[Année

]
[Tapez le titre du document]

PB [Tapez le nom de la société] [Sélectionnez la date]

I-

PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT

I.1 principe : Procédé de traitement biologique aérobie à culture fixée. Les microorganismes se développent sur un matériau support régulièrement irrigué par l'effluent à traiter. Cette filière consiste à alimenter en eau, préalablement décantée, un ouvrage contenant une masse de matériau (pouzzolane ou plastique) servant de support aux micro-organismes épurateurs qui y forment un film biologique responsable de l'assimilation de la pollution. Le film biologique se décroche au fur et à mesure que l'eau percole. En sortie du lit bactérien, est recueilli un mélange d'eau traitée et de biofilm. Ce dernier est piégé au niveau d'un décanteur secondaire sous forme de boues et l'eau traitée rejoint le milieu naturel. La recirculation des boues vers le décanteur digesteur est essentielle. Les eaux usées sont réparties sur la partie supérieure du lit dans la majorité des cas, au moyen d'un distributeur rotatif (sprinkler). La satisfaction des besoins en oxygène est obtenue par voie naturelle ou par aération forcée. Il s'agit d'apporter l'oxygène nécessaire aux bactéries aérobies pour les maintenir en bon état de fonctionnement. Les matières polluantes sont assimilées par les micro-organismes formant le film biologique. Celui-ci est constitué de bactéries aérobies à la surface et de bactéries anaérobies en profondeur. Les sous produits et le gaz carbonique normalement produits par l'épuration s'évacuent dans les fluides liquides ou gazeux. Les boues excédentaires qui se décrochent naturellement du support sous l'effet de la charge hydraulique sont séparées par décantation secondaire. Cette technique épuratoire repose sur la capacité des bactéries contenues dans les effluents à synthétiser et libérer des exopolymères visqueux (longs filaments polysaccharides appelés Glycocalix) lesquels assurent leur fixation sur un support inerte.

insectes. protozoaires.«) Le biofilm est autorégulé grâce :  au décollement naturel : l'absence d'oxygène en fond de floc provoque une fermentation anaérobie laquelle engendre la formation de microbulles et une fragilisation du biofilm lequel finit par se détacher et être entraîné avec l'effluent  aux frottements de l'eau sur sa surface  à la consommation du biofilm par les macroinvertébrés : nématodes et larves d'insecte ou les protozoaires L'ensemble des micro-organismes (bactéries. . y A signaler Une chute sensible des rendements dès que la température extérieure descend en dessous de 5°C I.) fixés sur le support est appelé Zooglée. métazoaires. vers.2 utilisation Cette filière de traitement était très prisée dans les années 60 et début des années 70.Les bactéries s'agglomèrent pour former un biofilm qui assure son développement à partir de l'effluent qui ruisselle à sa surface et de l'oxygène contenu dans l'air atmosphérique. etc. L'arrivée des filières à boues activées a considérablement freiné son développement. Le biofilm est composé essentiellement de bactéries mais accueille également d'autres organismes intégrés dans une chaîne alimentaire plus ou moins complexe (protozoaires.

Actuellement. ce système est remis au goût du jour grâce à un coût énergétique faibl et une exploitation facilitée. Peut être aménagé avec un système mécanique auquel on adjoint un compacteur . Il limite ainsi l'accumulation de dépôts dans les ouvrages et assure la stabilisation des boues primaires piégées et des boues biologiques en excès.1 Prétraitement. II. cela limite les contraintes d'exploitation.2 Dessablage ± Canal de mesures ±Déversoir d'orage . II.2.2.1. II.1. en tout cas nettement moins complexe qu'une boue activée classique. Améliorations utiles Un by-pass de grille est indispensable.1 Dégrillage Habituellement. IIConception II.2 conception au fil de l¶eau II. réduit les nuisances et préserve la propreté.2.1 généralités Les lits bactériens sont une filière de traitement biologique aérobie à biomasse fixée. il est constitué d'une grille statique associée à un canal de by-pass.

avec débit de pompe calibré. la fonction déversoir sera supprimée. constitué. d'un canal venturi calibré au débit maximal admissible et d'une lame déversante exutoire y En présence d'un refoulement.Digesteur.1. Il limite ainsi l'accumulation de dépôts dans les ouvrages et assure la stabilisation des boues primaires piégées et des boues biologiques en excès.3 Décanteur . pour le cas d'un réseau unitaire et alimentation gravitaire.d'un réservoir à sable. seul le canal de comptage sera conservé II. Piège une fraction des matières en suspension afin de limiter le colmatage du matériau de remplissage du lit bactérien. Avec un réseau séparatif.installé à l'aval du dégrillage. .2.Il est conseillé d'installer l'infrastructure suivante : y Ouvrage longitudinal combiné.

2.2. Le dimensionnement tient compte du type de matériau utilisé : traditionnel ou plastique.2. L'arrosage par goulotte fixe ou par coupelle est plus aléatoire. La surface développée est de 150 à 200 m2/m3 avec un indice de vide de 90 %. II.2. terre cuite.2. répartiteur.2. cailloux (40 ± 80 mm). L'aspersion ne doit pas être trop fine car il a été montré que le risque de colmatage augmente avec la finesse d'aspersion.4 Dimensionnement Il existe des lits bactériens à faible.2. quand cela est possible.Améliorations utiles Dans certains cas. anneaux ou toutes formes en PVC ou PE.2. Le sprinkler est le système d'aspersion le plus adapté et le plus répandu avec un débit suffisant pour lui communiquer un mouvement de rotation. 2.2.1 Matériau Le garnissage du lit bactérien peut être y plastique disque.2 Lit bactérien 2. forte ou très forte charge. gravier (80 . . y traditionnel : pouzzolane. Matériau traditionnel : Le lit bactérien peut fonctionner à faible ou forte charge. pont baladeur) Il doit permettre une répartition uniforme de l'effluent à traiter et éviter les cheminements préférentiels.120 mm) avec un indice de vide de 50 % 2. Les buses alimentées sous pression permettent une bonne répartition de l'effluent mais la force de curage reste faible.3 Répartition de l'effluent L'arrosage peut être effectué de manière : · statique (goulotte.briques creuses. L'aération est effectuée par tirage naturel ou forcé. l'alimentation en eaux usées par l'intermédiaire des cheminées de dégazage en améliore nettement l'efficacité.2 Aération La surface des ouies d'aération situées à la base du lit doit représenter au minimum 5 % de la section transversale (ces ouies doivent pouvoir être obstruées l'hiver pour limiter l'impact du froid) 2.«) (peu conseillé) · dynamique (sprinkler. a.

le débit d'alimentation assure l'autocurage du lit (charge hydraulique supérieure à 0. les lits fonctionnent toujours à très forte charge. gravier permet d'obtenir des performances satisfaisantes du lit bactérien. Ainsi. Plasdek ordonné) ne donne pas satisfaction. Ainsi. b.A forte charge. Il n'y a pas d'autocurage du lit. le risque de colmatage de la filière est élevé. Ce type de matériau est moins sensible au colmatage mais la qualité du traitement est moindre également (70% d'élimination de la pollution carbonée) Le retour d'expérience du Cemagref dans le Sud Ouest montre que le garnissage plastique ordonné (cloisonyle. les performances de ce procédé sont supérieures (jusqu'à 95% d'élimination de la pollution carbonée). flocor) ou plastique vrac (Flocor R. cailloux.6 m3/m2/h). A faible charge. Il faut noter que plus la hauteur de matériau est grande. Filerpac. Cependant. Seul le garnissage en pouzzolane. Les performances de ce procédé approchent 80% d'élimination de la pollution carbonée. . la hauteur d'ouvrage est au moins de 4 mètres et peut même parfois atteindre 10 mètres. Matériau plastique : Du fait du prix élevé du matériau. plus la nitrification sera importante. Ce sont les prédateurs qui assurent la régulation de la biomasse fixée. la recirculation et la clarification ne sont pas nécessaires.

2. d'installer. il n'y a pas assez de recul pour avoir une opinion sur cette variante . · nitrifier (en augmentant le nombre de bactéries autotrophes). 2. 2.4 Recyclage . un canal de mesures de débit.2.II.Recirculation Il existe différents modes : y le recyclage d'eau clarifiée à l'aval du décanteur primaire y la recirculation depuis le fond du clarificateur (eaux + boues secondaires concentrées) à l'amont du décanteur primaire Il faut donc ne pas oublier de dimensionner les ouvrages correspondants en fonction du débit de recyclage. il peut éventuellement être remplacé par une lagune de finition. il est utile. · éviter la prolifération de mouches.2. · dénitrifier si la recirculation aboutit au niveau des prétraitements. En théorie. · augmenter le rendement par des passages successifs dans le massif filtrant. en entrée et en sortie.2. Le recyclage a plusieurs objectifs : · diluer les eaux brutes dont la concentration est trop élevée pour assurer un traitementsecondaire efficace. cela entraîne une réduction du volume du lit bactérien à construire.3 Clarificateur Cet ouvrage est nécessaire pour récupérer les boues qui se décrochent du lit par autocurage. Cependant.5 Autosurveillance Améliorations utiles Même si les stations de moins de 2000 EH sont peu concernées par l'autosurveillance. · éviter les périodes de non alimentation du lit lesquelles entraîneraient son desséchement. 2.6 Variantes Ajout d'un bassin de contact Il est possible d'ajouter un bassin de contact aéré à l'aval du lit bactérien dimensionné sur un temps de passage d'une heure. pour vérifier le bon fonctionnement de la station. Dans le cas de lits bactériens à faible charge. Cela améliore la floculation de la biomasse et augmente les rendements en MES.

Par contre. qu'il faille être vigilant sur ce système et vérifier que les défauts constatés ont bien été corrigés. Il semble donc.3. Le lit bactérien préfabriqué monobloc Ce type d'installation intéresse vivement les petites collectivités.L'expérience a montré que les procédés à cultures libres et à cultures fixées utilisées dans une même filière de traitement présentent un antagonisme certain. II. défaut d'aération).1 Vue de dessus . Cette variante permet d'améliorer la qualité du rejet et de réduire le volume du lit bactérien Ce complément de traitement permet de passer d'un niveau de rejet D2 à D4.3 schéma synoptique II. il est souvent plus avantageux d'ajouter ce système plutôt que de surdimensionner le lit bactérien. le CEMAGREF a relevé de nombreux dysfonctionnements (mauvaise répartition de l'effluent brut. Au niveau coût. Ajout d'un système à culture fixée sur support fin à l'aval du lit bactérien.

3.II.2 vue en coupe .

(2)Valeurs résultant de l'observation du fonctionnement des installations du bassin Rhin-Meuse. .4 les points clé de dimensionnement (1)Valeurs tirées de la bibliographie.II.

II.5 principaux dysfonctionnements .

III- Dimensionnement d¶une STEP à Lits bactériens Cas de la ville de Kalaa des Sraghna III. etc. La nature géologique du terrain qui doit être favorable pour des travaux de terrassement. La Possibilité d¶acheminer de façon gravitaire les eaux usées vers la station d¶épuration . d¶électricité.. de téléphone et des routes. Les critères de ce choix ont porté notamment sur La recherche d¶un site suffisamment éloigné du périmètre urbain et des agglomérations importantes pour prévenir les risques de nuisances (odeurs et bruits) et offrant les possibilités pour des extensions futures au delà de l¶horizon du projet . ce terrain correspond à un domaine collectif à vocation agricole.) . Sur le plan foncier. . La proximité d¶infrastructures de base (réseaux d¶eau. et son acquisition ne posera pas de problèmes . afin de minimiser le coût d¶investissement de la station .1 Choix du site d¶implantation de la station Le choix du site d¶implantation de la station d¶épuration projetée a été effectué dans le cadre des études antérieures du programme d¶assainissement de la ville. La nature juridique du terrain devant abriter la station.

impact sur le milieu récepteur (Limnologie. Il est à noter aussi que ce site se trouve dans le périmètre irrigué contrôlé par de l¶office régional de mise en valeur agricole du Haouz (ORMVAH). Dimensionnement d¶une STEP à lits bactériens précédés d¶étangs anaérobies et Gestion des sous produits ville Kalaa sraghna III .2. III.) . Tous ces critères ont aboutit au choix d¶un site situé au nord-ouest de la ville à l¶aval du point de rejet global des eaux usées brutes à environ 4 km des dernières constructions de la zone urbaine et à environ 1 km du douar le plus proche.2 Transfert des eaux usées vers la station d¶épuration Le transfert des eaux usées vers la station de traitement est effectuée moyennant une conduite qui prendra départ après le déversoir d¶orage DO3. Le volume V (en m3) de la bâche peut être déterminé par la formule suivante : V = Qm /4 * n * z Avec : . Son volume total doit être suffisant pour que le nombre de déclenchements par heure des moteurs ne dépasse pas une valeur maximale donnée par la constructeur. L¶existence d¶un milieu récepteur formant l¶exutoire naturel des eaux épurées en cas de non réutilisation. parcours sanitaires. et qui correspond à trois fois le débit moyen journalier en temps sec. Aspects de caractère socio-économique (espace de loisirs. faune. etc.impact sur les sols et les nappes phréatiques.Elle doit être dimensionnée pour faire véhiculer le débit max de dilution en période pluvieuse arrivant à la STEP à l¶horizon 2030.) Etc. etc. par la prise en considération des aspects suivants : . flore. L¶impact sur l¶environnement.1 Volume de la bâche La bâche d¶aspiration de la station de relevage constitue un volume tampon permettant de régulariser le fonctionnement des pompes.La proximité des zones potentielles de réutilisation permettant d¶optimiser l¶effort technique pour l¶alimentation des périmètres d¶irrigation par les eaux épurées .

La station de relevage a pour objet de relever les eaux usées collectées par le réseau gravitaire jusqu'au niveau des installations de dégrillage et de dessablage. pour alimenter une bâche au niveau de la station de relevage par pompes immergées en tête d¶un prétraitement.2 Puissance absorbée La puissance absorbée d¶une pompe est la puissance mécanique prise à l¶arbre de la pompe par la commande.3 Conception de la STEP et justification des ouvrages Le procédé de traitement choisi pour l¶épuration des eaux usées de la ville de Kalaa des sraghna. III. pouvant recevoir une pollution accidentelle.2. en cas de panne. Q. En effet. est le Lit Bactérien précédés d¶Etangs Anaérobies.Qm = débit moyen de la pompe (m3/h) Z = nombre maximum de démarrage par heure (8 à 10) n = nombre de pompes Dans la mesure du possible. permettant une élimination importante des . la conception de la station d¶épuration de la ville se présente comme suit : Une arrivée gravitaire des eaux usées brutes. H / g avec : P = puissance absorbée en kW = densité g = accélération de la pesanteur en m/s2 Q = débit relevé en m3/s H = hauteur manométrique totale (hauteur de relèvement (m) g = rendement global du groupe motopompe = p (rendement pompe) x m (rendement moteur) III. g. il serait toujours souhaitable de prévoir un trop plein qui doit permettre.3.1 Conception de la station Selon ce procédé. elle s¶exprime par la formule : P= . III. Un traitement primaire combinant une décantation et une dégradation anaérobie dans des étangs anaérobies. les eaux arrivent à une cote relativement profonde alors que le prétraitement doit se faire en élévation . ainsi qu¶un dessablage non aéré permettant de débarrasser les eaux usées des déchets et des sables . d¶évacuer les eaux usées vers un exutoire proche. Dimensionnement d¶une STEP à lits bactériens précédés d¶étangs anaérobies et Gestion des sous produits ville Kalaa sraghna Un prétraitement mécanique comprenant un dégrillage fin automatique et un dégrillage grossier sur by pass de secours.

matières décantages et en suspension ainsi que de la pollution organique exprimée en DBO5 (•50%) . Un traitement biologique (secondaire) dans des lits bactériens permettant une élimination poussée de la pollution organique (DBO5) . Une décantation secondaire dans des clarificateurs pour séparer les effluents épurés des boues. Des lits de séchage naturel pour le séchage des boues qui seront extraites et évacuées des étangs anaérobies dans des intervalles de temps adaptés. selon les normes décrites précédemment. en vue de leur réutilisation en agriculture ou de recharge de la nappe . . tandis qu¶une partie de l¶eau épurée est recyclée au niveau des lits bactériens qui fonctionneront à forte charge . Ces dernières seront envoyées dans les bassins anaérobies ou elles seront stabilisées. Des bassins de maturation en série pour la désinfection des effluents épurés afin de leur assurer la meilleure qualité requise.

En association avec des étangs anaérobies suffisamment dimensionnés. ce procédé permet la stabilisation des boues d¶une façon assez simple et avantageuse . La stabilisation des boues produites dans ces bassins et celles en excès produites dans les lits bactériens. est une solution envisageable pour les raisons suivantes : Elle représente une alternative évidente pour les stations à lagunage. Le besoin en énergie est clairement réduit par rapport aux procèdes à boues activées . en particulier en raison du besoin nettement réduit en surface . Les traitements sont constitues de trois opérations essentielles. les boues extraites du clarificateur (décanteur secondaire) sont renvoyées à la tête des bassins anaérobies. spécialement dans les réseaux unitaires. à savoir : Dégrillage Dessablage . les eaux usées brutes doivent subir.III. A l¶arrivée à la station d¶épuration. des traitements préalables purement physiques ou mécaniques nommés prétraitements et destinés à extraire de l¶effluent. la plus grande quantité possible des matières dont la nature ou la dimension constituerait une gêne pour les traitements ultérieurs.1 Prétraitement Les collecteurs des eaux usées véhiculent des matières très hétérogènes et souvent volumineuses. Les étangs anaérobies en amont des lits bactériens assument deux fonctions : Une nette réduction de la charge polluante en DBO5 de l¶ordre de 50% . avant leur traitement proprement dit.4. En effet. III. Eviter des ouvrages supplémentaires pour le traitement des boues (digestion) qui génèrent des coûts d¶investissement et d¶exploitation très élevés rendant ainsi la solution onéreuse et moins avantageuse sur le plan économique. 4 Description et fonctionnement des ouvrages de la station III.2 Justification des ouvrages de la station Le procédé de lits bactériens à l¶aval d¶étangs anaérobies pour le traitement des eaux usées de la ville de kalaa des sraghna.3.

Ce type de grille est adapté plus particulièrement aux petites collectivités et demande des interventions fréquentes de nettoyage.protéger la station contre l¶arrivée d¶éléments grossiers susceptibles d¶engendrer des bouchages dans les différentes unités de l¶installation .Déshuilage Dans la présente étude.But et principe de fonctionnement Le dégrillage est une opération indispensable qui permet de : .Le pré dégrillage (dégrillage grossier) avec un écartement entre barreaux compris entre 30 et 100 mm .4. Elles peuvent être verticales ou inclinées (60° à 80°). avant leurs prétraitement préalable. L¶efficacité de cette opération est fonction de l¶écartement des barreaux de la grille et l¶on distingue : . . ne seront plus autorisées à évacuer leurs eaux usées dans le réseau d¶assainissement de la ville. le choix entre une grille à nettoyage manuel et une grille à nettoyage mécanique . qui pourraient nuire à l¶efficacité des traitements suivants.séparer et évacuer facilement les matières volumineuses charriées par l¶eau brute. étant donné que les unités industrielles et de service. En général.Le dégrillage moyen avec un écartement compris entre 10 et 30 mm . Dimensionnement d¶une STEP à lits bactériens précédés d¶étangs anaérobies et Gestion des sous produits ville Kalaa sraghna On distingue deux types de grilles : les grilles à nettoyage manuel : elles sont généralement constituées par des barreaux droits en acier. mais en pratique les grilles à nettoyage mécanique sont plus sollicitées pour les raisons suivantes : . porte sur le coût d¶exploitation et l¶importance de la station d¶épuration.Dégraissage.1 Dégrillage A.Le dégrillage fin avec un écartement compris entre 3 et 10 mm. ou en compliquer l¶exécution.1. III. les grilles à nettoyage mécanique : elles permettent de diminuer notablement les interventions manuelles de nettoyage et sont adaptées à toute taille de stations. . de section cylindrique ou rectangulaire. productrices d¶effluents chargés d¶huile et de graisse. seuls le dégrillage et le dessablage seront envisagés.

en tenant compte de la perte de charge à travers la grille. on doit chercher des systèmes autonomes. Pour notre station. ainsi que la commande manuelle. Diminuer la fréquence des interventions manuelles . . Les eaux usées seront acheminées dans un canal vers un dégrillage fin automatique avec un espacement de 6 mm en deux filières qui seront secourues par un dégrillage grossier manuel d¶un espacement entre barreaux de 40 mm à installer sur un canal de by-pass de celles-ci. Pour le choix du type de dégrillage. automatiques et fiables tel que le dégrillage ´Echelonné´(step screen) en raison de la solidité de sa construction du fait que tous les mécanismes mobiles se trouvent à sec. La station de relevage sera munie d'un panier dégrilleur à l'entrée de la conduite d'amenée. de la simplicité du système et de la taille de la station d¶épuration. Un avantage de la grille choisie est représenté par la période de relèvement des matières grossières relativement longue ce qui permet une déshydratation poussée de ces matières.Installation importante . Le dégrilleur automatique permet la commande par horloge à durée et fréquence réglable. Effluents chargés Risque d¶arrivée brutale de matières volumineuses.

Dérailleur fin automatique .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful