Vous êtes sur la page 1sur 24
EDUCATION NATIONALE
EDUCATION
NATIONALE

Le taux de réussite à l'examen de fin de cycle primaire est de

79,99%

Le taux de réussite à l'examen de fin de cycle primaire est de 79,99%, a-t-on appris hier auprès du ministère de l'Education nationale. "Le taux national de réussite à l'exa- men de fin de cycle primaire est de 79,99%", a précisé l'inspecteur général du ministère, Messeguem Nedjadi, dans une déclaration à l'APS ajoutant que sur "705.598 élèves inscrits 702.525 candidats ont passé l'examen". Le taux d'absence à l'examen est "très faible" soit 0,44%, selon la même source.

P. 2

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

Iftar : 20h11 Imsak : 03h27 MÉTÉO 28° : ALGER 36° : TAMANRASSET p. 2
Iftar
: 20h11
Imsak : 03h27
MÉTÉO
28°
: ALGER
36° : TAMANRASSET
p. 2

Vendredi 10 - Samedi 11 Juin 2016 - 5-6 Ramadhan 1437 - N° 1326 - 3 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

FÊTE NATIONALE DU PORTUGAL

ALGÉRIE-EUROPE

ALGÉRIE-UNICEF

AFIN DE PROMOUVOIR LA DESTINATION ALGÉRIE

Le Président Bouteflika félicite le Président Marcelo Rebelo de Sousa et le Premier ministre, Antonio Costa

P. 24

M. Medelci prend part en Italie aux travaux de la Commission européenne pour la démocratie par le droit

P. 24

M. Louh

reçoit le

Les procédures d'obtention de visa "bientôt" facilitées pour les étrangers

P. 6

représentant

de l'UNICEF

en Algérie

P. 24

WILAYA D'ALGER : 37.000 familles relogées en 2 ans ! Menées depuis juin 2014 par
WILAYA D'ALGER :
37.000 familles
relogées en 2 ans !
Menées depuis juin 2014
par la wilaya d'Alger, les 21
opérations de relogement
ont permis jusqu'à ce jour
le relogement de 37.000
familles dans des habita-
tions convenables, des
actions qui seront suivies
jusqu'à l'éradication totale
de l'habitat précaire à la
fin de l'année 2016. «Ces 21
opérations de relogement
à Alger ont permis jusqu'à
juin 2016 de reloger
37.000 familles issues de
bidonvilles ou habitants
dans des immeubles
vétustes ou dans des caves
et terrasses», avait indiqué
le wali d'Alger Abdelkader
Zoukh lors de ses nom-
breuses sorties sur le ter-
rain pour s'enquérir de
l'avancée des travaux de
construction des nou-
velles cités.
P. 3
des travaux de construction des nou- velles cités. P. 3 M. Sellal installe M m e

M. Sellal

installe M me Cherfi déléguée nationale à la Protection de l'enfance

P. 5

M.BEDOUI DEVANT LE PARLEMENT :

«Les accidents de la route coûtent à l'Etat 100 milliards de dinars»

P. 4

RESSOURCES EN EAU :

De nombreux projets gelés en raison du manque de ressources financières

P. 4

TRAVAUX PUBLICS

Projets de 24 autoroutes reliant des wilayas à l'autoroute Est-Ouest

P. 4

F TBALL PRÉPARATION DES JO-2016 : Bounedjah et Ait Athmane rejoignent les U-23 à Tikdja
F
TBALL
PRÉPARATION
DES JO-2016 :
Bounedjah
et Ait Athmane
rejoignent les
U-23 à Tikdja
P. 22
MDN
MDN

44

terroristes

abattus mercredi

à Médéa

4Une

tentative

d’émigration clandestine de 13 individus déjouée à Annaba

abattus mercredi à Médéa 4 Une tentative d’émigration clandestine de 13 individus déjouée à Annaba P.

P. 3

abattus mercredi à Médéa 4 Une tentative d’émigration clandestine de 13 individus déjouée à Annaba P.
SANTÉ
SANTÉ

Culture

Un récital en hommage à Amar Ezzahi à Alger

P. 16

Un récital en hommage à Amar Ezzahi à Alger P. 1 6 CANCER DU POUMON Le
CANCER DU POUMON Le dépistage précoce augmente le taux de survie P.p 12-13
CANCER DU
POUMON
Le dépistage
précoce augmente
le taux de survie
P.p 12-13

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Vendredi 10-Samedi 11 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr

2 DK NEWS

Vendredi 10-Samedi 11 juin 2016

D’

EIL

CLIN CLIN 2 DK NEWS Vendredi 10-Samedi 11 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr

Horaires des prières

10-Samedi 11 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26 Dohr 12:48 Asr 16:40 Maghreb
10-Samedi 11 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26 Dohr 12:48 Asr 16:40 Maghreb
10-Samedi 11 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26 Dohr 12:48 Asr 16:40 Maghreb
10-Samedi 11 juin 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:26 Dohr 12:48 Asr 16:40 Maghreb
Fajr 03:26 Dohr 12:48 Asr 16:40 Maghreb 20:12 Isha 21:55
Fajr
03:26
Dohr
12:48
Asr
16:40
Maghreb
20:12
Isha
21:55

EDUCATION NATIONALE Le taux de réussite à l'examen de fin de cycle primaire est de 79,99%

Le taux de réussite à l'examen de fin de cycle primaire est de 79,99%, a-t-on appris hier au- près du ministère de l'Education nationale. "Le taux national de réussite à l'examen de fin de cycle primaire est de 79,99%", a précisé l'inspecteur général du

ministère, Messeguem Nedjadi, dans une dé- claration à l'APS ajou- tant que sur "705.598 élèves inscrits 702.525 candidats ont passé l'examen". Le taux d'absences à l'examen est "très faible" soit 0,44%, selon la même source.

4

INDUSTRIE ET MINES

Bouchouareb demain à Tébessa et Souk-Ahras

ET MINES Bouchouareb demain à Tébessa et Souk-Ahras Le ministre de l’Indus- trie et des Mines,

Le ministre de l’Indus- trie et des Mines, M. Ab- dessalem Bouchouareb, ef- fectuera demain dimanche 12 juin, une visite de travail et d’inspection dans les wi- layas de Tébessa et Souk- Ahras.

FRONT DU CHANGEMENT Conférence sur la réforme du système éducatif

Le président du Front du changement, M. Abdelmadjid Me- nasra, animera ce matin à partir de 11h, au siège national du parti à Ouled Fayet, Alger, une conférence qui portera sur «La réforme du système éducatif et le scandale du bac».

SALLE ATLAS Soirée artistique El Ichrak Belgasmi et Kafila Lil Inchad

Dans le cadre de son programme du mois de ramadhan 2016, l’Office national de la culture et de l’information (ONCI), organise ce soir à partir du 22h30 à la salle Atlas de Bab El Oued, une soi- rée artistique variée avec les troupes El Ichrak Belgasmi Mansour d'Oran et El Kafila Lil Inchad de Saida.

Mansour d'Oran et El Kafila Lil Inchad de Saida. KHABBARNI DE OOREDOO Le bouquet islamique à

KHABBARNI DE OOREDOO Le bouquet islamique à 1 DA seulement

Ooredoo célèbre l’arri- vée du mois de Ramadhan avec ses clients et lance une promotion sur le bou- quet islamique de son ser- vice « Khabbarni » valable du premier jour du mois sacré jusqu’au deuxième jour de Aïd el Fitr. Ainsi, les clients de Ooredoo peuvent bénéficier du Bouquet Isla- mique à 1 DA seulement, leur permettant d’accéder à un contenu riche, à savoir : Hadith, Douaa, Conseils, horaires de prières, histoires Islamiques et Météo. Khabbarni est un service d’informations qui permet au client de recevoir toute l’actualité en direct sur son mobile, avec un large choix comprenant différents bouquets adaptés aux besoins de chacun : islamique, foot et Pro. Des contenus riches tels que les horaires de prières, les programmes TV, la météo, dispo- nibles en arabe et en français et accessibles en toute simpli- cité. Le client peut sélectionner les bouquets qu’il souhaite re- cevoir sur son mobile et ce, en choisissant l’une des deux for- mules proposées : via un abonnement mensuel à partir de 50 DA ou à la demande, en composant gratuitement le *515#. A travers cette nouvelle promotion, Ooredoo enrichit le quoti- dien de ses clients en ce mois de piété en leur offrant des ser- vices adaptés à leurs besoins et aux meilleurs tarifs.

vices adaptés à leurs besoins et aux meilleurs tarifs. - TRANSPORTS Talai lundi à Constantine Dans
vices adaptés à leurs besoins et aux meilleurs tarifs. - TRANSPORTS Talai lundi à Constantine Dans
- TRANSPORTS Talai lundi à Constantine Dans le cadre du suivi des projets du secteur,
-
TRANSPORTS
Talai lundi
à Constantine
Dans le cadre du
suivi des projets du
secteur, le ministre
des Transports, M.
Boudjema Talai, ef-
fectuera lundi 13 juin,
une visite de travail
et d'inspection des
projets relevant de
son secteur au niveau
de la wilaya de
Constantine.
Météo
Max
Min
Alger
28°
16°
Oran
31°
18°
Annaba
30°
18°
Béjaïa
28°
19°
Tamanrasset
36°
24°
LUNDI À L’ESPACE
CULTUREL BACHIR-MENTOURI
4
Les soirées
Littéraires
d’Arts et Culture
A l’occasion du
mois de Ramadan
2016, et dans le cadre
du programme heb-
domadaire organisé
chaque lundi et
mercredi, l’Etablis-
sement Arts et Cul-
ture de la wilaya
d’Alger organise
lundi 13 juin à par-
tir de 21h 30 au ni-
veau de l’espace cul-
turel Bachir Mentouri (ex Pichon). Sis, 05 rue Ba-
chir Mentouri, des soirées littéraires. Au pro-
gramme : une exposition d’Art plastique, de tenues
traditionnelles, de livres et objets d’art, qui se dé-
roulera jusqu’au 27 juin. Il s’n suivra une rencon-
tre avec une panoplie d’artistes en collabora-
tion avec «l’association lumière» dans une inter-
vention en hommage au grand artiste disparu ré-
cemment, le feu Youcef Hattab.

RESSOURCES EN EAU ET ENVIRONNEMENT

Nouri demain à Boumerdès

Le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, M. Abdelwahab Nouri, est at- tendu demain dimanche 12 juin, dans la wilaya de Bou- merdès, dans le cadre d’une vi- site de travail et d’inspection.

le cadre d’une vi- site de travail et d’inspection. LE 12 À ORAN Inauguration du Centre

LE 12 À ORAN

Inauguration du Centre commercial Ardis

Le nouveau Centre commercial Ardis d’Oran, sera inauguré dans la soirée de demain dimanche 12 juin (à partir de 22), par le président directeur général du groupe M. Abdelwahab Rahim.

directeur général du groupe M. Abdelwahab Rahim. THÉÂTRE DE VERDURE Projection des films The Revenant et

THÉÂTRE DE VERDURE

Projection des films The Revenant et Le voyage d'Arlo

L’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, or- ganise ce soir à par- tir de 22h au théâtre de Verdure, une séance de projec- tion de deux films :

The Revenant et Le voyage d'Arlo.

de deux films : The Revenant et Le voyage d'Arlo . DGSN Lancement de l’opération de

DGSN Lancement de l’opération de l’Iftar collectif au profit des usagers de la route

de l’Iftar collectif au profit des usagers de la route La Direction générale de la Sûreté

La Direction générale de la Sûreté nationale a procédé hier au lancement d’une opération de repas collectif qui durera jusqu’à la fin du mois sacré du Ramadhan au pro- fit des usagers de la route. A ce titre, des milliers de repas seront distribués aux usagers de la route, et ce, sur tout le territoire national. A signaler que cette initiative intervient suite aux instructions du général-major Abdelghani Ha- mel Directeur général de la Sûreté nationale, portant sur la nécessité de renforcer les missions des services de po- lice en termes de prévention et de sécurité routière. Une telle action a pour but également de mettre en exergue les valeurs de l’entraide entre les éléments de la Sûreté natio- nale d’un côté et les différentes catégories sociales notam- ment durant le mois de Ramadhan.

Vendredi 10 - Samedi 11 juin 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

HABITAT

WILAYA D'ALGER :

37.000 familles relogées de juin 2014 à juin 2016

Menées depuis juin 2014 par la wilaya d'Alger, les 21 opérations de relogement ont permis jusqu'à ce jour le relogement de 37.000 familles dans des habitations convenables, des actions qui seront suivies jusqu'à l'éradication totale de l'habitat précaire à la fin de l'année 2016.

«Ces 21 opérations de relogement à Alger ont permis jusqu'à juin 2016 de reloger 37.000 familles issues de bidonvilles ou habitants dans des immeubles vétustes ou dans des caves et terrasses», avait indiqué le wali d'Alger Abdelkader Zoukh lors de ses nombreuses sorties sur le ter- rain pour s'enquérir de l'avancée des travaux de construction des nouvelles cités. «La 21e opération qui est toujours en cours de concrétisation permet- tra à sa fin le relogement de plus de 46.000 familles», selon le wali. Annonçant que les opérations de relogement reprendront «de plus belle» après Ramadhan, le wali avait assuré que ces opérations ne s'arrê- teront pas à la 21e (toujours en cours) mais seront suivies par d'au- tres opérations similaires jusqu'à l'éradication totale de l'habitat pré- caire».

Après l'habitat précaire, les Algérois mal logés Le wali d'Alger s'est engagé lors de ses différentes interventions à l'occasion de l'octroi des nouveaux logements aux bénéficiaires de prendre en charge après l'éradica- tion de l'habitat précaire les Algérois qui vivent dans des habita- tions exigues ou dans de mauvaises conditions. «Après l'éradication de l'habitat précaire, je m'engage à me tourner vers les Algérois qui vivent dans de mauvaises conditions et même habitant dans des F4 ou vivent plu- sieurs familles», a assuré le wali à plusieurs reprises. Plus de 5.000 familles algéroises habitant des immeubles menaçant ruine ou dans des terrasses et des caves ont déjà bénéficié dans le cadre des 21 opérations de reloge- ment de nouveaux logements de type public locatif (LPL), souligne-t- on.

21.000 logements LSP déjà distri- buées et 4.000 autres avant fin 2016 Pour ce qui est des logements de type Logements sociaux participa- tifs (LSP), la wilaya d'Alger a remis jusqu'à ce jour 21.000 unités de logement faisant partie d'un pro- gramme total de 42.000 unités. En plus des 21.000 unités de loge- ment distribuées, 4000 autres seront remis aux bénéficiaires en deux phases avant la fin de l'année 2016, avait annoncé le directeur de l'habitat de la wilaya d'Alger, Ismail

directeur de l'habitat de la wilaya d'Alger, Ismail Loumi. «La wilaya d'Alger ne ména- gera aucun

Loumi. «La wilaya d'Alger ne ména- gera aucun effort pour accélérer la cadence des travaux de réalisation des logements LSP afin de pouvoir distribuer les 21.000 unités res- tantes aux bénéficiaires dans les plus brefs délais», s'était engagé M. Zoukh, dimanche dernier lors de la distribution de 2025 clés aux

Près de 400 hectares d'assiettes

lycée El Hamiz, de la ligne ferro- viaire électrifiée Birtouta-Douera- Reghaia, du Campus universitaire Dely Brahim et de la piscine semi- olympique», a tenu à préciser la même source. Le programme global de reloge- ment dans la wilaya d'Alger concerne 260.000 unités dont

familles bénéficiaires des loge-

84.000

de type public locatif (LPL) et

ments LSP, issues de 15 communes

42.000

logements sociaux participa-

de la wilaya d'Alger. Lancé à la fin de l'année 2000, le programme de construction des logements de type LSP avait accumulé beaucoup de retard, avait relevé M. Zoukh rele- vant que «12.000 unités seulement ont été distribués jusqu'à 2011». «Ces retards ont été accumulés à cause de nombreux problèmes notamment le problème de trans- fert de terrain au niveau du site du projet de 700 logements à Bordj El kiffan ou l'on a été contraint de trou- ver une autre assiette pour l'empla- cement de ce site», avait expliqué à l'APS M. Loumi en marge de la céré- monie de remise de 2025 clés aux familles bénéficiaires des loge- ments LSP.

foncières récupérés Les 21 opérations de relogement dans la wilaya d'Alger ont permis jusqu'à présent la récupération de» 395 hectares d'assiettes foncières» ainsi que la libération de plusieurs projets dont les terrains été squattés par les bidonvilles, a-t-on appris auprès de la wilaya d'Alger. «Il s'agit des projets du nouveau siège du ministère des Affaires reli-

tifs (LSP), a-t-on rappelé, soulignant que ces deux formules d'habitat sont supervisées par la wilaya d'Alger. La wilaya d'Alger compte 94.000 autres logements location vente (AADL) relevant de l'Agence d'amélioration et de développement du logement et 45.000 logements promotionnels publics (LPP) de l'Entreprise nationale de promotion immobilière (ENPI), selon la même source. Pour ce qui est des plaintes déposées par la wilaya d'Alger contre les bénéficiaires de loge- ments ayant fait une fausse déclara- tion, le wali d'Alger avait annoncé que «2000 plaintes ont été déposées par la wilaya contre les fraudeurs depuis juin 2014 «. «Les décisions de justice dans ce cadre allant jusqu'à l'expulsion du logement obtenu illicitement ont permis à la wilaya d'Alger de récupé- rer 40 logements», avait souligné le wali. Selon des chiffres avancées par la wilaya d'Alger, «35 personnes (faus- saires) ont été condamnées d'un emprisonnement ferme allant de 18 à 24 mois de prison assortis d'une amende allant de 20.000 DA à

DA». «117 autres faussaires

50.000

gieuses, du terrain d'aménagement d'Oued El Harrach, des sites des

ont été condamnés à leur tour à des peines allant de 2 à 6 mois de prison

programmes de logements AADL, LPP, LSP, LPL, du site de la grande mosquée d'Alger, du barrage de Douera, du stade de Birkhadem , du

avec sursis assorties d'une amende variant entre 20.000 et 100.000 DA et 21 autres personnes ont bénéficié d'un non lieu», selon la wilaya.

PRÉSIDENT DU FRONT AL-MOSTAKBAL :

La politique sécuritaire de l'Algérie est «judicieuse»

Le président du Front Al-Mostakbal (FM), Abdelaziz Belaid a qualifié jeudi soir à Alger la politique sécuri- taire de l'Algérie de «judicieuse» appelant toutes les composantes de la société à «sensibiliser le citoyen à la nécessaire préservation des acquis de la sécurité et de la stabilité» sur fond d'une conjoncture sécuritaire et régionale «spéciale». Lors d'un point de presse en marge d'une conférence intitulée «Sécurité nationale» organisée par le FM dans la commune de Bab-el-Oued, M. Belaid a qualifié de «judicieuse» la politique sécuritaire de l'Algérie qui se cristallise, selon lui, par le «respect des lois internatio- nales». Il a appelé, à cet effet, toutes les composantes de la société à sensibiliser le «citoyen à la nécessaire préser- vation des acquis de la sécurité et la stabilité» d'autant

que l'Algérie, a-t-il dit, traverse une «conjoncture régio- nale particulière». Les «composantes de la classe poli- tique mais aussi les partis et acteurs de la société civile sont appelés à respecter l'ensemble des institutions constitutionnelles du pays et faire abstraction des +rumeurs+», a-t-il souligné. Il a, par ailleurs, préconisé d'engager une «réforme globale» dans le secteur de l'Education et de l'enseignement qui passe par un «dia- logue incluant les spécialistes, syndicats, classe poli- tique ainsi que toutes les parties concernées». S'agissant des préparatifs des prochaines échéances électorales, M. Belaid a fait savoir que les cadres du FM allaient «organiser des conférences hebdomadaires afin de présenter le programme du parti» ajoutant que le parti poursuivait sa restructuration à travers l'ensemble des APC du pays».

LUTTE CONTRE LE TERRORISME

4 terroristes abattus mercredi à Médéa, l'opération est en cours (MDN)

Quatre (4) terroristes ont été abattus mercredi à Médéa par un détachement de l'Armée nationale popu- laire (ANP), dans une opération toujours en cours, indique jeudi un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). «Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l'Armée nationale populaire a abattu, le 08 juin 2016 à 22 h 00, quatre (04) terroristes, suite à une embuscade tendue dans la zone de Rouakeche, près de la commune de Baâta, wilaya de Médéa (1ère RM), et récupéré quatre (04) pistolets mitrailleurs de type Kalachnikov et une quantité de munitions. Un abri et une bombe de confection artisanale ont été détruits. L'opération est toujours en cours», précise la même source. «Par ailleurs et dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la crimi- nalité organisée, des éléments des Gardes-frontières ont saisi à Béchar (3éme RM), un véhicule tout-terrain chargé de (375,8) kilogrammes de kif traité ainsi qu'une quantité s'élevant à (129) kilogrammes à Tlemcen (2ème RM)», conclut le MDN.

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ

Arrestation de 3 contrebandiers et saisie de 6000 litres de carburant dans le sud du pays (MDN)

Trois contrebandiers ont été arrêtés et une quantité de 6000 litres de carburant a été saisie jeudi dans le sud du pays, a indiqué hier un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). "Dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, un détachement de l'Armée nationale populaire et des éléments de la Gendarmerie nationale ont appréhendé, le 9 juin 2016, lors de différentes opérations à Tamanrasset et Timiaouine (6e RM), trois (03) contrebandiers et ont saisi deux (02) camions, (19) tonnes de denrées alimen- taires et 6000 litres de carburant destiné à la contre- bande", précise la même source. A Tlemcen (2e RM), les éléments des Gardes-frontières "ont déjoué une tenta- tive de contrebande de 1200 litres de carburant". A Souk-Ahras, Tébessa et El-Kala (5e RM), les unités des Gardes-frontières "ont déjoué d'autres tentatives de contrebande de plus de 25714 litres de carburant et ont saisi trois (03) véhicules utilisés lors de ces opérations de commerce illicite".

LUTTE CONTRE L’EMIGRATION CLANDESTINE

Une tentative de 13 individus déjouée à Annaba (MDN)

Une tentative d'émigration clandestine de treize (13) individus à bord d’une embarcation de construction artisanale a été déjouée mercredi à Skikda par une unité des Gardes-côtes d'Annaba, indique jeudi un communiqué du ministère de la Défense nationale. «Dans le cadre de la lutte contre l’émigration clan- destine, une unité des Gardes-côtes d’Annaba (5ème RM) a déjoué, le 8 juin 2016 à 14h00, une tentative d'émigration clandestine de treize (13) individus à bord d’une embarcation de construction artisanale au Nord de Ras El-Hadid, wilaya de Skikda», précise la même source. «Au cours de cette intervention, ladite embarca- tion s’est renversée et ses occupants ont été secourus et évacués par l’équipage du remorqueur de haute mer 703 des Forces navales, puis soumis à un examen médi- cal», ajoute le communiqué.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Vendredi 10 - Samedi 11 juin 2016

RESSOURCES EN EAU : SELON M. NOURI

De nombreux projets gelés en raison du manque de ressources financières

gelés en raison du manque de ressources financières Le ministre des Ressources en eau et de

Le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelouahab Nouri, a af- firmé jeudi que de nombreux projets du secteur dont les travaux n'ont pas encore été lancés ont été provisoirement gelés en raison de la baisse des recettes induite par la chute des cours du pétrole. En réponse aux questions orales des mem- bres du Conseil de la nation sur certains projets locaux, lors d'une séance plénière pré- sidée par M. Abdelkader Bensalah, prési- dent du Conseil, le ministre a indiqué qu'«au regard des exigences budgétaires dictées par la baisse des recettes en raison de la chute des prix du pétrole, de nombreux pro- jets dont les travaux n'ont pas encore été lan- cés ont été provisoirement gelés». Le ministre a cité entre autres projets, le projet de réalisation d'une station d'épure- ment des eaux usées à Berouaghia (Médéa), inscrit au programme quinquennal 2010-2015 et dont les appels d'offres nationaux et inter- nationaux lancés par le ministère ont été in- fructueux. Le représentant du gouvernement a sou- ligné que la ville de Berouaghia avait bénéfi- cié de programmes d'une valeur de 300 mil- lions de dinars pour l'aménagement des oueds, la lutte contre les maladies trans-

missibles par l'eau et la protection de la ville des inondations.

Il a rappelé dans ce contexte que la wilaya

de Médéa disposait d'un réseau d'assainisse- ment de 1370 km avec un taux de raccorde- ment de 94%, ainsi que d'une station d'épu- ration des eaux usées.

A une autre question relative au projet de

réalisation du barrage Zakakat dans la com- mune d'Abadla (Bechar), M. Nouri a insisté sur la faisabilité économique du projet notam- ment dans la conjoncture que traverse le pays actuellement si nous voulons répondre aux préoccupations des citoyens et assurer leur approvisionnement en cette matière vitale».

Il a affirmé dans ce sens que le barrage doit

d'abord faire l'objet d'une étude technique mi- nutieuse avant toute décision concernant le lancement ou non des travaux de réalisation. Selon M. Nouri, les études préliminaires ont démontré que les capacités de stockage du site actuel du barrage sont limitées en sus de la salinité de l'eau du site qui exige des études approfondies pour déterminer la fai- sabilité du projet. Le périmètre agricole d'Abadla qui couvre trois communes sur une superficie de 5403 hectares périmètre plusieurs problèmes dont le manque de ressources hydriques et la vétusté des canaux d'irrigation. Pour remédier à cette situation, une enve- loppe de 370 millions de dinars a été déblo- quée pour la réhabilitation de ce système d'ir- rigation afin de préserver 1200 hectares de palmeraies et développer la production agri- cole. M. Nouri a indiqué que son secteur en- visage des solutions alternatives au barrage de Djorf Ettorba.

LES ACCIDENTS DE LA ROUTE COÛTENT À L'ETAT 100 MILLIARDS DE DINARS

Bedoui veut y mettre un frein

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui a déclaré, jeudi à Alger, que les accidents de la route coûtaient à l'Etat 100 milliards de dinars et que les nouvelles dispositions adoptées dans le cadre de la révision du code de la route visaient essentiellement à réduire l'intervention humaine dans le processus de constat des infractions.

A une question d'un mem- bre du Conseil de la nation sur les mesures prises pour réduire les accidents de la route, M. Bedoui a indiqué que «la moyenne des acci- dents de la route avoisine les 4.000 morts/an, coûtant à l'Etat 100 milliards de di- nars», ce qui exige «l'intro- duction de nouvelles disposi- tions dans le code de la route, notamment l'augmentation des amendes forfaitaires aux infractions de la route à l'ori- gine des accidents de la circu- lation et la mise en place du permis à points». «L'élément humain, no- tamment en ce qui concerne le non respect des règles de conduite, est le dénomina- teur commun dans 95 % des accidents de la route», a indi- qué le ministre, soulignant que l'excès de vitesse et les dé-

soulignant que l'excès de vitesse et les dé- passements dangereux étaient à l'origine de 50 %

passements dangereux étaient à l'origine de 50 % du nombre global des accidents de la circulation». Le projet de révision du code de la route récemment adopté au conseil du gouver- nement a permis d'augmen- ter la valeur des amendes aux infractions à l'origine des ac- cidents, notamment ceux classés au 4ème degré. L'amende est fixée entre 5.000 DA et 7.000 DA. Une nouvelle mesure a également été adoptée. Il s'agit du système de permis à points qui permettra d'une part de réduire l'interven- tion de l'élément humain dans le processus de constat des infractions et d'autre part de mettre un terme à toutes formes d'indulgence à l'égard des contrevenants. Le système informatique du permis à points conférera

davantage de rigueur aux dis- positions du code de la route. Outre les mesures dissua- sives, l'amélioration de l'état du réseau routier, l'exigence d'une qualité spéciale d'équi- pements de sécurité pour les véhicules importés, la géné- ralisation du contrôle tech- nique obligatoire des véhi- cules, ainsi que la dotation des services de sécurité d'ap- pareils sophistiqués, sont au- tant de «mesures rigoureuses visant à réduire les accidents de la route». Le ministre a, en outre, rappelé les mesures prises dans le cadre de la révision des conditions de travail et de contrôle des entreprises auto- écoles pour assurer «une amélioration qualitative» en termes de formation des can- didats désireux d'obtenir le permis de conduire, rappe- lant la récente adoption d'un

texte réglementaire y affé- rent au niveau du conseil du gouvernement. A cet effet, les expériences des entreprises en charge de la sécurité routière dans cer- tains pays, à l'instar de l'Es- pagne et la France ont été mises à profit pour accompa- gner les réformes initiées par l'Algérie dans ce domaine, et ce à travers un projet de ju- melage et d'une convention de coopération d'une durée de cinq ans. A une question sur la ré- duction de la pose «anar- chique» des ralentisseurs, M. Bedoui a indiqué que le mi- nistère de l'Intérieur avait émis en février dernier, en collaboration avec le minis- tère des Travaux publics, une directive visant à rappeler aux citoyens le règlement en vigueur et à prendre les me- sures visant à «réadapter les ralentisseurs non conformes aux critères techniques et à supprimer progressivement celles réalisées sans autorisa- tion». La directive vise égale- ment à mettre en place de plaques de signalisation ho- rizontales et verticales pour indiquer la présence de ces ralentisseurs, avec l'associa- tion des services techniques des travaux publiques à la réalisation de ces dos d'ânes, outre l'interdiction de leur pose au niveau des routes à grande circulation.

NOUVEAU DÉCOUPAGE ADMINISTRATIF : BEDOUI EST FORMEL

Le gouvernement n'envisage nullement de renoncer à la finalisation du projet

Le ministre de l'Intérieur et des Collec- tivités locales Noureddine Bedoui a indi- qué jeudi à Alger que le gouvernement n'envisageait pas de renoncer à la finali- sation du projet du nouveau découpage administratif précisant que la deuxième

phase du projet qui concerne les wilayas

des Hauts-Plateaux sera concrétisée en cours d'année. En réponse à un membre du Conseil de la nation qui demandait pourquoi la

daira de Ain Sefra n'a pas été promue wi-

laya déléguée, le ministre a expliqué que le nouveau découpage administratif prévu

en 2014 en était à sa deuxième phase im- pliquant les wilaya des Hauts-Plateaux. «le gouvernement n'envisage nullement de renoncer à la finalisation du projet», a-t- il insisté. M. Bedoui a rappelé à ce propos que la première phase du projet avait concerné la création de dix wilayas déléguées dans huit wilayas du sud du pays, indiquant que sur instruction du Premier ministre Ab- delmalek Sellal, «la deuxième phase sera parachevée en cours d'année». Le ministre a assuré que «les prépara- tifs de la création de wilayas déléguées

dans les Hauts-Plateaux avancent», et que «les résultats seront soumis, en temps opportun, au gouvernement et au Conseil des ministres». Les services compétents ont été char- gés de faire des propositions à ce sujet, a encore fait savoir M. Bedoui soulignant que tous les critères seront pris en compte dans le cadre d'une étude globale desti- née à déterminer les conditions néces- saires pour passer au statut de wilaya déléguée. La même méthodologie utili- sée pour les wilaya du Sud sera adoptée, a-t-il affirmé.

Projets de 24 autoroutes reliant des wilayas à l'autoroute Est-Ouest

Le ministère des Travaux publics pré- voit la réalisation de 24 autoroutes reliant certaines wilayas de l'intérieur du pays à l'autoroute Est-Ouest, a annoncé, jeudi, le ministre en charge du secteur, M. Ab- delkader Ouali. Intervenant lors d'une séance plé- nière du Conseil de la nation consacrée à une question orale sur la possibilité de mise en liaison de la wilaya de M'sila avec l'autoroute Est-Ouest, M. Ouali a rappelé que la réalisation d'autoroutes, reliant certaines wilayas du pays à l'auto- route est-ouest, entrait dans le cadre de l'application des orientations du schéma directeur autoroutier 2005-2025. Pour le cas précis de M'sila, le minis- tre a indiqué que cette wilaya était concer- née par ce projet et que sa liaison avec l'au- toroute Est-Ouest serait établie à partir de la commune de Boussâada sur 80 km. Il a précisé que l'étude relative à ce pro- jet était en cours d'élaboration et sera

à ce pro- jet était en cours d'élaboration et sera achevée au 4e trimestre de l'année

achevée au 4e trimestre de l'année 2016. Par ailleurs, il a fait savoir que la réa- lisation de deux tunnels à M'sila était prévue, mais que ce projet avait été gelé en raison de la conjoncture financière dé- favorable traversée par le pays. Il s'est, cependant, engagé à la réalisa-

tion de ces tunnels dès que la situation fi- nancière le permettra. Ces tunnels devaient être réalisés dans la localité d'Ichbilia sur la RN 60 dans la commune de Boussaâda. M. Ouali a également répondu à une autre question orale sur l'inexistence de doublement au niveau des RN 48 et 3 dans la wilaya d'El Oued en dépit du nombre d'accidents qui y sont enregistrés. A ce propos, il a avancé que 19 km de doublement avaient déjà été réalisés sur la RN 48 sur 145 km et que le reste sera ins- crit par le ministère des Travaux publics dans la loi de finances 2017 en raison de son importance. Quant à la RN 3 (127 km), il a expliqué que les travaux y seraient lancés dès une amélioration de la situation financière du pays.

APS

Vendredi 10 - Samedi 11 juin 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

M. Sellal installe Mme Cherfi déléguée nationale à la Protection de l'enfance

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a procédé jeudi à Alger à l'installation de Mme Meriem Cherfi déléguée nationale, président de l'Organe national de la protection et de la promotion de l'enfance.

Cet Organe, placé au- près du Premier minis- tre, a pour mission de veil- ler à la protection et la promotion des droits de l'enfant en matière sociale et judiciaire. Lors de cette audience, le Premier ministre a pré- cisé que la protection de l'enfance «est une mis- sion des plus nobles, au regard de nos traditions et

mis- sion des plus nobles, au regard de nos traditions et de notre culture. Elle l'est

de notre culture. Elle l'est d'autant que les nouvelles technologies de l'infor- mation et la fragilité de l'environnement dans un monde en perpétuel chan- gement n'épargnent per- sonne et encore moins les plus faibles et les enfants». Dans le même contexte, le

Premier ministre a de- mandé aux membres de l'Organe de «se consacrer pleinement, en relation avec les institutions concernées, à protéger les droits des enfants sans discrimination de sexe, de couleur, de langue, d'opinion et d'handicap».

La cérémonie d'installa- tion s'est déroulée en pré- sence de membres du gouvernement et du pré- sident de la Commission nationale consultative de promotion et de protec- tion des droits de l'Homme (CNCPPDH), Fa- rouk Ksentini.

DÉLÉGUÉ NATIONAL À LA PROTECTION DE L'ENFANCE

Pour une meilleure promotion des droits de cette couche de la société

Le Délégué national à la protec- tion de l'enfance, dont l'installa- tion a eu lieu jeudi à Alger, a pour mission principale de promouvoir les droits de cette couche vulnéra- ble de la société, selon la loi n°15-12 du 15 juillet 2015 relative à la protec- tion de l'enfant. Nommé par décret présidentiel parmi les personnalités nationales jouissant d'une expérience et connues pour l'intérêt qu'elles por- tent à l'enfance, le Délégué national préside l'Organe national de la pro- tection et de la promotion de l'en- fance. Selon l'artcile 14 de la même loi, le Délégué national visite les services chargés de la protection de l'en- fance et émet toute proposition sus- ceptible d'améliorer leur fonction- nement ou leur organisation. Il est saisi, par tout enfant, son re- présentant légal ou toute personne physique ou morale, des dénon- ciations relatives aux atteintes aux droits de l’enfant, précise l'article 15 du texte. Ce Délégué transmet les dénon- ciations prévues à l'article 15 ci- dessus, au service du milieu ou- vert compétent pour enquête et prise de mesures adéquates confor- mément aux modalités prévues par la présente loi. Il transmet les dénonciations qui peuvent revêtir une qualification pénale au ministre de la justice,

une qualification pénale au ministre de la justice, garde des sceaux, qui saisit le pro- cureur

garde des sceaux, qui saisit le pro- cureur général compétent pour la mise en mouvement de l'action pu- blique le cas échéant. Les administrations et institu- tions publiques ainsi que toute per- sonne chargée de la sauvegarde de l'enfance sont tenues de faciliter le travail du Délégué national et de mettre à sa disposition tous les ren- seignements qu'il demande avec obligation de ne pas les divulguer aux tiers, énonce l'article 17 du texte de loi, qui explique, dans son arti- cle 18, que le secret professionnel «ne peut être opposé au Délégué na- tional». Les personnes physiques et mo- rales qui ont fourni des renseigne- ments dénonçant des atteintes aux droits de l'enfant au Délégué natio-

nal et qui ont agi de bonne foi «sont dégagées de toute responsabilité administrative, civile ou pénale même si les enquêtes n'ont abouti à aucun résultat», assure le même article. Le Délégué national contribue à l'élaboration des rapports relatifs aux droits de l'enfant que l'Etat pré- sente aux institutions internatio- nales et régionales spécialisées. Il établit un rapport annuel sur la situation des droits de l'enfant et l'état d'exécution de la convention sur les droits de l'enfant, qu'il sou- met au Président de la République. Ce rapport fera l'objet de publication et de vulgarisation dans les trois (3) mois qui suivent cette notification, explique l'article 20 de la même loi.

SOLIDARITÉ NATIONALE

Revoir le système pour plus de développement social et moins d'assistanat

La ministre de la So- lidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mme Amer Mounia

Meslem, a plaidé, jeudi

à Alger, pour la «re-

fonte» du système de solidarité nationale, ap- pelant à s'éloigner de l'«assistanat» en faveur d'un véritable dévelop- pement social. «On va dans le sens de revoir le système de solidarité nationale en s'éloignant de l'assis- tanat, en travaillant da- vantage pour un déve- loppement social», a déclaré Mme Meslem sur les ondes de la ra- dio nationale, rappelant les différents dispositifs d'insertion so- ciale et de création d'emplois. Rappelant que l'Etat algérien «est à caractère social par ex- cellence», elle a expliqué que son département a tracé un pro- gramme d'aide et d'accompagnement dans le sens du dévelop- pement social, notamment par le biais de l'ADS et de l'ANGEM et d'autres dispositifs qui aident les chômeurs, les femmes et les couches vulnérables à s'en sortir par le financement de mi- crocrédits conformément à l'orientation du gouvernement. «Nous avons un mot d'ordre: élargir la couche sociale moyenne et rétrécir celle des démunis, c'est pour cette raison que nous avons mis en place cette multitude de mécanismes», a-t-elle expliqué, avouant en outre que les procédures de cer- tains nécessitent une révision à l'exemple du dispositif Blanche Algérie. En réponse à une question sur le nombre de nécessiteux, la ministre a indiqué que le fichier de son département fait res- sortir 854.814 personnes, bénéficiant de l'AFS (allocation for- faitaire de solidarité) pour un budget équivalent à 42,5 milliards de dinars, soulignant à ce propos, la «nécessité» de travailler sur le ciblage et la définition de la notion «nécessiteux». «On ne peut pas dire que les aides vont à ceux qui en ont vraiment besoin. Pour qu'on puisse être efficaces, il faut arriver à une défini- tion nationale de démuni permettant à toutes les aides et pas seulement de la Solidarité à aller à qui de droit», a-t-elle sou- tenu. Par ailleurs, évoquant un éventuel amendement du Code de

la famille, la ministre a relevé que «sur ce plan l'Algérie est très

à l'aise. La femme a acquis des droits, maintenant il faut travail-

en changeant les mentalités notamment

ler à les préserver (

celle de l'enfant et ce, avec la contribution du secteur de l'Edu- cation». Elle a précisé dans ce cadre, qu'il ne s'agissait pas d'amen- dement du texte mais plutôt d'«une nouvelle lecture du Code de la famille» à la demande du Président de la République à l'oc- casion du 8 mars 2015, ajoutant que cela «relève des préroga- tives du ministère de la Justice». Sur le plan international, la ministre est revenue sur l'action de solidarité de l'Algérie notamment en direction des pays voi- sins et du continent africain rappelant, à ce titre, que l'«Algé- rie est le seul (avec l'Irak) pays qui a effacé la dette de 16 pays africains et apporte son aide à plusieurs autres». Elle a expliqué dans ce sens, que l'Algérie travaille pour ai- der ses voisins par des aides humanitaires mais également par l'acquisition de programmes de développement de manière à fixer les populations vivant dans la précarité, et lutter contre leur exode, comme moyen de lutter contre le terrorisme. Mme Meslem a fait savoir à l'occasion, que beaucoup de pays ont adhéré à cette vision de l'Algérie.

Mme Meslem a fait savoir à l'occasion, que beaucoup de pays ont adhéré à cette vision

)

Aïcha Tagabou souligne l'importance de l'accès à la qualité à travers les systèmes de management Iso9001

la qualité à travers les systèmes de management Iso9001 La ministre déléguée chargée de l'artisanat, Aïcha

La ministre déléguée chargée de l'artisanat, Aïcha Taga- bou, a mis en exergue jeudi l'importance de l'expérience du secteur de l'Artisanat dans l'accès à la qualité à travers les systèmes de management de la qualité Iso 9001. Présidant une séance de travail à laquelle ont pris part 5 directeurs de chambres artisanales et de métiers de cinq wilayas, (Batna, Biskra, Alger, Tipasa et de Constantine), Mme Tagabou a souligné «la dynamique de ce saut qualitatif qui permettra la réalisation de la qualité requise en réduisant les défauts et les invendus, ce qui contribuera, a-t-elle ajouté, à la baisse des prix des marchandises et des produits artisanaux et à l'amélioration de la compétitivité». Cette séance a porté sur l'examen du dossier d'accompa- gnement de cinq (05) entreprises artisanales pour l'obten- tion de la certification selon les normes du système de ma-

nagement de la qualité ISO 9001 V2008 et la finalisation de la première phase du processus de préparation à la certifi- cation en collaboration avec le Centre national des techno- logies et du consulting (CNTC). La ministre déléguée a exhorté les directeurs des chambres et les gérants de cinq entreprises à accélérer la deuxième phase qui est relative à l'homologation par l'Institut Algérien de normalisation (IA- NOR). Elle a valorisé en outre «les premiers résultats de l'ap- proche Qualité» appelant à faire de la satisfaction du client et de la qualité les priorités des entreprises, en plus de l'in- vestissement dans les équipements et le matériel et dans l'en- registrement des modèles déposés auprès de l'Institut na- tional de la propriété industrielle (INAPI).

APS

6 DK NEWS

ÉCONOMIE

Vendredi 10 - Samedi 11 juin 2016

ALGÉRIE-OIT

L'Algérie

présente

à Genève

sa stratégie de développement

socio-

économique

L'Algérie, par la voix du secrétaire général du ministère du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed Khiat, a présenté jeudi à Genève sa stratégie de développement socio-économique ayant permis «l'amélioration continue» des

indicateurs de bien-être des citoyens et des travailleurs. Dans une allocution à l'occasion de la 105ème session de la Conférence internationale du Travail-OIT, M. Khiat

a indiqué que cette stratégie, mise en

oeuvre par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a permis «l'amélioration continue des indicateurs de bien-être des citoyens et

des travailleurs, en particulier à travers

la création de l'activité qui a généré la

création de poste d'emploi et la

réduction du chômage».

Il a rappelé à cet égard que l'Algérie

«s'est engagée depuis plusieurs années

dans la réalisation des objectifs de

l'agenda du travail décent». «Cependant,

et à l'instar d'autres pays du monde,

nous enregistrons l'existence d'une économie informelle qui contribue à générer des postes d'emplois pour une

partie de la population, notamment les femmes et les gens sans qualifications», a-t-il ajouté. L'économie informelle «tend à chercher

le profit et à se soustraire de toutes les

règles au détriment des droits des travailleurs», a-t-il dit, affirmant que «la crainte de voir ce secteur grandir et prendre une ampleur assez importante

à conduit l'Etat à prendre des mesures

qui permettent de limiter ses effets».

M. Khiat a relevé que «des mesures

incitatives entrant dans le cadre d'une stratégie globale d'amélioration du climat des affaires ont été mises en oeuvre à l'effet de réussir une transition progressive des entités économiques informelles vers l'économie formelle». «C'est ainsi qu'il a été procédé à des

exonérations fiscales et parafiscales accordées aux entreprises et à la facilitation des procédure de création d'activité», a-t-il fait valoir, soulignant que «cette voie qui commence à donner des résultats probants a été renforcée par d'autres mesures intervenues en 2015, à travers une loi de finances

complémentaire».

«Une autre mesure importante a été mise en oeuvre permettant la

déclaration volontaire des personnes qui activent dans le secteur informel, leur ouvrant le droit de bénéficier ainsi que leurs ayant droits d'une couverture sociale», a-t-il ajouté.

M. Khiat a affirmé que ces mesures ont

été «appréciées» par toutes les parties prenantes qui ont demandé la

prolongation des délais.Sur un autre

plan, le SG du ministère a indiqué que

la question du travail décent «ne cesse

de retenir l'intérêt des mandants de

l'OIT».

Il

a estimé que «les efforts engagés pour

le

développement durable et la création

d'emploi doivent s'accompagner nécessairement par une amélioration

constante des indicateurs du travail

décent».

Il s'agit aussi de renforcer les principes

fondamentaux du travail, par la garantie

d'une protection sociale aussi large

qu'efficace, d'abolir toute forme de travail forcé ou de recours à l'emploi et à l'exploitation des enfants, et enfin, à lutter contre la pauvreté, a-t-il

poursuivi.

AMAR GHOUL L’A ANNONCÉ :

Les mesures d'obtention de visa «bientôt» facilitées pour les étrangers afin de promouvoir la destination Algérie

Le ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, Amar Ghoul, a annoncé jeudi à Alger, la prise par le gouver- nement, d'une série de nouvelles mesures incitatives visant à attirer les touristes étrangers et promouvoir la destination Algérie dont la facilita- tion de l'obtention du visa.

«Ces facilités et mesures incitatives se ré- sument notamment en l'organisation du

transport et des espaces d'accueil et tout ce

qui a trait à l'obtention du visa afin de pro- mouvoir la destination touristique Algérie et relancer le secteur en tant que ressource hors hydrocarbures», a indiqué M. Ghoul lors d'une tournée d'inspection de plu-

sieurs projets de son secteur au niveau de

la capitale accompagné du wali d'Alger, Ab- delkader Zoukh. Il a précisé que ses services

avaient enregistré des «indicateurs positifs»

dont l'augmentation du nombre de touristes étrangers notamment dans les régions du Sud comme Ghardaïa, Biskra, El Oued, Adrar et Bechar outre les villes de l'intérieur

et du littoral, soulignant que tous ces fac- teurs ont encouragé le gouvernement à prendre des mesures incitatives pour pro- mouvoir la destination Algérie à l'échelle in- ternationale. D'autre part, M. Ghoul a af- firmé que les services de son secteur «avait relevé une augmentation importante» des

étrangers qui ont visité l'Algérie en début

d'année et qui sont, selon lui, des «indica- teurs positifs» qui encouragent à prendre des mesures pour faire de l'Algérie un «pôle touristique». Il a rappelé la coopéra-

tion du ministère de l'Aménagement du ter-

ritoire du Tourisme et de l'Artisanat et du

ministère des Affaires étrangères pour

concrétiser le plan arrêté pour faire connai- tre les potentialités touristiques de l'Algé- rie à l'étranger à travers ses différentes ambassades. Il a souligné en outre, que des mesures ont été prises pour la redynami- sation du secteur touristique en Algérie à travers une coordination entre plusieurs pays et qui consiste à accueillir des groupes de touristes étrangers de différents pays

des groupes de touristes étrangers de différents pays dont la Chine, le Japon, d'Europe de l'est,

dont la Chine, le Japon, d'Europe de l'est, du Golfe et d'Amérique latine pour faire connaitre la destination Algérie. Il a an- noncé également et pour ce qui est de l'ex- ploitation de la baie d'Alger, l'opération s'étendra après avoir été confinée dans une première expérience sur la ligne du port El Djamila à Ain Benian et Alger afin d'englober plusieurs autres wilayas à travers l'aménagement de plusieurs ports et la fa- cilitation du transport maritime au niveau de la capitale. Projet de partenariat avec le Portugal sur le transport maritime touristique- Le mi- nistre a fait état d'un projet de partenariat sur le transport maritime touristique avec le Portugal portant sur l'organisation de cir- cuits touristiques ainsi qu'un projet avec les Iles Baléares d'Espagne à travers l'ouverture de nouvelles lignes maritimes qui touche- ront plus tard la Croatie, précisant que ces projets s'inscrivaient dans le cadre de la stratégie de diversification du tourisme maritime en Algérie. M. Ghoul a souligné en outre l'intérêt de plusieurs sociétés in- ternationales activant dans le domaine de la navigation et du tourisme international pour l'investissement en Algérie. En visitant la promenade «La Sablette» où un exposé explicatif sur l'aménagement de la façade maritime lui a été présenté, le ministre a

inauguré un salon d'artisanat traditionnel et d'art auquel participent 27 exposants is- sus des différentes régions du pays. Concer- nant les projets des différentes structures touristiques comme les hôtels, les com-

plexes et les villages touristiques, M. Ghoul

a indiqué que la capitale connaitra un saut

qualitatif en termes de capacité d'accueil

qui, elle, passera de 19 000 lits à 50 000 d'ici

à 2017 grâce à la concrétisation d'un nom-

bre important de projets afin de répondre aux exigences du secteur. Il a tenu à rele- ver que le ministère avait pris une batterie de mesures pour promouvoir le tourisme dans l'intérieur du pays dont la facilitation des prestations et modernisation. Après l'inauguration de 10 espaces forestiers à Al- ger, il a précisé que ces derniers seront d'un précieux apport pour les familles de la ca- pitale. Par ailleurs, le ministre de l'aména- gement du territoire, du tourisme et de l'ar- tisanat a émis des observations sur les dif- férents projets inaugurés dont celui de la forêt urbaine et de loisirs à Ben Aknoun qui s'étend sur 12 hectares, la réouverture de la piscine de proximité des Eucalyptus, l'Agence de voyage et de tourisme «Safir Tours» à l’office Riyad el Feth et enfin l'hô- tel «Ikram edhayf» dans la commune de Sidi M'hamed. Un projet d'investissement privé qui compte 44 chambres.

ALGÉRIE-TURQUIE

M. Bouchouareb pose la première pierre

du méga-complexe de textile de Sidi El Khettab

L e ministre de l’Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, a procédé jeudi au parc industriel de Sidi el Khettab (Relizane) à la pose de la première pierre du méga- complexe de textile, initié dans le cadre d'un partenariat algéro- turc. A cette occasion, le ministre a estimé que ce méga-com- plexe est un acquis dans le domaine de l’industrie textile pour la wilaya de Relizane et pour le pays tout entier. «Relizane est

devenu un pôle industriel d’excellence», s'est-il félicité. M.Bouchouareb a également rappelé que ce complexe, une fois opérationnel, assurera une variété de produits textiles et de tissages dont 60 % de la production seront destinés aux marchés étrangers. Il a indiqué que ce projet s’inscrit dans le cadre du

programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans son volet économique et visant à réduire les importations, à diversifier l’économie nationale et à contribuer

à la formation d’une main d’£uvre local au niveau du future cen-

tre de formation, prévu dans ce complexe. Ce projet, présenté comme le premier du genre et le plus grand au niveau africain, a été lancé au dernier trimestre de l’année dernière, pour concrétiser un accord selon la règle 49/51 entre un groupe industriel de confection côtéalgérien et du

groupe turc «Taipa» spécialisé en tissage, selon le Directeur local de l’industrie. Le méga-complexe sera réalisé en deux phases par l’entreprise turque «Astay». La première, s'étalant de 2015 à 2018, porte sur la réalisation de huit unités de tissage et de confection, d’un centre d’affaires, d’une école de formation aux métiers de tissage et de couture d'une capacité d'accueil de 400 stagiaires, et d’une cité résidentielle de 567 logements destinés au personnel. La deuxième phase, dont le lancement est prévu avant la fin de lapremière (2016-2020), concerne la réalisation de 10 autres

usines de production, entre autres, d'accessoires de vêtements prêt-à-porter et de fibres synthétiques. Ce complexe dont le délai de réalisation est fixé à 36 mois pour un investissement de l’ordre de 58 milliards DA, devra générer 25.000 postes d’emploi. Une superficie de 250 hectares est consacrée à ce projet. Une fois réalisé, le futur complexe devra satisfaire les besoins du marché national en matière de vêtement pour femmes, hommes et enfants avec une production révisionnelle de 60 mil- lions de mètres de tissu et 30 millions de pantalons «Jeans» par an dont 40 % destiné au marché national et le reste à l’exporta- tion. Par ailleurs, le ministre de l’industrie et des mines a pro- cédé, au niveau du même parc industriel, à la mise en service d’une usine de production de câbles électriques. Avec un effec- tif de quelque 500 travailleurs, l’usine produira 12.000 tonnes de câbles par an. Au même parc industriel, il a mis en service deux lignes de moyenne tension destinées à alimenter le site en énergie électrique ainsi qu’une station mobile d’une capacité de production de 40 mégawatts ampères. Le projet, réalisé en qua- tre mois, a coûté 13 milliards DA. Le parc, s’étendant sur une surface de 500 hectares, est dés- ormais alimenté en gaz naturel par le biais d’un réseau de 8 kms de conduites pour le transport et 32 autres kms de conduites pour la distribution de cette énergie. Le ministre avait entamé sa visite dans la wilaya de Relizane en inaugurant une usine de pro- duits d’étanchéité et de bitumage dans la zone d’activités deYellel. Le projet, initié par un investisseur privé, s’inscrit dans le cadre d’un partenariat algéro-allemand. L’usine emploie 100 travailleurs et produira 100 tonnes de produits de bitumage par an.

APS

Vendredi 10 - Samedi 11 juin 2016

RÉGIONS

DK NEWS 7

CONTRIBUTION AU SOUTIEN DE L’INVESTISSEMENT

L’appel de Bouchouareb à partir de Mascara

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, a appelé jeudi à Mascara les autorités locales et élus à soutenir l’investissement en levant les contraintes et à faciliter les procédures administratives et techniques aux investisseurs pour pouvoir réaliser leurs projets dans les meilleurs délais.

En suivant un exposé sur le parc industriel de la commune d’Oggaz présenté par l’Agence régionale intermédiaire et de régulation fon- cière, le ministre a rappelé que le gouvernement et son département ont pris plusieurs mesures pour faci- liter l’investissement dont la révision des lois régissant l’investissement, et offrir des mesures incitatives pour attirer les investissements. «Les autorités locales et les élus doivent contribuer à cette opération en fournissant de l’aide nécessaire localement aux investisseurs et en les accompagnant pour leur permettre de réaliser leurs projets», a souligné le ministre. Il a, à l'occasion de sa visite de tra- vail, suivi les explications fournies au sujet de trois projets industriels devant être réalisés au parc industrie d’Oggaz. Il s’agit d’une usine de pro- duction de bouteilles en verre pour médicaments et parfums, d'une unité de fabrication et de montage d’acces- soires de véhicules industriels et d'une laiterie. M.Bouchouareb a souligné que «l’Etat ne ménage aucun effort pour soutenir les projets industriels pour réduire les importations et favoriser la production nationale». L’Etat

et favoriser la production nationale». L’Etat intervient en fournissant le foncier et en octroyant des

intervient en fournissant le foncier et en octroyant des crédits et autres formes de soutien, a-t-il signalé. Par ailleurs, le ministre de l’Industrie et des Mines a procédé, lors de sa visite dans la wilaya de Mascara, à la pose de la première pierre d’un projet d’extension de la cimenterie de Zahana, relevant du Groupe industriel de ciment d’Algérie (GICA) par la réalisation d’une nouvelle ligne de production d’une capacité de 1,5 million de tonnes/an pour un coût de 38 mil- liards DA. Cette ligne sera mise en service en 2018 et générera 350 emplois directs et 1.500 autres indirects, selon les explications des responsables du pro- jet. Abdessalem Bouchouareb a éga- lement inspecté la Société Algérienne d’emballage en papier, basée dans la zone industrielle de Zahana. Sa pro- duction est passée de 5 millions de cartons de papier de différentes tailles et usages en 1995, à 20 millions

de cartons en 1996 puis à 170 millions l’année en cours. Cette société compte quatre unités de production. Ses responsables envisagent d’ouvrir une nouvelle unité, l’année pro- chaine, pour accroitre sa production et atteindre le cap des 270 millions de cartons/an. Dans la commune d’El Ghomri, le ministre s’est enquis du projet du complexe des industries alimentaires relevant de l’entreprise privée COFID pour un investissement de 11,7 mil- liards DA. Le complexe sera partielle- ment mis en service au début du pre- mier semestre 2017, a-t-on indiqué. Ce complexe industriel doit assu- rer 718 postes d’emploi directs. Il comptera des docks à céréales d’une capacité de stockage de 144.000 tonnes/an, d’une unité de fabrication d’aliments du bétail (40 t/heure) pour atteindre une capacité de 60 tonnes/heure ainsi qu’une usine de traitement et raffinage de semences et extrait d’huiles et une unité de

SÉTIF

: RAMADHAN

La

police s’implique davantage

Azzedine Tiouri

Poursuivant ses actions tous azimuts, la police n’est pas en reste des nombreuses activités économiques, sociales, commerciales et culturelles enregistrées durant ce mois sacré de Ramadhan, sans compter le côté le plus impor- tant, sécuritaire et routier, dont elle a la plus importante mission et charge. Elle s’implique davantage. C’est ainsi que pour ce mois sacré de piété, de spiritua- lité, de solidarité et de générosité, les services de la Sureté de wilaya de Sétif ont élaboré à cette occasion un impor- tant programme opérationnel préventif afin de garantir une sécurité optimale des biens et des personnes à travers un dispositif sécuritaire murement réfléchi et ce, pour l’ensemble des daïras où ils sont implantés et les grandes agglomérations. Pour concrétiser le tout sur le terrain, le chef de Sûreté de wilaya n’a pas manqué de donner toutes les instruc- tions y afférentes pour une utilisation optimale et ration- nelle de tous les moyens humains et matériels pour une

meilleure couverture et une présence constante des forces de police à travers les marchés, qui pour l’occasion reçoi- vent la grande foule, les places publiques, les mosquées, ainsi que les grands espaces fréquentés par des familles, notamment le soir, tel que le parc d’attractions et de loisirs ou la gare routière par les voyageurs ainsi que les lieux susceptible d’enregistrer un important mouvement de citoyens. Ce dispositif, nous dit-on, est composé d’éléments en uniforme et en civil en plus de ceux affectés à la circula- tion, tels que les motards avec une présence renforcée aux points névralgiques des grandes agglomérations ainsi qu’au niveau des principaux carrefours et routes secon- daires. C’est ainsi que pour une meilleure fluidité de la circu- lation piétonnière et automobile, tous les commerces illi- cites et informels seront interdits sur les trottoirs et places publiques. Des dispositifs spéciaux seront mis en place pour la couverture et la sécurisation des festivités et galas artistiques programmés en grand nombre durant ce mois de Ramadan.

M’SILA

37 autorisations accordées aux mosquées des communes pour officier la prière de tarawih

Trente-sept (37) autorisations per- mettant l’organisation de la prière de tarawih (surérogatoires) ont été accordées aux mosquées répartis dans plusieurs communes de la wilaya de M’sila, a-t-on appris jeudi auprès de la wilaya. Selon la même source, les autori- sations accordées par les services de wilaya £uvrent à rapprocher, notam- ment durant le mois sacré, les lieux de culte des fidèles et leur permettre

d’accomplir les prières dans des sites conformes à la réglementation en vigueur. Les autorisations concernent les mosquées situées dans des villages à forte densité démographique et éloi- gnés des centres d’agglomération urbains, a-t-on précisé de même source. Plusieurs inspecteurs de la direc- tion des affaires religieuses et des wakfs devront également accompa-

gner cette opération en s’assurant notamment, in situ, du respect de la réglementation en vigueur, et la conformité en matière d’encadre- ment de ces lieux de culte, a-t-on noté. La wilaya de M’sila compte plus de 300 mosquées où sont accomplies les cinq prières. Les prières du vendredi et de Tarawih se déroulent uniquement dans certains de ces lieux de culte, a- t-on noté.

ORAN

La 11 e édition de Dourouss Mohammadia à partir de lundi prochain

édition de Dourouss Mohammadia à partir de lundi prochain La zaouia Belkaidia Hebria de Sidi Maarouf

La zaouia Belkaidia Hebria de Sidi Maarouf (Oran) abritera à partir de lundi prochain la 11e édition des «Dourouss Mohammadia» qui auront pour thème générique cette année «le salut de la Oumma est dans le suivi du prophète de la miséri- corde», a-t-on appris jeudi des responsables de cet édifice de culte et du savoir. Cette rencontre annuelle, qui se tient à l’occasion du mois sacré du Ramadhan dans la zaouia précitée, verra cette année la participation d'une pléiade d'ulémas, de théologiens de plusieurs pays du monde musul- man dont la Tunisie, le Liban, la Syrie, le Yemen, le Soudan, la Jordanie, l'Egypte et le Maroc. Cette nouvelle édition de Dourouss Mohammadia qui dure deux semaines, verra la programmation de conférences chaque jour après la prière de tarawih, à l'exception de la conférence inaugurale prévue après la prière d’El Asr. Deux conférences seront présentées les ven- dredis de cette manifestation en langue française et ce, après la prière du vendredi. Les conférences proposées abordent, entre autres, la justice et la Charité en Islam ainsi que le rejet de tout fanatisme et extrémisme religieux.

CONSTANTINE

Une nouvelle opération de relogement d’ici à septembre 2016

Une nouvelle opération de relogement sera lancée à Constantine «d’ici au mois de septembre 2016», a annoncé jeudi le wali Hocine Ouadah. S’exprimant en marge d’une visite d’inspec- tion dans des chantiers de réalisation d’établisse- ments scolaires, le wali a indiqué qu’une «nou- velle opération de relogement ciblant des cen- taines de familles vivant dans des conditions pré- caires sera entamée dès le mois de septembre pro- chain». Cette opération de relogement fera suite à celle déjà en cours depuis près d’une semaine ciblant plus de 1.200 familles, a rappelé le wali, précisant que les listes des bénéficiaires et le planning de relogement seront arrêtés par les services de la daïra. Une opération de relogement d’un millier de familles occupant des habitations précaires à Ain Abid et à Constantine avait été effectuée au début 2016 à Constantine. Le chef de l’exécutif local qui a mis l’accent sur la qualité des logements réalisés à Constantine dans le cadre de la formule logement public loca- tif (LPL), a assuré de l’existence à l’intérieur des nouvelles cités, réalisées notamment à Ali Mendjeli, à El Khroub ou à Massinissa entre autres, de toutes les structures d’accompagne- ment nécessaires pour une vie «confortable». Rappelant les efforts déployés par l’Etat dans le domaine de l’habitat notamment, le chef de l’exé- cutif local a indiqué que la wilaya de Constantine compte à son actif des milliers de LPL, actuelle- ment en cours de réalisation et dont la majorité sera réceptionnée «d’ici les quelques mois à venir». S’agissant des établissements scolaires devant être réceptionnés d’ici la prochaine ren- trée scolaire (2016-2017), implantée dans plu- sieurs communes de la wilaya, le wali a donné des instructions fermes aux responsables concernés à l'effet d'accélérer les chantiers en prévision de la prochaine rentrée scolaire.

APS

8 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Vendredi 10 - Samedi 11 Juin 2016

UN BUS DÉVIE DE SA ROUTE À MÉDÉA :

1 mort et 21 blessés

Une personne est décédée et 21 autres ont été atteintes de blessures plus ou moins graves lorsque le bus qui les transportait a dévié de sa route jeudi à Hamdania, sur l’axe de la RN1 re- liant Médéa à Blida, a-t-on appris auprès de la Protection civile de la wilaya. Le bus de transport de voyageurs (exploitant la ligne Metlili-Alger) a dévié de sa route aux en- virons de 6h30 mn, au lieudit Oued Atli de la com- mune de Hamdania, sur l’axe de la RN 1 reliant Médéa à Blida, a précisé la même source. L’accident a causé la mort sur place d’une jeune de 28 ans et des blessures à 21 autres per- sonnes, dont sept (7) ressortissants africains âgés de 18 mois à 54 ans, a-t-elle ajouté. Tous les blessés ont été assistés sur place, avant leur transport à l’hôpital de Médéa, tan- dis que la dépouille mortelle a été transférée vers la morgue du même établissement sanitaire. Une enquête a été ouverte afin de déterminer les circonstances exactes de ce sinistre de la route, a-t-on indiqué de même source.

TIPASA

3 morts et trois

blessés sur les routes en 24h

Trois (3) personnes sont décédées et trois (3) autres ont été blessées dans des accidents de la circulation enregistrés ces dernières 24 heures sur les routes de Tipasa, a-t-on appris jeudi au- près des services de la Gendarmerie nationale de la wilaya. Selon la source, deux (2) jeunes gens de moins de 30 ans ont rendu l’âme, dans la soirée de mercredi à l’hôpital de Cherchell, suite à un accident de la route survenu quelques instants avant la rupture du jeune, à l’entrée-Est de la ville. Un troisième trentenaire est décédé, quant à lui, des suites de blessures graves reçues à la tète après avoir violement percuté un arbre avec sa moto, dans la soirée de mercredi, sur l’axe de la RN 37, reliant Sidi Rached et Hadjout. Les trois victimes ont rendu l’âme au niveau des hôpitaux de Cherchell et Hadjout, a t-on pré- cisé de même source. Un troisième accident de la circulation a été enregistré à Tipasa, dans la soirée de mardi, au niveau du virage Oued Belaâ , sis à l’entrée-Est de la ville de Cherchell, causant des blessures à un couple et à leur fille. L’excès de vitesse, les dépassements dange- reux et le non respect du code de la route sont les causes principales de ces accidents, a estimé la même source.

SÉTIF

7 blessés, dont un

grave, dans un accident de la

circulation

Au moins sept personnes ont été blessées dont unedans un état grave lors d’un accident de la cir- culation survenu dans la commune de Bazer Sekhna (sud-est de Sétif ), a-t-on appris jeudi au- près de la Protection civile de la wilaya de Sétif. L’accident s’est produit mercredi suite à une collision entre un bus transportant des voyageurs et un véhicule utilitaire sur le chemin de wilaya (CW) n°117. Le conducteur du véhicule utilitaire, âgé de 53 ans a été grièvement blessé, alors que le conducteur du bus et cinq autres (5) voyageurs, âgés entre 25 et 62 ans, ont été blessés à divers de- grés de gravité, a précisé le chargé de commu- nication auprès de la protection civile, le capi- taine Ahmed Lamamra. Les blessés ont été évacués à l’hôpital Sarroub El-Khatir d’El Eulma, a indiqué la même source. Une enquête a été ouverte par les services de la gendarmerie nationale pour déterminer les causes exactes de cet accident.

APS

La DGSN met en place le plan de sécurité spécial Ramadhan

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a mis en place son plan de sécurité spécial Ramadhan en mobilisant toutes les forces de sécurité à travers le territoire national en vue d'assurer aux citoyens la sécurité et la quiétude.

La DGSN a précisé mercredi dans un communiqué avoir activé «son plan de sécurité spécial Ramadhan qui coïncide avec la saison estivale 2016 en mobilisant toutes les forces de sécurité à travers le territoire national en vue d'assurer la sécurité et la quiétude outre la fluidité du trafic routier H/24». Le responsable de la cellule de communication, le commissaire divi- sionnaire Amar Laaroum a indiqué que les patrouilles mobilisées sont dotées de caméras de contrôle reliées aux centres des opérations et soutenues par l'unité aérienne de la sûreté natio- nale notamment dans les grandes villes, ce qui permettra d'intervenir ra- pidement en cas de nécessité». Il a ajouté que le programme tracé à cette occasion vise à «intensifier les activi- tés de prévention dans divers do- maines qu'il s'agisse de la sécurité routière, de la santé publique ou de l'or- dre public». Ce plan a été mis en place, selon la même source, «après une étude minu- tieuse des différents points des villes où la circulation des citoyens et des fa- milles est importante et ce à travers un déploiement renforcé sur le terrain des forces de l'ordre sur les routes princi- pales et secondaires et certains points noirs. Les mesures prises à ce titre axent sur «l'intensification des patrouilles pé- destres et mobiles dans les lieux qui en-

patrouilles pé- destres et mobiles dans les lieux qui en- registrent une grande affluence, no- tamment

registrent une grande affluence, no- tamment durant les soirées ramadha- nesques. Les agents de l'ordre seront également déployés dans les marchés, les établissements publics et les stations de transport urbain et ferroviaire afin d'assurer la sécurité et la quiétude des citoyens». Le même responsable a souligné, par ailleurs, que les opérations ci- blant les sites suspects seront renfor- cées par des équipes de recherche et d'investigation pour éviter toute at- teinte à l'ordre public. Par ailleurs,

«un plan de sécurité spécial est mis en place pour sécuriser les marchés, veil- ler au respect des règles de l'offre et de la demande et lutter contre les activi- tés commerciales illégales. La DGSN appelle les usagers de la route au «respect du code de la route, à éviter tout comportement dange- reux (excès de vitesse) notamment avant la rupture du jeûne (iftar) et à coopérer avec les brigades de préven- tion routière pour un Ramadhan sans accidents.

-TIZI-OUZOU

Plus de 30 femmes et 10 mineurs mis en cause dans des crimes et délits en mai dernier

Quelque 36 femmes et 12 mineurs ont été mis en cause dans différents délits et crimes enregistrés du- rant le mois de mai écoulé à Tizi-Ouzou, selon un bilan diffusé jeudi par la sûreté de wilaya. Sur les 36 femmes, près de la moitié, à savoir 16, sont mises en cause dans des af- faires relatives aux crimes et délits contre les personnes (coups et blessures volon- taires, menaces et injures). Dix (10) autres cas concernent les atteintes aux biens (vols simples, dégra- dation), trois sont impli- qués dans des affaires d'at- teinte aux bonnes m£urs,

CHLEF

Plus de 90 % des victimes de chantage via internet sont de sexe féminin

Plus de 90 % des victimes de chan- tage sur internet sont de sexe fémi- nin, selon le responsable du service de la police judiciaire de la wilaya de Chlef. Animant jeudi un point de presse consacré au bilan d’activités de son service pour les quatre (4) pre- miers mois de 2016, le commissaire de police Laàdjri Ahmed a relevé une hausse dans les crimes cyberné- tiques, dont les victimes sont de sexe féminin, à travers notamment le chantage par photos. «Un total de 78 affaires de ce type impliquant 128 personnes ont été enregistrées à la période indiquée» a-t-il détaillé. La même période a vu l’enregis- trement de 56 affaires de trafic de drogues, ayant abouti à la saisie de cinq ( 5) qx de kif traité et impliquant

un de crimes et délits contre la chose publique et un au- tre cas mis en cause dans des infractions économiques et financières. S’agissant des mineurs, le bilan de la Sûreté de wilaya fait état de six cas d’implica- tion dans des affaires de cri- minalité urbaine, quatre dans des crimes et délits contre les biens, un cas re- levant des crimes et délits contre les personnes et un cas d’atteinte aux biens. Cinq femmes sont contrô- lées dans le cadre des opéra- tions coups de point de lutte contre la criminalité ur- baine précise-t-on de même source.

Les services de la sûreté de wilaya de Tizi Ouzou ont traité durant le mois de mai dernier 114 affaires relatives aux crimes et délits contre les personnes, mettant en cause un total de 148 indivi- dus, 35 affaires relatives aux crimes et délits contre les biens, mettant en cause 49 individus, 31 affaires de crimes et délits contre la chose publique impliquant 37 personnes, sept (7) af- faires d’atteinte aux bonnes m£urs ont été traitées et mettant en cause 14 per- sonnes. En outre il a été traité durant la même période 10 affaires liées aux infra-

ctions à la législation des stupéfiants et substances psychotropes, impliquant 12 individus et six affaires relatives aux infractions économiques et financières impliquant 10 individus. Dans le cadre de la lutte contre la criminalité ur- baine, les services concer- nés de la sûreté de wilaya ont effectué 364 opérations coup de poing, ayant ciblé 314 points (quartiers sensi- bles, lieux publics, cafés maures, marchés, gare routière et chantiers de construction). Au moins 3 976 personnes ont été contrôlées, ajoute-t-on de même source.

243 individus, soit en hausse compa- rativement à toute l’année 2015, théâ- tre de la saisie de 122 kg de drogues. Ces saisies ont impliqué l’arresta- tion de 123 individus, dont un étran- ger, parmi lesquels 119 ont été placés en détention, au moment où neuf (9) ont bénéficié de la liberté provisoire et 30 sont toujours en fuite. Le même responsable a signalé l’enregistrement, à la période indi- quée, de 2.374 affaires de criminalité diverses, impliquant 2.362 indivi- dus. Il a, en outre, fait cas de la réalisa- tion, dans le cadre de la lutte contre la criminalité en milieu urbain, de 449 descentes de police dans 921 quartiers populaires et autres zone réputées pour être des repaires du

crime, ayant abouti à la poursuite en justice de 558 individus et la mise en détention de 232 parmi eux. Pour sa part, le chef du service de l’ordre public, le commissaire Kadri Ahmed, a fait part de la prise par ses services d’un nombre de mesures et dispositions en perspective du mois sacré et de la saison estivale, dans un objectif de garantir la sécurité des personnes et des biens, grâce à l’in- tensification des patrouilles de contrôle à travers les marchés, les routes et les plages, voire même les mosquées de la wilaya. Un total de 1.169 retraits de permis de conduire ont été effectués, durant les quatre premiers mois de 2016, contre 859 à la même période de l’année der- nière, est-il signalé.

Vendredi 10 - Samedi 11 Juin 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE:

Nouvelle méthode prometteuse de stockage du CO2 dans le sol

Des scientifiques sont parvenus pour la première fois à obtenir une solidification rapide du dioxyde de carbone (CO2) injecté dans des sols basaltiques, offrant une solution prometteuse pour un stockage sûr de ce gaz lié au réchauffement planétaire, selon une étude publiée jeudi dans la revue américaine Science.

Les résultats de cette expé- rience pourraient apporter une réponse aux inquiétudes susci- tées par l'idée de stocker le CO2 dans le sous-sol, certains crai- gnant que ce gaz carbonique s'échappe dans l'atmosphère, es- timent ces chercheurs. Dans le

cadre d'un projet pilote appelé Carbfix lancé en 2012 dans la cen- trale géothermique de Hellisheidi, en Islande, la plus grande au monde, une équipe de scienti- fiques et d'ingénieurs a commencé

à mélanger le CO2 et d'autres gaz

à de l'eau pompée dans le sol pour

réinjecter la solution dans le ba- salte volcanique. La centrale de Hellisheidi, qui alimente Reykjavik, pompe dans le sol l'eau bouillante chauffée par la géothermie pour faire fonctionner ses turbines. Mais ce processus n'est pas to- talement propre car il fait remon- ter également des gaz volcaniques, comme le CO2 et du sulfure d'hy- drogène. Dans la nature quand le basalte, est en contact avec de l'eau mélangée à du CO2, une réaction chimique se produit et le carbone se transforme en un minéral crayeux. Mais personne ne savait jusqu'à présent combien de temps cette réaction prenait: de précédentes études estimaient qu'une solidifi- cation du CO2 prendrait au moins plusieurs centaines d'années, voire des millénaires. Mais dans le ba-

d'années, voire des millénaires. Mais dans le ba- salte sous la centrale de Helli- sheidi, 95%

salte sous la centrale de Helli- sheidi, 95% du CO2 injecté s'est so- lidifié en moins de deux ans. «Cela indique qu'il est possible de pomper de grandes quantité de CO2 dans le sol et de le stocker de manière très sûre en peu de temps», relève Martin Stute, un hydrologue à l'observatoire de la Terre de l'Université Columbia à New York, principal co-auteur de cette étude. «Dans l'avenir on peut envisa- ger d'utiliser cette technique dans les centrales au charbon situées dans des zones où il y a beaucoup de basalte», a-t-il dit, ajoutant que cette roche est très répandue.

Les fonds de tous les océans sont formés de cette roche noire poreuse, et 10% des continents. Les scientifiques travaillent de- puis des années sur la capture du carbone et son stockage dans le sol alors que selon un rapport publié en 2014 par le Groupe d'experts in- tergouvernemental sur l'évolu- tion du climat (GIEC), sans une telle technologie il ne sera pas possible de limiter suffisamment le réchauffement climatique. Mais jusqu'alors peu de pro- grès ont été accomplis et des tech- niques de capture et de stockage du carbone n'ont été testées que sur un petit nombre de sites.

PLAINTE CONTRE UN BOXEUR DÉNONÇANT LA TORTURE :

Le Maroc débouté par la justice

Le Maroc a été dé- bouté jeudi par la jus-

tice française dans l’af- faire du boxeur maro- cain Zakaria Moumni qui avait porté plainte en France pour torture contre le patron du contre-espionnage ma- rocain. Une affaire, rappelle- t-on, qui avait causé une brouille diplomatique entre Paris et Rabat. Le tribunal correc- tionnel de Paris, qui a déclaré «irrecevable» la plainte en diffamation du Maroc contre le boxeur Zakaria Moumni,

a estimé que le royaume,

ne pouvant «être assi- milé à un particulier»,

royaume, ne pouvant «être assi- milé à un particulier», ne devait poursuivre en diffamation au titre

ne devait poursuivre en diffamation au titre de l'article 32 de la loi du 29 juillet 1881 qui «réprime la diffamation publique commise envers les par- ticuliers». Plusieurs plaintes ont été déposées

mettant en cause le pa- tron du contre-espion- nage marocain (DGST)

Abdellatif Hammouchi. Zakaria Moumni, mé- daille d'or du champion- nat mondial amateur de kickboxing en 1999, avait affirmé sur les chaînes de télévision française avoir été «enlevé, séquestré et

torturé» au Maroc, met- tant en cause Abdellatif Hammouchi.

Le défenseur du boxeur, Patrick Bau- doin, s'est félicité de «l'effet boomerang de la plainte du Maroc», soulignant qu’au Ma- roc, «il est de notoriété publique que la torture est pratiquée». Pour sa part, au sor- tir de l’audience, le boxeur marocain a réaf- firmé ses propos contre la torture au Maroc. «J'ai vu Hammouchi dans la salle de tortures. Je dis juste ce que j'ai subi dans le centre de tortures de Témara, à deux kilomètres de la résidence officielle du roi», a-t-il dit aux jour- nalistes.

ALLEMAGNE :

Une querelle à l'origine de l'incendie d'un foyer de réfugiés

Une querelle est vraisembla- blement à l'origine d'un incendie qui a entièrement détruit mardi un foyer d'accueil de réfugiés à Düs-

seldorf (ouest de l'Allemagne), se- lon un représentant du parquet, cité par la chaîne publique WDR. «En cette période de ramadan,

il y avait un groupe qui souhaitait

observer strictement le jeûne et un autre qui voulait que l'on en reste aux horaires et aux quantités ha- bituelles, il y a eu à ce propos à plu- sieurs reprises des disputes et des altercations avec les agents de la Croix-Rouge allemande», a expli-

qué Ralf Herrenbrück, porte-pa- role du parquet de Düsseldorf, à l'antenne. «C'est allé suffisamment loin pour que, dans un cas, des me- naces soient proférées et qu'il soit dit que quelque chose allait se passer si les choses ne changeaient

pas et cette menace a visiblement été mise à exécution», a-t-il ajouté. Les enquêteurs soupçonnent en particulier deux habitants du foyer, tous deux âgés de 26 ans et originaires d'Afrique du Nord. Souhaitant que les repas conti- nuent à être servis normalement,

l'un d'eux aurait aspergé son ma- telas d'un liquide inflammable. Selon le quotidien Bild, ces deux principaux suspects sont origi- naires du Maroc et se trouvent désormais en détention provi- soire. Ils auraient dans un pre- mier temps affirmé être Syriens. Le hall de 6.000 m2 qui ac- cueillait 282 jeunes hommes a été entièrement détruit par les flammes et 28 personnes ont été lé- gèrement intoxiquées par les fu- mées. Les réfugiés privés de loge- ment ont été répartis dans d'autres foyers de Düsseldorf.

Ban Ki-moon ira à Lesbos le 18 juin pour rencontrer des migrants

ira à Lesbos le 18 juin pour rencontrer des migrants Le secrétaire général de l'ONU Ban

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon se rendra le 18 juin sur l'île grecque de Les- bos pour rencontrer des mi- grants et évaluer la situation humanitaire des réfugiés. «Je visiterai l'île grecque de Lesbos pour évaluer la situation et ma- nifester ma solidarité», a an- noncé à la presse M. Ban. «Des centaines de Syriens et d'autres réfugiés et migrants continuent de mourir en Médi- terranée en tentant de fuir la guerre et les persécutions», a-t- il ajouté. Les Nations unies ont prévu de tenir un sommet sur la crise des migrants le 19 septembre prochain à New York à l'occasion

de leur Assemblée générale. La visite de M. Ban à Lesbos s'inscrit dans le cadre d'une tournée européenne qui le mè- nera à partir de lundi à Bruxelles, où il rencontrera le président du Conseil européen Donald Tusk et celui de la Commission euro- péenne Jean-Claude Juncker. Il sera le 16 juin à Saint-Pe- tersbourg (Russie) où il partici- pera au Forum économique in- ternational et sera reçu par le président russe Vladimir Pou- tine. L'étape suivante sera Athènes, où il rencontrera le 17 juin le Pre- mier ministre grec Alexis Tsi- pras, avant de gagner Lesbos le samedi 18.

AU COURS D'UN EXERCICE D'ACROBATIE

Un avion de chasse suisse s'écrase

Un avion de chasse suisse s'est écrasé et a pris feu jeudi après-midi dans le nord des Pays-Bas après être entré en collision avec un autre appa- reil suisse au cours d'un entraînement, ont annoncé les au- torités suisses. «Deux avions de type Tiger F-5E de la Patrouille Suisse sont entrés en colli- sion cet après-midi lors d'un vol d'en- traînement effectué en vue d'une dé- monstration aé- rienne à Leeuwar-

den», a indiqué dans un communiqué le ministère suisse de la Défense, cité par des médias. Le F5 Tiger de la patrouille acroba- tique officielle des Forces aériennes suisses s'est écrasé dans un grand étang dans le village de Bit- gum, à proximité de la base aérienne de Leeuwarden, qui doit accueillir ce week-end les «Jour- nées de l'armée de l'air». «Le pilote s'est mis en sécurité à l'aide de son siège éjectable», ont pré-

cisé les pompiers sur leur compte Twitter. L'homme est tombé à proximité de serres agricoles et, blessé, a été em- mené à l'hôpital, a ajouté la radio-télé- vision publique néerlandaise NOS. Un nuage de fumée s'est élevé de la car- casse de l'avion en feu, qui semble avoir évité de peu une maison, d'après les images télévisées. Les causes de l'acci- dent sont à l'heure actuelle inconnues, selon la Défense suisse.

La Côte d'Ivoire plaide pour des actions fortes en faveur de la protection des océans

Le ministre ivoirien en charge de l'Environnement, Rémi Allah Kouadio, a plaidé jeudi pour des actions fortes en faveur de la protection des océans. Selon le ministre qui interve- nait sur les antennes de la Radio nationale, «les océans souffrent de plusieurs maux dont l'acidifi- cation consécutive à une absorp- tion croissante des émissions de gaz carbonique, l'accumula- tion des déchets, les marées noires, de l'exploitation abusive des ressources pétrolières et ha- lieutiques.» «Il est impérieux d'accorder une attention particulière aux océans pour leur rôle majeur dansl'équilibreclimatique,dans la couverture des besoins ali- mentaires et énergétiques», a-t-

des besoins ali- mentaires et énergétiques», a-t- il souligné. Le ministre a invité les experts et

il souligné. Le ministre a invité les experts et acteurs de Côte d'Ivoire et d'autres pays à poursuivre

leurs efforts

pour mettre un

terme à la pollution marine en- gendrée par les activités hu- maines. La pollution maritime et la détérioration des côtes figurent au rang des défis environne- mentaux majeurs qu'Abidjan cherche à relever. APS

10 DK NEWS

SANTÉ

Vendredi 10 - Samedi 11 Juin 2016

ADRAR Opérations chirurgicales au profit d’enfants ayant des malformations orthopédiques

Des interventions chirurgicales sont organisées au profit d’enfants présentant des malformations or- thopédiques, issus de familles nécessiteuses, à l’ini- tiative de l’association "El-Ghith" de solidarité de la commune de Reggane (150 km Sud d’Adrar), a-t-on appris jeudi auprès de l’association. Inscrite au titre des actions de solidarité avec les malades nécessiteux, cette action, ciblant 30 enfants de la wilaya d’Adrar et d’autres régions environnantes, est menée en coordination avec le staff médical de l’établissement public hospitalier "EPH-Mohamed Seddiki" de Reggane, sous la conduite de deux chi- rurgiens-orthopédistes bénévoles venus d’autres wi- layas, a indiqué le président de l’association, Abder- rahmane Toumi. L’opération permettra la correction de malforma- tions orthopédiques congénitales, dont le pied bot et les malformations osseuses des orteils et des pieds, a-t-il précisé. Selon le président de l’association "El-Ghith", ces interventions, qui se déroulent dans de "bonnes" conditions au niveau de l’EPH grâce aux moyens hu- mains et matériels mobilisés, ont été favorable- ment accueillies par les familles concernées, sachant qu’en plus du geste médical en lui-même, l’initiative leur épargne les déplacements et les coûts de l’opé- ration estimés à 500.000 DA.

MÉDÉA Des services médicaux spécialisés ouverts à Ain-Boucif et Chellalet-El- Adhaoura

Des services médicaux spécialisés ont été ouverts

à travers les établissements publics hospitaliers de

Ain-Boucif et Chellalet-El-Adhaoura, au Sud-est et

à l'Est de la ville Médéa, a-t-on appris mercredi au-

près de la direction locale de la santé, de la popula- tion et de la réforme hospitalière. Intervenue récemment, la mise en service de ces nouveaux services permettra d’améliorer la prise en

charge de certaines pathologies traitées d’habitude dans d’autres hôpitaux de la région et de renforcer les moyens d’intervention de ces établissements hos- pitaliers, qui assurent une couverture sanitaire pour une population de pas moins de cent mille ha- bitants, ventilée sur neuf communes, a-t-on expli- qué. L’EPH de Ain-Boucif, à 75 km au sud-est de Mé- déa, s’est renforcé, dans ce contexte, d’un service de pédiatrie, doté d’une unité de néonatologie intégrée d’une capacité de 30 lits, selon la même source. Cette dernière fait état également de la mise en service au niveau de l’EPH de Chellalet-El-Adhaouara, à 101 km

à l’est du chef-lieu de wilaya, d’un bloc opératoire,

d’un service de chirurgie et d'un autre pour la mé- decine interne, pouvant accueillir une quarantaine de patients. Le secteur sanitaire de Ain-Boucif, qui couvre une dizaine de communes, sera doté, dans les tout prochains mois, d’une unité d’oncologie, appe- lée à assurer une meilleure prise en charge des ma- lades cancéreux de la région, contraints, à l’heure ac- tuelle, de faire de longs déplacement pour recevoir les soins nécessaires, a-t-on noté.

RÉUNION DE HAUT NIVEAU DE L’ONU SUR LE SIDA À NEW YORK

Boudiaf :

«La stigmatisation liée au sida, un obstacle majeur pour l'accès aux soins »

Le ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf a affirmé jeudi à New York que la stigmatisation liée au sida constituait un «obstacle majeur» pour l’accès aux soins, en appelant au respect des obligations en matière des droits des patients.

Intervenant au cours d’un panel or-

ganisé en marge de la réunion de haut niveau sur le sida qui se tient à New York,

le ministre a indiqué que l’expérience

algérienne dans ce domaine a «montré qu’il était possible de surmonter la stig- matisation et la discrimination en tant qu'obstacle pour l'accès aux traite- ments antirétroviral (ARV)». M. Boudiaf, qui a animé ce panel avec les deux premiers ministres de l’Ouganda et du royaume du Swaziland ainsi qu'avec des ministres d'autres pays, a précisé que l’accès aux soins constituait une préoccupation constante aux pouvoirs publics en Algérie. «Partant du principe qu’un cas de

stigmatisation est un cas de trop, des di- rectives ministérielles ont été promul- guées en 2010 pour rappeler que ces pra- tiques constituent un obstacle majeur

à l’accès aux soins», a-t-il dit. Ces pra-

tiques «sont inadmissibles au regard des règles élémentaires d’éthique et de déontologie», a indiqué le ministre au cours de ce panel consacré à la crise im- minente de l’épidémie du Sida. L’approche de l’Algérie dans ce do- maine a consacré le droit constitution- nel à la santé qui s’est traduit, au lende- main de l’indépendance, par une dé- marche qui s’est attachée à supprimer l’obstacle financier aux soins par la gratuité de tous les soins préventifs et cu- ratifs dans toutes les structures pu- bliques de santé, a expliqué le ministre.

Cette démarche a également réduit l’obstacle géographique par le mail-

lage de tout le territoire national en structures de santé de différents ni- veaux de soins. «Il s’agit là de l’expres- sion de deux valeurs sociétales fonda- mentales que sont la justice sociale et la

fonda- mentales que sont la justice sociale et la solidarité nationale», a-t-il dit. M. Boudiaf a

solidarité nationale», a-t-il dit.

M. Boudiaf a souligné à ce titre la vo-

lonté politique appuyée par le maintien du financement de la riposte au VIH, dont plus de 95 % provenant du budget de l’Etat qui a permis d’assurer à titre gratuit tous les services de santé y com- pris le traitement antirétroviral. Ce trai- tement est assuré pour tous les porteurs du VIH sans aucune discrimination en- tre les nationaux et les étrangers quelque soit leur statut, a-t-il relevé. L'Algérie a également mis l’accent sur

la disponibilité de ces services, à titre gra- tuit, en tant que partie intégrante de la couverture maladie universelle. Cette option stratégique a été également ap- puyée par un cadre juridique qui consi- dère que la stigmatisation et la discrimi- nation fondées sur l’état de santé réel ou présumé constituent une atteinte à un droit fondamental, a précisé le ministre.

M. Boudiaf a expliqué que la réponse

nationale à cette épidémie a réussi à élar-

gir la couverture du traitement ARV de

26% à 85%. Sur le plan régional, la ques- tion de la lutte contre la stigmatisation et la discrimination a été prise très au

sérieux par les pays arabes et la straté- gie arabe sur le sida l’a retenu parmi ses objectifs, a par ailleurs indiqué le minis- tre. La région du Moyen-Orient et Afrique du Nord a enregistré ces deux dernières années des actions inno- vantes qui ont permis d’atteindre les per- sonnes les plus vulnérables, en dépit du fait que la couverture moyenne en trai- tement ARV reste encore faible dans cette région. A cet égard, les objectifs des trois 90 ont constitué, pour les pays du Moyen-Orient et Afrique du Nord, une opportunité pour exprimer leur enga- gement d’intensifier leurs efforts lors de

la réunion d’Alger en décembre dernier,

a ajouté M. Boudiaf en rappelant l'adop-

tion de la déclaration d’Alger sur l’accé-

lération du dépistage du VIH dans cette

région.

L'ONU veut intensifier la lutte anti-sida

Les 193 pays membres des Nations unies se sont enga- gésmercrediàintensifierdans

consommateurs de drogue par injection, prisonniers). Mal- gré un déclin de l'épidémie de-

crimination et la stigmatisa- tion liées au sida". Selon le direc- teur de l'Onusida Michel Si-

plus de 70 pour cent ce type d'infection, dont l'Ouganda, l'Afrique du Sud, le Burundi, le

lescinqannéesàvenirleursef-

puis dix ans, il y a toujours 36,7

dibé, il faut "utiliser cette décla-

Swaziland ou la Namibie. Selon

forts de lutte contre le sida avec pour objectif de mettre fin

millions de personnes dans le monde atteintes du sida, dont

et

pour atteindre les personnes

ration pour accélérer (

)

des diplomates, la Russie a tenté en vain d'infléchir la dé-

à

l'épidémie en 2030. Cette"déclarationpolitique"

la plupart en Afrique sub-saha- rienne. La déclaration prévoit

qui restent dans l'ombre" et ne se font pas détecter ou soigner

claration dans un sens restric- tif en demandant d'inclure

a

été adoptée à l'ouverture

de réduire le nombre de nou-

par peur de la discrimination.

danslesparagraphessurlespo-

d'une conférence de trois jours

velles personnes infectées par

En marge de la conférence,

pulations à risque une réfé-

à

New York, malgré des ré-

le virus chaque année, de 2,1

Onusida a publié un rapport in-

rence aux législations natio-

serves émises par la Russie et

million en 2015 à moins de

diquantquelesnouvellesinfec-

nales. La ministre russe de la

d'autres pays (Egypte, Arabie

500.000

en 2020. Le nombre de

tionschezlesenfantsontchuté

santé Veronica Skvortsvaa af-

saoudite, Iran notamment). Ces pays reprochaient à la

morts provoquées par des ma- ladies liées au sida devra passer

de 60% depuis 2009 dans les 21 paysd'Afriquesub-saharienne

firmé en séance qu'il fallait "prendre en compte le droit

déclaration de concentrer l'at-

de 1,1 million en 2015 à moins de

les plus touchés par le sida,

souveraindesgouvernements"

tention sur certaines popula-

500.000

en 2020. La déclaration

passant de 270.000 à 110.000 en

de définir leur politique de

tions à risque (homosexuels,

appelle aussi à "éliminer la dis-

2015. Sept pays ont réduit de

santé publique.

Selon une étude

Un traitement à haut risque pourrait stopper la sclérose en plaques

Un moyen de contenir la sclérose en plaques avec un traitement à haut risque qui ne peut être largement utilisé a été trouvé par des médecins et présenté dans une étude publiée hier. Ils ont traité 24 patients, âgés de 18 à 50 ans at- teints de sclérose en plaques (SEP) au Ca- nada à l'aide d'une puissante chimiothé- rapie, destinée à détruire le système im unitaire avant une greffe de cellules souches fabriquées par la moelle os- seuse.

Chez ces 23 patients, ce traitement a stoppé les rechutes et le développement de nouvelles lésions cérébrales sans avoir besoin de continuer à prendre des médicaments, indique l'équipe cana- dienne dans une revue médicale britan- nique. «Huit des 23 patients ont eu une amélioration durable de leur handicap 7,5 ans après le traitement», selon la re- vue médicale. Un des 24 patients est mort de com- plications hépatiques et infectieuses

entraînées par la chimiothérapie agres- sive utilisée. Il s'agit du «premier traitement capa- ble de produire ce niveau de contrôle de la maladie ou de récupération neurolo- gique, mais les risques liés au traitement limitent son utilisation à grande échelle», souligne la revue. La sclérose en plaques touche plus de deux millions de per- sonnes dans le monde, dont plus de 100.000 en France et 400.000 en Europe. APS

touche plus de deux millions de per- sonnes dans le monde, dont plus de 100.000 en

Vendredi 10 - Samedi 11 Juin 2016

SANTÉ

DK NEWS 11

USA:

Lâcher des moustiques OGM dans la nature, prématuré selon des scientifiques

Lâcher des moustiques génétiquement modifiés dans la nature pour combattre la propagation du paludisme, du Zika et d'autres infections transmises par ces insectes, est prématurée, conclut un rapport des Académies américaines des sciences (NASEM) tout en jugeant cette technologie prometteuse.

Ce groupe d'experts estime que "la science émergente d'une technique de manipulation génétique de dissémi- nation des gènes (gene drive ndlr)) a le potentiel de répondre à des problèmes environnementaux et de santé pu- blique", dans un rapport publié mer- credi. Mais les organismes modifiés géné- tiquement par cette technique "ne sont pas prêts à être lâchés dans l'environ- nement et nécessitent davantage de recherche en laboratoire et des essais dans la nature extrêmement contrôlés", soulignent les scientifiques des Acadé- mies américaines des sciences, d'ingé- nierie et de médecine. La stratégie consiste à introduire des gènes dans les populations de mous- tiques sauvages, par exemple, qui les rendent résistants à une infection par la Plasmodium, le parasite du palu- disme ou par le virus du Zika ou de la dengue. Des scientifiques partout dans le monde exploitent un nouvel outil d'édi- tion génétique appelé CRISPR inspiré d'un mécanisme naturel utilisé par

les bactéries pour se défendre contre les virus. Avec CRISPR, les chercheurs peuvent aisément et à faible coût in- duire des changements génétiques spécifiques dans un organisme. Ces modifications peuvent en prin- cipe être disséminées intentionnelle- ment dans l'ensemble d'une population

et ce rapidement avec la technique du

"gene drive" qui permet à ce trait géné- tique d'être transmis d'une généra- tion à l'autre, de devenir en fait héré- ditaire. Des résultats préliminaires mon- trent qu'en laboratoire cette technique peut disséminer un gène dans près de

GUINÉE :

Une épidémie de trypanosomiase refait surface dans la localité de Boffa

de trypanosomiase refait surface dans la localité de Boffa 100% d'une population de levure, de mouches

100% d'une population de levure, de mouches drosophiles ou de mous- tiques. Outre la création de nouvelles popu- lations de moustiques OGM ne pouvant pas être infectés par le parasite du pa- ludisme ou les virus du zika ou de la dengue, cette technique de propagation de gène peut aussi être utilisée pour al- térer durablement des organismes destructeurs de récoltes ou porteurs de maladies. Mais cette technique du "gene drive" pourrait aussi avoir des conséquences inattendues néfastes comme la pertur-

bation d'autres espèces ou la création d'organismes invasifs nuisibles ultra ré- sistants, mettent en garde les auteurs du rapport. "La science et la technologie liées à cette technique de dissémination géné- tique avancent très rapidement", relève James Collins, professeur d'histoire

naturelle à l'Université d'Etat d'Ari-

zona, président du groupe d'experts qui

a produit le rapport. "Mais avant de mettre dans l'environ- nement de tels organismes OGM, notre comité de scientifiques estime qu'il

faut faire beaucoup plus de recherche

pour en comprendre les conséquences scientifiques, éthiques et sociales", in- siste-t-il. Cela nécessitera une collaboration entre de multiples champs de re- cherche dont la biologie moléculaire,

la génétique des populations, la biolo-

gie de l'évolution et l'écologie. Enfin, ce

groupe d'experts estime que les ré- glementations actuelles sont insuffi-

santes pour évaluer les risques et les ef-

fets potentiels sur l'environnement de

cette nouvelle technologie. Jusqu'en

mai 2016, aucune évaluation du risque

écologique n'avait été effectuée, re- grettent ces scientifiques.

Une épidémie de trypano- somiase humain africain

sac Kolié, directeur de l'hôpi- tal.

rompues dans cette partie du littoral guinéen. "Aujourd'hui,

partie des maladies tropicales négligées, selon l'Organisa-

(THA), ou "maladie du som- meil", vient de refaire surface dans la localité de Boffa, pré- fecture située à plus de 200 km au nord-ouest de Conakry,

Depuis la réapparition de cette maladie dans la zone endémique de Boffa, des équipes de la coordination nationale de lutte contre le

nous sommes face à une aug- mentation des cas de trypano- somiase", a déploré le Dr Ma- madou Camara, coordinateur de lutte contre le THA en Gui-

tion mondiale de la Santé (OMS). En Guinée, le traite- ment et la prise en charge des personnes atteintes par la trypanosomiase sont gratuits,

a

annoncé mercredi un res-

THA sillonnent les villages

née. Il a toutefois invité les po-

précise le Dr Camara.

ponsable de la santé à la télé-

dans le but de mener des cam-

pulations à se rendre immé-

Cette maladie des pays du

vision nationale. Actuellement, plus de 30 cas confirmés sont en traite- ment à l'hôpital préfectoral de Boffa sous la supervision d'équipes sanitaires spéciali- sées, a affirmé le Docteur Is-

pagnes de sensibilisation au- près des populations et détec- ter des éventuels cas de conta- mination. A cause du virus Ebola, les activités de dépis- tage et de suivis des cas de try- panosomiase ont été inter-

diatement dans les centres de santé de la préfecture dès que les signes cliniques de la maladie se manifestent chez une personne. La trypanosomiase hu- maine africaine (THA) fait

littoral est transmise à l'homme ou à l'animal à tra- vers la piqûre de la mouche tsé-tsé et menace environs 3 millions de personnes vivant sur plus de 350 km de littoral guinéen.

Résurgence d'Ebola terminée au Liberia

La dernière résurgence d'Ebola au Liberia, ultime pays encore touché par

l'épidémie qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest, est terminée, a dé- claré jeudi le ministère libérien de la Santé. "En accord avec les règles de l'OMS (Or- ganisation mondiale de la Santé), nous pouvons dire que nous sommes mainte- nant, de nouveau, débarrassés d'Ebola",

a dit Sorbor George, responsable de la

Communication au ministère. "Nous venons de boucler la période" de 42 jours retenue par l'OMS - deux fois la durée d'incubation du virus - de- puis le second test négatif sur le dernier patient connu, "le Liberia est à nouveau débarrassé d'Ebola", a précisé M. George. Il a cependant invité à la prudence, rappelant que les précédentes déclara-

tions de ce type avaient été suivies de la découverte de nouveaux cas ou foyers au Liberia ou en Guinée ou en Sierra Leone, ces trois pays voisins ayant été les plus tou- chés par l'épidémie depuis son apparition, fin 2013, dans le Sud guinéen. "Nous avons mené une campagne de sensibilisation du grand public sur la ma- nière d'éviter une nouvelle résurgence. Cette campagne va se poursuivre, et

nous serons toujours prêts à contenir toute nouvelle flambée", a dit Sorbor George. Le risque de contamination per- siste bien au-delà des 42 jours car le vi- rus subsiste dans certains liquides cor- porels de survivants, notamment le sperme où il peut rester jusqu'à un an, se- lon des études. La fin de la résurgence d'Ebola au Li- beria marque celle de l'épidémie en

Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis

l'identification de ce virus il y a 40 ans en Afrique centrale. En tout, elle aura atteint

dix pays, dont l'Espagne et les Etats-

Unis, provoquant plus de 11.300 morts -

plus de 4.800 pour le seul Liberia - pour

quelque 28.600 cas recensés.

Le 17 mars, l'OMS avait proclamé l'ar-

rêt présumé de "toutes les chaînes de

transmission initiales" après la fin du der- nier épisode de l'épidémie en Sierra Leone, avant que les autorités guinéennes annoncent le jour même une résurgence dans le sud du pays. Cette résurgence s'était propagée au Liberia, avec trois cas confirmés: la femme d'un des malades morts en Gui-

née - elle-même décédée le 31 mars à

Monrovia - et ses deux fils de 5 et 2 ans,

guéris depuis lors.

La pollution atmosphérique, un des principaux facteurs de risque des AVC

La pollution atmosphérique est devenu l'un des principaux facteurs de risque des accidents vasculaires cérébraux (AVC), notamment dans les pays en développement, selon une étude pu- bliée vendredi dans une revue spécialisée. «Nous avons été surpris de découvrir qu'une proportion étonnamment élevée du fardeau global des AVC pouvait être attribuée à la pollu- tion atmosphérique, en particulier dans les pays en développement» souligne le Pr Valery L. Feigin, de l'Université de technologie d'Auckland (Australie) qui a dirigé l'étude. L'étude menée dans 188 pays entre 1990 et 2013 s'est penchée sur le «fardeau» de la mala- die, c'est-à-dire le nombre de journées per- dues à cause d'une mortalité prématurée et des années de vie productives perdues en raison d'incapacités. En passant en revue 17 facteurs de risque, les chercheurs ont découvert qu'environ 90% du «fardeau» des AVC pouvaient être attri- bués à des facteurs de risques modifiables, es- sentiellement des facteurs de risques compor-

tementaux tels que le tabagisme, une mauvaise

alimentation ou la sédentarité. Chaque année dans le monde, quelque 15 mil- lions de personnes sont touchées par un AVC, six millions en meurent et 5 millions survivent avec des handicaps permanents. Les princi- paux facteurs de risques sont connus, même si des différences peuvent exister selon les pays :

il s'agit de l'hypertension, d'une alimentation pauvre en fruits et légumes, de l'obésité, de la sé- dentarité, du tabac ou encore d'une alimentation

trop riche en sucre ou en sel.

La part attribuable à la pollution a été évaluée à 33,7% dans les pays à bas et moyens revenus contre seulement 10,2% dans les pays à hauts re- venus en 2013, en forte hausse depuis 1990. En Asie du sud et en Afrique sub-saharienne, la part atteint même 40%, notamment à cause de la pollution de l'air intérieur due à l'utilisa- tion de combustibles solides pour se chauffer ou faire la cuisine.

PUBLIÉE JEUDI DANS UNE REVUE AMÉRICAINE SPÉCIALISÉE

Etre en forme à un âge moyen réduit le risque d'accident vasculaire cérébral

Plus on est en forme physiquement entre 45 et 50 ans, plus faibles sont les risques d'avoir un accident vasculaire cérébral (AVC) après 65 ans, selon une étude publiée jeudi dans une revue américaine spécialisée. Cette étude a porté sur près de 20.000 per- sonnes âgées de 45 à 50 ans, dont 79% étaient des hommes. Les participants ont subi des tests pour mesurer leurs capacités cardiorespira- toires. En fonction des résultats ils ont été classés dans trois groupes: forme physique médiocre, moyenne, ou bonne. Ceux dont les capacités car- diorespiratoires étaient les plus élevées ont ré- duit de 37% le risque d'accident vasculaire céré- bral (AVC) après 65 ans par rapport au groupe le moins en forme. Ce lien entre forme physique et risque d'AVC au-delà de 65 ans n'a pas été fortement modifié par d'autres facteurs de risque, comme l'hyper- tension, le diabète adulte et la fibrillation auri-

culaire (rythme cardiaque irrégulier). «Les résultats de cette étude confortent le rôle unique et spécifique de l'exercice dans la préven- tion d'un AVC», souligne le Dr Jarett Berry, pro- fesseur adjoint de médecine interne au Centre médical de l'Université du Texas (UT Southwes- tern Medical Center), principal auteur de cette étude. L'AVC est le cinquième facteur de mortalité aux Etats-Unis et une des principales causes de handicaps graves.*

APS

12 DK NEWS

SAN

Vendredi 10 - Sa

CANCER DU POUMON :

LE DÉPISTAGE PRÉCOCE AUGMENTE LE TAUX DE SURVIE

Le dépistage précoce du cancer du poumon d'une population à risque augmenterait le taux de survie à 5 ans de 80%, notamment par interventions chirurgicales, dans 73% des cas.

Le diagnostic pré- coce du cancer du poumon pourrait sau- ver des vies, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Health Tech- nol Asses s. En effet, le cancer du poumon est souvent diagnostiqué tellement tard, qu'il est compliqué de le soigner. Du coup, un patient sur trois meurt dans les 90 jours après avoir été pris en charge pour cette ma- ladie. En France, avec près de 37 000 nou- veaux cas par an (27 000 hommes et 10 000 femmes), le cancer du poumon se place en quatrième position des cancers les plus fréquents derrière

ceux de la prostate , du sein et du côlon . Mais c'est le premier cancer en termes de morta- lité.

Le dépistage

précoce du

cancer du

poumon par

imagerie est

efficace

Cette nouvelle étude des chercheurs de l'Université de Li- verpool (Royaume- Uni) rappelle l'importance du dépis- tage prématuré. Il per- mettrait une augmentation du taux de de survie à 5 ans de 80%, notamment par interventions chirur- gicales, dans 73% des

cas. A la suite d'un essai clinique réalisé sur 4055 individus, les scientifiques ont établi qu'il existait une vraie pertinence à un dépis- tage précoce du cancer du poumon d'une po- pulation à risque. Nommé « UKLS », pour UK Lung cancer screening trial, cet essai contrôlé rando- misé portant sur le dé- pistage du cancer du poumon démontre que le dépistage par imagerie (tomodensi- tométrie à faible dose) est efficace pour la dé- tection précoce. En conséquence, ils suggèrent l'intérêt de la mise en place d'un programme national de dépistage.

la mise en place d'un programme national de dépistage. LES NON-FUMEURS DE PLUS EN PLUS TOUCHÉS

LES NON-FUMEURS DE PLUS EN PLUS TOUCHÉS PAR LE CANCER DU POUMON

Cette étude a été réalisée par 104 hôpitaux français et sur la totalité des patients souffrant de cancer broncho-pulmonaire admis dans les services en 2010, soit 7 051 dossiers. Les résultats de l'étude révèlent que 762 pa- tients atteints d'un cancer, (11 % des admis) n'avaient jamais fumé. Parmi eux, 158 (20 %) ont déclaré avoir été soumis au tabagisme pas- sif . « Ces malades non-fumeurs sont plus âgés que la moyenne des patients souffrant de la même pathologie. Leur cas est souvent sévère (métastases osseuses) car les premiers symp- tômes, sur des personnes qui ne semblaient pas présenter de facteurs de risques, ont été sous-estimés. Une toux persistant au-delà de trois semaines, le premier crachement de sang doivent alerter », explique le Dr Coëtmeur au site Pourquoi Docteur. «Mais, il n'y a pas de quoi s'inquiéter outre mesure du côté des non-fumeurs, car neuf ma- lades sur dix atteints de cancers bronchiques

car neuf ma- lades sur dix atteints de cancers bronchiques sont des fumeurs», conclut-le chercheur. L'étude

sont des fumeurs», conclut-le chercheur. L'étude révèle aussi que 70% des patients at- teints de cancers broncho-pulmonaires non- fumeurs sont des femmes. « Cette donnée qui accrédite la thèse selon laquelle un facteur hormonal conjugué au tabagisme passif ac- croît peut-être ce risque » explique le Dr Da- niel Coëtmeur au site Pourquoi Docteur. Le cancer du poumon est l'un des cancers

les plus fréquents : en France, avec près de 37

000

nouveaux cas par an (27 000 hommes et 10

000

femmes), le cancer du poumon se place en

quatrième position derrière ceux de la pros- tate, du sein et du colo-rectum. En revanche, le cancer du poumon (dont le tabac est le prin- cipal responsable dans neuf cas sur dix) se hisse à une sinistre première place en terme de mortalité car il est souvent diagnostiqué trop tard, en l'absence de symptômes caracté- ristiques.

Un test d’haleine pour détecter le cancer du poumon

Le cancer du poumon pourrait être détecté par un simple test d'haleine selon une nouvelle étude scientifique israélo-américaine. Les chercheurs de l'Université du Colorado Cancer Center et ceux de l'Institution Nobel Prize-winning Université Technion à Haïfa en Israël ont présenté au congrès annuel de la so- ciété américaine d'oncologie clinique (ASCO) un nouveau test d'haleine capable de détecter le cancer du poumon et la maladie respiratoire BPCO (Broncho-Pneumophatie Chronique Obs- tructive). Ce dispositif nécessite simplement de gon- fler un ballon fixé à une sonde de nanoparti-

cules d'or extrêmement sensible. Les particules piégées par le capteur permettent d'analyser les composés organiques volatils contenus dans l'air expiré par le patient. En effet, le métabolisme des patients atteints de cancer du poumon est différent de celui des personnes saines et de celui des individus at- teints de la BPCO. Le Pr Fred Hirsch a souligné lors du congrès la nécessité d'une nouvelle forme dépistage du cancer du poumon et de nouveaux outils de diagnostic. Le dépistage aujourd'hui utilisé par scanner peut réduire la mortalité de la maladie de 20%. Mais il implique beaucoup de faux né-

gatif. «Vous détectez beaucoup de nodules dans les scans et environ 90% d'entre eux sont bénins. Nous avons besoin de savoir comment mieux distinguer les nodules bénins et malins. L'objec- tif de ce nouveau test est d'utiliser des biomar- queurs d'haleine pour un diagnostic plus juste » explique le Pr Fred Hirsch de l'école de méde- cine de l'Université du Colorado, principal au- teur de l'étude. De plus, ce test permettrait aussi d'analyser les progrès de la thérapie et détecter si un pa- tient doit continuer ou pas son traitement et surveiller comment le malade répond au traite- ment. «En plus d'utiliser les niveaux de compo-

sés organiques volatils (COV) pour diagnosti- quer le cancer du poumon, nous pourrions éventuellement mesurer certains changements dans les niveaux de COV des patients au fil du temps pour surveiller la façon dont ils répon- dent à des traitements spécifiques » explique le Pr Fred Hirsch. « La mise en application physique de ce test pourrait totalement révolutionner le dépistage et le diagnostic du cancer du poumon. Ici la perspective est le développement d'un approche non-invasive, de faible coût, et facile pour la dé- tection précoce et la différenciation du cancer du poumon », conclut le Pr Fred Hirsch.

In topsanté.fr

DK NEWS 13

medi 11 juin 2016

CANCER DU POUMON : UNE APPLICATION POUR DIMINUER LES RECHUTES

L'application MoovCare amé- liore le suivi des patients atteints de cancer du poumon. Cet algorithme simple permet de détecter plus tôt les risques de complication ou de rechute, et d'y réagir plus rapide- ment. Elle s'appelle MoovCare. Cette nouvelle application santé, présentée lors du congrès annuel de l'American Society of Clinical Onco- logy (ASCO) qui se tient à Chicago du 3 au 7 juin 2016, améliorerait le suivi des patients atteints de cancer du poumon . Ce meilleur suivi dimi- nuerait le nombre de rechutes, améliorerait la qualité de vie et aug- menterait la survie à un an des ma- lades. MoovCare fonctionne sur smartphone, tablette et ordinateur.

Détecter les risques de complication et de rechute

L'entreprise Sivan innovation , à l'origine de cette application, ex- plique sur son site internet que MoovCare fonctionne grâce à un al-

gorithme qui analyse les symp- tômes cliniques du patient. Une fois par semaine, le patient renseigne lui-même une liste de 12 critères tels que son poids ou l'intensité de sa douleur. Si l'application repère une anomalie, elle envoie une alerte

à l'équipe médicale, qui contacte le

patient pour réaliser un examen ou redéfinir un traitement. Cette tech- nique permet de diminuer le nom- bre de rechutes mais aussi de réagir plus rapidement en cas de compli- cation.

Une communication constante entre patient et médecin

Cette application a été testée lors d'un essai clinique de phase 3 sur 133 malades atteints d'un cancer du poumon de stade III ou IV. L'étude a été réalisée par une équipe de cher- cheurs français dirigée par l'institut Inter-regional de Cancérologie Jean Bernard, au Mans. Avec ou sans l'application, tous les patients ont consulté leur médecin et réalisé un scanner tous les trois à six mois. Ré-

sultat : la survie des patients qui ont utilisé l'application a été de 19 mois, contre 12 mois sans l'application. Et

à un an, 75% des patients du groupe

utilisant Moovcare étaient en vie, contre seulement 49% pour le groupe sans l'application. La qualité de vie, évaluée grâce à des question- naires, s'est également avérée meil- leure pour les patients bénéficiant de l'application. "A travers un suivi personnalisé grâce à cette applica- tion pratique et simple, nous pou- vons détecter les complications et les signes de rechute, et offrir un soin approprié plus précocement", a souligné le docteur Fabrice Denis, en charge de l'essai clinique, dans un communiqué de l'ASCO . "Cette approche introduit un nouveau mode de suivi dans lequel les pa- tients peuvent constamment com- muniquer avec leur cancérologue entre les visites", a-t-il ajouté.

CANCER : 4 QUESTIONS QU’ON SE POSE SUR LE LYMPHOME

La Journée mondiale du lymphome est l’occasion de s’informer sur cette maladie méconnue qui a le redoutable privilège d’être le premier cancer chez l’adolescent et le jeune adulte.

Comment ça pousse un lymphome ?

Contrairement à d’autres formes de cancers comme le can- cer du sein ou le cancer du pou- mon, les lymphomes ne sont pas des tumeurs qui se développent dans un organe précis, mais dans l’ensemble du système lympha- tique, le principal élément de notre système immunitaire. Les lymphomes surviennent lorsque certains lymphocytes (un type de globules blancs présents dans le sang) commencent à se multiplier de manière anormale et incontrôlée. Petit à petit, ces cellules s’accumulent et finissent par former des tumeurs dans di- vers éléments du système lym- phatique, en particulier les ganglions qui finissent par gon- fler. Mais d’autres organes peu- vent être touchés puisque les lymphocytes circulent dans tout le corps.

Le lymphome, ça touche plutôt les hommes ou les femmes ?

Le lymphome est une forme de

cancer qui peut toucher tout le monde, hommes et femmes. Plus de 14 000 nouveaux cas sont diag- nostiqués chaque année, ce qui en fait une des formes de cancer dont la fréquence augmente le plus. Selon l’Institut national du cancer (Inca), l’âge médian du diagnostic est globalement de 64 ans chez l’homme et de 70 ans chez la femme. Mais le lymphome n’épargne pas les plus jeunes :

c’est le 1er cancer chez l’adoles- cent et le jeune adulte et le 3e can- cer le plus répandu chez les enfants.

adulte et le 3e can- cer le plus répandu chez les enfants. 80 types de lymphomes

80 types de lymphomes ont été identifiés par l’Organisation mon-

diale de la santé (OMS). De gravité et d’évolution très variables, ils sont classés essentiellement en deux grandes catégories :

- Les lymphomes hodgkiniens,

encore appelés maladie de Hodg-

kin (ils représentent moins d’un cas sur 7)

- Les lymphomes non hodgki-

niens, les plus fréquents, dont le nombre de nouveaux cas a aug- menté de près 5 % par an au cours

des dernières décennies.

Quels sont les symptômes du lymphome ?

Les symptômes du lymphome ne sont pas très spécifiques et peuvent être confondus avec les symptômes d’autres maladies, comme la grippe par exemple.

Le plus souvent, les symp- tômes se manifestent par le gon- flement d’un ou plusieurs ganglions atteints, souvent palpa- bles au niveau du cou, des ais- selles, de l’aine, des coudes ou de

la poitrine.

Mais d’autres signes peuvent vous alerter :

- une perte de poids inexpli-

quée

- une fièvre persistante

- une fatigue importante

- des sueurs importantes

- des démangeaisons impor- tantes.

Est-ce que le lymphome est un cancer redoutable ?

Le pronostic global varie selon

Par

les formes de lymphomes.

exemple, pour les deux formes les plus fréquentes, la survie relative

à 5 ans se situe aux alentours de 50 % pour les lymphomes diffus à grandes cellules B et de 76 % pour les lymphomes folliculaires. Certains lymphomes agressifs peuvent s’installer en quelques semaines. Ils requièrent une prise en charge thérapeutique (chimiothérapie) dès le diagnos-

tic. En revanche, la prise en

charge rapide permet la guérison

dans de nombreux cas.

D’autres lymphomes sont plus

« indolents » et se développent

lentement, en plusieurs mois

voire plusieurs années. Lorsque le traitement est instauré, il abou- tit souvent à une rémission de la maladie mais les rechutes sont fréquentes. Selon l’Inca, plus 3 700 décès annuels, dont 54 % chez l’homme sont imputables aux lymphomes, ce qui représente 2,5 % des décès par cancer.

ASCO 2016 :

UN

NOUVEAU TRAITEMENT

POUR LE LYMPHOME

DE L’ENFANT

Une équipe de l’Institut Gustave Roussy à Villejuif, a obtenu des résultats spectaculaires dans le traitement du lymphome de l’enfant

en combinant chimiothérapie et immunothé- rapie. L’étude des chercheurs de l’Institut Gus- tave Roussy de Villejuif a fait grand bruit lors du Congrès mondial sur le cancer (ASCO) qui se tenait ce week-end à Chicago (Etats-Unis). En combinant chimiothérapie et immunothé- rapie chez des enfants atteints de lymphome, ils ont réussi à augmenter le taux de survie de 13%. "On est passé de 81% de survie à plus de 94% de survie. Maintenant, on peut considé- rer qu'on a quasiment gagné la bataille" a dé- claré le Dr Véronique Minard-Colin, pédiatre cancérologue à l’Institut Gustave Roussy. Le lymphome de Burkitt est une forme rare de cancer de la lymphe, qui touche prin- cipalement les enfants. Pour leur étude, les chercheurs ont donc recruté 310 petits ma- lades dans 12 pays différents. Ils ont été divisés en deux groupes : l’un a reçu le traitement par chimiothérapie habituel et le second a reçu en plus un anticorps appelé rituximab, qui sti-

a reçu en plus un anticorps appelé rituximab, qui sti- mule le système immunitaire. C’est ce

mule le système immunitaire. C’est ce traite- ment combiné qui a réduit le risque de décès ainsi que le risque de rechute et de progres- sion du cancer de 70%.

Cette association rituximab-chimiothéra- pie devrait s’imposer désormais comme le nouveau standard de traitement pour cette forme de lymphome de l’enfant.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Vendredi 10 - Samedi 11 juin 2016

NIGERIA

Amnesty dénonce le meurtre de dix personnes avant et pendant une manifestation

Amnesty International a dénoncé vendredi l'exécution le mois dernier, par les forces de l'ordre nigérianes, de dix personnes avant et pendant une manifes- tation du mouvement Peuple indigène du Biafra (IPOB). Selon la police, 10 personnes ont été tuées -- cinq dans la ville d'Onitsha, dans l'Etat d'Anambra, et cinq dans la ville d'Asaba, dans l'Etat voisin de Delta, dans le sud-est du Nigeria -- au cours de vio- lences liées à ces commémorations, lundi 30 mai. Le mouvement Peuple indigène du Biafra (IPOB), un groupe indépendan- tiste à l'origine des commémorations du début de la guerre civile du Biafra, sou- tien de son côté qu'au moins 35 de ses membres ont été tués à Onitsha. Au cours de visites dans des hôpitaux et des morgues, Amnesty a établi un bilan de 17 morts et 50 blessés à Onitsha, mais «le chiffre réel est sans doute plus important», prévient l'organisation de défense des droits de l'homme dans un communiqué. Aussi, certains morts et des blessés ont reçu une balle dans le dos, ce qui indique qu'ils étaient en train de fuir au moment où ils ont été atteints, précise Amnesty. «Ouvrir le feu sur des sympathisants de

l'IPOB, qui ne représentaient une menace pour personne, démontre d'un usage scandaleux, excessif et inutile de la force»,

a estimé le directeur d'Amnesty pour le Ni-

gera, MK Ibrahim. Une personne a même été tuée dans son sommeil, a-t-il ajouté. L'IPOB a orga- nisé de nombreuses manifestations à travers le sud-est du Nigeria depuis l'ar- restation de son chef, Nnamdi Kanu, en octobre, pour «trahison». Il est toujours en détention, dans l'attente d'un procès. Lors des manifestations du 30 mai, les sympathisants de l'IPOB commémoraient le 49e anniversaire de la déclaration d'indépendance du Bifra, qui a conduit à cette guerre où près d'un million de per- sonnes ont péri en trois ans. Amnesty dit avoir parlé à 32 témoins oculaires à Onitsha. L'organisation ajoute n'avoir recueilli «aucune preuve» que les exécutions des forces de l'ordre ont été réalisées en état

de légitime défense. La police avait affirmé par ailleur avoir ouvert le feu en réponse

à des coups de feu tirés par les membres

de l'IPOB, et que deux policiers avaient même été tués à Asaba. L'IPOB maintient, de son côté, que les manifestants n'étaient pas armés. Le rapport d'Amnesty fait écho aux accusations de l'IPOB contre les forces de l'ordre, lors de précédentes manifestations, entre novembre et fé- vrier.

TUNISIE-LIBYE

Reprise des liaisons aériennes entre la Libye et Tunis

Les liaisons aériennes entre la Libye

et l'aéroport de Tunis-Carthage ont repris

jeudi après une interruption de plus de six mois pour des raisons de sécurité, a an- noncé l'Office tunisien de l'aviation civile et des aéroports (OACA). Les vols libyens

«ont repris (

aujourd'hui ( jeudi)» à Tunis-Carthage,

a indiqué Sami Thabet, le directeur de la

communication de l'OACA. Cette reprise ne concerne cependant pas la compagnie aérienne nationale Tunisair qui n'as- sure plus de vols vers la Libye. Le gouver- nement tunisien avait annoncé en décem- bre qu'il fermait le principal aéroport du pays aux avions libyens dans le cadre d'un renforcement des mesures de sécu- rité, dix jours après un attentat suicide en plein Tunis où 12 gardes présidentiels ont

le premier vol (a atterri)

),

été tués. Depuis, les liaisons avec la Libye s'effectuaient à partir des villes de Monas-

APS

tir et Sfax.

SAHARAOCCIDENTAL-MAROC

Le processus de paix

au Sahara occidental et les droits de l’homme, thème d’une conférence aux îles Canaries

Des experts en droit international, des juristes et des militants espa- gnols de la cause sahraouie ont parti- ciperont hier aux Iles Canaries à une conférence intitulée «Villes espa- gnoles solidaires avec le peuple sah- raoui», a indiqué le président de la Fédération nationale des institutions solidaires avec le Sahara occidental, Carmelo Ramirez.

Ayant pour slogan «pour un référendum d’autodétermination et le respect des droits de l’Homme au Sahara occidental», cette conférence verra la participation d’une di- zaine d’experts et d’activistes sahraouis et espagnols dont «le secrétaire général de l’as- sociation internationale des juristes pour le Sahara, Felipe Briones et d’autres à l’instar du coordinateur national des associations amies avec le Sahara occidental, Jose Ta- boada et la représentante du front Polisario en Espagne Khira Bulahi», a-t-on ajouté de même source. Une dizaine de communications sont prévues lors de cette conférence qui se

penchera sur la situation actuelle du proces- sus de paix, le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et la violation des droits de l’Homme dans les territoires occupé . Cette coférence organisée par la fédéra- tion nationale des institutions solidaires avec

la fédéra- tion nationale des institutions solidaires avec le Sahara occidental en collaboration avec le conseil

le Sahara occidental en collaboration avec le conseil des îles canaries, permettra en ou- tre d’évaluer les efforts consentis par la so- ciété civile et les partis politiques espa- gnols dans leur soutien à la cause sah- raouie notamment l’intergroupe parle- mentaire et ses positions, et la campagne pour la libération des prisonniers poli- tiques sahraouis détenus dans les prisons marocaines. «Cette rencontre permettra en sus d’at- tirer l’attention sur la nécessité du peuple sahraoui d’exercer son droit de décider de

son avenir afin de mettre fin au processus de décolonisation de ce territoire par l’Es- pagne», a expliqué M. Ramirez qui a averti par ailleurs «que le retour à la guerre dans les territoires occupés du Sahara occiden- tal peut être un fait compte tenu de la vio- lation continue des droits de l’homme par le Maroc». Il a enfin souligné que le futur gouver- nement espagnol, «devra changer sa posi- tion vis à vis de ce conflit qui a duré des dé- cennies et jouer un rôle plus actif pour la contribution à son règlement».

LIBYE

Tirs à l'artillerie lourde contre les positions des terroristes de l'EI à Syrte

Les forces libyennes régulières bom- bardaient vendredi à l'artillerie lourde les positions des groupes terroristes autopro- clamés «Etat islamique» (EI) dans Syrte (centre-nord) au lendemain de leur en- trée dans cette ville, selon des sources mi- litaires. «Les tirs à l'artillerie lourde ci- blent les positions de Daech dans les envi-

rons du centre e conférence Ouagadougou»,

ont annoncé les forces loyales au gouverne- ment d'union nationale (GNA) soutenu par la communauté internationale sur une page Facebook dédiée à l'offensive antijiha- distes et sur Twitter. L'EI a installé son centre de commandement et de contrôle dans le complexe de Ouagadougou au cen-

tre de Syrte, ville située à 450 km à l'est de la capitale Tripoli et aux mains des terro- ristes depuis juin 2015. La veille, les troupes pro-GNA ont réussi à pénétrer à Syrte après avoir pris le contrôle de ses entrées à l'est et à l'ouest et le blocage par la marine des ac- cès maritimes, à la faveur de l'opération de «Libération de Syrte» lancée le 12 mai. L'offensive pour chasser l'EI d'une bande littorale d'environ 200 kilomètres de long, dont la cité de Syrte, est menée par des forces terrestres, aériennes et maritimes. La perte de Syrte représenterait un énorme revers pour l'EI car la ville est sa principale base en Libye, où elle a profité du chaos politique et sécuritaire pour s'y implanter. Avant d'en-

trer dans Syrte, les troupes avaient repris Abou Grein (130 kilomètres à l'ouest de Syrte), puis l'importante base aérienne d'al-Gordabia, la centrale thermique de Syrte, trois casernes et Harawa, l'une des trois plus importantes localités de la région, à 70 kilomètres à l'est de Syrte. Les forces du GNA sont essentiellement composées de mi- lices de l'ouest du pays principalement celle de Misrata (150 kilomètres à l'ouest de Syrte) qui ont rallié le gouvernement d'union dirigé par le Premier ministre désigné Fayez al-Sarraj et installé à Tripoli depuis le 30 mars. Elles sont aussi soutenues par les Gardes des installations pétrolières ainsi que par des unités de l'armée divisée.

RD CONGO

L'opposition s'unit au sein d'une nouvelle structure contre le Président Kabila

Des représentants de l'opposition congolaise ont décidé dans la nuit de jeudi à vendredi

d'unir leur rangs au sein d'une nouvelle structure, baptisée «Rassemblement», en vue d'exi-

ger la tenue de la présidentielle avant le terme du mandat du président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila. «Quelles que soient les circonstances dans lesquelles le pays va vivre, nous sommes tout près de la victoire», a déclaré devant une cen- taine de délégués de l'opposition et de la société civile congolaise l'opposant historique Etienne Tshisekedi, en déclarant clos le «conclave» qui s'est tenu à Genval, à une vingtaine de ki- lomètres de Bruxelles. L'accord des partis de l'opposition a été annoncé à l'issue de deux

jours de conciliabules à huis clos, parfois tendus, lancés à l'initiative de M. Tshisekedi, pré-

sident de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), 83 ans, et candidat à la présidentielle --aux résultats très contestés-- de 2011 face à Joseph Kabila. Le texte, dit «Acte d'engagements», prévoit d'unir les «forces de l'opposition au sein du +Rassemblement+ pour faire aboutir la lutte du peuple congolais au service de l'alternance et de l'Etat de droit». Un «comité des sages», placé sous la direction de M. Tshisekedi, sera chargé, avec l'aide d'un organe plus technique, de coordonner l'action de l'opposition, qui a jusqu'ici échoué à former un front uni contre le régime de M. Kabila, au pouvoir depuis 2001. Dé- nonçant le «coup d'Etat constitutionnel» que constituerait selon eux le maintien au pou- voir de Joseph Kabila au-delà de la fin de son mandat, le 19 décembre, les signataires «exi- gent» l'organisation d'une élection présidentielle avant cette date. Ils réclament également la «mise en oeuvre intégrale de la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations unies». Celle-ci insiste sur la «nécessité d'un dialogue politique ouvert»,permettant la tenue «des élections présidentielle et législatives d'ici novembre 2016, conformément à la Constitu- tion», une prise de position jugée «irresponsable» par Kinshasa.

Le Togo abritera une réunion du comité d'orientation stratégique de la coopération européenne en Afrique de l'Ouest

La capitale togolaise abritera les 23 et 24 juin, la réunion du comité d'orientation stratégique de la coopération européenne en Afrique de l'ouest, a annoncé jeudi l'ambassadeur de l'Union européenne au Togo, Nicolas Berlanga Martinez. L'ambassadeur de l'UE a indiqué que la réunion rassemblera les présidents des Com- missions de la CEDEAO et de l'UEMOA, les au- torités ministérielles de tous les pays de l'Afrique de l'ouest ainsi que l'ensemble des ambassa- deurs européens dans la région, selon des mé- dias. M. Berlanga Martinez a précisé que c'est la première fois que cette réunion se tient en Afrique de l'Ouest, alors qu'elle se tient habituel- lement à Bruxelles. «Cette rencontre permet- tra de faire découvrir la ville de Lomé aux nombreux visiteurs de l'Afrique de l'ouest et de l'Europe», a indiqué l'ambassadeur de l'Union européenne.

APS

Vendredi 10 - Samedi 11 juin 2016

MONDE

DK NEWS

15

DOUBLE ATTENTAT EN IRAK : 18 MORTS

L'Algérie condamne avec «vigueur»

L'Algérie a condamné avec «vigueur», par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, les deux attentats qui ont frappé jeudi la capitale irakienne, Baghdad tout en exprimant sa solidarité avec le peuple irakien.

«Nous condamnons avec vigueur les deux attentats qui ont frappé jeudi la capi- tale irakienne, Baghdad et qui ont coûté la vie à des ci- vils innocents en plein mois de Ramadhan, mois de clé- mence et de magnanimité, et

exprimons notre solidarité avec les familles des victimes

et

et

son gouvernement», a in-

avec le peuple irakien frère

diqué le porte-parole dans une déclaration à l'APS. «Ces actes criminels et

clairement

lâches prouvent

«Ces actes criminels et clairement lâches prouvent une nouvelle fois que leurs auteur qui se sont

une nouvelle fois que leurs auteur qui se sont dénués de

toute humanité s'acharnet dans leur barbarie en obeis-

sant à la logique de la destruc- tion et de la division», ajoute la même source. «Quoi qu'il en soit, la furie des attentats terroristes contre l'Irak et ses institutions, ne peut en aucun cas entamer la détermina- tion du peuple irakien frère et sa direction éclairée, à pour- suivre sa lutte contre le terro- risme et à œuvrer à la construction d'une société ou règnent sécurité et stabi- lité et où les citoyens jouissent de prospérité et de bien-être, conclut le porte-parole.

SYRIE

Le principal axe de ravitaillement de l'EI vers la Turquie coupé

L'axe de ravitaillement du groupe ter- roriste autoproclamé «Etat islamique» (EI) entre la Syrie et la frontière turque

est coupé suite à l'encerclement total vendredi de la ville de Minbej, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «La dernière route reliant Minbej à la frontière turque a été coupée vendredi matin par les Forces démocratiques syriennes (FDS)», une coalition arabo-kurde soutenue par les forces armée américaines, a indiqué

à Rami Abdel Rahmane, directeur de

l'OSDH. «Les FDS ont coupé ce matin la

dernière route reliant Minbej au point de passage frontalier al-Raï, du côté nord-ouest», a-t-il précisé. L'organi- sation terroriste contrôle encore une bande frontalière et des routes secon- daires vers la Turquie, mais celles-ci sont plus «dangereuses et difficiles d'accès», selon lui. Minbej était un car- refour clé sur le principal axe de ravi- taillement de l'EI entre la Turquie et son fief de Raqa (nord). Au cours des derniers jours, cette al-

liance arabo-kurde, appuyée par les frappes de la coalition dirigée par les

Etats-Unis, avait réussi à couper la route reliant Minbej à l'autre point de passage de Jarablos, plus au nord, par lequel transitaient notamment les hommes, les armes et l'argent de l'EI. Elle a de même coupé la route entre Minbej et Raqa, capitale de facto de l'EI en Syrie, plus à l'est. «Pour que les jiha- distes parviennent de Raqa à la frontière turque, ils doivent passer désormais par une route plus dangereuse pour eux en raison de la proximité des troupes du ré- gime syrien et des bombardements russes», a indiqué M. Abdel Rahmane.

MALDIVES

L'ex vice-président emprisonné pour tentative d'assassinat du président

L'ancien vice-président des Maldives Ahmed Adeeb

ans de prison pour terro- risme dans un autre procès

a

été condamné à 15 ans de

pour son rôle dans la répres-

prison pour avoir fomenté une tentative d'assassinat contre le président. «Adeeb

sion des manifestations anti- gouvernementales de mai 2015. Il faut savoir que «deux

a

été condamné tard jeudi

gardes du corps du prési-

soir pour avoir tenté d'as- sassiner le président Abdulla Yameen en déclenchant l'ex- plosion d'une bombe sur son yacht en septembre», a indi- qué son avocat. L'avocat d'Adeeb, Moosa Siraj, a indi- qué au site internet de The Maldives Independent qu'il allait faire appel. «La Cour criminelle m'a empêché de qualifier le procès d'inéqui- table mais nous avons des préoccupations et nous en- tendons faire appel immé- diatement», a-t-il dit. Adeeb avait pour sa part été condamné dimanche à 10

dent ont aussi été condam- nés à l'issue du procès qui s'est tenu à huis clos», selon la même source. Le prési- dent Yameen était ressorti in- demne de cette explosion mais sa femme avait été bles- sée. Avec cette condamna- tion, quasiment tous les ri- vaux de l'atuel président sont en prison ou en exil. L'ex- président des Maldives Mo- hamed Nasheed, premier président démocratique- ment élu en 2008, est en exil en Grande-Bretagne où il a obtenu l'asile politique en mai. Il avait été contraint à la

l'asile politique en mai. Il avait été contraint à la démission après quatre ans au pouvoir

démission après quatre ans au pouvoir dans ce qui s'ap- parentait selon lui, à un coup d'Etat. Nasheed a été condamné à 13 ans de prison pour des accusations de terrorisme à l'issue d'un procès jugé iné- quitable par l'ONU comme par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, ancienne puissance coloniale. Le même tribunal a condamné l'ancien procureur général Muhthaz Muhsin à 17 ans de

prison pour avoir fomenté l'enlèvement du président en émettant un faux mandat d'arrêt en février, a indiqué son avocat Husnu Al Suood. L'opposition estime qu'aux Maldives toute voix dissi- dente est désormais menacée d'arrestation ou contrainte de s'exiler depuis l'arrivée au pouvoir de Yameen, demi- frère de l'ancien homme fort Maumoon Abdul Gayoom, qui a dirigé l'archipel pen- dant 30 ans jusqu'en 2008.

ARGENTINE-GB-MALOUINES

L'Argentine appelle à un dialogue avec le Royaume-Uni sur les îles disputées

Le gouvernement argentin a une nouvelle fois ap- pelé jeudi le Royaume-Uni à entamer un dialogue sur le statut des Iles Malouines. «Le gouverne- ment argentin réitère de nouveau sa volonté totale d'avoir un dialogue ouvert avec le Royaume-Uni et de renforcer les relations bilatérales en vue d'iden- tifier d'éventuels domaines de coopération dans l'At- lantique-Sud», a déclaré le ministère argentin des Affaires étrangères dans un communiqué. Londres est appelé à «reprendre les négociations sur le dossier des Malouines», îles nommées Mal- vinas par les Argentins et Falklands par les Britan- niques. Cet archipel disputé se situe au large des côtes argentines dans l'Atlantique-Sud et est actuel- lement sous le contrôle du Royaume-Uni. Dans son communiqué, le ministère réaffirme «les droits sou- verains imprescriptibles (de l'Argentine) sur les Ma- louines, la Géorgie du Sud-et-les îles Sandwich du Sud ainsi que leurs espaces maritimes environ- nants», disant qu'ils font «partie intégrale du terri- toire national». Le ministère rappelle que l'Argen- tine commémorera ce vendredi 10 juin l'anniversaire de la création en 1829 du Commandement politique et militaire des Iles Malouines et des îles adja- centes du Cap Horn par le gouverneur de la province de Buenos Aires de l'époque, Martin Rodriguez. La- tent au XVIIIe siècle, le conflit territorial s'est inten- sifié à partir de 1816, date à laquelle l'Argentine a re- pris à l'Espagne le contrôle des îles et y a stationné une garnison. Mais elles ont été occupées en 1833 par le Royaume-Uni, qui les a déclarées colonies de la Couronne régies par un gouverneur désigné par Londres. En 1982, Buenos Aires a tenté en vain de reprendre les Malouines par la force, entraînant une guerre de 74 jours au cours de laquelle 649 Argen- tins, 255 soldats britanniques et trois insulaires ont été tués. L'Argentine et le Royaume-Uni ont réta- bli leurs relations diplomatiques en février 1990, mais le différend sur les Malouines persiste et s'est même exacerbé en raison des explorations off- shore croissantes menées par le Royaume-Uni ces dernières années.

UKRAINE-RUSSIE

Rassemblement

à Donetsk contre le projet d'armer les observateurs de l'OSCE

Plus de 5.000 personnes se sont rassemblées hier dans le centre de Donetsk pour protester contre le projet de déployer une mission armée de l'OSCE dans l'est de l'Ukraine. Certains manifestants brandis- saient des pancartes où il était écrit «Non à une mis- sion armée de l'OSCE», l'Organisation pour la Sécu- rité et la Coopération en Europe, a rapporté l'AFP. Le président ukrainien Petro «Porochenko veut faire de l'OSCE une troisième partie du conflit», selon les manifestants, cité par l'agence de presse. L'Ukraine souhaite la mise en place d'une mission de police armée dans l'est de l'Ukraine, où le conflit entre forces ukrainiennes et rebelles prorusses a fait près de 9.400 morts en un peu plus de deux ans. Mos- cou s'est toujours dit opposé à une mission armée de maintien de la paix. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a cependant annoncé samedi qu'il ne serait pas opposé à ce que certains observateurs de l'OSCE soient armés par exemple de «pistolets, pour pou- voir se défendre».

TERRITOIRES PALESTINIENS

Israël renforce sa répression et impose le bouclage de la Cisjordanie et Gaza

Les forces israéliennes ont renforce vendredi leur répression dans les territoires palestiniens en imposant le bouclage de de la Cisjordanie occupée et de la bande de Ghaza, ont indiqué des sources palestiniennes. Tous les points de passage de la bande de Gaza étaient fermés et le se- ront jusqu'à dimanche à minuit (21h00 GMT), selon les mêmes sources. Par ailleurs, les forces israéliennes ont multiplié et incursions dans l'ensemble des villes, villages et camp dans la Cisjordanie occupée. Les forces de l'occupation ont procédé à l'arrestation des deux jeunes pa- lestiniens Nader Bacha et Mohamed Sabih du village Hazma dans le nord-est d'El Qods occupée. Cette vague d'arrestations a touché également Ramdane El Qawasma lors d'une incursion contre sa maison à El Khalil.

10 ANS APRÈS LE PUTSCH

Nouvelle-Zélande et Fidji tentent de renouer

Le Premier ministre néo-zélandais John Key a affirmé hier à Suva que son pays souhaitait rénouer les liens avec les Fidji, 10 ans après le coup d'Etat qui avait porté au pouvoir son homologue Voreqe Bainima- rama. M. Key a expliqué que sa visite avait pour objectif de «réinitialiser la relation pour avancer dans un esprit de grande amitié». M. Key, qui réalise aux Fidji la première visite d'un chef de gouvernement néo- zélandais en une décennie, a affirmé qu'il était temps de regarder au-delà des tensions générées par le coup d'Etat de décembre 2006 de Voreqe Bainimarama. Elu en 2014 lors d'un scrutin démocratique, M. Baini- marama a cependant, affirmé jeudi soir, en accueillant son homologue, que l'attitude de la Nouvelle-Zé- lande devait évoluer. «Je me tiens devant vous, non comme un putschiste ou un dictateur comme certains dans votre pays le disent, mais comme le leader des Fidji élu par le peuple et choisi librement», a-t-il dit. La Nouvelle-Zélande avait été avec l'Australie à la pointe des efforts internationaux pour décréter des sanc- tions contre M. Bainimarama. En 2009, les Fidji avaient expulsé les ambassadeurs australien et néo-zélan-

dais, affirmant qu'ils se mêlaient d'affaires judiciaires. La décision avait été suivie de l'expulsion des repré- sentants fidjiens d'Australie et de Nouvelle-Zélande. Les Fidji, ancienne colonie britannique indépendante depuis 1970, avaient aussi été suspendues du Commonwealth et du Forum des nations du Pacifique sud.

Les relations de l'archipel avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont finalement repris en 2012.

APS

16 DK NEWS

CULTURE

Vendredi 10 - Samedi 11 juin 2016

Le journaliste Ali El Hadj Tahar publie deux ouvrages illustrés sur la peinture algérienne

publie deux ouvrages illustrés sur la peinture algérienne Le journaliste Ali El Hadj Tahar présente les

Le journaliste Ali El Hadj Tahar présente les oeuvreset le parcours de peintres algé- riens de différentes générations dans «Les fondateurs» et «Abstraction et avant- garde», deux ouvrages illustrés parus ré- cemment à Alger.Dans ces deux livres (205.p et 276. p, éd. Alpha) l'auteur propose un aperçu de l'évolution des arts plastiques

en Algérie au XX e siècle, à traversl'évocation des «pionniers de l'art moderne algérien»

(Temam, Mesli, Khedda, Issiakhem,

des premières expériences dans l'art abs- trait et semi figuratif,menées après l'indé- pendance par des peintres comme Malek Salah, Mustapha Nedjaï ou encore Arezki Larbi. Présentés sous forme de textes critiques accompagnés de reproductionsd'oeuvres pour chaque artiste, ces deux volumes pré- sentent également des peintreseuropéens ayant vécu en Algérie comme Etienne-Na- serdinne Dinet et Manton Maria,et des peintres abstraits, moins connus, nés dans les années 1970.Ces présentations sont pré- cédées d'une longue introduction- repro- duitedans les deux volumes- où Ali El Hadj Tahar livre une vision subjective de l'histoi- rede l'art en Algérie et des différents cou- rants esthétiques qui l'ont traversée. L'auteur -qui revendique de n'être «pas neutre»- s'y montre par exempletrès sévère vis-à-vis de l'art contemporain (installa- tions, utilisation de lavidéo, performances, etc) dont il remet en cause le «sérieux» et la «qualité»,quand bien même, écrit-il, il se- rait le «produit de certains Algériens connus et célébrés dans des galeries inter- nationales». Outre ces «jugements de valeur «, les lecteurs trouveront dans ce textede plus de 40 pages une tentative d'explication des dif- férentes orientationsde la peinture algé- rienne à partir du contexte historique (colonisation, guerrede libération, édifica- tion d'une culture algérienne au lendemain de l'indépendance),et de l'influence sur d'autres disciplines (philosophie, psycha- nalyse, etc)et cultures chez la seconde gé- nération de peintres.Recensant au total 86 artistes (y compris l'auteur lui- même qui présenteson propre travail en peinture), «Les fondateurs» et «Abstraction et avant- garde»sont les deux premiers tomes d'une série de quatre livres , réunis sous letitre «La peinture algérienne». Il ont été publiés avec le soutien du mi- nistère de la Culture à l'occasionde la ma- nifestation «Constantine, capitale de la culture arabe 2015».Ali El Hadj Tahar est l'auteur d'une monographie sur la peintre allemandeétablie en Algérie, Bettina Hei- nen Ayech.

puis

)

REMISE DU PRIX DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE «ALI MAACHI» POUR JEUNES CRÉATEURS :

«Un encouragement à la créativité»

La remise des Prix du concours du Prix du président de la République «Ali Maachi» pour jeunes créateurs, mer- credi soir lors d'une cérémonie organisée au Palais de la culture Moufdi Zakaria, à l'occasion de la journée natio- nale de l'artiste, a été perçue comme «un encouragement à la créativité» et «une promotion de l'art».

Le premier prix du roman littéraire a été décerné à Ab- delkader Boudarba (Bou- merdes) tandis que le second prix a été attribué au jeune Djaouad Rostom Touati d'Al-

arts de la musique et danse tandis que le deuxième prix est revenu à Hanin Aissa (Alger) et le troisième à Mech- bek Djoher (Alger). Dans la catégorie des arts cinémato-

ger. Le troisième prix est re- venu à Benzekhroufa Moha- med (Chlef ). Dans la section Poésie, le premier prix a été attribué à Mohamed Bouthraz

graphiques et audiovisuels, le premier prix n'a pas été dé- cerné, alors que le deuxième est revenu à Belaaldjia Re- douane (Constantine) pour un court documentaire, et le

alors que le deuxième prix est revenu à Omar Mohamed Bakir (Skikda) et le troisième

troisième à Amar Haithem (Mostaganem) pour un court- métrage. Le premier prix

à

Tarek Tabet (Batna). Pour ce

d'arts dramatiques a été attri-

qui est de la dramaturgie, le

bué à Mustapha Safrani (La-

premier prix a été décerné à Akila Meradji (Skikda), le deuxième à Salah Nassar

ghouat) et le deuxième à Walid Bouchebah (Béjaia), alors que le troisième est re-

(Alger) tandis que le troisième

venu à Chahrazad Khelifa

a

été attribué à Ismahane Me-

(Alger).

naouar (Constantine). Les trois premiers prix de la section composition musi- cale sont revenus respective- ment à Abdelkrim Fayçal Harik (Mostaganem), Sli- mane Biitich (Djelfa) et Abde- louahab Hasni. Khaloufi Omar (Alger) a remporté le premier prix dans la section

Pour les arts plastiques, les prix ont été décernés à Har- bouche Djaber (Sétif ), Amer Yasser (Mostaganem) et Hed- jab Douadi (M'sila). La céré- monie de distribution des prix s'est déroulée sur fond de mu- sique classique, animée par l'orchestre symphonique na- tional et les chansons du

l'orchestre symphonique na- tional et les chansons du groupe djamaaoui qui avait remporté le Prix Ali

groupe djamaaoui qui avait remporté le Prix Ali Maachi en 2008. Les lauréats se sont dits honorés d'obtenir ce prix qui porte le nom d'une per- sonnalité qui a si bien concilié art raffiné et lutte pour l'indé- pendance, avant de tomber au champs d'honneur le 8 juin 1958. Le prix se veut une reconnaissance de leur talent qui les incite à donner le meil- leur d'eux-mêmes, ont-ils es- timé. Djaouad Rostom, titulaire du deuxième prix du roman, et inconditionnel de Mouloud Maamri s'est féli- cité de «ce prix et du message

qu'il véhicule, d'autant qu'il renvoie à un nom historique, symbol de la lutte et de la Ré- volution nationale». Le dra- maturge, Walid Bouchebah, a quant a lui estimé que ce prix l'incitait à donner plus et à concourir à la promotion de l'art. Le prix du président de la République «Ali Maachi» pour jeunes créateurs a été institué en 2006 en vertu d'un décret présidentiel. La valeur du premier prix dans tous les domaines de création est esti- mée à 500.000 DA, celle du deuxième à 300.000 da et la troisième à 100.000 DA.

Le châabi de retour à la «Tahtaha»

Un spectacle musical dédié au châabi, un récital oscillant entre le qcid du ter- roir et les chansonnettes avec une or- chestration respectant les traditions du genre, a été animé mercredi soir par la chanteur Athmane Rouibi à la «Tahtaha» (placette des artistes) au port d'Alger. Avec une interprétation limpide et une instrumentation de grande justesse, Ath- mane Rouibi a inauguré le programme des soirées châabi du mois de Ramadhan organisées dans cette esplanade, située au cœur de la capitale, par l’établisse- ment Arts et culture de la wilaya d’Alger. S'il est discret sur la scène artistique, Athmane Rouibi reste un chanteur très apprécié par les initiés pour la justesse de son interprétation dans le qcid et sa voix

claire découlant de l’école du regretté El Hachemi Guerouabi mais aussi pour la grande liberté qu’il prend dans son ré- pertoire de chansonnettes, qui parlent d’amour d’amitié et de la société, avec des mélodies aux influences multiples. Cette soirée a été la première d'un programme comportant une trentaine de récitals qui se tiendront chaque soir jusqu’au 3 juillet prochain à la placette des artistes où cette petite scène sur les quais du port accueil- lera plusieurs noms de la scène châabi à l’instar de Mohamed Chetouane, Abder- rezak Guennif, Hakim El Ankis ou encore Kamel Aziz. Inaugurée au début de l'été 2014, cette petite terrasse de la pêcherie d'Alger aménagée en café spectacle bien tenu avec une vue imprenable sur le port

de pêche et la baie d'Alger a déjà accueilli sur sa scène de nombreux événements, dédiés à la musique andalouse et châabi, et qui ont connu un franc succès auprès du public. D'autres grands noms du châabi seront également produits par Arts et culture au centre culturel de la commune de Oued Koreich dont Cheikh Liamine, Abdelkader Chaou, Nacer Mok- dad, Abdelkader Chercham ou encre Ab- derrahmane El Kobi à parti de vendredi. D'autres programmes réservés à la va- riété algérienne et la musique andalouse à la salle Ibn Khaldoun ou au cinéma en plein air au Théâtre de verdure El Aadi Flici seront également lancé jeudi soir et se pour suivront jusqu’à la fin du mois de ramadan.

Un récital en hommage à Amar Ezzahi à Alger

Les chanteurs de chaâbi Aziouz Raïs, Mohamed Chetouaneet Nasreddine Galiz ont donné jeudi soir à Alger un ré- cital en hommage à undes maîtres de la musique populaire, Amar Ezzahi.Orga- nisé à la salle El-Mouggar par l'Office na- tional de la culture etde l'information (Onci), ce concert, premier d'une série d'hommages à des figuresde la musique algérienne, a été l'occasion pour le pu- blic de redécouvrir leschansonnettes qui ont fait le succès du maître- âgé de 71 ans aujourd'hui- audébut de sa carrière dans les années 1960. Devant une soixantaine de specta- teurs, entre familles et amateurs de chaâbi, les interprètes ont revisité des ti- tres comme «Sali Trach Kelbi», «Ach âa- debni», «El Ghorfa El âlia» ou encore «Dik Echamâa», des textes écrits en ma- jorité par le grand auteur-compositeur Mahboub Bati (1919-2000). Accompa-

grand auteur-compositeur Mahboub Bati (1919-2000). Accompa- gnés par un orchestre dirigé par Rabah Slim, Aziouz Raïs

gnés par un orchestre dirigé par Rabah Slim, Aziouz Raïs et Mohamed Che- touane ont également interprété des Ksid (poèmes) du melhoun maghrébin, un répertoire auquel Amar Ezzahi a consacré la plus grande partie de sa car- rière. L'hommage à l'artiste était égale-

ment perceptible dans l'interprétation des deux chanteurs de génération diffé- rente, à travers le mélange de sobriété sur scène et d'émotion dans la voix chez Chetouane, et par la virtuosité du jeu au mandole chez Raïs. Ce dernier, plus jeune qu'Ezzahi d'une dizaine d’année, a d’ailleurs pré- cédé son tour de chant par un hommage appuyé au «grand frère» et à l'«ami», en citant un célèbre vers du melhoun sur l’importance dans l’art populaire d’être reconnaissant aux «maîtres» du genre. Nasreddine Galiz a pour sa part privi- légié le divertissement en cette soirée de ramadan en interprétant ses propres chansons. Organisés tous les soirs jusqu’au 29 juin, les concerts de l’Onci rendront hommage à dix-huit illustres artistes algériens dont El Hadj M’hamed El Anka, Sadek Béjaoui, Cheikha Titma, Chérifa ou encore Sid-Ahmed Serri.

Cheikh Miloud Vialari agrémente le public de Tissemsilt avec les plus belles œuvres du patrimoine bédouin

Le doyen du chant bédouin, Cheikh Mi- loud Vialari a agrémenté les familles et pu- blic de Tissemsilt avec les plus belles œuvres de son répertoire, lors d’une soirée organi- sée, mercredi, à la maison de la culture «Mouloud Kacem Nait Belkacem» dans le cadre de la célébration de la journée natio- nale de l’artiste. Le chanteur Mohammed Boukanine, plus connu sous le pseudonyme

de Cheikh Miloud Vialari (en référence à Vialar, ancien nom de Tissemsilt) a drainé un grand nombre de familles, en leur pré- sentant, une heure durant, des chants bé- douins, puisés d’un répertoire d’un demi-siècle de carrière artistique, chantant, entre autres, l’amour du pays et la guerre de libération. Cette soirée, initiée par la Direc- tion de la culture, a vu la participation de

Tarik Chebli dit «Ahmed Wahbi junior» et du chanteur Aïssa la Star, versé dans le genre Rap, au grand plaisir du jeune public. L’as- sistance a également apprécié les morceaux de musique de Touil Djillali. Le Melhoun s’est également taillé une part du lion avec le passage très remarqué des poètes locaux comme Kacem Chi- khaoui, Mohammed Bacha et Mohammed

Melahi. Cette soirée artistique a été clôturée par le genre «Chaabi» animé, par l’associa- tion culturelle et artistique «Chourouk» de Theniet El Had. Le directeur de wilaya chargé de la culture, Mohammed Dahel, a souligné que cette soirée a été initiée pour rendre hommage aux artistes de la wilaya qui pour suivent leur parcours de longue

haleine.

APS

Vendredi 10 - Samedi 11 juin 2016

HISTOIRE

DK NEWS

17

La Fondation Al Ahram adresse

un message de remerciements au Président Bouteflika

Le président du conseil d'administration de la Fondation Al Ahram, Ahmed Essaid al Najjar, a adressé un message de remerciements au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, après avoir préfacé la version arabe du livre sur la personnalité de l'Emir Abdelkader intitulé "Le faucon du désert, Abdelkader et l'occupation française en Algérie".

"Il m'est particulièrement agréable de présenter à votre Excellence mes vifs remerciements et de vous faire

part de ma profonde considération pour avoir eu l'affabilité de rédiger la préface du livre "Le faucon du désert, Abdelkader et l'occupation française en Algérie" qui s'est singularisée par sa profondeur et distinguée par sa mouture exceptionnelle et sa richesse intellectuelle", lit-on dans le message du président du conseil d'administration de la Fondation Al Ahram. Et d'ajouter: "L'introduction remarquable a greffé une inestimable valeur sur l'ouvrage en plus de toutes celles qui le distinguent et qui s'inspirent des grandes valeurs du symbole algérien, arabe et humain, l'Emir Abdelkader Al Djazairi, et de l'écriture objective et honorable de l'écrivain Wilfrid Scawen Blunt". Il a souligné que la "Fondation Al Ahram retiendra fidèlement votre délicate attention et votre haute considération à l'égard de la Fondation et la gardera précieusement au plus profond de sa mémoire de 140 années de créativité, d'illumination, de nationalisme et d'arabisme". Par ailleurs, la Fondation Al Ahram

a saisi cette opportunité pour renouveler au Président Bouteflika "son profond sentiment de respect et de déférence et lui présenter ses meilleurs voeux de succès dans la direction de l'Algérie soeur et davantage de progrès et de prospérité

à son peuple". La Fondation Al Ahram a présenté également ses voeux de santé et de bien-être au président de la

ses voeux de santé et de bien-être au président de la République et au peuple algérien

République et au peuple algérien à l'occasion du mois sacré de

Ramadhan. L'ambassade d'Algérie au

Caire a organisé une cérémonie à l'occasion de la publication de ce livre le 29 mai dernier, en présence du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, son homologue égyptien, Hilmi el Mounemnem, et plusieurs

personnalités politiques, diplomatiques, culturelles et médiatiques.

APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 419 697 du 11/06/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 419 697 du 11/06/2016

Découverte d'un ancêtre probable de l'homme de Florès

Des hominidés qui vivaient il y a environ 700.000 ans étaient probablement les ancêtres de l'énigmatique homme de Florès qui vivait sur la même île indonésienne, ont annoncé des ar- chéologues. Deux études publiées mercredi dans la revue britannique "Na- ture" devraient mettre fin à certaines controverses vieilles de plus de dix ans autour des origines de l'homme de Florès, sur- nommé le "hobbit" en raison de sa petite taille. "Ces étranges hominidés étaient donc déjà présents sur l'île il y a 700.000 ans", explique Yousuke Kaifu du Musée national de la nature et des sciences d'Ibaraki au Japon, cité par l'AFP. L'homme de Florès, qui aurait vécu il y a 50.000 ans, a été mis au jour en septembre 2003 dans la grotte de Liang Bua sur l'île éponyme en Indonésie, selon les scientifiques. D'une taille d'environ 1m pour 25 kg, ils étaient dotés d'une tête anormalement petite par rapport à leur corps, abritant un cer- veau d'une taille similaire à celui d'un chimpanzé.

18 DK NEWS

DÉTENTE

Vendredi 10 - Samedi 11 j uin 2016

Programme de la soirée

19:55Vendredi 10 - Samedi 11 j uin 2016 Programme de la soirée Esprits criminels Créée par

Esprits criminels

Créée par : Larry Teng Avec : Joe Mantegna, Shemar Moore

Créée par : Larry Teng Avec : Joe Mantegna, Shemar Moore Hotchner et son équipe se

Hotchner et son équipe se rendent à Atlanta pour enquêter sur le décès accidentel d'un journaliste, qui avait disparu trois jours plus tôt. Un témoin qui a tenté de lui sauver la vie déclare à Rossi et Morgan qu'il agissait comme sous l'effet d'une drogue. Son rédacteur en chef révèle à Callahan qu'il menait une enquête sur la vaccination. L'affaire se complique lorsqu'un scientifique travaillant dans un laboratoire est enlevé.

19:55

19:55N'oubliez pas les paroles 100% tubes - sur twitter via #noplp MAGAZINE D'INFORMATION - 1

19:55

N'oubliez pas les paroles 100% tubes - sur twitter via #noplp

MAGAZINE D'INFORMATION - 1 saison / 23 épisodes

#noplp MAGAZINE D'INFORMATION - 1 saison / 23 épisodes Huit personnalités se prêtent au jeu du

Huit personnalités se prêtent au jeu du karaoké au profit d'asso- ciations caritatives. Valérie Da- midot et Tony Saint Laurent concourent pour l'association CéKeDuBonheur qui travaille à améliorer la qualité de vie des enfants hospitalisés. Michaël Gregorio et Gérard Holtz s'unis- sent pour la Ligue contre le cancer. Valérie Bègue et Iris Mittenaere se lancent pour Les Bonnes Fées. Amir, qui a repré- senté la France à l'Eurovision en mai dernier, est également présent. Les illustres candidats s'affrontent au cours de duels. Les deux meilleurs invités tente- ront de remporter jusqu'à 150

000 euros.candidats s'affrontent au cours de duels. Les deux meilleurs invités tente- ront de remporter jusqu'à 150

000 euros.
tente- ront de remporter jusqu'à 150 000 euros. 19:55 Assassinée TÉLÉFILM DRAMATIQUE - France (2011)

19:55

Assassinée

TÉLÉFILM DRAMATIQUE - France (2011)

19:55 Assassinée TÉLÉFILM DRAMATIQUE - France (2011) Cathy prépare activement les 20 ans de sa fille,

Cathy prépare activement les 20 ans de sa fille, Eva. Elle a prévu pour elle un cadeau de taille : une voiture. Divorcée de Richard, elle accepte pour l'occasion d'enterrer la hache de guerre. Alors que tous les invités arrivent, Eva, qui a fêté son anniversaire la veille, ne donne pas signe de vie. Rongée par l'inquiétude, Cathy se rend au commissariat. Elle apprend de façon brutale que sa fille a été assassinée.

20:00de façon brutale que sa fille a été assassinée. Rugby Championnat de France Top 14 RACING

de façon brutale que sa fille a été assassinée. 20:00 Rugby Championnat de France Top 14

Rugby

Championnat de France Top 14

RACING 92 / TOULOUSE

Rugby Championnat de France Top 14 RACING 92 / TOULOUSE L'épilogue de la saison du Top

L'épilogue de la saison du Top 14 commence à s'écrire douce- ment mais sûrement avec les barrages de la phase finale. A l'issue de la saison régulière, les quatre équipes placées entre la troisième et la sixième place s'affrontent lors de ces bar- rages. Comme le veut le règle- ment, le troisième au classe- ment général affronte le sixième pendant que le qua- trième est opposé au cinquième. Les équipes qui sortent victo- rieuses rejoignent les deux pre- miers du classement en demi-fi- nales. Au terme de la 25e jour- née, Clermont occupait le fau- teuil de leader du Top 14 devant Montpellier, le Racing-Métro,

Toulon, Toulouse et Castres. de leader du Top 14 devant Montpellier, le Racing-Métro, 19:55 Football / Euro ANGLETERRE / RUSSIE

19:55Montpellier, le Racing-Métro, Toulon, Toulouse et Castres. Football / Euro ANGLETERRE / RUSSIE Invaincus lors des

le Racing-Métro, Toulon, Toulouse et Castres. 19:55 Football / Euro ANGLETERRE / RUSSIE Invaincus lors des

Football / Euro

ANGLETERRE / RUSSIE

et Castres. 19:55 Football / Euro ANGLETERRE / RUSSIE Invaincus lors des éliminatoires de l’Euro, les

Invaincus lors des éliminatoires de l’Euro, les coéquipiers de Joe Hart font partie des candidats potentiels à la victoire finale. Un statut de favori que la sélec- tion aux Trois Lions semble as- sumer. Cette édition 2016 pour- rait bien être celle des cham- pions du monde 1966, qui n’ont jamais remporté le trophée eu- ropéen. Quarts de finalistes du dernier tournoi, Roy Hodgson et les siens n’auront pourtant pas la tâche facile face aux Russes, capables de créer la sur- prise. Les hommes de Leonid Slutsky auront surtout à cœur de briller sur la scène continen- tale avant d’accueillir en 2018

la prochaine Coupe du monde.sur la scène continen- tale avant d’accueillir en 2018 Jeux “L’art véritable n’a que faire de

Jeux

d’accueillir en 2018 la prochaine Coupe du monde. Jeux “L’art véritable n’a que faire de proclamations

“L’art véritable n’a que faire de proclamations et s’accomplit dans le silence.”

*Marcel Proust

Citation

Samouraï-Sudoku n°1315

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots croisés n°1315   1. Pruderie

Mots croisés n°1315

 

1. Pruderie

nie - Tour - Sinon

2. Planète - Aigres

8. épiphyte - Baie des côtes de Honshu

9.Décliner

3.Mesure d'avoine pour un