Vous êtes sur la page 1sur 2

Intériorisation des stéréotypes de sexes dans la prime enfance :

l’exemple de la représentation des métiers


dans les livres pour enfants
Communication de Dominique Epiphane, Chargée d’études au Céreq, Doctorante en Sociologie à
l’EHESS (Centre Maurice Halbwachs, Paris)
dominique.epiphane@education.gouv.fr

L’étude de la littérature enfantine permet d’appréhender les valeurs et les représentations


transmises aux enfants dès leur plus jeune âge. En effet, les livres pour enfants, actuellement en
pleine expansion, sont des outils privilégiés d’éveil et d’apprentissage à la lecture tant par les
enseignants que les parents et représentent un support désormais incontournable de socialisation.
De nombreux travaux ont montré comment cette littérature présente une répartition sexuée des
rôles et ce, dès le plus jeune âge : les activités des petits garçons et des petites filles ainsi que les
tâches dévolues à leur père et à leur mère sont extrêmement différenciées. Les résultats de ces
différentes recherches montrent à quel point aujourd’hui encore, la littérature enfantine est
empreinte de sexisme : les femmes et les filles sont plus souvent représentées à l’intérieur plutôt
qu’à l’extérieur, dans un lieu privé plutôt que public, dans des attitudes plus passives qu’actives.
A l’opposé, les hommes et les garçons sont plus illustrés dehors que dedans, dans un lieu public
que privé, vaquant à des occupations de manière active, voire très active. (Dafflon Novelle 2002,
Dafflon Novelle et Ferrez 2003) D’une façon générale, ces albums montrent invariablement une
image masculine du monde. Les hommes et les animaux mâles y sont plus nettement plus
nombreux et valorisés et la représentation des personnages féminins se réduit souvent à une
image « maternelle ». (Cromer 1998)

Mais les stéréotypes de sexes revêtent parfois des habits plus sophistiqués, plus élaborés et les
illustrations de ce qui est "féminin" et "masculin" peuvent apparaître à travers des démonstrations
aux nuances beaucoup plus subtiles. Christine Détrez dans une analyse des encyclopédies
scientifiques pour enfants, montre la façon dont celles-ci essentialisent et naturalisent des
distinctions sexuées, par le biais d’explications du fonctionnement biologique du corps. Par la
distribution des planches anatomiques entre garçon et fille des organes décrits (muscles et
cerveau versus réflexes ou hormones par exemple), par le biais du langage et des métaphores
employés s’invente un "naturel" et s’effectue, sous couvert scientifique, une véritable inculcation
de normes sociales. (Détrez 2005)

Ainsi, dans une perspective de compréhension d’un marché du travail fortement sexué, en amont
duquel les orientations scolaires des filles et des garçons sont extrêmement clivées, il paraît
intéressant d’analyser comment le monde du travail et des emplois sont présentés aux enfants dès
leur plus jeune âge. A ce titre, l’analyse des albums illustrés pour jeunes enfants (de 3 à 10 ans)
paraît heuristique et l’étude de la représentation des métiers - aux deux sens du terme – peut
permettre d’avancer sur les vecteurs d’intériorisation des stéréotypes de sexes par les enfants.

Cette étude repose sur l’analyse de 104 albums illustrés actuellement disponibles sur le marché
éditorial et abordant l’univers du travail. Ces albums ont été choisis dans différentes
bibliothèques municipales1 ainsi que dans les magasins "grand public" 2 et sélectionnés à travers
leur titre qui devait comporter soit le nom d’un métier proprement dit ("Les policiers", "Les
pompiers", "Le marin pêcheur"...), soit une d’activité ("Construire une maison"...), un évènement
("C’est la rentrée", "Les vendanges"...), un domaine professionnel ou un lieu... ("A l’hôpital", "Le
port", "L’aéroport", "Léo et Popi au restaurant"...).

Bibliographie
Couppié T. et Epiphane D. (2004). « Des bancs de l’école aux postes de travail… Chronique
d’une ségrégation annoncée », Céreq, Notes Emploi Formation n°6.
Cromer S. (1998). « Que voient les enfants dans les livres d’images ? », Association européenne
Du côté des Filles, Paris.
Détrez C. (2005). « Il était une fois le corps… La construction biologique du corps genré dans les
encyclopédies pour enfants », Colloque international « Genre, Science, Recherche. Regards et
propositions en sciences sociales », le 29 novembre 2005, Paris.
Dafflon Novelle, A. (2002). « La littérature enfantine francophone publiée en 1997. Inventaire
des héros et des héroïnes proposés aux enfants », Revue Suisse des Sciences de l’Education, 24
(2), 309-326.
Dafflon Novelle, A. (2002). « Les représentations multidimensionnelles du masculin et du
féminin véhiculées par la presse enfantine francophone », Swiss Journal of Psychology, 61(2),
85-103.
Dafflon Novelle, A. et Ferrez, E. (2003). Sexisme dans la littérature enfantine. Analyse des
albums avec animaux anthropomorphiques. Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 57,
23-38.
Epiphane D. (2006), « Les femmes et les sciences font-elles bon ménage ? », in L’insertion dans
tous ses états, P.U.R.

1
Bibliothèques municipales des villes de Paris, Levallois-Perret, Aix-en-Provence et Marseille.
2
FNAC, Virgin Mégastor, Carrefour, Leclerc et Maxi-Livres.