Vous êtes sur la page 1sur 20

XXEV

— 45

POÈT E

#

"

CYPRIEN

DESPOURRIN (1> ;

1698 — 1759

Les amours

de

CHAPITRE III (Suite)

Cyprien

Despourrin et ses poèmes

La nouvelle de l'enlèvement de Madeleine de Sastrade par Gassie d'Estaing descendit des hauteurs d'Arrens avec la rapidité etle fracas, des eaux du Gave d'Azun. L'émotion fut grande dans les bonnes maisons de la montagne et de la vallée ; les hommes étaient unanimes à plaindre Cyprien ; les femmes ne comprenaient

pas Madeleine. On accourut au château de Miramont : la curiosité y poussait les uns ; une sincère sympathie y attirait les autres, Cyprien voulut

réfugier dans la cabane de l'oncle

Etienne, en plein Ger, près du troupeau sur les hauteurs de la Roche Perdue. Il ne savait pas la traîtrise de son amie; il savait son départ inexpliqué, et rien dé plus. C'était assez pour son pauvre cœur tout plein d'elle. — Dire qu'il y avait 8 ans qu'il l'aimait! Depuis le jour où sur la route de St-Savin à Pierrefitte, il avait senti les yeux noirs de la petite Madeleine se poser doucement sur les siens !

— « Pourquoi est-elle partie ? Pourquoi n'a-t-elle pas parlé ? Pourquoi n'est-elle pas revenue ? Qui aime-t-elle puisqu'elle n'a

pas pu m'aimer?

cerisiers sauvages qui grimpe vers le village d'Uz. Oncle Etienne le voyait venir ; il était au courant et comprit que son « petit » venait chercher la solitude : il lui ouvrit les bras sans mot dire, le conduisit au pied du hêtre qui étendait ses branches sur le chaume de la cabane ; puis sifflant Labri, il monta à longues enjambées vers le troupeau épars au milieu des fougères. La paix du mont fut douce à Cyprien. Le jour, il errait parmi les bêtes qui ne le fuyaient pas et levaient vers sa tristesse la mélancolie de leurs grands yeux ; parfois suivi d'Esparbero, il

» Et il gravissait lentement le sentier bordé de

les fuir tous : il courut se

s'égarait parmi les frênes. Il rentrait pour partager lés repas de Y Oncle dont les silences attendris se posaient sur sa blessure comme des mains très fraîches. Le soir, il dormait à ses côtés sur la cou- che de feuillage et l'aube les mettait debout en même temps. Cependant Mai finissait ; le vert des prés gagnait vers les sommets où la neige se faisait chaque jour plus rare. Dans la plaine, des fées invisibles mettaient aux branches des peupliers des feuilles menues et d'un vert tendre ; les bourgeons pleins de sève écla- taient ; des pâquerettes surgissaient au ras du sol ; Cyprien promenait sa peine parmi les couleurs et les parfums, et il la sentait fondre doucement comme la glace sous le soleil de midi. Il se surprenait les sens occupés des murmures des haies, des bruissements des insectes et des senteurs des plantes. Ses jours coulaient ' comme l'eau de la petite source, là-bas, près de la cabane; ils gardaient encore la saveur de sa peine comme l'eau

celle de la terre, mais cela était bien

s'identifiait au pâtre solitaire qui fait confidence à la montagne

ainsi. De plus en plus il

de sa peine d'amour. Un matin sa voix s'éleva avec la brume de l'aube: elle disait l'hymne souverainement triste de sa tendresse méconnue, — non de la tendresse un peu mièvre et un peu artiste aussi de Cyprien du château, — mais l'hymne de la tendresse simple et vraie du berger malheureux.

Lu haout, sus las mouhtagnes, û pastou malurous, Ségut au pè d'û haù, bagnat dé plous Sounyabo au cambiemen dè sas amous.

Gô leuyé, cô boulatyé, disè Finfourtunat, La tendresse et l'amou.qui tèy pourtat, Soun aco lous rebuts qui èy méritât ?

Despuch qui tu fréquentes la yen dé counditiou, Qu'as prés û ta haut bôl, que ma maysou, N'ey prou haute enta tu d'ù cabirou.

Ta oidhes dab las mies nou's dégnen plus mescla ; Touns superbés moutous, despuch ençà, Nou's approchen deti mès, qu'ent'aus tuma.

Dé richesses mé passi, d'aûnous, dé qualitat ; Vou nou sey*q)U'û pastou ; niés nou'n y a nat Qué n'eus surpassi touts en amistat.

Encouère qué sy praubé, dens moun petit estât, Qu'aymi mey moun berrét tout espélat, Qué nou pas lou plus bèt chapeû bourdat.

Las richesses deû mounde nou hèn que da tourmén, Et lou plus bèt seignou, dab soun aryen. Nou bail pas lou pastou qui biii countén.

Adiù, cô de tigresse, pastoure chens amou, Cambia, bé pots cambia de serbidou, Yamey nou'n trouberas û tau coum you ( 1 ).

«

Et nouste maynat qu'ey guarit !

»

répondit de la cabane la voix joyeuse d'à oncle Etienne. » C'était en effet, si non la guérison, du moins la convalescence.

La peine n était plus cette émotion douloureuse dont le cœur et la vie sont troublés; elle s'était transformée en un souvenir-; elle était devenue l'image que le poète avait prise à l'amoureux, mais en se gardant bien de le trahir. Cyprien poète ne pouvait en effet faire connaître le secret de l'âme de Cyprien amoureux ; et nul ne devait jamais soupçonner qu'il se plaint de l'infidèle. La souffrance qu'il chante n'est pas la sienne : elle est la souffrance du pâtre qui aime et n'est pas aimé ; et ce n'est pas sa faute si, en prêtant l'oreille, nous reconnais- sons l'accent de sa tendresse, et si nos yeux voient passer dans le fond du paysage la silhouette de Madeleine Sastrade.

(A

suivre)

tous de i^oèy lou

Noël DE VIER.

dïe

L'ALLELUI A

Qu'èren de fines perdits, las hilhotes de Loumbia déu téms passât, n'abèn pas rét aus oélhs, que m'én poudét créde. Qu'éy ta-d'éres qu'ère éstade hèyte la cansou qui sàben én mantû parsâ dé Biarn é dé Bigorre :

« Las hilhotes de Loumbia

« Qué s'én soun embriagades ;

« N'an pas hèyt én hiélan lî,

« Més qu'an hèyt én bebén bî

« Las briagues ! las briagues !

»

Toutû, chéns affrounta la cansou, si sabèn hourrupa dé plà lou

(1)

Plâ entenut

û cop

per toutes

que

respettam la

grafle

dous biélhs

quoand balham quauq'ûe de las loues obres.

— 48' —

bourrét, que sabèn tabé ha tourneya beroy lou hus e la hielère, e ne-us ère pas degrèu de s'escoupi aus dits én t'aprimeya lou hiéu d'estoupe qui sérbibe a ha linçòus ta las baques, debantaus ta las hémnes e camisoles taus homis.

Pendén las loungues belhados d'hibèr que s'attrouperabon û sé énso dé l'ûe, gnaute sé énso de Faute, ue grane trounque que brullabe débat déu large mantèt, e, arroumérades autour déu larè, hiéle qui t'y hiéle dinquè que la cousséye dé cadue qu'estousse plée. Ad aquéres hielères que-y bienè yuste toustém quauque homi, déus déu bou récantou, e, quauque cop, eths tabé, coum las baléntes hilhotes, qu'abèn la filouse au coustat.

Nats nou s'adroumiben, de segu, pérmou que nou y abè pas péus a las léngues, e puch que eau ha éschalibe ta poudé plà hiela. Countes en t'arride, histoères de brouches qui hasèn p6u,'batalis déu bilatye, cansous de nobis, que sèy you, tout aquero que s seguibe, e, a tout moumén que s'entenèn de grans espatraclats '

qu'ère la Jeannétou deu

Tucòu, û nas arrégussat, l'oélh lusén e escarrabelhat e las ma- cherétes frésques coum arroses.

Lou Piarroutou de las Coumes que-u hasè l'amou e nou man- quabe pas nade hielère oun la Jeannétou s'attrapabe. Coum ère beroy gouyat, escahit e plé de guilhésques, la Jeanné- tou né-u hasè pas trop maie care e que y abè toustém drin dé place au ras d'ère quoand lou bedè arriba. Qu'ère la mode alabéts a Loumbia que lou matî dé Pasques, quoand dues persounes sé troubabon s ou camî, que-s saludabon en disén « Alléluia » e quauque cop que pariabon ûe doutzéne dé oéus a la purmère qui at digousse.

U dilhus de la semmane sénte, que hasèn dounc la hielère enso

deu Cassou e que-y èron la Jeannétou deu Tucòu e lou Piarroutou de las Coumes. « Doutze oéus a VAlléluia ! si digou Piarroutou a la Jeannote. —

0 ! e doutze oéus méy que-us te gagni ! — Toco de

Au purmè crit deu hasâ, lou diménche matî, qu'esté desbelhal lou Piarroutou, e desbelhade tabé la Jeannote. Lou Piarroutou biste lhebat, que-s metou s'ou cap ûe pèt d'agnèt,

d'arride. Ue d'aquéres hiélayres endiabblades,

mâ !

»

— 49

e que parti. Enpuyan la poudge deusTurocs que-s pensabe : « L'y

attraperèy aquéste cop ! » Que hasè engoère escu, lou lugrâ de l'aube que lusibe a dues gulhades, mes decap daban lou cèu que coumençabe toutu de-s tinta de rouye. Lou nouste gouyat, arribat au ras dé l'houstau de la Jeannétou que-n anabe a quoate arpes en ta que-u préngousson per û cà, e né-u poudoussen pas recounéche. Més aquéste, mey endiabblade engoère qu'éth, que l'attendè, que s'ère anade attusta héns déu pijounè s'ou pourtau, e que s'én arridè coum ûe crebade en bedén lou Piarroutou argayta de dréte

e de gaùche si arrés e-u bedèben. Quoand esté passât ta la parquie :

« Alléluia! hòu ! si-u crida la Jeannote, e binte-quoate oéus ta la

mouléte !,

Alléluia! e pre-

tou tout camus, bèn, qu'ès méy diable que you !

— Qu'ès aquiu, garce, si respoun lou praube Piarrou-

pare-t la grane padéne. » Que-us se minjan touts dus cap a cap, lous binte-quoate oéus, qu'éy metoun plâ de pus e de lardous a trabès, bèth drin d'alh e de peyrassilh, e que-us bagnèn de mantu bèyre de jus de las lam- bruscos.

Més ûe méchante léngue que-m disè que la Jeannétou qu'auré poudut canta la biélhe cansou :

« Ue hilhote dé Loumbia

« Que se n'éy embriaga.de

« N'a pas hèyt en hiclan

« Més qu'a hèyt en bebén bî,

La briague ! (Parla de Morlaas Biarn).

«

»

André

BAUDORRE.

TRÈS

HISTOÈRES DE MOUSSU CURÉ DE UBÉRTAT

Biarnés dou purmè escantilh, beroy e brabe homi, de bou counsélh, Moussu Curé de Labértat n'ère pas afïrountur. Badoun qu'aboussi la hèrre de quoand hé l'éntrade au semi- nari, toutes las bértats que s'escapaben a trubès lous sous pots. En médich téms que bertadè. Moussu Cure, ne seré pas éstat bou Biarnés chèts aco, qu'ère hère courtés : n'aberé pas boulut maucuta arrés.,. més las bértats que gahaben la boulade. Aquero que hé arriba debis doun, per aquéste cop, e-bbauha l'histoère de très, en respectan la reliou, ayude dous •yandarmes, sus la terre, enta achoala lous peliès, coum ta-s gagna lou paradis.

— 50

-

Lou Payrî per forsse.

Cause foursade n'a yaméy balut ni hic ni hiquerole. Lou Pierroulin de Larditère qu'abè estât hèyt payrî dou may-

natye d'û dous sous counéchuts ; ne l'abèn pas hèyt payrî pramou qu'ère bou chrestià, més pramou que n'ère pas maridat e qu'abè hère bèth dequé. Pay e may que s'abèu pénsat, dab résou, que se lou payrî ne dabe pas arrèy au hilhòu, n'én lou mandicaré pas

tapoc

Lou payrî qui n'abè pas hèyt las soues Pasques, desempuch qui abè troubat que, en n'anan pas ta counfèsse, e poudèn bade riches,

en panan méy adayse, que-s seré passât del'haunou qui l'ère hèyt >

més, pramou dé las méchantes lénques, pou, qu'estou payrî.

Moussu Curé dé Labértat que-s pensa, e dab resou, que, ta u maynatye chrestià, que seré estât bou que lou payrî qu'en estoussi tabèy. Toutû, homy de pats, que boulou ha beroy. Més, moussu curé, quoand se bi deban éth, dab û cièrye gran coum û esparrou, mous de Larditère qui ne-s tirabe pas soulemén lou chapèu quoand la proucessiou e passabe, ne-s poudou pas retiéne d'où dise :

doun abè lou feblè d'abé

e que d'ù riche que s'én y pot tira arrous ou arrousade.

— Aquéth cièrye, e sabéts soulémén perqué ou tienéts ?

— En ta-b ha luts, moussu curè.

— Aquero, n'éy pas respoune. Perqué tienéts lou cièrye ?

— Pramou ne-s pot pas tiéne tout soul.

Moussu curè ne boulou pas qu'àquéth espèsse de Yudiu qu'a-

dits, aquéste cop dap drin de

boussi lou darrè malice :

mout, que-tou

— Payrî, hèts-pé a l'endarrè !

Hèts p'én mèy encoère ! !

— Més ne póutch pas méy, murralhe !

moussu curè ! Que souy countre la

— E doun, adare, disét-me perqué né-b hèts pas méy à l'en-

darrè ?

— Pramou né poutch pas recula.

— Qu'abéts hèyt parié quoand p'èts apoutyat en ta esta payrî qu'aberéts hèyt miélhe de-b damoura a case. Moussu curè qu'abè resou,

L'Ourgulh que couste ca.

Lou

Yantin dé

la Miyansère,

mieytat paysâ, mieytat

moussu,

qu'abou lou miscat de pèrde la hémble. Coum s'ère plà troubat d'esta maridat, qui abè abut toustém las caussétes randades e tout so qui ou calé chèts sourti de case, que-s déssida de-s tourna

amassa. Qu'y abou plà drin de calhabari, més quoand aboun prou

que-s caran, e lou nabèth maridatye qu'estou benediscut per moussu curè de Labertat, toutu coum lou purmè. Quauques dies apuch, lou per lou ségoun cop maridat que s'én ana trouba moussu curè en lou demandan quoant lou debè per

las soues pênes.

luttât,

— Ue pistole amie.

— Ue pistole, moussu curè ! Lou purmè cop ne m'abètspas hèyt

paga qu'u éscut ! Lou ressemelatye qu'éy doun mèy ca que so da

nau ?

Moussu curè de Labértat que-s tire la tabaquère, qu'én prén ûe

chinade dou tamisât e que-t respoun au maridansè :

— Lou purmè cop, lou mèy amie, qu'abès espousat en berrét :

n'estou pas que cinq pecétes. Aquéste cop, que pourtabes chapèu

coum lous riches. Pramou déquéro qu'éy dèts pecétes : rappelé-t,

lou méy amie,

e

'

que l'ourgulh n'éy

pas yamèy puyat tau

cèu

qu'éy carestious sus la terre. Moussu curè dé Labértat qu'abè encoère résou.

Lou Hilh dé Moussu Mayre.

Coum ne-y abè pas grelatdesémpuch l'arribade de moussu curè, moussu mayre qu'abè grane counfiénse en éth. Qué l'ana coun- sulta sus lou hilh, lou sou soul herétè.

— Moussu curè, ne souy pas countén dou hilh.

— Sé quauqu'arrés méy pa t disè qu'où cerqueréts de patac.

Aném lou hilh qu'éy plâ nascut, plà tournéyat, plà herrat, que

plégne adarroun las pélhes

e l'aberéts malau ?

— Sé n'ère pas qu'aquéro, qu'où héri ana ta las aygues.

— Ey pendar?

— Nou, moussu curè,

que heré lou tribalh de très homis e de

chèys hémbles.

— Lou boste hilh ne pot pas esta u boulur ?

_

S2

— Qu'où barrerén héns ue crampe de louis d'aurs, n'en touqueré pas û.

— Ey cartayre ?

— N'a pas hèyt yaméy au bourre qu'a u so, au rèy debire.

— E seré ibrougne ?

— Ne s'én éy pas yamèy tournât de hèstes ni de sén pourqui en han camaligues.

— Bourrique n'ey pas ?

— S'en ère, ne seré pas hilh de pay.

— E quin défaut a doun lou hilh ?

— E doun,

moussu

curè, qu'ey quilhou : quoand

ne

tribalhe

pas, qu'où caleré toustém lou boulou de desapita quilhes a la mâ.

— Ne-y a pas arrèy méy ?

— Malurousemén, qu'ey coutilhoè, moussu curè : que l'èy attra- pat qué hésè pégnics a las esperouquedoures.

— L'ourdi, pay !

— Que se m'ey trop e tout passât, moussu curè. ■

— Quilhou e couquî ! n'ey pas pendar, ibrougne, ni cartayre. ni boulur, ni bourrique ! Ad aquéro que-y a remèdi.

— Disét m'ou, moussu curè.

— Maridat lou hilh,

moussu mayre,

e

que

s'ou

passera

aban

que ne-p tourni. Moussu curè dé Labértat qu'abè toustém resou.

(Parla d'Orthez Biarn)

NOSTRADAMUS.

Causes de Noust

L'ESTELAD E

s'estaquen

aus trabatèts dou bet soum de las nubles ? B'a dounc quauques milès d'anades qui las an cantades lous pouètes e lous aymadous e, soubén, que s'ey escadut que aymadous e pouètes qu'èren loutû.

Bères pauses tabé que lous sabém en loungue barbasse sérquen de balha respounse plée a d'aquére questiou; mes aci, que s'en

debém tiéne à las esclarides dous qui

mâ oû coélh penut a la cinte dou debantau.

Que soun

las

estéles qui,

autalèu

sourélh

coubat,

porten bastou d'agrèu a la

— 53

N'a pas goayre ûe hialadoure à qui demandabi : « De que soun

e que soùn las estéles ? » que-ra tournabe : « Eque soun fîtes (belu- gues) de hoéc ! » Dap lou coutèt lous hourcerayres que-n bouten a las cames de las hourcères, e lou paysâ qui-s ha ûe hourmadyère que-n mèrque dues a cade cap dap lou coumpas.

Ere estéle det gat, qu'ey le saut périlleux. U chibau que-s béu ère estéle quoan lou pigas blanc qui a soubén entermèy dous oélhs lou s'en debare dinque a la bouque. A ras estéles, autademéns dise e l'escu, a la noèyt. Las mes counegudes dens l'armade estelade, las qui parlen lou mey a la biste et lugâ dére aube, et lugâ det brèspe, que las apèren en franchimand l'étoile du berger. Quoan parecheran coume la proubéte de hoécs alugats, las qui semien lou cami de Sén-Yaques, famouses que-s troben. Birades quoauque drin dou débat (Nord) au dessus (Midi), qu'amuchaben

a la hourre dous beurraymès la bie de la glèyse de Sén-Yaques lou

mayou a Gounpoustéle en Espagne. La cansou d'aquet mounde biadyayre que-s cante encoère. Dardy, a la page 54 de l'Anthologie

Populaire de l'Albret, que-n balhe ûe bersiou. En Azû nou n trebuqui que gnaute hère braque.

Beyats quin

_ey la mie

:

Que eau ana ta Sén-Yaques Enta gagna Paradis.

Pet cami de Sén-Yaques Qu'èren sèt pelegrîs.

Quan soun au poun qui trémble Touts que pensèn péri.

« S'a dits et maye yudye Que nega de maladits.

Digues l'enfan Loyiste Qu'as hèt en toun païs.

« Qu'ey batut a moun payre

A mayre ausside l'è.

Qu'où ne prénen, qu'où ne troussen Enta r'aygue qué-u n'embièn.

Très dies qu'ey à Sén-Yaques Abans ets pelegrîs.

»

»

Et car trioumfan que bau le Char de David.

Eres sèt craberes (les Pléiades)

que rebiénen soubén dens lous

54

prousèys e qu'abém coume arrepourè : Que s'en paréchen ères sèt crabères quoan s'y parle d'ûe maysou desruide, d'û tèyt roeynat. Las maybounes d'autes cops, a las prumères brespades de nou- bémbre que sabèn pun per pun Fore de la lhebade dous./msíec/t

(les trois bâtons) qui s'apèren : hustés à Estagn, hustéysa Galhagos

e Aucun, hustéts a Aryelès. Qu'ey d'û coumû dise par aci capsus :

Baquè, nou-t téhques escapat Dessa qu'ets hustéch se couguen en escurat.

Baquè, nou t'arrilmra la prime, lou bet téms, J'èrbejau bestia que quoan lous hustéch en tourneyan claréyen sou cèu, a l'aube dou die decap abriu e niày. Qu'ey lou sé de Nadau qui paréchen toutes las estéles. Eres coumétes que soun coudes de hoéc e la loue coude qu'ey héyte de hum. Nou débi decha per l'estrém la cause-micause qui ey deya publi- cade sus la noéyt é las estéles :

Nóuste-Dame de Miralhe (la noéyt) Qu'a pouréts e pouralhe (las estéles) Et nïatî que la tire Et de sés que l'embarre.

N'ey yamèy poudut desnida so qu'èren Eres très estéles arre- loudyéres que m'abè segnalades dens lou téms ûe biélhe qui ey are débat de las ourtigues e desbroumbade. Quoauqu'û de Gastou- Febus at ^aberé ?

(Ta segui.)

QRW

DE

Miquèu

DE

TOUT

CAMELAT.

MÉDECIN E

Remèdes contre la morsure des chiens et autres bêtes enragées, et contre les piqûres des serpens et des vipères ; publiés par ordre des Etats-généraux de Béarn.

, I.

Contre la morsure des chieris et autres bêtes enragées :

1° Lavez, avec de l'eau de la Reine de Hongrie ou Sans-pareille, la plaie, égratignure ou contusion faite par une bête enragée; trempez un petit linge dans la même eau ; approchez-le d'une chandelle allumée, afin que le feu y prenne ; communiquez-le de

— 55

suite à la plaie, égratignure ou contusion ; réitérez cette opération trois ou quatre fois. 2° Faites ensuite un emplâtre avec de la bonne Tliériaque, une bonne pincée de poudre de Vipère, autant d'écaillés d'huîtres calcinées et pulvérisées : mettez cet emplâtre sur la plaie ou con tusion ; ayez soin de le rafraîchir deux jours après ; laissez le sur la plaie quatre ou cinq jours, observant de ne pas mouiller ladite plaie pendant que l'emplâtre y sera appliqué. 3° Après l'application de l'emplâtre ci-dessus, la personne mor- due par une bête enragée, prendra de suite une prise de thériaque, de la grosseur d'une grosse fève, délayée dans du vin blanc ou

rouge, avec une bonne pincée de poudre de vipère, autant d'écaillés d'huîtres calcinées et pulvérisées ; elle réitérera ce remède pendant trois ou quatre jours consécutifs, observant qu'on doit prendre ce remède à jeun, et qu'on ne doit rien manger ni boire pendant

deux

enfans. '

heures après

l'avoir pris.

On diminuera la dose pour les

II. Contre la piqûre des serpens et des vipères :

être appliqué, faites, s'il

est possible, une ligature au dessus de la piqûre, afin d'empêcher que l'enflure ne fasse des progrès. 2° Faites avec un canif ou avec la pointe d'un rasoir, ou avec tel autre instrument tranchant, une petite incision sur la piqûre ; il en sortira de l'eau. Brûlez ensuite cette piqûre trois ou quatre fois, de la même manière expliquée dans la recette précédente, article I. 3° Appliquez sur la piqûre le même emplâtre indiqué dans la recette précédente, article II, avec cette différence, qu'il faudra le rafraîchir avec de la thériaque et avec les mêmes poudres, deux ou trois fois par jour, attendre la grande chaleur qui sera occa- sionnée par la piqûre.

1° En attendant que le remède puisse

4° Après les opérations ci-dessus faites, avalez deux ou trois fois

par jour, et pendant

remède indiqué dans la recette précédente, article III, observant toujours qu'on ne doit rien manger ni boire que deux heures

après avoir pris ce remède.

trois ou quatre jours consécutifs, le même

L.

B.

(Journal de Paris, n° 175, 24 juin 1785, p. 724).

*

Loa§ d'aute?

CANTIQUE

eop§

X

Pe r lou . tem.s d.o-u.s d.ifferen s tï-iïoallis

Nous publions aujourd'hui un cantique sur les différents travaux de la terre. Il est extrait d'un volume intitulé [Cantiques gascons a l'usatge dou puble de la campagne, per les Missious. Pau, Vignancour, 1818, in-12, nabère édition. Une note de la page 2 apprend qu' « on a inséré dans cette collection les cantiques composés par feu Barrouillet, curé de Toulouzette, diocèse d'Aire. » Ce recueil eut un grand succès dans nos régions, mais peu à peu les cantiques exclusivement écrits en français les remplacèrent. Nous restons donc dans les limites du but que nous nous sommes donnés en faisant place de temps à autre à ces morceaux de notre vieille

littérature populaire.

AIR : Pour passer doucement la terre.

Ou BIEN : Au nom de Dieu en trois personnes.

Si boste estât bous pareich rude,

N'ebs plagnéts pas, tribalhedoux ;

Quouan de danyès, d'inquiétude Dens Testât qui credets mei doux !

Boulets bous bibe huroux, tranquiles? Héts lou being, hujets lous peccats :

Qu'en trouberats leçous faciles Dens chaque tribalh qui herats.

LOU

SAMIA

La terre és trobe condamnade

A ne pourta que brocs per nous :

Nat frut, si n'es pas tribalhade,

E destrempade de sudous.

La maligne arradits dou bice Es dehens nous. 0 triste sort ! N'auram jamei fruts de justice Chens un continuel effort.

Lou groun semble û cause perdude

Quouan sur la terre lou jettats :

Més quouan la saisou

Dab interest bous lou troubats.

Taie obre semble are petite, Lou tems même en pareich perdut :

Offerte a Diu qu'a son mérite, E serb atau per lou salut.

és biengude,

37 —

Quouan sou camp jettats les semences, Bous n'attendets que pareils fruts :

E quouan ne samiats qu'offenses,

Pretendets-bous couelhe bertuts ?

LOU

SARCLA

Nettejats dab lou soin possible Lou groun qui boulets samia :

Cauque herbe méchante, e nuisible

A trubès lou groun poussera.

Instruits que si la dechats crèche, Lou groun ne sauré profita, Dès que coumencre de paréche, Lou sarclet bien leu la piqua.

Désirats bibe en la justice, Hets-ne même les actions :

Lou démon bien dab sa malice, Bous da mille tentations.

Countre ét sits deus la bijilence, Ne sauréts prou lou redouta :

S'abets la méndre négligence, Oh ! qu'et saura ne profita.

LOU

TALHA,

L'ESBROUSA

-

Talha la bit, semble û houlie^ Coum d'esbrousan quauque tarou, Lou pè pourtan s'en fortifie ; L'arrasin n'és mei bet, mei bou.

Combatte la concupiscence, Mortifia les passions, Es û saje e sainte prudence Qui hé crèche en perfections.

Sarmens, quein sera boste usatje, Dou pè de la bit separats ? Lou houec es boste soul partatje, A d'arré mei n'èts emplegats.

L'amne de son Diu separade, Trop semblabe, helas ! au sarmen, De tout bein se trobe pribade, L'horrible infern déjà l'atten.

L'AMARRA

Lous tarous pou bén, per l'auratje, Serén de la bit eschouquats :

Per garantius d'aquét rabatje, Au pachét bous lous amarrais.

— 58

Passions, horribles tampestes, Qui chens cesse nous turmentats :

Que bostes effets soun funestes, Quouan de Diu nous èm esloignats !

PER

LA

RECOLTE

Per soulatja nouste misère, "Que bous ets bon, ò mon Seignou ! Quouan ne meritam que coulèie

Bous n'ens trectats que dab auiou.

«

La Terre, a boste ordre docile, Tout an per nous porte sous fruts :

E nouste co réste stérile,

Quouan de nous demandats bertus.

Coum ha serbi lous fruts au crime? Ets sou d'un Diu dons precioux; Bèts presens d'un amie.intime, Riches arrhes d'un tendre espoux.

Loin, Seignou, loin l'ingratitude :

Quouan bous nous comblais de fabous, Nous heram noste unique estude, D'eb serbibs, de n'aïma que bous (').

P.

14.

L.

B.

KOUBÈkES

An VÊLES EN LABEDA. *— Lous baladayres d'augan qu'èren lous gouyats d'Aucun en Azû, qui s'an boutade la cinte rouye, la camise empesade, lou berrét enribanlat. Lou 6 de heurè que dansaben aci. Couradye é encoère mey.

lous

Per nous auts

qui s

plagneram

chéns

fi

ne

cèsse,

que

arrougagns d'ù accordéon que nasiquéyen au deban de la nouste danse naciounau, quoan s'y agradarén tan lous piulets de la fla-

hute e lous trucs dou tambouri.

BARÈDYE EN LABEDA. Apuch l'aygat la lit saubadye. Lou 2 de heurè. per û dissatte, à las 5 ores dou maytî, la lit que ' debare e lous riales qui echibèrnen dens Barèdye, débat nau pams de nèu, nou s'abisen dou miscap que bères pauses au darrè. Bint maysous, que-s troben emboubudes, ûe partide de l'espitau melitàri, lou casino, et, que s'eslurre tau Bastan. So de mes triste, ûe hémne, dues maynades que soun cos.

(i) Béde lou rembiat de la paye 47.

39 —

A, se las noustes mountagnes se caperaben d'abéts, de pis, de

d'autes cops countre

aus

e

de

cassous,

que serén

hortes coume

-us aygats, las lits e lou tempourau !

Qu'a très ou quoate cents ans qui talhen lous arbes a la caus e que lous aulhès se plasen a bouta lou hoéc sus lous templâs nuts oun s'èren arpiats lous agrèus e lous yenèbres. Tabé quoan las roques s'apoudyen qui las estangara? Oun l'èrbe punteyabe nou y-a mey que las arraulhères mabedisses, la roèyne e la mourt. Quoan de sègles e calera ta tourna la bestidure a las piques ?

GOUNDOUM EN ARMAGNAC. Dap hère de gay qu'apreném que Mous lou Biscoumte de Brescou, au darrè councours dous Yocs flouraus de Lengado, que s'a arrapat û prum è prêts per û pouesie gascoune e û segoun per ûe leyénde escribude en francés. Balén amie, toustém atau e loungademéns. M . DE C .

FLOE.AXJ X 13XX

CONCOURS

DE

MOI S 3D'-A.OTJT 190 7

CAUTERETS

Réservé aux Poètes et Prosateurs des Basses-Pyrénées, Hautes- Pyrénées, Landes et Gers, écrivant en langue romane

I.

Poésie

Pas de sujet imposé. Tous les genres sont admis, 60 vers au plus.

Pas de sujet imposé. 80 lignes au plus,

III.

II.

Prose

Contes, Légendes, Récits historiques, etc.

Nouvelles et

Romans

80 pages au plus. Seront seules couronnées ou mentionnées les œuvres qui se recommanderont par des qualités sérieuses au triple point de vue de la composition, de l'intérêt et de la langne.

IV.

Linguistique

Nomenclature très exacte ou glossaire de tout ce qui concerne l'industrie des eaux thermales, bains, sources, établissements, baigneurs, médecins, hôtels, logements, etc., etc.;

Nomenclature ou glossaire de toutes les plantes et de tous les animaux composant la flore et la faune de la région montagneuse ; 3 e Nomenclature ou glossaire de tout ce qui concerne le touris-

60

-

me aux eaux des Pyrénées, guides, chevaux, etc. ; monts, glaciers, cascades, lacs, etc.

On

mettra simplement le mot ou nom

français en

mpt ou du nom en langue romane.

V.

— Histoire et Érudition

regard du

soit à un ensemble de tra-

vaux intéressant le pays de Bigorre ou le dialecte gascon publiés

depuis moins de vingt ans.

VI. — Musique

Un prix sera

offert soit à l'ouvrage

Une

première

série

de

prix

pour

la

mise

en

musique

avec

accompagnement,

 

Une

seconde

série

de "prix

pour

la

mise

en

musique

sans

accompagnement de la pièce suivante :

Miguète abet bist si las ilous Punteyaben ? Si la liloye Ou la momoy aben coulous Fresques coum las bostes, beroye ?

E si l'ayguète de l'arriu Qui bribeye cabén la prade Abé lou blu gouayre més biu Que lou dous bostes oelhs, besiade ?

Digat-mé, en passa p ou bousquet Abet sentit si l'arraguéte Abè perfum dous coum l'alet Qui-b bayle lous pots, amiguete ?

Abet audit si l'ausérou Qui dcca;> !ou sou canteréye, Disé cantets dih la douçou De boste bouts qui m'enayreye" ?

You, qu'ey bist la flou dou casàu, L'aygue blue, sentit l'arrague, Audit l'ausèt; arré nou bau, Boste arrisé qui m'enbriague.

Simin

PALAY.

TRADUCTIO N

— Ma mie, avez-vous vu si les fleurs — Etaient près d'éclore ? Si la marguerite — Ou la rose avaient des couleurs — Fraîches comme les vôtres, jolie '.'

— Et si l'eau du ruisseau

— Qui

coule

dans

la

prairie — Avait

le bleu plus clair — Que le bleu de vos yeux, mignonne ?

— Dites-moi, passant au bosquet — Avez-vous senti si la fraise

— Avait le parfum doux comme l'haleine — Qui caresse vos lèvres, ma mie ?

— Avez-vous entendu si l'oiseau — Qui envoie sa chanson au

soleil — Disait ses chants avec la douceur — Que possède votre voix qui me transporte ?

— Moi, j'ai vu la fleur du jardin — L'eau bleue, respiré l'odeur

de la fraise — Entendu l'oiseau, rien n'est comparable — A votre rire qui me grise.

 

VII.

Concours

des

Ecoles

Primaires

§

1.

ÉLÈVES

AU-DESSOUS

DE

ONZE

ANS

P'ous terrés la bit que rouyéye

E l'arresim inlad

Sus chaque tath plegad Mous ou blu que puntéye.

Brougnedoures e brougnedous, Lou beroy téms ta ha bî dous !

La pélhe arcussade e leuyère, Brougnedoures en rénc, Auats-ne trénc per trénc En anilhan coum haroulères.

Au mièy dou troulh untad d'arièle, S ous cougns que hèn zig-zags Lous broussalous beriags Pendén qui la murre s'apièle.

A chourres lou bî dous que piche, Barriques, barriquots, A gran cop de soulhots,

Que-s plégnen tau praube e tau riche.

Dab quoque tros d'auque rouslide Bellèu lou bî bourrét Que-s birera lou réd Quoand n'aura dat ûe bouride.

Brougnedoures e brougnedous, Lou beroy téms ta ha bî dous.

L.

AL-GARTERO.

(Au Peis Bérd.)

 

62

§

2.

ÉLÈVES

DE

ONZE

ANS

ET

AU-DESSUS

Mo-ass-a

Eeyént.

Moussu Reyént, aco que-s sab, Qu'ey lou mestourrét dou biladye, Que eau toutû qu'ayi bou cap, Moussu Reyént, aco que-s sab, Ta nou pas trouba-s en pipiadye !

Moussu Reyént qu'ey lou bras drét

E lou sustièy de Moussu Mayre,

Tabéy, per las, lhèu que s'en créd. Moussu Reyént qu'ey lou bras drét

E de cadû lou counselhayre !

Tout

An nad gay ou nade crebère ? Counda sus éth que hèn la yént; Tout que da ta Moussu Reyént De tout qu'ey la cabilhe oubrère !

Tabéy de mounde aus Dominés La porte ne-s en lous bousse, Dab éths ne-s en hèn pas dinès, Tabéy lou mounde aus Dominés Ab mercés qu'où plégnen la bousse.

que da ta Moussu Reyént

Quin pod abé prou de baga Dous trebucs ab la patricole, Moussu Reyént, chèns s'engourga ? Quin pod abé prou de baga Ta ha per s ou marcad escole !

Ne crédits pas que sie arrèy D'escoulia doun la rapatalhe, Moussu Reyént qu'a beroy trèy, Ne crédits pas que sie arrèy De mia toute aquére pouralhe !

Moussu Reyént, aco que s sab, Qu'ey lou mestourrét dou biladye, Més quoant de bireméns de cap, Moussu Reyént, aco que-s sab, A soubén ta tout poutadye !

L.

AL-CARTERO.

(P'ou Biladye.)

63 —

N. B. — L'âge des concurrents sera certifié par le Directeur de l'Ecole dans le pli cacheté qui contiendra leur nom et leur adresse. Chaque envoi contiendra : 1° le texte gascon ; 2° la traduction littérale ou mot à mot en regard ; 3° la, traduction littéraire ou

définitive. PRIX SPÉCIAL

Enfin, un généreux donateur, enfant de la Rigorre, — qui veut conserver l'anonyme — met à la disposition de l'Escole Gastou- Febus, une somme de 200 fr. pour un concours ouvert aux seuls Instituteurs de l'arrondissement d'Argelès qui seront appelés à com- poser un travail historique de 100 pages au moins sur les mœurs d'une des vallées du Lavedan ou sur un épisode de la Révolution Française dans l'une de ces vallées :

— Vallée

Vallée de Luz, — Vallée de St-Savin. — Vallée d'Azun d'Argelès. — Vallée de Batsurguère.

Toutes les compositions devront être adressées à Orthez, à

PLANTÉ, avant le 13 juin 1907, délai de rigueur. Elles devront être écrites très lisiblement, sans rature ni surcharge,

en double expédition, n'être signées d'aucun nom sous peine d'exclusion et porter leur devise qui sera répétée sur l'enveloppe d'un pli cacheté, contenant le nom, l'adresse et la qualité du concurrent, avec l'engagement d'honneur qu'elle sont bien inédites. Les manuscrits ne seront pas rendus. Nous rappelons que les envois sont définitifs; les pièces ne seront pas retournées aux auteurs pour être modifiées ; tout auteur gui se fera connaître ou cherchera à se faire connaître ou à se faire recommander sera, par cela même, exclu du concours.

M.

ADRIE N

NABÈTHS 'COUNFRAYS

MM.

Hustach

(Algérie). Abbé B. Larrouy (A), vicaire, à Ger (B. P.). Hontaà, Albert, propriétaire, à Mirepeix. Bladé, Jean, propriétaire, à Mirepeix. Estrampes, Louis, comptable, à Nay. Julien Sibor (A), secrétaire de mairie, Garlin.

normale

(A ),

élève-maître à l'Ecole

à

Constantine

— C'est par erreur que le nom de notre confrère M. Rancèze, Auguste, (Esquina Teatinos y San Pablo, Santiago de Chili), a été omis dans la dernière liste des membres de l'Escole.

64

SOTJSCRIPCIOT J

Avignoun, lou 45 de Janvié 4907.

SEGNE

COUNFRAIRE,

Un group de Felibre a décida d'ounoura la memòri de l'esquist pouèto d'Amour e Plour, A NFOS TAVAN, que fuguè l'un di sèt foun- dadou dóu Felibrige dins la memourablo journado dou 21 Mai 1854 au Castelet de Font-Segugno. Un Coumitat vèn de s'engivana

souto l'aflat dóu Felibrige e dóu Flourege Prouvençau (assouciacioun felibrenco d'Avignoun) e s'es douna lou près fa d'auboura un bust à Tavan dins soun galant entré qu'éu a canta e ilustra. Lis ade-

soun vengudo acouraja li proumiés esfors

dou Coumitat que sono vuei la rampelado en tóuti lis ami e ami-

raire dóu pouèto pèr ié demanda d'adurre sa peireto à la mount- joio patrialo que s'es di de marca.

VIDAL, tresourié dóu

Coumitat (Vila Dou, Champ-flouri, Avignoun). Li noum di souscrivèire saran publica dins lou journau felibren

Prouvènço !

sioun li mai requisto

La souscripcioun

es duberto

encò

de

A.

LOU

COUMITAT:

Membre d'ounour : F . MISTRAL ; DELUNS-MONTAUT, Menistre pleni- )ioutenciàri, Président di Felibre de Paris ; DERVILLE, Président dóu Coun-

séu d'amenistracioun dóu P.-L.-M.; POUINARD, Maire

de

Membre :

P. DEVOLUY, Capoulié dóu Felibrige;

A .

ARNAVIELLE,

C.

CHA-,

BANEAU, M.

A . PLANTÉ, Felibre majourau, assessour

dóu Felibrige; J. ROUNJAT, Felibre majourau,bailedóu Gounsistòri ; BACQUIÉ-

CHABRAND,

A .

MOUZIN,

FONADE, F .

DE

BARONCELLI, M. FAURE, A .

GLAIZE, G.

HUGUES, R.

MARCELIN,

F . VIDAL, Felibre majourau ; Dono V S » ROUMANILLE, Libraire, Avignoun ; J. AUBANEL, Empremèire-editour, Avigneun ; BOREL, Artisto musicaire, à-z-Ais : FAUDRIN, Prouíessour d'agriculturo, Valabre ; J. LOUBET, Felibre, à

T. N., Avignoun ; Roux, Fèlis, Felibre, à

Paris ; TALLET, Doutour, à l'Ilo-sus-Sorgo ; A. VIDA L, Tresourié dóu Flou-

Paris; PRALY, Président de VA

E.

rege Prouvençau, Avignoun.

Pèr gagna tèms-e peno, preguiero d'adreissa lou mountans de la souscripcioun en même tèms que l'adesioun.

NOTO. —

PAU .

EMPRIMERIE

Lou

VIGNANCOUR

Yérant : H.

MAURIN.

PLACE

DOU

PALAYS.