Vous êtes sur la page 1sur 544
Éléments de philosophie scientifique et de philosophie morale / par Paul Janet, Source gallica.bnf.fr /
Éléments de philosophie scientifique et de philosophie morale / par Paul Janet, Source gallica.bnf.fr /

Éléments de philosophie scientifique et de philosophie morale / par Paul Janet,

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Janet, Paul (1823-1899). Éléments de philosophie scientifique et de philosophie morale / par Paul Janet,

Janet, Paul (1823-1899). Éléments de philosophie scientifique et de philosophie morale / par Paul Janet,

1890.

et de philosophie morale / par Paul Janet, 1890. 1/ Les contenus accessibles sur le site

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

Texte détérioré

reliure

NF Z 43-120-11

défectueuse

Symbole

applicable

pour

tout,ou

partie

des

documents

microfilmés

^P^°°

j(îp^

COURS COMPLET

'^j)*^

D'ENSEIGNEMENT SECONDAIKE SPÉCIAL %X

]~LÉ~IEN1'

14,"LEillENT~

DE

'}fr~'1i

l.if,

nlILIIûUilIlL

PHILOSOPHIE

PAUL

MillnliîiOij

ET DE

MORALE

l'AilIl

JANET

'V

<

IKKMBBKDRL'iSSTITlIT

l

t

PARIS

·

LIBRAIRIR CH. DELAGRAVÉ

r

15,

Uvi-.

SOHFFLOT,

15

15

o

Sfiffl

.o

-x

LA

:ilN_

Llui"inIE-

--1

h,\S;~GNEM"IS'f~M'C07~DAIKE

fiC~>u72~TTit

au~

OUYR~f'

~~v~vlm.`.:c~

r\lIljVEAUX

o/c;'<7~'

3PT:CIAL

du

4.0 <fo<!< f8SG

II

 

MORALE

ET

PHILOSOPKSt.

 

Éléments

 

de

rnoralo

 

pratique,

 

par

P.Janet, B'il>.

liel'lnst.,

in-ia.cart.

3

»

Éléments

 

de Philosophie

 

Morale

et

scientifique,

 

];iaii.EMi>M-in-12.

 

»

»

s GRAMMAIRE

 

ET

LITTÉRATURE

 

Cou»."

de

Langue

 

Française,

par

MoELETetKirnAP.tiOT.agrégus

 

de l'Uni-

versité.

 

Cours

élément,

(élève),

 

in-13,

rart.

» 75

(maîtrej,iii-12,

eart.

1 S5

Cour» moyen (élève),

 

in-12,

cart.

125

(maître),

 

in-12,

cart.

2 50

Cours supérieur

(élève),

in~|2,cart.

1 50

3 50

(mait.j.in

12,cart.

Nouveau

recueil

 

de narrations

par

Moule»

 

et

1 pmom n,

\;C

t

in-13,

ei'l,

2 50

Style

fct

!'(n't'th.t.t't.'

Ré.

">

'f.

••-

">• pi-îP

,.|

3_

Uvre ilu

p ;i

 

in

i

LaLai^u.}

 

~r,,

 

i

toire,

^av *'<•

in

cart

!1 j

Recueil

do m.'>i<jGa"x

choisis

auteurs

tes),

rature,

rhât.

français précédés d'un lubleau par Bernat<i>:n,

au lycée de J ai, in-lS.

sttcle,

tVcle,

in-13,

in-12,

Tosateurs

cart.

cart.

de la

professe

son de Sailly cart

XVII'

XVfll'

XIX' siècle,

Extraits

et

xix«

des économistes

 

du

siècles,

par

France,

des

poè-

litté-

«ir de

ni

2 95

8 25

9. ^5

••.

<r I

t

cartonné

«

J

( Voir

à

notre

catalogue

 

général

tes

auteurs

classiques

prescrits

pour

toutes

les ernées

du

cours:

HISTOIRE

ET GÉOGRAPHIE'

 

Histoire

de

Francs

ctj.c

'tous

t

r>v

ma'Pes 'l'histoire

o'<»!K'r

a. ,[ar\V«Hi.(

profcss'

ar ftgr.ig

jîoioir-

aa ii'Jo

Lal-anaî,

."•.•

wk'h,

~w.

ifet

«sur

;i

;i

;tS >! ;•; i < .NKK.

<

t

'

•'•

< àg&, '<* '•?.

L, i,

af"

r'

^'f

s

11

>

îi

·, .s.

i

>n.s-éb.

e. Ns,t<.rterfie~,i. z 12,v

Epoque

>.

jomeMporuuU,

2M

'

Notions

 

d'éiyruologie

française,

 

a-18 cart

 

X »

pj

r

C.lUîRit

 

in-12,

ca:l

2

M

 

Histoiro

CBo/it.s,

Lettres

do

la cirilisatioa,

 

par

bs

Littératiro

française,

principes

de

professeur

a la

Faculté

 

<Je$

 

·

composi.ior.

irispçotiîv

 

et <!e

r général

styli»,

par

Dkltooe

de l'Instruction

 

da

4a ANNÉK.

Orient,

Grenoble.

CipUlsattjti

Grèce,

Home,

;v

ancienéé,

in-12,

publique

 

2 75

       

éàf

Histoire

 

de

la

littérature

fran-

   

i-

»

 

tonni

CivitlsaUon

au

r/iorv/t

çaise,

par Tivieii,

4oyôn

Ha la

Faculté

 

5e année. 4f/ff e? dans

 

Zes t«»ip?

 

deslettresd'î

 

Besançon,

in-12,

eart.

3 50

 

mpderfet.'

Histoire

 

la littérature

romaine,

 

ia-12.

 

cai-t

4;

J.

de

4 »

 

6e ann£b.'

 

Civilisation

eontent'iio--

 

par

Dbltoue.

 

ia-12,

br

 

raine,

in-12,

 

cart

<)('

s

Choix

de morceaux

latins,

traduits

par DELTûijtietR:NN,

des

Cours

beub,

d3

géographie,

Tnerawro

«t ITnstrtuc.*

par

 

LÈvis^

auteurs

pro 'ess'iur

in-18,

Histoire

 

agréaré

au Lycée

Conilorcet,

4

grecque

 

Ire

année.

 

Géographie

générale

 

de'

t^rt.

»

l'Afrique,

de

(rMte,

de i'Oeêntie

'\ù

^afntératuro

 

[ et de l'Amérique, iti-12.ca.rt,

 

j

30

par

Choix

.Dh^TOsin

de

i ;i%e

v

«ix

S bi*

tre

«laits

»

4

•iï<

t

Atlas

loriéai

corre.îj'o-

 

d.vjt,

3i cartes

-J

r-ùV'

4 5fl"

auteïiî'E

 

grocs.t

>ki

t-

:

i-

3^

/

/:s.

/'

nhis

gèr

'raie

 

ïu-12,

 

cart

<

ii

-râpa,

i\

'.<rt

'l~.

1.

Morceaux

 

choisis

'les

oW

;>

»•>

»r.n.

i.vo^r,

et

ér.i),«art:'

 

français

Ua6Kat

du

xvie

ai.

xix« s

an

pfife générale

>

 

n,Vf /.<«

.s

colonies.

 

2 jiO

 

Prosatewt.

in-18,

car-

 

i

'• • i'as

••••«rresp

 

,••>

écu, cart.

4

»

Poètes.

 

ia-lS.

cart

1

r

')

ns'.s.

Gfc-gi.-ip,

iç ïronorntq-st

Livre

de

lectures

tirées

d'autsu

e

`~'

~t

 

't~

~'3rt,

e.1

modernfiS,

 

par Pkussakd,

profasM.Mi

 

'

"•

«•'

'ri

C

"j.

Y-,

-S.

(:.

>

*v

'

"'

MS

.n

lycée ï.ouiii-lc-Orand,

in 12,

ruM.

1 'i5

Il i Extraits 1 histoire in-l;î, Fxtvajtj

l'histoire

in-18,

d'auteurs

rcuiainô,

anciens

jar

sur

Dauïun.

 

cart

3 75

d'autours

anciens

sur

vrecque,

par

LE mi'.mb,

cart.

2 50

1

Imp,

de la

Soc. dï

1/p.

– J\'oizetib,8,

.«'6A

L^SpP,*?'6

«iéfi%avCj;'l

Yij-?7-

,>*O!Ï.s

Ali-

ôe amn:1.

<-oitc>;i.

('••t.tl>

,3-4

uo.i,

(îDJAfcîji

3, c<î('As/e.

ts leonomiqu*

France

-

 

S

•'

*

uirt.

5 '»

Jo éc<3.iamiqù$

del'Ocèanii

et de l'Amérique,

 

in-12,

cart.

2

r,

Atlas

coïresp.

ia-4

écu,

cart.

5 7'i

r. Campagne-l1^,

l'ans.

':

1.

·11

'i

j! t'

fffpSf

.-i

"

^ÉLÉMENTS

DE

PHILOSOPHIE sIeNTIFIQUË

ET DE PHILOSOPHIE

MORALE

SOCIÉTÉA1S0NYMEd'iMPRIMERIEDEVILLEFRANCHE-DF.-ROCERGDE

Jules* Baùdoux

Directeur

COURS COMPLET D'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SPÉCIAL

.ÉLÉMENTS

PHILOSOPHIE

JP^OPHIE

\*5-

i^^PAUL

LÎBBAIRIE

15,

DE

SCIENTIFIQUE

ET DE.

PAR

JANET

MORALE

MEMBREDEl'iSSTITCT

PARIS

CH.

RVE

SOUFPLOT»

~8C9Q

DELAGFUVVE

15"

[

V

'

PHILOSOPHIE

ET

DE

ÉLÉMENTS

PHILOSOPHIE

DE

SCIENTIFIQUE

MORALE

PREMIÈRE

PARTIE

ÉLÉMENTS DE PHILOSOPHIE

SCIENTIFIQUE

LA SCIENCE.

ET

CHAPITRE

LES

HIÉRARCHIE

PREMIER

SCIENCES.

DES

– CLASSIFICATION

SCIENCES

1. De

la

science.

leurs besoins,

sont obligés

Les hommes de faire attention

pour subvenir

aux objets

à

qui

les environnent

eux.

jours

germera

devient

et aux phénomènes

le retour

qui se passent l'alternative

confié

devant

des

1

et des nuits; et donnera

,voient

des saisons,

ils savent

que le grain

à la terre l'eau

des corps

que

des moissons par le froid

ils savent

et peut porter

de la glace

l'eau à l'état

pesants,

tants,

pratiques

liquide ils tirent que se fonde l'avenir

soutient

flot-

des conséquences font

l'usage qu'ils

des corps

le passé.

que

De ces

données

etc.

c'est là-dessus

ils prévoient

des choses;

ensemble de notions, d'actions

appelle la connaissance Plue les hommes

d'après et de prévisions

au cours

Cet

est ce qu'on

régulier

des

vulgaire. sont habitués

Jaket.

El.

de Philos

i

2

PHILOSOPHIE

SCIENTIFIQUE

phénomènes,

chent

la' raison.

moins

ils s'en

Mais, p a r m i

Mais, parmi

étonnent,

moins

eux,

il y a des

ils en cher-

esprits

plus

réfléchis

Savoie

Savoir

les

autres.

Ceux-là

ne se' contentent

ainsi;

de

que

que

les

pourquoi

pourquoi

pas

encore

choses

elles

se passent se passent des choses

ils veulent

ils veulent

Celui

qui

un

u n savant?

savant?

« Savoir,

dit

le vulgaire

ainsi.

déjà

» Ainsi

se de-

et là

Aris-

sait

mande

recherche

tote,

que

qu'il

le pourquoi

est

du pourquoi

savoir

par

est la science.

la

cause.

qui

c'est

le tonnerre

y a

des

Le savant

se produit

épais,

celui

la foudre

il fait

quand et ordinairement

sait pourquoi

est

une

très

chaud

et

une

forte

cela

a lieu

électrique

nuages

que

est

pluie. par exemple,

étincelle

produite

lectricités

par

la rencontre

contraires.

dé

deux

nuages

chargés

d'é-

La science

ne recherche

pas seulement

le joom^uoî"

des

choses;

vulgaire

cien

selon

elle

sait

en recherche

bien

que

encore

le comment.

mais

Ainsi

ls physi-

les corps

tombent,

nous apprend

la I91

comment

ils tombent

uniformément

par exemple, accéléré.

du mouvement

le

Le comment

des phénomènes ce

est

manière

est ce qu'on leur

appelle

est donc

loi;

science

des causes

le pourquoi

prise

qu'on

générale

d'une

et des lois.

appelle

cause.

leur

La

la recherche

2. Caractères de la science

de

la

science.

Telle

est l'idée

géné-

rale

déterminons-en

que

maintenant

les carac-

r

tères particuliers. 1° La science

et de permanent du particulier

est l'axiome

l'observation

ne s'occupe

dans

de ce qu'il

« Il n'y

y a de général

les choses.

a pas de science

tel

il n'y à pas

de science

de ce qui passç.

qu'Aristote

porte

répète

souvent.

sur quelque

En effet, quoique fait particulier

toujours

et passager,

ce fait passager,

sur quelque

ce n'est

tous

ce sont

chute

individu,

pas cet

cependant

ce n'est

pas

de

ce

individu

qui est l^objet semblables;

mais

• la science n'èst

point

de tous

(BuÇé^hale

les phénomènes

la

les corps;

de tel corps ce n'est

que l'on étudie,

celle

pas l'organisation

de tel cheval

du cheval

ou Rossinante)

c'est l'organisation

CARACTÈRES

DE

LA SCIENCE

3

Ww~

C'est

donc le général

di;nn~ln

~n.nr/~nnl

ni

et le

ln~s~nnmnnnn·

ne

n~

1°i,

l'on

en général.

permanent

que Il en est de

n'est

n'est

les chiffres

ne

sont

toute

ad-

étudie

même en mathématiques

dans le particulier

tracée

de toutes

et dans

le passager.

l'objet sur le tableau, les

figures

ou

qu'il

de là démonstration

mais

cette

semblables

soustraction

suivre

dans

figure

pas la figure que l'image donnés

pour

qu'un

exemple

dition

et dans

telle addition

des règles

telle

faut

toute soustraction.

2° La science

La science

est

un enchaînement

par

de propositions.

commence

des propositions

séparées

et

sans

Souvent

vert

que l'ambre,'

rer

les

cun

lien.

On découvre

elle

d'abord

est

tel

fait,

puis

tel

n'a

autre.

décou-

dit-on,

d'atti-

d'au-

au

dans

la science

reste

les faits.

immobile,

Thaïes

frottée,

ce fait,

resté

parce qu'on

avait

aucun lien entre

quand

découvert,

a la propriété

corps légers. semblable, que Gilbert

substances

Mais

était

n'étant

rapproché C'est seulement

isolé.

autre

siècle

xvi°

découvrit

la

là résine,

même propriété

la'soie,

d'autres

le verre,

etc. Enfin

l'on

découvrit

arriva

l'existence

de deux

électricités

contraires; les électricités

de nom contraire

à cette

même nom se repoussent

s'attirent.

chés

une

et l'on

loi fondamentale

lès électricités

Tous les phénomènes

plus

pouvant être

ainsi rappro-

la science

de l'électri-

deux sortes

de' sciences

et liés dans

loi générale,

qu'il

y

cité existait.

Nous verrons

tard

de

les sciences rationnelles,

sciences expérimentales, Dans lés unes l'enchaînement

moyen du raisonnement;

tres,

C'est

comme les mathématiques,

comme la physique

et les

et la chimie.

des propositions

se fait

par le

elles se déduisent

les unes

des au-

lès unes

dans

autres,

sont

cause

les

Dans les

les autres.

la liaison

rapprochés

commune

deux cas,

se rattachant

autour

il

a

parce qu'elles

sont contenues

logique.

les

commune

'un enchaînement par l'induction;'

une loi

se fait

phénomènes

et par

une

et liés par

c'est un enchaînement

y a toujours une même matière,

d'une

expérimental.

Dans

un ensemble

de propositions

et groupées en un mot,

aut&nt que possible

même idée

il y &enc/iainemènt.

4

PHILOSOPHIE

SCIENTIFIQUE

Au reste,

nous verrons

aussi

que les sciences

expérimen-

tales elles-mêmes, perfectionnent,

à mesure

qu'elles

tendent

à devenir

se développent

rationnelles.

C'est

et se

ainsi

la physique On n'affirme

que

est devenue pas d'ailleurs s'enchaînent

mathématique.

que

les

dans

unes

toute

aux

non,

science toutes

autres

d'une

car la science

simplement

les propositions

manière

continue

alors

serait

achevée

et sans interruption; et complète;

on veut

dire

qu'elles tendent 3° La science

dons

choses

telles sions individuelles

à cet enchaînement.

est objective

la science

sont,

et impersonnelle,

a pour

but

abstraction

Nous enten-

là que

les

par

de reproduire

faite

qu'elles

des impres-

Par exemple,

n'entend

lieu

individu

aura

la sensation

de

sa santé,

que

ou des-

de

de celui

qui fait la science.

d'un

autre

le savant

qui détermine

pas par

là dire

chaud

ou froid

dépend

de l'organisation

du milieu

dont

il.

sort,

dans

ce lieu

cendu

la sensation

à tel

la colonne

niveau,

individuelle.

la température

etc.

que lui-même

en entrant

ou tout

dans

ce lieu

car

de chacun,

Il veut

de l'état

dire

simplement

a monté

thermométrique est tout

ce qui

à fait indépendant

3. La poésie

la religion

la science

se confond

plus

et la science.

ou moins

avec

A l'origine,

la poésie

et avec

la

religion.

tent

tions

des images gion çherçhe autre monde

possible

de La poésie

Les premiers

temps;

hommes mais. bientôt

par

se rend

pensent,

prient

et

applica-

chan-

en même

de l'âme

ces diverses

se divisent

tableaux

et se séparent.

différents

le sentiment

La poésie

crée

la reli-

d'un

et des

de la réalité;

à pénétrer

les mystères

autant

la science

compte,

qu'il

L'objet

est

à l'homme,

du pourquoi

l'objet

et du comment.

est la fiction

de la religion Rêver l'idéal,

sont

les trois

v

dessciences.

est la foi; croire

gran-

l'objet

h l'inconnu,

des formes

4. Essais

de la scienc^

est Yexplication.

le vrai,

humaine.

comprendre

de la pensée

divers

telles

de classifications

A l'origine,

considérant

il n'y a qu'une

l'univers

-comme

science,

parce

que les hommes,

un tout;

croient

pouvoir

à la

ESSAIS

DIVERS

DE CLASSIFICATIONS

DES SCIENCES

5

11

le secrets

fois

ils s'aperçoivent que l'univers,

infini d'objets une

comme

subdivise

et d'un seul coup

en pénétrer

Mais peu à peu ils 'voient d'un nombre

à son

tour

et se

de la complexité

du problème

pris

malgré

son unité,

et chacun

et chacun

unité,

paraît

est composé

de ces objets,

encore

trop considérable

également.

C'est

sciences

ce

ainsi

la science

y avoir

se décompose distincts

en autant

et séparés

sciences

a éprouvé

d'en

de

que

peut

qu'il

les sciences

tellement

d'objets

sont

particulières

nombreuses,

de

et

que

ces

l'on

les g r o u p e r ,

les grouper,

sont

le

devenues

besoin

des genres

classer.

de

les

coordonner,

espèces

former

de les

et des

eri un mot,

on a essayé

De là plusieurs Nous ne citerons

au principe Classification est celle d'Aristote.

de développement

faire

sciences

tiqué (agir), L^s sciences

commun gent? c'est-à-dire

qui «iépend

dressent

pas

tentatives

que

de classifications

célèbres,

des sciences.

en tenant

les plus

d'elles.

en nous

modes

de chacune

d'Aristote. Il y a, suivant

pour-un

La première

lui, trois

classification

possibles

agir

et.

de

pra-

un

être intelligent et l'art.

les

-savoir, De là trois la science

ou produire).

pratiques

à un objet

la science, la pratique

la

science

la science

la

de

sortes

ont

spéculative

poétique

et

(savoir),

(faire

sciences

poétiques

qui

caractère

c'est

peut

de s'adresser

être

contin-

dépend

ou ne pas être,

en un mot

s'a-

la volonté:

Lès sciences et immuable

spéculatives

qui ne

à un objet volonté.

nécessaire

le

Quelle

est maintenant et les sciences

l'action.

la différence

entre

 

les, sciences

ont

pour objet

un objet

placé

l'ac-

la.poé-

-'

de

poétiques Ycirtj, les autres

pratiques

L'art

? Les unes

à sa fin dans

hors

de l'agent

(un tableau

tioh

a sa

fin

dans

l'agent

• Les sciences

poétiques'sont

tiquè y\& rhétorique, Les sciences

une statue,

un discours)

lui-même.

<

au nombre

de trois

\o. dialectique.

pratiqués

sont également

au nombre

trois

Y éthique,

'économique

et la

politique.

'

6

.J.

Enfin

PHILOSOPHIE

les sciences

spéculatives

SCIENTIFIQUE

sont

aussi

1

au nombre

de

trois

la, physique) mière ou théologie, Cette classification

ne peut

que

sciences

poétiques que peu d'accroissement

les mathématiques,

est savante

les

la philosophie

Pourquoi

'pre-

elle

et profonde

premiers,

mais

plus

être employée

et les

aujourd'hui,

deux

? C'est

les

des trois'groupes

à savoir

n'ont

sciences

depuis

spéculatives

de proportion

pratiques,

Aristote.

pris Au contraire

les différents

qui n'est

pas

his-

sont

le domaine

 

augmenté.

Il n'y

groupes.

De plus,

même

mentionné

toriques.

Enfin

dès

arts

plutôt

Classification

des sciences

les

a prodigieusement

entre

a plus

il y a un groupe par Aristote sciences

de sciences

ce

sont

les sciences

et pratiques

poétiques des sciences.

que de Bacori. -Bacon

classe les connaissances

humaines

d'après trois facultés

raison.

et 14 philosophie.

les facultés

de l'âme.

la mémoire,

divisions

principales De là trois

grandes

il y a, suivant

lui,

Y imagination

èt la

Y histoire,

la poésie

L'histoire

a pour

objet

le particulier,

et l'histoire

la

l'individuel,

sortes

soit

d'his-

soit dans l'homme.

naturelle

objet

dans

toires

la nature,

De là deux civile.

l'individuel

l'histoire

14. poésie

a pour

tel

également

dans

et arrangé

et le par- dans

Il y

a

et.

la

ticujier,

l'histoire),

trois grandes

la dramatique

l'hoinme.

non

qu'il mais combiné

classes

est

réalité

par

(comme

la fiction:

de poésie

la narrative

où allégorique.

objets

Dieu,

ou l'épique,

r

la nature

naturelle,

et la parabolique

a trois

parties

Enfin la philosophie

De là trois

la philosophie morale.

physique

L4 division

a pafe de science

toute

De plus,

relle;

ment

de l'homme.

et la philosophie

générale

qui

il faut

de Bacon

est inadmissible.

Il n'y

Dans

ne se fasse

la mémoire.

que par

science

de la mémoire

analogie

pour retenir

les faits.

entre

l'histoire

natu-

se rattache

évidem-

à la science

de

il n'y'

a aucune

civile.

et l'histoire

a la

La première

de la nature, admettre

science

Mais

la seconde

on peut

la sous-division

ESSAIS

1

DIVERS

DE CLASSIFICATIONS

DES SCIENCES

7

Bacon,

grands

à savoir

la division

de la philosophie et l'homme.

en

trois

toute

la

objets

Classification

Dieu,

la nature

de'Descartes.

comme

dont

Descartes

considère

dont

les racines

la philosophie métaphysique, les branches

un arbre

sont

le tronc

est la physique,

constituant

tandis

les

que

autres

qui sortent

de ce tronc

sciences,

mécanique

se réduisent

et la morale.

à trois principales:

Cette classification,

trop

celle d'Aristote,

pas

que

n'établit

compte

une démarcation

générale,

des sciences

suffisante

la médecine,

né tient,

pas

historiques;

entre

la

la

plus

elle

méta-

et la physique

physique

rable

des êtres

à la médecine;

vivants

elle

de celle

elle

fait une place

trop considé-

ne distingue

pas la connaissance

des êtres

inorganiques.

divise

part,

Classification

d'Ampère.

grands

Ampère

l'objet

de

la science

matériel;

deux grands

gués et les sciences

en deux

de l'autre,

groupes

d'une

le monde

De

groupes

ou

S

la pensée

de sciences

le monde

les sciences

moral.

cosmologi-

noologiques

Il y a, suivant

Ampère,

dans

toute

science,

deux choses

à distinguer

physique

en physique

termes

1° les</