Vous êtes sur la page 1sur 90

LES CELLULES SOUCHES :

VRAIS ET FAUX ESPOIRS

DES PROMESSE CLINIQUES AU JUGEMENT ETHIQUE

"Stem-cell therapy: hope or hype ?": interrogeait récemment l'éditorial d'une fameuse
revue médicale1. Y-a-t-il des espoirs réels (hope) dans la recherche sur les cellules souches ou
s'agit-il seulement de battage publicitaire (hype) au service d'intérêts particuliers ? Huit
années depuis qu'a été lancée la recherche sur les cellules souches humaines, avec le
mouvement d'opinion qui la soutient, le temps semble être mûr pour considérer objectivement
ce qu'a déjà réalisé cette recherche, ce qu'elle n'est pas arrivé à faire, ses potentiels de
développement dans le futur, ses limites et les difficultés éthiques qui en restreignent
l'application.

Document transmis par Mgr J. Suaudeau


Pontificia Academia Pro Vita

le 7. I. 2009

Édition numérique par salettensis@gmail.com

Disponible à
http://www.scribd.com/doc/37251563/cellules-souches-bioethique

On consultera le dossier spécifique


http://www.genethique.org/doss_theme/dossiers/cellules_souches/acc.cellulessouches.htm
Du site de référence http://www.genethique.org/

1
P. Braude, S. I. Minger, R. M. Warwick, Stem cell therapy: hope or hype ?, British Medical Journal, 21 May
2005, vol. 350, n7501, pp. 1159-1160.
TABLE DES MATIÈRES SIMPLIFIÉE

I. Définitions.......................................................................................................................................................................................... 3
A. définition des « cellules-souches ».....................................................................................................................................3
B. définition de la « potentialité » des cellules souches..........................................................................................................4
C. la « niche » des cellules souches........................................................................................................................................5
D. Classification des cellules souches ....................................................................................................................................6
II. Les cellules souches embryonnaires..................................................................................................................................................8
A. préparation, expansion et différenciation ..........................................................................................................................8
B. Propriété des cellules ES....................................................................................................................................................9
C. Capacité de différentiation des cellules ES, et possible utilisation en médecine régenérative..........................................11
1. Les cellules ES peuvent se différencier en une grande variété de types cellulaires............................................11
2. études sur la différenciation contrôlée des cellules ES.......................................................................................12
3. Capacité des cellules ES humaines à régénérer tissus et organes.......................................................................13
D. Difficultés et obstacles.....................................................................................................................................................15
1. Les cellules ES humaines et le problème des cellules nourricières (feeder cells)..............................................15
2. Le problème de la direction de la différenciation des cellules ES.....................................................................15
4. Le risque de la formation de tumeur à partir des cellules ES greffées...............................................................18
E. Quelques solutions proposées pour remédier au rejet des cellules ES..............................................................................19
1. L'utilisation d'embryons rejetés, impropres au développement..........................................................................19
2. Le transfert de noyau ("clonage thérapeutique")...............................................................................................20
3. Le Transfert de noyau modifié pour obtenir des embryons non viables altered nuclear transfer : ANT, OAR. .21
4. Parthénogénèse.................................................................................................................................................22
5. Cellules ES dérivées d'un unique blastomère recueilli par biopsie d'embryon..................................................23
F. Conclusion....................................................................................................................................................................... 25
III. Cellules Souches non Embryonnaires (somatiques et du cordon ombilical)...................................................................................26
A. L'individuation des cellules souches adultes....................................................................................................................26
B. La plasticité des cellules souches adultes.........................................................................................................................28
C. Les cellules souches hématopoïétiques............................................................................................................................31
1. Les cellules souche hématopoïétiques sont utilisées depuis de nombreuses années en thérapeutique curative ou
substitutive............................................................................................................................................................32
2. Les HSCs en thérapeutique régénérative...........................................................................................................34
D. Cellules souches stromales de la moelle osseuse (BMSCs).............................................................................................39
1. Caractéristiques générales des BMSCs28..........................................................................................................40
2. Individuation de BMSCs à haute capacité de prolifération et de différenciation: cellules MIAMI et MAPCs. .41
3. Applications thérapeutique................................................................................................................................43
a) Réparation du muscle squelettique lésé. b) Régénération du myocarde lésé. c) Correction des altérations du
système nerveux central. d) Lésions de la moelle épinière. e) Angiogénèse thérapeutique. f) Plaies et Blessures. g)
Ingégnérie de tissus (tissue engineering). h) Thérapie génique
E. Cellules souches neurales.................................................................................................................................................53
F. Cellules souches musculaires...........................................................................................................................................57
G. Cellules souches endothéliales.........................................................................................................................................58
H. Cellules souches cardiaques ............................................................................................................................................59
I. Cellules souches adipeuses................................................................................................................................................59
J. Cellules souches de la peau...............................................................................................................................................60
K. Cellules souches de la rétine............................................................................................................................................61
L. Cellules souches du Limbus de la cornée.........................................................................................................................61
M. Cellules souches de la glande mammaire........................................................................................................................62
N. Sperm-producins stem cells.............................................................................................................................................62
O. Cellules souches du sang de cordon ombilical.................................................................................................................62
1. Les différents types de cellules souches présents dans le cordon ombilical.......................................................63
2. Utilisation du sang du cordon ombilical pour la reconstitution hématopoïétique .............................................64
3. Utilisation du sang de cordon ombilical en médecine régénératrice..................................................................65
P. Conclusion ...................................................................................................................................................................... 67
IV. Réflexions éthiques........................................................................................................................................................................68
A. Récolte des cellules ES humaines et respect de la vie humaine naissante........................................................................68
1. L'embryon préimplantatoire humain fonctionne et se développe comme une entité humaine individuelle........68
2. Arguments contre le caractère individuel de l'embryon humain préimplantatoire.............................................69
3. Le "point de vue du développement" dans l'approche du statut moral de l'embryon humain.............................75
4. Le respect pour l'embryon humain préimplantatoire..........................................................................................78
B. Est-il permis d'utiliser les embryons congelés et abandonnés pour la récolte de cellules ES ?.........................................79
C. Le statut des cellules ES, la mortalité de leur utilisation dans la recherche......................................................................82
D. Usage de lignées de cellules ES et coopération dans le mal.............................................................................................83
E. Évaluation morale du « clonage thérapeutique » pour la production de cellules ES humaines immuno-compatibles.......84
F. Évaluation morale de l'alternative « no embryo » pour la recherche sur les cellules ES...................................................86
G. L'utilisation clinique des cellules souches........................................................................................................................87

CONCLUSION............................................................................................................................................................................................ 89

2
I
DÉFINITIONS

A. définition des « cellules-souches »

Les cellules souches sont retenues comme des cellules clonogéniques 2, capables d'auto-
renouvellement et de différenciation en différents types de lignages cellulaires (Till and McCulloch,
1961)3. De façon plus précise on peut définir les cellules souches comme des cellules clonogéniques
qui ont la capacité d'un auto-renouvellement prolongé et sans limites et qui peuvent se différencier
pour produire au moins un type de cellule fille hautement différencié4.

Une cellule souche a quatre caractéristiques essentielles5:


-configuration indifférenciée (dépourvue des marqueurs typiques des cellules mûres,
spécialisées),
-capacité d'auto-renouvellement (elles sont capables de se répliquer indéfiniment en culture
tout en conservant, dans des conditions appropriées, leur caractère indifférencié et pluripotent; cette
capacité durable de se multiplier sans se différencier évite le tarissement du réservoir de cellules
souches),
-pluripotentialité, capacité de donner origine à des cellules différenciées de différents types,
progénitrices de cellules "spécialisées" (tissu-specifiques) (multilineage differentiation)6.
-et capacité de régénérer le tissu qui lui correspond ou des éléments de ce tissu.
Une dernière caractéristique, récemment vérifiée sur le plan expérimental, qui dénote les
cellules souches, est le fait que ces cellules, lorsqu'elles sont transplantées dans un tissu

2
Clonogénique définit la capacité de cellules isolées à former des colonies. Une seule cellule est ainsi capable de
renouveler une population entière (Weissman et al, 2001).
I. L. Weissman, D. J. Anderson, F. Gage, Stem and progenitor cells: origins, phenotypes, lineage commitment, and
transdifferentiation, Annual Review of Cell and Developmental Biology, 2001, vol. 17, pp. 387-403.
3
"Stem cells are generally defined as clonogenic cells capable of both self-renewal and multilineage differentiation" (Till
and McCulloch, 1961, cité par, A. Suzuki et al. , 2002)
. J. E. Till, E. A. McCullough, A direct measurement of the radiation sensitivity of normal mouse bone marrow cells
Radiation Research, February 1961, vol. 14, pp. 213-222.
. N D. van der Kooy, S. Weiss, Why Stem Cells ?, Science, 25 February 2000, vol. 287, n5457, pp. 1440-1441.
. J. M. W. Slack, Stem Cells in Epithelial Tissues, Science, 25 February 2000, vol. 287, n5457, pp. 1431-1433, voir p.
1431.
. A. Suzuki, Y. W. Zheng, S. Kaneko, M. Onodera, K. Fukao, H. Nakauchi, H. Taniguchi, Clonal identification and
characterization of self-renewing pluripotent stem cells in the developing liver , The Journal of Cell Biology, 7 january
2002, vol. 156, n1,. pp. 173-184.
4
F. M. Watt, B. L. M. Hogan, Out of Eden: Stem Cells and Their Niches, Science, 25 February 2000, vol. 287, n5457,
pp. 1427-1430, voir p. 1427.
. A. Suzuki, Y-W Zheng, S. Kaneko, M. Onodera, K. Fukao, H. Nakauchi, H. Taniguchi, Clonal identification and
characterization of self-renewing pluripotent stem cells in the developing liver, Journal of Cell Biology, 7 January 2002,
vol. 156, n1, pp. 173-184.
5
A. L. Vescovi, E. A. Parati, A. Gritti, P. Poulin, M. Ferrario, E. Wanke, P. Frölichsthal-Schoeller, L. Cova, M.
Arcellana-Panlilio, A. Colombo, R. Galli, Isolation and Cloning of Multipotential Stem Cells from the Embryonic
Human CNS and Establishment of Transplantable Human Neural Stem Cell Lines by Epigenetic Stimulation,
Experimental Neurology, March 1999, vol. 156, n1, pp. 71-83.
6
La division cellulaire des cellules souches se ferait théoriquement selon un mode asymétrique: une des cellules filles
serait une réplique de la cellule souche originale (ce qui maintient la population de cellules souches) tandis que l'autre, plus
différenciée, et souvent appelée "cellule progénitrice"(progenitor cell) engendrerait à son tour des cellules encore plus
différenciées, nécessaires à la réparation des tissus dans l'organisme. En fait ceci n'est pas toujours vérifié.
. G. C. Parker, M. Anastassova-Kristeva, H. E. Broxmeyer, W. H. Dodge, L. M. Eisenberg, U. M. Gehling, L. M. Guenin,
R. Huss, N. I. Moldovan, M. Rao, E. F. Srour, M. C. Yoder, Stem Cells: Shibboleths of Development, Stem Cells and
Development, December 2004, vol. 13, n6, pp. 579-584.

3
endommagé, tendent à favoriser la repopulation cellulaire dans cette partie endommagée7.
Pendant le développement et la régénération d'un tissu déterminé, ces cellules souches
génèrent des cellules progénitrices ou "progéniteurs" qui sont des cellules filles qui ont des
capacités de prolifération et de différenciation plus restreintes que celles des cellules souches
proprement dites. Entre la cellule souche et sa descendance il existe donc une population
intermédiaire de progéniteurs "commis" à un tissu déterminé (committed progenitors). Ces cellules
sont souvent appelées "transit amplifying cells"8. La fonction primaire de cette population de
cellules "transit amplifying" est d'augmenter le numéro de cellules différenciées produit par chaque
division des cellules souches. Cela signifie qui, même si une cette cellule souche paraît avoir une
haute capacité d'auto-renouvellement, cette cellule peut, en réalité, ne se diviser que rarement elle-
même.

B. définition de la « potentialité » des cellules souches

La capacité des cellules souches de générer des cellules différenciées est appelée "potentialité".

On dit qu'une cellule souche est "totipotente"(douée de totipotence) quand elle peut donner
origine à tous les types de lignages cellulaires, y compris les cellules du trophoblaste d'où dérivent
les annexes embryonnaires (placenta). Le zygote (ovocyte fécondé, embryon unicellulaire
primordial) et les cellules de l'embryon pre-implantatoire humain (blastomères) jusqu'au stade de
morula (16 cellules), 4-5 jours après la fertilisation, sont "totipotentes. "
On dit qu'une cellule souche est "pluripotente" quand elle peut générer tous les types de
cellule de l'organisme9, mais pas les cellules du trophoblaste (ne peuvent donner les annexes
embryonnaires). Les cellules souches pluripotentes sont dérivées des cellules germinales 10 et des
cellules de l'embryon des premiers jours, avant l'implantation 11. Il y a trois types de cellules
pluripotentes chez les mammifères: les cellules de carcinome embryonnaire (cellules EC)
(embryonal carcinoma cells) (cellule souches de tumeurs malignes particulières que sont les
tératocarcinomes); les cellules souches embryonnaires (cellules ES) (embryonic stem cells)
(dérivées de la masse cellulaire interne de l'embryon preimplantatoire au stade de blastocyste, 40
cellules); et les cellules souches germinales embryonnaires (EG) (embryonic germ cells) (dérivées
des cellules germinales primordiales, PGs, de foetus à la huitième semaine).
On dit que les cellules souches sont "multipotentes", quand elles sont capables d'engendrer
différents types de cellules différenciées. Les cellules souches dites "adultes" ou "somatiques" sont
des cellule souches multipotentes (par exemple les cellules souches hématopoïétiques).

7
G. Vogel, Can Old Cells Learn New Tricks ?, Science, 25 February 2000, vol. 5451, n5457, pp. 1418-1419.
. C. M. Verfaillie, M. F. Pera, P. M. Lansdorp, Stem Cells: Hype and Reality, Hematology, 2002, pp. 369-391, see in
particular, pp. 381-382,
8
F. M. Watt, B. L. M. Hogan, Out of Eden: Stem Cells and Their Niches, Science, 25 February 2000, vol. 287,
n5457, pp. 1427-1430, voir p. 1427.
9
M. F. Pera, B. Reubinoff, A. Trounson, Human embryonic stem cells, Journal of Cell Science, January 2000, vol. 113,
n1, pp. 5-10. See p. 6.
10
Y. Matsui, K. Zsebo, B. L. Hogan, Derivation of pluripotential embryonic stem cells from murine primordial germ
cells in culture, Cell, 4 September 1992, vol. 70, n5, pp. 841-847.
11
P. J. Donovan, J. Gearhart, The end of the beginning for pluripotent stem cells, Nature, November 2001, vol. 414,
n6859, pp. 92-97. See p. 94.

4
C. la « niche » des cellules souches

Une notion qui est devenue très importante dans le champ des études sur les cellules souches
est celle de la "niche" de ces cellule12. Au sens strict, une niche est un microenvironnement
(moléculaire et cellulaire) capable de contrôler les cellules qui s'y trouvent, et ce indépendamment
de leur présence ou non13. C'est R. Schofield (1978)14 qui a proposé le terme de "niche" pour
exprimer le fait que les microenvironnements au sein desquels se situent les cellules souches
hématopoïétiques peuvent contrôler le comportement des ces cellules, en leur assurant une
"immortalité virtuelle" par inhibition de leur maturation 15.
Cette perspective de la "niche" des cellules souches a des conséquences pratiques
importantes, dans le cadre des applications thérapeutiques de ces cellules: la connaissance des
facteurs qui interviennent au niveau cellulaire pour maintenir les cellules souches dans un état de
non-différentiation, ou, au contraire, pour induire leur départ de la "niche" et initier leur
différenciation est devenue, en effet, aujourd'hui, essentielle pour l'amélioration du résultat des
transplantations de cellules souches. Cette considération vaut surtout pour les cellules souches
adultes. Cependant elle vaut aussi pour les cellules souches embryonnaires quand celles ci doivent
être transplantées dans un organisme adulte.

12
F. M. Watt, B. L. M. Hogan, Out of Eden: Stem Cells and Their Niches, Science, 25 February 2000, vol. 287, n5457,
pp. 1427-1430.
. A. Spradling, D. Drummond-Barbosa, T. Kai, Stem cells find their niche, Nature, 1 November 2001, vol. 414, n6859,
pp. 98-104.
13
J-R. Huynh, Contrôle somatique des cellules souches de la lignée germinale chez Drosophila melanogaster,
Médecine-Sciences, Mai 2001, vol. 17, n5, pp. 628-633, voir pp. 630-631.
14
R. Schofield, The relationship between the spleen colony-forming cell and the haematopoietic stem cell, Blood Cells
1978, vol. 4, n1-2, pp. 7-25.
15
La "niche" des cellules souches comprend les cellules souches elles-mêmes, des cellules de soutien, et des facteurs
solubles. La proximité cellulaire dans la niche favorise les interactions des cellules entre elles et avec les matrices
extracellulaires (G. Guasch, C. Blanpain, 2004). L'ensemble de ces facteurs contrôle la prolifération, la migration et la
différenciation des cellules souches. Le mot "niche" pour désigner le micro-environnement dans lequel se situe une cellule
souche donnée n'est pas, cependant, très approprié: plutôt que d'une "niche", on devrait parler d'un "angle" (nook) (K.
Powell, 2005). N. S. Wolf et J. J. Trentin, étudiant les cellules souches hématopoïétiques, avaient déjà proposé en 1968
l'idée que ces cellules réagissent avec leur propre micro-environnement, et qu'elles restent sans se différencier, à cause de
ce micro-environnement, dans une sorte de "cachette idyllique" jusqu'au moment de leur départ de ce "refuge", départ qui
marque le début de leur différenciation. Des techniques plus récentes, en particulier celles des études sur les lignées
cellulaires utilisant des cellules souches marquées radioactivement, et celle du "gene knockout" (inactivation sélective d'un
gène spécifique chez l'animal) ont permis de vérifier la réalité organique de ce concept de "niche". Différents chercheurs
(T. Xie et A. C. Spradling, 2000; A. A. Kiger, M. t. Fuller et au, 2001) ont pu mettre en évidence l'influence de ce micro-
environnement sur les cellules souches, micro-environnement qui maintient les cellules souches, par l'intermédiaire de
signaux biochimiques, dans un "état souche" ("stemness") caractérisé par la non différentiation et l'auto-renouvellement
illimité. Cet "état souche", base de leur "plasticité", est perdu irrémédiablement lorsque ces cellules reçoivent la
"permission" moléculaire de se différencier.
. N. S. Wolf, J. J. Trentin, Hemopoietic colony studies. V. Effect of Hemopoietic Organ Stroma on Differentiation of
Pluripotent Stem Cells, The Journal of Experimental Medicine, 1 January 1968, vol. 127, n1, pp. 205-214.
. T. Xie, A. C. Spradling, A niche maintaining germ line stem cells in the Drosophilia ovary, Science, 13 October 2000,
vol. 290, n5490, pp. 328-330.
. A. A. Kiger, D. Leanne Jones, C. Schulz, M. B. Rogers, M. T. Fuller, Stem Cell Self-Renewal Specified by JAK-STAT
Activation in response to a Support Cell Cue, Science, 21 December 2001, vol. 294, n5551, pp. 2495-2497.
. G. Guasch, C. Blanpain, Les cellules souches épidermiques organisent leur niche, Médecine-Sciences, Mars 2004, vol.
20, n,3, pp. 265-267, voir p. 265.
. K. Powell, It's the ecology, stupid!, Nature, 19 May 2005, vol. 435, n7040, pp. 268-270.

5
D. Classification des cellules souches

Les cellules souches se divisent en deux groupes principaux qui correspondent à deux
origines fondamentalement différentes: les cellules souches embryonnaires et les cellules souches
spécifiques de tissu, fétales ou d'adultes.

Le premier groupe premier se compose uniquement des cellules souches embryonnaires,


(ES). Ces cellules pluripotentes sont dérivées de la masse cellulaire interne du blastocyste;
- elles sont diploïde d'une manière stable et maintiennent un caryotype normal;
- elles peuvent être propagées indéfiniment en culture, avec un auto-renouvellement indéfini;
- elles peuvent se différencier spontanément en de nombreux types cellulaires représentatifs de tous
les feuillets embryonnaires, et aussi en cellules de tératome, après transplantation, ou in vitro quand
les conditions sont appropriées.
Il faut observer qu'il y a quelque abus de langage dans l'application du terme "souche" aux cellules
ainsi recueillies: en effet, il s'agit, en toute rigueur de terme, de "blastomères", c'est-à-dire des
éléments constituants de l'embryon précoce qui portent en eux la totalité du programme de
développement de l'embryon.

- Le second groupe est fait des cellules souches somatiques, organe ou tissu-spécifiques. Ces
cellules sont appelées "souches" de manière propre, parce qu'il s'agit de cellules multipotentes qui
génèrent les différents types cellulaires constituants d'un tissu donné, dans l'organisme foetal
(cellules germinales en particulier), et dans l'organisme adulte. Des cellules souches somatiques d'un
type très jeune sont trouvées dans le placenta, dans le liquide amniotique, dans le sang du cordon
ombilical et dans la Gelée du Wharton (Wharton's Jelly) du cordon ombilical. Les cellules souches
somatiques ne peuvent se différencier qu'en un numéro limité de types de cellules. Par exemple, les
cellules souches hématopoïétiques de la moelle osseuse, (HSCs) 16, génèrent tous les types de
cellules du sang et du système immunitaire, les cellules souches stromales de la moelle osseuse 17
sont cellules souches pour les tissus non hématopoïétiques, et les cellules souches neurales 18
produisent neurones et cellules de la glia.

Chez l'homme, les sources de cellules souches identifiées à ce jour sont les suivantes:
- l'embryon dans les premiers stades de son développement (masse cellulaire interne du
blastocyste dite aussi "bouton embryonnaire") (cellule souches embryonnaires ou cellules ES),
- le foetus19 (en particulier les cellules germinales ou EGCs, embryonic germ cells),
16
S. J. Morrison, D. E. Wright, S. H. Cheshier, I. L. Weissman, Hematopoietic stem cells: challenges to expectation,
Current opinion in Immunology, April 1997, vol. 9, n2, pp. 216-221.
17
Les cellules stromales de la moelle osseuse sont la source des cellules souches mésenchymateuses, qui, en cas de lésion
tissulaire, génèrent des cellules non-hématopoïétiques, qui comprennent les myocytes cardiaques, les hépatocytes, les
cellules endothéliales, et les cellules épithéliales du tractus gastrointestinal.
. D. J. Prockop, Marrow Stromal Cells as Stem Cells for Nonhematopoietic Tissues, Science, 4 April 1997, vol. 276,
n5309, pp. 71-74.
. R. Okamoto, T. Yajima, M. Yamazaki, T. Kanai, M. Mukai, S. Okamoto, Damages epithelia regenerated by bone
marrow-derived cells in the human gastrointestinal tract, Nature Medicine, 2002, vol. 8, pp. 1011-1017.
18
R. McKay, Stem Cells in the Central Nervous System, Science, 4 April 1997, vol. 276, n5309, pp. 66-71.
19
De nombreuses populations de cellules souches sont présentes dans le fétus lors de la gestation et leurs rôles dans le
développement normal a été étudié avec attention. Par contre la possibilité d'user ces cellules souches foetales en
thérapeutique a été à peine explorée jusqu'à présent. L'identification de cellules souches mésenchymateuses fétales dans la
circulation maternelle, dès le premier trimestre de la grossesse (C. Campagnoli et al, 2000), a fait valoir la possibilité
d'utiliser de telles cellules comme source alternative, moins controversée, de cellules souches pour la thérapie. La
population de cellules souches mésenchymateuses extraites du sang foetal inclut des cellules adhérentes qui se divisent en
culture avec doublement de la population pour 20 à 40 passages (C. Campagnoli et al. , 2001). Ces cellules peuvent se
différencier dans les différents types cellulaires de la lignée mésenchymateuse, comme le tissu osseux et le tissu
cartilagineux, mais peuvent aussi former des oligodendrocytes et des cellules hématopoïétiques (M. Yu et al. , 2004). On
pourrait aussi recueillir ces cellules pour traiter le fetus in utéro. Ces cellules, qui ne peuvent être trouvées circulant dans le

6
- le sang du cordon ombilical (UCB) (umbilical cord blood),
- et les différents tissus de l'organisme adulte (moelle épinière, muscle, tissu adipeux, peau,
cerveau, dents, myocarde, tissu pancréatique et autres) ("cellules souches adultes").

Les cellules souches germinales, dérivées des cellules germinales primordiales du foetus (M.
J. Schamblott et al. , 1998)20 sont équivalentes fonctionnellement aux cellules souches
embryonnaires, en terme de capacité de prolifération in vitro et de large différenciation cellulaire.
Mais elles sont cependant plus difficiles à recueillir, et tendent à se différencier spontanément en
culture21.

sang maternel que durant le premier trimestre de la grossesse sont en effet semblables aux cellules hématopoïétiques
trouvées dans le foi foetal et la moelle osseuses foetale durant le premier trimestre de la grossesse. Ces caractéristiques leur
permettraient d'être utilisées comme cellules cibles pour un transfert de gène suivi de greffe des cellules ainsi traitées, dans
le cadre d'une thérapie génique intra-utérine faisant appel à des cellules de transport autologues (C. Campagnoli et al. ,
2002); J. Chan et al. , 2005).
. C. Campagnoli, I. A. Roberts, S. Kumar, P. R. Bennett, I. Bellantuono, N. M. Fisk, Identification of mesenchymal
stem/progenitor cells in human first-trimester blood, liver and bone marrow, Blood, 15 October 2001, vol. 98, n8, pp.
2396-2402.
. C. Campagnoli, I. Bellantuono, S. Kumar, L. J. Fairbairn, I. Roberts, N. M. Fisk, High transduction efficiency of
circulating first trimester fetal mesenchymal stem cell: potential targets for in utero ex vivo gene therapy , BJOG, August
2002, vol. 109, n8, pp. 952-954.
. M. Yu, Z. Xiao, L. Shen, L. Li, Mid-trimester fetal blood-derived adherent cells share characteristics similar to
mesenchymal cells but full-term umbilical cord does not, British Journal of Haematology, March 2004, vol. 124, n5, pp.
666-675.
. J. Chan, K. O'Donoghue, J. de la Fuente, I. A. Roberts, S. Kumar, J. E. Morgan, N. M. Fisk, Human fetal mesenchymal
stem cells as vehicles for gene delivery, Stem Cells, 2005, vol. 23, n1, pp. 93-102.
20
M. J. Schamblott, J. Axelman, S. Wang, E. M. Bugg, J. W. Littlefield, P. J. Donovan, P. D. Blumenthal, G. R. Huggins,
J. D. Gearhardt, Derivation of pluripotent stem cells from cultured human primordial germ cells, Proceedings of the
National Academy of Sciences, USA, 10 November 1998, vol. 95, n23, pp. 13726-3731.
21
Les cellules souches germinales, EGCs, dérivées des cellules germinales primordiales du foetus, sont fonctionnellement
équivalentes aux cellules souches embryonnaires (Y. Matsui et al. , 1992), en termes de capacité de prolifération in vitro et
d'ample différenciation. Elles sont cependant plus difficiles à recueillir. M. J. Schamblott, J. D. Gearhardt et collègues
(1998) ont isolés des cellules germinales humaines pluripotentes à partir de gonades embryonnaires et fétales. Ces cellules
EGs ont continué à se multiplier en culture pendant 9 mois. Les cellules humaines EG (hEGs) sont capables de robuste
prolifération à long terme in vitro (plus de 70 doublements de population), ont un caryotype normale, et peuvent être
cryoconservées, isolées de leur clone, et transfectées de façon stable. Leur capacité de différenciation in vitro ressemble à
celle des cellules pluripotentes ES (J. Rohdewel et al. , 1996). Il est cependant difficile de maintenir une population de
cellules EG indifférenciées en culture prolongée, car elles tendent à se différencier de façon spontanée (L. Turnpenny et al.
, 2003). Ceci empêche l'isolement de lignées clonées pures et indifférenciées de cellules hEG.
. Y. Matsui, K. Zsebo, B. Hogan, Derivation of pluripotential embryonic stem cells from murine primordial germ cells in
culture, Cell, 1992, vol. 70, pp. 841-847.
. J. Rohdewel, U. Sehlmeyer, J. Shan, A. Meister, A. M. Wobus, Primordial germ cell-derived mouse embryonic germ
(EG) cells in vitro resemble undifferentiated stem cells with respect to differentiation capacity and cell cycle distribution ,
Cell Biology International, August 1996, vol. 20, n°8, pp. 579-587.
. M. J. Schamblott, J. Axelman, S. Wang, E. M. Bugg, J. W. Littlefield, P. J. Donovan, P. D. Blumenthal, G. R. Huggins, J.
D. Gearhardt, Derivation of pluripotent stem cells from cultured human primordial germ cells, Proceedings of the National
Academy of Sciences, USA, 10 November 1998, vol. 95, n°23, pp. 13726-13731.
. L. Turnpenny, S. Brickwood, C. M. Spalluto, K. Piper, I. T. Cameron, D. I. Wilson, N. A. Hanley, Derivation of Human
Embryonic Germ Cells: An Alternative Source of Pluripotent Cells, Stem Cells, 2003, vol. 21, n°5, pp. 598-609, See p.
607.

7
II
LES CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES

Les premières lignées de cellules ES furent obtenues en 1965 chez le lapin (R. J. Cole et al.
)22. A. Bongso et collègues en 1994 23 ont effectué la première séparation réussie des cellules de la
masse interne de blastocystes humains, suivie de leur culture in vitro pour deux passages. J. A.
Thomson et al. ,(1998) (University of Wisconsin)24 obtinrent les premières lignées de cellules
souches embryonnaires dérivées d'embryons humains (au stade de blastocyste) et prouvèrent qu'il
était possible de les maintenir en culture et de les faire différencier à volonté.

A. préparation, expansion et différenciation

La dérivation de cellules ES passe par les étapes suivantes:


1) l'obtention d'embryons par fécondation in vitro;
2) le développement de ces embryons jusqu'au stade de blastocyste;
3) l'isolement de la masse cellulaire interne cellulaire (inner cell mass, ICM) du blastocyste
(ces cellules qui vont constituer l'embryon proprement dit après l'implantation), ce qui implique la
destruction de l'embryon;
4) la dissociation de la masse cellulaire interne en ses cellules constituantes;
5) la culture des cellules ainsi obtenues sur une monocouche de cellules nourrices (feeder
layer (faite de fibroblastes embryonnaires irradiés de souris) (pour les cellules souches humaines
hES, on utilise aujourd'hui une monocouche support de fibroblastes humains 25 or bien une matrice
acellulaire avec MEF-CM 26)), dans un milieu de culture approprié, où ces cellules peuvent se
multiplier et se réunir pour former des colonies;
6) la sous-culture répétée de ces colonies qui mène à la formation de lignées de cellules
capables de se multiplier indéfiniment, tout en conservant les caractéristiques des cellules ES,
pendant des mois et des années.

Les cellules souches embryonnaires ont deux caractéristiques "fonctionnelles" :


1) Prolifération indifférenciée prolongée: des lignes de cellules ES humains ont été
maintenus en culture sur plus d'un an, avec 300 doublements de population, tout en conservant un
caryotype et un phénotype stables27. Cette capacité des cellules ES de s'autorenouveller de façon
22
R. J. Cole, R. G. Edwards, J. Paul, Cytodifferentiation in cell colonies and cell strains derived from ova and blastocyst
of the rabbit, Experimental Cell Research, 1965, vol. 37, pp. 501-504.
23
A. Bongso, C-Y. Fong, S-C. Ng, S. Ratnam, Isolation and culture of inner cell mass from human blastocysts, Human
Reproduction, November 1994, vol. 9, n°11, pp. 2110-2117.
24
J. A. Thomson, J. Itskovitz-Eldor, S. S. Shapiro, M. A. Waknitz, J. J. Swiergiel, V. S. Marshall, J. M. Jones, Embryonic
Stem Cell Lines Derived from Human Blastocytes, Science, 6 november 1998, vol. 282, n°5391, pp. 1145-1147.
25
M. Richards, C-Y. Fong, W-K. Chan, P-C. Wong, A. Bongso, Human feeders support prolonged undifferentiated
growth of human inner cell masses and embryonic stem cells, Nature Biotechnology, September 2002, vol. 20, n°9, pp.
933-936.
. M. Richards, S. Tan, C. Y. Fong, A. Biswas, W. K. Chan, A. Bongso, Comparative evaluation of various human feeders
for prolonged undifferentiated growth of human embryonic stem cells, Stem Cells, 2003, vol. 21, n°5, pp. 546-556.
26
C. Xu, M. S. Inokuma, J. Denham, K. Golds, P. Kundu, J. D. Gold, M. K. Carpenter, Feeder-free growth of
undifferentiated human embryonic stem cells, Nature Biotechnology, October 2001, vol. 19, n°10, pp. 971-974.
. J. S. Draper, H. D. Moore, L. N. Ruban, P. J. Gokhale, P. W. Andrews, Culture and characterization of human
embryonic stem cells, Stem Cells and Development, August 2004, vol. 13, n°4, pp. 325-336.
27
B. E. Reubinoff, M. F. Pera, C-Y. Fong, A. Trounson, A. Bongso, Embryonic stem cell lines from human blastocysts:
somatic differentiation in vitro, Nature Biotechnology, April 2000, vol. 18, n°4, pp. 399-404.
. M. Amit, M. K. Carpenter, M. S. Inokuma, C. P. Chiu, C. P. Harris, M. A. Waknis, J. Itskovitz-Eldor, J. A. Thomson,

8
illimitée, en un état non différencié, lorsqu'elles sont placées en culture dans le milieu approprié
(contenant du LIF, leukemia Inhibitory Factor par exemple) est en fait leur propriété la plus
spécifique, leur marque (M. Amit et al. , 2000, 2002)28.
2) Potentiel stable de différenciation pour former des cellules représentatives des trois
feuillets embryonnaires, même après culture prolongée. Lorsqu'elles sont retirées des conditions qui
les maintiennent dans un état indifférencié (culture sur couche de cellules nourrices), et transférées
en culture en suspension (système dit de "gouttes pendantes"), les cellules ES se rassemblent au
fond de la goutte, s'agrègent, commencent à se différencier, et forment des agrégats multicellulaires,
tridimensionnels, appelés "corps embryoïdes"(EB) (embryoid bodies)29, formés de cellules en
différents stades de différenciation et représentatives des trois feuillets du développement
embryonnaire: ectoderme, mésoderme et endoderme. Tandis que se poursuit la différentiation, une
ample variété de types cellulaires, incluant les types hématopoïétique, endothélial, musculaire, et
neuronal, apparaît à l'intérieur des EBs, dans un ordre défini et reproductible (G. Martin, 1981)30.

B. Propriété des cellules ES

Toutes les cellules ES expriment les facteurs de transcription en lien avec la pluripotence:
avant tout le facteur de transcription (POU-domain) Oct-4 31, et aussi Nanog32, SOX233, le facteur
TDGF1 (teratocarcinoma-derived growth factor 1) aussi connu comme Cripto/TDGF134, GTCM-1,
galanin, connexin 43/GJA1, FOXD335. Ces facteurs de transcription sont considérés comme
marqueurs de l'état d'indifférenciation des cellules ES, la "signature moléculaire" de l'état de cellule
souche pluripotente36.

Clonally derived human embryonic stem cell lines maintain pluripotency and proliferative potential for prolonged periods
of culture, Developmental Biology, 15 November 2000, vol. 227, n°2, pp. 271-278.
28
M. Amit, M. K. Carpenter, M. S. Inokuma, C. P. Chiu, C. P. Harris, M. A. Waknis, J. Itskovitz-Eldor, J. A. Thomson,
Clonally derived human embryonic stem cell lines maintain pluripotency and proliferative potential for prolonged periods
of culture, Developmental Biology, 15 November 2000, vol. 227, n°2, pp. 271-278.
. M. Amit, J. Itskovitz-Eldor, Derivation and spontaneous differentiation of human embryonic stem cells, Journal of
anatomy, March 2002, vol. 200, Pt. 3, pp. 225-232.
29
J. Itskovitz-Eldor, M. Schuldiner, D. Karsenti, A. Eden, O. Yanuka, M. Amit, H. Soreq, N. Benvenisty, Differentiation
of human embryonic stem cells into embryoid bodies compromising the three embryonic germ layers, Molecular Medicine,
February 2000, vol. 6, n°2, pp. 88-95.
30
G. R. Martin, Isolation of a pluripotential line from early mouse embryos cultured in medium conditioned by
teratocarcinoma stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 1981, vol. 78, pp. 7634-7638.
31
H. R. Schöler, Octamania: the POU factors in murine development, Trends in Genetics, October 1991, vol. 7, n°10, pp.
323-329.
. C. Hansis, J. A. Grifo, L. C. Krey, Oct-4 expression in inner cell mass and trophectoderm of human blastocysts,
Molecular Human Reproduction, November 2000, vol. 6, n°11, pp. 999-1004.
32
F. Cavaleri, H. R. Schöler, Nanog: A New Recruit to the Embryonic Stem Cell Opera, Cell, 30 May 2003, vol. 113, n°5,
pp. 551-557.
33
S. Miyagi, T. Saito, K. Mizutani, N. Masuyama, Y. Gotoh, A. Iwama, H. Nakauchi, S. Masui, H. Niwa, M. Nishimoto,
M. Muramatsu, A. Okuda, The Sox-2 regulatory regions display their activities in two distinct types of multipotent cells,
Molecular and Cellular Biology, May 2004, vol. 24, n°10, pp. 4207-4220.
34
Among the genes with the most significant differential expression in ES cells is the teratocarcinoma-derived growth
factor 1 (TDGF1) also known as CRIPTO (R. Brandenberger et al. , 2004). Human Cripto is a M 36,000 molecule. Cripto
is the founding member of the Epidermal Growth Factor-Cripto-FRFL. Criptic (EGF-CFC) family.
. R. Brandenberger, H. Wei, S. Zhang, S. Lei, J. Murage, G. J. Fisk, Y. Li, C. Xu, R. Fang, K. Guegler, M,S. Rao, R.
Mandalam, J. Lebkowski, L. W. Stanton, Transcriptome characterization elucidates signaling networks that control
human ES cell Growth and differentiation, Nature Biotechnology, June 2004, vol. 22, n°6, pp. 707-716. See p. 712.
35
L. A. Hanna, R. K. Foreman, I. A. Tarasenko, D. S. Kessler, P. A. Labosky, Requirements for Foxd3 in maintaining
pluripotent cells of the early mouse embryo, Genes and Development, 2002, vol. 16, pp. 2650-2661.
36
B. Bhattacharya, T. Miura, R. Brandenberger, J. Mejido, Y. Luo, A. X. Yang, B. H. Joshi, I. Ginis, R. S. Thies, M.
Amit, A. Lyons, B. G. Condie, J. Itskovitz-eldor, M. S. Rao, R. K. Puri, Gene expression in human embryonic stem cell
lines: unique molecular signature, Blood, 15 April 2004, vol. 103, n°8, pp. 2956-2964.

9
Les cellules ES présentent un caryotype remarquablement stable37 et expriment de hauts
niveaux de télomerase, ce qui est en correspondance avec l'immortalité de leurs lignées cellulaires38.
Quand des cellules ES non différenciées sont introduites par microinjection dans un
blastocyste, elles s'associent avec les cellules de la masse cellulaire interne de l'embryon et
chimérisent l'animal qui en est issu 39. Dans l'embryon chimérique ainsi formé, les descendantes des
cellules ES injectées sont représentées selon tous les types cellulaires, y compris ceux qui sont à
l'origine des gamètes 40.
Quand les cellules ES sont agrégées avec des embryons tétraploïdes incapables de se
développer par eux mêmes (developmentally compromised tetraploid embryos) (ES tetraploid
complementation), elles peuvent produire toutes les cellules du fetus qui se développe à partir de
cette complémentation. Ceci montre que les cellules ES peuvent assurer de cette façon un
développement fétal complet, aboutissant à la naissance de nouveaux-nés dérivés en totalité des
cellules ES (A. Nagy et al. , 1990)41.
Quand des cellules ES non différenciées sont injectées par voie sous-cutanée ou
intrapéritonéale dans l'organisme de souris syngénéiques (génétiquement identiques ou de parenté
proche avec le tissu transplanté, qui est de ce fait compatible génétiquement avec l'organisme qui le
reçoit), elles forment aux points d'injection des tumeurs solides ou kystiques appelées
tératocarcinomes (ESTCs). Ces tumeurs contiennent de nombreux types cellulaires, y compris les
types musculaire, cartilagineux, osseux, conjonctif, d'épithélium sécrétoire, d'épithélium kératinisé,
et de mélanocytes42. On trouve aussi de tels tératomes dans le foi des souris chez qui des cellules ES
ont été administrées par voie portale43.

37
J. S. Odorico, D. S. Kaufman, J. A. Thomson, Multilineage Differentiation from Human Embryonic Stem Cell Lines,
Stem Cells, 2001, vol. 19, n°3, pp. 193-204. See p. 195.
38
R. C. Allsopp, H. Vaziri, C. Patterson, S. Goldstein, E. V. Younglai, A. B. Futcher, C. W. Greider, C. b. Harley,
Telomere length predicts replicative capacity of human fibroblasts, Proceedings of the National Academy of Sciences,
USA, November 1992, vol. 89, n°21, pp. 10114-10118.
. N. W. Kim, M. A. Piatyszek, K. R. Prowse, C. B. Harley, M. D. West, P. L. Ho, G. M. Coviello, W. E. Wright, S. L.
Weinrich, J. W. Shay, Specific association of human telomerase activity with immortal cells and cancer, Science, 23
December 1994, vol. 266, n°5193, pp. 2011-2015.
. M. Engelhardt, U. M. Martens, The implication of telomerase activity and telomere stability for replicative aging and
cellular immortality, Oncology Reports, September-October 1998, vol. 5, n°5, pp. 1043-1052.
39
S. A. Wood, W. S. Pascoe, C. Schmidt, R. Kemler, M. J. Evans, N. D. Allen, Simple and efficient production of
enbryonic stem cell-embryo chimeras by coculture, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 15 May 1993,
vol. 90, n°10, pp. 4582-4585.
. M. L. Hermiston, R. P. Green, J. L. Gordon, Chimeric transgenic mice represent a powerful tool for studying how the
proliferation and differentiation programs of epithelial cell lineages are regulated, Proceedings of the National Academy
of Sciences, USA, 1 October 1993, vol. 90, n°19, pp. 8866-8870.
. S. Saburi, S. Azuma, E. Sato, Y. Toyoda, C. Tachi, Developmental fate of single embryonic stem cells microinjected into
8-cell-stage mouse embryos, Differentiation, October 1997, vol. 62, n°1. pp. 1-11.
40
K. Prelle, N. Zink, E. Wolf, Pluripotemt stem cells - model of embryonic development, tool for gene targeting and basis
of cell therapy, Anatomia Histologia Embriologia, June 2002, vol. 31, n°3, pp. 169-186.
41
A. Nagy, E. Gocza, E. M. Diaz, V. R. Prideaux, E. Ivanyi, M. Markkula, J. Rossant, Embryonic stem cells alone are
able to support fetal development in the mouse, Development, November 1990, vol. 110, n°3, pp. 815-821.
42
T. Doetschman, M. Shull, A. Kier, J. D. Coffin, Embryonic stem cell Model systems for Vascular Morphogenesis and
Cardiac disorders, Hypertension, October 1993, vol. 22, n°4, pp. 618-629, see p. 618.
43
R. Chinzei, Y. Tanaka, K. Shimizu-Saito, Y. Hara, S. Kaninuma, M. Watanabe, K. Teramoto, S. Arii, K. Takase, C.
Sato, N. Terada, H. Teraoka, Embryoid-body cells derived from a mouse embryonic stem cell line show differentiation into
functional hepatocytes, Hepatology, July 2002, vol. 36, n°1, pp. 22-29.
. K. Teramoto, Y. Hara, Y. Kumashiro, R. Chinzei, Y. Tanaka, K. Shimizu-Saito, K. Asahina, H. Teraoka, S. Arii,
Teratoma formation and hepatocyte differentiation in mouse liver transplanted with mouse embryonic stem cell-derived
embryoid bodies, Transplantation Proceedings, January-February 2005, vol. 37, n°1, pp. 285-286.

10
C. Capacité de différentiation des cellules ES, et possible utilisation en médecine
régenérative

1. Les cellules ES peuvent se différencier en une grande variété de types cellulaires

Les cellules ES humaines (hES) peuvent se différencier spontanément, ou sous l'influence


d'inducteurs de différenciation comme l'acide rétinoique, pour générer un large éventail de type
cellulaires 44. On a ainsi montré que les cellules souches humaines peuvent se différencier dans les
types cellulaires suivants: cellules progénitrices neurales et cellules neurales différentiées ( M.
Schuldiner et al. , 2001)45, neurones dopaminergiques (X. Zeng et al. , 2004)46, cellules précurseurs
du sang (D. S. Kaufman et al, 2001)47, cellules endothéliales (S. Levenberg et al. , 2002)48, cellules
ostéogéniques (V. Sottile et al, 2003)49, cardiomyocytes (I. Kehat et al. , 2001)50, cellules
productrices d'insuline (Assady et al. , 2001)51, hepatocytes (L. Rambhatla et al. , 2003)52, cellules
épithéliales du pigment rétinien (I. Klimanskaya et al. , 2004)53, kératinocytes (H. Green et al. ,
2003)54, cellules précurseurs mesenchymales purifiées (T. Barberi et al. , 2005)55 et cellules
trophoblastiques (R. H. Xu et al. , 2002)56.
La différenciation des cxellules ES vers les lignées cellulaires hématopoiétique 57, neurale58,

44
B. E. Reubinoff, M. F. Pera, C-Y. Fong, A. Trounson, A. Bongso, Embryonic stem cell lines from human blastocysts:
somatic differentiation in vitro, Nature Biotechnology, April 2000, vol. 18, n°4, pp. 399-404.
45
M. Schuldiner, R. Eiges, A. Eden, O. Yanuka, J. Itskovitz-Eldor, R. S. Goldstein, N. Brenvenisty, Induced neuronal
differentiation of human embryonic stem cells, Brain Research, 21 September 2001, vol. 913, n°2, pp. 201-205.
46
X. Zeng, J. Cai, J. Chen, Y. Luo, Z-B. You, E. Fotter, Y. Wang, B. Harvey, T. Miura, C. Backman, G-J. Chen, M. S.
Rao, W. J. Freed, Dopaminergic Differentiation of Human embryonic Stem Cells, Stem Cells, 2004, vol. 22, n°6, pp. 925-
940.
47
D. S. Kaufman, E. T. Hanson, R. L. Lewis, R. Auerbach, J. A. Thomson, Hematopoietic colony-forming cells derived
from human embryonic stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 11 September 2001, vol. 98,
n°19, pp. 10716-10721.
48
S. Levenberg, J. S. Golub, M. Amit, J. Itskovitz-Eldor, R. Langer, Endothelial cells derived from human embryonic
stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 2 April 2002, vol. 99, n°7, pp. 4391-4396.
49
V. Sottile, A. Thomson, J. McWhir, In vitro osteogenic differentiation of human ES cells, Cloning Stem Cells, 2003,
vol. 5, n°2, pp. 149-155.
50
I. Kehat, D. Kenyagin-Karsenti, M. Snir, H. Segev, M. Amit, A. Gepstein, E. Livne, O. Binah, J. Itskovitz-Eldor, L.
Gepstein, Human embryonic stem cells can differentiate into myocytes with structural and functional properties of
cardiomyocytes, The Journal of Clinical Investigation, August 2001, vol. 108, n°3, pp. 407-414.
51
S. Assady, G. Maor, M. Amit, J. Itskovitz-Eldor, K. L. Skorecki, M. Tzukerman, Insulin Production by Human
Embryonic Stem Cells. Diabetes, August 2001, vol. 50, n°8, pp. 1691-1697.
. H. Segev, B. Fishman, A. Ziskind, M. Shulman, J. Itskovitz-Eldor, Differentiation of Human Embryonic Stem Cells into
Insulin-Producing clusters, Stem Cells, 2004, vol. 22, n°3, pp. 265-274.
52
L. Rhambhatla, C. P. Chiu, P. Kundu, Y. Peng, M. K. Carpenter, Generation of hepatocyte-like cells from human
embryonic stem cells, Cell Transplantation, 2003, vol. 12, n°1, pp. 1-11.
. H. Shirahashi, J. Wu, N. Yamamoto, A. Catana, H. Wege, B. Wager, K. Okita, M. A. Zern, Differentiation of human and
mouse embryonic stem cells along a hepatocyte lineage, Cell Transplantation, 2004, vol. 13, n°3, pp. 197-211.
53
I. Klimanskaya, J. Hipp, K. A. Rezai, M. West, A. Atala, R. Lanza, Derivation and comparative assessment of retinal
pigment epithelium from human embryonic stem cells using transcriptomics, Cloning Stem Cells, 2004, vol. 6, n°3, pp.
217-245.
54
Green, K. Easley, S. Iuchi, Marker succession during the development of keratinocytes from cultured human embryonic
stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 23 December 2003, vol. 100, n°26, pp. 15625-15630.
55
T. Barberi, L. N. Willis, N. D. Socci, L. Studer, Derivation of Multipotent Mesenchymal Precursors from Human
Embryonic Stem cells, PLOS Medicine, June 2005, vol. 2, n°6, e161.
56
R. H. Xu, X. Chen, D. S. Li, R. Li, G. C. Addicks, C. Glennon, T. P. Zwaka, J. A. Thomson, BMP4 initiates human
embryonic stem cells differentiation to trophoblast, Nature Biotechnology, December 2002, vol. 20, n°12, pp. 1261-1264.
57
K. Chadwick, L. Wang, L. Li, P. Menendez, B. Murdoch, A. Rouleau, M. Bhatia, Cytokines and BMP-4 promote
hematopoietic differentiation of human embryonic stem cells, Blood, 1 August 2003, vol. 102, n°3, pp. 906-915.
58
S. H. Lee, N. Lumelsky, L. Studer, J. M. Auerbach,, R. D. McKay, Efficient generation of midbrain and hinbdbrain

11
hépatique59, pancréatique60 et musculaire, incluant les cardiomyocytes 61, a été particulièrement
explorée, dans la perspective d'utiliser ces cellules différenciées obtenues à partir des ES pour des
greffes chez des sujets receveurs62.

2. études sur la différenciation contrôlée des cellules ES

C'est dans le domaine de la différenciation des cellules ES en précurseurs neuronaux que la


majeure partie des efforts ont porté. De nombreuses études montrent que les cellules ES humaines
peuvent être amenées de façon efficace à se différencier in vitro en neurones et glia (astrocytes,
oligodendrocytes). Une fois prédifférenciée dans le type neuronal ou glial désiré, les cellules ES
peuvent alors s'intégrer dans le tissu où elles sont transplantées 63. L'équipe de Ron Mac Kay est
parvenue à promouvoir la différenciation des cellules ES en neurones dopaminergiques, en ayant
recours à une progression par étapes (S. H. Lee et al. , 2000)64. L'efficacité de cette génération de
neurones dopaminergiques à partir de cellules ES humaines est aussi accrue en utilisant des lignées
cellulaires ES qui surexpriment le facteur de transcription Nurr (NurrES cell lines) (D. W. Kim,
2004, 2006)65.
neurons from mouse embryonic stem cells, Nature Biotechnology, June 2000, vol. 18, n°6, pp. 675-679.
. H. Kawasaki, K. Mizuseki, S. Nishikawa, S. Kaneko, Y. Kuwana, S. Nakanishi, S. I. Nishikawa, Y. Sasai, Induction of
midbrain dopaminergic neurons from ES cells by stromal cell-derived inducing activity, Neuron, October 2000, vol. 28,
n°31-40.
59
G. Kania, P. Blyszczuk, J. Czys, A. Navarrete-Santos, A. M. Wobus, Differentiation of mouse embryonic stem cells into
pancreatic and hepatic cells, Methods in Enzymology, 2003, vol. 365, pp. 287-303.
. T. Teratani, H. Yamamoto, K. Aoyagi, H. Sasaki, A. Asari, G. Quinn, H. Sasaki, M. Terada, T. Ochiya, Direct hepatic
fate specification from mouse embryonic stem cells, Hepatology, April 2005, vol. 41, n°4, pp. 836-846.
60
S. Miyazaki, E. Yamato, J-I. Miyasaki, Regulated Expression of pdx-1 Promotes In Vitro Differentiation of Insulin-
Producing Cells From Embryonic Stem cells, Diabetes, april 2004, vol. 53, n°4, pp. 1030-1037.
. T. León-Quinto, J. Jones, A. Skoudy, M. Burcin, B. Soria, In vitro directed differentiation of mouse embryonic stem cells
into insulin-producing cells, Diabetologia, August 2004, vol. 47, n°8, pp. 1442-1451.
61
M. Drab, H. Haller, R. Bychkov, B. Erdmann, C. Lindschau, H. Haase, I. Morano, F. C. Luft, A. M. Wobus, From
totipotent embryonic stem cells to spontaneously contracting smooth muscle cells: a retinoic acid and db-cAMP in vitro
differentiation model, FASEB Journal, September 1997, vol. 11, n°11, pp. 905-915.
. C. Mummery, D. Ward, C. E. van den Brink, S. D. Bird, P. A. Doevendans, T. Opthof, A. Brutel de la rivière, L.
Tertoolen, M. van der Heyden, M. Pera, Cardiomyocyte differentiation of mouse and human embryonic stem cells, Journal
of Anatomy, March 2002, vol. 200, n°3, pp. 233-242.
62
B. Edwards, Stem cells today: A. origin and potential of embryo stem cells, Reproductive Biomedicine Online, March
2004, vol. 8, n°3, pp. 275-306.
63
O. Brüstle, K. N. Jones, R. D. Learish, K. Karram, K. Choudhary, O. D. Wiestler, I. D. Duncan, R. D. G. McKay,
Embryonic Stem Cell-Derived Glial Precursors: A Source of Myelinating Transplants, Science, 30 July 1999, vol. 285,
n°5428, pp. 754-756.
. S. Liu, Y. Qu, T. J. Stewart, M. J. Howard, S. Chakrabortty, T. F. Holekamp. J. W. McDonald, Embryonic stem cells
differentiate into oligodendrocytes and myelinate in culture and after spinal cord transplantation, Proceedings of the
National Academy of Sciences, USA, 234 May 2000, vol. 97, n°11, pp. 6126-6131.
. F. Benninger, H. Beck, M. Wernig, K. L. Tucker, O. Brüstle, B. Scheffler, Functional Integration of Embryonic Stem
Cell-Derived Neurons in Hippocampal Slice Cultures, The Journal of Neuroscience, 6 August 2003, vol. 23, n°18, pp.
7075-7083.
. J. M. Harper, C. Krishnan, J. S. Darman, D. M. Deshpande, S. Peck, I. Shats, S. Backovic, J. D. Rothstein, D. A. Kerr,
Axonal growth of embryonic stem cell-derived motoneurons in vitro and in motoneuron-injured adult rats, Proceedings of
the National Academy of Sciences, USA, 4 May 2004, vol. 101, n°18, pp. 7123-7128.
64
S. H. Lee, N. Lumelsky, L. Studer, J. M. Auerbach,, R. D. McKay, Efficient generation of midbrain and hinbdbrain
neurons from mouse embryonic stem cells, Nature Biotechnology, June 2000, vol. 18, n°6, pp. 675-679.
65
Nurr1 ( nuclear receptor related-1) est un facteur de transcription qui a un rôle dans la différenciation des précurseurs du mésencéphale en neurones
dopaminergiques.
. R. H. Zetterström, L. Solomin, L. Jansson, B. J. Hoffer, L. Olson, T. Perlmann, Dopamin neuron agenesis in Nurr1-
deficient mice, Science, 11 april 1997, vol. 276, n5310, pp. 248-250.
. O. Saucedo-Cardenas, J. D. Quintana-Hau, W. D. Le, M. P. Smidt, J. J. Cox, F. De Mayo, J. P. Burbach, O. M. Conneely,
Nurr1 is essential for the induction of the dopaminergic phenotype and the survival of ventral mesencephalic late
dopaminergic precursor neurons, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 31 March 1998, vol. 95, n7,

12
3. Capacité des cellules ES humaines à régénérer tissus et organes

Parce que les cellules souches embryonnaires humaines présentent une remarquable capacité
de prolifération à long terme, avec la possibilité d'une expansion illimitée en culture, et parce que
ces cellules peuvent se différencier en tous types cellulaires, elles pourraient fournir une source
illimitée de cellules pour la régénération de tissus ou d'organes lésés dans le corps humain 66.
Différentes études ont été réalisées chez l'animal pour examiner la façon dont les cellules ES
transplantées peuvent s'intégrer dans les tissus du receveur comme cellules fonctionnelles, et pour
apprécier l'aide qu'elles pourraient ainsi apporter à la régénération de tissus et d'organes. C'est dans
le domaine neurologique que le rôle régénérateur des cellules ES a été plus particulièrement étudié,
soit pour la régénération de la moelle épinière lésée, soit pour la cure de la maladie de Parkinson.

Les cellules ES pourraient aider à la récupération dans les lésions de la moelle épinière.

- J. W. McDonald et al. (1999)67, ont trouvé que des cellules ES de souris transplantées dans
la moelle épinière de rat neuf jours après lésion de cette moelle épinière se sont différenciées là en
astrocytes, oligodendrocytes et neurones. Les rats qui avaient reçu ces cellules ont présenté quelque
récupération dans la coordination des pattes postérieures.
- H. S. Keirstead et al. (2005)68 ont récemment publié une étude sur les transplantations dans
des lésions de la moelle épinière de rat de cellules progénitrices d'oligodendrocytes (OPCs). Les
cellules transplantées ont survécu, redistribuées sur de courtes distances, et se sont différenciées en
oligodendrocytes. Cette greffe a amélioré la myélination de la zone lésée et promue la récupération
motrice chez les animaux lésés, lorsqu'ils ont reçu les OPCs sept jours après la lésion médullaire.

Les cellules ES réparent certains troubles du comportement moteur dans des modèles
animaux de maladie de Parkinson.

Une grande part des recherches sur les propriétés régénératives des cellules ES ont porté sur
la thérapie de la maladie de Parkinson. Ces études ont en général été faites sur des rats dont le
striatum avait été lésé à l'aide d'une injection de 6 hydroxy dopamine (6-OH-DA). L. M. Björklund
et al. (2002)69, J-H. Kim et al. (2002)70, A. Morizane et al. (2002)71, M. Inden et al (2004), H. Xu et

pp. 4013-4018.
. A. Wallen, R. H. Zetterstrom, L. Solomin, M. Arvidsson, L. olson, T. Perlmann, Fate of mesencephalic AHD2-expressing
dopamine progenitor cells in NURR1 mutant mice, Experimental Cell Research, 15 December 1999, vol. 253, n2, pp.
737-746.
. D-W. Kim, Efficient Induction of Dopaminergic Neurons from Embryonic Stem Cells for Application to Parkinson's
Disease, Yonsei Medical journal, 30 June 2004, vol. 45, suppl. , p. 23-27.
. D. W. Kim, S. Chung, M. Hwang, A. Ferree, H. C. Tsai, J. J. Park, S. Chung, T. S. Nam, U. J. Kang, O. Isacson, K. S.
Kim, Stromal cell-derived inducing activity, nurr1, and signaling molecules synergistically induce dopaminergic neurons
from mouse embryonic stem cells, Stromal Cells, March 2006, vol. 24, n3, pp. 557-567.
66
J. S. Odorico, D. S. Kaufman, J. A. Thomson, Multilineage Differentiation from Human Embryonic Stem Cell Lines, Stem Cells, 2001, vol. 19, n3,
pp. 193-204.
67
J. W. McDonald, X-Z. Liu, Y. Qu, S. Liu, S. K. Mickey, D. Turetsky, D. I. Gottlieb, D. W. Choi, Transplanted embryonic stem cells survive,
differentiate and promote recovery in injured rat spinal cord, Nature Medicine, December 1999, vol. 5, n12, pp. 1410-1412.
68
H. S. Keirstead, G. Nistor, G. Bernal, M. Totoiu, F. Cloutier, K. Sharp, O. Steward, Human embryonic stem cell-derived oligodendrocyte progenitor
cell transplants remyelinate and restore locomotion after spinal cord injury, Journal of Neuroscience, 11 May 2005, vol. 25, n19, pp. 4694-4705.
69
L. M. Björklund, R. Sánchez-Pernaute, S. Chung, T. Andersson, I. Yin Ching Chen, K. St. P. McNaught, A-L. Brownell, B. G. Jenkins, C.
Wahlestedt, Kwang-Soo Kim, O. Isacson, Embryonic stem cells develop into functional dopaminergic neurons after transplantation in a Parkinson rat
model, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 19 February 2002, vol. 99, n4, pp. 2344-2349.
70
J-H. Kim, J. M. Auerbach, J. A. Rodriguez-Gómez, I. Velasco, D. Gavin, N. Lumelsky, S-H. Lee, J. Nguyen, R. Sánchez-Pernaute, K. Biankiewicz, R.
McKay, Dopamine neurons derived from embryonic stem cells function in an animal model of Parkinson's disease, Science, 4 july 2002, vol. 418,
n6893, pp. 50-56. See p. 50.
71
A. Morizane, J. Takahashi, Y. Takagi, Y,Sasai, N. Hashimoto, Optimal conditions for in vivo induction of dopaminergic neurons from embryonic
stem cells through stromal cell-derived inducing activity, Journal of Neuroscience Research, 15 September 2002, vol. 69, n6, pp. 934-939.

13
al. (2005)72, Y. Takagi et al. (2005)73 ont tous trouvé que des cellules ES greffées dans le striatum
des animaux corrigeaient les troubles du comportement moteur chez les animaux lésés qui les
recevaient, avec une récupération marquée dans le comportement de rotation comparé aux animaux
lésés et non greffés. Le début du recouvrement de comportement advient 4-5 semaines après
l'intervention d'implantation, ce qui est en accord avec le fait que les neurones TH+ (tyrosine
hydroxylase positive) (TH+) ("dopaminergic neurons") commencent à apparaître dans le greffon de
cellules ES environ 14 jours après l'implantation de ces cellules.

Les cellules ES peuvent contribuer à l'amélioration de la fonction cardiaque suivant un


infarctus du myocarde.

Les recherches sur les greffes de progéniteurs de cardiomyocytes dérivés de cellules ES n'ont
pas été nombreuses, et elles ont été limitées à l'étude de l'intégration in situ des cellules greffées (M.
G. Klug et al. , 199674, T. Kofidis et al. , 200475, D. M. Hodgson et al. , 200476, H. Naito et al. ,
200477). Deux études ont montré que la greffe de cellules ES chez des rats soumis au préalable à un
infarctus expérimental du myocarde amène une amélioration durable de la fonction cardiaque et
accroit le taux de survie des animaux (J-Y. Min et al, 200278, J-Y. Yong et al. , 200379). Les
résultats obtenus récemment avec des ES de souris greffées sur les coeurs de moutons affectés
d'infarctus du myocarde sont sur le niveau de ceux obtenus déjà depuis quelque temps, chez des
malades, en utilisant des cellules souches mésenchymateuses autologues de la moelle osseuse80

H. S. Keirstead (2001)81, commentant ces résultats relativement modestes souligne le fait


que les investigateurs ne sont pas encore en mesure de contrôler le destin des populations de cellules
souches suivant leur transplantation, et que la différenciation des cellules souches greffées apparaît
être fortement influencée par les signaux venus de l'environnement cellulaire et par les déficiences
des cellules qui oeuvrent sur le site de l'implantation, phénomènes sur lesquels les scientifiques ne
peuvent exercer que peu ou pas de contrôle.

72
H. Xu, X. Fan, X. Wu, J. Tang, H. Yang, Neural precursor cells differentiated from mouse embryonic stem cells relieve symptomatic motor behavior
in a rat model of Parkinson's disease, Biochemical and Biophysical Research Communications, 7 January 2005, vol. 326, n1, pp. 115-122.
73
Y. Takagi, J. Takahashi, H. Saiki, A. Morizane, T. Hayashi, Y. Kishi, H. Fukuda, Y. Okamoto, m. Koyanagi, M. Ideguchi, H. Hayashi, T. Imazato, H.
Kawasaki, H. Suemori, S. Omachi, H. Iida, N. Itoh, N. Nakatsuji, Y. Sasai, N. Hashimoto, Dopaminergic neurons generated from monkey embryonic
stem cells function in a Parkinson primate model, Journal of Clinical Investigation, January 2005, vol. 115, n°1, pp. 102-109.
74
M. G. Klug, M. H. Soopaaa, G. Young Koh, L. J. Field, Genetically Selected Cardiomyocytes from Differentiating
Embryonic Stem Cells Form Stable Intracardiac Grafts, Journal of Clinical Investigation, 1 July 1996, vol. 98, n°1, pp.
216-224.
75
T. Kofidis, J. L. de Bruin, T. Yamane, L. B. Balsam, D. R. leri, R-J. Swijnenburg, M. Tanaka, I. L. Weissman, R. C.
Robbins, Insulin-Like Growth Factor Promotes Engraftment, Differentiation, and Functionnal Improvement after
Transfer of Embryonic Stem Cells for Myocardial Restoration, Stem Cells, 2004, vol. 22, n°7, pp. 1239-1245.
76
D. M. Hodgson, A. Behfar, L. V. Zingman, G. C. Kane, C. Perez-Terzic, A. E. Alekseev, M. Puceat, A. Terzic, Stable
benefit of embryonic stem cell therapy in myocardial infarction, American Journal of Physiology, Heart and Circulatory
Physiology, August 2004, vol. 287, n°2, pp. H471-H479.
77
H. Naito, K. Nishizaki, M. Yoshikawa, T. Yamada, H. Satoh, S. Nagasaka, T,Kiji, S. Taniguchi, Xenogenic embryonic
stem cell-derived cardiomyocyte transplantation, Transplantation Proceedings, October 2004, vol. 36, n°8, pp. 2507-2508.
78
J-Y. Min, Y. Yang, K. L. Converso, L. Liu, Q. Huang, J. P. Morgan, Y-F. Xiao, Transplantation of embryonic stem
cells improves cardiac function in postinfarcted rats, Journal of Applied Physiology, January 2002, vol. 92, n°1, pp. 288-
296.
79
J-Y. Min, Y. Yang, M. F. Sullivan, Q. Ke, K. L. Converso, Y. Chen, J. P. Morgan, Y. F. Xiao, Long-term improvement
of cardiac function in rats after infarction by transplantation of embryonic stem cells, Journal of Thoracic and
Cardiovascular Surgery, February 2003, vol. 125, n°2, pp. 361-369.
80
C. Ménard, A. A. Hagège, O. Agbulut, M. Barro, M. Cortes Morichetti, C. Brasselet, A. Bel, E. Messas, A. Bissery, P.
Bruneval, M. Desnos, M. Pucéat, P. Menasché, Transplantation of cardiac-committed mouse embryonic stem cells to
infarcted sheep myocardium: au preclinical study, The Lancet, 17 September 2005, vol. 366, n°9490, pp. 1005-1012.
81
H. S. Keirstead, Stem cell transplantation into the central nervous system and the control of differentiation, Journal of
Neuroscience Research, 1 February 2001, vol. 63, n°3, pp. 233-236.

14
Aucun rapport sur l'utilisation de cellules souches embryonnaires humaines chez des
patients n'a été publié jusqu'à ce jour.

D. Difficultés et obstacles

Bien des obstacles doivent encore être surmontés avant que l'on puisse penser à quelque
usage clinique des cellules ES.

1. Les cellules ES humaines et le problème des cellules nourricières (feeder cells)

Les cellules souches embryonnaires humaines furent mises en culture pour la première fois
avec succès en utilisant des fibroblastes embryonnaires de souris comme cellules nourricières et un
milieu contenant du sérum (J. A. Thomson et al. , 1998, B. E. Reubinoff et al. , 2000)82. Cependant,
une telle exposition des cellules hES à des produits animaux amène des problèmes évidents de
xénocontamination des cellules hES, avec un double risque de contamination, d'un côté par les
organismes pathogènes des animaux (rétrovirus de souris) et de l'autre par les produits animaux
passés dans les cellules, qui deviennent source d'une réponse immunologique après transplantation
de ces cellules dans un hôte humain (M. J. Martin et al. , 2005) 83. Toutefois, M. Richards et al.
(2002, 2003) ont montré que la monocouche de fibroblastes de souris nourriciers (feeder layer)
pouvait être substituée avec succès par une couche de cellules nourricières épithéliales de la trompe
de Fallope ou par une couche nourricière support de fibroblastes humains fétaux ou d'adulte 84. Des
lignées cellulaires ES ont été aussi cultivées avec succès, avec conservation de leur totipotence, en
les faisant croître sur des matrices sans cellules (protéines matricielles) (laminin ou Matrigel ou
gelatin-coated plates) additionnés de milieu MEF-CM (MEF conditioned medium) (MEF-CM)
(medium conditioné par des cellules nourricières fibroblastes embryonnaires de souris) (C. Xu et al.
, 2001; J. S. Draper et al. , 2004)85. T. E. Ludwig et al. (Wi Cell Research Institute) (2006)86 ont
récemment rapporté qu'il était possible de cultiver avec succès des cellules ES humaines en utilisant
un milieu de culture sans feeder cells, qui comprend des composants protéiques obtenus uniquement
par recombinaison, ou purifiés de tout matériel animal ou humain, et cela grâce à l'apport dans ce
milieu de fortes concentrations de FGF2 (fibroblast growth factor 2).

2. Le problème de la direction de la différenciation des cellules ES

Les cellules Es d'origine humaine constitueraient une source idéale de greffons pour des
applications cliniques de thérapie cellulaire si l'on savait diriger efficacement leur croissance et leur
82
J. A. Thomson, J. Itskovitz-Eldor, S. S. Shapiro, M. A. Waknitz, J. J. Swiergiel, V. S. Marshall, J. M. Jones, Embryonic
Stem Cell Lines Derived from Human Blastocysts, Science, 6 november 1998, vol. 282, n°5391, pp. 1145-1147.
. B. E. Reubinoff, M. F. Pera, C-Y. Fong, A. Trounson, A. Bongso, Embryonic stem cell lines from human blastocysts:
somatic differentiation in vitro, Nature Biotechnology, April 2000, vol. 18, n°4, pp. 399-404.
83
M. J. Martin, A. Muotri, F. Gage, A. Varki, Human embryonic stem cells express an immunogenic nonhuman sialic
acid, Nature Medicine, February 2005, vol. 11, n°2, pp. 228-232.
84
M. Richards, C-Y. Fong, W-K. Chan, P-C. Wong, A. Bongso, Human feeders support prolonged undifferentiated
growth of human inner cell masses and embryonic stem cells, Nature Biotechnology, September 2002, vol. 20, n°9, pp.
933-936.
. M. Richards, S. Tan, C. Y. Fong, A. Biswas, W. K. Chan, A. Bongso, Comparative evaluation of various human feeders
for prolonged undifferentiated growth of human embryonic stem cells, Stem Cells, 2003, vol. 21, n°5, pp. 546-556.
85
C. Xu, M. S. Inokuma, J. Denham, K. Golds, P. Kundu, J. D. Gold, M. K. Carpenter, Feeder-free growth of
undifferentiated human embryonic stem cells, Nature Biotechnology, October 2001, vol. 19, n°10, pp. 971-974.
. J. S. Draper, H. D. Moore, L. N. Ruban, P. J. Gokhale, P. W. Andrews, Culture and characterization of human
embryonic stem cells, Stem Cells and Development, August 2004, vol. 13, n°4, pp. 325-336.
86
T. E. Ludwig, M. E. Levenstein, J. M. Jones, W. T. Berggren, E. R. Mitchen, J. L. Frane, L. J. Crandall, C. A. Daigh, K.
R. Conard, M. S. Piekarczyk, R. A. Llanas, J. A. Thomson, Derivation of human embryonic stem cells in defined
conditions, Nature Biotechnology, February 2006, vol. 24, n°2, pp. 185-187.

15
différenciation vers les types cellulaires souhaités. La première étape vers le développement de
thérapies régénératrices et réparatrices basées sur l'emploi de cellules souches embryonnaires
humaines est donc d'arriver à établir des protocoles de culture et d'induction de différenciation de
ces cellules tels qu'ils permettent de diriger de façon efficace cette différenciation vers différents
types cellulaires spécifiques. Malheureusement, il est bien rare que les facteurs de croissance
spécifiques ou les conditions de cultures appropriées conduisent à l'établissement d'une culture ne
comportant qu'un seul type cellulaire. En fait, les lignées cellulaires humaines pluripotentes
retiennent un large champ d'expression génétiques en dépit de l'addition de facteurs de croissance
spécifiques87 et ceci explique en partie le caractère modéré du succès obtenu après transplantation de
cellules ES. Le défis peut être le plus important qui sera à relever pour pouvoir arriver à une
utilisation thérapeutique des cellules ES humaines pourrait donc se situer dans un
approfondissement des connaissances en matière de développement et de différenciation cellulaire
88
: il s'agira de spécifier les conditions appropriées, génétiques, chimiques et de l'environnement, qui
guident séquentiellement, in vivo, les cellules souches dans les voies spécifiques de la
différenciation cellulaire propre au tissu que l'on désire régénérer ou réparer. Ce travail commence à
peine de donner ses fruits en ce qui concerne la différenciation des cellules ES en neurones
dopaminergiques. C'est ainsi que l'équipe de L. Studer (Sloan-Kettering Institute, NY) (2004)89 a
décrit un nouveau protocole permettant l'obtention de grandes quantités de neurones
dopaminergiques mésencéphaliques à partir de lignées de cellules ES humaines cultivées à très
faible densité sur une couche de cellules stromales de moelle osseuse. Ces auteurs reproduisent pour
ce faire les voies de différentiation et de signalisation clés au cours du développement du
mésencéphale, en exposant séquentiellement les cellules en culture aux diverses molécules qui
dirigent le développement du mésencéphale in vivo,90. Y. Yan et al, (2005) ont présenté des résultats
voisins en appliquant aux cellules Es humaines une séquence spécifique de FGF8 (Fibroblast
growth factor 8) et SHH (sonic hedgehog)91.

87
M. Schuldiner, O. Yanuka, J. Itskovitz-Eldor, D. A. Melton, N. Benvenisty, Effects of eight growth factors on the
differentiation of cells derived from human embryonic stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA,
10 October 2000, vol. 97, n°21, pp. 11307-11312.
. N. J. Shamblott, J. Axelman, J. W. Littlefield, P. D. Blumenthal, G. R. Huggins, Y. Cui, L. Cheng, J. D. Gearhart, Human
embryonic germ cell derivatives express a broad range of developmentally distinct markers and proliferate extensively in
vitro, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 2 January 2001, vol. 98, n°1, pp. 113-118.
88
G. Keller, Embryonic stem cell differentiation: emergence of a new era in biology and medicine, Genes and
Devleopment, 15 May 2005, vol. 19, n°10, pp. 1129-1155.
89
A. L. Perrier, V. Tabar, T. Barberi, M. E. Rubio, J. Bruses, N. Topf, N. L. Harrison, L. Studer, Derivation of midbrain
dopamine neurons from human embryonic stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 24 August
2004, vol. 101, n°34, pp. 12543-12548.
90
Changements de milieu de culture (milieu contenant DMEM, Dulbecco's modified Eagle Medium, puis milieu N2
modifié) et application de differentes combinaisons de facteurs de croissance dont SHH (Sonic hedgehog), FGF8
(Fibroblast Growth Factor 8),BDNF (brain derived neurotrophic factor), glial cell-line derived neutrophic factor,
transforming growth factor type β3, dibutyryl cAMP, AA (ascorbic acid).
91
Y,Yan, D. Yang, E. D. Zarnowska, Z. Du, B. Werbel, C. Valliere, R. A. Pearce, J. A. Thomson, S. C. Zhang, Directed
differentiation of Dopaminergic Neuronal Subtypes from Human Embryonic Stem Cells, Stem Cells, June-July 2005, vol.
23, n°6, pp. 781-790.

16
3. Le risque de défauts ou d'instabilités épigénétiques dans les cellules ES

Les études récentes en matière d'épigénétique ont attiré l'attention sur les instabilités ou les
altérations épigénétiques92 qui se constatent dans les embryons produits par fécondation in vitro (R.
DeBaun et al. , 2003; E. R. Maher et al. , 2003)93. Ces altérations épigénétiques consistent
principalement dans des changements dans la méthylation de l'ADN et dans une altération de
l'expression de certains gènes à empreinte génomique parentale 94. On peut supposer que les
embryons affectés de défauts épigénétiques donnent des cellules souches affectées des mêmes
défauts95.
En outre, les changements épigénétiques et l'instabilité épigénétique dans les cellules ES
peuvent aussi se produire en relation avec le processus de la culture prolongée de ces cellules in
vitro. Le dérangement de l'état épigénétique des gènes à empreinte est, de fait, fréquemment
associée aux conditions de la culture et des manipulations in vitro des cellules 96. Une étude récente
97
indique que les lignées cellulaires ES humaines (hESC lines) maintenues in vitro développent des
altérations génétiques et épigénétiques. Ceci implique qu'il sera nécessaire de procéder à un contrôle
de ces lignées avant de pouvoir les utiliser dans des applications cliniques in vivo et que certaines
lignées pourraient être inutilisables à des propos thérapeutiques.
92
Le terme "épigénétique" fait référence à toutes les causes non génétiques du phénotype. Cette expression est
habituellement utilisée aujourd'hui pour désigner les changements dans la fonction des gènes (c'est à dire dans leur
expression) qui sont héritables mais ne sont pas en lien avec un changement dans la séquence de l'ADN.
. R. Holliday, Epigenetics: an overview, Developmental Genetics, 1994, vol. 15, n°6, pp. 453-457.
. C. T. Wu, J. R. Morris, Genes, Genetics, and Epigenetics: A Correspondence, Science, 10 August 2001, vol. 293,
n°5532, pp. 1103-1105.
. M. Nakao, Epigenetics: interaction of DNA methylation and chromatin, Gene, 31 October 2001, vol. 278, n°1-2, pp. 25-
31.
93
M. R. DeBaun, E. L. Niemitz, A. P. Feinberg, Association of in vitro fertilization with Beckwith-Wiedemann syndrome
and epigenetic alterations of LIT1 and H19, American Journal of Human Genetics, January 2003, vol. 72, n°1, pp. 156-
160.
. E. R. Maher, L. A. Brueton, S. C. Bowdin, A. Luharia, W. Cooper, T. R. Cole, F. Macdonald, J. R. Sampson, C. L.
Barratt, W. Reik, M. M. Hawkins, Beckwith-Wiedemann syndrome and assisted reproduction technology (ART), Journal of
Medical Genetics, January 2003, vol. 40, n°1, pp. 62-64.
94
L'empreinte génomique (genomic imprinting) est le processus biologique, épigénétique, requis pour un développement
embryonnaire normal, dans lequel un gène ou un domaine génomique est marqué biochimiquement en fonction de son
origine parentale. La lignée germinale mâle ou femelle insert une marque spécifique du sexe sur une sous région
chromosomique, en sorte que seul l'allèle d'origine paternel ou maternel du gène correspondant soit actif dans la
descendance. L'empreinte génomique a donc pour conséquence fonctionnelle significative d'inactiver l'expression du gène
d'un des allèles parentaux ce qui entraîne une expression déséquilibrée du gène entre les allèles homologues. Il en résulte
une expression biaisée de ce gène, qui favorise l'expression du locus provenant d'un parent par rapport à l'autre.
L'expression des gènes imprimés est contrôlée par une marque de méthylation, spécifique de l'origine parentale, qui est
établie dans les derniers stades de la gamétogénèse, dans les spermatozoïdes et les ovules. Ensuite, durant l'embryogénèse
et chez l'adulte, les empreintes des gènes sont maintenues dans deux conformations épigénétiques: paternelle ou maternelle.
Ainsi l'empreinte génomique est conservée durant la réplication, est transmissible, peut être identifiée par analyse
moléculaire et sert de marqueur d'origine parentale des régions génomiques. Les gènes avec empreinte sont
fonctionnellement haploïde. Il est estimé qu'environ 1-2% des gènes humains sont soumis à l'empreinte parentale, mais
actuellement l'empreinte n'a été démontrée que dans moins de 100 gènes connus. Un désordre dans l'expression des gènes
imprimés entraîne la mort de l'embryon après son implantation.
. M. S. Bartolomei, S. M. Tilghman, Genomic imprinting in mammals, Annual Review of Genetics, 1997, vol. 31, pp. 493-
525.
95
C. Allegrucci, C. Denning, H. Priddle, L. Young, Stem-cell consequences of embryo epigenetic defects, The Lancet, 10
July 2004, vol. 364, n°9429, pp. 206-208.
96
A. Schumacher, W. Doerfler, Influence of in vitro manipulation on the stability of methylation patterns in the
Snurf/Snrpn-imprinting region in mouse embryonic stem cells, Nucleic Acid Research, 5 March 2004, vol. 32, n°4, pp.
1566-1576.
97
A. Maitra, D. E. Arking, N. Shivapurkar, M. Ikeda, V. Stastny, K. Kassauei, G. Sui, D. J. Cutler, Y. Liu, S. N. Brimble,
K. Noaksson, J. Hyllner, T. C. Schulz, X. Zeng, W. J. Freed, J. Crook, S. Abraham, A. Coman, P. Sartipy, S. I. Matsui, M.
Carpenter, A. F. Gazdar, M. Rao, A. Chakravarti, Genomic alterations in cultured human embryonic stem cells, Nature
Genetics, 4 September 2005, Epub ahead of print, doi: 10. 1038/ng1631.

17
Ces changements épigénétiques qui adviennent dans les cellules souches embryonnaires
humaines auraient des implications non négligeables si les cellules ES étaient déjà utilisées pour la
médecine régénérative. En premier lieu, le potentiel de ces cellules pour se différencier en autres
cellules pourrait être limité par les changements induits par le processus de la culture. En second
lieu, de tels changements épigénétiques pourraient être tumorigènes. De nombreuses formes de
cancers humains sont de fait associées à des aberrations dans la méthylation de l'ADN, soit du type
d'une hypométhylation globale, soit du type d'une hyperméthylation régionale soit sous la forme
d'un niveau dérégulé de l'expression des méthyltransférsses de l'ADN 98.
Toutefois, R. Jaenisch et colaborateurs 99 ont récemment montré que les aberrations
épigénétiques bien connues qui se constatent dans les embryons créés par transfert nucléaire
(nuclear transfer cloning) ne se retrouvent pas dans les cellules souches embryonnaires dérivées de
tels embryons au stade de blastocystes. Ces auteurs supposent que le processus de dérivation des
cellules ES à partir de ces blastocystes sélectionne en quelque sorte les cellules immortalisées qui
ont effacé la "mémoire épigénétique" du noyau donneur pour devenir fonctionnellement
équivalentes à des cellules ES dérivées de blastocystes obtenus par fécondation naturelle. Un tel
"effacement de la mémoire" épigénétique pourrait donc se retrouver dans toutes les cellules ES
dérivées de blastocystes, quelque soit l'origine de ce blastocyste.

4. Le risque de la formation de tumeur à partir des cellules ES greffées

Les cellules souches embryonnaires sont connues comme tumorigéniques, se développant en


tératomas ou tératocarcinomas lorsqu'elles sont injectées, en quelque lieu que ce soit, dans un
organisme adulte100. C'est pour cela que les cellules ES ne peuvent être utilisées in vivo lorsqu'elles
sont encore en état indifférencié. Il faut donc développer des techniques adéquates pour séparer avec
soin, et aussi de façon efficace, les cellules embryonnaires indifférenciés - qui doivent être éliminées
- de leur progéniture différenciée qui doit être transplantée.
Par delà cette préoccupation immédiate concernant la formation de tératomas, il y a une
préoccupation plus profonde à propos des liens réels qui existent entre cellules souches et cancer. La
biologie des cellules souches et leurs propriétés intrinsèques sont aujourd'hui reconnues comme
faisant partie intégrante de la pathogénèse tumorale telle qu'elle se voit en différents types de cancer

98
M. Szyf, DNA methylation and cancer therapy, Drug Resistance Updates, December 2003, vol. 6, n°6, pp. 341-353.
. S. Deltour, V. Chopin, D. Leprince, Modifications épigénétiques et cancer, Médecine Science, Avril 2005, vol. 21, n°4,
pp. 412-421.
. M. Szyf, DNA Methylation and Demethylation as Targets for Anticancer Therapy, Biochemistry, May 2005, vol. 70, n°5,
pp. 533-549.
99
T. Brambrink, K. Hochedlinger, G. Bell, R. Jaenisch, ES cells derived from cloned and fertilized blastocysts are
transcriptionally and functionally indistinguishable, Proceedings of the National Academy od Sciences, USA, 24 January
2006, vol. 103, n°4, pp. 933-938.
100
B. E. Reubinoff, M. F. Pera, C-Y. Fong, A. Trounson, A. Bongso, Embryonic stem cell lines from human blastocysts:
somatic differentiation in vitro, Nature Biotechnology, April 2000, vol. 18, n°4, pp. 399-404. T. Reya, S. J. Morrison, M.
F. Clarke & I. L. Weissman, Stem cells, cancer, and cancer stem cells, Nature, 414, 1 Nov. 2001, 105-111.
. S. Wakitani, K. Takahoka, T. Hattori, N. Miyazawa, T. Iwanaga, S. Takeda, T. K. Watanabe & A. Tanigami, Embryonic
stem cells injected into the mouse knee joint form teratomas and subsequently destroy the joint, Rheumatology, January
2003, 42 (1): 162-165.
. S. Arnhold, H. Klein, I. Semkova, K. Addicks, U. Schraemeyer, Neurally selected embryonic stem cells induce tumor
formation after long-term survival following engraftment into the subretinal space, Investigative Ophthalmology and
Visual Science, December 2004, vol. 45, n°12, pp. 4251-4255.
. K. Teramoto, Y. Hara, Y. Kumashiro, R. Chinzei, Y. Tanaka, K. Shimizu-Saito, K. Asahina, H. Teraoka, S. Arii,
Teratoma formation and hepatocyte differentiation in mouse liver transplanted with mouse embryonic stem cell-derived
embryoid bodies, Transplantation Proceedings, January-February 2005, vol. 37, n°1, pp. 285-286.
. T. Fujikawa, S. H. Oh, L. Pi, H. M. Hatch, T. Shupe, B. E. Petersen, Teratoma formation leads to failure of treatment for
type I diabetes using embryonic stem cell-derived insulin-producing cells, American Journal of Pathology, June 2005, vol.
166, n°6, pp. 1781-1791.
101
T. Reya, S. J. Morrison, M. F. Clarke, I. L. Weissman, Stem cells, cancer, and cancer stem cells, Nature, 1 November

18
. Il a été montré que les cellules souches ont un rôle dans la naissance de cancers du système
hématopoiétique, du sein et du cerveau. Il est probable que, dans le futur, les cellules souches se
trouveront aussi impliquées dans la génèse d'autres malignités. Ces faits devraient rendre les
médecins très prudents quant à l'utilisation en thérapeutique de ce matériel cellulaire auto-
proliférant.

5. Le problème du rejet des cellules ES greffées

Un problème majeur, commun à tous les types de transplantation et qui représente un


obstacle notable pour une possible utilisation clinique des cellules ES humaines est représenté par le
rejet immunologique de ces cellules, reconnues étrangères par l'organisme où on les greffe. Le
recours aux agents immunosuppresseurs place loin de l'idéal que poursuit la médecine régénérative
et est associé à de nombreuses complications. De tels médicaments sont donc exclus en ce qui
concerne l'usage clinique des cellules ES humaines. Cette difficulté peut être dépassée en ayant
recours à diverses stratégies. Une de celles-ci consiste dans la constitution d'une vaste "banque
d'histocompatibilité"102, c'est-à-dire d'une banque de lignées de cellules ES humaines appartenant à
différents types HLA (human leucocyte antigen) et incluant une fraction significative des divers
types d'histocompatibilité présents dans la population. Toutes les lignées de cellules souches
embryonnaires humaines seraient emmagasinées dans cette banque après avoir été isotypées HLA.
Si un large nombre de lignées cellulaires provenant de populations génétiquement différentes peut
être maintenu dans cette banque, des niveaux adéquats de correspondance d'isotype (matching) avec
les patients pourrait être atteints. Un autre choix serait de produire une "cellule universelle" qui
pourrait convenir à tous les patients103. Cela est théoriquement possible en ayant recours à une
manipulation génétique des cellules ES 104.

E. Quelques solutions proposées pour remédier au rejet des cellules ES

1. L'utilisation d'embryons rejetés, impropres au développement

Certains chercheurs ont utilisé des embryons rejetés, impropres au développement


(discarded, unfit human embryos), pour en extraire des cellules ES humaines105, afin de vérifier la
possibilité technique de mettre à profit une telle source potentielle de cellules ES. La raison d'une tel
mode de collecte des ES humaines pourrait aussi être éthique, basées sur le raisonnement que de tels
embryons impropres au développement n'ont pas de futur, et qu'il n'y a aucun mal à vouloir utiliser

2001, vol. 414, n°6859, pp. 105-111.


. J. M. Brickman, T. G. Burdon, Pluripotency and tumorigenicity, Nature Genetics, December 2002, vol. 32, n°4, pp. 557-
558.
. A. Trounson, Stem cells, plasticity and cancer - uncomfortable bed fellows, Development, June 2004, vol. 131, n°12, pp.
2763-2768.
. P. A. Beachy, S. S. Karhadkar, D. M. Berman, Tissue repair and stem cell renewal in carcinogenesis, Nature, 18
november 2004, vol. 432, n°7015, pp. 324-331.
102
M. Drukker, G. Katz, A. Urbach, M. Schuldiner, G. Markel, J. Itskovitz-Eldor, B. Reubinoff, O. Mandelboim, N.
Benvenisty, Characterization of the expression of MHC proteins in human embryonic stem cells, Proceedings of the
National Academy of Sciences, USA, 23 July 2002, vol. 99, n°15, pp. 9864-9869.
103
A. O. Trounson, The derivation and potential use of human embryonic stem cells, Reproduction, Fertility and
Development, 2001, vol. 13, n°7-8, pp. 523-532.
104
R. Eiges, M. Schuldiner, M. Drukker, O. Yanuka, J. Itskovitz-Eldor, N. Benvenisty, Establishment of human
embryonic stem cell- transfected clones carrying a marker for undifferentiated cells, Current Biology, 3 April 2001, vol.
11, n°7, pp. 514-518.
105
M. Mitalipova, J. Cahoun, S. Shin, D. Wininger, T. Schultz, S. Noggle, A. Venable, I. Lyons, A,Robins, S. Stice,
Human Embryonic Stem Cell Lines from discarded Embryos, Stem Cells, 2003, vol. 21, n°5, pp. 521-526.

19
leurs cellules. Certains (D. W. Landry, J. A. Zucker, 2004) 106 ont même été jusqu'à proposer de
récupérer des cellules ES humaines sur des embryons déjà morts, un processus qui échapperait à
toute objection éthique mais qui n'a aucune garantie expérimentale à son actif. De plus, l'utilisation
d'embryons anormaux procurés dans les cliniques de procréation artificielle, ne donne pas de
solution au problème immunologique du rejet de la greffe des cellules ES, si ces cellules sont
utilisées cliniquement.

2. Le transfert de noyau ("clonage thérapeutique")

La technologie du transfert nucléaire, appelé plus communément "clonage thérapeutique",


est couramment proposée comme la méthode qui permettrait d'utiliser les cellules ES humaines chez
les malades, en tournant le problème des barrières immunologiques 107. Un noyau serait extrait d'une
cellule somatique ordinaire du patient à traiter par cellules ES, puis injecté dans un ovocyte énucléé.
Le cytoplasme de l'ovocyta a la capacité de reprogrammer les noyaux de cellules différenciées et,
comme tel, d'établir un programme embryonnaire, en ce qui concerne l'expression des gènes, dans la
chromatine du noyau de la cellule somatique. Le blastocyste qui se développerait d'un tel ovocyte
représenterait une source pour la dérivation de nouvelles lignes de cellules humaines ES. Ces
cellules seraient en correspondance immunologique HLA avec les cellules du patient. Dans cette
situation, le conflit immunologique potentiel en rapport avec la transplantation de cellules hES
serait limité aux différences mineures présentes dans les antigènes localisés dans les gènes
mitochondriaux. Cependant, au jour d'aujourd'hui, il n'existe aucune preuve qu'un tel "clonage
thérapeutique" soit possible dans l'espèce humaine. Les faux résultats publiés par Woo Suk Hwang
et collègues ( W. S. Hwang et al. , 2004, 2005)108 soulignent indirectement la difficulté du clonage
par transfert de noyau chez l'homme et l'insuccès actuel de toutes les tentatives faites dans cette
direction. De plus, cette technique est extrêmement controversée d'un point de vue éthique, parce
qu'elle implique la création d'embryons humains - et leur destruction subséquente - dans le seul but
de recueillir des cellules souches embryonnaires. En outre, la disponibilité réduite d'ovocytes
humains, la basse efficacité de la procédure de transfert nucléaire et le long temps nécessaire pour
obtenir le doublage de la population de cellules ES humaines, font que l'on voit mal comment une
telle technique pourrait devenir une procédure de routine dans le domaine clinique Enfin, la haute
fréquence de défauts épigénétiques dans les embryons provenant de transfert nucléaire, (J. Ohgane
et al. 2001, D. Humpherys et al. , 2001)109 barre le chemin à l'usage de cette approche dans le
domaine thérapeutique tant que la procédure n'a pas été améliorée. Toutefois, ce dernier risque de
désordre épigénétique dans l'embryon obtenu par transfert de noyau clonage semble plus théorique

106
D. W. Landry, H. A. Zucker, Embryonic death and the creation of human embryonic stem cells, The Journal of
Clinical Investigation, November 2004, vol. 114, n°9, pp. 1184-1186.
107
J. B. Cibelli, S. L. Stice, P. J. Golueke, J. J. Kane, J. Jerry, C. Blackwell, F. Abel Ponce de León, J. M. Robl,
Transgenic bovine chimeric offspring produced from somatic cell-derived stem-like cells, Nature Biotechnology, July
1998, vol. 16, n°7, pp. 642-646,
. S. Wakayama, H. Ohta, S. Kishigami, N. V. Thuan, T. Hikichi, E. Mizutani, M. Miyake, T. Wakatama, Establisment of
male and female nuclear transfer embryonic stem cell lines from different mouse strains and tissues, Biology of
Reproduction April 2005, vol. 72, n°4, pp. 9032-936.
108
W. S. Hwang, Y. J. Ryu, J. H. Park, E. S. Park, E. G. Lee, J. M. Koo, H. Y. Jeon, B. C. lee, S. K. Kang, S. J. Kim, C.
Ahn, J. H. Hwang, K. Y. Park, J. B. Cibelli, S. Y. Moon, Evidence of a pluripotent embryonic stem cell line derived from a
cloned blastocyst, Science, 12 March 2004, vol. 303, n°5664, pp. 1669-1674.
. W. S. Hwang, S. I. Roh, B. C. Lee, S. K. Kang, D. K. Kwon, S. Kim, S. J. Kim, S. W. Park, H. S. Kwon, C. K. Lee, J. B.
Lee, J. M. Kim, C. Ahn, S. H. Paek, S. S. Chang, J. J. Koo, H. S. Yoon, J. H. Hwang, Y. Y. Hwang, Y. S. Park, S. K. Oh,
H. S. Kim, J. H. Park, S. Y. Moon, G. Schatten, Patient-specific embryonic stem-cells derived from human SCNT
blastocysts, Science, 17 June 2005, vol. 308, n°5729, pp. 1777-1783.
109
J. Ohgane, T. Wakayama, Y. Kogo, S. Senda, N. Hattori, S. Tanaka, R. Yanagimachi, K. Shiota, DNA methylation
Variation in Cloned Mice, Genesis, June 2001, vol. 30, n°2.
. D. Humpherys, K. Eggan, H. Akutsu, K. Hochedlinger, W. M. Rideout III, D. Biniszkiewicz, R. Yanagimachi, R.
Jaenisch, Epigenetic Instability in ES Cells and Cloned Mice, Science, 6 July 2001, vol. 293, n°5527, pp. 95-97.

20
que réel. Dans une étude publiée récemment (T. Brambrink, R. Jarnisch et al. , 2006)110, les
chercheurs n'ont trouvé aucune aberration dans la transcription génétique des cellules ESh dérivées
de blastocystes "clonés", par comparaison avec des cellules ES dérivées de blastocystes obtenus par
fécondation de gamètes. "La mémoire épigénétique" du noyau du donneur pourrait être, en fait,
"effacée" lors du processus même de dérivation des cellules ES à partir des blastocystes. Cependant,
ce résultat réassurant demande confirmation par d'autres études portant sur cette question.

3. Le Transfert de noyau modifié pour obtenir des embryons non viables (altered
nuclear transfer): ANT et OAR

Pour tourner le problème éthique qui grève le "clonage thérapeutique" par transfert de
noyau, certains auteurs (W. B. Hurlbut, 2004) 111 ont proposé ce qu'ils appellent le transfert nucléaire
"modifié"(ANT) (altered nuclear transfer): dans cette procédure ce qui serait produit par l'opération
du transfert nucléaire serait un "embryon altéré"112, c'est-à-dire un embryon inapte, défectueux, qui
ne pourrait pas se développer correctement parce qu'il aurait été créé avec un défaut génétique ou
épigénetique, mais qui pourrait cependant donner des cellules souches embryonnaires de bonne
qualité. Les auteurs de cette proposition pensent qu'il serait moralement acceptable de détruire de
tels embryons "altérés", déprivés de tout potentiel de développement, et comparables sur ce point
aux tératomes embryonnaires, pour tirer de leur masse cellulaire interne des cellules souches
embryonnaires (W. B. Hurlbut, 2004)113. Cette technique offrirait l'avantage des cellules souches
obtenues par transfert de noyau (immunocompatibilité avec le receveur si le noyau transféré
provient de ce receveur), sans être grévée du problème éthique lié à la destruction volontaire d'un
embryon humain normal. Une possibilité pour réaliser de tels embryons défectueux par transfert de
noyau serait offerte par la mise au silence, dans le noyau somatique du donneur sur le point d'être
transféré, d'un gène essentiel pour le développement post-implantatoire de l'embryon, par exemple
le gène cdx2, qui est un gène essentiel pour la différentiation du trophectoderme 114. Cette mise au
silence de cdx2 dans le noyau donneur serait réalisée par interférence d'ARN (RNAi) (RNA
interference)115. Cette modification serait accomplie ab initio, avant la fusion du noyau donneur
dans l'ovocyte énucléé, en sorte que l'entité résultant de cette fusion serait portée en existence avec
une structure génétique insuffisante pour se développer en embryon humain valide. Une telle entité
ne serait pas un véritable embryon, promu au développement, mais un "embryon altéré", sans futur,
incapable de s'implanter et de se développer "in utero". Une fois que les cellules ES auraient été
extraites du blastocyste obtenu à partir de cet "embryon altéré", le gène cdx2 serait réactivé dans les
cellules ES ainsi obtenues afin d'avoir des cellules ES humaines pleinement pluripotentes. A.
Meisner, R. Jaenisch et collaborateurs 116 ont montré récemment sur la souris qu'un tel processus
110
T. Brambrink, K. Hochedlinger, R. Jaenisch, ES cells derived from cloned and fertilized blastocysts are
transcriptionally and functionally indistinguishable, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 24 January
2006, vol. 104, n°4, pp. 933-938.
111
W. B. Hurlbut, Altered Nuclear Transfer as a Morally Acceptable Means for the Procurement of Human Embryonic
Stem Cells, Commissioned working paper discussed at the President's Council on Bioethics December 2004 meeting,
http;//www. bioethics. gov/background/hurlbut. html.
. W. B. Hurlbut, Altered Nuclear Transfer, The New England Journal of Medicine, 17 March 2005, vol. 352, n°11, pp.
1153-1154.
112
E. Check, Altered embryos offered as solution to stem-cell rift, Nature, 21 July 2005, vol. 436, n°7049, p. 308.
113
W. B. Hurlbut, Altered Nuclear Transfer, The New England Journal of Medicine, 17 March 2005, vol. 352, n°11, pp.
1153-1154.
114
K. Deb, M. Sivaguru, H. Y. Yong, R. M. Roberts, Cdx2 Gene Expression and Trophectoderm Lineage Specification in
Mouse Embryos, Science, 17 February 2006, vol. 311, n°5763, pp. 992-996.
115
A. Fire, S. Xu, M. K. Montgomery, S. A. Kostas, S. E. Driver, C. C. Mello, Potent and specific genetic interference by
double-stranded RNA in Caenorhabditis elegans, Nature, 19 February 1998, vol. 391, n°6669, pp. 806-811.
. C. D. Novina, P. A. Sharp, The RNAi revolution, Nature, 8 July 2004, vol. 430, n°6996, pp. 161-164.
116
A. Meissner, R. Jaenisch, Generation of nuclear transfer-derived pluripotent ES cells from cloned cdx2-deficient
blastocysts, Nature, online advanced publication, doi:10. 1038/nature04257, 17 October 2005.

21
pouvait effectivement se faire et permettait d'obtenir des cellules ES humaines normales,
pluripotentes.
Par ailleurs, M. Grompe a proposé, sous le nom de "reprogrammation assistée
d'ovocytes"(OAR) ("oocyte assisted reprogramming") un autre type de "transfert nucléaire
altéré"117; il s'agirait là de modifier le statut épigénétique dans le noyau donneur somatique destiné
au transfert, en sorte que le résultat du transfert de ce noyau dans un ovocyte énuclée ne soit pas un
véritable embryon, promu au développement post-implantatoire, mais une masse de cellules
totipotentielles comparables aux cellules de la masse interne du blastocyste. Pour mener à bien une
telle opération, M. Grompe propose d'introduire dans le noyau donneur, avant son transfer, une
surcharge en gène Nanog 118, qui est un gène qui ne s'exprime pas dans le zygote ni dans l'embryon
précoce en phase de segmentation, mais devient activé à partir du stade de "morula". Ce gène
Nanog est indispensable à l'apparition de la pluripotentialité dans les cellules de la masse interne du
blastocyste 119. La présence d'une forte expression de Nanog dans la cellule clone issue de la fusion
du noyau donneur et de l'ovocyte énucléé conférerait la totipotence à cette cellule et aux cellules qui
en seraient issues, les rendant différentes d'un embryon. Ces cellules, en se multipliant, donneraient
une masse inorganisée de cellules indifférenciées, totipotentielles, comparables aux cellules ES
obtenues à partir des blastocystes.

4. Parthénogénèse

La recherche pour une alternative au clonage par transfert de noyau pour générer des cellules
ES auto-compatibles a incité certains chercheurs à proposer le parthénogénèse comme moyen pour
obtenir des cellules ES immunocompatibles avec le sujet receveur sans devoir créer pour ce faire un
embryon humain par clonage120. La parthénogénèse est le processus par lequel un ovocyte peut se
diviser de lui-même, sans fécondation, et se développer ainsi pour donner un embryon
(monoparental, toujours de sexe féminin)sans qu'il soit fécondé 121. Elle peut être provoquée
artificiellement chez les mammifères par manipulation chimique ou par décharge électrique. Chez
les primates, les embryons créés de cette manière ne peuvent pas se développer correctement, et

117
G. Vogel, Embryo-Free Techniques Gain Momentum, Science, 8 July 2005, vol. 309, n°5732, pp. 240-241.
118
G. Pan, D. Pei, The stem cell pluripotency factor NANOG activates transcription with two unusual point subdomains
at its C terminus, The Journal of Biological Chemistry, 14 January 2005, vol. 280, n°2, pp. 1401-1407.
119
K. Mitsui, Y. Tokuzawa, H. Itoh, K. Segawa, M. Murakami, K. Takahashi, M. Maruyama, M. Maeda, S. Yamanaka,
The Homoprotein Nanog is Required for Maintenance of Pluripotency in Mouse Epiblast and Es Cells, Cell, 30 May 2003,
vol. 113, n°5, pp. 631-642.
. A. H. Hart, L. Hartley, M. Ibrahim, L. Robb, Identification, cloning and expression analysis of the pluripotency
promoting Nanog genes in mouse and human, Developmental Dynamics, May 2004, vol. 230, n°1, pp. 187-198.
120
J. B. Cibelli, K. A. Grant, K. B. Chapman, K. Cunniff, T. Worst, JH. L. Green, S. J. Walker, P. H. Gutin, L. Vilner, V.
Tabar, T. Dominko, J. Kane, P. J. Wettstein, R. P. Lanza, L. Studer, K. E. Vrana, M. D. West, Parthenogenetic stem cells
in nonhuman primates, Science, 1 February 2002, vol. 295, n°5556, pp. 779-780.
121
A. R. Templeton, H. L. Carson, C. F. Sing, The population genetics of parthenogenetic strains of Drosophila
mercatorium. II The capacity for parthenogenesisi in a natural, bisexual population, Genetics, 25 March 1976, vol. 82,
n°3, pp. 527-542.
. P. Bierzychudek, Patterns in Plant Parthenogenesis, Cellular and Molecular Life Sciences, October 1985, vol. 41, n°10,
pp. 1255-1264.
. D. Crews, M. Grassman, J. Linzey, Behavioral facilitation of reproduction in sexual and unisexual whiptail lizards,
Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, December 1986, vol. 83, n°24, pp. 9547-9550.
. C. J. Cole, C. R. Townsend, Parthenogenetic lizards as vertebrate systems, The Journal of Experimental Zoology, 1990,
vol. 4, pp. 174-176.
. A. Gómez. G. R. Carvalho, Sex, parthenogenesis and genetic structure of rotifers: microsatellite analysis of
contemporary nd resting egg bank populations, Molecular Ecology, February 2000, vol. 9, p. 203.
. M. Pearcy, S. Aron, C. Doums, L. Keller, Conditional Use of Sex and Parthenogenesis for Worker and Queen
Production in Ants, Science, 3 December 2004, vol. 306, n°5702, pp. 1780-1783.
. R. Nielsen, Evolution. Why Sex ?, Science, 17 February 2006, vol. 311, n°5763, pp. 960-961.

22
sont habituellement incapables de s'implanter 122. Selon les chercheurs qui s'intéressent à cette
question, un embryon ainsi créé par parthénogénèse ne devrait pas être considéré comme un
véritable embryon, promis au développement, mais comme un "parthénote" de brève vie, d'où les
cellules ES pourraient être extraites sans objections éthiques. Quoiqu'il en soit du statut moral des
"parthénotes", cette proposition de la parthénogénèse comporte différents écueils techniques, dont le
fait qu'elle n'intéresse que les sujets de sexe féminin et que l'absence des empreintes génomiques
dans ces parthénotes entraîne de graves défaux épigénétiques qui pourraient se retrouver dans les
cellules ES qui en seraient extraites (sauf si le processus de dérivation de ces cellules ne laisse
survivre que celles dont la mémoire épigénétique a été effacées, comme il a été dit plus haut).

5. Cellules ES dérivées d'un unique blastomère recueilli par biopsie d'embryon

Y. Chung, R. Lanza et al. (2005) 123 ont proposé récemment de dériver des lignées de
cellules souches embryonnaires d'un blastomère unique récolté in vitro d'un embryon humain en
utilisant une technique de biopsie d'embryon semblable à celle qui est utilisée pour le diagnostic
génétique pré-implantatoire, et qui n'interfère pas avec le développement de l'embryon. Ils ont
utilisé cette méthode pour recueillir des blastomères uniques de souris et ils ont été capables
d'établir ainsi cinq lignes de cellules ES qui ont maintenu un caryotype normal et les marqueurs de
pluripotentialité pendant plus de 50 passages. Cette proposition n'était pas en fait une nouveauté:
une telle méthode pour recueillir des cellules ES avait déjà été rapportée antérieurement par d'autres
chercheurs 124. L'objection principale contre une telle proposition est qu'elle fait courir un risque non
négligeable à l'embryon biopsié, sans procurer aucune contre partie bénéficielle à cet embryon. Une
autre objection concerne la nature du blastomère ainsi prélevé: un blastomère humain extrait d'un
embryon à huit cellules pourrait théoriquement donner origine à un organisme complet, autonome,
s'il est placé dans un milieu de culture adéquat 125. En fait, c'est ce qui se passe dans la gémellarité

122
M. A. H. Surani, S. C. Barton, Development of Gynogenetic Eggs in the Mouse: Implications for Parthenogenetic
Embryos, Science, 2 December 1983, vol. 222, n°4627, pp. 1034-1036.
. S. Barton, A. C. Ferguson-Smith, R. Fundele, M. A. Surani, Influence of paternally imprinted genes on development,
Development, October 1991, vol. 113, n°2, pp. 679-687.
. M. S. Bartolomei, S. M. Tilghman, Genomic imprinting in mammals, Annual Review of Genetics, 1997, vol. 31, pp. 493-
525.
. M. A. Surani, Imprinting and the initiation of gene silencing in the germ line, Cell, 1 May 1998 May, vol. 93, n°3, pp.
309-312.
. T. Kono, Y. Obata, Q. Wu, K. Niwa, Y. Ono, Y. Yamamoto, E. Sung Park, J-S. Seo, H. Ogawa, Birth o parthogenetic
mice that can develop to adulthood, Nature, 22 April 2004, vol. 428, n°6985, pp. 860-864.
. J. Hipp, A. Atala, Tissue engineering, stem cells, cloning, and parthenogenesis: new paradigms for therapy, Journal of
Experimental and Clinical Assisted Reproduction, 8 December 2004, vol. 1, n°1, pp. 3-13.
. D. A. F. Loebel, P. P. L. Tam, Mice without a father, Nature, 22 April 2004, vol. 428, n°6985, pp. 809-811.
123
Y. Chung, I. Klimanskaya, S. Becker, J. Marh, S-J. Lu, J. Johnson, L. Meisner, R. Lanza, Embryonic and
extraembryonic stem cell lines derived from single mouse blastomeres, Nature, Advanced online publications, 16 October
2005, doi:10. 1038/nature04277
124
New methods of obtaining embryonic stem cells could reduce embryo wastage and makes stem cell banks real
possibility, Press Release, ESHRE, Abstract, Copenhagen 2005.
. E. S. Sills, T. Takeuchi, N. Tanaka, Q. V. Neri, G. D. Palermo, Identification and isolation of embryonic stem cells in
reproductive endocrinology: theoretical protocols for conservation of human embryos derived from in vitro fertilization,
Theoretical Biology and Medical Modelling, 18 July 2005, vol. 2, p. 25.
125
A. K. Tarkowski e collaboratori hanno potuto ottenere repetitivamente topolini da blastomeri raccolti da 2 cellule-
embrioni (1959). Per ottenere topolini da blastomeri derivati da 8 cellule-embrioni hanno dovuto aggregare tali blastomeri
a degli embrioni tetraploidi usati come "trasportatori"(2001). L'ottenimento di animali adulti a partire da blastomeri raccolti
da embrioni di corniglio o di pecora a 4 o 8 cellule, realizzato da Moore et al. (1968) e da Willadsen et al. (1981), è più
facile che nel topolino perchè i blastocisti in queste specie hanno più di cellule nella loro massa cellulare interna.
. A. K. Tarkowski, Experiments on the development of isolated blastomers of mouse egges, Nature, 24 October 1959, vol.
184, pp. 1286-1287.
. N. W. Moore, C. E. Adams, L. E. Rowson, Developmental potential of single blastomeres of the rabbit egg, Journal of
Reproduction and Fertility, December 1968, vol. 17, n°3, pp. 527-531.

23
naturelle et c'est ce qui est à la base du clonage par division d'embryon (embryo splitting) 126. Pour
cette raison, un blastomère isolé ne peut être traité avec désinvolture, comme on le ferait de toute
autre cellule.

6. Reprogrammation "Embryo-free"

Une autre façon de tourner les difficultés techniques et éthiques liées à la méthode standard
utilisée pour recueillir les cellules hES à partir de blastocystes humains, serait de ne pas utiliser
d'embryon, mais, par contre, de "reprogrammer" une cellule souche somatique, pour porter cette
cellule à un niveau épigénétique de pluripotentialité équivalent à celui d'une cellule hES.

Une approche dans cette direction serait d'utiliser la capacité des cellules pluripotentielles,
ES, de reprogrammer les cellules somatiques après hybridation (epigenetic reprogramming by cell
hybridization)127 par fusion d'une cellule somatique avec une cellule ES 128. Une fois développées en
lignées cellulaires, ces cellules issues d'une fusion se comporteraient comme des cellules ES.
Cependant, une telle hybridation donne une cellule tétraploide, et le complément chromosomique
tétraploide peut faire surgir des problèmes imprévus, à commencer par les tendances intrinsèques de
telles cellules à former des tumeurs.
Une autre proposition est d'utiliser le processus de la "transdifférenciation", qui permet de
transformer directement le phénotype d'une cellule somatique 129. La possibilité d'une telle
reprogrammation ou transdifférenciation du noyau, le faisant passer d'une spécialisation à une autre
a été démontrée pour bien des types cellulaires 130. Cependant, les possibilités et les limites d'un tel
processus de reprogrammation ne sont pas claires, et la production de telles "cellules"
reprogrammées serait d'un rendement très faible.
Une troisième alternative serait celle de la "dédifferenciation", c'est-à-dire la possibilité de
faire revenir des cellules déjà commises dans des lignages spécialisés à un status de cellules
progénitrices multipotentes.

La dédifférenciation, qui se produit spontanément dans les organismes plus simples et


permet la régéneration de certaines parties du corps (pattes et queue pour la salamandre, bras pour
l'étoile de mer par exemple) pourrait être aussi possible dans l'organisme d'un mammifère 131. Les

. S. M. Willadsen, The developmental capacity of blastomeres from 4- and 8-cell sheep embryos, Journal of Embryology
and Experimental Morphology, October 1981, vol. 65, pp. 165-172.
. A. J. Tarkowski, W. Ozdzenski, R. Czolowska, Mouse singletons and twins developed from isolated diploid blastomeres
supported with tetraploid blastomeres, The International Journal of Developmental Biology, 2001, vol. 45, pp. 591-596.
.,
126
J. L. Hall, D. Engel, P. R. Gindoff, et al. , Experimental Cloning of Human Polyploid Embryos Using an Artificial
Zona Pellucida, The American Fertility Society conjointly with the Canadian Fertility and Andrology Society, Program
Supplement, 1993 Abstracts of the Scientific Oral and Poster Sessions, Abstract 0-001, S1.
. R. Kolberg, Human Embryo Cloning Reported, Science, vol. 262, nº5134, 29 October 1993, pp. 652-653.
. S. Geber, M. Sampaio, Blastomere development after embryo biopsy: a new model to predict embryo development and to
select for transfer, Human Reproduction, March 1999, vol. 14, n°3, pp. 782-786.
127
M. A. Surani, Reprogramming of genome function through epigenetic inheritance, Nature, 1 November 2001, vol.
414, n°6859, pp. 122-128.
128
C. A. Cowan, J. Atienza, SD. A. Melton, K. Eggan, Nuclear Reprogramming of Somatic Cells After Fusion with
Human Embryonic Stem Cells, Science, 26 August 2005, vol. 309, n°5739, pp. 1369-1373.
129
A. M. Hakelien, P. Collas, Novel approaches to transdifferentiation, Cloning Stem Cells, 2002, vol. 4, n°4, pp. 379-
387.
130
I. S. Abuljadayel, Induction of stem cell-like plasticity in mononuclear cells derived from unmobilised adult human
peripheral blood, Current Medical Research and Opinions, 2003, vol. 19, n°5, pp. 355-375.
131
R. Y. L. Tsai, R. Kittappa, R. D. G. McKay, Plasticity, Niches, and the Use of Stem Cells, Developmental Cell, June
2002, vol. 2, n°6, pp. 707-712.

24
résultats obtenus à cet égard par S. Chen et al. (2004)132 et X. Chen et al. (2005)133 sont intéressants,
mais la question nécessite des études plus approfondies.

F. Conclusion

En conclusion, les cellules souches embryonnaires pourraient être porteuses d'espoirs


cliniques, en particulier dans le champ de la médecine dite "régénérative", si les obstacles présents,
qui interdisent pour le moment toute utilisation au bénéfice de patients, pouvaient être dépassés. On
ne voit pas pour l'instant la possibilité d'appliquer ces cellules au domaine clinique, soit en raison de
la difficulté où l'on se trouve de contrôler d'une manière sûre et reproductible leur différenciation
vers le tissu désiré, soit à cause du rejet immunologique de ces cellules quand elles ne
correspondent pas au type HLA du receveur, soit à cause du risque de cancer que leur greffe
comporte. La proposition du "clonage thérapeutique", souvent présentée dans les forums politiques
ou les médias comme la clef de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, n'a pu, jusqu'à
présent, être réalisée avec succès dans l'espèce humaine, et pose, de plus, de graves problèmes
éthiques. Les "solutions alternatives"(ANT,OAR,parthénogénèse, biopsie d'embryon) aux
techniques standard de dérivation de cellules ES humaines, qui sont aujourd'hui proposées par
divers auteurs, posent leurs propres problèmes éthiques, et l'on manque de données expérimentales
et de résultats concrets pour pouvoir porter sur elle un regard véritablement objectif. De plus, en
admettant qu'elles puissent être réalisables, leur rendement sera probablement trop restreint pour
une application pratique, clinique.

132
S. Chen, Q. Zhang, X. Wu, P. G. Schultz, S. Ding, Dedifferentiation of lineage-committed cells by a small molecule,
Journal of the American Chemical Society, 21 January 2004, vol. 126, n°2, pp. 410-411.
. S. Kim, G. R. Rosania, Y-T. Chang, Dedifferentiation ? What's next ?, Molecular Interventions, April 2004, vol. 4, n°2,
pp. 83-85.
133
X. Chen, Z. Mao, S. Liu, H. Liu, X. Wang, H. Wu, Y. Wu, T. Zhao, W. Fan, Y. Li, D. T. Yew, P. M. Kindler, L. Li, Q.
He, L. Qian, X. Wang, M. Fan, Dedifferentiation of adult human myoblasts induced by ciliary neurotrophic factor in vitro,
Molecular Biology of the Cell, July 2005, vol. 16, n°7, pp. 3140-3151.

25
III
CELLULES SOUCHES NON EMBRYONNAIRES (SOMATIQUES ET DU CORDON OMBILICAL)

La situation du point de vue des possibilités d'application cliniques des cellules souches est
bien différente en ce qui concerne les cellules souches non embryonnaires, soit qu'il s'agisse de
cellules souches "adultes", somatiques, soit qu'il s'agisse de cellules souches du cordon ombilical.
Il y a actuellement plus que 80 thérapies en cours et environ 300 expérimentations cliniques
qui ont recours aux cellules souches adultes134.

A. L'individuation des cellules souches adultes

Les cellules souches somatiques, "adultes", "d'après la naissance", sont définies comme des
cellules progénitrices clonogéniques, capables d'auto-renouvellement, et capables de se différencier
en un ou plusieurs types de cellules différenciées, spécialisées 135. Ces cellules sont présentes en de
nombreux organes et tissus de l'organisme. Elles apparaissent assez différentes des cellules ES: à
l'exception des cellules hématopoïétiques qui sont toujours en activité, les autres cellules adultes
sont rares, d'identification difficile, et en général se trouvent au repos dans les tissus. En plus, leur
capacité de prolifération et de différenciation est limitée quand on la compare à celle des cellules ES
136
. Il faut qu'il y ait lésion, et une lésion aiguë et non pas chronique, pour que les cellules souches en
circulation viennent s'intégrer dans un organe ou dans un tissu, ou pour que les cellules souches en
sommeil dans un organe ou un tissu s'activent et viennent participer la régénération de cet organe ou
de ce tissu.

Les cellules souches hématopoïétiques (HSCs) (hematopoietic stem cells) ont été les
premières cellules souches à avoir été identifiées dans l'organisme adulte (1961, J. Till and E.
McCulloch)137. Puis d'autres cellules souches, capables de reconstruire le tissu où elles se trouvent,
furent mises en évidence dans l'épithélium gastro-intestinal138, l'épiderme 139, le muscle squelettique

134
Proceed with caution, Editorial, Nature Biotechnology, July 2005, vol. 23, n°7, p. 763.
135
D. J. Anderson, F. H. Gage, I. L. Weissman, Can stem cells cross lineage boundaries ?, Nature Medicine, April 2001,
vol. 7, n°4, pp. 393-395, see p. 393.
136
J. Czyz, C. Wiese, A. Rolletschek, P. Blyszczuk, M. Cross, A. M. Wobus, Potential of embryonic and adult stem cells
in vitro, Biological Chemistry, October-November 2003, vol. 384, n°10-11, pp. 12391-1409.
137
J. E. Till, E. A. McCulloch, A direct measurement of the radiation sensitivity of normal mouse bone marrow cells,
Radiation Research, February 1961, vol. 14, pp. 213-222.
138
C. S. Potten, M. Loeffler, Stem cells: attributes, cycles, spirals, pitfalls and uncertainties. Lessons for and from the
crypt, Development, December 1990, vol. 110, n°4, pp. 1001-1020.
. C. S. Potten, Stem cells in gastrointestinal epithelium: numbers, characteristics and death, Philosophical Transactions of
the Royal society of London. Series B, biological Sciences, 29 June 1998, vol. 353, n°1370, pp. 821-830.
139
F. M. Watt, Epidermal stem cells: markers, patterning and the control of stem cell fate, Philosophical Transactions of
the Royal society of London. Series B, biological Sciences, 29 June 1998, vol. 353, n°1370, pp. 831-837.
. L. Alonso, E. Fuchs, Stem cells in the skin: waste not, Wnt not,
Genes and Development, 15 May 2003, vol. 17, n°10, pp. 1189-1200.

26
(cellules satellites) 140, le cartilage (chondroblastes) 141, le foi (cellules ovales e petites cellules
progénitrices semblables aux hépatocytes) (SHPCs) 142, le pancréas (cellule souches préductales) 143,
les épithéliums (cellules souches basales) 144. Jusqu'à une époque récente on pensait que les tissus
dans lesquels les cellules ne se renouvellent pas durant la vie adulte, ou se renouvellent de façon
rare et lente (muscle cardiaque, tissu nerveux) étaient privés de cellules souches. Mais les
explorations plus récentes ont montré que l'on trouvait des cellules souches aussi dans ces tissus, par
exemple dans le myocarde 145, et le tissu nerveux 146 et ceci a porté à penser que probablement tous
les tissu adultes en sont dotés. On a ainsi mis en évidence, isolé et recueilli des cellules souches
multipotentes dans la majorité des tissus: dans le stroma de la moelle osseuse (cellules
mésenchymateuses) (MSCs)147, dans l'endothélium vasculaire 148, dans les follicules pileux,

140
M. D. Grounds, Muscle regeneration: molecular aspects and therapeutic implications, Current Opinion in Neurology,
October 1999, vol. 12, n°5, pp. 535-543.
. M. D. Grounds, J. D. White, N. Rosenthal, M. A. Bogoyevitch, The role of Stem Cells in Skeletal and Cardiac Muscle
Repair, The Journal of Histochemistry and Cytochemistry, May 2002, vol. 50, n°5, pp. 589-610.
. R. J. Jankowski, B. m. Deasy, J. Huard, Muscle-derived stem cells, Gene Therapy, May 2002, vol. 9, n°10, pp. 642-647.
. R. J. Jankowski, B. M. Deasy, B. Cao, C. Gates, J. Huard, The role of CD34 expression and cellular fusion in the
regeneration capacity of myogenic progenitor cells, Journal of Cell Science, 15 November 2002, vol. 115, n°22, pp. 4361-
4374.
141
T. Yotsuyanagi, S. Urushidate, M. Watanabae, Y. Sawada, Reconstruction of a three-dimensional structure using
cartilage regenerated from the perichondrium of rabbits, Plastic and Reconstructive Surgery, April 1999, vol. 103, n°4,
pp. 1120-1123.
142
G. J. Gordon, W. B. Coleman, D. C. Hixson, J. W. Grisham, Liver regeneration in rats with retrorsine-induced
hepatocellular injury proceeds through a novel cellular response, American Journal of Pathology, February 2000, vol.
156, n°2, pp. 389-392.
. G. J. Gordon, W. B. Coleman, J. W. Grisham, Temporal analysis of hepatocyte differentiation by small hepatocyte-like
progenitor cells during liver regeneration in retrorsine-exposed rats, American Journal of Pathology, September 2000,
vol. 157, n°3, pp. 771-786.
143
S. Bonner-Weir, M. Taneja, G. C. Weir, K. Tatarkiewicz. K. H. Song, A. Sharma, J. J. O'Neil, In vitro cultivation of
human islets from expanded ductal tissue, Proceedings of the National academy of Sciences, USA, 5 July 2000, vol. 97,
n°14, pp. 7999-8004.
. V. K. Ramiya, M. Maraist, K. E. Arfors, D. A. Schatz, A. B. Peck, J. G. Cornelius, Reversal of insulin-dependent
diabetes using islets generated in vitro from pancreatic stem cells, Nature Medicine, March 2000, vol. 6, n°3, pp. 278-282.
. H. Zulewski, E. J. Abraham, M. J. Gerlach,, P. B. Daniel, W. Moritz, B. Muller, M. Vallejo, M. K. Thomas, J. F.
Habener, Multipotential nestin-positive stem cells isolated from adult pancreatic islets differentiate ex vivo into pancreatic
endocrine, exocrine and hepatic phenotypes, Diabetes, March 2001, vol. 50, n°3, pp. 521-533.
144
J. M. W. Slack, Stem Cells in Epithelial Tissues, Science, 25 February 2000, vol. 287, n°5457, pp. 1431-1433.
145
S. Hughes, Cardiac stem cells, Journal of Pathology, July 2002, vol. 197, n°4, pp. 468-478.
. N. Rosenblatt-Velin, M. G. Lepore, C. Cartoni, F. Beermann, T. Pedrazzini, FGF-2 controls the differentiation of
resident cardiac precursors into functional cardiomyocytes, The Journal of Clinical Investigation, July 2005, vol. 115, n°7,
pp. 1724-1733.
146
D. Bottai, R,Fiocco, F. Gelain, I. Defilippis, R. Galli, L. A. Vescovi, Neural stem cells in the adult nervous system,
Journal of Hematotherapy and Stem Cell Research, December 2003, vol. 12, n°6, pp. 655-670.
. D. L. Clarke, Neural stem cells, Bone Marrow Transplantation, August 2003, vol. 32, suppl. 1, pp. S13-S17.
147
P. Bianco, M. Riminucci, S. Gronthos, P. Gehron Robey, Bone Marrow Stromal Stem Cells: Nature, Biology, and
Potential Applications, Stem Cells, 2001, vol. 19, n°3, pp. 180-192.
. J. J. Minguell, A. Erices, P. Conget, Mesenchymal Stem Cells, Experimental Biology and Medicine, June 2001, vol. 226,
n°6, pp. 507-520.
148
T. Asahara, T. Murohara, A. Sullivan, M. Silver, R. van der Zee, T. Li, B. Witzenbichler, G. Schatteman, J. M. Isner,
Isolation of putative progenitor endothelial cells for angiogenesis, Science, 14 February 1997, vol. 275, n°5302, pp. 964-
967.

27
capillaires149, dans l'épithélium de la cornée 150, dans la rétine 151, dans le pancréas 152, dans le foi 153,
dans la glande mammaire154, et dans le tissu adipeux 155. Il n'est toutefois pas sûr que de telles
cellules puissent être utilisées par le corps pour substituer les cellules malades ou lésées156.

B. La plasticité des cellules souches adultes

Jusqu'à ces dernières années, on pensait que les cellules souches suivaient dans leur
différenciation un processus unidirectionnel d'étapes successives de spécification, irréversibles, qui
restreignaient progressivement la gamme des choix disponibles de destin cellulaire. On considérait
donc ces cellules souches tissulaires, "adultes", comme irréversiblement engagées dans une voie de
149
R. M. Lavker, T. T. Sun, Hair follicle stem cells: present concepts, The Journal of Investigative Dermatology, May
1995, vol. 104, n°5, Suppl. , pp. 38S-39S.
150
T. T. Sun, R. M. Lavker, Corneal epithelial stem cells: past, present, and future, The Journal of Investigative
Dermatology, Symposium Proceedings, September 2004, vol. 9, n°3, pp. 202-207.
151
B. L. Coles, B. Angenieux, T. Inoue, K. D. Rio-Tsonis, J. R. Spence, R. R. McInnes, Y. Arsenijevic, D. van der Kooy,
Facile isolation and the characterization of human retinal stem cells,
Proceedings of the National Academy of Sciences, U. S. A. , 2 November 2004, vol. 101, n°44, pp. 15772-15777
152
È generalmente accettato che tutti i tipi di cellule endocrini delle isolotti pancreatici sorgono dalle stesse cellule
staminali epiteliali duttali attraverso una differenziazione sequenziale (C. Hellerstrom, 1984; M. S. Rao et al. , 1989). Così
si pensa che le cellule staminali pancreatiche responsabili per la formazione di ambedue tessuti endocrino ed acinoso
risiedono nei dotti pancreatici. Diversi studi, (J. G. Cornelius et al. , 1997, V. K. Ramiya et al. , 2000 , A. Suzuki et al. ,
2004 , R. M. Seaberg et al. , 2004), con risultati abbastanza divergenti (G. C. Weir et al. , 2004), sembrano sostenere la
conclusione che delle cellule precursori endocrine di qualche genere esistono nel pancreas, che sono presenti non solo nel
dotto, ma anche all'interno degli stessi isolotti (M. Trucco et al. , 2005). Tali cellule sarebbero preziose per la cura del
diabete tipo 1 nei bambini.
. C. Hellerstrom, The life story of the pancreatic B cells, Diabetologia, June 1984, vol. 26, n°6, pp. 393-400.
. M. S. Rao, R. S. Dwivedi, A. V. Yeldandi, V. Subbarao, X. D. Tan, M. I. Usman, S. Thangada, M. R. Nemali, S. Kumar,
D. G. Scarpelli, et al. , Role of periductal and ductular epithelial cells of the adult rat pancreas in pancreatic hepatocyte
lineage. A change in the differentiation commitment, American journal of Pathology, May 1989, vol. 134, n°5, pp. 1069-
1086.
. J. G. Cornelius, V. Tchernev, K. J. Kao, A. B. Peck, In vitro-generation of islets in long-term cultures of pluripotent stem
cells from adult mouse pancreas, Hormone and Metabolic Research, June 1997, vol. 29, n°6, pp. 271-277.
. V. K. Ramiya, M. Maraist, K. E. Arfors, D. A. Schatz, A. B. Peck, J. G. Cornelius, Reversal of insulin-dependent
diabetes using islets generated in vitro from pancreatic stem cells, Mature Medicine, March 2000, vol. 6, n°3, pp. 278-
282.
. S. Bonner-Weir, N. Taneja, G. C. Weir, K. Tatarkiewicz, K. H. Song, A. Sharma, J. J. O'Neil, In vitro cultivation of
human islets from expanded ductal tissue, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, July 2000, vol. 97,
n°14, pp. 7999-8004.
. A. Suzuki, H. Nakauchi, H. Taniguchi, Prospective isolation of multipotent pancreatic progenitors using flow-cytometric
cell sorting, Diabetes, August 2004, vol. 53, n°8, pp. 2143-2152.
. G. C. Weir, S. Bonner-Weir, β-cell precursors - a work in progress, Nature Biotechnology, September 2004, vol. 22, n°9,
pp. 1095-1096.
. R. M. Seaberg, S. R. Smukler, T. J. Kieffer, G. Enikolopov, Z. Asghar, M. B. Wheeler, G. Korbutt, D. van der Kooy,
Clonal identification of multipotent precursors from adult mouse pancreas that generate neural and pancreatic lineages,
Nature Biotechnology, September 2004, vol. 22, n°9, pp. 1115-1124.
. M. Trucco, Regeneration of the pancreatic β cell, The Journal of Clinical Investigation, January 2005, vol. 115, n°1, pp.
5-12.
153
M. Alison, C. Sarraf, Hepatic stem cells, Journal of Hepatology, October 1998, vol. 29, n°4, pp. 676-682.
. A. Suzuki, Y-W Zheng, S. Kaneko, M. Onodera, K. Fukao, H. Nakauchi, H. Taniguchi, Clonal identification and
characterization of self-renewing pluripotent stem cells in the developing liver, Journal of Cell Biology, 7 January 2002,
vol. 156, n°1, pp. 173-184.
154
L'existence de cellule souches de la glande mammaire) (mammary stem cells) a été postulée en raison de la possibilité
de régénération de la glande mammaire à partir de fragments épithéliaux transplantés. M. Shackleton et al. (2006) ont
récemment pu isoler chez la souris une sous-population (Lin-CD29hiCD24+) de cellules mammaires hautement enrichies
en MaSCs. Ces auteurs ont démontré qu'une seule cellule de ce type, MaSC, pouvait reconstituer une glande mammaire
entière, in vivo, après transplantation.
. M. Shackelton, F. Vaillant, K. J. Simpson, J. Stingl, G. K. Smyth, M-L. Asselin-Labat, L. Wu, G. J. Lindeman, J. E.

28
différenciation propre. On pensait aussi que les cellules souches spécifiques de tissu étaient lignage-
limitées et donc programmées pour se différencier seulement dans les cellules mûres du tissu dans
leqyuel elles résidaient. Cette conception déterministe a été invalidée par différentes constatations
inattendues. Une série d'études a de fait montré que les cellules souches adultes, tissu-spécifiques,
sont bien plus flexibles dans leur détermination que ce que l'on pensait jusqu'alors, et que, en
réponse à une variété de signaux régénératifs dans le micro-environnement qui les entoure157 , elles
peuvent outrepasser les limites de lignages et produire des progénitures de types très variés. Cette
fascinante flexibilité des cellules souches adultes est appelée "plasticité"158. La plasticité des cellules
souches se réfère à leur capacité d'acquérir des phénotypes mûres qui sont différents de ceux trouvés
dans leur tissu d'origine159. Les cellules souches adultes qui appartiennent à un tissu déterminé
seraient ainsi capables, grâce à cette flexibilité-plasticité de se différencier in vitro et in vivo (en
réponse par exemple à une lésion d'un autre tissu que le leur propre) en cellules qui appartiennent à
d'autres tissus 160. Par exemple:
Les cellules souches hématopoïétiques, outre la production des cellules du sang, peuvent
aussi donner origine à des cellules ovales hépatiques ("sang dans foie") (B. E. Petersen et al. ,
1999)161.
Les cellules souches neurales, en même temps qu'elles peuvent donner origine aux trois
principaux types de cellules trouvées dans le cerveau adulte 162, produisent aussi des cellules
progénitrices hématopoïétiques immatures et commises à ce lignage ("cerveau dans sang") (C. R. R.
Bjornson et al. , 1999)163. De plus, on a rapporté la différenciation des cellules souches neurales en
cellules du muscle squelettique 164, en cellules productrices d'insuline 165, et en cellules de tous les
feuillets germinaux dans l'embryon 166.
Visvader, Generation of a functional mammary gland from a single stem cell, Nature, 5 January 2006, vol. 439, n°7072,
pp. 84-88.
155
P. A. Zuk, M. Zhu, P. Ashjian, D. A. De Ugarte, J. I. Juang, H. Mizuno, Z. C. Alfonso, J. K. Fraser, P. Benhaim, M. H.
Hedrick, Human adipose tissue is a source of multipotent stem cells, Molecular Biology of the Cell, December 2002, vol.
13, n°12, pp. 4279-4295.
156
D. J. Anderson, F. H. Gage, LL. Weissman, Can stem cells cross lineage boundaries ?, Nature, April 2001, vol. 7, n°4,
pp. 393-395, see p. 393.
157
H. M. Blau, T. R. Brazelton, J. M. Weinmann, The evolving concept of a stem cell: entity or function ?, Cell, 29 June
2001, vol. 105, n°7, pp. 829-841.
158
E. L. Herzog, L. Chai, D. S. Krause, Plasticity of marrow-derived stem cells, Blood, 15 November 2003, vol. 102,
n°10, pp. 3483-3493.
. A. J. Wagers, I. L. Weissman, Plasticity of Adult Stem Cells, Cell, 5 March 2004, vol. 116, n°5, pp. 639-648.
159
J. E. Grove, E. Bruscia, D. S. Krause, Plasticity of Bone Marrow-Derived Stem Cells, Stem Cells, 2004, vol. 22, n°4,
pp. 487-500.
160
A. Vescovi, A. Gritti, G. Cossu, R. Galli, Neural stem cell: plasticity and their transdifferential potential, Cells Tissue
Organs, 2002, vol. 171, n°1, pp. 64-76.
161
B. E. Petersen, W. C. Bowen, K. D. Patrene, W. M. Mars, A. K. Sullivan, N. Murase, S. S. Boggs, J. S. Greenberger, J.
P. Goff, Bone Marrow as a Potential Source of Hepatic Oval Cells, Science, 14 May 1999, vol. 284, n°5417, pp. 1168-
1170.
162
R. McKay, Stem cells in the central nervous system, Science, 4 April 1997, vol. 276, n°5309, pp. 66-71.
163
C. R. R. Bjornson, R. L. Rietze, B. A. Reynolds, M. C. Magli, A. L. Vescovi, Turning Brain into Blood: A
Hematopoietic Fate Adopted by Adult Neural Stem Cells in Vivo, Science, 22 january 1999, vol. 283, n°5401, pp. 534-537.
. D. L. Clarke, C. B. Johansson, J. Wilbertz, B. Veress, E. Nilsson, H. Karlström, U. Lendhal, J. Frisén, Generalized
Potential of Adult Neural Stem cells, Science, 2 June 2000, vol. 288, n°5471, pp. 1660-1663.
164
R. Galli, U. Borello, A. Gritti, M. G. Minasi, C. Bjornson, M. Coletta, M. Mora, M. G. DeAngelis, R. Fiocco, G.
Cossu, A. L. Vescovi, Skeletal myogenic potential of human and mouse neural stem cells, Nature Neuroscience, October
2000, vol. 3, n°10, pp. 986-991.
165
C. J. Burns, S. L. Minger, S. Hall, H. Milne, R. D. Ramracheya, N. D. Evans, S. J. Persaud, P. M. Jones, The in vitro
differentiation of rat neural stem cells into an insulin-expressing phenotype, Biochemical and Biophysical Research
Communications, 21 January 2005, vol. 326, n°3, pp. 570-577.
. Y. Hori, X. Gu, X. xie, S. K. Kim, Differentiation of Insulin-Producing Cells from Human Neural Progenitor Cells,
PLOS Medicine, April 2005, vol. 2, n°4, pp. 347-356.
166
D. L. Clarke, C. b. Johansson, J. Wilbertz, B. Veress, E. Nilsson, H. Karlstrom, U. Lendhal, J. Frisen, Generalized

29
Les cellules souches neurales, lorsqu'elles sont placées en coculture in vitro avec des cellules
endothéliales, peuvent se différencier en cellules souches endothéliales167.
Les cellules de moelle osseuse épinière transplantées, qui donnent origine à une variété de
phénotypes mésenchymateux, peuvent aussi engendrer des cellules non mésenchymateuses comme
les cellules neurales ("moelle dans cerveau") (G. C. Kopen et al, 1999; E. Mezey et al. , 2000)168.
Les cellules souches du muscle squelettique peuvent se différencier en cellules
hématopoïétiques (K. A. Jackson et al. , 1999)169 ("muscle dans sang").

Différents mécanismes peuvent expliquer cette plasticité des cellules souches 170. La
première possibilité, qui a donné origine au concept de la plasticité des cellules souches, est celle de
la "transdifférenciation" aussi désignée comme "reprogrammation", c'est-à-dire la conversion d'une
cellule appartenant à un lignage défini, en une cellule provenant d'un lignage totalement différent. Il
y a transdifférenciation quand une cellule appartenant à un certain tissu se convertit en une cellule
typique d'un autre tissu, avec perte concomitante des marqueurs spécifiques du tissu et des fonctions
du type original, et acquisition des marqueurs et fonctions du type cellulaire du second tissu. Au
début des recherches sur les cellules souches adultes, tous les rapports concernant la plasticité in
vivo des cellules souches adultes ont été référés, sans plus d'interrogations, à un mécanisme supposé
de transdifférenciation Mais cette hypothèse de la transdifférenciation des cellules souches adultes
en cellules appartenant à d'autres lignages, a été battue en brèche par d'autres études, plus récentes.
L'argument principal contre l'hypothèse de la transdifférenciation est que, si les cellules de la moelle
osseuse pouvaient donner origine à des cellules d'un autre tissu, alors ces cellules devraient en
théorie pouvoir repeupler des organes entiers à partir de quelques cellules initiales. Or ceci n'arrive
pas. En fait, diverses études ont montré que, après une transplantation de cellules souches adultes,
locale ou par voie veineuse, on ne trouve dans l'organe intéressé que bien peu de progéniteurs
dérivés de ces cellules souches, et qui présentent le phénotype local trouvé dans l'organe considéré
171
.
L'analyse génétique des cellules trouvées dans les tissus et qui proviennent des cellules
souches greffées a mis en évidence un autre mécanisme possible qui rendrait compte de cette
versatilité-flexibilité des cellules souches adultes: il s'agit de la fusion des cellules souches adultes
avec les cellules locales 172. La fusion des cellules hôtes et des cellules souches greffées dans le tissu

potential of adult neural stem cells, Science, 2 June 2000, vol. 288, n°5471, pp. 1660-1663.
167
A. E. Wurmser, K. Nakashima, R. G. Summers, N. Toni, K. A. d'Amour, D. C. Lie, F. H. Gage, Cell fusion-
independent differentiation of neural stem cells to the endothalial lineage, Nature, 15 July 2004, vol. 430, n°6997, pp.
350-356.
168
G. C. Kopen, D. J. Prockop, D. G. Phinney, Marrow stromal cells migrate throughout forebrain and cerebellum, and
they differentiate into astrocytes after injection into neonatal mouse brains, Proceedings of the National Academy of
Sciences, USA, 14 September 1999, vol. 96, n°19, pp. 10711-10716.
. E. Mezey, K. J. Chandross, G. Harta, R. A. Maki, S. R. McKercher, Turning blood into brain: cells bearing neuronal
antigens generated in vivo from bone marrow, Science, 1 December 2000, vol. 290, n°5497, pp. 1779-1782.
169
K. A. Jackson, T. Mi, M. A. Goodell, Hematopoietic potential of stem cells isolated from murine skeletal muscle,
Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, December 7 1999, vol. 96, n°25, pp. 14482-14486.
170
A. J. Wagers, I. L. Weissman, Plasticity of Adult Stem Cells, Cell, 5 March 2004, vol. 116, n°5, pp. 639-648.
. K. Kashofer, D. Bonnet, Gene Therapy Progress and Prospects: Stem cell plasticity, Gene Therapy, advance online
publication, 23 June 2005.
171
R. F. Castro, K. A. Jackson, M. A. Goodell, C. S. Robertson, H. Liu, H. D. Shine, Failure of Bone Marrow Cells to
Transdifferentiate into Neural Cells in vivo, Science, 23 August 2002, vol. 297, n°5585, p. 1299.
. Y. Kanazawa, I. M. Verma, Little evidence of bone-marrow -derived hepatocytes in the replacement of injured liver,
Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 30 September 2003, vol. 100, suppl. 1, pp. 11850-11853.
. C. E. Murry, M. H. Soonpaa, H. Reinecke, H. Nakajima, H. O. Nakajima, M. Rubart, K. B. Pasumarthi, J. I. Virag, S. H.
Bartelmez, V. Poppa, G. Bradford, J. D. Dowell, D. A. Williams, L. J. Field, Haematopoietic stem cells do not
transdifferentiate into cardiac myocytes in myocardial infarcts, Nature, 8 April 2004, vol. 428, n°6983, pp. 664-668.
172
N. Terada, T. Hamazaki, M. Oka, M. Hoki, D. M. Mastalerz, Y. Nakano, E. M. Meyer, L. Morel, B. E. Petersen, E. W.
Scott, Bone marrow cells adopt the phenotype of other cells by spontaneous cell fusion, Nature, 4 April 2002, vol. 416,
n°6880, pp. 542-545.

30
peut donner origine à un tissu mûr sans qu'il y ait pour cela transdifférenciation. Deux groupes
travaillant de façon indépendante, celui de N. Terada et al. (2002)173 et celui de Q-L. Ying et al.
(2002)174, ont apporté la preuve de la réalité d'une telle fusion dans la transformation des cellules
souches adultes en progéniteurs locaux 175. Ces deux équipes ont en effet montré la présence dans
les tissus intéressés, après transplantation de cellules souches adultes, de cellules hybrides à contenu
tétraploïde ou hexaploïde, avec chromosome sexuel XXXY. Ces cellules hybrides donnent
l'impression d'être des cellules "reprogrammées", mais leurs anomalies chromosomiques prouvent
qu'elles proviennent d'une fusion et non d'une transdifférenciation. Cependant, la fusion de cellules
est un phénomène limité qui n'intéresse que quelques cellules et ne peut à lui seul rendre compte de
la plasticité des cellules souches adultes in vitro176.
Ni la transdifférenciation, ni la fusion ne peuvent fournir une explication convaincante de
certains des bénéfices procurés de façon effective par la greffe de cellules souches adultes, par
exemple au niveau du coeur, après un infarctus du myocarde ou lorsqu'elles exercent un effet
vasculogénique: le nombre de cellules transdifférenciées ou fusionnées est trop faible pour
expliquer l'effet fonctionnel positif des cellules stromales de moelle osseuse (BMSCs) sur le coeur,
de même que leur contribution à le régénération du myocarde après infarctus. Selon M. Schulze et
al. (2005)177, les cellules souches adultes pourraient être aussi impliquées dans le processus de
réparation des tissus de façon paracrine, par transfert de facteurs de médiation. Elle pourraient agir
en libérant des cytokines au niveau du myocarde ischémique, augmentant la circulation collatérale
(T. Kinnaird et al. , 2004)178. Elle pourraient aussi exercer leur effet régénératif en secrétant le
facteur de croissance endothéliale vasculaire (VEGF) ou la chémokine monocyte chemoattractant
protein-1 (MCP-1) (S. Fuchs et al. , 2001) 179

C. Les cellules souches hématopoïétiques

Les cellules souches hématopoïétiques (HSCs) (hematopietic stem cells) sont douées d'un
potentiel insolite pour la différenciation, et peuvent se différencier en cellules appartenant à toutes
les lignées hématopoïétiques. Elles fournissent une source continuelle de progéniteurs pour les
hématies, les plaquettes sanguines, les monocytes, les granulocytes et les lymphocytes. Elles sont
capables de rétablir complètement le taux globulaire du sang chez des patients qui ont reçu des
. Q. L. Ying, J. Nichols, E. P. Evans, A. G. Smith, Changing potency by spontaneous fusion, Nature, 4 April 2002, vol.
416, n°6880, pp. 545-548.
173
N. Terada, T. Hamazaki, M. Oka, M. Hoki, D. M. Mastalerz, Y. Nakano, E. M. Meyer, L. Morel, B. E. Petersen, E. W.
Scott, Bone marrow cells adopt the phenotype of other cells by spontaneous cell fusion, Nature, 4 April 2002, vol. 416,
n°6880, pp. 542-545.
174
Q. L. Ying, J. Nichols, E. P. Evans, A. G. Smith, Changing potency by spontaneous fusion, Nature, 4 April 2002, vol.
416, n°6880, pp. 545-548.
175
G. Vogel, Studies Cast Doubt on Plasticity of Adult Cells, Nature, 15 March 2002, vol. 295, n°5562, pp. 1989-1991.
A. E. Wurmser, F. H. Gage, Cell fusion causes confusion, Nature, 4 April 2002, vol. 416, n°6880, pp. 485-487.
176
S. Corti, F. Locatelli, D. Papadimitriou, S. Strazzer, S. Bonato, G. P. Comi, Nuclear reprogramming and adult stem
cell potential, Histology and Histopathology, July 2005, vol. 20, n°3, pp. 977-986.
177
M. Schulze, F. Belema-Bedada, A. Technau, T. Braun, Mesenchymal stem cells are recruited to striated muscle by
NFAT/IL-4-mediated cell fusion, Genes and Development, 1 August 2005, vol. 19, n°15, pp. 1787-1798.
178
T. Kinnaird, E. Stabile, M. S. Burnett, C. W. Lee, S. Barr, S. Fuchs, S. E. Epstein, Marrow-derived stromal cells
express genes encoding a broad spectrum of arteriogenic cytokines and promote in vitro and in vivo arteriogenesis
through paracrine mechanisms, Circulation Research, 19 March 2004, vol. 94, n°5, pp. 678-685.
. T. Kinnaird, E. Stabile, M. S. Bumett, M. Shou, C. W. Lee, S. Barr, S. Fuchs, S. E. Epstein, Local delivery of marrow-
derived stromal cells augments collateral perfusion through paracrine mechanisms, Circulation, 30 March 2004, vol. 109,
n°12, pp. 1543-1549.
179
S. Fuchs, R. Baffour, Y. F. Zhou, M. Shou, A. Pierre, F. O. Tio, N. J. Weissman, M. B. Leon, S. E. Epstein, R.
Kornowski, Transendocardial delivery of autologous bone marrow enhances collateral perfusion and regional function in
pigs with chronic experimental myocardial ischemia, Journal of American College of Cardiology, May 2001, vol. 37, n°6,
pp. 1726-1732.

31
doses ablatives de radiations et de chimiothérapie. Ces cellules représentent approximativement 0.
05% des cellules de la moelle osseuse et 0. 01% des cellules nucléées périphériques du sang (N.
Uchida, I. L. Weissman, 1992)180.

1. Les cellules souche hématopoïétiques sont utilisées depuis de nombreuses années en


thérapeutique curative ou substitutive

Les cellules souches hématopoïétiques sont utilisées depuis de nombreuses années pour le
traitement de maladies variées en raison de leur rôle de restauration hématologique.
a) Les cellules souches hématopoïétiques sont utilisées en thérapie depuis de nombreuses
années pour le traitement des maladies hématologiques malignes.
La transplantation autologue181 ou allogénique 182 de cellules souches hématopoïétiques sert
pour la reconstitution hématopoïétique après chimiothérapie à haute dose et chimioradiothérapie.
Les HSCs sont utilisées comme agents thérapeutiques contre les cancers à cause de l'effet
puissant de greffe-contre-tumeur (GVT)
(graft-versus-tumor effect)183 que leur transplantation aide à constituer.

b) Elles servent dans le traitement des maladies non malignes du sang et du système
lymphoïde.
Elles peuvent être utilisées pour reconstituer le système hémo-lymphoïde du sujet, en cas par
exemple d'immunodéficience combinée grave ou d'anomalies de l'hémoglobine.
Elles servent au traitement des maladies hématopoïétiques non malignes - anémie
aplastique, β-thalassémie majeure (anémie de Cooley) et drépanocytose en particulier. La
transplantation allogénique de cellules souches hématopoïétiques est encore aujourd'hui l'unique
cure disponible unique pour la β-thalassémie majeure et pour la drépanocytose184.

c) Les transplantations de cellules souches hématopoïétiques sauvent la vie des malades


atteints d'immunodéficiences combinées graves (SCID)185.
180
N. Uchida, I. L. Weissman, Searching for hematopoietic stem cells: evidence that Thy-1. 1lo Lin- Sca1+ cells are the
only stem cells in C57BL/Ka-Thy-1. 1 bone marrow, Journal of Experimental Medicine, 1 January 1992, vol. 175, n°1, pp.
175-184.
181
S. Fetscher, J. Finke, E. Engelhardt, R. Mertelsmann, W. Lange, High-dose chemotherapy and autologous
hematopoietic stem cell transplantation in patients with second primary malignancies, Hematology and Cell Therapy,
April 1997, vol. 39, n°2, pp. 79. 83.
. M. Territo, The use of Autologous Transplantation in the Treatment of Malignant Disorders, The Journal of
Rheumatology, May 1997, vol. 24, suppl. 48, pp. 36-40.
182
P. Lang, R. Handgretinger, D. Niethammer, P. G. Schlegel, M. Schumm, J. Greil, P. Bader, C. Engel, H. Scheel-
Walter, M. Eyrich, T. Klingebiel, Transplantation of highly purified CD34+ progenitor cells from unrelated donors in
pediatric leukemia, Blood, 15 February 2003, vol. 101, n°4, pp. 1630-1636.
. M. B. Maris, R. Storb, Allogeneic hematopoietic cell transplantation as consolidation immunotherapy of cancer after
autologous transplantation, Acta Haematologica, 2005, vol. 114, n°4, pp. 221-229.
. B. L. Scott, B. M. Sandmaier, B. Storer, M. B. Maris, M. L. Sorror, D. G. Maloney, T. R. Chauncey, R. Storb, H. J. Deeg,
Myeloablative vs nonmyeloablative allogeneic transplantation for patients with myelodysplastic syndrome or acute
myelogenous leukemia with multilineage dysplasia: a retrospective analysis,
Leukemia, 3 November 2005 [Epub ahead of print].
183
F. R. Appelbaum, Haematopoietic cell transplantation as immunotherapy, Nature, 17 May 2001, vol. 411, n°6835, pp.
385-389.
184
J. Gaziev, G. Lucarelli, Stem cell transplantation for hemoglobinopathies, Current Opinion in Pediatrics, February
2003, vol. 15, n°1, pp. 24-31.
. J. Gaziev, G. Lucarelli, Stem cell transplantation and gene therapy for hemoglobinopathies, Current Hematology
Reports, March 2005, vol. 4, n°2, pp. 126-131.
185
R. A. Gatti, H. J. Meuwissen, H. D. Allen, R. Hong, R. A. Good, Immunological reconstitution of sex linked
lymphopenic immunological deficiency, The Lancet, 28 December 1968, vol. 2, n°7583, pp. 1366-1369.
. F. H. Bach, R. J. Albertini, P. Joo, J. L. Anderson, M. M. Bortin, Bone-marrow transplantation in a patient with the

32
d) La transplantation de HSCs peut induire une tolérance spécifique aux transplantations
pour la vie durant en amenant la constitution d'un "chimérisme hématopoïétique"186. Cependant une
telle induction de tolérance aux transplantations dans la vie adulte grâce à l'établissement d'un
chimérisme mixte 187 requiert d'importantes quantités de cellules de moelle osseuse ("megadose
CD34 cells") d'où doivent être soigneusement éliminées les cellules T 188.

e) Les HSCs sont utiles dans le traitement des maladies autoimmunes. Il a été montré que
certaines de ces maladies peuvent trouver leur origine dans des désordres des cellules souches189, et
qu'une transplantation de cellules souches hématopoïétiques pourrait offrir un traitement effectif à
ce type d'affections190. Le rôle potentiel de la transplantation de HSCs pour la cure des maladies
autoimmunes a été suggéré au vu de l'histoire de certains malades affligés de maladies auto-
immunes qui avaient développé par ailleurs un sévère désordre hématologique, menaçant la vie
(anémie aplastique, leucémie, ou lymphome) et qui avaient été traités de ce fait par conditionnement
myéloablatif et apport de cellules souches hématopoïétiques allogéniques. Mises à part quelques
exceptions, ces allotransplantations ont conduit à une rémission à long terme de la maladie auto-
immune chez ces malades 191. Les exemples de contrôle de maladies auto-immunes humaines par

Wiscott-Aldrich syndrome, The Lancet, 28 December 1968, vol. 2, n°7583, pp. 1364-1366.
186
N. Zavazava, Embryonic stem cell and potency to induce transplantation tolerance, Expert Opinion on Biological
Therapy, February 2003, vol. 3, n°1, pp. 5-13.
187
M. Toungouz, V. Donckier, M. Goldman, Tolerance induction in clinical transplantation: the pending questions,
Transplantation, 15 May 2003, vol. 75, suppl. 9, pp. 58S-60S.
188
E. Bachar-Lustig, N. Rachamim, H. W. Li, F. Lan, Y. Reisner, Megadose of T cell depleted bone marrow overcomes
MHC barriers in sublethally irradiated mice, Nature Medicine, December 1995, vol. 1, n°12, pp. 1268-1273.
189
S. Ikehara, Bone marrow transplantation for autoimmune diseases, Acta Haematologica, 1998, vol. 99, n°3, pp. 116-
132.
. S. Ikehara, A new concept of stem cell disorders and their new therapy, Journal of Hematotherapy and Stem Cell
Research, December 2003, vol. 12, m°6, pp. 643-653.
190
S. Ikehara, R. A. Good, T. Nakamura, K. Sekita, S. Inoue, M. M. Oo, E. Muso, K. Ogawa, Y. Hamashima, Rationale
for bone marrow transplantation in the treatment of autoimmune diseases, Proceedings of the National Academy of
Sciences, USA, April 1985, vol. 82, n°8, pp. 2483-2487.
. K. M. Sullivan, D,E,Furst, The evolving role of blood and marrow transplantation for the treatment of autoimmune
diseases, The Journal of Rheumatology, Supplement, May 1997, vol. 48, pp. 1-4.
. S. Ikehara, Autoimmune diseases as stem cell disorders: normal stem cell transplant for their treatment, International
Journal of Molecular Medicine, January 1998, vol. 1, n°1, pp. 5-16.
191
J. A. Yin, S. N. Jowitt, Resolution of immune-mediated diseases following allogeneic bone marrow transplantation for
leukaemia, Bone Marrow Transplantation, January 1992, vol. 9, n°1, pp. 31-33.
. L. D. McAllister, P. G. Beatty, J. Rose, Allogeneic bone marrow transplant for chronic myelogenous leukemia in a
patient with multiple sclerosis, Bone Marrow Transplantation, February 1997, vol. 19, n°4, pp. 395-397.
. J. L. Nelson, R. Torrez,, F. M. Louie, O. S. Choe, R. Storb, K. M. Sullivan, Pre-existing autoimmune disease in patients
with long-term survival after allogeneic bone marrow transplantation, The Journal of Rheumatology, Supplement, May
1997, vol. 48, pp. 23-29.
. S. O. Lopez-Cubero, K. M. Sullivan, G. B. McDonald, Course of Crohn's disease after allogeneic marrow
transplantation, Gastroenterology, March 1998, vol. 114, n°3, pp. 433-440.
. D. R. Adkins, M. H. Abidi, R. A. Brown, H. Khoury, L. T. Goodnough, R. Vij, P. Westervelt, J. F. DiPersio, Resolution
of psoriasis after allogeneic bone marrow transplantation for chronic myelogenous leukemia: late complications of
therapy, Bone Marrow Transplantation, December 2000, vol. 26, n°11, pp. 1239-1241.
. H. Kanamori, M. Tanaka, H. Kawaguchi, S. Yamaji, K. Fujimaki, N. Tomita, S. Fujisawa, Y. Ishigatsubo, Resolution of
psoriasis following allogeneic bone marrow transplantation for chronic myelogenous leukemia: case report and review of
the literature, American Journal of Hematology, September 2002, vol. 71, n°1, pp. 41-44.

33
HSCs incluent 192 la maladie de Crohn193, la dermatite herpétiforme, le diabète sucré insulino-
dépendent, le lupus érythémateux 194, la vasculite systémique195, le psoriasis, l'arthrite rhumatoïde196
la sclérose systémique197 et la sclérose en plaques198.

2. Les HSCs en thérapeutique régénérative

En plus de ces applications cliniques bien connues des cellules souches hématopoïétiques
liées à leurs propriétés hématologiques, des études plus récentes ont montré que les HSCs peuvent
contribuer à la réparation et à la régénération de nombreux types de tissus dans l'organisme, qui
n'ont pas de rapport avec le lignage hématopoïétique. Ceci est du à la plasticité de ces cellules qui
leur permet de se différencier dans le type cellulaire correspondant à un tissu donné chaque fois
192
K. M. Sullivan, Hematopoietic Stem Cell Transplantation for Autoimmune Disease, in K. M. Sullivan, R. Parkman, M.
C. Walters, Bone Marrow Transplantation for Non-Malignant Disease, Hematology, 2000, pp. 319-338, voir p. 330.
. R. Saccardi, A. Tyndall, G. Coghlan, C. Denton, G. Edan, M. Emdin, D. Farge, A. Fassas, J. Finke, D. Furst, M. Lassus,
G. Mancardi, I. Miniati, E. Mini, F. Pagliai, J. Passweg, A. Pignone, J. M. van Laar, C. Bocelli-Tyndall, M. Matucci-
Cerinic, Consensus statement concerning cardiotoxicity occurring during haematopoietic stem cell transplantation in the
treatment of autoimmune diseases, with special reference to systemic sclerosis and multiple sclerosis, Bone Marrow
Transplantation, November 2004, vol. 34, n°10, pp. 877-881.
. L. M. Griffith, S. Z. Pavletic, A. Tyndall, C. N. Bredeson, J. D. Bowen, R. W. Childs, A. Gratwohl, J. M. van Laar, M. D.
Mayes, R. Martin, P. A. McSweeney, P. A. Muraro, H. Openshaw, R. Saccardi, B. M. Sandmaier, S. J. Forman, R. A. Nash
; Workshop participants, Feasibility of allogeneic hematopoietic stem cell transplantation for autoimmune disease:
position statement from a National Institute of Allergy and Infectious Diseases and National Cancer Institute-Sponsored
International Workshop, Bethesda, MD, March 12 and 13, 2005, Biology of Blood and Marrow Transplantation,
November 2005, vol. 11, n°11, pp. 862-870.
193
R. K. Burt, A. Traynor, Y. Oyama, R. Craig, High-dose immune suppression and autologous hematopoietic stem cell
transplantation in refractory Crohn disease, Blood, March 2003, vol. 101, n°5, pp. 2064-2066.
. R. M. Craig, A. Traynor, Y. Oyama, R. K. Burt, Hematopoietic stem cell transplantation for severe Crohn's disease,
Bone Marrow Transplantation, August 2003, vol. 32, suppl. 1, pp. S57-S59.
. R. Scime, A. M. Cavallaro, S. Tringali, A. Santoro, A. Rizzo, L. Montalbano, A. Casa, M. Cottone, Complete clinical
remission after high-dose immune suppression and autologous hematopoietic stem cell transplantation in severe Crohn's
disease refractory to immunosuppressive and immunomodulator therapy, Inflammatory Bowell Diseases, November 2004,
vol. 10, n°6, pp. 892-894.
194
L. Statkute, A. Traynor, Y. Oyama, K. Yaung, L. Verda, N,Krosnjar, R. K. Burt, Antiphospholipid syndrome in
patients with systemic lupus erythematosus treated by autologous hematopoietic stem cell transplantation, Blood, 15
October 2005, vol. 106, n°8, pp. 2700-2709.
. R. K. Burt, A. Traynor, L. Statkute, W. G. Barr, R. Rosa, J. Schroeder, L. Verda, N. Krosnjar, K. Quigley, K. Yaung, M.
Villa Bs, M. Takahashi, B. Jovanovic, Y. Oyama, Nonmyeloablative hematopietic stem cell transplantation for systemic
lupus erythematosus, JAMA, 1 February 2006, vol. 295, n°5, pp. 527-535.
195
I. Kotter, T. Daikeler, C. Amberger, A. Tyndall, L. Kanz, Autologous stem cell transplantation of treatment-resistant
systemic vasculitis - a single center experience and review of the literature, Clinical Nephrology, December 2005, vol. 64,
n°6, pp. 485-489.
196
J. A. Snowden, J. Passweg, J. J. Moore, S. Milliken, P. Cannell, J. Van Laar, R. Verburg, J. Szer, K. Taylor, D. Joske,
S. Rule, S. J. Bingham, P. Emery, R. K. Burt, R. M. Lowenthal, P. Durez, R. J. McKendry, S. Z. Pavletic, I. Espifado, E.
Jantunen, A. Kashyap, M. Rabusin, P. Brooks, C. Bredeson, A. Tyndall, Autologous hemopoietic stem cell transplantation
in severe rheumatoid arthritis: a report from the EBMT and ABMTR, The Journal of Rheumatology, March 2004, vol. 31,
n°3, pp. 482-488.
. N. M. Wulffraat, B. Vastert, A. Tyndall, Treatment of refractory autoimmune diseases with autologous stem cell
transplantation: focus on juvenile idiopathic arthritis, Bone Marrow Transplantation, March 2005, vol. 35, suppl. 1, pp.
S27-S29.
197
A. Tyndall, M. Matucci-Cerinic, Haematopietic stem cell transplantation for the treatment of systemic sclerosis and
other immune disorders, Expert opinion on biological therapy, October 2003, vol. 3, n°7, pp. 1041-1049.
. D. Farge, J. Passweg, J. M. Van Laar, Z. Marjanovic, C. Besenthal, J. Finke, H. H. Peter, F. C. Breedveld, W. E. Fibbe,
C. Black, C. Denton, I. Koetter, F. Locatelli, A. Martini, A. V. N. Schattenberg, F. van den Hoogen, L. van de Putte, F.
Lanza, R. Arnold, P. A. Bacon, S. Bingham, F. Ciceri, B. Didier, J. L. Diez-Martin, P. Emery, W. Feremans, B.
Hertenstein, F. Hiepe, R. Luosujärvi, A. Leon Lara, A. Marmont, A. M. Martinez, H. Pascual Cascon, C. Bocelli-Tyndall,
E. Gluckman, A. Gratwohl, A. Tyndall, Autologous stem cell transplantation in the treatment of systemic sclerosis: report
from the EBMT/EULAR Registry, Annals of the Rheumatic Diseases, August 2004, vol. 63, n°8, pp. 974-981.
. J. M. van Laar, D. Farge, A. Tyndall, Autologous Stem Cell Transplantation International Scleroderma (ASTIS) trial:

34
qu'un dommage est infligé à ce tissu. Les cellules souches hématopoïétiques enrichies ou purifiées
peuvent ainsi générer des cellules neuroectodermales (neurones et glia) 199, des myocytes 200, des
cardiomyocytes 201, des cellules progénitrices endothéliales 202, des hépatocytes 203, des cellules
épithéliales gastrointestinales 204, et des cellules épithéliales de divers tissus 205, en réponse à une
lésion du tissu correspondant ou à la greffe de ces cellules dans un nouveau micro-environnement.

Maintien de la microglie: adrénoleukodystrophie, maladies lysosomiales.


Dans le champ des maladies démyélinisantes la transplantation de moelle osseuse s'est montré un
bénéfice dans des cas d'adrénoleukodystrophie X-linked (X-ALD) (Shapiro et al. , 2000)206 et a
amélioré le cours de certains (maladie de Krabbe ou leukodystrophie à cellules globoïdes) (H. W.

hope on the horizon for patients with severe systemic sclerosis, Annals of the Rheumatic Diseases, October 2005, vol. 64,
n°10, p. 1515.
198
A. Fassas, A. Anagnostopoulos, A. Kazis, K. Kapinas, I. Sakellari, V. Kimiskidis, A. Tsompanakou, Peripheral blood
stem cell transplantation of progressive multiple sclerosis: first results of a pilot study, Bone Marrow Transplantation,
October 1997, vol. 20, n°8, pp. 631-638.
. A. Fassas, A. Anagnostopoulos, A. Kazis, K. Kapinas, I. Sakellari, Y. Kimiskidis, C. Smias, N. Eleftheriadis, V.
Tsimourtou, Autologous stem cell transplantation in progressive multiple sclerosis - an interim analysis of efficacy,
Journal of Clinical Immunology, January 2000, vol. 20, pp. 24-30.
. E. Capello, R. Saccardi, A. Murialdo, F. Gualandi, F. Pagliai, A. Bacigalupo, A. Marmont, A. Uccelli, M. Inglese, P.
Bruzzi, M. P. Sormani, E. Cocco, G. Meucci, L. Massacesi, A. Bertolotto, A. Lugaresi, E. Merelli, A. Solari, M. Filippi, G.
L. Mancardi; and the Italian GITMO-Neuro Intergroup on ASCT for Multiple Sclerosis, Intense immunosuppression
followed by autologous stem cell transplantation in severe multiple sclerosis,
Neurological Science, December 2005, vol. 26, Supplement 4, pp. s200-s203.
199
M. A. Eglitis, E. Mezey, Hematopoietic cells differentiate into both microglia and microglia in the brain of adult mice,
Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 15 April 1997, vol. 94, n°8, pp. 4080-4085.
. J. Priller, A. Flugel, T. Wehner, M. Boentert, C. A. Haas, M. Prinz, F. Fernandez-Klett, K. Prass, I. Bechmann, B. A. de
Boer, M. Frotscher, G. W. Kreutzberg, D. A. Persons, U. Dirnagl, Targeting gene-modified hematopoietic cells to the
central nervous system: use of green fluorescent protein uncovers microglial engraftment, Nature Medicine, December
2001, vol. 7, n°12, pp. 1356-1361.
. D. C. Hess, T. Abe, W. D. Hill, A. M. Studdard, J. Carothers, M. Masuya, P. A. Fleming, C. J. Drake, M. Ogawa,
Hematopoietic origin of microglial and perivascular cells in brain, Experimental Neurology, April 2004, vol. 186, n°2, pp.
134-144.
200
E. Gussoni, Y. Soneoka, C. D. Strickland, E. A. Buzney, M. K. Khan, A. F. Flint, L. M. Kunkel, R. C. Mulligan,
Dystrophin expression in the mdx mouse restored by stem cell transplantation, Nature, 23 September 1999, vol. 401,
n°6751, pp. 390-394.
. F. D. Camargo, R. Green, Y. Capetanaki, K. A. Jackson, M. A. Goodell, Y. Capetenaki, Single hematopoietic stem cells
generate skeletal muscle through myeloid intermediates,
Nature Medicine, December 2003, vol. 9, n°12, pp. 1520-1527.
201
K. A. Jackson, S. M. Majka, H. Wang, J. Pocius, C. J. Hartley, M. W. Majesky, M. L. Entman, L. H. Michael, K. K.
Hirschi, M. A. Goodell, Regeneration of ischemic cardiac muscle and vascular endothelium by adult stem cells, The
Journal of Clinical Investigation, June 2001, vol. 107, n°11, pp. 1395-1402.
. S. Whang, D. Wang, Z. Estrov, S. Raj, J. T. Willerson, E. T. Yeh, Both cell fusion and transdifferentiation account for
the transformation of human peripheral blood CD34-positive cells into cardiomyocytes in vivo, Circulation, 21 December
2004, vol. 110, n°25, pp. 3803-3807.
202
T. Asahara, T. Murohara, A. Sullivan, M. Silver, R. van der Zee, T. Li, B. Witzenbichler, G. Schatteman, J. M. Isner,
Isolation of Putative Progenitor Endothelial Cells for Angiogenesis,
Science, 14 February 1997, vol. 275, n°5302, pp. 964-967.
. Q. Shi, S. Rafii, M. H. Wu, E. S. Wijelath, C. Yu, A. Ishida, Y. Fujita, S. Kothari, R. Mohle, L. R. Sauvage, M. A. Moore,
R. F. Storbe, W. P. Hammond, Evidence for circulating bone marrow-derived endothelial cells, Blood, 15 July 1998, vol.
92, n°2, pp. 362-367.
. T. Murayama, O. M. Tepper, M. Silver, H. Ma, D. W. Losordo, J. M. Isner, T. Asahara, C. Kalka, Determination of bone
marrow-derived endothelial progenitor cell significance in angiogenic growth factor-induced neovascularization in vivo,
Experimental Hematology, August 2002, vol. 30, n°8, pp. 967-972.
. D. C. Hess, W. D. Hill, A. Martin-Studdard, J. Carroll, J. Brailer, J. Carothers, Bone Marrow as a Source of Endothelial
Cells and NeuN-Expressing Cells After Stroke, Stroke, May 2002, vol. 33, n°5, pp. 1362-1368.
203
E. Lagasse, H. Connors, M. Al-Dhalimy, M. Reistma, M. Dohse, L. Osborne, X. Wang, M. Finegold, I. L. Weissman,
M. Grompe, Purified hematopoietic stem cells can differentiate into hepatocytes in vivo, Nature Medicine, November

35
Krivit et al. , 1998) 207 des désordres lysosomiaux et peroxysomaux 208. La nature exacte de
l'amélioration apportée dans ces maladies par la transplantation de HSCs n'est pas connue, mais il se
pourrait que les HSCs corrigent la pathologie en cause en aidant au maintien de la microglie 209.

Réparation de lésion de la moelle épinière.


C'est cette capacité de différenciation des HSCs en cellules de la glia qui pourrait également
expliquer comment des cellules de la moelle osseuse, transplantées dans une lésion focale
démyélinisée de la moelle épinière, ou injectées par voie intraveineuse, induisent chez le rat une
remyélinisation de la moelle épinière lésée (Sasaki et al. , 2001; Akiyama et al, 2002)210. S.
Koshizuka et al. (2004)211 ont transplanté des HSCs dans la moelle épinière de rat une semaine
après que cette moelle eut été lésée, et ont constaté une amélioration significative des animaux sur
le plan fonctionnel. Les cellules transplantées ont survécu cinq semaines après leur greffe et
exprimaient les marqueurs spécifiques pour les astrocytes, les oligodendrocytes et le précurseurs
neuronaux, mais non pour les neurones. La transplantation de moelle osseuse pourrait donc être une
stratégie effective dans le traitement des lésions de la moelle épinière.

Sclérose latérale amyotrophique (ALS)


Des études cliniques préliminaires ont montré qu'une administration intrathécale de cellules souches
hématopoïétiques autologues amenait une amélioration discrète de l'état des patients affectés de
sclérose latérale amyotrophique. (C. G. Janson et al. , 2001 )212.

2000, vol. 6, n°11, pp. 1229-1234.


. Y. Y. Yang, M. I. Collector, S. B. Baylin, A. M. Diehl, S. J. Sharkis, Hematopoietic stem cells convert into liver cells
within days without fusion, Nature Cell Biology, June 2004, vol. 6, n°6, pp. 532-539.
204
R. Okamoto, T. Yajima, M. Yamazaki, T. Kanai, M. Mukai, S. Okamoto, Y. Ikeda, T. Hibi, J. Inazawa, M. Watanabe,
Damaged epithelia regenerated by bone marrow-derived cells in the human gastrointestinal tract, Nature Medicine,
September 2002, vol. 8, n°9, pp. 1011-1017.
205
M. Körbling, R. L. Katz, A. Khanna, A. C. Ruifrok, G. Rondon, M. Abitar, R. E. Champlin, Z. Estrov, Hepatocytes
and epithelial cells of donor origin in recipients of peripheral blood stem cells, The New England Journal of Medicine, 7
March 2002, vol. 346, n°10, pp. 738-746.
206
E. Shapiro, W. Krivit, L. Lockman, I. Jambacque, C. Peters, M. Cowan, R. Harris, S. Blanche, P. Bordigni, D. Loes, R.
Ziegler, M. Crittenden, D. Ris, B. Berg, C. Cox, H. Moser, A. Fischer, P. Aubourg, Long-term effect of bone-marrow
transplantation for childhood-onset cerebral X-linked adrenoleukodystrophy, The Lancet, 26 August 2000, vol. 356,
n°9231, pp. 713-718.
. C. Peters, L. R. Charnas, Y. Tan, R. S. Ziegler, E. G. Shapiro, T. DeFor, S. S. Grewal, P. J. Orchard, S. L. Abel, A. I.
Goldman, N. K. Ramsay, K. E. Dusenbery, D. J. Loes, L. A. Lockman, S. Kato, P. R. Aubourg, H. W. Moser, W. Krivit,
Cerebral X-linked adrenoleukodystrophy: the international hematopoietic cell transplantation experience from 1982 to
1999, Blood, August 2004, vol. 104, n°3, pp. 8881-888.
207
W. Krivit, E. G. Shapiro, C. Peters, J. E. Wagner, G. Cornu, J. Kurtzberg, D. A. Wenger, E. H. Kolodny, M. T. Vanier,
D. J. Loes, K. Dusenbery, L. A. Lockman, Hematopoietic stem-cell transplantation in globoid-cell leukodystrophy, The
New England Journal of Medicine, 16 April 1998, vol. 338, n°16, pp. 1119-1126.
208
E. G. Shapiro, L. A. Lockman, M. Balthazor, W. Krivit, Neuropsychological outcomes of several storage diseases with
and without bone marrow transplantation, Journal of Inherited Metabolic Diseases, 1995, vol. 18, n°4, pp. 413-429.
209
J. Priller, A. Flugel, T. Wehner, M. Boentert, C. A. Haas, M. Prinz, F. Fernandez-Klett, K. Prass, I. Bechmann, B. A.
de Boer, M. Frotscher, G. W. Kreutzberg, D. A. Persons, U. Dirnagl, Targeting gene-modified hematopoietic cells to the
central nervous system: use of green fluorescent protein uncovers microglial engraftment, Nature Medicine, December
2001, vol. 7, n°12, pp. 1356-1361.
210
M. Sasaki, O. Honmou, Y. Akiyama, T. Uede, K. Hashi, J. D. Kocsis, Transplantation of an acutely isolated bone marrow fraction repairs
demyelinated adult rat spinal cord axons, Glia, July 2001, vol. 35, n1, pp. 26-34.
. Y. Akiyama, C. Radtke, O. Honmou, J. D. Kocsis, Remyelination of the spinal cord following intravenous delivery of bone marrow cells, Glia,
September 2002, vol. 39, n3, pp. 229-236.
211
S. Koshizuka, S. Okada, A. Okawa, M. Koda, M. Murasawa, M. Hashimoto, T. Kamada, K. Yoshinaga, M. Murakami,
H. Moriya, M. Yamazaki, Transplanted hematopoietic stem cells from bone marrow differentiate into neural lineage cells
and promote functional recovery after spinal cord injury in mice, Journal of Neuropathology, and Experimental
Neurology, January 2004, vol. 63, n°1, pp. 64-72.
212
C. G. Janson, T. M. Ramesh, M. J. During, P. Leone, J. Heywood, Human intrathecal transplantation of peripheral
blood stem cells in amyotrophic lateral sclerosis, Journal of Hematotherapy and Stem Cell Research, December 2001, vol.

36
Réparation des lésions du muscle squelettique.
E. Gussoni et al. (1999)213 ont constaté que l'injection de cellules souches hématopoïétiques pouvait
rétablir l'expression de la dystrophine dans les fibres musculaires de souris femelle mdx (le modèle
animal de la dystrophie musculaire de Duchenne). Ce résultat a été confirmé par S. Y. Corbel, H. M.
Blau, F. M. V. Rossi et al. (2003)214. Ce rétablissement qui n'intéresse que 0. 01-0. 1% des
myofibres peut atteindre 5% d'entre elles dans certains muscles à haute activité contractile ou dans
des muscles lésés par stress (M. A. Labarge, H. M. Blau 215).

Contribution à la vasculogénèse par différenciation des HSCs en cellules progénitrices


endothéliales.
Différentes études ont mis en relief le rôle des cellules progénitrices endothéliales dérivées des
HSCs de la moelle osseuse, et circulant dans le sang périphérique, dans la vasculogénèse
(néovascularisation) (Q. Shi et al. , 1998; T. Takahashi et al. , 1999; T. Asahara et al. , 1999; P. P.
Young et al. , 2002)216.

Potentiel cardiomyogénique des HSCs.


K. A. Jackson, M. A. Goodell (Baylor College of Medicine, Houston, Texas) et al (2001)217 ont
constaté que des cellules HSCs "side population cells" (SP) greffées sur des coeurs ischémiques de
souris migrent dans la zone d'ischémie, s'y différencient en cardiomyocytes et en cellules
endothéliales et contribuent ainsi à la régénération d'un tissu fonctionnel. Ce résultat a été confirmé
par E. T. Yeh et al. (2003)218. Une étude plus récente de S. Zhang et al. (2004)219 montre que la
fusion des HSCs aux cardiomyocytes joue davantage que leur transdifférenciation en
cardiomyocytes dans cet effet cardiomyogénique des HSCs.

10, n°6, pp. 913-915.


213
E. Gussoni, Y. Soneoka, C. D. Strickland, E. A. Buzney, M. K. Khan, A. F. Flint, L. M. Kunkel, R. C. Mulligan,
Dystrophin expression in the mdx mouse restored by stem cell transplantation, Nature, 23 September 1999, vol. 401,
n°6751, pp. 390-394.
214
S. Y. Corbel, A. Lee, L. Yi, J. Duenas, T. R. Brazelton, H. M. Blau, F. M. V. Rossi, Contribution of hematopoietic
stem cells to skeletal muscle, Nature Medicine, December 2003, vol. 9, n°12, pp. 1528-1532.
215
M. A. LaBarge, H. M. Blau, Biological progression from adult bone marrow to mononucleate muscle stem cell to
multinucleate muscle fiber in response to injury, Cell, 15 November 2002, vol. 111, n°4, pp. 589-601.
216
Q. Shi, S. Rafii, M. H. Wu, E. S. Wijelath, C. Yu, A. Ishida, Y. Fujita, S. Kothari, R. Mohle, L. R. Sauvage, M. A.
Moore, R. F. Storbe, W. P. Hammond, Evidence for circulating bone marrow-derived endothelial cells, Blood, 15 July
1998, vol. 92, n°2, pp. 362-367.
. T. Takahashi, C. Kalka, H. Masuda, D. Chen, M. Silver, M. Kearney, M. Magner, J. M. Isner, T. Asahara, Ischemia- and
cytokine-induced mobilization of bone marrow-derived endothelial progenitor cells for neovascularization, Nature
Medicine, April 1999, vol. 5, n°4, pp. 434-438.
. T. Asahara, T. Takahashi, H. Masuda, C. Kalka, D. Chen, H. Iwaguro, Y. Inai, M. Silver, J. M. Isner, VEGF contributes
to postnatal neovascularization by mobilizing bone marrow-derived endothelial progenitor cells, The EMBO Journal, 15
July 1999, vol. 18, n°14, pp. 3964-3972.
. T. Asahara, H. Masuda, T. Takahashi, C. Kalka, C. Pastore, M. Silver, M. Kearne, M. Magner, J. M. Isner, Bone marrow
origin of endothelial progenitor cells responsible for postnatal vasculogenesis in physiological and pathological
neovascularization, Circulation Research, 6 August 1999, vol. 85, n°3, pp. 221-228.
. P. P. Young, A. A. Hofling, M. S. Sands, VEGF increases engraftment of bone marrow-derived endothelial progenitor
cells (EPCs) into vasculature of newborn murine recipients, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 3
September 2002, vol. 99, n°18, pp. 11951-11956.
217
K. A. Jackson, S. M. Majka, H. Wang, J. Pocius, C. J. Hartley, M. W. Majesky, M. L. Entman, L. H. Michael, K. K.
Hirschi, M. A. Goodell, Regeneration of ischemic cardiac muscle and vascular endothelium by adult stem cells, The
Journal of Clinical Investigation, June 2001, vol. 107, n°11, pp. 1395-1402.
218
E. T. Yeh, S. Zhang, H. D. Wu, M. Körbling, J. T. Willerson, Z. Estrov, Transdifferentiation of human peripheral
blood CD34+-enriched cell population into cardiomyocytes, endothelial cells, and smooth muscle cells in vivo,
Circulation, 28 October 2003, vol. 108, n°17, pp. 2070-2073.
219
S. Whang, D. Wang, Z. Estrov, S. Raj, J. T. Willerson, E. T. Yeh, Both cell fusion and transdifferentiation account for
the transformation of human peripheral blood CD34-positive cells into cardiomyocytes in vivo, Circulation, 21 December
2004, vol. 110, n°25, pp. 3803-3807.

37
Contribution à la réparation des lésions hépatiques.
E. Lagasse, N. Grompe e colleghi (2000) avaient les premiers attiré l'attention sur la possibilité des
HSCs de venir aider à la réparation hépatique, apparemment au travers d'un processus de
transdifférenciation 220. Cependant, en 2003, X. Wang, E. Lagasse, M. Grompe et al. (University of
Portland, Oregon)221 et G. Vassilopoulos, P-R. Wang and D. W. Russells (University of
Washington, Seattle, Washington)222 ont rapporté cet effet à une fusion des HSCs greffés aux
hépatocytes de l'hôte. O. Quintana-Bustamante et al. (2006)223 ont vérifié que la mobilisation des
HSCs sous l'effet du G-CSF (granulocyte colony stimulating factor) augmente de façon
significative la production d'hépatocytes dérivés des HSACs (BMDHs) (bone marrow-derived
hepatocytes) chez des souris souffrant de lésion hépatique et ont montré, en marquant les HSCs par
la GFP (green fluorescent protein) que cette augmentation est bien due à un processus de fusion.

Réparation de la rétine dégénérée


Les HSCs peuvent aider au traitement de la rétinopathie ischémique, sauvant ou maintenant une
vascularisation normale, probablement par génération de progéniteurs endothéliaux (M. B. Grant et
al. , 2002)224. A. Otani et al. ont montré que les cellules souches hématopoïétiques CD34+, Lin-
(Lin-HSCs), dérivées de la moelle osseuse, et injectées dans le vitré, peuvent contribuer à la
régénération de la rétine (A. Otani et al. , 2002, 2004)225.

Thérapie génique
Les HSCs ont été utilisées dès les débuts de la thérapie génique comme transporteurs de matériel
génétique dans l'organisme. En 1980, K. E. Mercola et M. J. Cline 226 rapportèrent ainsi le transfert
réussi dans la souris, au moyen de HSCs transfectées, du gène codant pour l'enzyme thymidine
kinase du virus herpès (herpes simplex thymidine kinase (HSVtk) (herpes simplex virus thymidine
kinase). D'autres auteurs, utilisant des HSCs transduites par vecteur rétroviral avec le gène pour
l'enzyme adénosine déaminase (absente dans la déficience ADA-SCID), obtinrent une expression
soutenue du gène pour l'ADA dans l'animal receveur, et ce pendant plus de six mois (B. Lim et al. ,
1987, 1989; W. R. A. Osborne et al. , 1990; V. W. van Beusechem et al. , 1990; J. M. Wilson et al. ,
1990; C. Bordignon et al. , 1993)227.
220
E. Lagasse, H. Connors, M. Al-Dhalimy, M. Reitsma, M. Dohse, L. Osborne, X. Wang, M. Finegold, I. L. Weissman,
M. Grompe, Purified hematopoietic stem cells can differentiate into hepatocytes in vivo, Nature Medicine, November
2000, vol. 6, n°11, pp. 1229-1234.
221
X. Wang, H. Willenbring, Y. Akkari, Y. Torimaru, M. Foster, M. Al-Dhalimy, E. Lagasse, M. Finegold, S. Olson, M.
Grompe, Cell fusion is the principal source of bone-marrow-derived hepatocytes, Nature, 24 April 2003, vol. 422, n°6934,
pp. 897-901.
222
G. Vassilopoulos, P. R. Wang, D. W. Russell, Transplanted bone marrow regenerates liver by cell fusion, Nature, 24
April 2003, vol. 422, n°6934, pp. 901-904.
223
O. Quintana-Bustamante, A. Alvarez-Barrientos, A. V. Kofman, I. Fabregat, J. A. Bueren, N. D. Theise, J. C. Segovia,
Hematopoietic mobilization in mice increases the presence of bone-marrow derived hepatocytes via in vivo cell fusion,
Hepatology, January 2006, vol. 43, n°1, pp. 108-116.
224
M. B. Grant, W. Stratford May, S. Caballero, G. A. Brown, S. M. Guthrie, R. N. Mames, B. J. Byrne, T. Vaught, P. E.
Spoerri, A. B. Peck, E. W. Scott, Adult hematopoietic stem cells provide functional hemangioblast activity during retinal
neovascularization, Nature Medicine, June 2002, vol. 8, n°6, pp. 607-612.
225
A. Otani, K. Kinder, K. Ewalt, F. J. Otero, P. Schimmel, M. Friedlander, Bone marrow-derived stem cells target
retinal astrocytes and can promote or inhibit retinal angiogenesis,
Nature Medicine, September 2002, vol. 8, n°9, pp. 1004-1010.
. M. I. Dorrell, A. Otani, E. Aguilar, S. K. Moreno, M. Friedlander, Adult bone marrow-derived stem cells use R-cadherin
to target sites of neovascularization in the developing retina, Blood, 1 May 2004, vol. 103, n°9, pp3420-3427.
. A. Otani, M. I. Dorrell, K. Kinder, S. K. Moreno, S. Nusinowitz, E. Banin, J. Heckenlively, M. Friedlander, Rescue of
retinal degeneration by intravitreally injected adult bone marrow-derived lineage-negative hematopoietic stem cells,
Journal of Clinical Investigation, September 2004, vol. 114, n°6, pp. 765-774.
226
K. E. Mercola, H. D. Stang, J. Browne, W. Salser, M. J. Cline, Insertion of a New Gene of Viral Origin into Bone
Marrow Cells of Mice, Science, May 1980, vol. 208, n°4447, pp. 1033-1035.
227
B. Lim, D. A. Williams, S. H. Orkin, Retrovirus-mediated gene transfer of human adenosine deaminase: expression of

38
D. Cellules souches stromales de la moelle osseuse (BMSCs)

La moelle osseuse contient d'autres cellules qui répondent aux critères de cellules souches, et
qui ne sont pas hématopoïétiques (A. J. Friedenstein et al. ,1968)228. Ces cellules sont appelées
"cellules stromales de la moelle osseuse"(MSCs) (marrow stromal cells) ou BMSC (bone marrow
stromal cells)229 ou "cellules souches mésenchymateuses"(mesenchymal stem cells) (MSCs)230 ou
"cellules mésenchymateuses dérivées de la moelle osseuse"(BMMCs) (bone marrow-derived
mesenchymal cells).
Ces cellules souches mésenchymateuses se prètent tout particulièrement aux besoins de la
médecine génératrice à cause de leur importante capacité de prolifération in vitro et à cause de leur
étonnante plasticité. Parce que les BMSCs ont la capacité de se loger dans de nombreux tissus non
hématopoïétiques 231 et de s'y différencier dans le type de cellule correspondant à ce tissu 232, elles
trouvent déjà de multiples applications cliniques pour les différentes nécessités thérapeutiques de la
médecine régénérative. Il y a actuellement plus que 80 thérapies et environ 300 expérimentations
cliniques basées sur l'utilisation de telles cellules233.

functional enzyme in murine hematopoietic stem cells in vivo, Molecular and Cellular Biology, October 1987, vol. 7, n°10,
pp. 3459-3465.
. B. Lim, J. F. Apperley, S. H. Orkin, D. A. Williams, Long-term expression of human adnosine deaminase in mice
transplanted with retrovirus-infected hematopoietic stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA,
November 1989, vol. 86, n°22, pp. 8892-8896.
. W. R. A. Osborne, R. A. Hock, M. Kaleko, A. D. Miller, Long-Term Expression of Human Adenosine Deaminase in
Mice after Transplantation of Bone Marrow Infected with Amphotropic Retroviral Vectors, Human Gene Therapy, Spring
1990, vol. 1, n°1, pp. 31-41.
. V. W. van Beusechem, A. Kukler, M. P. W. Einerhand, T. A. Bakx, A. J. van der Eb, D. W. van Bekkum, D. Valerio,
Expression of Human Adenosine Deaminase in Mice Transplanted with Hematopoietic Stem Cells Infected with
Amphotropic Retroviruses, The Journal of Experimental Medicine, 1 September 1990, vol. 172, n°3, pp. 729-736.
. J. M. Wilson, O. Danos, M. Grossman, D. H. Raulet, R. C. Mulligan, Expression of human adenosine deaminase in mice
reconstituted with retrovirus-transduced hematopoietic stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences,
USA, January 1990, vol. 87, n°1, pp. 439-443.
. C. Bordignon, F. Mavilio, G. Ferrari, P. Servida, A. G. Ugazio, L. D. Notarangelo, E. Gilboa, S. Rossini, R. J. O'Reilly,
C. A. Smith, A. P. Gillio, W. Fr. Anderson, R. M. Blaese, R. C. Moen, M. A. Eglitis, Transfer of the ADA Gene into Bone
Marrow Cells and Peripheral Blood Lymphocytes for the treatment of Patients Affected by ADA-Deficient SCID , Human
Gene Therapy, August 1993, vol. 4, n°4, pp. 513-520.
228
A. J. Friedenstein, K. V. Petrakova, A. L. Kurolesova, G. P. Frolova, Heterotopic of bone marrow. Analysis of
precursor cells for osteogenic and hematopoietic tissues, Transplantation, March 1968, vol. 6, n°2, pp. 230-247.
229
D. J. Prockop, Marrow Stromal Cells as Stem Cells for Nonhematopietic Tissues, Science, 24 April 1997, vol. 276,
n°5309, pp. 71-74. See p. 72.
. D. J. Prockop, Marrow stromal cells as stem cells for continual renewal of nonhematopoietic tissues and as potential
vectors for gene therapy, Journal of Cellular Biochemistry, 1998, suppl. , n°30-31, pp. 284-285. . P. Bianco, P. Gehron
Robey, Marrow stromal stem cells, The Journal of Clinical Investigation, June 2000. vol. 105, n°12, pp. 1663-1668.
230
D. J. Prockop, Marrow stromal cells as stem cells for nonhematopoietic tissues, Science, 4 April 1997, vol. 276,
n°5309, pp. 71-74.
. A. I. Caplan, Mesenchymal stem cells, Journal of Orthopedic Research, September 1991, vol. 9, n°5, pp. 641-650.
. A. I. Caplan, S. P. Bruder, Mesenchymal stem cells: building blocks for molecular medicine in the 21st century, Trends in
Molecular Medicine, June 2001, vol. 7, n°6, pp. 259-264.
. J. J. Minguell, A. Erices, P. Conget, Mesenchymal Stem Cells, Experimental Biology and Medicine, June 2001, vol. 226,
n°6, pp. 507-520.
231
D. J. Prockop, Marrow stromal cells as stem cells for nonhematopoietic tissues, Science, 4 April 1997, vol. 276,
n°5309, pp. 71-74.
232
E. L. Herzog, L. Chai, D. S. Krause, Plasticity of marrow-derived stem cells, Blood, 15 November 2003, vol. 102,
n°10, pp. 3483-3493.
. J. E. Grove, E. Bruscia, D. S. Krause, Plasticity of Bone Marrow-Derived Stem Cells, Stem Cells, 2004, vol. 22, n°4, pp.
487-500.
233
Proceed with caution, Editorial, Nature Biotechnology, July 2005, vol. 23, n°7, p. 763.

39
1. Caractéristiques générales des BMSCs28

Les BMSCs, isolées grâce à leur adhérence au plastique, sont de clonage difficile. Il s'agit
d'une population hétérogène de cellules souches et de cellules progénitrices 234. Le nombre de vraies
cellules souches à l'intérieur de la population de BMSCs est petit, et évalué à 2-4 pour (10)6 cellules
mononucléaires. La grande majorité de ces cellules se maintient en phase G0/G1 du cycle cellulaire
235
. Après sous-culture, les BMSCs montrent un potentiel expansif ample, mais variable. En
conditions optimales, les souches dérivées de différentes colonies peuvent proliférer jusqu'à 50
doublements de population (25 passages in vitro)236, approximativement en 10 semaines. Les
cellules stromales de moelle osseuse peuvent être ainsi amplifiées en culture jusqu'à environ un
milliard de fois en 8 semaines237.
Les cellules stromales de moelle osseuse se différencient habituellement selon un paradigme

234
La nature hétérogène de la population BMSC se constate immédiatement quand on examine les colonies qui se
développent à partir de ces cellules. On trouve une vaste gamme de dimensions dans ces colonies, qui correspondent à
divers taux de croissance, et on observe diverses morphologiques cellulaires, depuis les cellules fusiformes à la manière de
fibroblastes jusqu'aux grosses cellules plates. Certaines colonies sont fortement positives pour les phosphatases alcalines,
tandis que d'autres sont négatives et qu'un tiers sont positives dans la région centrale de la colonie et négatives en périphérie
(A. J. Friedenstein et al. , 1982). Certaines colonies forment des nodules (ce qui correspond au début de la minéralisation
de la matrice) tandis que d'autres accumulent des graisses (oil red O staining), et que, occasionnellement, d'autres forment
du cartilage (alcian blue staining) (A. Herbertson et al. , 1997). Les études In vitro confirment cette hétérogéneité. Elles
montrent que la différenciation des CDU-F peut être modifiée au niveau de la colonie, et que l'addition de certains facteurs
au milieu de culture peut activer l'ostéogenèse dans une série de précurseurs multipotentiels plus commis dans une telle
direction (M. Jager et al. , 2003). Diverse lignes cellulaires stromales peuvent être promues au travers de différentes
conditions de culture (M. Owen et al. , 1988). De grandes différences sont observées entre les CFU-Fs isolés. La
morphologie cellulaire et les taux de prolifération cellulaire varient de façon très importante. L'expression de certains
marqueurs des phénotypes osteoblastique, chondrogénique, et adipogénique est variable non seulement entre les différentes
lignées cellulaires, mais encore à l'intérieur de la même lignée, en fonction du temps passé en culture. De plus, cette
expression ne reflète pas le degré de pluripotence que le clone choisi peut démonstrer in vivo (K. Satomura et al. , 2000).
Les études In vivo montrent que certaines souches BMSCs dérivées des colonies possèdent une haute capacité d'auto-
renouvellement et une multipotentialié tandis que d'autres ont un potentiel plus limité. Après transplantation chez un animal
hôte, seulement une partie des souches ont la capacité de régénérer complètement la moelle osseuse dans laquelle les
cellules osseuses, le stroma de soutien, et les adipocytes sont d'origine clonale, et viennent du donneur, cependant que
l'hématopoïèse et la vascularisation sont du récipient (S. A. Kuznetsov et al. , 1997). Après implantation sous-cutanée chez
des souris immunodéficientes, certaines CFU-Fs forment de l'os et supportent l'hématopoièse et l'adipogénèse tandis que
d'autres forment seulement de l'os, et que d'autres forment seulement du tissu conjonctif (S. A. Kuznetsov et al. , 1997).
. A. J. Friedenstein, N. W. Latzinik, A. G. Grosheva, U. F. Gorskaya, Marrow microenvironment transfer by heterotopic
transplantation of freshly isolated and cultured cells in porous sponges, Experimental Hematology, February 1982, vol.
10, n°2, pp. 217-227.
. M. Owen, A. J. Friedenstein, Stromal cells: marrow-derived osteogenic precursors, Ciba Foundation symposium, 1988,
vol. 136, pp. 42-60.
. S. A. Kuznetsov, P. H. Krebsbach, K. Satomura, J. Kerr, M. Riminucci, D. Benayahu, P. G. Robey, Single-colony derived
strains of human marrow stroma fibroblasts form bone after transplantation in vivo, Journal of Bone and Mineral
Research, September 1997, vol. 12, n°9,, pp. 1335-1347.
. A. Herbertson, J. E. Aubin, Cell sorting enriches osteogenic populations in rat bone marrow stromal cell cultures, Bone,
December 1997, vol. 21, n°6, pp. 491-500.
. K. Satomura, P. Krebsbach, P. Bianco, P. Gehron Robey, Osteogenic imprinting upstream of stromal cell differentiation,
Journal of Cellular Biochemistry, 6 June 2000, vol. 78, n°3, pp. 391-403.
. M. Jager, A. Wild, S. Lensing-Hohn, R. Krauspe, Influence of different culture solutions on osteoblastic differentiation in
cord blood and bone marrow derived progenitor cells, Biomedizinische Technik, September 2003, vol. 48, n°9, pp. 241-
244.
235
P. A. Conget, J. J. Minguell, Phenotypical and functional properties of human bone marrow mesenchymal progenitor
cells, Journal of Cellular Physiology, October 1999, vol. 181, n°1, pp. 67-73.
236
D. Colter, R. Class, C. M. DiGirolamo, D. J. Prockop, Rapid expansion of recycling stem cells in culture of plastic-
adherent cells from human bone marrow, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 28 March 2000, vol.
97, n°7, pp. 3213-3218.
237
D. J. Prockop, Stem Cell Research Has Only Just Begun, Science, 13 July 2001, vol. 293, n°5528, pp. 211-212, letter.

40
hiérarchique en précurseurs ostéoblastiques, chondroblastiques, adipocitiques et stromaux 238. Les
BMSCs contribuent ainsi à la régénération de tissus mesenchymateux 239 comme l'os240, le cartilage
241
, le muscle 242, les ligaments, les tendons 243, le tissu adipeux 244 et le stroma qui soutient
l'hématopoïèse 245. Chacun de ces phénotypes cellulaires peut se changer en un autre, dans des
circonstances spécifiques, à l'intérieur de la même famille des cellules stromales, en conformité
avec le développement et le maintien de l'organe qu'ils contribuent à construire et à conserver.

2. Individuation de BMSCs à haute capacité de prolifération et de différenciation:


cellules MIAMI et MAPCs

Depuis 1990, différents groupes de chercheurs ont tenté d'isoler des cellules
mésenchymateuses dérivées de la moelle osseuse, de type BMSCS, qui auraient les propriétés des
cellules mésenchymateuses de moelle osseuse, mais seraient plus pures, plus homogènes que le
reste de ces cellules, qui auraient une forte capacité d'expansion et qui seraient multipotentes .
Toutefois, aucune des cellules ainsi individualisées jusqu'à ce jour n'a montré ces caractéristiques
d'auto-renouvellement illimité et de multipotentialité homogène qui permettraient de les présenter
comme équivalentes aux cellules souches embryonnaires. Ont été ainsi successivement isolées les
"cellules souches mésenchymateuses" (mesenchymal stem cells) de M. F. Pittinger et al. 246, les
cellules "très rondes" (very round cells) de D. C. Colter et al. (2001)247, les MSCs de A. Peister et
238
A. Muraglia, R. Cancedda, R. Quarto, Clonal mesenchymal progenitors from human bone marrow differentiate in
vitro according to a hierarchical model, Journal of Cell Science, April 2000, vol. 113, n°7, pp. 1161-1166.
239
A. E. Grigoriadis, J. N. Heersche, J. E. Aubin, Differentiation of Muscle, Fat, Cartilage, and Bone from Progenitor
Cells Present in a Bone-derived Clonal Cell Population: Effect of Dexamethasone, The Journal of Cell Biology, June
1988, vol. 106, n°6, pp. 2139-2151.
. R. F. Pereira, K. W. Halford, M. D. O'Hara, D,B. Leeper, B. P. Sokolov, M. D. Pollard, O. Bagasra, D. J. Prockop,
Cultured adherens cells from marrow can serve as longlasting precursor cells for bone, cartilage, and lung in irradiated
mice, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 23 May 1995, vol. 92, n°11, pp. 4857-4861.
240
M. E. Owen, J. Cavé, C. J. Joyner, Clonal analysis in vitro of osteogenic differentiation of marrow CFU-F, The
Journal of Cell Science, June 1987, vol. 85, n°5, pp. 731-738.
. S. E. Haynesworth, J. Goshima, V. M. Goldberg, A. I. Caplan, Characterization of cells with osteogenic potential from
human marrow, Bone, 1992, vol. 13, n°1, pp. 81-88.
. W. E. Fibbe, Mesenchymal stem cells. A potential source for skeletal repair, Annals of the Rheumatic Diseases,
November 2002, vol. 61, suppl. 2, pp. ii29-ii-31.
241
J. U. Yoo, T. S. Barthel, K. Nishimura, L. Solchaga. A. I. Caplan, V. M. Goldberg, B. Johnstone, The chondrogenic
potential of human bone-marrow-derived mesenchymal progenitor cells, The Journal of Bone and Joint Surgery, American
Volume, December 1998, vol. 80, n°12, pp. 1745-1757.
. J. Chen, C. Wang, S. Lu, J. Wu, X. Guo, C. Duan, L. Dong, Y. Song, J. Zhang, D. Jing, L. Wu, J. Ding, D. Li, In vivo
chondrogenesis of adult bone-marrow-derived autologous mesenchymal stem cells, Cell and Tissue Research, March
2005, vol. 319, n°3, p. 429-438.
242
T. Saito, J. E. Dennis, D. P. Lennon, R. G. Young, A. I. Caplan, Myogenic expression of mesenchymal stem cells
within myotubes of mdx mice in vitro and in vivo, Tissue Engineering, 1995, vol. 1, pp. 327-343.
. M. Dezawa, H. Ishikawa, Y. Itokazu, T. Yoshihara, M. Hoshino, S. Takeda, C. Ide, Y. Nabeshima, Bone marrow stromal
cells generate muscle cells and repair muscle degeneration, Science, 8 july 2005, vol. 309, n°5732, pp. 314-317.
243
R. G. Young, D. L. Butler, W. Weber, A. I. Caplan, S. l. Gordon, D. J. Fink, Use of mesenchymal stem cells in a
collagen matrix for Achilles tendon repair, Journal of Orthopaedic Research, July 1998, vol. 16, n°4, pp. 406-413.
. H. A. Awad, D. L. Butler, G. P. Boivin, F. N. Smith, P. Malaviva, B. Huibregtse, A. I. Caplan, Autologous mesenchymal
stem cell-mediated repair of tendon, Tissue Engineering, June 1999, vol. 5, n°3, pp. 267-277.
244
I. Sekiya, B. L. Larson, J. T. Vuoristo, J. G. Cui, D. J. Prockop, Adipogenic differentiation of human adult stem cells
from bone marrow stroma (MSCs), Journal of Bone and Mineral Research, February 2004, vol. 19, n°2, pp. 256-264.
245
J. E. Dennis, A. Merriam, A. Awadallah, J. U. Yoo, B. Johnstone, A. I. Caplan, A quadripotential mesenchymal
progenitor cell isolated from the marrow of an adult mouse, Journal of Bone and Mineral Research, May 1999, vol. 14,
n°5, pp. 700-709.
246
M. F. Pittenger, A. M. Mackay, S. C. Beck, R. K. Jaiswal, R. Douglas, J. D. Mosca, M. A. Moorman, D. W. Simonetti,
S. Craig, D. R. Marshak, Multilineage potential of adult human mesenchymal stem cells, Science, 2 April 1999, vol. 284,
n°5411, pp. 143-147.
247
D. C. Colter, I. Sekiya, D. J. Prockop, Identification of a subpopulation of rapidly self-renewing and multipotential

41
al. (2004)248, et les cellule "MIAMI" (MIAMI cells) de G. D'Ippolito et al. (2004). Ces cellules
MIAMI prolifèrent de façon intensive sans montrer de signe de sénescence. Elles expriment les
marqueurs Oct-4 et Rex-1 de la pluripotentialité. Elles ont un temps de redoublement cellulaire de
36 à 72 heures. Elles se différencient en ostéoblastes, chondrocytes, adipocytes et cellules neurales
249
. Les cellules identifiées par da Y. S. Yoon et al. (2005)250 s'auto-renouvellent sans perdre leur
multipotentialité à travers plus de 140 doublements de population et ont la capacité de se
différencier en cellules appartenant aux trois feuillets germinatifs primitifs.

Catherine M. Verfaillie et collègues (Minneapolis) (2001, 2002) ont montré qu'il existe dans
la moelle osseuse chez les rongeurs et chez l'homme une population rare de cellules souches
mésenchymateuses qu'ils ont dénommé "multipotent adult progenitor cell", (MAPCs)251, capables
de se différencier in vitro non seulement en cellules mésenchymateuses mais aussi en cellules du
mésoderme viscéral, du neuroectoderme et de l'endoderme 252, donc en cellules appartenant aux trois
feuillets germinatifs primitifs, comme le font les cellules souches embryonnaires. Ces cellules sont
sélectionnées à partir de divers marqueurs de surface (CD34, CD44 et aussi le complexe majeur
d'histocompatibilité) que l'on repère grâce aux anticorps correspondants. Approximativement 1 pour
mille seulement des cellules mononucléaires de la moelle, sélectionnées par les marqueurs de
surface, fournissent des MAPCs. Les MAPCs de souris sont des cellules de 8-10μm de diamètre
avec un large noyau et un rare cytoplasme. Ces cellules ont un grand pouvoir prolifératif
puisqu'elles sont capables de se diviser plus de 80 fois chez l'homme et plus de 120 fois chez la
souris ce qui conduit à des quantités énormes de cellules; par exemple, chez la souris, on obtient
(10)36 cellules, en partant de 10 cellules, et au bout d'un peu plus de 300 jours de culture. Ces
cellules ont un temps de doublement de 48 à 60 heures pour les 20 à 25 premiers doublements
initiaux, qui augmente à 72 heures après 25 à 30 doublements. Chose remarquable, en conditions de
culture avec bas niveau de sérum, les MAPCs peuvent se multiplier pour plus de 120 doublements
de population sans qu'il y ait raccourcissement des télomères, et leur caryotype demeure normal 253.
Les MAPCs expriment certains des marqueurs génétiques des cellules souches embryonnaires
(Oct4, rex-1, SSEA-1). Elles peuvent être facilement induites à se différencier en cellules qui ont un
phénotype neural lorsqu'elles sont mises en culture conjointement à des astrocytes 254. Dans des

adult stem cells in colonies of human marrow cells. Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 3 July 2001,
vol. 98, n°14, pp. 7841-7845.
248
A. Peister, J. A. Mellad, B. L. Larson, B. M. Hall, L. F. Gibson, D. J. Prockop, Adult stem cells from bone marrow
(MSCs) isolated from different strains of inbred mice vary in surface epitopes, rates of proliferation, and differentiation
potential, Blood, 1 March 2004, vol. 103, n°5, pp. 1662-1668.
249
G. D'Ippolito, S. Diabira, G. A. Howard, P. Menei, B. A. Roos, P. C. Schiller, Marrow-isolated adult multilineage
inducible (MIAMI) cells, a unique population of postnatal young and old human cells with extensive expansion and
differentiation potential, Journal of Cell Science, 15 June 2004, vol. 117, n°14, pp. 2971-2981.
250
Y. S. Yoon, A. Wecker, L. Heyd, J. S. Park, T. Tkebuchava, K. Kusano, A. Hanley, H. Scadova, G. Qin, D. H. Cha, K.
L. Johnson, R. Aikawa, T. Asahara, D. W. Losordo, Clonally expanded novel multipotent stem cells from human bone
marrow regenerate myocardium after myocardial infarction, The Journal of Clinical Investigation, February 2005, vol.
115, n°2, pp. 326-338.
251
M. Reyes, T. Lund, T. Lenvik, D. Aguiar, L. Koodie, C. M. Verfaillie, Purification and ex vivo expansion of postnatal
human marrow mesodermal progenitor cells, Blood, 1 November 2001, vol. 98, n°9, pp. 2615-2625.
. Y. Jiang, B. Jahagirdar, R. l. Reinhardt, R. E. Schwartz, C. D. Keene, X. R. Ortiz-Gonzalez, M. Reyes, T. Lenvik, T.
Lund, M. Blackstad, S. Aldrich, A. Lisberg, W. C. Low, D. A. Largaespada, C. M. Verfaillie, Pluripotency of
mesenchymal stem cells derived from adult marrow, Nature, 4 July 2002, vol. 418, n°6893, pp. 41-49.
252
M. Reyes, A. Dudek, B. Jahagirdar, L. Koodie, P. H. Marker, C. M. Verfaillie, Origin of endothelial progenitors in
human postnatal bone marrow, The Journal of Clinical Investigation, February 2002, vol. 109, n°3, pp. 337-346.
253
Y. Jiang, B. Jahagirdar, R. l. Reinhardt, R. E. Schwartz, C. D. Keene, X. R. Ortiz-Gonzalez, M. Reyes, T. Lenvik, T.
Lund, M. Blackstad, S. Aldrich, A. Lisberg, W. C. Low, D. A. Largaespada, C. M. Verfaillie, Pluripotency of
mesenchymal stem cells derived from adult marrow, Nature, 4 July 2002, vol. 418, n°6893, pp. 41-49. See p. 41.
254
Y. Jiang, D. Henderson, M. Blackstad, A. Chen, R. F. Miller, C. M. Verfaillie, Neuroectodermal differentiation from
mouse multipotent adult progenitor cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 30 September 2003,
vol. 100, suppl. 1, pp. 11854-11860.

42
conditions spécifiques elles se différencient aussi in vitro en cellules qui ont les caractéristiques
morphologiques, phénotypiques et fonctionnels d'hépatocytes255. Injectée dans un blastocyste
précoce, une seule cellule MAPC de souris contribue effectivement à la formation de tous les types
de cellules somatiques. Quand les MAPCs sont injectées par voie veineuse, chez les animaux
adultes, elles sont retrouvées dans les cellules hématopoïétiques, le foie, l'intestin et les poumons,
mais ne sont pas retrouvées dans le muscle et le myocarde ni non plus dans le cerveau, autrement dit
dans les tissus dérivant du neuroectoderme. Chose importante, aucune tumeur n'est apparue chez les
animaux greffés. Ainsi, les cellules MAPCs dérivées de la moelle osseuse représentent des cellules
précurseurs précoces, comparables aux cellules souches embryonnaires.

3. Applications thérapeutique

a) Réparation du muscle squelettique lésé.

Les BMSCs peuvent se convertir à la myogénèse en réponse à des stimuli physiologiques et aider à
la réparation du muscle squelettique endommagé ou épuisé par un processus dégénératif chronique
(G. Ferrari et al, 1998256; S. Corti et al. , 2002 257). Toutefois la réparation observée chez les souris
mdx dystrophiques ne dépasse pas le 1% du total des fibres musculaires durant la vie entière de la
souris transplantée 258. Des résultats plus encourageants pour la cure de la dystrophie musculaire de
Duchenne ont été présentés plus récemment par M. Dezawa et al. (2005)259.

b) Régénération du myocarde lésé

Il a été montré de façon répétée que des cellules souches de moelle osseuse, greffées dans le
myocarde lésé ou infusées par voie veineuse, chez la souris, le rat et le porc, aident à la régénération
de ce tissu (S. Tomita et al. (1999)260; K. A. Jackson et al. , 2001261; D. Orlic, P. Anversa et al. ,

255
R. E. Schwartz, M. Reyes, L. Koodie, Y. Jiang, M. Blackstad, T. Lund, T. Lenvik, S. Johnson, W-S. Hu, C. M.
Verfaillie, Multipotent adult progenitor cells from bone marrow differentiate into functional hepatocyte-like cells, The
Journal of Clinical Investigation, May 2002, vol. 109, n°10, pp. 1291-1302.
256
G. Ferrari, G. Cusella-De Angelis, M. Coletta, E. Paolucci, A. Stornaiuolo, G. Cossu, F. Mavilio, Muscle regeneration
by bone marrow-derived myogenic progenitors, Science, 6 March 1998, vol. 279, n°5356, pp. 1528-1530. See p. 1528.
257
S. Corti, S. Strazzer, R. Del Bo, S. Salani, P. Bossolasco, F. Fortunato, F. Locatelli, D. Soligo, M. Moggio, P. Ciscato,
A. Prelle, C. Borsotti, N. Bresolin, G. Scarlato, G. P. Comi, A subpopulation of murine bone marrow cells fully
differentiates along the myogenic pathway and participates in muscle repair in the mdx dystrophic mouse, Experimental
Cell Research, 1 July 2002, vol. 277, n°1, pp. 74-85.
258
G. Ferrari, A. Stornaiuolo, F. Mavilio, Failure to correct murine muscular dystrophy, Nature, 28 June 2001, vol. 411,
n°6841, pp. 1014-1015.
259
N. Dezawa, H. Ishikawa, Y. Itokazu, T. Yoshihara, M. Hoshino, S-I. Takeda, C. Ide, Y-I. Nabeshima, Bone Marrow
Stromal Cells Generate Muscle Cells and Repair Muscle Degeneration, Science, 8 July 2005, vol. 309, n°5732, pp. 314-
317.
260
S. Tomita, R. K. Li, R. D. Weisel, D. A. Mickle, E. J. Kim, T. Sakai, Z. Q. Jia, Autologous transplantation of bone
marrow cells improved damaged heart function, Circulation, 9 November 1999, vol. 100, suppl. 19, pp. II247-256.
261
K. A. Jackson, S. M. Majka, H. Wang, J. Pocius, C. J. Hartley, M. W. Majesky, M. L. Entman, L. H. Michael, K. K.
Hirschi, M. A. Goodell, Regeneration of ischemic cardiac muscle and vascular endothelium by adult stem cells, Journal of
Clinical Investigation, June 2001, vol. 107, n°11, pp. 1395-1402.

43
2001262; E. T. Yeh et al. , 2003263; C. Toma et al. , 2002264; Y. S. Yoon et al, 2005265; J. Kajstura et
al. , 2005266; T. S. Li et al. , 2005)267. Dans ces études on a constaté que les BMSCs intégraient le
tissu myocardique, formant des cardiomyocytes et des vaisseaux, régénérant le tissu infarcté et
améliorant la fonction cardiaque.
La raison pour laquelle l'administration de BMSCs à des patients souffrant d'artériopathie
coronarienne, chronique ou aiguë, entraîne une amélioration de leur état est toutefois discutée. Pour
certains, l'amélioration des fonctions cardiaques observée après transplantation de moelle osseuse
dans des modèles expérimentaux devrait être attribuée, au moins en partie, à une
transdifférenciation des BMSCs qui amènerait la formation de nouveaux cardiomyocytes 268. Mais,
si une telle transdifférenciation a lieu après greffe de BMSCs, il ne peut s'agir que d'un événement
très limité, qui n'explique pas la régénération tissulaire. Pour d'autres, la promotion du réseau
vasculaire collatéral dans le myocarde ischémique observée après transplantation trans-
endocardique de moelle osseuse autologue pourrait être due à la sécrétion de facteurs de croissance
endothéliale vasculaire (vascular endothelial growth factor) (VEGF) et de la chémokine MCP-1
(monocyte chemoattractant protein-1) par les cellules greffées 269. Il se pourrait aussi que les
BMSCs accroissent le développement du réseau collatéral au travers d'une libération de cytokines
(mécanisme paracrine) (T. Kinnaird et al. , 2004)270. Dans tous les cas, l'effet "vasculogénique" des
262
D. Orlic, J. Kajstura, S. Chimenti, I. Jakoniuk, S. M. Anderson, B. Li, J. Pickel, R. McKay, B. Nadal-Ginard, D. M.
Bodine, A. Leri, P. Anversa, Bone marrow cells regenerate infarcted myocardium, Nature, 5 April 2001, vol. 410, n°6829,
pp. 701-705.
. D. Orlic, J. Kajstura, S. Chimenti, F. Limana, I. Jakoniuk, F. Quaini, B. Nadal-Ginard, D. M. Bodine, A. Leri, P. Anversa,
Mobilized bone marrow cells repair the infarcted heart, improving function and survival, Proceedings of the National
Academy of Sciences, USA, 28 August 2001, vol. 98, n°18, pp. 10344-10349.
263
E. T. Yeh, S. Zhang, H. D. Wu, M. Körbling, J. T. Willerson, Z. Estrov, Transdifferentiation of human peripheral
blood CD34+-enriched cell population into cardiomyocytes, endothelial cells, and smooth muscle cells in vivo,
Circulation, 28 October 2003, vol. 108, n°17, pp. 2070-2073.
264
C. Toma, M. F. Pittenger, K. S. Cahill, B. J. Byrne, P. D. Kessler, Human mesenchymal stem cells differentiate to a
cardiomyocyte phenotype in the adult murine heart, Circulation, 1 January 2002, vol. 105, n°1, pp. 93-98.
265
Y. S. Yoon, A. Wecker, L. Heyd, J. S. Park, T. Tkebuchava, K. Kusano, A. Hanley, H. Scadova, G. Qin, D. H. Cha, K.
L. Johnson, R. Aikawa, T. Asahara, D. W. Losordo, Clonally expanded novel multipotent stem cells from human bone
marrow regenerate myocardium after myocardial infarction, The Journal of Clinical Investigation, February 2005, vol.
115, n°2, pp. 326-338.
266
J. Kajstura, M. Rota, B. Whang, S. Cascapera, T. Hosoda, C. Bearzi, D. Nurzynska, H. Kasahara, E. Zias, M. Bonafe,
B. Nadal-Ginard, D. Torella, A. Nascimbene, F. Quaini, K. Urbanek, A. Leri, P. Anversa, Bone marrow cells differentiate
in cardiac cell lineages after infarction independently of cell fusion, Circulation Research, 7 January 2005, vol. 96, n°1,
pp. 127-137.
267
T. S. Li, M. Hayashi, H. Ito, A. Furutani, T. Murata, M. Matsuzaki, K. Hamano, Regeneration of infarcted
myocardium by intramyocardial implantation of ex vivo transforming growth factor-beta-preprogrammed bone marrow
stem cells, Circulation. 17 May 2005, vol. 111, n°19, pp. 2438-2445.
268
C. Toma, M. F. Pittenger, K. S. Cahill, B. J. Byrne, P. D. Kessler, Human mesenchymal stem cells differentiate to a
cardiomyocyte phenotype in the adult murine heart, Circulation, 1 January 2002, vol. 105, n°1, pp. 93-98.
. K. Fukuda, Application of mesenchymal stem cells for the regeneration of cardiomyocyte and its use for cell
transplantation therapy, Human Cell, September 2003, vol. 16, n°3, pp. 83-94.
. H. Kawada, J. Fujita, K. Kinjo, Y. Matsuzaki, M. Tsuma, H. Miyatake, Y. Muguruma, K. Tsuboi, Y. Itabashi, Y. lkeda, S.
Ogawa, H. Okano, T. Hotta, K. Ando, K. Fukuda, Nonhematopoietic mesenchymal stem cells can be mobilized and
differentiate into cardiomyocytes after myocardial infarction, Blood, 1 December 2004, vol. 104, n°12, pp. 3581-3587.
. J. Kajstura, M. Rota, B. Whang, S. Cascapera, T. Hosoda, C. Bearzi, D. Nurzynska, H. Kasahara, E. Zias, M. Bonafe, B.
Nadal-Ginard, D. Torella, A. Nascimbene, F. Quaini, K. Urbanek, A. Leri, P. Anversa, Bone marrow cells differentiate in
cardiac cell lineages after infarction independently of cell fusion, Circulation Research, 7 January 2005, vol. 96, n°1, pp.
127-137.
269
S. Fuchs, R. Baffour, Y. F. Zhou, M. Shou, A. Pierre, F. O. Tio, N. J. Weissman, M. B. Leon, S. E. Epstein, R.
Kornowski, Transendocardial delivery of autologous bone marrow enhances collateral perfusion and regional function in
pigs with chronic experimental myocardial ischemia, Journal of American College of Cardiology, May 2001, vol. 37, n°6,
pp. 1726-1732.
270
T. Kinnaird, E. Stabile, M. S. Burnett, C. W. Lee, S. Barr, S. Fuchs, S. E. Epstein, Marrow-derived stromal cells
express genes encoding a broad spectrum of arteriogenic cytokines and promote in vitro and in vivo arteriogenesis

44
cellules progéniteurs endothéliales dérivées des cellules de la moelle osseuse semble responsable
d'au moins une partie des bénéfices ainsi observés (T. Kobayashi et al. , 2000271; A. A. Kocher et al.
(2001)272; H. Kamihata et al. , 2001; J. M. Edelberg. 2002; H. F. Tse et al. , 2003273; G. V. Silva et
al, 2005)274).
Chez les malades atteints d'infarctus du myocarde, la transplantation de cellules souches de
la moelle osseuse ou l'infusion intraveineuse de telles cellules est suivie d'une réduction de la zone
infarctée et d'un recouvrement significatif de la fonction cardiaque. 275 Deux approches
thérapeutiques sont actuellement suivies à cet effet: le transfert de BMSCs au travers d'une injection
intracoronarienne, pour les malades avec infarctus du myocarde récent, et le transfert de BMSCs par
injection endocardiaque chez les patients avec ischémie myocardique chronique ou infarctus déjà
ancien.
La sécurité et l'efficacité de l'infusion intracoronarienne de cellules mononuclées autologues
de moelle osseuse au travers d'un cathéter inséré par voie transcutanée, associée habituellement à
une angioplastie coronarienne (intracoronary infusion of autologous mononuclear bone marrow
cells through percutaneous transluminal angioplasty) (PTCA) a été rapportée pour la première fois
par B. E. Strauer e collègues (2002)276. Cette intervention est pratiquée par de nombreux auteurs, et
dans de nombreux pays, sans effets adverses, et avec le même résultat positif en terme de réduction
de la zone de l'infarctus et d'augmentation de l'éjection ventriculairee (B. Assmus et al. , 2002 277; S.

through paracrine mechanisms, Circulation Research, 19 March 2004, vol. 94, n°5, pp. 678-685.
. T. Kinnaird, E. Stabile, M. S. Bumett, M. Shou, C. W. Lee, S. Barr, S. Fuchs, S. E. Epstein, Local delivery of marrow-
derived stromal cells augments collateral perfusion through paracrine mechanisms, Circulation, 30 March 2004, vol. 109,
n°12, pp. 1543-1549.
271
T. Kobayashi, K. Hamano, T-S. Li, T. Katoh, S. Kobayashi, M. Matsuzaki, K. Esato, Enhancement of Angiogenesis by
the Implantation of Self Bone Marrow Cells in a Rat Ischemic Heart Model, Journal of Surgical Research, April 2000, vol.
89, n°2, pp. 189-195.
272
A. A. Kocher, M. D. Schuster, M. J. Szabolcs, S. Takuma, D. Burkhoff, J. Wang, S. Homma, N. M. Edwards, S. Itescu,
Neovascularization of ischemic myocardium by human bone marrow-derived angioblasts prevents cardiomyocyte
apoptosis, reduces remodeling and improved cardiac function, Nature Medicine, April 2001, nol. 7, n°4, pp. 430-436.
273
H. Kamihata, H. Matsubara, T. Nishue, S. Fujiyama, Y. Tsutsumi, R. Ozono, H. Masaki, Y. Mori, O. Iba, E. Tateishi,
A. Kosaki, S. Shintani, T. Murohara, T. Imaizumi, T. Iwasaka, Implantation of bone marrow mononuclear cells into
ischemic myocardium enhances collateral perfusion and regional function via side supply of angioblasts, angiogenic
ligands, and cytokines, Circulation, 28 August 2001, vol. 104, n°9, pp. 1046-1052.
. J. M. Edelberg, L. Tang, K. Hattori, D. Lyden, S. Rafii, Young adult bone marrow-derived endothelial precursor cells
restore aging-impaired cardiac angiogenic function, Circulation Research, 31 May 2002, vol. 90, n°10, pp. E89-E93.
. H. F. Tse, Y. l. Kwong, J. K. Chan, G. Lo, C. L. Ho, C. P. Lau, Angiogenesis in ischaemic myocardium by
intramyocardial autologous bone marrow mononuclear cell implantation, The Lancet, 4 January 2003, vol. 361, n°9351,
pp. 47-49.
274
G. V. Silva, S. Litovsky, J. A. Assad, A. l. Sousa, B. J. Martin, D. Vela, S. C. Coulter, J. Lin, J. Ober, W. K. Vaughn,
R. V. Branco, E. M. Oliveira, R. He, Y. J. Geng, J. T. Willerson, E. C. Perin, Mesenchymal stem cells differentiate into an
endothelial phenotype, enhance vascular density, and improve heart function in a canine chronic ischemia model,
Circulation, 18 January 2005, vol. 111, n°2, pp. 150-156.
275
B. E. Strauer, M. Brehm, T. Zeus, M. Köstering, A. Hernandez, R. V. Sorg, G. Kogler, P. Wernet, Repair of infarcted
myocardium by autologous intracoronary mononuclear bone marrow cell transplantation in humans, Circulation, 8
October 2002, vol. 106, n°15, pp. 1913-1918.
. C. Stamm, B. Westphal, H. D. Kleine, M. Petzsch, C. Kittner, H. Klinge, C. Schumichen, C. A. Nienaber, M. Freund, G.
Steinhoff, Autologous bone-marrow stem-cell transplantation for myocardial generation, Lancet, 4 January 2003, vol.
361, n°9351, pp. 45-46.
. M. B. Britten, N. D. Abolmaali, B. Assmus, R. Lehmann, J. Honold, J. Schmitt, T. J. Vogl, H. Martin, V. Schachinger, S.
Dimmeler, A. M. Zeiher, Infarct remodeling after intracoronary progenitor cell treatment in patients with acute
myocardial infarction (TOPCARE-AMI): mechanistic insights from serial contrast-enhanced magnetic resonance
imaging, 4 November 2003, vol. 108, n°18, pp. 2212-2218.
276
B. E. Strauer, M. Brehm, T. Zeus, M. Köstering, A. Hernandez, R. V. Sorg, G. Kogler, P. Wernet, Repair of infarcted
myocardium by autologous intracoronary mononuclear bone marrow cell transplantation in humans, Circulation, 8
October 2002, vol. 106, n°15, pp. 1913-1918.
277
B. Assmus, V. Schachinger, C. Teupe, M. Britten, R. Lehmann, N. Dobert, F. Grunwald, A. Aicher, C. Urbich, H.
Martin, D. Hoelzer, S. Dimmeler, A. M. Zeiher, Transplantation of Progenitor Cells and Regeneration Enhancement in

45
L. Chen et al. , 2004278; F. Fernández-Avilés et al. , 2004279; K. C. Wollert et al. (2004)280; V.
Schachinger et al. (2004)281; S. L. Chen et al. (2004)282 F. Kuethe et al. , 2005283.
L'injection transendocardiaque de cellules mononucléées autologues dérivées de la moelle
osseuse (Catheter-Based-Trans-endocardial delivery of Autologous Bone-Marrow-Derived
Mononuclear Cells) (ABMMNC injection) est pratiquée depuis plusieurs années en différents
centres (S. Fuchs et al. , 2003, Washington, D. C)284; (E. C. Perin et al. , 2003, 2004)285; H. F.
Dohmann et al. (2005)286 pour obtenir une amélioration de l'état cardiaque chez des patients
souffrant de maladie coronarienne avancée ou pour des malades atteints de cardiomyopathie
ischémique sévère, candidats à une transplantation de coeur. Les auteurs présentent cette technique
comme une alternative thérapeutique chez des patients qui ne peuvent bénéficier d'une
revascularisation conventionnelle en raison de leur décompensation cardiaque sévère. (G. V. Silva
et al. , 2004)287.
Toutes les études cliniques qui ont été publiées sur l'usage des cellules souches de moelle
Acute Myocardial Infarction (TOPCARE-AMI), Circulation, 10 December 2002, vol. 106, n°24, pp. 3009-3017.
278
S. L. Chen, W. W. Fang, J. Qian, F. Ye, Y. H. Liu, S. J. Shan, J. J. Zhang, S. Lin, L. M. Liao, R. C. Zhao, Improvement
of cardiac function after transplantation of autologous bone marrow mesenchymal stem cells in patients with acute
myocardial infarction, Chinese Medical Journal, October 2004, vol. 117, n°10, pp. 1443-1448.
279
F. Fernández-Avilés, J. A. San Román, J. García-Frade, M. E. Fernández, M. J. Peñarrubia, L. de la Fuente, M.
Gómez-Bueno, A. Cantalapiedra, J. Fernández, O. Gutierrez, P. L. Sánchez, C. Hernández, R. Sanz, J. García-Sancho, A.
Sánchez, Experimental and Clinical Regenerative Capability of Human bone Marrow Cells After Myocardial Infarction,
Circulation Research, 1 October 2004, vol. 95, n°7, pp. 742-748.
280
K. C. Wollert, G. P. Meyer, J. Lotz, S. Ringes-Lichtenberg, P. Lippolt, C. Breidenbach, S. Fichtner, T. Korte, B.
Hornig, D. Messinger, L. Arseniev, B. Herstenstein, A. Ganser, H. Drexler, Intracoronary autologous bone-marrow cell
transfer after myocardial infarction: the BOOST randomized controlled clinical trial, The Lancet, 10 July 2004, vol. 364,
n°9429, pp. 141-148.
281
V. Schachinger, B. Assmus, M. B. Britten, J. Honold, R. Lehmann, C. Teupe, N. D. Abolmaali, T. J. Vogl, W. K.
Hoffmann, H. Martin, S. Dimmeler, A. M. Zeiher, Transplantation of progenitor cells and regeneration enhancement in
myocardial infarction: final one-year results of the TOPCARE-AMI trial, Journal of the American College of Cardiology,
10 October 2004, vol. 44, n°8, pp. 1690-1699.
282
S. L. Chen, W. W. Fang, F. Ye, Y. H. Liu, J. Qian, S. J. Shan, J. J. Zhang, R. Z. Chunhua, L. M. Liao, S. Lin, J. P. Sun,
Effect on left ventricular function of intracoronary transplantation of autologous bone marrow mesenchymal stem cell in
patients with acute myocardial infarction, The American Journal of Cardiology, 1 July 2004, vol. 94, n°1, pp. 92-95.
283
F. Kuethe, B. M. Richartz, C. Kasper, H. G. Sayer, K. Hoeffken, G. S. Werner, H. R. Figulla, Autologous
intracoronary mononuclear bone marrow cell transplantation in chronic ischemic cardiopathy in humans , International
Journal of Cardiology, 28 April 2005, vol. 100, n°3, pp. 485-491.
284
S. Fuchs, L. F. Statler, R. Kornowski, P. Okubagzi, G. Weisz, R. Baffour, R. Waksman, N. J. Weissman, M. Cerqueira,
M. B. Leon, S. E. Epstein, Catheter-based autologous bone marrow myocardial injection in no-option patients with
advanced coronary artery disease: a feasibility study, Journal of American College of Cardiology, 21 May 2003, vol. 41,
n°10, pp. 1721-1724.
285
E. C. Perin, H. F. Dohmann, R. Borojevic, S. A. Silva, A. L. Sousa, C. T. Mesquita, M. I. Rossi, A. C. Carvalho, H. S.
Dutra, H. J. Dohmann, G. V. Silva, L. Belem, R. Vivacqua, F. O. Rangel,
R. Esporcatte, Y. J. Geng, W. K. Vaughn, J. A. Assad, E. T. Mesquita, J. T. Willerson, Transendocardial, autologous
bone marrow cell transplantation for severe, chronic ischemic heart failure, Circulation, 13 May 2003, vol. 107, n°18, pp.
2294-2302.
. E. C. Perin, H. F. Dohmann, R. Borojevic, S. A. Silva, A. L. Sousa, G. V. Silva, C. T. Mesquita, L. Belem, W. K.
Vaughn, F. O. Rangel, J. A. Assad, A. C. Carvalho, R. V. Branco, M. I. Rossi, H. J. Dohmann, J. T. Willerson, Improved
exercise capacity and ischemia 6 and 12 months after transendocardial injection of autologous bone marrow
mononuclear cells for ischemic cardiomyopathy, Circulation, 14 September 2004, vol. 110, n°11, Suppl 1, pp. II 213-8.
286
H. F. Dohmann, E. C. Perin, C. M. Takiya, G. V. Silva, S. A. Silva, A. L. Sousa, C. T. Mesquiuta, M. I. Rossi, B. M.
Pascarelli, I. M. Assis, H. S. Dutra, J. A. Assad, R. V. Castello-Branco, C. Drummond, H. J. Dohmann, J. T. Willerson, R.
Borojevic, Transendocardial autologous bone marrow mononuclear cell injection in ischemic heart failure: postmortem
anatomicopathologic and immunohistochemical findings, Circulation, 26 July 2005, vol. 112, n°4, pp. 521-526.
287
G. V. Silva, E. C. Perin, H. F. Dohmann, R. Borojevic, S. A. Silva, A. L. Sousa, J. A. Assad, W. K. Vaughn, C. T.
Mesquita, L. Belem, A. C. Carvalho, H. J. Dohmann, E. Barroso do Amaral,
J. Coutinho, R. Branco, E. Oliveira, J. T. Willerson, Catheter-based transendocardial delivery of autologous bonemarrow-
derived mononuclear cells in patients listed for heart transplantation,
Texas Heart Institute Journal, 2004, vol. 31, n°3, pp. 214-219.

46
osseuse pour la régénération du coeur après infarctus myocardique rapportent des résultats
pratiquement identiques, avec une amélioration de 7-9% de la fraction globale d'éjection du
ventricule gauche, une réduction significative du volume télé-diastolique, et une amélioration de la
perfusion dans la zone de l'infarctus, 4 à 6 mois après la transplantation des cellules souches de
moelle osseuse 288. Il faut toutefois observer que la dernière étude clinique de ce type a avoir été
publiée (S. Janssenns et al, 2006)289, qui est aussi la première à avoir été conduite de façon aussi
rigoureuse, portant sur 67 patients, avec essai randomisé et contrôlé, en double aveugle, et contrôle
placebo ( randomised double-blind placebo-controlled trial), n'a pas mis en évidence d'amélioration
claire de la fonction cardiaque chez les malades étudiés, après transplantation de BMScs (la fraction
d'éjection du ventricule gauche quatre mois après l'infarctus qui était de 49% dans le groupe
contrôle était de 52% dans le groupe receveur de BMSCs). Ceci peut s'expliquer parce que les
infarctus myocardiques dont souffraient ces patients étaient modérés, sans risque d'insuffisance
cardiaque 290.

c) Correction des altérations du système nerveux central.

Les BMSCs sont capables de homing/mobilisation dans les tissus lésés à partir de la circulation, et
ce tropisme inclut leur mouvement vers les tissus lésés du système nerveux central (K. S. Aboody et
al. , 2000291: M. Chopp, Y. Li, 2002)292. En second lieu, la différenciation de ces cellules inclut la
formation de cellules de la glia et de neurones 293. Ces propriétés impliquent que les BMSCs
pourraient aider à la régénération du système nerveux central en cas de lésions vasculaires ou de
maladies neurodégénératives.
La maladie de Parkinson est un candidat de premier plan pour une intervention
thérapeutique avec les cellules souches de moelle osseuse. M. Dezawa et al. (2004)294 ont mis au
point une méthode efficace pour obtenir des cellules au caractère neuronal à partir des BMSCs, en
traitant ces dernières avec le facteur neurotrophique d'origine gliale GDNF (glial cell line-derived
288
S. Dimmeler, A. N. Zeiher, N. D. Schneider, Unchain my heart: the scientific foundations of cardiac repair, The
Journal of Clincal Investigation, March 2005, vol. 115, n°3, pp. 572-583.
289
S. Janssens, C. Dubois, J. Bogaert, K. Theunissen, C. Deroose, W. Desmet, M. Kalantzi, L. Herbots, P. Sinnaeve, J.
Dens, J. Maertens, F. Rademakers, S. Dymarkowski, O. Gheysens, J. Van Cleemput, G. Bormans, J. Nuyts, A. Belmans, L.
Mortelmans, M. Boogaerts, F. Van de Werf, Autologous bone marrow-derived stem-cell transfer in patients with ST-
segment elevation myocardial infarction: double-blind, randomised controlled trial, The Lancet, January 5 2005, edition
online.
290
M. S. Penn, Stem-cell therapy after acute myocardial infarction: the focus should be on those at risk, The Lancet,
published online January 5 2006.
291
K. S. Aboody, A. Brown, N. G. Rainov, K. A. Bower, S. Liu, W. Yang, J. E. Small, U. Herrlinger, V. Ourednik, P. M.
Black, X. O. -Breakefield, E. Y. Snyder, Neural stem cells display extensive tropism for pathology in adult brain: evidence
from intracranial gliomas, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 7 November 2000, vol. 97, n°23, pp.
12846-12851.
292
M. Chopp, Y. Li, Treatment of neural injury with marrow stromal cells, Lancet Neurology. June 2002, vol. 1. n°2, pp.
92-100.
293
D. Woodbury, E. J. Schwarz, D. J. Prockop, I. B. Black, Adult rat and Human Bone Marrow Stromal Cells
Differentiate Into Neurons, Journal of Neuroscience Research, August 15 2000, vol. 61, n°4, pp. 364-370.
. J. Sanchez-Ramos, S. Song, F. Cardozo-Pelaez, C. Hazzi, T. Stedeford, A. Willing, T. B. Freeman, S. Saporta, W.
Janssen, N. Patel, D. R. Cooper, P. R. Sanberg, Adult bone marrow stromal cells differentiate into neural cells in vitro,
Experimental Neurology, August 2000, vol. 164, n°2, pp. 247-256.
. W. Deng, M. Obrocka, I. Fischer, D. J. Prockop, In vitro differentiation of human marrow stromal cells into early
progenitors of neural cells by conditions that increase intracellular cyclic AMP, Biochemical and Biophysical Research
Communications, 23 March 2001, vol. 282, n°1, pp. 148-152.
. B. J. Kim, J. h. Seo, J. K. Bubien, Y. S. Oh, Differentiation of adult bone marrow stem cells into neuroprogenitor cells in
vitro, Neuroreport, 2 July 2002, vol. 13, n°9, pp. 1185-1188.
294
M. Dezawa, H. Kanno, M. Hoshino, H. Cho, N. Matsumoto, Y. Itokazu, N. Tajima, H. Yamada, H. Sawada, H.
Ishikawa, T. Mimura, M. Kitada, Y. Suzuki, C. Ide, Specific induction of neuronal cells from bone marrow stromal cells
and application for autologous transplantation, The Journal of Clinical Investigation, June 2004, vol. 113, n°12, pp. 1701-
1710.

47
neurotrophic factor). Quand M. Dezawa et al. ont transplanté ces cellule traitées par le GDNF (G-
MSCs) dans le striatum de rats après une lésion induite par la 6-OHDA (6-hydroxydopamine)
(modèle animal de maladie de Parkinson), ils ont observé une amélioration dans le comportement
rotationel, induit par l'apomorphine, des animaux greffés. Entre la quatrième et la septième semaine
suivant la greffe des G-MSCs, ces rats ont montré une amélioration significative dans la
rectification des pas et dans l'épreuve de la paw reaching (allonger une patte pour prendre de la
nourriture).
Remyélinisation dans les maladies démyélinisantes (sclérose en plaques). La moelle osseuse
représente une source potentielle de précurseurs autologues myélinisants. Ceux-ci, injectés
directement dans la moelle épinière démyélinisée peuvent susciter une remyélinisation (Y. Akiyama
et al. (2002)295. Une remyélinisation est observée non seulement après injection directe des BMSCs
dans les lésions (M. Sasaki et al. , 2001)296 mais aussi après injection périphérique de ces cellules
(Y. Akiyama et al. , 2002297). Ces résultats expérimentaux, joints à l'accessibilité des BMSCs, font
des cellules de la moelle osseuse des candidats idéaux pour la thérapie cellulaire des maladies
démyélinisantes298.
Sclérose latérale amyotrophique (ALS). La transplantation de moelle osseuse chez les
patients atteints de sclérose latérale amyotrophique (L. Mazzini et al. , 2003)299 a amené une discrète
amélioration de la maladie avec des effets adverses seulement mineurs.
Ischémie cérébrale. L'injection intraveineuse de moelle osseuse autologue dans les
premières heures suivant une ischémie cérébrale peut réduire la dimension de la lésion et améliorer
le résultat fonctionnel, probablement par un effet angiogénique (S. Iihoshi et al. , 2004)300, Z. G.
Zhang et al. , 2002301; D. C. Hess et al. , 2002302; J. Chen et al. , 2003303; C. V. Borlongan et al. ,
2004)304.
Lésion cérébrale traumatique. L'administration intraveineuse de cellules stromales de
moelle osseuse (BMSCs) après une lésion cérébrale traumatique, chez la souris ou le rat, réduit le

295
Y. Akiyama, C. Radtke, J. D. Kocsis, Remyelination of the rat spinal cord by transplantation of identified bone
marrow stromal cells, The Journal of Neuroscience, August 2002, vol. 22, n°15, pp. 6623-6630.
296
N. Sasaki, O. Honmou, Y. Akiyama, T. Uede, K. Hashi, J. D. Kocsis, Transplantation of an acutely isolated bone
marrow fraction repairs demyelinated adult rat spinal cord axons, Glia, July 2001, vol. 35, n°1, pp. 26-34.
297
Y. Akiyama, C. Radtke, O,Honmou, J. D. Kocsis, Remyelination of the spinal cord following intravenous delivery of
bone marrow cells, Glia, September 2002, vol. 39, n°3, pp. 229-236.
298
C. Rice, C. Halfpenny, N. Scolding, Cell Therapy in Demyelinating Diseases, NeuroRx, 1 October 2004, vol. 1, n°4,
pp. 415-423.
299
L. Mazzini, F. Fagioli, R. Boccaletti, K. Mareschi, G. Oliveri, C. Olivieri, I. Pastore, R. Marasso, E. Madon, Stem cell
therapy in amyotrophic lateral sclerosis: a methodological approach in humans, Amyotrophic Lateral Sclerosis and Other
Motor Neuron Disorders, September 2003, vol. 4, n°3, pp. 158-161.
. L. Mazzini, F. Fagioli, R. Boccaletti, Stem-cell therapy in amyotrophic lateral sclerosis, The Lancet, 27 November 2004,
vol. 364, n°9449, pp. 1936-1937.
300
S. Iihoshi, O. Honmou, K. Houkin, K. Hashi, J. D. Kocsis, A therapeutic window for intravenous administration of
autologous bone marrow after cerebral ischemia in adult rats, Brain Research, 8 May 2004, vol. 1007, n°1,2, pp. 1-9.
301
Z. G. Zhang, L. Zhang, Q. Jiang, M. Chopp, Bone Marrow-Derived Endothelial Progenitor Cells Participate in
Cerebral Neovascularization After Focal Cerebral Ischemia in the Adult Mouse, Circulation Research, 22 February 2002,
vol. 90, n°3, pp. 284-288.
302
D. C. Hess, W. D. Hill, A. Martin-Studdard, J. Carroll, J. Brailer, J. Carothers, Bone Marrow as a source of
Endothelial Cells and NeuN-Expressing Cells After Stroke, Stroke, May 2002, vol. 33, n°5, pp. 1362-1368.
303
J. Chen, Z. G. Zhang, Y. Li, L. Wang, Y. X. Xu, S. C. Gautam, M. Lu, Z. Zhu, M. Chopp, Intravenous Administration
of Human Bone Marrow Stromal Cells Induces Angiogenesis in the Ischemic Boundary Zone After Stroke in Rats,
Circulation Research, 4 April 2003, vol. 92, n°6, pp. 692-699.
304
C. V. Borlongan, J. G. Lind, O. Dillon-Carter, G. Yu, M. Hadman, C. Cheng, J. Carroll, D. C. Hess, Bone marrow
grafts restore cerebral blood flow and blood brain barrier in stroke rats, Brain Research, 4 June 2004 Jun, n°1010(1-2),
pp. 108-116.
. C. V. Borlongan, J. G. Lind, O. Dillon-Carter, G. Yu, M. Hadman, C. Cheng, J. Carroll, D. C. Hess, Intracerebral
xenografts of mouse bone marrow cells in adult rats facilitate restoration of cerebral blood flow and blood-brain barrier,
Brain Research, 29 May 2004, n°1009(1-2), pp. 26-33.

48
volume de la lésion et diminue le déficit moteur et neurologique (D. Lu et al. , 2001305; A.
Mahmood et al. , 2001306; D. Lu et al. , 2002307; A. Mahmood et al. , 2003308). Cet effet bénéfique
peur provenir de l'intégration fonctionnelle des cellules transplantées dans les circuits neuraux ou de
la production de facteurs trophiques, cytokines et autres facteurs neuraux restauratifs 309.

d) Lésions de la moelle épinière

Divers chercheurs ont injecté des BMSCs dams la moelle épinière endommagée de
différents animaux. Ces cellules se sont différenciées en cellules semblables à des neurones et une
récupération locomotrice claire et progressive des animaux a pu être observée, en correspondance à
cette différenciation (M. Chopp et al. ,2000310; M. Zurita and J. Vaquero, 2004311; D. P. Ankeny et
al. , 2004312). Cependant, d'autres chercheurs, tout en rapportant une amélioration fonctionnelle à la
suite à l'injection de BMSCs dans les moelles épinières lésées, n'ont pas trouvé évidence de
différentiation des BMSCs en neurones et interprètent l'amélioration obtenue plus en termes de
production de certains facteurs trophiques à partir des cellules greffées (C. P. Hofstetter et al. ,
2002313; S. Wu et al. , 2003314; M. Ohta et al. , 2004315).
H. C. Park et al. ,( 2005)316 ont transplanté des cellules autologues dérivées de la moelle
osseuse en association avec une administration de facteurs de croissance des granulocytes et des
macrophages (GM-CSF) (macrophage-colony stimulating factor) chez six patients souffrant d'une
lésion totale de la moelle épinière. Des améliorations sensorielles furent immédiatement observées
suivant l'intervention. Une récupération sensorielle dans le segment sacré fut notée principalement
entre la 3 semaine et le 7 mois après l'intervention. Quatre de ces patients montrèrent aussi des

305
D. Lu, A. Mahmood, L. Wang, Y. Li, M. Lu, M. Chopp, Adult bone marrow stromal cells administered intravenously
to rats after traumatic brain injury migrate into brain and improve neurological outcome, Neuroreport, 5 March 2001,
vol. 12, n°3, pp. 559-563.
306
A. Mahmood, D. Lu, L. Yi, J. L. Chen, M. Chopp, Intracranial bone marrow transplantation after traumatic brain
injury improving functional outcome in adult rats, Journal of Neurosurgery, April 2001, vol. 94, n°4, pp. 589-595.
307
D. Lu, Y. Li, A. Mahmood, L. Wang, T. Rafiq, M. Chopp, Neural and marrow-derived stromal sphere transplantation
in a rat model of traumatic brain injury, Journal of Neurosurgery, October 2002, vol. 97, n°4, pp. 935-940.
308
A. Mahmood, D. Lu, M. Lu, M. Chopp, Treatment of traumatic brain injury in adult rats with intravenous
administration of human bone marrow stromal cells, Neurosurgery, September 2003, vol. 53, n°3, pp. 697-702.
309
A. Mahmood, D. Lu, M. Chopp, Intravenous administration of marrow stromal cells (MSCs) increases the expression
of growth factors in rat brain after traumatic injury, Journal of Neurotrauma, January 2004, vol. 21, n°1, pp. 33-39.
. Q. Chen, Y. Long, X. Yuan, L. Zou, J. Sun, S. Chen, J. R. Perez-Polo, K. Yang, Protective effects of bone marrow
stromal cell transplantation in injured rodent brain: synthesis of neurotrophic factors, Journal of Neuroscience Research,
1 June 2005, vol. 80, n°4, pp. 611-619.
310
M. Chopp, X. H. Zhang, Y. Li, L. Wang, J. Chen, D. Lu, M. Lu, M. Rosenblum, Spinal cord injury in rat: treatment
with bone marrow stromal cell transplantation, Neuroreport, 11 September 2000, vol. 11, n°13, pp. 3001-3005.
311
M. Zurita, J. Vaquero, Functional recovery in chronic paraplegia after bone marrow stromal cells transplantation,
Neuroreport, 19 May 2004, vol. 17, n°7, pp. 1105-1118.
312
D. P. Ankeny, D. M. McTigue, L. B. Jakeman, Bone marrow transplants provide tissue protection and directional
guidance for axons after contusive spinal cord injury in rats, Experimental Neurology, November 2004, vol. 190, n°1, pp.
17-31.
313
C. P. Hofstetter, E. J. Schwartz, D. Hess, J. Widenfalk, A. El Manira, D. J. Prockop, L. Olson, Marrow stromal cells
form guiding strands in the injured spinal cord and promote recovery, Proceedings of the National Academy of
Sciences, USA, 19 February 2002, vol. 99, n4, pp. 2199-2204.
314
S. Wu, Y. Suzuki, Y. Ejiri, T. Noda, H. Bai, M. Kitada, K. Kataoka, M. Ohta, H. Chou, C. Ide, Bone marrow stromal cells enhance differentiation
of cocultured neurosphere cells and promote regeneration of injured spinal cord, Journal of Neuroscience Research, 1 May 2003, vol. 72, n3, pp. 343-
351.
315
M. Ohta, Y. Suzuki, T. Noda, Y. Ejiri, M. Dezawa, K. Kataoka, H. Chou, N. Ishikawa, N. Matsumoto, Y. Iwashita, E. Mizuta, S. Kuno, C. Ide, Bone
marrow stromal cells infused into the cerebrospinal fluid promote functional recovery of the injured rat spinal cord with reduced cavity formation ,
Experimental Neurology, June 2004, vol. 187, n2, pp. 266-278.
316
H. C. Park, Y. S. Shim, Y. Ha, S. H. Yoon, S. R. Park, B. H. Choi, H. S. Park, Treatment of complete spinal cord
injury patients by autologous bone marrow cell transplantation and administration of granulocyte-macrophage colony
stimulating factor, Tissue Engineering, May-June 2005, vol. 11, n°5-6, pp. 913-922.

49
améliorations neurologiques. Les images de résonance magnétique (magnetic resonance imaging),
obtenues 4 à 6 mois après la lésion, montraient une discrète amélioration à l'intérieur de la zone de
transplantation des BMSCs.

e) Angiogénèse thérapeutique

Des résultats positifs ont été obtenus par divers chercheurs, sur des modèles expérimentaux
d'ischémie de membre, en utilisant des cellules souches de moelle osseuse injectées dans les
muscles rendus ischémiques (M. Yoshida et al. , 2003 317; S. Inaba et al. , 2002; L. Padilla et al. ,
2003; K. Hirata et al. , 2003; A. Al-Khaldi et al. , 2003)318. Certains chercheurs (T. Kinnaird et al. ,
2004)319 ont attribué cet effet bénéfique à l'activation paracrine des cellules endothéliales résidentes
dans la zone ischémiée 320, amenant une libération de facteur de croissance endothéliale vasculaire
(VEGF) (vascular endothelial growth factor) et de facteur de croissance basique des fibroblastes
(bFGF) (basic fibroblast growth factor).
Des chercheurs japonais de la Kansai Medical University (Osaka), implantent des cellules
mononucléaires autologues de moelle osseuse dans les membres de patients rendus ischémiques par
une maladie périphérique (occlusion athérosclérotique et maladie de Buerger). Cette greffe amène
une amélioration significative de l'état de la jambe injectée, soutenue à 24 semaines (E. Tateishi-
Yuyama et al. , 2002)321. Cette technique d'angiogénèse thérapeutique semble être plus
particulièrement effective en cas d'artériopathie périphérique chronique et réfractaire (PAD)
(peripheral arterial disease), spécialement dans la maladie de Buerger (M. Miyamoto et al. ,
2004)322.

317
M. Yoshida, H. Horimoto, S. Mieno, Y. Nomura, H. Okawa, K. Nakahara, S. Sasaki, Intra-arterial bone marrow cell
transplantation induces angiogenesis in rat hindlimb ischemia, European Surgical Research, March-April 2003, vol. 35,
n°2, pp. 86-91.
318
S. Inaba, K. Egashira, K. Komori, Peripheral-blood or bone-marrow mononuclear cells for therapeutic
angiogenesis ?, The Lancet, 21/28 December 2002, vol. 360, n°9350, p. 2083.
. L. Padilla, E. Krotzsh, P. Schalch, S. Figueroa, A. Miranda, E. Rojas, S. Esperante, F. Villegas, A. S. de la Garza, M. Di
Silvio, Administration of bone marrow cells into surgically induced fibrocollagenous tunnels induces angiogenesis in
ischemic rat hindlimb model, Microsurgery, 2003, vol. 13, n°6, pp. 568-574.
. K. Hirata, T-d. Li, M. Nishida, H. Ito, M. Matsuzaki, S-Kasaoka, K. Hamano, Autologous bone marrow cell implantation
as therapeutic angiogenesis for ischemic hindlimb in diabetic rat model, American Journal of Physiology. Heart and
Circulatory Physiology, January 2003, vol. 284, n°1, pp. H66-H70.
. A. Al-Khaldi, H. AI-Sabti, J. Galipeau, K. Lachapelle, Therapeutic angiogenesis using autologous bone marrow stromal
cells: improved
blood flow in a chronic limb ischemia model, Annals of Thoracic Surgery, January 2003, vol. 75, n°1, pp. 204-209.
319
T. Kinnaird, E. Stabile, M. S. Bumett, M. Shou, C. W. Lee, S. Barr, S. Fuchs, S. E. Epstein, Local Delivery of
Marrow-Derived Stromal Cells Augments Collateral Perfusion Through Paracrine Mechanisms, Circulation, 30 March
2004, vol. 109, n,12, pp. 1543-1549.
320
A. H. Zisch, Tissue engineering of angiogenesis with autologous endothelial progenitor cells, Current Opinion in
Biotechnology, October 2004, vol. 15, n°5, pp. 424-429.
321
E. Tateishi-Yuyama, H. Matsubara, T. Murohara, U. Ikeda, S. Shintani, H. Masaki, K. Amano, Y. Kishimoto, K.
Yoshimoto, H. Akashi, K. Shimada, T. Iwasaka, T. Imaizumi, Therapeutic Angiogenesis using Cell Transplantation
(TACT) Study Investigators, Therapeutic angiogenesis for patients with limb ischaemia by autologous transplantation of
bone-marrow cells: a pilot study and a randomized controlled trial, The Lancet, 10 August 2002, vol. 360, n°9331, pp.
427-435.
322
M. Miyamoto, M. Yasutake, H. Takano, H. Takagi, G. Takagi, H. Mizuno, S. Kumita, T. Takano, Therapeutic
angiogenesis by autologous bone marrow cell implantation for refractory chronic peripheral arterial disease using
assessment of neovascularization by 99mTc-tetrofosmin (TF) perfusion scintigraphy, Cell Transplant, 2004, vol. 13, n°4,
pp. 429-437.

50
f) Plaies et Blessures

E. V. Badavias e V. Falanga (2003)323, appliquant des cellules autologues de moelle osseuse


sur des plaies chroniques, chez trois patients, ont obtenu la fermeture complète de ces plaies, avec
reconstruction du derme. Une partie de l'action cicatrisante du facteur de croissance vasculaire
endothélial VEGF serait due à la mobilisation ainsi provoquée des cellules souches de la moelle
osseuse, qui contribuent à la formation de nouveaux vaisseaux (angiogénèse) au niveau de la plaie
(R. D. Galiano et al. , 2004)324, accélérant ainsi le processus de cicatrisation. Au niveau de la peau
les BMSCs aideraient à la guérison des plaies au travers de leur intégration comme "transit-
amplifying cells" qui se différencient en kératinocytes (X. Borue et al. , 2004; M. Brittan et al. ,
2005)325.

g) Ingégnérie de tissus (tissue engineering).

Une application importante de la recherche sur les cellules souches mésenchymateuses de la


moelle osseuse se trouve dans l'ingénierie des tissus 326 et plus particulièrement dans la fabrication
in vitro, à partir des cellules souches autologues, de tissu osseux (A. Muraglia et al. , 2003; H.
Ohgushi et al. , 2004; J. R. Mauney et al. , 2005)327 et de tissu cartilagineux (R. Tuli et al. , 2003,
2004; M. Sittinger et al. , 2004) 328. Pour ce faire les cellules BMSCs sont disposées sur une matrice
synthétique tridimensionnelle, sur laquelle elles se multiplient et se différencient 329. Les tissus ainsi
323
E. V. Badiavas, V. Falanga, Treatment of Chronic Wounds With Bone Marrow-Derived Cells, Archives of
Dermatology, April 2003, vol. 139, n°4, pp. 510-516.
324
R. D. Galiano, O. M. Tepper, C. R. Pelo, K. A. Bhatt, M. Callaghan, N. Bastidas, S. Bunting, H. G. Steinmetz, G. C.
Gurtner, Topical Vascular Endothelial Growth Factor Accelerates Diabetic Wound Healing through Increased
Angiogenesis and by Mobilizing and Recruiting Bone Marrow-Derived Cells, American Journal of Pathology, June 2004,
vol. 164, n°6, pp. 1935-1946.
325
X,Borue,S. Lee, J. Grove, E. L. Herzog, R. Harris, T. Diflo, E. Glusac, K. Hyman, N. D. Theise, D. S. Krause, Bone
marrow-derived cells contribute to epithelial engraftment during wound healing, American Journal of Pathology,
November 2004, vol. 165, n°5, pp. 1767-1772.
. M. Brittan, K. M. Braun, L. E. Reynolds, F. J. Conti, A. R. Reynolds, R. Poulsom, M. R. Alison, N. A. Wright, K. M.
Hodivala-Dilke, Bone marrow cells engraft within the epidermis and proliferate in vivo with no evidence of cell fusion,
The Journal of Pathology, January 2005, vol. 205, n°1, pp. 1-13.
326
P. Bianco, P. G. Robey, Stem cells in tissue engineering, Nature, 1 November 2001, vol. 414, n°6859, pp. 118-121.
. J. Ringe, C. Kaps, G. R. Burgmester, M. Sittinger, Stem cells for regenerative medicine: advances in the engineering of
tissues and organs, Naturwissenschaften, August 2002, vol. 89, n°8, pp. 338-351.
. R. S. Tuan, G. Boland, R. Tuli, Adult mesenchymal stem cells and cell-based tissue engineering, Arthritis Research and
Therapy, 2003, vol. 5, n°1, pp. 32-45.
327
A. Muraglia, A. Corsi, M. Riminucci, M. Mastrogiacomo, R. Cancedda, P. Bianco, R. Quarto, Formation of a
chondro-osseous rudiment in micromass cultures of human bone-marrow stromal cells, Journal of Cell Science, 15 July
2003, vol. 116, part 14, pp. 2949-2955.
. H. Ohgushi, S. Kitamura, N. KotobuKi, M. Jirose, H. Machida, K. MuraKi, Y. Takakura, Clinical Application of Marrow
Mesenchymal Stem Cells for Hard Tissue Repair, Yonsei Medical Journal, 30 June 2004, vol. 45, suppl. , pp. 61-67.
. J. R. Mauney, V. Volloch, D. L. Kaplan, Role of adult mesenchymal stem cells in bone tissue engineering applications:
current status and future prospects, Tissue Engineering, May-June 2005, vol. 11, n°5-6, pp. 787-802.
328
R. Tuli, W. J. Li, R. S. Tuan, Current state of cartilage tissue engineering, Arthritis Research and Therapy, 2003, vol.
5, n°5, pp. 235-238.
. R. Tuli, S. Nandi, W. J. Li, S. Tuli, X. Huang, P. A. Manner, P. Laquerriere, U. Noth, D. J. Hall, R. S. Tuan, Human
mesenchymal progenitor cell-based tissue engineering of a single-unit osteochondral construct, Tissue Engineering, July-
August 2004, vol. 10, n°7-8, pp. 1169-1179.
. M. Sittinger, D. W. Hutmacher, M. V. Risbud, Current strategies for cell delivery in cartilage and bone regeneration,
Current Opinion in Biotechnology, October 2004, vol. 15, n°5, pp. 411-418.
329
M. Endres, D. W. Hutmacher, A. J. Salgado, C. Kaps, J. Ringe, R. L. Reis, M. Sittinger, A. Brandwood, J. T. Schantz,
Osteogenic induction of human bone marrow-derived mesenchymal progenitor cells in novel synthetic polymer-hydrogel
matrices, Tissue Engineering, August 2003, vol. 9, n°4, pp. 689-702.
. W. J. Li, R. Tuli, C. Okafor, A. Derfoul, K. G. Danielson, D. J. Hall, R. S. Tuan, A three-dimensional nanofibrous
scaffold for cartilage tissue engineering using human mesenchymal stem cells, Biomaterials, February 2005, vol. 26, n°6,

51
obtenus sont destinés à substituer, chez un patient donné, une partie manquante ou à réparer une
partie lésée (par exemple la trachée) 330, et ceci aussi chez le fétus 331. Les cellules souches
mésenchymateuses de la moelle osseuse sont par ailleurs utilisées, après leur différenciation en
fibroblastes, pour la fabrication de ligaments de substitution, spécialement pour le genou (G.
Vunjak-Novakovic et al. , 2004; J. E. Moreau et al. , 2005) 332. Les cellules BMSCs, se multipliant
et se différenciant in vitro sur un échafaudage synthétique de support (en soie par exemple),
contribuent à donner les fibroblastes nécessaires à la constitution de tels ligaments 333. Dans la
même perspective, les BMSCs sont aussi utilisées pour la construction de valves de substitution
pour le coeur (T. E. Perry et al. , 2003; F. W. Sutherland et al. , 2005)334.

h) Thérapie génique

Les cellules souches non hématopoiétiques de la moelle osseuse peuvent offrir un véhicule
efficace de gènes pour les applications de la thérapie génique, spécialement pour ces tissus qui ne
sont pas accessibles aux cellules souches hématopoïétiques (tissu neural, musculaire, hépatique et
pancréatique par exemple 335.

pp. 599-609.
. W. J. Li, R. Tuli, X. Huang, P. Laquerriere, R. S. Tuan, Multilineage differentiation of human mesenchymal stem cells in
a three-dimensional nanofibrous scaffold, Biomaterials, september 2005, vol. 26, n°25, pp. 5158-5166.
330
N. Rotter, K. Stolzel, M. Endres, I. Leinhase, B. W. Ziegelaar, M. Sittinger, Towards engineering of a tracheal
equivalent: identification of epithelial precursor cells, differentiation and cocultivation techniques, Medical Journal of
Malaysia, May 2004, vol. 59, Suppl B, pp. 35-36.
331
J. R. Fuchs, D. Hannouche, S. Terada, J. P. Vacanti, D. O. Fauza, Fetal tracheal augmentation with cartilage
engineered from bone marrow-derived mesenchymal progenitor cells, Journal of Pediatric Surgery, June 2003, vol. 38,
n°6, pp. 984-987.
332
G. Vunjak-Novakovic, G. Altman, R. Horan, D. L. Kaplan, Tissue engineering of ligaments, Annual Review of
Biomedical Engineering, 2004, vol. 6, pp. 131-156.
. J. E. Moreau, J. Chen, R. L. Horan, D. L. Kaplan, G. H. Altman, Sequential growth factor application in bone marrow
stromal cell ligament engineering, Tissue Engineering, November-December 2005, vol. 11, n°11-12, pp. 1887-1897.
333
J. Chen, G. H. Altman, V. Karageorgiou, R. Horan, A. Collette, V. Volloch, T. Colabro, D. L. Kaplan, Human bone
marrow stromal cell and ligament fibroblast responses on RGD-modified silk fibers,
Journal of Biomedical Material Research A, 1 November 2003, vol. 67, n°2, pp. 559-570.
. J. E. Moreau, J. Chen, D. S. Bramono, V. Volloch, H. Chernoff, G. Vunjak-Novakovic, J. C. Richmond, D. L. Kaplan, G.
H. Altman, Growth factor induced fibroblast differentiation from human bone marrow stromal cells in vitro, Journal of
Orthopedic Research, January 2005, vol. 23, n°1, pp. 164-174.
334
T. E. Perry, S. Kaushal, F. W. Sutherland, K. J. Guleserian, J. Bischoff, M. Sacks, J. E. Mayer, Thoracic Surgery
Directors Association Award. Bone marrow as a cell source for tissue engineering heart valves,
Annals of Thoracic Surgery, March 2003, vol. 75, n°3, pp. 761-267.
. F. W. Sutherland, T. E. Perry, Y. Yu, M. C. Sherwood, E. Rabkin, Y. Masuda, G. A. Garcia, D. L. McLellan, G. C.
Engelmayr Jr, M. S. Sacks, F. J. Schoen, J. E. Mayer Jr, From stem cells to viable autologous semilunar heart valve,
Circulation, 31 May 2005, vol. 111, n°21, pp. 2783-2791.
335
D. J. Prockop, Marrow stromal cells as stem cells for continual renewal of nonhematopoietic tissues and as potential
vectors for gene therapy, Journal of Cellular Biochemistry, Supplement, 1998, vol. 30-31, pp. 284-285.
. E. J. Schwarz, G. M. Alexander, D. J. Prockop, S. A. Azizi, Multipotential marrow stromal cells transduced to produce
L-DOPA: engraftment in a rat model of Parkinson disease, Human Gene Therapy, 10 October 1999, vol. 10, n°15, pp.
2539-2549.

52
E. Cellules souches neurales

Des cellules souches multipotentes, qui se différencient spontanément en neurones,


astrocytes et oligodendrocytes, avec capacité étendue d'auto-renouvellement et stabilité
fonctionnelle 336 ont été trouvées en de nombreuses zones du système nerveux central humain 337, en
particulier dans les deux régions neurogéniques principales du cerveau338, l'hippocampe 339 et la zone
sous-ventriculaire du cerveau 340, ainsi que dans certaines régions non-neurogéniques, dont la moelle
épinière 341. On les trouve aussi dans le bulbe olfactif, plus accessible 342.

336
J. Frisen, C. B. Johansson, C. Lothian, U. Lendahl, Central nervous system stem cells in the embryo and adult, Cellular
and Molecular Life Sciences, September 1998, vol. 54, n°9, pp. 935-945.
. F. H. Gage, Mammalian neural stem cells, Science, 25 february 2000, vol. 287, n°5457, pp. 1433-1438.
. R. Galli, A. Gritti, L. Bonfanti, A. L. Vescovi, Neural Stem Cells. an Overview, Circulation Research, 4 April 2003, vol.
92, n°6, pp. 598-608.
337
C. B. Johansson, S. Momma, D. L. Clarke, M. Risling, U. Lendahl, J. Frisen, Identification of a neural stem cell in the
adult mammalian central nervous system, Cell, 8 January 1999, vol. 96, n°1, pp. 25-34.
. A. L. Vescovi, E. A. Parati, A. Gritti, P. Poulin, M. Ferrario, E. Wanke, P. Frölichsthal-Schoeller, L. Cova, M. Arcellana-
Panlilio, A. Colombo, R. Galli, Isolation and Cloning of Multipotential Stem Cells from the Embryonic Human CNS and
Establishment of Transplantable Human Neural Stem Cell Lines by Epigenetic Stimulation, Experimental Neurology,
March 1999, vol. 156, n°1, pp. 71-83.
. C. N. Svendsen, M. A. Caldwell, T. Ostenfeld, Human neural stem cells isolation, expansion and transplantation, Brain
Pathology, July 1999, vol. 9, n°3, pp. 499-513.
. C. B. Johansson, M. Svensson, L. Wallstedt, A. M. Janson, J. Frisen, Neural stem cells in the adult human brain,
Experimental Cell Research, 15 December 1999, vol. 253, n°2, pp. 733-736.
. D. L. Clarke, Neural stem cells, Bone Marrow Transplant, August 2003, vol. 32, Suppl. 1, pp. S13-S17.
338
R. McKay, Stem cells in the central nervous system, Science, 4 April 1997, vol. 276, n°5309, pp. 66-71.
. M. S. Rao, Multipotent and restricted precursors in the central nervous system, The Anatomical Record, 15 August 1999,
vol. 257, n°4, pp. 137-148.
. N. Uchida, D. W. Buck, D. He, M. J. Reitsma, M. Masek, T. V. Phan, A. S. Tsukamoto, F. H. Gage, I. L. Weissman,
Direct isolation of human central nervous system stem cells, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 19
December 2000, vol. 97, n°26, pp. 14720-14725.
. F. H. Gage, Mammalian neural stem cells, Science, 25 February 2000, vol. 287, n°5457, pp. 1433-1438.
339
F. H. Gage, G. Kempermann, T. D. Palmer, D. A. Peterson, J. Ray, Multipotent progenitor cells in the adult dentate
gyrus, Journal of Neurobiology, August 1998, vol. 36, n°2, pp. 249-266.
. P. S. Eriksson, E. Perfilieva, T. Bjork-Eriksson, A. M. Alborn, C. Nordborg, D. A. Peterson, F. H. Gage, Neurogenesis in
the adult hippocampus, Nature Medicine, November 1998, vol. 4, n°11, pp. 1313-1317.
. N. S. Roy, S. Wang, L. Jiang, J. Kang, A. Benraiss, C. Harrison-Restelli, R. A. R. Fraser, W. T. Couldwell, A.
Kawaguchi, H. Okano, M. Nedergaard, S. A. Goldman, In vitro neurogenesis by progenitor cells isolated from the adult
hippocampus, Nature Medicine, March 2000, vol. 6, n°3, pp. 271-277.
. R. M. Seaberg, D. van der Kooy, Adult rodent neurogenic regions: the ventricular subependymal contains neural stem
cells, but the dentate gyrus contains restricted progenitors, The Journal of Neuroscience, 1 March 2002, vol. 22, n°5, pp.
1784-1793.
. H. Klassen, K. L. Imfeld, J. Ray, M. J. Young, F. H. Gage, M. A. Berman, The immunological properties of adult
hippocampal progenitor cells, Vision Research, April 2003, vol. 43, n°8, pp. 947-956.
340
D. A. Lim, A. Alvarez-Buylla, Interaction between astrocytes and adult subventricular zone precursors stimulate
neurogenesis, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 22 June 1999, vol. 96, n°13, pp. 7526-7531.
. A. Alvarez-Buylla, D. G. Herrera, H. Wichterle, The subventricular zone: source of neuronal precursors for brain repair,
Progress in Brain Research, 2000, vol. 127, pp. 1-11.
341
S. Weiss, C. Dunne, J. Hewson, C. Wohl, M. Wheatley, A. C. Peterson, B. A. Reynolds, Multipotent CNS Stem Cells
Are Present in the Adult Mammalian Spinal Cord and Ventricular Neuroaxis, The Journal of Neuroscience, 1 December
1996, vol. 16, n°23, pp. 7599-7609.
. P. J. Horner, A. E. Power, G. Kempermann, H. G. Kuhn, T. D. Palmer, J. Winkler, L. J. Thal, F. H. Gage, Proliferation
and differentiation of progenitor cells through the intact adult rat spinal cord, Journal of Neuroscience, The Journal of
Neuroscience, 15 March 2000, vol. 20, n°6, pp. 2218-2228.
. L. S. Shihabuddin, P. J. Horner, J. Ray, F. H. Gage, Adult spinal cord cells generate neurons after transplantation in the
adult dentate gyrus, The Journal of Neuroscience, 1 December 2000, vol. 20, n°23, pp. 8727-8735.

53
Maladie de Parkinson.
Les progéniteurs neuraux à caractéristiques de neurones mésencéphaliques dopaminergiques
(tyrosine hydroxylase positifs) ont été les premières cellules souches adultes à démontrer une
effectivité dans les modèles animaux de maladie de Parkinson. L. Studer et al. (1998)343 ont montré
que les cellules précurseurs recueillies dans le mésencéphale embryonnaire de rat peuvent se
multiplier in vitro et se différencier ensuite en neurones dopaminergiques. Quand ces cellules sont
transplantées dans le striatum homolatéral de rats adultes rendus hémiparkinsoniens, ils permettent
un recouvrement comportemental progressif, avec amélioration substantielle des résultats aux tests
de rotation. Mais le taux de survie des neurones dopaminergiques greffés (3-5%) est bas, et il est
difficile d'obtenir un nombre appréciable de telles cellules (M. Daadi and S. Weiss, 1999 344; J.
Wagner, E. Arenas et al. , 1999)345.

Maladies démyélinisantes (sclérose en plaques).


Les études sur le développement des oligodendrocytes et sur la régénération de la myéline en
différents modèles animaux (M. Dubois-Dalcq, R. Armstrong,1990 346; R. J. M. Franklin, W. F.
Blakemore, 1997)347 ont montré que la transplantation de cellules gliales constitue une approche
thérapeutique potentielle les maladies demyélinisantes. Différentes études (H. S. Keirstead et al. ,
1999348, Y. Akiyama et al. , 2001349, S. Pluchino et al. , 2003350, M. S. Windrem et al. (2004)351, M.
O. Totoiu et al. , 2004)352 ont montré que les cellules progéniteurs commises à la génération de
cellules de la glia, lorsqu'elles sont transplantées dans le système nerveux central de modèles
animaux de sclérose en plaques, entrent dans les zones démyélinisées et s'y différencient en cellules
342
S. E. Pagano, F. Impagnatiello, M. Girelli, L. Cova, E. Grioni, M. Onofri, M. Cavallaro, S. Etteri, F. Vitello, S.
Giombini, C. L. Solero, E. A. Parati, Isolation and characterization of neural stem cells from the human olfactory bulb,
Stem Cells, 2000, vol. 18, n°4, pp. 295-300.
. A. Gritti, L. Bonfanti, F. Doetsch, I. Caille, A. Alvarez-Buylla, D. A. Lim, R. Galli, J. M. Verdugo, D. G. Herrera, A. L.
Vescovi, Multipotent neural stem cells reside in the rostral extension and olfactory bulb of adult rodents, The Journal of
Neuroscience, 15 January 2002, vol. 22, n°2, pp. 437-445.
. Z. Liu, L. J. Martin, Olfactory bulb core is a rich source of neural progenitor and stem cells in adult rodent and human ,
The Journal of Comparative Neurology, 12 May 2003, vol. 459, n°4, pp. 368-391.
343
L. Studer, V. Tabar, R. D. McKay, Transplantation of expanded mesencephalic precursors leads recovery in
parkinsonian rats, Nature Neuroscience, August 1998, vol. 1, n°4, pp. 290-295.
344
M. M. Daadi, S. Weiss, Generation of tyrosine hydroxylase-producing neurons from precursors of the embryonic and
adult forebrain, Journal of Neuroscience, June 1999, vol. 19, n°11, pp. 4484-4497.
345
J. Wagner, P. Akerud, D. S. Castro, P. C. Holm, J. P. Canals, E. Y. Snyder, T. Perlmann, E. Arenas, Induction of a
midbrain dopaminergic phenotype in Nurr1-overexpressing neural stem cells by type 1 astrocytes. Nature Biotechnology,
July 1999, vol. 17, n°7, pp. 653-659.
346
M. Dubois-Dalcq, R. Armstrong, The cellular and molecular events of central nervous system remyelination,
Bioessays, December 1990, vol. 12, n°12, pp. 569-576.
347
R. J. Franklin, W. f. Blakemore, Transplanting oligodendrocyte progenitors into the adult CNS, Journal of Anatomy,
January 1997, vol. 190, Pt. 1, pp. 23-33.
348
H. S. Keirstead, T. Ben-Hur, B. Rogister, M. T. O'Leary, M. Dubois-Dalcq, W. F. Blakemore, Polysialylated neural
cell adhesion molecule-positive CNS precursors generate both oligodendrocytes and Schwann cells to remyelinate the
CNS after transplantation, The Journal of Neuroscience, 1 September 1999, vol. 19, n°17, pp. 7529-7536.
349
Y. Akiyama, O. Honmou, T. Kato, T. Uede, K. Hashi, J. D. Kocsis, Transplantation of clonal neural precursor cells
derived from adult brain establishes functional peripheral myelin in the rat spinal cord, Experimental Neurology, January
2001, vol. 167, n°1, pp. 27-39.
350
S. Pluchino, A. Quattrini, E. Brambilla, A. Gritti, G. Salani, G. Dina, R. Galli, U. Del Carro, S. Amadio, A. Bergami,
R. Furlan, G. Comi, A. L. Vescovi, G. Martino, Injection of adult neurospheres induces recovery in a chronic model of
multiple sclerosis, Nature, 17 April 2003, vol. 422, n°6933, pp. 688-694.
351
M. S. Windrem, M. C. Nunes, W. K. Rashbaum, Th. H. Schwartz, R. A. Goodman, Guy McKhann II, N. S. Roy, S. A.
Goldman, Fetal and adult human oligodendrocyte progenitor cell isolates myelinate the congenitally dysmyelinated brain,
Nature Medicine, January 2004, vol. 10, n°1, pp. 93-97.
352
M. O. Totoiu, G. I. Nistor, T. E. Lane, H. S. Keirstead, Remyelination, axonal sparing, and locomotor recovery
following transplantation of glial-committed progenitor cells into the MHV model of multiple sclerosis, Experimental
Neurology, June 2004, vol. 187, n°2, pp. 254-265.

54
cérébrales mûres, source de remyélinisation et d'amélioration de la fonction motrice des animaux.

Maladie de Huntington
Les cellules souches neurales pourraient aider à ralentir le cours de la maladie de Huntington ou
même à procurer quelque amélioration à deux niveaux: elles peuvent être utilisées comme
transporteurs de facteurs neurotrophiques (A. Martinez-Serrano and A. Björklund, 1996 353; J. H.
Kordower et al, 1998354), ou elles peuvent être injectées dans le striatum pour le réparer (J. K. Riu et
al. , 2004355; J. L. McBride et al. , 2004356). Une telle transplantation suscite effectivement chez
l'animal intéressé une réparation anatomique et une récupération de la fonction motrice. Les cellules
souches neurales améliorent le symptomatologie de la maladie d'Huntington quand elles sont non
seulement greffées dans le striatum, mais aussi administrées par voie intraveineuse (S. T. Lee et al. ,
2005)357.

Ictus
L'implantation intracérébrale de cellules dérivées de lignées de cellules souches neurales ont amené
quelque amélioration chez des rats chez qui un ictus expérimental avait été provoqué (Sinden et al. ,
1997358; Saporta et al. , 1999)359. Des cellules souches neurales humaines administrées par voie
intraveineuse à des rats après ischémie cérébrale expérimentale ont amené une amélioration dans le
déficit sensitivo-moteur et une réduction dans l'atrophie hémisphérique postischémique (K. Chu et
al. , 2004)360.

Lésion cérébrale traumatique


Des cellules souches neurales transplantées à l'interface cortex-hipocampe de rats ou de souris,
après une lésion cérébrale traumatique expérimentale, survivent, prolifèrent, émigrent, se
différencient, et améliorent la fonction motrice neurologique évaluée par des tests spécifiques. Elles
favorisent le recouvrement moteur et cognitif (P. Riess et al. , 2002; A. Wennersten et al. , 2004; D.
A. Shear et al. , 2004)361.
353
A. Martinez-Serrano, A. Björklund, Protection of the Neostriatum against Excitotoxic Damage by Neurotrophin-
Producing, Genetically Modified Neural Stem Cells, The Journal of Neuroscience, 1 August 1996, vol. 16, n°15, pp. 4604-
4616.
354
J. H. Kordower, E. Y. Chen, C. Winkler, R. Frinker, V. Charles, A. Messing, E. J. Mufson, S. C. Wong, J. M.
Rosenstein, A. Bjorklund, D. F. Emerich, J. Hammang, M. K. Carpenter, Grafts of EGF-responsive neural stem cells
derived from GFAP-hNGF transgenic mice: trophic and tropic effects in a rodent model of Huntington's disease, The
Journal of Comparative Neurology, 13 October 1997, vol. 387, n°1, pp. 96-113.
355
J. K. Ryu, J. Kim, S. J. Cho, K. Hatori, A. Nagai, H. B. Choi, M. C. Lee, J. G. McLarnon, S. U. Kim, Proactive
transplantation of human neural stem cells prevents degeneration of striatal neurons in a rat model of Huntington disease,
Neurobiology of Disease, June 2004, vol. 16, n°1, pp. 68-77.
356
J. L. McBride, S. P. Behrstock, E. Y. Chen, I. Siegel, C. N. Svendsen, J. H. Kordower, Human neural stem cell
transplants improve motor function in a rat model of Huntington's disease, The Journal of Comparative Neurology, 19
July 2004, vol. 475, n°2, pp. 211-219.
357
S. T. Lee, K. Chu, J. E. Park, K. Lee, L. Kang, S. U. Kim, M. Kim, Intravenous administration of human neural stem
cells induces functional recovery in Huntington's disease rat model, Neuroscience Research, July 2005, vol. 52, n°3, pp.
243-249.
358
J. D. Sinden, F. Rashid-Doubell, T. R. Kershaw, A. Nelson, A. Chadwick, P. S. Jat, M. D. Noble, H. Hodges, J. A.
Gray, Recovery of spatial learning by grafts of a conditionally immortalized hippocampal neuroepithelial cell line into the
ischaemia-lesioned hippocampus, Neuroscience, December 1997, vol. 81, n°3, pp. 599-608.
359
S. Saporta, C. V. Borlongan, P. R. Sanberg, Neural transplantation of human neuroteratocarcinoma (hNT) neurons
into ischemic rats. A quantitative dose-response analysis of cell survival and behavioral recovery, Neuroscience, 1999,
vol. 91, n°2, pp. 519-525.
360
K. Chu, M. Kim, K. I. Park, S. W. Jeong, H. K. Park, K. H. Jung, S. T. Lee, L. Kang, K. Lee, D. K. Park, S. U. Kim, J.
K. Roh, Human neural stem cells improve sensorimotor deficits in the adult rat brain wit experimental focal ischemia,
Brain Research, 6 August 2004, vol. 1016, n°2, pp. 145-153.
361
P. Riess, C. Zhang, K. E. Saatman, H. L. Laurer, L. G. Longhi, R. Raghupathi, P. m. Lenzlinger, J. Lifshitz, J. Bookvar,
E. Neugebauer, E. Y. Snyder, T. L. McIntosh, Transplanted neural stem cells survive, differentiate, and improve

55
Lésion de la moelle épinière.
Différentes études ont rapporté des succès dans la transplantation de cellules souches neurales dans
des moelles épinières intactes ou lésées, avec différenciation limitée in situ de ces cellules (S. M.
Onifer et al. , 1997362; S. Y. Chow et al. , 2000363, Q. L. Cao et al. , 2001)364) et récupération
fonctionnelle (Y. Ogawa et al, 2002365; T. Mitsui et al. , 2003366; P. Lu et al. , 2003367; A. Iwanami
et al. , 2005)368. B. J. Cummings et collaborateurs ont rapporté plus récemment (2005) 369 que des
cellules souches neurales humaines extraites de cerveaux de fetus, développées par culture en
neurosphères et transplantées dans une lésion expérimentale de la moelle épinière chez des souris,
survivent, s'intègrent dans le site d'implantation, s'y différencient, stimulent la remyélinisation locale
et amènent une amélioration locomotrice chez l'animal. Ceci montre que de telles cellules ont un
potentiel thérapeutique réel pour les lésions et les maladies du système nerveux central.

Thérapie du diabète.
On a pu amener des cellules souches neurales de rat à exprimer in vitro le gène pour l'insuline et à
répondre aux stimuli métaboliques et à la sulphonylurée (C. J. Burns et al. , 2005)370.

Thérapie génique pour le système Nerveux central.


Les cellules souches neurales peuvent être utilisées en thérapie génique pour le transfert de gènes
dans le système nerveux central 371.
neurological motor function after experimental traumatic brain injury, Neurosurgery, October 2002, vol. 51, n°4, pp.
1043-1052.
. A. Wennersten, X. Meier, S. Holmin, L. Wahlberg, T. Mathiesen, Proliferation, migration, and differentiation of human
neural stem/progenitor cells after transplantation into a rat model of traumatic brain injury, Journal of Neurosurgery,
January 2004, vol. 100, n°1, pp. 88-96.
. D. A. Shear, M. C. Tate, D. R. Archer, S. W. Hoffman, V. D. Hulce, M. C. Laplaca, D. G. Stein, Neural progenitor cell
transplants promote long-term functional recovery after traumatic brain injury, Brain Research, 5 November 2004, vol.
1026, n°1, pp. 11-22.
362
S. M. Onifer, A. B. Cannon, S. R. Whittemore, Altered differentiation of CNS neural progenitor cells after
transplantation into the injured adult rat spinal cord, Cell Transplant, May-June 1997, vol. 6, n°3, pp. 327-338.
363
S. Y. Chow, J. Moul, C. A. Tobias, B. T. Himes, Y. Liu, M. Obrocka, L. Hodge, A. Tessler, I. Fischer,
Characterization and intraspinal grafting of EGF/bFGF-dependent neurospheres derived from embryonic rat spinal cord,
Brain Research, 25 August 2000, vol. 874, n°2, pp. 87-106.
364
Q. L. Cao, Y. P. Zhang, R. M. Howard, W. M. Walters, P. Tsoulfas, S. R. Whittemore, Pluripotent stem cells
engrafted into the normal or lesioned adult rat spinal cord are restricted to a glial lineage, Experimental Neurology,
January 2001, vol. 167, n°1, pp. 48-58.
365
Y. Ogawa, K. Sawamoto, T. Miyata, S. Miyao, M. Watanabe, M. Nakamura, B. S. Bregman, M. Koike, Y. Uchiyama,
Y. Toyama, H. Okano, Transplantation of in vitro-expanded fetal neural progenitor cells results in neurogenesis and
functional recovery after spinal cord contusion injury in adult rats, The Journal of Neuroscience Research, 15 September
2002, vol. 69, n°6, pp. 925-933.
366
T. Mitsui, H. Kakisaki, H. Tanaka, T. Shibata, I. Matsuoka, T. Koyanagi, Immortalized neural stem cells transplanted
into the injured spinal cord promote recovery of voiding function in the rat, Journal of Urology, October 2003, vol. 170,
n°4, Pt. 1, pp. 1421-1425.
367
P. Lu, L. L. Jones, E. Y. Snyder, M. H. Tuszynski, Neural stem cells constitutively secrete neurotrophic factors and
promote extensive host axonal growth after spinal cord injury, Experimental Meurology, June 2003, col. 181, n°2, pp.
115-129.
368
A. Iwanami, S. Kaneko, M. Nakamura, Y. Kanemura, H. Mori, S. Kobayashi, M. Yamasaki, S. Momoshima, H. Ishii,
K. Ando, Y. Tanioka, N. Tamaoki, T. Nomura, Y. Toyama, H. Okano, Transplantation of human neural stem cells for
spinal cord injury in primates, Journal of Neuroscience Research, 15 april 2005, vol. 890, n°2, pp. 182-190.
369
B. J. Cummings, N. Uchida, S. J. Tamaki, D. l. Salazar, M. Hooshmand, R. Summers, F. H. Gage, A. J. Anderson,
Human neural stem cells differentiate and promote locomotor recovery in spinal cord-injured mice, Proceedings of the
National Academy of Sciences, USA, 27 September 2005, vol. 102, n°39, pp. 14069-14074.
370
C. J. Burns, S. L. Minger, S. Hall, H. Milne, R. D. Ramracheya, N. D. Evans, S. J. Persaud, P. M. Jones, The in vitro
differentiation of rat neural stem cells into an insulin-expressing phenotype, Biochemical and Biophysical Research
Communications, 21 January 2005, vol. 326, n°3, pp. 570-577.
371
P. Kabos, M. Ehtesham, K. L. Black, J. S. Yu, Neural stem cells as delivery vehicles, Expert Opinion on Biological
Therapy, August 2003, vol. 3, n°5, pp. 759-770.

56
F. Cellules souches musculaires

Les cellules souches présumées du muscle squelettique sont les cellules satellites (A. Mauro,
372
1961) . Ces cellules sont normalement quiescentes mais elles sont activées et commencent à se
diviser en réponse à un traumatisme du muscle. Des études récentes (C. A. Collins et al. , 2005)373
ont montré que ces cellules précurseurs sont capables de s'auto-renouveller et sont donc de
véritables cellules souches. D. Montarras et al. (2005)374 ont rapporté l'individuation d'une
population homogène de cellules satellites qui contribuent de façon importante à la régénération du
muscle. Trois semaines après la greffe de ces cellules Pax3 dans les muscles tibiaux antérieurs de la
souris immunodéficiente nude, mdx (mdx nu/nu) irradiée, des fibres dystrophine+ font leur
apparition dans les muscles greffés.
Outre ces cellules satellites, il existe une population de cellules souches supplémentaires
dans le muscle adulte, appelées MDSCs (muscle-derived stem cells), qui montrent une capacité
d'autorenouvellement impressionnante, se multipliant pour 300 doublements de population sans
montrer de signes de sénescence réplicative, et qui soutiennent à ce point de vue la comparaison
avec les 250 doublements de population sans signes de sénescence observés avec les cellules
souches embryonnaires (B. M. Deasy et al. , 2005)375. Ces cellules montrent aussi une capacité
notable à se différencier en cellules hématopoïétiques aussi bien qu'en cellules musculaires après
transplantation 376.
Les cellules souches dérivées du muscle peuvent être utilisées pour la régénération et le
renforcement de la vessie en cas d'incontinence (J. Y. Lee et al. , 2003)377. Des femmes qui
souffraient d'incontinence urinaire ont été traitées avec succès par injections de leurs propres
cellules souches dans la paroi uréthrale et dans le sphincter de la vessie 378.
On a aussi proposé d'utiliser les cellules souches musculaires pour la réparation des lésions
cardiaques, en raison de la similitude qui existe entre les cellules du muscle squelettique et les
cellules du myocarde. P. Menasché et al. 379 se sont faits les promoteurs de l'injection de myoblastes
autologues du muscle squelettique (cellules satellites) dans la zone d'infarctus pour réparer le
dommage cardiaque et ont rapporté des résultats positifs d'une telle procédure chez des patients. La

372
A. Mauro, Satellite cell of skeletal muscle fibers, The Journal of Biophysical and Biochemical Cytology, February
1961, vol. 9, pp. 493-495.
373
C. A. Collins, T. A. Partridge, Self-renewal of the adult skeletal muscle satellite cell, Cell cycle, October 2005, vol. 4,
n°10, pp. 1338-1341.
374
D. Montarras, J. Morgan, C. Collins, F. Relaix, S. Zaffran, A. Cumano, T. Partridge, M. Buckingham, Direct Isolation
of Satellite Cells for Skeletal Muscle Regeneration, Science, Scienceexpress, 23 September 2005, vol. 309, n°5743, pp.
2064-2067.
375
B. M. Deasy, B. M. Gharaibeh, J. B. Pollett, M. M. Jones, M. A. Lucas, Y. Kanda, J. Huard, Long-term self-renewal of
postnatal muscle-derived stem cells, Molecular Biology of the Cell, July 2005, vol. 16, n°7, pp. 3323-3333.
376
P. Seale, A. Asakura, M. A. Rudnicki, The potential of Muscle Stem Cells, Developmental Cell, September 2001, vol.
1, n°3, pp. 333-342.
377
J. Y. Lee, T. W. Cannon, R. Pruchnic, M. O. Fraser, J. Huard, M. B. Chancellor, The effects of periurethral muscle-
drived stem cell injection on leak point pressure in a rat model of stress urinary incontinence, International Urogynecology
Journal and Pelvic floor Dysfunction, February 2003, vol. 14, n°1, pp. 31-37.
378
A. Gosline, Stem cells rebuild bladder control, The New Scientist, 29 November 2004. www. newscientist. com/news.
Stem cells to cure incontinence, BBC News, 30 November 2004.
379
P. Menaché, A. A. Hagège, M. Scorsin, B. Pouzet, M. Desnos, D. Duboc, K. Schwartz, J-T. Vilquin, J-P. Marolleau,
Myoblast transplantation for heart failure, The Lancet, 27 January 2001, vol. 357, n°9252, pp. 279-280.
. A. A. Hagege, C. Carrion, P. Menasche, J. T. Vilquin, D. Duboc, J. P. Marolleau, M. Desnos, P. Bruneval, Viability and
differentiation of autologous skeletal myoblasts grafts in ischaemic cardiomyopathy, The Lancet, 8 February 2003, vol.
361, n°9356, pp. 491-492.
. P. Menasche, A. A. Hagege, J. T. Vilquin, M. Desnos, E. Abergel, B. Pouzet, A. Bel, S. Sarateanu, M. Scorsin, K.
Schwartz, P. Bruneval, M. Benbunan, J. P. Marolleau, D. Duboc, Autologous skeletal myoblast transplantation for severe
postinfarction left ventricular dysfunction, Journal of the American College of Cardiology, 2 april 2003, vol. 41, n°7, pp.
1078-1083.

57
même technique a été utilisée avec succès par d'autres auteurs (P. C. Smits et al. , 2003380; J.
Herreros et al. , 2003381; N. Dib et al. , 2005)382.

G. Cellules souches endothéliales

Les cellules progénitrices endothéliales présentes dans le sang et dans la moelle osseuse ont
un important rôle vasculogénique 383. Des cellules semblables aux cellules progénitrices
endothéliales, générées par des cellules mononucléaires CD 14 du sang périphérique, montrent une
activité importante dans le développement de la néovascolarisation après ischémie expérimentale
des membres postérieurs (C. Urbich et al. , 2003)384. Certains chercheurs (F. A. Kudo et al. ,
2003)385 utilisent les cellules endothéliales progénitrices (EPCs) (cellules CD34+) extraites du sang
périphérique pour le traitement des patients souffrant d'ischémie aiguë des membres. L'injection de
ces cellules directement dans les muscles des membres ischémiques amène une augmentation de la
pression transcutanée d'oxygène dans les pieds des patients avec amélioration des symptômes
cliniques. Les cellules progénitrices endothéliales recueillies dans le sang périphérique, et
injectées par voie intraveineuse chez des rats après induction d'une ischémie myocardique, émigrent
vers le coeur, s'accumulent dans la zone d'ischémie et sont retrouvées dans les foyers de
revascularisation myocardique. Ceci s'associe à une amélioration de la fonction du ventricule
gauche par comparaison aux rats contrôles non traités 386.

380
P. C. Smits, R. J. van Geuns, D. Poldermans, M. Bountioukos, E. E. Onderwater, C. H. Lee, A. P. Maat, P. W. Serruys,
Catheter-based intramyocardial injection of autologous skeletal myoblasts as a primary treatment of ischemic heart
failure: clinical experience with six-month follow-up, Journal of the American College of Cardiology, 17 December 2003,
vol. 42, n°12, pp. 2063-2069.
381
J. Herreros, F. Prosper, A. Perez, J. J. Gavira, M. J. Garcia-Velloso, J. Barba, P. L. Sanchez, C. Canizo, G. Rabago, J.
M. Marti-Climent, M. Hernandez, N. Lopez-Holgado, J. M. Gonzalez-Santos, C. Martin-Luengo, E. Aegria, Autologous
intramyocardial injection of cultured skeletal muscle-derived stem cells in patients with non-acute myocardial infarction,
European Heart Journal, November 2003, vol. 24, n°22, pp. 2012-2020.
382
N. Dib, P. McCarthy, A. Campbell, M. Yeager, F. D. Pagani, S. Wright, W. R. MacLellan, G. Fonarow, H. J. Eisen, R.
E. Michler, P. Binkley, D. Buchele, R. Korn, M. Ghazoul, J. Dinsmore, S. R. Opie, E. Diethrich, Feasibility and Safety of
Autologous myoblast transplantation in patients with ischemic cardiomyopathy, Cell Transplant, 2005, vol. 14, n°1, pp.
11-19.
383
C. Kalka, H. Masuda, T. Takahashi, W. M. Kalka-Moll, M. Silver, M. Keamey, T. Li, J. M. Isner, T. Asahara,
Transplantation of ex vivo expanded endothelial progenitor cells for therapeutic neovascularization, Proceedings of the
National Academy of Sciences, U. S. A. , 28 March 2000, vol. 97, n°7, pp. 3422-3427.
384
C. Urbich, C. Heeschen, A. Aicher, E. Dernbach, A. M. Zeiher, S. Dimmeler, Relevance of Monocytic Features for
Neovascularization Capacity of Circulating Endothelial Progenitor Cells, Circulation, 18 November 2003, vol. 108, n°20,
pp. 2511-2516.
385
F. A. Kudo, T. Nishibe, M. Nishibe, K. Yasuda, Autologous transplantation of peripheral blood endothelial
progenitor cells (CD34+) for therapeutic angiogenesis in patients with critical limb ischemia, International Angiology,
December 2003, vol. 22, n°4, pp. 344-348.
386
A. Kawamoto, H-C. Gwon, H. Iwaguro, J-I. Yamaguchi, S. Uchida, H. Masuda, M. Silver, H. Ma, M. Keamey, J. M.
Isner, T. Asahara, Therapeutic Potential of Ex Vivo Expanded Endothelial Progenitor Cells for Myocardial Ischemia,
Circulation, 6 February 2001, vol. 103, n°5, pp. 634-637.
. A. Kawamoto, T. Tkebuchava, J. Yamaguchi, H. Nishimura, Y. S. Yoon, C. Milliken, S. Uchida, O. Masuo, H. Iwaguro,
H. Ma, A. Hanley, M. Silver, M. Keamey, D. W. Losordo, J. M. Isner, T. Asahara, Intramyocardial transplantation of
autologous endothelial progenitor cells for therapeutic neovascularization of myocardial ischemia, Circulation, 28
January 2003, vol. 107, n°3, pp. 461-468.

58
H. Cellules souches cardiaques

Les cellules souches cardiaques (A. P. Beltrami et al. , 2003387, K. Urbanek et al. , 2003388,
E. Messina et al. , 2004389), injectées dans le myocarde après un infarctus expérimental, stimulent la
prolifération des cellules progénitrices cardiaques autour d'elles, aident à la régénération du
myocarde avec recouvrement des les performances contractiles, et permettent une amélioration
progressive de la fonction du coeur (A. Linke et al. , 2005)390. K. Urbanek, P. Anversa et al.
(2005)391 ont montré qu'il y a possibilité d'activer ces cellules, par une injection intramyocardiaque
de facteur de croissance des hépatocytes, HGF (hepatocyte growth factor) et de facteur de
croissance IGF-1 (insulin-like growth factor-1), et d'obtenir ainsi, dans la souris, une notable
régénération myocardiaque après infarctus, avec survie en cas d'infarctus qui serait autrement
mortel.

I. Cellules souches adipeuses

Le tissu adipeux contient une population de cellules souches mésenchymateuses, les PLA
(processed lipoaspirate cells), qui peuvent être isolées dans le matériel adipeux aspiré par
liposuccion, et qui peuvent se différencier vers les lignées ostéogéniques, myogéniques et
chondrogéniques 392, ainsi que vers des cellules non mésenchymateuses, comme les neurones 393.
Ces cellules peuvent être obtenues facilement et de façon abondante par liposuccion 394. Plus
récemment, des cellules souches à potentiel de différenciation multilinéaire (multi-lineage potential)
ont été isolées du tissu adipeux humain. Ces cellules, appelées cellules souches multipotentes
humaines dérivées du tissu adipeux, hMADS (human Multipotent Adipose-Derived Stem), se
387
A. Beltrami, L. Barlucchi, D. Torella, M. Baker, F. Limana, S. Chimenti, H. Kasahara, M. Rota, E. Musso, K. Urbanek,
A. Leri, J. Kajstura, B. Nadal-Ginard, P. Anversa, Adult cardiac stem cells are multipotent and support myocardial
regeneration, Cell, 19 September 2003, vol. 114, n°6, pp. 658-659.
388
K. Urbanek, F. Quaini, G. Tasca, D. Torella, C. Castaldo, B. Nadal-Ginard, A. Leri, J. Kajstura, E. Quaini, P. Anversa,
Intense myocyte formation from cardiac stem cells in human cardiac hypertrophy, Proceedings of the New York Academy
of Sciences, 2 September 2003, vol. 100, n°18, pp. 10440-10445.
389
E. Messina, L. De Angelis, G. Frati, S. Morrone, S. Chimenti, F. Fiordaliso, M. Salio, M. Battaglia, M. V. Latronico,
M. Coletta, E. Vivarelli, L. Frati, G. Cossu, A. Giacomello, Isolation and expansion of adult cardiac stem cells from
human and murine hearts, Circulation Research, 29 October 2004, vol. 95, n°9, pp. 911-921.
390
A. Linke, P. Muller, D. Nurzynska, C. Casarsa, D. Torella, A. Nascimbene, C. Castaldo, S. Cascapera, M. Bohm, F.
Quaini, K. Urbanek, A. Leri, T. H. Hintze, J. Kajstura, P. Anversa, Stem cells in the dog heart are self-renewing,
clonogenic, and multipotent and regenerate infarcted myocardium, improving cardiac function, Proceedings of the
National Academy of Sciences, USA, 21 June 2005, vol. 102, n°25, pp. 8966-8971.
391
K. Urbanek, M. Rota, S. Cascapera, C. Bearzi, A. Nascimbene, A. De Angelis, T. Hosoda, S. Chimenti, M. Baker, F.
Limana, D. Nurzynska, D. Torella, F. Rotatori, R. Rastaldo, E. Musso, F. Quaini, A. Leri, J. Kajstura, P. Anversa, Cardiac
stem cells possess growth factor-receptor systems that after activation regenerate the infarcted myocardium, improving
ventricular function and long-term survival, Circulation Research, 30 September 2005, vol. 97, n°7, pp. 663-673.
392
P. A. Zuk, M. Zhu, H. Mizuno, J. Huang, J. W. Futrell, A. J. Katz, P. Benhaim, H. P. Lorenz, M. H. Hedrick,
Multilineage cells from human adipose tissue: implications for cell-based therapies, Tissue Engineering, April 2001, vol.
7, n°2, pp. 211-228.
. P. A. Zuk, M. Zhu, P. Ashjian, D. A. de Ugarte, J. I. Huang, H. Mizuno, Z. C. Alfonso, J. K. Fraser, P. Benhaim, M. H.
Hedrick, Human adipose tissue is a source of multipotent stem cells, Molecular Biology of the Cell, December 2002, vol.
13, n°12, pp. 4279-4295.
. R. H. Lee, B. Kim, I. Choi, H. Kim, H. S. Choi, K. Suh, Y. C. Bae, J. S. Jung, Characterization and expression analysis
of mesenchymal stem cells from human bone marrow and adipose tissue, Cellular Physiology and Biochemistry, 2004, vol.
14, n°4-6, pp. 311-324.
393
K. M. Safford, K. C. Hicok, S. D. Safford, Y-D. C. Halvorsen, W. O. Wilkinson, J. M. Gimble, H. E. Rice, Neurogenic
differentiation of murine and human adipose-derived stromal cells, Biochemical and Biophysical Research
Communications, 7 June 2002, vol. 294, n°2, pp. 371-379.
394
L. Aust, B. Devlin, S. J. Foster, Y. D. Halvorsen, K. Hicok, T. du Laney, A. Sen, G. D. Willingmyre, J. M. Gimble,
Yield of human adipose-derived adult stem cells from liposuction aspirates, Cytotherapy, 2004, vol. 6, n°1, pp. 7-14.

59
développent en culture et maintiennent là leurs caractéristiques au travers de nombreux passages 395,
conservant un caryotype normal et une télomérase active. Elles prolifèrent jusqu'à plus de 200
redoublements de population, Toutes ces propriétés les rendent comparables aux cellules souches
embryonnaires. Ces cellules peuvent être induites à se différencier en cellules neuronales, en
cardiomyocytes et en cellules endothéliales. De plus, les hMADS, lorsqu'on les greffe, paraissent
immuno-privilégiées, non soumises au rejet par l'organisme où elles sont greffées. Ces cellules
hMADS, greffées sur des souris mdx, le modèle animal de la dystrophie musculaire de Duchenne,
amènent une expression substantielle de dystrophine humaine dans le muscle injecté 396. Ces
propriétés, jointes à l'accessibilité des hMADS en font un instrument important pour la thérapie
musculaire.

J. Cellules souches de la peau

L'identification de cellules souches épidermale adultes 397, capable d'auto-renouvellement et


qui peuvent non seulement reconstruire l'épiderme mais aussi les appendices de la peau (cheveux,
ongles, poils) a ouvert des perspectives thérapeutiques nouvelles. En fait, il y a de nombreux types
de cellules souches dans l'épiderme398. Les cellules souches responsables du maintien de
l'épithélium de la peau chez les mammifères ne sont pas faciles à distinguer des cellules voisines,
mais on a réussi ces dernières années à les isoler et à les mettre en culture 399. Certaines de ces
cellules montrent des potentiels d'auto-renouvellement étonnants. Les cellules souches des
kératinocytes 400 ont en fait une telle capacité proliférative qu'elles peuvent produire en un mois
suffisamment d'épiderme pour couvrir la surface entière du corps d'un individu 401. La "peau
humaine en culture" réalisée avec ces cellules, comme source de greffe de peau pour les brûlés, a
représenté la première utilisation thérapeutique de ces cellules 402.
Des cellules souches multipotentes peuvent être aussi isolées du derme de la peau des
mammifères (J. G. Toma et al. , 2001, 2005)403. Des études récentes ont mis en lumière le potentiel
des cellules précurseurs dérivées de la peau pour générer des dérivés cellulaires tant

395
A. M. Rodriguez, C. Elabd, E. Z. Amri, G. Ailhaud, C. Dani, The human adipose tissue is a source of multipotent stem
cells, Biochimie, January 2005, vol. 87, n°1, pp. 125-128.
396
A. M. Rodriguez, D. Pisani, C. a. Dechesen, C. Turc-Carel, J. Y. Kurzenne, B. Wdziekonski, A. Villageois, C. Bagnis,
J. P. Breittmayer, H. Groux, G. Ailhaud, C. Dani, Transplantation of a multipotent cell population from human adipose
tissue induces dystrophine expression in the immunocompetent mdx mouse, Journal of Experimental Medicine, 2 May
2005, vol. 201, n°9, pp. 1397-1405.
397
R. Barthel, D. Aberdam, Epidermal stem cells, Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology,
July 2005, vol. 19, n°4, pp. 405-413.
398
S. M. Janes, S. lowell, C. Hutter, Epidermal stem cells, Journal of Pathology, July 2002, vol. 197, n°4, pp. 479-491.
399
L. Alonso, E. Fuchs, Stem cells of the skin epithelium, Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 30
September 2003, vol. 100, suppl. 1, pp. 11830-11835.
400
C. S. Potten, C. Booth, Keratinocyte Stem Cells: a Commentary, The Journal of Investigative Dermatology, October
2002, vol. 119, n°4, pp. 888-899.
401
A. Rochat, K. Kobayashi, Y. Barrandon, Location of stem cells of human hair follicles by clonal analysis, Cell, 25
March 1994, vol. 76, n°6, pp. 1063-1073.
402
P. A. Harris, I. M. Leigh, H. A. Navsaria, Pre-confluent keratinocyte grafting: the future for cultured skin
replacement ?, Burns, november 1998, vol. 24, n°7, pp. 591-593.
403
J. G. Toma, M. Akhavan, K. J. Fernandes, F. Barnabe-Heider, A. Sadikot, D. R. Kaplan, F. D. Miller, Isolation of
multipotent adult stem cells from the dermis of mammalian skin, Nature Cell Biology, September 2001, vol. 3, n°9, pp.
778-784.
. J. G. Toma, I. A. McKenzie, D. Bagli, F. D. Miller, Isolation and Characterization of Multipotent Skin-derived
Precursors from Human Skin, Stem Cells, June-July 2005, vol. 23, n°6, pp. 727-737.

60
hématopoïétiques que neuraux 404. A. Joannides et al. (2004)405 ont rapporté que des cellules souches
isolées du derme de biopsies de peau humaine adulte, et amplifiées en présence de facteur de
croissance épidermique mitogène (EGF) (mitogen epidermal growth factor) et de facteur de
croissance des fibroblastes de type 2 (FGF2) (fibroblast growth factor 2), peuvent générer des
précurseurs neuraux. Il serait de cette façon possible d'obtenir des nombres quasi illimités de
précurseurs neuraux autologues pour applications thérapeutiques.

K. Cellules souches de la rétine

M. J. Young et al. ont isolé (2004)406 des cellules souches multipotentes de la rétine neurale
de souris transgéniques GFP (green fluorescent protein). Il s'agit de cellules capables d'auto-
renouvellement et de se différencier dans les différents types cellulaires de la rétine, y compris les
cellules photo réceptrices. Une fois greffées dans la rétine dégénérative de souris, ces cellules se
développent en neurones mûrs qui expriment recoverine, rhodopsine des bâtonnets ou opsione des
cônes. Dans les souris C57B1/6 rho - (souris avec dystrophie musculaire chez qui il y a une
réduction en opsine, dans le nombre des photorécepteurs et dans l'activité de la rhodopsine
examinée en electroretinographie), la greffe de ces cellules souches a porté au recouvrement des
cellules de la ONL (outer nuclear layer), avec une intégration diffuse des cellules donatrices dans la
rétine interne et une amélioration du comportement des animaux par rapport à la lumière (light-
mediated behavior). Ces résultats semblent prometteurs pour le traitement de la dégénérescence de
la rétine.

L. Cellules souches du Limbus de la cornée

Les cellules souches du limbus de la cornée ont été utilisées avec succès, sur des patients,
déjà depuis un certain temps, pour la restauration de la cornée endommagée par traumatisme,
infection, contact avec des substances caustiques ou brûlure407.

404
L. Liang, J. R. Bickenbach, Somatic Epidermal Stem Cells Can Produce Multiple Cell lineages During Development,
Stem Cells, 2002, vol. 20. . n°1, pp. 21-31.
. M. Lako, L. Armstrong, P. M. Cairns, S. Harris, N. Hole, C. A. Jahoda, Hair follicle dermal cells repopulate the mouse
haematopoietic system, Journal of Cell Science, 15 October 2002, vol. 115, Part 20, pp. 3967-3974.
405
A. Joannides, P. Gaughwin, C. Schwiening, H. Majed, J. Sterling, A. Compston, S. Chandran, Efficient generation of
neural precursors from adult human skin: astrocytes promote neurogenesis from skin-derived stem cells, The Lancet, 10
July 2004, vol. 364, n°9429, pp. 172-178.
406
H. Klassen, D. S. Sakaguchi, M. J. Young, Stem cells and retinal repair, Progress in Retinal and Eye Research, March
2004, vol. 23, n°2, pp. 149-181.
. H. J. Klassen, T. F. Ng, Y. Kurimoto, I. Kirov, M. Shatos, P. Coffey, M. J. Young, Multipotent Retinal Progenitors
Express Developmental Markers, Differentiate into Retinal Neurons and Preserve Light-Mediated Behavior, Investigative
Ophthalmology and Visual Science, November 2004. vol. 45, n°11. pp. 4167-4173.
407
P. Rama, S. Bonini, A. Lambiase, O. Golisano, P. Paterna, M. de Luca, G. Pellegrini, Autologous fibrin-cultured
limbal stem cells permanently restore the corneal surface of patients with total limbal stem cell deficiency,
Transplantation, 15 November 2001, vol. 72, n°9, pp. 1478-1485.
. H. S. Dua, A. Azuara-Blanco, Autologous limbal transplantation in patients with unilateral corneal stem cell deficiency,
British Journal of Ophthalmology, March 2000, vol. 84, n°3, pp. 273-278.
. C. M. Samson, C. Nduaguba, S. Baltatzis, C. S. Foster, Limbal stem cell transplantation in chronic inflammatory eye
disease, Ophthalmoloy, May 2002, vol. 109, n°5, pp. 862-868.
. J. Y. Kim, A. R. Djalilian, G. S. Schwartz, E. J. Holland, Ocular surface reconstruction: limbal stem cell transplantation,
Ophthalmology Clinics of North America, March 2003, vol. 16, n°1, pp. 67-77.
. M. Fernandes, V. S. Sangwan, S. K. Rao, S. Basti, M. S. Sridhar, A. K. Bansal, H. S. Dua, Limbal stem cell
Transplantation, Indian Journal of Ophthalmology, March 2004, vol. 52, n°1, pp. 5-22.

61
M. Cellules souches de la glande mammaire

L'attention a été récemment attirée sur les cellules souches qui se situent dans la glande
mammaire. M. Shackleton et al. (Victoria, USA) (2006)408 ont réussi récemment à isoler une
population rare et discrète de ces cellules souches (Lin-CD29hiCD24+). Ces cellules s'auto-
renouvellent et sont multipotentes, propriétés qui les identifient comme MaSCs (mammary stem
cells). Ces cellules présentent une capacité de prolifération étonnante puisqu'une seule cellule de
cette population est capable à elle seule de reconstituer une glande mammaire totale in vivo.

N. Sperm-producins stem cells

M. Kanatsu-Shinohara, T. Shinohara et collègues de l'Université de Kyoto (Japon) ont


rapporté en 2004409 l'existence de cellules souches dans les testicules de souris nouvellement nées.
Ces cellules se montrent phénotypiquement semblables aux cellules germinales EG trouvées dans
les tissus embryonnaires, et semblables aussi aux cellules souches embryonnaires, avec la différence
qu'elles présentent des empreintes génomiques. Ces cellules sont multipotentes. Elles se
différencient in vitro dans les différents types de cellules somatiques et produisent des tératomes
quand on les injecte dans des organismes adultes. Elles forment, comme les cellules ES, des
chimères quand on les injecte dans des blastocystes.
K. Guan, G. Hasenfuss et collègues de l'université de Göttingen (Allemagne) (2006) 410 ont
poussé cette découverte plus en avant en réussissant à isoler des cellules souches spermatogoniales
adultes (SSCs) de testicules de souris adultes, avec un taux de succès de 27%. Ces cellules sont
responsables du maintien de la spermatogénèse chez le mâle. Elles ont des propriétés semblables à
celles des cellules souches embryonnaires, et les auteurs les ont nommées pour cette raison cellules
souches multipotentes de la lignée germinale adulte, maGSCs (multipotent adult germline stem
cells). G. Hasenfuss et collègues déduisent de cette étude que la capacité de former des cellules
multipotentes, présente dans la lignée germinale embryonnaire et dans les testicules de nouveau né,
persiste dans les testicules à l'âge adulte. De telles cellules pourraient donner des résultats de
thérapie cellulaires identiques à ceux obtenus avec les cellules souches embryonnaires sans être
grevées des problèmes éthiques et immunologiques de ces dernières.

O. Cellules souches du sang de cordon ombilical

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon ombilical humain (UCB) (human
umbilical cord blood) ont reçu une attention croissante ces dernières années car elles représentent
une source prometteuse de cellules multipotentes pour la thérapie régénératrice.

408
M. Shackelton, F. Vaillant, K. J. Simpson, J. Stingl, G. K. Smyth, M. L. Asselin-Labat, L. Wu, G. J. Lindeman, J. E.
Visvader, Generation of a functional mammary gland from a single stem cell, Nature, 5 January 2006, vol. 439, n°7072,
pp. 84-88.
. J. Stingl, P. Eirew, I. Ricketson, M. Shackleton, F. Vaillanmt, D. Choi, H. I. Li, C. J. Eaves, Purification and unique
properties of mammary epithelial stem cells, Nature, 23 February 2006, vol. 439, n°7079, pp. 993-997.
409
M. Kanatsu-Shinohara, K. Inoue, J. Lee, M. Yoshimoto, N. Onoguki, H. Miki, S. Baba, T. Kato, Y. Kazuki, S.
Toyokuni, M. Toyoshima, O. Niwa, M. Oshimura, T. Heike, T. Nakahata, F. Ishino, A. Ogura, T. Shinohara, Generation
of pluripotent stem cells from neonatal mouse testis, Cell, 29 December 2004, vol. 119, n°7, pp. 1001-1012.
410
K. Guan, K. Nayernia, L. S. Maier, S. Wagner, R. Dressel, J. H. lee, J. Nolte, F. Wolf, M. Li, W. Engel, G. Hasenfuss,
Pluripotency of spermatogonial stem cells from adult mouse testis, Nature, 24 March 2006, Epub ahead of print, doi:10.
1038/nature04697, pp. 1-5.

62
1. Les différents types de cellules souches présents dans le cordon ombilical

La présence de cellules progénitrices hématopoïétiques mûres dans le sang du cordon


ombilical humain (UCB) (umbilical cord blood) fut démontrée par S. Knudtzon en 1974 411.
Environ dix ans plus tard, M. Ogawa et collègues (T. Nakahata, M. Ogawa, 1982; A. G. Leary, M.
Ogawa, 1987)412 rapportèrent la présence de cellules progénitrices hématopoïétiques primitives dans
l'UCB.
Les cellules souches mésenchymateuses isolées dans le sang veineux du cordon ombilical 413
sont morphologiquement et immunologiquement semblables aux cellules souches
mesenchymateuses trouvées dans la moelle osseuse. Cependant, ces cellules possèdent un potentiel
de différenciation versatile qui va de la multipotentialité liée au caractère mésenchymateux de ces
cellules à la compétence neuroectodermale et endodermale, (L. Hou et al. , 2003 414, O. K. Lee et al.
, 2004)415. Les MSCs dérivées de UCB se montrent ainsi capables de se différencier non seulement
en cellules de la couche mésodermique comme les ostéocytes (. H. S. Goodwin et al. , 2001, C.
Rosada et al. , 2003, O. K. Lee et al. , 2004416, les chondrocytes (O. K. Lee et al. , 2004, J-F. Wang
et al 2004)417, les adipocytes (A. Erices et al. , 2000; H. S. Goodwin et al. , 2001, O. K. Lee, 2004)
et les myoblastes squelettiques (E. J. Gang et al. , 2004)418, mais aussi en cellules d'autres couches
comme les hépatocytes (O. K. Lee et al. , 2004) et les cellules neuronales et gliales ( A. R. Bicknese
et al. , 2002; O. K. Lee et al. , 2004,)419.
Récemment, l'attention a aussi été attirée sur la présence de cellules souches

411
S. Knudtzon, In vitro growth of granulocyte colonies from circulating cells in human cord blood, Blood, March 1974,
vol. 43, n°3, pp. 357-361.
412
T. Nakahata, M. Ogawa, Hematopoietic colony-forming cells in umbilical cord blood with extensive capability to
generate mono- and multipotential hematopoietic progenitors, The Journal of Clinical Investigation, December 1982, vol.
70, n°6, pp. 1324-1328.
. A. G. Leary, N. Ogawa, Blast cell colony assay for umbilical cord blood and adult bone marrow progenitors, Blood,
March 1987, vol. 69, n°3, pp. 953-956.
413
A. Erices, P. conget, J. J. Minguell, Mesenchymal progenitor cells in human umbilical cord blood, British Journal of
Haematology, April 2000, vol. 109, n°1, pp. 235-242.
. O. K. Lee, T. K. Kuo, W-M. cheng, K-D. Lee, S-L. Hsieh, T-H. Chen, Isolation of multipotent mesenchymal stem cells
from umbilical cord blood, Blood, 1 March 2004, vol. 103, n°5, pp. 1669-1675.
. K. Bieback, S. Kern, H. Klüter, H. Eichler, Critical Parameters for the Isolation of Mesenchymal stem Cells from
Umbilical Cord Blood, Stem Cells, 2004, vol. 22, n°4, pp. 625-634.
414
L. Hou, H. Cao, D. Wang, G. Wei, C. Bai, Y. Zhang, X. Pei, Induction of umbilical cord blood mesenchymal stem
cells into neuron-like cells in vitro, International Journal of Hematology, October 2003, vol. 78, n°3, pp. 256-261.
415
O. K. Lee, T. K. Kuo, W-M. Cheng, K-D. Lee, S-L. Hsieh, T-H. Chen, Isolation of multipotent mesenchymal stem
cells from umbilical cord blood, Blood, 1 March 2004, vol. 103, n°5, pp. 1669-1675.
416
H. S. Goodwin, A. R. Bickenese, S-N. Chien, B. D. Bogucki, D. A. Oliver, C. O. Quinn, D. A. Wall, Multilineage
Differentiation Activity by Cells Isolated From Umbilical Cord Blood: Expression of Bone, Fat, and Neural Markers,
Biology of Blood and Marrow Transplantation, 2001, vol. 7, n°11, pp. 581-588.
. C. Rosada, J. Justensen, D. Melsvik, P. Ebbbesen, M. Kassem, The human umbilical cord blood; a potential source for
osteoblasts progenitor cells, Calcified Tissue International, February 2003, vol. 72, n°2, pp. 135-142.
. O. K. Lee, T. K. Kuo, W-M. Cheng, K-D. Lee, S-L. Hsieh, T-H. Chen, Isolation of multipotent mesenchymal stem cells
from umbilical cord blood, Blood, 1 March 2004, vol. 103, n°5, pp. 1669-1675.
417
J-F. Wang et al. (2004) reported the chondrogenic differentiation of these mesenchymal/progenitor cells of human
UCB.
. J-F-Wang, L-J. Wang, Y-F. Wu, Y. Xiang, C-G. Xie, B-B. Jia, J. Harrington, I. K. McNiece, Mesenchymal
stem/progenitor cells in human umbilical cord blood as support for ex vivo expansion of CD34+ hematopoietic stem cells
and for chondrogenic differentiation, Haematologica, July 2004, vol. 89, n°7, pp. 837-844.
418
E. J. Gang et al. (2004) isolated MSCs from human UCB and induced them to differentiate into skeletal muscle cells.
,E. J. Gang, J. A. Jeong, S. H. Hong, S. H. Hwang, S. W. Kim, I. H. Yang, C. Ahn, H. Han, H. Kim, Skeletal Myogenic
Differentiation of Mesenchymal Stem Cells Isolated from Human Umbilical Cord Blood, Stem Cells, 2004, vol. 22, n°4,
pp. 617-624.
419
A. R. Bicknese, H. S. Goodwin, C. O. Quinn, V. C. Henderson, S. N. Chien, D. A. wall, Human umbilical cord blood
cells can be induced to express markers for neurons and glia, Cell Transplantation, 2002, vol. 11, n°3, pp. 261-264.

63
mésenchymateuses dans la Gelée de Wharton du cordon ombilical humain qui est le tissu mucoïde
connectif qui entoure les deux artères et la veine du cordon et qui était considéré jusqu'à maintenant
comme un tissu sans usage
( H-S. Wang et al. , 2004)420.
Des cellules précurseurs endothéliales sont présentes dans le sang du cordon ombilical, où
elles contribuent au micro-environnement hématopoïétique.

Les cellules d'UCB sont des cellules jeunes (leur longueur de télomères n'est relativement
pas diminuée), immatures, avec des caractéristiques et des propriétés analogues à celles des cellules
souches embryonnaires. Certains chercheurs, utilisant un système de sélection séquentielle
immunomagnétique, ont récemment isolé, de façon reproductible, et en larges quantités, des cellules
souches humaines du sang du cordon ombilical qui ont des caractéristiques de cellules souches
embryonnaires. Ces cellules représentent donc une alternative valable à ces dernières (C. P.
McGuckin et al. , 2005)421.

Les cellules de sang de cordon ombilical peuvent être cryoconservées et peuvent être
transférées dans un hôte après décongélation sans perdre leur capacité de repeuplement 422. L'UCB
peut de ce fait être emmagasiné en pleine sécurité dans une "banque de sang de cordon", pour toute
la vie de l'individu donateur 423.

2. Utilisation du sang du cordon ombilical pour la reconstitution hématopoïétique

Le sang de cordon ombilical a été reconnu comme une riche source de cellules
hématopoïétiques primitives souches/progenitrices424. En 1989, E. Gluckman et al. rapportèrent la
première transplantation (1988) de cellules hématopoïétiques, avec utuilisation du UCB comme
fournisseur de ces cellules à la place de la moelle osseuse425. Depuis lors il a y eut un intérêt
croissant dans l'usage d'UCB comme source alternative de cellules progénitrices hématopoïétiques
pour la transplantation 426. Le système immunitaire "naïf" du sang de cordon ombilical semble
420
H-S. Wang, S-C. Hung, S-T. Peng, C-C. Huang, H-M. Wei, Y-J. Guo, Y-S. Fu, M-C. Lai, C-C. Chen, Mesenchymal
Stem Cells in the Wharton's Jelly of the Human Umbilical Cord, Stem Cells, 2004, vol. 22, n°7, pp. 1330-1337.
421
C. P. McGuckin, N. Forraz, M. O. Baradez, S. Navran, J. Zhao, R. Urban, R. Tilton, L. Denner, Production of stem
cells with embryonic characteristics from human umbilical cord, Cell Proliferation, August 2005, vol. 38, n°4, pp. 245-
255.
422
P. Rubinstein, L. Dobrila, R. E. Rosenfield, J. W. Adamson, G. Migliaccio, A. R. Migliaccio, P. E. Taylor, C. E.
Stevens, Processing and cryopreservation of placental/umbilical cord blood for unrelated bone marrow reconstitution,
Proceedings of the National Academy of Sciences, USA, 24 October 1995, vol. 92, n°22, pp. 10119-10122.
. M. W. Lee, J. Choi, N. S. Yang, Y. J. Moon, J. S. Park, H. C. Kim, Y. J. Kim, Mesenchymal stem cells from
cryopreserved human umbilical cord blood, Biochemical and Biophysical Research Communications, 16 July 2004, vol.
320, n°1, pp. 273-278.
423
There are now nearly 100 cord blood banks worldwide. It is estimated that over 200,000 cord blood units are held by
private sector and over 160,000 are registered with the largest public cord blood registry. The ethics of private cord blood
storage has been questioned. Up until now cord cells have been principally used in the treatment of paediatric blood and
immune disorders.
J. Gunning, Umbilical cord cell banking - Implications for the future, Toxicology and Applied Pharmacology, 24 June
2004, Epub ahead of print.
424
A. Wyrsch, V. dalle Carbonare, W. Jansen, E. Chklovskaia, C. Nissen, D. Surbek, W. Holzgreve, A. Tichelli, A.
Wodnar-Filipowicz, Umbilical cord blood from preterm human fetuses is rich in committed and primitive hematopoietic
progenitors with high proliferative and self-renewal capacity, Experimental Hematology, August 1999, vol. 27, n°8, pp.
1338-1345.
425
E. Gluckman, H. A. Broxmeyer, A. D. Auerbach, H. S. Friedman, G. W. Douglas, A. Devergie, H,Esperou, D. Thierry,
G. Socie, P. Lehn, Hematopietic reconstitution in a patient with Fanconi's anemia by means of umbilical-cord blood from
an HLA-identical sibling, The New England Journal of Medicine, 26 October 1989, vol. 321, n°17, pp. 1174-1178.
426
J. E. Wagner, Umbilical cord blood transplantation: overview of the clinical experience, Blood Cells 1994, vol. 20,
n°2-3, pp. 227-233.

64
permettre une réduction substantielle du risque de réaction greffe-contre hôte (graft-versus-host
disease) (J. Kutzberg et al. , 1994)427. De nombreuses publications ont confirmé la possibilité
d'utiliser le sang de cordon de donneur discordant HLA, sans liens de parenté avec le receveur, pour
assurer une reconstitution hémopoïétique après traitement avec un régime myéloablatif 428.

3. Utilisation du sang de cordon ombilical en médecine régénératrice

Parce que le cordon ombilical (UCB) est riche en cellules progénitrices mésenchymateuses,
et parce qu'il contient un grand numéro de cellules précurseurs endothéliales et beaucoup de cellules
staminales/progénitrices immatures ayant une grande capacité de prolifération in vitro, l'UCB offre
un grand potentiel d'application pour la médecine régénératrice.

Ictus et traumatismes cérébraux.


L'effet bénéfique de l'administration intraveineuse d'UCB en cas d'ictus a été confirmé par différents
chercheurs (J. Chen et al. , 2001429; D. Lu et al. , 2002430; A. E. Willing et al. , 2003431; M.
Vendrame et al. , 2004432; Z. Nan et al. , 2005433)
. L'administration intraveineuse d'UCB après un traumatisme cérébral 434 améliore le déficit
neurologique et réduit la lésion.

Réparation des maladies du système nerveux central.


Les cellules souches du sang de cordon humain ombilical apparaissent prometteuses pour le
traitement de certaines maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson et la maladie
de Huntington, maladies pour lesquelles aucun traitement n'est disponible. Ces cellules ont en effet
le potentiel de commencer la réparation du tissu nerveux lésé et de la maintenir (M. B. Newman et
al. , 2004; P. R. Sanberg et al. , 2005)435.
427
J. Kurtzberg, M. Graham, J. Casey, J. Olson, C. E. Stevens, P. Rubinstein, The use of umbilical cord blood in
mismatched related and unrelated hemopoietic stem cell transplantation, Blood Cells, 1994, vol. 20, n°2-3, pp. 275-283.
428
J. E. Wagner, J. Rosenthal, R. Sweetman, X. O. Shu, S. M. Davies, N. K. Ramsay, P. B. McGlave, L. Sender, M. S.
Cairo, Successful transplantation of HLA-matched and HLA-mismatched umbilical cord blood from unrelated donors:
analysis of engraftment and acute graft-versus-host disease, Blood, August 1996, vol. 88, n°3, pp. 795-802.
. B. G. Thomson, K. A. Robertson, D. Gowan, D. Heilman, H. E. Broxmeyer, D. Emanuel, P. Kotylo, Z. Brahmi, F. O.
Smith, Analysis of engraftment, graft-versus-host disease, and immune recovery following unrelated donor cord blood
transplantation, Blood, 15 October 2000, vol. 96, n°8, pp. 2703-2711.
429
J. Chen, P. R. Sanberg, Y. Li, L. Wang, M. Lu, A. E. Willing, J. Sanchez-Ramos, M. Chopp, Intravenous
administration of human umbilical cord blood reduces behavioral deficit after stroke in rats, Stroke, November 2001, vol.
32, n°11, pp. 2682-2688.
430
D. Lu, P. R. Sanberg, A. Mahmood, Y. Li, L. Wang, J. Sanchez-Ramos, M. Chopp, Intravenous administration of
human umbilical cord blood reduces neurological deficit in the rat after traumatic brain injury, Cell Transplantation,
2002, vol. 11, n°3, pp. 275-281.
431
A. E. Willing, J. Lixian, M. Milliken, S. Poulos, T. Zigova, S. Song, C. Hart, J. Sanchez-Ramos, P. R. Sanberg,
Intravenous versus intrastriatal cord blood administration in a rodent model of stroke, Journal of Neuroscience Research,
1 August 2003, vol. 73, n°3, pp. 296-307.
432
M. Vendrame, J. Cassady, J. Newcomb, T. Butler, K. R. Pennypacker, T. Zigova, C. D. Sanberg, P. R. Sanberg, A. E.
Willing, Infusion of human umbilical cord blood cells in a rat model of stroke dose-dependently rescues behavioral
deficits and reduces infarct volume, Stroke, October 2004, vol. 35, n°10, pp. 2380-2395.
433
Z. Nan, A. Grande, C. D. Sanberg, P. R. Sanberg, W. C. Low, Infusion of human umbilical cord blood ameliorates
neurologic deficits in rats with hemorrhagic brain injury, Annals of the New York Academy of Sciences, May 2005, vol.
1049, pp,84-96.
434
D. Lu, P. R. Sanberg, A. Mahmood, Y. Li, L. Wang, J. Sanchez-Ramos, M. Chopp, Intravenous administration of
human umbilical cord blood reduces neurological deficit in the rat after traumatic brain injury, Cell Transplantation,
2002, vol. 11, n°3, pp. 275-281.
435
M. B. Newman, C. D. Davis, C. V. Borlongan, D. Emerich, P. R. Sanberg, Transplantation of human umbilical cord
blood in the repair of CNS diseases, Expert opinion on Biological Therapy, February 2004, vol. 4, n°2, pp. 121-130.
. P. R. Sanberg, A. E. Willing, S. Garbuzova-Davis, S. Saporta, G. Liu, C. D. Sanberg, P. C. Bickford, S. K. Klasko, N. S.
El-Badri, Umbilical cord blood-derived stem cells and brain repairs, Annals of the New York Academy of Sciences, May

65
Thérapie de la Sclérose Latérale amyotrophique (ALS).
L'infusion de cellules mononucléées humaines du sang du cordon ombilical augmente
substantiellement le temps de vie des souris SOD1 (modèle animal d'ALS), d'une manière
dépendante de la quantité de cellules injectées (R. Chen and N. Ende, 2000 436; N. Ende et al. , May
2000437. Garbuzova-Davis et al. (2003)438).

X-linked adrenoleucodystrophie (Maladie de Krabbe).


M. L. Escolar et al. (2005)439 ont rapporté récemment que des enfants atteints de maladie de Krabbe,
une maladie qui produit une détérioration neurologique progressive et la mort dans la première
enfance, qui avaient reçu une transplantation de sang de cordon ombilical avant que ne se
développent les symptômes de la maladie, ont présenté un myélinisation centrale progressive et une
amélioration continue de leur condition.

Lésions de la moelle épinière.


Les cellules humaines de sang de cordon ombilical offrent de nets avantages par rapport aux cellules
souches embryonnaires pour le traitement des lésions de la moelle épinière. S. Saporta et al.
(2003)440, Z. M. Zhao et al (2004)441 e S. Kuh et al (2005)442 ont constaté une amélioration dans les
performances de locomotion chez les animaux avec lésion de moelle épinière après la
transplantation de cellules d'UCB dans le site de la lésion. Les cellules humaines d'UCB
transplantées se différencient là en diverses cellules neurales. K. S. Kang et al. (2005)443 ont
rapporté récemment le cas d'une patiente de 37 ans souffrant de lésion de la moelle épinière qui a
reçu des cellules multipotentes, correspondant à son type HLA, dérivées du sang de cordon
ombilical, et transplantées directement dans le lieu endommagé de la moelle épinière. Cette patiente
constata une amélioration dans la perception sensorielle et la possibilité de mouvements au niveau
des hanches et des cuisses 41 jours après la transplantation des cellules. Les scanographies CT
(computed tomography) et MRI (magnetic resonance imaging) ont montré dans ce cas une
régénération de la moelle épinière au niveau de l'endroit endommagé et dans partie de la queue de
cheval au dessous de ce lieu.

2005, vol. 1049, pp. 67-83.


436
R. Chen, N. Ende, The potential for the use of mononuclear cells from human umbilical cord blood in the treatment of
amyotrophic Lateral Sclerosis in SOD1 mice, Journal of Medicine, 2000, vol. 31, n°1-2, pp. 21-30.
437
N. Ende, F. Weinstein, R. Chen, M. Ende, Human umbilical cord blood effect on sod mice (amyotrophic lateral
sclerosis), Life Sciences, 26 May 2000, vol. 67, n°1, pp. 53-59.
438
S. Garbuzova-Davis, A. E. Willing, T. Zigova, S. Saporta, E. B. Justen, J. C. Lane, J. E. Hudson, N. Chen, C. D. Davis,
P. R. Sanberg, Intravenous administration of human umbilical cord blood cells in a mouse model of amyotrophic lateral
sclerosis: distribution, migration, and differentiation, Journal of Hematotherapy and Stem Cell Research, June 2003, vol.
12, n°3, pp. 255-270.
439
M. L. Escolar, M. D. Poe, J. M. Provenzale, K. C. Richards, J. Allison, S. Wood, D. A. Wenger, D. Pietryga, D. Wall,
M. Champagne, R. Morse, W. Krivit, J. Kurtzberg, Transplantation of umbilical-cord blood in babies with infantile
Krabbe's disease, The New England Journal of Medicine, 19 May 2005, vol. 352, n°20, pp. 2069-2081.
440
S. Saporta, J. J. Kim, A. E. Willing, E. S. Fu, C. D. David, P. R. Sanberg, Human umbilical cord blood stem cells
infusion in spinal cord injury: engraftment and beneficial influence on behavior, Journal of Hematotherapy and Stem Cell
Research, June 2003, vol. 12, n°3, pp. 271-278.
441
Z. M. Zhao, H. J. Lim H. Y. Liu, S. H. Lu, R. C. Yang, Q. J. Zang, Z. C. Han, Intraspinal transplantation of CD34+
human umbilical cord blood cells after spinal cord hemisection injury improves functional recovery in adult rats, Cell
Transplantation, 2004, vol. 13, n°2, pp. 113-122.
442
S. Kuh, Y. E. Cho, D. H. Yoon, K,N. Kim, Y. Ha, Functional recovery after human umbilical cord blood cells
transplantation with brain-derived neurotrophic factor into the spinal cord injured rat, Acta Neurochirurgica (Wien),
September 2005, vol. 147, n°9, pp. 985-992.
443
K-S. Kang, S. W. Kim, Y. H. Oh, J. W. Yu, K-Y. Kim, H. K. Park, C-H. Song, H. Han, A 37-year-old spinal cord-
injured female patient, transplanted of multipotent stem cells from human UC blood, with improved sensory perception
and mobility, both functionally and morphologically: a case study, Cytotherapy, September 2005, vol. 7, n°4, pp. 368-373.

66
Infarctus myocardique.
Des cellules progénitrices mononucléées de sang de cordon ombilical transplantées dans le
myocarde endommagé de rats après induction d'un infarctus myocardique réduisent
substantiellement la dimension de la zone de l'infarctus et améliorent la fonction ventriculaire (R. J.
Henning et al. , 2004444; Y. Hirata et al. , 2005445). N. Ma et al. , (2005)446 ont rapporté que des
cellules humaines d'UCB administrées par voie intraveineuse dans l'animal porteur d'infarctus
expérimental migrent vers le myocarde infarcté, où elles se greffent, participent à la néoangiogénèse
et améliorent le processus de remodelage.

P. Conclusion

Les cellules souches non embryonnaires, cellules somatiques "adultes" ou cellules souches
du sang de cordon ombilical, sont porteuses de promesses thérapeutiques réelles, testées
expérimentalement sur l'animal, et, en certains, déjà exploitées dans le champ clinique. Les résultats
des injections de cellules souches sont surtout impressionnants dans le champ hématologique, avec
les cellules hématopoïétiques de la moelle osseuse ou les cellules du sang de cordon ombilical,
quand il s'agit de reconstituer le système hémopoïétique d'un sujet après chimiothérapie à hautes
doses ou chimioradiothérapie. Dans les autres cas, quand les cellules souches sont utilisées in vivo,
par injections locales ou par infusion intraveineuse, l'amélioration obtenue est, au maximum,
modérée. Ceci n'est pas pour surprendre, étant donné que les cellules souches adultes sont
habituellement au repos dans l'organisme, dans les conditions du micro-environnement moléculaire
et cellulaire non stimulant de leur "niche", et que leur mise en activité, en cas de lésion de tissu ou
dommage porté à un organe, n'est pas automatique mais dépend de l'équilibre local (signaux) dans
ces niches. Les tendances actuelles de la recherche dans le champ des cellules souches adultes sont
en fait dirigées vers la mise en évidence des différents facteurs d'activation, de mobilisation et de
"homing" de ces cellules.

444
R. J. Henning, H. Abu-ali, J. U. Balis, M. B. Morgan, A. E. Willing, P. R. Sanberg, Human umbilical cord blood
mononuclear cells for the treatment of acute myocardial infarction, Cell Transplantation, 2004, vol. 13, n°7-8, pp. 729-
739.
445
Y. Hirata, M. Sata, N. Motomura, M. Takanashi, Y. Suematsu, M. Ono, S. Takamoto, Human umbilical cord blood
cells improve cardiac function after myocardial infarction, Biochemical and Biophysical Research Communications, 11
February 2005, vol. 327, n°2, pp. 609-614.
446
N. Ma, C. Stamm, A. Kaminski, W. Li, H. D. Kleine, B. Muller-Hilke, L. Zhang, Y. Ladilov, D. Egger, G. Steinhoff,
Human cord blood cells induce angiogenesis following myocardial infarction in NOD/scid-mice, Cardiovascular Research,
1 april 2005, vol. 66, n°1, pp. 45-54.

67
IV
RÉFLEXIONS ÉTHIQUES

Les questions éthiques soulevés par le développement des études sur les cellules souches se
concentrent sur la façon dont sont obtenues ces cellules. Le jugement éthique en ce domaine dépend
donc, surtout, du type de cellule souche considéré.

Il y a encore peu d'études publiées concernant l'utilisation des cellules souches germinales,
EGCs (embryonic germ cells). Une telle utilisation sur des patients impliquerait la récolte des
cellules germinales sur des foetus humains avortés (à cinq-neuf semaines après la fécondation), ce
qui pose le problème éthique du lien entre la thérapie (ou l'étude) projetée et l'avortement du fétus
sur lequel sont prélevées les cellules. Ce prélèvement ne serait moralement acceptable que s'il y a
proportionnalité dans l'intérêt thérapeutique de ces cellules, s'il y n'a pas une autre tactique
thérapeutique de la même valeur à opposer à la pathologie du sujet et si l'on peut faire une
séparation rigoureuse entre avortement et recouvrement des tissus foetaux. Le même raisonnement
vaut pour l'utilisation des cellules souches neurales humaines, qui doivent aussi être recueillies sur
des foetus humains 447. En ce qui concerne le prélèvement des cellules souches "non
embryonnaires", cellules mésenchymateuses de la moelle osseuse ou de la peau, cellules souches
adipeuses ou cellules souches du sang du cordon ombilical, il est clair que leur mode de
prélèvement ne pose pas de problème éthique, si ce n'est qu'il est nécessaire de respecter les règles
du consentement informé. Le problème éthique se concentre donc sur le prélèvement et l'obtention
des cellules souches embryonnaires.

A. Récolte des cellules ES humaines et respect de la vie humaine naissante

Le recouvrement des cellules souches embryonnaires demande leur extraction de la masse


cellulaire interne d'un embryon humain, au stade de blastocyste, ce qui implique la destruction de
l'embryon. Nous sommes donc confrontés, dans ce domaine des cellules ES, avec un problème
éthique sérieux qui concerne le respect de la vie humaine naissante 448. Les opinions sur la moralité
de la recherche sur les cellules ES dépendent donc premièrement de la valeur - anthropologique,
philosophique et morale - que l'on est disposé à reconnaître à l'embryon précoce, avant son
implantation utérine. La question du statut biologique et éthique de l'embryon pré-implantatoire est
donc au centre de ce débat.

1. L'embryon préimplantatoire humain fonctionne et se développe comme une entité


humaine individuelle.

Dans ce domaine du statut de l'embryon avant l'implantation, l'accent doit être clairement
mis sur ce que la biologie elle même indique 449: l'embryon humain, dès le stade de zygote, montre
toutes les caractéristiques d'un nouvel individu humain qui se développe selon son propre projet, de
façon rigoureusement auto-contrôlée qui ne laisse rien au fortuit et à la chance.
447
B. J. Cummings, N. Uchida, S. J. Tamaki, D. l. Salazar, M. Hooshmand, R. Summers, F. H. Gage, A. J. Anderson,
Human neural stem cells differentiate and promote locomotor recovery in spinal cord-injured mice, Proceedings of the
National Academy of Sciences, USA, 27 September 2005, vol. 102, n°39, pp. 14069-14074. See discussion on
xenotransplantation p. 14074.
448
M. Ruiz-Canela, Embryonic stem cell research: the relevance of ethics in the progress of science, Medical Science
Monitor, May 2002, vol. 8. n°5, pp. SR21-SR26. Voir p. SR22.
449
A. Serra, R. Colombo, Identità e statuto dell'embrione umano: il contributo della biologia, in « Identità e Statuto
dell'Embrione Umano», Libreria Editrice Vaticana, 1998, pp. 106-158.

68
Le principe d'unité, d'intégration, d'organisation et de développement propre au zygote et à
l'embryon pré-implantatoire se trouve exprimé au niveau biologique dans le concept d' "organisme",
c'est-à-dire de cette unité biologique de structure, fonction et reproduction qui constitue et
caractérise un être vivant, tout au long de sa vie 450. L'organisme d'une individu donné maintient son
unité et son identité durant tout le parcours de son "cycle vital" pendant que changent
continuellement les éléments matériels qui le constituent. L'embryon préimplantatoire est un
organisme humain pleinement constitué, doué d'autonomie, d'homéostasie, d'auto-direction,
d'autocontrôle, et d'auto-réparation. Il ne peut donc pas être évalué autrement que comme un être
humain individuel qui demande451 plein respect et protection.

2. Arguments contre le caractère individuel de l'embryon humain préimplantatoire

Ceux qui considèrent la recherche sur les cellules ES humaines comme acceptable sur le
plan éthique ne peuvent être d'accord avec la présentation de l'embryon préimplantatoire comme une
entité individuelle. Ils déclarent que les embryons humains précoces, antérieurs au 14 jour suivant
la fécondation, ne peuvent être encore considérés comme des organismes individuels, et ce pour
trois raisons,:
les embryons préimplantatoires montrent une grande flexibilité lorsqu'il sont soumis aux
expérimentations d'ablation ou de fusion de blastomères; ils semblent donc être plutôt des "tas de
cellules", divisibles à volonté que des organismes individuels indivisibles.
Il existe un pourcentage élevé de perte naturelle d'embryons précoces, qui indique que la
nature même n'a pas beaucoup de respect pour ces "oeufs" fécondés452.
Ces embryons précoces peuvent se diviser pour donner des jumeaux, et ce jusqu'au stade de
morula; ils ne peuvent pas donc être considéré comme véritables entités individuelles avant leur
implantation 453.

L'embryon préimplantatoire comme "un tas de cellules"

Le premier argument fourni contre la qualité individuelle de l'embryon humain


préimplantatoire est que un tel embryon, dans les phases initiales de son développement jusqu'à son
implantation sur la paroi de l'utérus maternel, avec le début de gastrulation, est simplement une
"masse de cellules génétiquement humaines", un "tas" de cellules distinctes" qui représentent
chacune une "entité ontologique distincte en simple contact avec les autres" 454. Il a de fait été
montré que, chez les mammifères, au début du développement de l'embryon, il y a un intervalle de
temps, variable d'espèce à espèce, mais ne s'étendant pas au-delà du stade de morula, 4-5 jours après
la fécondation, pendant lequel les cellules de cet embryon - les blastomères - sont totipotentes, c'est
à dire possèdent le plus haut potentiel de développement, vu qu'elles peuvent générer les cellules de
tous les trois feuillets embryonnaires et de tous les tissus extraembrionaires, y compris le placenta.
450
A. Serra, R. Colombo, Identità e statuto dell'embrione umano: il contributo della biologia, in «Identità e statuto
dell'embrione umano», J. Vial Correa, E. Sgreccia eds. , Libreria Editrice Vaticana, Città del Vaticano, 1998, p. 110.
451
A. Serra, The human embryo: a disposable "mass of cell" or a "human being" ?, Medicina e Morale,
Gennaio/Febbraio 2002, vol. LII, n°1, pp. 63-80.
452
T. F. Murphy, The moral significance of spontaneous abortion, Journal of Medical Ethics, June 1985, vol. 11, n°2, pp.
79-83.
453
Cet argument est ainsi exprimé par L. N. Guenin: "The matter comes to rest on one necessary condition of personhood.
Until day 14, the possibility of monozygotic twinning (and recombination) remains. That is, until day 14, identity of an
individual is not established. "
. L. M. Guenin, Morals and Primordials, Science, 1 June 2001, vol. 292, n°5522, pp. 1659-1660.
454
Ceci est la thèse développée par exemple par le Rev. Norman Ford, qui écrit: "We are left with the conclusion that the
early human embryo is really a cluster of distinct individual cells, each one of which is a centrally organized living
individual or ontological entity in simple contact with the others enclosed in the protective zona pellucida".
N. M. Ford, When did I begin ?, Conception of the human individual in history, philosophy and science, Cambridge,
Cambridge University Press, 1988. Voir p. 139.

69
Ces blastomères peuvent, durant cette période, quand ils sont retirés correctement de l'embryon et
mis en culture, donner dans certains cas origine à un individu complet 455. C'est cette totipotentialité
qui explique la capacité particulière des embryons pré-implantatoires à s'adapter aux manipulations
expérimentales, par exemple à l'isolement de blastomères (A. K. Tarkowski, 1959, A. K. Tarkowski
and J. Wroblewska, 1967, J. Rossant, 1976) 456, et à la formation de chimères (A. K. Tarkowski,
1961)457.
Cependant, des études récentes ont montré que l'embryon préimplantatoire de mammifère
est bien plus organisé, comme unité compréhensive, que ce que l'on pensait auparavant. Ces
nouvelles données suggèrent, par exemple, que la détermination des axes de l'embryon des
mammifères est un événement en fait précoce et que un ou plus des trois plans du corps (antéro-
postérieur, dorso-ventrale et gauche-droit) est déjà inscrit dans l'ovocyte avant ou au moment de la
fécondation (R. Gardner, 1997, 2001; K. Piotrowska, M. Zernicka-Goetz, 2001) 458. Par ailleurs, il a
été montré que les deux blastomères qui sont issus de la première division de segmentation peuvent
avoir une destinée différente dans le développement ultérieur de l'embryon. Ils tendent à se
développer en cellules qui vont correspondre soit à la partie embryonnaire du blastocyste (masse
cellulaire interne) soit à ses parties nonembryonnaires (K. Piotrowska and M. Zernika-Goetz, 2001)
459
.
Un second fait qui montre que, au-delà de tout doute, l'embryon préimplantatoire est une
unité intégrée de vie (homéostase), de fonction et de développement est l'apparition des jonctions
serrées (tight junctions) (jonctions imperméables), et des jonctions lacunaires (gap junctions)
(jonctions communicantes)460 entre les différents blastomères, dans la transformation de l'embryon
455
A. K. Tarkowski, Experiments on the development of isolated blastomeres of mouse eggs, Nature, 24 October 1954,
vol. 184, pp. 1286-1287.
456
A. K. Tarkowski, Experiments on the development of isolated blastomeres of mouse eggs, Nature, 24 October 1959,
vol. 184, pp. 1286-1287.
. A. K. Tarkowski, J. Wroblewska, Development of blastomeres of mouse eggs isolated at the 4- and 8-cell stage, Journal
of Embryology and Experimental Morphology, August 1967, vol. 18, n°1, pp. 155-180.
. J. Rossant, Postimplantation development of blastomeres isolated from 4- and 8-cell mouse eggs, Journal of Embryology
and Experimental Morphology, October 1976, vol. 36, n°2, pp. 283-290.
457
A. K. Tarkowski, Mouse chimaeras developed from fused eggs, Nature, 3 June 1961, vol. 190, pp. 857-860.
458
Richard Gardner a été le premier (1997) à apporter preuve de ce que les ovocytes de souris possèdent une polarité qui
correspond de près au futur plan de l'embryon. Une seconde ligne de réflexion concernant l'existence d'une polarité chez le
zygote est venue de K. Piotrowska et M. Zernika-Goetz (2001). Pour ces derniers auteurs, la configuration de l'embryon
serait donnée au moment de la fécondation. Le méridien créé par le point de pénétration du spermatozoïde spécifierait le
second axe embryonnaire. L'organisation du blastocyste se traduirait ensuite dans la configuration axiale de l'embryon après
son implantation.
. R. L. Gardner, The early blastocyst is bilaterally symmetrical and its axis of symmetry is aligned with the animal-vegetal
axis of the zygote in the mouse, Development, January 1997, vol. 124, n°2, pp. 289-301.
. K. Piotrowska, M. Zernicka-Goetz, Role of sperm in spatial patterning of the early mouse embryo, Nature, 25 January
2001, vol. 409, n°6819, pp. 517-521.
. R. L. Gardner, Specification of embryonic axes begins before cleavage in normal mouse development, Development,
March 2001, vol. 138, n°6, pp. 839-847.
. H. W. Denker, Early human development: new data raise important embryological and ethical questions relevant for
stem cell research, Naturwissenschaften, January 2004, vol. 91, n°1, pp. 1-21.
459
K. Piotrowska, F. Wianny, R. A. Pedersen, M. Zernicka-Goetz, Blastomeres arising from the first cleavage division
have distinguishable fates in normal mouse development, Development, October 2001, vol. 128, n°19, pp. 3739-3748.
460
Jusqu'au stade de huit cellules, les blastomères sont associés de façon relativement lâche à l'intérieur de l'espace enceint
par la zona pellucida. Puis, au trosième jour après la fécondation, la troisième division de segmentation porte à 16 le
nombre de blastomères. A ce moment, l'espace inbtercellulaire se rétréci, les cellules commencent à adhérer plus
rigoureusement entre ells, formant une masse cellulaire étroitement organisée, la morula (appelée ainsi parce qu'elle a
l'aspect d'une petite mûre). Faisant ainsi, les clelules augmentent au maximum leur zone de contact. De plus, se forment
entre elles des complexes de jonction intercellulaire particuliers, appellés jonctions serrées (tight junctions) (jonctions
imperméables), et jonctions lacunaires (gap junctions) (jonctions communicantes) qui favorisent un transfert intercellulaire
rapide d'ions et de molécules signaux. Les jonctions serrées (tight junctions) (T. Ducibella et al. ,1975; T. P. Fleming et al.
, 2000) sont lew premier pas vers l'instauration de la polarité cellulaire et l'ouverture de la cavité du blastocèle. La
formation des jonctions lacunaires (gap junctions) donne le coup d'envoi à l'établissement de nouvelles connexions

70
primitif en morula. Ces jonctions favorisent un transfert intercellulaire rapide d'ions et de molécules
signaux. L'importance de ce développement de la communication entre les blastomères est mise de
plus en relief par la survenue de la compaction et de la polarisation dans la morula.
Un troisième aspect qui souligne le caractère individuel de l'embryon avant l'implantation est
son autonomie fonctionnelle et de développement, permise par l'activation rapide d'une transcription
sélective de la part des gènes de son propre génome, durant le processus de l'"activation génomique
du zygote" ("zygotic gène activation") (activation transcriptionnelle du génome zygotique). C'est ce
processus, guidé par la reprogrammation épigénétique dans le zygote et par les gènes spécifiques
pour la totipotentialité, en particulier Oct4, puis Nanog, qui donne aux blastomères leur
totipotentialité, leur permettant de commencer à se différencier au stade de blastocyste.
Pour toutes ces raisons, l'opinion selon laquelle les embryons précoces, avant l'implantation,
ne sont qu'un "groupe de cellules", ne peut plus être valablement soutenue aujourd'hui.

L'élimination naturelle de la plus grande partie des embryons avant l'implantation.

Un autre argument contre le caractère individuel de l'embryon humain préimplantatoire est


celui du pourcentage élevé de la perte spontanée précoce de grossesse qui se vérifie chez toutes les
femmes. Même si les données à ce sujet varient largement d'un auteur à l'autre (21% pour M.
Chartier et al. , 1979; 43% pour J. F. Miller et al. (1980); 61. 9% pour D. K. Edmonds et al, 1982;
31% pour A. J. Wilcox et al. , 1985)461, il est clair qu'une grande partie des embryons conçus sont

intercellulaires qui sont démontrées par le couplage des ions et les passages intercellulaires de molécules de moyenne
dimension. Le couplage intercellulaire des jonctions lacunaires (C. W. Lo et al. , 1979; S. Lee et al. , 1987) au travers des
canaux formés par les protéines connexin (P. A. De Sousa et al. ,1993), permet la comunication directe entre les cellules et
a été impliqué comme médiateur important pour le passage des signaux, de cellule à cellule. Au travers de ces jonctions
lacunaires les cellules s'échangent des métabolites de bas poids moléculaire et des seconds messagers (molécules qui
relaient les signaux reçus par les récepteurs de la surface cellulaire pour les cibler vers les molécules clefs dans le cytosol
ou le noyau), ce qui facilite le processus de l'homéostasie et du développement (F. D. Houghton et al. , 2002). L'agent
principal dans l'adhésion cellulaire est la protéine E-cadherin, qui est synthétisée dans l'embryon a partir du stade à deux
cellules.
. T. Ducibella, D. F. Albertini, E. Anderson, J. D. Biggers, The preimplantation mammalian embryo: characterization of
intercellular junctions and their appearance during development, Developmental Biology, August 1975, vol. 45, n°2, pp.
231-50.
. C. W. Lo, N. B. Gilula, Gap junctional communication in the preimplantation mouse embryo, Cell, October 1979, vol.
18, n°2, pp. 399-409.
. S. Lee, N. B. Gilula, A. E. Warner, Gap junctional Communication and Compaction during Preimplantation Stages of
Mouse Development, Cell, 4 December 1987, vol. 51, n°5, pp. 851-860.
. P. A. De Sousa, G. Valdimarsson, B. J. Nicholson, G. M. Kidder, Connexin trafficking and the control of gap junction
assembly in mouse preimplantation embryos, Development, April 1993, vol. 117, n°4, pp. 1355-1367.
. T. P. Fleming, M. R. Ghassemifar, B. Sheth, Junctional complexes in the early mammalian embryo, Seminars in
Reproductive Medicine, 2000, vol. 18, n°2, pp. 185-193.
. F. D. Houghton, K. J. Barr, G. Walter, H-D. Gabriel, R. Grümmer, O. Traub, H. J. Leese, E. Winterhager, G. M. Kidder,
Functional Significance of Gap Junctional Coupling in Preimplantation Development, Biology of Reproduction, May
2002, vol. 66, n°5, pp. 1403-1412.
461
On a constaté depuis déjà plusieurs décennies qu'environ 14% des grossesses reconnues cliniquement se terminent par
un avortement spontané. Il est probable que le pourcentage réel de ces avortements est plus élevé, autour de 27. 6% (A. I.
Hertig) si l'on tient compte des grossesses qui se sont terminé rapidement, sans que la femme se soit rendu compte de la
conception (G. D. Braunstein et al. , 1977). On s'est rendu compte de l'inefficacité relative de l'espèce humaine à arriver à
la naissance d'un nouveau né vivant lorsque l'on a confronté le nombre des grossesses enregistrées en Angleterre en 1970 et
le nombre des grossesses qui auraient pu se développer selon le calcul des cycles ovulatoire fertiles et exposés à une
relation sexuelle durant la même année et pour la même population (J. Roberts et al. , 1975). Comme seulement 22% des
cycles qui pouvaient fournir une grossesse ont abouti à la naissance d'un enfant vivant, les auteurs de cette étude
demandaient: "Where have all the conceptions gone ?". L'étude de la gonadotrophine chorionique dans le sérum et dans les
urines (serum and urinary human chorionic gonadotropin (hCG) chez les couples normaux, qui avaient des rapports
sexuels réguliers, a permis de répondre à cette question en montrant qu'effectivement beaucoup de fécondations se
vérifiaient qui n'aboutissaient pas à une grossesse cliniquement reconnue, et qui, de ce fait, étaient ignorées des femmes en
cause. Un tel phénomène a été appelé "pregnancy loss" ou "pregnancy wastage" pour le différencier des avortements

71
perdus avant même que la grossesse soit reconnue du point de vue clinique. Quelques-uns en ont
tiré l'idée qu'un embryon ne devrait pas être considéré comme apte à vivre tant qu'il n'a pas réussi à
s'implanter in utero. Ce serait ainsi le succès de l'implantation qui permettrait, pour eux, de parler
d'"embryon. " Avant celui-ci, on ne devrait parler que d'"ovocyte fécondé", de manière prudentielle.
Dans le but d'attribuer de façon sûre la qualification d'"embryon" à l'être en développement, en le
distinguant du "pré-embryon", ces scientifiques ont trouvé que la date du 14jour après la
fécondation semblait la plus adéquate pour servir de seuil de distinction. En 1979, pour la première
fois, le 14 jour après la fécondation a été proposé par l'Ethics Advisory Board (DHEW) des États-
Unis pour être pris comme point de départ de la vie de l'embryon. Le DHEW raisonna que
seulement l'implantation, avec l'établissement de la nutrition de l'embryon au travers du placenta
maternel, donne à l'embryon sa chance de survie. Cependant, cette considération mathématique
manque de reconnaître que la plus grande partie de ces "pertes spontanées" d'embryons se produit
quand les embryons sont défectueux, affectés d'une anomalie génétique ou chromatique 462. Décider
précoces ordinaires, reconnus par les mères. A partir d'une étude des LH-hCG dans 321 cycles de 137 femmes infertiles,
M. Chartier et al. (1979) avaient trouvé que le pourcentage de ces cas tournait autour de 21%. Mais J. F. Miller et al.
(1980), étudiant les hCG dans les urines, ont trouvé un pourcentage de perte spontanée d'embryons bien plus élevé, de
l'ordre de 43%, la majorité d'entre eux n'étant pas reconnus cliniquement. Utilisant aussi le critère des hCG, D. K. Edmonds
et al. (1982) arrivèrent à un pourcentage de perte d'embryons de 61. 9%. avant la 12ième semaine, avec une fécondabilité
estimée entre 22% et 27%; 91. 7% de ces pertes survenaient sans signes cliniques, à l'insu de la mère. Un tel pourcentage
paru toutefois excessif à A. J. Wilcox et al. (1985). Ceux-ci ne trouvèrent, sur un total de trente sujets étudiés, que quatre
cas avec une élévation des hCG dans les urines suivi d'un retour à la normale chez le 30 femmes qu'il avaient étudiées. Ces
auteurs (1988), étudiant le taux des hCG dans les urines trouvèrent un taux de perte de grossesse après implantation de 31%
dans un groupe de 221 femmes en bonne santé, qui voulaient concevoir. La plus grande part de ces 40 femmes qui avaient
ainsi présenté une perte de grossesse non reconnue avaient une fertilité normale, et 95% d'entre elles sont par la suite
devenues enceintes. M. J. Zimmerman et al. , étudiant les hCG dans le sérum et les urines de 200 couples ont aussi trouvé
une perte précoce, estimée à 31% des embryons (1996). Ces auteurs avaient trouvé une efficacité de reproduction pour
l'homme d'environ 30% par cycle. N. J. Ellish et al. (1996), étudiant les hCG de 217 femmes, situèrent le pourcentage de
perte précoce spontanée d'embryons entre 11% et 26. 9%. A. J. Wilcox et al. (1999), étudiant les hCG urinaires chez 221
femmes, rapportèrent une perte précoce d'embryons de 25% (d'un minimum de 13% dans les d'implantation précoce à un
maximum de 26% dans les cas d'implantation tardive).
. J. Roberts, R. Lowe, Where have all the conceptions gone ?, The Lancet, 1975, vol. I, pp. 498-500.
. G. D. Braunstein, W. G. Karow, W. D. Gentry, M. E. Wade, Subclinical Spontaneous Abortion, Obstetrics and
Gynecology, July 1977, vol. 50, n°1 (Supplement), pp. 41S-44S.
. M. Chartier, M. Roger, J. Barrat, B. Michelon, Measurement of plasma human chorionic gonadotrophin (hCG) and β-
hCG activities in the late luteal phase: evidence of the occurrence of spontaneous menstrual abortions in infertile women,
Fertility and Sterility, February 1979, vol. 31, n°2,, pp. 134-137.
. J. F. Miller,J. G. Grudzinskas, a. Sykes, Fetal loss after implantation, The Lancet, 13 September 1980, vol. II, n°8194,
pp. 555-556.
. D. K. Edmonds, K. S. Lindsay, J. F. Miller, E. Williamson, P. J. Wood, Early embryonic mortality in women, Fertility
and Sterility, October 1982, vol. 38, n°4, pp. 447-453.
. A. J. Wilcox, C. R. Weinberg, R. E. Wehmann, E. G. Armstrong, R. E. Canfield, B. C. Nisula, Measuring early
pregnancy loss: laboratory and field methods, Fertility and Sterility, September 1985, vol. 44, n°3, p. 366-374.
. A. J. Wilcox, C. R. Weinberg, J. F. O'Connor, D. D. Baird, J. P. Schlatterer, R. E. Canfield, E. G. Armstrong, B. C.
Nisula, Incidence of early loss of pregnancy, The New England Journal of Medicine, 28 July 1988, vol. 319, n°4, pp. 189-
194.
. M. J. Zinaman, E. D. Clegg, C. C. Brown, J. O'Connor, S. G. Selevan, Estimates of human fertility and pregnancy loss,
Fertility and Sterility, March 1996, vol. 65, n°3, pp. 503-509.
. M. J. Ellish, K. Saboda, J. O'Connor, P. C. Nasca, E. J. Stanek, C. Boyle, A prospective study of early pregnancy loss,
Human Reproduction, February 1996, vol. 11, n°2, pp. 406-412.
. A. J. Wilcox, D. D. Baird, C. R. Weinwerg, Time of implantation of the conceptus and loss of pregnancy, The New
England Journal of Medicine, 10 June 1999, vol. 340, n°23, pp. 1796-1799.
462
L'introduction d'une méthode de dosage plus sensible des hCG a permis d'explorer la "boîte noire" de ces grossesses
perdues précocement (N. S. Macklon et al. , 2002), et a montré qu'il s'agissait effectivement de perte de grossesse plutôt
que d'échecs de conception. Les études cytogénétiques ont montré que la majeure partie de ces pertes avant ou après
l'implantation sont associées à des anomalies chromosomiques dans les gamètes et dans l'embryon (aneuploidie en
particulier, et aussi polyploïdie, trisomie autosomique et autres).
. N. S. Macklon, J. P. M. Geraedts, B. C. J. M. Fauser, Conception to ongoing pregnancy; the "black box" of early
pregnancy loss, Human Reproduction Update, July/August 2002, vol. 8, n°4, pp. 333-343.

72
que des embryons normaux, qui s'implantent bien et dans le temps juste, ne sont pas des embryons
parce que d'autres embryons, défectueux, sont éliminés par la nature elle même, paraît abusif.

L'argument des jumeaux monozygotes

L'argument qui est le plus souvent présenté pour dénier à l'embryon pré-implantatoire son
individualité est celui des jumeaux monozygotes. Le fait même de l'existence des "vrais jumeaux",
qui ont le même phénotype et le même génotype, semble constituer une contradiction vis-à-vis de la
thèse qui accorde un statut individuel à l'embryon précoce: on dit que, si un embryon peut donner
deux embryons, alors cet embryon ne peut pas être un être individuel.
Un premier commentaire doit être fait à ce propos: la gémellarité monozygotique est très
rare et peut être considérée comme une exception fortuite 463: approximativement 1 sur 330
naissances spontanées d'enfants vivants est une naissance de jumeaux monozygotes464; 99. 99% des
zygotes se développent comme un organisme unique 465. Il n'existe aucun modèle animal, arrivant de
façon naturelle, de gémellarité monozygotique, à part le cas des armadillos 466. Chez la souris, la
conception spontanée de jumeaux monozygotes semble très rare, avec moins de 1 sur 1000 couples
de jumeaux survivant jusqu'à la naissance467. Ceci veut dire que le zygote normal, bien constitué et
sans lésion, se développe en règle comme un individu unique.
Le gémellarité monozygotique demeure quelque chose de mal documenté au niveau
biologique, mais qui reçoit quelque éclairage de ce qui peut être obtenu expérimentalement avec les
embryons précoces, en profitant de la totipotence des blastomères dans les premiers stades de la
période des divisions de segmentation. La division d'un blastomère totipotent en deux cellules ou
davantage en plus des divisions de segmentation, déjà programmées, ne se produit pas
spontanément: elle doit être provoquée par l'expérimentateur. Une telle division ne contredit pas la
continuité du développement embryonnaire, et ne contredit pas l'identité individuelle de l'embryon
soumis à la manipulation. Le même doit être vrai pour le gémellarité spontanée: elle doit arriver de
façon accidentelle, à cause de l'intervention de quelque facteur extérieur. Elle ne vient pas du
programme de développement de l'embryon. La gémellarité monozygote peut être produite chez
l'animal par exposition à un toxique ou à un facteur mutagène ou par manipulations de la zone
pellucide (la zone dite tampering)468.
La raison pour laquelle surviennent les grossesses gémellaires n'est pas claire 469. En premier
lieu, on a suggéré que la gémellarité monozygote pourrait se produire spontanément à cause d'un
dommage intéressant la masse cellulaire interne de l'embryon, avec l'apparition consécutive de deux

463
cf. J. J. Billings, "When did I begin" by Norman M. Ford. DSDB, Cambridge University Press, Anthropotes, Maggio
1989, vol. 5, n°1, pp. 119-127.
464
J. G. Hall, Twinning, The Lancet, 30 August 2003, vol. 362, n°9385, pp. 735-743, voir p. 738.
465
P. M. Layde, J. D. Erickson, A. Falek, B. J. McKarty, Congenital malformations in twins, American journal of Human
Genetics, 1980, vol. 32, pp. 69-78.
. H. J. Landy, S. Weinert, S-L. Corson, F. R. Batzer, R. J. Bolognese, The "vanishing" twin: ultrasonographic assessment
of fetal disappearance in the first semester, American Journal of Obstetrics and Gynecology, 1986, vol. 155, pp. 14-19.
466
J. G. Hall, Twinning, op. cit. voir p. 738.
467
J. G. Hall, Twinning, The Lancet, 30 August 2003, vol. 362, n°9385, pp. 735-743, voir p. 738.
468
La thèse selon laquelle la zone pellucide jouerait un rôle notable dans la survenue de certaines des grossesses
gémellaires constatées après fécondation artificielle est une hypothèse attirante, mais qui n'est pas totalement prouvée.
Selon cette proposition, il y aurait un lien entre manipulations de la zone pellucide et grossesse monozygote. L'induction de
l'ovulation a été aussi mise en rapport avec la survenue d'altérations in vivo de la zone pellucide, qui faciliteraient
l'apparition d'une grossesse gémellaire monozygote.
. E. S. Sills, M. J. Tucker, G. D. Palermo, Assisted reproductive technology and monozygotic twins: implications for future
study and clinical practice, Twin Research, December 2000, vol. 3, n°4, pp. 217-223.
469
J. G. Hall, Twinning: mechanisms and genetic implications, Current Opinion in Genetics and Development, June 1996,
vol. 6, n°3, pp. 343-347.
. G. Steinman, The mechanism initiating and controlling monozygotic twining in humans remains to be elucidated, Twin
Research, December 2000, vol. 3, n°4, p. 337.

73
points de croissance dans cette masse, chacun donnant origine à un individu séparé; cela semble être
le cas chez certains animaux 470. Cependant, il y n'a aucune évidence d'un tel processus dans l'espèce
humaine. En second lieu, il y a une limite de temps dans la grossesse à son début en deça de laquelle
peut se produire une grossesse gémellaire, et au-delà de laquelle aucune gémellarité n'est possible.
Chez l'homme, la gémellarité monozygote ne peut se produire au-delà de la deuxième semaine après
la fécondation. Cela peut être rapporté à la fin de la "transition zygotique", avec l'élimination de ce
qui reste des transcrits maternels dans le cytoplasme des cellules de l'embryon. Cette limite de la
gémellarité chez l'homme pourrait aussi être mise en relation avec le début de la différenciation des
blastomères et la perte progressive de leur totipotence. La "totipotence" des premiers blastomères,
responsable en partie du phénomène de gémellarité, disparaît en effet rapidement. Elle ne persiste
pas dans ces cellules au-delà du stade de 64 cellules.
Des études récentes 471 sur les mécanismes qui conduisent à la gémellarité ont clarifié le
processus qui est impliqué dans le phénomène. Elles montrent qu'en quelque partie de
l'embryoblaste (bouton embryonnaire), induit par une aberration ( un retard chromosomique dans
l'anaphase ou un crossing-over mitotique472, survenant entre le quatrième et le septième jour après la
fécondation), un nouvel individu commence son propre cycle de vie à l'intérieur de l'embryon lui
même. Il y avait un individu humain, et maintenant nous avons deux individus humains, un qui est
l'embryon primaire et le second qui s'est développé à partir de quelques cellules de ce premier
embryon, avec son propre caractère individuel. Il ne s'agit pas d'un embryon indéterminé, hésitant,
qui se divise pour produire deux embryons mais il y a au début un embryon unique, et puis un
second apparait qui dérive de quelques cellules du premier 473. Cette thèse trouve sa confirmation
dans de nombreuses études récentes qui soulignent les discordances génétiques et épigénetiques
entre les jumeaux monozygotes474. En effet, la plus grande partie des jumeaux monozygotes ne sont
pas identiques; il peut y avoir des différences notables entre eux en ce qui concerne le poids de
naissance et les anomalies congénitales475. Les jumeaux monozygotes présentent par exemple un
470
J. G. Hall, Twinning, The Lancet, 30 August 2003, vol. 362, n°9385, pp. 735-743, voir p. 739.
471
C. E. Blokage, On the timing of monozygotic twinning events, Progress in clinical and Biological Research, 1981, vol.
69(A), pp. 155-165.
. C. E. Blokage, Twinning, non righthandedness and fusion malformation: evidence for heritable causal elements held in
common, American Journal of Medical Genetics, 1987, vol. 28, pp. 67-84.
472
G. B. Coté, J. Gyftodimou, Twinning and mitotic crossing over: some possibilities and their implications, American
Journal of Human Genetics, 1991, 49: 120-130.
473
Une explication possible d'un tel phénomène est que les cellules à l'intérieur du blastocyste pourraient se développer de
telle manière qu'elles deviendraient discordantes entre elles, se reconnaissant comme étrangères les unes par rapport aux
autres, et utilisant des mécanismes de reconnaissance cellulaire pour constituer deux masses cellulaires distinctes. Ceci
pourrait survenir à l'occasion, par exemple, d'une mutation dans une cellule, d'un changement dans le nombre des
chromosomes ou d'un changement dans le contrôle (épigénétique) de l'imprinting. Cette possibilité suggère que la majeure
partie des jumeaux monozygotes, bien qu'ayant en commun la plus grande partie de leur information génétique, ont de
petites, mais reconnaissables, différences entre eux (peut être sous la forme d'une mosaïque) qui seraient reconnaissables
par les techniques moléculaires actuelles.
. J. G. Hall, Twinning: mechanisms and genetic implications, Current Opinion in Genetics and Development, June 1996,
vol. 6, n°3, pp. 343-347.
. J. G. Hall, Twinning, The Lancet, 30 August 2003, vol. 362, n°9385, pp. 735-743, voir p. 741.
474
T. Hassold, Mosaic trisomic in human spontaneous abortions, Human Genetics, 1982, vol. 61, pp. 31-35.
. C. E. Schwartz, S. M. Sauer, A. M. Brown, R. A. Saul, R. F. Stevenson, Detection of DNA fingerprint differences in
monozygotic twins discordant for the Proteus syndrome, Cytogenetics and Cell Genetics, 1989, vol. 51, p. 1075.
. A. Petronis, Gottesman II, P. Kan, J. L. Kennedy, V. S. Basile, A. D. Paterson, V. Popendikyte, Monozygotic twins
exhibit numerous epigenetic differences: clues to twin discordance ?, Schizophrenia Bulletin, 2003, vol. 29, n°1, pp. 169-
178.
475
I. A. Uchida, D. J. DeSa, D. T. Whelan, 45,X/46,XX mosaicism in discordant monozygotic twins, Pediatrics, March
1983, vol. 71, n°3, pp. 413-417. . W. J. Watson, V. L. Katz. S. G. Albright, K. W. Rao, A. S. Aylsworth, Monozygotic
twins discordant for partial trisomy 1, Obstetrics and Gynecology, November 1990, vol. 76, n°5 Pt. 2, pp. 949-951.
. G. A. Machin, Some causes of genotypic and phenotypic discordance in monozygotic twin pairs, American Journal of
Medical Genetics, 22 January 1996, vol. 61, n°3, pp. 216-228.
. J. G. Hall, Twinning: mechanisms and genetic implications, Current Opinion in Genetics and Development, June 1996,

74
haut degré de discordance au niveau des traits et des désordres complexes 476, et toutes les
discordances ainsi observées ne sont pas dues à de simples différences d'environnement 477. Divers
jumeaux monozygotes identiques, pratiquement toujours de sexe féminin, se sont montrés
discordants, par exemple, pour le syndrome de Beckwith-Wiedemann 478. Les cas les plus
impressionnants qui illustrent la correction de cette thèse des deux programmes-deux individus
différents dans la gémellarité monozygote sont ceux où l'un des jumeaux a un caryotype de 47
chromosomes et un syndrome de Down, alors que l'autre a un caryotype normal avec 46
chromosomes et un phénotype normal 479. Il est clair qu'une ségrégation anormale du chromosome
21 a conduit à une trisomie 21 dans le premier jumeau premier, tandis que la lignée cellulaire qui
s'est développée pour former le second embryon était normale. Le premier individu, avec trisomie
21, poursuit le cours de son développement pendant que le second démarre son propre cycle vital
immédiatement après que le nouveau programme de développement soit devenu indépendant du
premier. Même si les connaissances sur le phénomène de la gémellarité ne sont pas encore
suffisamment claires pour que l'on soit absolu sur ces constatations, ces dernières données sont
importantes et ne peuvent pas être aisément ignorées.

3. Le "point de vue du développement" dans l'approche du statut moral de l'embryon


humain

Outre ces arguments classiques contre le caractère individuel de l'embryon humain avant son
implantation utérine, il existe tout un courant de pensée, que l'on pourrait qualifier
d'"évolutionniste", qui a fait son chemin dans la mentalité de nombreux scientifiques et aussi de
quelques bioéthiciens connus. Selon ce courant un "être humain", reconnu comme tel
biologiquement, ne devrait pas être considéré de cette façon en ce qui concerne les droits humains
tant qu'il n'a pas atteint un niveau d'"humanisation" jugé adéquat par consentement unanime.
Cette "perspective" du développement de la vie humaine peut être adoptée à un niveau
biologique. Mais elle est aussi, et plus fréquemment encore, adoptée à un niveau purement "moral",
sans considération pour la biologie.
Ceux qui soutiennent la "perspective" du développement pour définir l'état des embryons
humains d'un point de vue biologique considèrent que, effectivement, le développement de
l'embryon-foetus est progressif, continu, un stade préparant le suivant. Ils jugent comme injustifiée,
vol. 6, n°3, pp. 343-347.
. M. Munar-Qués, J. L. Pedrosa, T. Coelho, L. Gusmao, R. Seruca, A. Amorim, J. Sequeiros, Two pairs of proven
monozygotic twins discordant for familial amyloid neuropathy (FAP) TTR Met 30, Journal of Medical Genetics, August
1999, vol. 36, n°8, pp. 629-632.
. E. Brodtkorb, Monozygous Twins Discordant for Epilepsy, Annals of Neurology, January 2002, vol. 51, n°1, p. 137.
. B. Gilbert, C. Yardin, S. Briault, V. Belin, A. Lienhardt, Y. Aubart, J. Battin, M. Servaud, H. J. Philippe, D. Lacombe,
Prenatal diagnosis of female monozygotic twins discordant for Turner syndrome: implications for prenatal genetic
counseling, Prenatal Diagnosis, August 2002, vol. 22, n°8, pp. 697-702.
. J. H. Friedman, M. E. Trieschmann, R,H. Myers, H. H. Fernandez, Monozygotic twins discordant for Huntington disease
after 7 years, Archives of Neurology, June 2005, vol. 62, n°6, pp. 995-997.
476
J. G. Hall, Twinning, The Lancet, 30 August 2003, vol. 362, n°9385, pp. 735-743, voir p. 738.
477
S. M. Singh, B. Murphy, R. O'Reilley, Epigenetic contributors to the discordance of monozygotic twins, Clinical
Genetics, August 2002, vol. 62, n°2, pp. 907-103.
478
R. Weksberg, C. Shuman, O. Caluseriu, A. C. Smith, Y. L. Fei, J. Nishikawa, T. L. Sockley, L. Best, D. Chitayat, A.
Olney, F. Ives, A. Schneider, T. H. Bestor, M. Li, P. Sadowski, J. Squire, Discordant KCNQ1OT1 imprinting in sets of
monozygotic twins discordant for Beckwith-Wiedemann syndrome, Human Molecular Genetics, 15 May 2002, vol. 11,
n°11, pp. 1317-1325.
479
J. G. Rogers, S. M. Voullaire, H. Gold, Monozygotic twins discordant for trisomy 21, American Journal of Human
Genetics, 1982, vol. 11, pp. 143-146.
. S. Gilgenkrantz, C. Janot, Monozygotic twins discordant for trisomy 21 or chimeric dizygotic twins ?, American Journal
of Medical Genetics, May 1983, vol. 15, n°1, pp. 159-160.
. C. P. O'Donnell, M. D. Pertile, L. J. Sheffield, A. Sampson, Monozygotic twins with discordant karyotypes: a case report,
The Journal of Pediatrics, , September 2004, vol. 145, n°3, pp. 406-408.

75
arbitraire, la définition d'un seuil dans ce développement, seuil qui permettrait de nier la qualité
d'êtres humains aux embryons qui ne sont pas arrivés encore à ce seuil, et de les détruire si besoin
est. Mais ils considèrent qu'il serait irraisonné d'accorder la qualité de "personne" à des êtres
humains qui ne sont pas encore pleinement réalisés physiquement. Ils disent que, dans le passé, il
était possible d'utiliser l'argument du "potentiel" pour revendiquer certains droits pour de tels
embryons, en se basant sur le fait que la "fin" (le phénotype terminal) serait déjà contenue dans le
début (le programme de développement contenu dans le zygote). Mais, ajoutent-ils, cette position
n'est plus soutenable aujourd'hui, maintenant que nous savons que l'ADN n'est pas tout et que
d'autres facteurs, en particulier épigénétiques, peuvent intervenir dans le développement de
l'embryon qui n'étaient pas prévus au départ. C'est ainsi que C. Alonso 480 prend argument du
"dialogue" entre la mère et l'embryon, avant l'implantation, pour dire que la "réalité ontologique" de
cet embryon pourrait changer au cours de son développement, sous l'influence de certaines
informations reçues de la mère. Pour ces auteurs "l'entité finale - la personne humaine" - ne serait
pleinement réalisée que lorsque l'entité finale aurait dépassé le temps de son "auto-organisation" 481.
Inutile de le dire, les arguments biologiques de cette thèse sont plutôt faibles, vu que l'épigénétique
n'est pas un système particulier de contrôle de la transcription qui serait indépendant de l'ADN, mais
est au service de l'ADN, agissant en fonction des demandes qui viennent de l'ADN. L'épigénétique
devient un problème quand elle est dérangée par un phénomène non inscrit dans l'ADN, par
exemple un transfert de noyau pour clonage. Mais l'erreur de ceux qui soutiennent ce "nouveau
paradigme" de la "suffisance constitutionelle" (constitutional sufficiency) n'est pas tant biologique
qu'anthropologique: la qualité "ontologique" d'un être vivant donné, qui définit l'être propre de cet
"étant", advient avec le début de la vie de cet être, et ne change pas par la suite, s'il s'agit
véritablement de qualité ontologique, parce que l'être d'un existant donné ne change pas, une fois
que cet existant a fait son entrée dans le temps et la matière. Le phénotype de cet être peut prendre
des formes très variées, mais cet être ne cesse pas d'être lui même. Le "principe" d'unité (dans la
réalisation, le développement et la poursuite de l'existence) qui dirige la vie d'un organisme
déterminé est de nature ontologique, et c'est lui qui inspire la réalisation concrète de l'organisme, au
travers de ses diverses transformations. Ce principe dépasse la multiplicité des facteurs génétiques,
épigénétiques, de signaux maternels et d'environnement, en utilisant cette multiplicité pour arriver
son but. Il y n'a pas, et cela même chez l'adulte, une "stabilité" biologique: la stabilité de l'être vivant
ne peut être trouvée que dans ce principe ontologique, dans cet "être" qui maintient l'identité et
l'individualité de l'organisme correspondant au travers des multiples formes que peut prendre cet
organisme, en fonction de l'environnement et de l'âge.

La seconde "perspective du développement", plus fréquemment soutenue, s'intéresse


seulement au statut moral de l'embryon humain. Les auteurs qui s'en inspirent (E. Juengst, M.
Fossel, 2000)482 soutiennent que chaque individu acquiert différents intérêts moraux, droits et rôles,
et donc un état moral plus élevé, lorsqu'il développe sensibilité, conscience, et relations avec les
autres. L'acquisition de ces propriétés justifie les droits qui sont reconnus à cet individu et la
protection qui lui est garantie. L'embryon précoce n'a pas encore développé de telles propriétés. Les
partisans de la "perspective du développement" sur le plan moral reconnaissent en conséquence une
valeur à l'embryon précoce, pré-implantatoire, mais une valeur seulement "symbolique", en relation
avec leur qualité de "débuts humains"(human beginnings) qui, disent-ils, mérite "un profond
respect". Ceci a été la position soutenue par le NIH Human Embryo Research Panel, dans ses

480
C. Alonso, An ontological view of the human embryo. a paradigm, European Journal of Endocrinology, November
2004, vol. 151, suppl. 3, pp. U17-U24.
481
"the terminal entity - the human person -" would only be "achieved when the terminal entity has gone through the space
and time period of its auto-organization", ibid. , p. U23.
482
E. Juengst, M. Fossel, The Ethics of Embryonic Stem Cells - Now and Forever, Cells without End, JAMA, 27
December 2000, vol. 284, n°24, pp. 3180-3184.

76
recommandations de 1994 sur la recherche avec embryons humains 483. J. A. Robertson (1995)484,
commentant ce Rapport, qualifia les controverses relatives à la recherche sur les embryons humains
des "luttes avant tout sur des problèmes symboliques"(primarily fights over symbolic issues). Cette
même idée à propos de la valeur symbolique des embryons pré-implantatoire est reprise par A.
McLaren en ces termes "L'embryon précoce pourrait être considéré comme ayant une valeur
symbolique, en tant que personne humaine potentielle, et de ce fait digne de respect" 485. Ce
qu'implique dans la pratique ce "respect profond" que ces auteurs éprouvent vis-à-vis des embryons
pré-implantatoires n'est par contre pas très clair 486. Les partisans de la recherche sur les cellules
souches embryonnaires disent que le "respect profond" signifie que les chercheurs ne devraient pas
endommager ou faire de tort aux embryons humains, considérés comme sujets humains
"incompétents" (n'ayant pas le jugement nécessaire pour décider de leur propre sort), tout en opérant
sur eux; mais ils ajoutent immédiatement que "l'embryon est trop rudimentaire pour avoir des
intérêts ou des droits, et de ce fait ne peut pas être endommagé ou offensé moralement lorsqu'il est
utilisé en recherche. De ce fait, les règles éthiques pour la recherche sur les sujets incompétent ne
s'appliquent pas (à lui)"487. Dans le même temps, le "respect profond" pour les embryons humains
sera exprimé par la formulation de quelques règles, en sorte que les embryons humains ne soient pas
traités comme un matériel biologique quelconque "à cause du lien qui existe entre eux et les
attitudes de protection vis-à-vis de la vie humaine" ( because of their close connection with
protecting attitudes toward human life)488. Cette "perspective" du développement appliquée au statut
moral de l'embryon humain vient d'une base rationnelle utilitariste dans laquelle on n'accorde pas de
considération au statut ontologique de la personne humaine, dans laquelle il n'existe pas en fait de
vraies valeurs, et où tout devient affaire de consensus.
483
Dans son rapport de 1994, le Human Embryo Research Panel des National Institutes of Health (Bethesda, Md),
affirmait que l'embryon pré-implantatoire "warrants serious moral consideration as a developing form of human life", mais
ajoutait que cet embryon "does not have the same moral status as infants and children". Le "panel" basait son jugement sur
l'absence d'individuation dans le développement de l'embryon précoce, en particulier sur le fait qu'une grossesse gémellaire
peut survenir jusqu'au moment de la gastrulation, ce qui rendait discutable le fait de parler d'"individu humain" avant cette
limite. Le panel soulignait aussi l'absence de sensibilité de l'embryon et le taux élevé de la perte naturelle d'embryons à ce
stade. Cette appréciation du statut moral de l'embryon précoce, jointe à une prise en compte des grands bénéfices qui
pourraient résulter de cette recherche, conduisait le Panel à soutenir à l'unanimité la pratique de la recherche sur les
embryons humains dans un cadre de lignes guides rigoureuses et de vérifications.
. National Institutes of Health: Report of the Human Embryo Research Panel, September 27, 1994.
. R. M. Green, The Human Embryo Research Panel: Lessons for Public Ethics, Cambridge Quarterly Of Healthcare Ethics,
Fall 1996, vol. 4, n°4, pp. 502-515.
. R. M. Green, Human embryo research: What are the issues ?, Lahey Clinic Publications, Journal, spring 1998, online.
484
J. A. Robertson, Symbolic Issues in Embryo Research, Hastings Center Reports. January-February 1995, vol. 25, n°1,
pp. 37-38.
485
"The early embryo could be regarded as having symbolic moral value, as a potential human person, and therefore
worthy of respect". A. McLaren , Ethical and social considerations of stem cell research, Nature, 1 November 2001, vol.
414, n°6859, pp. 129-131, see p. 130.
486
D. Callahan, The puzzle of profound respect, Hastings Center Reports, January-February 1995, vol. 25, n°1, pp. 39-40.
487
"the embryo is too rudimentary to have interests or rights, and thus cannot be harmed or wronged when used in
research. Rules for research on incompetent subjects on research therefore do not apply". J. A. Robertson, Symbolic
Issues in Embryo Research, Hastings Center Report, January-February 1995, vol. 25, n°1, pp. 37. 38.
488
L'opinion selon laquelle les embryons avant d'être implantés sont trop rudimentaires à leur niveau de développement
pour avoir des intérêts ou des droits mais méritent le respect sur le plan biologique parce qu'ils sont au début du
développement d'un être humain se reflète dans les documents de divers comités d'éthique nationaux. Par exemple, le
Ethics Committee of the American Society of Reproductive Medicine, dans son document de 1994 sur les techniques de
reproduction artificielles (ART) déclare, à propos du diagnostic pré-implantatoire: " The third factor is deference to be
shown to the preembyo because of the sanctity of human life. . . Human life in the form of a preembryo deserves respect
and value above that accorded to other cells and tissues of human derivation which do not themselves possess the inherent
potential of a new human being. Because of the preembryo's rudimentary status and the fact that preembryo discard in
other circumstance is accepted (such as discard of unwanted frozen preembryos), a decision to discard preembryos
because they have serious genetic defects seems ethically acceptable. . ".
. Ethical Considerations of Assisted Reproductive Technologies by the Ethics Committee of the American Fertility Society,
Fertility and Sterility, November 1994, vol. 62, n°5, suppl. 1, p. 66S.

77
4. Le respect pour l'embryon humain préimplantatoire

De toutes ces différentes considérations sur l'embryon humain préimplantatoire nous


sommes arrivés à la conclusion que, d'un point de vue biologique, cet embryon est un être humain
individuel, qui requiert respect. Cependant, même entre ceux qui sont d'accord sur cette définition,
il peut y avoir des divergences quand il s'agit de l'application pratique de ce respect. Beaucoup
déclarent qu'il y a une marge d'incertitude en ce qui concerne le statut moral de ces embryons, que
rien est dit à leur propos dans la Bible, et qu'il semble exagéré d'accorder à ces embryons le même
genre de protection que beaucoup d'États dans le monde accordent, par exemple, aux foetus
humains passé le troisième mois de grossesse. Ils disent: les foetus ont jambes, mains et yeux, ils
ont un cerveau, et ils bougent:
au moins il est clair qu'ils sont des êtres humains. Mais les embryons preimplantatoires ne sont
vraiment qu'une masse de cellules. Ils ne peuvent pas souffrir, et aucun dommage ne peut leur être
fait, parce qu'ils n'ont pas de cerveau, aucun nerf, aucune sensibilité. Ces observateurs hésitants
ajoutent: si un de ces embryons, produit d'une fécondation artificielle, se trouve congelé, abandonné
par ses "parents" biologiques, et sans projet parental sur lui, pourquoi serait-il interdit de l'utiliser ou
de le détruire en l'utilisant ?
Pour répondre à cette question nous pouvons demander: "Qu'est-ce qu'est cet embryon
précoce ?". Mais il y a aussi une autre question, qui précède celle-ci et qui est très pertinente pour le
jugement éthique: "Qu'est-ce qu'il n'est pas ?". En d'autres termes: pouvons nous être sûrs que
l'embryon ainsi produit n'est pas un individu humain ? Sur quelle base biologique se fait
l'estimation de la valeur de cet embryon ? Pour les moralistes, la simple admission de la probabilité
qu'il s'agirait d'un être humain est totalement significative. Qui rencontre une ombre, et ne sait pas
s'il s'agit d'un animal ou d'un homme, a le grave devoir moral de s'assurer que l'ombre n'est pas celle
d'un homme avant de tirer. S'il tire sur cette ombre et tue une personne, il est clairement coupable
d'homicide, et peut être jugé pour assassinat. Ce principe éthique se trouve parfaitement transgressé
dans le cas de la destruction d'un embryon pour le recouvrement de cellules ES.
En second lieu, cet être individuel est humain et est animé d'une vie humaine. S'il n'est pas
humain, qu'est-ce qu'il est ? À quelle catégorie appartient-il ? Peut-il être doté d'un génome humain
et, en même temps, ne pas être humain ? Si la biologie n'a pas de réponse déjà prête pour cette
question, il est clair que la philosophie peut aider en la matière. La réflexion ontologique nous dit
que la vraie nature d'un individu déterminé est donnée dans le début même de cet être, dans la
manière avec laquelle cet être entre dans la vie et informe la matière biologique dans laquelle il
s'exprime. Un chien est un chien depuis le moment de sa conception comme chien, et le demeure
toute sa vie. Il sera le même chien, qu'il soit embryon, foetus, chiot ou vieux chien de chasse
agonisant489.

Pour ces raisons, l'embryon préimplantatoire, pendant la phase de segmentation, doit être
pleinement respecté, non seulement parce qu'il deviendra une personne adulte si aucun obstacle n'est
mis sur la voie de son développement, mais aussi à cause de sa valeur spécifique qui dépasse de loin
la valeur d'une cellule humaine ordinaire. Un embryon humain, reconnu comme tel par la raison, a
dignité et demande respect. Cette dignité n'est pas due à quelque cause externe mais vient de sa
propre nature. Dans cette nature se trouve en fait contenu, à l'état de projet, le futur adulte avec ses
propriétés physiques et mentales et la fondation biologique de sa personnalité.
Il suit de ce devoir de respect et de protection que la récolte de cellules souches

489
Secondo S. F. Gilbert, biologo dello sviluppo: "When we consider a dog, for instance, we usually picture an adult. But
the dog is a "dog" from the moment of fertilization of a dog egg by a dog sperm. It remains a dog even as a senescent
dying hound. Therefore, the dog is actually the entire life cycle of the animal, from fertilization through death ", S. F.
Gilbert, Developmental Biology, Seventh edition, Sinauer Associates, Inc. , publishers, Sunderlands, Massachusetts, 2003,
chapter 2, p. 25.

78
embryonnaires à partir d'un embryon humain vivant est immorale et donc illicite parce qu'elle
détruit intentionnellement une vie humaine, un être individuel et humain. La recherche sur les
cellules souches embryonnaires humains comporte l'élimination directe et volontaire d'êtres
humains (Jean Paul II, Encyclique Evangelium Vitae, nn. 58,62, et n'est pas permise par l'éthique.
Ceci est une vérité applicable à chacun, croyant ou non-croyant, une vérité qui peut être reconnue
par la raison (Jean Paul II, Evangelium vitae, nn. 2,57,62)490.

B. Est-il permis d'utiliser les embryons congelés et abandonnés pour la récolte de


cellules ES ?

Certains de ceux qui disent "avoir un grand respect envers chaque embryon humain et vers
chaque personne possible en laquelle pourrait se développer un embryon"(L. M. Guenin, 2001) 491
justifient l'utilisation en recherche biomédicale des embryons humains produits par les fécondations
artificielles et congelés dans l'attente d'une implantation utérine, lorsque ces embryons sont fournis
par les cliniques IVF en tant que "left over embryos", "surplus embryos", embryons "restants", "en
réserve", déjà existants et congelés, mais "orphelins", c'est-à-dire abandonnés par leurs "parents"
(les commettants) quand ceux-ci décident de ne plus vouloir d'enfant. L. M. Guenin appelle ces
embryons des "episode embryos", et déclare que "les expériences avec les episode embryos sont
licites au moins en ce qui regarde les embryons de moins de deux semaines". Pour L. M. Guenin,
même si l'embryon humain préimplantatoire mérite respect, ce respect n'empêche pas de l'utiliser
quand il s'agit d'embryons congelés et abandonnés, parce que "en dehors d'un utérus, un embryon ne
peut pas survivre longtemps", et que "le patient souffrant d'infertilité", qui a décidé de ne pas faire
procéder "au transfert intra-utérin d'un embryon donné", a condamné cet embryon à la mort. L. M.
Guenin considère donc que "la recherche qui utilise les embryons-épisodes est permise et
louable"(Therefore episode embryo research is permissible and praiseworthy).
Cependant, L. M. Guenin reconnaît qu'un tel jugement ne s'accorde pas bien avec ce qu'il
appelle la "position Kantienne" selon laquelle "on ne doit jamais traiter l'humanité comme un
moyen, mais toujours comme un fin"492. La proposition d'"utiliser" les embryons pour en prélever
les cellules ES dans un but de recherche contredit effectivement ce principe éthique d'Emmanuel
Kant. De toute façon, L. M. Guenin dit que le principe de Kant ne s'applique pas au cas des "pré-
embryons" parce que, "pour Kant, la base de la dignité est la raison autonome. "
Il est vrai que, lorsque Kant parle de l'"homme" ou de l'"humanité", il pense en termes de
personne adulte, raisonnable, capable de prendre une décision morale. Mais L. M. Guenin se trompe
quand il rejette l'application du principe de Kant à des personnes non-adultes. Le principe du respect
pour la dignité humaine (dont se déduit le principe de ne pas utiliser l'autre personne comme un
moyen) s'étend au-delà du simple respect pour ceux qui sont en possession actuelle d'une raison
autonome. Il inclut aussi le respect pour ceux qui participent à la raison autonome sans vraiment
l'exercer au moment considéré: ou bien parce qu'ils sont endormis, ou dans le coma, ou encore parce

490
Jean Paul II dans l'Encyclique Evangelium Vitae, n. 2: "Malgré les difficultés et les incertitudes, tout homme
sincèrement ouvert à la vérité et au bien peut, avec la lumière de la raison et sans oublier le travail secret de la grâce, arriver
à reconnaître, dans la loi naturelle inscrite dans les coeurs (cf. Rom 2:14-15), la valeur sacrée de la vie humaine depuis son
commencement jusqu'à son terme, et il peut affirmer le droit de tout être humain à voir intégralement respecter ce bien qui
est pour lui primordial", et dans Evangelium vitae n. 57: " Par conséquent, avec l'autorité conférée par le Christ à Pierre et à
ses Successeurs, en communion avec tous les évêques de l'Eglise catholique, je confirme que tuer directement et
volontairement un être humain innocent est toujours gravement immoral. Cette doctrine, fondée sur la loi non écrite que
tout homme découvre dans son coeur à la lumière de la raison (cf. Rom 2:14-15), est réaffirmé par la Sainte Ecriture,
transmise par la Tradition de l'Eglise et enseignée par le Magistère ordinaire et universel. "
491
L. M. Guenin, Morals and Primordials, Science, 1 June 2001, vol. 292, n°5522, pp. 1659-1660.
492
"Agis de telle sorte que tu traites l'humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en
même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen".
. E. Kant, Métaphysique des moeurs, deuxième section, 3.

79
qu'ils ne sont pas encore achevé leur croissance 493. La définition de Boetius "naturae rationalis
individua substantiae"494, dépassée par la définition plus précise de Saint Thomas d'Aquin
"subsistens in rationalis natura"(individu qui existe dans une nature rationnelle)495, dit précisément
ceci. C'est la rationalité - et non l'autonomie - qui fait la différence spécifique entre homme et
animaux. Mais il n'est pas nécessaire que cette rationalité soit présente dans l'être comme un
principe opératif en acte; il suffit qu'elle soit présente comme capacité496.
D'un point de vue philosophique, la valeur entière de la personne humaine comme être
humain individuel est ontologiquement présente dans l'embryon depuis le début de son existence, et
cette réalité se manifestera d'une manière progressivement croissante au long de la vie de cet
individu, lorsque les structures biologiques nécessaires pour cette expression auront été mises en
place, et lorsque l'éducation aura éveillé cette capacité.
Pour cette raison, l'usage de "embryons restants" (left over embryos) comme simple matériel
biologique pour une recherche sur les cellules ES, qui prend son départ de la destruction de ces
embryons, ne respecte adéquatement la nature humaine présente en cet embryon. Le fait que les
"parents" de cet embryon puissent l'offrir volontairement à la recherche comme un simple matériel
biologique ne rend pas plus licite cette "expérimentation sur l'embryon. " Les parents ne sont pas
propriétaires de l'embryon; ils sont seulement les "administrateurs" de cette vie humaine qui leur a
été confiée. Si les parents agissent d'une manière incorrecte dans cette situation, cela ne justifie pas
le comportement du chercheur qui profite de cette situation pour traiter cet embryon comme "une
chose" et pas comme un "être. " L'usage des "embryons surnuméraire", "restants" de la FIV, pour la
recherche biologique a été condamné par le Pape Jean Paul II dans la Lettre Encyclique Evangelium
493
Le concept de "personne humaine" ne peut être appliqué seulement à cette personne qui est effectivement capable
d'accomplir un acte moral et de prendre une décision morale, mais indique ce qui est spécifique de l'être humain, ce qui
constitue le fondement de sa dignité et de ses droits, en d'autres termes la nature humaine telle qu'elle est dans cet individu
humain ou cet autre. Cette nature humaine, base de la dignité et des droits de tous les êtres humains, est la réalité
ontologique de tout individu humain, de tout "être humain", quelque soit son âge et l'état actuel de son développement
intellectuel. La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1947 est très claire sur ce point quand elle reconnaît
dans son préambule la "dignité inhérente" et les "droits égaux et inaliénables" "de tous les membres de la famille humaine",
et déclare, dans son article 1,"tous les êtres humains""libres et égaux en dignité et droits".
. A. Sutton, Ten Years after the Warnock Report: Is the Human Neo-Conceptus a Person ?, Linacre Quarterly, May 1995,
pp. 63-74.
. Rev. Dr. Antonio Puca, Ten Years on from the Warnock Report: Is the Human Embryo a Person ?, Linacre Quarterly,
May 1995, pp. 75-87.
. W. E. May, The moral Status of the Embryo, Linacre Quarterly, vol. 59, nº4, November 1992, pp. 76-83.
. W. E. May, The Sacredness of Life: An Overview of the Beginning, Linacre Quarterly, February 1996, pp. 87-96.
. A. K. Fernandes, Longitudinal Form and the Human conceptus, Linacre Quarterly, february 1996, pp. 14-25.
. V. Possenti, La bioetica alla ricerca dei principi: la persona, Medicina e Morale, vol. 42, nov. -dic. 1992. nº6, pp. 1075-
1096.
. R. E. Joyce, When does s Person begin ?, in "New Perspectives on Human Abortion", Ed. Th. W. Hilgers, D. J. Horan, D.
Mall, Aletheia Books, University Publications of America, 1981, pp. 345-356. .
. A. Caturelli, Identity and Status of the Human Embryo from the perspective of Metaphysics, in « Identity and Statute of
Human Embryo. Proceedings of third assembly of the Pontifical Academy for Life, Vatican City, february 14-16 1997»,
edited by J. de Dios Vial Correa, E. Sgreccia, Libreria Editrice Vaticana, 1998, pp. 332-341.
. R. Lucas Lucas, Statuto antropologico dell'embrione umano, in «Identità e statuto dell'embrione umano», Pontificia
Academia Pro Vita, Libreria Editrice Vaticana, 1998, Città del Vaticano, pp. 159-185.
494
Boezio, De persona e duabus naturis, cap. 3, P. L. , 64, 1343.
495
St Tommaso d'Aquino, Summa Theol. , I, q. 29, a. 3. ; I, q. 29, a. 3, ad2.
496
Un être humain n'est pas une personne parce qu'il ou elle se manifeste comme tel dans l'exercice de la rationalité;
Lorsque lui ou elle se manifeste dans l'exercice de la rationalité c'est parce que lui ou elle est une personne, selon l'adage de
la philosophie scholastique: "agere sequitur esse", "l'action suit l'être", l'action est une mesure de l'existence, l'agir est la
manifestation et le développement de l'être, le comportement de tout être (homme, animal, plante, chose) est déterminé
parce que cet être est (homme, animal, plante, chose). Toute activité humaine est une conséquence du dynamisme lié au fait
d'être une personne humaine. Le critère fondamental de la personne humaine ne se trouve pas dans les manifestations de la
rationalité mais dans la nature prpre de l'individu.
Saint Thomas, ST. Is, q. 51, a. 2, obj. 1 et ad 1; ibid. , q. 77, a. 3; ibid. , q. 80, a. 2; ST. III, q. 1, a. 1 ; Contra Gentiles, lib.
IIIe, chap. 69.

80
vitae (n. 14) parce que "en réalité" il réduit "la vie humaine à un simple "matériel biologique" dont
on peut disposer librement. "
Une partie de l'argument présentée par L. M. Guenin en faveur de l'utilisation des "left-over"
embryons, produits de l'industrie IVF, et abandonné par leurs "parents" ou donnés par eux aux
savants pour la recherche biologique, est que la destruction de ces embryons pour récupérer les
cellules ES sera faite "en aide aux autres", c'est-à-dire qu'elle aidera la recherche biologique, et que
cela peut un jour déboucher sur une application thérapeutique. L. M. Guenin dit L. M. Guenin:
"Nous avons un devoir, quand nos ressources le permettent, d'aider ceux qui souffrent", et il ajoute:
"Quand nous menons recherches, nous pouvons soulager la souffrance". Le même auteur, dans un
autre article, développant la même ligne de pensée, même si d'une façon plus radicale encore, écrit
que "l'usage des embryons épisodes doit être réservé à la médecine, pour une fin humanitaire . . .
Dans une telle situation, le devoir d'entraide. . . nous commande d'agir. Ce devoir nous pousse à
utiliser les embryons-épisodes pour aider les autres"497. Cet argument de la "fin bonne" se rencontre
communément dans le débat sur les cellules ES. On dit que la recherche sur les cellules ES est
bonne parce qu'elle a une fin bonne - trouver une thérapie efficace pour quelques maladies
incurables -. Il continue, en déclarant que une telle fin bonne justifie les moyens - la destruction
planifiée d'embryons humains - et même la rend honnête. "Donc la recherche sur les episode
embryos est licite et louable" conclut L. M. Guenin. Ce type de jugement, qui justifie les moyens à
partir de la qualité supposée des fins est bien connu dans le champ moral et a été jugé depuis
longtemps comme incorrect et fourvoyant498. On ne peut pas justifier une action éthiquement
équivoque - c'est-à-dire l'élimination de certaines vies humaines embryonnaires - avec l'argument
sujet de vouloir soulager, un jour, les souffrances de certaines personnes. Le principe moral
intangible qui s'applique en une telle situation est que "la fin ne justifie pas les moyens" 499. Le
497
"episodoembryo use can occur only in medicine, a humanitarian end. . In this situation, the duty of mutual aid. . .
command us to act. It impels us to episodoembryo use in aid of others. "
. L. M. Guerin, The set of embryo subjects", Nature Biotechnology, May 2003, vol. 21, n°5, pp. 482-483.
498
De. de Couesnongle, "La fin ne justifie pas les moyens", in Supplément a la Vie Spirituelle, 1963, n°65, pp. 293-312.
. B. Schüller, La Moralité des moyens. La relation de moyen à fin dans une éthique normative de caractère téléologique,
Recherches de Science Religieuses, 1980, vol. 68, n°2, pp. 205-224.
. J-M. Aubert, Morale et Casuistique, Recherches de Sciences Religieuses, 1980, vol. 68, n°2, pp. 167-204.
. K. H. Peschke, Christian Ethics. Moral Theology in the Light of Vatican II, vol. I, General Moral Theology, C. Goodlife
Neale, Alcester and Dublin, 1986, p. 273.
499
La question de la "fin bonne" et des "moyens mauvais" a été traitée, au moins dans l'Eglise Catholique, depuis le début
de la théologie morale. La doctrine selon laquelle on ne peut faire le mal pour une fin bonne - la fin ne justifie pas les
moyens - trouve son inspiration dans une phrase de la Lettre de St Paul aux Romains dans laquelle l'Apôtre rappelle un
reproche que certains cercles hébraïques lui avaient fait, disant qu'il enseignait "à faire le mal en vue que le bien en
sorte"(Rom. 3,8). Paul réfute ce jugement en tant que calomnie blasphématrice. C'est pour cela que la "maxime
antimachiavélique", "la fin ne justifie pas les moyens" est attribuée à St Paul. La défense de cette maxime de la casuistique
chrétienne a constitué une contribution importante dans la lutte contre l'arbitraire et l'oppression en politique (D. de
Couesnongle, 1963). Cet enseignement vient de l'idée fondamentale qu'il doit y avoir homogénéité entre les différents
éléments qui entrent dans la structure d'un acte humain. La bonne qualité morale d'un acte déterminé implique le bon
caractère de chacun de ses éléments. La proposition "une fin bonne justifie un moyen moralement inacceptable" est en elle-
même une contradiction ( B. Schüller, 1980). Cependant, cela n'est pas toujours vrai, et il y a des cas où le bien d'un acte
particulier ne peut être obtenu qu'au travers d'un mal (par exemple, sauver la vie d'une personne en tuant l'agresseur injuste)
(J-M. Aubert, 1980). Dans ces cas, la distinction entre "mal intrinsèque" et mal conditionné par les circonstances aide à
déterminer si l'acte qui a une bonne finalité peut être moralement acceptable, en dépit du caractère mauvais des moyens.
Certains actes sont présumés mauvais en eux mêmes, au moins dans l'Enseignement de la morale catholique, tels que
l'avortement direct, le suicide, l'adultère, le blasphème et autres (K. H. Peschle, 1986). La destruction volontaire d'un
embryon, même si cet embryon est déjà condamné à mort parce qu'il n'a pas à sa disposition l'utérus d'une personne pour
l'accueillir, est un mal intrinsèque parce qu'il détruit une vie humaine, La fin bonne qui est supposée derrière cette
destruction, dans la volonté du chercheur - c'est à dire d'utiliser les cellules ES de l'embryon pour en étudier le
développement et arriver ainsi un jour à mettre au point des thérapies régénératrices efficaces - ne peut enlever le mal de la
destruction de l'embryon.
. De. de Couesnongle, "La fin ne justifie pas les moyens", in Supplément a la Vie Spirituelle, 1963, n°65, pp. 293-312.
. K. H. Peschke, Christian Ethics. Moral Theology in the Light of Vatican II, vol. I, General Moral Theology, C. Goodlife
Neale, Alcester and Dublin, 1986, p. 273.

81
manque de respect pour ce principe fondamental, même avec en apparence les meilleures raisons,
n'est pas quelque chose qui peut se considérer à la légère 500. C'est pourquoi on doit affirmer d'une
manière claire et sans équivoques que la destruction d'embryons preimplantatoires pour en retirer les
cellules ES est une élimination directe et délibérée d'un être humain innocent (Evangelium vitae n.
57). Cette destruction volontaire d'embryons humains, voulue ici en tant que moyen, est un désordre
moral grave (Evangelium vitae n. 62), même si ces embryons n'ont aucun futur parce qu'ils ne
trouveront pas l'utérus d'une mère pour les accueillir.

C. Le statut des cellules ES, la mortalité de leur utilisation dans la recherche

Au-delà de ces considérations sur la façon dont les cellules souches embryonnaires sont
obtenues, on peut aussi avoir des préoccupations éthiques en ce qui concerne les cellules souches
embryonnaires elles-mêmes, leur manipulation, et leur destruction éventuelle, dans la mesure où ces
cellules faisaient partie d'embryons maintenant désintégrées, et qu'elles avaient dans ces conditions,
au moins dans certaines espèces, le potentiel de se multiplier en se différenciant pour former un
embryon complet, si elles se trouvaient détachées de l'embryon. Une fois extraites du blastocyste et
mises en culture, ces cellules se développent pour donner des corps embrioïdes (EBs) qui ne sont
rien d'autres que des embryons ratés, comprenant des cellules appartenant à chacun des trois
feuillets embryonnaires. On a observé que les EBs évoluent souvent en passant par une série de
stades commençant avec des EBs semblables à des morulas, et évoluant éventuellement vers des
EBs cystiques, avec cavitation interne apparue entre le 7 et le 14 jours de développement. Même
si un ordre structurel de plus haut degré n'est pas obtenu dans les EBs humains ou de souris, un
degré impressionnant d'ordre a été observé chez autres animaux, comme chez les primates et un
embryon apparemment complet et bien formé avec des membranes extraembrionales bien-
développés, et un disque embryonnaire avec strie primitive a été observé se formant in vitro à partir
de cellules souches embryonnaires d'ouistiti (Callithrix jacchus) (Thomson et al. ,1996)501. H. W.
Denker502 tend à considérer les cellules ES comme des structures semblables à des zygotes, dotées
d'une totipotence qui est leur propre et ne leur est pas imposée par leur micro-environnement. Une

. B. Schüller, La Moralité des moyens. La relation de moyen à fin dans une éthique normative de caractère téléologique,
Recherches de Science Religieuses, 1980, vol. 68, n°2, pp. 205-224.
. J-M. Aubert, Morale et Casuistique, Recherches de Sciences Religieuses, 1980, vol. 68, n°2, pp. 167-204.
. J. Aznar, Multiple pregnancy reduction, Acta Obstetrica et Gynecologica Scandinavica, January 1996, vol. 75, n°1, pp.
90-91.
500
R. M. Doerflinger, dans le témoignage qu'il a donné au nom de la Conférence des Évêques des États Unis, le 12 juin
2003, au President's Council of Bioethics, rappela avec les détails nécessaires le fait que "les normes éthiques ne devraient
pas être changées pour des bénéfices médicaux. " R. Doerflinger, évoquant à ce propos les horreurs commises par les Nazis
durant la guerre, la constitution du Code de Nuremberg, et la Déclaration d'Helsinki approuvée initialement par
l'Association Médicale Mondiale en 1964, souligna le fait que la tentation d'obtenir des résultats dans le champ de la
science, et en particulier au bénéfice des autres, ne devrait jamais porter les chercheurs à "utiliser le sujet humain comme
moyen", lui faisant courir des risques importants pour le bénéfice d'autres personnes. la "Déclaration d'Helsinki"(1964)
affirme: "Dans la Recherche médicale sur sujets humains, les considérations relatives au bien être du sujet humain
devraient avoir précédence sur les intérêts de la science et de la Société". La déclaration parallèle de l'Association Médicale
Mondiale, la "Déclaration de Genève", prévoyait un serment dans lequel le médecin promettait: "J'aurai toujours le plus
grand respect pour la vie humaine, à partir du moment de sa conception".
. R. M. Doerflinger, Testimony on Embryo Research and Related Issues, The National Catholic Bioethics Quarterly,
Winter 2003, vol. 3, n°4, pp. 767-786.
501
J. A. Thomson, J. Kalishman, T. G. Golos, M. Durning, C. P. Harris, R. A. Becker, J. P. Hearn, Pluripotent Cell Lines
Derived from Common Marmoset (callithrix jacchus) Blastocysts, Biology of Reproduction, August 1996, vol. 55, n°2, pp.
254-259.
502
H. -W. Denker, Embryonic Stem Cells: An Exciting Field for Basic Research and Tissue Engineering, but also an
Ethical Dilemma ?, Cells Tissues Organs, 1999, vol. 165, n°3-4, pp. 246-249, see p. 247.
. H-W. Denker, Early human development: new data raise important embryological and ethical questions relevant for
stem cell research, Naturwissenschaften, January 2004, vol. 91, n°1, pp. 1-21.

82
telle totipotence peut accidentellement, en culture, permettre le début de quelque configuration
embryonnaire. Il conviendrait donc de considérer ces cellules ES comme des entités biologiques
plus voisines d'un zygote que d'une cellule somatique, même si elles ne sont pas capables de générer
un embryon complet. D'un point de vue éthique, il semble donc cohérent de ne pas les utiliser
comme matériel pour la recherche, ou comme moyen pour la thérapeutique, eut regard à la vie
humaine potentielle humain qui pourrait être présent dans ces cellules. On devrait aussi les
empêcher par tous les moyens de se différencier spontanément en corps embrioïdes.

D. Usage de lignées de cellules ES et coopération dans le mal

Un dernier point à considérer dans ce domaine des cellules ES concerne la question du


caractère licite ou non de l'usage de lignées de cellules ES (en clones) acquises auprès d'autres
chercheurs ou disponibles commercialement. Nous sommes confrontés ici avec le cas moral
traditionnellement connu comme co-opération au mal 503, avec la participation à la faute morale
d'unpéché commis par une autre personne. Les chercheurs qui utilisent ces cellules ES prennent part
à l'action illicite de ceux qui ont extrait les cellules ES mères de ces clones, et ont provoqué ainsi la
destruction d'embryons humains. Cette participation peut être "formelle" quand ceux qui utilisent
les cellules approuvent l'action illicite de ceux qui ont extrait les cellules ES originelles des clones,
ou peut être seulement "matérielle", quand ceux qui utilisent les cellules ES des clones ne sont pas
d'accord avec l'action moralement négative de ceux qui ont extrait les cellules ES d'origine des
clones.
La coopération formelle, qui comporte le partage de l'intention mauvaise est immorale et
donc toujours illicite504. La coopération matérielle consiste dans la collaboration à un acte
mauvais, mais sans adhésion intérieure à l'intention qui a présidé à cet acte: elle peut être immédiate
ou médiate. Si la coopération matérielle est volontaire, elle est totalement imputable totalement. Si
la coopération matérielle est involontaire, la culpabilité dépend du niveau plus ou moins direct de la
coopération.
La coopération matérielle est immédiate quand l'objet du coopérateur est le même que l'objet
de celui qui accomplit l'acte mauvais. Dans la coopération immédiate ou directe, le sujet collabore à
l'exécution de l'action immorale dont il devient complice, indépendamment de l'intention. Ce genre
de coopération est fautive et elle n'est jamais licite 505.
Dans la collaboration médiate ou indirecte (que l'on distingue en proche ou éloignée), on
contribue à mettre les conditions qui permettent l'accomplissement de l'acte mauvais. Le principe ici
est que plus la collaboration lointaine est la et plus elle peut se justifier.

503
Quand un agent moral réalise l'existence d'un lien entre ses propres actions et comportements et une action mauvaise
commise par un autre, cet agent entre dans le problème moral traité classiquement comme "coopération au
mal"(cooperation in evil).
. A. Fisher, Cooperation in Evil, Catholic Medical Quarterly, 1994, pp. 15-22.
. L. Melina, La cooperazione con azioni moralmente cattive contro la vita umana, in Commentario Interdisciplinare alla
"Evangelium Vitae", E. Sgreccia, Ramòn Luca Lucas ed. , Libreria Editrice Vaticana, 1997, pp. 467-490.
. E. Sgreccia, Manuale di Bioetica, vol. I, Ristampa della terza edizione, Vita e Pensiero, Milano, 1999, pp. 362-363.
. D. Tettamanzi, Cooperazione, in Dizionario di Bioetica, S. Leone, S. Privitera ed. , Istituto Siciliano di Bioetica, EDB-
ISB, 1994, pp. 194-198.
504
Cf. Jean Paul II, Encyclique Evangelium vitae, n. 74:
"Pour éclairer ce problème moral difficile, il faut rappeler les principes généraux sur la coopération à des actions
mauvaises. Les chrétiens, de même que tous les hommes de bonne volonté, sont appelés, en vertu d'un grave devoir de
conscience, à ne pas apporter leur collaboration formelle aux pratiques qui, bien qu'admises par la législation civile, sont en
opposition avec la Loi de Dieu. En effet, du point de vue moral, il n'est jamais licite de coopérer formellement au mal.
Cette coopération a lieu lorsque l'action accomplie, ou bien de par sa nature, ou bien de par la qualification qu'elle prend
dans un contexte concret, se caractérise par une participation directe à un acte contre la vie humaine innocente ou comme
l'assentiment donné à l'intention immorale de l'agent principal. . .
505
Cf. Jean Paul II, Encyclique Evangelium vitae, n. 74.

83
La coopération matérielle médiate est permise aux conditions suivantes:
- s'il y n'a pas une autre manière d'atteindre l'effet bon recherché,
- si l'acte qui sert à mettre en place les conditions permettant l'accomplissement de l'acte
mauvais n'est pas mauvais en lui-même,
- s'il y a une intention droite,
- si l'effet bon n'est pas atteint à travers l'acte mauvais
- s'il y a un motif proportionné.
La coopération matérielle avec un acte mauvais devient immorale quand elle est nécessaire à
l'accomplissement de l'action mauvaise de l'agent principal.
Dans les circonstances présentes de la recherche sur les cellules ES, il est clair qu'une forte
demande pour obtenir les lignées cellulaires ES amène une forte incitation à dériver de nouvelles
souches d'ES dans les laboratoires qui peuvent légalement le faire. Il y a donc un rapport causal et
direct entre la demande pour ESCs et leur production, ce qui entraîne une destruction croissante
d'embryons humains. Pour cette raison, étant donné la continuité matérielle entre demande et offre,
l'usage d'ESCs fournies par d'autres chercheurs ou acquises commercialement entre dans la
catégorie de la coopération moralement illicite avec des actes moralement mauvais, soit en termes
de coopération matérielle immédiate (l'objet est le même, même si l'utilisateur n'est pas lui-même en
faveur de la destruction d'embryons), soit en termes de coopération matérielle et formelle
(l'utilisateur des cellules ES et celui qui a prélevé les cellules originelles des lignées à partir
d'embryons humains partagent le même manque de respect pour les embryons humains).

E. Évaluation morale du « clonage thérapeutique » pour la production de cellules ES


humaines immuno-compatibles

Le dit "clonage thérapeutique", aussi appelé "clonage de recherche", et, plus récemment,
"technologie de transfert de noyau" (Nuclear transfer technology) pourrait offrir une solution à
l'obstacle immunologique qui est un des facteurs qui limite, actuellement, l'application au domaine
clinique de la technologie des cellules ES. Le transfert nucléaire pourrait procurer des cellules ES
humaines immunologiquement compatibles avec l'organisme du patient à qui elles seraient
destinées, dans la mesure où ces cellules seraient obtenues à partir d'embryons créés par transfert de
noyau d'une cellule somatique du patient dans un ovocyte humain énucléé. Cependant le "clonage
thérapeutique", qui n'a pu d'ailleurs, jusqu'à ce jour, être réalisé avec succès chez les primates et
chez l'homme, pose de graves problèmes moraux. Il requiert en effet la création intentionnelle d'un
embryon humain cloné, suivie de la destruction délibérée de cet embryon.
Les partisans de l'usage de cette technologie pour la recherche sur les cellules ES disent que
ce "clonage" ne devrait pas être été placé sous l'interdiction globale du clonage humain, parce qu'il
ne comporterait pas le développement par clonage d'un être humain, mais seulement la création d'un
embryon précoce qui, arrivé au stade de blastocyste, serait immédiatement détruit pour en recueillir
les cellules de la masse centrale (ICM) 506.
Mais cette procédure rencontre deux catégories d'objections éthiques (R. P. Lanza et al
(2000) 507. La première, qui concerne toutes les technologies qui utilisent des cellules souches
embryonnaires, a rapport avec la manière dont ces technologies dépendent de la destruction de la vie
humaine naissante. La seconde catégorie d'objections est plus spécifique du "clonage
thérapeutique": à la différence de la recherche habituelle sur les cellules souches embryonnaires qui
peut utiliser des embryons congelés restés en surplus des procédures de fécondation artificielle, le
"clonage thérapeutique" requiert la création intentionnelle d'un embryon humain précoce, suivie de
sa désagrégation. Son acceptabilité éthique dépend donc du niveau de "valeur morale" 508 que l'on
506
D. Butler, Calls for human cloning ban "stem from ignorance", Nature, 22 May 1997, vol. 3876, n°6631, p. 324.
507
ibid.
508
« Human Cloning and Human Dignity », the Report of the President's Council on Bioethics, Public Affairs, New York,

84
reconnait à l'embryon preimplantatoire. À ces deux objections on peut en ajouter une troisième qui
concerne de plus les législateurs: il s'agit de la crainte de voir le clonage thérapeutique, une fois
autorisé, ouvrir la porte au clonage reproductif 509.

Même si le "clonage thérapeutique" était une technique valable et efficace (ce qu'il n'est
pas), bien vérifiée sur le plan expérimental (chez les primates), et qu'il puisse aider à la médecine
régénérative, il sera toujours moralement illicite parce qu'il fait un choix délibéré pour un bénéfice
possible au niveau de la santé d'un individu particulier contre la vie d'un autre être humain. Le
"clonage thérapeutique" veut porter de nouveaux êtres humains à l'existence dans le but précisément
de les détruire pour en recueillir les cellules. Cela représente un sommet dans la "commodification"
de la vie humaine, dans l'utilisation de cette vie humaine pour des intérêts propres. En dehors de
toute référence religieuse, la création de clones humains dans le seul but de créer des lignes
cellulaires n'est pas acceptable parce que cette abus dans l'exploitation de la vie humaine à des fins
personnelles serait contraire au principe éthique exprimé par Emanuel Kant, selon qui un être
humain individuel new devrait jamais être pensé seulement comme un moyen, mais toujours comme
une fin 510. Dans sa réponse à John Harris qui soutenait que les êtres humains étaient en fait souvent
utilisés souvent comme "moyens" dans la pratique médicale (par exemple lorsqu'ils offrent sang
pour transfusions, ou quand ils donnent des tissus ou des organes pour transplantations), A. Kahn
répondit que ce qui était contraire à la dignité humaine dans le clonage thérapeutique n'était pas le
simple fait que les embryons clonés ainsi créés étaient utilisés comme "moyen", mais qu'ils soient
utilisés "exclusivement comme moyen" (source de matériel thérapeutique), étant détruit dans le
procès 511, C'est cet "exclusivement comme" qui contredit le principe de Kant sur lequel se fonde
une partie de l'éthique biomédicale actuelle.
Par ailleurs, dans ce choix, le bon effet (bénéfice de santé pour le patient) est seulement une
possibilité éloignée sur lequel se fait, certes, un grand battage médiatique, mais qui n'a à son effectif
aucune garantie concrète, aucune base expérimentale, du moins chez les primates, tandis que l'effet
mauvais, la destruction d'une vie humaine à son début, est lui bien réel. De plus cet acte mauvais ne
vient pas en association avec l'acte bon, ou comme un effet secondaire et non recherché pour lui-
même, mais est la condition même du bon effet recherché, sans laquelle il ne peut y avoir de
possible et futur bénéfice. Tout ceci exclut catégoriquement l'application d'un quelconque "principe
de double effet" au cas du clonage thérapeutique, pour tenter de le sauver sur le plan éthique.
L'Église catholique a fermement condamné le recours au "clonage de recherche" chez
l'homme 512. Le 4 août 2000, l'Académie Pontificale pour la Vie a publié une "Déclaration sur la
production et l'usage scientifique et thérapeutique des cellules souches embryonnaires humaines"
dans laquelle elle juge clairement "illicite" le "clonage thérapeutique. " La même Académie a publié
un autre document, le 5 janvier 2001 513, sur l'usage des cellules souches dans lequel elle a réaffirmé
le caractère inacceptable du "clonage thérapeutique. "

2002. Vedi p. 153.


509
« Human Cloning and Human Dignity », the Report of the President's Council on Bioethics, Public Affairs, New York,
2002. Vedi p. 144.
510
A. Kahn, Clone mammals. . . clone man ?, Nature, 13 March 1997, vol. 336, n°6621, p. 119.
511
A. Kahn, Cloning, dignity and ethical revisionism, Nature, 24 July 1997, vol. 388, n°6640, p. 320.
512
«on doit. . . affirmer que l'utilisation des embryons ou des foetus humains comme objets d'expérimentation constitue un
crime contre leur dignité d'êtres humains, qui ont droit à un respect égal à celui dû à l'enfant déjà né et à toute personne".
Jean Paul II, Encyclique Evangelium vitae (25 March 1995), N. 63.
513
Ce texte fait référence au précédent et en rappelle les arguments. Il souligne le fait que le clonage thérapeutique est
inacceptable et le sera toujours, même si des bénéfices pouvaient en être tirés dans le futur. Le document ajoute que la
recherche sur les cellules souches "adultes" promet beaucoup et rend inutile le recours au cellules souches embryonnaires.
. Pontifica Accademia per la Vita, Juan De Dios Vial Correa, S. E. Mons. Elio Sgreccia, Cellule staminali umane
autologue e trasferimento di nucleo, L'Osservatore Romano, Venerdi 5 Gennaio 2001, p. 6.

85
F. Évaluation morale de l'alternative « no embryo » pour la recherche sur les cellules
ES

Le "transfert de noyau altéré"(ANT) (altered nuclear transfer) de W. B. Hurlbut et son


dérivé, l'OAR (oocyte assisted reprogramming) de M. Grompe pourraient-ils offrir une "voie de
secours", acceptable sur le plan éthique, au transfert nucléaire pour obtention de cellules ES
immunocompatibles ? Il faudrait d'abord que cette proposition ait à son actif quelque
expérimentation réussie, y compris chez les primates, pour qu'on puisse la considérer sérieusement
et en discuter les mérites éthiques. Toutefois, même si les propositions de W. Hurlbut ou M.
Grompe se révélaient non seulement possibles mais fructueuses sur le plan expérimental, il ne
semble pas que la préparation par clonage d'embryons volontairement rendus incapables de se
développer et seulement bons à donner des cellules ES soit un grand acquis sur le plan éthique. W.
B. Hurlbut et G. Grompe considèrent que ces embryons invalides ou réduits à des masses de cellules
totipotentes sont comparables aux tératomes et ne méritent pas la qualification d'embryons. Ceci est
discutable, car on n'a jamais vu les ovocytes se développer en autre chose qu'en embryons, plus ou
moins valides, certes, mais en embryons . Lorsque le transfert de noyau pour clonage est un succès,
il donne un embryon humain. Lorsqu'il est un insuccès, il donne une masse informe de cellules
rappelant les corps embryoides. Il n'est donc pas sûr que la création volontaire d'embryons "unfits",
incapables de s'implanter par inactivation de CDx2, en vue d'en recueillir les cellules ES soit plus
acceptable sur le plan éthique que la récolte de cellules ES humaines à partir de d'embryons
décongelés, "left over" 514. De la même manière, la proposition de M. Grompe de "court-circuiter" le
stade zygote pour arriver de suite, par surcharge en Nanog à des cellules de type ES laisse en
suspend de nombreuses interrogations. Qu'est ce qui permettra de prouver, dans le cas de l'OAR,
que le produit du clonage n'est pas un embryon mais une masse de cellules pluripotentes ?
La proposition de déduire des lignes de cellules ES à partir d'un blastomère obtenu par
biopsie d'embryon se heurte quant à elle à trois objections éthiques: elle suppose en premier lieu une
ou plusieurs fécondations artificielles préalables pour obtenir les embryons donneurs, ce que
l'enseignement moral catholique ne peut accepter, tant pour des raisons de destructions d'embryons
humains que à cause du non respect du lien entre union et procréation; elle suppose ensuite une
biopsie d'embryon, qui n'est pas une opération anodine et fait courir un risque certain à l'embryon
alors même que celui-ci doit être implanté. On se demande quel couple infertile serait prêt à
accepter une telle opération sur leur futur enfant 515. Enfin, il n'est pas impossible pour un
blastomère humain, recueilli d'un embryon au stade de huit cellules, de pouvoir se multiplier et se
développer pour donner un embryon humain normal, s'il est placé dans les conditions adéquates de
culture. On sait qu'un blastomère isolé d'un embryon de lapin 516 ou de mouton 517 au stade de huit
cellules, et placé dans les conditions de culture propices à un tel développement, peut se développer
pour donner un embryon de lapin ou un embryon de mouton et que ces embryons se développent par
la suite jusqu'à naissance d'un nouveau né normal. Le même pourrait être vrai pour les embryons
humains, si les conditions de culture le permettent. Ainsi, réduire un blastomère prélevé par biopsie
au rang de cellule souche serait compromettre son potentiel de développer un embryon, une
opération qui ne serait certes pas anodine sur le plan éthique, et que certains pourraient comparer à
la destruction volontaire d'un zygote.

514
D. A. Melton, Altered Nuclear Transfer in Stem-Cell Research - a flawed Proposal, The New England Journal of
Medicine, 30 December 2004, vol. 351, n°27, pp. 2791-2792.
515
D. Solter, Politically Correct Human Embryonic Stem Cells ?, The New England Journal of Medicine, 1 December
2005, vol . 353, n°22, pp. 2321-2323.
516
N. W. Moore, C. E. Adams, L. E. Rowson, Developmental potential of single blastomeres of the rabbit egg, Journal of
Reproduction and Fertility, December 1968, vol. 17, n°3, pp. 527-531.
517
S. M. Willadsen, The developmental capacity of blastomeres from 4- and 8-cell sheep embryos, Journal of Embryology
and Experimental Morphology, October 1981, vol. 64, pp. 165-172.

86
L'approche de la reprogrammation épigénétique par hybridation propose d'utiliser la
capacité des cellules ES humaines pour "reprogrammer" des cellules souches somatiques en les
amenant à un niveau de pluripotence. Le résultat d'une telle "reprogrammation" serait des cellules
tétraploides à capacités comparables à celles des ES. Ces ceLe promoteur de cette approche, K.
Eggan, dit qu'une telle reprogrammation de cellules souches somatiques ne devrait pas soulever de
difficultés éthiques parce que les nouvelles lignes de cellules souches ainsi obtenues ne
nécessiteraient pas pour leur création l'usage d'embryons ou d'ovocytes 518. Cependant, d'un point de
vue éthique, une telle méthode suppose l'usage d'une ligne de cellules ES, et implique de ce fait une
coopération illicite dans l'acte inacceptable du recueil de ces cellules ES à partir d'embryons
humains. Il serait aussi en outre moralement illicite de vouloir utiliser le produit de cette
hybridation, c'est-à-dire des cellules tétraploides, sur des patients, étant donné les incertitudes liées à
la présence de telles cellules dans l'organisme (risque de cancer).
Le "transdifferenciation" et le "dédifferenciation" sont deux approches moralement
acceptables, qui permettraient d'obtenir l'équivalent des cellules ES en termes d'auto-renouvellement
et de capacité de différenciation, sans la nécessité d'utiliser des embryons ou des cellules ES. Mais il
s'agit-là de méthodes difficiles, très peu efficaces, encore bien peu étudiées, et peut être illusoires.
Considérant toutes ces difficultés et les limites de ces méthodes, il est clair que les
possibilités offertes par les cellules souches somatiques ou les cellules souches du sang de cordon
ombilical rendent ces cellules actuellement bien plus attrayantes, d'autant que leur emploi ne
soulève pas de problème éthique.

G. L'utilisation clinique des cellules souches

L'usage thérapeutique des cellules souches hématopoïétiques et des cellules


mesenchymateuses de la moelle osseuse est entré en vigueur depuis déjà différentes années et a
amplement montré son innocuité et sa valeur. Les résultats sont satisfaisants en général, et aucun
accident n'a jusqu'à présent été reporté durant le traitement de patients avec des cellules souches
adultes. Cependant, il est nécessaire d'être prudents en ce qui concerne l'usage thérapeutique des
cellules souche staminales mésenchymateuses, qui est toujours considéré comme expérimental. On
peut craindre en particulier que de telles cellules, une fois administrée dans les patients, ne s'y
comportent de manière indésirable ou deviennent des cellules cancéreuses. Pour le moment, rien
n'est venu supporter de telles appréhensions.
L'usage des cellules du cordon ombilical est déjà bien intégré dans les courants
thérapeutiques pratiques, il n'expose pas aux risques disproportionnés et il n'a plus de caractère
"expérimental. " La seule recommandation éthique concerne la pratique du consentement informé
dans le domaine pédiatrique. La constitution de banques privées du sang du cordon ombilical, UCB
a été critiquée, parce qu'elle a un aspect commercial prééminent, et parce que l'usage de tel UCB
pour les nécessités des propres "propriétaires", le long de leur vie, est statistiquement improbable 519.
Ce dépôt privé manque de plus de standardisation pour assurer le respect des règles de qualité. Il est
donc nécessaire que soit établi un système de coordination centrale pour toutes les banques de sang
du cordon 520. Cependant les différents gouvernements devraient être aussi invités à organiser dans
les différents pays un système public de banques de sang de cordon répondant à des critères
internationaux de standardisation et conservation.

518
E. Check, Rebooted cells tackle ethical concerns. fusion technique resets adult skin to embryonic state, Nature News,
published online 27 june 2005; doi: 10. 1038/news050627-1.
519
N. M. Fisk, I. A. G. Roberts, R. Markwald, V. Mironov, Can Routine Commercial Cord Blood Banking Be
Scientifically and Ethically Justified ?, PLOS Medicine, February 2005, vol. 2, n°2, pp. 87-90.
520
S. Bloom, Coordinating cord Blood efforts, The Journal of Clinical Investigation, June 2005, vol. 115, n°6, pp. 1395-
1396.

87
88
CONCLUSION

Les recherches sur les cellules souches ont notablement contribué à l'approfondissant des
connaissances en matière de développement, de programmation cellulaire, de reprogrammation
épigénétique et de différenciation cellulaire. En peu de temps, grâce à ces recherches, ce sont des
chapitres entiers de la biologie qui ont été renouvelés, et une vague de concepts nouveaux est venue
transformer nos façons de voir sur le développement, la différenciation cellulaire et les possibilités
de réparation tissulaires. Il reste encore beaucoup à faire avant de pouvoir arriver à contrôler de
façon effective ce monde des cellules souches et de pouvoir leur donner les applications cliniques
qu'elles méritent. Pour le moment la prudence implique de rester réservé en ce qui concerne les
perspectives thérapeutiques immédiates de ces cellules. Ceci est vrai aussi bien des cellules souches
"embryonnaires" que des cellules souches "adultes", qui n'ont pas encore livré les secrets de leur
inactivation in vivo et des conditions qui les sortent de cette inactivité.
L'argument en faveur d'efforts majeurs dans le champ des cellules souches embryonnaires
serait notablement plus convaincant s'il n'existait aucune alternative valide à l'usage de telles
cellules. Mais les cellules multipotentielles "adultes", type MAPCs, individualisées dans la moelle
osseuse, dans le tissu adipeux, dans la glande mammaire, dans l'épiderme, dans les testicules et,
peut-être encore plus, dans le sang du cordon ombilical offrent aujourd'hui quasi les mêmes
promesses que les cellules souches embryonnaires en termes de capacité d'auto-reproduction-
expansion in vitro et leurs avantages sur les plans cliniques et éthiques sont incontournables. En
premier lieu, leur obtention est facile, ne nécessitant qu'une simple piqûre-aspiration ou qu'une
biopsie limitée, et leur capacité d'expansion in vitro pourvoit effectivement la quantité ample de
cellules souches requise par les essais thérapeutiques. En second lieu, ces cellules souches
somatiques offrent l'immense avantage sur les cellules ES de ne pas faire courir de risque de cancer,
et de n'être pas rejetées par le système immunitaire de l'organisme receveur quand elles sont
autologues (lorsqu'elles proviennent du patient lui-même). Enfin, et surtout, l'obtention de ces
cellules ne pose pas de problème éthique. Les cellules du cordon ombilical offrent de plus l'avantage
de pouvoir être administrées aux patients sans qu'il y ait parfaite concordance HLA avec leur
organisme. Bien que les cellules souches adultes aient leurs propres limites en termes de relative
rareté dans les tissus, d'une certaine instabilité en culture, d'une capacité d'auto-renouvellement plus
limitée et d'un éventail assez restreint de différenciation en cellules filles spécialisées, les progrès
déjà accomplis sur tous ces points pour sélectionner des cellules souches adultes aux performances
voisines de celles des ES font bien augurer de leur avenir.
La biologie bénéficiera certainement dans le futur de l'approfondissement des études sur les
cellules souches embryonnaires, mais celles-ci peuvent se poursuivre avec efficacité et succès sur
les souris et les primates sans qu'il soit nécessaire pour ce faire de recourir aux embryons humains.
Sur le plan des applications thérapeutiques, tout indique par contre que les efforts doivent porter
davantage sur ces cellules souches qui sont immédiatement disponibles, qui ne posent pas de
problèmes éthiques, et qui ont déjà apporté des résultats cliniques concrets, c'est-à-dire sur les
cellules souches somatiques et du cordon ombilical.

89
TABLE DES MATIÈRES SIMPLIFIÉE

I. Définitions.......................................................................................................................................................................................... 3
A. définition des « cellules-souches ».....................................................................................................................................3
B. définition de la « potentialité » des cellules souches..........................................................................................................4
C. la « niche » des cellules souches........................................................................................................................................5
D. Classification des cellules souches ....................................................................................................................................6
II. Les cellules souches embryonnaires..................................................................................................................................................8
A. préparation, expansion et différenciation ..........................................................................................................................8
B. Propriété des cellules ES....................................................................................................................................................9
C. Capacité de différentiation des cellules ES, et possible utilisation en médecine régenérative..........................................11
1. Les cellules ES peuvent se différencier en une grande variété de types cellulaires............................................11
2. études sur la différenciation contrôlée des cellules ES.......................................................................................12
3. Capacité des cellules ES humaines à régénérer tissus et organes.......................................................................13
D. Difficultés et obstacles.....................................................................................................................................................15
1. Les cellules ES humaines et le problème des cellules nourricières (feeder cells)..............................................15
2. Le problème de la direction de la différenciation des cellules ES.....................................................................15
4. Le risque de la formation de tumeur à partir des cellules ES greffées...............................................................18
E. Quelques solutions proposées pour remédier au rejet des cellules ES..............................................................................19
1. L'utilisation d'embryons rejetés, impropres au développement..........................................................................19
2. Le transfert de noyau ("clonage thérapeutique")...............................................................................................20
3. Le Transfert de noyau modifié pour obtenir des embryons non viables altered nuclear transfer : ANT, OAR. .21
4. Parthénogénèse.................................................................................................................................................22
5. Cellules ES dérivées d'un unique blastomère recueilli par biopsie d'embryon..................................................23
F. Conclusion....................................................................................................................................................................... 25
III. Cellules Souches non Embryonnaires (somatiques et du cordon ombilical)...................................................................................26
A. L'individuation des cellules souches adultes....................................................................................................................26
B. La plasticité des cellules souches adultes.........................................................................................................................28
C. Les cellules souches hématopoïétiques............................................................................................................................31
1. Les cellules souche hématopoïétiques sont utilisées depuis de nombreuses années en thérapeutique curative ou
substitutive............................................................................................................................................................32
2. Les HSCs en thérapeutique régénérative...........................................................................................................34
D. Cellules souches stromales de la moelle osseuse (BMSCs).............................................................................................39
1. Caractéristiques générales des BMSCs28..........................................................................................................40
2. Individuation de BMSCs à haute capacité de prolifération et de différenciation: cellules MIAMI et MAPCs. .41
3. Applications thérapeutique................................................................................................................................43
a) Réparation du muscle squelettique lésé. b) Régénération du myocarde lésé. c) Correction des altérations du système nerveux
central. d) Lésions de la moelle épinière. e) Angiogénèse thérapeutique. f) Plaies et Blessures. g) Ingégnérie de tissus (tissue
engineering). h) Thérapie génique
E. Cellules souches neurales.................................................................................................................................................53
F. Cellules souches musculaires...........................................................................................................................................57
G. Cellules souches endothéliales.........................................................................................................................................58
H. Cellules souches cardiaques ............................................................................................................................................59
I. Cellules souches adipeuses................................................................................................................................................59
J. Cellules souches de la peau...............................................................................................................................................60
K. Cellules souches de la rétine............................................................................................................................................61
L. Cellules souches du Limbus de la cornée.........................................................................................................................61
M. Cellules souches de la glande mammaire........................................................................................................................62
N. Sperm-producins stem cells.............................................................................................................................................62
O. Cellules souches du sang de cordon ombilical.................................................................................................................62
1. Les différents types de cellules souches présents dans le cordon ombilical.......................................................63
2. Utilisation du sang du cordon ombilical pour la reconstitution hématopoïétique .............................................64
3. Utilisation du sang de cordon ombilical en médecine régénératrice..................................................................65
P. Conclusion ...................................................................................................................................................................... 67
IV. Réflexions éthiques........................................................................................................................................................................68
A. Récolte des cellules ES humaines et respect de la vie humaine naissante........................................................................68
1. L'embryon préimplantatoire humain fonctionne et se développe comme une entité humaine individuelle........68
2. Arguments contre le caractère individuel de l'embryon humain préimplantatoire.............................................69
3. Le "point de vue du développement" dans l'approche du statut moral de l'embryon humain.............................75
4. Le respect pour l'embryon humain préimplantatoire..........................................................................................78
B. Est-il permis d'utiliser les embryons congelés et abandonnés pour la récolte de cellules ES ?.........................................79
C. Le statut des cellules ES, la mortalité de leur utilisation dans la recherche......................................................................82
D. Usage de lignées de cellules ES et coopération dans le mal.............................................................................................83
E. Évaluation morale du « clonage thérapeutique » pour la production de cellules ES humaines immuno-compatibles.......84
F. Évaluation morale de l'alternative « no embryo » pour la recherche sur les cellules ES...................................................86
G. L'utilisation clinique des cellules souches........................................................................................................................87
Conclusion........................................................................................................................................................................................... 89
Disponible à
http://www.scribd.com/doc/37251563/cellules-souches-bioethique

90