Vous êtes sur la page 1sur 160

Unité ADC: Alimenter-Distribuer-Convertir

Fonction Alimenter
Rappel des notions de base

Réalisé par:

Pr. Mahmoud ELFILALI

Réference: cours de Pr M.SALMANI lycée technique de Tanger


Unité: ADC
Fonction Alimenter
Réalisé par:

Pr. Mahmoud ELFILALI


Rappel des notions de base
• Les dipôles
• Courant et tension continu
• Courant et tension alternatif
• L’impédance Z et l’impédance complexe Z
• Construction de Fresnel
• Théorème de Thévnin
• Théorème de superposition
• Théorème de Millman
Les dipôles
• Dipôle actif:
Génère l’énergie électrique.
Pile
Accumulateur
• Dipôle passif:
Consomme l’énergie électrique:

Résistance: R

Inductance: L

Capacité: C
Courant continu.
• Nature du courant.
• Intensité du courant.
• Représentation de l’intensité.
• Mesure de l’intensité.
• Loi des nœuds.

5
Nature du courant.
• Le courant électrique est un déplacement
de charges électriques dans la matière.
• Ions, électrons.

6
Circulation des électrons.
• Les électrons chargés
négativement +
circulent :

de la borne –
vers la borne +
-
du générateur.

7
Courant électrique
• Le sens de circulation
conventionnel du +
courant électrique est
de la borne +
vers la borne - du
générateur.
-

8
Quantité d’électricité

• L’unité de charge électrique est le


COULOMB (C).
• La charge d’un électron est de :
- 1,6 x 10-l 9 C.

9
INTENSITÉ DU COURANT.

L’intensité du courant
est le quotient de la
quantité d’électricité
Q par la durée t de
passage du courant.
• I en ampères.
Q
I • Q en coulombs.
t • t en secondes.

10
L’unité d’intensité est I’AMPÈRE (A).

• Multiples :
– Le Kilo ampère : 1kA = 103 A.
• Sous-multiples :
– Le milliampère : l mA = 10-3 A.
– Le microampère : 1A = 10-6 A.
– Le nanoampère : 1nA = 10-9 A.

11
Représentation d’un même courant
électrique

• Deux manières de représenter un courant


de 3 mA circulant de A vers B.
+ A I = 3mA + A I = - 3mA

B B

- -

12
Représentation de l’intensité.
• Le courant électrique est représenté sur les schémas
par une flèche qui n’indique pas forcément son sens
réel.
• L’intensité du courant est une grandeur algébrique ;
sa valeur est :
- positive lorsque le courant circule dans le sens de la
flèche.
- négative dans le cas contraire.

13
Représentation de l’intensité.
• Le courant électrique est représenté sur les schémas
par une flèche qui n’indique pas forcément son sens
réel.
• L’intensité du courant est une grandeur algébrique ;
sa valeur est :
- positive lorsque le courant circule dans le sens de la
flèche.
- négative dans le cas contraire.

14
Utilisation de l’ampèremètre.
• L’intensité se mesure avec un ampèremètre
placé en série dans le circuit.
• Symbole de l’ampèremètre.

15
Définition d’un nœud et analyse.
I
• Un nœud est un point I3
I1
de circuit ou + I2
aboutissent plusieurs M
-
conducteurs.
• La somme des
I est le courant principal, I1, I2 et I3 sont les
courants arrivant à un courants dérivés.
nœud est égale à la
somme des courants I = I1 + I2 +I3

qui en partent.
16
Loi des Nœuds.

• Plus généralement, la • Exemple de Nœud


somme des courants
arrivant à un nœud
est égale à la somme
des courants qui en
partent.

I1I3I4I2I5

17
Potentiels - Tensions.
• Différence de potentiel.
• Représentation de la tension.
• Potentiel de référence.
• Mesure des tensions.
• Loi des mailles.
• Ordres de grandeur des tensions.

18
Différence de potentiel.

• Le potentiel d’un point caractérise son niveau


électrique il s’exprime en VOLTS (V).
• La circulation du courant électrique entre deux
points d’un circuit est due à une différence de
potentiel entre ces deux points.
• La différence de potentiel est aussi appelée
tension elle s’exprime en VOLTS (V).

19
Représentation de la tension.
• La tension entre deux
A
points A et B est
notée UAB.
• UA est le potentiel du
UAB
point A, UB celui du
point B.
UAB = UA – UB. B

• UA en volts ; UB en
volts ; UAB en volts.

20
U -> Grandeur Algébrique.

• La tension est une grandeur algébrique


représentée par une flèche.
A A

UAB UBA UAB = - UBA

B B

21
Potentiel de référence.
• Le potentiel d’un
point n’est pas
mesurable, c’est un
nombre qui dépend
du point choisi
comme potentiel zéro
ou potentiel de
référence.

22
Potentiel en différents points.
4.5V D

• Les tensions aux bornes 1,5V


3V C
des piles sont toujours les 1,5V
mêmes. 1.5V B
1,5V
• Par contre, les potentiels 0V A
soulignés dépendent du
D 1.5V
point de référence. 1,5V
C 0V
1,5V
B -1.5V
1,5V
A -3V
23
Exemple :
• Dans la figure ci- 7V
UA=5V UB=-2V
contre : B
A
• UAB = UA - UB.
• UAM = UA - UM. 5V -2V
• UBM = UB - UM.
UM =0V

M
Calculez les potentiels.

UAB =5-(-2)= 7 V UAM = 5-0=5 V UBM = -2-0=-2 V


24
MESURE DES TENSIONS
• La tension se mesure
avec un VOLTMÈTRE. V

• Le voltmètre se monte
en dérivation sur le A B

circuit.
• Placer un voltmètre
mesurant UAB .

25
LOI DES MAILLES.

• Un circuit fermé est une


maille. A B C
• Dans le montage, on peut
définir 3 mailles :
ABE; BCDE; ABCDE.
E D

• La somme algébrique des tensions rencontrées en


parcourant une maille est nulle.
26
Étude de la maille ABEA.

• UAB+UBE+UEA = 0 V
A B C

• Une des tension de


E D cette maille peut
s ’écrire :
• UAE =UAB+UBE

27
Puissance.
• Définition.
• Mesure de Puissance.

28
Définition de la Puissance.

• La puissance électrique mise en jeu entre


deux points d’un circuit est égale au
produit de la tension entre ces deux points
par l’intensité du courant qui le traverse.

PU.I
• P en Watts.
• U en Volts.
• I en Ampères.

29
L’unité de puissance est le Watt.

• Le dipôle générateur • Le dipôle récepteur


fournit de la puissance absorbe de la
au circuit. puissance.

I>0 I>0

U >0 U >0

30
Mesure de la puissance.

*
W

Mesure au wattmètre.

31
Énergie électrique.
• Définition.
• Rendement.

32
Définition de l’énergie absorbée.

• L’énergie électrique absorbée


par un circuit est égale au
produit de la puissance
consommée par le temps de
fonctionnement.

W  P .t
• W en joules
• P en watts
• t en secondes

33
Unité d’énergie
• L’unité d’énergie W est le Joule (J).
• Une autre unité d’énergie utilisée en
électricité, est le watt-heure (Wh) et son
multiple le kilowatt-heure (kWh).
• 1 Wh = 3600 J.
• 1kWh=1000Wh
• 1 kWh = 3,6 x 106J.

34
Exercice.
• Un radiateur électrique dont la puissance
absorbée est de 1500 W a fonctionné 3 h.
Calculer l’énergie absorbée en :
• Wh : E=1500*3=4500Wh

• en kWh : 1kWh=1000Wh E=4500Wh=4.5kWh


• et en Joules .
1 kWh = 3,6 x 106J E=4.5*1.6.106 =7.2 106 J

35
RENDEMENT
• Un récepteur électrique ou machine, absorbe de
l’énergie électrique et la restitue sous d’autres
formes.
• Ainsi un moteur électrique transforme l’énergie
électrique qu’il absorbe en énergie mécanique.
• La transformation d’énergie s’accompagne toujours
d’un dégagement de chaleur, c’est de l’énergie
perdue.

36
Bilan énergétique.
Énergie absorbée.
• Lors de la
Chaleur.
transformation, l’énergie
est conservée :
MACHINE
Énergie absorbée (Moteur,lampe
alternateur…)
=
Énergie utile + Chaleur

soit :
Wa = Wu + pertes Énergie utile.

37
Rendement d’un récepteur.

• Le rendement d’un récepteur est égal :


– Au rapport entre la quantité d’énergie utile qu’il
produit et la quantité d’énergie qu’il absorbe.
– Au rapport entre la puissance utile et la
puissance absorbée.
• Wu énergie utile.
• Wa énergie absorbée.
Wu  Pu • Pu puissance utile.
Wa Pa
• Pa puissance absorbée.

38
EXEMPLES
• Le générateur d’une centrale électrique de
puissance utile 125 MW absorbe une
puissance mécanique de 130 MW.
11-Calculer son rendement.
12-Quelle est l’énergie dissipée (perdue) en
chaleur en une journée (24h) ?
• Quel est le rendement d’un radiateur
électrique ?

39
Le courant alternatif
• Principe d’une tension alternative
• Dipôles en alternatif
• Notions de puissance
• Le transport de l’énergie électrique
Principe d’une tension alternative

Une tension alternative sinusoïdale est définie par l'équation :


v(t )  V . 2. sin( .t )
V : tension efficace (V) ω : la pulsation (rd/s) ω = 2.π.f = 314 rd/s
Principe d’une tension alternative

Une tension alternative sinusoïdale est définie par l'équation :


v(t )  V . 2. sin( .t )
V : tension efficace (V) ω : la pulsation (rd/s) ω = 2.π.f = 314 rd/s

 Un courant continu circule dans un sens unique (de la borne +


vers la borne – de l’alimentation).

 Un courant alternatif change de sens


alternativement.sensalternativement.
Tension continue : tension aux bornes d’une pile.

Tension alternative : tension aux bornes d’un GBF.

. A retenir

Une tension alternative est une tension variable qui prend des
valeurs alternativement positives et négatives.

Une tension continue garde la même valeur au cours du temps.


Tension continue : tension aux bornes d’une pile.

Tension alternative : tension aux bornes d’un GBF.

. A retenir
Une tension alternative est périodique quand on peut décomposer
sa courbe en motifs élémentaires qui se répètent à l’identique dans
le temps.
En résumé :
Tension continue : valeur unique.
Tension alternative : valeurs positives et négatives.
Tension périodique : motif qui se répète dans le temps.

Identifiez ces trois tensions :

Tension alternative Tension continue Tension périodique


et périodique
Les caractéristiques d’une tension alternative
périodique.

Peut-on trouver un nombre réduit de paramètres pour


identifier totalement une tension alternative périodique ?
Oui, il y a 3 paramètres : la période, la fréquence et la
tension maximale.
A retenir
La période est la durée du motif élémentaire.
On la note T.
L’unité de la période est la seconde.

Mesurez sur votre courbe la valeur de la période.


T = 100 s

Dans la pratique, on
mesurera la période
entre deux sommets
consécutifs.
A retenir
La fréquence est le nombre de motifs élémentaires
en 1 seconde.
On la note f.
L’unité de la fréquence est le Hertz (Hz).
On calcule la fréquence avec la relation : f = 1 / T

Je dois convertir la période en


seconde pour utiliser cette relation.

Calculez la fréquence de votre tension alternative.

f = 1/ 100 = 0,01 Hz
A retenir
La valeur maximale de la tension est la plus grande
valeur de la tension.
On la note Umax.

Mesurez sur votre courbe la valeur maximale de la tension.

Umax = 4,3 V
L’utilisation d’un oscilloscope

Comment faire pour visualiser une tension alternative quand la


période est de plus en plus petite ?
A retenir
Un oscilloscope affiche une tension électrique en
fonction du temps.

Étapes pour régler le « zéro »

Étapes pour obtenir la courbe


la plus grande sur l ’écran.

En pratique, on règle les deux boutons pour


obtenir une courbe sur l’écran la plus grande
possible avec au moins deux sommets visibles .
Tension C’est l’échelle sur
l’axe horizontal :
l’axe des temps.
en ms/carreau ou
en µs/carreau
0
temps C’est l’échelle sur
l’axe vertical : l’axe
des tensions.
en V/carreau ou en
mV/carreau

En pratique, on règle les deux boutons pour


obtenir une courbe sur l’écran la plus grande
possible avec au moins deux sommets visibles .
Comment mesurer la période T avec un oscilloscope?

C’est l’échelle sur


T
l’axe horizontal :
l’axe des temps.
2 ms/carreau

La période correspond à 3 carreaux.


La période est donnée par la relation :
T = 3 x 2 = 6 ms La période T est de 6 millisecondes
Comment mesurer la valeur maximale de la tension Umax ?

Umax
C’est l’échelle sur
l’axe vertical :
l’axe des
tensions.
2 V/carreau

La tension maximale correspond à 2 carreaux.


La tension maximale est donnée par la relation :
Umax = 2 x 2 = 4 V
4. Peut-on utiliser un multimètre dans le cas d’une
tension alternative ?

Un voltmètre en position AC mesure la tension


efficace (notée Ueff).

Y a-t-il une relation entre la tension maximale Umax et la


tension efficace Ueff ?
On peut calculer la tension efficace par la relation :
U max
U eff 
2
Dipôles en alternatif
Dipôle résistif :
U

I
U

I
Le courant et la tension sont
en phase :
Il n’y a pas de déphasage

i (t )  I 2 sin(t )
u (t )  U 2 sin(t )
Dipôles en alternatif
Dipôle inductif :
U
I
I
U
Le courant est en quadrature
Arrière par rapport à la tension :
Il y a un déphasage  = /2

i (t )  I 2 sin(t )


u (t )  U 2 sin(t  )
2
Dipôles en alternatif
Dipôle capacitif :
Uc
Ic
Ic
Uc
Le courant est en quadrature
Avant par rapport à la tension :
Il y a un déphasage
 = - /2


Dipôles en alternatif
Synthèse :
ZR
I I U
U

Z  L.
I I U
U
1
I Z
C
I U
U
Dipôles en alternatif
Application :
UR UL
R = 6Ω Lω = 8Ω
I
U
Objectifs : - Déterminer le déphasage entre U et I
- Calculer U pour I = 1A
On choisi le courant comme référence

D’après la loi des mailles, on sait que : U = UR + UL


Dipôles en alternatif

UR UL
R = 6Ω Lω = 8Ω
I
U

U = UR + UL
U UL
Ul 
tg ( ) 
Ur
UR
Notion de puissance
Introduction
U UL
UR UL
 P=U.I.cos()
I
U UR
Dans un dipôle « complexe » on distingue deux parties :
- La partie active : résistance pure
- La partie réactive : inductance ou capacité

Seule, la partie résistance consomme une puissance active


Notion de puissance
Définitions :

On distingue :
- La puissance apparente S=U.I
- La puissance active P=U.I.cos()

- La puissance réactive Q=U.I.sin()

Lorsque l’on ne précise pas, on parle de puissance active


E.D.F. Facture une énergie active : P active x temps
Unité: ADC
ALIMENTER : ENERGIES ELECTRIQUES

Monophasé:
Industrie et
Les réseaux Triphasé
Industrie
Habitation électriques
ALIMENTER : Réseau monophasé

Signal
Continu électrique alternatif
(courant ou tension)
ALIMENTER : Réseau monophasé
Tension alternatif:

u(t) = Umax sin (ωt + φu)

ou u(t) = U√2 sin (ωt + φu).

Avec :
u est la valeur instantanée de la tension.
Umax est la valeur maximale ou amplitude de u.
U est la valeur efficace de u. Relation a retenir:
ω est la pulsation ou vitesse angulaire en rad/s T=1/f
ωt+φu est la phase à l'instant t exprimée en radian. ω =2π/T = 2πf
φu est la phase à l'origine (t=0).
ω (rad/s):pulsation
sin (ωt + φu)= -1 u(t)= -Umax T(s): la période
F(Hz):Fréquence
sin (ωt + φu)= 1 u(t)= Umax
ALIMENTER : Réseau monophasé
Représentation de Fresnel

u(t) = U√2 sin (ωt + φu)

 on associe donc à cette tension un vecteur tournant à ω


et on le représente à l’instant t= 0.
• on a :
norme du vecteur ↔ valeur efficace
angle entre vecteur et l’axe OX ↔ phase à l’origine φ

φu
O X
ALIMENTER : Réseau monophasé
Représentation de Fresnel
Exemple:

Représenter par leur vecteur de Fresnel ces deux tensions :


u1(t)= 2√2 sin (ωt + π/4)
u2(t)= 3√2 sin (ωt - π/6)
1cm  1V
U1=2V et φ1=+ π/4
U2=3V et φ2=-π/6 2V  2cm
3V  3cm
U1

φ1=+ π/4

O X

U2
ALIMENTER : Réseau monophasé
ALIMENTER : Réseau monophasé
Représentation par nombre complexe:
Représentation par un nombre complexe
Le vecteur de Fresnel est un outil intéressant mais il conduit à des
diagrammes vectoriels et donc à une résolution graphique (des problèmes).
On utilise donc un autre outil pour étudier un circuit en régime sinusoïdal

Exemple:
u1(t)= 2√2 sin (ωt + π/4) U1=2.cos (π/4)+j.2.sin(π/4)
u2(t)= 3√2 sin (ωt - π/6) ?
ALIMENTER : Réseau monophasé
Représentation par nombre complexe:
Exemple:
u1(t)= 2√2 sin (ωt + π/4) U1=2.cos (π/4)+j.2.sin(π/4)
u2(t)= 3√2 sin (ωt - π/6) U2=3.cos (- π/6)+j.3.sin(-π/6)

U1=2.cos (π/4)+j.2.sin(π/4) j2 =-1


Y
=2.√2/2+j.2√2/2
U1 =√2+j√2=a+j.b

π/4

-π/6 X
ALIMENTER : Réseau monophasé
Déphasage:

Lorsqu’on observe à l’oscilloscope deux tensions sur un même circuit, on constate


qu’elles sont décalées :
on dit qu’il existe une différence de phase ou déphasage.
Exemple:
2 tensions de même fréquence
u1 = U1√2 sin (ωt + φ1)
u2 = U2√2 sin (ωt + φ2)
ALIMENTER : Réseau monophasé
Retard ou avance:

On a une courant et un tension de pulsation


u(t) = U√2 sin (ωt + u)
i(t) = I√2 sin (ωt + i)

u >i donc u-i >0 c-à-d >0

u est en avance sur i


ou i est en retard sur u
ALIMENTER : Réseau monophasé
Retard ou avance:

On a une courant et un tension de pulsation


u(t) = U√2 sin (ωt + u)
i(t) = I√2 sin (ωt + i)

u <i donc u-i <0 càd <0

i est en avance sur u


ou u est en retard sur i
ALIMENTER : Réseau monophasé
Dipôles

Actifs Passifs

Produire l’énergie
Consomme l’énergie
Les générateurs, les
R,C,L
piles
ALIMENTER : Réseau monophasé
Dipôles passifs:
• Résistance: R

 Relation fondamentale avec valeur efficaces: U=RI


 Relation fondamentale u(t)=Ri(t)
 Déphasage:=0
 Impédance() Z=R
 Impédance complexe: Z  R

U  ZI
ALIMENTER : Réseau monophasé
Dipôles passifs:
• Inductance: L

 Relation fondamentale avec valeur efficaces: U=LI

 Relation fondamentale :
di
uL  L
dt
 Déphasage:L=+/2

 Impédance(): ZL=L

 Impédance complexe:
Z L  jL
ALIMENTER : Réseau monophasé
Dipôles passifs:
• Capacité: C
I
 Relation fondamentale avec valeur efficaces: UC 
 Relation fondamentale : C
duc
ic  C
dt
 Déphasage:C=-/2

 Impédance(): 1
ZC 
C
 Impédance complexe:
j
ZC 
C
ALIMENTER : Réseau monophasé

Puissances/ Théorème de Boucherot/Facteur de puissance :


Puissances:
 Puissances active: P  U  I  cos
• Résistance:
P  U  I  cos  U  I=R  I 2

  0  cos  1
U  R I
• Inductance: P=0 
• Capacité : P=0   cos  0
2
ALIMENTER : Réseau monophasé
Puissances/ Théorème de Boucherot/Facteur de puissance :
Puissances:
 Puissances réactive: Q  U  I  sin 
• Résistance:
  0  sin   0  Q  0
• Inductance:

  sin   1
 Q  L  I
2
2
U  L  I  U  I  L  I 2
• Capacité : 

2
 sin   1
 Q
1 2
I
U
I
U  I 
1 2
I
C
C C
ALIMENTER : Réseau monophasé
Puissances/ Théorème de Boucherot/Facteur de puissance :
Puissances:
Puissances apparente: S  U  I
ALIMENTER : Réseau monophasé
Puissances/ Théorème de Boucherot/Facteur de puissance :
Théorème de Boucherot:
Les puissances actives et réactives absorbées par un groupement de dipôles sont
respectivement égales à la somme des puissances actives et réactives absorbées par chaque
élément du groupement.

Pt =∑ Pi et Qt =∑ Qi

St  Pt  Q 2
t
2

St Pt
It  et cos  
U St
ALIMENTER : Réseau monophasé
Puissances/ Théorème de Boucherot/Facteur de puissance :
Facteur de puissance :
Pour diminuer le courant en ligne, on ajoute un condensateur en parallèle sur le récepteur.
ALIMENTER : Réseau monophasé
Puissances/ Théorème de Boucherot/Facteur de puissance :
Facteur de puissance :
Pour diminuer le courant en ligne, on ajoute un condensateur en parallèle sur le récepteur.

On en déduit la capacité du condensateur de la manière suivante :

(1) Q = - C.ω.U2 = Q’- Q


C

- C.ω.U2= P.tg φ'- P.tg φ

C.ω.U2= P.tg φ- P.tg φ’

P.tg  P.tg’
C
U2
ALIMENTER : Réseau monophasé
Puissances/ Théorème de Boucherot/Facteur de puissance :Exercice
EXERCICE N°1 :
Une installation, alimentée sous une tension de 230V ; 50 Hz comporte un ensemble de
radiateurs de puissance P1 = 5 kW, un moteur de puissance absorbé P2 = 3 kW, de
facteur de puissance fp = 0,7 et un poste à soudure de puissance électrique P3 = 4 kW et
de facteur de puissance fp = 0,6.
1- Calculer la puissance active totale P lorsque tous les récepteurs sont en fonctionnement.
2- Calculer la puissance réactive totale Q lorsque tous les récepteurs sont en
fonctionnement.
3- Calculer ensuite la puissance apparente totale S et en déduire le facteur de puissance
fp de
l’installation ainsi que le courant en ligne I.
4 On désire relever le facteur de puissance fp’ à 0,93. Calculer la valeur de la capacité C
du
condensateur à brancher en parallèle sur cette installation.
5- Calculer l’intensité I’ en ligne après le relèvement du facteur de puissance.
ALIMENTER : Réseau monophasé
EXERCICE N°1 :f=50Hz et U=230V
radiateurs de puissance P1 = 5 kW,
un moteur de puissance absorbé P2 = 3 kW, de facteur de puissance fp2 = 0,7
un poste à soudure de puissance électrique P3 = 4 kW et de facteur de puissance fp3 = 0,6.
1- Calculer la puissance active totale P lorsque tous les récepteurs sont en fonctionnement.
Pt  P1  P2  P3  5  3  4  12kW
2- Calculer la puissance réactive totale Q lorsque tous les récepteurs sont en fonctionnement.
Qt  Q2  Q3 Qt  P2  tan 2  P3  tan 3
avec 2  cos1 0.7  45.57 Qt  3.103  tan 2  4.103  tan 3
3  cos1 0.6  53.1 Qt  8.36kVAR
3- Calculer ensuite la puissance apparente totale S et en déduire le facteur de puissance fp de
l’installation ainsi que le courant en ligne I. 3
Pt 12.10 3
St 14.62 10
cos     0.82 It    63.56 A
St  Pt  Qt  14.62kVA
2 2
St 14.62 103 U 230
4 -On
désire relever le facteur de puissance fp’ à 0,93. Calculer la valeur de la capacité C du
condensateur à brancher en parallèle sur cette installation.
P.tg  P.tg’ Pt .tg  Pt .tg’
C C  C  1.6  104 F
 2U  2U
5- Calculer l’intensité I’ en ligne après le relèvement du facteur de puissance.

Pt 12.103
I'   56.1A
U  cos  ' 0.93  230
ALIMENTER :Réseau éléctrique

Monophasé:
Industrie et
Les réseaux Triphasé
Industrie
Habitation électriques
ALIMENTER : Réseau Triphasé

• Un système triphasé est un réseau à trois grandeurs(tensions ou courants)


sinusoïdales de même fréquence et déphasées, les unes par rapport aux
autres, d’un angle de 2π/3.
• Le système est équilibré si les grandeurs sinusoïdales sont de même valeur efficace. Il
est direct si les phases sont ordonnées dans le sens trigonométrique et inverse dans
l'autre cas.
ALIMENTER : Réseau Triphasé

• v1 , v2 et v3 sont les tensions simples (entre


phase et neutre).
• u12 = v1 - v2
u23 = v2 - v3
u31 = v3 - v1
• i1 , i2 et i3 sont les courants de ligne.
On a la relation : i1 + i2 + i3 = iN.
Si le système est équilibré, le courant de
neutre iN est nul et on a donc i1 + i2 + i3 = 0.

v1 (t )  V 2 sin(t ) 
u12 (t )  V 3 2 sin(t  )
6
2
v2 (t )  V 2 sin(t  ) 
3 u23 (t )  V 3 2 sin(t  )
2
4 7
v2 (t )  V 2 sin(t  ) u31 (t )  V 3 2 sin(t  )
3 6
ALIMENTER : Réseau Triphasé

 Les tensions simples:


Ce sont les d.d.p entre les divers conducteurs de
phase et de point neutre (réel ou fictif) : v1, v2, v3.
• v1(t) = V√2 sin (ωt)
• v2(t) = V√2 sin (ωt-2π/3)
• v3(t) = V√2 sin (ωt- 4π/3)
 Les tensions composées:
Ce sont les d.d.p entre les conducteurs des phases
consécutives : U12, U23, U31

v1 (t )  V 2 sin(t ) u12 (t )  V 3 2 sin(t  )
6
2 
v2 (t )  V 2 sin(t  ) u23 (t )  V 3 2 sin(t  )
3 2
4 7
v2 (t )  V 2 sin(t  ) u31 (t )  V 3 2 sin(t  )
3 6
ALIMENTER : Réseau Triphasé

 Les tensions simples:


Ce sont les d.d.p entre les divers conducteurs de
phase et de point neutre (réel ou fictif) : v1, v2, v3.
• v1(t) = V√2 sin (ωt)
• v2(t) = V√2 sin (ωt-2π/3)
• v3(t) = V√2 sin (ωt- 4π/3)
 Les tensions composées:
Ce sont les d.d.p entre les conducteurs des phases
consécutives : U12, U23, U31
ALIMENTER : Réseau Triphasé

 Représentation vectorielle de Fresnel des tensions:

U12

V3
U31
Origine des
2/ 3 phases
V1

V3

U23

Démontrer que: U V 3
ALIMENTER : Réseau Triphasé

 Représentation vectorielle de Fresnel des tensions:

U12
/ 6
V3 V3
U31
Origine des
2/ 3 phases
V1

V3

U23
ALIMENTER : Réseau Triphasé

 Représentation vectorielle de Fresnel des tensions:

30°
U
V
120°

V
ALIMENTER : Réseau Triphasé

 Représentation vectorielle de Fresnel des tensions:

U /2
cos(30)  U/2
V 30°

U /2 3
cos(30)   U/2 V
V 2 120°

U 3 V

2V 2

U V 3
U
 3
V
Ainsi, un système triphasé à basse tension sur le réseau est intitulé
: 230V/400V, 230V représentant la tension simple efficace et 400V
la tension composée efficace
ALIMENTER : Récepteurs triphasés équilibrés

Définitions:
Récepteur triphasé : c’est un récepteur constitué de trois éléments d’impédance Z.
Equilibré : si les trois éléments sont identiques.
Courant par phase : c’est le courant qui traverse les éléments Z du récepteur triphasé. Symbole : J
Courants en ligne : c’est le courant dans les fils du réseau triphasé. Symbole : I
Le réseau et le récepteur peuvent se relier de deux façons différentes : en étoile ou en triangle
ALIMENTER : Récepteurs triphasés équilibrés

Le réseau et le récepteur peuvent se relier de deux façons différentes : en étoile ou en triangle

Comme il s’agit des mêmes impédances, de ce fait


i + i + i = 0, donc i = 0.le courant dans le fil neutre est nul. Le fil neutre n’est donc pas nécessaire.
1 2 3 N

Pour un système triphasé équilibré, le fil neutre ne sert à rien.


ALIMENTER : Récepteurs triphasés équilibrés

• Comme il s’agit des mêmes impédances, de ce fait i1 + i2 + i3 = 0, donc i = 0.le


N

courant dans le fil neutre est nul. Le fil neutre n’est donc pas nécessaire.
Pour un système triphasé équilibré, le fil neutre ne sert à rien.
• Relations entre les courants :
On constate sur les schémas précédents que les courants en ligne
sont égaux aux courants par phase.
i1 = j 1 ; i2 = j 2 ; i3 = j 3
De plus la charge et le réseau sont équilibrés, donc : I1 = I2 = I3 = I = J
On retiendra pour le couplage étoile : I=J
ALIMENTER : Récepteurs triphasés équilibrés

• Couplage triangle:

Comme il s’agit des mêmes impédances, i1 + i2 + i3 = 0 et j1 + j2 + j3 = 0


Ici en aucun cas le fil neutre n’est nécessaire.
ALIMENTER : Récepteurs triphasés équilibrés

Relations entre les courants :

D’après les schémas du montage triangle : i1 = j1 - j3 => I1 = J1 - J3


i2 = j2 - j1 => I2 = J2 - J1
i3 = j3 - j2 => I3 = J3 - J2
ALIMENTER : Récepteurs triphasés équilibrés

Relations entre les courants :

D’après les schémas du montage triangle : i1 = j1 - j3 => I1 = J1 - J3


i2 = j2 - j1 => I2 = J2 - J1
i3 = j3 - j2 => I3 = J3 - J2
Le système triphasé est équilibré :
I1 = I2 = I3 = I et J1 = J2 = J3 = J
Pour le couplage triangle, la relation entre I et J est la même que la relation entre V et U.
Pour le couplage triangle :
I = √3 J
ALIMENTER : Mesure de puissances

• Théorème de Boucherot (rappel):


Les puissances active et réactive absorbées par un groupement de
dipôles sont respectivement égales à la somme des puissances
actives et réactives absorbées par chaque élément du groupement.
• Remarque : Ce théorème ne s'applique pas aux puissances apparentes, que
l'on ne peut cumuler (la puissance apparente est une somme complexe, de
composantes pas nécessairement en phase).
• Relation entre les différentes puissances :
P   3.U.I.cos 
Q   3.U.I.sin 
S   3.U.I
Elle se déduit du triangle rectangle de puissance
cos  
P
S
S P 2
 Q 2   3.V.I
Q
sin  
S
Q
tan  
P
S P 2
 Q 2   3.V.I
ALIMENTER : Mesure de puissances
• En régime équilibré, la méthode des deux wattmètres fournit donc des
renseignements précis sur le système étudié :
P = P1 + P2
Q = √3 (P1- P2) où P1 et P2 sont algébriques
tg φ = Q/P

• Charge résistive : φ = 0 → cos φ = 1

• Charge inductive : 0 < φ ≤ π/2 → 0 ≤ cos φ <1

• Charge capacitive : - π/2 ≤ φ < 0 → 0 ≤ cos φ <1


ALIMENTER : Amélioration du facteur de
puissance "cos φ "
Pourquoi améliorer le facteur de puissance ?
• Une trop grande consommation d'énergie réactive (facteur de puissance faible)
pour une installation électrique va augmenter considérablement ses courants
en ligne bien que sa puissance active n'est pas
changée.
• Pour limiter les courants en ligne et donc les pertes par effet joule, on doit donc
installer des batteries de condensateurs sources d'énergie réactive en parallèle
sur notre installation.
• On appelle cette technique "Compensation de l'énergie réactive ". Cette
compensation permet d'améliorer le facteur de puissance (cos φ)
ALIMENTER : Amélioration du facteur de
puissance "cos φ "

• Calcul de la capacité des condensateurs de compensation:


• Couplage des condensateurs en triangle
Tension aux bornes d’un condensateur : U
• Puissance réactive absorbée par un condensateur :
QC1 = - CωU2
(Signe – signifie que le condensateur fournit de la puissance réactive).
• Puissance réactive absorbée par les trois condensateurs: QC = 3QC1 = -3CωU2
ALIMENTER : Amélioration du facteur de
puissance "cos φ "

Détermination des capacités:


On en déduit la capacité du condensateur de la
manière suivante:
La relation (1) donne :
QC = -3C.ω.U2 = Q’- Q
-3C.ω.U2 = P.tg ' - P.tg
3C.ω.U2 = -P.(tg ’ - tg)
3C.ω.U2 = P.(tg  - tg’)
P.(tg  tg’) 
3C.ω.U2 = P.(tg  - tg’) C 
3.U 2
ALIMENTER : Amélioration du facteur de
puissance "cos φ "

Détermination des capacités:


couplage étoile:

En utilisant le même raisonnement que précédemment, on montre que la capacité du


condensateur est donnée par la relation :

P.(tg  tg’)  P.(tg  tg’) 


CY  C 
3.V 2 3.U 2

P.(tg  tg’) 
CY   3C
.U 2

Le couplage en étoile est donc moins intéressant puisque la capacité des


condensateurs nécessaires est trois fois plus grande que pour le couplage en triangle.
Plus la capacité est grande, plus le condensateur est volumineux et onéreux.
ALIMENTER : Amélioration du facteur de
puissance "cos φ "
Application: session normale 2014

  cos 1 
Q19 : Q20 :
Q16 : U  V 3
P1  0.36kW P2  1.07kW
Q18 : c
Q1  P1  tan 1  0.42kVAR Q2  1.07  tan 2  0.88kVAR
ALIMENTER : Amélioration du facteur de
puissance "cos φ "
Application: session normale 2014

Q21: Q21:
Q21:
P2  1.07kW
P  P2  P1  1.07  0.36  1.43kW S  P 2  Q 2  1.432  1.32  1.93kVA
Q2  1.07  tan 2  0.88kVAR
P1  0.36kW Q  Q2  Q1  0.88  0.42  1.3kVAR
Q1  P1  tan 1  0.42kVAR

Q22 : Q22 :
S  3UI  I 
S

1.93 103
 2.8 A P 1.43 103
3  400
cos     0.74
3U S 1.93 103
ALIMENTER : Amélioration du facteur de
puissance "cos φ "
Application: session normale 2014

Q22 :
P 1.43 103
cos     0.74
S 1.93 103
Q23 : Q23 :
cos   0.74 tan   0.9

Q23 :
cos  '  0.86
Q23 : Q23 :
cos   0.74 cos   0.86

Qr
Puissance reactive
Qr  0.309kVAr
ALIMENTER : Transformateur monophasé
définition
Les transformateurs sont utilisés pour adapter (élever ou abaisser) une tension
aux besoins de l’utilisation.
ALIMENTER : Transformateur monophasé
principe
Un transformateur comprend :
• Un circuit magnétique fermé, feuilleté
• Deux enroulements :
• le primaire comportant N1 spires
• le secondaire comportant N2 spires

I1 I2

V1 V2
 I1

n1
V1
générateur

I2

n2
V2
récepteur
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur parfait
Hypothèses simplificatrices:
• Circuit magnétique fermé de perméabilité infinie (pas de fuites de flux et pas de pertes
de fer).
• Enroulements primaire et secondaire de résistance nulle (pas de pertes par effet joule
dans les enroulements).
Relations entre les tensions:
A chaque instant, chaque spire est traversée par le même flux magnétique.
Au primaire:

d
e1  N1 
dt u1  e1 U1   E1  j N1
Au secondaire:

d
e2   N 2 
dt u2  e2 U 2  E2   j N1
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur parfait

U1   E1  j N1
max Bmax .S
 
U1  .N1. 2 2
Bmax .S
U1  2 .N1.   2 f
2
U1  4,44.N1. Bmax .S U 2  4,44.N2 . Bmax .S
Où U, E (valeurs efficaces) en (V), B (champ magnétique) en Tesla (T), s (section de fer) en
(m2) et
f (fréquences) en (Hz).
Formule de Boucherot
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur parfait

Relations entre les intensités:

Bilan des puissances : P1= P2 (transformateur parfait) soit le rendement est : η = P2/P1 = 1

Comme φ1 = φ 2 on a: S1 = S2 = U1 I1 = U2 I2

U 2 N 2 I1
m  
U1 N1 I 2
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel
En éliminant toutes les hypothèses précédentes :

Relations entre les tensions:


Le circuit du primaire peut se mettre en équation comme suit :

U1 = - E1 + R1.I1 + j L1 ω.I1

Le circuit du secondaire peut se mettre en équation comme suit :

U2 = E2 - R2.I2 - j L2 ω.I2
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel
En éliminant toutes les hypothèses précédentes :

Relations entre les tensions:


Le circuit du primaire peut se mettre en équation comme suit :

U1 = - E1 + R1.I1 + j L1 ω.I1

Le circuit du secondaire peut se mettre en équation comme suit :

U2 = E2 - R2.I2 - j L2 ω.I2
Relations entre les intensités :
La loi des nœuds en A s’écrit : N2
i1  i10  mi2  i10  i2
N1
Avec i10, intensité du courant absorbé par le primaire du transformateur à vide.
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel

Comportement simplifié dans l'hypothèse de Kapp:


L’hypothèse de Kapp permet de négliger le courant i10 vis à vis de i1 si bien que i1 et i2 sont
dans le rapport de transformation.
Schéma équivalent simplifié ramené au secondaire :
Le modèle de Thévenin équivalent au transformateur vu du secondaire consiste à
ramener tous les éléments du transformateur sur le circuit du secondaire.
Connaissant la charge, il sera aisé de calculer les paramètres électriques du
transformateur complet.
Les éléments R1 et X1=L1.ω peuvent être déplacés au secondaire en les multipliant par m2,
ainsi :
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel

?
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel

u1
u1  R1.i1 u1  R1.m.i2  i2
m.R1
u2
u2  R2  i2 R2  u2
R2 
i2
u1
u2
R2  m.R1 R2  m .R1
2
m.R1
u1
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel

u1  L1.i1 u1  L1.m.i2 u1
 i2
m.L1
u2
u2  Z  i2 Z u2
Z i2
u1
u2
Z  m.L1 
u1 Z  m .L1
2 m.L 1
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel

RS ZS

Le secondaire se comporte comme une source:


• de tension. : u  m.u
20 1

• d'impédance : Z S  (XS2  R S2 )
R S  (R 2  m 2 R1 )
XS  (X 2  m 2 X1 )
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel

On peut écrire l'équation du transformateur ramenée au secondaire :


U2 = U20 -(RS + jXS) I2
En valeur efficace :
U2 = U20 - ΔU2
avec ΔU2 valeur approché de la chute de tension au secondaire.
Calcul approché de la chute de tension au secondaire :
Le calcul de la chute de tension peut être alors réalisé à l’aide d’une formule
approchée :
ΔU2 = U20- U2
= RS.I2.cos φ2 + XS.I2.sin φ2
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel
Essai à vide:
• Pour U1 = U1N, on mesure U20 et P10.
• On calcule le rapport de transformation du transformateur
On tire :
• Puisque I10 est très faible donc PJ10 << P10.
PJ10 :Pertes joules

Finalement : essai à vide P10 = Pfer


Pfer : Perte Fer

U20
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel
Essai en court-circuit:
• Cet essai doit être réalisé sous tension réduite U1CC (sinon destruction
du transformateur)
Pour I2cc = I2n, on mesure : U1CC et P1CC.

P1CC
RS 
I 22 cc
U1CC
ZS  m
I 2CC
XS  (ZS2  R S2 )
ALIMENTER : Transformateur monophasé
étude du transformateur réel
Rendement du transformateur:
• Le rendement d'un appareil est le rapport de la puissance
restituée à la puissance fournie.
• Méthode directe
Cette méthode consiste à mesurer avec deux wattmètres P1
et P2. Soit η = P2/P1
• Méthode indirecte ou méthode des pertes séparées
Cette méthode consiste à évaluer les différentes pertes dans
les conditions nominales d’utilisation.
Soit:
ALIMENTER : Transformateur monophasé
Application

U 2  590V
U1  20kV

Q21 : a
Q22 : a
ALIMENTER : Transformateur monophasé
Application U 2  590V
U1  20kV
U2 590
Q 23 : m    0.03
U1 20.103

Q 24 : S  U 2  I 2 N  U1  I1N  1000kVA
S 1000.103
I1N    50 A
U1 20.103
S 1000.103
I2N    1.7 kA
U2 590

Q 25 : U 2 v : tension du sec ondaire à vide


R S : Re sis tan ce du Transf Ramené au sec ondaire
XS : Induc tan ce du Transf Ramené au sec ondaire
ALIMENTER : Transformateur Triphasé

Dans le transport et la distribution de l'énergie électrique, on utilise


des transformateurs triphasés de grande puissance. Ils sont installés dans:
• les centrales ;
• les postes d'interconnexion ;
• de distribution ;
• sur les poteaux ;
• dans les zones de distribution.
On peut considérer dans le principe de fonctionnement qu'un
transformateur triphasé est équivalent à trois transformateurs monophasés.
La différence tient essentiellement aux modes de couplage des
enroulements des transformateurs triphasés.
ALIMENTER : Transformateur Triphasé
Constitution:
Circuit magnétique:
Le circuit magnétique canalise le flux magnétique. Il est constitué d’un empilage de tôles. Ces tôles
sont :
• Isolées entre elles par oxydation (diminutions des pertes
par courant de Foucault) ;
• à cristaux orientés (diminution des pertes par hystérésis) ;
• assemblées en alterné pour limiter l’entrefer ( réductions
des fuites magnétiques).
Circuit électrique:
Il comprend les enroulements primaires et secondaires ainsi que les éléments permettant les
connexions avec les circuits extérieurs.
Pour les transformateurs triphasés, il y a 3 enroulements primaires et 3 enroulements secondaires.
ALIMENTER : Transformateur Triphasé
Couplage des enroulements:
Comme tous les récepteurs triphasés, le primaire d’un transformateur peut avoir
ses enroulements couplés en étoile ou en triangle. De la même façon, les
bobines secondaires pourront être connectées en étoile, en triangle ou en zig-
zag.
ALIMENTER : Transformateur Triphasé
Couplage des enroulements:
Par convention :
- les bornes haute tension sont repérées par des lettres majuscules : A, B, C.
- les bornes basse tension sont repérées par des lettres minuscules : a, b, c.
ALIMENTER : Transformateur Triphasé

Rapport de transformation:

Ce rapport dépend non seulement des nombres de spires primaires et secondaires, mais aussi
des couplages au primaire et au secondaire.
ALIMENTER : Transformateur Triphasé

Indice horaire:
Les conditions de couplage des enroulements primaires et secondaires ont aussi
pour effet d’introduire un déphasage entre des tensions primaires et secondaires et
homologues, c’est à dire apparaissant entre les bornes désignées par des mêmes
lettres: (VA, Va) ou (UAB, Uab).
En pratique, le déphasage θ obtenu est toujours un multiple entier de ± 30°.
θ = retard d’une tension BT sur son homologue HT

Transformateur Dyn11 signifie que:


• Couplage primaire : Triangle
• Couplage secondaire: étoile avec n: neutre
• 11: indice horaire càd: le dephasage entre la tension BT et son homologue HT
est égale:θ 3011=330°

ALIMENTER : Transformateur Triphasé

Indice horaire:

Transformateur Dyn11 signifie que:


• Couplage primaire : Triangle
• Couplage secondaire: étoile avec n: neutre
• 11: indice horaire càd: le dephasage entre la tension BT et son homologue HT
est égale:θ 3011=330°

VA
Va
ALIMENTER : Transformateur Triphasé
Caractéristiques d'un transformateur triphasé:

La plaque signalétique d'un transformateur donne les principales caractéristiques


électriques :
• La puissance assignée (en KVA).
• Les tensions primaire et secondaire assignées (en V ou KV).
• Les courants primaire et secondaire assignés (en A ou KA).
• La fréquence d'emploi (50 Hz).
• Les couplages côtés HT et BT.
• L'indice horaire.
• La tension de court-circuit (pourcentage de la tension primaire assignée pour obtenir
le courant nominal au secondaire, lorsque le secondaire est en court-circuit).
• Le mode de refroidissement.
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
DES MATERIELS
L’utilisation de l’énergie électrique présente des risques tant pour les personnes que
pour les matériels.
Protection des personnes : régimes de neutre

Protection des matériels : fusibles, disjoncteurs…..etc


Protection des personnes : régimes de neutre
L'énergie électrique demeure dangereuse et la majorité des accidents est due aux
défauts d'isolement des récepteurs.
La masse des récepteurs doit donc être reliée à la terre pour assurer une tension de
contact la plus faible possible. Quelle que soit la cause de ces défauts, ils présentent
des risques pour :
• la vie des personnes,
• la conservation des biens,
• la disponibilité de l’énergie électrique.
Pour la liaison à la terre, plusieurs solutions existent qui se trouvent dans la famille
des Schémas de Liaison à la Terre (SLT) appelés "régimes de neutre".

Régime de neutre: la manière avec laquelle les masses et la neutre sont reliés.
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
DES MATERIELS
3 régimes de neutre

Chaque régime de neutre est identifié grâce à deux lettres :


La première lettre : indique la situation du neutre du transformateur par rapport à
la terre :
• T : pour neutre raccordé à la terre.
• I : pour neutre isolé de la terre.
La deuxième lettre indique la situation des masses du récepteur :
• T : pour masse reliée à la terre.
• N : pour masse reliée au neutre.
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
DES MATERIELS
Regime TT
Boucle de Défaut
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
Regime TT DES MATERIELS
Boucle de Défaut

Danger potentiel et principe de protection :


Courant de default :
Lors d’un défaut d’isolement, un courant de défaut circule par la terre :
Tension de contact:
Une tension de contact apparaît entre les masses métalliques et le sol :
Uc = Ru x Id = 10 x 11,5 = 115 V
Cette tension est potentiellement dangereuse car elle est supérieure à la tension limite Ulim = 50 V.
La coupure de l’installation est obligatoire des l’apparition du défaut
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
Regime TT DES MATERIELS
Protection :
Elle est assurée par un dispositif différentiel
La sensibilité de ce DDR dépend de la tension limite de sécurité et de la résistance de
la prise de terre de l’installation (Ra) : IΔN = Ulimite /Ru
Une bonne prise de terre doit avoir la résistance la plus faible possible. Cette résistance
dépend de la nature du sol Toute installation TT doit être protégée par un dispositif
différentiel résiduel placé à l’origine de installation.
Il faut vérifier que ce dispositif de protection réagit en un temps inferieur à celui imposé par
la norme (temps de coupure maximal des DDR) :
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
DES MATERIELS
Regime TN
Les deux lettres qui définissent ce schéma TN signifient :
T : Le neutre du transformateur relie a la terre
N : Les masses métalliques reliées au neutre
Il existe deux types de schéma TN:
· Le TNC où le neutre et le conducteur de protection (PE) sont confondus. Ce schéma
est interdit pour les faibles sections.
· Le TNS où le neutre et le conducteur de protection (PE) sont sépares.
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
DES MATERIELS
Regime TN
Boucle de Défaut
Les prises de terre du neutre et des masses sont interconnectées.
En cas de défaut, un courant Id circule dans le conducteur PE ou PEN.

Courant de défaut :

0,8  V
Id =
(R ph +R pe )

Tension de contact :
si Rph = Rpe =R donc:
Uc  R pe  Id
 0.8  V / 2  0.4 x 230  92 V
Cette tension est potentiellement dangereuse car elle est supérieure à la tension limiteUlimite  50 V.
La coupure de l’installation est obligatoire des l’apparition du premierdéfaut.
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
Regime TN: DES MATERIELS
Protection :
Contre les surintensités, les dispositifs doivent répondre dans un temps tc très court (temps
de coupure normalisé).
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
DES MATERIELS
Regime IT
Les deux lettres qui définissent ce schéma IT signifient :
I : Le neutre du transformateur est isolé.
T : Les masses métalliques sont reliées à la terre. Danger potentiel et
principe de protection :
Courant de défaut :
Lors d’un défaut
d’isolement, un
courant de défaut
circule par la terre
V 230
Id = = = 0,11 A
Ztotal (2000 +10 +10)

Tension de contact :
La tension de contact apparaît entre les masses metalliques et le sol est:
Uc = Ru x Id = 10 x 0,1 = 1V ⇒ Tension non dangereuse pour les personnes.La coupure
n’est pas automatique. Mais le défaut doit être recherché et éliminé.
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
DES MATERIELS
Regime IT
Les deux lettres qui définissent ce schéma IT signifient :
I : Le neutre du transformateur est isolé.
T : Les masses métalliques sont reliées à la terre. Danger potentiel et
Tension de contact : principe de protection :
La tension de contact apparaît entre les Courant de défaut :
masses metalliques et le sol est: Lors d’un défaut
Uc = Ru x Id = 10 x 0,1 = 1V ⇒ Tension non d’isolement, un
dangereuse pour les personnes.La coupure courant de défaut
n’est pas automatique. Mais le défaut doit circule par la terre
être recherché et éliminé. Id =
V
=
230
= 0,11 A
Ztotal (2000 +10 +10)
Protection :
L’appareil qui détecte ce premier défaut est le
controleur permanent d’isolement (C.P.I.).
Cet appareil contrôle en permanence l’isolement du
réseau.Un générateur injecte du courant continu entre le réseau
et la terre.
a) Absence de défaut : le courant continu ne circule
pas entre le réseau et la terre.
b) Présence de défaut : un faible courant est débité sur
le réseau et le relais actionne les alarmes.
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET DES MATERIELS
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
DES MATERIELS
ALIMENTER : PROTECTION DES PERSONNES ET
DES MATERIELS
Protection electrique des materials
Les différents défauts
Les surcharges : Les court-circuits :
La surcharge se caractérise par un courant légèrement supérieur à La surintensité se caractérise par un courant très supérieur à l'intensité
l'intensité nominale (IN<ID<5´IN). nominale (ID>5´IN).
Elle peut être due à: Elle a lieu lorsque 2 conducteurs différents entrent en contact (court-
· trop d'appareils branchés sur une même prise; circuit) à la suite:
· le remplacement d'un appareil par un appareil plus puissant; · de la déconnexion d'un conducteur;
· un blocage ou une charge mécanique trop importante pour un · de la détérioration des isolants.
moteur… · d'une mauvaise manoeuvre;
Elle a pour conséquence une augmentation de la température des · d'une surcharge.
composants de l'installation. Cela Elle entraîne une élévation très importante de la température des
entraîne un vieillissement plus rapide des isolants, la détérioration du composants, la présence d'arcs
matériel (fusion des matières) électriques (étincelles) qui provoquent souvent un incendie.
jusqu'à l'incendie. Pour se protéger contre les surintensités, il faudra couper le courant
Pour se protéger, il faudra couper le courant d'autant plus vite que la instantanément (quelques
surcharge est importante (entre centièmes de seconde).
une seconde et quelques heures). Les surcharges et les surintensités sont des risques pour les biens
matériels
Protection electrique des materials
Dispositifs de protection
Les fusibles Les relais thermiques
Rôle: Une cartouche fusible sert à
Les disjoncteurs Fonction:Le relais thermique permet de protéger le moteur
Rôle: contre les surcharges.
protéger contre les court-circuit. Elle
Organe de commande et de Il ne possède pas de "pouvoir de coupure", il intervient
permet également la transmission de
protection, les disjoncteurs sont seulement sur le circuit de
l’énergie électrique.
pratiquement tous commande. C'est à dire qu'il donne l'ordre aux contacts
Fonction: L’élément fusible est
magnétothermiques, c’est-à-dire auxiliaires qui lui sont
constitué d’un fil métallique dans une
composé d’un associés et qui sont insérés dans le circuit de commande,
enveloppe fermé.
déclencheur thermique d'ouvrir celui-ci. Comme
Le fusible fond si le courant qui le traverse
(protection contre les surcharges) il ne protège pas contre les courants de court-circuit, il doit
dépasse la valeur assignée.
et d’un obligatoirement être
Les types:
déclencheur magnétique accompagné d’un fusible.
Il existe trois types principaux de
(protection contre les courts- Choix d'un relais thermique:
fusibles :
circuits). On choisit le relais thermique en fonction des
· ultra rapide (prosistor) : protection des
Critères du choix: caractéristiques suivantes :
semi-conducteurs (protection contre les
· Le calibre In ou intensité · Le courant de réglage (Ir) : sa valeur dépend de la valeur
courts-circuits),
assignée : Le choix du calibre se du courant d'emploi (Ie) qui doit être comprise dans la
· standard (type gG): usage général,
fait en relation avec l'intensité plage de réglage du relais thermique. Ir est réglé soit sur Ie,
protection câbles et tout type de
admissible dans la canalisation soit sur 1,05 x Ie.
récepteurs
selon les règles de la norme C15- · La tension nominale (Ue).
· type aM: accompagnement Moteur:
100. · La compensation en température : En cas d'utilisation
démarrage des moteurs
· La tension nominale d'emploi dans un environnement froid ou chaud, il faudra que le
Critères du choix:
(Ue). relais thermique soit compensé.
La classe du fusible : gG ou aM.
· Le Pouvoir de coupure (PdC > · La classe de fonctionnement : Selon les durées de
· Le calibre In ou intensité nominale
Icc) en kA. démarrage des moteurs, nous disposons de
· La tension nominale d'emploi (Ue).
· Le nombre de pôles protégés. trois classes de relais thermiques:
· La forme et la taille.
· Choix du bloc déclencheur : ▪ Classe 10 : déclenchement normal (démarrage de 4 à 10s).
· Le Pouvoir de coupure (PdC > Icc) en kA.
▪ Classe 20 : déclenchement faiblement temporisé (de 6 à 20s).
▪ Classe 30 : déclenchement fortement temporisé (jusqu'à 30s).
Protection electrique des materials
Dispositifs de protection
Les fusibles Les disjoncteurs Les relais thermiques