Vous êtes sur la page 1sur 77
_ Auto-entrepreneur atte] | Social Juridique Comptable DOSSIERS PRATIQUES fel FRANCIS LEFEBVRE Auto-entrepreneur Fiscal Social Juridique Comptable mag Avant-propos Le statut d'auto-entrepreneur s‘applique depuis le 1 janvier 2009. II a été institue par la loi de modernisation de l'économie du 4 aodt 2008 et ses décrets d'application 2008- 1348 et 2008-1349 du 18 décembre, 2008-1405 du 19 décembre et 2008-1488 du 30 décembre 2008. Ce statut procure aux personnes qui souhaitent se mettre « a leur compte » divers avan- ‘tages et simplifications en termes de création, de gestion et de prélévements sociaux et fiscaux. Ces avantages et simplifications consistent notamment en un dispositif de versement forfaitaire libératoire social et fiscal pour les petits entrepreneurs individuels : ils peuvent désormais, sur option, s‘acquitter auprés d'un seul interlocuteur de I'impot sur le revenu et de l'ensemble des cotisations et contributions de sécurité sociale, chaque mois ou chaque trimestre, par des versements libératoires, égaux a un pourcentage du chiffre d'affaires ou des recettes réalisés le mois ou le trimestre précédent. Les auto-entrepreneurs sont affiliés a la sécurité sociale des indépendants ; ils valident des trimestres de retraite. On Ia dit, ils s'acquittent forfaitairement de leurs charges sociales et de leurs impots sur ce quills encaissent. S’ils n’encaissent rien, ils ne paient rien et ne déclarent rien ! Ce statut de l'auto-entreprise est donc trés simple. Quelles que soient la virulence de certaines critiques et les limites de ce statut, force est de constater que plusieurs centaines d’auto-entreprises se créent chaque jour (100 000 auto-entrepreneurs se sont déja inscrits entre le 1* janvier et fin mars 2009), alors que le régime est seulement en phase de démarrage. Notre ouvrage est construit pour faciliter au maximum la prise de décision, puis gérer le projet « en vitesse de croisiére » |i s'ouvre avec un guide pratique de la déclaration de début d'activité avec des renvois ciblés aux autres chapitres. Grace & un traitement ordonné et pluridisciplinaire, le créateur ou le conseil prend conscience de ce que - 'auto-entrepreneur doit se situer dans le champ d'application du régime des micro- entreprises (chapitre |) ; - 'auto-entrepreneur déclare son activité avec un formulaire unique et simplifié qui per- met notamment d’opter pour le versement libératoire social des cotisations et contribu- tions sociales (micro-social) et pour le versement libératoire fiscal (chapitre Il) ; - auto-entrepreneur déclaré doit bien apprécier les conséquences juridiques, comp- tables et patrimoniales de son choix et respecter diverses obligations (chapitre Il) ; - auto-entrepreneur doit maitriser les conditions de sortie du régime (chapitre IV). Le chapitre V est réservé aux conseils pratiques pour auditer le projet au regard des avantages et inconvénients du nouveau statut par rapport aux solutions alternatives. Ilustré de nombreux exemples, simulations et conseils, le présent guide, a jour au 31 mars 2009, répond concrétement aux préoccupations de |'auto-entrepreneur et claire les conseils de l'entreprise (experts-comptables notamment). II permet ainsi de tirer parti des opportunites offertes par le nouveau statut, tout en exposant ses limites, contraintes et risques. Un livre a lire de prés avant de se lancer ! Un livre a consulter apres ! © Ed. Francis Lefebvre Ea] Principales abréviations ACCRE : Aide aux chémeurs créateurs ou repreneurs d’entreprise. Cette aide consiste en une exonération de charges sociales pendant un an. ACOSS : Agence centrale des organismes de sécurité sociale. Elle assure la gestion financiére du régime général de sécurité sociale (régime des salariés) et coordonne les activités des 115 centres de recouvrement répartis sur le territoire francais. APE : Code composé de 4 chiffres correspondant au type d’activité principale de I’entreprise. i est attribué par IINSEE a chaque entreprise en référence a la nomenclature des activités francaises (NAF). Il permet notarnment le classement statistique de l'entreprise, l'‘adhésion a un syndicat professionnel, etc BIC : Bénéfices industriels et commerciaux. Bénéfices réalisés par des personnes physiques (particuliers) ou des sociétés soumises a l’impét sur le revenu, provenant de I’exercice d'une activité indus- trielle, commerciale ou artisanale. BNC : Bénéfices non commerciaux. Bénéfices réalisés par des personnes physiques (particuliers) ou des sociétés soumises 2 l'impét sur le revenu, provenant de I’exercice d'une activité libérale. CA : Chiffre d’affaires. Montant total des factures émises par une entreprise. Il correspond au total des ventes de biens ou de prestations de services effectuées au cours d’une période donnée. C. com. : Code de commerce. CIPAV : Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse. CFE : Centre de formalités des entreprises. Lieu de passage obligatoire (guichet unique) auprés duquel les créateurs dépo- sent, en une seule fois et avec un seul formulaire («liasse unique»), les déclara- tions qu’ils sont tenus d’effectuer lors de la création, de |a modification ou de la cessation de leur activité. CGI : Code général des impéts. CSS : Code de sécurité sociale. C. trav. : Code du travail. EDEN : Encouragement au développement d’entreprises nouvelles. Il s'agit d'un dispositif d’aide a la création ou a la reprise d’entreprise a desti- nation de certains béneficiaires de I'Accre, prenant la forme d'une prime, et de mesures d’accompagnement et de suivi personnalisé. EI : Entreprise individuelle. Fa © Ed. Francis Lefebvre EURL : Entreprise unipersonnelle a responsabilité limitée. INPI : Institut national de la propriété industrielle. a. Ftablissement public chargé, notamment, de délivrer des titres de propriété in- dustrielle et de mettre a la disposition du public des informations officielles dans le domaine de la propriété industrielle. INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques. IR : Impét sur le revenu. K bis : Extrait délivré par le greffe du tribunal de commerce a toute personne souhaitant obtenir des informations juridiques et financiéres sur une société immatriculée au registre du commerce et des sociétés (RCS). Pour une entreprise individuelle il s‘agit de I’extrait K. LME : Loi de modernisation de l'économie (n° 2008-776 du 4 aout 2008) LPF : Livre des procédures fiscales. MDA : Maison des artistes. | Organisme agréé par I’Etat pour la gestion de la branche des arts graphiques et plastiques du régime obligatoire de sécurité sociale des artistes auteurs. RCS : Registre du commerce et des sociétés. Fichier tenu par chaque tribunal de commerce ou de grande instance statuant commercialement, ayant pour fonction I'immatriculation sur déclaration des commercants. Rép. : Réponse ministérielle faite par un parlementaire et publiée au Journal officiel (JO) de I'Assemblée nationale (AN) ou du Sénat (Sén.) RM : Répertoire des métiers. Fichier d‘immatriculation des artisans tenu a la chambre des métiers. RSAC : Registre spécial des agents commerciaux. RSI: Régime social des indépendants. s. (précédé d’un numéro de paragraphe) : L’étude de la question se prolonge sur le ou les numéros suivants. SIREN : Systéme informatique pour un répertoire des entreprises et des établis- sements. Numéro composé de 9 chiffres, attribué par I"INSEE lors de I’inscription de I'entre- prise au répertoire national des entreprises, servant a identifier cette entreprise. SIRET : Numéro composé de 14 chiffres, attribué par I'INSEE et identifiant un établissement de l'entreprise. Il se compose du numéro SIREN, suivi du numéro NIC comportant 5 chiffres. © Ed. Francis Lefebvre 7] TP : Taxe professionnelle. Impét local, a la charge des entreprises, contribuant au financement des charges des collectivités locales. Son assiette est en grande partie constituée par la valeur locative des immobilisations corporelles de l’entreprise et, pour certaines professions, par un pourcentage soit des salaires versés, soit des re- cettes réalisées. TPE : Tiés petites entreprises. La TPE correspond a une entreprise employant moins de 10 salariés. TS : Traitements et salaires. Catégorie dont relevent pour I'impét sur le revenu les retraités, les salariés, les chémeurs... TVA: Taxe sur la valeur ajoutée Imp6t indirect sur la consommation touchant presque tous les biens et services consommés ou utilisés en France. SARL : Société a responsabilité limitée. SEL : Société d’exercice libéral. URSSAF : Union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allo- cations familiales. © Ed. Francis Lefebvre Chapitre préliminaire Chapitre 4 Section | ‘Section Chapitre 2 Section | Chapitre 3 Section | Section tt Section 1 Chapitre a Chapitre 5 Section | Section Section ti Section IV Section V Chapitre 6 ‘Annexe | Annexe I Avantages et limites de I'auto-enteprise, en bref Comment se déclarer auto-entrepreneur ? Le formulaire rubrique par rubrique Champ d‘application du régime des micro-entreprises Conditions relatives aux personnes Conditions relatives & activité Versements libératoires \Versement libératoire social (micro-social) \Versement fiscal ibératoire (VFL) Conséquences juridiques, comptables et patrimoniales 67 Conséquences juridiques Conséquences comptables Conséquences patrimoniales Sortie du régime de l’auto-entrepreneur Pistes pour un audit du projet et statuts alternatifs Tableau récapitulatif des taux globaux des versements libératoires Choix du régime Comparatif auto-entrepreneur et EURL Comparatif entreprise individuelle / EURL/ SARL/SA/SAS/SNC/ Association Autres structures possibles Informations pratiques Textes Questions/Réponses sur la déclaration et le paiement en ligne Sommaire analytique © Ed. Francis Lefebvre 95 102 105 111 137 145