Vous êtes sur la page 1sur 23

Introduction à l’électronique

C. Koeniguer, P. Lecoeur

Cours électronique IFIPS 1


Année 2006 - 2007
Objectifs :
• Donner une vision des fonctions simples de l’électronique :

– L’électronique permet de transformer des signaux


• acquisition d’un signal
• traitement électronique des signaux (filtrage, amplification)…

Il faut connaître et savoir mettre en œuvre les composants discrets usuels,


connaître les outils relatifs au traitement du signal

• Présenter l’interaction de l’électronique avec les autres domaines utiles à


l’ingénieur

– Optoélectronique
– Informatique
– Matériaux …

Cours électronique IFIPS 2


Année 2006 - 2007
Exemple : De la prise de vue photographique (numérique) au traitement informatique à distance

Acquisition Traitement Numérisation


du signal par électronique et traitement
un capteur du signal numérique

transmission

Utilisation du Reconnaissance
signal du signal

Cours électronique IFIPS 3


Année 2006 - 2007
Capteurs Extraction du signal, filtrage, numérisation

Ampli CAN Adaptation

a ux
i e ux
ér qu a ue
at n i é ri
iq
M ro at n
ct M t ro
éle ec
to El
Op

Transmission Ondes radio


ux Micro-ondes
i a
t ér q ue
M
a
o ni
que
tr ni
l ec c t ro
E le
oé Fils
t
Op Fibres optiques

Restitution du signal aux ique Traitement du signal


i
ér ro
n
at t ux
M ec a
El t ér
i
Remise Stockage a ue
Filtrage M it q
Adaptation a
en TNS rm
Ampli fo
In 4
formeCours électronique IFIPS
Année 2006 - 2007
Cadre du cours
Circuits électroniques

Electronique analogique : Electronique numérique:


Traitement de signaux à valeurs continues Traitement de signaux binaires
Ex : acquisition des signaux (capteurs), amplification,
Ex : traitements logiques des
conversion numérique/analogique et analogique
signaux, télécommunications…
numérique, filtrage, génération de signaux …

Composants discrets (capteurs, montages à AO …)


Nanotechnologies
Microélectronique (composants intégrés)

mais c’est aussi la conversion d’énergie : électronique de


puissance (moteurs électriques, onduleurs, voiture hybride…)

Cours électronique IFIPS 5


Année 2006 - 2007
Plan du cours

I. Electrocinétique
II. Diode
III. Quadripôles et filtrage
IV. Amplificateur opérationnel
V. Simulation sous PSPICE

Cours électronique IFIPS 6


Année 2006 - 2007
- Partie I -

Rappels d’électrocinétique

I. Définition d’un dipôle

II. Lois de l’électrocinétique

III. Les différents régimes d’étude

IV. Dipôles passifs usuels

Cours électronique IFIPS 7


Année 2006 - 2007
I. Définition du dipôle

Le dipôle est un élément électrique, présentant deux bornes soumis à une tension u(t),
parcouru par un courant i(t).

Va Vb Va : potentiel de la borne d’entrée


Vb : potentiel de la borne de sortie
i(t)
u(t) = Va-Vb : différence de potentiel ou tension
u(t) = Va-Vb i(t) : courant traversant le dipôle (c’est une grandeur algébrique)

Le courant électrique : c’est la quantité de charge qui traverse le dispositif par unité de temps
i(t) = dq/dt

(par définition : 1 ampère = 1 Coulomb / seconde)

Types de dipôles : - les dipôles passifs (ampoules, résistances, capacités…)


ne peuvent pas fournir de puissance moyenne
- les dipôles actifs (piles, batteries…)
peuvent fournir une puissance moyenne

Cours électronique IFIPS 8


Année 2006 - 2007
Dipôles passifs - dipôles actifs

 Dipôle actif ou générateur : fourni de l’énergie à un circuit

Le rôle du générateur dans un circuit électrique est de mettre en mouvement les


électrons qui sont présents dans ses composants (fil, ampoule, résistance, etc.) en y introduisant une
différence de potentiel.

- Générateur de tension parfait : source de tension parfaite


Un générateur de tension est capable de maintenir
une tension constante entre ses bornes
+ i u
U U = cst U
-
i
- Générateur de courant parfait : source de courant parfaite
Un générateur de courant est capable de soutenir un courant dans un circuit
i
I u I
u
Cours électronique IFIPS 9
Année 2006 - 2007
Dipôles passifs - dipôles actifs

 Dipôle passif ou récepteur : reçoit et consomme de l’énergie

Le courant est une valeur algébrique


Va Vb
La puissance reçue exprimée en Watt (W) est donnée par :
i(t) p(t) = u(t) . i(t) puissance instantanée
u(t) = Va-Vb
T T
1 1
P
T 
p( t )dt 
T 
u( t )i( t )dt puissance moyenne pour un signal périodique
0 0

P>0

Cours électronique IFIPS 10


Année 2006 - 2007
Caractéristique I(V)

Les grandeurs u(t) et i(t) ne sont pas indépendantes.


Modifier la valeur de u(t) aux bornes du dipôle change la valeur du courant i(t)
i(t)
 Cas linéaire : la caractéristique du dipôle est linéaire

Dans ce cas la loi d’Ohm relie u(t) et i(t) par : u(t) = R i(t) u(t)

(Voir exercice 1)

Cas non linéaire : la caractéristique du dipôle est non linéaire i(t)

u(t)

(Voir exercice 2)

Cours électronique IFIPS 11


Année 2006 - 2007
Importance de la caractéristique I(V) du dipôle

A I
I

U
V
Pmax

Montage de mesure : U varie


V
Puissance maximale admissible :
hyperbole : Pmax = U I = cte
Au delà, destruction du composant

Cours électronique IFIPS 12


Année 2006 - 2007
Droite de charge du générateur et point de fonctionnement d’un dipôle
(1/2)

Comment connaître la tension aux bornes d’un dipôle et le courant qui le traverse
lorsqu’il est branché aux bornes d’un générateur ?
Graphiquement cela se fait en trois étapes :
 Etape 1- Tracer la droite de charge du générateur de tension réel :

i
r Icc=U0/r A
u
r = 10 
U0
B
u
U0
La droite de charge d’un générateur est la caractéristique I(V) du générateur
- deux points caractéristiques :
en A : c’est le courant de court circuit : Icc= U0/r (éviter de trop tester ce point !)
en B : c’est la tension à vide mesurée circuit ouvert donc lorsque i = 0
Cours électronique IFIPS 13
Année 2006 - 2007
Droite de charge du générateur et point de fonctionnement d’un dipôle
(2/2)

 Etape 2- Placer la caractéristique I(V) du dipôle sur le même graphe

i
Icc=U0/r A
r
u dipôle P
U0 B
u
U0
Caractéristique I(V) du
dipôle
Droite de charge du générateur

 Etape 3 – L’intersection entre les deux courbes donne le point de fonctionnement : P


(Voir exercice 2)

Cours électronique IFIPS 14


Année 2006 - 2007
II. Lois de l’électrocinétique :
Loi des mailles – loi des noeuds

Un circuit électrique est constitué, d’un ou plusieurs générateurs,


d’un ou plusieurs dipôles, organisés en mailles et nœuds.
R1
i1 N i 3
i2
u1
R2 u2 M2 R3 u 3
U M1

GND

Loi des mailles : la sommes des tensions sur une boucle fermée d’un circuit est nulle
Cas de l’exemple : sur M1 on a : u = u1+u2
sur M2 on a : u2 = u3

Loi des noeuds : la somme des courants entrant et sortant d’un nœud du circuit est nulle
(Voir exercice 3)
Cas de l’exemple : en N on a : i1 = i2 + i3

Remarque : Les potentiels sont toujours mesurés par rapport à un potentiel de référence noté GND en analogique
Cours électronique IFIPS 15
Année 2006 - 2007
Circuit électrique : théorème de Thévenin

Tout circuit linéaire (tous les composants sont linéaires) peut être
modélisé par un générateur de tension en série avec une résistance :

Rth i
i
Circuit
linéaire u u=Eth-Rth i
Eth

Eth  u i 0 : tension à vide

u : résistance équivalente lorsqu’on


Rth   (Voir exercices 4 et 5)
i Eth  0
éteint les sources indépendantes
(non commandées)
Cours électronique IFIPS 16
Année 2006 - 2007
Circuit électrique : théorème de Millman

Soit le circuit suivant : Alors :


A

E1 E2 E3 E
R1 R2 R3 Rn    n
R R2 R3 Rn
VA  1
E1 E2 E3 En 1 1 1 1
  
R1 R2 R3 Rn

Attention : si Ei = 0, il ne faut pas oublier le 1/Ri


correspondant au dénominateur

Cours électronique IFIPS 17


Année 2006 - 2007
III. Les différents régimes d’étude
Types de mesures effectuées

 Mesures temporelles
On étudie l’évolution du signal en fonction du temps
On distingue :
• le régime transitoire : évolution de la tension et du courant suite à une discontinuité
importante du signal
• le régime établi : l’évolution du signal est périodique

 Mesures fréquentielles
On étudie en fonction de la fréquence la réponse du montage
(non traité dans cette partie)

Cours électronique IFIPS 18


Année 2006 - 2007
Types de signaux utilisés

+
-Signaux continus : DC (=)

Utilité : apporter de l’énergie ou de se placer dans des conditions favorables

-Les signaux alternatifs : AC (~)


Utilité : transport d’information (excepté la distribution d’électricité)
e(t)
Cas particulier des signaux sinusoïdaux :
E
e(t) = E sin(t + ) (cas de la figure)
amplitude
E : amplitude du signal t
 : pulsation en rad/s
-E
: phase du signal à l’origine des temps T (Exercices 7, 8)
T : période du signal (s)
Cours électronique IFIPS 19
Année 2006 - 2007
Importance du régime sinusoïdal

Justification de l’importance des signaux sinusoïdaux (régime harmonique) :


- Signaux simples à étudier (dérivée, intégration) et correspondant à une seule fréquence
- Tout signal temporel se décompose en une somme de signaux sinusoïdaux (série de
Fourier ou transformée de Fourier)

Rappel sur la notation complexe :

U(t)=U cos(t+) u (t )  Ue j (t  )

Dérivation j
Intégration (1/j)

Cours électronique IFIPS 20


Année 2006 - 2007
IV. Dipôles usuels.
(régime temporel)

A i(t) B
Résistance pure : étude temporelle : u(t) = R i(t)
u(t)

i(t)

Inductance pure : étude temporelle : u(t) = Ldi(t)/dt u(t)

Capacité (Réactance pure) : étude temporelle : q(t) = C u(t)


A i(t) B
( i(t) = dq(t)/dt donc i(t) = C du(t)/dt )
u(t)

Remarques :
* l’inductance, qui n’est autre qu’un fil enroulé, possède une faible résistance interne que l’on néglige en général
* la capacité possède une résistance interne que l’on néglige

Cours électronique IFIPS 21


Année 2006 - 2007
Dipôles usuels (régime harmonique)

Résistance pure : u = R i A i(t) B

u(t)

Inductance pure : u = j L  i i(t)

impédance : Z= j L u(t)

1
Capacité : u i
jC A i(t) B

impédance : Z=1/jC u(t)

Les théorèmes généraux (superposition, Thévenin, Millman) restent


valable en régime harmonique en raisonnant sur les impédances

Cours électronique IFIPS 22


Année 2006 - 2007
Association de dipôles

Résistances en parallèle Résistances en série


R1 R1 R2

A B
R2 1/Req=1/R1+1/R2 Req=R1+R2

Capacités en parallèle Capacités en série


C1 C1 C2
A B
C2 Ceq=C1+C2 1/Ceq=1/C1+1/C2
Inductances en parallèle Inductances en série
A A B
L1 L2 1/Leq=1/L1+1/L2 L1 L2 Leq=L1+L2
B (Exercices 6)

Cours électronique IFIPS 23


Année 2006 - 2007