Vous êtes sur la page 1sur 406

INSTITUT 'ARCHÉOLOGIE U PROCHE-ORIENT

BEYROUTH - DAMAS AMMAN

BIBLIOTHÈQUE ARCHÉOLOGIQUE ET HISTORIQUE - T. 163

PAR

Jean-Baptiste YON

Ouvrage publié avec le concours


de la direction générale des Relations culturelles, scientifzques et techniques
du ministère des Affaires étrangères

BEYROUTH
2002
(voir le sommaire détaillé p. 335) D - Intégration des notables dans le cadre de l'Empire ........ 118
PRÉFACE ................................................................................... V E - Activités non commerciales ............................................ 125
AVERTISSEMENT .................................................................... v1 CHAPITRE I V : L'INFLUENCE SOCIALE DES
NOTABLES ............................................................................ 131
INTRODUCTION ....................................................................... 1
A - Modes de vie ................................................................... 131
CHAPITRE PREMIER : L'IDENTITÉ CIVIQUE DE PALMYRE .. 9 1 - Le_ costume et les prêtres ............................................... 132
A - Le style des décrets de Palmyre .......................................... 9 2 - Palmyre et la Haute-Mésopotamie ................................ 134
1 - Les décrets : des résumés ................................................ 10 3 - La culture des notables et le cercle de Zénobie ............ 135
2 - Le style épigraphique officiel .......................................... 13 B - Clientélisme et relations sociales .................................... 139
3 - Le vocabulaire de l'éloge ................................................ 16 1 - Les dédicaces « pour la vie de ... » ............................... 139
B - Le bilinguisme officiel ......................................................23 2 - Le vocabulaire des relations sociales ............................142
1 - Le latin à Palmyre ........................................................... 24 a. Autour d'Odainat ......................................................... 143
2 - Les premiers textes grecs et le trilinguisme .................... 25 b. Le vocabulaire de l'amitié ........................................... 145
3 - Le vocabulaire officiel des cités sémitiques .................... 28 c. Worod et la famille d'Odainat ...................................... 148
4 - Les décrets du Conseil et du Peuple ................................ 31 C - L'évergétisme et les monuments de Palmyre .................. 150
C - Les carrières civiques et les familles prédominantes ........ 36 1 - Les constructions religieuses ........................................ 151
1 - Le faible nombre de magistrats connus ........................... 36 2 - Les changements urbanistiques et la présence
2 - Les rapports entre les magistratures et la symposiarchie .. 40 des notables ...................................................................... 155
3 - Des familles prédominantes ........................................... 43 3 - Les notables de Palmyre et l'évergétisme ..................... 159
a. Famille de Bônnê ........................................................... 43
CHAPITRE V : FAMILLES, AFFRANCHIS ET ESCLAVES
b. Famille de Nashûm ........................................................ 47
DES NOTABLES .................................................................... 165
c. Famille des Bené Aabeî .................................................. 50
4 - Les groupes tribaux ......................................................... 51 A - Les femmes et les familles .............................................. 166
5 - La participation civique .................................................. 54 1 - La force des traditions ................................................... 166
2 - Stratégies familiales ...................................................... 174
CHAPITRE II : L'IDENTITÉ ETHNIQUE DE PALMYRE .... 57 3 - La place des familles ..................................................... 181
A - L'appartenance des habitants au système tribal ................ 57 B - Affranchis et esclaves ..................................................... 186
1 - Les généalogies des Palmyréniens .................................. 57 1 - L'onomastique des affranchis ........................................ 186
2 - Les noms étrangers .......................................................... 59 2 - Les variations locales .................................................... 188
3 - Surnoms et subdivisions familiales ................................. 63 3 - Les relations avec les maîtres ........................................ 192
4 - Les Bené Mazîn et les Bené Iedîbel ................................ 65
CHAPITRE VI : DES MONUMENTS POUR L'ÉTERNITÉ .. 197
B - Tribus et organisation de la cité ........................................ 66
1 - Tribus civiques et tribus traditionnelles .......................... 66 A - La différenciation sociale dans les hypogées .................. 198
2 - Les quatre tribus .............................................................. 69 1 - Les sépultures des classes moyennes ............................ 198
3 - Les Bené Zabdibôl .......................................................... 72 2 - Les subdivisions des hypogées ..................................... 201
4 - Les Bené Mathabôl ......................................................... 75 B Les tours funéraires ......................................................... 204
C - Les différents niveaux de la topographie religieuse .......... 78 1 - La tour de la famille d'Elahbel ..................................... 204
1 - Le sanctuaire de Bel : centre civique ? ........................... 79 2 - Les concessions dans les tours ...................................... 206
2 - Le sanctuaire de Nabû et les grandes fa1nilles ................ 81 3 - Origines sociales et familiales ....................................... 207
4 - Reconstructions et prestige familial .............................. 210
D - Arabes et Araméens à Palmyre ......................................... 87
1 - Questions d'onomastique ................................................ 88 C - Les temples funéraires .................................................... 211
2 - Nomades et sédentaires à Hatra ...................................... 89 1 - Un nouveau type de monument .................................... 211
3 - Le peuplement de la Palmyrène ...................................... 91 2 - Temples funéraires et notables ...................................... 212
4 - La Palmyrène entre nomades et sédentaires ................... 95 D - Les subdivisions des nécropoles ..................................... 215
-1 - Nécropoles et différenciations sociales ......................... 215
CHAPITRE III : LES ACTI VITÉS DES NOTABLES ............. 99
2 - Nécropoles et conscience tribale ................................... 218
A - Les caravanes, leur organisation ..................................... 100
E - Langue et formulaire des inscriptions funéraires ............ 222
B - Les relations internationales ........................................... 106 1 - Langue ........................................................................... 222
C - La police du désert .......................................................... 112 2 - Formulaire et vocabulaire ............................................. 226
Il Les notables de Palmyre

CONCLUSION GÉNÉRALE ................................................. 235 4 - Divers ............................................................................ 273


5 - Soldats palmyréniens à Palmyre ................................... 274
ANNEXES .............................................................................. 237
XIV. Milliaires et bornes-fontières ........................................ 274
I. Palmyréniens ayant exercé des fonctions publiques .......... 240
XV. Inscriptions honorifiques impériales .............................. 275
II. Vocabulaire de l'éloge ...................................................... 245
XVI. Affranchis dans les textes de Palmyre ......................... 276
III. Fonctions et titres publics ............................................... 246
XVII. Annexes généalogiques .............................................. 277
IV. Traductions de termes grecs courants ............................. 248
V. Décrets du Conseil et du Peuple ....................................... 249 INDEX ..................................................................................... 281
VI. Textes honorifiques bilingues du rc' siècle ...................... 250 1 - Index des Palmyréniens ................................................... 283
VII. Épigraphie latine de Palmyre ........................................ 250 2 - Index des tribus et clans principaux ................................ 297
VIII. Les tribus de Palmyre, liste des textes : 3 - Index des noms propres ................................................... 298
1 - Liste par tribus .............................................................. 251 4 - Index topographique de Palmyre ..................................... 303
2 - Propositions pour les quatre tribus civiques de Palmyre . 253 5 - Index des textes épigraphiques ........................................ 304
3 - Classement par date des textes mentionnant les tribus . 253
6 - Index des textes littéraires ............................................... 321
IX. Noms grecs et latins :
1 - Dans les inscriptions datées de Palmyre ....................... 254 BIBLIOGRAPHIE .................................................................. 322
2 - Liste générale ................................................................ 257 Abréviations ............................................................................ 322
X. Noms iraniens dans les inscriptions de Palmyre .............. 262 Articles et ouvrages ................................................................. 325
XI. Textes caravaniers honorifiques ...................................... 263 SOMMAIRE DÉ TAILLÉ ........................................................ 335
XII. Fontionnaires et soldats romains à Palmyre :
PLANS, CARTES ET FIGURES ............................................ 339
1 - Textes datables .............................................................. 265
2 - Textes non datés ............................................................ 268 Liste des illustrations ............................................................... 341
3 - Étrangers à Palmyre sans fonctions officielles connues 269 Planches ................................................................................... 343
XIII. Palmyréniens à l'étranger Figures ..................................................................................... 353
l - Dacie ............................................................................. 270
2 - Nu1nidie ......................................................................... 271
3 - Ron1e ............................................................................. 272 PARTIE ARABE (sommaire, introduction et conclusion)
« On his tombstone, tao, the record is highly eulogistic; nor does history, sa
far as he holds a place upon its page, assai! the consistency and uprightness of
his characte,: Sa also, as regards the Judge Pyncheon of to-day, neither
clergyman, nor legal critic, nor inscriber of tombstones, nor historian of general
or local politics, would venture a word against this eminent persan '.s sincerity
as a christian, or respectability as a nian, or integrity as ajudge, or courage and
faithfulness as the often-tried representative of his political party. But, besicles
these cold, fonnal, and empty words of the chisel that inscribes, the voice that
speaks, and the pen that writes for the public eye and for distant times - and
which inevitably !ose much of their truth and freedom by the fatal consciousness
of sa doing - there were traditions about the Judge, remarkably accordant in
their testimony. lt is often instructive ta talœ the woman '.s, the private and domestic
vie-i-v, of a public man; nor can anything be nwre curious than the vast discrepancy
between portraits intended for engraving, and the pencil-sketches that pass from
hand ta hand, behind the original '.s back. »

Nathaniel Hawthorne, The House of the Seven Gables, 1851


(p. 121-122 de l'édition World's Classics, Oxford University Press,
Oxford-New York, 1991)
Ce travail est la publication d'une thèse soutenue en j'ai pu bénéficier des bibliothèques et faire progresser mes
novembre 1999 à !'université François-Rabelais de Tours. recherches. Enjzn je remercie mes collègues de l'université
Il s'agit à la fois d'une étude préliminaire à l'établissement de Tours dont l'amitié et l'aide m'ont été précieuses.
du corpus des inscriptions grecques et latines de Palmyre,
et d'un développement des données ainsi accwnulées et Ma reconnaissance va aussi aux personnes avec qui}'ai
élaborées. Le sujet m'avait été proposé par M. Maurice pu parler de problèmes liés à ce travail: M""' Françoise
Sartre (université de Tours-Institut universitaire de France). Briquel-Chatonnet et M. Alain Desrewnaux, qui m'ont 11011
Je lui dois tous mes remerciements,car il a bien voulu diriger seulement appris ce que je sais d'araméen (syriaque), mais
ce travail et, avec patience, répondre à mes nombreuses ont aussi su répondre à beaucoup de mes questions. De même
interrogations. M"'"' Annie Caubet, Catherine Saliou et Laïlct Nehmé,
Ma gratitude va aussi aux membres de mon jury : MM. Pierre Leriche,François Bérard,Michael Macdonald
M. Javier Teixid01; professeur au Collège de France, qui, m'ont fourni des conseils précieux à plusieurs moments de
par ses conseils, a contribué au développement de cette mon étude.
étude. M. Teixidor m'a de plus fait l'honneltr de m'inviter à Ce travail ne serait pas ce qu'il est sans les fructueuses
inten1 enir lors de son séminaire au Collège de France, à discussions amicales et les conseils et avis qu'ont su me
propos du c01nmerce de Palmyre (mars 1998), ce qui ,n'a donner Catherine Apicella, Agnes Henning, Samuel Pmvost,
permis d'exposer certaines des idées qu'on retrouvera ici. Roberto Bertolino. J'ajoute que j'ai pu exposer certaines
M. Jean-Marie Dentz.e1; alors directeur de l'IFAPO,m'a fait des idées développées ici à l'occasion de plusieurs colloques
profiter à plusieurs reprises de l'accueil de cette institution. à Tours ( « Patriciat urbain » ), à Oxford (« Urban
Ses conseils 1néthodologiques ont fait progresser ma Topography in Late Antiquity »), à Venosa (« Near East in
réflexion. M. Michel Gcrwlikowski,professeur à l'université the Imperia! Period »),ainsi qu'à des séminaires («Histoire
de Varsovie et directeur de la mission polonaise de Palmyre urbaine » à l'université de Tours et « Archéologie etHistoire
m'a accueilli sur le site en septembre 1998 au cours de la du Proche-Orient hellénisé» à l'ENS-Ulm à Paris). J'ai
campagne de.fouille et les fructlteuses discussions que nous ainsi pu profiter des rernarques et des critiques des
avons eues ont contribué à l'élaboration de ce travail. Qlt 'il participants à ces rencontres.
soit remercié aussi de son aide bibliographique qui 1n'a Des remerciements plus particuliers vont à mes
permis de suivre les progrès de la recherche. M. Michel relectrices qui ont eu la rude tâche de faire passer au crible
Christol, professeur à l'université Paris I Panthéon­ de leur jugement ces pages. Elles m'ont évité l'embarras de
Sorbonne,après avoir dirigé mon DE A, m'a.fait l'honneur faire subir aux lecteurs de trop nombreuses imprécisions et
de participer à ce jury. erreurs: Michelle Jovet, Olivia Dejean, !rem Gokçaylz et
Catherine Api c ella. Monsieur François Villeneuve
Certaines personnes et certaines institutions, par les (ENS-Ulm) a accepté la charge de la relecture de ce volume
possibilités de travail qu'elles m'ont offertes, m'ont fourni pour le faire entrer dans la Bibliothèque archéologique et
une aide détenninante à plusieurs stades de l'élaboration historique. M. Jean-LouisHuot,directeur de l 'IFAPO,a bien
de ce travail: M. Sultan Muhesen, alors directeur général voulu l'accueillir dans cette collection et l'équipe des
des Antiquités de Syrie, M. Adnan Bounni, alors directeur publications de l'IFAPO (E. Capet, A. Eid et R. Yassine) a
des Fouilles, M. Khaled As'ad, directeur du musée de eu la lourde charge de le préparer pour l'impression. Qu'ils
Palmyre m'ont fourni toutes les autorisations et les facilités en soient sincèrement remerciés.
de travail. M. Georges Rougemont, puis M'"" Marie­ Enfin, j'ai bén1fïcié de l'aide de Christophe Yon et de
Françoise Boussac,ainsi que M. Pierre-Louis Gatier (Institut Thibaut Fournet (IFAPO), dont les compétences dans le
F.-Courby, Lyon, programme IGLS) ,n'ont pennis de mener traitement d'ùnages m'ont pennis d'élaborer un certain
deux missions d'études sur le site. D'autre part grâce à des nonibre des cartes qui illustrent ce travail.
bourses d'études aux Écolesfrançaises d' Athènes et de Rome
Damas, décembre 2000
AVERTISSEMENT

Dans la transcription des noms propres sémitiques, j'ai Pour citer les textes de Palmyre en facilitant la tâche
suivi généralement l'orthographe simplifiée de l'araméen, des lecteurs, on a suivi l'ordre de priorité du corpus de
selon l'usage que suit par exemple le Recueil des tessères D. R. Hillers et E. Cussini (Palmyrene Aramaic Texts) : les
de Pabnyre et le Corpus des textes du Sanctuaire de textes sont cités d'abord par leur numéro dans le Corpus
Baalshamîn par C. Dunant (avec quelques modifications), lnscriptionum Semiticarum (= CIS), sinon par celui de
mais en notant systématiquement par l'accent circonflexe l'Inventaire des Inscriptions de Palmyre I-XII (= lnv) quand
les matres lectionis. Quelques exceptions ont été faites pour ils existent. On a essayé aussi de donner les références et les
certains noms (Zénobie par exemple), pour lesquels existait concordances avec les corpus récents : Le Sanctuaire de
un usage courant. La translittération des textes araméens et Baalshamfn III. Les inscriptions par C. Dunant BS),
grecs, faite de manière courante au fil du texte, permettra Recueil d'inscriptions palmyréniennes par M. Gawlikowski
au lecteur de s'y retrouver plus aisément. Il faut reconnaître (= RSP).
que le système a quelques lacunes, et que l'espoir d'une On trouvera à la fin plusieurs tables de concordance entre
totale unification était illusoire. les différentes éditions des textes utilisés.
'O 'AvîCOVlOÇ bcqLTCE îOÙç ircrcfoç Ticx),µupcx rcÔÀlV, où situation de Palmyre, à l'écart du monde romain, et même
µcxKpàv o'iScrnv àrcà Eù<j)pcàou 8lcxpn:âcrn1, µn:pà �LÈV syrien, et le rôle commercial de la cité, si ce n'est à l'époque
ÈmKcxÀmv cxù101ç, 011 'Pco�LCXicov KCXl Ticxp8ucxicov ovTEç d'Antoine, au moins à celle d'Appien (vers 160).
Ècpop1m k EKmÉpouç Ém8El;1.coç dxov (Ë�mopo1 yàp ovTEç C'est la prospérité liée au commerce qui a d'ailleurs
Koµ1.Çoucn µÈv ÈK TIEpamv îCX 'lvfaKà 17 'Apcx�lCX, faml8EVîCXl permis à cette ville située aux confins du désert et d'une
8'Èv 111 'Pco�LCX{cov), Ëpyo;> 8'Èmvoèov 10Ùç ircrcÉ cxç chaîne de montagnes (pl. 2) de connaître un tel
rcEplOU0l0'.0CXl. TicxÀ�LUp11véov OÈ rcpo�LCX8ÔVîCüV KCXl î(X développement urbanistique, lors des premiers siècles de
àvcxy1mîcx Éç 1à rcÉpcxv 1oû n:01cx�LoÛ µETEVE)'KCXVîCüV TE notre ère. Cette position, ainsi que la présence d'une source
KCXl Èn:l îllÇ ox811ç, El îlÇ ÈmXEPOlll 0KEUCXCTCXµÉvcov îOÇOK, (source Efqa), explique aussi qu'une installation ait pu se
rcpàç a TCE(pDKCXCTlV ÈçmpÉîCüÇ, Ol lTITCÉEç, îllV TCOÀlV KEVllV maintenir jusqu'à l'époque contemporaine. Comme le notait
KCXîCXÀCX�OVîEÇ UTCÉ0îpE\jfCXV, O'\JîE Èç XElpcxç ÈÀ8ÔVîEÇ O'\JîE déjà Pline, l'environnement était plutôt favorable, assez en
îl ÀCX�OVîEÇ.
1
tout cas pour que l'agglomération puisse nourrir de manière
aisée une population encore réduite. La ville, située à mi­
Palmyra urbs nobilis situ diuitiis soli et aquis amoenis, chemin d'un raccourci transdésertique qui conduit de Homs
uasto undique ambitu harenis includit agros, ac uelut terris à !'Euphrate, a mis à profit cette situation pour contrôler le
exempta a rerum natura, priuata sorte inter duo imperia commerce entre l'Orient et l'Empire de Rome et en tirer
summa Romanorum Parthorwnque, et prima in discordia assez de richesse pour son développement monumental. La
semper utrimque cura. 2 vocation commerciale de Palmyre est donc le fondement de
sa richesse, mais aussi de sa réputation dans l'Antiquité.
Le texte d'Appien, souvent cité, rapporte la vaine
tentative du pillage de Palmyre en 41 avant notre ère par les Un des points communs entre les témoignages d'Appien
soldats d'Antoine, devant lesquels les habitants de l'oasis et de Pline est le caractère général et abstrait de la mention
se réfugièrent de l'autre côté de !'Euphrate en emportant de la ville : elle est considérée dans son ensemble, sans
leurs biens. Il fait référence au moment qui marque l'entrée aucune précision, sans que ses habitants apparaissent
de Palmyre dans le monde gréco-romain, alors que la Syrie, autrement que comme une collectivité. De fait, avant Odainat
depuis peu province romaine, est en pleine mutation. La ville et Zénobie, le seul Palmyrénien connu dans les sources gréco­
située dans les frontières de l'Empire, mais loin de toutes latines est peut-être un certain Zabdibelos, chef d'un
les grandes agglomérations, semble une sorte d'isolat (pl. 1). contingent« d'Arabes et de soldats des contrées voisines»
Cette dimension apparaît aussi dans le fameux passage où au service des Séleucides, à la bataille de Raphia en 217
Pline fait de Palmyre une cité pratiquement indépendante av. J.-C. (Polybe, Histoires II, 79). Tous les autres, jusqu'à
des Parthes et des Romains, ce qui a dû être sa situation la fin du me siècle, apparaissent exclusivement dans les
avant l'annexion de la ville en 19 de notre ère. inscriptions, découvertes sur le site lui-même ou dans le reste
Même si la ville a eu une longue existence avant l'attaque de l'Empire. Faute de textes littéraires, et donc d'un point
des cavaliers d'Antoine au 1" siècle avant notre ère, c'est à
1
de vue extérieur sur la société palmyrénienne, il faut se
ce moment qu'elle apparaît vraiment dans les sources contenter des documents que les habitants de l'oasis ont eux­
historiques et ce texte a l'avantage de mettre en évidence la mêmes fournis 3• Ces témoignages sont d'ailleurs très

1 - « Antoine envoya ses cavaliers à Palmyre, ville située non loin de 2 - « Palmyre est une ville remarquable par sa situation, la richesse de son
! 'Euphrate, avec ordre de la piller. li n'avait pas d'autres reproches à adresser sol et l'agrément de ses eaux; ses terres sont encerclées par les sables sur
aux Palmyréniens, placés entre Romains et Parthes, que leur adroite un vaste pourtour et, comme séparée du reste du monde par la nature, elle
politique.C'étaient des marchands qui cherchaient en Perse les produits de est placée par son destin particulier entre les cieux grands empires, celui
l'Inde et de l'Arabie pour les revendre chez les Romains. En fait, Antoine des Romains et celui des Parthes, en cas de conflit le premier sujet de
voulait procurer un profit à ses cavaliers. Mais les Palrnyréniens eurent préoccupation pour l'un et pour l'autre.» (PLINE L'ANCIEN, Histoire
vent de l'affaire; ils traversèrent !'Euphrate avec leurs biens et. par mesure Naturelle V, 88)
de sécurité placèrent des archers le long de la rive.C'étaient de très habiles 3 - Pour les témoignages littéraires plus nombreux qui concernent la période
tireurs. Les cavaliers tombèrent sur une ville abandonnée : ils s'en d'Odainat et Zénobie, voir l'utile compilation de M. H. DoooEON et
retournèrent les mains vides et sans coup férir. » (APPIEN, Guerres S. N. LIEU, 1991 ( § 4 « The rise and fall of Palmyra» ).
ch·iles Y, 9)
2 Les notables de Palmyre

nombreux, et, comme le notait E. Will, il est peu de cités L'arrivée au pouvoir à Rome d'une dynastie en partie
antiques dont on connaisse autant d'habitants par leur nom, d'origine syrienne (les Sévères), ainsi que la présence accrue
même si souvent on ne peut guère en dire plus. des empereurs en Orient (avec le passage à Palmyre
d'Alexandre Sévère vers 230 ?), est contemporaine du
changement de statut de la ville, qui devient colonie dans
HISTOIRE DE PALMYRE
les premières années du m e siècle, comme un certain nombre
À cause de l'absence de sources extérieures et du d'autres villes de la région. Le commerce continue, même
caractère propre aux sources épigraphiques, l'histoire s'il semble en déclin, ce qui n'empêc h e pas une
événementielle de Palmyre elle-même est fort difficile à transformation en profondeur du centre monumental de
reconstituer. Les limites chronologiques sont imposées par Palmyre, en particulier les colonnades, ou le développement
les sources disponibles : les premiers témoignages des quartiers du nord de la ville qui prend alors la forme qui
épigraphiques, tout comme les premières données est conservée aujourd'hui. À partir de ce moment apparaît
archéologiques clairement interprétables (avant les travaux la famille d'Odainat qui fait passer la ville du rang de ville
en cours de publication de l'équipe dirigée par A. Schmidt­ importante à celui de capitale d'un empire éphémère, capable
Colinet), remontent vraisemblablement au premier siècle de défier le pouvoir de Rome. La question des fondements
avant notre ère, ce qui coïncide avec le récit d'Appien. À de sa puissance n'est toujours pas réglée et on ne sait pas
l'autre extrémité de l'histoire de Palmyre, les données précisément sur quelles forces Odainat s'est appuyé pour
postérieures à la chute de Zénobie, en 272, sont assez vaincre les Perses, avant que son épouse Zénobie qui lui
fragmentaires et surtout, pour ce qui nous concernera ici, succéda, puisse conquérir la partie orientale de l'Empire
l'étude des notables de l'oasis redevient très difficile, voire romain. C'est à l'occasion de ces événements que Palmyre
impossible. prend une place importante dans les récits des historiens
Dans l'intervalle (entre le (' siècle avant notre ère et la classiques, récits malheureusement souvent confus et
fin du m e siècle), de grands personnages apparaissent, sont difficiles à interpréter. Cette partie de l'histoire est la mieux
cités par quelques inscriptions, puis disparaissent, ainsi que connue. Ensuite, la ville sombre dans l'oubli, malgré la
leur famille, pour être remplacés par d'autres sans qu'on en présence d'une garnison, d'un évêché et les travaux d'époque
connaisse les raisons. On possède au total peu d'éléments justinienne sur les remparts. Il faudra attendre le xvr!" siècle
avant Odainat et Zénobie : ensuite les sources littéraires pour que Palmyre fasse sa réapparition dans les travaux
existent, mais renseignent plutôt sur les événements qui ont historiques.
lieu loin de l'oasis. On ne peut de toute façon plus considérer
les princes de Palmyre comme de simples notables, à partir
L'HISTORIOGRAPHIE DE PALMYRE
du moment où leur statut change et en fait des rivaux,
potentiels puis déclarés, des empereurs. La documentation fournie par le site est vaste, mais si
On possède aussi quelques jalons et les grandes étapes les fouilles ont été menées de manière relativement poussée
de l'histoire de Palmyre sont claires ; même si on ignore le depuis le début du xx" siècle, on s'est concentré
statut de Palmyre avant l'intervention de Germanicus, à une essentiellement sur un certain nombre de bâtiments :
date comprise entre 17 et 19, on sait que la ville est une quelques temples et les monuments du centre ville ont ainsi
rcÔÀ1ç au moins à partir du milieu du (' siècle, et la �ouÀ11 été privilégiés par la recherche, parce qu'ils étaient assez
apparaît dans la seconde partie du siècle. À partir de ce bien conservés, donc plus attirants pour les chercheurs et
moment, la cité de Palmyre connaît un régime d'un type spectaculaires pour les touristes. Une partie encore plus
relativement classique, commun aux cités grecques de importante de la surface reste à explorer, en particulier les
l'Empire. Les grandes constructions, à commencer par le quartiers d'habitation. Les nécropoles qui entourent la
sanctuaire de Bel, reçoivent l'empreinte très nette de l'art et ville sont aussi assez bien connues, même si les tombes
de l'architecture de la Syrie romaine. C'est aussi dans les fouillées de manière complète ne sont finalement pas très
premières années du siècle que le commerce caravanier nombreuses.
apparaît dans les sources épigraphiques, pour connaître son Ce sont les découvertes faites dans les tombeaux (bustes
apogée sous Hadrien et ses successeurs immédiats. Le funéraires) qui ont donné la documentation la plus importante
passage de cet empereur est souvent considéré comme le et la mieux connue sur l'art et la civilisation palmyréniens,
moment où Palmyre entre définitivement dans la civilisation avant que la fouille des temples ne permette de repérer de
de l'Empire. La présence d'une garnison romaine, et manière plus fine les influences qui se faisaient jour. Mais
inversement, l'enrôlement de soldats palmyréniens dans ce qu'on connaît de l'art funéraire n'est pas seulement le
l'armée romaine (en Dacie, en Afrique) renforcent cette résultat de fouilles, et la majeure partie des œuvres connues
évolution, qui se manifeste aussi dans l'art, l'architecture et est la preuve d'un pillage commencé sans doute dès
la vie publique en général (temples funéraires, culte l'Antiquité, mais dont l'apogée remonte à la seconde partie
impérial). du x,xe siècle. C'est dire qu'elles sont trop souvent privées
Introducticm 3

de leur contexte architectural et épigraphique qui seul temps, les textes araméens sont aussi l'objet cl' études
permettrait de tirer des conclusions sûres. Or ces documents nombreuses, en particulier à partir de la seconde partie du
sont souvent accompagnés de textes : les épitaphes qui étaient XIX" siècle.
gravées à côté de la représentation des défunts. Grâce à ces À partir de cette date, les découvertes n'ont cessé de se
noms, aux généalogies qui les accompagnent, avec les textes multiplier. Les publications les plus significatives sur
nombreux qui proviennent de la ville elle-même et rappellent l'épigraphie de Palmyre ne sont pas consacrées de manière
les honneurs rendus aux différents bienfaiteurs, ou spécifique à l'épigraphie classique. L'œi1vre majeure est le
commémorent les constructions, on peut ainsi reconstituer C01pus lnscriptionum Semiticarum (II, 3 par J.-B. Chabot)
des familles, mais beaucoup d'éléments restent toujours publié entre 1926 et 1947, mais il se fonde seulement sur
obscurs. des données connues avant 1920. Il comprend évidemment
l'ensemble des textes araméens connus à cette date, mais
À partir de son intégration dans la province, la ville donne aussi les textes grecs et latins des bilingues et trilingues.
montra de plus en plus de signes d'une forte influence gréco­ L'Inventaire des inscriptions de Palmyre (12 fascicules de
romaine, aussi bien institutionnelle qu'artistique, même si 1930 à 1975) a complété le dossier, en recueillant assez
un certain nombre de caractéristiques sont particulières à systématiquement tous les types de texte. Depuis, les fouilles
Palmyre ; c'est ainsi un des rares cas de ville indigène qui faites sur le site ont donné lieu à d'importantes publications
conserve tout au long de la période sa propre langue et qui d'inscriptions découvertes lors de ces travaux 5• À chaque
l'emploie, en concurrence avec le grec, tant dans les actes fois, comme clans les publications ultérieures, de nombreux
officiels que clans l'épigraphie privée. Ce particularisme est textes grecs et latins ont été publiés, mais il manque pour ce
bien visible clans des domaines aussi divers que les coutumes type d'inscriptions une publication d'ensemble, que cette
funéraires ou l'onomastique. En même temps, ce n'est qu'un étude sur les notables contribue à préparer.
élément d'une civilisation mixte : selon les cas, on a tenté Dernièrement, la compilation de tous les textes écrits
de cerner sa personnalité, en insistant sur les composantes clans le dialecte araméen de Palmyre reprend les versions
gréco-romaines de plus en plus affirmées, ou bien plutôt sur grecques et latines des bilingues et trilingues 6• Mais il s'agit
son appartenance à une culture proprement sémitique, seulement cl'un recueil qui utilise toutes les publications
recouverte ça et là d'un vernis d'hellénisation. Ce n'est pas antérieures, sans commentaire ni traduction et, sauf en un
le lieu ici de rouvrir le débat, mais, comme on pourra le petit nombre de cas, les textes n'ont pas été revus par les
voir, il est difficile d'apporter une réponse. éditeurs. De plus, un certain nombre de fautes d'impression
Il est donc assez malaisé de cerner avec précision la doivent inciter l'utilisateur à la prudence.
civilisation palmyrénienne, faute de textes narratifs. La Cet ensemble de textes présente clone la particularité
source principale reste l'étude de l'art et de l'architecture. cl'être partagé entre au moins deux langues principales, le
Si on veut étudier les notables, c'est-à-dire en fait les grec et l'araméen, et accessoirement le latin. L'étude qui va
habitants de l'oasis qu'on peut le plus aisément saisir, les suivre, même si elle a pour objectif de départ la préparation
sources sont principalement de deux ordres : d'abord les du C01pus des inscriptions grecques et latines, a bien entendu
monuments funéraires, les grands bâtiments et plus élargi son propos à l'ensemble de la documentation fournie
généralement tout ce qui reflétait la présence et l'influence par le site, pour essayer cl'obtenir la vision la plus complète
des notables clans le paysage urbain; ensuite l'épigraphie possible des notables de Palmyre. Il serait en effet absurde de
qui permet de mettre les noms des bienfaiteurs sur les se priver de l'énorme documentation en langue araméenne,
constructions, de relier entre eux les différents monuments d'autant plus que l'existence d'inscriptions bilingues et
construits par telle famille, ou de suivre l'évolution d'une l'apparition des mêmes personnages clans des textes en
autre famille à travers les décennies. diverses langues permettent cl'effectuer des recoupements et
des comparaisons. Les inscriptions en différentes langues ne
Heureusement le site de Palmyre s'est montré représentent pas plusieurs mondes, mais les différentes faces
particulièrement fertile en données de ce type, et cela dès sa du même monde. Les textes utilisés clans cette étude sont ceux
redécouverte au xvn" siècle. On connaît depuis ce moment que l'on connaît par les publications, mais on a aussi pris en
des inscriptions grecques et latines de Palmyre, ce qui fait compte ceux qu'a publiés A. Bounni clans sa thèse, en cours
qu'on retrouve certains textes clans les grandes collections de publication, mais consultable sur les microfiches éditées
d'inscriptions du xrx" et du début du xx" siècle ·1• En même par l'Atelier national des thèses de l'université de Lille.

4 - Corpus Inscriptionum Graecarum, Orientis Graecis Inscriptiones M. GAWL!KOWSKI, 1974.


Selectae, Inscriptiones Graecae ad Res Romanos Pertinentes. 6 - Par D. HrLLERS et E. CussrNr, Palmyrene Aramaic Texts (= PAT),
5 - Le Sanctuaire de Baalslzamîn à Palmyre Ill. Les inscriptions(= BS) par Baltimore. 1996.
C. DUNANT, 1971 ; Rerneil d'inscriptions palmyréniennes (= RSP) par
4 Les notables de Palmyre

Une des voies les plus généralement retenues pour de l'art de la région. On peut rappeler enfin l'œuvre de
étudier les habitants de l'oasis a été de reconstituer autant H. Ingholt, dont le classement chronologique et stylistique
que possible les différentes familles et les clans ou tribus de la sculpture palmyrénienne est celui qui prévaut encore
représentés dans la population. La plupart des éditeurs aujourd'hui (H. lNGHOLT, Studier over Palmyrensk Skulptur
d'inscriptions palmyréniennes ont ainsi tenté de compléter PS], Copenhague, 1928).
au moins partiellement la prosopographie des Palmyréniens
connus par les inscriptions. C'est sans doute dans l'ouvrage Mais si plusieurs études ont tenté de reconstituer des
de J. T. Milik (Dédicaces.faites par des dieux(= DFD), Paris, familles palmyréniennes, il semble qu'il manquait une étude
1972) qu'on trouvera la tentative la plus ample. Mais les d'ensemble sur les Palmyréniens eux-mêmes, sur leur
données prosopographiques ne sont qu'un aspect de ce livre, identité, sur les moyens qu'ils utilisaient pour influencer leurs
très brillant, fondé sur une connaissance immense de contemporains et proclamer leur position sociale. De grands
l'épigraphie palmyrénienne et sémitique en général. Malgré personnages sont connus par les sources ; il a paru intéressant
quelques conclusions qu'on sera parfois tenté de discuter, de rassembler de manière systématique les données qui les
l'ouvrage est extrêmement stimulant, et on verra tout ce que concernaient, ce qui permet d'effectuer des comparaisons.
les pages qui suivent lui doivent. Les notables de Palmyre n'apparaissent que dans les
La recherche prosopographique a été simplifiée depuis sources épigraphiques du site, et on se trouve d'ailleurs
le début des années 1970 par la parution du livre de confronté à une sorte de paradoxe quand on veut étudier la
J. K. Stark qui reprend les données de toutes les inscriptions population, sa vie quotidienne, ses activités, sa culture. En
araméennes publiées à cette date 7• L'ouvrage présente un effet, ce sont des notables qui ont fait graver les inscriptions,
inconvénient : il tient insuffisamment compte des inscriptions et qui ont eu les moyens de faire construire les monuments
non sémitiques, ce qui réduit un peu son utilité, au moins qui sont les seules sources sur la ville et qui permettent d'en
quand il s'agit de reconstituer des familles. Les publications parler. Et si l'on considère que seules les catégories les plus
de textes parues après cette date ont généralement utilisé aisées de la population avaient la possibilité de bâtir des
ces résultats pour reconstituer les généalogies des tombeaux et de s'y faire enterrer, qu'eux seuls pouvaient
personnages cités par les nouvelles inscriptions. recevoir les statues honorifiques qui ornaient la cité, alors il
Enfin, dernièrement, P. Piersimoni a consacré sa thèse est clair qu'on trouvera d'abord dans les inscriptions le reflet
de }'University College (The Palmyrene Prosopography, de ce que les notables de la ville voulaient montrer. On pmma
Londres, 1995) à une prosopographie générale des ensuite essayer d'en déduire ce qu'ils pouvaient réellement
Palmyréniens. L'existence de ce travail explique qu'on ne penser. Car, et c'est le sujet principal de cette étude, c'est
trouvera pas ici de liste générale des Palmyréniens et de leur sans doute seulement à travers les divers moyens
famille, mais seulement des listes thématiques, en particulier d'expression des notables de Palmyre qu'on peut essayer
celles des personnages mentionnés directement dans le corps d'avoir prise sur la société palmyrénienne des premiers
du texte. Il m'a été impossible, malgré de nombreux efforts, siècles de notre ère.
de consulter la thèse de P. Piersimoni, mais on peut se faire Une définition relativement large du terme («personne
une idée de ses principales conclusions (ainsi qu'une liste à laquelle sa situation sociale confère une certaine autorité
de grandes familles) dans deux articles parus il y a peu dans les affaires publiques » selon Le Robert) autorise à faire
(P. PIERSIMONI, 1994b et 1995). de la plupart des Palmyréniens qu'on connaît par les textes
Plus généralement, l'histoire de Palmyre a été le sujet des «notables ». Cela signifie donc que les parties de la
de deux synthèses principales, celle de J. Starcky et population les plus importantes numériquement échapperont
M. Gawlikowski (1985) et celle plus récente d'E. Will dans une large mesure à la recherche : il faudra en tenir
(1992). Ces deux ouvrages sont à compléter pour certains compte dans les conclusions qu'on pourra tirer de la
aspects par l'ouvrage de J. Teixidor (1984) et un article de documentation existante. Cet état de fait n'est bien sür pas le
M. Gawlikowski (1994) sur le commerce, et par l'article de propre de Palmyre, et on a souvent remarqué à propos de la
M. Sartre sur les institutions de la rcoÀK de Palmyre (1996b). littérature gréco-romaine qu'il s'agissait généralement de
Enfin, les synthèses régionales récentes de M. Sartre (1991) notables écrivant pour cl'autres notables, et que l'on ne pouvait
et surtout de F. Millar ( 1993) accordent bien sür une large clone y trouver qu'un témoignage partial et partiel sur la
place à la ville et à ses relations avec le reste de l'Empire. À société antique. Seule l'archéologie, qui prête plus d'attention
cela s'ajoute un grand nombre d'études partielles, qu'on à la vie matérielle et aux données de la vie quotidienne, peut
trouvera citées à leur place dans les notes de ce travail ; on contribuer à modifier cette image, mais, on y reviendra, cet
mentionnera en particulier les différents articles qui aspect de la recherche a sans doute été encore trop négligé
composent les Antiquités syriennes d'Henri Seyrig, et qui pour permettre de dresser un tableau cohérent de la vie de
sont un des fondements de la connaissance de l'histoire et ceux qui n'appartenaient pas au monde des notables.

7 - J. K. STARK, 1971.
Introduction 5

En fait, les recherches sur Palmyre ont porté Une étude des notables permet ainsi d'effectuer dans
principalement sur la splendeur architecturale et artistique l'histoire de Palmyre une sorte de coupe transversale en
de la ville, splendeur qui a survécu à des siècles d'oubli. regroupant de nombreux aspects qu'on trouve souvent de
Palmyre est d'abord une des villes pour lesquelles a été créée manière éparse et non synthétique.
la notion d'art parthe, et cette ville caravanière a aussi été
une ville étape pour l'art et l'architecture entre Orient et
RECHERCHES RÉCENTES SUR LES NOTABLES
Occident. On a donc eu des études très importantes sur ces
domaines, sur le commerce des caravanes entre l'Empire Or la place des notables dans les cités de la partie
romain et le golfe Arabo-persique, et au delà l'Inde et la orientale de l'Empire romain est justement un aspect qui a
Chine, mais on possède finalement très peu de travaux été mis en valeur depuis un certain nombre d'années. Dès
approfondis sur les habitants eux-mêmes, ou même sur la l'époque hellénistique se met en place dans les cités grecques
partie de la population la plus présente dans les inscriptions, une société dans laquelle une oligarchie domine la vie
ceux qu'on peut appeler les notables. politique et économique. Leur supériorité est fo ndée sur un
La documentation épigraphique est très riche, mais, à poids économique qui leur permet de détenir les rênes du
de rares exceptions, ce n'est pas dans cette direction qu'elle pouvoir et de remplir les charges et fonctions publiques
a été exploitée. Les chercheurs ont préféré s'intéresser soit principales. L'ouvrage de P. Veyne sur l'évergétisme contient
à une petite partie de ces notables (par exemple ceux qui ainsi une définition des notables qui paraphrase un texte
font partie de la famille de Zénobie et Odainat, ou qui lui célèbre de M. Weber 8 : « Politiquement, les notables sont
sont liés), soit à un aspect particulier, très bien représenté des personnes qui, par leur situation économique, sont en
dans l'épigraphie palmyrénienne et dans l'iconographie: la mesure, en guise d'activité secondaire, de diriger une
religion de Palmyre. collectivité quelconque sans recevoir de salaire ou contre
Deuxième point, et non le moindre, les études un salaire purement symbolique ; la direction du groupe leur
palmyréniennes ont privilégié le cadre de vie des est confiée parce qu'ils jouissent de l'estime générale, à
Palmyréniens, leurs croyances: elles laissaient ainsi de côté quelque titre que ce soit. Un notable vit pour la politique et
certains caractères de la vie publique de la cité, oubliant, au non de la politique ; il faut donc qu'il ait des revenus par
profit des traits originaux et spectaculaires qui font la ailleurs, qu'il soit propriétaire de terres ou d'esclaves ou qu'il
spécificité de Palmyre, ce gui faisait de la ville une cité parmi exerce une profession libérale, c'est-à-dire une activité
d'autres de l'Empire romain. L'originalité du destin de socialement estimée. » 9 Cette définition est valable en
Palmyre, sa grandeur à la fin du nr° siècle font oublier que, particulier pour la période pendant laquelle les cités grecques
plus d'un siècle auparavant, dans les cadres de l'Empire, la sont sous la domination de l'Empire romain. Ce qui
ville connaissait déjà une prospérité exceptionnelle. En caractérise aussi les notables, c'est le fait qu'ils monopolisent
parallèle, il importe de bien montrer que ces notables les fonctions publiques, et qu'ils ont une tendance toujours
appartiennent à une civilisation où se mêlent divers courants, plus forte à transmettre de génération en génération leur
orientaux et occidentaux. Se posent en particulier les statut, au point de devenir une classe héréditaire.
problèmes de l'origine ethnique de la population, et de Or ces notables se définissent surtout, du point de vue
l'identité des habitants, telle qu'elle apparaît dans les textes des sources, comme les gens qui apparaissent dans les
et les manifestations artistiques. inscriptions, en particulier parce que les textes honorifiques
semblent attester d'un ensemble assez homogène de
Il faut donc montrer de quelle mamere Palmyre comportements : ils touchent des personnages qui
appartient à l'Empire romain, et insister en même temps sur accumulent fonctions et honneurs et ont une tendance accrue
l'importance de la vie municipale en mettant justement en à se placer dans des traditions familiales.
relation avec le développement urbain de la ville cette classe Cet aspect a bien été mis en lumière par F. QuaB, dont
de notables qui apparaît dans les inscriptions. Ce qui en fait l'ouvrage sur cette classe de notables (die
des notables - et qui s'apparente en ce sens à ce qu'on peut Honoratiorenschicht) dresse un bilan méthodique des titres
voir ailleurs dans le monde gréco-romain -, c'est cet et fonctions attribués par les cités grecques des époques
ancrage dans une ville et la manifestation de cette classe à hellénistique et romaine à ceux qui les dirigeaient. À la
travers les monuments et les inscriptions. Encore faut-il bien lumière des recherches de ce type sur la manière dont les
le mettre en valeur ! cités étaient gouvernées et sur le personnel qui les

8 - Voir aussi F. QuAss, 1993. p. 11 (qui cite M. WEBER, Wirtschqft und page de P. Veyne, cette définition: « aux élites des cités autonomes convient
Gesellschqft, Grundr(f] der \!erstehenden Soz.iologie, 5' édition revue par le nom de notables». Voir aussi M. SARTRE, 1991, p. 176: « Dès la fin du
J. Winckelmann, Tübingen. 1972. p. 170). u' siècle, les notables, c'est-à-dire tous ceux qui sont plus riches que les
9 - P. V EYNE, 1976, p. 110 avec une référence à M. Weber à la note 132, autres. constituent à la fois une classe sociale. définie par sa richesse, et un
pour la suite du paragraphe. Voir aussi un peu plus haut, clans la même ordre. lié par des obligations de nature juridique. »
6 Les notables de Palmyre

administrait se dégage une image relativement homogène grec et du latin. Il en est ainsi pour les listes de noms étrangers
de la société qui peuplait les cités de l'Orient romain. à Palmyre ou celles des principaux personnages connus par
les inscriptions.
Il n'est pas question ici de négliger les fortes différences Un certain nombre des textes encore présents à Palmyre
entre les lieux et les époques; l'exemple même de Palmyre ont été revus (sur le site et au musée) et photographiés. Ce
prouve à l'envi qu'il existait tout un spectre de situations, travail n'est pourtant qu'une étude préliminaire au corpus,
selon des variables multiples. Néanmoins, les recherches on n'y trouvera pas d'édition des textes à proprement parler,
récentes sur ces notables montrent certains traits communs, même si parfois des corrections aux textes édités ont été
qu'il convient de rechercher aussi à Palmyre, malgré des introduites.
différences. À ce propos, on peut partir d'une remarque de Enfin, le matériel qui permet d'étudier les Palmyréniens
P. Veyne qui revient sur la définition des notables au sujet est aussi archéologique : je m'appuie donc sur les travaux
de la situation en Grèce, au v" et au 1v0 siècle : « Le régime nombreux qui ont été menés sur place depuis la redécouverte
des notables est l'aboutissement normal d'une démocratie du site. Même si plusieurs séjours à Palmyre ont permis de
directe, en l'absence d'une tyrannie ou d'une caste mieux connaître les monuments ou l'organisation de la cité,
aristocratique qui exercerait une autorité traditionnelle. » 10 je n'ai pas entrepris de recherches archéologiques à
Cette dimension est évidemment à prendre en compte à proprement parler et j'ai surtout utilisé les recherches
Palmyre où la société semble assez traditionnelle, au moins inestimables de mes prédécesseurs à Palmyre (liste dans les
au début de la période. Comme on le verra, au fur et à mesure notes). Ce matériel archéologique et monumental a été mis
que le temps passe, un monde fondé sur des références en rapport avec le fichier épigraphique de la manière la plus
tribales paraît laisser la place à une société plus proche de complète possible 11• On en trouvera quelques reflets au cours
ce qu'on connaît ailleurs dans l'Empire romain. Il faudra de ce travail.
d'ailleurs s'interroger sur la manière dont la société
palmyrénienne se transforme, peut-être sous l'influence de Les notables apparaissent principalement en tant que
ce qui se passait plus à l'ouest. Mais si on prend le terme de tels dans un type particulier d'inscriptions, celles qu'il est
notable selon la définition la plus simple, les grands convenu d'appeler honorifiques : le Conseil et le Peuple de
caravaniers, les magistrats, les grands dignitaires religieux Palmyre, ou un groupe de citoyens, y expliquent qu'en raison
de la ville, et plus généralement tous les personnages dont de ses bienfaits ou de son action exemplaire tel ou tel citoyen
l'importance sociale apparaît dans les inscriptions, ont en s'est vu dresser une statue, généralement dans un lieu public,
tant que groupe droit à cette qualification. Il est clair que dans un centre géographique de la vie civique. De nombreux
Palmyre est une cité où se mêlent des caractéristiques exemples de cités de l'Empire romain où on retrouve ce type
sémitiques et orientales, en même temps qu'une influence de texte fournissent un très bon point de comparaison. Ils
gréco-romaine très forte. Ce qui fait l'intérêt d'une étude permettent de montrer ce qu'il y a de commun (et de
des grands personnages de la ville est justement de voir avec différent) dans le vocabulaire et les thèmes abordés avec le
précision de quelle manière se fait ce mélange, quelles formes reste de l'Empire, en particulier avec l'Asie Mineure, riche
il prend, et quelle en est l'évolution chronologique. en sites qui ont fourni des inscriptions grecques de ce genre.
D'autre part, les carrières des citoyens de Palmyre permettent
C'est donc à partir de l'important corpus des inscriptions de mettre en valeur des familles qui monopolisent la scène
de Palmyre qu'il convient d'étudier les notables. J'ai utilisé publique (chapitre 1).
pour cela l'ensemble des textes connus du site, ainsi que les
témoignages sur les Palmyréniens qui proviennent d'autres Mais l'identité civique des notables n'est qu'un aspect
parties du monde antique. J'ai pour cela élaboré un fichier de leur personnalité, et il s'accompagne de caractères tout à
(logiciel FileMakerPro) qui regroupe l'ensemble des textes fait originaux, à commencer par l'onomastique et les
grecs et latins de Palmyre (en ajoutant les textes araméens divisions tribales qui apparaissent encore au début de la
des bilingues), ainsi qu'un fichier des textes connus hors période. Ces traits sont sans doute à mettre en rapport avec
des limites de la Palmyrène. Plusieurs raisons expliquent l'origine ethnique très mélangée de la population, question
que l'on n'en ait pas fait de même pour les textes araméens : à étudier de près (chapitre 11).
d'abord leur nombre beaucoup plus important, ainsi que leur
regroupement récent et exhaustif dans le recueil Palmyrene L'image de Palmyre est intimement liée au commerce
Aramaic Texts de D. Hillers et E. Cussini. Mais les différents caravanier contrôlé par certains grands personnages. Comme
tableaux et indices, qu'on trouvera en annexe, comportent on le verra, l'organisation du trafic caravanier nécessitait
aussi bien les données fournies par l'araméen que celles du tout un ensemble de pratiques, qui permettaient de contrôler

l O - P. VEYNE, 1976, p. 202. ce type de méthode et m'ont initié à certains outils informatiques qui ont
11 - Qu'il me soit permis de remercier ici M. Jean-Marie Dentzer, permis cette partie de l'étude.
M"" Catherine Saliou et M"" Laïla Nehmé, qui ont attiré mon attention sur
Introduction 7

une reg1011 qui connut aussi une exploitation agricole dans les inscriptions non funéraires, tout comme les
relativement intense. Plus généralement l'influence de affranchis. Il faudra essayer de rendre compte de la place
certains Palmyréniens ne s'arrêtait pas à la banlieue de leur réelle de ces catégories un peu marginales d'après les
cité, et on retrouve au Moyen-Orient et dans tout l'Empire témoignages épigraphiques, mais qui ont joué un rôle dans
romain des gens originaires de l'oasis, même s'il ne s'agit la société de Palmyre (chapitre v).
pas toujours de notables (chapitre m).
Situer les notables dans leur cité, au milieu de leurs pairs,
Les activités au sein de la cité même leur permettaient en relation avec les autorités romaines, ne doit pas faire
de bien signifier au reste de la population leur position sociale oublier une autre dimension très importante, qui apparaît de
privilégiée. Dans les sources, celle-ci apparaît aussi bien par manière privilégiée dans un autre type d'inscriptions, les
le costume que par ce qu'on sait de la culture des inscriptions funéraires. Grâce à elles, on saisit assez bien de
Palmyréniens. Au premier chef pourtant, c'est le vocabulaire quelle manière les notables, par delà leur propre vie,
des inscriptions et les raisons invoquées pour l'érection des mettaient en scène la puissance de leur famille, par des
statues honorifiques qui permettent de donner une image un constructions de tombeaux. Ces monuments sont aussi le
peu plus complète des milieux dirigeants de Palmyre, et d'en signe d'une pénétration peut-être de plus en plus forte de
discerner les caractères originaux, particulièrement en ce qui coutumes qui ont leur origine dans l'Empire romain, sans
concerne leurs activités de bienfaiteurs et de constructeurs que disparaissent en aucune manière certaines traditions
(chapitre 1v). originales, en premier lieu l'usage de l'araméen (chapitre vr).

Enfin, les notables de Palmyre sont entourés de ceux En définitive, on peut considérer cette étude comme une
qui participent d'une certaine manière à leur mode de vie, contribution à l'histoire sociale et politique du Proche-Orient
mais en sont aussi assez éloignés, pour des raisons diverses. syrien à l'époque romaine, combinant les données de
En se servant comme point de comparaison d'autres cités l'épigraphie gréco-latine (dont elle fournira par la suite un
du même type, on peut tenter de comprendre quelle est la corpus exhaustif) avec celles de l'épigraphie sémitique
place réelle des femmes, ou celle des affranchis, dans la palmyrénienne et les informations archéologiques fournies
société palmyrénienne. On sait ainsi que les femmes avaient par le site, pour mettre en relief les caractères originaux de
parfois un rôle important dans la vie publique des cités Palmyre, ville très marquée par l'origine sémitique de ses
grecques 12• De même, le personnage le plus connu de l'oasis habitants et les influences extérieures, occidentales comme
est sans conteste Zénobie. Pourtant les femmes sont rares orientales.

12-Voirl'ouvragedeR. VANBREMEN, 1996.


PREMIER 'IDENTITÉ CIVIQUE DE

A - Le style des décrets de Palmyre: p. 9. documentation la plus riche et la plus variée de toute la région.
1 - Les décrets résumés: p. 10. Mais il est possible de trouver des parallèles éclairants en Asie
2 - Le style des décrets: p. 13. Mineure ; ils permettent de voir comment les notables
3 - Le vocabulaire de l'éloge: p. 16. palmyréniens se comportaient à l'égard des institutions de leur
B - Le bilinguisme officiel: p. 23. cité. Les textes syriens 2, même s'ils sont moins nombreux,
1 - Le latin à Palmyre: p. 24. permettent eux aussi un certain nombre de conclusions.
2 - Les premiers textes grecs: p. 25. Le texte le plus fameux de l'oasis, le très célèbre Tarif 3,
3 - Le vocabulaire officiel: p. 28. est à cet égard exemplaire, puisque son préambule (en fait
4 - Les décrets du Conseil et du Peuple: p. 31. le décret de promulgation de la loi fiscale : Myµa �ou11.11ç)
C Les carrières civiques et les grandes familles: p. 36. rappelle exactement quelles sont les institutions qui comptent
1 - Le faible nombre de magistrats: p. 36. au sein de la cité. Le préambule du Tarif commence par une
2 - Les rapports magistrats-symposiarques: p. 40. date donnée selon l'ère séleucide (18 avril 137), mais
3 - Des familles prédominantes: p. 43 l'ensemble du texte (c'est-à-dire des deux versions, grecque
(a. Famille de Bônnê, p. 44; b. Famille de Nashûm, p. 47 ; et araméenne) commence par quelques lignes de grec qui
c. Bené Aabeî, p. 50) donnent la date d'après la titulature de l'empereur Had1ien
4 - Les groupes tribaux: p. 51. et la date consulaire (L. Aelius Caesar pour la seconde fois
5 - La participation civique: p. 54. et Publius Coelius Balbinus). Ce qui est original dans ce
texte, et qu'on ne retrouve qu'une seule fois dans les
inscriptions de Palmyre, c'est l'utilisation d'une quatrième
A. LE STYLE DES DÉCRETS DE PALMYRE
manière de donner la date, d'après les archontes éponymes
Depuis le milieu du (1 siècle après Jésus-Christ au moins, (avec la préposition Èni + le génitif). En 137, ceux-ci sont
Palmyre fonctionne comme une cité grecque dont elle a les Ma11.1xoç OÀawuç (mlkw br 'lyy br mqymw) et ZE�aoa
institutions. Les textes, en grec comme en araméen, sont NEcm ( zbyd' br ns'). Ces deux personnages ne sont
1
formels et attestent de l'existence d'une n611.1ç de Palmyre • malheureusement pas connus par ailleurs, mais l'impmtance
Ce qui sera étudié pllls particulièrement ici est le rôle et la de la charge occupée est un signe indubitable de leur
place des notables dans ce fonctionnement civique. À cet effet, appartenance aux classes les plus élevées de la société
on trouvera en annexe une liste des notables dont la palmyrénienne -1_

documentation prouve la participation aux fonctions civiques Seul le texte Inv III, 5 fournit un autre exemple
traditionnelles des cités grecques, ainsi qu'à quelques autres. d'éponymie, avec cependant une différence de taille. Il date
Il faut essayer de voir en quoi la situation à Palmyre est en effet de 224-225, Palmyre est devenue colonie, et comme
conforme à ou différente de ce qui se passe dans le reste du il est naturel dans ce cas, les magistrats éponymes ne sont
monde grec. La comparaison avec le reste de la Syrie romaine plus les archontes, mais les stratèges (équivalents des
n'est pas aisée, car c'est de loin à Palmyre que nous avons la duumviri des textes latins) 5• Le texte utilise une formule

1 - La première attestation du terme se trouve dans le texte C/S 3923 2 - En prenant la Syrie au sens large, c'est-à-dire en fait les textes édités
(lnv IX, 8) daté de mars 51. Sur ces problèmes, l'article de M. SARTRE, dans les IGLS depuis 1929.
1996a, p. 385-405, fait un bilan complet de la documentation. Ces éléments 3 - Texte édité clans le CIS au numéro 3913. La version grecque est aussi
permettent de conclure que Palmyre est une cité grecque. Mais cette clans OG/S 629, IGRR III, 1056. On peut trouver des traductions clans le
appellation concerne principalement le domaine institutionnel, politique CIS (traduction en latin des deux versions); J. TEIXIDOR, 1984, p. 99-104
on peut dire que Palmyre possédait des institutions et émettait des décisions (traduction française du palmyrénien); J.F. MATTHEWS, 1984, p. 174-180
qui sont caractéristiques des cités grecques telles qu'on les connaît ailleurs. (traduction anglaise du texte grec); K. BRODERSEN, 1987, p. 153-159
Comme on le verra au cours de ce travail, cela ne signifie évidemment pas (traduction en allemand d'une version combinée des deux textes). Les
qu'il faille considérer les Palmyréniens comme des Grecs. De plus, si principales études sur le Tarif sont celles de D. ScI-ILUMBERGER, 1937;
Palmyre est une n6?c1ç sur un modèle commun au monde grec, il faut H. SEYR!G, 1941 a; A. PIGANIOL, 1945; J.F. MATTHEWS, 1984; J. TEIXIDOR,
souligner que ce monde n'est pas unifié et qu'il existe de grandes différences 1983a et 1984; M. ZAHRNT, 1986.
entre les cités. Enfin, on aura l'occasion de rappeler que si les formes 4 - Voir M. SARTRE, 1996a, p. 390 : « comme éponymes, ils étaient les
politiques sont grecques, cela ne permet aucune conclusion sur les premiers en honneur, sinon en importance réelle ».
conceptions des Palmyréniens eux-mêmes, ni sur le pourcentage de la 5 - M. SARTRE, 1996a, p. 394-395.
population qui participait réellement à la culture « grecque ».
10 Les notables de Palmyre

classique avec le génitif absolu (cnpmrnouvHov 'IouÀ(icov) pas le cas des textes funéraires dont l'objectif est de mettre
Aup17(ÀlWV) LEl�CX A817cxKCX�OU KCXl TmCXVOD 'A817vo8ropou en évidence une lignée et des liens familiaux.
Ëîouç çÀ<j>' « pendant la stratégie de Iulius Aurelius Seiba, Il est peu probable que ces deux Alexandre, fils
fils de Ateaqab et de Iulius Aurelius T itianus, fils d'Alexandre, aient un quelconque lien entre eux. Le nom
d'Athènodôros, l'année 536 », soit 224-225). 11
est d'ailleurs relativement courant à Palmyre en particulier ,

Pour revenir au Tarif, les autres magistrats nommés sont pour des Palmyréniens, et il n'indique pas nécessairement
le proèdre (président du Conseil) 6 et le secrétaire du Conseil l'origine étrangère du personnage. Mais il est remarquable
et du Peuple. Le proèdre est le seul personnage cité dans le que ce soit un Palmyrénien visiblement influencé par la
préambule dont on puisse aisément reconstituer la civilisation gréco-romaine qui occupe un poste de cette
généalogie. Il s'appelle en effet Bônnê, fils de Bônnê, fils importance. Cela n'empêche pourtant pas des gens aux noms
de Haîran. Il appartient à une famille importante des années sémitiques d'occuper la fonction de secrétaire, comme
50-150, famille sur laquelle on reviendra en détail un peu Zcx�ôlÀcxç LcxµmyEpcxµou Ioucrcx, zbdlh br smsgrm 'ys'
plus loin. Il est sans doute le petit-fils du fameux Haeranes (Jnv X, 39 de 75-76). Les autres magistrats cités dans le
Bonne Rabbeli f connu par plusieurs textes 7, et qui a été préambule du Tarif portent des noms sémitiques sans aucune
honoré à plusieurs reprises par le Conseil et le Peuple et par trace d'influence hellénique.
les prêtres de Bel. Son fils, père du proèdre de 137, a sans Pour en finir avec le Tarif, il faut souligner le caractère
doute été symposiarque au témoignage de la tessère RTP 463 tout à fait classique du décret qui en constitue le début. On
( bwn' br bym) 8• Tout cela fait de la famille de Bônnê une trouve d'abord l'intitulé: la date du document, le nom du corps
famille importante de Palmyre au cours des années qui délibérant, puis celui des personnages responsables (proèdre,
suivent l'arrivée de Rome dans l'oasis. secrétaire et archontes). Vient ensuite la formule de sanction
Le secrétaire du Conseil et du Peuple, dont le rôle est on a ici È\j/17<j)1cr817 1:à Drc01:E1:exy�LÉvcx (« a été décrété ce qui suit »
plus important, même s'il n'est nommé qu'en deuxième au lieu du Ë8oçE classique). Les considérants sont introduits
position, n'est pas connu par ailleurs 9• Son onomastique, par ÈrcE1817 ( « attendu que »), ce qui n'est pas très surprenant ;
aussi bien en araméen qu'en grec, n'est en rien sémitique. Il ils sont suivis de la formule de résolution (8E8ôx8m... « plaise
s'appelle 'AÀÉçcxv8poç 'AÀEçav8pou 'COD <I>1Àorca1:opoç, nom - sous-entendu "au Conseil et au Peuple" - que ») qui introduit
qui est simplement transcrit en palmyrénien : 'lksdrs br les décisions du décret (à l'infinitif, dépendant de 8E8ôx8m).
'lksdrs brplptr. Malgré le caractère très grec de ses noms, il La fin du décret précise le nom des magistrats chargés de faire
n'est pas du tout impossible qu'il soit originaire de Palmyre ; appliquer les décisions, comme dans tout décret d'époque
cela est même tout à fait probable. Un texte un peu plus hellénistique 12• Tous ces détails sont valables pour tous les
récent (avril 191) en est une preuve. Dans l'inscription de décrets des cités du monde grec, et il n'est pas de meilleure
concession d'une partie d'un tombeau, lnv IV, 7b, le vendeur preuve du caractère hellénisé des institutions de Palmyre. Cela
se nomme 'AÀÉçcxv8poç 'AÀEçav8pou 'COD 'ArcoUwviou. ne signifie pas que l' ensemble de la population de la ville était
Mais le texte est plus développé et il donne des précisions profondément hellénisé, mais cela montre suffisamment le
st1r la gé11éalogie dt1 perso11nage, com1ne c'est la co11t1une poiàs àe cette influence sur la viïle.
pour ce type de document. Or, à partir de l'arrière-grand­
père, l'onomastique prend un aspect fort différent et révèle
1. LES DÉCRETS HONORIFIQUES : DES RÉSUMÉS
qu'il s'agit, sans nul doute, de quelqu'un dont l'origine est
locale : 'AÀÉçcxv8poç 'AÀEçav8pou 'COD 'ArcoUwviou 'COD Les inscriptions honorifiques araméennes et grecques
NE�ouÇcx�cx8ou WD 8m�tcx17 1:0D Ayyo8oµou 10• Le texte du suivent en général le formulaire des inscriptions grecques
Tarif, qui est un document officiel, n'entre pas dans les détails de même type, dans l'ensemble de l'Orient romain. Ce sont
généalogiques, son but n'est pas là ; ce n'est évidemment souvent des documents officiels : décisions du Conseil et

6 - Liste des proèdres connus dans M. SARTRE. 1996a. p. 400. n. 48. à tous les cas la dualité. car il a pu y avoir réunion accidentelle des deux
laquelle il faut ajouter le personnage mentionné dans le Tarif. titres sur la même tête ». Il est en tout cas très vraisemblable gu' à Palmyre,
7 - M. RooINSON, 1950. p. 137 ; lm· IX. 20 ; J. C!\NTINEAU, 1933, p. 175. l'office de secrétaire soit unique et que tous les personnages qui portent ce
n" 2b et p. l 83-184 (?) ; lm 1 XII, 42 (?). titre exercent la même magistrature.
8 - Voir DFD, p. 226-227. 10 - Ce qui donne en araméen: 'Jksd1ys br 'Jksdqs br 'plnys nbwzbd br
9 - Le terme est ypaµ�tCXîEÛç en grec et grmty en araméen. M. SARTRE, lym" br 'gdm.
l 996a, p. 390-391 (avec une liste des titulaires de la fonction à Palmyre) l l - Voir l'annexe IX. 2. Il faut ajouter les personnages des textes CJS 3932
fait l'hypothèse de l'équivalence entre secrétaire de la cité et secrétaire du (l'empereur Sévère Alexandre) et Inv IX, 36 (architecte du temple de Bel)
Conseil et du Peuple (n. 78, p. 401 ; voir aussi M. SARTRE, 1995, p. 225, gui ne sont pas originaires de l'oasis.
n. 133). I. LÉVY, 1899, p. 267, n. 9, écrit que« les deux fonctionnaires étaient 12 - J'ai suivi pour cette description le modèle donné clans le Choix
certainement distincts dans les villes importantes comme Éphèse et d'inscriptions grecques de J. Pouilloux (Paris, 1960, p. 17-18) à propos
Magnésie du Méandre. L'étaient-ils toujours? Cela est douteux, mais des décrets athéniens du lll' siècle avant J.-C.
l'emploi d'une formule comme yp. �ouÀ17ç 81iµou ne prouve pas dans
Chapitre I: L'identité civique de Pczlmyre 11

du Peuple, ou du Conseil seulement. Mais, le plus slmy') est un des rares cas de textes honorifiques où l'objet
généralement, ces textes ne sont que les versions réduites, de la dédicace est précisé en grec 14•
résumées des décrets pris par le Conseil u_ Cela est normal Un seul texte, le Tarif, peut permettre d'imaginer à quoi
pour des textes gravés sur des surfaces assez réduites. La ressemblaient les décisions prises par le Conseil de Palmyre.
surface était d'autant plus réduite, d'ailleurs, qu'il fallait Cet unique exemple de décret (presque) complet permet de
laisser de la place pour une version araméenne du texte. On penser que ces mentions ont existé dans les versions originales
peut prendre comme exemple la version grecque du texte des autres décrets. De toute façon, et Palmyre ne fait pas
CIS 3921 (Inv IX, 31 ), daté de 120-121 apr. J.-C. exception, l'absence d'une mention ne signifie pas qu'elle
n'a pas existé, cela veut dire simplement qu'on n'a pas jugé
'H �ouÀ11 Ka't 6 811µoç MaÀ1xov utile de la graver sur la pierre 15•
Oua�aÀÀa0ou 'WU Mavvmou Les décrets honorifiques du Conseil (et du Peuple le plus
1:El�lllÇ xap1v souvent) représentent environ un dixième des textes grecs de
Palmyre 16, mais cela n'est en rien propre à l'oasis. Il suffit de
« Le Conseil et le Peuple (honorent) Malikû, fils de prendre un recueil de textes de la période romaine, aussi bien
Wahballat, fils de Manaî, en témoignage d'honneur. » en Asie Mineure qu'en Grèce propre, pour avoir affaire à un
Le bénéficiaire de ces honneurs fait partie de la famille nombre important d'inscriptions du même type. Le recueil
d'Elahbel, il est l'un des quatre frères qui ont fait construire récent de P. J. Rhodes et D. M. Lewis 17 permet d'effectuer
la fameuse tour (n° 13) de la vallée des Tombeaux en 103 facilement ces comparaisons. Le formulaire tel qu'il existe à
(CIS 4134 = Inv IV, 27a; voir fig. 1 et pl. 9). Le caractère Palmyre est représenté dans l'ensemble du monde grec. Il se
très laconique de cette inscription est particulièrement caractérise par l'absence très régulière du verbe 18 et, en règle
frappant à la première lecture. La version araméenne générale, par un laconisme assez systématique 19•
également conservée ajoute la date (mois et année), et, pour À Palmyre, les textes conservés sont surtout des résumés
des raisons qui tiennent aux traditions de la langue utilisée, sur les bases de statues, et ce sont presque uniquement ces
précisent que l'objet de la dédicace est une statue (slm' en bases qui ont survécu, contrairement à d'autres cités, en
araméen). Comme il est d'usage en grec, le terme qui signifie particulier dans l'ouest de l'Asie Mineure. On a sans doute
statue n'apparaît pratiquement pas dans les textes grecs de très rarement jugé utile de faire graver en entier les décrets
Palmyre. L'inscription CIS 3914 (lnv IX, 25) qui mentionne qui honoraient un bienfaiteur de la cité, comme cela arrivait
1:oÙç àv8p1âv1:aç ( « les statues », traduit en araméen par par exemple à Pergame, à Xanthos ou à Priène 20• Sauf dans

13 - Voir M. SARTRE, 1996a, p. 389:« il manque l'intitulé faisant apparaître nom d'une ville ou d'un peuple, sans aucune indication de verbe, personne
le magistrat éponyme, l'auteur de la proposition et les divers magistrats ne pouvait se tromper sur le sens qu'on avait voulu exprimer. Tels sont,
éventuellement impliqués dans la prise de décision. Mais la forme raccourcie entre autres exemples, les milliers d'inscriptions où se trouve un nom à
qu'on observe à Palmyre est banale partout». l'accusatif précédé de T] n:ÔÀ1ç ou de 6 8rj�Loç sans être suivi d'aucun
14 - On retrouve le terme dans sept autres inscriptions honorifiques de verbe.» (J. A. LETRONNE, 1850, p. 208) La formule classique comprend le
Palmyre: CIS 3924 (Inv IX, 6a) ; BS 11° 45 ; H. J. W. DRIJVERS, 1995a, nom du déclicant (nominatif), un verbe (souvent sous-entendu clone), le
p. 34-37; J. CANTINEAU, 1936, p. 277, n° 20; Inv X, 24; CIS 3948 (Inv III, nom du personnage honoré (accusatif). Ces éléments peuvent se trouver
28); H. INGHOLT, 1932, p. 278. Le premier texte (et le plus ancien) date de clans des ordres divers et être accompagnés d'autres précisions, comme
19 apr. J.-C. Le plus récent (celui édité par H. Ingholt) date de 198. Ce qui d'une motivation (àpi:'CÎjç ËVEKEV « en raison de sa valeur») ou d'une
est remarquable, et explique dans la plupart des cas la présence du terme, apposition au nom de l'honoré (participe ou substantif) qui illustre le mérite
est qu'il s'agit de l'érection de plusieurs statues, en plusieurs endroits. La ou la relation entre ] 'honoré et le clédicant.
raison de l'emploi du mot est alors d'ordre syntaxique, puisqu'il faut préciser 20 - Dans le cas de Priène, par exemple, les éditeurs des Inschriften von Priene
qu'il n'y a pas qu'une seule statue. Ce qui n'empêche pas que le mot séparent les deux types de documents: d'une part les Staatsurkunden
n'apparaisse pas dans le texte Inv X, 115, où il s'agit de trois statues, comme (« archives de l'État»), cl ' autre part les Ehrenstat u en (« statues
le dit explicitement le texte araméen: $1Iny' 'ln tlt' (« ces trois statues»). honorifiques»). Les premiers sont les transcriptions sur pie1Te des textes
15 - Voir à ce sujet les remarques préliminaires de P. J. RHODES et (intégraux ?) des décrets; ceux-ci précisent parfois que la décision du Conseil
D. M. LEWIS, 1997, p. 5-7. comporte l'érection d'une statue (par ex., le n" 103, l. 10-11: Kat 01:110m
16 - Plus de quarante textes sur les quelque 440 qui contiennent du grec et/ 'CT]V ElKÔVO: auwu ÈV 'ClJ àyop� Èv 'CC[) f:7Cl�ŒVECHCX'C(? 'COTI:(?« de placer sa
ou du latin. statue dans l'agora en l'endroit le plus visible»). Les seconds sont en général
17 - P. J. RHODES et D. M. LEWIS, 1997 avec un catalogue qui couvre très courts. Ils ont pour principale fonction de servir de légende aux statues
l'ensemble du monde grec, p. 65-472. de bienfaiteurs dressées dans les lieux publics. C'est surtout ce type de texte
18 - On trouve principalement le verbe àvé,01:1101: (-crav), « il(s) a (ont) qu'on rencontre à Palmyre. Une inscription cl'Acraiphia en Béotie (IG V II, 2,
dressé» : CIS 3924 (Inv IX, 6a); CIS 3933 (Inv III, 21) ; CIS 3948 (Inv III, 2712, lignes l 03-105) explique de manière très claire comment s'élaboraient
28); CIS 3970; Inv X, 24 ; BS 11° 45; H. J. W. DRIJVERS, 1995a, p. 31-42; ces épigraphes. En effet, aux dernières lignes de ce décret honorifique très
on a aussi deux attestations de àvtjyapi:v « il a érigé» (M. GAWLIKOWSKI, détaillé, on trouve cette phrase: 1:11v Èmypa�T]v n:owuµÉvrov 1:tjv81:· 'O
1970a, p. 66, 11° l et J. CANTINEAU, 1936, p. 277, 11° 20 = BS 11° 48). Le seul ùî]�Lüç K(o:1]\ 11 �OUÀT] 'COY ùElVO: aplCT'CO: TCOÀEHEUCTCXµ�VOV [àpE'CT]Ç ËVEKO'.
autre verbe connu est È'CEl�lllCTŒV « ils ont honoré» (CIS 3960 = Inv X, Kat Euvoi.ad « en faisant cette inscription: le Conseil et le Peuple (honorent)
87-88) mais la restitution est douteuse et on peut aussi penser à une formule un tel qui a été bon citoyen, en témoignage de valeur et de reconnaissance».
du genre 1:aµ�ç xâptv. On a un autre exemple, IG V II, 190 (repris par Ad. WILHELM, « Inschrift aus
19 - On peut citer un texte de J. A. Letronne qui, dès 1850, définissait le Pagai», Jahreshefte 10, 1907, p. 17; cité par P. VEYNE, 1962, p. 65, n. 1).
style elliptique des inscriptions grecques:« Ainsi, quand sur la base d'une Les décrets de Palmyre devaient comporter la même précision et ce sont ces
statue, on écrivait le nom d'une personne à l'accusatif suivi ou précédé du « épigraphes» seules qui sont conservées.
12 Les notables de Palmyre

quelques cas exceptionnels, les textes sont en fait simplement La coutume d'élever des statues honorifiques n'existe
les légendes qui servent à donner un commentaire minimum pas seulement à l'ouest de Palmyre. Il est tout à fait possible
aux statues qui ornaient les espaces publics de la ville. Le de comparer ce qui se passe là à des faits de même ordre
texte C/S 3921, cité plus haut, trouve des parallèles presque dans les limites de ce qui était l'Empire parthe à la même
exacts dans d'autres villes de l'Orient romain : on peut période. De ce point de vue, le spectacle qu'offrait le centre
comparer avec le texte /GLS VII, 4008, qui se caractérise monumental de Hatra ne devait pas être très différent de
aussi par un certain laconisme. celui de Palmyre. Le formulaire honorifique est certes
marqué par des influences orientales encore plus fortes qu'à
'O 811µoç Palmyre. Mais si on excepte les dédicaces de statues qu'un
,Mxµov AaÎÀwv tel« fait pour sa vie et pour la vie de ...» 22, il existe aussi à
LlÉKµou u'tôv, Hatra des inscriptions honorifiques fort semblables à celles
Ëmxpxov crtÔÀou de Palmyre. On y trouve, en outre, un autre genre de textes :
EÙVOlO'.Ç ËVEKEV des bases de statues qui portent seulement le nom du
personnage représenté. À Palmyre, on ne trouve ces textes
« Le Peuple (honore) Decimus Laelius, fils de Decimus, que dans un contexte funéraire, ce n'est apparemment pas
préfet de la flotte, en raison de son dévouement.» le cas à Hatra 23• Les textes de dédicaces de statues dans cette
Cette inscription, sur une base de statue, provient de dernière ville mentionnent parfois le dédicant : on en connaît
l'île de Rouad, l'antique Arados, sur la côte syrienne. La un certain nombre d'exemples 24• L'expression /yqr (« en
différence la plus remarquable entre ce texte et celui de l'honneur de ...»), si caractéristique des textes honorifiques
Palmyre est la mention des fonctions du personnage honoré. palmyréniens, manque à Hatra 25, où tous les textes de ce
Cette précision est assez rare à Palmyre 21, sans doute parce type suivent le même schéma:« statue de X, fils de ... qu'a
que la plupart des personnages honorés dans l'oasis le sont faite pour lui Y, fils de ...» 26• Le nom des différents
à cause de bienfaits accomplis en tant que personnes privées, personnages est suivi d'un titre ou d'un nom de fonction,
et non dans l'exercice de fonctions officielles. Cette peut-être plus systématiquement qu'à Palmyre. Mais le
fréquence d'honneurs attribués par le Conseil et le Peuple à nombre total de ces dédicaces est relativement faible, si on
des bienfaiteurs qui ne semblent pas participer outre mesure le compare au nombre total des textes araméens qu'a livrés
à la vie civique de la ville constitue une des particularités Hatra.
les plus sensibles de la ville. En tout cas, ils ne mentionnent De même, si la statuaire de Hatra n'a sans doute pas
pas de manière systématique cette participation. beaucoup de points communs avec celle qu'on trouve en
Curieusement, on a au contraire, de manière systématique, Asie Mineure, on peut pourtant y trouver une manifestation
des généalogies assez développées. Visiblement, lorsqu'on des influences helléniques qui ont marqué les civilisations
résume les décrets, on préfère faire inscrire de la généalogie de l'Orient après les conquêtes d'Alexandre. Il est intéressant
plutôt que les fonctions civiques. de trouver des parallèles à ces statues honorifiques et à ces
Dans le monde grec, et même en Syrie, on a des inscriptions dans les civilisations qui ont marqué le Proche­
exemples d'utilisation sur les bases de statues de formulaires Orient avant la conquête gréco-macédonienne. Il n'est bien
plus proches du texte original des décrets. Mais ce genre de sûr pas de mon ressort de faire cette enquête, mais il est
texte est absent de Palmyre. Le texte IGLS IV, 1349 possible à la lecture de textes disponibles en traduction de
commence par une invocation à la Bonne Fortune ('Aya8Ïj faire quelques remarques 27•
TÛX1J) avant de reproduire la formule classique ËOOçE ti:\ Il est clair à la lecture des inscriptions gravées sur leurs
�ouÀ1J KO'.l têp 81îwP« il a plu au Conseil et au Peuple». Le bases que les statues, même quand il s'agit de la
texte provient d'Apamée, une cité proche de Palmyre, mais représentation d'un être humain, sont généralement dédiées
on est apparemment dans un contexte culturel où l'utilisation à une (ou plusieurs) divinité. On peut prendre quelques
du grec dans les inscriptions est plus naturelle et n'est pas exemples, comme ce texte de Mari : « Pour la vie d'Iblul-Il,
seulement l'application plus ou moins automatique de roi de Mari [ ...] Wardasu, prévôt du palais a voué sa statue
formules. à !nana», ou encore une base de statue découverte à Suse :

21 - M. SARTRE ( 1996a, p. 389) souligne cette rareté pour les inscriptions Hatra n" 105 au texte très simple : $1111' dqp' ( « statue de qp' ») sur une
funéraires. Mais les différents titres apparaissent néanmoins dans les base de statue.
inscriptions honorifiques, en particulier dans celles de l'agora: voir par 24 - Hatra n'" 38, 112, 188, 193, 203,224,286.
exemple Inv X, 13 (secrétaire), 29 (bouleute d'Antioche). 34 (légat et 25 - Sur ce point, voir K. DuKSTRA, 1995,p. 22-23.
curateur),39 (secrétaire). 26 - En araméen, slm' dy X, br. .. d' qym lh Y. br... Le dédicant de la statue
22 - Pour ce type d'inscriptions à Hatra,à Palmyre et dans le reste du Proche­ du n" 38 est une divinité (voir DFD, p. 337).
Orient, voir K. DuKSTRA, 1995. 27 - J'ai utilisé les recueils de J. C. L. GrnsoN, 1975 (araméen) et 1982
23 - Voir par exemple, l'inscription Hatra n" 56 qui donne seulement la (phénicien), et de E. SoLLBERGER et J.-R. KUPPER, 1971 ( sumérien et
généalogie du personnage et son titre : rb smy' ( « chef de l'enseigne »),ou akkadien).
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre 13

« Man-istûsu, roi de Kis: Espum, son serviteur a voué(cette 2. LE STYLE ÉPIGRAPHIQUE OFFICIEL
statue) à Narundi» 2x. Ce sont des textes akkadiens, mais il
Quelques exemples montrent qu'il existe pourtant à
existe des formulations proches dans des textes plus récents
(début I"' millénaire), comme la dédicace araméenne d'une Palmyre des textes détaillés, ainsi C/S 3932 (= lnv III, 22 ;
statue par Bar Hadad(Damas) : « Statue que Bar Hadad ( ...) 2). Or tout clans ce texte prouve qu'on suit les traditions
a dressée pour son seigneur, Melcarth, à qui il avait fait un helléniques. Le nom du personnage honoré Iulius Aurelius
vœu». Comme le remarque J. C. L. Gibson, il s'agit là de Zénobios dit Zabclilah,n'est certes pas entièrement grec, mais
l'adaptation d'un formulaire connu aussi en phénicien 29• son patronyme est précédé de 8k, ce qui signifie que son
Dans cette langue, on a pu identifier une formule typique père portait le même nom que son grand-père, MaÀ.xoç ,::_
qui se retrouve dans un assez grand nombre de textes. Elle C'est une formulation tout à fait classique dans le monde
se caractérise par cinq éléments : 1° le nom de l'objet dédié, des cités grecques à l'époque impériale. Ce personnage a
2" un pronom relatif qui fait référence à l'objet, 3° un verbe, exercé les plus hautes fonctions clans la colonie de Palmyre
4" le nom du dédicant, et enfin 5" le nom de la divinité ou de et le texte permet de reconstituer quelques étapes d'un
la personne destinataire de l'objet 30• Comme on le voit, ces véritable cursus honorum. Iulius Aurelius Zabclilah a été
textes ne sont pas tout à fait comparables à ceux de Palmyre. stratège de la colonie. C'est cette fonction qu'il exerce au
En effet, dans les textes de l'oasis, tous ces éléments sont moment de la visite de l'empereur Sévère Alexandre en 231.
dans un ordre un peu différent, puisque le 5 ° est placé juste À cette occasion, il prête son aide aux troupes romaines qui
après le 1" et vient le qualifier. On peut cl'ailleurs émettre passent clans la ville et à leur commandant Rutillius
l'hypothèse que la fonction de la formule lyqrlz dans les textes Crispinus. Il a été auparavant agoranome et a dépensé de
palmyréniens est justement de prendre la place du nom du grosses sommes pour la cité. Il s'est aussi conduit en bon
destinataire. Celui-ci a changé de position clans le texte, mais citoyen ( KaÀ.mç 1wÀ.a Trncra�Œvov) ce qui lui a valu de
on reste marqué par les formules et les structures anciennes. recevoir le témoignage du dieu Iarhibôl et du préfet du
Je laisse pour l'instant de côté un type de textes qui prétoire Iulius Priscus. Avec le nom même du personnage,
comprend la formule « pour la vie de ...», assez courante cette mention du dieu Iarhibôl est le seul détail exotique du
dans les dédicaces de statues à Hatra. Ces textes mettent décret qui pour le reste est semblable à beaucoup de textes
généralement en scène trois personnages, le cléclicant, la du monde grec.
personne représentée et la personne pour la vie de laquelle La construction syntaxique du décret ne pose aucun
la dédicace est faite 31• problème clans sa version grecque. Elle est tout à fait
Néanmoins, pour comparer ces textes avec les données conforme à ce qu'on peut attendre. Il n'y a qu'une seule
de l'épigraphie grecque, il faut rappeler ce que dit P. Veyne phrase, le verbe est sous-entendu. Le cléclicant est au
de l'origine des inscriptions honorifiques grecques : « (elles) nominatif(� �ouÀ.11 Kat 6 817µoç) et il est suivi d'une longue
ont originellement la forme d'une consécration aux dieux proposition à l'accusatif qui énumère les qualités de la
de la statue d'un personnage à honorer». On a donc personne honorée, après avoir donné son nom. La phrase se
exactement la même origine clans les deux cas. On peut se termine par le terme Tàv �1À.orcaTp1v « patriote» qui vient
demander si les inscriptions araméennes de Palmyre sur les indiquer le rapport du cléclicant avec la personne honorée.
bases de statues sont seulement une marque d'influence L'expression TEl�LÎ'k xap1v(« en son honneur»,« en marque
grecque, ou bien, si le formulaire très ancien, qu'on retrouve d'honneur») qui suit, vient résumer tout ce qui précède. La
dans les premiers textes araméens, a connu la même date du texte (242-243) clôt l'ensemble.
évolution à Palmyre qu'en Grèce. Il faut reconnaître qu'à Plusieurs textes honorifiques sont d'une longueur
1 'origine, les inscriptions honmifiques ont comme but de comparable. Ce ne sont pas seulement des décrets du Conseil
consacrer un objet à une divinité en faveur d'un personnage et du Peuple, mais ils sont aussi le fait de caravaniers ou
qu'on veut honorer. bien de simples particuliers 33• Ils suivent généralement le

28 - Textes IG4b (Mari) et IIIA3d (Suse) dans E. SüLLBERGER et chapitres II et IV.


J.-R. KuPPER, 1971. Voir aussi les textes IIIA41 (Suse) et IIC7c (statuette 32 - Le texte araméen dit d'ailleurs: zbdl' brmlkw brmlf..:.w. Voir F. QuASS,
d'une déesse trouvée à Gîrsu). Ce sont des textes qui datent cle la deuxième 1993, p. 65 sur cette formule clans les textes grecs.
moitié du III' millénaire. 33 - Outre CJS 3932, on peut ajouter CIS 3914 (Jnv IX, 25); CJS 3923
29 - J. C. L. GrnsoN, 1975, 11° 1 pour le texte cle Bar Haclad, et 1982, n" 8 (Jnv IX, 8); CIS 3942 (lnv III, 7) ; CIS 3959 (lm• I, 2 ; BS 11° 44); lnv X,
pour un parallèle phénicien. 44; Jnv X, 114 et 115; J. CANTINEAU, 1936, p. 277, n" 20 (BS n" 48);
30 - F. lVIAZZA, 1976, p. 129-136, et en particulier, p. 131 pour cette structure. H. lNGHOLT, 1932, p. 278 ; H. SEYRIG, ] 937, p. 372 ; BS n" 45 ;
Il donne un certain nombre d'exemples, parmi lesquels on peut citer des H. J. W. ÜRJJVERS, 1995a, p. 34-37; G. W. BOWERSOCK, 1976, p. 349-355;
textes chypriotes: CIS I, 1, n "' 10-1 l, 13-14, 16, 41, 57-58, 60-62, etc. et, hors de Palmyre, le texte de U mm el-Amacl, R. MouTERDE et
31 Je renvoie aux études sur le sujet cle K. DuKSTRA, 1995 et ici clans les A. POIDEBARD, 1931, p. 106-107.
14 Les notables de Palmyre

schéma classique et présentent le grand intérêt de donner ont fait disparaître la formule 1:E1�t11ç xâplV ou lyqrh. C'est le
quelques détails plus ou moins précis sur la manière cas par exemple du texte Inv X, 62, très incomplet 36•
dont les notables de Palmyre menaient leurs carrières. De plus, une formule comme EÙvoicxç ËVEKCX est très
On en sait ainsi un peu plus sur les raisons qui motivaient courante dans l'épigraphie honorifique grecque. À titre
les honneurs reçus par ces gens. Mais le nombre de ces d'exemple, on la trouve dans les inscriptions IG XII, 9,
textes est néanmoins réduit, et la grande majorité des n°' 276-277 en Eubée (àpE1:17ç ËVEKEV KCXl EÙvoicxç). La
textes honorifiques ne donne qu'un minimum de consultation de l'index des /G IIF, 1 (inscriptions d'Athènes
renseignements sur les notables qui constituaient l'élite de et de l' Attique à l'époque romaine) est tout à fait révélatrice
la cité. de cette extrême fréquence. C'est aussi l'expression utilisée
On trouve dans l'ouvrage de Klaas Dijkstra, Life and àArados, dans l'inscription IGLS VII, 4008, citée plus haut.
Loyalty, aux pages 335-343 (Appendix G) 3"1, une liste On trouve concurremment à ces termes Eùxcxp1cndcxç ËVEKEV
chronologique complète des inscriptions honorifiques de (/G XII, 3, 11° 273, ou à Palmyre CIS 3944 = Inv III, 16) ou
Palmyre. Parmi elles, 118 comprennent les expressions lyqr d'autres formules encore 37•
(«en l'honneur de ...») ou ses équivalents grecs (comme Ce serait une erreur d'en faire de simples équivalents.
inµ17ç xcip1v, ou bien ËVEKEv). Cinquante-trois autres Chacune d'entre elles a sa propre signification et s'applique
n'emploient pas ces expressions, mais le contexte à des cas précis. Airisi le texte publié par H. INGHOLT, 1932,
épigraphique et archéologique en assure le caractère p. 279 (fig. 4), mentionne la valeur et le courage (àpE1:17ç
honorifique : par exemple, Inv XI, 100, la plus ancienne Kcx't àvopdcxç ËvEKEv) du personnage honoré (Aelius Bôrrâ,
inscription palmyrénienne datée (44 av. J.-C. ; fig. 3). Le bloc fils de Titus Aelius Ogeîlû) 38• Ces qualificatifs s'appliquent
de pierre (base de statue ?) porte un court texte araméen qui, tout à fait naturellement à un personnage qui a été stratège
après la date, dit que «les prêtres de Bel ont dressé cette et a ramené la paix dans le territoire de la cité. On a également
statue à grymy br nbwzbd (Goraîmî, fils de Nebûzabad) de àdeux reprises µEycxÀocppocruv11ç ËVEKEV («en reconnaissance
la tribu des Benê Kohennabû (bny khnbw) » 35• Même si le de sa noblesse », BS n° 45 et M. GAWLIKOWSKI, 1973a, p. 100)
texte est laconique, il est tout à fait clair qu'il s'agit d'un et cr1: opy17 ç Ë VEKEV ( « en marque d'affection »,
texte honorifique qui commémore l'érection de la statue. M. GAWLIKOWSKI, 1985, p. 257, n° 13). Tous ces qualificatifs
Les textes honorifiques de Hatra emploient le même font partie du vocabulaire classique de l'éloge dans le monde
formulaire très simple. Comme à Palmyre, on est bien en grec et on n'aurait aucune difficulté à prouver que, de ce
peine de découvrir pour quelles raisons la statue a été dressée. point de vue aussi, Palmyre fait partie d'une koinè culturelle
De même, les relations entre les différents protagonistes qui comprend les cités grecques d'Asie Mineure.
restent mystérieuses. Mais d'autres textes, comme le suivant Il faut néanmoins donner sa place àl'existence de modes
de la liste de K. Dijkstra ( dans l'ordre chronologique : locales. Sinon comment expliquer la fréquence de la formule
J. CANTINEAU, 1936, p. 268, n° 17), peuvent être plus 1:aµ17ç xâp1v à Palmyre, qui est seulement concurrencée
explicites : dans ce cas, le don d'un autel et d'objets pour le par son équivalent 1:aµ11ç ËVEKEV, sans que la signification
culte permet d'expliquer qu'une statue ait été élevée par les change («en son honneur, en marque d'honneur»). Or cette
prêtres de la déesse Hertâ. expression n'est apparemment pas très courante dans le
La distinction qu'établit K. Dijkstra entre les deux types monde grec, les différents index des IG en font foi. Elle existe
de textes peut sembler en fait un peu arbitraire. Il place ainsi hors de Palmyre, mais il n'est pas inutile de rappeler que,
dans la catégorie des textes honorifiques qui ne comportent dans le manuel d'épigraphie grecque de W. Larfeld ( l 914,
pas la fameuse formule, l'inscription Inv IX, 12, dans laquelle p. 438-439), les huit exemples cités proviennent tous de
un certain Malikû, fils de Neshâ, est honoré par les trésoriers Palmyre. On trouve pourtant la formule àThéra, par exemple,
et le Peuple de Palmyre. Or le texte est fort clair, et explicite dans les textes IG XII, 3, n°' 526, 527 et 529 39• Là aussi, on
les raisons de l'érection de la statue, aussi bien en grec (EÙvoiaç peut remarquer que la formule est relativement rare dans
ËVEKCX, «en raison de son dévouement») qu'en araméen (mn ces îles, et qu'elle apparaît trois fois, au même endroit, sur
dy spr lhwn, «parce qu'il leur a été agréable»). On peut des monuments apparentés.
d'ailleurs soupçonner que certains textes n'appartiennent à la La formule apparaît aussi en Syrie, àArados (IGLS VII,
seconde catégorie que parce qu'ils présentent des lacunes qui 4013), à Nicopolis, en Syrie du Nord (IGLS L 167) ou à

34 - K. ÜI.JKSTRA, 1995. « après (sa) mort)>.


35 - En araméen, « by111 tsiy snt 200 / + 69 'qym{w] k1111y' / dy bl $lm' dnh 38 - La version araméenne du texte (un résumé) a été publiée plus
Jg1ymy / br nbwzbd dy mn pbd / bny khnbw ». récemment (DFD, p. 36).
36 - K. DIJKSTRA, par ses remarques (1995, p. 335), reconnaît explicitement 39 - Autres exemples dans une autre région (Pamphylie orientale et Cilicie
le caractère composite de cette seconde catégorie. Trachée), G. E. BEAN et T. B. MITFORD, 1970, n'" 9-10, 97, 171-172. En
37 - Voir clans l'index du vocabulaire honorifique en annexe II. On peut Arabie (Gerasa), C. B. WELLES, 1938, n" 163 : n�n7[ç ËVEK]Ev. Voir sur les
laisser de côté la formule µv17�t17ç xâptv qui s'applique sans nul cloute à formules de ce genre, E. NACHMANSON, 19 l l, p. 180-196 (pour 1:aµrjç
des personnages décédés au moment où les honneurs sont décidés (par ËVEKCX, p. 192, avec des exemples à Rhodes, en plus de ceux de Théra). Cet
exemple CJS 3927); on a d'ailleurs clans la version araméenne btr dy myt, article, que je n'ai pu voir, est cité par L. ROBERT, Hellenica 13, p. 39.
Chapitre I: L'identité cfrique de Palmyre 15

Dourn (Prel. Rep. VII/VIII, 11 876). Mais il ne s'agit que de


°
l'équivalence entre lyqrh et Ek îEl�LllV aùwù, alors qu'il
quelques exemples, face aux quelque soixante-dix s'agit d'un texte honorifique. Cette dédicace de marchands
attestations à Palmyre. On a certes un nombre réduit venus de Spasinou Charax à leur synodiarque Taîmarsû, fils
d'inscriptions honorifiques en Syrie, et la mode du mot îl�lll de Taîmê, est un texte dont la formulation est plutôt originale.
peut être une caractéristique de Palmyre, à moins que ce ne Le texte araméen est en fait tout à fait conforme à ce qu'on
soit, plus généralement, une expression assez courante dans peut attendre -ri, mais le texte grec s'éloigne de ce qu'on a
l'ensemble de la Syrie romaine. On pourrait la considérer l'habitude de trouver à Palmyre.
alors comme un trait sémitisant, avec tout ce que cela Tov àv8p[1.avm à]vÉcrn7[cmv 0m�Lap]lcm 0m�l17 îOÙ
comporte d'incertitude. En tout cas, la présence si forte de [Mo]Ktµou 1ou f'ap�a [cruvllofücxpx1J o't crùv [aù1ép à]va�cxvîEç
ce type d'expression est à mettre en rapport avec le caractère [àrcoll I:rcacrivou Xâpa[Koç ˵rcopm àcpa81icravln aÙ'wÎ.ç
résumé des inscriptions de Palmyre. En effet, une formule xpucra rcaÀmà 817vâpml îplCXK0O"l(X àvaÀmµâ1mv [ K(Xl
telle que celle-ci permet de réduire en deux mots tous les àpÉ]lcravn aù10Î.ç Ek 1ap:11v aù[1oùll Ka't Ia88mou Ka't
développements possibles sur les raisons pour lesquelles on Za�ùl�CDÀOD u1.êovl aÙîOÙ ÈîODÇ 8cp' 3aVùlKOÙ
a pu dresser la statue: simplement«en marque d'honneur». « Les marchands qui sont montés avec lui depuis
La formule rcav1't 1pôm-9 «en toute chose», qu'on retrouve Spasinou Charax ont dressé cette statue à Taîmarsû, fils de
à plusieurs reprises, a sans doute une fonction similaire. Taîmê, fils de Moqîmû Garbâ, qui leur a épargné une dépense
L'inscription Inv IX, 20, où manque la formule lyqr en de trois cents deniers anciens et qui leur a été agréable, en
araméen, est sans doute la trace d'un état primitif dans lequel son honneur et celui de Iaddaî et Zabdibôl, ses fils, l'année
les équivalences ne sont pas encore fixées. On peut à ce titre 504, en avril (avril 193). »
la rapprocher de Inv XI, 100, qui, bien qu'antérieure d'un Le mot qui signifie «statue » est au début du texte
siècle, ne comporte pas non plus l'expression. Les textes (comme dans la version araméenne), le verbe n'est pas sous­
CIS 3924 et 3925 ne l'ont pas non plus, ni dans une langue, entendu, et surtout, le nom de la personne honorée est mis
ni dans l'autre. Ensuite, une fois le formulaire bien assimilé, au datif, comme le prouve l'apposition [cruvlo8tapx1J. On
il importait peu de savoir quelle était la langue première, on aurait pu attendre un génitif dépendant de 10v àv8p1.av1a,
savait qu'il y aurait lyqr et en face 1aµ1iç xapw, et on comme c'est le cas en araméen, et comme c'est le cas, en
appliquait cette sorte de formule. Il est utile de faire quelques grec, dans le texte Inv X, 24.
remarques linguistiques à ce sujet. Le terme araméen lyqr Si la construction avec le datif est bien attestée en grec +2,
(«en l'honneur de», formé de la préposition l, «pour», et elle n'est pourtant pas très courante pour les textes
de yqr,«honneur», avec parfois le pronom personnel affixe: honorifiques. On peut bien sûr penser à une influence du
lyqrh «en son honneur») reçoit en fait deux traductions latin : ce n'est sans doute pas un hasard si ce type de
différentes selon le contexte. En effet, dans les inscriptions formulation apparaît en grec surtout à l'époque impériale 43•
funéraires, l'équivalent grec manque très souvent. Mais, on Une inscription trilingue de Palmyre fournit d'ailleurs une
a plusieurs exemples .w où Ek îEWllV aù1où se trouve en bonne illustration de ce phénomène. La version latine du
face de lyqr, en fait une traduction littérale de l'expression. texte Inv X, 113 (août 174) porte le nom de la personne
La traduction est îEl�Lllç xapw dans le cas des inscriptions honorée au datif (L. Antonio Callistrato), comme il est
honorifiques: on a l'impression, cette fois, que le trajet est normal dans cette langue et le nom du dédicant au nominatif
inverse, et que l'on a utilisé en araméen une formule courante, (Galenus). Ce schéma est d'ailleurs repris trait pour trait en
pour traduire l'expression grecque classique, présente dans grec (A.' Av1wv{CQ KaÀÀ1cr1pâ1CQ et f'aÀ17voç ). Il est
l'ensemble du monde hellénisé. Pourtant l'apparente remarquable aussi qu'apparemment les deux personnages
popularité à Palmyre du concept d'honneur a sans doute ne sont pas de Palmyre, et que, pourtant, les deux textes
beaucoup fait pour le choix de ce mot, alors que des formules sont accompagnés d'une version araméenne, d'ailleurs tout
comme cipEîTJÇ ou EÙvo{aç ËvEKa sont beaucoup plus à fait correcte .r.r_
courantes dans l'épigraphie grecque en général. Les autres exemples de dédicaces de statues, dans
On a pourtant un contre-exemple, avec l'inscription lesquelles le nom de l'honoré est au datif, sont sans doute le
CIS 3948 (Jnv III, 28). Ce texte, qui date de 193, fait résultat d'une contamination des inscriptions honorifiques
40 - Ce sont, entre autres, les inscriptions CIS 4160, 4167, 4[92, 4209, À Palmyre, voir le texte lnv III, 3. Les textes latins H. SEYRIG, 1933a, n" l 0,
M. GAWLIKOWSKI, 1975, p. 130-131 et !MP n" 115. Sur le vocabulaire des p. 166 ; ln\! IX, 2 ; M. GAWLIKOWSKI, 1984, p. 125-126, n"' 40 et 41 ;
inscriptions funéraires, voir plus généralement le chapitre v1. H. HERZIG et A. ScHMIDT-COLINET, 199 l, n" 2, sont également des dédicaces
41 - Le formulaire est exactement le même que celui de la version araméenne impériales (voir annexe XV ); ils peuvent être des exemples du modèle qui
de CIS 3928, de 155 de notre ère, une autre inscription caravanière. a influencé certaines inscriptions grecques. Mais les dédicaces impériales
42 - Même construction dans les textes C/S 3914 et 3924. Voir S. REINACH, en grec, avec le nom de! 'honoré à 1'accusatif, selon la construction normale,
1885, p. 381 : « le datif du nom de la personne représentée est rare». existent aussi : C/S 3970 ; bzv X, 64, 67 et 103 ; H. SEYRIG, 1939, p. 321,
43 - W. LARFELD, 1914, p. 435, qui cite l'inscription OG/S 657, dédicace 11 25; et G. W. BOWERSOCK, 1976, p. 349-355.
°

d'une statue à un empereur. Voir dans/. Selge, n" 7, une dédicace à Hadrien, 44 - Même si elle utilise le possessif dydh, un peu rare par ailleurs, mais bien
au datif. Sur ce sujet, l'étude classique reste celle de P. V EYNE, 1962, attesté. L'article de P. V EYNE, 1962, p. 49-98, cité plus haut, met justement
p. 49-98, et en particulier p. 68-69 et 77-79 (voir aussi le BE 1966, p. 220). l 'accent sur la fréquence du datif clans les textes bilingues grecs-latins.
16 Les notables de Palmyre

par le formulaire des inscriptions votives et funéraires. On a propositions indépendantes : «Le Conseil honore (avec le
ainsi un cas curieux d'inscription qui mélange les cas verbe souvent sous-entendu) un tel (accusatif). Il a érigé la
grammaticaux. Dans Inv X, 115, le nom de la première statue ( iàv àv8pîavia àvÉcn11 cn::v)» 51• Si parfois un des
personne honorée est à l'accusatif, après la mention du terme est au datif,c'est plutôt le mot qui signifie statue. Dans
Conseil et du Peuple au nominatif. Mais la deuxième les textes de Lycie, TAM II,15,18-19,289-290,le nom de
personne honorée,père de la première,voit son nom ajouté la personne honorée est à l'accusatif,le verbe est È'LE1µ1icrt:v,
à la fin,au datif,alors que,grammaticalement,on attendrait et le mot statue est au datif.
que les deux soient au même cas,donc à l'accusatif. On ne La présence de Ek 1aµ11v m'Hou, à la fin du texte
sait s'il s'agit d'une eITeur,ou d'un effet de style,pour mettre CIS 3948,est de la même manière assez explicable. Là encore,
en relief l'ajout du deuxième personnage. Dans le texte la raison est syntaxique. La statue est celle du père mais la fin
araméen, la partie qui correspond à cette phrase a du texte précise qu'il s'agit aussi d'un honneur rendu aux
malheureusement disparu et rend toute comparaison deux fils,Iaddaî et Zabdibôl. Il est facile en araméen de répéter
impossible 45• lyqr pour exprimer cette notion une deuxième fois (lyqrh vvlyqr
L'édition récente des inscriptions de Prusias ad ydy wz.bdb1vl, «en son honneur et en l'honneur de Iadclaî et
Hypiurn -16 donne deux exemples de cette indétermination Zabdibôl»),mais il n'est pas possible qu'une formule comme
entre les genres : dans les textes n'JS 58 et 59,classés parmi 1a�n1ç xap1 v porte sur des personnages différents de celui qui
les textes honorifiques, le nom des personnes honorées est est nommé au début du texte. Il a donc fallu remplacer la
au datif. Or,comme le précise l'éditeur,les deux textes sont formule habituelle par une autre formule qui permettait une
peut-être plutôt funéraires (c'est-à-dire qu'il les considère expression plus précise et plus conforme à ce qui était peut­
ainsi, sans doute justement à cause de ce datif). De même, être un original pensé en araméen.
on soupçonne que la dédicace au roi Hérode (OG/S 415),
trouvée à Si'a dans le Hawrân -17, tient son datif de l'influence
3. LE VOCABULAIRE DE L'ÉLOGE
des inscriptions votives. Un texte célèbre, la dédicace de
Gélon de Syracuse à l'Apollon delphique -18, est un bon On peut aussi s'intéresser à l'expression des différents
exemple de ce genre de textes,qui abondent dans le domaine motifs qui justifient les honneurs reçus par les notables de
religieux. D'ailleurs, c'est sur ce modèle qu'à Palmyre Palmyre,la manière dont ces derniers sont qualifiés par les
même, sont rédigées les nombreuses dédicaces au dieu textes, et étudier le vocabulaire employé. On sait que le
anonyme (par exemple CIS 3994, 3998, 4003,4031,etc.) vocabulaire de 1'éloge,sans être entièrement fixé,a des règles
ou encore la dédicace d'un sanctuaire aux dieux Bôl,Isis et assez précises, à l'époque impériale. Le meilleur exemple
Aphrodite,dieux ancestraux (DFD, p. 54). Il faudra revenir en est la transformation,à partir du second siècle,de termes
sur ces rapports ambigus à Palmyre entre les dédicaces comme clarissime ou pe1jectissime en titres qui servaient à
religieuses et les inscriptions«simplement» honorifiques -19_ fixer le rang clans la société de leurs titulaires. De ce point
de vue,Palmyre fonctionne comme le reste de l'Empire,et
Pourtant, il existe dans le monde grec des textes on retrouve ces titres dans les textes officiels. Ainsi,dans un
honorifiques qui précisent en toutes lettres que«le déclicant texte daté de 262, on a l'expression «illustre colonie» (11
a érigé une statue en l'honneur d'un tel». Ces textes Àa�mpo1a111 KoÀcovEÎa) pour qualifier la cité 5 2. De même,
n'utilisent pas le datif (pour qu'on ne les confonde pas avec Odainat est appelé 6 Àa�mpôimoç («illustre»),terme qui
des textes de caractère religieux ? 50), mais contournent est l'équivalent grec de «cfarissimus» et s'applique aux
systématiquement la difficulté en séparant la formule en deux personnages de rang sénatorial sJ_

45 - Même si la restitution de l'éditeur (J. Starcky) essaie de reproduire la 49 - Un cas un peu particulier est fourni par le texte lnv IX,22. clans lequel
rupture de construction du grec, avec la particule/ («pour») qui introduit le nom du cléclicant et celui de la personne honorée sont tous les deux au
le nom du père. Il se peut aussi qu'il ne s'agisse pas cl'une statue du père ou nominatif. Comme le note H. Seyrig ( 1933a,p. 160),il s'agit peut-être d"une
d'honneurs faits au père, mais qu'on rappelle que ce dernier, comme son confusion avec une formule cléclicatoire. Il s · agit cl'un texte qui honore un
fils, a reçu des témoignages de la part du dieu et du gouverneur. Cette militaire romain.
interprétation est possible. mais ne supprime pas la rupture de construction. 50 - Ou bien parce que le formulaire de l'inscription suit ce qu'il y avait
On retrouve d'autres exemples de rupture de construction clans les textes clans le décret. avec la mention de la statue seulement à la fin du texte.
JGRR III, 147 et 1424 et ILS 8849 (cités par P. VEYNE, 1962, p. 81, n. 1 ). 5 l - Grand nombre d"exemples: à Selge. 1. Se/ge, n"' 15, 18; à Prusias,
Dans ce dernier texte (en Épire), la personne honorée est nommée au datif, 1. Prusias ad Hypium, n" 30; en Lycie. TAM II,145-146; à Athènes,le mot
puis, après le nom du clédicant, on a îOV EÙEpyÉîllY. C'est clone l'inverse îOV àv8p1cxvîa. n'apparaît pas toujours, mais on a, de la même manière,
de ce qui se passe clans le texte de Palmyre. deux propositions: JG Iff,1,n"' 635,682 (îOV ô. + qualificatifs,11 �ouÀ17
46 - J. Prusias ad Hypiwn, n" 58 : 'AvîWVl([) 1 0aUép I KÀ. 'Apicrn1 1 KaÎ. 6 8î7µoç àvfoî110av EÙvoiaç ËVEKŒ),708,709,745,839. Voir aussi,
àvÉcm1CTEV. à Palmyre même, CJS 3933 (lm, III, 21).
47 - Cité par M. GUARDUCCI, 1975, p. 96: [Ba]CTtÀEl 'HpWôEl KUpl ([) 52 - CIS 3939 ( Jn\'III, l 0). On n'aurait pas de mal à trouver des parallèles,
O�mcrmoç I:aoôüu te111Œ îOV àv8p1âvîa îO'.tç ÈJlO'.tç 8an:âvm[d par exemple SEC 42,1143 (mais on a surtout 11 Àa.µn:püîCXTll 11:0ÀK,comme
48 - J. MARCADÉ, Rerneil des signatures de sculpteurs grecs, I, 9 (= Choix le prouve l'index des JGRR Ill, passim). Voir aussi Jnv X, 114: i:]n:'t îllç
d'inscriptions grecques, 1960,p. 155-156,n" 43): ÏÉÀov 6 L'.ÎElVWLÉv[wd KpaîlCTîllç �ouÀ17k, une autre formule fréquente en Asie Mineure.
1 àvÉ011KE wn:6Uov1. .. 53 - Par exemple, CIS 3945 et 3946 ( Jnv III, 17 et 19).
Chapitre I: L'identité ciFique de Palmyre 17

Plus qu'une longue analyse, l'index du vocabulaire de développés (voir supra, en note), on remarque une forte
l'éloge dans les inscriptions honorifiques de Palmyre montre corrélation entre les mots qui sortent de l'ordinaire et les
que ce vocabulaire est très présent. Or ces textes vont du textes que leurs auteurs ont pris la peine de faire inscrire de
milieu du r"1 siècle jusqu'à la chute de Zénobie. Le vocabulaire manière plus ou moins détaillée. Cela signifie que, si la
utilisé est tout à fait conforme à ce qu'on peut attendre d'une plupart des textes sont assez courts et emploient un langage
cité grecque 54• Un détail peut pourtant surprendre. On a à stéréotypé (avec toujours les mêmes termes), les
peu près cent cinquante inscriptions honorifiques grecques Palmyréniens étaient capables de rédiger des décrets détamés
encore assez longues pour qu'on puisse en dire quelque chose. en employant un vocabulaire choisi. Il n'y a d' ailleurs rien
Mais le vocabulaire utilisé est étonnamment semblable, quelle cl' étonnant à ce que les décrets longs soient plus précis.
que soit la période prise en compte. Certes, le genre ne se Peu de détails sont connus sur les conditions clans
signale pas obligatoirement par une invention verbale lesquelles la plupart des statues ont été dressées. Il est doric
débordante. Néanmoins, on remarque que les occurrences difficile d'en faire un commentaire. Il est clair pourtant que
de certaines des formules sont particulièrement nombreuses. le choix de tel ou tel mot n'était pas arbitraire. Ainsi le texte
Le cas particulier de l'expression îEl�L17ç xâp1v a été CIS 3966 RSP n" 156) qualifie Shalamallat, fils de Iarhibôl,
étudié plus haut. La formule est absente de l'index, car elle de EÙCTE�llç («pieux»): cela n'a rien d'étonnant pour une
est trop fréquente. L'expression EÙCTE�17ç KCÙ cp1ÀorcmpK Ka't inscription dont les dédicants sont la déesse Allât et la tribu
<plÀüîEl�Loç, elle aussi, est intéressante. Ces trois termes, tous des Bené Mazîn. La version araméenne n'est pas exactement
ensemble ou combinés différemment, sont présents dans la équivalente. On remarquera l'utilisation d'une proposition
plupart des inscriptions honorifiques plus ou moins subordonnée, avec trois verbes (au moins), au lieu de
développées. Il y a bien sûr des variations : on a par exemple l'emploi de substantifs par la langue grecque: bdyl dy qm'
cp1À01:E1µoç, ou bien le substantif abstrait <plÀOîEl�d.a, ou wbn' wqrb [. .. wsprl]lm bkl gns klh «parce qu'il a entrepris,
encore 1'adverbe correspondant, cp1Ào1Et�L(J)Ç. La signification bâti et construit [ ... et les a favorisés] de toute manière»
de ces mots («pieux», «qui aime sa patrie », «ami de la répond au grec EÙGE�ll Ka't [apfolavm aù101ç EV rcoU01ç
gloire» 55) montre l'attachement des notables de Palmyre rcpây�LCXm, [Ë]v îE K1:{µamv Ka't ava8tjµamv, avaÀm�Lam îE
aux valeurs civiques courantes 56• Mais il faut étudier aussi oÙK ÔÀ1ymç, «pieux et agréable à eux en beaucoup d'affaires,
l'aspect résolument original de Palmyre, c'est-à-dire la des constructions, des offrandes et des dépenses non
présence, en parallèle, de versions araméennes, dont le sens négligeables». La phrase utilise une tournure accumulative
est tout à fait semblable au grec. assez courante en grec et se sert de l'expression oÙK 6Ai yoç,
Toutes ces formules, sans être entièrement stéréotypées, un euphémisme qui signifie évidemment « beaucoup, très
donnent fortement l'impression d'être l'application de certains nombreux». On notera donc qu'il n'y a pas exacte
schémas types. Ce qui est, en fait, le plus curieux n'est pas équivalence et que chaque version respecte plus ou moins le
l'utilisation de ces termes, mais leur présence dans les génie de sa langue.
inscriptions de Palmyre à la quasi-exclusion de toutes les autres Il est possible que la formule qui utilise le participe
expressions. De plus, l'emploi de ces trois adjectifs dans la aoriste de apfoKco ne soit pas tout à fait courante hors de
même inscription semble assez rare dans le reste du monde Palmyre 58• En ce lieu, elle répond généralement à l'araméen
grec. À ma connaissance, c'est principalement dans le sud de spr Jh, comme on peut s'en rendre compte d'après les
l'Asie Mineure (Pamphylie, Pi sidie) qu'on trouve quelques nombreux parallèles. Ils assurent la restitution de cette partie
exemples de l'expression, ou bien des formules plus ou moins de la version araméenne 59•
proches, mais avec une fréquence moindre qu'à Palmyre 57• Dans le texte C/S 3914 (/nv IX, 25), on retrouve les
Le caractère stéréotypé du vocabulaire de la plupart des trois adjectifs dont on a parlé. Les deux premiers reçoivent
textes est sans doute une conséquence de leur aspect résumé. une traduction périphrastique. Le premier (EDCTE0rîç) est
Si on étudie de plus près l'index (annexes II et III), et si on traduit par dbl 'lhy' («celui qui craint les dieux»), ce qui
le compare par exemple à la liste des textes relativement rend le concept d'EÙCTE�Eta de manière peut-être un peu

54 - M. SARTRE, 1996a, p. 396: « Ce vocabulaire, tout entier emprunté aux ôEKârcpCDîOV, cp1Àorcâîp1v.. (]. 7-9) àpx1EpaCTâµEvov îoÏ.k IE]i�amoÏ.ç
traditions civiques grecques, montre bien la diffusion du système des valeurs EÙCTE�mç Kat c!nÀ[o]iîd.µwç_ Voir aussi en Pisiclie, à Termessos (sans
de la cité grecque à Palmyre.» qnMrcmpK), TAMII, SS: <:XPXlEpCÔ�LEVOV EÙCTEl�ck K<Xl EVôÔÇOK I K<Xl
55 - Mais l'adjectif<jnÀÔîEl�Loç signifie aussi« zélé»,« généreux». Il ne <jHÀOîElµOK ....
semble pas qu'à Palmyre, ce mot et ses variantes aient un sens technique 58 - Elle n· est pas clans les inscriptions publiées par Waddington, en dehors
particulier. Ce sens, en rapport avec les concours et les jeux du cirque, qui de Palmyre. Dans les différents tomes de !GLS, il ne me semble pas non
existe ailleurs, ne trouve à Palmyre aucun appui dans la documentation plus que le terme apparaisse.
existante. Il n'y a apparemment pas de concours à Palmyre. 59 -À commencer par CIS 3923 daté de 51 , mais aussi CIS 3930 ou 3933.
56 - On peut citer cette remarque de L. Robert, BE 1968, 572, à propos de Voir la liste des attestations de àpÉCTKm clans l'index. Cette traduction est
la notion cl'EDCTE�Eta: « tout magistrat ou tout citoyen peut en être loué. systématique, pour toutes les occurrences de àpÉCTKW dans des bilingues
Les exemples en sont innombrables». complètes, entre 5 let 247. Cette stabilité est remarquable quand on compare
57 - En Pamphylie, SEG 35, 1416: EDCTE�ll, <jnÀorcaîpt8a .......... les variations de traduction pour d'autres mots (voir ci-dessous).
cp1ÀOîfl�LOK : à Siclé : G. E. BEAN, 1965, n" 194b : (1. 1-4) îàv 8. ........
18 Les notables de Palmyre

partielle. <D1Àon:a"t"p1ç a comme traduction 1J1ym mdyth dbl 'Jh', qui a peut-être une existence indépendante, il semble
(«celui qui aime sa ville»). C'est en fait la traduction bien que 111ym mdyth soit uniquement ml mot créé pour
canonique de ces termes en palmyrénien, qu'on retrouve traduire, de la manière la plus exacte possible, un mot grec.
dans les textes bilingues, du moins quand ils sont traduits 60• Que la version première du texte soit en grec ou en araméen,
La crainte des dieux est une notion qui n'est pas absente l'on sait qu'on peut utiliser ce mot, qu'il le faut même dans
de la sensibilité religieuse de Palmyre. On peut citer un texte certains cas, et l'on n'hésite pas. L'hésitation est plus
de la Palmyrène avec la phrase kl gbr dy ydb] l' bgl («tout compréhensible dans les cas d'utilisation de vocabulaire
homme qui craint Abgal») 61• L'expression elle-même est préexistant dans la langue. On a dans ces cas-là fréquemment
courante en syriaque, mais évidemment à une date plus plusieurs solutions qui se présentent à l'esprit, sans que l'une
tardive. On reconnaît aussi dans cette formule une des d'entre elles soit forcément la meilleure.
manières dont on nommait les païens attirés par le judaïsme Il subsiste aussi des traces d'une période où se met en
au ni" siècle. Ils ne sont bien sûr pas EÙO"E�Ek, mais on les place le système d'équivalence. Le texte Inv X, 39 exprime
appelle 0EOCTE�Ek, «craignant-Dieu» 62• À Palmyre, on a cette idée d'amour de la patrie, puisque la personne honorée,
des exemples du mot et de sa traduction depuis 7 4 un secrétaire du Conseil,«a démontré tout son zèle pour les
(J. CANTINEAU, 1933, p. 175, n° 2b) et le texte CIS 3914 est affaires de la cité» (micrav qnÀma[µiavl Èv8E1çâ�L[Ev]ov Èv
la dernière attestation de l'équivalence. Ensuite, le mot n'est wÎ.ç "t"llç rroÀEOç [sic !] [rrp]âyµam). Le mot cplÀon:mpK lui­
plus traduit (C/S 3952) 63• même n'apparaît pas. Ce qui est curieux, c'est l'emploi dans
Curieusement le terme dbl 'lhy' est, à ma connaissance, le texte araméen d'une formule périphrastique différente,
absent des inscriptions unilingues. Les exemples comme mais équivalente à celle utilisée habituellement : rbym
Inv X, 62 sont discutables car la pierre qui porte le texte est mbwzh. On sait que le terme mbwz signifie «cité» 66 ou
fragmentaire et comportait sans doute aussi une partie en «port» ; J. Teixidor a élargi le sens de«port»,«entrepôt»,
grec (de même sans doute pour Inv X, 76) 6 Il est possible -1. à celui de «centre douanier» 67• Sous l'influence du mot
que cela tienne au hasard des découvertes épigraphiques. latin équivalent portus qui signifie«entrepôt », il aurait été
Au cas contraire, cela pourrait signifier que les inscriptions remplacé par le mot grec À1µ1iv, translittéré dans le Tarif
bilingues emploient une langue spéciale, qu'on pourrait ( lmn ') et qui a la même signification.
appeler « le palmyrénien de version grecque ». En Ce point de vue a été contesté et on préfère souvent en
palmyrénien, dans les textes unilingues, on trouve en faire un simple équivalent de mdyth dans le sens de
revanche la formule ...dy spr l'lhyhwn («parce qu'il a plu à «ville» 68• La proposition de J. Teixidor partait de l'analyse
leurs dieux ») qui a sans doute la même signification de ce texte (lnv X, 39), qui a la particularité de comporter
(cf. CIS 3929 par exemple) et qui est traduite dans les aussi le mot mdyth, une ligne après mbwz: Zabdilah, fils de
bilingues par le verbe àpÉ:crKco et le mot«dieux» au datif 65• Shamshigeram,«a été agréable à sa ville en toutes choses»
Il peut aussi sembler curieux que cette notion de piété (wbkl $[b]w klh spr lmdyth). J. Starck.y, dans sa traduction
n'apparaisse pas dans les nombreuses dédicaces à des du texte (lnv X, p. 26), fait la différence entre«cité» (mj1wz)
divinités (voir par exemple CJS 3972-4108). Mais, il n'est et « ville » (mdyth). Il est probable en effet que cette
sans doute pas de bon ton de se vanter de sa piété quand on répétition a une signification précise, et que les deux termes
s'adresse directement aux dieux. Le terme n'apparaît ont chacun un sens spécialisé, mais on a peu d'indices.
que dans des textes honorifiques. Les dédicants (et les Le mot mbwz apparaît dans un autre texte bilingue
rédacteurs) de ceux-ci sont en théorie différents des (lnv IX, 12), mais la version grecque est très résumée et ne
personnes honorées. donne pas d'équivalent 69• C'est sans doute en pensant à
La traduction de qnMn:mpK par ij1ym mdyth est plus l'opposition classique entre acr"t"u et n:0À1ç que l'on a pu
systématique ; on traduit ce terme en araméen dans traduire les deux termes par«ville» et«cité». Quant à savoir
pratiquement toutes ses occurrences dans les bilingues, sans si cela correspond à l'idée des Palmyréniens qui ont eu à
doute à cause de son caractère de calque. Contrairement à adapter des concepts gréco-romains, le problème reste posé.

60 - Voir le tableau en annexe IV. mdyth. Dans les textes unilingues Jnv IX, 29 ; X. 62 et 98, où elle apparaît.
61 - PNO. p. 144, n" 2ter (édition du texte par J. Starcky et H. Jngholt). on ne peut assurer qu · il n · a jamais existé de version grecque.
62 - Sur ce sujet, voir le dossier d'inscriptions d'Aphrodisias réunies par 65 - Ainsi en CJS 3930, par àpfoavrcxç wÏ.ç 0rnÏ.ç. Mais on a deux lignes
J. REYNOLDS et R. TANNENBAUM, 1987. Comme me l'a fait remarquer plus haut l'équivalence dbl 'lhy' - EÙCTE�EÏ.ç.
F. Villeneuve, le terme se retrouve, à propos du judaïsme, dès avant le m' 66 - Le dictionnaire abrégé de J. PAYNE-SMITH, 1903, p. 263, donne le sens
siècle. de « a little fort(fïed town, smaller than a krk'» (un k1k' étant une place
63 - Il n'est pas traduit non plus quand il fait partie des titulatures impériales fortifiée).
(CIS 3970 et Inv X, 64 pour Septime Sévère) ; CIS 3947 utilise pour la 67 - J. TEIXIDOR, 1983b, p. 309-311. Voir aussi, id., 1984, p. 59.
reine Zénobie le mot zdqt', qui signifie plutôt« juste», en face du EÙcrE�17ç 68 - Par exemple G. W. BoWERSOCK, 1987, p. 180-181. Voir F. BRIQUEL­
du texte grec. Mais le texte est postérieur de près d'un siècle à la dernière C!-IATONNE T, 1995b, p. 124-126.
attestation de l'équivalence dN 'lhy' - EÙCTE�17ç. 69 - J. Cantineau, lnv IX, p. 21, traduit aussi par« cité».
64 - On peut d'ailleurs faire la même remarque pour l'expression 1)1ym
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre 19

Le texte est daté de 75-76, mais l'on a une attestation plus l'omission d'un troisième urcô par le lapicide, que Zénobios
ancienne de l'équivalence,qui devient courante ensuite,entre Zabdilah a aussi reçu un témoignage de sa patrie. C'est loin
<plA07CO'.îplç et rbym mdyth (texte J. CANTINEAU, 1933,p. 175, d'être impossible, il suffit de comparer avec le texte
11 2b); il est plus ancien que Inv
°
39 d'un an,ce qui prouve H. INGHOLT, 1932,p. 278. On y remarque la même omission
que le système est à ce moment en cours de stabilisation. de urrô, puisqu'on a µcxpTup110Évm urrô TE 10'.pl�COAOU 1:0Û
Plusieurs expressions se font concurrence,mais l'un des mots îCO'.îplOU 0EOÛ K0'.1. TWV ll)'llCTO'.�LÉVCOV KCXl. UîCO TÎ7ç îCO'.îplôOÇ
a fini par l'emporter et supplanter l'autre. C'est le terme le «(dont les mérites) ont été reconnus par le dieu ancestral
plus général qui est utilisé, et il faut noter que l'équivalence Iarhibôl et par les gouverneurs et par sa patrie». La première
n'est pas complète puisque 1)1ym mdyth signifie proprement préposition porte sur deux objets différents (le dieu et les
«qui aime sa ville»; la notion de rcaTpk, présente dans le gouverneurs), mais elle est répétée avant le troisième (la
composé grec, disparaît. Néanmoins cette création verbale patrie). Pourtant J. Cantineau dans Inv III (p. 29) semble faire
permet de simplifier la tâche des rédacteurs d'inscriptions de rrO'.îpk au génitif,le complément de nom de cp1ÀÔrcO'.îp1ç,
honorifiques,et l'on retrouve cette formule pendant presque c'est-à-dire une simple redondance et ne le traduit pas
deux siècles 70• («qui a aimé sa cité»). Il fait comme si le rédacteur n'avait
Le dernier exemple de la triple formule se trouve dans pas vu que la formule périphrastique araméenne était
le texte CIS 3932,daté de 242-243. Pourtant,la construction un calque et avait éprouvé le besoin de répéter le mot,
de la fin de ce texte pose un léger problème de sens; la pour créer, en grec aussi, une formule en deux parties 71•
signification générale est assez claire, tout comme la C'est aussi une possibilité, car on ne voit pas pourquoi
construction. Comme il arrive souvent à Palmyre, le texte le texte araméen n'aurait pas mentionné ce témoignage
grec commence par la mention des dédicants (Conseil et de la cité. Il n'est sans doute pas possible de trancher,bien
Peuple) avant d'énumérer à l'accusatif les qualités et les que la première solution soit plus satisfaisante en grec
belles actions de la personne honorée. La liste s'achève par et qu'une expression 6 cp1Àorr0'.îp1ç T17ç naTpiôoç soit
un mot qui résume sa personnalité et son rapport au dédicant curieuse. Elle peut s'expliquer, me semble-t-il, par le désir
(ici TOY cp1ÀÔrcO'.îp1v), suivi de la formule Taµ17ç xâp1v et de de faire un calque grec de ce qui était déjà un calque en
la date. Cela est fort normal, tout comme la version araméen; on peut émettre l'hypothèse qu'on aurait essayé
araméenne qui suit,elle aussi, un schéma classique («statue de «réveiller» une formule trop stéréotypée pour la rendre
de Zénobios Zabdilah» + liste de ses actions + proposition plus expressive.
relative : «que lui ont fait le Conseil et le Peuple en son Le dernier des trois adjectifs, <plÀÔTEl�LOç,est traduit par
honneur + date»). nhyr («illustre,brillant») dans CIS 3914 . Mais dans ce
On a en araméen à la fin de la liste de ses actions,mtlkwt cas,le texte grec aussi utilise une périphrase, cp1À0Td�nm Èv
shd lh y1)1bwl 'lh' w'p ywlys [p1ysqws rb'] dy sp' w1)1ym noÀÀoÎç rrpây�LCXcn, ce qui est rendu par une traduction
mdth (il a fait telle et telle chose «de telle sorte qu'il a reçu araméenne qui n'est pas tout à fait littérale,nhlyn bmgdyhwn
un témoignage du dieu Iarhibôl et aussi du préfet du prétoire sgy'[y']:« illustres par de nombreux dons» (d'où sans doute
Iulius Priscus et qui a aimé sa ville»),suivi de la proposition « généreux » ). Le texte araméen doit donner des explications,
relative. Le sens ne fait pas difficulté, on remarquera là où le grec utilise des expressions idiomatiques.
seulement que rf1ym mdth est un qualificatif qui peut Contrairement au texte CIS 3966 cité plus haut, l'araméen
dépendre du nom du personnage à la première ligne ou du de CIS 3914 a recours à des calques,d'où peut-être le besoin
verbe hw' («était»,3" personne du singulier accompli) à la d'expliquer des expressions ou des connotations un peu
ligne suivante, ce qui ne change pas le sens. C'est en grec nouvelles 73• Néanmoins, on remarque, en regardant les
que se trouve l'ambiguïté. Le texte est le suivant: différentes traductions araméennes du mot et des termes de
(J)Ç füà 1:0'.Û'CO'. µapTup1181îvm uno 0rnû Icxp1�coÀwu Kcx't la même famille,qu'il existe plusieurs équivalents (voir plus
U7CO 'IouÀiou [ llpElCTKOU] 1:0Û È�OXCOT(XTOU Ènapxou 1:0Û lEpoû bas sur l'adverbe <plÀOTEl�Lcoç). Il ne s'est apparemment
npmTcopiou Kcx't T17ç n0'.îpl<5oç, TOV <plÀÔrcO'.îplv jamais fixé de traduction qu'on aurait p u utiliser
«de telle sorte que, pour cela, il a reçu un témoignage systématiquement. Cela peut être une conséquence de la
du dieu Iarhibôl et de Iulius Priscus, très éminent préfet du polysémie du terme. Son emploi (la recherche des honneurs,
prétoire sacré et de sa patrie (?), (lui qui est) patriote. » mais aussi le zèle ou la générosité) est parfois de caractère
On voit la difficulté qui s'élève, avec la présence d'un assez général ( « avec zèle » ), et peut décrire non un
mot en plus qui est T] nO'.îpk. Si on suit la ponctuation du comportement particulier, mais un état d'esprit. Ce sont
texte édité dans l'Inv III, 22, avec une virgule entre T17ç d'ailleurs souvent les versions araméennes qui permettent
rcO'.îptfoç et Tov <p1ÀÔrccxTp1v,on peut comprendre,moyennant de préciser dans quel sens le concept est utilisé.

70 - Voir le tableau dans l'annexe IV. 72 - C'est cl' ailleurs le mot utilisé par l'araméen pour traduire« clarissime »
71 - Pour autant qu'on puisse interpréter sa traduction « des deux textes ou Àcxµrcpfrcmoç (voir C/S 3944 et 3945 par exemple).
combinés » ! La ponctuation du C/S semble favoriser une interprétation du 73 - Pour autant que notre connaissance de l'araméen contemporain
même type. permette de le dire.
20 Les notables de Palmyre

On comprend que le Conseil et le Peuple dressent des leur prête beaucoup de sens, simplement parce que ce sont
statues de Iarhibôlâ, fils de Ogâ et deAwîdâ, fils d'Haddûdan, des choses courantes dans les décrets honorifiques, surtout
puisqu'ils ont fait construire les propylées du sanctuaire de quand il y a aussi EÙCJE�1iç et <plÀOîEtµ(t)Ç.
Bel. Il s'agit du sanctuaire principal de la cité, et il est donc Mais il est possible que deux choses différentes soient
normal que ces deux bienfaiteurs soient qualifiés de EÙCJE�Etç décrites par cette répétition. On constate d'ailleurs que
Ka't qnÀ.orcâîplôEç, ce qui désigne bien une action ayant àpfoavîaç îi} rcmpîfü correspond en araméen à sprw lhwn
concouru à l'embellissement d'un sanctuaire civique. Le « ils les (c'est-à-dire le Conseil et le Peuple, sujet de la
troisième terme (Ka't cp1À.oîEÎ�no1) est explicable dans ce principale) ont favorisés». Ils ont pu agir en faveur de leur
contexte, car il s'agit visiblement de la motivation de leur patrie de manière générale, et, plus particulièrement, faire
action. Cette précision montre aussi le zèle des deux quelque chose qui leur a apporté les faveurs du Conseil. De
personnages envers la cité qui les remercie. Le qualificatif toute façon, il est inutile de chercher à tout expliquer, car les
est d'ordre général 7-+, alors que les deux premiers décrets sont résumés ; les allusions, qui avaient un sens pour
s'appliquaient particulièrement à l'action décrite dans les les contemporains, l'ont perdu de manière presque
lignes 6-8 du texte. irrémédiable dix-neuf siècles plus tard.
D'autre part, ces adjectifs apparaissent surtout dans des La piété est présente explicitement, par l'utilisation de
textes émanant du Conseil (et du Peuple). Cela n'a rien l'adjectif lui-rnême (EÙCJE�éi.ç), mais aussi, parce qu'il s'agit
d'étonnant. En effet, le Conseil pouvait désigner qui était bien de cela, quand on se rend agréable aux dieux. Les deux
patriote ou qui ne l'était pas. De même la piété d'un notable adjectifs sont traduits de la manière habituelle : 1)1ymy
envers les sanctuaires ou sa générosité pouvaient rejaillir mdythwn et db]y 'lhy', mais l'adverbe <plÀ.OîElµ(t)Ç disparaît
sur la cité et motiver des remerciements de la part des à la traduction : « parce qu'ils les ont favorisés, eux et leurs
autorités. Pourtant il y a quelques exceptions comme le texte dieux, en toute chose» 77•
Inv IX, 22 dans lequel un particulier, Aurelius Mareas, honore La triple expression apparaît aussi dans les textes grecs
un militaire romain, en l'appelant « pieux et patriote» de bilingues, sans être traduite en araméen. L'inscription de
(EÙCJE�11ç Ka't cp1À.ÔrcmpK). Il n'apparaît pas que le dédicant la Colonnade transversale C/S 3952 (Jnv V, 3) est un
soit un magistrat de la ville, on peut se demander alors à troisième exemple de cette formule. Le texte date de
quel titre il honore ce Iulius Iulianus. Mais les exceptions mars 179, soit seulement quatre ans après C/S 3914, mais,
sont plutôt rares et l'emploi des adjectifs de ce type est cette fois, les trois adjectifs ne sont pas traduits en
généralement réservé aux textes du Conseil 75• palmyrénien. Le texte sémitique est en fait beaucoup plus
Dans le texte C/S 3930 (Inv II, 2), la raison de l'honneur précis. L'impression qui se dégage est qu'on a utilisé des
accordé à Aaîlamî, fils de Haîran et à son père, Haîran, fils formules grecques courantes pour faciliter le travail du
de Moqîmû, reste inconnue. Le texte de l'inscription, quoique lapicide ou du scribe.
détaillé, reste vague 7(,. Le mot qui décrit le zèle apparaît Les exemples cités précédemment indiquent que EÙCJE�1iç
cette fois sous sa forme adverbiale (<plÀOîEÎ�t(t)Ç) et n'est donc n'est probablement pas là par hasard. Shoraîkô, fils de Haîran,
pas sur le même plan que les deux autres qualificatifs a accompli certaines actions en rapport avec un sanctuaire.
habituels qui le précèdent. Là encore, on a l'impression que, La Colonnade transversale est d'ailleurs souvent qualifiée
des trois, c'est le plus général. Les deux personnages « ont de monument religieux 7 8, ce qui correspond bien à l'adjectif
été pieux et patriotes et agréables à la patrie et aux dieux EÙCJE�1iç. On voit que l'explication est vraiment limitée. On
ancestraux, avec zèle, de toutes les manières». Ce qui est aurait quelques difficultés à aller plus loin, si on n'avait pas
intéressant aussi, c'est l'impression de redondance donnée le texte sémitique : celui-ci est beaucoup plus clair, puisqu'il
par le texte. Le mot « patrie» apparaît deux fois, dont une précise que Shoraîkô a fait construire sept colonnes du
en composition. Comme cela se produit dans C/S 3932, il se portique et leur ornementation, ainsi qu'un pyrée 7'>, objet sans
peut que le composé cp1À.Ôrcmpiç et 1'expression figée qui doute cultuel. Par comparaison avec d'autres textes, les deux
lui correspond en araméen aient perdu un peu de leur sens versions combinées ici permettent de mieux comprendre ce
premier dans l'esprit des rédacteurs du décret. Ils seraient qui se dissimule derrière des éloges qui paraissent parfois
utilisés de manière pratiquement automatique, sans qu'on bien obscurs.

74 - Le texte dit d'ailleurs: Èv 1roÀÀoÏ.ç n:pciy�ta<Jl, « en de nombreuses 76 - EucrE�Êiç Ka't cplÀon:ci1p18aç Ko:\ n:aVît 1pôm:9 q>lÀOîEi�Lmç
affaires». àprncivrnç 11:1 n:mpi8l Ka't 101.ç n:mpioK 8rnÏ.ç.
75 - Mais contrairement à ce qu'écrit H. SEYRIG, 1941b, p. 250, l'expression 77 - Traduction J. Cantineau, lm' II, p. 24. La« traduction des deux textes
E1J<JE�17ç KŒl cp1ÀÔîEl�toç n'est pas seulement l'élément commun aux combinés» est ici plutôt celle de l'araméen.
dédicaces faites par le Conseil à des synèdres. Ce n'est le cas que pour 78 - Voir J. Cantineau, 1111' V, p. 18-19.
ln\! X. 57. 59 et 69. On verra en consultant l'index que l'expression est 79 - Le mot knwn' est traduit p,u- « brûle-parfum» dans J. Cantineau, lnv V,
beaucoup plus courante. De même, <)nÀÔn:aîpK n'est pas ajouté aux deux p. 8-9. Le texte araméen dit: 'bd bslq' dnh 'mwclyn fü" wt;;bythwn klh
autres adjectifs seulement dans les dédicaces où le Peuple est joint au Conseil w'bd knwn' dy nb.�' ( « il a fait dans ce portique sept colonnes et toute leur
(voir ClS 3952 et lm' X, 114). ornementation et il a fait un brûle-parfum de bronze»)
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre 21

En fait, un terme comme <p1ÀoîEl�Lcoç avait pour les surpris de la répétition de ce terme, au demeurant si rare
rédacteurs de textes honorifiques le même genre d'utilité clans les inscriptions de Palmyre. Curieusement, la version
que l'expression îE1�L17çxcxp1v. Il permettait de résumer et palmyrénienne (DFD, p. 37) ne donne pas l'équivalent de
d'englober un certain nombre de connotations qu'il aurait cette formule récurrente du grec. Le texte sémitique est
parfois été difficile d'exprimer de manière précise. beaucoup plus court et seule la formule J' 'b[yJs npsh (« il
Le texte CIS 3952 éclaire certaines inscriptions qui n'a pas épargné son âme», trad. J. T. Milik, ce qui équivaut
comportent le mot E'Ùcn::�1iç, mais qui proviennent de l'agora, à « il a payé de sa personne» ?) permet de penser que le
monument laïc, s'il en est 80• Le domaine religieux et la vie rédacteur de la partie araméenne a tenté de rendre un peu
civique ne sont pas séparés, comme dans le reste du monde des développements du grec. Ce dernier est remarquablement
antique, d'ailleurs. La cité, le Conseil peuvent honorer un détaillé, même si le début manque sur ce fragment de
bienfaiteur dont l' œuvre a principalement concerné les colonne. La rédaction du texte est assez soignée et certains
sanctuaires de la cité. Il est néanmoins sans doute illusoire passages sont tout à fait clignes des cités grecques cl' Asie
de vouloir trouver à tout prix une signification précise à toutes Mineure. Il suffit pour s'en rendre compte de citer les lignes
les occurrences du terme. Il fait partie du vocabulaire de 10-12 : ...È<j)'ok O'.�LEl�O�LÉVll CX'\JîOV 11 nmpk î(XÇ 7CpÉ7COUCTCXÇ
l'éloge, et une personne honorée se doit d'être pieuse. cx'Ùîcp îEW<k È\jfll<pt0cxw Ë<j)rnrcov àv8picxvm... 81•
De la même manière, Zénobie est appelée 17 Àcxµnpo1:ci1:11 La même remarque est valable pour d'autres textes, qui ne
EÙCTE�17ç �cx01À100cx (« la reine très illustre et pieuse») dans sont pas forcément très longs : la formule EÙvoicxç Kat cmou[817ç
le texte CIS 3947 (Inv III, 20). La présence de ce terme n'a ËVEKEV llç È]VcSÉbElKîCXl rcpoç [wÙç È�LJCÔ]pmK du texte Jnv
sans doute rien à voir avec un geste de la reine en faveur 127 (septembre 86) est moins convenue qu'à l'habitude 82• Elle
d'un sanctuaire de Palmyre, mais il s'agit bien évidemment correspond en araméen à une formule assez difficile que
d'une adaptation des qualificatifs présents dans certaines J. Starck.y (lnv X, p. 79-80) transcrit et traduit ainsi lbsbn bpywt'
titulatures impériales : pius en latin qui devient EÙCTE�llç en wb,s' tb['J dy 'st<k>Jl lh lwt tg1y', « pour la protection et la
grec. Il suffit de renvoyer aux dédicaces impériales de bienveillance qui a été constatée en lui à l'égard des
Palmyre, comme le texte CIS 3970. Sans être lié à un cmmnerçants» 83• La comparaison des deux versions semble
événement précis, l'adjectif est la manifestation d'un état indiquer que le grec a été calqué en araméen. Dans cette langue,
d'esprit général qui serait celui de la reine. la plupart des mots utilisés pour le texte sont des hapax 84•
À l'opposé de ces mots très courants, on trouve par La restitution des deux lignes précédentes est discutable
exemple le mot àv8pdcx qui signifie« courage». Il n'apparaît (Icxp[mov Zcx�blÀcx <j)1ÀÔ1tmp1v KCXl <j)111.61:n�Llov). En effet, il
que clans deux textes de Palmyre (Inv X, 44 et H. lNGHOLT, est possible que le texte palmyrénien ne soit pas tout à fait
1932, p. 27 8). Il sert à qualifier Ogeîlû, fils de Maqqaî, dans identique au grec et ne répète pas la formule ; néanmoins,
le premier texte, et, en particulier sa vaillance, lors de ses on attendrait plutôt à cet endroit du texte grec le nom du
stratégies contre les nomades (8t 'àpE1:11 v na0cxv KCXl grand-père. La première ligne sur le listel était peut-être plus
àv8pdcxv). Il est fait allusion à des événements du même longue que la suite du texte, il est néanmoins fort probable
type pour Aelius Bôrrâ, clans le second texte. Il est curieux qu'il n'y ait eu au maximum qu'un seul de ces deux adjectifs.
que le terme y apparaisse à trois reprises, comme pour mieux Le v qui permet à l'éditeur la restitution [<j)111.61:a�L]ov est sûr,
souligner la valeur et le courage de la personne honorée : alors qu'on préférerait un u pour l'éventuel génitif d'un
« ayant montré tout son courage et son activité» (no11.11.11v patronyme, mais cela ne fait que restreindre le champ des
àv8pdcxv KCXl 0nou817v Èv8al;ci�LEvov), « conservant ce possibilités sans le clore (surnom, titre honorifique, nom de
courage et cette valeur» (1:17v cxù1:iiv àv8pdcxv KCXl àpE1:17v fonction civique ?).
0ffi0cxv1:cx), et enfin « en raison de sa valeur et de son Le reste des textes de Palmyre est souvent plus terne 85•
courage» (àpE1:17ç Kcx't. àv8pEicxç ËVEKEv). On ne peut qu'être Un détail en particulier montre l'écart qui existe avec cl'autres

80 - Voir dans l'index, s.l'., les textes de l'lnF X. donateur, alors que la version grecque s'intéresse surtout à son état cl' esprit
81 - « Pour ces raisons, la patrie le remercia en lui votant les honneurs qui et résume son action. Il est difficile de dire que l'une d'entre elles est la
lui revenaient, une statue équestre ...» version originale.
82 - « pour la bienveillance et l'empressement qu'il a montré à l'égard des 85 - Curieusement un type de textes qui a connu une grande popularité
commerçants » (trac!. J. Starcky, lnv X. p. 79). La seconde restitution est dans tout le monde grec est presque totalement absent de Palmyre : les
assez sûre, contrairement à celle de la première ligne. épigrammes. Pourtant l'épigraphie contemporaine de Syrie en donne des
83 - Pour la correction 'st<k>b. voir aussi DFD, p. 311. D. Hillers (PAT, exemples assez nombreux (de Basra à Zeugma). On croit savoir que des
p. 366-367) propose de corriger bpywt' en f1pytwt', qui serait un meilleur recueils de textes circulaient et il devait être possible à un Palmyrénien de
équivalent du grec 0n:ou8r\, en particulier cl' après des exemples connus en composer un poème de ce genre en se servant de modèles. De manière
syriaque. caractéristique. le seul exemple connu est un texte gravé sur un pilastre de
84 - Remarquer seulement la traduction de [KO./'CECTn:o]ÛôCXCTEV Ek îllV l'agora (/m' X, 28). Or, cette inscription métrique de quatre lignes honore
[KîlCTtV 1]où vcxoù B11Àou par qm wsms bmgd' r[b' lbt bl} («parce qu'il un dénommé Manilius Fuscus. le fils cl 'un légat de Syrie-Phénicie, à
s'est mis à les aider par un grand don pour le temple de Bel» avec qm au l'époque de Commode, c· est-à-dire qu'il s· agit d'un texte qui a pour sujet,
sens inchoatif, voir PAT, p. 405) en CJS 3924 (= lm' IX, 6a). La version non un Palmyrénien, mais un étranger à l'oasis.
araméenne de ce texte ancien est plus précise à propos de l'activité du
22 Les notables de Palmyre

régions plus profondément hellénisées. Sans être jamais araméen épigraphique 89• Mais il serait aventureux d'en tirer
incorrect, le grec de Palmyre ne fait qu'un usage modéré des conclusions dans le cas de chaque texte en particulier.
des particules, spécialement dans les énumérations. Le texte On utilisait des adverbes en grec, la pratique en est passée
C/S 3942, par exemple, se contente d'une énumération en araméen ; cela ne signifie pas que chaque adverbe araméen
scandée par KaÎ...Kai, ce qui est, certes, classique. Les correspond à la traduction d'un adverbe grec, mais plutôt
balancements �tÉv...8É, si typiques du grec n'apparaissent qu'à qu'on savait qu'il fallait des adverbes pour rédiger un texte
une seule reprise dans l'épigraphie de Palmyre, aux lignes honorifique.
18 et suivantes du texte BS 11 ° 45. Même dans les La traduction des adverbes n'est pas systématique et il
énumérations, qui sont nombreuses, la simple utilisation de arrive souvent que les lacunes des textes ne permettent pas
la particule 8É est assez rare 86• On comprend son absence de prolonger l'étude (voir le tableau des traductions à propos
dans les textes très courts, elle est plus étonnante dans les de �lÀOîEεwç). L'adverbe Èmcrtjµwç par exemple apparaît
inscriptions détaillées. De même, sa présence dans le texte dans plusieurs textes unilingues (/nv IX, 24 ; Jnv X, 55).
publié par H. J. W. DRIJVERS, 1995a, p. 34, est surprenante, Dans lnv X, 115, Èmcrtj�twç Ka't �lÀOîEεwç devient dy spr
car on se demande pourquoi 8É n'apparaît qu'une seule fois, lhwn wbsr lhwn « parce qu'il leur a été agréable et a fait des
alors que l'énumération comporte quatre éléments. Mais il dépenses pour eux», ce qui éloigne du sens premier de
ne s'agit que d'un point de détail. Au contraire, la formule l'adverbe Èmm7µwç. Dans le texte p. 34 de H. J. W. DRJJVERS
courante, "CE...Kai est assez fréquente à Palmyre 87• 1995a, bydy'w[t')traduit le même adverbe. Le mot araméen
Ces remarques de vocabulaire peuvent s'achever par une signifie « avec science » et il est probable que
remarque sur le faible nombre des adverbes. Certes, des mots H. J. W. Drijvers a raison de noter le caractère étrange de la
comme ayviJJÇ, Èmmiµwç, Èm�u1Àmç, yvricriwç, Àa�mpmç, formule npq bydy'w[t'] « il sortit avec science » pour
ÈvMçwç, KaÀmç ou encore qnÀoîEÎ�twç sont présents, mais, traduire le grec rcpocopµricrt:v Èmcrtjµwç 90• Il s'agit clairement
semble-t-il, avec une fréquence moindre que dans les textes d'un calque du grec, mais l'inscription Jnv X, 115 prouve
du monde grec plus traditionnel (Égée ou Asie Mineure), ou que les inscriptions araméennes n'avaient pas que ce moyen
pour être plus précis, ils apparaissent seulement dans un de traduire les textes grecs, parfois au détriment de la
nombre limité de textes. précision. Le dernier exemple, KaÀmç traduit par skytyt,
On peut citer, à ce propos, une remarque stylistique de « calmement», dans le texte C/S 3932, prouve quel'araméen
J. T. Milik, qui concerne ces adverbes et leurs traductions. au contraire était peut-être plus précis. Le sens de l'adverbe
Quand les adverbes vont par paire, il note une inversion araméen est si curieux que l'on a parfois voulu corriger le
systématique des termes grecs et de leurs correspondants texte. Il semble bien que, dans ce cas-là, il s'agisse non d'une
sémitiques 88• Il cite 1'expression Àaµrcpmç Ka't ÈvMçwç erreur, mais d'une difficulté d'adaptation d'un adverbe de
( « avec éclat et gloire») de lnv X, 44, rendue par sbybyt sens très général comme KCXÀmç. KaÀmç TCOÀElîEUO'CXµEvoç
WlliJWryt « avec gloire et éclat ». Il ajoute ayvmç KCXl devient dbr 'mrh skytyt (« il a conduit sa vie avec calme»).
Èmcrtj�Lû)Ç d'Jnv X, 55 et ayvmç KCXl ÈmµEÀWÇ d'lnv X, 85 L'adverbe araméen pourrait être en fait une glose du texte
qu'ii oppose à une expression composée d'un adverbe suivi grec et décrire la manière dont le personnage a mené sa
de wbdkyw (« et avec pureté», donc l'équivalent de ayvmç) carrière (sans à-coup ?).
qu'il veut restituer dans le texte J. CANTINEAU, 1933, p. 176- La cité semble isolée au fond du désert syrien. À part
177, n° 3, 1. 5. Il croit reconnaître le même phénomène (DFD, un Nabatéen (C/S 3973), des soldats et fonctionnaires
p. 33) dans un texte qu'il reconstitue avec plusieurs romains, et quelques autres 91, la ville n'a pas livré beaucoup
fragments (Jnv X, 91 et 95, J. CANTINEAU, 1933, p. 187-188, de traces d'étrangers. On trouve encore moins de preuves
11° 10) : [m:xm1 rcpo0uµi�] Kat rccim] crrcou8rj du grec de rapports avec d'autres cités. Or ces relations entre cités,
correspondrait à [bkl bpyw] wsky. L'inconvénient de cette qu'elles soient d'amitié ou de rivalité, forment une partie de
théorie, on le voit, est qu'elle ne repose que sur un seul la substance de la vie civique en Anatolie. Il suffit de penser
exemple formel et que toutes les autres occurrences qu'il à la rivalité entre Nicomédie et Nicée étudiée par L. Robert
cite ne s'appuient que sur des restitutions, parfois un peu dans un article devenu classique 92• On connaît un homme
aventureuses. originaire de Beyrouth, mais ce n'est justement pas une cité
L'utilisation des adverbes est classique en épigraphie grecque, puisque la ville est colonie romaine. On connaît
grecque, il est donc probable que l'usage est passé de là en aussi les rapports anciens de Palmyre avec une Séleucie (du

86 - On la trouve pourtant,en particulier pour les énumérations de statues devient 111ymy mdythwn wdbly 'lhy'. Je ne crois pas que cela fournisse des
J. CANTINEAU, 1936,p. 277,n" 20 ; BS n" 45. arguments pour décider de la langue originale du texte.
87 - C/S 3923, 3932, 3942, 3959 et 3966 ; H. INGHOLT, 1932, p. 278 ; 90 - H. J. W. DRIJVERS, 1995a,p. 38.
/nvX,115. 91 - Voir annexe XII.
88 - DFD, p. 314-315. 92 - L. ROBERT, 1977, p. 1-39. Voir M. SARTRE, 1995, p. 261-270 avec un
89 - On peut noter en passant que le texte C!S 3930 fournit un exemple de bilan pour 1'Asie Mineure et plus généralement, M. SARTRE, 1991,
cette inversion,mais dans le cas d'adjectifs: EÙ<JE�Etç KO'.l cp1Àorcciîp18aç p. 190-198 sur les rivalités entre cités.
Chapitre l: L'identité civique de Palmyre 23

Tigre ?), dont le nom même est une preuve de l'hellénisation couronnes caractéristiques du monde grec. Seules les
( CIS 3924 = lnv IX, 6a). Mais ce texte date des premières mentions d'un rapport favorable fait par un dieu, un
années de la cité de Palmyre, il lui est même sans doute gouverneur ou même l'empereur sortent de cette norme
antérieur. Il ne fait en tout cas aucune allusion à des rapports étroite. On peut penser que ces statues sont ce qui pouvaient
possibles entre cités. le mieux correspondre à un goût local et à des traditions
C'est seulement avec Antioche que se tissent peut-être dans lesquelles l'offrande de statue était une pratique connue.
des liens de ce genre, puisqu'en juillet 161, un bouleute Au total, on est partagé entre deux sentiments. D'un
d'Antioche, par ailleurs fonctionnaire du quart, Marcus côté, on peut considérer qu'à cause du faible nombre des
Aemilius Marcianus Asklépiadès est honoré par une textes longs, Palmyre ne présente qu'un vernis superficiel
caravane. On ne sait pas à quel titre il est honoré, mais il est d'hellénisme, et que le grec qui y était écrit n'utilise que des
une des seules preuves de rapports entre Palmyre et Antioche formules stéréotypées, vides de toute substance.
pendant les trois siècles étudiés. D'un autre côté, cet aspect se justifie assez bien si on
Cet isolement de Palmyre est visible par l'absence de prend en compte le caractère fortement résumé de cette
concours, mais aussi par l'absence de concurrents épigraphie. Il faut dire l'essentiel et l'on ne peut se perdre
palmyréniens dans les concours organisés par les autres cités dans les détails, mais, en même temps, le texte ne doit pas
du monde grec. Le monde du spectacle et des concours ne donner moins de qualificatifs à la personne honorée qu'à
reçoit pas beaucoup d'attestations à Palmyre. Certes, il y a celle honorée par la statue voisine. Il existe un formulaire,
un théâtre, mais il est difficile de penser qu'il n'ait pas été et il est suivi par ces gens dont le grec n'est pas la langue
réservé à une élite. Il est en effet de taille trop réduite pour natale. Il reflète ce qui semblait important aux notables de
avoir pu contenir une grande partie de la population. Palmyre : piété, patriotisme, générosité... Ces qualificatifs
De manière générale, il semble que le vocabulaire de la rentrent tout à fait dans la liste de ce qui comptait pour les
compétition soit absent des inscriptions de Palmyre, que ce notables du monde gréco-romain. De plus, les exemples de
soit pour un individu ou pour toute la communauté. Les textes développés prouvent que le grec écrit à Palmyre est
qualificatifs élogieux qui accompagnent souvent les noms tout à fait digne de ses contemporains des cités grecques
des cités grecques sont ici absents. Or les titres dont se situées plus à l'ouest.
vantent les cités d'Asie Mineure sont tous porteurs
d'avantages concrets. Faut-il croire qu'on les passe sous
B. LE BILINGUISME OFFICIEL
silence à Palmyre ? Sans doute pas, mais il faut plutôt
conclure que Palmyre n'a connu qu'un titre, celui de L'aspect le plus original de Palmyre quand on l'observe
Métrokolônia. Néanmoins l'utilisation de l'ethnique du point de vue de l'historien de Rome est le bilinguisme
'Aopu:xvoç llaÀ�LUpT)V0Ç 93 prouve qu'on attachait quand officiel de la cité, jusqu'à la fin du me siècle. Il n'est pas la
même une certaine importance aux appellations honorifiques, marque d'une éventuelle réaction anti-romaine, mais il est
au moins d'origine impériale. Mais comme le rappelle constitutif de l'identité de la cité. La langue et l'écriture
M. Sartre (1996a, p. 393), il serait fort étonnant que, si araméennes sont utilisées avant l'arrivée de Rome, d'abord
Palmyre était devenue au même moment une cité libre, elle seules puis en concurrence avec le grec. Celui-ci prend certes
n'ait pas fait état de cette qualité sur les documents officiels. beaucoup d'importance au ne siècle, mais sans jamais
C'est peut-être en raison du contexte particulier dans remplacer totalement l'araméen. Même à cette époque, on
lequel se trouve la cité, qu'elle n'a jamais eu de relations trouve toujours des inscriptions entièrement en araméen dans
suivies avec d'autres cités. C'est justement la proximité et le domaine public. Certes, on distingue avec raison
le nombre élevé de cités de taille approximativement l'épigraphie privée principalement funéraire et religieuse
semblables qui fait la particularité de l'Asie Mineure. Cette (dédicaces au dieu anonyme en particulier), qui serait
concurrence proche a peut-être manqué à Palmyre pour majoritairement araméenne, de l'épigraphie civique, surtout
pouvoir participer à la compétition et à l' agôn si bilingue.
caractéristiques du monde grec. Le schéma est sans aucun doute assez vrai dans
On s'intéressera de plus près aux raisons pour lesquelles l'ensemble. Mais comme tout schéma, il a l'inconvénient
des honneurs sont décernés à des citoyens dans le chapitre de dissimuler une foule de nuances. Il est intéressant
sur l'évergétisme (chapitre 1v). On peut se contenter, pour justement d'essayer de comprendre comment fonctionnait
l'instant, de quelques remarques sur la forme que prennent ce bilinguisme et quelles étaient les nuances qui faisaient
ces honneurs. Il s'agit toujours de statues ou de récompenses préférer, dans certains cas, l'emploi du grec, et dans d'autres,
honorifiques, telle la proèdrie, mais on ne retrouve pas les celui de l'araméen.

93 - lnF X, 38 (131 apr. J.-C.), mais aussi clans des inscriptions découvertes (voir respectivement AE 1984, 925 et SEC 34, 1585). En palmyrénien, la
ailleurs en Syrie (WADDINGTON 2440 à Ahiré en Trachonicle), à Rome (C/S formule est transcrite à la première ligne du texte du Tarif (I, 1, au-dessus
3902), ou en Égypte: textes de Coptos: A. BERNAND, 1984, n°' 85 et 103 des colonnes 1-3): hd1yn' tdmr.
24 Les notables de Palmyre

J. Cantineau a exposé sa théorie clans sa Grammaire du qui doit guider quand on veut tenter d'identifier la langue
palmyrénien épigraphique. Il y eut apparemment une originale. De plus, la relative brièveté de la plupart des textes
e
évolution : le grec était plus rare au I , siècle et était souvent empêche souvent de savoir quelle dédicace est le résumé de
un résumé du palmyrénien ; c'est ce dernier qui était le l'autre. La position la plus mesurée est celle de S. Broek. Il
résumé du premier à partir du II° siècle 94• Il faut pourtant montre la difficulté de reconnaître le texte original en prenant
bien souligner qu'à toutes les époques, on a des textes dont l'exemple du texte C/S 3921. Dans les deux versions, le contenu
le contenu est le même clans les deux langues, et qu'il est est identique (à l'exception de la date pourtant) mais la
souvent bien difficile de savoir quelle est la langue originale phraséologie est différente 97•
(par exemple C/S 3925 de 17, C/S 3931 de 139, ou C/S 3936 Il est néanmoins difficile de donner un traitement
de 257). Dans un article récent, H. J. W. Drijvers est revenu entièrement cohérent du bilinguisme de Palmyre, même si
sur ce thème et a étudié les techniques de traduction, en on en reste aux documents officiels 98• Comme l'a rappelé à
s'intéressant en particulier aux inscriptions honorifiques. plusieurs reprises F. Millar, Palmyre offre pratiquement la
Selon lui, il est clair que les versions palmyréniennes sont seule image d'une cité qui était à la fois sémitique, grecque
des essais de traduction littérale des textes grecs, qui et aussi romaine, au moins à l'époque de la colonie. Mais
essaieraient de rendre au mieux les différentes tournures les langues d'expression de cette triple culture étaient
idiomatiques. Cela aurait pour conséquence de forcer la seulement l'araméen et le grec, et les quelques textes latins
syntaxe et le vocabulaire correct en araméen et aboutirait à connus sont tous antérieurs au changement de statut de la
des formulations parfois incorrectes 95• ville 99• Les cas de figure sont très différents selon les
Cette théorie est peut-être convaincante pour certains contextes, les époques et sans doute les personnalités des
des exemples cités par l'auteur (voir plus haut), mais ne tient déclicants et des gens honorés.
pas compte du fait qu'on connaît beaucoup mieux la syntaxe
du grec que celle de l'araméen : certaines formules
1. LE LATIN À pALMYRE
idiomatiques peuvent sembler bizarres ou grammaticalement
incorrectes, simplement parce qu'elles ne sont pas attestées La question du trilinguisme 100 et de l'utilisation du latin
clans le corpus de l'araméen connu à l'heure actuelle 96• est plus simple car l'épigraphie latine de Palmyre compte
D'autre part, les Palmyréniens qui ont rédigé les textes grecs un peu moins de quarante textes, certains extrêmement
savaient cette langue, mais cette connaissance avait parfois des fragmentaires (voir tableau en annexe VII). Le groupe le
limites. C'est ce qu'on a essayé de montrer plus haut en mettant plus important est constitué par des textes qui sont à mettre
l'accent sur le caractère très stéréotypé du vocabulaire employé en rapport avec la garnison de Palmyre : ce sont
dans la plupart des cas. De grands pans du vocabulaire principalement les épitaphes de militaires et de gens qui en
honorifique grec n'apparaissent presque pas dans l'épigraphie dépendaient. On les a retrouvées surtout clans la nécropole
de Palmyre. Le vocabulaire qui apparaît a été en grande partie nord de la ville ; il faut ajouter à ce groupe les textes militaires
intégré par divers procédés (calque, traduction ... ) au vocabulaire proprement dits 101 et les dédicaces impériales latines qui sont
araméen. Mais cela ne signifie pas que les textes eux-mêmes le fait de militaires romains. On regroupera aussi un certain
soient des calques. On a très bien pu utiliser des mots pris au nombre de dédicaces de construction, assez difficilement
grec pour rédiger des décrets en araméen, avant de procéder à étucliables (les quatre derniers textes du tableau).
une sorte de rétroversion pour obtenir un texte grec. Sauf dans Il reste en fait un petit nombre d'inscriptions
le cas d'exceptions flagrantes, c'est plus le contenu que la forme honorifiques en latin (les cinq premières du tableau), qui en

94 - J. CANTINEAU, 1935, p. 5. Il faut toutefois souligner la prudence de Wahballat, fils de Manaî, qu'ont faite pour lui le Conseil et le Peuple, en son
J. Cantineau, qui rappelle la fréquence des inscriptions rédigées en honneur. Cette statue a été érigée au mois de[ ....], l'année 432»).
palmyrénien seulement, à toutes les époques. 98 - Le terme «officiel» lui-même appellerait un commentaire. en
95 - H. J. W. DRI.JVERS, 1995a, p. 31-42 ; par exemple. p. 38:«The Aramaic particulier à cause du nombre de textes honorifiques dont les clédicants
is a litteral translation of the Greek, b11t the res11lt qf the Ferbum e verbo sont des particuliers. On verra aussi au dernier chapitre qu'il est possible
rendering is o grammatically incorrect sentence» (à propos des lignes 15 que les inscriptions de fondation et de concession des tombeaux de famille
du grec et 8 de l'araméen du texte qu'il publie p. 34-36). Mais. comme me ne soient en fait que des extraits d · actes officiels conservés dans les archives
l'ont fait remarquer J. Teixiclor et F. Briquel-Chatonnet. que je remercie publiques.
pour cette indication, alors que H. J. W. Drijvers note que «One would 99 - F. MILLAR. 1990, p. 42 ; 1993. p. 327 et 1995, p. 409 et 414.
expect at least the preposition I be.fore the i,lfïnitive ml)( », cette préposition 100 - Voir dernièrement sur ces textes, F. MrLLAR, 1995, p. 409-414 ; il faut
est bien lisible sur la photo qu'il publie (voir ici fig. 20) ! ajouter cieux textes aux cinq qu'il cite: une découverte récente. publiée par
96 - On verra au chapitre II pour l'onomastique le même genre de M. Gawlikowski et Kh. As'ad dans !MP, n" 113, et un texte anciennement
phénomène: on connaît trop mal l'araméen pour être sür qu'un nom connu, mais récemment réédité et complété, même s'il reste mystérieux
sémitique qui n'est pas attesté en araméen n'a pas existé. (lnv IX, 5 repris par Z. T. FIEMA, 1986, p. 81-83); il s'agit d'un texte en
97 - S. BRocK, 1979, p. 69-87: 'H �ouÀ.17 KO'.Î. 6 8iiµoç MaÀ.1xov rapport avec la construction du temple de Bel.
Oua�O'.À.À.0'.0ou îOÛ Mavvawu îEl�L17ç XCY.Plv et .5]111' dnh dy mlkw br I O1 - Comme le texte publié par H. SEYRIG, 1933a. p. I 64, n" 8: il
whblt br m'ny dy 'b{d]w lh bwl' wclms lyqrh qm 0Jm' dnhb[y1)1 .... ] fol commémore l'établissement d'un champ de manœuvres du camp romain.
[CCJCCXXXII («Le Conseil et le Peuple[honorent] Malikü, fils de Wahballat, On ajoutera à ce groupe les quelques dédicaces à des divinités faites par
fils de Manaî, en témoignage d'honneur» et«Cette statue de Malikü, fils de des militaires. Certaines sont assez lacunaires.
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre 25

général font intervenir des notables de Palmyre. Il est cela explique qu'on use du palmyrénien, mais non qu'on y
remarquable que quatre de ces textes aient été retrouvés dans joigne deux textes, dont un latin.
l'agora. On reviendra plus loin sur le premier de la liste, Il s'agit en effet d'un des exemples les plus tardifs de
après quelques remarques rapides. Le seul texte bilingue l'usage de cette langue à Palmyre, dans un contexte non
latin-araméen ( CIS 3962 = lnv 17) est une dédicace militaire. si on comprend généralement l'usage du latin
honorifique à un centurion de l'armée romaine, qui se dans les textes qu'on vient de citer, en particulier à cause de
trouvait en garnison en Syrie, et qui avait dû avoir affaire la personnalité de l'honoré, il est curieux que L. Antonins
aux Palmyréniens aux alentours de l'Euphrate 102• Le même Kallistratos soit tellement attaché au trilinguisme, alors qu'il
personnage a reçu une autre dédicace (lnv X, 22), en latin est lui-même originaire de la partie grecque de l'Empire.
seulement. Les deux dédicants sont des Palmyréniens, un Les bilingues grec-palmyrénien sont tout à fait habituelles.
certain Saturninus-Elahbel dans le premier cas, et un certain On comprend aussi qu'on honore un militaire romain par un
Taimi... dans le deuxième. Saturninus appartient peut-être à texte latin, éventuellement araméen-latin si le dédicant est
la grande famille d'Elahbel 103, et la lacune est trop importante palmyrénien 1n9• Ce qu'il faut expliquer dans ce cas, comme
pour qu'on puisse identifier le second personnage. D'après dans celui de la plupart des trilingues, est l'usage du latin,
le lieu de découverte (agora) il est probable que la dédicace concurremment aux deux autres langues. En effet, il n'y a
Inv 25 à un préfet de cohorte a été elle aussi faite par un pas à Palmyre d'exemple de bilingues grec-latin, un type de
Palmyrénien. Quelques textes grecs du même endroit texte qui existe pourtant dans le reste de l'Empire.
présentent un cas de figure identique (dédicace à un militaire Contrairement à ce qui se passe ailleurs, le latin ne vient
par un Palmyrénien) 10 -i_
pas s'ajouter à une épigraphie grecque déjà ancrée dans les
Le seul texte de l'agora qui soit trilingue (lnv X, 113) mœurs, mais arrive seulement un peu après le grec qui venait
est une dédicace à un publicain par son agent (npcxywx1E1m1ç concurrencer une première langue, l'araméen, dont les
ou actor), en 174. Les deux personnages portent des noms premiers témoignages écrits remontent au moins au milieu
gréco-latins (Lucius Antonins Kallistratos et Galenus). Le du l°' siècle av. J.-C. 110• Au moment de l'anivée de Rome à
publicain est citoyen romain, originaire de la partie grecque Palmyre, il y avait déjà eu des inscriptions grecques 111, mais
de l'Empire et appartient sans doute au même milieu social on peut difficilement dire qu'il existait une tradition
que son collègue Marcus Aemilius Marcianus Asklépiadès, épigraphique grecque fortement implantée. Ce fait peut
bouleute d'Antioche et publicain (lnv X, 29) \Ils. Son agent, expliquer les premiers textes latins, mais la situation a
Galenus, est sans doute un affranchi. Un autre texte t1ilingue, beaucoup évolué quand ont été gravées les deux inscriptions
quoique lacunaire, semble mentionner le même personnage, qui mentionnent L. Antonins Kallistratos. Elles posent donc
puisque le texte grec porte le prénom AouKrnç et qu'on a le un problème difficile à résoudre.
nom 'ntnys q[. ..] en araméen, qu'on peut aisément restituer
q[lstrts] 106• La date (176) est donnée par le texte grec, selon
2. LES PREMIERS TEXTES GRECS ET LE TRILINGUISME
l'ère séleucide, mais aussi par le latin avec la date consulaire,
une rareté à Palmyre. Il est curieux que ce personnage ait eu Du point de vue épigraphique aussi, Palmyre semble
besoin de faire graver les textes qui le concernent en latin avoir été un peu à l'écart du monde hellénisé, au moins en
aussi, à un moment où cette langue était devenue rare. Il marge, même si la ville était en contact avec la Mésopotamie
était vraisemblablement bien intégré dans la ville et où existait un certain nombre de cités aux communautés
participait à ses coutumes religieuses, ce que montrerait grecques importantes. Le texte CIS 3924, dédié par des
l'utilisation en latin du mot gub, qui est apparemment une commerçants palmyréniens et grecs de Séleucie, prouve
translittération du mot araméen gby' qui signifie qu'au moment même de l'aiTivée de Germanicus à Palmyre,
« cratère» 11n. Ce serait l'objet d'un don fait à une divinité \()8. il existait des rapports avec les Grecs de Mésopotamie. Mais
Comme le prouvent les autres textes religieux, il s'agit d'un les textes grecs ne sont pas nombreux avant cette date, et la
domaine assez fortement marqué par les coutumes locales ; tradition épigraphique grecque de Palmyre ne commence

102 - Voir H. SEYRIG,1941b,p. 236-240. 108 - Les autres exemples sont le texte Inv XII, 39 (dédicace à Aglibôl et
103 - DFD. p. 245 ; sur cette famille et ce Saturninus,voir chapitre vr. Malakbel) et le texte publié par F. Briquel-Chatonnet, une dédicace pour
104 - Ce sont les textes Inv X, 1, 81, 99, 108, 117, 125 et 128. Le texte « les génies,dieux bons ».
lnl' X, 79 est une dédicace à un officier, peut-être palmyrénien, par les 109 - Qu'il n'y ait qu'un seul exemple de ce type de texte prouve seulement
hommes de sa uexillatio. L'exception n'est qu'apparente, car ces soldats que, même dans les rapports entre indigènes et autorités de l'Empire, le
sont sans doute des Palmyréniens engagés dans l'armée romaine. Enfin,on grec était la langue de communication de l'Empire en Orient.
peut ajouter à la liste Jm, IX,22,dont le dédicant est sûrement palmyrénien. 110-InvXI, 100 de 44 av.J.-C.J. T. Milik(DFD,p. 172-173)propose de
105 - H. SEYRIG,1941b, p. 263-266. remonter la date du texte InvXI,87 jusqu'à 82 av. J.-C., ce qui en ferait le
106 - Kh. As' AD etJ. TEIXIDOR,1985a, p. 279,n° 9. texte le plus ancien connu. Mais cette date repose sur une restitution, qui
107 - Voir Kh. As'AD etJ. TEIXIDOR,1985a, p. 279-280 ; dernièrement une est peut-être discutable.
nouvelle attestation du terme a été publiée par F. 8RIQUEL-CHATONNET,1995a, 111 - H. SEYRJG,1939,p. 321-322,11"' 27-28.
p. 155.
26 Les notables de Palmyre

véritablement qu'avec ces quelques textes datés entre 1 7 et soulignée, avec toutes les limites que cela suppose. Il est
25 apr. J.-C. 112• possible d'ailleurs que ce soit pour cette raison précisément
Il est d'ailleurs remarquable que des membres des qu'on n'ait pas jugé utile d'ajouter une version grecque pour
mêmes familles soient attestés par des inscriptions ces textes, au moment où il a fallu les regraver, au u" siècle.
araméennes, aussi bien que par des bilingues. C'est un En fait, si l'on tient compte des remarques de H. Seyrig, les
phénomène qui marque toute l'histoire de Palmyre, et il trilingues seraient parmi les premiers textes grecs de Palmyre.
débute avec les premières inscriptions de la ville. Ainsi Enfin, ce rapide bilan de l'épigraphie grecque de
Hashash, fils de Neshâ (bss br ns' br bwlb' i)ss) de la famille Palmyre avant le milieu du 1"' siècle ne doit pas négliger deux
des Benê Hashash est remercié par deux tribus en 21, donc dédicaces religieuses datées respectivement de 30-31 et de
après le passage de Germanicus. Le texte est seulement en 39 apr. J.-C. 120• Il existe, en ce qui concerne les textes
araméen (C/S 3915 = Inv IX, 13) 113• En même temps, son honorifiques grecs, une lacune chronologique entre 25 et 51
frère Malikû est honoré par deux textes bfüngues qui sont (voir en annexe VI, une liste des textes honorifiques bilingues
justement les premières attestations du Mi µo ç des du {' siècle), et il est intéressant de voir que pendant cette
Palmyréniens (lnv IX, Il et 12 de 24 et 25 apr. J.-C.). Il n'y période on trouvait encore nécessaire d'utiliser cette langue.
a sans doute rien que de très naturel à ce que le premier Il est curieux que ce soit dans le domaine de la religion qu'on
texte qui fasse allusion à une institution d'origine grecque la trouve attestée, mais le premier texte grec daté (6 av. J.-C.)
(?) à Palmyre soit aussi dans cette langue. Il y a concomitance était lui aussi une dédicace à une divinité. On pourra
entre l'utilisation de la langue grecque et l'adoption s'interroger sur ce qui a poussé à utiliser cette langue à ce
d'institutions de la même origine, mais il n'est pas possible moment, alors qu'on attendrait plutôt le palmyrénien dans
de dire dans quel sens le mouvement s'est fait. Le texte un contexte religieux, comme les textes du sanctuaire de
Inv IX, l l est d'ailleurs fort probablement le résultat du Baalshamîn l'attestent amplement. Un phénomène de mode,
rapprochement de deux textes séparés à l'origine 114• comme pour les textes honorifiques, a peut-être joué un
Au même moment, un certain nombre de textes certain rôle.
araméens sont dédiés à diverses personnes, en particulier Le texte publié par H. Seyrig est une dédicace au Soleil
dans les deux sanctuaires de Bel (lnv IX, 7 de 24 ; CIS 3922 ('HÀiw1 820 �t2yicr1:w1) en accomplissement d'un vœu
de 28) et de Baalshamîn (BS n" 10 de 23 et n" 37 de 32). Là (2ùx1iv). L'onomastique du dédicant est sans doute une
encore, il semble assez naturel que ces textes de nature indication, car il se nomme MÔ'.pKoç KÀŒÛô10ç, sans doute
religieuse 115 ou privée 116 aient été rédigés dans la langue d'origine étrangère. Comme le remarquait H. Seyrig, l'image
locale, sans passer par le grec. Celui-ci est au contraire utilisé ressemble à celle d'Aglibôl sur les poutres du temple de
dans des textes de nature publique, qui concernent parfois Bel 121, mais il est dédié explicitement à Hélios (fig. 5).
des gens étrangers à Palmyre ( CIS 3924) 117• L'ensemble du monument d'ailleurs pose des problèmes
Il est vrai qu'une autre hypothèse peut être avancée, en iconographiques qui incitent à la prudence. De plus, la pierre
tenant compte du fait que les textes datés du 1"' siècle dans le proviendrait de Homs 122, ce qui fait qu'on peut se demander
sanctuaire de Bel sont en fait des regravures d'inscriptions s'ii s'agit vraiment d'un relief de Palmyre, ou seulement
plus anciennes 118• Comme H. Seyrig l'a remarqué, il est « de style palmyrénien ». Il faut sans doute mettre en rapport
possible que le grec ait été ajouté au moment où l'on regravait le nom même d'Hélios avec la probable origine romaine
les textes sur leur support actuel, pour satisfaire à la mode (ou grecque) du dédicant. L'image est en revanche celle d'un
de cette langue 119• Reste que la correspondance assez grande dieu solaire local, que Marcus Claudius aurait appelé Hélios
entre textes privés et utilisation de 1' araméen mérite d'être par une inte,pretatio graeca assez naturelle. Il aurait ainsi

I I 2 - Outre les deux textes « hellénistiques» cités supra, le texte grec le néanmoins qu'à Palmyre, comme ailleurs souvent, il est impossible de
plus ancien de Palmyre semble être une dédicace à Allât et Artémis, datée trouver un système totalement cohérent qui pourrait expliquer toutes les
(?) de 6 av. J.-C. (306 de l'ère séleucide). On y reviendra plus bas. Ensuite, variations par rapport à une règle qu· on voudrait stricte. Il est possible que
le premier texte (daté) dans une langue non sémitique est /m 1 IX, 2, une le grec ait été employé clans ce cas pour des raisons de parallélisme avec le
dédicace latine à Germanicus par un légat de légion (clone entre 14 et I 9 texte CIS 3924. ou en raison de liens de la famille avec le monde
apr. J.-C.). hellénophone. [] faut noter aussi la présence de l'ethnique ncû1.�tup11voç
I 13 - Le texte grec, que la tradition lui accolait faussement depuis la copie dans le texte grec. après le nom du père. On reviendra plus loin sur ce fait.
de R. Wood. appartient en fait au texte /111 1 IX. l l. comme ra montré ainsi que sur cl' autres textes du même genre.
J. Cantineau, lnv IX, p. 20 et 23. 118 - J. Cantineau clans /111• IX, p. 17-29. Voir le tableau des inscriptions
114 - De plus la remarque de H. Seyrig, citée plus bas, à propos des honorifiques bilingues du I'' siècle en annexe VI.
regravures, invite à la prudence. 119 - Cité par C. Dunant, BS, p. 12.
115 - Le texte BS n" 10 est une dédicace qui commémore la construction de 120 - H. SEYRIG, 1959, p. 58 (AE 1960, 403; la pierre est aujourd'hui au
colonnes et le n" 37 était« destiné à récompenser un acte de piété envers le musée de Damas n" inv. 7939), et J. CANTINEAU, I 938, p. 78, n" 31.
sanctuaire», selon le commentaire de C. Dunant (BS, p. 49). I 21 - Dont il est presque exactement contemporain. C'est le seul texte
I 16 - ln\! IX, 7 et CIS 3922 (= 1111' IX, 9) sont des dédicaces à un père par palmyrénien où l'iota du datif soit adscrit (deux sur trois: 'HÀlCül 0ECJ)
ses enfants. µ2yicrtco1).
117 - Le texte CIS 3925 est une dédicace bilingue au même personnage, 122 - Voir Sculptures of Pa/myro I, p. 22 avec l'illustration n" 121.
par son fils, ce qui semble contredire cette théorie. Il faut remarquer
Chapitre 1: L'identité civique de Palmyre 27

préféré ce nom qu'il connaissait aux éventuels Aglibôl, la cité 127, mais il s'agit aussi de l'unique attestation de l'usage
Iarhibôl ou Baalshamîn qui apparaissent dans les textes du latin par cette même assemblée. Tous les autres textes
gravés sur des monuments semblables. Cette hypothèse, bien latins retrouvés à Palmyre sont le fait de militaires ou de
qu'invérifiable, permettrait aussi d'expliquer l'inscription particuliers.
gravée en grec uniquement sur ce monument étrange. L'arrivée de Rome à Palmyre et les bouleversements
La question est plus curieuse pour l'autel publié en 1938 qui s'en sont suivis sont peut-être à l'origine de la position
par J. Cantin eau. En effet, la version palmyrénienne de ce sociale de Haîran. De son point de vue particulier, on peut
texte est beaucoup plus longue que le texte grec. Il s'agit croire que l'utilisation du grec et du latin est une
d'une dédicace au dieu El-Qônerâ 123 («El créateur de la manifestation d'un rapport privilégié entretenu avec les
terre»), traduite simplement par la formule TI00n8éôv1 8Ecp autorités romaines. Cela n'est d'ailleurs pas contradictoire
(«au dieu Poséidon»). On ne reviendra pas sur la question avec l'interprétation que F. Millar donne du texte funéraire
de l'assimilation des deux noms divins. Ce qui est étonnant, relatif au même personnage 128• Ce qui était en effet
c'est que ce personnage au nom tout à fait araméen ait exhibitionnisme envers ses concitoyens pouvait aussi servir
ressenti le besoin de traduire sa dédicace, même de manière à Haîran de manifestation de loyalisme vis-à-vis des
très résumée rn_ Mais les contacts avec Rome sont déjà Romains.
anciens en 39, même s'ils ne sont peut-être qu'épisodiques. Le personnage manifeste un certain attachement à Rome,
La présence de Grecs de Syrie ou de Mésopotamie est aussi d'une manière qui semble généralement l'apanage des
probable, elle peut expliquer ce texte, comme celui de fonctionnaires romains qui veulent s'intégrer à la société de
6 av. J.-C. qui assimile Artémis à la déesse d'origine arabe, l'oasis, puisque deux des textes qui le concernent sont des
Allât 125• Il s'agit d'un autel, décoré avec des volutes ioniques inscriptions trilingues. Sur les cinq autres textes trilingues
et un bucrane, qui porte l'inscription AÀÀa811 T[E Kat connus, trois concernent presque sûrement des fonctionnaires
'A]p1É�L18[1] («À Allât, qui est aussi Artémis » ). On romains, sans doute liés au fisc impérial 12'1, et un quatrième
remarquera que la décoration semble clairement influencée a de fortes chances de concerner un personnage du même
par des modes occidentales, en particulier le bucrane, comme genre 130• On voit donc l'importance que peuvent avoir ces
par exem ple sur l'Ara Pacis, presque exactement textes dans la définition des liens entre Palmyre et l'Empire.
contemporain (9 av. J.-C.). Il ne semble pas que cette En fait, on peut même se demander s'il n'y a pas là
dédicace ait été bilingue, on aurait donc là un exemple très l'ébauche d'une tradition qui a été interrompue. Palmyre
ancien, peut-être adressé spécialement à (ou par) des aurait pu être une ville trilingue, ce qui était sans doute trop
étrangers de passage à Palmyre. compliqué, et comme cela arriva même dans les colonies
On reviendra dans le chapitre VI sur les cas de trilingues romaines d'Asie Mineure, le grec a fini par supplanter le
dans un contexte funéraire. Mais on voit dans le tableau (voir latin 131• Le texte émane d'ailleurs des autorités de la ville,
annexe VI) qu'il s'agit d'une mode extrêmement limitée dans pas de la personne honorée. On imagine pourtant que la
1
le temps (années cinquante du 1" siècle). L'autre texte personnalité de ce dernier a pu jouer dans le choix de la
trilingue de cette période date d'av1il 7 4 et honore Haîran forme utilisée pour lui rendre hommage.
bar Bônnê. Il s'agit de la première mention de la Boulè de Ce qui est patent néanmoins à la lecture de cette trilingue
Palmyre. La version grecque semble primer puisque le terme est que la version latine n'est qu'un résumé des autres textes.
est translittéré dans les deux autres versions. Mais comme Les concepts utilisés sont grecs, comme la Boulè. Le thème
l'a noté F. Millar 126, la version latine translittère aussi le mot de l'amour de la patrie (qnÀonmp1ç), tout à fait classique
philopatris, alors que le palmyrénien utilise une périphrase dans l'épigraphie grecque, ne lui est bien sûr pas propre,
pour le traduire (rbym mdynth, « qui aime sa ville »). mais il est exprimé dans cette langue, sans doute parce que
Avant de revenir sur les questions de vocabulaire et de c'est par cet intermédiaire qu'il est parvenu à Palmyre. Le
traduction, il faut ajouter une remarque à propos du texte. seul ajout dans le latin est la précision de l'ethnique
Ce n'est pas seulement la première mention du Conseil de Palmyrenorwn après le Conseil et la Cité, pour une raison

123 - J. Cantineau ( 1938. p. 78, n'' 31) lisait 'Jqwnd' au lieu de 'Jqwnr'. La p. 137) « might be taken as a piece of'exhibitio11is111 by a promi11e11t citizen
lecture est corrigée par A. Caquot, RTP, p. 181. Sur cette divinité, voir in the early period of Ro111cm do111inatio11 ».
J. TEIXIDOR, ]979, p. 25-28. 129 - Voir les textes lnl' X, 113 et Kh. As'AD et J. TEIXIDOR, 1985a, p. 271,
124 - Tl s'appelle mqymw br khylw br ::,bdbl [dy] mtqrh br ::,bydy (Moqîmû, n" 9 cités ci-dessus à propos cle L. Antonins Kallistratos, fonctionnaire clu
fils de Kohaîlû, fils de Zabdibel, qui est surnommé Bar Zebîdaî) et dit quart; IMP, 11° 113 est l'inscription cle fondation clu tombeau cle deux
appartenir à la tribu des Benê Gaddîbôl (dy 11111 pbd bny [gd]ybwl). affranchis en rapport avec le fisc (voir chapitre vr).
125 - H. J. W. DRUVERS, 1978, p. 340; sur l'identification entre Allât et 130 - CIS 4235 concerne un certain Lucius Speclius Chrysanthus qui n'est
Artémis, dont c'est l'unique témoignage, voir M. GAWUKOWSKI, 1990a, sans cloute pas originaire de Palmyre et que le service cle l'Empire aurait
p. 2640. conduit clans cette ville, où il se fait enterrer. Mais F. MILLAR, 1993, p. 324,
126 - F. MrLLAR, ]995, p. 413. pense avec raison qu'il peut aussi bien être un publicain travaillant pour Le
127 - Comme l'avait déjà noté J. Cantineau (1933, p. 176). fisc romain, qu'un fermier au service cle la cité.
128 - F. MILLAR, 1995, p. 413, pense que le texte cle 52 (M. RüD[NSON, 1950, 131 - M. SARTRE, ]995, p. 212.
28 Les notables de Palmyre

qu'on ignore (peut-être la reprise d'une expression de textes M. G. BertinelliAngeli, que c'est par cet intermédiaire qu'ils
officiels en latin). Il semble bien qu'ensuite, pour les textes sont arrivés ensuite en palmyrénien 138• Néanmoins, la
bilingues qui émanent des organes institutionnels de la cité, question mérite d'être posée, car les habitants de Palmyre
le schéma soit grosso modo le même. Même quand la version étaient en contact direct avec des soldats romains, dont la
araméenne est plus détaillée, le vocabulaire institutionnel et langue était le latin. Les textes qui émanent de la garnison
politique est inspiré du grec et même à l'époque de la colonie, de la ville le prouvent. La transcription du terme latin ala
le vocabulaire latin passe souvent par le filtre du grec avant est en grec EÏÀ17 ou ÏÀ17 et '1' en araméen, l'origine de ce
d'arriver dans les inscriptions araméennes. C'est ainsi que dernier peut-être aussi bien le grec que le latin et même plutôt
le terme bthporcoç, traduction du procurator latin est celui-ci. Le terme est certes attesté dans le texte Jnv X, 128,
simplement transcrit en araméen par 'ppp' 132• bilingue grec-palmyrénien. S'il était prouvé que la version
originale du texte était le grec, cela pourrait éventuellement
indiquer que le terme a été calqué sur la transcription grecque.
3. LE VOCABULAIRE OFFICIEL DES CITÉS SÉMITIQUES
Mais je ne sais pas si la question est susceptible d'être réglée.
L'adaptation du vocabulaire institutionnel romain par La deuxième voie pour adapter les termes gréco-latins
les langues sémitiques et en particulier le palmyrénien a été était de leur trouver des équivalents en araméen. On a vu
étudiée par M. G. Bertinelli Angeli 133• F. Rosenthal et que cela avait été fait pour des qualificatifs comme
J. Cantineau, en leur temps, avaient aussi donné des listes <)nÀ0TCaîplç OU EÙCTE�llÇ. Il en était de même pour le
1
du vocabulaire adapté du grec "�. vocabulaire institutionnel. Il y avait en fait au moins deux
En fait, plusieurs cas de figure se présentent, avec des possibilités différentes. La première était de créer un calque
variations souvent sans raison apparente. Le plus simple est du terme à adapter, en utilisant un ou plusieurs mots araméens
bien sûr la simple translittération. BouÀ17 devient bwl' en qui avaient la même signification au sens premier, mais ne
araméen, dès le I °r siècle, mais au n( siècle par exemple, le possédaient pas le sens spécialisé acquis par le vocable. Le
grec crnyKÀ17nK6ç (senator en latin) est adapté en snqltyq'. meilleur exemple qui vienne à l'esprit est l'utilisation du
Comme on vient de le dire, c'est généralement du vocabulaire mot nhyr', « brillant, lumineux» pour traduire le titre de
grec que s'inspirent les Palmyréniens, même quand la clarissimus, devenu en grec, par le même procédé de calque
fonction est romaine à l'origine. C'est le cas pour le mot Àa�mp61a1oç. Un autre cas clair est fourni par l'inscription
cr1pœn7y6ç translittéré 'strtg. Comme l'a montré encore ES n" 51 : à la place de la transcription 'l' du mot latin a/a,
dernièrement M. Sartre, ce terme pouvait désigner à Palmyre on a le mot araméen 'br qui signifie à l'origine« aile » (d'un
soit des responsables militaires (magistrats ?), soit à partir oiseau) ; c'est ce sens premier qui est attesté en syriaque,
de la transformation en colonie, l'équivalent des duumuiri par exemple u9• C'est sans doute par un processus de ce genre
des colonies de langue latine rn_ M. G. Bertinelli Angeli qu'a été créé le mot rbym mdyth qui sert à traduire
pousse sans doute trop loin l'analyse quand elle argue que <)nÀ6rca1piç. Le fait que ces mots ne soient pas normalement
l'utilisation du terme avant la colonie pour désigner des utilisés en araméen dans ce sens, ou que l'expression soit
charges locales a préparé le terrain à l'emploi de cr1pa117Y6ç créée pour l'occasion, est ce qui distingue ce procédé du
pour désigner les premiers magistrats de la colonie 136• suivant.
Comme on le sait depuis longtemps, il s'agit en fait de la Il existe en effet une autre manière d'adapter le
version normale du terme en grec. vocabulaire étranger, il suffit de renommer des fonctions
Il existe cependant des mots latins utilisés par le d'origine grecque ou latine avec des noms de fonctions qui
palmyrénien en translittération 137; en général, il s'agit de existent déjà dans la langue locale. C'est ce qui se passe
vocabulaire militaire, et dans une moindre mesure de dans les cités d'Afrique du Nord où le mot duumuir devient
vocabulaire administratif. Une remarque s'impose. Tous ces spt (suffète), parce que les deux fonctions ont beaucoup de
mots latins existent aussi en grec et on peut croire, avec points communs. Il est clair que plus les mots sont courants,

132 - Voir par exemple dans le texte C/S 3939. fomi!ior ») ; pour les titres cl'Odainat et de sa famille, dans une période de
133 -M. G. BERTINELLI ANGEL!. 1970. mutations, la situation est un peu plus compliquée (voir chapitre 1v ). même
134 - F. RoSENTHAL, 1936, p. 91-92 etJ. CANTINEAU, 1935. p. 154-157 (où s'il est possible que les cieux termes soient deux traductions d'un même
26 des 46 mots cités se rapportent à l'organisation administrative,politique titre. Savoir sïl s'agit bien d'une fonction confiée par un empereur est un
et sociale). Un débat récent a opposé les tenants d'une grande régularité autre problème.
clans la traduction des termes administratifs grecs et romains (S. SwAJN, 135 -M. SARTRE. 1996a, p. 391-392 et 394-395 (voir ici le chapitre III oü
1993, p. 161. mais il fait, p. 159, une exception pour les termes militaires) cette question est développée).
à ceux qui pensent que, clans le domaine de l'administration impériale au 136 -M. G. BERTINELLI ANGEL!, 1970, p. 66-67.
moins, on trouve un certain nombre d'irrégularités (D. S. PoTTER, 1996, 137 -J. CANTINEAU,1935,p. ]57,etM. G. BERTINELLIANGELI, 1970.p. 76-83
p. 273). Ce débat tourne en fait autour de l'interprétation correcte des termes qui donne un certain nombre d'exemples.
mtqnn' (pour Oclainat, C/S 3946) et 'pnrt/' (pour Wahballat, C/S 3971). Il 138 -M. G. BERTINELLIANGELI, 1970, p. 79, à propos du mot lgywn, adapté
semble assez sûr que, pour les termes qui concernent l'administration de la du grec Àqu.!Jv.
ville, les traductions sont très régulières (cf. D. S. PoTTER, 1993, p. 273: 139 - Pour la question du statut exact de l'unité ainsi désignée, voir le
« with greater consistency in the case cd' institutions that are more chapitre 111.
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre 29

plus ce phénomène, qui est celui de la véritable traduction, Les termes dont on a noté la récurrence dans les
est facile. Il est par exemple inutile de translittérer des mots inscriptions palmyréniennes (<)nÀÔrcmp1ç et EÙCTE�1iç en
comme deus ou 8EÔç, ou bien dominus, qu'un simple mrn particulier) apparaissent dès les premiers textes bilingues.
« notre maître» suffit à traduire. À Palmyre, on a par exemple Des textes palmyréniens accompagnent presque
rb swq qui est l'équivalent d'àyopavôµoç_ Conune le note systématiquement les inscriptions honorifiques grecques,
M. G. Bertinelli Angeli 1·H1, il est probable que cela avec les réserves qu'on a pu signaler sur les phénomènes de
corresponde à une charge proprement indigène qu'on a fait regravure. Ce sont apparemment les textes qui concernent
rentrer dans le cadre des fonctions civiques. Dans ce cas, on Haîran, fils de Bônnê qui forment le premier groupe cohérent
traduit le mot et on adapte la fonction. de textes sûrement datables de la seconde moitié du 1 ' siècle. c

On trouvera dans l'ouvrage de M. G. Bertinelli Angeli Ce qui est remarquable, et du coup justifie amplement le
de multiples exemples de ces différents phénomènes, ainsi mot <)nÀÔrcœcp1ç qui apparaît précisément dans ces textes,
que les équivalences et les traductions du vocabulaire c'est le souci des Palmyréniens de toujours utiliser leur
institutionnel, ce qui explique qu'on ne s'y attarde pas ici. propre langue, en parallèle avec le grec, langue de culture
Néanmoins, il est utile de faire quelques remarques sur de l'Empire auquel ils appartiennent. Cette fierté de sa propre
certains mots. On étudiera en même temps que le commerce langue est un phénomène unique dans le monde romain par
de Palmyre le mot cmvofüâpx17ç et ses différentes traductions. son ampleur et sa durée.
Si sa construction est claire, le terme semble propre à Palmyre Néanmoins on peut trouver dès l'époque hellénistique
et il semble avoir été créé pour désigner ce que les textes des parallèles éclairants pour ce genre de phénomène.
araméens appellent parfois rb syrt'. On verra néanmoins que L'installation de Phéniciens dans le monde grec, et en
la question est plus difficile qu'il ne semble au premier abord particulier à Athènes, est un signe des relations commerciales
et que le témoignage des textes est parfois contradictoire. prospères entre les deux mondes, qui ont eu aussi des
Les variations chronologiques ne semblent pas jouer un conséquences culturelles. Un des exemples les plus parlants
grand rôle dans l'utilisation des différents procédés. On a, à peut-être est une inscription bilingue découverte au Pirée, et
la même époque, le dnis de Palmyre qui c01Tespond au 81î�Loç conservée maintenant au Louvre 143• La partie grecque est
et le rb mrzb' en face du crwmocr1âpx17ç. On translittère ce très courte (1:0 KOlV0V îWV LlôCOVlCOV �lOTCEl817v L18rov10v),
qui n'existe pas à Palmyre. On traduit les noms des fonctions alors que la version phénicienne est au contraire développée
existantes, quand il est inutile de créer des mots nouveaux et précise. Jusque là, il n'y a rien de bien étonnant pour un
qui feraient double emploi. Il est possible que ce ne soit texte qui émane d'une autorité phénicienne. Ce qui est
qu'à partir du me siècle qu'on commence à traduire des termes remarquable, c'est que le phénicien suit le formulaire des
comme Àa�LrcpÔ'-cm:oç, au lieu de les transcrire, comme on le inscriptions honorifiques grecques 144• En même temps, on
ferait pour des mots qu'on ne comprend pas totalement. Peut­ peut repérer dans ce texte certains détails qui permettent de
être maîtrise-t-on le grec un peu mieux et on peut alors jouer conclure qu'il a été«pensé en phénicien» 145, et qu'il porte
avec ses concepts 141• Néanmoins, au même moment, on l'empreinte de traditions propres aux Phéniciens 146• Cet
continue à transcrire une partie du vocabulaire ; la exemple a donc l'intérêt de rappeler que même dans les cas
comparaison entre l'équivalence q11sts - Kpâncrwç (pour où un formulaire grec est copié et transposé dans une langue
egregius qui désigne principalement les membres de l'ordre sémitique, cela ne signifie évidemment pas qu'on oublie ses
équestre), et l'équivalence nhyr' - Àa�mp61:œcoç prouve qu'il propres coutumes.
n'y avait pas de règle absolue. Il devait sembler plus bizarre Le bilinguisme de Palmyre et l'emploi du grec semblent
à un Palmyrénien d'entendre qu'on qualifiait quelqu'un de fort différents de ce qui se passe dans les cités d'Arabie
«fort» que de«brillant» dans ce sens honorifique. Le mot comme Pétra. Il faut noter la rareté des textes bilingues dans
qrtsts avait au moins l'avantage de l'exotisme, s'il n'était cette dernière ville, et l'utilisation rapide de termes
pas compréhensible immédiatement par tout le monde 142• institutionnels grecs (dans les inscriptions grecques), alors

140 - M. G. BERTINELL! ANGEL!, 1970. p. 67-68, 11. 4 . en grec une valeur presque officielle ; voir S. SwAIN, 1993, p. 160, n. 12).
141 - Plutôt que par une éventuelle réaction indigène que l'utilisation 143 - AO 4827. Le texte a été publié à plusieurs rep1ises: on peut citer
courante de ces termes vient contredire. Pourquoi se vanter d'être dernièrement J. TEIXIDOR, 1980b, p. 453-454 (repris par W. AMELING, 1990,
« clarissime», si on veut renoncer à tout ce qui est romain ? p. 190): J. C. L. GmsoN, 1982, p. 148-150, n"41. Le texte grec (cité par
142 - Mais le terme Kpcincrcoç a pour équivalent un autre mot dans le les éditions précédentes) est dans les/GIF, 2946 .
texte du Tarif( CIS 3913, 1. 121 de l'araméen) : ksyr' ( « excellent»), pour 144 - Cela a été bien remarqué par tous les commentateurs du texte (voir
traduire 6 Kpcincrwç (1. 196 du grec; le terme s'applique à Corbulon : par exemple, J. TEIXIDOR, 1980b, p. 454-457).
qrblwn/Koup�oÛÀCDV). Pourtant à la même époque sans doute(« écriture 145 - Voir M.-F. BASLEZ et F. BRIQUEL-CHATONNE T, 199 1 , p. 378.
semblable à celle du Tarif». J. Starcky, lnv X, p. 62, ad !oc.), le texte lnv X, 146 - Ibid., p. 386. Les auteurs soulignent « l'importance fondamentale du
102 donne le mot [q1]tsts pour un gymnasiarque anonyme. Mais il est fort banquet dans la vie de leur communauté : dans le texte du Pirée, apparaît
possible que la traduction attestée dans le Tarif remonte à une période plus une des rares mentions du marzeab en phénicien». C'est aussi le terme
ancienne(celle où Corbulon était gouverneur de Syrie; voir annexe XII), qui est employé en palmyrénien pour les banquets (voir chapitre 1v).
avant que l' équivalence ne soit fixée (et même avant que le terme ne prenne
30 Les notables de Palmyre

que les textes nabatéens deviennent beaucoup plus rares 147• qui leur sont subordonnés. Ces derniers sont appelés Illluiri
Néanmoins, à Pétra, comme à Palmyre, on trouve un terme aedilicia potestate dans les textes latins postérieurs à 77. Il
inédit ailleurs, celui de �t111poK0Àwvia l r- n, sans que cela est remarquable d'ailleurs que le terme est alors transcrit en
renseigne beaucoup sur la valeur et l'origine du titre. Mais punique sous la forme 'ydls qw'trbr, dans laquelle on
la rareté des inscriptions du II° siècle trouvées à Pétra montre reconnaît aisément les mots latins (voir IRT 305). Mais le
que la ville est sans doute moins bien intégrée que Palmyre mot« suffète» survit jusqu'au moment où Leptis devient
et que la culture grecque semble moins bien ancrée, même colonie au début du IIe siècle et jusque-là spt sert à traduire
si le grec est devenu la langue officielle de la nÔÀK 149• duumuir. Il est d'ailleurs caractéristique que ce soit le dernier
On peut également indiquer d'utiles parallèles entre la suffète qui devienne le premier duumuir 154• On peut fournir
situation palmyrénienne et celle qui prévaut dans certaines un dernier exemple avec une bilingue de 92 (JRT 318 et 347)
régions d'Afrique du Nord, en particulier au cours du!"' siècle. qui atteste d'une équivalence entre lejlamen pe1petuus et le
L'exemple le plus frappant est celui de Leptis Magna, ville zbb lk{l b ']t «
( [prêtre] qui sacrifie à vie» ).
dans laquelle on trouve jusqu'à la fin du siècle une importante La principale différence avec Palmyre est bien sûr que,
quantité d'inscriptions bilingues en latin et en néo-punique dans le cas de la ville syrienne, l'intégration à l'Empire s'est
et même des monolingues néo-puniques 150• Des familles de faite d'abord par l'hellénisation, bien avant la transformation
notables aux noms doubles 151 se distinguent au premier rang en colonie qui n'a pas modifié de manière considérable le
de l'élite urbaine et jouent en particulier un rôle important caractère hellénique de la ville 155• De plus, les coutumes et
dans le programme de construction qui remodèle les langues indigènes de Palmyre se sont maintenues
complètement le centre urbain. Parmi eux, les Tapapi (ou beaucoup plus longtemps, y compris dans la langue écrite,
Tafapi, tbbpyen punique) se distinguent particulièrement 152• ce qui fait une grande différence, mais n'a pas empêché le
On les connaît par une dizaine d'inscriptions dont la plus fonctionnement d'une cité grecque. Là comme ailleurs, la
ancienne date de 8 av. J.-C. ; ils remplissent un certain nombre civilisation grecque, et surtout son expression qui est la cité,
de fonctions civiques, sont par exemple suffètes, jouent un sont une condition sine qua non de l'appartenance au monde
rôle important dans la promotion du culte impérial, et par civilisé 156• Mais comme le rappelle à juste titre P. Le Roux,
leur évergétisme contribuent aux constructions de la cité. Il « en pays grec et hellénistique il ne fut pas question de
est curieux que ces familles qu'on avait réussi à suivre modifier par la municipalisation et le droit latin le système
disparaissent de la documentation à cause du changement poliade en vigueur. Celui-ci servit longtemps de creuset à
(de la latinisation) de leur onomastique. Celle-ci ne permet une romanisation multiforme et plus ou moins profonde» 157•
plus de faire la différence entre les immigrés de langue latine Du point de vue romain, l'étape importante pour Palmyre
et les gens d'origine locale 153• était l'organisation en cité. La ville était en retard du point
La ville de Leptis Magna, qui a commencé comme de vue civique, c'est ce retard sur les autres cités grecques
installation commerciale phénicienne au vil" siècle, est qu'il fallait combler. Le passage à la colonie était en quelque
romaine depuis 46 av. J.-C. Elle devient municipe aux sorte secondaire. Mais cela éclaire aussi ce qui se passa à
alentours de 77, et coionie en 109. La cité est également Leptis Magna ; la tolérance romaine est visible aussi dans
célèbre comme lieu d'origine de l'empereur Septime Sévère. l'évolution institutionnelle de la cité, qui conserve des
Avant 77, la cité est gouvernée comme une cité punique, magistratures au nom punique, même après la transformation
avec deux suffètes annuels ( spt) et quatre mabazim (m/1zm) en municipe.

147 - Voir par exemple les remarques de F. MILLAR, 1993. p. 407 sur le J1mlkt tN1py rwps bn 'rm. Son nom est typiquement indigène, mais rll'p s
rapide abandon du nabatéen dans les archives de Babatha (« the q11ite abrup t est une transcription clu R1ifi1s latin ( JRT 319). Un autre s'appelle ... Jarinis
sh!ft m1'ct_\' .fi'mn Nabatean in the "archil'e of' Babatha ", as .won as the (l) Tupc1fïus Diodoms Ni::.a::. (!RT 273).
p roFincia/ regime 11'a.1· imp osed »; voir aussi p. 417-418). Comme le 152 - M. G. AMADASI Guzzo. 1983. p. 377-385. Il faut noter que le nom
remarque M. Sartre (dans/GLSXXI, 4, p. 90, à propos cle la bilingue n" 54): lui-même n'est ni punique, ni romain bien sür, mais d'origine inconnue,
« cette inscription funéraire est le seul texte écrit en grec enArabie qui soit vraisemblablement libyque ou peut-être égyptienne.
sûrement antérieur à la conquête romaine». De plus. comme me l'a fait 153 - E. BIR.LEY. 1988. p. 1-19.
observer F. Villeneuve les inscriptions (nabatéennes et grecques) sont rares 154 - C. LEPELLEY, 1998. p. 84-85. Ce même personnage est aussi le grand­
ù toutes les époques. père de l'empereur Septime Sévère.
148 - JGLS XXI, 4 (Pétra), n" 48 (et 24). ] 55 - F. MILLAR, ] 990, p. 42-46.
149 - Il suffit cle comparer clans le recueil de M. G. BERTINELLIANGEL!, 1970 ] 56 - M. SARTRE, 1991, p. 126.
le petit nombre de termes institutionnels gréco-latins utilisés en nabatéen 157 - P. LE Roux. 1998, p. 272-273 qui ajoute : « on commence à mettre
(p. 57-64) au nombre beaucoup plus important des attestations en en exergue l'attitude romaine cl'aclaptation aux interlocuteurs, héritiers ici
palmyrénien (p. 65-83). cle civilisations méditerranéennes dont Rome prenait en quelque sorte le
150 - Voir D. MATTINGLY, l 995, en particulier le chapitre 3 ; les textes latins relais ». Voir les remarques similaires de M. SARTRE, 1991, p. 124 : « On
de Tripolitaine sont rassemblés clans les lnscrip tions cd'Roman Trip olitania ne se trompera pas en affirmant que Rome n · a jamais cherché à imposer en
( JRT), et les textes néo-puniques dans G. LEVI DELLA V IDA et M. G.AMADASI Orient les modèles cl' organisation municipale qui prévalaient alors en
Guzzo, 1987. Occident.»
151 -Ainsi un des membres cle la famille des tbbpy s'appelle Jmb'J bn
Chapitre I: L'identité cil'ique de Palmyre 31

De plus Palmyre n'a pas fourni de dynastie à l'Empire d · autres aspects, elle fait partie de la province et en partage
et la carrière d'Odainat et de sa famille se déroule dans un les évolutions.
cadre géographique plus limité. En règle générale, Leptis Le patriotisme local de Palmyre est comparable sans
Magna et la région qui 1'entoure ont fourni de plus nombreux doute à celui qui existe ailleurs. Mais faute de rivales proches,
membres du Sénat et de l'aristocratie romaine que Palmyre. les luttes entre cités ne marquent pas l'histoire de Palmyre,
Mais il suffit de penser au cas de la ville d'Émèse, toute comme elles ont marqué les cités d'Asie Mineure. Ce
proche, pour voir qu'il était possible à des notables syriens, patriotisme s'est exprimé par la langue et le bilinguisme
dès la fin du ri" siècle, d'accéder à des rôles importants dans officiel permettait de bien marquer les différences avec les
l'Empire. On assiste à Palmyre à la formation lente, mais grandes villes de Syrie, comme Antioche, et avec les
continue, d'élites municipales qui aboutit au m" siècle à nomades de la steppe qui entourait Palmyre. De manière
l'envoi de notables palmyréniens au Sénat. Comme à Leptis, consciente ou inconsciente, la cité se sentait en marge de
même si c'est de manière plus affirmée ici, le maintien des l'Empire auquel elle appartenait. Elle avait une culture propre
institutions et de la langue locale n'a pas empêché une bonne et en faisait usage. Cela ne signifie pas nécessairement une
intégration dans l'Empire. volonté quelconque d'indépendance de la part des habitants.
On peut s'interroger sur ce qui a fait la différence entre La fameuse phrase de Pline sur la position de Palmyre entre
les deux cités : d'un côté, l'abandon du punique et la deux empires n'est pas entièrement hors de propos. La ville
romanisation qui semble totale; de l'autre, le maintien de la de Palmyre est en contact constant avec ces deux puissances.
langue, de l'onomastique et d'un certain nombre de Il aurait été étonnant qu'elle ne fût pas touchée, du point de
coutumes. Il ne faut certes pas sous-estimer la vigueur de vue culturel au moins, par des mélanges de civilisations. Il
l'implantation punique, encore au cours du r"' siècle 158• est probable que 1 'araméen devait servir aux marchands lors
L'abandon du punique (au moins dans le domaine civique) de leurs échanges commerciaux dans les diverses villes de
dans les années qui suivent n'en est que plus étonnant. Il est Basse-Mésopotamie qu'ils fréquentaient. Il avait même
possible que la présence de l'élément libyque (dont sont en parfois le statut de langue officielle. Cela peut contribuer à
partie issues certaines familles de notables) ait joué un rôle. expliquer son succès clans l'oasis. De plus, ce qui est
Après tout, quelle que soit l'ancienneté de la présence marquant dans la culture palmyrénienne, telle qu'elle
punique, on avait déjà affaire à un milieu mixte quand les apparaît dans les textes, est l'importance des ancêtres et des
Romains sont arrivés. Pourtant la présence de nombreux lignées familiales. Ce respect des pères a dû s'étendre à leur
éléments ethniques est aussi manifeste à Palmyre (araméen culture et à leur langue. Les premiers textes araméens sont
et arabe au moins), ce qui réduit cette différence. L'étude contemporains ou antérieurs aux textes grecs. L'habitude
des religions de 1 'Afrique romaine a montré que la épigraphique s'est peut-être étendue à Palmyre sous
romanisation n'est pas complète, même si la situation est l'influence du grec, mais d'abord ou en même temps en
extrêmement complexe 159• araméen 162• Cela n'a pas cessé jusqu'au ni" siècle, sans doute
C'est peut-être la position géographique marginale de par une sorte de fierté locale dont on ne trouve pas d'exemple
Palmyre 100 qui a joué le plus grand rôle, en même temps comparable dans l'Empire romain.
que l'absence d'une immigration importante 161• Septime
Sévère appartient à une famille africaine indigène par son
4. LES DÉDICANTS : LES DÉCRETS DU CONSEIL ET DU PEUPLE
père, mais le côté maternel comprend aussi des immigrés
italiens. De plus, une branche de la famille paternelle, après À la lecture des textes, une évidence s'impose. Une
l'acquisition de la cité romaine, s'était installée en Italie. majorité de textes est le fait de dédicants qui sont des groupes
C'est un type d'évolution familiale qu'on ne retrouve et des collectivités, et au premier chef, le Conseil et le Peuple.
apparemment pas à Palmyre, même dans le cadre plus Cela est vrai pour les deux groupes d'inscriptions que
restreint de la province de Syrie. La ville reste à l'écart, même distingue K. Dijkstra. Mais, dans les deux groupes, on trouve
si du point de vue culturel et institutionnel, ainsi que par aussi les marchands (˵rcopm ou tg1y') ou les caravanes

158 - C. LEPELLEY, 1998, p. 85 compare à juste titre ce phénomène au refus 161 - De plus, le nombre relativement élevé de noms d'origine iranienne
des cités grecques d'adopter le statut de municipe plutôt que celui de cité semblerait prouver que l'immigration à Palmyre provient au moins en partie
libre. « On pourrait plutôt comparer l'attitude de beaucoup cl' Africains à d'Orient (voir annexe X). fi est de plus difficile cle tenir compte de
celle des Grecs. maintenant fièrement et jalousement durant tout le Haut l'installation possible de populations sémitiques pendant toute la période
r.�........-: .. ,..,, J ,... ,-, ..... .--...--1: ...: ,...,
Lllll_l!ll C lC;') lldUlllVll;:") UÇ Id L,1LC llCllClllLjllC. n
..... ,.,, ....l� 1,.., ..... : .. ,..( {... ,.... ]]...( ..... : ,.... •• ,...
romaine (Arabes bien sûr, mais aussi Araméens ou Mésopotamiens en un
159 - P. LE Roux, 1998, p. 359-361, souligne cet aspect. sens plus large).
160 - Leptis Magna n' est pas loin du désert. mais sa position géographique l 62 - Voir les remarques de M. SARTRE, 1998, p. 555-562 sur la cohabitation
la place au cœur de la province romaine, sur les routes qui longent la côte. des cultures et le fait que le développement de l'utilisation épigraphique
Palmyre est plus à l'écart des parties utiles de la province du point de vue des langues locales semble souvent lié et au moins concomitant à l'usage
de la civilisation urbaine grecque. du grec (les cieux langues se renforcent. au lieu cle s'affaiblir).
32 Les notables de Palmyre

(cruvo8ia ou bny syrt'), les diverses tribus et les clans qui mauvais état. Il était naturel, et prudent, que le Conseil honorât
composent la population de Palmyre (parfois en association ce curateur d'une manière adaptée à son pouvoir et le
avec une divinité 163), ou encore des militaires 164• remerciât d'avoir remis de l'ordre dans les affaires de la cité.
Que le Conseil et le Peuple (parfois seuls) soient les Les inscriptions qui émanent des tribus, par décret du
corps les plus souvent représentés correspond sans doute à Conseil et du Peuple, débutent clans les deux langues par le
leur importance dans la cité de Palmyre. Cela n'a rien de rappel de ce décret (par exemple Inv X, 44, npocrTay�m-n
bien étonnant car la situation est fort semblable dans le reste �ouÀ11ç Ka't 81i�wu et btwbyt bwl' wdms), pour se placer
du monde grec. D'ai11eurs, cette prééminence se marque dans sous l'autorité de ces institutions. L'expression n'apparaît
la mise en forme des décrets sur les pierres. Très souvent, la que clans ces cas précis et montre bien la manière dont
mention du Conseil et du Peuple (au nominatif) précède le fonctionnaient les institutions de Palmyre et la subordination
nom de la personne honorée, comme pour respecter l'ordre des tribus au Conseil et au Peuple 170• La raison de l'emploi
de préséance 165• Il est remarquable que l'ordre de l'araméen d'une formule équivalente (mn twbyt bwl' wdms) clans le
ne change que rarement, quel que soit le type de texte. Au texte C/S 3959 (= BS n" 44) n'est, au premier abord, pas très
début de la période étudiée, il y a sans doute une étape claire, car le grec se contente d'un simple 11 �ouÀll Ka't 6
intermédiaire, où l'araméen suit parfois l'ordre du grec, mais 811µoç. Malê Agrippa a été deux fois secrétaire et a accueilli
ce n'est pas systématique 166• Ce n'est ensuite qu'à certains Hadrien et son armée en 129, ce qui en fait un personnage
moments que l'araméen suit le modèle du grec. Ainsi autour important. Le texte araméen apporte cette précision qui
des années 130, trois textes bilingues commencent par la s'explique si on pense à l'endroit où est placé le texte : sur
mention du Conseil et du Peuple clans les deux versions une colonne du temple que Malê a fait construire clans le
( CIS 3930-3931, 3959), mais un texte contemporain (Jnv X, sanctuaire de Baalshamîn (fig. 6). Le Conseil et le Peuple
114) montre que cette coïncidence chronologique peut n'être ont honoré ce personnage par un décret; celui-ci raconte la
que l'effet du hasard des découvertes 167• Il est difficile de carrière de Malê Agrippa. Le texte C/S 3959, un résumé de
dire si le statut des personnes honorées entre en jeu clans ces ce décret, a été placé à cet endroit sur la décision du Conseil
différentes positions ; rien ne permet de conclure ni clans un et non sur celle des autorités du sanctuaire. Les deux autres
sens ni dans l'autre. Soados, qui a sauvé des caravanes et a textes du sanctuaire de Baalshamîn qui mentionnent le
été h onoré de plusieurs statues en différents lieux Conseil et le Peuple (BS 11° 45 et J. CANTINEAU, 1936, p. 277,
(R. MouTERDE et A. PomEBARD, 1931, p. 101) 16 8, ne semble n" 20 = BS n" 48) sont des décisions prises par ces institutions
pas tellement inférieur en gloire à Iarhibôlâ, fils de Lishamsh, et appliquées par les tribus. La tribu des Bené Mazîn avait
d'Inv X, 114, qui a été ambassadeur en Élymaïde et a aidé justement comme sanctuaire tribal celui de Baalshamîn. C'est
les commerçants palmyréniens. On peut aussi supposer que seulement par cet intermédiaire que le Conseil pouvait faire
ce choix stylistique en araméen a comme raison principale ériger des statues de bienfaiteurs dans les sanctuaires tribaux.
l'imitation du grec, en rompant avec ce qui constitue une Même si la tribu n'apparaît pas dans le texte CIS 3959, c'est
certaine norme dans les textes araméens. Dans ce cas, les après une décision de ce genre que la statue du bienfaiteur
variations dépendraient des personnes qui devaient rédiger du sanctuaire a été dressée à cet endroit précis, et c'est sans
les textes et qui peuvent être restées en poste pendant une doute à cause d'une imprécision du texte grec (par habitude
période assez longue. de la formule 11 �oUÀTJ Ka't 6 811�Loç ?) que le mot décret
Il n'y a qu'un exemple dans lequel le grec place le nom apparaît uniquement en araméen. Peut-être aussi dans ce cas
du Conseil et du Peuple en deuxième position (Jnv X, 34). n'y avait-il qu'une statue (ce que semble montrer le texte),
Ce fait s'explique par le statut exceptionnel du personnage qu'on avait choisi de placer là en souvenir des liens très étroits
honoré : il s'agit d'un légat de l'empereur venu à Palmyre en qui unissaient la famille de Malê au sanctuaire 171• Cela peut
tant que curateur de la ville (curcztor reipublicae) 169• Ce expliquer l'hésitation du formulaire clans une décision du
personnage de rang sénatorial était chargé par l'empereur de Conseil et du Peuple dont la version lapidaire ne se trouve
remettre de l'ordre clans les finances de la cité, sans cloute en pas dans les endroits habituels à ce genre d'inscriptions.

163 - Sur ce type d'inscriptions. voir J. T. Milik. DFD. passim. 167 - Autres exemples. R. MouTERDE et A. POIDEBARD. 1931. p. 10 l :
164 - lin• X, 79: dédicace par 01. àrcà îüU rcpmrnl u] aÙîOU OÙllSÜÀÀ]ou CIS 3914; CJS 3934.
« ceux de sa première vexillation ». 168 - Les textes BS 11" 45, et H. J. W. DRI.IVERS, 1995a, p. 34-36. légèrement
165 - À 1·inverse.pour les dédicaces entre particuliers, le nom de la personne antérieurs, concernent d'autres honneurs rendus au même personnage.
honorée est généralement en première position. Celui du (ou des) obligé 169 - Sur cette fonction, voir G. P. BURTON, 1979, p. 465-487; sur le cas de
qui l'honore le suit (voir par exemple la liste des textes caravaniers: le Palmyre. M. SARTRE, 1996a, p. 396.
nom du bienfaiteur précède celui des caravaniers qu'il a aidés). 170 - Voir M. SARTRE, 1996a, p. 387-388: « Cet honneur institué par les
166 - J. CANTINEAU, 1933, p. 175, n" 2b ( où dans les trois langues, le texte quatre tribus n'est pas laissé à leur appréciation mais décidé par le conseil
débute par le Conseil et le Peuple) et lnv X, 127 de 74 et 86 apr. J.-C. d'un et le peuple ».
côté, et de l'autre Jnv X, 39 et J. CANTINEAU, 1938, p. 76, n" 29 où chaque 17 l - Voir en particulier, BS, p. 46 et les textes BS 11"' 1-2 gui concernent le
langue suit sa tradition. L'original du premier de ces textes est sans cloute père de Malê Agrippa.
la version grecque.
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre 33

Le texte a en effet le très grand intérêt cl'attirer l'attention du m e siècle, en l'honneur de Septimius Worod ( C/S 3942
sur la localisation de ces statues honorifiques. Si on excepte d'avril 266 = Inv 7; Cela prouve que ces
les statues placées clans les sanctuaires tribaux 17", il est très institutions survivent, même au moment où Palmyre est sous
net que c'est surtout à 1'agora (de la fin du (1 siècle au début la coupe cl'Oclainat et de sa famille. En effet, Haîran, fils
c
du lll siècle) et ensuite clans la Grande Colonnade gu'on les cl'Oclainat est appelé exarque des Palmyréniens dès octobre
retrouve 173• L'agora (fig. 7) était toute proche du lieu de réunion 251 ( CIS 3944) 175• Il y a clone coexistence des deux systèmes
du Conseil, ce gui explique sans mal gu'on ait placé les statues et le règne des princes de Palmyre n'a pas supprimé la colonie
à proximité. La Colonnade 8) a pu devenir par la suite le de Palmyre et ses institutions civiques. On connaît cl'ailleurs,
nouveau centre de la vie urbaine, au fur et à mesure de son en décembre 262, un stratège de la colonie (' louÀ.wç
développement (c'est clans cette zone qu'on place parfois le Aùp17tc1oç Në�ouÇcx�cx8oç Iocx8ou mû A1pa de C/S 3939
«palais» des princes de Palmyre). Le dernier lieu privilégié = Inv 10). Or ce dernier dédie une statue à ce même
pour ces statues est bien entendu le sanctuaire de Bel (fig. 9), Septimius Worocl. Le fait qu'un magistrat de cette importance
et ce jusgu'au m e siècle : Inv 29 de 239 est en remploi et soit l'auteur d'une telle dédicace est sans cloute révélateur
provient peut-être cl'ailleurs m_ On ne voit pas toujours la d'un certain état de fait à Palmyre pendant cette période ...
raison de cette localisation (lnv IX, 23 par exemple), mais il Les nombreuses attestations du Conseil et du Peuple
s'agit d'un sanctuaire de l'ensemble de la cité gui pouvait y (voir l'annexe III à �ouÀ.1i et 8riµoç) ont une particularité, si
honorer ses bienfaiteurs, même si ces derniers n'avaient pas on les compare avec des mentions semblables dans le reste
contribué directement à l'embellissement du sanctuaire du monde grec. En effet, à ma connaissance, il n'existe
(comme c'est le cas avec C/S 3914). aucune attestation de la formule 11 �ouÀ.17 'Ccov TiaÀ.�rnp17véov,
La signification de l'érection cl a ns la Colonnade dont les équivalents sont pourtant courants ailleurs m_ En
transversale du texte C/S 3952 est assez claire. Il se trouve fait, c'est seulement la version latine d'un texte trilingue gui
sans cloute à proximité du sanctuaire embelli par Shoraîkô, offre une formule proche, même si on peut à la rigueur
fils de Haîran. De même, les honneurs rendus à Soaclos dans considérer que l'ethnique ne porte que sur le dernier terme
un caravansérail (Umm el-Amad) où il a pu agir en faveur (J. CANTINEAU, 1933, p. 175, n° 2b: Bu[le et ciui]tas
des commerçants ne sont pas très étonnants. Les deux Palmyrenorwn en 74 apr. J.-C.). La version grecque et la
derniers textes dont il faut rendre compte de ce point de vue version palmyrénienne se contentent d'un simple « Le
sont les inscriptions sur les colonnes honorifiques dites Conseil et le Peuple » (11 �ouÀ.17 Ka't 6 8ri�Loç transcrit en
B et C ( CIS 3930 et 3931). On a signalé plus haut leurs araméen selon l'habitude bwl' wdms). Cette absence d'une
particularités communes de rédaction. Il faut ajouter gu'elles formule, somme toute, relativement courante, est d'autant
portent la même date (avril 139). Elles sont cependant plus surprenante que certaines des plus anciennes inscriptions
éloignées l'une de l'autre (à 500 mètres du sanctuaire de de Palmyre mentionnent TiaÀ.�rnp17vÔ)V 6 817µoç (lnv
Bel, respectivement au nord et à l'ouest) et rien ne permet 11-12 de 24 et 25 apr. J.-C.) 177• L'équivalent palmyrénien
de savoir pour quelles raisons précises ces localisations semble être gbl tdmry' ( « la communauté des
avaient été choisies par le Conseil et le Peuple. Palmyréniens » ), formule qu'on retrouve clans une
On retrouve ces deux institutions tout au long de la inscription de mars 51 ( CIS 3923), qui rappelle qu'une statue
période considérée. La première mention du Peuple remonte a été érigée par [TiaÀ�rnp17]véov Y] rcoÀ.[1d, traduit en araméen
à novembre 24 apr. J.-C. (lnv IX, 11) et le Conseil est attesté gbl td1111y' klhn ( « l'ensemble de la communauté des
depuis avril 74 (J. CANTINEAU, 1933, p. 175 n° 2B ; Inv X, 39 Palmyréniens ») m_ Cette disparition de l'ethnique, au
date de l'année suivante). Le dernier décret honorifique du moment où justement la rcoÀ.K de Palmyre s'établit, est pour
Conseil et du Peuple qui est conservé date de la seconde partie le moins étonnante. Néanmoins si le Conseil et le Peuple

172 - C'est-à-dire surtout les textes cités ci-dessus pour Baalshamîn et le KO'.l 6 8î7�Loç 'Apa8{wv. Au même endroit, on a d'ailleurs en latin
texte H. INGHOLT. 1932, p. 279 (avec DFD, p. 36) qui provient de l'est du ([GLS VII. 4009), ciuitas et bule Arada, qui est un bon parallèle pour le
sanctuaire de Bel, zone où l'on pourrait chercher, selon une proposition texte de Palmyre de 74 cité ensuite ; voir le commentaire de
intéressante de J. T. Milik ( DFD, p. 15-16), le Bois sacré des clieuxAglibôl J.-P. Rey-Coquais, IGLS VII, ad foc. sur l'utilisation du terme de bute en
et Malakbel (voir aussi M. GAWLIKOWSKI, 1973a, p. 51 ). latin littéraire à partir de l'époque de Pline.
173 -Les textes cl'Env X proviennent de l'agora ( on peut ajouter le premier 177 - Le témoignage de l'inscription CES 3966 (= RSP n" 156) est plus
texte de la liste qui a été gravé à proximité de cette zone, cf. supra), ceux douteux, malgré les restitutions de J. T. Milik, DFD, p. 82-83, n" 7.Le texte,
cl'lm• III, de la Grande Colonnade. daté de 64 apr. J.-C., semble mentionner. d'après J. T. Milik, [crn]µm:k
174 - Les textes cl'lm• IX viennent du sanctuaire de Bel. L'autel qui porte 81î�Lok Ilo:À�rnp17vêôv.
l'inscription CES 3927 a été découvert en remploi clans ce sanctuaire. sans 178 - Il faut noter que le sens de gbl est établi cl'après les textes grecs
qu · on puisse rien assurer de son origine. parallèles.L'origine et le sens exact du mot restent inconnus. Il a peut-être
175 - Il porte les titres de ËÇœpxov IlaÀ�rn]p17vêôv et rs tdmwren araméen été créé pour l'occasion, ce qui serait un exemple assez rare pour l'époque ;
(«chef de Palmyre»). le palmyrénien se contente ensuite de transcrire : dms ou bwl'. Un autre
176 -L'expression n'est pas systématiquement utilisée clans les inscriptions. texte (de 11 de notre ère) publié récemment donne une nouvelle attestation
mais ce qui est étonnant est son absence totale à Palmyre. À Araclos, par de l'expression gbl tdmiy' (M. GAWLIKOWSKI et Kh. As'Ao, 1993, p. 164).
exemple, on la trouve quelques fois, comme en IGLSVII, 4014: 17 �ODÀ11
34 Les notables de Palmy re

n'ont pas ce qualificatif, l'expression 11 IlaÀ�rnp17vcov rcÔÀK puisque l'un des trois textes en question (Jnv IX, 12) est une
réapparaît vers 1 55-160, dans le texte Inv X, 128 179• Si le dédicace commune de ce 8� �Loç et des trésoriers ( 01.
terme rcÔÀ1ç n'est pas très courant, il est attesté tout au long àpyupornµim, en araméen 'nws 'nwst', c'est-à-dire « les
de l'histoire de Palmyre puisqu'il est vraisemblable que hommes du trésor ») et que le plus ancien est une
l'inscription Inv III, 1 8 date de l'époque de Zénobie 180• réglementation de péage à l'entrée de la ville 18�.
Il se peut que l'absence de l'ethnique soit un des aspects De toute façon, certains textes, dits hellénistiques 185, du
de l'isolement de Palmyre décrit plus haut. Étant donné qu'il temple de Bel le prouvent, Palmyre n'était pas totalement
n'y a que peu de relations avec d'autres cités grecques, il hors des courants culturels du monde grec avant la venue de
n'est jamais besoin de préciser quand on parle du Conseil. Germanicus, au plus tard vers 1 9 . Les premiers textes grecs
De plus, la ville est éloignée géographiquement de ses plus datés (Jnv IX, 6a et b = CIS 3924-3925) font état de l'existence
proches voisins, ce qui limite d'autant plus les risques de de gens qui s'appellent « Palmyréniens », sans qu'on sache
confusion. Pour reprendre le cas du texte Inv X, 128, c'est bien sûr si cette appellation correspond à des institutions
sans nul doute parce que la personne honorée est un militaire précises. Tout semble tourner autour du sanctuaire de Bel ;
romain qu'il est nécessaire (et flatteur pour les Palmyréniens) c'est de là que proviennent les inscriptions Inv IX, 6 et 11-12 ;
de préciser qu'il est aussi citoyen de la rcÔÀ1ç des ce sont les prêtres de ce dieu qui ont fait la plus
Palmyréniens. De même, Iarhaî Nebûzabad (Jnv X, 38), ancienne inscription palmyrénienne datée (Jnv XI, l 00 de 44
satrape pour le roi de Mésène, a besoin de préciser, en 1 31 , av. J.-C.). Il est tout à fait probable qu'existait à Palmyre,
qu'il est Palmyrénien, malgré sa brillante carrière hors de avant même la conquête romaine, plus qu'une ébauche
l'oasis. C'est d'ailleurs sans doute pour cette raison qu'il a cl'organisation municipale. Il est impossible de savoir si elle
pu aider ses compatriotes, commerçants à Spasinou Charax. est un héritage de la période séleucide ou une forme
Les autres textes dans lesquels 1'ethnique (IlaÀ�rnp11voç ou cl'organisation propre aux Palmyréniens. Ce qui est sûr,
tdm1y') est appliqué à une personne privée 181 datent tous, au cl'après les textes du début de notre ère, c'est l'existence de
plus tard, des années quatre-vingt. Comme on le verra aussi, la notion d'un gbl tdm1y', qu'on ne savait sans cloute pas
il est fort possible que les citations de 1'ethnique se fassent tout à fait traduire en grec 186• Cette communauté s'est
plus nombreuses à cette période, parce que c'est justement stabilisée au moment de l'arrivée de Germanicus et des
le moment où la cité de Palmyre se met en place. Romains. C'est à partir de ce noyau que s'est développée
On pourrait penser que les inscriptions antérieures aux l'organisation civique clans laquelle le Conseil tient une part
années soixante-dix ne mentionnent pas le Conseil pour la si importante. Mais, on le voit bien, il n'est pas possible de
raison simple que celui-ci n'existait pas encore. La première donner plus de précisions sans s'aventurer cl a ns des
mention est de 74 (l'inscription trilingue de Haîran bar hypothèses peu fondées 187•
Bônnê), il est clone fort possible que cette institution ait été La liste des textes émanant du Conseil et du Peuple est
mise en place entre 51 et 74, sans cloute plutôt vers 50 que assez longue. Les dates sont comprises entre 7 4 et le dernier
vers 70, mais le vide épigraphique d'une vingtaine d'années quart du 111" siècle, soit les deux siècles où les inscriptions
ne permet pas de le préciser 182• Il faut néanmoins souligner bilingues sont les plus nombreuses. C'est clans cette catégorie
que 1' existence, peut-être depuis mars 51 (le texte a été qu'on retrouve la plupart des textes longs et détaillés. Comme
regravé), d'une rcÔÀK de Palmyre implique sans nul cloute on l'a noté, ce sont les textes du Conseil qui utilisent de
l'existence d'institutions qui lui permettent de fonctionner 183• manière privilégiée le vocabulaire le plus précis, mais aussi
Le problème qui se pose néanmoins est l'existence bien le plus varié 188• Ils représentent la catégorie de textes
attestée depuis 10-11 apr. J.-C. d'une communauté (gbl traduit honorifiques la plus proche de ce qu'on trouve ailleurs clans
ensuite par 8i7µoç) des Palmyréniens, avec des institutions le monde grec. Il y a sans cloute derrière ce phénomène des

179 - Ce sont les années où le cléclicant, Marcus Ulpius Iarhaî, est bien propose F. Villeneuve). De plus, comme l"avait vu H. Seyrig (cf. supra, à
attesté (cf. chapitre III). On peut se demander si cette formule n'est pas propos des premiers textes grecs), il est fort possible que les textes grecs
l'équivalent du ci11itos Po/111yre11oru111 du texte de 74. soient des versions apocryphes ajoutées au cours du II' siècle. au moment de
180 - Voir J. C-1.NTJNEAU. !m• III, p. 24. la regravure des textes. Ce doute interdit de conclure de manière définitive.
181 - En laissant de côté le cas de Septirnius W o rod. « bouleute 187 - De plus comme me ra fait remarquer M. SARTRE, le terme 811poç
palmyrénien ». en 258-259 (CJS 3937). lui-même ne prouve pas l"existence d'une ville, puisqu'il est employé pour
182 - D"inscriptions datées tout au moins ... des villages, en particulier en Syrie du Sud (par exemple WADDINGTON 2188 :
183 - Voir M. SARTRE, 1996a, p. 388. voir M. SARTRE, 1985, p. 78, n. 102).
184 - M. GAWLIKOWSKI et Kh. As' AD, 1993, p. 164. 188 - La plus grande partie des textes cités clans l'index du vocabulaire
185 - Voir M. GAWLIKOWSKI, 1973a, p. 56, n'" 1 et 2. honorifique sont aussi ceux du tableau des textes du Conseil et du Peuple. La
186 - Cela ne signifie pas qu'à l'origine, on ne connaissait pas les notions plupart des exceptions, qui apparaissent clans l'index, mais non clans le tableau,
grecques et les mots 8i7�Loç et 11:ÔÀ1ç sans pouvoir tout à fait les appliquer appartiennent à des textes dont les lacunes ont fait disparaître le 110111 des
au cas de Palmyre. gbf pouvait être un calque du grec 811�Loç qu'on traduisait déclicants. De plus, un texte comme H. J. W. DRIJVERS, 1995a, p. 41-43, qui
selon le cas 8îi�Loç et 11:ÔÀiç, parce qu'on savait que ces mots existaient, émane d'une« caravane de tous les Palmyréniens » peut être à juste titre assimilé
sans savoir précisément ce qu'ils recouvraient. D'autre part, gbf peut aussi à une décision du Conseil, au moins en ce qui concerne sa forme et son style. Il
être l'expression d'une réalité communautaire sémitique (comme me le en va de même pour les textes qui mentionnent les quatre tribus de Palmyre.
Chapitre I: L'identité cil'ique de Palmyre 35

raisons financières. La cité pouvait facilement financer les très bien venir se placer dans ces lacunes. Elles rendent
services d'un ou plusieurs rédacteurs pour ces textes ; il difficile toute explication simple.
lui était plus facile qu'à un particulier d'honorer quelqu'un Les textes en différentes langues sont aussi répartis de
d'une statue et de faire graver en plus un texte long en deux manière assez régulière. Il y a en particulier des textes
langues. unilingues grecs à toutes les périodes. Il n'est pas toujours
À quelques exceptions près (voir tableau en annexe V), possible d'expliquer les raisons de l'absence d'une version
les textes du Conseil sont aussi présentés comme des araméenne. Le texte Inv 34 relate les honneurs accordés
décisions du Peuple. Comme le rappelle M. Sartre, il n'y a par le Conseil et le Peuple à un légat de l'empereur, curateur
pas lieu de tirer de conclusions particulières des inscriptions (rcprn�Em11ç LE�acr1où Ka't À(oy1m1îd), nommé Fulvius
clans lesquelles le Conseil est mentionné seul. Ces textes Titianus. Son nom et sa fonction permettent d'être sûr qu'il
sont contemporains de ceux qui mentionnent côte à côte s'agit d'un étranger à Palmyre, l'absence d'un texte araméen
Conseil et Peuple, ils n'indiquent clone pas une évolution s'explique donc assez facilement. L'explication est la même
des institutions de Palmyre 1 ô9• Néanmoins il est curieux que pour C. Vibius Celer de Inv IX, 23 : il était normal d'honorer
les textes qui mentionnent le Conseil seul soient parfois ce préfet d'aile de cavalerie clans une langue qu'il pratiquait
groupés chronologiquement. C'est en particulier le cas clans couramment ( autre cas cl' étranger à Palmyre honoré
les années 110-120, pour une raison qu'on ignore. Mais il seulement en grec avec Inv 5). Mais il n'y a pas non plus
est fort possible qu'il ne s'agisse que d'une coïncidence. Il de texte araméen clans les inscriptions lnv 55, 59 ou
ne semble pas qu'il y ait des différences sensibles entre lm• III, 26. Or les personnages honorés portent des noms
les personnes honorées selon les textes, avec parfois tout à fait locaux, comme le Zebîclâ, fils de Taîmê, fils
quelques exceptions. Les textes lnv 57 et 59, de la de Moqîmû (ZE�a8a 0aw11 wù MoKtµou), cl'Inv 26.
même période, honorent deux membres du clan des Aabeî Le problème est encore plus important pour Inv 109. Le
(' 'by en araméen), avec les mêmes qualificatifs élogieux texte est seulement en grec. À première vue, cela peut
(dont EÙŒE�1îç). Pourtant le premier est une décision du sembler normal puisque le personnage en question est un
Conseil, alors que le second mentionne aussi le Peuple. militaire, deux fois tribun (légion et cohorte). Ce qui
J. Cantineau (cité par J. Starcky, Inv p. 41) remarque que, complique tout est le nom qu'il porte, M . Acilius
clans les textes qui honorent les synèdres, le Peuple ne Athènoclôros, fils de Acilius MoqfmlÎ. Le nom de son père,
s'associe pas au Conseil; c'est le cas d'lnv X, 57 entre autres citoyen lui aussi, indique avec de fortes probabilités qu'il
(voir aussi Inv X, 69). Cela lui fait préférer la restitution était lui-même d'origine palmyrénienne. On a alors plus de
[rcpÔ]Eôpov pour Inv X, 59 (comparer Inv X, 55). Il s'agit difficultés à expliquer l'utilisation exclusive du grec au
cl' une hypothèse très vraisemblable, qui peut expliquer détriment de l'araméen.
certaines variations. Inversement il n'est pas toujours possible de trouver une
L'étalement chronologique de ce type de textes est explication de l'usage exclusif de l'araméen par certains
également remarquable. Il y a peu d'intervalles pendant textes, rares à vrai dire. Dans le texte CIS 3919, c'est à la
lesquels aucune inscription ne soit attestée. Les périodes les rigueur explicable par la personnalité et les fonctions du
plus remarquables sont situées autour de l'année 200. personnage honoré, un symposiarque. Dans le domaine
Pendant vingt ans avant 198, et à nouveau vingt ans après religieux, on s'attend plus facilement à ce que les
199, le Conseil et le Peuple ne semblent pas avoir rendu particularismes locaux ressortent. Mais cette explication n'est
d'honneurs. Il peut être tentant de mettre en relation ces pas valable pour les textes Inv IX, 29 et Inv X, 13. Le dernier
lacunes avec les événements qui ont conduit à l'avènement cl'entre eux honore un secrétaire, qui a de plus donné une
de Septime Sévère et les luttes qu'il a menées contre ses somme de 500 deniers, peut-être comme summa honoraria.
rivaux. Cela est d'autant plus frappant que clans le texte On pourrait s'attendre à l'usage du grec clans ce cas, puisque
H. INGHOLT, 1932, p. 279 (DFD, p. 36), le dénommé Aelius le personnage (Taîbbôl) semble participer à la vie civique
Bôrrâ est félicité pour avoir rétabli la paix aux frontières de manière assez active. À la rigueur la mention de dons
(ou clans le territoire) de la ville. Cela peut faire allusion à faits au profit d'un sanctuaire (celui de Bel) fait ressembler
des troubles internes, conséquences des différentes ce texte à CIS 3919 et permettrait le même genre
usurpations, mais il est néanmoins curieux que la lacune d'explication. Mais on aimerait quelque chose de plus solide.
commence plus de dix ans avant la mort de Commode. Le Pour conclure sur ce point, il faut souligner la grande
texte cl'Aelius Bôrrâ est trop imprécis pour permettre de variété des situations, dont il est souvent difficile de rendre
savoir ce qu'il en est exactement (troubles entre nomades et compte. Des étrangers sont honorés, aussi bien avec des
sédentaires; luttes de factions pro- et anti-sévèriennes). De textes grecs unilingues qu'avec des textes bilingues (Inv X,
plus, un certain nombre d'inscriptions mal datées peuvent 29 pour un bouleute cl'Antioche). Il en est de même pour les

189- M. SARTRE, 1996a, p. 388.


36 Les notables de Palmyre

Palmyréniens, avec cette réserve qu'ils reçoivent aussi des Mais il ne semble pas probable qu'on ait procédé de manière
textes dans lesquels le grec est absent. systématique à une traduction d'un texte original. On
L'absence fréquente de mentions des fonctions qui élaborait concurremment deux versions à partir d'un canevas
auraient été remplies par les personnages honorés n'éclaircit prédéfini et le rédacteur utilisait ce qu'on lui avait fourni 193•
pas la situation. Cela est habituel à Palmyre, mais entrave
souvent la compréhension des tenants et des aboutissants. Il
C. LES CARRIÈRES CIVIQUES ET LES FAMILLES
est d'ailleurs remarquable que le Conseil honore tant de gens
PRÉDOMINANTES
qui n'ont apparemment pas eu de fonctions officielles.
Néanmoins cette catégorie de textes (les décrets du Conseil) 1. LE FAIBLE NOMBRE DE MAGISTRATS CONNUS
possède une originalité dans le corpus palmyrénien : elle
mentionne les fonctions beaucoup plus souvent que les autres On a pu repérer dans les inscriptions de Palmyre
textes, en particulier celles qui sont en rapport avec les l'existence d'un certain nombre de magistrats, qui portent
autorités de la ville. Ainsi tous les synèdres, proèdres, la plupart du temps des titres d'origine grecque. Par
secrétaires, agoranomes et stratèges qui sont honorés le sont comparaison avec ce qu'on connaît ailleurs dans le monde
par le Conseil (et souvent le Peuple) 190• gréco-romain, il est facile de voir que pratiquement tous ces
Cela correspond à une situation courante dans le monde titres, au moins jusqu'au milieu du m e siècle, sont
grec, où les magistrats, à leur sortie de charge, sont félicités parfaitement ordinaires dans une cité.
par les assemblées et conseils pour avoir mené leur tâche à Ce qui est le plus frappant de ce point de vue à Palmyre
la satisfaction de tous. Plus généralement, c'est le sens du est le nombre relativement réduit de magistrats. Cela rejoint
mot rcoÀEÎ 111ç et des mots de la même famille (en particulier ce qu'on a pu dire sur la structure de la documentation. On a
rcoÀneûoµm) dans un certain nombre de textes 191• Il ne s'agit beaucoup de textes, mais peu d'entre eux donnent des
pas seulement de décrire un statut personnel, mais aussi de renseignements suivis sur une famille précise qu'on pourrait
résumer l'activité civique et politique d'un citoyen. Un suivre au long des années. La famille du proèdre de 137 19\
àya8oç rc0Àeh11ç est celui qui a mené une carrière civique Bffivvawç, fils de Bffivvmoç, est un des rares cas où l'on
digne d'être remarquée par ses concitoyens et c'est par peut suivre une véritable dynastie de notables sur plusieurs
l'intermédiaire du Conseil que ces derniers l'honorent. générations. Mais il est généralement difficile de le faire.
Si on s'intéresse aux problèmes posés par la traduction Il faut rappeler que la mention des charges honorifiques
de ces textes, il apparaît que dans ce domaine au moins le est assez rare dans le type d'inscriptions le plus fréquent, les
grec semble généralement prédominer. Mais il subsiste inscriptions funéraires (voir sur ce point le chapitre vr). De
quelques réserves. Ainsi l'araméen prête plus d'attention à plus, les familles palmyréniennes qu'on peut reconstituer
certains particularismes locaux. Le texte J. CANTINEAU, 1938, de manière développée sont assez peu nombreuses. Malgré
p. 76, n" 29 (fig. 11) est visiblement plus développé et contient le nombre important d'arbres généalogiques reconstitués
des indications plus précises en grec 192• Pourtant l'araméen dans les différents recueils de textes (en particulier dans le
seul donne le nom de la tribu d'Abgar, fils de Patroklos. rT<:::) Pt ]pi;: PtnrlPs: s:nr P�lrnyrp (DF?n s:11rtrmt), 1� plnp�rt
De plus, tout cela n'est pas systématique ; si l'araméen cl'entre eux sont très incomplets et souvent peu sûrs. La
d'lnv X, 129 est visiblement un résumé du grec, c'est peut­ fréquence des homonymies et la coutume de donner à l'aîné
être le contraire pour C/S 3921. En fait, dans bon nombre de le nom de son grand-père paternel expliquent ces difficultés,
cas, les deux versions disent exactement la même chose, à alors que beaucoup de textes ne sont pas datés. Il suffit de
quelques différences près. Il s'agit de résumés de décisions comparer les arbres généalogiques d'une même famille
plus longues. Celles-ci étaient rédigées dans une langue qu'il dressés par deux auteurs différents pour le comprendre. En
est difficile d'identifier. Il y avait peut-être deux rédacteurs outre, on ne connaît que rarement les noms de la mère et de
dont la coordination (et les talents littéraires?) n'était pas l'épouse des personnages importants de Palmyre. Ce fait,
obligatoirement bonne ; cela peut expliquer de petites ajouté aux difficultés de remonter au-delà d'une ou deux
différences, quelques erreurs de langue et des imprécisions. générations 195, interdit toute étude de stratégie lignagière.

190 - D'après les inscriptions honorifiques suffisamment complètes pour « un Romain» ( e.\J)()sitor) qui était lù pour expliquer les difficultés, quanu
qu'on connaisse la fonction de la personne honorée et le nom du dédicant. le texte à traduire était détaillé. On ne sait rien sur l'existence éventuelle à
191 - CJS 3932 ; J. CANTINEAU, 1936, p. 277, n" 20 (= BS n" 48) ; ln\! X, 44 Palmyre de « dogmatographes », comme ceux qui existent en Phrygie
et 129 ; J. CANTINEAU, 1938, p. 76, n" 29. Dans les autres cas, on emploie ce (I. LÉVY, 1895, p. 226, et S. MITCHELL, 1993, p. 198-226). Comme leurnorn
mot pour distinguer les citoyens de Palmyre de ceux d'autres cités (voir l'indique, ils étaient chargés de la rédaction des décrets.
index en annexe III). 194 - Qu'on appellera pl us simplement famille de Bônnê.
192 - On a bdyl dy §pyr lhwn («parce qu'il leur a été agréable») en face 195 - Les généalogies sont parfois beaucoup plus développées, mais cela
de àya00V 7WÀElîl,V K<Y.l EÙVOUV n:poç îllV lÔl<Y.V n:mpl6<Y., plus précis ne signifie pas qu'on sache autre chose que le nom de l'arrière-arrière­
( «excellent citoyen, plein de bon vouloir pour sa propre patrie» trad. grand-père. Ce dernier a pu exercer des fonctions civiques, il est bien rare
J. Cantineau, ad foc.). qu'on le sache.
193 - S. Broek (1979, p. 69-87) fait la supposition qu'il y avait sur place
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre 37

Les alliances entre grandes familles sont certes Shamshigeram (Jnv 39) 197• C'est sans doute à l'occasion
probables, mais sauf pour de rares cas qu'on étudiera d'un de son secrétariat qu'il est honoré par le Conseil. L'inscription
peu plus près, on a peu d'exemples précis. D'autre part, la est datée de 75-76, ce qui doit correspondre au moment où il
place des femmes dans la société de Palmyre n'est pas bien a exercé ses fonctions (probablement sa sortie de charge).
connue (voir chapitre v). Sans anticiper, il semble par Cela explique qu'on ne parle pas d'éventuelles autres charges
exemple que l'état actuel de la documentation ne permet que le personnage aurait pu remplir. De plus, il est certain
même pas d'avoir des renseignements clairs sur les coutumes qu'on avait plus de chances de se distinguer quand on
matrimoniales des Palmyréniens. Cela permettrait pourtant s'élevait clans la hiérarchie civique. Il faut avoir atteint un
un certain nombre de conclusions sur la société certain niveau social et économique pour être capable d'agir
palmyrénienne, et pas seulement sur le statut de la femme. en faveur de la cité clans ses fonctions et mériter ainsi d'être
Un des premiers notables de Palmyre qui apparaisse (et honoré par elle 198• Il est probable qu'on ne mentionnait pas
dont on connaisse la famille) est Haîran, fils de Bônnê. Il a les premières étapes de la vie municipale qui ne pouvaient
été honoré par les plus hautes autorités civiques et religieuses beaucoup ajouter à la gloire de la personne honorée.
de Palmyre, il fait partie des plus hauts notables de la ville La première attestation de cumul des fonctions n'est pas
au moment même où se mettent en place toutes les réformes directe, mais on peut essayer de la reconstruire en utilisant
institutionnelles qui en font une nÔÀK. Cependant quelque deux textes séparés par une quinzaine d'années. Le premier
chose manque: à aucun moment de sa carrière, on ne possède date de mars 98. Dans un groupe de textes palmyréniens
le moindre indice qui pourrait laisser penser que Haîran a trouvés dans le Wadi Hauran en Iraq, on a la mention d'un
lui-même été magistrat. Or ce n'est pas un cas isolé. Il arrive stratège, peut-être Zebîdâ, fils de Haurnal 199, sans doute
souvent que des notables soient honorés, sans qu'à aucun chargé de la police du désert. Le texte n° 8 de ce groupe fait
moment, on ne fasse état de charges publiques. On sait qu'il mention de quelques personnages, dont un certain Zebîclâ,
en est de même pour les inscriptions funéraires, et on peut fils de Taîmoameclu ( zbyd' br tym 'md mskw). Il est possible
citer à nouveau ce qu'écrit M. Sartre : « il est plus que que cette liste contienne le nom d'auxiliaires du stratège.
probable que les riches Palmyréniens qui ont fait construire Quoi qu'il en soit, on retrouve le même Zebîdâ parmi les
les plus grands et les plus coûteux tombeaux de la ville, ont noms des dédicants d'un autel au dieu anonyme en 114
exercé des charges municipales diverses, l'archontat, le 3994). Le texte provient de Palmyrène (el-Kerasi), il s'agit
secrétariat, l'agoranomie ou la gymnasiarchie, sans parler d'une dédicace faite par la ville aux frais des quatre trésoriers
de la symposiarchie des prêtres de Bel. Or il est très rare (àpyupo1:aµ{m ou en araméen b 'nwst' : « pendant leur
qu'il en soit fait état» (M. SARTRE, 1996a, p. 388). charge de trésorier»). Un de ces quatre fonctionnaires est
Cette réflexion appelle une remarque: s'il est vrai que zbyd' br tym'md mskw, l'identification est certaine. Ce qui
les riches notables ont constitué le milieu où se recrutaient est moins sûr, on l'a vu, c'est le rôle d'auxiliaire de police
les magistrats principaux de la cité, il est néanmoins frappant qu'il aurait rempli dans les dernières années du r"' siècle.
de trouver clans les textes peu d'exemples de cursus On peut donner un autre exemple de reconstruction,
développés. Un peu moins de quarante Palmyréniens peuvent mais, cette fois, beaucoup plus hypothétique, à partir d'une
être identifiés comme magistrats d'après les textes tessère et d'un texte araméen de l'agora. Ce dernier (lnv
conservés 196• Mais il est rare de savoir quelles étapes de la 106) est daté de mai 119, et le personnage qui est honoré
carrière civique ils ont effectivement franchies, à part un ou (... br mlkw nswm) par le Conseil a été proèclre ou synèdre 2011•
deux titres dans le meilleur des cas. En fait, comme on peut Il est possible que la même personne soit mentionnée sur la
aisément le vérifier sur le tableau, il est très rare qu'on tessère RTP 773 (Nashûm Malikû Nashûm nswm mlkw
mentionne même plus d'un titre ou fonction dans les textes. nswm): si on accepte cette identification, et, si on admet
Le premier magistrat civique connu (en laissant de côté avec J. T. Milik que le personnage désigné sur la tessère a
les symposiarques) est un secrétaire, Zabclilah, fils de bien été symposiarque 201, on aurait alors un synèdre qui a

196 - En comptant parmi les magistratures les différentes charges de stratège l'emplacement originel des activités civiques de Palmyre était proche de
antérieures à la colonie (cf. M. SARTRE, 1996a, p. 391-392), aussi bien que l'agora.
les ambassades et les liturgies (gymnasiarchie). Le tableau (en annexe I) 198 - P. LE Roux. 1998, p. 294: « Il était exceptionnel de mériter l'hommage
regroupe tous les Palmyréniens qui ont eu des charges publiques à Palmyre, de la cité dès l'édilité. Plus on s · était élevé clans la hiérarchie. plus on avait
c · est-à-dire aussi les symposiarques et les curateurs de la source Efqa. Vu de chances cl'obtenir les honneurs d'une statue... ». Ce qui était valable en
le caractère ostentatoire de l'épigraphie palmyrénienne. on pourrait pourtant Occident l'était aussi en Orient.
s'attendre à ce qu'il soit fait état des magistratures clans les inscriptions, ce 199 - Voir M. SARTRE. 1996a, p. 391 et n. 102. avec les références. Sur la
qui signifie peut-être que beaucoup des personnages honorés d'une fonction de stratège, voir il;fra, le chapitre HI.
inscription n'ont effectivement pas rempli de fonctions officielles. 200 - La partie supérieure de la console avec le texte grec est perdue. Le
197 - Le texte, comme plusieurs autres, a été récrit clans la deuxième moitié mot araméen qui désigne la fonction est: mwtb'. On le retrouve clans le
du n' siècle (clans le deuxième tiers. selon J. Starcky, hn• X. p. 27-28), sans texte lnl' X. 63. dont la version grecque est lacunaire. ce qui ne permet pas
cloute lors d'une (re)construction de l'agora. Si ces statues honorifiques de préciser la traduction.
sont restées plus ou moins au même endroit, cela confirmerait que 201 - Voir DFD, p. 235-237.
38 Les notables de Palmyre

aussi exercé les plus hautes fonctions religieuses de la cité. funéraires de la tombe représente justement Bôlanos, et
On voit ce que tout cela a d'hypothétique ! l'inscription qui 1'accompagne précise qu'il est symposiarque
En 131, Malê Agrippa qui a été deux fois secrétaire et a des prêtres de Bel (cruvn:omcipx17ç tEpÉmv [111]oç B17[Àoul) 206•
accueilli l'empereur Hadrien est honoré par le Conseil et le C'est un des rares exemples où un texte funéraire mentionne
Peuple 202• Mais il n'est pas fait état d'autres fonctions une fonction publique. Celle-ci a visiblement été exercée
publiques. Certes les bienfaits accomplis sont sans aucun par quelqu'un dont la place dans ce tombeau était réservée ;
doute des conséquences de sa carrière municipale. C'est en il est probable que le texte a été gravé pendant la
tant que magistrat qu'il a fourni de l'huile lors de la venue symposiarchie de Bôlanos.
d' Hadrien, mais ce n'est sûrement pas le cas pour la Il est curieux que ce premier exemple tout à fait sûr de
construction du temple de Baalshamîn. Il fait en effet partie quelqu'un qui exerce plusieurs charges publiques différentes,
d'une famille de bienfaiteurs du sanctuaire 203• ne concerne justement pas un magistrat municipal, mais des
Il a exercé une fonction municipale, il a été évergète, fonctions religieuses. Certes, il y a toutes les chances que
mais une fois de plus, on ne peut aller plus loin dans son les carrières municipales et religieuses soient fortement
cursus. La longueur de la description des bienfaits accomplis liées 207• De plus, les fonctions de prêtres de Bel ont un
par Malê différencie ce texte d'autres dédicaces honorifiques. prestige ancien, puisqu'on a vu plus haut que la première
Il est honoré en raison de son comportement au moment de inscription honorifique de Palmyre (Jnv XI, 100), qui est
la présence de l'empereur et des troupes qui aussi le plus ancien texte daté de 1'oasis, est justement une
1'accompagnaient, lorsqu'il était secrétaire pour la seconde dédicace des prêtres de Bel à un certain g,yrny br nbvvz.bd
fois. C'est probablement aussi à cette occasion qu'il a fait (Goraîmî fils de Nebûzabad). Il est même probable que les
dédier le temple de Baalshamîn. Comme dans le texte institutions de Palmyre, depuis le début, ont eu des rapports
lnv X, 39, déjà cité, la statue est une manière de 1'honorer étroits avec le sanctuaire de Bel, qui, dès son origine, a dû
en une occasion précise, et on ne fait pas état de sa carrière avoir un poids prépondérant dans la ville et qui se trouve
dans son ensemble. C'est en tout cas une hypothèse, qui être la première organisation structurée qui ait laissé des
expliquerait l'a bsence de cursus complet clans la traces dans la documentation.
documentation. En fait, un seul notable de Palmyre a exercé des charges
De plus, la fonction de secrétaire est la plus élevée dans nombreuses et variées : il s'agit bien sûr du fameux Septimius
la hiérarchie municipale. Il pouvait donc sembler inutile de Worocl. C'est un des personnages sur lequel on a la
mentionner cl'autres fonctions, précédemment occupées et documentation la plus fournie 208, avec les textes C/S 3937-
qui semblaient de moindre importance. Il est pourtant 3943 (lnv III, 12 à 6), tous découverts clans la Grande
étonnant que le Tarif soit la seule occasion où les archontes Colonnade. S'y ajoutent une inscription dédicatoire,
soient nommés. Certes il s'agit d'une charge principalement C/S 41OS ter, très mutilée, le texte H. SEYRIG, 1963, p. 161 20'\
honorifique, aux pouvoirs limités, mais étant donné qu'elle et surtout le texte Inv III, 3 210, sur le triple arc qui marquait
semble couronner une carrière municipale, on aurait pu 1' articulation entre les sections B et C d e la Grande
l'attendre plus fréquemment. Colonnade. Malgré cela, sa carrière municipale n'est pas
Ce n'est que clans la deuxième moitié du n" siècle qu'on extrêmement développée dans les textes ; on connaît un
trouve vraiment des attestations de cumul des fonctions. certain nombre de ses titres, en particulier son intégration à
Bôlanos, fils de Zénobios est épimélète de la source Efqa, un rang élevé dans l'ordre des chevaliers et sa carrière dans
choisi par le dieu Iarhibôl, en 1 62. Cette fonction est attestée l'administration de l'Empire 211•
par deux textes contemporains 20 Le même personnage est
-1_ Comme le souligne E. Will, dans son article sur le
sans nul doute le fils du Zénobios Zebîdâ, qui a fondé, avec personnage, à travers tous ces textes Worod apparaît
son frère Aaîlamî, fils de Haîran, la tombe de famille, à « comme le représentant normal, pour ne pas dire banal du
l'entrée de la vallée des Tombeaux 205• Or un des reliefs système administratif romain, tout comme Odénat [ ...] »

20'.2 - CIS 3959 = lm• L 2 = BS n" 44. quïl ait été magistrat. à moins qu'on ne considère la synodiarchie (quïl a
203 - Voir C. Dunant dans BS. ad /oc. peut être accomplie) comme une magistrature. Sur ce point, voir le
204 - RSP n'" 125 et 126. chapitre Ill.
205 - Temple funéraire 85b ; le texte de fondation est daté d'avril 149 209 - = M. ÜAWLIKOWSKI, 1985, p. 254, n" 6 ; il est à noter que J.-P. Rey­
( CIS 4168 [lnv IV, 9a]). Coquais (dans M. SARTRE, 1985, p. 80, n. 125) propose de restituer à la
206 - J. CANTINEAU, 1930b, n" 14 : si on accepte la restitution de son nom dernière ligne du texte 0ouÀ.Eu[n Kod plutôt que 0ouÀrn[-cîïd, ce qui
dans le texte. correspondrait à sa qualité de pérégrin, puisque clans ce texte il n · est que
207 - En ce sens, M. SARTRE, 1996a, p. 393 : « ... en ce domaine comme Oùopw811ç.
dans les autres, P almyre se conforme exactement aux modèles civiques 210 -Avec les compléments de D. Sc1-1LUMBERGER, 1942-1943a, p. 35-50
gréco-romains où il n'est pas de carrière municipale qui ne soit consacrée et 1972, p. 339 et M. ÜAWLIKOWSKI, 1985, p. 255, n" 1O.
par quelques sacerdoces municipaux prestigieux ». 211 - Sur tout cela. voir E. WILL, 1996, p. 109-115, en particulier p. 112
208 - II n'y a que Marcus Ulpius larhaî, un siècle plus tôt, qui semble avoir pour le cursus.
été honoré par des inscriptions plus nombreuses. Mais il n'est pas attesté
Chapitre l: L'identité civique de Palmyre 39

(1996, p. 112). Mais on reviendra plus loin sur la carrière désinence casuelle ; on ne peut clone savoir si le Iulius
«extra-municipale» de ce personnage, en même temps que Aurelius qui a construit un bâtiment quelconque et la
sur son contemporain Odainat. Pour l'instant, on se personne qui a été agoranome sont un seul et même
contentera de ses fonctions au sein des institutions de la personnage (on aurait un nominatif àyopavo�nîcraç). Il est
colonie de Palmyre. Or celles-ci sont finalement peu possible aussi que le bâtiment ait été construit en l'honneur
nombreuses. Il a été agoranome et stratège de la colonie d'un agoranome (on pourrait alors avoir un datif) ou bien
( CIS 3942), ce sont les fonctions les plus hautes de la pendant les fonctions de l'agoranome (auquel cas il faudrait
métrocolonie. Elles sont connues par ailleurs dans les textes restituer un génitif 217). Le texte ne peut donc en apprendre
de Palmyre, ce qui n'est pas le cas pour les titres d'argapet beaucoup plus surfa personnalité de ce magistrat anonyme.
et de dikaiodotès qui apparaissent dans des inscriptions Pour le reste, les trois agoranomes connus après 212
datées de 265 à 267, et que ce personnage est le seul à ont été aussi stratèges. Outre Septimius Worod, il s'agit
porter 212• Suivant en cela la proposition de Th. Mommsen, d'abord de Iulius Aurelius Zabdilah Zénobios, stratège au
on peut éventuellement admettre l'équivalence de ces deux moment de la visite de l'empereur Sévère Alexandre qu'il a
termes 213• Le premier des deux termes est d'origine perse ; accueilli ( CIS 3932 = Inv 22). L'inscription est postérieure
il signifie «gouverneur de la ville», ce qui correspondrait d'une dizaine d'années à la venue de l'empereur (elle date
au «dikaiodotès de la métrocolonie» du texte C/S 3942. de 242-243) et relate tous les bienfaits accomplis par
Pourtant dikaiodotès désigne plutôt une charge provinciale, Zabdilah. Le Conseil et le Peuple l'honorent visiblement à
ce qui pose problème. Il est possible aussi que, comme on la fin de sa carrière alors qu'il a accompli tout le cursus
l'avait fait pour l' «exarchat», on ait utilisé à Palmyre un classique. Or, on a finalement peu de détails sur le
terme existant (dikaiodotès), mais en lui donnant un sens déroulement de sa carrière. Il a donc été stratège et
différent de son usage administratif normal. De plus, le texte agoranome, il a dépensé de l'argent (oÙK 0À1yov dit le texte)
CIS 3942 n'est pas facilement datable et si, comme le croit et exercé son métier de citoyen de belle manière (KaÀwç
D. Schlumberger, il est postérieur à 267, on ne peut rien noÀElTEU<JCX�LEvov). Pour cela, il a reçu des témoignages du
conclure de l'alternance entre les deux titres 21�. E. Will pense dieu Iarhibôl, du préfet du prétoire Iulius Priscus et de sa
pourtant que le premier des deux disparaît à un certain patrie. Mais il n'y a aucune trace de fonctions antérieures,
moment parce que son domaine d'attribution se trouve inclus même moins importantes. Si, comme on l'a dit plus haut, on
clans celui de dikaiodotès. pouvait croire que certaines inscriptions honorifiques avaient
Comme Worod, la plupart des agoranomes connus à pour cause un événement particulier et ne mentionnaient pas
l'époque de la colonie de Palmyre ont été aussi stratèges. Le les étapes de la carrière qui n'avaient rien à voir avec les
titre est l'équivalent d'aedilis des inscriptions latines, comme raisons précises du décret pris par le Conseil, le cas est
stratège équivaut à duwnuir. Mais il y avait à Palmyre des différent ici. C'est sans doute pour l'ensemble de sa carrière
agoranomes avant la promotion au rang de colonie, c'est ce que Zabdilah est honoré, et pourtant, on n'a pas tellement
que prouve le texte Inv X, 85 215• Ensuite, un seul agoranome de détails sur celle-ci. Le laconisme des inscriptions de
n'a peut-être pas été aussi stratège de la colonie, au Palmyre, à toutes les époques, est donc assez général.
témoignage d'un texte assez mutilé, non daté (Inv XII, 29). Dernier cas d'agoranome et stratège, celui de Iulius
Un personnage cité par le texte porte un nom qui commence Aurelius Malichos (Inv X, 115). Les deux titres sont sûrs,
par Iulius Aurelius. Cela suffit pour placer l'inscription après puisque l'un apparaît dans la version grecque et l'autre dans
212 et la Constitutio Antoniniana. Or Palmyre est devenue la version araméenne du texte. Les noms du personnage
colonie sous Septime Sévère ou Caracalla, clone sans doute prouvent que l'inscription est postérieure à 212 218 ; elle date
avant le texte en question 216• Le nom 'IoÛÀwç Aùp17Àwç est de toute façon de l'époque de la colonie (ligne 1 du texte).
au nominatif, le participe tiré du verbe àyopavo�Lm (restitué Comme Iulius Aurelius Zabdilah, il a reçu des témoignages
avec b eaucoup de probabilité par les éditeurs du dieu ; le texte dit cette fois unô TE 1:0u nmpêpou 8rnu : il
àyopavoµ17 cr[avTal) a perdu sa terminaison et donc sa s'agit peut-être encore de Iarhibôl, mais le texte araméen a

212 - CIS 3940 de 267 (ou 264 ?): cxpycxTCETr)V et 'rgb(; CIS 3941 de 265 : p. 391-392, le personnage honoré par lnv X, 85 n'a pas été stratège de la
cx[pycxTC]ETllV et ['1g]bf'; CJS 3943 de 267: cxpyCXTCETllV et '1gb(; Worocl colonie, puisque le texte date de 193, mais (si on accepte la restitution)
est aussi mgapet clans une dédicace non datée, C!S 4105 ter: [...J wrwd seulement stratège, c'est-à-dire responsable militaire.
'rgb(. Le texte C/S 3942 lui donne le titre de ôlKEOôOTllV TÎ7ç 216 - F. MILLAR, 1990, p. 42-46, et M. SARTRE, 1996a, p. 394.
�lllTp[OKOÀCO]VEl.CXÇ. 217 - Même si on peut clouter d'une datation par l'agoranome éponyme.
213 - Pour la proposition cle Th. Mommsen, voir D. Sc1-1LUiVIBERGER, l 942- Néanmoins l'exemple des synocliarques qui servent peut-être à dater certains
l 943b, p. 61, n. 7. L'idée est admise par F. MILLAR, 1990, p. 45 avec des textes caravaniers (texte H. J. W. DRUVERS, 1995a, p. 34-37) pourrait prouver
réserves que partage M. SARTRE. 1996a, p. 395. que clans les domaines d'attribution particuliers des magistrats, on datait
214 - D. Sc1-1LUMBERGER, 1942-1943b, p. 60. Dans un sens contraire, les événements cl' après le nom du magistrat en fonction.
A. SARTRE-FAURIAT, 1997, p. 259. 218 Pour une datation cl'après la paléographie du palmyrénien, voir lnv X,
215 - Sur la fonction et le titre. voir M. SARTRE, 1996a. p. 391 (avant la p. 73 : J. Cantineau proposait la seconde moitié du m' siècle, et J. Starcky,
colonie) et p. 395 (de la colonie). Comme l'a montré M. SARTRE, ibid. qui cite cet avis, pense que la première moitié n'est pas non plus impossible.
40 Les notables de Palmyre

seulement « le dieu » ( 'lh '). De même, il a reçu témoignages c'est le cas par exemple dans les textes CJS 3927 221 et lnv X,
des autorités romaines (le gouverneur) et de celles de la cité 119 222 permet de douter du décès du fils. Le père a accompli
(le Conseil). Autre point commun avec CIS 3932, il a effectué toutes les liturgies (nàcmç À.Et1:oupyt:iaç) 223, c'est cela qui
des dépenses, sans doute en faveur de la cité, pendant sa lui a valu les honneurs que lui confère le Conseil, mais on
stratégie et son agoranomie : à <jnÀ.01:dµ(l)Ç du grec ( « avec ne sait pas s'il a droit à sa statue à cette occasion, ou bien si
générosité » ), répond bsr mn kysh ( « il a fait des dépenses on se contente de rappeler qu'il a été honoré, pour augmenter
de sa bourse » ). En fait, ce texte pose un certain nombre de l'honneur fait au fils. On ne peut qu'essayer de décrypter ce
problèmes. On a vu plus haut que le premier est d'ordre qui se cache derrière ce terme de liturgie 224, sans pouvoir
syntaxique : la deuxième personne honorée, le père de décider.
Malikû, est nommée au datif, au lieu de l'accusatif attendu. Comme dans les autres cas, l'agoranomie et la stratégie
De plus, l'inscription araméenne mentionne explicitement sont les seules fonctions attestées. Si les deux vont souvent
l'érection de trois statues ( f)lmy' 'ln tlt', « ces trois statues » ), de pair, elles ne sont jamais accompagnées d'autres fonctions.
alors qu'il n'y a que deux personnages nommés. D'après Il y a peu de choses à ajouter de ce point de vue sur ce texte,
J. Starcky (lnv X, p. 73), qui propose éventuellement d'en comme sur la plupart de ceux du même genre. Les fonctions
attribuer une au père, il est probable que les trois statues municipales accomplies par les notables palmyréniens, et
représentent Malikû. Il cite comme parallèle le texte lnv X, citées par les inscriptions, semblent être seulement les plus
44, où en effet les quatre tribus dressent chacune une statue importantes. De plus, il semble bien que les textes se
d'Ogeîlû, fils de Maqqaî. On a d'autres exemples de statues contentent de l'essentiel, et qu'on ne fasse généralement pas
multiples dressées par les tribus, parfois associées à d'autres état de toutes les fonctions, mais seulement de celles qui
dédicants 219• motivent l'honneur accordé.
On voit pourtant ce que ce parallèle a de gênant. D'abord,
il faudrait que la mention des t1ibus apparaisse dans le texte ;
2. LES RA PPORTS ENTRE LES MAGISTRATURES ET LA
or celui-ci est formel, ces honneurs sont conférés par le
SYMPOSIARCHIE
Conseil et le Peuple, sans intermédiaire. De plus, il y a quatre
tribus civiques à Palmyre, or le texte lnv X, 115 ne fait état Le mot liturgie, on l'a vu, peut désigner aussi une
que de trois statues. Il n'est pas difficile évidemment de fonction religieuse dans les différents sanctuaires de Palmyre.
trouver des combinaisons possibles pour les trois effigies La racine araméenne utilisée pour traduire le mot liturge ('bd)
(par exemple une de Malichos pour l'agoranomie, une autre est par exemple appliquée aux curateurs de la source Efqa
pour la stratégie et une pour le père) mais on voit que le et à leurs employés 225• Il n'est apparemment pas attesté que
problème risque fort de rester entier. le terme s'applique aussi aux fonctions religieuses les plus
La version palmyrénienne donne une indication, importantes de Palmyre, celles de symposiarque 226• Mais il
puisqu'elle précise que c'est à l'occasion de l'agoranomie 220 faut noter que cette fonction ne semble pas accompagner
et de la stratégie que le Conseil et le Peuple ont dressé les d'autres magistratures civiques. Contrairement à ce qu'on
statues. Cela ne signifie pas, bien sûr, que la troisième statue pourrait croire, il ne semble pas que les carrières des notables
ne représentait pas le père. On a pu dresser une statue du palmyréniens aient de manière courante mélangé les deux
père, sans doute défunt comme l'indiquerait la formule types d'activité.
µvT)µ11ç xcip1v, pour honorer le fils. Il est possible que le fils On a pourtant au moins un cas de magistrat qui a aussi
soit mort lui aussi, et que ce soit à cette occasion que le été prêtre au cours du ni° siècle, c'est Septimius Worod,
Conseil et le Peuple aient pris cette décision. Néanmoins d'après le texte CIS 3942. Un autre cas possible est fondé
l'absence d'une formule équivalente en araméen, comme sur une reconstruction plus hasardeuse. Le texte lnv X, 13

219 - En particulier les honneurs adressés au grand caravanier Soados: ES religieuses très diverses dans les sanctuaires palmyréniens que de liturgies
n° 45, R. MüUTERDE et A. Pü!DEBARD, 1931, p. 101-105, etH. J. W. DRIJVERS, de tradition civique grecque».
1995a, p. 34-37. 225 - DFD, p. 255-256 et 286-287, à propos du texte RSP 11 ° 127.
220 - On a en effet brbn .i;qwth à la ligne 2 ( « pendant son office 226 - L'importance de cette fonction (la symposiarchie) a été bien mise en
d'agoranome» ). La formule «pendant sa stratégie de la colonie» est valeur par J. T. Milik (DFD, p. 110). Il conclut que «la symposiarchie du grand
seulement restituée: [b 'strtgwt' dy] qlny'. prêtre de Bel s'étendait en principe à tous les thiases de la ville», ce qui est
221 - Dans lequel btr dy myt Jyqil1, «après sa mort, en son honneur», peut-être discutable, et en tout cas n'est pas prouvé, ne serait-ce que parce que
répond à 'tttµi)ç Kat µvtjµ11ç xâptv. les symposiarques sûrs (attestés par des inscriptions explicites) ne semblent
222 - Avec l'expression btr mwtlm [... ] Jyqrhyn, «après leur mort[ ... ] en pas en rappmt avec d'autres cultes que ceux du sanctuaire de Bel. I..: argument
leur honneur» en face de 'ttµ11ç Kat µvtjµ11ç xâptv, formule à laquelle ne peut donc être qu'a silentio. Par bien des aspects, la symposiarchie
s'ajoute quelques lignes plus bas µE'tà 't'T\V 'tEÀEmtjv. fonctionne comme une magistrature : elle est en particulier annuelle. Son
223 - C'est aussi de cette manière que J. T. Milik (DFD, p. 286) traduit les titulaire appartient d'autre part aux plus grandes familles de la cité, comme le
mots araméens bkl 'bydw klh («dans toutes les liturgies») que J. Starcky, prouve la liste de l'annexe I (on trouvera à cet endroit les critères utilisés pour
lnv X, ad foc., traduisait «en toute chose ». reconnaître les symposiarques sur les tessères - voir DFD, p. 221-222). Voir
224 - Voir M. SARTRE, 1996a, p. 392: «il peut aussi bien s'agir de fonctions aussi les références données par M. ÜAWLIKOWSKJ, 1990a, p. 2652.
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre 41

est daté d'avril 218. Un certain Taîbbôl, secrétaire ( bgrmty', Le seul cas vraiment explicite de mélange des fonctions
« à l'occasion de son secrétariat»), est honoré par le Conseil civiques et religieuses est fourni évidemment par Septimius
et le Peuple. L'inscription est très lacunaire, on ne connaît Worod, personnage sur lequel il faut revenir dès qu'il s'agit
donc pas les noms de ses ancêtres, ni à quelle occasion il de la Palmyre des dernières années du me siècle. Des dix
aurait offert une somme de 500 deniers pour une textes qui le concernent, CJS 3942 est le plus développé et
construction. M. Sartre fait l'hypothèse que cette somme le plus explicite sur ]es nombreuses fonctions qu'il a
représentait peut-être la summa honoraria du magistrat, à exercées. On a parlé de la caffière municipale du personnage
son entrée en charge. Mais, il ajoute que l'insc1iption semble (stratège et agoranome), mais il a aussi eu un rôle important
bien tardive pour une charge de secrétaire, «car la fonction dans la direction des caravanes. On apprend en outre aux
de grammateus semble étrangère aux colonies». Or Palmyre lignes 14-16 du texte grec ( seul conservé) qu'il a été
a reçu ce statut au plus tard en 217, donc au moins un an symposiarque des prêtres du dieu Bel (vuvE't Àaµnpcoç
avant l'inscription. Il est donc vraisemblable que le texte crnµnocriapxov 1:COV w[u ernu] L�1àç B17Àou lEpÉrov). Le
fait allusion à une charge et à des événements distants d'un texte est daté d'avril 267 par le CIS, ad lac., d'après sa place
certain nombre d'années 227• À paitir de ce texte, J. T. Milik dans la Grande Colonnade entre des colonnes qui portent
proposait une reconstruction assez intéressante : en effet, il des textes des années 576 et 578 de l'ère séleucide. Cette
identifiait Taîbbôl avec un certain tybwl br Jsms tybwl rb' date a été remise en question par D. Schlumberger 232, car
(CJS 4288 = PS 251 ; fig. 12), qui est représenté avec sur la les colonnes ne suivent pas d'ordre chronologique strict. La
tête le mortier caractéristique des prêtres 228• Or, ce buste date de la symposiarchie de Worod est donc comprise entre
appaitient au groupe IIDc défini par H. Ingholt, et date donc 267 et 271 ; il est probable d'ailleurs que, la fonction débutant
sans doute de la deuxième moitié du n e siècle 229• Le en avril, le texte date du premier mois d'exercice de Worod,
rapprochement entre les deux inscriptions est donc possible à moins qu'il ne l'ait exercée plusieurs années de suite.
chronologiquement, à la seule condition que le buste date
plutôt de la fin du rl° siècle et que la fonction de secrétaire ait Il semble donc que Worod soit le seul notable de Palmyre
été remplie de nombreuses années avant que Taîbbôl ne à avoir participé à ces deux types de carrière, auxquelles
reçoive les honneurs rendus par le Conseil et le Peuple 130• s'ajoutent de plus des fonctions importantes dans l'Empire
Une difficulté se présente : le buste a été restauré romain. Il est d'autre part étonnant que la famille d'Odainat
(l'araméen emploie le verbe bdt 211) par un certain Azîz, fils semble attestée pour des fonctions religieuses seulement sur
de Taîbbôl ('zyz br tybwl dy mtqr' 'bd'), peut-être un fils des tessères (RTP 485, 736, 746 et 787). Il semble pourtant
du prêtre, ou bien plutôt un parent quelconque. Cela signifie que ce ne soit pas en tant que symposiarques, mais à leur
donc qu'il y a de fortes chances que le buste ait été plus entrée dans le corps sacerdotal, que les fils d'Odainat ont
ancien, soit que la restauration ait été en fait la fourniture fait éditer ces tessères qui portent leur nom 233• H. Seyrig
d'un nouveau buste, soit qu'on ait réparé le buste endommagé pense que le nom d'Odainat est le patronyme commun aux
pour une raison ou une autre. Mais, ce qui est en fait le plus deux donateurs de banquet, et non le nom du prêtre. Il est
gênant est que, sur le buste funéraire, le nom de tybwl est possible pourtant que la tessère 746b qui représente deux
suivi du mot bbl («hélas») qui indique généralement que la prêtres, avec les noms de Haîran et Odainat, soit l'indication
personne représentée est défunte. Si Taîbbôl était déjà mort d'une éventuelle prêtrise de ce dernier 234• Le problème qui
à la fin du II siècle, il ne peut avoir été honoré en 218. Or il
e
se pose est celui du statut des noms inscrits : soit patronyme,
est peu probable que le texte lnv X, 13 lui confère des soit nom du personnage représenté 235• Il est vrai que sur les
honneurs à titre posthume. En effet, si le texte est lacunaire, 485a, 736a et b, le nom d'Odainat est inscrit dans le coin
une comparaison avec d'autres textes du même genre montre gauche, donc en position de patronyme dans le sens de la
que la formule btr dy myt ( «après sa mort») ne semble pas lecture (de droite à gauche), ce qui concorde avec
pouvoir trouver sa place dans ce qui reste de l'inscription. l'interprétation de H. Seyrig. Le problème est plus difficile
Les deux solutions (identification ou non) sont donc au moins pour le 746b, où le nom d'Odainat est à droite, donc en
aussi probables. On ne peut affirmer que ce prêtre a aussi première position dans le sens de la lecture. Or, Odainat est
été un magistrat important dans les institutions civiques de non seulement père d'un Haîran, mais lui-même fils d'un
la cité de Palmyre. autre Haîran 236•

227 - M. SARTRE, 1996a, p. 391-392. 232 - D. SCHLUMBERGER, 1942-1943b, p. 60, 11. 7.


228 - Sur les attributs des prêtres dans les représentations figurées, voir 233 - H. SEYRIG, 1963, p. 171-172.
R.STUCKY, 1973,p. 163-180. 234 - En ce sens, apparemment, R.STUCKY, 1973, p. 179, n. 6. (où il faut
229 - Voir M. A. R. CoLLEDGE, 1976a, p. 250 (entre 150 et 200). Le buste lire« RTP, 66, n" 485, 69, n" 736»).
est actuellement au British Museum. 235 - À ce sujet, on peut rappeler la remarque suivante : « la succession de
230-DFD,p. 112-114 et 147. deux ou plusieurs noms propres sur la même tessère peut exprimer, soit une
231 - J. T. Milik, DFD, p. 113 traduit par le verbe « restaurer», mais patronymie, soit une suite de plusieurs personnages distincts » (RTP, p. v).
D. Hillers et E. Cussini dans PAT, p. 363, préfèrent une autre interprétation 236 - M. GAWUKOWSKI, 1985, p. 251-261 et en particulier, p. 257, n" 13.
et traduisent ce texte : « that ,vhich PN (c'est-à-dire Azîz) installed».
42 Les notables de Palmyre

Numéro face a face b l'origine iranienne du personnage. Il se peut que l'absence


485 2 prêtres: f1ym 'dynt 1 prêtre: bwr[. .. J de patronyme soit une indication de l'origine étrangère à
736 2 prêtres: bym 'dynt 2 prêtres : whblt 'dynt Palmyre de Worod 2·rn_ Dans les Res Gestae Diui Saporis, il
746 2 prêtres: bly whblt 2 prêtres: 'dynt byrn est d'ailleurs fréquent que les noms ne soient pas suivis des
787 prêtre: whblt
patronymes, avec des variations notables pour des raisons
1 byrn 1 prêtre : whblt bym
qui m'échappent 2-11• Mais le nom« Worod » est extrêmement
Tessères de Palmyre représentant des membres de la.famille courant en Mésopotamie, en particulier à Hatra 2 2, ou bien -1

d 'Odainat (? ). encore en Élymaïde (lnv X, 114), pour prendre quelques


exemples dans les marges de l'Empire parthe.
Certes, il est possible que la tessère ait été gravée Néanmoins pour l'étude des fonctions de Worod à
à l'envers (voir RTP, p. 97, ad lac.) - puisque les deux Palmyre, telles qu'elles apparaissent dans le texte CIS 3942,
prêtres reposent sur le coude droit, ce qui est contraire à le problème de son identité et de son origine se pose avec
l'habitude-, et qu'on ait gravé l'inscription en commençant moins cl'acuité. Le dénommé Worod qui apparaît dans ce
par le patronyme. La reproduction (pl. XXXVI de RTP) est texte est, vers 267 au plus tard, citoyen de Palmyre et
trop sombre pour permettre d'en juger 237• Il faut aussi ajouter magistrat. Il exerce de plus des charges impériales
que sur l'autre face, on a deux figures de prêtres, avec deux (procurateur ducénaire) dès 258 (CIS 3938), et la
noms. Il est tentant d'identifier le Wahballat (whblt) symposiarchie après 266. Même si on n'est guère renseigné
mentionné avec un membre de la même famille, mais en sur le cas précis de Worod, cette dernière fonction est souvent
suivant la proposition de H. Seyrig (nom + patronyme), il en rapport plus ou moins étroit avec le culte impérial, et
s'agit plutôt d'un certain Belaî, fils de Wahballat (inconnu plus généralement avec les autorités romaines. Ce lien allait
par ailleurs). peut-être au-delà de simples coïncidences, et il pouvait être
Quoi qu'il en soit- et il me semble difficile de conclure devenu traditionnel de faire correspondre la charge de
définitivement-, il n'est pas possible d'exclure qu' Oclainat symposiarque et les bonnes relations avec Rome. Ce n'est
lui-même ait eu des fonctions religieuses au sein des thiases cl' ailleurs pas une coutume propre à Palmyre : le culte
les plus importants de la cité de Palmyre. impérial était une preuve de la loyauté des provinces vis-à­
vis de l'autorité romaine et devait donc être confié à des
La personnalité de Worod pose un certain nombre de gens qui pouvaient incarner cette loyauté, tout en étant
problèmes sur lesquels E. Will est revenu récemment 238• Tout représentatifs des élites locales 243•
d'abord, il n'est jamais appelé autrement que Worod, sans Ainsi en 140- 14 1, le symposiarque s'appelle
qu'aucun patronyme n'apparaisse, contrairement à tous les Casperianus Zénobios (H. SEYRIG, 1939, p. 320, n" 24a). À
notables de Palmyre qu'on a pu identifier jusqu'alors. C'est la tête des prêtres de Bel, il dédie une statue à un militaire
à mon sens un des meilleurs arguments pour affirmer romain de la IV Legio Scythica. Vingt-cinq ans plus tard, en
l'identité de Ouopw8riç, bouleute de Palmyre (H. SEYRIG, 166, le symposiarq ue, anonyme, est aussi prêtre des
1963, p. 161 = 1985, p. 277), avec AùptjÀ,rnç Oùopw8riç, empereurs et dédie des statues des empereurs Lucius Ven1s
chevalier et bouleute de Palmyre (CIS 3937), wrwd et Marc Aurèle 2 En août 193, le grand prêtre et
.\-1.

(CIS 4105 ter), 'louÀ,rnç Aùp17À,10ç I:rn1:iwoç Oùopco817ç (lnv symposiarque, Malikü dit Mezabbanâ, dédie aussi une statue
III, 3 revu par D. ScHLUMBERGER, 1942-1943a, p. 35) et d'un empereur, qui est cette fois sans doute Pescennius Niger.
I:rn1:1.�L10ç Oùopw817ç sptmyws wrwd (CIS 3938 à 3943) 23'1• Le nom de la personne honorée a en effet été martelé dans
Qu'il s'agisse d'un seigneur parthe ou perse, réfugié à les deux versions du texte, ce qui a fait supposer, à cause de
Palmyre lors des événements qui ont suivi l'arrivée au la date, qu'il s'agissait de Niger 2 5_ En avril 203, c'est un
-1

pouvoir des Sassanides, est une possibilité non négligeable. certain I:aÀ,�n7ç MaÀ,1xou 1:oû BmÀ,m8ouç (slm' br mlkw br
Mais les noms iraniens sont assez courants à Palmyre (voir blyd') qui remplit ces mêmes fonctions de grand prêtre et
ici le chapitre n), et rien ne prouve de manière définitive symposiarque (CIS 3970). Lui aussi fait dresser des statues

237 - Il serait intéressant de voir si l"exemplaire de Berlin (n" 746ter). sur entre 258 et 267 (et même avant. si la tombe 36 est bien celle de sa famille.
lequel les deux prêtres reposent sur le coude gauche. a la même inscription. cf. chapitre v1) et on se demande comment il pouvait en même temps être
ou si celle-ci est inversée. clans l"entourage de Sapor vers 260. Ce n"est pas totalement impossible. si
238 - E. WILL, 1996. p. 109-115. on considère par exemple qu'il était chef d'un parti« pro-perse» ù Palmyre.
239 - Idée déjà exprimée par H. SEYRIG, 1963, p. 167. et clone, qu'il pouvait être stipendié par les Perses à ce moment (voir
240 - Plutôt, bien sùr, que l'indication d'une origine non libre, comme c'est A. SARTRE-FAUR!AT. 1997, p. 259, 11. 2).
le cas pour un certain nombre de personnes à Palmyre, dont le nom simple 242 - Par exemple les n'" 60. 102. 123, 144, 189. 233. 261-263. 266-267.
(sans patronyme) indique qu'il s'agit d'affranchis. 243 - Voir F. QUASS, 1993, p. 150-151.
241 - Le fameux Worod, l'agoranome des Res Gestae Diui Saporis (ligne 244 - G. W. BowERSOCK, 1976, p. 349-355. On sait seulement qu'un des
67 du grec) ne porte pas, lui non plus, de patronyme. On ne peut ni affirmer, ancêtres du symposiarque s'appelait LWLCDvoç.
ni exclure qu'il s'agisse du même personnage. Le problème de date, 245 - lnv IX. 26; le nom du syrnposiarque est très mutilé ; en grec, on a
récemment souligné par E. Will (E. WILL, 1996, p. 111-112), est en effet ...Kat MEÇa��[ava...] wù MaÀ1xo-u rnù Zë�El ... et en araméen, mlk{w]
difficile ù résoudre. Il semble que Worocl était présent à Palmyre au moins ... mtqr' mzbn' br b ...
Chapitre l: L'identité c'Ïl'ique de Palmyre 43

impériales, pour six membres de la famille des Sévères. C'est On sait qu'au cours de la seconde moitié du III e siècle, le
d'ailleurs grâce à ces deux dernières inscriptions que culte impérial a tendance à disparaître 51 : cela rend moins
='

G. W. Bowersock justifie, de manière tout à fait étonnant son absence à Palmyre à la fin de la période et
convaincante, la restitution du titre de symposiarque dans le explique sans doute que de grands notables, comme en
texte de 166 2�6• particulier Worocl, n'y soient pas associés. Néanmoins, ce
Un cas un peu particulier est celui de Soados, fils de dernier apparaît à un moment où, semble-t-il, Palmyre rentre
Bôlîadâ, dont un texte de 145 indique qu'il aurait fondé à clans une certaine norme. Le principal magistrat de la cité
Vologésias un temple des Augustes ( « Ka\ KTtCTO'.VîO'. [È]v devenue colonie est en même temps grand prêtre de la
OÀoya[mafü vaov 1éôv L:.l�a01éôv ») . On reviendra au principale divinité. Bien qu'il n'y ait pas cl'attestation de ce
chapitre III sur le caractère surprenant de cette fondation, alors cumul avant les années 260-270, il faut sans cloute ajouter
que Vologésias appartient, semble+il, à l'Empire parthe. que cela est tout à fait attendu clans le cadre d'une colonie 252•
Ce qui peut arrêter ici est le fait que Soados n'exerce aucune De ce point de vue, comme E. Will l'avait parfaitement vu,
fonction publique et qu'il semble agir de sa propre autorité. Worocl est un des exemples les plus classiques fournis par
Le lien entre cet événement et le culte officiel des empereurs Palmyre, parmi les notables. C'est un haut magistrat de la
à Palmyre est difficile à faire. La première attestation colonie qui occupe tout à fait normalement de hautes
formelle du culte impérial à Palmyre date de 166, soit vingt fonctions religieuses. Il est en même temps intégré clans
ans après le texte de Soaclos 2�8• ll est curieux que ce culte l'administration impériale 253• Par comparaison avec les
apparaisse clans la documentation cl'abord hors de Palmyre autres notables connus à Palmyre, son cas peut sembler
(le texte a été de plus trouvé à Umm el-Amacl, à une atypique, mais il correspond par bien des aspects à un modèle
vingtaine de kilomètres au sud de l'oasis) et soit le fait d'un courant clans le reste de l'Empire. Certes, on ne peut réduire
personnage, certes important, mais qui, semble-t-il, n'a pas totalement son originalité et une fonction comme celle
de fonctions officielles. Il est probable que Je culte impérial cl'argapet n'a pas cl'équivalent clair ailleurs, quelle que soit
existait déjà à Palmyre avant 145, mais rien ne peut le l'interprétation du terme que l'on choisisse. D'ailleurs, les
confirmer. fonctions cl'Oclainat, au même moment, sortent aussi de ce
Il y a sans cloute des comparaisons à faire avec le reste cadre colonial, même s'il est difficile de les définir.
de l'Empire, où les grands prêtres du culte impérial sont
aussi des grands personnages, soit de la vie civique, soit
3. DES FAMILLES PRÉDOMINANTES
encore des prêtres de grandes divinités locales. On peut
prendre un exemple de ce dernier cas, à Assos, en Asie On voit clone qu'il est plutôt difficile de décrire de manière
Mineure. Le prêtre cl'Auguste à vie, Q. Lollius Philetairos détaillée la majorité des carrières de notables palmyréniens.
est en même temps roi (fonction religieuse : m:hprnç Pour éluder la difficulté, il faut s'intéresser, cette fois, non
�cxmÀEuç), prêtre de Zeus Homonoios et gymnasiarque au plus à des individus isolés, mais à des familles, au sens strict
témoignage du texte 1. Assas, 15 . Même si les textes ne comme au sens large. Pour la plupart des notables dont les
renseignent pas toujours sur cl'autres fonctions religieuses noms apparaissent dans le tableau, il est possible de retrouver
des prêtres impériaux, ceux-ci sont la plupart du temps aussi au moins une partie des familles auxquelles ils appartiennent.
magistrats ou liturges, et occupent des places élevées clans On pourrait ainsi arriver à définir un milieu de notables, clans
les hiérarchies locales. Ainsi à Salamine de Chypre 250, clans lequel se recrutaient de manière privilégiée les magistrats,
la seconde moitié du l"' siècle apr. J.-C., Servius Sulpicius mais aussi les symposiarques et l'ensemble de l'élite de la
Panclès Veranianus est honoré à plusieurs reprises, ainsi que ville qui apparaît clans la documentation. Même si tous les
différents membres de sa famille, pour les services qu'il a notables de Palmyre ne participent pas au même degré à la
rendus à la cité ou au koinon de Chypre (Kmvov Kurcpiwv). vie civique, et plus généralement aux activités publiques, il
Il a en effet été gymnasiarque, agonothète, a fait construire semble clair que les magistrats de Palmyre se recrutaient clans
le théâtre, peut-être le gymnase et l'amphithéâtre. Enfin, il a le même milieu que les fondateurs des grands tombeaux ou
été à trois reprises grand prêtre des Augustes pour l'île. les évergètes connus par les textes.

246 - G. W. 8üWERSOC:K, 1976. p. 352. 251 - S. R. F. PRICE, 1984, chap. ru.


247 - R. MOUTERDE et A. PüIDEBARD, 1931, p. ] 0] -] J 5, J. 22-13. 252 - Comme l'écrit P. LE Roux. 1998. p. 280. à propos de la partie
248 - On sait quïl existait. à Palmyre même. un temple pour ce culte: voir occidentale de l'Empire: « Les prêtrises faisaient pleinement partie d'une
les textes BS n" 48 (= J. CANTINEAU. 1936, p. 277. 11° 20, DFD. p. 309-31O. carrière municipale». Voir aussi p. 294 sur le flaminat (ou parfois pontificat)
et M. GAWLIKOWSKI, 1973a. p. 26. 11 ° 1, daté de 171). et M. GAWLIKOWSKI, du culte impérial comme étape la plus prestigieuse d'une carrière
1973a. p. 100 (cf. DFD. p. 315-316; le texte date de 272). Le premier texte municipale. lvlutatis mutandis. ces remarques sont valables aussi pour la
fait allusion à une statue équestre dressée clans le Caesareurn (Èv 1:ép partie orientale.
Km0ap21cp). le deuxième parle d'un [ ..va]ov 1:wv 2:E�O'.Cïîü)V. Il y a de 253 - Par la symposiarchie. il a peut-être à prendre en charge le culte
fortes chances pour qu · il s · agisse clu même bâtiment clans les deux cas. impérial. si celui-ci subsiste à Palmyre, comme le prouverait de manière
249 - = !GRR IV. 156 (cité par F. QuAss. 1993. p. 218. n. 806). tout à fait hypothétique le texte de 272 qui ferait allusion à un vaoç HÔV
250 - Su/omine de Chyp re XIII, p. 49-55. n"' 106-122. LE�O'.CïîWV ( voir supra).
44 Les notables de Palmyre

a. Famille de Bônnê angle ouest, que se réunissait sans nul doute le Conseil au
cours du II" siècle rn,_ Il est d'ailleurs symbolique que
Chronologiquement, un des premiers exemples de
l'évolution des honneurs reçus par ce personnage conduise
dynastie familiale est constitué par la famille de Bônnê. Elle
du temple de Bel à cette zone de l'agora, alors que cette
est attestée par un certain nombre d'inscriptions entre le milieu
dernière devient peu après un centre de l'activité de Palmyre.
du (1 siècle et le milieu du second 254• L'ancêtre le plus ancien
Cela ne signifie pas qu'on abandonne le sanctuaire de Bel
qui apparaisse dans les textes est un certain tymy, qui semble
pour honorer les bienfaiteurs de la cité 257, mais il est clair que
être l'arrière-arrière-grand-père du Bônnê dont le fils construit
la position de cette colonne, à cette date, n'est pas l'effet du
une tombe vers 52 de notre ère. En comptant 25 à 30 ans par
hasard. Certes l'agora date sans doute du début du II siècle 258•
e

génération (estimation moyenne), on peut remonter pour cet


Elle est clone postérieure à l'érection de la colonne. Mais cela
ancêtre à une date de naissance aux environs du début du ne signifie pas qu'il n'y ait pas eu, à cet endroit, un lieu de
1
( siècle av. J.-C. Cette date est plus récente que celle à laquelle 1
réunion des notables de Palmyre, dès le milieu du !" siècle.
on peut remonter grâce à la généalogie du plus ancien texte Le premier texte qui honore Haîran, fils de Bônnê, est
du sanctuaire de Baalshamîn (BS n" 60). daté d'avril 56 (mais d'avril 60 d'après la version
Du point de vue des générations, il existe un décalage palmyrénienne; Inv IX, 20). Il s'agit d'une inscription sur
entre les deux branches de la famille. Si on suit l'arbre une console de colonne du sanctuaire de Bel. Il est possible
généalogique de la famille, Ahophalî ( 'bply) est plus jeune que le texte ait été regravé à cet endroit lors de la construction
d'une génération que Bônnê, fils de Bônnê (bwn' br bwn'). du péristyle du sanctuaire, puisque cet édifice date du
Or ce dernier est proèdre trois ans avant une inscription u" siècle. Ce n'est pas le seul cas de regravure, on en connaît
posthume de son cousin. On peut considérer que Haîran, d'autres exemples dans le sanctuaire de Bel lui-même ou
fils de Bônnê avait environ 30 ans au moment de la encore dans l'agora. Il ne serait pas étonnant que l'inscription
construction de la tombe, et donc un peu plus de 50 ans en ait été reprise au moment de la construction du péristyle, vu
74, quand il est honoré par le Conseil. Avec un intervalle de l'importance du personnage et de la famille, d'autant plus
25 à 30 ans entre les différentes générations, on arrive à un que cette dernière comptait encore des membres influents
âge assez avancé (pour l'époque) pour le proèclre de 137, au cours du 11" siècle. Ce texte est une dédicace honorifique
puisqu'il est probablement né vers 75 ou 80 de notre ère. faite par les prêtres de Bel (tEpÊiç 8wü �LEyiohou Litàç B11Aou]
Son cousin Ahophalî, décédé en 140 (ou peu avant), est donc et km1y' dy bl) « en son honneur, pour sa bienveillance »
né aux alentours de 1 00. (1El�L1Îç Ko:'t EÙvoio:ç ËVEKEV). L'absence de l'équivalent de
Le personnage le plus important de la famille semble être cette formule, ne serait-ce que sous la forme lyqrh, est
Haîran dit Rabbel (bym dy mtqr' rb ']) qui apparaît clans un remarquable. Comme le note J. Cantineau, clans son édition
grand nombre de textes 255• Le plus intéressant dans sa carrière du tome IX de l'lnl'entaire (p. 3 1 ), il s'agit sans doute d'une
est la période pendant laquelle il s'illustre. En effet, les dates omission du lapicide. On voit mal sinon quelle serait la raison
des inscriptions le concernant s'échelonnent d'avril 52, de cette absence. Néanmoins, outre cette erreur, il y a une
rnürnent üÙ il fait cünstrnire sa tümbe, à juillet 74, quand il discordance des dates entre les deux versions. La somme de
est honoré par le Conseil et le Peuple. Ce dernier texte présente bizarreries est assez importante. On aimerait pouvoir
la particularité d'être trilingue, mais surtout, d'être la première l'expliquer de manière simple...
dédicace honorifique mentionnant le nom du Conseil (voir Le meilleur commentaire qu'on puisse faire de ce texte
annexe V). À ce moment, le Conseil est sans doute de création est de citer l'autre dédicace honorifique en l'honneur du
relativement récente; on voit clone l'intérêt qu'il y a à avoir même Haîran, inscription postérieure de dix-huit ans, mais
ce texte, un des témoignages les plus anciens de la mise en qui a probablement des liens étroits avec le texte d'avril 56.
place des institutions civiques de Palmyre. C'est la première attestation de la formule courante EÙCTE�17ç
Ce qui renforce encore son importance est le lieu de sa Ko:'t cptÀÔnmpK dont on a parlé dans la première partie du
découverte, sur une colonne honorifique, à l'extrémité sud chapitre. Là encore, la version grecque du texte 259 est
de l'avenue qui part du théâtre et près de l'agora de Palmyre beaucoup moins précise que l'araméen et il faut se tourner
(voir pl. 8). C'est à cet endroit d'ai11eurs que le texte se trouve vers celui-ci pour comprendre précisément de quoi il s'agit.
encore, là où s'ouvre clans l'enceinte la porte « du théâtre ». En fait, le grec indique bien dans quel domaine Haîran s'est
Or c'est dans cette zone, de l'autre côté de l'agora, clans son illustré, mais on en reste à des mots courants. Le texte

254 - Le texte M. RoDINSON. 1950, p. 137 est daté d'avril 52 et C/S 3927 sanctuaire de Bel sont datées du 11' siècle, en particulier cle la première
de juillet 140. moitié.
255 - Outre M. RODINSON. 1950. p. 137 ; fm, IX, 20 ; J. CANTINEAU, 1933, 258 - E. WILL, 1992, p. 123.
p. 175 n" 2b déjà cités, il est probable qu'il apparaisse aussi clans les cieux 259 - Comme d'ailleurs la version latine qui traduit E'ÙCTE�17ç par« pius »
textes suivants : J. CANTINEAU, 1933, p. 183-184, n" 7a ('?), et lnv XII, 42 ce qui est normal, mais utilise comme traduction cle <plÀorca1p1ç une pure
('?). et simple transcription, « philopatris ». Ce mot est inconnu en latin (voir
256 - Cf. J.-C. BALTY, 1991, p. 50-56 et 591-593. F. MILLAR, 1995, p. 413, à propos de ce texte).
257 - Un grand nombre des inscriptions honorifiques qui proviennent du
Chapitre I: L'identité ci1 1ique de Palmyre 45

palmyrénien est tout à fait clair : Haîran est félicité par le magistrat). Le second, Bônnê, fils de Haîran est apparemment
Conseil et le Peuple pour « avoir fait des décorations dans symposiarque au tournant du siècle, et marque l'emprise de
les édifices de leurs dieux». Le texte grec, restitué grâce à la famille sur le culte le plus important de Palmyre. Enfin,
l'araméen, utilise le mot K[o0µ11îhiv. J. T. Milik, après son fils est proèdre en 137, au moment où le Tarif renouvelle
J. Starcky, propose la correction éventuelle de : « les édifices 1'organisation douanière de la cité. Il ne faut certes pas
de leurs dieux», par : « les édifices de Bel, le dieu» 2 1• Cette 6(
exagérer l'importance de ce texte. Il l'est surtout pour la
correction est tentante, car elle correspond tout à fait au texte recherche moderne, pour des raisons qui n'auraient pas
de 56, qui est le fait des prêtres de Bel. Néanmoins, si elle frappé les contemporains de Bônnê, fils de Bônnê 265• Ce
est aussi probable que l'autre, elle ne semble pas tout à dernier, en tout cas, occupait une fonction importante dans
fait assurée. De toute façon, il est clair que Haîran a les institutions de Palmyre, à la tête du Conseil qui regroupait
contribué à l'embellissement et la décoration du temple de probablement les notables de la cité. Néanmoins, cela ne
Bel 261• Il a peut-être aussi agi en faveur d'autres bâtiments signifie pas qu'il détenait par là un pouvoir énorme. On n'a
religieux mais il est impossible d'entrer dans les détails sur jamais retrouvé de texte le concernant, mais son nom est
ce point. cité dans une inscription, seulement parce qu'il se trouvait
Étant donné la place prééminente de Haîran clans la diriger la séance alors que le Conseil prenait une décision
société palmyrénienne, ainsi que ses relations importante. Certes, un grand nombre cl' inscriptions
privüégiées avec le sanctuaire de Bel, il est tout à fait tentant honorifiques qui concernent les notables de Palmyre ont
d'identifier le dénommé bw[n]' br bym de la tessère RTP 463 disparu, et rien n'interdit que les recherches futures fassent
avec un membre de la même famille. Les éditeurs du recueil connaître une inscription par laquelle le Conseil le remercie
des tessères (RTP, p. 203) en font le père du proèdre pour tel ou tel bienfait.
mentionné par le Tarif, bwn' br bwn' br byrn (BCDvvrnç La succession de ces trois membres de la famille est
Bcovvrnuç îOÙ A1pavou). Bônnê, fils de Haîran aurait donc tout à fait caractéristique et sans cloute significative du
été symposiarque aux alentours de la fin du l"' siècle 262 et il fonctionnement de la cité. C'est en effet le premier,
pourrait être le chaînon manquant entre Haîran des années apparemment sans fonctions officielles, qui semble être le
50-70 et le proèclre de 137 (voir l'arbre généalogique en personnage le plus important des trois. Les deux autres,
annexe XVII). L'onomastique correspond assez bien, tout symposiarque et proèclre, clone au sommet de la hiérarchie
comme les dates, car il est peu probable qu'il se soit écoulé civique, ne semblent pas avoir eu le même rayonnement.
plus d'une génération entre ces deux personnages. Un On peut même soupçonner que leur position sociale est une
possible frère du symposiarque est un personnage connu par conséquence de l'action de leur père et aïeul, véritable
une inscription de Cos 263• Il s'appelle en effet Pa��llÀ fondateur de la fami11e. La mère et le père de Haîran bar
A1pavou (rb' 1 br byrn), ce qui correspond bien à Bônnê sont connus par le texte de fondation du tombeau de
l'onomastique familiale 264, mais l'inscription est difficilement famille (en 52 apr. J.-C.) 266, mais rien ne permet cl'affirmer
datable. que leur situation particulière dans la société de Palmyre a
Les différents membres de la famille illustrent presque pu contribuer à la position de leur fils.
tous les cas de figures mis en lumière. Le premier, Haîran Inversement, il n'est pas possible non plus de parler pour
dit Rabbel, est indubitablement un notable, il est lié aux celui-ci cl'ascension sociale ; on peut éventuellement penser
grands bouleversements institutionnels et religieux qui que la construction par Haîran d'un tombeau pour ses parents
touchent la ville de Palmyre, mais il ne semble pas participer est le signe cl'une arrivée récente parmi les gens assez riches
directement aux activités civiques (au moins en tant que pour pouvoir payer la construction d'une tombe. Mais sa

260 - J. Starcky, clans lnv X, p. 16 et J. T. Milik, DFD, p. 226. une traduction du texte palmyrénien, mais penche pour le I" siècle av. J.-C.
26 l - Il faut faire état ici de la théorie intéressante cle M. Pietrzykowski (à cause de l'aspect archaïque des lettres clu palmyrénien). Ce serait clans
(1997, p. 119-133): selon lui, la construction clu temple s'est faite en ce cas un ancêtre de Haîran, fils de Bônnê. Vu la fréquence de ces noms
plusieurs étapes, et la dédicace de 32 (lnv IX, l) n'est que celle de l'aclyton clans l'onomastique palmyrénienne, son appartenance à la famille est
nord. Haîran bar Bônnê se serait distingué clans la seconde phase de seulement possible, mais n'est en rien assurée.
construction. Les travaux se seraient achevés (en particulier le toit) avant 265 - Parmi celles-ci, la plus importante est sans cloute qu'il s'agit du plus
108. long texte épigraphique connu en araméen cl'époque romaine et qu'il permet
262 - Selon l'interprétation assez convaincante de J. T. Milik, DFD, cle connaître de cette langue autre chose que des formules stéréotypées.
p. 226-227. Mais, comme on l'a vu, il constitue aussi un témoignage de première main
263 - G. LEVI DELLA VIDA, l 939, p. 883-886 avec la lecture corrigée de R. Du sur le caractère hellénisé de Palmyre et sur ses institutions. Il renseigne de
MESNIL DU BUISSON. 1942-1943, p. 133-134 qui fait ce rapprochement plus sur les proclui ts qui étaient l'objet du commerce local.
prosopographique. 266 - M. RoDINSON, 1950, p. 137. La mère de Haîran se nomme BcxcxÀ8rncx
264 - D'après M. Segre, clans G. LEVI DELLA VIDA, 1939, p. 883, lïnscription b' !tg; on donne son patronyme (brt bl./;wry, « fille de Belshûrî ») uniquement
est datable (d'après l'écriture cle la version grecque) des alentours de 100 en araméen et elle n'appartient pas à la même tribu que son mari. Ce dernier,
cle notre ère (lettres d'aspect ancien, mais la barre du 0 incite à penser à comme ses enfants, appartient aux bny myt' (« Bené Mîtâ »), alors qu'elle
l'époque de Trajan). Il pourrait clone s'agir d'un deuxième fils de Haîran est dite dy 11111 pbd bny gdybwl (<< de la tribu des Bené Gaclclîbôl »). Sur
bar Bônnê. peut-être commerçant en Égée. Le critère de datation est cela. voir iJifi·a, sur les tribus et chapitre v. sur la place de la femme.
néanmoins assez douteux. J. STARCKY, 1952. p. 90, n. 11 donne seulement
46 Les notables de Palmyre

généalogie assez longue permet de penser qu'il appartient à vraisemblablement d'un décret en l'honneur d'un personnage
une famille plutôt ancienne, même si on sait aussi que ces dont le nom est perdu. 11 est remercié d'avoir instauré une
longues lignes de parenté ne sont pas forcément fiables. fondation, avec des dons d'objets pour le culte (Àaµncxç),
Le dernier membre connu de la famille s'appelle un sacrifice et une Èniôocnç TlJ �ouÀ1J atfüoç (« un don au
Ahophalî, fils d'Haîran. Il est honoré par le Conseil, pour Conseil pour toujours»).Comme dans le texte C/S 3927, le
avoir promis à celui-ci un don perpétuel (bd.8ocnç a1.covia), décret émane vraisemblablement du Conseil. Le reste du
ainsi qu'un sacrifice (8ucria) 267• L'inscription rappelle texte donne une date qui est celle du sacrifice prescrit (le
1 'ensemble des bienfaits accomplis pendant sa vie. L'araméen 26 janvier) et rappelle les autres preuves de générosité du
comporte la formule classique btr dy myt (« après sa mort»), personnage, déjà honoré par le passé (npoç 1ak cxÀÀaK
qui devient en grec, tout aussi habituellement, �tv11�n7ç xcxp1v. [m'n]ou cjnÀOTE[l�llO'.K à]vElÀlW�tÉv[l7v ?]).
C'est au moment de sa mort qu'il a dû être honoré, et la liste Il se peut aussi qu'Ahophalî ait voulu remercier le
des bienfaits qui lui valent cet honneur concorde bien avec Conseil pour une raison qui reste inconnue (peut-être d'autres
l'âge relativement avancé qu'on peut lui accorder d'après honneurs antérieurs) et que ce soit la raison de ce don. Le
des critères généalogiques. Il a promis ces dons, et cette fait qu'on précise qu'il s'agit cl'un don ( Èni8omç) mais aussi
promesse se trouve peut-être réalisée au moment de sa mort d'un sacrifice peut être une indication. Il faut sans doute
(par le biais de dispositions testamentaires à cet effet ?), ce chercher la solution dans le domaine religieux, mais cela
qui entraîne de la part du Conseil le décret dont on a ici le laisse un vaste champ de possibilités. Qu'il ait promis de
résumé. faire un don auConseil est certain, mais seul le texte araméen
On peut s'interroger sur les fonctions qu'il a pu avoir à est explicite et met sur le même plan le don au Conseil et le
Palmyre.Aucune n'est signalée dans le texte, mais il semble sacrifice (mgd br[m]' l'Jm' w [m}qlwt'), en les opposant
avoir eu des relations étroites avec le Conseil, puisque ce nettement aux objets sacrés offerts à trois divinités ( w' qm
dernier le remercie d'un don fait en son honneur (mhîj [m]br[m]n). Sans cela, on aurait pu penser qu'il y avait, d'une
désigne évidemment 11 �ouÀ1i, qui est le dédicant de part un don au Conseil, et de l'autre un sacrifice et des dons
l'inscription). À quel titre Ahophalî a-t-il été bienfaiteur du aux dieux. En fait, il est possible que les trois soient sur le
Conseil ? La question mérite d'être posée. C'est une des même plan et que le sacrifice fait par les autorités du Conseil
seules attestations d'une telle générosité envers une doive être perpétuel et en l'honneur des divinités pour
institution de la cité de Palmyre. Une éventualité serait qu'il lesquelles Ahophalî a fait ces dons.
a fait partie de cette assemblée, peut-être même en tant que Un texte découvert dans les ruines du camp de
proèdre, et qu'il a fait cette promesse pendant l'exercice de Dioclétien a été rapproché de celui-ci par différents
ses fonctions. commentateurs. Il s'agit d'une inscription grecque sur une
Ce qui est sûr, si on compare le vocabulaire utilisé avec stèle à édicule en bas-relief . Un sacrifice holocauste
celui de décrets contemporains du monde grec, c'est que ([6ÀÔ]K[a]ucr1[o]v 8[ucria]v) est prescrit chaque année, le jour
l'expression employée est courante.C'est de cette manière bon (Kaî'Ëîoç îÎ] àya8îj 11�tÉp�), pour toujours. Le décret
qu'on décrit l'activité de notables qui font des dons résumé en C/S 3927 rappelait un événement de ce type, et la
volontaires à leur cité, parce que celle-ci n'a pas les moyens seule chose qui puisse étonner est que la fondation ait été
de subvenir à tel ou tel poste de dépense.C'est en particulier faite en faveur du Conseil et non d'un collège de prêtres ou
le cas pour la construction de bâtiments publics 26�. Il faut d'un thiase.
ajouter qu'il arrivait souvent que les notables n'étaient La deuxième partie de l'action de Ahophalî est beaucoup
volontaires que nominalement et qu'ils étaient forcés de plus courante à Palmyre : il a fait des offrandes aux dieux
céder à la pression« amicale» de leurs concitoyens.Ce type Malakbel, Gad Taîrnaî (en grec Tux11 0m�ternç et
de don perpétuel (fondation pour un sacrifice périodique), Atargatis, que le grec appelle« dieux ancestraux» (rcmpcpoi.ç
en faveur d'une assemblée est connu par plusieurs textes 8rn1ç). On remarquera, après J. T. Milik, DFD, p. 73, que
d'Asie Mineure 269• l'ancêtre le plus éloigné de la famille porte le nom de tymy
On a aussi un exact parallèle de ce genre d'attitude dans (voir l'arbre ci-dessus). La famille de Bônnê qui appartient
un texte très lacunaire publié par H. Seyrig 2111• Il s'agit au clan des bny .s't, de la tribu des bny myt', participe donc

267 - CIS 3927. daté de juillet 140. Le personnage s'appelle AoqlCXÀ.Etç dans un cadre plus général. Pour tout ce qui concerne l"évergétisme civique
Atpcxvou wû :I:cx�cx wû Atpcxvou wû Bcovvrnuç en grec. et '/Jply br et les constructions religieuses, voir le chapitre 1v.
�1yrn .sb' br byrn bwn' .s't en araméen. 270 - H. SEYRIG, 1939, p. 319-320. On a un autre exemple de don au Conseil
268 - Voir F. Qw,ss, 1993. p. 200-229 et les exemples qu'il a rassemblés avec le texte H. SEYRIG, 1937, p. 372 (voir chapitre 1v).
aussi bien pour l'époque hellénistique que pour !"Empire. Pour la situation 271 - lnl' VI. 13 (complété par H. SEYRIG, 1933c. p. 277-279, et
à Palmyre et l'évergétisme en général clans cette cité. voir le chapitre 1v. ci­ M. GAWLIKOWSKL 1973a. p. 96-97 qui cite la bibliographie).
clessous. 272 - Il faut comprendre 0ext�LEtoç comme correspondant au nom courant
269 - Voir 1. L1�vY. 1895, p. 228-229. On trouvera de nombreux exemples Taîmaî (tymy), et cette divinité est donc la« Fortune de Taîrnaî ». souvent
de fondations en faveur du Conseil clans le recueil de B. Laum (1914, L associée à Malakbel sur des tessères ( RTP 135, 273-277, 279).
p. 160-161) : le vocabulaire de 1'inscription de Palmyre entre tout à fait
Clwpitre l: L'identité cil·ique de Palmyre 47

encore au 11" siècle à ce culte ancestral, bien qu'aucun des politique à Palmyre pendant plusieurs générations. Certes,
deux descendants connus à cette période ne juge utile de deux frères sont honorés dans les années 10 et 20, on l'a vu
rappeler le nom de la tribu. Le nom du clan particulier ( bny plus haut. Néanmoins, ils n'ont pas de fonction officielle
s' t) fonctionne comme un éponyme et il n'apparaît que clans dans les textes. On pourrait aussi prendre l'exemple de
la version araméenne de CJS 3927, accolé au dernier nom l'oncle et du neveu, tous deux symposiarques en 30-31 et
cité dans la lignée d'Ahophalî. dans une des années qui suivent 276• Mais cette identification
Par un phénomène courant, la généalogie de ce est seulement hypothétique, surtout dans le cas du neveu.
personnage remonte jusqu'à l'ancêtre qui semble le plus
important, celui qui a donné son lustre à la famille. Il n'est
b. Famille de Nashûm (nswm)
pas étonnant que ce soit justement Haîran, fils de Bônnê.
Les versions araméenne et grecque de la généalogie sont Le cas le plus remarquable peut-être est celui de la
différentes ; dans la première, on peut noter 1'omission famille de Nashûm (nswm), qui est attestée entre 11 9 et 265,
fréquente du mot bar (br) qui signifie« fils de » : ainsi entre et qui fournit à la cité au moins deux symposiarques, un
le nom du père et celui du grand-père et entre celui de Haîran proèdre et un stratège-agoranome. C'est à cette famille
et ceux de son père et de son grand-père. L'article est au qu'appartient le personnage honoré en Inv 106. C'est de
contraire présent partout dans le grec, comme il est normal. lui qu'on a parlé un peu plus haut pour douter de son
Il faut sans doute, au moins en ce qui concerne identification avec le symposiarque nswm mlkv1' nswm
l'onomastique, donner la préséance à la version sémitique. 773). Si on peut clouter de l'identité des personnages
Il est probable que les Palmyréniens ont mieux su donner cités par ces deux documents, il est en revanche indéniable
leur nom clans leur langue natale, ou du moins qu'ils savaient qu'ils appartiennent à la même famille. Le nom nswm est
mieux exprimer ce qu'ils voulaient montrer de leurs assez rare à Palmyre 277, et J. T. Milik a montré qu'il était
généalogies, selon leurs propres catégories. À chaque fois, possible que toutes les attestations du nom se rapportent à la
le nom simplement en apposition est à comprendre comme même famille, car l'alternance mllüv et nswm est présente
le nom de famille, celui qui permettait de reconnaître le clans toutes les généalogies 21K. Le texte lnv pour un
personnage clans la foule des homonymes 2n. Haîran n'était proèdre ( ... brmlkw nswm), est la première attestation datée.
pas un nom rare, et il fallait ajouter Shabâ ( sb') ou Bônnê Si vraiment il ne manque qu'un mot au début de la première
( bwn ') pour permettre de savoir à qui on avait affaire. Il est ligne cl'lnv X, 1 06, l'inscription publiée par M. GAWLIKOWSKI,
tout à fait probable que Shabâ soit le père de Haîran et donc 1976, p. 200 a été faite en l'honneur de son père (MaÀ1xoç
le grand-père de Ahophalî, de même que Bônnê est le père NaacrnwLOu) et de lui-même, ou d'un de ses frères
de l'autre Haîran, mais cela n'est pas entièrement certain. (Naaaouµoç). Son grand-père Nashûm a sans doute vécu
Ce qui est absolument exclu, en revanche, est que Haîran, au !"' siècle apr. J.-C. et il est le fils d'un certain
fils de Bônnê soit le petit-fils du Shaat ( s't) dont le nom suit Law1nyEPWL0ç. Nashûm est apparemment devenu1'éponyme
le sien clans la généalogie de CJS 3927. Comme on l'a vu, du clan, peut-être parce qu'il était un personnage important
c'est un nom de famille qui est aussi bien celui de Haîran, le mot br, « fils de » n'est en tout cas pas dans le texte lnv
fils de Bônnê, que celui de Ahophalî lui-même. l 06 et c'est ensuite ce nom qui clôt toutes les généalogies
Il semble bien que l'histoire de la famille s'achève ici, de la famille, alors qu'il n'est plus fait de référence à
avec la mort cl'Ahophalî vers l'année 140 de notre ère 274• Sampsigeram 279•
Les descendants qu'ils ont peut-être eus, ou bien n'ont pas En 119, ... br mlkw nswm est donc honoré d'une statue
laissé de traces épigraphiques 275, ou bien n'ont pas jugé utile par le Conseil, sans doute à cause de son action en tant que
de rappeler l'existence de leurs glorieux ancêtres. proèclre. Il est fort possible que le personnage dont la tessère
On éprouve quelques difficultés à trouver d'autres RTP 773 rappelle le nom soit un frère du proèdre, mais cela
exemples de familles qui occupent le devant de la scène est incertain, car1'alternance des noms mlkw et nswm rend

273 - Voir J. T. Milik, DFD. p. 87 : il pense pouvoir répartir les « tribus 275 - À moins qu · elles n · aient pas encore été retrouvées. La seule exception
palmyréniennes en fractions. clans, grandes familles. en partant des est peut-être un certain Hélioclôros Iarhibôlâ. fils de Haîran Bônnê (hlyclwrs
"surnoms". indiqués comme tels. formellement. par l'expression cly mtqr'. yrbbw/' br byrn bwn ') dont on connaît un affranchi en 213 par le texte
ou bien sous-entendus par l'omission de bar, "fils" ». Il faut noter néanmoins H. lNGHOLT. 1935. p. 99. n" V III. On ne sait rien de plus sur ce personnage.
la prudente remarque qui suit ce développement: « soit dit en passant, la 276 - Voir les deux premières lignes du tableau. en annexe I : /.sms br 1ybwl
présence ou l'absence de ce terme de parenté devient parfois d'interprétation br.skyb! serait le syrnposiarque de 30-3 l. année de la consécration du temple
assez délicate. Son absence est en particulier frappante sur les courtes de Bel ([111• IX. 1); son neveu. 'bl'ly br mqymw br tybwl, lui succéderait
épigraphes funéraires (légendes de buste. etc.) ». Voir chapitre 11. peu de temps après (RTP 93 et 638).
274 - li s'agit aussi de la dernière trace qu·on ait d'un descendant des 277 - J. K. STARK. 197 l . p. 40.
membres de la tribu des Bené Mîtâ ( bny my(). tribu dont la dernière 278 - DFD. p. 235-237. Sur la famille. voir aussi M. GAWLIKOWSKI. 1976.
attestation datée est de 84 (J. CANTINEAU, 1938. p. 76-77. n" 29). Le texte p. 200-201. On trouvera clans l'annexe XVH un essai de reconstitution de
cle Doura-Europos. qui mentionne les Bené Mîtâ. archers, date peut-être du l'arbre généalogique de la famille.
milieu du u' siècle. Mais il ne cite aucun nom de personne (R. Du MESNIL 279 - Il est possible aussi que le nswm éponyme soit un ancêtre encore
DU Bu1ssoN. 1939. p. 18. n" 33 = Pre/. Rep. VII/VIII. p. 279. n" 909). plus éloigné.
48 Les notables de Palmyre

toutes les combinaisons possibles. Il est de même possible des indigènes, sans qu'il soit besoin de faire intervenir des
que les tessères RTF 778 donne le nom d'un symposiarque carrières militaires. Celles-ci ne sont évidemment pas exclues,
('Io'ÛÀrnç Bc:iacroç, nswm br zbd' mlkw nswm) qui serait le comme le prouve le texte latin Inv VIII, 204, épitaphe latine
neveu de nswm mlkw nswm, en même temps qu'un citoyen d'un cavalier de l'Ala Ulpia singularium. Mais il y a de fortes
romain. On peut en rapprocher également la tessère 837 qui chances qu'il ne s'agisse pas d'un Palmyrénien, mais d'un
donne le nom complet en araméen et les numéros 847 et 872 soldat venu d'une autre partie de l'Empire, mort à Palmyre à
qui donnent simplement le nom Bcicrcroç en grec. La 1'époque de Commode 284•
tessère 778 présente la particularité cl'être une des rares à Le texte WADDINGTON 2572, daté d'avril 178, donne une
porter une inscription en grec, et un des deux seuls cas de autre date (fig. 13). Comme il s'agit d'un affranchi d'un
tessère bilingue ('Io'ÛÀ1oç Bâcrcroç et sur l'autre face nswm C. Iulius Bassus, on peut sans mal remonter dans leu" siècle
[br zbd]' mlkw nswm). L'autre exemple (RTP 669) porte sur pour la date du patron. On retrouve le même cas de figure
une face le nom Z11v6�10ç et sur l'autre br'th zbd'. Comme avec le texte Inv XI, 5. Une affranchie d'un certain Bassus
le note A. Caquot 280, à propos du nom de Z11v6�1oç, celui-ci (bss en araméen) fait une dédicace à« celui dont le nom est
« correspond souvent au palmyrénien zbyd'». Il est possible béni à jamais», en février 1 65. Ce Bassus semble être
qu'il s'agisse clans les deux langues du nom du personnage. d'origine sémitique, puisqu'il est fils de Manû (m'nw), mais
Cependant, le patronyme sur la face araméenne devient le nom du grand-père est occidental 285• Comme on le voit,
apparemment le nom sur la face grecque, ce qui est curieux. les dates correspondent assez bien et il est tentant de placer
C'est pourtant la solution la plus simple et le nom le symposiarque du même nom vers le milieu de ce siècle. Il
zbyd' fonctionnait peut-être comme une sorte de nom de faut cl' autre part rappeler que le nom Bassus est fréquent
famille, qui était utilisé couramment. Ce peut être une clans les inscriptions grecques de Syrie; il s'agit d'une
indication pour RTF 778, qui donnerait alors les deux noms conséquence de l'homophonie entre deux noms courants en
du personnage. latin et en sémitique. L'adaptation a dû être facile et explique
La principale difficulté posée par le rejet de la popularité du terme 2N6•
l'identification entre les personnages de Inv X, 106 et RTF 773 Le dénommé nswm br zbd' nzlkw nswm (RTF 778) a
est cl'ordre chronologique. Si le symposiarque de la tessère clone vécu au milieu du n" siècle, et l'on a du mal à établir
n'est pas le proèdre honoré en 11 9, on perd alors toute quelle est sa relation précise avec le proèclre d'Inv X, 106.
indication de date. Il est néanmoins possible cl'en avoir une D'après les dates, celui-ci peut être son oncle ou bien son
idée assez précise, grâce aux noms grecs du second père. Dans ce dernier cas, on aurait le même type cl'alternance
symposiarque. 'Io'ÛÀ1oç Bcxcrcroç n'était peut-être pas un père-fils entre fonctions religieuses et fonctions civiques que
vétéran, comme le pense J. T. Milik 281 ; il y avait cl'autres clans la famille de Bônnê. Il est tentant aussi de faire du
moyens de devenir citoyen, et on ne peut assurer que le service symposiarque nswm mlkw nswm l'oncle de nswm brzbd',
militaire soit la seule voie cl' accès des notables palmyréniens en particulier à cause des relations bien connues entre oncle
vers cet honneur. Ce savant a rassemblé les exemples de Ju/i; paternel et neveu 287• Mais il faut répéter que cet oncle n'est
Bas.si, assez fréquents à Palmyre . Cette fréquence est sans pas nécessairement la même personne que le proèclre, car il
cloute à mettre en rapport avec la présence en Syrie, aux est tout à fait possible qu'il y ait un autre frère 2N8• On est de
alentours de 116, du légat propréteur C. Iulius Quaclratus toute façon clans le domaine de l'hypothèse, mais celle-ci a
Bassus 283• Cette présence clans la province dont dépend pour but principal de montrer que la reconstruction proposée
Palmyre explique suffisamment que ce nom soit porté par par J. T. Milik, sans être aucunement impossible, est loin

280 - « Remarques linguistiques» clans RTP, p. 179. zbd' et zbyd' ne sont arabe utilisé comme nom propre a pu par contre être facilement hellénisé
pas la même chose: le premier est un hypocoristique d'un nom théophore, grâce à une quasi-homonymie avec Boss11s!Bâ00oç. »
et le second un participe passif(ibid.. p. 172). Néanmoins Z17vô�1oç pouvait 287 - Sur ce point, voir la succession de Jsms br tybwl br iJkybl et ùe son
être choisi comme équivalent en grec pour les cieux noms, comme il l'était neveu 'bl ïy br mqymw br tybwl, aux cieux premières lignes du tableau en
aussi parfois pour zbdl' (voir par exemple C/S 3932 et plus généralement annexe I (voir aussi DFD, p. 222, n'" 1 et 2) ou bien encore zbycl' br 'Jhs'
le chapitre 11). Comme le fait remarquer F. V illeneuve, zbyd' est peut-être br ::,'dy (RTP 775 et C/S 4187) et son neveu 'Jh<i' br lym.s' br 'JM' (CJS
en rait unclirninutifcle zbd' (schème arabe.fi,·ur/u). 4187 et RTP 695 et 725). dans DFD. p. 253. 11"· 25-26. Enfin. il faut rappeler
281 DFD. p. 235. le texte lm· X. 24: Haclclùclan. fils de Hagegù a consacré au dieu Bel. à ses
282 - DFD. p. 236-237: WADDINGTON 2572 (=AAESIII. B. 353): lnl' VIII, frais, son neveu. Hacldùdan, fils de Alaîshâ. Ce neveu, fils de son frère. est
204: /m• XI, 5; BS n" 47. sans cloute devenu prêtre à cette occasion(cf. H. SEYRili, 1941b, p. 267-270).
283 - H. SEYRIG, 1941a. p. 174. Voir chapitre v, infi·o.
284 - Voir pourtant, H. SEYRIG. 1933a, p. 161-162, qui ne semble pas exclure 288 - Il y aurait clone trois ou quatre frères à cette génération : le
totalement l'origine locale. symposiarque niiwm mlkw n.swm, le proèclre ...br mlkw n.swm, le père de
285 - 'rq/ws pour l'éditeur cl'/nl' XI: J. K. Stark (1971. p. 73) l'interprète n.<iwm br zbd' (peut-être le même que le proèdre) et enfin sm.<igrm br mlkw
comme la transcription du 110111 grec Arktos. J. T. Milik préfère la lecture br n.<iwm. père de lm' de C/S 4508 (PS 376). Ce dernier appartient sans
'clmtws. transcription ùu nom latin Aùmetus ( 'clmtws, DFD, p. 237 est une cloute lt la même génération, pour des raisons stylistiques. Le portrait de sa
erreur typographique). Quelle que soit l'interprétation qu'on retienne. fille, aujourd'hui au British Museum. est daté de la première moitié du 11'
l'origine non sémitique ùu 110111 semble indéniable. siècle, ce qui correspondrait assez bien avec les dates des autres membres
286 - A. Caquot.« Remarques linguistiques» clans RTP, p. 167 : « Le terme de la famille.
Chapitre l: L'identité cfrique de Palmyre 49

cl'être assurée. De plus, l'absence cle cumul des fonctions peut ne pas désigner un ancêtre précis. Son père s'appelait
religieuses et civiques, clans la documentation connue jusqu'à Malôkâ, il est possible que son grand-père se soit vraiment
présent, renforce cette impression 289• appelé Nashûm, mais on aurait du mal à l'assurer. Il est clone
Ce qui est remarquable ensuite est l'apparente disparition difficile de savoir à quelle branche de la famille il appartenait,
cle la famille. Il est probable que pendant un certain nombre et il peut descendre de n'importe lequel des quatre frères
cle générations, aucun cle ses membres ne s'est distingué, à des années 120. On peut même le rattacher à une autre lignée
moins qu'on ait perdu tous les textes les concernant. D'une éventuelle qui descendrait aussi du nswm qui aurait vécu
manière étonnante, elle réapparaît au premier plan, un peu sans cloute au I"1 siècle.
avant le milieu clu m" siècle, sans que rien ne l'ait annoncé, Comme son cousin Zénobios Zabclilah, il fait partie de
mais c'est un phénomène assez courant à Palmyre. Les l'élite des notables de Palmyre, mais le texte résume sa
familles cle notables semblent avoir des parcours plus ou carrière à cette épithète de Kpancrwç qui désigne souvent,
moins chaotiques et il est difficile de les suivre de manière mais pas exclusivement les chevaliers 293• Il s'appelle Iulius
continue. Il suffit peut-être d'une alliance matrimoniale Aurelius, ce qui est classique à Palmyre, mais il a ajouté à
heureuse, pour que la famille retrouve son lustre. Or c'est son nom Septimius. Comme l'a montré D. Schlumberger 294,
un type cl'événement sur lequel on ne possède pratiquement il doit ce nouveau nom à Oclainat et à sa famille; c'est un
aucun renseignement. privilège réservé par ce prince à un groupe restreint cle
En 242-243, le Conseil et le Peuple honorent Iulius collaborateurs proches et de clients.
Aurelius Zénobios, dit Zabclilah 290 qui a effectué une carrière Il faut aussi souligner que, dès le début, la famille semble
civique particulièrement brrnante (stratégie de la colonie, avoir intégré une culture hellénisée suffisante pour être l'une
agoranomie...). On compte parmi ses ancêtres plusieurs des rares à utiliser le grec sur des tessères. En même temps,
Malikû, dont son père et son grand-père et un NacrcrmJ�Loç elle a toujours conservé une onomastique sémitique, parfois
nswm. Ce dernier nom est plutôt le nom du clan auquel il avec des noms doubles. Même si elle disparaît pendant un
appartient, comme le prouve l'absence du mot br ( « fils de ») certain temps, elle est au premier plan, à chaque fois qu'il
dans sa généalogie. Il est clone inutile cle le considérer comme en est question. Indubitablement la famille qui avait occupé
un degré clans ses ascendants. Mais cette répétition des noms le devant de la scène vers 120 fait à nouveau partie des toutes
portés par les symposiarques et le proèdre du 11" siècle prouve premières familles de l'oasis, alors que celle-ci atteint le faîte
qu'il appartient indéniablement à cette famille. cle sa puissance. C'est cl'ailleurs un des rares cas de familles
En 242-243, Iulius Aurelius Zénobios Zabclilah est à la anciennes encore présentes au moment où les princes de
fin cl'une carrière pendant laquelle il a atteint le sommet de Palmyre arrivent au pouvoir.
la hiérarchie civique et accueilli l'empereur Sévère On a parfois proposé de faire de la reine Zénobie une
Alexandre. C'est ce qui lui vaut les témoignages des plus descendante de Iulius Aurelius Zénobios, ce qui pourrait
hautes autorités. Son âge doit être assez avancé à ce moment, expliquer cette permanence de la famille. On rapproche en
ce qui aide à le replacer clans la généalogie de la famille. Il effet les deux noms Zénobie et Zénobios (Zénobios est
est sans cloute né à la fin du rr° siècle, on peut clone placer la pourtant un des noms grecs les plus courants à Palmyre;
date de naissance de son grand-père aux environs de 130 ou voir annexe IX. 2).
140. Celui-ci pourrait clone appartenir à la génération des Certes, les textes qui les concernent ( CIS 3932 et 3947)
enfants du proèclre de 119, ou plus probablement à celle de sont situés en face l'un de l'autre clans la section B de la
ses petits-enfants 291• Grande Colonnade; mais il s'agit du nouveau centre de la
Un autre membre de la famille est Iulius Aurelius ville, là où sont honorés les membres de l'aristocratie locale.
Septimius Malikû qui, vingt-deux ans plus tard, en avril 265, Ainsi le personnage honoré par la dernière inscription
honore son ami et patron, Septimius Worocl (cpiÀoç Ka't. caravanière (CIS 3933 de 247), un certain Iulius Aurelius
npocr1â111ç) 292• On retrouve les deux noms mlkw et nswm Zebîclâ Astôr appartient à une famille connue par ailleurs,
qui prouvent l'appartenance à la famille. Une fois cle plus, qui n'a sans cloute pas de lien avec celle de Nassoumos, ni
le nom nswm semble fonctionner comme un patronyme et avec celle de Zénobie. Pourtant son inscription est sur une

289 - Cette hypothèse dépend de l'état actuel de la documentation ; il n · en Ncxcrcrowwu et ywlys '1vrlys sptmyws mlkw br mlwk' nswm. Voir PIR' I
reste pas moins que l'unique exception est Septimius Worod, à l'extrême 194.
fin de la période. 293 - Dans PIR' I 194 (p. 151), il est considéré comme un chevalier:
290 - CIS 3932 : 'IoÛÀ1oç AùptjÀ10ç Z17vô�wç 6 Kat Zcx�ôlÀcxç 8'tç « egregius pi,; PCl!myrenus, ho11orot ut C1!ii PC1!myre11i nobi!es ordinis
McxÀxou 'WU Ncxcmou�tou et ywlys 'wrlys zbdlh br mlkw br mlkw nswm. equestris [. .. ] Septimiwn Voroden », comme au moins cieux autres dédicants
29 l - Selon l'âge auquel on arrivait à cette charge. On peut clone suivre d'inscriptions au même personnage: 'IoÛÀwç Aup17À10ç I:rn-ri�Ltoç
J. T. Milik, qui fait de Zénobios Zabclilah un arrière-petit-fils de nswm br Icx817ç I:rnn�Liou 'AÀEç,cxv8pou TOU 'HpoJôoD de C/S 3940 (cf. hifiYI)
zbd'. La parenté des noms Zabclilah et Zabdâ peut éventuellement renforcer et 'IoÛÀlOÇ AùptjÀlOÇ L(XA�L17ç KcxCTCTlCXVOU TOU MCXEV(Xl01) de ers
cette théorie. Dans ce cas, le nom n.swm serait en même temps le nom d'un 3943. Le premier est \.rem KÔç et le second \.nnEÙç 'Pm�Lcximv.
ancêtre précis et le nom générique d'une partie du clan. 294 - D. SCHLUMBERGER, [ 942- l 943b, p. 62.
292 - CIS 3941 : 'IoÛÀlOÇ A ùp17ÀtOÇ LEJCTl�llOÇ MCXÀXOÇ McxÀmxcx
50 Les notables de Palmyre

colonne voisine de celle de Zénobios Zabdilah. De plus, le de la Colonnade transversale, datées de mars I 79 ( CJS 3950-
texte CJS 3932 est antérieur d'une trentaine d'années à celui 3954), mais aussi par le texte de fondation du tombeau de
de Zénobie qui a été gravé en même temps qu'un texte pour famille en novembre 138 29x. Un de leurs clescenclants, Julius
Odainat ( CJS 3946). On voit difficilement Zénobie associer Aurelius Septimius Iadê, entretient des rapports d'amitié et
son époux défunt à une célébration d'un de ses ancêtres. de patronage avec Worocl 299 ; les termes sont les mêmes que
L'identification pose aussi un problème d'onomastique. ceux employés par Julius Aurelius Septimius Malikû clans
Chronologiquement, Zénobie, qui est née sans doute vers 240, l'inscription CJS 3941. Iadê, qui a été officier dans l'armée
peut être la petite-fille de Iulius Aurelius Zénobios, mais il romaine (il est àno mpmiwv), est de plus fils d'un Septimius
faut pour cela admettre que ce dernier a eu un fils appelé Alexanclros 30u, ce qui montre sans doute son niveau social.
Antiochos (en CJS 3971, Zénobie est appelée bt 'ntywkws 295) ; Il est de rang équestre, ce qui apparaît sous la forme 1.nm Koç,
ce serait le premier exemple de ce nom dans la famille. Si transcrit hpqtvs en araméen. Il est manifeste que ce
Zénobie appartient bien à cette famille prestigieuse et ancienne, personnage est de même rang social que les cieux cousins de
on voit mal pourquoi elle ne s'en réclame pas : il est vrai que la famille nswm, mais il existe une différence importante
2
ce ne serait pas le seul cas à cette période De plus, si, comme
')(,. entre les deux familles. En effet, il n'apparaît à aucun moment
le propose J. T. Milik avec vraisemblance, l'expression « bt qu'un membre de la famill e de Shoraîkô exerce une
+ nom propre » peut signifier l'appartenance à un groupe ou quelconque charge civique. Il semble au contraire que
un clan, on ne comprendrait pas l'apparition soudaine et tardive certains cl'entre eux se distinguent par des relations avec
de ce nom clans une famille dont on connaît de nombreux l'armée et l'aclministrati on romaine. ladê est vétéran ; vers
représentants 297• La question est clone loin cl'être réglée, faute l 94, son grand-père Hérode Haîran ('Hpcô81w fopmxou) a
de documents assez précis pour permettre une conclusion. honoré le fils du légat de Syrie-Phénicie. Pour le reste, c'est
Ce qui est particulier clans le cas des nswm, c'est de trouver son activité religieuse qui a valu au père de Hérode Haîran
plusieurs membres de la même famille tenir les premiers rôles de se voir ériger une statue par le Conseil.
à quelques années d'intervalle. Néanmoins, entre Malikû et
Zénobios Zabdilah, il s'est écoulé une vingtaine d'années qui
c. Famme des Bené Aabef (' 'by)
sont justement celles de l'arrivée au premier plan de la famille
des princes de Palmyre. On ne sait quelles ont été les La famille des Bené Aabeî (' · by) a fourni à Palmyre
modifications et les bouleversements au sein des notables de un certain nombre de personnages qui se sont distingués
la ville. Il faut remarquer que, si Zénobios était vraiment au et ont été honorés. Elle est connue par plus de quinze
premier rang clans la colonie, Malikû rend hommage à un inscriptions et quelques tessères 301• Deux des membres
personnage qui est son patron. Sa famille, une des plus de la famille, au moins, ont eu des rela tions avec
anciennes de Palmyre, est apparemment clans un rapport de les caravanes auxquelles ils ont rendu des services (tymrsw
subordination avec un nouveau venu qui ne prend même pas brl.sms brmlkw ''byde CIS 3963 [= Jnv X, 47] ; y1jJbwl' br
la peine de mentionner ses ancêtres. Jsms de Jnv X, 114, ambassadeur en Élymaïde). L'un de ces
La famille de Shoraîkô est un autre cas de famille qui cieux-là, à moins qu'il ne s'agisse d'un autre de leurs cousins,
reste au premier plan, mais elle semble moins ancienne. Elle a été archonte en Mésène (D. ScHLUMBERGER, 1961,
est surtout attestée par quelques inscriptions honorifiques p. 256-260).

295 - On retrouve apparemment la même généalogie sur le revers d'une 300 - D. Schlurnberger pense que ce nom est une preuve de fierté familiale,
tessère en plomb d'Antioche lue par J. T. Milik (DFD. p. 318): [s(p/ymy') parce que le père aussi avait le droit de s'appeler ainsi (D. Sc1-1LUMBERGER,
b]tzby {bt} '/yks ( « Septimia Batzabbai. fille d'Antiochos»). On a sur r avers I 942-l 943b. p. 59. n. 2). Ce gentilice est donné dans des textes postérieurs
I'.E[rrî(l�ticx.) Z17]vo�icx. 11 �cx.01Ài0(0)cx. « Septimia Zenobia, la reine». ù 262 (ibid. p. 59) ; Septimius Alexandros le possède donc depuis très peu
296 - Voir au chapitre 1v. pour quelques cas de personnages importants sans de temps puisque l'inscription qui honore son fils date de 167 (ou de 264,
patronymes. si on suit le palmyrénien). On ne répète pas Julius Aure!ius. que tout le
297 - Voir DFD. p. 258. D'autre part. le nom araméen cle Zénobie est Bat­ monde possède depuis 212. Il est possible aussi, mais beaucoup moins
Zabbaî (ht;,h_\'). ce qui pourrait signifier que le clan (ou la famille) auquel probable que le nom Septirnius remonte en fait, comme celui cl'Odainat. ù
elle appartient s·appelle Zabbaî en palmyrénien et Antiochos en grec. Or, Septime Sévère. Vue la différence chronologique. il faudrait alors quïl
on n·a aurnne attestation de familles de ce 110111 ù Palmyre. ni de traces de s'agisse du grand-père de ladè. le Hérode llaîran
- nommé dans la généalogie
cette onomastique dans la famille de Nashùm : voir la discussion au du personnage. Mais on ne comprendrait pas qu'il ne mentionne pas ce fait
chapitre v. dans 1 'inscription CIS 3940. Hérode Haîran est la personne honorée en 179
298 M. G,\\\ LII(UWSKI. 1970a. p. 74 (= RSP n" 167 ). Le fondateur s'appelle par la tribu des Zabdibôl ( C!S 3953 ). en même temps que son père est
'/yn' br byrn br '/yn'. ce qui fait remonter au milieu du(' siècle. C'est le honoré par le Conseil ( CJS 3952). Il devait être assez jeune à ce moment
frère de Shoraîkô qui semble être une des principales personnalités de la puisque son petit-fils est encore vivant et actif. même si c'est un vétéran.
famille ( CIS 3952 = lm· V. 3 ; voir le chapitre 11). Voir l'arbre généalogique en 267.
en annexe XVII. 301 - La liste de ces textes a été établie par J. Starcky. /111• X, p. 34-36. à
299 - CJS 3940 (= lm• III. 9). Son nom complet est 'loÛÀtoç Aùp17À1oç compléter par DFD. p. 233-235 qui ajoute le texte J. CANTINEAU. 1930b.
LErrîl�llOÇ Icx.817ç I:rnn�tiou 'AAEscxv8pou îOU ']-lpco8ou et ywlys n" 36. Voir aussi /17\' XII. 48-49. Les tessères citées dans l'/17l' X
'wrlys sp/myws ycf' br '/ksndrws byrn sqkw. Ce dernier nom est une correspondent aux numéros 763. 770. 31 et 34 de RTP. Voir aussi
variante du ,,;1ykwcles inscriptions clu 1( siècle (voir .1. K. STARK. 1971. p. l 02 K. D11KSTRA, 1995. p. l 06-107. L'arbre généalogique est dans
et 116). l'annexe XVII.
Chapitre I: L'identité cil'ique de Palmyre 51

Un symposiarque est représenté sur deux tessères ( slmn La principale différence entre ce clan et la famille de
yrbbwl' mlkw "by de RTP 31 et 34) 302• Son grand-père nswm est évidemment la période relativement restreinte
MaÀlXOç AH:m�LCTou 1oû EÀap17Àou mû Aapa a été honoré pendant laquelle on le rencontre au premier plan. lnv 131
par la tribu des Bené Agrûd (bny 'grwd), selon le texte Inv date de 81 etlnv 114 de 138. Plusieurs textes ne sont pas
131. Le père du symposiarque est lui aussi associé à un membre datés et ne permettent pas plus de précisions. La symposiarchie
de la même tribu dans la dédicace du temple de Belhammôn de slmn y1)1bwl' date sans doute de 120 et son père a pu être
(Inv 48) et à nouveau pour l'érection d'une colonne proèdre quelques années avant. Tout se passe donc dans ces
honorifique (J. CANTrNEAU, 1930b, n° 36). Ce fait a permis à années et la dernière mention du clan est la dalle funéraire du
J. T. Milik de supposer que le clan des bny '' by appartenait à symposiarque (?) en 146-147. La prospérité de la famille dure
cette tribu ,m_ Ce personnage, y11Jbwl' br mlkw br lsms bl)mbl à peu près un demi-siècle, un peu moins que celle de Haîran
''by Iap1pcoÀ1W MaÀlXOU AHmw:rnu mû Aapa apparaît dans bar Bônnê, dont elle est plus ou moins contemporaine.
deux autres textes : la tessère RTP 763 et surtout le texte
honorifique Inv 59 qui le décrit comme proèdre (ou
4. LES GROUPES TRIBAUX
synèdre). Il date du début du 11" siècle, comme Inv X, 57 dans
lequel le Conseil honore un synèdre, fils de 0mµapcrnç Un groupe familial avait d'autres moyens d'asseoir sa
MaÀ1xou 1oû Awaw:rnu. Celui-ci appartient peut-être à la prédominance politique. Les familles et les clans familiaux
famille, si l'on en croit la fréquence de ces noms dans le clan appartenaient à des structures plus larges, les tribus. Le
Aabeî. système s'est transformé au moment de la transformation
La manière dont ces personnages sont liés entre eux, en rrÔÀtÇ, avec l'instauration de quatre tribus civiques, mais
ainsi qu'avec les autres membres du clan, n'est pas toujours il y a eu coexistence des tribus civiques avec les structures
claire ,o-1_ La reconstruction de J. Starcky, illustrée par un familiales et sociales traditionnelles. De plus les tribus
arbre généalogique, est aussi sûre que le permettent civiques ont été très certainement choisies dans l'ensemble
l'abondance des homonymies et les lacunes des textes, très des groupes tribaux préexistants.
rarement datés. Il semble que certaines branches du clan sont Pourtant, à part peut-être pour les symposiarques de la
fort éloignées de celle qui s'achève par le symposiarque. deuxième partie du n" siècle, il est difficile de classer les
Il est néanmoins sûr que des membres de la famille magistrats et symposiarques de Palmyre d'après des critères
occupent, à plusieurs générations cl'écart, les principales tribaux. De toute façon, les mentions de la tribu à laquelle
fonctions qui caractérisent les notables de Palmyre. On observe appartiennent les différents personnages deviennent
à nouveau l'alternance entre fonctions civiques (proèdrie) et rapidement assez rares. Les premières inscriptions
fonctions religieuses (symposiarchie Comme dans la honorifiques du Conseil donnent rarement ces détails. Seul
famille de Bônnê bar Haîran, un notable honoré par des groupes le texte J. CANTINEAU, 1938, p. 76, 11° 29 (fig. mentionne
de la population de Palmyre a comme descendance un la tribu de la personne honorée, et, de surcroît, seulement en
symposiarque et un proèdre. Cela correspond à un mode araméen 307• Il est parfois possible de retrouver à quelle tribu
d'ascension sociale somme toute normal: il fallait s'imposer appartient un personnage, soit parce que le texte le dit
clans son groupe restreint avant de pouvoir briguer des fonctions explicitement, soit par recoupement : le premier
civiques. La famille s'est aussi distinguée dans le commerce symposiarque connu, Lishamsh bar Taîbbôl (Inv IX, l )
caravanier, en particulier par l'intermédiaire de Iarhibôlâ, fils appartient d'après le texte aux bny kmr'. Un de ses
de Lishamsh, qui, entre autres bienfaits, a mené une ambassade successeurs, Iamlikû appartient sans doute aux bny zmr',
en Élymaïde auprès du roi Worocl, pour laquelle il s'est porté parce que son grand-père en faisait partie (d'après Inv
volontaire (aù8mpÉ1coç) 306• Il s'agit peut-être du même 145) 308• Mais il ne s'agit sûrement pas d'une des tribus
personnage que celui qui, à une date comprise entre 88 et 188, civiques. Le tableau qui regroupe les magistrats et
a été satrape en Mésène pour le compte d'un roi local. Le rôle symposiarques note à la suite des noms la tribu, quand on a
de la famille en Basse-Mésopotamie est en tout cas clair clans pu la retrouver (entre parenthèses, précédé de bny, « les fils
la première moitié du u" siècle (Inv X, 114 date de 138). de... » ). Seule sort du lot la fréquence des membres de bny

302 - Le même personnage est peut-être aussi représenté sur le buste prouve le buste coiffé du modius correspondant au texte ers 4458
funéraire d'un prêtre ers 4458, mais le nom manque : il ne reste que son (lacunaire : ... mlkw br lsms br)mbl "by).
patronyme et sa généalogie. Il peut aussi bien s'agir d'un frère ou d'un 306 - Voir M. SARTRE. 1996a, p. 392.
cousin qui serait prêtre lui aussi. Le buste fournit une date 146-147 qui 307 - Le texte ers 3959 (= BS n" 44) mentionne en araméen les bny ydy'bl
correspondrait assez bien à une symposiarchie clans les années 120. qui sont sans cloute une subdivision de bny m'zyn: le contexte est peu clair
303 - Voir J. T. Milik, DFD, p. 233-235. C'est possible. mais non prouvé et ne permet pas de savoir quelle est la fonction de ce clan clans les honneurs
(contra, M. GAWUKOWSKl, 1973a, p. 39). rendus au personnage. Celui-ci appartient aux bny m 'zyn. comme son père
304 - Voir les textes eIS 3988 (= RSP n" 128). 3990 et 4456-4457 ; et la plupart des fidèles du sanctuaire de Baalshamîn.
H. lNGHOLT, 1930, p. 192 (= PAT000!); RTP 770. 308 - Voir DFD. p. 222-225.
305 Mais il y avait peut-être d'autres prêtres clans la famille, comme le
52 Les notables de Palmyre

mtbivl parmi les symposiarques dans la seconde partie du Mav8�mÀamv); CIS 3966 de 64 apr. J.-C. (slmlt br[. .. ] br
ne siècle (DFD, 11° 25-27, p. 253-255). Mais on situe mal dans ydy'bl tdmry' dy mn [bny] m'zyn) 314•
le temps les deux premiers (166 ou 1 36); ils appartiennent Il faut remarquer cette double appartenance des
à la même tribu parce qu'ils sont oncle et neveu, selon une personnages, à la cité de Palmyre et à leur tribu. À cela s'ajoute
tradition dont on a vu d'autres exemples. Le troisième aurait le souci de donner les deux appartenances en parallèle, sans
été symposiarque en 170, selon la reconstruction de préférer l'une à l'autre. Un autre texte, cité par
J. T. Milik (DFD, p. 254), mais il n'est attesté qu'en 193, D. Schlumberger 315, montre que le phénomène pouvait parfois
dans un texte de concession. La coïncidence de date est moins avoir des modalités un peu différentes. Dans le texte bilingue
flagrante dans ces conditions. Ce rapprochement est bien lnv X, 40 de l'agora, Zabdibôl, fils de Ogeîlû, est honoré par
sûr intéressant, mais ne permet pas de tirer de conclusions. des marchands de Palmyre. Il est appelé TiaÀµup11v6ç dans la
Les tribus se partageaient apparemment les grandes partie grecque, mais on a dy 11111 bny m'zyn dans le texte
fonctions et magistratures, y compris la symposiarchie de araméen. Comme le dit D. Schlumberger, « dire qu'on était
Bel 309• Les variations chronologiques, les baisses de prestige, des BNY M'ZYN, ou dire qu'on était Palmyrénien étaient
les disparitions même (celle des bny myt' après 84) échappent deux façons de dire la même chose». En fait, non seulement
en grande partie à la recherche. L'étude de ces tribus donne cette inscription entre dans la même série que les textes cités
quelques pistes à propos de la mise en place des institutions plus haut - elle date d'ailleurs de 81 apr. J.-C. -, mais elle
de Palmyre. On ne peut qu'être intrigué par la manière dont montre aussi comment les réformes institutionnelles de
le système tribal s'est transformé au cours du l"' siècle pour Palmyre sont entrées dans les mœurs. En effet, à moins qu'on
aboutir à celui qu'on peut définir principalement grâce à des ne considère simplement qu'il s'agit d'une eneur de lapicide,
inscriptions datées entre 132 et 199 310• Plus généralement, cette différence entre les deux versions tient peut-être à la
on s'intéressera à la manière dont se définissaient les diversité des publics visés. Le texte en grec, langue de la polis
différents personnages mentionnés par les inscriptions. de Palmyre, met en valeur l'appartenance de Zabdibôl à cette
Certains détails des textes sont intéressants. Dans cité; l'autre, en langue locale, met en valeur son appartenance
plusieurs textes du l"' siècle de notre ère, on trouve, après le à une lignée, une tribu, en somme son enracinement local. En
nom et la généalogie du personnage, le terme tdm1y', quelque sorte, on n'est citoyen palmyrénien que par rapport
« palmyrénien », mais aussi la mention de la tribu. Il s'agit au monde extérieur à la cité, monde qui parle grec. Mais si au
d'abord de deux textes funéraires, le premier publié par contraire on écrit en palmyrénien, on est sûr d'être compris
M. Rodinson (] 950, p. 137 de 52 apr. J.-C.: Haeranes Bonne par ses semblables, Palmyréniens; on a donc moins besoin
Rabbelif Palmirenus phyles Mithenon ; A1pav11ç Bmvvawu de le préciser, car ce qui les intéresse est justement ce qu'on
mû Pa��11Àou TiaÀ�rnp11voç <jrnÀ17ç Ma811vmv ; bym brbwn' trouve dans ce texte : l'appartenance tribale.
brrb'l brbwn' br'tntn brtymytdmry' dy mnpbd bny myt'); C'est de cette manière qu'on peut comprendre une
le second dans le CIS (au numéro 4119, daté de 57 apr. J.-C.: différence du même ordre dans les textes CIS 3924 et 3925
'gylw br 'wsy br khylw tdmry' dy mn pbd bny myt'). On (lnv IX, 6a et b), un peu plus anciens (17 et 19 apr. J.-C.) 316•
peut ajouter un texte bilingue (CIS 4123 de 83 apr. J.-C.: À ce moment qui marque les vrais débuts de l'influence
ymlkw br mqymw 'qlys br mlkw 'bynt br bl'qb br myk' br gréco-romaine sur Palmyre, il n'est pas besoin, en
mt' tdmry' 311) où se trouve le terme« palmyrénien », mais palmyrénien, de dire qu'on est de cette ville. Ce n'est qu'en
sans la mention de la tribu, comme d'ailleurs dans CIS 4193 grec que cela est nécessaire, pour les étrangers, pour leur
daté sans doute de 73 312• À la même époque, on trouve prouver l'appartenance à la ville de Palmyre. Mais, il s'agit
l'expression complète (« Palmyrénien» + tribu) dans des d'une époque où selon toute vraisemblance la cité (rcoÀlÇ)
textes honorifiques comme CIS 3924 et 3925 de 17 et 19 de Palmyre n'existe pas encore.
apr. J.-C. m (non dans la version palmyrénienne, mais dans Le problème est différent avec les textes cités plus haut
le texte grec, par exemple dans CIS 3925 : AÇaÇov pour au moins une raison : la présence, dans la version
lEùEl�llÀOU îO'\J Bapxcnou TiaÀµUpllVOV <j>U Àllç palmyrénienne cette fois, du terme qui signifie palmyrénien

309 - Mê111e re111arque chez J. T. Milik. DFD. p. 309. qui l'explique par le la restitution de la date par J. CANTINEAl' (sur des critères strictement
fait que le sanctuaire de Bel « constituait le temple essentiellement urbain paléographiques) est correcte. Le terme s'applique au mari, 'gylw br 'g' br
et municipal et, à la rigueur, le temple fédéral Jes tribus ». mqymw br bdwdn (Ogeîlü, fils de Ogâ, fils de Moqîmû, fils de Hacldûclan)
310 - BS n" -1-5 de 132 ; R. MouTERDE et A. PomEBARD, 1931. p. 101-115 de et àsa femme, 'mtb' brl bwn' (Amatbê, fille de Bônnê). On peut se clemancler
J
150 ; . . CANTJNEAU, 1936, p. 277, n" 20 ( = BS n" 48) de 171 ; H. lNGHOLT, si cette dernière n'est pas une sœur du fameux Haîran bar Bônnê (?).
1932, p. 278 (ara111éen clans DFD, p. 36-37) de 198: lnF X, 44 de 199. Ces 313 - Avec cette différence qu'il s'agit de textes regravés plus tardivement.
textes sont commodément regroupés par M. GAWLIKOWSKI, 1973a, p. 26-31. 314 - C/S 3966 = lnv II, 1 et RSP n" 156.
Il faut leur ajouter maintenant le texte H. J. W. DRIJVERS, 1995a, p. 32-37, 3]5 - D. SCHLUMBERGER, 197], p. 126.
qui donne de nouvelles indications sur les sanctuaires tribaux (voir 316 - Contrairement àd'autres dédicaces honorifiques du sanctuaire de Bel,
chapitre 11). Sur le système clans le cadre de la n:OÀK de Palmyre, voir ces cieux textes sur une base de statue n'ont sans cloute pas été regravés à
dernièrement M. SARTRE, 1996a, p. 386-388. une date plus tardive. D'autres l'ont été parce qu'il fallait les mettre sur les
311 - Le terme équivalent à lchmy' est absent du texte grec. consoles de colonnes des portiques du sanctuaire, érigés dans le courant du
312 - La présence du mot tdmry' ( « Palmyréniens ») permet de penser que 1( siècle.
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre 53

(« tdm1y' » ). La concordance des dates est étonnante ; après C'est surtout en latin qu'on trouve le mot, à Rome , à
les années 50-80, on ne trouve plus de textes qui mentionnent South Shields en Angleterre 325, en Afrique 326, et en Dacie 327•
en langue locale l'ethnique des citoyens de Palmyre 317• Les Ces deux dernières régions correspondent évidemment aux
autres attestations du terme dans l'épigraphie araméenne de zones où les Palmyréniens sont nombreux dans les troupes
Palmyre servent soit à qualifier une institution de la ville de romaines, mais cela n'exclut pas la présence de civils. Ces
Palmyre m, soit à distinguer les Palmyréniens des étrangers inscriptions, en majorité des épitaphes, sont parfois celles
à leur ville 319• de vétérans, qui sont morts là où ils s'étaient installés, mais
On remarque aussi que ce terme est utilisé de manière en gardant une certaine fidélité à leur origine syrienne. Dans
assez récmTente lorsque les Palmyréniens sont en dehors de d'autres cas, il s'agit de civils (parfois des femmes) qui ont
leur cité. Ce n'est évidemment pas surprenant. Le cas se accompagné leurs compatriotes. À Rome, on peut
produit à proximité immédiate de l'oasis, comme pour une soupçonner qu'il s'agit de marchands venus pour des raisons
inscription de dédicace de colonne à Qaryatein où cinq frères commerciales en Italie.
se disent« Palmyréniens » 320• Mais ce terme est précisé par Il faut souligner la relative rareté des textes araméens.
« qui sont à Nazala » (« [dy} bnzly » ). Ils tiennent à se Certes les traditions palmyréniennes étaient parfois
distinguer des gens originaires de Qaryatein-Nazala, alors conservées clans des textes bilingues dont le formulaire
qu'ils sont en train de faire une dédicace au grand dieu de est conforme aux épitaphes comparables de Palmyre 328•
Nazala («'Jh' rb' dnzly»), mais aussi à montrer qu'ils sont Mais ce qui domine dans ces textes, c'est l'impression que,
partie prenante dans la communauté qui les accueille. En hormis la présence de l'ethnique ( « Palmirenus » ou
Syrie du Sud, un texte très lacunaire atteste la présence d'un « Palmira »), ils pourraient provenir de gens originaires de
'A3ptavoç ITaÀµuprivôç 321• n'importe quelle province de l'Empire. On trouve en effet
L'ethnique « palmyrénien » se trouve, aussi et surtout, pour des formules comme « Dis Manibus » qui n'ont rien de
désigner les Palmyréniens dispersés dans l'Empire romain 322• particulièrement palmyrénien, et qui prouvent au
On peut exclure les attestations du terme Palmirenus en latin contraire que ces gens ont bien intégré au moins certains
lorsqu'il est utilisé clans les noms d'unités militaires romaines, aspects superficiels de la culture romaine. On peut même
comme, à Doura-Europos, la XX Cohors Palmyrenorum, ou soupçonner que dans un certain nombre de cas, l'illettrisme
en Afrique, le Numerus Palmyrenorum Sagittariorum 323• de ces gens d'origine sans doute modeste explique l'usage
En palmyrénien, le terme apparaît hors de Palmyre très répandu du latin. Il devait être plus facile de trouver
seulement à deux occasions: un texte de Rome (C/S 3903) et un lapicide connaissant le latin clans ce milieu militaire,
un autre d'el-Kantara en Algérie ( C/S 3908 et CIL VIII, 2515). alors qu'il s'agissait de régions fort éloignées de la steppe
Dans ce dernier texte, bilingue latin-araméen, le mot apparaît syrienne.
dans les deux langues. C'est l'épitaphe d'un soldat, mais le Ces exemples datent tous du IIe siècle au plus tôt. Les
mot sert aussi d'ethnique (pal[mirenus] sag[ittarius]). Le soldats palmyréniens sont assez nombreux clans l'armée
terme apparaît aussi une fois en grec dans un texte de Rome romaine, mais surtout à partir du milieu de ce siècle. C'est
(C/S 3902 = IGUR I, n° 119: le personnage est 'Abprnvoç ce qui fait la différence avec les attestations de l'expression
ITaÀµuprivôç dans cette dédicace de 236). Le texte est bilingue à Palmyre même au cours du r"r siècle.
mais la précision n'apparaît pas en palmyrénien : qui d'autre L'utilisation du terme à Palmyre dans un autre contexte,
qu'un Palmyrénien pourrait utiliser cette langue à Rome? dans cette période comprise entre 52 et 83 apr. J.-C., est sans

317 - Le terme apparaît pourtant dans deux textes mal datés, mais sans le texte CIS 3923 en 51 apr. J.-C. (ou de TiaÀ�LDPllVWV 6 817�LOç dans le
doute plus anciens (r" siècle av. J.-C. ?) : lnv XI, 97 et J. CANTINEAU, 1936, texte Inv IX, 12 de juin 25). Ou bien, beaucoup plus tard, en 259-260. dans
p. 350, n" 25 (ligne 9). Dans le second, le mot [t]dnuy' est isolé et il y a le texte CJS 3937, Septimius Worod est appelé bylw( tdm1y' (en grec
trop de lacunes pour qu'on sache ce qu'il désigne: M. Gawlikowski pense pouÀE1YCTJç TiaÀ�rnp1ivôç).
qu'il s'agit de membres de plusieurs tribus, ce qui expliquerait l'emploi de 319 - Par exemple les marchands palmyréniens (tg1y' td1111y') de Inv X,
l'ethnique (1973a, p. 57, n" 3; voir aussi J. T. Milik, DFD, p. 303-304). Ce 114 (voir aussi les textes lnv X, 7 et 38).
serait un premier signe d'une conscience« civique», par opposition aux 320 - CIS 3911 de juillet 146 (cf. DFD, p. 89).
références tribales (voir plus haut sur le gbl tdm1y'). Dans le premier texte, 321 - WADDINGTON 2440 (cf. DFD, p. 94); le texte provient cl'Ahiré.
le terme vient terminer une liste de noms assez lacunaires. J. Teixidor 322 - Sur les Palmyréniens de l'étranger, voir l'annexe XIII. 1-4.
(lnv XI, p. 58, ad lac.) émet l'hypothèse probable qu'il s'agit de 323 - Sur cette unité, voir Y. LE BoHEC, 1989, p. 120-140.
« Palmyréniens habitant hors de Palmyre », peut-être des commerçants, ce 324 - JGUR 11° 117 (= CIL VI, 50; ILS 4334); CIL VI, 19134 (= CIS 3905);
qui expliquerait la mention de l'ethnique, afin de les distinguer d'étrangers CIL VI, 3174 (DFD, p. 229).
non palmyréniens (voir ù?fi·a). Les deux inscriptions, ainsi que J. CANTINEAU, 325 - CIS 3901 = RIB I 065.
1936, p. 352, n" 26, sont peut-être en fait trois parties du même texte (voir 326 - À Lambèse, CIL VIII, 3917 (= 18202 ; CIS 3909) ; à el-Kantara, ILS
M. GAWLIKOWSKI, 1973a, p. 58). P. Piersimoni ( 1995, p. 257) se demande 9173 ;AE 1933, 44 et 104 (= J.-B. CHABOT, 1932, p. 266); CIL VIII, 2505
si le terme n'est pas utilisé dans cette sorte de loi sacrée (J. CANTINEAU, (= 18005); à Timgad, AE 1936, 33.
1936, 11° 25) pour bien spécifier que ces fonctions religieuses sont réservées 327 - CIL III, 907 (= 7693); !DR III/2, 348.
aux Palmyréniens de souche, mais elle conclut que rien n'est sûr sur ce 328 - Par exemple, la version palmyrénienne du texte AE 1933, 104 (avec
point ( « This possibility slzould not be excluded »). J.-B. CHABOT, 1932, p. 266 pour le palmyrénien).
318 - Par exemple, gbl tdm1y' équivalent de TiaÀµup11vmv 11 nÔÀK dans
54 Les notables de Palmyre

doute un signe que c'est le moment où, du point de vue Une proposition récente à propos de la chronologie du
institutionnel, beaucoup d'événements se produisent 329• C'est temple de Bel permet de faire coïncider une théorie déjà
en 51 apr. J.-C. qu'apparaît pour la première fois la polis de ancienne de D. Schlumberger avec celle qui placerait les
Palmyre 330, soit un an avant le texte qui concerne Haîran, débuts de la noÀ.K de Palmyre clans les années 50-70. Selon
fils de Bônnê (byrn br bwn '), et en 74 apparaît pour la D. Schlumberger 334, sur une même poutre (poutre B) sont
première fois la Boulè 331• On a vraiment l'impression que, représentés les quatre ancêtres des tribus (face a) ainsi que
pendant cet intervalle d'une vingtaine d'années, les quatre groupes de prêtres (donc un par tribu) qui sacrifient
institutions de la cité telles qu'on les connaît plus tard sont sur quatre autels (fig. 14). On se sert parfois de cet argument
mises en place et que la cité de Palmyre tend à devenir tout à pour prouver l'ancienneté du système tribal civique, qui
fait gréco-romaine. Le rôle d'un personnage comme Haîran, remonterait au moins à 32 apr. J.-C., comme le prouverait
fils de Bônnê est à mettre en valeur : il occupe des fonctions l'inscription de dédicace du temple (Jnv IX, 1 ). Mais si, comme
importantes dans la cité - il est honoré par les prêtres de le croit M. Pietrzykowski 335, les poutres ont été mises en place
Bel 332 -, et deux des six textes trilingues conservés le à une date qui est plus proche de 80, cela correspondrait assez
concernent. Or ce personnage, au moins dans le texte de bien à ce que révèlent les premiers textes qui font état
fondation de la tombe, juge nécessaire de préciser à quelle d'institutions civiques à Palmyre 330• Le seul argument qui va
tribu il appartient, et ce, clans les trois langues qu'il utilise. contre cette théorie est l'existence d'une qrnÀ.11 KÀ.aufüÔ'.ç en
La cité vient cl'être instaurée, mais l'appartenance tribale 79-80 (CJS 4122 = Inv VII, 6). Or Claude ayant été au pouvoir
conserve pourtant son pouvoir. Peut-être faut-il plutôt entre 41 et 54, il est nécessaire que le nom de la tribu ait été
interpréter cela comme un désir de se nommer de façon donné à cette période 337• Cela incite à faire remonter la date
complète : on se dit citoyen de Palmyre et on précise ensuite de la mise en place des institutions plus près de 50 que de 80,
à quelle tribu civique on appartient. Cette explication rend en tout cas pendant la période où Haîran bar Bônnê domine
aussi compte de l'ordre dans lequel les termes sont placés. apparemment la vie politique de Palmyre.
De manière tout à fait naturelle, on commence par le général
avant de passer au détail. Comme ailleurs, on précise sa tribu
5. LA PARTICIPATION CIVIQUE
après sa citoyenneté. En effet, les deux tribus qui sont
explicitement mentionnées dans ces textes correspondent Un certain nombre de familles semblent avoir dominé
sans cloute aux tribus civiques. Ce sont les bny m 'zyn et les la vie civique de Palmyre à différentes époques. Celles
bny myt' qui ont de grandes chances d'être deux des quatre décrites dans ce chapitre ne sont pas les seules connues et
tribus principales. C'est sans doute le fait du hasard que les on aurait pu facilement multiplier les exemples 338• Certains
bny myt' soient nommés deux fois dans les deux textes personnages ont aussi été présents au premier plan sans
funéraires de ce type qui sont connus, mais cette tribu avait nécessairement assumer de charges officielles (comme
peut-être une raison particulière de mettre en valeur son Haîran bar Bônnê). On verra dans les chapitres suivants qu'il
appartenance à la cité de Palmyre. Haîran, fils de Bônnê, y avait cl'autres domaines dans lesquels se distinguaient les
dont on a noté le loyalisme, était alors un personnage notables de Palmyre (commerce caravanier, constructions
important à Palmyre, et on peut soupçonner qu'il fait partie diverses) et par lesquels ils mettaient en valeur leur
de ceux qui ont mis en place le système, cl'où une forte prééminence. Il semble bien, en ce qui concerne la vie civique
propension à l'appliquer jusqu'au moindre détail 333• de la ville, qu'un nombre limité de familles soit représenté

329 - Ce qui s·accorde avec la théorie de M. GAWLJKOWSKI. 1973a, p. 47- 335 - M. PIETRZYKOWSKI, 1997, p. 132.
48. 336 - En ne tenant pas compte des textes regravés et peut-être réécrits.
330 - C!S 3923 = lnl' IX. 8. 337 - Voir au chapitre II. pour le problème de cette tribu au nom romain.
331 - J. CANTINEAU. 1933. p. 175. n" 2. Il faut noter que c'est le même byrn 338 - Par exemple la famille de Hagegû, synèclre en 112 (lnv X. 69) ; la famille
br bwn' qui est honoré clans ce texte. est connue aussi par une série de bustes funéraires ( CIS 4336, 4468. 4537),
332 - lnl' IX. 20. de 56 (grec) et 60 (araméen) apr. J.-C.: sans cloute pour une dédicace au dieu anonyme (/111• XI, 2) et surtout par l'un de ses membres.
avoir contribué ü la décoration du temple de Bel (en quelle fonction. artiste un certain Shoadû bar Taîmê. connu pour avoir honoré son père à Palmyre en
ou commanditaire '?) ; voir Îl(fi·u et le texte J. CANTINEAU, 1933. p. 175. 127 ( CJS 3920 = /111' IX. 32) et pour un autel dédié aux dieux ancestraux ü
n" 2. Son fils est sans doute symposiarque au début du siècle suivant (RTP. Rome (CIS 3904). Il s"agit très certainement du fils d"un cousin germain du
p. 203. à propos du n" 463). et son petit-fils proèclre du Conseil en 137 lors synèclre. Les témoignages sur cette famille ont été rassemblés par J. T. Milik,
de la promulgation du Tarif ( CIS 3913). Sur ce point. voir supra et DFD. DFD, p. 266-268. Il les rattache à un clan Ieclîbel auquel appartiendrait aussi
p. 72-73 et 226-227. le syrnposiarque Iarhaî Agrippa de l"inscription H. INGHOLT, 1926, p. 128-141
333 - Le premier mot de la troisième ligne du texte grec K[...lHN est restitué en 243 (DFD, p. 261-266, n" 31). Ce rapprochement ü plus d"un siècle de
K[OCTprJîhiv par J. CANTINEAU. 1933. p. 175 et K[n0117]v par J. T. Milik, distance est seulement possible. Le clan Ieclîbel de Hagegû et Shoaclû n'a
DFD. p. 226. Bien quïl soit tentant de mettre en rapport la restitution de sans cloute rien à voir avec les bny ydy' bl des textes C!S 3959 / BS n" 44) et
J. T. Milik avec la réforme des institutions de Palmyre. le texte palmyrénien BS n'" 23 et 34, fraction de la tribu des bny m 'zyn, connus surtout au sanctuaire
prouve que c·est parce que Haîran. fils de Bônnê. a fait des décorations de Baalshamîn, mais attestés aussi clans le secteur du sanctuaire cl' Allât
clans les édifices de dieux que le Conseil et le Peuple de Palmyre !"honorent. (C/S 3966). Ce clan tiendrait son nom du Ieclîbel du texte BS n" 60. né sans
334 - D. SCIILUMBERGER. 1971, p. 128-13). cloute vers 170 av. J.-C. (voir M. GAWLIKOWSKI, 1990b, p. 101-108).
Chapitre I: L'identité civique de Palmyre SS

clans la plupart des charges officielles. En raison du caractère notabilité dans le monde grec. Sur ce point au moins,
lacunaire des sources épigraphiques, on n'a pu retrouver l'exemple de Palmyre est en partie conforme à ce modèle.
aucun parent de certains des magistrats connus. Néanmoins les exceptions (personnages dont on ne connaît
Néanmoins, pour les personnages les plus importants, pas la famille) sont suffisamment nombreuses pour qu'on
il est bien rare qu'on ne connaisse pas au moins un membre s'abstienne de tout jugement définitif. Un autre trait
de leur famille qui se serait distingué d'une manière ou d'un caractéristique est l'accumulation des charges et des
autre. Les Palmyréniens qui sont connus par plusieurs honneurs par des notables qui gèrent l'ensemble des
inscriptions font régulièrement partie de familles bien magistratures civiques 344• Or ce phénomène n'apparaît pas
attestées. L'exception la plus marquante est Worod, dans la dans la documentation à Palmyre avant lem" siècle. Quelques
deuxième partie du m" siècle. Sa famille n'est connue que magistrats ont certes eu des fonctions à plusieurs reprises
par la tombe familiale (tombeau-temple 11 ° 36), mais cette depuis le I"' siècle 345 et eu des carrières civiques bien remplies
attribution a été contestée récemment par E. Will, avec de (en particulier Malê Agrippa, même s'il n'agit pas seulement
bons arguments. Worocl est représentatif d'une période de en tant que magistrat 346).
changement à Palmyre, puisqu'il est aussi le seul exemple D'autres personnages ont aussi eu une présence
sûr de cumul de la symposiarchie avec une fonction civique. marquante à Palmyre, au milieu du 11° siècle, mais n'ont pas
Les informations sont très lacunaires sur la participation eu de fonctions civiques officielles. Soados, fils de Bôlîadâ
du reste de la population. On connaît les notables, et sans et Marcus Ulpius Iarhaî ont peut-être eu des fonctions
cloute surtout la partie la plus aisée, mais on ne sait pas à officielles (la dynasteia du premier, ou l'éventuelle
quoi précisément correspondait le 8i7�toç. Or, il accompagne synocliarchie du second), mais semblent avoir été à l'écart
souvent la �ouÀtj des inscriptions honorifiques. des institutions proprement politiques, pour se consacrer
Le Conseil lui-même est une institution dont la surtout au commerce caravanier (voir chapitre m).
composition reste difficile à saisir. En effet, comme le Il faut en fait attendre le milieu du m" siècle, après la
remarque J. Teixidor 33'\ il y avait peut-être à Palmyre, une transformation de Palmyre en colonie romaine, pour trouver
Boulè sans bouleutes, puisque ce terme apparaît seulement des décrets qui décrivent des carrières civiques un peu
en 258-259 pour Worocl. Sa suggestion sur la constitution développées. Ils concernent Zénobios Zabclilah de la famille
du Conseil (président, secrétaire, archontes, décaprotes) a de Nassoumos nswm (CJS 3932 de 242-243), Septimius
été rejetée par M. Sartre 340 qui conclut que « l'explication Worocl (C/S 3937-3943, après 258) et enfin Julius Aurelius
de cette absence de bouleutes dans les textes funéraires nous Malikû (lnv X, 115) qui a mené sa carrière sans doute au
échappe». Ce qui est curieux justement est que cette absence milieu du m" siècle. Sans atteindre la précision de certains
ne se limite pas aux textes funéraires, mais concerne aussi textes cl'Asie Mineure, on peut croire qu'à ce moment les
les textes honorifiques. Aussi peut-on penser avec M. Sartre inscriptions prennent pour modèles les décrets détaillés des
qu'il n'est pas impossible que « la boulè de Palmyre soit régions proches d'Asie 347• Les précédents concernent parfois
peuplée de synedroi, à moins que ceux-ci ne forment une des magistrats, mais en général ceux-ci ne voient
commission spécialisée au sein de la boulè » 341• Il est mentionnées qu'une ou deux étapes de leur carrière.
vraisemblable que, là comme ailleurs, ce Conseil était formé Le processus semble en fait commencer à la fin du
de membres nommés à vie 342, mais rien ne permet de n" siècle, avec le texte H. lNGHOLT, 1932, p. 278. Le dénommé
conclure sur ce point. Aelius Bôrrâ est lcnpm17Yoç bù 1:17ç] dp11v11ç (restitution
En tout cas, une grande partie des membres attestés du assurée par la version palmyrénienne, 'strtg' dy 'bd slm'
Conseil (synèdres et proèdres) appartiennent à des familles « stratège qui a fait la paix») et il a assumé cette charge de
importantes, même s'il y a des exceptions. Celles-ci stratège plusieurs fois. L'année suivante, Ogeîlû, fils de
empêchent de conclure à la formation de cercles fermés de Maqqaî est aussi remercié pour ses stratégies contre les
notables qui monopoliseraient les fonctions au sein de la nomades ; il a aussi été plusieurs fois synodiarque et a mené
cité 343• C'est probable, à l'exemple des cités cl'Asie Mineure, toute sa carrière politique avec éclat et gloire (Jnv X, 44). Le
mais l'étude des carrières municipales seules ne permet pas texte C/S 3932 est le seul autre exemple dans lequel cette
de savoir si ce monopole est réel. M. Sartre met en particulier notion de carrière politique est précédée de titres de fonctions,
l'accent sur le caractère familial, « quasi dynastique » de la qui en sont comme le couronnement. Si le texte Inv X, 115

339 - J. TEIXIDOR, 1984. p. 63. 346 - Celui-ci (voir note précédente) a fourni de l'huile aux Palmyréniens
340 - M. SARTRE, 1996a, p. 388. et aux étrangers, ce qui aurait pu faire penser éventuellement à la
341 - M. SARTRE, 1996a, p. 389. gymnasiarchie ou à l'agoranomie; c'est en fait pendant son secrétariat qu'il
342 - M. SARTRE, 1991, p. 129. agit comme évergète. La construction du temple de Baalsharnîn est un autre
343 - Pour l'Asie Mineure, voir F. QuAss, 1993. p. 382-394. de ses bienfaits, mais elle est détachée de toute fonction civique.
344 - M. SARTRE. 1995, p. 252-257. 347 - Le seul exemple syrien a été retrouvé à Apamée: inscription en
345 - Un anonyme, secrétaire au moins deux fois au r" siècle (J. CANTINEAU, l'honneur de L. Iulius Agrippa. publiée par J.-P. REY-COQUAIS, 1973,
1933. p. 177, 11° 3; date d'après M. ÜAWLIKOWSKI. 1973a, p. 72); Malê p. 41-46, n" 2 (début du 1!' siècle).
Agrippa. deux fois secrétaire (C/S 3959 = BS n" 44).
56 Les notables de Palmyre

entre dans la série, c'est en partie parce que la carrière du Quoi qu'il en soit, peu de textes renseignent sur les
fils est complétée par celle du père. Le fils, Malikû, a été éventuelles différences de statut au sein de la population
stratège et agoranome et son père a exercé toutes les liturgies. palmyrénienne. La présence cl'affranchis ( br br' en araméen,
Les deux critères de la notabilité (l'exercice de plusieurs à1tEÀEÛ8Epoç en grec) est bien attestée et on en connaît un
fonctions et l'aspect dynastique) sont présents dans le même certain nombre. Les esclaves apparaissent clans le texte du
texte, ce qui en fait un modèle 3•18• Tarif (C/S 3913, II, 2, 4-6 par exemple) et clans certains textes,
Mais le texte le plus caractéristique de ces comme C/S 4115bis (/nv IV, 18b). Au sein de la population
comportements (au moins au point de vue épigraphique) est libre, il n'existe pas de différences attestées par l'épigraphie.
C/S 3942 (= Inv III, 7) dans lequel la carrière de Septimius En fait, ce qui semble probable, à la suite des études
Worod est décrite avec un soin du détail inégalé à Palmyre. prosopographiques faites plus haut, est l'existence d'une
Au moment où Palmyre semble sortir du cadre civique véritable spécialisation des fonctions, au moins jusqu'à la
traditionnel est gravé le texte peut-être le plus conforme aux fin du nl° siècle. Il existait peut-être deux types de carrières
usages des notables d'Asie depuis au moins le I"r siècle distincts pour les enfants des notables dePalmyre. Ceux qui
(carrière civique complète en plus des fonctions clans le étaient consacrés aux dieux devaient devenir prêtres, mais
domaine religieux et clans l'administration impériale 3�9). En ne pouvaient sans cloute pas entrer dans la carrière« civile »
effet, au moment où Worocl est honoré de cette manière par municipale. Si cette hypothèse se vérifiait, ce serait
le Conseil (sans cloute vers 270), cela fait longtemps que assurément une grande différence avec les carrières de
Haîran, le fils cl'Ocl a inat, est appelé exarque des notables clans le reste du monde hellénisé 352•
Palmyréniens (Ëçapxoç TiaÀµ up11vwv, équivalent de Toute théorie sur le fonctionnement des assemblées ou
l'araméen, rs tdm wr, « chef de Palmyre »), au témoignage sur la participation civique se heurte à l'absence de sources,
de C/S 3944 (octobre 251). ce qui n'est pas une preuve de leur inexistence, mais prévient
L'assemblée duPeuple est encore plus mystérieuse que toute discussion à ce sujet. Les décrets honorifiques sont
le Conseil. Le mot È K K À 11 cr{ a lui-même ou ses l'essentiel de notre documentation ; la seule exception est le
dérivés n'apparaissent pas épigraphiquement 350• Aucune décret qui se trouve au début du Tarif. Or les inscriptions
information n'existe sur cl'éventuelles réunions du Peuple, honorifiques ne formaient sans cloute qu'une partie
excepté les mentions de décisions du 817 �Loç clans les minoritaire des décisions prises par les assemblées. Comme
inscriptions. L'existence cl'un secrétaire du Conseil et du clans les cités cl'Asie Mineure, on peut penser que le rôle de
Peuple (C/S 3913, Tarif, I, 3) implique aussi l'existence l'assemblée était principalement formel, même si le Peuple
cl'une assemblée du Peuple, que ce personnage dirigeait. pouvait s'exprimer, principalement par des manifestations
On sait qu'en Asie Mineure, le 8ihtoç, l'ensemble des de sa satisfaction ou de sa mauvaise humeur m_ Il ne faut
citoyens, ne correspondait pas nécessairement à la pas se laisser tromper par le caractère unique du texte, mais
population libre de la cité, en particulier les ruraux 351• On peut-être est-il nécessaire de souligner que le Tarif est
ignore totalement ce qu'il en était à Palmyre, mais c'est promulgué par un décret du Conseil seul, sans que soit
peut-être pour cette raison que certains tiennent à préciser mentionné le Peuple. Il se pouvait que certains honneurs
clans les inscriptions qu'ils sontPalmyréniens (td1111y'), donc viennent de l'initiative d'un membre de l'EKKÀ1101a mais fü'

qu'ils appartiennent à la communauté civique, au gbl td1111y', il semble que les décisions importantes étaient prises par le
des premiers textes. Conseil, expression des notables de Palmyre.

348 - Mais l'inscription est aussi remarquable par son caractère unique. Si laborieuses». Ce qu'il écrit est bien entendu valable surtout pour l'Asie
les notables palmyréniens étalent avec complaisance la liste de leurs Mineure. Les sources sont beaucoup moins nombreuses pour la Syrie.
ancêtres, lm• X. l l 5 est le seul cas clans lequel les fonctions d'un aïeul sont 352 - Comme tous les arguments u silentio. il suffirait d'une seule
mentionnées.C'est une grande différence avec r Asie Mineure (M. SARTRE, découverte pour apporter une contradiction définitive. Néanmoins. ce qui
1995. p. 254). augmente la probabilité de cette théorie est le fait que le seul contre-exemple
349 - Voir M. SARTRE, 1995, p. 256-257 et la note 252 qui donne la d'un corpus assez important apparaisse à l'extrême fin de la période, à un
bibliographie sur 1• accession des notables provinciaux aux ordres moment où le contexte civique a visiblement évolué.
sénatoriaux et équestres. 353 - F. QuAss. 1993, p. 395-416 : selon l'auteur, r ekk/esia est surtout un
350 - Sur cette institution qui s'est maintenue partout à l'époque romaine, forum pour les débats entre notables. Le peuple, lui, réagit. Le fait qu'il
même si elle a perdu de sa souveraineté, voir I. LÉVY, 1895, p. 205-218 et s · exprime seulement par ces démonstrations est une autre preuve de sa
F. QuASS, 1993, p. 353-422 (surtout p. 394-418). faiblesse et de sa dépendance. On n'a aucune preuve de manifestations de
351 - Voir F. QuAss. 1993, p. 355 sur la question du nombre de présents aux ce type en ce qui concerne Palmyre.
assemblées. Il avance l'hypothèse que les ruraux participent peu aux 354 - F. QUASS, l 993, p. 4 l 2.
délibérations, même si on a des exemples de la présence des « classes
ETHNIQUE DE

A - Le système tribal : p. 57. Leur domination est souvent mise en rapport avec
1 - Les généalogies des Palmyréniens: p. 57. l'existence de tribus, bien attestée par les textes et des
2 - Les noms étrangers: p. 59. parallèles aussi bien historiques qu'ethnographiques. On a
3 - Surnoms et subdivisions familiales: p. 63. montré au premier chapitre que la création de tribus civiques
4 - Les Bené Mazîn et les Bené Iedîbel: p. 65. est à mettre en rapport avec l'instauration d'une rcÔÀtç à
B - Tribus et organisation civique: p. 66. Palmyre selon un modèle connu ailleurs dans le monde
1 - Tribus civiques et traditionnelles: p. 66. grec Mais il existe, en parallèle, des tribus qui sont a priori
1

2 - Les quatre tribus : p. 69. indépendantes des institutions de la cité et qui semblent être
3 - Les Bené Zabdibôl: p. 72. des survivances de la période antérieure. Elles représentent
4 - Les Bené Mathabôl: p. 75. l'organisation qui prévalait à Palmyre avant la conquête
C - Les différents niveaux de la topographie religieuse : p. 78. romaine et ont sans doute des rapports étroits avec les tribus
1 - Le sanctuaire de Bel: p. 79. qui nomadisent en Palmyrène (et ailleurs) à la même période.
2 - Le sanctuaire de Nabû : p. 81. Avant d'étudier les relations entre Palmyre et le monde
D - Arabes et Araméens à Palmyre: p. 87. proche qui l'environne, il importe surtout d'étudier le
l - Questions d'onomastique: p. 88. contexte dans lequel vivait la population de Palmyre. Outre
2 - Nomades et sédentaires à Hatra: p. 89. les différences institutionnelles qu'on a pu noter, Palmyre
3 - Le peuplement de la Palmyrène: p. 91. avait une identité propre, en particulier à cause de l'origine
4 - La Palmyrène entre nomades et sédentaires: p. 95. ethnique de ses habitants, pour une partie sédentarisés depuis
peu. L'importance qu'on accorde à cet aspect fait qu'on a
La civilisation de Palmyre est marquée par le mélange souvent tenté de retrouver dans les sources des traces des
entre un modèle gréco-romain prégnant et des traditions structures tribales dans lesquelles se regroupait la population.
locales fort vivaces. Si Palmyre est une cité grecque, elle Ainsi, les longues généalogies qui apparaissent dans les
inscriptions funéraires et honorifiques sont souvent
est, aussi et surtout, une ville sémitique aux traditions
comparées à celles du monde arabe de l'époque islamique.
profondément ancrées. Un des enseignements principaux du
Or justement, c'est sans doute par l'étude des noms que
chapitre I est de montrer de quelle manière s'effectue le
portaient les habitants qu'on peut essayer d'avoir la vue la
mélange au sein des institutions de la cité.
plus juste possible du fonctionnement de ces structures. C'est
Ainsi, le fait que les carrières « municipales » sont
en particulier dans les généalogies et les mentions
apparemment différentes, selon qu'il s'agit des magistratures
d'appartenance tribale que peuvent se manifester les relations
civiques ou bien des fonctions religieuses, est un des points
entre les différents groupes qui constituaient la population
par lesquels Palmyre se différencie des cités d'Asie Mineure.
de Palmyre. Cet ensemble de données onomastiques et
Les fonctions de grand prêtre, sans même parler de l'asiarque
familiales permet de saisir de manière un peu plus précise
ou du prêtre impérial, sont le sommet de la carrière de leurs
le fonctionnement de la société palmyrénienne.
magistrats ; ce n'est pas le cas à Palmyre. Certes, des prêtres
du culte impérial sont attestés ; il ne s'agit cependant pas de
magistrats, mais de prêtres du culte qu'on pourrait qualifier A. L'APPARTENANCE DES HABITANTS AU SYSTÈME
de « poliade », celui de Bel. « TRIB AL » À P ALMYRE
S'il y a un point commun avec le reste de l'Empire,
1. LES GÉNÉALOGIES DES pALMYRÉNIENS
c'est que là comme ailleurs, des familles dominent la vie
publique et forment de véritables dynasties. Il semble La documentation épigraphique offre de nombreux
important de mieux définir cette domination en posant en renseignements sur les liens tribaux ou claniques et les
particulier la question des moyens dont disposent ces relations familiales à Palmyre. En effet les familles et les
notables pour ancrer leur pouvoir. grandes traditions familiales sont une des bases de

1 - Sur l ïnstitution de la rrÔÀK. cité composée de tribus, une caractéristique aussi M. PIÉRART, 1985, p. 169-190, avec les références bibliographiques
du monde grec, voir par exemple Éd. WILL, 1991, p. 64 et suivantes. Voir qui y sont citées.
58 Les notables de Palmyre

l'organisation sociale ; comment expliquer autrement de Shoadü, et que le nom de ce dernier est en fait au génitif
l'importance des généalogies dans une grande partie du (on a dans le texte yuvàiKa foa8ou EÀa011Àou Bap011). On
corpus épigraphique de l'oasis ? On peut donc partir de ces peut se demander dans ce cas combien de générations
éléments et de l'onomastique des habitants pour essayer de séparent réellement Ioa8oç et sa femme de l'ancêtre Bap011 6,
reconstruire une partie du système de relations sociales et puisque le texte funéraire lnv IV, 12 (daté de 164) qui
familiales dans lesquelles vivaient les Palmyréniens. En concerne le père de Shoadû ajoute un nom à la liste : le père
effet, leur nom ne se réduisait pas au nom personnel, mais s'appelle en effet 'lhbl br mlkw br zbdbwl brt' (« Elahbel,
comprenait aussi la liste des ancêtres. Cela replaçait le fils de Malikü, fils de Zabdibôl Bartê » ). Cette généalogie
personnage dans une lignée qui permettait au lecteur fait remonter ::in mnin..;; :m miliPn rlu 1" siècle. 1

contemporain du texte de déterminer la position dans la Les généalogies peuvent parfois être très longues,
société de celui dont il avait l'inscription sous les yeux:_ comme dans le texte C/S 4130: mtny br nwrbl br mlkw br
L'importance que les généalogies palmyréniennes semblent tymb' br mtny br bwn' br mtny dy mtqrh mhwy (« Matnaî,
généralement prendre dans les textes mérite qu'on s'y attache fils de Nûrbel, fils de Malikü, fils de Taîmhê, fils de Matnaî,
un peu plus, en essayant de déterminer quelle est la confiance fils de Bônnê, fils de Matnaî qui est surnommé MHWY » ).
qu'on peut leur accorder 3• Ce fondateur d'un tombeau de famille, en 95, juge utile de
Un Palmyrénien est généralement désigné par son nom préciser le nom de son ancêtre à la septième génération,
suivi du nom de son père, mais il est très rare qu'on se sans doute parce qu'il est fier de cette longue lignée, qui
1
contente du patronyme; on remonte souvent jusqu'au grand­ remonte au r" siècle avant notre ère. Il semble que les
père et parfois plus loin. Les filiations sont généralement généalogies extensives soient le cas le plus courant dans
indiquées en araméen par la présence du mot br. De même l'épigraphie palmyrénienne, même s'il est rare qu'on
les versions grecques emploient, d'une manière normale, remonte au-delà de la cinquième génération. Mais à toutes
l'article, sauf si le nom du personnage est aux cas directs les époques, jusqu'à la fin de la période, se trouvent cités
(nominatif et accusatif), comme c'est la règle. des ancêtres aussi lointains que le Shîlâ, arrière-arrière­
Mais on peut citer d'assez nombreux textes qui semblent grand-père de Ogâ Séleukos de CIS 3934 ( « Julius Aurelius
suivre une autre règle, sans qu'elle soit toujours Ogâ qui est surnommé Séleukos fils d' Azîzü Azîzû
compréhensible. Un texte (Kh. As'AD et M. GAWLIKOWSKI, Shîlâ 'ywlys 'wrlys 'g' dy mtqr' slwqws br 'zyzw 'zyzw
1986-1987, p. 165, n° 3) donne les noms suivants: foa8oç s'yJ').
EÀa011Àou MaÀ1xou 1:0û Bap011. En araméen, on a s'dw br Pourtant, il existe au moins une série de textes qui
'lhbl mlkw brt' (« Shoadû, fils d'Elahbel Malikü Bartê »). remontent rarement au-delà de la deuxième ou de la troisième
En araméen, le mot br (« fils ») est absent au-delà de la génération : ce sont les inscriptions gravées sur les autels au
deuxième génération. 11 est remplacé par une simple dieu anonyme 7• Ces textes sont d'une nature plus privée, ce
apposition, tandis qu'en grec l'article se trouve seulement qui peut expliquer la taille réduite des généalogies. Leur
avant le nom de celui qu'on peut considérer comme l'ancêtre date peut être un autre facteur, puisqu'ils sont généralement
dt1 cla11, J?t1isqt1e so11110111 acl1èvc les géï1éalûgies de tû11s lês assez larùifs (III° siècle le pius souvent), c'est-à-dire à un
membres connus de la famille .j. moment où les mentions de tribus et de groupes familiaux
Dans un autre texte proche de la Grande Colonnade, le étendus sont devenues plus rares, et où on assiste à un certain
même personnage est appelé Ioaôoç EÀa011Àou Bape11 5• recentrage sur des cercles familiaux réduits.
Une génération, celle du grand-père, MaÀ1xoç, a disparu. On a souvent tenté d'interpréter les variations qui
L'article a lui aussi entièrement disparu, alors qu'on aurait existent dans l'expression des généalogies. Ainsi, il apparaît
pu l'attendre, puisque le texte est une dédicace pour la femme que les généalogies ne sont pas toujours complètes, et qu'il

2 - Voir K. 0JJKSTRA, 1995, p. 13 avec les références de sa note 14. Il explique the word br in a genea/ogica/ sequence \lery ofien coincides with the
que, dans une société segmentée (tribale). plus la généalogie d'un omission cd' u number cd'generations so that the fast name ucls as a c/an­
personnage est longue. plus ses possibilités d'associations sociales sont indication. » Page 96, il résume bien les difficultés qui rendent difficiles
nombreuses. La longueur de la généalogie exprimée dépend en fait du but les reconstitutions de généalogies d'après les inscriptions de Palmyre:
recherché par le rédacteur et k nombre de parents plus ou moins éloignés « .. . the.fàct tlwt sel!mi11g/_y al mndom one or more 11u111es ure dropped f ... }.
qu'il désire irnpliquer. Mais on ne peut négliger d'autres contraintes cornrne lt indicatl!s that geneu/ogies ure highlr 11111"l!!iC1b!e CIS C/11 inslrw11ent for
la place disponible sur la pierre, ou le désir de rernonter à un ancêtre ident(fïcation pwposes, especiu//y as no clue is prol'icled on the criteriafor
particulièrement important. "te/escoping ", apartfiw11 the suggestion that renc)l\'lled ancestors retained
3 - On trouvera clans P. P1ERSJMONI, 1995, p. 254-255. un court exposé their position more easi/y than less promi11ent ones. » La suite de l'ouvrage
systématique de la question. de K. Dijkstra prouve d'ailleurs que son constat est sans doute un peu
4 - La généalogie du fils de Shoadû s'achève aussi par ce norn (Kh. As'AD pessimiste, et qu'il est possible dans un certain nombre de cas de reconstituer
et M. GAWUKOWSKI, I 986-1987, p. 165. n" 4, sans version grecque): mlkw des généalogies avec de fortes probabilités de véracité.
br {;'dw br 'lhbl brt'. 7 - Voir K. DIJKSTRA, 1995. p. 142-143 qui les appellent « minor
5 - K11. As'AD et M. GAWLIKOWSKJ, 1986-1987. p. 165, n" 2 (sans version dedicatio11s » par opposition aux « mqjor c/edicarions » gravées sur des
palmyrénienne). temples, des autels de grande taille. ou d'autres objets de dimensions
6 - Voir aussi les remarques de K. DJJKSTRA, 1995, p. 123 : « Leul'ing out monumentales (voir ibid., p. 89).
Chapitre II: L'identité ethnique de Palmyre 59

arrive souvent qu'elles soient plus ou moins abrégées, c'est­ exprimer cette double appartenance. Peut-être parce que cela
à-dire qu'on omet une ou plusieurs générations, ce qui peut paraissait plus « chic », ou pour sembler mieux intégrés dans
être signalé par la suppression de br entre deux noms l'Empire, les Palrnyréniens ont adopté des noms gréco-romains,
1
propres 8• Par ce plincipe de télescopage des générations, il soit seuls 2, soit en plus d'un deuxième nom, indigène celui-là.
arrive souvent que, pour simplifier, on ait tendance à Dans le cas des noms d'origine perse, le procédé semble
remonter directement à l'ancêtre important ou éponyme : assez différent. Il s'agit dans ce cas toujours du nom principal,
ainsi, s'il arrive que br soit omis pour le dernier élément, on sans concurrence avec un nom sémitique (voir les exemples
considère que c'est de l'ancêtre du clan qu'il s'agit: son rassemblés dans le tableau 13) et ils ne semblent pas être
nom est celui qui est utilisé pour désigner la famille dans utilisés comme surnoms. Deuxième point à souligner, il n'y
son ensemble 9• C'est un cas assez courant, mais br est parfois a pas à Palmyre de généalogie homogène d'origine iranienne
111,
oublié dans une généalogie ou omis par manque de place les personnages de nom iranien ont des ancêtres ou des
bien qu'il s'agisse d'une succession père-fils, attestée par descendants aux noms sémitiques. La principale exception
un autre texte, ou par la version grecque du même texte : est Septimius Worod, qui lui n'a ni ancêtre, ni descendant.
ainsi ml' br yrby lsms r'y ( « Malê, fils de Iarhaî Lishamsh Mais il suffit de prendre l'exemple de mlkw br 'g' br 'rtbn
Raaî », BS n° 44 = CJS 3959) a fait construire le temple de (« Malikû, fils de Ogâ, fils d'Artaban », SFP n° 27) ou de
Baalshamîn. En grec, son nom est Ma11.11 6 Ka't 'Aypüma mzbn' bry1J1bwl' 1pbwl bgdn (« Mezabbanâ, fils de Iarhibôlâ
Iapawu wû Pamou : comme on peut le voir, le grec omet Refabôl Bagdan », PS 11° 210) pour voir que les noms iraniens
une génération et va directement au nom de l'ancêtre sont très rarement accompagnés d'autres noms de même
important. Plus intéressant encore est le nom du père de origine, ce qui ne renforce pas la thèse de l'origine iranienne
Malê Agrippa. Ce personnage est connu non seulement par de ceux qui portent ces noms. En fait, il apparaît que ce type
la généalogie de son fils, mais aussi par le texte BS n" 1 de noms est assez fréquemment en dernière position dans
dans lequel il est appelé yrby br lsms br r'y. Le texte reprend les généalogies, comme le prouvent les deux exemples cités
les mêmes noms que pour le fils, mais cette fois précise les ci-dessus (mais ce n'est pas exclusif 1 -1). Il semble ainsi
filiations par le mot br. On voit que son absence peut être fonctionner souvent comme un nom d'ancêtre qui sert à
interprétée de manières différentes 11• définir un clan.
Un des clans les plus importants de Palmyre a aussi un
ancêtre éponyme au nom probablement iranien. Il s'agit du
2. LES NOMS ÉTRANGERS
clan pnnwn (<1>1p�Lwv en grec) qui compte parmi ses membres
La situation de Palmyre au carrefour de la culture plusieurs bienfaiteurs de divers sanctuaires (portes du
araméenne et de la culture gréco-romaine a fait que certains sanctuaire de Bel 15 bain d'Aglibôl et Malakbel 1), ainsi
; 1(

habitants de l'oasis ont porté des noms doubles, comme pour que d'autres personnes mentionnées par des inscriptions 17•

8 - On a dans le monde grec d'assez nombreux exemples de généalogies 2:WLWVOU îOÙ BaÇEKTl, mais en araméen le mot br a totalement disparu :
longues. On cite directement l'ancêtre cligne cl'être rappelé et on remonte fmbl sm'wn bzq'. Parfois les liens de parenté sont assez difficiles à restituer
souvent à un personnage célèbre de l'histoire générale ou de l'histoire locale, précisément, comme clans le cas du texte H. INGHOLT, 1926, p. 129 : y1J1y
en omettant parfois les chaînons intermédiaires peut-être moins glorieux. 'g1p' yrby ydy'bl 'g' y't. Agrippa ('g1p') est sans cloute un autre nom de
Voir F. QuAss, 1993, p. 62-67 sur les longues généalogies qui témoigne du Iarhaî (yrby), fils de Iarhaî; les noms suivants doivent désigner les
« Selbstbewt!/Jtsein» des notables. Ce phénomène qui prend de l'ampleur générations précédentes. Mais on peut aussi considérer que 1'omission du
à l'époque impériale, est repérable surtout en Asie Mineure méridionale à mot br signifie que des étapes sont omises, même s'il est peu probable que
partir du 11' siècle avant notre ère (avec l'exemple de Palmyre, p. 67, n. 232). ce soit à chaque génération.
9 - On peut comparer le cas des documents juridiques babyloniens 12 - Par exemple Alexandre. fils cl' Alexandre, fils de Philopatôr du
(A. UNGNAD, « Babylonischen F amiliennamen», Festschr!ft A. Deimel, préambule du Tarif ( C/S 3913), avec les remarques du chapitre I sur la
Analecta orientalia 12, 1935. p. 319-326, cité par A. CAQUOT, 1962, p. 234, possibilité de son origine locale.
n. 1) : dans la formule « X fils de Y fils de Z », Z ne désigne pas l'aïeul, 13 - Annexe X. Dressé à titre de comparaison, ce tableau inclut tous les
mais l'ancêtre et fonctionne comme un nom de famille. noms dont l'origine iranienne est au moins possible, même si clans beaucoup
l O - C'est souvent le cas pour les tessères, comme RTP 31 et 34 : slmn de cas elle est douteuse.
y111bwf' mlkw · 'by (voir sur ce personnage de la famille Aabeî, le chapitrer ; 14 - Voir par exemple H. lNGHOLT. 1962. p. 104 ( 'prl1t br 'gylw). On retrouve
DFD, p. 233-235, n" 13 et lnl' X, p. 34-36). On a peut-être un cas particulier le père du même personnage ywlys 'wrlys 'gylw br 'prht br bq zbdbwl
avec les affranchis pour lesquels l'expression br f11yqui signifie« affranchi» clans plusieurs textes de la même tombe (H. lNGHOLT, 1935. p. 98, n" V II et
semble parfois omise : voir DFD, p. 274 où est cité le cas de nrqys br bq 1962, p. 106).
'gylw («Narcisse, affranchi d'Ogeîlû», CIS 4174 clans la tombe des« Trois 15 - CIS 3914 = lm' IX, 25.
frères») qui semble le même que le nrqys 'gylwclu texte CIS 4185 de la ] 6 - H. lNGHOLT, 1936, p. 109-112, n" 11.
même tombe. Néanmoins, la juxtaposition de deux noms peut recevoir 17 - Voir DFD, p. 31-35 avec un arbre généalogique et p. 237, n" 13 pour
d'autres explications. Cela signifie rarement qu'il s'agit d'affranchis. Sur un possible symposiarque (RTP 35 : y1hbwl' prmn). L'identification de ce
l'onomastique de ces derniers, voir le chapitre v. personnage repose sur l'équivalence entre le nom de la famille prmwn et
11 - On peut comparer. par exemple, les textes CIS 4030 et 4050 : le même prmn inscrit sur la tessère, selon la lecture de J. T. Milik. Néanmoins,
personnage est appelé bggw br yhyb' br yrby dk' dans le premier et bggw l'interprétation de RTP, ad/oc. donne /mm; la photo de la tessère (RTP,
br yhyb' y1J1y dk' clans le second, sans qu'il faille y voir de différence sans pl. III) est trop sombre pour permettre de décider; le dessin sur le frontispice
doute. Voir aussi le texte H. J. W. ÜRI.JVERS, 1995a, p. 34-36. Un des (ici fig. 15) favorise la lecture de RTP (comparer le/ du nom yrf1bwl').
synocliarques qui remercient Soaclos, fils de Bôlîadâ, s'appelle EVVl�17Àoç
60 Les notables de Palmyre

La famille semble avoir connu son apogée dans la seconde le nom est relativement peu courant (voir le tableau), il est
moitié du n" siècle. D'après l'arbre généalogique, tel qu'il fort probable qu'il n'est pas porté dans tous les cas par des
est reconstitué par J. T. Milik, l'ancêtre Firmôn a dû vivre cousins de bb' br bgsw br zbdbwl ou de rb'1 br J1y111 bgsw.
1
au 1" siècle avant notre ère. Il est intéressant de constater En effet, le reste de l'onomastique ne correspond pas, que
que de l'époque de Firmôn à celle de Worod, l'influence ce soit entre la famil1e de rb'1 et celle de bb', ou bien entre
iranienne semble se maintenir. Elle résulte peut-être plus ces deux familles et ce11es qui apparaissent en lnv VII, 1 4 et
d'une influence culturelle du monde iranien que d'origines CIS 4395.
familiales. Il n'est peu probable que tous les Worod soient Néanmoins si ces noms sont bien attestés dans les classes
vraiment iraniens et l'on n'est pas sûr non plus de l'origine les plus élevées de la société de Palmyre, ils y sont plutôt
du nom Firmôn. rares. On les rencontre surtout dans les catégories modestes
Quelques familles palmyréniennes se rattachaient donc ou moyennes de la population, comme les affranchis ywlys
à un ancêtre au nom iranien, soit qu'il ait été un immigré à 'wrlys 'gylw br 'prht' 23 et pmk br b1y lsms br smsgrm
Palmyre, soit que les contacts commerciaux nombreux avec ( C/S 3996). La plupart des textes où ils sont attestés ne sont
le monde iranien aient rendu populaire ce type pas de grandes dédicaces honorifiques ou des inscriptions
d'onomastique 18• Quoi qu'il en soit, ces familles ne semblent de fondation, mais des documents plus modestes, comme
pas avoir eu de traditions iraniennes particulières, et hors des épitaphes ou des textes de concession de partie de
certains cas de papponymie, comme dans la famille de Sasan, tombeaux. On peut mettre en relation avec ce fait le faible
dont l'hypogée a été fouillé 19, les noms de ce type ne se nombre de textes grecs (bilingues ou autres) qui comportent
répètent généralement pas au cours des générations. des noms iraniens (les noms bgsw/BayEcroç et pnnwn/
L'exemple de Worod montre que cette partie de la <!>1p�twv étant justement des exceptions).
population atteignait des positions parfois très en vue. Certes, les raisons peuvent en être diverses, ethniques
L' anthroponyme bgsw est un autre cas de nom très (il s'agit là d'un milieu plus proche de ses origines iraniennes,
vraisemblablement iranien porté par des membres des classes donc plus oriental), mais aussi sociales. Il est possible en
supérieures. Ce nom (sous la forme BayEcroç en grec) est effet que la partie hellénisée de la population corresponde
celui du père d'un notable honoré par les Benê Hashash aux couches supérieures, auxquelles n'appartiennent pas la
dans le sanctuaire de Bel en 1 28 (lnv IX, 33, jJb' br bgsw br plupart des Palmyréniens aux noms iraniens. Il est probable
zbdbwl, « Habbê, fils de Bageshû, fils de Zabdibôl »), ainsi que les deux facteurs ont joué, même s'il est impossible de
que celui de son fils honoré au même endroit, sans doute conclure à cause de la faiblesse de l'échantillon connu.
dans les mêmes années (Inv IX, 34, bgsw brbb[' bJ] bgsw,
« Bageshû, fils de Habbê, fils de Bageshû »).Ce dernier est Tout autre est la situation pour les noms grecs qui,
également connu pour la construction d'une exèdre dans la semble-t-il, avaient été adoptés par les notables de Palmyre,
Grande Colonnade (nymphée A) 20 et parce qu'il a peut-être souvent concurremment à un nom sémitique 24• Plusieurs
été symposiarque en 132- 1 33 21• Il s'agit donc d'une famille méthodes ont été suivies pour transformer les noms indigènes
de premier plan dans ces années qui c01Tespondent à la venue en noms gréco-romains qui gardaient souvent des traces de
de l'empereur Hadrien.J. T. Milik rattache à la même famille leur adaptation 25• La fréquence des noms théophores dans
rb'l brbym bgsw(« Rabbel, fils de Haîran Bageshû », dans l'onomastique sémitique et grecque a favorisé ce travail,
DFD, p. 247 à propos de CIS 3968 = RSP n" 1 57), épimélète car il suffisait de trouver l'équivalence entre les panthéons
du sanctuaire de Malakbel et Aglibôl en 134 22• Pourtant, si indigène et classique. Ainsi Wahballat est devenu

18 - Il ne semble pas possible de définir une période particulière pendant 22 - La fille de ce personnage apparaît en C!S 4455, si on en croit la lecture
laquelle ces noms auraient été particulièrement en vogue : aucun exemple de A. Caquot, RTP. p. 169. reprise par J. T. Milik, DFD, p. 247: ·1_y brt rb'J
ne semble pourtant très ancien, signe peut-être que les échanges avec le bg[sw).
monde iranien ont pris de l'ampleur seulement à partir du début de notre 23 - H. lNGHOLT, 1935, p. 98, n" V II et 1962, p. 106. II est intéressant aussi
ère. Mais la faible part de l'onomastique iranienne dans le total et le petit de voir l'importance der onomastique grecque clans ce mi I ieu cl'affranchis
nombre d'inscriptions anciennes en général sont d'autres points i:t prendre (voir iqji-u).
en compte dans ce raisonnement. 24 - Néanmoins si un certain nombre de notables de Palmyre portent des
19 - Les meilleures lectures sont celles de PAT n'" 10 l 5-1061. Voir les noms grecs. cet usage est loin de leur être réservé. Ce qui est plus rare clans
éditions originales dans SFP. p. 41-69, n"' 44-94 (arbres généalogiques) et les classes supérieures est le port d'un nom gréco-romain simple, sans nom
N. SALIBY, 1992, p. 267-292 et certains textes (avec des lectures différentes) sémitique, ni en grec, ni en palmyrénien. Ce phénomène semble fréquent
clans P. PIERSIMONI, 1994a, p. 298-316, n'" 5, 7. 10-17, 30-34 et 42-45 (avec en revanche clans les franges les plus modestes de la population, qui
un arbre généalogique plus réduit). emploient surtout l'araméen, langue clans laquelle ils transcrivent de manière
20 - Texte reconstitué à partir de divers fragments (/1111 III, 2 et lm· XII. assez systématique leurs noms, même quand ceux-ci sont grecs ou romains
19): voir DFD, p. 241-242 et en dernier lieu, E. WILL, 1983. p. 69. (voir des exemples au chapitre v1. i:t propos des hypogées). C'était de toute
21 - RTP 32, selon J. T. Milik, DFD. p. 238, n" 18 dont la lecture U1b') est façon un privilège des notables d'avoir plusieurs noms et de pouvoir les
en effet possible d'après la planche II1 du RTP. Voir aussi M. ÜAWLIKOWSKI, faire connaître par des inscriptions visibles par tous.
1973a. p. 33, n. 17. 25 - Voir F. RosENTHAL, 1936. p. 92-94.
Chapitre II: L'identité ethnique de Palmyre 61

Athènodôros ; les équivalences entre 'HA1ô8wpoç, Iarhaî ou les contacts des habitants de Palmyre avec des habitants
(yrby) et Lishamsh (Jsms) sont attestées plusieurs fois 26• des zones plus hellénisées de l'Empire. Ainsi en CIS 3934
Parfois, c'est plus par une certaine ressemblance phonétique (en 254), un certain ywlys 'wrlys 'g' ( « Iulius Aurelius
que par un rapprochement sémantique qu'un nom sémitique 0gâ >>) est aussi appelé (dy mtqr') « Séleukos » (slwqws),
est devenu grec ; on peut ainsi citer l'équivalence bien ce qui donne en grec : [ · IlouÀwv Aùp1i[A10v 0yyav 1:ov Ka'tl
attestée de Z17vô�1oç et de zbyd' (ou des noms apparentés) . I:ÉAEDKOV [8k mû AÇ1Çou] 1:oû I:mÀa. Il est difficile de
C'est sans doute aussi la raison pour laquelle Z11vô�wç sert trouver un lien entre les deux, si ce n'est que le nom grec
à traduire d'autres noms formés sur la racine zbd, comme devait être plus pratique à utiliser, ou mieux vu, dans les
zbd'th (RSP n" 35). Cette fois, le nom divin n'est plus celui contacts entre les Palmyréniens et les « Grecs » de la région,
d'un dieu, qu'on traduit habituellement par Zeus (Bel ou cela d'autant plus que le personnage avait exercé de hautes
Bôl), mais celui d'une déesse ('th) 28• Un autre exemple de charges à Palmyre (stratège de la colonie) et qu'il était sans
rapprochement phonétique est attesté dans le texte CIS 3953 doute chevalier romain. L'autre texte honorifique en faveur
avec l'équivalence A1pav11ç 6 Ka't 'Hpcô811ç. Le même du même Iulius Aurelius 0gâ pose un problème épigraphique
personnage est appelé byrn dans la version araméenne du (fig. 16) 33• Il a été restitué de manière différente, justement
même texte et 'Hpcô81w I:opmxou dans le texte Inv 27 29• dans la partie qui concerne son nom. La solution de ce
C'est en vertu d'une équivalence du même genre que le fils problème pourrait renseigner sur l'usage fait par les notables
d' 0dainat, appelé Hérôclès par les sources classiques 30 et palmyréniens des noms romains.
Hérodien par l'inscription Inv III, 3, pourrait en fait être un Le débat porte sur les lignes 2-4 du grec et sur le début
Haîran U1y111), peut-être celui qui est amplement attesté par du palmyrénien 3 J.-B. Chabot dans le CIS restitue ainsi :
-1_

l'épigraphie 31• C'est d'ailleurs le nom de son grand-père, "I[É]NEDKOV Oy11Aovl 1 [8\ç AÇ1Çou wû I'.EElÀa] 1 [........ \.rcrcfo
ce qui correspond tout à fait aux traditions qu'on peut 'P]w�mi.wv. Dans l'Inv III, 15, J. Cantineau préfère ['IloûA[wv
connaître à Palmyre 32• 0yyav 1:0Û] 1 A[Ç1Çou I:mÀa] 1 [.... lTCTCÉa 'P]w�LCXlCOV. Le
Parfois enfin la raison de la traduction échappe palmyrénien n'est que de peu de secours, puisque les lettres
totalement et devait s'expliquer par une mode particulière visibles des deux côtés de la lacune de la première ligne

26 - L'équivalence Héliodôros Lishamsh est explicite dans le texte 31 - CIS 3944 (= lm• III,16); deux textes clans H. SEYRIG,1963,p. 161.
J.CANTINEAU, 1930a, n" 13b où le personnage s'appelle IE8ap17Àoç Voir aussi les tessères RTP 485 et 736. avec le commentaire et la
'HÀlOôcopou wù KCÙ Arna�LCTou. On a en lm· X, 34 un personnage dont bibliographie au chapitre 1 (C 2). Les textes (sans les tessères) sont
l'un des ancêtres porte les noms de 'HÀlOôcop[ou] îOÙ Kat Iapcx[lüul.Ce rassemblés par M.GAWLIKOWSKI,1985,p. 254 (n"' 4, 5 et 6), qui propose la
procédé est pourtant assez rare en Syrie,à l'époque romaine,et l'exemple même identification (p.261),malgré les objections de H. SEYRJG, 1963,
de Palmyre connaît peu de parallèles contemporains (voir M. SARTRE,1998, p.171-172 (voir aussi DFD, p.319).Ce (ou ces ?) personnage est un demi­
p. 559). frère de Wahballat,fils de Zénobie. La présence dans l'Histoire Auguste
27 - En ClS 4201,Z17V6�l0ç est zbyd'; en C/S 3932,on a en grec Z17v6�1oç d'un Herennianus (Histoire Auguste, Vita Gall., XIII. l et Ty1: trig., XV,2;
6 KCXÎ. Zcx�8lÀcxç, mais seulement ::,bdlh en araméen. Cette même XV II; XXVII; XXX, 2), autre fils de Zénobie, vient compliquer le
équivalence est aussi celle qui fait d'une certaine bt::,by une Z1iv0Pîa,nom problème, puisque clans ce cas aussi la transcription du nom Haîran est
sous lequel on connaît la plus célèbre des habitantes de l'oasis,dans les assez lisible. On ne sait pas quel crédit on peut accorder à cette source,
sources littéraires classiques (et aussi clans l'épigraphie).Sur la signification notoirement assez peu fiable.
de ces noms formés sur la racine sémitique ::,bd« donner»,voir J.K.STARK. L'identification est acceptée sans discussion par E.W ILL, 1992, p. 177-178,
1971. p.85-86 et A.CAQUOT,1962,p. 244 (voir pourtant supra. n.280 du comme par E. EQUIN! Sc1-1NEIDER, 1993,p. 22-23. Un des arguments de
chapitre 1 : zbyd' peut être éventuellement un diminutif de zbd': schème D.S.PoTTER, 1990, p.387 pour la rejeter est que ni Wahballat, ni Odainat
arabe.fit 'ayla). L'explication philologique de toutes les formes (zbdl', zbdy n'ont jamais utilisé cle noms grecs. Pourtant, si la proposition est vraie
ou zbyd' par exemple) n'est pas la même. bien qu'il s'agisse pour Oclainat, tous les milliaires de Wahballat,aussi bien en latin qu'en
d'hypocoristiques. mais il est clair que la signification générale: « don de grec ou même qu'en araméen,l'appellent Wahballat Athènoclôros (whbh
la divinité». « donné par la divinité» est proche dans tous les cas. Les 'tndr[ws] en ClS 3971; Ouapana[8oul 'A817vo8copou en OGlS 647;
formes proches -;,bdbw! « don de Bôl »,-;,bdbl « don cle Bel» sont aussi Vaballatho Athenodoro en AE 1904,60). Certes,la formule équivalente
susceptibles cle la même « traduction» en grec sous la forme Z17v6pl0ç Haîran Héroclien n'apparaît jamais,mais Odainat,lui n'a jamais cle nom
clans lequel l'élément « Zeus» était apparemment bien reconnu. grec.Si deux membres de la famille utilisent deux manières différentes de
28 - C'est un des éléments qui composent le nom cl'Atargatis ('tr'th). Voir donner leur nom, on ne voit pas pour quelle raison Haîran n'en utiliserait
J. TEIXIDOR,1979. p. 75-76. pas une troisième.
29 - On trouve la même équivalence clans un texte qui concerne son petit­ 32 - J. T. Milik (DFD, p.265) propose un autre cas de ressemblance
fils (CIS 3940): ywlys' wrlys sptmyws yd' br 'fksndrws byrn s1ykw et phonétique possible, quoique un peu lointaine,Ogâ/Ogeîlü et Agrippa.Le
ÏODÀlüç AÙp17Àl0ç LETCîl�llüç Io:817 LE7Cîl�llOU 'AÀE/;cxv8pou îüÙ personnage (un symposiarque) s'appelle y1tJy 'g1p' (Iarhaî Agrippa clans le
'Hpco8ou.Julius Aurelius Septimius Iaclê,fils cl' Alexandre, fils cl'Hérode texte H. lNGHOLT, 1926,p. 129) et un de ses ancêtres s'appelle 'g': c'est
H,ûran. J.T. Milik donne d'autres exemples (DFD, p. 246,250 et 319), sans cloute ce qui autorise le rapprochement fait par J. T. Milik. On
mais il faut noter qu'il s'agit clans tous les cas de restitutions ou cle remarquera que clans le texte ClS 3934, un certain 'g' est appelé L'.ÉÀEUKOç
reconstructions de textes (respectivement lnl' V III, 124 + 186; J.CANTINEAU, (voir ilifi·a).
1930b,11° 14) qui sont seulement probables : de plus,il fait entrer en compte 33 - CIS 3935 (cle 259) = lnv III, 15.
(p. 246) l'exemple de Héroclien Haîran,qui justement est prouvé p.319 34 - Voir aussi D. ScI-ILUMBERGER. l 942-l 943b,p.82, 11. 18 qui restitue
par les exemples rassemblés à la p.246 ! Même s'il se peut bien qu'il ait 'loÛÀt[ov AÙp(17ÀlOV) Oyy]-1 C/,V A[Ç1Çou îOÙ] 1 AÇ[1Çou îOÙ LfflÀCX
raison (voir note iJifi·a), son raisonnement est un peu circulaire. 'i.rcrcÉcx 'P]coµcxiwv. La césure non syllabique est rare à Palmyre,mais n'est
30 - Histoire Auguste, Vita Gall., XIII. 1, et Ty,: trig., XV, 2 et XVL pas impossible.
62 Les notables de Palmyre

($lm[. ........] 'g' bi) permettent aussi bien de restituer slwqws Un dernier ensemble regroupe principalement des épitaphes
( C/S) que dnh dy (démonstratif + particule introduisant le funéraires, sur des bustes ou des sarcophages. La majorité
complément de nom dans lnv). des inscriptions de ce type (voir le tableau onomastique)
Au vu des lacunes et de l'espace disponible, il semble sont seulement en araméen.
que le texte ne puisse pas mentionner en même temps le Il faut pourtant souligner l'extrême rareté de ce type de
nom de I:ÉÀEUKOç (ni en araméen, ni en grec) et la mention noms dans les textes funéraires. Très rares aussi sont les
de la citoyenneté (les prénoms Iulius Aurelius), qui est noms qui apparaissent plus d'une fois. Pour chaque exemple,
pourtant très rarement omise à cette époque, dans les textes on est amené à soupçonner qu'il s'agit en fait de la même
officiels. Si les prénoms Iulius Aurelius étaient inscrits sur famille, et parfois du même personnage qui peut être à la
la pierre, peut-être sous une forme abrégée, alors cela fois le père, le grand-père, le mari des différents membres
pourrait signifier que la version grecque du nom du de la famille et apparaître à ce titre dans leurs généalogies
personnage n'apparaît pas dans ce texte. Dans ce cas, il respectives. Ainsi, la fréquence de dynys (Li1ovucr1.oç) ou de
apparaîtrait clairement que le nom grec n'est que secondaire qrbwln/qrbl' ( Corbulo) est la conséquence de la conservation
pour ce Iulius Aurelius Ogâ. Resterait à expliquer pourquoi particulièrement bonne des reliefs d'une tombe. Tous les
il n'apparaît pas dans ce texte, alors qu'il est présent dans le textes mentionnant dynys concernent en fait la même famille,
premier. dont un ou deux membres (grand-père et petit-fils)
On peut noter aussi que bwln' br 'zyzw br 'zyzw br s'y]' apparaissent dans une grande partie des généalogies. C'est
( « Bôlnâ, fils d' Azîzû, fils d'Azîzû, fils de Shîlâ », C/S 3976) exactement le même cas pour la famille de Corbulo. On
qui est peut-être son frère et a été deux fois épimélète de la peut rappeler que la relative fréquence des noms iraniens
source ( 'pmlwtn) ne porte apparemment pas de nom grec. 'rtbn et ssn (Artaban et Sasan) a exactement la même cause.
Là comme dans d'autres cas, il faut tenir compte de la Pour le reste, les noms iraniens sont encore plus rares que
disparition de nombreux textes : on n'est renseigné que par les noms gréco-romains, surtout si on limite la liste aux noms
une petite partie du corpus, qui dissimule peut-être l'usage dont l'origine est totalement assurée.
de noms grecs dans certains cas. Peut-être faut-il aussi Seuls quelques noms non sémitiques sont plus courants.
considérer le genre du texte. Cette dédicace au Gad de la Le premier est Z11vo�1.oç dont on a déjà parlé amplement.
source (gd' dy 'yn ') est uniquement en araméen. Dans un Mais à la différence des noms gréco-romains qui
domaine plus conservateur comme le domaine religieux, apparaissent dans les textes unilingues, ce n'est peut-être
l'absence de noms grecs et de version grecque du texte que la traduction d'un ou plusieurs noms très courants à
n'étonne pas outre mesure. D'ailleurs, les textes dédicatoires Palmyre. Les Z11vo�1.0ç connus à Palmyre portaient peut­
sont assez rarement dans une langue autre que l'araméen'". être aussi un nom sémitique 36• Il semble au contraire que
Mais l'usage des noms étrangers, et en particulier gréco­ les gens appelés dynys, mrql' ou typyls ne portaient que ce
romains, donne des renseignements très précieux sur la nom. On peut envisager pour eux une origine étrangère, et
culture et la civilisation de Palmyre. Comme on le voit sur en faire des immigrants suffisamment bien intégrés dans la
le tableau qui résume l'usage de ces noms, ce n'est qu'à société locale pour en utiliser la langue à l'exclusion de leur
partir du II° siècle qu'apparaissent en nombre réduit, mais langue d'origine. C'est en effet une possibilité, mais il en
néanmoins remarquable, des noms d'origine gréco-romaine. existe d'autres, comme on le verra au chapitre v1.
C'est même un sujet d'étonnement que, dans l'ensemble de La relative fréquence de 'wtk' (Eùrux1w) et de hrms
la documentation, il n'y ait que deux inscriptions datées qui ('Epµîiç) est plus intrigante, car on voit mal quel équivalent
attestent de l'usage de noms gréco-romains avant les peut se dissimuler derrière eux. Le second de ces noms est
premières années du 11° siècle. Et même dans la première utilisé de manière privilégiée par les affranchis qui
moitié de ce siècle, les témoignages ne sont pas très apparaissent dans l'épigraphie de Palmyre (voir chapitre v),
nombreux. ce peut être une raison de sa présence : il est possible que ce
On trouve des noms gréco-romains dans tous les types soit un nom traditionnel à Palmyre (comme ailleurs) pour
de textes. Si ces derniers sont surtout honorifiques, on peut les esclaves et les affranchis. Eùrux11ç est assez courant,
aussi noter un groupe particulier d'inscriptions funéraires mais ne semble pas réservé à des étrangers 37 : ainsi dans le
(RSP 11° 51 ou CIS 4168 par exemple), souvent bilingues texte CIS 4211 (texte bilingue de concession daté de 237),
(inscriptions de fondation et de concession, voir chapitre VI). 'IouÀ.1.oç Aùp11Àwç EÙîÛXllç est fils de Ayymoç, dans lequel

35 - Principalement dans le CJS, 3972-4108. Voir aussi RSP n"' 106-151. Il faut rappeler aussi que le nom, sans être rare. est relativement peu fréquent
En tout, sur environ cent cinquante textes, moins d'une dizaine sont clans le monde grec (voir par exemple les volumes parus du LGPN).
bilingues. 37 - Comme me l'a fait remarquer M. Sartre, la popularité de ce nom est à
36 - Voir l'annexe IX. 2 : une grande partie des Zénobios connus à Palmyre mettre en rapport avec celle des gad en milieu sémitique (voir M. SARTRE,
portent aussi un nom sémitique. On notera aussi qu'il n'existe pas de 1985, p. 201 ). Sur les gad à Palmyre, voir T. KAIZER, 1997, p. 147-166 (qui
transcription sémitique du nom grec Zénobios, seulement des traductions. laisse entièrement de côté l'aspect onomastique, cf. p. 151, n. 17 ).
Chapitre II: L'identité ethnique de Palmyre 63

on reconnaît le nom sémitique bgy 38• Le personnage est le premier, 'Hpü'.>817ç 6 KCXl A1pav17ç devient simplement
apparemment d'origine locale, pourtant son nom est l)ym. Dans le second, la mère d'Hérode Haîran, mrt_v est
d'origine grecque (à moins qu'il ne s'agisse d'un affranchi? fille d'un Alexandre Iadê ('AÀÉçcxv8poç 6 Kcx't la817), qui
Voir chapitre v). C'est le seul exemple daté, ce qui ne permet est appelé simplement yd' en araméen. Le problème se
pas de savoir si ce nom s'est répandu à Palmyre à un moment complique encore quand on prend en compte les traductions
précis, par l'effet d'une mode. Il faut noter pourtant que ces des noms qui parfois sont assez différentes et plus ou moins
deux noms sont répandus dans 1 'ensemble du monde gréco­ longues selon la langue utilisée. Il semble qu' assez
romain, et en particulier à Rome. Hermes y est d'ailleurs le régulièrement les généalogies en grec sont plus courtes que
nom grec le plus courant, et est utilisé en grande partie par leurs contreparties araméennes. Ainsi dans Inv IV, 7a:
des affranchis et des esclaves, tout comme Eutuclzes et IE8a�17Àoç 0m�La17 îOÙ Ayyo8o�Lou devient en araméen
Eutuchus qui sont par leur fréquence en 8 e et 9" positions ydy'bl br tyml)' br ydy'bl br 'bd'th 'gdm. Les générations
dans la liste établie par H. Solin pour Rome 39• intermédiaires entre le nom du père et celui de l'ancêtre du
Néanmoins, même dans les textes bilingues, clan sont omises en grec. Le texte grec dans ce cas semble
l'onomastique d'origine orientale prédomine très largement. second et pour ainsi dire d'apparat. Le texte qui comporte
Même quand apparaissent des noms gréco-romains, c'est un véritable contenu et qui est destiné aux compatriotes du
toujours au milieu de noms sémitiques caractéristiques. De personnage mentionné est le texte palmyrénien.
plus, la fréquence de Z17vô�10ç ou d'autres noms facilement Tout concorde donc à faire de Palmyre et de ses notables
transposables indique clairement qu'il faut souvent lire une ville où le vernis onomastique gréco-romain est somme
derrière le nom grec un équivalent sémitique. Les textes toute assez faible. Même quand ils exercent des charges
bilingues sont à ce titre révélateurs et permettent de restituer civiques typiques des cités grecques, les magistrats de
ce qui était le nom d'usage courant. Palmyre portent surtout des noms d'origine locale (voir
Ces noms pouvaient servir dans les deux langues. Ainsi, tableau en annexe I). Et quand les Palmyréniens proclament
certains textes donnent les deux noms dans les deux le nom de leurs ancêtres dans leurs inscriptions, il en va de
versions : ydy' bl br hlydrws lsms br ydy'bl devient en grec même ; ces noms sont la manifestation d'une fierté de leurs
IE8a�17Àoç 'HÀ.w8c6pou mû KCXl AlCTCX�lCTOU mû IE8a�17Àou·10• origines, qui devait être le propre de l'aristocratie marchande
Seul le grec précise qu'il s'agit d'une équivalence et que les de la cité.
deux noms servent à désigner le père de Iedîbel. On trouve
aussi un cas symétrique en Inv IV, 7b: 'Jksd1ys br 'Jksd1ys
3. SURNOM S ET SUBDIVISIONS FAMILIALES
br 'plnys nbwzbd br tym" br 'gdm devient dans le texte
grec 'AÀÉçav8poç 'AÀEçcxv8pou îOÛ 'ArcoUwviou îOÛ L'expression dy mtqr' (« qui est appelé ») ou son
NE�ouÇa�a8ou îOÙ 0m�La17 îOÙ Ayyo8o�wu. Dans ce équivalent grec 6 Kcxi peuvent aussi indiquer un deuxième
dernier, Apollônios semble être le fils de Nebûzabad. On type de surnom à Palmyre. Leur raison d'être est un peu
peut en être intrigué, car l'équivalence Apollon/Nabû est différente et tient au faible nombre des noms utilisés par les
..ri
bien connue et le texte palmyrénien prouve apparemment habitants de la cité. Tout lecteur d'inscriptions de Palmyre a
qu'il s'agit bien du même personnage, puisque le mot br pu aisément se rendre compte de la popularité de certains
n'apparaît pas entre les deux noms. Il apparaît donc dans noms, comme mlkw ou mqymw. Cette fréquence a entraîné
les deux textes qu'on vient de citer que certains habitants de de nombreuses homonymies qui ont peut-être conduit les
Palmyre utilisaient les deux noms, selon le contexte ou pour Palmyréniens à avoir recours à des surnoms pour distinguer
bien montrer leur double attachement. De toute façon, même les différentes personnes. De là vient la relative fréquence
quand le nom grec est utilisé, c'est très souvent en parallèle de dy mtqr' qui sert à introduire le surnom, et pas seulement
avec le nom araméen : cette relation est généralement le deuxième nom d'origine grecque. D e manière
précisée en grec par îOÙ Kat ( « et aussi»), alors que systématique, semble-t-il, le surnom utilisé est le nom d'un
l'araméen utilise parfois la simple apposition ou l'expression ancêtre plus ou moins éloigné. On a un bon exemple de
dy mtqr' («qui est appelé»). l'usage de cette expression et de son équivalence avec
Bien plus couramment l'araméen ne mentionne pas le l'omission de br dans deux textes bilingues qui concernent
nom grec et se contente de la version locale du nom. Le le même personnage, Malikû, fils de Neshâ. En Inv IX, 11,
grec est de son côté plus fidèle à cette double appartenance: il est appelé mlkw br ns' br bwl�1' dy mtqr' Ms ( « Malikû,
on peut prendre l'exemple des textes CIS 3953-3954. Dans fils de Neshâ, fils de Bôlhâ, qui est appelé Hashash»).

38 - Voir J. K. S TARK, 1971, p. 87. classement par fréquence du volume Ill. p. 1348. Voir supra sur les rapports
39 - H. SouN, 1982. f. p. 342-353 pour Hermes ; IL p. 796-806 pour le entre le nom cl' origine non sémitique et l'éventuelle origine sociale et plus
couple Eutuches-Euluchus, tous les deux susceptibles de la transcription loin, au chapitre v, sur la place des affranchis clans la société palmyrénienne.
'wtk'. Ce n"est peut-être pas un hasard si Eros (I, p. 328-335) et Alexander, 40 - J. CANTINEAU, 1930a, n" 13b.
noms connus également à Palmyre. apparaissent en 2' et 3' position clans le 41 - Cf. A. BOUNNI. 1976. p. 46-52 et M. GAWLTKOWSKI, 1990a. p. 2645.
64 Les notables de Palmyre

Hashash est présenté explicitement comme un surnom. Dans Le clan des bny bss est connu par un certain nombre de
le texte Inv IX, 12, daté de l'année suivante (25 de notre textes. Il appartient visiblement à la tribu des bny kmr' et se
ère), le même personnage est appelé mlkw br ns' br bwlb' rattache à un certain Bôlhâ dit Hashash (bwlb' dy mtqr'
bss. L'expression est plus courte, on a omis de préciser que bss) Il est possible clans le cas de ce personnage que le
-1-1 _

Hashash est un surnom, mais l'absence de br entre les deux surnom n'ait pas été porté à l'origine par lui, mais ait été
derniers noms joue en quelque sorte le même rôle que celui d'un de ses ancêtres et qu'on le lui ait ensuite attribué
l'expression dy mtqr'. par souci de simplicité en sautant une ou plusieurs
Sans doute comme cela s'est passé dans d'autres générations.L'étude des textes concernant cette famille peut
langues, le surnom qui servait à distinguer les homonymes renseigner sur la manière dont les noms de clans se
a aussi joué le rôle d'un véritable nom de famille et a pu transmettaient. On a parlé plus haut de Malikû Neshâ, fils
servir pour l'ensemble des membres de la famille ou même de Bôlhâ appelé Hashash (mlkw br ns' br bwlb' dy mtqr'
du clan, c'est-à-dire en fait les descendants d'un même bss) qui se voit honoré de deux statues en 24 et 25 (Jnv IX,
personnage, qui avait dû marquer les esprits ou occuper une 11-12). Dans ces textes, et en particulier le premier, c'est
place particulièrement importante dans la vie publique de Bôlhâ qui est appelé Hashash. La proposition introduite par
la cité. le pronom relatif dy a pour antécédent Bôlhâ, comme semble
Il existe suffisamment cl' exceptions pour qu'on puisse l'indiquer le texte grec dans lequel on a McxÀ1xoç Nrncx WD
penser que de multiples considérations (place disponible, BcoÀcxcx WD ÈmKCXÀOWtÉvou Aacxaou. La proposition avec
accent mis ou non sur la généalogie), ainsi qu'une certaine le participe ÈmKcxÀoÛ�tEvoç joue le rôle de la relative du
fantaisie sans doute, devaient jouer un certain rôle quand palmyrénien. Elle est au génitif et complète BcoÀcxcx.
on notait les noms d'un personnage. Il serait inutile donc de Grammaticalement, il n'y a aucune ambiguïté, c'est BcoÀcxcx
chercher un système qui puisse expliquer 1'ensemble des qui est appelé Aacxaoç. Le nom de clan porte donc
données onomastiques transmises par 1 'épigraphie directement sur le nom du grand-père. C'est aussi le cas
palmyrénienne. Néanmoins certaines règles sont assez bien pour le frère de Malikû, Hashash, qui avait été honoré en 21
respectées comme la présence à la fin des généalogies d'un pour avoir fait la paix entre deux tribus ( dont la sienne, les
nom cl'ancêtre qui permet parfois de définir un clan ou des bny kmr') -1:,_
subdivisions tribales. On a très peu cl'éléments sur la manière La question se complique si on passe aux générations
dont les différents clans, et éventuellement même les tribus, suivantes. Il est fort probable que les deux personnages
étaient liés entre eux. Certains clans ou familles sont des représentés sur les reliefs funéraires qui portent les textes
subdivisions de tribus, on en a quelques exemples comme CJS 4559-4560 soient de la même famille. En effet le premier
les Bené Baâ qui appartiennent aux bny knbt - 12• Mais il est s'appelle Bôlhâ, fils de Neshâ Hashash (bfb' br ns' b§s) et
vraisemblable aussi que certaines tribus ne soient en fait l'autre Bôlhâ Hashash. L'onomastique concorde tout à fait
que des segments cl' autres tribus dont elles se seraient et permet de les identifier comme des descendants cl'un des
séparées. deux frères des années 20, Malikû et Hashash. D'après le
style, il semble bien qu'on puisse dater leurs deux portraits
J. T. Milik a essayé de repérer ainsi un certain nombre de la première moitié du 11" siècle 6• Au mieux, ils-1

de « fractions, clans, grandes familles » qui pouvaient servir appartiendraient alors à la génération des petits-enfants. Nés
pour la répartition des tribus palmyréniennes Il s'appuie
-1,_ vers 80, avec des parents nés vers 40 ou 50, ils peuvent
sur l'inscription CIS 4124 (= lnv IV, 3 ; fig. 17). Dans ce avoir eu des grands-parents nés dans les premières années
texte, les fondateurs de la tombe sont descendants à la de notre ère. En adoptant une chronologie basse, on pourrait
cinquième génération de rcx88cxpaou TOD ÈmKCXÀOWtÉvou ainsi se raccrocher aux deux personnages connus clans les
Bcxcx (« Gaddarsos surnommé Baâ » ). En araméen, ce sont années 20. blb' br ns' bss serait alors le petit-fils du Hashash
les fondateurs eux-mêmes« qui sont surnommés Bené Baâ » honoré par les bny mtbwl et les bny kmr' ( CIS 3915). Il peut
( dy mtqm bny b' '). Le surnom de l'ancêtre est ainsi devenu néanmoins paraître préférable cl'ajouter une génération, ce
le nom du clan tout entier, sans doute parce qu'il s'appliquait qui les ferait appartenir à la génération des arrière-petits­
à une personnalité particulièrement marquante de la tribu enfants.
des bny kn/Jt. On n'aurait pas de mal à trouver d'autres On le voit, toutes ces reconstruct i ons restent
exemples, car c'est en effet une coutume bien attestée à hypothétiques. Or, il est possible aussi, et sans cloute
Palmyre d'utiliser le nom d'un ancêtre comme véritable nom préférable, de considérer le bss du texte C/S 4559, non
de famille. précédé du mot br (bar, « fils » ), comme un véritable nom

42 - CJS 4114 = lm• IV, 4. Voir M. GAWLIKOWSKI, 1971, p. 421-423 et 1973, 45 - li faut faire cle ce personnage le frère cle Malikû, malgré J. Cantineau,
p. 37. lnl' IX, p. 20. Voir DFD. p. 38 et K. ÜJ.JKSTRA, 1995. p. 101-102 avec la
43 - DFD, p. 87. note 23.
44 - Voir M. GAWLIKOWSKI, 1973a, p. 33, et DFD, p. 38-39. 46 - Voir PS n" 117 avec des parallèles entre 130 et 140.
Chapitre If: L'identité ethnique de Palmyre 65

de famille, qui ne désignerait donc pas un ascendant précis, le matériel archéologique de la fouille de la tombe 511• Les
mais servirait à identifier le clan, ou le groupe, au sein de la Bené Mazîn ne sont attestés que plus récemment, puisque
tribu et de la population de Palmyre. De même, blb' bss de le premier texte daté remonte à 32 (BS n" 37).
CIS 4560 appartiendrait au même clan. On voit tout de suite Un autre élément de lien entre les deux groupes est qu'on
le problème que cela pose, car on pense que la suppression les retrouve aussi autour du sanctuaire cl' Allât, situé à
du mot br en fin de généalogie signifie généralement qu'on l'extrémité ouest de la ville 3). Une inscription datée de
passe directement à l'ancêtre éponyme de la famille. 115 (RSP n" 143) 51 découverte dans ce sanctuaire peut très
il est très rare qu'on passe à cet ancêtre sans même donner bien concerner la même famille que celle de BS n" 60, selon
le nom du père du personnage dont on parle. Une autre la démonstration convaincante de M. Gawlikowski. D'après
explication se présente donc à l'esprit: il s'agit là d'une le texte cl'Allât, gdr$W br y1J1y brgdr$w br 'ty qui dédie un
sorte d'abréviation de la formule sur un relief dont la surface autel à la Dame du Temple (Allât) est un descendant de mtny
était réduite et il faut développer blb' bss en blb' br b§s. brqynw br'ty rb'. Or il est très tentant de reconnaître cette
Peut-être, comme dans d'autres cas -n, bss sert-il à la fois de séquence dans le texte BS n" 60 où on a whblt br mtny br
patronyme et de nom de famille, pour éviter la répétition, gdr$W br111tny brqynw br 'dty brydy' b/. Le passage de 'ty
parce qu'on savait qu'un bss appartenait forcément au clan à 'dtyest en effet possible. Et on sait depuis assez longtemps
du même nom. que les bny 111'zyn sont présents autour du temple cl'Allât,
par le texte C/S 3966 RSP n" 156) notamment. Le
personnage cité dans l'inscription appartient aux Bené Mazîn
4. LES RELATIONS DES BENÉ MAZÎN ET DES BENÉ lEDÎBEL
(dy 11111 [bny] m'zyn), mais est aussi descendant d'un Iedîbel
Pourtant, même dans les cas les mieux documentés, il (ydy' bl). On peut donc se demander s'il appartient à la même
est difficile de définir avec précision les relations existantes famille et descend du même Iedîbel. Dans ce cas, les Bené
entre des tribus ou des clans proches et peut-être apparentés. Iedîbel seraient une subdivision des Bené Mazîn, ou en tout
L'exemple le mieux connu est celui des différents groupes cas, auraient des liens familiaux avec eux: on ne sait pas
qui fréquentent le sanctuaire de Baalshamîn (pl. 3 et 7). On comment se transmettait l'appartenance à une tribu. Il est
sait que les textes qui en proviennent attestent de la possible, mais malheureusement non prouvable, que ce texte
coexistence en ce lieu des bny m'zyn et des bny ydy'bl. Il daté de 64 atteste d'une situation créée par la réforme
n'y a pas d'éléments qui permettent de conclure institutionnelle de ces mêmes années. On a vu au chapitre 1
définitivement que les seconds ne sont qu'un groupe des la fréquence des mentions conjointes de l'ethnique (td1111y'I
premiers, mais c'est une forte probabilité -rn_ Pourtant on TTaÀ�rnprivoç) et de la tribu ( bny 111 ' zyn ici) dans ces années.
aimerait en avoir la confirmation par un texte explicite. Les L'intégration des Bené ledîbel dans le groupe des Bené
bny ydy'bl sont connus par plusieurs textes du sanctuaire Mazîn aurait pu se faire à cette occasion. L'autre explication
de Baalshamîn (BS n'" 34 et 44) qui sont malheureusement possible est que la fréquentation du sanctuaire par les Bené
fragmentaires. Mazîn et l'importance locale de Iedîbel, fondateur éponyme
Il est tentant de les rapprocher du texte BS n" 60. Ce d'une famille qui a marqué l'histoire du sanctuaire, a pu
texte, découvert dans une tombe à l'emplacement du être une circonstance favorable à l'adoption par des membres
sanctuaire, commémore la fondation de la sépulture en 1 1 des Bené Mazîn du nom Iedîbel pour certains de leurs
apr. J.-C., par les descendants d'un certain Iedîbel (ydy' b/) 49• enfants.
On en conclut généralement que la famille propriétaire du Un autre texte du sanctuaire de Baalshamîn (BS n" 37)
terrain a accueilli à cet endroit les bny m'zyn, immigrés de peut permettre cl'envisager 1'appartenance des Bené Iedîbel
fraîche date (ou encore que dès l'origine Iedîbel appartenait aux Bené Mazîn, et cela, dès une époque sûrement antérieure
aux Bené Mazîn). Ceux-ci ont alors fondé le sanctuaire de à la mise en place des institutions civiques, puisque
Baalshamîn, une divinité qu'ils avaient importée avec eux. l'inscription date de 32 apr. J.-C. Un certain z bdlh br b1yky
Cette reconstruction permet d'expliquer les relations de la br nwrbl qynw, qui appartient aux Bené Mazîn (dy 11111 bny
tribu des Bené Mazîn avec la famille la plus anciennement m' zyn), est honoré d'une statue par cette même tribu. C'est
attestée à Palmyre, puisque la généalogie permet de donner le plus ancien texte qui mentionne la tribu et il a l'intérêt de
pour Iedîbel une date aux environs de la première moitié du donner le nom de l'arrière-grand-père de Zabdilah, Qaînû.
11" siècle av. J.-C. Cette date correspond à celle fournie par Or ce nom est très rare à Palmyre ; il est surtout connu en

47 Par exemple, zbyd' br bwml, dans le texte F. SAFAR, 1964, p. 16,n" 5. Benê Ma'zîn ».
48 - J. TErxmoR (1980a, p. 279: voir aussi 1987, p. 52) conclut même 49 - On trouvera la discussion sur la généalogie de la famille cl' après BS
fermement à ce sujet : «Il est très vraisemblable que, à l'origine, des n" 60 et RSP n" 143 dans M. GAWLIKOWSKI, 1990b,p. 103-106.
membres de cette tribu [les Benê Mazîn] achetèrent la terre pour ensevelir 50 - R. FELUvIANN, 1976. p. 215.
leur ancêtre Yedi'ebêl ». J. T. Milik (DFD, p. 98-99) émettait l'hypothèse 51 - Avec une traduction corrigée clans M. ÜAWLIKOWSKI, 1990b, p. 103.
que ledîbel était l'ancêtre d'une fraction des Benê Mazîn. M. ÜAWLIKOWSKI, Le nom br'ty («Barataî ») qui apparaît 1. 2 et 3 est en fait à lire br 'ly
1990b, p. 104 préfère en faire un «clan allié mais distinct de la tribu des («fils de Attaî »),ce qui rajoute une génération à la généalogie.
66 Les notables de Palmyre

nabatéen et n'a, outre ce texte, qu'une seule attestation à civique fondé sur des tribus (au sens de subdivision politique
Palmyre : le personnage mentionné par BS 11° 60 et RSP de la cité) avec l'organisation sociale préexistante pose
11 ° 143, descendant de Iedîbel. Dès la publication du texte problème, car cette dernière a pour base des tribus (au sens
RSP 11° 143, M. Gawlikowski avait fait ce rapprochement 52, ethnologique). L'ambiguïté du terme tribu (qmÀ11 en grec et
qui pourrait permettre d'affirmer que les Benê Iedîbel, dès p]Jd en araméen) fait qu'il est souvent impossible de
le début du!"' siècle, ne sont en fait qu'un sous-groupe des distinguer les deux dans la documentation. La liste jointe
Benê Mazîn. Le texte BS 11° 37 pmmait aussi témoigner d'un en annexe se limite aux groupes dont le nom (bny X, « fils
glissement dans les références généalogiques de cette partie de...») est précédé de l'un des termes qu'on peut traduire
de la famille. La fidélité au groupe tribal des Benê Mazîn par« tribu», ou bien encore de l'expression dy 11111 (suivi du
s'est en quelque sorte substituée à la fidélité à l'ancêtre nom de la tribu, bny X) qu'on peut traduire dans ce cas par
Iedîbel qui n'apparaît plus dans la liste des ancêtres de « ceux qui font partie des » 53• Les deux types de formules
Zabdilah. Néanmoins, la difficulté est qu'une des attestations sont d'ailleurs utilisés en araméen pour une même tribu 5·\
du clan, BS 11° 44 (C/S 3959), est beaucoup plus tardive, de le premier étant le plus rare. Trois groupes présents dans le
près d'un siècle (130-131 ). Une explication possible est que tableau malgré l'absence du terme pbdlui-mêrne sont peut­
certaines branches du clan se sont fondues complètement être bien des tribus. Leur appartenance à cet ensemble est
dans les Benê Mazîn, alors que d'autres ont pu conserver un peu douteuse, mais il pourrait s'agir d'une conséquence
leur fidélité aux ancêtres et continuer à former un groupe du petit nombre des textes qui les concernent 55• Du point de
distinct, peut-être au sein de la tribu qui dominait le vue de ce vocabulaire, il paraît difficile de trouver une
sanctuaire et qui formait selon toute vraisemblance une des manière cohérente de rendre compte de toutes les variations.
quatre tribus civiques. Néanmoins tant qu'un texte ne Il est sans doute plus prudent de conclure à une relative
prouvera (ou n'infirmera) pas d'une manière définitive la indifférenciation des termes qui étaient utilisés (dy mn ou
théorie très probable qui fait des Benê Iedîbel les descendants dy mn pbd) quand on voulait parler des membres d'une tribu,
du Iedîbel de BS n" 60, il sera difficile de conclure sur les sans qu'on puisse savoir si une intention particulière se
rapports exacts de ce(s) groupe(s) avec les Benê Mazîn. dissimule derrière chaque usage.
On voit là un exemple des difficultés qui se présentent Le cas de Palmyre n'est pas isolé, et on connaît en Syrie
quand on veut établir les relations éventuelles entre les et dans les régions proches d'autres cas où des cités indigènes
différents groupes qui apparaissent dans la documentation. transformées en rroÀK voient leur population répartie en
La présence parallèle des tribus civiques, qui reprennent tribus. Ainsi, après la provincialisation de l'Arabie en 106,
apparemment le nom de certaines des tribus antérieures, ne le 817µoç de Bos ra est divisé de cette manière 56• L'origine
contribue pas à clarifier la situation. des noms adoptés n'est pas ambiguë, puisque les tribus
connues sont la qrnÀ17 'Pm�Lavâ et la qruÀ17 LiÎoç. Il ne s'agit
B. TRIBUS ET ORGANISATION DE LA CITÉ donc pas de groupes d'origine indigène, mais bien d'une
création d'époque romaine.
1. TRrnTT<s l'TVTQTTP<s PT TRHUT<s TR À f)TTTnl\Tl\TPT T pç Eile correspond aussi à ce que Pon sait àe ia naissance
L'existence de tribus à Palmyre est bien attestée, dès le des tribus civiques dans le monde grec. Comme l'a prouvé
début de la période, comme le montre la liste en annexe D. Roussel à propos des cités ioniennes, les tribus des cités
(annexe VIII). On a vu précédemment qu'il était fort grecques ne sont pas issues de tribus primitives, mais existent
probable qu'un certain nombre de textes du milieu du seulement dans le cadre de la cité dont elles sont partie
l"' siècle soient le signe de la mise en place des institutions intégrante . Il s'agit d'un modèle de répartition des citoyens,
civiques, parmi lesquelles la division de la population en qui s'est répandu dans l'ensemble du monde grec, l'exemple
quatre tribus occupe une place importante. La répartition le plus connu étant celui d'Athènes. Les réformes de
des citoyens en tribus est un phénomène connu dans les cités Clisthène sont d'ailleurs un exemple de ce mode de
du monde gréco-romain. La coexistence d'un système répartition plus ou moins arbitraire, les tribus devant

52 - Dans RSP, n" 1--1-3. p. 73. Voir aussi K. D1.1Ksr1u. 1995, p. 124. groupes voient leur nom précédé de dy 11111. sans que le terme pJ1cl apparaisse
53 - M. Gawlikowski ( 1973a, p. 34) en dresse la liste après avoir éliminé jamais. Mais les deux derniers ne sont attestés qu · une fois chacun. Le
les groupes qui ne sont sans cloute pas des tribus. même en prenant le terme premier est connu par quatre textes. mais trois de ces textes (C!S 3950-
au sens large. Sur les critères de distinction entre les tribus et les groupes 3951 et 3953) sont rigoureusement parallèles : les bny zbdbwl en tant que
familiaux de niveau inférieur. voir aussi DFD, p. 16-17 (présence du mot groupe sont le sujet de la phrase, il n'y est pas question d'un membre du
pbd). Plus récemment, P. Piersimoni (1995. p. 252-254) après une tentative groupe, ce qui ne permet pas de savoir si quelqu'un peut être dy mn pbd
de définir théoriquement tribu. clan et famille. choisit de ne pas distinguer bny zbdbwl. L"emploi du mot yÉvoç dans ces trois textes est un sujet sur
entre clan et famille. à cause de l'impossibilité pratique de faire les lequel on reviendra en détail plus loin.
différences. 56 - Au témoignage du papyrus P. Ory. 3054. Voir M. SARTRE, 1982a.
54 - Comparer par exemple C/S 3922 (le personnage est dy JJJn bny kmr') p. 77-91.
ou encore /111• IX. 11-12 et lnl' IV, 7a ( dy JJJn pbz bny kmr'). 57 - Voir D. RoussEL, 1976 et M. Pn�RART, 1985, p. 169-190.
55 - Ce sont les bny zbdbwl. les bny zbwd et les bny /JtJy Seuls ces trois
Chapitre Il: L'identité ethnique de Palmyre 67

comprendre des districts qui appartenaient aux trois reconnaît à la première ligne le mot 'qymw (« ils ont
composantes fondamentales de l'Attique : la ville, la côte, dressé ») ; généralement on retrouve le mot dans des
l'intérieur 58• On ne sait ce qu'il en était pour Palmyre, mais formules du type, « la statue de Y que lui ont dressée les
cela permet d'envisager plusieurs scénarios possibles, surtout X » 62• À la ligne suivante, on a {t]lt pbzy' (« les trois
si, comme cela a pu arriver, l'impulsion est venue d'en haut, tribus » ). La restitution du premier mot est assez sûre. En
c'est-à-dire des autorités romaines. effet, on voit mal quel mot finissant en -/t pourrait précéder
D'autre part, les tribus athéniennes avaient reçu le nom le pluriel du mot pbz, à part le numéral« trois ». À la lecture
d'un ancêtre fictif; on voit le rôle que joue cet éponyme et de ce texte, non daté, M. Sartre se demande s'il ne peut pas
quelle est la conception sous-jacente. Le modèle de la s'agir des tribus civiques. Le texte ferait alors référence à
famille, fictive dans ce cas, est ce qui sous-tend la une époque qui aurait précédé la division en quatre tribus.
construction de Clisthène. Appartenir à un groupe social, Dans cette hypothèse, il y aurait eu clans un premier temps
c'est se rattacher à un clan, une famille ou un lignage 59• seulement trois tribus civiques. Certes, il est tout à fait
C'est le point commun entre les différentes conceptions de possible de contester cette reconstruction, ne serait-ce que
la tribu. Le but à Palmyre, comme ailleurs, était peut-être du point de vue épigraphique, à cause de l'état très
de créer de nouvelles solidarités, au besoin en rompant avec fragmentaire de la pierre. Le verbe est au pluriel, mais les
celles qui existaient auparavant. Néanmoins, on ne peut trop parallèles qu'on peut citer font suivre immédiatement le
s'avancer clans cette direction, pour une raison au moins, le verbe par le sujet. Ici, ce dernier est rejeté à la ligne suivante,
maintien des noms anciens des tribus. En effet, même si la et comme on ignore quelle était la dimension de la pierre,
liste des quatre tribus civiques n'est pas totalement sûre, la on peut tout aussi bien imaginer que la lacune est importante,
plupart des candidats possibles sont attestés avant les laissant la place pour un certain nombre de compléments
premières traces de la présence romaine, vers 19 apr. J.-C. qu'on ne peut restituer.
Sans même tenir compte des textes de Doura-Europos, les On peut utiliser comme parallèle le seul texte qui donne
bny myt', les bny kmr' ou les bny mtbwl sont présents dans le nom d'une tribu civique 01• Le verbe au pluriel s'accorde
l'épigraphie de Palmyre dès les dernières années du 1 siècle er
avec bny kmr', qui est un sujet pluriel et ensuite le texte cite
av. J.-C. (voir le tableau en annexe VIII). À ce moment, il le reste des tribus (s' wr pbz '). Il peut clone être question
n'est bien entendu pas possible d'envisager l'existence d'une dans le texte lnv X, 61 des membres d'une tribu qui ont dressé
rcÔÂK de Palmyre, même si l'agglomération pouvait avoir une statue ( 'qymw), et ensuite, clans une autre proposition,
des institutions au moins embryonnaires, qui annonceraient des trois autres tribus 6"' qui ont fait autre chose (ou la même
le gbl tdnuy des années 20 du 1°1 siècle. chose de leur côté). On peut difficilement décider entre ces
deux possibilités (trois tribus seulement ou une tribu plus
Le problème à Palmyre est qu'on ne voit pas bien trois autres). La datation du texte sur des critères
comment s'est fait le passage entre des groupes préexistants paléographiques ne peut guère aider puisque tous les textes
(c'est-à-dire les groupes attestés avant l'arrivée de Rome), de l'agora ont été gravés ou regravés après la construction
dont le nombre était supérieur à quatre et les quatre tribus de cet ensemble, à l'époque d'Hadrien, donc à un moment
civiques des textes du 11" siècle. C'est sans aucun doute dans où vraisemblablement les quatre tribus existaient 65•
cette liste de tribus anciennes que les concepteurs du système Comme le remarque aussi M. Sartre, le fait qu'il y ait
ont choisi les tribus qui devaient former le 811µoç. Le nombre peut-être eu à 1'origine seulement trois tribus contredit la
de quatre peut être la conséquence de traditions locales qu'on théorie de D. Schlumberger sur la poutre B du temple de Bel
ignore, comme par exemple la prééminence de quatre qui représenterait symboliquement les quatre tribus par quatre
tribus 60• hommes et quatre femmes sur sa face a 66• D'autre part,
Il faut faire ici une place à une hypothèse proposée par comme on l'a vu au chapitre 1, il faut peut-être placer
M. Sartre à partir de l'inscription araméenne Inv X, 61 61• l'achèvement du temple aux environs de 80, selon la
Le texte n'est en fait qu'un fragment très abîmé (fig. 18). On reconstitution assez probable de M. Pietrzykowski 67• Le

58 - Éd. WILL. 1991, p. 68-71. 65 -L'examen des quelques lettres préservées permet de penser qu'une
59 - Je reprends largement les conceptions de M. P1ÉRART, 1985. p. 169-190. date clans la première moitié du II' siècle est possible. L'écriture brisée.
60 - M. SARTRE, 1996a, p. 387. assez évoluée, pour reprendre la terminologie de J. Cantineau (1935,
61 - M. SARTRE, J 996a. p. 399, n. 35. p. 25-30), ne peut en tout cas remonter à une date plus ancienne.
62 - Par exemple C/S 3928: :;;lm mrqs 'lpy[s] yr[f1y br byrn br 'Jbgr dy 66 D. SCHLUMBERGER. 197 l . p. 129-131. On peut résumer ainsi
'qymw lh bny syrt' (« statue de M. Ulpius Iarhaî que lui ont dressée les J'argumentation de l'auteur : si la date de l'achèvement du temple est 32. et
caravaniers »).L es exemples de la formule sont très nombreux ( CIS 3923. que les quatre tribus sont représentées symboliquement sur les poutres,
3950-3951, 3953, 3960,Inl'I X. 11-12, lm• X, 40 et 131, etc.) cela signifie alors que le système était déjà en place à ce moment, et clone
63 - H. lNGHOLT, 1932, p. 279 avec DFD, p. 36. que l'instauration de la rcÔÀlç de Palmyre est antérieure à 32.
64 - On aurait alors une expression du type tlt pbzy' 'brny' ( « les trois autres 67 - M. PIETRZYKOWSKI. 1997, p. ] 32.
tribus»).
68 Les notables de Palmyre

problème qui se pose est l'existence d'une qrnÀ11 KÀcxu8lÔ'.ç un) de la tribu à laquelle se rattachait le clan.L'existence du
qui force à remonter l'instauration du système aux années nom local est néanmoins probable parce que c'est la seule
41 à 54, c'est-à-dire au règne de Claude. Le système a pu mention d'une tribu au nom latin pour quelqu'un qui n'est
être mis en place dès cette période avec seulement trois tribus, pas citoyen romain et que les tribus civiques sûres ou
dont la qrnÀ11 KÀcxu8loc, pour se voir modifier dans les années probables ont toutes des noms sémitiques. D'autre part, la
80 avec l'ajout d'une quatrième tribu 68, et acquérir ainsi sa qrnÀll KÀcxufüÔ'.ç est de manière à peu près sûre une des tribus
forme définitive, telle qu'on la connaît au 11" siècle. On le civiques, car on voit mal une tribu traditionnelle adopter un
voit, il ne s'agit que d'une hypothèse, une de plus à propos nom impérial et le conserver aussi longtemps après la mort
de l'instauration d'un système qui conserve son mystère. du souverain.
En fait, le texte C/S 4122 (= Jnv VII, 6a) pose plusieurs Dans le cas où Claudias aurait un équivalent sémitique,
problèmes : c'est en effet le seul qui nomme la qrnÀ11 il faudrait aussi pouvoir savoir si les deux noms ont coexisté,
KÀcxu8uk en 79-80 de notre ère (fig. 19). Le fondateur du ou s'il y a eu un pur et simple remplacement. Dans ce cas
tombeau McxÀ1xoç MoKa�tou wu BmÀ�cxcxpcxxou appartient une tribu recevrait son nom latin dans les années 40 ou 50
à la qrnÀ11 KÀcxu8lÔ'.ç, selon le texte grec. Il est curieux que la puis reprendrait son nom indigène à une date quelconque
version araméenne ne donne pas le nom araméen de la tribu, après 79-80. De toute façon, même si les deux noms ont été
ni même une transcription, mais précise que mlkw br utilisés simultanément, il semble probable que le nom
mqymw br blbJk appartient à un clan assez bien connu à indigène ait rapidement supplanté le nom latin et 1'ait
Palmyre, celui des bwml Le personnage est donc sans
Ci'). remplacé entièrement, ce qui expliquerait la rareté de
doute palmyrénien, puisqu'on connaît des membres de ce Claudias dans l'épigraphie de Palmyre.
clan sur place et qu'il ne précise pas son ethnique éventuel, Il est clair que si les deux appellations étaient utilisées
contrairement à ce que ferait un étranger. C'est précisément indifféremment au même moment, tout au long de la période,
à cette époque (fin r"' siècle) que les Palmyréniens cessent à moins d'un texte bilingue ou de la réapparition d'un
de donner systématiquement le nom de la tribu à laquelle ils personnage connu pour son appartenance à une tribu, on
appartiennent dans les textes araméens 70• En même temps, n'a pratiquement aucun moyen de résoudre le problème.
C/S 4122 contraste avec la plupart des textes mentionnant Ce qui peut être une indication, c'est que les membres
les tribus, car c'est 1'unique cas où la tribu n'est précisée du clan Haumal ne mentionnent dans aucun autre texte la
qu'en grec dans un texte bilingue 71• On peut comparer avec tribu à laquelle ils appartiennent. Certes, tous les textes qui
le texte Jnv X, 40 dont on a parlé au chapitre précédent. On les concernent sont plutôt tardifs, en général après la fin du
avait l'équivalence entre l'ethnique« Palmyrénien » en grec r"' siècle, moment pendant lequel les tribus disparaissent
(ITcxÀ�rnp11voç) et le nom de la tribu en araméen ( bny m 'zyn). progressivement de l'épigraphie palmyrénienne : seuls sont
Pour D. Schlumberger, cela signifiait en fait la même chose, peut-être antérieurs au n" siècle, les textes Jnv X, I-2 de
mais le public auquel on s'adressait était différent. Le texte l'agora. Jnv X, 1, où apparaît le nom d'un officier de la
C/S 4122 est à peu près de la même date (81 pour Jnv X, III" Légion Gallica, peut dater de la période postérieure au
40), mais œtte fois c'esl le grec qui mentionne la tribu. Le règne de Vespasien, pendant lequel cette unité s'installa en
nom Haumal (bwml) devait suffire pour les contemporains Syrie pour y rester plusieurs siècles, mais peut aussi être
qui savaient sans doute à quelle tribu un clan appartenait. plus ancien, puisque la légion est passée à plusieurs reprises
Il n'en est pas de même pour le lecteur moderne et on par la région auparavant . Le texte Jnv X, 2 doit être
aimerait bien savoir quel était le nom local (s'il y en avait sensiblement de la même époque, puisqu'il s'agit des mêmes

68 - On a des exemples nombreux clans le monde grec de tribus cités. le terme fonctionne non comme un nom de tribu, mais comme un
surnuméraires venant modifier un système préexistant. Ainsi des dix tribus nom « de famille», qui désigne un clan. Il est possible que tous les klcly'
athéniennes de la réforme clisthénienne, on se retrouve à l'époque d 'Hadrien ou 'klcly soient cle la même famille, mais pas du clan Haumal U1wml). En
avec trei'::.e tribus. effet les cieux seuls noms communs aux cieux familles sont mqymwet b,v/)1 ·.
69 - Sur ce clan. voir DFD, p. 257-261 avec l'arbre généalogique. On ne tous deux courants à Palmyre (voir .J. K. STARK. 1971, p. 8 et 35-37). La
voit pas sur quoi l'auteur se fonde pour écrire (p. 17) que « la <)rnÀ.17 reconstitution de l'histoire du clan Haumal. p. 260, n'est pas très
KÀ.a.u8tek se rattache au pbcl bny /7111111! • ». En effet. il n'y a aucune convaincante. comme le notent M. Gawlikowski ( 1973a. p. -1-7) et M. Sartre
attestation du mot p/1cf pour ce clan. Il est même plus probable que le clan ( 1996a. p. 387 ).
Haurnal soit en fait une subdivision de la <pU!cll KÀO'.Uôtcxc,. Parmi les textes 70 - Par exemple CJS 4 l 21 de 7lJ. ou 4193 de 73.
que cite J. T. Milik. seules les inscriptions RSP n'" 42 et 127. CIS 4236 7 l Voir par exemple dans le tableau en annexe le petit nombre de textes
(= /111' V II, 6b), F. SAFAR. 1964. p. 13-27, n'" 1, 3 et 5, /111' X, 1-2 sont à où le nom de la tribu est donné en grec. On a une exception apparente avec
prendre en compte. L'hypothèse cle la transcription de Clauclias par le texte A. BoUNNI, 1986, n" 18, clans lequel la tribu Se1xia du grec n'a pas
l'araméen 'k/cfyou klcfy' (DFD. p. 260 citant les textes H. INGHOLT, 1934. de correspondant en araméen (comparer avec n" 3 où elle est transcrite en
p. 38-40, n" 4; C/S 4357-4359 et 4621 ; J. SABEH, 1953, p. 24-26) est en araméen: s[rg]y'). La différence est évidemment quïl s'agit ici d'une tribu
effet possible. mais n'est pas assurée; H. Ingholt proposait une autre de citoyens romains, statut que ne possède pas Malikü. fils de Moqîmü, fils
signification pour le terme: klcfy' aurait signifié« Chaldéen» (H. INGHOLT, cle Bôlbarak, de la <pUÀll Iüa.ufücxç.
1934, p. 38-40, suivi par .J. K. STARK, 1971, p. 67 qui est plus affirmatif 72 - Voir H. SEYRIG, 1941 b, p. 242. Sur la légion III Gallica. voir
pour la forme klcly' que pour la forme 'klcfy; voir annexe IX. 2, avec la E. RITTERUNG, 1924, col. 1517-1532 (plus particulièrement col. 1519-1523
discussion cle cette théorie par R. Degen). De toute façon, dans les textes sur la présence en Syrie avant Vespasien).
Chapitre II: L'identité ethnique de Palmyre 69

personnages. Les deux textes ont pu être regravés au moment au premier siècle avant notre ère et ne pourrait donc être le
de la construction de l'agora au cours du rr" siècle. De toute père d'un stratège de la fin du premier siècle après. En fait,
façon, étant unilingues, ils sont moins susceptibles de donner il y a de fortes présomptions pour que Haumal soit bien le
le nom de la tribu. nom du père de Zebîdâ; mais c'est peut-être aussi le nom
Des textes araméens (ou araméens-safaïtiques) de l'ancêtre du clan, même s'il n'est pas répété, justement
découverts dans le Wadi Hauran donnent aussi le nom parce qu'il est possible que ce soit le même 7(,.

Haumal. Ils datent vraisemblablement tous de 98 73• Si aucun Les autres textes sur les Haumal sont plus tardifs et
ne donne la tribu des personnages, il faut remarquer permettent peut-être de préciser la datation d'lnv X, 1-2.
néanmoins que Haumal ne semble pas un nom de clan, mais Inv VII, 6b porte la date de 185 et provient de la même tombe
qu'il est le nom du père d'un certain Zebîdâ (zbyd' brbwml). que CIS 4122 . Il s'agit sans doute d'un descendant de la
Il est bizarre que justement le mot br soit là, alors qu'on famille Haumal; son nom complet est y11Jy brmlkw bry1J1y
attendrait plutôt son omission, s'il s'agissait vraiment d'un bwml. J. T. Milik en fait un petit-fils d'Héliodôros d'Inv X,
nom de clan. Inversement dans le texte n" 1, où on a zbyd' 1-2 ('HÀ168mpoç), en s'appuyant sans doute sur l'équivalence
br bwml, on a aussi un personnage appelé b' Jy ml' 'Jhw: le sémantique de Iarhaî et de Héliodôros 78• Dans ce cas, qu'on
mot br a disparu. De plus, un des textes du même endroit préfère la date de 185 ou celle de 169, cela signifie que Inv X,
(n" 8) donne systématiquement le nom de la famille ou du 1-2 datent du début du ri" siècle, ce qui correspond à la
clan, apposé au patronyme. On a ainsi par exemple un zbyd' proposition de J. T. Milik de faire l'équivalence entre
br tym'md swyr', qu'on peut comprendre comme Zebîdâ, 0Eo8mpoç et zbyd', stratège en 98. Mais il s'agit seulement
fils de Taîmoamed, du clan Shewîrâ ( ou descendant de d'une probabilité, qui se heurte à la manière bizarre dont le
Shewîrâ après un nombre indéterminé de générations), ce nom de l'ancêtre du clan Haumal serait indiqué dans le texte
qui est un cas relativement classique, malgré les exceptions. du Wadi Hauran 79•
Cela peut amener à dater les textes Jnv 1-2 d'une Quoi qu'il en soit, l'exemple de ce texte CIS 4122 montre
période beaucoup plus tardive, si ce zbyd' br bwml est le qu'on peut proposer un certain nombre d'hypothèses fondées
même que ZE�n8a A wtaÀou du texte lnv X, 2. Cela sur des probabilités : cela a pu se passer ainsi, sans être
signifierait que le personnage actif en 98 serait le grand­ aucunement assuré. Un membre du clan Haumal faisait partie
père du 0Eo8mpoç honoré par ses enfants à une date aussi de la c)rnÀ11 KÀaufück. Celle-ci, attestée par cet unique
indéterminée, qui ne peut être que tard dans le II siècle. La e
texte, peut difficilement être autre chose qu'une tribu civique
même hypothèse est faite par J. T. Milik 74• Il est surprenant de Palmyre. Son absence quasi totale dans les sources peut à
que cet auteur semble un peu plus loin identifier 0Eoômpoç la rigueur s'expliquer par l'existence parallèle d'un nom
avec Zebîdâ, le stratège de 98 75• Cette dernière hypothèse indigène qui a pu totalement remplacer le nom d'origine latine.
est possible, car on peut considérer zbyd' comme un
diminutif de zbdlh et ce dernier comme l'équivalent de
2. LES QUATRE TRIBUS
0Eo8mpoç : leur signification (« don de dieu ») est la même
(voir J. Starcky, Jnv X, 1, ad foc., p. 11). Dans ce cas lnv X, Comme on ne sait pas comment s'est construit le
1-2 daterait environ du début du rr" siècle. Mais la possibilité système, on ne peut pas savoir si des gens ont changé de
qu'il s'agisse d'une autre branche de la famille ou même tribu ou si les gens qui mentionnent leur tribu mettent en
d'une autre famille non apparentée n'est pas totalement à valeur leur place dans la société de la cité de Palmyre ou
exclure. Car si le père de zbyd' br bwml a donné son nom celle qu'ils ont en parallèle dans le système tribal qui
au clan, cela n'explique pas le texte CIS 4122 d'une date préexistait. Même si on écarte les mentions antérieures au
antérieure, dans lequel Haumal est le nom d'un ancêtre de milieu du J"r siècle 80, le nombre de tribus mentionnées dans
mlkvv br mqynrw br bwlbrk. Dans ce cas Haumal aurait vécu les textes (cf. tableau en annexe VIII. 3) est toujours supérieur

73 - F. SAFAR, 1964, p. l3-20, n'" 1. 3 et 5. Mais ces remarques sont valables 78 - L'équivalence est faite clans le tableau généalogique de la page 261,
pour les sept autres textes découverts à cet endroit. sans explications. Elle s'appuie sans doute sur la remarque faite par
74 - Dans DFD, p. 258, mais il place lm• X, 1-2 au milieu du Ir' siècle, ce J. Starcky, ln\! X. 1, p. 11. qui propose comme exemples cl· équivalences
qui semble encore un peu tôt. pour 'HÀtÔôwpoç. Iarhaî (y1)1y) ou Lishamsh (1.sms). Voir plus haut à la
75 - DFD, p. 260. note 26 clans ce même chapitre.
76 - Le palmyrénien semble pourtant être moins rebuté que le grec par les 79 - Les textes RSP n"' 42 et 127 présentent cieux autres membres du clan.
répétitions de noms. Ainsi dans le texte C/S 3934 (lm• III, 14) 'Io]DÀlOV b'' brt 't'qb btbwml du premier texte est sans cloute la tante de bwlb' br
Aùp17[À10v Oyyav -càv Kaî.l LÉÀEDKOV [wù AÇtÇou 8kl wù LEaÀa /1yrn br 't'qb bwml du second texte, qui est daté de 205. [l est difficile de
(avec des restitutions assez sôres) est équivalent de ywlys 'wrlys 'g' dy les rattacher à l'arbre généalogique de la famille.
mtqr' slwqws br 'zyzw 'zyzw s'y]'. D'ailleurs CIS 3935 (Jnv III, 15) donne 80 - Cela en supposant que la mise en place du système est antérieure à la
pour le nom araméen du personnage la même répétition. ainsi que le texte mort de Claude en 54. cf. M. SARTRE, 1996a, p. 387. Sur la date cl'instauration
CIS 3976 pour quelqu'un qui est peut-être son frère, bwln' br 'zyzw br du système, les avis divergent: après Hadrien pour J. T. Milik, DFD, p. 12
'zyzw br s'yl'. Voir aussi CIS 3932 (= Jm, III, 22) où zbdlh br mlkw br et 30; au moins au moment de la construction du temple de Bel d"après
mlkw nswm est en grec Za�ôlÀav 8k MaÀxou wù Na00owLou. D. SCHLUMBERGER, 1971, p. 13 1 ; clans le courant des années soixante du
77 Le texte CIS 4236 semble le même que lm• V II, 6b à l'exception de la 1" siècle pour M. GAWLIKOWSKI, 1973a, p. 47-48.
date (169).
70 Les notables de Palmyre

à quatre, ce qui est bien une preuve de la coexistence des Pour D. Schlumberger, qui pense que les tribus sont
deux systèmes. Mais il faut aussi prêter attention au fait qu'il celles désignées par le mot qru1c1i en grec, les quatre tribus
n'y a jamais de conflit d'appartenance. Si on trouvait un sont les bny kmr'/Xo�Lap11vm/XmvHîOl, les bny myt'/
texte du début du 1"' siècle qui signale qu'un tel est membre M1811vm, les bny rntbwJ/Ma88a�mÀElOl et enfin les bny
d'une tribu et si un autre texte, un siècle plus tard, désignait m'zyn dont le nom grec est peut-être Mayt:pi,vo1 8 4.
ses petits-enfants comme membres d'une autre tribu (si J. T. Milik, quant à lui, pense plutôt que les quatre groupes
possible une des .quatre), on pourrait alors tirer des sont les bny kmr', les bny 'tr 85, les bny mtbwl 86 et les bny
conclusions 81• Le lait qu'on n'ait jamais encore rencontré m'zyn 87• Pour M. Gawlikowski, enfin, ce n'est que pour les
ce cas de figure invite à la prudence dans les commentaires bny kmr' et les bny m 'zyn que la question est claire, cl'après
qu'on fait sur l'appartenance tribale des Palmyréniens et le les textes 8x. Pour les deux autres tribus civiques, il propose
passage aux quatre tribus civiques. Ce peut être le fait du avec des réserves la <1m1c11 KÀau8u:k, mais estime que le
hasard, et alors il est possible qu'une découverte future problème reste jusqu'à nouvel ordre insoluble w!_
vienne modifier nos conceptions. Même si les inscriptions, Depuis, quelques découvertes sont venues un tant soit
et donc les attestations de tribus, ne sont pas très nombreuses peu modifier l'état des connaissances. La découverte du
avant le milieu du!"' siècle, il est curieux qu'on n'ait jamais sanctuaire cl'Arsû en soi n'apporte rien sur les tribus qui en
découvert jusqu'à présent de cas de ce type. dépendaient. Néanmoins on a trouvé sur place un autel qui
D'après la documentation qu'on a pu rassembler, il est a permis l'identification du temple, parce qu'il portait une
possible d'avoir quelques idées sur l'identité des quatre dédicace àArsû ')11• Cette divinité est honorée en même temps
tribus. Néanmoins, il est clair que cela correspond peut-être que << Qismaya et les filles du dieu » par un personnage qui
aussi au hasard de la transmission des textes. Les seuls appartient à la tribu des bny mtbwl, br'' br mqymw br tw1y
éléments à peu près certains jusqu'à présent étaient le fait br br'' ( « Baraâ, fils de Moqîmû, fils de Tauraî, fils de
que les bny kmr' (Bené Komarê) étaient une des quatre tribus Baraâ»). Mais de manière plus indiscutable, la présence des
(d'après l'inscription H. INGHOLT, 1932, p. 278) et que les bny mtbtvl parmi les quatre tribus et leur lien particulier avec
sanctuaires sont ceux de Baalshamîn, cl'Arsû, d'Atargatis le dieu Arsû ont été prouvés par la découverte clans la Grande
et le« Bois sacré», sanctuaire des dieux Aglibôl et Malakbel. Colonnade de huit textes mentionnant la tribu 91• Ce sont
Le texte BS n" 45 donne en effet la liste des quatre sanctuaires surtout les textes n'" 7-8 qui permettent ces conclusions : un
clans lesquels sont dressées les quatre statues de Soaclos, personnage est honoré pour la reconstruction du toit du
fils de Bôlîaclâ. Ces quatre sanctuaires ont toutes les chances sanctuaire cl'Arsû, « dieu ancestral», par la tribu des bny
de correspondre aux sanctuaires de chacune des quatre tribus mtbwl. La date très tardive du deuxième de ces textes (279-
des textes 82• La situation semblait relativement simple au 280) est un sujet cl'étonnement, car il s'agit de loin de la
moins de ce point de vue, même si on ne connaissait la mention la plus récente d'une tribu à Palmyre 92•
localisation que d'un seul, puis de deux des sanctuaires en Ce phénomène s'explique mieux d'ailleurs si les bny
question 83• Quelques découvertes récentes sont pourtant mtbwl forment une tribu civique. Tout indique que la cité de
venues faire évoluer la vision qu'on a des choses. On peut Palmyre a survécu, avec ses institutions classiques, après
reprendre le problème tel qu'il a été présenté généralement l'intermède constitué par la révolte de Zénobie et la prise de
(voir en annexe VIII. 2 le tableau avec les différentes la ville par Aurélien. On a cl'ailleurs vu au chapitre I que même
hypothèses). au moment où Worod est au faîte de son pouvoir à la fin des

81 - Le seul cas sur lequel on peut attirer l'attention est celui des rapports et cl'une cléclicace à ce dieu par des membres de la tribu (C/S 3975). Voir
entre Benê Iedîbel et Benê Mazîn. Comme on l'a vu plus haut, il est possible plus loin des confirmations de cette hypothèse par cles découvertes des
d'interpréter certains textes comme le passage du premier groupe au sein années 1980.
du deuxième. Mais, comme le note K. Dijkstra (1993, p. 83-84) : « as 1he 87 - DFD. p. 15-16.
nell'fy imposed slntcture rough!y .fèJ!!owed exisling dil'iding fines, it die! 1101 88 - On a vu ce qu'il en était pour les seconds, et les premiers sont maîtres
sffiousfy aff'ccl w1 i11di1·id11uf \ JJersonuf s1u111s ». du sanctuaire de Baalshamîn qui est un des quatre sanctuaires civiques.
82 BS n" 48 (= J. CANTINE\LI. 1936. p.280. n" 20) et H. IN<,11on. 1932. 89 - M. GAWLIKOWSKI. 1973a, p.51 : « L'identité des deux autres tribus du
p. 278 (avec DFD. p. 36). quatuor, dont l'une était peul-être la Claudia, est inconnue». Sur ces
83 - Le sanctuaire de Baalshamîn était connu depuis longtemps grâce à des hypothèses, voir annexe VIII. 2.
inscriptions ( C/S 3959, connu depuis R. Wood) et celui cl" Arsü a été identifié 90 - Kh. As'AD et J. TEIXID0R, 1985b, p. 287-288.
plus récemment (voir E. W ILL, 1983, p. 69-81 et Kh. As'AD et J. TEIXIDOR, 91 - Kh. As'AD et M. GAWLIKOWSKI, 1986-1987, p. 164-171, n'" 1-8. Voir
1985b. p. 285-293). Voir pl. 7. pl. 7.
84 - D. ScI-ILUiVIBERGER, 1971. p. 132 avec des doutes sur l'équivalence bny 92 - Avant la découverte de ces inscriptions, le texte le plus tardif était
m'zyn/Mcx.y1:p17vot. H. lNGHOLT, 1932, p. 278, de 198. Le texte lm• X. 44, daté de l' année suivante,
85 - DFD. p. 30 en rapprochant leur nom de celui de la déesse Atargatis ne donnait pas de nom tribal, mais prouvait que le système existait toujours.
( 'tr'th en araméen). Or cinq des textes récemment publiés sont datés du m' siècle (n'" 2-4, 6
86 - DFD, p. 29 : à cause de la fréquence parmi eux de noms théophores et 8), et la même chose semble probable pour cieux autres (n'" 1 et 7), cl'après
formés sur Arsü, dont le sanctuaire est un des quatre sanctuaires civiques, les données prosopographiques. Le dernier (n" 5) est daté de 197.
Chapitre II: L'identité ethnique de Palmyre 71

années 270, les institutions semblent fonctionner comme connus (ou au moins soupçonnés), il faut rappeler qu'on ne
auparavant. Il est donc normal que dans ce cadre la référence connaît même pas le nom de la tribu qui se rattachait au
à chacune des quatre tribus civiques se fasse toujours. La sanctuaire cl'Atargatis.
fidélité aux tribus traditionnelles de la population semble au Un texte récemment publié au sujet du grand caravanier
contraire s'être fortement affaiblie après la fin du J"1 siècle. Soados vient confirmer l'identité de trois des quatre
C'est en ce sens qu'il faut interpréter la disparition progressive sanctuaires mais vient ajouter quelques questions à celles
des mentions d'appartenance à une tribu dans les textes. qu'on se posait déjà 97• En effet, la version palmyrénienne
On peut faire une comparaison avec un cas plus (le grec a une lacune à cet endroit) ne mentionne pas le
contemporain, celui de la petite ville caravanière de SulJné, sanctuaire de Baalshamîn, mais donne comme quatrième
étudiée dans les années 1930 par A. de Boucheman 93• Cet sanctuaire le temple d'Allât : 'bd dnh bt 'lt (en grec, [Ëval
exemple montre que, même si dans un premier temps les 1ournv 10v Èv ['IEpQ) 'A817v]Ù_ç), « une (statue) clans ce temple
anciens nomades sédentarisés conservent le souvenir des d'Allât», endroit où le texte a été découvert, ce qui est rendu
tribus auxquelles ils appartenaient, très vite ils ne savent explicite par le démonstratif dnh. Le texte mentionne aussi
plus à quelle fraction de la tribu ils se rattachent, ce qui est les autres sanctuaires, et malgré les lacunes, l'existence des
sans doute un premier pas vers l'oubli de l'appartenance deux versions, grecque et araméenne, permet de restituer
tribale 9-+. Il semble qu'à Palmyre comme ailleurs la tout à fait sûrement : [w'bd bgnt' 'lym] w' bd bt 'T$W w' bd
sédentarisation s'est accompagnée de la création de bt 'tr'th, et Ëva 16v Èv 1EpQ) cx.Àcra, Ëva 8È 10v [Èv 1EpQ)
nouvelles solidarités qui ont rendu inutile de rappeler la tribu "Aprnk Ka't Ëva 10v Èv 1EpQ) 'Ampya1"El0ç ( « une (statue)
à laquelle on appartenait (et donc de s'en souvenir). dans le jardin sacré, une dans le sanctuaire d'Arès/Arsû,
Comme on peut le voir par l'exemple de l'identification une dans le sanctuaire d'Atargatis »).
des Bené Mathabôl comme une tribu civique probable, dans Tout cela modifie notre conception des sanctuaires
le cadre de ces discussions sur les tribus, la recherche dépend tribaux. Il est possible néanmoins d'envisager une
forcément du hasard des découvertes. On a parfois tendance explication : la tribu des Bené Mazîn est attestée dans le
à poser l'équivalence entre les quatre tribus les plus secteur ouest de la ville, à proximité du sanctuaire d'Allât
fréquemment attestées et les quatre tribus civiques. Les bny qu'elle a contribué à construire. Elle est aussi citée dans
kmr', les bny myt', les bny mtbwl et les bny m'zyn sont en beaucoup d'inscriptions du sanctuaire de Baalshamîn. Elle
effet des candidats probables à ce titre, selon l'hypothèse de lui est apparemment associée de manière étroite. Le
D. Schlumberger. Mais on peut noter que la tribu des bny sanctuaire cl'Allât constituerait clans ce cas un deuxième
111 'zyn ne serait pas aussi bien connue sans la fouille du centre (concurrent ?) du sanctuaire de Baalshamîn.
sanctuaire de Baalshamîn d'où proviennent seize des vingt­ La situation est en tout cas encore plus compliquée
trois témoignages qui la concernent. Seuls trois d'entre eux qu'elle ne l'apparaissait jusqu'à présent : la notion de
étaient connus avant le dégagement dans les années 1950 95• sanctuaire tribal est ainsi à envisager avec prudence. On
De même, la découverte des huit textes de la colonnade, aimerait savoir s'il y a eu un changement de sanctuaire tribal,
puis de celui du sanctuaire d' Arsû, vient pratiquement entre février 132 et juin 144, dates des deux textes donnant
doubler le nombre de textes sur les bny mtbwl. De plus, on y les noms des quatre sanctuaires ou bien si les deux sanctuaires
a découvert plusieurs centaines de tessères, qui sont restées étaient utilisés plus ou moins indifféremment par la tribu,
inédites. Avant la découverte du sanctuaire, on connaissait selon les occasions. Il est vrai que ces deux textes n'émanent
seulement un très petit nombre de ces tessères 96• pas d'institutions politiques, mais de caravanes. Celles-ci ont
C'est dire ce qu'une découverte archéologique peut peut-être été organisées par la cité, c'est ce que laisserait
encore apporter sur un site comme Palmyre, dont seulement entendre l'expression 11 cruvoôia rcav1mv TiaA�rnp17Vwv 98•
une petite partie a vraiment été fouillée. Or deux sanctuaires Les statues doivent être dressées rcapà 101ç rcpw101ç
tribaux n'ont pas encore été retrouvés et explorés (celui de îÉCTCTapm àv8ptâm îülÇ àvEyEp0ElCTl '\JTCO îllÇ rcpro111ç
Malakbel et Aglibôl, autrement dit le Bois sacré, et celui cruvoôiaç (Jwt 'rb'[t' qdmy' dy] 'qymw lh bny syrt' qdmyt'),
d'Atargatis). Leur découverte pourrait amener à de nouvelles c'est-à-dire « auprès des quatre premières statues dressées
perspectives sur la place des quatre tribus, mais mise à part par la première caravane». Il est fort probable que la première
la probabilité de l'identification du Bois sacré avec au moins caravane soit celle qui a honoré Soados en 132 (BS 11° 45),
une partie des jarclins de l'oasis, rien n'est assuré. Si les puisque le texte concerne le même personnage et que c'est
rapports entre les bny kmr' et le Bois sacré sont assez bien le seul autre cas connu d'honneurs rendus au moyen de quatre

93 - A. DE BüUC!-IEMAN, 1939. 97 - H. J. W. DRUVERS, 1995a, p. 34-37 (fig. 20 et 21).


94 - A. DE BüUCIIEMAN, 1939, p. 19. 98 - H. J. W. DRI.JVERS, 1995a, p. 34-37, lignes 11-12 du grec. En araméen,
95 - BS n" 1 (= Jnv I, 5), 13 (lm• I, 4) et 49 (CIS 3958 = lnl' I, 3). Même l'expression est [syrt' dy] tdmrklh (« [caravane de] Palmyre tout entière»).
avec seulement neuf textes (connus avant la fouille), les bny m 'zyn sont la Voir au chapitre 111, quelques hypothèses sur le fonctionnement des
quatrième tribu par le nombre cl' attestations ! caravanes.
96 - Kh. As'AD et .T. TEIXIDOR, 1985b, p. 286.
72 Les notables de Palmyre

statues par une caravane. On voit tout de suite quel est le Baalshamîn et Allât. En effet, les deux étaient situés clans
problème. Si l'inscription de 132 fait référence aux quatre un premier temps loin du centre de la cité, hors les murs, ce
statues des quatre sanctuaires, dont celui de Baalshamîn, qui convient bien pour des groupes qui sont arrivés
comment la nouvelle statue de 144 dans le sanctuaire d'Allât tardivement à Palmyre 101• C'est un autre point commun entre
pourrait-elle être à côté de la première ? Un doute peut les deux, et cela peut contribuer à expliquer l'étroitesse de
subsister puisque le texte BS 11 ° 45 est restitué à cet endroit 99, leurs liens clans les textes épigraphiques.
mais on comprendrait mal que la console de colonne ait été Mais on a pu aussi établir des correspondances entre
déplacée aussi loin de son lieu d'origine, d'autant plus qu'à les colonnades qui bordent les rues de Palmyre et les tribus.
chaque fois le texte utilise ou bien le démonstratif ou bien Cela n'est pas forcément étonnant, si l'on considère que
un adverbe de lieu pour insister sur le fait que la statue est l'installation urbaine de Palmyre, oasis de la steppe syrienne,
bien celle dont on parle. Certes, il n'est pas totalement a pour origine la sédentarisation de nomades araméens et
impossible que Soados ait été honoré une autre fois de la arabes. La ville a pu rester marquée par les divisions tribales
même manière par les caravanes, mais cela semble un peu des habitants. Or, les rues à colonnades constituent des
improbable à la lecture des deux inscriptions qui éléments structurants de l'espace urbain, mais aussi des
correspondent assez bien, avec en particulier la même éléments de manifestation des structures urbaines 101• Dans
référence à Vologésias comme lieu de départ de la caravane. certaines zones, des clans et des tribus sont plus
Le texte découvert dans le sanctuaire d'Allât est en tout particulièrement représentés clans les inscriptions
cas un argument de plus pour faire des bny m 'zyn une des honorifiques.
tribus civiques, puisque, dans les deux sanctuaires où ils
apparaissent et qu'ils dominent, sont attestés des honneurs
3. LES BENÉ ZABDIBÔL, UN EXEMPLE DE LOCALISATION
rendus par les tribus civiques. Quel que soit leur sanctuaire
PRÉFÉRENTIELLE
principal, même s'ils en avaient deux, il semble désormais
hors de cloute que les Benê Mazîn sont une des quatre tribus Trois des quatre textes qui concernent les Benê Zabclibôl
civiques. Il est même logique que ce soit une tribu civique (bny z.bdbwl) ont été découverts le long de la Colonnade
officielle qui domine, non un, mais deux des sanctuaires les transversale 103• Ce groupe a d'ailleurs la particularité de
plus importants de la cité, en manifestant ainsi son pouvoir n'être attesté de manière indubitable qu'à cet endroit. En
sur différents quartiers de la cité (voir pl. 7). effet, l'autre texte qui comporte peut-être ce nom provient
du portique est du sanctuaire de Bel, mais le mot est restitué
La découverte de ce texte peut amener à considérer en araméen (::.b[ dbwl}) et n'apparaît pas dans le grec
autrement la manière dont les tribus se répartissaient clans ( CJS 3923 lnv IX, 8 ; fig. 22) 104• Si on utilise le critère
la cité. On a souvent essayé cl'attribuer aux différentes tribus constitué par l'expression dy mn bn_v X, il faut remarquer
des zones urbaines clans lesquelles elles prédominaient 100• que les bny z.bdbtvl ne sont peut-être pas une tribu, alors que
Cette division de la cité en zones cl'influence pourrait être les bny z.bwd, autre restitution possible, en seraient une.
visible dans la manière dont étaient distribuées les Certes, il y a trois attestations des bny ::.bdbwl et une seule
inscriptions mentionnant les tribus (voir un essai de des bny z.bwd, mais il faut mettre l'accent sur le fait que ces
représentation pl. 7). Deux ou trois quartiers sont susceptibles trois textes concernent les membres de la même famille, au
de fournir des informations de ce type. On a parlé même endroit, sans cloute à l'occasion cl'honneurs conférés
longuement du sanctuaire de Baalshamîn. Le cas est un peu par les autorités civiques au chef d'une famille de notables
particulier, car il s'agit là cl'un sanctuaire tribal, clans lequel (C/S 3952 = Inv V, 3). Ces textes de la Colonnade
devait se réunir la tribu. On a vu que les Benê Mazîn avaient transversale, tous datés de mars 179, présentent la
aussi des liens très étroits avec le sanctuaire cl'Allât et que particularité cl ' utiliser l'expression oi È v yÉ vouç
les deux fonctionnaient apparemment en parallèle, selon des Za�fü�coÀacov en face de bny z.bdbvvl klhwn en araméen
modalités encore peu claires. Il faut considérer le fait que ( « ceux du genos des Zabdibôliens » et « tous les Benê
cette tribu est représentée particulièrement clans les deux Zabclibôl » ). C'est la seule occurrence du terme yÉvoç
sanctuaires extra-urbains que sont les sanctuaires de (« origine », « race », « famille », « clan » ou même« tribu »)

99 - On a en grec Ëv[cx] �tÈ[v È]vmù0[cx Èv 1.Epép �1ôd et en araméen 'M certain nombre de tessères.
tnn bt [b'lsmn], « une ici dans le sanctuaire de Zeus/Baalshamîn ». La 104 - La restitution est de Ch. CLERMONT-GANNEAU. RAO VII, Paris, 1906.
restitution est évidemment fondée sur le lieu de découverte du texte et la p. 13. Il a été suivi par la majorité des éditeurs postérieurs de l'inscription.
mention du « ici » lisible dans les cieux textes : elle semble difficilement La restitution était logique à l'époque, puisque la seule tribu dont le nom
discutable. commençait par ::,b- était celle de bny -.:,bdbwl : depuis, au moins un texte
100 - Sauf si le sanctuaire tribal n'appartient pas au quartier de la tribu atteste de l'existence d'une autre tribu dont le nom commence de la même
correspondante. façon: les bny-.:,bll·d (1111 1 IX, 7). Voir les cloutes de J. T. Milik, DFD, p. 116
101 - Sur ce point, voir M. GAWLIKOWSKI, 1995a, p. 105. et 154, qui préfère cette deuxième possibilité. Toutefo is. comme me le
102 - Pour reprendre une expression de C. SAuou, 1996, p. 324. signale F. Villeneuve, zbwd peut-être un diminutif ( schème fa "IÎI) de
103 - C/S 3950, 3951 et 3953 ( = /111• V, 1-2 et 4 ). Il faut rajouter à la liste un zbdbwl.
Chapitre Il: L'identité ethnique de Palmyre 73

dans l'épigraphie palmyrénienne. À y regarder de plus près, Zabclibôl 110, ce qui ne veut pas dire que la famille n'appartient
01 Èv yÉvmK Zcx�fü�wÀawv ressemble à un décalque d'une pas à un groupe de ce nom. Certes, des honneurs accordés
formule sémitique d'un type assez courant, qui justement par un groupe à des individus ne signifient pas forcément
pourrait être dy 11111 bny X ( « ceux qui font partie des fils de qu'ils appartiennent au groupe, même si on a souvent
X») 105• Le terme normal en grec, <)n)Àll, n'apparaît pas, alors tendance à le supposer. Selon toute apparence, les Benê
qu'on pourrait l'attendre. À la même époque, il est toujours Zabclibôl portaient un intérêt particulier à un ensemble
utilisé, par exemple en 182 pour la �UÀll XwvE1 îWV (dans le monumental que les dons de la famille de Shoraîkô ont pu
texte H. INGI-IOLT, 1936, p. 109, n" 11 ). On retrouve à cet endroit embellir. Peut-être s'agissait-il cl'un sanctuaire dont ils étaient
un calque de la même expression sémitique, plus proche les responsables. Cependant il faut bien voir que le Conseil
encore, puisqu'il en rend tous les éléments, y compris le 11111, honore Shoraîkô (CIS 3952) pour avoir « fait clans cette
par Ol cxno �UÀllÇ XmVEl îWV 1116• Le cas est un peu différent, basilique (= portique) sept colonnes, ainsi que toute leur
puisqu'il est question d'une des tribus civiques, pour laquelle ornementation» (w'bd bslq' dnh 'mwdyn sb" wtJbythwn
le vocabulaire pouvait être plus formel que pour une autre. klhwn). C'est clone une œuvre cl'évergétisme civique qui est
Néanmoins, il est probable que l'absence du terme �uÀ11 honorée, et non pas seulement la générosité envers un
a une signification particulière, peut-être parce qu'il était sanctuaire, qui pouvait dépendre des Benê Zabclibôl.
réservé à un nombre restreint de groupes. On retrouve là la Cette œuvre évergétique peut aussi se lire dans le don
théorie de D. Schlumberger qui pensait que l'utilisation du par le même Shoraîkô d'un knwn' de bronze (lrnwn' dy nJ1s'),
mot était le critère pour identifier les quatre tribus civiques sans cloute une sorte de brûle-parfum 111• Cet objet, quel qu'il
à Palmyre 1117• Le principal obstacle qu'on peut y voir est soit, ne prenait pas forcément place clans un sanctuaire, mais
que les bny m'zyn, très liés à l'un des quatre sanctuaires pouvait se trouver clans la colonnade. Il a néanmoins une
civiques (voir plus haut) et à l'une des tribus les plus souvent valeur religieuse assez claire. De même, le frère de Shoraîkô,
représentées, ne sont jamais appelés qrnÀll, alors qu'une tribu Alaînê ( 'lyn' br bym br 'Jyn' Jpr'), connu aussi pour avoir
pratiquement inconnue, la qrnÀll MœyEp17vwv ( CIS 4120) fondé son tombeau de famille à proximité 11 2, est honoré par
l'est. D. Schlumberger résolvait la difficulté en proposant les Benê Zabclibôl (CIS 3951) pour un don au sanctuaire du
de manière tout à fait hypothétique l'identification des deux dieu du soleil Shamash (sms). Il a ainsi offert des qlstr[' dy]
groupes. Cette proposition, difficile du point de vue ksp' («des portes-ou des corbeilles-cl'argent») au dieu 113•
philologique, a été rejetée par M. Gawlikowski et J. T. Milik Ce texte est à rapprocher de CIS 3955 (= Inv V, 8) clans lequel
a préféré identifier la �uÀ11 McxyEp17vwv avec les bny ,ngrt un bienfaiteur anonyme, ainsi que son frère Lishamsh, est
(CIS 3978 et RTP 105) 108• remercié par tous les membres d'un groupe, lui aussi
Les Benê Zabclibôl n'étaient vraisemblablement pas une anonyme, pour avoir offert «clans ce portique, six colonnes,
tribu civique. Comme cl'autres groupes du même type, ils leur entablement et leur toiture en l'honneur de Shamash,
portent un nom de personne. C'est même un des plus Allât et Rahirn » (b'st[w'] dnh 'mwdyn st' wsiythwn
courants à Palmyre 109• Ils font probablement partie d'un wttlylhwn (...) lyqr sms w'lt w1j11n).
groupe dont le fondement est 1 'origine commune de ses Cet ensemble de textes a fait décrire à J. Cantineau la
membres, qu'on peut appeler clan ou tribu, selon l'ampleur Colonnade transversale comme un édifice religieux 114 ; il est
du groupe concerné. Dans ce cas, il est remarquable que les probable que la zone même de la colonnade était en effet
attestations sont assez peu nombreuses et surtout très sacrée, comme celle, à proximité, où l'on a découvert le
concentrées clans le temps et l'espace. sanctuaire cl'Allât. C'est en s'appuyant sur ce texte CIS 3955
Les rapports entre la famille de Shoraîkô, honorée par que J. T. Milik fait des Benê Zabclibôl les prêtres du culte
ce groupe dans la Colonnade transversale, et les Benê cl' un sanctuaire situé au débouché de la Colonnade
Zabclibôl sont assez mystérieux. Une chose est sûre, aucune transversale, sans doute celui du Soleil (Shamash), associé à
des généalogies conservées de la famille ne mentionne de Allât et Rahim 115• Les découvertes ultérieures (sanctuaire
105 Le relatif dy sans antécédent a le sens de« ceux qui », comme le oi encens», « objet dressé» (en citant C/S 3952 pour lequel il ·accepte la
grec. Hors de Palmyre, on connaît par exemple cet usage en syriaque : dbyt traduction « brüle-parfum»). Voir aussi les interrogations de J. T. Milik.
'ys1yl signifie« ceux (qui sont) de la maison d'Israël» (Exode III, 12). DFD, p. 115.
106 -« Ceux de la tribu des Chôneites». Plus que le simple Èv, la préposition 112 - Voir A. SADURSKA, 1977 et M. GAWLIKOWSK[, 1970a, p. 74.
àrco exprime la notion d'origine qui est rendue en araméen par mn. C'est 113 - Selon M. GAWLIKOWSKl, 1970a, p. 75, il faut plutôt lire 'bd qlstr' 11111
peut-être d'ailleurs pour cette raison que les textes de la Colonnade ksp' dy qrb 51115 'Jh': « il a fait les c!C1ustra de l'argent qui a été offert par
transversale emploient le génitif (normal après àno) au lieu du datif régulier le dieu Shamash ». La traduction du mot qlstr' est cliffici le. C'est
après Èv. M. GAWLIKOWSKI, 1970a, p. 76 qui propose le sens de vantail d'une porte.
]07 - D. SCHLUMBERGER, 1971, p. 132. R. Moutercle avait proposé le sens de corbeille (dans lm• V. p. 7) ;
108 - M. GAWUKOWSKl, 1973a, p. 37-38 ; J. T. Milik, clans DFD. p. 306. J.-B. Chabot clans le C/S (Cid foc.) préfère le sens de c!C1ustrwn, « barre
109 - J. K. STARK, 1971, p. 16-17 avec plus de soixante attestations. pour fermer une porte».
110 - Sur la famille, voir chapitrer (p. 50). Les textes qui la concernent 114 - Dans Jnv V, p. 18-l 9. Voir M. GAWLIKOWSKI, 1973a, p. 87.
sont CIS 3940, 3950-3955, 4028 et 4066 ; Jm, X, 27 ; M. GAWUKOWSKl, 115 - DFD. p. 115-116 en restituant[bny ::,bdbwl] klhwn comme les auteurs
1970a, p. 76 et RSP 11° 167. de la dédicace au bienfaiteur anonyme.
111 - M. GAWLIKOWSKl, 1973a, p. 85 traduit le mot k.mvn' par « autel à
74 Les notables de Palmy re

d'Allât) ainsi que le peu de probabilité de l'installation du ans. Il est de même possible que le Lishamsh de C/S 3955
tombeau 173d sur l'emplacement d'un temple plus ancien appartienne à cette famille, mais ne soit qu'un neveu ou un
conduisent à rejeter en partie cette interprétation 116• De plus, cousin, qui aurait reçu un nom courant dans la famille.
il ne semble pas que l'on ait trouvé d'autres mentions du La famille de Shoraîkô n'est connue qu'à partir d'une
clan des Bené Zabdibôl dans les fouilles du sanctuaire d'Allât, période où il est très rare qu'on mentionne l'appartenance
mais qu'au contraire les Bené Mazîn et les Bené Iedîbel (voir tribale. À ce moment, l'attestation des Bené Zabdibôl, qui
supra) ont eu la haute main sur ce culte. En revanche, la peuvent difficilement être une des tribus civiques, peut
fréquence des mentions des Bené Zabdibôl en association seulement signifier qu'il s'agit d'un groupe réduit au sein
avec Shamash sur les tessères (RTP 138 et 141) ne peut que de la population palmyrénienne. Il s'agit peut-être cl'une
renforcer la théorie qui en fait des desservants de ce culte 117• famille ou d'un clan de prêtres, chargés plus particulièrement
Les sanctuaires du Soleil et de Rahim devaient en fait du culte « civique » de Shamash n. La dernière inscription
1

se trouver au voisinage du sanctuaire d'Allât 8, ce qui 11


dans laquelle le nom des Bené Mazîn apparaît est datée de
explique la dédicace conjointe, alors qu'il n'y a apparemment 103 (BS n" 43 ) , ce qui fait qu'on ne peut exclure
pas de traces d'un culte solaire dans le péribole d'Allât. l'appartenance des Bené Zabdibôl à ce groupe. On ne peut
J. T. Milik a fait un rapprochement prosopographique de toute façon pas conclure sur leur attachement tribal. Il
intéressant en proposant de faire du Lishamsh de C/S 3955 s'agit d'une famille de notables dont la richesse a permis
le même que celui qui est cité en C/S 3978 avec son frère l'embellissement de ce quartier ouest de Palmyre. Un des
Zebîdâ (lsmswzbyd ' bny mlkw brydy'bl brns' dy m tqr' br membres de la famille est un personnage relativement
'bdbl). Ces deux personnages ont en septembre 85 offert à important de Palmyre au siècle suivant ( C/S 3940) et le fils
Shamash, « dieu de la maison de leurs pères » (lsms 'lh by t de Shoraîkô, Hérode Haîran, est en relation avec Manilius
'bwlm) un autel et un hamana Umm') 110• Fuscus, fils du légat de Syrie du même nom dans la deuxième
Ces deux personnages appartiennent à un groupe moitié du u" siècle (lnv X, 27).
familial, les bny 'bdbl, qui est décrit comme faisant partie La forme des honneurs reçus par la famille en mars 179
de la tribu des bny mgrt'. On peut se demander alors si les est en elle-même remarquable. Shoraîkô, fils de Haîran est
Bené Zabdibôl, très liés eux aussi au culte de Shamash, ne honoré par le Conseil parce q u'il a contribué à
font pas partie aussi des bny mgrt' 1211• Même si cela est l'embellissement de la Colonnade transversale, ce qui incite
possible, ce n'est qu'une hypothèse, car on manque de à en faire le personnage principal de la famille, bien qu'il ne
preuve directe ; il est possible aussi qu'il faille plutôt les soit peut-être pas l'aîné. D'après l'onomastique, l'aîné est
rattacher aux Bené Mazîn du temple d'Allât tout proche. Le peut-être plutôt son frère, Alaînê, qui porte le même nom
rapprochement fait par J. T. Mil ik s'appuie sur un seul nom, que son grand-père 122• D'autre part, Alaînê a fondé un
assez courant à Palmyre. D'autre part, une dédicace au dieu tombeau 123, mais on n'a pas d'indices pour penser que son
Shamash dans cette zone n'est pas étonnante. Celles dont frère et ses enfants ont aussi été enterrés à cet endroit. II est
on connaît l'auteur ne sont pas le fait d'une famille unique. possible que cette autre branche de la famille ait son propre
Enfin l'argument des dates n'est pas aussi concluant que ce tombeau ailleurs rn_ Alaînê devait être assez âgé en 179,
qu'écrivait J. T. Milik, puisqu'il ne s'est pas écoulé un quart puisqu'il était déjà en âge de fonder son tombeau environ
de siècle entre les deux textes, mais près d'un demi-siècle quarante ans auparavant (novembre 138). Le fait qu'il ait
(de 85 à 129, 44 ans). Les deux frères ont bien sûr pu offrir pu offrir des portes ( ?) cl'argent à un sanctuaire est aussi un
un autel et un hamana dans leur jeunesse et six colonnes à signe de la richesse qu'il pouvait posséder. Cette offrande
la fin de leur vie, la probabilité est simplement moins forte n'est pas nécessairement contemporaine de l'érection de la
qu'il soit question des deux mêmes personnages après 44 statue ; elle a pu se faire quelques années plus tôt et n'être

116 - M. GAWLIKOWSKI, 1973a, p. 87 et 101-102. 121 - C'est ce qu'on peut conclure de la mention du grand dieu de la ville,
117 - On peut s'interroger de ce point de vue sur l'association de sm.s avec Bel. sur les tessères mentionnant les bny -::.bdb11•/. Voir J. TEIXIDOR. 1979,
le dieu Bel (b/) sur les mêmes tessères et quelques autres (RTP 138-142). p. 64-65.
Voir J. TE1x100R, 1979, p. 64-65. sur r opposition entre ces tessères, qui 122 - Il s'appelle AÀmv17ç A1pa.vou toû AÀmv17 LEcpcpEpa. 'lyn' b1)1ym
peuvent comporter aussi le nom lm_,, -;_/)(/h1l'I. et celles qui ne portent que le br· Jyn · ::,pr' ( C/S 3951). L'aîné des enfants porte régulièrement le 110111 de
nom .i;1n/;. son grand-père. mais il devait souvent arriver qu'il meure en bas âge et que
118 - M. GAWLIKOWSKI, 1990a, p. 2643. Néanmoins, un texte du sanctuaire le même nom soit donné à un de ses frères puînés (voir chapitre v1 pour le
de Baalsharnîn associe Rahirn avec ce dieu, ainsi qu'avec Durahlûn et la cas de la famille d'Elahbel).
Fortune de Ieclîbel (gd dy ydy'bl, BS n" 23). 123 - Texte publié par M. GAWLIKOWSKI, 1970a, p. 74.
119 - Comme le remarque K. DIJKSTRA, 1995, p. 103-104, l'expression« de 124 - li est relativement rare que les tombeaux soient fondés par un
la maison de leurs pères» n'est peut-être pas tant la manifestation d'un personnage pour lui-même et ses frères. Ce qui est plus courant est la
lien particulier entre ce clan et le dieu (même si ce lien existe) qu'une fondation commune d'un tombeau par cieux frères: c'est peut-être
épithète du dieu (voir CIS 3979 dédié ù 'HÀtQ) TTCXîp(t)Q) et le texte publié l'explication du pluriel du verbe « faire» ( 'bdw. « ils ont fait») dans le
par M. G".WLIKOWSKI.1973a, p. 100 : [ tlov m:iplvov 'HÀiou TTCX.tp(t)OU ). texte de fondation du tombeau cl' Alaînê, alors que ce dernier est le seul
Pour le sens de hamana, voir M. GAWLIKOWSKI, 1997b, p. 837-849. et fondateur mentionné. Une autre personne (pourquoi pas Shoraîkô ?) était
H.J. W. DRJJVERS.1988.p. 165-180. prévue sur l'inscription, et pour une raison ou une autre son 110111 n'a pas
120 - C'est ce que propose J. TEJXID0R, 1979, p. 64. été inscrit.
Chapitre II: L'identité ethnique de Palmyre 75

commémorée de mamere formelle qu'à l'occasion des le texte araméen était beaucoup plus précis et permettait seul
honneurs rendus à son frère par la cité. De plus, le formulaire de connaître les véritables raisons des honneurs accordés à
de ce texte est un peu différent de celui qui concerne les ce notable palmyrénien. Il en est de même pour les autres
deux fils de Shoraîkô, Iadê et Haîran, les deux autres textes de cet ensemble, à l'exception de CIS 3954, dont les
membres de la famille à avoir été honorés par les Benê deux versions ont sensiblement la même signification 128•
Zabdibôl. Ces deux fils reçoivent une statue en l'honneur Mais seules les versions araméennes de CIS 3950 et 3953
de leur père, ce qui renforce l'importance qu'on peut permettent de savoir que les statues ont été dressées en
accorder à celui-ci. Alaînê est aussi honoré pour ses propres l'honneur de leur père Shoraîkô (Jyqr siykw 'bwhy). Les
mérites, parce qu'il a plu aux Benê Zabdibôl (bdyl dy spr deux textes sont cl'ailleurs exactement identiques, sauf pour
lhwn). On a rajouté après la date la mention des qlstr' le nom du personnage honoré. De même, en CIS 3951, seule
d'argent, vraisemblablement ce par quoi il leur a plu. la version araméenne comporte l'ajout qui mentionne
La concomitance des honneurs rendus à toute la famille l'offrande d'un objet en argent au dieu Shamash. Comme
par différents dédicants est curieuse. On comprend que la l'ont noté différents éditeurs de ces textes, le grec ne semble
construction d'une partie de portique dans une rue soit être qu'un résumé du palmyrénien, ce qu'on explique par le
l'occasion d'honneurs rendus par le Conseil, et qu'un don à fait que ces textes concernent le domaine religieux, sans
un sanctuaire n'entraîne d'honneurs que de la part d'un doute plus conservateur et attaché aux traditions locales.
groupe lié à ce culte. Cela expliquerait la différence entre Pourtant, la place relative des deux versions est curieuse.
CIS 3951 (les Benê Zabdibôl honorent Alaînê) et CIS 3952 En effet, le grec semble avoir la place d'honneur, puisqu'il
(le Conseil honore Shoraîkô). Néanmoins, cinquante ans plus est inscrit sur la face principale, et non sur le côté gauche
tôt, la construction de six colonnes par Lishamsh et son frère (quand on regarde la console), comme le texte araméen 129:
ne leur a valu que des honneurs tribaux, pour autant qu'on la disposition est la même pour les cinq textes bilingues, ce
puisse restituer le texte CIS 3955 125• Les statues des deux qui est normal puisqu'ils ont été gravés en même temps,
fils de Shoraîkô font partie des honneurs rendus au père, sans doute selon un plan d'ensemble.
mais peut-être aussi à l'oncle. Cela n'apparaît pas dans le Il semble que deux logiques s'affrontent. L'araméen,
texte, mais il faut tenir compte de la position de leurs deux mieux compris par la majeure partie de la population de
inscriptions, qui dans la Colonnade transversale entourent Palmyre, donne les renseignements véritablement signifiants
les deux autres. La cinquième inscription ( CIS 3954 = Inv V, qui permettaient aux passants de comprendre pour quelle
5), pour la femme de Shoraîkô, mrty/Map0aç, mère de Iadê raison Shoraîkô et sa famille avaient été honorés. Le caractère
et Hérode Haîran 126, est située un peu plus loin, et se religieux de leur générosité ne prenait sa véritable
différencie des autres parce qu'elle a été dédiée après la mort signification que dans le contexte indigène de Palmyre, mais,
de mrty, par son mari, la faisant participer en quelque sorte en même temps, le grec était utilisé à la place d'honneur,
aux honneurs qui lui étaient rendus. non seulement pour expliquer aux étrangers de passage
On a donc en fait trois groupes de textes différents, même l'honneur fait à Shoraîkô et aux siens, mais aussi, vis-à-vis
si la date est la même. Le texte pour Shoraîkô semble être le de la population de Palmyre, pour exprimer le rang social
plus important. Les Benê Zabdibôl ont dû simplement de cette famille qui, parce qu'elle faisait partie des premières
compléter ce premier texte par trois dédicaces à d'autres familles de l'oasis, utilisait le grec. Le texte du Conseil était
membres de la famille. Il était peut-être inutile d'ajouter une en grec, comme la très grande majorité des inscriptions
dédicace en leur nom à Shoraîkô déjà honoré par le honorifiques officielles, et la puissance de la famille ne
Conseil 127• Le seul moyen d'honorer ce bienfaiteur était peut­ pouvait mieux se proclamer qu'en utilisant la même langue
être d'honorer sa famille, ce qui prouve d'une part la pour tous les textes qui la concernaient.
puissance de la famille, d'autre part l'importance des liens
du sang dans la vie civique de la ville.
4. LES BENÉ MATHABÔL
Le décret en faveur de Shoraîkô utilise un vocabulaire
tout à fait courant dans les textes du même type à Palmyre Les inscriptions qui concernent les Benê Mathabôl clans
(EÙCJE�îi Kat cplÀÔrrmptv Kat cptÀÔ'îEl�LOv). On a vu aussi que la partie ouest de la Grande Colonnade sont un autre cas

125 - À moins qu'il ne faille restituer aux cieux premières lignes, {'?lm' dnh Conseil les engageait et rendait inutile une décision propre de leur part.
dy X dy 'qymw lh bwf' wbny X] klhwn... ( « [statue de X que lui ont dressée 128 - Avec btr dy mytt lyqrh («après sa mort en son honneur») traduit en
le Conseil et la tribu des Bené X] tout entière... »).Il est tout aussi possible grec par µv17�u1ç ËVElŒV (« en mémoire»). La même expression est aussi
que le dieu lui-même ait participé, ou bien encore la tribu seule. traduite littéralement par �LE1:CX 1:17v 1:EAEU1:TjV, 1:El�L17ç XCXPlV (CIS 3920
126 - Haîran porte le nom de son grand-père paternel, Iaclê celui de son = 1111• IX, 32) ou surtout panaµ17ç Kat �LVll�lllç XCXPlV (C/S3927 etlnv X,
grand-père maternel ; il est tentant de voir en eux l'aîné et son cadet. 119) ; voir les remarques sur cette formule au chapitre 1 (p. 14-15).
L'onomastique des descendants de Haîran (voir arbre généalogique en 129 - Il semble naturel de considérer que l'inscription gravée sur le devant
annexe XVII) prouve qu'il est sürement fils de Martheî. de la console occupe la position« d'honneur». La meilleure preuve en est
1 '.27 Parce que les Bené Zabclibôl appartenaient à la cité. peut-être en tant que quand il n'y a qu'une face inscrite, c'est toujours celle-ci (par exemple
que groupe reconnu ( prêtres du sanctuaire de Shamash ?), un décret du sur les consoles de l'agora, comme /111' X, 1-2).
76 Les notables de Palmyre

dans lequel une famille et une tribu semblent avoir des liens On connaît par certains textes d'autres membres de la
très étroits 130• La tribu des Benê Mathabô] (bny mtbwl) est famille. Le père de Shoadû et de Iarhibôl, Elahbel, a construit
presque sans aucun doute l'une des quatre tribus qui forment le tombeau de la famille à l'extrémité est de la vallée des
le corps civique de Palmyre. C'est aussi la tribu Tombeaux en 1 64 (Inv IV, 12). La famille de BE00EK est
palmyrénienne attestée le plus tardivement, puisque le texte aussi assez bien connue. Il semble qu'elle soit l'arrière-petite­
n" 6 date de 247 131• Beaucoup des inscriptions qui la fille d'un certain Avav1ç Ma1cxou ('nny br mlkw 'nny),
concernent sont funéraires 132 et on ignore la provenance de trésorier en 114 d'après le texte CJS 3994 137• Son frère
la plupart des autres textes. En fait, hormis trois textes qui (Ma1cxoç MouK1avoû wû Avavu5ou) est connu par la
viennent du sanctuaire de Bel ( CJS 3915 et 3925-3925) et dédicace d'un autel au dieu anonyme dans les mêmes années
un autre qui vient du sanctuaire d'Arsû (Kh. As'AD et (texte 11° 5a). Le nom de leur père MouK1avÔç (le nom latin
J. TEIXIDOR, 1985b, p. 286), tous les textes « civils » (non Mucianus) est sans doute une adaptation du nom sémitique
religieux ou funéraires) qui concernent les bny mtbwl mqymw. Le procédé d'adaptation choisi a visiblement été la
proviennent de cette section réduite de la Grande Colonnade. ressemblance phonétique. On retrouve peut-être la même
Comme dans l'exemple de la Colonnade transversale, la tribu chose dans le texte CJS 4212 (lnv VII, 1 3), assez lacunaire,
honore les membres d'une seule famille, celle de Bartê (si et dans le texte n" 7 de cette partie de la Grande Colonnade,
on met à part le rhéteur T. Fl. Cerealius d' lnv III, 24 ). De 011 a [Mou]Klavo[v] MaÀxou îOÛ MoKl[�lOU .. .l. La partie
plus, il n'est nullement assuré que cette famille appartenait araméenne de1'inscription est trop mutilée pour qu'on puisse
elle-même à la tribu, même si, comme pour celle de Shoraîkô assurer que cette alternance entre les deux noms (grand-père
et Alaînê, c'est probable. et petit-fils) présente simplement les deux versions (nom
Toute reconstruction de 1' arbre généalogique de la grec et nom sémitique) du même nom.
famille de Bartê se heurte à l'existence d'une coupure d'au Il est en tout cas difficile, à partir des textes n'" 7 et 8, de
moins deux générations entre un ensemble de textes qui comprendre à quelle partie de la famille on a affaire. Il est
datent des années 200 rn et le texte daté de 279 -280 1.1-1_ Le visiblement question d'un père Malikû (n" 8) et de son fils
texte de 247 qui provient du même ensemble (n" 6) n'a pas Mucianus (n" 7). Seule la date des honneurs rendus au père
conservé le nom de la personne honorée et permet seulement est conservée, mais il est probable que la statue du fils a été
de savoir que la tribu continue à être active à cette époque. dédiée à la même période. Ils ont contribué à leurs frais (Èi;
Shoadû, fils d'Elahbel, est honoré en 201 par les Benê i8imv) à la construction du toit de la basilique du dieu
Mathabôl (texte n" 3). Le texte parle d'une statue« qui a été ancestralArès/Arsû (cn1hcxç [urcÈp 'î11vl �l[EyaÀ11vl �acnÀ11<l11v
dressée pour lui par la tribu » ( dy 'qymt lh pbzh dy bny 'ApÉmç rcahpcôou 0rn[û] dans le texte 11° 8) ; le texte 11° 7 est
mtbwl). Or ce texte présente une ambiguïté grammaticale, pratiquement identique et assure les restitutions.
puisque le mot pbz« tribu » se termine par le pronom affixe L'onomastique de ces deux personnes incite à en faire des
h (3" personne du singulier : « son ») qui peut être traduit de descendants du 'nny/'nnwde l'inscription CJS 3994. De plus,
deux façons. Il peut s'agir de « sa tribu », mais il est tout comme l'ont remarqué les éditeurs de1'inscription n" 8, après
aussi possible que le pronom ne soit là que pour anticiper le le nom du personnage mlkw mqynnv, et avant une lacune,
nom de la tribu, selon une formule courante en syriaque par apparaît un « ' » qui pourrait être le début du nom 'nny. Le
exemple 115• Les autres textes ne permettent pas de conclure nom complet du père serait donc à restituer mlkw mqy1mv
sur l'appartenance tribale des membres de la famille. La 'nny. C'est aussi le nom du frère de BE00EK tel qu'il apparaît
femme de Shoadû, BE00aç (texte n" 2 de 208) 11 6, leur fils en grec dans le texte n" 5a (en admettant l'équivalence
(textes n" 4 de 203 et n" 1 ), sont aussi honorés par cette tribu. MouKmvôdmqymw). Néanmoins, la généalogie de BE00aç
Son frère, Iarhibôl, l'avait été quelques années auparavant est un peu différente de celle de son frère, puisqu'une
(texte 11° 5 de 197). génération est venue s'intercaler (BE00av MouK1avoû

130 - La plupart de ces textes ont été publiés assez récemment par Kh. As' AD 135 - Voir les remarques it ce sujet de M. Gawlikowski (Kh. As'1-\D et
et M. GAWLIKOWSKJ.1986-1987.p. 164-171 (textes n'" 1-8).0n connaissait M. GAWUKOWSKI. 1986-1987. p. 165-166). Le fait que le pronom soit au
déjà un texte concernant la tribu �t proximité de cette zone (/nl' III , 24): la singulier. alors que le 110111 qui se trouve après la particule dy est au pluriel
Mcx08cx�wÀtwv <jluÀ17 honore le rhéteur T. FI. Cerealius (T. ct>À. (les bny mtbll'/) invite à préférer la première solution, ce qui fait de Shoaclû
KëpëÛÀtoç). (et de ses descendants?) un membre de la tribu des Benê Mathabôl. Je
131 - Le texte n" 8 daté de 279-280 a perdu les premières lignes dans remercie M. J. Teixiclor, d'avoir bien voulu me renseigner sur ce point.
lesquelles se trouvait peut-être le nom de la tribu. 136 - Le nom transcrit comme Bë08Etv en grec (accusatif) est sans cloute
132 - Dans l'ordre chronologique (voir le tableau en annexe VIII. 1 et 3), en araméen bty, connu par CJS 4383 et 4384.
CIS 4113, 4115 : 1111 1 VII, 3 : J. CANTINEAU, 1930a, p. 545, n" 13 : CIS 4187: 137 - Si on suit J.-B. Chabot à propos de CIS 4238 (CIS. ad /oc.), mrlhwn
Jnv VII. 5. brl Jsms bry1)1bwl ,skybl serait la mère de ce personnage. Cette proposition
133 - Kh. As'AD et M. GAWLIKOWSKI, 1986-1987 n"' 5, 3. 4 et 2. est rejetée par J. T. Milik, dans DFD, p. 114. Le 110111 de AvcxvK apparaît
134 - Kh. As'AD et M. GAWLIKOWSKI. 1986-1987 n" 8, auquel se rattache une fois comme 'nnw et deux fois comme 'nny sur ces trois autels au texte
sans doute le n" 7. identique pour le reste.
Chapitre II: L'identité ethnique de Palmyre 77

Mcûuxou 1où Avcxv18ou). D'après les dates, il est ornementation clans une autre « basilique » ( bslq '), la
extrêmement probable qu'il s'agit bien du frère et de la sœur ; Colonnade transversale. De même, cette portion de la
il n'est pas non plus étonnant que les listes d'ancêtres ne Colonnade transversale pouvait être dédiée à une divinité,
correspondent pas tout à fait, qu'on supprime ou qu'on sans cloute Shamash, comme le prouverait le texte ClS 3955.
ajoute, selon les cas, une génération. D'un autre côté, ce n'est que par des preuves indirectes qu'on
On peut se demander si la date du texte 11° 8 (ex ? cp ', peut penser que la construction financée par Shoraîkô lui­
c'est-à-dire 591 de l'ère séleucide, soit 279-280 de notre même avait des rapports avec le culte solaire.
ère), dont la lecture est indubitable d'après l'éditeur, n'est Pour reprendre 1 'exemple de la Grande Colonnade, on
pas le fruit d'une erreur du lapicide. La lacune chronologique ne peut manquer d'être frappé par le relatif éloignement du
serait alors supprimée. Si McxÀxoç MoKrnvoû 1oû Avcxv18ou temple cl'Arsû lui-même. La concomitance de la découverte
du texte 11° 5a est le même que le mlkw mqymw 'nny du du temple et des inscriptions de la Grande Colonnade ne
texte n° 8, son fils (MODKlCXV0Ç MCXÀXOD îOÛ MOKl�LOD), doit pas dissimuler la distance entre les deux lieux. On peut
dans le texte 11° 7, serait le neveu de Shoadû et Betheî, ce qui pourtant penser que du point de vue urbain les deux
placerait l'activité de la famille au plus tôt au milieu du monuments appartiennent au même quartier, qui pourrait être
m" siècle. Néanmoins, en l'absence de photos publiées du dominé par la tribu des bny mtbvvl. On voit par cet exemple
texte, il est difficile de contester l'editio princeps sur ce qu'il n'est pas nécessaire que le sanctuaire de Shamash soit
point rn_ à proximité immédiate de la Colonnade transversale. Un
Tous les membres de la famille sont honorés par la tribu, portique, ou seulement une partie, peut lui être dédié ailleurs
ce qui est une première différence avec les textes de la qu'aux abords du lieu de culte.
Colonnade transversale dans lesquels trois dédicants Quoi qu'il en soit, malgré les différences (honneurs
différents apparaissaient. Autre différence, les cléclicants groupés ou échelonnés clans le temps), il est manifeste qu'on
appartiennent à deux familles liées par au moins un mariage. a affaire clans ces deux cas à un phénomène du même type
D'autre part, les raisons des honneurs restent très une famille, ou un groupe de familles, en relation étroite
mystérieuses, sauf clans les deux derniers textes (n'" 7 et 8). avec un sanctuaire, est honorée par le groupe tribal qui gravite
Comme dans le cas de la Colonnade transversale, il est autour de ce sanctuaire 139• Le processus est assez semblable
probable que la générosité d'un membre de la famille envers pour ces deux tribus qui n'ont apparemment pas le même
le sanctuaire du dieu particulièrement vénéré par la tribu statut au sein de la cité de Palmyre. Les Bené Zabclibôl, autant
(clans ce cas, Arsû/Arès) a conduit cette dernière à étendre qu'on puisse en juger par le petit nombre de textes connus,
les honneurs aux autres membres de la famille. Il se peut sont un groupe relativement restreint, peut-être un groupe
aussi qu'une des raisons de l'alliance des deux familles soit familial réunissant des prêtres du dieu Shamash. C'est
justement une communauté de culte et que l'importance de cl' ailleurs un autre sujet cl' étonnement que ce nom
ce groupe clans le sanctuaire cl'Arsû soit reconnue d'une proprement araméen pour le culte d'un dieu arabe, honoré
manière formelle par la tribu. en même temps que Allât et Rahim dont l'origine arabe est
On a un bon exemple de cette générosité familiale, avec aussi assurée. Ce fait peut amener à reconsidérer les
les deux textes parallèles de Malikû et de son fils Mucianus. conclusions qu'on tire habituellement sur l'origine de la
L'identité du formulaire a permis de restituer de manière population cl'après ses cultes.
assez sûre le nom de la tribu à la première ligne du texte Les Bené Mathabôl au contraire sont une des tribus les
n° 8, daté de 279-280. La nature des offrandes faites par ces mieux connues ; les textes de la Grande Colonnade
personnages et l'endroit où a trouvé place leur activité de fournissent la preuve de leurs liens étroits avec Arsû, et en
construction éclairent d'un jour particulier les textes de la font un exemple de tribu civique. Malgré leur nom, ils se
Colonnade transversale. L'aménagement de cette partie de regroupent autour du culte d'un dieu tout à fait arabe.L'autel
la Grande Colonnade, avec l'édification cl'« un toit au-dessus découvert sur le site du sanctuaire ne peut que renforcer cet
de la grande basilique cl'Arsû » (�LEycxÀll �cxmÀ1K17 et [bjslk' aspect ethnique, puisque, outre Arsû, y sont mentionnés
en araméen) rappelle évidemment la construction par « Qismaya et les filles du dieu», dont l'origine arabe est
Shoraîkô, fils de Haîran, de sept colonnes et de leur probable i.w_

138 - Même si la date séleucide de 591 était confirmée, il serait intéressant rendent inutiles l'intervention du Conseil. D'un autre côté, il se peut très
de faire intervenir des critères paléographiques, pour voir si les écritures bien qu'un texte mentionnant une dédicace du Conseil apparaisse un jour.
utilisées pour les inscriptions n'" 7 et 8 permettent une datation aussi tardive. D'autre part, le siècle qui s'est écoulé entre les textes de la Colonnade
139 - Dans la comparaison de ces deux dossiers épigraphiques, il faut sans transversale et les derniers de la Grande Colonnade peut être une explication
cloute éviter de faire comme s'ils étaient complets et qu'on possédait possible de ce changement clans les manières de procéder.
l'ensemble des textes concernant les deux familles. Les inscriptions de la 140 - Publication du texte par Kh. As' AD etJ. TEIXIDOR, 1985b, p. 285-293
Grande Colonnade sont le fait d'une tribu, et le Conseil n'apparaît pas, avec commentaire. Voir aussi les remarques de M. GAWLIKOWSKI, 1990a,
comme il le fait en CIS 3952 (Colonnade transversale). On peut être tenté p. 2623.
cl'en conclure que les honneurs rendus par une tribu civique (les bny mtbwf)
78 Les notables de Palmy re

On a donc au moins trois exemples de familles liées à Pourtant, certains ensembles religieux paraissent être en
un ou plusieurs sanctuaires, et comme déléguées par une dehors de ce système tribal et, dans certains cas, sont une autre
tribu pour le culte. Que ce soit dans le cas des Bené Mazîn, occasion pour des grands notables cl'exprimer leur richesse et
clans celui des Bené Zabclibôl ou dans celui des Bené sans cloute leur prééminence clans la société palmyrénienne.
Mathabôl, il apparaît qu'une famille de notabilités de la cité De toute façon, à cause de notre ignorance de l'habitat à
est au premier plan. Le parallélisme entre les trois n'est Palmyre, c'est surtout clans le domaine religieux qu'on dispose
évidemment pas total, ne serait-ce que par le fait que les de documents. De même les inscriptions renseignent en
1 1
Benê Zabdibôl ne sont pas une tribu civique mais ces -1 , majorité sur les activités des notables au sein des grands
exemples ont l'avantage de prouver la survivance de sanctuaires, à l'exception évidemment des activités édilitaires
structures préciviques qui ont sans doute été reprises et ou caravanières, aspects sur lesquels il faudra revenir en détail.
rationalisées au moment de la transformation des institutions Comme on a pu le voir, il existe des liens très forts entre la
de la communauté. Ainsi les différentes composantes de la topographie urbaine de Palmyre et sa topographie religieuse,
population ont pu s'installer au fur et à mesure de leur arrivée du moins quand on se place au niveau des tribus. Cette
dans certaines zones en se regroupant par origine et conclusion est évidemment plus difficile à établir pour des
éventuellement par tribu. Comme on l'a vu, cela ne signifie familles individuelles, ou même des classes sociales. On tentera
nullement que ces subdivisions aient été reprises lors des d'éclairer ces problèmes aux chapitres 1v et v.
1
réformes du !" siècle. Mais si on connaît les liens de certains groupes tribaux
On peut reprendre l'exemple de SulJné à ce propos. avec des sanctuaires, il semble pourtant que ce ne soit qu'un
Comme le prouve le plan établi par A. de Boucheman, les des aspects de la question. Il est possible aussi cl'étudier la
habitants de cette petite cité se regroupent clans un premier manière dont se faisait la relation entre la population de
temps selon leur origine tribale (voir pl. 5). Cette localisation Palmyre (soit dans son ensemble, soit pour des groupes de
préférentielle s'affaiblit normalement au fur et à mesure que taille plus réduite) et les monuments religieux qui
la sédentarisation s'ancre dans les mœurs, mais ce qui semble constituaient son cadre de vie.
original à SulJné est la permanence de ces groupements 1 2• -1

Néanmoins, on a vu aussi que les liens tribaux se relâchent


C. LES DIFFÉRENTS NIVEAUX DE LA TOPOGRAPHIE
avec l'installation en ville. On voit de quelle manière ces
RELIGIEUSE
faits peuvent éclairer le cas de Palmyre, bien que la situation
de SulJné ne soit qu'un exemple parmi d'autres de la manière L'articulation complexe entre le rôle purement tribal des
dont une société traditionnelle se transforme en se sanctuaires et l'œuvre édilitaire des notables est visible clans
sédentarisant. Un autre aspect mis en lumière par l'exemple le cas du sanctuaire de Baalshamîn, le mieux connu des
de SulJné est le rôle dans ces changements de la présence, sanctuaires tribaux. Situé clans la partie nord de la ville
non tellement de sédentaires que de nouvelles techniques antique, il a connu un développement continu depuis le début
1
l'installation de garages le long de la route a en particulier du !'' siècle. Beaucoup des inscriptions trouvées à cet endroit
fait que le centre s'est progressivement déplacé dans cette sont les dédicaces de construction des divers portiques.
1 13
· •
direction On doit aussi tenir compte de ces aspects quand Comme on l'a vu, beaucoup des personnages qui font des
on s'intéresse à Palmyre, ce qui permet de penser peut-être offrandes au sanctuaire appartiennent à la tribu des Benê
qu'on est passé assez rapidement d'une installation groupée Mazîn. En tout cas, si le nom bny m'zyn n'apparaît pas
par tribu à un éclatement des structures claniques anciennes, systématiquement, il est très courant clans les dédicaces de
en fonction peut-être de nouvelles solidarités. monuments importants, mais seulement jusqu'en 103, avec
Chacune des quatre tribus devait se rassembler autour de le dernier texte daté (BS n" 43). Pourtant ce moment ne
son sanctuaire, ce qui pouvait avoir des conséquences marque pas l'achèvement des constructions, puisque le
urbanistiques, car il ne s'agissait vraisemblablement pas cl'une développement du sanctuaire est couronné vers 131 par la
simple participation à des cérémonies religieuses. Les exemples construction du petit temple corinthien qu'on peut voir
développés plus haut montrent que les grandes familles encore sur le site. Comme nous le rappelle la dédicace
chargées ou maîtresses des sanctuaires affirmaient leur présence honorifique que lui firent le Conseil et le Peuple de Palmyre
par des manifestations cl'évergétisme. Ainsi. les colonnades pour commémorer cet événement (BS n" 44 = CJS 3959 de
ou même les temples qui viennent embellir et modifier le tissu 131 ), Malê Agrippa, fils de larhaî (MŒÀll Kat 'Aypimm
urbain, sont non seulement une preuve de piété, mais aussi lapa.wu îOÙ Pa.mou; ml' bry1J1y lsms r'y) s'est chargé de
-
une manifestation de la richesse des notables de la cité. la construction du temple i 1-1_
Elle est la suite logique de la

141 - Surtout parce que leur sanctuaire ne fait pas partie des cinq sanctuaires le grec est lacunaire et a perdu le verbe dont le complément (îov vaov îÔV
mentionnés comme civiques clans les textes de Palmyre. [wù1 �lOÇ cr[-ù]v îQ) mpo]vaî. cp [KCÙ cr-ùv î]O'.lÇ aUaJtç ...] « le temple de
142 - A. DE BoucI-IEMAN, 1939, p. 30 et 46, 11. 1. Zeus avec son pronaos et avec les autres ... ») donne de manière sûre le
143 - A. DE BouCHEMAN, 1939, p. 17 (plan de la ville). nom grec de Baalshamîn. Connu depuis longtemps, il a été découvert sur
144 - Le texte araméen est très clair : bn' hyk/', « il a construit le temple » ; une console de colonne appartenant au pronaos du temple.
Chapitre II: L'identité ethnique de Palmyre 79

construction de portiques ou de parties de portiques par divers terminé avant le début du n" siècle, la théorie de 1'intervention
personnages. Malê Agrippa est à l'évidence un grand notable impériale (la rapidité cl'exécution) n'est plus valable. De plus,
puisqu'il a été deux fois secrétaire du Conseil, et qu'il a même si les ouvriers qui ont construit le temple venaient de
fourni de l'huile lors de la visite de l'empereur Hadrien. De l'Empire, ce qui est fort probable, le plan même du temple
plus, on connaît un peu sa famille. Son père, y1J1y br lifms br et tout ce qui fait son originalité sont plus compréhensibles,
r'y, est le cléclicant d'au moins un des portiques du sanctuaire. si on en fait une œuvre de conception locale.
Il appartient aux Bené Mazîn, alors que, une cinquantaine De plus, un certain nombre de textes sont la marque de
cl' années plus tard, son fils ne mentionne pas cette l'intervention cl'évergètes palmyréniens, en particulier pour
appartenance. Malgré cela, on peut supposer qu'il fait partie les portes du sanctuaire (C/S 3914). Mais dès le premier
de la tribu de son père et il n'est pas étonnant qu'il participe quart du !"' siècle des notables de la ville font des offrandes
à l'embellissement d'un sanctuaire auquel sa famille devait qui permettent la construction du temple. Ainsi en 24, un
être particulièrement attachée. membre du clan Hashash (des bny kmr'), Malikû, est honoré
par « tous les marchands qui sont à Babylone » 1 -+7 pour avoir
Toutefois le texte qui le concerne n'est pas une décision « aidé à la construction du temple de Bel, à ses frais, ce que
autonome de la tribu pour le remercier de ses bienfaits, mais personne n'avait fait» ('[d]r bnyn' dy h[y]kl' dy bl wyhb
comme on l'a déjà noté au chapitre 1 (p. 32), il s'agit d'une 11111 kysh dy l' 'bdh 'ns). Même si on pouvait prouver
décision des autorités de la cité, appliquée sans cloute par l'intervention impériale, elle n'est pas incompatible avec la
les autorités propres au sanctuaire 1-+5_ Le début du texte participation de l'élite de la vi11e aux travaux.
palmyrénien est très clair : « par décision du Conseil et du Quoi qu'il en soit de l'histoire architecturale et artistique
Peuple» (mn twbyt bwl' wdmws). Ce n'est plus seulement du monument qui ne nous retiendra pas ici, il semble bien
en tant que bienfaiteur du dieu de sa propre tribu que Malê que le grand temple était une sorte de centre religieux de
est remercié, mais aussi parce qu'il a accompli clans Palmyre, où les différentes tribus pouvaient se trouver
l'exercice de ses fonctions des actions clignes d'éloges représentées. Ainsi on a pu voir au chapitre, (C 2) qu'il ne
civiques. semblait pas que la symposiarchie de Bel (charge sans cloute
Le système des regroupements tribaux constitutifs de la annuelle) ait été réservée à une tribu particulière. Cette
cité de Palmyre semble ici se doubler du rôle plus ou moins fonction, couplée à la grande prêtrise du culte de Bel,
autonome d'évergètes. Cette caractéristique place plutôt le constituait sans cloute le sommet de la hiérarchie religieuse
cas de Malê Agrippa clans une tradition gréco-romaine, ce de Palmyre. D. Schlumberger voit clans le décor d'une poutre
qui expliquerait la disparition des constantes références aux du temple de Bel la preuve de l'union en ce lieu des quatre
tribus. Cela correspond aussi à la même époque à la tribus : on voit en effet sur cette poutre un quadruple sacrifice,
disparition progressive des mentions de la tribu clans les ce qui correspondrait au nombre de tribus I-ls. Cette
inscriptions de Palmyre, même si les quatre tribus honorent conception acceptée par la majorité des historiens manque
ensemble des bienfaiteurs jusqu'en 199 (Jnv X, 44). néanmoins de preuves formelles ; on a plutôt un faisceau
Parallèlement, il existe au moins un endroit où les différentes d'indices et de déductions ingénieuses.
parties de la population de la cité se regroupent, et où sont Il est certain que la place centrale du sanctuaire au sein
attestées la plupart de ses composantes. de l'urbanisme palmyrénien, à 1'origine de la Grande
Colonnade, ainsi que l'énormité du complexe qui abrite le
temple ne peuvent que renforcer la théorie qui fait du
1. LE SANCTUAIRE DE BEL, CENTRE CIVIQUE ?
sanctuaire le centre religieux de la ville (fig. 23). De plus,
On situe le centre primitif de Palmyre sur le tell où se les inscriptions honorifiques de notables palmyréniens qu'on
trouve le sanctuaire de Bel depuis au moins le début du trouve sur les colonnades qui entourent le temple, sont le
(' siècle de notre ère. Ce sanctuaire construit en plusieurs signe qu'à cet endroit l'ensemble de la cité honorait ses
années est une telle nouveauté pour le site de Palmyre que bienfaiteurs. Il s'agit en outre, comme l'agora, d'un espace
certains savants ont soutenu que le temple avait été construit public, utilisé par les autorités de la cité.
grâce à des fonds fournis par Rome, comme pour marquer Mais toutes les inscriptions ne sont pas le fait de la cité,
la puissance de l'Empire à Palmyre 1-+6• Néanmoins, si on c'est-à-dire du Conseil, parfois avec le Peuple. L'une d'elles
accepte les changements proposés par M. Pietrzykowski à qui mentionne la réconciliation de deux tribus grâce à
l'histoire de la construction du temple, on est amené à l'intervention d'un notable, mérite d'être rappelée (C/S 3915
reconsidérer les événements. Si le temple n'est en fait pas = lnv IX, 13). b§s br ns' br bwlb' bsif (« Hashash, fils de

145 - Ce peuvent être les prêtres ou encore une tribu (bny m'zyn ou bny A. Bounni et M. al-Maqdissi n'ont pas encore été publiées.
ydy'bl'?). l 47 - lm' IX. 11 : tg1y' klhwn dy bmdynt bbl. Le texte grec est une dédicace
146 - Voir M. A. R. CoLLEDGE, 1976b. p. 50-52. Plus généralement sur le au même personnage par le 81îµoç de Palmyre, mais sans aucun détail.
sanctuaire, voir R. AMY, H. SEYRIG et E. WILL, 1975; M. PrETRZYKOWSKI, 148 - D. Scr-!LUMBERGER, 1971. p. 129.
1997 : R. Du MESNIL ou BurssoN. 1966 : des fouilles récentes menées par
80 Les notables de Palmyre

Neshâ, fils de Bôlhâ Hashash») est honoré par les bny kmr' être son frère, de la tribu des bny kmr'. D'autres textes
(«Bené Komarê») et les bny mtbwl («Bené Mathabôl») montrent l'importance de cette dernière tribu dans le
« parce qu'il s'est tenu à leur tête et a fait la paix entre eux» sanctuaire dans les années qui suivent. En 28, la dédicace
(mn {dy] qm brshwn w'bd slm' bynyhwn). On connaît le CIS 3922 (= lnv IX, 9) est le fait de fils qui honorent leur
clan Hashash et on sait par les textes lnv IX, 11-12 qu'il père 'gylw br tymy br zbdbwl. Ils appartiennent aussi aux
appartenait aux bny kmr'. Selon toute vraisemblance, bien bny kmr'. Surtout le texte lnv IX, 1 daté de 45, commémore
que le texte ne le dise pas, on peut faire de Hashash un la dédicace du temple de Bel en 32 par Jsrns br tybwl br
membre de cette tribu, qui est celle de son frère 149• Ce skybl, membre de la même tribu. Comme son nom l'indique
personnage était visiblement influent. Il était possible clans («les fils des prêtres»), il n'est pas surprenant outre mesure
certains cas de faire une sorte d'union des tribus autour d'une que la tribu soit bien représentée à cet endroit.
personnalité particulièrement charismatique. L'absence de Néanmoins, cl' a utres tribus participèrent à la
mention de la tribu du personnage lui-même est intéressante construction du temple. Ainsi MoKa�Loç OyaÀou 1ou Kat
soit parce que clans un texte de ce type, il était inutile de Oxxmaou (mqymw br 'gylw br P$Y'1 br tymy dy mtqrh
rappeler que l'arbitre était en même temps juge et partie, bkysw, «Moqîmü, fils de Ogeîlü, fils de Pasaîel, fils de
soit pour la simple raison qu'il était à la tête des deux tribus. Taîmaî, qui est surnommé Hokaîshû») est honoré en 51 par
Ce type de fonctions a des parallèles clans le monde arabe la rcÔÀK, gbl, pour ses dons envers le sanctuaire (C/S 3923).
préislamique où l'existence cl'arbitres chargés de régler les Il appartient aux bny z.b[...J. Quelques années plus tard, le
conflits, aussi bien entre tribus qu'au sein de celles-ci, est fameux Haîran bar Bônnê participe aussi à l'embellissement
bien attestée 150• Le rôle de Hashash entre deux tribus a aussi du temple. Il est honoré par les prêtres de Bel en 56 (lnv IX,
l'intérêt de montrer qu'il y avait des conflits internes à la 20) et un texte de 74 rappelle son activité dans la maison des
population de Palmyre 151• Cela n'est cl' ailleurs pas dieux (J. CANTINEAU, 1933, p. 175, n" 2b). Ces deux textes
surprenant, mais il faut souligner que c'est l'unique exemple suffisent à rattacher ce membre des bny myt' (« Bené Mîtâ»)
de ce genre clans l'ensemble de la documentation au sanctuaire de Bel.
palmyrénienne. On voit qu'il y a une sorte de succession, qui correspond
Le texte renforce l'idée qu'on se fait du sanctuaire de peut-être à la succession de l'influence des différentes tribus
Bel comme du centre religieux de la cité, unificateur des à la tête du sanctuaire. De même, avant que les bny bss
tribus : une sorte de sanctuaire national. Ce qui est intéressant occupent le devant de la scène, un membre des bny mtlxwl
du point de vue de l'évolution institutionnelle de la cité est est remercié par des marchands pour avoir contribué à la
sa date : 21 apr. J.-C. Il est clone très probablement antérieur construction du temple (rk 111v [1ccia1vl 1ou vaoû B11Àou,
à l'instauration de la rcÔÀK de Palmyre. Parallèlement aux CIS 3924 de 19). La plus ancienne inscription palmyrénienne
inscriptions presque contemporaines (mais légèrement datée (lnv XI, 100 de 44 av. J.-C.) est une dédicace faite par
postérieures) qui nomment le Peuple (6 811�Loç ), les trésoriers les prêtres de Bel à un membre des bny khnbw (« Bené
(01 àpyupo1o�Lim 'nws 'nwst') ou le gbl (communauté?) Kohennabû»).Enfin un certain nombre de textes archaïques
des Palmyréniens (lnv IX, 11-12 de 24 et 25), l'existence de du sanctuaire de Bel mentionnent des membres des bny
tribus est attestée comme éléments quasi autonomes de la m'zyn («Bené Mazîn», lnv XI, 88 et 92; J. CANTINEAU,
vie politique de la ville. Quand il s'agit de ramener la paix 1936, p. 349, n" 24). D'autres tribus encore apparaissent aussi
au cours d'un conflit entre deux éléments constitutifs de la au cours des années qui suivent.
population, c'est à un personnage influent qu'on fait appel, Tous ces textes indiquent clone bien que le sanctuaire
et non à des institutions. Même si le gbl de Palmyre existe de Bel, beaucoup plus que les autres lieux de culte, était
déjà, comme le prouve un texte de 11 apr. J.-C. 152, il ne fréquenté par les membres de nombreuses tribus. Le grand
semble pas intervenir clans les affaires des deux tribus. nombre d'inscriptions honorifiques faites par des fils à leur
Les deux tribus qui apparaissent clans C/S 3915, ainsi père 153, ainsi que le nombre d'inscriptions caravanières,
que quelques autres, sont déjà connues depuis un certain montre aussi que le sanctuaire était utilisé comme le lieu de
temps à ce moment de l'histoire de Palmyre (voir le tableau manifestation publique de l'influence de certains notables
en annexe VIII. 3 ). Par une curieuse coïncidence, alors que de Palmyre. Néanmoins, il semble qu'il ait subi la
la tribu des bny mtbH'1 semble au premier plan dans le concurrence d'autres lieux, surtout l'agora, à partir du
sanctuaire ( C/S 3924-3925), dans un second temps, après 11" siècle de notre ère, au moins pour les textes officiels (voir
l'intervention de Hashash, le personnage important semble chapitre 1). Il faut pourtant répéter qu'à la différence des

149 - On devait hériter cle cette appartenance tribale. au moins en ligne av. J.-C. à Palmyre (voir tableau en annexe V III. 3). ce qui prouve qu'il
masculine. D'autre part, il semble peu probable que deux frères de même s'agit bien de cieux groupes sans cloute rivaux au sein de la population qui
père aient pu appartenir à cieux tribus diftërentes. s·est installée clans la ville.
150 - Voir J. HENNINGER, 1959, p. 83 sur la fonction du frnkam («juge ou 152 - M. GAWLIKOWSKI et Kh. As' AD, 1993. p. 163-172.
plutôt arbitre auquel on s'adresse pour le règlement des différends »). 153 - Par exemple, C!S 3922 et 3925 ou /m 1 IX. 7 ( voir chapitre v).
151 - De plus, ces deux tribus sont amplement attestées dès la fin du 1" siècle
Chapitre II: L'identité ethnique de Polmyre 81

autres sanctuaires, dans lesquels on a découvert des textes 80 et 180 après J.-C. Ce qui est très intéressant dans
qui concernent seulement certains groupes de la le cas de ce sanctuaire, c'est de voir que deux grandes
population 15·\ le sanctuaire de Bel se signale par la présence familles semblent prédominer, celle de Belshûrî et celle
d'une grande variété de tribus. À l'agora, la situation est un cl'Elahbel. Toutes deux sont connues depuis longtemps par
peu différente, car la date plus tardive de la majorité des des inscriptions découvertes ailleurs clans la ville. La famille
textes fait que les mentions de tribus sont plus rares. De cl'Elahbel est propriétaire d'une des plus belles tours de la
plus, il s'agit là d'un lieu public, où il était naturel que soient vallée des Tombeaux, dédiée en 103 par Elahbel et ses trois
honorés tous les personnages qui contribuaient au bien de la frères. Les inscriptions de ce tombeau donnent cl'amples
cité, quelle que soit leur origine. Le sanctuaire de Bel jouait renseignements sur la famille (voir chapitre v1) 158• La famille
donc sans doute le même rôle, car il était le lieu où se de Belshürî est connue par plusieurs textes funéraires 159• Son
rassemblait la cité, peut-être à l'occasion de fêtes religieuses. surnom ( bny b'' « Bené Baâ » ), présent clans ces textes, ainsi
De plus, si Bel était la divinité principale du sanctuaire, que clans le texte CIS 3929, n'est, curieusement, pas utilisé
d'autres divinités étaient honorées en ce lieu. Ainsi aux clans le sanctuaire de Nabü. Il faudra revenir sur cette
témoignages de plusieurs textes, le temple de Bel était appelé particularité. On a vu aussi que la tribu appartient aux bny
« maison de leurs (= les Palmyréniens) dieux » (bt knbt ( C/S 4 114 = Inv IV, 4a), mais cette appartenance à une
'lhyhwn) 155• I1 se peut donc que cette pluralité de divinités tribu attestée par un seul texte n'a pas non plus de
ait été une raison de plus pour attirer dans le sanctuaire les confirmation clans le sanctuaire 160•
fidèles de cultes divers. Les donateurs n'appartiennent pourtant pas tous à ces
On a donc un système à deux niveaux, avec d'une part deux familles 161, comme le prouvent un certain nombre
un sanctuaire « national », et d'autre part des sanctuaires cl'inscriptions de type évergétique ( « un tel ou un tel a donné
tribaux, subdivisés eux aussi en deux groupes principaux. une ou deux ou trois colonnes ») 162• On retrouve un schéma
Les plus importants sont ceux des quatre grandes tribus semblable cl a ns le sanctuaire de Baalshamîn, pour la
civiques. Parallèlement existent sans doute aussi des construction de portiques par tronçons de quelques colonnes.
sanctuaires qui peuvent être ceux des tribus antérieures aux À la différence de Baalshamîn pourtant, on ne connaît pas
réformes administratives du l"' siècle.C'est le cas par exemple le nom de celui qui a fait construire le temple lui-même
du sanctuaire de Shamash, autour duquel se rassemblent les (l'équivalent du Malê Agrippa de Baalshamîn). Nul doute
bny zbdbvvl. Pourtant ce système ne constitue pas l'ensemble qu'il devait s'agir cl'un personnage important, car ce bâtiment
de la vie religieuse de Palmyre, et en marge, il semble que (appelé longtemps « temple Corinthien ») est une
certaines familles de notables sont en rapport particulier avec construction importante. Il est possible néanmoins qu'il
des sanctuaires 156• s'agisse d'un membre de la famille d'Elahbel, peut-être
Elahbel lui-même, si on en croit un texte lacunaire publié
par M. SosERNHEIM, 1905, p. 24, n" 19 163• Il est possible que
2. LE SANCTUAIRE DE NABÛ ET LES GRANDES FAMILLES
ce fragment provienne du fronton du temple. On y lit le mot
On sait depuis longtemps que le sanctuaire de Nabû 157, I.Epy[{ Q'.], or c'est la tribu à laquelle appartenait Elahbel (voir
clans le centre monumental de Palmyre, s'est développé entre A. BouNNI, 19 86, 11 ° 18 = DFD p. 163). D'autres

154 - Comme les bny m'zyn clans le sanctuaire cle Baalshamîn. Mais cela 159 - Les monuments funéraires de la famille sont les tours n'" 21.67 et 68
est vrai même en dehors des sanctuaires.puisqu'on a vu que les lmy z.bdbll'! de la vallée des Tombeaux. Voir le chapitre v1 pour une analyse d'un certain
sont surtout attestés dans une zone étroite, de même que les bny mtbll'l. nombre de ces textes (CIS 4114, 4124-4129. M. GAWLIKOWSKI, 1970a, p. 82
155 - lm· lX, 8 et 12. Voir M. ÜAWLIKOWSKI, 1973a, p. 63-64 et 71. De même. et Ill\' IV, 26). Voir aussi M. GAWLIKOWSKI, 1971. p. 423 (avec un arbre
les portiques du sanctuaire étaient dédiés à diverses divinités. généalogique). Un autre membre de la famille. un prêtre, apparaît clans un
156 - C'est peut-être déjà le cas pour les bny ::,bdbll'l avec le sanctuaire du texte récemment publié (J. TEIXIDOR, l997, p. 65-68). Daté de 138. c'est le
Soleil, mais on sait finalement peu de chose sur ce clan.qui est peut-être un dernier texte daté qui concerne la famille.
groupe sacerdotal, avant d'être familial.D'autre part, on connaît par d'autres 160 - Sur les liens éventuels de lmy knbt avec les XEvva�cx[011vm] des
textes les familles de Belshûrî et cl'Elahbel qui sont représentées clans le textes IGLS 2698-2699 de Qaryatein, voir DFD. p. 89-90.
sanctuaire de Nabû.ce qui permet de pousser l'analyse plus loin. 16 l - Certains éléments permettent de repérer des familles éventuellement
157 - Le sanctuaire de Nabû a été fouillé clans les années 1960 par le service liées à ce culte. CIS 4231 (= lm• V III, 194) est gravé sur le relief d'un
des Antiquités de Syrie, ce qui a permis son identification. Le rapport final personnage coiffé du 111odi11s des prêtres. Son nom est Barateh. fils de
i
(par A. Bounni et olii) n'a pas encore paru. mais on peut se référer utilement Barnabû, f ls de Barnabù ( br' th br bmbw br bmbw) ; un de ses frères
à la thèse inédite de A. Bounni (Paris I. 1986). Ont paru aussi quelques s'appelle Barnabû et un autre Nabûgadclaî. L'onomastique fortement
rapports préliminaires. A. BouNNI et N. SALIBY, 1965. p. 121-138 (sur le influencée par ce dieu peut être le signe c1·un attachement non seulement
sanctuaire. p. 126-135) et plus récemment A. BouNNI. 1990b, p. 157-167. au culte, mais aussi au sanctuaire, comme le montrerait peut-être la présence
Enfin quelques textes ont été publiés par J. T. Milik, DFD, p. 86 (n" 1 de d'un prêtre (mais c'est le seul dont le nom n ·est pas un théophore de Nabù).
A. BoUNNl, 1986) et p. 162-163 (n'" 10, 18 et 20 de A. BüUNNI, l 986). Voir 162 - Par exemple le texte A. BouNNl, 1986, n" 10 (= DFD. p. 162) clans
aussi E. WILL, 1992. p. 123 et 140. lequel le personnage est honoré pour le don d'une seule colonne, avec son
158 - li s'agit des textes CIS 4134-4158 de la tour n" 13. On trouvera aussi entablement et sa toiture.
de plus amples renseignements sur les autres branches de la famille au 163 = A. BoUNNI. 1986. n" 37 ; voir aussi DFD p. 164.
chapitre VI.
82 Les notables de Palmyre

Palmyréniens citoyens romains appartenaient aussi à cette cas de construction de colonnes dans la même zone
tribu, mais Elahbel est le seul qui soit attesté dans le (C/S 3955 de 129) n'entraîne pas d'honneurs publics, mais
sanctuaire de Nabû. D'autre part il apparaît aussi qu'Elahbel seulement des honneurs tribaux. Le texte est en effet
est le seul des quatre frères à être citoyen. Caius Iulius Haîran, lacunaire, mais à la troisième ligne, la présence du mot klhwn
fils d'Elahbel, qui est peut-être un de ses cousins éloignés, ( « tous») invite à restituer comme sujet du verbe (sans doute
appartient à une famille de citoyens : il est honoré par le 'qymw « ont dressé») un nom de tribu (bny X qui est un
Conseil et le Peuple en 108 (lnv X, 129). Mais il est inscrit pluriel), et non le mot Conseil (bwl') 165• Comme pour Malê
dans la tribu Fabia. Agrippa, on peut penser que Shoraîkô n'est pas seulement
Pour essayer de comprendre les rapports de ces familles honoré pour le bienfait décrit dans le texte, mais aussi en
avec le sanctuaire de Nabû, on peut commencer par l'étude raison d'une certaine prééminence sociale. Cette dernière
d'une inscription grecque et palmyrénienne trouvée à cet se traduit aussi par les honneurs conférés aux deux fils de
endroit (A. BouNNI, 1986, n" 2) dans laquelle Shokayaî, un Shoraîkô par les Benê Zabdibôl. Dans les deux cas ( C/S 3950
des frères d'Elahbel, est honoré par le Conseil. La console et 3953 ), la formule utilisée par l'araméen est sans
de colonne gui porte l'inscription a été découverte en remploi équivoque : lyqr s1y[kw] 'bwhy ( « en l'honneur de Shoraîkô,
dans les propylées du sanctuaire, mais il est difficile son père » ).
d'identifier le lieu d'origine de la pierre. Il serait tout à fait Tout cela peut conduire à émettre l'hypothèse que,
hâtif de conclure que Shokayaî est honoré par le Conseil comme Malê Agrippa ou Shoraîkô, Shokayaî est honoré non
parce qu'il a fait construire le temple de Nabü. Néanmoins seulement pour d'éventuelles constructions dans le
il est vraisemblable que seul un bienfait très important a pu sanctuaire, mais aussi à cause de sa position sociale, de celle
valoir cet honneur. Il faut utiliser les parallèles donnés par de sa famille. Il faut rappeler que, si on suit l'identification
les autres sanctuaires, en particulier celui de Baalshamîn, et proposée par les éditeurs de RTP et reprise par J. T. Milik 16°,
aussi les textes de la Colonnade transversale. Shokayaî a été aussi symposiargue. Son frère Elahbel est
Parmi les textes de Baalshamîn, BS n° 44 (C/S 3959) est citoyen romain et apparaît dans plusieurs inscriptions du
le seul dans lequel un membre de la tribu présente dans ce sanctuaire 167• Un autre frère Malikù a lui aussi été honoré
sanctuaire (Benê Mazîn) est honoré directement par les par le Conseil ( CJS 3921 du sanctuaire de Bel) vers 120-121 .
autorités civiques. L eur intervention dans deux autres Shokayaî est clone bien clans la tradition de la famille : celle
textes du sanctuaire (BS n'" 45 et 48 = J. CANTINEAU, 1936, d'importants notables de Palmyre. Ce qu'il fa ut clone bien
p. 278-280, n° 20) est explicable parce qu'il s'agit de statues voir est que même si les textes sont très peu précis, quels
dressées par les quatre tribus civiques. Il est donc naturel que soient leurs mérites réels, les notables honorés par le
que les bny m'zyn soient concernés, à ce titre. On a vu au Conseil hors des zones « publiques» le sont aussi pour leur
chapitre I que le cas est un peu différent pour Malê. Ses liens appartenance à un milieu particulièrement en vue dans la
anciens et particuliers avec le sanctuaire expliquent la cité, et que leur famille et leur clan sont en rapport étroit
présence de la statue à cet endroit, mais aussi la nature du avec l'endroit où ils sont honorés.
don qu'il a fait au sanctuaire. L'inscription pour ce bienfaiteur T ,a famille d'Elahbe! utilisait, scrnble-t-il, lê sancluaire
est placée sur une colonne du temple qu'il a fait construire. comme une sorte de tribune pour exposer les mérites de ses
II faut peut-être comprendre aussi que pour un don de cette membres. En effet, on retrouve dans le sanctuaire un certain
importance, gui contribuait à embellir la cité dans son nombre d'inscriptions honorifiques érigées pour des proches
ensemble, seules les autorités civiques avaient compétence parents d'Elahbel. En fait, sur la quarantaine de textes du
pour un décret honorifique 164• sanctuaire, une dizaine a rapport avec la famille. Certains
Ce même phénomène permet aussi d'expliquer C/S 3952 sont mutilés, ce gui interdit de connaître les tenants et les
(honneurs pour Shoraîkô). L'importance du don (sept aboutissants, mais plusieurs textes assez bien conservés
colonnes et leur entablement) a peut-être causé l'intervention permettent de reconnaître la prééminence de la famille
du Conseil. Deux remarques s'imposent pourtant. D'abord, d'Elahbel 168• D'une certaine manière, les statues érigées par
à la différence du texte de Baalshamîn, la partie de basilique Elahbel à ses enfants morts (on a en grec µv17µ17ç xcip1v)
construite par Shoraîkô est apparemment située hors du font double emploi avec les portraits préparés dans la tour
sanctuaire de Shamash. L'intervention des autorités de la funéraire familiale de la vallée des Tombeaux. En fait
cité est alors plus compréhensible, tout comme la place du C/S 4154 représente la fille cl'Elahbel nommée Hadîrat
texte (] ui aussi hors du sanctuaire). Deuxièmement, l'autre (hdyrtet A8npa817), connue par le texte n" 18 (DFD, p. 163)

164 - Sans compter que Malê Agrippa a accompli bien d'autres bienfaits années du n' siècle.
qui peuvent tout aussi bien expliquer des honneurs civiques. 167 - A. BouNNI, 1986, n'" 3 et 18 (= DFD, p. l 63).
165 - Sur le modèle de C/S 3953 : d[y] 'qymw /h bny [zbjdbw/ k/hwn ( « que 168 - Les textes n"' 3 et 18 (= DFD. p. 163), dans A. BouNNI, 1986, sont
lui ont dressé tous les Bené Zabdibôl »). cles cléclicaces par Elahbel pour cieux de ses enfants. Dans les textes n'" 13
166 - DFD, p. 227-228, n" 5 à propos des tessères RTP 376 et 825 (voir et 36, il s'agit visiblement d'enfants du même. Le n" 2 est la dédicace du
RTP, p. 203). Voir le tableau des magistrats en annexe I, pour les premières Conseil à son frère Shokayaî.
Chapitre Il: L'identité ethnique de Palmyre 83

et CIS 4138 était inscrit sur le relief de m'ny-Mavvmoç, Taîmarsû, fils de Nebûlah ») confirment ce lien
connu par le texte n° 3. Le caractère privé des textes est anthroponymique. De plus, ces deux cousins font deux
frappant. Le parallèle le plus exact est le texte CIS 3954 de dédicaces au dieu Nabû ; le premier restaure un pyrée de
la Colonnade transversale, clans lequel Shoraîkô honore sa métal (bdt knwn dy przl'), ainsi que cl'autres objets mal
femme Martheî, là aussi après la mort de cette dernière. identifiés (texte lacunaire à cet endroit), alors que le second
Pourtant les autres textes de ce dossier,dont ceux cités plus offre plusieurs autels ( 'hvt' 'ln). Enfin le dernier texte de la
haut ( C/S 3950 et 3953), sont le fait d'un groupe, alors que série concerne l'aîné des quatre frères, sby, qui est honoré
clans le sanctuaire de Nabû, c'est Elahbel 1ui-même qui agit par le dieu Nabû lui-même, sur une console de colonne 171•
le plus souvent, sans qu'il y ait d'intermédiaire, ce qui On voit clone que le cas est différent selon les familles. Elles
renforce le caractère « privée» de son action. ne semblent pas accorder le même intérêt au culte de Nabû.
L'autre grande famille du sanctuaire de Nabû, celle de Certes, il est probable que de nouveaux textes pourraient
Belshûrî est moins souvent nommée : six textes seulement modifier notre manière de voir. Il est néanmoins clair que
la concernent 169• On retrouve clans ces textes les quatre frères leur implication clans le sanctuaire et ses affaires était
fondateurs du tombeau de famille (n'" 1 et 43) : sby wnbwzbd différente. Cette impression est encore renforcée par les
wt[ymyJ wnbwlh bny blsw1y b[l] byrn br blswiy gdr0w autres textes qui proviennent du sanctuaire. Même en laissant
(« Shabî et Nebûzabacl et Taîmaî et Nebûlah,fils de Belshûrî, de côté les textes inédits, il faut bien constater que les
fils de Haîran, fils de Belshûrî Gaclclarsû»). La fin de leur inscriptions publiées par J. T. Milik semblent prouver
généalogie est la suivante clans le texte CIS 4124 (lnv l'attachement des cléclicants en général au culte du dieu 172•
3) : ... br blsw1y br gdr0w dy mtqrn bny b" (« ... fils de De même on retrouve clans ces deux textes les mêmes
Belshûrî,fils de Gaclclarsû qui sont surnommés Bené Baâ»). théophores de Nabü (nbwlh et nbwz.bd). Or, il n'y a pas
On voit bien par là qu'une même famille,selon les contextes, d'indices d'offrandes à Nabû parmi les textes de la famille
avait plusieurs solutions pour présenter sa généalogie. cl'Elahbel (si l'on excepte le témoignage douteux du n° 37 rn),
L'omission de br avant gdr0 w s'explique peut-être par ni, non plus, de noms formés sur Nabû.
l'absence du nom générique Bené Baâ, que le nom de
l'ancêtre éponyme remplace 170• On peut penser aussi qu'il Certes,un certain[' An:]oU6[8]copoç E11.cx�1111.ou représenté
était inutile à cet endroit de rappeler l'appartenance clanique sur un relief funéraire est aussi membre de la famille,même
et tribale de la famille de Belshûrî,parce qu'elle était connue s'il s'agit cl'une autre branche,apparemment non représentée
de tous. Dans la vallée des Tombeaux où l'on trouve clans le sanctuaire m, ce qui conviendrait assez bien du point
représenté l'ensemble de la population de Palmyre, il n'en de vue onomastique, puisqu'Apollon est l' interpretatio
était peut-être pas de même. D'autre part,clans un sanctuaire graeca de Nabû 175• Or, de manière curieuse, clans la version
presque familial, les quatre cléclicants du texte 11° 1 agissent araméenne, son nom est bgdn br 'lhbl br mllcw, bgdn
en quelque sorte en leur nom propre, alors que pour leur signifiant « Don de dieu» en perse (DFD, p. 245). Le nom
tombe ils agissaient au nom du clan. de Nabû n'apparaît pas non plus à cet endroit, alors qu'on
La famille a visiblement des liens assez étroits avec le aurait pu l'attendre.
culte de Nabû. Les textes des quatre frères sont des dédicaces Au total,beaucoup cl'éléments semblent opposer les deux
sur des tambours de colonnes du sanctuaire. Ce qui est familles principales du sanctuaire,qui restent étrangères l'une
frappant au premier abord est la fréquence parmi eux des à l'autre. Il n'apparaît pas cl a ns l'ensemble de la
noms théophores formés sur Nabû. Le deuxième frère et le documentation qu'il y ait des mariages entre les deux
quatrième s'appellent Nebûzabacl (« Nabû a donné») et familles : de toute façon, les mariages qu'on peut identifier
Nebûlah (« Nabû est dieu»),ce qui permet aussi de conclure cl'après les textes de la tour cl'Elahbel concernent surtout des
que les liens de la famille avec le culte de Nabû sont cousins et des oncles et nièces (voir chapitre v). L'intégration
antérieurs à cette période. Les textes n'" 14 et 20 clans lesquels à un sanctuaire (mais sous quelle forme ?) n'implique clone
apparaissent les petits-enfants de Nebûlah (byr' br blsw1y pas des liens entre les familles qui y sont bien représentées.
br nbwlh, « Haîrâ, fils de Belshûrî, fils de Nebûlah », en Tout se passe comme si la famille de Belshûrî avait un intérêt
130 et nbwlh br tymr0w br nbwlh, « Nebûlah, fils de cultuel clans ce sanctuaire,alors que celle cl' Elahbel s'en sert

169 - A. BouNNI.1986.n'" l. 12, 14. 16.20 et 43. On ne peut guère tirer de d'une même famille, soit pour des constructions, soit parce que la tribu des
renseignement du n" 12 trop lacunaire. Le texte n" 1 a été copié Bené Mazîn (et les dieux) honore certains d'entre eux. Voir K. DuKSTRA,
«rapidement» et publié par J. T. Milik (DFD, p. 86) qui a oublié le nom 1995.p.114-115.
du troisième frère.qu'il convient de rajouter entre nb11.·�bd et nbwlh ( wtymy, l 72 -DFD.p.162(=A.BouNNl, 1986.n'" 10 et 20).
« et Taîmaî» ). 173 - Celui publié par M. SoBERNHEIM en 1905 : voir DFD p. 164.
170 - Comme le montre le texte grec de CIS 4124.Gaddarsû est en même 174 - Le texte est C/S 4402(au musée du Louvre AO 4086).Pour ses liens
temps celui qui est surnommé Baâ(ïcx88cxp[0]ou wù ÈmKCXÀOWLÉvou avec la famille d'Elahbel, DFD. p.245 et arbre généalogique entre les p.246
Bcxcx).même si le surnom s'applique à toute la famille. et 247: il serait fils de Elabelus qui et Saturninus Malichi f (CIS 3962
171 On a plusieurs parallèles clans le sanctuaire de Baalshamîn, avec en = lm• X. 17).
particulier les textes BS n"' 6. 7, 38, 40 et 43 qui concernent les membres l 75 - Voir M. GAWLIKOWSKI. 1990a.p. 2645.
84 Les notables de Palmyre

comme lieu de représentation : peut-être possédait-elle le sanctuaire est situé à proximité de la troisième section de la
terrain sur lequel a été installé le culte ? Grande Colonnade, mais il lui est antérieur. Or, lorsqu'au
Un autre fait peut servir aussi à définir l'opposition début du Ill siècle on a installé la colonnade, ce fut aux
e

culturelle entre les deux familles. Alors que la très grande dépens du sanctuaire qu'il fallut écorner, en démontant de
majorité des textes qui concernent la famille d'Elahbel sont plus le portique nord (voir pl. 4). On suppose que les fidèles
bilingues ou grecs seulement rn,' le grec n'apparaît pas pour de Nabû ont dû le ressentir comme une agression. Il est à
les textes de celle de Belshûrî. Le fait qu'Elahbel a été citoyen noter qu'à ce moment on a perdu toute trace des familles
romain a pu jouer dans cet état de fait. Parmi les textes qui connues au début du ne siècle 180•
concernent Belshûrî et ses descendants, seule la dédicace de E. Will met en rapport ce recul du sanctuaire et la
fondation du tombeau de famille est bilingue (C/S 4124 disparition de la famille d'Elahbel avec « les événements
= Inv IV, 3), et cela à une date où la pratique n'est pas encore qui ont entouré l'arrivée au pouvoir de Septime Sévère ».
très courante (voir chapitre VI). On ne sait clone pas s'il faut Mais on perd toute trace de la famille plus tôt vers 150. Pour
faire de cette famille un tenant de la tradition, opposée à des le reste, on ne connaît pratiquement personne de la famille
familles montantes, qui apparaissent brusquement, avant de après la génération des petits-enfants des fondateurs du
disparaître tout aussi soudainement. En tout cas les bonnes tombeau : les deux petits-enfants qui sont nommés à cet
relations avec Rome marquées par l'obtention de la endroit (C/S 4139 et 4140) le sont sans cloute parce qu'ils
citoyenneté ont pu jouer clans la prospérité de la famille étaient nés au moment de l'installation du tombeau, et qu'on
cl'Elahbel dans les premières années du n e siècle 177• La avait donc prévu une place pour eux, mais rien ne prouve
fortune des Benê Baâ était plus ancienne, et ils ont pu faire qu'ils aient survécu, ni même qu'ils aient été enterrés à cet
construire au moins trois tours funéraires clans le cours du endroit 181• De plus, en 192, ils devaient être assez âgés, si
I"1 siècle (entre 9 et 83). On reviendra au chapitre VI sur ces leur naissance est à placer clans les premières années du
événements et sur ces deux familles, à propos de leurs Il siècle (la fondation du tombeau est de 103). Les textes les
e

monuments funéraires. concernant ne dépassent donc pas le premier tiers de ce siècle.


Dans ce contexte, l'étude des formes architecturales C'est d'ailleurs un cas courant à Palmyre où les familles
elles-mêmes peut être de quelque secours. Ce qu'il faut qu'on peut suivre plus d'une soixantaine d'années sont très
retenir surtout est l'aspect assez classique du temple, rares (voir chapitre I C 3).
« hexastyle corinthien banal » selon les termes mêmes de Quoi qu'il en soit, on a peu de renseignements sur la
E. Will 178• Néanmoins les restitutions faites par J. Seigne, mise en place de cette partie de la colonnade et en particulier
avec le toit en terrasse, la bordure de merlons et les tours sur les gens qui l' ont fait construire 182• Cela aurait peut-être
d'angles, montrent que l'influence locale (celle du temple permis de mieux comprendre comment et pourquoi s'était
de Bel) est forte 7'!. De même à l'intérieur, l'existence d'un
1
faite l'expr opriation partielle de Nabû. Il y a
aclyton est le signe de la permanence des coutumes locales. vraisemblablement eu conflit, et plusieurs événements, dont
L'opposition entre les coutumes locales et la forte influence la disparition des familles d'Elahbel et de Belshûrî 183, ont
gréco-romaine devait donc être visible extérieurement, même pu laisser le champ libre à ces opérations. Le sanctuaire de
s'il est probable que l'aspect prédominant devait être le Nabû se trouva ainsi amputé au profit d'une grande opération
caractère occidental du temple (à part le toit). On a le même d'urbanisme. Ce processus est peut-être l a marque de
phénomène avec le sanctuaire de Baalshamîn, dont tensions internes à la cité de Palmyre, mais aucun signe ne
l'épigraphie est très majoritairement araméenne, mais clans permet de dire qu'il s'agit cl'une mesure de rétorsion contre
lequel le temple revêt un aspect tout à fait classique, malgré un sanctuaire ou des familles dont l' influence avait décru à
la présence de l'adyton. cause de circonstances politiques précises, ou du soutien à
un candidat malheureux à l'Empire. Il est plus simple de
L'autre point cl'intérêt clans l'étude du sanctuaire de penser que les promoteurs de l'urbanisme palmyrénien ont
Nabû est connu depuis longtemps lui aussi. En effet, le simplement profité de la baisse d'influence des familles liées

176 - Au moins dans le sanctuaire. À part le texte Je fondation. les textes membres de la famille admis à être enterrés là à leur décès. et non comme
grecs sont absents clu tombeau cle famille. de véritables bustes funéraires (voir chapitre VI).
177 - Mais malgré cette apparente romanisation, on notera qu'un membre 182 - On tentera au chapitre 1v d'étudier plus en détail la question de
possible de la famille. 'ArroÀ.AÔ8copoç, fils cl'Elahbe]. s'appelle clans la l'évergétisme des notables de Palmyre et des processus de construction des
version araméenne bgdn, un nom perse (CIS 4402; voir supra). principaux monuments.
178 - E. WILL, 1992, p. 140. C est pour cela que le temple est appelé 183 - J. T. Milik, DFD, p. 88 propose de voir en 'IoÛÀtoç Aùp1iA1oç
corinthien, foute de mieux, clans la publication allemande de Th. Wiegancl NE�ouwnoç 0m�tlCiO'.�tcrou wû Bcovvrnuç I:a�El ywlys 'wrlys nbwmy
( 1932, p. 108-121). Le temple date de la fin du 1" siècle. br lymsm.i; bwn' .sby. synodiarque après 214. un descendant de la famille
179 - Voir le dessin clans E. WILL, 1992. p. 141. (Jnv IX. 30). Il porte en effet un nom théophore de Nabü (nbll'm_r) et un de
180 - Voir sur cette question A. BouNNI, 1990b. p. 157 et E. WILL, 1992. ses ancêtres s'appelait füy, comme plusieurs des Bené Baii et un autre bwn ',
p. 123. nom qui apparaît aussi dans l'arbre généalogique ( CJS 4129 ). Il reste qu'on
181 - Les bustes installés clans le rez-de-chaussée de la tombe, sans la n'a plus de trace cl'action de lafarnille dans le sanctuaireaprès 131 (n" 14).
mention f1bl ( « hélas » ), sont plutôt à comprendre comme une liste des
Chapitre II: L'identité ethnique de Palmyre 85

au sanctuaire (quelles qu'en soient les raisons) pour installer textes du sanctuaire de Baalshamîn mentionnent à de
une grande rue à portiques dans un quartier alors en plein nombreuses reprises la tribu des dédicants (bny m 'zyn) ; mais
développement. Comme le note d'ailleurs le fouilleur du il s'agit de la deuxième moitié du !"' siècle. Quelques années
sanctuaire, dès avant cette période, la partie du nord du plus tard, au moment où se développe le sanctuaire de Nabû,
sanctuaire avait reçu un premier aménagement qui permettait cette référence a totalement disparu. Bien plus, il n'y a aucune
l'accès à cette zone. En effet, l'entrée principale du sanctuaire mention de tribu ou même de clan dans l'ensemble des textes
avec des propylées avait été aménagée vers le sud, de Nabû, alors qu'on sait par ailleurs que la famille de
conformément à l'orientation générale de la ville dite Belshûrî est dite Bené Baâ. Pourtant, dans la deuxième partie
hellénistique (pl. 8) 18 -1.
du rr" siècle, alors que cette famille a disparu, les Bené
Néanmoins, même après la disparition (au moins Zabdibôl interviennent dans un contexte qui peut sembler
documentaire) des deux familles principales, toute activité similaire. On peut voir à cela deux raisons principales.
n'est pas interrompue dans le sanctuaire. La meilleure preuve D'abord une raison contextuelle : comme on l'a dit, préciser
en est le déplacement du portique nord, reconstruit pour tenir sa tribu était peut-être inutile à l'intérieur du sanctuaire, alors
compte de l'installation de la Grande Colonnade. Le dernier qu'il fallait plus de précisions pour des textes placés clans la
texte daté (en fait seule la date est conservée) est postérieur Colonnade transversale, c'est-à-dire un lieu public et ouvert.
à 258. Par ailleurs, on sait que l'activité de construction s'était Deuxièmement, il n'existait peut-être pas dans le sanctuaire
poursuivie au milieu du II siècle, par la dédicace d'un certain
e
de Nabû de groupe équivalent aux Bené Zabdibôl, surtout si
Ovmvoç A88ou8avou wu M[aÀ1xou] qui a fait construire on les considère comme une tribu de prêtres 187•
un bâtiment dont le nom a disparu 185• Pourtant, le texte se On a l'impression que l'avènement de la famille
trouve sur une architrave: il est fort probable qu'il s'agisse d'Elahbel et la place prédominante qu'elle occupe sont le
du portique nord du sanctuaire, qui a été détruit à la fin du signe d'une relative autonomisation des notables de Palmyre
siècle. Or ce personnage a de bonnes chances d'être le par rapport à leur origine tribale. Il est possible qu'Elahbel
Ovmvoç A88ou8avou, propriétaire d'un navire qui a fait le soit le prototype de l'homme nouveau, arrivé au premier
voyage de Scythie d'après un texte de 157 (lnv 96). Cela plan grâce aux liens avec Rome. Venant peut-être d'une tribu
permet donc de dater assez précisément le portique, preuve dévalorisée ou d'une fraction peu noble d'une tribu, il
de l'enrichissement de Honaînû (bnynw en araméen). préférerait passer sous silence cette éventuelle origine.
Comme le sanctuaire de Bel, celui de Nabû est donc peut­ L'utilisation du sanctuaire comme une tribune, sur laquelle
être un lieu qui profite de l'argent gagné dans le commerce la famille met en scène sa propre gloire et la noblesse de ses
lointain. membres, est beaucoup plus claire.
D'autres personnages influents ont continué à fréquenter D'autre part, ce tournant qui met en valeur les notions
le sanctuaire. On a ainsi un texte postérieur à l'an 500 des de familles au sens étroit trouve une confirmation dans les
Séleucides (après 188-189) qui mentionne les honneurs travaux de K. Dijkstra, sur les dédicaces offertes pour la vie
civiques (par le Conseil et le Peuple) rendus à un personnage du dédicant et d'un certain nombre de ses proches 188• Hormis
qui a été secrétaire du Conseil et du Peuple 18". Même si l'on une douzaine de textes, sur lesquels on aura l'occasion de
ne connaît pas la date de la destruction du portique nord revenir, il faut souligner que parmi les bénéficiaires de ces
(avant ou après 188-189), ce texte prouve que le sanctuaire textes sont nommés en grande majorité les membres de la
continue à avoir une certaine importance, pour que le Conseil famille proche, soit principalement le dédicant, ses enfants,
y place une dédicace officielle. ses frères, parfois son père, ou sa femme ou d'autres parents
Le sanctuaire de Nabû peut donc être vu comme un lieu proches 189•
où se marquent l'influence, mais aussi 1'opposition de Comme le fait K. Dijkstra, il faut distinguer sans doute
plusieurs familles. De plus, il s'agit d'un endroit où s'affirme les grandes dédicaces ( « mqjor dedications » : à l'occasion
un nouveau mode d'expression des réalités sociales. de constructions d'importance) des petites ( « minor
L'absence totale de mentions des tribus est caractéristique dedications » : surtout les petits autels au dieu anonyme).
de ce point de vue, tout comme le peu de références à des Les secondes, qui appartiennent presque à un domaine privé,
groupes plus réduits se réunissant autour du sanctuaire. Les sont centrées sur la famille, d'où comme on 1'a vu plus haut

184 - A. BouNNI, 1990b, p. 160-161 (voir chapitre 1v et pl. 8). pourtant dans RTP 301 la formule bny 1111zb' dy nbw (lu bny 1111z{1' ... bw
185 - A. BouNNI. 1986. n" 31. Les restitutions sont de E. Will. A. Bounni clans RTP). c'est-à-dire « les thiasites de Nabù ». Mais. comme pour la
fait quelques allusions à ce texte ailieurs (A. BouNNI, 1990b, p. 162. n. 19). tessère RTP 304 (nbw ybrk m.sm.sy p{1dy', « Que Nabù bénisse les officiants
Voir ibid.. p. 160-161, sur l'histoire monumentale du sanctuaire. des tribus » ). il rattache plutôt ces groupes au sanctuaire de Bel : il ne
186 - A. BouNNI, 1986, n" 42. Le texte est antérieur à la transformation en s'agirait donc pas d'associations de