Vous êtes sur la page 1sur 5

Étude d’une sonde atténuatrice

1 Principe
Ce TP traite du bon usage de la sonde atténuatrice d’un oscilloscope car il est parfois
nécessaire d’utiliser une sonde atténuatrice pour faire des mesures de signaux.

Carte : Raquette Carte : Capteurs optiques


VCC = 5V

Carte : Contrôleur moteur (azimut)


1 8 PIC
220kΩ
51kΩ

51kΩ

PIC R10 R11 R12 R′10


2 AZ_DATA 7
750Ω RC3
R5 3 AZ_CLK 6
RD0 1kΩ 750Ω RC4
R6 4 ALT _DATA 5 R′9
RD1 1kΩ
R7 5 ALT _CLK 4
RD2 1kΩ
6 3
Port HBX
Port HBX

7 2
AZ_CLK ALT _AZ_DATA ALT _CLK
8 1

F IG . 1 – Liaisons entre la carte « Raquette » et la carte « Contrôleur moteur »

C’est le cas notamment si on veut relever la communication entre l’Autostar et les contrô-
leurs de moteur (azimut et altitude). Cette communication (figure 3 page 3) se fait au moyen
de deux liaisons séries synchrones selon un protocole développé par Meade.
Les lignes de données AZ_DATA et ALT _DATA sont reliées entre elles par l’Autos-
tar, celui-çi dialoguant alternativement avec les deux contrôleurs. Le fonctionnement des
deux contrôleurs de moteurs étant identique, nous utiliserons simplement les noms CLK et
DATA pour désigner les signaux d’horloge et de donnée des liaisons séries. DATA peut être
contrôlée alternativement par l’Autostar et le contrôleur.

2 Exemple de communication : transmission de la commande


« Arrêt moteur »
1. La raquette et le contrôleur moteur ne communiquent pas : ni l’Autostar, ni le contrô-
leur ne contrôlent cette ligne. Les entrés/sorties des PIC sont alors à « haute impé-
dance ». On peut les schématiser par un interrupteur ouvert relié à la masse. Une
résistance de tirage met DATA à l’état haut. La figure 2 page suivante représente le
schéma simplifié de la ligne de données avant transmission.

T ERMINALE G ÉNIE É LECTRONIQUE Thème 2010 (le télescope)


Physique Appliquée TP no 6 : Étude d’une sonde atténuatrice Durée : 4 h Page: 1 / 5
24-10-2009 18:54
Carte : Raquette Carte : Contrôleur moteur
VCC = 5V

220kΩ
R11
PIC PIC

DATA R6 R′10 DATA


1kΩ 750Ω

KR KC

F IG . 2 – Schéma simplifié de la ligne de donnée avant transmission

(a) Indiquer avec justification la valeur des tensions aux entrées/sorties du PIC de la
raquette et du contrôleur moteur pour la ligne de données. 0,5pt
(b) Indiquer où se situe cette phase de fonctionnement (phase 1) sur les chrono-
grammes de la figure 3 page suivante. 0,5pt
2. La communication est initiée par l’Autostar : l’Autostar met CLK à 0. Indiquer où se
situe cette phase de fonctionnement (phase 2) sur les chronogrammes de la figure 3
page suivante. 0,5pt
3. Le contrôleur moteur s’en aperçoit et en déduit que l’Autostar veut procéder à une
transmission. En modifiant la valeur du signal DATA il indique à l’Autostar qu’il a
bien compris son intention. Indiquer où se situe cette phase de fonctionnement (phase
3) sur les chronogrammes de la figure 3 page suivante. 0,5pt
4. L’Autostar ayant reçu la réponse du contrôleur moteur (si le contrôleur ne répond
pas au bout de 90ms, l’Autostar place CLK au niveau haut puis à nouveau au niveau
bas pour essayer à nouveau d’initier la communication) met CLK à 1 pour indiquer
au contrôleur qu’il doit libérer la ligne DATA afin que l’Autostar s’en serve pour
transmettre une commande. Indiquer où se situe cette phase de fonctionnement (phase
4) sur les chronogrammes de la figure 3 page suivante. 0,5pt
5. Le contrôleur libère la ligne DATA. Indiquer où se situe cette phase de fonctionnement
(phase 5) sur les chronogrammes de la figure 3 page suivante. 0,5pt
6. L’Autostar constate que la ligne a été libérée et commence la transmission : il envoie
la commande « Arrêt moteur » codée sur 8 bits sur DATA et un signal périodique sur
CLK. Les niveaux 0/5V sont imposés par le PIC de l’Autostar. Le contrôleur lit les
bits sur DATA à chaque front descendant de CLK.
(a) Indiquer par des flèches les fronts du signal CLK correspondant à la transmission
de la commande sur la figure 3 page suivante. 0,5pt
(b) Donner les huit bits transmis correspondant à la commande « Arrêt moteur ».
0,5pt
7. Après la transmission de la commande, l’Autostar rend le contrôle des lignes DATA
et CLK. Indiquer où se situe cette phase de fonctionnement (phase 7) sur les chrono-
grammes de la figure 3 page suivante. 0,5pt

T ERMINALE G ÉNIE É LECTRONIQUE Thème 2010 (le télescope)


Physique Appliquée TP no 6 : Étude d’une sonde atténuatrice Durée : 4 h Page: 2 / 5
24-10-2009 18:54
CLK (1V/div)

t (100µ s/div)

DATA (1V/div)

t (100µ s/div)

F IG . 3 – Communication pour l’arrêt moteur

3 Relevé à l’oscilloscope
Si on place un oscilloscope pour relever le signal sur la ligne DATA, il se forme un pont
diviseur de tension (figure 4) car un oscilloscope possède une impédance d’entrée (d’environ
1MΩ) et on relève le signal :

DATA (1V/div)

t (100µ s/div)

Carte : Raquette Carte : Contrôleur moteur


VCC = 5V
220kΩ

R11
PIC PIC

DATA R6 R′10 DATA


1kΩ 750Ω

KR KC
1MΩ

ROSC

Oscilloscope

F IG . 4 – Schéma simplifié (avec oscilloscope) de la ligne de donnée avant transmission

Calculer le niveau de tension du signal DATA que l’on va relever à l’oscilloscope lorsque
ni l’Autostar ni le Contrôleur moteur ne contrôlent la ligne. 1pt

4 Relevé avec une sonde d’oscilloscope


Une sonde d’oscilloscope en position 10× met en série avec l’impédance d’entrée de
l’oscilloscope, une résistance de 9MΩ.

T ERMINALE G ÉNIE É LECTRONIQUE Thème 2010 (le télescope)


Physique Appliquée TP no 6 : Étude d’une sonde atténuatrice Durée : 4 h Page: 3 / 5
24-10-2009 18:54
Calculer le niveau de tension du signal DATA que l’on va relever à l’oscilloscope en
utilisant la sonde lorsque ni l’Autostar ni le Contrôleur moteur ne contrôlent la ligne. 1pt

5 Étude théorique
Nous allons montrer dans ce TP la nécessité d’avoir aussi dans la sonde un condensateur
qui devra être correctement calibré.
1 × 10×

CSONDE

RSONDE

ue ROSC COSC us

F IG . 5 – Oscilloscope et sonde

L’impédance d’entrée d’un oscilloscope est aussi capacitive comme le montre le schéma
de la figure 5. La sonde atténuatrice d’un oscilloscope est constituée d’une résistance RSONDE
en parallèle avec un condensateur CSONDE . Ces deux éléments n’interviennent pas lorsque
la sonde est en position 1× car ils sont alors court-circuités. Par contre ils apparaissent dans
la configuration 10×.

L’étude se fait à partir du comportement en fréquence de l’impédance d’un condensateur.


Remarque : La simplification du schéma de la figure 5 est basée sur la comparaison de
deux impédances en parallèle (la simplification « interrupteur fermé ou ouvert » n’est pas
satisfaisante pour cette étude).
1. En très basses fréquences
(a) Vers quoi tend l’impédance d’un condensateur ? 0,5pt
(b) Sachant que celui-ci est monté en parallèle avec une résistance, montrer que le
modèle équivalent de la figure 2 n’est constitué que de résistances. 0,5pt
(c) Exprimer TT BF , la transmittance du circuit dans ce cas. 1pt
2. En très hautes fréquences
(a) Vers quoi tend l’impédance du condensateur ? 0,5pt
(b) Dans ce cas, quels sont les éléments qui deviennent négligeables ? 0,5pt
(c) Tracer le schéma équivalent en THF. 0,5pt
(d) Exprimer TT HF . 1pt
3. Pour une fréquence quelconque : on veut que la valeur de la transmittance T soit la
même quelque soit la fréquence. Elle doit donc être identique en TBF et en THF.

T ERMINALE G ÉNIE É LECTRONIQUE Thème 2010 (le télescope)


Physique Appliquée TP no 6 : Étude d’une sonde atténuatrice Durée : 4 h Page: 4 / 5
24-10-2009 18:54
(a) En déduire une relation entre : RSONDE , ROSC , CSONDE et COSC . 0,5pt
(b) Exprimer alors CSONDE en fonction des trois autres éléments. 0,5pt
(c) Calculer sa valeur pour RSONDE = 90kΩ, ROSC = 10kΩ et COSC = 100nF . 0,5pt

6 Étude expérimentale
Pour rendre les mesures faisables, nous avons pris des valeurs différentes de la réalité
car la capacité réelle de COSC est de quelques pF ce qui rend CSONDE impossible à régler.
Nous vérifierons en fin de TP notre étude à l’aide d’une vraie sonde.
1. Dessiner le schéma avec les appareils de mesure. 0,5pt
2. Réaliser le montage avec RSONDE = 90kΩ, ROSC = 10kΩ et COSC = 100nF . Le conden-
sateur CSONDE étant réglable (boîte à décades). 0,5pt
3. Prendre pour le signal ue un signal sinusoïdal d’amplitude 10V et de fréquence va-
riable. 0,5pt
4. Compléter les tableaux suivants à l’ordinateur (Regressi, Calc, Excel. . .) à partir des
relevés réalisés avec trois valeurs différentes pour CSONDE . 1,5pts
(a) Pour 4nF :
Û s
f Û s T= G = 20 log T
Ûe
100 Hz
1 kHz
10 kHz
100 kHz
(b) Compléter un tableau identique pour la valeur calculée à la fin de l’étude théo-
rique.
(c) Compléter un tableau identique pour 33nF.
5. Tracer à l’ordinateur les 3 courbes de gain sur le même repère semi-log. 1pt
6. Vérification avec un signal carré :
(a) Régler maintenant ue en signal carré, alternatif, d’amplitude 4V et de fréquence
1kHz et imprimer les oscillogrammes de us pour les trois valeurs précédentes de
CSONDE . 1.5pts
(b) Que peut-on conclure ? 0,5pt
(c) Interpréter les déformations sachant qu’un signal carré alternatif peut se décom-
poser en une somme de signaux sinusoïdaux de fréquence : f , 3 f , 5 f . . . 0,5pt

7 Test avec une sonde 10×


Brancher la sonde sur une des voies de l’oscilloscope. Placer le curseur en position 10×,
puis relever le signal de calibrage délivré par l’oscilloscope (PROBE ADJUST).
À l’aide d’un petit tournevis, dérégler délicatement (attention c’est fragile) la capacité
CSONDE et décrivez ce que vous constatez. 1pt

T ERMINALE G ÉNIE É LECTRONIQUE Thème 2010 (le télescope)


Physique Appliquée TP no 6 : Étude d’une sonde atténuatrice Durée : 4 h Page: 5 / 5
24-10-2009 18:54