Vous êtes sur la page 1sur 24

La révision de la psychanalyse 1

[20] depuis vingt-cinq ans environ, on note dans la psycha- nalyse une tendance à accorder, au détriment des mécanismes cachés de l’inconscient, un rôle plus déterminant qu’aupara- vant aux motivations d’ordre social 2 ou culturel, auxquelles la conscience peut accéder sans inconvénients. on aspire à quelque chose comme une sociologisation de la psychanalyse. on reproche à Freud d’avoir considéré les structures sociales et économiques comme un simple effet de motions psychologiques qui elles-mêmes proviendraient de la constitution pulsionnelle plus ou moins dépourvue d’histoire de l’homme. À l’encontre des tentatives d’explication telles que l’explication des guerres à partir de motions destructrices, ou celle du système capitaliste à partir de la pulsion érotique-anale d’accumulation, on retient que des traits de caractère comme le narcissisme, le masochisme ou le syndrome anal ne sont pas moins les produits de la société et du milieu qu’ils ne les conditionnent. de l’insuffisance par ailleurs incontestable de ce genre de déductions, on tire la consé- quence que la véritable science doit garder les yeux fixés sur l’effet réciproque des facteurs sociaux [sozial] et psychologiques et que, par conséquent, ce n’est pas la dynamique pulsionnelle agissant au sein de l’individu, isolée de manière atomistique, qui doit être l’objet de l’analyse, mais bien davantage le processus de la vie dans sa totalité. de fait, la psychologie, en tant que secteur de la science soumis à la division du travail, ne peut maîtriser dans son ensemble la problématique sociale et économique. La psychanalyse elle-même n’a guère intérêt à défendre à tout prix des stupidités du type de celles de Laforgue, qui dans son livre sur Baudelaire traite

type de celles de Laforgue, qui dans son livre sur Baudelaire traite CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 45 11:14:18 16/09/2016

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

45
45
11:14:18
11:14:18

16/09/2016

46 / Le conflit des sociologies

du poète comme d’un névrosé, dont la vie aurait pu prendre un tout autre tour, plus heureux, si seulement il avait défait le lien maternel. il doit bien plutôt lui importer de voir le pro- blème méthodologique de sa relation à la théorie de la société repris depuis son fondement. L’avoir [21] indiqué est le mérite de l’école néofreudienne ou révisionniste i . Mais la question de savoir si leur tentative de sociologiser en bloc la psychanalyse conduit également, dans les faits, aux aperçus critiques concernant l’essence de la société que la psychanalyse pourrait proposer – c’est cette question qui va être discutée. Ce faisant, les aspects proprement sociologiques de la psychanalyse sociologisée seront soumis à cette forme de critique que les analystes qui restent attachés aux traits fondamentaux de la théorie freudienne ont déjà exercée à son encontre dans le domaine psychologique – et selon laquelle elle retombe dans les vues superficielles d’adler en remplaçant la théorie dynamique, fondée sur le principe de plaisir, de Freud, par une simple psychologie du moi. La première partie discute quelques-uns des motifs et des nœuds argumentatifs qui caractérisent de manière déterminante le point de départ révisionniste. La deuxième se consacre à la théorie révisionniste des relations entre culture et individu, ainsi qu’à ses implications ; elle en pointe quelques consé- quences concernant la doctrine de la société. dans la troisième, nous chercherons à produire une appréciation sociologique des néofreudiens et de leur rapport à Freud lui-même.

i

horney formule ce qui fait le cœur de la déviation néofreu- dienne par rapport à Freud lorsqu’elle dit « que la psychanalyse

i. Les discussions qui suivent ne se rapportent qu’aux écrivains révisionnistes dont l’auteur a pu étudier plus précisément les publications. il s’agit essentielle- ment de Karen horney, Neue Wege in der Psychoanalyse, trad. heinz neumann, stuttgart, 1951 [Karen horney, Voies nouvelles en psychanalyse. Une critique de la théorie freudienne, trad. par a. stronck-robert, paris, payot, 1976]. des différences théoriques considérables subsistant entre les auteurs révisionnistes durent nécessairement être négligées. Leur est toutefois commune à tous la tendance à pousser la psychanalyse dans la direction « réaliste » dont il est question dans ce texte.

dans la direction « réaliste » dont il est question dans ce texte. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 46 11:14:18

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

46
46
11:14:18
11:14:18

16/09/2016

La révision de la psychanalyse / 47

devrait s’étendre au-delà des frontières qui lui sont assignées du fait qu’elle est une psychologie des pulsions et une psy- chologie génétique i ». Le concept de psychologie pulsionnelle fait office d’anathème ; polysémique, il désigne tantôt une psy- chologie qui, comme c’est arrivé dans quelques écoles de la fin du xix e siècle [22], fragmente le psychisme de manière plus ou moins mécanique en un certain nombre de pulsions, tantôt un procédé psychologique qui ne se résigne pas à lais- ser subsister intacts la raison et des comportement socialement déterminés mais cherche à dériver même des comportements psychiques différenciés de l’aspiration à la conservation de soi et au plaisir. Le fait qu’une subdivision rigide de la psychè en pulsions irréductibles les unes aux autres soit impossible, et que l’apparition concrète des pulsions puisse subir dans une large mesure des variations et modifications dynamiques n’est en aucun cas exclu par la deuxième conception, et c’est en ce sens seulement que la théorie de la libido freudienne pourrait être dite relever d’une psychologie pulsionnelle. or rien ne caractérise avec plus d’acuité la position des révi- sionnistes que le fait qu’ils posent eux-mêmes au fondement de la théorie, lors même qu’ils attaquent Freud pour son incapacité prétendue à sortir des habitudes de pensée mécanistes issues de la fin du xix e siècle, des catégories qui sont le simple résultat, et rien d’autre, d’une dynamique psychologique que l’on a hypostasiée et que l’on s’est préalablement donnée comme un absolu. Ce que Freud est censé avoir fait avec les pulsions, l’école néofreudienne le fait avec les traits de caractère. Qu’elle plastronne au sujet de son propre sens historique et reproche à Freud de s’en être naïvement tenu à des méthodes ressortissant aux sciences de la nature relève assurément de la projection :

elle perçoit chez Freud un schéma rationaliste qui dépèce l’âme en un arrangement de pulsions fixées à l’avance, et procède elle-même de manière rationaliste en séparant le moi de son rapport génétique au ça et en attribuant à la quintessence des capacités psychiques « rationnelles » [rational], comme si elle était tombée du ciel, une réalité en soi.

i. Karen horney, Neue Wege der Psychoanalyse, op. cit., p. 9 [Voies nouvelles de la psychanalyse, op. cit., p. 8, trad. modifiée].

nouvelles de la psychanalyse , op. cit. , p. 8, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 47 11:14:18 16/09/2016

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

47
47
11:14:18
11:14:18

16/09/2016

48 / Le conflit des sociologies

À la libido, horney veut « substituer des impulsions émo- tionnelles, des motions, des besoins ou des passions i ». si ces catégories, qui défilent sans avoir été analysées, doivent être autre chose que, simplement, d’autres mots pour désigner la libido, ou des entités postulées de manière dogmatique, alors leur origine, puisque ces catégories, affirme-t-on, ne sont pas dérivées d’une énergie libidinale à laquelle elles remonteraient, ne peut résider qu’en un moi qui ne serait pas génétiquement relié à la libido mais se tiendrait à côté d’elle en tant qu’ins- tance de même rang. Mais c’est uniquement parce que, dans [23] la civilisation développée, le moi est de fait devenu une instance indépendante, que les catégories psychologiques des révisionnistes semblent davantage rendre justice à la dimension historique de la psychanalyse que celles de Freud. en voici le prix : leur orientation immédiate d’après une image de la situation présente se fait aux dépens d’une analyse de ce que l’on pourrait nommer leur historicité interne. Leur rejet de la psychologie des pulsions de Freud débouche concrètement sur le déni de ceci, « que la culture, en imposant des restrictions aux pulsions libidinales, et en particulier aux pulsions de destruction, contribue à faire émerger des refoulements, des sentiments de culpabilité et des besoins d’autopunition. de là sa (celle de Freud) conviction générale selon laquelle nous devons payer les bénédictions culturelles par l’insatisfaction et le malheur ii ». Comme si la perception freudienne de l’impossibilité d’échapper aux conflits culturels, c’est-à-dire de la dialectique du progrès, n’avait pas davantage mis au jour l’essence de l’histoire que l’appel hâtif aux facteurs du milieu, qui, à en croire les révi- sionnistes, doivent expliquer la genèse des conflits névrotiques. Conséquence la plus importante de la polémique contre la psychologie des pulsions de Freud, le rôle central des souvenirs d’enfance, qui fait partie du cœur de la théorie psychanalytique, est mis en doute. en particulier, la supposition de Freud selon laquelle « les expériences faites au cours des époques ultérieures sont pour une large part la répétition des expériences de l’en- fance iii » fait scandale. tandis que Freud, s’orientant d’après le

i. Ibid., p. 21 [p. 18, trad. modifiée]. ii. Ibid., p. 173 [p. 139 sq., trad. modifiée]. iii. Ibid., p. 31 [p. 26, trad. modifiée].

sq. , trad. modifiée]. iii. Ibid ., p. 31 [p. 26, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 48 11:14:18

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

48
48
11:14:18
11:14:18

16/09/2016

La révision de la psychanalyse / 49

modèle du traumatisme, cherche à ramener des traits de carac- tère, névrotiques ou autres, en remontant aussi loin qu’il est possible, à des événements singuliers de la vie de l’enfant, à des expériences, horney suppose « que des pulsions ou réactions déterminées chez un individu doivent produire, de manière répé- titive, les mêmes expériences. par exemple, un penchant pour le culte des héros peut être déterminé par les pulsions suivantes qui entrent en contradiction : l’ambition sans bornes d’un genre si destructif que l’intéressé a peur de s’y laisser aller ; ou bien la tendance à idolâtrer les personnes qui réussissent, à les aimer et à participer à leur réussite sans avoir à réaliser soi-même quoi que ce soit, mais en même temps une envie extrêmement [24] destructive et dissimulée envers elles i ». des appellations qui ne font que poser le problème, comme « ambition démesurée » ou « idolâtrie des personnes qui réussissent », sont prononcées comme si elles étaient l’explication. dans le même temps, on escamote un moment décisif de la théorie freudienne. Ce qui conduit véritablement Freud à attribuer un poids particulier aux événements singuliers survenus dans l’enfance, c’est, bien que cela ne soit pas exprimé, le concept d’endommagement 3 . un caractère qui soit une totalité telle que les révisionnistes la présupposent comme donnée est un idéal qui ne pourrait être réalisé qu’au sein d’une société non traumatique. Celui qui, à l’instar de la majorité des révisionnistes, critique la société présente, n’a pas le droit de se voiler la face devant le fait que l’on en fait l’expérience sous forme de chocs, de coups soudains, abrupts, qui sont précisément conditionnés par l’étrangement 4 de l’individu vis-à-vis de la société – étrangement que certains révisionnistes, quand leur discours se fait sociologique, mettent en avant à juste titre. Le caractère qu’ils hypostasient est dans une bien plus large mesure l’effet de ce type de chocs que d’une expérience continue. sa totalité est fictive : on pourrait presque appeler le caractère un système de cicatrices, qui ne sont intégrées que dans la souffrance, et jamais entièrement. L’infliction de ces cicatrices est à proprement parler la forme sous laquelle la société s’impose dans l’individu – et non cette continuité illusoire, pour laquelle les révisionnistes détournent leur regard de la structure en chocs de l’expérience singulière.

i. Ibid., p. 138 [p. 112 sq., trad. modifiée].

singulière. i. Ibid ., p. 138 [p. 112 sq. , trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 49 11:14:18 16/09/2016

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

49
49
11:14:18
11:14:18

16/09/2016

50 / Le conflit des sociologies

Freud a davantage compris de l’essence de la sociétisation 5 que leur rapide coup d’œil aux conditions sociales [soziale Umstände], en s’en tenant justement, de manière obstinée, à l’existence atomisée de l’individu. À la lumière de cette compréhension des choses, des constats apparemment plutôt plausibles révèlent un supplément sans aucun doute involontaire d’optimisme et de conformisme satis- faits : « il n’y a pas quelque chose comme une répétition isolée d’expériences vécues isolées, mais l’ensemble des expériences vécues infantiles contribue à la formation d’une structure du caractère déterminée et de cette structure précise naissent les difficultés ultérieures i . » Le fait qu’existent des traits et des motions psychologiques qui ne sont pas immédiatement la répéti- tion d’expériences vécues infantiles mais médiatisées par la [25] structure solidifiée du caractère n’exclut pas que cette structure elle-même remonte à des événements isolés dans la vie de l’enfant. À quoi s’ajoute que les manifestations [Erscheinung] véritablement critiques de la psychologie, les symptômes, dans leur sens le plus large, obéissent toujours au schéma de la compulsion de répétition ; ce dernier, parce qu’on survalorise la caractérologie dans un esprit d’apologie, est par voie de contrefaçon transformé en quelque chose de positif. L’insistance sur la totalité, à titre de contraire de la motion unique, frag- mentaire, implique une croyance harmonisante en l’unité de la personne, qui dans la société existante est impossible – et n’est peut-être même pas désirable. Le fait que Freud ait détruit le mythe de la structure organique de la psyché compte parmi ses plus grands mérites. par là, il a davantage connu de l’essence de la mutilation [Verstümmelung] sociale que ne le pourrait un parallélisme direct, quel qu’il soit, entre caractère et influences sociales [sozial]. La totalité sédimentée du caractère, que les révisionnistes poussent au premier plan, est en vérité le résultat d’une réification d’expériences réelles. si on l’érige en absolu, elle devient sans doute, et assez facilement, un refuge idéolo- gique au statu quo psychologique de l’individu. dès que le résultat figé du jeu de forces psychologique est intronisé par la théorie comme force originelle, les expériences traumatiques primaires, dont le caractère, qui n’est en aucun cas « naturel »,

i. Ibid., p. 9 [p. 8-9, trad. modifiée].

aucun cas « naturel », i. Ibid ., p. 9 [p. 8-9, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 50

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

50
50
11:14:18
11:14:18

16/09/2016

La révision de la psychanalyse / 51

constitue un simple dérivé, sont renvoyées du côté de ce qui est sans pertinence et inoffensif. « Le facteur décisif pour la genèse de névroses n’est alors ni le complexe d’Œdipe, ni une quelconque forme de recherche infantile du plaisir, mais toutes ces influences hostiles qui donnent à un enfant le sentiment d’être démuni et sans défense et lui font ressentir le monde comme potentiellement menaçant i ». des « influences hostiles » que l’on se représente plus ou moins vaguement, parmi lesquelles, tout particulièrement, le manque d’amour parental, sont substituées à des phénomènes effroyables et impossibles à méconnaître, comme la menace de castration. Mais l’école néofreudienne, en les chassant de la psychanalyse, la castre elle-même. son concept du caractère est une abstraction confortable, qui d’emblée fait l’impasse sur ce qui constitue l’aiguillon [26] de la connaissance psychologique. Les concepts généraux, qui prennent ensuite le dessus, recouvrent, si ce n’est les plaies elles-mêmes, à partir desquelles naissent les traits de caractère, du moins leur doulou- reux sérieux. C’est ce que montre en premier lieu la discussion de l’analité à laquelle se livre horney : « en d’autres termes :

l’avidité qui se manifeste lorsqu’on mange ou boit ne serait-elle pas l’une des nombreuses manifestations d’une avidité générale plutôt que sa cause ? La constipation fonctionnelle ne serait-elle pas une des nombreuses manifestations d’une tendance générale à vouloir posséder et dominer ii ? » ainsi même les phénomènes qui, du fait de leur irrationalité, manquent le plus cruellement d’explication psychologique, sont réintroduits à titre de prin- cipes d’explication et, réduits à des évidences allant de soi, aplanis. C’est d’ailleurs le même schéma que nous trouvons au fondement de l’attaque par horney de la théorie de la libido. elle oppose au principe de plaisir de Freud « deux principes directeurs : sécurité et satisfaction iii » sans plus se préoccuper de l’intuition de Freud selon laquelle la sécurité n’est rien d’autre qu’une objectivation dans le temps de l’aspiration au plaisir.

i. Ibid., p. 10 [p. 9, trad. modifiée]. ii. Ibid. p. 59 [p. 49, trad. modifiée]. iii. Ibid., p. 72 [p. 60, trad. modifiée].

51
51

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

11:14:18
11:14:18

16/09/2016

52 / Le conflit des sociologies

ii

en lieu et place de la dynamique pulsionnelle, dont le carac- tère est le résultat, c’est le milieu qu’introduisent les révision- nistes : « Ce sont les conditions de vie formant le caractère qui pèsent le plus lourd et nous devons à nouveau faire porter nos recherches sur les facteurs environnants responsables de la genèse des conflits névrotiques i . » de là suit que « des pertur- bations dans le domaine des relations avec les personnes qui nous entourent deviennent le facteur principal de la genèse des névroses ii ». L’aspect psychologique de cette construction, qui ne peut, en toute nécessité, que mettre en avant le moi comme donné préalable (au moins dans une certaine mesure), sur lequel le monde extérieur imprime ses traces, est tout aussi problématique que son aspect sociologique, et tout particuliè- rement la représentation non critique de l’« influence ». Le présupposé de la théorie du milieu [27], rendue célèbre par taine 6 , est un individualisme naïf. elle considère l’individu, suivant en cela les habitudes de pensée du xix e siècle, comme une monade indépendante, autonome et subsistante par soi, affectée par des forces prétendument extérieures. de manière tout à fait analogue, les révisionnistes conçoivent la sépara- tion entre individu et société, qui fait partie de leurs thèmes de prédilection, de manière non critique, et comme le ferait une théorie de la connaissance primitivement réaliste. tandis qu’ils discourent sans relâche de l’influence de la société sur l’individu, ils oublient que ce n’est pas seulement l’individu, mais déjà la catégorie de l’individualité qui est un produit de la société. au lieu de commencer par découper l’individu dans la chair des processus sociaux, puis de décrire leur influence formatrice, une psychologie sociale analytique aurait à dévoiler dans les mécanismes les plus intimes de l’individu singulier des forces sociales déterminantes. Le seul fait de parler d’influences sociales est problématique : c’est là la simple répétition de la représentation idéologique de la société individualiste par elle- même. La plupart du temps, l’influence extérieure ne fait que renforcer et mettre au jour des tendances qui sont déjà préformées

i. Ibid., p. 9 [p. 9, trad. modifiée]. ii. Ibid. [ibid., trad. modifiée].

p. 9 [p. 9, trad. modifiée]. ii. Ibid . [ ibid. , trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 52

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

52
52
11:14:18
11:14:18

16/09/2016

La révision de la psychanalyse / 53

dans l’individu. plus la psychologie sonde en profondeur les zones critiques au sein même de l’individu, plus adéquatement elle peut prendre conscience des mécanismes sociaux [sozial] qui ont produit l’individualité. et inversement, l’application à la psychologie des considérations relevant de la théorie de la société relèvera d’autant plus du semblant que l’action réciproque des mondes interne et externe sera inconsidérément reléguée à la surface. C’est là la conviction fondamentale de horney, que le caractère n’est pas tant déterminé par des conflits sexuels que par la pression de la culture. Mais ce qu’elle fait passer pour la réunion des déterminants de la culture et de la psychologie indi- viduelle perpétue leur séparation, pendant que la psychanalyse radicale, visant la libido comme quelque chose de pré-social, atteint le point, aussi bien dans une perspective phylogéné- tique qu’ontogénétique, où le principe social de la domination coïncide avec le principe psychologique de la répression des pulsions. L’école néofreudienne n’assemble pourtant les deux principes qu’après les avoir d’abord banalisés : la domination apparaît comme discipline familiale, manque d’amour et autres épiphénomènes, la répression [28] des pulsions comme une anxiété, dont le lieu se situe dans les couches extérieures du narcissisme, et dans des conflits se déroulant davantage dans le préconscient que dans l’inconscient. plus la psychanalyse est sociologisée, plus s’engourdit son organe pour la connaissance des conflits socialement [sozial] causés. La même tendance se manifeste également dans l’exclusion de toutes les représenta- tions véritablement somatiques. C’est ainsi que la psychanalyse est transformée en une sorte d’assistance sociale de niveau supérieur. au lieu d’analyser la sublimation, les révisionnistes subliment l’analyse elle-même. C’est ce qui les rend acceptables pour tout le monde. Ce qui le montre plus que toute autre chose est leur atti- tude vis-à-vis de la sexualité. elle prétend, suivant l’ancienne coutume, au regard impartial du scientifique sans préjugés et objectif – regard qui, à de nombreuses reprises, ne pourrait, dans les phénomènes qui selon Freud relèvent de la sexualité, constater quoi que ce soit de sexuel. elle est par principe hostile à la théorie. elle pactise avec le bon sens contre la distinction entre apparition [Erscheinung] et essence, sans laquelle la psy- chanalyse se voit dépouillée de ses motions critiques. en tant

psy- chanalyse se voit dépouillée de ses motions critiques. en tant CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 53 11:14:18 16/09/2016

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

53
53
11:14:18
11:14:18

16/09/2016

54 / Le conflit des sociologies

que désexualisation entreprise au nom de la sociologie, elle conforte des préjugés sociaux : « il n’est pas démontré qu’une inclination ne puisse croître à partir de diverses sources non libidinales, qu’il ne puisse s’agir par exemple d’une expression du soin et de la protection maternelles i . » de tels constats ne se distinguent qu’à peine de la vertueuse indignation de celui qui, en discourant sur l’existence de pulsions plus nobles, non seulement dénigre l’éros [Sexus] mais glorifie également, en même temps, la famille dans sa forme existante. L’affirmation de horney selon laquelle « un désir sadique de pouvoir naît de la faiblesse, de l’angoisse et des impulsions de vengeance ii » est de la même eau. pendant que cette théorie du sadisme, qui le dilue jusqu’à en faire un mode de comportement purement social, était construite par horney, la politique d’extermination fasciste donnait l’ef- froyable preuve de l’identité de cette aspiration au pouvoir que l’on prétend seulement sociale et des impulsions sexuelles ; et, précisément, le brouillard qu’on a fait descendre sur cette identité n’a pas peu contribué au déchaînement de la barbarie. C’est sans doute en lien avec la sous-estimation théorique du rôle de la sexualité [29] que s’est immiscée dans les publications ultérieures des révisionnistes, qui à l’origine s’étaient défendus contre des éléments puritains de la conception freudienne, une tendance à traiter de manière dépréciative la sexualité. dans les perversions, elle trouve le point de moindre résistance : « de telles activités ne sont pas limitées aux pervers sexuels, on en trouve des indices chez des personnes par ailleurs saines iii . » C’est un acte manqué caractéristique lorsque horney, qui connaît pourtant parfaitement la problématique qui grève le concept de normalité, parle de manière à ce point immédiate de la personne sexuellement normale, comme s’il s’agissait d’un idéal allant de soi. ailleurs, on fait ostensiblement comprendre au lecteur que ce ne sont pas les relations sexuelles qui sont visées lors- qu’il est question de bonheur dans la vie amoureuse iV . dans de telles expressions se trahit, à titre de moment essentiel de la

i. Ibid., p. 17 [p. 47, trad. modifiée]. ii. Ibid., [p. 48, trad. modifiée]

iii. Ibid., p. 47 [p. 39, trad. modifiée].

iV. Ibid., p. 116 [p. 94].

Ibid ., p. 47 [p. 39, trad. modifiée]. iV. Ibid ., p. 116 [p. 94]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

54
54
Ibid ., p. 47 [p. 39, trad. modifiée]. iV. Ibid ., p. 116 [p. 94]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd
Ibid ., p. 47 [p. 39, trad. modifiée]. iV. Ibid ., p. 116 [p. 94]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

16/09/2016

Ibid ., p. 47 [p. 39, trad. modifiée]. iV. Ibid ., p. 116 [p. 94]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd
Ibid ., p. 47 [p. 39, trad. modifiée]. iV. Ibid ., p. 116 [p. 94]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd
Ibid ., p. 47 [p. 39, trad. modifiée]. iV. Ibid ., p. 116 [p. 94]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

11:14:19

La révision de la psychanalyse / 55

conception néofreudienne, son conformisme social. Ce dernier éclaire par-dessus tout la répartition des concepts psychanaly- tiques en concepts constructifs et non constructifs. est virtuel- lement éliminé tout ce à propos de quoi un honnête homme ne se casse pas la tête, et n’est conservé que ce qui encourage l’adaptation sociale [sozial]. Cela vaut aussi bien pour l’atmosphère du révisionnisme que pour ses concepts sociologiques déterminants. s’y rattache, en lien étroit avec l’évaluation du sexe et de son importance, l’appréciation de la morale. À des stades antérieurs, quelques révisionnistes, parmi lesquels Fromm, avaient pointé la contra- diction, dans la théorie freudienne, entre d’un côté la dérivation génétique de la morale, et, de l’autre, le fait que les standards moraux officiels, la représentation de l’utilité sociale et de la productivité par exemple, sont restés intacts. Cette critique contient une part de vérité dans la mesure où Freud n’a pas touché, dans le domaine scientifique, à la division du travail existante, et ne s’est qu’à peine laissé ébranler par les aperçus critiques qui s’imposèrent à lui en tant que spécialiste, là où ses théories psychologiques spécifiques n’étaient pas immédia- tement attaquées. Les révisionnistes cherchent à surmonter cette contradiction par un simple renversement. tandis que Freud avait fait siennes, sans y regarder plus avant, les normes morales [30], comme tout physicien du xix e siècle l’aurait également fait, eux produisent à nouveau les normes morales préalable- ment données, en font des postulats dogmatiques, et ceci à partir d’une réflexion apparemment libre. ils se sont libérés du préjugé moral, mais en même temps aussi de l’analyse qui l’avait dissous. ils ont rejeté avec elle l’une des impulsions les plus déterminantes du progrès psychologique et proclament à présent la nécessité de normes morales au nom du bien-être de l’individu et de la société, sans plus s’occuper de savoir si elles sont en soi vraies ou non. ils souscrivent aveuglément à la morale conventionnelle d’aujourd’hui : « d’un autre côté, les problèmes moraux prennent plus d’importance. accorder de l’importance à tous les problèmes de morale avec lesquels le patient prétend se débattre (“surmoi”, sentiments névrotiques de culpabilité) paraît mener à une impasse. Ce sont des problèmes pseudo-moraux et ils doivent être dévoilés comme tels. Mais il faudra aussi aider le patient à regarder en face honnêtement

Mais il faudra aussi aider le patient à regarder en face honnêtement CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 55 16/09/2016 11:14:19

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

55
55
Mais il faudra aussi aider le patient à regarder en face honnêtement CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 55 16/09/2016 11:14:19
Mais il faudra aussi aider le patient à regarder en face honnêtement CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 55 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

Mais il faudra aussi aider le patient à regarder en face honnêtement CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 55 16/09/2016 11:14:19
Mais il faudra aussi aider le patient à regarder en face honnêtement CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 55 16/09/2016 11:14:19
Mais il faudra aussi aider le patient à regarder en face honnêtement CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 55 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

56 / Le conflit des sociologies

les authentiques problèmes moraux qui se trouvent dans toute névrose et à prendre position à leur égard i . » La différence entre problèmes pseudo-moraux et authentiques s’effectue de manière autoritaire et abstraite, sans que soit mentionnés un cri- tère objectif ou une méthode sensée de différenciation. horney n’est pas à blâmer pour cette omission ; elle l’est par contre, bien entendu, pour mettre un point d’arrêt à la pensée, en faisant un absolu d’une distinction qui devrait être l’objet de l’analyse et non donnée pour la solution. son unique tentative pour déterminer, du point de vue du contenu, l’idéal moral, échoue. « un état de liberté intérieure, dans lequel toutes les aptitudes sont pleinement exploitables. » Ce n’est pas seule- ment vague, c’est également louche. La pleine utilité a plus

à voir avec le concept industriel du plein-emploi qu’avec une

réflexion sur les fins auxquelles sont corrélées les capacités existantes. L’aspect de la dialectique du progrès consistant en ce que l’individu et la société sont d’autant plus menacés de régression totale que les idées, par le dévoilement de leur caractère mythique, se dissolvent, est incontestable. Mais cette antinomie, à laquelle a part la psychanalyse en tant que morceau d’Aufklärung 7 , doit être saisie conceptuellement : au déploie- ment de la pensée philosophique contemporaine appartient [31] avant tout l’explication des deux moments antagoniques. Ce serait du défaitisme intellectuel que de laisser l’impasse telle qu’elle est, et de promulguer une sorte de double morale :

d’un côté, une dissolution psycho-génétique des représentations morales par réduction à l’origine du surmoi et des sentiments de culpabilité névrotiques ; de l’autre, la proclamation abs- traite, hermétique aux aperçus de la psychologie, de valeurs morales. La conception néofreudienne conduit, suivant en cela

son propre sens objectif, à ce genre d’approbation du codex conventionnel, avec mauvaise conscience – morale redoublée de la morale. elle devrait pouvoir s’adapter facilement aux circonstances changeantes. tout autant problématique est, du point de vue sociologique,

la théorie révisionniste des causes de ces conflits, que horney

a mise sur le marché sous le nom, douteux, de « personnalité

i. Ibid., p. 10 sq. [p. 10, trad. modifiée].

de « personnalité i. Ibid ., p. 10 sq. [p. 10, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 56 16/09/2016

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

56
56
de « personnalité i. Ibid ., p. 10 sq. [p. 10, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 56 16/09/2016
de « personnalité i. Ibid ., p. 10 sq. [p. 10, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 56 16/09/2016

16/09/2016

de « personnalité i. Ibid ., p. 10 sq. [p. 10, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 56 16/09/2016
de « personnalité i. Ibid ., p. 10 sq. [p. 10, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 56 16/09/2016
de « personnalité i. Ibid ., p. 10 sq. [p. 10, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 56 16/09/2016

11:14:19

La révision de la psychanalyse / 57

névrotique de notre temps i ». La principale raison des torsions infligées au caractère dans la société présente est pour elle la concurrence. parmi les facteurs de la civilisation occidentale engendrant une animosité potentielle, il faudrait vraisemblablement compter avant toute autre cette caractéristique qui est que notre culture est fondée sur la concurrence individuelle ii . Cela rend un son d’autant plus étrange qu’au moins Escape from Freedom iii de Fromm avait mis en avant la perte d’autonomie et de spontanéité dont souffre de nos jours l’individu 8 – des faits, en somme, qui se rapportent manifestement à la réduction croissante de la libre concurrence due à des conglomérats mastodontes. L’hypothèse d’un « cultural lag 9 » psychologique, selon laquelle l’individu resterait attaché à l’esprit de la concurrence, tandis que dans la réalité sociale la concurrence est en déclin, serait aujourd’hui difficile à maintenir. il se peut en effet que les idéologies se renversent plus lentement que les structures économiques por- teuses : ce n’est pas le cas des formations psychiques de réaction. L’ancien esprit de concurrence des classes moyennes s’emploie plutôt de manière désespérée à se faire admettre dans la nouvelle hiérarchie [32] technologique. C’est surtout la psychologie du moi, dans laquelle s’obstinent les révisionnistes, qui devrait en tirer les conséquences. Mais ce dernier déplacement pourrait n’être même pas décisif. Même dans la société du haut-libéralisme, la concurrence n’était pas la loi réglant le fonctionnement de la société. Celle-ci resta toujours un phénomène de façade. sa cohésion d’ensemble est maintenue par la menace, y compris lorsqu’elle est médiatisée de multiples manières, de la violence corporelle, et c’est à elle que renvoie l’« hostilité potentielle » qui déploie ses effets dans les névroses et les troubles du caractère. À la différence de Freud lui-même, qui n’oublia à aucune étape de sa théorisation que c’est bien la violence qui est intériorisée par l’individu, l’école révisionniste a substitué aux menaces non sublimées, qui n’émanent pas moins aujourd’hui de la société que

i. K. horney, The Neurotic Personality of Our Time, new york, 1937 ; en allemand, Der neurotische Mensch unserer Zeit, stuttgart 1951 [cf. La Personnalité névrotique de notre temps, trad. par J. paris, paris, L’arche, 1953]. ii. Ibid. p. 284. iii. Cf. erich Fromm, Escape from Freedom, new york/toronto, 1941 ; en allemand, Die Furcht vor der Freiheit, Zurich, 1945 [cf. La Peur de la liberté, trad. par C. Janssens, paris, Buchet-Chastel, 1963].

de la liberté, trad. par C. Janssens, paris, Buchet-Chastel, 1963]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 57 16/09/2016 11:14:19

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

57
57
de la liberté, trad. par C. Janssens, paris, Buchet-Chastel, 1963]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 57 16/09/2016 11:14:19
de la liberté, trad. par C. Janssens, paris, Buchet-Chastel, 1963]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 57 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

de la liberté, trad. par C. Janssens, paris, Buchet-Chastel, 1963]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 57 16/09/2016 11:14:19
de la liberté, trad. par C. Janssens, paris, Buchet-Chastel, 1963]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 57 16/09/2016 11:14:19
de la liberté, trad. par C. Janssens, paris, Buchet-Chastel, 1963]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 57 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

58 / Le conflit des sociologies

des sociétés archaïques, le concept inoffensif de concurrence. Freud, qui n’a pas pris pour point de départ des catégories sociologiques, a compris la pression de la société sur l’individu, dans ses formes concrètes, au moins aussi bien que ses suc- cesseurs sociologisants. À l’ère des camps de concentration, la castration est davantage caractéristique de la réalité sociale que la concurrence. aucun autre moment de la conception révision- niste ne porte de manière aussi obvie le cachet de l’anodin que leur pluralisme, qui énumère côte à côte des phénomènes de surface triviaux et des déterminations essentielles de la société :

« La lutte de la concurrence, c’est là chose connue, ne domine pas seulement nos relations professionnelles mais également nos rapports sociaux, nos amitiés, nos relations sexuelles, de même que les relations à l’intérieur de la famille, et introduit ainsi les germes de la rivalité destructive, du rabaissement, de la suspicion, de la malveillance et de l’envie dans toute rela- tion humaine. La forte inégalité, non seulement en matière de possession, mais dans les possibilités données à l’individu pour l’éducation, la récréation, pour le maintien et le rétablissement de la santé, contribue de surcroît à la formation d’une hostilité potentielle. un facteur supplémentaire tient enfin à la possibilité de l’exploitation réciproque, qu’il s’agisse d’individus ou de groupes i . » tandis que la théorie de l’économie classique [33] s’était encore et toujours efforcée de saisir le procès écono- mique en tant que totalité immanente et conforme à des lois, le « rabaissement et la méfiance » font leur apparition chez horney sur le même plan que les relations économiques des groupes. C’est un schéma semblable à celui qui neutralise les phénomènes critiques de la psychologie sexuelle. Les formules néofreudiennes se situant, de fait, au même niveau que ces courriers des lecteurs et journaux populaires dans lesquels la psychologie est utilisée comme moyen en vue du succès et de l’adaptation sociale [sozial] ne sont pas rares. « si l’on considère le narcissisme, non génétiquement, mais du point de vue de son véritable sens, alors il devrait, selon moi, être décrit essentiellement comme une surestimation du moi ou une autoglorification. donc comme une sorte d’infla- tion psychique qui, comme l’inflation économique, feint des

i. K. horney, op. cit., p. 175 sq. [p. 141, trad. modifiée].

des i. K. horney, op. cit. , p. 175 sq . [p. 141, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

58
58
des i. K. horney, op. cit. , p. 175 sq . [p. 141, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd
des i. K. horney, op. cit. , p. 175 sq . [p. 141, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

16/09/2016

des i. K. horney, op. cit. , p. 175 sq . [p. 141, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd
des i. K. horney, op. cit. , p. 175 sq . [p. 141, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd
des i. K. horney, op. cit. , p. 175 sq . [p. 141, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

11:14:19

La révision de la psychanalyse / 59

valeurs plus élevées que celles qui existent dans la réalité i . » Malgré toutes les plaintes sur l’inhibition du développement individuel par la société, de telles expressions frayent avec la société, contre l’individu ; elle aurait raison contre lui lorsqu’il ne se plie pas aux valeurs en vigueur. La perception de ce que le narcissisme dans sa forme contemporaine n’est rien d’autre qu’un effort désespéré de l’individu pour compenser, au moins en partie, cette injustice, qui est que dans la société de l’échange universel nul ne rentre jamais dans ses frais, est obstruée par le pluralisme biologico-sociologico-économique de horney. elle méconnaît la racine sociologique du narcissisme : le fait que l’individu, à cause des difficultés presque insurmontables qui font barrage à toute relation spontanée et directe des hommes entre eux, est contraint de diriger sur lui-même ses énergies pulsionnelles inutilisées. La santé telle qu’elle l’imagine est de la même eau que cette société qu’elle rend responsable de la naissance des névroses : « une confiance en soi saine et assurée repose sur une large base de qualités humaines, comme la réso- lution, le courage, l’indépendance, le talent, la valeur érotique et la capacité à maîtriser les situations ii . » [34] La tendance de horney à ne pas trop s’occuper du passé est en étroite corrélation avec sa sympathie pour l’adaptation. elle se dévoue à l’esprit dominant, qui aimerait bannir ce qui n’est pas de l’ordre du positif, du fait saisissable ici et mainte- nant. sa résistance à l’accent insistant qu’a mis Freud sur cette nécessité de devoir retrouver la conscience à partir de l’enfance de chacun est semblable au pragmatisme qui obscurcit le passé pour autant qu’il ne sert pas à contrôler le futur. « il me semble plus fructueux d’abandonner de tels efforts (de reconstruction de l’enfance) et de porter l’intérêt sur les forces qui meuvent et entravent réellement un être humain : en avoir une connais- sance toujours plus grande est certainement possible, même sans porter son regard dans l’enfance… on ne considère cependant pas le passé comme le trésor longtemps cherché ; mais on y voit seulement une aide bienvenue pour la compréhension du développement du patient iii . » La Recherche du temps perdu est

i. Ibid., p. 87 [p. 73, trad. modifiée]. ii. Ibid., p. 116 [p. 95, trad. modifiée]. iii. Ibid. [p. 119 sq., trad. modifiée].

95, trad. modifiée]. iii. Ibid . [p. 119 sq ., trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 59 16/09/2016 11:14:19

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

59
59
95, trad. modifiée]. iii. Ibid . [p. 119 sq ., trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 59 16/09/2016 11:14:19
95, trad. modifiée]. iii. Ibid . [p. 119 sq ., trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 59 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

95, trad. modifiée]. iii. Ibid . [p. 119 sq ., trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 59 16/09/2016 11:14:19
95, trad. modifiée]. iii. Ibid . [p. 119 sq ., trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 59 16/09/2016 11:14:19
95, trad. modifiée]. iii. Ibid . [p. 119 sq ., trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 59 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

60 / Le conflit des sociologies

du temps perdu*. La proposition guillerette de horney annule l’individualité même qu’elle est supposée servir. si l’on vou- lait la suivre, il serait nécessaire à la fin d’éliminer tout ce qui dépasse la présence immédiate et en conséquence ce qui constitue le moi. Ce qui sort de la cure ne serait plus qu’un foyer de réflexes conditionnés.

iii

Le motif, ressortissant à la théorie sociale, à partir duquel le mouvement néofreudien s’est dissocié de l’orthodoxie, était à l’origine une révolte contre certains traits despotiques de la pensée freudienne. L’existence de tels traits, ou ce qu’ils ont de problématique, ne doit pas simplement être niée. s’y dessine un moment de vérité aussitôt qu’on les met sous la lumière du développement qu’a connu la révision. son idée de départ, libérer la psychanalyse de son implication avec l’auto- rité, a produit le résultat exactement inverse, et la psychana- lyse s’est plus intimement mêlée à la répression que ce n’était le cas avec Freud, qui n’a pas expressément mis en cause la société. Cette [35] permutation des fonctions ne s’est pas produite par hasard. L’ardente défense de la délicatesse et de la gentillesse humaine contre le soupçon qu’elles pourraient s’enraciner dans la sexualité atteste que les tabous ont plus de force chez les révisionnistes que chez Freud. Lorsqu’ils pro- testent contre sa théorie sexuelle au nom de l’amour, ils ont en même temps recours contre lui, dès le début, à la distinction conventionnelle entre amour sexuel et amour sublime, et ne veulent pas tant s’élever contre la répression de l’amour sexuel que contre l’attaque visant la pureté mensongère de l’amour sublime. L’incohérence, dans la pensée de Freud, dont ils s’ir- ritent, qui consiste en ce que Freud d’un côté place la sexualité au centre, mais maintient d’un autre côté les tabous sexuels, n’était de toute façon pas une simple erreur de pensée. elle correspond à l’état de choses objectif, dans lequel jouissance et interdit ne peuvent être mécaniquement dissociés mais se conditionnent réciproquement. ils doivent être compris dans leurs effets réciproques : la jouissance sans interdit est aussi difficile à représenter que l’interdit sans jouissance. Lorsque la

difficile à représenter que l’interdit sans jouissance. Lorsque la CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 60 16/09/2016 11:14:19

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

60
60
difficile à représenter que l’interdit sans jouissance. Lorsque la CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 60 16/09/2016 11:14:19
difficile à représenter que l’interdit sans jouissance. Lorsque la CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 60 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

difficile à représenter que l’interdit sans jouissance. Lorsque la CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 60 16/09/2016 11:14:19
difficile à représenter que l’interdit sans jouissance. Lorsque la CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 60 16/09/2016 11:14:19
difficile à représenter que l’interdit sans jouissance. Lorsque la CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 60 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

La révision de la psychanalyse / 61

psychanalyse nie cette intrication, elle se réduit à une sorte de thérapie sociale [sozial] visant la résolution dans la santé des conflits du moi et s’achève précisément dans la confirmation de cette société patriarcale dont on voulait se détourner en faisant sécession. Freud avait raison là où il avait tort. La puissance de sa théorie se nourrit de son aveuglement à la séparation entre sociologie et psychologie, qui est à vrai dire le résultat de ce processus social que nombre de révisionnistes nomment, dans la langue de la tradition philosophique allemande, l’auto-aliénation des hommes. si ce sont justement eux qui se sont laissé entraîner, par une compréhension critique des aspects destructeurs de cette séparation, à faire comme si l’antagonisme entre l’être privé de l’individu et son être social devait être soigné par la psy- chothérapie, Freud, par son atomisme psychologique même, a donné son expression adéquate à une réalité dans laquelle les hommes sont de fait atomisés et séparés les uns des autres par un abîme qu’aucun pont ne pourrait enjamber. C’est là la justification objective [sachlich] de sa méthode, qui est de pénétrer les profondeurs archaïques de l’individu et d’en faire un absolu, qui n’est relié à la totalité que par la souffrance, la détresse vitale. il avait certes [36] naïvement accepté la structure monadologique de la société, tandis que l’école néofreudienne cherchait à en épouser la conscience critique. Mais plutôt que d’être conséquente et d’insister dans cette démarche, elle veut surmonter le négatif en traitant les relations inhumaines comme si elles étaient déjà humaines. dans la constitution actuelle de l’existence, les relations entre les hommes ne procèdent pas plus de leur libre-arbitre que de leurs pulsions mais de lois sociales [sozial] et économiques qui se déploient par-dessus leur tête. Quand dans cette existence la psychologie se fait humaine et sociable, en faisant comme si la société était la société des hommes et était déterminée par leur soi le plus intime, elle entoure une réalité inhumaine du halo de l’humain. Ces penseurs sombres qui s’entêtent à soutenir que la nature humaine est mauvaise, incapable d’amélioration, et affirment avec pessimisme la nécessité de l’autorité – on y compte Freud, aux côtés de hobbes, Mandeville et sade – ne se laissent pas si facilement classer dans la catégorie des réactionnaires. dans leur propre milieu, ils n’étaient jamais les bienvenus. devoir parler

61
61

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

propre milieu, ils n’étaient jamais les bienvenus. devoir parler 61 CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 16/09/2016 11:14:19
propre milieu, ils n’étaient jamais les bienvenus. devoir parler 61 CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

propre milieu, ils n’étaient jamais les bienvenus. devoir parler 61 CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 16/09/2016 11:14:19
propre milieu, ils n’étaient jamais les bienvenus. devoir parler 61 CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 16/09/2016 11:14:19
propre milieu, ils n’étaient jamais les bienvenus. devoir parler 61 CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

62 / Le conflit des sociologies

de la face lumineuse, et non de la face sombre, de l’individu et de la société, c’est précisément là l’idéologie officiellement appropriée et respectable. y succombent les néofreudiens, s’in- dignant de ce réactionnaire qu’est Freud, alors que son pessi- misme intransigeant porte témoignage de la vérité des conditions [Verhältnisse] dont précisément il ne parle pas. Cet aspect de la controverse se fait particulièrement jour là où les révisionnistes discutent le concept de nouveau. d’après horney, la pensée de Freud est « évolutionniste, mais sous une forme mécanique. Vue schématiquement, sa conception revient à dire que dans notre développement, après cinq ans, plus rien de véritablement neuf n’intervient, et que les réactions ou les expériences des années ultérieures ne font que répéter celles de cet âge précoce i ». « L’expression la plus générale de la pensée mécaniste-évolutionniste de Freud se trouve dans sa théorie de la compulsion de répétition ii . » de fait, après les premières phases de développement, il n’y a pour Freud rien de véritablement nouveau. La répétition identique de réactions psychologiques [37] caractérise un stade historique dans lequel les traits archaïques de la civilisation entrent à nouveau en scène. C’est ce que manque horney. Lorsqu’elle reproche à Freud de manquer de foi en ce qui est nouveau, elle semble croire que le nouveau est possible à chaque époque, et pourrait pour ainsi dire être produit sur commande. son concept de nouveau est celui de la production de masse, qui affirme de chaque gadget standardisé que le monde n’en a jamais connu de tel : « Le passé est toujours, sous quelque forme que ce soit, contenu dans le présent […] je dirais qu’il ne s’agit pas de la question “présent contre passé” mais du principe du développement contre celui de la répétition iii . » Mais ce n’est que lorsque la théorie appelle la répétition par son nom et persiste à s’attacher, au sein de l’apparence du nouveau, au toujours-semblable négatif, qu’elle est peut-être capable d’arracher au toujours-semblable la pro- messe du nouveau. Mais il s’agit là de ce que horney dénigre en le taxant de névrose ou de mécanisme. Lorsqu’elle assure que les choses ne vont quand même pas si mal, l’optimisme

i. Ibid., p. 42 [p. 36, trad. modifiée]. ii. Ibid., p. 43 [p. 37, trad. modifiée]. iii. Ibid., p. 154 [p. 125, trad. modifiée].

37, trad. modifiée]. iii. Ibid. , p. 154 [p. 125, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 62 16/09/2016 11:14:19

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

62

37, trad. modifiée]. iii. Ibid. , p. 154 [p. 125, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 62 16/09/2016 11:14:19
37, trad. modifiée]. iii. Ibid. , p. 154 [p. 125, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 62 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

37, trad. modifiée]. iii. Ibid. , p. 154 [p. 125, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 62 16/09/2016 11:14:19
37, trad. modifiée]. iii. Ibid. , p. 154 [p. 125, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 62 16/09/2016 11:14:19
37, trad. modifiée]. iii. Ibid. , p. 154 [p. 125, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 62 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

La révision de la psychanalyse / 63

n’est que pseudo-radical, la foi dans les possibilités illimitées de l’homme relève de la tartufferie. si l’on demandait de but en blanc aux révisionnistes ce qu’ils ont, au fond, contre leur maître, ils diraient, peut-on supposer, qu’il lui manque l’amour. on a un jour mis en contraste la bonhomie de Groddeck, la délicatesse empathique de Ferenczi et la froideur, la distance de Freud. aucun penseur ou artiste de rang supérieur n’échappe à ce reproche. parce qu’il prend l’utopie et sa réalisation avec un extrême sérieux, il n’est pas un utopiste mais regarde la réalité

en face, telle qu’elle est, pour ne pas se laisser abrutir par elle. il veut libérer de leur captivité les éléments du meilleur qui sont enclos en elle. il se fait aussi dur que les rapports pétrifiés afin de les briser. La possibilité d’un tournant ne sera pas accrue par le mensonge selon lequel nous sommes tous frères, mais uniquement en faisant s’affronter les antagonismes existants. La froideur de Freud, qui se défait de toute immédiateté simu- lée entre médecin et patient et qui reconnaît sans ambages la nature professionnellement médiatisée de la thérapie, fait davan- tage honneur à l’idée d’humanité en dissipant impitoyablement son apparence [38] que ne le font une parole réconfortante et de la chaleur sur commande. dans un monde où l’amour est devenu un instrument psychotechnique parmi d’autres, la fidélité

à l’amour n’est maintenue que par une pensée restant attachée

à ceci que le médecin doit soigner les patients sans singer un

« intérêt humain ». La société s’est déployée jusqu’en un extrême où l’amour ne peut peut-être plus être amour qu’en tant que résistance à l’existant. « si je ne hais pas le mal, je ne peux aimer le bien i », lit-on dans les Drapeaux noirs de strindberg. un regard sur l’application concrète du postulat d’amour des révisionnistes se révèle instructif. La sympathie personnelle pour les patients est prescrite à titre de moyen pour instaurer un bon transfert, et la nature asexuelle de l’amour est valorisée. Mais dès que l’amour n’a plus de valeur pratique, c’est-à-dire dès qu’il ne conduit plus à une relation d’objet heureuse, réelle, il est vilipendé. dans son livre portant sur l’« autoanalyse ii », horney a introduit le concept de dépendance pathologique. Le

i. august strindberg, Schwarze Fahnen, Munich/Berlin, 1917, p. 254. ii. K. horney, Selfanalysis, new york, 1942 [cf. L’Auto-analyse, trad. par d. Maroger, paris, stock, 1953].

[ cf. L’Auto-analyse , trad. par d. Maroger, paris, stock, 1953]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 63 16/09/2016 11:14:19

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

63
63
[ cf. L’Auto-analyse , trad. par d. Maroger, paris, stock, 1953]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 63 16/09/2016 11:14:19
[ cf. L’Auto-analyse , trad. par d. Maroger, paris, stock, 1953]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 63 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

[ cf. L’Auto-analyse , trad. par d. Maroger, paris, stock, 1953]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 63 16/09/2016 11:14:19
[ cf. L’Auto-analyse , trad. par d. Maroger, paris, stock, 1953]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 63 16/09/2016 11:14:19
[ cf. L’Auto-analyse , trad. par d. Maroger, paris, stock, 1953]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 63 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

64 / Le conflit des sociologies

phénomène qu’elle décrit par ce terme, un lien érotique à un être humain allant au-delà de la satisfaction, elle le tient pour tout à fait névrotique. un lien de ce genre équivaut à ses yeux à une maladie, qui « se cache derrière des concepts prétentieux comme “amour” et “fidélité” ». n’est sain et pleinement adapté, d’après son schéma, que celui qui ne dépense pas plus en sen- timent que ce qu’il empoche au même moment. L’amour doit devenir du point de vue psychologique aussi ce qu’il est de toutes façons du point de vue social : un échange d’équivalents. reste la question de savoir si l’amour, qui transcende le cercle des rapports d’échanges dominants, contient nécessairement ce supplément de désespoir dont veulent se débarrasser les révi- sionnistes. il est possible que la misanthropie de Freud ne soit rien d’autre qu’un amour désespéré de cette sorte et l’unique expression d’espoir qui subsiste encore. La pensée complexe de Freud présente un aspect dont les intentions globales du mouvement néofreudien sont plus proches qu’il n’y paraît à première vue. il lui a suffi de ne le souligner qu’unilatéralement pour en arriver à des conséquences incompatibles avec le cœur de la théorie freudienne. dans ses écrits « techniques », Freud a formulé pour la thérapie des postulats de souplesse, [39] de modification constante et d’ajus- tement pratique, que les révisionnistes pourraient aisément citer pour justifier leur approche 10 . Lorsque horney bannit l’amour malheureux dans la catégorie « névrotique », elle offense davan- tage l’esprit de Freud par la teneur de sa valorisation non critique de la santé mentale que par le contenu de sa pensée. Freud alla ainsi jusqu’à dire, dans ses « remarques sur l’amour de transfert », que chaque passage amoureux « consiste en la réédition de traits anciens et répète des réactions infantiles […]. il n’en est aucun qui ne répète des prototypes infantiles. C’est justement ce qui constitue son caractère obsessionnel, évoquant le pathologique, qui provient de son conditionnement infantile i . » si Freud qualifie l’état amoureux d’infantile, sans distinguer de ses traits libidinaux primaires ceux qui sont produits par le refoulement, alors les révisionnistes peuvent

i. s. Freud, Gesammelte Werke, vol. 10, Londres, 1946, p. 317 [« remarques sur l’amour de transfert », in La Technique psychanalytique, paris, puF, 2007, p. 138].

», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 138]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 64 16/09/2016 11:14:19

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

64
64
», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 138]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 64 16/09/2016 11:14:19
», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 138]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 64 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 138]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 64 16/09/2016 11:14:19
», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 138]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 64 16/09/2016 11:14:19
», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 138]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 64 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

La révision de la psychanalyse / 65

bien traiter l’amour, incompatible avec le principe de réalité, de pathogène. L’aporie renvoie à la psychanalyse comme telle. d’un côté, la libido vaut pour elle comme la réalité psychique véritable ; la satisfaction comme élément positif, la frustration, parce qu’elle conduit à la maladie, comme élément négatif. d’un autre côté pourtant, elle considère la civilisation, qui contraint à la frus- tration, si ce n’est de manière non critique, du moins avec résignation. au nom du principe de réalité, elle justifie les sacrifices psychiques de l’individu, sans mettre à l’épreuve de la rationalité le principe de réalité lui-même. une ambivalence dans l’appréciation de la libido découle nécessairement de cette ambivalence qui convoque la problématique de l’éducation. en tant que méthode de traitement médical au sein de relations sociales [soziale Verhältnisse] données, elle ne peut que pro- mouvoir l’adaptation sociale du patient, l’inciter au travail et

à la joie au sein de ces relations. Mais elle ne peut ce faisant

éviter d’accepter, voire de renforcer certaines attitudes et formes de satisfaction qui, mesurées à l’aune du noyau de la doctrine psychanalytique, la théorie de la libido, sont des substituts dou- teux. Freud fut lui-même souvent conduit à des formulations

qui manifestent de manière frappante cet écartèlement. dans [40] un passage de « remarques sur l’amour de transfert », il incite l’analyste à prendre garde de ne pas se plier aux souhaits érotiques de ses patientes, et poursuit : « si haut qu’il estime l’amour, il doit mettre encore plus haut l’occasion qu’il a de

faire franchir à sa patiente une étape décisive de sa vie. elle doit apprendre de lui à surmonter le principe de plaisir, à renoncer

à une satisfaction toute proche mais non inscrite dans l’ordre

social [sozial], au profit d’une satisfaction plus éloignée, tout compte fait peut-être plus incertaine mais psychologiquement comme socialement irréprochable i . » Ce qui serait « irrépro- chable » n’est pas analysé. Le fait que la forme de satisfaction exigée soit incertaine éveille un doute concernant le principe au nom duquel elle est réclamée. La grandeur de Freud, comme celle de tous les penseurs bourgeois radicaux, réside en ce qu’il laisse irrésolues des contra- dictions de ce genre et dédaigne de prétendre à une harmonie

i. Ibid., p. 319 [ibid., p. 140, trad. modifiée].

à une harmonie i. Ibid ., p. 319 [ ibid. , p. 140, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

65
65
à une harmonie i. Ibid ., p. 319 [ ibid. , p. 140, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd
à une harmonie i. Ibid ., p. 319 [ ibid. , p. 140, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

16/09/2016

à une harmonie i. Ibid ., p. 319 [ ibid. , p. 140, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd
à une harmonie i. Ibid ., p. 319 [ ibid. , p. 140, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd
à une harmonie i. Ibid ., p. 319 [ ibid. , p. 140, trad. modifiée]. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

11:14:19

66 / Le conflit des sociologies

systématique là où la chose même est en elle-même déchirée. il rend manifeste le caractère antagonique de la réalité sociale, aussi loin que sa théorie et sa pratique peuvent aller dans le cadre de la division du travail préétablie. L’incertitude quant au but véritable de l’adaptation, en somme l’irrationalité du comportement rationnel que découvre la psychanalyse, reflète quelque chose de l’irrationalité objective. La psychanalyse se fait l’instance accusatrice de la civilisation. Les révisionnistes n’ont besoin que d’isoler l’aspect pratique-réaliste de la concep- tion freudienne et de mettre la méthode psychanalytique, sans réserve, au service de l’adaptation pour, dans le même temps, se sentir les continuateurs des intentions freudiennes et en rompre la colonne vertébrale. il ne s’agit pas tant, les concernant, d’une déviation hérétique vis-à-vis de l’enseignement de Freud que d’un nivellement de confort de ses contradictions. entre leurs mains, la théorie freudienne devient un moyen supplémentaire d’intégrer les troubles psychiques au statu quo social. de l’ana- lyse de l’inconscient, ils font un morceau de la culture de masse industrialisée, d’un instrument d’Aufklärung un instrument de l’apparence selon laquelle la société et l’individu, l’adaptation à une réalité toute-puissante et le bonheur se recouvraient. Cette apparence se fait toujours davantage l’idéologie omniprésente [41] d’un monde qui embrigade sans reste l’individu dans une organisation sans faille, mais qui n’est pas moins obsessionnelle et irrationnelle que l’ont toujours été les dommages psycholo- giques de l’individu.

été les dommages psycholo- giques de l’individu. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 66 Version allemande par Rainer

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

66
66

Version allemande par Rainer Koehne

1952

giques de l’individu. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 66 Version allemande par Rainer Koehne 1952 16/09/2016 11:14:19
giques de l’individu. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 66 Version allemande par Rainer Koehne 1952 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

giques de l’individu. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 66 Version allemande par Rainer Koehne 1952 16/09/2016 11:14:19
giques de l’individu. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 66 Version allemande par Rainer Koehne 1952 16/09/2016 11:14:19
giques de l’individu. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 66 Version allemande par Rainer Koehne 1952 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

La révision de la psychanalyse / 67

Notes des traducteurs

1 avant d’être repris dans le volume Sociologica II, où adorno et horkheimer

ont rassemblé une série d’interventions touchant à la théorie de la société (Francfort- sur-le-Main, europäische Verlagsanstalt, 1962, p. 94-112), l’article « die revidierte

psychoanalyse » fut à l’origine une conférence prononcée par adorno devant la société psychanalytique de san Francisco en avril 1946. une traduction allemande, due à rainer Koehne, fut ensuite publiée en 1952 dans la revue Psyche (vol. Vi/1 [1952], p. 1-18). Ce n’est pourtant pas le texte américain initial qui est repris dans les Gesammelte Schriften (cf. GS, 8, 20-41), mais la version allemande publiée en revue, dont adorno estimait qu’elle restituait plus fidèlement ses intentions que le texte américain de la conférence (qui ne fut donc jamais publié). nous n’avons pas vu de raison de ne pas suivre ce choix, et c’est donc le texte allemand repris dans les Gesammelte Schriften que nous avons traduit. signalons enfin la récente traduc- tion de « die revidierte psychoanalyse » par Jacques Le rider (accompagnée d’un

stimulant commentaire) ; nous reconnaissons volontiers notre dette envers elle (cf. th. w. adorno, La Psychanalyse révisée, suivi de J. Le rider, « L’allié incommode », paris, éditions de l’olivier, 2007).

2 sozial. dans ce texte, adorno utilise à la fois l’adjectif gesellschaftlich, formé

sur le substantif Gesellschaft, et l’adjectif sozial. Faute d’une telle distinction en français, nous les avons tous deux traduits par « social », en précisant entre crochets là où adorno utilise le terme sozial, le plus inhabituel des deux sous sa plume. par souci de lisibilité nous ne mettons pourtant pas entre crochets les composés les plus fréquents utilisant sozial, à savoir « recherche sociale » [Sozialforschung], « science(s) sociale(s) » [Sozialwissenschaft(en)] et « psychologie sociale » [Sozialpsychologie]. Là où adorno emploie le terme Gesellschaftswissenschaften nous traduisons par « sciences de la société ». Concernant la valeur conceptuelle de la distinction entre sozial et gesellschaftlich, cf. Glossaire.

3 Beschädigung. Le terme apparenté beschädigt apparaît dans le sous-titre des

Minima Moralia, « Reflexionen aus dem beschädigten Leben », traduit en français par « réflexions sur la vie mutilée ».

4 Entfremdung. pour traduire ce terme d’ascendance hégélienne et marxienne

(la fameuse « aliénation »), nous avons choisi ce substantif qui présente l’avantage de mettre l’accent sur la double dimension d’inconnu et d’étrangeté que véhicule l’adjectif fremd. en employant le terme Entfremdung, adorno renvoie au fait que la logique capitaliste transforme ce qui est simplement inconnu en quelque chose de radicalement étranger au sujet.

5 Vergesellschaftung. sur la traduction de ce terme par « sociétisation » et sur

la différence entre ce paradigme et celui de la Sozialisierung (rendu par « socialisa-

tion »), cf. Glossaire.

6 hippolyte taine (1828-1893), philosophe et historien français, a proposé dans

sa préface à l’Histoire de la littérature anglaise (1866), puis dans sa Philosophie de l’art (1865), une conception naturaliste de la production artistique dans laquelle le milieu géographique tient une place prépondérante.

7 sur ce terme et notre choix de ne pas le traduire, cf. Glossaire.

8 erich Fromm, La Peur de la liberté, paris, parangon, 2007, chap. vii, « Liberté et démocratie ».

, paris, parangon, 2007, chap. vii, « Liberté et démocratie ». CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 67 16/09/2016 11:14:19

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

67
67
, paris, parangon, 2007, chap. vii, « Liberté et démocratie ». CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 67 16/09/2016 11:14:19
, paris, parangon, 2007, chap. vii, « Liberté et démocratie ». CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 67 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

, paris, parangon, 2007, chap. vii, « Liberté et démocratie ». CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 67 16/09/2016 11:14:19
, paris, parangon, 2007, chap. vii, « Liberté et démocratie ». CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 67 16/09/2016 11:14:19
, paris, parangon, 2007, chap. vii, « Liberté et démocratie ». CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 67 16/09/2016 11:14:19

11:14:19

68 / Le conflit des sociologies

9 « Fossé culturel ». 10 Cf. p. ex. « Conseils au médecin dans le traitement psychanalytique », in La Technique psychanalytique, paris, puF, 2007, p. 71 sq.

», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 71 sq. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 68 16/09/2016 11:14:19

CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd

68
68
», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 71 sq. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 68 16/09/2016 11:14:19
», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 71 sq. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 68 16/09/2016 11:14:19

16/09/2016

», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 71 sq. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 68 16/09/2016 11:14:19
», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 71 sq. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 68 16/09/2016 11:14:19
», in La Technique psychanalytique , paris, puF, 2007, p. 71 sq. CONFLIT_SOCIOLOGIES_CS6.indd 68 16/09/2016 11:14:19

11:14:19