Vous êtes sur la page 1sur 4

Objet : PB pédophilie et PB de Droits d’auteur Mr VERDI Patrice

.. « Le serment d’hypocrite » C/O Mr VERDI Marcel


.. auteur : Patrice VERDI 34 rue rené dunan
.. éditions : Livres et Images eds 06150 CANNES LA BOCCA
.. N°ISBN : 2745700162 FAX : 0956094026
..
Monsieur VERDI Patrice Cannes la Bocca le 25/07/08

Maître DUPOND-MORETTI Eric


27, rue Royale
5, Terrasse Ste Catherine
59800 LILLE

Tél: 03.20.74.22.33
Fax: 03.20.31.21.76

Maître DUPOND-MORETTI,

J’ai l’honneur de vous écrire car j’ai assisté avec une vive émotion à la détermination et au courage d’un homme de
loi face à la machine administrative et judiciaire qui semble avoir déraillée une fois de plus dans l’affaire outreau
pour des raisons politiques qui tiennent à focaliser l’information sur des problèmes graves mais quelquefois annexes
alors que des réseaux de pédophilie existent réellement et sont couverts par des magistrats, des politiques et parfois
même d’autres fonctionnaires d’état.

Fonctionnaire de Police Municipale depuis 1993, marié, deux enfants, j’ai informatisé le service et j’ai publié mon
premier essai philosophique intitulé « Le Serment D’hypocrite » aux éditions livres et images en 1997, en 2001alors
que j’avais mis en place des réseaux d’influence afin de soutenir la candidature de Monsieur Bernard BROCHAND
avec le soutien avisé et indispensable de Madame Louise Moreau Députée-Maire UDF contre son poulain Gilles
CIMA, en diffusant principalement l’information par le biais d’un site internet dont l’URL était :
NONPREVU.COM, j’ai participé à la victoire municipale et législative de Monsieur BROCHAND.

Eté 2001, je suis l’auteur d’un rapport de problème potentiel de pédophilie sur un individu qui prétend être un ami
du Maire, je transmets la procédure au commissariat central et demande à ce que le témoin fasse l’objet d’une
audition car les faits déclarés sont d’une gravité extrême et mettent en cause des notables de la ville, de plus le témoin
qui fait partie des orphelins d’auteuil se sent véritablement menacé.

Suite à ce rapport, j’ai été placé en patrouille pédestre, j’ai rencontré deux personnes âgées sympathiques qui ont fait
l’éloge de la Police et je les ai crues, ensuite elles m’ont demandé d’effectuer une enquête sur le petit ami de leur fille
en le filant à PARIS contre 3000€, elles m’ont aussi demandées d’interroger le STIC en me donnant les coordonnées
du petit ami de leur fille fabienne.

Je rentre de PARIS, je demande à un ami Claude BENITA d’interroger le STIC et bingo le fameux petit ami a
effectivement un casier mais comment ces deux personnes le savaient elles et comment ont-elles eues les coordonnées
complètes du fiancé, dans tous les cas, pour moi c’est l’arrestation, mon avocat me dit que ce n’est rien mon dossier
est vide, dans deux heures je serai dehors, j’ai fait 44 jours de détention au QHS de DRAGUIGNAN, je n’ai jamais eu
de confrontation avec les plaignants, j’ai tout de suite compris le lien évident qui existait avec mon rapport de
pédophilie, je l’ai dit au juge et c’est mon défenseur qui a signé une injonction thérapeutique pour me faire interner
sans y arriver car le Pr ROURE m’a déclaré sain d’esprit et a ajouté : « c’est une affaire purement politique ! ».

Malgré la décision du 15 mai 2002 du TA de NICE concernant ma présomption d’innocence, je n’ai plus jamais
travaillé, le Maire de CANNES a émis plus de cinq années de fausse fiche de paye, ensuite pour ma condamnation à
AIX, j’ai bénéficié de la loi d’amnistie N°2002-1062 promulguée le 06/08/02 qui supprime toutes peines
d’emprisonnement inférieures ou égales à six mois avec application de sursis simple car je pense que le président
avait cerné le problème car quand j’ai parlé de pédophilie mon nouvel avocat a précisé que j’assumais seul mes
déclarations puis ne m’a plus défendu en se taisant tout simplement devant les mensonges réitérés du ministère
public.

Le maire a tout de même émis un arrêté de radiation le 10/11/06, j’ai formulé une requête en annulation pour ce
dernier auprès du TA de NICE car il existe une violation de mes droits à la défense en vertu de l’article 4 du décret du
............................
25 juillet 2008
Page 2
JO N°84-961 du 25 octobre 1984 qui précise la durée nécessaire entre la convocation initiale du fonctionnaire
incriminé dans la procédure disciplinaire et la mise en place de cette commission.

Ce délai est fixé à 15 jours au minimum or l’arrêté émis par Monsieur le Député Maire de CANNES le 12 Octobre
2006 précise que la lettre d’information en LR + AR envoyé par Monsieur Claude MORIN, adjoint au Député Maire
de CANNES et délégué au personnel date du 14 Septembre 2006 et la réunion ainsi que la décision de la Commission
Administrative Paritaire date du 26 Septembre 2006, il y a donc une violation manifeste du délai minimum de quinze
jours des droits de la défense en vertu du décret précité.

Je suis donc dans l’attente d’une décision du président de la quatrième chambre du TA de NICE devant un vice de
forme incontournable toutefois je suis convoqué le 14/08/08 au commissariat de CANNES LA BOCCA pour des
raisons inconnues mais qui sont évidentes à mon sens étant donné les plaintes pour discriminations sociales,
harcèlement moral et coalition de fonctionnaires que j’ai engagé auprès des autorités judiciaires de tutelle et diffusées
à l’ensemble des parlementaires des groupes d’opposition Français et Européens afin de pérenniser d’autant plus
l’effet publicitaire qui convient si bien à Monsieur le Député Maire de CANNES.

J’ai demandé un report de cette convocation du 14/08/08 à 15h afin d’assurer au mieux mes intérêts qui ne peuvent
l’être à mon sens la veille d’un jour férié et d’un week-end, j’ai également fait établir pour faire valoir ce que de droit
un certificat médical par mon médecin référent le docteur ROBINEAU Patrick précisant certains de mes problèmes
de santé graves qui sont incompatibles avec toute notion de garde à vue et de détention ce qui me permet d’envisager
les problèmes futurs avec une certaine sérénité ; je tiens toutefois à vous faire part du fait que tout peut arriver
quand on s’attaque au dictat des frères BROCHAND qui ont déplacé des préfets, muté des fonctionnaires de Police,
et organisé la pompe à fric de l’UMP qui admet la pédophilie comme une pratique morale car non seulement le
témoin de mon rapport a été menacé, les rapports de police ont disparu mais en plus notre excellent procureur
DOUMAS est devenu procureur général en raison de ses qualités professionnelles majeures en matière de classement
vertical.

Fin de la partie pénale, afin de pérenniser toute forme de résistance au fascisme institutionnalisé qui pourrait se
terminer en bavure policière ou en suicide maquillé.

Le CPI ou Code de la Propriété intellectuelle : Affaire d’argent et d’état !

En effet, en 1997, j’ai proposé un manuscrit intitulé ‘Le serment d’hypocrite’ à Monsieur LEPORC alias René
DELERINS, qui tenait une société d’édition rue montaigne à CANNES, il m’a fait signer un contrat d’édition avec
10% de droits d’auteur puis m’a affirmé qu’il devait le faire enregistrer chez un notaire avant de me le rendre.

Ensuite, plus de nouvelles, la société avait soi-disant fermé et Monsieur LEPORC avait disparu de la circulation.

Il y a quelques mois, j’entends à la radio que ce Monsieur a été condamné par le TGI de GRASSE à payer des
dommages et intérêts très importants à Michèle MERCIER pour escroquerie car il était aussi son éditeur.

J’ai alors entrepris de petites recherches et je me suis retrouvé en vente sur la FNAC avec le même éditeur et N°ISBN
de départ et cela depuis 08/1998, j’ai également découvert certaines informations sur l’une de ses sociétés que je vous
transmets en pièce jointe.

J’ai donc depuis 1997 été toujours en vente et je n’ai jamais perçu aucun droits d’auteur sur mon oeuvre, j’espère
pouvoir compter sur votre assistance juridique en échange d’un pourcentage conséquent après imposition sur la
perception de mes droits et dommages et intérêts dont les montants seront certainement extrêmement importants
après plus de 10 ans de commercialisation dans le monde entier de mon livre mais aussi sur les dommages et intérêts
concernant mes deux plaintes pour harcèlement moral(art 222-33-2 du CP) ainsi que pour discriminations sociales
(art 432-7 du CP) qui sont toutes avérées par des faits très précis et dont je vais exiger en me portant partie civile
plusieurs centaines de milliers d’euros étant donné la durée exceptionnelle du préjudice moral supporté et vous prie
de croire Maître DUPOND-MORETTI, en l’expression de ma plus haute considération concernant la règlement
rapide de cette injustice flagrante qui m’a interdit les portes d’une ascension sociale programmée.

Cordialement, VERDI P

EMAIL : SERMENTPV@GMAIL.COM

PS1 : Je suis sur écoute par les RG de façon illégale depuis des années car ni le procureur ni un juge d’instruction ni
la Commission Nationale de Contrôle des Interceptions de Sécurité n’ont donné leur accord et je pourrai vous
expliquer de vive voix tout le fonctionnement mafieux de la ville de CANNES, l’affaire HONNER, l’intervention de
BARIL, sa mise en examen dans le cercle concorde, le suicide d’André Charles BLANC, les réseaux corses, l’UPRL,
le SICASIL, etc.…

PS2 : je vous demande de me contacter sur mon fax : 09 56 09 40 26 ou sur mon courriel précité.

PS3 : Aucun avocat de la région ne me défendra, j’ai besoin de votre aide car nous nous ressemblons
intellectuellement dans nos convictions inaliénables sur la justice et le droit à la défense pour chaque citoyen.

PJ : 2
25 juillet 2008
Page 3
25 juillet 2008
Page 4