Vous êtes sur la page 1sur 82
***
***

Vulnérabilité des constructions aux séismes

Vulnérabilité des constructions aux séismes

Ghislaine VERRHIEST-LEBLANC – AFPS /ASN Marseille Guy JACQUET – AFPS - IPGR

D’après Milan ZACEK

GVL - 040509

Ghislaine VERRHIEST-LEBLANC – AFPS /ASN Marseille Guy JACQUET – AFPS - IPGR D’après Milan ZACEK GVL

Protection parasismique des bâtiments

Les tremblements de terre sont inévitables, mais la destruction des constructions n’est pas inévitable. Or plus de 90 % des pertes en vies humaines sont dues à l’effondrement de bâtiments

de 90 % des pertes en vies humaines sont dues à l’effondrement de bâtiments Kalamata, Grèce

Kalamata, Grèce 1987

de 90 % des pertes en vies humaines sont dues à l’effondrement de bâtiments Kalamata, Grèce

Izmit, Turquie 1999

Comportement dynamique des ouvrages

OSCILLATIONS FORCEES

• forces extérieures (cas du vent)

des ouvrages OSCILLATIONS FORCEES • forces extérieures (cas du vent) • déplacement imposé (cas des séismes)

• déplacement imposé (cas des séismes)

des ouvrages OSCILLATIONS FORCEES • forces extérieures (cas du vent) • déplacement imposé (cas des séismes)

Comportement dynamique des ouvrages

OSCILLATIONS LIBRES Ces oscillations suivent l’arrêt des oscillations forcées. Elles se poursuivent jusqu’à l’amortissement complet du mouvement. Leur période, appelée période propre T, est pratiquement constante. Elle correspond à la durée d’un cycle d’oscillation

appelée période propre T, est pratiquement constante. Elle correspond à la durée d’un cycle d’oscillation
appelée période propre T, est pratiquement constante. Elle correspond à la durée d’un cycle d’oscillation

Comprendre les effets des séismes sur les constructions pour réduire leur vulnérabilité

Principes du comportement des constructions sous séisme

•Sollicitations de la superstructure

•Amplification +/- importantes aux étages

sous séisme •Sollicitations de la superstructure • •Amplification +/- importantes aux étages avec la masse

avec la masse

sous séisme •Sollicitations de la superstructure • •Amplification +/- importantes aux étages avec la masse

Effets des oscillations horizontales

•Rigidité latérale + faible / verticale : dangerosité plus importantes des oscillations horizontales / verticales

• Types de sollicitations : flexion, traction, cisaillement et balancement

•Type d’effets : fissuration, dislocation, écrasement, projection, effondrement… GV – ENPC - 160508
•Type d’effets : fissuration,
dislocation, écrasement,
projection, effondrement…
GV – ENPC - 160508

Effets des oscillations verticales

•Non négligeables dans les zones proches de l’épicentre

•Dangereuses pour les éléments de grande portée et les éléments en porte-à-faux

•Types d’effets : arrachement de charpentes, projection d’équipements, balancement des constructions

Effets des oscillations de torsion

•2 types de torsion : accidentelle et structurelle

•Torsion:

ÄProduite par les déplacements horizontaux du sol

ÄQuand les rigidités verticales ne sont pas symétriques au centre de gravité d’un niveau

•Torsion structurelle: ÄForme irrégulière ÄContreventement excentré GV – ENPC - 160508
•Torsion structurelle:
ÄForme irrégulière
ÄContreventement excentré
GV – ENPC - 160508

Effets des oscillations de torsion

•Torsion accidentelle :

ÄDéplacements différentiels du sol ÄDéplacements accidentels du centre de gravité ou du

centre de rigidité (charges temporaires, défaut d’exécution, modifications, défaillance progressive en cours de séisme…)

rigidité (charges temporaires, défaut d’exécution, modifications, défaillance progressive en cours de séisme…)

Principes de résistance et facteurs de vulnérabilité

Choix de l’architecture

COMMENT PREVENIR LES EFFETS DESTRUCTEURS MAJEURS

• Résonance du bâtiment avec le sol

• Torsion d’ensemble

• Oscillations différentielles

• Effet de niveau souple

• Effet de poteau court

le sol • Torsion d’ensemble • Oscillations différentielles • Effet de niveau souple • Effet de

Choix de l’architecture

RESONANCE DU BATIMENT AVEC LE SOL

Résonance = « réponse » amplifiée par l’interaction sol- structure Situation de résonance : T bâtiment = T sol

sol- structure Situation de résonance : T b â t i m e n t =

Eglise sur rocher

sol- structure Situation de résonance : T b â t i m e n t =

Eglise sur sol mou

Choix de l’architecture

Dommages sismiques dus à la résonance du bâtiment avec le so

Dommages sismiques dus à la résonance du bâtiment avec le so Séisme du Mexique, Mexico 1985

Séisme du Mexique, Mexico 1985

Dommages sismiques dus à la résonance du bâtiment avec le so Séisme du Mexique, Mexico 1985

Photos NISEE

Choix de l’architecture

TORSION D’ENSEMBLE

Les parties plus déformables vrillent autour des parties rigides.

Tout niveau dont les éléments rigides ne sont pas répartis symétriquement peut être exposé en cas de séisme à une torsion d’ensemble

éléments rigides ne sont pas répartis symétriquement peut être exposé en cas de séisme à une

Choix de l’architecture

Exemple de dommages dus à la torsion d’ensemble

Choix de l’architecture Exemple de dommages dus à la torsion d’ensemble Séisme du Mexique, Mexico 1985

Séisme du Mexique, Mexico 1985

Choix de l’architecture

OSCILLATIONS DIFFERENTIELLES

Choix de l’architecture OSCILLATIONS DIFFERENTIELLES Dommages dans les angles rentrants

Dommages dans les angles rentrants

Choix de l’architecture

Dommages dans les angles rentrants dus aux oscillations différentielles (séisme de Kobé, Japon 1985)

oscillations différentielles (séisme de Kobé, Japon 1985) Angle rentrant dans un un plan horizontal Angle rentrant

Angle rentrant dans un un plan horizontal

de Kobé, Japon 1985) Angle rentrant dans un un plan horizontal Angle rentrant dans un plan

Angle rentrant dans un plan vertical

Photos Weliachew

Choix de l’architecture

Volumes en saillie : dommages dans les angles rentrants

de l’architecture Volumes en saillie : dommages dans les angles rentrants Séisme d’Anchorage, Alaska 1964 Photo

Séisme d’Anchorage, Alaska 1964

Photo NISEE

Choix de l’architecture

Solutions supprimant ou limitant les effets des oscillations différentielles en plan

• Joints parasismiques

• Rigidifier les zones flexibles

• Joints parasismiques • Rigidifier les zones flexibles • Variation progressive de la rigidité • Isolation

• Variation progressive de la rigidité

• Isolation parasismique

progressive de la rigidité • Isolation parasismique Solutions architecturales et constructives, CIFP de

Solutions architecturales et constructives, CIFP de Guadeloupe et Martinique 2009, M. ZACEK

parasismique Solutions architecturales et constructives, CIFP de Guadeloupe et Martinique 2009, M. ZACEK Photos Zacek
parasismique Solutions architecturales et constructives, CIFP de Guadeloupe et Martinique 2009, M. ZACEK Photos Zacek

Photos Zacek

Choix de l’architecture

Caractéristiques des joints parasismiques

• largeur suffisante pour prévenir l’entrechoquement des blocs adjacents, avec un minimum de 4 cm en zones Ia et Ib et 6 cm en zones II et III

• de préférence, être vides de tout matériau

II et III • de préférence, être vides de tout matériau Largeur minimale entre deux bâtiments
II et III • de préférence, être vides de tout matériau Largeur minimale entre deux bâtiments

Largeur minimale entre deux bâtiments voisins

Transmission de chocs à travers un joint rempli de polystyrène

Choix de l’architecture

Largeur de joint insuffisante : entrechoquement

Largeur de joint insuffisante : entrechoquement Boumerdès, Algérie 2003 Photo NISEE San Fernando,

Boumerdès, Algérie 2003

Largeur de joint insuffisante : entrechoquement Boumerdès, Algérie 2003 Photo NISEE San Fernando, Californie 1971

Photo NISEE

San Fernando, Californie 1971

Choix de l’architecture

Largeur de joint insuffisante : entrechoquement (suite)

Largeur de joint insuffisante : entrechoquement (suite) Boumerdès, Algérie 2003 Photo Weliachew Kobé, Japon 1995

Boumerdès, Algérie 2003

Largeur de joint insuffisante : entrechoquement (suite) Boumerdès, Algérie 2003 Photo Weliachew Kobé, Japon 1995

Photo Weliachew

Kobé, Japon 1995

Absence de joints parasismiques
Absence de joints parasismiques

Absence de joints parasismiques

Choix de l’architecture

Comportement des bâtiments sur appuis parasismiques

Comportement des bâtiments sur appuis parasismiques Les déformations des bâtiments sur appuis sont très

Les déformations des bâtiments sur appuis sont très faibles

Choix de l’architecture

Solutions supprimant ou limitant les effets des oscillations différentielles en élévation

• Joints parasismiques

• Rigidifier les zones flexibles

• Joints parasismiques • Rigidifier les zones flexibles • Variation progressive de la rigidité • Isolation

• Variation progressive de la rigidité

• Isolation parasismique

• Rigidifier les zones flexibles • Variation progressive de la rigidité • Isolation parasismique Photos Zacek
• Rigidifier les zones flexibles • Variation progressive de la rigidité • Isolation parasismique Photos Zacek

Photos Zacek

Choix de l’architecture

EFFET DE NIVEAU SOUPLE

• Il se produit lorsqu’un niveau à structure en portiques est surmonté d’un niveau plus rigide (à structure à murs par exemple)

• Conséquence de la présence d’un niveau souple : effondrement fréquent

la présence d’un niveau souple : effondrement fréquent Phase 1 : déformation en S des poteaux

Phase 1 :

déformation en S des poteaux

Phase 2 : rupture des poteaux aux extrémités

: déformation en S des poteaux Phase 2 : rupture des poteaux aux extrémités Ceyhan-Misis, Turquie

Ceyhan-Misis, Turquie 1998

Photo Balandier

Effets de niveau souple GV – ENPC - 160508
Effets de niveau souple
GV – ENPC - 160508

Choix de l’architecture

Exemples d’effet de niveau souple

Choix de l’architecture Exemples d’effet de niveau souple Photo Weliachew Séisme de Kobé, Japon 1995 P

Photo Weliachew

Séisme de Kobé, Japon 1995

niveau souple Photo Weliachew Séisme de Kobé, Japon 1995 P h o t o N I

Photo NISEE

Séisme de San Fernando, Californie 1971

Choix de l’architecture

Effondrements dus à l’effet de niveau souple

Effondrements dus à l’effet de niveau souple Séisme de Kobé, Japon 1995 Séisme de Tokachi-Oki, Japon

Séisme de Kobé, Japon 1995

Effondrements dus à l’effet de niveau souple Séisme de Kobé, Japon 1995 Séisme de Tokachi-Oki, Japon

Séisme de Tokachi-Oki, Japon 1968

Constructions adossées à une pente possédant un soubassement ouvert

Constructions adossées à une pente possédant un soubassement ouvert

Choix de l’architecture

Solutions supprimant ou limitant les effets des oscillations différentielles en élévation

les effets des oscillations différentielles en élévation • Contreventement situé en façade ou à l’intérieur

• Contreventement situé en façade ou à l’intérieur du bâtiment

Photo Zacek

• Augmentation vers le haut de la largeur des porteurs verticaux

l’intérieur du bâtiment Photo Zacek • Augmentation vers le haut de la largeur des porteurs verticaux

Photo Boitouzet

Choix de l’architecture

Solutions supprimant ou limitant les effets des oscillations différentielles en élévation (suite)

des oscillations différentielles en élévation (suite) • Généralisation de la souplesse, tous les niveaux sont

• Généralisation de la souplesse, tous les niveaux sont souples (mur rideau aux étages)

• Isolation parasismique

de la souplesse, tous les niveaux sont souples (mur rideau aux étages) • Isolation parasismique Photo

Photo Jarret

Choix de l’architecture

Exemple : l’ajout d’un mur a prévenu l’effondrement de la partie concernée du rez-de-chaussée

l’effondrement de la partie concernée du rez-de-chaussée Séisme de Ceyhan-Misis, Turquie 1998 Photo Balandier

Séisme de Ceyhan-Misis, Turquie 1998

Photo Balandier

Objectifs du stage

EFFET DE POTEAU COURT

• Situation :

poteaux de faible hauteur ou «bridés» par d’autres éléments, situés dans la structure principale

• Conséquence :

rupture brutale ayant pour cause

Ä faible déformabilité des poteaux

Ä comportement fragile

Ä charge importante des poteaux

(proportionnelle à leur rigidité latérale)

charge importante des poteaux (proportionnelle à leur rigidité latérale) Séisme de Chi-Chi, Taïwan 1999 Photo NISEE

Séisme de Chi-Chi, Taïwan

1999

Photo NISEE

Choix de l’architecture

Principe de l’effet de poteau court

Choix de l’architecture Principe de l’effet de poteau court Rupture par cisaillement des poteaux bridés

Rupture par cisaillement des poteaux bridés

Choix de l’architecture Principe de l’effet de poteau court Rupture par cisaillement des poteaux bridés
Choix de l’architecture Principe de l’effet de poteau court Rupture par cisaillement des poteaux bridés

Protection parasismique des bâtiments

Autres cas de dommages dus à l’effet de poteau court :

poteaux dans une cage d’escalier et en vide sanitaire

: poteaux dans une cage d’escalier et en vide sanitaire Photo NISEE Photo Hadj Hamou Séisme

Photo NISEE

poteaux dans une cage d’escalier et en vide sanitaire Photo NISEE Photo Hadj Hamou Séisme d’El

Photo Hadj Hamou

Séisme d’El Asnam, Algérie 1980

Parti architectural défavorable

Parti architectural défavorable

Ouvertures

Ouvertures
Ouvertures
Ouvertures
Couplage de deux bâtiments
Couplage de deux bâtiments
Consoles
Consoles
Dislocation – effondrement des maçonneries non chaînées

Dislocation – effondrement des maçonneries non chaînées

Risques liés aux ouvrages sur toit, clocher, cheminée…

Risques liés aux ouvrages sur toit, clocher, cheminée…
Risques liés aux ouvrages sur toit, clocher, cheminée…

Réduction de la vulnérabilité aux séismes :

un axe majeur de la prévention du risque sismique

Comment réduire le risque sismique ?

•Impossibilité d’agir sur l’aléa sismique •Action sur les enjeux exposés

(réseaux, bâtiments, infrastructures,…)

(réseaux, bâtiments, infrastructures,…)
(réseaux, bâtiments, infrastructures,…)
(réseaux, bâtiments, infrastructures,…)

•Action sur l’aménagement du territoire •Action sur la connaissance du risque •Préparation à la gestion de crise

Règles de construction parasismique

Cadre réglementaire

Cadre réglementaire

Deux catégories d’ouvrage :ORN et ORS

Ouvrages à risque normal – ORN = « Les conséquences d’un séisme demeurent circonscrites à leurs occupants et à leur voisinage immédiat. »

Ouvrages à risque spécial – ORS = « Les effets sur les personnes, les biens et l ’environnement, de dommages, même mineurs, suite à un séisme, peuvent ne pas être circonscrits au voisinage immédiat des bâtiments, équipements et installations.»

Des objectifs de la réglementation proportionnés à la catégorie d’ouvrages.

Pour les ORN: préserver les vies humaines par une faible probabilité d’effondrement des ouvrages

Å 4 classes de construction A, B, C et D / ORN

classe A : défaillance = un risque minime pour les personnes ou l'activité économique ;

classe B : défaillance = un risque dit moyen pour les personnes

;

classe C : défaillance = un risque élevé pour les personnes et ceux présentant le même risque en raison de leur importance socio-économique;

classe D regroupant les bâtiments, les équipements et les installations dont le fonctionnement est primordial pour la sécurité civile, pour la défense ou pour le maintien de l'ordre public

Définition des classes d’ouvrages ORN Classe A

Classe A

bâtiments avec activité humaine sans séjour de longue durée

des classes d’ouvrages ORN Classe A Classe A bâtiments avec activité humaine sans séjour de longue

Définition des classes d’ouvrages ORN Classe B

Classe B

habitations individuelles

établissements recevant du public de catégories 4 et 5

établissements recevant du public de catégories 4 et 5 bâtiments de hauteur inférieure ou égale à

bâtiments de hauteur inférieure ou égale à 28 m

bâtiments d'habitation collective

bâtiments à usage de bureau ne recevant pas de public, et pouvant accueillir un maximum de 300

bâtiments destinés personnes à usage industriel, et pouvant accueillir un maximum de 300 personnes

bâtiments abritant les parcs de stationnements ouverts au public

Définition des classes d’ouvrages ORN Classe C

établissements recevant du public de catégories 1, 2 et 3

bâtiments de hauteur supérieure à 28 m:

Äbâtiments d'habitation collective

Äbâtiments à usage de bureau

Classe C

bâtiments pouvant accueillir simultanément plus de 300 personnes

bâtiments des centres de production collective d'énergie

pouvant accueillir simultanément plus de 300 personnes bâtiments des centres de production collective d'énergie

Définition des classes d’ouvrages ORN Classe D

Classe D

bâtiments dont la protection est primordiale pour la sécurité civile, la défense nationale et le maintien de l'ordre public

la défense nationale et le maintien de l'ordre public bâtiments abritant les moyens de secours opérationnels

bâtiments abritant les moyens de secours opérationnels

bâtiments contribuant au maintien des communications

centres principaux des réseaux de télécommunications ouverts au public

centres de diffusion et de réception de l'information

5 Zones de sismicité

0 négligeable mais non nulle

Ia très faible mais non négligeable

Ib

faible

II

moyenne

III

forte (Antilles)

Ancien décret n°91-461 du 14 mai 1991

Ancien décret n°91-461 du 14 mai 1991

Zonage sismique

Zonage sismique

découpage cantonal de 1989

découpage cantonal de 1989

données sismologiques

données sismologiques

antérieures à 1984

antérieures à 1984

GUYANE SAINT-PIERRE ET MIQUELON LA RÉUNION
GUYANE
SAINT-PIERRE
ET MIQUELON
LA RÉUNION

La réglementation parasismique :

une obligation de protection

Proportionnée au risque (zonage sismique) et à la nature des ouvrages (ouvrage à risque normal - ORN/ risque spécial -ORS; classes d’ouvrages des ORN : A, B, C, D)

Conditions

ORN

ORS

Classes et zones

B, C, D Ia, Ib, II, III

Tous Toutes les zones

Obligations

Protection statistique et probabiliste Règles PS 92 Règles PS-MI 89/92 Décrets de 1991 et 2000 Arrêté de 1997

Protection déterministe SMHV SMS

Problématique du neuf / existant

Obligations

ORN

ORS

Construction neuve

Toujours

Toujours

ORN ORS Construction neuve Toujours Toujours Action préventive sur l’existant Non sauf

Action préventive sur l’existant

Non sauf PPRN-sismique

Non sauf arrêté préfectoral spécifique

Action sur l’existant à l’occasion de travaux

Oui, selon les cas Sur l’ensemble de l’ouvrage ou une partie

Oui, sur l’ensemble de l’ouvrage

de travaux Oui, selon les cas Sur l’ensemble de l’ouvrage ou une partie Oui, sur l’ensemble

Problématique des constructions neuves

règles PS 92 et PSMI 89/92

GV – ENPC - 160508
GV – ENPC - 160508
GV – ENPC - 160508
GV – ENPC - 160508

Limites de la protection réglementaire (1/2)

Des règles parasismiques efficaces par rapport à leurs objectifs :

Sécurité des personnes et non prévention des dommages aux biens et facilitation du retour à la normale

Probabilité raisonnablement faible d’effondrement ou de désordres des bâtiments conformes vis-à-vis des actions sismiques de calcul

Pas de garantie totale d’absence de dommages graves en cas de séisme destructeurs

Limites de la protection réglementaire (2/2)

Des règles de construction parasismique

Çqui présentent certaines limites et qui ne suffisent pas en elles-mêmes

Çet parfois pour leur application:

pas en elles-mêmes Ç et parfois pour leur application : •Méconnaissance de leur contenu •Mauvaise

•Méconnaissance de leur contenu

•Mauvaise compréhension (volontaire ou non)

•Difficultés de mise en œuvre

•Difficulté du contrôle

Une construction parasismique ?

Conception architecturale parasismique

•Implantation judicieuse / effets de site et effets induits

•Architecture favorable à la résistance aux séismes

+

Application des règles parasismiques

•Dispositions constructives / résistance et ductilité

•Dimensionnement / charges sismiques de calcul

+

Mise en œuvre soignée

•Matériaux de qualité

•Exécution dans les règles de l’art

La construction parasismique passe d’abord par une bonne conception puis par une bonne réalisation

La construction parasismique passe d’abord par une bonne conception puis par une bonne réalisation

Problématique des enjeux existants

Les centres des agglomérations sont en général :

•Très vulnérables

•Très denses

•Sujets à un très faible taux de renouvellement < 1 % en France

La démolition/reconstruction ne peut être qu’une solution très ponctuelle pour réduire la vulnérabilité des territoires.

Des actions de réhabilitation – renforcement permettent de réduire le risque. Elles nécessitent une étude préalable de vulnérabilité.

Lambesc

Lambesc
Lambesc

Application des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant

des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant Travaux hors ou dans le cadre

Travaux hors ou dans le cadre réglementaire

des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant Travaux hors ou dans le cadre

Application des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant

des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant Travaux hors ou dans le cadre

Travaux hors ou dans le cadre réglementaire

des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant Travaux hors ou dans le cadre

Application des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant

des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant Travaux hors ou dans le cadre

Travaux hors ou dans le cadre réglementaire

des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant Travaux hors ou dans le cadre

Application des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant

des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant Travaux hors ou dans le cadre

Travaux hors ou dans le cadre réglementaire

des règles de construction parasismique lors de travaux sur l’existant Travaux hors ou dans le cadre

Appréhender la vulnérabilité aux séismes des constructions et des territoires

Diverses échelles pour évaluer la vulnérabilité

•A l’échelle d’un bâtiment (approche déterministe)

ÄPrésomption de vulnérabilité (qualitative) ÄVulnérabilité proprement dite (quantitative)

•A l’échelle urbaine (approche statistique)

Diverses étapes pour évaluer la vulnérabilité

Présomption de vulnérabilité (qualitative)

ETAPE 1: ETAT DES LIEUX

•Recherche et examen de documents disponibles

•Entretiens auprès de personnes ayant participé à la construction ou connaissant la typologie de construction en question

•Relevés de facteurs de vulnérabilité / grille:

ÄArchitecture ÄSystème constructif ÄÉtat de conservation Ä

Diverses étapes pour évaluer la vulnérabilité

Présomption de vulnérabilité (qualitative)

ETAPE 2:EVALUATION DES DOMMAGES •Choix du niveau d’agression sismique (a; I) •Classement des dommages possibles

ETAPE 2:EVALUATION DES DOMMAGES •Choix du niveau d’agression sismique (a; I) •Classement des dommages possibles
ETAPE 2:EVALUATION DES DOMMAGES •Choix du niveau d’agression sismique (a; I) •Classement des dommages possibles
ETAPE 2:EVALUATION DES DOMMAGES •Choix du niveau d’agression sismique (a; I) •Classement des dommages possibles

Diverses étapes pour évaluer la vulnérabilité

Présomption de vulnérabilité (qualitative)

ETAPE 3:CROISEMENT AVEC LE NIVEAU DE PERFORMANCE SOUHAITE

•Non effondrement

•Réparable rapidement

•Fonctionnalité

ETAPE 4:CONCLUSIONS

•État acceptable : pas de renforcement

•Vulnérabilité modérée et renforcement économiquement acceptable

•Vulnérabilité forte; évaluation économique nécessaire

•Bâtiment économiquement irréparable

•Approche qualitative insuffisante : études plus poussées nécessaires

Le bâtiment est-il parasismique?
Le bâtiment est-il
parasismique?
GV – ENPC - 160508
GV – ENPC - 160508

Extrait de la fiche de relevé 1.1

Extrait de la fiche de relevé 1.1
Salon de Provence / séismes
Salon de Provence / séismes

Merci de votre attention

Merci de votre attention