Vous êtes sur la page 1sur 2
MP – Physique-chimie. Devoir en temps libre DL n°3-1 : corrigé Premier problème : étude

MP – Physique-chimie. Devoir en temps libre

DL n°3-1 : corrigé

Premier problème : étude d’une machine ditherme de réfrigération (

A - Performances de l’installation

A-1-1 Appliquer le premier principe de la thermodynamique à cette transformation

S’agissant d’une transformation isobare, le travail reçu a pour expression :

premier principe s’écrit donc :

)

V

+

i

H

f

)

i

f

(

Q

i

et

U

i

f

Q

i

W i

f

pV

=

i

)

U

i

Q

i

f

=

p

(

V

f

f

=

W

i

+

f

A-1-2 Établir la relation entre la variation d’enthalpie du système

Par définition H = U + pV et donc :

H

=

H

f

H

=

i

(

U

f

pV

A-2-1 Exprimer

Q

F

et

Q

C

en fonction des données :

Q

F

= m

(

h

A

h

D

)

et

f

Q

i

Q

C

=

p

f

= m

(

(

V

f

h

D

V

i

h

B

)

)

et le

A-2-2 Calculer

Q

F

et

Q

C

:

Q

F

= +

103,8 kJ

et

Q

C

=

162, 2 kJ

A-3-1 Exprimer W en fonction des données :

A-3-2 CalculerW :

W

W = +58,4 kJ

= Q

F

Q=

C

m

(

h

B

h

A

)

A-4-1 Exprimer

S

F

et

S

C

en fonction des données :

S

F

=

Q

F

m

(

h

A

h

D

)

=

T

F

T

F

et

S

C

=

Q

C

m

(

h

D

h

B

)

=

T

C

T

C

A-4-2 Calculer

A-4-3 Calculer l’entropie

S

F

et

S

C

:

S

S

F

= +

373 J

K

p créée au cours du cycle. Conclusion.

1

Pour un cycle, l’état final est identique à l’état initial et donc

S

cycle

=

0

=

et

S

S +

F

C

=

S +

C

554 J

S

p

K

entropie

entropie

échangée

créée

Donc

Conclusion : la création d’entropie atteste qu’il s’agit d’un cycle irréversible.

S

p

=

S

F

S

= +

C

180 J

K

1

A-5 Calculer l’efficacité de cette installation.

1

L’efficacité est définie comme le rapport de la chaleur reçue de la source froide (que l’on souhaite la plus grande possible : c’est le « bénéfice » de l’installation) au travail reçu (que l’on souhaite le plus petit possible : c’est ce que l’on va « payer »)

=

Q

F

=

W

1,78

A-6 Calculer le débit massique

q

m

=

m

P F

=

Q F

4,82

10

3

kg

q

s

m que l’on doit imposer au fluide frogorigène.

1

B – Étude de la compression de la vapeur

B-1-1 Dans l’hypothèse d’une compression adiabatique et réversible, établir la relation entre les variables T et p. Les conditions d’application de la loi de Laplace sont réunies (le gaz est parfait, la transformation est adiabatique et réversible est considéré comme indépendant de la température).

Donc :

pV

=

C

te

. Étant donnée la loi de Mariotte

pV

T

= C

te

, nous en déduisons

T

p

1

= C

te

LYCÉE DE KERICHEN

MP-Physique-chimie

Devoir en temps libre n°3-1

1  p  2 B-1-2 Calculer la température T en fin de compression :
1
p
2
B-1-2 Calculer la température T en fin de compression :
T
=
T
=
341, 4 K
A
p
1
B-2-1 Exprimer dU en fonction de dS et dV :
dU = T dS
p dV

Remarque : il s’agit d’une identité fondamentale pour tout fluide homogène. Cette relation définit la

température thermodynamique

=  

U

 

S

 

U

V

T

et la pression thermodynamique

p

=

S

.

V

B-2-2 Montrer que

pV

k

= C

te

Le premier principe s’écrit :

dU = Q

F

pouvons écrire :

dU = C

V

dT , soit

C

V

dT

=

p dV=

aC

V

dT

a dU

p dV

p dV . S’agissant d’un gaz parfait, nous nRT

=

aC

V

dT

V

dV

Il s’agit d’une forme différentielle à variables séparables qui s’écrit aussi bien :

C

V

nR

(1

a

)

dT

=

T

dV

V

Ou encore, en exprimant

Cette équation s’intègre :

C

V

en fonction de :

1

a dT

=

nR

dT

1

dV

+

T

1

a

V

=

d

(

ln

T

)

1

T

+

1

1

a

d

(

dV

V

ln

V

)

=

d

ln

V

1

1

a

T



 



= 0 .

1

V

1

a

T

=

Soit :

Enfin, d’après l’équation d’état la température T est proportionnelle au produit pV :

C

te

.

V

1

1

a

T

=

C

te

V

1

1

a

pV

=

pV

1

+

1

1

a

=

pV

a

1

a

=

C

te

cqfd

B-2-3 Exprimer k en fonction de a et :

k =

a

1

a

Note : est-il possible de répondre à la question précédente sans faire apparaître la valeur de k ?

C – Détermination des conditions de fonctionnement permettant d’obtenir l’efficacité maximale

C-1 Efficacité maximale.

L’efficacité maximale d’une machine ditherme correspond au fonctionnement selon un cycle de Carnot pour lequel les échanges thermiques se font lors de transformations isothermes réversibles, les deux transformations isothermes étant séparées par une compression et une détente adiabatiques réversibles.

C-2 Calculer les chaleurs

C-3 Exprimer et calculer

=

T

F

=

max

T

C

T

F

18,5

Q

F

max

et

Q

C

:

Q

F

= T

C

S

C

=

121,9 kJ

et

Q

F

= T

F

S= +

C

115,6 kJ