Vous êtes sur la page 1sur 2

28 rebonds

LIBÉRATION | VENDREDI 26 JUIN 2009

Les controverse
du progrè s
résultat inattendu des élections
au Parlement de Strasbourg ne
Les controverse
L’Europe n’arrive pas à séduire. Le tre quotidien et à l’exclusion de
quelques extrêmes, personne ne
remet son existence en question.
tion handicape son action. Pour
redonner un avenir à ce projet, le
rendre à nouveau désirable, il
à Jacques Delors, bâtisseur de
l’Union et Marcel Gauchet, philo-
sophe, de «disputer» le sujet en ré-
Emission doit pas masquer leur premier ré- Pourtant le désamour persiste. convient de le réenchanter. Com- pondant aux interventions criti-
diffusée sultat: une abstention massive L’Europe est victim0e de son suc- ment faire? ques d’Edgar Morin, Vincent
aujourd’hui dans la plupart des pays. Le projet cès, comme un vieux couple qui, France Culture et Libération, à Giret, Marcel Grignard et de Si-
sur France de l’Union est-il remis en question à force d’habitude, a usé le ressort l’initiative de l’association les mone Harari.
Culture dans ses fondements? du désir. L’Europe est devenue Controverses du progrès présidée • LAURENT JOFFRIN
de 9 à 11 heures. Cette réalité s’est fondue dans no- une terne évidence et la désaffec- par Agnès Touraine, ont demandé et MAX ARMANET

Comment réenchanter
Les controversel’Europe?
sentiel, moral et spirituel, dans l’histoire de l’Europe. Cela ne faisait pas partie du projet initial or c’est le lieu
C’est le pardon aux adversaires d’hier malgré les atro- même où se joue le principal défi de l’avenir.
cités commises et la promesse faite aux générations J.D.: Le déclin de la démocratie vivante s’ajoute au ma-
futures qu’elles seront réintégrées dans la commu- laise européen. Le tournant historique se situe en
nauté internationale. C’est le moment où l’Europe 1992. A cette époque, j’ai attiré l’attention des gouver-
avait une âme. L’Europe politique, qui était l’objectif nements sur le fait qu’un approfondissement était né-

Les controverseinitial, a échoué trois fois avec le rejet de la Commu-


nauté européenne de défense, de la fédération euro-
péenne et du plan Fouchet. L’Europe s’est donc rabat-
tue sur l’économie tout en gardant des institutions
cessaire en préalable à l’élargissement. Ma proposi-
tion n’a pas été retenue. Ces pays de l’est de l’Europe
étaient fascinés par deux réformes: l’Otan et la norme
libérale. Ils allaient passer d’un régime dirigiste à

Jacques
du progrè
difficiles à comprendre. Des compromis entre gouver-
nements sont indispensables pour faire avancer l’Eu-
rope. A l’époque, les pays voulaient obtenir quelque
chose de l’Europe et acceptaient de donner en
échange et d’expliquer à leur population leur démar-
l’économie de marché qui libérait tout. L’Union n’a
pas su montrer sa spécificité qui est celle d’une écono-
mie sociale de marché. L’Europe a manqué deux ren-
dez-vous, celui d’un approfondissement institution-
nel minimal et celui de défendre ses valeurs
Delors
che. C’est ce qu’a fait le chancelier Kohl au moment économiques et sociales comme élément essentiel
ancien président MAX ARMANET de l’euro. Les Allemands étaient contre à 60%. Il a eu d’attractivité pour les pays de l’Est.
de la Commission et EMMANUEL LAURENTIN le courage d’expliquer qu’il fallait le faire quand M.G.: On s’est mis sur les bras un système institution-
européenne. Paradoxe de l’époque, l’Europe après avoir constitué même. Aujourd’hui, on veut obtenir sans rien donner nel qui a montré des vertus d’efficacité mais qui tou-
Coauteur, avec le rêve des générations d’après guerre, suscite le désin- ou alors dans le cadre d’un compromis clandestin. che aujourd’hui ses limites et qu’il paraît impossible
Michel Dollé, de : térêt. L’abstention au scrutin européen en est l’illustra- M.G.: L’extraordinaire succès de l’Europe a été la neu- de faire évoluer. On nous parle d’accroissement des
Investir dans l’Etat tion. Jamais elle n’a souffert d’un tel désamour. Quel tralisation de la dimension de puissance à l’échelle prérogatives du Parlement. La dénomination est
social, Editions mal mystérieux la ronge, déshumanisant son impec- d’un continent qui s’est forgé dans la guerre. Aucun trompeuse et en partie responsable du taux d’absten-
Odile Jacob. cable machinerie, comment réenchanter l’Europe? petit pays n’a le sentiment d’être spolié dans un jeu tion aux élections européennes. Un Parlement est une
PHOTO de puissances commandé par les grands. Aujourd’hui, instance où l’on confronte des options politiques op-
ÉRIC FEFERBERG.AFP Jacques Delors : Il ne faut pas ennoblir le passé. La l’intégration intellectuelle de cette neutralisation de posées. Or, les parlementaires européens travaillent
question européenne a toujours été limitée à des cer- la puissance, dans un contexte de mondialisation, se autrement. Aussi leur voix n’est-elle pas entendue.
cles restreints. C’est un projet qui s’est construit dans retourne en handicap. Nous sommes en porte-à-faux Quant à la Commission européenne, l’élargissement
le manque d’information des citoyens. La raison tient par rapport à la réalité du jeu mondial, du fait de la a multiplié ses commissaires dans des proportions qui
à ce que l’Union européenne n’est pas une agora. Le réussite interne du projet. Ce décalage empêche les les rendent étrangers aux peuples. Elle devient un or-
débat politique se fait dans le cadre national, cadre où citoyens européens de se retrouver dans une instance gane insaisissable aux yeux des citoyens. On ne voit
il y aurait beaucoup à dire sur l’évolution de la démo- dont ils n’ont pas l’impression qu’elle les représente pas, compte tenu de cette équation, en quoi pourrait
cratie et de la citoyenneté. au niveau mondial et ce dans un contexte de mondia- consister l’approfondissement. Ce n’est pas du côté
Marcel Gauchet : Il y a un consensus sur le bilan au lisation qui n’est pas celui des fondateurs de l’Europe. des institutions européennes qu’il faut chercher. C’est
sein des peuples. Le rejet de l’Europe dans son prin- J.D.: Expression de ce «soft power», l’Europe est le pre- au niveau des nations que le réveil citoyen à l’égard
cipe est très faible, marginalisé à une extrême droite mier fabricant de normes au monde. La mondialisa- de la construction européenne peut jouer.
nationaliste. La donnée initiale qui a permis au projet tion a conduit les puissances historiquement les plus J.D.: C’est de la nation, de son agora politique et de sa
Marcel européen d’exister c’est la défense contre l’Union so- importantes de l’Europe à continuer à raisonner en citoyenneté que doit partir le réveil. La directive
Gauchet viétique. Depuis 1991, cet argument s’est évanoui termes de puissances classiques. C’est évident pour Bolkenstein a montré que l’opinion publique peut
historien, sans qu’émerge aucun projet de substitution. Par l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne. On a jouer un rôle avec au final un Parlement européen qui
philosophe et ailleurs, les institutions européennes ne sont pas déli- l’impression que ce réflexe de puissance classique impose son texte aux gouvernements. Tous ceux qui
directeur d’études à bératives au sens de la politique démocratique habi- joue d’une manière plus importante qu’avant la parlent d’Europe fédérale ne se rendent pas compte
l’EHESS. Coauteur, tuelle. C’est une démarche du compromis technique. chute du Mur. que si on mettait au pied du mur les 27 pays, combien
avec Marie-Claude Une affaire de négociation complexe qui gagne sou- M.G.: Puisque l’Europe n’a pas su répondre à ce nouvel accepteraient de nouveaux transferts de souve-
Blais et Dominique vent à être conduite de manière discrète sous risque état du monde, cet impératif est redescendu au niveau raineté? Il y a un problème de finitude institution-
Ottavi de : de paralysie. Le danger serait de vouloir réenchanter des Etats nationaux. La Grande-Bretagne a sa réponse, nelle. Jean Monet avait lui-
Conditions de une Europe qui par sa nature ne peut pas l’être. Il faut l’Allemagne en a une autre, au travers de sa politique même pensé qu’à un mo-
l’éducation, plutôt se demander comment redonner du sens à un économique, la France essaie d’élaborer la sienne. Les ment, le système alors créé,
Editions Stock. projet qui a été une grande réussite, mais dont les pays nouvellement intégrés de l’ex-bloc communiste mi-fédéral, mi-intergouver-
PHOTO DR conditions ont complètement changé. jouent le jeu américain en partie contre l’Europe. nemental, ne serait plus as-
J.D. : L’appel de Robert Schuman marque un choc es- Comment insérer l’Europe dans la mondialisation? sez productif.
29
VENDREDI 26 JUIN 2009 | LIBÉRATION

Parade européenne à Varsovie, le 9 mai. PHOTO ADAM NURKEIWICZ.REUTERS

chaque pays prolonge sa conception du monde rope est devant un choix. Soit l’alignement sur les Etats-Unis est bon pour le reste du monde. Les
par rapport à des réflexes nationaux. C’est cet le modèle de la société de marché, qui tend à de- Européens ont une carte intellectuelle à jouer
effroi devant la mondialisation que nous n’arri- venir universelle, soit la réinvention de son ori- dans l’organisation du polycentrisme qui vient.
vons pas à surmonter. ginalité historique, comme société de la citoyen- J.D.: Pour que ça marche, il faut que le système
M.G.: La France a investi son imaginaire national neté cultivée. C’est de ce côté que se situe de décision soit beaucoup plus fédéral. Par
dans la construction européenne en fonction du l’avenir du continent. exemple, un seul pays peut-il empêcher l’adop-
constat pertinent que la voie de la grande puis- MARCEL GRIGNARD (3) tion d’un traité? Ne devrait-il pas y avoir une
sance lui était fermée, de telle sorte qu’elle L’un des défis de l’Europe n’est-il pas la recons- clause de sortie? La différenciation c’est la possi-
n’avait plus d’autre solution qu’une coopération truction d’une vraie dimension démocrati- bilité pour certains d’aller en avant et de mainte-
avec ses voisins où elle jouerait un rôle de leader. que fondée sur le lien entre démocratie et la soli- nir le dynamisme de l’ensemble. Sans cette diffé-
Tous les hommes politiques ont entretenu cette darité? renciation il n’y aurait pas eu Schengen et il n’y
idée parce que ça flattait les espérances collecti- J.D.: La social-démocratie et la démocratie chré- aurait pas l’euro. Un nouveau modèle de déve-
ves. Or à l’arrivée, on s’aperçoit que les choses ne tienne ont fait l’Europe. La démocratie chré- loppement doit aller au-delà de l’économie et du
La parole aux invités se passent pas de cette façon. L’Europe ne res- tienne s’est éteinte et la social-démocratie a des financier. Cela nous ramène à la culture.
semble pas à la France et n’est pas vouée à four- difficultés parce qu’elle était fondée sur deux M.G.: Si l’Europe a un avenir, il réside du côté
EDGAR MORIN (1) nir une sorte de théâtre instrumental à la politi- compromis mis à mal par la mondialisation: le des peuples qui la composent. L’Europe s’est
Cette crise est la conjonction d’un ensemble de que française. compromis entre le capital et le travail et le com- faite par en haut; c’est un projet d’élites, avec
crises: des institutions, de la volonté politique VINCENT GIRET (2) promis entre l’Etat et le marché. Il faut trouver des aspects très oligarchiques. La question est de
commune, de la démocratie et d’une imagina- Etes-vous aussi sévères sur la maturité démocra- comment rebâtir ces deux compromis. savoir à quel moment les peuples peuvent s’en
tion créatrice. On a l’impression d’une sclérose tique des pays de l’Est? M.G.: La crise écologique est l’occasion d’une saisir à leur tour. L’Europe a été construite pour
intellectuelle généralisée. Pensez-vous qu’il y ait J.D.: Je crois qu’ils sont dessaoulés de leur pas- proposition européenne qui ferait exemple. Les leur bien mais en leur absence. Ils jouissent de
une crise prépondérante par rapport aux autres sion pour le libéralisme. C’est le moment pour Etats-Unis auront du mal à adopter une attitude ces bienfaits, ne les contestent pas. C’est à eux
ou que c’est l’ensemble de ces crises qui rend nous de dialoguer avec eux et d’essayer de ras- cohérente étant donné leur mode de développe- que l’initiative doit revenir.
impossible le réenchantement? Quel est votre sembler sur des objectifs communs de l’Europe ment. Les Européens sont beaucoup plus J.D.: D’où viennent les idées en politique? Pas
diagnostic sur la crise et la direction principale puisque la base culturelle est là. ouverts à la négociation sur leur mode de vie. des hommes politiques. Ils se saisissent de ce qui
qu’il faudrait prendre? M.G.: L’élargissement s’est fait dans des condi- SIMONE HARARI (4) émerge des opinions. La question de l’invention
M.G.: L’impression de sclérose intellectuelle tions historiques de surprise extrême et sous le Culturellement, quel serait le fil que vous incite- d’un nouveau mode de développement a
vient du fait que tout ce sur quoi l’Europe a vécu signe de rêves qui ne se sont pas vérifiés. La riez à tirer? Vous avez parlé d’un paquet énergie- émergé à l’intérieur des sociétés. L’un des as-
depuis la Révolution française appartient au grande illusion, c’était que derrière la coupe des climat et du développement comme d’une récu- pects de la crise de la démocratie est la passivité
passé et n’est plus en phase par rapport à l’état régimes communistes se cachait une société ci- pération au sens positif du souci écologiste. des citoyens à l’égard des hommes politiques. Ils
du monde. Le débat autour de l’émancipation vile active qui allait émerger. Cela n’a pas été le J.D.: Le point central d’optimisme c’est cette protestent contre eux, mais en attendent tout.
politique et sociale qui a organisé nos sociétés cas. Nous ne savons pas fabriquer la démocratie quête d’un nouveau modèle de développement La question ce n’est pas de leur demander plus,
depuis deux siècles est épuisé. Je crois que si une à volonté et nous ne savons pas l’exporter. avec le paquet climat-énergie. Il s’agit d’une nou- c’est de leur proposer des innovations qui s’im-
renaissance européenne peut se produire, c’est J.D.: Je crois à la diversité de cette culture euro- velle manière de calculer nos performances en posent à eux. Le Parlement européen peut être
sur le terrain culturel, spirituel et intellectuel. Le péenne, une certaine unité dans la diversité. A tenant compte des coûts de la croissance. L’Eu- le creuset de ce renouveau, car il est le carrefour
problème est plus du côté des sociétés européen- l’actif de l’Union, il y a aussi la réussite économi- rope est en avance sur les autres et est intellec- où s’échangent les idées et où joue le magistère
nes que du côté de la mécanique institutionnelle. que, l’euro et le plan climat-énergie. Le nouveau tuellement mieux placée. d’influence.
EDGAR MORIN modèle de développement devra tenir compte M.G.: Par son ouverture, l’Europe subit le choc Retranscrit par • TANIA KAHN
Dans la crise, il y a aussi la crise du libéralisme de ces éléments. de la mondialisation plus profondément que (1) Sociologue.
économique qui a semblé nourrir l’Europe pen- M.G.: Le problème de l’Europe c’est que la tech- n’importe quelle autre région du monde. En (2) Directeur de la rédac-
dant un certain temps, mais il y avait au préala- nicité des problèmes s’accroît avec la réussite du même temps, les Européens ont la pratique du tion de France 24.
ble la crise de l’Etat providence et l’épuisement projet. L’Europe des techniciens a pris le pas sur monde. C’est un avantage énorme. Les Etats- (3) Secrétaire national
CFDT, responsable des
total de la gauche et de ses idées. l’Europe des politiques dans des sociétés où par Unis ont un rapport au monde très différent, à questions européennes.
J.D.: Jusqu’à la chute du Mur, le choix pour l’Eu- ailleurs, la politique ne va pas très fort. La cul- base d’universalisme fortement marqué d’eth- (4) Productrice, prési-
rope passait entre la survie ou le déclin. Depuis ture est ce qu’elle a de plus fondamental. L’Eu- nocentrisme. A leurs yeux, ce qui est bon pour dente d’Effervescence.