Vous êtes sur la page 1sur 64

Electrocinétique

partie 1 : Lois générales


Cours de 1re année de Licence

Faculté des Sciences Appliquées de Béthune

Bertrand Cassoret
1
A l’issue de ce cours, vous deviez être capable de :
- identifier les grandeurs caractéristiques : courant,
tension, puissance, sources, résistance, inductance,
condensateur

- Calculer les grandeurs caractéristiques dans les


réseaux électriques en utilisant : lois de Kirchoff,
ponts diviseur, superposition, Thévenin, Norton,
Milmann

2
I Définitions, Eléments de base
1) Courant électrique
• Le courant électrique correspond à un mouvement d’électrons dans un matériau conducteur. L’électricité est un
phénomène électromagnétique créé par l’interaction de particules présentes dans la matière qui sont chargées
positivement ou négativement.
• La matière est composée d’atomes constitués d’un noyau central formé de protons et de neutrons. Les protons ont une
charge positive. Autour du noyau de l’atome gravitent plusieurs électrons qui ont une charge négative.
• Normalement, dans un atome, la charge négative des électrons et la charge positive des protons sont de même grandeur.
L’atome est alors électriquement neutre. Cependant, dans certaines conditions, un électron peut quitter l’atome ou s’y
ajouter. Ainsi les électrons peuvent circuler dans la matière et créer un courant électrique, ou peuvent s’accumuler en
certains endroits et créer de l’électricité statique.

Les matériaux qualifiés de “bons conducteurs” (essentiellement les métaux : argent, cuivre, or, aluminium) sont facilement
traversé par le courant électrique. Lorsque le courant est dit continu, il se dirige toujours dans le même sens. Lorsqu’il est
alternatif, il se déplace en cycles réguliers dans un sens puis dans l’autre.
L’électricité se déplace
à environ 200 000km/s
mais les électrons se
déplacent très
lentement

animation
L’électricité n’est pas une source d’énergie mais un moyen de la transporter. Il crée de
la chaleur, des effets électromagnétiques et électrochimiques,

𝑑 𝑞(𝑡)
L’intensité du courant quantifie le débit de charge : 𝑖 𝑡 = où q est la charge
𝑑𝑡
en Coulomb .

L’intensité s’exprime en Ampère (A) , du nom de André-Marie Ampère (1775-1836),


physicien français,

Le courant circule du potentiel positif vers le potentiel négatif, contrairement aux


électrons.

i
2) Tension électrique ou différence de potentiel

Le potentiel électrique, exprimé en volts (symbole : V), est l'une des grandeurs définissant l'état électrique
d'un point de l'espace. Il correspond à l'énergie potentielle électrostatique en ce point ,

La différence de potentiel électrique entre deux points de l'espace ou d'un circuit correspond à la tension, en
volts (V), du physicien italien Volta (1745-1827).

On peut voir cette différence comme un déficit ou un surplus d’électrons entre 2 points.

Pour qu'un courant circule, il faut qu’il y ait une tension. Inversement la circulation d’un courant crée
l’apparition d’une tension.

A potentiel vA

uAB=vA-vB

B potentiel vB
3) Dipôles
a) définitions, conventions
• Un dipôle est un élément d’un circuit électrique comportant 2 bornes. Le dipôle impose une
relation entre la tension u et le courant i qui la traverse.

• Convention récepteur : le courant rentre par le potentiel le plus élevé du dipôle. Si u et i>0, le
dipôle s’oppose à la circulation du courant.

uAB

A B

* Convention générateur : le courant sort par le potentiel le plus élevé du dipôle. Si u et i>0 le
dipôle favorise la circulation du courant. uAB

A B
• Puissance : la puissance instantanée est donnée par p=u×i (en Watts).
La puissance correspond à la quantité d’énergie transférée à un instant donnée.
La puissance est consommée par le dipôle lorsqu’elle est positive pour un récepteur ou
négative pour un générateur. Elle est fournie par le dipôle lorsqu’elle est positive pour un
générateur ou négative pour un récepteur.
Exemple d’une batterie en convention récepteur :
CHARGE DECHARGE

Chargeur de
batterie
(conversion
alternatif-continu)

i= + 10A u= + 12V i= - 10A u= + 12V

+ - + -
p= + 120W p= - 120W
Exemple d’une batterie en convention générateur :

CHARGE DECHARGE

Chargeur de
batterie
(conversion
alternatif-continu)

i= + 10A u= + 12V
i= - 10A u= + 12V

+ -
+ - p= + 120W
p= - 120W
b) Les sources de tension
Une source de tension parfaite délivre entre les points A et B une tension u indépendante du courant i qu’elle délivre dans le
circuit branché entre A et B .
On rencontre aussi ces symboles en continu :
A
Le courant i dépend du circuit
branché entre A et B. +
i
-
Une source de tension ne doit
uAB jamais être court-circuitée car on
imposerait alors une tension nulle
Ou en alternatif :
à ses bornes alors qu’elle impose
sa propre tension.
B
b) Les sources de tension
Une source de tension parfaite délivre entre les points A et B une tension u indépendante du courant i qu’elle délivre dans le
circuit branché entre A et B .
On rencontre aussi ces symboles en continu :
A
Le courant i dépend du circuit
branché entre A et B. +
i
-
Une source de tension ne doit
uAB jamais être court-circuitée car on
imposerait alors une tension nulle
Ou en alternatif :
à ses bornes alors qu’elle impose
sa propre tension.
B
u = u1 + u2 + u3 + u4
On peut associer des sources de tension en série
leurs valeurs s’additionnent :

u1 u2 u3 u4
Il ne faut pas associer en parallèle des sources de tension délivrant des tensions différentes : chacune devrait alors
imposer sa tension aux autres.
c) Les sources de courant
Une source de courant parfaite délivre au circuit d’utilisation un courant i indépendant de la tension u à ses bornes.
A

i La tension u dépend du circuit On rencontre aussi ce symbole :


branché entre A et B.

uAB Une source de courant ne doit


jamais être en circuit ouvert car
elle ne pourrait alors pas imposer
son courant. Une source de
courant peut être en court-circuit
B
c) Les sources de courant
Une source de courant parfaite délivre au circuit d’utilisation un courant i indépendant de la tension u à ses bornes.
A

i La tension u dépend du circuit On rencontre aussi ce symbole :


branché entre A et B.

uAB Une source de courant ne doit


jamais être en circuit ouvert car
elle ne pourrait alors pas imposer
son courant. Une source de
courant peut être en court-circuit i1
B

On peut associer des sources de courant en parallèle, leurs valeurs s’additionnent : i2 i = i1 + i2 + i3

Il ne faut pas associer en série des sources de courant délivrant des courants i3
différents : chacune devrait alors imposer son courant aux autres.

Remarque : en pratique on rencontre beaucoup plus souvent des sources proches d’une source de tension que d’une source de
courant
d) La résistance
Une résistance est un dipôle qui consomme de la puissance (en Watts), elle transforme
l’énergie électrique en chaleur par effet Joule. Une résistance s’oppose au passage du
courant électrique et crée une chute de tension.

u
i
RR

Loi d’Ohm : u(t) = R i(t) R est la résistance en Ohms (  )


Animation loi d’Ohm

La relation u=Ri est similaire


à l’ équation d’une droite
u y=ax de pente a=R La puissance consommée :

p = u i = R i² = u² / R

Cette puissance est proportionnelle à la chaleur.


Certaines résistances servent à chauffer, pour d’autres la chaleur est
un inconvénient car elle doit être dissipée.
i
• La conductance est l’inverse de la résistance G=1 / R en Siemens (S) i(t) = G u(t)

• La résistance d’un élément de longueur l en mètres, de section s en m² et de résistivité  en .m est donnée par :

R=l/s

- plus la longueur est élevée, plus la résistance est grande : des chutes de tension importantes peuvent se
produire sur de grandes longueurs de câble
- plus la section est élevée, plus faible est la résistance : pour limiter les chutes de tension et les échauffements
des câbles il faut de grosses section; en standard : 0,75mm², 1,5mm², 2,5mm², 4mm², 6mm², 10mm², 16mm², 25mm²…

Un fil conducteur idéal a une résistance nulle mais n’existe pas car aucun conducteur n’a une résistivité nulle. On utilise
couramment le cuivre pour faire des fils conducteurs car sa résistivité est faible.

animation résistivité

Argent = 16 10 -9 ( à 25°C , les résistivités augmentent avec la température)


Cuivre = 17 10 -9
Aluminium = 28 10 -9
Fer = 100 10 -9

Exemple : calculer la résistance d’un fil de cuivre de 1m de long et 1,5mm² de section


• En série les valeurs des résistances s’additionnent :

R1 R2 R3

R eq =R1 + R2 + R3
• En parallèle, les inverses des valeurs des résistances s’additionnent :

R1

R2
1 1 1 1
= + +
𝑅𝑒𝑞 𝑅1 𝑅2 𝑅3
R3

1
𝑅𝑒𝑞 =
1 𝑅1 𝑅2 1 1 1
Si 2 résistances en parallèle : 𝑅𝑒𝑞 = = + +
𝑅1 𝑅2 𝑅3
1 1 𝑅1 + 𝑅2
+
𝑅1 𝑅2

Exemple : R=52,9, u= 230V. Calculer i et p avec une seule résistance, 2 en série, 2 en parallèle.
e) l’inductance
Les phénomènes inductifs sont dus au champ magnétique créé par le courant électrique qui agit sur lui-
même. Ces phénomènes sont souvent parasites mais on cherche parfois à les amplifier. N’importe quel fil
est inductif mais pour réaliser une inductance de forte valeur on bobine des spires de fil autour d’un
morceau de fer qui conduit le champ magnétique.
L
i L en Henry (H)
u 𝑑𝑖(𝑡)
• Dans une inductance, la relation entre tension u et courant i est donnée par : 𝑢 𝑡 = 𝐿 𝑑𝑡
• La tension est proportionnelle aux variations du courant.
• L’intensité du courant i ne doit pas varier brusquement car cela entrainerait une tension u infinie, donc
l’inductance limite les variations de courant.

• Un électroaimant est une inductance.


• Tous les transformateurs et moteurs électriques sont très inductifs car on a besoin de champ
magnétique pour leur fonctionnement.
𝑑𝑖(𝑡) 𝑑𝑖(𝑡)
• Puissance dans une inductance : p= u(t) i(t) = 𝐿 𝑑𝑡
i(t). Exemple de charge et décharge : 𝑢 𝑡 =𝐿
𝑑𝑡
i
𝑑𝑖(𝑡)
Si i>0 et i croissant, alors 𝑑𝑡 >0 , p>0,
l’inductance reçoit de la puissance et stocke de
l’énergie (u>0)
u

𝑑𝑖(𝑡)
Si i constant, alors 𝑢 𝑡 = 𝐿 = 0 , donc
𝑑𝑡
p=ui = 0

p 𝑑𝑖(𝑡)
Si i>0 et décroissant, alors 𝑑𝑡 <0, p<0,
l’inductance fournit la puissance et restitue
l’énergie stockée.

Énergie stockée Une inductance pure stocke et restitue l’énergie


sans la dissiper. En moyenne la puissance est nulle.
• En série les valeurs des inductances s’additionnent (comme pour les résistances ) :
L1 L2 L3

L eq =L1 + L2 + L3
• En parallèle, les inverses des valeurs des inductances s’additionnent :

L1

L2
1 1 1 1
= + +
L3 𝐿𝑒𝑞 𝐿1 𝐿2 𝐿3

1
1 𝐿1 𝐿2 𝐿𝑒𝑞 =
Si 2 inductances en parallèle : 𝐿𝑒𝑞 = 1 1 1
= + +
1 1 𝐿1 + 𝐿2 𝐿1 𝐿2 𝐿3
+
𝐿1 𝐿2
f) Le condensateur
Les phénomènes capacitifs sont dus au champ électrique qui existe naturellement lorsqu’un isolant est
placé entre 2 conducteurs à un potentiel électrique différent. Les phénomènes capacitifs existent de
manière parasite. Pour les exploiter on fabrique des condensateurs en plaçant des isolants particuliers entre
2 plaques conductrices.
i
C en Farad (F)

u
𝑑𝑢(𝑡)
• Dans un condensateur 𝑖 𝑡 = 𝐶 𝑑𝑡
• Le courant est proportionnel aux variations de la tension.
• La tension ne doit pas varier brusquement car cela entrainerait un courant infini. Donc le
condensateur limite les variations de tension.

• Les condensateurs sont utilisés en électronique pour limiter les variations de tension, et pour
stocker de faibles quantités d’électricité sur de faibles durées.
𝑑𝑢(𝑡)
• Puissance dans un condensateur: p= u(t) i(t) = u C . Exemple de charge et décharge : 𝑑𝑢(𝑡)
𝑑𝑡 𝑖 𝑡 =𝐶
u 𝑑𝑡
𝑑𝑢(𝑡)
Si u>0 et croissant, alors 𝑑𝑡 >0 , p>0, le
condensateur reçoit de la puissance et stocke de
l’énergie (i>0)
i

𝑑𝑢(𝑡)
Si u constant, alors i 𝑡 = 𝐶 = 0 , donc
𝑑𝑡
p=ui = 0

p 𝑑𝑢(𝑡)
Si u>0 et décroissant, alors <0, p<0, le
𝑑𝑡
condensateur fournit la puissance et restitue
l’énergie stockée.

Énergie stockée Un condensateur parfait stocke et restitue


l’énergie sans la dissiper. En moyenne la puissance
est nulle.
• En série les inverses des condensateurs s’additionnent :
C1 C2 C3

1 1 1 1
= + +
𝐶𝑒𝑞 𝐶1 𝐶2 𝐶3
1
1 𝐶1 𝐶2 𝐶𝑒𝑞 =
Si 2 condensateurs en série : 𝐶𝑒𝑞 = = 1 1 1
1 1 𝐶1 + 𝐶2 + +
+ 𝐶1 𝐶2 𝐶3
𝐶1 𝐶2

• En parallèle, les valeurs des condensateurs s’additionnent :

C1

C2

C eq =C1 + C2 + C3
C3
II) METHODES D’ETUDES DES CIRCUITS ELECTRIQUES
Ces méthodes sont toujours valables en courant/tension continu. Elles ne sont pas toujours valables en alternatif avec les valeurs efficaces : il
faudra alors utiliser les grandeurs instantanées ou complexes et la notion d’impédance.

1) Les lois de Kirchoff Gustav Robert Kirchhoff, physicien allemand, 1824-1887


a) Définitions

• Un nœud est un point d’interconnexion relié au moins à 3 branches


• Une branche est le tronçon compris entre 2 nœuds
• Une maille est un ensemble de branches formant une boucle fermée qui ne passe qu’une seule
fois par un nœud .
• Une maille est indépendante si elle n’est pas une combinaison des autres.
Il y a forcément m=b-(n-1) mailles indépendantes.

• Exercice :
Combien de nœuds, de branches, de
mailles, de mailles indépendantes ?
Combien de nœuds, de branches, de
mailles, de mailles indépendantes ?
Combien de nœuds, de branches, de
mailles, de mailles indépendantes ?
Réponses :
3 nœuds
5 branches
6 mailles, dont 3 indépendantes
b) Loi des nœuds

La somme des courants entrants dans un nœud est égale à la somme des courants sortants.

i2
i1
i1 + i2 + i3 = i4 + i5
i4
I1 + i2 + i3 - i4 - i5 = 0
i3
i5

Le courant est donc le même dans des dipôles placés en série :

i R1 R2 R3
i
Exemple

i1= 2A
i2
i1 i2=3A
i3=5A
i4
i4=-5A
i3
i5 I5= ?
c) Loi des mailles

La somme des tensions rencontrées en parcourant une maille dans un sens est nulle.

A B

uAB uBC uFE + uAF – uAB – uBD – uDE = 0


uAF uBD C
uFE + uAF – uAB – uBC – uCE = 0

F D uDE + uBD – uBC – uCE = 0

uCE
uDE
uFE

E u
R1
La tension aux bornes de composants en parallèle est la même :
R2
R3
Exemple

u2 u1= 100V
U2=-40V
u3
u3=40V
u4=20V

u5= ?
u5
u4
u1
d) Méthode d’étude

1) Répertorier les n nœuds et m mailles indépendantes


2) Mettre en équation en utilisant n-1 lois des nœuds
m loi des mailles
3) Résoudre le système

Exemple :

R1=10
Calculez la tension aux bornes de R2
I2=1A

E1=10V R2=5
d) Méthode d’étude

1) Répertorier les n nœuds et m mailles indépendantes


2) Mettre en équation en utilisant n-1 lois des nœuds
m loi des mailles
3) Résoudre le système

Exemple :

R1=10
Calculez la tension aux bornes de R2
I2=1A

E1=10V R2=5 Réponses :


I1=0,33A i2=1,33A uR2=6,66V
Exemple 2 :

R1=50

E1=10V R2=50 R3=10

E2=20V

Calculez le courant dans R3


Exemple 2 :

R1=50

E1=10V R2=50 R3=10

E2=20V

Réponses :
I3=0,428A i1=0,114A i2=0,314A
Calculez le courant dans R3
2) Les ponts diviseurs
a) Pont diviseur de tension

𝑅3
𝑢3 = 𝑢
𝑅1 + 𝑅2 + 𝑅3

R1

𝑢
R2 Démonstration : 𝑖 = 𝑢3 = 𝑅3 𝑖
𝑅1+𝑅2+𝑅3+𝑅4
u

R3 u3
Exemple : u=100V R1= 20 R2=30 R3 =10 R4= 40

R4 Donnez les tensions aux bornes de chacune des résistances.


b) Pont diviseur de courant

i2 1
𝐺2 𝑅2
R2 R3 R4 𝑖2 = 𝑖 =𝑖
R1 𝐺1 + 𝐺2 + 𝐺3 + 𝐺4 1 1 1 1
+ + +
𝑅1 𝑅2 𝑅3 𝑅4

Si 2 résistances :
i 1 𝑅1 𝑅2
𝑅2 𝑅2 𝑅1
𝑖2 = 𝑖 1 1 =𝑖 𝑅1 𝑅2 𝑅1 𝑅2 = 𝑖 𝑅1+𝑅2
+ + 𝑅2
𝑅1 𝑅2 𝑅1
i2

R1 R2
Exemple : i=100A R1= 20 R2=30 R3 =10 R4= 40

Donnez les courants dans chacune des résistances.


3) Théorème de superposition

L’intensité du courant circulant dans une branche d’un réseau linéaire alimenté par plusieurs sources indépendantes est
égale à la somme algébrique des intensités créées dans cette branche par chaque source supposée seule, les autres étant
supposées éteintes. Ce théorème permet aussi de calculer une tension entre 2 nœuds.
Pour éteindre une source on court-circuite les sources de tension et on met en circuit ouvert les sources de courant.

Exemple 1 :
i

i1 E1=100V E2= 50V


i2
R1=10 R2= 100  R3= 20 
R1 R2 R Calculez le courant i

E1 E2
Exemple 1 :
A B
i iA iB

i1 i1 i1
i2 i2 i2

R1 R2 R1 R2 R R1 R2 R
R

E1 E2 E1 E2

E1=100V E2= 50V


R1=10 R2= 100  R3= 20 
Exemple 1 :
A B
i iA iB

i1 i1 i1
i2 i2 i2

R1 R2 R1 R2 R R1 R2 R
R

E1 E2 E1 E2

Montage A : 𝑖1 =? 𝑖𝐴 = ?

E1=100V E2= 50V


R1=10 R2= 100  R3= 20 
Exemple 1 :
A B
i iA iB

i1 i1 i1
i2 i2 i2

R1 R2 R1 R2 R R1 R2 R
R

E1 E2 E1 E2

𝐸1 𝑅2
Montage A : 𝑖1 = 𝑅2 𝑅 = 3,75A 𝑖𝐴 = 𝑖1 = 3,125𝐴
𝑅1+ 𝑅2+𝑅 𝑅2 + 𝑅

E1=100V E2= 50V


R1=10 R2= 100  R3= 20 
Exemple 1 :
A B
i iA iB

i1 i1 i1
i2 i2 i2

R1 R2 R1 R2 R R1 R2 R
R

E1 E2 E1 E2

𝐸1 𝑅2
Montage A : 𝑖1 = 𝑅2 𝑅 = 3,75A 𝑖𝐴 = 𝑖1 = 3,125𝐴
𝑅1+ 𝑅2+𝑅 𝑅2 + 𝑅

Montage B : 𝑖2 = 𝑖𝐵 =
Exemple 1 :
A B
i iA iB

i1 i1 i1
i2 i2 i2

R1 R2 R1 R2 R R1 R2 R
R

E1 E2 E1 E2

𝐸1 𝑅2
Montage A : 𝑖1 = 𝑅2 𝑅 = 3,75A 𝑖𝐴 = 𝑖1 = 3,125𝐴
𝑅1+ 𝑅2+𝑅 𝑅2 + 𝑅

𝐸2 𝑅1
Montage B : 𝑖2 = 𝑅1 𝑅 = 0,469A 𝑖𝐵 = 𝑖2 = 0,156𝐴
𝑅2+ 𝑅1+𝑅 𝑅1 + 𝑅 E1=100V E2= 50V
R1=10 R2= 100  R3= 20 
Exemple 1 :
A B
i iA iB

i1 i1 i1
i2 i2 i2

R1 R2 R1 R2 R R1 R2 R
R

E1 E2 E1 E2

𝐸1 𝑅2
Montage A : 𝑖1 = 𝑅2 𝑅 = 3,75A 𝑖𝐴 = 𝑖1 = 3,125𝐴
𝑅1+ 𝑅2+𝑅 𝑅2 + 𝑅 Montage complet :
𝑖 = 𝑖𝐴 + 𝑖𝐵 = 3,125 +
𝐸2 𝑅1 0,156 = 3,28𝐴
Montage B : 𝑖2 = 𝑅1 𝑅 = 0,469A 𝑖𝐵 = 𝑖2 = 0,156𝐴
𝑅2+ 𝑅1+𝑅 𝑅1 + 𝑅
Exemple 2 :

i2 E= 50V i=10A
i1
R1=10 R2= 5 
R2 Calculez le courant i2
R1
i

E
Exemple 2 E= 50V i=10A R1=10 R2= 5  Calculez le courant i2
A B

i2 i2A i2B
i1 i1 i1

R2 R1 R2 R1 R2 R1
i i i

E E

Montage A : 𝑖2𝐴 = ?
Exemple 2 E= 50V i=10A R1=10 R2= 5  Calculez le courant i2
A B

i2 i2A i2B
i1 i1 i1

R2 R1 R2 R1 R2 R1
i i i

E E

𝑅1
Montage A : 𝑖2𝐴 = 𝑖 = 6,67𝐴
𝑅1+𝑅2
E= 50V i=10A R1=10 R2= 5  Calculez le courant i2
A B

i2 i2A i2B
i1 i1 i1

R2 R1 R2 R1 R2 R1
i i i

E E

𝑅1
Montage A : 𝑖2𝐴 = 𝑖 = 6,67𝐴
𝑅1+𝑅2

Montage B : 𝑖2𝐵 =
E= 50V i=10A R1=10 R2= 5  Calculez le courant i2
A B

i2 i2A i2B
i1 i1 i1

R2 R1 R2 R1 R2 R1
i i i

E E

𝑅1
Montage A : 𝑖2𝐴 = 𝑖 = 6,67𝐴
𝑅1+𝑅2

Montage complet : i2 = i2A + i2B = 6,67 + 3,33= 10A


𝐸
Montage B : 𝑖2𝐵 = = 3,33𝐴
𝑅1+𝑅2
4) Théorèmes de Thevenin et Norton
Dans les réseaux complexes, on peut remplacer une portion du circuit, qui ne contient que des éléments linéaires, par son
équivalent composé d’une source et d’une impédance.

a) Théorème de Thevenin
Un réseau compris entre 2 points A et B est équivalent à un générateur de tension ETH en série avec une résistance RTH ;

A RTH

ETH

B
B
ETH est la tension qui apparait entre A et B en l’absence de charge
RTH est la résistance « vue » depuis A et B , les sources étant éteintes (sources de tension en cc, de courant en co)

Remarque : n’importe quelle prise de courant derrière laquelle se trouve tout le réseau électrique européen
interconnecté peut donc être considérée comme une source de tension en série avec une impédance (résistance)
Calculez le courant dans la résistance R en utilisant le théorème de Thévenin.
Théorème de Thevenin : exemple
E=100V R1=50 R2=10 R=10

A A

R1 R2 RTH

R R
E ETH

B B
Calculez le courant dans la résistance R en utilisant le théorème de Thévenin.
Théorème de Thevenin : exemple
E=100V R1=50 R2=10 R=10

A 1) On enlève la charge pour calculer EAB=Eth.

R1 R2
A

R1 R2
R
E 𝑅2
EAB=Eth = 𝐸 = 16,66𝑉
𝑅1+𝑅2

E
B

B
Calculez le courant dans la résistance R en utilisant le théorème de Thévenin.
Théorème de Thevenin : exemple
E=100V R1=50 R2=10 R=10

A 2) On détermine la résistance Rth en éteignant les sources.

R1 R2
A

R1 R2
R
E RTH = R1 // R2
𝑅1 𝑅2
= 𝑅1+𝑅2 = 8,33

B
Calculez le courant dans la résistance R en utilisant le théorème de Thévenin.
Théorème de Thevenin : exemple
E=100V R1=50 R2=10 R=10

A A

R1 R2 RTH

R R
E ETH

B B

𝐸𝑇𝐻
3) On remet la charge et utilise le schéma de Thevenin : 𝑖 = = 0,909𝐴
𝑅𝑇𝐻+𝑅
b) Théorème de Norton

Un réseau électrique compris entre 2 points A et B est équivalent à une source de courant IN en parallèle avec une résistance
RN.
A

A IN

RN

B
B

IN est le courant qui circule dans le court-circuit entre A et B


RN est la résistance « vue » depuis A et B , les sources étant éteintes (idem RTH)
Calculez le courant dans la résistance R en utilisant le théorème de Norton.
Théorème de Norton : exemple
E=100V R1=50 R2=10 R=10

A A
IN
R1 R2 RN

R R
E

B B
Calculez le courant dans la résistance R en utilisant le théorème de Norton.
Théorème de Norton : exemple
E=100V R1=50 R2=10 R=10

A 1) On court-circuite (fictivement) la charge pour calculer IAB=IN.

R1 R2
A

R1 R2
R
E

I 𝐸
𝐼𝑁 = = 2𝐴
𝑅1
E
B

B
Calculez le courant dans la résistance R en utilisant le théorème de Norton.
Théorème de Norton : exemple
E=100V R1=50 R2=10 R=10

A 2) On détermine la résistance RN en éteignant les sources.

R1 R2
A

R1 R2
R
E RTH = R1 // R2
𝑅1 𝑅2
= 𝑅1+𝑅2 = 8,33

B
Calculez le courant dans la résistance R en utilisant le théorème de Norton.
Théorème de Norton : exemple
E=100V R1=50 R2=10 R=10

A A
IN
R1 R2 RN

R R
E

B B

𝑅𝑁
3) On remet la charge et utilise le schéma de Norton : 𝑖 = 𝐼𝑁 = 0,909𝐴
𝑅𝑁 +𝑅
b) Equivalence Thévenin-Norton

Les schémas de Thevenin et Norton sont transposables grâce aux relations : 𝐸𝑇𝐻 = 𝑅𝑇𝐻 𝐼𝑁 = 𝑅𝑁 𝐼𝑁

Vérification sur l’exemple précédent : 16,66= 2 × 8,33


5) Théorème de Millman Il permet de trouver le potentiel d’un point d’un circuit

𝑛 𝑣𝑖 𝐸1 𝐸2 𝐸3
𝑖=1 𝑅 + + + …
𝑖 𝑅1 𝑅2 𝑅3
R1 R2 R3 R4 Rn
v
𝑣= 𝑛 1 = 1 1 1
𝑖=1 𝑅 + + + …
E2 E3 E4 𝑖 𝑅1 𝑅2 𝑅3
En
E1

Exemple :
E1=100V E2=50V R1=15 R2=18 R = 10

R1 R2 Calculez la tension v en utilisant Millman


v
E2
E1
Exemple :
E1=100V E2=50V R1=15 R2=18 R = 10

R1 R2 Calculez la tension v en utilisant Millman


v
E2
E1

Réponse :
𝐸1 𝐸2
+
𝑅1 𝑅2
𝑣= 1 1 = 77,27V
+
𝑅1 𝑅2
Exercice :
E1=100V E2=50V R1=15 R2=18 R = 10
R
R1 R2 Calculez le courant dans R en utilisant le théorème de Thevenin
v
E2
E1
6) Exercice :

E1=100V E2=50V R1=15 R2=18 R = 10


R
R1 R2 Calculez le courant dans R en utilisant le théorème de Thevenin
v
E2
E1

Thevenin 1) on enlève la charge R et on cherche v= ETH ,


- le théorème de Millman donne v = 77,27V = ETH
- on peut aussi utiliser le théorème de superposition avec 2 ponts diviseurs :

𝑅2
R1 𝑣𝐴 = 𝐸1 = 54,54𝑉
R2 vA 𝑅1 + 𝑅2

𝑅1
𝑣𝐵 = 𝐸2 = 22,727V
𝑅2+𝑅1
E1
puis v=vA + vB = 77,27V= ETH
Exercice :
E1=100V E2=50V R1=15 R2=18 R = 10
R
R1 R2 Calculez le courant dans R en utilisant le théorème de Thevenin
v
E2
E1

Thevenin 2) on cherche RTH, résistance équivalente en éteignant les sources

𝑅1 𝑅2
R1 𝑅𝑇𝐻 = 𝑅1+𝑅2 = 8,18
R2
Exercice :
E1=100V E2=50V R1=15 R2=18 R = 10
R
R1 R2 Calculez le courant dans R en utilisant le théorème de Thevenin
v
E2
E1

Thevenin 3) on branche la charge au générateur de Thévenin en série avec RTH et on calcule i

RTH R et RTH sont en série

𝐸𝑇𝐻
𝑖= = 4,25𝐴
R 𝑅 + 𝑅𝑇𝐻
ETH