ayant des ré­ taire », déplore son président Malik Salem­ cette espèce de folie qui a pris notre pays envers
percussions matérielles ou physiques ». « DÉLIRE SÉCURITAIRE » LIMITES DU MODÈLE  kour, est un « outil d’incitation à dénoncer ses l’élevage industriel. » Mais les chiffres officiels
Le conseiller pédagogique de 62 ans et sa « Historiquement, ils s’opposent à tout travail AGRO­INDUSTRIEL » ennemis, les lanceurs d’alertes, ceux qui déran­ peinent à refléter cet « agribashing » déploré
compagne, vice­présidente de l’association, avec nous et ont un postulat anti­agribashing gent ». Pour Maureen Jorand, responsable de avec un hashtag par le syndicat depuis plus
pratiquent­ils le « dénigrement du milieu agri­ qui montre bien qu’ils contestent le mal­être MAUREEN JORAND plaidoyer au CCFD­Terre solidaire, « on assiste d’un an. Selon la FNSEA, le nombre d’intru­
cole » en organisant des états généraux des ri­ chez les paysans », argue Etienne Gangneron, responsable de plaidoyer tout simplement à une criminalisation des ac­ sions dans les élevages est passé de 8 en 2017 à
verains autour de la question des pesticides, vice­président de la FNSEA, qui n’en fait au CCFD-Terre solidaire tions et des discours de la société civile qui criti­ 16 en 2018, puis à 49 en 2019, mais serait bien
avec tables rondes, témoignages et exposi­ aucun mystère : c’est bien son syndicat qui quent les limites du modèle agro­industriel ». plus important « car beaucoup ne sont pas
tion photo ? L’adjudant­chef le questionne est à l’initiative de la création de Déméter. déclarées », explique M. Gangneron.
pendant une heure : qui sera là le 15 février ? L’« agribashing », ce dénigrement systémati­ « ESPÈCE DE FOLIE » La gendarmerie nationale prend ces chif­
Les viticulteurs conventionnels sont­ils les que dont le monde agricole serait victime, a Les noms des « suspects » seront­ils centrali­ fres avec des pincettes. Si elle confirme être à
bienvenus ? Comptent­ils aller manifester ? joué un rôle­clé. Le dispositif inclut d’ailleurs sés dans un fichier ? L’avis préalable de la l’origine de ceux de 2019, ainsi que cette ten­
« On prend le café, on est à la campagne, des « observatoires de l’agribashing » qui Commission nationale de l’informatique et dance à la sous­déclaration par les exploita­
raconte Sylvie Nony, mais on a le sentiment doivent être installés dans chaque départe­ des libertés « n’était pas requis », a écrit la tions, elle estime que « les chiffres d’intru­
d’être assimilés à des délinquants, voire à des ment par les préfets. On en relève vingt­deux CNIL dans un courriel au Monde, précisant sions ne sont pas fiables ». Elle n’est donc pas
crapules – puisque la cellule s’occupe d’actes à ce jour, d’après le décompte effectué par le qu’elle « restera toutefois particulièrement at­ en mesure de confirmer la multiplication par
crapuleux. » Même si rendez­vous avait été Comité catholique contre la faim et pour le tentive à tout dispositif qui, au sein de cette cel­ six de ces actes, qui demeurent minoritaires.
pris à l’avance, le couple a ressenti cette visite développement (CCFD)­Terre solidaire. lule, nécessiterait la mise en place de tels traite­ En 2019, près de 15 000 « atteintes à l’encon­
comme une « mesure d’intimidation ». « Il est « Depuis quand la police républicaine est­ ments ou d’échanges de données à caractère tre des agriculteurs » ont été répertoriées par
quand même venu accompagné d’un Robocop elle aux ordres d’une structure privée ? », inter­ personnel entre ses membres ». Déméter ne le ministère de l’intérieur, représentant une
avec pistolet sur la hanche et gilet pare­balles », pellaient les signataires de la tribune de Re­ s’intéresse pas à la petite association de rive­ augmentation de 1,5 % par rapport à 2018. Les
souligne cette historienne des sciences à la porterre. Rien d’extraordinaire à cela, selon rains, répond la gendarmerie nationale, mais deux tiers (64,5 %) concernaient des vols sim­
retraite, ignorant qu’il s’agit là de la tenue ré­ Fabien Jobard, directeur du Centre de recher­ aux « mouvements radicaux susceptibles de ples, qui sont en baisse : un tracteur est volé
gulière d’une patrouille de gendarmerie. ches sociologiques sur le droit et les institu­ déborder sur des actes violents ». Il s’agit de chaque jour. Les destructions et dégradations,
Aucun recrutement, aucun budget n’est for­ tions pénales (CNRS). La gendarmerie peut « lutter contre la criminalité qui frappe nos en revanche, sont en nette hausse : plus de
mellement prévu pour la cellule : seulement signer des accords avec des organisations campagnes, dans le respect des libertés indivi­ 23 %, avec 1 675 faits. Les agressions physiques
une « rondache » (blason) représentant la gre­ non étatiques pour la prévention de crimes duelles et de la liberté d’expression ». sont, elles, très rares : vingt­quatre vols avec
nade, symbole de la gendarmerie, en plein ou délits, comme le BTP confronté aux vols Le dispositif se déploie dans le cadre juridi­ violences ont été signalés par le ministère.
champ. Vols, dégradations comme des incen­ sur les chantiers. Ce qui est en revanche « iné­ que existant. Dans un cadre judiciaire, la Les médias ont rapporté deux agressions
dies ou des sabotages, cambriolages, occupa­ dit », estime le sociologue, spécialiste des for­ gendarmerie ne peut agir qu’à la suite d’une d’agriculteurs, en Charente­Maritime et dans
tions illégales de terrains par des « gens du ces de l’ordre, c’est qu’« une institution qui ga­ plainte, d’une saisine du procureur de la Ré­ l’Ain, frappés parce qu’ils épandaient de l’her­
voyage » ou des « free­parties » non autorisées, rantit la sécurité de tous contracte avec un ac­ publique ou quand elle constate une infrac­ bicide. L’association Générations futures, qui
« actions antifourrure »… Un vaste périmètre teur et un seul, qui est aussi le promoteur d’un tion. Dans le cadre administratif, elle « prend milite contre l’usage des pesticides, avait « fer­
de compétence qui nécessite d’effectuer « du type d’agriculture contre un autre ». contact avec la population pour anticiper mement » condamné cette dernière. Le mou­
renseignement en vue de réaliser une cartogra­ Cette « convention tripartite », publiée par l’émergence de troubles à l’ordre public ». vement « Nous voulons des coquelicots », qui
phie évolutive de la menace et de détecter Le Monde sur son site Internet, décrit la mise En annonçant la création de Déméter, le mi­ demande « l’interdiction de tous les pestici­
l’émergence de nouveaux phénomènes et/ou en place d’un système de maillage de rensei­ nistre de l’intérieur en défendait la légitimité. des », a déploré, le 7 février, la visite impromp­
groupuscules », ajoute le dossier de presse. gnement sur tout le territoire. Si deux arti­ « Nos agriculteurs sont visés par des intimida­ tue de l’élevage de Mme Lambert et réaffirmé

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 planète | 7

L’«agribashing», un levier
d’influence aux contours flous
La FNSEA brandit ce concept pour dénoncer le dénigrement de l’agriculture

A
gribashing. Rarement tant pas le cas… ou alors peut­être pour le CCFD­Terre solidaire. Si la
un terme aura occupé seulement au début. CE SONT « LE MODE DE  FNSEA emploie l’agribashing lors
l’espace public avec La première mention de l’agri­ PRODUCTION AGRICOLE  de la campagne des élections aux
une rapidité aussi fou­ bashing sur Twitter date du chambres d’agriculture en jan­
droyante. Soudain omniprésent à 10 mars 2016, sur le fil de Gil CONVENTIONNEL vier 2019, l’explosion ne survient
partir de la fin de l’été 2019, il a Rivière­Wekstein. L’homme, qui qu’à la fin de l’été. A l’appel du
connu une forme de légitimation se présente comme « rédacteur ET SES DIFFÉRENTES  syndicat, de nombreuses mani­
avec la création de Déméter, la d’Agriculture et environnement », festations d’agriculteurs contre
« cellule nationale de suivi des anime un site Internet destiné au
CARACTÉRISTIQUES » QUI  les « zones de non­traitement »
atteintes au monde agricole », en secteur et possède une micro­ SONT REMIS EN QUESTION aux pesticides et l’« agribashing »
octobre 2019. Présenté par le mi­ société de conseil, Amos Prospec­ ont lieu en France. Les médias re­
nistère de l’intérieur comme une tive, qui affiche des chiffres d’af­ EDDY FOUGIER prennent, le hashtag « agri­
réponse à l’agribashing, ce dispo­ faires supérieurs à 250 000 euros politologue et consultant bashing » se mue en une ten­
sitif de renseignement piloté par ces dernières années. « Je ne pense dance, le débat devient sociétal et,
la gendarmerie comprend l’instal­ pas qu’il y a de l’“agriculture en octobre, le dispositif Déméter
lation d’« observatoires de l’agri­ bashing”, en fait », expose­t­il dans Rapport dont il a partagé les ré­ est créé. Une inhabituelle « accélé­
bashing » dans les départements. une vidéo enregistrée au Salon de sultats préliminaires avec Le ration de la réponse politique alors
Selon la Fédération nationale l’agriculture, théorisant l’usage Monde. Selon lui, l’agribashing qu’il ne se passe rien sur d’autres
des syndicats d’exploitants agri­ du concept tel qu’il sera employé s’est imposé en trois temps. Après sujets importants comme les reve­
coles (FNSEA), le secteur agricole par la suite. « En revanche, ce qu’il y les limbes de 2016, donc, il végète nus des agriculteurs ou le soutien à
serait la cible de ce dénigrement a, c’est un “bashing”, une mise en dans quelques hashtags en 2017, la transition écologique », remar­
systématique qu’est l’agribashing. cause systématique et constante moment où « une communauté que Mme Jorand.
Plus de huit Français sur dix, de certains outils dont dispose de comptes de l’écosystème Twit­ Levier d’influence commode,
pourtant, assurent avoir une l’agriculture. » Une mise en cause ter agricole se structure et se déve­ l’agribashing a cependant l’incon­
bonne ou une très bonne opinion « mensongère avec une volonté de loppe autour de la notion ». vénient de ne faire parler d’agri­
son positionnement « pacifique ». Quant aux des agriculteurs, d’après un son­ nuire au système le plus vertueux Dans un deuxième temps, à par­ culture que de manière négative.
agressions verbales, dont tout le monde s’ac­ dage Odoxa­Dentsu Consulting de la planète », tient à préciser M. tir de mai 2018, il sort des frontiè­ Ainsi, la FNSEA n’en use plus
corde à dire qu’elles sont plus fréquentes pour Franceinfo et Le Figaro Rivière­Wekstein, assurant qu’il res agricoles pour trouver un qu’avec modération, et son pen­
qu’auparavant, elles ne sont pas quantifiées. effectuée en février 2019. Il s’agit ne s’agissait pas là du « fruit de écho auprès de personnalités mé­ dant positif, l’« agriloving », monte
« On hisse le drapeau de l’agribashing pour ré­ donc d’autre chose. Non pas d’une l’élaboration d’une commande ». diatiques et politiques autour des en force sur Twitter. Mais ce con­
pondre à toutes les tensions autour des ques­ critique de l’agriculture dans son Intrigué par le phénomène, le discussions sur la loi agriculture cept porte, lui, la patte de profes­
tions sur le modèle agricole et on englobe tout ensemble, mais d’une certaine Comité catholique contre la faim et alimentation (« Egalim »). sionnels de la communication : il a
dans Déméter, s’insurge Nicolas Girod, porte­ façon de la pratiquer. et pour le développement « C’est à ce moment qu’il se res­ été conçu par Bioline, une filiale
parole de la Confédération paysanne. Mais a­ Ce sont « le mode de production (CCFD)­Terre solidaire a comman­ treint aux questions des produits d’InVivo, le premier groupe coopé­
t­on besoin d’une cellule pour répondre aux agricole conventionnel et ses diffé­ dité un rapport au cabinet Saper, phytosanitaires et du bien­être ratif agricole français. 
vols ou à des problèmes similaires : non, cela rentes caractéristiques » qui sont spécialisé dans l’analyse des ten­ animal », explique Maureen Jo­ stéphane horel
existe déjà. » Depuis 2014 en effet, le dispositif aujourd’hui remis en question, dances sur les réseaux sociaux. rand, responsable de plaidoyer et stéphane foucart
Vigi Agri, aujourd’hui déployé dans soixante écrit Eddy Fougier, politologue et
départements, propose un système d’alerte consultant, dans un rapport sur le
par SMS et courriel pour informer les agricul­ sujet, réalisé pour le compte de la
teurs d’une infraction en temps réel. FNSEA Grand Bassin parisien en
septembre 2018. Soit : « Le recours
SUJET HAUTEMENT INFLAMMABLE aux produits phytosanitaires et
« La réalité de l’agribashing, argue M. Gangne­ aux biotechnologies, l’élevage in­
ron, c’est un phénomène permanent et récur­ tensif, les grandes exploitations,
rent de critique du modèle agricole français ». une agriculture tournée vers l’ex­
Ainsi « les Coquelicots et les antipesticides », portation, etc. », précise M. Fougier.
auxquels on reproche l’emploi des mots « pol­
lueurs » et « empoisonneurs » à l’encontre des Sans la Confédération paysanne
agriculteurs, « les élus qui prennent des arrêtés De fait, la convention signée par le
antipesticides », les « intrusions dans les éleva­ ministère de l’intérieur avec la
ges », « les vidéos de L214 », cette association de FNSEA et les Jeunes agriculteurs
protection animale qui s’est rendue célèbre (JA) dans le cadre de la cellule
en filmant la maltraitance dans les abattoirs, Déméter, que Le Monde publie sur
commettent, selon lui, un « agribashing » qui son site, exclut la Confédération
relève des compétences de Déméter. paysanne, opposée au modèle
Nul doute, note Fabrice Nicolino, journaliste agro­industriel qu’incarne selon
spécialiste de l’environnement et cofonda­ elle la FNSEA. Invitée aux réunions
teur, mi­2018, des « Coquelicots », qu’« il s’agit de mise en place des « observa­
d’une volonté de criminaliser la critique de toires de l’agribashing » (vingt­
l’agriculture industrielle à l’heure où flambe la deux à ce jour) organisées par les
consommation des pesticides ». Leur usage a préfectures, la Confédération pay­
en effet augmenté de 24 % entre 2017 et 2018, sanne a parfois abandonné les
et de 25 % en une décennie, selon les derniers lieux avec fracas. Comme le
chiffres du ministère de l’agriculture. Déjà 30 janvier, par exemple.
sensible, le sujet est devenu inflammable avec Porte­parole de l’organisation
la question de l’instauration de zones de non­ dans le Morbihan, Morgan Ody a
traitement de 5 à 10 mètres autour des habita­ quitté la réunion de la préfecture
tions, appliquées depuis le 1er janvier. de Vannes, pour protester, dit­elle,
« Si quelqu’un est contre les pesticides, fait contre cette « volonté de criminali­
partie des Coquelicots, ne connaît rien à rien sation des actions et du débat
(…) et passe son temps sur Twitter à insulter autour d’une certaine forme d’agri­
les agriculteurs et à dire que ce sont des tueurs culture ». « A­t­on envie de broyer
parce qu’ils utilisent des pesticides autorisés des poussins ? On a le droit de poser
par les pouvoirs publics, à un moment moi je la question ; il n’y a pas de délit
dis stop », s’insurge M. Gangneron. Faut­il en­ d’opinion à avoir un débat de so­
voyer la gendarmerie pour une injure ? « Oui, ciété sur le sujet », explique­t­elle.
pourquoi pas », répond­il. L’agribashing s’est imposé
En Gironde, la gendarmerie dément être comme un « point Godwin » de la
intervenue dans le cadre de Déméter. critique du système agricole in­
« M. Plandé n’est pas dans le collimateur des tensif – ce moment d’une discus­
groupuscules dangereux qui commettent des sion où un mot jeté au visage de
infractions pénales, assure la colonel Olivia son interlocuteur disqualifie
Poupot, chargée du département. Et ce n’est toute son argumentation d’un
pas dans cet esprit que nous allons mettre en coup d’un seul. Cette efficacité
place Déméter. » La visite relevait de l’ordre redoutable fait soupçonner la
public et, si le gendarme a employé le mot Dé­ main invisible de professionnels
méter – « Je ne le nie pas, je n’y étais pas », dit­ de la propagande. Ce n’est pour­
elle –, « je regrette qu’il y ait eu un amalgame ».
« Les attentes sociétales sont peut­être par­
fois exprimées de manière radicale, mais cette
cellule ne fait que remettre de la tension entre C’EST « UNE MISE EN 
deux mondes, redoute Nicolas Girod, de la CAUSE SYSTÉMATIQUE ET 
Confédération paysanne. Si on n’écoute pas
cette critique pour formuler des solutions, on CONSTANTE DE CERTAINS 
fonce vers un affrontement idéologique, voire
pire, entre les deux. Or la cellule Déméter règle OUTILS DONT DISPOSE 
cela par la police, et non par le dialogue. » La
saison des épandages de pesticides approche.
L’AGRICULTURE »
Et dans les campagnes on s’inquiète déjà : des GIL RIVIÈRE-WEKSTEIN
insultes d’un côté, de la délation de l’autre.  rédacteur du site « Agriculture
stéphane horel et environnement »

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

FRANCE
0123
8| VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

RÉFORME  DES  RETRAITES

Retraites : dans
le flou, les députés 
LRM réclament
des éclaircissements
Dans une lettre au premier ministre,
deux piliers de la commission
des finances de l’Assemblée nationale
demandent à pouvoir juger de la
« faisabilité financière » du projet de loi

A
cinq jours du début des dé­ de questions, aussi techniques que centrales.
bats en séance, à l’Assem­ En effet, le passage à un système universel
blée nationale, sur la ré­ doit modifier en profondeur les paramètres
forme des retraites, la séré­ de calcul des pensions et des cotisations
nité est loin d’être revenue pour les salariés, mais aussi pour les fonc­
au sein de la majorité. Alors tionnaires, les agents des collectivités terri­
que la commission spéciale a achevé ses toriales ou encore les indépendants.
travaux, mercredi 12 février, sans avoir pu
examiner l’ensemble des deux projets de « NOUS AVONS BESOIN DES CHIFFRES »
loi (ordinaire et organique) instituant un Pour le moment, « c’est “tout va bien, ma­ du gouvernement. Pour Olivia Grégoire, dé­ bres de l’Association des journalistes de l’in­
système universel de pensions, la question dame la marquise”. Mais rien n’est clair », dé­ putée LRM à Paris et vice­présidente de la formation sociale.
de l’impréparation de l’exécutif continue plore Mme Cariou, également porte­parole du commission des finances, « ce courrier est Dans leur viseur, une meilleure prise en
d’agiter le Palais­Bourbon. groupe LRM à la commission des finances de parfaitement légitime ». « Il a été fait avec compte de la pénibilité par rapport à ce que
Dans une lettre adressée mardi au premier l’Assemblée nationale : « Certes, ce sont des l’accord des commissaires aux finances », propose le texte. Alors que les partenaires
ministre Edouard Philippe, et dont Le Monde sujets pour partie lointains, mais nous avons rappelle­t­elle : « C’est notre rôle de deman­ sociaux devaient être reçus jeudi à Mati­
a pu prendre connaissance, deux piliers (La besoin des chiffres de l’économie globale de la « C’EST “TOUT VA  der des précisions et de nous intéresser au fi­ gnon par Edouard Philippe pour « faire un
République en marche, LRM) de la commis­ réforme, sur ses impacts financiers et budgé­ BIEN, MADAME nancement de la réforme, au moment où dé­ bilan » des concertations lancées en début
sion des finances de l’Assemblée nationale, taires. Cela va au­delà de la question de l’équi­ bute la conférence de financement. » d’année, notamment sur ce point, les dépu­
Emilie Cariou (Meuse) et Laurent Saint­ libre [du système d’ici à 2027] qui est discutée LA MARQUISE”. « Ce qui est moins normal, c’est qu’il se re­ tés entendent mettre la pression. « Si ça de­
Martin (Val­de­Marne), listent les interroga­ en conférence de financement. » trouve dans la presse », regrette­t­elle. Même vait ne pas aboutir, on prendrait nos respon­
tions concernant les « mesures de compensa­ « Rien qu’avec les questions de cette lettre, MAIS RIEN réaction du rapporteur général des projets sabilités sur la pénibilité », a ainsi affirmé
tion » envisagées pour accompagner la ré­ on est sûrement déjà sur un paquet de mil­ de loi retraites, Guillaume Gouffier­Cha. M. Gouffier­Cha. « On a déjà plusieurs ver­
forme pour les différentes populations con­ liards d’euros », estime­t­elle. « Le finance­
N’EST CLAIR » « Emilie Cariou et Laurent Saint­Martin sont sions [d’amendements] qui sont prêtes », le
cernées, et dont les modalités et le coût ne ment d’une telle réforme ne peut pas seule­ ÉMILIE CARIOU parfaitement dans l’exercice de leurs fonc­ choix étant « suspendu aux annonces » de
sont pas encore connus. ment se réfléchir par rapport à l’équilibre du députée LRM (Meuse) tions de parlementaires, juge le député LRM l’exécutif, a­t­il ajouté.
Montant et ciblage des compensations fi­ système des retraites et de l’assurance­ et membre de la du Val­de­Marne. Ce que je regrette, ce sont
nancières pour les enseignants et les cher­ vieillesse. Se pose aussi la question plus glo­ commission des finances les propos de ma collègue [Emilie Cariou]. « UN EXÉCUTIF TROP À DROITE »
cheurs, impact des prélèvements de cotisa­ bale du budget de l’Etat », fait savoir M. Saint­ Cela fait une semaine qu’il y a des travaux en Autre sujet sur lequel les représentants de la
tions sur les primes des fonctionnaires (qui Martin, nouveau rapporteur du budget de­ commission spéciale et, sauf erreur de ma majorité entendent peser : celui des droits
n’étaient pas prises en compte auparavant), puis janvier. « Il s’agit toutefois de questions part, je ne l’y ai pas vue. » familiaux. « Nous pensons que nous pou­
conséquence de la baisse de cotisations de annexes, ce n’est donc pas la même tempora­ Quoi qu’il en soit, les députés de la majo­ vons aller plus loin », a indiqué le rapporteur
l’Etat employeur pour l’aligner sur le régime lité », nuance­t­il. rité comptent bien se faire entendre lors général. Le projet de loi modifie profondé­
universel, éventuels perdants, cas des avocats En privé, plusieurs membres de la com­ des débats en séance. L’objectif : prouver ment le système actuel, en accordant aux
qui devraient bénéficier d’abattements spéci­ mission des finances ont regretté, ces der­ qu’ils sont « tout sauf un mouvement de go­ parents une majoration en points de 5 % dès
fiques, répercussions sur les comptes de la nières semaines, de n’avoir pas été davan­ dillots ou de droïdes », comme l’a expliqué, le premier enfant. L’idée serait de proposer
Sécurité sociale… Pas moins d’une quinzaine tage sollicités pour passer au crible le texte mardi, M. Gouffier­Cha devant des mem­ « un plancher » pour qu’une partie des

L’exécutif toujours empêtré dans le débat sur la valeur du point


Depuis vendredi, le gouvernement est obligé d’expliquer qu’un nouvel indicateur va être créé pour calculer les futures pensions

L’ exécutif ne parvient tou­


jours pas à faire preuve
de pédagogie sur son
projet de loi sur les retraites. De­
puis le 7 février, il est sommé de
De quoi parle­t­on ? Jusqu’à pré­
sent, les choses semblaient relati­
vement claires : le premier minis­
tre, Edouard Philippe, avait assuré,
le 11 décembre 2019, devant le
la bronca des députés de l’opposi­
tion taxant l’exécutif d’« amateu­
risme », M. Pietraszewski a re­
connu que cet indicateur
« aujourd’hui n’existe pas » et reste
claironner qu’il n’y aurait pas de
baisse des pensions car la valeur du
point serait fondée sur l’évolution
du salaire moyen ».
Au contraire, selon Frédéric Sève
dixième de ceux des salariés, se­
lon l’institut. Reste à savoir com­
ment ce « revenu d’activité
moyen » sera construit.
A l’Insee, on reconnaît « avoir
fonction publique conduit à une
dynamique des salaires des fonc­
tionnaires moins favorable que
ceux du privé, souligne­t­il. Et de­
puis dix ans, le revenu des indépen­
s’expliquer sur un aspect en ap­ Conseil économique, social et « à créer ». Cette mission serait (CFDT), « il faut indexer sur l’en­ appris par la presse l’existence de dants est moins dynamique que ce­
parence technique, mais central, environnemental, que la loi « pré­ confiée à l’Insee. Pourquoi ce semble des revenus qui concourent ce sujet ». Jean­Luc Tavernier, son lui des salariés du privé. »
de la réforme : l’évolution de la voira une indexation progressive changement ? « Il est intéressant au système, juge­t­il. Indexer sur directeur général, indique que, Tous les experts ne sont pas
valeur du point servant au calcul non pas sur les prix, comme de le créer, parce que (…) le point ne une partie d’entre eux serait une pour l’heure, l’institut statistique aussi alarmistes. « A partir du mo­
de la retraite. aujourd’hui, mais sur les salaires, va pas concerner que les salariés, manipulation ». Pour Regis Mez­ « n’a pas été saisi » d’une demande ment où l’on passe à un système
Mercredi, la porte­parole du gou­ qui, dans notre pays, augmentent mais l’ensemble des Français, les zasalma (CGT), « c’est cohérent de construction d’un nouvel indi­ universel, et où l’on veut que les re­
vernement, Sibeth Ndiaye, est re­ plus vite que l’inflation ». revenus des indépendants, des avec l’esprit de ce que le gouverne­ cateur. Même si « le gouverne­ venus des retraités ne décrochent
venue sur le sujet lors du compte­ fonctionnaires, avait justifié le se­ ment veut faire ». « Mais comme ment et le Parlement sont autori­ pas par rapport à ceux des actifs, il
rendu du conseil des ministres. « Une manipulation » crétaire d’Etat aux retraites. Il est on n’a pas de visibilité sur ce que ce sés à demander des productions est légitime d’intégrer les revenus
« L’engagement, il est très clair : Si la mention de l’indexation sur donc juste et objectif de constituer nouvel indicateur va être, on est to­ statistiques, comme l’est la société des différents actifs », pointe Phi­
nous souhaitons avoir l’indexation les salaires est reprise dans l’étude un indicateur qui concerne toutes talement dans l’inconnu sur ses in­ civile, cela est de toute façon réa­ lippe Martin, patron du Conseil
de la valeur du point sur une don­ d’impact publiée le 24 janvier, ces populations. » cidences », regrette­t­il. lisé de façon indépendante », rap­ d’analyse économique. « Techni­
née qui est plus dynamique que l’article 9 du projet de loi indique, Pas de quoi faire taire les criti­ pelle M. Tavernier. quement, je ne vois pas où est le
simplement l’inflation des prix lui, qu’elle suivra « l’évolution an­ ques. « C’est révélateur de tout le Nouvel indicateur à construire Pour Mathieu Plane, écono­ loup, glisse un bon connaisseur
d’un côté, et de l’autre côté nous nuelle du revenu moyen par tête ». reste, déplore Pierre Roger (CFE­ Si les fonctionnaires sont déjà con­ miste à l’Observatoire français des du sujet. Mais d’un point de vue
avons un engagement très ferme, Une formulation devenue « re­ CGC). Cela montre la totale impré­ sidérés comme salariés par l’Insee, conjonctures économiques, de communication politique, ce
inscrit dans la loi, pour que la va­ venu d’activité moyen par tête » paration du gouvernement sur le ce n’est pas le cas des indépen­ « cette revalorisation devrait être débat tombe mal, à un moment
leur du point ne baisse pas, de ma­ après adoption d’un amende­ sujet. » D’autant, estime­t­il, que dants (artisans, commerçants, plus favorable que l’inflation, mais où le gouvernement essaie de ras­
nière à garantir un niveau de pen­ ment gouvernemental en com­ cela revient à « prendre le contre­ professions libérales, autoentre­ moins que le salaire moyen du sec­ surer les gens sur la valeur de leur
sion adéquat pour l’ensemble des mission spéciale au Palais­Bour­ pied de tout ce qu’a dit l’exécutif de­ preneurs…), dont les revenus re­ teur marchand ». « En effet, le gel retraite. » 
Français », a­t­elle assuré. bon. Problème : le 7 février, devant puis deux ans, lui qui n’a cessé de présentent, en masse, environ un régulier du point d’indice de la r. b. d. et a. t.

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 france | 9

En grève depuis six semaines, les


avocats durcissent le mouvement
La plupart des barreaux ont reconduit la mobilisation contre la réforme

E ntrée dans sa sixième se­


maine, la grève des avocats
contre la réforme des re­
traites se durcit depuis quelques
de Paris, selon lequel les réponses
du gouvernement au mouve­
ment sont « trop peu et trop tard ».
Mais, pour l’heure, cette solida­
« QUE L’ON NE NOUS 
RENDE PAS 
gime universel », prévient un pro­
che du gouvernement. Le dialogue
de sourds semble se poursuivre.
En attendant, certains magis­
jours. En dehors de quelques bar­ rité n’a pas dépassé les mots, alors RESPONSABLES  trats se plaignent de voir la jus­
reaux qui ont mis fin cette se­ que les grands cabinets tournent tice et les justiciables pris en
maine au mouvement ou en ont comme si de rien n’était, tandis DE LA DÉGRADATION otage dans un conflit social qui
adouci les modalités, la plupart que seuls 10 % des avocats pari­ ne les concerne pas. A Paris, Sté­
ont reconduit la mobilisation. siens seraient affectés par la
DE LA JUSTICE À L’ŒUVRE  phane Noël, président du tribu­
« Les jeunes avocats sont hyper­ grève. « Cette AG était une grand­ DEPUIS DES ANNÉES » nal judiciaire, et Rémy Heitz, pro­
mobilisés alors qu’ils sont les pre­ messe surchauffée où la suren­ cureur de la République, disent
miers à voir leur trésorerie souffrir chère était forcément gagnante, et MANUEL FURET d’une même voix aux avocats :
de la grève. Je ne m’attendais pas la critique du mouvement inaudi­ bâtonnier de Toulouse « Ça suffit ! »
du tout à ce qu’ils votent lundi ble », commente un participant Lors d’un entretien avec Le
[10 février] la reconduction de la qui préfère rester anonyme tant Monde et Le Figaro, mercredi
grève dure », explique un bâton­ les tensions entres avocats s’exa­ simplification de l’action publi­ 12 février, les chefs de la plus im­
nier qui souhaite rester ano­ cerbent au fil des semaines. que déposé par Bercy au Sénat le portante juridiction du pays dé­
nyme. Le Conseil national des A Toulouse, le mouvement de 5 février, de l’article 45, qui auto­ plorent « une dégradation impor­
barreaux (CNB), l’instance repré­ grève dure se poursuit, malgré le rise les compagnies d’assurances tante de l’action judiciaire, et une
sentative des 70 000 avocats du cri d’alarme lancé il y a deux se­ à s’immiscer dans la négociation dégradation très nette des rela­
pays, avait décidé, le 7 février, maines par l’assemblée générale des honoraires d’un avocat avec tions entre avocats et magis­
d’appeler à la poursuite de la mo­ du tribunal. « La situation est très son client couvert par une assu­ trats ». Selon eux, les nombreux
bilisation contre le projet de loi tendue avec certains magistrats, rance de protection juridique. renvois d’audience, certains jus­
du gouvernement, mais en lais­ mais que l’on ne nous rende pas La profession dénonce un ris­ qu’en 2021, auront des consé­
sant pour la première fois à cha­ responsables de la dégradation de que d’atteinte au principe de libre quences à long terme pour la juri­
que barreau, indépendant, la li­ la justice à l’œuvre depuis des an­ choix de l’avocat. Dans une lettre diction. Alors que l’audience­
berté de choisir son mode d’ac­ nées », plaide Manuel Furet, le bâ­ ouverte adressée au gouverne­ ment est déjà acrobatique, il fau­
tion, avec ou sans grève. tonnier de Toulouse. A Cherbourg ment mardi, Christiane Féral­ drait pouvoir créer une centaine
C’est donc la grève qui a massi­ (Manche) ou à Tours, les avocats Schuhl, présidente du CNB, y voit d’audiences supplémentaires
vement été reconduite. Avec un ont aussi voté la reconduction « une provocation qui empêche dans l’année, ont­ils calculé.
durcissement, comme dans la ca­ d’une grève dure. toute reprise de contact sérieuse ». Le procureur de Paris évoque
pitale. Le barreau de Paris a orga­ « Les bâtonniers sont divisés au Quant au communiqué de Nicole une « dégradation de la réponse
nisé, mardi 11 février, sa première sein de la Conférence des bâton­ Belloubet, ministre de la justice, pénale » tandis que le président
assemblée générale depuis niers, certains pensent que c’est le 8 février, appelant « à la respon­ du tribunal judiciaire constate
trente ans ; plus de 1 000 d’avo­ cuit et qu’il n’est plus nécessaire sabilité chaque avocat » et de­ que le mouvement se fait au dé­
cats, sur les 30 000 inscrits, sont de se battre », analyse Estellia mandant « une suspension du triment des justiciables les plus
Edouard venus manifester leur détermi­ Araez, présidente du Syndicat mouvement de grève », il a eu l’ef­ pauvres, ceux qui ne peuvent pas
Philippe, à nation contre la réforme du gou­ des avocats de France, très offen­ fet inverse dans cette profession payer un avocat. « Les audiences
l’Assemblée vernement, qui absorbe le ré­ sif contre la réforme des retrai­ indépendante. avec un avocat choisi ou celles qui
points soient « automatiquement fléchés nationale, gime de retraite des avocats dans tes. Ils ont été dépassés par leur ont du relief économique poursui­
vers les femmes » et éviter que ces dernières le 4 février. le système universel. base. A Bordeaux par exemple, le Le dialogue de sourds vent leur chemin », observe­t­il.
se retrouvent perdantes. Sans oublier la JULIEN MUGUET conseil de l’ordre a décidé, cette Face à cette bronca, le groupe La Du côté du tribunal pour en­
gouvernance du futur système, afin d’obte­ POUR « LE MONDE » Dépassés par leur base fois sans réunir d’assemblée gé­ République en marche (LRM) au fants, l’absence d’avocat empê­
nir « un renforcement du [rôle du] Parlement Outre la grève totale des désigna­ nérale, que la grève ne serait dé­ Sénat a décidé de déposer un che de mettre en place une ré­
et du contrôle » de la Caisse nationale de re­ tions pour les commissions d’of­ sormais totale qu’une semaine amendement de suppression de ponse éducative, « ce qui est pré­
traite universelle. fice jusqu’au 19 février, y compris sur deux. « Devant les protesta­ l’article 45, avec l’accord du gou­ judiciable à la société, mais aussi
Mercredi, le courrier des commissaires pour l’urgence pénale et les tions, ils vont faire un sondage au vernement. Par ailleurs, une réu­ au mineur », dit M. Heitz. L’effort
aux finances a été évoqué à l’Assemblée na­ audiences où la liberté est en jeu, sein du barreau pour éventuelle­ nion technique devait avoir lieu organisé en janvier pour apurer
tionale en commission spéciale retraites. de nombreuses nouvelles actions ment revenir à la grève illimitée », jeudi à la chancellerie avec les le stock d’affaires avant la ré­
« Ça commence à “branler dans le manche” ont été votées, comme des atta­ explique Mme Araez. équipes du secrétariat d’Etat aux forme de la justice des mineurs
dans la majorité », a lancé le député appa­ ques en responsabilité contre Deux éléments ont joué les chif­ retraites et des membres du CNB en septembre « est aujourd’hui
renté Parti socialiste (PS) de la Loire Régis l’Etat pour des délais de procé­ fons rouges dans les assemblées et de la caisse de retraite des avo­ anéanti », souligne M. Noël.
Juanico. Sur Twitter, Boris Vallaud, député dure déraisonnables, ou le renfor­ générales cette semaine, faisant cats afin d’explorer les scénarios La chancellerie s’est refusée de­
PS des Landes et porte­parole du parti, y a cement des actions de défense passer au second plan les proposi­ de lissage. puis le début du mouvement à
vu la preuve de « l’impérieuse nécessité de la massive. Ces opérations com­ tions écrites le 5 février par le gou­ « Ceux qui croient qu’ils obtien­ donner le moindre chiffre sur
commission d’enquête parlementaire sur mando où des avocats viennent vernement pour compenser de dront le retrait de la réforme, c’est l’impact de la grève des avocats
l’étude d’impact » qui accompagne la ré­ en nombre plaider un même dos­ façon indolore jusqu’en 2029 la leur droit, mais, après le début de sur le fonctionnement de la jus­
forme, sur laquelle le groupe a exercé son sier mettent les nerfs des magis­ hausse des cotisations retraite l’examen du projet de loi au Parle­ tice. Ce qui complique la lecture
« droit de tirage ». trats à rude épreuve. des avocats et lisser la hausse rési­ ment la semaine prochaine, nous du mouvement alors que certains
Mme Cariou, elle, souligne : « Nous avons « Le barreau d’affaires est venu duelle jusqu’à 2054. ne serons plus en mesure de le mo­ contentieux ou certaines juridic­
demandé des réponses avant lundi [début de manifester sa solidarité », se ré­ D’abord la découverte, dans un difier en vue d’accompagner la tions semblent épargnés. 
l’examen dans l’Hémicycle]. Mais je ne sais jouit Olivier Cousi, le bâtonnier projet de loi sur l’accélération et la transition des avocats vers le ré­ jean­baptiste jacquin
pas si nous en aurons. » En circonscription,
explique­t­elle, les députés macronistes
sont en première ligne face à la colère de
ceux qui s’estiment lésés par la réforme, des
avocats aux enseignants en passant par les
soignants. Cette atmosphère de fronde
Le niveau de vie baisse après le départ
en retraite, mais les inégalités se réduisent
n’est pas sans rappeler celle de l’hiver 2018­
2019, au point culminant du mouvement
des « gilets jaunes ».
« Les avocats jettent leurs robes devant les
permanences, les kinés libéraux se plaignent Selon l’Insee, la pension moyenne était de 1 470 euros en 2014, soit 86 % des revenus du travail
auprès de leurs patients et diffusent leur co­
lère… On a réussi à braquer précisément les
professions qui étaient favorables à notre po­
litique jusqu’à présent », regrette Mme Cariou.
Et de conclure : « On a une majorité sociale­
démocrate et un exécutif trop à droite. » 
raphaëlle besse desmoulières
et audrey tonnelier
C’ est par un pur hasard
du calendrier statisti­
que que l’Insee a pu­
blié, mercredi 12 février, en plein
débat sur la réforme des retrai­
trois ans après. « Ce qui n’inclut pas
les personnes qui sont parties
avant l’âge de 60 ans, met en garde
Sylvie Le Minez, chef de l’unité des
enquêtes et études démographi­
néral des revenus du travail supé­
rieurs à ceux des femmes, les
hommes ont plus à perdre que
leurs compagnes lors du départ à
la retraite. La baisse du niveau de
raient parmi les plus favorisés de
2010 avaient vu leur niveau de vie
baisser de 27 % en 2016. Même
chose entre diplômés du supé­
rieur et non­diplômés ; les pre­
tes, une étude portant sur les ques, qu’elles aient pris un départ vie s’élève pour eux à 9,1 % en miers voient leur niveau de vie re­
évolutions du niveau de vie des anticipé ou qu’elles appartiennent moyenne, contre 6,9 % pour les culer de 11 % contre 3 % seulement
La concertation sur le congé pour deuil ménages avant et après le départ
à la retraite. Un travail « photo­
aux catégories actives de la fonc­
tion publique. » L’étude n’isole pas
femmes. Finalement, en 2014, soit
la première année de perception
pour les seconds.
Autre effet du passage à la re­
se fera sans la CFDT graphique », portant sur six an­ non plus les évolutions en fonc­ des pensions de retraite, la pen­ traite : elle limite la pauvreté.
La CFDT a décidé de ne plus participer à la concertation sur le nées, qui montre que les régimes tion des régimes de retraite dont sion moyenne déclarée à l’admi­ Parmi les ménages qui connais­
congé pour deuil après la mort d’un enfant, organisée avec les actuels ont un impact à la baisse relèvent les ménages considérés. nistration fiscale est de 1 470 euros sent une fin de carrière difficile
partenaires sociaux par la ministre du travail, Muriel Pénicaud, et sur le niveau de vie pour la majo­ Ces précautions posées, le pas­ par mois (1 120 euros pour les fem­ (chômage, précarité…) et qui se re­
le secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’enfance, Adrien rité des ménages, mais produi­ sage à la retraite se traduit pour mes, 1 910 euros pour les hom­ trouvent sous le seuil de pauvreté,
Taquet. Alors qu’une deuxième réunion doit avoir lieu vendredi, sent un tassement des inégalités 56 % des personnes par une baisse mes), soit 86 % des revenus du tra­ la liquidation des pensions per­
Laurent Berger en a informé les deux ministres dans une lettre entre les plus modestes et les du niveau de vie. Pour 42 % des vail perçus en 2010. met de sortir de la pauvreté dans
dont Le Monde a pris connaissance. « Par respect pour ces parents plus favorisés. nouveaux retraités, cette baisse 37 % des cas. Trois ans après leur
et toutes les familles concernées, les conditions dans lesquelles les Les statisticiens ont travaillé sur est supérieure à 10 %. A l’inverse, Pauvreté limitée retraite, 7 % de ces personnes ont
discussions se déroulent doivent être irréprochables et permettre un échantillon démographique 44 % d’entre eux bénéficient d’une Ces évolutions contrastées ont un un niveau de vie inférieur au seuil
des échanges constructifs. Pour la CFDT, ces conditions ne sont pas représentant environ 4 % de la po­ hausse de leur niveau de vie : c’est effet positif sur les inégalités qui se de pauvreté, un chiffre deux fois
réunies », écrit le secrétaire général de la confédération. En cause, pulation française. Ils ont regardé notamment le cas si la fin de car­ tassent parmi les personnes fraî­ moindre qu’au niveau national. Et,
notamment, les propos tenus mardi par le député LRM de Paris, l’évolution des niveaux de vie des rière a été heurtée (chômage, chement retraitées. En moyenne, si la retraite n’empêche pas forcé­
Mounir Mahjoubi, qui ont pu donner le sentiment que tout était personnes qui ont pris leur re­ temps partiel…). Elle est supé­ le niveau de vie de ceux qui figu­ ment les pauvres de le rester, elle
écrit d’avance. Ce dernier a déclaré sur Sud Radio que ses traite en 2013 et qui sont âgées de rieure à 10 % pour 32 % des nou­ raient parmi les plus modestes ne fait « basculer » que 3 % des per­
collègues proposent de porter ce congé à trois semaines pour 60 ans et plus, entre l’année 2010, veaux retraités. Pour des raisons en 2010 avait augmenté de 69 % sonnes dans cette situation. 
tous les actifs, contre cinq jours actuellement. trois ans avant leur départ, et 2016, liées au fait qu’ils perçoivent en gé­ en 2016 ; à l’inverse, ceux qui figu­ béatrice madeline

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
10 | france VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

Le chômage atteint son plus bas niveau depuis 2008


La ministre du travail a estimé que l’objectif des 7 % d’ici à 2022 était « franchement atteignable »

V
oilà une batterie d’indi­ Taux de chômage par trimestre en France hors Mayotte, en %* L’industrie,
cateurs synonymes de
11 qui ne cessait de
bol d’oxygène pour le
10,5 10,5
gouvernement, englué
dans les critiques contre sa ré­ 10 s’étioler depuis le
9,4 9,5
forme des retraites. Selon les 9,2 début des années
données diffusées, jeudi 13 février, 9
par l’Insee, le taux de chômage a
2000, a vu ses
diminué de 0,4 point au dernier 8 8,6 8,7 effectifs s’étoffer
trimestre 2019 (de 0,7 point en 8,1 légèrement
douze mois), pour atteindre 8,1 % 7
sur l’ensemble du territoire – 7,2
outre­mer compris, à l’exception 6
de Mayotte. C’est son plus bas ni­ franchement atteignable », a es­
veau depuis fin 2008, mais il reste 5 timé la ministre du travail, Muriel
nettement supérieur à la Pénicaud, jeudi matin sur RTL.
T1 2005 T1 2008 T1 2010 T1 2012 T1 2014 T1 2016 T1 2018 T1 2019 T4 2019
moyenne des pays occidentaux. Une appréciation que M. Martin
Autre évolution, très encoura­ partage, « même s’il convient tou­
geante : la proportion de person­ jours de se montrer prudent dans
nes qui occupent un poste pour­ Taux de chômage par trimestre en France hors Mayotte par classe d’âge, en %* Taux d’emploi des 15-64 ans par trimestre ce type d’exercice », nuance­t­il.
suit son ascension, se situant dé­ en France hors Mayotte, en %* M. Heyer, lui, reconnaît que cette
sormais à près de 66 % chez les 30 hypothèse « n’est pas hors de por­
15­64 ans (+ 0,4 point en un an, 15-24 ans 80 tée » mais elle paraît difficile à
avec un bond encore plus net chez 25 concrétiser car les prévisions de
les seniors). La qualité de l’emploi l’OFCE « tablent sur une dynami­
20 20
demeure bonne puisque la part de 70 Hommes 69 que de créations d’emplois presque
titulaires d’un CDI remonte au 20,3 deux fois moins forte en 2020
même seuil qu’il y a douze mois (à 15 68,9 qu’en 2019 ». Toutefois, « ce ralen­
25-49 ans
63
49,3 %). Quant aux individus en tissement peut être contrebalancé
10 60
situation de sous­emploi (c’est­à­ 8,1 7,4 par d’autres facteurs – par exemple
dire qui aimeraient effectuer un 5
la montée en puissance du pro­
plus grand nombre d’heures), ils 58 Femmes gramme de formation pour les
5 49 ans et plus 5,8
sont relativement moins nom­ 0 50 chômeurs de longue durée et les
breux (– 0,5 point en un an). moins qualifiés. »
T1 2005 T4 2019 T1 2005 T4 2019 Une précision importante s’im­
« Montée du halo du chômage » pose, pour s’y retrouver dans le
* au sens du Bureau international du travail Infographie Le Monde Source : INSEE
Ces résultats sont, bien évidem­ maelström de données sur l’em­
ment, imputables à la situation fa­ ploi : aujourd’hui, il y a quelque
vorable qui continue de prévaloir 2,424 millions de chômeurs,
sur le marché du travail. Au cours Dans ce faisceau de tendances économie parvient, malgré tout, à « Ce reflux du chômage n’a rien être considérées comme chô­ d’après la définition du Bureau in­
des trois derniers mois de 2019, flatteuses, deux faits, au moins, créer davantage d’emplois et le d’étonnant puisqu’il est en adé­ meuses car ne remplissant pas ternational du travail qui fait foi
l’emploi salarié dans le secteur méritent d’être signalés : l’indus­ marché du travail fonctionne quation avec les volumes significa­ certaines conditions (par exem­ pour l’Insee. Un chiffre très infé­
privé s’est accru de 0,2 %, soit une trie, qui ne cessait de s’étioler de­ mieux. » A ses yeux, il est difficile tifs de recrutements qui se sont ple effectuer des recherches assi­ rieur à celui constaté par Pôle em­
progression « comparable à celle puis le début des années 2000, a « de ne pas y voir la conséquence produits durant l’année 2019, en­ dues pour décrocher un poste) : ploi : au quatrième trimestre 2019,
du trimestre précédent », d’après vu ses effectifs s’étoffer légère­ des réformes successives engagées chaîne Eric Heyer, de l’Observa­ « Ce phénomène tient peut­être au sur l’ensemble du territoire, quel­
les statistiques – provisoires – de ment, de janvier à décembre 2019, depuis 2015 et amplifiées depuis toire français des conjonctures fait que des individus, jusqu’alors que 3,554 millions d’individus
l’Insee publiées le 7 février. Sur avec 7 900 créations nettes de pos­ deux ans et demi » : allègement du économiques (OFCE). L’améliora­ totalement découragés et assimi­ sans aucune activité étaient ins­
l’ensemble de l’année 2019, le tes, et le secteur de la construction coût du travail, notamment pour tion touche quasiment toutes les lés à des inactifs, envisagent de re­ crits dans les fichiers de l’opéra­
nombre de personnes employées a confirmé qu’il avait retrouvé des les personnes les moins quali­ catégories, sauf les jeunes, qui ont prendre pied sur le marché du tra­ teur public. L’écart entre ces deux
dans les entreprises a augmenté couleurs (+ 42 200). fiées ; assouplissement des règles peut­être pâti de la très forte com­ vail », explique­t­il. mesures, qui ne date pas d’hier,
de 210 000 (soit + 1,1 %). La dynami­ « Le recul du taux de chômage encadrant la relation entre tra­ pression des contrats aidés depuis L’une des questions qui se pose, tient au fait que les méthodes et
que fut donc bien meilleure s’avère d’autant plus impression­ vailleurs et employeurs, qui réduit deux ans. » L’autre gros point noir, désormais, est de savoir si le taux définitions retenues ne sont pas
en 2019 par rapport à l’exercice nant que la croissance, si elle résiste la peur de l’embauche ; développe­ selon M. Heyer, se situe dans « la de chômage peut être ramené à identiques. Cependant, dans les
précédent (+ 163 000, en valeur bien, est moins soutenue qu’aupa­ ment de l’apprentissage et gros ef­ montée du halo du chômage », 7 % à la fin du quinquennat, deux cas, les statistiques ont été
absolue, en 2018), mais elle s’avère ravant, à 1,2 % ou 1,3 % en rythme forts en matière de formation con­ une notion qui désigne toutes les comme le veut Emmanuel Ma­ orientées à la baisse sur l’ensemble
nettement moins éclatante que annuel, décrypte Philippe Martin, tinue pour les personnes éloi­ personnes désireuses de retrou­ cron. Une telle « ambition (…) n’est de l’année 2019. 
celle relevée en 2017 (+ 329 700). professeur à Sciences Po. Notre gnées du monde de l’entreprise… ver une activité sans pour autant pas gagnée d’avance mais elle est bertrand bissuel

A Gardanne, guerre de succession en terre communiste RELIGION


Antisémitisme : des actes
qui « ne tombent pas
du ciel », selon Philippe
Après sept mandats, le communiste Roger Meï soutient une liste sans étiquette contre le candidat du PCF Le premier ministre, Edouard
Philippe, a mis en garde mer­
credi 12 février lors de la re­
REPORTAGE Jean­Marc La Piana, Claude Jorda
faisait partie, jusqu’à sa démission
« L’époque n’est Aujourd’hui, La Maison emploie
120 personnes, 60 bénévoles, et
Dix­sept ans après les mines,
Alteo et la centrale thermique, les
mise du deuxième prix Ilan­
Halimi à Matignon contre
gardanne (bouches­du­rhône) ­
correspondant
en novembre, de la majorité Meï. Il plus à désigner est unanimement considérée deux fleurons industriels de Gar­ l’important développement
était même de sa première man­ comme un lieu d’exception. Son danne, sont à leur tour fragilisés. des « préjugés » antisémites
son successeur,
E n mars 2020, Gardanne
(Bouches­du­Rhône) chan­
gera d’ère. Roger Meï,
84 ans, maire communiste élu
pour la première fois en 1977, a dé­
dature en 1977. « L’époque n’est plus
à désigner son successeur, la
royauté est abolie », s’indigne­t­il.
« Moi qui suis né en 1977, je n’ai
connu que Roger Meï comme
la royauté
est abolie »
CLAUDE JORDA
aura rejaillit sur son créateur.
Jamais encarté, le médecin de
65 ans qui prendra sa retraite pro­
fessionnelle le 31 mars, fils d’un
tailleur pied­noir d’Oran, assure
Claude Jorda, qui apparaît réguliè­
rement auprès des responsables
syndicaux des deux entreprises,
dit « vouloir s’appuyer sur le mou­
vement social » pour la prochaine
qui conduisent à « des actes
qui ne tombent pas du ciel ».
« Auschwitz n’est pas tombé du
ciel : il est arrivé après que, petit
à petit, un discours, des paro­
cidé de lâcher le fauteuil qu’il maire. Et, aujourd’hui, j’ai un goût candidat PCF à la mairie avoir « toujours voté à gauche » et mandature. A demi­mot, ses ad­ les, une idéologie et une haine
occupe depuis sept mandats. L’épi­ amer dans la bouche », souffle en de Gardanne partager avec Roger Meï « les va­ versaires l’ont accusé d’avoir souf­ se furent développés dans un
logue n’aurait surpris personne écho Serge Crémonesi, secrétaire leurs d’humanisme, d’éducation et flé sur les braises du mécontente­ pays pourtant incroyablement
dans cette ville de 20 400 habi­ général du syndicat CGT des terri­ de vivre ensemble ». ment des agents municipaux, qui, civilisé et cultivé », a­t­il fait
tants, nichée juste à l’écart de l’axe toriaux. Dans les souvenirs du mi­ danne. » Pour le jeune patron du Il est soutenu par le député éco­ en décembre et janvier, ont en­ valoir. – (AFP.)
autoroutier Aix­Marseille, si l’an­ litant, l’élu est celui qui organisait PCF13, Claude Jorda reste le seul logiste François­Michel Lambert, chaîné près de cinquante jours de
cien député du Parti communiste une chaîne humaine de plusieurs bon candidat pour garder Gar­ élu en 2017 avec le soutien de La grève pour demander des meilleu­ MUNICIPALES
français (PCF) ne l’avait accompa­ milliers de Gardannais pour pro­ danne au parti. « En 2008, aux dé­ République en marche (LRM), res conditions de travail, allant François Baroin officialise
gné d’un choix déroutant. Son tester contre la guerre du Golfe. partementales, il a repris le canton mais dit avoir refusé toutes les éti­ même jusqu’à occuper la mairie sa candidature à Troyes
soutien ne va pas à ses anciens ca­ Celui aussi qui a agi pour amortir à la droite, puis l’a conservé quettes. « On m’a proposé de pren­ de Roger Meï. « Vous croyez vrai­ François Baroin, 54 ans,
marades communistes mais au la fermeture de la mine en 2003 et en 2015 », rappelle­t­il. dre la carte au PCF. Mais ça ne fait ment que des gens mènent un con­ maire Les Républicains
docteur Jean­Marc La Piana, ad­ qui a accompagné les luttes socia­ Dans son bureau de maire, où il a pas un peu opportuniste à quelques flit aussi dur pour faire plaisir à un de Troyes depuis 1995,
joint à la culture, leader d’une liste les à la centrale thermique ou à installé une photo de sa rencontre mois des élections ? », fait­il mine candidat aux municipales ? », ba­ a officialisé mercredi 12 fé­
sans étiquette où l’on retrouve des l’usine Alteo, l’ancienne Pechiney. avec l’abbé Pierre, Roger Meï as­ de s’interroger avant de critiquer laye le conseiller départemental. vrier sa candidature à un
membres de la majorité actuelle, Des sites où les salariés reprochent sume tout. « Quand vous voulez ses adversaires : « Les autres candi­ Jean­Marc La Piana, lui, assure cinquième mandat, dans
mais aussi des écologistes, des désormais au maire son manque être soigné, vous prenez le bon mé­ dats ne sont pas mauvais, mais ils qu’il ne veut pas opposer « indus­ une lettre adressée aux habi­
sympathisants de droite et de La d’implication. « Son action politi­ decin ou celui qui a la bonne carte ? ne sont pas forcément aussi bons. » trie et développement durable ». tants et révélée par le quoti­
République en marche (LRM). que m’a construit en tant que mili­ Jean­Marc La Piana est le candidat Au­delà de la querelle d’hom­ Son programme met en avant un dien régional L’Est Eclair.
Sur le cours Forbin, l’artère tant. Mais depuis quelques mois, le plus compétent pour gérer Gar­ mes, l’élection municipale 2020 projet de « ville verte » et table sur
centrale de la ville joliment amé­ son soutien au monde ouvrier se ré­ danne. C’est un homme de gauche, révèle, à Gardanne, l’évolution la reconversion du puits Yvon­Mo­ PRÉCARITÉ
nagée mais bordée de commerces duit à des éditos dans le bulletin un humaniste », assure le sortant, sociologique de la cité. Aux élec­ randat, cet ancien carreau de mine Des protections
vieillissants, personne n’a encore municipal », regrette le cégétiste. qui sera 35e, en position non éligi­ tions européennes, le Rassemble­ qui doit devenir le pôle économi­ périodiques gratuites
digéré la nouvelle. La permanence ble, sur la liste de son favori. Les ment national (RN) – qui présente que, énergétique, numérique et expérimentées
de M. La Piana s’est installée dans Evolution sociologique deux hommes se sont rencontrés une liste – est arrivé en tête (33,4 %) culturel du futur Gardanne et gé­ Les cabinets des secrétaires
un troquet désaffecté. A quelques « Gardanne n’est pas le sujet le plus en 1994 quand le docteur La Piana devant LRM (14 %) et Europe nérer un millier d’emplois. Roger d’Etat Marlène Schiappa et
mètres, le local de la section PCF facile à aborder, confirme, troublé, est venu solliciter le maire, en Ecologie­Les Verts (11,4 %). « Si la Meï avait initié cette mutation qui Christelle Dubos ont annoncé
accueille le quartier général du le Marseillais Jérémy Bacchi, secré­ pleine épidémie du sida, pour ins­ seule qualité de Roger Meï était crée un lien avec l’histoire mercredi 12 février le lance­
conseiller départemental com­ taire départemental du PCF. Roger taller La Maison, un centre d’ac­ d’être au PCF, il ne serait plus maire ouvrière. « Le temps du commu­ ment cette année à titre ex­
muniste Claude Jorda, 67 ans, tête a été un grand maire communiste. cueil pour malades en soins pallia­ depuis longtemps », estime Guy nisme municipal est passé un peu périmental de la distribution
d’une liste également soutenue A minima, son choix peut paraître tifs. « Aucune ville ne voulait de Porcedo, actuel adjoint à l’éduca­ partout », philosophe­t­il dans le de protections périodiques
par La France insoumise (LFI) et contre­nature. En le faisant, il tue nous. Roger a été le seul à dire oui », tion et directeur de campagne de bureau qu’il s’apprête à quitter.  gratuites à des femmes en
des collectifs citoyens. Comme une partie de l’histoire de Gar­ se souvient Jean­Marc La Piana. M. La Piana. gilles rof situation de précarité. – (AFP.)

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 france | 11

Les personnels hospitaliers appelés Faux Le Drian: fortes


peines requises contre les
à poursuivre la mobilisation deux principaux prévenus
Malgré le plan d’urgence annoncé par Agnès Buzyn, la ministre de la Le parquet demande dix et quatorze ans
de prison contre Lasarevitch et Chikli
santé, en novembre 2019, les soignants devaient se rassembler vendredi

O
nze mois après les pre­
mières grèves dans
des services d’urgen­
ces parisiens, les per­
1 200 d’entre eux avaient brandi
cette menace le 14 janvier si le
gouvernement refusait d’ouvrir
des négociations budgétaires.
« Nous, ce qu’on
demande, ce sont
acheter un lève­malade quelque
part, de nouveaux brancards
ailleurs, mais c’est loin de changer
la vie des soignants. Avec ce plan,
A u terme d’un réquisitoire
aussi chirurgical qu’effi­
cace, la procureure Alice
Chérif a requis des peines de
douze et dix ans d’emprisonne­
dide », a­t­elle ensuite souligné à
propos de l’escroquerie, en compa­
raison avec les qualificatifs – auda­
cieux, ingénieux, astucieux – sou­
vent employés au sujet de ces ar­
sonnels soignants inquiets de la Selon les derniers chiffres du Col­
des embauches, on va voir de tous petits effets, alors ment et 2 millions d’euros naques. En requérant en 2015
dégradation de l’hôpital public lectif Inter­Hôpitaux (CIH), près de que les arrêts qu’il nous faut de gros change­ d’amende contre les deux princi­ contre Gilbert Chikli dans une pré­
continuent de se faire entendre. 780 d’entre eux ont effectivement ments. On est loin du compte. » paux prévenus dans l’affaire du cédente affaire de faux virement,
Pour la troisième fois en quatre envoyé leur lettre de démission,
de travail soient Une perception partagée par faux Le Drian, Gilbert Chikli et elle pensait que des sommets
mois, ils se rassembleront ven­ non sans quelques tensions dans remplacés Cécile Vigneau, au CHU de Ren­ Anthony Lasarevitch. avaient été atteints ; « il m’a fait
dredi 14 février à Paris et dans une certains établissements. nes. « Notre service de néphrologie Les deux hommes sont notam­ mentir », a­t­elle dit.
cinquantaine de villes pour de­
à 100 % » va recevoir 15 000 euros pour amé­ ment poursuivis pour des faits Selon les derniers chiffres du Si­
mander « la réouverture de lits » et « On est loin du compte » CÉCILE VIGNEAU liorer la qualité de vie au travail et d’escroquerie en bande organisée rasco, l’entité de la police judiciaire
« le recrutement de personnels en « Notre directrice pensait qu’on responsable du service de l’accueil des patients, détaille­t­ en état de récidive légale pour les­ chargée de l’analyse de la crimina­
nombre suffisant et avec des salai­ bluffait, qu’on ne passerait pas à néphrologie au CHU de Rennes elle. On va peut­être repeindre une quels ils encourent vingt ans de lité organisée, cités à l’audience
res décents ». Une journée décrite l’acte, raconte Cécile Vigneau, res­ salle d’attente, mais cela ne va pas prison. Contre Gilbert Chikli, pré­ par le ministère public, près de
comme celle de la « remobilisa­ ponsable – démissionnaire – du améliorer radicalement notre quo­ senté comme « le roi de la déballe, 3 000 sociétés ont été victimes
tion » par Hugo Huon, le président service de néphrologie au CHU de bre 2019 par le gouvernement tidien. Nous, ce qu’on demande, ce celui qui s’expose, (…) celui qui ma­ d’escroquerie au faux virement
du Collectif Inter­Urgences, après Rennes, où une cinquantaine de d’entrer pleinement en vigueur. sont des embauches, que les arrêts térialise ce hold­up », elle a requis pour une somme de 752 millions
plusieurs semaines d’un agenda médecins ont sauté le pas le Celui­ci comprend notamment de travail soient remplacés à 100 % deux années supplémentaires d’euros depuis 2010, l’arnaque au
social écrasé par la grève contre la 27 janvier. Elle nous a dit qu’elle ne des primes pour certaines catégo­ et pas à 60 %. » pour usurpation de l’identité de faux Le Drian n’étant qu’une va­
réforme des retraites. comprenait pas qu’on ait démis­ ries de soignants, des budgets Alors que le gouvernement l’ancien ministre de la défense riante. Et derrière les escrocs se
Sur le terrain, les médecins font sionné de nos charges avant de pour l’amélioration de la qualité semble avoir fermé la porte à tout Jean­Yves Le Drian. Une peine qui, trouvent des victimes, a rappelé
désormais vivre le mouvement voir si les mesures de la ministre de vie au travail et une reprise par nouveau geste budgétaire, les or­ si elle était confirmée, viendrait l’accusation. L’une d’elles, salariée
qui avait été lancé par les paramé­ portaient leurs fruits. » l’Etat d’un tiers de la dette des éta­ ganisateurs du mouvement affi­ s’ajouter à celle relative à l’escro­ d’une petite entreprise, est venue
dicaux. Depuis le 27 janvier, les La ministre de la santé, Agnès blissements de soins publics, soit chent, eux, leur détermination. querie. Anthony Lasarevitch serait à la barre raconter comment elle a
hôpitaux du pays vivent ainsi au Buzyn, qui a repoussé à la mi­ 10 milliards d’euros en trois ans. « Il ne faut pas que le gouverne­ pour sa part « l’homme de l’ombre, été « sous l’emprise d’une voix » qui
rythme des démissions – très mars sa prochaine rencontre avec « Tant que ces mesures concrètes ment ait la moindre illusion : ça ne l’organisateur, le metteur en scène « est dans sa tête à jamais », et com­
symboliques – de chefs de service des représentants des médecins ne sont pas visibles dans le quoti­ pourra pas s’arrêter », a fait valoir et le donneur d’ordre ». bien il est « difficile de reprendre
de leurs fonctions administrati­ démissionnaires, estime qu’il faut dien des soignants, ils resteront jeudi 13 février Renaud Péqui­ confiance en soi, de se dire que l’on
ves, les soins et l’enseignement désormais laisser le temps au plan dans le niveau d’insatisfaction que gnot, du Syndicat national des « Immoral, infâme » est capable et pas coupable ».
étant toujours assurés. Près de d’urgence annoncé le 20 novem­ l’on connaît parce qu’ils veulent que praticiens hospitaliers anesthésis­ « Ma conviction, c’est que, sur les La défense des prévenus s’est at­
ça change tout de suite », a lancé tes réanimateurs (SNPHAR­E) lors enregistrements, c’est Gilbert tachée ensuite à disloquer à son
Mme Buzyn lors de ses vœux à la d’une conférence de presse des Chikli », a dit Mme Chérif sous le re­ tour les arguments du ministère
Des hausses de tarifs hospitaliers presse le 28 janvier, estimant que,
parmi les médecins démission­
quatorze organisations, syndicats
et collectifs appelant à la journée
gard anxieux de l’intéressé. Après
avoir déploré que les uns et les
public, plaidant la relaxe pour cinq
des hommes renvoyés devant le
garanties jusqu’en 2022 naires qu’elle avait rencontrés, de mobilisation du 14. autres se soient enfermés dans des tribunal. Dans une plaidoirie de
La ministre de la santé, Agnès Buzyn, et les cinq fédérations hos- « tous n’avaient pas perçu l’am­ La campagne des municipales dénégations durant l’audience, haute tenue, l’avocat de Gilbert
pitalières ont signé, le 6 février, le premier protocole d’accord sur pleur des mesures prises par le gou­ est le prochain objectif des hospi­ elle a insisté sur le fait que « leur Chikli, Stéphane Sebag, a détaillé
l’évolution pluriannuelle minimale des ressources pour la période vernement ». taliers en colère. « On va prendre défense s’éclate et se disloque sur la comment l’instruction, et particu­
2020-2022. Ce document garantit sur cette période des hausses Dans les hôpitaux, les premiers date avec les candidats par rapport solidité de ce dossier », citant tour à lièrement les expertises de voix
minimales de financement pour chaque grand secteur d’activité : fonds issus du plan gouverne­ à la crise sanitaire en cours et à ve­ tour les expertises effectuées sur incriminant son client, avaient été
+ 0,2 % par an en médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), + 1,9 % mental ont reçu un accueil mitigé. nir », annonce le docteur François la voix de l’escroc, les échanges faites sur le postulat de départ que
en psychiatrie et soins de suite et de réadaptation, + 1,5 % en hos- « Grâce à notre mobilisation, notre Salachas, neurologue à la Pitié­Sal­ incriminants retrouvés sur les té­ l’auteur principal de l’escroquerie
pitalisation à domicile. Pour 2020, l’augmentation sera de 0,6 % hôpital a reçu 500 000 euros pour pêtrière et membre du CIH. A la di­ léphones de plusieurs prévenus au faux Le Drian était M. Chikli.
en MCO et de 2,2 % en psychiatrie. Dans un communiqué, le du matériel et améliorer les condi­ rection du collectif, on assure par ou ceux tenus en détention. « C’est le chemin inverse de toute la
Collectif inter-hôpitaux a dénoncé une hausse en « trompe-l’œil », tions de travail, témoigne Renaud ailleurs réfléchir à la mise en place Rebondissant sur l’argument dé­ procédure pénale », a­t­il affirmé.
dans la mesure où « toute hausse des tarifs est compensée soit par Chouquer, médecin réanimateur d’actions « encore plus bloquan­ veloppé par la défense au cours de « J’ai l’impression que l’on a voulu
une moindre activité, soit par de moindres dotations puisque et responsable d’unité démission­ tes » dans les semaines à venir.  l’audience selon lequel les vrais briser Gilbert Chikli pour sa mor­
l’enveloppe globale de financement est fermée et fixe ». naire à Annecy. On va peut­être françois béguin auteurs ne seraient pas dans le gue, sa vanité, pour ses frasques té­
box, la procureure a souligné lévisuelles, pour le fait, ô quel crime,
qu’effectivement « nous n’avons que l’on a fait un film sur lui », a dé­
pas tout le monde », ajoutant que ploré Me Sebag. Contre les cinq
« tous les noms apportés [par cer­ autres prévenus, des peines de dix­

Christophe Castaner défend la loi tains prévenus au cours de l’ins­


truction] n’ont rien donné ». « C’est
immoral, c’est infâme, c’est sor­
huit mois à cinq ans de prison ont
été requises. Délibéré le 11 mars. 
simon piel

sur la sécurité intérieure devant les députés


Le ministre de l’intérieur a vanté les « outils essentiels et indispensables » de la loi SILT, JUSTICE Journaliste assassinée
Balkany remis en liberté à Malte : une enquête
dont la prolongation sera soumise à l’approbation du Parlement avant la fin de l’année Le maire LR de Levallois­Per­ ouverte en France
ret Patrick Balkany, 71 ans, est Le Parquet national financier
sorti, mercredi 12 février, de a annoncé, mercredi, avoir
la prison de la Santé, où il ouvert une enquête concer­

C omme en 2019, le rapport


du ministère de l’inté­
rieur évaluant l’applica­
tion de la loi renforçant la sécu­
rité intérieure et la lutte contre le
credi soir, lors d’une audition de­
vant la commission des lois de
l’Assemblée nationale. En guise
de propos liminaire, le ministre
est revenu sur l’« utilité » des qua­
Deux mosquées
ont été fermées
en 2019,
constitue une menace d’une parti­
culière gravité pour la sécurité et
l’ordre publics ». Christophe Cas­
taner l’a lui­même admis : « Cette
qualification complexe peut être
était incarcéré depuis le
13 septembre. La cour d’appel
de Paris a ordonné sa mise en
liberté pour raisons de santé,
lors d’une audience en ur­
nant l’assassinat à Malte en
2017 de la journaliste Daphne
Caruana Galizia, afin de véri­
fier si les activités économi­
ques en France d’un suspect
terrorisme (dite loi « SILT ») a été tre mesures principales du texte : 63 « surveillées » problématique pour les services. » gence après son procès en ap­ ont pu servir à corrompre des
remis avec quelques mois de re­ les périmètres de protection lors Enfin, le ministre de l’intérieur a pel pour blanchiment. – (AFP.) responsables maltais. – (AFP.)
tard à l’Assemblée nationale. d’événements publics ; la ferme­
et 134 personnes laissé sous­entendre que les
Pourtant, cette année, l’enjeu est ture de lieux de culte pour une assignées conditions prévues dans la loi
de taille pour ce texte qui a trans­ durée de six mois renouvelables ; pour obtenir la fermeture d’un
posé plusieurs mesures de l’état les « visites et saisies » chez des
à résidence lieu de culte – à savoir la nature
d’urgence dans le droit commun personnes soupçonnées de re­ des propos tenus lors des prêches
afin de « lutter efficacement con­ présenter un danger ; les mesures ou les doctrines diffusées – ne APPEL D’OFFRES - AVIS D’ENQUETE
tre le terrorisme ». Le 30 octo­ individuelles de contrôle admi­ Allant plus en profondeur, les sont plus toujours efficaces. 01.49.04.01.85 - annonces@osp.fr
bre 2017, cette loi controversée – nistratif et de surveillance (dites députés ont tout de même tenu à Ces échanges entre le ministre
qui élargit les prérogatives de « Micas »), un dispositif tout juste interroger le ministre de l’inté­ de l’intérieur et les députés ont
l’autorité administrative au dé­ moins contraignant que les assi­ rieur sur d’éventuelles « pistes donné l’impression d’une AVIS DE MARCHE
triment de l’autorité judiciaire – gnations à résidence. d’amélioration et d’assouplisse­ répétition générale relativement L’ICE – Agenzia per la promozione all’estero e l’internazionalizzazione delle Imprese
était entrée en vigueur avec une ment » du texte. Le député Eric calme avant que ne commencent italiane, ayant son siège à Rome, Via Liszt 21, a lancé une procédure d’appel d’offres,
durée de vie d’emblée limitée à Débats houleux Ciotti (LR) a ouvert la danse en des débats bien plus houleux au selon le Décret-loi 50/2016 et ses modifications, concernant la location des struc-
trois ans. Une forme de garde­ Pour faire le bilan de l’applica­ proposant que les Micas soient Parlement. Pour l’heure, Christo­ tures d’aménagement et d’ameublement (transport, montage et démontage inclus)
du pavillon italien au salon “SIAL” organisé à Paris (France) (18/22 octobre 2020).
fou visant à contrôler les effets tion de la loi SILT sur l’année automatiquement appliquées à phe Castaner n’a pas détaillé le
La valeur de base du marché s’élève à : € 893.440,00 + TVA selon les dispositions
d’un texte critiqué pour restrein­ 2019 et démontrer son efficacité, toute personne sortant de prison calendrier, indiquant simple­ en vigueur.
dre les libertés publiques. En le ministre de l’intérieur a fait ap­ après avoir purgé une peine pour ment qu’un vote aurait lieu Les offres, accompagnées de toute la documentation prévue dans l’appel d’offres,
principe, la loi sur la sécurité in­ pel aux chiffres : 2 mosquées des faits de terrorisme ou après avant la fin de l’année sur la devront parvenir à l’ICE – Agenzia per la promozione all’estero e l’internazionaliz-
térieure cessera donc de s’appli­ fermées en 2019 et 63 « sur­ s’être radicalisée derrière les bar­ pérennisation des mesures pré­ zazione delle Imprese italiane – Accettazione Corrispondenza – Via Liszt, 21 I-00144
quer le 31 décembre 2020. Sauf si veillées » ; 134 personnes assi­ reaux. D’autres députés, comme vues dans la loi sur la sécurité Roma avant le 26 février 2020 heure locale 12:00 date limite de réception des offres,
sous peine d’exclusion de la procédure d’adjudication.
un nouveau vote du Parlement, gnées à résidence dans le cadre Raphaël Gauvain (LRM), ont sug­ intérieure. Pas plus d’informa­ Le marché public est réglementé par l’avis envoyé à l’UPUUE - Office des publica-
actant la prorogation du texte, des Micas, contre 64 en 2018 ; 107 géré que les conditions de mise tions non plus sur les éventuel­ tions de l’Union européenne - pour sa parution dans le Journal Officiel de la Commu-
intervient d’ici là. requêtes préfectorales formulées en œuvre des visites et saisies les modifications du texte, le mi­ nauté européenne le 05 février 2020 et par le cahier des charges disponible avec toute
la documentation du marché public et les modèles de déclaration et d’autocertifica-
Vantant les « outils essentiels et pour effectuer des « visites et soient assouplies et simplifiées. nistre disant devoir entendre les tion sur le site internet de l’ICE-Agenzia, à l’adresse suivante: www.ice.it, rubrique
indispensables » de la loi SILT saisies », dont 78 % validées par Le texte de loi actuel prévoit que propositions des députés avant “Amministrazione Trasparente”, section “Bandi di gara e contratti” – “Gare in corso”.
dans un contexte où « la menace un juge des libertés et de la celles­ci concernent des person­ d’en formuler lui­même. Une Langue officielle pour toute correspondance et renseignements: Italien
terroriste reste très prégnante », le détention ; 13 % de périmètres de nes « ayant des relations habituel­ façon d’avancer avec grande Responsable de la procédure : Mme Anna Flavia Pascarelli
ministre de l’intérieur, Christo­ sécurité supplémentaires mis en les avec des personnes ou organi­ prudence sur ce dossier aussi Bureau Patrimoine, Achats et Services Généraux
phe Castaner, a clairement plaidé place en 2019 par rapport à l’an­ sations qui incitent au terro­ épineux qu’explosif.  Le Dirigeant
Mme Adele MASSI
en faveur de cette option, mer­ née précédente. risme » et « dont le comportement juliette bénézit

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
12 | VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

AÉRONAUTIQUE

Airbus profite de la crise du 737 MAX
La perte de 1,36 milliard d’euros
accusée en 2019, en raison
d’amendes pour corruption
et de charges sur son programme
militaire A400M, n’assombrit pas
le ciel de l’avionneur européen,
dont les ventes et les commandes
dépassent celles de Boeing

O
nze mois déjà terminés. Au printemps, l’Organi­
que le moyen­ sation mondiale du commerce
courrier 737 (OMC) devrait autoriser l’Union
MAX de Boeing européenne à infliger d’importan­
est cloué au sol tes sanctions commerciales aux
après deux exportations américaines pour
crashes qui ont causé la mort de condamner les 18 milliards de cré­
346 passagers et membres d’équi­ dits d’impôts, assimilables à des
pages. Cette crise sans précédent subventions, dont a bénéficié
peut­elle conduire le constructeur l’avionneur de Seattle.
américain à la faillite ? C’est la Airbus, au contraire a pris le
grande crainte de tous les acteurs large. L’an passé, il a livré 863 ap­
de l’aéronautique qui espèrent pareils. Le meilleur résultat de
que l’avion reprenne les airs le toute son histoire. Une perfor­
plus rapidement possible. Il faut mance masquée par la perte an­
dire que les 4 932 avions en com­ nuelle de 1,36 milliard d’euros an­
mande sont une nécessité vitale noncée jeudi 13 février, les comp­
pour les fournisseurs comme tes 2019 ayant été plombés par
pour les compagnies aériennes. des amendes dans une affaire de
Même Airbus tient à ce que ce très corruption et une nouvelle
rentable duopole perdure. charge sur le programme d’avion
D’autant que l’avionneur euro­ de transport militaire A400M.
péen, dont les usines tournent au
maximum pour produire les CATASTROPHES AÉRIENNES
6 800 appareils de la famille A320 « Nous détenons 70 % de parts de
en commande, ne peut pas re­ marché. C’est un constat dans une
prendre tout ou partie de la pro­ année 2019 qui ne reflète pas le fu­
duction de son rival. tur », pointe Bob Lange, responsa­
En moins d’un an, la crise du ble des analyses et des prévisions
MAX a viré à la catastrophe indus­ de marché d’Airbus. D’ici à 2022,
trielle et totalement rebattu les l’écart va encore se creuser. L’avi­
cartes de secteur. En 2019, les cour­ onneur va de nouveau accélérer
bes des ventes des deux avion­ son rythme de production. « No­
neurs se sont croisées, l’européen tre principal objectif est de respec­
passant devant. Pour Boeing, la ter les montées en cadence pour
chute est sévère. Avec seulement être à la hauteur des attentes de
345 livraisons l’an passé, il est loin nos clients », ajoute M. Lange. En les deux catastrophes aériennes quelques jours, elle a estimé que terrer trop vite Boeing », tempère
de son record de 2018 quand il pratique, le groupe doit sortir cha­ n’est toujours pas réparé. Fin jan­ les vols de recertification du Philippe Petitcolin, directeur gé­ LE BÉNÉFICE DE 
avait livré 806 avions. Corollaire que mois soixante A320 cette an­ vier, un nouveau bug de ce logiciel moyen­courrier pourraient inter­ néral du motoriste français Sa­
de cette débâcle industrielle, son née puis soixante­trois en 2021. a été découvert à l’occasion d’un venir dans « les prochaines semai­ fran, qui, en partenariat avec
L’AVIONNEUR AMÉRICAIN
chiffre d’affaires a plongé de Pendant qu’Airbus s’active, vol d’essai. Malgré l’accumulation nes ». Ce calendrier laisse entre­ l’américain General Electric, A FONDU, PASSANT 
25 milliards de dollars (23 mil­ Boeing est au point mort. Les usi­ de problèmes techniques, le voir une remise en service de fournit en exclusivité les mo­
liards d’euros) en 2019, à 75 mil­ nes d’assemblage du MAX sont à groupe martèle que son avion va l’avion pour la mi­2020. teurs du 737 MAX. « Les Etats­Unis DE 10 MILLIARDS 
liards et son bénéfice a fondu, pas­ l’arrêt depuis début janvier. Le re­ regagner les airs. Un optimisme Pour sortir au plus vite de cette sont la première puissance indus­
sant de 10 milliards de dollars à tour en vol du moyen­courrier est partagé par la Federal Aviation Ad­ crise, l’avionneur a le soutien de trielle au monde, et outre­Atlanti­ DE DOLLARS 
une perte de 636 millions. Et les un parcours semé d’embûches. Le ministration (FAA), l’agence fédé­ fournisseurs et des équipemen­ que, Boeing est un symbole », rap­ À UNE PERTE 
ennuis de Boeing sont loin d’être dispositif MCAS, impliqué dans rale de l’aviation américaine : il y a tiers du secteur. « Il ne faut pas en­ pelle­t­il. Les autorités américai­
nes ne laisseront jamais tomber DE 636 MILLIONS
leur avionneur. A l’en croire, elles
Le marché du long-courrier au creux de la vague pourraient même déclencher un
plan de sauvetage comparable à Il ne suffira pas du feu vert des
celui mis en place par l’adminis­ autorités de régulation pour re­
longtemps le long­courrier a été l’eldo­ trole, assure Bob Lange, responsable des 777X que Boeing proposerait, prix catalo­ tration Obama après la crise de mettre le constructeur sur de
rado de Boeing. Le 707 puis le 747 n’ont pas analyses et de la prospective chez Airbus. gue là encore, au­dessus de 400 millions 2008, pour sauver le géant de bons rails. Le retour à la normale
seulement écrit la légende de l’avionneur « C’est un phénomène bien connu de l’indus­ de dollars. A ce tarif, il aura la lourde tâche l’automobile General Motors sera long. Au moins deux ans, se­
américain, ils ont surtout assuré sa bonne trie aéronautique », assure­t­il. « Quand les de succéder au 777­300 ER, le plus vendu alors en faillite. Il est vrai lon Tom Gentile, le patron de Spi­
fortune. Le 25 janvier restera une date ma­ tarifs du carburant sont bas, les compa­ des gros­porteurs. qu’outre son rôle stratégique – rit AeroSystems, une société amé­
jeure dans cette longue histoire avec le pre­ gnies aériennes font le choix de moderniser M. Lange pourtant en est convaincu, le Boeing est aussi présent dans la ricaine qui fournit notamment les
mier vol d’essai du 777X, le dernier­né des leur flotte et donc de garder plus longtemps marché du « long­courrier va repartir ». Air­ défense et le spatial – le groupe fuselages du MAX. D’après cet
long­courriers du groupe. leurs avions en service pour rentabiliser bus et Boeing doivent seulement se mon­ aux 170 000 salariés pèse lourd équipementier, ce n’est qu’en 2022
Avec l’arrêt de la production de l’A380, dé­ leurs investissements », pointe le cadre diri­ trer patients. Surtout, l’avionneur de Tou­ dans l’économie américaine. que Boeing devrait retrouver son
cidé par Airbus faute de clients, le 777X de­ geant. Mais « cela décale d’autant le renou­ louse, à sa botte secrète : l’A321 XLR, un ap­ niveau de production d’avant la
vient le plus gros biréacteur au monde. Un vellement des flottes. De cinq ans en pareil aux coûts d’un moyen­courrier mais « DES CYCLES LONGS » crise avec cinquante­deux 737
gros oiseau aux ailes à l’envergure si im­ moyenne », déplore­t­il. avec le rayon d’action d’un très long­cour­ Quoi qu’il en soit, le groupe va de­ MAX produits chaque mois.
pressionnante (72 mètres de long) que rier. L’avion idéal pour donner le véritable voir assainir sa situation finan­ A cette date, le différentiel avec
leurs extrémités peuvent se replier pour Trop chers et difficiles à remplir coup d’envoi du low cost long­courrier qui cière. En témoigne la nomination Airbus se sera encore creusé. Dès
circuler sur certains aéroports. Plus sobre Mais le pétrole ne serait pas la seule cause a du mal à trouver son économie. l’A321 en janvier à la tête de l’avionneur 2021, 756 A320 devraient sortir des
que son devancier, le 777­300ER, avec une de la mévente des long­courriers. Les jum­ XLR est « un coup de tonnerre » dans l’aéro­ américain de David Calhoun, un chaînes de l’avionneur européen,
consommation moindre de 13 %, il pourra bo­jets seraient trop chers et plus difficiles nautique, « un coup de politique produit re­ financier de carrière plutôt qu’un contre 624 pour son rival améri­
transporter jusqu’à 426 passagers sur à remplir pour les compagnies. Deux dé­ marquable », s’extasie M. Albernhe. ingénieur. Il a dû solliciter un prêt cain. Il n’y a là rien d’irrémédiable,
14 000 kilomètres. Il se place comme un fauts qui ont déjà eu raison de l’A380. Dans A l’origine, signale M. Lange, « l’une des de 12 milliards de dollars pour insiste M. Petitcolin. « L’aéronauti­
concurrent direct de l’A350 d’Airbus. la coulisse, certains pointent du doigt les raisons du lancement de l’A321 XLR était de faire face à cette crise, qui a déjà que est une industrie de cycles
La naissance de ce nouvel avion inter­ tarifs de l’A350, annoncé, prix catalogue répondre à une demande et de, notamment, coûté près de 20 milliards de dol­ longs. Quelques années, ce n’est
vient alors que les gros­porteurs sont dans au­dessus de 300 millions de dollars préempter le futur avion de milieu de mar­ lars à Boeing. Et la facture aug­ rien », ajoute le patron de Safran.
le creux de la vague. Contrairement aux es­ l’unité (250 millions d’euros), mais vendu ché (NMA) de Boeing mais avec un prix mente chaque mois d’un milliard Pour reprendre sa carrière inter­
poirs des constructeurs, leurs ventes ne se en réalité aux compagnies clientes entre moindre et des performances égales ». Foca­ supplémentaire. Nul doute que le rompue brutalement, Boeing de­
sont pas envolées. Entré en service en 2015, 90 et 100 millions de dollars. « Airbus a un lisé sur la crise du 737 MAX, David Calhoun, principal objectif du nouveau pa­ vra aussi retrouver la confiance
l’A350 n’a été commandé, cinq ans plus véritable problème de compétitivité », indi­ le nouveau PDG du constructeur, a décidé, tron sera de désengorger au plus des passagers et des équipages.
tard, qu’à 935 exemplaires. Après bientôt que Stéphane Albernhe, président du cabi­ sinon d’enterrer, au moins de retravailler vite les parkings ou dorment des « Est­ce que les compagnies vont
dix ans de carrière, le 787 Dreamliner n’en net de conseil Archery Strategy Consul­ son projet de NMA. Faute de concurrent, centaines de MAX. En effet, c’est réussir à remplir cet avion ? Nous le
a engrangé que 1 485. Le 777X démarre mol­ ting (ASC). Pourtant, les prix du jumbo Airbus en a profité pour engranger plus de au moment de la livraison que les saurons très vite. En trois ou quatre
lement sa commercialisation avec un total d’Airbus seraient comparables à ceux du 450 commandes.  avionneurs sont payés par les mois ! », prophétise Stéphane Al­
de 546 appareils. A cause du prix du pé­ 787 et bien plus compétitifs que ceux du guy dutheil compagnies clientes. bernhe, président du cabinet de

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 économie & entreprise | 13

Premier vol de l’A320 Neo


d’Airbus, à l’aéroport
Donald Trump furieux et déçu par
de Toulouse Blagnac,
le, 25 septembre 2014.
AKSARAN/GAMMA-RAPHO
les déboires à répétition de Boeing
Les autorités américaines ont peu apprécié que l’avionneur ait cru pouvoir passer entre
les mailles du filet après la double catastrophe de ses 737 MAX, en 2019

new york ­ correspondant Pentagone a besoin de plusieurs trospectivement que le groupe a


fournisseurs militaires, aux côtés
JAMAIS  eu tout faux. En malmenant ses

Z éro. Boeing a enregistré


zéro commande d’avions
au mois de janvier 2020.
Du jamais vu depuis plus d’un de­
mi­siècle alors que l’entreprise aé­
de Lockheed Martin et Northrop
Grumman.
Les politiques, à commencer par
Donald Trump, sont furieux face à
une entreprise qui a cru qu’elle
DENNIS MUILENBURG, 
L’EX­PATRON DE BOEING, 
N’A PRÉSENTÉ SES 
ingénieurs pour adopter une cul­
ture financière à partir de l’ab­
sorption de McDonnell Douglas
en 1997 ; en lançant à la va­vite à
partir de 2011 ses 737 MAX pour
ronautique continue sa descente pourrait passer entre les mailles EXCUSES NI RECONNU  contrer l’offensive d’Airbus. Et en­
aux enfers, minée par la crise des du filet après la double catastro­ fin, en gérant de façon calami­
737 MAX. Celle­ci lui a déjà coûté phe de ses 737 MAX. « Je suis si déçu SA RESPONSABILITÉ teuse la crise.
près de 20 milliards de dollars par Boeing », a déploré le président Au début, Boeing a imputé la
(18,3 milliards d’euros). Son en­ en janvier, à Davos, qui accuse faute aux pilotes indonésiens et
dettement a doublé en 2019 et va aussi l’avionneur d’avoir plombé des semaines sont sortis de ces éthiopiens. « Les procédures n’ont
continuer de progresser tant que la croissance américaine fin 2019. documents dans la presse des pas été complètement suivies », osa
les aéronefs seront cloués au sol. Quelques jours plus tôt, lors de la propos humiliants échangés par le patron de Boeing, Dennis Mui­
L’entreprise a sécurisé des lignes signature de l’accord commercial les cadres de Boeing entre eux : lenburg, en avril 2019, alors
de crédit bancaire de 12 milliards avec la Chine (le 15 janvier), « Cet avion est conçu par des qu’une boîte noire des avions ré­
de dollars, d’autant qu’elle doit fi­ M. Trump avait interpellé le nou­ clowns, qui sont supervisés par des véla le bruit des pages du manuel
naliser le rachat du brésilien Em­ veau patron de Boeing, David Cal­ singes », dit l’un, qui ajoutait, tournées frénétiquement par les
braer (4 milliards de dollars). Elle houn : « Vous allez redresser cela avant les catastrophes, qu’il ne pilotes. Jamais M. Muilenburg n’a
a renoncé à concourir à un appel rapidement, s’il vous plaît. » confierait pas sa famille à un pi­ présenté ses excuses, ni reconnu
d’offres du Pentagone pour rem­ lote entraîné sur un simulateur de sa responsabilité. Peut­être sur le
placer les missiles nucléaires « Notre pire ennemi » 737 MAX. Résultat, la FAA, qui fut conseil d’avocats, parce que cela
américains. L’une des explica­ Boeing s’est fait des ennemis en la dernière à clouer les B737 MAX aurait eu des conséquences finan­
tions est qu’il fallait avancer pagaille aux Etats­unis : les pilo­ après les Chinois et les Européens, cières lors des procès à venir. Peu
1,5 milliard de liquidités. Alors, tes, furieux d’avoir été envoyés, s’est ressaisie et prend son temps importe, cette attitude a renforcé
proche de la faillite ? Ce n’est abso­ sans formation, aux commandes avant de réautoriser l’avion, dont la défiance et laissé Boeing seul.
lument pas l’analyse américaine. d’avions dangereux car il fallait le vol d’essai devrait avoir lieu Le vol inaugural du 777X, plus
La notation a court terme de faire des économies ; les compa­ dans quelques semaines. grand bimoteur du monde, à
Boeing est restée inchangée, qui gnies aériennes, qui subissent des « Nous avons été notre pire en­ Seattle, est passé inaperçu le
se finance très facilement sur les pertes et sont désorganisées ; les nemi sur cette affaire », a résumé 25 janvier. En revanche, les déboi­
marchés, tandis que son action a familles des victimes, emmenées fin janvier M. Calhoun, ajoutant res de la capsule spatiale Starliner,
certes baissé de 20 % depuis son notamment par Ralph Nader, dé­ qu’il était « difficile pour quiconque envoyée par la NASA lors de son
plus haut en 2019, mais elle a dou­ fenseur des consommateurs et de nous faire confiance ». Un désas­ vol d’essai à vide le 20 décem­
blé depuis trois ans. Boeing vaut ancien candidat à la présidentielle tre, alors que Boeing dépense des bre 2019, ont bien été repérés. Le
en Bourse 194 milliards de dol­ (de 1996 à 2008), dont la petite­ dizaines de millions chaque an­ vol a « subi beaucoup d’anoma­
lars. Soit 40 % de plus qu’Airbus la nièce a été tuée dans le crash née en lobbying, et place les siens lies », a déclaré l’administrateur de
flamboyante. Les Etats­Unis ne éthiopien ; l’autorité de certifica­ aux postes stratégiques du lobby l’agence spatiale américaine Jim
sont donc pas dans l’état d’esprit tion, la Federal Aviation Authority militaro­industriel. Au premier Bridenstine (mauvaise mise sur
de « Il faut sauver le soldat (FAA), qui a été bernée par Boeing semestre 2019, après la démission orbite, impossibilité de communi­
Boeing ». Il n’a pas à être sauvé, à laquelle elle déléguait depuis du ministre de la défense, le géné­ cation, erreur de code informati­
tant que Wall Street lui fait con­ dix ans au moins l’essentiel de la ral James Mattis, Donald Trump que du système de propulsion).
fiance. Pour l’instant, le mot d’or­ certification. Après les catastro­ n’a­t­il pas nommé par intérim Pa­ Douglas Loverro, responsable des
dre est plutôt : « Sauve­toi toi­ phes, Boeing a retenu pendant trick Shanahan, qui avait fait car­ vols habités de la NASA, a fait allu­
même. » Sachant que Washing­ des semaines des documents rière pendant trente ans chez sion implicite au 737 MAX et évo­
ton n’a pas intérêt à affaiblir avant de les transmettre à la FAA Boeing ? Mais, comme souvent, le qué des problèmes dans la « cul­
Boeing dans son duopole avec qui lui a fait une admonestation retour de balancier est très fort ture » d’entreprise de Boeing. 
Airbus. Notamment parce que le publique exceptionnelle. Au fil aux Etats­Unis. On découvre ré­ arnaud leparmentier

conseils Archery Strategy Consul­


ting (ACS). Et de poursuivre : « Si ce LES CHIFFRES
n’est pas le cas, le programme de­
vra s’arrêter. » Le MAX deviendrait
alors « un avion sur liste noire ». Un
Confronté à de nombreuses difficultés,
1,36 MILLIARD
le C919 chinois n’est pas près de décoller
scénario catastrophe pour Boeing
comme pour le reste de l’industrie C’est en euros la perte nette
aéronautique. Car il interviendrait d’Airbus pour 2019, un ré-
au pire moment. Les successeurs sultat affecté notamment
de l’A320 Neo et du MAX ne sont par des amendes de La mise en service du premier moyen­courrier conçu par la Chine devrait encore être
pas attendus avant 2030­2035. 3,6 milliards dans une af-
Airbus et Boeing « ne veulent faire de corruption et une reportée. Dans l’immédiat, cet avion ne menace pas le duopole américano­européen
pas aller trop vite pour ne pas can­ nouvelle charge de 1,2 mil-
nibaliser leurs moyen­courriers liard sur le programme
actuels », explique M. Albernhe. d’avion de transport mili- shanghaï ­ correspondance Ils ont envoyé des informations Cet optimisme s’explique en l’échec du 737 MAX pourrait met­
La prochaine génération d’avions taire A400M. erronées au producteur de ces partie par le succès du TGV chi­ tre encore plus de pression : « Il
devra proposer « une rupture
technologique », explique M. Pe­
titcolin. Notamment pour satis­
faire aux nouvelles exigences en­
vironnementales. Pour l’heure,
6,9 MILLIARDS
Tel est en euros le résultat
d’exploitation (EBIT) ajusté
L e premier moyen­courrier
chinois, le C919 de Comac,
ne devrait pas profiter des
déboires de Boeing de sitôt.
D’après une enquête de Reuters
moteurs, CFM, une coentreprise
entre le français Safran et l’améri­
cain General Electric. Résultat, le
moteur et sa nacelle devront être
renforcés, aux frais de Comac. Le
nois, estime Jean­François Du­
four, directeur de la société de
conseil DCA Chine­Analyse :
« Autour de 2005, il y a eu des ac­
cords avec les constructeurs étran­
est évident que pour Comac qui se
lance, et dont l’image attachée à
la Chine, n’est pas forcément
favorable auprès du public
étranger, un problème de ce type
expliquent en chœur le patron de qui ne tient pas compte du publiée le 10 janvier, le pro­ constructeur a aussi décelé des gers, Kawasaki, Bombardier et serait absolument catastrophi­
Safran et le président d’ACS, « il règlement des amendes et gramme rencontre de graves pro­ fissures dans les stabilisateurs autres, il y a eu captation de tech­ que. Donc les autorités vont être
n’existe pas de nouveau moteur » des autres charges excep- blèmes qui devraient à nouveau horizontaux de l’empennage (la nologie, et au bout de quatre à encore plus exigeantes en termes
pour cet appareil du futur. M. Pe­ tionnelles. Il progresse de retarder la mise en service com­ queue de l’avion), un problème cinq ans, la Chine avait son propre de certification. »
titcolin ne l’envisage pas avant 19 % et devrait atteindre merciale du « grand avion chi­ résolu depuis. En 2018, l’avion­ train à grande vitesse capable de Ces nouveaux retards ne de­
2035, « même si cela sera difficile ». 7,5 milliards d’euros nois », comme l’appelle la presse neur chinois avait découvert que les concurrencer. Ils ont dû penser vraient toutefois pas avoir de
Boeing pourrait alors relancer en 2020. locale. Si les retards sont courants le système de transmission de que le même scénario pouvait se conséquences catastrophiques
son projet d’avion de milieu de dans l’aéronautique, ces nou­ l’appareil (gearbox) pouvait se fis­ dérouler dans l’aéronautique. pour Comac, puisque l’avion­
marché, le fameux NMA. Un hy­ veaux délais devraient limiter la surer, sous l’effet de violentes vi­ Mais si le ferroviaire est déjà com­ neur peut compter sur 815 com­
pothétique 797 que M. Calhoun, 70,5 MILLIARDS capacité du C919 à venir concur­ brations en vol. plexe, avec l’aéronautique on mandes déjà acquises auprès
tout à sa priorité de redresser les C’est en euros le chiffre rencer le 737 de Boeing et l’Airbus Le dernier objectif officiel était passe encore à un autre niveau, compagnies aériennes et d’affrè­
finances de l’entreprise, a récem­ d’affaires du groupe aéro- A320, aux caractéristiques simi­ une certification « d’ici deux ou c’est extrêmement compliqué à tement (leasing) chinoises, im­
ment retoqué. Il a invité les bu­ nautique et spatial qui a laires. S’il continue d’accumuler trois ans », avait déclaré un res­ maîtriser », explique ce spécialiste posées par Pékin. Convaincre les
reaux d’études à repartir d’une progressé de 11 %. les retards, le C919 pourrait ponsable de l’entreprise aux mé­ de l’industrie chinoise. compagnies étrangères devrait
« feuille blanche ». « Boeing retra­ même être obsolète au moment dias chinois en septembre 2019. prendre plus de temps. L’avion
vaille son projet », confirme le pa­ de sa mise sur le marché : prévu Soit une certification à l’horizon De nouveaux retards devra d’abord être certifié par
tron de Safran. Mais il risque d’ar­ 880 pour coûter 10 % de moins que 2021 ou 2022. Deux ans et demi Pour l’analyste, si les retards à la les différentes administrations,
river un peu tard. Pas avant cinq à Tel est le nombre d’avions ses concurrents, il devrait con­ après son premier vol, le C919 a conception sont classiques, les puis le constructeur devra met­
six ans si tout se passe bien. Air­ commerciaux que compte sommer plus de kérosène. effectué moins d’un cinquième délais sont plus spécifiques à la tre en place un réseau de mainte­
bus a pris une longueur d’avance livrer cette année le groupe Les nouveaux délais seraient des heures de vol requises pour Chine. « Les autorités chinoises nance et de formation des pilo­
avec son A321 XLR. Ce nouvel ap­ européen. Ce serait un dus à des erreurs de calcul des in­ recevoir l’agrément de l’adminis­ sont passées de deux ans de certi­ tes. « Il faudra sans doute atten­
pareil réussit la quadrature du nouveau record après les génieurs de Comac. D’après Reu­ tration de l’aviation civile de fication prévus à au moins quatre dre une deuxième version du C919
cercle : associer les performances 863 appareils de 2019 et les ters, les ingénieurs chinois ont Chine. Lors du lancement du ans aujourd’hui. Je pense qu’il y a pour le voir prendre des parts de
d’un gros­porteur avec les coûts 800 de 2018. sous­estimé les forces qui s’appli­ projet, en 2008, le pays espérait dû y avoir une prise de conscience marché à l’international », es­
d’un moyen­courrier.  quent aux deux moteurs en vol, voir Comac livrer le premier que c’est plus compliqué que ce time M. Dufour. 
guy dutheil au risque d’entraîner une panne. avion en 2014. qu’elles pensaient. » Pour lui, simon leplâtre

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
14 | économie & entreprise VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

PERTES & PROFITS | BP
L’Europe s’installe durablement par jean­michel bezat

dans une croissance faible Nouvel habit vert


pour le géant pétrolier
Le PIB de l’Union européenne, qui subit de plein fouet la décélération
du commerce mondial, devrait progresser de 1,4 % en 2020 et en 2021 Qu’elle était verte ma vallée !, doit
se dire Bernard Looney, en son­
la production de pétrole et de gaz.
Mais cela ne suffira pas, et les éco­
geant aux landes et aux lacs du logistes redoutent que son princi­
Kerry (Irlande) de son enfance. pal outil soit la « compensation
bruxelles ­ bureau européen en 2020, comme en 2021) a été cal­ pour 2021 devraient, notam­ Elle sera verte ma compagnie, af­ carbone ». En clair, le financement
culée sur la base d’une Europe à 27
Le Vieux ment, l’aider à passer cette pé­ firme cet ingénieur de 49 ans, de projets verts, comme la refo­

D
ans ses « Prévisions et non plus à 28. Pour la zone euro, Continent reste riode délicate. deux semaines après son arrivée restation, capables de piéger
économiques d’hi­ la croissance devrait s’établir à Cela étant dit, l’économie euro­ à la tête de la major du pétrole BP. autant de dioxyde de carbone que
ver », publiées jeudi 1,2 % en 2020.
à la merci d’aléas péenne reste à la merci de nom­ Pour sa première intervention la compagnie en émet. M. Looney
13 février, la Commis­ Il s’agit là, pour l’Europe, « de la qui pourraient breux aléas – à la baisse –, qui publique, mercredi 12 février, à ne dévoilera pas les moyens d’y
sion consacre encore une fiche plus longue période de croissance pourraient compromettre cet Londres, il a placé la barre écolo­ parvenir avant plusieurs mois,
pays au Royaume­Uni, comme depuis le lancement de l’euro
compromettre « équilibre fragile » que décrit la gique très haut, en se fixant un sans doute en septembre, devant
aux 27 Etats membres de l’Union en 1999 », se réjouit M. Gentiloni. cet « équilibre Commission. Ses économistes objectif ambitieux, en ligne avec la communauté financière.
européenne (UE). Comme si Lon­ Certes, mais l’Europe s’est aussi évoquent notamment la possibi­ celui de l’accord de Paris sur le
dres n’avait pas quitté les institu­ installée durablement dans une
fragile », selon lité d’un ralentissement améri­ climat de 2015 : la « neutralité car­ Se faire pardonner
tions communautaires au 1er fé­ croissance faible, sans ressort, et la Commission cain, le risque d’une correction bone » en 2050 « ou plus tôt ». Son discours volontariste
vrier. En réalité, les services du qui se double d’une inflation ané­ des marchés financiers, dans les « Le budget carbone mondial est s’adressait autant à la société ci­
commissaire italien à l’écono­ mique. Le Vieux Continent a subi pays émergents ou aux Etats­ limité et s’épuise rapidement ; vile qu’aux investisseurs et à ses
mie, Paolo Gentiloni, n’avaient la décélération du commerce par Donald Trump, restent tout Unis, ou les conséquences que nous avons besoin d’une transi­ propres actionnaires, de plus en
pas le choix, puisque, jusqu’à la mondial, liée notamment aux aussi importantes. pourraient avoir les tensions en­ tion rapide vers zéro émissions plus inquiets pour l’avenir d’une
fin de l’année, leur ancien parte­ tensions entre la Chine et les C’est donc, prévoit la Commis­ tre Washington et Téhéran, sans net », a­t­il souligné, dans un dis­ industrie jugée en partie respon­
naire reste soumis aux règles Etats­Unis, mais aussi au ralentis­ sion, la consommation intérieure oublier la situation sociale en cours aux accents dignes d’un sable du changement climatique.
européennes. sement de l’empire du Milieu et qui devrait soutenir le PIB euro­ Amérique latine. militant de Greenpeace, où il a Il entend toujours les choyer
A lire le rapport de la Commis­ aux difficultés que rencontrent péen. Le secteur de la construc­ Le coronavirus reste la principale reconnu que la baisse de la pro­ (7,7 milliards d’euros de dividen­
sion, il ne fait pourtant aucun les pays émergents. tion, aidé par le bas niveau des inconnue. Ses conséquences pour duction d’or noir est « inévita­ des en 2019). S’il s’affiche plus
doute que la rupture est consom­ Dans ce contexte, les investisse­ taux d’intérêt, est un autre mo­ l’économie mondiale pourraient ble ». L’ambition est considéra­ « cool » – jeans, col de chemise
mée. Pour preuve, la croissance ments ont été délaissés et l’indus­ teur de la croissance. Tout comme être lourdes, s’il devait s’installer ble, démesurée, même. BP émet ouvert et manches retroussées,
britannique a été comptabilisée trie a souffert. Ce paysage ne de­ les mesures en faveur du pouvoir en Chine ou s’étendre à d’autres 415 millions de tonnes de CO2 par compte Instagram – que son pré­
avec celle du « reste du monde, vrait pas radicalement changer d’achat, adoptées ici ou là. pays. Avec comme corollaire, dans an, dont 360 millions provien­ décesseur, l’américain Bob Dud­
hors UE », qui devrait atteindre en 2020 et en 2021. Et, même s’il y toutes ces zones, la baisse du nom­ nent du pétrole et du gaz brûlé ley, il ne perd pas de vue que sa
3,3 % en 2020 et 3,4 % en 2021 (con­ a un mieux entre Pékin et Brexit et coronavirus bre de jours travaillés, une mobi­ par les consommateurs. Autant société doit être financièrement
tre 3,1 % en 2019). Et la prévision Washington, les incertitudes qui En France, le plan de sortie de la lité réduite, des magasins fermés, que l’Afrique du Sud ! Aucune des « solide » pour verser des dividen­
de progression du produit inté­ pèsent sur l’avenir du multilaté­ crise des « gilets jaunes » de l’exé­ des interdictions de voyager… deux autres « super­majors » des et « générer assez de trésore­
rieur brut (PIB) de l’UE (1,4 % ralisme, attaqué de plein fouet cutif a sans conteste permis à l’éco­ Autant d’éléments qui pèseraient européennes (Shell, Total) n’est rie pour investir dans les activités
nomie hexagonale de s’en sortir sur l’activité. allée aussi loin. Seule l’espagnole bas carbone ».
Le PIB stagne dans la zone euro relativement bien. Jusqu’à ce que La Commission évoque aussi Repsol se veut encore plus ambi­ BP a beaucoup à se faire par­
Variation annuelle du PIB, en % les grèves de la fin de 2019 ne se les conséquences économiques tieuse. Quant aux américaines donner. Il y a vingt ans, la vénéra­
traduisent par un recul du PIB au du Brexit, que personne ne peut ExxonMobil et Chevron, elles re­ ble compagnie britannique an­
Prévisions dernier trimestre (– 0,1 %, selon non plus évaluer, à ce stade, puis­ fusent tout engagement précis. nonçait que ces deux lettres ne
l’Insee). La Commission prévoit qu’on ne sait pas de quoi sera Comment BP peut­il atteindre seraient plus l’acronyme de Bri­
2,5 que la situation s’améliore (avec faite la relation future entre un tel objectif ? En améliorant les tish Petroleum, mais de Beyond

1,3
une croissance de 1,1 % en 2020 et l’Union européenne et le Royau­ techniques d’extraction des hy­ Petroleum. « Au­delà du pé­
de 1,2 % en 2021), sans pour autant me­Uni après le 1er janvier 2021. drocarbures, en développant le trole » ? Il n’en fut rien. Puis sur­
1,9 1,9
franchement décoller. Les économistes ont fait l’hypo­ captage­stockage du CO2 et en in­ vint l’explosion de la plate­forme
L’Allemagne, dont la santé éco­ thèse que les échanges entre l’île vestissant plus dans les énergies Deepwater Horizon (11 morts)
1,2 1,2 1,2 % nomique est très liée aux expor­
tations, et qui a été touchée par la
et le continent seront les mêmes
qu’aujourd’hui. Même s’il est très
décarbonées, qui représentent en­
core une fraction marginale des
en 2010 et la marée noire du golfe
du Mexique, qui lui a finalement
C’est le rythme de contraction du commerce mon­ peu probable que le premier mi­ dizaines de milliards consacrés à coûté 65 milliards d’euros. 
l’inflation attendu dial, devrait se porter légèrement nistre britannique, Boris John­
en 2020, après mieux qu’en 2019. Son PIB, qui son, choisisse de maintenir les
1,2 % en 2019 avait augmenté de 0,6 % en 2019, choses en l’état. Il y a donc de for­
devrait progresser de 1,1 % tes chances que le divorce se tra­
2016 2017 2018 2019 2020 2021
en 2020, comme en 2021. Les duise par un moins­disant éco­
Infographie : Le Monde Sources : Commission européenne
baisses d’impôt que la chance­
lière Angela Merkel a décidées
nomique pour l’Europe. 
virginie malingre
CETA: les Canadiens agacés
par le dénigrement des Français

Commerce : Bruxelles sanctionne le I sabelle Hudon n’a pas mâché ses mots pour dénoncer « les
fantasmes » des Français. L’ambassadrice du Canada dans
l’Hexagone a été auditionnée, le 5 février, par les sénateurs,
sur l’accord de libre­échange entre l’Union européenne et le Ca­
nada (CETA), en vigueur depuis septembre 2017, mais toujours
Cambodge pour violation des droits humains pas ratifié par le Parlement en France. L’invasion de bœuf cana­
dien ferait peur aux éleveurs de tricolores ? « Un mythe », a dé­
noncé Isabelle Hudon, chiffres à l’appui. « La part du marché ca­
nadien dans la viande bovine consommée en France depuis
L’UE a annulé une partie des tarifs préférentiels sur les importations de ce pays d’Asie deux ans, c’est 0,001 %, soit 0,2 gramme par Français, l’équivalent
d’un cinquième de Doliprane, pas de quoi avoir mal à la tête », a­t­
elle déclaré, dénonçant avec vigueur le Canada bashing.
bangkok ­ correspondant nouvelles mesures entreront en textiles, sont destinées aux pays en matière d’investissement et Les éleveurs et agriculteurs canadiens sont irrités d’entendre
en Asie du Sud­Est vigueur à cette date. Le Cambodge de l’UE. Selon la Banque mondiale, d’importation de matériels. des élus français relayer ce qu’ils considèrent comme des fadai­
fait partie du groupe de la cin­ si Bruxelles suspendait toutes ses Cette décision intervient à ses concernant la qualité de leur production et le volume des

L’ annonce était attendue


mais n’en constitue pas
moins une mauvaise
nouvelle pour le Cambodge :
l’Union européenne (UE) a décidé,
quantaine de pays bénéficiant du
statut dit « everything but arms »
(EBA, « tout sauf les armes »), per­
mettant aux nations les plus pau­
vres de jouir de préférences tarifai­
préférences tarifaires vis­à­vis du
Cambodge, les exportations du
pays baisseraient de 349 millions
d’euros sur 5,4 milliards.
La mesure est un nouveau coup
l’heure où Bruxelles durcit le ton
vis­à­vis de certains de ses parte­
naires qui ne respectent pas leurs
engagements sociaux. En janvier,
le commissaire Phil Hogan, a me­
biens exportés. Car les échanges entre les deux pays se révèlent
largement favorables aux Français, qui ont augmenté leurs ex­
portations de 16 % au total. Les vins français, par exemple, ont re­
pris leur première place sur les étals des magasins canadiens, de­
vant les américains, avec une hausse de 11 %.
mercredi 12 février, de retirer par­ res les exonérant de droits de dur pour l’industrie cambod­ nacé de suspendre l’accord de li­ « Quand on compare nos ventes fa­
tiellement à ce pays la jouissance douane sur leurs exportations gienne, qui subit déjà les consé­ bre­échange avec la Corée du Sud méliques de viande au fromage fran­
de l’accès aux tarifs préférentiels dans l’UE. Le royaume est le seul quences du ralentissement de si celle­ci ne ratifiait pas les con­ L’ACCORD DE LIBRE­ çais arrivé sur notre territoire, qui a
dont il bénéficiait jusqu’ici pour pays à être visé par de telles sanc­ l’économie chinoise à la suite de ventions du travail de l’Organisa­ bondi de 46 %, relève Richard Ouellet,
l’aider à poursuivre son dévelop­ tions : même la Birmanie, accusée l’épidémie du coronavirus. tion internationale du travail. ÉCHANGE SE RÉVÈLE  spécialiste du commerce internatio­
pement. L’UE justifie sa décision d’« actes génocidaires » par les Na­ Le premier ministre n’avait pas Une doctrine qu’elle n’applique TRÈS FAVORABLE  nal à l’université Laval de Québec,
par les « violations graves et systé­ tions unies durant la répression encore réagi, jeudi, à l’annonce pas à tous les Etats. Le Parlement nous avons du mal à comprendre le
matiques » des droits de l’homme contre la minorité musulmane européenne, mais avait dénoncé européen a ainsi approuvé, mer­ AUX AGRICULTEURS ET  péril que nous représentons. » L’expert
dont elle accuse les dirigeants de des Rohingya, avait échappé aux par avance, en janvier, « la prise credi, un accord de libre­échange balaie également les critiques sur les
ce royaume d’Asie du Sud­Est. foudres européennes. d’otage » par l’UE de « quelque avec le Vietnam, provoquant la co­ ÉLEVEURS TRICOLORES normes sanitaires canadiennes, qui
Le premier ministre, Hun Sen, 16 millions de Cambodgiens ». lère des ONG qui avaient en seraient en deçà des européennes.
au pouvoir depuis trente­ Dans les bras de la Chine Dans une tribune publiée mer­ amont publié un communiqué « Ai­je l’air d’un homme qui mange du poulet lavé à l’eau de Ja­
cinq ans, s’est, en effet, entière­ La décision de l’UE ne va pas affec­ credi sur le site Asia Times, le di­ dénonçant la situation pour le vel ? », déclare­t­il, devant les caricatures entendues. Il rappelle
ment débarrassé de son opposi­ ter l’ensemble des exportations plomate khmer Sim Vireak s’est moins « préoccupante » des droits que l’accord conclu prévoit que chaque pays garde la main sur
tion parlementaire après avoir cambodgiennes : les droits de insurgé contre une action menée humains et du travail dans le pays. ses propres normes. Impossible, selon lui, de faire entrer dans
embastillé ou forcé à l’exil les douane – d’un montant de 12 % par « une organisation suprana­ A la Commission, on insiste tou­ l’Hexagone « de la vache cannibale » (comprendre, nourrie aux
principales voix discordantes de pour les produits textiles – ne se­ tionale régionale imposant son ju­ tefois sur les avancées obtenues farines animales), comme s’en émeuvent les Français.
son régime. Les élections du ront rétablis que sur un cinquième gement sur un pays souverain dans le domaine du droit du tra­ Quant à la mise aux standards européens, qui permettrait, à
29 juillet 2018, durant lesquelles des exportations annuelles du d’une autre région ». Le diplomate vail au Vietnam, et les différences l’avenir, aux Canadiens de faire une « razzia » sur le marché
aucune formation politique n’a Cambodge, soit un peu plus d’un va jusqu’à faire le parallèle, ironi­ entre les deux pays d’Asie : « Nous européen, « elle s’avère complexe et coûteuse », argue régulière­
été susceptible de vaincre le Parti milliard d’euros. « On frappe un quement, avec la dimension pa­ sommes avec le Vietnam dans une ment la Fédération des producteurs de bovins du Québec.
du peuple cambodgien (PPC), ce­ grand coup même si notre action triarcale de l’ancienne « mission logique de réciprocité, nous cher­ Aujourd’hui, sur 70 000 fermes canadiennes, seules quelques
lui du premier ministre, ont ainsi est calibrée, nuance un haut fonc­ civilisatrice » du colonisateur chons à y promouvoir nos intérêts dizaines élèveraient leur bétail selon les normes exigées.
donné une victoire éclatante à ce tionnaire de la Commission, et on français dans son pays… économiques et nos valeurs, tandis Reste que le Canada s’inquiète des critiques récurrentes et de
dernier : il a remporté les 125 siè­ espère que le Cambodge mette tout La décision européenne risque, que nous accordons au Cambodge l’attentisme du gouvernement français à ratifier définitive­
ges de l’Assemblée nationale. en œuvre pour éviter la suspension par ailleurs, de pousser un peu des tarifs préférentiels pour l’aider ment le CETA : ce dernier n’a pas prévu de le mettre à l’ordre du
Si aucun pays européen ne s’op­ des préférences tarifaires. » plus Hun Sen dans les bras de l’al­ dans son développement. »  jour du Sénat pour une adoption avant les élections municipa­
pose d’ici au 12 août à la décision Près de 45 % des exportations lié chinois, le Cambodge étant de julien bouissou (a paris) les des 15 et 22 mars… 
de la Commission européenne, les cambodgiennes, principalement plus en plus dépendant de Pékin et bruno philip hélène jouan (montréal, correspondance)

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 économie & entreprise | 15

A Barcelone,
le salon du
mobile victime A la Fira,
le 12 février.

du coronavirus Le Mobile
World
Congress
était prévu
L’édition 2020 du Mobile World dans le palais
d’expositions
Congress devait accueillir de Barcelone
du 24 au
près de 110 000 visiteurs 27 février.
LLUIS GENE / AFP

et 2 800 entreprises

madrid ­ correspondante tion qui organise ce salon techno­


logique à succès, et réunit près de

S
ous la pression d’un flot 750 opérateurs et 400 entreprises
de défections allant cres­ de plus de 200 pays. Après plu­
cendo, le Mobile World sieurs heures de réunions et de
Congress (MWC), prévu à vidéoconférences avec les repré­
Barcelone, en Espagne, du 24 au sentants des principaux opéra­ grande pompe à chaque édition, plus gros stands du salon. Une Catalogne. Aucun malade du
27 février, a été annulé, mercredi teurs internationaux, elle s’est ré­ est d’abord un salon professionnel part importante de l’espace d’ex­
Les retombées coronavirus n’a pour le moment
12 février. Cette grand­messe de la solue à renoncer à ce congrès qui où les entreprises viennent signer position prévu, de 120 000 mè­ économiques été détecté en Espagne continen­
téléphonie mobile devait ac­ se déroule dans la capitale cata­ de juteux contrats. tres carrés, allait se retrouver vide. tale : les deux cas recensés concer­
cueillir près de 110 000 visiteurs et lane depuis 2006, et bat chaque Dernière compagnie en date à Sans compter les risques d’autres
de l’événement nent des touristes et sont circons­
2 800 entreprises venant de plus année des records de visiteurs. faire faux bond, Nokia. Le finlan­ défections et l’absence probable étaient estimées crits aux archipels des Baléares et
de 180 pays. Elle a été victime de la Depuis que le sud­coréen LG dais a justifié sa décision « après de nombreux visiteurs. des Canaries.
crainte d’une propagation du co­ Electronics a annoncé, le 4 février, avoir fait une évaluation complète
à plus de Si l’administration, tout comme
ronavirus, dont l’épidémie a fait l’annulation de sa venue, une des risques » et « pour la santé et le « Une épidémie de peur » 450 millions les organisateurs, a tout fait pour
près de 1 300 morts, quasi exclusi­ quarantaine d’autres acteurs, dont bien des employés ». Un coup dur Les appels au calme du ministre éviter l’annulation, c’est que le
vement en Chine continentale. plusieurs grands noms du secteur, semblable à celui provoqué par espagnol de la santé, Salvador Illa,
d’euros dans MWC est une poule aux œufs d’or
« La préoccupation mondiale re­ ont suivi. D’Amazon à Facebook, Ericsson, le 7 février, lorsque le qui n’a cessé de rappeler qu’il la cité catalane pour Barcelone. Ses retombées
lative à l’épidémie de coronavirus, de Nvidia à Intel, de Deutsche groupe suédois a expliqué que, « n’existe aucun problème de santé économiques sont estimées à plus
les inquiétudes sur les voyages et Telekom à Vodafone, d’Ericsson à « même si le risque est faible », il ne publique » justifiant l’annulation de 450 millions d’euros dans la
d’autres circonstances rendent Sony. Leur désistement hypothé­ peut pas « garantir la santé et la du salon, n’ont pas permis d’en­ ville était « préparée » pour tous ville, où l’organisation de cet évé­
impossible l’organisation de cet quait la tenue de l’événement, qui, sécurité de ses employés et visi­ rayer la spirale d’abandons. Pas les scénarios. Ou que les mesures nement entraîne la création de
événement », a tranché, dans un au­delà des innovations médiati­ teurs ». Nokia et Ericsson repré­ plus que les déclarations des auto­ annoncées par les organisateurs près de 14 000 emplois temporai­
communiqué, la GSMA, l’associa­ ques qui y sont présentées en sentaient en effet deux des trois rités locales, soulignant que la eux­mêmes, et renforcées de jour res. C’est le moment de l’année où
en jour, alors que grossissait la les hôtels affichent les prix les plus
liste des déserteurs. élevés et où l’occupation est à son
Le secteur du luxe plombé par l’épidémie Les organisateurs avaient
d’abord promis des conditions
maximum, alors que la saison tou­
ristique n’a pas encore commencé.
d’hygiène renforcées dans les sal­ Le salon représente 40 % de la
kering fait le dos rond en chine. de journée. « Nous sommes extrêmement Laurent, la moitié des boutiques sont ac­ les de conférence et déconseillé facturation du palais des exposi­
« Après un début d’année exceptionnel, grâce vigilants », a fait valoir le patron du groupe tuellement fermées. Et la fréquentation aux visiteurs de se serrer la main, tions de Barcelone, la Fira, soit
aux ventes réalisées en amont des fêtes du qui, en 2019, a réalisé 34 % de ses 15,8 mil­ des magasins situés en Asie s’est « sérieuse­ avant d’interdire l’accès du salon à plus de 100 millions d’euros. Cette
Nouvel An chinois », le groupe français de liards d’euros de chiffre d’affaires en Asie. ment » effondrée, précise M. Pinault. Car, tout visiteur en provenance de la annulation « aura un impact très
luxe a vu son activité « quasiment s’arrêter en cette période habituelle de congés, les province chinoise du Hubei, épi­ lourd sur la ville », reconnaît
au 23 janvier », a expliqué François­Henri Fréquentation des magasins en chute Chinois ont renoncé à leurs vacances. centre de l’épidémie, ou s’étant Mateu Hernandez, le directeur gé­
Pinault, son PDG, mercredi 12 février, lors Cette épidémie touche de plein fouet tou­ Toutefois, le PDG du groupe Kering juge rendu en Chine au cours des qua­ néral de l’association Barcelona
de la présentation des résultats annuels. tes les marques. Plusieurs stars américai­ qu’il est « trop tôt » pour chiffrer l’impact torze jours précédant le salon. Ils Global, qui regroupe les principa­
Depuis la mise en place de mesures de nes l’ont admis, dont Canada Goose et le financier de cette crise sanitaire. Il s’inscrit avaient aussi annoncé des détec­ les entreprises de la ville.
quarantaine pour enrayer l’épidémie due groupe Capri Holdings qui détient les sacs ainsi dans le droit fil de Bernard Arnault. teurs de température corporelle. Quant à GSMA, l’association
au coronavirus, le groupe est, comme ses Michael Kors et Versace. De grands noms Fin janvier, le patron de LVMH avait Et plusieurs entreprises asiatiques risque de devoir dédommager les
concurrents, contraint de revoir l’ensemble européens du luxe viennent de faire de également jugé ne pas être en mesure de avaient imposé à leurs travailleurs participants et prendre en charge,
de ses méthodes de travail dans le pays. même. Le britannique Burberry se dit sé­ tirer un bilan de la situation. M. Pinault ta­ des mesures de quarantaine préa­ en partie ou en totalité, les frais
Toutes les deux heures, les bureaux de rieusement touché. Moncler, fabricant ita­ ble cependant sur un « redémarrage très lables à leur séjour à Barcelone. d’annulation des billets d’avion et
Kering et les magasins de ses marques en lien de doudounes, a révélé lundi que la rapide » de la Chine, probablement au « Le seul risque qui existe est celui des chambres d’hôtel qu’ils
Chine sont désinfectés. Tous ses salariés fréquentation de ses magasins a chuté de printemps ou à l’été, lorsque la force du d’une épidémie de peur », avait avaient réservés pour l’occasion.
portent des masques. Tous sont soumis à 80 % dans le pays. Chez Kering, proprié­ virus aura faibli.  déclaré, mercredi, Joan Guix, le La facture s’annonce salée. 
plusieurs prises de température en cours taire de Gucci, de Balenciaga et de Saint juliette garnier secrétaire à la santé publique de sandrine morel

Nice­Matin passe sous le contrôle total de Xavier Niel ENTREPRISES


Pernod Ricard abaisse
ses prévisions
de résultats
Le groupe de près de 800 salariés, dont 200 journalistes, détient « Nice­Matin », « Var­Matin » et « Monaco­Matin » Arguant des effets du corona­
virus qui touche la Chine,
Pernod Ricard a annoncé,
jeudi 13 février, une révision
marseille ­ correspondant La holding NJJ possède déjà 34 % valorise leur mise à hauteur de départs volontaires se situe autour des contenus et d’indépendance à la baisse de ses prévisions
de Nice­Matin, détenus depuis sa plus de cinq fois sa valeur initiale. de 7 millions d’euros », explique rédactionnelle. » pour l’année fiscale qui

A près plus de quatorze


mois d’un feuilleton
houleux, le Groupe Nice­
Matin va devenir la propriété à
100 % de NJJ, la holding du fonda­
prise de contrôle, en juillet 2019,
de la société Avenir Développe­
ment, propriété jusqu’alors de l’ac­
tionnaire belge Nethys. Avec cette
opération, NJJ devient aujourd’hui
Dans la foulée de ce rachat, un
conseil d’administration devrait,
vendredi 14 février, modifier la
gouvernance de l’entreprise. Le
PDG Jean­Marc Pastorino, ancien
M. Bertaina. Selon lui, les pre­
miers départs ne devraient pas in­
tervenir avant la fin de l’été.

« Entre 30 et 35 départs »
Déficitaire, le Groupe Nice­Ma­
tin a accusé une perte nette
d’environ 5 millions d’euros,
en 2019, pour un chiffre d’affaires
avoisinant les 80 millions. Il de­
s’achèvera fin juin. Il s’attend
désormais à une croissance
du résultat opérationnel cou­
rant comprise entre 2 % et
4 %, contre un objectif initial
teur de Free, Xavier Niel, égale­ seul maître à bord de ce groupe de délégué syndical CGT, doit y céder Concernant les journalistes, le ra­ vrait encore perdre de l’argent d’une croissance comprise
ment actionnaire à titre indivi­ presse de près de 800 salariés, son fauteuil. NJJ devrait proposer, chat ouvre une clause de cession, en 2020. Dans un courrier de entre 5 % et 7 %.
duel du Monde. dont 200 journalistes, qui détient « dans un premier temps et de fa­ prévue par la loi en cas de change­ juillet 2019, Xavier Niel avait pro­
Les 456 salariés actionnaires de les titres Nice­Matin, Var­Matin et çon transitoire », le nom de son di­ ment de propriétaire. Elle pour­ mis d’investir 50 millions d’euros Hausse de l’activité
la société coopérative d’intérêt Monaco­Matin, et diffuse des Al­ recteur général, Anthony Maarek, rait entrer en vigueur dès le dans le rachat global du titre, inté­ de la Française des jeux
collectif (SCIC) Nice­Matin étaient pes­Maritimes au Var. qui a mené le dossier du rachat, 1er mars. « Il est difficile d’estimer le grant la prise de contrôle d’Avenir en 2019
invités à valider, jeudi 13 février, pour lui succéder. nombre de journalistes qui peu­ Developpement et l’apurement La Française des jeux, privati­
l’offre d’achat des 66 % de parts Enveloppe de 5 millions d’euros La prise de contrôle de M. Niel vent être concernés, mais on pense des 12 millions d’euros de dette. sée en novembre 2019, a vu
qu’ils possèdent dans l’entreprise, L’offre d’achat de NJJ pour les doit permettre au groupe de pré­ qu’il y aura entre 30 et 35 départs », Le plan de relance prévoit son activité progresser l’an
lors d’une assemblée générale parts de la SCIC n’a pas évolué de­ senter, avant la date butoir du prévoit Rodolphe Peté, délégué aujourd’hui l’injection de 5 mil­ dernier, avec un bond de 9 %
dont l’issue semblait claire pour puis l’assemblée générale du 6 mars, un plan de continuation du Syndicat national des journa­ lions d’euros, d’ici à 2022, dans des mises des joueurs, pour
tous les acteurs du dossier. « Un 20 décembre 2019, où elle avait au tribunal de commerce de Nice listes (SNJ), seule organisation re­ des investissements techniques, atteindre le record de 17,2 mil­
certain nombre de signes nous font été rejetée. Elle porte toujours sur et, ainsi, de sortir de sa période de présentative à la rédaction. dont un nouveau système infor­ liards d’euros. Le groupe a réa­
dire que c’est plié », estime un haut une enveloppe de 5 millions sauvegarde. La stratégie de re­ Pour le SNJ, qui estime la taille matique rédactionnel et une « im­ lisé un chiffre d’affaires de
cadre de l’entreprise. « Il n’y aura d’euros, désormais jugée « satis­ lance de NJJ prévoit un important de la rédaction actuelle à 195 sala­ primerie 2.0 ». Aucune vente à la 1,95 milliard d’euros (+ 8,5 %
pas de blocage », confirme Frédé­ faisante » par la CGT, qui souligne plan de départs volontaires de riés à temps plein, la question du découpe des titres du groupe sur un an). En revanche, son
ric Bertaina, secrétaire général de que ce montant « a été clairement 80 salariés sur deux ans. Ce der­ remplacement des départs de n’est, semble­t­il, prévue. « Le péri­ bénéfice net a chuté de 21,9 %,
la CGT, syndicat majoritaire qui, séparé de la somme consacrée aux nier, qui ne concerne pas la rédac­ journalistes sera au cœur des pro­ mètre de diffusion est confirmé », à 133 millions d’euros, affecté,
jusqu’à décembre 2019, s’opposait indemnités de départ des sala­ tion, mais les salariés non­journa­ chaines négociations. « On ne assure ainsi le directeur des ré­ notamment, par les frais d’in­
clairement au plan porté par riés ». En 2014, ceux­ci avaient in­ listes, est l’une des avancées qui peut pas descendre sous ce nom­ dactions, Denis Carreaux, qui se troduction en Bourse, a pré­
M. Niel et a soutenu longtemps vesti 925 000 euros pour sauver ont conduit la CGT à modifier sa bre, annonce M. Peté. Ce qui nous félicite déjà du lancement, début cisé l’opérateur, qui va propo­
les ambitions de reprise d’Iskan­ leur entreprise, avec des parts position. « Même si des négocia­ rassure, c’est que, pour la première février, d’une grande étude sur les ser un premier dividende de
dar Safa, le propriétaire du maga­ allant de 770 euros à 7 700 euros. tions sont encore à mener, l’enve­ fois, nous avons un actionnaire attentes du lectorat.  0,64 euro par action à ses ac­
zine Valeurs actuelles. La proposition de Xavier Niel loppe financière consacrée à ces qui nous parle de l’amélioration gilles rof tionnaires. – (AFP.)

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

16 | sports 0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

Biathlon : duel à… trois pour une couronne


Aux Mondiaux d’Anterselva, du 13 au 23 février, le match Fourcade­Boe pourrait être arbitré par Fillon Maillet

A LES CHIFFRES
Antholz­Anterselva,
coquette station du
Sud­Tyrol qui accueille
les championnats du
monde de biathlon du 13 au 23 fé­
vrier, tous les rois ne sont pas con­ 81
viés au banquet. Fabien Claude et C’est le nombre de victoires
Antonin Guigonnat, pourtant individuelles que Martin
respectivement classés au 16e et Fourcade totalise depuis
au 25e rang mondial, ont hérité de le début de sa carrière.
l’étiquette ingrate de remplaçants Johannes Boe en compte 44.
quand, d’ordinaire, leur classe­ Le record est détenu par Ole
ment leur donne le droit de dis­ Einar Bjorndalen, qui a enre-
puter la mass start, la course reine gistré 95 succès au cours de
(départ groupé). Cette semaine, sa carrière.
les deux Français sont relégués
sur le circuit B de la Coupe du
monde : pendant que leurs petits 11
camarades défieront le gratin, Il s’agit du nombre de titres
eux skieront sur le site voisin de mondiaux du Français, con-
Martello. tre 7 pour le Norvégien.
Leur infortune illustre la den­
sité actuelle de l’équipe de France,
qui se présente aux Mondiaux 97,5 %
avec quatre de ses représentants Voici le taux de réussite au
dans le top 10. Après 13 courses tir de Martin Fourcade au
sur 24, Martin Fourcade mène la mois de janvier. Sur 120 bal-
danse au général (601 points), de­ les tirées, le Catalan n’en a
vant son compatriote Quentin loupé que trois.
Fillon Maillet (532) et le Norvé­
gien Johannes Boe (482). Derrière,
Simon Desthieux (4e) et Emilien 16
Jacquelin (8e) sont en embuscade. C’est le record de victoires de
Avec cinq Norvégiens parmi les Johannes Boe sur une saison
11 premiers, la Coupe du monde (2018-2019), contre 14 pour
de biathlon se résume, depuis le Martin Fourcade (à gauche), Quentin Fillon Maillet et Johannes Boe, en novembre 2017, à Ostersund (Suède). MANZONI/ICON SPORT Fourcade (2016-2017).
début de la saison, à un match
France­Norvège.
Sur le papier, les Bleus n’ont pas trouvée sur le pas de tir, après un du classement général au terme Coupe du monde à… Antholz, Martin, c’est quelqu’un qui n’aime
d’excuse pour faire oublier l’échec
« Je ne suis plus début de saison chevrotant : en de la saison. déjà sur une mass start. Médaillé pas perdre au plus profond de lui,
de 2019 à Ostersund (Suède), où la dominateur janvier, Martin « la Gâchette » Pour son retour, à Pokljuka (Slo­ à deux reprises la saison dernière et Quentin va toujours au bout de
France s’était classée 8e nation au Fourcade n’a manqué que trois vénie) le 23 janvier, le Norvégien au Mondial d’Ostersund (3e du lui­même. »
tableau des médailles, avec une
comme par balles sur 120 tirées, soit un taux n’a pas convaincu grand monde sprint et de la poursuite), il vise Avec le reste du groupe, ils se
médaille d’argent (Antonin Gui­ le passé, mais insensé de 97,5 % de réussite. « Ça en claironnant qu’il se sentait cette fois l’or. « J’ai trois victoires sont promis de faire de ces Mon­
gonnat sur la mass start) et 3 mé­ doit être mon point fort si je veux « un peu fatigué ». Il a repris 2020 en Coupe du monde, j’ai envie de diaux une grand­messe collec­
dailles de bronze seulement. On y
ça rend la chose peser sur ces championnats, avan­ comme il avait laissé 2019 et rem­ concrétiser ça aux Mondiaux. » tive. La France n’a plus gagné de
avait vu le fantôme de Martin excitante » ce­t­il, sans se leurrer. Je ne suis porté sa sixième course de la sai­ Deuxième du classement géné­ titre en relais depuis 2001 et la
Fourcade, mâchoire béante, et plus dominateur comme par le son lors de l’individuel 20 km de­ ral et premier de cordée chez les victoire de l’équipe emmenée par
MARTIN FOURCADE
surtout son martyre, jusqu’à finir passé, mais ça rend la chose exci­ vant… Fourcade. Roi des spatules Français l’hiver dernier, le Juras­ Raphaël Poirée. « Ça nous trotte
quintuple champion
39e de l’individuel. Jamais le quin­ tante, il n’y a aucune résignation et roi du bluff ? « Bien sûr qu’il sien confirme qu’il a fini de tous dans la tête, jure le benjamin,
olympique
tuple champion olympique de ma part. » bluffe ! Certes, il n’a pas le droit à s’émanciper. En un an, « QFM » est Emilien Jacquelin. On a toujours
n’avait été aussi mal classé aux Fourcade, 31 ans, a dû se faire à l’erreur, après, il va se donner à passé du statut de jeune promet­ une grosse rivalité avec la Norvège
championnats du monde ; pour l’idée de ne plus avoir les jambes fond, pressent Stéphane Bou­ teur à celui d’outsider capable de mais sur le dernier relais [à Ruh­
la première fois depuis 2009, il de dire que je suis à mon meilleur de ses 20 ans, et ne peut s’empê­ thiaux, directeur technique na­ rafler la mise : « L’objectif, c’est d’al­ polding, en Allemagne, le 18 jan­
était reparti bredouille. niveau, de 2018 par exemple, mais cher de voir dans son rival, de tional de la discipline. Il s’enlève ler chercher le gros globe de cristal, vier], on a montré qu’on était ca­
j’ai bien préparé ces Mondiaux, je cinq ans son cadet, le reflet du un peu de pression, mais [le classe­ c’est de loin le titre le plus dur à al­ pables de bien gérer et de gagner. »
Le grand bluff de Johannes Boe suis dans la même dynamique « monstre » qu’il avait lui­même ment général], il l’a dans un coin ler chercher, le niveau est telle­ Aucun risque que ces gars­là
Un an après, le Catalan part en re­ qu’en janvier. » créé. « Même si [Martin] a le de la tête et Martin et Quentin en ment dense », convient­il. soient écœurés par le goût des po­
conquête. Après une dizaine de Son retour au premier plan maillot jaune, pour moi, Johan­ sont, bien entendu, conscients. » Sur la piste, Fourcade et Fillon diums. « Même nous, on a ten­
jours à la maison, lui et les autres après les fêtes lui laisse espérer nes reste le favori de ces cham­ Maillet ne se feront pas de polites­ dance à banaliser et ne plus profi­
Bleus ont passé cinq jours en autre chose qu’un zéro pointé. En pionnats du monde », estime Vin­ « Rivalité saine » entre Français ses. Mais la concurrence s’arrête ter de ces instants, y en a tellement
stage à Bionaz, au cœur du Val l’absence de Johannes Boe, resté cent Vittoz, l’entraîneur des Au départ de la mass start de Po­ là, à en croire l’encadrement. qui s’accumulent, reconnaît Sté­
d’Aoste. « J’ai été vigilant sur les quinze jours pouponner après la Bleus. Le cadet des frères Boe kljuka, tous les yeux étaient rivés « Cette rivalité est toujours aussi phane Bouthiaux. Mais eux, leur
temps de repos, c’est quelque naissance de son fils, Fourcade ne n’est pas du genre à se contenter sur l’affrontement entre les deux saine », assure Vincent Vittoz. motivation coule de source, ils ont
chose qui m’a beaucoup affecté s’est pas fait prier pour lui souffler de jouer les dauphins du roi. Et meilleurs biathlètes du moment. Pour preuve, avance­t­il, les deux bossé comme des enragés pour en
l’an dernier, je n’avais pas envie de son maillot jaune. même s’il s’en défend, il peut en­ Mais Quentin Fillon Maillet s’est hommes ont fait chambre com­ arriver là, ils savent exactement
reproduire cette erreur, assure Quatre victoires sur six courses core espérer décrocher le globe invité à la fête, victorieux douze mune lors du stage. « Les deux pour quoi ils sont là. » 
Martin Fourcade. Ce serait mentir individuelles et une efficacité re­ de cristal, attribué au vainqueur mois après son premier succès en sont de très gros compétiteurs. élisabeth pineau

Tiril Eckhoff, un ski d’enfer et la gâchette enfin sûre


La biathlète norvégienne, favorite des Mondiaux, aura pour principales rivales l’Italienne Dorothea Wierer et la Suédoise Hanna Oeberg

D epuis son sans­faute à la


poursuite d’Hochfilzen
(Autriche) mi­décem­
bre 2019, Tiril Eckhoff semble im­
possible à arrêter. Lancée à un
Oeberg, boostée par sa victoire
dans la mass start (un départ
groupé et une distance de
12,5 km) de Pokljuka, en Slovénie,
dernière épreuve en date il y a
tir. « Elle a passé un vrai cap. Son
niveau de tir s’est considérable­
ment amélioré. De très irrégulière,
elle est devenue une athlète très ré­
gulière. C’est ce qui explique qu’elle
« Depuis quelque
temps, elle loupe
peu de tirs,
sprint lors des Mondiaux
d’Holmenkollen (Oslo), à domi­
cile, en 2016, la jeune femme
peine à s’imposer sur le circuit
mondial. La raison ? La retraite
l’équipe italienne, va changer les
choses. Le Transalpin se porte au
chevet d’Eckhoff, évacue une à
une les raisons de ses défaillan­
ces au tir, puis place la cham­
train d’enfer avec six victoires in­ trois semaines, en savent quel­ ait dominé une partie des épreuves elle est en pleine sportive de Tora Berger, en 2014, pionne devant ses responsabili­
dividuelles, dont un triplé au que chose. Difficile, à la régulière, individuelles », explique Siegfried laisse un grand vide dans l’équipe tés. « Il ne lui a plus laissé le choix,
Grand­Bornand (Haute­Savoie) de suivre le rythme de la leader Mazet, l’entraîneur français de
confiance » norvégienne. Les attentes de tout se souvient Mazet. Et ce qui était
peu avant Noël, la Norvégienne de la Coupe du monde, qui affi­ l’équipe norvégienne de biathlon. JULIA SIMON un pays se portent alors sur Tiril exceptionnel est devenu régulier à
sera incontestablement la femme che de course en course des sta­ 5e au classement général Eckhoff. Pas taillée pour le cos­ l’entraînement, et donc le jour de
à battre lors des Mondiaux de tistiques au tir supérieures à ses Vaincre ses complexes tume, avancent certains. « Quand la compétition. »
biathlon d’Antholz­Anterselva, en deux principales rivales. Désormais, Tiril Eckhoff ne man­ Tora a arrêté, ça a mis directe­ Après son triplé dans les Aravis
Italie, du 13 au 23 février. Une précision et une régularité que plus beaucoup de balles. De­ ment un coup de projecteur sur (Haute­Savoie) en décembre,
L’Italienne Dorothea Wierer, en inédites chez la jeune femme de puis Hochfilzen, la Scandinave neige à regarder mon frère [Stian, Tiril, elle devait assumer tous les Tiril Eckhoff, qui désormais ar­
délicatesse avec son dos en 29 ans, plutôt connue jusqu’alors blanchit la cible près de neuf fois ancien biathlète de haut niveau] résultats de l’équipe féminine un rive plus relâchée sur le pas de tir,
janvier, et la Suédoise Hanna pour ses défaillances sur le pas de sur dix (92 % au couché, 86 % au et ma sœur s’amuser au biathlon », peu malgré elle, explique n’a pas manqué de remercier
debout). « C’est une fille qui a tou­ a confié la championne dans une Siegfried Mazet. Elle n’était pas Oberegger pour son travail effec­
jours été très, très rapide sur les interview à l’IBU, la fédération in­ prête à ça, elle a versé beaucoup, tué lors de la préparation esti­
Simon et Braisaz, leaders des Bleues skis et, depuis quelque temps, elle
loupe peu de tirs, forcément ça fait
ternationale de biathlon.
Au début des années 2010, la
beaucoup de larmes. »
Résultat, la jeune femme com­
vale, ajoutant dans un sourire
qu’elle allait passer la pause de
Julia Simon et Justine Braisaz seront les chefs de file de l’équipe des dégâts, elle est en pleine Norvégienne fait ses premiers pas mence à douter, se montre fé­ Noël à faire « de longues et en­
de France de biathlon de ces Championnats du monde, qui est confiance », constate Julia Simon, en Coupe du monde dans l’ombre brile derrière la carabine, les sai­ nuyeuses séances d’entraîne­
composée également de Célia Aymonier et Anaïs Bescond (et de cinquième au classement géné­ de sa compatriote Tora Berger, sons se suivent et Eckhoff ne par­ ment ». La Norvégienne devra
Chloé Chevalier comme remplaçante). Simon (5e au classement ral et l’une des meilleures chan­ alors meilleure biathlète mon­ vient pas à se hisser parmi le veiller à ne pas retomber dans ses
général de la Coupe du monde) et Braisaz (8e) représentent les ces françaises de médailles avec diale. Très vite, la jeune Tiril dé­ gotha mondial. Siegfried Mazet travers, à être sur la défensive,
meilleures chances de médailles françaises dans les courses indi- Justine Braisaz. croche ses premières médailles, explique : « Elle se cherchait des prévient Mazet. « Elle a une
viduelles. Les Bleues, qui ont effectué un stage de préparation Mais avant de lancer son OPA notamment l’or olympique à Sot­ excuses, toujours les mêmes : “j’y bonne carte à jouer, elle a vrai­
dans le Val d’Aoste, à la même altitude qu’Anterselva (1 600 m), sur la saison, Tiril Eckhoff a mis chi en 2014 au relais mixte, le arriverai jamais”. C’est un peu ce ment moyen de se faire plaisir sur
ont de grandes ambitions : « Deux médailles individuelles et deux du temps pour vaincre les com­ bronze au relais et à la mass start. qui la traumatisait. » ces championnats. » Pour Tiril Ec­
médailles sur les relais », annonce Frédéric Jean, l’entraîneur. plexes qui la rongeaient. Une en­ Tout semble lui sourire. L’arrivée il y a deux ans, au sein khoff, les larmes des idées noires
En 2019,elles étaient reparties d’Ostersund (Suède) avec la seule fance dans la banlieue d’Oslo, « de Pourtant, malgré quelques de l’équipe norvégienne, de appartiennent au passé. 
médaille de bronze de Justine Braisaz, lors de l’individuelle. longues heures passées dans la coups d’éclat, comme son titre en Patrick Oberegger, transfuge de nicolas lepeltier

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 horizons | 17

P
ascale Rebèche ouvre la fenêtre
de sa chambre, fière de mon­
trer la vue. Sous un ciel gris, les
usines de Saint­Denis s’étalent
jusqu’au viaduc de l’A86, sur le­
quel les voitures filent en direc­
tion du Stade de France. « Ici, tout le monde
n’a pas la chance de voir le Sacré­Cœur et un
bout de la tour Eiffel », glisse­t­elle. Arrivée
dans la cité des Francs­Moisins en 1971, cette
employée de la Sécurité sociale âgée de
60 ans se voyait prendre sa retraite avec son
mari, dans son F4 de 90 m2, au sixième étage
de l’une de ces douze barres HLM. Mais tout
est remis en question : il lui faudra quitter les
lieux à la fin de l’année. Une partie de son bâ­
timent, le B7, sera démolie en 2023 dans le ca­
dre d’un vaste plan de rénovation urbaine.
Pascale a grandi aux Francs­Moisins. Elle s’y
sent chez elle, comme en famille. Lorsque ses
douleurs aux dos la font trop souffrir, elle
peut compter sur les voisins pour l’aider à
porter ses courses et sur le pharmacien pour
livrer des médicaments à son père, installé
seul au B2. Cette solidarité, la sexagénaire ne
veut pas la perdre. « Quand il y a un décès, les
voisins présentent leurs condoléances, prépa­
rent des gâteaux, font une cagnotte pour
payer les funérailles ou les dettes. On ne trouve
pas ça ailleurs. » Depuis l’annonce de la dé­
molition, il y a deux ans, elle angoisse. Sera­t­
elle relogée dans un autre immeuble de la cité Pascale Rebèche, ici le 4 février, chez elle, aux Francs­Moisins. Arrivée dans la cité en 1971, elle devra quitter les lieux à la fin de l’année. CYRILLE LARRIEU
ou ailleurs en ville ? Que deviendra son père,
dont le bâtiment doit, lui aussi, être en partie

L’avenir incertain des


détruit ? Et combien cela va­t­il lui coûter ? « Je
leur ai dit, à la mairie : “Vous m’arrachez les
tripes. Les Francs­Moisins, c’est toute ma vie.” »
Voilà des années que cette cité classée en
zone urbaine sensible est un casse­tête pour
la municipalité de Saint­Denis, communiste
depuis la Libération. Coincés entre l’auto­

Francs-Moisins
route A1, le Fort de l’Est, le canal Saint­Denis et
les chemins de fer du RER B, les Francs­Moi­
sins forment une ville dans la ville : 1 800 lo­
gements sociaux, plus de 8 000 habitants,
dont près de 47 % âgés de moins de 29 ans. De
fait, les jeunes sont partout, que ce soit à
l’école Louise­Michel, au gymnase, à l’an­
tenne de jeunesse ou en bas des immeubles.
connaître sa décision de démolir le B4 le 8 oc­
« C’ÉTAIT LA GRANDE CLASSE ! » Cette immense cité de Seine­Saint­Denis, tobre, lorsque le projet de rénovation urbaine
Les familles, dont le revenu moyen n’atteint est arrêté, mais ses administrateurs ne
pas 1 000 euros par mois, n’arrivent pas à emblématique des difficultés sociales du daignent informer les locataires des 290 loge­
tous les tenir, et certains parents ferment les ments que le 18 décembre. Hilaire Cadet­Petit,
yeux lorsque leurs enfants quittent l’école et département, fait l’objet d’un plan de rénovation habitant du B4, enrage : « Je l’ai su par le
basculent dans la délinquance. Comme dans bouche­à­oreille. On ne m’a jamais demandé
d’autres cités de la commune, le trafic de urbaine contesté par une partie des habitants mon avis, alors que j’ai payé mon loyer pen­
drogue a entraîné les Francs­Moisins dans dant quarante ans. Même les chiens ne sont
une spirale de violence dans les années 1990. pas traités comme ça. »
En 1999, les fusillades entre les bandes loca­ Le 17 janvier, M. Cadet­Petit se rend à la réu­
les et celles du Clos Saint­Lazare, à Stains, souvient Aminata Touré, présidente de l’ami­ ateliers organisés sur place ne parviennent nion des locataires, où il espère trouver des
font un mort. Les Francs­Moisins défraient cale des locataires du B4. Cette juriste en pro­ pas non plus à dissiper les incompréhen­ arguments pour négocier au mieux son relo­
également la chronique en 2007, lorsque le tection des données personnelles tient à sions. « La mairie ne s’est pas rendu compte gement. D’emblée, les élections municipales
gérant du Leader Price, derrière le B1, est montrer l’exemple à ses deux filles : apparte­ que le vocabulaire de la rénovation urbaine s’invitent au débat. La rénovation de la cité
agressé par une vingtaine de jeunes. La mi­ ment briqué, jouets rangés et pas d’écran. est trop technique, voire incompréhensible, est un enjeu électoral. Certains candidats ont
nistre de l’intérieur, Michèle Alliot­Marie, se A maintes reprises, la mairie a tenté d’amé­ pour ceux qui ne parlent pas très bien fran­ pris position contre Laurent Russier, le maire
rend au chevet du commerçant. Mais rien ne liorer la vie des habitants. Par exemple çais », souligne Mamoudou Diarra, représen­ (PCF) sortant, défenseur du projet. Son ad­
change vraiment. Trois ans plus tard, le com­ en 1995, avec la destruction à l’explosif du B3 tant des locataires. joint, Bally Bagayoko (La France insoumise), a
merçant plie bagage après l’incendie crimi­ (treize étages, lui aussi) et de son centre David Proult passe outre l’avis des habi­ pour sa part promis, s’il est élu, de ne pas dé­
nel de son magasin. commercial. A l’époque, l’affaire avait suscité tants. Pas de référendum, cette fois, dans les molir et de procéder à des « réhabilitations de
A l’époque de sa construction (1971­1973), une vive émotion. « Ça a été une catastrophe, bâtiments ciblés. Déposé en mars 2019 qualité ». Parmi les locataires, Djangou
puis dans les premières années, la cité était témoigne Djangou Traoré, une locataire du auprès de l’Agence nationale pour la rénova­ Traoré, du B7, a rejoint son équipe, tandis que
pourtant présentée comme un lieu idéal B7. Pendant des années, on a vécu dans la tion urbaine (ANRU), son plan prévoit de dé­ Sabrina Attari, autre habitante du quartier,
pour les ouvriers. « C’était la grande classe ! », poussière et les gravats. » Les timides truire 477 logements et d’en reconstruire 613, est sur la liste du socialiste Mathieu Hanotin,
se souvient Mouloud Bezzouh, 54 ans. A son réhabilitations amorcées après les émeutes dont 174 sociaux. Coût prévu de l’opération : favorable à la rénovation urbaine.
arrivée de Kabylie, en 1976, il s’émerveille de­ de 2005 en banlieue parisienne n’ont guère 173 millions d’euros. Dès lors, une rumeur se Dans son salon oriental, où l’écran plat
vant ces immeubles édifiés sur un ancien bi­ eu plus de succès. répand, selon laquelle la mairie chercherait à géant est branché sur BFM­TV, Noura Ha­
donville. Les F3 et F4 sont spacieux et bien En 2016, l’Etat, la mairie de Saint­Denis et faire place nette aux Francs­Moisins dans la madi, 29 ans, avoue son inquiétude. Habi­
équipés ; baignoire, chauffage, parking, tout Plaine Commune, structure intercommu­ perspective des Jeux olympiques de 2024, tante du B7 depuis sa naissance, elle veut
y est. Le quotidien s’organise autour du cen­ nale gérant neuf communes du départe­ « ON NE M’A JAMAIS  prévus notamment au Stade de France, à quitter son F3, où elle vit avec son mari et ses
tre commercial au rez­de­chaussée du B3, où ment, décident que le temps d’une rénova­ DEMANDÉ  200 mètres de la cité, de l’autre côté du canal trois enfants, mais le bailleur lui a déjà
se trouvent un Monoprix, une librairie et un tion d’ampleur est venu. L’objectif est à la fois Saint­Denis. « Le projet de rénovation urbaine conseillé de ne pas être trop exigeante et de
bar. Les clients sont bretons, espagnols, por­ de désenclaver la cité et d’y introduire de la MON AVIS, ALORS  est antérieur à l’attribution des JO, rétorque chercher en priorité dans une cité du centre­
tugais, juifs d’Afrique du Nord, maghrébins, mixité sociale. Trois orientations sont rete­ David Proult. Et en 2024, les Francs­Moisins ville ou de La Courneuve. « Ces lieux me dé­
sénégalais, yougoslaves. nues : le percement de rues rectilignes au QUE J’AI PAYÉ MON  seront en chantier. » L’élu balaie une autre ru­ plaisent », souffle­t­elle. Elle vise plutôt
Mais le caractère multiconfessionnel et plu­ cœur des grands ensembles, la construction meur selon laquelle le percement de rues La Plaine, le quartier du Stade de France. « Le
riethnique du quartier va disparaître au fil d’immeubles aux formes variées, afin d’atti­
LOYER PENDANT  permettrait surtout à la police de casser les problème, c’est que c’est très sélectif. Mais je
des décennies suivantes. Les familles d’ori­ rer de nouvelles populations dans des loge­ QUARANTE ANS.  points de deal. « Le problème du trafic de dro­ suis prête à attendre sept ans s’il le faut. »
gine maghrébine et subsaharienne sont ments privés, et le prolongement du tram­ gue ne sera pas résolu tant que nous n’aurons Une passerelle piétonne et un pont mobile,
aujourd’hui nettement majoritaires. La cité way 8 jusqu’à la cité. Pour ce faire, la mairie MÊME LES CHIENS  pas de policiers supplémentaires », assure­t­il. souvent en panne, relient les Francs­Moisins à
est devenue un lieu particulier, emblémati­ choisit de démolir des bâtiments. L’idée est ce quartier devenu le deuxième centre
que du 93 et de ses réalités sociales. de commencer par le B1. Problème : une moi­ NE SONT  LEVÉE DE BOUCLIERS d’affaires d’Ile­de­France. Avec son Stade de
En cette fin de journée de janvier, l’endroit tié des locataires est favorable au projet, PAS TRAITÉS  A l’été 2019, la mairie décide d’accélérer. France, ses avenues propres, ses magasins et
est calme. On y pénètre et on s’y perd sans l’autre non. Une solution intermédiaire est Encore faut­il l’accord des deux bailleurs so­ sa station de RER, La Plaine fait aussi partie des
rencontrer de problèmes. Les voitures sont alors trouvée : seule une partie du bâtiment COMME ÇA » ciaux qui se partagent le parc locatif de la cité… trois choix d’Aminata Touré, du B4. Mais elle
nombreuses sur la « place rouge », parking sera détruite. La mairie s’attaque ensuite au Le premier, Plaine Commune Habitat, donne pourrait aussi acheter un appartement dans
HILAIRE CADET-PETIT
sauvage au cœur des grands ensembles. Les B13, qu’elle prévoit de couper en deux pour y son feu vert pour la destruction partielle du l’un des nouveaux immeubles qui seront
habitant du B4
colonnes enterrées étant pleines à craquer, faire passer une rue. Levée de boucliers : ses B1, du B2 et du B7. L’enquête sociale qu’il mène construits sur les ruines du B4 d’ici à 2030.
les sacs­poubelles s’accumulent au pied des locataires s’y opposent lors d’un référendum. au B7 montre que 55 % des locataires sont fa­ Face aux inquiétudes, la mairie tient à ras­
immeubles, attirant les rats. Certains bâti­ En première ligne sur ce projet, David vorables à la rénovation urbaine. En accord surer. « Ceux qui le souhaitent pourront res­
ments tombent en décrépitude, tel le B4, des­ Proult, adjoint au maire chargé de l’urba­ avec l’équipe municipale sur la nécessité de ter », promet David Proult. Des paroles qui
tiné à être démoli en 2025. Dans cette barre nisme, prévoit alors de détruire trois autres casser la logique de ghettoïsation, nombre peinent à apaiser les esprits. « Ils jurent qu’ils
grise de treize étages pour 130 mètres de bâtiments : le B2 et le B7, partiellement ; le B4, d’entre eux déplorent le caractère vétuste et ne veulent pas chasser les pauvres, mais on ne
long, surnommée « la muraille de Chine », totalement, ainsi que cinq commerces de dangereux de la cité. Mais en septembre, la sait pas ce qui nous attend, insiste Djangou
les locataires se plaignent des pannes d’as­ proximité. Malgré plusieurs réunions de tension monte d’un cran. Une quinzaine de Traoré. Revenez dans dix ans quand il y aura
censeurs, des ruptures de canalisations et concertation, l’équipe municipale se heurte à locataires du B7 font irruption au conseil mu­ les bâtiments neufs. A mon avis, il ne restera
des parkings inondés. « Quand je suis entrée de fortes réticences. Alors que la crise du nicipal, où ils exigent des garanties pour les pas beaucoup de gens qui habitent dans les
dans les murs de mon appartement, c’était logement frappe la région, les habitants ne locataires désireux de rester à la cité. logements destinés à être détruits. » 
n’importe quoi. J’ai dû tout repeindre », se comprennent pas ces démolitions. Les Le second bailleur social, Logirep, fait antoine flandrin

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

CULTURE
0123
18 | VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

MUSIQUE

Pomme,
tentation 
de saison
A 23 ans, l’artiste défend en tournée
« Les Failles », son enthousiasmant
deuxième album, en lice
pour un prix aux 35es Victoires
de la musique, vendredi 14 février

PORTRAIT tredire tout le concert. Car si déli­


catesse et miroitements volatils
imprègnent ces mélodies parcou­

L
a lève­tôt s’est réveil­ rues de fêlures, le chant et le jeu
lée à midi. La veille, instrumental qui les guident im­
lundi 27 janvier, la posent une bluffante maîtrise.
fête bien méritée s’est
prolongée tard après Humour et autodérision
la première triom­ Croisé après le show, l’auteur­
phale des trois concerts de compositeur­interprète Albin de
Pomme dans la salle parisienne la Simone, réalisateur artistique
de La Cigale (avant le 28 février et de l’album Les Failles, se rappelle
le 9 avril, tous complets), accom­ avoir été impressionné par ce sa­
pagnée par ses nouvelles instru­ voir­faire. « Nous avons enregistré
mentistes, Clémence Lasme quinze titres en cinq jours au studio
(basse et claviers) et Caroline Ferber, l’hiver dernier », s’étonne
Geryl (batterie et percussions). encore celui qui a réalisé des dis­
Peu d’excès – Claire Pommet, ques avec, entre autres, Miossec,
23 ans, ne boit pas d’alcool –, mais Vanessa Paradis, Arthur H ou
beaucoup de copains et de rigola­ Keren Ann. « Claire [Pommet] a
des pour prolonger des émotions, chanté et joué en même temps de
« tellement fortes que j’ai l’impres­ la guitare, sans que je sois jamais
sion qu’un camion m’a roulé sur la obligé de refaire des voix ou de re­
tête », rigole la chanteuse, atta­ monter les meilleurs moments de
blée au bar Edith Piaf, à deux pas tel ou tel enregistrement. Je n’avais
de son petit deux­pièces, dans le jamais vu ça ! »
20e arrondissement de Paris. D’intenses vibrations nourris­
Le camion n’est pas prêt de s’ar­ sent son concert. « Je ressens ce
rêter. Près d’une centaine d’autres que ces chansons provoquent chez
concerts devraient rythmer 2020, les gens, explique Pomme. Cela
dans la foulée d’un enthousias­ m’émeut énormément et me met
mant deuxième opus, Les Failles, dans une position de vulnérabilité
paru en novembre 2019 (et ré­ dont j’ai besoin pour me donner
cemment réédité, complété de sur scène. » Féconde, cette instabi­
cinq inédits, sous le nom Les lité est reprise en main entre les
Failles cachées), dont l’acoustique morceaux par une artiste jouant A Paris, le 3 février.
frissonnante lui vaudra peut­être de l’humour et de l’autodérision RÉMY ARTIGES POUR « LE MONDE »
une Victoire de la musique, avec une aisance de vieux bris­
vendredi 14 février, dans la caté­ card. « La scène, c’est un peu ma
gorie « Album révélation ». maison, cela fait tellement long­
Si les ventes de disques (30 000 temps que je fais ça ! » concerts jusqu’en Chine), affûtera larmes aux yeux en écoutant Az­ inspiré une chanson, Claire.
exemplaires pour A peu près, 2017, A l’heure où la célébrité numéri­ ses vocalises entre répertoire sa­ navour »). Mais la gamine s’iden­ « J’AI DÉCOUVERT  Pomme a dédié un de ses derniers
son premier album, 20 000 jus­ que projette parfois dans de gran­ cré et chansons de variété. « Cette tifie d’abord aux icônes pop de sa titres, Les Oiseaux, à Montréal (« la
que­là pour le nouveau) n’attei­ des salles des chanteurs n’ayant chorale me faisait rêver. On y en­ génération, parmi lesquelles la fi­
BARBARA, À 8 ANS, seule grande ville que je connaisse
gnent pas encore les scores multi­ aucune expérience live, la Lyon­ trait sur concours. Quand j’ai été gure conquérante de Lady Gaga : QUAND MA PROF offrant autant d’espace et de soli­
platinés de sa copine Angèle naise gravit les échelons à l’an­ acceptée, j’avais l’impression d’être « J’étais fascinée par l’ambivalence tude ») – elle partage son temps
– présente à La Cigale le 27 jan­ cienne. « En comptant ceux dans Harry Potter recevant sa lettre de cette femme à l’allure surpuis­ DE CHANT M’A FAIT  entre cette ville, Paris et Lyon.
vier –, on sent frémir un phéno­ les bars de Lyon et de Paris, je ne d’admission à Poudlard. » sante qui, au­delà de ses excès, Des allers­retours et expérien­
mène. On le devine à l’allure à la­ dois pas être loin des 500 con­ pouvait se révéler d’une fragilité INTERPRÉTER  ces qui ont sans doute accéléré la
quelle se partage sa musique certs », estime celle qui a aban­ Plume précoce extrêmement touchante. » “GÖTTINGEN” » maturation dont s’est enrichi Les
(1,8 million de vues pour le single donné ses études d’anglais pour Parallèlement, la guitare devient Sur sa chaîne YouTube, l’ap­ Failles, après un premier album
Je sais pas danser, 1,6 million pour devenir intermittente du specta­ l’instrument naturel de quel­ prentie chanteuse commence à trop gentillet. « Je n’avais pas le
sa reprise en français et à l’auto­ cle dès sa majorité. Jusqu’à il y a qu’un qui veut mettre en musique reprendre à la six­cordes des titres contrôle d’A peu près, remarque
harpe de Bad Guy, de Billie Eilish) peu, elle comptabilisait ses shows ses propres textes. La plume aussi de son idole ou des Cranberries souvient celle dont la gravité cise­ Pomme, un album dont je n’avais
et se remplissent des salles pas­ dans un carnet. Le premier consi­ est précoce. « Je déclamais mes en ignorant tout des traditions lée se rapproche parfois de celle de pas écrit toutes les chansons, ni
sées, en deux tournées, d’une gné date de 2011, donné à l’occa­ poèmes et nouvelles devant mes folk. « Jusqu’à ce que le père d’une sa « chanteuse préférée, à vie ». « La décidé d’une direction artistique
moyenne de 300 à 1 000 places. A sion de la « fête des talents » de camarades de grande section de amie me fasse passer une clé USB chanson me bouleversait sans que me présentant comme une “jeune
la ferveur, aussi, avec laquelle son son collège du quartier de la Croix­ maternelle », se souvient Pomme, sur laquelle il avait enregistré ses je comprenne bien de quoi il s’agis­ fille en fleur” qui ne me ressemble
public l’accueille et reprend en Rousse. Elle avait 14 ans, mais déjà qui signe peu après sa première titres préférés de chanteuses à gui­ sait. C’est à 16­17 ans que j’ai plongé pas. Ce deuxième album m’a per­
chœur ses éloges de la fragilité. une longue pratique musicale. chanson pour faire le deuil… de tare. » Dolly Parton, Joan Baez, dans l’ensemble de son répertoire mis de m’émanciper grâce à des
Le paradoxe de sa performance Troisième des quatre enfants son lapin. Le spleen, déjà, comme Joni Mitchell, Emmylou Harris, et ses biographies. Je suis fascinée chansons plus complexes et hon­
scénique peut impressionner. La d’un père dans l’immobilier et principal moteur. « Sans être quel­ Alison Krauss, Linda Ronstadt… par son étrange beauté, par ce mé­ nêtes, ne cherchant pas à embellir
frêle demoiselle commence son d’une mère institutrice en milieu qu’un de triste, je me suis vite aper­ S’ouvrent alors les grands hori­ lange de tragique et de légèreté. » ni changer la réalité. » 
récital en maniant un petit syn­ carcéral, Claire Pommet est ins­ çue que l’évocation des angoisses, zons de la country et du folk, par­ Son attirance mêlée pour le stéphane davet
thétiseur qui rend sa voix ecto­ crite dès 6 ans au cours de solfège, de la mort, provoquait les émo­ courus de manière obsession­ songwriting à l’américaine et l’hé­
plasmique. « Je suis celle qu’on ne comme ses sœurs et son frère. Elle tions les plus intenses, celles qui nelle, loin des musiques urbaines ritage francophone explique en Les Failles cachées, de Pomme,
voit pas / Je suis celle qu’on n’en­ sera la seule à persévérer et subira vous font sentir vivant. » plébiscitées par sa génération. partie son coup de foudre pour la 1 CD Polydor/Universal.
tend pas /Je suis cachée au bord ensuite la discipline de fer des Elle a pu pressentir cette puis­ Un décalage accentué encore scène québécoise, attisé par des Concerts : à travers la France,
des larmes / Je suis la reine des cours de violoncelle, avant de sance mélancolique dans le ré­ par sa passion pour une dame en chanteuses comme Cœur de pi­ dont le 20 février, à Clermont­
drames », chante­t­elle dans An­ s’épanouir, à 8 ans, au sein d’une pertoire de chansons écouté par noir. « J’ai découvert Barbara à rate, Ariane Moffatt, Salomé Ferrand ; le 22, à La Rochelle ;
xiété, titre d’introduction annon­ chorale – La Cigale de Lyon – qui, des parents attachés aux classi­ 8 ans, quand ma prof de chant m’a Leclerc ou Safia Nolin, sa compa­ le 27, à Tourcoing (Nord) ; le 28,
çant un effacement que va con­ pendant près de dix ans (et des ques (« Mon père pouvait avoir les fait interpréter Göttingen », se gne depuis trois ans, à qui elle a à Paris, à La Cigale (complet).

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 culture | 19

Juliette Jouannais sculpte la couleur


L’œuvre singulière de l’artiste est exposée à la Fondation Fernet­Branca, dans le Haut­Rhin

ARTS
Amours saphiques saint­louis (haut­rhin)

P
endant que bon nombre
à mots ouverts d’artistes s’inquiètent
de représentation – al­
lez, au hasard, un bou­
Plusieurs chanteuses nommées quet de tulipes –, d’autres conti­
aux Victoires de la musique assument nuent de se poser des problèmes
résolument plastiques. Ces der­
et revendiquent leur homosexualité niers sont nombreux, mais l’un
est vieux comme l’histoire de
l’art, ou presque, déclenché no­
tamment au XVIIe siècle par la

P romis, on ne s’est pas con­


certées et ce n’est pas un
coup de marketing. »
Même si elle préférerait que ce ne
POUR ALOÏSE SAUVAGE, 
LES HYMNES 
querelle des « rubénistes » contre
les « poussinistes ». Doit­on privi­
légier la couleur, comme les pre­
miers, ou le dessin, comme les se­
soit pas « un sujet », puisque À LA FLUIDITÉ ET  conds ? Car on a longtemps cru
« après tout, la préférence hétéro­ les deux modes incompatibles,
sexuelle ne semble pas en être un », À L’ANDROGYNIE pour des raisons optiques, entre
Aloïse Sauvage constate que nom­ autres : la couleur en effet donne
bre des jeunes femmes nommées
DE CHRISTINE AND la sensation de faire éclater la
aux Victoires de la musique 2020 THE QUEENS ONT FAIT  forme. Ainsi, dans deux cercles
assument, revendiquent et chan­ de même surface, l’un paraîtra
tent leur homosexualité ou la flui­ AVANCER LES MENTALITÉS plus grand s’il est peint en jaune
dité des genres. Qu’il s’agisse, que s’il l’est en bleu.
comme elle, de la catégorie « Révé­ Matisse apporte une réponse
lation scène » – Hoshi, Suzane –, cite l’apport déterminant de au XXe siècle avec ses papiers dé­
de l’« Album révélation » – Christine and the Queens, femme coupés. Les ciseaux taillant direc­
Pomme – ou de la multinommée désirante revendiquée dont les tement dans la couleur lui don­
Angèle (« Artiste féminine », hymnes à la fluidité et à l’androgy­ nent une forme qui correspond
« Création audiovisuelle », « Con­ nie ont fait avancer les mentalités exactement à son intensité. Du
cert »), dont la chanson Ta reine en – non sans provoquer quelques côté des sculpteurs, hormis l’art
a troublé plus d’une. réactions violentes – et aussi la antique et l’art médiéval, dont la
La chanson, cet autre « miroir chanson rap et crue d’Eddy de polychromie d’origine a pour l’es­
qu’on promène le long d’un che­ Pretto. Une influence hip­hop qui sentiel disparu, même problème :
min », n’en finit pas de refléter domine aussi les slams à vif de un volume peint tend à se dis­
l’évolution d’une société où, ces cette actrice­danseuse­circassien­ soudre (visuellement s’entend). Gouache sur papier découpé, de Juliette Jouannais. JULIETTE JOUANNAIS
dernières années, la parole fémi­ ne­chanteuse de 26 ans, remar­ Parmi les solutions modernes,
nine n’a cessé de se libérer. No­ quée en 2017 dans le film de Robin celles imaginées par Calder sont
tamment en termes de choix de Campillo 120 battements par mi­ les plus séduisantes. glaçure sur la surface de la terre… Le plus surprenant, c’est quand
sensualité et de vie amoureuse. Il nute dans le rôle d’Eva, meneuse si elle n’a pas éclaté dans le four.
Le plus elle confère du volume à ses des­
semble loin, le temps (1992) où la d’AG pour Act Up. Son premier De nouvelles nuances Ici, c’est Miro, là c’était Chamber­ surprenant, sins (des gouaches le plus sou­
violoniste et chanteuse Catherine album, Dévorantes, à paraître le Bien des artistes au XXe siècle ont lain et ses éléments de carrosse­ vent) : pas, traditionnellement,
Lara, répondant à la question 28 février, rayonne de scansions tenté d’aller plus loin dans la pro­ rie ou César et ses automobiles
c’est quand en assombrissant ou éclaircis­
« Qu’est­ce que vous préférez chez placées sous le signe de l’urgence jection de la peinture dans l’es­ compressées. elle confère sant sa peinture, mais en interve­
un homme ? » posée par Michel intime et viscérale. « Je passe ma pace, et hors de l’espace, du ta­ C’est dans l’atelier que ce der­ nant sur le support. La feuille de
Denisot, mettait la France en vie au crible, en toute sincérité, je ne bleau. On pense aux constructi­ nier animait à l’Ecole des beaux­
du volume papier découpée est courbée, re­
émoi en répliquant, magnifique­ peux donc pas omettre les détails vistes, avec leurs reliefs, plus arts de Paris que Juliette Jouan­ à ses dessins, pliée, tordue à la manière d’un ru­
ment : « Sa femme ! » de ma vie amoureuse et charnelle », récemment aux volumes géné­ nais, née en 1958, a fait ses clas­ ban de Möbius, l’envers rejoint
« On manquait tellement cruelle­ explique­t­elle, en soulignant que rés à partir du plan par les pein­ ses. L’exposition que lui consacre
en intervenant l’endroit, les deux se donnent à
ment de représentation aupara­ cela devrait être considéré comme tres Gottfried Honegger ou An­ la Fondation Fernet­Branca à sur le support voir, par fragments, tâtant parfois
vant, écrasées par les images d’une une banalité, une normalité refu­ toine Perrot, pour ne citer qu’eux. Saint­Louis, dans le Haut­Rhin, de l’entrelacs. On allait écrire, « de
norme hétéro véhiculée par les mé­ sant d’être cataloguée. Mais aussi aux cinétiques, conjointement avec le photogra­ l’entrechat ». De la sculpture en­
dias, que cette prise de parole est Célébration d’une sexualité épa­ comme Jesus Rafael Soto, Carlos phe Jean­Luc Tartarin, montre drauliques, Juliette Jouannais ap­ core, mais légère, aux antipodes
comme un appel d’air », insiste nouie, sa chanson Omowi sug­ Cruz­Diez et bien d’autres. La une œuvre singulière, dans un porte de nouvelles nuances. des pratiques massives habituel­
Claire Pommet. Sous le nom de gère pourtant qu’il reste des com­ couleur devait envahir l’espace, accrochage peut­être un peu trop Qu’on nous comprenne bien : les. D’ailleurs, elles ne sont pas
Pomme, elle s’adresse à son bats à mener. « On s’cachait, main­ devenir l’espace, voire le structu­ dense pour que soit immédiate­ même si le dossier de presse de soclées, mais posées au sol ou pu­
amoureuse dans On brûlera (« Je tenant on s’élève/C’est pas avachi rer. Dans un registre plus baro­ ment perçu ce qu’elle apporte de l’exposition loue un « travail em­ naisées au mur comme un ento­
m’excuse auprès des dieux/De ma sur les clichés qu’on changera les que, on a aussi le souvenir des ta­ nouveau. On se laisse – ou pas – preint de légèreté et de féminité », mologiste le ferait d’un papillon.
mère et ses louanges/Je sais toutes règles/Ils crachaient, maintenant bleaux envahissants l’espace de d’abord immerger dans un ce n’est pas ce qui nous intéresse Quand elles sont planes, plus de
les prières/Tous les vœux pour que on riposte/c’est pas en restant sans Frank Stella. monde de couleurs découpées en ici. L’enjeu est ailleurs. Ses cou­ cadre, point de châssis, mais des
ça change/Mais je veux partir avec rien dire qu’on changera la Chez les sculpteurs, et pour évi­ se disant, « bien, Matisse », ou leurs, justement. Jamais indus­ formes qui se déploient libre­
toi/Je veux mourir dans tes bras »), donne », chante­t­elle, avant que ter la dissolution précitée, il fal­ « d’accord, Stella ». C’est oublier trielles, ou fort peu, elles peuvent ment dans l’espace. Elle sculpte,
évoque la PMA dans Grandiose le refrain ne répète : « Les pédés lait travailler des matériaux déjà qu’ils sont essentiellement pein­ être séduisantes, mais parfois de mais elle sculpte la couleur. 
(« Je veux un enfant dans le ventre/ sont beaux/J’ai osé rêver que tout peints, et même teintés dans la tres, et elle sculptrice. A la troi­ la manière la plus violente qui harry bellet
Qu’on s’aime qu’on ait une vie le monde enfin le voyait. » masse si c’était possible. On pou­ sième dimension, qui est dans sa soit, par combustion des pig­
grandiose ») ou duettise avec sa Si la parole se libère, si les préfé­ vait aussi utiliser des techniques culture, elle donne la couleur, et ments dans le four du céramiste. Un tout de nature. Juliette
compagne, la Québécoise Safia rences s’assument plus que ja­ éprouvées, comme la céramique, non l’inverse. Par ce passage au grand feu, elles Jouannais, Jean­Luc Tartarin,
Nolin, dans Lesbian Break­up mais, la violence n’a pas dit son où d’habiles artisans savent, sans Mais là où les pionniers défri­ prennent l’éclat de l’émail, et une Fondation Fernet­Branca,
Song, composée par celle­ci. dernier mot. Mathilde Gerner, trop se tromper, ce que donnera chaient, parfois brutalement intensité presque impossible à à Saint­Louis (Haut­Rhin).
alias Hoshi, en sait quelque chose. après cuisson un oxyde posé en comme César et ses presses hy­ obtenir par d’autres biais. Jusqu’au 1er mars. Entrée : 8 €.
« Liberté de ton » A 23 ans, cette bête de scène de
« Cette génération m’hallucine par Saint­Quentin­en­Yvelines, au
sa liberté de ton, sa façon d’assu­ chant rauque et tripal, autant in­
mer ses choix sans complexe », s’en­ fluencée par Brel que par
thousiasme la guitariste et réalisa­
trice artistique Edith Fambuena,
jointe au téléphone pendant sa
Stromae, a subi, à l’âge de 15 ans,
deux agressions homophobes de
la part de filles de son lycée, dont
Un huis clos intrigant dans un hôtel de montagne
tournée avec Zazie. Collaboratrice,
entre autres, d’Etienne Daho ou de
une l’avait laissée pour morte.
Dans son premier album Il suffit
Le Studio­Théâtre de la Comédie­Française propose « Massacre », de la Catalane Lluïsa Cunillé
Jane Birkin, elle avait écrit et inter­ d’y croire (2018), la jeune femme,
prété en 2001, pour son propre encore traumatisée, n’avait pas
duo Les Valentins, une somp­
tueuse et touchante chanson
complètement osé s’assumer.
« J’avais peur de perdre une partie
THÉÂTRE montagne et le silence de l’hôtel,
que l’on sent et entend, à la façon
deux sont à un tournant dans leur
vie mais aucune ne se laisse aller
tention, et il dirige les comédiens
avec doigté. Clotilde de Bayser, en
d’amour saphique, Entre elle et
moi, restée trop confidentielle.
« J’appartiens à une génération
pour qui il était plus compliqué de
parler de cela honnêtement », ana­
de mes auditeurs », reconnaît­elle.
Des précautions balayées dans
les chansons d’un deuxième
album, prévu pour fin mars. En té­
moigne Amour censure, titre sorti
U n hôtel en montagne, as­
sez loin du village pour
qu’il faille prendre une
voiture si on veut aller acheter le
journal. Une fin de saison avec un
dont elles parlent. On ne sait pas
grand­chose de leur histoire, si­
non que la propriétaire a tou­
jours travaillé dans cet hôtel qui
appartenait à ses parents, et
aux confidences. Lluïsa Cunillé
creuse cette impassibilité appa­
rente qui peu à peu se transforme
en menace, et vole en éclats avec
l’arrivée d’un homme, un soir…
cliente, prouve une nouvelle fois
sa capacité exemplaire à endosser
les rôles les plus divers, avec un ta­
lent sûr, virtuose sans esbroufe.
Sylvia Bergé lui répond à sa ma­
lyse la guitariste née en 1965. en amont, qui cumule déjà en temps maussade. Un salon où qu’elle aimerait vendre, parce Nul besoin d’en savoir plus : le nière, plus tranchée, mais effi­
« Après les espoirs de mai 1968, moins de deux semaines plus deux femmes se retrouvent. que les touristes viennent moins texte réserve sa part d’ambiva­ cace. Face à elle, Nâzim Boudje­
beaucoup ont baissé les bras. On a d’un million de vues sur YouTube. L’une est la propriétaire, l’autre la depuis l’implantation d’une lence, à l’image du double sens du nah n’a pas la tâche facile : il faut
subi le patriarcat, l’homosexualité « Est­ce qu’on va un jour en finir/ seule cliente. La propriétaire usine à papier et d’un asile. La mot « massacre », qui désigne dire qu’il joue l’intrus dans ce huis
était abordée comme un problème. Avec la haine et les injures/Est­ce aimerait fermer son hôtel, mais la cliente apprécie cette solitude, ou aussi un trophée de chasse. clos très recommandable, do­
Les chanteuses ou groupes, comme qu’on viendra leur dire/Qu’on cliente n’a pas envie de partir. Elle du moins en a­t­elle besoin : en­ Du début à la fin, on est pris par miné par les femmes. 
Mansfield. TYA, revendiquant leur s’aime et que c’est pas impur », est là depuis une semaine, et en­ seignante à l’université, elle est l’indéniable force d’attraction de brigitte salino
homosexualité étaient cantonnés chante Hoshi dans une chanson tend rester une semaine encore, arrivée dans une grosse voiture l’écriture de Lluïsa Cunillé, dont
dans une scène “indé”. Aujourd’hui, dont le clip est illustré par des ima­ parce que, dit­elle, « je me sens qui appartient à son ex­mari, à une autre pièce, Islande, est au Massacre, de Lluïsa Cunillé, mis
elles appartiennent au monde de la ges de La Manif pour tous et des bien ici ». Elle aime, le soir, boire qui elle censée la rendre. programme de l’agrégation d’es­ en scène par Tommy Milliot.
pop et peuvent connaître un succès propos de manifestants à l’intolé­ un café et fumer une cigarette. pagnol de cette année. Née Avec Sylvia Bergé. Studio­Théâtre
grand public », se réjouit encore rance crasse. « Ces gens qui com­ C’est alors que la propriétaire la Impassibilité apparente en 1961, cette auteure d’une de la Comédie­Française,
Fambuena, heureuse d’entendre battaient mes droits, ont fait re­ retrouve, et c’est tout l’enjeu de Massacre couvre une semaine, du œuvre imposante (quarante­cinq Carrousel du Louvre, Paris 1er.
Angèle reprendre, lors de sa nou­ monter les souvenirs de ce que Massacre, une pièce qui permet lundi au samedi. Avec chaque soir pièces) a le sens du minimalisme, Jusqu’au 8 mars., du mardi
velle tournée, la chanson T’es j’avais subi, explique la chanteuse de découvrir une auteure cata­ le même rituel : un échange de et la chance d’être mise en scène au dimanche, à 18 h 30.
beau, qu’elle avait coécrite avec au pseudo de manga. Je voulais lane intrigante, Lluïsa Cunillé. phrases courtes ; une politesse de par le jeune Tommy Milliot, qui De 12 € à 25 €. Durée : 1 h 10.
Pauline Croze, en 2005. prendre la parole pour que les plus Les deux femmes n’ont pas de bon aloi de part et d’autre ; la rela­ ne joue pas au plus malin : il ins­ La pièce est éditée par
Parmi les artistes qui ont ouvert jeunes n’aient plus à vivre ça. »  nom. Elles sont là, tout simple­ tion des menus faits de la journée. crit Massacre dans un décor assez Les Solitaires intempestifs
la voie en France, Aloïse Sauvage s. d. ment, dans l’isolement de la Les femmes s’observent, toutes les neutre pour ne pas détourner l’at­ (89 pages, 14 euros).

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

20 | télévision 0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

Le fantastique au bout du trousseau VOTRE


SOIRÉE
TÉLÉ
Gentille cousine de « Stranger Things », « Locke & Key », produite par Netflix, émoustille sans terrifier

NETFLIX l’aspect tout à fait sympathique


À LA DEMANDE du monstre qui hante Locke V E N D R E D I   14  F ÉV R I E R
SÉRIE House (Laysla De Oliveira).
Puisqu’il faut se passer de fris­ TF1

L
es dirigeants de Netflix rê­ sons, on se contente – et c’est déjà 21.05 Les Douze Coups de cœur
vent sûrement d’un uni­ beaucoup – de l’ingéniosité du Jeu présenté
vers alternatif dans lequel dispositif, qui offre à l’équipe des par Jean-Luc Reichmann.
les frères Duffer seraient effets spéciaux un terrain de jeu 23.35 Vendredi, tout est permis
doués de la faculté de ne jamais presque infini. L’une des clés, qui avec Arthur
dormir afin de ne pas laisser plus se tourne dans une serrure cachée Divertissement présenté par Arthur.
de trois mois entre chaque saison à la base du cou de tout un chacun,
de leur série, Stranger Things. permet de se promener dans la France 2
Même les stakhanovistes ont be­ psyché du sujet. Celle de la jeune 21.05 Les Victoires
soin de sommeil et, pendant ce Kinsey prend la forme d’une de la musique 2020
temps, l’insatiable appétit des galerie marchande dont la géo­ Variétés. En direct de La Seine
abonnés doit être assouvi. D’où métrie est fondée sur les gravures musicale à Boulogne-Billancourt.
Locke & Key, hybride mêlant l’hor­ d’Escher, un labyrinthe de cou­ Invité : Florent Pagny.
reur et la chronique familiale, avec leurs acides ravissant et – cette 0.40 NTM
pour souci premier de ne pas trop fois, au moins – presque terrifiant. Concert enregistré à l’AccorHotels
perturber les plus jeunes tout en Il arrive aussi que la violence des Arena, le 23 novembre 2019.
les émoustillant. Un peu d’hémo­ émotions mises en mouvement
globine, des monstres discrets, par la situation de départ affleure, France 3
une tension supportable : on ima­ et l’on entrevoit alors la série que 21.05 Meurtres dans les Landes
gine bien les créateurs de la série pourrait être Locke & Key. Plutôt Tééfilm de Jean-Marc Thérin.
les yeux rivés sur leurs compteurs, Tyler Locke (Connor Jessup) et sa sœur Kinsey (Emilia Jones). CHRISTOS KALOHORIDIS/NETFLIX qu’une version junior de Stranger Avec Xavier Deluc, Barbara Cabrita
obsédés par l’idée de ne pas laisser Things, une variation cruelle sur le (Fr., 2017, 90 min).
l’aiguille entrer dans la zone rouge. modèle des mélos familiaux 22.35 Meurtres à Grasse
De la modération à la tiédeur, il Violente, parfois grotesque, la forcés de s’établir avec leur mère que domine la figure mystérieuse comme This Is Us. On saura bien­ Téléfilm de Karim Ouaret.
n’y a pas loin, et cette première sai­ bande dessinée greffe les traumas (Darby Stanchfield), après la mort du père disparu et entraînent leurs tôt quelle option ont choisie les Avec Lorie Pester, Annie Grégorio
son est parfois guettée par l’ennui. familiaux sur un dispositif fantas­ de leur père. Or, la maison – dont la camarades de classe dans leur créateurs : le dernier épisode ins­ (Fr., 2016, 105 min).
Elle en est préservée par le savoir­ tique, en l’occurrence, les pouvoirs ressemblance avec l’établissement quête de sens et d’émotions fortes. talle tous les éléments d’une nou­
faire d’une équipe emmenée par le magiques de la maison Locke, bâ­ hôtelier de la famille Bates est im­ velle saison, et la série de comics Canal+
vétéran Carlton Cuse (Lost, Bates tisse plantée sur la côte du Massa­ médiatement soulignée – se révèle Bons sentiments en est déjà à son sixième tome.  21.00 X-Men : Dark Phoenix
Motel) et par la force du matériau chusetts, au pays de H. P. Lovecraft, être une espèce de hub entre di­ Les situations scabreuses ou thomas sotinel Film de Simon Kinberg.
original, une série de romans pas très loin de chez Stephen King. mensions, qui communiquent en­ douloureuses que les comics Avec James McAvoy, Sophie Turner
graphiques (publiés en France par C’est là que Tyler (Connor Jessup), tre elles grâce à des clés magiques. illustraient explicitement sont Locke & Key, série créée par (EU, 2019, 115 min).
HiComics) qui chronique les tribu­ Kinsey (Emilia Jones), tous deux Au fil de leurs explorations, les diluées dans les bons sentiments, Carlton Cuse, Meredith Averill et 22.55 Shazam !
lations des enfants Locke après le adolescents, et leur petit frère enfants Locke démêlent l’éche­ à commencer par l’alcoolisme de Aron Eli Coleite (EU, 2020, 10 × 50 Film de David F. Sandberg.
meurtre de leur père. Bode (Jackson Robert Scott) sont veau tragique de leur généalogie maman Locke, en terminant par min). A la demande sur Netflix. Avec Zachary Levi, Mark Strong,
Marta Milans (EU, 2019, 125 min).

France 5
20.50 La Maison France 5

Une odyssée pour célébrer les quarante ans des « Arts flo » Magazine présenté
par Stéphane Thebaut.
22.20 Silence, ça pousse !
La formation de William Christie a fêté son anniversaire par un concert à la Philharmonie de Paris en décembre 2019 Magazine présenté
par Stéphane Marie et Carole Tolila.

Arte
MEZZO LIVE HD quarante ans d’existence des Il y eut quelques grincements de de la Juilliard School, à New York, en 1987, mais Les Arts florissants 20.55 Meurtres à Sandhamn
VENDREDI 14 – 7 H 10 « Arts flo », qui ont irrigué de ma­ dents chez quelques caciques et ou dans le cadre de l’académie du ont aussi beaucoup fait pour Série. Avec Jakob Cedergren,
CONCERT nière déterminante le paysage de jaloux : Christie, pourtant parfait Jardin des Voix ou du programme Rameau, Haendel ou Purcell, com­ Alexandra Rapaport, Sandra Andreis
la musique ancienne en France. francophile et francophone, Arts flo juniors. En 2013, il faisait positeurs au programme de cette (Sue., 2018).

C’ est une odyssée en effet


que ce concert de
William Christie et ses
Arts florissants, en décem­
bre 2019 à la Philharmonie de
Créés d’abord avec quelques
amis chanteurs, rassemblés
autour du clavecin de William
Christie, Les Arts florissants fu­
rent de ceux – avec La Chapelle
n’était encore qu’américain (il
deviendra français en 1995),
Herreweghe belge… Mais, bientôt,
leurs concerts et leurs disques
pour la firme Harmonia Mundi
du ténor Paul Agnew (qui partage
la direction de ce concert) le codi­
recteur musical de la formation.
D’emblée, « Bill » fit (re)décou­
vrir des œuvres baroques
formidable Odyssée baroque. 
renaud machart

Une odyssée baroque, par Les


Arts florissants, William Christie
22.30 Pop Models
Documentaire d’Olivier Nicklaus
(Fr., 2014, 55 min).

M6
Paris, où l’ensemble vocal et ins­ royale de Philippe Herreweghe – balayèrent tout sur leur passage. françaises oubliées – en particu­ et Paul Agnew (direction). Œuvres 21.05 NCIS
trumental de musique ancienne que le ministère de la culture sous Christie, pourtant, songea très lier celles de Marc­Antoine Char­ d’Haendel, Purcell, Charpentier, Série. Avec Mark Harmon,
est en résidence depuis 2015. Car il Jack Lang et la direction de la vite à renouveler de manière pentier (Les Arts florissants est le Rameau, etc. Concert Maria Bello, Sean Murray (EU, 2019).
fallait bien un concert­fleuve musique sous Maurice Fleuret constante la génération de nou­ titre d’une de ses compositions). enregistré le 21 décembre 2019 22.45 NCIS
(près de trois heures avec vingt décidèrent de subventionner, veaux talents, repérés dans ses On retient le moment­clé, devenu à la Philharmonie de Paris, Série. Avec Mark Harmon,
minutes d’entretiens en guise quelques mois après l’arrivée au classes du Conservatoire national mythique, de la recréation de captation réalisée par Corentin Wilmer Valderrama, Pauley Perrette
d’entracte) pour retracer les pouvoir de François Mitterrand. supérieur de musique de Paris et l’opéra Atys, de Jean­Baptiste Lully, Leconte (Fr., 2019, 171 min). (EU, 2018, 2015, 2010).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :

I. Bien secoué. II. Pourra resservir. SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 038
PAR PHILIPPE DUPUIS
Deux points en opposition. III. Impu-
dence et imprudence qui finit par
N°20­038 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 80, boulevard Auguste-Blanqui,
choquer. IV. Cours des Alpes-Mari- 75707 Paris Cedex 13. Tél. : 01-57-28-20-00
9 5 1 6 3 4 2 8 7

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 times. Possessif. Travaillai la sauce. 6 7 2 8 5 1 4 9 3 Abonnements par téléphone : de France 3289


8 3 4 7 9 2 5 6 1 (Service 0,30 ¤/min + prix appel) ; de l’étranger :
V. Sa méthode s’est révélée être une
I 3 4 1 5 3 8 9 6 7 2 (33) 1-76-26-32-89 ; par courrier électronique :
véritable passoire. Pour aller droit sur 7 9 8 5 2 6 1 3 4 abojournalpapier@lemonde.fr.
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
II la planche. Soutient la construction 3 2 4 5 3 2 6 4 1 7 9 5 8

au bassin. VI. Porta préjudice. Petit 5 4 7 1 6 3 8 2 9 Courrier des lecteurs


2 8 3 9 4 5 7 1 6 Par courrier électronique :
III blanc agréable et léger. VII. Evêque 8 6 1 6 9 2 7 8 3 4 5 courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
de Lyon venu de Grèce. Gros ou petit, Médiateur : mediateur@lemonde.fr
IV il est renversé. VIII. Personnel. Peuple
7 9 Difficile
Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
dans la tourmente. Parti dans la tour- 6 Complétez toute la
9 4 1 7 Emploi : www.talents.fr/
V grille avec des chiffres
mente. IX. Vieux défi. Font planer de Collection : Le Monde sur CD-ROM :
allant de 1 à 9.
VI lourds nuages. X. A beaucoup moins 4 6 7 Chaque chiffre ne doit CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
de travail au central. être utilisé qu’une Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60
VII 8 2 7 seule fois par ligne,
VERTICALEMENT La reproduction de tout article est interdite

VIII 1. Pas très sérieuses mais amoureuse- 9 7 3 1 2 6 par colonne et par


carré de neuf cases.
sans l’accord de l’administration. Commission
paritaire des publications et agences de presse
ment agréables. 2. Se firent entendre Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget) n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX comme des corbeaux et des pinsons.
3. Qu’il a fallu étudier. Convient. 4. Ce
X qui brille l’attire. Capitale du Jiangsu.
Cahier numéro un de l’édition n° 2884 du 13 au 19 février 2020

LYON COLLOMB
PEUT-IL PERDRE ? POLICE LALALLEMENT
MÉTHODE
P. 36 P. 42

5. Sans tenir compte de son entou-


Présidente :
rage. Piégé. 6. Copié dans une mi- Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE
SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 037 nute. Coupa de l’extérieur. 7. Plus
près de Dieu que de son dogme. Vaut #BALANCE EN VENTE 80, bd Auguste-Blanqui,
75707 PARIS CEDEX 13
HORIZONTALEMENT I. Sténodactylo. II. Tâtâtes. Réer. III. Ur. Rap. Pat.
dix points sur le tapis. 8. Saisit au
TON SPORT CHEZ VOTRE Tél : 01-57-28-39-00
Fax : 01-57-28-39-26
IV. Padirac. Nini. V. Ebénistes. On. VI. Fusées. Cinna. VII. Ise. Sémite.
VIII. Atre. Rima. Ii. IX. Nette. Maiano. X. Transmission.
passage. 9. Son Père aura toujours MARCHAND L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,

VERTICALEMENT 1. Stupéfiant. 2. Tarabuster. 3. Et. Déserta. 4. Narine.


du travail. Pris les bonnes mesures.
10. Renvoie vers la reproduction. Le
Violences
sexuelles
NOS NOUVELLES
Patinage
LA CHUTE
DU SYSTÈME
DE JOURNAUX 93290 Tremblay-en-France
Montpellier (« Midi Libre »)
RÉVÉLATIONS P. 24 GAILHAGUET
césium. 11. A brutalement manifesté Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Etn (net). 5. Otaries. Es 6. Dépasser. 7. As. Ct. Mimi. 8. Ecimas. 9. Transi- Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
sa jalousie. Echappement gazeux. durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
tais. 10. Yeti. Ne. Aï. 11. Le. Non. Ino. 12. Ordination.
12. Entreprisse la démolition.
PHOTOMONTAGE : PNC/GETTY IMAGES, B. LASSALLE/PLAINPICTURE

Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020
styles | 21
Ci­contre : console César, en céramique et
textiles compressés, par Greenkiss. D. DELMAS
Des tables à base En bas à gauche : tabouret/table d’appoint
Les Cultivés, créé à partir de livres recyclés,
de textile compressé, par Les Résilientes. MARION DUBIER-CLARK

des fauteuils conçus Ci­dessous : G­Circle, panneau contenant


de la mousse et du lichen naturels, par
avec des champignons, Alain Gilles pour Greenmood. MAREK SWOBODA

des vases en poussière


de marbre… L’écodesign
se développe, sous
l’impulsion de quelques
marques et créateurs.

DESIGN

I
mpossible de ne pas remar­
quer cette console au piéte­
ment en céramique et au
plateau en textile recyclé.
Sur le dessus, on se met à cher­
cher, façon chasse au trésor, des
fragments de zips et des boutons
de jeans… Du 17 au 21 janvier, le
dernier salon Maison & Objet Pa­
ris, à Villepinte, a vu naître Green­
kiss, une marque parisienne
d’écodesign fondée par le desi­
gner Hubert de Malherbe, l’archi­
tecte Thierry Lemaire et le fabri­
cant italien Paolo Castelli, direc­
teur général de l’entreprise du
même nom, à Bologne. Si les
meubles et luminaires sont dessi­
nés à six mains et réalisés en Ita­
lie, ils sont surtout le fruit d’une
filière écoresponsable qui utilise
des matériaux recyclés.
« Cette console à base de briques
de vêtements compressés, forcé­
ment baptisée César, c’est comme
un tableau à mes yeux, se félicite
Hubert de Malherbe. Avec l’archi­
tecte Clarisse Merlet, qui a mis au
point ce matériau de construction
qu’elle a appelé Fabbrick, nous avi­
ons déjà réalisé, via mon agence
Malherbe Paris, des cloisons et des
rangements pour les boutiques de
prêt­à­porter Jules. Je ne pouvais
me lancer dans l’aventure Green­
kiss sans intégrer cette innova­
tion », précise le créatif de 55 ans,
entouré, sur le stand, d’autres in­
croyables rescapés des déchette­
ries. Comme ce spectaculaire ca­
sur la piste recyclable
napé haricot dont l’assise est en
mousse écologique biodégrada­
ble et le revêtement en laine brute écologiques, sans que cela se voie railleur » présente, dans l’exposi­ tarte aux pommes ! », précise­t­il –, acier permettant de construire
de couleur biscuit, ou cette table en première intention. Et si on ne tion « Mushrooms : the Art, De­ mais il en a fait des porte­crayons, en quelques minutes plusieurs
en chutes de pierres mélangées à promet pas le 100 % écologique, sign and Future of Fungi » (jus­ des vases, des bougeoirs, des ser­ typologies de meubles, déve­
du ciment, à l’aspect béton avec l’industrie n’y étant pas prête, no­ qu’au 26 avril à la Somerset re­livres, ainsi qu’une table basse loppe une ligne de mobilier éco­
un grain en relief en plus. D’élé­ tre initiative va faire école parce House) un fauteuil à base de au joli effet terrazzo, dont les for­ conçu. Dont la chaise SSD (pour
gantes chaises (à 900 euros l’une, que nous vivons aujourd’hui dans « AVEC GREENKISS,  champignons, aux côtés d’abat­ mes géométriques empilées ne « simple, solide et durable »), fa­
tout de même) se dessinent aussi une société meilleure que celle qui jour en mycélium par Sebastian sont pas sans rappeler le mobilier briquée en acier et noyer à 100 %
dans l’espace, taillées dans du nous a élevés, dans le XXe siècle dé­
NOUS VOULONS CRÉER  Cox. Parallèlement à ce projet ex­ pop en mélaminé décoratif du en Europe, et livrée dans un em­
bois de seconde main dont les vastateur ! » DES MEUBLES CHICS  périmental, Tom Dixon propose groupe Memphis. Le designer, ballage en papier recyclé.
nœuds et autres imperfections déjà des solutions écoresponsa­ couronné de l’ordre de l’Empire On trouve aussi la néerlandaise
ajoutent à leur singularité. Du verre éternel ET ÉCOLOGIQUES, SANS  bles disponibles sur le marché. britannique, lance aussi en 2020 Good & Mojo, qui propose des lu­
« Ces bois sont plus difficiles à « A cette époque, nous étions déjà Ces derniers mois, il a lancé la des vases, bols et bougeoirs Press minaires en lin, en toile de jute ou
travailler, mais plus beaux finale­ conscients de l’importance de re­
QUE CELA SE VOIE  collection d’accessoires Swirl, à dans le verre pressé le plus épais en toile d’abaca et qui, pour cha­
ment, relève Hubert de Malherbe. cycler les déchets », corrige le Bri­ EN PREMIÈRE INTENTION » base de pigments et de poussière de l’industrie, et pourtant trans­ que achat, reverse 5 % à une fon­
Jusqu’ici, le secteur du meuble était tannique Tom Dixon, devenu cé­ de marbre, qui offre un débouché parent, dont il assure qu’il peut dation qui distribue des lampes
en retard sur le plan environne­ lèbre dès les années 1980, avec HUBERT DE MALHERBE aux chutes de cette roche si re­ « durer éternellement ». Et au Sa­ solaires aux populations n’ayant
mental comparé à la mode ou à son mobilier créé à partir de mé­ designer cherchée. Tom Dixon refuse d’ex­ lon du meuble de Milan, en avril, pas accès à l’électricité. Ou encore
l’alimentation. Avec Greenkiss, tal récupéré dans des déchette­ pliquer la formule – « de même le voilà créateur de tables et de l’italienne Kartell, qui a recréé en
nous voulons faire la preuve que ries ou aux puces de Londres. Ce que ma grand­mère ne m’a jamais chaises entièrement taillées dans janvier les célèbres rangements
l’on peut créer des meubles chics et mois­ci, l’ancien « designer fer­ dit toute la vérité sur sa recette de du liège, en collaboration avec Componibili (1964) dans une ver­
Ikea. « La production n’abîme pas sion bioplastique issue de dé­
les arbres, des chênes­lièges qui chets agricoles, ainsi que d’élé­
Les beaux objets du Stüdio Emmaüs peuvent vivre cent cinquante ans »,
assure Tom Dixon.
gantes chaises Smart Wood, con­
çues avec Philippe Starck, en rési­
dus de bois moulé, inscrivant
rangements sur pied « Henri », joli­ fait appel à des designers comme Lisa Le­ aux hommes, une deuxième vie aux objets Une liste de marques vertueuses pour la première fois en plus de
ment colorés et empilables, tables et ta­ jeune, Ionna Vautrin, Ferréol Babin ou Stu­ et un meilleur avenir à la planète. Mais nous La clientèle qui recherche des ob­ cinquante ans d’histoire un pro­
bourets d’appoint « Les Cultivés », sculp­ dio 5.5. « A ces designers, je ne donne pas de avons un temps plus long de fabrication car jets plus respectueux de la pla­ duit de la forêt à son catalogue…
tés dans de vieilles encyclopédies aux pa­ contraintes concernant la typologie d’ob­ tout est réalisé à la main et le résultat est nète est de plus en plus nom­ Dans les allées du salon Maison
ges patiemment pliées et découpées, lam­ jets, mais ils doivent travailler avec les maté­ unique », relève Guillaume Poignon. breuse, à en croire le site de vente & Objet, impossible pour les visi­
pes « Les Cintrées », faites de cintres de riaux de récupération disponibles. Et, sur­ Tel est le cas de cette patère issue de Made in Design (groupe Le Prin­ teurs de ne pas déceler cette ten­
métal et de textile délaissé… La première tout, ils doivent dessiner un produit dont le « chutes de chutes » de bois, un concept temps), qui a ouvert cet automne dance au « durable ». La Française
collection du Stüdio Emmaüs, entière­ process de fabrication va permettre à nos imaginé pour l’Atelier Emmaüs par le col­ une page spécifique « Eco De­ Wendy Andreu présentait ses bri­
ment à base de matériaux de récupéra­ artisans apprenants d’intégrer de nouveaux lectif de design parisien 5.5. « Il est intéres­ sign » où sont répertoriées les ques de textiles broyés et non plus
tion, est exposée, jusqu’au 31 mars, dans la savoir­faire dont ils pourront se prévaloir, sant de penser un objet comme support marques vertueuses. « De même compressés, offrant de nouvelles
boutique 107 Rivoli, à Paris. « Nos objets dans le futur, sur le marché du travail. » d’apprentissage. Nous avons proposé des que nous avons été, il y a vingt ans, opportunités de recyclage ; l’Ita­
ont été, dans une première vie, des fenêtres, découpes de rondelles à la scie­cloche, qui un acteur de la démocratisation lienne Paola Paronetto, des vases
des chutes de menuiserie, du mobilier, des Du 100 % fait main sert d’ordinaire à installer des passe­câbles. du design, nous voulons et des luminaires graciles, mêlant
habits ou des panneaux de bois déclassés La deuxième structure, Les ReCréateurs, En plus d’apprendre le maniement d’un aujourd’hui promouvoir le design à la main terre et pâte à papier, se­
par l’industrie et les voilà métamorphosés, basée à Paris, s’est spécialisée dans la cus­ nouvel outil, l’apprenti est impliqué dans le responsable, souligne Catherine lon une recette inédite, et le Belge
prêts pour de nouvelles histoires », expli­ tomisation par les salariés de meubles dé­ rendu esthétique. Il peut jouer des essences Colin, sa directrice générale. Il Greenmood, des panneaux acous­
que Guillaume Poignon, cofondateur du fectueux et de vêtements démodés ou abî­ de bois à percer, du diamètre des rondelles existe des initiatives individuelles, tiques en mousse et lichens stabi­
Stüdio Emmaüs. « Nous nous servons de més, selon leurs compétences en couture et de la combinaison des matériaux », pré­ telles celles de Philippe Starck ou lisés. Présentés en paravents, sus­
l’artisanat et du design comme d’un outil ou dans les métiers du bois. La troisième, cise Jean­Sébastien Blanc, cofondateur du de Matali Crasset, mais aucune vo­ pensions ou tableaux, dessinés
d’insertion sociale et d’estime de soi, car fa­ Les Résilientes, installée en région pari­ Studio 5.5. lonté fédératrice ne porte l’écode­ par le designer bruxellois multi­
briquer de ses mains un bel objet permet à sienne, propose des recettes, presque des « Il est intéressant d’assister à la nais­ sign, alors qu’il est grand temps de primé Alain Gilles, ils offrent un
chacun de se découvrir beau », précise le astuces, pour métamorphoser les gise­ sance non pas d’une pièce unique pour une penser différemment. » haut niveau de dépollution so­
jeune entrepreneur social. ments de matières issus des dons. Tous galerie, mais d’un objet unique vendu La liste intègre, outre des entre­ nore en même temps qu’un petit
Le Stüdio Emmaüs réunit sous une s’inscrivent dans la mission du mouve­ 28 euros au plus grand nombre, grâce à prises comme Alki ou Hybrid fa­ bout de nature. Autant de preuves
même bannière trois structures locales, ment Emmaüs, né il y a soixante­dix ans l’économie circulaire », se félicite­t­il en­ briquant en France, une marque que l’écodesign devrait être le
toutes nées en 2017. Guillaume Poignon est pour lutter contre l’exclusion et la préca­ core, saluant « un design qui a du sens ».  comme Tip­Toe, qui, après s’être marché de demain. 
l’initiateur de l’Atelier Emmaüs, à Lyon, qui rité. « Nous donnons une seconde chance v. l. lancée en proposant des pieds en véronique lorelle

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

22 | carnet 0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

Chantal Greif, Son épouse, La belle Lisa est partie.

Yves Pouliquen Le Carnet


son épouse,
Constance et Jean-Philippe,
Delphine et Jocelyn,
Auriane et Julien,
Romain et Marie-Amélie,
Sa famille,

ont la tristesse de faire part du décès


de
Elisabeth
TAMPIER HANNOYER

Ophtalmologue Vous pouvez


Raphaël et Célia,
Marie et Dominic,
ses enfants,
Firmin, Emile, Marceau, Basile,
Jacques NINIO,
directeur de recherche émérite
au CNRS,
est décédée le 6 février 2020,
à l’âge de soixante-seize ans.

et académicien nous transmettre


vos annonces
Liv, Bérénice, Auguste, Solal, Marek,
Hippolyte,
ses petits-enfants,
Raymond et Michèle Greif,
survenu à son domicile,
le 9 février 2020.
Une cérémonie est organisée au
cimetière du Père-Lachaise, Paris 20e,
chaque samedi, son frère et sa belle-sœur, Les obsèques auront lieu le
en la salle Mauméjean, le vendredi
Andrée Brun, 14 février, de 14 h 30 à 15 h 30.
de 9 heures à 12 h 30, sa belle-mère,
vendredi 14 février, à 15 heures, au
cimetière d’Arcueil (Val-de-Marne).
Claire Coly,
pour la parution du lundi, son aidante,
édition datée mardi. Le secrétaire perpétuel Jean-Marie THIRIOT
font part, dans la tristesse et Et les membres
l’espérance, de l’entrée dans la de l’Académie française,
Lumière de est décédé le 8 février 2020, à Paris.
Tarif à la ligne, ont la tristesse de faire part de la
Rodolphe Jean-Pierre GREIF, disparition de leur confrère « All the world’s a stage,
réduction pour nos X 59,
officier de la Légion d’honneur, And all the men and women
abonnés : nous consulter. officier Yves POULIQUEN, merely players
dans l’ordre national du Mérite, grand officier
de la Légion d’honneur, They have their exits
le 12 février 2020. grand officier and their entrances. »
Pour toute information : de l’ordre national du Mérite,
01 57 28 28 28 La cérémonie religieuse sera
« Le monde entier est un théâtre,
célébrée le vendredi 14 février, à décédé le mercredi 5 février 2020,
01 57 28 21 36 10 heures, en l’église Saint-Antoine- et les hommes et les femmes
à Paris, à l’âge de quatre-vingt-huit
carnet@mpublicite.fr de-Padoue du Chesnay. ans. ne sont que des acteurs ;
ils ont leurs entrées et leurs sorties. »
Sainte-Adresse (Seine-Maritime). L’inhumation aura lieu dans
l’intimité familiale.
AU CARNET DU «MONDE» M Christian Knapp,
me Shakespeare.
son épouse,
Etienne et Florence Knapp, Les membres
Naissance Raphaël et Jennifer Knapp, du conseil d’administration Anniversaire
ses enfants, de la fondation Singer-Polignac
Adélaïde et Éléonore, Faustine, Joséphine, Lorraine, Aloise Un petit
ses sœurs, et Elisabeth Knapp, Et son personnel,
Aurore et Thierry, ses petites-filles, Frédèric BEIGE
ses parents, ont la profonde douleur de faire part
ont la joie d’annoncer la naissance ont le profond chagrin de faire part de la disparition, le 5 février 2020, du
de du décès de est né le 14 février 1965 ; il a grandi ;
professeur sa vie lui parut bien remplie, pleine
Élorie Manon Jasmine M. Christian KNAPP, Yves POULIQUEN,
chevalier de la Légion d’honneur, d’évènements tristes et/ou heureux ;
LESCOUARC’H, chevalier de l’ordre national de l’Académie française,
En décembre 2003. JEAN-PIERRE MULLER/AFP mais, hélas, elle fut stoppée en 2004
du Mérite,
le 5 février 2020, à Brest. président par un chauffard assassin.
survenu le 8 février 2020, de la fondation Singer-Polignac,

O
dans sa soixante-douzième année. Depuis, chaque année, en ce jour
phtalmologue cham­ 17 FÉVRIER 1931 Naissance Message grand officier
pion de la démocrati­ à Mortain (Manche) La cérémonie religieuse sera particulier, mes pensées pour lui -
de la Légion d’honneur,
sation de la chirurgie 1963 Docteur en médecine célébrée le vendredi 14 février, à grand officier mon fils -, montent vers le ciel ; où,
Fabienne, Mathieu et Yumi 14 h 30, en l’église Saint-Joseph du
et humaniste brillant, spécialisé en ophtalmologie de l’ordre national du Mérite, comme l’avait dit une de ses filles,
Havre, suivie de l’inhumation dans commandeur
Yves Pouliquen, membre de l’Aca­ 1995 « Les Yeux de l’autre » ont l’immense joie d’annoncer... le caveau de famille au cimetière âgée de quatre ans : « Papa a de la
démie française, est mort à Paris, 2001 Election à l’Académie de Sainte-Adresse. du Ouissam Alaouite du Maroc chance, il est au ciel, assis sur un
le 5 février, à quelques jours de son française La suite est prévue pour fin août ;) nuage à côté du Père Noël. »
PF. Lechevallier, et s’associent au deuil de ses proches.
89e anniversaire. 2019 « Les Immortels Le Havre-Sanvic.
Yves Pouliquen est né dans un et la Révolution » Décès Tél. : 02 35 21 07 26. M. Ivan Berlin, Son absence m’est cruelle.
village de la Manche, Mortain, le 5 FÉVRIER 2020 Mort à Paris son époux,
Mme Danièle Artigues,
17 février 1931. Issu d’un milieu sa compagne Catherine, Jean-Michel et Marie- Fanny et Noémie Berlin, Marie-Thérèse Fixot Beige,
plutôt modeste qui lui offre toute­ et son fils, Philippe, Hélène, Pierre-André et Patricia, Stéphane et Jérôme Sesquin,
sa maman.
ses enfants, ses enfants,
fois une enfance insouciante – il Sébastien et Aline, Fanny-Claire
M. et Mme Louis-Noël Pernot, Marie et Nathan Rapoport,
chante, joue de la clarinette, se greffer des cornées, il faut des et Guillaume, Michaël et Agnès, ses parents, Hommage
M. et Mme Eric Doucet, Céleste, Geoffroy,
consacre à l’aquarelle –, ce fils donneurs. On en manque. « Litté­ M. Jean-Marie Baudoux, Serge Rapoport,
d’instituteur est très attaché à ses rateur amateur » de son propre ses petits- enfants, son frère, La Fondation de France
Mme Eric Jean, Anna, Alice, Justine, Charlotte
parents – il tiendra à faire figurer aveu, le savant qui vénère Proust M. Antoine Baudoux, et Tiphaine,
ses frères, sœurs et beaux-frères, ses arrière-petites-filles, ont la tristesse de faire part du décès
sur son épée d’académicien les et Camus choisit le roman pour exprime toute sa reconnaissance à
Ses neveux et nièce, Geneviève Dumas, de
initiales de ceux­ci, Jean et Renée – sensibiliser à la cause de la Ban­
sa sœur
mais perd très tôt son père, mobi­ que française des yeux, associa­ ont la tristesse de faire part du décès Et toute sa grande famille, Eveline RAPOPORT-BERLIN,
lisé, qui ne revint pas de la guerre. tion fondée dès 1948, qu’il présida du médecin, Mme Jacqueline MONNIEZ,
Il est pupille de la nation à 13 ans. entre 1985 et 1998 : Les Yeux de ont la tristesse d’annoncer le décès écrivain,
docteur François BAUDOUX, de
Avec ses deux frères, il démé­ l’autre paraît en 1995, rompant avec
survenu à Paris, le 10 février 2020,
nage alors à Avranches où sa l’austérité professionnelle de ses survenu le 10 février 2020. Monique « Mazy » LACOUT, à l’âge de soixante-neuf ans, décédée le 24 avril 2018, dans les
mère, avec le soutien du sénateur publications antérieures. Le pro­ née TARIT, des suites d’une longue maladie. Hauts-de-Seine, pour son legs
de la Manche, prend en main un jet littéraire du savant se précise. Une bénédiction aura lieu le
vendredi 14 février, à 14 h 30, en survenu dans sa quatre-vingt- généreux qui, selon son souhait,
pensionnat détruit lors du conflit. S’il échoue une première fois à se dixième année, le mardi 11 février Les obsèques auront lieu le lundi
l’église Saint-Léon, 1, place du 17 février, à 15 heures, au cimetière soutiendra les actions prioritaires
Elle y accueille des jeunes filles faire admettre sous la Coupole 2020, à Châtillon (Hauts-de-Seine).
Cardinal-Amette, Paris 15e. parisien de Bagneux. de notre fondation.
tandis que la fratrie fréquente le en 1994, où il brigue le fauteuil Une messe sera célébrée le mardi
lycée Emile­Littré. Obsédé par d’Eugène Ionesco, il y parvient en Martin, Nuria et Marie, 18 février, à 14 h 30, en l’église Saint-
Lubin-et-Saint-Jean-Baptiste de Société éditrice du « Monde » SA
l’imminence de la mort, Yves novembre 2001, succédant à un Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
s’abîme dans la musique, Gustav autre scientifique, Louis Leprince­ ont la tristesse d’annoncer le décès Rambouillet (Yvelines), suivie de Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
de l’inhumation au cimetière des Directeur de la rédaction Luc Bronner
Mahler notamment, dont il ad­ Ringuet (1901­2000), au 35e fau­ Eveuses où « Mazy » rejoindra Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo
mire l’expression du pathétique teuil. Depuis, il a multiplié les mo­ Claire BRETÉCHER, Direction adjointe de la rédaction Philippe Broussard, Alexis Delcambre, Benoît Hopquin, Franck Johannes,
de la destinée humaine. A l’occa­ nographies de savants méconnus, Marcel « Pazy » LACOUT. Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, Cécile Prieur
Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
sion d’une visite dans le golfe du parues chez Odile Jacob toujours. Rédaction en chef numérique Hélène Bekmezian, Emmanuelle Chevallereau
survenu le 11 février 2020. Antoine Gallimard, Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws
Morbihan, chez des amis de sa Après Un oculiste au temps des Lu­ Directeur délégué au développement du groupe Gilles van Kote
Les Éditions Gallimard,
mère, à l’Ile­aux­Moines (Morbi­ mières, Jacques Daviel (1999), c’est Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
La cérémonie aura lieu samedi
Rédacteur en chef chargé des diversifications éditoriales Emmanuel Davidenkoff
han), l’adolescent rencontre un Félix Vicq d’Azyr. Les Lumières et la 15 février, au cimetière de Montmartre, partagent la peine des proches de Chef d’édition Sabine Ledoux
médecin biologiste, Albert Delau­ Révolution (2009), puis Cabanis, Paris 18e, à 10 h 30. Directrice du design Mélina Zerbib
MASSIN, Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
nay (1910­1993), futur chef de ser­ un idéologue. De Mirabeau à Bona­ Photographie Nicolas Jimenez
(Le Monde du 13 février.) Infographie Delphine Papin
vice à l’Institut Pasteur, dont les parte (2013) qu’il invite à redécou­ disparu le 8 février 2020.
Médiateur Franck Nouchi
récits et le témoignage le fasci­ vrir, avant Les Immortels et la Révo­ Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
Claude et Nicolas d’Allens, À la direction artistique des
nent. Naissance d’une vocation. lution (2019), qui parvient à croiser Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget
François et Sophie Galas, Éditions Gallimard (1958-1979) et Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
la science du biographe et la vision ses enfants, auparavant du Club du meilleur livre
Guerre à la cécité de l’essayiste. Martin et Wafa, Louise, Mathieu, (1952-1958), et ensuite sous bien
Emile, Clément et Damien, d’autres enseignes éditoriales,
ANNONCEZ
Si, bac en poche et boursier d’Etat, Cette contribution précieuse à Massin, graphiste de profession,
ses petits-enfants,
Yves Pouliquen s’inscrit en maths l’histoire de l’auguste institution a donné son visage à l’édition
sup au lycée Louis­le­Grand, à Pa­
ris, à l’automne 1949, il déchante
n’est pas la plus marquante de
l’académicien, puisqu’il fut à l’ori­
ont la tristesse de faire part du décès
de
moderne. Il restera l’inventeur
inspiré des premières couvertures de VOS ÉVÉNEMENTS LE CARNET

ENTREPRISE
« Poésie/Gallimard », de « Folio »
vite devant les « matheux » et gine du Dictionnaire numérique et de « L’Imaginaire » et l’un des
abandonne deux mois plus tard de l’Académie française, qui offre M me
Colette GALAS, grands artistes du livre d’édition
née BLONDEAU, courante au 20e siècle. Nominations, colloques, forums,
pour s’inscrire en médecine. Là, il en libre accès, depuis février 2019,
conventions, séminaires...
croise Jacqueline Brevet, la fille les deux dernières éditions du fa­ survenu à Paris, le 11 février 2020,
d’un ophtalmologiste, dont il meux dictionnaire, que rejoi­ à l’âge de quatre-vingt-deux ans. Remiremont.
s’éprend. Prémices d’une spéciali­ gnent bientôt les sept précéden­ Mme Franca Laederich,
Une cérémonie aura lieu début
sation, puisqu’il épouse sa belle tes depuis la version pionnière de août à Kersaint-Landunvez. sa conjointe,
en 1952. S’il réussit l’externat 1694, offrant à un large public les Antoine et Camille,
D’Allens - Galas, ses enfants,
(1952), puis l’internat (1954), il dé­ fruits jusque­là très réservés des Augusto, Carlos et Miguel,
couvre, mobilisé pour un service séances hebdomadaires du Quai 118, rue de la Croix Nivert,
ses frères,
75015 Paris. Les familles Laederich et Millan,
de trente mois, au Val­de­Grâce les Conti. Responsable de cette aven­
dégâts ophtalmiques causés par le ture éditoriale inédite, Yves Pouli­ ont la tristesse de faire part du décès
conflit algérien sur les appelés. quen en était légitimement fier. Pierre GUYOTAT, de
Sous la houlette du professeur Travaillant jusqu’à son brutal écrivain et dramaturge,
Paul Payrau (1911­1999), chef du décès, ce savant à l’autorité tran­ M. Horacio MILLAN,
est décédé le 7 février 2020. architecte,
service d’ophtalmologie, il s’initie quille, élégant et brillant, perpé­
aux greffes de cornée et étudie tuait la présence sous la Coupole survenu le 8 février 2020.
La Bibliothèque nationale de
l’immunologie de la rétine. de ces médecins humanistes, France s’associe au deuil de sa La cérémonie religieuse sera
Combattant la cataracte en cher­ dont les plus récents représen­ famille et de ses proches célébrée le vendredi 14 février, à
cheur, avec les armes du chirur­ tants avant lui furent le psychiatre 14 heures, au Temple protestant de
et rend hommage à son œuvre dont Remiremont. Pour toute information :
gien, Yves Pouliquen, sitôt doc­ et neurologue Jean Delay (1907­ il lui a confié les archives avec une
teur (1963), puis agrégé de méde­ 1987) et l’hématologue et cancéro­ grande et amicale générosité.
01 57 28 28 28
« Il entrera dans la Paix,
cine (1966), fait la guerre à la cé­ logue Jean Bernard (1907­2006).  celui qui aura suivi le droit chemin. » carnet@mpublicite.fr
cité qui menace. Mais, pour philippe­jean catinchi (Le Monde du 11 février.) Esaïe 57,2.

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

IDÉES
0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 | 23

Nous dénonçons une restriction


sans précédent de l’accès aux
archives contemporaines de la nation
F
Le contexte aut­il encore s’inquiéter de l’accessi­ La décision de déclassifier un par un les archives de la guerre d’Algérie ne soient
bilité au public des plans du débar­ plus réservées aux seuls historiens, afin
Une annonce faite par quement du 6 juin 1944, soixante­
les documents postérieurs à 1940 portant qu’un « travail politique mémoriel » puisse
le service historique de quinze ans après la seconde guerre le tampon « secret », dont la plupart étaient être entrepris. Contre cette volonté
mondiale, lesquels portent un tampon d’ouverture et de transparence présiden­
la défense a mis en émoi le
« secret » ? Protéger des informations
pourtant accessibles à tous depuis longtemps, tielle affirmée depuis un quart de siècle
milieu des historiens. « Depuis secrètes est essentiel. Qui en douterait ? A porte atteinte à l’accès aux sources et bloque par des gestes concrets (dérogations
le 1er janvier 2020 », ce service condition toutefois que ces informations générales de 1998 et 2015 sur les fonds de
soient réellement sensibles et qu’elles
des recherches en cours, alerte un collectif la seconde guerre mondiale, par exemple),
« applique des consignes re-
çues du Secrétariat général de
constituent toujours un secret­défense. d’historiens, qui en appelle au code du patrimoine cette pratique, qui vise à contrôler voire
Quand il n’y a plus de secret, il ne devrait à refermer des documents historiques
la défense et de la sécurité na- plus rien y avoir à protéger. déjà archivés, apparaît comme une régres­
tionale (SGDSN) et des autori- Pourtant, le service historique de la sion majeure.
défense annonce la nécessité d’une motivations et ses modalités et, au­delà, ponsables de fonds qui leur ont communi­ Au moment même où commencent les
tés du ministère des armées
« déclassification » formelle de tous les sans qu’aient été mises en place les condi­ qué ces documents de toute bonne foi. commémorations de l’année de Gaulle,
visant au respect de la régle- documents portant les fameux tampons tions techniques permettant de garantir Quelles que soient les motivations à dont celle du 80e anniversaire de l’appel
mentation sur le secret de la « secret » depuis 1940. Pièce par pièce. dès à présent la continuité et la pérennité l’origine de ces nouvelles consignes, el­ du 18 juin, la fermeture de fait pour une
défense nationale dans le ca- Cette mesure provoque déjà une paralysie de l’accès aux archives publiques. les placent les archivistes dans une situa­ durée indéterminée des archives classi­
du service. Elle entraîne des délais de tion impossible. Elles menacent le patri­ fiées postérieures à 1940 a de quoi sur­
dre de la communication des communication très longs, voire l’impos­ Communicable de plein droit moine de la nation. Des documents déjà prendre. De la même manière, alors que le
documents de plus de cin- sibilité d’accéder à des archives pourtant Depuis la Révolution française, la Républi­ anciens risquent d’être endommagés, président s’apprête à rendre hommage à
quante ans portant des men- communicables de plein droit selon le que garantit aux citoyens un accès aux peut­être irrémédiablement, par l’opéra­ l’engagement militaire des harkis, et tan­
code du patrimoine. En effet, les archives papiers de l’Etat, accès qui est considéré tion concrète de déclassification, que ce dis que se profilent les soixantièmes anni­
tions de classification ». Ces
dont la communication porte atteinte au comme une protection indispensable soit à cause du tampon, des encres ou de versaires du putsch d’avril 1961 et de la fin
« consignes » découlent de la secret de la défense nationale, aux intérêts contre l’arbitraire, et le code du patrimoine l’inscription. de la guerre d’Algérie, l’écriture de cette
volonté d’appliquer stricte- fondamentaux de l’Etat dans la conduite stipule que les archives publiques sont Au­delà de la dimension patrimoniale, histoire, pourtant essentielle à la compré­
de la politique extérieure, à la sûreté de communicables de plein droit, sous ces mesures portent un coup d’arrêt bru­ hension des enjeux contemporains, est
ment une instruction générale
l’Etat, à la sécurité publique doivent être réserve de délais de communicabilité pour tal à la recherche sur des sujets essentiels largement compromise. Il est vain de prô­
interministérielle datant de accessibles à tous après une échéance de certaines d’entre elles. Cette dérogation au pour la connaissance historique et le dé­ ner un quelconque devoir de mémoire si
2011 (IGI 1 300), portant sur cinquante ans. principe d’une publicité universelle et im­ bat public dans notre démocratie. Les ar­ l’impératif d’histoire ne peut concrète­
les documents classifiés « se- Tout le paradoxe est là : des délais médiate de l’action publique vise autant à chives ayant été, à un moment de leur vie, ment être rempli.
d’accessibilité existent pour ces do­ protéger la vie privée des individus qu’à classifiées ne concernent pas que l’his­ Rappelons­le : ces archives ont, pour
cret-défense » et imposant cuments et ces délais sont aujourd’hui lar­ garantir l’efficacité et la sûreté de l’Etat. Elle toire militaire : elles permettent d’écrire l’essentiel, déjà été communiquées. Il n’y a
une déclassification préalable, gement échus pour la majeure partie des garantit à la fois la sécurité et la liberté des l’histoire de la nation. Dans les mois à ve­ donc plus de secret. Et s’il en reste, il est
pièce par pièce. documents produits avant 1970. Mais on citoyens. Cet équilibre doit être assuré par nir, et si rien n’est fait pour débloquer la si­ temps, cinquante ans au moins après les
évoque une instruction générale intermi­ une limitation dans le temps des restric­ tuation, il sera de facto impossible de tra­ faits, de lever le voile dans le cadre fixé par
Or, cette instruction, malaisée
nistérielle de 2011 pour justifier une né­ tions de communicabilité. vailler sur nombre de sujets portant sur la loi. Par conséquent, nous demandons
à appliquer pour des raisons cessaire « déclassification » formelle des Aujourd’hui, toute personne qui divul­ l’histoire de France depuis 1940. l’application du code du patrimoine et de
matérielles, présente une documents secrets avant toute communi­ guerait des informations contenues dans la loi sur les archives de 2008, et donc l’ac­
cation aux lecteurs. Pourquoi cette sou­ des archives tamponnées « secret­défense » Travail politique mémoriel cès immédiat et sans réserve à ces archives
apparente contradiction avec
daine volonté de déclassifier des do­ sans déclassification préalable s’expose à Pour faire face à la désorganisation, le mi­ publiques à l’issue des délais légaux. 
la loi de 2008 sur les archives, cuments considérés jusqu’à il y a peu des poursuites pénales pour compromis­ nistère des armées annonçait, le 11 février,
selon laquelle ces documents comme accessibles à tous ? Pourquoi sion du secret de la défense nationale. Or dans la précipitation, des « moyens supplé­
doivent être accessibles à prendre le risque d’entraver gravement les certains de ces documents ont été massive­ mentaires ». Quand seront­ils déployés ?
recherches historiques ? ment communiqués depuis des années, Comment ? Rien n’est dit à ce sujet. Le blo­
tous après cinquante ans. Au­delà du service historique de la voire des décennies. Les livres d’histoire sur cage est d’ores et déjà effectif : des recher­
Des historiens se mobilisent défense, où la tâche est particulièrement la seconde guerre mondiale et les guerres ches sont désormais en attente, faute d’ac­ Marc-Olivier Baruch, directeur
contre cette application titanesque compte tenu de la nature des de décolonisation les citent abondamment cès aux sources. Force est de constater que d’études, EHESS ; Jean-Marc Berlière,
archives qui y sont conservées, cette et les reproduisent parfois. En tirant le fil certains travaux majeurs sur l’histoire de professeur des universités émérite,
« soudaine » d’une disposition
nouvelle mesure concerne toutes les ar­ jusqu’à l’absurde, tous leurs auteurs s’expo­ la France contemporaine publiés ces der­ université de Bourgogne ; Emmanuel
qui entrave notamment leur chives publiques. Ce sont plusieurs centai­ sent à des poursuites, de même que les res­ nières années ne pourraient plus être Blanchard, maître de conférences,
accès, précédemment sans nes de milliers de documents et des dizai­ écrits aujourd’hui par des historiens tra­ université de Versailles-Saint-Quentin-en-
nes de kilomètres linéaires de papiers qui vaillant aux archives françaises. Yvelines ; Raphaëlle Branche, profes-
obstacles, aux documents
doivent être regardés un à un au nom de Faut­il en revenir à ce qui prévalait lors­ seure des universités, université Paris-
de la période 1940-1969. cette application abusive, et partant que l’historien américain Robert Paxton, Nanterre ; Pierre Journoud, professeur
Le ministère des armées dangereuse, du principe de protection du au début des années 1970, a dévoilé l’am­ des universités, université Montpellier-3 ;
s’est déclaré, le 11 février, secret de la défense nationale exigée par le pleur de la politique de collaboration me­ Julie Le Gac, maîtresse de conférences,
secrétariat général de la défense et de la IL EST VAIN DE PRÔNER née par Vichy… à partir des archives alle­ université Paris-Nanterre ; Chantal
« conscient de ce problème » sécurité nationale. mandes car les archives françaises étaient Metzger, professeure des universités
et a promis des moyens Une restriction sans précédent de l’accès
UN QUELCONQUE fermées ? émérite, université de Lorraine ; Denis
supplémentaires « afin aux archives contemporaines de la nation DEVOIR DE MÉMOIRE Depuis le grand discours de Jacques Chi­ Peschanski, directeur de recherche,
sous le prétexte abusif de la nécessité de rac de 1995 sur la rafle du Vel’ d’Hiv, les CNRS ; Henry Rousso, directeur de
d’accélérer les procédures ».
protection du secret de la défense est en SI L’IMPÉRATIF présidents de la République affirment ré­ recherche, CNRS ; Anne Simonin,
cours. gulièrement la nécessité de faire toute la directrice de recherche, CNRS, EHESS ;
Acteurs et actrices de la recherche en D’HISTOIRE NE transparence sur le passé de la France, Fabrice Virgili, directeur de recherche,
histoire, nous dénonçons la mise en PEUT CONCRÈTEMENT même le plus délicat, et de réconcilier les CNRS, université Paris-I-Panthéon-
œuvre de cette mesure sans qu’aient été mémoires des Français. En janvier, le pré­ Sorbonne ; Olivier Wieviorka, profes-
expliquées et débattues publiquement ses ÊTRE REMPLI sident Macron a exprimé son souhait que seur des universités, ENS Paris-Saclay

Des documents déjà N


ous, historiens et historien­
nes de la France contempo­
raine depuis des décennies,
cheurs. Il est déjà arrivé à quelques­
uns parmi nous de se voir refuser
l’accès à des documents consultés

exploités pourraient
sommes consternés par les il y a des dizaines d’années ! C’est Helga E. Bories-Sawala (univer-
conséquences néfastes de l’instruc­ une situation digne de Kakfa. Les sité de Brême, Allemagne) ; Hanna
tion générale interministérielle de travaux que nous avons effectués Diamond (université de Cardiff,
2011 (IGI 1 300). Nous avons salué la ne seraient plus possibles à mener Royaume-Uni) ; Valeria Galimi

devenir inaccessibles
volonté du président Macron dans les archives françaises. (université de Florence, Italie) ;
d’ouvrir les archives touchant à la Cette restriction qui, au mieux, Robert Gildea (université
disparition de Maurice Audin et ralentit de plusieurs mois ou an­ d’Oxford, Royaume-Uni) ; James
plus largement aux disparus de la nées les travaux, et, au pire, les House (université de Leeds, Royau-
guerre d’Algérie. Nous sommes rend impossibles, représente une me-Uni) ; Julian Jackson (univer-
d’autant plus surpris qu’au même atteinte très sérieuse à la réputa­ sité Queen Mary de Londres, Royau-
Un collectif de douze historiens de divers pays moment l’application de cette ins­ tion internationale de la France me-Uni) ; Eric Jennings (université
truction introduise un régime plus dans le domaine de la recherche de Toronto, Canada) ; Harry Rode-
souligne que des travaux qu’ils ont déjà menés restrictif que celui qui prévalait an­ historique. rick Kedward (université du Sus-
ne seraient plus possibles aujourd’hui dans térieurement et notamment de­ Les signataires de cet appel expri­ sex, Royaume-Uni) ; Robert O.
puis la loi de 2008. ment donc leur vive inquiétude et Paxton (université Columbia, New
les archives françaises. Ils déplorent une situation demandent au président de la Ré­ York, Etats-Unis) ; Renée Poz-
portant atteinte à la réputation internationale de Une situation digne de Kafka publique de faire réexaminer cette nanski (université Ben-Gourion,
Des documents que nous avons instruction et ses modalités d’ap­ Israël) ; Mary Louise Roberts
la France dans le domaine de la recherche historique déjà exploités, même publiés, dans plication, en conformité avec ses (université du Wisconsin, Etats-
nos ouvrages, pourraient se trou­ déclarations relatives à l’ouverture Unis) ; Martin Thomas (université
ver désormais fermés aux cher­ des archives.  d’Exeter, Royaume-Uni)

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
24 | idées VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

Nous en appelons à l’intervention


de l’Etat pour donner aux créateurs des
conditions plus justes et plus dignes
Q
Un collectif de plus uiconque travaille a droit à une rémuné­ rémunérations, le manque de régulation de
ration équitable et satisfaisante lui l’Etat, l’absence de statut clair. Il dévoile égale­
3 500 écrivains, assurant ainsi qu’à sa famille une exis­ ment un immense scandale : l’Agessa (Associa­
dessinateurs, scénaristes, tence conforme à la dignité humaine » tion pour la gestion de la sécurité sociale des
Article 23 de la Déclaration universelle des auteurs) était en infraction du code de la Christophe Arleston, scénariste ;
traducteurs ou droits de l’homme. sécurité sociale depuis 1975. Bien qu’ayant Kader Attia, plasticien ; Pénélope
photographes, parmi Depuis la sortie du rapport de Bruno Racine, travaillé, combien des 190 000 artistes­ Bagieu, dessinatrice ; Baptiste
le 22 janvier, portant un projet inédit pour auteurs se retrouvent aujourd’hui privés de Beaulieu, écrivain ; Manon Bril,
lesquels Cécile Coulon, sauver les métiers de la création en France, des droits à la retraite à cause des dysfonctionne­ vidéaste ; Benjamin Brillaud, vidéaste ;
Tatiana de Rosnay, Marc représentants du Syndicat national de l’édition ments du pilotage de cet organisme et de Cécile Coulon, écrivaine ; Christelle
Levy, Mathias Malzieu, se sont opposés avec ardeur à sa mise en l’inaction de l’Etat durant des décennies ? Dabos, écrivaine ; Cy, dessinatrice,
application. Isolés par la nature même de leur activité, vidéaste ; Denis Darzacq, photographe ;
Joann Sfar, apporte son Nous, artistes­auteurs, signons aujourd’hui tous les artistes­auteurs en France sont dans un Tatiana de Rosnay, écrivaine, scéna-
soutien au rapport de ce texte commun, pour faire la démonstration rapport de force clairement asymétrique lors riste ; François Descraques, écrivain,
de la solidarité de nos professions créatives. des négociations avec les diffuseurs de leurs scénariste, vidéaste ; Léo Grasset,
Bruno Racine sur « l’auteur Le rapport Racine est un constat lucide, œuvres. Pourtant, les industries créatives sont vidéaste ; Virginie Grimaldi, écrivaine ;
et l’acte de création ». Selon pragmatique et incontestable, qui propose des des secteurs hautement régulés. Il suffit de Fanny Herrero, scénariste ; Erik
mesures très concrètes pouvant améliorer en prendre l’exemple de la grande mesure du prix l’Homme, écrivain ; Joël Hubaut,
eux, celui­ci met clairement profondeur les conditions de création de tous unique du livre. Aucune mesure de cette enver­ plasticien, sculpteur, performeur ;
en évidence leurs droits les artistes­auteurs : écrivains et écrivaines, gure n’existe pour les artistes­auteurs, qui res­ Brigitte Kernel, écrivaine ; Anne
photographes, compositeurs et compositrices, tent – comme le dit le rapport Racine – dans Landois, scénariste ; Agnès Ledig,
« bafoués » et la faiblesse scénaristes, peintres, dessinateurs et dessina­ l’angle mort des politiques culturelles. C’est écrivaine ; Pierre Lemaître, écrivain,
de leurs rémunérations, trices, plasticiens et plasticiennes, sculpteurs pourtant au nom des créateurs et de l’exception scénariste ; Marc Levy, écrivain, scéna-
et sculptrices, vidéastes, etc. culturelle que l’Etat légifère sur bien des sujets riste ; Régis Loisel, dessinateur, scéna-
et propose des mesures Un rapport aussi précis sur les plans juridi­ qui concernent l’industrie. C’est par ailleurs riste ; Olivier Mannoni, traducteur ;
concrètes pour y remédier que, fiscal, social et administratif met en sans nous que des décisions majeures sur le Mathias Malzieu, chanteur, musicien,
exergue nos droits bafoués, la faiblesse de nos droit d’auteur sont prises. écrivain ; Mrzyk & Moriceau, plasti-
Si les mesures préconisées sont appliquées, cien s, dessinateurs ; Tania Mouraud,
les artistes­auteurs cesseront enfin d’être plasticienne, compositrice, écrivaine,
l’éternelle variable d’ajustement des industries vidéaste ; Marie-Aude Murail, écri-
créatives. Les créateurs et créatrices retrouve­ vaine ; Julien Neel, dessinateur, scéna-
ront leur juste place. riste, réalisateur ; Marie-Paule Nègre,
Nous en appelons à l’intervention de l’Etat, photographe ; Kiki Picasso, peintre,
LE RAPPORT RACINE pour donner aux créateurs et créatrices de ce vidéaste, graphiste ; Claude Ponti,
pays des conditions plus justes et dignes. écrivain ; Florence Porcel, écrivaine,
PROPOSE DES Artistes­auteurs de tous les secteurs de la vidéaste ; Gilles Roussel-Boulet, dessi-
création française, nous soutenons ce rapport nateur, scénariste ; Joann Sfar, écrivain,
MESURES CONCRÈTES novateur et ses mesures essentielles. Pour une dessinateur, réalisateur ; Franck
POUVANT AMÉLIORER rémunération plus juste, pour la reconnais­ Thilliez, écrivain, scénariste ; Flore
sance du travail créatif, pour un statut profes­ Vesco, écrivaine ; Bernard Werber,
EN PROFONDEUR sionnel, pour l’amélioration de nos droits écrivain ; Jo Witek, écrivaine ; Alice
sociaux, pour le nouveau cadre d’un dialogue Zeniter, écrivaine, traductrice, scéna-
LES CONDITIONS DE social sous l’égide de l’Etat, pour que les artistes­ riste, metteuse en scène
CRÉATION DE TOUS auteurs ne soient plus les grands oubliés de l’ex­
ception culturelle française. Car sans créateurs La liste complète est à retrouver
LES ARTISTES-AUTEURS et créatrices, pas de création française.  sur Lemonde.fr

Michel Duclos La tragédie d’Idlib est un défi pour l’Europe


L’offensive du régime syrien et de l’aviation russe
qu’au mieux la Turquie obtiendra un devraient préparer une grande opéra­ cains pourraient proposer à la Russie et
est une tragédie pour la population civile de la région arbitrage de la Russie lui laissant une tion d’aide humanitaire, mais celle­ci à la Turquie une concertation visant à
d’Idlib, ainsi rejetée dans sa fuite du côté des djihadistes, zone tampon le long de sa frontière, afin devrait être couplée à une offre touchant donner une chance à une stratégie de
de lui permettre là comme ailleurs plus à la lutte contre les groupes djihadistes. contre­insurrection ménageant cette
s’alarme l’ancien ambassadeur en Syrie, qui suggère une à l’est de fixer les personnes déplacées. Il y a dans le cas de la province d’Idlib fois la population civile, retournant en
« ultime chance » de traiter autrement le drame en cours Pour les Européens, il est tard, bien un trait particulièrement marquant. J’ai fait celle­ci et les groupes modérés
tard, pour prendre une initiative sur bien connu la ville de Maarat Al­Nou­ restant contre les djihadistes. Le
Idlib. Plusieurs raisons devraient pour­ man, qui vient de tomber entre les monde des humanitaires est légitime­

Q
tant les y pousser. Cette lointaine mains du régime – et dont il ne reste plus ment réservé à l’égard des stratégies
ui s’intéresse encore à la Syrie ? l’emprise de Damas. La région est tenue province montagneuse de la Syrie est en une pierre debout. Or ses habitants, s’ils combinant aide aux populations et
Quelques belles âmes sans par un éventail de groupes armés proba­ réalité à nos portes. Elle jouxte la s’étaient rebellés contre Assad, avaient opérations militaires ou antiterroris­
doute, ou ceux dont c’est le mé­ blement dominés par quelque 20 000 à Turquie, voisine immédiate de l’UE. Le aussi chassé les djihadistes. C’était égale­ tes. Dans le cas désespéré d’Idlib, c’est
tier dans les chancelleries ou les 25 000 djihadistes affiliés au groupe drame qui s’y déroule est la négation des ment le cas dans beaucoup d’autres loca­ pourtant l’ultime chance de traiter le
rédactions, mais plus grand monde Hayat Tahrir Al­Cham (HTS) ou à valeurs sur lesquelles l’Europe s’est lités de cette région. Autrement dit, en drame en cours.
parmi les responsables politiques. L’ago­ d’autres organisations. Un cessez­le­feu construite. L’opinion publique, bien que bombardant les civils et en les jetant sur Une telle option suppose bien sûr que
nie de la province d’Idlib est à cet égard précaire suspendait les combats depuis silencieuse, y est plus sensible qu’on ne les routes, on les rejette du côté des terro­ les Européens – et les Américains –
caractéristique. On sait par les journaux des mois à la suite d’un accord entre le croit. De plus, Idlib recèle le risque évi­ ristes – alors qu’une stratégie de contre­ soient disposés à contribuer par des
que depuis la mi­décembre 2019 une of­ Poutine et Erdogan. Les Turcs ont ins­ dent d’un enchaînement conduisant à insurrection intelligente aurait pu con­ moyens techniques (renseignement et
fensive combinée des forces du régime tallé des postes militaires avancés. Les de nouveaux afflux importants de réfu­ sister précisément à s’appuyer sur la po­ capacité de frappes) à cette nouvelle stra­
de Damas et de l’aviation russe a jeté sur Russes constatent cependant que la Tur­ giés sur notre continent. Il y a tout lieu pulation civile (et les groupes rebelles tégie antiterroriste, en partenariat avec
les routes plus de 600 000 personnes, quie n’a pas rempli sa part du contrat, de penser, en outre, que le dénouement modérés) pour isoler les djihadistes, pre­ la Turquie et en concertation avec la
principalement des femmes et des en­ qui consistait à combattre puis à élimi­ par la seule force militaire et la coerci­ mière étape avant de les réduire. Russie. Au moment où l’on parle tant de
fants ; ces personnes viennent souvent ner, avec l’aide des rebelles non djihadis­ tion, tel que souhaité par Damas, Bien sûr une telle stratégie est très dif­ renforcer la défense européenne,
d’autres régions du pays reconquises tes, les extrémistes de HTS, lesquels Moscou et Téhéran, loin de résoudre le ficile à mettre en œuvre. Les Turcs n’y n’est­ce pas un projet que le président de
par le régime dans des conditions com­ comportent dans leurs rangs un certain problème djihadiste, créera les sont pas parvenus, si tant est qu’ils la République pourrait défendre à la
parables. Dans cette province d’Idlib nombre de russophones. conditions d’un enracinement du terro­ l’aient vraiment essayé. Elle reste en tout conférence de Munich sur la sécurité à la
comme ailleurs, des villes entières sont On ne voit pas dans ces conditions ce risme. Mais que faire ? cas infiniment préférable à la stratégie fin de cette semaine ? 
rasées. Les avions russes détruisent des qui pourrait retenir Moscou de laisser le de la terre brûlée qui est celle du régime
dizaines d’hôpitaux ou de structures régime reconquérir Idlib, ou plutôt de Dissensions entre la Russie et la Turquie syrien et de ses parrains. Au point où en
médicales, en violation du droit huma­ l’aider dans cette entreprise, quel que Peut­être faut­il profiter des dissensions sont les choses, les forces d’Assad contrô­
nitaire, mais cela fait figure désormais soit le prix à payer pour la population qui se font jour entre la Russie et la lent environ un tiers de la province
de « nouvelle normalité ». civile. M. Erdogan – dont des soldats ont Turquie, cette dernière toujours mem­ d’Idlib. Il pourrait être acceptable pour la
Les mieux informés n’ignorent pas été tués dans l’aventure −, envoie des bre de l’Alliance atlantique. Les Russie – afin d’éviter une détérioration Michel Duclos est conseiller spécial
que la Turquie est résolue à fermer her­ renforts et menace le régime syrien de Européens, en concertation avec de ses relations avec la Turquie – de geler à l’Institut Montaigne. Ancien ambas-
métiquement ses frontières et il n’y a foudres terribles. Une escalade entre An­ Washington, ont le devoir d’amplifier pour un temps la situation. sadeur en Syrie (2006-2009), il est
pas d’échappatoire pour fuir cet ultime kara et Damas s’esquisse. Beaucoup leur plaidoyer en faveur d’un cessez­le­ Pour la zone encore non contrôlée par l’auteur de « La Longue Nuit syrienne »
bastion rebelle résistant encore à d’observateurs pensent cependant feu. Pour rendre leur appel crédible, ils le régime, les Européens et les Améri­ (éd. de l’Observatoire, 2019)

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
VENDREDI 14 FÉVRIER 2020 idées | 25

Sous les pavés, l’anarcho-syndicalisme


ANALYSE idéologie est portée dans le champ syndical
par le journaliste Fernand Pelloutier (1867­
comprendrait qu’il est salement volé par les
patrons, et dam, il se pourrait bien qu’il leur se­
sur une ligne radicale. Prompt à dénoncer les
« trahisons » des directions des centrales syn­

D
ans le conflit qui secoue la France 1901). Très réservé vis­à­vis de la création de la coue les puces dare­dare. » dicales, il n’a pas de permanents et est sur­
contre la réforme des retraites, il y CGT, Pelloutier n’assiste pas au congrès fonda­ En 1926, des militants anarchistes créent tout implanté chez les conducteurs de bus.
a un parfum d’anarcho­syndica­ teur de Limoges en 1895. une éphémère CGT­SR (Syndicaliste révolu­ Née en 2018, la Base – un « OSNI, objet syndical
lisme. Léger mais vivace. Auteur avec Aristide Briand d’une brochure tionnaire). Aujourd’hui, la Confédération non identifié », selon M. Escure –, qui se veut le
A Force ouvrière (FO), les quatre unions intitulée De la révolution par la grève générale nationale du travail (CNT) se réfère au syndi­ porte­parole « sans filtre » des salariés, reven­
départementales (UD) de Bretagne se récla­ (1892), il est à l’origine du développement des calisme révolutionnaire et à l’anarcho­syn­ dique 200 adhérents chez les conducteurs du
ment de ce courant qui se caractérise par son Bourses du travail. Pour lui, la grève générale dicalisme. Née en 1946 et revendiquant métro et du RER.
attachement à la grève générale et à l’action est « un mouvement, sinon violent, du moins 5 000 membres, elle recourt à l’action directe, Au sein de l’UNSA, premier syndicat de la
LE COURANT directe. Sur le site de l’UD­FO d’Ille­et­Vilaine, actif, tendant à annihiler la résistance du capi­ une lutte non violente à coups de grèves, de RATP, le pôle traction défend son autonomie
EST NÉ EN MÊME  un texte en date du 24 janvier dénonce « le bal talisme et de ses moyens de coercition : pour boycotts, de piquets de grève, d’occupations et fait entendre sa propre musique. Selon FO,
des hypocrites », en qualifiant le projet cela, il évitera de prendre la forme d’une insur­ d’entreprises et de manifestations. Autoges­ il est sous l’emprise de l’extrême gauche. Le
TEMPS QUE  d’Emmanuel Macron de « retraite des morts ». rection, trop facilement réductible militaire­ tionnaire et anti­hiérarchique, elle pratique, 6 février, Laurent Djebali, secrétaire général
Il dénonce « les [Laurent] Berger (CFDT) et ment, ou d’une épreuve de force financière qui avec comme emblème un chat noir, la démo­ du pôle traction de l’UNSA­RATP, a appelé à
LE SYNDICALISME,  [Laurent] Escure (UNSA) qui nous font le coup verrait nécessairement la défaite du proléta­ cratie directe et refuse de se doter de perma­ faire du 17 février un « lundi noir dans les trans­
de : on a gagné sur l’âge “pipeau” (…). Mais en riat. Elle ne débouchera pas sur un pouvoir so­ nents syndicaux. ports ». Pour ce représentant des conducteurs
À LA FIN DU  face, des salariés du privé et du public, des cialiste, mais sur une société de type absolu­ De même que Monsieur Jourdain faisait de de métro (12 % des adhérents du syndicat), il
XIXE SIÈCLE.  retraités, des étudiants se battent dans l’unité ment nouveau, reposant sur la libre associa­ la prose sans le savoir, les « gilets jaunes », en faut continuer « la lutte contre cette réforme
pour bloquer ces assassins des “jours heureux” tion de producteurs ». développant l’action directe et en prônant la des retraites inique ». « L’appel d’une compo­
IL PRÉCONISE  [du nom du programme du Conseil national grève générale, ont réhabilité l’anarcho­syndi­ sante de l’UNSA­RATP à une journée d’action le
de la Résistance] et arracher le retrait du projet « Gilets jaunes syndicaux » calisme sans s’y reconnaître. Au sein de la 17 février, a réagi M. Escure, est le fruit des erre­
LA GRÈVE GÉNÉRALE  de loi qui n’est ni amendable ni négociable. (…) Jusqu’en 1914, l’anarcho­syndicalisme est in­ RATP, plusieurs dizaines d’activistes, voire ments de la direction de l’entreprise dans le
EXPROPRIATRICE  Indéfectiblement, FO est et sera toujours aux fluent au sein de la CGT, notamment en 1906 plus, constituent ce que Laurent Escure, secré­ dialogue social depuis plusieurs semaines. »
côtés des “derniers de corvée” et dans le camp lors de l’adoption de la Charte d’Amiens qui taire général de l’Union nationale des syndi­ Il reste que M. Djebali, qui préconise « une
ET L’ACTION DIRECTE de la résistance ». L’UD prône une « grève rejette la sujétion du syndicat au Parti socia­ cats autonomes (UNSA), appelle « des gilets grève générale, avec tous les secteurs, pendant
interprofessionnelle jusqu’au retrait du projet liste. Jusqu’en 1902, un comité d’organisation jaunes syndicaux ». sept ou huit jours », incarne une ligne radicale
Macron­Delevoye­Berger ». de la grève générale se réunit fréquemment. S’opposant aux syndicats historiques, deux éloignée du réformisme de la direction de
L’anarcho­syndicalisme est né en même Emile Pouget, avec une verve inimitable, s’en organisations non représentatives, qui rap­ l’UNSA. Si ce parfum anarcho­syndicaliste
temps que le syndicalisme à la fin du XIXe siè­ fait le chantre dans son hebdomadaire Le Père pellent les coordinations apparues dans la n’est pas dominant, il risque, au lendemain
cle. Pour abolir conjointement l’Etat et le capi­ peinard : « Oui, nom de Dieu, écrit­il, y a plus grève de 1986 à la SNCF et disparues rapide­ du conflit, de nourrir la défiance vis­à­vis des
talisme et bâtir une société communiste que ça aujourd’hui : la grève générale. (…) Du ment, défendent des positions jusqu’au­ appareils syndicaux et les procès sur leurs
libertaire, il préconise la grève générale expro­ coup, le populo presque tout entier se repose­ boutistes. Héritier en 2014 du Syndicat anti­ « trahisons ». 
priatrice et l’action directe. En France, cette rait,ça lui donnerait le temps de réfléchir, il précarité, le Rassemblement syndical campe michel noblecourt (éditorialiste)

CHRONIQUE  | PAR AUDREY TONNELIER
LA REVANCHE DE BORIS VIAN
Fiscalité : le pari risqué UNE VIE, UNE ŒUVRE Vian est fêté en France et à
l’étranger. La liste des événe­
l’écrivain. Pour conserver ce
succès, Boris Vian se range sûre­

du « en même temps » L ui qui n’avait pas réussi de


son vivant à se faire pren­
dre pour un romancier,
ments prévus, consultable sur le
site Borisvian.org, est impres­
sionnante. C’est à cette occasion
ment parmi les rites d’initiation,
non à l’âge adulte, mais plutôt à
un droit à la fantaisie. Il est to­
qui avait peu à peu renoncé à se que nous republions ce hors­sé­ tem. Invitation aux jeux de cons­
considérer comme tel, voit, en rie du Monde de la collection truction des rêves en couleur et à

E n politique comme en écono­


mie, on a beau pouvoir faire
dire ce que l’on veut aux chif­
fres, certains ont plus de portée que
d’autres. L’étude de l’Observatoire
flammables. « Les Français ont
l’image d’un jeu de bonneteau : on
leur donne d’une main ce qu’on re­
prendra de l’autre. Sans compter le
ressenti des mesures : la taxe d’habita­
son paradis posthume, sa qualité
d’écrivain plébiscitée, une géné­
ration de lecteurs après l’autre.
Boris Vian (1920­1959) n’arrête
plus de prendre sa revanche. Son
« Une vie, une œuvre ».

Le romancier des adolescents


Que se passe­t­il avec Boris
Vian ? Quel mystère réside dans
l’irrévérence, à tout ce à quoi on
renonce vite en grandissant, et
que Boris Vian incarne encore, et
c’est apparemment le message
que les familles de lecteurs se
BORIS VIAN, 
français des conjonctures économi­ tion baisse une fois par an, mais le L’ÉCRITURE  livre amiral, L’Ecume des jours, son œuvre ou dans le souvenir transmettent à propos de l’écri­
ques (OFCE), parue le 5 février, a validé plein d’essence qui augmente, c’est HEUREUSE décroche chaque année des re­ de son personnage pour fran­ vain à la trompette. L’école, d’ac­
en partie la doctrine du gouverne­ toutes les semaines ! », illustre Jérôme hors-série cords de vente en édition de po­ chir si allègrement les années ? cord, mais très buissonnière.
ment, selon laquelle « il faut que le tra­ Fourquet, directeur du département du « Monde », che. D’autres œuvres, comme Une explication avait été avan­ Un écrivain demeure aussi
vail paie » : ce cercle de réflexion opinion de l’IFOP. 120 p., 8,50 euros, L’Herbe rouge et L’Arrache­cœur, cée quand s’était enclenchée quand il est lisible, quand sa lan­
classé à gauche a souligné que les ac­ en kiosque passées inaperçues à leur paru­ cette résurrection de librairie, au gue continue à rencontrer un
tifs sont les grands gagnants des me­ Des gestes pourtant réels et sur boutique. tion, après la guerre, sont régu­ début des années 1970 : Boris écho dans les mots de l’année en
sures budgétaires des trois premières Mais ce n’est pas tout. Au­delà de la Lemonde.fr lièrement rééditées. Par deux Vian perdure car il est le roman­ cours. L’argot, les sabirs de tribu,
années de l’ère Macron. manière dont les mesures sont res­ fois, L’Ecume des jours a été cier des adolescents, ses œuvres le vocabulaire de la rue ne ces­
Mais c’est une autre partie des tra­ senties dans l’opinion, si le gouverne­ adapté au cinéma : en 1968 par étant inscrites au programme sent de prendre de l’importance.
vaux des économistes qui a déclen­ ment peine à convaincre, c’est aussi Charles Belmont, et en 2013 par des classes de français. Façon de Jusqu’ici, le style de Boris Vian,
ché la vindicte des oppositions et qu’il a fait le choix de ne pas commu­ Michel Gondry. le minimiser encore, de pré­ direct et détonnant, est parvenu
semé le trouble dans la majorité et le niquer massivement sur ces gestes Son œuvre côtoie, sous la pres­ tendre sa lecture obligatoire, à se fondre dans le phénomène.
gouvernement : les 5 % de Français les envers les Français. Au printemps tigieuse couverture de « La comme une potion qu’il faut Au­delà du romantisme mélan­
plus pauvres devraient voir leur ni­ 2019, après le mouvement des « gilets Pléiade », les plus grands écri­ bien avaler, sous la surveillance colique sous­tendu dans ses li­
veau de vie se réduire d’environ jaunes » et le grand débat, l’exécutif, vains. Et tout au long de cette an­ des professeurs. vres reste l’arme du calembour,
240 euros par an sous l’effet des me­ désireux de montrer qu’il maintenait née, sous le parrainage du mi­ Cinq décennies plus tard, l’ex­ du gag et des télescopages de
sures sociofiscales mises en œuvre le cap de ses réformes, sans perdre de nistère de la culture et de la Ville plication fait sourire, elle vient mots, qui peut encore être bien
entre 2018 et 2020, a calculé l’OFCE. vue la politique du « en même de Paris, le centième anniver­ même renforcer l’esprit de lou­ utile aujourd’hui et demain. 
Dans le même temps, les 5 % les plus temps », avait ainsi refusé d’assumer saire de la naissance de Boris foquerie et de soufre entourant philippe boggio
riches devraient voir le leur grimper tout « virage social ».
de… 2 905 euros par an. C’est un Les mesures présentées avaient
caillou dans la chaussure de l’exécutif pourtant de quoi infléchir le profil du
qui, à mi­mandat et à un mois d’élec­ quinquennat : revalorisation de la
tions municipales ayant valeur de
test pour le parti présidentiel, pensait
prime d’activité, défiscalisation des
heures supplémentaires, suppression
Le plan Trump en Palestine | par sergueï
pouvoir enfin présenter sous un jour de la hausse de la contribution sociale
avantageux son bilan économique : généralisée (CSG) pour les petites re­
retour des investissements, décrue traites, baisse de 5 milliards d’euros de
amorcée du chômage. l’impôt sur le revenu et réindexation
Mais l’étiquette de « président des ri­ d’une partie des pensions sur l’infla­
ches » continue de coller au costume tion. Mais, pour l’Elysée comme pour
du chef de l’Etat depuis les premiers Matignon, il était essentiel que les
mois de son mandat et la suppression marqueurs politiques du quinquen­
de l’impôt de solidarité sur la fortune nat soient préservés : pas de retour à
(ISF). Un symbole que ni les baisses de l’ISF et pas question de faire payer les
cotisations chômage et maladie de ménages les plus aisés en supprimant
2018, ni la suppression en trois ans de des niches fiscales. Résultat : même
la taxe d’habitation pour 80 % des amendée, la politique de l’offre – sou­
Français (et d’ici à 2023 pour les 20 % tien aux entreprises afin de doper la
restants), ni même les 17 milliards croissance et l’emploi – héritée de la
d’euros de mesures post­ « gilets jau­ seconde moitié du quinquennat Hol­
nes » n’ont réussi à gommer. lande reste toujours d’actualité.
Il faut dire que les sujets fiscaux, « Nous ne faisons pas une politique
tout comme la question du pouvoir de la demande. Le choix fait par le pré­
d’achat, demeurent hautement in­ sident de la République est celui d’une
politique de l’offre, qui s’adresse aux
entreprises (…) et aux particuliers :
baisser les impôts afin que les citoyens
utilisent au mieux l’argent qui leur est
L’ÉTIQUETTE DE  dû, plutôt que de verser des presta­
« PRÉSIDENT DES RICHES »  tions en plus. Et on voit que la consom­
mation et la croissance de notre pays
CONTINUE DE COLLER  sont plus fortes que celles de nos voi­
sins », a d’ailleurs répété, fin janvier,
AU COSTUME DU CHEF  Gérald Darmanin, le ministre de l’ac­
DE L’ÉTAT DEPUIS  tion et des comptes publics. Reste à
savoir si cette subtilité sera comprise
LA SUPPRESSION DE L’ISF par les électeurs. 

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
26 | 0123 VENDREDI 14 FÉVRIER 2020

INTERNATIONAL | CHRONIQUE EMPÊCHER UN 


par al ai n f r ac hon
BAIN DE SANG  selon le chef du Conseil norvégien pour les monte entre Ankara et Moscou, le risque
réfugiés, Jan Egeland. est réel d’une confrontation directe turco­
À IDLIB
En Syrie avec Le temps des déplorations est passé : le ré­
gime de Bachar Al­Assad est en train d’ache­
ver le sanglant travail de reconquête de son
syrienne, voire turco­russe. La Turquie, qui
accueille déjà 3,7 millions de réfugiés, re­
doute que l’assaut sur Idlib ne gonfle en­
la dame de Rakka territoire. Le cessez­le­feu conclu en sep­
tembre 2018 entre la Turquie et la Russie
était censé desserrer la pression sur Idlib. En
core leur flux. Les civils tentent en effet de
gagner la zone frontalière proche, que les
Russes hésitent à bombarder, et qui est déjà
contrepartie d’une retenue russe et d’une saturée de déplacés.
suspension de l’offensive de Damas, Ankara Il n’existe pas de bonne solution pour

Q AVEC UN CARACTÈRE 
uelque part au bord se faisait fort de contraindre les djihadistes Idlib. Mais la poursuite de l’offensive mili­
de l’Euphrate, dans du mouvement Hayat Tahrir Al­Cham, une taire prétendument « finale » représente
une petite ville en TREMPÉ DANS  émanation d’Al­Qaida, à quitter la ligne de assurément la pire pour tous les protago­
ruines, une jeune front. Ce que l’armée turque n’a pas pu ou nistes. Non seulement elle précipiterait le
femme rêve d’une L’ÉPREUVE, LEÏLA  pas voulu faire. La reconquête par l’armée déplacement forcé des populations vers la
autre Syrie. Leïla Mustapha,
32 ans, aimerait que son pays
échappe à la guerre qui y sévit
toujours, mais aussi à la dicta­
ture, qu’il s’agisse de celle de
MUSTAPHA VA FAIRE 
L’UNANIMITÉ POUR 
CODIRIGER LA VILLE
L es tragédies humanitaires n’ont pas
manqué pendant les neuf années de
la guerre civile syrienne, mais celle
qui est en cours autour de la ville d’Idlib,
dernier bastion de la rébellion anti­Bachar
syrienne, mardi 11 février, des positions te­
nues par les rebelles sur l’autoroute stratégi­
que M5 permet au régime de rouvrir l’axe
stratégique Nord­Sud Damas­Alep. Mais la
lenteur de l’avancée laisse entrevoir un ter­
Turquie, au risque de déstabiliser des ré­
gions déjà sous tension, et inciterait An­
kara à reprendre son chantage aux mi­
grants vis­à­vis de l’Union européenne,
mais elle provoquerait une dissémination
Bachar Al­Assad ou de quelque Al­Assad, dans le nord­ouest du pays, est rible carnage si une escalade militaire finale des djihadistes et de leurs armes en Syrie
puissance étrangère. Leïla Musta­ d’une ampleur jamais vue. Trois millions destinée à écraser l’insurrection a lieu. mais aussi en Turquie.
pha sait de quoi elle parle. Elle est obstacles : ce Rojava, le Kurdistan de civils se trouvent pris en étau entre Entre d’une part Damas et Moscou, qui La tragédie de la guerre civile syrienne,
maire, très exactement maire ad­ syrien, est, ici et là, traversé de 20 000 combattants rebelles, principale­ font peu de cas de la vie des civils qu’ils pré­ que les pays européens et les Etats­Unis ont
jointe, de Rakka, l’ex­« capitale » régions majoritairement arabes ; ment djihadistes, épaulés par la Turquie, et tendent libérer des « terroristes » – l’appel­ échoué à enrayer faute d’une stratégie
de l’organisation Etat islamique. d’autre part, il longe la frontière les forces gouvernementales aidées par des lation que le régime réserve à tous ses ad­ cohérente et conséquente à l’égard de la ré­
Elle est syrienne, ingénieure ci­ avec une Turquie en guerre bombardements russes qui n’épargnent ni versaires –, d’autre part la Turquie, parrain bellion anti­Assad, a déjà causé la mort de
vile, major de sa promotion, en contre ses propres autonomistes les hôpitaux, ni les écoles, ni les marchés, ambigu des insurgés, le pire est possible. A près de 500 000 personnes et forcé à fuir
charge de la reconstruction d’une kurdes, ceux du PKK. selon une méthode déjà éprouvée par Vla­ l’origine partenaires, Vladimir Poutine et des millions d’autres. Seul un véritable
ville à majorité arabe. Symbole de C’est là qu’intervient Leïla Mus­ dimir Poutine en Tchétchénie. Depuis l’of­ Recep Tayyip Erdogan apparaissent désor­ cessez­le­feu incluant l’ensemble des grou­
la barbarie djihadiste, Rakka reste tapha. Fille de Rakka, bourgade de fensive lancée en décembre 2019, 700 000 mais comme de redoutables concurrents pes rebelles, et dont toutes les parties enga­
traumatisée, en partie démolie garnison du temps du mandat personnes ont dû quitter les zones pilon­ pour exercer leur influence dans une ré­ gées seraient les garantes, peut empêcher
par les combats menés pour en français devenue riche avec un nées, provoquant « le plus grand déplace­ gion où Américains et Européens ont un ultime bain de sang aux conséquences
chasser l’EI. Leïla Mustapha est barrage sur l’Euphrate, Leïla a ment de la pire guerre de notre génération », perdu leur crédibilité. Alors que la tension incalculables. 
aussi kurde, fille de ce pays kurde vécu la dictature du clan Al­Assad,
syrien qui, au nord du pays, court puis la tyrannie sanguinaire de
le long de la frontière avec la Tur­ l’EI. Elle a connu l’ostracisme de
quie. Elle veut croire que la Syrie Damas à l’égard des Kurdes, puis
et notamment sa région ne sont la guerre. Parce qu’elle est ingé­
condamnées ni à la botte de Da­ nieure, parce qu’elle a milité dans
mas ni à celle d’Ankara. Elle n’a une petite formation, le Parti de
pas peur de l’adversité, comme la Syrie future, dans l’orbite du
elle le raconte dans un livre coé­ PYD, parce qu’elle est réfléchie,
crit avec la journaliste Marine de posée, presque timide mais avec
Tilly, La Femme, la vie, la liberté un caractère trempé dans
(Stock, 250 p., 19,50 €). Mais elle l’épreuve, cette jeune femme va
est bien seule, Leïla Mustapha. faire l’unanimité pour codiriger
Les Kurdes de Syrie ne sont plus la mairie de Rakka.
dans l’actualité. On les a oubliés, Dans cette ville, les Kurdes sont
maintenant qu’ils ont fait le bou­ minoritaires, mais Rakka, à
lot : un face­à­face victorieux, sur l’automne 2017, a été libérée par
le terrain, maison à maison, con­ des forces majoritairement kur­
tre la soldatesque islamiste. Avec des dirigées par le PYD. Sans ces
Damas, ils entretiennent une rela­ forces, appuyées par l’aviation
tion orageuse, tantôt dans une al­ américaine, la peste djihadiste sé­
liance tactique, tantôt en conflit. virait encore – et menacerait l’Eu­
Ils ont été lâchés par les Russes, rope. Mais voilà, le PYD est un en­
qui furent un temps des partenai­ fant du parti frère turc, le PKK, qui
res. Ils ont été trahis par les Etats­ a commis l’erreur stratégique ma­
Unis et les Européens dont ils fu­ jeure, en 2013, de reprendre la lutte
rent les indispensables alliés con­ armée contre Ankara. Dès lors, la
tre l’EI. Ils sont aujourd’hui atta­ Turquie va moins que jamais tolé­
qués par la Turquie, qui s’installe rer un Rojava autonome le long de
dans leur région. Mesure chiffrée sa frontière qui, selon elle, servira
de l’ingratitude manifestée à de base de repli au PKK.
l’égard des combattants kurdes de Peu importe qu’aucun coup de
Syrie : ils ont eu 11 000 morts et feu n’ait été tiré contre la Turquie
des milliers de blessés graves dans depuis le Rojava. Peu importe que
les combats contre l’EI – blessés nombre de militants kurdes se
qu’ils n’arrivent pas à venir faire soient employés à « syrianiser »
soigner en Europe. leur combat, à le distinguer du
PKK, à affirmer leur singularité
Epuration ethnique syrienne. Dès que Donald Trump TENACES • CRÉATIVES • COURAGEUSES • LIBRES

FEMMES
Depuis quelques semaines, chas­ lui a donné son feu vert, en octo­
seurs syriens et russes pilonnent bre 2019, Recep Tayyip Erdogan a
le massif d’Idlib, dans l’ouest du poursuivi son offensive dans le

D’EXCEPTION
pays, où vivent 3 millions de per­ Nord­Est syrien. Ses supplétifs
sonnes. Idlib est le dernier bas­ arabes syriens, des voyous isla­
tion de la rébellion armée contre mistes, chassent les Kurdes de
Bachar Al­Assad. Celle­ci est, pour certaines de leurs places fortes,
l’essentiel, composée de groupes volent, pillent, terrorisent.
islamistes, des Arabes sunnites, L’objectif d’Ankara est de Une passionnante collection pour
protégés de l’armée turque – la­ « dékurdiser » la région fronta­
quelle est entrée en confronta­ lière pour s’assurer de la profon­
découvrir les destinées surprenantes
tion avec la Syrie. Les Kurdes crai­ deur stratégique dans le combat et inspirantes de ces femmes
gnent un exode massif sur le peu contre le PKK ; celui de Damas est qui ont changé le monde.
de territoire qu’ils contrôlent en­ d’en revenir exactement à la Syrie
core. Pareil mouvement accélére­ « d’avant », qui traitait les Kurdes
rait une politique d’épuration en sous­citoyens. Les uns et les
ethnique encouragée par Ankara. autres écrasent des expériences
Le rêve caressé par les quelque menées ici et là par des Kurdes
2 millions de Kurdes de Syrie s’es­ tels que Leïla Mustapha qui, igno­
tompe. Au fil de ces huit années rant le marxisme­léninisme dog­
de guerre, le principal parti auto­ matique des origines du mouve­
nomiste local, le PYD, a cherché à ment, entendent aujourd’hui pra­
rassembler en une zone continue tiquer la démocratie municipale,
les trois cantons majoritaire­ la réconciliation arabo­kurde,
ment kurdes du pays (Afrin, l’égalité femmes­hommes.
Kobané et Jaziré). Avec deux gros « La reconstruction de Rakka, je
la mène non au nom de l’autono­
mie du Kurdistan, mais au nom de
la Syrie de demain », dit­elle. Pru­
L’OBJECTIF D’ANKARA  dence politique, peut­être. Mais

9,99
ce qui mériterait d’être soutenu LE VOLUME 7
EST DE « DÉKURDISER » 

par l’Europe ici, à Rakka, c’est
Une collection
LA RÉGION, POUR  cette volonté, que l’on a connue
ailleurs au début de la révolte sy­
S’ASSURER DE  rienne, d’imaginer une autre Sy­
rie, de refuser l’alternative « BB » présentée par ISABELLE AUTISSIER
LA PROFONDEUR  SEULEMENT !
visuel non contractuel
RCS aB 533 671 095

– « Bachar ou les barbus ». A


STRATÉGIQUE Rakka, menacée de toutes parts,
EN VENTE CHAQUE SEMAINE CHEZ VOTRE MARCHAND DE JOURNAUX
Leïla Mustapha poursuit l’expé­
CONTRE LE PKK rience. Mais jusqu’à quand ? 
ET SUR www.femmes-dexception.fr
Tirage du Monde daté jeudi 13 février : 159 706 exemplaires

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

2
LA « UNE », SUITE
v « L’Océanie est un
royaume d’espoir » :
entretien avec
Nicholas Thomas

3|5
LITTÉRATURE
v Yoann Barbereau,
Joseph d’Anvers,
Guy Gunaratne,
Paul Auster

Remuants Océaniens
L’« histoire du Pacifique à l’âge des empires » que raconte l’anthropologue Nicholas
Yoann Barbereau.

Thomas est certes celle de la violence destructrice de l’ordre colonial. Mais, surtout, celle 4
ENTRETIEN
de peuples capables de lui résister et ouverts sur le monde. Fascinant CROISÉ
v Miroir de la
violence : Hugo Boris,
pour « Le Courage
des autres »,
et Boris Marme,
pour « Aux armes »

6
HISTOIRE
D’UN LIVRE
v « La Femme
révélée », de Gaëlle
Nohant

7
ESSAIS
v L’helléniste
Clémence Ramnoux,
lectrice assidue des
présocratiques

8
CHRONIQUES
v LE FEUILLETON
Camille Laurens
découvre un Boris
Vian idéal dans « On
« Le Massacre du regretté missionnaire le révérend J. Williams et de M. Harris », à Vanuatu, en 1839. Illustration de George Baxter, 1841. NATIONAL LIBRARY OF AUSTRALIA n’y échappe pas »

reprend le chemin de l’Europe. Un par l’onde de choc des voyages de James ce que fait Nicholas Thomas. Ni une his­
voyage de six ans, pour se retrouver dans Cook (1728­1779), et le début du XXe, qui toire du colonialisme. Ni une histoire des
la campagne anglaise aux mains de voit « l’instauration quasi totale de l’ordre Océaniens. Le professeur de Cambridge
M. Kelso, un ancien missionnaire du Pa­ colonial » sur ces territoires ? La réponse change sans cesse d’échelle et, dans le
cifique. Le pieux homme le transforme dépend de l’angle et de la focale choisis. mouvement, tout cela apparaît à la fois,
florent georgesco en attraction de foire. A Londres, on Que cette période puisse être racontée à qui ne serait rien sans cette trace vivante
s’émeut du sort de Tapioi, et Kelso passe partir du pont des navires occidentaux des peuples. Comme le jeune Tahitien,

U
ne chose est sûre : Tapioi, en jugement. Une chaîne de solidarité est une évidence – exploration, décou­ les Océaniens qu’il met en scène ne sont
un jour de 1800, embar­ s’organise en faveur du Tahitien. Le voici vertes, conquêtes : triptyque connu. Que pas là où on les attend, ils remuent et
que sur un baleinier qui
fait escale chez lui, à Ta­
hiti. Que veut­il ? Est­il
derechef sur les mers, à Sydney bientôt. Il
peut enfin rentrer chez lui.
Ultime rebondissement : il reste en
cette histoire soit celle d’une violence imaginent, s’adaptent à grande vitesse à
l’ordre des choses qui leur est imposé,
veulent découvrir le monde. L’histoire
9
FANTASTIQUE
poussé à rallier l’Angle­ Australie. Il y meurt à 35 ans environ, En construisant son globale paraît raconter leur effacement. v Stephen King,
terre par le grand chef Pomare, comme le en 1812, sans doute d’une dysenterie, livre sur une série de Mais la vie tient un autre langage. toujours surnaturel
pensent certains mémorialistes ? Suit­il après avoir plusieurs fois refusé de mon­ récits particuliers, le A l’observer dans les interstices, en
son caprice, fuit­il, cherche­t­il la for­ ter sur un bateau pour son île natale. Une construisant son livre sur une série de
tune ? Toujours est­il que, Tahitien en vie suffit parfois à concentrer un monde, chercheur renouvelle récits particuliers, échelonnés au long du
mission pour « rapporter des connaissan­
ces » à son peuple ou jeune homme qui
désire « être ailleurs », selon les hypothè­
pour peu qu’on la regarde avec acuité.
Celle de Tapioi, une des dizaines ra­
contées par Nicholas Thomas dans son
en profondeur notre
regard sur le Pacifique
siècle, Nicholas Thomas renouvelle en
profondeur notre regard sur le Pacifique.
Une de ses hypothèses centrales est que
10
RENCONTRE
ses formulées par l’anthropologue et enquête historique – insulaires des Mar­ ses habitants ont rarement vécu dans v Claire Castillon :
historien Nicholas Thomas dans les quises, des Tonga, des Fidji, de Vanuatu l’isolement, qu’ils commerçaient, échan­ « J’écris avec colère »
pages d’Océaniens qu’il lui consacre, il ou de Nouvelle­Calédonie, mais aussi destructrice, qui mènera, par le « choc geaient et guerroyaient à travers le Paci­
traverse le monde. marins, missionnaires et colons euro­ microbien » (les maladies apportées par fique bien avant l’arrivée des Européens.
Des Tonga à Sydney, d’un récif des mers péens –, reflète l’ensemble du savoir que les Européens), les massacres et l’assujet­ Celle­ci a plutôt provoqué chez eux
fidjiennes, où il s’échoue, à la Micronésie, le chercheur australien rassemble dans tissement, au dépeuplement des îles : l’« élargissement » de ce « cosmopoli­
où il est emprisonné après une mutine­ cette somme fondamentale et fasci­ cette autre évidence est au centre de tisme » plus ancien – un cosmopolitisme
rie, de Manille aux Moluques, où il fait à nante, enfin traduite (elle est parue tout, et d’abord d’Océaniens. qui les rendait capables d’adaptation et
nouveau naufrage, mais une fois de plus en 2010 en langue anglaise). Reste le point de vue de Tapioi. La vie de redéfinition.
survit et repart, il sillonne les océans, Que s’est­il passé dans les îles du Pacifi­ des gens. Leur expérience. Une histoire
hésite parfois, pense rentrer à Tahiti, que entre la fin du XVIIIe siècle, marquée des découvertes ne ressemblerait pas à lire la suite page 2

Cahier du « Monde » No 23358 daté Vendredi 14 février 2020 ­ Ne peut être vendu séparément

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

2 | .. à la « une » 0123
Vendredi 14 février 2020

suite de la première page

Beaucoup se sont embarqués


Nicholas Thomas: «L’Océanie
est un royaume d’espoir»
sur les navires qui ne cessaient
plus d’accoster leurs îles. Les uns
s’installaient chez les autres, Mar­
quisiens devenant Tonguiens, et
pris pour tels par l’étranger, qui
les observait dès lors comme les
représentants d’un mode de vie
immuable. Tout bougeait pour­
tant, sur mer et sur terre. Ceux
Pour le chercheur australien, l’histoire des peuples du Pacifique et de leurs civilisations
qui ne partaient pas changeaient,
intégraient les apports euro­
s’inscrit nécessairement dans un dialogue avec les contemporains
péens ou venus des autres îles.
Un grand nombre s’est ainsi
converti au christianisme. Mais, ENTRETIEN
rappelle Nicholas Thomas, cela
non plus n’était pas un change­
ment si soudain, dans des socié­
tés qui avaient toujours connu
une fluidité des formes politiques

N
et religieuses. Quand, à Tahiti, la icholas Thomas, né en 1960
foi chrétienne a chassé le culte du en Australie, est professeur
dieu Oro, celui­ci existait sur l’île d’anthropologie historique à
depuis moins d’un siècle. l’université de Cambridge
Les Européens, en somme, (Royaume­Uni), où il dirige le musée
n’ont pas compris grand­chose. d’archéologie et d’anthropologie.
Ils ont cru découvrir un monde En 2019, il a été un des commissaires de
immobile. Il l’était si peu que la l’exposition « Océanie » au Musée du
mobilité, interne et externe, l’art Quai Branly­Jacques­Chirac. Océaniens,
de fuir joint à la plasticité, a per­ paru en anglais en 2010, est son
mis aux Océaniens de persister deuxième livre traduit en français, après
collectivement et individuelle­ Hors du temps. Histoire et évolution­
ment dans leur être. Les indépen­ nisme dans le discours anthropologique
dances, au XXe siècle, ont montré (Belin, 1998).
la vitalité de ces cultures, après le
long écrasement colonial : renaî­ Quelle place occupe « Océaniens »
tre est une vieille habitude dans dans votre travail ?
le Pacifique. En faisant du mouve­ Ma thèse, il y a vingt­cinq ans, portait
ment l’instrument de cette résis­ sur la société, les mythes et les relations
tance, Nicholas Thomas permet entre les sexes aux îles Marquises, au
de la comprendre mieux, mais moment des premiers contacts entre les
surtout de voir en elle le signe Marquisiens et les Européens, à la fin du
d’une réalité tout autre que celle XVIIIe siècle. J’ai beaucoup aimé ce tra­
que nous croyions connaître. vail, mais quand je l’ai terminé, j’ai senti
un besoin urgent de retourner dans le
La réalité des vies Pacifique et de me concentrer sur le
Océaniens, en définitive, ne fait contemporain, avec des gens vivants. J’ai
pas seulement voler en éclats les eu la chance de pouvoir faire des recher­ Des colons et des Mélanésiens exploités sur une plantation, aux Fidji, vers 1875. MUSEUM OF ARCHAEOLOGY AND ANTHROPOLOGY, CAMBRIDGE
clichés coloniaux sur les « bons ches aux Fidji, puis de travailler avec des
sauvages » à civiliser. Il boule­ artistes contemporains du Pacifique,
verse les approches postcolonia­ principalement en Nouvelle­Zélande. Ils
les elles­mêmes, qui, si elles envi­ apportaient des réponses très créatives Vous allez de la fin du XVIIIe siècle au moi, mais j’ai voulu les replacer dans des
sagent les peuples du Pacifique aux questions que je me posais, sur la début du XXe. Pourquoi ce découpage ? perspectives plus vastes, offrir à ce public
« comme actifs plutôt que pas­ perception des rencontres interculturel­ C’est la période au cours de laquelle un un aperçu de l’histoire du Pacifique au EXTRAIT
sifs », continuent, selon Thomas, les et de la colonisation. J’avais de plus en nouveau monde a émergé en Océanie. cours d’une période critique. « L’idée ici n’est pas de dire
de voir dans l’arrivée des Euro­ plus l’impression que la recherche ne Les voyages des Européens, les interac­ que les empires [coloniaux
péens un « impact » sur « des peu­ consistait pas seulement à acquérir des tions avec les missionnaires, etc., ont Dans quelle mesure les recherches du Pacifique] étaient autre
ples inertes » dont la résistance connaissances mais à participer au dialo­ permis aux Océaniens de réactiver et de dont part « Océaniens » ont­elles chose qu’une forme d’exploi­
consisterait toujours à reconsti­ gue. Océaniens est en grande partie le renouveler les contacts qu’ils avaient en­ modifié l’image que vous pouviez tation brutale (…). Mais ils
tuer une essence stable, qu’il fruit de ces allers­retours entre le passé tre eux dans des temps plus anciens, au avoir des peuples du Pacifique ? engendrèrent aussi une scène
s’agit de préserver des agressions. et le présent. moment où les îles ont commencé à être J’ai été fasciné par les histoires de cosmopolite qui s’étira et se
Or cela ne tient pas. C’est à peine habitées. Le Pacifique, durant ce « long certains Océaniens qui, au tout début déploya à partir du caractère
un problème théorique. Simple­ Autres allers­retours, XIXe siècle », est devenu un véritable du XIXe siècle, ont voyagé à travers le profondément intersocial de
ment, trop d’expériences n’en­ qui structurent le livre : théâtre de rencontres, dans lequel les monde. Ce que je voulais comprendre, la société océanienne. Avec
trent pas dans le tableau. Le cadre ceux que vous pratiquez produits et les valeurs introduits par les c’était comment ils imaginaient les diffé­ l’intensification du com­
est trop étroit, la réalité des vies entre l’anthropologie Européens ont été évalués, partagés et rents endroits qu’ils visitaient. Bien sûr, merce, les Insulaires (…) inter­
trop vaste. Les idées que défend et l’histoire… appropriés par les Océaniens. C’est ce il est pratiquement impossible d’accéder prétèrent ce qu’ils avaient vu
Nicholas Thomas ne forment pas Dans la première moitié du XXe siècle, que je voulais raconter. aux pensées des gens dans le passé. Mais dans des régions du Pacifique
un système, qu’il s’agirait d’étayer les disciplines universitaires ont produit il est clair que beaucoup d’entre eux ont jusque­là inconnues, ils s’ex­
en puisant dans les archives : ce beaucoup de nouvelles manières de Vous le faites d’une manière très eu très tôt une conscience cosmopolite pliquèrent à leur manière les
sont des clés, et ce sont les bon­ comprendre les choses. Je pense que ce accessible, à la limite du récit d’aven­ du monde colonial au sens large. Ils se ports et les villes qu’ils avaient
nes, puisqu’elles ouvrent davan­ n’était plus le cas au moment où je suis tures. Est­ce un choix délibéré ? sont par exemple opposés aux mission­ visités dans le monde entier,
tage de portes sur ce qui s’est vrai­ devenu étudiant, à la fin des années Quand j’étais un jeune universitaire, il naires qui voulaient planter de la canne à puis ils transmirent ces ima­
ment passé, sur ce qui, si loin de 1970. Pour renouer avec des modes de me semblait vital d’être sophistiqué sur sucre, car ils avaient connaissance de ginaires et ces connaissances
nous, il y a si longtemps, a été pensée féconds, il fallait sortir des déli­ le plan théorique, pour être pris au l’esclavage dans les Caraïbes et crai­ à leurs proches (…).
vécu par d’autres humains. mitations trop strictes et croiser les sérieux en tant qu’intellectuel. Mon gnaient que cela ne conduise au même Nous – les historiens notam­
L’histoire, quand elle est prati­ disciplines. En particulier, les études approche, sur ce point, a complètement genre de situation. ment – croyons connaître
quée avec une telle puissance, est ethnographiques classiques nécessi­ changé. Bien sûr, j’apprécie les concepts l’Empire, ce projet européen
un long travelling avant. Au bout, taient une contextualisation historique. qui peuvent perturber et changer notre Quelles sont vos relations doté d’un début et d’une fin,
des visages se dessinent. Autre­ Et l’histoire a besoin de l’anthropologie, compréhension. Mais ce qui m’intéresse avec les chercheurs océaniens ? jalonné par l’établissement
ment dit : de l’inconnu, enfin re­ non seulement pour aborder les cultures beaucoup plus, désormais, c’est de ra­ Je me sens incroyablement chanceux puis l’abandon de formes pré­
placé dans le cadre, enfin assumé et la vie quotidienne, mais pour conter des histoires pour un public plus d’avoir pu collaborer avec de grands uni­ somptueuses de gouverne­
par une pensée qui n’oublie pas reconnaître qu’elle est elle­même est une large. Les recherches sur des points très versitaires, conservateurs, militants et ment. Mais l’Empire tel qu’il
que l’individu, et donc l’excep­ formation culturelle. particuliers restent importantes pour artistes du Pacifique. A côté d’Océaniens, fut vécu dans le Pacifique et
tion, est la réalité ultime. Pour­ j’ai travaillé sur un certain nombre de ailleurs était quelque chose
quoi Tapioi est­il parti, un jour de livres coécrits avec des amis et des collè­ qui le précédait et le dépas­
1800 ? Pourquoi n’est­il pas rentré gues de Niué, Samoa, Nouvelle­Zélande sait. Il se distinguait par sa
chez lui ? Comment a­t­il perçu et ailleurs. Je pensais écrire une suite, en violence, et pourtant il était
les mondes qu’il a traversés ? Il particulier autour de la décolonisation, plein de possibilités et regor­
n’y a pas de sources pour la singu­ mais c’est devenu inutile : une histo­ geait de voyages – des voya­
larité des gens, s’ils n’ont laissé EXTRAIT rienne d’origine fidjienne, Tracey Bani­ ges concrets, mais aussi
que des souvenirs. « Peut­être que vanua Mar [1974­2017], a écrit un superbe imaginaires. »
Tapioi (…) ne ressemblait pas aux « Au début des années 1980, j’étais doctorant en histoire et en anthro­ livre sur ce thème, publié peu de temps
autres Tahitiens », écrit Nicholas pologie. Comme j’étudiais l’ancienne société marquisienne et sa culture, avant sa mort [Decolonization and the océaniens, pages 481­482
Thomas. Il revient à son lecteur, j’ai passé quelques mois à Ua Pou et Nuku Hiva [îles des Marquises] à Pacific, 2016, non traduit]. Son travail
après s’être approché si près, lire les archives de la mission catholique, à discuter (…), et à me prome­ est un exemple du développement de
d’imaginer, de s’identifier. Il en a ner longuement dans les collines. (…) Les journaux des marins et les plus en plus intense d’une histoire du
désormais les moyens.  lettres des missionnaires me montraient ces endroits comme bouillon­ Pacifique écrite par des insulaires du
florent georgesco nants et réfractaires, et j’avais du mal à concilier cette vision avec l’ab­ Pacifique. profondément attachés. Ils sont aussi de
sence de gens et le dénuement que j’observais. Le terme marquisien plus en plus conscients des valeurs et
océaniens. pour vallée est ka’avai. Quand les gens l’employaient, il n’évoquait pas Que reste­t­il aujourd’hui des types des réalisations de leurs ancêtres. Le
histoire du pacifique une caractéristique topographique, mais un endroit habité plein de de relations sociales ou de croyances XXIe siècle est une période de nouveaux
à l’âge des empires cultures, de chemins, de maisons (…). Un paysage sonore aussi, fait de que vous décrivez ? périls dans le Pacifique – le changement
(Islanders. The Pacific pas foulés, de grognements de cochons, de coqs bruyants, d’hommes Il est communément admis en Europe climatique, les mines, l’exploitation fo­
in the Age of Empire), discutant en jardinant, de nattes en tissu d’écorce battues (…). que le Pacifique de Bougainville et Gau­ restière, la pêche intensive constituent
de Nicholas Thomas, Aujourd’hui, ces îles sont truffées de vallées où l’on peut marcher et guin a disparu. Il est vrai, bien sûr, de grandes menaces. Mais l’Océanie est
traduit de l’anglais marcher et marcher entouré des vestiges d’une communauté sous qu’après une intrusion coloniale, rien ne aussi un royaume d’espoir, où les gens
par Paulin Dardel, l’ombre abondante des grands arbres. Cette immobilité tient lieu pouvait plus être pareil. Mais si vous sont décidés à façonner eux­mêmes leur
préface d’Eric Wittersheim, de mémorial. » voyagez dans la région, vous serez im­ avenir, et quand je les vois, je suis opti­
Anacharsis, « Essais », pressionné par la résistance des identités miste : je sais qu’ils le feront. 
510 p., 23 €. océaniens, page 140 océaniennes, auxquelles les gens restent propos recueillis par fl. go

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
Vendredi 14 février 2020
Critiques | Littérature | 3
L’auteur de « Dans les geôles de Sibérie » fait œuvre littéraire du complot qui l’a APARTÉ
envoyé en prison à Irkoutsk, en 2015, et de son évasion héroïque deux ans plus tard
Ce père
Le roman russe de Yoann Barbereau si tard connu
QU’A­T­IL CHOISI DANS LE COURS
DE SON EXISTENCE ? Pas grand­
chose. A 17 ans, en 1921, François s’est
engagé dans l’armée, « déjà fata­
liste » : « On verrait bien. » Il a servi en
Allemagne, au Maroc, au Tonkin, tôt
rejoint la France libre, puis assisté, en
Indochine et en Algérie, au délite­
benoît vitkine ment de ce qui avait été l’empire co­
Moscou ­ correspondant lonial français. « Tout ce en quoi j’ai
cru, tout ce pour quoi je me suis

D
e l’histoire de Yoann battu, n’existe plus », note­t­il, à
Barbereau, on connais­ l’heure des bilans. Sa vie familiale n’a
sait l’essentiel, quel­ jamais été un réconfort, marié sans
ques mots, quelques trop savoir pourquoi à la terrible
dates. L’accusation de pédophilie Yvonne ; ils ont eu deux fils, élevés à
qui s’abat début 2015 sur la tête du la haïr, et une petite fille emportée
directeur de l’Alliance française par une méningite à 2 ans. Son seul
d’Irkoutsk, résultat d’un complot bonheur a été l’amour secret qui l’a
aussi redoutable que mal ficelé. lié à Jeanne, qui l’a accompagné dans
Sa détention dans cette ville de ses affectations, et dont il a eu un
Sibérie. Son improbable évasion fils, vu une fois, tout petit. A 70 ans,
en « Blablacar », les mois passés voilà François enfin veuf. Et si,
dans le secret de l’ambassade de « cœur racorni », il fait le compte de
France, à Moscou. L’évasion, à ses défaites, et s’il croit le temps des
nouveau, la colère crachée à la projets passé, il écrit tout de même,
face du monde une fois le pied après des années de silence, à Jeanne.
posé sur le sol français… On verra bien…
Après ce retour, en 2017, les sol­ François était le père de Xavier
licitations n’ont pas manqué. Houssin (collaborateur du « Monde
Quel formidable récit d’aventures des livres »), qui lui consacre ce bou­
pouvait­on tirer de ces années leversant L’Officier de fortune. Après
d’errance, de bagarres, de négo­ 16, rue d’Avelghem (Buchet­Chastel,
ciations diplomatiques secrètes ! Yoann Barbereau à son arrivée à Nantes, d’où il est originaire, après sa sortie de Russie, en novembre 2017. LOÏC VENANCE/AFP 2004) et La Fausse Porte (Stock, 2011),
Mais il en fallait plus à Barbereau. l’écrivain continue de combler les
Non seulement pour dire la peur, silences de l’histoire familiale et de la
la rage, les doutes, les moments mémoire avec une délicatesse remar­
de grâce, mais aussi pour parler Yoann Barbereau a parfois été prisonnier et les diplomates fran­ l’inaction et l’enfermement dans quable – et une infinie justesse.
de lui­même. Que l’on se sou­ décrit comme un homme arro­ çais à Moscou, à 5 000 km de là. un studio de l’ambassade fran­
vienne de lui non comme d’une gant, trop fier de lui, et certains Eux qui promettent : « Nous som­ çaise. Il préfère repartir en cavale, Réparer ce qui peut l’être
victime, mais comme d’un héros ont voulu y voir une explication mes pleinement mobilisés et en direction cette fois les frontières C’est à la première personne que
– et, plus important encore, de ses malheurs. Son livre n’est contact permanent avec les auto­ baltes, dernière étape d’un par­ François délivre son récit, s’efforce de
comme d’un écrivain. pas exempt de ces travers. Mais rités de la Fédération de Russie », cours qui aura duré trois ans. « faire tenir ensemble les phrases et
Alors Yoann Barbereau s’est que l’on n’oublie pas l’exploit quand le zek (« détenu ») Barbe­ Son livre est aussi une revanche les temps, de reprendre le fil ». A la
isolé à Douarnenez (Finistère), où accompli, l’ingéniosité déployée reau doit montrer les poings face contre le FSB, les services de sécu­ première personne qu’il raconte
les eaux froides de l’Atlantique pour s’en sortir. Ce à quoi Barbe­ à des codétenus devenus hostiles, rité russes. Ils ont été à l’origine cette traversée du siècle, ses illusions
rappellent les rives sauvages du reau a réchappé, ce sont quinze quand il s’époumone sur la scène du kompromat, cette machina­ militaires et coloniales perdues, ses
lac Baïkal. Il a écrit, patiem­ ans de camp en Sibérie avec de ce grand théâtre sourd qu’est la tion dont on peine encore à com­ regrets et ses « remords fuyants »,
dans les ment. De l’enchaînement im­ l’étiquette infamante du « pédo­ justice russe. prendre les motivations ; ils l’ont mais aussi le lien ravaudé avec
geôles placable et terrifiant des faits, phile », soit la peine qui lui sera at­ En réalité, la diplomatie fran­ battu et plongé dans le noir. Après Jeanne, qu’il finira par épouser, et
de sibérie, il a fait œuvre littéraire. tribuée après sa fuite. çaise estime avoir fait l’essentiel, son retour, échangeant avec l’une avec « le garçon », âgé de 18 ans lors
de Yoann Le résultat est un ouvrage en défendant son innocence puis des rares personnes à l’avoir aidé, de leurs retrouvailles. Lequel, qua­
Barbereau, inclassable. Dans les geôles de Amoureux de la Russie en l’accueillant dans les murs de il se délecte de l’inquiétude des rante­cinq ans plus tard, lui prête le
Stock, Sibérie se lit bel et bien Ce récit est aussi, et c’est là sa son ambassade après sa fuite. policiers russes : « Une question concours de ses phrases brèves, si re­
324 p., comme un roman d’aventu­ principale réussite, un vrai roman Comment, aussi, imaginer obsédait les plus hauts gradés, connaissables. Elles parviennent à
20,90 €. res, angoissant et terrifiant, russe. Celui d’un amoureux de ce l’acharnement de la justice russe, c’était stupéfiant : “Savez­vous s’il dire tant de choses sur les chagrins
qui met en scène la prison, pays, de sa poésie, de ses immen­ jusqu’au bout, malgré les récrimi­ projette d’écrire un livre ?” Ils ne d’un homme qui ne s’est jamais
l’étouffement, une suite de pièges sités, de son peuple. De sa vio­ nations françaises et l’évidente cessaient d’y revenir, j’en fus rem­ épanché, sur une vie ballottée par les
dont le héros ne se sort qu’en lence comme de sa générosité. Ses vacuité du dossier ? Barbereau pli de joie. Ces hommes étaient événements, mais aussi sur l’envie,
comptant sur lui­même. Sa dé­ descriptions du lac Baïkal ou des s’en moque, trop sauvage et trop donc lettrés, ils craignaient l’em­ au soir de sa vie, de réparer ce qui
brouillardise (à commencer par fous de l’hôpital psychiatrique où épris de liberté pour accepter pire des mots. »  peut l’être, de trouver le courage
la façon dont il précipite les il a passé soixante­douze jours d’être heureux.
policiers russes sur une fausse trahissent cette intimité. Barbe­ Poignant hommage à ce père tard
piste mongole après avoir recou­ reau aurait probablement écrit, EXTRAIT connu, L’Officier de fortune est aussi,
vert son bracelet électronique un jour ou l’autre, sur la Russie. Ce en creux, une évocation magnifique
d’aluminium…) a même suscité sont les circonstances qui l’ont « Il existait une tension visible, Gricha près douce. Seulement, des consignes de Jeanne, à laquelle Xavier Houssin
maints froncements de sourcils : poussé à inscrire son texte dans la [un détenu appartenant à un groupe arrivaient aussi de l’extérieur, on vou­ avait consacré La Mort de ma mère
l’homme est­il vraiment ce qu’il longue lignée des récits de prison mafieux] le confirma, entre ceux qui lait m’en faire baver. Pierre Richard (Buchet­Chastel, 2009). En Indo­
prétend, un simple fonctionnaire (de Dostoïevski à Dovlatov, en m’avaient mis au trou et les autorités [un policier russe ainsi surnommé chine, elle avait pour nom de guerre
jeté dans la gueule béante de passant par H. Leivick, Soljenit­ de la prison qui ne m’y voulaient pas. par l’auteur] aurait fort souhaité « Mine de rien ». Et c’est comme
la machine policière russe ? Ne syne et Chalamov), ce genre typi­ Le directeur voyait en moi une source gommer le sourire voltairien et les « mine de rien », lui aussi, que Xavier
s’agit­il pas plutôt d’un agent en quement russe, qui transforme d’ennuis, non seulement le témoin piques que je lui renvoyais à chaque Houssin glisse un texte de si longue
mission ? C’est oublier les mira­ l’enfermement en une explora­ encombrant des exactions et petits acte de procédure ou nouvel inter­ portée dans son roman d’à peine
cles que peut accomplir une sé­ tion de l’âme humaine. arrangements entre les murs, mais rogatoire, sous l’œil tantôt anxieux, 150 pages.  raphaëlle leyris
rieuse rage de survivre, surtout Apparaît aussi le grand malen­ encore un zek pouvant se plaindre et tantôt complice des avocats. »
lorsqu’elle a pour alliés Google et tendu, qui finira plus tard par être entendu. Son intérêt lui com­  L’Officier de fortune,
un peu de jugeote. éclater en conflit ouvert, entre le mandait de me rendre la vie à peu dans les geôles de sibérie, p. 158 de Xavier Houssin, Grasset, 146 p., 15 €.

La nuit ment effrontément


Roman et Ana vivent fêtes et amours nocturnes sans penser aux lendemains. Jusqu’à l’issue fatale. Joseph d’Anvers, écrivain sensible

sentiment non seulement de tout savoir Présentée comme une petite utopie, la en [l’]applaudissant ». Alors « j’ai tourné ont su sublimer dans leur œuvre les pro­
de la vie de son jeune héros, Roman, vie communautaire à laquelle Roman sur moi­même en faisant un peu de sha­ fondeurs tortueuses aussi bien que la fra­
mais aussi de tout en comprendre, tout est invité à prendre part dans la dow, raconte­t­il, et je me suis mis à dan­ gilité de l’âme humaine. A l’image du ro­
en percevoir, par la grâce d’une écriture luxueuse villa d’Igor est trop belle pour ser comme un fou en secouant la tête. man de Joseph d’Anvers, où la souffrance
sensible et suggestive. être sans conséquence. Roman s’en Tout le monde m’a rejoint et on a entamé et le sordide sont un temps baignés dans
florence bouchy On le sait d’emblée, « tout est allé très doute, il y aura un prix à payer pour la un pogo furieux en chantant les refrains la douceur de l’amitié et la beauté de la re­
vite », la catastrophe n’a pas tardé à arri­ protection, le luxe, l’argent que le Russe aussi forts qu’on pouvait ». Il résume : « Je lation amoureuse qui paraissent pouvoir

A
uteur­compositeur­interprète ver. Mais entre la rencontre de Roman et offre à ses « anges », ces passais mon temps à boire, baiser et sauver Roman, Ana et leurs compagnons.
reconnu, qui a notamment d’Ana et son issue tragique a bel et bien juste jeunes qu’il prend sous m’amuser, et, pour quelques minutes Mais, comme dans toute tragédie, les si­
collaboré avec Alain Bashung, eu lieu une parenthèse, dont l’intensité une balle son aile et qu’il entre­ d’adrénaline, j’étais payé comme jamais. » gnes de dénouement malheureux s’accu­
Miossec ou Dominique A, justifie sans doute tous les risques qu’ils perdue, tient. En attendant, Ro­ Bien sûr, on croise dans le roman des mulent. Roman sent monter en lui une
Joseph d’Anvers est aussi un écrivain de ont pris. Joseph d’Anvers a l’art de faire de Joseph man vit sa première véri­ histoires de « bad trips », de vomi, de ba­ « boule d’angoisse » puis grandir et se dé­
talent. Juste une balle perdue, son entrer de plain­pied le lecteur dans le d’Anvers, table histoire d’amour garres… Mais on y voit aussi des tableaux ployer dans son corps « une plante » – car­
deuxième roman, happe immédiate­ monde incertain de la nuit, de ses excès, Rivages, avec Ana. Lui qui était le de Soulages et de Pollock, un mobile de nivore, sans doute – mais ne réussit pas à
ment le lecteur sans que l’attention prê­ de ses moments de bonheur miraculeux 352 p., 20 €. paria de son collège et le Calder, une installation de Louise Bour­ interrompre l’élan qui le pousse vers l’is­
tée à l’efficacité narrative empêche la auxquels succèdent de difficiles lende­ souffre­douleur de son ly­ geois, exposés dans les luxueuses de­ sue fatale. Il est cependant des tragédies
mise en place d’un univers romanesque mains. Lesquels n’annulent pourtant pas cée découvre les joies de l’amitié avec meures où passent « les anges d’Igor ». qui valent la peine d’être vécues, semble
chargé de poésie, de rêverie et d’émo­ la joie et la liberté dans laquelle ces cette bande d’écorchés vifs. Il participe à Juste une balle perdue semble placé sous nous dire Joseph d’Anvers. Et qui méri­
tion. En refermant le livre, le lecteur a le moments se sont vécus. des fêtes où on l’accueille « en sifflant et le signe de ces artistes eux­mêmes, qui tent sans conteste d’être lues. 

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

4 | Entretien croisé 0123


Vendredi 14 février 2020

propos recueillis par


stéphanie dupays

P
hénomène vieux comme le
monde, la violence se dou­
ble aujourd’hui d’une suren­
chère dans sa représen­
tation, notamment au ci­
néma, sur les chaînes d’info
ou sur Internet. A une époque où elle en­
vahit les écrans, saturant et anesthésiant
l’imaginaire, que peut la littérature face
à ce déferlement d’images exhibant
tourments et atrocités ?
En cette rentrée littéraire d’hiver, deux
auteurs tentent de résister à cette sidéra­
tion en explorant les réactions des hom­
mes à des formes différentes de violence,
entre courage et lâcheté. Hugo Boris
sonde sa propre faiblesse face aux agres­
sions du quotidien, tandis que Boris
Marme met en scène un policier qui hé­
site à protéger des enfants face à un
tueur. « Le Monde des livres » les a réunis
pour dialoguer.

D’où provient l’idée d’écrire sur la


violence, et de le faire dans la forme
que vous avez l’un et l’autre choisie ? Cérémonie à la mémoire des victimes de la tuerie de 2018 dans un lycée de Parkland, Floride, en mai 2019. JOHN MCCALL/AP
Hugo Boris Pendant quinze ans, j’ai eu
l’habitude, dans les transports, de saisir
des scènes qui m’interpellaient. Une fois
écrites, je les mettais dans une pochette,
sans savoir ce que j’allais en faire. Un
Hugo Boris, dans « Le Courage des autres », et Boris Marme,
jour, j’ai eu la curiosité d’y jeter un œil et
j’ai été happé, et aussi un peu terrorisé. dans « Aux armes », explorent sans complaisance, avec les moyens
J’ai assisté à des scènes sidérantes que
j’avais, pour la plupart, oubliées. J’ai été de la littérature, les réactions humaines face à la brutalité du monde
sidéré par ma propre sidération, car ce
qui émergeait en creux, entre les lignes,

Miroir de la violence
c’était le portrait d’un homme lâche, qui
n’osait pas s’interposer. A l’inverse, je dé­
crivais des hommes et des femmes qui
ont osé aller au contact, prendre la pa­
role, voire s’interposer physiquement.
Ces gens­là, je leur rends hommage avec
ce livre qui est aussi une réflexion sur le
courage. Pour la forme, il est plus facile
de dire ce que le livre n’est pas : ce n’est
pas un roman, ce n’est pas un journal,
une autobiographie, un essai. C’est un réelle [pour écrire L’Adversaire (P.O.L, Winnicott [psychanalyste, 1891­1971] ap­
butin que j’ai amassé, un herbier. Dans le 2000), l’auteur a correspondu avec Jean­ pelle « l’espace potentiel de jeu », cet es­ Boris Marme,
mot « herbier », il y a une notion médi­ Claude Romand, l’homme qui a inspiré pace symbolique entre la réalité psychi­
cale qui contient l’idée de se guérir. son livre]. Ce qui m’intéressait, c’était, au que et la réalité extérieure. Dans la litté­ le courage et la lâcheté
Boris Marme A l’origine de mon roman, contraire, de créer un personnage pour rature, on est naturellement dans cet
il y a un fait divers, la tuerie de Parkland, pouvoir le faire évoluer autrement, espace. Je me demande dans quelle me­ REVOLVER À LA CEINTURE, Quand Wayne entre enfin dans
en Floride, en 2018, et surtout la révéla­ pousser les dérives plus loin et en faire sure avoir couché par écrit ces scènes uniforme porté avec prestance, la salle, il est trop tard. C’est à
tion du comportement d’un policier une interprétation plus personnelle. n’était pas aussi un réflexe de protection. professionnalisme sans faille, une autre forme de violence qu’il
chargé de la sécurité de l’établissement, B. M. Dans le livre d’Hugo Boris, la vio­ l’officier Wayne Chambers im­ va devoir faire face, celle de la
qui n’est pas entré dans le bâtiment pour La « sidération » dont vous parliez, lence est réelle et vécue. Pour moi, elle pressionne. Quand une fu­ machine médiatique qui le
arrêter le tireur. C’est ce personnage qui Hugo Boris, est un point commun à est fantasmée, car je n’ai pas connu de sillade éclate dans le lycée dont transforme en bouc émissaire.
m’a intéressé. Il reste à l’extérieur et est vos livres. La violence met en échec le tuerie. J’ai essayé de l’imaginer au plus il assure la surveillance, il se Inspiré de faits réels, ce premier
accusé d’être lâche ; je me suis dit que corps, l’esprit et l’imaginaire. Sidéra­ près, seconde par seconde, mais c’est une précipite sur les lieux. Depuis roman, impressionnant par son
c’était bien plus complexe que ça. J’ai tion des personnages, mais aussi de tuerie qui ne se voit pas, qui s’entend, qui le couloir, il entend le massa­ style alerte et très maîtrisé, offre
tout de suite pensé à un Thésée un peu l’auteur et du lecteur ? est elle­même imaginée par le person­ cre : coups de feu en rafale, une réflexion stimulante sur la
raté qui n’entrerait pas dans le labyrinthe H. B. La littérature est d’emblée prému­ nage alors qu’il attend dans le couloir. La stridence de l’alarme, cris. « Il violence, celle des armes, mais
et sur lequel tout le monde s’acharnerait. nie parce que le lecteur, dans l’acte de deuxième forme de violence est celle des hésite. Il lui faut s’approcher, aussi celle de la haine véhiculée
J’ai fait le choix de la fiction pour avoir lire, sollicite son imagination. Il reconsti­ médias et d’Internet, leur acharnement. prendre son courage à deux par une certaine presse et les
beaucoup plus de liberté. J’ai beaucoup tue les scènes, ce qui est plus compliqué Ce qui m’a intéressé était de ne pas juger, mains, tendre la tête, la plonger réseaux sociaux.  st. d.
pensé à la démarche d’Emmanuel Car­ dans le cas des images télévisuelles ou ci­ ni d’être moralisateur, mais de laisser vi­ dedans. Il veut voir, il faut voir
rère, qui va au contact de la personne nématographiques… Il y a ce que Donald vre cette agitation, en la traduisant par (…). Mais qu’y a­t­il derrière ? Et aux armes,
de multiples voix. La littérature permet si le tueur était là à l’attendre de Boris Marme,
de prendre la voix de ceux qui véhiculent pour l’abattre ? » Liana Levi, 266 p., 19 €.
cette violence. J’en suis fasciné et troublé.
Ce qui m’intéressait était d’en offrir une
sorte de miroir. La seule échappatoire est
Hugo Boris, le temps intime.
B. M. Oui, le détail nous projette dans H. B. J’ai repoussé l’écriture de certains
l’héroïsme et la sidération Vos deux livres échappent à l’esthéti­ l’histoire. Le spectateur actuel est habi­ chapitres, le début du livre où je viens de
sation, à la complaisance dans l’éta­ tué à voir des effusions de sang gratuites, réussir la ceinture noire de karaté et où
FACE À CINQ JEUNES BARA­ pesantes, la compassion et l’hu­ lage de l’horreur. Ce choix relève­t­il mais la violence est ailleurs. l’ironie du sort m’impose de faire face à
QUÉS qui montent dans le RER mour à la violence et à la misère. d’un souci éthique ? une agression. Je sens monter en moi
à Antony (Hauts­de­Seine), Les yeux grands ouverts sur la H. B. J’ai voulu n’être ni en deçà ni au­ Y a­t­il une forme de mise en danger une peur qui me submerge, je dépose
Hugo Boris n’en mène pas ville et les humains qui la traver­ delà de ce que j’avais vu. Je me suis posé dans le fait d’affronter la peur pour mon cerveau, j’ai les mains molles alors
large : « J’ai la maladie de la sent, l’auteur capture des instan­ cette question par rapport à ma peur, je en faire un livre ? que, la veille, elles étaient serrées en
peur. Je suis devenu la proie de tanés de vie dans cette société en n’ai pas voulu l’esthétiser. Je n’ai pas B. M. Mon choix du personnage en dit poings. Je comprends que je pourrais
ce mot. » Pourtant l’écrivain miniature que forme le temps voulu faire du beau avec du laid. beaucoup sur les problématiques qui me passer tous les dans [grades dans les arts
quadragénaire, auteur de cinq d’un trajet les voyageurs du B. M. Pour moi, la littérature est autre­ traversent. Ce n’est pas le tueur que j’ai martiaux] de la terre, le problème est
romans, est armé pour se dé­ métro ou du RER. En rendant ment plus violente par les mots choisis. choisi, ni une figure de héros qui répond ailleurs. J’ai 40 ans, je suis arrivé à un âge
fendre : il vient d’obtenir sa hommage aux héros anonymes Je pense à ce passage de L’Adversaire où trop bien à ce qu’on lui demande, j’ai eu où je me connais mieux. Certains ont
ceinture noire de karaté. Mais qui osent faire preuve de cou­ Romand tue sa famille. La plus grande besoin d’épouser complètement le per­ mis leur corps dans la balance, ils ont pris
devant la menace, son courage rage, il sonde notre rapport à violence, c’est le détail bien choisi, le sonnage de Wayne. Tout ce qu’il vit, je l’ai des risques. En me mettant à nu, j’épouse
fond. C’est cette peur qu’il ex­ l’autre et interroge sans complai­ bol de Chocapic évoqué juste avant les vécu en imagination, j’emmène le lec­ leur geste.
plore au fil d’un récit rassem­ sance ses propres faiblesses. Et meurtres. teur de son côté. C’est quelque chose
blant des scènes observées les nôtres.  st. d. qu’on pourrait me reprocher, car j’ai face Comme si le courage qu’il y avait
dans les transports en com­ Parce que le détail fait de la victime à moi toute une société de l’émotion. à écrire était une réponse au courage
mun, comme autant de micro­ le courage des autres, une personne, alors que les corps, Mais je ne suis pas dans la défense, ça ne de ces héros anonymes ?
fictions. Les gestes de solidarité d’Hugo Boris, dans leur profusion, restent m’intéresse pas de choisir un camp, j’es­ H. B. Il y a quelque chose de cet ordre­là,
succèdent aux altercations Grasset, 174 p., 17 €. anonymes ? saie juste de faire vivre ces personnages. comme une réparation. 

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
Vendredi 14 février 2020
Critiques | Littérature | 5
Avec « Au rythme de notre colère », Guy Gunaratne livre un premier roman L’atteinte de l’âge
Rien de tel, quelquefois, qu’un
tout en tension sur la vie en banlieue au lendemain d’un attentat islamiste accident pour remettre les pendu­
les à l’heure. Dans le cas de Walter
Nowak, il s’agit d’une perte de

Tandis que Londres est au bord de l’émeute connaissance. Bien que nageur
régulier, 1 000 mètres tous les
matins à la piscine, son corps
d’homme de 68 ans n’a pas tenu le
choc, lors d’une course orgueil­
leusement tentée contre « un re­
quin blond », une belle femme dans
la force de l’âge. Une fois de retour
chez lui, Walter Nowak s’effondre
dans sa salle de bains. Quand il
recouvre ses esprits, la réalité lui
gladys marivat revient par bribes et la vie de cet
homme, prototype du boomeur,

E
lle court sur le terrain de football, se recompose peu à peu comme
résonne entre les tours de la cité un puzzle. Fils d’une Allemande et
des Stones, et contre le mur de d’un GI, divorcé, père indigne, en
la mosquée de Neasden, dans la ménage avec une femme de vingt
banlieue de Londres. Elle jaillit des en­ ans plus jeune que lui, il revoit
trailles de sa « jeune nation de bâtards », son existence avec ses lézardes,
ces « petites catastrophes » nées de pa­ comme celles qu’il distingue sur le
rents arrivés par bateau ou par avion, « ja­ plafond de la salle de bains – et
maïcains, gitans irlandais, nigérians, gha­ qu’il s’était pourtant promis de
néens, indiens du Sud ou encore benga­ colmater. Dans ce deuxième
lis », et désormais polonais. Elle se nourrit roman, la Berlinoise Julia Wolf (née
des accents et des cuisines, du là­bas que en 1980) invente avec brio une
les aînés ont quitté et de l’ici, dur et gris, langue faite d’ellipses et de ruptu­
devenu un foyer. La langue de Londres, res. Une prose percutante, avec
résolument créole, est le personnage des pointes d’humour, qui appré­
principal d’Au rythme de notre colère. hende la réalité tragi­comique
Elle confère au premier roman de Guy d’un homme
Gunaratne son rythme entêtant et ner­ qui se croyait
veux, en même temps qu’elle raconte irrésistible. 
une histoire de l’Angleterre, changeant pierre deshusses
de lexique et de cadence en fonction du  Walter Nowak à
narrateur. Ils sont au nombre de cinq. terre (Walter Nowak
Trois amis d’enfance : Yusuf, Ardan, bleibt liegen), de Julia
Selvon, respectivement d’origine pakis­ Wolf, traduit de
tanaise, antillaise et irlandaise. Puis l’allemand par Sarah
Caroline, la mère d’Ardan, et Nelson, le Raquillet, Le Castor
père de Selvon. L’action, inspirée d’un Dans la banlieue de Londres, en 2014. ANDREA BALDO/LIGHTROCKET/GETTY IMAGES astral, 150 p., 18 €.
fait réel datant de 2013, commence avec
une vidéo montrant un « enfant noir » re­
vendiquer le meurtre d’un jeune soldat
britannique, puis appeler au djihad. Tué reconnaître dans la façon de parler et de les islamistes le confinent. Lui, le fils La jungle dans la tête
avec un couteau de boucher et pendu à s’habiller du tueur. L’auteur affirme ainsi d’imam à qui la musique et les jeux
un panneau de signalisation, le « soldier­ une vérité dérangeante : le tueur est né sont interdits. L’ex­soldat Broussard n’entre dans
boy » devient instantanément un mar­ britannique, cette histoire est la nôtre. Et le bureau du médecin que lorsque
tyr. Son destin met le feu à Londres, pas seulement celle de ces enfants d’im­ Choisir son camp la salle d’attente s’est entièrement
annonçant une confrontation funeste migrés qui savent avoir « été forgés dans Yusuf est également le seul dont aucun vidée, alors que, de son propre
entre skinheads et djihadistes salafistes plusieurs moules » quand « leur commu­ parent ne prend la parole. A regret, tant aveu, son état nécessite « une at­
d’Al­Muhajiroun, qui ont pris le contrôle nauté » voudrait les ramener à une uni­ ce que les deux voix adultes, celle de Nel­ tention toute particulière ». En pa­
de la mosquée de Neasden. que identité. Né en 1984 de parents sri­ son et de Caroline, disent de la « vraie na­ tientant, il se remémore d’autres
lankais dans ce même quartier de Neas­ ture de l’Angleterre » apporte comme salles d’attente et d’autres méde­
Conflits intérieurs den, Guy Gunaratne décrit avec grâce les ampleur au roman, l’inscrivant cins, quand, à l’armée, pendant la
La grande réussite de Guy Gunaratne conflits intérieurs de ces jeunes gens. dans la continuité de ce que Za­ au rythme guerre du Vietnam, il avait été le
est de maintenir cette tension en arrière­ Comment s’affirmer dans un quartier qui die Smith a accompli avec Souri­ de notre colère seul à revenir d’une opération. Peu
plan pendant quarante­huit heures pour évoque un « non lieu », trop vide, trop loin res de loup (Gallimard, 2001). (In Our Mad and à peu, ses souvenirs ressurgissent
se concentrer sur le ressac des pensées et du centre ? Le sentiment de ne pas exister. Nelson a quitté Montserrat, aux Furious City), en formes indécises. L’obscurité de
des souvenirs de ses personnages. Les Le refus d’être associé à ceux qui sont nés Antilles, espérant trouver une de Guy Gunaratne, la jungle n’a jamais quitté le vété­
trois adolescents sont choqués de se au pays, le besoin de s’inventer à l’infini. vie meilleure dans le Londres traduit de l’anglais ran, qui souffre, depuis sa parti­
Pour Selvon, cela passe par la course, le des années 1950 ; Caroline a fui par Laurent Trèves, cipation à une mission secrète
foot et la boxe. Crâneur, séducteur, il est Belfast et ses frères terroristes Grasset, « En lettres relevant de la guerre psychologi­
EXTRAIT peut­être le plus libre des trois. Il sprinte au plus fort des « troubles » en d’ancre », 366 p., 23 €. que, de multiples maux psychoso­
en défiant la misère de ce coin des « ends » Irlande du Nord. A travers leur matiques. Ces séquelles confèrent
« Je me demande pourquoi il a fallu que ce soit un jeune qui (« quartiers paumés »), des paroles de mo­ parcours se dessine une histoire de la co­ à l’écriture de ce roman quelque
fasse ça. Pourquoi, quand on a vu les yeux du garçon noir et sa tivation dans ses écouteurs. lonisation britannique et des migrations. chose d’halluciné, jusqu’à en faire
lame pleine de sang, on s’est sentis plus proches de lui que de ce Très proche du timide Ardan, Selvon Gunaratne fait rimer la violence avec la éclater la prose en vers libre : c’est
soldier­boy tué dans la rue. Mais maintenant je connais cette l’encourage dans sa passion, le « grime ». violence : les émeutes raciales de Notting là, quand le langage déraille, que le
ville, la maladie de sa violence (…). C’était la fureur. Une spirale Une musique née dans l’est de Londres, Hill, en août 1958, avec le défilé des skin­ romancier américain T. E. Grau
d’horreur ouvrant sur l’horreur. Une traînée de violences qui re­ au début des années 2000. Mélange de heads vers la mosquée de Neasden au­ parvient à accro­
monte à des siècles en arrière et dont j’entendais l’écho à la mos­ garage, de drum and bass, de hip­hop et jourd’hui ; le terrorisme djihadiste du cher sa plume à
quée ou dans la bouche des petits gangsters de rue. Alors, quand de dancehall, le grime raconte le quoti­ XXIe siècle et celui de l’Armée républi­ la folie. 
les émeutes ont éclaté au niveau du Square, quand l’Umma est dien des quartiers pauvres de Londres. caine irlandaise hier. Et au milieu de zoé courtois
sortie et que l’Union Jack a brûlé dans l’air de juin, la terreur était « Rooftop du North Block, 7 heures, soleil cette foule déchaînée, des individus  Je suis le fleuve
totalement débridée et volait partout en mode poids plume. levant/ J’balance mon son dès l’aube, contraints de choisir leur camp. Au (I Am the River),
Chacun de nous s’est fait emporter par le même tourbillon qui nada, personne m’entend », enchaîne rythme de notre colère n’est pas une fable de T. E. Grau, traduit
assurait notre cohésion à tous, nous et nos propres petites fu­ l’Irlandais gringalet, passé maître dans morale. Ceux qui survivent sont ceux qui de l’anglais (Etats­
reurs, au cœur de cette ville de colère, monstrueuse et cinglée. » cet art. Enfin, il y a Yusuf, le plus tragique fuient, chez Gunaratne, « prêts à courir, à Unis) par Nicolas
des trois. Le seul qui s’exprime au passé courir encore et toujours, à courir à jamais Richard, Sonatine,
au rythme de notre colère, pages 13­14 depuis sa chambre ou la mosquée où juste pour prouver que c’est possible ».  288 p., 20 €.

La littérature, vissée au corps de Paul Auster


« Une vie dans les mots », un livre d’entretiens, permet à l’écrivain américain d’exposer sa relation intime au langage, en toute sincérité

l’auteur de Sunset Park (Actes Sud, où œuvre » autour de onze thèmes – le lan­ entre le langage, le monde et le corps. l’autre, un écrivain dont la voix sonne
tous ses ouvrages sont traduits, 2011) gage et le corps, le monde et le mot, les « Avant de trouver le chemin de la page, juste et qui cherche, en toute sincérité et
s’est retourné sur cette « vie dans les espaces blancs, l’ambiguïté, la démis­ un mot doit d’abord avoir fait partie du humilité, à reconstituer les méandres du
mots », nous entraînant à sa suite « dans sion, l’enfermement, les objets abandon­ corps, présence physique avec laquelle on processus créatif : la rencontre nourrit
le scriptorium » (le titre d’un de ses livres, nés, le point de vue narratif, les paires vit de la même façon qu’on vit avec son une (en)quête passionnante et subtile,
florence noiville 2007), tâchant de répondre à l’impossi­ masculines, l’Amérique et l’expérience cœur, son estomac et son cerveau. » Mais jamais aride car souvent illustrée d’ex­
ble question : « Pourquoi écrire ? » (1996), juive – auxquels sont venus s’ajouter, ce alors que nos organes effectuent com­ traits d’œuvres. Et qui, à mi­chemin en­

D
es signes pour faire signe. échangeant à ce sujet avec des confrères qui n’est guère surprenant quand on plètement leur travail, les mots, eux, tre interview et commentaire de textes,
Voila à quoi pourrait se résu­ – dont le Prix Nobel J. M. Coetzee (Ici connaît Auster, des développements sur restent imparfaits. Ils ne peuvent jamais régalera tous ceux qui s’intéressent à
mer le métier d’écrivain : & maintenant, 2013) –, s’interrogeant en­ le cinéma et le base­ball. saisir entièrement l’essence d’une per­ l’acte d’écrire. 
produire des millions de fin sur le sens profond que revêt cette Résultat : une conversation fouillée, sonne ou d’une chose. C’est pourquoi
caractères imprimés dans l’espoir qu’ils forme particulière de dévotion consis­ conservée sous forme de dialogue. Un écrire est toujours « une tentative vouée une vie dans les mots.
parviendront à éveiller la curiosité tant à « demeurer immobile » avec « une échange impossible à résumer mais d’où à l’échec ». L’écrivain – l’écrivain sérieux conversations avec i. b. siegumfeldt
d’inconnus, à les surprendre, les trou­ table, une chaise, une feuille et un stylo ». émergent quelques pensées récurrentes. – échoue fatalement dans ce qu’Auster (A Life in Words),
bler, les transformer peut­être. En un Mais ces sujets sont si vastes que l’on Dont le thème de la langue et de sa maté­ appelle « la fissure ouverte entre le de Paul Auster,
demi­siècle, l’Américain Paul Auster a peut s’y pencher à l’infini. Une nouvelle rialité justement. « Oui, les mots sont monde et le mot ». Et cette dernière étant traduit de l’anglais (Etats­Unis)
noirci des milliers de pages, publiant des fois, Auster a donc embarqué pour « un concrets, suggère Auster, ils ont une subs­ irréductible, il ne peut rien espérer si­ par Céline Curiol,
poèmes d’abord, puis dix­sept romans et long voyage » : trois années d’échanges tance, même si ce sont des abstractions. non, comme dit Beckett, « échouer Actes Sud, 344 p., 23,80 €.
cinq essais autobiographiques qui sont avec l’universitaire danoise Inge Birgitte Des signes. » Pour l’écrivain, « on ne peut mieux » la fois suivante. Signalons, du même auteur, la parution
autant d’excursions dans ce qu’il appelle Siegumfeldt, qui lui proposait de faire pas écrire un seul mot sans l’avoir d’abord D’un côté, une spécialiste de l’œuvre, en poche de 4 3 2 1, traduit par Gérard
la « zone intérieure ». Plusieurs fois, avec elle « une relecture détaillée de son vu ». Mieux, il existe une relation intime excellente intervieweuse de surcroît. De Meudal, Babel, 1 212 p., 13,50 €.

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

6 | Histoire d’un livre 0123


Vendredi 14 février 2020

Une émancipation transatlantique Victime à tout prix


Connaissez­vous l’affaire Melissa
Nelson ? En 2012, cette Américaine
était licenciée de son poste d’assis­
Pour écrire « La Femme révélée », Gaëlle Nohant a voyagé dans l’espace – en France tante dentaire au motif qu’elle était
« trop sexy » et mettait en danger le
et aux Etats­Unis –, le temps – les années 1950­1960 – et l’art – la photographie mariage de son employeur – la Cour
suprême de l’Iowa a fini par la dé­
bouter. Cette histoire (vraie) obsède
Marco Bueli, le personnage central
de Trop beau, persuadé qu’il a été
mis au chômage à trois reprises à
cause de son physique exceptionnel.
Voilà le trentenaire, diplômé de Poly­
technique, aux prud’hommes, atta­
maylis besserie quant pour discrimination. La jour­
naliste et romancière Emmanuelle

C
elle dont Gaëlle Nohant Heidsieck donne libre cours à son
suit la trajectoire dans goût de la satire – teintée d’une
La Femme révélée est une pointe d’absurde – dans ce roman
Américaine qui a tout qui persifle une forme de victimisa­
quitté, y compris son fils, pour re­ tion à tout prix. Publié en même
trouver une liberté perdue. A l’exil temps qu’est réédité un précédent
vers Paris succède son retour à roman de l’auteure, le dystopique
Chicago, avec pour toile de fond A l’aide ou Le Rapport W (144 p., 16 €),
l’après­guerre et pour seul objec­ Trop beau est le titre inaugural des
tif sûr, celui de son appareil photo. éditions du Fau­
Au commencement du roman, bourg, qui veulent se
l’héroïne vient de poser ses baga­ colleter à des ques­
ges, elle compte ses cicatrices tions sociétales à
dans un pays lui aussi meurtri par travers des textes
des années de conflit mondial. littéraires. 
Violet Lee a changé de nom et de raphaëlle leyris
continent pour des raisons qui  Trop beau,
échappent encore au lecteur, la d’Emmanuelle
chambre de son hôtel est cras­ Heidsieck, Le Faubourg,
seuse et résonne comme une me­ 112 p., 15 €.
nace – réelle ou fantasmée –, au­
dessus de l’énigme de son départ.
Seule certitude, ces sensations
qui naissent sous la plume de Amoureux en Corse
l’auteure : des draps rêches, un
mur contre lequel elle se cogne Rien de tel qu’une île pour que
dans la pénombre et des flashs soient réunies les conditions d’une
qui électrisent sa mémoire. tragédie. Unité de lieu d’autant plus
« Mon pari était que le lecteur s’at­ efficace quand, comme la Corse, elle
tache à une femme sur laquelle il permet de jouer du contraste entre
porte, au début du livre, un juge­ la luminosité de ses cieux ou la dou­
ment défavorable puisqu’elle a Chicago, années 1950. FRANCIS MILLER/THE LIFE PICTURE/GETTY ceur de son climat, et la violence des
laissé son enfant, explique Gaëlle passions qu’elle abrite. Avec Insulai­
Nohant au “Monde des livres”. res, Jocelyne Desverchère livre un ro­
J’avais en tête le personnage de Ro­ man tout en légèreté, au premier
semary’s Baby, le film de Roman distance que dresse son appareil abord, où la beauté des paysages le
Polanski [1968], dont on ne sait ja­ photo entre elle et le monde. dispute à la légèreté des conversa­
mais vraiment si elle est folle ou « J’avais envie que mon person­ EXTRAIT tions d’un couple d’amoureux. Nous
non. J’avais envie d’être dans le nage ait une démarche artistique, laissant tirer avec eux les fils d’une
même genre de regard. » Ce person­ si possible différente de la mienne. « Il était implicite qu’en devenant sa femme, je renonçais à une chimérique histoire familiale douloureuse et
nage a longtemps flotté dans l’ima­ Je me suis dit qu’un appareil photo, carrière de sociologue. Je serais une mère et une épouse, et pour le reste, je honteuse, mais d’abord relativement
ginaire de l’auteure, errant comme ça pouvait s’emporter en exil. » devais m’en remettre au pacte secret que nous avions passé. Obtenir un banale, elle distille avec habileté les
un capitaine sans navire, avant de En 2014, l’écrivaine avait vu le diplôme n’avait plus de sens ; nos deux familles n’eurent aucun mal à me révélations jusqu’au coup de théâtre
trouver sa place dans un livre. documentaire A la recherche de persuader d’abandonner la fac pour me consacrer aux préparatifs des final. Lequel conduit le lecteur à
« Je voulais écrire sur ce Paris pa­ Vivian Maier, de Charlie Siskel et noces. Elles eurent lieu par une journée glaciale de l’hiver 1942 et furent réinterpréter les indices qu’il avait
radoxal des années 1950, cette ville John Maloof : « J’ai tellement aimé chroniquées dans les gazettes mondaines de la ville. Deux mois plus tard, pourtant dès le début sous les yeux.
physiquement et moralement abî­ l’histoire de cette photographe j’attendais Tim et Adam était incorporé dans son régiment. Lorsque notre Pourquoi le récit de ce séjour sur l’île
mée, où il y avait des pauvres à – avec ses zones d’opacité – que j’ai fils vint au monde, son père se battait quelque part dans le Pacifique. J’étais de Beauté est­il assumé uniquement
même hésité, un temps, à faire devenue une bourgeoise de la Gold Coast et mon enfance à Hyde Park par le narrateur
d’elle mon héroïne. Mais elle était ainsi que les gens qui l’avaient peuplée, me paraissaient désormais masculin ? Dans ce
« J’avais envie que mon trop solitaire pour moi. » De sur­ appartenir à une autre galaxie. » troisième roman de
croît, Gaëlle Nohant a consacré l’écrivaine et femme
personnage ait une démarche Légende d’un dormeur éveillé (Hé­ la femme révélée, pages 109­110 de théâtre, la tragé­
artistique, si possible loïse d’Ormesson, 2017) au poète die ne se loge pas où
différente de la mienne. Je me Robert Desnos (1900­1945), et ne on l’attend. 
voulait pas « retrouver les florence bouchy
suis dit qu’un appareil photo, contraintes d’écriture d’un roman Etats­Unis. Finalement, ce qui a Vietnam, elle découvre une Amé­  Insulaires,
ça pouvait s’emporter en exil » biographique ». débloqué l’écriture, ça a été la déci­ rique enflammée, où la ségréga­ de Jocelyne Desverchère,
L’écrivaine détaille alors les fils sion de faire l’inverse. Les Etats­ tion a pris un nouveau visage. P.O.L, 160 p., 16 €.
ténus, presque invisibles, qui re­ Unis représentent pour moi une « En 2018, lorsque je suis partie à
Saint­Germain­des­Prés, une pé­ lient entre eux ses quatre romans terre étrangère, un territoire Chicago, raconte­t­elle, des amis
nurie de logements… Et malgré – le premier, L’Ancre des rêves, a d’écriture – j’ai beaucoup lu leurs m’ont emmenée dans le ghetto
tout bercée par la frénésie de paru chez Robert Laffont en 2007. auteurs –, ça a aussi fait entrer noir de l’ouest. Les territoires sont Etrangetés portugaises
l’après­guerre, des flambées de Les rencontres qui émaillent dans le livre un autre pan d’his­ extrêmement délimités par rap­
liberté et une passion pour les l’existence de ses personnages en toire. » Il est vrai que le roman port au reste de la ville. Le ghetto Onze histoires entêtantes pour dé­
Américains et le jazz. » La première font partie, ils sont ce qui les tient, balaie une copieuse tranche du est une sorte de zone de guerre : les couvrir le talent de cette nouvelliste
partie inscrit Violet dans une fres­ ce qui les rend libres. Il est aussi XXe siècle. La première partie of­ maisons sont barrées par des plan­ portugaise cachée sous le nom d’em­
que historique parisienne dont les toujours question d’un voyage, fre au lecteur des réminiscences ches, les boutiques ne vendent que prunt de Teresa Veiga. Le Tour
images se fixent sur la pellicule dans le temps ou dans l’espace, et, de l’enfance de Violet au cœur de de l’alcool… C’est une autre ville… » d’écrou, d’Henry James (1898), les
de l’héroïne, photographe. Seule par ce biais, d’un ailleurs. la crise de 1929. Son ascension L’enquête de l’auteure sur place contes gothiques anglais, certaines
dans un pays qu’elle ne connaît La spécificité de La Femme révé­ sociale sera quant à elle le fruit du prend des formes inattendues. nouvelles d’Edgar Poe… ce sont
qu’à travers les discours entendus lée est peut­être sa double toile de retour de la prospérité qui suit le Elle rencontre ainsi la commu­ autant de références que l’auteure
pendant son enfance, elle décou­ fond, française et américaine. « Au second conflit mondial. Lorsque nauté irlandaise de Chicago et ses transplante dans un espace­temps
vre la liberté qu’offre l’éloigne­ départ, mon héroïne devait partir l’héroïne retourne enfin au pays, icônes. « J’ai découvert ce person­ qui pourrait être le Portugal
ment, protégée néanmoins par la de France pour se réfugier aux en 1968, en pleine guerre du nage incroyable qu’était Richard d’aujourd’hui. « Toi, l’ombre qui me
Daley, irlandais d’origine et maire hante » est un coup de maître : un
de 1955 à 1976. J’ai eu envie de l’invi­ texte à trois voix où la femme, le
ter dans le livre et d’inscrire ma se­ mari et la maîtresse vivant sous le
Quelque chose d’universel conde partie dans l’Amérique des même toit racontent la disparition
années 1960. » Hasard de l’en­ de l’enfant du couple. D’apparence
LA FEMME RÉVÉLÉE ruine puis aux rêves d’égalité dans la France qu’elle découvre est, elle, aux quête, saut dans le temps, ellipse tranquille, l’écriture d’orfèvre
SUIT LES MOUVE­ l’Amérique de Martin Luther King. prises avec ses hontes de guerre. dans la narration. Le retour de de Veiga fait exploser les repères.
MENTS D’ÉMAN­ La trajectoire de Violet, qui s’éloigne Le roman, très documenté, est riche Violet à l’âge mûr, à la recherche Comme dans « La mort du cygne »,
CIPATION de son des Etats­Unis en arrachant ses chaî­ de son amplitude historique. On peut de son fils, dépeint une Amérique histoire d’une danseuse à la grâce
héroïne, Violet Lee, nes pour revenir libre, est celle d’une néanmoins regretter, en avançant qui renoue avec les idées de son passée qui meurt d’inanition – et
dans la France des époque, mais elle porte quelque chose dans le récit, une tournure pédagogi­ enfance, où souffle un vent paci­ d’amour – sous le regard de sa mère
années 1950 puis d’universel. Son parcours douloureux que qui étouffe parfois la plume si dé­ fiste qui la ramène aux luttes d’un et de ses sœurs aux paroles conso­
dans l’Amérique des est celui des femmes que l’on con­ liée du début. L’itinéraire de l’héroïne père sociologue engagé. lantes mais aux
années 1960. Autour du destin indi­ traint à faire un bon mariage, des mè­ et ses combats n’en restent pas moins Après avoir commencé à écrire pensées cruelles.
viduel de la jeune femme, issue d’un res qui se voient dans l’obligation de exaltants pour le lecteur, qui voit se son récit à la troisième personne, Peut­être même
milieu universitaire progressiste, se renoncer à tout ou, comme Violet, à dessiner, derrière les photographies de Gaëlle Nohant a finalement opté coupables. 
dessine une histoire des combats laisser leur enfant derrière elle. Quel Violet que l’auteure s’attache à resti­ pour une narration à la première. gladys marivat
pour la liberté qui ont traversé le que soit le décor, la route sinueuse qui tuer, les silhouettes de minorités res­ Le manuscrit a ainsi emprunté  Folles mélancolies
monde occidental, au long du mène à l’affranchissement est jonchée tées longtemps invisibles.  m. be. les chemins alambiqués de la (Gente melancolicamente
XXe siècle. de pertes. Si les Etats­Unis que quitte conscience et des idéaux mou­ louca), de Teresa Veiga,
L’écriture sensuelle de Gaëlle Violet ont transformé les conflits ra­ la femme révélée, vants de son héroïne pour les traduit du portugais
Nohant donne chair aux utopies ciaux en enjeux économiques et spé­ de Gaëlle Nohant, livrer au lecteur sous leur forme par Ana Maria Torres,
d’après­guerre d’une Europe en culé sur le dos des habitants du ghetto, Grasset, 384 p., 22 €. la plus intime.  Chandeigne, 300 p., 22 €.

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
Vendredi 14 février 2020
Critiques | Essais | 7
Héraclite d’Ephèse
(vers 576­480 av.
Terres d’extermination
J.­C.). Lithographie Lacunaire il y a vingt ans, l’histoire
du XIXe siècle. de la politique génocidaire nazie
NORTH WIND PICTURES/ en Union soviétique occupée est
nicolas weill LEEMAGE désormais mieux connue grâce
aux travaux d’historiens comme

L
a lecture de ces penseurs l’Allemand Dieter Pohl, l’Américain
grecs du VIIe au IVe siècle Timothy Snyder ou l’Israélien
avant notre ère qu’on dési­ Omer Bartov. Marie Moutier­Bitan
gne du nom de « physi­ s’est appuyée sur ces acquis, mais
ciens » ou de présocratiques (Par­ surtout sur sa connaissance du
ménide, Héraclite, Anaxagore, terrain, pour livrer une synthèse
Empédocle, etc.) reste un enjeu foisonnante. A partir d’entretiens
fondamental de notre temps. Ne réalisés dans les villages les plus
forment­ils pas le milieu où naît reculés de l’ancienne URSS par les
la pensée rationnelle et scientifi­ équipes du centre de recherche
que et où se configure le futur Yahad­in Unum, dont elle est
« homme occidental de souche responsable, elle s’est appliquée à
grecque » ? situer les massacres, de la forêt de
Pourtant, l’accès à leurs sagesses Ponary (Lituanie) au ravin de Babi
se heurte à bien des obstacles. Le Yar (Ukraine) ou aux tranchées
moindre n’est pas qu’elles nous antichars de Moguilev (Biélorus­
ont été transmises à l’état de frag­ sie). Retraçant les biographies des
ments ou de citations, enchâssés bourreaux comme des victimes,
dans des textes postérieurs qui les l’historienne montre comment les
mettaient à contribution afin premiers – Einsatzgruppen,
d’étayer d’autres systèmes et non Waffen­SS… – allèrent vers les
pour les faire connaître. Là où les seconds. Il en résulte un livre par­
anciens avaient en main des trai­ fois déroutant, tant les exemples
tés, nous devons nous contenter de fusillades et les chapitres sont
d’aphorismes. Quant aux moder­ nombreux. Sa lecture n’en reste
nes, préformés, après des siècles pas moins importante à l’heure où
de métaphysique et de savoir certaines mémoires nationalistes
scientifique, par de ces dualismes
inconnus des anciens – sujet et
L’helléniste (1905­1997) a rendu leur altérité radicale du conflit se réactivent. 
antoine flandrin
objet, esprit et matière, science et
foi… –, ils abordent ces lointains
aux premiers philosophes grecs. Un travail essentiel  Les Champs
de la Shoah.
ancêtres de la philosophie avec
un regard distant. dont témoignent ses « Œuvres » L’extermination
des juifs en Union
La redécouverte systématique, soviétique occupée.
que proposent les éditions Encre
marine, du travail méconnu
accompli par l’helléniste et
philosophe française Clémence
L’émotion présocratique 1941­1944,
de Marie Moutier­
Bitan, Passés
composés,

de Clémence Ramnoux
Ramnoux (1905­1997) apparaît 480 p., 24 €.
d’autant plus essentiel. Celle­ci
fut l’une des trois premières fem­
mes à intégrer l’Ecole normale su­
périeure de la rue d’Ulm en 1927, Liberté d’Abdellah Taïa
un an avant la philosophe Simone
Weil. Elève de l’historien des reli­ « Pour moi, l’écriture ne peut se pro­
gions Georges Dumézil et du phi­ pratiquer l’interdisciplinarité en authentiques penseurs de l’être, laboratoires d’aujourd’hui, leur duire que s’il y a un engagement
losophe des sciences Gaston Ba­ faisant participer l’ethnologie, la elle s’est efforcée d’en restituer vision progresse vers la vérité par total par le corps et l’esprit. Dire ce
chelard, elle lut Héraclite sous psychanalyse et la philologie à l’altérité radicale. Ainsi ne sau­ jeux de mots, dans l’insouciance corps et le monde qui l’entoure de la
l’Occupation avant d’en faire le l’élucidation de la sagesse grecque rait­on considérer comme un ma­ des jeux d’enfants, sans faire manière la plus poétique possible et
sujet de sa thèse d’Etat, publiée dite « archaïque ». Elle n’hésite pas térialisme naïf ou infantile le fait abstraction des émotions humai­ la plus transgressive », déclarait Ab­
sous le titre d’Héraclite ou non plus à recourir pour ses que pour Héraclite le feu soit au nes les plus partagées (la peur de dellah Taïa. Né en 1973 dans une fa­
L’Homme entre les choses et les développements aux « parfums principe de l’Univers… tout sim­ la mort, l’angoisse du démembre­ mille marocaine modeste, le jeune
mots (Les Belles Lettres, 1959, avec des garrigues » et au « bleu des plement parce que la séparation ment, etc.). Face aux arêtes bien homme étudie le français à Rabat
une préface de Maurice Blanchot). cieux grecs » et rappelle volontiers entre la matière et la forme n’est dessinées de la science et du puis à Genève. Devenu écrivain à
Tout au long de son œuvre, Clé­ qu’Héraclite avait été non seule­ pas encore à l’ordre du jour. Quant concept, ils nous suggèrent – tels Paris, il est, en 2006, le premier
mence Ramnoux convie son lec­ ment un sage, mais un prêtre io­ à la célèbre polarité des contraires que les présente Clémence Ram­ Marocain à revendiquer publique­
teur à retirer les œillères façon­ nien, dont les dits cosmologiques qui caractérise le style héraclitéen noux – l’alternative d’un savoir ment son homosexualité. Choisir
nées par la modernité, pour re­ demeuraient imprégnés de sacré. (« Jour et nuit – Hiver et été – émotif. « la voie de la liberté », c’était faire le
trouver ce corpus fondateur mais Guerre et paix – Rassasiement et Dans La Nuit et les enfants de la deuil de sa vie au Maroc, mais
difficilement saisissable. En cela, Unité vibrante faim »), on ne doit point, pour nuit dans la tradition grecque trouver dans la littérature une se­
elle n’est pas seulement une pion­ En partie influencée par la l’aborder, chausser les lunettes (Flammarion, 1959), qui ouvre le conde vie possible. Dans cette pre­
nière de la déconstruction, mais philosophie heideggérienne, qui hégéliennes et l’ériger en préfigu­ recueil, le même souci est à mière monographie, Jean­Pierre
une des premières hellénistes à voit dans les présocratiques les ration de la dialectique. Chez Hé­ l’œuvre à partir d’une étude ser­ Boulé place les œuvres de Taïa
raclite, les éléments opposés sont rée de la Théogonie d’Hésiode ou sous le signe d’une puissante « mé­
éternellement réversibles l’un des tragédies d’Eschyle : récupérer lancolie arabe », à laquelle répond
EXTRAIT dans l’autre et révèlent l’unité vi­ « la virginité des premiers discours la vérité de son corps désirant. De
brante du monde, de la chose et de l’être » en nous « débarrassant la traversée du deuil naît « celui qui
« Une tradition qui n’est pas forcément une légende fait naître Héraclite dans des mots, non le chaos généralisé. des résidus verbaux de vingt siècles est digne d’être
la famille royale et sacerdotale des Androclides. (…) La tradition raconte en­ Clémence Ramnoux parle même de philosophie », renouer avec la aimé », titre de
core qu’il se serait démis de ses fonctions héréditaires en faveur d’un parent. de « monothéisme grec », rédui­ « poésie pensante » des sagesses son roman auto­
On a interprété ce geste de toutes sortes de façons (…). Sa conscience de philo­ sant la distance entre le paga­ perdues. Grâce à Clémence Ram­ biographique
sophe ne lui permettait plus d’exercer les fonctions de prêtre (…). Ce qui im­ nisme grec et la Bible. noux, la piste est retrouvée.  paru en 2017
porte, ce n’est pas qu’il se soit démis pour une raison ou une autre, c’est qu’il Mais, surtout, la philosophe (Seuil).  jean­
ait gardé en mémoire les images des cultes et appris à manier leur langue. montre comment notre mode œuvres, louis jeannelle
Quand bien même la tradition serait controuvée, et sans rien conjecturer de conceptuel de penser s’est consti­ de Clémence Ramnoux,  Abdellah Taïa,
l’enfance du sage, les textes témoigneraient encore pour des réminiscences tué en se séparant de la société édité par Alexandre la mélancolie et le
de la vie des cultes. » des puissances divines, dont les Marcinkowski, cri, de Jean­Pierre
présocratiques étaient, eux, des Encre marine, 2 tomes sous Boulé, PUL, « A
« héraclite ou l’homme entre les choses et les mots », œuvres i, p. 257 familiers. Loin du sérieux des coffret, 786 p. et 768 p., 65 €. (etc.) », 368 p., 23 €.

Epingler les monstres russes


La chercheuse Annick Morard analyse ce que révèle de la Russie le goût prononcé et séculaire de ses habitants pour la monstruosité

monstres, remonte loin, l’intérêt des his­ recherche internationale et une connais­ que, notamment dans la lignée de l’eugé­ marquée apparaît, quant à elle, à l’épo­
toriens, pour qui il s’agit moins de définir sance exhaustive des travaux des spécia­ nisme, qui connaît alors un grand essor. que où se met en place l’utopie socialiste,
leur nature que de décrire leur fonction, listes russes. L’ambition de créer un « homme nou­ qui voit se multiplier des monstres « po­
est récent. Même si l’on retrouve dans Compte tenu de l’abondance des don­ veau », doté d’un corps parfait, va de pair sitifs », tels les hommes « augmentés »
tous les cas une méfiance envers les nées, une délimitation s’imposait. Le avec la vision de l’« homme ancien » de la science­fiction soviétique. Ainsi, le
elena balzamo écarts par rapport à ce qui est perçu choix de l’auteure a porté sur trois éta­ comme un être dégénéré et difforme. monstre, ambigu par essence, le devient
comme la norme – celle de la Création, pes­clés : l’époque du tsar Pierre le Grand La « monstrualisation » des capitalistes encore davantage dans la Russie du

O
ui, la Russie est un monstre, celle de l’évolution biologique ou plus (1672­1725) – curiosité à l’égard des êtres américains, des envahisseurs nazis, mais XXe siècle.
la Russie est monstrueuse », tard celle du « matérialisme historique » –, difformes, ourody, en russe ; le XIXe siècle aussi des « ennemis du peuple » en four­ L’analyse de cette ambiguïté, point
lit­on dans le préambule le regard change, de l’effroi à l’émerveille­ – les monstres comme objets à la fois de nit des exemples à foison. culminant du livre, confirme la fécon­
d’Ourod. Autopsie culturelle ment, de l’intérêt scientifique à la curio­ l’approche scientifique et du divertisse­ Un chapitre particulièrement intéres­ dité de l’angle choisi par Annick Morard
des monstres en Russie. Que le lecteur se sité et à l’amusement. Progressivement, ment populaire ; et les années 1920­1930, sant consacré aux cabinets de curiosités, pour saisir dans sa complexité l’histoire
détrompe : il ne s’agit pas, chez l’auteure, les monstres envahissent l’espace public, où la monstruosité devient une anti­ aux foires et au cirque place le phéno­ culturelle russe. Elle contribue à ouvrir
d’un accès de russophobie, mais d’un se font une place dans la culture de diver­ thèse de l’« homme nouveau », porteur mène dans un contexte plus large, qui de nouvelles et passionnantes pistes de
parti pris épistémologique. Selon Annick tissement, et leur aspect évolue. des valeurs socialistes. Dans son analyse permet de saisir les similitudes et les dif­ recherche. 
Morard, chercheuse à l’université de Ce terrain est bien déblayé ; il existe de cette dernière période, Annick Mo­ férences entre la Russie et l’Occident. Les
Genève, le rapport à la monstruosité est une pléthore de travaux sur le sujet. rard s’appuie principalement sur les premières sont dues au fait que la circu­ ourod.
révélateur d’une société donnée, et son L’originalité du livre d’Annick Morard textes littéraires, ceux de Mikhaïl Boul­ lation culturelle ne connaît pas de fron­ autopsie culturelle
étude est censée le démontrer. Mais tient à ce qu’elle y combine astucieu­ gakov, Iouri Tynianov ou encore Andreï tières, quand bien même les monstres des monstres en russie,
qu’est­ce qu’un monstre ? sement trois atouts : la spécificité du Platonov. Elle démontre l’interaction en­ venus d’ailleurs sont souvent mâtinés d’Annick Morard,
Si la tératologie, cette « science » des phénomène en Russie, les acquis de la tre leurs œuvres et la recherche scientifi­ de couleur locale. La différence la plus La Baconnière, 336 p., 21 €.

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

8 | Chroniques 0123
Vendredi 14 février 2020

LE FEUILLETON
CAMILLE LAURENS chapitres, Vian a réuni tous les ingré­
dients nécessaires au succès : un zeste de DES POCHES
sexy, avec de belles femmes aux « han­ SOUS LES YEUX
Oulipocktail
ches un peu trop mobiles pour la tranquil­
lité des spectateurs », un soupçon de jazz MATHIAS ÉNARD
sorti d’un « gros radiophono », un nuage
de folie post­freudienne planant sur les
personnages, et une dose massive d’hu­ J’AI MIS PRÈS DE DEUX MOIS À LE RELIRE,
mour distillée par des images dont, pour presque sans m’interrompre, comme si
ma part, je retiendrai celle­ci : « En arriè­ j’étais moi­même sur un balcon suisse dans
re­plan, le feu qui crachait paraissait les Grisons, sentant monter, en contrebas,
engueuler quelqu’un en irlandais ». le parfum d’enfance oubliée des feuillus
Mais la relève, tout en respectant la comme qui contemple, telle l’intransi­
recette originale du cocktail, le sert plus geance de Zeus au sommet des montagnes,
généreusement, et le fidèle hommage se l’imperfection de la plaine et du monde. Le
déguste avec ivresse car s’il contient « un nom de Davos est aujourd’hui associé au Fo­
doigt de whisky », c’est « plutôt le majeur rum économique mondial, et non plus au
que l’auriculaire ». De multiples digres­ sanatorium que Thomas Mann (1875­1955)
sions sur le baseball, les chaussures bico­ décrit dans La Montagne magique (1924),
lores ou la Ford De Luxe, des adresses au mais le côté « miroir de
lecteur loufoques, des allusions au ci­ la décadence » s’y déploie
néma et de savoureuses « *N.d.T » en bas toujours, et on peut lire
de page accréditent jusqu’à la parodie le les intitulés des séances
canular du prétendu roman américain. plénières du forum
Même l’électricité s’en mêle, et quand le comme s’ils étaient des
« o » du Hello Motel cesse de clignoter versions contemporaines
sur l’enseigne, on plonge en enfer (hell) des conversations du
et on n’y échappe pas. chef­d’œuvre de Mann
Les oulipiens partagent ainsi à cœur – en moins bien, bien sûr,
joie le plaisir des jeux de lettres et de lan­ en moins inspiré, car la
gue qui font la drôlerie des romans de déréliction du XXIe siècle
Bison Ravi. Les clichés sont désossés mot est à mon sens bien plus
à mot – « Avec Carmen, Narcissus avait ennuyeuse que cette conclusion du XIXe qui
tiré le gros lot, enfin, gros juste là où il se joue dans La Montagne magique et les
faut » –, aucun mauvais goût n’est exclu sept années très symboliques que passe
quand il s’agit de porter ajusté « un cos­ Hans Castorp dans le sanatorium suisse qui
tume de chez Mulburn », les paronymes s’achèvent (quelle fin !) sur les champs de
et autres calembours potaches se déchaî­ bataille de la première guerre mondiale.
nent et, dans les « rubriques lubriques »,
l’inspectrice de police a « la peau lisse ». RELIRE UN LIVRE QU’ON A TANT AIMÉ DANS
Le narrateur commente soigneusement UNE NOUVELLE TRADUCTION, c’est enten­
ses options linguistiques : « Le lendemain dre une sonate de Mozart qu’on connaît par
matin, vers midi, si on peut dire le matin cœur jouée à un autre tempo, ou revoir
ALINE BUREAU
lorsqu’il est midi, mais de toute façon, trente ans après un ami d’enfance dont votre
même une heure plus tôt, vue la muflée de mémoire avait conservé l’image adoles­
DANS QUELQUES JOURS, BORIS VIAN propre à son initiateur ? Celui­ci n’aurait la veille, j’aurais été incapable d’aligner cente : la différence en souligne l’identité.
AURAIT EU 100 ANS et nous saurions sans doute pas désavoué le titre choisi, trois mots. » Autre nouvelle traduction d’un vieil ami, ce
peut­être comment et sous quel nom il On n’y échappe pas, ni le graphisme des sont ces Récits d’Ibiza, de Walter Benjamin
comptait finir le roman policier dont il mythiques couvertures rouge et noir du (1892­1940), qui inaugurent la nouvelle col­
avait écrit, outre le synopsis, les quatre Scorpion réinventé par l’artiste ouli­ Pour le centenaire de lection « Pépites » des éditions Riveneuve – le
premiers chapitres, et auquel il tenait pienne Clémentine Mélois. Pour autant, penseur berlinois a été heureux et amou­
beaucoup. « Si je le loupe, je me suicide la bande des six a­t­elle réussi à créer
la naissance de Boris reux à Ibiza, entre la mer
au rateloucoume et à la banane frite », aux yeux des fans de Vernon Sullivan Vian, six écrivains et la montagne, au cours
prévenait­il. Mais comme les projets l’illusion de lire un de ses romans ? de l’Oulipo ont des deux séjours qu’il
n’ont jamais empêché de mourir, il a suc­ La réponse est oui, mais d’une façon effectua dans l’île baléare,
combé à une crise cardiaque en 1959, à inattendue. La magie n’opère en effet terminé le manuscrit en 1932 et 1933. Malheu­
l’âge de 39 ans, alors qu’il assistait à la vraiment qu’à partir du… cinquième cha­ d’un polar inachevé reusement, des récits,
projection du film de Michel Gast J’irai pitre, comme si Boris alias Vernon avait des lettres et des traces
cracher sur vos tombes. « D’après le ro­ bâclé à la va­vite un premier jet peu ins­ d’Ibiza, il n’y en a que
man de Vernon Sullivan, traduit de l’amé­ piré, tandis que les oulipiens, lecteurs Au fil des pages, on sent l’horreur mon­ bien peu – à peine quel­
ricain par Boris Vian », indiquait le géné­ imprégnés du style sullivanien, en ter, on a la bouche pâteuse « comme si un ques pages. Mais la puis­
rique. C’est en effet sous ce pseu­ avaient ressuscité la quintessence, se li­ hamster avait décidé d’y crever », toute sance d’évocation de ces
on n’y échappe pas, donyme que l’écrivain pensait vrant à un étourdissant pastiche de pas­ cette histoire finira mal, on en mettrait, quelques fragments, la
de Boris Vian et l’Oulipo, alors échapper au scandale sus­ tiche dans les douze chapitres suivants. comme Franck, « sa main à couper ». mélancolie amoureuse qui se dégage des
Fayard, 216 p., 18 €. cité par son pastiche de roman Comme il se doit dans un polar effi­ Sans trahir une intrigue cousue de fil poèmes et des lettres d’amour réussit à com­
Signalons la nouvelle noir américain au titre sulfu­ cace, l’intrigue est rapidement mise en noir, disons seulement que le héros sulli­ penser leur brièveté, comme ces vers, datés
édition de « Boris Vian. reux, paru aux éditions du Scor­ place : fin 1950, de retour de la guerre de povanesque, quoique dans l’action, n’est du 11 avril 1933 à Sant Antoni de Portmany :
L’écriture heureuse », pion, le premier d’une série de Corée avec une main métallique, Frank pas dépourvu de distanciation face au « Le cœur bat de plus en plus fort, de plus en
hors­série « Le Monde » quatre qui firent son succès. Bolton, jeune colonel de l’US Navy, re­ tragique de son destin : « Ce serait le mo­ plus fort,/ La mer est de plus en plus calme, de
« Une vie, une œuvre », Pour le centenaire de sa nais­ trouve ses parents et Sally, la veuve de ment idéal pour mourir, si je croyais à la plus en plus,/ Jusqu’au fond. »
122 p., 8,50 €. sance, les héritiers de Boris Vian son frère tué à Nagasaki, toujours en littérature », confie­il alors que tout brûle
ont confié à six écrivains de deuil mais fraîche « comme une cigarette autour de lui telle une banane flambée. A CETTE SIMPLE MÉLANCOLIE DU QUOTI­
l’Oulipo le soin de poursuivre le manus­ au menthol ». Il s’aperçoit vite que toutes l’instar de son auteur, il y croit tout de DIEN, qui a la fragilité des choses extrême­
crit du polar inachevé. Comme Vian était les filles qu’il a aimées au cours de sa vie même suffisamment pour proférer quel­ ment dures, une fragilité de marbre, se tient
lui­même satrape au Collège de ’pata­ meurent l’une après l’autre sous les ques aphorismes façon La Rochefou­ au cœur des Voix du soir, quatrième roman
physique, cette « science des solutions coups d’un assassin sadique. Pour résou­ cauld mariné dans le bourbon : « On est de Natalia Ginzburg (1916­1991), paru
imaginaires », qui, mieux que l’OUvroir dre l’énigme, il fait appel à son ami Nar­ parfois mieux vivant que mort », philo­ en 1962, beau et irrémédiable comme La
de LIttérature POtentielle, pouvait s’atte­ cissus, détective et dandy, et à son assis­ sophe­t­il auprès de ses amis. C’est à se Valse triste de Sibelius que joue, au détour
ler à pareille mission sans trahir le génie tante, l’explosive Carmen. En quatre demander…  d’une page, le violoniste amant de Cate, la
femme de Vicenzino, un des fils du direc­
teur de l’usine au centre
monde, notamment les Pays­Bas l’occurrence, fonctionne comme de ce bref récit. Cette série
FIGURES LIBRES et Taïwan. Des mariages pasta­ révélateur. de portraits et d’histoires
fariens sont célébrés. Certaines Ce qu’elle fait voir est bien plus de vie de quelques fa­
ROGER-POL administrations autorisent les fi­ qu’une anecdote. Elle fait office milles bourgeoises du
DROIT dèles à conserver, sur leur permis de décapage philosophique, met nord de l’Italie, où tout
de conduire, leur photo avec à nu la part de jeu constitutive du pèse, où « même les morts
passoire sur la tête, symbole de rapport humain au monde. C’est pèsent », se déroule sans

Les leçons leur foi… Deuxième étonnement :


nombre de juristes se trouvent
bien embarrassés, pas mal de lé­
en effet en jouant à se raconter
des histoires extraordinaires sur
le monde, sur eux­mêmes et sur
que la narratrice, Elsa,
réussisse à tout remettre
en question, à secouer le

du dieu-spaghettis gislateurs aussi. Au nom de quoi,


en effet, refuser à cette croyance,
même si elle constitue une extra­
vagance revendiquée, le nom de
le destin que les humains forgent
des moyens de survivre à leurs
angoisses. Puis ils oublient qu’il
s’agit d’un jeu. Au bout du
joug du malheur qui se
tient dans le silence, entre les lignes si sè­
ches de son histoire froide. Ce terrible re­
noncement à l’émotion, cette acceptation
AU COMMENCEMENT ÉTAIT UN essai philosophique. Et pourtant, religion ? Sur quel motif lui dénier compte, ils croient savoir, au lieu jusqu’à l’absurde des détours de son destin,
CANULAR. En 2005, aux Etats­ dans Deus Casino, François De les droits accordés aux autres ? de savoir qu’ils croient. des échecs de ses projets matrimoniaux, de
Unis, Bobby Henderson, étudiant Smet prend cette aventure lou­ Les réponses ne sont pas si Facile d’accès et stimulant, cet la tristesse de ses amitiés, ne détruisent pas
à l’université de l’Oregon, invente foque comme point de départ de simples… essai appelle une suite, un pas de Elsa mais au contraire la construisent, font
une religion, le culte du Monstre ses réflexions sur les religions, Car le débat ne peut porter sur plus, pour y voir plus clair. Parce d’elle une sorte d’étrangère au monde dans
en spaghettis volant. Selon cette sur la croyance en général et sur l’incohérence ou l’invraisem­ qu’on voit mal, au bout du lequel elle vit, qu’elle ne peut qu’observer
PHOTOS PHILIPPE MATSAS, PIERRE MARQUÈS, BRUNO LEVY

confession parodique, le créateur leur rôle dans les sociétés con­ blance du dogme, puisque les reli­ compte, l’issue qu’il propose aux froidement pour en noter les mesquineries,
de l’Univers est un amas de pâ­ temporaines. Auteur de plusieurs gions établies sont dans la même dilemmes qu’il éclaire. Que pour­ les mensonges, les bassesses.
tes truffé de deux boulettes de essais remarqués, notamment situation. Impossible également rait bien être une religion qui sau­ Glaçant comme le rougeoiement d’une
viande. Cet Etre suprême d’un deus casino, Reductio ad Hitlerum et Lost de légitimer les fables anciennes rait pertinemment n’être qu’un aube d’hiver. 
nouveau genre aurait bâti le de François ego (PUF, 2014 et 2018), il souli­ pour mieux disqualifier les déli­ jeu ? Nous n’avons ni exemple ni
monde après avoir forcé quatre De Smet, gne combien l’histoire de ce res récents. Difficile aussi d’oppo­ réponse. Soit la croyance se prend  La Montagne magique (Der Zauberberg),
jours sur la bière, ce qui explique PUF, « Perspectives culte­farce est déconcertante ser au pastafarisme des au sérieux, et elle transforme ses de Thomas Mann, traduit de l’allemand par Claire
le caractère très approximatif critiques », mais révélatrice, et finalement arguments scientifiques, dans rêveries en réalités supposées. de Oliveira, Livre de poche, 1 176 p., 11,90 €.
du résultat. 236 p., 18 €. bien plus intéressante qu’on la mesure où les religions en Soit elle revendique son aspect  Récits d’Ibiza, de Walter Benjamin, traduit de
Si ce n’était qu’une blague de po­ n’aurait pu le penser. place soulignent toutes, pour ludique, et elle fait apparaître ce­ l’allemand et présenté par Pierre Bayart, Riveneuve,
taches, le « pastafarisme » (mot­ Premier étonnement : la reli­ justifier leur légitimité, qu’elles lui des autres. Concevoir une so­ « Pépites », 164 p., 9,50 €.
valise formé à partir de « pasta » et gion du dieu­spaghettis est offi­ échappent à la réfutation par ciété sans croyance, un groupe  Les Voix du soir (Le voci della sera), de Natalia
de « rastafarisme ») ne donnerait ciellement reconnue, aujour­ les faits. François De Smet mon­ humain sans foi commune, ne Ginzburg, traduit de l’italien par Nathalie Bauer,
pas lieu, quinze plus tard, à un d’hui, par plusieurs pays du tre ainsi comment la farce, en semble pas possible.  Liana Levi « Piccolo », 160 p., 9 €.

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

0123
Vendredi 14 février 2020
Mélange des genres | 9
Des jeunes dotés de superpouvoirs sont férocement exploités MON POCHE DE CHEVET
par de sadiques bureaucrates. « L’Institut », hallucinant et politique
WILLIAM MARX,
historien de la littérature,

Stephen King maltraite les surdoués professeur au Collège de France

Le Mont Analogue
FANTASTIQUE de René Daumal,
Gallimard, « L’imaginaire », 182 p., 8,90 €.

« J’ai découvert Le Mont Analogue à 15 ou 16 ans, lorsque


est sortie la version définitive de ce roman posthume et
françois angelier inachevé de René Daumal [1908­1944]. Et, depuis ce
temps­là, ce texte mystérieux n’a jamais cessé de me

D
ans D’après une histoire de Ste­ hanter. Ce “roman d’aventures alpines, non euclidiennes et
phen King (Hachette Heroes, symboliquement authentiques”, comme l’indique le sous­
2019), Matthieu Rostac et titre, avait tout pour fasciner un adolescent tenté aussi
François Cau notaient que les bien par les sciences que par les lettres.
grandes orgues du récit kingien s’autori­ Tout commence par une enquête sur les grandes
sent d’une trentaine de voix fixes et ré­ montagnes mythiques de l’humanité (l’Olympe, le Sinaï,
currentes qu’elles registrent et harmoni­ l’Himalaya). Puisque les alpinistes en ont désormais triom­
sent à chaque roman de façon variable. phé, elles ont perdu leur pouvoir mythique. Les person­
Celles­ci vont de l’Apocalypse à l’éthy­ nages du roman, des intellectuels alpinistes du Quartier
lisme du héros, de l’emprise des forces latin, font donc l’hypothèse qu’il doit encore exister
occultes à la technophobie. quelque part un “mont Analogue”, modèle de toutes ces
Si L’Outsider (Albin Michel – comme montagnes fabuleuses. Pour des raisons géophysiques, il
tous ses livres depuis 1982 –, 2019), Slee­ ne peut être situé que dans le Pacifique Sud. Seule une
ping Beauties (avec Owen King, 2018) et courbure non euclidienne de l’espace empêche de le voir.
Fin de ronde (2017) mobilisaient l’infiltra­ Une expédition est organisée, mais le roman s’achève
tion sourde du mal, l’affirmation de la – Daumal meurt de la tuberculose en mai 1944 – préci­
puissance féminine ainsi que l’intraita­ sément lorsqu’ils atteignent la montagne et en entre­
ble vieillard enquêteur, L’Institut, nou­ prennent l’ascension.
veau roman du maître de Bangor C’est cette coïncidence tragique entre l’inaccessibilité du
(Maine), table sur l’entrecroisement de sommet et l’inachèvement du texte, entre l’aventure
quatre thématiques fortes : les hyper­ racontée et la vie de l’auteur, qui fait toute
pouvoirs mentaux paranormaux (un la force de ce roman initiatique.
classique de son inspiration depuis Car­ Stephen King. EDUARDO ISLAS Daumal et ses amis du Grand Jeu m’ont
rie, 1976, et Shining, 1979), les sociétés en­ toujours paru plus fascinants que les sur­
fantines (notamment dans Ça, 1988, et réalistes, parce que plus sincères, moins
Dreamcatcher, 2002), l’enfance violentée finalité la plus opaque des Etats­Unis et périple et avec l’aide imprévue de Sudis­ dans la posture, allant jusqu’à se mettre
(dans Doctor Sleep, 2013) et la riposte à de leurs alliés. tes, parviendra à s’extraire de cet enfer en danger physiquement. Tout part d’une
certaines menaces planétaires (Le Fléau, Luke, qui s’y lie avec d’autres détenus clinique, apprenant sans vraiment y blague de potache (l’invitation à prendre
1981), réelles ou supposées. mineurs, filles et garçons, tous forts de croire que, de ce massacre programmé les mythes au pied de la lettre !), mais
« talents » extraordinaires et également d’enfants et d’adolescents, dépendent, la gravité s’installe peu à peu. J’y vois une
Pouvoirs terroristes arrachés à leurs familles, découvre au dire de ceux qui l’ont planifié, l’ordre allégorie de la littérature. » 
Enlevé en pleine nuit, dans le Minne­ d’abord les maîtres de l’endroit, une pe­ et la sécurité du monde.
sota, par un commando d’inconnus qui tite bureaucratie infernale, sadique, Un roman, moins d’action et d’épou­
exécutent froidement ses parents, Luke amère et désenchantée, régentant, à vante que de réflexion politique, qui vaut
Ellis, jeune surdoué de 12 ans doté de l’institut l’aide d’une escouade de matons, avant tout pour la peinture hallucinante
pouvoirs télékinétiques, est interné dans
un mystérieux « Institut » installé depuis
(The Institute),
de Stephen King,
une chiourme d’enfants rebelles ou
traumatisés. Le sinistre des locaux
de l’effroyable petit monde confiné de
l’Institut où, loin de toute terreur gothi­
JEUNESSE
la guerre froide aux confins des forêts du traduit de l’anglais sera sa seconde découverte : cellules que et de savants fous, s’affaire au quoti­
Maine. Il s’agit d’un centre d’expérimen­ (Etats­Unis) ternes, salles de jeux, corridors, tun­ dien une petite clique de bourreaux rou­
Coup d’éclat
tation gouvernemental secret doublé par Jean Esch, nels et salles opératoires, techno­ tiniers trompant leur ennui par l’admi­ Lou maudit sa mère de la faire grandir dans un endroit
d’un bagne à la fonction claire : travailler Albin Michel, logie quasi obsolète. L’on y suit, en­ nistration d’une discipline atroce. reculé. Au lycée aussi, elle est à part. Ses imprévisibles crises
et enrichir, à grand renfort d’injections 608 p., 24,90 €. tre séances de traitement et mo­ C’est plus l’écrivain­citoyen responsa­ de cécité ne l’aident pas à trouver sa place. Certes, elle a en­
hypodermiques, de chocs lumineux et ments de détente, un parcours ble que le conteur fantastique qui se ma­ fin réussi à avoir un smartphone. Mais, là encore, derrière
d’une atmosphère terrifiante, la puis­ exténuant qui mène, après l’Avant et l’Ar­ nifeste dans ce roman. Stephen King y un profil anonyme, elle observe les clichés des soirées,
sance mentale d’enfants aux capacités rière, de niveau en niveau, à Gorky Park, analyse en effet, à travers les manigances chasse les indices, compte les « like » des autres et publie en
psychiques surnaturelles ; pouvoirs no­ une déchetterie humaine où les cobayes en roue libre de certaines agences oc­ douce des photos de mauvaises herbes, de toiles d’arai­
tamment télépathes dont l’usage terro­ à bout de neurones s’entassent dans un cultes, la dérive paranoïaque et totali­ gnée… Caroline Solé (La Pyramide des besoins humains,
riste, à distance et clandestin, s’avère la sous­sol fétide. Luke, à l’issue d’un long taire d’Etats contemporains.  L’Ecole des loisirs, 2015, La Petite Romancière, la star et
l’assassin, Albin Michel, 2017…) décrit la quête intérieure et
inquiétante de son personnage. Chaque soir, Lou rentre

L’envers Le Kanak vient d’être relégué à la


section « courses et jeux », où il
expédie des affaires courantes,
Le blues du malfrat coréen dans une ferme habitée par sa mère et sa grand­mère. Les
hommes ne sont plus là et un mystère entoure la disparition
du père de Lou. Alors, quand un beau et mystérieux garçon
du Mirail quand son ami Six est arrêté :
un petit dealer a été assassiné à la
A Busan, on broie du noir et les cadavres encombrant.
Mélancolique « Sang chaud », de Kim Un­su, chef de file
pénètre dans cette maisonnée, suivi dans la même journée
d’un homme politique qui demande à utiliser le téléphone
cité du Mirail et le flic semble fixe, Lou vacille. Un enchaînement de réflexions sociales, de
Nouvelle enquête mouillé jusqu’au cou. Alors qu’il du thriller sud­coréen confusions et de tensions conduit l’adoles­
du Kanak, le flic atypique tente tout pour prouver l’inno­ cente fragile, invisible, à prendre en otage ces
cence de son collègue, sa cousine deux hommes, fusil rouillé au bras ! Caroline
créé par Christophe toxicomane surgit de Nouvelle­ cadavres partent au broyeur puis Solé installe habilement une atmosphère
THRILLER
Guillaumot. Dans le Calédonie. Kidnappée par des tra­ à la mer. Et les réconciliations pesante. En osant créer une situation rocam­
labyrinthe qu’est le grand fiquants pour qui elle fait la entre mafieux s’achèvent par des bolesque, elle attrape son lecteur au collet. La
« mule », elle disparaît. Pris entre fusillades. fin, surprenante, le laissera un sourire aux
ensemble toulousain, deux fidélités, le policier va devoir lèvres.  raphaële botte
tous les coups tordus se frotter à la pègre toulousaine, macha séry Guerre des clans  La Fille et le Fusil, de Caroline Solé,
sont permis au risque de tout perdre. Bras droit et homme de main du Albin Michel Jeunesse, « Litt’», 224 p., 13,90 €.

L
es jeunes éditions du père Sohn, Huisu traverse, à Dès 13 ans.
Un ton vrai et truculent Matin calme se sont 40 ans, une crise existentielle.
Christophe Guillaumot, ancien donné pour unique spé­ Le protagoniste de Sang chaud
POLAR responsable de la SRPJ devenu cialité le thriller sud­co­ flambe au casino et cuve sa soli­
écrivain, en profite pour régler réen. Ce créneau pourrait paraître tude. « Après vingt ans dans la Dans le corps d’un garçon
quelques comptes en décrivant fort étroit, n’était son succès pègre, il n’a réussi à accumuler
une police qui préfère doréna­ mondial depuis quelques années, que des cicatrices, des condam­ Sara a peur. Pourtant, « c’est vraiment, vraiment, une belle
vant les ordinateurs et les mi­ notamment au cinéma : The nations et des dettes. Tout l’argent journée », ne cesse­t­elle de répéter. L’adolescente a mis cette
sylvia zappi croscopes aux indicateurs et aux Chaser, Old Boy, Memories of Mur­ qu’il a tenu dans ses mains a glissé robe qu’elle semble avoir eu hâte de porter, elle se sent
filatures. « Savoir attendre sa der, Le Dernier Train pour Busan, entre ses doigts. » Le voilà qui dé­ élégante, elle a envie que le soleil réchauffe sa peau… Cette

L’
institution policière proie, choisir le bon emplacement Snowpiercer, Burning et, récem­ missionne, sur un coup de tête, légèreté sur laquelle elle insiste maladroitement ne fait
n’est pas toujours ac­ et faire preuve de patience. La ment, Parasite, auréolé par la épouse une prostituée et ouvre qu’accentuer l’appréhension du lecteur à tourner les pre­
cueillante. Particulière­ tâche est ingrate, la chance est Palme d’or en 2019 et, récem­ une salle de jeux dans une usine en mières pages de ce court texte. Que va­t­il arriver à Sara ?
ment pour Renato Do­ joueuse et n’accorde pas toujours ment, les Oscars. En littérature, le faillite avec l’aide d’investisseurs. Pourquoi semble­t­elle avoir du mal à sortir ? Peut­être parce
natelli, dit le Kanak, attaché aux ses faveurs. » chef de file se nomme Kim Un­su. Las, la guerre des clans ne lui que, à la naissance, elle a été baptisée Jérôme… Antoine Dole
valeurs de camaraderie et de En quelques années, le style de Découvert en France avec Le Pla­ laisse pas de répit. Huisu est pris parvient à jeter « d’une seule voix » (selon le joli nom de cette
loyauté. Avec ses 2 mètres dégin­ Christophe Guillaumot, lauréat card (Gingko, 2013), suivi par Les dans une nasse composée de ma­ collection créée par Jeanne Benameur) la confession de Sara.
gandés, son humour décalé et ses du prix du Quai des Orfèvres Planificateurs (L’Aube, 2016), l’écri­ quereaux, d’usuriers sanguinai­ Elle se présente d’abord comme un secret dissimulé avec
méthodes à l’ancienne, le héros en 2009, s’est affermi. Il réussit à vain de 47 ans est natif de Busan, res, de surineurs impulsifs et de douleur, puis à peine murmuré, enfin crié à la face du
de Christophe Guillaumot peine à camper, d’un ton vrai et trucu­ la deuxième agglomération du policiers corrompus. Kim Un­su monde… « Regardez­moi. Aidez­moi. Il y a une
s’intégrer. Voilà trois volets que le lent, des personnages justes et pays, où se déroule Sang chaud. dépeint le quotidien trivial des erreur. » Au fil des pages, le lecteur découvre
romancier nous conte son quoti­ touchants, sans rien gommer de A l’instar de toutes les grosses malfrats et des hôtesses de bar et quelques bribes de l’enfance de Sara et sa
dien de brigadier au sein du SRPJ leur côté un peu perdu, dépassé villes portuaires, Busan abrite de signe un mélancolique roman sensation oppressante de ne pas être comprise.
de Toulouse : après Abattez les par la vie. Le roman se densifie au nombreux trafics et rackets. Peu­ d’action.  « J’ai grandi à la frontière d’un cri », explique­
grands arbres (Cairn, 2015), où ré­ fur et à mesure qu’ils entrent un à plé de pauvres et de voyous, t­elle. Le romancier sème des mots justes et
sonnaient les échos du génocide un dans la danse.  Guam en est le quartier le plus sang chaud sobres pour évoquer le parcours de son héroïne.
des Tutsi, et La Chance du perdant sordide. Le père Sohn, proprié­ (Tteugeoun pi), Son récit donne lieu à une réflexion sur la
(Liana Levi, 2017), qui se déroulait que tombe le silence, taire d’hôtels et de tripots, se par­ de Kim Un­su, féminité et la difficulté à s’assumer tel que
dans des tripots clandestins, Que de Christophe Guillaumot, tage le territoire avec quelques traduit du coréen par l’on est.  r. bo.
tombe le silence explore le milieu Liana Levi, « Policiers », vieux, comme lui amateurs de Kyungran Choi et Lise Charrin,  Météore, d’Antoine Dole, Actes Sud Junior,
de la drogue avec un regard acéré. 304 p., 19 €. bouillon de bœuf. A Guam, les Matin calme, 476 p., 22 €. « D’une seule voix », 80 p., 9,80 €. Dès 15 ans.

https://t.me/WorldAndNews
Daily Newspapers & Magazines in PDF for Telegram: @WorldAndNews

10 | Rencontre 0123
Vendredi 14 février 2020

Claire Castillon

«J’écris
avec colère,
une colère
d’écriture»
La romancière cultive depuis vingt ans l’art d’appuyer
là où ça fait mal, n’hésitant pas à évoquer les corps
vieillissants et les féminicides. Ou, comme dans
« Marche blanche », une disparition d’enfant

zoé courtois Parcours

E
lle plie sa mince silhouette et
s’assied. Le teint un peu 1975 Claire Castillon naît à Boulogne­
rosé par un rhume, Claire Billancourt (Hauts­de­Seine).
Castillon dit être dans un état
second, mais rien ne le laisse 2000 Son premier roman, Le Grenier,
deviner quand on la ren­ paraît chez Anne Carrière.
contre chez Gallimard, juste avant qu’elle
ne se rende chez le médecin. 2016 Les Messieurs (L’Olivier)
Aux questions sur son nouveau livre, Claire Castillon, à Paris, en 2017. MATHIEU ZAZZO/PASCO
à la noirceur remarquable, elle répond
avec douceur. Marche blanche est un
tombeau fictionnel dans l’étendue des toujours), mais n’est jamais passée à l’acte. mes narratrices lutte d’arrache­pied c’est la logique. « Je suis quelqu’un de
montagnes jurassiennes, qui n’offrent La grâce effacée de Claire Castillon, contre sa répulsion. Ce n’est pas : “Berk, précis. Comme un ordinateur. Chacun de
pas encore assez d’espace à la douleur de presque timide dans la conversation, a c’est répugnant”, c’est : “Pourvu qu’il n’ait mes personnages a un système de pensée EXTRAIT
personnages confrontés à la perte d’une de quoi dérouter : en littérature, l’écri­ pas vu que je regarde sa main dégoûtante et les choses se déroulent l’une après
enfant. Tandis que la romancière évoque vaine cultive l’art de crever les abcès. pleine d’arthrose.” Bizarre comme pensée, l’autre et font sens dans ce système. » « Contrairement à Carl, moi,
son envie d’écrire sur la disparition et Sans outrancière jubilation ni obsession non ? Moi, ça m’a plu. » Et d’ajouter, son­ Ce système, l’écrivaine le conçoit dans je dis merci le progrès techni­
l’absence, « ce noir qui vous traverse », son
particulière, sans rougir non plus d’être geuse : « C’est ça qui est vraiment brutal, ses romans comme une « tyrannie ». que parce qu’il y a moins de
regard se promène du côté de la porte. Va­ de ceux qui trouvent plus d’intérêt au fu­ au fond : cette précaution. » Dans Ma grande (Gallimard, 2018), par monde dans l’imprimerie de­
t­elle, à l’instar de la petite Hortense quimier qu’à la jonquille, elle appuie là où La brutalité dans un gant de velours. exemple, son avant­dernier roman, un puis que Jacques et Alain ont
s’évanouit pendant une partie de cache­ cela fait mal, nettoie avec application les Voilà donc ce qu’écrit Claire Castillon. homme explique à sa femme pourquoi il été licenciés, alors c’est plus
cache, nous filer entre les doigts si l’on plaies, et y met pour tout pansement de Ainsi que comment, et pourquoi elle vient de l’assassiner, sans que jamais son facile d’avancer vers Carl
ferme un peu trop longtemps les yeux ? longues phrases transparentes et pures l’écrit : « J’écris avec colère, une colère point de vue à elle, et pour cause, soit sans autant de regards. Ses
Un rire la ramène, et elle confie son rêve – c’est sûr, elle appartient à l’école de d’écriture. Je m’anime dans des person­ présenté. Le féminicide, explique la ro­ collègues ont été corrects
ceux qui arracheront la compresse nages qui se sentent empêchés par un mancière, est alors « logique » pour le lec­ avec nous, mais quand nous
teur, « pas moral, bien sûr, mais logique ».
« Je suis quelqu’un de précis. d’un coup sec.
Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à
homme, par une mère vampire ou par
une histoire d’amour un peu terne. » Elle Un mot que Claire Castillon affectionne
sommes rentrés tous ensem­
ble sans le moindre indice
Comme un ordinateur. lire Les Messieurs (L’Olivier, 2016). confie être venue elle­même « empê­ (il ne cesse de revenir dans la conversa­ après la battue, j’ai senti
Chacun de mes personnages Dans ce recueil de nouvelles, elle chée » à la littérature. Entre 18 et 23 ans, tion), et que scande d’ailleurs sa narra­ qu’ils nous en voulaient. Carl
évoquait les relations amoureuses elle a souffert d’agoraphobie, et fréquen­ trice dans Marche blanche. prétend que c’est faux, qu’ils
a un système de pensée et entre de très jeunes femmes et de ter les lieux publics lui était devenu im­ Le roman met en scène la mère effon­ étaient au contraire désespé­
les choses se déroulent l’une vieux hommes. Elle y relatait no­ possible. Mais Claire Castillon était prag­ drée de la petite Hortense, toujours ron­ rés pour nous, mais moi je
tamment comment le dégoût du matique – elle l’est toujours. Quitte à vi­ gée par la perte de sa fille dix ans après pense que ça a été compli­
après l’autre et font sens corps vieillissant de l’autre teinte vre enfermée, autant l’être dans la tête la disparition de celle­ci, et qui vit pres­ qué pour eux de ne pas re­
dans ce système » – sans l’éteindre pourtant – le dé­ d’un personnage nourri de la même que recluse chez elle. Un jour, une fa­ trouver notre fille et de de­
sir que l’on peut en avoir. Depuis chose. Et, toute « fendue » qu’elle fût, elle mille emménage de l’autre côté de la rue. voir admettre qu’ils avaient
son premier roman, Le Grenier s’est aperçue qu’écrire « recousait ». « Et Leur aînée a 14 ans – l’âge qu’aurait eu été nuls. (…) Ils l’ont cherchée
littéraire, un tantinet beckettien : une (Anne Carrière, 2000), ses livres sont vo­ puis je me suis refendue et recousue, à Hortense. Le raisonnement est aussi ri­ pendant quarante­huit heu­
pièce de théâtre qui s’intitulerait « La lontiers qualifiés de « trash » : « C’était le chaque livre », résume­t­elle. A force, elle goureusement implacable qu’un syllo­ res sans dormir, a maugréé
Dispute », constituée entièrement des nouveau mot à la mode », balaie Claire connaît cette béance qui la coupe par le gisme aristotélicien. Hortense avait 4 ans Carl pour les défendre, et
silences entrecoupant une querelle Castillon, moqueuse. En garde­t­elle une milieu, et à travers laquelle elle peut lais­ lors de sa disparition il y a dix ans, Hé­ c’était compliqué pour moi
d’amoureux – « Des moments plongés quelconque rancœur ? Non. Posément, ser passer ses personnages. Mais un seul lène en a 14 aujourd’hui : voilà pour les de ne pas lui demander de
dans une chape de plomb, où l’on sent que l’écrivaine nous explique n’avoir jamais à la fois. Ou deux. Pas plus, précise­t­elle : prémisses. Conclusion : Hortense est re­ choisir son camp. Et de ne
quelque chose va sortir, mais où on ne sait fait en sorte de changer la manière dont il ne faut pas qu’il y ait trop de monde. La venue. « Logique. » La folie n’est jamais pas lui rire au nez. Quarante­
pas encore bien quoi. » Elle avait pensé on parle de ses livres. Mais que ce qui beauté complexe de la polyphonie, le dé­ l’absence de raison, mais une raison dé­ huit heures pour ça ? Pas des
dissimuler un enregistreur chez des l’inspire, elle, est tout à fait aux antipo­ licat équilibre de la concurrence et du raillée, explique la romancière, « qui a flèches, tes collègues. »
couples d’amis (« Oh, je connais des ex­ des de ce qu’on en dit. La précaution, par concours des points de vue, cela n’émeut quelque chose de très vrai et de très ani­
perts en la matière », dit­elle en souriant exemple : « Dans Les Messieurs, une de guère Claire Castillon. Ce qu’elle aime, mal ». Et dont la mécanique continue de marche blanche,
fonctionner « un pied sur terre et un pied pages 50­51
dans le caniveau ». Grimace. « Non, l’ex­
pression n’est pas très heureuse. » Elle
La vérité sur l’enlèvement d’Hortense réfléchit, les yeux à nouveau perdus
dans le vague. Un ange passe. On lui pro­ « Ils habitent toujours un entre­deux. Par­
PEUT­ÊTRE EST­CE LE DÉCOR DU D’abord parce que c’est dans le mari de la narratrice et père d’Hor­ pose un mot, puis un autre, elle les re­ fois un peu adultes et un peu enfants.
HAUT­JURA qu’élit ici Claire Cas­ langage que gît la vérité sur l’enlève­ tense, s’enfuit si souvent vers les jette tous deux d’une moue, réfléchit Parfois sûrs d’eux, autoritaires et protec­
tillon (l’hiver, il gèle à pierre fendre ment d’Hortense, 4 ans, par un « pe­ montagnes à vélo). Un texte précis encore une seconde : « Disons plutôt que teurs, et profondément frêles. » Et dans
aux Rousses). Ou peut­être est­ce tit homme sec ». Un jeune garçon, et beau sur le couple et la liberté c’est la raison d’un pas de côté. » Marche blanche ? « Dans Marche blanche,
parce que sa narratrice passe outre par chance, a pu décrire le suspect qu’on y prend ou qu’on y perd tour à A la voir pratiquer la conversation la mère qui perd sa fille s’infantilise. Elle
aux dix années d’absence de la s’enfuyant du square avec la fillette tour. Car Claire Castillon ne se saisit comme une équilibriste marche sur son redevient enfant parce que c’est seule­
petite Hortense qu’elle est encore sous le bras. C’est alors une longue du type classique de la mater dolo­ fil, chaque mot mesuré et pesé avant et ment ainsi qu’elle peut retrouver la
à l’affût (« Je n’épie pas, je promène glose de ce portrait­robot laconique, rosa que pour lui offrir, avec origina­ après qu’il a été prononcé, on comprend sienne. » La romancière ajoute même, en
mes yeux », proteste­t­elle pour la servie par la subtilité de la plume de lité et même brio, une interpréta­ mal comment Claire Castillon peut se ré­ éclatant d’un rire argentin peu congru
forme), absolument seule dans la romancière, qui procède par tion vibrante de modernité.  z. c. soudre à accepter ce « pas de côté ». Elle avec le ton de la discussion, qu’écrire la
l’urgence de la traque quand tous menus glissements et dérapages s’en explique en avançant que, pour Mar­ transforme en « vieille peau décorti­
autour d’elle ont capitulé. Toujours contrôlés. marche blanche, che blanche, et comme toujours dans son quée ». Plus vraiment elle, ni tout à fait
est­il que l’atmosphère de Marche Mais Marche blanche est surtout de Claire Castillon, processus d’écriture – ces temps­ci, elle non plus ses narrateurs et narratrices,
blanche, diablement glaçante, un roman d’une grande justesse Gallimard, 176 p., 16 €. n’arrête pas, car elle écrit aussi pour la elle n’échappe pas dans l’écriture (et,
pétrifiante parfois, semble beau­ psychologique sur la parentalité et Signalons, de la même auteure, jeunesse –, elle s’est perdue de vue. soupçonne­t­on, dans la vie) au sort
coup emprunter au polar nordique. ses affres (ceux que l’on n’ose la parution en poche de Ma grande, Qu’elle a dû entrer dans un « état un peu qu’elle réserve à ses personnages,
Sans toutefois s’y résumer. s’avouer, ceux qui font que Carl, le Folio, 176 p., 6,90 €. limite » qui caractérise ses personnages. condamnés à la dualité. 

https://t.me/WorldAndNews