Vous êtes sur la page 1sur 28

POUEM A

AOU

SUGIÉ

DÉ LA SALADA

LI

DÉ L'ESTAN

D'ESCAMANDRÉ

 

situa

sus

TÈRRAIRÉ

VODVERT

ET

SAN - GILLÉ

ARRIVADA

ÉN

L'ANNAOA

1825

Per

JIAQUÉ

MEIZONNET

 

YOUVERT

 

adréssa

à

sis

amis

 

A

NIMÉ

ÉNCO

DE

ROGER

ET

LAPOR1E

IMTBIMUR

BIBLIOTHEQUE ULYSSE BOISSIER

AVAN

PRÉPAOU

LiTUR, aï vougu t'averti

Dé oé que voou té dire'ici ;

Prengués pas iço per dé fabla,

És tou dé caousa véritabla.

Creï-zou, qué la réalita

M'a douna la facilita

Dé faïr'aquel pichiot ouvragié;

N'aourieï pas agu lou couragié,

Mé quaouqu'iedugia faï grand ben, Aï agu mi councitouyen Qué conma li fé arrivavoun, Dé suita mé li r&pourtavoun :

Ieou mé plasieï d'enssagia

Sé poudrieï en vers li rengia.

Crainta qué !i renvoi t'annuïou Soun més à la dernie'ïra fùiou.

Li mot un paôu éxtravagan

Soun li cartié proche l'Estan (-1)

Dé nosti souldajou lengagié

Es én frannés suivan l'usagié ; Énsi n'én siégués pas surprés

trovés dé mot én françés.

Y

trouvaras pas d'élouquénça,

T'én prégné, usa d'indulgeuça. Un dé nosti savan a di :

Lou vraï és imabl'et pouli (2).

PRÉMIÉ

CAN

AMIS, foou avoua qué sen ben ignouren,

savensuna caoiis'élas ! n'ignouran cen.

Li savan dé l'académia,

Aourien-ti agu lou giénia

Dé nous prédire qu'aqu'est'an

Aourian dé saoii à nost'Estan? (•)) Diou nous a per sa prouvidença, Donna dé saoii en abouudença, Mé n'en ponden pas prouflta, Lou gouvernamen aou voôn pa, Gnia pourtant qu'aoucun dé la troupa. Oué n'an per sala quaouqua soupa. Per dé fricots et dé cour-bouïoun, Gnia q ié n'an fa la provisioun. Es d'abitan dé la Coustieïre

Qu'aneroun quéré ia preumieïre ; Et san noutna tan d'aoutré gien Qué sé l'an pas, n'an fa d'argien. Yavié une vieya matroûna, Disoun la veousa de la Coiina, Quécridav'à sy dous garçouns, Anas quéré dé saoii, capouns ; Vouïen pas éscouta sa mèra La faguéroun mettr'én coulera,

Pioï à la força qué oridét

Aisso d'aici s'espandiguél.

Li vésin siiot qu'aou sacliéroun,

A la saou touti couriguéroun ,

(Aquel giour éra lou digioou,)

Y courissien coum'à d'un bioou (2J,

Lou lendeman quéra divendré

A l'.aouba sé ianeroun rendré,

Couma lou püple d'Israël,

Par ramassa'aquel doun d'où ciel.

Ségné ben pire lou dissaté

Dé Bagatéla (3( ou mas dé Paté,

Touti li Coustieren en cor

Y courrissien erabé transpor.

Dimanché lis un se paouseroun,

Anérou'à Vouvert, ou diguéroun,

Li qué

Faguên éntramen qué pouden.

Lous dilus granda descouverta,

Din Vouvert caousé un'aleita (4).

Ornés, fennas, din la Palus,

Y sian en foula, à pés nus.

countugnéroun disien,

Foou cépandan nouma l'annada,

Qué véngué aquéla salada,

L'an mila-io-cent-vint et cin ;

M'én souvéndraï jusqu'à ma fin

Doü giour qué sian dédin la fanga Din l'Estan jusqu'à miégia camba.

Miégia camba, moun Dioou, dé quaï di ?

Y sian jusqu'aou quiou sans menti.

Amaï sourtiguén pa sans pána. Chacuu fonrçava à perdre'alena; Per sé sourti d'aquel bourbié Chacun fasié cé qué poudié. Anfin dos fennas enfangadas,

Bén sûr, s'en sérien pas tiradas ; S'éroun plantadas tant à foun. Qué poudien pas sourti défouii. Dé yon vésoun véni dous ômes, Crésé'oussi, qué'yavié unjouin'ômé Quan ségueroun proché d'aqui

Y cridoun : vénés nous sourti.

Lis ômés qué s'ou fan pas dire,

Y van, et li sortoun san riré.

Quand lis aguéroun messa'aou sé, Yanéroun quéré sis paqué. D'aqui n'én dévistoun'une banda Qu'aï favioous préféroun la vianda ; Gniavié la plupart de3 saouturs, Dé péraqniers et des tayurs, Eroun presqué touti d'artistas, Yavié d'épiciers, dé drouguistas, Dé courdouniés et des maçouns, Dé menuisiés et dé mitrouns. Lou troumpetta'en sa test'alerte, Aourias di. vaï én découverta,

El et Visaya lou tayur,

Semblavou qu'eroun'en tirayur, Sitôt qu'à la saoii arriveroun,

Carguérou, et se rétourneroun.

Mé aguéroun pas fa dés pas Qué gniagué la plupart des las.

Moun Diou, qu'aiço d'aiei'és pénible, Dé s'en sourti n'és pas pousible. Couma voulés sourti carga, Laougié, a péua on po marchia, Alors gniagué qué l'escampéroun; Couquin de sort, lis un diguéroun :

Grand geau dé s'en poudre sourti 2.

Y a ben grand dangié d'y péri.

D'un coûsta gniavié qué plouravoun. Dé l'aulré gniavié qué cantavoun ; L'un disiét : moun Dioou, dé mi pés; Un paon pu you l'aoulre risié (5). Gniavié d'où eousta dis aouturas Qué cercavoun las fangaduras. Toulés eridavou'en sé saouvan « Vénen dé veïré Jian Charmnn,

» Dis qué ven d'arriva dé Douëna

» Qu'an prés Boudet, Villar, Antouè'na,

» Tôché, Cantren, Vaquié, Simoun.

» Et qué li van mena'en prisoun.

» Ténoun lou bon Pierré Darnaya ;

» Dé la poou lâcha dins sis braya ;

» Jian d' Bounet. Jianot Desfour.

» Encar' un paou prénien Jian Lour.

» An prés la miola dé l'Abillé ,

» Amaï la van ména à San-Gillé,

» Amaï d'azés cargas dé saou ,

» Amaï la miola dé Vidnou. »

S'aguéssias vis alor lou moundé, Era' una foula vagaboundé. Y'avié Boulé qué dé la poou

A

chaqua pas tournbav'ou soou,

E

fasié sanna sis oavïa ;

Plourava, sounava Maria ; Aï, moun dioou, sén toutes perdus !

— Dé qu'as ? - lis Douénas soun vengus\

— M'en ílché ceuma dé l'an qvuata } (Dé sui ta y respon la Planta),

« Dé qué soun aquesti soulda ?

» M'émpacharan pas dé carga. »

Yavié ben lou sugié dé riré. Dé veir' et d'éntendré diré Ais ornés, ai fennas, ais enfans :

Papa disié : saoula mandians (6), Végia, végia la mandianaya ! Un perd sa saou, l'aoutré sis braya. Lis fennas perdoun sis moucher :

Tout sé véi, rén n'és pas couver. Sian rengia couma qué séguessa ; Gniavié qué moustravoun sis fessa ; Mé rés prcgnié pas gard' à qui, Car soungiavian rén qu'à sourti. Un co qué séguén à pés fermé, Ma fouë , sans e?péra Lansermê, M'en filéré dré à Rabot, Tan languissièi dé béoure' un co.

FIN

DOOU

PEEM1É

CAN,

CAN

SEGOUR

POÜRTAN, malgré la péna' extrema, Gniagué qué doubléroun dou mêma, Lou léndéman qu'éra dimar, Manquéroun préné IOU Panar, Disé lou Panar dy Pesouya ; Aourias di : pesca dé granouya.

Y faguéroun crouza l'Estan

D'aou Fangassiê à Man-Répan ;

El et sis aoutrés camarada

N'en faguéroun la traversada.

« Couragié, yé disié Berna,

» Car sé sen prés, sen enchieina. » Couma quicon, s'en sourtiguéroun

lis aoutrés qué s'enfanguéroun,

rés y avié douna sécours,

Beléou , y aourien fini sis jiours. Eroun vis-à-vis lis Cabanas, Ben sur qué fasien pas si cranas , Vous li vaou diré en dous mot,

Y avié Coumbel et lou Mancho,

Lou Mancho, Tomé de Sarrussa, Aquel qu'aima tant lamerlussa.

En cargan , soun fai sé planté,

Fai un pas, soun souyé resté. Dé suita grouuda, posta, jiurá , D'avudré laissa sa eaoussura ; Voou la tira, mé ségué cour ; Soun nastouqué, cridé sécour (1) ; Sécourés-mé ou y périssé , Soui toumba dins un précipicé ; Lou van tira el, mé Coumbel Sé yéra planta éncar miel. Avié' un grand sac d'una maniéia Qué yé caousé lèou sa miséra.

Y pengiava déçay, délay (2),

Aou fasié per estré pu gay ;

Mé si dos cambas sé planléroun, Appuyé sis mans, s'enfanguéraun ; Couma' era' estrémamén carga, Sounfay lou tegnié' assura. Ainsi per tro sarra l'anguiéla, Souven on manca la pu bela. Lou giendré dé David Gima

Es

mort d'avudré tro carga.

La

largiéssa dé la fourtuna,

Ben souven nous és impourtuna. Aquéla saou nous fasié gaou, Mé n'aourié résulta dé maou. Aourié caousa dé maou d'esquina, D'ér et dé fluxiouns dé pétrina, Quaou y per ? és li médécin,

Qué y agoun tro léou més un frin. S'éra pas vengu lis douënista,

D'un à l'aoutré pregnian la pista, Ségnia qué y soun pas véngu, Es qué l'an pas proun léou sachu. L'un preparava sa carréta ,

L'aoutré un chival, quaou sa saoumétai Poudriei nouma, n'én soui certen,

10

giens qu'au béouco dé mouyen ;

Y

anavoun fairé una partida ,

Y

avié Jian, François, Margarida,

Pierre, Marioun, Rosa, Lalé,

L'orné, la fenna et lou varié. Disoun qué y anavoun per riré,

Sé po, mé l'intérés attiré ;

Tamben qu'an serien esta ailai , N'aourién ramassa quaouqués fai. Yoï lis omés prénoun quan podoua , Liscaousas qué lis accoumodoun. Lis douënas s'énfourméroun pas Dis azés s'éroun maïgré ou gras Dés arriva, lis empougnieroun , Dé suita dé saou lis oarguéroun.

Lis mestré ou vouyen pas du tout, Calmez, calme: voire courroux,

Y digué un d'un air tranquille,

On ne les mène qu'à Saint-Gilles.

Aquéli bravés giens crésien Qu'aoo y coustarié pas ren, Quan la saou série arrivada, Aoussitot qué sérié paousado,

Prené sis besti' et y mounta

Et sus lou co sé rétourna. Ouan lis asés séguéroun lestés, Dé suita gniagué très dé prestés. Prénoun lis siou sans sé gieina, En cresèn dé lis emmena.

Qu'ici chacun laisse sa bête

Y

dis un chief : qu'on les arrête ;

Jeudi, venez ; au plus haut prix On doit les vendre, mes amis. Alors lis fennas et lis drolas Plouréroun sis azés et sis miolas; Alarmérou tont lou péis Dé sis paraoul' et dé sis cris.

S'approcha d'ellis dous gendiarmes

Y disoun: — que sont vos alarmes ?

— Poudès créiré quaquella saou

Nous passa cent frans lou quintaou ; Dé suita y réspond Martinet D'una maniera fort chagrina, D'azé' eu dé miolas n'avian sét

Et nous foou rétourna à pét.

Sitôt qu'à Vouvert arrivéroun, Sis vésinas y démandéroun :

— Eh bén couma tout ses passa

Gardoun lis bestia amaï lis sa.

Alors Vidaou dis à Mar tina :

Foou empléga cousin, eousina, Ainsi qué quaouqué bon vésin,

Moussu Tempié, moussu Maourin, Escouta ! vaï ounté té mandé.

12

Foou ana préga moussu Escandé, Lou moussu das Dréz réunis, Que vogoun nous servi d'amis. Faguéroun ben cé qué pouguéroun, Mé à Sau-Gillé y diguéroun :

Vostis lettras nous fan pa ren ; Voulez lis bestia'aguéz d'argen Y lis yendéguéroun'as anchièras, Mé lis paguéroun pas ben chièras, Car lou moundé fasien la man, Per qné y coustessoun pas tan.

FIN DAOU SÉGOUN CAN.

TROISIEMA

CAN

DBGIA onblidavé quicon, Era dé parla dé Clerdon,

Lou poursuivissien sans relachié, Mé noslr'omé ségué pas Iachié, Quan végué qu'éra trop préssa, L'Estan sé més à traversa,

Et tiré soun p an din sa fuita

Z>"ana aôu terme di limita,

Y

arriva, y mounta déssus,

Et

crîda'aï Douè'nas r « ses dé gus;

»

Vénés oïçi, vénés mé quéré,

»

Vous respondé qué vous espéré. »

Y

faï veïre'un nasqué qu'avié :

«

Vénés béourc'un co ; » y disié.

Lou chief alors dis : « quelle audacel

» Au courage on doit faire grâce,

» Je veux bien lui donner la main;

» Laissons le faire son chemin.

Yon dé y youlé maou, riguéroun,

A son posté sé rétournéroun

Vers la cabana dé Viala. D 'aquélis avén proun parla, Parlén dé li dis aoutrés posta,

»

— u -

Quan faguéroun couri la posta, En d'una banda d'esfraya

Qué fasien rea qué chiamaya, Lou souër après mangia la soupa

Sé réuniguéiou'una troupa

A la palus dé Man-Itépan. Aqui chiacun disié soun plan. dis : faôu ana vers la Seia,

Un

Non y a un posté qué surveïa;

Y

digué Pierre'anén d'éçaï,

«

Aourcn pù léou fa nosté faï;

»

Proumétés mé de'stré fidelas,

»

Vous ménaraï à las pû bela.

»

Avan dé parti foou jiura,

»

Qué nous déven pas sépara,

»

Amaï véguen véni lis Douè'na,

»

Nagués pas poou, re.-pon lou Mouè'na

»

La plupar, sén esta souldas ;

«

Nous faran pas paousa lis sacs. »

Quan seu dé Vouvert ou San-Gilles ?

— Qranta, dis Jian : « sen bea tranquilles.

» Tenguén chiacun nosté sermen ;

» \nen, mis amis, partiguen. » Sén'anéroun remplis dé gioya. D'ana'en d'una tan bela proya. Séguéroun pas pu léou aïlaï, Qué chiacun agué fa soun faï. Es pa tout d'avudré la carga, Soungiavoun pas à la descarga.

Li Douè'nas qué s'éroun cachia

Lis laisséroun ben approuchia. En marchian toutis chiamayavoun, Et lis souldas lis éscoutavoun. Quan y séguéroun vis-à-vis ,

— Nous paousen un paoû, dis Louis

Lis Douënista en Ter tiréroun, Courroun contr'éllis,'y diguéroun :

« Gredins, vous violez la loi,

» Rendez-vous tous au nom du Roi. ; Qu'éroun yon dé voulé sé rendré !

Avien giura dé se

Et fugissien déçay, délay,

Giéttan sis vestas et sis faï. Paoûré sermen, siés qué chiniera ! Dé garçouns laisséroun sis péra, Dé péras laisséroun sis fils. Rén qu'aï prémiés co dé fusils, Toutis perdéguéroun la routa, Semblava'una'armada'en dérouta; Répréséntava'un chiam dé mars, Quant on veï eourré lis fuyars. Qu'és tristé souvén l'avantagié Dé voulé moustra dé couragié! Lou qué mantengué soun sermén Na pas sgu dé bén ï ren. Ressachié très co dé bourrada.

— Anas plan, y dis, camarada ;

« Sur yeeu fagués pas d'assassin,

» La guérra sé faï pas ansin,

» Foou pa'aïci mé réduiré'en cendré.

16

» Escusas-mé, volé mé rendré.

» Podé pas parla, tant aï sé. »

— Votre nom — Pierre Bourrassé.

San? égard, dé sacs lou carguéroun,

A soun posté lou conduiguéroun,

Amaï qué sérié pa'esta beou, C'éra pa'esta lou Coucoureou.

Es el et soun beou-frèraAntouëna Qné parléroun'aôu cliief d'aï Douè'na;

Et y outinguéroun soun pardoun,

A força dé supplicatioun. Lendéman lis souldas à l'aouba

Russiguéroun miel qu'én maraouda Erà la pounchiétta dou jiour, Qu'anéroun faïré'un pichio tour,

Et qué manquéroun pas lou caïré,

Ounté s'éra passa l'affaïré. Quoique séguéssé gran matin, Trouvéroun beouco dé butin. Eronn quatré que sé carguéroun Dé cé qué lis aoutres laisséroun. Trouvéroun d'ésclos, dé souyiés, Dé sacs, dé vestas, dé gilés,

sacs dé pel remplis dé péïas (•)),

pans, dé flasques, dé boutéïos.

Trouvéroun d'omés rescoundus,

Qué din la nio s'èroun perdus.

Es pa'éstounan; per ana'aï Listas,

Gniagué qu'anéroun sus lis Isolas. D'aoutrés ou vala d'aou mitan

17

-

Crésien d'arriva'à Galician. Gniavié qu'éroun sus lis Tourrada Sé disien : sén din la Mourada. Lou pu beou'és lis quéroun'aou Gros. Qué crésien d'êsttré'à Bouissoun-Gros Paouré'ômt. qitan la poou té gagna, 0 qué bâtés léou la campagna ! Aouriés pa'agu tan dé tourmen, S'aguéssés téngu toun sermon.

FIN

DAOU

TBOISIÈMA

CAN.

QUATRIÈME CAN

CÉPENDAN sérié ben iou cas Dé défini tant d'émbarras. Mé foou parla d'aquély quatre, Qué fag'üéróün lou diablé à quatréj Ta disén, faguén pas dé bru, Qué béléou sérian entendu. Din la Palus sé pérdéguéroun,

A força dé cerca , trouvéroun

Un passagié aou contra-canal, Entré Répiqué et Franquival,

Quan séguéroun sus la lévada, Un ané quéré à la nada Un barque chê y avié délai, Per passa toutés én sis fai.

Quan lou barqué arrivé aou rodé ; * François digué : és ben coumodé,

« Anén pourtas vité lis sac ,

» Toutés à la fés foou passa. — Mé quaou arapara la barra

»

■—

Lou Panar digué :

gara ! gara

»

Per pas-a dé l'aoutré cousta

»

Quaou qué siégué ponrra buta,

»

Penden qué lou Panar butava, Gniavié un aoutré qu'agoutava ; Coum' éra nio, y vésié pas, Ma fouë, fagué saoula un gros tas D'un traou couma lou d'una bouta. Lou Panar y digué : « agouta,

19

» Soui mounta sus lis amodiés

» Et senté Taïga sus mis pés.

» Ou crézé, végÍ9 couina monta ;

« Y téné pas pé, mé surmonta. » Anfin dins un pichio moumen

Sounbarqué ségué mai qué plen. — Ai ! ai ! nous négan, camarada. Saouva qu'aou po, zou à la nada.

Lou Panar savié pas nada,

Y dis : « m'anas abandon

San y fairé d'aoutra démanda, Daou barque arrapé la banda, Et s'arrengié couma pougué , Couma quicon s'ensourtigué. Ségué tan léou sus la lévada Couma sis aoutrés camarada.

Y dis : « ses toutés très aqui,

» Anen, mis amis, foou parti. »

Jian

« plagnié ma vesla ; »

.

»

y

digué :

El y respond : « iéou tout lou resta.

» Mé n'én pouden pas ren tira ,

» Et s'en mouya couma dé ra.

» Resien pas en plata campagna,

» Anen faire leva Chiampagna.

» Nous bayara dé qué chiangia,

» Ou daoumen nous fara séqua. »

As résoun, lis aobtrés diguéroun ,

Et tout dé suita partiguéroun.

Laissén aquély qué s'en van, Parlén un paou dis ambulan.

Disoun qué toutés

lis qué prénoun,

Y

fan pasgraça, lis emménoun.

Es

pas ren dé lis emmena,

20 —

Esqu'ailai lis saboun gieina.

Lis sarroun

Aqui ounté lou soureil

contr' una muraya (1),

dardaya.

Y

avien més un nouma Henri,

Y

digué :

lévas-mé d'aici.

«

Non , désormais nous voulons pendre

»

Tous ceux qui se laisseront prendre

»

Faut-il ici, pour des voleurs,

»

Souffrir Us puces, les chaleurs ?

»

Ventre-bleu I sans cette canaille

»

Nous pourrions rester sur la paille ;

»

Au lieu qu'il faut courir les champs

» Toujours pour surveiller ces gens. » Mais à yéou dounas-mé ma grâça, Vous dirai' lou noum dé ma raça ; Nous appélan : Hanri Pouméou ; Lévas-mé d'aqueste poutéou. Alors sa graça y dounéroun.

Ne revenez plus, ydiguéroun. Mé poudés escrapouchina,

Sé mé vésés mai rétourna.

« Voilà comme nous devons faire,

» Il faut prendre un air bien sévère ;

» Car plus nous les effrayerons',

» Et moins ici nous les verrons. » Lou mema souè'r, à co dé crossa

Roulérou d'ornés dé la Fossa Dé Palusiés et dé Gardians, Qué y éroun embé sis bounés blancs. Dé yon lis souldas lis véguéroun, Tout dé suita y couriguéroun Per y faire paousa lis sacs ; Aguéroun un pichio coumba.

— 21

Un que fagué lou bastounis^a Touque la testa d'un Douënista, Lou Douëna, per lou touqua el, Ané pas demanda eounsel. Toutés n'aguéroun sus l'esquina, Sus lou coûté, sus la pétrina. Gniagué un appêla Mestroun, Quagué'un co dé fusil à ploun :

Un aouti'é' un co de bayouneta. Sé saouvé qué dé rébaléta ;

Es un nouma Louis Mingaou ,

Mé n'a pas agu força maôu. Tan vaou léi médécin habile Qué ya din Vouvert et San-Gillé ; Gnia qué sérien esta panard, S'éra pa' esta moussu Richiard.

En couménçan éra coumiqué, Més ara aïço déven tragiqué. Lis Douënas soustoun pas pu rés ; Disoun : tant pis per quaou és prés. Quan n'én prénoun qué sé révéngioun, Sé lis podou' émména, lis péngioun. San douté qu'aïço' és pas coumun, Mai és vraï n'én péngiéroun un. L'éslaquéroun én d'una roda,

Y digué : ma testa mé roda,

« Mis amis, lévas-mé d'aïci ,

» Ou m'anas véiré léou mouri. »

Sa testa ras daou soou pengiava ,

Pêcaïré ! lou sang l'éstoufava.

Y disié : « aourias pas lou froun,

« Dé mé laissa mouri défoun. »

En d'aquel mot lou destaquéroun,

- 22 —

A la fíguiéira lou ménéroun.

Eroun cinq ou siéï ambulans,

Y lou péngiéroun par lis mans,

— Saï qu'aïço vaï dé pire' én pire,

« Voulés qué mourigué' én martyré.

» Ah ! maluroux, viaoulas la leï,

» Aquo' és pas lis ordres daou Réy.

» Crésé pas qu'agués lou couragié,

» Dé mé y laissa davantagié.

Sés francès !

» .

et prénés

plési,

» véïré souffri

Cruels, à mé

» Prénés piéta daou maou qu'énduré. »

— Ta mort, coquin, n'est pas trop dure.

» Et, fasés ben cé qué voudrés !

» Crésé pas qué ségués francès ;

» D'abord qué voulés qué mourigué,

» Sés dé Ischiés, foou qué lou digué

» Aousarés-ti diré' à quaoucun :

» Una fés sièï n'én pengién un !

» Déqué sara vostra victouëra ,

« Giamaï vous séra pas dé glouëra,

» Ben yon dé vous faïré plési ,

» Quaouqui jour vous fara rougi,

» Quand d'âzard, à vostra présénça,

» Sé parlarà dé ma souffrénça ,

» Ensécré vous coundannarés,

» Aco' era pas giu^té, dires.

» Cépendan sés remplis dé gioya

» Dé véiré souffri vostra proya.

» Ornés barbara3 et cruels !

» Soungias qu'aven un mestré aou ciel ,

» Qué véngiara moun inoucença,

» En vous laïssan la souvénénça

— 23

-

» Daou jour qué rué vouguéa ma mort.

» Et sans cessa aourés dé rémord. »

— Sa plainte émeut ma conscience ,

« Et remplit mon cœur d'indulgence,

» Allons, il faut le détacher,

» Qu'il s'en aille, s'il peut marcher. » Tout dé suita lou destaquéroun

— Partez au plutôt, y diguéroun,

« Béléou pourrai' pas m'énana,

» Couquius, m'avés estrémina.

» Cépendant faraï moun poussiblé ,

» Per vous quitta, cors insensiblé :

» Qué sé lou Rey sabié aco,

» Vous farié puui sus lou co.

— Nous avons sur vous trop d'empire,

» Partez, morbleu ! sans plus rien dire. »

Quand sé végué mai ménaça, Partigué sans c<írca soun'sac. Poudrieï ben dé caousas rééllas N'en diré' encara dé nouvéllas j Mé n'aï prés qué Tessanciel, Et lou' aï réngia dé moun miel. Oui, n'én poudriéi un paou mai diré, Mé gnia qu'aou prendrien pas per riré. D'ayurs sé fouié diré tout, Per yéou n'én véndriéi pas à bout.

FIN.

NOTAS

AVA N

PRÉPAO U

(1)

Couma Lou Fangassié, Lou Gros, La Set/a, etc.

(2)

Boileau.

 

CA S PBBMIÉ

(1)

L'on préfen qu'avié pas giamaï sala.

 

(2)

A Vouvert

arriva souvcn qué tuoun

dé bioou saouvagé,

et quan aquéli bioou arrivoun, tout lou moundé y couris couma en d'una festa per li veïré courri.

(3)

Noumd'un mas.

(4)

Sé passé lou bru

à Vouvert qué toutés lis gens

qué

sian

ana quéré dé saou sian esta ména à San-Gillé en prisoun.

(5)

Sé mouquavoun lis un dis aoutré.

(6)

Diré et rédiré dó Papa.

 
 

CA N

SÉGOU N

(t)

El mêma a

déclara qué soun nas touque pu léou la fanga

qué sa man lou souyé.

CA-IST

TEOISIBM A

(t) Las péyas éroun per métré aoutour dé sis cambas, afin qué

la saou y faguéssó pas maou.

CA X

QUATBIÉM A

(t) Lamurayo daou mas dé G-arda.

Centres d'intérêt liés