REFORME BUDGETAIRE

Contenu de la réforme budgétaire 2. Assouplissement des conditions
d’exécution du budget à travers notamment
La réforme budgétaire s’articule autour des
la mise en place de la globalisation des
axes suivants :
crédits
1. Institution de la programmation
Elle consiste à adapter le processus budgétaire
budgétaire tri-annuelle glissante : CDMT
au cadre de la déconcentration en octroyant
Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme CDMT aux ordonnateurs et sous-ordonnateurs une
peut être défini comme un instrument de plus grande liberté, flexibilité et responsabilité
programmation triennal glissant permettant de dans la gestion des crédits mis à leur
placer à titre indicatif le budget dans une disposition en contrepartie ils sont
perspective pluriannuelle d’une durée de 3 ans. directement responsables de la réalisation des
Sa mise à jour est annuelle objectifs prédéfinis.
pour l’adapter à l’évolution de la conjoncture.
La globalisation se manifeste par la dispense du
Le CDMT a pour objectifs de : visa de la Direction du budget pour les
virements entre lignes d’un même paragraphe
Renforcer la pérennité des politiques publiques concernant les dépenses de matériel et
en s’assurant de la compatibilité de leur impact dépenses diverses, dépenses d’investissement,
budgétaire futur avec les possibilités SEGMA, CST.
financières de l’Etat et les contraintes du cadre
macroéconomique. Fongibilité des crédits à l’intérieur des
paragraphes: possibilité offerte aux
Accroître l’efficacité de l’allocation des ordonnateurs mais aussi aux sous
ressources budgétaires en renforçant le lien ordonnateurs d’effectuer des virements de
entre les objectifs stratégiques des politiques crédits entre lignes d’un même
publiques et le budget annuel paragraphe dont ils assurent la gestion sans
Améliorer la performance opérationnelle des l’autorisation préalable du ministère des
services publics en donnant aux gestionnaires finances
une meilleure visibilité pour gérer leurs 3. Consolidation de la déconcentration
programmes d’action et en fournissant un budgétaire au sein de l’administration
cadre pour le suivi de la performance des publique en instaurant des relations de
dépenses publiques en termes d’efficacité et contractualisation entre l’Administration
d’efficience. Centrale et ses services déconcentrés pour
Le CDMT est fondé sur 4 principes : fixer les engagements réciproques entre les
parties
La participation
La contractualisation peut être définie comme
L’exhaustivité un nouveau mode de gestion fixant les
Le réalisme responsabilités entre l’administration centrale
AC et ses services déconcentrés SD.
La cohérence
Elle s’inscrit dans une optique fondée sur :
 L’amélioration de la performance
 Le renforcement de l’autonomie et de la
déconcentration à travers un contrat entre
deux parties : AC et SD
 Un contrat : il définit le cadre général de la
contractualisation (engagement des parties
contractantes –AC, SD, outils de suivi-)
 L’AC met à disposition des SD les ressources
nécessaires à l’obtention des objectifs
convenus, il s’agit d’une obligation de
moyens.
 Les SD s’engagent à fixer des objectifs précis
à réaliser en commun accord avec l’AC
(Engagement de résultat)

4. Partenariat

Il s’agit d’une nouvelle approche de
développement intégrée basée sur la
participation de l’ensemble des acteurs de la
société civile dans la réalisation de projets de
proximité dans le cadre d’un partenariat avec
l’Etat qui :

 Respecte les principes de bonne gouvernance
 Institue la pratique de la démocratie
participative
 Instaure une politique de proximité qui
répond aux besoins de la population
 Dispense du visa de la direction du budget des
décisions d’octroi d’une contribution
publique aux associations au titre de projets
La comparaison entre l’ancien et le nouveau
de partenariat
système fait apparaître les changements
suivants : Mécanismes d’application :

L’institution par chaque ministère concerné
aux niveaux central et déconcentré de comités
d’éligibilité chargés de statuer sur
l’opportunité et le niveau de financements
publics des projets.
La réalisation des audits systématiques lorsque pour une meilleure lisibilité du budget et des
la contribution publique annuelle dépasse le possibilités de déconcentration avec de
seuil de 500.000 DH, ainsi que l’établissement véritables opportunités de l’intégration de la
par les départements concernés d’un rapport dimension-genre dans l’élaboration du budget.
semestriel faisant ressortir le bilan de
Un BSG est un budget qui :
l’exécution des projets.
 Prend en considération la contribution
différenciée des femmes et des hommes
quelque soit leur appartenance sociale et
propose des solutions de façon à ce que le
budget prenne en compte le lien existant par
exemple entre l’économie formelle et
informelle.
 Etudie les effets de la répartition des recettes
et dépenses sur les hommes et femmes non
5. Adaptation du contrôle à la logique des seulement à court terme mais également à
résultats moyen et long terme.
 Veille à répondre de manière équitable aux
Création, à partir du 1er janvier 2006, d’un Pôle besoins pratiques et stratégiques des
unique de contrôle a priori : rapprochement femmes, hommes, filles et garçons issus des
fonctionnel (TGR- CGED) ; différentes couches socioéconomiques
Institution du contrôle modulé de la dépense :  Vise à réduire les inégalités
hiérarchisation et internalisation du contrôle socioéconomiques existantes
de régularité
Le BSG constitue une finalité plurielle visant
Développement de l’audit de performance : à:
contrôle des résultats, évaluation des  Répondre aux besoins de toutes les
capacités, anticipation des risques et catégories de la société et de renforcer
réhabilitation du rôle des IGM. l’efficacité des choix budgétaires
 Accroitre l’efficacité économique et
contribuer au bien-être social
6. Renforcement de la transparence et la  Promouvoir l’égalité entre femmes et
lisibilité budgétaire par la production au hommes
Parlement d’un ensemble de rapports lors de  Augmenter la transparence et la participation
l’adoption du projet de loi de finances et  Définir les responsabilités, renforcer le rôle
l’introduction d’un ensemble de mesures du Parlement dans le processus budgétaire.
notamment l’adhésion du Maroc à la norme
spéciale de diffusion des données NSDD en Caractéristiques de la réforme budgétaire
octobre 2005, l’accélération du rythme de
préparation de la loi de règlement,
l’informatisation intégrée du système Approche globale et intégrée englobant
budgétaire et comptable GID et des recettes l’ensemble du processus budgétaire ;
GIR
Démarche participative : implication des
départements dans la conception et la mise en
7. Budgétisation sensible au Genre
œuvre des dispositifs de la réforme ;
La réforme budgétaire axée sur le résultat
repose sur deux piliers : le cadre réglementaire
Démarche pragmatique : expérimentation au
niveau de départements pilotes, apprentissage
et généralisation aux autres départements ;

Démarche progressive et volontaire tenant
compte des capacités des départements.